Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 63ArticlesVarennes-sur-Seine (Seine-et-Marn...

Articles

Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Justice : l’ensemble funéraire aristocratique de La Tène finale et les aménagements gallo-romains

Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), La Justice: the aristocratic burial complex from the Late La Tène period and Gallo-Roman arrangements
Jean-Marc Séguier
avec la collaboration de Luc Leconte

Résumés

L’ensemble funéraire de la Justice à Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) est localisé à 350 m de l’établissement aristocratique du même nom, en bordure d’un paléochenal. Partiellement circonscrit, il occupe une superficie de 3 300 m² et se compose de 6 monuments quadrangulaires de forme variée, 2 fossés, 4 fosses, 2 trous de poteau, 1 dépôt et 6 amas de mobilier. Aucune sépulture stricto sensu n’a été observée, ce qui résulte à la fois de l’érosion et des particularités des rites funéraires. Les restes humains crémés, peu abondants (moins de 500 g), et le mobilier, très abondant (plus de 192 kg), proviennent principalement du comblement des fossés des monuments, des autres fossés et des amas. Ce matériel se compose surtout de très nombreux restes d’amphores (plus de 3 250), presque toutes des Dr. 1 italiques, mais aussi de 44 monnaies, alors que la céramique et l’instrumentum métallique sont très discrets. L’importance du vin dans le rituel, la présence d’un statère-lingot et celle de vaisselle campanienne sont en accord avec le très haut niveau social des occupants de l’établissement auquel se rattache l’ensemble funéraire. Les structures et les mobiliers révèlent des pratiques funéraires atypiques dans le contexte gaulois, tout au moins ne se laissant pas décrypter aisément. Cependant, les données trouvent un écho dans plusieurs sites d’Île-de-France ayant livré des vestiges comparables, le rituel funéraire semblant caractériser les élites sociales de l’espace culturel sénon au cours du ier s. av. J.-C. Abandonné peu après la conquête, l’espace sera réoccupé de la période flavienne au iiie s. par un parcellaire auquel sont liés des éléments de bornage et quatre dépôts évoquant le rite de l’enchytrisme.

Haut de page

Texte intégral

Le site de La Justice dans son contexte

  • 1 Les auteurs remercient M.-F. André et P. Pihuit, Inrap, auteurs des infographies.

1Le site de la Justice est localisé à 2,5 km au sud du confluent de la Seine et de l’Yonne, en rive gauche du fleuve, dans un secteur largement documenté, notamment pour la Protohistoire (Séguier 2013a) (Fig. 1)1. Motivée par la construction d’un centre commercial, une fouille préventive réalisée en 2007 a mis en évidence un établissement rural gaulois de très haut rang composé d’un enclos principal précédé d’une esplanade et doté de cours juxtaposées, le tout occupant une superficie de l’ordre de 5 à 8 ha. L’habitat se signale par sa monumentalité que souligne l’ordonnancement de l’espace (Séguier, Auxiette et Pilon 2021). De toute évidence, il constituait, avec l’agglomération ouverte du Marais du Pont, située à 500 m au nord (Fig. 2), un pôle aristocratique exerçant un contrôle des activités économiques et de la vie sociale de l’ensemble de la plaine de confluence (ibid.). L’établissement est occupé de la fin du iiie s. av. J.-C. jusqu’à la conquête, mais c’est dans la seconde moitié du iie s. av. J.-C. qu’il adopte une configuration le rapprochant d’autres sites aristocratiques sénons qui préfigurent les villae gallo-romaines à pavillons multiples, dont le site des Perrières à Batilly-en-Gâtinais est le meilleur représentant (Fichtl 2013).

Fig. 1 - Localisation du site (étoile) dans le contexte local des iie-ier s. av. J.-C. (points).

Fig. 1 - Localisation du site (étoile) dans le contexte local des iie-ier s. av. J.-C. (points).

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, Inrap

  • 2 Il s’agit de parcelles rectangulaires parallèles les unes aux autres dont la longueur, encore incer (...)

2Après un abandon de l’ordre d’un siècle, l’avant-cour de l’établissement est réoccupée à l’époque romaine par un petit établissement rural intégré à un réseau parcellaire constitué de parcelles en lanières de 250 m de largeur, orienté approximativement nord-sud et adossé à la voie Agedincum-Lutèce qui longe le site au sud – il s’agit de l’actuelle RD606 (Séguier 2013a, vol. 1 : 357-360)2.

3L’ensemble funéraire de la fin de l’âge du Fer est localisé à 350 m au sud-est de l’habitat (Fig. 2) (Séguier 2013a, vol. 1 : 273-322). Il est implanté en bordure d’un paléochenal dont l’analyse palynologique a révélé qu’il constituait, à la fin de l’âge du Fer et à la période romaine, un espace ouvert dont la ripisylve a été pratiquement éradiquée et qui a été largement exploité dans le cadre des activités agricoles (Leroyer et Aoustin 2013). Les structures funéraires s’installent dans une zone pratiquement vierge de toute structure antérieure hormis quelques fosses mal conservées datées du Hallstatt final ou de La Tène A (Fig. 3). Elles sont en partie oblitérées par quelques structures antiques dont un fossé et quatre probables sépultures d’infantiles (cf. infra), mais aussi par quelques traces parcellaires d’époques moderne et contemporaine (Fig. 3).

Fig. 2 - Plan simplifié du pôle aristocratique de la fin de l’âge du Fer (en tache de fond : le parcellaire contemporain).

Fig. 2 - Plan simplifié du pôle aristocratique de la fin de l’âge du Fer (en tache de fond : le parcellaire contemporain).

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, Inrap

Fig. 3 - Plan de l’ensemble funéraire de la fin de l’âge du Fer (à l’exception du fossé gallo-romain 2001, ne sont numérotées que les structures en rapport avec l’ensemble funéraire de La Tène finale).

Fig. 3 - Plan de l’ensemble funéraire de la fin de l’âge du Fer (à l’exception du fossé gallo-romain 2001, ne sont numérotées que les structures en rapport avec l’ensemble funéraire de La Tène finale).

DAO P. Pihuit, Inrap

L’ensemble funéraire de La Tène finale

Organisation

4Installé sur les limons de débordement tardiglaciaires, l’espace funéraire (Fig. 3-4) occupe une légère dépression naturelle de moins de 1 m de profondeur comblée de limons bruns, horizon de pédogénèse qui a compliqué la lecture des vestiges. C’est entre le bord oriental de cette cuvette et le paléochenal que sont installées les structures. L’ensemble se compose de 6 monuments quadrangulaires, 2 fossés, 4 fosses, 1 dépôt et 6 amas correspondant à des épandages de matériel. Probablement incomplet, ce site, délimité artificiellement par une limite foncière au sud et par le tracé de la RD605 à l’est, occupe une superficie de l’ordre de 3 300 m². L’espace funéraire est bordé par le paléochenal à l’ouest et aucune structure funéraire n’a été observée au nord du monument 2032.

Fig. 4 - Vue générale du site en cours de fouille.

Fig. 4 - Vue générale du site en cours de fouille.

Cliché C. Valero, Inrap

5Les monuments 2003, 2032, 2048, 2050, 2051 et 2053 forment un groupe compact étiré sur 55 m de long, l’aménagement du monument 2053 ayant détruit l’angle nord-est du monument 2051 (Fig. 3). Ces monuments sont globalement orientés selon les points cardinaux, à l’exception de 2050, légèrement désaxé. Les fossés 2002 et 2017/2026 participent du dispositif funéraire comme le montrent leur recoupement par le fossé gallo-romain 2001 (Fig. 3) et le mobilier qui en provient. L’orientation de 2002 et de 2017 suit les axes cardinaux, alors que celle du segment 2026, pourtant lié à 2017, est alignée sur celle des monuments 2050 et 2003. Le creusement du fossé 2017/2026 a détruit le côté sud du monument 2051, alors que sa relation avec le monument 2048 est incertaine, ce secteur étant peu lisible. Ce même fossé est recoupé par le fossé 2002 qui est lui-même postérieur au monument 2003. Ces données témoignent d’une certaine longévité de l’utilisation de l’espace funéraire et des transformations subies par celui-ci.

6Il ne subsiste aucune sépulture stricto sensu, mais cinq aménagements sont en relation directe avec le fonctionnement de l’espace funéraire (Fig. 3) : il s’agit des quatre fosses 2044, 2045, 2046 et 2047, dispersées du centre à l’est de l’emprise, et du dépôt 2007 localisé à l’ouest en bordure du paléochenal. Si le décapage de ce dernier a livré quelques fragments d’amphore italique, aucune structure funéraire n’y a été observée. D’ailleurs, tout indique qu’il n’était pas colmaté au moment où l’espace funéraire était en service (Leroyer et Aoustin 2013). Les amas 2006, 2010, 2011, 2016, 2024 et 2031 (Fig. 3) correspondent à des épandages informes de tessons d’amphore italique de 2 à 6 m², sans contour visible et sous lesquels n’a pu être détectée aucune trace de creusement : il ne s’agit donc pas de fosses, mais plutôt de lambeaux du niveau d’utilisation de l’espace funéraire (cf. infra).

  • 3 Seule structure observée lors du diagnostic dans cette zone ; c’est la nature des mobiliers qui a m (...)

7Enfin, le fossé 2001, qui est à l’origine de la fouille de ce secteur3, n’appartient pas à l’ensemble funéraire mais au parcellaire en lanières d’époque romaine (cf. supra), le matériel antique assurant son usage de la fin du ier au iiie s. ap. J.-C. (Séguier 2013a, vol. 1 : 350-353). Son creusement a détruit le côté occidental du monument 2051, traversé les fossés 2002 et 2017/2026, bouleversé une partie de l’aire interne et des fossés du monument 2032, mais aussi, semble-t-il, les sols de l’espace funéraire. C’est ce qui explique sa richesse en mobilier de La Tène finale sur toute la partie méridionale de son tracé.

  • 4 Cf. infra, Fig. 14.

8Outre les destructions occasionnées par ce dernier ouvrage, l’ensemble funéraire de la Justice est médiocrement conservé. Il a, en effet, été fortement affecté par l’érosion agricole, entamée dès l’époque romaine mais accentuée à la période moderne et contemporaine. De ce fait, les sols antiques ont disparu (pour l’essentiel), alors que les structures archéologiques ont été écrêtées. En témoigne la faible profondeur de celles-ci, de l’ordre de 10 à 30 cm de profondeur sous la surface de décapage (cette dernière située entre 51,5 et 51,6m NGF). Néanmoins, cet état de conservation n’est pas constant. En effet, la détection complète du monument 2032 a nécessité des reprises de décapage jusqu’à la côte 51 m NGF, la partie supérieure du comblement des fossés se confondant avec l’horizon de limon brun particulièrement développé dans cette partie du site (bordure de la cuvette). Dans ce cas, il serait nécessaire d’ajouter à la profondeur des fossés de ce monument une épaisseur de l’ordre de 40 à 50 cm4, ce qui relativise la perception de l’état de conservation du site.

Les monuments

Le monument 2003

9Il s’agit d’un enclos carré de 4,80 à 5 m de côté, dont l’aire interne avoisine 12 m², fermé sur ses quatre côtés et dont l’orientation est légèrement désaxée par rapport aux axes cardinaux (Fig. 5). La structure étant très arasée, il ne subsiste aucune trace d’aménagement interne. Large de 0,45 à 0,90 m et profond de 0,18 à 0,30 m, le fossé, à fond plat ou en cuvette et parois sub-verticales, était comblé d’un limon sableux gris homogène. Le mobilier, peu abondant (Tabl. 1), est surtout constitué de fragments d’amphore italique dispersés de manière aléatoire, associés à un fragment de fer et à 3 g d’esquilles osseuses crémées non identifiable. Deux possibles dépôts étaient localisés dans les angles sud-ouest et sud-est (Fig. 5), le premier constitué d’un vase en céramique non tournée initialement déposé complet ouverture vers le haut (le fond est désagrégé) et le second par un bord complet d’amphore Dr. 1 italique disposé ouverture vers le bas.

Fig. 5 - Plan et coupes du monument 2003.

Fig. 5 - Plan et coupes du monument 2003.

DAO P. Pihuit, Inrap

Tabl. 1 - Mobilier découvert dans le comblement des structures de La Tène finale.

Tabl. 1 - Mobilier découvert dans le comblement des structures de La Tène finale.
  • 5 Les amphores ont été étudiées par C. Barthélemy-Sylvand (2013) dont nous reprenons à notre compte l (...)

10Le vase non tourné est une variante basse de la jatte arrondie (Fig. 6, n° 2). Le bord d’amphore Dr. 1 relève de la classe 3 de Guichard5 en pâte typique des ateliers d’Albinia (Fig. 6, n° 1), mais la présence de fragments de deux pieds permet de comptabiliser au moins deux individus. L’objet en fer correspond à un menu fragment de tôle très mince dont l’interprétation est incertaine.

Fig. 6 - Mobilier du monument 2003.

Fig. 6 - Mobilier du monument 2003.

DAO P. Pihuit, Inrap

Le monument 2050

  • 6 Tout au moins dans les corpus disponibles en Gaule septentrionale (notamment : Jahier et al. 2018 ; (...)

11Il s’agit d’un enclos rectangulaire mesurant 5,20 × 4,50 m, dont l’aire interne avoisine 13 m² et dont l’orientation dévie légèrement par rapport aux points cardinaux (Fig. 7). L’arasement du côté occidental est trop important pour que l’on sache si le monument était fermé sur ses quatre côtés ou s’il existait une entrée au sud-ouest, auquel cas il s’agirait d’un enclos en agrafe, forme originale qui ne semble guère connaître de parallèle6. Il ne subsiste aucune trace d’aménagement interne. Large de 0,40 à 0,75 m et profond de 0,05 à 0,25 m, le fossé adopte un profil irrégulier à fond plat, en V ou à épaulement, ce qui suggère des réfections dont il ne subsiste aucune trace dans le comblement homogène constitué de limon brun clair.

Fig. 7 - Plan, coupes et amphore du monument 2050.

Fig. 7 - Plan, coupes et amphore du monument 2050.

DAO P. Pihuit, Inrap

12Le mobilier, peu abondant (Tabl. 1), était surtout regroupé dans le sondage 9 (assez grands fragments de panse représentant 50 % du poids de restes total). Il n’est constitué que de 14 fragments d’amphore italique associés à 1 tesson de céramique probablement non tournée et à 1 esquille osseuse crémée non identifiables. Le seul élément identifiable est un bord d’amphore Dr. 1 italique dont la métrologie se situe en limite des classes 2 et 2 ou 3 (Fig. 7, n° 1).

Le monument 2048

13Il s’agit d’un enclos en U mesurant 7,50×6,20 m, dont l’aire interne avoisine 30 m² et dont l’orientation suit celle des points cardinaux (Fig. 8-9). Même si l’arasement du côté occidental est accusé, il fait peu de doute que ce monument était entièrement ouvert à l’ouest (enclos en agrafe). Il ne subsiste aucune trace d’aménagement interne. L’emprise du monument est traversée par le fossé 2026. Large de 0,50 à 0,90 m et profond de 0,15 à 0,32 m, le fossé adopte un profil irrégulier en V ou en cuvette à fond plat, et présentait un comblement homogène constitué de limon brun clair.

Fig. 8 : Plan et coupes du monument 2048.

Fig. 8 : Plan et coupes du monument 2048.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 9 : Le du monument 2048 en cours de fouille.

Fig. 9 : Le du monument 2048 en cours de fouille.

Cliché C. Valero, Inrap

14Le mobilier, peu abondant (Tabl. 1) et dispersé de manière aléatoire, est composé de 13 fragments d’amphore, de 10 tessons de céramique, de 6 éléments métalliques (fragment de fer et alliage cuivreux fondu) et de 78 g d’os crémés non identifiables en dehors de petits fragments de diaphyses. La présence d’une anse et de trois fonds permet de comptabiliser 3 Dr. 1 italiques. Parmi la céramique figurent des fragments de non tournée fine et de type Besançon. Le métal est représenté par 5 petites masses d’alliage cuivreux fondu et par 1 probable fragment d’entrée de serrure en fer (traces de découpe interne).

Le monument 2051

15Il subsiste peu de choses de cet enclos quadrangulaire dont la majeure partie a été détruite par le creusement du fossé 2026 au sud et par celui du fossé gallo-romain 2001 à l’ouest, alors que son angle nord-est a été détruit par l’angle sud-ouest du monument 2053 (Fig. 10). Même si l’on ne peut restituer ni son plan, ni ses dimensions, il devait s’agir d’un enclos de petite taille (4 m de côté au maximum), orienté selon les points cardinaux. Le fossé, large de 0,60 m est en cuvette et très arasé (0,15 m de profondeur au mieux).

Fig. 10 - Plan et coupes des monuments 2051 et 2053.

Fig. 10 - Plan et coupes des monuments 2051 et 2053.

DAO P. Pihuit, Inrap

16Le matériel se limite à 45 fragments d’amphores italiques dont 3 épaulements de Dr. 1 et 6 g d’esquilles osseuses crémées.

Le monument 2053

17La conception de ce monument, orienté selon les axes cardinaux, est originale. Rectangulaire et étroit (5,75 m × 2,10 m), l’enclos affecte la forme d’une agrafe munie d’une ouverture de 0,50 m de large, l’aire interne étant réduite à une sorte de banquette étroite de moins de 3 m² de superficie, moins large que le fossé qui limite le monument sur son côté nord (Fig. 10). Il existe d’ailleurs un contraste entre ce dernier fossé, large (1,10 à 1,20 m) et aux angles bien marqués et le fossé sud, plus grêle (0,50 m à 0,75 m) et à l’extrémité arrondie, sans que l’on doive nécessairement incriminer une conservation différentielle des deux côtés pour l’expliquer. L’autre singularité de ce monument réside dans la présence des deux trous de poteau à fond plat 2052 et 2055 de 0,50 m de diamètre, très arasés, situés aux extrémités de l’aire interne et distants de 2,50 m (Fig. 10). Aucun vestige ne venant suggérer qu’ils se rattachent à un bâtiment antérieur ou postérieur au monument, il faut probablement les considérer comme partie intégrante de ce dernier, ce que confirme d’ailleurs la géométrie de l’ensemble. Étant donné qu’il est exclu que ces trous de poteau aient constitué l’ossature d’un bâtiment, la seule hypothèse qui semble recevable consiste à y voir les points d’ancrage d’un portique d’un type a priori inédit en contexte funéraire au second âge du Fer, mais peu éloigné, dans sa conception, des porches qui marquaient l’accès de l’accès des sanctuaires et de bon nombre d’établissements ruraux (Gaudefroy 2011 : 235-237 ; Lepaumier et Giraud 2018 : 194-196) à l’image du porche méridional de l’habitat de la Justice (Séguier 2013a, vol. 1 : 173-175). La présence de tessons d’amphore dans le comblement de ces deux structures de maintien et, en particulier, dans le trou de poteau 2055 (Fig. 11, en haut à droite), suggère que les poteaux ont été arrachés puis comblés d’éléments identiques à ceux qui ont comblé le fossé. Il faut voir là soit la preuve de l’existence de deux phases d’utilisation du monument, la première avec porche, la seconde sans. On peut également voir dans ces vestiges la conséquence de l’éradication des structures funéraires lato sensu, l’arrachage des poteaux étant suivi du nivellement de l’ensemble. Le fossé adopte un profil à fond plat ou en cuvette à profil irrégulier, et présentait un comblement homogène constitué de limon brun clair.

