Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 63ArticlesL’artisanat potier de grès et son...

Articles

L’artisanat potier de grès et son implantation dans le Cher (xviie-milieu xixe siècle) : l’apport de la documentation écrite

The stoneware pottery craftsmanship and his establishment in the Cher’s department (17th- mid-19th century): the contribution of written documentation
Clément Rigault

Résumés

La connaissance de l’artisanat potier de grès, dans le département du Cher, souffre d’un manque de données archéologiques et bibliographiques, en particulier concernant le dénombrement et l’implantation des ateliers. Toutefois, elle bénéficie de l’apport de sources archivistiques variées qui rendent possible la réalisation d’une cartographie précise des sites potiers et des sites d’extraction d’argiles. À partir d’un corpus de 85 ateliers identifiés, l’accent est porté sur la répartition de ceux-ci au sein du département. Parmi les apports de cette enquête, il convient de souligner l’existence de deux pôles géographiques présentant une structuration similaire, avec la présence d’un village spécialisé concentrant l’activité potière, et un nombre important d’ateliers implantés en marge de cet épicentre.
Cette spatialisation est également l’occasion de proposer, à l’aide de données archéologiques et géologiques, des regroupements d’ateliers formant des aires de production. Les principaux groupes technologiques de ces aires seront présentés, permettant ainsi de simplifier le rattachement géographique du matériel archéologique. L’accent est également mis sur les facteurs ayant joué un rôle dans l’implantation et le développement de ces aires de production.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À partir de la fin du xve s., un artisanat potier de grès apparaît et se développe dans la province du Berry et dans le nord du Bourbonnais, à travers deux principaux pôles : un premier pôle d’ateliers concentrés autour du village potier de La Borne, au nord du département, et un second pôle d’ateliers polarisés autour du village potier des Archers, au sud du département. Cet artisanat a rapidement pris de l’ampleur et est devenu une industrie importante dans les siècles suivants, les produits étant exportés sur une large partie du territoire français. Au cours de ces dernières années, la multiplication des opérations d’archéologie préventive sur des sites de consommation a permis la mise au jour de nombreux assemblages de grès du Berry, permettant de mieux documenter ces productions. Cependant, l’étude de ce matériel reste limitée par la quasi-absence de données archéologiques sur les sites de production et sur leurs localisations précises. Une bibliographie appréciable existe pourtant, mais elle est majoritairement ancienne et inégale. Alors que la documentation archéologique et bibliographique fait défaut, l’étude des fonds d’archives apparaît donc comme la solution pour approcher ces ateliers. Les fonds d’archives, sans être particulièrement fournis, renseignent à la fois l’origine de la matière première et les artisans. La plus riche des documentations à notre disposition est composée d’inventaires après décès et d’actes marchands. Les nombreuses, et parfois étonnantes, procédures judiciaires sont également mises à profit pour renseigner ces ateliers. La période du xviie-milieu xixe s. a été retenue pour cette recherche, car il s’agit de la phase pour laquelle on possède les sources les plus fournies. Durant cette période, on observe également une fixation des ateliers en des lieux précis (facilitant leur localisation), ainsi que la quasi-permanence de cette activité potière et cela, jusqu’au milieu du xixe s., date où une majorité des ateliers déclinent et disparaissent.

2La présente recherche a donc été principalement motivée par l’absence d’une synthèse sur le dénombrement et la répartition des ateliers à l’échelle du Cher, alors que l’intérêt archéologique pour les productions en grès est croissant et que ce type de travaux a été réalisé pour d’autres territoires (Champagne 2007 ; Champagne 2017). L’étude de ce petit territoire pouvait également apporter de nouveaux exemples sur la question de l’évolution technologiques des officines potières.

3L’intérêt principal est de profiter de cette spatialisation des ateliers et des sites d’extraction afin de proposer, à l’aide de données archéologiques, géologiques, et d’observations de terrain, des regroupements d’ateliers formant des aires de productions. Ce travail permet de préciser l’origine géographique des productions et, à long terme, de monter des typo-chronologies locales. La spatialisation et la polarisation de ces groupes d’ateliers seront également l’occasion d’aborder les différents facteurs qui participent à cette dynamique d’implantation. Cette approche passe par l’analyse des conditions technologiques de l’outil de production et du produit fabriqué, tout en considérant l’aspect politico-économique.

4En filigrane, ce travail a pour apport de faire un état des lieux de la bibliographie existante et du potentiel documentaire pour de futures recherches complémentaires.

Méthodologie et présentation des sources

Une bibliographie disparate

5Afin de constituer un inventaire des sources écrites le plus exhaustif possible, la bibliographie existante a été recherchée et utilisée pour dresser un état des lieux. Cette bibliographie est très disparate et va de la simple mention d’atelier à des travaux plus fournis.

6Les travaux de chercheurs locaux sur le sujet sont les plus nombreux. Parmi ces auteurs, il est difficile de ne pas parler des travaux du berruyer Hippolyte Boyer, archiviste et historien, qui fut le premier à produire des travaux sérieux sur ces problématiques. Son ouvrage intitulé Histoire de la principauté souveraine de Boisbelle-Henrichemont, qui brosse un portrait détaillé de l’histoire du Haut-Berry, reste une référence et comporte l’avantage de proposer des informations relativement bien sourcées (Boyer 1904). La question de la production du grès est plusieurs fois abordée, et son engouement pour cet artisanat le porte tout particulièrement à se pencher sur le village de La Borne, où la production de céramique perdure aujourd’hui. Avec son Dictionnaire topographique du département du Cher, avec les noms de lieu anciens et modernes (Boyer 1926), il explore les pistes possibles par la toponymie en faisant le lien avec les sources explorées dans l’ouvrage précédent. L’étude de plusieurs de ses carnets de travail a complété la collecte des données toponymiques.

7À partir des années 60, la recherche sur le grès produit à La Borne et dans le Haut-Berry se dynamise à travers de nombreux travaux. Nous pouvons citer les écrits de Jean Favière, ancien conservateur du musée du Berry à Bourges qui, à travers deux articles, met l’accent sur les dynasties potières (Favière 1959 ; Favière 1963). En 1977, avec La Borne et ses Potiers, Robert Chaton et Henri Talbot ont étudié cet artisanat à l’échelle du village de La Borne (Chaton et Talbot 1977). Cet ouvrage présente l’intérêt d’être autant un travail d’historien que d’ethnographe, car il décrit tous les aspects de fabrication de la poterie traditionnelle, mais surtout, il aborde l’origine de l’argile et les sites d’extraction anciens toujours en fonctionnement. De plus, il présente de nombreuses sources d’origine privée et aujourd’hui inaccessibles. Également en 1977, l’historienne Marie-Madeleine Martin publie un court ouvrage sur l’histoire de la principauté de Boisbelle, qui complète les travaux d’Hippolyte Boyer, tout en approfondissant la dimension politique et économique sous Sully (Martin 1977). Nous pouvons également citer la production prolifique des époux Bailly, qui ont le mérite d’avoir mis en lumière la diversité de forme de ces grès (Bailly 1991 ; Bailly 1997 ; Bailly et Hugoniot 1997 ; Bailly G. et Bailly P. 2005 ; Bailly 1982 ; Bailly 1995).

8Plus récemment, on peut citer les travaux de Marc Ducret sur les familles de potier (Ducret 2004 ; Ducret 2013), ainsi que les travaux de Christophe Lemarchand. À travers une approche sur les archives de Neuilly-en-Sancerre, il est le premier à cartographier des mentions anciennes d’ateliers de poterie de grès autour de La Borne, et à les mettre en relation avec l’importante veine d’argile de Myennes, située à proximité (Lemarchand 2016). Il s’agit donc d’un travail fondamental pour l’analyse de l’implantation potière dans le Haut-Berry. Dans une autre contribution récente, le même auteur dresse également un portrait détaillé de la production bornoise du xixe au xxe s. (Lemarchand 2020).

9Les catalogues constituent également une littérature de premier choix, car ils présentent l’avantage d’allier le plus souvent des articles explicatifs avec de nombreuses photos, permettant ainsi de simplifier le rattachement d’une production ou d’une forme à un espace géographique. On peut citer le catalogue de l’exposition “Chefs d’œuvre de terre en Berry”, présenté en 1995 au Musée Saint-Vic de Saint-Amand-Montrond, qui propose une carte d’implantation des ateliers de potiers du sud du Berry (Hugoniot 1995). Notons également l’existence d’un catalogue de vente aux enchères présentant une importante collection de grès du Berry (Houze 1996). Plus récemment, le musée de La Borne s’est doté d’un catalogue des collections permettant de retracer l’évolution de la production, principalement du xviiie au xxe s. (Ducret 2016). En 2017 a également eu lieu une exposition à l’hôtel Lallemant à Bourges intitulée “Magiciens de terre et de feu”. Consacrée au grès historique de La Borne et de ses environs, elle met en exergue la production du xixe s. Un article publié dans le catalogue de l’exposition et réalisé par Alexandre Finet et Emmanuel Marot aborde les conditions d’émergence du centre potier bornois (Finet et Marot 2017).

10Il faut également signaler deux mémoires de maîtrise sur l’artisanat potier du grès. L’un concerne le nord du département, et plus particulièrement La Borne (Pichon 1987) ; l’autre le sud du département (Hugoniot 1973). Dans ces travaux universitaires, les auteurs ont effectué une recherche documentaire localisée, notamment sur les inventaires après décès, afin de brosser un paysage social de cet artisanat. Ces travaux ont permis de rassembler des documents inédits qui ont été pris en compte dans cette étude.

11L’enquête des préfets sur la céramique, réalisée sous le Premier Empire, constitue un autre élément bibliographique important (Dubus et Pannequin 1999). Deux lettres, envoyées par le préfet du Cher en 1806, dressent un inventaire des ateliers et des sites d’extraction encore en activité, afin de faire la synthèse des pratiques céramiques en usage dans le département. Ce bilan, bien que grandement lacunaire, permet toutefois de documenter plusieurs ateliers de potiers et sites d’extraction encore en usage à cette période.

