Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 63Comptes rendusM. de Muylder (dir.) - La “Mare a...

Comptes rendus

M. de Muylder (dir.) - La “Mare aux Canards” à Noyon : un nouvel éclairage sur les très grandes villae gallo-romaines de plan régulier en Gaule du Nord

Revue archéologique de Picardie, no spéc. 39, Amiens, 2023, 504 p.
Alain Ferdière
Référence(s) :

M. de Muylder (dir.) - La “Mare aux Canards” à Noyon : un nouvel éclairage sur les très grandes villae gallo-romaines de plan régulier en Gaule du Nord, Revue archéologique de Picardie, no spéc. 39, Amiens, 2023, 504 p.

Texte intégral

  • 1 Alors membre de la CIRA Centre-Nord, j’ai pu personnellement suivre la première campagne, jusqu’au (...)

1Après un article dans Gallia (de Muylder 2019), Marjolaine de Muylder, responsable de cette opération majeure d’archéologie préventive, nous offre une grosse monographie pour cette très grande villa toute proche de Noyon (Oise). Dans le paysage français encore pauvre des publications d’ampleur sur les villae gallo-romaines, on doit saluer avec vigueur cette parution1.

  • 2 Précédée d’une courte préface par D. Bayard, qui était alors conservateur du patrimoine en charge d (...)
  • 3 Un regret, sur le plan technique : si l’attribution des différentes parties du texte à ces contribu (...)

2Le plan de l’ouvrage est chronologique : après une introduction (p. 10 à 46)2 indiquant l’historique de l’opération, sont examinés le contexte physique du site et les précisions nécessaires fournies sur la stratégie et les méthodes de la fouille, ainsi que sur les différentes études spécialisées réalisées, tant pour les diverses catégories de mobilier que pour les données concernant les sciences de la vie et de la terre. Ce sont ensuite trois longues parties qui décrivent en détail les trois états successifs de la villa : état 1, julio-claudien (p. 47 à 181), état 2, d’environ 70 à la fin du iiie s. (p. 183 à 416), état 3, du Bas-Empire (p. 417 à 448). L’ouvrage se clôt par une conclusion intitulée “Discussion générale” (p. 449 à 478), avant une abondante bibliographie générale (p. 479 à 496) et de la liste des nombreux auteurs (24) et collaborateurs (10)3.

  • 4 Après un diagnostic en 2009-2010. Le site était connu depuis le début du xxe s. par des découvertes (...)
  • 5 La publication monographique intervient donc douze ans après le terrain, ce qui – on en conviendra (...)

3Il s’agit d’un site fouillé en préventif4 sur le tracé du Canal Seine-Nord-Europe, en deux campagnes, pour un total de 38 semaines de terrain à 10-15 personnes, entre juin 2011 et juin 20125. L’ensemble de l’opération, post-fouille incluse – et aujourd’hui publication –, a été mené avec maîtrise, et soutenu par un suivi attentif du SRA concerné (alors Picardie). On retiendra tout particulièrement l’utilisation “en routine”, au cours de la fouille d’un outil performant d’enregistrement numérique couplé à un SIG, ainsi que de l’application “Stratifiant” pour l’enregistrement stratigraphique.

4La longueur de chacune des trois parties principales traduit la place prise par chacun des trois états distingués, le premier et le deuxième étant nettement séparés par un hiatus d’occupation (voir plus bas). Le site est ainsi, pour une portion importante, stratifié, ce qui, en contexte rural, est exceptionnel, bien que, paradoxalement, ce dépôt intermédiaire n’a pas scellé un premier état particulièrement bien conservé.

5On se situe dans la cité des Viromanduens, à proximité de la confluence Verse-Oise, en bas de versant du plateau, en bordure du val de la Verse. La fouille a donc porté sur une vaste portion d’une très grande villa toute proche de Noyon, et sans doute à seulement 200 m de la voie de Noyon à Senlis. L’établissement est orienté presque exactement est-ouest, résidence à l’ouest, la partie fouillée concernant les deux ailes de service, de part et d’autre (nord et sud) d’une vaste cour dont on ignore l’extension totale vers l’est.

