Navigation – Plan du site
Articles

Chronique des recherches sur le Mont Beuvray : 2013-2016

Vincent Guichard, Arnaud Meunier et Pascal Paris
p. 151-211

Résumés

Cet article propose un bilan succinct des recherches effectuées sur le Mont Beuvray et à ses abords entre 2013 et 2016 dans le cadre du programme international de recherche consacré à l’oppidum de Bibracte. Les nouveaux acquis concernent le quartier du Champlain, l’îlot des Grandes Forges à la Pâture du Couvent, les domus PC1 et PC2, l’éminence du Theurot de la Roche (avec notamment la mise en évidence de tranchées minières et d’une énigmatique structure excavée maçonnée de 9,2 x 10,7 m) et, extra muros, le sanctuaire gallo-romain des Sources de l’Yonne… Mais on retiendra surtout les résultats obtenus sur le replat central du Parc aux Chevaux, où les enclos maçonnés tardifs de PC14 et PC15 s’avèrent hériter d’un espace public plus ancien constitué par un enclos carré de 45 m de côté reconstruit à plusieurs reprises sous la forme d’une architecture à ossature bois. Cet enclos est initialement ceinturé d’un murus gallicus qui fait office de mur-terrasse sur ses faces tournées vers l’aval et il comporte une cour entourée d’un quadriportique, qui est remplacée ultérieurement par une halle en position centrale. En place au plus tard à la veille de la Guerre des Gaules, il témoigne de l’urbanisme tout en contraste de Bibracte à partir du milieu du Ier s. av. notre ère, avec la cohabitation d’édifices publics totalement étrangers à la tradition gréco-romaine, comme celui-ci, et d’autres de style purement italien, comme le forum de la Pâture du Couvent. Une dernière avancée notable réside dans les progrès spectaculaires qu’ont connus les prospections géophysiques, notamment par la technique du géoradar, ce qui ouvre de nouvelles perspectives pour l’approche extensive et non-destructive de l’organisation spatiale du site.
La seconde partie de l’article est consacrée à la présentation d’un tableau synoptique de l’évolution des quartiers de Bibracte, constitué à partir de la compilation des données des fouilles opérées depuis les années 1980.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la suite de celles qui l’ont précédée (dernièrement : GUICHARD, PARIS, 2013), cette chronique rend compte des avancées du programme de recherche sur le Mont Beuvray. Elle prend en compte les années 2013-2016, afin de suivre la programmation pluriannuelle des recherches, qui se fait désormais selon un rythme quadriennal. Rappelons encore qu’une des spécificités de ce programme est le fait qu’il mobilise des compétences recrutées à l’échelle européenne. La présente chronique évoque donc les travaux d’une communauté scientifique nombreuse dont la liste des membres est rappelée en annexe, et les signataires de ces lignes se doivent de remercier les collègues dont les travaux contribuent au programme de recherche, tout comme les huit membres du Conseil scientifique de Bibracte, qui sont toujours fortement sollicités pour construire la programmation et l’évaluer à chaque étape de sa réalisation.

2Comme à l’habitude, la chronique se focalise sur les données nouvelles acquises sur le terrain, ce qui constituera notre première partie. À cet égard, la programmation 2013-2016 s’est resserrée sur l’oppidum de Bibracte et ses environs immédiats, dans la mesure où différentes recherches intéressant un territoire plus vaste, qui avaient été initiées en son sein au cours des années passées, se sont soit achevées, soit déployées de façon autonome, qu’il s’agisse du peuplement protohistorique et antique du territoire (P. Nouvel), des ressources minières de l’Autunois (B. Cauuet) ou des sources d’approvisionnement de Bibracte et Augustodunum en pierres meulières (L. Jaccottey).

3Nous profitons également de cette chronique pour présenter un panorama de l’évolution des différents secteurs de l’oppidum qui ont été étudiés depuis la reprise des fouilles dans les années 1980, telle qu’on l’appréhende au vu des dernières découvertes. Ce sera l’objet de notre deuxième partie, qui reprend un texte initialement rédigé pour le rapport scientifique triennal 2013-2015.

I. Principaux résultats sur le terrain

4Sur le site de l’oppidum intra muros, les prospections géophysiques ont été systématisées, apportant une foule de résultats. Les fouilles se sont concentrées sur trois secteurs (fig. 1) : le « quartier artisanal » en arrière de la Porte du Rebout, les domus tardives PC1 et PC2 et surtout le vaste secteur du Parc aux Chevaux et du Theurot de la Roche, qui a mobilisé conjointement quatre équipes de recherche et se solde par une surface totale fouillée de 12 200 m2 au terme de la campagne 2016. L’année 2016 a également vu la reprise de l’étude du site des Sources de l’Yonne, à 4 km au nord de l’oppidum, avec des sondages exploratoires sur le sanctuaire gallo-romain qui pérennise l’agglomération du Ier s. av. n.è située à cet emplacement.

Fig. 1. Mont Beuvray. Localisation des chantiers de fouille actifs entre 2013 et 2016 (DAO : A. Meunier).

5Les pages qui suivent évoqueront tour à tour les différentes opérations qui viennent d’être mentionnées. Lorsqu’aucune référence bibliographique n’est fournie, les informations sont issues des rapports annuels du programme de recherche.

Les prospections géophysiques intra muros

6Un nouveau programme de prospections géophysiques systématiques a été engagé en 2011 à l’initiative de Peter Milo (univ. Masaryk, Brno), en mettant l’accent sur les mesures géomagnétiques et, quand cela est possible (c’est-à-dire quand le sol est parfaitement dégagé), sur les mesures au géoradar, qui s’est avéré particulièrement adapté à la détection des maçonneries enfouies sur le mont Beuvray (GUICHARD, PARIS, 2013, p. 145-147). Ce programme s’est poursuivi à un rythme régulier entre 2013 et 2016, passant la surface prospectée de 50 000 à 207 000 m2 au magnétomètre et de 8 000 à 40 000 m2 au géoradar (fig. 2).

Fig. 2. Mont Beuvray. Étendue des secteurs de l’oppidum couverts par les prospections géophysiques entre 2011 et 2016 (DAO : A. Meunier).

7Des campagnes complémentaires de mesures ont eu lieu à la Pâture du Couvent en 2014 (Z. Czajlik) pour des premières mesures géoradar de l’université de Budapest aux abords de la fouille et en différents emplacements en 2013, 2015 et 2016 pour tester la pertinence de la méthode de la tomographie électrique. Au vu des bons résultats obtenus sur les remparts (fig. 3), cette technique doit être mise en œuvre à plus grande échelle sur les portes de l’oppidum.

Fig. 3. Mont Beuvray. Exemple de profil géoélectrique levé sur la fortification ‘extérieure’ de l’oppidum avec des électrodes espacées de 1 m (P. Brengel, 2013), comparé au profil relevé en fouille à proximité (O.H. Urban, 1997).

8Les prospections magnétiques ont utilisé un magnétomètre fluxgate Ferex de marque Foerster, avec un maillage de 0,25/0,5 m, et les prospections géoradar un appareil RAMAC X3M avec une antenne blindée de fréquence 250 MHz et 500 MHz et avec un maillage de 0,10/0,25-0,5 m. Nous nous contentons d’exposer ici quelques exemples des résultats qui ont été obtenus, et qui ont la chance de pouvoir être confrontés aux relevés microtopographiques (campagne LIDAR de 2007) et aux observations de fouille (notamment les relevés des fouilles du XIXe siècle, dont les prospections géophysiques permettent souvent d’ajuster la position).

Fig. 4. Mont Beuvray. La Côme Chaudron et le Champlain. Compilation des structures repérées par les prospections géomagnétiques entre 2011 et 2015 (P. Milo).

9Le secteur de la Côme Chaudron, qui avait été entièrement déboisé voici quelques années, a bénéficié de mesures magnétiques qui ont couvert une superficie de 41 000 m² (fig. 4). On observe tout d’abord nettement trois grandes anomalies linéaires allongées selon une ligne de plus grande pente qui correspondent à des tranchées minières, dont l’une a été en partie explorée par B. Cauuet entre 2005 et 2010 (minière des Grangerands). En outre, un grand nombre d’anomalies magnétiques d’origine archéologique se concentrent dans la partie amont de la zone (à l’ouest) et apparaissent avec des valeurs positives dans le spectre 1-50 nT, le plus souvent entre 2 et 10 nT. Les valeurs magnétiques du terrain non perturbé par l’action humaine se situant entre 0,2 et 1 nT, les structures creusées sont assez bien discernables, mais il est cependant rare de pouvoir préciser la géométrie de chaque structure particulière. La zone prospectée recouvrant en partie une zone étudiée par J.-G. Bulliot, on constate encore que les vestiges d’habitat qu’il avait repérés se développent au-delà de l’emprise de ses fouilles, l’ensemble dénotant une orientation dominante du bâti selon la ligne de plus grande pente. La prospection permet aussi de corriger les relevés, puisqu’on observe un décalage systématique vers l’aval d’environ 3 m dans la partie sud-ouest de la Côme Chaudron.

10Le secteur du Champlain, en amont (et au nord-ouest) de la rue principale, a été moins systématiquement prospecté (10 000 m2) en raison de son couvert boisé. L’occupation apparaît à l’évidence nettement moins dense qu’à la Côme Chaudron, avec une concentration dans la partie aval, au contact de la rue. La différence ne réside pas seulement dans la densité de l’occupation, mais aussi dans la nature des structures archéologiques. Hormis dans la partie aval, nous manquons ici d’anomalies de grande étendue et magnétiquement prononcées que nous pourrions interpréter comme des structures d’habitat et de production. La fouille d’un transect qui vise à relier la rue au sommet du Theurot de la Wivre et qui recoupe la zone prospectée (cf. infra) permettra à terme d’évaluer plus précisément la pertinence des prospections géophysiques et de « calibrer » leurs résultats.

Fig. 5. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Exemple de cartographie des structures enfouies issue des prospections au géoradar (P. Milo ; pour l’interprétation, cf. infra, fig. 14).

11C’est à la Pâture du Couvent, aux abords de l’îlot des Grandes Forges et du couvent franciscain, que le géoradar a livré les résultats les plus spectaculaires et les plus utiles, permettant de compléter les observations effectuées en fouille (fig. 5 et infra, fig. 14) et même de planifier la position de sondages limités pour vérifier une anomalie, comme celui qui a permis d’identifier le stylobate d’un portique dans la cour orientale du forum (infra, fig. 17). Dans ce cas, outre la netteté du tracé des maçonneries enfouies, la méthode a le grand avantage d’en indiquer la profondeur approximative, ce qui suffit parfois pour discriminer entre les constructions antiques et médiévales, de même qu’entre les différentes phases de construction du Ier s. av. notre ère. Une netteté similaire a été obtenue sur le secteur de la domus PC2, qui a été prospecté avec attention avant la réouverture de la fouille à son emplacement (cf. infra, fig. 25).

Fig. 6. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux. Compilation des structures repérées par les prospections géophysiques entre 2011 et 2016 (P. Milo).

12Le secteur du Parc aux Chevaux a pu lui aussi faire l’objet de prospections étendues par les deux techniques, grâce au déboisement récent d’une partie de la zone (fig. 6). On repère très bien les constructions fouillées au XIXe siècle. Les mesures permettent aussi de compléter le plan de certains bâtiments comme la domus PC8 dans son angle sud-ouest (fig. 7) et de discerner au moins une autre maison en pierre de plan compact qui vient s’ajouter à un ensemble partiellement dégagé par J.-G. Bulliot au sud et au sud-est du Theurot de la Roche. Les résultats sont en revanche plus indécis sur le replat qui se situe au sud du mur d’enclos de PC14, puisqu’on ne discerne pas la fermeture de cet enclos vers le sud (ce qui s’explique peut-être par l’érosion prononcée de ce secteur).

Fig. 7. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux. Plan de l’ensemble PC8 (en haut, d’après F. Meylan) et plan complété et ajusté à partir des prospections géophysiques de P. Milo (en bas, A. Meunier).

13Dans le secteur sommital de la Chaume, les nouvelles mesures complètent de façon très profitable celles effectuées en 2011 et 2012 (fig. 8). En plus des tracés linéaires que l’on doit identifier à un système fossoyé en relation avec les talus et fossés observés en périphérie des secteurs sommitaux du Porrey et de La Terrasse, on a pu discerner des tracés quasiment orthogonaux qui sont vraisemblablement à identifier à des rues. Le centre d’un des îlots ainsi définis, situé en amont de la domus PC1, s’avère occupé par un bâtiment en pierre isolé de 11,5 m de côté particulièrement net sur les images issues de la prospection au géoradar.

Fig. 8. Mont Beuvray. La Chaume. Compilation des structures repérées par les prospections géophysiques entre 2011 et 2016 et zoom sur une zone prospectée au géoradar (P. Milo).

Le quartier du Champlain

14En 2013 a été entreprise la prolongation vers l’amont du transect ouvert à partir de l’année 2000 sur le flanc nord-ouest de la Côme Chaudron. Rappelons que l’objectif était double. Il s’agissait d’abord d’évaluer la pertinence des résultats des fouilles anciennes dans ce secteur qui avait été systématiquement sondé par Jacques-Gabriel Bulliot, qui y voyait le principal quartier artisanal de l’oppidum. Il s’agissait ensuite de mieux apprécier la densité du bâti tout au long de la pente, ainsi que son organisation, avec notamment le souci de tester l’hypothèse développée par François Meylan d’un maillage régulier de ruelles secondaires s’appuyant sur l’avenue centrale de l’oppidum, qui traversait le secteur à flanc de coteau pour joindre la Porte du Rebout à l’ensellement séparant les vallons de la Côme Chaudron et de l’Écluse (MEYLAN, in : DHENNEQUIN et alii, 2008, p. 28, fig. 18). On avait enfin l’ambition d’utiliser cette fouille pour mieux évaluer la pertinence des prospections géophysiques.
Large de 20 m, ce transect, inachevé à l’issue de la campagne 2016, prolonge sur 46 m vers l’amont la fouille antérieure de Jean-Paul Guillaumet, qui avait redégagé la première ligne de bâtiments en façade sur l’avenue centrale (fig. 9).

Fig. 9. Mont Beuvray. Le Champlain. Localisation de la zone de fouille 2013-2016 (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm).

15J.-G. Bulliot notait qu’« aussitôt qu’on s’éloigne du grand chemin, les habitations disparaissent […] » (BULLIOT, 1899, p. 263). De fait, la nouvelle fouille montre que les vestiges de constructions sont nettement plus ténus au-delà de la première ligne de bâtiments. Mais un examen plus attentif suggère que la faible densité apparente du bâti est en partie le résultat d’une forte érosion qui s’explique par la mise en culture de la zone (boisée depuis les années 1960 seulement), les bâtiments en front de rue ayant été préservés par les sédiments accumulés à la limite aval de la parcelle.

Fig. 10. Mont Beuvray. Le Champlain. Vues vers le nord-est de la cave maçonnée (en haut) et vers le nord-ouest (en bas) de la cave boisée partiellement fouillée (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm ; clichés : A. Maillier).

16On discerne en effet des vestiges de constructions tronqués par l’érosion, sous la forme de deux caves (une maçonnée et une autre à ossature bois, qui a seulement été sondée ; fig. 10) et de nombreux lambeaux de terrasses artificielles, souvent associées à des taches rubéfiées qui signalent des foyers (fig. 11).

Fig. 11. Mont Beuvray. Le Champlain. Plan d’ensemble des vestiges observés sur la fouille de 2013-2016 (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm).

17La restitution de la géométrie des terrasses est délicate ; on note du moins que les plus importantes demeurent légèrement marquées dans la topographie (fig. 12). L’érosion limite également l’importance des données stratigraphiques, ce qui interdit d’établir une chronologie relative des terrasses et autres traces de constructions, qui à l’évidence ne sont pas toutes contemporaines. Le mobilier, abondant mais rarement découvert en position primaire, suggère d’ailleurs une occupation qui s’étend sur toute la durée d’activité de l’oppidum, avec un pic entre le milieu du Ier siècle et l’avant-dernière décennie avant notre ère (en l’absence de tout mobilier caractéristique de la période augustéenne moyenne et finale). Ce mobilier comporte des vestiges importants de travail du métal, notamment sous la forme d’une grande masse de scories de fer (228 kg), mais les vestiges explicites d’ateliers manquent encore à ce stade de la fouille.

Fig. 12. Mont Beuvray. Le Champlain. Interprétation provisoire du système de terrasses observé en amont de l’avenue (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm).

18Au final, la conclusion provisoire de la fouille de ce secteur est l’existence d’une occupation sur l’ensemble du versant. Sans doute est-elle moins intense qu’à proximité immédiate de l’avenue centrale, et la rareté des constructions en pierre, qui se généralisent par ailleurs sur le site à la toute fin du Ier siècle avant notre ère, suggère notamment une rétraction de l’occupation aux abords de l’avenue durant cette phase ultime de l’oppidum. Dans ce secteur où les vestiges immobiliers sont érodés et le plus souvent réduits à des creusements et des négatifs d’architecture en bois, la possibilité de mettre en évidence l’organisation spatiale du bâti par la prospection géophysique s’avère très limitée, celle-ci demeurant en revanche pertinente pour mesurer l’intensité de l’occupation, proportionnelle à l’intensité des anomalies magnétiques mesurées.

Le quartier de la Pâture du Couvent

19Dans ce secteur, les fouilles à grande échelle sont provisoirement interrompues depuis 2010 afin de procéder à la publication des résultats des recherches qui y avaient commencé dès la fin des années 1980. Ainsi, la fouille de l’Université Libre de Bruxelles au nord de la « rue des Caves » a fait l’objet d’une monographie (BONENFANT et alii, 2014), de même que le couvent franciscain (BECK et alii, 2018), tandis que les équipes qui ont exploré l’îlot antique dit « des Grandes Forges » ont livré une nouvelle présentation provisoire de leurs recherches, dans l’attente d’une publication monographique (RIECKHOFF, HOPPADIETZ, à paraître ; SZABÓ et alii, à paraître). Dès lors, les observations archéologiques se sont limitées à des prospections géophysiques (par Z. Czajlik en 2014 et P. Milo en 2015) aux abords de l’îlot des Grandes Forges et à des sondages ponctuels de vérification, qui ont été effectués au rythme de l’avancée du chantier de mise en valeur des vestiges, qui a concerné le couvent (2013-2014) et l’îlot antique (2016) (fig. 13 et 14).

