Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Annemarie KAUFMANN-HEINIMANN, Max MARTIN, avec des contributions de Wolfgang BINSFELD, Heinz CÜPPERS, Ludwig EIDEN, Sabine FAUST, Susanne GREIFF, Hartwig LÖHR, Barbara NIEMEYER et Roland SCHWAB, Die Apostelkanne und das Tafelsilber im Hortfund von 1628 : trierer Silberschätze des 5. Jahrhunderts

Trèves, Rheinisches Landesmuseum Trier, 2017, 333 p., nbreuses ill. n. et b. et couleur (Trierer Zeitschrift, 35). ISBN 978-3-944371-06-1.
Henri Gaillard de Sémainville
p. 412-413

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit opportunément deux exceptionnelles découvertes d’époque romaine tardive faites dans le même secteur de la ville de Trèves - un quartier des bords de la Moselle -, à 364 ans d’intervalle ! En 1992, une splendide aiguière en argent ornée d’apôtres est mise au jour à l’occasion de fouilles de sauvetage. Cette découverte en rappelle alors une autre : celle d’un trésor trouvé en 1628 dans le jardin d’un collège de Jésuites ; comptant une cinquantaine d’objets - vaisselle et ustensiles domestiques - également en argent, cet ensemble d’un poids de 114,5 kg a malheureusement été fondu peu après… Auparavant, un inventaire détaillé des objets a toutefois été fait, incluant le poids de chacun, sans illustration toutefois. La proximité géographique de ces découvertes, de même que la présomption que ces objets étaient de datation proche, suggèrent que les deux ensembles étaient peut-être liés à l’origine et justifient cette étude conjointe.

2L’ouvrage débute par une présentation du contexte archéologique de ces découvertes (S. Faust, p. 9-14) : des restes de bâtiments antiques, dont la fonction n’a pas pu être clairement identifiée, parmi lesquels on remarque une construction monumentale avec deux absides, datée de la fin du IVe s. H. Löhr évoque ensuite (p. 15-20) les conditions de la découverte de 1992, faite dans un secteur qui a livré par ailleurs deux monnaies de Constantin III et de Justinien qui indiquent que l’occupation se poursuit au Ve et au VIe s.

3L’aiguière de 1992 est ensuite étudiée de manière très détaillée avec une illustration abondante et de grande qualité. C’est du reste par une superbe documentation que cette étude commence (p. 21-43) : photographies en couleur et dessins, vues d’ensemble et de détail donnent une excellente idée des caractéristiques, de la qualité et de la beauté de cet objet. L’étude proprement dite est conduite par A. Kaufmann-Heinimann (p. 45-127), qui, après avoir analysé l’aiguière aux apôtres (forme, décor, signification et fonction), donne un catalogue illustré de l’ensemble des aiguières de l’Antiquité tardive qui, en 38 p., recense 63 pièces réparties en sept groupes ; un catalogue qui sera évidemment fort utile pour les recherches à venir.

4De par sa forme, l’aiguière de Trèves se rattache au groupe (« type A ») le plus répandu pendant l’Antiquité tardive. Restée complète et en bon état, avec couvercle et anse, haute de 47,7 cm, elle se caractérise par l’élégance de ses proportions et la qualité de son décor, analysé de manière très détaillée. Incisé, doré et niellé, il se répartit sur les huit faces de la panse, faces qui sont divisées horizontalement en champs de tailles inégales. Sur quatre des plus grands de ces champs sont figurés quatre apôtres en conversation, tournés les uns vers les autres deux par deux. Deux sont considérés comme étant Pierre et Paul. Ce type de décor rappelle celui de sarcophages paléochrétiens avec représentation du Christ entouré de Pierre et de Paul, puis des autres apôtres. Une telle disposition était impossible sur cette aiguière, mais on a tenu à faire figurer les douze apôtres : quatre de petite taille sur le bas de l’aiguière, alternant avec quatre agneaux symbolisant les quatre derniers. Une riche documentation de comparaison rappelle la popularité de ce thème dans l’Antiquité tardive : on le retrouve notamment, outre les sarcophages, sur des verres, des reliquaires et des pyxides, une situle et des ivoires. Je rappellerai à cette occasion que ce thème est encore présent sur des plaques-boucles mérovingiennes, très dégénéré et à peine reconnaissable (c’est du moins l’interprétation que nous avons proposée dans la R.A.E., t. 54-2005, p. 337-347).

