Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5-6Contributions scientifiquesL’appropriation du local : la rad...

Contributions scientifiques

L’appropriation du local : la radio locale de service public du passé au présent en Grande-Bretagne

Peter Lewis
Traduction de Clémence Délas et Laurence Machet

Résumés

L’article tente de démontrer qu’en Grande-Bretagne, la radio communautaire a fait mieux que la BBC et la radio commerciale en fournissant un service public local. L’introduction de la radio locale par la BBC en 1967, retardée par l’attention portée à la télévision, a été encore limitée par la décision politique d’introduire une radiodiffusion locale commerciale en 1973. Les deux formes de radio locale grand public prétendaient servir « la communauté », une affirmation contestée par le mouvement pour une radio communautaire. Lancé à la fin des années 1970 et influencé par les expériences en France et au-delà, il a été finalement reconnu comme nouveau secteur radiophonique en 2003. Maintenant, selon notre point de vue, il donne une voix au niveau local grâce à l’appropriation communautaire qui « permet de contrôler quels sujets sont traités et qui peut parler ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article s’appuie sur une présentation au 8e Colloque International du GRER (Groupe de recherches et d’études sur la radio), La Radio au service des publics ; enjeux, statuts, missions, programmes, Bordeaux, novembre 2017.

Texte intégral

1La radiodiffusion de service public, ce qu’elle signifie et comment elle a répondu aux défis de la concurrence et, plus récemment, de l’innovation numérique, est un sujet qui continue d’intéresser ceux qui, comme moi, voient cette forme de diffusion comme essentielle, mais qui ont aussi milité pour une contribution locale et communautaire à la sphère publique. Je traiterai de la version britannique de cette forme de radiodiffusion et des tentatives répétées, largement infructueuses comme je vais le démontrer, d’appliquer les principes de diffusion du service public à l’échelle locale.

2La BBC est évidemment au centre du débat et je dois avouer tout de suite que mes sentiments pour la BBC vont parfois du désespoir et de la colère à la fierté et à la gratitude. De tels sentiments sont fréquents vis-à-vis des institutions et des organisations dont le but, nous le supposons, est d’exprimer de manière pragmatique nos idées et nos croyances. Dans ce cas, l’origine de ces sentiments réside dans les histoires personnelles, sociales et politiques qui font référence à la radiodiffusion à laquelle nous étions exposés durant nos premières années (Lewis 1999).

3Mais le débat concerne aussi la radio commerciale locale qui, comme la télévision britannique commerciale, a été régulée, et par conséquent est considérée comme ayant l’obligation de fournir des éléments de service public dans sa programmation. Les noms choisis par les médias commerciaux britanniques nécessitent une explication. Le sigle ITV (qui signifie Télévision Indépendante) fut utilisé en premier, en 1955, cassant le monopole de la BBC ; le terme « indépendante » dissimulait en fait ce qui était considéré comme une connotation vulgaire : « commerciale ». ITV signifiait indépendant de l’État, de la redevance, avec des connotations comme respectable et autonome. La radio commerciale a suivi en 1973 et, contrairement à ce qui se faisait parmi les organisations de radiodiffusion européennes, elle est restée locale pendant les deux premières décennies puis, suivant l’exemple de ITV, se fit connaître sous le nom de ILR (en français, Radio locale Indépendante). Le régulateur avait un nom similaire : IBA (Independent Broadcasting Authority ; en français Autorité de la radiodiffusion indépendante). Ces dernières années, le capitalisme est devenu bien plus audacieux, ne prenant plus la peine de cacher ses motifs financiers, donc le régulateur britannique actuel, Ofcom, ainsi que les stations qu’il régule, sont revenus à l’appellation « radio commerciale ».

  • 1 « Quels Service, pour quels publics ? » Les Rencontres Internationales des Rives de l’Étang de Berr (...)

4En Grande-Bretagne, la campagne pour les radios communautaires a débuté il y a plus de quarante ans et, comme pour les autres pays européens, elle tire son origine d’une critique de la radiodiffusion grand public, qu’elle soit de service public ou commerciale. On m’a demandé à cette époque lors d’un colloque en France, de réfléchir à la question « Quels services pour quels publics ? », et j’ai donc choisi, comme maintenant, d’étudier le sujet à l’échelle locale1. Mon intervention a été publiée plus tard dans Sonovision (Lewis 1977) et débutait par un appel aux « droits de l’auditeur », typique de l’époque.

