Navigation – Plan du site
Articles

Les vestiges antiques de l’Angélique à Lyon 5e

Michel Lenoble
p. 227-248

Résumés

Parmi les nombreux édifices antiques encore en élévation à Lyon, l’Angélique est sans doute le plus méconnu. Souvent mentionnés dans la littérature, les vestiges ont d’abord été interprétés comme un ergastule, un temple et enfin comme le château d’eau terminal de l’aqueduc du Gier. À l’occasion d’une récente campagne de restauration par les Monuments historiques, des relevés et des sondages archéologiques ont été réalisés. Si à l’issue de ces travaux, l’édifice antique est mieux caractérisé, il ne peut plus être défini comme un château d’eau, mais son interprétation demeure incertaine. Il semble vraisemblable que les vestiges puissent être attribués à deux édifices antiques distincts : l’un supporté par des voûtes pourrait être lié à un usage hydraulique et l’autre, constitué par les élévations encore aujourd’hui visibles, serait un bâtiment public d’usage indéterminé.

Haut de page

Texte intégral

1. Un édifice mal connu

  • 1 Cette opération a été réalisée avec la collaboration de Mathilde Aulas, Priscille Chapuis, Anne Fla (...)

1À Lyon, parmi les vestiges antiques aujourd’hui encore en élévation, l’édifice de l’Angélique est sans doute le plus méconnu. En effet, situés à la pointe de l’éperon de Fourvière, au n° 12 de la rue Nicolas de Lange, dans une propriété privée close de hauts murs, les vestiges ne s’offrent aux regards des passants qu’en pénétrant dans la cour1 (fig. 1, 2 et 3).

Fig. 1. Plan de localisation de l’édifice dans Lyon. DAO M. Lenoble.

Fig. 2. Vue de la face ouest de l’édifice. Cliché A. Flammin.

  • 2 E. Vial doute que la maison de Nicolas de Langes servît à réunir les académiciens. Trop rustique po (...)

2Pourtant, dès le XVIe siècle, les auteurs anciens ont souvent cité l’Angélique, sans doute parce que c’était la propriété de Nicolas de Langes (1525-1606), collectionneur et érudit, qui y avait amassé de nombreuses sculptures et inscriptions et où se seraient réunis les académiciens de Lyon (FORTIS, 1821, p. 352-356 ; ARTAUD, 1846, p. 19)2.

Fig. 3. Vue de la face est de la paroi occidentale prise du nord. Cliché M. Lenoble.

3Ce n’est pas la collection d’antiquités présente encore en partie dans la propriété qui nous intéresse aujourd’hui, mais les vestiges qui se dressent dans la cour et le jardin de la maison actuelle.

4Dans le cadre du programme collectif de recherches « Atlas topographique de Lugdunum » (LENOBLE et alii, 2001-2014), l’élaboration de la notice relative à la feuille d’atlas concernée nécessitait de documenter l’édifice de l’Angélique dont le seul plan détaillé publié remontait au XIXe siècle (CHENAVARD, 1850, pl. 7, fig. 19) (fig. 4).

Fig. 4. Plan de l’Angélique par A.-M. Chenavard (CHENAVARD, 1850, pl. 7, fig. 19. Archives municipales de Lyon, 1C 450434). Le nord est en bas.

5Sur le plan scénographique de Lyon (aux alentours de 1550), la propriété de l’Angélique n’est pas mentionnée, mais elle est figurée, surmontée d’une croix, au nord d’une petite maison enclose légendée le Capot (fig. 5). De 1552 à 1558, Nicolas de Langes, neveu de Claude Bellièvre, Conseiller du Roi, lieutenant particulier en la Sénéchaussée de Lyon, constitua, grâce à une série d’acquisitions, le domaine qui était appelé « Crocte Ronde » et qui prit plus tard, par un jeu de mots, le nom de son propriétaire : l’Angélique (fig. 6).

Fig. 5. Extrait du plan scénographique, ‘Le Capot’. Archives municipales de Lyon, 2 S Atlas 3. Le nord est à droite.

