Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 63ArticlesL’enceinte urbaine d’Aurillac (Ca...

Articles

L’enceinte urbaine d’Aurillac (Cantal) : état des connaissances sur ses origines et son évolution

The urban wall of Aurillac (Cantal): state of knowledge on its origins and its evolution
Marie Caillet

Résumés

En 2019, la réalisation d’une fouille archéologique préventive sur l’îlot Frères Charmes, situé sur le front sud-est de l’enceinte urbaine d’Aurillac, a permis d’étudier les élévations de la courtine et d’en documenter les abords par la réalisation d’un sondage sédimentaire. L’examen des sources écrites, iconographiques et archéologiques récentes et l’apport de l’historiographie permettent aujourd’hui de préciser le développement topo-chronologique des fortifications urbaines d’Aurillac, d’en renseigner la matérialité et leur contexte d’implantation.
La première fortification urbaine associant courtine maçonnée et fossé défensif résiderait dans une grande enceinte dont la construction interviendrait dans le premier quart du xiiie s. Celle-ci protégeait le bâti édifié le long d’axes de communication, au sud-ouest d’un bourg abbatial qui s’est développé dans un premier temps autour de l’abbaye Saint-Géraud, fondée à la fin du ixe s. Ce n’est que durant la seconde moitié du xive s., soit pendant la guerre de Cent Ans, qu’une muraille est édifiée autour du bourg primitif pour se raccorder à l’enceinte de la ville, notamment le long de la Jordanne, rivière qui limite à l’est le centre ancien et participait à sa défense.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Fabien Huguet, Jérôme Ducreux et Marie-Hélène Couturier ont également participé à cette interventio (...)

1Les données nouvelles qui ont concouru à la rédaction de cet article ont été recueillies dans le cadre d’une opération archéologique préventive ayant porté sur l’élévation d’un segment de la courtine de l’enceinte urbaine d’Aurillac, au niveau d’un îlot délimité au sud par la rue des Frères Charmes et à l’est par le cours Monthyon. Ces observations ont été complétées par la réalisation d’un sondage sédimentaire sous la forme d’une tranchée en L positionnée à proximité immédiate de l’ouvrage défensif. Localisée à l’intérieur de la ville ainsi défendue, cette intervention a fourni des éléments de datation inédits (Caillet et al. 2021). Menée en février et mars 20191, elle fait suite à trois diagnostics réalisés par Daniel Parent entre 2012 et 2018 (Parent 2012, 2016 et 2018). Le recueil de ces données, couplées à l’examen des sources écrites, iconographiques, archéologiques et à l’historiographie locale, est l’occasion de proposer une synthèse sur le développement topo-chronologique de l’enceinte de la ville d’Aurillac et de progresser sur la connaissance de son système défensif.

Contextes géologique et historique

2Au sud-ouest du massif cantalien, le centre ancien d’Aurillac s’est développé en fond de vallée, sur des dépôts fluvio-glaciaires et le long de la rivière de la Jordanne, affluent de la Cère. Cette vallée est formée de deux coulées de brèche non stratifiée constituées de débris de roches volcaniques qui scellent des marnes et calcaires dolomitiques (Mrozek et al. 2009 : 20).

3De nombreux vestiges témoignent d’une occupation antique à Arpajon-sur-Cère (au sud-est d’Aurillac) et des villae ont été reconnues dans tout le bassin de la Jordanne : à Fabrègues et à l’Escudiller (Coq 1973 : 3). Sur la commune d’Aurillac, le temple d’Aron associé à une nécropole à incinérations a été dégagé entre 1977 et 1983 (Clément 2016 : § 3) (Fig. 1). Dans le centre ancien, les vestiges d’une nécropole à incinérations ont été également et anciennement mis au jour au nord-est de l’église abbatiale Saint-Géraud (Clément 2016 : § 2). Un léger bruit de fond d’une occupation antique a pu être mis en évidence lors de la fouille de 2013 et 2014 à proximité du chevet de l’abbatiale, mais celle-ci serait profondément enfouie (à plus de 3 m ; Clément 2016 : § 6) (Fig. 2). Toujours est-il que, pour l’heure, il est communément admis que le nom même d’Aurillac serait d’origine antique, car il tirerait son nom du propriétaire d’une villa gallo-romaine, Aureliacum (Coq 1973 : 3).

Fig. 1 - Localisation extra muros des principaux vestiges antiques et médiévaux de la ville.

Fig. 1 - Localisation extra muros des principaux vestiges antiques et médiévaux de la ville.

Fond de carte : Géoportail, DAO : M. Caillet, Hadès, 2020

Fig. 2 - Localisation intra muros des édifices, immeubles et portions d’enceinte médiévaux de la ville, d’après le dossier de l’AVAP, du PLU et des prospections urbaines et carto-interprétation des vues satellites.

Fig. 2 - Localisation intra muros des édifices, immeubles et portions d’enceinte médiévaux de la ville, d’après le dossier de l’AVAP, du PLU et des prospections urbaines et carto-interprétation des vues satellites.

Fond de carte : Géoportail, AVAP (V. Rousset, B. Wagon 2020), PLU. DAO : M. Caillet, Hadès, 2020

  • 2 Sur la destruction des titres de l’abbaye, Grand 1945 : LXVI ; sur la fonction de l’abbaye, Clément(...)

4L’héritage médiéval est davantage prégnant dans le paysage monumental urbain, mais aussi dans le parcellaire du centre ancien. Celui-ci s’est développé sur une zone de replat établie à 610 m d’altitude en moyenne entre la Jordanne et le Roc Castanet, éminence rocheuse où s’élève l’ancien château Saint-Étienne détenu par l’abbaye au xiiie s. (Coq 1973 : 21) (Fig. 1). La construction de sa tour maîtresse, de plan carré, ne remonterait pas au-delà du xiie s. (Clément 2016, note 7). La ville s’est progressivement structurée autour de l’abbaye Saint-Géraud d’Aurillac fondée vers 8952, où des vestiges datés entre le viiie et le xiiie s. ont été mis au jour lors de récentes opérations d’archéologie préventive (Clément 2016) (Fig. 2). Non loin, face au portail de l’abbatiale, s’élève encore l’hôpital ou hôtellerie destinés à accueillir les pèlerins et dont la façade ornée est datée de la fin du xie s. (Rousset et Wagon 2016 : 20). Localisée à la jonction du bourg abbatial et d’un développement urbain au sud-ouest de celui-ci, la maison consulaire construite au cours du xive s. semble avoir été partiellement ou totalement reconstruite au xvie s. L’édifice est ensuite restauré en profondeur au xixe s. (Rousset et Wagon 2016 : 27). L’inventaire patrimonial réalisé lors de la constitution du dossier de l’Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) a démontré la conservation de nombreux immeubles médiévaux dans le centre ancien (Rousset et Wagon 2016) (Fig. 2).

5À l’ouest du bourg abbatial, le tissu urbain intra muros s’est développé le long d’axes de communication majeurs qui mettent Aurillac en relation avec le Rouergue, le Quercy, le Languedoc et le haut-Limousin (Grosdidier de Matons 1923 : 86) (Fig. 2). Dans la ville, ces axes convergent vers Saint-Géraud qui, comme l’exprime Marcel Coq, “apparaît comme un cul-de-sac en raison de la faible importance de la route de la vallée de la Jordanne” (Coq 1973 : 77). Dans ce secteur, il est néanmoins possible de rejoindre Clermont en franchissant la Jordanne au moyen d’un pont.

6À l’extérieur de la ville fortifiée, au sud-ouest, s’élèvent les vestiges d’un couvent de Franciscains dont la fondation remonte à 1225, mais dont la construction de l’église (connue actuellement sous le vocable de “Notre-Dame-des-Neiges”) et de son cloître n’est achevée qu’en 1332 (Fig. 1). Non loin de là et plus au sud existait un couvent des Carmes, mentionné en 1358, dont les bâtiments ont totalement disparu (Rousset et Wagon 2016 : 29-31). Au nord-est de la ville, de l’autre côté de la Jordanne, les bénédictines du Buis déménagent leur couvent au xiiie s. sur le promontoire de Caussac (Fig. 1). Auparavant, celui-ci était situé intra muros au niveau de la rue des Dames (Rousset et Wagon 2016 : 35) (Fig. 2).

7L’autre pôle défensif et politique contrôlé par l’abbaye est localisé à Belbex, au sud-ouest de la ville (Fig. 1). Ce castrum, mentionné au xiiie s., serait le siège d’une châtellenie. Sur un relief naturel d’origine volcanique, s’élevait autrefois une tour sur une motte féodale. Aujourd’hui, le secteur est occupé par une série de bâtiments, dont un, situé au plus près du sommet du promontoire, conserve des pans de maçonnerie attribuables à la période romane (Rousset et Wagon 2016 : 57-58).

Historiographie sur les fortifications d’Aurillac

8Du début du xixe s. jusqu’aux travaux de Roger Grand en 1945, l’évolution urbaine d’Aurillac et la localisation des lignes de fortification sont déduites de la trame parcellaire et de la conservation d’éléments d’enceinte isolés. Ainsi, dès 1923, dans son étude de géographie urbaine, Marcel Grosdidier de Matons affirme que la ville s’est constituée autour de l’abbaye puis une “nouvelle cité”, de forme triangulaire, s’est développée à l’ouest sous l’effet du développement commercial (Grosdidier de Matons 1923 : 89).

9En complément, d’autres auteurs ont évoqué l’enceinte sans que cette dernière ne constitue le sujet principal de leurs recherches, comme la thèse d’Anne-Marie Boisset sur la vie municipale à Aurillac de 1360 au xviie s. (Boisset 1938) et le mémoire de maîtrise de Marcel Coq sur la ville médiévale d’Aurillac (Coq 1973). À ce jour, Michel Leymarie, ancien instituteur et historien local aurillacois, est le seul à avoir consacré un travail de recherche dédié aux fortifications d’Aurillac. Celui-ci a été publié par une série de trois articles parus dans la Revue de la Haute-Auvergne (Leymarie 1975a et b ; 1976). Le sujet est abordé sous différents angles, historique, topographique et matériel. Ce travail exhaustif et rigoureux constitue une référence sur le sujet et a permis de récolter de très nombreuses mentions sur les fortifications depuis leurs origines supposées jusqu'à leurs abandon et destruction. Michel Leymarie rend également compte des hypothèses de leur évolution retenues jusqu’alors, en s’appuyant sur des mentions permettant de les étayer et de les discuter.