Fig. 13. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Plan d’ensemble actualisé à l’issue de la campagne 2016 et localisation des secteurs sondés entre 2013 et 2016 (A. Meunier, P. Paris, L. Timár).

Fig. 14. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Compilation des structures enfouies relevées par prospection géophysique (cf. fig. 5 ; P. Milo, Z. Czajlik).

20Deux sondages de vérification au sud-est du couvent ont permis de vérifier la localisation du mur de façade méridional de l’îlot (fig. 15), qui se caractérise par une reprise de maçonnerie sous la forme d’un doublage vers l’extérieur, comme sur sa façade occidentale, cette reprise étant interprétée comme une consolidation au moment de la reconstruction de l’îlot à la suite de l’incendie qui l’a ravagé peu après 20 av. notre ère. La mise en évidence d’un nouvel angle, obtus, sur la façade méridionale, quasiment symétrique de celui observé sur la façade septentrionale donnant sur la rue des Caves, permet de restituer la forme de l’îlot au moment où il reçoit le premier ensemble de constructions maçonnées, soit un hexagone irrégulier (cf. fig. 13). On a également précisé le plan de l’angle nord-est de l’îlot par une nouvelle campagne de relevés de ce secteur qui avait été fouillé superficiellement en 1995.

Fig. 15. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Orthophotoplans du mur de façade méridional de l’îlot et de son doublage vers l’extérieur (A. Meunier).

21Le dégagement de la partie méridionale de la domus qui occupe la partie axiale de l’îlot à l’époque augustéenne a été achevé. Les trois pièces étudiées, au sud-ouest du péristyle occidental, ont notamment révélé un foyer construit adossé à un mur, d’un type fréquent à la même époque dans la grande domus du Parc aux Chevaux, et qui a l’intérêt d’être la première source de chaleur repérée dans notre édifice (fig. 16, b).

Fig. 16. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Plans de détail des secteurs sondés en 2016. a. Sondage 1, angle nord-ouest du péristyle de la cour orientale de l’îlot ; b. sondage 2, partie méridionale de la domus (A. Meunier, L. Timár).

22Enfin, les résultats les plus importants ont été obtenus à l’emplacement de la cour qui jouxte à l’est la basilique du premier état maçonné, dont la présence et l’extension avaient été déterminées par un sondage en 2004. La prospection au géoradar a nettement permis de localiser le tracé d’un mur formant un carré de 14 m de côté qui est à identifier au mur stylobate d’un péristyle qui entourait donc cette cour, comme en était aussi pourvue la cour située à l’ouest de la basilique (fig. 17).

Fig. 17. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Relevé géophysique de la cour orientale (coupe horizontale au géoradar à la profondeur d’environ 2,2-2,4 m) (P. Milo) et localisation et résultats du sondage 2 de 2016 (A. Meunier, L. Timár).

23Cette hypothèse a pu être vérifiée par un sondage limité de 5 x 5 m, qui a permis en outre de révéler l’arrachement des bases des colonnes, distantes de 2,6 m entre axes, et un entrecolonnement d’env. 1,9 m (fig. 16a et 17). Cette découverte oblige à réviser la restitution architecturale de la basilique, dont la façade orientale était donc précédée d’une des branches de ce péristyle (fig. 18).

Fig. 18. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Plan actualisé du premier état maçonné de l’îlot des Grandes Forges à l’issue de la campagne 2016 (A. Meunier, L. Timár).

24Les prospections géophysiques ont également livré de nombreuses indications de constructions à l’est et au sud-est de l’îlot (cf. supra, fig. 5 et fig. 14). On distingue parfois le plan de bâtiments complets et, par leur profondeur d’enfouissement ou leur articulation avec des constructions dégagées par les fouilles, il est parfois possible de préciser leur datation. L’ensemble témoigne du fort potentiel archéologique qui subsiste dans ce secteur.

Les domus PC1 et PC2 du Parc aux Chevaux

25Les campagnes écoulées ont permis d’achever définitivement le dégagement de la grande domus PC1 (fig. 19 et 20). Des sondages complémentaires de vérification dans l’angle nord-est de la domus ont tout d’abord permis de préciser la disposition initiale des lieux, avant l’adjonction de la pièce BH : le jardin AB s’étendait initialement plus loin vers le nord, jusqu’au prolongement du mur de façade nord, donnant ainsi une disposition plus régulière à la façade orientale, avec un portique encadré par deux corps de bâtiment quasiment symétriques au nord (BM) et au sud (B).

Fig. 19. Mont Beuvray. La domus PC1. Plan actualisé du dernier état à l’issue de la campagne 2016 avec la typologie des traitements de sol des différentes pièces (C. Martini, E. Hamon ; DAO : A. Meunier).

Fig. 20. Mont Beuvray. Les domus PC1 et PC2. Vue d’ensemble vers l’est du secteur fouillé à l’issue de la campagne 2016 ; au premier plan, l’angle nord-est de la domus PC2 (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).

26L’essentiel des efforts a porté sur l’aile méridionale, dont on va décrire les éléments d’est en ouest (fig. 21). La pièce D, d’une superficie de 37 m2 (7,95 x 4,7 m), s’avère ouverte sur le couloir AA. Elle était décorée d’une mosaïque dont il ne demeure que des restes infimes. Il s’agissait donc d’une des principales pièces de réception, au même titre que les pièces B, G et J.

Fig. 21. Mont Beuvray. La domus PC1. Plan détaillé de la partie méridionale fouillée entre 2013 et 2016 (DAO : A. Meunier).

27Le dégagement intégral du triclinium B, d’une superficie de 66 m2 (11,05 x 5,95 m) a permis de compléter de façon substantielle la reconstitution du décor de la mosaïque bichrome (noir et blanc), mise au jour en 2002 et 2003, qui l’ornait (fig. 22). Au-delà du tapis rectangulaire situé du côté des entrées, à l’est, et orné de triangles alternés, le tapis principal, séparé du précédent par une frise de grecques, était orné d’un motif complexe de polygones emboîtés. Malgré un état de conservation médiocre (la plupart des tesselles blanches avaient disparu et le mortier de pose avait largement perdu sa cohésion du fait de l’acidité du sol), un panneau important a pu être déposé et installé après restauration dans l’espace d’exposition permanente du musée.

Fig. 22. Mont Beuvray. La domus PC1. Vue zénithale de la mosaïque dégagée en 2014 dans le triclinium B (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).

28La pièce C est une petite pièce de service (ou une cage d’escalier ?), d’environ 21 m2 (6,5 x 3,2 m) très mal conservée, qui ouvrait sur le couloir AA (mesurant 10,15 x 1,6 m). La pièce I, plus vaste puisque mesurant un peu plus de 54 m2 (10,3 x 5,3 m), et tout aussi mal conservée, avait son seul accès sur sa face orientale. Son sol avait été décaissé au même moment que celui de la pièce de réception J voisine jusqu’à l’affleurement du sommet des dalles de couverture du conduit hydraulique enterré qui avait été installé lors du remaniement de l’aile sud (fig. 23). Ce sol rabaissé montrait les traces diffuses d’un foyer situé en position axiale.

Fig. 23. Mont Beuvray. La domus PC1. Vue vers le sud-est de la pièce I et du conduit hydraulique affleurant au niveau du sol de la pièce (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).

29La pièce de réception J, déjà sondée en 2002, a été intégralement dégagée. On a pu, dans cet espace d’environ 74 m2 (10,3 x 7,1 m), confirmer la reprise de la base de son mur oriental sous la forme d’un placage de fragments de tegulae pour régulariser l’arrachage de la face interne de sa fondation au moment du rabaissement de son sol, tandis que l’on n’a repéré que des fragments modestes du piédroit gauche de sa large ouverture vers le péristyle X situé de plain-pied avec elle. On n’a malheureusement observé aucun élément supplémentaire du sol mosaïqué dont un élément infime, mais témoignant toutefois d’un décor complexe et polychrome, avait été noté en 2002. On a en revanche collecté des petits fragments d’enduit peint et de stuc qui signalent une riche décoration polychrome des murs et du plafond. Dans la même pièce, une dépression rectangulaire du sol, située à l’angle nord-ouest, signale une cave antérieure d’environ 3,6 x 3,1 m que l’on n’a pas cherché à explorer mais qui a été confirmée par prospection géophysique. Cette cave, qui semble être maçonnée, apparaît dans les profils géoradar jusqu’à environ 120-150 cm de profondeur. Quatre autres pièces ont par ailleurs pu bénéficier d’une prospection par géoradar. Les anomalies linéaires qui y ont été repérées peuvent être interprétées comme des tronçons de constructions maçonnées appartenant à l’état 4 antérieur (maison dite « à l’Opus spicatum »).

30Les sondages qui avaient été ouverts précédemment au sud du mur d’enceinte méridional de la domus ont encore été repris et élargis. On y a tout d’abord complété la documentation du réseau hydraulique qui se développe sur cette face de la domus et dont l’installation correspond clairement à un réaménagement, sans doute destiné principalement à prévenir les infiltrations latérales d’humidité dans les pièces de l’aile sud. Le franchissement du mur d’enceinte par la branche du conduit qui rejoint en diagonale le péristyle a nécessité une importante reprise du mur (fig. 24) et un abaissement brutal de la sole du conduit (0,3 m). Le conduit qui évacue les eaux des toitures du péristyle et de l’atrium appartenant aux aménagements primitifs de la domus, on s’attendrait à observer une reprise de maçonnerie correspondant à son raccordement avec le tronçon prolongé vers le sud-est, mais il faut constater que cette reprise n’a pas été localisée. On a pu par ailleurs prolonger sur quelques mètres le repérage du tracé vers l’ouest de la branche sud du conduit, sous la forme d’une tranchée de récupération entre le mur de la domus et la cave [6940], mais son articulation avec la rue qui sépare PC1 et PC2 demeure inconnue.

Fig. 24. Mont Beuvray. La domus PC1. Vue vers le nord-ouest de l’angle sud-est de la pièce I, montrant les deux branches du conduit hydraulique, l’un (à gauche) qui longe les pièces I et J par la sud, l’autre qui traverse le mur et se poursuit vers le nord-ouest en direction du péristyle (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).

31La pièce Z, située en arrière des pièces I et J, a été presque entièrement dégagée. Mesurant 25 m2 (7,3 x 3,4 m), elle montre différentes traces de remaniements qui suggèrent le scénario suivant : une première construction est adossée au mur de la domus, avec des parois en matériaux périssables sur ses faces sud et ouest au moins, un sol en béton de tuileau et un foyer axial surélevé puis, à l’issue de l’installation du conduit hydraulique, le sol bétonné est préservé mais la pièce est reconstruite avec des parois en pierre. L’articulation avec la pièce L la jouxtant à l’ouest mais située 0,8 m en contrebas n’a pas pu être clarifiée en raison de la mauvaise conservation du mur qui les sépare. Plus à l’ouest encore, le dégagement des abords de la cave [6940] fouillée en 2004 n’a pas permis de préciser ses relations avec les autres constructions du secteur mais il a conduit à la révélation d’un puits jouxtant le mur sud de la pièce O qui s’appuie sur sa margelle. Ce puits devait être accessible depuis la domus par une porte supposée dans le prolongement du couloir OO.

Fig. 25. Mont Beuvray. La domus PC2. Comparaison entre les résultats des prospections géomagnétique (a) et géoradar (b), le relevé de la fouille de 1882 (c) et les observations de la fouille de 2016 (d) (géophysique : P. Milo ; fouille du XIXe siècle : J.-G. Bulliot ; fouille de 2016 : C. Martini, E. Hamon).

32La campagne de 2016 a enfin permis d’engager un sondage exploratoire dans l’angle nord-est de la domus PC2, en prévision d’une fouille extensive dans les années à venir. L’ouverture de ce sondage avait été précédée de mesures géophysiques, surtout destinées à préciser les apports de différentes techniques. Les résultats montrent clairement ici la supériorité du géoradar sur la magnétométrie (fig. 25). La fouille (fig. 26) a permis de retrouver l’ensemble des constructions maçonnées décrites par Bulliot, notamment la pièce chaude (B) du balnéaire avec son mur oriental épais comportant encore quelques pierres du parement de la niche qui devait accueillir un labrum, et son sol surbaissé comportant encore une base de pile d’hypocauste.

Fig. 26. Mont Beuvray. La domus PC2. Plan détaillé de l’angle nord-est fouillé à l’issue de la campagne 2016 (C. Martini, E. Hamon ; DAO : A. Meunier).

33La stratigraphie s’avère complexe. La cave en pierre (AA) dégagée par Bulliot (fig. 27) appartient clairement à une construction antérieure à la domus et détruite par un incendie. Son redégagement intégral (fig. 28) a livré des détails qui avaient échappé au fouilleur du XIXe siècle, sous la forme de niches rectangulaires habillées de bois sur ses trois faces aveugles. Ces observations préliminaires conduisent ainsi à privilégier l’hypothèse que les domus PC1 et PC2 appartiennent à la même phase de construction, qui aurait suivi un incendie du secteur situé au sud de la rue séparant les deux bâtiments. De même, les deux caves situées de part et d’autre de la rue appartiendraient à la même phase de construction antérieure, et contemporaine de la maison à l’Opus spicatum qu’a remplacée la domus PC1. Ces deux caves ont toutefois eu une destinée différente : celle de l’ouest a été comblée après l’incendie pour laisser la place à PC2, tandis que celle de l’est a été maintenue et intégrée aux constructions adossées à PC1 avant d’être finalement comblée vers le changement d’ère ou peu après (BARRIER, 2014, p. 323-329).

Fig. 27. Mont Beuvray. La domus PC2. L’escalier de la cave [8635] vu vers l’est, tel que dégagé en 1882 avec J.-G. Bulliot posant en haut de celui-ci (cliché A. Maillier, tiré du Livre d’Or de Jacques-Gabriel Bulliot, Album des visiteurs du Beuvray, Société éduenne).

Fig. 28. Mont Beuvray. La domus PC2. L’escalier de la cave [8635] vu vers l’est, redégagé en 2016 (la coupe située à droite est celle des remblais issus de la fouille du XIXe siècle) (cliché : A. Meunier).

Du Theurot de la Roche au Parc aux Chevaux

34L’ensemble participe d’un transect qui s’étend sur 210 m d’ouest en est, du sommet du Theurot de la Roche jusqu’à l’angle nord-est de l’enclos maçonné PC14. L’étude de ce transect constitue l’opération de fouille la plus importante du programme de recherche quadriennal 2013-2016, avec une surface ouverte qui est passée de 3600 à 7400 m2 en quatre ans (fig. 29 et 30). Nous présenterons successivement les principales observations sur chaque secteur de fouille avant de tenter une synthèse des observations.

Fig. 29. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux et Le Theurot de la Roche. Plan de localisation des chantiers à l’issue de la campagne 2016. A : Ph. Barral, M. Joly, M. Thivet et P. Nouvel (2011) ; B : Th. Luginbühl, P. Brand, F. Lanthemann et J. Bernal (2008-2016) ; C : B. Hausmair (2012) ; D : Ph. Barral, M. Joly, M. Thivet et P. Nouvel (2012-2016) ; E : L. Bavay, E. Camurri, A. Fochesato, A. Letor, F. Martin, D. Vitali (2002- 2005 / 2008-2016).

Fig. 30. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux et Le Theurot de la Roche. Vue d’ensemble des chantiers à l’issue de la campagne 2016 (cliché : P. Nouvel).

Le Theurot de la Roche

35Ce secteur constitue une petite éminence qui domine le vaste ensellement du Parc aux Chevaux. Il a été investi en 2008 et s’est poursuivi avec des moyens humains importants de l’université de Lausanne jusqu’en 2015, et une intervention ciblée sur la problématique minière à partir de 2015 pour atteindre 2 750 m2 de surface fouillée.

36Les zones explorées sont globalement dépourvues de sédimentation archéologique, sinon le piémont sud-est du Theurot qui n’a été affecté que de façon limitée par nos sondages. La grande majorité des observations se rapporte donc à des structures en creux (fig. 31).

Fig. 31. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Les différents états de construction observés (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal).

37La fin de la fouille de la plateforme sommitale a ainsi révélé deux structures excavées et initialement boisées qui forment un alignement avec celle qui avait déjà été explorée plus au nord (PS14). La première (PS17) a un plan carré et des dimensions comparables à PS14, mais son comblement avait été entièrement curé lors de l’installation de l’édifice maçonné PS0. La seconde (fig. 32) avait subi une reconstruction intégrale (1er état : PS18 ; 2ème état : PS16). Il s’agit d’un petit édifice rectangulaire (5,5 x 3,8 m) à pièce unique qui ouvrait de plain-pied vers le sud ; il était pourvu d’un sol de terre battue et de différents foyers qui évoquent une activité artisanale. Ses parois planchéiées maintenues par de puissants poteaux équarris correspondent à une architecture bien connue à Bibracte.

Fig. 32. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vues vers le sud du bâtiment PS18 (b) et PS16 (a) se succédant (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; clichés : (a) équipe de fouille et (b) A. Maillier).

38La pente orientale du Theurot s’avère avoir été remodelée et parfaitement régularisée dans les dernières phases d’aménagement de la zone, éliminant toute trace des occupations les plus anciennes. Dans la partie haute de cette pente a été repérée une vaste construction maçonnée rectangulaire (PS19) qui était profondément encaissée dans le rocher, avec une élévation conservée qui atteignait 2,3 m par endroits (fig. 33).

Fig. 33. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vue vers l’ouest du bâtiment PS19 avec au centre, l’un des puits de mine en cours de fouille (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; cliché : A. Maillier).

39Ses dimensions sont rigoureusement identiques (10,7 x 9,2 m dans l’œuvre) à celles de la structure PS1 fouillée en 2012 sur la pente nord-ouest du Theurot, soit une proportion qui respecte exactement le rapport 1 : √3/2 et suppose une construction géométrique simple au compas (fig. 34).

Fig. 34. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Plans et profils comparés des constructions excavées PS1 et PS19, avec l’indication de leur mode commun de construction géométrique (PS1 : Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; PS19 : Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; étude métrologique : A. Fochesato ; DAO et orthophotographie : A. Meunier).

40La similitude entre PS1 et PS19 se traduit aussi par leur encaissement, par leur mode de construction soigné en pierre et par l’absence totale de traces d’aménagement intérieur ou de matériaux piégés dans leur destruction qui puissent donner des indications sur leur élévation et leur usage. Tout au plus peut-on envisager des murs peu élevés et l’absence de toiture en tuiles. Leur comparaison fait aussi apparaître que l’une et l’autre s’installent à l’emplacement d’excavations minières plus anciennes, mais cela résulte peut-être de la simple réutilisation opportuniste de ces excavations.