6• État 1 : Après une occupation gauloise ténue (2 fosses, 2 possibles petits greniers sur poteaux et un large fossé : plan Fig. 22), la fondation de l’établissement semble vraiment n’intervenir qu’au cours des deux dernières décennies av. n. è., avec d’abord un unique bâtiment sur poteaux mais sans doute déjà des enclos à fossés étroits (plan Fig. 27).

  • 6 À noter que le choix est fait d’utiliser le terme “villa” – et même qualifiée “monumentale” – dès c (...)
  • 7 Mais rappelons que la partie résidentielle, en générale la plus porteuse d’indices de richesse et d (...)

7Pour le développement de ce 1er état lui-même (plan Fig. 28), un enclos aux fossés plus larges, doublés au sud, est ensuite établi, avec des subdivisions internes, ainsi qu’une voie de circulation interne nord-sud, côté ouest, une longue canalisation et au moins cinq bâtiments reconnus de part et d’autre dans ces “parcelles”, sur poteaux, à pans coupés, de plans répétitifs, dont seuls deux sont apparemment un peu plus importants6, et de longues “galeries de façade” longeant les alignements de bâtiments côté cour. S’y ajoutent trois puits (dont restes de bois conservés), quelques celliers et fosses diverses. Une aire de dépôt de monnaies gauloises (ier s. av. et de n. è.), sans doute cultuelle, a été observée au sud-ouest de l’emprise. Le caractère aristocratique de la ferme précoce semble dès lors plus marqué que par la suite7.

  • 8 La découverte d’un anneau d’entrave dans le bât. B46 est, de manière un peu aventureuse, considérée (...)
  • 9 Et surtout d’espèces non panifiables.
  • 10 Premières amphores Dressel 20A.
  • 11 Majoritairement abattus à l’optimum pondéral, avec peu de bêtes âgées, indice d’aisance.

8Ainsi, les activités productives8 restent difficiles à caractériser : la carpologie révèle très peu de céréales9, les analyses de phosphore permettent de déceler des déjections animales (indices d’une éventuelle stabulation dans le bâtiment B12) et, avec de nombreuses scories et déchets métallurgiques, au moins une forge a été localisée. Le mobilier (céramique et autres) et le monnayage révèlent en revanche des circuits d’approvisionnement et des activités d’échanges dès lors bien développés : par exemple, présence notable de sigillée précoce italique ou lyonnaise, de verre millefiori, ainsi que d’huile de Bétique10, et abondance des amphores à vin, espagnoles ou italiennes, avec une alimentation carnée diversifiée11, à laquelle s’ajoutent des coquillages marins assez variés. Et l’on note quelques objets de luxe (une bague en or à intaille) et possibles militaria. Ainsi, globalement, le faciès apparaît à cette période de type plutôt urbain.

9• État 2 : celui-ci, le plus important avec la reconstruction de la villa en dur, succède à une phase de démantèlement, et même de pause dans l’occupation. À l’emplacement des futurs bâtiments, on observe en effet (cf. Fig. 159-162) une “couche sombre” de 30 à 60 cm d’épaisseur, en fait stratifié, avec paléosols et indices de labour, séparant la ferme en matériaux périssables de la villa construite “à la romaine”, qui comble ainsi la lacune chronologique entre les deux grands états d’occupation du site.

  • 12 Dont un à fond de tegulae et fondation de poteaux de bois en partie conservés (étude xylologique dé (...)

