Navigation – Plan du site
Notes et documents

Le premier pont sur la Saône à Lyon du IIIe au VIe siècle

Jean-François Reynaud, Stéphane Gaillot et Hervé Tronchère
p. 401-408

Résumés

L’emplacement du premier pont sur la Saône reste hypothétique. Les recherches subaquatiques sous la direction d’A. Lavocat et une relecture des documents anciens nous ont incités à relancer le débat et à présenter des arguments nouveaux en faveur d’un pont qui aurait été construit dès l’origine sur un haut-fond rocheux et dont l’emplacement n’aurait pas fondamentalement changé entre l’époque romaine et le XIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1La question du franchissement de la Saône n’a jamais été étudiée sérieusement et l’emplacement du premier pont, qui n’est pas mieux connu pour le Ier que pour le IVe siècle, reste donc hypothétique. Les recherches du groupe de recherche d’archéologie aquatique lyonnais sous la direction d’A. Lavocat et une relecture des documents anciens nous ont incités à lancer un véritable débat et à présenter des arguments en faveur d’un pont dont l’emplacement n’aurait pas fondamentalement changé entre l’époque romaine et le XIe siècle, date de la construction du pont médiéval, arguments tirés de la topographie ancienne, des données historiques et archéologiques.

Géoarchéologie et topographie ancienne des rives de la Saône

2Le substrat rocheux du lit de la Saône et l’évolution de son cours sont maintenant assez bien connus grâce aux travaux des archéologues et des géoarchéologues (BRAVARD et alii, 1997 ; ALLINE, 2007 ; VEROT-BOURRELY, AYALA, 2013, p. 37-49 ; FRANC, VEROT-BOURRELY, 2011). Pour un pont traversant la Saône, trois sites proches les uns des autres sont possibles en allant du nord vers le sud : au niveau de Saint-Paul, de Notre-Dame de la Platière ou de Saint-Nizier. La topographie fournit déjà des indications susceptibles de nous aider dans le choix du site a priori le plus favorable : c’est au droit de Saint-Paul que la Saône est la plus étroite, même si elle était peut-être plus large autrefois, mais aussi la plus profonde, avec un véritable canyon creusé dans le socle granitique entre h = 152 m et h = 148,90 NGF, soit environ 13 à 16 m sous les niveaux d’occupation romains (bathymétrie 2002-2004, VNF). Toutefois, il faut savoir que le lit de la rivière a été très creusé pour aménager la voie navigable et pour extraire du granulat, par exemple au port du « sablis » (CLEMENCON, 1982, p. 171 et 184 ; ROSSIAUD, 2013, p. 55). L’incision du lit, bien documentée sous la passerelle Saint-Vincent et le pont Bonaparte, est sans doute pour sa plus grande part moderne et contemporaine, avec un surcreusement de 8 à 9 m qui a commencé entre 1775 et 1779 (BARNOUIN, 2016, p. 47-48), soit la profondeur nécessaire à la navigation sous la surface moyenne de l’eau déterminée par le barrage de Pierre Bénite, avec des prolongements vers le nord le long des berges, là où les dragages sont descendus moins profondément (LAVOCAT, 2011, p. 15-31) (fig. 1).

Fig. 1. Bathymétrie actuelle du lit de la Saône (St. Gaillot et H. Tronchère, SAVL).

  • 1 Détail du calcul : le zéro à l’échelle au pont Tilsit en 1850 est à 163 m (MALLARD, 2004 p. 32 ; VA (...)

3Plus au sud, en aval du pont actuel de la Feuillée, le socle granitique, qui apparaissait aux basses eaux sous le pont du Change, figure sur de nombreux documents anciens ou récents (rente noble de Saint-Pierre ; HOURS, 1996 ; PELLETIER, 2002 ; DELFANTE, PELLETIER, 2006 : plan de la compagnie Chapuis, p. 56-57 et plan de 1823). À plus large échelle, la carte des courbes de niveau du cristallin à Lyon montre que le substrat granito-gneissique du Massif central est conservé à un niveau élevé à Fourvière et sur les pentes méridionales et orientales de la Croix-Rousse, qu’il se retrouve à un niveau plus bas au rocher du Change, pour s’enfoncer au sud sous les sédiments avec un abrupt bien marqué. Actuellement, le fond du lit de la Saône ne conserve que partiellement la trace du haut-fond rocheux de 85 m de largeur sur 115 m de longueur sur lequel s’appuyait l’ancien pont du Change. Sous l’ancien pont médiéval, où le haut-fond a été raboté en 1846-1847 lors de la construction d’un nouveau pont, on le retrouvait, d’après un profil bathymétrique d’août 1850, à h = 160,92 m NGF1 (VALENTIN SMITH, 1852, p. 67). Comme cette mesure a été faite à l’étiage, on peut considérer que le fond rocheux était proche. Le quai actuel est à h = 168 m NGF et les niveaux romains à h = 164-165 m NGF.

