Navigation – Plan du site
Articles

Un petit établissement agricole du Hallstatt D à Châtelet-sur-Retourne (Ardennes)

Yoann Rabasté, Marion Saurel et Millena Frouin
p. 103-122

Résumés

L’opération de fouille réalisée sur la commune de Châtelet-sur-Retourne dans les Ardennes a permis d’explorer un petit établissement du Premier âge du Fer. Il se caractérise par la présence de plusieurs bâtiments construits sur une architecture de plan simple à quatre poteaux, interprétés comme des structures de stockage, mais des édifices à l’architecture plus complexe, dits à « cadre interne », sont également présents. L’excellent état de conservation de ces derniers suggère d’envisager un regard différent sur certaines interprétations de bâtiments à plan simple.

Haut de page

Texte intégral

1Un projet de construction de lotissement a été lancé en 2005 sur la commune du Châtelet-sur-Retourne au lieu-dit Au-Dessus du Clos, en limite sud-ouest du département des Ardennes et à 28 km au nord-est de Reims (fig. 1). Ce projet, situé dans un environnement archéologique dense, a justifié l’intervention d’un diagnostic en préalable aux travaux. Celui-ci avait permis de mettre en évidence une occupation datée de la période protohistorique, caractérisée essentiellement par des vestiges d’habitats (bâtiments sur poteaux) et des fosses (LEROUX, 2005).

Fig. 1. Localisation de la commune de Châtelet-sur-Retourne.

2Cette découverte a motivé une prescription de fouille. Celle-ci fut menée en 2009, révélant la présence de deux occupations principales dont les limites n’ont probablement pas été atteintes. La première phase d’occupation, datée du Premier âge du Fer, est matérialisée par un ensemble de vingt bâtiments sur poteaux. La seconde phase est datée de la période contemporaine. Elle se caractérise tout d’abord par l’installation de fosses de plantation ayant pu appartenir au parc du château de Neuflize, puis par les vestiges d’un camp d’aviation militaire allemand de la Grande Guerre.

3L’étude proposée ici concerne uniquement les vestiges de la période du Premier âge du Fer. Elle consistera en un descriptif détaillé des aménagements composant l’occupation, suivi d’une analyse spatiale et fonctionnelle du site. Les datations avancées ont été élaborées à l’aide du mobilier céramique et de comparaisons architecturales des bâtiments.

4Située sur le plateau crayeux champenois, composé de formations géologiques du Crétacé supérieur (substrat crayeux blanchâtre), la commune du Châtelet-sur-Retourne est localisée sur la rive droite de la Retourne, un affluent de l’Aisne, qui traverse un paysage légèrement vallonné. L’occupation se trouve à une altitude proche de 90,00 m NGF, à faible distance de la rivière. La pente générale du site présente peu d’irrégularité, et seul un horizon de labours, d’une épaisseur de 0,20 à 0,30 m, recouvre directement le substrat crayeux et son produit d’altération en bas de pente. Le versant présente dans ce secteur une pente supérieure à 2 %, orientée nord-sud. Son dénivelé est de 4,50 m pour 170,00 m de longueur sur le secteur fouillé. D’après l’état de conservation des vestiges, l’érosion semble plus importante sur le haut qu’en bas de la pente.

5Le contexte archéologique de l’opération est dense mais encore relativement mal caractérisé. La présence d’occupations anciennes est avérée par des prospections aériennes et par quelques interventions archéologiques préventives. Ainsi, de nombreux enclos circulaires et quadrangulaires ont-ils été repérés, en particulier sur les versants et le fond de la vallée de la Retourne. Plusieurs espaces d’habitats, s’échelonnant de la période protohistorique à la période médiévale, ont été également identifiés, et, pour certains, fouillés ; cependant aucun n’est chronologiquement proche de l’occupation étudiée présentement.

1. Les vestiges

6L’occupation protohistorique est essentiellement matérialisée par des trous de poteau. Certains étaient isolés, mais la plupart ont été attribués à des bâtiments. Les structures restantes correspondent à un silo, un fossé et à un probable fond de fosse, très arasé (fig. 2). Vingt bâtiments sur poteaux ont été mis en évidence au total. Selon leur morphologie, ils ont été classés en deux catégories : ceux à plan simple, correspondant aux ensembles de quatre à six poteaux, et ceux à plan complexe, comprenant plus de six poteaux.

Fig. 2. Plan d’ensemble de l’opération et localisation des vestiges.

1.1. Les bâtiments à plan simple

7La restitution des plans des bâtiments a été réalisée d’après l’étude de l’implantation des trous de poteau, leur symétrie et leurs intervalles, réguliers ou non (BUCHSENSCHUTZ, 2005, p. 58-59). La détermination des superficies résulte des dimensions au sol de la surface limitée par les trous de poteau.
Seize bâtiments appartiennent au type dit « à plan simple », soit 80 % des édifices identifiés. Ils sont principalement carrés ou rectangulaires.

1.1.1. Les bâtiments à quatre et cinq poteaux

8Neuf bâtiments appartiennent à cette catégorie (fig. 3). Toutes de plan rectangulaire, ces constructions de petite taille, de 3,00 à 3,60 m de longueur pour 2,40 à 3,30 m de largeur, offrent des surfaces comprises entre 7,20 et 13,20 m². Seul le bâtiment 1 présente des dimensions plus importantes, de 4,80 m de longueur pour 4,00 m de largeur, soit une surface au sol de 19,20 m².

Fig. 3. Plans des bâtiments à quatre et cinq poteaux.

9Les trous de poteau qui composent ces neuf bâtiments possèdent des ouvertures en plan allant de 0,40 m à 0,70 m de diamètre pour les trous de forme circulaire, et de 0,30/0,40 m de largeur par 0,60/0,70 m de longueur pour ceux de forme ovoïde. Les profondeurs, de 0,07 m en moyenne, peuvent atteindre 0,20 m (bâtiment 15). Les profils des creusements sont très hétérogènes, de forme en cuvette pour les moins profonds, à des parois légèrement verticales à obliques pour les plus profonds. À l’inverse, les comblements sont relativement homogènes et se composent de limons brun clair à brun foncé mêlés de graveluche calcaire.

10Les bâtiments 8 et 14 sont dotés d’un cinquième trou de poteau, localisé au centre d’un des longs côtés et donnant un aspect légèrement trapézoïdal au plan (fig. 3). Ce trou supplémentaire est généralement interprété comme un ancrage d’échelle, d’une potence de levage ou encore comme un possible poteau d’appoint (BONIN, 1999, p. 21). Des plans identiques ont été observés sur l’opération de Neuflize, à l’ouest de notre fouille (ACHARD-COROMPT et alii, 2003, p. 41-42). Cette configuration à quatre ou cinq poteaux est bien connue et associée généralement à des structures d’engrangement de céréales, de type « grenier ». Nous reviendrons sur cette interprétation.

11Le mobilier céramique issu de quelques trous de poteau date du Hallstatt D (bâtiment 1) et peut-être de La Tène A-B (bâtiment 12).

1.1.2. Les bâtiments à six poteaux

12Six bâtiments à six poteaux ont été retrouvés dans la zone décapée (fig. 4). Le bâtiment 13, dont seuls cinq trous de poteau ont été découverts, a été classé dans cette catégorie puisque les modules formés par les trous de poteau laissent penser qu’un sixième trou, effacé par l’arasement, était placé au sud-est du bâtiment. À l’instar des bâtiments à quatre poteaux, ceux à six poteaux sont strictement rectangulaires. Leurs dimensions sont plus importantes : les longueurs varient de 3,80 à 6,00 m pour des largeurs comprises entre 3,20 et 3,40 m. Les superficies s’échelonnent de 12,16 à 14,40 m², avec une surface plus importante pour le bâtiment 13, de 19,20 m². Les bâtiments 5, 6 et 9 présentent des dimensions très similaires (fig. 4), avec un module quasi standard de 4,30/4,50 m de longueur et 3,20/3,30 m de largeur qui ne s’applique pas aux trois autres bâtiments.

Fig. 4. Plans des bâtiments à six poteaux.