10Ainsi, la reconstruction n’intervient pas, assez classiquement, avant la période flavienne et, sur une durée d’au moins deux siècles (Fig. 158), paraît se dérouler en au moins trois phases, avec des ajouts et reconstructions (plans Fig. 163,185 et 208), dont la troisième est une phase de construction intense, surtout pour l’aile nord : à peu près selon la même organisation, des bâtiments maçonnés – dont plusieurs à étage – remplacent alors, souvent au même emplacement, ceux en matériaux périssables. Les fondations (sans doute solins pour des élévations “légères”) sont en grès. Les fossés d’enclos sont – tout aussi classiquement – remplacés par des murs maçonnés. Et l’on observe alors d’autres catégories de structures : fours, foyers, aménagements hydrauliques (dont bassins12, canalisations), caves, celliers (dont maçonnés), puits (également avec bois conservés), ainsi que des fossés de limites de “lotissement” pour les bâtiments “de service”, une latrine et des fosses diverses...

11Au sud-ouest de l’emprise, une voie avec fossés bordiers s’insère entre l’aire cultuelle et les bâtiments de l’aile sud pour se diriger vers le sud et se diviser rapidement en deux branches dont au moins une devait donner accès à la voie de circulation Noyon-Senlis.

  • 13 Ainsi donc juste à droite en sortant de la partie résidentielle.
  • 14 Plus classiquement, pour cette catégorie de grandes villae.

12L’établissement semble alors disposer de deux édifices de culte, l’un, justement, au sud-ouest de l’emprise de fouille13, plus ou moins sur l’aire de dépôt de monnaies antérieur, qui d’ailleurs se poursuit activement alors, et l’autre au milieu de la cour14.

  • 15 Notamment de la cave F.4138. Voir aussi la découverte de colorants, dont du “bleu égyptien”.

13Les principaux matériaux de construction maçonnée (grès, calcaire…) de cet état 2 sont mal connus car beaucoup de murs ont fait l’objet de récupérations. Quelques éléments architectoniques ont été recueillis (tambours de colonnes, fragments à décor sculpté…). Les terres cuites architecturales sont classiques. Et des éléments assez nombreux d’enduits peints ont, pour certains, fait l’objet d’une étude approfondie15 (p. 326-339) avec quelques restitutions de panneaux décorés.

  • 16 Dont, clairement, entre les bât. B2 et B8.
  • 17 Assez classique, de récupération, même si plus rare en contexte comme ici rural.
  • 18 Une production de TCA n’est d’ailleurs pas exclue (présence de ratés) (cf. p. 350 et Fig. 382).
  • 19 Variété moindre de coquillages mais poissons marins frais (?) plus présents.
  • 20 Ceci cependant classique en ce qui concerne les importations en vin.
  • 21 Pour ce dernier, cependant, un unique cône a pu être importé en tant que tel.
  • 22 Encore reprises en conclusion pour cet état.
  • 23 On note au moins un pot horticole.
  • 24 24 sesterces et monnaies divisionnaires, la plus récente de 183-184.

14Quant aux activités productives alors, la fonction des bâtiments reste souvent difficile à déterminer, dont sans doute stockage et remises. Mais on note aussi des activités métallurgiques, dont d’alliages cuivreux, mais surtout de forge16, ainsi que des indices de tabletterie17. Mais, comme toujours dans de tels cas, il s’agit sans doute alors plus d’activités nécessaires au bon fonctionnement de l’établissement (autosuffisance en petits équipements, et entretien)18. Et c’est aussi à cet état 2 qu’appartiennent la majorité des plombs inscrits dont il sera question ci-dessous, se référant aux échanges. Quant aux productions agropastorales, la palynologie informe encore sur la céréaliculture ainsi que sur la présence proche de prairie pâturées, et la plus forte présence des amphores vinaires de Noyon pourrait peut-être suggérer une viticulture locale. Mais les circuits d’approvisionnement en produits divers semblent globalement moins diversifiés qu’auparavant, avec des origines moins exotiques19 : ceci s’observe notamment avec les amphores importées, en régression20. Le faciès céramique reste cependant aisé, bien que sans pièce exceptionnelle, de même que pour la verrerie. Des bois importés sont toutefois attestés (épicéa, pin sylvestre21). Ici – sur la forme –, la séparation, un peu arbitraire, entre les questions d’approvisionnement et celles de consommation et de “culture matérielle” occasionne quelques redondances22. La présence du paon renvoie à l’agrément et au luxe, comme celle de fruitiers23 et aromates. Mais le seul vrai objet de luxe mis au jour est alors, de nouveau, une bague en or à intaille. Et l’on note aussi, dans la cave F.2063, un dépôt monétaire24, ainsi que, de nouveau, quelques (rares) possibles militaria.

