Navigation – Plan du site
Articles

L’ensemble céramique du Bronze C2 de Mâcon Flacé, nouvel hôpital (Bourgogne, Saône-et-Loire) et la transition Bronze C2 / D1 dans la moyenne vallée de la Saône :

nouvelle étude du mobilier issu des fouilles d’A. Barthèlemy
Franck Ducreux
p. 59-101

Résumés

Le site de Mâcon-Flacé, Nouvel Hôpital a fait l’objet d’une fouille de sauvetage par A. Barthèlemy en 1970. À cette occasion plusieurs structures excavées protohistoriques ont été explorées dans le voisinage d’un établissement gallo-romain. Cet article s’intéresse à la structure ST IV, qui a produit un ensemble céramique daté du début du Bronze final par les auteurs de la fouille. La fonction de cette structure reste discutable : foyer ou fond de cabane ? Structure circulaire semi-enterrée mal conservée ? Le mobilier céramique issu de la fouille représente une centaine de vases homogènes aux plans culturels et chronologiques. Une reprise de l’étude de ce mobilier permet de préciser sa datation au Bronze C, position confortée par deux dates 14C. L’un des intérêts majeurs de ce travail réside donc dans l’étude d’un ensemble céramique bien documenté, daté d’une période encore peu représentée dans la région.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

fosse-foyer, céramique

Géographie :

vallée de la Saône

Chronologie :

Âge du Bronze moyen
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À ce titre, nous remercions chaleureusement D. Barthèlemy pour son accueil et sa disponibilité dans (...)

1Le site de Mâcon-Flacé a été exploré dans le cadre de fouilles de sauvetage lors du projet de construction du nouvel hôpital par A. Barthèlemy en 1970, qui a porté principalement sur un établissement gallo-romain. À proximité immédiate de ce site antique, un niveau archéologique contenant notamment du matériel lithique daté du Néolithique et deux fosses datées de l’Âge du Bronze pour l’une et de l’Âge du Fer pour l’autre. La fouille d’A. Barthèlemy, d’une rigueur remarquable, a produit un ensemble mobilier de grande qualité dont la datation, estimée à l’époque au début du Bronze final peut aujourd’hui être largement précisée, notamment par deux analyses 14C réalisées a posteriori sur des échantillons de charbons de bois issus de la fouille. La publication partielle du mobilier par le fouilleur en 1976 (BARTHÈLEMY, 1976) ne permet pas une lecture typo-chronologique précise et cette nouvelle étude propose une reprise détaillée de la céramique encore rare dans la région pour cette époque1.

1. Le site de Mâcon-Flacé

2Le site de Mâcon-Flacé se localise sur le piémont oriental des formations calcaires des monts du Mâconnais, au nord-ouest de l’agglomération de Mâcon. Il est situé sur le versant d’un coteau de faible pente qui domine la partie basse de la ville actuelle de Mâcon et la vallée de la Saône (fig. 1). La région mâconnaise est riche en sites archéologiques toutes périodes confondues, mais l’Âge du Bronze y demeure représenté d’une façon encore confidentielle. Les nombreuses opérations liées à l’archéologie préventive, développées parfois sur de grandes surfaces, n’ont pas permis d’améliorer de façon sensible la documentation sur cette période et la reprise de cette fouille apporte des données essentielles pour le Bronze moyen de la région, mais également dans la compréhension des dynamiques culturelles en vigueur à cette époque dans le Centre-Est de la France.

Fig. 1. Situation géographique du site de Mâcon-Flacé (carte : F. Ducreux, Inrap).

1.2. La structure ST IV, une construction circulaire ou hémicirculaire semi-enterrée ?

3Cette vaste fosse aux contours complexes occupe une surface d’environ 20 m² (fig. 2). Dans sa partie centrale, elle est globalement circulaire, de 3 m de diamètre environ, pour une profondeur de 30 cm au plus profond, dans sa partie centrale. Dans cette zone, un secteur délimité par un demi-cercle de trous de poteau semble avoir été l’emplacement d’un foyer, associé à de la céramique et doté d’une plaque foyère en argile cuite. Enfin, une structure arciforme excavée se greffe sur cet espace et peut avoir constitué un accès à la zone foyère. Le mobilier présenté dans cet article est issu à la fois de la zone de foyer et de ce dernier secteur ; il provient d’un niveau de rejets homogènes sur le plan chronologique, daté de la fin du Bronze moyen (fig. 2).

Fig. 2. Plan de la structure STIV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. La densité des zones grisées indique la proportion de charbon de bois. Le mobilier provient du remplissage de la structure coudée dans les carrés a2 à a6 (plan : F. Ducreux d’après BARTHÈLEMY, 1976).

4Ce corpus se compose de 88 individus céramiques (fig. 3 à 7) et de quinze tessons intéressants pour leurs formes et leurs décors. Au mobilier céramique viennent s’associer une meule, plusieurs molettes et broyons ainsi qu’un petit lot de silex atypiques qui n’ont pas fait l’objet de nouvelle étude dans cet article (BARTHÈLEMY, 1976, p. 27).

Fig. 3. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-16. Tessons décorés ; 17-24. assiettes et tasses (dessin : F. Ducreux, Inrap).

Fig. 4. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-20. Jattes à parois sinueuses et rebord oblique (dessin : F. Ducreux, Inrap).

Fig. 5. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-5. Pots à profil sinueux et rebord oblique ; 6-15. pots à profil sinueux et rebord épaissi (dessin : F. Ducreux, Inrap).

Fig. 6. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-10. Pots à profil sinueux et rebord épaissi (dessin : F. Ducreux, Inrap).

Fig. 7. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1, 2, 4, 6 et 7. pots à profil sinueux et encolure haute ou longue ; 3. pot à profil sinueux et décor peigné ; 5, 8 et 9. jarres à profil sinueux et rebord épaissi (dessin : F. Ducreux, Inrap).

5La dénomination de fond de cabane a été proposée par l’auteur de la fouille, en raison de la présence de la zone foyère entourée de trous de poteau, évoquant un habitat. Par ailleurs, l’accès coudé à cette zone foyère suggère une structure enterrée ou semi-enterrée. De tels aménagements restent très délicats à interpréter encore aujourd’hui en raison de l’absence de comparaisons étoffées pour la période. L’hypothèse d’une forme d’habitat peut-être semi-enterré émise par l’inventeur du site reste donc d’actualité à défaut de nouvelles propositions. Aujourd’hui, l’existence d’habitats enterrés ou semi-enterrés à l’Âge du Bronze reste hypothétique, à l’inverse de la période de l’Âge du Fer où de véritables fonds de cabanes à vocation d’habitat, de caves ou d’ateliers sont attestés (BRUN, 1982). Le relevé des zones charbonneuses réalisé par le fouilleur montre des traces rectilignes, relevées sur les bordures de la zone coudée, qui peuvent évoquer les restes de dispositifs de protection des parois du creusement (cloisons de planches ?). D’autres indices, également susceptibles d’être des marques de planches, visibles dans la partie coudée du couloir d’accès, ont été interprétées par les fouilleurs comme les vestiges de marches permettant l’accès à la zone foyère (BARTHÈLEMY, 1976, p. 23). La disposition des trous de poteau peut également suggérer une maison circulaire dont seule la partie sud aurait été conservée, la partie nord ayant souffert de l’érosion différentielle du terrain en pente.

6La dispersion du mobilier au sein d’un épandage dans la partie coudée du couloir d’accès peut témoigner d’une fonction de dépotoir en relation avec des activités domestiques de stockage. Dans la suite de cette hypothèse, la construction présumée serait un bâtiment semi-circulaire d’environ trois à quatre mètres de diamètre, disposant d’une entrée en couloir semi-enterrée, orientée au sud. Les maisons rondes sont bien documentées pour l’Âge du Bronze dans la partie nord de la France et dans les Îles britanniques, mais elles ne sont pour le moment pas présentes dans le Centre-Est de la France et plus particulièrement en Bourgogne. Toujours dans l’hypothèse d’une structure circulaire sur poteaux porteurs, le diamètre restituable du plan de cette construction est de 2,5 à 3 m, trop faible pour interpréter cette structure comme une maison. L’hypothèse du fond de cabane émise par les fouilleurs s’inspire des fonds de cabanes du haut Moyen Âge, également surcreusés, de plans rectangulaire et circulaires (CHOPELAIN, 2001). Pour l’Âge du Bronze, ces fonds de cabanes restent très mal documentés. Dans la région, le site de Beaune Corvée-Râteau en offre un exemple, quadrangulaire, associé à trois poteaux faîtiers et daté du Bronze ancien (DUCREUX, 2008). Hormis cette structure, aucun fond de cabane circulaire n’est à notre connaissance attesté de façon certaine pour cette période.

3. Datations absolues

7Des échantillons de charbons de bois provenant de la zone foyère et conservés au centre archéologique de Mâcon ont permis de réaliser deux analyses 14C(fig. 8) :
- STIV.1 M. Flacé, Poz-70044 : 3135 ± 35 BP.
- STIV.2 M. Flacé, Poz-70045 : 3085 ± 35 BP.

Fig. 8. Datations 14C obtenues sur du matériel charbonneux prélevé dans la zone foyère lors de la fouille du site.

8Au regard de l’ensemble mobilier associé, ces deux dates s’avèrent fiables, légèrement plus tardives que celles obtenues sur une fosse de Magny-sur-Tille, Le Bas de Lamponne, contenant un mobilier plus précoce associé à des décors linéaires incisés, et en revanche plus précoces que les séries du Bronze D et du Hallstatt A1 régional, notamment pour les sites de Sevrey, En Longeois et d’Athée, Champ de Grette (fig. 8). La date de 3085 ± 35 BP est en revanche comparable à celle obtenue sur la structure ST 190 de Pierre-de-Bresse, L’Aubépin (CHEVRIER, 2017), qui offre un mobilier en grande partie similaire à celui de Mâcon Flacé.

4. Le mobilier archéologique

4.1. Considérations générales sur l’ensemble céramique

9Nous l’avons dit, la majeure partie du mobilier céramique se concentre dans le couloir coudé supposé constituer l’accès à la zone foyère. Sur la centaine d’éléments disponibles, un ensemble formé de quatre-vingts éléments porteurs d’au moins un critère typo-chronologique, représentant un nombre minimum d’individus de soixante-deux (nombre de bords ne présentant pas de contacts physiques) a été retenu en vue de l’étude, les éléments délaissés étant des éléments fragmentés susceptibles d’appartenir à des formes déjà référencées. Le mobilier apparaît fragmenté, mais les recollages assez nombreux suggèrent un ensemble en position primaire. Un tesson appartenant vraisemblablement à un vase de type passoire ou faisselle, publié dans l’article d’A. Barthèlemy en 1976, n’a pas été retrouvé dans le lot conservé au musée de Mâcon (BARTHÈLEMY, 1976, p. 24, n° 15).

Fig. 9. Analyse des techniques de fabrication caractérisant le corpus céramique de Mâcon-Flacé. A : pâte fine noire à surface externe polie, décors de cannelures fines ; B : pâte grossière sombre à dégraissant de chamottes et état de surface différenciés séparés par un cordon digité ; C : pâte fine claire à dégraissant siliceux lissée en surface et décor de rainure horizontale ; D : traces de lissage sur une pâte de même type que C (DAO : F. Ducreux, Inrap).

10Sur le plan technologique, l’ensemble apparaît de bonne qualité et la cuisson, portée à forte température (céramique dures et cassantes) est bien maîtrisée (fig. 9). Les pâtes grossières prédominent largement avec une représentation de 92 % du total. Les deux principaux modes de cuisson sont représentés de façon sensiblement équivalente, avec une légère dominante de cuisson réductrice (61 % du total, fig. 9, A et B). La cuisson oxydante est en revanche bien maîtrisée (fig. 9, C et D), les surfaces des vases sont d’une couleur beige légèrement orangée et uniforme. Cette dernière remarque implique une bonne maîtrise des techniques de fabrication et l’utilisation de fours déjà évolués. Les dégraissants ont fait l’objet d’une seule observation à l’œil nu. Les éléments siliceux, souvent calibrés (quartz, sables et mica) dominent assez largement. Notons également l’emploi de chamottes et d’argiles cuites de couleur noire ou rouge assez fréquentes pour les pâtes fines et grossières. Dans la plupart des cas, les dégraissants sont visibles sur les surfaces internes et externes des vases. Les traitements de surfaces restent simples, mais soigneusement réalisés. Les pâtes fines sont bien lissées (fig. 9, D), mais aucun cas de polissage ou de brunissage n’a pu être attesté de façon claire. Le lissage est également utilisé pour les pâtes grossières, associé à des effets crépis ou des traces digitées couvrantes en partie basse du vase (fig. 7, nos 5 et 9). Pour les gros vases, les états de surface différenciés (base crépie et partie haute du vase lissée), séparés par des cordons digités sont bien représentés (fig. 8, B). Ces caractéristiques technologiques sont fréquentes sur les ensembles de la deuxième moitié du Bronze moyen régional par rapport à la période précédente comme Athée, Champ de Grette, où les vases de cuissons irrégulières, fortement dégraissés à l’aide de chamottes parfois grossières, typiques du Bronze ancien, sont encore très présents (DUCREUX, 2010). Cette meilleure maîtrise des conditions de cuisson mais également du traitement de surface des vases annonce les productions du Bronze D et plus largement du Bronze final, qui répondent également à ces critères, mais de façon plus systématique. L’emploi plus fréquent et le calibrage de matériaux siliceux et de sables divers au détriment des chamottes et argiles parfois grossières utilisées dans les productions plus anciennes est également une évolution des techniques de fabrication qui se met en place dès la fin du Bronze B, que l’on retrouve clairement sur les productions du site de Labergement-Foigney, Les Côtes Robin (DUCREUX dir., 2015).