4Le géologue N. Mongereau suggère une « remontée du socle orientée nord-ouest / sud-est » dans le secteur du pont du Change (MONGEREAU, 2010 p. 101). Ceci est confirmé par la présence du rocher sous le quai actuel, directement à l’ouest de l’ancien pont du Change, à h = 153,50 m NGF. Cette altitude est en effet encore bien inférieure à celle du fond actuel du chenal en rive droite (h = 157,5 m NGF), lui-même abaissé suite au déroctage de 1846-1847 (cf. carte).

5Pour bien comprendre le problème, il faut également rappeler les modifications du cours de la Saône, maintenant bien connues.
Au cours du premier âge du Fer, le Rhône aurait repoussé la Saône jusqu’au pied de la colline de Fourvière. À la fin du dernier siècle avant notre ère, cet état de fait ainsi que l’affleurement du rocher à la sortie du canyon rejetaient toujours la rivière à l’ouest (fig. 2) : une Saône primitive, de 90 m de largeur - et jusqu’à 100 m place Adolphe-Max, où la berge orientale a été retrouvée - aurait suivi le pied de la colline (VILLEDIEU, 1990, p. 19-21 et fig. III, p. 195 ; Arlaud, 1994, p. 19). Les dépôts rhodaniens trouvés sous l’îlot Clément V et au nord de Saint-Georges ont prouvé que la « Saône primitive » passait à l’ouest de ces deux sites, et si l’on combine les plans 9, 21 et 22 de l’ouvrage de G. Ayala, on peut estimer que la rive gauche de la rivière passait au milieu du site de l’îlot Clément V (ARLAUD, 2000, p. 24 ; AYALA, 2013, p. 35, 50, 51).

Fig. 2. Le cours de la Saône et le premier pont entre le Ier et le VIe siècle.

6Dans un deuxième temps, au début de notre ère et jusqu’au milieu du Ier siècle ap. J.-C., la Saône serait passée de part et d’autre du rocher, une île subsistant entre les deux bras qui se rejoignaient vers Saint-Georges. La berge de la rivière aurait été retrouvée rue de la Monnaie et place des Célestins (ARLAUD et alii, 2000, p. 66-68 ; BRAVARD et alii, in BRAVARD, PRESTREAU, 1995, p. 188-190 ; VEROT-BOURRELY, AYALA, 2013, p. 49 ; FRANC, VEROT-BOURRELY, 2014, p. 149-158). Nous supposons que la rive gauche de la Saône se serait située un peu plus à l’est qu’aujourd’hui comme le suggère le « quai » signalé rue Mercière, du sud de la place d’Albon à la rue Ferrandière. Au niveau de la cathédrale Saint-Jean, le mur oblique signalé dans le lit de la rivière, de Symeoni à Artaud en passant par J. Spon, suggère l’existence d’un quai bordant une ancienne rive droite de la rivière (ARLAUD et alii, 2000, p. 66-68). De fait, l’interprétation du texte d’Artaud est difficile : « une muraille qui la coupe obliquement, à partir de la dernière pile du pont de l’archevêché, à droite, pour arriver à gauche, vers la seconde pile du pont volant », le pont de l’archevêché occupant l’emplacement du pont Bonaparte et le pont volant se trouvant au débouché de la rue Porte-Froc (rue de la Bombarde actuelle) (ARTAUD, 1846, p. 175 ; SPON, 1673, 1858, p. 132) ; mais en plaçant l’observateur Symeoni ou Spon en aval des deux ponts, le tracé que nous proposons ne fait que préciser celui des géoarchéologues (FRANC, VEROT-BOURRELY, 2014, fig. 4, p. 150). Cette constatation trouve une certaine confirmation dans la mention, en 1554, d’un passage à gué « sur un cheval grison depuis le port du Temple jusqu’au port de Roanne » (TRICOU, 1929, p. 75), c’est-à-dire à peu près à l’emplacement du mur oblique.

7Dans un troisième temps, au cours de la première moitié du IIIe siècle (VILLEDIEU, 1990, p. 21-26 ; ARLAUD, 1994, p. 18-39), la « Saône primitive », ou son bras occidental, se serait définitivement comblée, le quartier Saint-Jean perdant son caractère insulaire. La Saône se serait élargie à l’ouest en passant au-dessus de l’ancien quai (mur oblique décrit de Symeoni à Artaud) qui, avant les dragages modernes, demeurait visible durant les basses eaux. Les deux rives ont alors été stabilisées aux environs de cet ouvrage, à peu près à l’emplacement actuel, par des pieux et des blocs de calcaire de Seyssel sur la rive droite, au sud de Saint-Georges jusqu’au niveau de l’ancien pont d’Ainay, et, sur la rive gauche, au niveau de ce même pont et de l’ancien Arsenal au nord de Saint-Michel d’Ainay (travaux de construction des quais en 1840 et découvertes décrites par A. Comarmond : COMARMOND, 1840, p. 66 ; ARTAUD, 1846, p. 155-156 et 172 ; AYALA, 2013, p. 410-411). L’implantation d’une domus aux Célestins au début ou dans la deuxième moitié du IIe siècle (ARLAUD et alii, 2000, p. 84-87) et la datation de la fin du IIIe siècle du mur en pierre de Seyssel que nous avons fouillé à l’ouest du groupe épiscopal (REYNAUD, 1998, p. 56-61 et pour une datation plus précise REYNAUD et alii, 2017, p. 80-81) suggèrent de dater cette stabilisation des rives entre le début du IIe siècle et la fin du IIIe siècle. Un peu au nord, au niveau de l’actuel quai Saint-Antoine, l’urbanisation de la rive droite gagnera sur la rivière dès les XIIe-XIIIe siècles (GAUTHIEZ, 1994 p. 23).