Fig. 11 - Tessons d’amphore à la base du remplissage du fossé nord du monument 2053 et dans le trou de poteau 2055 (en haut à droite).

Fig. 11 - Tessons d’amphore à la base du remplissage du fossé nord du monument 2053 et dans le trou de poteau 2055 (en haut à droite).

Cliché J.-M. Séguier, Inrap

  • 7 Les monnaies ont toutes été identifiées par B. Foucray (2013).

18Le mobilier, relativement abondant eu égard au volume des fossés et des trous de poteau (Tabl. 1) était présent sur tout le tracé du fossé, mais ce sont les sondages 3 et 4 qui ont livré le plus grand nombre de tessons d’amphore, dont beaucoup d’éléments brûlés (Fig. 11). L’ensemble se compose de 579 fragments d’amphore, d’un fragment d’opercule, de 2 tessons de céramique, de 80 g d’os crémés paraissant renvoyer à un (ou des sujets) adulte(s), de 1 esquille osseuse animale non brûlée (espèce indéterminée), de 2 éléments métalliques et d’une monnaie. L’amphore Dr. 1 italique est l’élément dominant avec 3 bords de classe 2 (Fig. 12, n° 2-4), 2 de classe 2 ou 3 (Fig. 12, n° 5-6), 1 de classe indéterminée (Fig. 12, n° 8) et 1 bord atypique en raison de son diamètre (< 15 cm) (Fig. 12, n° 7) ; le seul pied se rapporte à une Dr. 1 (Fig. 12, n° 10) et il faut signaler un fragment d’opercule (Fig. 12, n° 9). On compte également 2 tessons de panse d’une amphore orientale de type indéterminé (égéenne ?) et un fond d’amphore de la famille des Dr. 7/11 de Bétique (Fig. 12, n° 11). La seule pièce de vaisselle est une jatte cylindro-conique en tournée fine (Fig. 12, n° 1). Le métal est illustré par une petite masse d’alliage cuivreux fondu et par un talon en fer dont la douille conserve le rivet de fixation de la hampe (Fig. 12, n° 12). Quant à la monnaie, il s’agit d’un bronze sénon à l’oiseau de type LT 7508, classe V de J. Piette (Fig. 13)7. Des trous de poteau ne proviennent que des fragments d’amphore Dr. 1 italique (Tabl. 1) dont 1 bord de classe 2 ou 3 (Fig. 12, n° 13) et 3 anses qui permettent de déterminer un NMI de 2 Dr. 1 en 2055 (il n’a pas été possible d’établir la corrélation entre les amphores des trous de poteau et celles du fossé).

Fig. 12 - Mobilier du monument 2053 (nos 1-12) et du trou de poteau 2055 (no 13).

Fig. 12 - Mobilier du monument 2053 (nos 1-12) et du trou de poteau 2055 (no 13).

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 13- La monnaie du monument 2053.

Fig. 13- La monnaie du monument 2053.

Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France

Le monument 2032

19Il s’agit d’un enclos carré de 6,50 m de côté, dont l’aire interne avoisine 19 m², ouvert à l’est par une simple interruption du fossé, large de 1 m, l’orientation suivant les points cardinaux (Fig. 14-15). Les angles sont bien marqués, sauf au sud-est, légèrement arrondi alors que la constriction interne de l’angle sud-ouest ne trouve aucune explication. Le monument est très arasé, mais, dans l’ensemble, un peu moins que les précédents. Il subsiste deux trous de poteau dans l’aire interne (2034 et 2035), de profil tronconique et de calibres différents, écartés de 3,30 m (entraxe), comblés de limon brun stérile (Fig. 14). La destruction d’une partie de l’aire interne par le fossé gallo-romain 2001 interdit de savoir si, comme il est permis de le supposer, des symétriques existaient sur le côté occidental pour former un édicule à quatre poteaux, aménagement très commun dans les monuments funéraires de La Tène finale (Jahier et al. 2018). Si tel est le cas, cette construction légèrement excentrée semble avoir été plutôt rectangulaire (3,50 × 2,50 m) pour un peu moins de 9 m² de superficie ce qui, par rapport au référentiel de Gaule septentrionale, la situe parmi les édicules de très petite taille (ibid.). Large de 0,80 m à 1,20 m et profond de 0,32 à 0,50 m, le fossé est à fond plat et parois régulièrement évasées. En plusieurs endroits, son remplissage montre qu’il a été recreusé au moins une fois après un comblement initial constitué de substrat altéré, le nouveau fossé présentant un fond plus étroit et des parois plus évasées (Fig. 14, coupes sd. 3 et sd. 9). Le comblement initial était stérile ; la couche de limon gris qui comble le second état du fossé a livré de rares tessons d’amphore italique et os crémés, mais c’est du remblai supérieur constitué de limon brun que provient l’essentiel du matériel archéologique (Fig. 16) ; à cette stratigraphie, il convient d’ajouter les quelque 40 à 50 cm de limon brun stériles qui colmataient la partie sommitale des fossés (cf. supra).

Fig. 14 - Plan et coupes du monument 2032.

Fig. 14 - Plan et coupes du monument 2032.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 15 - Le monument 2032 en cours de fouille.

Fig. 15 - Le monument 2032 en cours de fouille.

Cliché J.-M. Séguier, Inrap

Fig. 16 - Coupe dans le sondage 1 du monument 2032.

Fig. 16 - Coupe dans le sondage 1 du monument 2032.

Cliché J.-M. Séguier, Inrap

20Le mobilier, très abondant (Tabl. 1), se compose surtout de 1027 fragments d’amphore Dr. 1 italique, de 34 fragments de vaisselles diverses, de 259,5 g d’os crémés qui renvoient à un nombre indéterminé de sujet(s) adulte(s), d’une dent jugale de bœuf non brûlée, de 3 éléments métalliques et d’un statère-lingot. La distribution de ce matériel, non aléatoire, privilégie nettement le segment situé au sud de l’accès et l’angle sud-est (Fig. 17), ce qui montre que le comblement terminal ne résulte pas d’un colluvionnement depuis le centre du monument mais d’un comblement délibéré effectué depuis l’entrée, selon une dynamique qui rappelle étroitement la gestuelle ayant présidé au comblement du monument funéraire de Balloy, Bois de Roselle (Poyeton et Séguier 1999). La distribution des restes osseux crémés privilégie le tronçon de fossé situé immédiatement au sud de l’accès, alors que les tessons d’amphore, rares à cet endroit, sont surtout groupés dans l’angle sud-est (> 95 % des restes), ce qui contraste avec leur rareté ailleurs (Fig. 17). Le statère-lingot était associé aux os crémés au sud de l’accès, tandis que les éléments métalliques étaient mêlés au dépôt de tessons d’amphore et c’est de ce même endroit que provient la majorité des tessons de vaisselle (29 des 34 fragments) (Fig. 17).

21Les amphores italiques Dr. 1 sont représentées par 1 bord de classe 2 (Fig. 18, n° 4), 9 de classe 2 ou 3 (Fig. 18, n° 5-13) et 9 autres indéterminés (Fig. 18, n° 14). La céramique, dont tous les fragments sont brûlés, se compose d’un vase de forme indéterminée en céramique non tournée fine, de 1 indéterminé et 1 jatte carénée en céramique tournée (Fig. 18 n° 3) et de 2 vases que l’on peut attribuer, en dépit de leur exposition au bûcher, à la classe de la campanienne B-oïde (Fig. 19). Il s’agit d’une assiette Lamb. B5 (Fig. 18, n° 1) et d’une coupelle Lamb. B1 (Fig. 18, n° 2). Le mobilier métallique se compose d’un rivet en alliage cuivreux dont la tête striée devait initialement être émaillée mais dont les incrustations ont disparu à la suite de l’exposition au feu (Fig. 18, n° 15), mais aussi d’un fragment de rivet à tête circulaire plate en fer et d’un petit clou tordu, objets ayant subi, eux aussi, l’action du feu. Quant au statère (Fig. 20), il appartient à la série des statères-lingots globulaires (Pilon et Séguier 2021) et se distingue par deux caractères rares. D’une part, il ne porte pas de trace de la croix en relief qui orne habituellement la face la plus convexe, présente sur tous les statères du dépôt découvert dans l’habitat, ce qui ne semble pas résulter d’une usure excessive, d’autant qu’il s’agit de l’un des statères les plus lourds du site (Foucray 2013 ; Pilon et Séguier 2021 ; Séguier, Auxiette et Pilon 2021). D’autre part, sa face inférieure porte une entaille effectuée au burin. Il est enfin à noter que ce statère-lingot ne présente aucune trace d’exposition au feu.

Fig. 17 - Distribution du mobilier dans le monument 2032.

Fig. 17 - Distribution du mobilier dans le monument 2032.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 18 - Le mobilier du monument 2032.

Fig. 18 - Le mobilier du monument 2032.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 19 - La céramique à vernis noir du monument 2032.

Fig. 19 - La céramique à vernis noir du monument 2032.

Cliché J.-M. Séguier, Inrap

Fig. 20 - Le statère-lingot du monument 2032.

Fig. 20 - Le statère-lingot du monument 2032.

Clichés J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France et A. Bellido, Inrap

Les fosses, les dépôts, les amas et les fossés

22Parmi les structures présentées ci-dessous, aucune n’est implantée dans un monument.

Les fosses 2044, 2045, 2046 et 2047

23Les fosses peuvent se classer en deux séries. La première est constituée des très petites fosses 2044, 2046 et 2047 localisées au centre et dans la partie orientale de l’emprise de l’ensemble funéraire (Fig. 3). Il s’agit de creusements de 0,40 m à 0,50 m de diamètre et de 0,10 m à 0,20 m de profondeur, à profil en cuvette (2044) ou à fond plat (2046 et 2047) (Fig. 21). La morphologie des deux dernières et le comblement de 2047 rapprochent ces structures de trous de poteau très arasés, mais l’absence d’autre aménagement du même type dans leur environnement conduit à écarter cette interprétation pour privilégier celle selon laquelle il s’agit de très petites fosses. Le limon brun gris ou gris qui les comble a livré peu de matériel :

  • Fosse 2044 (Tabl. 1) : 1 esquille osseuse crémée, 7 petits fragments brûlés d’amphore italique et 10 fragments brûlés d’un pot ovoïde élancé en céramique tournée sableuse dont toute la panse est ornée d’un motif ondé tracé au peigne (Fig. 21) ;

  • Fosse 2046 (Tabl. 1) : 1 fragment de céramique trop altéré pour être reconnaissable (il ne s’agit pas d’amphore) et 1 fragment de clou en fer ;

  • Fosse 2047 (Tabl. 1) : 2 fragments brûlés d’amphore italique.

Fig. 21 - Plan et coupe et mobilier des fosses 2044, 2045, 2046 et 2047.

Fig. 21 - Plan et coupe et mobilier des fosses 2044, 2045, 2046 et 2047.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, Inrap

24La quatrième et dernière fosse, 2045, est isolée. Localisée à l’est du monument 2032 (Fig. 3), elle est circulaire, de 3 m de diamètre, à large fond plat et peu profonde (0,15 m). Elle était comblée d’un limon brun gris homogène dans lequel étaient dispersées des esquilles crémées très morcelées (71 g), seul matériel recueilli en dehors d’un fragment de céramique méconnaissable dont on peut seulement dire qu’il ne s’agit pas d’amphore (Tabl. 1).

Le dépôt 2007

25Localisé aux abords du paléochenal (Fig. 3), ce dépôt pourrait correspondre à une fosse (voire deux contiguës) dont aucun creusement n’était lisible, le mobilier ayant permis, seul, de le localiser lors du décapage. L’ensemble (Tabl. 1) se compose d’un vase posé sur son fond et d’une large partie du col d’une amphore italique disposée horizontalement (Fig. 22). S’il semble que le vase ait été déposé complet, rien ne permet de penser qu’il en aille de même pour l’amphore dont le col a cependant pu être déposé entier. Le vase est une jatte arrondie en non tournée fine (Fig. 23, n° 2). L’amphore, non brûlée, est une Dr. 1 à lèvre de classe 3 (Dr. 1B) dont la lèvre porte le timbre B.A (Fig. 23, n° 1 et Fig. 24) que sa pâte violacée riche en foraminifères désigne sans aucun doute comme une production d’Albinia (où ce timbre alphanumérique n’est cependant pas encore attesté). Le timbre B.A avec point intercalaire est connu à Bibracte en pâte d’Albinia (Olmer 2022 : 62), alors que la version BA est connue à Roanne, Lyon, Millau et Toulouse (Olmer 2003 : 282) et qu’il existe des graphies plus développées commençant par BA (BAR, BARC, BARG : Olmer 2022 : 62).

Fig. 22 - Le dépôt 2007 en cours de fouille.

Fig. 22 - Le dépôt 2007 en cours de fouille.

Cliché J.-M. Séguier, Inrap

Fig. 23 - Le mobilier du dépôt 2007.

Fig. 23 - Le mobilier du dépôt 2007.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 24 - L’amphore italique du dépôt 2007.

Fig. 24 - L’amphore italique du dépôt 2007.

Cliché C. Barthélemy-Sylvand, Inrap

Les fossés 2017/2026 et 2002

26Le fossé 2017/2026 dessine une sorte de L dont les segments sont respectivement longs de 18 m (segment 2017) et d’au moins 40 m (segment 2026) (Fig. 3 et 25). Il est large de 0,70 à 1 m et à section en U et son remplissage de limon sableux diffère légèrement d’un segment à l’autre (Fig. 25). Absent du segment 2017, le matériel était abondant dans le segment 2026 où il était surtout concentré à hauteur de la section i-j, c’est-à-dire au droit de la partie détruite du monument 2051. Les nombreux fragments d’amphore localisés là, dont de nombreux éléments brûlés (Fig. 26), proviennent probablement de la vidange du fossé sud de ce dernier fossé. En plus de l’amphore (631 fragments), le fossé 2026 a livré 3 tessons de céramique, 2 objets en fer et 1 monnaie (Fig. 27) (Tabl. 1).

Fig. 25 - Plan coupes et mobilier du fossé 2017/2026.

Fig. 25 - Plan coupes et mobilier du fossé 2017/2026.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 26 - Concentration de restes d’amphore dans le fossé 2026.

Fig. 26 - Concentration de restes d’amphore dans le fossé 2026.

Cliché J.-M. Séguier, Inrap

Fig. 27 - La monnaie du fossé 2017.

Fig. 27 - La monnaie du fossé 2017.

Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France

  • 8 Autant que l’on puisse en juger dans la mesure où cette structure a été largement fouillée lors du (...)

27Le fossé 2002 (Fig. 3) se limite à un segment rectiligne de 51 m de long, très arasé, large de 0,60 m à 0,80 m, à profil en cuvette de 0,10 m à 0,20 m de profondeur et comblé de limon brun gris. Le mobilier, abondant et uniformément dispersé8, se composait de 550 fragments d’amphore dont de nombreux tessons brûlés, de 47 fragments de céramique, de 1 esquille d’os de faune non brûlée, de 5 éléments ferreux et de 3 monnaies (Tabl. 1).

28L’amphore se rapporte presque uniquement à la Dr. 1 italique dont 1 bord de classe 2 (Fig. 28, n° 5), 4 de classe 2 ou 3 (Fig. 28, n° 6-9), 1 de classe 3 (Fig. 28, n° 10) et 7 indéterminés ; les 13 fonds se rapportent majoritairement à des Dr. 1 de module moyen, mais l’un d’eux se rattache manifestement à la variante Dr. 1B (Fig. 28, n° 11). De ce fossé provient également un petit fragment d’anse d’amphore de Bétique à pâte sableuse, probablement une Halt. 70. La céramique se partage entre 3 vases en non tournée fine dont 1 pot (Fig. 28, n° 1) et 1 jatte tronconique (Fig. 28, n° 2), 3 vases en tournée fine dont un bol arrondi à lèvre saillante (Fig. 28, n° 3) et 1 pot à fond à talon (Fig. 28, n° 4), et 2 pots de type Besançon (fonds). Le mobilier en fer se compose de 4 clous de petite taille et de 1 rivet à tête circulaire. Quant aux monnaies, il s’agit de 3 bronzes dont 2 émissions sénones à l’oiseau à légende YLLYCCI de type LT 7493, classe IV de J. Piette (Fig. 29, n° 1) et à légende SIINV de type LT 7552, classe II de J. Piette (Fig. 29, n° 2), et de 1 bronze à l’oiseau de type LT 6117 attribué aux Carnutes (Fig. 29, n° 3).

Fig. 28 - Le mobilier du fossé 2002.

Fig. 28 - Le mobilier du fossé 2002.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 29 - Les monnaies du fossé 2002.

Fig. 29 - Les monnaies du fossé 2002.

Clichés J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France

Les amas 2006, 2010, 2011, 2016, 2024 et 2031

29Il est difficile de décrire ces amas qui ne sont apparus au décapage que sous la forme de concentrations de tessons d’amphore inclus dans un limon brun sur une dizaine de centimètres d’épaisseur. La fouille n’ayant permis d’identifier aucune trace de creusement, ce qui ne signifie pas qu’il n’y en ait pas eu, la lecture des limons étant très délicate dans ce secteur. Mais en l’absence de limons de recouvrement, liés par exemple au paléochenal, il est bien difficile d’interpréter ces concentrations de mobilier. Le mobilier de ces contextes se résume pour l’essentiel à des fragments d’amphore italique brûlés et morcelés. L’assemblage le plus important provient de l’amas 2006, les autres étant plus modestes (Tabl. 1).

30De 2006 proviennent 8 bords de Dr. 1 italique dont 2 de classe 2 (Fig. 30, n° 1-2) et 6 indéterminés, mais aussi 1 fragment d’une amphore produite sur le littoral de la Bétique et 1 jarre de type Bibracte P25a en céramique de type Besançon (Fig. 30, n° 3). Dans l’amas 2016 on peut signaler 1 bord de Dr. 1 italique de classe 3 (Fig. 30, n° 4) et 2 tessons d’une amphore produite sur le littoral de la Bétique. C’est une Dr. 1 italique de classe 3 qui provient de 2024 (Fig. 30, n° 5). Aucun os crémé, élément métallique ou monnaie ne provient de ces amas.

Fig. 30 - Mobilier des amas 2006 (n° 1-3), 2016 (n° 4) et 2024 (n° 5).

Fig. 30 - Mobilier des amas 2006 (n° 1-3), 2016 (n° 4) et 2024 (n° 5).

DAO P. Pihuit, Inrap

Le matériel redéposé dans le fossé antique 2001

31Un ensemble de 905 tessons d’amphore Dr. 1 italique a été dispersé sur une longueur de 75 m dans ce fossé gallo-romain (cf. infra), avec une concentration notable à hauteur du fossé 2026 et du monument 2051. Ce matériel résiduel provient de la destruction des structures et du niveau d’occupation de l’ensemble funéraire alors tombé en désuétude.

32Parmi ces Dr. 1 figurent 3 bords de classe 2 (Fig. 31, n° 1-3), 2 de classe 2 ou 3, 9 de classe 3 (Fig. 31, n° 4-12) et 11 indéterminés ou atypiques (Fig. 31, n° 13-14). La majorité des fonds confirme ce spectre de formes avec des pieds massifs évoquant des amphores de grande taille – type Dr. 1A/B et Dr. 1B (Fig. 31, n° 15, 17-21). Un fragment d’opercule est en pâte italique (Fig. 31, n° 22). On compte également 6 fragments d’amphores produites sur le littoral de la Bétique dont 1 Dr. 7/11 (Fig. 31, n° 16), ainsi que 2 de Bétique interne (Dr. 20 ou Halt. 70), mais le fossé ayant été creusé à l’époque romaine, la question de la datation de ces éléments reste en suspens. En dehors de l’amphore, ce fossé n’a livré que 2 g d’esquilles crémées et 1 bronze sénon à l’oiseau à légende GIAMILOS/SIINV de type LT 7565, classe I de J. Piette (Fig. 32).

