Navigation – Plan du site
Comptes rendus

David BILLOIN dir., L’établissement de Pratz le Curtillet : un domaine mérovingien dans les hautes terres jurassiennes (fin VIe-VIIe siècle), préface d’Élise Boucharlat

Paris, Inrap/CNRS Éd., 2016, 310 p., 120 fig., XXX pl. h.t., 43 tabl. (Recherches archéologiques, 10). ISBN : 978-2-271-08262-6 ; ISSN : 2118-6472. 29 €.
Henri Gaillard de Sémainville
p. 414-415

Texte intégral

1Archéologue à l’Inrap, David Billoin s’est spécialisé dans l’étude de l’habitat perché et du peuplement entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge dans le Centre-Est, notamment en Franche-Comté. Responsable de multiples chantiers et impliqué dans plusieurs projets collectifs de recherche, il a publié, y compris dans la présente revue, de nombreux articles témoignant de son souci constant de faire connaître les résultats de ses recherches. Le présent ouvrage en est une nouvelle et remarquable illustration. Après avoir dirigé les travaux de terrain – 16 ha explorés et 4400 m2 fouillés en deux campagnes entre 1999 et 2006 – il a su mener à bien la publication en impliquant et en coordonnant une équipe de vingt-trois spécialistes, tout en rédigeant lui-même d’importants passages, ce qui représente une lourde tâche et demande beaucoup de volonté, surtout pour quelqu’un qui doit continuer à assumer parallèlement ses responsabilités d’homme de terrain.

2La mise en œuvre de méthodes de fouille adaptées et l’intervention sur le chantier d’un géomorphologue et d’un paléométallurgiste ont permis de retrouver et d’identifier les restes de deux bâtiments en pierre distants d’une soixantaine de mètres : le plus vaste est un bâtiment résidentiel et agricole (écurie et grange), l’autre un atelier de métallurgie du fer (forge), pour l’essentiel.

3Dans une introduction (chapitre 1) d’une vingtaine de pages, sont présentés l’historique de l’opération, le contexte géomorphologique – un plateau calcaire du haut Jura, à 600-650 m d’altitude –, les données sur le peuplement ancien de cette région de la moyenne montagne située sur une voie de franchissement du massif et les sources textuelles et toponymiques, parmi lesquelles figure un document d’un intérêt exceptionnel, La Vie des Pères du Jura. La position de Pratz, précisément dans le secteur où se sont installés au Ve s. saint Romain, saint Lupicin et leurs disciples, confère à cette fouille une dimension supplémentaire, bien perçue par D. Billoin qui a tenu à présenter (avec Corinne Goy) une analyse « archéologique » détaillée de ce texte en fin d’ouvrage ; une excellente initiative.

4Le chapitre 2 (33 p.) consiste en une présentation générale des vestiges des deux bâtiments : approche stratigraphique et géomorphologique, modes et matériaux de construction, plans et aménagements intérieurs, fonctions, comparaisons régionales. Ces bâtiments se caractérisent par leur élévation entièrement en pierre, ce qui est relativement original à l’époque (le rapprochement avec Larina est fait à juste titre, de même qu’avec l’habitat montagnard jurassien actuel), et malgré le peu de couches d’occupation conservées, les plans sont bien lus et interprétés, y compris l’emplacement des cloisons et des portes, clairement identifié. Cette étude bénéficie des connaissances en architecture de Christophe Gaston.

5Le chapitre 3 est consacré à l’étude du mobilier. En 130 pages est conduite une analyse minutieuse avec le recours fréquent aux analyses de laboratoire et le concours de spécialistes des différents points abordés, à savoir, successivement, la céramique, la verrerie, la pierre ollaire, le mobilier métallique, les aiguisoirs, le matériel de mouture, les vestiges osseux animaux, les macrorestes végétaux. Cette analyse est précédée d’une introduction abordant la répartition spatiale des mobiliers significatifs et son apport à la connaissance de la fonction des pièces et des bâtiments, un apport quelque peu faussé toutefois par l’érosion très prononcée des sols du bâtiment résidentiel.