Les données historiques et archéologiques

8Concernant le pont de Saône, les données historiques et archéologiques manquent cruellement pour l’époque antique. Si aucun texte ne mentionne un pont gaulois ni même ne suggère une traversée de la Saône par des troupes romaines au niveau de Lyon - Socrate le Scholastique rapporte, avant 440, que l’empereur Gratien a été assassiné à Lyon en 383 sur un pont non localisé (Rhône ou Saône) (DECOURT, LUCAS, 1993, p. 104-105) - il faut bien admettre avec A. Audin qu’un pont est nécessaire pour traverser la Saône (AUDIN, 1959, p. 12). Il faut aussi reconnaître que les travaux sur cette question n’ont jamais été poussés très loin malgré plusieurs ouvrages traitant des ponts de Lyon (HOURS, 1996 ; PELLETIER, 2002). Il faut arriver à l’Antiquité tardive pour qu’un texte de Grégoire de Tours mentionne un pont et une basilique proche ou plutôt la plus proche de la Saône : ad basilicam quae erat fluminis proxima (GRÉGOIRE de TOURS, HF IV, 36, MGH, SRM, I, 1, p. 168). Faute de localisation précise, on peut hésiter entre Chalon-sur-Saône et Lyon, cités où deux basiliques sont connues du même historien, celles de Saint-Clément et de Saint-Marcel dans le premier cas, celle de Sainte-Marie (Notre-Dame de la Platière) et celle de Saint-Nizier pour Lyon (BEAUJARD et alii, 1986, p. 65-74 ; REYNAUD, 1998, p. 194-198).

9L’archéologie ne fournit, nous l’avons vu, qu’une indication sur le comblement du bras occidental dans la première moitié du IIIe siècle et des indications indirectes sur les voies descendant de la Croix-Rousse et de Fourvière : la montée des Carmélites et des Chartreux sur les pentes de la Croix-Rousse et la montée Saint-Barthélemy sur celles de Fourvière ; voies que nous avons esquissées sur notre plan et dont la convergence a suggéré la présence d’un pont entre Saint-Paul et Saint-Vincent, pont dont ne subsiste à ce jour aucune trace connue.

10Si l’hypothèse d’un pont romain, en pierre ou en bois, à l’emplacement du rocher du Change, a été suggérée par A. Steyert, A. Kleinclausz, A. Pelletier, puis par nous-même, les historiens n’ont jamais apporté d’autres arguments que celui de l’évidence qu’il y avait à construire sur le rocher, et certains comme H. Hours, fin connaisseur de la ville, n’arrivent pas à conclure (STEYERT, 1895, p. 572 ; KLEINCLAUSZ, 1939, p. 10 ; HOURS, 1996, p. 9-10 ; PELLETIER et alii, 2007, p. 59 ; REYNAUD, 2008, p. 29). Curieusement cette hypothèse n’a pas été suivie et tous les plans de Lyon comportent un pont situé plus au nord, vers Saint-Paul, à la suite d’A. Allmer et P. Dissard (ALLMER, DISSARD, 1890, p. 290 ; DESBAT, 2011, p. 145). Ces bons connaisseurs de l’histoire antique s’appuyaient sur le tracé des voies descendant de Fourvière et de la Croix-Rousse et sur la faible largeur du lit de la Saône ; ils ajoutaient que si le pont n’avait pas laissé de traces, c’est qu’il était en bois. A. Audin et P. Wuilleumier n’ont fait que reprendre ces arguments et ont toujours figuré le pont romain à cet emplacement sur leurs divers plans de Lugdunum (AUDIN, 1947, fig. 1 ; WUILLEUMIER, 1953, fig. 1). A. Audin ajouta un autre argument : on trouve à Mâcon, Chalon et Grenoble deux églises au vocable de Saint-Laurent et de Saint-Vincent de part et d’autre du pont romain (AUDIN, 1959, p. 172) ; argument discutable, parce que, pour Lyon, on ne connaît pas l’ancienneté des églises Saint-Laurent (voisine de Saint-Paul sur la rive droite de la Saône) et Saint-Vincent (sur la rive gauche), et qu’au moment présumé de la construction de ces églises, le pont médiéval était installé plus au sud. En fait, on peut très bien supposer que la voie de la montée des Carmélites et de la rue Saint-Marcel, repérée au milieu du XIXe siècle et retrouvée rue des Chartreux en 2006 (TRANOY, AYALA, 1994, p. 178-179 ; ARGANT, 2006) se divisait en deux : au nord, une voie passant par la rue de la Vieille puis longeant la rive gauche de la Saône et une autre au sud se dirigeant vers le centre de la presqu’île et qui aurait pu rejoindre la voie nord-sud trouvée place d’Albon. Quant à la montée Saint-Barthélemy, dont A. Audin n’a retrouvé que des dalles en remploi (AUDIN, 1956, p. 126) et qui devait arriver vers Saint-Paul, elle pouvait, après un virage serré, rejoindre le pont construit plus au sud sur le rocher du Change.