41Les relevés microtopographiques montrent que le remodelage de la pente orientale du Theurot forme une rampe régulière large d’environ 75 m, avec des rebords rectilignes bien marqués au nord et au sud. Un large sondage ouvert jusqu’à la base de la rampe, à peu près dans son axe, complété par des prospections géophysiques, ont montré que celle-ci était dépourvue d’aménagement important en aval de PS19. On a aussi dégagé sur toute sa longueur le mur de soutènement PC28 qui soulignait le rebord sud de la rampe sur la partie la plus abrupte de son tracé. Ce mur était précédé par un replat large de 5 m environ, qui semble avoir été délimité vers l’aval par un mur peu fondé. On a enfin dégagé en partie les murs d’un édifice de plan complexe (PC40) qui était adossé à la pente en contrebas de la rampe (fig. 35). Déjà repéré par Bulliot qui en a laissé un plan incomplet et très inexact (bâtiments PC26/28), il est large de 9,3 m dans la direction est-ouest et long d’au moins 11 m dans la direction nord-sud. On y a distingué quatre unités spatiales dont les sols partiellement mis au jour n’ont pas révélé d’aménagement spécifique. Cet édifice vient s’ajouter à un ensemble de maisons en pierre dégagées alentour par Bulliot et caractérisées pour la plupart d’entre elles par un corps de bâtiment unique précédé d’une cour, une disposition qui n’apparaît pas de façon évidente pour PC40. Les prospections géophysiques permettent également de localiser d’autres maisons qui n’ont pas encore été fouillées, le tout signalant un quartier densément occupé dans les derniers temps de l’oppidum (cf. supra, fig. 6).

Fig. 35. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vue vers le nord de la partie occidentale du bâtiment PC40 (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; cliché : A. Maillier).

Le Theurot de la Roche : des excavations minières

42La présence d’une ancienne activité minière sur les pentes du Theurot avait été soupçonnée lors de la fouille de la construction du bâtiment PS1 sur son flanc nord-est, parce qu’on y avait repéré – sans les fouiller systématiquement – des excavations profondes entaillées dans le rocher et antérieures au bâtiment. Ces soupçons se sont confirmés par la localisation de deux nouvelles excavations à l’emplacement de la construction PS19 (fig. 36 et 37).

Fig. 36. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Plan et profil des puits de mine 2396 et 2474 (B. Cauuet).

Fig. 37. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vue zénithale des puits de mine 2396 et 2474 en fin de campagne 2016 (fouille et cliché : B. Cauuet).

43Leur étude a été engagée en 2015 et elle est inachevée pour l’une d’entre elles à l’issue de la campagne 2016. La première occupe la partie centrale de PS19, dont l’installation a visiblement tronqué sa partie supérieure. Longue de 6,5 m et large de 2,5 m, elle comporte des parois abruptes et deux gradins qui mènent vers la partie la plus profonde, située au nord-ouest, qui s’enfonce sous la forme d’un puits vertical jusqu’à la profondeur de 6,0 m au-dessous du sol de PS19, soit environ 8,3 m au-dessous du sol naturel tel qu’on peut le restituer.

44La seconde excavation est recoupée par le mur sud de PS19. Elle est allongée comme la première, distante de celle-ci de seulement 2 m et disposée pratiquement à sa perpendiculaire. Rien n’interdit d’ailleurs de penser que les deux fosses communiquaient dans leur partie supérieure tronquée par l’installation de PS19. Elle ne comporte qu’un gradin intermédiaire, qui facilitait l’accès à un puits vertical de 1,5 à 2 m de diamètre dont le fond n’a pas encore été atteint à 5,8 m sous le niveau du sol actuel.

45Bien que peu abondant à leur base, le mobilier recueilli dans ces deux minières montre que leur comblement s’est effectué dans son intégralité durant la période d’occupation de l’oppidum. Il est même probable que leur remblaiement a été effectué rapidement lors de l’installation de PS19 à la fin du Ier s. av. n.è.

46Du point de vue des ressources minières exploitées, les fouilleurs notent « trois alignements de structures tectoniques visibles à l’échelle des travaux miniers, mais aussi à l’échelle de la zone dénudée de la couche de sol du plateau du Theurot de la Roche. Les fluides minéralisés ont circulé le long de ces trois familles de failles/fissures et une déposition plus importante des minéraux métalliques s’est produite dans les zones de croisement entre ces grandes lignes et surtout dans les compartiments du toit de ces structures. La position et la forme des chantiers miniers sont étroitement liées à la disposition de ces structures géologiques de contrôle de la minéralisation» (CAUUET, 2016). Les minéraux exploités s’observent principalement sous la forme d’imprégnations d’origine hydrothermale dans les interstices d’une brèche formée de roche broyée le long de plans de faille. Il s’agit de sulfures polymétalliques au sein desquels l’argent est dominant. Il convient désormais de quantifier la quantité de ce métal qui a pu être extraite des deux puits et surtout de tenter d’évaluer la densité de ces exploitations sur le Mont Beuvray.

L’enclos PC15

47Le secteur central du transect, qui s’est intéressé à la plateforme PC15 et à ses abords, est celui dont la fouille a le plus progressé depuis 2012, sans que l’on parvienne à en conclure l’étude (la surface fouillée atteint pour l’heure 3 500 m2). La fouille a ici été facilitée par la bonne lisibilité des structures et la simplicité de la stratigraphie. Rappelons que PC15 est le nom donné par J.-G. Bulliot à un enclos quadrangulaire (51,8 x 47,6 m) délimité par un mur de clôture maçonné. Séparé de lui par une rue large de 9 m se déploie aussi plus au sud l’enclos PC14, dont seul le mur nord, long de 94,5 m (soit près de deux fois la largeur de PC15), avait été repéré par Bulliot et Déchelette, avec deux retours vers le sud suivis sur environ 19 m. L’ensemble appartient à l’évidence à une phase tardive d’aménagement, ce que la stratigraphie a déjà permis de vérifier dans l’angle nord-est de PC14, pour lequel on dispose d’un terminus post quem vers 15 av. n.è. L’installation des deux enclos a nécessité d’importants terrassements préalables, pour en régulariser le sol qui avait une pente naturelle vers le nord-est. Le sol a donc dû être abaissé dans la partie sud-ouest et rehaussé au nord-est, d’une façon telle que l’angle nord-est des deux enclos s’appuie sur un fort remblai.

Fig. 38. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Orthophotographie du chantier à la fin de la campagne 2016 (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; orthophotographie : M. Thivet et Q. Verriez).

48On avait noté dès la première campagne de fouille, en 2012, que PC14 et PC15 réoccupaient l’emplacement d’un ensemble architectural à ossature de bois plusieurs fois reconstruit. Cet ensemble a été presque complètement dégagé dans les quatre années suivantes (fig. 38). Il s’avère donc que PC15 succède à un enclos intégralement reconstruit à deux reprises au moins. De forme exactement carrée (environ 45 m de côté), son axe est pivoté de 14° par rapport à l’axe de la rue qui sépare PC14 et PC15. Dès l’origine, cet enclos est installé sur une plateforme grossièrement horizontale préalablement aménagée en déblais dans son angle sud-ouest et en remblais dans l’angle opposé (fig. 39).

Fig. 39. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Coupe stratigraphique et schématisation des systèmes de remblais dans l’angle nord-est de l’enclos pour la mise en place de la plate-forme (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet).

49Les différents états, y compris le dernier état maçonné (état 4), ont préservé deux entrées axiales sur les faces est et ouest (fig. 40). Celles-ci se raccordent sur des rues qui ont été mises en évidence sur les trois côtés est, sud et ouest de l’enclos.

Fig. 40. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Les différents états de construction observés (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; DAO : J. Hantrais).

50Dans le premier état, la disposition spatiale est celle d’un quadriportique à deux nefs qui entoure une cour de 26,5 m de côté. Sur sa face nord, le front de la plateforme est consolidé par un mur construit avec la technique du murus gallicus. Les poutres disposées en boutisse sont espacées de 150/160 cm environ et clouées sur des longrines laissées apparentes dans le parement avec des clous de 18 à 20 cm de longueur (soit la même longueur que les clous du rempart extérieur et de la première phase de construction de la porte du Rebout) (fig. 41 et 42).

Fig. 41. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Vues des vestiges du murus gallicus (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet) : a. Négatifs des poutres perpendiculaires du murus gallicus ; b. remplissage limoneux marquant l’emplacement d’une pièce de bois longitudinale ; c. négatif de la pièce de bois avec un clou encore en place (clichés : équipe de fouille).

51Huit ont été retrouvés à leur emplacement initial, enfoncés du haut vers le bas. Le front de ce mur est situé à environ 3,8 m en avant de la paroi du portique. Ce mur n’a pas seulement joué le rôle de mur-terrasse puisqu’on retrouve également un tronçon bien préservé de sa première assise sur la face ouest du portique, cette fois accolé à la paroi de ce dernier. On a donc tout lieu de penser que ce mur participait aussi à l’élévation du complexe architectural, d’une façon qui demeure à préciser. Stratigraphiquement, rien ne contredit non plus l’hypothèse selon laquelle le murus gallicus appartiendrait à un état antérieur et qu’il aurait été arasé en partie à l’état 1 et simplement conservé comme mur de soutènement.

Fig. 42. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Clous du murus gallicus (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; DAO : V. Taillandier).

52Dans le deuxième état, le portique à deux nefs est remplacé par un portique à nef unique. Dans le troisième état, le portique disparaît pour être remplacé par un imposant bâtiment (env. 16 x 17 m) en position centrale. La continuité des sols et la disposition des poteaux laissent imaginer une halle pourvue d’une nef centrale entourée d’une galerie sur ses quatre faces. Il est par ailleurs intéressant de noter que la nef possède des dimensions et une orientation identiques aux bâtiments PS1 et PS19 décrits précédemment sur le Theurot de la Roche (cf. supra, fig. 34). Le bâtiment est ceinturé par une palissade située à 13 m de distance sur chacun de ses côtés. Ce troisième état correspond donc à une esplanade carrée de 44 m de côté, accessible à l’est par une entrée se superposant à celle des deux états précédents.

53Enfin, lors de l’ultime reconstruction en pierre (état 4), le mur de clôture nord est repoussé vers l’aval, obligeant à l’apport de nouveaux remblais qui noient le murus gallicus des états antérieurs. Le nouveau mur de soutènement est soigneusement maçonné et orné de pilastres édifiés en grand appareil (fig. 43), identiques à ceux du mur septentrional de PC14 (cf. infra). L’esplanade centrale est investie par une construction matérialisée par quelques trous de poteau et par un solin très peu fondé formant un rectangle long de 29,4 m dans la direction nord-sud et au moins 25 m dans la direction est-ouest. Le fait que la distance entre ce solin et le mur de clôture soit très variable rend problématique l’hypothèse d’un portique. On aurait donc plutôt affaire de nouveau à un grand bâtiment en position centrale.

Fig. 43. Mont Beuvray. Enclos PC14 et PC15 du Parc aux Chevaux. Élévations des murs d’enclos septentrionaux des deux plates-formes, rythmées par des pilastres engagés en granite (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet, L. Bavay, A. Fochesato, F. Martin, D. Vitali) : a. élévation de la façade nord de PC14 (DAO : A. Fochesato) ; b. façade nord de PC15 (relevé photogrammétrique, clichés et traitements : M. Thivet et Q. Verriez) ; c. vue de détail de l’un des pilastres de PC14 mis au jour en 2010 (cliché : L. Bavay) ; d. vue de détail de l’un des pilastres de PC15 mis au jour en 2016 (cliché : A. Maillier).

54La période de fonctionnement de l’état 5 est bien déterminée par un riche dépotoir qui s’appuie contre son mur de clôture oriental : elle ne dépasse pas les premières années de notre ère. La datation des états antérieurs est nettement plus délicate en raison de la relative rareté du mobilier découvert en position stratigraphique – et ce malgré la préservation d’une bonne partie des sols appartenant à chaque état. Tout au plus peut-on indiquer provisoirement que l’état 1 est démantelé vers le milieu du Ier s. av. n.è. et que les états 2 et 3 s’échelonnent entre le milieu du siècle et les années 20/15 av. n.è.

L’enclos PC14

55La fouille qui marque l’extrémité orientale du transect et qui s’est intéressée à l’étude de l’angle nord-est de PC14 avait été ouverte dès 2002 et dotée de moyens accrus en 2008, après une interruption de deux ans. Elle s’est achevée en 2016. La longue durée de ce chantier et sa surface trois fois moindre que celle de PC15 (1 180 m2 au total) s’expliquent par un scénario nettement plus difficile à appréhender que celui rencontré à PC15. L’occupation antérieure à la construction de l’enclos PC14 correspond en effet à un secteur d’habitat remanié à de nombreuses reprises, avec des constructions à ossature bois peu ancrées dans le sol, des caves, de nombreuses fosses et des sols souvent rechargés, le tout regorgeant de mobilier.

56Trois périodes principales d’aménagement ont été discernées (fig. 44). L’occupation de la période la plus ancienne se caractérise principalement par un grand nombre de fosses dépotoirs, recelant notamment de très abondants restes d’amphores. Aucun sol bien caractérisé ni aucune trace substantielle de constructions ne sont associés à cette période, qui est globalement datée de la première moitié du Ier s. av. n.è.

Fig. 44. Mont Beuvray. Enclos PC14 du Parc aux Chevaux. Les différents états de construction observés (L. Bavay, A. Fochesato, F. Martin, D. Vitali).

57L’occupation de la période intermédiaire a livré des restes nettement plus substantiels et complexes, avec la distinction possible de deux étapes qui se développent entre le milieu du siècle et les années 20/15 av. n.è. Les vestiges étudiés s’appuient sur la rue qui contourne l’angle sud-est de PC15. Contre cette rue s’étend une esplanade en légère pente vers le nord, délimitée à l’est et au sud par des palissades, dont le sol très compact et soigneusement aménagé est fait de remblais de cailloutis et de tessons d’amphores plusieurs fois rechargés (fig. 45). Cet espace est longé à l’est par un secteur d’habitat à ossature bois auquel appartiennent notamment, dans un premier temps, une grande cave et deux celliers, plusieurs unités architecturales alignées posées sur sablières basses et couvertes, au moins en partie, de tuiles de terre cuite.

Fig. 45. Mont Beuvray. Enclos PC14 du Parc aux Chevaux. Stratigraphie et vue vers l’est du secteur nord-est, avec au premier plan la rue qui contourne l’angle sud-est de PC15 (L. Bavay, A. Fochesato, F. Martin, D. Vitali ; DAO et cliché : A. Fochesato).

58La dernière phase correspond à la construction de l’enclos PC14. Son mur nord est interrompu par une ouverture axiale située dans le prolongement de la rue qui longe PC15 sur sa face orientale. Entre cette ouverture et l’angle nord-est, le mur était orné de pilastres irrégulièrement espacés, comme le mur nord de PC15 (cf. supra, fig. 43). Un mur en retour a été suivi sur 19,7 m à partir de son angle nord-est, et sur 18,7 m à partir de son angle nord-ouest. Sur sa face occidentale, une autre entrée au moins a été repérée. L’esplanade intérieure a été aménagée en déblais/remblais, comme celle de PC15. Pour cette raison, la sédimentation archéologique est médiocrement conservée au sud, et elle s’améliore quand on se rapproche de l’angle nord-est. Près de cet angle, on a encore observé un conduit hydraulique oblique habillé de bois relié à un regard dans le mur (cf. fig. 43). Le mur nord était précédé par une galerie large de 6 m, appuyée sur des poteaux puissamment ancrés dans le sol et espacés de 7 m.

Du Theurot de la Roche au Parc aux Chevaux : synthèse des résultats

59La reconstitution des étapes de l’évolution des aménagements de l’espace à l’échelle de l’ensemble du secteur est entravée par le manque de raccordements stratigraphiques et par la datation imprécise de la mise en place d’un certain nombre de structures, notamment les plus anciennes. Il est néanmoins possible de proposer un scénario plausible (fig. 46).

Fig. 46. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche et les enclos PC14 et PC15 du Parc aux Chevaux. Les différents états de construction observés (Ph. Barral, L. Bavay, J. Bernal, P. Brand, B. Cauuet, A. Fochesato, M. Joly, Th. Luginbühl, F. Martin, P. Nouvel, M. Thivet, D. Vitali).

60On rattache au premier état du bâti l’ensemble des structures qui disparaissent vers le milieu du Ier s. av. n.è. Le secteur central accueille le premier état de PC15, qui est délimité par des rues. Plus au sud-est, on note le secteur de dépôts d’amphores en fosses de PC14 (dont le faciès amphorique est, pour certaines, datable du tout début du siècle). Le sommet du Theurot de la Roche est occupé par un alignement de trois constructions semi-excavées (PS14, PS17, PS18) et un puits profondément foré dans le rocher (PS15).

61Le second état, centré sur la période 50/30 av. n.è., correspond à la première reconstruction de PC15. Plus au sud-est, apparaît une subdivision du secteur avec une esplanade large d’environ 40 m et une rangée d’habitations à ossature bois au-delà vers l’est. Sur le Theurot, un des bâtiments excavés est reconstruit (PS16). Il n’est pas exclu que les puits de mines soient déjà ouverts.

62Le troisième état, centré sur la période 30/15 av. n.è., se traduit par une deuxième reconstruction de PC15 et des remaniements des bâtiments qui occupent l’angle nord-est de PC14, sans que leur emprise soit remise en cause, tandis que leur architecture évolue pour intégrer, au moins pour certains, des toitures en tuiles de terre cuite. La fin du fonctionnement de ces bâtiments est marquée par un incendie. Sur le Theurot de la Roche, les constructions excavées sommitales ont laissé la place à une construction allongée (11 x 3,5 m) non fondée, dont l’architecture demeure mal caractérisée (PS12). Il est aussi plausible d’envisager que l’édifice carré PS13 ait été présent dès cet état (voire depuis un état antérieur), tandis que les puits de mine sont certainement ouverts.