4.2. Étude typologique du mobilier

11L’étude typologique qui suit a été réalisée sur la base du référentiel utilisé pour l’étude du site de Varois-et-Chaignot, Le Pré du Plancher et étendue aux productions céramiques du Bronze C (DUCREUX, 2007). Nous rappellerons simplement que ce référentiel a été construit initialement sur trois niveaux concernant la morphologie générale du vase, la hauteur de la zone de diamètre maximum et la morphologie de son encolure (fig. 10 et 11). Afin de mieux identifier les productions, un quatrième niveau, qui s’applique aux décors et à leur position sur le vase, a été rajouté. Ce référentiel permet d’englober l’ensemble des productions céramiques de l’Âge du Bronze régional.

Fig. 10. Vocabulaire descriptif et bases typologiques utilisées dans l’étude du mobilier (DAO : F. Ducreux).

Fig. 11. Analyse morphologique du corpus de Mâcon-Flacé. A : Répartition des quatre grandes classes typologiques au sein de l’ensemble ; B : diagramme diamètre / hauteur des vases calculables (DAO : F. Ducreux, Inrap).

12En ce qui concerne les principales classes typologiques, l’ensemble de Mâcon Flacé est partagé de façon très inégale. Les vases de classe 2 (vases à panse segmentée et encolure simple dont le diamètre maximum est inférieur à 30 cm) dominent très largement avec une représentation de 79 %. Viennent ensuite les vases de classe 1 (formes basses à parois non segmentées ou mono-segmentées sans encolure) avec 12 % de l’ensemble. Le reliquat est partagé entre les vases de type 4, segmentés à encolure haute (3 %) et ceux de type 5, qui reprennent les caractéristiques de la classe 2 avec cette fois un diamètre de plus de 30 cm (3 %). Le rapport diamètre d’ouverture / hauteur des vases montre un ensemble de morphologie homogène, dans lequel prédominent largement les formes de taille moyenne (entre 10 et 30 cm de diamètre d’ouverture) et de hauteur souvent inférieure au diamètre d’ouverture (jattes). Les formes de petites tailles (gobelets) sont inexistantes et celles de grandes dimensions (jarres) uniquement représentées par deux individus étudiables sur le plan métrique. Il s’agit d’un ensemble comparable, en termes dimensionnels, aux quelques ensembles connus pour le Bronze C/D en Bourgogne. Nous noterons, en termes de comparaisons, les ensembles relativement limités sur le plan numéraire de Magny-sur-Tille, Le Haut de Lamponne (Côte-d’Or ; BURGEVIN, 2015), daté du Bronze B2, de plusieurs puits de Labergement-Foigney, Les Côtes Robin, dont la datation s’étale du Bronze B2 au Bronze D2 (Côte-d’Or ; DUCREUX, 2016, fig. 5 et 6). L’ensemble provenant de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche (HOUILLON, 2008) dispose également de caractéristiques morphologiques semblables, sa datation étant toutefois plus récente, au Bronze D1.

4.2.1. Les formes de classe 1 : récipients de forme basse, sans segmentation ou mono-segmenté, sans encolure de type assiettes, tasses et bols (fig. 12)

4.2.1.1. Type 1b15 : Tasse à parois convexes et à encolure verticale à rebord (fig. 13)

13- 1b15-2 : rebord plat à ressaut à la base de l’encolure (fig. 13, n° 1)
- 1b15-3 : rebord plat, décor au peigne couvrant la panse, limité par des décors à l’ongle (fig. 13, n° 4)
Ce type de vase est très répandu dans les contextes du Bronze moyen régional, de la vallée de la Saône à la vallée de la Loire.

Fig. 12. Corpus des formes de classe 1a (dessin et DAO : F. Ducreux, Inrap).

14La forme de type 1b15 est fréquente en Bourgogne. Dans la vallée de la Loire, elle est attestée à Decize dans l’ensemble nivernais de Magny-Cours, Seneuil 1, associée à des décors de triangles estampés organisés en dents de loup (DUCREUX, 2013b, n° 6) et dans deux versions non décorées, mais associées à des anses en X ou des languettes horizontales (ibid., nos 9, 14 et 15). Toujours dans la Nièvre, elle apparaît dans un contexte de dépotoir daté du Bronze B2, à Varennes-Vauzelles, Le Pâtureau de la Veine (ibid., fig. 5, n° 7). En Côte-d’Or, on la retrouve sur les sites d’Athée, Champ de Grette, au sein du niveau archéologique daté du Bronze B2/C1 de Labergement-Foigney, Les Côtes Robin, dans plusieurs puits du Bronze C2 et du Bronze D1 (DUCREUX, 2016, puits 1358, 971, fig. 269, nos 60 et 64). En Saône-et-Loire, elle est présente à Pierre-de-Bresse, La Bottière, dans le comblement d’un chenal daté Bronze C / Bronze D1 (QUENTON, 2013).

15Les comparaisons extra-régionales sont également nombreuses et la répartition de cette forme s’étend du Centre-Ouest (groupe des Duffaits) à la Suisse occidentale en passant par la moyenne vallée du Rhône. Dans la Loire, elle est présente au Bronze D sur le site de Chambéon à Magneux-Hauterive (fait 2213 ; VERMEULEN, 2012). Dans le nord-est de la France, on la retrouve dans le tumulus de Kirchlach (forêt de Haguenau ; THÉVENIN et alii, 1979 ; HOUILLON, 2008, p. 63, n° 12), dans le tumulus d’Appenwihr (Haut-Rhin, fossé du tertre 6 ; BONNET et alii, 1981, fig. 7), sur le site du Hohlandsberg (BONNET, 1973, fig. 5, nos 7 et 8). Les habitats en livrent également quelques exemplaires comme à Westhouse, Eichenloch (Bas-Rhin ; LASSERRE, 1999, structure 2, fig. 2), et à Ittenheim (Bas-Rhin ; ibid., fig. 4). En Lorraine, cette forme entre dans la composition du corpus de dépotoir de Crévéchamps (KOENIG, 2005, fig. 2, nos 5, 6, 11 et 12). Elle semble en revanche moins représentée en Franche-Comté et en Suisse occidentale. L’exemplaire de Payerne, En Planeise, est décoré d’une anse en X et de tétons coniques relevant davantage de connexions rhénanes (CASTELLA et alii, 2012, fig. 178, n° 18).

16Dans l’Ain, un exemplaire de tasse de même type, mais sans ressaut, est attesté dans les niveaux 24 à 26 de la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey, datés de la fin du Bronze moyen (VORUZ dir., 1991, fig. 89, n° 2). Toujours dans le même niveau, un fragment de vase susceptible d’appartenir à ce type de forme présente un ressaut à la base de l’encolure semblable à l’un des exemplaires de Mâcon-Flacé (ibid., fig. 89, n° 3). Dans la vallée du Rhône, cette forme est attestée dans le niveau F4 de l’Abri de Coufin 2 à Choranches, dans l’Isère, daté du Bronze récent (VITAL, 1989, fig. 5) et dans la Drôme à Donzère, Baume des Anges (VITAL, 1990, fig. 16). Le Bassin parisien offre quelques rares comparaisons avec l’habitat des Roches à Videlles, dans l’Essonne (MORDANT, 1989, fig. 6). En Charente, elle est présente dans les assemblages d’Agris, grotte de La Fosse limousine (GOMEZ, PAUTREAU, 1989), de La Rochette, grotte des Duffaits (GOMEZ, 1973, sépulture 6, fig. 20), de Vilhonneur, abri du Bois du Roc (PATTE, 1974, pl. 1, n° 6, c). L’aire de répartition de cette forme apparaît donc davantage centrée sur le Centre et le Nord-Est de la France et peut être significative d’une composante Centre-Ouest ou Bassin parisien souvent mal ou peu évoquée. La répartition des formes de tasses à ressaut, plus nombreuses sur l’axe Charente /Lorraine que sur l’axe Rhin / Rhône peut confirmer cette hypothèse.

4.2.1.2. Type 1b2 : Tasse à parois convexes et rebord à marli externe oblique

17- 1b2-1 : forme sans décor (fig. 13, n° 11)
Ce type de forme est bien répandu dans les contextes de l’Âge du Bronze moyen bourguignon. Il s’agit de vases de petites dimensions dont le diamètre n’excède pas une quinzaine de centimètres, plutôt profonds, munis d’un rebord externe à marli oblique plus ou moins segmenté selon les cas. L’unique exemplaire de Mâcon-Flacé (fig. 12, n° 7) ne permet pas d’étude morphologique car trop fragmenté. À l’inverse des principales comparaisons régionales et extra-régionales, il ne présente aucun décor. D’un point de vue régional, ce type est attesté en Saône-et-Loire à Pierre-de-Bresse, L’Aubépin, dans le puits ST 190, associé à un décor de cannelures horizontales larges disposé sur le bas de la partie externe de la panse, et à des vases à rebords obliques segmentés datés du Bronze D1. Toujours sur le site de L’Aubépin, on le retrouve dans un autre puits de datation similaire, associé à une anse en X et décoré de cannelures horizontales et de motifs circulaires estampés (fig. 13, n° 12). À Saint-Marcel Le Breuil, cette forme est également associée à une anse en X (fig. 13, n° 13 ; fouille inédite, Musée Denon, Chalon-sur-Saône). L’ensemble de Saint-Marcel peut être daté du Bronze C2, voire D1. Aucun exemplaire n’est attesté sur les départements de la Côte-d’Or et de la Nièvre. Hors région, il est bien répandu dans le nord-est de la France où il s’accompagne souvent de décors excisés. En Alsace ce type de forme connaît également une bonne répartition : Brumath, résidences Balzac, fosse A (LASSERRE, 1999, pl. 1), sur le site de hauteur du Hohlandsberg (BONNET, 1973, fig. 5, nos 1 et 4). On le retrouve également en Lorraine à Benney, Portion de Voinémont (BUZI et alii, 1994, fig. 22, n° 8), Ceintrey, Ferme du Point du Jour (ibid., fig. 18, n° 3) ; Clayeure, tumulus n° 042 de la Naguée (HOUILLON, 2008, pl. 15, n° 9), Crévéchamps, Tronc du Chêne (KOENIG, 2005, fig. 2, nos 1 et 2) ; Saint-Remimont, La Grande Bouxière (BUZZI et alii, 1994, fig. 37). En Suisse occidentale, on retrouve des vases semblables, décorés d’incisions horizontales, sur le site de Marin, Le Chalvaire, au sein d’un niveau daté du Bronze C2 (ROUVINEZ et alii, 1998, pl. 1, nos 8 et 9) ; à Prez-vers-Siviriez, La Montaneire, au sein de structures et d’un niveau archéologique daté du Bronze D (BAUDAIS, PIUZ, 2003, fosse A329, p. 75, n° 4 ; fosse A418, p. 96, n° 2). La répartition de ce type de forme reste concentrée sur le Nord-Est de la France et la Suisse occidentale, sur un créneau chronologique allant du Bronze C au Bronze D.

4.2.1.3. Type 1b1 : Tasse à parois convexes et rebord simple (fig. 13)

  • 2 Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie, t. 50, informations archéologiques, (...)

18- 1b1-1: forme sans décor (fig. 13, nos 4 et 6)
Il s’agit d’une forme très atypique pour l’Âge du Bronze, connue dans de nombreuses périodes et régions. De ce fait, il constitue un marqueur typo-chronologique plutôt médiocre. Les deux exemplaires de Mâcon-Flacé ne sont pas décorés, ce qui accentue encore leur faible intérêt chrono-culturel. Il s’agit de formes plutôt profondes, à parois plus ou moins convexes, voire presque rectilignes. Leur diamètre n’excède pas une vingtaine de centimètres. Dans la région, on les retrouve en Saône-et-Loire à Pierre-de-Bresse, La Bottière, dans un niveau de rejets en chenal daté du Bronze C2/D1 (QUENTON, 2012). En Côte-d’Or, huit exemplaires sont enregistrés à Athée, associés à plusieurs types de décors : excisions, lignes horizontales incisées. Rappelons ici que le site d’Athée est daté par le 14C du Bronze B2. La grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche en offre plusieurs exemplaires, associés à des anses en X (fig. 32 et 33 ; HOUILLON, 2008, pl. 7, n° 5, pl. 8). Dans la vallée de la Loire, on la retrouve à Decize, Le Four à Chaux 10 (Nièvre), dans un ensemble de fosses ayant livré un mobilier précoce, datable du Bronze B (DUCREUX, 2013, fig. 2, n° 31), dans l'ensemble de Magny-Cours, Seneuil 1 dans un contexte de dépotoir daté du Bronze C2 (Nièvre ; ibid., fig. 6, n° 14), sur le site de Chambéon, Loire, fait 2213 (VERMEULEN, 2012). Ce type de vase connaît une distribution large, tant sur les plans géographique que chronologique, et ne peut apporter de précisions que lorsqu’il est décoré. Hors région, ce type de forme est fréquent en Alsace, dans les tumulus du groupe de Haguenau, fréquemment associé à des décors excisés (SCHAEFFER, 1926). On le retrouve sur les habitats de Brumath, fosse B (LASSERRE, 1998, pl. 2), dans un ensemble marqué par des décors de cannelures fines daté de la transition Bronze moyen / Bronze final 1 et à Duttlenheim-Duppigheim (Bas-Rhin ; LEFRANC, 2007). En Lorraine, elle est présente en Meurthe-et-Moselle dans les assemblages de Saint-Remimont (BUZZI et alii, 1994) et de Vincey, Pontière de la Banvoye (KOENIG, RUFFALDI, 2007, fig. 6, nos 1, 3 et 6). Un exemplaire fragmenté peut être attribué au niveau 28/29 de la grotte du Gardon, dans l’Ain, près d’Ambérieu-en-Bugey, daté du milieu du Bronze moyen (VORUZ dir., 1991, fig. 88, n° 9). Ces formes sont en revanche absentes des contextes de la vallée du Rhône. Leur répartition est également forte en Suisse occidentale, sur les habitats du Plateau suisse du Bronze C/D : dans le canton de Bâle-Campagne à Lausen2, dans le canton de Fribourg à Prez-vers-Siviriez, La Montaneire (BAUDAIS, PIUZ, 2003, fosse A342) ; dans le canton du Jura sur le site du Mont-Terri, dans un contexte daté de la transition Bronze C / Bronze D (MÜLLER, 1988, Taf. 19) ; dans le canton de Neuchâtel à Marin, Le Chalvaire (ROUVINEZ et alii, 1998, pl. 2) ; dans le canton de Vaud à Onnens/Corcelles-près-Concise, Les Côtes, fosse 156 (DAVID-ELBIALI et alii, 2014, pl. 01), et enfin sur l’habitat de Payerne, daté du Bronze C2 (CASTELLA et alii, 2012, fig. 164).

