Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Franz CUMONT, Astrologie, Danny PRAET, Béatrice BAKHOUCHE ed.

Turnhout, Brepols, 2014, lvii + 416 p., index, fig. (Bibliotheca cumontiana. Scripta minora ; 4).- ISBN : 978.90.74461.79.5.
Christian Vernou
p. 410-412

Texte intégral

1Cet ouvrage a été édité par l’Academia Belgica de Rome, en collaboration avec l’Institut historique belge de Rome. Il s’agit de la réédition de 34 articles du savant belge Franz Cumont (1868-1947), dont le sujet principal est en rapport avec des questions d’astrologie et/ou de magie au cours de l’Antiquité.

2Un ensemble de chercheurs internationaux a compris tout l’intérêt de porter à la connaissance du public érudit l’ensemble des publications de F. Cumont. D’après Danny Praet, il s’agit de 1028 contributions intéressant de très nombreux thèmes, précisés ci-après. Les monographies seront publiées dans une série de Scripta Maiora ; les articles, quant à eux, seront rassemblés par thèmes dans une autre série de sept volumes, dénommée Scripta Minora. Le tome de cette seconde série qui nous concerne ici, est le tome IV : celui consacré à l’Astrologie. Les autres thèmes annoncés comprendront : I. La philosophie ancienne, II. Les cultes à mystères et les religions orientales, III. La transformation du paganisme, V. Le judaïsme et le christianisme, VI. Le manichéisme, VII. Les fouilles de Doura-Europos. Le tout participe de la constitution de la Bibliotheca Cumontiana.

3La publication en question est précédée de chapitres introductifs qui éclairent la démarche suivie par les éditeurs de ce tome et donnent quelques clefs de compréhension de l’œuvre de F. Cumont, de sa grande originalité, en marge des sciences « dures » et des lettres classiques, de ses limites - parfois de ses travers, tout en repositionnant ces contributions érudites dans leur temps avec un recul historien appréciable.

41. La « Préface » (p. IX-XIV) est de Danny Praet, de l’Université de Gand, université pour laquelle F. Cumont a tant œuvré. D. Praet précise les choix délicats qu’il a fallu opérer dans la masse considérable de contributions du savant belge. Par exemple, pas ou peu de comptes-rendus d’ouvrages ont été insérés, jugés peu révélateurs de son œuvre à l’exception de quelques-uns (Sphaera). De même, une sélection drastique de lemmata a été opérée.

5La répartition par thème de ces Scripta Minora comporte un intérêt manifeste pour les chercheurs. Toutefois, le caractère pluridisciplinaire des écrits de Cumont a souvent posé problème quant aux choix du rattachement à tel ou tel tome. Les éditeurs ont également retenu quelques textes relatifs à la riche correspondance que Cumont a pu entretenir avec de grands historiens.

62. L’ouvrage se poursuit par une longue « Introduction » rédigée par Béatrice Bakhouche, de l’Université Paul Valéry, Montpellier III (p. XV-XLI). Après avoir souligné le nombre impressionnant des publications données par Cumont (ici, on cite le chiffre de 1009), B. Bakhouche précise que la liste complète des articles sera donnée dans le premier volume de la série Scripta Minora, avec « L’histoire de la philosophie ». Elle rappelle également que la « monumentale correspondance » du savant belge a été publiée sous la houlette de Corinne Bonnet (p. XVI, note). Elle s’interroge également sur la pertinence de cette réédition, les méthodes de recherches ayant tellement évolué. Mais elle conclut en affirmant que « la lecture et la relecture des textes de Cumont restent toujours utiles et fructueuses ».

7Dans la première section, la spécialiste se montre très critique : les écrits de Cumont sont très « connotés historiquement ». Contrairement aux pratiques actuelles des historiens, le savant belge agit en général avec peu d’objectivité : « la magie est une physique dévoyée, comme l’Astrologie est une astronomie pervertie ». Pour B. Bakhouche, la démarche de Cumont se rattache à la mouvance allemande de l’époque : « l’histoire est vue comme un constant progrès ». Pour lui, également, « l’astrologie est perçue comme une foi avant d’être étudiée comme une technique », ce qu’elle regrette.