63Le quatrième et dernier état correspond à la généralisation de la maçonnerie de pierre dans les constructions et à une réorganisation globale et concertée de l’urbanisme. Cette réorganisation se traduit tout d’abord par l’ultime reconstruction de l’enclos PC15 selon une orientation différente et l’aménagement à proximité du large enclos PC14, au détriment d’habitations plus anciennes. La nouvelle rue qui sépare PC14 et PC15 est alignée sur le rebord sud de la rampe régulière qui occupe le versant oriental du Theurot de la Roche, ce qui laisse penser que l’aménagement de cette rampe est contemporain. Ce rebord est maintenu dans sa partie la plus abrupte par le mur de soutènement PC28. Par son orientation, la construction de la maison en pierre PC40 située en contrebas de ce mur paraît subordonnée au même réaménagement urbain et donc datable de la même période. Sur le sommet du Theurot, le bâtiment sommital PS13 est désormais recouvert de tuiles de terre cuite. À quelques mètres au sud, la structure PS12 est remplacée par le bâtiment en pierre à trois pièces PS0. Les pentes accueillent enfin les deux constructions excavées PS1 et PS19 qui investissent des lieux précédemment occupés par des minières.

64L’interprétation fonctionnelle de l’ensemble n’est que très partiellement possible et on a à l’évidence affaire à la cohabitation d’activités variées, la plus insolite étant celle d’exploitations minières au cœur de la ville. La répartition très différenciée du mobilier témoigne aussi à sa façon de la diversité d’usage des différents secteurs fouillés, tout autant que de conditions de conservation très variables (fig. 47).

Fig. 47. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche et les enclos PC14 et PC15 du Parc aux Chevaux. Densité de quelques catégories de mobilier par chantier.

65Il y a toutes les raisons de voir dans l’édifice PS13 un exemple particulièrement précoce de fanum, en raison de son plan centré caractéristique (une pièce centrale carrée de 7,5 m de côté entourée d’une galerie large de 3,5 m), de sa position sommitale et de la découverte à son emplacement exact au XIXe siècle de la seule inscription lapidaire du site – la dédicace à une divinité dont le nom ne nous est pas parvenu (BULLIOT, 1899, p. 416-417). Les unités PC14 et PC15 sont très clairement des espaces publics, mais leur fonction précise nous échappe. Les comparaisons possibles – notamment avec le sanctuaire de Corent pour le quadriportique (POUX, DEMIERRE, 2015, p. 37-94) et avec l’« espace public » du Titelberg pour la halle centrale (METZLER et alii, 2016, p. 67-112) – montrent seulement que cette architecture doit s’inscrire dans des séries encore très mal connues. Les constructions situées sous l’angle nord-est de PC14 sont clairement des habitations, avec des traces diffuses d’activités artisanales. Le regroupement de nombreuses fosses remplies d’amphores souvent peu fragmentées dans le même espace, alors que s’installe à proximité l’enclos PC15, durant la première moitié du Ier s. av. n.è., invite aussi à se demander s’il ne pourrait pas s’agir de vestiges de consommations collectives, telles qu’elles ont souvent été invoquées pour d’autres lieux (sans que cette hypothèse puisse jamais être plus facilement démontrée que dans notre cas).

66À l’échelle de l’oppidum, on doit souligner l’importance des réaménagements tardifs, qui sont contemporains de l’ultime reconstruction de l’îlot des Grandes Forges à la Pâture du Couvent et de la création des domus PC1 et PC2. Cette datation tardive devant aussi probablement être assignée à la majorité des maisons en pierre fouillées par Bulliot au sud-ouest et au sud-est de PC14, l’ensemble montre que la partie centrale de l’oppidum est particulièrement active dans la période située entre environ 15 av. n.è. et les toutes premières années de notre ère.

67Du point de vue urbanistique, on doit noter que le fanum PS13 et les enclos PC14 et PC15 occupaient des positions qui les rendaient bien visibles de loin. Les deux enclos sont plus précisément implantés juste dans l’axe de la Porte du Rebout. L’ensemble témoigne pour la première fois à Bibracte d’un complexe d’architecture publique dont le style semble ne rien devoir à l’influence romaine. Il est intéressant de constater que ce complexe perdure jusqu’à l’abandon de l’oppidum, alors que celui-ci accueille dès le milieu du Ier s. av. n.è. un espace public de style proprement italien comprenant un forum, installé dans le secteur tout proche de la Pâture du Couvent.

La prospection des voies d’accès à l’oppidum

68Cette prospection a été menée entre 2012 et 2014 avec l’objectif de tenter de préciser le tracé des voies qui aboutissent aux quelque quinze portes repérées dans les remparts de Bibracte. Il s’agissait aussi plus largement d’apprécier dans quelle mesure l’environnement forestier est parvenu à fossiliser des traces de l’aménagement du paysage contemporain de l’oppidum. La démarche a marié les approches microtopographiques et géophysiques (surtout sous la forme de prospections au détecteur à métaux en environnement boisé). Les zones d’étude se sont concentrées à l’approche des portes principales : les Grandes Portes au sud-ouest (zone 2), la Porte de l’Écluse au nord (zone 1), la Porte du Rebout au nord-est (zone 5) et la Porte Saint-Martin au sud-est (zone 3), ainsi que sur les abords du col du Rebout et du col de l’Echenault (zone 4) (fig. 48 et 49). Une petite agglomération routière romaine a par ailleurs été identifiée à l’est du col de l’Echenault sur une mission photographique de l’IGN de l’été 2011. Elle est formée de bâtiments alignés de part et d’autre d’une voie qui se dirige vers le col. Le refus des propriétaires n’a malheureusement pas permis de préciser son plan par des prospections géophysiques.

Fig. 48. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. Localisation des zones étudiées entre 2012 et 2014 (fond LIDAR et © IGN). Carte de synthèse des observations sur les voies d’accès à l’oppidum de Bibracte, de 2012 à 2015 (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).

Fig. 49. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. Synthèse des indications disponibles sur le réseau de voies contemporaines de Bibracte à la charnière de l’âge du Fer et de l’époque romaine (tracés attestés et tracés présumés ; fond Scan 25 ® © IGN), localisation de la zone 4 étudiée en 2014 et vue d’une agglomération routière d’époque romaine repérée par photographie aérienne (Bd Ortho ® © IGN ; P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).

69L’identification des routes anciennes s’avère handicapée par une circonstance particulière : nombre d’itinéraires anciens sont certainement occultés ou détruits par le tracé de voies encore actives, notamment sous la forme de chemins creux, souvent rectifiés pour permettre la circulation motorisée. L’ensemble constitue un réseau d’itinéraires anciens possibles, mais ce n’est pas suffisant pour reconstituer l’histoire du développement du réseau routier sur plusieurs milliers d’années. Les prospections ont au contraire bien montré que les chemins creux, d’apparence ancienne, sont essentiellement le résultat de l’exploitation forestière moderne, et que, plus largement, la très grande majorité des tracés d’apparence ancienne étaient encore actifs à l’époque moderne. Il s’avère que la démonstration de la grande ancienneté d’une voie (c’est-à-dire de son fonctionnement dès l’époque de l’oppidum) est rarement possible dans les pentes, l’érosion étant un facteur explicatif majeur, sans doute aggravé par l’activité des prospecteurs clandestins au détecteur à métaux. On a néanmoins pu préciser le tracé des voies anciennes à plusieurs emplacements, notamment sur le versant nord du mont Beuvray. On a aussi localisé plusieurs emplacements plausibles de vestiges funéraires : au sud-ouest des Grandes Portes (zone 2) et à l’est du col du Rebout (zone 5), dans le prolongement de la nécropole fouillée dans les années 1990 (fig. 50 et 51). Il ne fait pas de doute que l’étude pourra être reprise avec profit dès lors que l’on disposera à plus grande échelle de relevés LIDAR, qui pourront utilement être confrontés aux cartes anciennes à grande échelle (comme les plans cadastraux) et à la réalité du terrain.

Fig. 50. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. En haut : cartographie des objets découverts au détecteur à métaux à l’est du musée (zone 5) sur fond Lidar (ombrage 315°/45°) ; en bas (zone 4) : résultat des prospections magnétiques menées au carrefour de l’Échenault (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).

Fig. 51. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. Carte de synthèse des observations sur les voies d’accès à l’oppidum de Bibracte, de 2012 à 2015 (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka). Analyse des voies anciennes sur le flanc nord du mont Beuvray (zone 1) ; cartographie des points de découverte d’objets métalliques au-delà des Grandes Portes, au sud-ouest du mont Beuvray (zone 2) ; et cartographie des points de découverte d’objets métalliques en aval de la fontaine Saint-Martin (zone 3), sur la pente orientale du mont Beuvray (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).

Le sanctuaire gallo-romain des Sources de l’Yonne

70Le site des Sources de l’Yonne a fait l’objet d’une nouvelle opération lancée en 2016. Son objectif est de poursuivre l’investigation de ce site majeur dans le prolongement des précédentes campagnes de terrain (MOORE et alii, 2013). Rappelons que ces travaux avaient mis en évidence une vaste agglomération non fortifiée – avec des vestiges disséminés sur plus de 100 ha – à proximité des sources de la rivière Yonne, à une distance d’à peine plus de 4 km des remparts de Bibracte (fig. 52).

Fig. 52. Les Sources de l’Yonne. Étendue du site et localisation du sanctuaire d’après les prospections et localisation des sondages effectués entre 2007 et 2016 (T. Moore, R. Hoppadietz ; fond Scan 25 ® © IGN).

71Il a été démontré que l’activité de ce site remontait à la même période que celle de l’oppidum. On a donc envisagé que cette agglomération était un faubourg de Bibracte dont le développement accompagna celui de l’oppidum. Le sanctuaire gallo-romain est situé à proximité immédiate des sources de l’Yonne et au cœur de l’agglomération antique. Il a semble-t-il été affecté par des sondages effectués en 1880. De nouvelles fouilles y ont été menées entre 1974 et 1986 par le Groupe de Recherches archéologiques du Haut-Morvan (GRAHM). Les nombreux sondages ouverts à cette occasion avaient pour objectif l’obtention d’un plan complet du sanctuaire (PÉQUINOT et alii, 1996), qui prend la forme d’une vaste enceinte rectangulaire enserrant trois fana alignés dans son grand axe (fig. 53). Des relevés microtopographiques et des mesures géophysiques menées en parallèle à la fouille de 2016 ont permis de préciser le plan des anciennes tranchées de fouille, restées ouvertes, ainsi que l’emprise des pierriers qui signalent nettement les bâtiments ruinés (fig. 54). On note ainsi l’existence de deux constructions apparemment symétriques qui sont accolées aux deux extrémités du côté oriental de l’enceinte.

Fig. 53. Les Sources de l’Yonne. Localisation des sondages de 2016 et comparaison du plan des années 1980 avec celui de 2016 réajusté par rapport aux nouveaux sondages et aux prospections géophysiques (T. Moore, R. Hoppadietz ; DAO : A. Meunier).

Fig. 54. Les Sources de l’Yonne. Résultat de la prospection géomagnétique de 2016 (P. Milo, magnétogramme, Foerster Ferex, -4/4 nT, noir/blanc) complété par le plan des structures archéologiques fouillées et l’interprétation des anomalies identifiées.

72La nouvelle intervention a pour objectif principal de préciser l’articulation entre le sanctuaire et l’agglomération. On doit se demander si le sanctuaire existait déjà au Ier s. av. n.è. et s’il jouait un rôle déterminant dans l’organisation spatiale de l’agglomération, ou si, au contraire, il résulte d’une fondation postérieure à l’abandon de l’agglomération, avec les questions que cela soulèverait quant à l’époque précise et aux motivations de cette fondation. Afin d’aborder ces questions, le projet s’est fixé les objectifs opérationnels suivants :
• établir la chronologie du sanctuaire gallo-romain construit en pierre et son lien avec les zones d’habitation périphériques ;
• préciser la disposition spatiale et le mode de fonctionnement du sanctuaire, avec une attention particulière à sa relation avec les sources et plus largement à la question de la gestion de l’eau ;
• caractériser la nature de l’occupation précoce repérée par les sondages antérieurs à l’emplacement du sanctuaire et préciser la nature de l’occupation associée.

73Dans ce cadre, la première campagne a eu pour objet d’évaluer l’ampleur des interventions des années 1980, l’état de conservation des temples et le potentiel archéologique subsistant du site. La parcelle boisée où se situent les vestiges étant située au cœur d’une zone protégée (site classé, zonage Natura 2000, etc.), à 150 m environ de la prairie tourbeuse où sourdent les sources, il était impossible d’envisager l’ouverture d’une véritable fouille en aire ouverte.

74Des sondages ont donc été ouverts sur les fana I, II et III, en tirant parti des anciennes fouilles (fig. 55 et fig. 53). On confirme que la stratigraphie du fanum I établie dans les années 1980 est globalement fiable, indiquant que, dans ce secteur, il existe au moins deux phases d’occupation antérieures au temple construit en pierre, dont la datation présumée est le Ier s. av. n.è. De tels indices ont également été collectés à l’emplacement de la cella du fanum III où la présence d’un puits est présumée en son centre. La datation des constructions en pierre s’avère difficile en l’absence de mobilier datant (sinon du mobilier résiduel de la période antérieure). Pour l’heure, les meilleures indications chronologiques sont fournies par les tuiles, dont le type est résolument plus récent que ceux en usage avant le changement d’ère à Bibracte.

Fig. 55. Les Sources de l’Yonne. Vue zénithale du sondage de 2016 sur le fanum III (T. Moore, R. Hoppadietz ; cliché : A. Maillier).

75Les interventions à venir s’attacheront surtout à examiner sur une surface plus étendue la séquence stratigraphique du fanum I.

II. Tableau synoptique de l’évolution des quartiers de Bibracte

76La publication en 2012 des actes de la table ronde tenue au Centre archéologique européen en 2007 sur le sujet de la chronologie de la fin de l’âge du Fer a permis une mise au point utile des connaissances et des points d’amélioration possibles dans un cadre régional élargi (BARRAL, FICHTL, 2012). Retenons surtout que la comparaison des différents systèmes chronologiques régionaux permet de discerner quatre étapes d’évolution de la culture matérielle au cours du Ier s. av. n.è., que l’on a ici dénommées La Tène D1b+, La Tène D2a, La Tène D2b, Augustéen, et qui englobent jusqu’à plus ample informé la totalité de l’occupation de l’oppidum de Bibracte. On a aussi souligné le grand potentiel de certaines catégories de mobilier largement distribuées à l’échelle interrégionale pour synchroniser finement les chronologies régionales, notamment les amphores, qui ont le double avantage d’être collectées en grand nombre et de disposer d’une typologie qui varie très vite au cours de la période considérée. De fait, l’étude des amphores de Bibracte a notamment été poursuivie ces dernières années dans cette perspective chronologique, avec des résultats concluants. Ils démontrent que les ensembles clos d’amphores Dressel 1 de gros effectif se classent sans difficulté les uns par rapport aux autres à l’échelle du site et à l’échelle bien plus large de la zone de diffusion des amphores Dressel 1 (OLMER, GUICHARD in : BONENFANT, 2014, p. 118-123). Enfin, l’exploitation des données de la nécropole de la Croix du Rebout (notamment dans le cadre des travaux préliminaires de W.-R. Teegen et du mémoire d’A. Lachambre en 2015) a permis de préciser les conditions d’une synthèse chronologique à l’échelle du site. Il en découle une recherche doctorale engagée à l’automne 2016 par A. Lachambre à l’université de Franche-Comté, dont l’objectif est de réfuter et d’affiner le tableau synoptique présenté dans ces pages (cf. fig. 57), qui résulte d’une appréhension globale mais rapide des données des fouilles et des études spécialisées conduites à ce jour sur le site.

77Ce tableau a été esquissé pour le secteur de la Pâture du Couvent à l’occasion de la publication des fouilles de l’Université libre de Bruxelles (BAVAY, GUICHARD, in : BONENFANT, 2014, p. 158-160) et a été formalisé de façon plus sommaire, mais plus globale, à l’occasion de la rénovation du musée (cf. fig. 58). La synchronisation des séquences des différents chantiers s’appuie en premier lieu sur la confrontation des éléments datants associés aux différentes séquences. Ce sera un des enjeux les plus importants de la recherche doctorale relative à la chronologie du site, évoquée ci-dessus, de systématiser cette confrontation, que nous proposons seulement ici à titre d’hypothèse de travail. Les lignes qui suivent expliquent succinctement comment a été construit le tableau synoptique.

La séquence de référence du secteur de la domus PC1

78La séquence chrono-stratigraphique de la fouille de la domus PC1, élaborée dès le début des années 1990, demeure encore aujourd’hui le pilier le plus solide pour aborder la chronologie de Bibracte. Maintenue jusqu’à la publication finale du chantier de l’université de Lausanne (PAUNIER, LUGINBÜHL, 2004), elle repose sur cinq « horizons » de mobilier qui sont fortement corrélés avec la séquence architecturale mise en évidence (fig. 56).

Fig. 56. Mont Beuvray. Séquence chronologique de PC1 (d’après PAUNIER, LUGINBÜHL, 2004, ill. 4.2, p. 40).

79La distinction des cinq horizons n’a pas été remise en cause à l’échelle du site. Des ajustages chronologiques peuvent néanmoins être proposés dès à présent, dans l’attente d’une nouvelle analyse plus globale des données chrono-stratigraphiques du site. Ainsi, la question du faciès tardif de l’oppidum a été reprise dans un article récent (BARRIER, 2014). Ce faciès est désormais bien caractérisé par plusieurs ensembles clos (outre les trois étudiés dans cet article – bassin de la Pâture, cave [6940] du Parc aux Chevaux, fosse [505] des Barlots), auxquels on doit ajouter notamment la fosse [2631] de la Pâture du Couvent (SZABÓ, 2012, p. 263) et le remblai [2358] de PC15 (NOUVEL et alii, 2015, p. 160-167). Les marqueurs céramiques qui le caractérisent sont notamment les vases bobines, la TS du service 2 de Haltern, les imitations en céramique grise de plats en TS du service 1. L’ensemble révèle un faciès que l’on placera à l’Augustéen moyen (entre 15 av. n.è. et le changement d’ère), avec la possibilité – non étayée par des types d’objets présentant un TPQ indiscutablement postérieur au changement d’ère – d’un prolongement à l’Augustéen final. La comparaison avec le faciès le plus précoce des niveaux urbanisés d’Autun, daté de l’Augustéen final, qu’il faudrait absolument approfondir (pour une première approche : BARRIER, 2014, p. 344-346 ; voir aussi les fig. 4 et 5 de LABAUNE, KASPRZYK, 2015, dont l’horizon « tibérien » de Bibracte est en fait essentiellement médio-augustéen), conforte l’affectation à l’Augustéen moyen de ce faciès tardif de l’oppidum. L’analyse globale du faciès mobilier du site, qu’il s’agisse par exemple de la céramique d’importation (BARRIER, 2014, p. 344-348) ou du faciès monétaire (POPOVITCH, in : GRUEL, POPOVITCH, 2007, p. 55-56 et p. 93-96), confirme aussi l’hypothèse d’une chute d’activité dès le début de l’Augustéen moyen et d’une activité très réduite (et localisée en un nombre limité de lieux du site) à l’Augustéen final et à l’époque tibérienne.