Fig. 13. Corpus des formes de classe 1, comparaisons régionales (dessin et DAO : F. Ducreux, Inrap, sauf mention contraire).

4.2.1.4. Type 1b16-5 : Assiette à parois convexes, sans décor et à rebord interne biseauté

19- 1b16-5 : forme sans décor (fig. 13, nos 8, 9 et 10)
Trois vases de ce type sont à mentionner dans l’assemblage de Mâcon-Flacé (fig. 12, nos 5, 6 et 7). Deux disposent d’un bord direct à bourrelet interne biseauté (fig. 12, nos 5 et 6) tandis que le troisième présente un bord segmenté en marli oblique (n° 7). Les trois exemplaires de Mâcon-Flacé ne sont pas décorés, ce qui semble être la constante régionale pour le type de forme 1b16-5. Du point de vue morphologique, ces vases comportent un profil surbaissé et leur diamètre n’excède pas une vingtaine de centimètres, si bien que l’on peut parler d’assiettes.

20Ce type est reconnu dans la région en Saône-et-Loire à Ciel, Le Petit Bas de Vau, au sein d’un niveau de dépotoir en comblement de chenal daté de la fin du Bronze B (fouille inédite, F. Ducreux, Inrap), et à Pierre-de-Bresse (QUENTON, 2013). En Côte-d’Or, on le retrouve sur le site de Labergement-Foigney, dans un contexte bien daté du Bronze D1 (DUCREUX, 2015, fig. 273, n° 28), ainsi que dans un puits daté du Bronze C2 (DUCREUX, 2015). Vers l’est de la région, on le retrouve en Franche-Comté dans le niveau Bronze final 1 de la grotte de Gigny (Jura ; PÉTREQUIN et alii, 1988, fig. 23) ; dans le niveau Bronze final 1 de la grotte de Vaux-les-Prés (Doubs ; PÉTREQUIN, URLACHER, 1967, fig. 5, n° 7). Dans le Bassin parisien, elle apparaît au Bronze D à Misy-sur-Yonne, Le Bois des Refuges (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1989, fig. 7) et dans la nécropole de la Colombine à Champlay, au sein de sépultures datées du Bronze D (LACROIX, 1953 ; HOUILLON, 2008, pl. 78, n° 15). En Suisse occidentale, il est présent à Prez-vers-Siviriez, La Montaneire, dans un ensemble daté du Bronze D1 (BAUDAIS, PIUZ, 2003, fosse A342) ; sur le site du Mont-Terri, dans un contexte daté de la transition Bronze C / Bronze D (MÜLLER, 1988, Taf. 21, n° 400) ; à Onnens / Corcelles-près-Concise, Les Côtes, fosse 611 (DAVID-ELBIALI et alii, 2014, pl. 05), à Marin, Le Chalvaire (ROUVINEZ et alii, 1998, pl. 1, n° 9), sur l’éperon barré du Châtel d’Arruffens, dans un niveau daté du Bronze D (DAVID-ELBIALI, PAUNIER, 2002, pl. 9, nos 61, 62), et sur l’habitat de Payerne, daté du Bronze C2 (CASTELLA et alii, 2012, fig. 164) ; dans le canton de Zug à Baar, ZG-Dorfstrasse (BIGLER, 2006, Taf. 1). En Alsace, cette forme est reconnue dans la nécropole d’Ensisheim / Reguisheimerfeld, dès la première phase, datée du Bronze D (Haut-Rhin ; PROUIN, 2007), dans l’assemblage du tumulus n° 12 de Kirchlach, (forêt de Haguenau ; THÉVENIN et alii, 1979 ; HOUILLON, 2008, pl. 63, n° 5). En Lorraine, elle est attestée sur les sites de Benney, Portions de Voinémont, associée à une anse en X (BUZZI et alii, 1994, fig. 23, n° 3), Benney, Bois de Lemainville (BUZZI et alii, 1994, fig. 29, n° 1), Clayeure, tumulus de la Naguée (HOUILLON, 2008, pl. 15, nos 9 et 101), Crévéchamps (KOENIG, 2005, fig. 2, n° 1), au sein de contextes homogènes datés de la transition Bronze C/D fortement marqués par les décors incisés-excisés typiques du domaine rhénan. Une forme proche, sans moulure interne, est mentionnée par J. Vital dans la vallée du Rhône à Donzère, Baume des Anges au sein de l’horizon Bronze moyen 2 (VITAL, 1990, fig. 13, n° 12). Dans la région lyonnaise, elle est présente dans les fosses dépotoir de Corbas, Grand Champ, daté du Bronze D (HÉNON in : ARGANT et alii, 2017) Dans la vallée de la Loire, elle est attestée sur le site de Chambéon, Fait 2218 (Loire ; VERMEULEN, 2012).

4.2.1.5. Type 1d1 : Tasse à segmentation basse et encolure divergente

21- 1d1-1 : forme sans décor
- 1d1-3 : anse en X et cannelures fines horizontales (fig. 13, n° 14)
Le type 1d1-3 est représenté par un seul individu dans l’ensemble de Mâcon-Flacé. Ce type de forme, bien représenté dans le Nord-Est de la France, reste très confidentiel en Bourgogne. En Côte-d’Or, nous devons signaler une forme approchante, mais très fragmentée et d’un diamètre plus grand sur le site de Couternon, Larrey, au sein d’une fosse n’ayant pas livré d’autre mobilier (ST 194 ; CAROZZA et alii, 2006, fig. 3). Toujours en Côte-d’Or, le puits St 1228 de Labergement-Foigney, daté du Bronze D1, offre une forme avoisinante, également décorée de cannelures horizontales, mais à rebord plus segmenté que pour l’individu de Mâcon-Flacé (fig. 13, n° 15). L’ensemble issu de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche a fourni plusieurs vases de ce type, ornés de cannelures larges (HOUILLON, 2008, pl. 19, nos 1, 5 et 6). Ce type de forme est bien attesté en Alsace, sur le site du Hohlandsberg et à Duttlenheim-Duppigheim (LEFRANC, 2007 ; HOUILLON, 2008, pl. 55, n° 6, pl. 56, n° 1), dans le tumulus de Weissensee en forêt de Haguenau (ibid., pl. 65), dans le tumulus 57 d’Oberfeld, pour ne citer que les comparaisons les plus directes. Au sein de la sphère rhénane, elles sont associées à des registres de décors de rainures horizontales et à des anses en X, mais également à des décors plus complexes comprenant notamment des excisions et des estampages. En Lorraine, on retrouve des formes semblables à Benney, Portions de Voinémont, associées à des lignes horizontales incisées et une anse en X (BUZZI et alii, 1994, fig. 22, n° 1), associées à des décors excisés et estampés dans le dépotoir de Crévéchamps (KOENIG, 2005, fig. 2, nos 4 et 5). En Suisse occidentale, les références sont moins nombreuses et vont vers le Plateau suisse : dans le niveau Bronze D1 de Prez-vers-Siviriez (BAUDAIS, PIUZ, 2007, pl. 7, n° 56).

4.2.2. Les formes de type 2 : formes mono-segmentées, fermées à encolure simple

22Avec cinquante-deux éléments, la classe 2 est la plus fournie du corpus de Mâcon-Flacé. Elle se subdivise en trois sous-groupes représentés de façon inégale. Les vases de morphologie sinueuse dominent l’ensemble plus que largement avec 98 % du lot, alors qu’une seule forme à carène haute est attestée. Cette dominante des formes sinueuses est une caractéristique essentielle du Bronze moyen sur l’axe Rhin-Rhône et par extension d’une large moitié orientale de la France.

4.2.2.1. Type 2b12 : Jatte à panse à carène haute adoucie, encolure évasée haute

23- 2b12.1 : forme sans décor
- 2b12.2 : décor de cannelures horizontales moyennes sur l’épaulement

Une seule forme de ce type est enregistrée dans l’ensemble de Mâcon-Flacé (fig. 14 et 15). Il s’agit d’une jatte à panse surbaissée, à carène haute et arrondie, munie d’une encolure haute et segmentée et décorée d’un registre de trois cannelures de taille moyenne (0,4 cm de largeur) disposées en un registre horizontal sur la partie basse de l’épaulement (fig. 15, n° 1).

Fig. 14. Inventaire typologique des vases de classe 2 de Mâcon-Flacé (DAO : F. Ducreux, Inrap).

24Ce type de vase n’apparaît pas dans la région avant le Bronze C et l’ensemble de Mâcon-Flacé est certainement le corpus le plus précoce où sa présence peut être attestée. La carène très adoucie la distingue des formes de même type, mais à segmentation vive, de la fin du Bronze D et du début du Hallstatt A1, très nombreuses sur les sites de cette époque de la région chalonnaise, à l’image de Sevrey (CAROZZA et alii, 2006). Il s’agit vraisemblablement d’un type intermédiaire entre les formes arrondies ou sinueuses du Bronze B et celles davantage carénées du Bronze D. De telles formes sont attestées en Bourgogne sur un segment chronologique allant du Bronze C2 au Bronze D. En Saône-et-Loire, elle est présente dans le corpus de Pierre-de-Bresse au sein d’un niveau de dépotoir en comblement d’un chenal du Doubs daté du Bronze C2 / D1 (fig. 15, n° 2). L’exemplaire du site de Barbirey-sur-Ouche (HOUILLON, 2008, pl. 1, n° 3) est associé à un décor de cannelures fines et une anse en X qui le place dans un créneau chronologique sensiblement identique à celui de Mâcon-Flacé (fig. 15, n° 5). Ceux de Labergement-Foigney en Côte-d’Or apparaissent légèrement plus tardifs, par leur décors de cannelures larges typiques de la pleine période du Bronze D1 (fig. 15, nos 6 et 7).

Fig. 15. Évolution régionale des formes de type 2d12-2 (dessin : n° 1 : F. Ducreux, Inrap ; nos 2, 3, à 7 : F .Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).

25Hors région, la forme est bien attestée en Suisse occidentale sur le site de Prez-vers-Siviriez, daté du Bronze D, en association avec les mêmes décors de cannelures horizontales (BAUDAIS, PIUZ, 2003, fosse A450, p. 106). Il est en revanche absent des sites du Bronze C du Plateau suisse. Cette dernière remarque confirme le caractère tardif de ce vase dans l’ensemble de Mâcon-Flacé. En Franche-Comté, les formes associées à la grotte de Vaux-les-Prés apparaissent légèrement plus carénées et leurs décors de cannelures larges correspondent à la datation proposée par les auteurs de la publication au Bronze final 1. Il en est de même pour les individus issus de la grotte du Gardon (VORUZ dir., 1991, fig. 90, n° 6). La moyenne vallée du Rhône ne produit que quelques comparaisons souvent plus tardives : dans le Gard, le site de l’Euze, daté du Bronze D1, offre quelques exemplaires semblables, décorés de méplats larges sur le base de l’épaulement, également un peu plus tardifs (VITAL, 2014, fig. 3, nos 12 et 13). Il est de même pour les deux vases de l’habitat de Montélimar, Fortuneau, datés du Bronze D1 (VITAL, 2014, fig. 3 et 6) qui se rapprochent plus des exemplaires de Labergement-Foigney (fig. 15). Le site de Lyon-Vaise, Boulevard périphérique nord, ne produit que des comparaisons avec les vases plus tardifs, à cannelures larges de Labergement-Foigney (JACQUET, 1998, p. 173). Dans la Loire, quelques formes issues du site de Magneux-Hauterives, Chambéon peuvent constituer des comparaisons intéressantes. Ces vases, issus de contextes datés de la transition Bronze C / Bronze D sont toutefois moins pansus que leurs homologues bourguignons, mais disposent de caractéristiques décoratives semblables : anses en X, cannelures fines disposées en bandeaux horizontaux (VERMEULEN, 2012, faits 222 et 2213). Nous ne pouvons en revanche que constater l’absence de ce type de forme dans les contextes du Bronze C/D du Nord-Est de la France et du Bassin parisien, ainsi que du Centre-Ouest et de la culture des Duffaits. Ces formes apparaissent donc inféodées au Sud-Est et au Centre-Est de la France et peuvent être considérées comme les prototypes des jattes carénées du Hallstatt A1 définissant le style cannelé méridional au Bronze D et au Hallstatt A1.