12Enfin, la littérature archéologique, est également un vecteur d’information pour ces problématiques, avec des travaux menés sur des sites de consommations berruyers ou de sa proche campagne. Nous pouvons, entre autres, citer l’étude de la céramique moderne du site de la Grosse-Tour par Catherine Monnet, qui est la première à interroger le matériel archéologique en faisant des analogies entre productions médiévales et productions modernes. Elle aborde également la question de l’apparition et de l’origine géographique de ces grès (Monnet 1999). Avec l’étude de la céramique moderne du site de la ZAC Avaricum, Alexandra Finet met en évidence l’apparition des grès à la fin du xve s. et multiplie les comparaisons avec les autres grands centres potiers de grès. Elle approfondit également la recherche de l’origine géographique du matériel archéologique tout en interrogeant les conditions d’essor des ateliers du haut-Berry (Finet 2013a, Finet 2013b).

13Ce bilan bibliographique apparaît donc surtout inégal, avec une concentration des recherches sur le village potier de La Borne, tandis que les autres ateliers demeurent méconnus, voire inconnus. Ce constat est toutefois semblable à la situation d’autres régions.

Présentation des différentes sources archivistiques

14En plus de l’enquête bibliographique pour inventorier les sources écrites déjà repérées, il a été tenté de mettre au jour une nouvelle documentation. Ce travail a été réalisé en trois temps : une étude poussée de la toponymie cadastrale, une étude des sources quantitatives (recensements et registres paroissiaux), et enfin, un approfondissement des connaissances de ces ateliers et de leur implantation par des dépouillements sur des fonds d’archive ciblés.

  • 1 L’examen du cadastre a concerné la totalité des feuilles cadastrales du département, soit 3 891 feu (...)

15Tout d’abord, un intérêt particulier a été porté à la toponymie et à la microtoponymie, par l’intermédiaire du cadastre dit “napoléonien” établi au début du xixe s. L’objectif était de partir de ce support cartographique afin d’inventorier des entrées géographiques (villages, hameaux, lieux-dits…) dont les noms sous-entendent une activité liée au travail de la poterie, et de tenter par la suite d’orienter les recherches en archives par l’étude des fonds anciens correspondant à ces lieux1. Ce travail fastidieux a été récompensé par un nombre important de toponymes en lien avec la production potière (Poterie Village, les Potiers, Métairies des Poteries…), l’outil de cuisson (four des Talbots), et à l’extraction de la matière première (le Crochepot, Terre de la poterie, les Terres à pots…). Au total, près de 41 lieux possédant un toponyme potier ont été repérés dans le département, dont beaucoup étaient ignorés du dictionnaire topographique d’H. Boyer (Boyer 1926). Ce résultat doit toutefois être nuancé et comporte deux faiblesses : l’inégale qualité et quantité des annotations, et la fiabilité du toponyme. En effet, la manière dont les agents topographes rapportent des noms de lieux est très variable : certains rapportant chaque nom ou particularité de chaque parcelle (permettant de localiser avec précision des zones d’extraction d’argile), tandis que d’autres précisent uniquement les noms des villages et lieux-dits. Il est donc envisageable qu’un lieu n’ait pas été inventorié, car n’apparaissant pas dans le cadastre. De plus, pour certains lieux, il a été complexe de déterminer si le toponyme potier renvoie à un artisanat du grès de l’époque moderne ou à un artisanat plus ancien, ou si le toponyme était associé au nom du tenancier du lieu. Ainsi, seuls les toponymes potiers corroborés par des sources écrites attestant une activité productrice de grès ont été conservés pour cette étude ; ce nombre de lieux s’élève alors à 35.

16Les recensements de population ont aussi fait l’objet d’une attention particulière. Ces listes nominatives, qui apparaissent à partir de la Révolution, sont dressées par village et par foyer, et concernent tous les individus vivant sous le même toit. Elles mentionnent différentes informations comme la profession des individus. L’utilisation de ces recensements a été nécessaire afin de vérifier la présence de potiers pour les lieux relevés sur le cadastre impérial et dans l’enquête bibliographique. Dans la majorité des cas, les recensements confirment la présence d’un artisanat potier dans un lieu. L’absence de mentions peut s’expliquer par le manque d’exhaustivité de l’enregistrement. En effet, il est possible que les artisans ruraux aient plusieurs activités, et que la production de poterie ne concerne qu’une partie de l’année (Champagne 2007 : 70-80). À partir de 1851, il est demandé aux recenseurs de mentionner les doubles professions. Certains ateliers de potier apparaissent donc dans les recensements à partir de cette période.

17Les registres paroissiaux ont été partiellement consultés. L’objectif était surtout d’essayer de découvrir de nouveaux lieux de production, inconnus des autres sources documentaires, ce qui n’a pas été le cas. L’étude de ces registres a tout de même permis de confirmer la présence de l’artisanat potier sur les lieux déjà relevés par l’étude des autres sources. L’objectif de cette recherche n’étant pas d’étudier l’aspect social de l’artisanat potier du grès et les dynasties potières, le dépouillement des registres n’a pas été plus approfondi.

18Le dépouillement de fonds d’archives a permis la mise au jour de 231 documents (hors cadastre impérial, recensements, et registres paroissiaux), provenant des séries anciennes et modernes, et concernant l’artisanat potier du grès (Annexe no 1). Ce nombre peut apparaître faible à l’échelle d’une production importante au sein d’un département entier. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette quantité. Tout d’abord, ce dépouillement n’a rien d’exhaustif et a concerné en premier lieu des documents déjà annotés par les archivistes lors des récolements. En deuxième lieu, des recherches ont été réalisées dans différents fonds ciblés afin de trouver des documents inédits. Cette méthode n’a livré que peu de résultats par rapport au temps de travail investi, même si les documents mis au jour présentent de nombreuses informations d’un grand intérêt. Il est certain que des documents ont échappé à ce travail et des recherches complémentaires seraient appréciables afin d’en trouver davantage. La structure politique du Haut-Berry joue aussi un rôle important dans le nombre de sources écrites retrouvées. En effet, la paroisse d’Henrichemont, qui concentre un nombre important d’ateliers, fut jusqu’en 1766 partie intégrante de la “principauté souveraine de Boisbelle” ayant des privilèges et des immunités (Boyer 1904 : 483-499). Ce statut particulier a limité la production de certains documents, comme les rôles d’impositions et les censiers. Un incendie dans les archives de la principauté en 1793 a également fait disparaître un grand nombre de documents (Boyer 1904 : 499). Enfin, en 1977, R. Chaton et H. Talbot avancent une autre explication : beaucoup de sources renseignant le quotidien, ou encore des aspects socio-économiques d’un artisan (livre de compte, testament, actes d’achat, actes de vente, etc.) étaient conservées par le potier lui-même dans son atelier, et sont donc d’origine privée (Chaton et Talbot 1977 : 163). Une quantité considérable de ces documents est aujourd’hui perdue ou inaccessible.

19Même si le nombre de documents rassemblés reste modeste, l’un des objectifs de cette démarche était de construire un échantillon robuste pour avoir suffisamment de mentions pour chaque atelier de potier. En effet, il est complexe à partir de quelques mentions éparses d’établir la permanence d’une activité potière, notamment si ces mentions sont dispersées et chronologiquement très éloignées. Plusieurs allusions de différents types étaient donc nécessaires afin de conclure à une activité continue, plutôt qu’à la présence ponctuelle d’un artisan isolé.

  • 2 Ces deux séries correspondent aux archives anciennes (avant 1790), et contiennent les documents de (...)

20Cet échantillon est constitué en majorité par des documents provenant des séries B et E2, les autres séries n’apportant que peu d’éléments (Fig. 1). Les inventaires après décès et les actes judiciaires, trouvés en nombre, forment une base documentaire solide (Fig. 2). Ils ont l’avantage de donner des noms de potiers, des listes de biens, des localisations précises d’ateliers, et parfois une description des produits fabriqués avec mention du lieu d’approvisionnement en argile, et celles des lieux où l’on vend. Les baux d’ateliers de potier et d’extraction de terre, ainsi que les actes de vente de marchandises (poterie, bois, terre) et les actes de vente d’ateliers de potiers sont d’autres sources de choix pour cette étude.

Fig. 1 - Nombre de documents par série d'archive.

Fig. 1 - Nombre de documents par série d'archive.

Fig. 2 - Nombre de documents par type.

Fig. 2 - Nombre de documents par type.

La répartition des ateliers et des sites d’extraction d’après la documentation écrite

21D’après les différentes sources écrites, les 85 ateliers et les 26 sites d’extraction recensés se répartissent de façon inégale dans 25 communes du département (Annexe no 2) (Fig. 3).

Fig. 3 - Carte de répartition des ateliers de potier et des sites d'extraction attestés par les sources écrites aux xviie-milieu xixe s.

Fig. 3 - Carte de répartition des ateliers de potier et des sites d'extraction attestés par les sources écrites aux xviie-milieu xixe s.

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA

22Pour le nord du département, près de 28 ateliers de potiers de grès se répartissent dans quinze communes. À ce nombre s’ajoute le village de La Borne (commune d’Henrichemont et de Morogues), qui polarise l’activité en concentrant un grand nombre d’ateliers en son sein. Le nombre d’ateliers présent à La Borne est difficilement quantifiable par les différentes sources écrites, mais il semble rester constant de la fin du xviie à la première moitié du xixe s. avec près de 21 ateliers de potiers différents, amenant à un total de 49 ateliers pour ce secteur. Si une grande partie de ces ateliers semble être déjà présente durant le xviie s., beaucoup disparaissent durant le xixe s. Près de 20 sites d’extraction d’argiles sont aussi attestés et se répartissent dans huit communes.

23Pour le sud du département, 21 ateliers de potiers se répartissent sur dix communes différentes. Le village des Archers (commune du Chatelet) concentre un grand nombre d’ateliers. Le nombre précis est difficilement identifiable, mais nous prendrons le nombre de quinze, qui est la valeur qui revient le plus souvent lors de l’identification de ces ateliers durant la période. Ce secteur concentre donc près de 36 ateliers de potiers différents. Une partie de ces ateliers sont implantés très tôt sur le territoire, dès la fin du xve s., mais la majorité périclite au cours du xixe s. Les sites d’extraction d’argile précisément identifiés sont au nombre de quatre et se répartissent sur le même nombre de communes. Deux sites supplémentaires ont été identifiés, mais sont peu corroborés par les sources écrites. Il est nécessaire de tempérer le faible nombre de sites d’extraction en mentionnant que peu de sources écrites abordent le sujet de l’exploitation et du commerce de la terre dans le sud du département, alors que pour le nord, nombre de documents renseignent ces aspects. Même s’il est possible que ces sites soient moins nombreux au sud qu’au nord, il est probable que d’autres sites d’extraction aient existé, mais n’ont été que peu ou pas documentés.