6Le site de Pratz a fourni le plus important ensemble de céramiques d’époque mérovingienne de Franche-Comté. Sylviane Humbert montre bien la nature du vaisselier, caractérisé notamment par une nette domination des pâtes claires par rapport aux pâtes sombres, par un déficit de plats et d’assiettes (elle suppose à juste titre que cette vaisselle était en bois) et par ses affinités avec ceux des sites des régions proches du centre et du sud de la Franche-Comté, de la Bourgogne orientale et du département de l’Ain. L’analyse chimique qui complète opportunément cette étude (Valérie-Thirion-Merle, Anne Schmitt) confirme la diversité des pâtes : les céramiques à pâte sombre ont au moins deux origines qui n’ont pas pu être précisées dans l’état actuel de nos connaissances, tandis qu’est confirmée l’attribution des céramiques bistres, majoritaires, au groupe d’ateliers de la forêt de La Ferté, en région chalonnaise. La datation proposée pour la céramique est le milieu du VIIe siècle.

7Le verre est présenté par Claudine Munier qui identifie vingt et un récipients dont les plus récents sont datés également du VIIe siècle. Si ces formes ne se distinguent pas de celles rencontrées dans les habitats contemporains, il n’en va pas de même en revanche de la présence de fragments de verre à vitre, rarissime sur des sites d’habitat de cette époque. La proximité de Pratz avec les monastères de Saint-Lupicin et de Saint-Romain est évoquée pour justifier un approvisionnement ou une récupération de ce verre, habituellement réservé aux édifices religieux ou aux habitats aristocratiques. L’hypothèse d’un remploi est étayée par les résultats de l’analyse physico-chimique détaillée (Inès Pactat) qui date un fragment de la fin du Ve ou du début du VIe siècle et situe par ailleurs l’origine de ces verres sur la côte syro-palestinienne.

8David Billoin, en excellent connaisseur de ce domaine, traite des récipients en pierre ollaire, découverts en nombre (261 fragments pour 39 formes identifiées). La question de leur usage est naturellement abordée : la fonction culinaire est manifestement la plus répandue, confirmée par les résultats d’analyses chimiques portant sur des encroûtements carbonisés subsistant à l’intérieur des restes de cinq récipients et correspondant à des graisses animales (Martine Regert, Juliette Langlois) ; mais est aussi évoquée l’hypothèse, restant à confirmer, d’une utilisation possible dans le cadre artisanal (métallurgie). Également remarquablement documentée, l’analyse pétrographique par l’équipe suisse de Fribourg (Ildiko Katona-Serneels, Vincent Serneels) situe dans le Val d’Aoste l’origine de la plupart de ces récipients.

9Le mobilier métallique est également présenté par David Billoin (avec des dessins de J. Gelot). Il comprend un matériel habituel sur ce type de site, en particulier des pièces de quincaillerie propres à un habitat et des accessoires vestimentaires, dont la chronologie confirme du reste la datation de l’occupation au VIIe siècle. Plus surprenante, la découverte d’objets tels que des restes de vaisselle en bronze ou des pièces d’armement et des accessoires équestres renvoie une fois de plus à la présence de personnes ayant un statut social privilégié. Par ailleurs, la trouvaille, inattendue dans ce contexte, d’un flan monétaire en argent pose la question d’un éventuel travail de faussaire.

10Sont étudiés ensuite les aiguisoirs et polissoirs (D. Billoin), au nombre de sept, et surtout le matériel de mouture (Luc Jaccottey, Tatjana Gluhak, Annabelle Milleville). Ce dernier est rarement repéré et examiné de manière aussi détaillée. Il est étudié du point de vue typologique (par L. Jaccottey, dans un large cadre géographique de comparaison) et minéralogique : 60 fragments en grès, dont l’origine est située dans les terrains du Trias de la bordure orientale du Morvan, et sept en basalte pouvant provenir du Cantal.

11De l’étude des ossements animaux, extrêmement altérés il est vrai, il ressort que l’alimentation carnée des habitants de Pratz, sans être celle de seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, correspondrait à une population plus avantagée que d’habitude dans un tel contexte (Benoît Clavel).

