Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Dossier« Si on est seuls, qu’on nous le ...

Dossier

« Si on est seuls, qu’on nous le dise ». Journalisme, politique nationale et diplomatie internationale au Burundi

Marie Fierens et Ornella Rovetta

Résumés

De la fin des années 1990 à 2015, le paysage médiatique burundais fait figure d’exception en Afrique subsaharienne francophone. Mais en 2015, tout bascule. Cet article met au jour les enjeux médiatiques et politiques qui ont traversé l’histoire du Burundi, depuis les années 1990 jusqu’à aujourd’hui, pour éclairer une situation paradoxale à première vue : un paysage médiatique burundais jadis exemplaire, aujourd’hui contrôlé par le parti au pouvoir ; des journalistes burundais autrefois loués pour leur liberté de ton, désormais contraints à l’autocensure ou à l’exil ; des bailleurs de fonds historiquement très présents et aujourd’hui discrets ; et enfin, une communauté internationale longtemps investie dans le processus démocratique, aujourd’hui engagée dans une forme de normalisation de la situation, malgré les violations des droits humains.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En référence à la devise de la Radio publique africaine.

1Pendant quinze ans, le paysage médiatique burundais a fait figure d’exception en Afrique subsaharienne francophone. Marqué par la présence de « médias de la haine » (Chrétien, 1995 ; Barnabé, 1995) dans les années 1990, il s’est transformé en un ensemble médiatique pluraliste porteur de la « voix des sans voix »1, dans les années 2000. Cette évolution spectaculaire lui a valu d’être fréquemment cité en exemple dans la sous-région. Cependant, en mai 2015, une régression brutale s’opère. Elle est provoquée par la volonté de Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat présidentiel, contraire à l’accord de paix d’Arusha signé quinze ans plus tôt. Une vague de contestations s’organise, violemment réprimée par le parti présidentiel, le CNDD-FDD. Il suspend l’une des principales radios privées, la Radio Publique Africaine (RPA), et coupe, en province, le signal de deux autres radios populaires : Bonesha FM et Isanganiro.

2Le 13 mai 2015, des opposants organisent un coup d’État. Les insurgés tentent vainement de s’emparer de la Radio-télévision nationale (RTNB) et saccagent la station privée Rema FM, proche du pouvoir (Vircoulon, 2016 ; Frère, 2017). Ils confisquent les principales radios indépendantes pour diffuser leur message. Le coup n’aboutit pas, mais le CNDD-FDD assimile désormais les journalistes des radios saisies à des putschistes et à des « ennemis de la nation » (Frère, 2016 : 4), qu’il convient de traquer. Plus d’une centaine d’entre eux prennent la route de l’exil, à l’instar de centaines de milliers de Burundais. La disparition brutale de l’espace radiophonique pluraliste fait voler en éclat la perspective d’une stabilité politique et médiatique, dans laquelle de nombreux acteurs internationaux avaient investi des millions de dollars, depuis une vingtaine d’années. Le paysage médiatique burundais se redessine. Tant les journalistes en exil que ceux restés au pays doivent désormais composer avec de nouvelles contraintes. D’une part, le pouvoir burundais contrôle étroitement l’activité des journalistes restés sur le territoire national. D’autre part, la situation de réfugiés réduit considérablement la marge de manœuvre économique, sociale et politique des journalistes en exil. Aujourd’hui, trois principaux médias burundais travaillent depuis l’étranger : Inzamba, une radio créée en exil, composée de journalistes issus de divers médias burundais, la RPA et la Télévision Renaissance, qui se sont toutes deux reconstituées à l’extérieur du pays.

3Sous sanction de l’Union européenne dès 2015 (premier donateur du Burundi avant la crise de 2015), objet d’une enquête de la Cour Pénale Internationale depuis 2017, surveillé par le Conseil de Sécurité et scruté par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, le Burundi semble, fin 2020, sortir de son isolement diplomatique. Mais des journalistes sont toujours poursuivis et empêchés de travailler au Burundi. Cet article analyse l’évolution des trois principaux médias en exil – Inzamba, la RPA et la Télévision Renaissance – à l’aune des rapports passés et actuels entre médias burundais, politique nationale et diplomatie internationale. Il se fonde principalement sur les travaux de Marie-Soleil Frère et de Devon Curtis, ainsi que sur des données inédites, collectées auprès de journalistes et d’acteurs au cœur des recompositions à l’œuvre actuellement. Il s’appuie sur dix-neuf entretiens réalisés avec des journalistes burundais (seize en exil et deux au Burundi), dont la majorité travaillent pour les trois principaux médias en exil. Il se fonde également sur trois entretiens menés avec des représentants de l’Union européenne, du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU (HCR) et de la Commission d’enquête sur le Burundi. Six entretiens ont été réalisés avec des membres de la société civile burundaise en exil, en Europe et au Rwanda. Enfin, un entretien a été mené avec Willy Nyamitwe, chargé de communication auprès de la présidence burundaise. De ces interviews émergent des discours sur la profession de journaliste, sur des engagements professionnels, sur des parcours individuels et sur l’histoire politique récente du Burundi. Dans une perspective interdisciplinaire – sciences de l’information et de la communication et histoire –, l’article analyse les enjeux médiatiques et politiques que ces discours font émerger. En partant de la façon dont les journalistes, les décideurs politiques et les membres de la société civile expriment ces enjeux, nous avançons des éléments de compréhension d’une situation paradoxale à première vue : un paysage médiatique burundais jadis exemplaire, aujourd’hui contrôlé par le parti au pouvoir ; des journalistes burundais autrefois loués pour leur liberté de ton, désormais contraints à l’autocensure ou à l’exil ; des bailleurs de fonds historiquement très présents et aujourd’hui particulièrement discrets ; et enfin, une communauté internationale longtemps investie dans le processus de transition politique, qui semble aujourd’hui avancer vers une normalisation de la situation, voulue par le président burundais actuel, Évariste Ndayishimiye.