Les ondes sont une ressource nationale qui appartient à nous tous et que les avancées technologiques ont permis à un plus grand nombre de personnes d’utiliser […] Dans le passé, être professionnel des médias voulait dire avoir l’autorité de définir les goûts et besoins du « public ». Cette définition est renforcée par le positionnement des transmetteurs, chacun d’une puissance différente, qui « créent » un public, d’une certaine manière […] [Mais] ne nous parlez pas du service public, nous voulons nous servir nous-même, merci beaucoup !

5Beaucoup de choses pertinentes pour mon sujet se sont produites en 1977. En France, l’inauguration publique par des écologistes (sur une chaîne de télévision) de Radio Verte avait annoncé « l’ouverture de la saison » pour les radios libres. Outre-Manche, la campagne pour revendiquer une radiodiffusion communautaire venait tout juste de débuter.

6J’étais impliqué dès le début dans cette campagne : pourquoi l’avons-nous lancée ? Quel était le problème avec la radio locale déjà existante, BBC et ILR, pour que l’on veuille quelque chose de différent, une radio communautaire ? C’est l’histoire que je veux raconter. Il s’agit du récit d’idées imaginatives et de leur réalisation décevante, qui n’est pas entièrement imputable à la BBC. Cette histoire doit aussi inclure l’échec de la radio commerciale locale, IRL, et son régulateur l’IBA, à diffuser un service public dans un système dont la raison d’être était le profit privé. « Le service public, le profit privé, une combinaison mortelle », comme l’a noté de manière prophétique Raymond Williams au début des années 1980.

7Retournons en 1977. À cette époque, il y avait une opposition au monopole des deux côtés de la Manche ; en France contre le monopole de Radio France et au Royaume-Uni, contre le monopole du professionnalisme, et cette préoccupation était partagée dans l’ensemble du monde occidental à cette période.

8En Grande-Bretagne, cette opposition défiait la revendication des professionnels de la radiodiffusion de service public qui prétendait diagnostiquer les besoins, anticiper la demande, influencer les goûts. Cette revendication est célèbre pour avoir été pour la première fois exprimée par Lord Reith, le fondateur de la BBC.

On nous indique occasionnellement que nous entreprenons apparemment de donner au public ce dont il a, à notre avis, besoin, non pas ce qu’il veut. Mais peu de personnes savent ce que veut ce public, et très peu savent ce dont il a besoin. (Reith 1924)

9Dans son étude de la BBC, Public Service, Private World, Burns décrivait le résultat comme une forme de colonisation :

La classe moyenne britannique écoute la BBC

La classe moyenne britannique écoute la BBC

© Corinne Pearlman. From Lewis & Pearlman 1986 p. 72.

La BBC s’est développée sous l’égide de Reith en une sorte de Service diplomatique domestique, qui représentait les Britanniques, ou ce qu’il voyait de mieux chez les Britanniques, pour les Britanniques. La culture de la BBC, tout comme l’anglais standard de la BBC, était […] une ambiance intellectuelle regroupant les valeurs, les standards et les croyances de la classe moyenne professionnelle, surtout ceux ayant étudié à Oxford ou Cambridge. Le sport, la musique populaire et les divertissements qui plaisaient aux classes sociales plus modestes faisaient aussi partie intégrante des programmes diffusés, mais la manière dont ils étaient fournis, le contexte et leur présentation étaient résolument classe moyenne. (Burns 1977 : 42)

10Ceci devait changer. Le besoin de divertir les troupes basées à domicile en temps de guerre a forcé la BBC à développer un style de programmes plus populaires sur une nouvelle chaîne connue sous le nom The Forces Programme. Elle fut renommée The Light Programme après la guerre. La grande popularité des radios pirates de la Mer du Nord (Radio Caroline a commencé à émettre en 1964), a été l’élément déclencheur du lancement de Radio 1 en 1967 et des huit premières stations locales de la BBC.