10L’historiographie fait ainsi état de deux fortifications. Si l’on met de côté le mur de clôture de l’abbaye, une première enceinte, dont l’existence reste très discutée, aurait été construite autour du bourg abbatial, complétée ensuite par une seconde, plus étendue, qui protège l’extension ouest de la ville selon un tracé légèrement trapézoïdal (Fig. 2).

  • 3 Je tiens à remercier tout particulièrement Véronique Vernier des Archives départementales du Cantal (...)

11L’inventaire réalisé lors de la définition d’une Aire de Valorisation de l'Architecture et du Patrimoine sur le centre ancien a également permis de reconnaître des tronçons de courtines au sein des parcelles urbaines (Fig. 2). Ces données s’ajoutent aux observations de Michel Leymarie, livrées dans les articles mentionnés précédemment. Enfin, le service des archives du Cantal et le Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine poursuivent la collecte d’informations pour enrichir les connaissances sur le sujet, valorisées par la mise en ligne d’iconographie et d’exposition dans le premier cas et dans l’instruction des dossiers d’urbanisme dans le second3.

Sources écrites, iconographiques et archéologiques

12Toute tentative de travaux historiques sur la ville d’Aurillac se heurte à l’absence d’archives anciennes antérieures au xiiie s. Les titres de l’abbaye de Saint-Géraud qui dispose de droits seigneuriaux sur la ville auraient été détruits pour l’essentiel en 1233, lors du siège du château de Saint-Étienne. Leur disparition fait d’autant plus défaut que l’apogée de l’abbaye est situé par les historiens au xiie s., tandis que le xiiie s. amorcerait une période de déclin progressif (Coq 1973 : 6). À défaut de les remplacer, les sources écrites et iconographiques postérieures sont riches et livrent de précieuses informations sur une situation antérieure, mais aussi sur l’évolution et l’entretien des fortifications au bas Moyen Âge et à l’Époque moderne. De la même façon, les vestiges archéologiques sont des éléments primordiaux à prendre en compte pour compléter ces données et pour renseigner les caractéristiques techniques et architecturales de ces enceintes.

Sources écrites

13Les archives aurillacoises ont, pour certaines, fait l’objet de nombreuses transcriptions et traductions publiées. Nous ne retiendrons ici que les principales.

14L’analyse et la transcription des Paix d’Aurillac en langue latine et occitane entreprises par Roger Grand, conservateur des Archives départementales du Cantal, constituent une publication incontournable pour mener une recherche sur la ville médiévale (Grand 1945). Documents fondateurs de la commune d’Aurillac, ces chartes sont aussi les plus anciennes conservées. En raison de la destruction des archives, les consuls se plaignent en 1277 de la difficulté de prouver les coutumes par des titres authentiques. Ainsi, la Première Paix d’Aurillac signée en 1280 entre les consuls, représentant la communauté des habitants, et le seigneur de la ville, à savoir l’abbé de Saint-Géraud, est le plus ancien document médiéval en mesure de renseigner l’enceinte urbaine d’Aurillac – et donc éventuellement d’apporter des éléments de datation. Cette Paix concrétise un accord entre les deux parties qui s’opposent depuis plusieurs décennies sur des sujets majeurs que sont la reconnaissance par l’abbé de cette communauté urbaine, mais aussi la question de la propriété même de l’enceinte et des droits qui en découlent. La Grande enquête menée en 1277 pour aboutir à cette entente livre quelques indices sur l’ancienneté de ce monument, de ses fossés et parfois sur sa matérialité. Les autres “Paix”, plus tardives, apportent également des informations sur les différents travaux conduits sur la fortification.

15Les chartes de la chandelle de Saint-Géraud et de Notre-Dame d’Aurillac (Bouyssou 1958) forment un ensemble de trois recueils dans lesquels sont consignés le nom des donateurs, ainsi que leur lieu d’habitation, ayant contribué à l’entretien des luminaires de Saint-Géraud et de Notre-Dame. Ces documents de la seconde moitié du xiiie s. livrent donc indirectement des informations sur l’organisation de la ville médiévale et la matérialité de la fortification.

16L’accord du 3 mai 1347 entre l’abbé Aymeric et les consuls constitue une archive de premier ordre pour documenter le tracé d’une première enceinte urbaine mentionnée dans la Grande Enquête de 1277, puis dans la Première Paix signée en 1280. Ainsi, dans la Troisième Paix de 1347, il est convenu que “les bourgeois, à l’aide du produit de la taxe sur le vin entrant dans la ville, remettraient en état murailles et fossés anciens depuis le 'portail' des Fargues jusqu'à celui de Saint-Marcel, de celui-ci au portail des Cabrols (chevreaux), dénommé plus tard des Frères ou des Cordeliers [...], de là au portail d’Aurenques puis à celui de Saint-Etienne” (Grand 1945 : CLXV) (Fig. 2). Il est ainsi établi qu’en 1347, les fronts sud, ouest et nord de l’enceinte enserrant la zone urbaine correspondant à l’extension de la ville en direction de l’ouest, depuis la porte des Fargues jusqu’à la porte Saint-Étienne, sont déjà construits et méritent d’être entretenus.

  • 4 Texte original : Casu quo muri et fossata qui et que de novo fieri debebunt, juxta modum et formam (...)

17L’autre apport majeur de la Troisième Paix de 1347 réside dans l’ajout : “et que de ce portail Saint-Étienne soient faits et doivent être faits nécessairement des murs le long des fossés selon que ces fossés sont et s’étendent en ligne droite vers le portail appelé du Buis et de ce portail du Buis que soient faits aussi des murs le long de la rivière Jordanne en suivant la rive de ladit. rivière jusqu’au moulin d’Hugues Vernhi […] en incluant le moulin susd. dans les murs de même que la ville, en l’excluant comme il conviendra aux consuls et, dudit moulin, que lesd. murs se continuent et soient rattachés aux autres murs anciens de la ville”(traduction de Léonie Bouyssou dans Leymarie 1975b : 173)4.

18Au milieu du xixe s., M. le baron Delzons traduit de “novo fieri” par “refaits à neuf” (Leymarie 1975b : 174). Roger Grand traduit quant à lui cette expression par “feraient à neuf” (Grand 1946 : CLXV). Pour Marcel Coq, la traduction de l’expression latine “novo fieri” par murs “faits” est en revanche sans équivoque (Coq 1973 : 29) comme pour les archivistes du xixe s. qui ont inventorié cette pièce comme traitant de “la réparation des anciens murs, la construction de nouveaux” (Leymarie 1975b : 174). Ainsi, lorsque l’on croise les différents travaux, les historiens livrent une même traduction, selon laquelle les fronts nord-est et sud-est de l’enceinte ont été construits à neuf, depuis la porte Saint-Étienne jusqu’à celle des Fargues après la troisième Paix de 1347.

19Ces mentions médiévales ne peuvent pourtant prendre du sens aujourd’hui, à l’heure où les vestiges des fortifications ont été détruits ou sont peu visibles, car conservés au cœur des îlots urbains. Seule une recherche par méthode régressive en s’appuyant notamment sur les sources iconographiques et la toponymie permet d’établir un lien avec les indications anciennes et de concourir à leur localisation.

Sources iconographiques

  • 5 Je souhaite remercier à ce titre Patrick Joulié, du STAP du Cantal de m’avoir signalé l’existence d (...)

20Les principaux documents iconographiques mobilisés dans le cadre de cet article ont, pour certains, déjà été utilisés par Michel Leymarie. Dans ses articles, cet auteur fait référence aux apports de plans produits localement et datés du xviiie s. (plan dit “Daudé” et un second daté de 1736), auxquels s’ajoute une représentation de la ville d’Aurillac publiée au xviie s. D’autres sources iconographiques peuvent également être requises pour documenter les enceintes d’Aurillac, tel l’Atlas de Trudaine, document cartographique produit au xviiie s. et une représentation de la ville d’Aurillac datée du début du xixe s.5.

  • 6 Deux plans sont attribués J.-L. Daudé. L’un est conservé aux Musée d’art et d’archéologie d’Aurilla (...)

21L’apport de la documentation cartographique moderne réside surtout dans le plan Daudé daté de 1791, produit en deux exemplaires6, car plus détaillé que celui du cadastre de 1812 qui reste un document fiscal. Tous deux renseignent la configuration de la ville à l’heure où celle-ci commence à se développer au-delà de ses fortifications. Dès 1791, le démantèlement du rempart a déjà débuté puisque toutes les portes ont été abattues et certaines rues ont été percées à travers l’enceinte. Des portions de courtine, du moins identifiées comme telles, sont signalées sur le document (Fig. 3).

Fig. 3 - Extrait du plan dit Daudé de 1791 dans l’angle nord-ouest de la ville avec localisation des principaux éléments d’enceinte signalés et disparus.

Fig. 3 - Extrait du plan dit Daudé de 1791 dans l’angle nord-ouest de la ville avec localisation des principaux éléments d’enceinte signalés et disparus.

Site internet bibliothèque.numérique.aurillac.fr sur lequel est consultable le plan Daudé conservé au Musée d’art et d’archéologie d’Aurillac, cote : Ni.1791.Daude.01. DAO : M. Caillet, Hadès, 2023

  • 7 Archives départementales du Cantal, cote 1 Fi 17.
  • 8 Archives nationales, cote CP/F/14/8443 à 8507, copies mise en ligne sur le site internet des Archiv (...)
  • 9 Deux des trois plans étant très similaires (5 Fi 11 et 5 Fi 12), seul l’un d’eux a été choisi pour (...)

