Navigation – Plan du site
Notes et documents

Une nécropole à enclos circulaires et Langgraben à Niederhergheim (Haut-Rhin)

Sébastien Goepfert
p. 371-390

Résumés

La fouille du site de Niederhergheim Innere Allmende en 2012 a mis au jour plusieurs indices d’occupations humaines comprises entre le Bronze ancien et la période romaine. L’une d’elles correspond à une nécropole à enclos circulaires de la fin de l’âge du Bronze qui présente la particularité d’être associée à un Langgraben (enclos allongé), dont les exemples fouillés sont relativement rares en Alsace. L’article ci-dessous propose en premier lieu de présenter ces vestiges ainsi que les mobiliers qui leur sont associés. Dans un second temps seront détaillées les quelques structures de type Langgraben connues dans la région et, enfin, seront évoqués les liens qui peuvent être établis entre ces enclos allongés alsaciens et les exemplaires bien connus dans des secteurs plus à l’ouest, notamment en Picardie et dans le Bassin parisien.

Haut de page

Texte intégral

1. Le site d’Innere Allmende : présentation générale

1Le site de Niederhergheim est localisé à une dizaine de kilomètres au sud de Colmar, sur la marge occidentale de la plaine ello-rhénane, à proximité du piémont vosgien (fig. 1). Les sols de ce secteur sont composés de formations alluviales déposées par le Rhin lors des derniers épisodes de glaciation (galets, graviers). Les fouilles préventives du lieu-dit Innere Allmende ont eu lieu de juin à septembre 2012 (GOEPFERT et alii, 2014). Les opérations effectuées sur une surface de près de 5,8 ha ont permis de mettre en évidence diverses occupations protohistoriques et gallo-romaines.

Fig. 1. Localisation du site de Niederhergheim Innere Allmende.

2Les premiers signes d’occupation humaine sont datés du Bronze ancien. Six puits, d’une profondeur maximale de près de 4 m, se répartissent sur l’ensemble de la surface décapée (fig. 2, nos 2 à 7). Ils ont livré un mobilier céramique abondant et plutôt bien conservé qui fait de la série l’une des plus importantes dans la région. La nature de cette occupation est sans doute domestique. Les très nombreux trous de poteau découverts sur le terrain témoignent peut-être de la présence de bâtiments de cette période ; malheureusement aucun plan n’a pu être identifié malgré quelques alignements sans doute significatifs.

Fig. 2. Plan général du site (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

  • 1 Poz-53878, 3640 ± 30 BP, soit 2132-1920 av. J.-C. à 2 σ.

3Après cette première phase, le site semble être abandonné pendant plus d’un millénaire. La seconde occupation peut être datée de la fin de l’Âge du Bronze. Elle se traduit par la présence de structures de natures différentes. D’abord un ensemble de vestiges typiques des habitats de cette période, à savoir une grande fosse polylobée (fig. 2, n° 8), riche en mobilier, un puits (fig. 2, n° 9) ainsi que de probables bâtiments. Là encore, le constat est le même que pour l’occupation précédente : aucun plan n’a pu être mis en évidence. Ensuite, situés à environ 200 m au nord du probable secteur d’habitat, nous pouvons signaler la présence de huit enclos circulaires (fig. 2, n° 10). Cette nécropole est organisée autour d’un monument particulier, rare dans l’est de la France pour la période de la fin de l’Âge du Bronze : un enclos rectangulaire allongé de type Langgraben. À ce jour, seuls trois exemplaires sont connus dans la région, comme nous le verrons dans cet article. Bien que tous ces vestiges traduisent la présence d’une nécropole relativement importante, très peu de tombes à proprement parler ont été mises au jour car l’érosion a probablement détruit la grande majorité d’entre elles. Deux sépultures ont néanmoins été découvertes ; la première est une inhumation assez mal conservée (ST.1171) et la seconde, située à l’intérieur même du grand enclos allongé, recelait la présence des restes crématisés d’un défunt (ST.871). Une analyse 14C réalisée sur des ossements de cette structure indique une datation au Bronze ancien1. Même si le hasard a pu jouer dans l’implantation de cette structure au sein du Langgraben, il n’en demeure pas moins intéressant de souligner la perduration dans le temps de la fonction funéraire de ce secteur. Il n’est pas rare en effet d’observer une continuité d’occupation et de fonction dans un même monument (tumulus de Riedwihr ; (BONNET et alii, 2004) ou au sein d’une nécropole tumulaire (forêt de Haguenau ; KOENIG et alii, 2012, p. 331) entre la fin de la période du Néolithique et la fin de l’Âge du Bronze.

4Enfin, nous avons observé la présence de deux paires de fossés strictement parallèles (fig. 2, nos 11 et 12). La première traverse de part et d’autre la zone de fouille, la seconde est localisée près de la berme nord et accuse une direction proche de celle de la route départementale actuelle située à quelques mètres seulement. Quelques rares fragments de céramique gallo-romaine y ont été découverts. Il s’agit vraisemblablement de fossés bordiers d’un système de voirie antique ainsi que des sections d’un réseau parcellaire.

5Pour finir, nous pouvons signaler la présence d’un ensemble de structures dont la datation et la nature ne sont pas définies de manière certaine. Il s’agit d’une série de fosses marquant le contour d’une très vaste enceinte ovale (fig. 2, n° 1). Cet ensemble était lacunaire et très mal conservé sur le terrain.

2. La nécropole de l’âge du Bronze de Niederhergheim

2.1. Des enclos circulaires sans tombes

6Au total, huit enclos circulaires ont été découverts au nord de l’emprise, concentrés dans une zone d’environ 3000 m² (fig. 3). Ces structures gravitent de manière plus ou moins ordonnée autour du grand enclos allongé (ST.869) que nous détaillerons ultérieurement.

Fig. 3. Plan de la nécropole du Bronze final de Niederhergheim Innere Allmende (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

7Les monuments sont de dimensions variées et peuvent être classés en trois catégories : les petits modules, dont les diamètres sont compris entre 6,60 m et 8,25 m (ST.1139, ST.919, ST.1313 et ST.1089), les enclos de module moyen avec des diamètres de 12,30 m à 14,30 m (ST.1219, ST.881 et ST.879), et enfin un fossé circulaire de grand module (ST.1187) localisé en limite nord de l’emprise. Il présente un diamètre estimé à près de 19 m. Les fossés étaient majoritairement de profil simple en cuvette et peu profonds (sauf ST.1187). Ils sont principalement comblés par des graviers pris dans une matrice limono-sableuse sombre. Dans certains cas, une couche plus homogène de limon sableux brun est également présente (fig. 4).

Fig. 4. Caractéristiques dimensionnelles des enclos circulaires et coupes représentatives des huit fossés d’enclos (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

8Les ST.881 et 879 correspondent sans doute à deux phases d’un même monument. Le premier, ST.881, est disposé à 1 m seulement du fossé d’enclos allongé. Son fossé, très régulier, présente un diamètre de 12,50 m. Il est large de 1,450 m en moyenne et sa profondeur maximum conservée est de 0,66 m. Le second fossé, ST.879, est visiblement plus tardif : il a été creusé après le comblement de ST.881 et après celui du Langgraben ST.869. Les différents recoupements observés et relevés témoignent de cette succession de faits. L’enclos 879 n’est pas centré exactement sur le précédent (leurs centres respectifs sont distants de 0,73 m) et son diamètre est légèrement plus important : 14,30 m. Par ailleurs, le creusement est plus irrégulier que celui de la ST.881. Dans toute la partie nord, les deux tracés se superposent, mais au sud, le fossé ST.879 se distingue bien du précédent. La largeur moyenne s’élève à 0,75 m et sa profondeur maximale conservée est de 0,60 m. Le profil montre des parois légèrement plus accentuées, notamment dans la partie nord.