4.2.2.2. Type 2d13 : Jatte à panse à carène haute adoucie, encolure segmentée courte

26Ce type compte dix-huit individus se répartissant en quatre sous-groupes selon les techniques décoratives employées (fig. 16). Ces vases sont de formes basses, plus ou moins pansues selon les individus et disposant d’un rebord court légèrement éversé, dont la segmentation est plus ou moins marquée. Le diamètre des vases n’offre qu’assez peu de variabilité (de 10 à 16 cm environ), à l’exception de deux individus dont le diamètre atteint 20 cm. La hauteur calculable des vases est comprise entre 7 et 12 cm pour l’ensemble des formes proposées. Il s’agit donc de formes basses, dont la hauteur est systématiquement inférieure ou égale au diamètre maximum, et qui se classent dans la catégorie fonctionnelle des jattes. Selon les décors associés, quatre sous-groupes peuvent être différenciés :

Fig. 16. Sous-types des formes de type 2d13 (DAO : F. Ducreux, Inrap).

27- 2d13.1 : non décorée avec anse ou non
- 2d13.2 : décor de cannelures fines horizontales sur la partie basse de l’épaulement, avec anse ou non
- 2d13.3 : cannelure fine unique sur le bas de l’épaulement, avec anse ou non
- 2d13.4 : ressaut sur la zone de rupture col / panse, avec anse ou non

Notons que les anses ou languettes n’ont pas été enregistrées comme critère déterminant en raison de la fragmentation des vases qui ne permet pas d’attester avec certitude leur présence ou leur absence sur tel ou tel individu. Les formes non décorées sont représentées par sept individus (fig. 17).

Fig. 17. Les formes de type 2d13-1 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 7 et 9 : F. Ducreux, Inrap ; nos 8 à 10 et 12 à 13 : F .Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).

28Ce groupe affiche une certaine variabilité dans la morphologie des récipients, tant par la hauteur des vases que par leur diamètre d’ouverture. La courbure de la panse peut également être plutôt prononcée (fig. 17, nos 5 et 7). Les courbures de panses les plus prononcées sont enregistrées sur les individus munis d’une anse. Cette remarque peut induire des fonctions différentes. Deux d’entre eux s’associent avec une anse en X (fig. 17, nos 5 et 7), quatre sont trop fragmentés pour permettre d’assurer la présence ou non d’un moyen de préhension et la dernière, qui affiche les plus grandes dimensions, ne dispose d’aucune anse (fig. 17, n° 6). On retrouve une forme très proche de ce dernier vase sur le site de Pierre-de-Bresse, L’Aubépin, au sein d’un ensemble daté du Bronze C (fig. 17, n° 9). Les autres comparaisons régionales sont à mettre au crédit de la fosse de Magny-sur-Tille (Bronze B2), avec deux individus de profil plus sinueux que ceux de Mâcon-Flacé (fig. 17, n° 10) et de Saint-Marcel, Le Breuil, avec un vase orné d’une languette digitée placée sur l’épaulement (fig. 17, n° 11). Les formes décorées d’un bandeau horizontal de cannelures fines répondent aux mêmes caractéristiques morphologiques que les précédentes (fig. 18). Elles témoignent, à travers leurs concepts décoratifs, d’un important héritage des vases sinueux du Bronze B2, décorés de bandeaux d’incisions horizontales, illustrés notamment dans la fosse de Magny-sur-Tille, dans le puits ST236 de Pierre-de-Bresse, daté du Bronze C1 (fig. 18, n° 12) et au sein du niveau de sol archéologique d’Athée, daté du Bronze B2 (fig. 18, n° 11). Les vases de la grotte de Roche-Chèvre, en Côte-d’Or s’avèrent comparables en de nombreux points à ceux de Mâcon-Flacé, notamment par leurs décors de cannelures fines en bandeau horizontal (HOUILLON, 2008, pl. 33).

Fig. 18. Les formes de type 2d13-2 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 8 : F. Ducreux, Inrap ; nos 9 à 12 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).

29Hors région, des formes similaires, quoique plus pansues existent en Franche-Comté à Bonboillon, ornées de rainures horizontales semblables aux décors des vases de Magny-sur-Tille (BARRAL, PININGRE, 2006, fig. 6, nos 6 et 7). On les retrouve également dans les niveaux 21 à 23 de la grotte du Gardon (VORUZ et alii, 1991, fig. 91, nos 1 et 3). Par leurs encolures très segmentées, les formes d’Ambérieu-en-Bugey caractérisent un stade d’évolution plus avancé et la datation du niveau au Bronze final 1 évoquée par les auteurs (BzD) est cohérente avec ces types de vases. Au-delà de la Franche-Comté, c’est encore vers la Suisse occidentale qu’il faut rechercher les meilleures comparaisons. Les formes associées au site de Prez-vers-Siviriez La Montaneire présentent un caractère évolué vraisemblablement contemporain de celles du Gardon (BAUDAIS, PIUZ, 2003, p. 84). Les vases associés aux niveaux 4 et 5 de Marin, plus convaincants en terme de comparaisons, sont également décorés de bandeaux de cannelures horizontales (ROUVINEZ et alii, 1998, pl. 1). Sur la moyenne vallée du Rhône, les vases de ce type sont bien attestés à Lyon-Vaise, Boulevard périphérique nord, classés dans le groupe des jattes à rebord (JACQUET, 1998, p. 173). Toutefois, aucun d’entre eux n’est associé à des décors de cannelures fines horizontales. Pour le site lyonnais, les décors dominants sont des cannelures larges horizontales qui indiquent très certainement une légère postériorité chronologique. Plus au sud, ce type de forme n’est pas ou très peu représenté, hormis dans l’assemblage du site de la Baume des Anges à Donzère, sous des formes plus tardives, décorées de cannelures larges (VITAL, 1990, fig. 15). Ces formes sont par contre bien attestées dans le Nord-Est de la France, sur un créneau chronologique qui s’étend du Bronze C au Bronze D. En Alsace, on les retrouve au Hohlandsberg, souvent décorées de plusieurs bandes de lignes horizontales incisées (BONNET, 1973, fig. 5, nos 12 et 13), avec les mêmes décors à Brumath, résidences Balzac, fosse B (LASSERRE, 1998, pl. 2), à Duttlenheim, Duppigheim, struct. 15 (LEFRANC, 2007), à Sermersheim, Grubeck, struct. 15 (LASSERRE, 1998, pl. 4). Notons encore leur présence dans la plupart des tumulus haguenoviens, associées à une amplitude décorative beaucoup plus importante que pour les formes bourguignonnes (incision, excision et estampage ; SCHAEFFER, 1926). En Lorraine, elles sont attestées en Meurthe-et-Moselle à Benney, Portions de Voinémont (BUZZI et alii, 1994, pl. 22, nos 5 à 7), et à Crévéchamps, associées à des lignes incisées ou cannelées (KOENIG, 2005).

30Une autre variante de ce type comporte une unique cannelure horizontale placée sur l’épaulement du vase, articulée ou non avec une anse en X (fig. 19). Cinq exemplaires de ce type sont enregistrés à Mâcon-Flacé.

Fig. 19. Les formes de types 2d13-3 et 2d13-4 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 5 et 8 : F. Ducreux, Inrap ; nos 6, 7, 9 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).

31Pour le type 2d13, les références régionales restent relativement rares. En Côte-d’Or, le vase issu du puits ST971 de Labergement-Foigney s’avère plutôt lointain, surtout en ce qui concerne son encolure plus rectiligne, surmontée d’un rebord épaissi en amande, différente des encolures simples et sinueuses du corpus de Mâcon-Flacé (fig. 19, n° 9). Les références régionales sont également rares et plutôt concentrées sur le Centre-Est et le Nord-Est de la France. En Franche-Comté, la grotte de Vaux-les-Prés en livre un exemplaire (PÉTREQUIN, URLACHER, pl. 3). Dans l’Ain, la grotte du Gardon en fournit également un exemplaire, associé aux niveaux 21 à 23 (VORUZ et alii, 1991, fig. 90, n° 6). Plus au sud, le site lyonnais du Boulevard périphérique nord offre l’exemplaire le plus proche du vase de Mâcon-Flacé (JACQUET dir., 1998, p. 175, n° 1364). En Lorraine, on retrouve cette forme en deux exemplaires dans le dépotoir de Crévéchamps (KOENIG, 2005, fig. 2, nos 5 et 6), en Alsace, sur le site de hauteur du Hohlandsberg (BONNET, 1973 ; HOUILLON, 2008, pl. 41, n° 8). La Suisse occidentale offre également des comparaisons intéressantes à Prez-vers-Siviriez (BAUDAIS, PIUZ, 2003, fosses A419 et A342).

4.2.2.3. Type 2d11 : Vases à panse en tonnelet, encolure courte et évasée

32- 2d11-1 : sans décor
- 2d11-6 : décor d’une cannelure située sur l’épaulement
- 2d11-7 : décor d’impressions digitées horizontales sur l’épaulement
- 2d11-8 : ressaut à la base du col

Ces formes sont représentées en sept exemplaires (fig. 20). Il s’agit de formes hautes (hauteur > au diamètre d’ouverture), à panse sinueuse ou à zone de carène adoucie située sur la partie basse de vase. L’encolure du vase est segmentée et le rebord évasé et court.

Fig. 20. Les formes de type 2d7 et leurs comparaisons régionales (DAO : F. Ducreux, Inrap).

33De même que pour la forme précédente, la variabilité de ce type de forme n’est pas très importante, le diamètre à l’ouverture des vases est généralement situé entre 12 et 19,5 cm. La hauteur des vases est difficile à estimer en raison de la fragmentation des exemplaires du corpus. Les formes régionales et extra-régionales, plus complètes, donnent en général des hauteurs situées entre 1 et 1,5 fois le diamètre d’ouverture.

34Les associations décoratives apparaissent variées au regard de la faible représentation numéraire du corpus, mais restent simples, souvent réduites à une seule bande décorative située sur l’épaulement ou à un ressaut situé sur la zone de rupture col / panse. Les techniques décoratives mises en œuvre sur ce type de vase sont des cannelures (fig. 20, n° 3) ou des incisions horizontales (n° 4), souvent uniques. Des lignes d’impressions digitées également horizontales sont également attestées sur deux individus (fig. 20, nos 4 et 5). Un seul décor composite (incisions et impressions digitées) est enregistré (n° 4). La fragmentation du corpus ne permet pas d’associer de décors plastiques à ce type de forme, mais des anses en X sont fréquemment mentionnées sur des individus plus complets dans la région, notamment sur un vase issu de la grotte de La Cave au Muet à Bouilland (fig. 20, n° 9), ainsi qu’à Barbirey-sur-Ouche, en Côte-d’Or (DUCREUX, 2013, fig. 6, nos 10 et 16).

35Au-delà des comparaisons régionales déjà évoquées, ce type de vase, en raison de son aspect atypique, est bien représenté dans tous les contextes datés du Bronze C2 / D1 de la moitié est de la France. Nous n’en ferons pas ici un inventaire exhaustif. Son absence des sites datés du Bronze C de Suisse occidentale de Cornol, Mont Terri (MÜLLER, 1988) et de Marin (ROUVINEZ et alii, 1998) est à signaler et semble davantage due à une chronologie trop haute pour ces deux derniers sites. Il est en revanche bien caractérisé dans la même région sur les sites de datation plus récente (Bz D1 et D2), à Onnens / Corcelles-près-Concise (DAVID-ELBIALI et alii, 2014, pl. 30, n° A577-17 ; pl. 12, nos A782-7, 8, et 10), et en de très nombreux exemplaires sur le site de Prez-vers-Siviriez (BAUDAIS, PIUZ, 2003). Cette remarque montre clairement la postériorité des formes à encolure segmentée par rapport à celles à encolure sinueuse et épaissie. Les vases à décors d’impressions digitées horizontales bénéficient de bonnes comparaisons avec ceux issus du dépotoir de Crévéchamps, en Lorraine (KOENIG, 1998, fig. 4, n° 4). Dans la vallée du Rhône, nous noterons également des concordances avec le vase à ressaut de Bagnols-sur-Cèze, l’Euze, dans le Gard (VITAL, 2014, fig. 4, n° 5) et quelques formes issues de l’abondant mobilier de la Baume des Anges (VITAL, 1990, fig. 32, nos 5 et 11).

4.2.2.4. Type 2d12 : Vases à panse sinueuse, haute et encolure courte à bord épaissi

36- 2d12-1 : encolure triangulaire plate sans décor
- 2d12-2 : encolure triangulaire plate, impressions digitées sur l’épaulement
- 2d12-3 : encolure triangulaire plate, décors circulaires estampés sur l’épaulement
- 2d12-4 : lèvre épaissie de section carrée, impressions digitées sur la lèvre

Ce type de vase est très représenté dans un créneau chronologique couvrant la fin du Bronze B au Bronze D1 dans de nombreuses régions. Cette chronologie large et une distribution géographique étendue en font un mauvais indicateur typo-chronologique, mais ce biais peut se corriger par l’étude des décors et de leur position sur le vase, ainsi que de la morphologie des lèvres. Avec seize individus, il s’agit de l’un des groupes typologiques les mieux représentés dans l’assemblage de Mâcon-Flacé (fig. 21). Ce type connaît une variabilité morphologique plus importante que pour les formes précédentes, pouvant aller de 10 cm à 30 cm. Les formes supérieures à 30 cm sont considérées comme des jarres (classe 5). Leur hauteur est de façon générale comprise entre 1 et 1,5 fois le diamètre d’ouverture. La présence d’éléments plastiques n’est pas attestée sur tous les vases, mais l’appendice le plus fréquent est une languette lisse et non perforée accolée à la lèvre du vase (fig. 21, nos 4 à 8 ; fig. 22, nos 1 à 3). L’épaisseur des lèvres est également variable et peut aller du simple bourrelet carré à de véritables épaississements de l’ordre du centimètre. Les vases non décorés restent dans un registre plutôt atypique et ne permettent pas de comparaisons typo-chronologiques fiables.