Fig. 31 - Le mobilier du fossé 2001.

Fig. 31 - Le mobilier du fossé 2001.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 32 - La monnaie du fossé 2001.

Fig. 32 - La monnaie du fossé 2001.

Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France

Le mobilier découvert hors contexte

  • 9 Le Tabl. 2 donne les équivalences entre les typologies traditionnelles et le classement opéré par B (...)

33Avant la restitution du terrain, les déblais de décapage ont été étalés et ont fait l’objet d’un contrôle à l’aide d’un détecteur de métaux. Cette opération a permis de découvrir 37 monnaies et 3 objets en alliage cuivreux dont il est impossible de déterminer l’origine topographique exacte, mais qui se rattachent indubitablement à l’ensemble funéraire. La présence de monnaies dans plusieurs structures (cf. supra) et l’absence d’exemplaires collés par l’oxydation permet de ne pas retenir l’hypothèse d’un dépôt monétaire dispersé qui, du reste, ne s’accorderait pas à la composition de l’ensemble. En effet, l’inventaire des monnaies (Tabl. 2) montre que celles-ci se partagent entre 21 potins et 16 bronzes. Les premiers sont majoritairement des potins sénon de type LT 7417 au cheval, au nombre de 17 exemplaires (Fig. 33, n° 25-41), associés à 2 potins sénons au sanglier LT 7445 (Fig. 33, n° 24, 42) et à 2 potins LT 5284 au taureau et légende MA (Fig. 33, n° 43-44) dont le type est attribué aux Parisii. Les bronzes correspondent tous aux émissions sénones épigraphes à l’oiseau accompagné de symboles. Sont identifiées les classes I (Fig. 33, n° 2), IV (Fig. 33, n° 8, 12-13, 16, 18, 22), VI (Fig. 33, n° 14, 17, 21), VIII (Fig. 33, n° 11, 20), IX (Fig. 33, n° 23), X (Fig. 34, n° 10) et XI (Fig. 33, n° 19) de J. Piette, ainsi qu’un indéterminé (Fig. 33, n° 15) (Foucray 2013)9.

Tabl. 2 - Détermination des monnaies découvertes hors contexte.

Tabl. 2 - Détermination des monnaies découvertes hors contexte.

Fig. 33 - Les monnaies du secteur funéraire trouvées hors contexte.

Fig. 33 - Les monnaies du secteur funéraire trouvées hors contexte.

Clichés J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France

34Quant aux objets en alliage cuivreux, il s’agit de deux petits anneaux à section losangique (Fig. 34, n° 1-2) et d’un anneau à empattement circulaire non ébarbé (Fig. 34, n° 3). Si les anneaux sont des objets d’une grande banalité à La Tène finale, le dernier élément ne semble pas connaître de parallèle précis. Ces trois éléments ont pu faire partie de la parure ou des accessoires vestimentaires.

Fig. 34 - Le mobilier divers du secteur funéraire trouvé hors contexte.

Fig. 34 - Le mobilier divers du secteur funéraire trouvé hors contexte.

DAO P. Pihuit, Inrap

Les aménagements gallo-romains

35Avec la création du parcellaire gallo-romain dont fait partie le fossé 2001, l’emplacement de l’ensemble funéraire laténien se retrouve à nouveau situé à l’écart de l’habitat gallo-romain installé dans l’esplanade méridionale de l’établissement gaulois. En plus du fossé (cf. supra) 7 dépôts répondant à des motivations différentes ont pu être observés (Fig. 35).

Fig. 35 - Localisation du fossé et des dépôts gallo-romains.

Fig. 35 - Localisation du fossé et des dépôts gallo-romains.

DAO P. Pihuit, Inrap

  • 10 Les références typologiques de la céramique gallo-romaine renvoient à Séguier 2004 et Séguier 2007.

36Les trois premiers sont implantés dans le fossé 2001 lui-même et sont distants les uns des autres de 27 à 28 m. Le dépôt 2019 (Fig. 36) associait trois fonds de pot en céramique commune de mode B (Fig. 37, n° 2-4) à une amphore régionale de type AS6a de petit module (Fig. 37, n° 1), celle-ci permettant de dater l’enfouissement du dépôt de la fin du ier ou du iie s. Un as de Nîmes très peu usé (Fig. 38) a été trouvé à proximité immédiate de l’espace défini par ces quatre vases, mais sa relation avec ces derniers n’est pas assurée, d’autant que sa date d’émission (entre 16/15 et 10 av. J.-C.) et la quasi-absence de frai sont peu compatibles avec la datation de la céramique. Il n’est donc pas exclu que son association avec les vases soit fortuite. Les dépôts 2058 et 2059 sont constitués chacun d’un pot en céramique commune de mode B retrouvé en surface du comblement. Ils correspondent respectivement au type BAS 106 (Fig. 39, n° 2058-1) et BAS 116 (Fig. 39, n° 2059-1) qui permettent d’envisager une chronologie large comprise entre la fin du ier s. et le début du iiie s. pour le premier et la fin du iie et le milieu du ive s. pour le second10.

Fig. 36 - Relevé schématique du dépôt 2019.

Fig. 36 - Relevé schématique du dépôt 2019.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 37 - La céramique du dépôt 2019.

Fig. 37 - La céramique du dépôt 2019.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 38 - L’as de Nîmes du fossé 2001 ou du dépôt 2019.

Fig. 38 - L’as de Nîmes du fossé 2001 ou du dépôt 2019.

Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France

Fig. 39 - La céramique des dépôts 2058 et 2059.

Fig. 39 - La céramique des dépôts 2058 et 2059.

DAO P. Pihuit, Inrap

37Initialement interprétés comme des sépultures dégradées (Séguier 2013a, vol. 1 : 476-478), il semble aujourd’hui plus pertinent d’analyser ces dépôts à l’aune des écrits de l’agronome Siculus Flaccus qui, au ier s., de notre ère, recommande d’enterrer des bornes, des amphores, des vases ou des gravats aux limites des champs afin de les borner et, éventuellement, d’en retrouver la trace lors des labours (Vidal et Petitot 2003). Attestée un peu partout de la Narbonnaise à la Lyonnaise (ibid.), notamment en Île-de-France (Bruant et al. 2011), cette pratique explique nombre de découvertes isolées de mobilier effectuées à l’écart des habitats ruraux antiques, en particulier de vases déposés plus ou moins complets dans des fossés parcellaires et à leurs abords immédiats et c’est cette interprétation que l’on propose ici.

38Quatre autres dépôts, groupés à l’ouest du fossé 2001, sont constitués d’autant d’amphores régionales enfouies chacune isolément (2004 et 2056), ou côte à côte (2006 et 2057) (Fig. 35). Aucune de ces amphores à pâte sableuse beige à blanchâtre n’est complète, les dépôts étant très dégradés (Fig. 40). Les anses à un seul sillon de l’amphore du dépôt 2004 (Fig. 41) situent celle-ci entre la fin du ier s. et la fin du iie s., alors que la panse ovoïde à base étroite du dépôt 2057 (Fig. 41), très rare dans le contexte régional, rapproche ce vase plus des prototypes que sont les Gauloise 3, 4 et 5 de Narbonnaise que des formes régionales, ce qui n’autorise pas pour autant une datation précise, celle-ci se situant entre la fin du ier et la fin du iiie s. Les amphores des dépôts 2006 et 2056 sont trop incomplètes pour être datées (il n’en subsiste que des éléments de panse), mais leur pâte les situe entre la fin du ier s. au plus tôt et le milieu du ive s. au plus tard. Le seul objet associé est une demi-perle en verre noir de 2 cm de diamètre trouvée parmi les tessons de l’amphore 2056 lors du diagnostic (Fig. 42). Cette perle correspond au type 8 d’E. Riha (Riha 1990 : 85, Taf. 37, n° 1185). Cette forme est très commune à l’époque romaine, mais le verre noir, fréquemment utilisé pour fabriquer des bracelets (ibid. : 64-66), n’est répandu en Gaule qu’entre la fin du iie s. et la fin du ive s. (ibid.), ce qui restreint la fourchette chronologique.

Fig. 40 - Les dépôts 2004 (à gauche) et 2057 (à droite) en cours de fouille.

Fig. 40 - Les dépôts 2004 (à gauche) et 2057 (à droite) en cours de fouille.

Cliché C. Valero, Inrap

Fig. 41 - Les amphores des dépôts 2004 et 2057.

Fig. 41 - Les amphores des dépôts 2004 et 2057.

DAO P. Pihuit, Inrap

Fig. 42 - La perle en verre du dépôt 2056.

Fig. 42 - La perle en verre du dépôt 2056.

Cliché J.-M. Séguier, DAO M.-F André

39Même si aucun reste osseux n’a été recueilli dans ces amphores, il faut probablement y voir des dépôts de type enchytrismos, c’est-à-dire celui de périnatals inhumés dans des vases, le plus souvent des amphores, pratique de plus en plus largement attestée en Gaule, notamment en Lyonnaise, aussi bien en ville qu’en milieu rural (Simon et al. 2011 ; Benquet, Morisse et Renard 2016). La demi-perle en verre du dépôt 2056 pourrait être une amulette prophylactique, ce type d’élément étant connu dans des sépultures de périnatals (Blaizot 2009 : 81-82). Il a été récemment proposé que certains de ces dépôts aient accueilli le placenta après l’accouchement (Simon et al. 2011 : 555), ce qui pourrait expliquer l’absence de restes osseux, mais les conditions taphonomiques sont ici trop défavorables à la conservation des os (sédiment acide et oxydant, milieu soumis à des battements de nappe), notamment de ceux de sujets décédés autour du terme, pour que l’on puisse tirer une quelconque conclusion de leur absence.

40Bien que très modeste et mal conservé, le petit ensemble de la Justice intègre la quinzaine d’occurrences comparables recensées dans le secteur Seine-Yonne (Séguier 2013a, vol. 1 : 483). La perduration de la vocation funéraire de l’espace de La Tène finale à la période impériale semble difficile à soutenir en raison de la nature des dépôts gallo-romains et du hiatus qui sépare les deux phases (entre un et trois siècles). Plutôt que de l’envisager, il est préférable de rappeler que les espaces situés aux confins du domaine des vivants (habitat, espace productif), comme c’est le cas ici, sont, à l’époque romaine, propices à accueillir des sépultures (Blaizot 2009).

Éléments de synthèse sur l’ensemble funéraire de La Tène finale

Contexte régional

41En dépit d’une importante érosion et des interrogations qui peuvent subsister à propos de son organisation et du déroulement des funérailles, le site de la Justice constitue l’un des ensembles funéraires de La Tène finale les mieux documentés d’Île-de-France et, en particulier, du territoire attribué aux Sénons. Il peut même être considéré, dans l’état actuel des données, comme la meilleure référence pour le “groupe du secteur sénon” défini à partir d’une série d’ensembles présentant de nombreux parallèles dont la pratique de la crémation, l’absence a priori paradoxale de sépulture stricto sensu, la présence de monuments, la place prééminente des amphores italiques parmi le mobilier, la présence quasi systématique de monnaies et un contexte socio-économique renvoyant à une fraction privilégiée de la population (Séguier et Louesdon 2020). Outre la Justice, ce groupe se compose des ensembles suivants (Fig. 43) :

  • Balloy (Seine-et-Marne), Bois de Roselle (ibid.) ;

  • Égligny (Seine-et-Marne), le Bois de la Pescherie (ibid.) ;

  • Mouy-sur-Seine (Seine-et-Marne), le Chemin des Bois/la Noue du Champ Fourche (ibid.) ;

  • Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne), le Boulay (ibid.) ;

  • Fontaine-la-Gaillarde (Yonne), la Grande Chaume (Séguier 2013a), site parfois abusivement interprété comme un sanctuaire (Delor 2002 ; Nouvel 2006) ;

  • Courcelles-en-Bassée/Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Pièce Ronde/La Noue Maupoix, site récemment découvert qui se compose d’au moins deux monuments (Sarel 2021).

Fig. 43 - Localisation des ensembles funéraires de comparaison en domaine sénon (1 : Varennes-sur-Seine ; 2 : Courcelles-en-Bassée, la Noue Maupoix ; 3 : Balloy, Bois de Roselle ; 4 : Égligny, le Bois de la Pescherie ; 5 : Mouy-sur-Seine, la Noue du Champ Fourche ; 6 : Souppes-sur-Loing, le Boulay ; 7 : Fontaine-la-Gaillarde, la Grande Chaume), de Chartres, Poissy et Troyes.

Fig. 43 - Localisation des ensembles funéraires de comparaison en domaine sénon (1 : Varennes-sur-Seine ; 2 : Courcelles-en-Bassée, la Noue Maupoix ; 3 : Balloy, Bois de Roselle ; 4 : Égligny, le Bois de la Pescherie ; 5 : Mouy-sur-Seine, la Noue du Champ Fourche ; 6 : Souppes-sur-Loing, le Boulay ; 7 : Fontaine-la-Gaillarde, la Grande Chaume), de Chartres, Poissy et Troyes.

DAO P. Pihuit, Inrap

42Nous avons déjà souligné ailleurs (Séguier et Louesdon 2020) les similitudes que présente ce faciès funéraire avec celui des ensembles découverts à Troyes (Kasprzyk 2019), Chartres (Fissette 2012), Bibracte (Buchsenschutz et al. 1998) et Malintrat (Poux 2004), série à laquelle on peut probablement ajouter désormais l’ensemble découvert à Poissy qui a livré de nombreux restes d’amphores et une importante série monétaire (Van den Bossche 2018 ; Foucray et Bulard 2020).

43S’il ne semble pas utile de revenir sur la caractérisation globale du corpus sénon dont la cohérence géographique, culturelle et chronologique a déjà été soulignée (Séguier, Louesdon 2020), l’occasion est donnée d’examiner la contribution de l’ensemble de la Justice à ce que l’on peut restituer des pratiques funéraires propres à ce groupe, non sans avoir, au préalable, examiné la question de sa datation.

Questions de chronologie

Éléments de chronologie relative

44La distribution et les recoupements des monuments et des fossés permettent de déterminer trois phases (Fig. 44) :

  • la phase 1 se compose du monument 2051 (recoupé par le fossé 2026) et, probablement du monument 2048 (certainement recoupé lui aussi par 2026, même si une incertitude demeure) ; ces deux monuments sont orientés NS-EO. Il est impossible de savoir si 2051 était ouvert sur le côté ouest comme 2048, alors que le monument à enclos en agrafe 2053 paraît s’inscrire dans cette même logique topographique : il est orienté comme 2048 et 2051 et son segment nord et celui de 2048 sont situés sur un même axe. La destruction de l’angle nord-est de 2051 par 2053 suggère que cette première séquence comporte elle-même au moins deux étapes ;

  • la phase 2 est matérialisée par le fossé 2017/2026 dont l’aménagement semble traduire une réorganisation de l’espace funéraire pour former un grand enclos qui aurait englobé les monuments 2050 et 2003 dont les orientations paraissent dictées par celle du fossé 2026 ;

  • la phase 3 se résume au seul fossé 2002 qui, en recoupant le monument 2003 et le fossé 2017, matérialise un ultime remodelage de l’espace funéraire tout en adoptant une orientation identique à celle qui prévalait lors de la phase 1 ; il est difficile de savoir si l’absence de tout monument sûrement lié à 2002 traduit un changement dans les pratiques funéraires ou si ce fossé se rattache à un ou des monuments situés au sud ou au-delà de l’emprise, vers l’est.

Fig. 44 - Proposition de chronologie relative des monuments et des fossés.

DAO P. Pihuit, Inrap

45Le monument 2032, dont l’orientation est la même que celle des aménagements des phases 1 et 3, peut se rattacher à l’une ou l’autre de ces étapes, voire à une autre étape distincte. Ces données montrent que l’espace funéraire ne procède pas de la simple agrégation de monuments agglutinés les uns aux autres comme pourrait le suggérer le plan de bien d’autres complexes funéraires de la fin de l’âge du fer, par exemple l’ensemble ouest de Mouroux, ZAC du Plateau de Voisins (Séguier et Louesdon 2021, Fig. 13). Il semble plutôt que le plan de La Justice résulte de la superposition et de la juxtaposition d’ensembles topographiquement cohérents pouvant, par exemple, traduire une succession de générations. Par ailleurs, les transformations perceptibles dans le comblement du monument 2032, les variations de profil du fossé du monument 2003, ou encore la présence de mobilier dans les trous de poteau du monument 2053, suggèrent que ces aménagements funéraires ont pu ne pas être dédiés à un unique sujet. Bien au contraire, leur utilisation peut traduire, pour certains d’entre eux, une succession de funérailles.

46Ces remarques ouvrent des questions que le mobilier ne permet pas d’explorer. En effet, le laps de temps dans lequel s’inscrit l’utilisation de l’espace est trop bref (cf. ci-dessous) pour que l’on puisse corréler ces phases avec un cadre chronologique plus précis, le matériel le plus abondant, en l’occurrence les amphores Dr. 1, ne présentant pas la résolution chronologique nécessaire à une mise en phase très détaillée (Olmer 2012) (cf. ci-après).

L’apport des mobiliers

Les amphores

  • 11 Les éclats thermiques, dont le nombre est de l’ordre de 1 200, ne sont pas pris en compte ici.
  • 12 La question ne se pose pas dans les mêmes termes pour les autres types de la famille des amphores t (...)

47Les amphores, seules à être présentes dans tous les contextes, constituent le mobilier le plus abondant et de très loin, avec 297 kg de restes et 4 296 fragments11 se rapportant presque tous à la famille des Dr. 1 italiques (4 191 fragments) (Tabl. 3). Comme cela a été démontré (Olmer 2012), ce matériel ne constitue pas le meilleur critère de datation qui soit. En effet, la distinction entre les variantes typologiques, principalement entre la Dr. 1A et la Dr. 1B, longtemps utilisée comme critère de datation, apparaît de moins en moins pertinente, d’autant que la documentation est désormais pléthorique. L’une des principales objections tient au fait que le caractère linéaire de l’évolution de la forme du bord de ces conteneurs ne peut plus être admis comme un préalable (ibid.)12. Toutefois, dans les contextes où ce matériel est à la fois abondant et très fragmenté, comme c’est le cas ici, la méthode alternative fondée sur la détermination de classes définies par la combinaison de la hauteur et de l’inclinaison de la lèvre (Guichard 1997) peut livrer des indications pertinentes à condition ne pas être utilisée seule.

Tabl. 3 - Dénombrement des amphores par contexte.

Tabl. 3 - Dénombrement des amphores par contexte.