13En moyenne, les dimensions des trous de poteau varient de 0,25 à 0,60 m de diamètre pour les structures circulaires et de 0,35/0,70 m de longueur par 0,25/0,60 m de largeur pour les structures quadrangulaires et ovales. Les profils des trous de poteau diffèrent d’un bâtiment à l’autre, de la simple cuvette à la forme à parois évasées et fond plat. La plupart du temps, les profondeurs oscillent entre 0,10et 0,20 m.

14De nouveau, les bâtiments 5, 6 et 9 ressortent du lot, puisque les profils des trous de poteau sont semblables, avec des parois strictement verticales et un fond plat (fig. 5). De plus, les profondeurs sont les plus marquées de cette catégorie et peuvent atteindre 0,35 m. Les quelques tessons dégraissés à la chamotte grossière associés aux aux bâtiments 6 et 9 évoquent le Premier âge du Fer, voire l’extrême fin de l’âge du Bronze.

Fig. 5. Profils des trous de poteau des bâtiments à six poteaux.

1.1.3. Le bâtiment à six poteaux d’architecture composée

15Le bâtiment 16 fait aussi exception d’une autre manière, puisqu’il est composé de quatre trous de poteau ovales formant l’ossature principale rectangulaire, et de deux trous de poteau circulaires supplémentaires, installés vers le nord-ouest, tp 340 et 345 (fig. 6). Ces derniers offrent des dimensions en plan bien inférieures (0,35 m de diamètre) à ceux du cadre central, de 0,45 m de largeur pour 0,70 m de longueur en moyenne.

Fig. 6. Plan du bâtiment 16 et coupes des trous de poteau.

16Les profils observés sur les trous de poteau du cadre principal de ce bâtiment sont très différents de ceux rencontrés ailleurs sur l’opération, avec des parois bien verticales et un décroché systématiquement installé sur l’une des parois (poteaux doublés ?). Ils présentent par ailleurs des profondeurs importantes, de l’ordre de 0,80 m environ. Les deux petits trous de poteau installés hors de la structure centrale définissent peut-être un portique et une entrée, et suggèrent l’existence d’une paroi déportée par rapport aux poteaux de l’ossature principale. En territoire germanique, à Ehningen, près de Stuttgart, plusieurs bâtiments de ce type ont été mis au jour (Von NICOLAI, 2009, p. 253-254). Une configuration identique a été rencontrée à Oger dans la Marne (RIQUIER et alii, à paraître ; FRIBOULET, 2000) et aux Natteries à Cholet, dans le Maine-et-Loire, où quatre importants trous de poteaux corniers définissent un cadre carré auquel s’ajoute un couple de poteaux sur l’un des côtés (MAGUER, 2005, p. 336-337).

17Ces édifices à plan simple présentent malgré tout une configuration proche des bâtiments à plan complexe, que les récents travaux de P. Maguer permettent de caractériser comme des bâtiments à parois rejetées, largement représenté dans la région Centre-Val de Loire (MAGUER, ROBERT, 2013, p. 252-253).

1.2. Les bâtiments à plan complexe

18Les bâtiments classés dans cette catégorie correspondent à ceux dont le nombre de trous de poteau est supérieur à six et l’ossature complexe. Quatre bâtiments de ce type ont été répertoriés (fig. 7). Ils sont globalement orientés nord-ouest / sud-est, bien que les bâtiments 2 et 18 soient plus proches d’une orientation est-ouest. Au premier regard, ils sont dispersés sur toute l’emprise de l’opération (fig. 2). Trois modèles différents sont observables.

Fig. 7. Plans des bâtiments de type complexe.

1.2.1. Le modèle à « une nef »

19Ce modèle concerne un seul édifice, le bâtiment 2, situé en bordure orientale de l’emprise de fouille (fig. 2). De forme rectangulaire et orienté nord-ouest / sud-est, le bâtiment mesure 7,30 m de longueur pour 4,30 m de largeur, soit une superficie de 31,39 m² (fig. 8). Au total, neuf trous de poteau ovales, de 0,30/0,45 m de largeur pour 0,70 m de longueur en moyenne, composent ce bâtiment. Les profils de ces structures sont essentiellement en forme de cuvettes à fonds plats ou irréguliers. Leur profondeur n’excède pas 0,15 m. Le fort arasement de la zone et la faible couverture végétale n’ont pas permis d’observer des profils complets. Toutefois, les dimensions importantes (plus de 0,70 m de longueur) et la forme allongée des trous laissent supposer qu’ils pouvaient accueillir deux poteaux. La présence des deux trous de poteau à l’angle sud-ouest du bâtiment confirme cette hypothèse. L’ossature en plan indiquerait un bâtiment à six poteaux porteurs, mais la présence de doubles poteaux ainsi que l’importante superficie de l’édifice au sol, l’excluent de cette catégorie. De plus, des structures installées au centre des côtés ouest et est du bâtiment permettent de supposer la présence d’autres poteaux intermédiaires, implantés entre les poteaux formant les parois nord et sud et que l’arasement n’a pas permis de retrouver (fig. 8).

Fig. 8. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 2.

20Compte tenu de sa superficie et de la disposition des trous de poteau, le bâtiment 2 a été interprété comme un bâtiment à « poteaux/parois » (BUCHSENSCHUTZ, 2005, p. 55). Sa fonction reste encore indéterminée. Ce pourrait être un habitat, en raison de ses dimensions et de sa localisation près des autres habitations. Durant l’opération de Woippy Le Pollieux (Moselle), un bâtiment rectangulaire à poteaux/parois, de morphologie identique, a été interprété comme un habitat (BUZZI, 1998, p. 161-162). Ce bâtiment avait d’abord été rattaché à la période romaine, d’après un fragment de céramique et un morceau de tuile. Mais la présence abondante de mobilier du Premier âge du Fer dans plusieurs de ses trous de poteau suggère finalement une datation de cette dernière période. Dans la région de notre fouille, près de Châlons-en-Champagne, des bâtiments à une nef, datés de la période alto-médiévale, ont été mis au jour sur la commune de Saint-Gibrien. Il s’agit de petites structures d’habitats (VILLES, 1991, p. 87-88). L’interprétation du bâtiment 2 comme une structure d’habitat semble donc confirmée par les parallèles disponibles.

1.2.2. Le modèle à « deux nefs »

21Il concerne uniquement le bâtiment 18, mis au jour au centre de la fouille (fig. 2). L’édifice, orienté est-ouest et de plan rectangulaire allongé, est constitué de vingt trous de poteau circulaires et possède des dimensions avoisinant 10,00 m de longueur pour 5,50 m de largeur, soit une superficie de 55,00 m² (fig. 9). Les longs côtés du bâtiment se composent d’une succession de quatre poteaux se faisant face trois par trois et formant deux nefs à quatre travées. Cela permet d’envisager la présence d’entraits et d’une faîtière. On note cependant que le plan formé par les trous de poteau n’est pas strictement orthonormé, mais que certains sont quelque peu décalés, constituant ainsi un plan rectangulaire légèrement incurvé vers le nord.

Fig. 9. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 18.

22Les dimensions des trous de poteau sont de 0,70 m de diamètre en moyenne. Les coupes ont des parois verticales et le fond plat. Les six trous de poteau situés sur la moitié ouest sont les plus profonds (ou les mieux conservés ?) et avoisinent 0,30 m, alors que les six trous situés sur la moitié est ont en moyenne une profondeur comprise entre 0,10 et 0,15 m. D’autres trous de poteau, de petite taille, se sont greffés au plan initial et appartiennent probablement à des réfections. D’un peu moins de 0,30 m de diamètre, ils présentent des parois verticales avec un fond plat et une profondeur de 0,10 m au maximum. Cinq d’entres eux, situés au nord-est de l’édifice, pourraient appartenir à un petit bâtiment installé à une phase différente du bâtiment 18, ou à une réfection de son ossature principale (fig. 9).

23Les deux nefs du bâtiment présentent une largeur identique, de l’ordre de 2,00 m environ ; les écarts entre les travées, en revanche, varient : les six poteaux les plus à l’ouest (et les plus profonds) ont un écartement de 4,00 m approximativement, alors que l’écart entre les poteaux situés à l’est du bâtiment est de 2,50 m. La distance plus importante entre les six poteaux de la moitié ouest explique peut-être que ces derniers soient les plus profondément implantés, puisque la portée était plus importante.

