Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 63Comptes rendusH. Dartevelle (dir.) - Augustonem...

Comptes rendus

H. Dartevelle (dir.) - Augustonemetum. Atlas topographique de Clermont-Ferrand

InFolio éditions, Gollion, Suisse, 2021, Tome 1 : 542 p., Tome 2 : 530 p., 1 400 illustrations, 160 €
Florian Baret
Référence(s) :

H.Dartevelle (dir.) - Augustonemetum. Atlas topographique de Clermont-Ferrand, InFolio éditions, Gollion, Suisse, 2021, Tome 1 : 542 p., Tome 2 : 530 p., 1 400 illustrations

Texte intégral

1L’Atlas topographique de Clermont-Ferrand, paru fin 2021 est un monument composé de deux tomes au format A3, d’une masse totale de 9,360 kg. Il est l’œuvre de 40 auteurs et de 35 collaborateurs réunis et coordonnés par Hélène Dartevelle, ingénieure d’études au SRA de Clermont-Ferrand. Il rejoint une série de publications d’atlas urbains tels que ceux des villes de Bayonne (publié en 2019), Périgueux (publié en 2018) et Bordeaux (publié en 2009) qui forment la collection “Atlas Historique des villes de France” chez Ausonius ou encore l’Atlas topographique de Lugdunum. 1 – Lyon-Fourvière (Lenoble 2019).

2L’ouvrage est composé de six parties principales auxquelles il faut ajouter une introduction et une bibliographie sans compter l’avant-propos et la préface. Il constitue l’aboutissement d’un Projet Collectif de Recherche engagé 16 ans plus tôt qui, point non négligeable pour un programme débuté au milieu des années 2000, avait eu la volonté de porter ses travaux à la connaissance du public par la mise en ligne d’un site internet dès 2010 : www.augustonemetum.fr.

3L’introduction, sous la plume de la coordinatrice de l’ouvrage, revient, tout au long de ses dix pages, sur la genèse du projet et le démarrage du PCR “Atlas topographique d’Augustonemetum” en 2005 avec deux objectifs : proposer “un outil qui permette de répondre plus précisément à la gestion du territoire […], le second visait à reprendre et publier les données scientifiques selon le modèle éprouvé par les Atlas de la Narbonnaise” (p. 17). Ces pages servent aussi à présenter succinctement le cadre géographique et les choix opérés comme celui de la prise en compte de la situation des lieux de culte et de l’habitat rural proche de la ville antique mais aussi les choix méthodologiques, notamment celui du modèle des “Atlas des chefs-lieux de la Narbonnaise” (p. 18) dont trois ont été publiés par la Revue Archéologique de Narbonnaise : Aix-en-Provence (1998), Fréjus (2000) et Saint-Paul-Trois-Châteaux (2009). Un retour critique sur la méthode est succinctement proposé en soulignant notamment la difficile inclusion des découvertes apparaissant au cours du travail de rédaction des différentes feuilles (49 au total) en raison d’une numérotation peu adaptée à l’actualisation des données (difficulté qui n’a été résolue que par l’ajout d’encarts pour les découvertes récentes). L’entreprise du PCR, qui s’est déroulée par étape (une année probatoire, neuf années d’étude, sept années de travail sur la publication dont trois pour la finaliser), ne s’est pas limitée à reprendre les données anciennes, mais a aussi conduit à engager des opérations nouvelles ou à orienter des travaux d’archéologie préventive. En somme, un véritable projet structurant et dynamique pour appréhender la ville antique. Par ailleurs, l’introduction intègre quelques réponses à des critiques qui pourraient être formulées sur la durée de gestation ou l’usage des SIG. Nous y reviendrons.

4La première partie “Sources” permet à H. Dartevelle, aidée par P. Vallat, d’établir un bilan historiographique des recherches et de dresser l’inventaire des cartes et plans antérieurs, des plus connus (on regrette que le cercle en pointillés blancs sur la Table de Peutinger utilisé pour localiser Aug. Nemeto. soit invisible) au moins familiers, tous reproduits dans l’Atlas. Le balayage historique est rapide et s’il met en avant les précurseurs des xviiie, xixe et du début du xxe s. (p. 33 à 40), la période plus récente, depuis les années 1970, qui fournit pourtant une riche documentation issue des fouilles de sauvetage menées par des bénévoles puis par l’Afan jusqu’en 2002, fait l’objet d’une mise en valeur qui ne retient essentiellement que l’histoire interne du SRA et de ses ancêtres, les Directions des antiquités préhistoriques et historiques (p. 40 à 42). Cette section reste cependant riche d’illustrations pour lesquelles on peut s’interroger sur la mise en page, comme page 35, avec des portraits dont la taille varie d’une figure historique à l’autre sans que l’on en comprenne les raisons. Par ailleurs, les chiffres proposés concernant les opérations archéologiques menées auraient pu être complétés des valeurs des surfaces des emprises diagnostiquées et fouillées vis-à-vis de la surface de la ville, mais aussi vis-à-vis des surfaces pour d’autres préfectures de taille similaire afin de mieux percevoir l’état documentaire de Clermont-Ferrand au regard d’autres villes en France.