9Le comblement des deux structures était très similaire, à savoir différentes couches de graviers mêlés à une matrice limono-sableuse plus ou moins foncée. La distinction entre les strates était difficilement perceptible. Dans certains cas, à la fois pour les ST.879 et 881, la partie supérieure du remplissage présente une couche plus limoneuse avec moins de graviers. Dans certains cas, cette couche était présente sous forme de « poches » dans les coupes. Notons enfin que les profondeurs des deux fossés sont sensiblement les mêmes.

10Le diamètre de l’enclos ST.919 est de 7,50 m pour une largeur moyenne du fossé de 1,25 m. Les coupes réalisées montrent un profil en cuvette avec une profondeur maximale de 0,65 m sous le niveau de décapage. Deux récipients en céramique ont été découverts au sein du comblement, dans la partie nord du fossé et distants d’environ un mètre l’un de l’autre. L’un est entier, l’autre, extrêmement mal conservé car disposé légèrement plus haut et de taille plus importante. Il s’agit, pour le premier, d’une petite tasse, haute de 8 cm et large de 13 cm (fig. 10, n° 26). Le second est une forme haute fermée de type pot à bord oblique. Plusieurs fragments sont présents (fond, et panse extrêmement fragmentée) dont un seul morceau de bord. Celui-ci montre un décor d’impressions « cunéiformes » au départ du col (fig. 10, n° 25).

11Le fossé circulaire ST.1089 est situé à 1,50 m au nord-ouest du grand enclos allongé. Son diamètre est de 8,25 m pour une largeur moyenne du fossé de 0,70 m. Les coupes réalisées montrent encore une fois un profil en cuvette. Le fossé, moins profond que les autres, n’est conservé que sur 0,30 cm sous le niveau de décapage. Le comblement est uniforme et uniquement composé de graviers mêlés à une matrice limoneuse brune.

12Le diamètre de l’enclos ST.1139 est de 6,60 m et la largeur moyenne du fossé atteint 0,95 m. La profondeur maximale du fossé est de 0,42 m. Le comblement uniforme se compose de graviers mêlés à une matrice limoneuse brune.

13Le grand enclos ST.1187 n’a été décapé que partiellement car il se poursuit au nord, sous l’actuelle route départementale D1bis mais nous avons cependant poussé au maximum les limites de décapage afin d’en observer la plus grande partie possible. En outre, son tracé en surface était perturbé par de nombreux creusements de réseaux (eau, électricité, etc...) longeant la route. Son diamètre a néanmoins pu être estimé à près de 18,60 m. Il s’agit donc de l’enclos le plus grand parmi les huit répertoriés sur le site. Les coupes montrent un profil en « U » (la pente des parois est ici plus accentuée que sur les autres fossés circulaires). Par ailleurs un phénomène est visible sur certaines coupes : un surcreusement plus important de la partie médiane inférieure.
La profondeur maximale conservée de ce fossé circulaire, assez importante, atteint 0,95 m. Le comblement est principalement constitué de graviers pris dans une matrice limono-sableuse brun/gris foncé. Dans certains cas on remarque, dans la partie inférieure du comblement, une couche de limon graveleux et sableux de couleur brun gris foncé.

14Le fossé circulaire ST.1219 est situé à 8 m à l’ouest de l’enclos circulaire ST.1187 ainsi qu’à 21,50 m au nord-ouest du grand enclos allongé. Son diamètre est de 12,30 m et la largeur moyenne du fossé atteint 1 m. Une section du périmètre nord a été entamé par le creusement des réseaux d’eau et d’électricité, perturbations qui avaient également affecté le tracé de ST.1187.
Les coupes montrent un profil en cuvette relativement régulier (à quelques exceptions près), à l’instar de la majeure partie des fossés de même nature de la nécropole. Le comblement uniforme est composé de graviers mêlés à une matrice limono-sableuse brun/gris foncé.

15Enfin, la ST.1313 est située à 9,50 m à l’est de l’enclos circulaire ST.1187 et à 13,30 m au nord-est du grand enclos allongé ST.869. Son diamètre est modeste puisqu’elle ne dépasse pas 7,60 m avec une largeur moyenne du fossé de 0,60 m. Toute la section orientale de son périmètre est creusée dans un placage de limon d’origine naturelle. Une particularité est à noter ici : le fossé est interrompu vers le sud-est par une « entrée » large d’environ 1,10 m. Les extrémités du fossé, en plan, sont simplement arrondies. Ce système d’entrée est le seul exemple de ce type au sein de la nécropole.
Les profils les mieux conservés (à l’ouest) montrent une section plutôt tronconique et un fond quasiment plat ou légèrement concave. Le comblement de ce fossé est simple et binaire : une couche inférieure composée d’un limon sableux et graveleux brun foncé et une couche supérieure (uniquement visibles sur les coupes les mieux conservées) comportant des graviers inclus dans une matrice limono-sableuse brune.

2.2. Le grand enclos allongé ST.869, un nouveau Langgraben alsacien

16En plan, cet ensemble se présente sous la forme d’un grand rectangle allongé aux angles arrondis (fig. 5). Orienté strictement nord-sud, il a une longueur de 37 m et sa largeur varie de 6 à 7 m, la partie sud étant légèrement plus large que celle du nord.

Fig. 5. Vue vers le nord du grand enclos allongé ST.869 et de son environnement immédiat (cliché : L. Vergnaud, Antea-Archéologie).

17Le fossé d’enclos est continu, aucune interruption n’étant visible. La largeur moyenne du fossé est de 1,15 m. Il est intéressant de constater qu’au niveau des quatre angles, elle diminue substantiellement pour passer à 0,85 cm environ. La surface enclose atteint près de 150 m². Après un nettoyage exhaustif de l’emprise, une dizaine de taches plus sombres y a été repérée mais aucune d’entre elles n’a livré d’éléments notables, à l’exception de la tombe à crémation ST.0871, datée par le radiocarbone du Bronze ancien (cf. supra). Il ne s’agit que de fosses aux contours irréguliers comblées d’un limon brun plus ou moins foncé mêlé à du substrat graveleux. Leur caractère anthropique ne peut pas être confirmé ou infirmé du fait de leur très mauvaise conservation et aucune organisation n’est perceptible.

18La fouille complète du fossé d’enclos a été réalisée à l’aide de moyens mécaniques. Au total, treize tranchées de 1,50 m de largeur ont été effectuées sur tout le périmètre du fossé pour dégager vingt-six coupes (fig. 6 à gauche). Celles-ci sont de profils comparables, mais leur profondeur varie. Alors que celles de la moitié sud présentent des profondeurs conservées d’une moyenne de 0,40 m, celles de la partie nord ne sont profonde (en moyenne) que de 0,25 m. Cet état de fait ne semble pas dû à une érosion différentielle, mais bien à une profondeur de creusement initiale différente avec un tracé sud du fossé plus profond. Par ailleurs, les petits côtés du fossé sont beaucoup moins profonds que les longues parties est et ouest (différence comprise entre 0,15 et 0,22 m).