Conseil de l'Europe sur les médias communautaires (Commission pour l'éducation extrascolaire et le développement culturel) : Documents des années 1970 sur les médias communautaires

Conseil de l'Europe sur les médias communautaires (Commission pour l'éducation extrascolaire et le développement culturel) : Documents des années 1970 sur les médias communautaires

© Lewis 1976b and Lewis 1977a.

11Bien sûr, la campagne pour une radio communautaire puisait sa motivation et son inspiration à l’extérieur de la Grande-Bretagne. La COMCOM (Groupe de Communauté de Communications) avait été fondée plus tôt en 1977 et avait publié des commentaires sur le Rapport du Comité Annan à propos du futur de la radiodiffusion. Annan pensait que la radiodiffusion locale était un « animal différent » de la radio traditionnelle et avait besoin « d’un gardien différent ». La proposition du Comité de créer une Autorité de Radiodiffusion locale était soutenue par la COMCOM. Mais ce qu’Annan appelait le « duopole », la BBC et le secteur commercial, y était logiquement opposé, et parvint à se débarrasser de cette proposition.

12Les arguments de la COMCOM reposaient sur :

  • Des réunions et des articles de l’UNESCO, dont le document de travail de Josiane Jouët pour la réunion de Belgrade de l’UNESCO sur Self-Management, Access and Participation in Communication (Jouët 1977)

  • Des rapports sur des exemples d’initiatives de médias associatifs ou communautaires à travers l’Europe demandés par le Conseil de l’Europe et résumés par Paul Beaud en 1980.

  • Les trois décennies d’expériences généreusement partagées par la NFCB américaine (en français : Fédération nationale des radiodiffuseurs communautaires) ainsi que par ses homologues canadiens plus récents.

  • Une déclaration plutôt encourageante du ministre australien des Postes et des Communications, en avril 1977 : « Nous savons que la radiodiffusion communautaire devrait se montrer attentive aux intérêts et aux goûts de sa communauté, plus que n’importe qui, y compris le gouvernement » (Collection Lewis 6/3)

  • Les activistes britanniques ont bénéficié des conseils des Australiens, vétérans de la radiodiffusion communautaire australienne qui vivaient à l’époque en Grande-Bretagne et étaient devenus des alliés de poids dans la campagne pour une radio communautaire.

  • La présentation par le Français Antoine Lefébure du magazine Interférences ainsi que les travaux de l’Association pour la Libération des Ondes (ALO) aux militants britanniques.

  • La conférence AEIRI/IAMCR à Paris en 1982, durant laquelle la section télévision et radio locale a été lancée.

  • La conférence fondatrice de l’AMARC (l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires) à Montréal, en 1983.

  • 2 Un compte rendu plus complet sur le mouvement en faveur des radios communautaires britanniques peut (...)

13Ces conseils et inspirations externes ont bien sûr alimenté le mouvement pour une radiodiffusion communautaire au Royaume-Uni2.

14Mais pourquoi la radiodiffusion locale de la BBC a-t-elle été décevante ? Aux débuts de la BBC dans les années 1920, les limites techniques de transmission et de réception impliquaient que la couverture soit réduite à neuf villes. À la fin de cette décennie, la centralisation, qui était l’un des quatre principes majeurs de la notion de service public selon Reith, a conduit à un service national avec quelques exceptions régionales. Les trois autres grands principes de Reith étaient : une approche à but non lucratif (la BBC était en contraste total avec le système américain), la maintenance de standards de programmation élevés, ainsi que l’objectif d’une couverture nationale.

15C’est ce dernier objectif qui a, après la Seconde Guerre mondiale, dicté le développement de la VHF (Très Haute Fréquence, comme on appelait la FM à cette époque-là, c’est-à-dire entre 88 et 108 MHz). Cette mission technique signifiait énormément pour les gestionnaires de la BBC et allait de pair avec la résistance au lobby commercial qui réclamait une autre chaîne de télévision. Les décisions concernant la télévision ont été le résultat principal des arbitrages des comités gouvernementaux successifs et les recommandations au sujet de la radio n’ont pas été suivies par les gouvernements au pouvoir. Pourtant le premier de ces comités d’après-guerre, le Comité Beveridge en 1951, avait abordé la possibilité pour la radio locale d’utiliser la VHF et a incité la BBC à l’expérimenter.