48En raison de l’extrême fragmentation du matériel, seuls 55 des 106 bords comptés peuvent être mesurés. Cette seule donnée incite à la prudence puisque 45 % des bords ne peuvent pas être classés. Ceux qui sont mesurables se distribuent dans les classes 2 (12 bords soit 21,8 %), 2 ou 3 (27 bords soit 49,1 %), 3 (15 bords soit 27,3 %) et un est atypique (1,8 %). L’absence de tout bord de la classe 1, celle des gréco-italiques vraies, et de la classe 1 ou 2 qui regroupe à la fois les types dits “de transition” entre gréco-italique et Dr. 1 et les Dr. 1A dites “anciennes”, paraît constituer un indicateur fiable du caractère tardif de l’ensemble, celui-ci ne semblant comporter aucune amphore du iie s. av. J.-C. Mieux, le profil qui se dessine ici, dominé par les bords de classe 2 ou 3, lequel rassemble des Dr.1 à lèvre triangulaire haute et des Dr. 1 à lèvre en bandeau court, se superpose à celui de l’horizon daté des années 80-50 av. J.-C. d’Auvergne défini sur la base du matériel de la Grande Limagne (Deberge et al. 2007 : 180-186), notamment sur le site de Sarliève à Cournon d’Auvergne (Mennessier-Jouannet et Deberge 2017 : 512-517), mais aussi dans la fosse 11 et dans les puits 228, 248 et 429 de l’oppidum de Gondole au Cendre (ibid. : 484-488, 497-511). Ce faciès n’est pas sans rappeler celui de l’agglomération voisine du Marais du Pont (Séguier 2013b) et de l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain (Hénon 1995, Fig. 13-15), voire de l’horizon 3 de Roanne, toutefois moins bien doté en bords de classe 3 (Guichard 1997). Du reste, la hauteur de la moitié des lèvres de Dr. 1 décomptées se situe autour de 5 cm ou plus, ce qui corrobore la datation basse d’une grande partie de la série de l’ensemble funéraire de la Justice. Il faut également noter que si la distribution des hauteurs et inclinaisons des lèvres des Dr. 1 de l’ensemble funéraire ne sort pas des limites de celles de l’habitat, ce dernier comporte une part importante d’amphores à lèvre triangulaire courte et inclinée de classe 1 et de la partie basse de la classe 1 ou 2, qui sont pratiquement inconnues dans l’espace funéraire (Fig. 45). Il est donc probable que l’espace funéraire est nettement postérieur aux étapes les plus anciennes de l’habitat et qu’il s’agit donc d’une création tardive, tout au moins au vu des données issues de l’emprise qui en a été fouillée.

Fig. 45 - Distribution comparée des mensurations des lèvres d’amphore Dr. 1 de l’ensemble funéraire (en rouge) et de l’habitat (en bleu).

Fig. 45 - Distribution comparée des mensurations des lèvres d’amphore Dr. 1 de l’ensemble funéraire (en rouge) et de l’habitat (en bleu).

DAO M.-F. André, Inrap

49Toutefois, il ne s’agit ici que d’appréciations s’appliquant à l’ensemble du site et il n’est pas assuré que certains des ensembles qui le constituent ne débordent pas, individuellement, les limites de l’horizon LT D2a, d’autant que de nombreux bords ne sont pas identifiables. D’ailleurs, pris un à un, les contextes, même les mieux dotés (monument 2032, fossés 2002 et 2026 : Tabl. 3) paraissent trop modestes pour offrir une base statistique fiable. De la sorte, s’il semble possible de considérer que le début de LT D2a (vers 80 av. J.-C.) constitue un terminus post quem acceptable, il est vraisemblable que certaines Dr. 1 de Varennes-sur-Seine se rapportent à l’horizon post-conquête, notamment celles qui sont dotées de bords de classe 3 et ce, même si le type Dr. 1B apparaît, sur la base des marques consulaires, dès les dernières années du iie s. (Poux 2004), donc dès l’horizon La Tène D1b.

50Le phasage, qui suggère que l’utilisation de l’espace funéraire en tant que tel s’inscrit dans une certaine durée (cf. supra), est dès lors compatible avec les tendances qui se dégagent de l’étude des amphores. Même si le fossé 2001 ne constitue pas un contexte pertinent puisqu’il procède du remaniement de plusieurs lots au cours de l’époque impériale, le matériel qui en provient comporte une majorité de bords de classe 3 et de pieds massifs, ce qui suggère qu’une bonne partie des amphores utilisées dans le cadre des pratiques funéraires relève potentiellement d’une phase tardive au cours de laquelle la Dr. 1 B a pu occuper une place plus importante que ce que peut suggérer le faciès global. Les Dr. 1B d’Albinia du monument 2003 (Fig. 6) et de la fosse 2007 (Fig. 23) pourraient bien illustrer cette phase tardive.

51Les amphores autres que les Dr. 1 italiques ne sont pas nombreuses, mais leur présence dans le monument 2053 (Bétique littorale et Mer Égée), dans le fossé 2002 (Bétique interne), dans les amas 2006 et 2016 (Bétique littorale) et dans le fossé 2001 (idem) n’est pas sans conséquence. Quoique rare en Gaule interne avant la période augustéenne, la Dr. 7/11 de Bétique apparaît néanmoins ponctuellement dans divers ensembles datés de LTD2b en Auvergne, par exemple dans la cave 13 de l’oppidum de Gondole au Cendre (Mennessier-Jouannet et Deberge 2017 : 536). Elle figure également dans des contextes datés vers 40-20 av. J.-C. à Lyon (Lemaître et al. 1998 ; Desbat 2012) et, chez les Trévires, dans la sépulture de Feulen (Metzler et Gaeng et al. 2009) comme sur l’oppidum du Titelberg (Laubenheimer et Hénon 1998). L’apparition de cette famille typologique à la fin de la période tardo-républicaine est d’ailleurs confirmée au cœur de la zone de production (García Vargas 2009 : 450 ; García Vargas et Bernal Casasolas 2009 : 670). C’est à la même époque qu’apparaît la forme Halt. 70 en Bétique intérieure (ibid.), ce type semblant attesté à Gergovie avant la période augustéenne (Mennessier-Jouannet et Deberge 2017 : 577-579), alors que l’amphore à huile Dr. 20 figure à Lyon dans l’horizon Ib (Desbat 2012).

52Les amphores égéennes sont tout aussi exceptionnelles que les précédentes en Gaule interne avant la période augustéenne ; elles sont cependant présentes à Lyon dans l’horizon Ib du pseudo-sanctuaire de Cybèle vers 40-20 av. J.-C. (Lemaître et al. 1998 ; Desbat 2012).

  • 13 La présence d’amphores non-Dr. 1 n’est pas un phénomène isolé en Île-de-France : la Dr. 7/11 est at (...)

53Ainsi, si l’on met de côté le fossé 2001, la présence d’amphores “non-Dr. 1” n’est donc pas contradictoire avec l’hypothèse d’un fonctionnement de l’aire funéraire au cours de l’horizon post-conquête13.

  • 14 Ces données confirment, si besoin était, la prudence nécessaire lorsque l’on prend en compte les Dr (...)

54Ce n’est pourtant pas ce que ne laissaient présager les Dr. 1 italiques du monument 2053 qui ne comporte aucune Dr. 1B, ni le matériel du fossé 2026 qui compte un bord de classe 3 pour 5 bords de la classe 2 et de la classe 2 ou 3 (avec, cependant, respectivement 3 et 7 bords indéterminés)14.

55Dans la mesure où le monument 2053 appartient à une étape récente de la phase 1, il semble possible d’envisager que le monument le plus ancien de la phase 1 (2051) ait pu être en usage au cours d’un horizon pré-conquête (vers 80-50 av. J.-C.) et que le monument 2053 est plutôt à dater de la période de la conquête ou peu après. On serait tenté de dater le lot d’amphores du monument 2032 de la même période dans la mesure où il ne contient aucun bord de classe 3, mais il faut reconnaître que 9 bords provenant de ce monument funéraire échappent à tout classement.

56Toutes ces données paraissent conduire tout naturellement à proposer de placer les phases 2 et 3 dans un horizon post-conquête.

La céramique et l’instrumentum métallique

57La céramique (Fig. 46) n’apporte pas d’éléments plus déterminants que les précédents. L’assiette Lamb. 5 et la coupelle Lamb. 1 à vernis noir du monument 2032 sont les formes les plus fréquentes de la campanienne B-oïde dont elles dominent toujours les cortèges aussi bien sur le littoral méditerranéen (Py et al. 2001 : 557-561, 566-569) qu’en Auvergne et en Gaule du Centre-Est (Verrier 2013) tout au long de leur période de diffusion en Gaule, soit du troisième quart du iie s. aux années 40-20 av. J.-C.

Fig. 46 - La céramique de l’ensemble funéraire.

Fig. 46 - La céramique de l’ensemble funéraire.

DAO P. Pihuit, Inrap

58Les types auxquels appartiennent les rares vases en céramique tournée régionale à pâte fine ou sableuse sont bien connus dans le contexte local. Ainsi, la jatte carénée du fossé 2032, le bol arrondi du fossé 2002 et le bol cylindro-conique du monument 2053 sont attestés pendant toute la phase LTD, tant dans l’habitat groupé du Marais du Pont (Séguier et Viand 2012, annexe 31, n° 4, 18) que dans l’établissement aristocratique de la Justice (Séguier 2013a : 291-331). Cependant, le pot élancé (bouteille ?) à décor ondé de la fosse 2044 ne semble connu qu’à LTD2 (Séguier, Viand 2012, annexe 30, n° 11 ; Séguier 2013a : 245).

59De leur côté, les jattes arrondies et tronconiques en céramique non tournée du fossé 2002, du monument 2003 et du dépôt 2007, n’apportent aucune précision chronologique, ces formes étant représentées tout au long de LTD dans le contexte régional. Quant à la jarre Bibr. P25a en céramique de type Besançon, elle est régulièrement attestée à Varennes-sur-Seine dans des contextes de LTD2 aussi bien dans l’agglomération que dans l’établissement aristocratique (Séguier et Viand 2012, annexe 32, n° 3).

60Quant aux rares pièces d’instrumentum métallique (Fig. 47), elles ne sont guère plus discriminantes. Le rivet à tête émaillée est un objet fréquent sur les oppida à LTD, par exemple à Manching (Van Endert 1991) ou au Titelberg (Metzler 1995).

Fig. 47 - La mobilier métallique de l’ensemble funéraire.

Fig. 47 - La mobilier métallique de l’ensemble funéraire.

DAO P. Pihuit, Inrap

Les monnaies

61Les monnaies livrent des pistes intéressantes sans pour autant éclairer de manière univoque les questions de chronologie. Fort de 44 exemplaires, le corpus se compose du statère-lingot du monument 2032, de 21 potins tous trouvés hors contexte et de 22 bronzes dont 6 trouvés en contexte (Tabl. 4).

Tabl. 4 - Distribution des monnaies par classe typologique.

Tabl. 4 - Distribution des monnaies par classe typologique.

62Le statère globulaire relève d’une série à la typologie peu diversifiée bien représentée en Gaule du Centre et du Centre-Est et jusqu’en Bretagne insulaire, principalement dans une série de dépôts, mais aussi au travers de pièces isolées (Sills 2003 ; Haselgrove 2009). La fonction de ces statères globulaires, entérinée par la terminologie, est probablement à nuancer pour des raisons tenant à leur iconographie particulière, à leur dispersion géographique et aux analyses de composition qui situent l’origine de la matière première en dehors de leur aire de dispersion (Pilon et Séguier 2021). Une alternative consiste à y voir des lingots qui n’ont pas été frappés contrairement à la plupart des statères, ce qui les distingue de la plupart des émissions en or (ibid.). Toutefois leur thésaurisation, incontestable, de même que la découverte d’un exemplaire en contexte de perte dans le dépotoir le plus récent de l’habitat voisin (Séguier, Auxiette et Pilon 2021), interdisent de les exclure complètement du champ des usages monétaires.

  • 15 7,19 g, pour une série allant de 6,98 g à 7,2 g avec une moyenne située à 7,08 g établie sur 31 exe (...)

63Les critères métrologiques invitent à considérer les 29 exemplaires du dépôt de la Justice comme parmi les plus récents qui soient connus et il est proposé de dater leur enfouissement après la conquête (Foucray 2013 ; Foucray et Bulard 2020), ce que confirme le contexte de découverte (Séguier, Auxiette et Pilon 2021). Même s’il s’agit d’un des plus lourds du site15, l’exemplaire du monument 2032 semble intégrer cette série. Néanmoins, s’agissant d’une variante totalement lisse et donc atypique (plutôt que d’un exemplaire dont l’usure excessive aurait fait disparaître la croix), il est intrinsèquement difficile de le dater par manque de référence. D’ailleurs, dans le cas des dépôts de Saint-Denis-lès-Sens et de Varennes-sur-Seine, c’est l’enfouissement qui est daté et non la production. On proposera donc de situer le statère-lingot du monument 2032 autour de la conquête, sans plus de précision.

64Les plus anciens contextes de découverte du potin LT 7445 sénon sont datés du tournant des iiie-iie s. av. J.-C. (Foucray et Bulard 2020 : 68-70). Il en va de même du potin LT 5284 attribué aux Parisii (ibid. : 33-39), mais nombre d’exemplaires proviennent de contextes postérieurs au iie s. av. J.-C.

65De son côté, la datation du potin sénon LT 7417, n’a pas encore fait l’objet d’une analyse critique détaillée sur la base d’un inventaire des contextes de découverte en dépit de nombreuses trouvailles. Quelques points de repère sont néanmoins disponibles. Cette émission est datée à Bibracte de LTD1a (Gruel et Popovitch 2007 : 217). Pourtant, on ne connaît à l’heure actuelle aucun exemplaire dans un contexte aussi ancien en domaine sénon, région d’émission supposée. D’ailleurs ce type est classé par B. Foucray et A. Bulard parmi les “potins de deuxième génération”, datée tantôt “de la transition C2/D1 à LTD1” (Foucray et Bulard 2020 : 90-105), tantôt de LTD1 (ibid. : 147). Dans l’habitat de la Justice, 4 exemplaires proviennent d’un niveau d’occupation daté fin LTD1b-LTD2a (Séguier 2013a : 305). K. Gruel et L. Jeunot datent l’apparition du type à LTD2a (Gruel et Jeunot 2012, Fig. 12) et, à Bibracte, les potins 7417 et 7445 sont associés dans le contexte PCo 254 daté de la fin de LTD1b et de LTD2a (Gruel et Popovitch 2007 : 63). Si le tableau apparaît donc comme donc loin d’être des plus clairs, on retiendra que le contexte PCo 254 semble être l’un des plus pertinents parmi ceux qui sont évoqués ici.

  • 16 Dans les trouvailles multiples effectuées en contexte archéologique à l’échelon régional, les potin (...)

66Est-ce à dire que les potins de l’ensemble funéraire attestent de l’utilisation de celui-ci avant la guerre des Gaules ? C’est tout à fait possible, et il convient de rappeler qu’aucun d’entre eux n’a été découvert dans l’ensemble funéraire de la Justice en contexte, ce qui peut suggérer qu’ils témoignent d’une phase non documentée par les structures funéraires. Du reste, l’usage des potins se prolonge bien au-delà de la conquête (Gruel et Jeunot 2012). Mais, dans ce cas, leur fréquence équivalente à celle des bronzes ne manquerait pas de surprendre et s’accorderait mal à la suprématie des bronzes à l’oiseau dans les contextes de LTD2b de l’établissement aristocratique de la Justice et de l’agglomération du Marais du Pont (Séguier 2013a : 302-304), ce qui invite à privilégier l’hypothèse d’une phase non documentée par d’autres matériaux et parmi les structures archéologiques16.

  • 17 La présence de bronzes LT 7493, 7527 et 7565 dans les fossés du siège d’Alésia (Gruel et Popovitch  (...)

67Les bronzes sénons à l’oiseau sont tout aussi problématiques. À de rares exceptions près (Arvernes, Bituriges…), le début de la frappe des bronzes en Gaule chevelue est considéré comme postérieur à 60 av. J.-C. (Guichard et al. 1993 : 33-34 ; Gruel et Jeunot 2012 : 305-307), leur développement à LTD2b étant considéré comme une conséquence de la guerre des Gaules, alors que leur frappe et leur usage perdurent au moins jusqu’à la période augustéenne. Les bronzes sénons ne semblent pas faire exception à cette règle. C’est ce que suggère la présence d’un exemplaire à Bibracte en contexte LTD2b (ibid., Fig. 7), à Villeneuve-Saint-Germain (Foucray et Bulard 2020 : 451) et dans les dépôts tardifs du sanctuaire de La Villeneuve-au-Châtelot où ils constituent la principale émission (Piette 1987). Les contextes qui en ont livré ici (monument 2053, fossés 2002 et 2026) seraient alors à attribuer à LTD2b, ce qui, au regard du phasage, conduirait à considérer que la quasi-totalité de l’ensemble funéraire s’inscrit dans l’horizon conquête/post-conquête. Cette hypothèse mérite d’être nuancée du fait-même de la présence de nombreux potins et en raison du contexte de découverte de quelques bronzes à l’oiseau dans le secteur Seine-Yonne qui suggèrent une possible apparition au cours de LTD2a ou vers la fin de cet horizon comme le fossé 1000 de l’habitat de la Justice (Séguier 2013a : 307-309), ou le monument funéraire de Bois de Roselle à Balloy (Poyeton et Séguier 1999). Les données métrologiques et l’hypothèse d’une continuité entre potins LT 7417 et bronzes à l’oiseau (Foucray et Bulard 2020 : 448-451) invitent à ne pas écarter cette éventualité, même si celle-ci mérite d’être éprouvée à l’aune de découvertes contextualisées17.

68Quant à l’as de Nîmes du fossé 2001, s’il n’est pas lié au dépôt 2019, il pourrait provenir du bouleversement des niveaux d’occupation de l’espace funéraire, hypothèse que l’on jugera comme hautement vraisemblable, au même titre que les amphores Dr. 1 et donc témoigner d’un usage prolongé de celui-ci au cours de la période augustéenne, au moins jusque dans les années 16/15-10 av. J.-C., ce qu’aucun autre mobilier n’est en mesure de confirmer avec certitude – à l’éventuelle exception près des amphores non-Dr. 1. Néanmoins, on ne peut pas écarter l’hypothèse selon laquelle cette monnaie témoigne de rites de commémoration s’étant prolongés jusqu’au début de la période augustéenne, donc après les dernières crémations – après tout, on ne dispose pas de la totalité de l’emprise de l’ensemble funéraire.

Bilan chronologique

69Les données numismatiques tendent à mettre en évidence deux étapes caractérisées l’une par les potins surtout de type LT 7417 (horizon pré-conquête et conquête) et l’autre par les bronzes à l’oiseau (horizon conquête et post-conquête). Mais on ne peut rattacher sans réserve aucune structure funéraire au premier horizon puisque le monument 2053 qui se rattache à la phase 1 livre déjà un bronze à l’oiseau. Dès lors, toutes les structures des phases 2 et 3 se situeraient dans l’horizon post-conquête. Dans ces conditions, l’utilisation de l’espace funéraire serait brève, toutes les structures observées s’inscrivant dans une période comprise entre 60 av. J.-C. au plus tôt et 30/20 av. J.-C. au plus tard (voire jusque vers 10 av. J.-C. pour tenir compte de l’as de Nîmes) alors que l’espace serait en service dès les années 80-60 av. J. C. (potins). Le faciès des amphores, principal mobilier, ne contredit pas ce scenario, et le corpus, qui comporte encore une majorité de Dr. 1 de classe 2 ou 3 pour un quart de véritables Dr. 1B s’accommode assez bien de cette fourchette chronologique. Le caractère incomplet du site et son état de conservation invitent cependant à la prudence, d’autant que l’on ne peut pas exclure que d’éventuels rituels de commémoration aient pu introduire du matériel récent dans des ensembles plus anciens. Il est également nécessaire de tenir compte du fait que l’utilisation des monuments a pu s’inscrire dans une certaine durée et que le mobilier des fossés constitue un palimpseste de plusieurs étapes.