Un laboratoire politique et médiatique

  • 2 On peut citer en particulier les financements de l’Union européenne, d’Oxfam, de la coopération bil (...)

4L’histoire médiatique du Burundi s’articule autour des balises politiques qui ont marqué l’évolution récente du pays. L’ouverture au multipartisme en 1992 ; les premières élections libres post-indépendance et l’assassinat du premier président élu en 1993 ; la guerre civile qui s’en est suivie ; l’Accord de paix d’Arusha en 2000 ; ainsi que les quatre scrutins présidentiels de 2005, 2010, 2015 et 2020 qui ont scandé l’évolution et la régression de la liberté des médias. À chacune de ces balises correspondent des enjeux politiques nationaux et internationaux qui ont eu un impact direct sur les médias (en particulier sur les radios, le média le plus populaire au Burundi). Dès la fin des années 1990, le Burundi a été à la fois un « laboratoire radiophonique de la paix » (Frère, 2010) et un laboratoire de résolution des conflits (Curtis, 2013), pour un large éventail d’acteurs internationaux, composé notamment des ONG, de l’Union européenne et de l’ONU. Dans ce laboratoire, entre 1995 et 2005, six radios non-étatiques voient le jour, largement soutenues par des bailleurs de fonds internationaux. En 2010, la part de leur budget dépendant d’une aide financière extérieure oscillait entre 35 et 85 % (Frère, 2015)2.

5À partir de la tentative de coup d’État du 13 mai 2015, les observateurs internationaux, la presse internationale et les chercheurs spécialistes du Burundi assistent au délitement du « modèle » burundais. Ce moment marque le début d’un exil que les journalistes burundais rencontrés en 2020 imaginaient de courte durée. Pour le directeur de la Télévision Renaissance, la nuit du 13 au 14 mai 2015 marque un point de non-retour, « parce que quand on est attaqués par l’armée, la police, à coup de lance-roquettes, de mitrailleuses, de grenades et qu’ils mettent le feu à nos stations, là, ça change radicalement » (Innocent Muhozi, entretien personnel, Kigali, 2020). Les seules alternatives aux stations détruites sont alors les médias internationaux, principalement RFI et France 24, mais la programmation de ces radios est en français et non en kirundi (Frère, 2016). Le journal burundais Iwacu continue lui aussi de couvrir les manifestations, de plus en plus violentes, qui perdurent durant un mois (Frère, 2015). Mais la publication est francophone et n’est tirée qu’à 2 000 exemplaires. « Dernier bastion de l’information indépendante » (Frère et Fiedler, 2016 : 120), Iwacu n’atteint pas la majorité des Burundais qui ne maîtrisent pas le français, ni les 60 % d’illettrés.

Années 1990 : information, paix et gouvernance

6Le paysage médiatique pluraliste burundais, tel qu’il existait jusqu’en 2015, commence à se développer à la fin des années 1990, à un moment où l’appui aux médias est considéré comme une composante essentielle de la consolidation démocratique en Afrique (Frère, 2015). Dans la première moitié des années 1990, des guerres civiles font rage au Burundi et au Rwanda voisin. L’assassinat du président burundais Melchior Ndadaye, le 21 octobre 1993, provoque des massacres à grande échelle « de dizaines de milliers de paysans tutsis (et hutus) », suivis de représailles sanglantes de l’armée envers les Hutu (Chrétien, 2000). À la même époque, en août 1993, au Rwanda voisin, de fragiles accords de paix viennent d’être signés, et l’ONU y dépêche des Casques bleus. Les deux pays ont en commun un paysage médiatique dominé par une radio-télévision d’État. On trouve, au Burundi et au Rwanda, une série de « médias de la haine » qui véhiculent un discours ethnique et extrémiste (Barnabé, 1995 ; Chrétien, 1995 ; Palmans, 2005 : 69).