15Rattachant, en conclusion pour cet état, cet établissement aux très grandes villae à pavillons multiples alignés maintenant bien connues dans les Trois Gaules, l’auteur propose d’assimiler cette forme d’habitat à une agglomération de travailleurs : si ceci peut être pertinent quant à leur résidence, ce ne l’est pas, selon moi, au plan des formes de l’habitat, car on n’est pas en présence d’un habitat groupé (agglomération) mais bien dans les parties composantes d’une seule unité d’habitat (villa, une forme d’habitat dispersé), quel que soit en fait le nombre de résidents.

  • 25 Dernière phase de l’état 2, supra.

16• État 3 : le démantèlement de la villa en dur intervient à partir de la fin du iiie s. pour se poursuivre au ive. Mais il se pourrait en fait que l’occupation du site ait subi un hiatus entre le milieu du iie s. et la fin du iiie25 : les auteurs se demandent cependant, à juste titre, si cette impression ne serait pas due à des causes taphonomiques (érosion plus prégnante sur les éléments les plus récents) ; mais ils sous-estiment à mon sens un double effet de source, pour cette période – à la fois celui de la méconnaissance globale des faciès céramiques d’alors et celui de l’indigence du numéraire –, qui occasionne couramment de telles impressions de hiatus d’occupation.

  • 26 Possiblement pour n’accompagner que ces activités de récupération. On note un dépotoir primaire, av (...)
  • 27 Avec datations radiocarbones.
  • 28 37 bronzes tardifs, émis entre 300/303 et 388.

17Au Bas-Empire, cependant, des traces discrètes d’occupation subsistent ici, peut-être en deux phases, avec d’abord quelques réoccupations opportunistes de bâtiments sans doute en ruine26, puis, à la charnière entre ive et ve s., trois sépultures27 au mobilier de tradition germanique, le caractère allochtone des individus semblant en partie confirmé par les analyses isotopiques réalisées ici. Seuls un bâtiment sur poteaux et un dépôt (comblement d’une extraction), avec monnaies28 et céramique modelée, pourraient être contemporains de ces inhumations.

18À la suite, la “discussion générale” finale porte essentiellement sur trois points :

19a) Avant tout, les éléments non-fouillés de l’établissement, hors emprise de fouille : 6 ha ont fait l’objet de fouille, un “échantillon” sans doute représentatif pour un établissement qui pouvait couvrir 12 à 13 ha – voire plus –, la classant à l’évidence dans les “très grandes villae” assez récemment étudiées (Ferdière et al. 2010), l’une des très rares à avoir fait l’objet de fouilles méthodiques récentes sur une surface représentative. Les auteurs consacrent ici, à juste titre, une place importante aux données issues des opérations de diagnostic, trop souvent négligées. Ces dernières, ainsi que des observations plus anciennes (supra), montrent l’extension de la “pars rustica” vers l’est sur au moins 100 m, peut-être bien plus.

  • 29 Après un second diagnostic sur cette partie occidentale, en 2015-2016.
  • 30 On regrette cependant que le “droit de suivi” scientifique de l’archéologie préventive, que j’ai so (...)
  • 31 Situation qu’avec d’autres je déplorais dans les années 1980-1990 (Chouquer et al. 1990).