11Avec l’hypothèse d’A. Allmer et P. Dissard, qui n’a jamais été vraiment discutée sauf brièvement par A. Desbat, on se retrouve dans la même situation que pour l’hypothèse que nous présentons : tout serait une question de bon sens. Ainsi, A. Desbat la juge « la plus plausible » en raison de l’étroitesse du lit, des difficultés rencontrés par la navigation pour franchir les rapides de la « mort qui trompe » à l’est du haut-fond rocheux et d’un déplacement du pont vers le sud correspondant à un déplacement de l’habitat vers le centre de la Presqu’île (DESBAT in BARRUOL et alii, 2011, p. 145-148). Or, nous l’avons vu, il était difficile de construire, dans ce secteur, un pont même en bois, en raison du canyon creusé dans le granite et de l’étroitesse du lit, le courant étant rendu encore plus violent lors des crues. Il faut d’ailleurs souligner la fréquence et l’ampleur des crues de la Saône qui peuvent atteindre 4300 m3 et une vitesse des eaux qui peut atteindre 3,5 à 4 m/s. sous certains ponts, en particulier sous la passerelle Saint-Vincent, alors que la rivière est si calme en période de basses eaux avec à peine 25 m3/s jusqu’à devenir « famélique » (LAVOCAT, 2011, annexe p. 8, plan avec la gamme des vitesses de la rivière ; VOISIN, 2014, p. 17-18 ; PARDE, 1925, I, p. 389 et p. 378 ; 1942, p. 1891) ; rappelons que la Gaule a connu plusieurs épisodes de « régime dominé par les crues » dont un entre 70 avant notre ère et 110 après J.-C. (CARCAUD, ARNAUD-FASSETTA, 2014, p. 221-224, fig. 5). Si la navigation était difficile au niveau du pont du Change, elle devait l’être encore plus vers Saint-Paul où les crues ont périodiquement (1640, 1654, 1696 et 1709) détruits les ponts de bois construits à l’époque moderne, à l’emplacement présumé du pont romain (VOISIN, 2014, p. 20). Enfin, s’il est vrai qu’un « nouveau pôle urbain » s’est développé autour de Saint-Nizier, A. Desbat est lui-même à l’origine de l’idée d’un castrum construit entre le IIIe et le IVe siècle au nord et au centre de la presqu’île (DESBAT, LASCOUX, 2000). Enfin, les prospections en plongée d’A. Lavocat n’ont rencontré que des pieux appartenant à l’époque moderne (LAVOCAT, 2011, p. 11-12 et 30). Tout au plus pourrait-on admettre la possibilité d’un pont de bateaux.

12Faute de données archéologiques, le cas du pont de Saône n’est que rarement évoqué dans les ouvrages techniques sur les ponts romains. Si les spécialistes ont montré que ceux-ci pouvaient parfaitement être construits sur des alluvions, comme par exemple celui de Mâcon (BONNAMOUR, 2000, fig. 4, p. 277), on peut aussi admettre que construire sur un rocher à fleur d’eau était une solution à la fois plus facile à réaliser et plus durable, sinon pourquoi les constructeurs du XIe siècle auraient-ils choisis cette solution ?

Un pont construit dès l’origine en s’appuyant sur le rocher

13Une deuxième hypothèse fut lancée par A. Audin, celle d’un nouveau pont, 400 m en aval, à l’époque des royaumes barbares, entre Notre-Dame de la Platière et Notre-Dame de la Saunerie (AUDIN, 1947, p. 123-128, fig. 4) ; hypothèse dont le point fort vient de la création en 549, par le roi franc Childebert, d’un hôpital avec une chapelle dédiée à Notre Dame (sans doute Notre-Dame de la Saunerie) au débouché supposé d’un pont, sur la rive droite de la Saône en face de Notre-Dame de la Platière (GUIGUE, 1874-75, p. 183-328). Le lien entre hôpital et pont est alors fréquent (il l’est encore plus tard entre l’Hôtel-Dieu et le pont du Rhône). B. Gauthiez situe d’ailleurs le noyau de la presqu’île médiévale autour de Notre-Dame de la Platière qui aurait succédé à l’église Sainte-Marie (GAUTHIEZ, 1994, p. 13-14, fig. 2 et 4) ; ce pont aurait alors débouché directement sur le centre de la presqu’île.

