Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Olivier BUCHSENSCHUTZ dir., L’Europe celtique à l’âge du Fer (VIIIe-Ier siècles)

Paris, Presses univ. de France, 2015, xlvii-437 p. (Coll. Nouvelle Clio, l’histoire et ses problèmes)
Gilbert Kaenel
p. 409-410

Texte intégral

1Les 440 pages de cet ouvrage sont précédées de XLVIII pages, auteurs, remerciements, avant-propos du directeur de la publication et surtout une vaste bibliographie par ordre alphabétique, véritable outil de travail performant pour l’âge du Fer européen.

2Dès la première partie du livre, le parti pris adopté d’une rédaction de chapitres qui s’enchaînent, écrits à plusieurs mains par des spécialistes reconnus aux compétences complémentaires, s’avère non seulement original mais efficace. Les auteurs : Marie-Bernadette Chardennoux (pour la bibliographie évoquée ci-dessus), Olivier Buchsenschutz, Katherine Gruel, Pierre-Yves Lambert, Thierry Lejars et Stéphane Verger. Un tel panachage de chercheurs rattachés à l’AOROC (Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident, CNRS, École normale supérieure, Paris) est emblématique de la nécessité de décloisonner les différentes approches d’une même réalité passée, à commencer par l’histoire des recherches, l’histoire ancienne versus l’archéologie et sa « culture matérielle » dans leurs déclinaisons chronologiques et spatiales, tout en intégrant (le terme n’est pas trop fort) les enseignements de la linguistique et de la numismatique dépendantes en fait en grande partie des découvertes archéologiques.

3Ce parti pris est explicite dès la première partie « Historiographie » (p. 1-71), dominée depuis le milieu du XIXe siècle en particulier par les questionnements liés à l’identité des peuples pris en compte. O. Buchsenschutz propose un regard rétrospectif sur l’histoire des idées, ô combien utile à la réflexion, enrichi par P.-Y. Lambert pour la linguistique celtique, K. Gruel sous l’angle de la numismatique et T. Lejars à propos des cultes gaulois. Les aspects liés à l’étude de la « culture matérielle » et de sa transformation au cours du temps sont présentés par T. Lejars et O. Buchsenschutz, suivis à nouveau de contributions des quatre auteurs à propos de la société.

4Dans la deuxième partie, le corps central de l’ouvrage (p. 73-371), la « civilisation celtique » est abordée en suivant les trois étapes traditionnellement retenues au gré de trois chapitres successifs : le premier, de - 800 à - 400 soit le Premier âge du Fer (Hallstatt) est rédigé par Stéphane Verger (avec des compléments d’O. Buchsenschutz), le deuxième consacré à l’expansion celtique au cours des IVe et IIIe siècles est rédigé par T. Lejars (avec des contributions signées O. Buchsenschutz, P.-Y. Lambert et K. Gruel), et ces différents auteurs contribuent au troisième chapitre, les IIe et Ier siècles avant notre ère, avec la « civilisation des oppida », auquel tous les auteurs contribuent.

5La troisième partie (p. 373-419) revient sur le « renouvellement des méthodes et des problématiques » scientifiques au cours des trois décennies écoulées. Les nouvelles données, les nouvelles approches sont évoquées. Enfin la « conclusion générale » apportée par O. Buchsenschutz défend un véritable scénario historique. La table des figures, un index et la table des matières achèvent le volume.

6L’Europe celtique à l’âge du Fer est un ouvrage de synthèse d’une très grande richesse, on l’aura compris, agrémenté de 34 figures essentielles au trait (des cartes notamment), qui établit un état des connaissances, des acquis comme des interrogations, des incertitudes aussi concernant cette dernière étape de la Protohistoire européenne au cours du premier millénaire avant notre ère, à la charnière de l’Histoire.

7Le bilan proposé par les six auteurs se distingue des nombreuses publications consacrées aux « Celtes » (qui suscitent, il faut bien l’avouer, un intérêt non seulement des spécialistes mais aussi d’un large public depuis plusieurs décennies : il prend ses distance par rapport aux données archéologiques (la description minutieuse sous l’angle traditionnel de la typologie et de la chronologie, parfois fastidieuse mais nécessaire), aux réflexions fort prisées liées à l’évolution de l’art laténien, pour se placer résolument dans le champ de l’Histoire, de l’histoire du peuplement de l’Europe tempérée à l’âge du Fer qualifié de celtique. L’extraordinaire développement de l’archéologie au cours des dernières décennies et la multiplication des données acquises permet en effet de proposer des scénarios historiques, même sans l’appui de sources textuelles primaires et élaborées (comme c’est le cas du monde gréco-romain), ces dernières étant limitées à quelques regards très partiels des voisins méditerranéens, mais sans sous-estimer évidemment l’apport de la linguistique pour les (trop rares) inscriptions, grafitti notamment et légendes monétaires.

8Les auteurs présentent au gré des chapitres les sociétés celtiques telles qu’elles peuvent être appréhendées à l’aide des différentes disciplines mises à contribution, leur fonctionnement et les changements que l’on suit dans leur organisation (les phénomènes de hiérarchisation notamment), tout en insistant sur la continuité du (ou des) peuplement(s) au-delà des ruptures politiques observées. Celle de la fin du Premier âge du Fer tout d’abord (avec les célèbres « principautés » hallstattiennes comme la Heuneburg, le Mont Lassois, le Hohenasperg…), une première urbanisation éphémère, des contacts et échanges avec le monde méditerranéens, des sépultures fastueuses sous tumulus (Vix vers 500 av. J.-C.). La formation de la culture laténienne, avec le développement de l’art « celtique », son expansion, son apogée au cours des IVe et IIIe siècles av. J.-C., sont ensuite mis en valeur. Les agglomérations qui, dès le IIIe siècle, regroupent les activités artisanales et commerciales les plus diversifiées, parallèlement aux fermes traditionnelles qui parsèment le territoire, précèdent l’émergence des oppida dès la fin du IIe siècle av. J.-C., sites fortifiés, véritables villes pour certains à l’instar de Bibracte dans le Morvan, une histoire révisée en profondeur au cours des trois décennies écoulées. Cette dernière expérience urbaine, du premier siècle avant notre ère pour simplifier, tout aussi éphémère que celle des « principautés » hallstattiennes quelque trois à quatre siècles plus tôt, débouchera toutefois sur le développement de villes et agglomérations de l’empire romain, puis du Moyen Âge jusqu’à nos jours.

9Il ne serait pas raisonnable, dans le cadre de ce bref compte rendu, de vouloir commenter une sélection, forcément aléatoire, des aspects scientifiques abordés dans l’ouvrage en question, tant ils sont nombreux et riches… Le soussigné ne peut que recommander à tout étudiant, tout chercheur ou toute personne intéressée par l’âge du Fer et la question des Celtes au premier millénaire avant notre ère, de lire et d’étudier L’Europe celtique à l’âge du Fer, un ouvrage qui présente un bilan scientifique en 2015 et s’inscrit d’ores et déjà comme un jalon dans la recherche sur la Protohistoire européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Kaenel, « Olivier BUCHSENSCHUTZ dir., L’Europe celtique à l’âge du Fer (VIIIe-Ier siècles) », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 409-410.

Référence électronique

Gilbert Kaenel, « Olivier BUCHSENSCHUTZ dir., L’Europe celtique à l’âge du Fer (VIIIe-Ier siècles) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/10226

Haut de page

Auteur

Gilbert Kaenel

Ancien directeur du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne et professeur à l’Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page