16C’était le signal que Frank Gillard attendait. Gillard avait été correspondant de guerre à la BBC. Il est possible que l’expérience d’enregistrement sur le terrain, le fait de travailler en petite équipe, ainsi que la nécessité d’improviser, l’ont sensibilisé au mode de fonctionnement de la radio locale. Il entreprit de plaider la cause de la radio locale au sein de la BBC. Plus tard, quand la direction de la BBC affirma qu’il n’y avait pas de demande pour une radio locale, il fit remarquer qu’« il ne voyait pas comment on pouvait s’attendre à ce que le public réclame quelque chose dont il n’avait aucune expérience ni aucune idée » (Gillard 1977). La persévérance de Gillard a fini par payer. En 1958, un projet pour une radiodiffusion locale était en cours de négociation avec la Poste britannique, qui permit à la BBC de faire un certain nombre d’expériences, en « circuit fermé », dans différentes parties du pays. Ces expérimentations ont permis de montrer l’intérêt des auditeurs ainsi que le taux de satisfaction des radiodiffuseurs par rapport au travail en petite équipe.

17Les résultats présentés par Gillard au Comité Pilkington, qui était consacré à l’avenir de la radiodiffusion, lui permirent de persuader cette instance. Dans son rapport de 1962, le comité recommandait à la BBC d’autoriser le développement de la radio locale sur 250 sites différents. Mais, encore une fois, la radio passait au second plan après la télévision. Le gouvernement ignora la recommandation contenue dans le rapport et suivit celle qui stipulait que la troisième chaîne de télévision émanerait de la BBC (ce qui devint BBC 2). Toujours dans ce rapport, ITV était vivement critiquée pour sa programmation très légère. Indubitablement, la présence au sein du Comité de Richard Hoggart, écrivain et universitaire, a influencé le rejet d’une télévision populaire, financée par la publicité. Hoggart a continué à sonner l’alarme concernant l’éventualité d’une radio locale devenue commerciale, le lobby commercial s’étant renforcé grâce à la popularité énorme de Radio Caroline et des radios pirates de la Mer du Nord. Hoggart, contre toute attente, se servit de Peace News (Août 1964) pour plaider la cause du contrôle de la radio locale par la BBC. Il avait récemment créé le Centre d’Études Culturelles Contemporaines (CCCS) à l’Université de Birmingham et Stuart Hall, co-auteur de l’article, était au début d’une brillante carrière de sociologue. La radio locale était nécessaire, selon eux, pour les deux raisons suivantes : « inverser la tendance à la centralisation » et « équilibrer la relation entre le public et le média ».

[Si la radio locale doit] refléter les vrais besoins naissant à l’échelle locale, alors la démocratie doit être vivifiée à sa racine […] Les gens vont se sentir efficaces face à des problèmes tels que la rénovation urbaine, la pression immobilière et le logement, les services sociaux, le transport, la santé, l’éducation et les équipements collectifs, si leurs voix sont entendues. (Hoggart & Hall 1964)

18L’année d’après, en 1965, le CCCS a publié le premier d’une longue série d’articles sur des sujets culturels, Possibilities for local Radio écrit par Rachel Powell. Ce fut l’année ou le Parti travailliste a finalement sévi contre les radios pirates avec le Marines Offences Act, ce qui a fait comprendre à la BBC qu’elle devait se préparer à lancer une station de musique populaire, Radio 1 et la radio locale.

19On peut retrouver les réflexions de Gillard dans le texte de la BBC : local Radio in The Public Interest, point culminant des discussions à ce sujet, au sein de l’organisme.

L’opportunité de s’exprimer à l’antenne serait donnée à un grand nombre de personnes qui n’auraient jamais fait de radio auparavant […] Beaucoup de nouvelles formes de programmes et de techniques pourraient émerger rapidement, grâce à la participation de la communauté […] Une grande partie du temps [du personnel de la station] serait utilisée pour former les bénévoles […] Il n’y a aucune mystique particulière dans la fabrication de programmes radio simples. (BBC 1966)

20L’année suivante, la première vague de huit stations locales de la BBC fut lancée et, au début, la plupart d’entre elles suivaient les principes exposés dans Local Radio in the Public Interest, mais un certain nombre de facteurs allaient à l’encontre du respect complet de ces principes.