Fig. 21. Les formes de type 2d12-1et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 9 : F. Ducreux, Inrap ; nos 10 à 13 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).

37Les individus disposant d’un décor d’impressions digitées (2d7-2) ou estampées (2d7-3) placées en bandeau horizontal sur l’épaulement sont en revanche plus intéressants et bénéficient d’une bonne définition chrono-typologique (fig. 22). Ils apparaissent en quatre exemplaires de dimensions variables dans l’assemblage de Mâcon-Flacé. Le bandeau décoratif est invariablement placé sur le tiers supérieur de l’épaulement pour les quatre spécimens. Les meilleures occurrences extra-régionales nous conduisent une fois de plus vers la Suisse occidentale. Dans le canton de Vaud, les sites d’Onnens / Corcelles-près-Concise, Les Côtes et de Payerne, En Planeise offrent un vase de morphologie plus ouverte que les exemplaires de Mâcon, mais disposant des mêmes attributs décoratifs (fig. 22, n° 9). Les comparaisons avec le site de Marin, daté d’une période légèrement plus précoce que les fosses d’Onnens, sont plus convaincantes (ROUVINEZ et alii, 1998, pl. 4, n° 83). Un tesson issu de la grotte de Sainte-Colombe, dans le canton du Jura semble également appartenir à ce type de vase. Sa fragmentation ne permet pas d’affirmer la présence d’une languette (POUSAZ et alii, 1994, pl. 22, n° 15).

Fig. 22. Les formes de types 2d12-2, 3 et 4 et une comparaison extra-régionale (dessin : nos 1 à 8 : F. Ducreux ; DAO : F. Ducreux, Inrap).

38Les vases à lèvres et languettes digitées sont bien attestés dans le Bronze moyen en France jusqu’en Suisse occidentale et ceci jusqu’au début du Bronze final et s’avèrent de ce fait de mauvais marqueurs typo-chronologiques. La morphologie des lèvres des vases de Mâcon-Flacé, encore bien épaissies et associées à des languettes digitées dans deux cas sur trois (fig. 22, nos 6, 7 et 8) nous incite à les rapprocher des productions du Bronze C plutôt que de celles du début du Bronze final, aux lèvres plus segmentées. On l’a vu, les comparaisons régionales sont nombreuses pour ce type de forme. Les plus anciennes remontent au début du Bronze B et peuvent être considérées comme une part d’héritage des productions rhodaniennes de la fin du Bronze ancien (Decize, Le Four à Chaux, site 18 ; DUCREUX, 2013, fig. 2). Les lèvres réellement épaissies n’apparaissent cependant qu’au Bronze B2 sur les sites de Varennes-Vauzelles, Le Patureau de la Veine dans la Nièvre (ibid., fig. 5), de Vauchignon, grotte du Trou de l’Oreille en Côte-d’Or, dans un niveau daté du Bronze B au Bronze C2, et au sein du niveau d’Athée, daté du Bronze B2. Le Bronze C reste la période où ces vases sont le mieux représentés. D’une façon générale, les languettes digitées sont réservées aux vases de gros volume de type jarre. C’est peut-être le cas pour l’un des individus présentés figure 22, n° 6, pour lequel le diamètre n’a pu être calculé. Elles sont en revanche beaucoup moins fréquentes sur des vases de plus petit diamètre, plus volontiers associés à des lèvres et des languettes lisses. Nous retrouvons des vases similaires en Lorraine à Benney, Portions de Voinémont (BUZZI et alii, 994, fig. 28, nos 2, 4 et 13), à Crévéchamps (KOENIG dir., 2016), en Alsace à Hindisheim, Borot, ST 40 (LASSERRE, 1998, pl. 3), mais les comparaisons restent rares.

4.2.3. Les formes de type 4 : formes mono-segmentées, fermées à encolure longue

39- 4b1 : encolure large et évasée
- 4b2 : encolure étroite et évasée
- 4c2 : encolure étroite et concave

Les vases de type 4 sont représentés en quatre exemplaires dans le corpus de Mâcon-Flacé (fig. 23). Ils sont fragmentés et ne permettent souvent qu’une définition de l’encolure du vase, rectiligne et évasée dans trois cas sur quatre (fig. 23, nos 1 à 3), le dernier élément affichant une encolure concave (fig. 23, n° 4). La morphologie des panses n’est connue que sur un élément. Il s’agit d’un vase à panse sinueuse, à carène basse et fortement adoucie (fig. 23, n° 2). Le diamètre des vases à l’encolure connaît d’assez fortes variabilités, de 10 à 20 cm selon les individus. Ceux disposant des plus petits diamètres d’ouverture peuvent être considérés comme des pichets à encolure longue, bien qu’aucune anse n’ait été décelée sur les formes de Mâcon-Flacé. Des anses en X sont en revanche bien attestées sur la plupart des formes de ce type dans la région, sur le site nivernais de Magny-Cours, Seneuil 1 (fig. 23, n° 8 ; DUCREUX, 2013), en Côte-d’Or à Barbirey-sur-Ouche (fig. 23, n° 7). Les formes à encolure plus large peuvent quant à elles être considérées comme des vases à encolure haute et sont moins souvent associées à des préhensions. La morphologie des encolures montre une forte dominante de profils rectilignes. Une encolure concave est tout de même attestée dans l’ensemble mâconnais (type 4c2 : fig. 23, n° 4).

Fig. 23. Les formes de type 4 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 4 et 7 : F. Ducreux, Inrap ; nos 5, 6 et 8 : F .Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).

40La gamme décorative reste très simple : ressaut au niveau de l’encolure (fig. 23, n° 6), cannelure fine unique disposée sur la partie haute de l’épaulement (fig. 23, nos 2 et 5) ou en bandeau de cannelures fines horizontales articulées avec une anse (fig. 23, n° 7). Pour les vases de Mâcon-Flacé, une seule cannelure est attestée sur la partie haute de l’épaulement d’un pichet.

41Pour ce qui est des comparaisons extra-régionales, nous pouvons ici encore constater que ce type de forme est largement inféodé au Nord-Est de la France et au Bassin parisien. Il constitue l’une des formes emblématiques de la Civilisation des tumulus. En Alsace, on le retrouve dès la fin du Bronze B sur les sites de Wolfgantzen, RN415 (LASSERRE, 1999, fig. 4) et d’Ittenheim (ibid., fig. 4). À partir du Bronze C et jusqu’au Bronze D1, leur représentation augmente et leur couverture décorative se complexifie. On les retrouve dans la plupart des tumulus du groupe de Haguenau (SCHAEFFER, 1926) et sur de nombreux habitats parmi lesquels le site de hauteur du Hohlandsberg à Wintzenheim, qui offre notamment un pichet à encolure rectiligne décoré d’incisions horizontales articulées avec une anse très comparable au pichet de Barbirey-sur-Ouche (JEHL, BONNET, 1971, fig. 5, n° 6). Les tumulus d’Appenwihr en fournissent plusieurs exemplaires à encolure rectiligne (BONNET et alii, 1981). En Lorraine, cette forme est moins bien documentée, mais se retrouve accompagnée de décors excisés dans le tumulus de Clayeure, La Naguée (HOUILLON, 2008, pl. 13 ; BUZZI, LEGOFF, 1991). Le Bassin parisien et notamment les vallées de l’Yonne et de la Seine fournissent également des comparaisons intéressantes, mais avec des vases de morphologie parfois sensiblement différente. À Videlles, Les Roches, un pichet décoré de lignes horizontales incisées présente de bonnes occurrences typologiques avec celui de Mâcon-Flacé (MORDANT, 1989). Les autres formes recensées sont souvent munies d’une encolure verticale et décorées d’excisions ou de motifs estampés et rejoignent davantage les productions alsaciennes. Dans le Centre-Ouest de la France, le groupe des Duffaits compte dans ses productions céramiques un certain nombre de vases à encolure (GOMEZ, 1973, pl. 5), mais de morphologie relativement éloignée des pichets du Nord-Est de la France, et certainement plus proches de formes plus méridionales des groupes d’Altayrac ou de Saint-Vérédème. Le quart sud-est de la France est moins bien documenté sur ce type de formes. Notons, sur le site lyonnais du Boulevard périphérique nord, un pichet décoré d’un registre de cannelures horizontales similaire à celui de la grotte de Roche-Chèvre (JACQUET, 1998, p. 177, n° 1738). En Suisse occidentale, ils bénéficient d’une bonne représentation sur les habitats du Plateau suisse, mais la fragmentation du mobilier, parfois importante, à l’image des sites du mont Terri (MÜLLER, 1988) ou de Marin (ROUVINEZ et alii, 1998) ne permet souvent aucune certitude quant à leur morphologie. Les pichets de Payerne sont à panse arrondie (CASTELLA et alii, 2012, fig. 210, n° 373) ou segmentée (ibid., fig. 211, n° 385). Ils sont également bien attestés dans la grotte 1 de Saint-Brais, dans le Canton du Jura (POUSAZ et alii, 1994, pl. 17 à 19), mais sous des formes très fragmentées. En Franche-Comté, un vase peut être mentionné au sein de l’ensemble issu de la Baume de Gigny (PÉTREQUIN et alii, 1988, fig. 22, n° 1), dans un ensemble daté du Bronze D1. Il en est de même pour le pichet de la grotte du Gardon, décoré de cannelures larges obliques tapissant la panse du vase (VORUZ et alii, 1991, fig. 91, n° 4).

4.2.4. Les formes de type 5 : formes mono-segmentées à encolure simple de gros volume, diamètre d’ouverture supérieur à 30 cm

42- 5e3-3 : jarre globuleuse à panse basse à encolure courte et segmentée, cordon digité sur l’épaulement et lèvre digitée
- 5e3-4 : jarre globuleuse à panse basse à encolure courte à rebord épaissi, languette accolée et cordon digité sur l’épaulement
Trois vases représentent l’ensemble des formes de type 5 pour Mâcon-Flacé. Deux d’entre eux sont suffisamment complets pour être décrits avec précision. Il s’agit de formes plutôt basses, dont le diamètre à l’ouverture varie de 30 à 40 cm (fig. 24). Leur hauteur estimée varie quant à elle de 25 à 33 cm. La panse des vases est de morphologie sinueuse et leur encolure est différente selon les vases. On note un rebord court épaissi à lèvre plate pour un individu (type 5e3-4, fig. 24, n° 1) et un bord épaissi oblique de section triangulaire pour l’autre vase (type 5e3-3, fig. 24, n° 3).

Fig. 24. Les formes de type 5 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 3 : F. Ducreux, Inrap ; nos 4 à 6 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).

43La présence d’une languette lisse accolée au bord du vase est attestée sur un vase (fig. 24, n° 1) et est apparemment absente sur l’autre (fig. 24, n° 3). Rappelons que ce dernier individu ne nous est pas parvenu de façon complète et que l’absence de languette ne peut être certaine dans ce cas. Un cordon digité placé sur la zone médiane de l’épaulement du vase constitue l’unique décor dans les trois cas mâconnais. Ce cordon limite deux états de surfaces différenciés, la partie haute étant soigneusement lissée et la partie basse crépie. Ces trois vases offrent plutôt des critères hérités du Bronze B (états de surface différenciés, bords épaissis, profils sinueux), mais le rebord oblique de l’un d’entre eux (fig. 7, n° 9) annonce les productions à encolures segmentées du Bronze D. Les comparaisons sur le plan régional sont assez nombreuses et de bonne qualité : en Saône et-Loire, le site de Varennes-lès-Mâcon, Pré Rémond (MAZA dir., 2009, pl. 9, nos 1 à 4) en fournit quelques-uns. Ces vases s’accompagnent de tasses segmentées à anses en X ou à languettes horizontales rendant l’ensemble plus tardif que celui de Mâcon-Flacé, vraisemblablement contemporain des sites de Barbirey-sur-Ouche, grotte de Roche-Chèvre ou de Lyon, Boulevard périphérique nord. Toujours en Saône-et-Loire, le site de Pierre-de-Bresse (CHEVRIER, 2017) offre également plusieurs occurrences parmi lesquelles une série de vases dans le remplissage d’un puits (fig. 24, n° 6), accompagnés d’un ensemble céramique légèrement plus tardif que celui de Mâcon-Flacé. En Côte-d’Or, plusieurs sites fournissent également des comparaisons intéressantes : Couternon, Larrey, dans un ensemble issu d’un puits daté du Bronze D1, Labergement-Foigney. En Franche-Comté, les comparaisons restent confidentielles. La comparaison la plus probante est à chercher dans la grotte de Vaux-les-Prés (PÉTREQUIN, URLACHER, 1967, fig. 3, n° 2). Ici encore cette jarre est associée à un ensemble légèrement plus tardif, déjà dominé par les formes carénées du Bronze D1. Dans le quart sud-est de la France, les comparaisons sont également nombreuses. Dans le Gard, le site de l’Euze, daté du Bronze final 1 offre des occurrences intéressantes (VITAL, 2014, fig. 4). Toujours pour le Bronze final 1, quelques formes de jarres semblables sont à signaler sur les sites lyonnais de Decines-Charpieu, Le Montout et de Lyon-Vaise, Boulevard périphérique nord (JACQUET, 1998, p. 164). Pour le Nord-Est de la France, quelques comparaisons peuvent être esquissées avec le gisement lorrain de Florémont (BUZZI et alii, 1994, pl. 35, n° 2). En Alsace, on retrouve ce type de vase sur le site de hauteur du Hohlandsberg (JEHL, BONNET, 1971, fig. 5, n° 6 ; HOUILLON, 2008, pl. 38). Dans le Bassin parisien, ces vases sont particulièrement bien représentés au sein des assemblages de mobilier de Misy-sur-Yonne, systématiquement associés à des lèvres digitées (MORDANT, 1977, pl. 15).