24L’agencement de cet ensemble permet de supposer deux espaces bien distincts au sein du bâtiment, comme le suggère M.-P. Koenig pour les « bâtiments de configuration complexe à plan allongé » mis au jour durant l’opération de Rosières-en-Salines (Meurthe-et-Moselle ; KOENIG et alii, 2005, p. 106). L’importante portée imposée par l’écart entre les deux travées situées à l’est du bâtiment permet d’exclure que ce dernier soit une construction sur plate-forme (LAURELUT et alii, 2002, p. 111-112). De plus, la probabilité d’une faîtière et l’imposant diamètre des poteaux, de l’ordre de 0,30 m, suggèrent un édifice d’une hauteur considérable. À Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle), les édifices étaient composés d’une succession de trous de poteau se faisant face deux à deux sur les longs côtés, accompagnée d’une rangée centrale de poteaux axiaux qui supportaient la faîtière (fig. 10). M.-P. Koenig propose trois reconstitutions avec deux espaces distincts pour ces bâtiments. Elle les interprète comme des structures d’habitat et les date du Bronze final III (KOENIG et alii, 2005, p. 110 et 112).

Fig. 10. Comparaison du bâtiment 18 avec les bâtiments « de configuration complexe à plan allongé » de Rosières-aux-Salines (tirés de KOENIG et alii, 2005, fig. 13).

25Cinq des trous de poteau du bâtiment 18 ont livré du mobilier céramique. Il s’agit du corpus le plus important de la fouille. Un ardillon de fibule à charnière a été retrouvé dans l’une des structures. Cet ardillon, pas antérieur au Ier s. av. J.-C., peut être considéré comme intrusif compte tenu du matériel céramique mis au jour dans le bâtiment. Rappelons que le site voisin de Neuflize est daté de la période laténienne et que des éléments intrusifs ont pu être transportés (ACHARD-COROMPT et alii, 2003). Le bâtiment 18 serait par conséquent datable du Premier âge du Fer. Malgré la distance chronologique, le parallèle avec les habitats de Rosières-aux-Salines semble pouvoir s’appliquer.

1.2.3. Présence possible d’une palissade autour du bâtiment 18

26Six trous de poteau sont localisés autour du bâtiment 18, dans un rayon d’environ 15 m, si l’on prend le Tp 394 du bâtiment 18 comme centre. Seul le Tp 298 est légèrement excentré. Bien qu’ils soient éloignés les uns des autres de 14 à 16 m, il est possible de supposer, compte tenu du fort arasement de la zone, que ces structures soient les derniers vestiges encore visibles d’une palissade. Cette interprétation reste cependant discutable. Les trois trous de poteau situés à l’intérieur de l’aire peuvent aussi appartenir à une palissade (fig. 11). En l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible de pousser plus avant l’interprétation de ces vestiges. Le mobilier céramique découvert dans le comblement d’un des trous de poteau de la possible palissade apporte une datation du Hallstatt D/ La Tène A, identique à celle du bâtiment 18.

Fig. 11. Plans et coupes des trous de poteau localisés autour du bâtiment 18.

1.2.4. Le modèle à « cadre interne » ou à « module porteur »

27Ce modèle de bâtiment complexe est défini par l’organisation, en plan, de trous de poteau formant trois nefs. Il dispose d’un ensemble de poteaux pour les parois, ceinturant une structure interne rectangulaire formée par quatre poteaux ou plus. Cette catégorie de construction est qualifiée de bâtiment à « cadre interne » (BUCHSENSCHUTZ, 2005, p. 55 et 59 ; TIKONOFF, 2008, p. 41) ou à « module porteur » (MAGUER, ROBERT, 2013). Deux bâtiments sur l’opération du Châtelet-sur-Retourne correspondent à cette configuration.

28Le bâtiment 4, tout d’abord, localisé au sud de l’emprise (fig. 2), présente des dimensions extérieures de 8,30 m de longueur pour 6,60 m de largeur, soit une superficie totale au sol de 54,78 m² (fig. 12). Il est composé de vingt-cinq trous de poteau dont seize constituent les parois, avec deux trous de poteau d’appoints (renforts ?). Ces derniers sont de plan quadrangulaire, de 0,30/0,40 m de largeur pour 0,50/0,70 m de longueur en moyenne. Les profils présentent des parois quasi verticales à fonds plats, parfois irréguliers, pour une profondeur maximale de 0,20 m. Le cadre interne est constitué de quatre trous de poteau principaux avec de probables poteaux de renforts ne pouvant être rattachés à l’organisation principale. Le module rectangulaire du cadre interne mesure 4,60 m de longueur et 3,15 m de largeur, soit une superficie de 14,49 m². Les trous de poteau correspondants possèdent des dimensions quasi identiques à ceux de la périphérie, mais avec des profondeurs légèrement plus importantes, de l’ordre de 0,25 m.

Fig. 12. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 4.

29Bien que certains fragments de céramiques, d’après les critères techniques (formes, pâtes, etc.), ne puissent être clairement attribués au Hallstatt plutôt qu’au Néolithique, un fragment issu de l’une des structures est datable de la période du Hallstatt D et a motivé notre datation au Premier âge du Fer.

30Au nord de l’emprise (fig. 2), un second bâtiment à cadre interne (n° 17) a été mis au jour. Il mesure 10,00 m de longueur pour 7,60 m de largeur, soit une superficie de 76,00 m² (fig. 13). Sur ses vingt trous de poteau, quatorze constituent les parois. Ces derniers trous de poteau sont de forme ovoïde en plan, de 0,30/0,40 m de largeur pour 0,60/0,90 m de longueur en moyenne. Les profils sont irréguliers et présentent parfois un fond plat. Leur profondeur maximale est de 0,10 m.

Fig. 13. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 17.

31Quatre trous de poteau forment le cadre interne, dont les dimensions sont de 4,60 m de longueur et 3,80 m de largeur, soit une surface de 17,48 m². Le trou de poteau nord-est du cadre interne comporte visiblement deux creusements, pour accueillir deux poteaux ou témoignant d’une réfection. Tous ces trous de poteau internes sont de forme ovales. Ils ont des dimensions de 0,45/0,60 m de longueur pour 0,35/0,50 m de largeur et des profondeurs légèrement supérieures aux trous de poteau des parois, pouvant atteindre 0,30 m. Le bâtiment 17 présente une variante au bâtiment 4. Il comporte deux trous de poteau supplémentaires, placés au centre de l’axe du bâtiment, probablement afin de soutenir une faîtière. Leur attribution à une phase contemporaine du reste de l’ossature où à une phase différente ne peut être précisée. Ces deux trous de poteau surnuméraires sont de forme circulaire, de 0,40 m de diamètre et présentent un profil aux parois légèrement évasées, avec un fond plat, pour des profondeurs respectives de 0,17 et 0,25 m. L’un des trous de poteau de la paroi ouest a livré du mobilier céramique orientant vers une datation du Hallstatt D/La Tène.

32Les bâtiments à « cadre interne » ou à « module porteur », à paroi rejetée, ont déjà été mis en évidence dans des synthèses sur l’architecture protohistorique (BUCHSENSCHUTZ, 2005 ; MAGUER, ROBERT, 2013, p. 252-253), mais aucun exemplaire comme les bâtiments 4 et 17 n’avait jamais été mis au jour dans la région champenoise jusqu’ici, essentiellement pour le Premier âge du Fer (RIQUIER et alii, à paraître).

33Les fouilles archéologiques réalisées récemment sur l’oppidum de Moulay, dans la Mayenne, ont révélé de nombreux habitats basés sur une configuration à « cadre interne » et datés de la période laténienne (LE GOFF, MOREAU, 2012, p. 156-157). Datés du Hallstatt C à D2, les spécimens les plus proches ont été découverts en Lorraine (fig. 14), dans les environs de Metz, en Moselle, sur les communes de Marly, Woippy et Gravelotte (TIKONOFF, 2008 ; BUZZI, 1998 ; FAYE, 1991). Il s’agit de bâtiments à une nef possédant une structure interne rectangulaire qui sert d’élément porteur principal. Les trous de poteau des parois, rarement conservés (ce qui explique que ces bâtiments ne soient pas toujours identifiés), soutiennent seulement l’extrémité des versants du toit (BUZZI, 1998, p. 99) et forment une toiture en pavillon (BUCHSENSCHUTZ, 2005).