21Tout d’abord, il y eut la naissance de la radio locale commerciale en 1973 et à la fin de cette décennie, Margaret Thatcher à la tête d’un gouvernement conservateur, formait un groupe de travail sur la radio locale (Local Radio Working Party). Dirigée par le ministère de l’Intérieur (en charge à l’époque de la radiodiffusion), cette instance a supervisé le développement prudent de la radio locale privée, répondant aux attentes politiques, et autorisé leur expansion grâce à laquelle les stations commerciales devinrent bien plus nombreuses que celles de la BBC. La BBC, quant à elle, devait se contenter de 20 stations au lieu des 250 envisagées par Pilkington. Au final, les régions desservies se sont élargies à la taille des « counties » (équivalent des départements français), ce qui a réduit l’intimité du contenu local et sa proximité.

22Deuxièmement, un manque de coordination entre le gouvernement et le secteur industriel s’est traduit un retard dans la mise à disposition de récepteurs FM pour les auditeurs, alors que la première vague des stations de la BBC ne diffusaient seulement qu’en modulation de fréquences.

23Troisièmement, la BBC étant entièrement dépendante de la redevance et obligée de supplier les gouvernements successifs de l’augmenter afin de couvrir l’accroissement de ses dépenses, elle devait néanmoins constamment opérer des compressions budgétaires. La radio, au statut moins important que celui de la télévision, en souffrait, et plus particulièrement encore la radio locale.

24Quatrièmement, la prédominance des journalistes dans les stations locales de la BBC et l’importance que la direction de la BBC leur accordait (direction à l’époque constituée majoritairement de journalistes) comme source pour nourrir les informations nationales traduisait une dynamique contraire à la participation communautaire initialement annoncée par Gillard. Un rapport de recherches menées par le Centre de Communication et de Recherche de Masse de l’Université de Leicester confirmait ceci (Wells & West 1971 : 215).

25Cinquièmement, les syndicats se battaient pour sauvegarder les postes au niveau national et ceci a créé des problèmes localement lors des expérimentations de la BBC, comme ce fut le cas au Pays de Galles et dans le nord-ouest de l’Angleterre. Ces expérimentations s’appuyaient sur des projets à petite échelle, pour lesquels les emplois étaient flexibles, les missions pouvaient être partagées ou échangées et les contributeurs locaux pouvaient être de non-professionnels (Lewis 1976a). Cette manière d’opérer « menaçait » des emplois, selon les syndicats.

26Enfin, la transparence et les prises de décisions manquaient. Cela devint manifeste alors que j’effectuais des recherches pour le Conseil de l’Europe. Il s’agissait d’une étude comparée de Stadt Radio, Amsterdam, Thames Valley Radio (une radio commerciale en banlieue de Reading, une ville située à 50 km à l’ouest de Londres) et BBC Radio Bristol (Lewis 1976b). À Bristol, j’eus l’occasion d’assister à une réunion publique du conseil consultatif local de Radio Bristol. Juste après, alors que je demandais ce que la BBC avait fait des commentaires reçus, le responsable des relations publiques me répondit laconiquement : « Oh, ils ont été transmis en interne et en haut lieu ».

27Qu’en est-il de la radio commerciale ? Je reviens à la question initiale : qu’est-ce qui n’allait pas dans ce type de radio locale et justifiait les demandes pour des radios communautaires locales ? En 1977, ILR existait depuis quatre ans et 19 stations émettaient. Ayant été lancées durant une période de récession économique, certaines, à leurs débuts, étaient détenues par des pays étrangers (principalement le Canada et l’Australie). À cette époque, le groupe de travail sur la radio locale (The Local Radio Workshop) était un lieu d’importantes critiques sur l’ILR et l’IBA, ainsi qu’un allié de COMCOM. Le groupe de travail contribua aux commentaires de COMCOM à propos d’Annan ; il se joignit à COMCOM pour fournir des éléments à un comité parlementaire enquêtant sur le régulateur de la radio commerciale, l’IBA. Il aida les groupes locaux à réaliser des programmes, qui furent proposés, sans succès, aux trois radios locales de Londres (Radio London de la BBC, Capital et LBC). Le groupe organisa des groupes locaux pour étudier l’origine et la localisation de la programmation de ces trois stations. Il découvrit, comme il apparaît dans le titre même du rapport, qu’il n’y avait « Rien de local là-dedans » (Nothing Local About It). Il assista aux réunions publiques de l’IBA et tenta de dénoncer le manque d’efficacité du dispositif, c’est-à-dire l’échec des entreprises à fournir les programmes promis et celui du régulateur à faire respecter les engagements de ces entreprises.