22Ces observations peuvent être confrontées à deux autres documents cartographiques que sont le plan local de 1736 (Fig. 4)7 et l’Atlas de Trudaine, produit entre 1745 et 17808 (Fig. 5). Dans ce dernier cas, Aurillac est représentée à trois reprises avec quelques variations mineures toutefois9. Ces plans figurent les abords de la ville au xviiie s., lorsque les autorités projettent de moderniser le réseau routier. Seul le pourtour correspondant au tracé de l’enceinte est donc figuré. Celui-ci diffère sensiblement d’un document à l’autre. L’Atlas étant généralement reconnu par les historiens pour sa très grande fiabilité (Blond 2009 : § 9), cette documentation graphique peut être reconnue comme la plus fiable et la plus ancienne portant sur l’enceinte d’Aurillac. Aussi, et en comparaison avec le plan de 1736, elle est davantage cohérente avec le tracé des segments d’enceinte reconnus sur le plan Daudé, mais aussi sur le terrain. Sur l’Atlas, cinq portes sont clairement reconnaissables et trouvent un écho avec les mentions relatives à l’entretien du rempart et avec la toponymie signalée sur le plan Daudé. Peuvent ainsi être reconnues la porte Saint-Étienne, puis à proximité de la Jordanne, la porte du Buis, la porte des Fargues le long de la Jordanne, qui présente une configuration en chicane très atypique puis, sur la face sud-ouest, la porte des Frères et dans l’angle nord-ouest, la porte d’Aurenque. Ces accès sont donc quasiment tous positionnés dans des angles et cantonnés de tours carrées. Sur le plan de 1736, on note la présence d’une sixième porte dans l’angle sud-ouest, la porte Saint-Marcel, plus discrète sur l’Atlas (voire absente sur l’archive ADC 5 Fi 11), mais dont l’existence est mentionnée très tôt dans la documentation. Enfin, il faut noter que la courtine est ponctuée de quelques tours à la distribution lâche et irrégulière, de plan semi-circulaire ou carré.

Fig. 4 - Plan de 1736 avec les indications sur les éléments de l’enceinte livrées par Michel Leymarie.

Fig. 4 - Plan de 1736 avec les indications sur les éléments de l’enceinte livrées par Michel Leymarie.

Archives départementales du Cantal, cote : 1 Fi 17, indications : Leymarie 1975a : 93, DAO : M. Caillet, Hadès, 2023

Fig. 5 - Extraits de l’Atlas de Trudaine présentant des renseignements complémentaires.

Fig. 5 - Extraits de l’Atlas de Trudaine présentant des renseignements complémentaires.

Archives départementales du Cantal, cotes : 5 Fi 11 et 5 Fi 13, DAO : M. Caillet, Hadès, 2023

  • 10 Reproduction mise en ligne sur le site internet des Archives départementales du Cantal, cote : 28 F (...)
  • 11 Reproduction mise en ligne sur le site internet des Archives départementales du Cantal, cote : 26 F (...)

23L’enceinte est par ailleurs figurée sur deux vues cavalières, une estampe et un tableau. Leur apport informatif dans le cadre de cette étude est toutefois très contrasté. La plus ancienne représentation de l’enceinte d’Aurillac date du milieu du xviie s. Elle ne vise pas à être réaliste mais à représenter une réalité car les principaux édifices et portes de l’enceinte sont présents (Fig. 6)10. Plus tardivement, l’enceinte apparaît sur une vue panoramique d’Aurillac peinte par Jean-Hubert Tahan en 1815 (Fig. 7)11. La localisation des monuments emblématiques de la ville que sont l’église Saint-Géraud et les bâtiments du collège de Jésuites laisse supposer que le Roc Castanet est choisi comme point de vue. L’étude détaillée de cette œuvre permet de reconnaître les pans de murs signalés sur le plan Daudé (Fig. 3). Ainsi, cette représentation permet de compléter le tracé de l’enceinte de part et d’autre de la porte Saint-Étienne, déjà détruite au début du xixe s. Bien que ces informations ne soient limitées qu’à l’extrémité septentrionale de l’enceinte, cette peinture permet de constater que la fortification est encore présente dans le paysage urbain, parfois sur des hauteurs conséquentes. Utilisée comme façade d’immeuble sur deux étages, elle était semble-t-il conservée sur près d’une dizaine de mètres de hauteur.

Fig. 6 - Médaillon central d'une gravure, formant l'encadrement d'une thèse de philosophie soutenue en 1644.

Fig. 6 - Médaillon central d'une gravure, formant l'encadrement d'une thèse de philosophie soutenue en 1644.

DAO : R. Carme, Hadès, 2023

Fig. 7 - Tableau intitulé Aurillac en 1815 de Jean-Hubert Tahan avec agrandissement des segments de mur d’enceinte représentés et extrait du plan Daudé signalant ces mêmes segments

Fig. 7 - Tableau intitulé Aurillac en 1815 de Jean-Hubert Tahan avec agrandissement des segments de mur d’enceinte représentés et extrait du plan Daudé signalant ces mêmes segments

Archives départementales du Cantal, cote 28 Fi 216 (photographie du tableau), DAO : M. Caillet, Hadès, 2023)

Sources archéologiques et matérialité de l’enceinte

  • 12 Nous choisissons ici ne pas détailler cette analyse dont les résultats sont présentés sur la figure (...)

24Dans le cadre de l’opération archéologique effectuée sur l’îlot des frères Charmes et en complément de la recherche documentaire, une prospection pédestre a été réalisée dans l’objectif de vérifier et décrire les vestiges déjà signalés par Michel Leymarie. En complément, une carto-interprétation de photographies satellites a été réalisée de manière à en préciser le tracé supposé12. La prospection urbaine s’est aussi appuyée sur le Plan local d’urbanisme communiqué par Patrick Joulié (STAP du Cantal), sur lequel les tronçons d’enceinte et tracés supposés sont signalés. Comme le montrent les photographies satellites, de nombreux tronçons sont conservés en cœur d’îlot. Rares sont ceux visibles et accessibles depuis l’espace public. Dans ce dernier cas, ils ont été enduits ou transformés à une période ultérieure (tour de Seyrac puis Notre-Dame d’Aurenque) (A sur Fig. 2, Fig. 8a). La tour de la Barbantelle, vestige indiqué par des panneaux, est aujourd’hui dissimulée sous la végétation. Une photographie des années 1970 permet d’en apprécier le mode constructif : des moellons disposés au sein d’assises réglées (B sur la Fig. 2 et Fig. 8b).

Fig. 8 - Tours de Seyrac et de la Barbantelle.

Fig. 8 - Tours de Seyrac et de la Barbantelle.

Clichés : M. Caillet, Hadès, 2019 et photographie ancienne conservées aux Archives départementales du Cantal sous la cote 40 Fi 12 (b)

  • 13 Ce tronçon est localisé dans son texte au Ranquetou, actuelle impasse Sourniac.

25Un segment de courtine conservé dans l’impasse Sourniac (C sur la Fig. 2 et Fig. 9a, b, c) a déjà fait l’objet d’une description par Michel Leymarie (1976 : 385-386). Celui-ci est encore accessible, mais en grande partie restauré sous un mortier rose abondant. Quelques observations ont pu être réalisées sur une portion d’environ 5 m de hauteur n’ayant visiblement fait l’objet d’une reprise qu’en partie basse. Dans ce secteur, le parement est construit avec des blocs de lave bruts ou partiellement taillés dont la hauteur est supérieure à 0,35 m, associés à des éclats employés en calage (0,15 × 0,11 m en moyenne). Les éléments sont disposés de manière à former un appareil assisé. À 1,45 m du sol actuel, on constate l’emploi préférentiel de gros moellons (0,25 × 0,24 m et jusqu’à 0,31 × 0,15 m) et galets rectifiés en proportion plus importante qui forment des assises plus régulières. Les éléments sont liés avec un mortier pulvérulent blanc comprenant des galets millimétriques et plus rarement centimétriques. La construction est sommaire mais homogène dans sa mise en œuvre. Michel Leymarie précise que lors de ses observations, une partie des blocs a disparu et que ceux subsistant mesurent 0,40 m de hauteur13. Le parement observé plus au sud et au revers (accès depuis le 33, rue du Collège) est constitué de gros moellons “frustes”, de dimensions inférieures et qui diminuent en s'élevant (Leymarie 1976 : 385-386). En d’autres points, le mur mesure de 1,40 à 1,60 m d’épaisseur et jusqu’à 2 m entre les portes Saint-Marcel et d’Aurenque, secteur le plus exposé à un siège éventuel. Aussi, à proximité immédiate du segment étudié dans l’îlot des Frères Charmes, lorsque M. Dorinière fait détruire un segment de muraille en 1743, celle-ci présente encore une hauteur de 5 toises, soit presque 10 m (Leymarie 1976 : 386) (Fig. 2).

Fig. 9 - Vestiges de l’enceinte dans l’impasse Sourniac et le long de la Jordanne.

Fig. 9 - Vestiges de l’enceinte dans l’impasse Sourniac et le long de la Jordanne.

Clichés : M. Caillet, Hadès, 2019 (a et b), Archives départementales du Cantal, cote 45 Fi 05919 (c), Archives départementales du Cantal, cote : 13 Fi 35, clichés : V. Verrier (d et e)

26Sur des clichés de Véronique Vernier conservés aux Archives départementales, les modules des pierres du parement du segment conservé le long de la Jordanne et parallèle à la rue du Buis (au numéro 18) sont de dimensions inférieures à ceux observés impasse Sourniac et à l’îlot des frères Charmes, et les assises semblent aussi beaucoup plus régulières (D sur la figure 2, Fig. 9d et e et Fig. 11).

27Michel Leymarie mentionne qu’un chemin de ronde est toujours conservé dans les combles d’une habitation du 25 rue des Dames, au 2 bis rue du Buis (E sur la figure 2 ; Leymarie 1976 : 386). Dans ce secteur, l’épaisseur de la muraille est toutefois identique à celle de l’impasse Sourniac : 1,40 à 1,60 m. Dans ce même secteur, un tronçon est par ailleurs conservé parallèlement au boulevard du Pavatou et à la rue des Dames (F sur la figure 2).

28Enfin, aux abords de l’abbatiale, la fouille préventive réalisée en 2013 et 2014, et conduite sous la direction de Nicolas Clément (Mosaïques archéologie), a permis de renouveler les connaissances sur l’occupation du secteur, mais surtout de mettre au jour un tronçon de maçonnerie correspondant probablement au mur de clôture de l’abbaye, mentionné à plusieurs reprises dans les sources médiévales (G sur la figure 2).

29Des portions d’enceinte sont encore nettement perceptibles sur les photographies satellites et sont conservées en cœur d’îlot (H sur la figure 2).

  • 14 Information communiquée par Patrick Joulié du STAP et consignée dans le dossier de l’AVAP.