6Nicolas de Langes acheta du chapitre de Fourvière en 1552 certaines vieilles masures désignées dans des actes comme mura sou crocta in loca Forverii existas appellata la crocta ronde sises sur le chemin de Fourvière à Saint-Paul. De Langes acquit ensuite, entre 1555 et 1558, une série de terrains contigus avec le précédent : de Bertrand du Liège, plumassier, une vigne, une petite maison sous la Crocte Ronde ; de Gabriel de Russy, armurier du Roi, une autre vigne sise sous la Crocte Ronde ; de divers, d’autres lopins joignant les premiers et enfin du chapitre de Fourvière « une place et herme vacants près de l’église » (VIAL, 1937).

Fig. 6. Extrait du Plan de la « Partie du territoire de Montagnieu, à présent de Thunes, en 1677 ». Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon, 10 G 1710.

7À une date précise inconnue, entre 1586 et 1627, sur l’emplacement des anciennes maçonneries le président de Langes fit édifier la maison de l’Angélique (VIAL, 1946, p. 261-263).

  • 3 Bibliothèque municipale de Lyon, Fonds Coste 259.

8À la mort de Nicolas de Langes, le domaine revint à sa fille Louise, femme de Balthazar de Villars. En 1630, la propriété fut transmise à la famille Sève puis, en 1669, à Jean-André Mascrany, seigneur de Thunes. En 1724, Philippe Billion, marchand et ouvrier en soie, agrandit encore le domaine (VIAL, 1937, p. 7). La vue de Lyon dessinée par François Cléric (ca. 1716-1723) montre la maison de l’Angélique surmontée d’une tour carrée (fig. 7). Un autre bâtiment situé à proximité, au sud, est lui aussi représenté en forme de tour carrée3.

Fig. 7. « Vue d’une partie de la ville de Lyon, dessignée dans la maison de MM. les chanoines réguliers de St-Antoine » par François Cleric, gravée par François de Poilly [ca. 1716-1723]. Bibliothèque municipale de Lyon, fonds Coste 259. Le nord est à droite.

9Catherine Billion succéda à Philippe Billion et loua la maison au vigneron Laurent Nicolas. Ils firent aménager en 1772 « au bas de l’Angélique du côté ouest et sur d’anciennes substructions romaines en forme de trapèze » le bâtiment appelé pavillon Nicolas, ou pavillon Billion (VIAL, 1937, p. 8) (fig. 8).

Fig. 8. Gravure du pavillon Gay, ou Nicolas, archives du Musée d’art religieux à Fourvière. Ce pavillon était situé le long de la montée Nicolas de Lange.

  • 4 Archives départementales du Rhône, 3 E 34675.

10La propriété fut vendue en 18614 à un négociant en tulles, Pierre Gay, qui ouvrit, dans la partie basse du terrain, le long de la montée, un jardin public payant, le passage Gay, dans lequel de nombreuses antiquités étaient exposées (fig. 9) (PÉLADAN, 1864, p. 104-105). La maison fut ensuite louée à un cuisinier réputé, le sieur Moret, qui y installa une auberge, où il avait fait aménager de vastes salles à manger destinées aux pèlerins de Fourvière (fig. 10).

Fig. 9. Antiquités du Passage Gay en 1935, Carte postale, Archives départementales et métropolitaines du Rhône et du Grand-Lyon, 11 FI 1827 (DR). Au fond on voit le pavillon Gay.

  • 5 Cet observatoire était situé le long de la montée des Anges (VIAL, 1937, p. 9).

11Pierre Gay racheta certaines parcelles du domaine aliénées par ses prédécesseurs et revendit, en 1868, l’ancienne maison de Langes et son jardin (VIAL, 1937, p. 9). À l’occasion de l’exposition universelle de Lyon de 1872, Pierre Gay décora d’un clocheton chinois un petit édicule élevé sur la terrasse servant d’observatoire5 et en 1874, il bâtit plus au sud, face au Mont d’Or, un chalet restaurant (ibid., p. 9-10).

Fig. 10. L’observatoire Gay et le restaurant Moret (PÉLADAN, 1864, p. 557).

  • 6 Archives départementales du Rhône, 3 Q 35204.
  • 7 Demande d’autorisation de construction par M. Colonge, datée du 6 février 1892, Archives municipale (...)

12Après la mort de Pierre Gay, le 3 avril 18786, son fils Marius fit construire en 1894 la tour métallique7, à la base de laquelle se tenait un restaurant (fig. 11). La tour fut ensuite vendue en 1953 pour servir de relais de télévision et de communication, comme c’est encore sa fonction aujourd’hui.