80Une seconde raison invite à revenir sur la datation de la fin de l’occupation de la parcelle PC1, que l’équipe de fouille place à l’époque tibérienne (PAUNIER, LUGINBÜHL, 2004, p. 188, 201). De fait, les couches d’occupation de l’état 5.2, qui correspond à la grande domus, comportent quelques tessons isolés de sigillée gauloise résolument postérieurs au règne d’Auguste (le plus caractéristique étant un bord d’assiette Drag. 18 de Gaule du Sud). Mais on note que cet état a une durée importante, que traduisent plusieurs réaménagements qui ne sont sans doute pas tous contemporains : réorganisation des thermes, changement du niveau de circulation des pièces axiales, adjonction en plusieurs étapes de nouveaux espaces construits au sud et au nord-est. L’état immédiatement antérieur (5.1), correspondant à l’aménagement de la terrasse artificielle qui va accueillir la grande domus, ne doit en revanche pas être considéré comme un état de fonctionnement durable de la parcelle, comme le suggère clairement l’absence de sols d’occupation associés. Il est daté par du mobilier issu des couches de construction de cet état (TPQ vers 15 av. n.è. fourni par une tasse en TS du service 2), tandis que le mobilier des couches d’occupation de l’état encore antérieur (4), correspondant à la maison à l’Opus spicatum, ne contient pas de marqueur plus récent que l’Augustéen ancien (si l’on exclut un as de Nîmes de la première série issu d’une couche attribuée à la démolition de l’état 3 mais signalée comme probablement remaniée dans les archives de fouille). Au total, il est envisageable de dater le remplacement de la maison à l’Opus spicatum par la grande domus dès l’articulation entre l’Augustéen ancien et l’Augustéen moyen, la grande domus ayant une période de fonctionnement inhabituellement longue à l’échelle du site. Dans ce contexte, le comblement de la cave [6940] à l’Augustéen moyen témoignerait d’une réorganisation des espaces annexes méridionaux de la grande domus dans la durée de fonctionnement de celle-ci.

81Aux abords de PC1, la construction de la plateforme PC4, délimitée par un mur maçonné, est contemporaine de celle de la grande domus tardive. La fouille montre l’évolution de l’occupation et de la topographie à cet emplacement tout au long du Ier s. av. n.è., avec une densification progressive des vestiges (PAUNIER, LUGINBÜHL, 2004, p. 133-155). De la même façon, les premières observations sur le secteur de la domus PC2 suggèrent qu’elle est contemporaine de la grande domus PC1, prenant la suite d’une construction comportant une cave maçonnée qui a été détruite par un incendie.

82Pour ce qui concerne le début de la séquence de PC1, force est de constater que nous ne disposons d’aucune indication déterminante sur ce secteur (et plus largement sur le site) de l’existence d’ensembles clos datant d’une époque antérieure à l’étape évoluée de La Tène D1b (telle qu’elle est définie par BARRAL, 2012, p. 13-16). Les ensembles les plus caractéristiques de l’horizon 1, à l’instar de la fosse [2205] de la Pâture du Couvent, présentent ainsi des marqueurs résolument tardifs pour La Tène D1b (campanienne B, fibules filiformes à pied ajouré triangulaire, absence de fibule de schéma La Tène moyenne, etc. ; BARRAL et alii, 1998, p. 90-93). Pour cette raison, nous proposons de rabaisser la datation de la période 1 pour la centrer sur le tout début du Ier s. av. n.è. Cette appréciation est notamment corroborée par le corpus de dates dendrochronologiques disponible à l’échelle du site, qui suggère le démarrage des constructions à la toute fin du IIe s. av. n.è. De la même manière, la confrontation du faciès des amphores associé aux périodes 1 et 2 avec celui d’autres ensembles bien datés conforte clairement ce point de vue (LOUGHTON, 2014 ; OLMER, GUICHARD in : BONENFANT, 2014, ill. 96, p. 123). Au final, nous conservons ici les cinq horizons définis à partir du mobilier de la domus PC1 et de l’étude des ensembles clos tardifs (BARRIER, 2014), en proposant de resserrer la fourchette chronologique concernée des alentours de 100 av. n.è. aux alentours du changement d’ère. Ces horizons correspondent grosso modo aux cinq étapes définies pour l’évolution du faciès mobilier de la Gaule du Centre-Est au cours du Ier s. av. n.è. (BARRAL, 2012, p. 16, fig. 1).

La Pâture du Couvent

83Pour ce qui concerne l’Îlot des Grandes Forges, la datation des deux états de construction en pierre (états 2 et 3 de l’îlot) est bien calée (cf. notamment SZABÓ, 2012). Les couches de construction de l’état 2 livrent un TPQ vers 50 av. n.è. (présigillée de la vallée du Rhône, monnaies de l’époque de la Guerre des Gaules, etc.) et les couches de construction de l’état 3, dont l’édification est consécutive à un incendie, un TPQ vers 15 av. n.è. (TS du service 1c). L’état 3 a fonctionné suffisamment longtemps pour connaître des remaniements importants (réorganisation des circulations par l’installation d’un portique périphérique à l’unité de la parcelle centrale), mais aucun indice mobilier ne permet d’envisager la poursuite de la fréquentation des lieux après le changement d’ère. Les occupations préromaines de l’îlot (état 1) ont surtout été appréhendées dans son angle nord-ouest, où l’on a distingué trois étapes d’aménagement qui s’échelonnent sur la première moitié du Ier s. av. n.è. (RIECKHOFF, HOPPADIETZ, à paraître).

84Dans les deux secteurs périphériques (au nord de la rue des Caves et à l’ouest de la grande avenue), on distingue également deux séquences de construction postérieures au milieu du Ier s. av. n.è., qui se signalent principalement par des caves (BAVAY, GUICHARD in : BONENFANT, 2014, p. 158-160). Dans chacun des deux secteurs, les séquences sont séparées par les traces d’un incendie qui a conduit à la condamnation de plusieurs caves en bois : [1432] et [2412] au nord de la rue des Caves, [585] à l’ouest de l’avenue. Les données chronostratigraphiques (TPQ situé selon les secteurs entre 25 et 15 av. n.è.) invitent à penser que l’on a affaire à un seul événement qui a affecté l’ensemble de la Pâture du Couvent. L’occupation postérieure à l’incendie, qui semble plus lâche, se caractérise par plusieurs caves en pierre (PCo2, PCo2bis, PCo3) pour lesquelles, une fois encore, on ne dispose d’aucune indication qui suggère leur utilisation au-delà du changement d’ère. L’occupation antérieure au milieu du Ier s. av. n.è. a été bien appréhendée par la fouille de l’université de Bologne à l’ouest de l’avenue (VITALI et alii, à paraître). Cette fouille a en effet fourni une séquence qui couvre toute la durée de l’occupation de l’oppidum. Cinq états de construction y ont été observés. Les états 4 et 5 correspondent à l’occupation postérieure au milieu du Ier s. av. n.è. qui a été évoquée ci-dessus. L’état 3 est abandonné aux alentours de 50 av. n.è. (avec un TPQ donné par des monnaies de la période de la Guerre des Gaules). Le mobilier peu abondant de l’état 1 ne permet pas de le situer précisément dans La Tène D1b. Aucun élément déterminant permettant d’envisager une date plus haute que pour d’autres chantiers de Bibracte, notamment le secteur tout proche de l’angle nord-ouest de l’Îlot des Grandes Forges étudié par l’université de Leipzig, on considère que cet état s’est mis en place autour de 100 av. n.è.

85Les quatre principales surfaces de circulation de l’avenue centrale (voies 0, 1A, 1B, 2) sont bien raccordées stratigraphiquement avec les états de construction relevés à l’ouest de l’avenue. La voie s’est élargie progressivement pour atteindre sa largeur maximale dans l’état 1B, contemporain de l’état 3 de l’habitat adjacent, avant le milieu du Ier s. av. n.è. Le comblement du bassin naviforme qui occupe l’axe de l’avenue centrale intervient à l’Augustéen moyen (BARRIER, 2014, p. 318-323), période à laquelle il faut donc aussi placer la fin de l’entretien de l’avenue. On ne dispose pas d’indication précise sur le moment de sa mise en place, ni du point de vue de sa datation absolue (en l’absence de mobilier dans les couches antérieures à sa mise en fonctionnement), ni de celui du moment de son insertion dans l’histoire de la voie. Néanmoins, le fait qu’il occupe une position approximativement axiale vis-à-vis de la voie élargie de l’état 1B fournit un TPQ plausible pour sa construction. On envisagera donc, sans preuve absolue, que ce bassin a fonctionné pendant toute la durée des états 2 et 3 de l’Îlot des Grandes Forges.

La Porte du Rebout et ses abords, les fortifications

86La fouille de la Porte du Rebout a livré une stratigraphie très riche qui permet de distinguer six étapes en relation avec l’activité de l’oppidum (BUCHSENSCHUTZ et alii, 1999, p. 7-8, 224-227) :
• Étape 0 : occupation antérieure aux fortifications ;
• Étape I : période de fonctionnement de la première porte, avec sans doute une ouverture étroite à ailes rentrantes désaxée par rapport à celle des étapes ultérieures ;
• Étapes II et III : période de fonctionnement de la porte élargie à 19 m (avec des traces de remaniements dénotant une durée conséquente de fonctionnement) ;
• Étape IV : remplacement du rempart de type murus gallicus par un simple talus pierreux ;
• Étape V : ultime occupation du secteur, se manifestant par l’intrusion de constructions à caractère domestique (caves) dans l’emprise du rempart.

87Les conditions de fouille n’ont pas permis de fournir d’éléments de datation précis pour chacune de ces étapes. Pour ce qui est de la fin de l’activité du secteur, le comblement de la cave [1] fournit néanmoins de bonnes indications à l’Augustéen moyen (TS du service 1c, monnaies à légende GERMANUS INDUTILLI L). À l’autre bout de la séquence, la couche d’occupation antérieure au rempart fournit des indicateurs classiques de l’horizon 1, ainsi que l’information précieuse d’un fonctionnement au moins jusqu’en 90 av. n.è. (TPQ fourni par une date dendrochronologique sur un bois carbonisé). La datation des étapes intermédiaires (I à IV) résulte pour l’essentiel d’une interpolation entre ces deux bornes. Il est donc plausible que la porte élargie ait été construite avant la Guerre des Gaules, et que ses bastions édifiés avec la technique du murus gallicus aient survécu plusieurs décennies après celle-ci, sans que les données de la fouille permettent d’en apprécier finement la chronologie. On peut aussi proposer de mettre en relation l’élargissement de la porte à l’étape II avec l’élargissement de l’avenue qui aboutit à la porte, daté (peu) avant le milieu du Ier s. av. n.è. à la Pâture du Couvent.

88Les données chronologiques collectées aux abords de la porte n’apportent pas d’information complémentaire contradictoire avec ce schéma. La période d’activité de l’atelier de forgerons installé en avant de son bastion nord, à un moment où celle-ci est sans doute déjà active, est globalement placée dans la période de La Tène D2a (horizon 2) (DUVAL, LACOSTE, 2014), tandis que l’activité de l’atelier de bronziers qui lui succède ne dépasse pas l’Augustéen ancien (PERNOT et alii, 1993, p. 337). Plus en aval, l’occupation des bâtiments les plus récents qui longent la voie d’accès à la porte, au lieu-dit Les Barlots, est bien datée de l’Augustéen moyen par un abondant mobilier (bâtiment excavé [505] ; BARRIER, 2014, p. 329- 336). Le même secteur ne permet pas d’appréhender de façon précise la datation du début de l’occupation de la zone, qui semble être à dominante funéraire.

89Les sondages sur le rempart extérieur, en amont du musée et sur le flanc oriental du Porrey, n’ont pas apporté d’élément direct de datation pour ce rempart, sinon la démonstration de sa neutralisation au moment de la construction du rempart intérieur. On doit en revanche considérer comme plausible la mise en relation de la période d’activité du rempart extérieur avec l’occupation détectée à la Porte du Rebout sous les vestiges du rempart intérieur (dont la réutilisation d’un grand nombre de fragments de meules rotatives dans son parement est un argument supplémentaire en faveur d’une occupation importante du secteur avant l’implantation de la Porte du Rebout).

La nécropole de la Croix du Rebout

90Il n’est pas possible de détailler la chronologie de la nécropole tant que les données n’ont pas été traitées dans leur globalité. Indiquons seulement qu’en première analyse, la chronologie des ensembles funéraires respecte parfaitement la chronologie de l’oppidum, couvrant l’ensemble du Ier s. av. n.è., sans indication déterminante de l’existence d’ensembles plus anciens ou plus récents (LACHAMBRE et alii, 2016). Si elle est confirmée, cette constatation rejette au Ier s. de n.è. les vestiges à caractère militaire stratigraphiquement postérieurs relevés au même emplacement (sur ces vestiges : FLOUEST, 2008). Il faudrait donc associer cette installation militaire à des événements de la période julio-claudienne.

La Côme Chaudron et le Champlain

91Il est également impossible de fournir un aperçu argumenté de l’occupation du secteur de la Côme Chaudron et de celui contiguë de la minière de la Pâture des Grangerands, parce que l’analyse des données de fouille est là aussi insuffisamment avancée. Tout au plus peut-on indiquer que le dépouillement préliminaire du mobilier semble montrer une occupation qui se déploie sur l’ensemble du Ier s. av. n.è., répartie sur quatre ou cinq états successifs de construction. Le début de la période est moins bien documenté, ce que l’on doit, au moins en partie, mettre au compte des recreusements répétés de terrasses d’installation de bâtiments, qui ont laissé peu de terrains susceptibles de receler des vestiges anciens (BESSIÈRE, GUICHARD, 2010, p. 216-219).

Le Theurot de la Wivre

92Ce secteur vierge de fouilles du XIXe siècle a fait l’objet de sondages étendus dans les années 2000, dont les résultats sont d’ores et déjà publiés (LUGINBÜHL et alii, 2014). Le fait le plus notable est l’important aménagement de terrasse qui intervient autour du changement d’ère ou peu avant (TPQ vers 15 av. n.è. fourni par un calice à décor moulé et une assiette du service Ib/c en TS italique). Le reste des vestiges atteste une occupation peu dense des lieux à partie de La Tène D1b, sans que l’on puisse préciser davantage.

La Fontaine de l’Écluse

93Ce secteur n’a pas fait l’objet de fouille proprement dite, mais seulement d’observations hâtives lors de travaux de terrassement (construction d’un captage d’eau) qui avaient détruit des aménagements antiques. Le mobilier d’une structure à ossature bois (bassin ?) entrevue à cette occasion fournit une datation à La Tène D2b (horizon 3 de PC1) conforme aux dates dendrochronologiques (TPQ de la construction en 59 av. n.è.), tandis que les rigoles de captage alentour signalent un usage des lieux dès les périodes anciennes d’occupation de l’oppidum, sans fournir de datation précise en raison de l’indigence du mobilier. On note encore l’absence totale de vestiges typiquement augustéens (SCHOPFER, 1998).

Le Theurot de la Roche

94Les données relatives à ce secteur sont celles issues de la fouille de l’université de Lausanne, dont l’exploitation n’est pas achevée. L’état le plus ancien de l’occupation de cette hauteur, dont les vestiges sont fortement arasés, a livré un mobilier peu abondant qui laisse envisager une construction au tout début du Ier siècle av. n.è. et un renouvellement du bâti vers le milieu du siècle, lié au moins en partie à un incendie qui a détruit les bâtiments PS14 et PS18 et amené le comblement du puits PS15. Les trois états ultérieurs de l’occupation se succèdent jusqu’au milieu ou à la fin de l’époque augustéenne, si l’on met de côté les quelques monnaies plus tardives notées dans les fouilles anciennes. L’état le plus récent de l’occupation correspond à des constructions maçonnées dont la fonction demeure incertaine (un édicule à trois pièces sur le sommet et deux grandes constructions excavées à une seule pièce à mi-pente), ainsi qu’à un bâtiment de plan centré à ossature bois et couverture en tuiles de terre cuite que l’on propose d’identifier à un fanum, dont l’installation est peut-être plus ancienne, bien qu’on n’en ait pas la preuve formelle.

Les plateformes PC14 et PC15

95De la même manière, nous devons nous baser, pour ce vaste secteur, sur les conclusions provisoires de fouilles encore inachevées. La datation des deux enclos maçonnés est bien cernée par le TPQ fourni par le mobilier associé à la destruction de l’état antérieur, soit vers 15 av. n.è. (données relatives à l’angle nord-est de PC14) et par l’abondant mobilier d’une couche de rejets datée de l’Augustéen moyen, appuyée sur les maçonneries de PC15. L’angle nord-est de PC14 livre par ailleurs une occupation à caractère domestique exclusif ou majoritaire qui se développe depuis le tout début du Ier s. av. n.è. Cette occupation est interrompue par un incendie qui précède immédiatement la construction de PC14. La partie axiale de PC14, qui est demeurée dépourvue de constructions jusqu’à l’installation de l’enclos maçonné, est occupée dans une première phase par un grand nombre de fosses remplies d’amphores brisées dont les plus anciennes remontent aussi au tout début du Ier s. av. n.è.

96La datation de la riche séquence stratigraphique de PC15 demeure plus incertaine en raison de la rareté du mobilier retrouvé en contexte. Il est du moins certain que le fonctionnement du dernier état (état 3) de l’enclos carré qui précède PC15 s’interrompt au même moment que celui du quartier recouvert par l’angle nord-est de PC14. L’installation de l’état 1 intervient dans la première moitié du Ier s. av. n.è., son démantèlement étant daté par du mobilier immédiatement postérieur au milieu du siècle (présigillée).