Fig. 14. Planche de comparaison des bâtiments à cadre interne.

34Cette configuration s’applique aisément au bâtiment 4. La conception du bâtiment 17, qui présente des trous de poteau dans l’axe médian, est légèrement différente : la toiture est maintenue par une faîtière et par le cadre interne, puis repose sur les parois (fig. 15). Toutes les constructions de ce type retrouvées jusqu’ici ont été caractérisées comme des habitats, d’après leurs configurations et leurs dimensions (BUZZI, 1998 ; TIKONOFF, 2008, p. 45). La présence d’un foyer dans l’un des bâtiments découverts sur Marly La Grange aux Ormes appuie cette interprétation (TIKONOFF, 2008, p. 45).

Fig. 15. Restitution d’un bâtiment à trois nef (ou à portique en Pi) (tiré de BUCHSENSCHUTZ, 2005, p. 56).

1.3. Les trous de poteau non associés à des bâtiments

35Sur l’ensemble de la fouille, de nombreux trous de poteau non associés à des bâtiments ont été mis au jour. Ils peuvent cependant être séparés chronologiquement. Ceux de la période moderne/contemporaine sont très facilement identifiables, en raison des fragments de briques mécaniques et de petits morceaux de fer de la Grande Guerre (conserves par exemple) issus des comblements. Les trous de poteau qui ne présentaient pas de caractères distinctifs ont été attribués à la période protohistorique. Bien que ce classement puisse paraître simpliste, il s’est imposé puisque seules deux périodes sont identifiées sur l’opération. De plus, ce classement a permis d’observer que les structures étaient clairement réparties de part et d’autre du seul fossé retrouvé sur l’emprise. Les structures de la période moderne sont localisées au sud de ce fossé et celles de la période protohistorique au nord, près de l’occupation de même époque. Parmi ce second ensemble, les trous de poteau circulaires ont un diamètre de 0,20 à 0,40 m et les trous ovales mesurent de 0,30/0,50 m de longueur pour 0,25/0,40 m de largeur. Les profondeurs ne vont pas au-delà de 0,26 m. Les profils varient de simples cuvettes à des parois droites ou légèrement évasées avec un fond plat. Si ces vestiges ne peuvent être attribués à un bâtiment, quelques regroupements peuvent être proposés d’après certaines liaisons topographiques.

36L’alignement de trous de poteau situé le long du fossé ne semble pas présenter de lien perceptible avec celui-ci, hormis leur implantation selon un axe parallèle. Leur aspect identique, en plan (forme carrée) et en coupe (profils en cuvette), conforte cette hypothèse. Le phénomène est trop restreint pour être interprétable.

1.4. Les structures annexes (le silo, le fossé et la fosse)

37La majorité des structures de stockage rencontrées sur l’opération correspondent à des greniers. Toutefois, une structure de grandes dimensions a été mise au jour dans la partie sud de l’emprise, à proximité du bâtiment 13 (fig. 2), de plan circulaire avec un diamètre de 2,10 m. La coupe permet d’observer un creusement aux parois verticales, avec un fond plat situé à 0,80 m de profondeur (fig. 16).

Fig. 16. Coupe stratigraphique du silo St 160.

38Les caractéristiques morphologiques permettent d’interpréter cette structure comme un silo et de le classer dans la catégorie des silos cylindriques (GRANSAR, 2002). Sa localisation auprès des greniers est probablement volontaire. La capacité théorique de ce silo est d’environ 2,80 m3, ce qui le classe parmi les gabarits moyens, au regard des vestiges du même type découverts dans la région (RABASTÉ et alii, 2011b, p. 41-42 ; ROLLET et alii, 2002, p. 114) et de ceux mis au jour à proximité, sur la commune de Neuflize (ACHARD-COROMPT et alii, 2003, p. 12).

39La dynamique de comblement de ce silo est assez simple et divisible en trois phases. La première se compose d’une succession de niveaux de craie et de couches de limons gravelucheux brun très foncé qui tapissent le fond de la structure sur 0,30 m d’épaisseur. La seconde phase correspond à des poches de nodules de craie (effondrements de parois ?), scellées par un épais niveau de limon brun foncé qui termine le comblement. Enfin la troisième phase est constituée d’une poche de limon brun foncé avec de la graveluche de craie. Elle pourrait correspondre à un recreusement postérieur. La fouille manuelle de la partie inférieure avait pour objectif d’observer la présence de résidus de graines ou de mobilier divers. Le résultat a été décevant, puisque même les prélèvements réalisés dans la couche du fond n’ont livré aucun individu. Le comblement supérieur, quant à lui, a livré le corpus de mobilier céramique le plus important de l’opération. Ce mobilier est attribué au Hallstatt D.

40Un seul fossé, probablement protohistorique, a été retrouvé (fig. 2). Orienté est-ouest et d’une largeur de 0,60 m, il a été mis au jour sur une longueur d’environ 60 m, continuant hors emprise vers l’ouest et recoupé à l’est par le chemin moderne à son extrémité. Différents sondages ont été réalisés tout au long de la structure afin d’appréhender son creusement. Bien qu’il présente des irrégularités, ce creusement est homogène avec des parois évasées et un fond plat, dont la profondeur n’excède pas 0,20 m vers l’ouest et 0,15 m vers l’est. Une légère pente dirigée vers l’est a été observée, de l’ordre de 0,32 m pour 60 m, soit 0,63 %. Cette déclivité suit celle du terrain. Le comblement est très homogène, composé d’un limon brun clair mêlé à de la graveluche crayeuse et à de rares nodules de craie. Deux fragments de céramique, l’un de la période médiévale et l’autre de la période romaine ont été découverts au sein de ce comblement. Il serait cependant hasardeux de dater le fossé d’une de ces deux périodes, puisqu’il s’agit des rares fragments n’appartenant pas à la période protohistorique mis au jour sur l’opération.

41L’orientation des bâtiments protohistoriques est identique à celle du fossé, surtout pour les proches bâtiments. Ces indices témoignent d’une probable corrélation. Avec toute la prudence qui s’impose, l’absence de structures protohistoriques au sud du fossé pourrait confirmer cette supposition. Sa localisation en bas de pente pourrait suggérer une fonction de drainage au sein de l’établissement protohistorique. Cependant, peu de cas de fossés de drainage sont connus pour le Premier âge du Fer. Il s’agit généralement d’enclos palissadés, comme la majorité de ceux mis au jour dans la région (DESBROSSE, RIQUIER, 2012, p. 3-27). Par conséquent, son attribution à cette période est à prendre avec prudence.

42Située en bordure d’emprise, au sud (fig. 2], une fosse approximativement quadrangulaire de 2,80 m de longueur pour une largeur de 1,95 m, a été mise au jour. Elle a fait l’objet d’une fouille manuelle en quart afin d’appréhender son profil aussi bien en largeur qu’en longueur, puis elle a été vidée intégralement. Elle présente un creusement peu marqué dans le substrat crayeux en raison de l’arasement : son fond, plat, est situé à une profondeur de 0,10 m. Le comblement est homogène et constitué d’un limon brun clair mêlé de graveluche et de rares nodules de craie. Quelques fragments de céramique issus du comblement sont attribuables à la période protohistorique. La fonction de cette fosse reste inconnue.

1.5. Chronologie du site

1.5.1. Les datations par radiocarbone

  • 0 Nijenborgh 4, NL-9747 AG Groningen, Netherland.

43La plupart des structures ont fait l’objet d’un prélèvement afin de récolter d’éventuels fragments de charbon. Onze échantillons ont été envoyés au Centrum Voor Isotopenonderzoek de l’Université de Groningen0. Les prélèvements sur les bâtiments ont été privilégiés. Deux échantillons provenant des comblements de trous de poteau ont été sélectionnés par bâtiment de type complexe (nos 4, 17 et 18), excepté pour le bâtiment n° 2, dont un seul trou de poteau a livré du charbon. Compte tenu des moyens financiers à notre disposition, nous avons décidé de ne prélever qu’un échantillon pour les bâtiments de type simple, mais finalement seuls les bâtiments nos 6, 7 et 9 ont livré du charbon. Enfin, le silo a lui aussi fait l’objet d’une datation. En l’absence de graines carbonisées, l’analyse a été réalisée sur un charbon provenant du niveau de comblement le plus ancien. L’analyse par radiocarbone devait permettre de compléter les datations apportées par l’étude céramique, qui s’est appuyée sur un corpus limité.