Fig. 11. La tour métallique, au début XXe s. Carte postale collection particulière (DR). La maison de l’Angélique, avec ses deux petites tours, se trouve à gauche de la tour métallique.

  • 8 Plan cadastral daté de 1831 : section Q dite de Fourvière, 4e feuille, parcelle 358, Archives dépar (...)

13Le plan cadastral de Lyon, levé en 1831, ainsi que le plan parcellaire au 1/ 500 de 1880, révèlent le bâtiment construit à l’emplacement de l’édifice antique8. C’est une maison avec une petite cour servant d’entrée sur la rue et présentant au nord, une abside (fig. 12). Les cartes postales du début du XXe siècle montrent la partie nord de la maison en forme d’abside et surmontée de deux petites tours carrées accolées (fig. 11 et 26).

Fig. 12. Plan parcellaire de Lyon, 1880, au 1/500, secteur 149, Archives municipales de Lyon, série 4S, parcelle 85. Le nord est à droite.

  • 9 TARDY, archives des Musées Gadagne, N. 1938.

14Le plan dressé par Jules Tardy9 intitulé « Documents pour servir à l’établissement d’un plan gallo-romain de la ville de Lyon », établi en 1930 sur le plan général de la ville, édition de 1928, comporte des annotations manuscrites au crayon à l’emplacement de l’Angélique : l’abside est indiquée ‘mur antique’, et les caves sont dessinées au nombre de cinq ; deux s’étendent sous la rue Nicolas de Lange et sont bordées à l’est par un égout (fig. 13).

Fig. 13. Plan de J. Tardy « Documents pour servir à l’établissement d’un plan gallo-romain de la ville de Lyon » établi en 1930 sur le plan général de la ville, édition de 1928. Archives des Musées Gadagne, N 1938. Les nos 28 et 29 correspondent aux découvertes de mosaïques lors de travaux.

  • 10 Portail IGN, « remonter le temps.ign.fr », missions du 20-08-1947 et du 26-06-1954.

15Les photographies aériennes consultées sur le site de l’IGN, datées d’août 1947, montrent qu’à cette date la maison existe encore, et celles de juin 1954 révèlent qu’elle a été démolie ; à son emplacement, on distingue des massifs de végétaux10. Plus récent, le plan général de la ville levé en 1970 représente les vestiges antiques traversés par un chemin permettant d’accéder à la terrasse basse de la propriété.

2. Des vestiges diversement interprétés par les auteurs anciens

16Les érudits et historiens des siècles passés ont tout d’abord interprété l’Angélique comme la prison d’un palais.

17Jacob Spon en 1675, écrivait, à la suite d’une remarque sur Fourvière, que « dans la maison de Monsieur de Sève, qui n’en est pas éloignée [de l’église de Fourvière], il y a encore quelques masures et arcades antiques » (SPON, 1675, p. 55).

  • 11 Il semblerait que C.-F. Menestrier assimile la Crocte Ronde avec le Capot. Joseph Pointet, qui a tr (...)

18Le Père Claude-François Ménestrier mentionne en 1696 « une maison qui s’est nommée l’Angélique, pour avoir esté à Messieurs de Langes, où se voyent encore à présent plusieurs inscriptions & où sont de grandes caves voûtées sans aucune ouverture pour leur donner du jour, parce que c’estoient les Ergastules où l’on enfermoit de nuit les esclaves […]. C’est ce qui fit donner à cette maison le nom de Capot qu’elle a sur quelques vieilles cartes, parce qu’un capot en langue vulgaire est un cachot » (MÉNESTRIER, 1696, p. 7)11. Il précise plus loin « le palais […] occupait tout l’espace qui est depuis l’église de Fourvière, jusqu’au bâtiment des religieuses de la Visitation, dites de l’Antiquaille et jusqu’à la maison dite de l’Angélique, où se voyent encore les prisons de cet ancien palais et plusieurs voûtes souterraines » (ibid., p. 15).

19Plus loin encore, C.-F. Ménestrier mentionne des inscriptions qui sont conservées à l’Angélique : « En voici quelques-unes, qui sont auprès de Fourvière dans une maison nommée l’Angélique, parce qu’elle appartenoit à Mr De Langes, lieutenant général de cette ville, à qui nous devons la conservation de plusieurs de ces monuments, qui se voyent encore de la Maison des RRPP Trinitaires qui était anciennement la maison des Bellièvres, et successivement des De Langes » (MÉNESTRIER, 1696).