14Un pont est-il possible à cet emplacement ? On peut supposer que l’affleurement rocheux pouvait se prolonger plus en amont sur quelque cinquante mètres, assez loin au nord en rive gauche, et suffisamment en rive droite pour qu’un pont puisse être installé un peu au sud de Notre-Dame de la Platière et de Notre-Dame de la Saunerie ; là débutait l’élargissement du lit de la rivière qui passait d’une centaine de mètres au droit de la Platière à 200 m de largeur au niveau du pont du Change. Toutefois, situées à la pointe nord du rocher, les arches du pont ne bénéficieraient que partiellement de l’appui rocheux et devraient avoir une assez grande portée, assez comparable à celles du pont Saint-Martin en val d’Aoste, ou des ponts Fabricius ou Cestius à Rome (O’CONNOR, 1993, p. 89 ; GALLIAZZO, 1994, nos 1 à 9 pour Rome). Toutefois, si l’on accepte cette hypothèse, dont le point fort réside dans la présence de l’hôpital de Childebert, reste la question de la date de construction de ce pont et celle de son éventuel déplacement. Faute d’arguments historiques ou archéologiques, on ne peut que supposer la construction, à l’époque romaine, d’un pont à la pointe du rocher et couvrant les deux bras de la rivière. Les preuves manquent puisqu’aucune trace de ce pont n’a été trouvée, pas même des traces de pieux. Quant à l’hôpital, il aurait été placé dans le seul espace libre à l’extérieur de l’enceinte, dans la zone de dépôts alluviaux qui abritera ensuite un port. Pourtant, nous allons le voir, il y aurait contradiction entre l’installation, en 549, de l’hôpital de Childebert au débouché du pont, entre Notre-Dame de la Saunerie et Notre-Dame de la Platière, et la construction (ou reconstruction) du pont de pierre plus au sud, à la fin de l’époque burgonde, donc antérieurement à la création de l’hôpital ; sauf à admettre que la construction ait eu lieu nettement après 549.

15Nous privilégions donc l’hypothèse d’un pont établi là où un massif de rochers facilitait le passage, là où Grégoire de Tours signalerait peut-être un pont et deux basiliques proches dont la basilique Saint-Nizier, là où fut reconstruit le pont médiéval ou à proximité immédiate (REYNAUD, 2008, p. 29) (fig. 2). Pour nier son existence à cet emplacement, A. Allmer et P. Dissard s’appuyaient sur le fait qu’il n’en resterait aucun vestige (ALLMER, DISSARD, 1890, p. 290) ; de même A. Desbat ne trouve aucun élément paraissant antique dans les documents iconographiques présentant le pont du Change, avant sa démolition. Pourtant, le pont médiéval détruit au milieu du XIXe siècle comportait peut-être une ou deux arches d’un pont plus ancien. En 1860, A. Steyert dessina, lors de sa découverte, une pile située au début du pont sur la rive droite ; il la décrit comme « formée d’une double ligne de voussoirs très longs et très étroits… très fréquents dans les constructions romaines » (STEYERT, 1895, I, p. 279, légende de la fig. 325) (fig. 3 et 4).

Fig. 3. L’arche du pont primitif dessinée par Steyert en 1860 (STEYERT, 1895, I, p. 279).

16Il suffit en effet de parcourir l’ouvrage récent de Barruol et alii sur les ponts romains pour trouver de nombreux exemples d’arche à double rang de claveaux longs et étroits comme à Ganagobie, au Pouzin, au Pont de Barret et à Montbrizon-sur-Lez (BARRUOL et alii, 2011, p. 117-122, 183-190, 176-180, 149-153). Sur la vue de Cléric (1719), cette première arche à l’entrée occidentale du pont apparaît effectivement plus monumentale que les autres, à l’exception de la deuxième à l’est appelée, « arche des Merveilles », bien représentée sur une vue de Hubert de Saint-Didier (environ 21 m de portée au lieu d’environ 15 m pour les autres), mais d’une monumentalité qui pouvait s’inscrire dans le paysage. Plus à l’ouest encore, sous l’actuelle place du Change, F. Artaud signalait la présence de vestiges antiques (ARTAUD, 1846, p. 30-31) qui, d’après leur emplacement, auraient pu avoir été des culées du pont construites sur la rive occidentale de la Saône « primitive ».

Fig. 4. Dessin du pont du Change par Steyert (STEYERT, 1897, II, p. 297).