7À la fin des années 1990, le souvenir récent du génocide des Tutsi au Rwanda incite la communauté internationale à se pencher sur le cas du Burundi (Chrétien, 2000). Le pays devient un enjeu international et le régime de Pierre Buyoya, revenu au pouvoir en 1996 par un coup d’État, est mis sous pression. Avec les programmes conjugués de l’ONU et des ONG internationales, une « peace building industry » (Frère, 2017) – c’est-à-dire un ensemble d’initiatives qui doivent favoriser la transition de la violence vers la paix – se met en place. Les médias sont considérés comme des acteurs susceptibles d’apaiser les tensions et d’accompagner l’organisation des premières échéances électorales « post-conflit » (Frère, 2009 ; Frère, 2015). Les paysages politique et médiatique se recomposent avec l’appui de ces acteurs internationaux. Les médias qui voient le jour entre 1997 et 2005 sont indépendants des partis politiques et animés par de jeunes journalistes qui ont rejoint la profession après la « période noire » de 1993-1995 (Palmans, 2005 ; Frère, 2013). Les rédactions des radios sont mixtes, c’est-à-dire composées de Hutu et de Tutsi, selon un système de quotas ethniques dont le principe général est fixé dans l’Accord de paix d’Arusha. Elles abordent des sujets délicats et cruciaux au moment où les médiateurs internationaux conduisent les négociations de paix entre le pouvoir en place et les mouvements rebelles. En donnant la parole à l’opposition et aux rebelles du futur parti CNDD-FDD, ces médias accompagnent activement le processus de paix (Palmans, 2005). Mais leur liberté grandissante alimente des tensions continues, comme en témoigne la suspension de la radio Isanganiro, en septembre 2003. Les autorités publiques lui reprochent d’avoir accordé l’antenne aux Forces Nationales de Libération, un groupe armé en désaccord avec l’Accord de paix. En signe de protestation contre le gouvernement, les autres radios cessent également d’émettre. La solidarité professionnelle s’incarne (Palmans, 2005 ; Frère, 2013 ; Frère, 2017).

8Les forces et les fragilités de l’édifice radiophonique burundais se manifesteront clairement à l’occasion de chaque échéance électorale. La première élection post-guerre civile, en 2005, est remportée par Pierre Nkurunziza, du CNDD-FDD, ancien mouvement rebelle hutu. Ce « test démocratique » place les journalistes burundais au cœur du processus de transition politique, dont ils assurent la transparence (Frère, 2016).

À partir de 2010 : information, crise et diplomatie

9Les élections de 2010 révèlent les ambivalences de l’appui que les bailleurs apportent aux médias. Elles sont qualifiées, par les ONG internationales, de succès technique, mais d’échec politique, en raison de l’absence de nombreux membres de l’opposition, en exil ou menacés (ICG, 2012). Elles sont à nouveau remportées par Pierre Nkurunziza. Les radios privées, soutenues par les bailleurs internationaux, se trouvent désormais dans une position ambiguë : en raison du silence auquel est contrainte l’opposition politique, elles deviennent l’unique espace public de débat. Le pouvoir assimile alors les journalistes à l’opposition (Frère, 2016).

10Cinq ans plus tard, en 2015, ce sont précisément ces médias qui sont visés par le pouvoir. « Le divorce entre ce que les médias de la région sont et ce que les partenaires étrangers auraient souhaité qu’ils soient » est alors évident (Frère, 2015 : 137).

11Face à des médias détruits ou en exil, les bailleurs et les ONG se divisent en deux groupes : « ceux qui soutiennent la normalisation et ce qu’il reste du pluralisme des médias au Burundi […] et refusent de soutenir les médias en exil vus comme trop proches de l’opposition ; et ceux qui […] pensent que ce restant de pluralisme n’est qu’une illusion, et qui soutiennent les voix de l’étranger » (Frère, 2017 : 15). Les médias burundais se trouvent au cœur du jeu diplomatique. Désiré Hatungimana, de la radio en exil Inzamba, observe : « Il y a des pays qui ont eu peur de nous soutenir parce qu’ils avaient des relations avec le Burundi » (entretien personnel, Kigali, 2020). D’autres continuent à financer ces médias, en exigeant de la discrétion : « “je vous finance, mais ne mentionnez jamais que je vous ai financés” » (André Palice Ndimurukundo, entretien personnel, Kigali, 2020). La Commission d’enquête sur le Burundi mandatée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui enquête sur les violations des droits humains commises depuis avril 20153, continue quant à elle à voir les médias comme un élément fondamental du processus démocratique : « Information et gouvernance sont indissociables […]. Tout est extrêmement lié. On l’a vu dans les années 2005-2008, quand les médias au Burundi étaient vivaces, indépendants et qu’ils jouaient un rôle important » (Françoise Hampson, entretien personnel par téléphone, 2021).