28À cette époque et pour la majeure partie de son histoire plus récente, la radio locale dans sa forme commerciale, ILR, affirmait être au service des communautés, mais c’était en réalité ce que Raymond Williams a nommé « une version relations publiques du terme “communauté locale” […] [pour laquelle] les stations « communautaires » ne seront que des façades pour des réseaux irresponsables dont la véritable localisation se situe ailleurs » (Williams 1974 : 150).

29La BBC prétendait aussi que ses stations locales étaient des « radios communautaires », alors qu’il était plutôt question d’un mouvement descendant de la BBC en direction des communautés afin de s’approprier le local, que de l’utilisation par ces communautés d’un média afin d’améliorer leur communication locale. Mais l’ironie de la situation réside dans le fait que la version britannique de la radio locale est née à un moment où les limitations des fréquences à l’époque ne permettaient qu’un seul service radiophonique par site. Ceci impliquait que la radio locale devait fournir un service public à l’ensemble du public pris en compte, mais sans satisfaire les intérêts particuliers différents. Et cela au moment précis où les sociologues dénonçaient le mythe d’une communauté géographiquement définie ne prenant pas absolument pas en compte les divisions sociales en son sein. Dans les débats pour définir ce qu’était « la communauté », le mouvement des radios communautaires a introduit l’idée d’une communauté de centres d’intérêt et ce sont les audiences des radios pirates de la Mer du Nord qui en ont démontré la réalité (Lewis & Booth : 92, 95). Mais ceci, c’est l’histoire de la fin des années 1970.

30Revenons à nos jours. Où en sommes-nous maintenant ? En termes de structure et d’organisation, le paysage radiophonique local britannique comprend 40 stations de la BBC, 352 stations commerciales et environ 250 radios communautaires. Toutes les stations sont maintenant soumises à la régulation d’Ofcom, qui est également responsable de la régulation de la BBC. Dans l’ensemble, nous pouvons dire que le secteur commercial est dirigé de manière souple, tandis que la radio communautaire a étonnamment adopté des procédures (promesse de performance, preuve de « gain social ») du genre de celles pour lesquelles COMCOM militait il y a longtemps. C’est dans ce secteur que les minorités ethniques et les groupes de même âge, jeunes ou âgés, se sont vus accorder le contrôle de leurs propres stations.

31En termes de structure, cela devrait signifier que les radios communautaires britanniques proposent un contrôle démocratique de l’espace radiophonique local, même si le gouvernement n’a pas conçu de système de financement aussi logique que le FSER français, le Fonds de soutien à l’expression radiophonique. La régulation des stations des deux autres types est plus distanciée. Cependant, quand l’ensemble de la radiodiffusion est diffusé en direct sur internet, l’espace radiophonique devient global et les diffuseurs sont en compétition avec des millions d’autres, tout comme avec d’innombrables réseaux sociaux. Comment puis-je alors justifier l’affirmation selon laquelle la BBC et les radios locales commerciales se sont appropriées, en quelque sorte indûment, le « local » ? Examinons de plus près la façon dont la radio grand public définit le « local ».

32Le principal prérequis de la radio locale commerciale est en lien avec sa localisation, le « caractère local » de son activité. Ces conditions sont définies ainsi par le régulateur, Ofcom :

  • Un auditeur devrait être capable de percevoir de quelle région il s’agit en écoutant une station particulière et avoir l’assurance que des programmes d’importance et d’intérêts locaux seront diffusés.

  • Ceci devrait inclure une programmation ayant une pertinence locale spécifique, qui propose aussi une alternative aux programmes nationaux.