5La deuxième partie s’intéresse à la société antique à travers trois aspects : l’épigraphie (B. Rémy et B. Clémençon), la vie religieuse (B. Clémençon), le commerce et les monnaies (P.-A. Besombes). Ces textes sont complétés par deux études de cas : les monnaies de la source des Roches à Chamalières (K. Gruel) et du site de l’ancienne gare routière (F. Dieulafait, J. Ollivier).

6Peu fournie, l’épigraphie clermontoise, ici intégralement reprise n’apporte que de rares informations sur la société, les carrières, la vie économique ou religieuse. L’apport majoritaire concerne l’onomastique pour laquelle les auteurs ont pu classer la liste des noms retrouvés entre citoyens, pérégrins, esclaves et incerti. De l’aveu même des auteurs, c’est cet annuaire qui compose la principale avancée d’autant que la cité des Arvernes bénéficiait déjà d’un volume des Inscriptions Latines d’Aquitaine (1996). Le chapitre sur la vie religieuse rebat les cartes et, en quelque sorte, remet à sa bonne place Mercure qui, s’il ressort important pour la cité des Arvernes avec notamment son grand temple au sommet du puy de Dôme (Mercure Dumias), reste quasiment absent du chef-lieu (comme Jupiter Capitolin) qui fait plutôt la part belle au polythéisme et à la marque d’Auguste (dont la ville porte le nom) associé à Apollon dans le cadre du temple principal du forum. Pour ce qui est de l’étude numismatique proposée, il faut immédiatement attirer l’attention du lecteur sur sa date de réalisation : 2011, soit dix avant la publication de l’ouvrage. Comme pour d’autres synthèses, il est dommage que ce type de travail, pourtant nécessaire dans une telle entreprise, n’ait pas plutôt été mené en fin de programme afin de pouvoir intégrer tous les apports issus du PCR et des opérations réalisées durant la période du projet. L’intérêt d’une telle démarche est, par ailleurs, souligné en fin de chapitre avec le “Complément d’étude en 2015” qui corrige certaines observations préalables puisque les effectifs de monnaies (très faibles pour un chef-lieu de cité) sont plus élevés. On serait d’ailleurs en droit de s’interroger sur le choix opéré entre la livraison de 2015 et la parution de l’ouvrage de ne pas avoir fusionné les deux études évitant ainsi à la seconde de corriger la première (p. 149). De même, des passages du texte semblent manquer, par exemple, p. 130 : “Un indice de fréquence est calculé à partir de la formule suivante (Ravetz 1964) (fig. 2)”. Or, ni la phrase suivante ni la figure 2 ne présente la formule évoquée et l’on ne sait donc pas comment le calcul a été réalisé.

7La troisième partie intègre à la fois une présentation du cadre naturel (géologie, géographie et paysage) et archéologique (consommation végétale, urbanisation de la ville et présentation des campagnes). Le découpage entre la deuxième et la troisième partie surprend. Pourquoi avoir détaché l’épigraphie, la vie relieuse et les échanges commerciaux de la consommation, des processus d’urbanisation et des campagnes périphériques ? Ces derniers éléments n’apparaissant in fine que comme un arrière-plan paysager. Il faut dire que les synthèses qui y sont proposées auraient mérité d’être actualisées dans la mesure où elles sont parfois plus anciennes que le démarrage du PCR comme celle concernant les habitats groupés du bassin clermontois qui s’appuie sur une thèse consacrée à l’occupation du sol dans la Limagne des Buttes soutenue en 2002, tout juste actualisée par l’ajout de deux sites proposés en 2011. Pour autant, les travaux menés plus récemment et spécifiquement sur cette question s’ils apparaissent en bibliographie ne sont ni mentionnés ni appelés dans le corps du texte (ce qui laisse penser que la bibliographie a été complétée, avant la publication, par des références récentes mais qui n’ont pas été utilisées dans l’ouvrage). On regrettera ainsi l’usage d’une terminologie issue de la typologie proposée en 1992 sans regard critique alors que ce classement a été remis en cause dès 1993 (Hiernard 1996) et que le vocabulaire qu’il emploie (agglomération-sanctuaire, agglomération artisanale…) enferme les sites dans des réalités réductrices. La question des domaines ruraux n’est par ailleurs pas mieux lotie et souffre de la même ancienneté.