Pratiques funéraires

Traitement funéraire et population

70Les restes osseux crémés constituent un ensemble minime dont la masse totale n’atteint pas 0,5 kg, le poids des restes variant de 1 g (fosse 2044) à 259,5 g (monument 2032) (Tabl. 1). L’étude anthropologique (Delattre 2013) apporte d’ailleurs des résultats peu précis quant au nombre de sujets par contexte, à leur âge (Tabl. 5) et, a fortiori, à leur sexe, à leur stature ou à leur état sanitaire. Tous les restes identifiables se rapportent à des sujets adultes ou relevant de la classe des sujets de “taille adulte” (ibid.) (Tabl. 5).

Tabl. 5 - Synthèse des données anthropologiques des contextes de La Tène finale (d’après Delattre 2013, revu et corrigé).

Tabl. 5 - Synthèse des données anthropologiques des contextes de La Tène finale (d’après Delattre 2013, revu et corrigé).

71L’ensemble le plus fourni (monument 2032) est aussi celui qui a livré les éléments les plus volumineux (Fig. 48). Il n’est pas certain que la coloration homogène de ces derniers, qui ne plaide pas en faveur du mélange des restes issus de plusieurs crémations, et l’absence de tout doublet ou discordance anatomique parmi les rares pièces identifiées (Tabl. 5), garantissent que tous les restes se rapportent à un seul individu ; tout au moins, une des rares pièces identifiées (extrémité tibiale épiphysée) renvoie à un sujet adulte. Encore plus indigents, les restes du monument 2053 (Tabl. 1) livrent des informations du même ordre : taille adulte, aucun doublet, mais nombre de sujets indéterminés (Tabl. 5). Ceux du monument 2048, d’où provient une masse d’os crémés comparable, de l’ordre de 80 g (Tabl. 1), sont encore moins explicites puisqu’aucune pièce anatomique n’est déterminable. Les monuments 2003 et 2051 n’ont livré que des quantités dérisoires. Quant aux autres structures, seule la fosse 2045 a livré un ensemble de taille comparable à celui des monuments 2048 et 2053 (Tabl. 1) et les restes appellent les mêmes commentaires que ceux de 2032 et 2053 : taille adulte, absence de doublet (Tabl. 5).

Fig. 48 - Sélection d’ossements crémés du monument 2032.

Fig. 48 - Sélection d’ossements crémés du monument 2032.

Cliché J.-M. Séguier, Inrap

  • 18 Il est à noter qu’aucun fragment ne renvoie au registre animal.

72En dehors de la pratique de la crémation, les données anthropologiques ne permettent donc pas de caractériser la population, encore moins le détail des gestes des crématistes, en dehors du fait que “une certaine homogénéité d’ustion des esquilles, tant en terme de fragmentation que de coloration… [témoigne de] … pratiques de [crémation] … assez voisines” (ibid. : 610)18. Il n’est pas certain que l’absence de restes d’immature témoigne du recrutement sélectif d’une population qui ne serait constituée que d’adultes, eu égard au nombre de pièces anatomiques identifiées. D’ailleurs, en l’absence de sépulture individuelle, il n’est pas possible d’estimer, même de manière approximative, le nombre de sujets crémés. En effet, le minimum de 6 individus ne repose que sur le postulat, d’ailleurs largement contestable, selon lequel chaque monument ne renvoie qu’à un sujet.

Structures et pratiques funéraires

73Les structures funéraires se résumant à des fossés, des monuments, des fosses, un dépôt et des amas mal conservés, il n’est pas aisé de reconstituer les funérailles, ni même de démêler les vestiges mobiliers et immobiliers qui participaient des funérailles proprement dites (toilette du mort, préparation du bûcher, crémation, enfouissement – ou non – des restes crémés, banquet funéraire symboliquement partagé entre le défunt, les vivants et les puissances infernales) de ceux que l’on peut plutôt rattacher au traitement post-funéraire et notamment aux cérémonies de commémoration.

Que dire des gestuelles funéraires ?

74Pour s’en tenir aux gestes que l’on peut tenter de restituer sur la base des traces matérielles, force est de reconnaître que les éléments dont on dispose sont peu éloquents, sinon ambigus, d’autant que les effets de l’érosion sont clairement perceptibles, ne serait-ce qu’en raison de la très faible profondeur de la plupart des structures, qu’il s’agisse des fossés des monuments ou des fosses.

  • 19 Voir les exemples de Jaulnes, Égligny et Saint-Pierre-du-Perray qui sont les mieux documentés (Ségu (...)

75Aucun vestige ne se rapporte clairement aux traitements précédant la crémation. De celle-ci, on ne sait pas grand-chose dans la mesure où il ne subsiste aucun bûcher. Les gestes post-crématoires sont eux-mêmes très mal documentés. En l’absence de tout dépôt funéraire caractérisé, tout au moins de toute sépulture individuelle et en raison de la faiblesse de la masse totale des restes crémés, il est permis de se demander si ces derniers ont été systématiquement recueillis, ceux qui nous sont parvenus étant, en outre, très dispersés. Cet état de fait résulte-t-il d’une récolte minimaliste des os crémés sur les bûchers ou d’une érosion excessive qui aurait fait disparaître des sépultures peu profondément creusées et systématiquement écrêtées ? Il est a priori difficile de répondre à cette question, la réalité pouvant osciller entre ces deux extrêmes. Néanmoins, l’absence de toute sépulture individuelle (non ambiguë), même bouleversée, invite plutôt à privilégier l’hypothèse selon laquelle les os crémés n’ont fait l’objet que de prélèvements sommaires, des poignées d’esquilles étant enfouies dans les fossés des monuments (à l’exemple du monument 2032), voire n’aient pas systématiquement fait l’objet d’une récolte sélective, les restes humains, peut-être prélevés au titre de la pars pro toto, n’étant pas séparés de la masse des amphores et des autres objets brûlés lors de la crémation du sujet et/ou des restes du repas funéraire, ce dernier étant bien documenté dans de nombreux ensembles contemporains (Poux et Feugère 2002 ; Metzler et Gaeng 2009 ; Blaizot et al. 2013), l’Île-de-France n’échappant pas à la règle19.

Les fossés

76Les fossés 2017/2026 et 2002 semblent avoir eu pour principale fonction de structurer l’espace, notamment le fossé 2017/2026 qui parait enserrer les monuments 2003 et 2050. Dans le cas présent, il est permis de se demander si cet enclos en L était ouvert au sud ou s’il était complété par une palissade dont il ne subsisterait rien selon l’hypothèse avancée à propos des enclos “à délimitation partielle” de l’Ouest de la Gaule (Jahier et al. 2018 : 51). La délimitation des espaces funéraires est loin de constituer une règle aux iie-ier s. av. J.-C. et l’analyse des fossés ne conduit pas toujours à une conclusion univoque (Buchez 2011, 286-288). Ces structures sont cependant attestées en Picardie, notamment à Pont-Rémy, le Fond Baraquin, à Saint-Sauveur, le chemin de Saint-Vaast ou encore à Poulainville, Pôle Logistique (ibid., Fig. 13) (Buchez 2011, 286-288). Ils sont également connus en domaine rème à Acy-Romance (Ardennes), La Croizette et la Noue Mauroy (Lambot et al. 1994), ou encore en territoire trévire à Goeblange-Nospelt et Feulen (Metzler et Gaeng et al. 2009). Varennes-sur-Seine ne constitue peut-être pas un cas isolé en Île-de-France comme le suggère un fossé de Charny (Seine-et-Marne), la Pièce de Choisy, sur lequel viennent s’aligner des inhumations (Adam et al. 2018). L’originalité des fossés de la Justice tient au fait qu’ils ne semblent pas préexister à l’ensemble funéraire mais plutôt intervenir au cours du fonctionnement de ce dernier, lors d’une ou de deux des étapes les plus récentes de l’utilisation du site, comme c’est d’ailleurs le cas à Goeblange-Nospelt (Metzler et Gaeng et al. 2009 : 467-469). Leur autre spécificité réside dans leur richesse en mobilier, ce qui suppose qu’il ne s’agit peut-être pas de simples clôtures, mais qu’ils étaient impliqués dans une étape des funérailles, par exemple pour accueillir les résidus issus du nettoyage des bûchers funéraires et/ou de ceux sur lesquels étaient brûlés les restes des banquets à l’issue des funérailles voire lors d’une cérémonie de commémoration. De son côté, la quasi-absence de charbon de bois suggère un nettoyage des esquilles et non des rejets directs qui n’auraient pas discriminé les esquilles des charbons.

Les monuments

77Bien que globalement très arasés, les monuments livrent quelques clés de lecture des pratiques funéraires. Aucun d’entre eux n’a livré de sépulture individuelle et il est permis de se demander si l’état de conservation est seul en cause. Bien que certains d’entre eux disposent d’un espace suffisant pour accueillir au moins une fosse funéraire (2003, 2048, 2050, 2032), il est probable qu’aucun d’entre eux n’en contenait. Il est même certain qu’aucune tombe à chambre coffrée du type de celles des domaines biturige, trévire ou ambien (Ferdière et Villard 1993 ; Metzler et Gaeng et al. 2009 ; Buchez 2011) n’a été aménagée dans l’espace funéraire de la Justice, tout au moins dans l’emprise étudiée, en dépit du niveau social auquel renvoie le mobilier.

78Le monument 2053 est, de toute évidence, trop exigu pour avoir abrité une sépulture en fosse, surtout si l’on restitue un petit tertre central qui, dans ce cas, s’apparenterait plus à un talus allongé qu’à un tumulus. On doit alors envisager au mieux que les restes du (des) défunt(s) étaient enfouis dans un modeste tertre en élévation où ils ont pu être déposés dans une fosse semi-enterrée comme cela est envisagé chez les Ambiens (Baray 1998), voire qu’ils étaient exposés sur ce dernier (dans un contenant ?). La présence de tertres n’est d’ailleurs qu’une possibilité résultant de l’existence-même des fossés, mais rien dans le comblement de ces derniers ne prouve leur existence de manière évidente. D’ailleurs, la faible profondeur de la plupart des fossés de délimitation des monuments, et donc le volume extrait, ne permet pas d’exclure l’édification de très modestes plateformes en lieu et place des tumuli.

79Les architectures en bois comme l’édicule de 2032 et le portique de 2053 ont pu ne jouer qu’un rôle de signalisation, sans caractère monumental. L’édicule de 2032 a pu abriter l’une ou l’autre des étapes supposées des cérémonies : toilette du corps, exposition du cadavre en vue de son décharnement préalable à la crémation selon une hypothèse de plus en plus partagée et envisagée à Acy-Romance comme à La Madeleine (Lambot et al. 1994 ; Metzler-Zens et Metzler 1999).

  • 20 La répétition de telles observations révèle des gestuelles funéraires codifiées et ne cadre pas ave (...)

80On peut émettre l’hypothèse selon laquelle les fossés de délimitation de certains monuments (2032, 2053) ont accueilli des résidus de vidange de bûchers, peut-être mêlés aux restes des banquets funéraires qu’il n’est guère possible de différencier des résidus des crémations. La répartition non aléatoire des os crémés et des restes d’amphore dans le fossé du monument 2032 (Fig. 17) peut en effet résulter de la vidange des restes procédant de plusieurs étapes d’une cérémonie funéraire (crémation, banquet), ceux-ci ayant pu être temporairement abrités dans l’édicule. Le déversement depuis l’entrée peut résulter d’une exigence pratique ou répondre à une prescription rituelle. Elle rappelle l’accumulation de très nombreux restes d’amphores au même endroit dans le monument funéraire de Balloy, Bois de Roselle (Poyeton et Séguier 1999), ce qui invite à attribuer à ces gestes une certaine charge symbolique20. Cependant, la distribution du matériel du monument 2053 ne répond pas aux mêmes normes, ce qui montre, avec la rareté du matériel de 2003, 2048 et 2050, que la gestion des monuments et des restes des défunts admettait une certaine variabilité. Le mobilier recueilli dans les fossés des monuments 2003, 2048 et 2050 est d’ailleurs si modeste que l’on ne peut exclure l’hypothèse selon laquelle le matériel découvert peut résulter de phénomènes de colluvionnement depuis l’aire interne des monuments, éventuellement intervenus après leur abandon. À tout le moins, la modestie de ces derniers assemblages parait confirmer l’absence de dépôt conséquent dans l’aire interne des monuments.

Les fosses

81La fonction des fosses n’est pas des plus claires. Il est difficile de voir une sépulture dans la grande fosse 2045 où les esquilles crémées sont dispersées dans la masse d’un remblai. Il n’est pas exclu d’y voir une modeste structure d’extraction des matériaux utilisés dans l’une des architectures funéraires et réutilisée de façon opportuniste pour accueillir une ou des vidanges de bûcher réduite a minima.

82Les fosses 2044, 2046 et 2047 paraissent répondre à un standard du fait de leur forme et de leurs dimensions. On ne dispose d’aucun argument permettant d’y voir des sépultures en raison de l’absence de restes humains (1 g d’os crémé en 2044) et de tout dépôt organisé, sauf à admettre un dépôt minimaliste réduit à une fraction symbolique de type pars pro toto (Séguier et Louesdon 2020). On doit néanmoins établir un parallèle entre ces fosses et celle de Marolles-sur-Seine, les Prés Hauts Deuxième Vallée, dans lequel ont été enfouis des éléments brûlés (tessons de tonnelet peint et d’amphore, rasoir, fibule) et quelques restes de faune, dans lequel nous avons proposé de voir un dépôt funéraire ou le réceptacle des restes liés à l’une ou l’autre étape du rituel funéraire (ibid.). Cet exemple, qui suggère la fugacité des aménagements funéraires de LTD dans le secteur Seine-Yonne, conduit à ne pas écarter totalement l’hypothèse selon laquelle les fosses 2044, 2046 et 2047 sont des sépultures. Mais on peut également se demander si de telles cavités ne sont pas simplement des trous d’ancrage de mâts de signalisation de telle ou telle partie de l’espace funéraire, à l’image du portique de 2053, hypothèse d’ailleurs envisagé dans les ensembles funéraires de Bouchon et de Boves (Buchez 2011 : 291-292). Quant au dépôt 2007, il pourrait correspondre aux ultimes vestiges d’une (ou deux) fosse(s) sépulcrale(s), mais, en l’absence de tout reste osseux crémé, il est difficile de se prononcer, sauf à vouloir à toute force y voir une sépulture très arasée.

Les amas

83Les amas, comparables aux concentrations de tessons d’amphore observés à Goeblange-Nospelt (Metzler et Gaeng et al. 2009 : 32-33) ou à Troyes (Kasprzyk 2019) sont, eux, d’interprétation délicate : ils peuvent correspondre au dépôt en aire ouverte d’éléments liés aux banquets et prélevés sur les bûchers, ou aux ultimes vestiges très dégradés des niveaux d’utilisation de l’espace funéraire. L’absence d’esquilles crémées conduit à les intégrer aux pratiques postérieures aux funérailles proprement dites (banquets de commémoration).

Quels mobiliers pour quels usages ?

Les amphores

84Les amphores constituent la part la plus importante du mobilier mobilisé au cours des funérailles. Leur nombre total, tout au moins dans l’emprise fouillée, varie selon le mode de calcul. Concernant les Dr. 1, leur nombre est de 105 individus sur la base des anses, 106 si l’on se fonde sur les bords, et 130 si l’on cumule le NMI de chaque structure, lequel se fonde sur des critères variables (Tabl. 3). Cette dernière valeur est pertinente si l’on considère qu’à chaque structure correspond un nombre fini d’amphores de type Dr. 1 et qu’il n’y a eu aucune interférence entre ces diverses structures. Mais il est impossible de le démontrer sur la base d’un matériel aussi morcelé et altéré par le feu et sur lequel il est impossible de rechercher des remontages entre les unités de fouille. On calculera le NMI des amphores non italiques en considérant qu’à chaque ensemble correspond une amphore de provenance donnée (en excluant le fossé gallo-romain 2001). On compte donc 3 amphores du littoral de Bétique, 1 de Bétique interne et 1 égéenne, soit 5 amphores non-Dr.1 en tout. Le total des amphores oscille donc entre 111 et 135. Le contenu de ces amphores est du vin dans le cas des Dr. 1A et 1B, probablement du vin dans le cas de l’amphore égéenne, et une préparation à base de vin cuit ou des olives conservées dans un moût concentré si l’amphore de Bétique est bien une Halt. 70. Il est admis que c’est un produit halieutique que véhiculaient les amphores du littoral de Bétique (groupe Dr. 7/11), même si une hypothèse alternative veut y voir des conteneurs vinaires, notamment pour celles parvenues en Celtique avant le changement d’ère (Silvino et Poux 2005).

  • 21 14 dans chacun des amas F321 et F634 et 20 dans l’amas F354 pour s’en tenir à la phase LTD2b (Kaspr (...)
  • 22 D’après les données compilées dans Blaizot et al. 2012 : 170-171, et dans Olmer 2019 : 412-413.

85Cet effectif est l’un des plus élevés que l’on connaisse à l’heure actuelle en contexte funéraire en Gaule et seuls peuvent lui être comparés les ensembles de Dr. 1 de la Porte du Rebout à Bibracte où l’on compte entre 115 (Lachambre et al. 2016) et 127 individus (Olmer 2019 : 412) et des Carmélites à Troyes avec ses 461 individus (Olmer 2019). Pris individuellement, les dénombrements effectués sur deux des monuments de La Justice figurent parmi les plus élevés pour LTD : 9 individus dans le monument 2053 et 31 dans le monument 2032, à comparer aux effectifs d’autres unités de LTD : 7 à Châtillon-sur-Indre (Indre), 12 à Malintrat (Puy-de-Dôme), 13 dans l’UF 13 de Goeblange (Grand-Duché-du-Luxembourg), 14 à Clémency (Grand-Duché-du-Luxembourg), 15 à Tesson (Charente-Maritime), 15 à Balloy (Seine-et-Marne), de 14 à 20 amphores dans trois des amas les plus importants de Troyes (Kasprzyk 2019 ; Olmer 2019)21, sans atteindre toutefois l’exceptionnel assemblage de la tombe à char de Boé (Lot-et-Garonne) où l’on ne compte pas moins de 81 amphores22.

  • 23 Sur la base d’un setier de 0,52 l (Olmer et Kasprzyk 2016).

86Exprimées en volume, les quantités sont impressionnantes puisque, les 106 à 130 amphores Dr. 1 ont contenu entre 2 120 et 2 600 l de vin pur, soit de 4 040 à 5 000 setiers si l’on estime la contenance moyenne d’une amphore de l’ordre de 20 l, ou de 2650 à 3250 l, soit 5 096 à 6 250 setiers si l’on fixe la contenance moyenne d’une amphore à 25 l23, auxquels il faudrait ajouter 38 à 39 setiers de vin cuit (amphore Halt. 70) et environ 154 setiers de sauce de poisson des Dr. 7/11 – si c’est bien de cela qu’il s’agit.

87Ces chiffres soulignent l’importance du vin dans les rituels de la Justice, lesquels dépassent largement les quantités habituellement observées en contexte funéraire en Île-de-France, Balloy excepté (Séguier et Louesdon 2020). La part très importante de tessons brûlés, voire scorifiés, se retrouve dans les autres ensembles funéraires où les amphores sont très nombreuses (Balloy, Clémency, Goeblange-Nospelt, Troyes…) et semble même être l’une des composantes les plus caractéristique de ces sites.