Fig. 6. À gauche : relevé des 26 coupes réalisées dans le Langgraben. À droite : répartition pondérale du mobilier céramique au sein du comblement du fossé (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

19Les profils du fossé sont homogènes avec un creusement en cuvette avec un fond plus ou moins régulier selon les secteurs. Le comblement est principalement composé d’une strate de graviers pris dans une matrice limono-sableuse brune, compacte et hétérogène. Dans certaines coupes, notamment au sud, une couche inférieure graveleuse de faible puissance est visible (substrat remanié). Enfin, les coupes de la partie sud (les mieux conservées) montrent une couche superficielle de petits graviers mêlés à une matrice sablo-limoneuse brun clair, peu compacte.

20Un recoupement intéressant est à signaler : au milieu du fossé latéral l’enclos circulaire ST.0879 se superpose à une partie du grand enclos allongé. Les observations en coupe et en plan montrent bien la chronologie relative des deux ensembles : ST. 879 a été creusé après le comblement du Langgraben (fig. 6).
Le fossé ST.869 a livré un important lot de tessons de céramique (près de 27 kg au total) à l’exclusion de tout autre reste.

21À trois reprises, des épandages de tessons (correspondant chaque fois à un même vase) ont été observés. L’épandage A (fig. 6 à gauche) correspond à des fragments d’une même jatte peinte en rouge (fig. 8, n° 1). Sa localisation au centre du long segment du Langgraben n’est peut-être pas anodine, comme nous le verrons ultérieurement. Aucune forme entière n’a été découverte dans le remplissage du fossé de la structure, mais deux fonds de vases entiers et posés à plat ont néanmoins été prélevés (ceux-ci sont notés D et E sur la fig. 6 à gauche).

  • 2 Notons que cette densité plus importante est surtout due à ces épandages de tessons évoqués plus ha (...)

22Un dernier fait est notable : la quasi-totalité des tessons présente des traces de passage au feu. Celles-ci sont plus ou moins visibles et marquées selon les fragments. Sur des tessons de grande taille par exemple, on a remarqué des traces de chauffe intenses très localisées sur certaines zones. Les tessons ont été prélevés par tronçons, ce qui a permis de dresser un plan de répartition pondérale des restes céramiques dans l’enclos (fig. 6 à droite). On constate que deux secteurs étaient plus fournis en mobilier que les autres : la partie sud du fossé latéral ouest ainsi que, dans une moindre mesure, la partie nord du fossé latéral est2. Dans le reste du fossé, le mobilier était réparti de façon relativement homogène.

2.3. Les sépultures

  • 3 Poz-53878, 3640 ± 30 BP, soit 2132 - 1920 av. J.-C. à 2 σ.

23Seules deux tombes ont réellement été conservées au sein de cet ensemble funéraire.
La première est une tombe à crémation, sans mobilier associé, localisée à l’intérieur même du grand enclos allongé ST.869, approximativement au centre de l’extrémité sud. La structure correspond à une fosse sub-ovalaire présentant un profil en cuvette, conservé sur une profondeur d’environ 0,20 m (fig. 7, à gauche). Les ossements étaient déposés sous la forme d’un amas concentré dans la partie centrale de la fosse. L’étude anthropologique a conclu au fait qu’ils appartenaient à un seul individu d’âge et de sexe indéterminé (GOEPFERT et alii, 2014, Annexe V, p. 456-458). Une datation radiocarbone effectuée sur l’un des fragments d’os brûlé indique une fourchette chronologique comprise dans la période du Bronze ancien3.

Fig. 7. Relevés des deux tombes conservées à Niederhergheim. À gauche, l’incinération ST.871. À droite, l’inhumation ST.1171 (DAO : H. Barrand-Emam et J. Lyautey, Antea-Archéologie).

  • 4 Poz-53891, 2715 ± 30 BP, soit 914 - 810 av. J.-C à 2 σ.

24La seconde (ST.1171) est une tombe à inhumation (fig. 7, à droite) localisée à équidistance entre les deux enclos ST.1139 et ST.1313. Le défunt, un individu adulte, était déposé sur le côté droit et orienté selon un axe nord-ouest/sud-est, tête au sud-est. La mauvaise conservation des ossements n’a pas permis la détermination du sexe. Aucun mobilier n’était associé hormis deux tessons de facture protohistorique contenus dans le comblement de la fosse sépulcrale. L’analyse radiocarbone est ici en cohérence avec le contexte des enclos puisqu’elle indique une datation au Bronze final IIIb4.

2.4. Mobilier céramique et attribution chronologique

25Le mobilier céramique provenant de la nécropole est exclusivement issu des fossés d’enclos. Ils ont pour la plupart livré quelques tessons non significatifs au plan chronologique : des fragments de panse dépourvus de décor. Seules les structures ST.879/881, ST.919 ainsi que le grand enclos allongé (ST.869) ont livré des éléments susceptibles d’être datés.

26Le double enclos ST.879-881 a fourni près de 170 fragments de céramique à partir desquels six vases au minimum ont pu être déterminés. On y retrouve deux exemplaires d’écuelles à bord facetté (fig. 10, nos 22 et 23) ainsi qu’une écuelle à paroi rectiligne, peu profonde (fig. 10, n° 20). Par ailleurs, le comblement a également livré un petit récipient fermé à lèvre légèrement éversée, réalisé dans une pâte relativement fine (fig. 10, n° 21).

27La distinction entre le mobilier provenant de la ST.879 et de la ST.881 n’a pas pu être effectuée de manière systématique car, sur une grande partie de leur périmètre, les deux fossés se confondaient. Par ailleurs, les quelques rares indices observables sur la céramique ne permettent pas de confirmer la succession entre les fossés. En revanche, les modalités de recoupement montrent bien l’antériorité de la ST.881 par rapport à la ST.879.

28Le fossé circulaire ST.919 a livré, quant à lui, 234 fragments appartenant à au moins six vases différents et trois ont pu être identifié typologiquement. Il s’agit d’abord d’une tasse (fig. 10, n° 26) ainsi que d’un pot à col oblique court dont le départ du col est décoré par une frise d’un motif associant deux incisions (fig. 10, n° 25). Le motif rappelle les décors dits « en arêtes de poisson » connus pour le Bronze final IIIa (MAISE, LASSERRE, 2005, p. 40). Par ailleurs, le fossé a livré une jatte grossière à profil hémisphérique (fig. 10, n° 24). Il est intéressant de noter que ce type est totalement absent du fossé du grand enclos allongé (ST.869) malgré l’importante quantité de mobilier qui y a été découvert.
Enfin, le grand enclos allongé (ST.869) a livré un riche mobilier céramique composé de près de 1094 fragments qui correspondent à vingt-trois vases au minimum dont dix-sept ont été identifiés typologiquement.

29La grande majorité des tessons provient de la couche de gravier mêlé à une matrice limoneuse sombre qui correspond au comblement principale du fossé d’enclos (fig. 6, à gauche). Les fragments étaient disséminés de manière éparse. Cependant, dans plusieurs cas, des concentrations de tessons appartenant à un même récipient ont pu être observées. Nous avons qualifié ces faits de « dépôts » pour souligner leur caractère potentiellement intentionnel bien que les vases n’aient pas été découverts complets. On retrouve ces zones d’épandage à trois reprises dans le fossé (fig. 6, à gauche, A, B et C), zones auxquels nous pouvons peut-être associer deux fonds complets retrouvés au sein du comblement (fig. 6, à gauche, D et E).