20Il est remarquable que les fouilles ont ici concerné une portion représentative de la partie de service de cet établissement : dommage peut-être que sa vaste partie résidentielle, à l’ouest, n’ait pu faire l’objet d’investigations plus poussées (prospections géophysiques, cependant, ainsi que photographies aériennes), mais à l’inverse, sans doute, ce parti – pris alors par le SRA29 – de “protéger” celle-ci était-il préférable à une fouille préventive probablement trop rapide, par rapport à la complexité certaine de cet ensemble (pars urbana)30. Et l’on peut ainsi, quand même, constater avec plaisir que l’heure n’est plus aujourd’hui à n’explorer en fouille que, justement, cette partie résidentielle, considérée comme plus prestigieuse, au détriment des connaissances susceptibles d’être acquises, surtout au plan socio-économique, par l’exploration de la partie d’exploitation31. Quant à la circulation monétaire, elle apparaît s’affaiblir dès les Flaviens et les sesterces d’époque antonine sont assez souvent des faux d’origine locale (Noyon même).

  • 32 On pourrait légitiment penser en effet que, notamment, le développement de cette partie résidentiel (...)

21C’est donc surtout le vaste secteur ouest hors emprise qui est ici examiné, avec la partie résidentielle, grâce aussi à des prospections aériennes et géophysiques (résistivité). Ainsi se dessine (Fig. 487) avec une certaine netteté un vaste ensemble, comportant – comme il se doit généralement pour ce type de très grandes villae – une cour centrale sans doute péristyle, des bains développés et un porche monumental vers la cour de service. Ce balnéaire, ainsi qu’un bassin sans doute identifié au sud-ouest, devait être alimenté par un aqueduc repéré, traversant la cour “rustique”, à l’est. Les données du diagnostic dans ce secteur résidentiel permettent d’esquisser une chronologie, suivant (peut-être d’un peu trop près…) le phasage proposé à la fouille32.

22b) La villa dans le contexte régional : à cette échelle, c’est la “villa” – ou plutôt ferme aristocratique – précoce (état 1) qui trouve régionalement les exemples de comparaison les plus nombreux et les plus pertinents : on pense bien sûr avant tout au cas de Verneuil-en-Halatte, mais aussi à d’autres (Fig. 494). Puis le grand établissement du Haut-Empire s’insère facilement, on l’a vu, dans la belle série des très grandes villae “à plan régulier” déjà étudiée, notamment en Belgique et Lyonnaise.

  • 33 Sans compter que ce calcul ne peut être fait que dans les secteurs où l’on est en droit de penser q (...)
  • 34 Je note par exemple que le grand grenier de la villa de Biberist (Suisse) est établi à l’extrémité (...)

23c) Enfin, le statut du site, avec les fonctions décelées : la question de l’insertion de l’établissement au cœur d’un vaste domaine, possédé par un membre éminent de l’élite de la cité, est à juste titre évoquée, même si sa possible emprise foncière est ici, comme trop souvent, confondue avec la surface de terres exploitables évaluée à partir des distances d’établissement à établissement alentour33. En tout cas, aucun grand bâtiment de stockage (grenier) n’a été reconnu ici, du moins – on l’a dit – dans les limites de l’emprise investiguée34 : la majorité des bâtiments reconnus à la fouille semblent correspondre à de l’habitat.

  • 35 Voir surtout les travaux de V. Zech-Matterne, ici co-auteur pour ce domaine.
  • 36 Ces plombs inscrits ont fait l’objet, dès 2014, d’un premier signalement (Dubuis et de Muylder 2014 (...)
  • 37 Soit la période de “hiatus” d’occupation constaté (cf. supra), ce qui n’est pas sans interpeler…

24Les auteurs insistent ensuite sur la quasi-absence d’indices d’activités agropastorales et même artisanales. Et les céréales apparemment privilégiées ici apparaissent atypiques par rapport à nos bonnes connaissances de la céréaliculture pour le Nord de la France35. Et rappelons que la production à Noyon d’amphores vinaires pose la question du développement de la viticulture sur le domaine dépendant de la villa. L’accent est donc mis ici sur le fait que les activités liées aux échanges apparaissent en revanche privilégiées : le monnayage est, en tout cas, remarquable et atypique pour un établissement rural. Et s’y ajoutent les plombs inscrits36 (tessères), essentiellement découvert dans la partie nord-est de la fouille, autour du bât. 2, sans doute attribuables à la transition entre état 1 et 2, soit le 3e quart du ier s. de n. è.37 (Fig. 503-504) : il pourrait s’agir de plombs de scellement de marchandises…