Fig. 17. Tableau récapitulatif des structures datées par radiocarbone.

  • 0 Échange de courrier avec le Professeur J. Van Der Plicht.

44Les résultats obtenus sont pour le moins inattendus, puisque les datations proposées s’échelonnent de la période magdalénienne à la période médiévale, en passant par plusieurs époques bien distinctes (fig. 17). Selon le laboratoire de l’Université de Groningen0, les échantillons étaient tous de bonne qualité et par conséquent les datations sont justes. Le phénomène rencontré sur l’opération du Châtelet-sur-Retourne démontre la limite de l’utilisation de la datation par radiocarbone sur des échantillons de charbon. En effet, si l’on considère que les résultats sont corrects, l’intrusion, au cours des siècles, de petits éléments charbonneux dans les vestiges, par des phénomènes d’érosion ou par l’activité humaine apparaît relativement courante. Ce cas permet de démontrer que lorsqu’un site archéologique n’est daté que par l’analyse au radiocarbone, il faut interpréter les résultats avec la plus grande prudence, hormis dans le cas d’une homogénéité parfaite des datations. Seules trois structures de notre fouille ont des résultats concordant avec les datations du mobilier céramique. Nous n’avons pas, par honnêteté scientifique, voulu prendre uniquement en compte les résultats appropriés. Par conséquent, aucune des datations effectuées par radiocarbone sur l’opération n’a été prise en compte.

1.5.2. Le mobilier céramique

45La céramique est très peu abondante. Le corpus compte 122 fragments pour 2849 g provenant d’une vingtaine de trous de poteau, presque tous associés à des plans de bâtiments reconnus, de quelques rares fosses et autres creusements, et d’un fossé. Ces restes correspondent à environ douze individus-bords, six individus-fonds et deux fragments de formes sans doute distinctes, mais les individus sont sans doute beaucoup plus nombreux étant donné la dispersion du mobilier (fig. 18).

Fig. 18. Tableau d’inventaire général du mobilier céramique.

46Les catégories représentées renvoient à des périodes anciennes, si l’on excepte huit restes de techniques assurément postérieures à la Protohistoire. Concernant ces derniers, il s’agit principalement de très petits fragments, mais quelques éléments plus importants proviennent du fossé 162. D’après les observations d’A. Delor-Ahü, un fond évoque la production du haut Moyen Âge, alors qu’un bord épais rose clair rappelle les dolia de l’époque romaine (comm. orale).

47Les lots comptent pour la plupart entre un et quatre restes. Seuls se démarquent le trou de poteau 388 qui contenait douze restes et la fosse 160 qui a livré 51 tessons, ce qui demeure restreint. Le matériel est détritique avec, en règle générale, des fragments de taille réduite. Il ouvre la question complexe de la datation des contextes d’habitats par le mobilier céramique. Considérant les trous de poteau, les restes ont pu être piégés ou apportés/rejetés soit avec les matériaux de calage des poteaux, soit après le démontage de la construction. Dans le cas des deux fonds presque entiers du trou de poteau 388 du bâtiment 18, différentes propositions d’interprétation, outre le rejet, pourraient être avancées, comme le remploi d’un creusement après enlèvement du poteau, ou une forme de dépôt.

48La céramique peut ainsi être résiduelle d’une période antérieure à celle de la construction, contemporaine de son fonctionnement, voire liée à une phase plus récente d’occupation des espaces alentour et piégée dans les niveaux supérieurs ou par le biais de terriers ou d'autres perturbations. Il s'agit donc dans tous les cas de simples indications à croiser entre elles et à combiner avec d'autres informations.

49Sur le site du Châtelet-sur-Retourne, le faible nombre de formes datables, le caractère ubiquiste de plusieurs profils et le peu de recoupements entre les orientations données par les quelques fragments de céramiques et les datations radiocarbone très dispersées imposent la prudence. Par ailleurs, la technique constitue rarement un argument pour ces petits fragments souvent altérés même si de grandes lignes de l’évolution sont connues. Entre autres, l’emploi de chamotte, dont témoignerait la présence d’inclusions argileuses identifiées dans de nombreuses pâtes, varie au fil du temps et n’est pas exclusif d’une période donnée.

1.5.2.1. Des céramiques anciennes d’attribution incertaine

50Le trou de poteau 119 du bâtiment 4 a livré un grand fragment de céramique (45 g) qui appartient à un vase fermé, à l’ouverture resserrée et au col bien démarqué, allongé et légèrement ouvert (fig. 19, n° 2). Le diamètre est incertain, entre 13 et 16 cm au minimum pour le col. Le profil de la partie supérieure évoque deux grandes périodes : il existe un lien avec différents types morphologiques du Néolithique moyen, mais aussi avec certaines formes à épaulement anguleux ou arrondi du Premier âge du Fer ou du début du Second (LAURELUT, 1989 ; DEMOULE, 1999). La technique, avec un matériau d’aspect altéré d’une teinte variable, notamment brunâtre, à inclusions probables de chamotte et d’éléments lithiques clairs, ne permet pas de trancher. D’autres éléments, et notamment la forme du trou de poteau 137 à proximité, orienteraient vers la seconde hypothèse.

51Le bord issu du trou de poteau 274 rattaché au bâtiment 15 est apparenté au fragment précédent par la technique et la morphologie (fig. 19, n° 4). Ce type de petit bord oblique aminci à l’extrémité figure dans les périodes évoquées et il caractérise de même certaines formes de l’âge du Bronze.

Fig. 19. Dessins du mobilier céramique.

52D’autres petits lots avec des formes peu caractéristiques posent aussi un problème de datation. Pour exemple, les deux fonds presque entiers en céramique mi-fine, à la pâte riche en inclusions de chamotte parfois grossières (fig. 19, n° 5), découverts dans le trou de poteau 388 du bâtiment 18 pourraient être rattachés au Premier âge du Fer, mais on ne peut exclure des périodes plus anciennes, et notamment l’âge du Bronze.

53En définitive, la faible quantité de mobilier et certains indices d’une occupation diachronique probablement complexe interdisent la généralisation et imposent de se limiter aux éléments bien datés.

1.5.2.2. Des céramiques rattachées au Hallstatt D

54Le trou de poteau 52, composante de la construction 1, a reçu un fragment non négligeable d’un grand pot, sans doute altéré par une exposition à la chaleur (fig. 19, n° 1). La pâte ocrée est très sèche. Il trouve de nombreux parallèles morphologiques et techniques dans les contextes régionaux du Hallstatt D. La liaison col/panse anguleuse conférant un profil situliforme, le col élancé un peu rentrant, le rang d’impressions sur le sommet de la lèvre, la finition brute et la pâte contenant en particulier d’abondantes inclusions de chamotte parfois de grande taille sont autant de traits que l’on retrouve par exemple parmi les pots communs des ensembles de Vrigny Les Côtes Chéries et Cumines Basses (BOCQUILLON et alii, 2009, fig. 36, p. 122 et fig. 41, p. 128). Des empreintes en creux signaleraient en outre des inclusions disparues, peut-être calcaires. Ces pots disparaissent du répertoire du nord de la plaine crayeuse à partir du passage du Premier au Second âge du Fer. En témoignent les ensembles les plus tardifs des sites de Vrigny ainsi que le corpus de l’habitat de Tagnon La Fricassée dans le sud des Ardennes, dont le mobilier céramique comprend des traits précoces de La Tène A (BAZELAIRE et alii, 1993 ; BILLOIN et alii, 2002).