88Le rôle joué par ces conteneurs et surtout, bien entendu, leur contenu dans les rituels funéraires demeure une question discutée (hormis les cas où l’amphore est déposée intacte dans la tombe comme c’est le plus souvent le cas en Gaule à la fin de l’âge du Fer et à l’époque augustéenne). Au-delà de la valeur symbolique attachée au vin et de son rôle de marqueur social (Poux 2004), deux usages principaux sont évoqués de manière antagoniste dans la littérature. Soit les amphores, dont les restes ne se signalent par aucun traitement particulier par rapport à la vaisselle, figuraient sur le bûcher (Blaizot et al. 2012 : 332), soit, au contraire, les amphores n’y figuraient pas et faisaient l’objet d’un traitement indépendant de la crémation, témoignant du déroulement du banquet pendant les funérailles (Metzler et Gaeng et al. 2009 : 479-483) ou lors d’une étape ultérieure, à l’occasion de rituels de commémoration, d’où leur dépôt en amas hors de la sépulture (Bel et al. 2008 : 263-274). Une lecture alternative consiste à surtout voir dans les amas brûlés des vestiges de rites commémoratifs et non strictement liés à au processus de crémation proprement dit (Riquier 2004 : 106).

89On peut objecter à la première lecture que l’exposition des amphores à un feu violent devait entraîner leur fissuration suivie de leur explosion sur le bûcher au risque d’éteindre le brasier (sauf si elles étaient déposées vidés) et que ces récipients volumineux devaient considérablement gêner les crématistes dans la conduite du bûcher, surtout lorsqu’il est question de plusieurs amphores, voire de plusieurs dizaines d’amphores. Dans la seconde interprétation, l’hypothèse formulée est que le banquet funéraire se déroule pendant la conduite de la crémation et que ses reliefs (vaisselle et autres instruments du banquet, amphores, résidus alimentaires) sont brisés puis brûlés sur le bûcher pour, notamment, signifier le passage du défunt du monde des vivants à un autre, en l’occurrence l’inframonde. Cette interprétation semble la plus à même d’expliquer la profusion des restes d’amphores sur certains sites, dont la Justice, mais force est de reconnaître que les conditions de conservation y sont telles qu’il est difficile d’en proposer une lecture objective et de valider cette hypothèse. Comment trancher entre repas funéraire et rituel commémoratif et est-ce seulement possible ? Tout au plus peut-on noter que deux types de dépôt paraissent coexister à la Justice : l’un où les esquilles crémées sont associées, au moins pour partie, aux restes d’amphore (monument 2032) et l’autre où les deux types de reste sont dissociés (monuments 2003, 2048, 2053, fossé 2026). La seconde catégorie peut-être être considérée comme ne reflétant qu’une activité de consommation collective, que celle-ci soit conçue comme liée au banquet accompagnant la crémation ou qu’elle soit intervenue lors d’un rituel de commémoration. Il faut toutefois noter que la disposition du mobilier dans le fossé du monument 2032 (Fig. 17) parait illustrer la dissociation des résidus du bûcher de ceux du banquet.

90Autre certitude : il ne subsiste qu’une part infime des amphores impliquées dans le rituel : si l’on considère que le poids d’une Dr. 1 vide est de l’ordre de 20 à 25 kg (au minimum), alors les quelque 192 kg de restes découverts correspondent à 9,1 à 7,3 %, ou de 7,3 à 5,9 % du poids initial théorique des amphores impliquées dans les pratiques funéraires selon la base de calcul (Tabl. 6). La déperdition est trop importante pour incriminer les seuls facteurs taphonomiques et il faut envisager qu’une bonne partie des tessons a dû être évacuée en dehors des limites de l’ensemble funéraire… ou que l’on n’a brûlé que des portions d’amphores. S’il est a priori difficile de trancher, les restitutions effectuées sur le matériel du monument de Bois de Roselle à Balloy suggèrent que ce sont bien des amphores complètes qui sont entrées en jeu dans les pratiques funéraires (Poyeton et Séguier 1999). La comparaison avec l’effectif d’amphores Dr. 1 découvertes dans l’habitat de la Justice illustre bien l’importante déperdition qui affecte ce matériel : il n’y subsiste que 4,6 à 3,6 % % du poids originel théorique (Tabl. 6), soit encore moins que dans l’espace funéraire et, dans l’habitat, la déperdition s’explique probablement par le recyclage des fragments de panse qui ont pu être réutilisés dans des aménagements domestiques trop superficiels pour être conservés (sols, soles de foyers, etc.), alors que les fonds et les anses ont été couramment transformés en outils (aiguisoirs, polissoirs, tas…) selon un modèle attesté partout en Gaule au second âge du Fer (Piot 2021).

Tabl. 6 - Comparaison de la représentation des restes d’amphore Dr. 1 dans l’ensemble funéraire et dans l’habitat.

Tabl. 6 - Comparaison de la représentation des restes d’amphore Dr. 1 dans l’ensemble funéraire et dans l’habitat.

91L’utilisation secondaire des restes d’amphore Dr. 1 au sein de l’ensemble funéraire est attestée par au moins deux dépôts : celui d’un col fiché en position inversée dans l’angle sud-est du fossé du monument 2003 (Fig. 5), dans lequel on peut proposer de voir un système de marquage rituel, et le col de la structure 2007 dont l’interprétation est sujette à caution (aucun de ces deux cols n’est brûlé).

92Il convient en outre de noter que le traitement post-crématoire des amphores se traduit par une fragmentation extrême, comme c’est toujours le cas dans ce type de contexte ; d’ailleurs, de nombreuses traces des coups portés sur les cols, les anses et les pieds ont été inventoriés lors de l’étude (Barthélemy-Sylvand 2013). Toutefois, il ne semble pas que la fragmentation en petits cubes, attestée à Goeblange-Nospelt (Metzler et Gaeng et al. 2009) et pratiquée avec acharnement à Malintrat (Poux 2004 : 519-522) et à Troyes (Olmer et Kasprzyk 2016), soit connue à la Justice ou, si elle l’est, elle est si limitée que les traces n’en ont pas attiré l’attention. Il en va d’ailleurs de même sur les autres sites du secteur Seine-Yonne, notamment à Balloy où pourtant les traces de destruction volontaire sont nombreuses (Poyeton et Séguier 1999). Le sens de ces différences de comportement échappe à toute interprétation, surtout au regard de la proximité géographique entre Varennes-sur-Seine et Troyes.

  • 24 Trop peu de tessons sont conservés pour que l’on sache si l’absence de traces de chauffe sur les te (...)

93Quant aux amphores non-Dr. 1, elles attestent de l’usage de rares produits autres que le vin lors des banquets (vin cuit et/ou olives conservées dans du vin cuit en Halt. 70 ; produits halieutiques en Dr. 7/11), mais aussi de vins orientaux. Leur présence et celle d’autres types amphoriques, notée dans d’autres ensembles du même type (Goeblange-Nospelt, Malintrat, Troyes), illustre avant tout la diversification des importations à partir de la guerre des Gaules, mais aussi le niveau économique de la population attachée à l’ensemble funéraire et la recherche de nouveaux goûts de la part des élites sociales de la fin de l’âge du Fer. Les quelques restes qui en subsistent suggèrent que ce matériel a subi le même sort que les amphores italiques : consommation probablement dans le cadre des banquets, puis destruction en petits fragments24.

La céramique

  • 25 Si ces récipients sont communs dans le Midi de la France et jusqu’en Auvergne (Verrier 2013), c’est (...)

94À la réserve éventuelle de la jatte du dépôt 2007, aucun vase ne figure au titre de dépôt funéraire (réceptacle des os crémés, contenant d’un dépôt alimentaire), alors que la jatte du fossé 2003, qui n’était pas associé à des os crémés, constituait plutôt un dépôt dont le sens nous échappe (marquage symbolique de l’angle d’un monument, dépôt effectué à l’occasion d’une cérémonie de commémoration ?). En dehors de ces deux vases, tous les tessons portent des traces d’une exposition au feu, mais le caractère réduit de la plupart d’entre eux interdit de savoir si les vases ont d’abord été brisés puis brûlés selon un rite bien établi (Bel et al. 2008 : 261-263 ; Metzler et Gaeng et al. 2009 : 481) ou si le bris est consécutif à l’exposition au feu comme cela est démontré expérimentalement (Lambot et al. 1994). De la sorte, il est impossible de savoir si ces éléments correspondent à des vases exposés avec le défunt sur le bûcher ou s’il s’agit de vaisselle utilisée dans le cadre du banquet funéraire. Si l’on privilégie la seconde hypothèse, on reste tout de même surpris par le petit nombre de vases retrouvés, une douzaine au plus (Fig. 46), ce qui ne cadre pas très bien avec les nombreux convives que l’on peut déduire des quantités de vin consommées. Il faut se demander, une fois de plus, si une partie de l’instrumentum du banquet (vases à boire, vases de présentation des aliments solides) n’a pas été prélevée pour être rejetée ailleurs que dans l’espace funéraire. Ce qui subsiste n’est guère représentatif de la vaisselle domestique et les deux vases en campanienne B-oïde, sans équivalent en contexte funéraire en Gaule septentrionale, doivent probablement être considérés comme des indicateurs du haut niveau socio-économique du (ou des) sujet(s) crémé(s) du monument 203225, leur association avec un statère pouvant même être considérée comme un marqueur statutaire fort. Mais ces deux vases sont également représentatifs de la fréquence de la vaisselle campanienne dans le secteur Seine-Yonne, plus élevée que dans le reste de l’Île-de-France (Séguier 2002).

Le mobilier métallique (Luc Leconte)

95Le mobilier métallique est rare (Fig. 47) et l’absence de toute sépulture ne contribue pas à en éclairer le sens. Rien dans ce maigre matériel n’est en rapport avec le banquet (gril, fourchette, récipient…). Les objets brûlés sont peu nombreux et, parmi eux, l’on ne peut guère mentionner que le rivet à tête émaillé qui a des chances d’avoir appartenu à un assemblage détruit sur le bûcher, tout comme les débris d’alliage cuivreux fondu des monuments 2048 et 2053.

96Les éléments se rapportant à des coffrets (possibles fragments des monuments 2048 et 2053 ; entrée de serrure et ferrure du fossé 2017/2026) se révèlent finalement les plus nombreux. Cela n’est pas surprenant puisque ces éléments pouvaient accueillir les restes du défunt, le corpus des sépultures des ensembles trévires étant riche de 62 exemplaires (Kaurin 2014 : 77 et Fig. 30). Dans le cas présent, rien n’indique que les coffrets de la Justice aient connu un tel usage sauf si l’on envisage que ces éléments proviennent d’hypothétiques dépôts funéraires aériens démantelés ou de coffrets brûlés sur le bûcher dont certains éléments ont pu faire l’objet d’une récupération. Mais cette fonction ne cadre guère avec les éléments de coffret du fossé 2017/2026 qui supposent une fonction non identifiée dans le déroulement des funérailles. De plus, la présence d’un coffret en contexte sépulcral en Île-de-France est pour l’instant inconnue en dehors de ce seul exemple (Séguier et Louesdon 2020).

97L’absence de tout élément se rapportant de manière certaine à l’armement contraste singulièrement avec la fréquence habituelle des équipements militaires dans les sépultures de LTD, que l’on se tourne vers le Midi gaulois (Bel et al. 2008 : 403 sq.) ou vers le domaine trévire où J. Kaurin constate qu’un cinquième de la population des nécropoles de LTD2 possède un équipement militaire (Kaurin 2014). Dans le reste de la Gaule du Nord-Ouest, c’est la Haute-Normandie qui livre de nombreuses sépultures à armement (Lepaumier et al. à paraître). Mais l’absence de toute sépulture est peut-être à l’origine de de l’absence de panoplie militaire à la Justice, ce type d’équipement étant par ailleurs très rare en Île-de-France (Séguier et Louesdon 2020).

98L’absence de toute fibule peut surprendre au regard de la fréquence de cet accessoire dans les tombes trévires (où 62 % en comportent : Kaurin 2014), mais, une fois de plus, l’absence de toute sépulture conservée est probablement en cause.

99Quant au rivet à tête émaillée du monument 2032, il s’agit d’un objet relativement fréquent à LTD (Chalet 1992), notamment en contexte domestique. Les rivets du couvercle de cruche de la tombe à char de Verna (Perrin et Schönfelder 2003 : 47) et ceux qui ont pu décorer des chapeaux de joug dans la même sépulture (ibid. : 98), tout comme le cabochon de la tombe A de Goeblange-Nospelt (Metzler et Gaeng et al. 2009, Fig. 46, n° 20c), plus tardive, figurent parmi les rares exemples connus en contexte funéraire et suggèrent que ces rivets entraient dans divers types de composition.

100On observera enfin que ces quelques éléments de mobilier métallique correspondent tous à des parties d’objets complexes (talon d’une lance, fragments de coffrets, clou à tête émaillée d’un élément indéterminé).

Les monnaies

101La présence de nombreuses monnaies en contexte funéraire semble distinguer le territoire sénon (Séguier et Louesdon 2020), trait partagé avec ceux de la Grande Chaume à Fontaine-la-Gaillarde (Delor 2002) et des Carmélites à Troyes (Izri et Kasprzyk 2019), mais aussi de celui de Poissy (Van den Bossche 2018).

102Rare en Gaule méridionale (Bel et al. 2007 : 345), la coutume de déposer des monnaies dans les sépultures est attestée de manière un peu plus soutenue, quoiqu’irrégulière, en Gaule septentrionale. On compte par exemple des potins dans 6 inhumations sur un total de 29 sépultures à Esvres-sur-Indre (Riquier 2004 : 105), ce qui constitue un effectif très au-dessus de la moyenne. En revanche, seules 8 des 130 crémations d’Acy-Romance en ont livré, dont les 8 potins brûlés de la tombe I. 104 de la Croizette, interprétés comme le contenu d’une bourse exposée au bûcher (Lambot 1994 : 38-39), alors que la monnaie reste très discrète dans les sépultures du secteur trévire (Kaurin 2014 : 146), même au cours de LTD2. L’interprétation de ces monnaies comme témoignant de l’adoption du rite de l’obole à Charon (Riquier 2004 : 105 ; Bel et al. 2007 : 345) est contestée par J. Kaurin qui propose d’y voir le témoignage du rachat d’une vie, sinon des objets à connotation purement symbolique, voire des marqueurs statutaires (Kaurin 2014 : 234-236).

  • 26 Il en va sans doute de même de l’as de Nîmes du fossé 2001.

103Les monnaies de la Justice ne proviennent pas de tombes, mais de fossés de monuments (2032, 2053), de fossés structurant l’espace (2002, 2017/2026), alors que nombre d’autres ont été trouvées hors structure. Ces contextes de découverte sont comparables à ceux des monnaies de l’ensemble funéraire des Carmélites à Troyes où presque toutes proviennent d’amas, de niveaux de sol, de fossés d’enclos et de bûchers (Izri et Kasprzyk 2019). Il en va de même à Fontaine-la-Gaillarde où elles ont été trouvées “dans l’aire interne” des deux monuments funéraires et à leurs abords (Delor 2002), et à Chartres, boulevard Chasles, où elles sont issues d’amas, fossés et bûchers (Fissette 2012). À la Justice, aucune monnaie ne présente de trace d’une exposition au feu et il semble en aller de même sur les sites mentionnés ici. Même si l’on ne peut l’exclure complètement en raison de la découverte de quelques fragments de bronze fondu non indentifiables, il semble donc exclu que des monnaies aient accompagné les défunts sur les bûchers. Elles appartiennent donc à une étape postérieure à la crémation et, dès lors, elles paraissent relever des cultes funéraires : elles ont potentiellement été déposées lors de la clôture des structures ou à l’occasion de rites de commémoration attestés ou pressentis ailleurs (Metzler et Gaeng et al. 2009 : 504-508)26. D’ailleurs, même si ces “objets” ont la même provenance que la plupart des restes d’amphore, le traitement des deux catégories est suffisamment distinct pour que l’on ne suppose pas que leur usage marque des étapes bien distinctes dans le déroulement complexe des cérémonies funéraires et de leur perpétuation : le banquet funéraire pour les amphores, une étape ultérieure pour les monnaies (commémoration…).

  • 27 Polenz 1982, cité par Sillon 2014 : 323-325.

104Le statère-lingot du monument 2032 (Fig. 20) constitue un cas particulier, en premier lieu, par sa nature. Il s’agit en effet de l’un des très rares exemples de monnaie en or découverte dans un contexte funéraire de la fin de l’âge du Fer en Celtique occidentale. En effet, si l’on met de côté un petit groupe de statères trouvés dans des sépultures de LTC localisées à l’est de l’axe Rhône-Rhin (Sillon 2014 : 400-401), dont Bienne (Berne), Horgen (Zurich), Langdorf (Bavière), Giengen (Bade-Wurtemberg) et Wederath (Rhénanie-Palatinat)27 et constituant un groupe cohérent, le corpus se limite à deux découvertes :

  • un statère uniface fourré trouvé en contexte LTD2a à Acy-Romance (Sillon 2014 : 324) ;

  • un quart de statère attribué aux Aulerques Cénomans découvert dans la grotte Rochefort à Saint-Pierre-sur-Erve avec des restes humains témoignant d’un dépôt primaire de LTD2b remanié (Colleter et al. 2007).

105Si le statère fourré d’Acy-Romance provient bien d’une crémation, où il a pu figurer à titre de dépôt, le contexte remanié de celui de Saint-Pierre-sur-Erve ne permet pas d’interroger son statut : dépôt primaire ou dépôt de commémoration ? De son côté, dans la mesure où il ne présente aucune trace d’exposition au feu, le statère-lingot de la Justice peut participer des mêmes gestes que ceux dont témoignent les potins et les bronzes. Toutefois, sa découverte parmi les os crémés dans le fossé du monument (Fig. 17) pourrait indiquer que son enfouissement marque une étape du processus rituel distincte de l’enfouissement des amphores utilisées au cours du banquet. Ce statère-lingot est donc peut-être intimement lié à la personnalité du défunt (s’il n’y en avait qu’un), dont il désigne clairement le statut hors norme, au contraire des amphores qui sont attachées aux convives du banquet funéraire. En outre, l’entaille pratiquée sur l’une des faces, tout en traduisant la démonétisation de l’objet, constitue un autre témoignage des mutilations infligées au mobilier funéraire désormais consacré aux mânes du défunt ou aux divinités infernales, au même titre que celles qui affectent le matériel liturgique sur les lieux de culte, qu’il s’agisse des armes, de la vaisselle (Poux 2004 : 326) ou des monnaies (Troubady 2019).

Éléments de synthèse

106L’ensemble de la Justice est paradoxal dans la mesure où, à l’instar de plusieurs sites comparables du secteur Seine-Yonne (Balloy, Bois de Roselle ; Égligny, le Bois de la Pescherie ; Mouy-sur-Seine, le Chemin des Bois/la Noue du Champ Fourche ; Courcelles-en-Bassée/Marolles-sur-Seine, la Pièce Ronde/La Noue Maupoix), aucune sépulture n’a pu être identifiée avec certitude alors que sa fonction funéraire est irréfutable. D’autres sites du secteur sénon présentent une configuration identique (Souppes-sur-Loing, le Boulay ; Fontaine-la-Gaillarde, la Grande Chaume). Ces sites ont en commun la pratique de la crémation et un rituel fondé sur une triade composée par des monuments, des amphores Dr. 1 et des monnaies, tout en admettant des variantes ponctuelles : une sépulture individuelle à Égligny (la seule connue) ; absence de monnaie à Égligny et à Souppes-sur-Loing. Comme à la Justice, les défunts ne sont quasiment pas lisibles si ce n’est, au mieux, par la présence d’esquilles crémées dispersées dans les fossés des monuments.