30Le dossier de l’AVAP fait état de deux tronçons de maçonneries construites en gros blocs de lave reconnus comme appartenant au système défensif au niveau de la rue Transparots et des parcelles AB 30 et AB 31 (I sur la figure 2)14.

31Enfin, la tour de Cologne serait localisée, selon Michel Leymarie, dans le garage de l’hôtel Saint-Pierre (J sur la figure 2).

  • 15 Information contenue dans le deuxième accord de la deuxième paix datée de 1298 (Grand 1946 : 247).

32L’enceinte était doublée d’un fossé, à l’exception toutefois de la portion située en rive droite de la Jordanne, où un canal y est aménagé en aval du pont du Buis antérieurement à 129815. Sur le côté ouest de la ville, le plus exposé aux attaques, le fossé était particulièrement profond, car les caves du bâtiment de la Caisse d’Épargne, situé non loin de la tour de la Barbantelle, étaient encore inondées dans les années 1970. Des sondages réalisés montrent que le fossé serait profond de 4 à 5 m (K sur la figure 2 ; Leymarie 1976 : 188).

33Ces vestiges d’enceinte observés autrefois, dont certains sont encore conservés, ne présentent pas tous les mêmes mises en œuvre. Leur datation peut être déduite des données livrées par les archives.

Développement topo-chronologique des enceintes d’Aurillac et de leurs systèmes défensifs

34L’ensemble des sources et informations récentes recueillies permettent de proposer une synthèse du développement topo-chronologique du tracé de l’enceinte, reconnu ou supposé, qu’il conviendra de compléter et discuter lors de prochaines interventions et prospections (Fig. 10).

Le mur de clôture de l’abbaye : un cas à part

35La grande Enquête de 1277, la Première Paix de 1280 et certaines pièces d’archives des xive-xve s. font allusion à l’existence d’une enceinte autour de l’abbaye. Les indications associées permettent d’en localiser approximativement le tracé. Selon Michel Leymarie, elle serait de plan quadrangulaire ayant comme côtés les rues des Fargues, du Buis, des Dames et du Monastère ou du Chapitre (Leymarie 1975b : 166).

36Dans le cadre d’un programme collectif de recherche centré sur l’abbaye Saint-Géraud, Cécile Rivals s’est attachée à restituer l’évolution du secteur de la fontaine de l’Aumône (située au sud-est du chevet de l’abbatiale). Pour cela, la chercheuse s’est appuyée sur des documents graphiques anciens (premier quart du xviie s.-premier quart du xixe s.) en y appliquant la méthode régressive combinée à un géoréférencement et une vectorisation de ces mêmes plans (Rivals 2016). Ce travail a permis de restituer une partie du tracé de la clôture établie en parallèle de la rue du Buis et de valider l’hypothèse suivant laquelle les maisons de la rue du Buis se sont adossées à cet enclos abbatial (Fig. 10a).

Fig. 10 - Plan synthétique et phasé de l’évolution de l’enceinte urbaine avec localisation du tracé supposé du mur de clôture de l’abbaye.

Fig. 10 - Plan synthétique et phasé de l’évolution de l’enceinte urbaine avec localisation du tracé supposé du mur de clôture de l’abbaye.

Fond de plan : Géoportail, DAO : M. Caillet, Hadès, 2022

La question du système défensif autour du bourg abbatial

37La Troisième Paix de 1347 puis les mentions postérieures démontrent que la ligne de défense de ce bourg était seulement assurée par un fossé sur le front nord-est, peut-être complétée par des dispositifs plus légers comme des plessis et haies entrelacées dont il est question dans l’enquête de 1277 (Leymarie 1975b : 172) (Fig. 10a). Cet aménagement fossoyé reliant les portes (portale) Saint-Étienne et du Buis peut constituer un vestige de la ligne de défense du bourg abbatial ou peut avoir été réalisé en complément de la construction de la fortification entre les portes des Fargues et de Saint-Étienne. Ce choix d’une mise en œuvre plus économique pouvait se justifier dans cette zone moins exposée aux attaques.

38Pourtant, bien que la documentation médiévale n’y fasse pas référence, l’existence d’une première enceinte autour du bourg est vraisemblable, comme semble l'indiquer la découverte de murs avec blocs de lave rue Transparots (cf. supra : Sources archéologiques et Fig. 2, I), interprétés par Valérie Rousset et Bernard Wagon comme des vestiges d’une enceinte associée au noyau urbain qui s’est développé autour de l’abbaye. Cette muraille aurait pu être dépassée sous l’effet de l’accroissement urbain et donc rendue inopérante. Ce vestige fait écho aux débats relatifs à la signification de ce toponyme “Transports” qui, selon Roger Grand, peut indiquer une rue “Trans las Parras” c’est-à-dire au-delà des murs (Grand 1945 : CLXII).

39Seules des interventions et prospections archéologiques permettraient de progresser sur cette question et la trancher définitivement.

L’enceinte de la ville bourgeoise

40Si la Première Paix signée en 1280 entre l’abbé et les bourgeois mentionne l’existence d’un dispositif défensif protégeant la ville (murs de la ville, fossés), l’accord de 1347 (cf. supra : Sources écrites) permet de préciser le tracé de cette première fortification, mais aussi de connaître les modalités de financement pour l’entretien et la construction d’une enceinte autour du bourg abbatial.

L’enceinte urbaine : la question de sa datation

41L’enceinte maçonnée doublée d’un fossé entre les portes des Fargues et Saint-Étienne, décrite dans le document de 1347 enserre l’extension de la ville et, pour partie, l’ancien bourg abbatial (Fig. 10b). Des recueils de dons pour l’entretien des luminaires de l’abbatiale Saint-Géraud et de l’église Notre-Dame mentionnent pour la première fois, dans la seconde moitié du xiiie s., les portes d’Aurenque, de Cabrols (ou des Frères) et de l’Olmet (ou de Saint-Marcel) et de Saint-Étienne, localisées sur le côté ouest de la ville (Bouyssou 1958 : 181, 182 à 184, 187). S’il est établi qu’une enceinte en limite ouest de la ville existe à cette période, la datation de sa construction reste, quant à elle, hypothétique.

42Le plan produit dans le cadre de la création d’une Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine montre effectivement que de nombreuses maisons de la seconde moitié du xiie s. y sont encore conservées jusque dans les environs des portes d’Aurenque et de Saint-Marcel, soit à proximité immédiate de cette fortification (Fig. 10b). À l’ouest du bourg abbatial, ce secteur défendu était constitué de plusieurs quartiers, appelés “ponts” dans les archives. Sur le plan politique, chacun de ces ponts ou quartiers élit respectivement deux consuls pour le représenter et leur réunion formait le conseil de ville. Les “ponts” de Saint-Marcel et d’Aurenque se sont développés suivant deux axes majeurs. La rue Saint-Marcel et la rue des Frères se rejoignent et convergent vers la rue du Rieu (Fig. 2). Le second axe part de la porte d’Aurenque et se divise ensuite vers la rue de la Coste qui devient rue du Consulat où est établi l’ancien siège de cette instance, “cœur” politique de ce nouveau développement urbain (Fig. 2). Depuis la porte d’Aurenque, un autre itinéraire possible consiste à emprunter la rue d’Aurenque (Arsène Vermenouse aujourd’hui) pour atteindre la Grande Place (aujourd’hui place de l’Hôtel de ville), cœur économique et religieux de ce “pont” où s’élevait l’église paroissiale Notre-Dame. Ces différents itinéraires intra muros sont en réalité le prolongement d’axes de communication en direction du Quercy, d’une part, et du Limousin, d’autre part.

43Le consulat est peut-être déjà constitué à la fin du xiie s., car le 1er octobre 1190, le comte de Toulouse, Raymond V promet solennellement à l’abbé et au couvent de Saint-Géraud de les protéger et de les secourir dans toutes leurs guerres […], la sauvegarde consistant surtout à les aider dans leur lutte avec les “bourgeois” d’Aurillac. Pour Roger Grand, le terme de bourgeois, tel qu’il est utilisé, a le sens “d’une classe d’hommes à part et formant un corps capable d’une action politique ou sociale collective concertée” (Grand 1945 : LXIV).

44Le récit d’attaques contre la ville d’Aurillac survenues à la fin du xiie puis au xiiie s. autorise à proposer quelques hypothèses quant à la date de construction de cette grande enceinte urbaine. Le chroniqueur Geoffroy de Vigeois, moine de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, rapporte qu’Aurillac est attaquée au début de l’année 1184 par “une troupe considérable qui avait à sa tête le fils de Raymond V, comte de Toulouse, et le fils d’Henri II roi d’Angleterre, rebellés tous deux contre leur père, ce dernier faisant valoir ses droits sur l’Aquitaine […]. Les envahisseurs se conduisirent vis-à-vis de Saint-Géraud d’Aurillac comme des canailles qui ravissent le bien d’autrui. Le bourg (burgo publicato) fut pillé et ceux qui étaient dans l’enceinte du monastère durent livrer 25 000 sous pour éviter le même sort” (Grand 1945, LXIII). S’il est établi qu’il existe à la fin du xiie s. une enceinte qui protégeait le monastère, le chroniqueur fait la distinction avec le bourg qui lui est pillé. L’absence de mention de siège ou de portes et murailles attaquées autorise à supposer que l’habitat situé autour de l’enceinte du monastère n’était pas ou peu protégé.

  • 16 Les deux témoignages discordent sur qui de l’abbé ou des consuls ont payé les réparations mais les (...)

45Parmi les témoignages recueillis dans la Grande Enquête de 1277, un centenaire et un octogénaire affirment que cinquante ans auparavant l’abbé a ordonné aux consuls de faire réparer à leurs frais la muraille avoisinant la porte d’Aurenque parce qu'elle s’était effondrée (Grand 1945 : 123 et 130)16. Le centenaire précise que cette réparation aurait été motivée par crainte “du comte de Toulouse”. Cette affirmation semble démontrer qu’il existait un mur et une porte à cet endroit vers 1230. Ainsi, on peut supposer que l’enceinte du tronçon qui relie les portes des Fargues et de Saint-Étienne était déjà construite, pour partie ou en totalité, à cette période. À l’issue de l’enquête, il est demandé aux Consuls, d’une part, et à l’abbé, d’autre part, de prouver leurs revendications (Grand 1945 : LXXVIII-LXXIX et LXXXII). L’abbé affirme en effet avoir un droit sur les constructions, réparations, de délivrer les autorisations pour s’appuyer contre les murs de la ville quand les consuls affirment avoir eux-mêmes fait construire, réparer et aménager les différentes composantes du système défensif et de détenir les clefs pour en fermer les portes. En effet, il est précisé dans l’enquête “[qu’] aucun témoin ne peut affirmer que le couvent se soit activement occupé ni de construction, ni de gestion ni de garde des fortifications et l’un d’entre eux affirme au contraire, formellement qu’il s’en est toujours désintéressé” (Grand 1945 : CLXIV). Cette enquête mentionne des murs que les consuls auraient fait construire et réparer, des fossés qu’ils auraient fait combler, ouvrir et nettoyer et fait édifier une “bastide” (Grand 1945 : LXXIX).