30Parmi ces regroupements, un seul a fourni des fragments de bord permettant son identification typologique ; il s’agit d’un dépôt composé de 93 tessons localisés au centre même du long segment est du fossé (fig. 6, à gauche, A). Tous appartiennent à une grande écuelle à profil rectiligne dont la surface interne était peinte en rouge (fig. 8, n° 1). Son diamètre peut être estimé à environ 46 cm et elle a été façonnée dans une pâte grossière noire. La pigmentation est très mal conservée en raison d’un passage au feu qui a entraîné une détérioration importante de l’objet. Les traces de cette surcuisson sont surtout visibles sur la partie inférieure du vase. Dans ce contexte il nous paraît intéressant de signaler qu’une grande majorité des tessons découverts dans le comblement de ce grand fossé allongé présente des séquelles, plus ou moins importantes selon les cas, dues à l’exposition prolongée au feu.

Fig. 8. Mobilier céramique issu du comblement du Langgraben ST.869 (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

31Le reste du mobilier du corpus céramique, disséminé dans le fossé, est composé de divers types de formes et de tessons. Notons d’abord un second exemplaire d’écuelle à profil rectiligne avec également un décor chromatique sous forme d’un aplat de graphite sur sa surface interne (fig. 8, n° 2). Six petits fragments de bords facettés appartenant à autant d’écuelles (fig. 8, nos 3 à 8), dont un est rehaussé par des aplats de peinture rouge et noire sur sa surface interne (n° 3) ont également été recueillis. Un autre petit élément de bord signal la présence d’une petite coupe à profil supérieur vertical, très fine et de couleur noire (fig. 8, n° 9). Enfin, le reste du matériel identifié correspond à des formes hautes fermées de taille plus ou moins importante selon les cas. Nous pouvons signaler la présence de deux pots à encolure oblique présentant de fines cannelures au niveau de la jonction du col et de la panse (fig. 9, nos 11 et 13).

Fig. 9. Mobilier céramique issu du comblement du Langgraben ST.869 - suite (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

32D’autres types de décors sont présents, comme des impressions ovales ou circulaires (fig. 10, nos 14, 16 et 17), des impressions cunéiformes (fig. 10, n° 15) ou encore un cordon digité disposé sur un récipient au profil plutôt ovoïde (fig. 8, n° 10).

Fig. 10. Mobilier céramique issu du comblement du Langgraben ST.869 ainsi que des enclos circulaires ST.879, 881 et 919 (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

33Ces données recueillies au sein du grand fossé allongé permettent d’orienter la datation du comblement au Bronze final IIIb (Hallstatt B2/3).
Les écuelles à lèvre facettée sont plutôt caractéristiques d’une étape moyenne du Bronze final. On en retrouve de beaux exemplaires à Colmar Diaconat dans les structures datées des deux phases initiales du BF IIIa défini par les auteurs de l’étude céramique (MAISE, LASSERRE, 2005, pl. 3, n° 44, pl. 10, n° 213). Les écuelles à lèvres étroites (aplaties et biseautées) sont également très fréquentes au sein des ensembles du Bronze final IIb et IIIa. Une évolution est discernable pour la période suivante du Bronze final IIIb où les lèvres tendent à s’affiner jusqu’à devenir simplement arrondie (ibid, p. 18). Par ailleurs, la présence de plusieurs grandes écuelles peintes ou graphitées au sein de la ST.869 est compatible avec une datation au Bronze final IIIb puisque les décors en aplats polychromes apparaissent précisément à cette période (ADAM et alii, 2011, p. 74). Malheureusement, dans le contexte de ce corpus qui ne peut pas être considéré comme un véritable ensemble clos, il est difficile de dire si la coexistence de ces éléments « anciens » et « nouveaux » résulte de pratiques de bris et de dépôts au cours d’une même phase chronologique. Néanmoins, l’absence totale de jatte à profil hémisphérique ou de jatte à marli dans un corpus somme toute relativement riche est peut-être significative. Ces formes se développent en effet à partir du milieu du Bronze final IIIb jusqu’à devenir majoritaire dans les corpus du début de l’Âge du Fer (MAISE, LASSERRE, 2005, p. 19). On en retrouve par ailleurs plusieurs exemplaires, datés du Bronze final IIIb, dans la grande fosse polylobée découverte à quelques centaines de mètres des enclos (fig. 11, nos 27 à 31). Là, aucun fragment d’écuelles à bord réellement facettées n’est à signaler, tout au plus présentent-il un léger méplat interne (fig. 11, nos 32 à 34). Une jatte à marli profonde (type absent du Langgraben) présentant un décor d’incisions ondulées sur le méplat interne, est également à signaler ici (fig. 11, n° 35).

Fig. 11. Mobilier céramique issu du comblement de la fosse polylobée ST.42 (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

34Par ailleurs, on retrouve également un exemplaire de jatte à profil hémisphérique dans le comblement de l’enclos ST.919 (fig. 10, n° 24) qui est le seul enclos funéraire à avoir livré un objet de ce type (fig. 10, n° 25), témoin d’un Bronze final III affirmé (ADAM et alii, 2011, p. 21 et fig. 5, p. 22). Il n’est dès lors pas exclu d’imaginer un léger décalage chronologique entre les comblements de certains fossés, les éléments issus de la ST.919 étant plus récents que ceux de ST.879/881 et de ST.869. La prudence doit néanmoins rester de mise en raison de la faiblesse des données, notamment pour les enclos circulaires.

3. L’enclos allongé 869 : quelques éléments de comparaisons

35Les nécropoles à enclos circulaires sont bien connues en Alsace, notamment grâce aux importantes campagnes de prospections (pédestres et surtout aériennes) ayant eu lieu ces dernières décennies. En revanche, la fouille exhaustive et méthodique de tels ensembles reste encore relativement rare dans la région et jusqu’à une période récente, les seules données disponibles étaient issues de fouilles anciennes. Mais, depuis le milieu des années 1980, entre autres grâce à l’avènement de l’archéologie préventive, de nouveaux sites ont été explorés de manière systématique. Parmi les plus importants, nous pouvons citer les fouilles de Wettolsheim Usine Ricoh en 1987 (ZEHNER, 1997, p. 305-309), celles de Colmar-Riedwihr Grassmatt entre 1983 et 1989 (BONNET et alii, 2004) et du Kastenwald (BONNET et alii, 1997), ou encore Nordhouse Buerckelmatt effectuées entre 1984 et 1993 (FLOTTÉ, FUCHS, 2000, p. 470-474). Plus récemment encore, plusieurs campagnes de fouilles ont eu lieu sur des nécropoles protohistoriques à enclos circulaires, notamment dans le secteur de Sainte-Croix-en-Plaine / Niederhergheim, aux lieux-dits Jebsenboden (diagnostic et fouille de sauvetage en 1999 ; KÜHNLE et alii, 1999) et Oberes Holzackerfeld, déjà fouillé entre 1979 et 1981 (ZEHNER, 1997, p. 275), et pour partie repris dans un contexte préventif en 2006 sous la dénomination Échangeur-Gendarmerie (VÉBER et alii, 2006).

36La particularité principale de la nécropole découverte à Niederhergheim Innere Allmende réside dans la présence d’un grand enclos allongé. Ce type de structure, typique de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer est bien connu dans des contextes plus occidentaux : Bassin parisien, Picardie, Poitou (WILBERTZ et coll., 2009). En Alsace, les Langgraben sont a priori rares malgré la couverture aérienne dense et les fouilles préventives de ces dernières années. Avant la fouille de 2012, seules trois structures de ce type étaient répertoriées dans notre région, toutes liées à un contexte funéraire. Les deux premiers se situent à Réguisheim Leimengraben et le troisième à Heiteren Krümmling (fig. 12). Il est intéressant de constater que, dans l’état actuel des connaissances, les Langgraben se concentrent, dans la Plaine d’Alsace, dans un secteur très restreint d’un rayon de moins de 10 km.