Photographie n° 1. Rédaction d’une radio, Kigali, 2020

Photographie n° 1. Rédaction d’une radio, Kigali, 2020

© Ornella Rovetta et Marie Fierens

Un passé politique et médiatique qui se décline au présent

12Il y a plusieurs années déjà, Marie-Soleil Frère et Devon Curtis décryptaient les mécanismes politiques qui ont mené à la situation actuelle. Marie-Soleil Frère analysait ainsi que l’histoire des médias au Burundi témoigne de tensions grandissantes entre deux mondes : le monde politique qui s’éloigne de plus en plus de l’Accord de paix d’Arusha et un monde médiatique dont l’indépendance a été en grande partie assurée par le soutien des bailleurs internationaux (Frère, 2016). Devon Curtis soulignait, quant à elle, qu’en poursuivant une politique fondée sur une vision normative, qui avait pour unique objectif de stabiliser le Burundi et la région en empêchant l’escalade de la violence, les international peacebuilders ont globalement détourné les yeux des abus du gouvernement et des violations des droits de l’homme (Curtis, 2013). Sans ignorer complètement les problèmes, ils ont, pour la plupart, accepté une conception limitée de la consolidation de la paix.

13Au lendemain de l’élection présidentielle de 2020, Françoise Hampson, membre de la Commission d’enquête sur le Burundi, dresse un constat similaire : « On espérait vraiment un changement de politique et de façon de coopérer avec la communauté internationale. Mais il y a de belles paroles, quelques petits gestes mais aussi des gestes qui vont dans l’autre direction. […] C’est […] à cause du fait qu’il n’y a pas eu de changement dans le système structurel au Burundi » (entretien personnel par téléphone, 2021). De négociatrice et garante d’un processus de paix au début des années 2000, la communauté internationale s’est faite gestionnaire d’une crise humanitaire qui dure maintenant depuis sept ans.

Être un journaliste burundais, aujourd’hui

  • 4 Voir les données du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, « Burundi Situation », Global Report 2 (...)
  • 5 Reporters sans Frontières les classe parmi les pays où les journalistes se trouvent contraints de c (...)

14Les journalistes burundais réfugiés forment une communauté d’une centaine de personnes. Ils ne représentent qu’une part infime des 298 000 Burundais qui étaient encore réfugiés fin 2021. La plupart d’entre eux se trouve dans les pays limitrophes : la Tanzanie, l’Ouganda, le Rwanda et la République démocratique du Congo4. Ces États leur permettent d’échapper aux poursuites et violences dont ils font l’objet au Burundi, mais ne sont guère des lieux propices à la liberté d’expression, comme l’indique le classement de Reporters Sans Frontières5. Si les journalistes ne se sont pas « donné rendez-vous » au Rwanda, c’est là qu’ils se sont en majorité retrouvés.

Photographie n° 2. Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, Kigali, 2020

Photographie n° 2. Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, Kigali, 2020

© Ornella Rovetta et Marie Fierens

Un paysage médiatique transfiguré

15Le paysage médiatique post-2015 s’est construit sur une fracture, toujours ouverte, de part et d’autre de la frontière. En 2016, deux radios privées – Rema FM et Isanganiro rouvrent, au Burundi. Mais les conditions de travail des journalistes se sont radicalement modifiées. Car, comme le relate le directeur de Rema FM, une radio traditionnellement proche du CNDD-FDD, « le contexte a changé parce que quand on a recommencé, on n’avait pas le même monde médiatique [qu’avant], ici, au Burundi » (entretien personnel par téléphone, 2021). Un des responsables de la Radiotélévision Isanganiro, particulièrement appréciée des Burundais depuis sa création en 2002, constate, lui aussi, que les conditions d’exercice du métier ne sont plus les mêmes. « Ce qui a changé peut-être [...], c’est qu’il y a eu une sorte d’autocensure au niveau des journalistes, notamment lorsqu’on traite certaines informations sensibles. Il y [a] une sorte de crainte ». Selon lui, cette réouverture a permis au gouvernement, mis sous pression par la société civile locale, des ONG internationales et l’Union européenne notamment, de « sauver la face » (entretien personnel par téléphone, 2021). Aujourd’hui, seuls les médias en exil ont la possibilité d’informer leurs auditeurs vivant au Burundi sur les sujets susceptibles de froisser le gouvernement.

Bâtir des ponts

16Lorsque les journalistes burundais arrivent à Kigali, en 2015, Inzamba est créée. Deux autres médias se recomposent : la RPA et la Télévision Renaissance. Le premier objectif des journalistes est de « continuer à informer les Burundais et la communauté internationale sur les drames qui se [commettent] au Burundi » (Révérien Bazikamwe, entretien personnel, Kigali, 2020). Mais leurs conditions de travail sont difficiles, notamment parce qu’ils manquent de moyens et de matériel (Frère, 2017). Ils savent aussi que leur présence sur le territoire rwandais implique de la retenue : « Il ne faut pas gêner les autorités du pays d’accueil », explique l’un d’eux. Les difficultés d’accès aux sources entravent également leur travail. L’information venant de l’intérieur est vitale, mais très difficile à obtenir et vérifier. Les Burundais vivent dans la peur de représailles et savent que fournir des renseignements à des journalistes en exil est dangereux. « Ils se demandent : “est-ce que si je donne les informations à une personne exilée, […] ça ne va pas me poser des problèmes ?” », explique Alexandrine Keza, une jeune journaliste en exil (entretien personnel, Kigali, 2020). Tous les journalistes en exil soulignent l’importance des informations récoltées auprès des Burundais restés au pays : « Heureusement, on a des personnes au Burundi qui ont vraiment un sens de patriotisme, qui veulent que les choses changent, qui nous aident aussi ; on les remercie ». Outre les citoyens, des journalistes restés au pays, mais se trouvant dans l’impossibilité de couvrir la situation politique sur place, transmettent des informations : « Il y a […] des collègues d’autres radios qui trouvent que l’information qu’ils ont ne peut pas passer dans leur médium, donc ils nous contactent et ils nous filent l’information » (Sandrine Nkurikiye, entretien personnel, Kigali, 2020). Les autorités burundaises ne sont par ailleurs pas enclines à répondre aux questions des journalistes exilés. « Même si on prend la peine [de] les appeler. Les uns répondent, les autres ne répondent pas, ou bien exigent la présence [physique] du journaliste » (Révérien Bazikamwe, entretien personnel, Kigali, 2020).