24La carte de répartition témoigne donc d’une forme de concentration dans les parties nord et sud du département. La partie centrale, qui correspond grossièrement à l’arrondissement de Bourges, ne semble donc pas être propice à l’implantation d’artisanat potier du grès. Cet artisanat est majoritairement rural, ou plus rarement périurbain. Les cartographies permettent de constater une répartition différente des ateliers entre les secteurs nord et sud (Fig. 4). Le secteur nord présente une polarisation importante des ateliers au nord-est, autour de La Borne, et une implantation plus diffuse à l’ouest. Les ateliers du secteur sud semblent moins concentrés (même si le village potier des Archers polarise plusieurs ateliers autour de lui), et ont une implantation plus lâche, en petits groupes, sur toute la largeur du territoire. Les ateliers de potier et les sites d’extraction d’argiles présentent une répartition globalement similaire, au sein des mêmes communes, soulignant l’importance de la proximité entre la matière première et les lieux de productions (Fig. 5). Ces aspects seront développés dans la suite de l’article (voir infra chapitre 4).

Fig. 4 - Carte de répartition des ateliers de potier par commune.

Fig. 4 - Carte de répartition des ateliers de potier par commune.

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA

Fig. 5 - Carte de répartition des sites d'extraction par commune.

Fig. 5 - Carte de répartition des sites d'extraction par commune.

Fonds de carte : ©IGN/ BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA

Essai d’identification d’aires de production

25Pour l’ensemble du territoire, huit regroupements différents peuvent être proposés : trois pour le nord du département et cinq pour le sud. Ces aires de production résultent principalement de l’observation à la loupe binoculaire des pâtes utilisées dans la fabrication des vases consommés, et de leurs groupements par rapport aux caractères morpho-technologiques de la matière première utilisée, et ce, quelle que soit leur forme. La détermination théorique des origines est fondée sur le croisement des données archivistiques, des données géologiques, et d’observation de terrains qui ont permis de trouver du matériel associé à ces ateliers, et qui a été utilisé en comparaison.

Les aires de productions du nord du département

  • 3 Parmi ces documents, un bail du 25 février 1866 atteste le droit pour 13 potiers de La Borne de tir (...)
  • 4 Myennes est une commune située au nord de Cosne-sur-Loire, et qui a donné son nom cet important ban (...)

26Au nord-est de Bourges, se trouve l’aire de production la plus importante du Haut-Berry, dont l’épicentre est le village potier de La Borne (Fig. 6). Le terme de “céramique bornoise”, que l’on retrouve souvent dans la littérature, désigne un grès de teinte gris clair avec quelques inclusions d’oxydes ferriques noires, souvent recouvert de glaçure à la cendre, et qui explicitement, est produit à La Borne (Fig. 7, no 1). En réalité, cette céramique est l’objet d’une production très importante, au sein d’un vaste espace. Cette aire de production, répartie sur 13 communes, comprend 41 ateliers (dont les 21 ateliers du village potier de La Borne), et 19 sites d’extraction. L’implantation potière semble s’organiser de manière périphérique, avec La Borne comme épicentre, les autres ateliers gravitant autour, suggérant la position importante et dominante de La Borne au sein de ce groupe d’ateliers. Les mentions les plus anciennes attestant la production de grès dans cet espace datent de la fin du xvie s. (même si des documents plus anciens peuvent exister, mais nécessiteraient une recherche ciblée), et la grande majorité des ateliers semble bien installée dès le milieu du xviie s. Les nombreux documents renseignant ces ateliers (et plus particulièrement ceux de La Borne) témoignent d’une activité pérenne dans cette aire de production. Il existe donc pour ce secteur une richesse documentaire remarquable, pour des dépouillements encore incomplets, qui laissent augurer de belles recherches complémentaires. Les sites d’extraction identifiés sont au nombre de 19. La localisation précise de ces argilières a été permise par une documentation d’archive assez dense, illustrant la préoccupation des potiers pour ces sites : le droit de tirer de la terre sur des parcelles bien précises s’achète cher et figure en bonne place dans les inventaires après décès des artisans. Entre le xviiie et le xixe s., les mentions de “baux de trous à terre” et de “baux de terres à pots” représentent un volume conséquent dans les actes notariés de La Borne3. L’argile utilisée est principalement extraite de la veine d’argile de Myennes4, une argile très plastique, grise rougeâtre, et formée à l’Albyen moyen. Les sites d’extraction sont donc stratégiquement implantés à proximité directe de cette veine, et semblent même se concentrer sur une bande de près de 10 km, de Morogues à Neuilly-en-Sancerre (Fig. 8). À l’examen de la carte géologique, 14 argilières sont placées sur cette veine, ou sur une couche d’argile plus sableuse qui s’apparente à une couche altérée de celle-ci, et cinq sont placées sur des couches d’argile sableuse grossière du Cénomanien inférieur. Plusieurs documents attestent l’utilisation de ces dernières pour la fabrication de vases de premier choix (Chaton et Talbot 1977 : 69).

Fig. 6 - Cartographie des aires de productions du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fig. 6 - Cartographie des aires de productions du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA

Fig. 7 - Référentiel des pâtes.

Fig. 7 - Référentiel des pâtes.

Fig. 8 - Cartographie des argiles utilisées pour la fabrication de poterie de grès dans le nord du département.

Fig. 8 - Cartographie des argiles utilisées pour la fabrication de poterie de grès dans le nord du département.

Fonds de carte : ©IGN/ BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA ©BRGM GEO050K_HARM_018

  • 5 A.D Cher : E/19404 ; E/19363.
  • 6 A.D Cher : E/19273 ; E/19950.
  • 7 A.D Cher : C/1164. L’étude, en cours, de plusieurs lots de fouilles anciennes provenant du Limousin (...)

27La production de cette zone est donc importante, et se constate par la quantité de céramique dite “bornoise” retrouvée sur les sites de consommation berruyers. Ce chiffre oscille entre 40 et 70 % entre le xvie et le xviie s., et peut atteindre plus de 80 % à partir du xviiie s. (Finet 2013a : 450-451 ; Monnet 1999 : 168-172 ; Rigault 2022 : 150). Ces ateliers ne desservent pas uniquement les sites de consommation locaux, mais profiteront également de leurs capacités pour exporter d’importantes quantités de produits sur un large territoire. Une importante partie des produits de La Borne s’écoule vers l’Orléanais, en passant par Gien, par le biais de voiturier par eau utilisant la Loire5. Elle est également un vecteur de diffusion des produits de La Borne pour les territoires du Bourbonnais6. Ces produits rencontrent également un succès important dans les régions pastorales de l’Auvergne et du Limousin où ils sont commercialisés en quantité7 (Boyer 1904 : 83).

  • 8 A.D Cher : E/18847.
  • 9 A.D Cher : E/18798.

28À Vierzon, à l’ouest de La Borne, trois ateliers apparaissent dans les sources écrites au xviie s. (Fig. 6). Il s’agit de faïenceries produisant également des poteries de grès. Cette particularité, qui a été observée uniquement pour ces trois faïenceries, est spécifiquement consignée dans les sources écrites les concernant. Ainsi, lorsqu’en 1849, la faïencerie dite du Port-de-dessous est à céder, celle-ci est dénommée “fabrique de faïence et poterie” sur l’acte de vente8. Un inventaire après décès du faïencier de la fabrique de Lillion en 1827 précise dans la description des biens, qu’en plus du matériel pour la fabrication de faïence se trouve “de la terre à faire poterie grise9”. Cette double activité interroge, mais en l’absence de plus de documents, il est difficile d’avancer une explication sur la raison de cette production sûrement occasionnelle, qui n’a laissé que peu de matériel archéologique et qui est complexe à caractériser. Aucune source n’a permis de localiser les lieux d’extraction de la matière première utilisée par ces artisans, même si un inventaire après décès précise que “la terre est tirée à Vierzon et dans ses alentours”. Les importants bancs d’argiles sableuses grossières et d’argiles à silex situés au nord de Vierzon pourraient être cette matière première utilisée (Fig. 8). Ces argiles, déjà utilisées par des ateliers de l’aire de production bornoise, pourraient également expliquer les difficultés à identifier et caractériser ces productions.

  • 10 A.D Cher : 4H480 n°13.
  • 11 A.D Cher : 1G/50.
  • 12 A.D Cher : E/25159.
  • 13 A.D Cher : C/1343.

29Au nord d’Achères, près d’Henrichemont, est implanté un important atelier au lieu-dit des Poteries Village, ainsi que deux autres, plus petits, situés en marge du premier (Fig. 6). Un site d’extraction, bien renseigné par le cadastre et les sources écrites, est situé à proximité directe de l’atelier central (Fig. 8). Il peut être encore discerné aujourd’hui par les multiples reliefs des trous à terre (Fig. 9). L’argile extraite est très homogène et correspond à de l’argile à silex du Crétacé supérieur, utilisée pour la fabrication d’un grès de teinte jaune-blanche et ne possédant pas d’inclusions dans sa matrice argileuse (Fig. 7 no 2). Les surfaces sont le plus souvent laissées brutes, mais accueillent occasionnellement une couverte de glaçure à la cendre. Ces productions se retrouvent souvent en petite quantité sur les différents sites de consommation berruyers (Finet 2013a : 451 ; Monnet 1999 : 171 ; Rigault 2022 : 150). La vocation potière du village est très ancienne, une charte de 1260 précisant déjà la présence de cet artisanat10, puis il disparaît de notre champ de vision jusqu’à réapparaître au début du xviie s.11. La persistance de cet artisanat entre les deux périodes n’est donc pas assurée, mais sa présence au Moyen Âge et à l’époque moderne suggère qu’il y a des conditions d’implantations idéales pour celui-ci. Les trois ateliers disparaissent durant le début du xixe s., sans qu’aucune source ne puisse fournir une explication12. Le centre des Poteries Village concentre de nombreux potiers et polarise l’activité économique locale, si bien qu’au xviiie s., plusieurs documents attestent des mouvements de population du village d’Achères aux Poteries Village, le lieu-dit devenant plus peuplé que le village paroissial13.