8La quatrième partie, la principale, regroupe l’ensemble des 49 feuilles de l’Atlas. Si elles ont toutes la même construction apparente, seuls les champs renseignés sont présentés dans chacune d’entre elles afin de ne pas allonger inutilement les notices. Cependant, même si les éléments d’introduction font mention du modèle qui a inspiré le travail des chercheurs, il aurait été utile de proposer une notice vierge avec l’ensemble des intitulés des champs et une présentation succincte du contenu attendu pour chacun d’entre eux afin de pouvoir apprécier la logique suivie pour la rédaction et les choix méthodologiques opérés. Si on reconstitue celle-ci, dix grandes entrées ont été retenues : “Aménagement hydraulique” (ou “Hydraulique” dans un cas), “Commerce et Artisanat” (ou “Artisanat” dans quatre cas), “Bâti indéterminé”, “Dépotoir”, “Élément ou espace funéraire”, “Enceinte”, “Équipement et/ou monument public”, “Habitation” (ou “Habitat” dans cinq cas), “Parcellaire”, “Voirie”. Ainsi, malgré la rigueur d’ensemble dans la rédaction des notices, on relève des intitulés parfois changeants pour une même entrée, tout comme l’ordre de celles-ci au sein des notices qui n’est pas toujours le même. Enfin, les deux dernières notices, celle dédiée à la fouille de Trémonteix (feuille 48 et non 348 comme indiqué sur la page de couverture) et celle dédiée aux Côtes de Clermont présentent une structuration spécifique. S’il est impossible de revenir sur le contenu de ces notices on peut évidemment souligner l’ampleur du travail accompli dans son ensemble, mais aussi pour chaque feuille (chacune ayant son ou ses auteurs). Il faut aussi mettre en lumière l’importance de la documentation graphique, en couleur et la qualité de celle-ci même si parfois certains relevés ou plans de fouilles ne comportent pas de légende ce qui n’aide pas à la lecture de ces figures qui ne sont pas normalisées à l’échelle de l’Atlas et n’ont donc pas une légende commune. De même, si la figure 6 représentant la carte d’assemblage reportée sur le carroyage de la ville antique indique le numéro des feuilles et permet un repérage ce n’est pas le cas sur la version mobile (outil pourtant précieux qui perd donc de son intérêt) ce qui n’aide pas à se repérer sur le plan d’autant que les ilots antiques ne comportent pas de numéro d’insulae et que les numéros des decumani et cardines sont très peu lisibles sur les plans d’assemblage.

9La cinquième et dernière partie regroupe plusieurs synthèses thématiques – enceinte urbaine, urbanisme et voirie, l’eau dans la ville, monuments publics (incluant une réflexion sur la localisation de l’amphithéâtre), le temple de Mercure, l’habitat urbain et périurbain, artisanat et commerce, espaces funéraires, évolution de la ville au Moyen Âge, axes et visées symboliques – qui reprennent les différentes entrées qui structurent les feuilles. Toute la richesse de l’Atlas trouve dans ces pages et chapitres un véritable intérêt avec une mise en perspective riche et inédite des données. On ne peut que féliciter les auteurs pour ce travail de prise de recul et de hauteur sur la documentation, son croisement et pour la justification bibliographique des analyses. Les restitutions proposées ici ou là des vestiges confèrent aussi aux figures tout leur intérêt et accompagnent judicieusement le discours.

10L’ouvrage se termine naturellement par une synthèse générale sur la ville antique, ses origines, son développement et son évolution. Elle est accompagnée d’une analyse de la scénographie urbaine et d’un retour sur la place particulière de Mercure.