Fig. 12. En haut : répartition des quatre enclos allongés de type Langgraben connus à ce jour en Alsace. En bas : localisation des sites et redressement des photographies aériennes sur fond cadastral (DAO : B. Bakaj, Antea-Archéologie et J.-J. Wolf, Service départementale du Haut-Rhin). Fond de plan : http://www.geoportail.fr

3.1. Les enclos allongés de Réguisheim Leimengraben

37Ce site, localisé entre les communes de Réguisheim et Ensisheim, a livré deux exemplaires d’enclos allongé de type Langgraben. Ils sont situés à environ 12 km au sud du site de Niederhergheim (fig. 12-A).
Le premier a été repéré dès 1977 à l’occasion d’une prospection aérienne par le colonel Tourniaire, commandant de la base aérienne 132 de Colmar (fig. 13).

Fig. 13. Vue aérienne de l’enclos allongé nord de Réguisheim. Prise de vue effectuée par le Colonel Tourniaire en 1977 (source : SRA Alsace, EnsNB046).

38En 1979, une fouille de sauvetage a été réalisée sous la responsabilité de M. et Mme Mathieu : les activités agricoles de plus en plus intenses menaçaient le site en raison de la très faible profondeur des vestiges. À cette occasion plusieurs structures ont été mises à jour : un enclos circulaire inscrit dans un enclos carré, un grand enclos allongé, un second enclos circulaire ainsi qu’une structure complexe de fosses et de trous de poteau (fig. 12, A n° 1) (MATHIEU et alii, 1982).

39Tout comme à Niederhergheim, l’ensemble semble s’organiser selon un axe nord-sud, autrement dit autour du grand enclos allongé. Celui-ci est apparu sous la forme d’un U allongé, de plan légèrement trapézoïdal, mesurant 33,20 m de longueur pour une largeur comprise entre 8 m à son extrémité nord et 8,50 m à son extrémité sud. Il s’agit là d’un second point commun avec la ST.0869 de Niederhergheim puisqu’on constate une largeur légèrement supérieure dans sa partie sud que dans sa partie nord (fig. 14). Le fossé est ouvert au nord mais l’extrémité sud, quant à elle, est bien fermée. L’angle ouest, entre les sections nord-sud et est-ouest du fossé est arrondi alors que l’angle opposé semble être bien rectangulaire. D’après les fouilleurs, la structure fossoyée montre une largeur moyenne de 0,95 m et un profil en cuvette dont la profondeur maximale atteint 0,70 m sous la surface du sol actuel. À l’extérieur de l’enclos ont également été repérées quatre structures de type « trou de poteau » disposées symétriquement de part et d’autre du fossé. Ces creusements, de plan circulaire, possèdent une profondeur maximale de 0,20 m.

Fig. 14. Comparaison à l’échelle des enclos allongés de Réguisheim (d’après MATHIEU et alii, 1982, fig. 6, p. 23) et Niederhergheim (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

40Très peu de tessons de céramique sont issus du fossé de l’enclos et sa datation ne peut donc pas être précisée. La chronologie de l’occupation du site peut être suggérée par l’observation du mobilier issu des structures proches qui indique assez clairement le Bronze final IIIb (MATHIEU et alii, 1982, p. 14). Notons pour information, qu’à proximité immédiate du grand enclos allongé de Réguisheim se trouvait un curieux enclos circulaire (12,20 m de diamètre) parfaitement inscrit dans un autre de forme carré (13 m de côté) dont l’orientation des côtés correspond au grand axe de l’enclos allongé. Sur l’aire centrale de cette double structure, le comblement d’une fosse irrégulière a livré les restes fragmentés d’une dizaine de récipients (écuelles tronconiques, coupes, bols, décor excisé (ibid., fig. 4 et 5, p. 21-22) ainsi qu’un disque complet en argile à décor de cercles concentriques (ibid., fig. 5, n° 1, p. 22) comparable à certains exemplaires découverts dans des contextes identiques à Barbuise-Courtavant Les Grèves de la Villeneuve (Aube ; PIETTE, 1984). Aucune tombe n’a été découverte à l’occasion de ces fouilles. Tout comme à Niederhergheim, où seules deux structures funéraires seulement sont à signaler, cet état de fait peut être imputé à l’érosion sans doute extrêmement importante de ce secteur de la plaine, accentuée par l’agriculture intensive moderne.

41Quelques années après les fouilles de Georges Mathieu, en juin 1990, la zone a été survolée à nouveau par Jean-Jacques Wolf et un ensemble de nouvelles anomalies s’est alors révélé dans ce secteur (PIERREVELCIN et alii, 2004). Ainsi, à une centaine de mètres au sud-est de l’enclos allongé fouillé en 1979, la trace d’une seconde structure du même type est apparue (fig. 12, A n° 2 et fig. 15). Ses dimensions semblent être comparables tout comme son orientation générale qui accuse un axe approximativement nord-sud. Les vues aériennes prises alors ne permettent cependant pas d’observer une éventuelle ouverture du fossé ou l’agencement de structure plus modeste aux alentours. En revanche, de nouveaux enclos circulaires sont venus compléter la vision d’ensemble du site. Au moins sept structures de ce type sont visibles immédiatement au sud-ouest du second enclos allongé. Au sein de certaines structures, de probables fosses sépulcrales sont très bien visibles.

Fig. 15. Vue aérienne de l’enclos allongé sud de Réguisheim et des structures alentours. Prise de vue effectuée par J.-J. Wolf en juin 1990 (source : SRA Alsace, JJW-F1000002).

3.2. L’enclos allongé de Heiteren Krümmling

42Le dernier enclos allongé répertorié en Alsace a également été découvert à l’occasion d’une prospection aérienne, par René Goguey en 1986 (fig. 16). Il est situé sur le ban de la commune de Heiteren, à environ 12,7 km à l’est du site de Niederhergheim. Les photos aériennes prises à cette occasion montrent, outre l’enclos allongé, tout un ensemble d’enclos circulaires de tailles diverses, prouvant une fois de plus l’environnement funéraire de ce type de structure (fig. 12, B). Par ailleurs, un tronçon d’enclos à pseudo-angle droit est aussi visible à l’est de l’ensemble. La longueur de l’enclos allongé atteint approximativement 28 m et sa largeur avoisine les 5 m. Son orientation générale est clairement nord-ouest / sud-est. Malheureusement les vues ne sont pas assez précises pour observer la présence ou l’absence d’interruption dans le fossé d’enclos.

Fig. 16. Vue aérienne de l’enclos allongé de Heiteren et des structures alentours. Prise de vue effectuée par R. Goguey en 1986 (source : SRA Alsace, RG-366.28).

3.3. Comparaison extrarégionale

43Comme nous l’évoquions précédemment, les exemples alsaciens et plus généralement de l’est de la France sont plutôt rares. En revanche, les enclos rectangulaires se rencontrent plus fréquemment dans les régions du Bassin parisien, de la Picardie ainsi que dans un secteur situé entre la Loire et l’embouchure de la Garonne (fig. 17).