Fig. 9 - Vue de deux anciens trous à terre du site d’extraction “Les terres des poteries” aujourd’hui en culture.

Fig. 9 - Vue de deux anciens trous à terre du site d’extraction “Les terres des poteries” aujourd’hui en culture.

Cliché C. Rigault, mars 2022

Les aires de productions du sud du département

  • 14 Une étude, actuellement en cours, de plusieurs lots de céramique du xve et du xviie s. provenant d’ (...)
  • 15 A.D Cher : E/17741.
  • 16 A.D Cher : E/17691.

30Dans le secteur sud, l’aire de production la plus importante se trouve loin au sud-ouest de Bourges, dans le secteur du village du Chatelet, au lieu-dit Les Archers (Fig. 10). Le grès se caractérise par une pâte de teinte gris foncé, possédant de petites inclusions noires, et présentant des surfaces allant du lie-de-vin au violet sombre (Fig. 7 no 3). Cette céramique est produite au sein de 26 ateliers recensés (dont quinze ateliers du village potier des Archers), répartis sur quatre communes. L’étude de plusieurs lots de consommation a permis de mettre en évidence que cette céramique apparaît précocement sur le territoire, dès la fin du xve s., ce qui pourrait ferait d’elle la première production de grès du Cher14. Les mentions les plus anciennes renseignant ces ateliers sont plus tardives et datent de la fin du xvie s. Il est donc probable qu’à cette période, les ateliers de cette aire de production soient déjà bien implantés. La plupart réussiront à maintenir une activité pérenne jusqu’à la fin du xixe s. où la production périclitera en grande partie (Hugoniot 1973 : 167-172). À l’instar du centre potier de La Borne, la recherche en archives n’a fait qu’effleurer des fonds riches en documents qui promettent de fructueux dépouillements complémentaires. Concernant les argilières, seulement un site d’extraction a été clairement identifié. Peu de documents renseignent la question de l’emplacement des différentes argilières (ou la recherche partielle n’a pas permis d’en trouver davantage) 15. La majorité des sources abordant le tirage de l’argile ne présentent que des mentions vagues indiquant que la terre est “tirée aux Archers et dans les alentours”16. Les importants bancs d’argile sablo-limoneuse du Jurassique situés sous le site d’extraction et dans ce secteur semblent être cette matière première (Fig. 11).

Fig. 10 - Cartographie des aires de productions du sud du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fig. 10 - Cartographie des aires de productions du sud du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA

Fig. 11 - Cartographie des argiles utilisées pour la fabrication de poterie de grès dans le sud du département.

Fig. 11 - Cartographie des argiles utilisées pour la fabrication de poterie de grès dans le sud du département.

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA ©BRGM GEO050K_HARM_018

31Avec ce nombre d’ateliers, la production de ce secteur est importante. La céramique des Archers se retrouve en proportion variable sur les sites de consommation berruyers, avec une part allant de 30 à 60 % selon les assemblages (Finet 2013a : 451 ; Monnet 1999 : 168-172 ; Rigault 2022 : 150). À l’instar de La Borne, les ateliers produisent également de grandes quantités de produits à destination d’autres territoires, comme le Centre-Val de Loire ou le Massif Central. Selon plusieurs sources, cette céramique y est appréciée pour sa résistance et surtout son moindre coût : elle est la moins chère du département, son coût pouvant être 20 à 30 % moins cher que la céramique bornoise (Dubus et Pannequin 1999 : 76).

  • 17 A.D Cher : E/8669.
  • 18 Étude en cours. À Mehun-sur-Yèvre, cette production particulière ne représente que 3 à 5 % du NMI d (...)
  • 19 A.D Cher : E/8693 ; E/8701 ; E/7092 ; E/7093. D’autres documents relatifs à cette question ont été (...)
  • 20 A.D Cher : E/9091.
  • 21 A.D Cher : B/4221 ; 33M/12 ; 33M/14.

32À Saint-Amand-Montrond, se trouve un atelier qui retient l’attention par le caractère urbain de son implantation (Fig. 10). C’est un cas unique dans notre corpus d’ateliers. Comme pour les centres ruraux, il est difficile de saisir les débuts de cet artisanat. La première mention date de 1602 et correspond au décès d’un potier de Saint-Amand-Montrond17. Les sources écrites ne permettent pas de comprendre les motivations qui ont poussé l’artisan à s’implanter dans le centre urbain de Saint-Amand-Montrond. La poterie, par sa relation à la matière première (argile, bois…), et par sa production qui demande espace et sécurité (préparation de la terre, séchage des pots, utilisation d’un four…), est souvent un artisanat rural ou périurbain (ce que confirme la répartition des ateliers). La position de cet atelier au sein même de Saint-Amand-Montrond suggère donc qu’il y a des avantages importants à cette situation, probablement un marché dynamique proche, ou du moins, la présence de voies commerciales pour l’atteindre. La production atypique de cet atelier permet d’éclairer cette question. Elle est caractérisée par un grès de pâte gris clair, et présentant une ou deux faces avec une couverte segmentée argentée (Fig. 7 no 4). La couverte des pièces peut également être parfois constituée d’une glaçure au bleu de cobalt, à l’instar des bleus de Saint-Vérain en Puisaye (Poulet 2000 : 267-277). La céramique issue d’un dépotoir du château de Montrond et datée du xviie s. permet d’associer les formes à ces productions (Hugoniot 1973 : 149). Elles sortent du registre classique, et sont principalement des céramiques de table, possédant souvent des ornementations recherchées. Certaines formes semblent influencées par les productions des foyers d’activité potière lointains, comme la faïence de Nevers, les ateliers du Beauvaisis et la porcelaine de Limoges. Les caractères originaux et raffinés de la production, ainsi que le peu d’éléments retrouvés sur les différents sites de consommation berruyers permettent de penser qu’il s’agit d’une production de vases plus coûteux, peut-être destinée à des consommateurs plus aisés18. Ces éléments, ainsi que l’isolement de cet atelier face aux autres centres ruraux, pourtant géographiquement proches, laissent suggérer que son implantation urbaine est directement liée au statut de cet atelier et de ses artisans. L’étude de la famille Magniant, principale gérante de cet atelier, laisse en effet entrevoir une certaine aisance sociale et des activités diverses à Saint-Amand-Montrond19. Cela peut renforcer l’idée d’un atelier alimentant quasi uniquement, et de manière monopolistique, le marché de Saint-Amand-Montrond, dans un but économique évident, mais peut-être également dans un objectif politique. L’argile utilisée provient d’un important site d’extraction situé au nord de Saint-Amand-Montrond, sur une veine d’argiles et marnes noires de l’Albien terminal (Fig. 11). Cette argile est également utilisée par cinq autres ateliers, trois proches de Saint-Amand-Montrond et deux autres se situant en périphérie de Verneuil (Dubus et Pannequin 1999 : 74). Ces ateliers semblent ne produire que des céramiques de formes communes, sans couvertes, dont la teinte de la pâte est similaire à celle produite par l’atelier urbain de Saint-Amand-Montrond. Ce groupe d’ateliers, dont les mentions sont éparses20, ne semble pas en lien direct avec l’atelier urbain de Saint-Amand-Montrond. Les dernières mentions pour cet ensemble datent du début du xixe s.21.

  • 22 A.D Cher : B/4185.
  • 23 Les quelques tessons ramassés, en très mauvais état, n’ont pas permis de réaliser une prise photogr (...)

33Au sud de Saint-Amand-Montrond, se trouve l’aire de production de La Bouchatte, qui comprend deux ateliers et deux sites d’extraction (Fig. 10). Cette aire de production est très mal renseignée par les sources écrites, qui ne comportent que peu de mentions explicites. Les plus précoces datent de la fin du xviie s. La production est mal connue, mais plusieurs sources judiciaires attestent un potentiel problème de fabrication lors du vernissage des vases, qui dégageait “une odeur nauséabonde” lorsque cette vaisselle était exposée au feu22. À partir de la seconde moitié du xviiie s., il semblerait que ces ateliers fabriquent de moins en moins de vaisselle pour se concentrer sur la fabrication de creusets en grès, qui sont appréciés pour leurs propriétés réfractaires, et qui sont diffusés sur un large territoire (Dubus et Pannequin 1999 : 77). Ces ateliers semblent arrêter leur production au début du xixe s. Les deux sites d’extraction d’argiles sont situés sur des veines d’argiles et marnes blanches à vertes du Priabonien (Fig. 11). Les différentes observations de terrains réalisées dans la commune, aux abords des anciens ateliers de poterie, ont permis de constater que les céramiques produites présentent une pâte très fine, de teinte gris clair-blanc23. Une recherche complémentaire dans des fonds ciblés de la commune serait donc appréciable afin de mieux caractériser cette aire de production qui reste méconnue.

  • 24 A.D Cher : C/1317.

34À Sancoins, à l’est de Saint-Amand-Montrond, se localisent deux ateliers situés en bordure du village (Fig. 10). Ces ateliers sont les moins bien documentés par les sources écrites. Les quelques rares mentions, souvent indirectes, font état d’une production s’apparentant à la “poterie du nivernais24”. Les observations de terrain se sont révélées majoritairement infructueuses, et permettent uniquement de suggérer que la production est de teinte grise-rougeâtre. Ces ateliers, qui sont déjà en fonctionnement durant le milieu du xviiie s., semblent disparaître durant la première moitié du xixe s., les mentions de potiers disparaissant des registres paroissiaux. Les importants bancs de marnes noires et d’argiles plastiques jaunes situés à Sancoins sont potentiellement la matière première utilisée pour la fabrication de ces productions (Fig. 11). Notons que l’enquête des préfets sur la céramique mentionne en 1809 l’existence de trois ateliers de poterie à Sancoins (Dubus et Pannequin 1999 : 75), alors que seulement deux ont pu être attestés par les sources archivistiques. Il est donc fortement envisageable que la production potière de Sancoins soit bien plus importante que ce que laisse penser les premiers éléments de cette recherche. Le dépouillement ciblé de fonds d’archives serait donc un apport important afin de mieux cerner le nombre d’ateliers et le dynamisme de l’activité potière dans cette commune.