55Une forme, de technique similaire à celle du bâtiment 1, a été découverte dans le trou de poteau 137 qui s’inscrit dans l’aire du bâtiment 4 (fig. 19, n° 7), sans lui être assurément rattaché. Qu’il s’agisse d’une forme fermée arrondie à bord rentrant (pot) ou d’une forme ouverte curviligne profonde (jatte), la forme simple, la finition brute, la pâte et la lèvre à impressions évoquent aussi les ensembles de Vrigny ainsi que d’autres lots issus de sites du Hallstatt D fouillés à Reims et dans les environs où se rencontre un répertoire similaire de vaisselle commune rugueuse (POUGET, 2008).

56Le petit lot du silo 160, situé au sud du décapage, compte cinquante et un restes pour 503 g (dont quatre bords et un fond). Bien que le matériel de cette fosse soit très détritique avec de petits fragments souvent émoussés, altérés, correspondant à plusieurs individus distincts, le lot apparaît assez homogène. Certains traits évoquent le Premier âge du Fer avec plusieurs bords grossiers, de pots et jattes probablement, portant en général des impressions sur la lèvre et des productions mi-fines à fines lissées dont un profil assez typé (fig. 19, n° 8). Il s’agit d’un bord de vase (fig. 19, n° 9) à petit col vertical et lèvre en baguette à peine marquée qui évoque en particulier certaines formes fermées de Vrigny Cumines Basses comme les jattes mi-fines à fines de la structure 9 (BOCQUILLON et alii, 2009, fig. 42 p. 129, nos 35 et 36). Cette attribution chronologique est confortée par le lien avec les petites formes à bord redressé des étapes correspondant au Hallstatt D1-D2 de la typo-chronologie proposée pour les habitats de la vallée de l’Aisne (DEMOULE et alii, 2009).

1.5.2.3. Un cas de finition qui évoquerait le Second âge du Fer

57Le fragment de forme commune provenant du trou de poteau 84 du bâtiment 12 présente un traitement de surface particulier (fig. 19, n° 3). L’épaulement anguleux est d’une inclinaison incertaine et évoque soit un grand plat très profond, soit une forme fermée plutôt situliforme. La zone de l’épaulement est lissée avec soin, à l’outil mousse (traces linéaires) alors que la partie médiane de la panse est finement rugueuse, grattée avec de courtes stries. Ce traitement n’est pas aléatoire. Une finition similaire, ou apparentée - surface rugueuse non striée ou obtenue au peigne, parfois porteuse d’un décor - a été reconnue sur des céramiques mi-fines rattachées à La Tène A-B, voire à La Tène C. Plusieurs cas peuvent être signalés dans le nord de la plaine crayeuse : une forme basse anguleuse dans l’ensemble du silo 32 des Petites Loges La Grande Lèvre remembrée rattaché à La Tène A (SAUREL, 2007, fig. 2, p. 10) ; des formes basses à épaulement marqué et panse ornée des silos 5004 et 5018 de Champfleury La Bascule au sein de lots attribués à La Tène B (SAUREL, MOREAU, 2012, fig. 3 p. 172) ; des formes basses anguleuses ou des situles à décor peigné dans les ensembles funéraires de La Tène A-B (entre autres ROZOY, 1987, vol. 2, pl. 8). La pâte mi-fine sombre et assez dense du vase du Châtelet-sur-Retourne, qui semble contenir en particulier d’assez fines inclusions argileuses, est compatible avec cette période. Par ailleurs, aucune finition de ce type n’a été relevée au sein des nombreux ensembles domestiques du Premier âge du Fer.

58S’il paraît difficile d’assurer une datation sur ce seul critère technique, il semblerait cependant qu’au moins deux phases d’occupation soient représentées pour l’âge du Fer.

2. Proposition d’analyse spatiale et interprétation fonctionnelle

2.1. Des secteurs fonctionnels distincts ?

59Les critères morphologiques ont permis d’émettre des hypothèses sur la fonction des vestiges. Ainsi les bâtiments simples à quatre ou six poteaux sont considérés comme des structures liées au stockage (greniers, remises, etc.) et les bâtiments complexes, de par leurs dimensions et les ossatures formées par les trous de poteau, sont caractérisés comme des habitations. La présence de fragments de mobilier, récoltés pour l’essentiel dans les trous de poteau de ces bâtiments (hormis les tessons découverts dans le silo), tend à confirmer que ces bâtiments avaient une fonction d’habitat.

60Par ailleurs, une certaine organisation spatiale des structures est visible, confirmant les identifications fonctionnelles. D’un point de vue planimétrique, la plupart des bâtiments à quatre et six poteaux sont installés dans la moitié sud du secteur 1, regroupés autour d’une aire vide de vestiges (fig. 20), hormis les bâtiments 1 et 16 qui sont installés plus à l’écart de cette concentration, ainsi que le bâtiment 19, localisé près du grand bâtiment 18. Les bâtiments 2, 4, 17 et 18, caractérisés comme des habitations, sont quant à eux localisés en périphérie de la concentration de greniers, bien que le bâtiment 4 en soit plus proche. Néanmoins, pour ce dernier on observe un « espace tampon » circonscrit par les bâtiments 3, 9, 11, 13 et 14 (fig. 20).

Fig. 20. Proposition d’organisation spatiale des vestiges de la période protohistorique.

61Les édifices de la période protohistorique se répartissent donc en deux secteurs. Le premier, situé à proximité nord du fossé orienté est/ouest, correspond à un grand espace de stockage, composé de greniers et d’un silo, autour d’un espace vide de construction. Cet espace pourrait correspondre à une aire de traitement des récoltes, tel que le battage ou le dépiquage, avant engrangement (ANDERSON et alii, 2003) (fig. 20). Le second secteur, sans limites nettes, est constitué majoritairement d’habitats, placés sporadiquement dans la moitié nord de l’emprise. Le bâtiment 4 fait exception, mais est toutefois implanté à une certaine distance des bâtiments de stockage.

62Se pose alors la question du bâtiment 1, classé à l’origine parmi les structures de stockage d’après le nombre de poteaux. Il faut peut-être revoir son interprétation fonctionnelle, ce que la présence d’anomalies semble confirmer. En effet, la distance entre ses trous de poteau dans le sens de la longueur permet de douter qu’il s’agisse d’une construction sur plateforme. En établissant un tableau de rapport longueur/largeur des bâtiments (fig. 21), on voit très nettement que les bâtiments à quatre poteaux liés au stockage sont regroupés dans une catégorie dont la longueur et la largeur n’excèdent pas 3,00 m. On peut donc supposer que dans un bâtiment à plateforme, la portée entre deux poteaux ne doit pas dépasser cette distance. Si les portées doivent être supérieures, les bâtiments dédiés au stockage sont alors munis de poteaux supplémentaires, devenant ainsi des bâtiments à six poteaux. Compte tenu de l’arasement du terrain, il est possible que le bâtiment 1, et probablement aussi les bâtiments 3 et 12, ne correspondent pas à des greniers, mais à des édifices de type complexe, à « cadre interne », dont les quatre trous de poteau retrouvés sont les derniers vestiges, les structures des parois ayant disparu. En effet, les dimensions (au-delà de 3,50 m) sont quasiment équivalentes à celles des cadres internes des bâtiments 4, 16 et 17. Le bâtiment 1 pourrait donc avoir une fonction d’habitat, ce qui expliquerait sa localisation en dehors de l’espace de stockage.

Fig. 21. Graphique de répartition des bâtiments en fonction du rapport longueur / largeur.

63Les éléments mis au jour sur l’opération sont majoritairement des trous de poteau. Les autres structures fossoyées ne sont représentées qu’individuellement (fosse, silo, fossé). Le site s’inscrit selon toute vraisemblance dans les contextes rencontrés traditionnellement en Champagne pour le Premier âge du Fer, où les systèmes de stockages aériens pour les denrées agricoles prédominent (DESBROSSE et alii, 2009, p. 420-421)

2.2. Différents états de l’établissement ?

64L’orientation des constructions pourrait témoigner par ailleurs de plusieurs états au sein de cet établissement rural. Deux orientations majeures sont avérées, la première dans le sens est-ouest et la seconde dans le sens nord-sud (fig. 22). La seconde orientation est la moins représentée, avec les bâtiments 7, 13, 15 et 20, alors que la première est matérialisée par tous les autres bâtiments, sauf les bâtiments 8 et 10, qui possèdent une orientation légèrement différente (sud-ouest/nord-est). L’interprétation d’états distincts ne repose pas que sur ces orientations. C’est le recoupement des plans des bâtiments 6 et 7 qui nous a suggéré au moins deux états de l’établissement agricole. Il est actuellement impossible de déterminer l’antériorité d’un état par rapport à l’autre, puisque les structures, à l’exception des deux greniers 6 et 7, ne se recoupent pas. Si les arguments en faveur de deux états, d’après les orientations et le chevauchement de deux bâtiments, préconisent la prudence, un état unique semble peu probable pour un petit établissement agricole. Les quelques réfections que certains bâtiments ont subi in situ corroborent cette interprétation.