46On peut supposer que l’attaque de 1184 a pu constituer un traumatisme pour la population dont les habitations n’étaient pas protégées par une ligne de fortification. Roger Grand suppose que le contexte des troubles liés à la croisade des Albigeois a peut-être motivé les consuls à construire cette grande enceinte en totalité ou en grande partie (Grand 1945 : CLXIV). Si l’on prend pour présupposé que les fronts sud, ouest et nord entre les portes des Fargues et de Saint-Étienne ont été réalisés dans le cadre d’une même campagne de construction, cette dernière serait intervenue entre 1184 et 1230 ou, plus assurément, avant la seconde moitié du xiiie s. On notera qu’en 1233, Roger-Bernard comte de Foix, vient dans les premiers mois de l’année apporter son appui aux bourgeois, en révolte contre l’abbé de Saint-Géraud. Les bandes armées de Roger-Bernard se mêlent aux émeutiers qui accompagnent les consuls et tous se précipitent à l’assaut du château Saint-Étienne, puis ils se dirigent au monastère pour forcer les moines à quitter les lieux (Grand 1945, LXVI). L’absence de mention de l’enceinte, supposément déjà construite, pourrait s’expliquer en raison du fait que les consuls avaient tout intérêt à laisser entrer le comte de Foix dans la ville pour servir leurs intérêts.

L’enceinte autour de l’ancien bourg abbatial

47Dans la Troisième Paix de 1347, il est précisé que le complément d’enceinte doit longer le fossé en ligne droite depuis la porte Saint-Étienne jusqu’à la porte du Buis (cf. supra Les sources écrites). Cette indication montre que, jusqu’au milieu du xive s., le bourg abbatial n’était pas protégé par une enceinte maçonnée (Fig. 10c).

48Des mentions médiévales permettent de situer la construction de ce tronçon entre 1347 et 1377. Ainsi, il est précisé qu’une même maison appelée Soubeyrane ou Souverane confronte en 1347 “le fossé commun de la ville” tandis que trente ans plus tard elle est située “derrière la muraille de lad. ville” (Leymarie 1975 b : 174-175).

49De cet accord de 1347, nous pouvons aussi tirer d’autres informations comme le fait qu’il pouvait exister des portes (porte du Buis) sans que l’enceinte ne soit maçonnée de part et d’autre. Il est précisé aussi que la fortification rejoindra la porte des Fargues en incluant ou excluant les moulins situés à proximité de cette ouverture. D’après Michel Leymarie, la seconde option a semble-t-il été retenue par les consuls et expliquerait ainsi la chicane visible dans ce secteur de l’enceinte. Toutefois, les documents graphiques comme les mentions ne permettent pas de saisir précisément la configuration des lieux. Des textes plus tardifs mentionnent qu’un moulin est “assis au faulxbourg de la ville et joignant la porte des Fargues” (1621 ; Leymarie 1976 : 398). Selon Michel Leymarie, ce moulin serait celui de Hugues Vernhe. Sur le plan de 1736, un bâti jouxtant l’emplacement supposé de la porte est représenté le long du canal. Il pourrait correspondre au moulin en question (Fig. 4). Toujours est-il que cette disposition n’est peut-être pas celle d’origine car la porte est reconstruite (en totalité ou partiellement ? au même emplacement ?) en 1583 (Leymarie 1976 : 398).

50Aujourd’hui, la portion de courtine que l’on peut observer parallèlement au boulevard du Pavatou (entre les anciennes portes de Saint-Étienne et du Buis), comme celle établie le long de la Jordanne, date donc du troisième quart du xive s. Elle se trouve ainsi être postérieure à la grande enceinte urbaine, alors qu’elle était considérée jusqu’à présent comme antérieure, puisqu’attribué à la fortification du bourg abbatial.

Les travaux de modification et d’entretien sur l’enceinte

51Les travaux d’entretien et de perfectionnement de la défense d’Aurillac sont très coûteux pour la ville et, en période de paix, l’enceinte est très souvent délaissée. À l’exception de celles mentionnés dans l’accord de 1347, on dénombre dix mentions d’interventions sur les “tours et murailles de la ville” dont une concerne aussi les hauts parapets. Ces travaux s’étendent sur une fourchette chronologique large, entre 1347 et 1724. On observe une fréquence plus importante de ces réfections à partir de la fin du xve s., pendant les guerres de Religion et jusqu’au milieu du xviie s. Certains travaux s’accompagnent de l’entretien des fossés, pont-levis, ventaux et couvertures de certaines portes, des garde-corps du chemin de ronde et d’autres plus ciblés (l’escalier de la tour Saint-Étienne, la herse de la porte d’Aurenque). On note que pour les restaurations de 1494, des pierres ont été extraites de la Peyriera, carrière non localisée (Leymarie 1976 : 385 ; Boisset 1938 : 91).

52À ces travaux d’entretien, s’ajoutent des interventions sur l’enceinte visant à renforcer le dispositif défensif, comme la construction de la tour Contrastine en 1444 sur le front nord (Fig. 10c ; Leymarie 1976 : 417).

Configuration de l’enceinte urbaine à l’époque moderne

53À la fin du xviie s., Meurgey de Tupigny décrit l’enceinte d’Aurillac comme “des murailles anciennes entourées de fossés remplis de jardins”. Il souligne alors l'importance commerciale de la porte des Cordeliers “sous une tour quarrée avec un pont-levis […] pour aller en Quercy et en Périgord”, celle de “Dorinques, est au septentrion, avec celle de Saint-Étienne qui est sous une tour quarrée… La porte du Buys et à l'Orient pour aller à Clermont […] La porte de las Fargue est aussy du mesme costé d’Orient, sous une tour quarrée avec un pont-levis ; sa sortie est sur une plaine avec une prairie, ayant au-delà un bras de la rivière qui passe sous un pont de bois. La porte de S. Marcel est au Midy sous une tour carrée…” (Leymarie 1975a : 95). Certaines mentions permettent de préciser le plan de ces portes qui ne sont plus conservées lorsqu’est réalisé le plan Daudé. Sur le plan de 1736, les portes Saint-Étienne, du Buis, des Fargues, de Saint-Marcel sont signalées par deux tours carrées quand la porte des Frères n’est pourvue que d’une tour clairement identifiable (Fig. 4). La porte d’Aurenque est très particulière car pourvue de deux rectangles parallèles sur ce même plan. Une mention du xviie s. précise qu’elle serait pourvue de deux tours en sortant de la ville, mises en relation par deux galeries entre elles et avec une troisième tour renfermant l’escalier (1687-1688 ; Leymarie 1976 : 408-409). Elle est également équipée d’une herse (1539 ; Leymarie 1976 : 405). La porte des Fargues est pourvue d’un pont-levis de même que celle des Frères (1574 et 1559 ; Leymarie 1976 : 407). Nombre d’entre elles sont équipées de ravelins : aux Fargues, aux Cordeliers, à Saint-Étienne et à Aurenque (Leymarie 1976 : 407). Aussi, les textes mentionnent des escaliers permettant d’atteindre les portes d’Aurenque, de Saint-Marcel, des Frères et la tour de Malras, lesquels étaient plaqués contre la muraille (Leymarie 1976 : 404-405).

54Enfin, Jean-Baptiste Lakairie (1765-1822), chroniqueur aurillacois, assure que l’enceinte était équipée de quinze tours dont neuf “rondes”. On peut en compter jusqu’à onze sur l’Atlas de Trudaine (Fig. 5). Huit tours peuvent être identifiées (depuis la porte d’Aurenque en direction de l’est) : d’Aurenque (aussi appelée de Seyrac), de Malras (ou de Contrastine), de Saint-Étienne, du Buis (ou des Dames ?), des Fargues, de Cologne, des Cordeliers (ou du bourreau/du Prince ?), de la Barbantelle (Leymarie 1975a : 98). Michel Leymarie donne quelques indications quant à leur localisation en s’appuyant probablement sur la toponymie. Il reporte leur nom sur le plan de 1736, mais ne trouve pas toujours de localisation précise en raison de la déformation de ce dernier (Fig. 4). La tour de Cologne peut être localisée en s’appuyant sur plusieurs mentions et serait conservée dans le garage de l’hôtel Saint-Pierre, située sur le cours Monthyon (Leymarie 1975b : 180). C’est probablement celle-ci qui est représentée sur le médaillon du xviie s. (Fig. 6).

L’apport des opérations archéologiques sur l’îlot des Frères Charmes

55En 2019, dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive, un segment d’enceinte a fait l’objet d’une étude du bâti, à l’angle de la rue des Frères Charmes et du cour Monthyon (Caillet et al. 2021 ; Fig. 2). Ce vestige témoigne des très nombreuses modifications dont il a fait l’objet lorsque la fortification a perdu progressivement toute fonction défensive (Fig. 11). Ainsi, dans le courant du xviie s., une demeure est construite en appui sur la face nord-est de la courtine, à l’intérieur de la ville. Puis, un siècle plus tard, des communs sont aménagés sur le revers de l’enceinte. Après la création de la rue Charmes, intervenue peu après 1880, le commerce “Le Grand bazar du Globe” est construit en appui sur la courtine, en remplacement des communs, à l’angle de cette nouvelle rue et du cours Monthyon (Fig. 12).

Fig. 11 - Relevé photogrammétrique du segment d’enceinte étudié et conservé au cœur de l’îlot Frères Charmes.

Fig. 11 - Relevé photogrammétrique du segment d’enceinte étudié et conservé au cœur de l’îlot Frères Charmes.