8On a souvent reproché à Cumont d’appuyer son argumentation sur l’usage exclusif des textes anciens, ce qui est incorrect pour B. Bakhouche. Il a également travaillé à partir de la numismatique, de l’épigraphie ou des reliefs sculptés. Il fait un usage historien de la littérature ; ce qu’on ne peut lui reprocher. De plus, il ne rechigne pas à procéder à une approche d’archéologue en s’intéressant à l’être humain, au quotidien des personnages qu’il étudie.

9La spécialiste critique à juste titre la « surélévation » soutenue par Cumont, de l’héritage chaldéen sur les domaines qui nous intéressent ici, exemples éclairants à l’appui. Pour lui, Magie et Astrologie sont sans contexte issus des cultes orientaux. Perpétuellement, il en cherche la source, la Quellenforschung des érudits allemands.

10Les Opera minora (et non Scripta) n’ont pas le « fini » des ouvrages mais elles annoncent ou illustrent les mêmes idées. Les ajouts font parfois suite à des échanges avec d’autres savants dont il emprunte les propos. Grâce aux nombreuses « correspondances » qu’il entretient, il enrichit son répertoire et ses connaissances en les actualisant avant d’autres ; pensons à celles effectuées avec P. Durrieu, H. Seyrig ou encore, J. Bidet.

11La pensée foisonnante de Cumont influence encore énormément les auteurs actuels, souvent d’ailleurs pour mieux leur permettre d’en prendre de la distance. Rarement Cumont est revenu sur la teneur de ses écrits afin de leur faire prendre une autre voie, contrairement aux pratiques louables de son compatriote Armand Delatte, par exemple. Cumont a bien compris l’influence de la philosophie sur l’épanouissement et le grand succès de l’Astrologie à Rome mais il lui donne trop d’importance. La spécialiste lui reproche une trop grande « polarisation » sur cette question alors que d’autres facteurs seraient à considérer. De plus, elle affirme que F. Cumont a trop tendance à tirer le néo-platonisme dans la sphère « orientalisante ».

12Parallèlement à l’âme, Cumont porte une attention toute particulière à « l’œil », à la vision : « la théorisation de la vision est donc l’affaire des philosophes », précise-t-il. B. Bakhouche va jusqu’à souligner des contradictions fâcheuses, voire des critiques méthodologiques (p. XXXVII). L’exemple de la « géographie astrologique » est le plus critiqué car Cumont cherche par tous les moyens à « établir une association pays-signe zodiacal », comme bélier et Perse, exemple bien connu. La chorographie zodiacale est désormais mieux explicitée par les chercheurs contemporains, comme J.-H. Abry par exemple.

13Les textes rassemblés dans les volumes des Scripta Minora ne sont pas si mineurs. Ils doivent être lus avec un esprit critique mais ils enrichiront toujours le lecteur. Toutefois, il est recommandé de ne pas se limiter à la lecture d’une thématique unique ; l’Astrologie et la Magie font partie d’un tout, « elles s’intègrent dans l’Antiquité, dans une unité culturelle de savoirs, d’idées et de croyances, au sein de laquelle les frontières interdisciplinaires modernes n’existent pas ».

143. Le dernier texte introductif concerne « Le Problème de l’Astrologie dans le contexte idéologique de l’affaire Cumont : les relations entre religions et sciences dans l’Antiquité et dans les universités d’État belges ». Danny Praet donne ici une analyse pertinente et éclairante sur le contexte sociopolitique belge, fin XIXe-début XXe siècle, au cours duquel la teneur des travaux de F. Cumont a été remise en cause par le représentant de l’État belge. En effet, le Ministre des Sciences et des Arts, le catholique Édouard Descamp, refusa de le nommer à la chaire d’histoire romaine alors que ses collègues l’avaient choisi à l’unanimité pour succéder à Adolphe de Ceuleneer en 1910. Cumont dut démissionner de l’Université de Gand où il enseignait au préalable, afin de marquer son désaccord le plus vif. Il se sentait victime d’une injustice, faisant les frais de la lutte « entre catholique et libéraux, entre cléricaux et anticléricaux, dans les sphères académiques et politiques belges » de cette époque.