La fontaine Saint-Pierre

97Nous nous contentons ici de reprendre in extenso la situation résumée par S. Barrier (2014, p. 317) : « Ce secteur a connu plusieurs phases d’aménagements antiques, mises en évidence par les fouilles anciennes et, surtout, par des campagnes plus récentes conduites de 1988 à 1992 ainsi qu’en 1996 (BARRAL, RICHARD 2009). Ces recherches distinguent trois phases antiques suivies d’une phase médiévale et d’une phase moderne. La phase 1 correspond à des structures modestes de pierre sèche, datées de la fin du IIe ou du début du Ier s. av. J.-C. La seconde voit l’édification d’un bassin daté de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. La construction de ce monument s’insère dans la phase de développement la plus florissante de Bibracte. Son abandon vers 10-5 av. J.-C. précède de plusieurs décennies la dernière phase antique, qui débute aux alentours de 20-30 de n.è. Cette troisième étape persiste jusqu’au début du IIe siècle. Elle associe la réutilisation du bassin de l’étape 2 et de certains de ses matériaux de construction à de nouveaux aménagements (bassins ou citernes ?). Le mobilier de l’état 3 est relativement abondant et a livré de nombreux indices chronologiques. L’analyse dendrochronologique des bois retrouvés dans le bassin donne une date d’abattage entre 22 et 31 ap. J.-C., date qui s’accorde bien avec le terminus post quem donné par quatre asses de Lyon émis en 14-15 ap. J.-C. Le mobilier céramique apporte, quant à lui, des informations sur la période de fonctionnement de cet état. Les sigillées, notamment, sont caractéristiques du dernier tiers du Ier s. ap. J.-C. L’absence de sigillées de Gaule du Centre et de marqueurs nets du début du IIe siècle semble indiquer que la fréquentation de ce secteur décline à cette période. La présence de quelques monnaies du début du IIe siècle atteste cependant la persistance de pratiques religieuses (ou superstitieuses) durant la première moitié du siècle Antonin ».

La Chaume et la Terrasse

98La fouille de la chapelle Saint-Martin n’a pas permis de mettre évidence une chronologie fine des structures rattachables au Ier s. av. n.è., en raison de l’exploration limitée des vestiges préromains et des destructions associées aux explorations du XIXe siècle. On distingue une phase 1 préromaine attestée seulement par un fossé imprécisément datée du Ier s. av. n.è. et une phase 2 correspondant au fonctionnement du fanum, dont la date de construction est aussi très incertaine (pas antérieure au Ier s. de n.è. ?) (BRUNET, 1989, p. 226). De la même manière, les divers sondages en tranchée ouverts sur le secteur contigu de la Terrasse ont surtout montré, du point de vue chronologique, que le fossé associé au talus qui délimite le secteur était comblé dans la seconde moitié du Ier s. av. n.è. Il est en revanche impossible de retenir la datation au IIIe s. av. n.è. proposée sur la base d’une datation 14C et d’une très hasardeuse corrélation dendrochronologique pour les vestiges de palissade recouverts par le talus (GRUEL, BECK, 1995). Cette palissade demeure donc à l’heure actuelle indatée.

Les Sources de l’Yonne

99Pour ce site, les données disponibles sont les résultats, modestes en termes de mobilier et de stratigraphie, des sondages des années 1970 et 1980 (PÉQUINOT et alii, 1996) et ceux des sondages effectués entre 2007 et 2016 dans le cadre du programme de recherche sur le Mont Beuvray (pour une vue partielle : MOORE et alii, 2013). Sur le sanctuaire lui-même, le meilleur indicateur est donné par les tuiles, qui indiquent que les états maçonnés (ou du moins les derniers d’entre eux) sont nettement engagés dans l’époque impériale. Pour le reste des secteurs sondés, le spectre de mobiliers est conforme au faciès habituel du Mont Beuvray : l’ensemble de la séquence s’inscrit dans le Ier s. av. n.è. Plus précisément, les résultats provisoires de l’étude du mobilier montrent une activité maximale entre le milieu du siècle et les années 20/10 av. n.è., tandis que les marqueurs plus anciens demeurent rares et qu’aucun ne dépasse la fin du siècle.

Éléments pour un bilan

100Les indications chronologiques disponibles pour chaque secteur de fouille sont de qualité et de précision inégales. Elles permettent néanmoins de privilégier un scénario global que nous esquissons ici à grands traits (fig. 57 et 58).

Fig. 57. Mont Beuvray. Tableau synoptique de la chronologie de l’oppidum de Bibracte (V. Guichard, R. Durost).

101En l’état actuel des données, rien n’interdit de penser que l’occupation la plus ancienne de l’oppidum, datée d’une étape évoluée de La Tène D1b si l’on se fie aux ensembles clos les mieux caractérisés, se manifeste dans tous les secteurs fouillés (avec plus ou moins d’intensité, s’agissant parfois de mobilier résiduel dans des couches plus récentes). La compilation des séquences dendrochronologiques disponibles sur le site suggère d’ailleurs que la période où la construction d’édifices en bois est la plus intense se situe à la toute fin du IIe s. et dans les premières décennies du Ier s. av. n.è., si l’on corrige le biais issu du manque presque systématique de l’aubier sur les bois d’œuvre en ajoutant une ou deux dizaines de cernes aux séquences mesurées (fig. 59). Ce diagramme rappelle l’existence d’une distorsion qu’il faut toujours garder en tête entre la date de construction des plus anciens bâtiments et leur datation ante quem par les dépôts détritiques issus de leur occupation et de leur abandon.

Fig. 59. Mont Beuvray. Diagramme cumulatif des séquences dendrochronologiques datées de l’oppidum (Fr. Blondel 2016). Les 121 séquences correspondent toutes à des pièces de bois de chêne.

102Cette première étape d’activité serait en relation avec le rempart extérieur. La construction du rempart intérieur interviendrait seulement après 90 av. n.è. L’élargissement de la Porte du Rebout et de l’avenue centrale interviendrait au même moment, peu avant le milieu du Ier s. av. n.è., la perte du caractère défensif de la porte étant peut-être compensée par l’installation du réduit fortifié des Barlots, qui est imprécisément daté. La construction de l’ensemble romanisé de l’Îlot des Grandes Forges (et peut-être aussi du bassin naviforme situé à proximité) est datable des années qui suivent la Guerre des Gaules. Au même moment, les constructions plus anciennes mal caractérisées de PC1 (habitat aristocratique ?) font place à une maison à cour centrale construite avec une technique d’ossature bois qui est peut-être déjà influencée par l’architecture romaine ; elle est bientôt remplacée par la maison à l’Opus spicatum, une vraie domus à cour centrale aux murs (à pans de bois ?) appuyés sur des solins maçonnés, tandis que sur le secteur de PC15, l’édifice à cour délimitée par un quadriportique, déjà en place depuis une époque plus ancienne, continue à fonctionner, montrant la juxtaposition sur le site, à quelques centaines de mètres de distance, d’édifices d’usage collectif complètement romanisés (l’îlot des Grandes Forges et son forum, plusieurs domus) et d’autres encore ancrés dans la tradition indigène. Sur différents chantiers, une césure importante intervient vers 20-15 av. n.è., corrélée en plusieurs emplacements avec une séquence d’incendie. À la Pâture du Couvent, cet incendie détruit le complexe monumental et les constructions à ossature bois situées en périphérie. L’occupation ultérieure du secteur semble plus lâche, le complexe monumental étant quant à lui restauré et profondément réorganisé. À la Côme Chaudron, c’est après l’incendie de plusieurs constructions de part et d’autre de l’avenue centrale que l’on voit, lors d’une ultime phase de construction, la pierre et le mortier de chaux faire leur apparition dans des édifices qui respectent la disposition du bâti antérieur. À PC14, c’est au même moment que les maisons à ossature bois font place au grand enclos maçonné. À PC1, rien n’interdit de penser que c’est encore au même moment que la maison à l’Opus spicatum est remplacée par la grande domus de l’état 5, qui demeurera entretenue, moyennant des remaniements mineurs, jusqu’aux années 20 de n.è., tandis que les maisons à ossature bois bien plus modestes situées au-delà d’une rue vers l’ouest laissent la place à une autre esplanade artificielle, PC4, et qu’est érigée la domus PC2. C’est encore au même moment qu’est édifié l’imposant terre-plein du Theurot de la Wivre, qui domine une porte de la fortification. Ces corrélations de chantier à chantier montrent l’existence d’une ultime phase de construction et de réorganisation urbaine généralisée sur le site à la toute fin du Ier s. av. n.è., à une époque qui se signale déjà par ailleurs par une décroissance notable de l’activité par rapport à la période antérieure, si l’on se fie au volume des mobiliers collectés (par exemple les monnaies, particulièrement significatives en raison de la collecte en très faible quantité à Bibracte des émissions monétaires pourtant abondantes de cette époque, notamment celles frappées à partir de 7 av. n.è. dans le nouvel atelier impérial installé à Lyon).

Conclusion

103Le dossier récemment publié sur « la naissance des capitales de cités en Gaule Chevelue » (2015) fournit une base providentielle pour engager l’analyse des nouveaux acquis des recherches sur le Mont Beuvray, ce d’autant plus que plusieurs des articles qui le composent (notamment REDDÉ, 2015 ; Van ANDRINGA, 2015 et LABAUNE, KASPRZYK, 2015) font abondamment référence à Bibracte.

104Nous suivons sans réserve M. Reddé quand il propose de dater du deuxième gouvernorat d’Agrippa (19-18 av. n.è.) la mise en place du réseau routier éponyme, et du séjour d’Auguste entre 16 et 13 av. n.è. le grand mouvement d’urbanisation augustéen de la Gaule. Un fait local important appuie cette proposition, en relation avec la mise en place de la branche du réseau d’Agrippa qui relie Lyon à Boulogne-sur-Mer. M. Kasprzyk et P. Nouvel (2011) soulignent en effet avec justesse le tracé aberrant de cette voie qui, au lieu d’emprunter le seuil de Bourgogne, franchit de nombreux accidents du relief entre Chalon-sur-Saône et Avallon, ce qui ne peut s’expliquer que par le souci de s’approcher au plus près de Bibracte. La création d’Augustodunum étant à l’évidence subordonnée à l’implantation de la voie, nos données archéologiques ne fournissent aucun indice qui permette de faire remonter cette implantation au premier séjour d’Agrippa en 39-38 av. n.è. Bien au contraire, la chute d’activité constatée à Bibracte dans la dernière décennie avant notre ère, corrélée avec les premières traces d’activité urbaine à Autun autour du changement d’ère (fouilles du faubourg d’Arroux, notamment), corroborent parfaitement le point de vue que la décennie déterminante a bien été celle située entre 20 et 10 av. n.è.

105Les dernières campagnes de recherche ont étoffé de façon substantielle notre perception de l’occupation tardive de Bibracte. Si le tableau général, perçu dès la fin du XIXe siècle, d’une chute d’activité déjà très sensible avant la fin du Ier s. av. n.è. n’est pas remis en cause, on constate néanmoins une activité intense de construction et de remaniement urbain dans les deux décennies qui précèdent le changement d’ère. Cette activité est attestée au Theurot de la Wivre avec l’aménagement d’une imposante terrasse artificielle, à la Pâture du Couvent avec la reconstruction partielle de l’îlot des Grandes Forges, et surtout sur le replat central du Parc aux Chevaux, où l’on construit alors les plus vastes domus du site (comme PC1 et PC2) et toute une série de maisons en pierre de taille intermédiaire (comme l’ensemble PC18-PC23) et où on réaménage les espaces publics PC14 et PC15. Le mobilier que l’on peut rattacher à cette ultime étape de la vie de l’oppidum est peu abondant, ce qui s’explique au moins en partie par la nature des constructions et des modes de vie associés, peu à même de produire des rejets domestiques in situ. Ainsi, bien que fouillée exhaustivement, la domus PC1 n’a fourni qu’une poignée de tessons qui attestent son maintien jusqu’aux années 20 de n.è. La présence de nouvelles terrasses artificielles non investies par des aménagements architecturés, à l’instar de celles du Theurot de la Wivre ou de PC4, tout juste délimitée sur trois faces par un mur de terrasse, laisse également penser à une interruption prématurée de cette phase d’urbanisation. Toujours est-il que les preuves sont désormais plus fortes de cette ultime étape de construction, liée à des lieux collectifs et à de l’habitat de statut élevé, voire très élevé – tant il apparaît que la domus PC1, avec ses 3 500 m2, est à l’échelle d’un véritable palais urbain dont le commanditaire est certainement un des membres les plus influents de la cité éduenne, à l’instar du prêtre qui a inauguré l’autel du Confluent en 12 av. n.è., Caius Julius Vercondaridubnus. Si se confirme le constat provisoire (parce qu’il s’appuie sur des fenêtres de fouille encore réduites) d’un investissement d’Autun par l’habitat aristocratique dans les années 10 de n.è. seulement, il faudra alors convenir que la période moyenne et finale du règne d’Auguste a vu une cohabitation étrange entre Bibracte et Augustodunum, les deux sites se partageant les lieux d’exercice du pouvoir et de résidence de la population selon des modalités qui doivent encore être précisées. On signalera encore l’occupation militaire indiscutable du col du Rebout, avec ses fours culinaires et ses dispositifs de blocage des voies d’accès à l’oppidum, qui peut de façon plausible être mise en rapport avec le soulèvement de l’aristocratie en 21 de n.è., dont l’occurrence signe peut-être la fin des domus du Parc aux Chevaux.

106Les étapes antérieures de la vie de l’oppidum ne sont pas en reste dans les nouveaux acquis, avec l’ensemble composite de résultats obtenus sur la fouille du transect entre le sommet du Theurot de la Roche et l’enclos PC14. On dispose avec PC15 du premier témoignage vraiment tangible sur le site d’une architecture publique qui n’est pas inspirée par le monde romain, et qui au contraire revendique son caractère indigène par l’intégration d’un talus utilisant la technique du murus gallicus – tant il est clair que ce talus n’était pas destiné à jouer un rôle proprement militaire. Il reste à affiner la date de la construction de cet ensemble, sachant que la présomption est forte qu’il ait déjà été en place avant la Guerre des Gaules, voire dès les premiers temps de l’oppidum. La fonction de cet espace de quelque 2 000 m2 demeure également incertaine. L’enclos carré évoque les sanctuaires, et tout particulièrement celui qui trônait à Corent dans la même position centrale au sein de l’oppidum, mais les aménagements et le mobilier n’apportent aucune indication complémentaire en faveur (ou en défaveur) de cette hypothèse. De même, l’analogie avec la halle du Titelberg ne nous renseigne pas de ce point de vue puisque sa destination est aussi incertaine. Les espaces enclos comparables qui existent dans l’architecture romaine de la même époque montrent d’ailleurs que la même forme peut s’accommoder de fonctions variées, comme celles de forum (s’il faut interpréter comme tel l’enclos carré qui précède le forum définitif de Waldgirmes) ou de principia.

107Le caractère singulier et hybride de Bibracte dans la période qui sépare la Guerre des Gaules des réformes augustéennes apparaît enfin clairement au travers de la cohabitation d’espaces publics de style architectural proprement indigène et d’un autre de style purement italien avec l’îlot des Grandes Forges et son probable forum. Également étayée par la profusion des émissions monétaires indigènes mais de plus en plus fortement romanisées, et par la romanisation accélérée de l’ensemble du répertoire du mobilier, ce moment semble bien se caractériser par une « auto-romanisation » qui était déjà très avancée quand a été mise en œuvre par Auguste sa politique d’aménagement du territoire de la Gaule chevelue.

Annexe : Travaux de recherche de 2013 à 2016 : thématiques et principaux contributeurs

108Conseil scientifique - mandat 2013-2016 – titre
Anne-Marie Adam - Présidente - Professeur émérite, Univ. de Strasbourg
Dominique Garcia - Membre - Professeur, Univ. de Provence, Aix-en-Provence
Rupert Gebhard - Membre - Directeur, Archäologische Staatsammlung, Munich
Chris Gosden - Membre - Professeur, Univ. d’Oxford
Yves Menez - Membre - Conservateur régional de l’Archéologie, Rennes
Marie-France Meylan-Krause membre - Directrice, Aventicum – site et musée romains, Avenches
Matthieu Poux - Membre - Professeur, Univ. Lumière, Lyon 2
Stéphane Verger - membre - Directeur d’Études, École Pratique des Hautes Études, Paris

109Travaux de terrain : chercheurs actifs entre 2013 et 2016
Archéologie minière : Béatrice Cauuet - Chercheur CNRS, lab. TRACES, Toulouse
Calin Tamas - Géologue, MdC, Univ. de Cluj

110Géophysique : Peter Milo - Ingénieur, Univ. Mazsaryk, Brno
Pascal Brengel - Étudiant-chercheur, Univ. Gutenberg, Mayence
Zoltan Czajlik - Chercheur, Univ. Loránd Eőtvős, Budapest
Jean-Pierre Garcia - Professeur, Univ. de Bourgogne / ArTeHiS, Dijon
Amélie Quiquerez - Maître de Conférences, Univ. de Bourgogne / ArTeHiS, Dijon

111Le Champlain : Tomasz Bochnak - Maître de conférences, Univ. de Rzeszów
Petra Goláňová - Maître de conférences, Univ. Masaryk, Brno
Gilles Hamm - Ingénieur CNRS, ArTeHiS, Dijon
Małgorzata Wawer - Musée archéologique de Cracovie

112La Pâture du Couvent : Arnaud Meunier - Archéologue géomaticien, Bibracte
Pascal Paris - Adjoint au directeur scientifique, Bibracte
Dániel Szabó - Chercheur, Univ. ELTE, Budapest
Miklós Szabó - Professeur, Univ. ELTE, Budapest
Lőrinc Timár - Architecte, chercheur, Univ. ELTE, Budapest

113Le Parc aux Chevaux (PC 1) : Chiara Martini - Archéologue chargée d’actions éducatives, Bibracte
Emmanuel Hamon - Étudiant, Univ. de Lausanne (CDD Bibracte)

114Le Parc aux Chevaux (PC 14) : Laurent Bavay - Professeur, Univ. Libre de Bruxelles
Andrea Fochesato - Étudiant-chercheur, ULB et univ. de Bourgogne / ArTeHiS, Dijon
Fanny Martin - Assistante, Univ. Libre de Bruxelles
Nicolas Delferrière - Étudiant-chercheur, univ. de Bourgogne / ArTeHiS, Dijon
Daniele Vitali - Professeur, Univ. de Bourgogne, Dijon

115Le Parc aux Chevaux (PC15) : Philippe Barral - Prof., Univ. de Franche-Comté / Chronoenv., Besançon
Martine Joly - Maître de conférences, Univ. de Paris-Sarbonne, Paris 4
Pierre Nouvel - MdC, Univ. de Franche-Comté / Chronoenv., Besançon
Matthieu Thivet - Ingénieur de recherche, Univ. de Franche-Comté / Chronoenv., Besançon