Relevé : J. Ducreux, Hadès, 2019

Fig. 12 - Carte postale du “Grand bazar du Globe” autrefois construit en appui contre le tronçon de rempart étudié.

Fig. 12 - Carte postale du “Grand bazar du Globe” autrefois construit en appui contre le tronçon de rempart étudié.

Archives départementales du Cantal, cote : 41 Fi 12 Fonds Euzet

  • 17 Le mauvais état des maçonneries à l’issue de la démolition des immeubles a contraint à déplacer l’e (...)

56Les parements originels de la courtine ont été étudiés finement sur la face sud-est, après piquage des enduits, dans la seule zone où ils étaient conservés et accessibles (Fig. 13). L’intervention, mettant en œuvre les méthodes propres à l’archéologie du bâti, a ainsi permis de compléter et préciser un premier phasage du mur d’enceinte réalisé par Daniel Parent lors du diagnostic de 2016 (Parent 2016). En complément de deux autres campagnes de sondages sédimentaires intervenues en 2012 et 2018 (Fig. 14), une tranchée a été pratiquée dans la zone intra muros (Fig. 14 à 18). L’étude des coupes et des vestiges en plan, couplés aux résultats des évaluations archéologiques précédentes, a permis de documenter l’évolution urbaine de ce secteur urbain en pied de courtine. La synthèse de ces données permet de proposer un phasage malgré l’absence de connexion stratigraphique entre la courtine et les niveaux sédimentaires reconnus (Fig. 19)17.

Fig. 13 - Phasage de la face sud-est du tronçon d’enceinte étudié avec délimitation des unités constructives par étude directe des maçonneries.

Fig. 13 - Phasage de la face sud-est du tronçon d’enceinte étudié avec délimitation des unités constructives par étude directe des maçonneries.

Relevé : J. Ducreux, DAO : M. Caillet, Hadès, 2019

Fig. 14 - Plan général de l’îlot et localisation des sondages archéologiques réalisés lors des différentes interventions au sein de l’îlot Frères Charmes.

Fig. 14 - Plan général de l’îlot et localisation des sondages archéologiques réalisés lors des différentes interventions au sein de l’îlot Frères Charmes.

DAO : M. Caillet, Hadès, 2021, relevé : J. Ducreux et intégration du plan masse provenant du diagnostic de 2018 (Parent 2018, Inrap)

Fig. 15 - Plan des vestiges mis au jour lors des différentes interventions au sein de l’îlot Frères Charmes.

Fig. 15 - Plan des vestiges mis au jour lors des différentes interventions au sein de l’îlot Frères Charmes.

DAO : M. Caillet, Hadès, 2021, relevé : J. Ducreux et intégration du plan masse provenant du diagnostic de 2018 (Parent 2018, Inrap)

Fig. 16 - Vue générale des murs MR 2050 et 2035 et niveaux de sol associés, depuis le sud-est.

Fig. 16 - Vue générale des murs MR 2050 et 2035 et niveaux de sol associés, depuis le sud-est.

Cliché : J. Ducreux, Hadès, 2019

Un dépôt organique en amont de la construction de l’enceinte

  • 18 La moitié inférieure n’a pu être renseignée, car il n’était pas possible de réaliser des paliers de (...)
  • 19 L’étude géomorphologique de Sylvain Colin, Hadès.
  • 20 L’étude céramologique a été réalisée par Sophie Liégard.
  • 21 Laboratoire CIRAM, réf. : AL71. Cette datation réunit deux intervalles : 1016-1059 avec une probabi (...)
  • 22 Laboratoire CIRAM, réf. : AL17. Cette datation englobe les intervalles 1044-1101 (probabilité de 34 (...)

57En différents points, les tranchées de diagnostic de 2012 et 2018 ont montré que le terrain naturel (terrasse de la Jordanne) est scellé par l’apport d’éléments organiques sur une épaisseur de 1,30 m (US 2023) (Fig. 17 et 18). Reconnu en plusieurs points en 2018, puis à nouveau en 2019, il couvre ainsi une surface minimale de 900 m² (30 m de côté). Un prélèvement en colonne et un ramassage par passes mécanisées ont permis de renseigner la composition et la datation de la moitié supérieure18. De la vivianite dans le dépôt, habituellement présente dans des rejets domestiques et de latrines, conjuguée à la présence de faune, bois et matériaux de construction, laisse supposer que cet espace a servi de dépotoir. Le sédiment ayant été brassé, il est possible que ces rejets aient été mis en culture, enrichi par des apports organiques19. Cette formation et utilisation peut donc être assimilée à celle des “terres noires” dont la pratique s’est poursuivie pendant la période médiévale et dont au moins un exemple a été mis en évidence au prieuré Notre-Dame de Montluçon (Liégard 2018). Une différence de composition de ce dépôt, associée à quelques tessons aux caractéristiques légèrement différentes de celles observées dans les 30 centimètres supérieurs, a motivé la réalisation de deux datations radiocarbone dans les niveaux supérieurs et inférieurs à cette transition20. Effectuées sur des fragments de faune, les fourchettes chronologiques obtenues se sont révélées très larges : 1016-1153 (avec une probabilité à 95,4 %)21 pour la partie inférieure du dépôt (entre 0,60 et 0,30 m depuis le sommet de la couche) quand le matériel des trente centimètres supérieurs est daté entre 1044 et 1216 avec une probabilité de 95,4 % 22.

Fig. 17 - Relevé de la coupe nord-ouest du sondage réalisé en 2019.

Fig. 17 - Relevé de la coupe nord-ouest du sondage réalisé en 2019.

Relevé : F. Huguet, DAO : M. Caillet, Hadès, 2019

Fig. 18 - Vue de la partie centrale de la coupe nord-ouest du sondage réalisé en 2019, depuis le sud-est.

Fig. 18 - Vue de la partie centrale de la coupe nord-ouest du sondage réalisé en 2019, depuis le sud-est.

Cliché : F. Huguet, Hadès, 2019

Mise en place d’une trame urbaine concomitante ou postérieure à la construction de l’enceinte

58Par la suite, le dépôt organique est scellé dans l’emprise du sondage par l’apport de remblais au sommet desquels deux tessons datables des xe-xiiie s. ont été mis au jour (US 2034). Sur ces remblais est fondé le mur (MR 2035) qui, orienté NO-SE, semble se poursuivre avec quelques infléchissements en direction d’un mur perpendiculaire à la rue du Rieu et qui délimitait autrefois un passage couvert (Fig. 14 à 19). À l’est du mur MR 2035, se développe une succession de remblais dont le toit a servi de surface de circulation pouvant s’apparenter à des sols de rue (SL 2091, SL 2041 ; Fig. 17). Cette hypothèse est en outre validée par le fait qu’en 1788 M. Dorinière, propriétaire de la parcelle voisine (à l’est de la zone d’intervention), se plaint qu’il existait “autrefois une ruelle nécessaire pour le passage des troupes et leur service sur le mur dont [Me Charme] s’est emparé” (Leymarie 1976 : 390).

  • 23 Laboratoire CIRAM, réf. : AL18.

59Contre et à l’ouest du mur MR 2035 prennent appui plusieurs maçonneries selon une orientation perpendiculaire à celui-ci et notamment le mur MR 2050 (Fig. 15, 16 et 19). Des niveaux d’occupation se développent à leur contact. Le dernier (US 2032) est scellé par un foyer (FY 2074) constitué de fragments de terre cuite et d’une nappe d’argile rubéfiée (Fig. 17 et 18). Un niveau riche en faune immédiatement antérieur à cette structure foyère (US 2031) a livré la datation radiocarbone suivante : 1220-1280 avec une probabilité de 94,5 %23. À l’ouest du mur MR 2050, l’espace était sans doute limité par la maçonnerie MR 2012, posée contre MR 2050 et construite dans le courant de cette phase d’occupation (Fig. 19). Par la suite, ces niveaux sont scellés par des sols aménagés de blocs posés à plat (SL 2060) ou sous forme de calade (SL 2010=2011) (Fig. 15 à 19).

Fig. 19 - Plan évolutif des vestiges mis au jour au sein de l'îlot Frères Charmes.

Fig. 19 - Plan évolutif des vestiges mis au jour au sein de l'îlot Frères Charmes.

Levé de 2019 : J. Ducreux et intégration du plan masse provenant du rapport de D. Parent (2018, Inrap), DAO : M. Caillet, Hadès, 2019)

60Malgré l’absence de relation stratigraphique avec l’enceinte, il est possible de proposer un scénario quant à l’occupation de ce secteur. L’apport du dépôt organique US 2023 de grande étendue démontre que cet espace était situé à proximité de la ville médiévale alors centrée autour du pôle abbatial et à proximité des axes principaux. Sa probable utilisation comme terre à jardin laisse supposer que cet espace, qui bénéficie d’une bonne exposition, n’était pas encore occulté par le mur d’enceinte. Sur ce niveau organique, l’apport d’un remblai, mis en place antérieurement ou au début du xiiie s. (datation radiocarbone), est suivi par la construction d’un mur perpendiculaire à la rue du Rieu délimitant un espace de circulation vers le mur d’enceinte. Le terminus ante quem à la mise en place de cette desserte est livré par les bâtiments perpendiculaires à ce dernier, dont le dernier niveau d’occupation est daté du xiiie s. (datation radiocarbone : 1220-1280). Les datations absolues obtenues, si elles ne livrent pas toujours des fourchettes resserrées, semblent concorder avec la datation de l’enceinte supposée à partir des données livrées par la documentation textuelle, soit avant 1230 (cf. supra L’enceinte urbaine : la question de sa datation).

61Les changements de vocation de ce secteur (un lieu de rejet probablement mis en culture, puis une zone habitée) semblent esquisser une volonté de l’urbaniser, très probablement à la suite de la construction de l’enceinte urbaine.

Matérialité de l’enceinte

  • 24 Ils mesurent en moyenne de 0,30 à 0,57 m de longueur pour une hauteur de 0,30 m.