17Pourtant, un fait majeur paraît aller à l’encontre de l’hypothèse d’un pont romain à cet emplacement. En effet, lors de fouilles menées par le Service archéologique de la ville de Lyon (BERTRAND, LEROY, 2012, p. 22 ; fouilles dirigées par E. Bernot en 2016-2017), la découverte en 2015 de structures romaines (mur nord-sud, bassin et fontaine et voie nord-sud) des IIe-IIIe siècles et même début du IVe siècle, place d’Albon, au nord et au sud du débouché oriental du pont, semble exclure un pont romain situé, dès l’origine de la ville, exactement au même emplacement que le pont médiéval ; de même, l’emplacement de la rive gauche devrait être légèrement décalé vers l’ouest. Malheureusement la voie est-ouest au débouché du pont n’a pu être fouillée, ce qui pour l’instant interdit toute conclusion, sauf que le pont primitif pourrait se situer un peu plus au sud ou un peu plus au nord. Ce secteur semble abandonné fin IIIe-début IVe, ce qui suggère que le pont pourrait aussi être tardif : parmi les très nombreux blocs inscrits retrouvés lors de la démolition du pont en 1842-1843, le bloc le plus récent, qui provient de la première et de la troisième arche, remonte à Septime Sévère (LE MER, CHOMER, 2007, p. 480-485, n° 429/6) ; de même A. Lavocat a repéré près de la première arche orientale un bloc provenant du sanctuaire fédéral des Trois Gaules (LAVOCAT, 2011, p. 31) et l’on sait qu’une des grandes périodes de remplois de blocs romains se situe aux IIIe-VIe siècles. On peut donc envisager une première construction (ou une reconstruction après un léger déplacement), à la fin du IIIe siècle (mais il faut aussi tenir compte d’une deuxième vague de remplois aux XIe-XIIe siècles, époque de la construction du pont médiéval). Enfin et surtout, un trésor de monnaies burgondes a été trouvé lors de la démolition du pont et le témoignage de A. Steyert est troublant : des monnaies de Gondebaud et de Godomar auraient jailli comme « un véritable volcan » du pont de pierre lors d’un coup de mine visant à sa démolition (STEYERT, 1895, I, p. 566 et 611). Il s’agirait alors d’un dépôt effectué avant 534 (date du décès de Godomar). Cette date tardive pourrait nous étonner mais on sait que le pont de Pavie fut reconstruit à l’époque de l’évêque Crispin I (451-467) et que le roi des Ostrogoths Théodoric reconstruisit le pont de Vérone en 493, que les poteaux d’un pont des années 470 (entre 290 et 530) sont signalés à Avignon (CARRU, 1999, p. 117) ; plus tard, les capitulaires mérovingiens et carolingiens attestent un réel souci de l’entretien des routes et des ponts avec des agents comtaux chargés de l’entretien ou de la construction des ponts (BRUAND, 2002, p. 41-43). On pourrait donc admettre que la monnaie de Godomar fournit un terminus ante quem non et que le pont a été construit soit sous le règne de Godomar, soit une vingtaine d’années après et donc postérieurement à l’hôpital de Childebert.

18Rien n’interdit donc de considérer que le rocher a très tôt déterminé l’emplacement du pont romain, que l’emplacement de ce pont a pu varier de quelques dizaines de mètres ou d’une centaine de mètres au cours des âges, mais que celui-ci a été construit et reconstruit au même emplacement soit dès la fin du IIIe siècle, soit à l’époque burgonde. On peut également penser que la présence du pont a pu jouer un rôle dans l’emplacement de Notre-Dame de la Platière ou de Saint-Nizier qui abrita des tombes d’évêques dès le début du VIe siècle.

19Nous resterons donc sur l’hypothèse qu’un haut-fond rocheux a déterminé l’emplacement d’un pont, construit dès l’époque romaine d’abord sur le bras primitif de la Saône au pied de la colline de Fourvière, puis agrandi vers l’est pour tenir compte de l’évolution du cours de la rivière, enfin restauré ou reconstruit soit à la fin du IIIe siècle, peut-être avec un léger décalage, soit à l’époque burgonde, soit au début de l’époque mérovingienne. On peut espérer que les fouilles en cours, menées par le Service archéologique de la ville de Lyon, place d’Albon et quai Saint-Antoine donneront une réponse à nos questions.

Haut de page

Bibliographie

ALLMER A., DISSARD P., 1888-1893, Musée de Lyon : inscriptions antiques, Lyon, Delaroche, 5 vol.

ARGANT T., 2006, 7-11 rue des Chartreux Lyon 69001, Rapport d’opération d’archéologie préventive, novembre 2006.

ARLAUD C. dir., 2000, Lyon, les dessous de la presqu'île : Bourse. République. Célestins. Terreaux : sites Lyon parc Auto, Lyon, SRA, 280 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 20).

ARLAUD C., BURNOUF J., BRAVARD J.-P., VEROT-BOURRELY A., 1994, Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, SRA, 151 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 10).

ARTAUD F., 1836, Lyon souterrain, ou Observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu’en 1836, Lyon, Coll. des bibliophiques lyonnais, in-16, 259 p.

AUDIN A., 1947, « Le confluent et la croisée de Lyon », Revue des Études anciennes, t. 22, p. 99-130.

AUDIN A., 1959, Essai sur la topographie de Lugdunum, Lyon, 2ème éd., 178 p.

AYALA G. dir., 2013, Lyon, Saint-Georges : archéologie, environnement et histoire d’un espace fluvial en bord de Saône, Paris, éd. de la MSH, 436 p. (Documents d’Archéologie française, 106).