Des conditions d’implantation et d’émergence plurielles

35Il a été tenté d’expliquer, ou du moins, d’approcher les multiples facteurs qui ont pu intervenir dans l’émergence et la dynamique d’implantation de ces ateliers, en particulier les facteurs technologiques (l’utilisation des ressources naturelles et la mutation des outils de cuisson) et les facteurs politico-économiques.

L’importance de la proximité des ressources naturelles

  • 25 A.D Cher : E/24852 ; E/25105 ; E/9825.
  • 26 A.D Cher : E/9817 ; E/9824 ; E/17717.

36La présence et la proximité de ressources naturelles utiles pour la fabrication de poterie ont sûrement été une condition nécessaire à cette implantation. Une majorité des ateliers sont implantés à proximité d’une ressource en bois, indispensable à l’alimentation en combustible des fours (voir infra chapitre 4, partie 2). Dans le cas du village potier de La Borne, celui-ci est “situé dans le fond d’un bois” (Boyer 1904 : 245). Ces importantes forêts tiennent une place importante dans les comptes des potiers, le bois faisant l’objet de vente régulière auprès de ces artisans25. À partir du xviiie s., beaucoup de potiers achètent des parcelles boisées pour les exploiter à leur propre compte26. L’eau est aussi présente en quantité sous forme d’importantes nappes phréatiques et de cours d’eau. La majorité des ateliers de poterie sont installés proche d’une rivière ou d’un ruisseau. Certains ateliers, comme celui de la vieille verrerie (Henrichemont), sont même installés à côté de petits étangs, ou de “trous à eau”. Dans les cas où il n’y a pas de cours d’eau à proximité, le creusement et l’utilisation de puits deviennent essentiels pour la fabrication de poteries. Ainsi, à La Borne, au xixe s., ce sont près de 14 puits qui étaient utilisés pour un usage domestique et artisanal. Au village des grandes poteries d’Humbligny, l’importance de l’eau est soulignée par la position centrale du puits au sein des différents corps de bâtiments formant l’atelier (Fig. 12). Cette configuration a également été constatée dans d’autres ateliers, comme celui du Privet (Hugoniot 1973 : 5).

Fig. 12 - Plan cadastral de l’atelier des grandes poteries d’Humbligny et de son puits (en rouge).

Fig. 12 - Plan cadastral de l’atelier des grandes poteries d’Humbligny et de son puits (en rouge).

Cadastre parcellaire impérial, SCR : RGF93 Lambert 93

37Le contexte géologique favorable, marqué par la présence d’abondantes veines d’argile idéales pour la fabrication de grès, a certainement été un facteur déterminant dans cette implantation. Il faut, en premier lieu constater que toutes les argiles à pots ne sont pas susceptibles d’être utilisées pour la fabrication de grès. Les argiles calcaires, ou trop kaoliniques, qui présentent une phase vitreuse trop molle ou qui sont insuffisamment fusibles, sont inadaptées. Les argiles aptes à la grésification sont donc relativement rares. La carte de répartition des grandes zones d’argile à grès exploitées au xxe s. montre combien ces filons sont limités (Dufournier et Flambard 1987 : 143). Il a également fallu que les potiers aient conscience du potentiel de cette argile, soit par sérendipité, soit par transfert technologique par le biais d’artisans maîtrisant ces techniques, ou par le biais de produits issus de cette technologie. La présence de grès du Domfrontais sur plusieurs sites de consommation berruyers dès le début du xve s. conforte cette deuxième hypothèse (Finet 2013a : 414). Dans tous les cas, l’utilisation de cette argile plus complexe à maîtriser que les argiles calcaires utilisées pour les productions médiévales, ont forcément nécessité des recherches longues et des essais nombreux. La présence, dès le début du xve s., sur les sites de consommation berruyers d’une production très cuite et étanche qui ne trouve que peu d’équivalences dans les faciès du Centre-Ouest, suggère qu’il pourrait s’agir de ces essais technologiques (Finet 2013b : 83). Pour le secteur sud, même si les sites d’extraction sont moins bien documentés, on peut constater qu’il existe une proximité entre eux et les ateliers de potiers. Le groupe des Archers illustre bien cette préoccupation, avec de l’argile tirée au sein même du village, et sur la commune. Dans le secteur nord, le groupe d’Achères met également en évidence cette importance, avec l’implantation des trois ateliers à moins de 500 m du site d’extraction. Pour le groupe bornois, il a été constaté que les sites d’extraction sont stratégiquement implantés à proximité directe de la veine d’argile de Myennes. L’implantation potière semble également s’organiser de manière similaire, avec une proximité entre la veine de Myennes et les ateliers de poterie. Ainsi, sur les 21 ateliers recensés dans ce groupe (hormis les ateliers du village de La Borne), 14 se trouvent à moins d’un kilomètre du filon argileux. Toutefois, plusieurs ateliers, dont ceux de La Borne, échappent à cet argument d’implantation. En effet, La Borne se distingue par l’éloignement de ses ressources en argile : le site d’extraction le plus proche est celui des Verrières, qui se trouve à 2,3 km du village. Cet éloignement, déjà remarqué dans la littérature (Lemarchand 2016 : 8), interroge et suggère que d’autres facteurs existent et jouent un rôle important dans la dynamique d’implantation de La Borne.

La cuisson à haute température dans de grands fours : une révolution technique favorisant une concentration de l’implantation potière

38L’apparition de l’artisanat de grès dans le Berry vers la fin du xve s., va conjointement entraîner un développement et un perfectionnement des techniques de cuisson. Le grès, par ses qualités intrinsèques, se caractérise par une très grande dureté, une matrice argileuse étanche, et une excellente résistance aux contraintes mécaniques et chimiques. Cette résistance est obtenue par une cuisson de la matrice argileuse à de très hautes températures (entre 1150 et 1350 °C), et durant une longue durée (Blondel 2014 : 82-84). Par ces critères intrinsèques nécessaires à sa fabrication, les techniques de cuisson, et plus particulièrement les fours, vont entamer une véritable révolution technique. Afin d’atteindre les températures élevées nécessaires à la vitrification de la matrice argileuse, les fours de potier hérités de la période médiévale vont progressivement être remplacés par de grands fours allongés, dit “fours chinois” (Chaton et Talbot 1977 : 93). Les fours médiévaux se présentent le plus souvent sous la forme d’une structure creusée dans le sol, et comprenant un alandier reliant une chambre de cuisson installée sous le laboratoire, seule partie du four en élévation. On parle alors de four à tirage vertical. Le plus souvent ronds, les laboratoires de ces fours sont relativement restreints, pouvant accueillir près de 200 pièces à cuire (Allios et Lagarrigue 2015 : 647 ; Millet, Jesset et Bouillon 2015 : 629). Ils ne sont également guère propices à l’obtention de températures élevées, la céramique médiévale étant cuite aux environs de 800° C. À la différence de ces fours médiévaux, les fours à grès se distinguent par un tirage horizontal : le four est tout en longueur, et comprend un alandier reliant une chambre de cuisson séparée du laboratoire par une grille maçonnée. Le laboratoire, dont la sole est légèrement en pente, était chargé par l’arrière, à l’opposé de l’alandier, par une ouverture réalisée dans la maçonnerie du four. En plus de la capacité à atteindre les très hautes températures nécessaires à la cuisson du grès, ces fours vont également se munir de grands laboratoires, allant de 30 à 70 m3 (Chaton et Talbot 1977 : 93). Ils peuvent donc contenir un nombre de pièces beaucoup plus important qu’à la période médiévale. Ces importants enfournements traduisent la demande croissante des consommateurs pour ces produits (et donc la nécessité de produire plus), mais surtout la nécessité d’économiser du combustible en réalisant des cuissons moins fréquentes, mais avec un chargement maximum. En effet, là où une cuisson dans un four médiéval dure 1 à 2 jours (Allios et Lagarrigue 2015 : 647 ; Jesset et Bouillon 2015 : 629-630), la cuisson des grès dans les fours allongés prend plusieurs jours. Dans les plus grands, ces cuissons peuvent prendre près de 5 jours et 5 nuits (Chaton et Talbot 1977 : 95). Par la masse importante à chauffer et par le temps de cuisson du grès, très long, ces fours consomment donc beaucoup de combustible : une cuisson nécessite en moyenne 600 à 1 200 “bourrées” (fagots) et 30 à 60 stères de bois (Chaton et Talbot 1977 : 95). Il fallait donc que le grès corresponde à une demande très forte de la part des consommateurs pour les potiers se donnent la peine de le produire. Il est toutefois possible que l’adoption généralisée dans le Berry de ces fours longitudinaux ne résulte pas de la volonté des potiers de produire du grès, mais qu’ils soient déjà existants à la période médiévale et aient favorisé ultérieurement la production de grès, comme cela est avéré dans de nombreuses régions (Flambard Héricher 2002 : 177).

  • 27 A.D Cher : E/ 25119 ; E/9802.
  • 28 A.D Cher : E/25222 ; E/19191.
  • 29 A.D Cher : E/9823 ; E/17717.
  • 30 A.D Cher : E/25298 ; E/25299.
  • 31 A.D Cher : E/25096.

39Cette consommation en combustible importante (ainsi que le coût en temps et en matériaux que représente la construction d’un four allongé) a incité les potiers à mutualiser ces outils, afin d’économiser les coûts et d’assurer une rentabilité économique. La mutualisation des fours est bien documentée par les sources écrites à travers des mentions de formules variées : “droits de cuisson”, “droits à un four commun”, “droits d’une portion de four”, ou simplement “part de four”. La plupart du temps, ces portions de fours sont achetées27 ou louées28 par les potiers. Elles sont considérées comme des biens et sont donc transmises à la descendance à la mort du potier propriétaire29. Parfois, afin d’éviter un futur litige de la part d’un des potiers, l’utilisation et le partage d’un four peut être l’objet d’un compromis public entre tous les potiers devant un magistrat de justice servant d’expert30. Dans beaucoup de cas, les fours sont donc morcelés entre plusieurs potiers propriétaires, et il peut être compliqué pour un potier de racheter toutes les parts du four installé dans son atelier. Ainsi, en 1806, Jacques Talbot achète à La Borne un atelier de potier complet, mais il ne parviendra pas à acquérir plus de la moitié du four installé dans son nouvel atelier31.