5A. Kaufmann-Heinimann conclut à un travail occidental du début du Ve s., estimant même possible, sur la base des analyses des soudures (cf. infra), une fabrication à Trèves même. Elle se penche également sur la question de l’utilisation de cet objet. Elle ne retient pas l’hypothèse d’un usage liturgique, contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, et préfère proposer une utilisation dans le cadre de banquets, avec d’autres récipients et ustensiles en argent. De ce point de vue, elle remarque que le trésor de 1628, dont la datation est à peu près identique, ne comprend curieusement aucune aiguière (cf. infra) et se demande en conséquence si ces dernières, qui auraient dû normalement faire partie du service complet, n’auraient pas été cachées séparément… Si c’était exact, l’aiguière aux apôtres serait la seule aiguière subsistant de ce trésor extraordinaire.

6Viennent ensuite plusieurs études techniques d’un grand intérêt. L. Eiden, qui a restauré l’aiguière, analyse son mode de fabrication (p. 129-157). L’objet a été fabriqué à partir d’une unique feuille d’argent, ce qui a constitué une difficulté particulière en raison de la forme polygonale et de l’étroitesse du pied. L’anse, probablement coulée, a été fixée par soudure, de même que l’embouchure. L’étude s’accompagne d’une intéressante comparaison avec les instructions données par Benvenuto Cellini au XVIe s. S. Greiff a procédé (p. 158-170) à des analyses non destructives de l’aiguière dont le corps offre une teneur en argent d’environ 95 % (pour environ 3 % de cuivre), tandis que la composition du métal de l’embouchure et du couvercle indique que ces deux éléments proviennent sans doute d’une même coulée. Le nielle est un pur sulfure d’argent, conformément à la technique utilisée dans l’Antiquité, appliqué après traitement préalable au mercure. Enfin, R. Schwab conclut à une origine locale de la soudure de l’anse à partir d’analyses isotopiques (p. 171-173).

7Cette étude décidément très complète se termine par un inventaire détaillé et abondamment illustré de l’ensemble des pichets d’argent représentés dans l’iconographie entre le IIe et le VIe s., classées selon la typologie - six types - définie pour l’Antiquité tardive (B. Niemeyer, p. 175-210). Des quelque 130 exemplaires pris en compte il ressort que ce n’est pas le type A qui est le plus figuré (alors qu’il est le plus répandu parmi les pièces romaines tardives), mais le type F, sans doute, comme le suppose B. Niemeyer, car il présente les caractères morphologiques les plus reconnaissables de cet objet, le but premier de leurs auteurs étant que le pichet soit bien identifiable sur les illustrations.

8La dernière partie, rédigée par Max Martin, est consacrée au trésor de 1628 (p. 213-284). De cet ensemble exceptionnel, rappelons qu’il ne subsiste que la liste des objets, avec leur rapide description et leur poids, liste établie au moment de la découverte et éditée par Wolfgang Binsfeld (p. 215-219). C’est à partir de cette liste et de la prise en compte des autres découvertes connues pour les IVe et Ve s. que l’auteur tente la reconstitution du trésor et propose son insertion dans la classification des vaisselles d’argent de la fin de l’Antiquité. Les trésors de Kaiseraugst, de Mildenhall, de l’Esquilin, de Carthage et « de Seuso » (de provenance inconnue) sont les principaux parallèles, mais l’auteur se réfère également à d’autres ensembles comme ceux de Viminacium ou à l’inventaire de celui légué à la cathédrale d’Auxerre par saint Didier vers 620.