  • La programmation devrait permettre aux auditeurs de ressentir une forme de propriété et/ou de parenté, surtout en tant de crises (neige, inondations, etc.) (Ofcom, 2010).

  • Selon les recherches et les évaluations de la propre BBC ont pointé :

La radiodiffusion locale de la BBC semble se différencier de la concurrence commerciale, grâce à ses contenus […] bien qu’il y ait quelques différences de point de vue entre les auditeurs les plus âgés et les plus jeunes. Ces divergences concernaient principalement l’équilibre entre contenus musicaux et parole. […] Les éléments les plus importants […] étant la diffusion de nouvelles impartiales, indépendantes, récentes et vérifiées. C’était un point important pour tous les âges.

33Mais, contrairement aux exigences plutôt passives de l’Ofcom, une différence importante dans les conclusions de la BBC, était que :

Les auditeurs trouvent important qu’ils « aient une voix » […] et que les nouvelles et informations locales leur soient présentées et transmises par des personnes vivant dans et qui comprennent la région. (BBC Trust 2016)

  • 3 Le 14 juin 2017, un incendie de la Tour Grenfell de 24 étages à North Kensington (quartier de Londr (...)

34Avoir une voix – c’est ce dont les résidents de Grenfell ont estimé avoir manqué, tant avant la catastrophe de juin 2017 que dans l’enquête officielle qui a suivi3, confirmant ce que Hoggart et Hall avaient dit plus de cinquante ans auparavant : « Les gens ne sentiront que leur efficience […] que si leurs voix peuvent être entendues » (Hoggart & Hall, op. cit.).

  • 4 Transnational Radio Encounters est une recherche collaborative menées par six universités européenn (...)

35Jusqu’à tout récemment, il était juste de dire que les pressions exercées sur la BBC et la concentration de la propriété dans la radio commerciale ont réduit les possibilités pour leurs modèles de radiodiffusion locale de « donner une voix » aux gens. À l’inverse, les recherches menées dans le cadre du « Projet radiophonique transnational », en 2013-2016, portant sur l’utilisation de la radio communautaire par les minorités4 ont révélé que la radio grand public était largement rejetée par elles, tandis que la propriété communautaire d’une station leur permettait « de contrôler quels sujets sont abordés et qui peut parler » (Mitchell et Lewis 2018 : 34).

36Mais, depuis, le monde a été ébranlé par la pandémie du Coronavirus. En Grande-Bretagne, une multitude de voix se sont fait entendre sur la réponse du gouvernement à l’épidémie. Les recherches qui n’ont pas encore été entreprises montreront le rôle que la radio a joué pour donner de l’espace à ces voix, à ce propos.

Grenfell building, Londres

Grenfell building, Londres

© Collection personnelle, Peter Lewis.

Haut de page

Bibliographie

BBC (1966) Local Radio in the Public Interest.

BBC Trust (2016) Local Services Review, research by MTM. http://downloads.bbc.co.uk/bbctrust/assets/files/pdf/our_work/local_radio_news/qualitative_research.pdf

Beaud, P. (1980) Community Media? Strasbourg: Council of Europe.

Burns, T. (1977) The BBC – Public Service, Private World. London: Macmillan Press.

Gillard, Frank (1977) ‘How it began’ in BBC (1977) Serving Neighbourhood and Nation.

Hoggart, R. & Hall, S. (1964) ‘Local Radio: why it must not be commercial’, Peace News, August 14, 1964.

Jouët, Josiane (1977) Working paper on concepts of access and participation. UNESCO, unpublished.

Lefebvre, T. & Poulain, S. (2016) Radios libres, 30 ans de FM : la parole libérée ? Paris : L’Harmattan.

‘Lewis Collection’, Library of London School of Economics https://archives.lse.ac.uk/Record.aspx?src=CalmView.Catalog&id=LEWIS&pos=1

Lewis, Peter M. (1976a) ‘Community Broadcasting’, Broadcast, Journal of the Associated Broadcasting Staff.

Lewis, Peter M. (1976b), Community Control of Local Radio. Strasbourg: Council of Europe.

Lewis, Peter M. (1977a), ‘Different Keepers’: models of Structure and Finance in Community Radio. International Institute of Communications.