40L’étude en archive et l’état des lieux bibliographiques a permis de localiser et de cartographier ces différents fours. Pour le secteur sud, les fours sont répartis d’une manière éparse, à l’image des ateliers (Fig. 13). Il semble que chaque aire de production possède au moins un four. Le groupe des Archers qui, par ses caractéristiques, peut être comparé au groupe bornois, possède huit fours, dont deux au sein du village potier. Cette disposition des fours confirme qu’ils sont un facteur important dans l’implantation et la polarisation potière, les ateliers ayant tendance à se regrouper autour de ces outils mutualisés. Ce phénomène peut également être constaté pour le secteur nord où le groupe de Vierzon présente trois fours pour trois ateliers (s’expliquant par la production de faïence) et le groupe d’Achères présente un four pour trois ateliers (Fig. 14). Le groupe bornois présente toutefois une disposition particulière. Entre le xviie s. et la première moitié du xixe s., le village de La Borne concentre entre onze et seize fours, soit sept fois plus que le village potier des Archers. Cette concentration importante au sein du même village interroge par comparaison avec le nombre de fours existant dans les autres aires de production. Dans ce cas également, le facteur de polarisation par la mutualisation de ces outils est constatable : un nombre important d’ateliers sont installés en périphérie de La Borne, et ne possèdent pas de four. Toutefois, les ateliers situés à l’est de La Borne semblent échapper à ce schéma. La plupart possèdent leur propre four, voire deux dans le cas de l’atelier des “Jeans Milets poterie village” (Sens-Beaujeu). Cette observation, à mettre en relation avec leur emplacement stratégique à proximité de la veine d’argile de Myennes (voir supra chapitre 4, partie 1), suggère qu’il existe peut-être au sein du groupe bornois deux schémas d’implantation différents, avec d’un côté, des ateliers implantés loin des ressources en argile, mais à proximité directe du village potier de La Borne qui concentre les outils de cuisson mutualisés ; et de l’autre, des ateliers plus éloignés de La Borne, mais implantés à proximité directe de la veine d’argile de Myennes et possédant leurs propres fours. Cette particularité est à mettre en relation avec un autre facteur de l’implantation potière : le contexte économique et politique particulier du secteur nord.

Fig. 13 - Carte de répartition des fours à grès du sud du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fig. 13 - Carte de répartition des fours à grès du sud du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA

Fig. 14 - Carte de répartition des fours à grès du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fig. 14 - Carte de répartition des fours à grès du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fonds de carte : ©IGN/ BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA

La principauté de Boisbelle : un contexte politique et économique favorisant l’activité potière

  • 32 A.D Cher : E/8.

41Les ateliers du secteur nord, et plus particulièrement ceux du groupe d’Achères et certains du groupe bornois, se distinguent par leur ancrage au sein d’un franc-alleu : la principauté souveraine de Boisbelle. Cette principauté d’étendue modeste, comprenait les territoires actuels d’Henrichemont, La Borne, Achères, ainsi qu’une partie de Menetou-Salon et de Quantilly (Fig. 15). Si l’origine exacte de la principauté reste à dater, plusieurs indices suggèrent une apparition durant le xiie s. (Boyer 1904 : 110). En 1605, Maximilien de Béthune, duc de Sully et surintendant des finances du roi Henri IV, achète à Charles de Gonzague, duc de Nevers et de Mantoue, la terre et la seigneurie de Boisbelle. À cette principauté, Sully va lui donner une capitale : Henrichemont. La première pierre de cette ville nouvelle est posée le 13 avril 160932. Avec l’assassinat d’Henri IV, Maximilien de Béthune perd son soutien politique ainsi que ses fonctions. Les travaux de construction s’arrêteront en 1612, laissant la ville inachevée. La principauté, fut par la suite cédée à la Couronne en 1766 par les descendants de Sully. Avec la révolution de 1789 et la création des départements, la principauté cessera d’exister en tant que telle et prendra place dans le nouveau département du Cher.

Fig. 15 - Limites de la principauté souveraine de Boisbelle et sa position par rapport aux implantations potières du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fig. 15 - Limites de la principauté souveraine de Boisbelle et sa position par rapport aux implantations potières du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA. Limites de la principauté : Boyer 1904 ; Lemarchand 2016

42En tant que propriétaire de cet alleu souverain, le prince de Boisbelle jouissait d’un avantage politique important : il gouvernait sa terre en toute indépendance et pouvait y faire des lois, y rendre la justice, mais également battre monnaie. Ce statut particulier amenait également des avantages fiscaux pour les habitants : ils n’étaient soumis à aucun impôt royal, taille, corvée ou gabelle (Boyer 1904 : 48). Cette dimension politique et économique particulière a sûrement favorisé l’implantation et le développement d’ateliers de potiers. Tout d’abord, les privilèges fiscaux, en particulier l’exonération du lourd impôt de la gabelle, a certainement été un argument de choix pour l’implantation potière au sein de ce territoire.

  • 33 Ibid.
  • 34 A.D Cher : E/25105.

43Avec le rachat de la principauté par Maximilien de Béthune et la création de la ville nouvelle d’Henrichemont, un projet de réorganisation administrative de la principauté apparaît. La construction de bâtiments publics de la nouvelle ville coûte cher, et nécessite de nombreux matériaux (dont des tuiles)33, ainsi que de nombreux ouvriers. En parallèle, Sully fait fond sur la spécificité du franc-alleu afin d’inciter les artisans à venir se fixer et croître au sein de la principauté, dans le but de centraliser les savoir-faire et les moyens de production, possiblement pour démontrer la validité de ses idées sur le développement économique d’un territoire (Lemarchand 2016 : 8 ; Martin 1977 : 12). Cette politique va permettre de concentrer au sein d’un petit territoire différents artisanats (cuir, charbons…), qui vont interagir plus facilement avec l’artisanat potier34. Au regard des facteurs développés précédemment, la position de La Borne (dont son éloignement des ressources en argile), est à mettre en relation avec ces facteurs économiques et politiques (Lemarchand 2016 : 8).

  • 35 A.D Cher : E/1281 ; E/2491.
  • 36 Étude en cours. Sur 622 NMI, les grès du groupe bornois représente une part de 56 %, qui est complé (...)

44Il est également fortement envisageable que La Borne soit stratégiquement implantée au sein d’un carrefour commercial, où les potiers ont accès à des axes de diffusion leur permettant de vendre plus facilement leurs produits sur les marchés de consommation proches en plein essor, voire sur des marchés plus éloignés (Finet 2013b : 82-84). Au regard de la situation au xvie, la situation de quasi-monopole des productions bornoise au xviie s. sur les sites de consommation berruyers suggère que le dessein économique de Sully entraîne une véritable organisation contrôlée des circuits de distribution des produits, par le biais d’intermédiaires négociants, qui vont assurer des débouchés commerciaux vers Bourges35 (Finet et Marot 2017 : 5). La situation, bien moins hermétique, sur d’autres sites de consommation à la même période, comme celui de Mehun-sur-Yèvre36, suggère qu’il y a une situation de relation privilégiée entre Bourges et les ateliers bornois.

  • 37 A.D Cher : E/19404.

45Avec cette situation politique et économique idéale pour le développement potier, on peut s’interroger sur les raisons qui ont motivé les ateliers situés à l’est du groupe bornois à s’installer en dehors de la principauté (Fig. 16). La proximité avec la veine d’argile de Myennes ne semble pas être un argument suffisant pour expliquer cette implantation, les ateliers de La Borne s’affranchissant bien de la distance avec les sites d’extraction d’argile (voir supra chapitre 4, partie 1). La mutualisation des outils de cuisson présents à La Borne n’est également pas déterminante, les ateliers de l’est ayant leurs propres fours (voir supra chapitre 4, partie 2). En l’état des connaissances, il est complexe d’avancer une seule explication sur ce phénomène, qui mériterait une recherche ciblée en archive. La présence d’une route commerciale permettant de diffuser des produits jusqu’à Sancerre, puis par la Loire, est sûrement un premier élément pour expliquer cette implantation en dehors de la principauté37.

Fig. 16 - Cartographie synthétique des facteurs d’implantation des ateliers du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fig. 16 - Cartographie synthétique des facteurs d’implantation des ateliers du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).

Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA ©BRGM GEO050K_HARM_018. Limites de la principauté : Boyer 1904 ; Lemarchand 2016

Conclusion

46Malgré une documentation bibliographique inégale, une bonne connaissance de la répartition des ateliers de potier de grès dans le département du Cher est rendue possible par l’approche archivistique. Cette recherche, bien que non-exhaustive, a permis de comptabiliser et de spatialiser 85 ateliers, dont l’activité continue est documentée du xviie s. à la première moitié du xixe s. Près de 20 sites d’extraction d’argiles ont également été identifiés. Cette recherche documentaire, couplée aux données géologiques, archéologiques et aux observations de terrain, a permis de proposer l’existence de plusieurs aires de productions distinctes. Au total, ce sont huit aires différentes qui sont proposées : trois pour le secteur nord et cinq pour le secteur sud. La cartographie établie met en évidence la présence de deux aires de productions présentant un schéma d’implantation similaire, avec une concentration d’ateliers autour d’un village spécialisé. Pour le secteur nord, cette aire de production s’organise autour du village potier de La Borne. Les 41 ateliers faisant partie de ce groupe produisent un grès gris clair. Pour le secteur sud, la concentration potière se fait autour du village potier des Archers. Forte de 26 ateliers, cette aire se distingue par une production de grès gris foncé dès la fin du xve s., devenant ainsi la première production de grès du département. Les nombreux documents renseignant ces ateliers témoignent d’une activité pérenne dans la production de ces deux grands groupes. Toutefois, les aires de production situées en périphérie de ces deux principales, en particulier celles de Vierzon, La Bouchatte, et Sancoins, restent mal documentées et mériteraient des recherches sur des fonds d’archives ciblés, afin d’élargir notre connaissance de ces petits groupements d’ateliers.