  • 12 Si l’on considère la mesure du pied de France en usage à l’époque, soit 32,48 cm, les dimensions de (...)
  • 13 F. Artaud indique que la maison Olivier est celle qui a appartenu ensuite à l’abbé Caille (ARTAUD, (...)

20Guillaume-Marie Delorme (1700-1782, architecte et ingénieur hydraulicien) avance en 1760, pour la première fois, l’interprétation des ruines comme réservoir d’aqueduc. Il fait une description très précise des caves, mais ne dit rien sur les vestiges en élévation : « Le grand réservoir de la maison Angélique, dont l’évier est couvert de terre, étoit supporté par plusieurs voûtes en berceaux dans la direction du nord au midi, séparées par des murs de refends de deux pieds et demi. Il reste encore cinq de ces voûtes de la longueur de 21 pieds et de 11 pieds et demi de largeur dans œuvre12.
Elles sont à plain cintre, construites en moellons, avec des cours de briques en voussoirs dans les distances de 10 pouces et demi ou d’un pied romain, le tout sans être cimenté. La décharge sur un pied et demi de largeur voûtée sur quatre pieds de hauteur subsiste dans un mur de sept pieds et demi d’épaisseur à l’orient de ces voûtes. L’eau y descendoit par un puits d’un pied et demi en quarré qui joint le mur de midi qui a plus de dix pieds d’épaisseur. Cette décharge est sous le chemin qui sépare la maison Angélique d’avec le jardin de la maison de Madame Olivier appartenant au ci devant M. Decombles. L’on y trouva quantité de tuyaux de plomb, ainsi que je l’ai déjà rapporté d’après le père Decolonia
13. Cet auteur n’ayant aucune connaissance de ce réservoir que j’ai découvert et auquel ces tuyaux étaient destinés pour distribuer l’eau dans le palais et dans les jardins de l’empereur Claude. C’est à cet ouvrage des Romains que je termine à présent mes recherches sur l’aqueduc du Mont Pila qui peuvent servir d’ébauche pour un ouvrage complet » (DELORME, 1760, p. 59-60).

21Antoine-François Delandine (1756-1820), n’adhère pas à la thèse de réservoir d’aqueduc. La découverte, avant 1780, d’une tête de statue casquée de Mars et d’un fragment d’inscription, lui font avancer que la maison de l’Angélique était un ancien temple dédié à Mars : « la statue de ce dieu trouvée près de cet édifice en prouve la destination. […] Les voûtes qui sont en dessous de cet édifice & qui s’étendent au loin, les arcades & les ceintres qui supportent le bâtiment moderne, annoncent un temple de la plus haute antiquité. […] Dans la maison de l’Angélique, on a trouvé plusieurs inscriptions de Flamines. […] C’est près de l’Angélique qu’on a découvert, au commencement de ce siècle [le XVIIIe siècle] l’inscription d’un vœu fait à Mars […] par un Decimius » (DELANDINE, 1780, p. 62-71 ; DARBLADE-AUDOIN, 2006, NEsp Lyo AI.005*, p. 172 ; ARTAUD, 1846, p. 66).

22Jean Rondelet (1743-1829, architecte), reprend en 1821 quasi intégralement la description de Delorme. Il est lui aussi persuadé que le réservoir de fuite de l’aqueduc communiquait l’eau au réservoir de la maison Angélique (RONDELET, 1821, p. 31-33).