154. Le corps de l’ouvrage (397 pages) comprend une suite de 34 articles numérotés. Il n’est pas possible, dans le cadre de ce compte-rendu, de présenter et de résumer chacun d’entre eux, d’autant qu’ils ont fait vraisemblablement l’objet de critique et analyses au moment de leur parution première. Précisons que la liste en est donnée au sein de la Table des matières, p. V-VII. On y indique avec détail, revue, tomaison, année et pagination de chaque source.

16Les articles sont de tailles et d’intérêts variables : quelques pages rapides pour les comptes-rendus d’ouvrages nos 9, 19, 27, 32 et 33 ; des notices succinctes sur un personnage particulier (astrologue, notamment) : nos 2, 21, 25 et 34, ou des sujets en relation avec ces personnages historiques (son temps, ses écrits) : nos 4, 19, 24, 29 et 31. La note nécrologique donnée en souvenir de son confrère allemand Franz Boll (n° 23) est à souligner ; il appréciait particulièrement la hauteur de ses travaux. D’autres articles sont plus fondamentaux ; citons par exemple « L’astrologie et la magie dans le paganisme romain » (n° 7) ; « Le problème de l’astrologie » (n° 13) ; « Fatalisme astral et religions antiques » (n° 15).

17Les articles couvrent une période de 45 années, de 1896 à 1940 ; ils proviennent avant tout de revues belges et françaises. La R.A.E. n’est pas concernée par ses contributions. L’ouvrage est aussi doté d’outils de consultation bien utiles : un index des noms et termes anciens (p. 399) et un index des auteurs modernes (p. 411). Précisons que cette publication est destinée à un public érudit, maîtrisant parfaitement les lettres classiques du fait de très nombreuses transcriptions des textes grecs, donnés sans explication, ni traduction.

185. Ce compte-rendu prend tout son sens si l’on est sensible au fait que ces dernières années, les considérations « archéo-astronomiques » ont connu un regain d’intérêt et ce, au sein même des colonnes de cette revue. Deux chercheurs espagnols se sont d’abord intéressés à l’influence du positionnement des planètes le 1er août, au moment de la fondation de Lugdunum (GARCÍA QUINTELA, GONZÁLEZ-GARCÍA, 2014) ; ils évoquent alors « une nouvelle approche à partir de l’Astronomie dans la culture ». Ils ont poursuivi par une recherche plus complexe, qui a tendance à perdre les non-spécialistes, quant aux alignements de monuments importants de Bibracte et d’Autun (GARCÍA QUINTELA, GONZÁLEZ-GARCÍA, 2016). Reconnaissons que malgré leur conclusion prudente (« est-il nécessaire de souligner le caractère exploratoire de notre recherche ? »), leurs hypothèses et interprétations ne font pas l’unanimité dans la communauté scientifique.

19En revanche, un article inhabituel de Yann Le Bohec apporte une interprétation tout à fait convaincante quant au symbole du croissant de lune (lune en berceau, « les cornes dressées vers le haut ») souvent observé sur les stèles des Éduens et des Lingons (LE BOHEC, 2014). Le chercheur, bon connaisseur des études anciennes, souligne dès les premiers paragraphes de sa contribution (p. 451), l’importance des travaux de F. Cumont dans ce domaine. Parmi ces références bibliographiques, trois ouvrages du savant belge sont en belle place (p. 457). Enfin, les découvertes archéologiques sont parfois source de questionnements, comme la désormais fameuse « calotte zodiacale de Chevroches (Nièvre) », dont les premières observations et interprétations ont été données dans notre revue (DEVEVEY et alii, 2007). Elles ont été complétées ultérieurement par des rapprochements avec des objets pseudo-savants d’un type voisin et de provenance régionale, comme le double-semainier du sanctuaire des sources de la Seine (fig. 1) ou le semainier d’Alésia (fig. 2) (DEVEVEY et alii, 2011). On le voit donc, les travaux de F. Cumont ont de beaux jours devant eux, car comme nous le rappelle Yann Le Bohec : « il faut toujours commencer par Cumont pour ce genre d’enquête ».