9Le trésor de Trèves comprenait dix plats ainsi que de la vaisselle et des ustensiles pour les repas. En revanche, les récipients à boire étaient peu nombreux, tandis que les cuillères, les pichets et autres contenants de liquides manquaient. Il est donc envisageable que l’aiguière de 1992 ait pu faire initialement partie de cet ensemble. Il y avait aussi quelques autres objets, notamment des accessoires en argent pour le bain et la toilette et probablement une chaise pliante. Dans une annexe, est abordée également la question de l’argenterie romaine tardive portant des décors chrétiens (typologie, fonction). Comme c’est souvent le cas à l’époque, le trésor de Trèves comprenait en effet des objets à décor chrétien mêlés à d’autres ornés de thèmes empruntés à la mythologie.

10M. Martin estime qu’en dépit de quelques lacunes et différences les trésors de Trèves et de Kaiseraugst donnent une bonne idée de la composition d’un service de table de l’Antiquité tardive. Sur le plan chronologique, il apparaît que le poids de chaque objet tend à augmenter avec le temps. Sur cette base et en prenant en compte d’autres critères comme la forme, le décor ou les monnaies éventuelles, et en illustrant sa démonstration à l’aide d’excellentes représentations graphiques, l’auteur propose de dater du début du Ve s. les trésors de l’Esquilin, de Carthage et peut-être de Mildenhall, et du second quart du même siècle ceux de Trèves et de Seuso.

11Si aucun des trésors étudiés ne paraît avoir été caché pour des motifs religieux, c’est dans une situation de grave crise qu’il faut chercher la cause de leur dépôt. Le contexte de la première moitié du Ve s. est évidemment caractérisé par une grande insécurité et l’auteur en recherche précisément la nature pour chacun des cinq trésors pris en compte pour comparaison (cf. supra) ainsi que pour les trésors des provinces danubiennes. En ce qui concerne Trèves, on n’a pas affaire à un trésor résultant d’un butin, mais bien à la propriété d’une riche famille de la ville. À partir de trois noms inscrits sur deux plats - dont deux, Nicetius et Audentia, dans une inscription dédicatoire -, confrontés à ceux livrés par des épitaphes et à nos connaissances des familles sénatoriales de l’époque en Occident romain, sont soigneusement examinées plusieurs hypothèses concernant l’origine du ou des propriétaires. Pour terminer est également abordée l’importante question du contexte économique à Trèves dans la première moitié du Ve s., avec notamment l’état de la production et du travail des métaux et de l’activité de monnayage. Est évoqué également l’état de nos connaissances concernant l’aristocratie et l’Église locales.
En fin d’ouvrage on trouve, outre l’abondante bibliographie, un résumé en allemand et en anglais ainsi qu’un lexique évidemment bienvenu.

12Voici donc une publication très réussie, qui se recommande autant par la qualité de l’édition, très soignée, avec une superbe et abondante illustration, que par le haut niveau de son contenu scientifique et la portée des études qu’elle regroupe. Cette portée dépasse largement le cadre des découvertes de Trèves, aussi exceptionnelles soient-elles, et intéresse l’ensemble du monde romain. Ce souci d’approfondissement et d’élargissement s’applique particulièrement à la contribution de Max Martin, disparu peu de temps avant la parution du livre (son texte avait été achevé en novembre 2013 et il est mort en décembre 2016). Ce compte rendu est pour moi l’occasion de rendre hommage à ce brillant chercheur et à ce collègue aux grandes qualités humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Annemarie KAUFMANN-HEINIMANN, Max MARTIN, avec des contributions de Wolfgang BINSFELD, Heinz CÜPPERS, Ludwig EIDEN, Sabine FAUST, Susanne GREIFF, Hartwig LÖHR, Barbara NIEMEYER et Roland SCHWAB, Die Apostelkanne und das Tafelsilber im Hortfund von 1628 : trierer Silberschätze des 5. Jahrhunderts », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 412-413.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Annemarie KAUFMANN-HEINIMANN, Max MARTIN, avec des contributions de Wolfgang BINSFELD, Heinz CÜPPERS, Ludwig EIDEN, Sabine FAUST, Susanne GREIFF, Hartwig LÖHR, Barbara NIEMEYER et Roland SCHWAB, Die Apostelkanne und das Tafelsilber im Hortfund von 1628 : trierer Silberschätze des 5. Jahrhunderts », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/10239

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Chercheur associé à l’UMR 6298, ARTEHIS, Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page