107Le phénomène de dispersion des restes crémés et de prélèvement minimaliste sur le bûcher, par ailleurs bien connu en Gaule (Bel et al. 2009 : 218 sq.), semble ici poussé à son paroxysme, au point qu’il soit légitime de se demander si des sépultures contenant les restes des défunts ont bien été aménagées dans et autour des monuments, sauf si l’on envisage des sépultures à peine enfouies et détruites par l’érosion agricole. Pratiquement aucun mobilier ne se rattache réellement au domaine personnel et il ne subsiste quasiment aucune trace de ce qui pourrait afficher l’identité des défunts (fibules, boucles de ceinturon, perles, couteaux…). Dans ces conditions, il est impossible de proposer une restitution satisfaisante du déroulement des funérailles, la seule fenêtre entrouverte étant constituée par les dépôts du monument 2032 qui ne correspondent peut-être pas qu’à une simple vidange de bûcher au vu de la dissociation partielle des restes du défunt et de ceux du banquet et du dépôt probable du statère-lingot signalant, lui, l’identité du défunt (ou d’un lignage si plusieurs sujets sont concernés).

  • 28 La quasi-absence de faune demeure difficile à interpréter car les processus taphonomique ont pu aff (...)

108En réalité, en dehors de ces derniers gestes, seuls sont lisibles le banquet dont les instruments sont systématiquement détruits (amphores, vaisselle) et les rites de commémoration (monnaies). La question est de savoir si cette image résulte d’une démarche dictée par le contexte religieux conduisant à une dématérialisation complète du défunt dont le souvenir est tout de même perpétué (ce dont témoignent les monnaies), ou bien si, plus prosaïquement, il traduit une suite de processus taphonomiques poussés à l’extrême. Des ensembles funéraires contemporains bien mieux conservés et où l’on peut restituer des pratiques largement comparables (les Carmélites à Troyes, la Porte du Rebout à Bibracte ou le boulevard Chasles à Chartres), ont livré des bûchers et des sépultures, ce qui conduit à nuancer la lecture proposée pour le site de la Justice. Néanmoins, sur ces sites mieux conservés, la rareté des tombes contrastant fortement avec la surabondance du mobilier, notamment des amphores et des monnaies (Troyes), n’est pas sans évoquer les pratiques funéraires du secteur Seine-Yonne et suggère que, pour ce groupe, l’essentiel des funérailles résidait dans le banquet unissant le défunt à la communauté des vivants, ce qui éloigne formellement l’univers idéologique des élites locales sénones, carnutes et éduennes, de celles des Trévires ou des Bituriges Cubes. D’ailleurs, et ce n’est peut-être pas un effet du hasard, on retrouve là l’opposition entre les zones qui ont livré ou non des tombes à chambre28.

109La question du rang social de cette population ne semble guère se poser. Même si l’on ne dispose de pratiquement aucun attribut personnel et même si l’instrumentum métallique du banquet que l’on sollicite habituellement pour identifier l’aristocratie (Riquier 2004 : 107) fait ici défaut, la profusion des amphores et le nombre de convives qu’elle suppose, ainsi que le statère-lingot, désignent incontestablement a minima des individus au statut social privilégié. L’analyse de l’habitat auquel on propose de rattacher l’ensemble funéraire conduit aux mêmes conclusions sur la base de matériaux autrement plus nombreux (amphores, consommation carnée, armement, dépôt de statères-lingots…), la population attachée à cet enclos aristocratique semblant même avoir exercé un contrôle sur l’ensemble du confluent Seine-Yonne et sur l’agglomération voisine (Séguier 2013a ; Séguier, Auxiette et Pilon 2021). Il est permis de se demander si la population de rang inférieur qui gravitait autour des élites avait ou non accès à l’espace funéraire ou bien si celui-ci était réservé aux seconds, mais cette question restera sans réponse en raison de l’absence de toute sépulture qui permettrait d’approcher la question de la hiérarchie sociale.

Haut de page

Bibliographie

Adam et al. 2018

Adam S., Gérardin T.-A., Issenmann R., Noël L. et coll. - Charny (77), les Vieilles Fourches et la Pièce de Choisy, Rapport final d’opération, Éveha, 5 vol.

Baray 1998

Baray L. - Les cimetières à crémation de la basse vallée de la Somme d’après les découvertes d’autoroute A16 Nord, Les rites de la mort chez les Celtes du Nord, Actes de la table-ronde de Ribemont-sur-Ancre, Revue Archéologique de Picardie, Amiens : 211-231 (RAP ; 1-2).

Barral et Thivet 2019

Barral P. et Thivet M. - Sanctuaires de l’âge du Fer, Actes du 41e colloque international de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer (2017), AFEAF, Paris (coll. AFEAF ; 1).

Barral et al. 2011

Barral P., Dedet B., Delrieu F., Giraud P., Le Goff I., Marion S. et Villard-Le Tiec A. - L’Âge du Fer en Basse-Normandie. Gestuelles funéraires en Gaule au Second Âge du Fer, Actes du XXXIIIe colloque international de l’AFEAF (Caen, 20-24 mai 2009), vol. II ; Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon (Annales Littéraires ; 883).

Barthélemy-Sylvand 2013

Barthélemy-Sylvand C. - Les amphores de la fin de l’âge du Fer de Varennes-sur-Seine, “La Justice”, in : Séguier 2013a, vol. 2 : 317-359.

Bayard, Buchez et Depaepe 2011

Bayard D., Buchez N., Depaepe P. (dir.) - Quinze ans d’archéologie préventive sur les tracés linéaires en Picardie, première partie, Université de Picardie, Amiens (RAP ; 3-4).

Bel et al. 2008

Bel V., Barberan S., Chardenon N., Forest V., Rodet-Bélarbi I. et Vidal L. - Tombes et espaces funéraires de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine à Nîmes (Gard), Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Rousillon, Lattes, 519 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne ; 24).

Benquet, Morisse et Renard 2016

Benquet L., Morisse V. et Renard S. - Confrontation de cas autour de la pratique de l’enchytrismos : de Reims à Toulouse, cohérence et disparité, SFECAG, Actes du congrès d’Autun, Marseille : 299-314.

Blaizot 2009

Blaizot F. (dir.) - Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité, Gallia, 66/1, CNRS, Paris.

Blaizot et al. 2012

Blaizot F., Caillat P., Deberge Y., Dunkley J. et Perrin F. - L’ensemble funéraire aristocratique de la Cime des Bruyères à Pulvérières (Puy-de-Dôme) : un témoignage des élites arvernes du iie s. av. J.-C., Documents d’Archéologie méridionale, 35 : 301-376.

Blanchard 2015

Blanchard J. (dir.) - Wissous et Paray-Vieille-Poste (Essonne), zone Nord-Ouest de la plateforme aéroportuaire d’Orly, Voie des Morvilliers, Rapport de fouille, , Inrap CIF, Pantin 2 vol.

Bruant et al. 2011

Bruant J., Cotté O., Desrayaud G. et Pissot V. - Vases entiers dans des fossés : des pratiques liées au bornage des terres ? Présentation de trois exemples franciliens, SFECAG, Actes du congrès d’Arles : 585-595.

Brunaux et Gruel 1987

Brunaux J.-L. et Gruel K. (dir.) - Monnaies gauloises découvertes en fouille, Errance, Paris (Dossiers de Protohistoire ; 1).

Buchez 2011

Buchez N. - La Protohistoire récente – État de la documentation et principaux résultats issus de la fouille des sites funéraires de La Tène moyenne à La Tène finale sur les grands tracés linéaires en Picardie occidentale, in : Bayard, Buchez et Depaepe 2011, 3-4 : 267-334.

Buchsenschutz et al. 1998

Buchsenschutz O., Niaux R., Quinn D., Flouest J.-L., Vitali D., Zwald V., Richard H., Gruel K., Gran-Aymerich J., Szabo M., Dominguez-Arranz A., Boyer F., Meylan F., Schubert F. et Ralston I.B.M. - L’oppidum de Bibracte. Un bilan de onze années de recherche (1984-1995). L’organisation spatiale de l’oppidum, Gallia, 55 : 18-48.

Chalet 1992

Chalet V. - Les Celtes et l’émail, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, 197 p.

Chouquer 1995

Chouquer G. - Aux origines antiques et médiévales des parcellaires, Histoire & Sociétés Rurales, 4, 2e semestre,1995 : 11-46.

Colleter et al. 2007

Colleter R., Aubin G., Cherel A.-F., Hinguant S., Peuziat J. et Sellami F. - Un ensemble funéraire de la transition âge du Fer-Antiquité en contexte karstique : la grotte de Rochefort à Saint-Pierre-sur-Erve (Mayenne), Revue Archéologique de l’Ouest, 24 : 89-109.

Deberge et al. 2007

Deberge Y., Orengo L., Loughton M. et Verrier G. - La culture matérielle de la Grande Limagne d’Auvergne du iiie au ier s. av. J.-C., in : Mennessier-Jouannet et Deberge 2007 : 167-204.

Delattre 2013

Delattre V. - Étude anthropologique des ossements humains de La Tène moyenne et finale du site de Varennes-sur-Seine, La Justice (Seine-et-Marne), in : Séguier 2013a, vol. 2 : 627-632.

Delor 2002

Delor J.-P. - L’Yonne, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2 vol. (Carte Archéologique de la Gaule ; 89).

Desbat 2012

Desbat A. - Lyon, Lugdunum. Les contextes précoces du “sanctuaire de Cybèle”, in : Barral et Fichtl 2012 : 65-94 – dossier numérique www.bibracte.fr

Ferdière et Villard 1993

Ferdière A. et Villard A. - La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges ; 7e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, Mémoire 2 du Musée d’Argentomagus, ARCHEA/FERACF, Saint-Marcel/Tours.

Fichtl 2013

Fichtl S. - À propos des résidences aristocratiques de la fin de l’âge du Fer : l’exemple de quelques sites du Loiret, in : Krausz et al. 2013 : 329-343.

Fissette 2012

Fissette S. (dir.) - Une portion de nécropole d’époque césarienne et augustéenne précoce et une voie gallo-romaine en bordure du boulevard Chasles. 1 Boulevard Chasles, Chartres (Eure-et-Loir), Rapport de fouille, Ville de Chartres, Service Archéologie, 2 vol.

Foucray 2013

Foucray B. - Étude numismatique, in : Séguier 2013a, vol. 2 : 495-531.

Foucray et Bulard 2020

Foucray B. et Bulard A. - Monnaies gauloises en bronze d’Île-de-France. Synthèse sur la circulation et les émissions monétaires, 6e suppl. à la Revue Archéologique d’Île-de-France, Paris, 631 p.

García Vargas 2009

García Vargas E. - Las ánforas republicanas des Hispalis (Sevilla) y la “cristalización” des repertorio anfórico provincial, in : Cruz-Auñón Briones R. et Ferrer Albelda E. (coord.), Estudios de Prehistoria y Arcqueología en homenaje a Pilar Acosta Martínez, Universiad des Sevilla, Séville : 437-464.

García Vargas et Bernal Casasolas 2009

García Vargas E. et Bernal Casasolas D. - Ánforas de la Bética, in : Bernal Casasolas D. et Ribera I Lacomba A. (éd.), Cerámicas hispanorromanas. Un estado que la cuestión, RCRF, congreso XXV, Universidad des Cádiz, Cadix : 661-687.

Gaudefroy 2011

Gaudefroy S. - Les sites de La Tène moyenne à La Tène finale sur les tracés linéaires en Picardie : questions méthodologiques et résultats scientifiques, in : Bayard, Buchez et Depaepe 2011 : 201-266.

Gruel et Jeunot 2012

Gruel K., Jeunot L. - Les monnaies gauloises comme marqueurs chronologiques, in : Barral et Fichtl 2012 : 301-316.

Gruel et Popovitch 2007

Gruel K. et Popovitch L. - Les monnaies gauloises et romaines de l’oppidum de Bibracte, Centre Archéologique Européen, Glux-en-Glenne, 383 p. (Bibracte ; 13).

Guichard 1997

Guichard V. - Les amphores, in : Lavendhomme M.-O. et Guichard V., Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois, MSH, Paris : 133-141 (DAF ; 62).

Guichard et al. 1993

Guichard V, Pion P., Malacher F. et Collis J. - À propos de la circulation monétaire en Gaule chevelue au iie et ier siècles av. J.-C., Tours, Revue Archéologique du Centre de la France, 32 : 25-55.

Guichard et Perrin 2002

Guichard V., Perrin F. (dir.) - L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (du iie siècle avant J.-C. au ier siècle après J.-C.), Actes de la table ronde du Mont Beuvray, Centre Archéologique Européen, Glux-en-Glenne (Bibracte ; 5).

Haselgrove 2009

Haselgrove C. - Noughts and crosses: the archaeology of “globules-à-la-croix”, in : Van Heesch J. et Heeren I. (éd.), Coinage in the Iron Age. Essays in Honour of Simone Scheers, Spink, Londres : 173-186.

Hénon 1995

Hénon B. - Les amphores dans la Vallée de l’Aisne à La Tène finale, Revue Archéologique de Picardie, 1-2 : 149-188.

Izri et Kasprzyk 2019

Izri S. et Kasprzyk M. - Les monnaies de la nécropole, in : Kasprzyk 2019 : 458-465.

Jahier et al. 2018 

Jahier Y., Le Maire M., Gomez de Soto J., Villard-le Tiec A. et coll. - Architectures funéraires dans le Grand-Ouest de la France (vie-ive s. av. J.-C.), in : Villard-Le Tiec 2018 : 35-67.

Kasprzyk 2019

Kasprzyk M. (dir.) - Troyes (Aube), 14 impasse des Carmélites. Une nécropole de la fin de l’époque gauloise puis un quartier urbain du Haut-Empire, Rapport de fouille, Inrap Grand-Est, 2 vol.

Kaurin 2014

Kaurin J. - Recherches autour du métal : les assemblages funéraires trévires (fin du iiie s. av. – troisième quart du ier s. ap. J.-C.), Éd. Universitaires de Dijon, Dijon, 316 p.

Krausz et al. 2013

Krausz S., Colin A., Gruel K., Ralston I. et Dechezleprêtre(dir.) - L’âge du Fer en Europe. Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz, Ausonius, Bordeaux (Mémoire ; 32).

Lachambre et al. 2016

Lachambre A., Barrier S., Barral P. et Flouest J.-L. - La nécropole de la Croix du Rebout à Bibracte (Saône-et-Loire – Nièvre). Contribution des analyses statistiques et spatiales appliquées au mobilier céramique, SFECAG, Actes du congrès d’Autun, Marseille : 157-164.

Lambot et al. 1994

Lambot B., Friboulet M. et Méniel P. - Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes) II : les nécropoles dans leur contexte régional (Thugny, Trugny et tombes aristocratiques), Société Archéologique Champenoise, Reims (Mémoire ; 8).

Laubenheimer 1998

Laubenheimer F. (dir.) - Les amphores en Gaule – II. Production et circulation, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon.

Laubenheimer et Hénon 1998

Laubenheimer F. et Hénon B. - Les amphores du Titelberg (Luxembourg), in : Laubenheimer 1998 : 107-142.

Lemaître et al. 1998

Lemaître S., Desbat A. et Maza G. - Les amphores du site du “sanctuaire de Cybèle” à Lyon, étude préliminaire, SFECAG, Actes du Congrès d’Istres, Marseille : 49-59.

Lepaumier et Giraud 2018

Lepaumier H. et Giraud P. - Les clôtures et portes sur les établissements ruraux du second âge du Fer à partir de quelques réflexions issues d’exemples du Grand-Ouest, in : Villard-Le-Tiec 2018 : 187-202.

Lepaumier et al. à paraître

Lepaumier H., Lukas D., Besnard-Vauterin C.-C., Leconte L., Pillault S. et Lefort A. - Armement et tombes à armes en Normandie : réflexions autour de la notion de culture et de statut, in : La guerre et son cortège : réflexions sur les conflits et leur impact sur les cultures des âges du Fer, Actes du 47e colloque de l’AFEAF, Lausanne, 18-21 mai 2023.

Leroyer et Aoustin 2013

Leroyer C. et Aoustin D. - Analyse pollinique du paléochenal de Varennes-sur-Seine, La Justice (Seine-et-Marne, France), in : Séguier 2013a, vol. 2 : 23-36.

Mallet 2015

Mallet F. - Mouy-sur-Seine (Seine-et-Marne), site B, lieux-dits le Chemin des Bois, la Noue du Champ Fourche, Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Pantin.

Mathery 2014

Mathery L. (dir.) - Massy (Essonne), ZAC de la Bonde, Rapport de fouille, Inrap CIF, Pantin, 2 vol.

Mennessier-Jouannet et Deberge 2007

Mennessier-Jouannet C. et Deberge Y. (éd.) - L’archéologie de l’âge du Fer en Auvergne, Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, thème régional, Lattes (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne ; hors-série).

Mennessier-Jouannet et Deberge 2017

Mennessier-Jouannet C. et Deberge Y. (dir.) - Chronologie du mobilier archéologique du second âge du Fer en Auvergne, 65suppl. à la Revue Archéologique du centre de la France, FERACF, Tours, 653 p.

Metzler 1995 

Metzler J. - Das treverische Oppidum auf dem Titelberg: zur Continuität zwischen der spätkeltischen und der frührömischer Zeit in nord Gallien, Musée National d’Histoire et d’Art, Luxembourg (Dossiers d’Archéologie du Musée National d’Histoire et d’Art ; 3).

Metzler et Gaeng et al. 2009

Metzler J., Gaeng C., Le Goff I., Martin-Kilcher S., Méniel P., Tretola Martinez D.C., Vogt R., Weiller R. et Welter J.-M. - Goeblange-Nospelt, une nécropole aristocratique trévire, Musée National d’Histoire et d’Art, Luxembourg (Dossiers d’Archéologie du Musée National d’Histoire et d’Art ; 13).

Metzler-Zens et Metzler 1999

Metzler-Zens N., Metzler J. et coll. - Lamadeleine, une nécropole de l’oppidum du Titelberg, Musée National d’Histoire et d’Art, Luxembourg (Dossiers d’Archéologie du Musée National d’Histoire et d’Art ; 6).

Nouvel 2006

Nouvel P. - Les sanctuaires gaulois des confins des Éduens, des Lingons et des Sénons. L’apport dérangeant des données archéologiques récentes, Paris, Bulletin de la Société de Mythologie Française, 225 : 26-56.

Olmer 2003

Olmer F. - Les amphores de Bibracte - 2. Le commerce du vin chez les Éduens d’après les timbres d’amphores, Centre Archéologique Européen, Glux-en-Glenne, Glux-en-Glenne, (Bibracte ; 7).

Olmer 2012

Olmer F. - Les amphores sont-elles utiles à la chronologie de la fin de l’âge du Fer ?, in Barral et Fichtl 2012 : 317-341 – dossier numérique www.bibracte.fr

Olmer 2013

Olmer F. (dir.) - Itinéraires des vins romains en Gaule, iiieier siècles avant J.-C., Lattes, (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne ; hors-série 5).

Olmer 2019

Olmer F. - Les amphores de la nécropole, in : Kasprzyk 2019, vol. 1 : 387-413.