47Au-delà de cette répartition, il a été tenté d’approcher les facteurs qui interviennent dans la dynamique d’implantation de ces ateliers. Tout d’abord, l’abondance et la proximité des ressources naturelles nécessaires pour la fabrication de poterie de grès sont des facteurs importants à l’implantation de ces ateliers. La répartition dans le secteur sud illustre bien cette préoccupation, avec des ateliers installés au plus proche des sites d’extraction. Une observation similaire est faite dans le secteur nord, avec des ateliers stratégiquement implantés le long de la veine d’argile de Myennes. Seuls les ateliers de La Borne échappent à ce facteur par leur éloignement des ressources en argile. Ensuite, la révolution technique apportée par la maîtrise de la montée en température avec un temps de cuisson prolongé dans de très grands fours va entraîner une mutualisation de ces outils de production. Les ateliers vont donc avoir tendance à se polariser autour de ces fours mutualisés. La cartographie des fours dans le secteur sud montre une répartition éparse mais homogène, chaque aire de production présentant au moins un four, les ateliers s’organisant autour. Une partie du secteur nord présente également le même phénomène, à l’exception du groupe bornois qui présente une bipartition de la répartition des fours : d’un côté, le village potier de La Borne qui concentre une majorité des fours, les ateliers périphériques n’en ayant pas ; puis de l’autre, les ateliers situés à l’est de l’aire de production qui possèdent leurs propres fours.

48Ces deux schémas s’expliquent par le dernier facteur d’implantation : le contexte politico-économique du Haut-Berry. Plusieurs ateliers, dont ceux de La Borne, se distinguent par leur ancrage au sein de la principauté souveraine de Boisbelle. Cette entité politique particulière a amené un avantage fiscal pour ses habitants, avec une exonération des impôts, taille, corvée, ou gabelle. Avec le rachat par Maximilien de Béthune et la création de la ville nouvelle d’Henrichemont, un projet de réorganisation administrative de la principauté apparaît. Ce projet, qui fait fond sur la spécificité du franc-alleu dans un but de centralisation des savoir-faire, a sûrement favorisé l’implantation potière. La position de La Borne est donc à mettre en relation avec ces avantages fiscaux accessibles, cette politique favorisant l’implantation des artisans, mais également la possible présence d’axes de diffusion, permettant aux potiers d’écouler facilement leurs marchandises sur les marchés de consommation.

49Ainsi, il apparaît donc que la proximité des ressources naturelles et la mutualisation des outils de cuisson sont les déterminismes communs à l’implantation de l’artisanat potier de grès dans le département du Cher. La présence de marchés de consommation proches en plein essor, ainsi que de circuits de distribution favorisant l’écoulement des produits, vont contribuer au développement de ces ateliers et à renforcer ces déterminismes géographique et technologique. Tous ces éléments vont permettre une concentration des ateliers dans des lieux appropriés qui répondent à ces différents facteurs. Les aires de production du secteur sud illustrent bien ce schéma d’implantation. Dans le cas du secteur nord, la structure politique et économique de la “principauté souveraine d’Henrichemont”, et plus particulièrement la présence de voies de communication dans un territoire bénéficiant d’une réglementation favorable, est certainement un déterminisme supplémentaire qui a favorisé le développement des ateliers de potier dans cette zone et leur concentration à La Borne, faisant de celui-ci un foyer potier au rayonnement important, ce qui a conditionné sa durée d’existence.

50Pour autant, ces différentes conditions d’essor ne sont pas propres aux ateliers du Berry et peuvent être comparées aux déterminismes intervenant pour les autres grands pôles de production de grès. Ainsi, la proximité des ressources naturelles en argile grésante et en bois correspond bien aux impératifs qui président habituellement à l’installation d’ateliers de potiers de grès. Les ateliers de poterie dit “du Beauvaisis”, se répartissent à proximité des lieux d’extraction, le long du flanc nord de la Boutonnière et dans la forêt du pays de Bray (Cartier 1997 : 195), tandis que les ateliers du Bessin qui produisent du grès bas-normand tirent la terre des terrains qu’ils possèdent ou sur lesquels ils sont installés (Flambard Héricher 2002 : 200). Les ateliers de Puisaye, proches voisins de ceux du Berry, sont implantés le long de la veine d’argile de Myennes, même filon d’argile grésante que celui qui alimente les ateliers du groupe bornois (Poulet 2000 : 185). L’utilisation réglementée et le partage de certains fours sont également observés dans le cas des ateliers de Puisaye (Poulet 2000 : 217). Enfin, le contexte politique et économique particulier d’une principauté souveraine de franc-alleu ne semble pas trouver d’équivalence dans les autres grands centres potier, faisant de La Borne un cas unique, qui permet d’en éclairer les modalités de développement. Toutefois, le facteur politico-économique n’est pas absent de ces grands centres potiers, mais se traduit différemment. Les ateliers du Bessin, qui fonctionnent en communauté sous protection seigneuriale, en est un bon exemple (Flambard Héricher 2002 : 205).

51En l’état, des recherches complémentaires seraient nécessaires afin de mieux cerner l’origine de la production de grès dans le département du Cher, tout en se questionnant sur la forme de l’activité potière antérieure, sur la date du phénomène de regroupement des ateliers, et sur les causes internes et externes qui ont permis le passage des productions médiévales à celles du grès. Il serait également bénéfique d’investir et de multiplier les comparaisons entre les conditions d’essor des différents grands pôles potiers de grès afin de mieux connaître les déterminismes qui ont présidé à l’apparition du grès en France. Des déterminations d’origine, fondées sur la comparaison chimique entre la pâte des poteries trouvées sur les sites de consommation, et les argiles prélevées sur les anciens sites d’extraction, seraient une perspective intéressante afin de vérifier s’il existe une correspondance entre les compositions. Les analyses effectuées pourraient apporter des certitudes sur l’origine de la matière première utilisée pour une production, et donc valider ou infirmer la proposition de regroupement de cette recherche.

Haut de page

Bibliographie

Sources archivistiques : A.D Cher, registres paroissiaux, recensements et plan du cadastre (https://www.archives18.fr/). Liste complète des documents d’archive dépouillées en Annexe 1.

Carte géologique : BRGM InfoTerre, carte géologique départementale 1/50000 GEO050K (https://infoterre.brgm.fr/page/telechargement-cartes-geologiques).

Allios et Lagarrigue 2015

Allios D. et Lagarrigue P. - Archéologie expérimentale des fours à bois, in : Thuillier F. et Louis E. (dir.), Tourner autour du pot. Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie s. dans l’espace européen, Actes du colloque international de Douai (5-8 octobre 2010), Publications du Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales, Presses Universitaires de Caen, Caen : 643-658.

Bailly 1991

Bailly G. - Quelques aspects du commerce fluvial et de la navigation ligérienne entre le Berry et les provinces du Centre de la France aux xviième et xviiième siècles, in : Actes du 51ème congrès de la Fédération des Sociétés savantes du Centre de la France (Vichy, 31 mai-2 juin 991), Société d’histoire et d’archéologie de Vichy et de ses environs, 117 : 125-135.

Bailly 1997

Bailly G. - Marie Talbot, qui es-tu ?, Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 129 : 3-10.

Bailly et Hugoniot 1997

Bailly G. et Hugoniot J.-Y. - Des poteries signées Marie Talbot, Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 129 : 11-21.

Bailly G. et Bailly P. 2005

Bailly G. et Bailly P. - Monuments et décors funéraires en grès de La Borne (Cher), in : Nécropoles, cimetières, arts et pratiques funéraires, Actes du LXIIIe congrès de la Fédération des Sociétés Savantes du Centre de la France (Guéret, 14-16 mai 2004), Études creusoises, Société des sciences naturelles, archéologiques et historique de la Creuse, Guéret, 19 : 175-181.

Bailly 1982

Bailly P. - L’apparition des grès en Berry à la fin du Moyen Âge, Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 69 : 3-10.

Bailly 1995

Bailly P. - Pichets et bouteilles en grès dans l’art populaire du Haut-Berry, Revue de l’académie du Centre, 121 : 127-133.

Blondel 2014

Blondel N. (dir.) - Céramique. Vocabulaire technique, Éditions du patrimoine, Centre des monuments nationaux, Paris, 429 p.

Boyer 1904

Boyer H. - Histoire de la Principauté Souveraine de Boisbelle-Henrichemont, A.Picard, Paris, 542 p.

Boyer 1926

Boyer H. - Dictionnaire topographique du Département du Cher, comprenant les noms des lieux anciens et modernes, Imprimerie Nationale, Paris, 420 p.

Cartier 1997

Cartier J. (dir.) - 2000 ans de céramique en Pays de Bray. Trentenaire du GRECB, 1967-1997, Bulletin du Groupe de recherches et d’études de la céramique du Beauvaisis, 19 : 21-232.

Chaton et Talbot 1977

Chaton R. et Talbot H. - La Borne et ses potiers, un village pas comme les autres, Delayance, La Charité-sur-Loire, 199 p.

Champagne 2007

Champagne A. - L’artisanat rural en Haut-Poitou (milieu xive – fin xvie s.), Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 243 p.

Champagne 2011

Champagne A. - L’apport des sources écrites à la connaissance des ateliers de productions de terres cuites poitevins (xive-xviiie siècles), in : Bocquet-Lienard A. et Fajal B. (dir.), A propo[t]s de l’usage, de la production et de la circulation des terres cuites dans l’Europe du Nord-Ouest (xive xvie s.), Table ronde 7-8 décembre 2007, Publication du Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales, Caen : 155-166.

Champagne 2017

Champagne A. - L’artisanat de la terre cuite en Vendée et Loire-Atlantique du xve au xixe siècle : l’apport de la documentation écrite, in : Henigfeld Y. (dir.), La céramique médiévale dans les pays de la Loire et en Bretagne du xie au xvie siècle, Projet Collectif de Recherche (2012-2016), Rapport final du programme pluriannuel, Université de Nantes, Nantes : 179-204.

Ducret 2004

Ducret M. - Grès traditionnels Puisaye et Berry ; L’école de Carriès ; Musée du grès ancien de Prémery : naissance d’un musée, Les annales des pays Nivernais, Camosine, 115, Nevers, 43 p.

Ducret 2013

Ducret M. - Les Talbots une famille d’artistes, Revue de la société des amis du musée national de la céramique, 22 : 130-145.

Ducret 2016

Ducret M. - Musée de la poterie “La Borne. Une collection, Association de sauvegarde et protection du patrimoine et du site de La Borne, Henrichemont, 70 p.

Dubus et Pannequin 1999

Dubus M. et Pannequin B. - La céramique française sous l’empire à travers l’enquête des préfets (1805-1810), Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 364 p.