62L’accès aux maçonneries et l’étude fine de leurs relations stratigraphiques a permis un enregistrement détaillé et étayé de la face sud-est de ce segment de courtine (Fig. 11 et 13). Sur ce pan de mur, l’appareil de revêtement originel MR 1001 est conservé sur 48 m² minimum dans le tiers nord, soit sur 11,10 m de long pour 4,20 m de haut. Dans le tiers sud, la partie inférieure du parement est reconnu sur 6,10 m de long, soit une longueur totale conservée de 17,20 m. Ce parement se caractérise par un appareil irrégulier à la base du mur et l’emploi de blocs bruts de 0,30 m de long en moyenne, et pouvant atteindre 0,50 m (Fig. 20 et 21)24. Les assises sont davantage marquées dans les parties sommitales avec l’usage préférentiel de blocs presque équarris ou de plus petit module. Bien que les éléments soient disposés à plat, les assises, parfois irrégulières, ne se suivent pas de bout en bout. Autre caractéristique, de petits cailloux centimétriques sont utilisés en calage. Ces matériaux sont liés avec un mortier de chaux blanc, friable, composé en grande partie de petits galets centimétriques et de sable. La présence d’éléments hétérométriques dans le mortier laisse supposer qu’il a été réalisé à partir de sable et galets extraits du lit de la Jordanne, sans tamisage préalable. La récupération dont a fait l’objet la partie centrale de ce segment de mur a eu pour effet de rendre la fourrure partiellement apparente (Fig. 11). Cette dernière est caractérisée par l’emploi majoritaire de blocs de lave bruts associés à quelques gros galets de grès. Les éléments sont placés sans organisation et noyés dans un mortier abondant, identique à celui utilisé pour lier les pierres du parement. On observe un changement en partie supérieure, à 4,10 m du sol actuel, où l’on retrouve les mêmes éléments et mortier dont la mise en œuvre a été semble-t-il été réalisée par banchage (Fig. 22). Le recours vraisemblable à cette technique de construction est déduit par l’aspect lissé du mortier en surface. Ce noyau de maçonnerie ne présente pas d’accroche véritable pour les blocs de parement, ce qui pourrait expliquer pourquoi ceux mis en œuvre à l’origine n’aient pas ou peu été conservés dans les parties hautes. Ce noyau de maçonnerie est reconnu au sommet du segment étudié et en différents points, soit sur une hauteur de 6,70 m. Cette portion de fortification est épaisse de 1,60 m au niveau du sol actuel. L’essentiel des travaux d’entretien de l’enceinte, reconnus lors de cette opération, réside dans l’ajout de pierres de parement (Fig. 11, 13 et 23).

Fig. 20 - Vue générale du parement du tronçon d’enceinte (le parement originel est localisé dans la moitié inférieure), depuis le sud-est.

Fig. 20 - Vue générale du parement du tronçon d’enceinte (le parement originel est localisé dans la moitié inférieure), depuis le sud-est.

Cliché : M. Caillet, Hadès, 2019

Fig. 21 - Vue rapprochée du parement originel de la courtine, depuis le sud-est.

Fig. 21 - Vue rapprochée du parement originel de la courtine, depuis le sud-est.

Cliché : F. Huguet, Hadès, 2019

Fig. 22 - Vue générale de la partie supérieure du mur d’enceinte montrant la fourrure de la maçonnerie probablement réalisée par banchage, depuis le sud-est.

Fig. 22 - Vue générale de la partie supérieure du mur d’enceinte montrant la fourrure de la maçonnerie probablement réalisée par banchage, depuis le sud-est.

Cliché M. Caillet, Hadès, 2019

Fig. 23 - Vue détaillée du parement plaqué contre la fourrure du mur d’enceinte, depuis le sud-est.

Fig. 23 - Vue détaillée du parement plaqué contre la fourrure du mur d’enceinte, depuis le sud-est.

Cliché M. Caillet, Hadès, 2019

63Le vestige d’enceinte conservé à l’ouest de la porte Saint-Étienne (impasse Sourniac) présente une mise en œuvre très proche de celle du segment étudié (Fig. 9a, b et c). En revanche, l’examen des clichés d’un tronçon de courtine localisée au bord de la Jordanne et datée de la seconde moitié du xive s. (Fig. 9d et e) permet de noter une mise en œuvre sensiblement différente, avec l’usage de blocs plus réguliers dans leur mise en forme et davantage assisés, que ceux employés dans le segment de l’îlot des frères Charmes. Dans les deux cas, le matériau choisi est de la lave grise, peut-être du basalte. Sur ce sujet, les archives ne font pas mention des carrières exploitées. Sur le promontoire de Belbex, une carrière de lave est située à proximité d’un groupe de bâtiments dont l’un, localisé au sommet du point culminant, arbore des ouvertures de style roman (Rousset et Wagon 2016 : 57). La ville exploitait encore cette carrière dans la première moitié du xxe s. pour sa pierre dure utilisée pour réparer les voies urbaines (Rousset et Wagon 2016 :139). D’autres gisements existent probablement à proximité immédiate de la ville, mais seule une prospection permettrait de localiser ces lieux d’extraction.

64Ainsi, dans l’attente de nouvelles études sur l’enceinte urbaine d’Aurillac, la similitude de mise en œuvre des tronçons de l’îlot des Frères Charmes et de celui de l’impasse Sourniac autorise à supposer que leur construction pourrait avoir été réalisée durant la même phase, voire la même campagne de construction, entre les portes des Fargues et Saint-Étienne, soit probablement avant 1230, et plus assurément dans la première moitié du xiiie s.

Conclusion

65Les résultats des opérations archéologiques et le croisement des données avec les informations livrées par les textes et l’historiographie relative à l’enceinte urbaine d’Aurillac permettent de proposer une synthèse sur l’évolution de cette fortification sur laquelle s’accorde de nombreux chercheurs. Quelques questions restent en suspens comme la mise en défense effective du bourg autour de l’abbaye Saint-Géraud. L’accord de 1347 et les mentions textuelles laissent supposer que le bourg abbatial n’était défendu à cette époque que par un simple fossé, au nord-est tout du moins. Un doute subsiste néanmoins quant à l’existence d’une première enceinte pour défendre ce noyau primitif, distinct de l’enclos abbatial proprement dit, et dont ni la date de réalisation ni la matérialité ne sont clairement établies. Des surveillances archéologiques et des prospections dans les immeubles qui jalonnent ce parcours supposé permettraient sans doute de trancher sur la question.

66S’agissant de l’enceinte urbaine érigée entre les portes des Fargues et de Saint-Étienne et qui enserre l’accroissement de la ville vers le sud-ouest, sa construction interviendrait avant 1230. Les troubles liés à la croisade contre les Albigeois ont peut-être conduit les consuls ou l’abbé à entreprendre la construction de cette grande enceinte pour s’en prémunir. Elle protégeait donc une extension urbaine qui s’est développée à l’ouest du bourg abbatial, au contact d’axes de communication d’importance régionale, conférant à la grande enceinte un tracé atypique, mais centré sur une place où s’élevait l’église Notre-Dame et un marché. Les résultats des différents sondages archéologiques sur l’îlot frères Charmes permettent d’entrevoir une urbanisation impulsée par la construction de cette nouvelle fortification. Par la suite, l’enceinte fait l’objet d’une extension entre 1347 et 1377 sur le front nord-est de la ville. Une fortification vient ainsi compléter un dispositif défensif constitué d’un fossé et d’au moins une porte (celle du Buis) et se poursuit le long de la Jordanne, qui offrait jusque-là une protection naturelle. La construction de ce complément d’enceinte interviendrait au début de la guerre de Cent Ans. En parallèle, l’installation “de garrots à feu” dans les tours en 1358 (Leymarie 1975b :102) démontre une volonté de sécuriser la ville contre toute attaque imminente. L’enceinte et son fossé continuent d’être entretenus, pour l’essentiel, jusqu’au milieu du xviie s. Le système défensif connaît quelques transformations mineures, comme l’ajout en 1444 de la tour Contrastine sur le front nord-ouest ou encore la transformation de la tour de Seyrac en chapelle (Notre-Dame d’Aurenque) après les guerres de Religion.

67L’étude de segments conservés en cœur d’îlot permettrait certainement de documenter davantage les caractéristiques et dispositifs défensifs de cette enceinte, tel que le chemin de ronde signalé par Michel Leymarie et le tronçon encore conservé le long de la Jordanne.

Haut de page

Bibliographie

Blond 2009

Blond St. - L’atlas de Trudaine et ses apports en archéologie, Les Nouvelles de l’archéologie, n° 115 : 30-35.

Boisset 1938

Boisset A.-M. - La vie municipale à Aurillac de 1360 au début du xviie s., Thèse de doctorat de l’école des Chartes, 551 p.

Bouyssou 1958

Bouyssou L. - Les chartes de la “Chandelle” de Saint-Géraud et Notre-Dame d’Aurillac, Revue de la Haute-Auvergne, 36 : 173-189.

Caillet et al. 2021

Caillet M. (dir.), Liégard S. et Colin S. - Îlot des Frères Charmes, Aurillac, Cantal, Rapport final d’opération, Hadès, 2 vol. : 152 p. et 237 p.

Clément 2016

Clément N. - Un riche contexte d’implantation pour l’abbaye Saint-Géraud d’Aurillac (Cantal) : l’apport de l’archéologie préventive [En ligne], Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, Hors-série no 10

Coq 1973

Coq M. - Aurillac médiévale, étude de topographie et d’architecture urbaines, Mémoire de maîtrise sous la dir. de Jean-Marie Pesez, Université Lyon II, 197 p.

Grand 1945

Grand R. - Les “Paix” d’Aurillac : étude et documents sur l’histoire des institutions municipales d’une ville à consulat (xiie-xe s.), CCXIX et 446 p.

Grosdidier de Matons 1923

Grosdidier De Matons M. - Étude de géographie urbaine, Revue de la Haute-Auvergne, f. 3 et 4 : 81-97.

Leymarie 1975a

Leymarie M. - Les fortifications d’Aurillac à travers les âges, Revue de la Haute-Auvergne, 45 : 89-113.

Leymarie 1975b

Leymarie M. - Les fortifications d’Aurillac à travers les âges, Revue de la Haute-Auvergne, 45 : 165-194.

Leymarie 1976

Leymarie M. - Les fortifications d’Aurillac à travers les âges, Revue de la Haute-Auvergne, 45 : 385-427.

Liégard 2018

Liégard S. - Le prieuré Notre-Dame de Montluçon, Revue d’Auvergne, 622-623 : 198-201.

Mrozek et al. 2009

Mrozek M., Prognon P., Chèvremont P. et Nehlig P. - Carte géologique harmonisée du département du Cantal (15) - Notice géologique, BRGM/RP-56778-FR, 280 p.