44Hors région, c’est vers la Suisse occidentale que l’on trouve les meilleures comparaisons. Les jarres issues du site de Payerne, daté du Bronze C2, sont en tous points comparables à celles de Mâcon-Flacé et offrent un point de correspondance chronologique intéressant. Il en est de même pour certains vases d’Onnens-près-Concise (DAVID-ELBIALI et alii, 2014), qui sont parfois associés à des matériaux un peu plus tardifs (pl. 02, n° A156.132 ; pl. 26, n° A579-18). Le même constat peut être fait pour le site de Prez-vers-Siviriez, sur lequel des jarres du même type que celles de Mâcon-Flacé côtoient des formes plus tardives, à encolure plus allongée et nettement segmentée (BAUDAIS, PIUZ, 2003, p. 25, fosse A342, n° 13 ; p. 92, fosse A392, n° 3). En revanche, celles associées au site de Marin (ROUVINEZ et alii, 1998), à encolure concave, apparaissent plus anciennes.

4.3. La morphologie des vases

4.3.1. Les panses

45La morphologie des panses des vases est en général un bon indicateur typo-chronologique pour les productions céramiques de l’Âge du Bronze. D’abord de profil sub-cylindrique ou en tonnelet au début du Bronze ancien, elles évoluent lentement vers des formes plus sinueuses, à encolure concave, à partir de la fin de cette période. Les formes sinueuses et arrondies dominent le Bronze moyen et tendent vers des modèles segmentés dès la fin de la période. Les formes carénées sont majoritaires au Bronze final avant un nouvel arrondissement à la transition Bronze/Fer.

46Pour le site de Mâcon-Flacé, les panses des vases de classe 1 sont à dominante convexe avec cinq individus contre un seul à panse rectiligne (fig. 25). L’ensemble s’inscrit dans les traditions du Bronze moyen en ce qui concerne cette catégorie de vases ouverts de type assiettes ou tasses. La plupart des ensembles régionaux du Bronze B ou C affichent les mêmes caractéristiques (Athée, Pierre-de-Bresse). Les assiettes à panse rectiligne ne se développent qu’à partir du Hallstatt A1 et deviennent dominantes dans la phase moyenne du Bronze final et dans le style RSFO.

Fig. 25. Analyse de la panse des vases (DAO : F. Ducreux, Inrap).

47Pour les vases de types 2 et 5, groupe le plus important du corpus, les panses sinueuses dominent plus que largement, à 96 % contre 4 % de vases à panse arrondie, soit un seul individu (fig. 25). Il s’agit ici encore d’une caractéristique morphologique héritée des phases précédentes du Bronze moyen. L’absence de panses carénées place l’ensemble de Mâcon-Flacé avant le Bronze D, période où ce type de vase commence à s’imposer graduellement dans les ensembles régionaux.

4.3.2. Les encolures

48De même que pour les panses, l’étude de l’encolure des vases apporte de bons marqueurs chronologiques. Plusieurs types d’encolures sont recensés pour l’Âge du Bronze (fig. 26). Elles se subdivisent en deux groupes principaux regroupant respectivement les encolures courtes et les longues. Ces deux groupes se fractionnent ensuite dans un second niveau en plusieurs sous-types selon leur morphologie : rectiligne ou concave. Les vases à encolure haute de la classe 4 répondent aux mêmes principes pour ce qui concerne l’étude de leur encolure. Le graphique présenté figure 26 témoigne d’une nette dominante des encolures rectilignes, avec près de 67 % de la population de l’ensemble. Il ne s’agit pas encore d’encolures réellement segmentées, comme pour la période suivante, mais d’un compromis entre les formes sinueuses, concaves et les formes carénées, plus rectilignes. La deuxième remarque concerne leur longueur, largement dominée par les encolures courtes, voire très courtes. Les formes à encolure longue ne concernent qu’un individu, porteur de marqueurs typologiques du Bronze D (encolure, forme surbaissée, segmentation forte au niveau de la rupture col / panse), démontrant une part d’innovation très faible dans cet ensemble.

Fig. 26. Analyse de l’encolure des vases (DAO : F. Ducreux, Inrap).

4.3.3. Les rebords

49Pour l’Âge du Bronze, les rebords des vases, par leur évolution rapide, constituent également des marqueurs chronologiques de premier plan. Une typologie précise a été réalisée dans le cadre d’autres études régionales, concernant notamment les ensembles d’Athée, Champ de Grette et de Sevrey, En Longeois (DUCREUX, 2020). Nous utiliserons ici cette typologie pour définir de façon précise la morphologie des rebords du corpus de Mâcon-Flacé (fig. 27). Le décompte des bords identifiables montre, avec 50 % du corpus, une prédominance des bords de types complexes, qui correspondent tous au type 3-c (bord sinueux à segmentation légère). Ce type de bord est rattaché à la forme de type 2d13, qui représente la majorité des formes identifiées au sein de l’ensemble. Viennent ensuite, avec 33 %, les bords épaissis, qui traduisent une part d’héritage du Bronze moyen très certaine. Ceux-ci concernent les vases hauts ou les jarres de gros volume. Les bords de type simple ne sont représentés que par 17 % de l’ensemble, de façon générale associés aux formes à encolure haute ou longue, ou aux assiettes et tasses. Le corpus céramique de Mâcon-Flacé montre donc une grande part d’héritage du Bronze moyen dans le traitement des bords de vases. En effet, les rebords épaissis ou courts à segmentation légère caractérisent l’ensemble des productions céramique du Bronze B et du début du Bronze C et semblent donc se maintenir dans la région jusqu’à la fin du Bronze moyen, où ils évoluent vers des formes plus complexes et segmentées.

Fig. 27. Analyse typologique des rebords des vases (DAO : F. Ducreux, Inrap).

4.3.4. Les décors et leur traitement

50La bonne conservation de l’ensemble de Mâcon-Flacé nous permet une approche convenable du catalogue décoratif. L’étude des techniques de réalisation des décors, mais également des motifs en vogue et de leur position sur les vases, sont d’importantes données typo-chronologiques et permettent également d’appréhender au mieux les connexions culturelles interrégionales. La typologie décorative ébauchée dans le cadre de l’étude du site du Pré du Plancher à Varois-et-Chaignot (Côte-d’Or) sert de base à cette étude (DUCREUX, 2007). Ce référentiel typologique est construit sur trois niveaux : les techniques décoratives définissent les deux premiers niveaux et les motifs le dernier (fig. 28). Quatre grandes techniques sont représentées dans le corpus de Mâcon-Flacé : les appendices plastiques (A), les décors modelés (M), les décors peignés (P) et les décors incisés (I). Leur répartition numéraire est très inégale et l’on constate une nette dominante des décors modelés (67 % du corpus) et des appendices plastiques (24 % du corpus). Viennent ensuite les décors peignés (7 %) et les décors incisés (2 %). Cet assemblage traduit une orientation déjà très sensible vers les concepts décoratifs du style cannelé, par la prédominance des décors modelés. La très faible représentation des décors incisés, fortement représentés jusqu’au Bronze C1, montre également une nette évolution du catalogue vers les normes décoratives du début du Bronze final, période très largement dominée par les décors cannelés.

Fig. 28. Analyse typologique du catalogue décoratif. A : répartition des différents motifs au sein du corpus ; B : répartition des techniques décoratives (DAO : F. Ducreux, Inrap).

51Les décors modelés sont représentés par trois grandes classes : les cannelures de largeur fine (entre 0,1 et 0,3 cm) et moyenne (entre 0,4 et 0,7 cm) ; les cordons rapportés et les impressions digitées. La répartition de ces trois groupes est relativement équitable : dix-neuf cannelures, onze cordons et quinze impressions digitées. Les décors cannelés ne concernent que des motifs linéaires (fig. 29). Ils sont organisés en bandeaux de quatre ou cinq cannelures de hauteur moyenne ou fine systématiquement appliqués à la base de l’épaulement, mais au-dessus du niveau d’inflexion de la panse du vase (fig. 29, nos 1 à 3).

Fig. 29. Décors de cannelures et de rainures linéaires (clichés : F. Ducreux, Inrap).

52Des décors de cannelure unique existent également. Il s’agit de traces plus marquées que les cannelures classiques, s’apparentant plus à des rainures (fig. 29, n° 4). Dans ce cas, le décor est placé plus haut sur l’épaulement. Ce décor rainuré est typique des périodes antérieures à l’occupation de Mâcon-Flacé (Bronze B et C1), à l’image des sites de Magny-sur-Tille (BURGEVIN, 2015) ou de Pierre-de-Bresse, L’Aubépin (fouille inédite, S. Chevrier, Inrap). D’un point de vue chronologique, les décors rainurés de Mâcon-Flacé représentent les dernières expressions de ce type. Ils sont déjà largement concurrencés par les cannelures sur le site mâconnais. L’absence de cannelures larges, très bien représentées à la période suivante, est ici significative d’une datation du corpus antérieure au Bronze D1, où ce type de cannelure est largement représenté dans la région, à l’image des sites de Barbirey-sur-Ouche (HOUILLON, 2008) et de Labergement-Foigney (DUCREUX dir., 2015).

53Les cordons sont au nombre de onze, la forme la plus représentée étant le cordon digité (fig. 30). Viennent ensuite les cordons à décors d’impressions à l’ongle et les cordons lisses, qui ne sont représentés qu’en deux exemplaires. Ces derniers peuvent être considérés comme une forme décorative héritée des périodes du Bronze B, notamment pour le cordon horizontal double, dont un exemplaire figure encore dans l’assemblage de Mâcon-Flacé (fig. 3, n° 13).

Fig. 30. Décors digités (clichés : F. Ducreux, Inrap).

54Les impressions digitées sont représentées par quinze occurrences, réalisées du plat du doigt ou dans de plus rares cas, à l’ongle (deux occurrences). Elles sont positionnées en bandeau horizontal situé sur la partie médiane de l’épaulement ou sur la lèvre externe du rebord (fig. 31). Ce type de décor reste relativement atypique pour l’ensemble de l’Âge du Bronze et n’apporte pas de considérations chrono-culturelles particulières.

Fig. 31. Décors d’impressions digitées (clichés : F. Ducreux, Inrap).

55Les ressauts sont au nombre de cinq. Ils caractérisent bien la période du Bronze C et se retrouvent sur des formes aussi différentes que les tasses (fig. 4, n° 12) ou des vases hauts (fig. 5, n° 10). Leur position sur le vase varie également selon sa nature. Pour les tasses, le ressaut est situé dans tous les cas sur la partie haute de l’épaulement, articulé avec l’anse. Pour les formes plus hautes, le ressaut se trouve systématiquement sur la zone de rupture col / panse.

56Les décors peignés sont tous exécutés avec la même technique : impressions frontales des dents traînées sur la panse. Le motif est systématiquement un motif de bandes verticales ou inorganisées couvrant la panse (fig. 32) Ce type de motif est très courant à l’Âge du Bronze et particulièrement pour les périodes du Bronze moyen. L’acquisition récente de données fiables concernant ces périodes (ensembles clos, homogènes) semble démontrer une évolution de ce type de décor, mais surtout de l’outillage et de la technique de mise en œuvre. Au Bronze B, où ce motif fait son apparition, le décor est traité à l’aide d’un peigne aux dents larges et le motif profondément incisé dans la pâte fraîche. Au Bronze C, les impressions deviennent moins larges et moins profondes, phénomène qui s’amplifie encore au Bronze D et au début du Hallstatt A1, période à laquelle ce type de décor disparaît.

Fig. 32. Décors réalisés au peigne couvrant la panse (clichés : F. Ducreux, Inrap).

57Les appendices plastiques sont encore bien représentés dans le corpus (dix-huit occurrences). La gamme est en revanche limitée aux anses en X (neuf exemplaires), aux languettes lisses (sept exemplaires), et aux languettes digitées (deux exemplaires). Dans la région, l’important corpus de Ciel montre la présence des premières anses en X dès la fin du Bronze B, mais celles-ci restent marginales par rapport aux grandes anses en ruban héritées du Bronze ancien. Le corpus de Mâcon-Flacé se situe dans un créneau chronologique plus récent, où ces préhensions sont très largement représentées (fig. 33). Elles restent bien documentées au Bronze D avant une disparition rapide à la fin de cette période. Les anses en X constituent en fait l’unique moyen de préhension de type anse du corpus mâconnais et ne portent, dans le cas de ce site, aucun décor. Ce type de préhension ne concerne que des formes de tasses ou de jattes de morphologie basse. Les anses sont de préférence placées sur la panse du vase, au niveau de la partie basse de l’épaulement et rattachées à la zone de diamètre maximum. Signalons toutefois une anse accolée à la lèvre externe du rebord du vase (fig. 33, n° 3).

Fig. 33. Préhensions et décors plastiques (clichés : F. Ducreux, Inrap).