BARNOIN B., 2016, Évolution bathymétrique de la Saône à Lyon au cours de la période contemporaine (XVIIIe-XXIe siècle.), Mémoire de première année du master Sciences des sociétés et de leur environnement, Univ. Lumière Lyon 2, UFR GHHAT, 83 p.

BARRUOL G., FICHES J.-L., GARMY P., 2011, Les ponts routiers en Gaule romaine, Actes du colloque tenu au Pont du Gard, 8-11 oct. 2008, Montpellier, Assoc. R.A.N., 687 p. (41ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

BEAUJARD B., FEVRIER P.-A., PICARD J.-Ch., PIETRI Ch., REYNAUD J.-F., 1986, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, IV, Province ecclésiastique de Lyon (Lugdunensis prima), de Boccard, 82 p.

BERTRAND É., LEROY E., 2012, « Lyon : nouvelles données sur la presqu’île antique », Archéologia, n° 495, Dijon, éd. Faton, p. 18-25.

BONNAMOUR L., 2000, « Les ponts romains de Chalon-sur-Saône : étude préliminaire de la pile n° 3 », Gallia, t. 57, n° 1, p. 273-306.

BRAVARD J.-P., VEROT-BOURRELY A., Franc O., 1997, « Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le Tardiglaciaire », in : BRAVARD J.-P., PRESTREAU M. coord., Dynamique du paysage : entretiens de géoarchéologie, table ronde tenue à Lyon les 17 et 18 nov. 1995, Lyon, SRA, p. 177-201 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

BRUAND O., 2002, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens : les réseaux de communication entrte Loire et Meuse aux VIIIe et IXe siècles, Bruxelles, de Boeck Univ., 357 p. (Bibliothèque du Moyen Âge, 20).

CARRU D., 1999, « Le Rhône à Avignon : données archéologiques », in : « Le Rhône romain : dynamiques fluviales, dynamiques teritoriales » (dossier), Gallia, t. 56, p. 109-120.

CLÉMENÇON A.-S., 1982, « Le fleuve à l’assaut des terres », in : Lyon au fil des fleuves, Catalogue d’exposition Elac, Établissement lyonnais d’art contemporain, p. 165-175.

COMARMOND A., 1840, Antiquités de Lyon : dissertation sur trois fragments en bronze trouvés à Lyon à diverses époques et en particulier sur une portion de jambe de cheval, un pied d’homme en bronze, un avant-bras de statue et d’autres objets antiques découverts dans la tranchée du quai Fulchiron en mai 1840, Lyon, imp. L. Boitel, 71 p.

DECOURT J.-C., LUCAS G., 1993, Lyon dans les textes grecs et latins, Travaux de la Maison de l’Orient n° 23, 173 p.

DELFANTE C., PELLETIER J., 2006, Plans de Lyon 1350-2015 : portraits d’une ville, Lyon, S. Bachès, 153 p.

DESBAT A., 2011, « Lyon, Rhône : état des questions », in : BARRUOL G., GARMY P., Les ponts routiers en Gaule romaine, Montpellier, p. 145-148 (41ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

DESBAT A., LASCOUX J.-P., 2000, « Le Rhône et la Saône à Lyon, à l’époque romaine : bilan archéologique », in : « Le Rhône romain : dynamiques fluviales, dynamiques territoriales » (dossier), Gallia, t. 56, 1999, p. 45-69.

FRANC O., VEROT-BOURRELY A., « Trente ans d’études géomorphologiques au service de l’archéologie lyonnaise » in : CARCAUD N., ARNAUD-FASSETTA G. dir., La géoarchéologie française au XXIe siècle / French Geoarcheology in the 21st century, Paris, CNRS éd., avec le concours de l’Inrap, p. 149-158.

GALLIAZZO V., I ponti romani, t. 2, Catalogo generale, Trevise, 447 p.

GAUTHIEZ B., 1994, « La topographie de Lyon au Moyen Âge », Archéologie du Midi médiéval, XII, p. 3-38.

GUIGUE M.-C., 1876, Recherches sur Notre-Dame de Lyon : hôpital fondé au VIe siècle par le Roi Childebert et la Reine Ultrogothe : origine du pont de la Guillotière et du Grand-Hôtel-Dieu, Lyon, 202 p. (Bibliothèque historique, 1).

HOURS H., 1996, Histoire du pont de Saône : neuf siècles de vie lyonnaise autour du pont du Change, Lyon, J. André, 80 p.

KLEINCLAUSZ A., 1939, Histoire de Lyon des origines à 1595, Lyon, Librairie P. Masson, t. I, 559 p.

LAVOCAT A., 2011, La Saône du P.K.2 au P.K.6.5., Lyon (69), Prospection inventaire, DFS Rhône-Alpes.

LE MER A.-C., CHOMER C., 2007, Lyon, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 883 p. (Carte archéologique de la Gaule, 69/2).

MALLARD J.-C., 2004, Nivellement de la grande Saône de 1835 à 1867, PUL, 186 p.

MONGEREAU N., 2010, Géologie de Lyon, éd. lyonnaises d’Art et d’Histoire, 143 p.