17Pour être entendus au Burundi et à l’extérieur du pays, les journalistes en exil misent sur les réseaux sociaux, principalement WhatsApp, YouTube, Twitter et Facebook, consultables à partir d’un téléphone. De cette manière, estiment-ils, ils permettent que « le Burundi reste sur les radars, [que] la communauté internationale reste informée, même si les actions de la communauté internationale restent discutables » (Bob Rugurika, entretien personnel, Belgique, 2021).

Photographie n° 3. Synergie des médias RPA, Inzamba et Télévision Renaissance, 2020

Photographie n° 3. Synergie des médias RPA, Inzamba et Télévision Renaissance, 2020

© Ornella Rovetta et Marie Fierens

Diplomatie internationale et realpolitik

18Devon Curtis anticipait à juste titre une crise de « basse intensité », qui atteindrait difficilement le haut de l’agenda politique international, tant que « certains types d’insécurité » demeuraient contenus (Curtis, 2013 : 89). Depuis l’élection d’un nouveau président en juin 2020, en effet, des signes indiquent un retour du Burundi dans l’arène internationale. Parmi ces signes : la fermeture du bureau de l’envoyé spécial de l’ONU au Burundi le 31 décembre 2020, le retrait du Burundi de l’agenda du Conseil de Sécurité le 4 décembre 2020, l’annonce d’une possible levée des sanctions européennes, et la réintégration du Burundi à la Francophonie dont il avait été exclu quatre ans plus tôt. Ces signes seraient aussi, selon l’analyse de Françoise Hampson, le résultat d’une lassitude due à l’échec d’une stratégie de mise sous pression internationale du Burundi : « Il y a des sanctions des Nations Unies et des États-Unis contre certains individus au Burundi qui, pense-t-on, ont joué un rôle pendant les événements de 2015. Cela démontre quand même une préoccupation, et cette préoccupation continue. Mais en dehors de ça, on a l’impression qu’il n’y a pas de pression politique sur le Burundi, de la part de la communauté internationale. [Elle a] essayé de mettre cette pression sur l’ancien président, et ça n’a abouti à rien. [...] Après les élections [de 2020], [elle a] voulu voir s’il y avait une possibilité de changer [ce dialogue] de sourds avec le Burundi. Je pense que c’est à cause de ça qu’elle a fait preuve de bonne volonté en [retirant le Burundi de] l’agenda du Conseil de sécurité » (entretien personnel par téléphone, 2021). Élise Villechalane, du bureau du HCR à Kigali, avance également une explication : « On a eu cinq ans de crise humanitaire. Mais après cinq ans de crise, la crise devient protracted donc une crise qui s’allonge dans le temps avec d’autres crises qui se sont multipliées et qui nécessitent une réponse d’urgence » (entretien personnel, Kigali, 2020). Autrement dit : le Burundi n’est pas une priorité. Pourtant, rappelle Françoise Hampson, la région des Grands Lacs demeure au centre des préoccupations de la communauté internationale et « c’est par peur des répétitions [des conflits dans la région] qu’on a besoin d’aborder le fond. Et c’est ce qu’on a essayé de faire avec les Accords d'Arusha qui sont contraignants pour les pays qui ont accepté ce traité, dont le Burundi » (entretien personnel par téléphone, 2021). Pour Marie Arena, députée européenne, un ensemble de raisons explique la volonté, palpable, de normalisation des relations avec le Burundi. La première est géopolitique : les États souhaitent maintenir leur relation « avec un pays de la région des Grands Lacs tel que le Burundi ». La deuxième consiste à signifier au président actuel que la communauté internationale est ouverte au dialogue. La troisième est celle déjà formulée par Élise Villechalane, à savoir « une certaine lassitude par rapport à la situation dans le pays ». Certains États constatent également que la politique des sanctions n’a pas porté ses fruits et s’en détournent donc. Enfin, la République démocratique du Congo et le Rwanda « essayent [actuellement] de trouver des modalités de fonctionnement dans la région », il serait donc dommageable d’enrayer cette dynamique régionale. « Tous ces éléments-là font qu’il y a une volonté d’aller vers une normalisation, résume-t-elle, mais au détriment des populations » (entretien personnel, Bruxelles, 2021).