Olmer 2022

Olmer F. - Épigraphie de la production et de la circulation des amphores de l’Italie républicaine en Europe occidentale, in : Olmer F., Des ateliers italiens aux tables gauloises : étude des amphores tardo-républicaines en Gaule, Habilitation à Diriger des Recherches, Université d’Aix-Marseille, vol. 2.

Olmer et Kasprzyk 2016

Olmer F. et Kasprzyk M. - Les amphores dans les pratiques funéraires de la nécropole de Troyes, impasse des Carmélites (Aube), à la fin du ier siècle avant J.-C., SFECAG, Actes du congrès d’Autun, Marseille : 329-336.

Perrin et Schönfelder 2003

Perrin F. et Schönfelder M. (dir.) - La tombe à char de Verna (Isère) : témoignage de l’aristocratie celtique en territoire allobroge, Association Lyonnaise pour la Promotion de l’Archéologie en Rhône-Alpes, Lyon, 151 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne ; 24).

Piette 1987

Piette J. - Le site des “Grèves” à La Villeneuve-au-Châtelot. Note sur quelques ensemble monétaires gaulois, in : Brunaux et Gruel 1987 : 211-235.

Pilon et Séguier 2021

Pilon F. et Séguier J.-M. - L’apport de l’analyse chimique des 31 statères globulaires “à la croix” de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) à la compréhension de ce (peudo)monnayage, Bulletin de la Société Française de Numismatique, 76, 1 : 3-10.

Piot 2001

Piot C. - La réutilisation des amphores : contribution à l’histoire économique et à la vie religieuse dans le Sud-Ouest de la Gaule, MUNIBE, 53 : 101-133.

Polenz 1982

Polenz H. - Münzen in latènezeitlichen Gräben Mitteleuropas aus der Zeit zwischen 300 und 50 vor Christi Geburt, Bayerische Vorgeschichstblätter, 47 : 27-222.

Poux 2004

Poux M. - L’âge du Vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Mergoil ed., Montagnac (coll. Protohistoire Européenne ; 8).

Poux et Feugère 2002

Poux M.et Feugère M. - Le festin, miroir privilégié des élites celtiques de Gaule indépendante, in : Guichard et Perrin 2002 : 199-222.

Poyeton et Séguier 1999

Poyeton A. et Séguier J.-M. - L’enclos rituel de la fin de l’Age du Fer de Bois-de-Roselle à Balloy (Seine-et-Marne), in : Actes des journées archéologiques d’Ile-de-France (Religions, rites et cultes en Ile-de-France), DRAC/SRA d’Île-de-France, Saint-Denis : 54-64.

Py et al. 2001

Py M., Adroher-Auroux M.-A. et Sanchez C. - DICOCER 2, corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes (fouilles 1963-1999), Lattes (Lattara ; 14).

Quenez 2018

Quenez J.-P. (dir.) - Wissous (Essonne), zone Sud-Ouest de la plateforme aéroportuaire d’Orly, les Soixante Arpents, l’Entrée des Champs Bussins, Rapport de fouille, Inrap CIF, Pantin, 3 vol.

Riha 1990

Riha E. - Des römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst, Römermuseum, Augst, 245 p., 91 pl. H.T. (Forschungen in Augst ; 10).

Riquier 2004

Riquier S. - La nécropole gauloise de “Vaugrignon” à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), Revue Archéologique du Centre de la France, 43 : 21-113.

Sarel 2021

Sarel J. (dir.) - Courcelles-en-Bassée et Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), carrière CEMEX, lieux-dits la Pièce Ronde (secteur 3) et la Noue Maupoix (Secteur 4), Inrap Centre-Île-de-France, Rapport de diagnostic, 530 p.

Séguier 2002

Séguier J.-M. - importations méditerranéennes et circulation de céramiques celtiques dans l’espace francilien au deuxième âge du Fer, Actes des journées archéologiques d'Ile-de-France, Saint-Denis : 35-49.

Séguier 2004

Séguier J.-M. - Les amphores régionales dans l'espace sénon : l’exemple du secteur de confluence Seine-Yonne, SFECAG, Actes du congrès de Vallauris, Marseille : 381-402.

Séguier 2007

Séguier J.-M. - La vaisselle domestique des ier et iie siècles après J.-C. dans le secteur Seine-Yonne : faciès et évolution des corpus, SFECAG, Actes du Congrès de Langres, Marseille : 223-274.

Séguier 2013a

Séguier J.-M. (dir.) - Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Justice – le Marais de la Fontaine du Cœur, Rapport de fouille, Inrap Centre – Île-de-France, 3 vol.

Séguier 2013b

Séguier J.-M. - La consommation des vins italiens chez les Sénons, les Meldes et les Parisii, in : Olmer 2013 : 295-314.

Séguier et Louesdon 2020

Séguier J.-M. et Louesdon É - Les ensembles funéraires des iie et ier s. av. J.-C. en Île-de-France : états des lieux et perspectives de recherche, Revue Archéologique du Centre de la France [En ligne], 59, https://journal.openedition.org/racf/4468

Séguier et Viand 2012

Séguier J.- M. et Viand A. - Chronologie des assemblages de mobilier des trois derniers siècles avant notre ère : un état des lieux dans les territoires des Sénons et des Parisii, in : Barral et Fichtl 2012 : 193-207 – dossier numérique www.bibracte.fr

Séguier, Auxiette et Pilon 2021

Séguier J.-M., Auxiette G. et Pilon F. - Dépôts et pratiques symboliques dans l’établissement aristocratique gaulois de Varennes-sur-Seine, la Justice (Seine-et-Marne), Gallia, 78 : 123-152, https://doi.org/10.4000/gallia.6220

Sillon 2014

Sillon C. - L’or monnayé dans le Nord de la Gaule. Recherches sur les monnaies d’or frappées dans le Nord de la Gaule entre le iiie et le ier siècle avant notre ère, Université d’Orléans, 494 p., https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01182929 (Consulté le 11/05/2020).

Sills 2003

Sills J. - Gaulish and early British gold coinage, Londres, éd. Spink, 555 p.

Silvino et Poux 2005

Silvino T. et Poux M. - Où est passé le vin de la Bétique ? Nouvelles données sur le contenu des amphores dites “à sauces de poisson et à saumures” de type Dressel 7/11, Pompéi VII, Beltrán II (ier s. av. J.-C. – iie s. apr. J.-C.), SFECAG, Actes du congrès de Blois, Marseille : 501-514.

Simon et al. 2011

Simon J., Portat É., Acheré V. et Morisse V. - Mourir autour de la naissance : la pratique de l’enchytrismos ou l’inhumation dans des réceptacles funéraires à Chartres (Eure-et-Loir) au Haut-Empire, SFECAG, Actes du congrès d’Arles, Marseille : 547-558.

Troubady 2019

Troubady M. - Les monnaies burinées ou limées : une pratique sacrificielle ? Étude de cas des sanctuaires communautaires turons, in : Barral et Thivet 2019 : 411-413.

Van Endert 1991

Van Endert D. - Die Bronzefunde aus dem oppidum von Manching: kommentierte Katalog. Franz Steiner, Stuttgart (Die Ausgrabungen in Manching ; 13).

Van Den Bossche 2018

Van Den Bossche B. (dir.) - Poissy (Yvelines), “Les Terrasses de Poncy”, Rapport de diagnostic, Service archéologique interdépartemental Yvelines/Hauts-de-Seine, Montigny-le-Bretonneux.

Verrier 2013

Verrier G. - Les faciès des céramiques à vernis noir entre Arvernes et Éduens (Auvergne, Fore, Bourgogne) aux trois derniers siècles avant notre ère, in : Olmer 2013 : 565-574.

Vidal et Petitot 2003

Vidal L. et Petitot H. - Pour une archéologie de la limite de bornage ; données antiques de la Gaule Narbonnaise, Actualité de la recherche en archéologie agraire, actes du colloque AGER V, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon : 79-96.

Villard-Le Tiec 2018

Villard-Le Tiec A. (dir.) - Architectures de l’âge du Fer en Europe occidentale et centrale, actes du colloque AFEAF de Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Rennes (Archéologie et Culture).

Haut de page

Notes

1 Les auteurs remercient M.-F. André et P. Pihuit, Inrap, auteurs des infographies.

2 Il s’agit de parcelles rectangulaires parallèles les unes aux autres dont la longueur, encore incertaine, ne saurait être inférieure à 400 m. Apparus dès la Protohistoire dans les îles britanniques (Chouquer 1995 : 12), les parcellaires laniérés ne seraient pas connus en Gaule à l’époque romaine (ibid. : 16), puis deviennent communs au Moyen Âge et à l’époque moderne (ibid. : 30). L’usage de ce qualificatif répond ici à la morphologie originale des structures agraires antiques de l’aval du confluent Seine-Yonne, sans pour autant faire référence à ses homologues protohistoriques et médiévaux.

3 Seule structure observée lors du diagnostic dans cette zone ; c’est la nature des mobiliers qui a motivé la prescription de fouille.

4 Cf. infra, Fig. 14.

5 Les amphores ont été étudiées par C. Barthélemy-Sylvand (2013) dont nous reprenons à notre compte l’essentiel de l’expertise, à ceci près que nous avons choisi de classer les bords selon la méthode préconisée par V. Guichard (Guichard 1997) qui distingue 3 classes (1, 2, 3) et 2 classes intermédiaires (1 ou 2, 2 ou 3), méthode préférable à la distinction traditionnelle entre Dr. 1A, B qui peut se révéler insuffisante, surtout sur du matériel très fragmenté comme c’est le cas ici.

6 Tout au moins dans les corpus disponibles en Gaule septentrionale (notamment : Jahier et al. 2018 ; Lambot et al. 1994).

7 Les monnaies ont toutes été identifiées par B. Foucray (2013).

8 Autant que l’on puisse en juger dans la mesure où cette structure a été largement fouillée lors du diagnostic.

9 Le Tabl. 2 donne les équivalences entre les typologies traditionnelles et le classement opéré par B. Foucray et A. Bulard (Foucray et Bulard 2020) ; le tableau de synthèse des trouvailles de Varennes-sur-Seine publié par eux (ibid. : 576-577) comporte un certain nombre d’erreurs en ce qui concerne les zones de découverte – celles-ci sont corrigées ici.

10 Les références typologiques de la céramique gallo-romaine renvoient à Séguier 2004 et Séguier 2007.

11 Les éclats thermiques, dont le nombre est de l’ordre de 1 200, ne sont pas pris en compte ici.

12 La question ne se pose pas dans les mêmes termes pour les autres types de la famille des amphores tardo-républicaines, qu’il s’agisse des gréco-italiques ou des Dr. 1C.

13 La présence d’amphores non-Dr. 1 n’est pas un phénomène isolé en Île-de-France : la Dr. 7/11 est attestée dans les phases tardives des établissements de Massy, ZAC de la Bonde (Séguier in Mathery 2014) et de Wissous, Voie des Morvilliers (Séguier in Blanchard 2015), alors que le dernier état d’occupation de l’établissement aristocratique de Wissous, l’Entrée des Champs Bussins, daté des années 40-20 av. J.-C., a livré un corpus varié associant des Dr. 1B à 1 Dr. 2/4 égéenne, à de l’amphore de Bétique (Halt. 70 ?) et à 2 amphores Schöne-Mau XL de Tripolitaine (Séguier in Quenez 2018, vol. 2 : 201-221).

14 Ces données confirment, si besoin était, la prudence nécessaire lorsque l’on prend en compte les Dr. 1 dans un argumentaire chronologique (Olmer 2012) ; elles confirment aussi, si besoin était de le démontrer encore, la circulation d’amphores à lèvre triangulaire ou en bandeau court après la conquête.

15 7,19 g, pour une série allant de 6,98 g à 7,2 g avec une moyenne située à 7,08 g établie sur 31 exemplaires.

16 Dans les trouvailles multiples effectuées en contexte archéologique à l’échelon régional, les potins LT 7417 et les bronzes à l’oiseau ont tendance à s’exclure : c’est le cas à Varennes-sur-Seine (habitat de la Justice et agglomération du Marais du Pont), mais aussi dans l’enclos funéraire de Mouy-sur-Seine (Seine-et-Marne), le Chemin des Bois/la Noue du Champ Fourche ou le LT 7417 semble exclusif (Mallet 2015). Ces éléments suggèrent des circulations monétaires distinctes.

17 La présence de bronzes LT 7493, 7527 et 7565 dans les fossés du siège d’Alésia (Gruel et Popovitch 2007, Tabl. 64 : 84) ne lève pas l’ambiguïté.

18 Il est à noter qu’aucun fragment ne renvoie au registre animal.

19 Voir les exemples de Jaulnes, Égligny et Saint-Pierre-du-Perray qui sont les mieux documentés (Séguier et Louesdon 2021).

20 La répétition de telles observations révèle des gestuelles funéraires codifiées et ne cadre pas avec l’hypothèse selon laquelle ces amas résulteraient du démantèlement de structures funéraires comme cela a été proposé (Delattre 2013 : 631).

21 14 dans chacun des amas F321 et F634 et 20 dans l’amas F354 pour s’en tenir à la phase LTD2b (Kasprzyk 2019).

22 D’après les données compilées dans Blaizot et al. 2012 : 170-171, et dans Olmer 2019 : 412-413.

23 Sur la base d’un setier de 0,52 l (Olmer et Kasprzyk 2016).

24 Trop peu de tessons sont conservés pour que l’on sache si l’absence de traces de chauffe sur les tessons des amphores non-Dr. 1 a une signification.

25 Si ces récipients sont communs dans le Midi de la France et jusqu’en Auvergne (Verrier 2013), c’est très loin d’être le cas dans le Bassin parisien et, plus largement, en Gaule septentrionale ; à titre d’exemple, on n’en compte moins de dix exemplaires en Île-de-France (Séguier 2002).

26 Il en va sans doute de même de l’as de Nîmes du fossé 2001.

27 Polenz 1982, cité par Sillon 2014 : 323-325.

28 La quasi-absence de faune demeure difficile à interpréter car les processus taphonomique ont pu affecter cette catégorie de vestige plus que toute autre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation du site (étoile) dans le contexte local des iie-ier s. av. J.-C. (points).
Légende DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2 - Plan simplifié du pôle aristocratique de la fin de l’âge du Fer (en tache de fond : le parcellaire contemporain).
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3 - Plan de l’ensemble funéraire de la fin de l’âge du Fer (à l’exception du fossé gallo-romain 2001, ne sont numérotées que les structures en rapport avec l’ensemble funéraire de La Tène finale).
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4 - Vue générale du site en cours de fouille.
Crédits Cliché C. Valero, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 5 - Plan et coupes du monument 2003.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tabl. 1 - Mobilier découvert dans le comblement des structures de La Tène finale.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 6 - Mobilier du monument 2003.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 7 - Plan, coupes et amphore du monument 2050.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 8 : Plan et coupes du monument 2048.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 9 : Le du monument 2048 en cours de fouille.
Crédits Cliché C. Valero, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 10 - Plan et coupes des monuments 2051 et 2053.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 11 - Tessons d’amphore à la base du remplissage du fossé nord du monument 2053 et dans le trou de poteau 2055 (en haut à droite).
Crédits Cliché J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 12 - Mobilier du monument 2053 (nos 1-12) et du trou de poteau 2055 (no 13).
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 13- La monnaie du monument 2053.
Crédits Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 14 - Plan et coupes du monument 2032.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 15 - Le monument 2032 en cours de fouille.
Crédits Cliché J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 16 - Coupe dans le sondage 1 du monument 2032.
Crédits Cliché J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 17 - Distribution du mobilier dans le monument 2032.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 18 - Le mobilier du monument 2032.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 19 - La céramique à vernis noir du monument 2032.
Crédits Cliché J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 20 - Le statère-lingot du monument 2032.
Crédits Clichés J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France et A. Bellido, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 21 - Plan et coupe et mobilier des fosses 2044, 2045, 2046 et 2047.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 22 - Le dépôt 2007 en cours de fouille.
Crédits Cliché J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 23 - Le mobilier du dépôt 2007.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 24 - L’amphore italique du dépôt 2007.
Crédits Cliché C. Barthélemy-Sylvand, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 25 - Plan coupes et mobilier du fossé 2017/2026.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 26 - Concentration de restes d’amphore dans le fossé 2026.
Crédits Cliché J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 27 - La monnaie du fossé 2017.
Crédits Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 28 - Le mobilier du fossé 2002.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 29 - Les monnaies du fossé 2002.
Crédits Clichés J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 30 - Mobilier des amas 2006 (n° 1-3), 2016 (n° 4) et 2024 (n° 5).
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 31 - Le mobilier du fossé 2001.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 32 - La monnaie du fossé 2001.
Crédits Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tabl. 2 - Détermination des monnaies découvertes hors contexte.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 33 - Les monnaies du secteur funéraire trouvées hors contexte.
Crédits Clichés J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 34 - Le mobilier divers du secteur funéraire trouvé hors contexte.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 35 - Localisation du fossé et des dépôts gallo-romains.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 36 - Relevé schématique du dépôt 2019.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 37 - La céramique du dépôt 2019.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 38 - L’as de Nîmes du fossé 2001 ou du dépôt 2019.
Crédits Cliché J.-M. Cointin, DRAC Île-de-France
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 39 - La céramique des dépôts 2058 et 2059.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 40 - Les dépôts 2004 (à gauche) et 2057 (à droite) en cours de fouille.
Crédits Cliché C. Valero, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 41 - Les amphores des dépôts 2004 et 2057.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 42 - La perle en verre du dépôt 2056.
Crédits Cliché J.-M. Séguier, DAO M.-F André
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 43 - Localisation des ensembles funéraires de comparaison en domaine sénon (1 : Varennes-sur-Seine ; 2 : Courcelles-en-Bassée, la Noue Maupoix ; 3 : Balloy, Bois de Roselle ; 4 : Égligny, le Bois de la Pescherie ; 5 : Mouy-sur-Seine, la Noue du Champ Fourche ; 6 : Souppes-sur-Loing, le Boulay ; 7 : Fontaine-la-Gaillarde, la Grande Chaume), de Chartres, Poissy et Troyes.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tabl. 3 - Dénombrement des amphores par contexte.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 45 - Distribution comparée des mensurations des lèvres d’amphore Dr. 1 de l’ensemble funéraire (en rouge) et de l’habitat (en bleu).
Crédits DAO M.-F. André, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 46 - La céramique de l’ensemble funéraire.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 47 - La mobilier métallique de l’ensemble funéraire.
Crédits DAO P. Pihuit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tabl. 4 - Distribution des monnaies par classe typologique.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tabl. 5 - Synthèse des données anthropologiques des contextes de La Tène finale (d’après Delattre 2013, revu et corrigé).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 48 - Sélection d’ossements crémés du monument 2032.
Crédits Cliché J.-M. Séguier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tabl. 6 - Comparaison de la représentation des restes d’amphore Dr. 1 dans l’ensemble funéraire et dans l’habitat.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/6782/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Séguier, « Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Justice : l’ensemble funéraire aristocratique de La Tène finale et les aménagements gallo-romains »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 63 | 2024, mis en ligne le 13 mai 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6782

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Séguier

Inrap Centre-Île-de-France, UMR 7041 ArScAn, Équipe Archéologie de la Gaule. Mondes antiques et médiévaux

Articles du même auteur

Haut de page

Collaborateur

Luc Leconte

Inrap Centre-Île-de-France, UMR 7041 ArScAn, Équipe Archéologie de la Gaule. Mondes antiques et médiévaux

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search