Lewis, Peter M. (1977b) ‘Grande Bretagne: le service public au niveau local’, Sonovision, n° 196, juillet/août 1977.

Lewis, Peter M. (1999) ‘Ears and Memories: European Public Service Radio in the 1990s’, Communications 24 (1999)2.

Lewis, Peter M. (2012) ‘”It’s only community radio”: the British campaign for community radio’. In Gordon, J (2012) (ed) Community Radio in the 21stCentury. Oxford: Peter Lang.

Lewis, Peter M. (2016) ‘Radio libres : le point de vue anglais’. In Lefebvre, T. & Poulain, S. (2016) Radios libres, 30 ans de FM : la parole libérée ? Paris : L’Harmattan.

Lewis, P. M. & Booth, J (1989) The Invisible Medium: Public, Commercial and Community Radio, London: Macmillan.

Mitchell, C. & Lewis, P.M. (2018) ‘Community Radio and Transnational Identities’. In Föllmer, G. & Badenoch, A. (eds) Transnationalizing Radio Research: New Approaches to an Old Medium. Bielefeld, Germany: transcript Verlag. https://www.transcript-verlag.de/en/978-3-8376-3913-1/transnationalizing-radio-research/

Ofcom (2010) Localness guidelines. https://www.ofcom.org.uk/__data/assets/pdf_file/0012/115113/consultation-localness-radio.pdf

Powell, Rachel (1965) Possibilities for Local Radio. University of Birmingham Centre for Contemporary Cultural Studies, Occasional Paper No.1.

Reith, J.C.W. (1924) Broadcast Over Britain. London: Hodder & Stoughton.

Wells, A. & West, J. (1971) Local radio and the community: final report. Centre for Mass Communication Research, University of Leicester.

Williams, Raymond (1974) Television: technology and cultural form. London: Fontana/Collins.

Haut de page

Note de fin

1 « Quels Service, pour quels publics ? » Les Rencontres Internationales des Rives de l’Étang de Berre, juin 1977.

2 Un compte rendu plus complet sur le mouvement en faveur des radios communautaires britanniques peut être trouvé dans Lefebvre & Poulain, 2016, voir aussi Lewis, 2012.

3 Le 14 juin 2017, un incendie de la Tour Grenfell de 24 étages à North Kensington (quartier de Londres), a causé la mort de 72 personnes. Ce fut l’incendie d’un immeuble d’habitation le plus meurtrier en Grande Bretagne depuis la Seconde Guerre Mondiale. L’enquête publique, l’enquête du coroner et les investigations criminelles de la police n’ont pu satisfaire les exigences de justice exprimées par les survivants, ni donner d’explications quant au fait que leurs mises en garde antérieures n’aient pas été écoutées.

4 Transnational Radio Encounters est une recherche collaborative menées par six universités européennes, financée par l’Espace européen de la Recherche en Sciences Humaines (HERA, Humanities in the European Research Area). Voir Föllmer & Badenoch 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La classe moyenne britannique écoute la BBC
Crédits © Corinne Pearlman. From Lewis & Pearlman 1986 p. 72.
URL http://journals.openedition.org/radiomorphoses/docannexe/image/1653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Conseil de l'Europe sur les médias communautaires (Commission pour l'éducation extrascolaire et le développement culturel) : Documents des années 1970 sur les médias communautaires
Crédits © Lewis 1976b and Lewis 1977a.
URL http://journals.openedition.org/radiomorphoses/docannexe/image/1653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Grenfell building, Londres
Crédits © Collection personnelle, Peter Lewis.
URL http://journals.openedition.org/radiomorphoses/docannexe/image/1653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Lewis, « L’appropriation du local : la radio locale de service public du passé au présent en Grande-Bretagne »RadioMorphoses [En ligne], 5-6 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/radiomorphoses/1653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/radiomorphoses.1653

Haut de page

Auteur

Peter Lewis

Professor of Media and Culture, School of Computing and Digital Media, London Metropolitan University.
p.lewis[at]londonmet.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteurs

Clémence Délas

Étudiante Master Études Anglophones, Université Bordeaux Montaigne

Laurence Machet

Maître de Conférences, département « Études des Mondes Anglophones », Université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search