25Puis, après avoir rappelé l’importance remarquable des “témoins de romanisation précoce”, les auteurs insistent sur l’importance, pour ce site, des fonctions cultuelles, avec deux lieux de cultes, dont l’un au centre de la cour et l’autre (au sud-ouest de la fouille), antérieur et évoluant de La Tène finale à l’abandon du site, peut-être associé à jardin-“bois sacré”, avec dépôt de monnaies possiblement rattachées à ces plantations.

  • 38 L’exemple emblématique de Bliesbruck-Reinheim étant cité.
  • 39 Voir le cas, maintenant connu, des éléments architecturaux issus de la villa palatiale d’Escolives- (...)

26Enfin, les relations possibles de cette grande villa avec la proche agglomération de Noyon-Noviomagus, à environ 1 km au nord-est, sont examinées, un schéma qui se reproduit couramment dans les Trois Gaules38. Il est ici noté qu’au Bas-Empire est établi un castrum sur cette agglomération, en émettant l’hypothèse – à considérer39 – que les nombreuses récupérations, méthodiques, de matériaux de construction contemporaine de son édification, sur la villa, puissent avoir été mises en œuvre dans l’édification de cette fortification.

  • 40 Par ex. p. 15 pour les très grandes villae en Gaule.
  • 41 Cette dernière avec une petite erreur, concernant les étages, que – selon les fenêtres figurées – o (...)

27Plus généralement pour cet ouvrage et notamment pour ces conclusions, j’observe, dans le détail, que le parti a été pris par les auteurs – de manière peut-être discutable – de réserver l’essentiel du référencement bibliographique érudit à la partie synthétique finale, au détriment de la mention de ces références quand, en amont, certains éléments sont mis en perspective40 ou pour des comparaisons. Par ailleurs, on observe que le parti est pris de ne pas s’aventurer dans les propositions de restitution d’ensemble : hormis la proposition faite en couverture d’une maquette de la villa ainsi que d’une restitution de façades41, elles se limitent à des détails architecturaux.

28Quant aux illustrations, elles sont globalement de bonne qualité, et la bibliographie fournie généralement pertinente et complète.

29Et, pour le fond, sans doute pourrait-on considérer que les auteurs insistent peut-être un peu trop, dans ces conclusions, sur les caractères d’une part cultuels, d’autre part commerciaux de cette remarquable villa, sans prendre en compte le fait que l’on en connaît ni la partie résidentielle – du moins dans le détail –, ni, surtout sans doute, peut-être toute la moitié orientale de la partie d’exploitation : ainsi, cette impression de “spécialisation” pourrait très bien ici n’être induite que par les spécificités propres de la seule partie fouillée, possiblement non représentative de l’ensemble.

30Mais ces réserves sont mineures : en définitive, sans contexte, le bilan global de l’examen de cette publication est largement positif. Notamment, les résultats des différentes études spécialisées sont bien intégrés, au fur et à mesure, au discours, un parti certainement plus efficace et opérant que l’habituel renvoi à la fin, en “annexes” de celles-ci. Ainsi, en particulier, les arguments de datation et de phasage, comme d’interprétation fonctionnelle des espaces, sont pertinemment fournis et examinés au fil des démonstrations.