116Le Theurot de la Roche : José Bernal - Archéologue, Univ. de Lausanne
Pascal Brand - Assistant, Univ. de Lausanne
Thierry Luginbühl - Professeur, Univ. de Lausanne
Bruno Zélie - Archéologue, Eveha, Poitiers

117Prosp. des voies d’accès : Arno Braun - Assistant, Univ. de Mayence
Peter Haupt - Maître de conférences, Univ. de Mayence
Ines Klenner - Assistante, Univ. de Hambourg
Frank Nikulka - Professeur, Univ. de Hambourg

118Les Sources de l’Yonne : Tom Moore - Maître de conférences, Univ. de Durham
Ralf Hoppadietz - Archéologue, Bibracte (CDD)

119Travaux de postfouille
La nécropole du Rebout : Jean-Loup Flouest - Archéologue, chercheur associé ArTeHiS
Anaïs Lachambre - Étudiante, Univ. de Franche-Comté, Besançon
Wolf-Rüdiger Teegen - Maître de conférences, Univ. de Munich

120Le Couvent des Cordeliers : Patrice Beck - Professeur, Univ. de Lille 3

121La Pâture du Couvent : Dániel Szabó - Chercheur, Univ. ELTE, Budapest
Miklós Szabó - Professeur, Univ. ELTE, Budapest
Lőrinc Timár - Architecte, chercheur, Univ. ELTE, Budapest
Sabine Rieckhoff - Professeur, Univ. de Leipzig

122La Porte du Rebout : Alain Duval - Conservateur général hon. du Patrimoine

123Recherches transversales :
Amphores : Fabienne Olmer - Chercheur CNRS, UMR 5140, Montpellier
Julien Soichet - Étudiant, Univ. de Franche-Comté, Besançon

124Archéozoologie : Patrice Méniel - Chercheur CNRS, ArTeHiS, Dijon

125BDD, méthodologie : Anne Chaillou - Ingénieur, SDA, Ministère de la Culture, Paris

126Macrorestes végétaux : Emmanuelle Bonnaire - Archéobotaniste, Chercheur associé au lab. Gegena, Reims
Valentina Bellavia - Archéobotaniste, chercheur associé Géolab, Clermont-Ferrand

127Céramique : Sylvie Barrier - Céramologue, chercheur associé à l’IASA, Lausanne

128Outillage lithique : François Boyer - Géologue, ancien MdC Univ. Pierre et Marie Curie, Paris
Luc Jaccottey - Archéologue, Inrap Grand-Est, Besançon
Maxence Pieters - Chercheur associé, ArTeHiS, Dijon

129Mat. de construction : François Blondel - Étudiant-chercheur, Univ. de Bourgogne/ ArTeHiS, Dijon
Benjamin Clément - Archéologue, Archeodunum, Lyon
Florent Delencre - Étudiant-chercheur, Univ. de Bourgogne/ ArTeHiS, Dijon
Nicolas Delferrière - Étudiant-chercheur, Univ. de Bourgogne/ ArTeHiS, Dijon
Andrea Fochesato - Étudiant-chercheur, ULB et Univ. de Bourgogne / ArTeHiS, Dijon
Jean-Pierre Garcia - Professeur, univ. de Bourgogne / ArTeHiS, Dijon
Lisa Patoureau - Étudiante, univ. de Lausanne

130Mobiliers métalliques : Carla Backhaus - Étudiant-chercheur, Univ. de Leipzig & Univ. de Bourgogne / ArTeHiS
Benjamin Girard - Chercheur associé, UMR 5140, Montpellier
Gilles Hamm - Ingénieur CNRS, ArTeHiS, Dijon
Jean-Paul Guillaumet - Chercheur CNRS, ArTeHiS, Dijon
Valérie Taillandier - Étudiant-chercheur, université de Franche-Comté, Besançon

131Numismatique : Katherine Gruel - Chercheur CNRS, UMR 8546 AOROC, Paris

132Équipe support des recherches au sein des effectifs permanents de Bibracte EPCC :
Vincent Guichard - Directeur général et directeur scientifique
Pascal Paris - Adjoint au directeur scientifique et responsable du service recherche
Dominique Lacoste - Responsable des collections et de la conservation préventive
Claire Leger - Archéologue gestionnaire des mobiliers et matériaux archéologiques
Raphaël Moreau - Documentaliste
Arnaud Meunier - Archéologue géomaticien
Jonhattan Vidal - Archéologue géomaticien (postdoc, à partir de janvier 2016)
Antoine Maillier - Photographe
Sébastien Durost - Responsable de la cellule éditoriale
Chloé Moreau - Assistante de rédaction-édition
Bruno Caré - Technicien en charge de la logistique des chantiers
Thomas Sauvaget - Assistant technique des chantiers

Haut de page

Bibliographie

Cette bibliographie comprend l’ensemble des ouvrages, articles et thèses de doctorat relatifs au programme de recherche sur le Mont Beuvray publiés entre 2013 et 2016. Les synthèses des rapports scientifiques et leurs référentiels remis chaque année au Service régional de l’Archéologie sont par ailleurs consultables en ligne à l’adresse https://hal.archives-ouvertes.fr/BIBRACTE/. Ils sont appelés dans le texte par l’indication « Rapport » suivie du millésime.

BACKHAUS C., 2016, Ceci n’est pas une chronologie : die Konstruktion einer alternativen Fibelchronologie am Beispiel der Fibeln des Oppidum Bibracte (Burgund, Frankreich), Dissertation zur Erlangung des akademischen Grades Doctor Philosophiae (Dr. phil.), Leipzig, Universität Leipzig / Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., viii-477-50 P.

BARRIER S., 2014a, « Réflexions sur la fin de l’occupation de Bibracte et sa fréquentation durant le Haut et le Bas-Empire », in : GUICHARD V. dir., Études sur Bibracte, 2. Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 315-350 (Bibracte, 24).

BARRIER S., 2014a, La romanisation en question : vaisselle céramique et processus d’acculturation à la fin de l’âge du Fer en Gaule interne, Glux-en-Glenne, Bibracte, 318 p., 182 ill., 1 annexe (Bibracte , 25).

BARRIER et alii, 2016 « La nécropole de la Croix du Rebout à Bibracte : contribution des analyses statistiques et spatiales appliquées au mobilier céramique », in : Actes du colloque de la SFECAG, Autun, 5-8 mai 2016, SFECAG, 2016, p. 157-164.

BECK P., SAINT-JEAN VITUS B., 2018, Le couvent des Cordeliers du mont Beuvray : histoire et archéologie, Glux-en-Glenne , Bibracte, 344 p. xii p. de pl. (Bibracte, 27).

BERRANGER M., 2014, Le fer, entre matière première et moyen d’échange, en France, du VIIe au Ier siècle avant J.-C.  : approches interdisciplinaires, Dijon, Éd. Univ. de Dijon, 382 p., 32 p. de pl. (ouvrage issu d’une thèse soutenue à l’Univ. de Paris 1 en 2009).

BERRANGER M., DUVAL A., SERNEELS V., BAUVAIS S., BEST-MARMET C., CARRARA S., DANIELLISOVÀ A., DEBERGE Y., DELHHOOFS H., DEMIERRE M., DUNGWORTH D., FILIPPINI A., FLOUEST J.-L., JUD P., LE CARLIER DE VESLUD C., LE GOFF E., LEROY M., MAUVILLY M., MENEZ Y., ORENGO L., PARIS P., PERTLWIESER T., PESCHER B., RUFFIEUX M., SOULIGNAC R., VERMEULEN C., WILLERVAL S., ZAOUR N., 2014, « L’organisation spatiale des ateliers de travail du fer (VIIe-Ier s. av. J.-C.) : compte rendu synthétique de deux journées d’étude tenues les 2 et 3 avril 2009 à Bibracte », in : GUICHARD V. dir., Études sur Bibracte, 2. Glux-en-Glenne, Bibracte, p.  275-314 (Bibracte, 24).

BOHARD B., 2014, Élaboration d’un SIG pour Bibracte, Dijon, Univ. de Bourgogne, 129 p. (thèse sous la dir. de Chr.Petit, non soutenue et remplacée par un rapport de recherche validé par Bibracte).

BONENFANT P.-P., BAVAY L., BOYER F., GRUEL K., GUICHARD V., GUILLAUMET J.-P., JACCOTTEY L., LETOR A., OLMER F., WIETHOLD J., 2014, « Fouilles de l’Université libre de Bruxelles à Bibracte (1987-1995) : la Pâture du Couvent, Îlot des Grandes Caves », in : GUICHARD V. dir., Études sur Bibracte, 2. Glux-en-Glenne, Bibracte, p.  9-165 (Bibracte, 24).

BULLIOT J.-G., 1899, Les fouilles du Mont Beuvray (ancienne Bibracte) de 1867 à 1895, Autun, Dejussieu, 2 vol.

COSTA S., 2014, Caractérisation typologique et comparative des éléments de colonne en terre cuite de la domus 1 du Parc aux Chevaux (mont Beuvray, Bourgogne), Dijon, Univ. de Bourgogne, 47 p. (M1, sous la dir. de Fl. Delencre et Ch. Martini).

DESACHY B., DUROST S., GIUDICELLI M., GUICHARD V., 2013, « Rapports scientifiques de fouilles programmées et publications de Bibracte : réflexions, acquis et perspectives », Nouvelles de l’Archéologie, 130, p. 58-64.

CAMIZULI E., 2014, Impact des anciens sites miniers et métallurgiques sur des écosystèmes terrestre et aquatique actuels  : étude comparative de deux moyennes montagnes, le Morvan et les Cévennes, Thèse de doctorat sous la dir. de F. Monna et P. Alibert, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 226-120 p.

DHENNEQUIN L., GUILLAUMET J.-P., SZABÓ M. dir., 2008, L’oppidum de Bibracte (Mont Beuvray, France) : bilan de 10 années de recherches (1996-2005), Budapest, Akadémiai Kiadó, 152 p. (Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 59-1).

DUDA T., 2014, Les meulières gauloises et antiques sur le site du Bois des Mouilles à Saint-Émiland  : étude des ébauches, des carrières et des matières premières au sein du territoire éduen, Dijon, Univ. de Bourgogne, 171 p. (M2, sous la dir. de J.-P. Garcia et L. Jaccottey).

DURAND F., WIETHOLD J., 2014, « Social Status and plant food diet in Bibracte, Morvan (Burgundy, France) », in  : CHEVALIER A., MARINOVA E., PEÑA-CHOCARRO L. dir., Plants and people  : choices and diversity through time, Oxford, Oxbow Books, p. 412-420.

DUVAL A., LACOSTE D., BACKHAUS C., BARRIER S., BERRANGER M., FARGET V., HOZNOUR J., JACCOTTEY L., OLMER F., WIETHOLD J., 2014, « L’atelier de forge à la Porte du Rebout », in : GUICHARD V. dir., Études sur Bibracte, 2. Glux-en-Glenne, Bibracte, p.  231-274 (Bibracte, 24).

GIRAULT J.-P., 2014a, La fontaine de Loulié au Puy d’Issolud : le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum, Glux-en-Glenne , Bibracte, 176 p., 87 ill., 16 pl. (Bibracte, 23).

FAVREAU V., 2014, Reconnaissance sur le terrain des ressources lithiques allochtones employées sur l’oppidum de Bibracte (mont Beuvray, Bourgogne)  : les calcaires jurassiques des côtes beaunoise et châlonnaise, Dijon, Univ. de Bourgogne, 51 p. (M1, sous la direction de Fl. Delencre et J.-P. Garcia).

FICHTL S., GUICHARD V. dir., 2016, « Boom économique chez les Gaulois aux IIIe et IIe siècles avant notre ère », dossier, L’archéologue, 139, automne 2016, p. 3-59.

GUICHARD V., 2013 « Du Beuvray… à Bibracte », in : OLMER F., VIAL E. éd., Le Petit Guillaumet illustré : ouvrage collégial et convivial, p. IV-V.

GUICHARD V. dir., 2014a, Études sur Bibracte, 2. Glux-en-Glenne, Bibracte, 378 p., 275 ill., 27 pl. (Bibracte, 24).

GUICHARD V., 2014b, « Bibracte, point d’orgue des recherches archéologiques de Joseph Déchelette », in  : PÉRÉ-NOGUÈS S. dir., Joseph Déchelette, un précurseur de l’archéologie européenne, Arles, éd. Errance, p. 175-180.

GUICHARD V., 2014c, « 150 years of research at Bibracte  : a national vs. European perspective », in  : von CARNAP-BORNHEIM C. dir., Quo vadis  ? Status and future perspectives of long-term excavations in Europe, Actes du colloque de Schleswig, 26-28 oct. 2011, Neumünster / Hamburg, Wachholtz / Murmann, p. 117-136 (Schriften des Archäologischen Landesmuseums Schleswig , 10).

GUICHARD V., à paraître, « Les oppida, une parenthèse dans l’histoire de l’Europe tempérée ? », in : Pallas, Actes de la journée d’étude organisée par le laboratoire TRACES le 10 déc. 2014 à Toulouse.

GUICHARD V., PARIS P., 2013, « Chronique des recherches sur le Mont Beuvray, 2009-2012 », R.A.E., t. 62-2013, p. 113-155.

GUICHARD V., VAGINAY M., à paraître, Les modèles italiques dans l’architecture des iie-ier s. av. n.è. en Gaule et dans les régions voisines, Bibracte.

HANTRAIS J., 2016, L’occupation du secteur des terrasses PC14 et PC15 de Bibracte à la fin de l’âge du Fer : confrontation des données chronologiques, spatiales et fonctionnelles, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 98 p. (M1, sous la dir. de Ph. Barral).

HERVÉ G., LANOS P., CHAUVIN A., DUFRESNE P., 2014, « Analyses archéomagnétiques au mont Beuvray  : de la construction des référentiels à la datation », in : GUICHARD V. dir., Études sur Bibracte, 2. Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 351-378 (Bibracte, 24).

JACCOTTEY L., 2014, « Expérience de fabrication de meules à partir des recherches menées dans l’est de la France : buts et procédés / Experiencias de fabricación de molinos a partir de las investigaciones realizadas en el Este de Francia : objectivos y procedimientos, Lleida, Univ. de Lleida », Revue d’Archéologie du Ponent, 24, p. 137-155.

JOUFFROY-BAPICOT I., VANNIÈRE B., GAUTHIER E., RICHARD H., MONNA F., PETIT C., 2013, « 7 000 years of vegetation history and land-use changes in the Morvan Mountains (France)  : a regional synthesis », The Holocen, 23 (12), p. 1888-1902.

KASPRZYK M., NOUVEL P., 2011, « Les mutations du réseau routier de la période laténienne au début de la période impériale : apport des données archéologiques récentes », in : REDDÉ M., BARRAL P., FAVORY F., GUILLAUMET J.-P., JOLY M., MARC J.-Y., NOUVEL P., NUNINGER L., PETIT C. dir., Aspects de la Romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 21-48 (Bibracte, 21-2).

KAURIN J., MARION S., BATAILLE G. dir., 2015, Décrire, analyser, interpréter les pratiques de dépôt à l’âge du Fer, Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen, Glux-en-Glenne, 2-3 février 2012, Glux-en-Glenne, Bibracte, 192 p., 96 ill. (Bibracte, 26).

LABAUNE Y., KASPRZYK M., 2015, « Autun / Augustodunum, cité des Éduens », Gallia, 72, p. 195-215.

LACHAMBRE A., 2014, La nécropole de la Croix du Rebout, oppidum de Bibracte : réflexions pour une publication, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 81 p. (M1, sous la dir. de Ph. Barral).

LACHAMBRE A., 2015, La nécropole de la Croix du Rebout : étude des dynamiques spatiales et chronologiques du site, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 131 p. (M2, sous la dir. de Ph. Barral).

LACHAMBRE A., BARRIER S., BARRAL P., FLOUEST J.-L., 2016, « La nécropole de la Croix du Rebout à Bibracte (Saône-et-Loire - Nièvre) : contribution des analyses statistiques et spatiales appliquées au mobilier céramique », in : Actes du congrès de la SFECAG, Autun, 2016, p. 157-164.

LANDOIS R., 2013, Les ressources lithiques employées sur l’oppidum de Bibracte (mont Beuvray, Bourgogne)  : synthèse et reconnaissance sur le terrain, Dijon, Univ. de Bourgogne, 49 p. (M1, sous la dir. de F. Delencre et de J.-P. Garcia).

LUGINBÜHL T., 2015, « Les graffites sur céramique de Bibracte (dép. Nièvre/Saône-et-Loire / F) : apports linguistiques, onomastiques et anthropologiques », in : SCHOLZ M., HORSTER M., Lesen und schreiben in den römischen Provinzen, Akten des 2. internationalen Kolloquiums von DUCTUS, RGZM Mainz, 15.-17. Juni 2011, Mainz, Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz, p. 59-65 (RGZM – Tagungen, 26).

LUGINBÜHL T., LANTHEMANN F., HOZNOUR J., GRUEL K., LEGER C., 2014, « La Pierre et le Theurot de la Wivre : résultats de cinq campagnes de recherche (2003-2007) sur un des sommets du mont Beuvray », in : GUICHARD V. dir., Études sur Bibracte, 2. Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 167-230 (Bibracte, 24).

LUGINBÜHL T., MEYLAN F., GUICHARD V., BARRIER S., CLÉMENT B., DELENCRE F., FOCHESATO A., MARTINI C., TIMÁR L., à paraître, « Les maisons de tradition méditerranéenne de Bibracte : techniques et matériaux, types architecturaux, organisation spatiale et fonctions », in : Guichard V., Vaginay M. dir., Les modèles italiques dans l’architecture des IIe-Ier s. av. n.è. en Gaule et dans les régions voisines, Bibracte.

LUKAS D., 2014, « A historical-semantic approach to the concept of ‘oppidum’ : the exemple of Bibracte », in  : FERNÁNDEZ-GÖTZ M., WENDLING H., WINGER K. dir., Paths to complexity : centralisation and urbanisation in Iron Age Europe, Oxford, Oxbow Books, p. 84-100.

METZLER J., GAENG C., MÉNIEL P., DARBLADE-AUDOIN M.-P., GASPAR N., HOMAN L., KREMER G., METZLER-ZENS N., 2016, L’espace public du Titelberg, Luxembourg, Centre national de la Recherche archéologique, 971 p. (Dossiers d’Archéologie du CNRA, 17).