  • 6 Fabrice Bimenyimana, « 11 médias vont bénéficier d’un appui », 12 mai 2021. [en ligne] https://www. (...)

19Pour les journalistes, après sept ans d’exil, les lignes politiques nationales, régionales et internationales bougent donc à nouveau. Le nouveau pouvoir burundais – désormais incarné par une autre figure du CNDD-FDD, Évariste Ndayishimiye – entend montrer un visage apaisé à ses interlocuteurs étrangers. Conscient que la liberté de la presse reste un critère important pour ces derniers, le pouvoir développe des stratégies pour afficher un semblant de pluralisme médiatique. Le 11 mai 2021, l’Union européenne a lancé un projet d’appui aux médias d’un montant de 1 million d’euros, coordonné par la Fondation Hirondelle et La Benevolencija, deux ONG impliquées de longue date dans le soutien aux médias en Afrique. Mais aucun média en exil ne figure parmi les bénéficiaires. Seuls les médias reconnus par le Conseil national de la communication (CNC) sont éligibles6.

20L’échec diplomatique de 2015 débouche aujourd’hui sur une nouvelle logique, selon une source diplomatique au Burundi, citée dans Le Monde : « […] Il s’agit aussi pour l’Europe de tenir devant la montée en puissance de la Chine et de la Russie en Afrique, deux géants qui font peu de cas des droits humains. Le principal baromètre que regardent aujourd’hui les puissances occidentales est la capacité d’un État à stabiliser le pays. Ceci, le CNDD-FDD l’a réussi » (Bukeyeneza, 2020).

  • 7 Communiqué de presse conjoint, Inzamba, RPA, Télé Renaissance, 24 mars 2021.
  • 8 Franck Kaze, « Rwanda-Burundi : la diffusion des médias burundais en exil à Kigali suspendue », Jeu (...)

21Dans la sous-région, les inimitiés s’estompent également. Aujourd’hui, le Rwanda n’est plus à couteaux tirés avec le Burundi (Bukeyeneza, 2020). Depuis le 24 mars 2021, les radios en exil à Kigali ont donc été priées de cesser leur diffusion7. Une « autorité rwandaise » a convoqué les responsables de la RPA, de la radio Inzamba et de la Télévision Renaissance. Elle a formulé une interdiction de diffuser, tout aussi informelle que l’était précédemment l’autorisation d’émettre. Ce faisant, « Kigali donne […] des gages à Gitega [gouvernement burundais], pour qui la fermeture de ces médias était une priorité »8. Une nouvelle fois, le pouvoir burundais cherche à acculer et à faire taire les journalistes des trois médias en exil. Ces derniers doivent continuellement se déplacer, mettre davantage de distance entre eux et le Burundi. Ils sont également sans cesse contraints de réinventer leur manière de travailler. Aujourd’hui, ils continuent à pratiquer ce que Thierry Vircoulon appelle un « journalisme de résistance » (2016).

Conclusion

22La reprise des relations entre le Burundi et la communauté internationale, malgré les violations des droits humains qui y sont documentées, s’explique en grande partie par l’histoire de la transition politique opérée dans le pays depuis la fin des années 1990. Le Rwanda voisin, qui a sombré dans la guerre civile en 1990 et où un génocide a été perpétré en 1994, a contribué à replacer le Burundi sur la carte du monde pendant un temps. Mais aujourd'hui, les cartes géopolitiques ont été rebattues. Selon Devon Curtis, la peace building industry a toujours subordonné la démocratisation à la stabilité du pays et de la région. Au-delà des échéances électorales, la communauté internationale n’a pas exigé la consolidation du modèle démocratique (Frère, 2015 ; Palmans, 2005). Cela a, en partie du moins, conduit à l'échec politique de 2015. En 2021, la Commission d’enquête sur le Burundi souligne cet écueil. « Ce qu’il y a d’inquiétant, [...] c’est que, comme on l’a signalé dans nos rapports, il y a beaucoup de défaillances dans tout le système. Ce ne sont pas uniquement des individus qui commettent des crimes. Il y a un dysfonctionnement de tout le système de gouvernance » (Françoise Hampson, entretien personnel par téléphone, 2021 ; voir aussi HRC, 2021).

