Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jacky KOCH, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles)

Nancy, Presses universitaires de Nancy-Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 561 p.
Amaury Masquilier
p. 415-416

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une thèse soutenue à Nancy en 2012 sous la direction de Gérard Giuliato. Il rend compte des recherches menées depuis de nombreuses années par l’auteur, selon des méthodes relevant de l’archéologie dite du bâti, que ce soit dans le cadre de recherches préventives ou programmées. La problématique est centrée sur les techniques et les savoir-faire mobilisés pour la construction des châteaux forts alsaciens entre le Xe et leur période de plus grande expansion au XIIIe siècle. Fort de 562 pages, il se présente en deux parties principales. Après une courte introduction, la première partie (p. 17 à 143) est consacrée à la synthèse, ce qui permet au lecteur de prendre connaissance d’emblée du contexte scientifique, des méthodes utilisées et des résultats globaux. La seconde partie (p. 145 à 500, auxquelles on peut adjoindre le cahier couleur de 16 p.) est plus particulièrement dévolue aux preuves. Elle prend la forme d’un catalogue de dix-neuf sites castraux étudiés par l’auteur, sur un corpus estimé à plus de 150 sites recensés dans le massif vosgien du versant alsacien. L’ouvrage se termine par une bibliographie de 21 p. et les tables des illustrations et des matières.

2Partie 1
Au sein du chapitre 1, après une courte présentation du contexte topographique et géologique des sites retenus (p. 21), l’auteur s’attache à la présentation des puissances territoriales entre le Xe et la fin du XIIIe siècle comme clés de la compréhension du développement de la société chevaleresque alsacienne et du phénomène castral qui l’accompagne (p. 22-26). Si la situation est encore très floue au début de la période, au XIe siècle, le château fort de hauteur devient la norme résidentielle de l’élite. L’auteur souligne toutefois que seules dix mentions textuelles sont recensées pour ce siècle, difficiles à corréler avec les sources archéologiques, à l’exemple du château « central » d’Ottrott révélé par la seule archéologie. Avec l’avènement des Staufen au XIIe siècle (ou Hohenstaufen suivant la désignation apocryphe), l’Alsace est directement intégrée au domaine impérial. À partir de 1138, les souverains impériaux exercent une mainmise tant sur les châteaux privés tenus par des ministériaux ou des comtes que sur les forteresses des évêques de Strasbourg. La seconde moitié du XIIIe siècle voit un déclin relatif de la dynastie des Hohenstaufen au profit d’un retour en force du pouvoir épiscopal, de la petite noblesse, mais aussi des villes qui s’émancipent. Un court paragraphe (p. 26-27) permet ensuite de préciser que, dans le droit médiéval germanique, un site est fortifié s’il présente un fossé d’une certaine profondeur, des bâtiments élevés et couronnés et une cour bien fermée, la position de hauteur n’étant pas un critère juridique retenu. La recherche archéologique en milieu castral est ancienne en Alsace, mais c’est à partir des années 1980 qu’elle s’est considérablement enrichie, notamment sous l’angle des techniques de construction (p. 32-36). Un paragraphe est ensuite consacré à la méthodologie (p. 46-49) dans lequel la nécessité de disposer de plans topographiques généraux et de relevés des élévations (parfois plus de 20 m de hauteur) fiables est soulignée. Le rôle des nouvelles techniques d’acquisition des données est évoqué (photographies redressées), mais l’accent est mis sur l’exigence d’une analyse fine de la stratigraphie selon les méthodes de l’archéologie du bâti et les analyses associées comme les études de mortier systématisées et la dendrochronologie.

3Le chapitre 2 concerne la présentation proprement dite des résultats sur l’art de « construire un habitat défensif entre le Xe et la fin du XIIIe siècle », qui constitue le cœur de l’ouvrage (p. 50-143). Il est articulé selon le déroulé d’un chantier de construction, de son ouverture à la réception des travaux. Il n’est pas possible de rendre compte ici de la richesse et de la variété des thématiques abordées tant le travail de compilation de données accumulées par l’auteur au cours de ses recherches est important. Une première place (p. 55-79) est accordée aux choix des matériaux au premier rang desquels figure la pierre prélevée en carrière : modalité d’extraction, choix selon les qualités des roches, production de blocs équarris ou lapidaires. L’usage de la pierre à bossage fait l’objet d’un point particulier pour souligner son rôle architectonique et symbolique dans les châteaux alsaciens (p. 62-63). Les liants, enduits et autres éléments de liaison sont ensuite présentés dans le détail avec leur cortège d’analyses pétrographiques et chimiques. Le chantier de construction proprement dit (p. 79-109) est décrit par étape : le transport et l’acheminement des matériaux, la préparation du site, les infrastructures et les moyens des bâtisseurs. On notera entre autres l’attention particulière portée aux infrastructures charpentées du chantier (échafaudage et engins de levage) à partir des traces qu’elles ont pu laisser sur les murs ou au sol. L’économie de la construction est abordée par l’auteur sous l’angle de la rationalisation des matériaux lors de leur mise en œuvre, que ce soit dans les fondations ou dans les élévations. Par exemple, la méthode la plus répandue associe une tranchée de fondation concomitante à une architecture de blocs à bossage en assises réglées mais, lorsque cela est possible, l’élévation repose directement sur le socle sans tranchée comme dans le cas du château de Fleckenstein (p. 97). Un autre aspect rarement analysé dans le détail est le choix des appareils de revêtement en fonction des possibilités techniques et économiques qui s’imposent aux constructeurs (approvisionnement en matériaux, mise en œuvre), mais aussi les exigences de représentation sociale et symbolique voulus par ces derniers (aspect esthétique et dimension défensive). La dernière partie du chapitre 2 (p. 110-135), calquée sur la définition juridique évoquée plus haut, envisage le rôle ostentatoire des tours maîtresses et la fermeture de la cour avec le mur d’enceinte et ses équipements défensifs, actifs (archères) ou passifs (épaisseur des murs, porte d’entrée) adaptés à la poliorcétique et son évolution. Le château en tant que résidence est traité selon la double approche du programme architectural (intégration des archères proche du logis dans le système défensif, surfaces dévolues à l’habitation, etc.) et de la mise en œuvre des matériaux et des équipements de confort (soin apporté ou non aux revêtements, évier, cheminée, latrines). L’approche prise par l’auteur d’aborder les sites castraux de hauteur sous l’angle de « l’art de bâtir » permet de proposer une évolution typologique originale des plans d’ensemble des châteaux, des origines au XIIIe siècle, en fonction de leurs occupants (château haut vs château bas, résidence seigneuriale vs forteresse de garnison). En conclusion (p. 137-148) de cette première partie, l’auteur insiste sur les choix initiaux de l’étude principalement orientés sur la valorisation des données archéologiques récentes selon une approche originale. Force est de constater que des informations nouvelles sont apportées sur les maçonneries (parements réglés ou irréguliers par exemple), sur la production et la transformation des matériaux (recherche d’économie de matériaux) qui permettent de renseigner l’économie de la construction en général, mais aussi les aspects militaires, sociaux et symbolique qui la sous-tendent. L’approche de l’auteur est également chronologique et d’une certaine manière, les châteaux, pris sous l’angle de la construction, rendent compte des évolutions socio-politiques que connaît la région à cette époque, surtout en fin de période avec la mainmise du pouvoir impérial. Naturellement, la conclusion ouvre sur des perspectives de recherche tant sur le plan thématique que chronologique. En matière de techniques de construction, il est difficile d’établir des typo-chronologies, sauf à suivre la chronologie des édifices eux-mêmes.