11Il est évident que l’ensemble de cette dernière partie était très attendu puisque la seule synthèse disponible datait de 1994 avec le volume dédié à Clermont-Ferrand de la Carte Archéologique de la Gaule (Provost et Mennessier-Jouannet 1994). De fait, elle met en lumière une ville antique qui a longtemps souffert de cette absence qui tient sans doute, pour partie, à un éclatement – ancien – entre de multiples acteurs des recherches sur la ville. Cette situation est à l’opposé de celle de Limoges, citée à la fin de l’ouvrage pour évoquer le fait que la publication sur Augustonemetum rejoint enfin celles sur Augustoritum (Loustaud 2000) et celle sur Lugdunum (Lenoble 2019) le long de la voie d’Agrippa. En effet, Augustoritum a bénéficié très tôt d’une dynamique portée par J.-P. Loustaud dont le nom est devenu indissociable de celui de la ville antique. En cela, H. Dartevelle a réussi à fédérer autour d’elle une équipe efficace et ainsi à livrer un ouvrage qui fait honneur à la “grandeur du caput civitatis” (T. 2, p. 489).

12Sur la forme, quelques problèmes d’impression (au moins dans la livraison examinée) sont à signaler comme pour la carte de la page 17 (fig. 2) sur laquelle on note la présence de bandes de couleur peu qualitatives. Par ailleurs, les deux cartes d’assemblage (fig. 5 et fig. 6), présentées également sur un feuillet mobile (une idée pertinente), souffrent de quelques maladresses : la superposition des courbes de niveau, très resserrées et avec une épaisseur de trait importante, sur le fond cadastral masque celui-ci sur la première, tandis que l’utilisation d’une couleur similaire pour les deux sur la seconde fait disparaître l’hypsométrie. On manque aussi d’une représentation des cours d’eau sur la première carte. De même, la référence à des fonds cartographiques dans les titres de graphes et de tableaux d’effectifs d’opérations archéologiques (fig. 31 et fig. 32) étonne comme la présence de cartes muettes, telle que la figure 33 qui ne parle donc qu’aux seuls clermontois ou habitants de la plaine.

13Enfin, la question de la pertinence d’une telle publication dans le format retenu peut être posée. En effet, l’un des objectifs affichés de ce travail était de proposer “un outil qui permette de répondre plus précisément à la gestion du territoire”. Cela nécessite donc un accès aisé à la documentation et la possibilité de manipuler des données qui doivent être pérennes et actualisables. En l’état, on peut s’interroger sur la réussite de cet objectif. Les données sont figées puisque livrées dans un format imprimé. De même, la mise aux normes géographiques n’est pas aboutie puisque, si l’on en croit la page 27, les cartes ont été établies dans deux projections différentes : le Lambert 2 Centre et le Lambert 93. Par ailleurs, les cartes et plans ont été réalisés avec Adobe Illustrator, un logiciel de dessin, à l’heure où les Systèmes d’Information Géographique (SIG) sont largement déployés en archéologie. Ainsi, pour répondre à l’objectif annoncé et constituer un véritable outil de travail pour les chercheurs et les gestionnaires territoriaux, le versement de toutes ces données dans un webSIG (pour une véritable accessibilité) nécessitera la reprise de l’ensemble du géoréférencement voire la revectorisation des données dans l’esprit des SIG et des règles topologiques. Gageons donc que cette entreprise soit rapidement mise en œuvre et vienne utilement compléter l’imposant ouvrage imprimé.

Haut de page

Bibliographie

Hiernard 1996

Hiernard J. - Le premier réseau à caractère urbain du Centre-Ouest de la Gaule, in : Guignet P. et Hiernard J. (dir.), Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest atlantique de l’Antiquité à nos jours. Actes du colloque de Poitiers, du 13 au 15 mai 1993, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers, Poitiers : 35‑56.

Lenoble 2019

Lenoble M. (dir.) - Atlas topographique de Lugdunum. 1 - Lyon-Fourvière, Suppl. 47, Revue Archéologique de l’Est, Dijon, 580 p.

Loustaud 2000

Loustaud J.-P. - Limoges antique, Travaux d’Archéologie Limousine, Limoges, 381 p.

Provost et Mennessier-Jouannet 1994

Provost M. et Mennessier-Jouannet C. - Carte archéologique de la Gaule, Clermont-Ferrand (63/1), Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, 290 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Baret, « H. Dartevelle (dir.) - Augustonemetum. Atlas topographique de Clermont-Ferrand »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 63 | 2024, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6614

Haut de page

Auteur

Florian Baret

Université de Tours, UMR 7324 CITERES-LAT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search