Fig. 1. Double semainier, ce disque cranté devait être intégré dans un boîtier à ressort. Cet objet renvoie au calendrier luni-solaire de Coligny (musée de Lyon Fourvière) qui comptait des mois de 29 ou 30 jours. La seconde partie du mois était annoncée par le nom ATENOVX, période de 14 jours (ou 15) qui menait à la nouvelle lune. Les pèlerins du sanctuaire cherchaient peut-être ainsi à cumuler les facteurs favorables pour leur guérison en visant cette phase de renouveau ? Sanctuaire des sources de la Seine, IIe-IIIe siècles, Fouille Baudot 1843. Musée archéologique de Dijon, Dessin C. Magister-Vernou.

Fig. 2. Traditionnellement dénommé ‘semainier’ (il figure les bustes des divinités présidant aux jours de la semaine), ce disque de bronze gravé porte en réalité 37 graduations périphériques, correspondant aux 36 décans d’une année zodiacale, augmentés d’une unité : celle des jours épagomènes. On peut donc le nommer : ‘calendrier décanal’. Alise-Sainte-Reine, IIIe siècle, fouille Espérandieu 1933. Palais du Roure d’Avignon. Dessin C. Magister-Vernou.

Haut de page

Bibliographie

DEVEVEY F., CAUDERLIER P., MAGISTER-VERNOU C., VERNOU C., 2007, « Découverte d’un disque astrologique antique à Chevroches (Nièvre) : note de présentation », R.A.E., t. 55-2006, p. 299-306.

DEVEVEY, F., VERNOU C., ROUSSEAU A., 2011, « The Chevroches zodiacal cap and its Burgundy relations », in : VALLS-GABAUD D., BOKSENBERG A., The role of astronomy in society and culture, Proceedings of the 260th International Astronomical Union, Paris, 19-23 janv. 2009, Cambridge, Cambridge Univ. Press, p. 1-8 (IAU Symposium proceedings series, 260).

GARCÍA QUINTELA M.V., GONZÁLEZ-GARCÍA A.C., 2014, « Le 1er août à Lugdunum sous l’Empire romain : bilans et nouvelles perspectives », R.A.E., t. 63-2014, p. 157-177.

GARCÍA QUINTELA M.V., GONZÁLEZ-GARCÍA A.C., 2016, « De Bibracte à Augustodunum : observations archéoastronomiques (Table) », R.A.E., t. 65-2016, p. 289-302.

LE BOHEC Y., 2014, « Le croissant de lune chez les Éduens et les Lingons sous le Haut-Empire », R.A.E., t. 63-2014, p. 451-457.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Double semainier, ce disque cranté devait être intégré dans un boîtier à ressort. Cet objet renvoie au calendrier luni-solaire de Coligny (musée de Lyon Fourvière) qui comptait des mois de 29 ou 30 jours. La seconde partie du mois était annoncée par le nom ATENOVX, période de 14 jours (ou 15) qui menait à la nouvelle lune. Les pèlerins du sanctuaire cherchaient peut-être ainsi à cumuler les facteurs favorables pour leur guérison en visant cette phase de renouveau ? Sanctuaire des sources de la Seine, IIe-IIIe siècles, Fouille Baudot 1843. Musée archéologique de Dijon, Dessin C. Magister-Vernou.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2. Traditionnellement dénommé ‘semainier’ (il figure les bustes des divinités présidant aux jours de la semaine), ce disque de bronze gravé porte en réalité 37 graduations périphériques, correspondant aux 36 décans d’une année zodiacale, augmentés d’une unité : celle des jours épagomènes. On peut donc le nommer : ‘calendrier décanal’. Alise-Sainte-Reine, IIIe siècle, fouille Espérandieu 1933. Palais du Roure d’Avignon. Dessin C. Magister-Vernou.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Vernou, « Franz CUMONT, Astrologie, Danny PRAET, Béatrice BAKHOUCHE ed. », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 410-412.

Référence électronique

Christian Vernou, « Franz CUMONT, Astrologie, Danny PRAET, Béatrice BAKHOUCHE ed. », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/10233

Haut de page

Auteur

Christian Vernou

Chercheur à l’UMR 6298, ARTEHIS, Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page