23François Artaud reproduit lui aussi les informations données par ses prédécesseurs : « On prétend qu’il existe, dans une vigne, près de l’église, une crypte ronde et un lieu appelé vulgairement les Salles, qui pourrait bien être celui que nous avons désigné sous le nom de château d’eau ». Il ajoute (p. 9-10) : « Lorsque M. l’abbé Caille a fait miner pour asseoir dans une position magnifique les fondements de son pavillon, il a reconnu dans son jardin un grand espace de terrain, ou plutôt une plateforme soutenue par des piliers énormes qui formaient des galeries souterraines. Il a remarqué, à fleur de terre, les restes d’une muraille très épaisse qui a dû faire partie d’un palais considérable contigu aux ruines du château d’eau qui reposait sur des voûtes (1) qu’on retrouve encore dans le pavillon Billon [sic]. Ce local a appartenu à la famille de Sève, ensuite aux Mascrani. Le réservoir dont l’évier couvert de terre laissait échapper ses eaux dans un puits d’un pied et demi en carré qui a été rétabli. Là était le terme de nos aqueducs qu’ont dit avoir été commencés par Antoine et terminés par l’empereur Claude… ». Il précise en note : « Ce château d’eau est connu sous le nom de réservoir de la maison l’Angélique […]. Quelques savants ont pris ces voûtes pour des ergastules ; ce qui prouve le contraire, c’est qu’elles ne communiquent les unes dans les autres que depuis qu’on a démoli les murs qui les divisaient dans la direction de l’est à l’ouest ». Page 66 : « …à la montée de Langes où était l’ancienne académie de Lyon, ont aussi fourni des traces de voies publiques et d’habitations romaines ».
Et en note 3, page 66, il ajoute « On voit encore dans cette maison des inscriptions antiques encastrées dans les murailles par les académiciens de ce temps » (ARTAUD, 1846).

  • 14 Lyon, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts : ARTAUD, 1818, Ms 139, fol. 132.

24Dans son manuscrit Notes sur les aqueducs de Lyon, daté de 181814, il apporte d’autres réflexions : « Notre savant auteur [Delorme] a dit peu de chose du réservoir ou château d’eau du pavillon Billon et l’on n’en trouve pas les dessins dans ses papiers. Il serait intéressant d’avoir des détails exacts de cette portion d’aqueduc qui en était le terme. Nous avons trouvé dans les terrains qui sont auprès de ce château des porphires et quantités de marbres précieux qui annoncent les traces de quelque édifice important et peut-être des bains magnifiques qui étaient de la dépendance du palais impérial ; là on remarque encore à droite et à gauche dans le jardin de M. l’abbé Caille des conduits et des tuyaux de plomb qui allaient se décharger dans la Saône.
Ce réservoir du pavillon Billon m’avait fait soupçonner que l’eau de ces aqueducs aurait bien pu encore être portée sur le coteau opposé de la Croix Rousse au moyen d’un pont sur la Saône selon le procédé indiqué par M. de Lorme, mais comme aucun vestige apparent ne décèle cette entreprise difficile qui aurait cependant peu coûté aux anciens romains capables de tout entreprendre, nous ne nous permettrons pas de nous arrêter à cette idée.
Nous avons trouvé dans cet ancien château d’eau 5 voûtes de 9 pieds de haut sur 21 de longueur et 11 de largeur qu’on a fait communiquer les unes dans les autres. Ces voûtes sont faites avec des rochers irréguliers espacées par un rang de tuiles minces à la distance de 9 en 9 pouces en longueur. Ces divisions ainsi faites sont au nombre de 20.
En mesurant la distance qui reste de la première voûte jusqu’au bout de la terrasse j’ai trouvé qu’il devait y en avoir encore 2 qui ont dû être démolies. La longueur de ce réservoir depuis la maison de M. Caille jusqu’à la fin de la terrasse du pavillon Billon aurait été de 55 pieds de largeur sans compter les deux voûtes que je suppose avoir été démolies. Une branche de cet aqueduc passait dans le réservoir de M. Caille pour arroser la partie du coté de Fourvière. La multitude des canaux que l’on trouve dans tous les sens porte à croire que ce château d’eau servait à fournir des eaux de toutes les parties des terrains environnants
 ».

25Antoine-Marie Chenavard (architecte du département du Rhône et professeur d’architecture à l’école des Beaux-Arts de Lyon), avait collaboré dès 1824 avec F. Artaud pour réaliser un plan restitué de Lyon antique qui devait accompagner l’ouvrage Lyon Souterrain. Ce document fut finalement publié séparément (BRUYÈRE, LENOBLE, 2018). Il présente un plan de l’édifice de l’Angélique intitulé « Plan du château d’eau qui recevait les eaux de l’aqueduc de Saint-Irénée et de la rue du Juge de Paix à Fourvière » (CHENAVARD, 1850, pl. 7, fig. 19) (cf. fig. 4).