12L’analyse des macrorestes végétaux (Julian Wiethold, Manon Cabanis, Jean Cayrol) ne peut s’appuyer que sur des restes carbonisés, ce qui fausse évidemment la vision du spectre végétal. On retiendra de l’étude très détaillée qui est présentée l’originalité que constitue la domination du millet commun. En complément, l’étude anthracologique (Vincent Mougin) aborde la question du combustible utilisé par la métallurgie. Elle conclut à la diversité des bois utilisés, témoignant d’un opportunisme des artisans dans un environnement qui pourrait se caractériser par des boisements dégradés en raison de l’importance de la consommation humaine.

13Le chapitre 4 traite de la métallurgie (30 p.). Il s’ouvre par une contribution intitulée « Réduction et forge en Franche-Comté à la fin de l’Antiquité et pendant la période mérovingienne ». Illustrée d’une excellente carte, cette synthèse due à Hervé Laurent est particulièrement intéressante et bienvenue. Réalisée par Christophe Dunikowski, Marion Berranger et Philippe Fluzin, l’étude des activités métallurgiques de Pratz s’appuie sur des analyses métallographiques poussées et une prise en compte des données spatiales qui permettent de préciser l’organisation de cet atelier de forge, dont les fabrications – avant tout des produits plats aux volumes assez divers – et les résidus témoignent d’un haut niveau technique. Pratz est aussi le premier atelier de forge de cette époque à avoir été étudié en Franche-Comté. On notera également la découverte de quelques déchets d’alliages cuivreux et de plomb qui pourraient laisser penser que ces métaux ont été également travaillés.

14Le chapitre 5 est consacré à une synthèse générale de 18 p. due à David Billoin qui met à profit à cette occasion son excellente connaissance de la problématique et du contexte régional. Ce chapitre s’articule selon sept rubriques : l’organisation et l’implantation de l’établissement, où sont soulignées en particulier la place de la pierre dans la construction et l’étendue du bâtiment résidentiel – 240 m2 au sol –, abritant il est vrai non seulement l’habitat mais aussi la grange et l’étable (ce qui suscite un rapprochement bien venu avec la ferme comtoise traditionnelle) ; la chronologie de l’occupation, finalement très réduite puisqu’elle ne couvrirait que la première moitié du VIIe siècle, ce qui peut paraître surprenant et pose évidemment question ; « culture, élevage et paysage », domaine dans lequel les données régionales de comparaison sont encore très rares, ce qui fait de Pratz un premier jalon dans la connaissance d’un terroir de moyenne montagne ; les activités métallurgiques, où l’auteur insiste à nouveau sur l’importance de cette activité, évoquant une véritable « ruée sur le fer » dans tout l’est de la France et en Suisse ; « bâtir en pierre : une spécificité du Jura ? » revient sur cette question en s’appuyant sur une abondante documentation comparative ; « voies de circulation, voies commerciales » met en évidence les échanges à longue distance (céramique, pierre ollaire et meules) ; enfin, sur la base d’une argumentation convaincante, le statut social de l’établissement (ou, plus exactement, de ses habitants) est situé à un niveau au-dessus de la moyenne, sans être au sommet de la hiérarchie ; il est vraisemblable que ce statut privilégié est dû au rôle de ce groupe humain dans l’économie du fer.

15Au total, cette publication vient conclure de manière remarquable « une recherche conduite avec rigueur et constance sous l’impulsion de David Billoin, dont il convient de se réjouir et de féliciter les acteurs » (É. Boucharlat dans sa préface). En regard, les quelques problèmes de relecture (ex. : des légendes erronées pour les fig. 32 et 33 ou un paragraphe répété p. 249) sont aisément pardonnables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « David BILLOIN dir., L’établissement de Pratz le Curtillet : un domaine mérovingien dans les hautes terres jurassiennes (fin VIe-VIIe siècle), préface d’Élise Boucharlat », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 414-415.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « David BILLOIN dir., L’établissement de Pratz le Curtillet : un domaine mérovingien dans les hautes terres jurassiennes (fin VIe-VIIe siècle), préface d’Élise Boucharlat », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/10245

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Chercheur associé à l’UMR 6298, ARTEHIS, Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page