58Cette étude des décors permet de faire émerger l’ancrage chronologique de cet ensemble céramique dans un Bronze C dont la part d’héritage des périodes antérieures est plus importante que celles des innovations, uniquement caractérisées par la présence d’une jatte surbaissée à panse arrondie et décor de cannelures horizontales typique du Bronze D1. L’extrême homogénéité des concepts décoratifs témoigne d’un ensemble relevant d’une occupation qui s’est déroulée sur un créneau chronologique très court. Les motifs utilisés sont à 100 % linéaires, composés d’une ou plusieurs lignes horizontales généralement traitées par la technique de la cannelure fine. À ce titre, ce corpus colle parfaitement avec les thèmes développés dans les productions régionales du Bronze B au Bronze C2. Pour ces périodes, la gamme décorative associe toujours des motifs linéaires avec des appendices plastiques de type languette ou anse.

59D’un point de vue extra-régional, on retrouve ces concepts décoratifs en Franche-Comté et en Suisse occidentale, sur une période chronologique équivalente. Le nord-ouest des Alpes semble également relever de la même dynamique mais les ensembles datés de cette période restent rares. En Isère, le mobilier issu des sites de l’Abri de Coufin 2 et de la Balme-Rousse à Choranches comporte un certain nombre de composantes décoratives et morphologiques identiques à celles de Mâcon-Flacé, notamment dans les décors linéaires incisés, cannelés et les motifs au peigne couvrant (VITAL, BINTZ, 1991, fig. 30 à 32). En Franche-Comté, les petits ensembles de Bonboillon, en Haute-Saône (JEUDY, 1997) et de Valentigney, Les Tâles (PININGRE, BARRAL, 2009, p. 211, fig. 6) relèvent de cette dynamique, bien qu’apparemment plus précoces que le site mâconnais. Ces gisements ont permis à J.-F. Piningre de définir un groupe Rhodano-Jurassien venant s’insérer entre le complexe rhodanien de la fin du Bronze ancien et la fin du Bronze moyen (PININGRE, BARRAL, 2009). L’homogénéité des formes constatée entre les sites de ce groupe et les sites bourguignons peut également permettre de définir une aire plus vaste, marquée par une homogénéité dans les productions céramiques des périodes du Bronze B au Bronze C, essentiellement caractérisées par des formes à profil sinueux ou arrondi et un décor linéaire. Cette zone, dont les contours restent à préciser, engloberait la Suisse occidentale, la Franche-Comté et l’Ain et à l’ouest la Bourgogne jusqu’à la vallée de la Loire et à la région lyonnaise.

5. En conclusion : la situation chronologique et culturelle du corpus de Mâcon-Flacé

60La chronologie du Bronze moyen reste encore sujette à discussion, souvent faute d’ensembles cohérents sur le plan chronologique. Aussi, dans le but d’analyser la situation chronologique de l’ensemble mobilier du site de Mâcon-Flacé, pouvons-nous proposer, en termes de comparaison, plusieurs ensembles régionaux cohérents bénéficiant d’une bonne définition typologique et parfois de datations (fig. 34).

Fig. 34. Synthèse chronologique des différents ensembles régionaux du Bronze B au Bronze D (DAO : F. Ducreux, Inrap).

61Si l’on en croit le référentiel chronologique régional présenté figure 34, l’ensemble de Mâcon-Flacé vient s’insérer dans le Bronze C2, voire au début du Bronze D1, entre les ensembles de Magny-sur-Tille (BURGEVIN, 2015) pour la borne chronologique inférieure et Pierre-de-Bresse, L’Aubépin (fouille inédite, S. Chevrier, Inrap) ainsi que Lyon-Vaise, Boulevard périphérique nord (JACQUET, 1998), pour la borne chronologique supérieure. Les corpus proposés restent trop restreints pour tenter une analyse typo-chronologique, mais permettent d’envisager un schéma global de l’évolution des productions céramiques en Bourgogne du Bronze B au Bronze D (fig. 35). Seule une synthèse globale et élargie d’une part à des ensembles plus forts sur le plan numéraire comme Athée, Champ de Grette et extra-régionaux d’autre part, comme les habitats du Plateau suisse, est susceptible d’apporter les éléments nécessaires à un tel travail.

Fig. 35. Évolution graduelle des productions céramiques en Bourgogne orientale du Bronze B au Bronze D (DAO : F. Ducreux, Inrap).

62Sur le plan culturel, les comparaisons les plus probantes se trouvent sur l’axe Suisse occidentale / Franche-Comté qui offre la plupart des comparaisons directes (associations morphologie / décors semblables). Une étude précise de ces connexions reste encore à proposer pour de futurs travaux (fig. 36).

Fig. 36. Identification des grandes sphères culturelles interagissant en Bourgogne orientale pour ce qui est des productions céramiques. Les points de comparaisons mentionnés sont définis avec l’ensemble mobilier de Mâcon-Flacé et ne sont pas tous cités dans le texte. A : sites de comparaisons ; B : nombre de points de comparaison par sphères culturelles (DAO : F. Ducreux, Inrap).

63Cette nouvelle étude d’un mobilier exhumé lors d’une fouille datée du début des années 1970 met en lumière l’intérêt de ce genre de travaux, déjà réalisés sur le mobilier du Bronze ancien du site du Boulevard périphérique nord de Lyon-Vaise par J. Vital (VITAL, 2007). Le corpus de Mâcon-Flacé est certes beaucoup plus modeste que celui du site lyonnais et nous n’irons pas plus loin dans la comparaison de ces deux travaux concernant par ailleurs des périodes différentes.

64La cohérence et l’homogénéité morphologique, chronologique et stylistique de l’ensemble de Mâcon-Flacé permet pour la première fois d’analyser la transition Bronze C2/D1 dans la vallée de la Saône et de définir un style linéaire qui perdure dans la région durant le Bronze moyen. Par ailleurs cette étude tend à démontrer l’existence d’une sphère culturelle dans une région allant du Centre-Est de la France à la Suisse occidentale, caractérisée par une très forte homogénéité concernant les productions céramiques (fig. 36). Ce style semble être indépendant des techniques décoratives qui évoluent des incisions de la fin du Bronze ancien aux rainures du Bronze B et aux cannelures fines du Bronze C, dans le respect des motifs linéaires, montrant l’importance des transmissions de savoir-faire au sein des populations de l’Âge du Bronze (fig. 37). Nous n’irons pas, dans l’état actuel des données, jusqu’à définir un groupe culturel spécifique à ces régions pour le Bronze moyen, concept devant également relever de comparaisons probantes dans d’autres domaines que celui des productions céramiques, comme les pratiques funéraires et cultuelles, l’habitat et l’occupation des sols.

Fig. 37. Le style linéaire du Bronze B au Bronze D en Bourgogne orientale (DAO : F. Ducreux, Inrap).

65Enfin, cet article jette les premières bases d’une étude chrono-culturelle plus poussée du Bronze moyen en Bourgogne, rendue aujourd’hui possible grâce aux découvertes récentes et bien documentées sur le plan mobilier dans la moyenne vallée de la Saône (DUCREUX, 2020).

Haut de page

Bibliographie

ARGANT J., BLAIZOT F., DELRIEU F., DUCREUX F., GABILLOT M., GEORGES V., GRANIER F., HÉNON P., JOUFFROY-BAPICOT I., RAMPONI C., ROSCIO M., TREFFORT J.-M., 2017, « Le Bronze moyen et le début du Bronze final dans le nord de Rhône-Alpes et le sud de la Bourgogne », in : LACHENAL T., MORDANT C., NICOLAS T., VEBER C. dir., Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale (xviie-xiiie siècle av. J.-C.), Actes du colloque international de l’APRAB, Strasbourg, 17-20 juin 2016, p. 423-465 (Mémoires d’Archéologie du Grand-Est, 1).

BARRAL P., PINNINGRE J.-F., 2009, « Le temps des cultures aux âges du Bronze et du Fer », in : RICHARD A., BARRAL P., DAUBIGNEY A., KAENEL G., MORDANT C., PININGRE J.-F. dir., L’isthme européen Rhin-Saône-Rhône dans la protohistoire : approches nouvelles en hommage à Jacques-Pierre Millotte, Actes du colloque de Besançon, 16-18 oct. 2006, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 203-230 (A.L.U.B., 860 – Environnement, société et archéologie, 13).

BARTHÈLEMY A., 1976, « Mâcon Flacé (Nouvel Hôpital) : habitat du Bronze final », in : Actes du 46ème congrès de l’Ass. bourguignonne des Soc. savantes, p. 21-28 (Bull. de la Soc. des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, t. LXXIV).

BAUDAIS D., PIUZ V., 2003, Prez-vers-Siviriez ‘La Montaneire’ : un habitat de l’Âge du Bronze dans la Glâne, Fribourg, éd. univ. de Fribourg, 296 p., 213 fig. (Archéologie fribourgeoise, 18).

BIGLER B., 2006, « Neue Funde der Bronze und Eisenzeit aus dem Kanton Zug, Zusammenfassung », Jahrbuch Archäologie Schweiz, 89, p. 137-164.

BONNET C., 1973, « Une station d’altitude de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlandsberg », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 70, Études et travaux, p. 455-478, 20 fig.

BONNET C., PLOUIN S., LAMBACH F., 1981, « Les tertres du Bronze moyen d’Appenwihr, forêt de Kastenwald (Haut-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 78, p. 432-471.

BURGEVIN A., 2015, Gazoduc Val de Saône, Bourgogne, Côte-d’Or, Diagnostic sur le tronçon B7, Inrap Grand-Est Sud.

BUZZI P., LEGOFF A., 1991, « Les éléments Bronze moyen de Clayeure, La Naguée (Meurthe-et-Moselle) », R.A.E., t. 42, fasc. 1, p. 105-124.

BUZZI P., DREIDEMY C., GUILLAUME C., KOENIG M.-P., MERVELET P., 2004, « La déviation de la RN 57 en Lorraine : bilan des recherches archéologiques », R.A.E., t. 45, fasc. 1, p. 15-90.

CAROZZA L., DUCREUX F., LABEAUNE R., 2006, « Le début du Bronze moyen en Bourgogne orientale d’après les découvertes récentes de Couternon (Côte-d’Or), de Sevrey (Saône-et-Loire) et de Champforgeuil (Saône-et-Loire) », in : BARAY L. dir., 2006, Artisanats, sociétés et civilisations : hommages à Jean-Paul-Thevenot, Actes du colloque de Sens, 2003, Dijon, S.A.E., 2006, p. 347-362 (24ème suppl. à la R.A.E.).

CASTELLA D., BUARD J.-F., DAVID-ELBIALI, M., JACQUAT Ch., NORTHOVER P.J., OLIVE C., 2012, L’habitat du Bronze moyen de Payerne, ‘En Planeise’ (canton de Vaud, Suisse) : fouilles 1991-1994, Lausanne, C.A.R., 299 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 133).

CHEVRIER S., Pierre-de-Bresse, Saône-et-Loire, Bourgogne, La Bottière, le Terreau-Barignot, l’Aubépin : 3000 ans d’occupation dans la basse vallée du Doubs entre finage et plateau bressan, Rapport d’opération, fouille archéologique, 5 vol.

CHOPELAIN P., 2002, « Le fond de cabane : permanence et mutation d’une structure annexe de l’habitat d’après des données archéologiques récentes (dijonnais) », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, T. XXXIX, 2000-2001, p. 35-58.

DAVID-ELBIALI M., PAUNIER D., 2002, L’éperon barré de Châtel d’Arruffens (Montricher, canton de Vaud) : Âge du Bronze et Bas-Empire : fouilles de Jean-Pierre Gadina, 1966-1973, Lausanne, C.A.R., 232 p., 65 pl. (Cahiers d’Archéologie romande, 90).

DAVID-ELBIALI M., FALQUET C., NITU C.-A., STUDER J., 2014, Fosses rituelles de l’Âge du Bronze au pied du Jura : pratiques sacrificielles à Onnens / Corcelles-près-Concise – les Côtes (canton de Vaud, Suisse) et contribution à la définition de la phase BzD1 en Suisse occidentale, Lausanne, C.A.R., 352 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 147).

DUCREUX F., 2007, « Typo-chronologie des céramiques du groupe Rhin-Suisse-France-orientale (R.S.F.O.) dans la région dijonnaise : étude stratigraphique des différents matériaux céramiques en contexte d’habitat sur le site du Pré-du-Plancher à Varois-et-Chaignot (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 56-2007, p. 7-86.

DUCREUX F., 1999, Beaune Rocade est, Corvée Rateau : implantations protohistoriques du début et de la fin de l’Âge du Bronze, DFS, SRA Bourgogne, Dijon.

DUCREUX F., 2010, Athée, Champ-de-Grette : archéologie d'une terrasse alluviale sur la rive droite de la Saône en Bourgogne orientale, du Paléolithique supérieur à l’Âge du Bronze, Rapport final d’opération, Inrap, Grand-Est Sud, Dijon, 193 p.

DUCREUX F., 2013, « Actualités de l’Âge du Bronze dans le département de la Nièvre : sites du Bronze moyen au Bronze final dans les vallées de la Loire et de l’Allier », Bull. de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche sur l’Âge du Bronze, n° 11, p. 11-24.

DUCREUX F., 2016, « Les occupations de l’Âge du Bronze à Labergement-Foigney, lieu-dit Les Côtes-Robin », Bull. de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche sur l’Âge du Bronze, n° 14, p. 82-97.

DUCREUX F., 2020, Du Bronze moyen à l’aube du Bronze final en Bourgogne orientale : analyse chrono-culturelle des styles céramiques (XVIe-XIIe siècle avant n.è., Dijon, co-édition SAE / Éditions universitaire de Dijon, 520 p., ill. (48ème suppl. à la R.A.E.).