Fig. 22. Plan avec les principales orientations des bâtiments.

3. Un établissement rural de la fin du Premier âge du Fer

65L’opération réalisée sur la commune de Châtelet-sur-Retourne, au lieu-dit Au-Dessus du Clos, a permis d’appréhender un petit nombre de bâtiments et de vestiges complémentaires (silo, fossé), sur une surface réduite, d’un peu moins d’un hectare. L’analyse du mobilier céramique est limitée par l’effectif réduit et par l’altération d’un matériel essentiellement détritique. Les formes les plus significatives orientent vers le Hallstatt D (620-475 av. J.-C.). Certains lots évoquent plus précisément le Hallstatt D1-D2 (620-500 av. J.-C.) ; de rares éléments apparaissent un peu plus évolués et nous situeraient vers La Tène A ; toutefois, les formes et les techniques renvoient en majorité au Premier âge du Fer. Avec toute la prudence qui s’impose, l’orientation des constructions et le mobilier suggèrent au moins deux états de l’établissement. Toutefois, nous n’avons pas poussé plus loin notre périodisation.

66La fouille a permis de mettre en évidence des bâtiments à l’architecture relativement rare pour la région champenoise et pour cette période, les bâtiments à « cadre interne » ou « module porteur ». Notre étude permet aussi de porter un regard différent sur les constructions à quatre poteaux porteurs, qui sont souvent interprétées comme des bâtiments de stockages. En effet, les trous de poteau des parois externes peuvent, dans certains cas, ne plus être observables. S’ils n’avaient pas entamé le substrat, ils peuvent ne plus apparaître au moment du décapage. Il faut donc tenir compte des portées entre les trous de poteau avant d’interpréter des bâtiments à quatre poteaux.

67Les hypothèses formulées sur les fonctions des bâtiments et sur leur organisation spatiale permettent de restituer un petit établissement à vocation agricole, comprenant un secteur dédié au traitement des récoltes et au stockage, et un secteur dédié à l’habitat. Le bâtiment 18, circonscrit par une palissade, a connus un traitement particulier dont la cause nous échappe encore. La présence d’un seul silo au sein des greniers apporte une précision intéressante. En effet, un silo unique ne peut vraisemblablement pas accueillir la part céréalière destinée aux échanges (GRANSAR, 2000, p. 297). Il est plutôt destiné à la conservation à long terme ou bien constitue une cachette. Au total, l’établissement agricole du Châtelet semble correspondre à un modèle d’établissement exclusivement producteur (ibid., p. 297), bien que l’absence de graines empêche de le confirmer.

Haut de page

Bibliographie

ACHARD-COROMPT N., BONNABEL L., FRIBOULET M., MATTERNE V., PARÉSYS C., 2003, Neuflize, Le Clos (Ardennes), Rapport final d’opération de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 135 p.

ANDERSON P.-C., CUMMINGS L.-S., SCHIPPERS T.-K., SIMONEL B. dir., 2003, Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Actes des XXIIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 17-19 oct. 2002, Antibes, éd. APDCA, 524 p.

BAZELAIRE M., BILLOIN D., LÉMANT J.-P., 1993, « Les sites de ‘La Fricassée’ à Tagnon (Ardennes) », in : Rapport d'activités 1992 de la Société Archéologique du Sillon Mosan ‘SOS Fouilles’.

BILLOIN D., MATTERNE V., MÉNIEL P., 2002, « L’habitat de La Tène ancienne de Tagnon ‘La Fricassée’ (Ardennes) », in : LAMBOT B., MÉNIEL P. dir., Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule, Actes du XXVe colloque de l’AFEAF, Charleville-Mézières, 2001, p. 33-48 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise, 16).

BOCQUILLON H., SAUREL M., DUNIKOWSKI C., YVINEC J.-H., 2009, « Habitats et zones d’activités à Vrigny (Marne) à la fin du premier âge du Fer », in : VANMOERKERKE J. dir., Le bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge : à travers les fouilles du TGV Est, p. 82-152 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 102, n° 2).

BONIN T., 1999, « Le site de Chessy et l’occupation du sol en Île-de-France (VIe-Xe siècles) », Archéologie médiévale, 29, p. 1-69.

BUCHSENSCHUTZ O., 2005, « Du comparatisme à la théorie architecturale », in : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e congrès national des Soc. historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, éd. du CTHS, p. 49-63.

BUZZI P., 1998, Le gisement protohistorique et gallo-romain de Woippy, Le Pollieux (Moselle), Rapport final d’opération de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 196 p.

DEMOULE J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne, du VIe au IIIe siècle avant notre ère, Amiens, R.A.P., 406 p. (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 15).

DEMOULE J.-P., DESENNE S., GRANSAR F., 2009, « Le faciès céramique de la période ancienne de la culture Aisne-Marne », in : CHAUME B., La céramique hallstattienne de France orientale : approches typologique et chrono-culturelle, Actes du colloque international de Dijon, 21-22 nov. 2006, Dijon, EUD, p. 401-426.

DESBROSSE V., RIQUIER V., 2012, « Les établissements ruraux palissadés hallstattiens en Champagne », in : SCHÖNFELDER M., SIEVERS S., L’âge du Fer entre la Champagne et la vallée du Rhin, Actes du 34ème colloque international de l’AFEAF, Mayence, p. 3-27 (RGZM Tagungen, 14).

DESBROSSE V., RIQUIER V., BONNABEL L., LE GOFF I., SAUREL M., VANMOERKERKE J., 2009, « Du Bronze final au Hallstatt : nouveaux éléments sur les occupations en Champagne crayeuse », in : ROULIÈRE-LAMBERT M.-J. dir., De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.) : la moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer, Actes du 30ème colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, S.A.E., p. 405-426 (27ème suppl. à la R.A.E.)

FAYE O., 1991, Gravelotte ‘Le Grand Pré’ (Moselle), Rapport final d’opération de fouille, Metz, AFAN, 74 p.

FRIBOULET M., 2000, Oger (Marne) ‘Midoin’, Rapport final d’opération de fouille, Metz, AFAN, 15 p.

GELOT A., 2001, « Le Châtelet-sur-Retourne (Ardennes), Le Village », in : Bilan scientifique de la région Champagne-Ardenne, 2001, Paris, Min. de la Culture, p. 22-23.

GRANSAR F., 2000, « Le stockage alimentaire sur les établissements ruraux de l’Âge du Fer en France septentrionale : complémentarité des structures et tendances évolutives », in : BLANCQUAERT G., MARION S. dir., Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Colloque de l’ENS, 29 et 30 nov. 1997, Paris, Presses de l’ENS, p. 277-298 (Études d’Histoire et d’Archéologie, 6).

GRANSAR F., 2002, « La batterie de silos, ‘Le Champ Grand Jacques’ (Aisne) : contribution à l’indentification d’une centralisation du stockage à La Tène B dans le Nord de la France », in : MÉNIEL P., LAMBOT B. dir., Repas de vivants et nourriture pour les morts en Gaule, Actes du XXVe colloque de l’AFEAF, Charleville-Mézières, 24-27 mai 2001, Reims, p. 67-80 (Mémoire de la Soc. archéologique champenoise, 16, suppl. au bull. n° 1).

KOEHLER A., 2000, « Le Châtelet-sur-Retourne (Ardennes), Le Village », in : Bilan scientifique de la région Champagne-Ardenne, 2000, Paris, Min. de la Culture, p. 25-27.