Parent 2012

Parent D. - Îlot des frères Charmes, rapport de diagnostic, Inrap, SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 59 p.

Parent 2016

Parent D. - 5 rue des frères Charmes, Rapport de diagnostic, Inrap, SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 69 p.

Parent 2018

Parent D. - Îlot des frères Charmes, Rapport de diagnostic, Inrap, SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Clermont-Ferrand, 59 p.

Rivals 2016

Rivals C. - L’apport de la documentation planimétrique à la connaissance de la topographie de l’abbaye Saint-Géraud d’Aurillac : deux études de cas, in : Collectif, L’abbaye d’Aurillac. Nouveaux regards, Revue de la Haute Auvergne, 78, numéro spécial : 428-440.

Rousset et Wagon 2016

Rousset V., Wagon B. - Dossier de création de l’AVAP d’Aurillac, Annexe 1a : 253 p.

Haut de page

Notes

1 Fabien Huguet, Jérôme Ducreux et Marie-Hélène Couturier ont également participé à cette intervention.

2 Sur la destruction des titres de l’abbaye, Grand 1945 : LXVI ; sur la fonction de l’abbaye, Clément 2016 : § 4.

3 Je tiens à remercier tout particulièrement Véronique Vernier des Archives départementales du Cantal et M. Patrick Joulié du STAP du Cantal pour leur précieuses indications et la communication de documents.

4 Texte original : Casu quo muri et fossata qui et que de novo fieri debebunt, juxta modum et formam contentum et contentam in litteris hodie concessis coram dictis notariis per dictas partes super impositis, donec muri a portali vocato de sancto Stephano usque ad portale dal Boys et a portali dai Boys versus et usque dictum molendinum Hugonis Vernhi, quod fuit dudum Durandi Valeta, et deinde usque ad muros antiquos, edificati omnino fuerint ac completi et, eisdem novis completis, transcrit dans Grand 1945 : 320.

5 Je souhaite remercier à ce titre Patrick Joulié, du STAP du Cantal de m’avoir signalé l’existence de cette dernière œuvre.

6 Deux plans sont attribués J.-L. Daudé. L’un est conservé aux Musée d’art et d’archéologie d’Aurillac sous la cote Ni.1791.Daude.01 et le second est conservé aux Archives municipales d’Aurillac sous la cote 1S2.

7 Archives départementales du Cantal, cote 1 Fi 17.

8 Archives nationales, cote CP/F/14/8443 à 8507, copies mise en ligne sur le site internet des Archives départementales du Cantal, cotes : 5 Fi 11, 5 Fi 12 et 5 Fi 13.

9 Deux des trois plans étant très similaires (5 Fi 11 et 5 Fi 12), seul l’un d’eux a été choisi pour illustrer cet article.

10 Reproduction mise en ligne sur le site internet des Archives départementales du Cantal, cote : 28 Fi 216, cliché : André Muzac.

11 Reproduction mise en ligne sur le site internet des Archives départementales du Cantal, cote : 26 Fi 216. Je tiens à remercier Patrick Joulié du STAP du Cantal pour m’avoir signalé l’existence de ce tableau.

12 Nous choisissons ici ne pas détailler cette analyse dont les résultats sont présentés sur la figure 2.

13 Ce tronçon est localisé dans son texte au Ranquetou, actuelle impasse Sourniac.

14 Information communiquée par Patrick Joulié du STAP et consignée dans le dossier de l’AVAP.

15 Information contenue dans le deuxième accord de la deuxième paix datée de 1298 (Grand 1946 : 247).

16 Les deux témoignages discordent sur qui de l’abbé ou des consuls ont payé les réparations mais les deux s’accordent sur la date et la localisation de la portion d’enceinte réparée.

17 Le mauvais état des maçonneries à l’issue de la démolition des immeubles a contraint à déplacer l’emprise de la tranchée pour des raisons de sécurité.

18 La moitié inférieure n’a pu être renseignée, car il n’était pas possible de réaliser des paliers de sécurité.

19 L’étude géomorphologique de Sylvain Colin, Hadès.

20 L’étude céramologique a été réalisée par Sophie Liégard.

21 Laboratoire CIRAM, réf. : AL71. Cette datation réunit deux intervalles : 1016-1059 avec une probabilité de 38,1 % et 1066-1154 avec une probabilité de 57,3 %.

22 Laboratoire CIRAM, réf. : AL17. Cette datation englobe les intervalles 1044-1101 (probabilité de 34,6 %) et 1118-1216 (probabilité de 60,80 %).

23 Laboratoire CIRAM, réf. : AL18.

24 Ils mesurent en moyenne de 0,30 à 0,57 m de longueur pour une hauteur de 0,30 m.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation extra muros des principaux vestiges antiques et médiévaux de la ville.
Crédits Fond de carte : Géoportail, DAO : M. Caillet, Hadès, 2020
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 - Localisation intra muros des édifices, immeubles et portions d’enceinte médiévaux de la ville, d’après le dossier de l’AVAP, du PLU et des prospections urbaines et carto-interprétation des vues satellites.
Crédits Fond de carte : Géoportail, AVAP (V. Rousset, B. Wagon 2020), PLU. DAO : M. Caillet, Hadès, 2020
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 3 - Extrait du plan dit Daudé de 1791 dans l’angle nord-ouest de la ville avec localisation des principaux éléments d’enceinte signalés et disparus.
Crédits Site internet bibliothèque.numérique.aurillac.fr sur lequel est consultable le plan Daudé conservé au Musée d’art et d’archéologie d’Aurillac, cote : Ni.1791.Daude.01. DAO : M. Caillet, Hadès, 2023
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 4 - Plan de 1736 avec les indications sur les éléments de l’enceinte livrées par Michel Leymarie.
Crédits Archives départementales du Cantal, cote : 1 Fi 17, indications : Leymarie 1975a : 93, DAO : M. Caillet, Hadès, 2023
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 5 - Extraits de l’Atlas de Trudaine présentant des renseignements complémentaires.
Crédits Archives départementales du Cantal, cotes : 5 Fi 11 et 5 Fi 13, DAO : M. Caillet, Hadès, 2023
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 6 - Médaillon central d'une gravure, formant l'encadrement d'une thèse de philosophie soutenue en 1644.
Crédits DAO : R. Carme, Hadès, 2023
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 7 - Tableau intitulé Aurillac en 1815 de Jean-Hubert Tahan avec agrandissement des segments de mur d’enceinte représentés et extrait du plan Daudé signalant ces mêmes segments
Crédits Archives départementales du Cantal, cote 28 Fi 216 (photographie du tableau), DAO : M. Caillet, Hadès, 2023)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 8 - Tours de Seyrac et de la Barbantelle.
Crédits Clichés : M. Caillet, Hadès, 2019 et photographie ancienne conservées aux Archives départementales du Cantal sous la cote 40 Fi 12 (b)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 9 - Vestiges de l’enceinte dans l’impasse Sourniac et le long de la Jordanne.
Crédits Clichés : M. Caillet, Hadès, 2019 (a et b), Archives départementales du Cantal, cote 45 Fi 05919 (c), Archives départementales du Cantal, cote : 13 Fi 35, clichés : V. Verrier (d et e)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 10 - Plan synthétique et phasé de l’évolution de l’enceinte urbaine avec localisation du tracé supposé du mur de clôture de l’abbaye.
Crédits Fond de plan : Géoportail, DAO : M. Caillet, Hadès, 2022
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 11 - Relevé photogrammétrique du segment d’enceinte étudié et conservé au cœur de l’îlot Frères Charmes.
Crédits Relevé : J. Ducreux, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 12 - Carte postale du “Grand bazar du Globe” autrefois construit en appui contre le tronçon de rempart étudié.
Crédits Archives départementales du Cantal, cote : 41 Fi 12 Fonds Euzet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 13 - Phasage de la face sud-est du tronçon d’enceinte étudié avec délimitation des unités constructives par étude directe des maçonneries.
Crédits Relevé : J. Ducreux, DAO : M. Caillet, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 14 - Plan général de l’îlot et localisation des sondages archéologiques réalisés lors des différentes interventions au sein de l’îlot Frères Charmes.
Crédits DAO : M. Caillet, Hadès, 2021, relevé : J. Ducreux et intégration du plan masse provenant du diagnostic de 2018 (Parent 2018, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 15 - Plan des vestiges mis au jour lors des différentes interventions au sein de l’îlot Frères Charmes.
Crédits DAO : M. Caillet, Hadès, 2021, relevé : J. Ducreux et intégration du plan masse provenant du diagnostic de 2018 (Parent 2018, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 16 - Vue générale des murs MR 2050 et 2035 et niveaux de sol associés, depuis le sud-est.
Crédits Cliché : J. Ducreux, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 17 - Relevé de la coupe nord-ouest du sondage réalisé en 2019.
Crédits Relevé : F. Huguet, DAO : M. Caillet, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 18 - Vue de la partie centrale de la coupe nord-ouest du sondage réalisé en 2019, depuis le sud-est.
Crédits Cliché : F. Huguet, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 19 - Plan évolutif des vestiges mis au jour au sein de l'îlot Frères Charmes.
Crédits Levé de 2019 : J. Ducreux et intégration du plan masse provenant du rapport de D. Parent (2018, Inrap), DAO : M. Caillet, Hadès, 2019)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 20 - Vue générale du parement du tronçon d’enceinte (le parement originel est localisé dans la moitié inférieure), depuis le sud-est.
Crédits Cliché : M. Caillet, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 21 - Vue rapprochée du parement originel de la courtine, depuis le sud-est.
Crédits Cliché : F. Huguet, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 22 - Vue générale de la partie supérieure du mur d’enceinte montrant la fourrure de la maçonnerie probablement réalisée par banchage, depuis le sud-est.
Crédits Cliché M. Caillet, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 23 - Vue détaillée du parement plaqué contre la fourrure du mur d’enceinte, depuis le sud-est.
Crédits Cliché M. Caillet, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6735/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Caillet, « L’enceinte urbaine d’Aurillac (Cantal) : état des connaissances sur ses origines et son évolution »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 63 | 2024, mis en ligne le 13 mai 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6735

Haut de page

Auteur

Marie Caillet

Hadès archéologie, ZA La Tourtelle, 63450 Saint-Saturnin

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search