Navigation – Plan du site

Supplément 48

Jean-Paul THEVENOT dir. avec la coll. de Jehanne AFFOLTER, Miguel ALMEIDA, Thierry AUBRY, J. David KILBY, Jacques PELEGRIN, Jean-Baptiste PEYROUSE, Hugues PLISSON, Gabriel TEURQUETY, Les silex solutréens de Volgu (Rigny-sur-Arroux, Saône-et-Loire, France) : un sommet dans l’art de la « pierre taillée »

Image 10000000000001D8000002A23ED24C5F8D0825BC.png

Jean-Paul THEVENOT dir. avec la coll. de Jehanne AFFOLTER, Miguel ALMEIDA, Thierry AUBRY, J. David KILBY, Jacques PELEGRIN, Jean-Baptiste PEYROUSE, Hugues PLISSON, Gabriel TEURQUETY, Bertrand WALTER, Les silex solutréens de Volgu (Rigny-sur-Arroux, Saône-et-Loire, France) : un sommet dans l’art de la « pierre taillée »
48ème supplément à la Revue Archéologique de l’Est.
Dijon, S.A.E., 2019, 292 p. en format A3
ISBN 978-2-915544-44-2 - ISSN 1773-6773
40 € + port : 15 €

Les « silex de Volgu » ont été découverts fortuitement en 1874 lors du creusement d’un petit canal de dérivation des eaux de l’Arroux qui relie la ville de Gueugon au Canal du Centre, à proximité de la ville de Digoin, sur le bord de la Loire. Il s’agit de longues et fines pointes de silex, en forme de « feuilles de laurier » selon la dénomination des préhistoriens, qui constituent les productions les plus remarquables dans l’art de « la pierre taillée » dans l’ensemble du monde paléolithique.
Les études auxquelles elles ont donné matière ont permis de montrer : que les silex dans lesquels elles ont été façonnées proviennent des formations crétacées du sud du Bassin parisien, c’est-à-dire d’une vaste région allant du Berry jusqu’à la Champagne ; que ces objets privés de traces évidentes d’usure et de plus extrêmement minces et fragiles n’ont pas été utilisés comme outils ni comme armes ; que les techniques particulièrement complexes qu’implique leur fabrication, principalement par percussion directe, témoignent d’une telle maîtrise qu’elles constituent de véritables chefs-d’œuvre.
Les données acquises dans les fouilles récentes d’autres gisements de la même époque, notamment en Touraine, ont permis non seulement de confirmer leur datation à la fin du Solutréen, il y a environ vingt millénaires, mais aussi de reconnaître, à partir des ateliers de taille découverts dans cette région et en Dordogne, le processus complet de leur réalisation, de la préparation des blocs bruts de silex jusqu’à l’obtention de grandes pointes foliacées extrêmement minces comme celles de Volgu.
Les seize pointes trouvées rassemblées en un paquet serré sur le bord de la vallée de l’Arroux constituent à proprement parler une « cachette », c’est-à-dire un dépôt volontaire car elles n’étaient pas en contact direct avec les structures d’un habitat ni avec les restes d’un atelier de taille. Ces pointes de silex enfouies à dessein représentaient certainement à l’époque de leur fabrication quelque chose de particulier et d’important. Elles ont en effet été taillées dans des silex rares compte tenu de la grande longueur et de l’extrême qualité des blocs qu’exigeait leur façonnage, et d’accès difficile sous le climat extrêmement froid qui sévissait alors, c’est-à-dire durant la période que les spécialistes dénomment le « Dernier Maximum glaciaire ». Elles étaient de plus éminemment respectables du fait du très long travail de taille au percuteur en bois de renne que leur mise en forme demandait et qui supposait une compétence technique très développée, fondée sur un long apprentissage et sans doute sur de nombreux échecs.
La rareté des blocs de silex de dimension adéquate, l’expérience et l’adresse nécessaires à leur façonnage, les rigoureuses conditions climatiques de l’époque, laissent à penser que ces pièces extraordinaires ont été fabriquées sur plusieurs saisons. Elles ont été peu à peu rassemblées, en quelque sorte collectionnées, parce qu’elles avaient un intérêt spécial et une signification particulière, peut-être de nature symbolique. En tout cas elles représentaient au moins en elles-mêmes, pour les hommes de l’époque, de véritables exploits techniques et de ce fait constituaient des objets précieux et dignes d’admiration. C’est le sentiment qui prévaut encore de nos jours pour peu que l’on examine avec attention ces œuvres magistrales auxquelles on ne saurait par ailleurs dénier une réelle valeur artistique.