KOENIG M.-P., HECKEL Y., MATTERNE V., VÉBER C., 2005, « Le gisement protohistorique de Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle) », in : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e congrès national des Soc. historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, éd. du CTHS, p. 91-147.

LAURELUT C., 1989, « Étude de la céramique : le village Michelsberg des Hautes Chanvières à Mairy (Ardennes) », Gallia Préhistoire, 31, p. 127-137.

LAURELUT C., TEGEL W., VANMOERKERKE J., 2002, « Vendresse (Ardennes) : une agglomération de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine en zone humide », in : LAMBOT B., MÉNIEL P. dir., Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule, Actes du XXVe colloque de l’AFEAF, Charleville-Mézières, 2001, p. 105-114 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise, 16).

LE GOFF E., MOREAU C., 2012, « Moulay, un oppidum de l’ouest de la Gaule revisité », in : Archéopoages, Nouveaux champs de la recherche archéologique, hors série, Inrap 10 ans, janvier 2012, p. 153-159.

LEROUX F., 2005, Le Châtelet-sur-Retourne (Ardennes), Au-dessus du Clos’, Rapport final d’opération de diagnostic, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 35 p.

MAGUER P., 2005, « L’architecture des bâtiments de La Tène dans le sud du Maine-et-Loire et en Vendée : étude de cas », in : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e congrès national des Soc. historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, éditions du CTHS, p. 331-345.

MAGUER P., ROBERT G., 2013, « La maison gauloise dans l’ouest et le centre de la France », in : KRAUSZ S., COLIN A., GRUEL K., RALSTON I., DECHEZLEPRÊTRE T., L’âge du Fer en Europe, Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz, Bordeaux, éd. Ausonius, p. 247-258 (Mémoires, 32).

MEYRAC A., 1900, Géographie illustrée des Ardennes, Charleville, 814 p. [réédition en 1997 : Péronnas, éd. de la Tour Gile, 1997]

POUGET N., 2008, Reims ‘ZAC Dauphinot’ (Marne), Rapport final d’opération de fouilles, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 134 p.

RABASTÉ Y., BANDELLI A., BRUNET M., PILLIOT C., SAUREL M., THIOL S., 2011a, Le Châtelet-sur-Retourne (Ardennes), ‘Au-Dessus du Clos’ : un petit établissement agricole du Hallstatt D sous un aérodrome militaire allemand de la Grande Guerre, Rapport final d’opération de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 182 p.

RABASTÉ Y., SAUREL M., ROBERT B., AUXIETTE G., THIOL S., BRUNET M., 2011b, Romain ‘La Cense Sauvage’ (Marne) : étude morphologique et spatiale d’une batterie de silos de la période laténienne dans la vallée de la Vesle, Rapport final d’opération de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 142 p.

RIQUIER V., 2002, Le Châtelet-sur-Retourne (Ardennes), ‘Le Village’, Rapport final d’opération de diagnostic, Metz, Afan Grand-Est Nord.

RIQUIER V., MAITAY C., LEROY-LANGELIN E., MAGUER P., AVEC LA COLL. DE LE GALL J., LORIN Y., ROBERT G., « Maisons et dépendances dans le nord et l’ouest de la France, du premier âge du Fer au début de La Tène », in : VILLARD-LE-TIEC A. dir., Architectures de l’âge du Fer en Europe occidentale et centrale, Actes du 40ème colloque international de l’AFEAF, Rennes, 4-7 mai 2016, Rennes, PUR, p. 27-305.

ROLLET P., STOCKER P., AUXIETTE G., BERTHELOT F., CABART H., GRANSAR F., MATTERNE V., POMMEPUY C., 2002, Bétheny, ‘Les Equiernolles’ (Marne) : un établissement agricole gaulois de La Tène C2/D1, une occupation de la période gallo-romaine (ier et iie s. ap. J.-C.), Rapport final d’opération de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 152 p.

ROZOY J.-G., 1987, Les Celtes en Champagne, les Ardennes au Second âge du Fer : le Mont Troté, Les Rouliers, Reims, 2 vol, 504 et 254 p. (Mémoires de la Soc. Archéologique Champenoise, 4).

SAUREL M., 2007, « Les IVe et IIIe siècles en Champagne-Ardenne : apports de l’étude de la vaisselle des habitats », in : JOUANNET C. dir., L’archéologie de l’Âge du fer en Auvergne, Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, Lattes, éd. de l’Ass. pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 7-33 (Monographies d’Archéologie méditerranéenne).

SAUREL M., MOREAU C., 2012, « En Champagne, au cœur du territoire rème : la chronologie de la fin de l’âge du Fer », in : BARRAL P., FICHTL S. dir., Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier s. avant notre ère) en Gaule non méditerranéenne, Actes de la table ronde tenue à Bibracte en oct. 2007, Glux-en-Glenne, p. 167-192 (Bibracte, 22).

TIKONOFF N. dir., 2008, L’habitat protohistorique et gallo-romain de Marly ‘La Grange aux Ormes’ (Moselle), Rapport final d’opération de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 2 vol, 284 et 217 p.

VILLES A., 1991, « Saint Gibrien, Dessus du Vieux Pont (Marne) ». in : Bilan scientifique de la région Champagne-Ardenne, 1991, Paris, Ministère de la Culture, p. 85-93.

VON NICOLAI C., 2009, « La question des Viereckchazen d’Allemagne du sud revisitée », in : BERTRAND I., DUVAL A., GOMEZ de SOTO J., MAGUER P. dir., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, Chauvigny (Vienne), 17-20 mai 2007, Chauvigny, Ass. des Publ. chauvinoises, p. 245-280 (Mémoire de la Soc. de Recherches archéologiques de Chauvigny, 35).

Haut de page

Notes

0 Nijenborgh 4, NL-9747 AG Groningen, Netherland.

0 Échange de courrier avec le Professeur J. Van Der Plicht.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la commune de Châtelet-sur-Retourne.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 2. Plan d’ensemble de l’opération et localisation des vestiges.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 3. Plans des bâtiments à quatre et cinq poteaux.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 4. Plans des bâtiments à six poteaux.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 5. Profils des trous de poteau des bâtiments à six poteaux.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 6. Plan du bâtiment 16 et coupes des trous de poteau.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 7. Plans des bâtiments de type complexe.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 8. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 2.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 9. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 18.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 10. Comparaison du bâtiment 18 avec les bâtiments « de configuration complexe à plan allongé » de Rosières-aux-Salines (tirés de KOENIG et alii, 2005, fig. 13).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 11. Plans et coupes des trous de poteau localisés autour du bâtiment 18.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 12. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 4.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 13. Plans et en coupes des structures composant le bâtiment 17.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 14. Planche de comparaison des bâtiments à cadre interne.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 15. Restitution d’un bâtiment à trois nef (ou à portique en Pi) (tiré de BUCHSENSCHUTZ, 2005, p. 56).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 16. Coupe stratigraphique du silo St 160.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 17. Tableau récapitulatif des structures datées par radiocarbone.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 18. Tableau d’inventaire général du mobilier céramique.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 19. Dessins du mobilier céramique.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 20. Proposition d’organisation spatiale des vestiges de la période protohistorique.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 21. Graphique de répartition des bâtiments en fonction du rapport longueur / largeur.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 22. Plan avec les principales orientations des bâtiments.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10487/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yoann Rabasté, Marion Saurel et Millena Frouin, « Un petit établissement agricole du Hallstatt D à Châtelet-sur-Retourne (Ardennes) », Revue archéologique de l’Est, T. 67-2018 | 2019, 103-122.

Référence électronique

Yoann Rabasté, Marion Saurel et Millena Frouin, « Un petit établissement agricole du Hallstatt D à Châtelet-sur-Retourne (Ardennes) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], T. 67-2018 | 2019, mis en ligne le 26 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rae/10487

Haut de page

Auteurs

Yoann Rabasté

Responsable d’opération, Inrap, Centre archéologique de Reims.

Marion Saurel

Céramologue, Inrap, Centre archéologique de Saint-Martin-sur-le-Pré, UMR 8546 AOROC.

Articles du même auteur

Millena Frouin

Géomorphologue, Inrap Centre archéologique de Saint-Martin-sur-le-Pré, UMR 7041 ArScan (Équipe Archéologies environnementales).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page