23Les rôles, divergents, que les journalistes burundais se sont successivement assignés, témoignent de l’histoire politique qu’ils ont traversée et qu’ils ont contribué à façonner. La volonté de certains d’entre eux de continuer d’informer depuis l’exil s’inscrit dans son prolongement. Selon eux, arrêter, ce serait rembobiner l’histoire : « Ce serait une perte pour les Burundais. On reviendrait au point de départ » (Révérien Bazikamwe, entretien personnel, Kigali, 2020). Mais leurs conditions de travail ont à nouveau changé. Alors que la capacité des radios privées à donner la parole aux auditeurs burundais les rendait autrefois populaires (Frère et Fiedler, 2016 :128-129), aujourd’hui, en exil, elles peinent à donner de la « voix aux sans voix ». La communauté des journalistes exilés ne remet pourtant pas en cause son rôle. Ainsi, l’un des doyens de la profession considère que « ça reste une sorte […] de petite bougie dans l’obscurité qui permet aux gens de continuer à espérer que ça va peut-être finir un jour [...]. C’est un enjeu [...] qui nous dépasse, qui est devenu encore plus important que ce qu’on avait pu imaginer ». « Nous avons le privilège d’être en vie et en exil, de ne pas être sous la menace de la mort. On doit continuer » (Innocent Muhozi, entretien personnel, Kigali, 2020). Mais les autorités burundaises maintiennent un discours extrêmement dur à l’égard des journalistes exilés. En 2020, sept d’entre eux ont été condamnés par défaut (puisqu’ils sont en exil) à des peines de prison à perpétuité. Ils sont toujours considérés comme des ennemis du peuple burundais par le pouvoir, qui affirme que « la justice burundaise a des éléments probants qui démontrent qu’ils faisaient partie des comploteurs, des putschistes [en mai 2015] » (Willy Nyamitwe, entretien personnel par téléphone, 2021).

  • 9 Voir le documentaire « Radio Phénix. Les journalistes burundais face à la crise » réalisé par Marie (...)

24Les entretiens que nous avons menés montrent les diverses façons dont le processus de paix, passé et en cours, est perçu9. Ainsi, l’Accord de paix d’Arusha de 2000 est vu par certains comme le résultat d’un rapport de force armé, et non comme le résultat d’un souhait de la communauté internationale de démocratiser le Burundi. Les personnes rencontrées s’interrogent dès lors sur la possibilité d’une réelle intervention internationale, aujourd’hui, en l’absence de conflit ouvert. Leur interrogation renvoie à la réflexion de Devon Curtis qui a mis en lumière la primauté, aux yeux de la communauté internationale, de l’objectif sécuritaire et de la stabilité régionale sur le respect absolu des droits humains. Paradoxalement, tous les Burundais rencontrés en exil continuent de nourrir des attentes envers l’ONU ou l’Union européenne. Ils soulignent que, quel que soit le chemin emprunté par leur pays à l’avenir, personne ne pourra dire : « on ne savait pas ». Car malgré les discours publics selon lesquels la situation du Burundi se stabilise, les violations des droits humains sont indéniables. « Il est stable comment ? », s’interroge un journaliste en exil. Beaucoup de personnes rencontrées se sentent abandonnées. « On nous laisse seuls dans un huis clos », analyse Innocent Muhozi (entretien personnel, Kigali, 2020). Alexandrine Keza traduit à sa manière le désarroi d'une partie des réfugiés. « Le monde entier sait ce que le Burundi vit. […] On en a assez, si le monde compte aider, qu’il le fasse maintenant. Ou qu’il le dise : “on n’est pas concernés.” Si on est seuls, qu’on nous le dise. Si tu es seul, tu sais comment gagner ton combat » (entretien personnel, Kigali, 2020).

Haut de page

Bibliographie

BARNABÉ Jean-François. Les médias assassins au Burundi, In Reporters sans frontières (dir.), Les médias de la haine, Paris : Éditions La Découverte, 1995, pp. 56–74.

BUKEYENEZA Armel-Gilbert. Au Burundi, un vrai faux changement cautionné par la Communauté internationale, Le Monde, 29 décembre 2020, [en ligne] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/29/au-burundi-un-vrai-faux-changement-cautionne-par-la-communaute-internationale_6064763_3212.html (consulté le 29 juillet 2021).

CHRÉTIEN Jean-Pierre. Le Burundi après la signature de l’accord d'Arusha, Politique africaine, vol. 80, n° 4, 2000, pp. 136–151.

CHRÉTIEN Jean-Pierre. Rwanda : les médias du génocide, Paris : Karthala, 1995, 397 p.

Conseil des droits de l’homme (HRC), « Rapport de la Commission d'enquête sur le Burundi », 12 août 2021, A/HRC/48/68, [en ligne] https://www.ohchr.org/FR/HRBodies/HRC/CoIBurundi/Pages/CoIBurundiReportHRC48.aspx (consulté le 26 septembre 2021).

CURTIS Devon. The international peacebuilding paradox: power sharing and post-conflict governance in Burundi, African Affairs, vol. 112, n° 446, 2013, pp. 72–91.

FRÈRE Marie-Soleil. Les jeunes radios privées au Burundi, en RDC et au Rwanda, La Revue Nouvelle, 10 octobre 2010, [en ligne] https://www.revuenouvelle.be/Les-jeunes-radios-privees-au-Burundi-en-RDC-et-au (consulté le 29 juillet 2021).

FRÈRE Marie-Soleil. Les médias « chiens de garde » des élections au Burundi et en RDC ?, Afrique contemporaine, vol. 4, n° 256, 2015, pp. 119-138.