4Partie 2
La seconde partie, la plus volumineuse, forme le catalogue des sites étudiés. Ces derniers sont présentés selon un plan normalisé : présentation et contexte général du site et des sources, exposé des résultats archéologiques selon une trame analogue à celle utilisée pour la partie 1 (les ressources disponibles et leur exploitation, plan et structures du site, techniques de construction) et conclusion permettant de dégager les spécificités de chaque site. Il est utile de mentionner que les données, forcément disparates d’un site à l’autre, reprennent également des sources inédites d’autres chercheurs dûment cités. Les analyses spécifiques (études de mortier, datations) sont également présentées. Dans le cadre de ce compte rendu, il n’est pas possible de détailler chacune des vingt-quatre notices correspondant aux dix-neuf sites étudiés dont voici la liste :

51- WettolsheimKrueth-Linsenrain (avant le XIe siècle ?)
2- Éguisheim – Schlossberg-Dagsburg (phase A - XIe siècle)
3- Oberhaslach – Petit-Ringelsberg (début du XIIe siècle ?)
4- Ribeauvillé – Hohrappolstein (phase A)
5- Orschwiller – Petit-Koenigsburg (phase A - -avant le XIIe siècle ?)
6- Éguisheim – Schlossberg-Dagsburg (autour de 1147)
7- Ernolsheim
-lès-Saverne – Warthenberg (phase A - avant 1158)
8- Riquewihr – Bilstein (début du XIIIe siècle)
9- Oberhaslach – Ringelstein (ou Grand-Ringelsberg) (vers 1200)
10- Lichtenberg – Schlossberg (avant 1206)
11- Wintzenheim – Pflixburg (avant 1219)
12- Kaysersberg (phase A - autour de 1227)
13- WasserbourgWassenberg (autour de 1222)
14- Soultzbach‐les‐Bains – Schrankenfels (avant 1241)
15- Orschwiller – Petit-Koenigsbourg (phase B - troisième quart du XIIIe siècle ?)
16- Ernolsheim-lès-SaverneWarthenberg (phase B - 1261)
17- Kaysersberg (phase B 1264-1268)
18- Châtenois – Quartier du Château (deuxième moitié du XIIIe siècle)
19- Andlau‐Spesburg (troisième quart du XIIIe siècle)
20- Soultzbach‐les‐Bains – Château et enceinte urbaine (1275)
21- Lembach – Fleckenstein (dernier tiers du XIIIe siècle ?)
22- Wintzenheim – Hohlandsburg (entre 1279 et 1300)
23- Hattstatt – Hohhattstatt (entre 1281 et 1286)
24- Ribeauvillé – Hohrappolstein (phase B ‐ autour de 1298 ?)

6Sur la forme, on peut souligner la qualité des illustrations et des nombreuses photographies en noir et blanc. À défaut de pouvoir dupliquer les figures, il aurait été souhaitable d’augmenter les renvois depuis la synthèse vers les notices de sites. Sur le fond, cet ouvrage bien documenté et argumenté est d’un apport indéniable tant pour les chercheurs s’intéressant aux techniques de construction qu’aux passionnés de châteaux. Mais c’est au final à une véritable étude socio-économique à laquelle le lecteur est convié, nous rappelant que l’archéologue doit pouvoir se dégager des éléments matériels qu’il étudie pour en dégager une vue d’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amaury Masquilier, « Jacky KOCH, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles) », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 415-416.

Référence électronique

Amaury Masquilier, « Jacky KOCH, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/10253

Haut de page

Auteur

Amaury Masquilier

Inrap, UMR 7324 – CITERES-LAT, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page