DUCREUX dir., BAUDAIS D., LABEAUNE R., LARCELET A., 2015, Labergement-Foigney, Les Côtes-Robin : habitats protohistoriques et gallo-romains dans la plaine des Tilles, Rapport d’opération de fouille archéologique, Inrap Grand-Est Sud, Dijon, 2 vol.

GOMEZ J., 1973, « La grotte sépulcrale des Duffaits (La Rochette, Charente) : étude archéologique », Bull. de la Soc. préhistorique française - Études et travaux, t. 70, n° 1. p. 401-444.

GOMEZ J., PAUTREAU J.-P., 1989, « Le groupe des Duffaits dans le Centre-Ouest de la France », in : MORDANT C. dir., Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, Actes du 113ème congrès des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du CTHS, p. 386-390.

HOUILLON S., 2008, Détermination typo-chronologique d’un corpus de céramique de Barbirey-sur-Ouche (21) par comparaison avec les sites du Bronze moyen et final 1 du nord-est de la France, Master 2 sous la dir. de C. Mordant, Univ. de Bourgogne, 3 vol., 169 p.

JACQUET J., 1998, Habitats de l’Âge du Bronze à Lyon-Vaise (Rhône), Paris, éd. de la MSH, 251 p., 174 fig. (Documents d’Archéologie française, 68).

JEUDY F., 1997, Bonboillon (Haute-Saône), Rapport d’évaluation archéologique, Besançon, SRA, AFAN, 53 p.

KOENIG M.-P., 2005, « Le Bronze moyen et le début du Bronze final en Lorraine : premiers éléments de réflexion », in : BOURGEOIS J., TALON M. éd., L’âge du Bronze du nord de la France dans son contexte européen, Actes du 125e congrès national des Soc. historiques et scientifiques, Lille, 2000, Paris, éd. du CTHS, p. 361-376.

KOENIG M.-P. dir., 2016, Le gisement de Crévéchamps (Lorraine) : du Néolithique à l’époque romaine dans la vallée de la Moselle, Paris, éd. de la MSH, 467 p. (Documents d’Archéologie française, 110).

KOENIG M.-P., RUFFALDI P., 2007, « Les habitats du Bronze moyen en Lorraine : approche culturelle, chronologique et spatiale », in : RICHARD H., MAGNY M., MORDANT C. dir., Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale, Paris, éd. du CTHS, p. 159-178 (Documents préhistoriques, 21).

LACROIX B., 1953, La nécropole protohistorique de la Colombine à Champlay-Yonne, d’après les fouilles de Georges Bolnat, Paris, Soc. des fouilles archéologiques de l’Yonne, 167 p. (Cahiers d’Archéologie et d’Histoire, 2).

LASSERRE M., 1998, « Découvertes récentes de la période de la fin du Bronze moyen / début Bronze final dans le département du Bas-Rhin », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, t. 14, p. 135-146.

LASSERRE M., 1999, « L’horizon début du Bronze moyen au travers des fouilles récentes dans le Bas-Rhin », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XLII, p. 17-30.

LEFRANC P., 2007, Immenheim, Duttlenheim, Duppigheim : raccordement de la voie rapide du Piédmont des Vosges (VRPV) à l’autoroute A352, Bas-Rhin, Rapport d’évaluation archéologiques, SRA Alsace, Inrap, Grand-Est Sud, 42 p.

MAZA G. dir., 2009, Varennes-lès-Mâcon, Pré-Rémond, Rapport final d’archéologie préventive, Archéodunum, SRA Bourgogne, Dijon, 3 vol.

MORDANT C., 1989, « Transgression culturelle et mouvements de populations aux xivème-xiiième siècles avant notre ère dans le Bassin parisien : compétition culturelle et phénomène de lisière », in : Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, Actes du 113ème congrès des Soc. savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du CTHS, p. 283-303.

MORDANT C., MORDANT D., BONTILLOT J., PARIS J., 1977, « Le Bois des Refuges à Misy-sur-Yonne (Seine-et-Marne) : Néolithique, Bronze, Hallstatt », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 74, fasc. 1, p. 420-462.

MÜLLER F., 1988, « Mont Terri 1984 und 1985 : ein Grabungsbericht, unter Mitarbeit von Sabine Erb, Philippe Morel, P-A. Schwarz und Renata Windler », in : Annuaire de la Soc. Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 71, p. 7-68.

PÉTREQUIN A.-M., PÉTREQUIN P., VUILLEMEY M., 1988, « Les occupations néolithiques et protohistoriques de la Baume de Gigny (Jura) : les rythmes d’occupation en grotte et en bord de lacs », R.A.E., t. 39, p. 25-36.

PÉTREQUIN P., URLACHER J.-P., 1967, « La grotte de Vaux-les-Prés (Doubs) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. LXIV, p. 761-773.

POUSAZ N., TAILLARD P., SCHENARDI M., 1994, Sites protohistoriques à Courfaivre et Âge du Bronze dans le Jura (Suisse), Porrentruy, Office du Patrimoine historique, 185 p. (Cahiers d’Archéologie jurassienne, 5).

PROUIN Y., 2007, La nécropole d’Ensisheim/Reguisheimerfeld (Haut-Rhin) : illustration des pratiques funéraires au Bronze final en Alsace, Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’Univ. de Bourgogne, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol.

QUENTON P., 2013, Pierre de Bresse, La Bottière, le Terreau-Barignot, L’Aubépin, Saône-et-Loire, Bourgogne : découverte d’occupations humaines dans la basse vallée du Doubs, Rapport d’opération, diagnostic archéologique, Inrap, Grand-Est Sud, 135 p.

ROUVINEZ F., STUDER J., TEGEL W., 2008, « Marin NE, Le Chalvaire : habitat de l’âge du Bronze moyen », Annuaire de la Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 81.1998, p. 59-118.

SCHAEFFER C.F.A., 1926, Les tertres funéraires préhistoriques dans la forêt de Haguenau. I, Les tumulus de l’Âge du Bronze, Haguenau, Musée de Haguenau, 279 p., 75 fig., 2 cartes.

THÉVENIN A., SAINTY J., PLOUIN S., BESNEHARD C., SCHNITZER B., 1979, « Fouilles récentes en forêt de Haguenau, 1977-1978 : lieu dit Kirchlach, communes de Haguenau et de Schirrhein, Bas-Rhin », Études haguenoviennes, t. 4, p. 1-84.

VERMEULEN C., 2012, Chambéon, Magneux-Haute-Rive : La Pège, Le Châtelard, Les Rompets, Les Chalinats (42), Rapport de fouille archéologique préventive, SRA Rhône-Alpes, 4 vol.

VITAL J.,1989, « La dynamique du bronze moyen dans la vallée du Rhône : nature et impact des courants culturels exogènes », in : MORDANT C. dir., Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, Actes du 113ème congrès des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du CTHS, p. 306-329.

VITAL J., 1990, Protohistoire du défilé de Donzère : l’Âge du Bronze dans la Baume des Anges, Drôme, Paris, éd. de la MSH, 147 p. (Documents d’Archéologie française, 28).

VITAL J., avec la coll. de BOUBY L., JALLET F., REY P.-J., 2007, « Un autre regard sur le gisement du boulevard périphérique nord de Lyon (Rhône) au Néolithique et à l’âge du Bronze », Gallia Préhistoire, t. 49, p. 1-126.

VITAL J., 2014, « Repères chronologiques, typologiques et géographiques pour la céramique du Bronze final du Rhône aux Alpes », Documents d’Archéologie méridionale, t. 35, p. 54-82.

VITAL J., BINTZ P., 1991, « Les occupations protohistoriques et historiques du cirque de Choranches (Isère) », Gallia Préhistoire, t. 33, p. 207-267.

VORUZ J.-L., BUARD J.-F., CHAIX L., DUMONT A., DUNNING C., HAVARD E., GUILLET J.-P., JOLY B., NICOD J.-P., SABATIER P., SORDOILLET D., TREFFORT J.-M., 1991, Archéologie de la grotte du Gardon (Ain) : rapport de fouilles 1985-1990, 290 p., 104 fig. (Document du Dép. d’Anthropologie et d’Écologie de l’Université de Genève, 17).

Haut de page

Notes

1 À ce titre, nous remercions chaleureusement D. Barthèlemy pour son accueil et sa disponibilité dans les locaux du centre archéologique de Mâcon.

2 Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie, t. 50, informations archéologiques, p. 68.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation géographique du site de Mâcon-Flacé (carte : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 2. Plan de la structure STIV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. La densité des zones grisées indique la proportion de charbon de bois. Le mobilier provient du remplissage de la structure coudée dans les carrés a2 à a6 (plan : F. Ducreux d’après BARTHÈLEMY, 1976).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 3. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-16. Tessons décorés ; 17-24. assiettes et tasses (dessin : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 4. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-20. Jattes à parois sinueuses et rebord oblique (dessin : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 5. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-5. Pots à profil sinueux et rebord oblique ; 6-15. pots à profil sinueux et rebord épaissi (dessin : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 6. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1-10. Pots à profil sinueux et rebord épaissi (dessin : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 7. Mobilier céramique provenant de la structure ST IV de Mâcon-Flacé, nouvel Hôpital. 1, 2, 4, 6 et 7. pots à profil sinueux et encolure haute ou longue ; 3. pot à profil sinueux et décor peigné ; 5, 8 et 9. jarres à profil sinueux et rebord épaissi (dessin : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 8. Datations 14C obtenues sur du matériel charbonneux prélevé dans la zone foyère lors de la fouille du site.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 9. Analyse des techniques de fabrication caractérisant le corpus céramique de Mâcon-Flacé. A : pâte fine noire à surface externe polie, décors de cannelures fines ; B : pâte grossière sombre à dégraissant de chamottes et état de surface différenciés séparés par un cordon digité ; C : pâte fine claire à dégraissant siliceux lissée en surface et décor de rainure horizontale ; D : traces de lissage sur une pâte de même type que C (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 10. Vocabulaire descriptif et bases typologiques utilisées dans l’étude du mobilier (DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 11. Analyse morphologique du corpus de Mâcon-Flacé. A : Répartition des quatre grandes classes typologiques au sein de l’ensemble ; B : diagramme diamètre / hauteur des vases calculables (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 12. Corpus des formes de classe 1a (dessin et DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 13. Corpus des formes de classe 1, comparaisons régionales (dessin et DAO : F. Ducreux, Inrap, sauf mention contraire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 14. Inventaire typologique des vases de classe 2 de Mâcon-Flacé (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 15. Évolution régionale des formes de type 2d12-2 (dessin : n° 1 : F. Ducreux, Inrap ; nos 2, 3, à 7 : F .Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 16. Sous-types des formes de type 2d13 (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 17. Les formes de type 2d13-1 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 7 et 9 : F. Ducreux, Inrap ; nos 8 à 10 et 12 à 13 : F .Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 18. Les formes de type 2d13-2 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 8 : F. Ducreux, Inrap ; nos 9 à 12 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 19. Les formes de types 2d13-3 et 2d13-4 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 5 et 8 : F. Ducreux, Inrap ; nos 6, 7, 9 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 20. Les formes de type 2d7 et leurs comparaisons régionales (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 21. Les formes de type 2d12-1et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 9 : F. Ducreux, Inrap ; nos 10 à 13 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 22. Les formes de types 2d12-2, 3 et 4 et une comparaison extra-régionale (dessin : nos 1 à 8 : F. Ducreux ; DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 23. Les formes de type 4 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 4 et 7 : F. Ducreux, Inrap ; nos 5, 6 et 8 : F .Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 24. Les formes de type 5 et leurs comparaisons régionales (dessin : nos 1 à 3 : F. Ducreux, Inrap ; nos 4 à 6 : F. Ducreux, F. Gauchet, Inrap ; DAO : F. Ducreux).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 25. Analyse de la panse des vases (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 26. Analyse de l’encolure des vases (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 27. Analyse typologique des rebords des vases (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 28. Analyse typologique du catalogue décoratif. A : répartition des différents motifs au sein du corpus ; B : répartition des techniques décoratives (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 29. Décors de cannelures et de rainures linéaires (clichés : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 30. Décors digités (clichés : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 31. Décors d’impressions digitées (clichés : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 32. Décors réalisés au peigne couvrant la panse (clichés : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 33. Préhensions et décors plastiques (clichés : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 34. Synthèse chronologique des différents ensembles régionaux du Bronze B au Bronze D (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 35. Évolution graduelle des productions céramiques en Bourgogne orientale du Bronze B au Bronze D (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 36. Identification des grandes sphères culturelles interagissant en Bourgogne orientale pour ce qui est des productions céramiques. Les points de comparaisons mentionnés sont définis avec l’ensemble mobilier de Mâcon-Flacé et ne sont pas tous cités dans le texte. A : sites de comparaisons ; B : nombre de points de comparaison par sphères culturelles (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Fig. 37. Le style linéaire du Bronze B au Bronze D en Bourgogne orientale (DAO : F. Ducreux, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10449/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Ducreux, « L’ensemble céramique du Bronze C2 de Mâcon Flacé, nouvel hôpital (Bourgogne, Saône-et-Loire) et la transition Bronze C2 / D1 dans la moyenne vallée de la Saône : », Revue archéologique de l’Est, T. 67-2018 | 2019, 59-101.

Référence électronique

Franck Ducreux, « L’ensemble céramique du Bronze C2 de Mâcon Flacé, nouvel hôpital (Bourgogne, Saône-et-Loire) et la transition Bronze C2 / D1 dans la moyenne vallée de la Saône : », Revue archéologique de l’Est [En ligne], T. 67-2018 | 2019, mis en ligne le 26 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rae/10449

Haut de page

Auteur

Franck Ducreux

Inrap Grand-Est Sud, Centre archéologique de Dijon, UMR 6298 ARTEHIS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page