44Un récent travail d’inventaire de structures de type Langgraben datées du Bronze final et du premier âge du Fer reprend en détail l’ensemble des informations connues concernant les Langgraben et les enclos dits en « trou de serrure » (Schlüssellochgraben ; WILBERTZ et coll., 2009). Ce travail permet de proposer des analyses statistiques ainsi que des cartes de répartition à l’échelle nationale et européenne. On observe ainsi une concentration de ces structures organisée selon un axe nord-est / sud-ouest allant de l’embouchure de la Weser en Basse-Saxe (Allemagne) à l’embouche de la Garonne en France (ibid., fig. 5, p. 159). Les ensembles sont particulièrement nombreux aux Pays-Bas et en Westphalie, en Picardie et dans le Bassin parisien ainsi que dans le centre-ouest de la France (entre Loire et Garonne). Sur cet axe, certaines zones « blanches » correspondent peut-être à une couverture de photos aériennes moins dense associée (ou non) à des défauts de conservation de ces monuments fossoyés (agriculture intensive, dans la Beauce notamment). Dans d’autres cas, ces secteurs « silencieux » semblent bien correspondre à des réalités archéologiques avérées.

Fig. 17. Carte de répartition des enclos allongés de type Langgraben et Schlüssenlochgraben à l’échelle nationale. A : Champagne-Ardennes Nord ; B : Champagne-Ardenne Sud ; C : Poitou-Charente). La carte est ici complétée par les sites de Niederhergheim, Heiteren et Réguisheim (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

45L’exemplaire de Réguisheim Leimengraben fouillé en 1979, seul ensemble alsacien représenté dans cet inventaire, est situé en dehors de la zone de concentration principale. Son point de localisation est donc isolé à plusieurs centaines de kilomètres à l’est de l’axe principal (fig. 17). Cette situation particulièrement excentrée est appuyée par la présence des trois autres structures de ce type, que nous avons mentionnées précédemment, dans un secteur très restreint du sud de l’Alsace (Réguisheim, enclos sud, Niederhergheim et Heiteren). Par comparaison, aucun enclos allongé n’est connu à ce jour dans le Bas-Rhin qui bénéficie pourtant d’une couverture aérienne comparable à celle du Haut-Rhin ainsi que d’une activité archéologique préventive de même ordre. Cette singularité géographique est difficilement interprétable dans l’état actuel des connaissances. Mais de tels regroupements microrégionaux ont déjà été signalés, en Champagne notamment (LAMBOT, 1997, p. 234 ; LAMBOT, 2000, p. 150).

46D’un point de vue dimensionnel, les Langgraben haut-rhinois sont très proches de la moyenne des exemplaires français qui s’établit autour de 35 x 10 m. Dans de nombreux cas, ont également été mises en évidence des ouvertures dans ces enclos. Cette particularité est absente de l’enclos de Niederhergheim. En revanche, les fouilles de 1979 ont révélé une interruption sur le petit côté nord de l’enclos de Réguisheim. Il n’est pas exclu que cette ouverture soit en fait une section détruite par l’érosion : rappelons que les petits côtés de l’enclos allongé de Niederhergheim étaient singulièrement moins profonds, notamment sur la courte section nord. Par ailleurs, des ouvertures se rencontrent fréquemment sur les exemplaires situés dans la zone de concentration signalée supra (Pays-Bas, Belgique, nord et centre-ouest de la France).

47Enfin, concernant les orientations, nous observons qu’une majorité des cas connus montrent une direction est-ouest mais environ 10 à 15 % des exemples sont orientés nord-sud, ce qui est le cas à Niederhergheim. Les deux enclos de Réguisheim montrent quant à eux une légère déviation par rapport au nord alors que l’enceinte de Heiteren est plus proche d’une orientation nord-ouest / sud-est.

48La région française la mieux documentée sur les enclos allongés est la Champagne. D’abord avec les travaux initiés par Jacques Piette sur le site des Grèves de la Villeneuve de Barbuise-Courtavant (PIETTE, 1984 ; PIETTE, MORDANT, 1988), mais également grâce aux nombreuses prospections aériennes associées aux recherches de Bernard Lambot sur le site d’Acy-Romance. L’ensemble des données permet aujourd’hui d’avoir une image relativement claire de ce secteur. Deux concentrations distinctes de sites à enclos circulaires et allongés ont pu être mises en évidence (LAMBOT, 1997, p. 234 ; LAMBOT, 2000, p. 150) :
- un groupe nord, axé sur la vallée de l’Aisne, autour du site d’Acy-romance (fig. 17, groupe A) ;
- un groupe sud, localisé dans le secteur de la confluence de l’Yonne et de la Seine : sites de Barbey, Barbuise et La Saulsotte (fig. 17, groupe B).

49Comme le précise l’auteur, les zones « blanches » entre ces deux concentrations ne résultent pas d’un manque de prospection, mais procèdent bien d’une réalité archéologique (LAMBOT, 2000, p. 150).

50Les mobiliers d’influences différentes ainsi que les pratiques de déposition montrent, d’après l’auteur, qu’il s’agit de deux groupes différents. Alors que dans le groupe nord seuls quelques rares tessons sont retrouvés dans l’espace de l’entrée (souvent d’un seul côté), le groupe sud est caractérisé par la présence importante d’objets particuliers déposés au sein même des enclos fossoyés. C’est le cas notamment du site des Grèves de la Villeneuve à Barbuise-Courtavant (Aube) dont les fossés d’enclos, de type Langgraben pour certains, ont livré des disques de terre cuite décorés (plateaux) associés à des croissants d’argile, des urnes cabanes ou encore des coupes tronconiques (PIETTE, 1984). Les influences culturelles sont également bien identifiées : le groupe nord est lié à la moyenne vallée du Rhin et au bassin du Neuwied alors que le groupe sud est culturellement plus proche de la haute vallée du Rhin, des régions du Jura et de la Suisse.

51En tout état de cause, les enclos allongés de type Langgraben, structures singulières implantées systématiquement au sein de contextes funéraires laissent peu de doute sur leur nature : il s’agit vraisemblablement d’aires cultuelles, voire de sanctuaires comme le suggèrent à la fois Bernard Lambot pour Acy-Romance (LAMBOT, 1989, p. 252) et Claude Mordant pour Les Grèves de la Villeneuve de Barbuise (MORDANT, 1984, p. 196).

52Le secteur d’Acy-Romance constitue l’un des sites de référence concernant la fouille des zones funéraires à enclos allongé en Champagne pour le Bronze final et le début du premier âge du Fer. Les fouilles réalisées au courant des années 1980 permettent d’appréhender de manière plus claire certains éléments liés à ce type de monument (LAMBOT, 1989). Les lieux-dits La Croizette et Le Terrage ne constituent en fait qu’un seul et même site archéologique, de nature funéraire et sans doute cultuelle, occupé de manière continue du Bronze final IIa jusqu’au premier Âge du Fer. La période qui nous intéresse ici, le Bronze final IIIb, correspond à la quatrième phase d’occupation. Celle-ci est caractérisée par l’apparition d’enclos allongés fossoyés de type Langgraben (LAMBOT, 1989, p. 252).