  • 15 Chenavard A.-M., Archives des Musées Gadagne, Ms 666c.

26Le schéma préparatoire, examiné dans le manuscrit de A.-M. Chenavard15, est beaucoup plus précis que le dessin qu’il a publié dans Lyon antique restauré. Des mesures sont indiquées, tant pour les vestiges en élévation que pour les trois caves situées sous la terrasse (fig. 14). Mais on note que les deux caves représentées sous la rue, à l’est, ne comportent aucune indication de mesure. La première est dessinée symétrique aux trois autres situées à l’ouest ; et la plus à l’est est représentée de forme carrée. À la droite de cette cave est figuré un conduit qui communique avec elle : sans doute, un égout ou la décharge mentionnée par Delorme. Mais si l’on croit les proportions données par ce schéma, ce canal serait aujourd’hui de l’autre côté de la rue, sous les maisons de l’ECAM. Cela semble indiquer que Chenavard a pu effectuer un relevé minutieux des vestiges accessibles, mais n’a pu visiter les deux caves sous la rue. Peut-être, découvertes antérieurement à sa visite, lui ont-elles été décrites par les riverains, ou il a simplement retranscrit les données publiées par Delorme.

Fig. 14. Plan manuscrit de A.-M. Chenavard, archives des Musées Gadagne Ms 666c, reproduction M. Douvegheant. Le schéma en dessous est celui du réservoir de l’Abbé Caille.

27Sur le schéma de Chenavard, l’accès vers ces deux cavités est indiqué dans le mur oriental de la cave 3, mais ce mur est hachuré sur toute sa longueur, comme si l’ouverture avait été obturée, alors que sur le plan de Lyon antique restauré (CHENAVARD, 1850, pl. 7, fig. 19), l’architecte a dessiné un accès ouvert vers ces caves. Lors de nos relevés, nous n’avons observé aucun bouchage dans ce mur.
Pour les trois caves actuelles, les dimensions indiquées sur le manuscrit de Chenavard sont sensiblement les mêmes que celles que nous avons mesurées, mais on notera que le couloir reliant ces trois caves n’est pas conforme à ce que nous avons constaté. Pour les vestiges en élévation, l’architecte note pour la maçonnerie ouest, de l’extérieur de l’abside à l’entrée des caves 25,05 m. Pour le mur est, la dimension intérieure semble 18,25 m. La dimension interne mesurée entre ces deux murs est 10,65 m. La mesure indiquée pour l’arc est 3,9 m. La mention d’un parement est notée sur la paroi extérieure de l’abside. On observera que ce dernier est représenté droit et non courbe.
Dans les notes accompagnant ce document, « Le réservoir des eaux amenées par l’aqueduc du mont Pilat était situé à l’extrémité septentrionale de Fourvière. Cette ruine considérable renferme trois salles qui se communiquent entre-elles. De là s’échappaient les eaux qui se distribuaient dans le palais de Trajan et dans la partie basse de la ville. Ces salles dont le revêtissement en ciment existe encore étaient surmontées d’autres salles à l’instar des thermes. Le château d’eau a été construit vraisemblablement sous l’empereur Claude... » (CHENAVARD, Ms 666c).

28Alexandre Flachéron (architecte) en 1840, décrit précisément les vestiges en élévation dans son mémoire sur les aqueducs romains lyonnais présentés à l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Lyon : « Le réservoir de distribution sert de substruction (1) à la maison dite Angélique ; il est sur l’arête de la montagne et a 23 m. 40 c. de longueur totale, et 15 m. 70 c. de largeur. Le mur de face occidentale a 2 m. 85 c. d’épaisseur ; il est percé dans le milieu par une arcade à plein cintre de 3 m. 75 c. de largeur, sur 6 m. 45 c. à la clef. Ce mur a plus de 8 m. de hauteur, tandis que celui qui lui est parallèle à l’est sur le chemin, est élevé de 3 m. 00 c. seulement au-dessus de terre. Les parements et le radier n’existent plus ; cependant, on trouve deux rangs de briques posées par assises de mètre en mètre, pour séparer la maçonnerie de blocage dans toute son épaisseur, et l’on voit dans quelques endroits la naissance de la voûte qui supportait les eaux avant qu’elles prissent leur écoulement dans les tuyaux » (FLACHÉRON, 1840, p. 113-114).