---

SOMMAIRE
Préface de Jean-Jacques CLEYET-MERLE
Avant-propos, Jean-Paul THEVENOT

Chapitre I : LES SILEX DE VOLGU : UNE DÉCOUVERTE SINGULIÈRE
Jean-Paul THEVENOT
I. Le lieu de la découverte
II. Les conditions de gisement
III. Les circonstances de la trouvaille
IV. Le nombre de pointes : des estimations très variables
V. Le nombre de pointes : vers un chiffre plus crédible
VI. L’organisation du sauvetage
Les pointes de Volgu dans l’iconographie
VII. Les moyens mis en œuvre pour faire connaître les pointes
Les intervenants dans le « sauvetage » des pointes de Volgu
VIII. L’incidence de la découverte dans le milieu archéologique régional
IX. L’appartenance culturelle et l’âge des pointes un temps discutés
X. Sur l’origine du silex dans lequel les pointes sont taillées
XI. Les pointes de Volgu et le Solutréen local

Chapitre II : SUR L’ORIGINE DES SILEX DANS LESQUELS LES POINTES DE VOLGU SONT TAILLÉES
Jehanne AFFOLTER
I. État de la question
II. Méthodes de description et de détermination des silex
III. Description systématique des pointes de Volgu
IV. Caractérisation, identification et origine des silex
Les silex de Volgu ont-ils été chauffés avant d’être taillés ?

Chapitre III : LES POINTES DE VOLGU ONT-ELLES EU UNE FONCTION PRATIQUE ?
Hugues PLISSON
I. Examen tracéologique des pointes
II. Quel est le statut fonctionnel des pointes de Volgu ?

Chapitre IV : LES POINTES DE VOLGU : JUSQU’AUX LIMITES DE LA TAILLE BIFACIALE
Jacques PELEGRIN
I. Problématique et méthodes d’analyse
II. Quelles matières premières ?
III. Des pointes taillées de mains de maîtres
IV. Les caractéristiques des seize pointes de Volgu
Glossaire des termes techniques relatifs au façonnage des feuilles de laurier

Chapitre V : LE PHÉNOMÈNE DES GRANDES FEUILLES DE LAURIER DE LA CATÉGORIE DE CELLES DE VOLGU AU SOLUTRÉEN
Thierry AUBRY, Bertrand WALTER, Jean-Baptiste PEYROUSE, Miguel ALMEIDA, Gabriel TEURQUETY
I. Les feuilles de laurier de la catégorie de celles de Volgu : critères et essai de définition
La définition des « feuilles de laurier » par Gabriel de Mortillet
II. Les moyens de la démesure : les matériaux des grandes feuilles de laurier
III. Le façonnage des grandes feuilles de laurier de la catégorie de celles de Volgu d’après les fouilles des Maîtreaux et des Roches d’Abilly
IV. Chronologie du phénomène des grandes feuilles de laurier
Inventaire des sites à feuilles de laurier de la catégorie de celles de Volgu

Chapitre VI : LES SILEX DE VOLGU REVISITÉS
Jean-Paul THEVENOT, J. David KILBY, Jacques PELEGRIN
I. Des pointes datées du Solutréen récent
II. Des pointes emblématiques cachées à dessein
III. Des pointes aux caractères morphologiques et techniques très spécifiques
IV. Des pointes qui représentent quelque chose d’exceptionnel

Chapitre VII : LE FAÇONNAGE EXPÉRIMENTAL DES FEUILLES DE LAURIER DU MODÈLE DE VOLGU : UNE TAILLE BIFACIALE DES PLUS EXIGEANTES
Jacques PELEGRIN
I. Les techniques de taille des grandes feuilles de laurier de la catégorie de celles de Volgu
II. La méthode : quelques connaissances et, surtout, du savoir-faire
III. Essais de reproduction de feuilles de laurier du modèle de celles de Volgu
IV. Une question pendante : les séries d’enlèvements « en ruban »

PLANCHES I À XXXIII

Références bibliographiques

Epilogue, Translated by Suzanne M. KEESLAR
Epilog, Übersetzt durch Jehanne AFFOLTER
Epilogo, Traducción de Aurora PULIDO VILLEGAS
Epilogo, Tradução Maria Jacqueline RODET

Index des sites paléolithiques français et des caches de la culture nord-américaine de Clovis

---

Ouvrage édité par la Société archéologique de l’Est dans le cadre de l’UMR 6298 ARTEHIS (Université de Bourgogne) avec le concours du Ministère de la Culture (Direction générale des Patrimoines, Sous-direction de l’Archéologie et DRAC Bourgogne – Franche-Comté), du Conseil départemental de Saône-et-Loire, de la Ville de Chalon-sur-Saône, de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône et de l’UMR 6298 ArTeHiS.

Document annexe

Haut de page