O’CONNOR C., 1993, Roman bridges, Cambridge Univ. Press, 251 p.

PARDE M., 1942, Quelques nouveautés sur le régime du Rhône, Mémoires et documents de l’Institut des Études rhodaniennes de l’Univ. de Lyon, Marius Audin, Lyon.

PELLETIER J., 2002, Ponts et quais de Lyon, Lyon, éd. lyonnaises d’art et d’histoire, 128 p.

REYNAUD J.-F., 1998, Lugdunum christianum. Lyon du IVe au VIIIe s. : topographie, nécropoles et édifices religieux, Paris, éd. du CNRS, 288 p. (Documents d’Archéologie française, 69).

REYNAUD J.-F., 2008, « Lugdunum du IVe au VIIIe siècle », in : REYNAUD J.-F., RICHARD F., les Amis de Saint-Martin d’Ainay, L’abbaye de Saint-Martin d’Ainay : neuvième centenaire, Actes du colloque de janvier 2007, Lyon, Pul, p. 23-32.

REYNAUD J.-F. et alii, 2017, « Lugdunum : l’enceinte de l’Antiquité tardive (fin IIIe-début IVe siècle) », Mémoires de l’Acad. des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon, p. 75-90.

ROSSIAUD J., 2013, Lyon, la rivière et le fleuve, Lyon, Éd. lyonnaises d’Art et d’Histoire, 151 p.

RUSSO Ph., AUDIN A., 1964, Histoire ancienne de Lyon, Lyon, Audin, 64 p.

SPON J., 1673-1858, Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, ancienne colonie des Romains et capitale de la Gaule celtique, BN, ms.lat. 2194, Lyon, rééd. L. Renier, Lyon.

STEYERT A., 1895, Nouvelle histoire de Lyon et des provinces de Lyonnais, Forez, Beaujolais, Franc-Lyonnais et Dombes. t. I, Antiquité depuis les temps préhistoriques jusqu’à la chute du royaume burgonde (534), Lyon, 614 p.

STEYERT A., 1897, Nouvelle histoire de Lyon et des provinces de Lyonnais, Forez, Beaujolais, Franc-Lyonnais et Dombes. t. 2, Moyen Âge depuis la chute du royaume burgonde (534) jusqu’à la mort de Louis XI (1483), Lyon, 668 p.

TRANOY L., AYALA G., 1994, « Les pentes de la Croix-Rousse à Lyon dans l’Antiquité : état des connaissances », Gallia, t. 51, p. 171-189.

TRICOU J., 1929, La chronique lyonnaise de Jean Guéraud, 1536-1562, publiée avec une introduction et une table,

VILLEDIEU F., 1990, Lyon St-Jean : les fouilles de l’avenue Adolphe Max, Lyon, Circ. des Antiquités historiques, 239 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 2).

VOISIN B., 2014, La Saône au cœur de Lyon : deux mille ans d’histoire qui ont fait la ville, Lyon, Libel, 175 p.

VALENTIN-SMITH M., 1852, Monographie de la Saône, La Revue du Lyonnais, Lyon, Imp. Léon Boitel, 168 p.

WUILLEUMIER P., 1953, Lyon, métropole des Gaules, Paris, Les Belles Lettres, 117 p., 12 p. de pl. (Coll. Le monde romain).

Haut de page

Notes

1 Détail du calcul : le zéro à l’échelle au pont Tilsit en 1850 est à 163 m (MALLARD, 2004 p. 32 ; VALENTIN SMITH, 1852). En 1866, le même point est à 160,319 m dans le système de nivellement de Bourdalouë (MALLARD, 2004). Enfin il est à 160,248 m dans le système actuel (NGF). Par conséquent il convient de soustraire 2,752 m aux altitudes de 1850 pour avoir leurs valeurs en mètre NGF.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bathymétrie actuelle du lit de la Saône (St. Gaillot et H. Tronchère, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 2. Le cours de la Saône et le premier pont entre le Ier et le VIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 3. L’arche du pont primitif dessinée par Steyert en 1860 (STEYERT, 1895, I, p. 279).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Fig. 4. Dessin du pont du Change par Steyert (STEYERT, 1897, II, p. 297).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10267/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Reynaud, Stéphane Gaillot et Hervé Tronchère, « Le premier pont sur la Saône à Lyon du IIIe au VIe siècle », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 401-408.

Référence électronique

Jean-François Reynaud, Stéphane Gaillot et Hervé Tronchère, « Le premier pont sur la Saône à Lyon du IIIe au VIe siècle », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/10267

Haut de page

Auteurs

Jean-François Reynaud

Professeur honoraire des Universités, 14 chemin de Montessuy, 69009 Lyon. jeanf.f@orange.fr

Articles du même auteur

Stéphane Gaillot

Géomorphologues au Service archéologique de la Ville de Lyon. stephane.gaillot@mairie-lyon.fr

Articles du même auteur

Hervé Tronchère

Géomorphologues au Service archéologique de la Ville de Lyon. herve.tronchere@mairie-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page