MILO P., GOLÁŇOVÁ P., GRÜNSEISEN J., KOVÁR B., MEUNIER A., MURÍN I., TENCER T., VÁGNER M., ZEMAN J., « On the trail of Caesar and Vercingetorix  : survey in the Bibracte oppidum, Mont Beuvray (France) », Archaeologia Polona, 53, p. 319-323 (Warszawa, Ossolineum, 2015).

mOORE T., PONROY c., 2014, « What’s in a wall  ? Considerations on the role of open settlements in late La Tène Gaul », in  : FERNÁNDEZ-GÖTZ M., WENDLING H., Winger K. dir., Paths to complexity  : centralisation and urbanisation in Iron Age Europe, Oxford, Oxbow Books, p. 84-100.

MOORE T., BRAUNE A., CREIGHTON J., CRIPPS L., HAUPT P., KLENER I., NOUVEL P., PONROY C., SCHÖNFELDER M., 2013, « Oppida, agglomerations and suburbia : the Bibracte environs and new perspectives on Late Iron Age urbanism in Central-Eastern France », European Journal of Archaeology, 16 (3), p. 491-517.

PAQUET C., 2015, Le mobilier céramique de la phase 2 du chantier PC14, Bruxelles, Univ. libre de Bruxelles, 116 p. (M2, sous la dir. de L. Bavay).

PAUNIER D., LUGINBÜHL T. dir., 2004, Le site de maison 1 du Parc aux Chevaux (PC1) : des origines de l’oppidum au règne de Tibère, Glux-en-Glenne, Bibracte, 472 p., 350 ill., 7 pl. coul. h.t. (Bibracte, 8).

PEQUINOT C., PICARD G., PASQUET A., FISCHER B., MEISSONNIER J., 1996, « Le sanctuaire des sources de l’Yonne, commune de Glux – Nièvre », R.A.E., t. 47-1996, p. 209-231.

PIETERS M., 2013, Les outils comme traceurs des activités de transformation des métaux, Dijon, Univ. de Bourgogne, 175 p. (thèse de doctorat sous la dir. de J.-P. Guillaumet).

POUX M., DEMIERRE M. dir., 2015, Le sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme, Auvergne) : vestiges et rituels, Paris, CNRS éd., vii-707 p. (62ème suppl. à Gallia).

Programmation 2016 = Conseil national de la recherche archéologique : programmation nationale de la recherche archéologique, Paris, Min. de la Culture et de la Communication.

REDDÉ M., 2015, « Les capitales des cités gauloises, simulacra Romae ? », Gallia, 72, p. 1-17.

RIECKHOFF S., 2014, « Space, architecture and identity in Gaul in the 2nd/1st centuries BC », in : FERNÁNDEZ-GÖTZ M., WENDLING H., WINGER K. dir., Paths to complexity : centralisation and urbanisation in Iron Age Europe, Oxford, Oxbow Books, p. 101-110.

RIECKHOFF S., HOPPADIETZ R. à paraître, « L’architecture pré-romaine aux abords de la basilique de Bibracte », in : GUICHARD V., VAGINAY M. dir., Les modèles italiques dans l’architecture des IIe-Ier s. av. n è. en Gaule et dans les régions voisines, Bibracte.

SOICHET J., 2014, Les amas d’amphores à Bibracte  : étude des processus taphonomiques, des modes de constitution et de dépôt, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 65 p. (M1, sous la dir. de Ph. Barral et F. Olmer).

SOICHET J., 2015, Les amas d’amphores à Bibracte (mont Beuvray) : étude des processus taphonomiques et des différents types de dépôts, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 93 p. (M2, sous la dir. de Ph. Barral et F. Olmer).

SOUDRY A., 2013, Les ressources lithiques employées sur l’oppidum de Bibracte (mont Beuvray, Bourgogne)  : étude des pierres utilisées dans les maçonneries antiques, Dijon, Univ. de Bourgogne, 65 p. (M1, sous la dir. de F. Delencre et de J.-P. Garcia).

SZABÓ M., TIMÁR L., SZABÓ D. à paraître, « La basilique de Bibracte et son environnement », in  : Guichard V., Vaginay M. dir., Les modèles italiques dans l’architecture des IIe-Ier s. av. n.è. en Gaule et dans les régions voisines, Bibracte.

TEEGEN W.R., 2013, « Ein bemerkenswerter spätlatènezeitlicher bis frühaugusteischer Grabbefund aus Bibracte », in : BERKE S., MATTERN t. Hrsg., Römische Gräber augusteischer und tiberischer Zeit im Westen des Imperiums, Akten der Tagung vom 11. bis 14. Nov. 2010 in Trier, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 217-228 (Philippika - Wiesbaden, 63).

TIMÁR L., CZAJLIK Z., PUSZTA S., HOLL B., 2013, « 3D reconstructions using GPR data at the Mont Beuvray », Dissertationes Archaeologicae, Ser. 3. 1, p. 113-120.

(http://dissarch.elte.hu/index.php//dissarch/article/view/204).

Van ANDRINGA W., 2015, « Le cens, l’autel et la ville chef-lieu : Auguste et l’urbanisation des Trois Gaules », Gallia, 72, p. 19-33.

WILCZEK J., MONNA F., BARRAL P., BURLET L., CHÂTEAU C., NAVARRO N., 2014, « Morphometrics of Second Iron Age ceramics : strengths, weaknesses, and comparison with traditional typology », Journal of Archaeological Science, 50, p. 39-50.

(http://dx.doi.org/10.1016/j.jas.2014.05.033).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Mont Beuvray. Localisation des chantiers de fouille actifs entre 2013 et 2016 (DAO : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 2. Mont Beuvray. Étendue des secteurs de l’oppidum couverts par les prospections géophysiques entre 2011 et 2016 (DAO : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 3. Mont Beuvray. Exemple de profil géoélectrique levé sur la fortification ‘extérieure’ de l’oppidum avec des électrodes espacées de 1 m (P. Brengel, 2013), comparé au profil relevé en fouille à proximité (O.H. Urban, 1997).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 4. Mont Beuvray. La Côme Chaudron et le Champlain. Compilation des structures repérées par les prospections géomagnétiques entre 2011 et 2015 (P. Milo).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 5. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Exemple de cartographie des structures enfouies issue des prospections au géoradar (P. Milo ; pour l’interprétation, cf. infra, fig. 14).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 6. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux. Compilation des structures repérées par les prospections géophysiques entre 2011 et 2016 (P. Milo).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 7. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux. Plan de l’ensemble PC8 (en haut, d’après F. Meylan) et plan complété et ajusté à partir des prospections géophysiques de P. Milo (en bas, A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 8. Mont Beuvray. La Chaume. Compilation des structures repérées par les prospections géophysiques entre 2011 et 2016 et zoom sur une zone prospectée au géoradar (P. Milo).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 9. Mont Beuvray. Le Champlain. Localisation de la zone de fouille 2013-2016 (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 10. Mont Beuvray. Le Champlain. Vues vers le nord-est de la cave maçonnée (en haut) et vers le nord-ouest (en bas) de la cave boisée partiellement fouillée (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm ; clichés : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 11. Mont Beuvray. Le Champlain. Plan d’ensemble des vestiges observés sur la fouille de 2013-2016 (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 12. Mont Beuvray. Le Champlain. Interprétation provisoire du système de terrasses observé en amont de l’avenue (T. Bochnak, P. Goláňová, G. Hamm).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 13. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Plan d’ensemble actualisé à l’issue de la campagne 2016 et localisation des secteurs sondés entre 2013 et 2016 (A. Meunier, P. Paris, L. Timár).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 14. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Compilation des structures enfouies relevées par prospection géophysique (cf. fig. 5 ; P. Milo, Z. Czajlik).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 15. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Orthophotoplans du mur de façade méridional de l’îlot et de son doublage vers l’extérieur (A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 16. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Plans de détail des secteurs sondés en 2016. a. Sondage 1, angle nord-ouest du péristyle de la cour orientale de l’îlot ; b. sondage 2, partie méridionale de la domus (A. Meunier, L. Timár).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 17. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Relevé géophysique de la cour orientale (coupe horizontale au géoradar à la profondeur d’environ 2,2-2,4 m) (P. Milo) et localisation et résultats du sondage 2 de 2016 (A. Meunier, L. Timár).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 18. Mont Beuvray. La Pâture du Couvent. Plan actualisé du premier état maçonné de l’îlot des Grandes Forges à l’issue de la campagne 2016 (A. Meunier, L. Timár).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 19. Mont Beuvray. La domus PC1. Plan actualisé du dernier état à l’issue de la campagne 2016 avec la typologie des traitements de sol des différentes pièces (C. Martini, E. Hamon ; DAO : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 20. Mont Beuvray. Les domus PC1 et PC2. Vue d’ensemble vers l’est du secteur fouillé à l’issue de la campagne 2016 ; au premier plan, l’angle nord-est de la domus PC2 (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 21. Mont Beuvray. La domus PC1. Plan détaillé de la partie méridionale fouillée entre 2013 et 2016 (DAO : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 22. Mont Beuvray. La domus PC1. Vue zénithale de la mosaïque dégagée en 2014 dans le triclinium B (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 23. Mont Beuvray. La domus PC1. Vue vers le sud-est de la pièce I et du conduit hydraulique affleurant au niveau du sol de la pièce (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 24. Mont Beuvray. La domus PC1. Vue vers le nord-ouest de l’angle sud-est de la pièce I, montrant les deux branches du conduit hydraulique, l’un (à gauche) qui longe les pièces I et J par la sud, l’autre qui traverse le mur et se poursuit vers le nord-ouest en direction du péristyle (C. Martini, E. Hamon ; cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 25. Mont Beuvray. La domus PC2. Comparaison entre les résultats des prospections géomagnétique (a) et géoradar (b), le relevé de la fouille de 1882 (c) et les observations de la fouille de 2016 (d) (géophysique : P. Milo ; fouille du XIXe siècle : J.-G. Bulliot ; fouille de 2016 : C. Martini, E. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 26. Mont Beuvray. La domus PC2. Plan détaillé de l’angle nord-est fouillé à l’issue de la campagne 2016 (C. Martini, E. Hamon ; DAO : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 27. Mont Beuvray. La domus PC2. L’escalier de la cave [8635] vu vers l’est, tel que dégagé en 1882 avec J.-G. Bulliot posant en haut de celui-ci (cliché A. Maillier, tiré du Livre d’Or de Jacques-Gabriel Bulliot, Album des visiteurs du Beuvray, Société éduenne).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 28. Mont Beuvray. La domus PC2. L’escalier de la cave [8635] vu vers l’est, redégagé en 2016 (la coupe située à droite est celle des remblais issus de la fouille du XIXe siècle) (cliché : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 29. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux et Le Theurot de la Roche. Plan de localisation des chantiers à l’issue de la campagne 2016. A : Ph. Barral, M. Joly, M. Thivet et P. Nouvel (2011) ; B : Th. Luginbühl, P. Brand, F. Lanthemann et J. Bernal (2008-2016) ; C : B. Hausmair (2012) ; D : Ph. Barral, M. Joly, M. Thivet et P. Nouvel (2012-2016) ; E : L. Bavay, E. Camurri, A. Fochesato, A. Letor, F. Martin, D. Vitali (2002- 2005 / 2008-2016).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 30. Mont Beuvray. Le Parc aux Chevaux et Le Theurot de la Roche. Vue d’ensemble des chantiers à l’issue de la campagne 2016 (cliché : P. Nouvel).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 31. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Les différents états de construction observés (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 32. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vues vers le sud du bâtiment PS18 (b) et PS16 (a) se succédant (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; clichés : (a) équipe de fouille et (b) A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 33. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vue vers l’ouest du bâtiment PS19 avec au centre, l’un des puits de mine en cours de fouille (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 34. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Plans et profils comparés des constructions excavées PS1 et PS19, avec l’indication de leur mode commun de construction géométrique (PS1 : Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; PS19 : Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; étude métrologique : A. Fochesato ; DAO et orthophotographie : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 35. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vue vers le nord de la partie occidentale du bâtiment PC40 (Th. Luginbühl, P. Brand et J. Bernal ; cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 36. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Plan et profil des puits de mine 2396 et 2474 (B. Cauuet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 37. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche. Vue zénithale des puits de mine 2396 et 2474 en fin de campagne 2016 (fouille et cliché : B. Cauuet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 38. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Orthophotographie du chantier à la fin de la campagne 2016 (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; orthophotographie : M. Thivet et Q. Verriez).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 39. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Coupe stratigraphique et schématisation des systèmes de remblais dans l’angle nord-est de l’enclos pour la mise en place de la plate-forme (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 40. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Les différents états de construction observés (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; DAO : J. Hantrais).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 41. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Vues des vestiges du murus gallicus (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet) : a. Négatifs des poutres perpendiculaires du murus gallicus ; b. remplissage limoneux marquant l’emplacement d’une pièce de bois longitudinale ; c. négatif de la pièce de bois avec un clou encore en place (clichés : équipe de fouille).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Fig. 42. Mont Beuvray. Enclos PC15 du Parc aux Chevaux. Clous du murus gallicus (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet ; DAO : V. Taillandier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 43. Mont Beuvray. Enclos PC14 et PC15 du Parc aux Chevaux. Élévations des murs d’enclos septentrionaux des deux plates-formes, rythmées par des pilastres engagés en granite (Ph. Barral, M. Joly, P. Nouvel, M. Thivet, L. Bavay, A. Fochesato, F. Martin, D. Vitali) : a. élévation de la façade nord de PC14 (DAO : A. Fochesato) ; b. façade nord de PC15 (relevé photogrammétrique, clichés et traitements : M. Thivet et Q. Verriez) ; c. vue de détail de l’un des pilastres de PC14 mis au jour en 2010 (cliché : L. Bavay) ; d. vue de détail de l’un des pilastres de PC15 mis au jour en 2016 (cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 44. Mont Beuvray. Enclos PC14 du Parc aux Chevaux. Les différents états de construction observés (L. Bavay, A. Fochesato, F. Martin, D. Vitali).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 45. Mont Beuvray. Enclos PC14 du Parc aux Chevaux. Stratigraphie et vue vers l’est du secteur nord-est, avec au premier plan la rue qui contourne l’angle sud-est de PC15 (L. Bavay, A. Fochesato, F. Martin, D. Vitali ; DAO et cliché : A. Fochesato).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 46. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche et les enclos PC14 et PC15 du Parc aux Chevaux. Les différents états de construction observés (Ph. Barral, L. Bavay, J. Bernal, P. Brand, B. Cauuet, A. Fochesato, M. Joly, Th. Luginbühl, F. Martin, P. Nouvel, M. Thivet, D. Vitali).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 47. Mont Beuvray. Le Theurot de la Roche et les enclos PC14 et PC15 du Parc aux Chevaux. Densité de quelques catégories de mobilier par chantier.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 48. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. Localisation des zones étudiées entre 2012 et 2014 (fond LIDAR et © IGN). Carte de synthèse des observations sur les voies d’accès à l’oppidum de Bibracte, de 2012 à 2015 (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 49. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. Synthèse des indications disponibles sur le réseau de voies contemporaines de Bibracte à la charnière de l’âge du Fer et de l’époque romaine (tracés attestés et tracés présumés ; fond Scan 25 ® © IGN), localisation de la zone 4 étudiée en 2014 et vue d’une agglomération routière d’époque romaine repérée par photographie aérienne (Bd Ortho ® © IGN ; P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Fig. 50. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. En haut : cartographie des objets découverts au détecteur à métaux à l’est du musée (zone 5) sur fond Lidar (ombrage 315°/45°) ; en bas (zone 4) : résultat des prospections magnétiques menées au carrefour de l’Échenault (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 51. Mont Beuvray. Prospection des voies d’accès à l’oppidum. Carte de synthèse des observations sur les voies d’accès à l’oppidum de Bibracte, de 2012 à 2015 (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka). Analyse des voies anciennes sur le flanc nord du mont Beuvray (zone 1) ; cartographie des points de découverte d’objets métalliques au-delà des Grandes Portes, au sud-ouest du mont Beuvray (zone 2) ; et cartographie des points de découverte d’objets métalliques en aval de la fontaine Saint-Martin (zone 3), sur la pente orientale du mont Beuvray (P. Haupt, I. Klenner, F. Nikulka).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig. 52. Les Sources de l’Yonne. Étendue du site et localisation du sanctuaire d’après les prospections et localisation des sondages effectués entre 2007 et 2016 (T. Moore, R. Hoppadietz ; fond Scan 25 ® © IGN).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 53. Les Sources de l’Yonne. Localisation des sondages de 2016 et comparaison du plan des années 1980 avec celui de 2016 réajusté par rapport aux nouveaux sondages et aux prospections géophysiques (T. Moore, R. Hoppadietz ; DAO : A. Meunier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 54. Les Sources de l’Yonne. Résultat de la prospection géomagnétique de 2016 (P. Milo, magnétogramme, Foerster Ferex, -4/4 nT, noir/blanc) complété par le plan des structures archéologiques fouillées et l’interprétation des anomalies identifiées.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 55. Les Sources de l’Yonne. Vue zénithale du sondage de 2016 sur le fanum III (T. Moore, R. Hoppadietz ; cliché : A. Maillier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 56. Mont Beuvray. Séquence chronologique de PC1 (d’après PAUNIER, LUGINBÜHL, 2004, ill. 4.2, p. 40).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 58. Mont Beuvray. Les étapes du développement de l’occupation du Mont Beuvray au Ier s. av. n.è., telles qu’elles sont évoquées au musée de Bibracte depuis 2013.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 59. Mont Beuvray. Diagramme cumulatif des séquences dendrochronologiques datées de l’oppidum (Fr. Blondel 2016). Les 121 séquences correspondent toutes à des pièces de bois de chêne.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10629/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Guichard, Arnaud Meunier et Pascal Paris, « Chronique des recherches sur le Mont Beuvray : 2013-2016 », Revue archéologique de l’Est, T. 67-2018 | 2019, 151-211.

Référence électronique

Vincent Guichard, Arnaud Meunier et Pascal Paris, « Chronique des recherches sur le Mont Beuvray : 2013-2016 », Revue archéologique de l’Est [En ligne], T. 67-2018 | 2019, mis en ligne le 26 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rae/10629

Haut de page

Auteurs

Vincent Guichard

Directeur général et directeur scientifique. Bibracte, Centre archéologique européen, 58370 Glux-en-Glenne ; recherche@bibracte.fr

Articles du même auteur

Arnaud Meunier

Archéologue-géomaticien. Bibracte.

Pascal Paris

Adjoint au directeur scientifique et responsable du service recherche. Bibracte.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page