31Un ouvrage qui, par maints aspects, fera certainement date…

Haut de page

Bibliographie

Chouquer et al. 1990/91

Chouquer G., Ferdière A., Fiches J.-L. et Van Ossel P. - Pour un nouvel essor de l’archéologie de la Gaule rurale, Les Nouvelles de l’Arch., 42 (hiver 1990/91) : 39-44.

de Muylder 2014

de Muylder M. (dir.) - Canal Seine-Nord Europe, fouille 34, Picardie, Oise, Noyon, “La Mare aux Canards”. Une villa aristocratique de la cité des Viromanduens, Rapport de fouille (fouille 34), Inrap/Coord. CSNE, oct. 2014, 4 t., 9 vol. : t. 1, vol. 1/4 à 4/4 - Texte, 1395 p. ; t. 2 - Annexes, p. 1399-1542 ; t. 3 - Catalogue analytique du mobilier, p. 1547-1774 : t. IV - Inventaires, vol. 1/3 à 3/3, p. 1777-2857 (consultable au SRA Picardie).

de Muylder et al. 2015

De Muylder M., Aubazac G., Broes Fr., Dubois St., Dubuis B., Font C. et Morel A. - Un grand domaine aristocratique de la cité des Viromanduens : la villa de la Mare aux Canards à Noyon (Oise), Gallia, 72.2 : 281-299.

Dubuis et de Muylder 2014

Dubuis B. et de Muylder M. - Une nouvelle série de plombs inscrits antique : Noyon “La Mare aux Canards” (Oise), Instrumentum, Bull., 40 (déc.) : 23-25.

Ferdière et al. 2010

Ferdière A., Gandini C., Nouvel P. et Collart J.-L. - Les grandes villae “à pavillons multiples alignés” dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions, Rev. Arch. de l’Est, 59 : 357-446.

Prestigieuse villa… 2015

La prestigieuse villa gallo-romaine de Noyon, Catalogue d’Exposition, Musée du Noyonnais/Inrap, Noyon, 92 p.

Haut de page

Notes

1 Alors membre de la CIRA Centre-Nord, j’ai pu personnellement suivre la première campagne, jusqu’au rendu du rapport (de Muylder 2014) ; à noter aussi une exposition en 2015, avec catalogue (Prestigieuse villa… 2015) ; et d’autres publications partielles sont aussi parues sur divers éléments issus de cette fouille, que je ne détaillerai pas ici.

2 Précédée d’une courte préface par D. Bayard, qui était alors conservateur du patrimoine en charge de ce dossier au SRA de Picardie. De manière un peu inhabituelle mais assez utilement, les grandes lignes de l’évolution du site, à travers ces trois états, sont résumées dans cette introduction (p. 16-18).

3 Un regret, sur le plan technique : si l’attribution des différentes parties du texte à ces contributeurs est indiquée dans le sommaire, elle n’est pas rappelée lors de la présentation même de leurs contributions, au fil du volume. En outre, les différentes subdivisions du texte auraient mérité une numérotation chiffrée, pour une consultation plus aisée.

4 Après un diagnostic en 2009-2010. Le site était connu depuis le début du xxe s. par des découvertes lors de la construction – déjà ! – du canal du Nord, un peu plus à l’est, ce qui d’ailleurs permet de voir l’extension de la villa au moins jusque-là.

5 La publication monographique intervient donc douze ans après le terrain, ce qui – on en conviendra dans le contexte actuel de l’archéologie préventive – est une prouesse qu’il faut saluer, due à la ténacité de la coordinatrice, qui pourtant à depuis quitté le monde de l’archéologie professionnelle : elle a su mener à bien cette ambitieuse entreprise en assurant la coordination de nombreux contributeurs et en maîtrisant un ensemble de données considérable.

6 À noter que le choix est fait d’utiliser le terme “villa” – et même qualifiée “monumentale” – dès ce 1er état précoce.

7 Mais rappelons que la partie résidentielle, en générale la plus porteuse d’indices de richesse et de luxe, reste justement en grande partie inconnue puisque non fouillée.

8 La découverte d’un anneau d’entrave dans le bât. B46 est, de manière un peu aventureuse, considérée comme un indice d’espace de relégation, éventuellement pour des esclaves.