Dufournier et Flambard 1987

Dufournier D. et Flambard A.-M - Réflexions à propos de l’apparition du grès en Europe occidentale, in : Chapelot J., Galinié H. et Pilet-Lemière J. (dir.), La céramique (ve-xixe siècle), Fabrication, Commercialisation, Utilisation, Actes du premier congrès international de la Société d’archéologie médiévale, Paris 4-6 octobre 1985, Société d’archéologie médiévale, Caen :139-147.

Favière 1959

Favière J. - Arts populaires du Berry : une dynastie de maîtres-potiers, les Talbots, Revue des Arts, Musée de France, 4 : 129-207.

Favière 1963

Favière J. - Grès et art populaire en Haut-Berry, Cahiers de la Céramique, du Verre et des Arts du Feu, 29 : 27-29.

Finet 2013a

Finet A. - Étude des céramiques médiévales et modernes, in : Fondrillon M. et Marot E. (dir.), Un quartier de frange urbaine à Bourges (ier s. – xxe s.). Les fouilles de la ZAC Avaricum, Vol. 1 : stratification et structures, Bituriga Monographie 2013-1, 48e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, BourgesPlus/FERACF, Bourges/Tours, 496 p.

Finet 2013b

Finet A. - Vaisselle en céramique : évolution de l’approvisionnement et de la consommation de céramiques au Moyen Âge, in : Fondrillon M. et Marot E. (dir.), Un quartier de frange urbaine à Bourges (ier s. – xxe s.). Les fouilles de la ZAC Avaricum, Vol. 2 : catalogue du mobilier, Bituriga Monographie 2013-1, 48e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, BourgesPlus/FERACF, Bourges/Tours, 328 p.

Finet et Marot 2017

Finet A. et Marot E. - Regards archéologiques sur l’émergence des ateliers bornois, in : Magiciens de terre et de feu. Grès du Haut Berry du 18e au 20e siècle, journal de l’exposition, Musée des Arts Décoratifs, Bourges : 4-5.

Flambard Héricher 2002

Flambard Héricher A.-M. - Potiers et poteries du Bessin. Histoire et archéologie d’un artisanat rural du xie au xxe siècle en Normandie, Publication du Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales, Caen, 407 p.

Houze 1996

Houzé M. - Grès du Berry : art populaire Berrichon. Collection Guillaume. Inventaire/Images couleurs, GEDA, La Ferté-sous-Jouars, 85 p.

Hugoniot 1973

Hugoniot J.-Y. - Prospérité et déclin d'un artisanat rural et urbain : les potiers du Saint-Amandois depuis la fin du xviie siècle, Mémoire de maîtrise, université de Tours, soutenu le 21 décembre 1973, 172 p.

Hugoniot 1995

Hugoniot J.-Y. - Chefs d’œuvre de terre en Berry, Musée Saint-Vic, Saint-Amand-Montrond, 63 p.

Lemarchand 2016

Lemarchand C. - La Borne entre Histoire et Géologie, essai de synthèse cartographiée, in : Ducret M., Musée de la poterie. La Borne. Une collection, Association de sauvegarde et protection du patrimoine potier et du site de La Borne, Henrichemont : 6-9.

Lemarchand 2020

Lemarchand C. - À propos de quelques fours à bois actifs à La Borne, ou l’ayant été, non-publié, communication par C. Lemarchand en novembre 2020, 11 p.

Martin 1977

Martin M.-M. - Henrichemont, la ville du grand Sully… et l’extraordinaire destin de la Principauté de Boisbelle, Résiac, Monsûrs, 78 p.

Millet, Jesset et Bouillon 2015

Millet S., Jesset S. et Bouillon J. - L’apport des expérimentations et des analyses connexes : l’exemple de Saran 200/2009 (Loiret), in : Thuillier F. et Louis E. (dir.), Tourner autour du pot. Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen, Actes du colloque international de Douai (5-8 octobre 2010), Publications du Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales, Presses Universitaires de Caen, Caen : 623-631.

Monnet 1999

Monnet C. (dir.) - La vie quotidienne dans une forteresse royale : la Grosse Tour de Bourges (fin XIIe-milieu xviie siècle), Monographie Bituriga 1999-1, Ville de Bourges, Bourges, 399 p.

Pichon 1987

Pichon C. - Les potiers, la terre et les autres. La sociabilité des potiers en terre (du Haut-Berry de 1748 à 1809, Mémoire de maîtrise, université de Paris XII, 2 vol., 170 p.

Poulet 2000

Poulet M. - Poteries et potiers de Puisaye et du Val-de-Loire (xvièmexxème s.), ed. Poulet, Merry-la-Vallée, 671 p.

Rigault 2022

Rigault C. - Études des céramiques médiévales et modernes, in : Fondrillon M. (dir.), Saint-Doulchard (Cher, Centre), Détour du Pavé, Rapport final d’opération de fouille, Service d’Archéologie Préventive de Bourges Plus, Bourges, 252 p.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 L’examen du cadastre a concerné la totalité des feuilles cadastrales du département, soit 3 891 feuilles.

2 Ces deux séries correspondent aux archives anciennes (avant 1790), et contiennent les documents de juridictions (série B), et les titres féodaux et papiers de famille (série E).

3 Parmi ces documents, un bail du 25 février 1866 atteste le droit pour 13 potiers de La Borne de tirer de la terre de trois argilières de Morogues. Ce document revêt donc une grande importance pour le travail de localisation des ateliers potier et des sites d’extraction (A.D Cher : E/25230).

4 Myennes est une commune située au nord de Cosne-sur-Loire, et qui a donné son nom cet important banc d’argile.

5 A.D Cher : E/19404 ; E/19363.

6 A.D Cher : E/19273 ; E/19950.

7 A.D Cher : C/1164. L’étude, en cours, de plusieurs lots de fouilles anciennes provenant du Limousin met en évidence l’importante part de grès de La Borne dans les territoires pastoraux du Massif Central.

8 A.D Cher : E/18847.

9 A.D Cher : E/18798.

10 A.D Cher : 4H480 n°13.

11 A.D Cher : 1G/50.

12 A.D Cher : E/25159.

13 A.D Cher : C/1343.

14 Une étude, actuellement en cours, de plusieurs lots de céramique du xve et du xviie s. provenant d’une fouille urbaine ancienne de Mehun-sur-Yèvre (18), tend à montrer l’apparition précoce de ces productions et leur antériorité par rapport à la céramique bornoise. Des études sur d’autres lots de la même période provenant de différents sites de consommation berruyers seraient nécessaires afin de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse.

15 A.D Cher : E/17741.

16 A.D Cher : E/17691.

17 A.D Cher : E/8669.

18 Étude en cours. À Mehun-sur-Yèvre, cette production particulière ne représente que 3 à 5 % du NMI des assemblages céramiques.

19 A.D Cher : E/8693 ; E/8701 ; E/7092 ; E/7093. D’autres documents relatifs à cette question ont été trouvés mais non-dépouillés.

20 A.D Cher : E/9091.

21 A.D Cher : B/4221 ; 33M/12 ; 33M/14.

22 A.D Cher : B/4185.

23 Les quelques tessons ramassés, en très mauvais état, n’ont pas permis de réaliser une prise photographique macroscopique comme pour les autres productions.

24 A.D Cher : C/1317.

25 A.D Cher : E/24852 ; E/25105 ; E/9825.

26 A.D Cher : E/9817 ; E/9824 ; E/17717.

27 A.D Cher : E/ 25119 ; E/9802.

28 A.D Cher : E/25222 ; E/19191.

29 A.D Cher : E/9823 ; E/17717.

30 A.D Cher : E/25298 ; E/25299.

31 A.D Cher : E/25096.

32 A.D Cher : E/8.

33 Ibid.

34 A.D Cher : E/25105.

35 A.D Cher : E/1281 ; E/2491.

36 Étude en cours. Sur 622 NMI, les grès du groupe bornois représente une part de 56 %, qui est complété par les grès du groupe des Archers (35 %), et par d’autres grès en quantité plus restreinte (9 %). A titre de comparaison, les grès bornois découvert sur les sites de consommation berruyers représentent plus de 80 % des assemblages.

37 A.D Cher : E/19404.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Nombre de documents par série d'archive.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2 - Nombre de documents par type.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3 - Carte de répartition des ateliers de potier et des sites d'extraction attestés par les sources écrites aux xviie-milieu xixe s.
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4 - Carte de répartition des ateliers de potier par commune.
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 5 - Carte de répartition des sites d'extraction par commune.
Crédits Fonds de carte : ©IGN/ BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 6 - Cartographie des aires de productions du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 7 - Référentiel des pâtes.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 8 - Cartographie des argiles utilisées pour la fabrication de poterie de grès dans le nord du département.
Crédits Fonds de carte : ©IGN/ BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA ©BRGM GEO050K_HARM_018
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 9 - Vue de deux anciens trous à terre du site d’extraction “Les terres des poteries” aujourd’hui en culture.
Crédits Cliché C. Rigault, mars 2022
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 10 - Cartographie des aires de productions du sud du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 11 - Cartographie des argiles utilisées pour la fabrication de poterie de grès dans le sud du département.
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA ©BRGM GEO050K_HARM_018
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 12 - Plan cadastral de l’atelier des grandes poteries d’Humbligny et de son puits (en rouge).
Crédits Cadastre parcellaire impérial, SCR : RGF93 Lambert 93
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 13 - Carte de répartition des fours à grès du sud du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 14 - Carte de répartition des fours à grès du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).
Crédits Fonds de carte : ©IGN/ BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 15 - Limites de la principauté souveraine de Boisbelle et sa position par rapport aux implantations potières du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA. Limites de la principauté : Boyer 1904 ; Lemarchand 2016
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 16 - Cartographie synthétique des facteurs d’implantation des ateliers du nord du département (les numéros correspondent aux identifiants de l'annexe 2).
Crédits Fonds de carte : ©IGN/BD Parcellaire – BD eau ©GEOFLA ©BRGM GEO050K_HARM_018. Limites de la principauté : Boyer 1904 ; Lemarchand 2016
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6634/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Rigault, « L’artisanat potier de grès et son implantation dans le Cher (xviie-milieu xixe siècle) : l’apport de la documentation écrite »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 63 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6634

Haut de page

Auteur

Clément Rigault

Service d’Archéologie Préventive du Département du Loiret ; UMR 7324 CITERES-LAT

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search