FRÈRE Marie-Soleil. Silencing the voice of the voiceless: the destruction of the independent broadcasting sector in Burundi, African Journalism Studies, 2016, pp. 1-9.

FRÈRE Marie-Soleil. « I wish I could be the journalist I was, but I currently cannot » : Experiencing the impossibility of journalism in Burundi, Media, War & Conflict, vol. 10, n° 1, 2017, pp. 3–24.

FRÈRE Marie-Soleil et FIEDLER Anke. Les médias dans la crise burundaise. « Tu tues le coq, mais tu ne tues pas ce qu’il a chanté, In Reyntjens, Filip, Vandeginste, Stef et Verpoorten, Marijke (dir.), L’Afrique des Grands Lacs. Annuaire 2015-2016, Anvers : University Press of Antwerp, 2016, pp. 119-141.

PALMANS Éva. Les médias face au traumatisme électoral au Burundi, Politique africaine, vol. 97, n° 1, 2005, pp. 66–81.

VIRCOULON Thierry. À l’intérieur de la crise burundaise (II) – quand WhatsApp remplace la radio, International Crisis Group, 13 mai 2016, [en ligne] https://www.crisisgroup.org/fr/africa/central-africa/burundi/l-interieur-de-la-crise-burundaise-ii-quand-whatsapp-remplace-la-radio (consulté le 29 juillet 2021).

ICG (International Crisis Group). Burundi : Bye-bye Arusha, Rapport 192, 25 octobre 2012, [en ligne] https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/burundi/burundi-bye-bye-arusha (consulté le 29 juillet 2021).

Haut de page

Notes

1 En référence à la devise de la Radio publique africaine.

2 On peut citer en particulier les financements de l’Union européenne, d’Oxfam, de la coopération bilatérale belge et suisse et les programmes des ONG suivantes : Search for Common Ground-SFCG, La Benevolencija et l’Institut Panos Paris.

3 Voir la page de la Commission d’enquête créée en 2016. https://www.ohchr.org/FR/HRBodies/HRC/CoIBurundi/Pages/CoIBurundi.aspx (consulté le 29 juillet 2021)

4 Voir les données du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, « Burundi Situation », Global Report 2021, 2021 https://reporting.unhcr.org/globalreport2021/ehagl (consulté le 17 août 2022).

5 Reporters sans Frontières les classe parmi les pays où les journalistes se trouvent contraints de composer avec des régimes restrictifs de leurs libertés : la Tanzanie (124e place) ; l’Ouganda (125e place) ; le Burundi (147e place) ; la République Démocratique du Congo (149e place) ; le Rwanda (156e place). Reporters sans Frontières, Classement mondial de la liberté de la presse, 2021.

6 Fabrice Bimenyimana, « 11 médias vont bénéficier d’un appui », 12 mai 2021. [en ligne] https://www.iwacu-burundi.org/11-medias-vont-beneficier-dun-appui/ (consulté le 29 juillet 2021)

7 Communiqué de presse conjoint, Inzamba, RPA, Télé Renaissance, 24 mars 2021.

8 Franck Kaze, « Rwanda-Burundi : la diffusion des médias burundais en exil à Kigali suspendue », Jeune Afrique, 30 mars 2021. [en ligne] https://www.jeuneafrique.com/1145399/politique/rwanda-burundi-les-medias-burundais-en-exil-reduits-au-silence-a-kigali/ (Consulté le 29 juillet 2021)

9 Voir le documentaire « Radio Phénix. Les journalistes burundais face à la crise » réalisé par Marie Fierens, Ornella Rovetta et Jean-Marc Vierset pour Transversales, RTBF-La Première (mai 2021).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n° 1. Rédaction d’une radio, Kigali, 2020
Crédits © Ornella Rovetta et Marie Fierens
URL http://journals.openedition.org/radiomorphoses/docannexe/image/2893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photographie n° 2. Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, Kigali, 2020
Crédits © Ornella Rovetta et Marie Fierens
URL http://journals.openedition.org/radiomorphoses/docannexe/image/2893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie n° 3. Synergie des médias RPA, Inzamba et Télévision Renaissance, 2020
Crédits © Ornella Rovetta et Marie Fierens
URL http://journals.openedition.org/radiomorphoses/docannexe/image/2893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Fierens et Ornella Rovetta, « « Si on est seuls, qu’on nous le dise ». Journalisme, politique nationale et diplomatie internationale au Burundi »RadioMorphoses [En ligne], 8 | 2022, mis en ligne le 27 décembre 2022, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/radiomorphoses/2893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/radiomorphoses.2893

Haut de page

Auteurs

Marie Fierens

Maître de conférences à l’Université libre Bruxelles (Belgique) et chercheuse au Centre de recherche en Information et Communication
marie.fierens[at]ulb.be

Ornella Rovetta

Enseignante à l’Université Saint Louis (Bruxelles, Belgique), chercheuse aux Archives de l'État en Belgique
ornella.rovetta[at]usaintlouis.be

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search