9 Et surtout d’espèces non panifiables.

10 Premières amphores Dressel 20A.

11 Majoritairement abattus à l’optimum pondéral, avec peu de bêtes âgées, indice d’aisance.

12 Dont un à fond de tegulae et fondation de poteaux de bois en partie conservés (étude xylologique détaillée).

13 Ainsi donc juste à droite en sortant de la partie résidentielle.

14 Plus classiquement, pour cette catégorie de grandes villae.

15 Notamment de la cave F.4138. Voir aussi la découverte de colorants, dont du “bleu égyptien”.

16 Dont, clairement, entre les bât. B2 et B8.

17 Assez classique, de récupération, même si plus rare en contexte comme ici rural.

18 Une production de TCA n’est d’ailleurs pas exclue (présence de ratés) (cf. p. 350 et Fig. 382).

19 Variété moindre de coquillages mais poissons marins frais (?) plus présents.

20 Ceci cependant classique en ce qui concerne les importations en vin.

21 Pour ce dernier, cependant, un unique cône a pu être importé en tant que tel.

22 Encore reprises en conclusion pour cet état.

23 On note au moins un pot horticole.

24 24 sesterces et monnaies divisionnaires, la plus récente de 183-184.

25 Dernière phase de l’état 2, supra.

26 Possiblement pour n’accompagner que ces activités de récupération. On note un dépotoir primaire, avec une carcasse de cheval.

27 Avec datations radiocarbones.

28 37 bronzes tardifs, émis entre 300/303 et 388.

29 Après un second diagnostic sur cette partie occidentale, en 2015-2016.

30 On regrette cependant que le “droit de suivi” scientifique de l’archéologie préventive, que j’ai souvent prôné, n’ait pas été exercé ici, par la mise en place d’une fouille programmée, sur le temps long, par une équipe solide ; mais ceci – qu’on se le dise ! – reste sans doute encore possible…

31 Situation qu’avec d’autres je déplorais dans les années 1980-1990 (Chouquer et al. 1990).

32 On pourrait légitiment penser en effet que, notamment, le développement de cette partie résidentielle ait été plus nettement marqué – comme souvent – que pour la pars rustica.

33 Sans compter que ce calcul ne peut être fait que dans les secteurs où l’on est en droit de penser que l’on a connaissance de la majorité des établissements ayant existé, notamment grâce aux prospections aériennes, ce qui ne semble pas être de cas du Noyonnais. Il en est de même ici pour l’“absence” de petits établissements alentour susceptibles d’être satellites de cette villa, autre possible lacune documentaire…

34 Je note par exemple que le grand grenier de la villa de Biberist (Suisse) est établi à l’extrémité de la pars rustica à l’opposé de la résidence, espace ici non fouillé, à l’est.

35 Voir surtout les travaux de V. Zech-Matterne, ici co-auteur pour ce domaine.

36 Ces plombs inscrits ont fait l’objet, dès 2014, d’un premier signalement (Dubuis et de Muylder 2014).

37 Soit la période de “hiatus” d’occupation constaté (cf. supra), ce qui n’est pas sans interpeler…

38 L’exemple emblématique de Bliesbruck-Reinheim étant cité.

39 Voir le cas, maintenant connu, des éléments architecturaux issus de la villa palatiale d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne) remployés dans le rempart tardif de Sens.

40 Par ex. p. 15 pour les très grandes villae en Gaule.

41 Cette dernière avec une petite erreur, concernant les étages, que – selon les fenêtres figurées – on imagine de deux sur rez-de-chaussée, alors que les celles supposées de premier étage se superposent directement aux linteaux des portes, ce qui est architecturalement peu vraisemblable, avec ainsi des hauteurs de plafond bien trop faibles aux trois niveaux…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « M. de Muylder (dir.) - La “Mare aux Canards” à Noyon : un nouvel éclairage sur les très grandes villae gallo-romaines de plan régulier en Gaule du Nord »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 63 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6708

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Professeur émérite d’Archéologie, Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324 CITERES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search