53Outre une chronologie identique, plusieurs autres points communs peuvent être établis entre le grand enclos d’Acy-Romance (E24) et la structure ST.869 de Niederhergheim. Dans les deux cas, il s’agit d’enclos quadrangulaires à angles arrondis. Par ailleurs, le rapport longueur/largeur des deux ensembles est quasiment identique. Bernard Lambot mentionne également un phénomène relativement récurrent dans les structures de ce type : des épandages de tessons d’un même vase, disposés à l’une des extrémités de l’entrée. Dans l’enclos E24, il mentionne quelques fragments d’un petit vase peint en rouge dispersés sur quelques mètres (LAMBOT, 1997, p. 239). Ce phénomène a également été observé dans le Langgraben de Niederhergheim où trois épandages de tessons provenant chacun d’un même individu ont été repérés. L’un de ces épandages était situé sur la longue section (partie orientale), précisément au milieu du segment. Il s’agit de divers fragments d’une grande écuelle ou coupe tronconique dont l’intérieur était peint en rouge et qui portait les traces d’un passage au feu (cf. fig. 8, n° 1). Un autre de ces épandages a été repéré dans la section sud de l’enclos. Si le positionnement des épandages de ce type au niveau des entrées est caractéristique, comme semblent le suggérer les fouilles d’Acy-Romance, pourquoi ne pas imaginer l’entrée du monument de Niederhergheim sur cette section sud ou encore au centre de la section est ? Si aucune interruption du fossé n’est visible, il n’est pas exclu d’imaginer que l’accès se faisait au moyen d’une structure dont il ne reste plus de traces aujourd’hui.

4. De la géométrie de l’espace funéraire de l’Âge du Bronze : une hypothèse d’organisation des enclos

54La nécropole de Niederhergheim n’a été repérée qu’en partie à l’occasion des fouilles de 2012. Comme nous l’avons vu précédemment, elle se développe selon un axe nord-sud sur environ 63 m de longueur et occupe une largeur comprise entre 30 et 50 m. Elle est composée d’un grand enclos allongé et fossoyé de forme rectangulaire aux angles arrondis autour duquel gravitent huit enclos circulaires. Seules deux tombes, une incinération et une inhumation ont été réellement conservées au sein de cet ensemble comme nous l’avons vu supra. De plus, l’incinération (ST.871) ne peut être directement associée à l’ensemble du Bronze final puisque l’analyse radiocarbone indique un dépôt au courant du Bronze ancien.

55Le plan de la nécropole met en évidence l’orientation parfaite du grand enclos allongé ST.869 sur le nord géographique. Dans cette optique, une hypothèse d’organisation générale axée sur les points cardinaux semble être intéressante à développer. On constate en effet que les centres des cercles ST.1089 et ST.1139 sont sur une ligne précisément est-ouest (fig. 18). Ces enclos circulaires sont disposés de part et d’autre de l’extrémité nord du Langgraben. Par ailleurs, on observe également que le centre du cercle ST.881 est sur une même ligne que le centre de ST.869, ce qui donne à l’ensemble une certaine symétrie, basée sur les points cardinaux.

Fig. 18. Hypothèse d’une organisation des monuments funéraires axés sur les points cardinaux et équidistances (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).

56La distance séparant ces deux lignes est-ouest est d’approximativement 15 m (fig. 18). Il est dès lors intéressant de constater que si l’on reporte cette distance au nord, le centre de l’enclos ST.1313 se trouve sur un de ces axes, tout comme celui de ST.1219 et le grand enclos ST.1187, incomplet, présente quant à lui un centre également très proche de cette ligne. Seul l’enclos ST.919 semble être exclu de cette trame hypothétique, celui-là même dont le fossé a livré les fragments d’une jatte à profil hémisphérique (fig. 10, n° 24), indice qui pourrait indiquer une légère postériorité du comblement (seconde moitié du Bronze final IIIb, comme nous l’avons vu supra) par rapport a celui du Langgraben notamment.

57De telles considérations ont déjà été prises en compte dans l’étude de la répartition spatiale d’une nécropole du Bronze final I-IIa dans le Loiret. L’auteur propose une « organisation raisonnée de l’espace funéraire » à visées hiérarchiques. On y observe en effet une « organisation concentrique hiérarchisée autour d’un monument fondateur - de plus grande dimension - avec la mise en place, au cours de son utilisation, de rayonnements successifs à partir de tumuli de rang intermédiaire » (FROQUET-UZEL, TRÉBUCHET, 2012, p. 234). Ce modèle pourrait s’appliquer dans le cas de ST.1187 (de grande dimension) autour duquel gravite ST.1219 et ST.1313, disposés à égale distance du grand enclos (22 m centre à centre). À titre indicatif, il faut noter qu’il s’agit de la même distance séparant les enclos circulaires ST.1089 et 1139.

58Le site de Niederhergheim est sans doute intéressant de ce point de vue. Bien que la vision en soit tronquée, il vient néanmoins alimenter les réflexions autour de ces questions d’organisation « planifiées » qui émergent actuellement au sein de la recherche au sujet des nécropoles tumulaires protohistoriques : cette organisation est-elle seulement d’ordre hiérarchique (différenciation sociale entre les défunts ?) ou procède-t-elle également d’autres paramètres qui nous échappent encore à l’heure actuelle ? La présence d’un Langgraben (hypothétique aire « cultuelle ») à Niederhergheim est sans doute significative dans le cadre de ces réflexions.

Haut de page

Bibliographie

ADAM A.-M., DEFFRESSIGNE S., KOENIG M.-P., LASSERRE M. dir., 2011, La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine : essai de typo-chronologie, Dijon, S.A.E., 336 p. (29ème suppl. à la R.A.E.).

BÉRENGER D., BOURGEOIS J., TALON M., WIRTH S. dir., 2012, Gräberlandschaften der Bronzezeit / Paysages funéraires de l’âge du Bronze, Actes du colloque international d’Herne, 15-18 oct. 2008, Darmstadt, Ph. von Zabern, 700 p. (Bodenaltertümer Westfalens, 51).

BONNET C., LAMBACH F., PLOUIN S., 1997, « Chronologie et structures des tumulus du Kastenwald (Haut-Rhin) : relecture des données anciennes et mobilier funéraire inédit », Cahiers alsaciens d’Art, d’Archéologie et d’Histoire, XL, p. 17-32

BONNET C., LAMBACH F., PLOUIN S., 2004, « Le tertre II de Colmar-Riedwihr (Haut-Rhin) : évolution d’un monument funéraire du Bronze ancien à La Tène A », Bull. de la Soc. préhistorique française, 101-3, p. 547-594

FLOTTÉ P., FUCHS M., 2000, Le Bas-Rhin, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 371 p. (Carte archéologique de la Gaule, 67.1).

FROQUET-UZEL H., TREBUCHET E., 2012, « Organisation interne des nécropoles du Bronze final I-IIa (BzD/HaA1) : étude de cas dans le Gâtinais (Loiret-France) », in : BÉRENGER D., BOURGEOIS J., TALON M., WIRTH S., 2012, Gräberlandschaften der Bronzezeit / Paysages funéraires de l’âge du Bronze, Actes du colloque international sur l’âge du Bronze, Herne, 15-18 oct. 2008, Darmstadt Ph. von Zabern, p. 219-236 (Bodenaltertümer Westfalens, 51).

GOEPFERT S, CAMPANER A., BARRAND-EMAM H., BROC É., LYAUTEY J., MURER A., SCHOTT-TOULLEC L., ROTH-ZEHNER M., VERGNAUD L., 2014, Niederhergheim Innere Allmende : occupations du Bronze ancien et final : enclos funéraires et Langgraben du Bronze final IIIb, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Antea-Archéologie, SRA Alsace, Strasbourg.

KOENIG M.-P., PLOUIN S., VANMOERKERKE J., VÉBER C. 2012, « Continuité et discontinuité de l’espace funéraire dans le temps : quelques exemples en Alsace, en Lorraine et en Champagne humide », in : BÉRENGER D. et alii, p. 317-344

KUHNLE G., BOËS É., MENTELE S., 1999, Sainte-Croix-en-Plaine Jebsenboden, Document final de synthèse dactylographié, diagnostic et fouille d’urgence, SRA Alsace, Strasbourg.

LAMBOT B., 1989, « Le Bronze final et le premier âge du Fer sur le site d’Acy-Romance (Ardennes) : sépultures et structures cultuelles », Gallia, 31, p. 209-258

LAMBOT B., 1997, « Essai sur l’organisation spatiale des cimetières et structures funéraires à l’âge du Bronze final III et au Premier Âge du Fer en Champagne », in : DEDET B. et alii dir., Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier Âge du Fer, Actes du colloque AFEAF, Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997, Lattes, ARALO, p. 233-245 (Monographie d’Archéologie méditerranéenne, 5).

LAMBOT B., 2000, « Les enclos funéraires en Champagne : indicateurs chronologiques, sociaux, culturels ? », Revue archéologique de Picardie, n° 1-2, 2000, p. 147-159.

MAISE C., LASSERRE M., 2005, « L’habitat de Colmar Diaconat (Haut-Rhin) et la définition du Bronze final III en Alsace », in : ADAM A.-M. et alii dir., p. 9-74 (29ème suppl. à la R.A.E.).

MATHIEU G., MATHIEU M., THÉVENIN A., SAINTY A., PININGRE J.-F., MILLOTTE J.-P., 1982, « Les enclos protohistoriques de Réguisheim lieu-dit Leimengraben (Haut-Rhin) », Cahiers alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, t. XXV, p. 11-24.

MORDANT C., 1984, « Le passage Bronze final-Hallstatt dans le Bassin de l’Yonne et de la Haute-Seine » in : Transition Bronze final-Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels, 109ème Congrès national des Sociétés savantes, Archéologie, II, Dijon, p. 195-209.

MORDANT C., RICHARD A. dir., 1992, « L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe », in : Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990, Paris, éd. du CTHS, 479 p. (Documents préhistoriques, 4).

PIERREVELCIN G., BOYER A., avec la coll. de BAKAJ B., LASSERRE M., MICHLER M., PIERREZ E., WOLF J.-J., 2004, Les tumuli de la forêt de la Hardt et de ses environs, Rapport de prospection thématique, Strasbourg, SRA Alsace.

PIETTE J., 1984, « Aspects particuliers du Bronze final III sur le site des ‘Grèves de la Villeneuve’ à Courtavant (Aube) » in : Transition Bronze final-Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels, p. 135-151

PIETTE J., MORDANT C., 1988, « Incinérations du Bronze final IIb-IIIa de Courtavant et de Villeneuve-au-Châtelot (Aube) », in : BRUN P., MORDANT C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, p. 349-362 (Mémoire du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

VÉBER C. et alii, 2006, Sainte-Croix en Plaine, ancien échangeur / Gendarmerie (Haut-Rhin, Alsace) : nécropole à incinérations et inhumations occupées de la fin du Bronze final à La Tène A, Document final de synthèse de fouille, Inrap/SRA Alsace, Strasbourg.

WILBERTZ O.-M. dir., BOURGEOIS J., DE MULDER G., VERLAECKT K., HERRING B., GOMEZ De SOTO J., PAUTREAU J.-P., DRENTH E., GROENENDIJK H.-A., 2009, Langgräben und Schlüssellochgräben der jüngeren Bronze- und frühen Eisenzeit zwischen Aller und Dordogne, Rahden/Westf., Leidorf, 269 p. (Materialhefte zur Ur- und Frühgeschichte Niedersachsens, 38).

ZEHNER M. dir., 1997, Le Haut-Rhin, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 375 p. (Carte archéologique de la Gaule, 68).

Haut de page

Notes

1 Poz-53878, 3640 ± 30 BP, soit 2132-1920 av. J.-C. à 2 σ.

2 Notons que cette densité plus importante est surtout due à ces épandages de tessons évoqués plus haut.

3 Poz-53878, 3640 ± 30 BP, soit 2132 - 1920 av. J.-C. à 2 σ.

4 Poz-53891, 2715 ± 30 BP, soit 914 - 810 av. J.-C à 2 σ.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Niederhergheim Innere Allmende.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 2. Plan général du site (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 3. Plan de la nécropole du Bronze final de Niederhergheim Innere Allmende (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Caractéristiques dimensionnelles des enclos circulaires et coupes représentatives des huit fossés d’enclos (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 5. Vue vers le nord du grand enclos allongé ST.869 et de son environnement immédiat (cliché : L. Vergnaud, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 6. À gauche : relevé des 26 coupes réalisées dans le Langgraben. À droite : répartition pondérale du mobilier céramique au sein du comblement du fossé (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 7. Relevés des deux tombes conservées à Niederhergheim. À gauche, l’incinération ST.871. À droite, l’inhumation ST.1171 (DAO : H. Barrand-Emam et J. Lyautey, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 8. Mobilier céramique issu du comblement du Langgraben ST.869 (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 9. Mobilier céramique issu du comblement du Langgraben ST.869 - suite (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 10. Mobilier céramique issu du comblement du Langgraben ST.869 ainsi que des enclos circulaires ST.879, 881 et 919 (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 11. Mobilier céramique issu du comblement de la fosse polylobée ST.42 (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 12. En haut : répartition des quatre enclos allongés de type Langgraben connus à ce jour en Alsace. En bas : localisation des sites et redressement des photographies aériennes sur fond cadastral (DAO : B. Bakaj, Antea-Archéologie et J.-J. Wolf, Service départementale du Haut-Rhin). Fond de plan : http://www.geoportail.fr
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Fig. 13. Vue aérienne de l’enclos allongé nord de Réguisheim. Prise de vue effectuée par le Colonel Tourniaire en 1977 (source : SRA Alsace, EnsNB046).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 14. Comparaison à l’échelle des enclos allongés de Réguisheim (d’après MATHIEU et alii, 1982, fig. 6, p. 23) et Niederhergheim (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 15. Vue aérienne de l’enclos allongé sud de Réguisheim et des structures alentours. Prise de vue effectuée par J.-J. Wolf en juin 1990 (source : SRA Alsace, JJW-F1000002).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende Fig. 16. Vue aérienne de l’enclos allongé de Heiteren et des structures alentours. Prise de vue effectuée par R. Goguey en 1986 (source : SRA Alsace, RG-366.28).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende Fig. 17. Carte de répartition des enclos allongés de type Langgraben et Schlüssenlochgraben à l’échelle nationale. A : Champagne-Ardennes Nord ; B : Champagne-Ardenne Sud ; C : Poitou-Charente). La carte est ici complétée par les sites de Niederhergheim, Heiteren et Réguisheim (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 18. Hypothèse d’une organisation des monuments funéraires axés sur les points cardinaux et équidistances (DAO : S. Goepfert, Antea-Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10037/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Goepfert, « Une nécropole à enclos circulaires et Langgraben à Niederhergheim (Haut-Rhin) », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 371-390.

Référence électronique

Sébastien Goepfert, « Une nécropole à enclos circulaires et Langgraben à Niederhergheim (Haut-Rhin) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/10037

Haut de page

Auteur

Sébastien Goepfert

Antea-Archeologie, 11 rue de Zurich, 68440 Habsheim

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page