29Camille Germain de Montauzan, en 1908, dans sa thèse sur les aqueducs de Lyon, décrit la distribution de l’eau à l’aboutissement de l’aqueduc du Gier et le bâtiment auquel il le rattache : « …Les dimensions de ce réservoir sont de 23 m, 40 pour la longueur totale, et de 15 m, 10 pour la largeur. Autant qu’on puisse en juger, il devait y avoir cinq compartiments voûtés, séparés par des murs percés de baies, de 0 m, 85 d’épaisseur. On ne voit plus aucune trace de l’entrée et de la sortie des eaux. Les parements et le radier n’existent plus.

30Le grand bassin dont les ruines, en bien mauvais état, servent de soubassement et de caves à la maison dite Angélique, au sommet de la montée des Anges, à Fourvière, se trouvant à une cote plus élevée que le radier de tous les aqueducs, à l’exception de celui du Gier, n’a pu recevoir les eaux que de celui-ci. Le canal qu’on a découvert un peu avant ce réservoir est d’ailleurs le prolongement manifeste du dit aqueduc. En résulte-t-il que ce soit là qu’ait commencé la distribution ? Évidemment non, et voici un indice assez probant du contraire. Il résulte d’un nivellement très exact opéré sur la colline de Fourvière qu’entre le radier de l’aqueduc, tout près de ce réservoir, et le niveau du réservoir de fuite de Saint-Just, la différence d’altitude est de plus de 8 mètres. Ce n’est pas pour perdre, au dernier moment une hauteur d’eau si notable qu’on aurait, sur 35 kilomètres, maintenu à grands frais le niveau aussi haut que possible. Il faut donc penser qu’aussitôt après les arcades qui suivent le réservoir de fuite du dernier siphon, et au niveau du point culminant de la colline, un château d’eau faisait une première répartition, au bénéfice des quartiers les plus élevés. Le surplus était conduit du côté du réservoir de la montée des Anges, à l’extrémité orientale de la colline » (GERMAIN de MONTAUZAN, 1909 p. 319).

31Un peu plus tard, en 1911, C. Germain de Montauzan écrit : « Au-delà du forum se dressait un énorme bâtiment massif dont il reste des substructions voûtées et d’importants blocs de muraille. La maison du président de Lange s’est bloquée dessus où se réunissait vers 1550 des amis lettrés formant une petite académie. C’est un mauvais jeu de mots sous le nom du premier propriétaire qui fit appeler par la suite cette demeure maison de l’Angélique.

32Elle est occupée depuis d’assez longues années par un restaurant, le restaurant Gay, où sont rassemblés un grand nombre d’objets, chapiteaux, colonnes. […] L’architecte Delorme qui vers le milieu du XVIIIe s étudia le premier les aqueducs antiques de Lyon fut le premier qui considéra ces ruines romaines comme étant celles d’un château d’eau, réservoir terminus de l’aqueduc du Gier […] » (GERMAIN de MONTAUZAN, 1912, p. 21).

33Amable Audin en 1956 ne semble pas avoir visité les vestiges ; il cite les dimensions publiées par ses prédécesseurs : « On ne met pas en doute que la ruine appelée l’Angélique, jadis ‘la crocte ronde’, grand édifice informe visible au sommet de la montée Nicolas de Lange, à l’extrémité nord de l’éperon de Fourvière, n’ait été un château d’eau dépendant de l’aqueduc du Gier et réservé au quartier du Palais. Ses dimensions, 23,40 sur 15,10, trahissent son importance et l’on sait qu’il se composait d’une grande salle et de cinq plus petites séparées par des murs percés de baies de 0,85 de large. Son altitude de base est de 285 environ, mais plusieurs salles devaient être souterraines. Il n’apparaît pas non plus que cet ouvrage ait été relié au précédent [le réservoir de la rue Roger Radisson] par des arcades puisqu’il pouvait facilement subir la nouvelle perte de charge résultant de l’établissement d’un siphon » (AUDIN, 1956, p. 87, p. 105).

34« Au IIe siècle, elle [la rue du Palais] fut partiellement interceptée par la construction du château d’eau de l’aqueduc du Gier […]. Des salles souterraines dépendant de cet ouvrage étaient en outre établies sous son dallage. Il y a une quinzaine d’années, un effondrement de la rue révéla une de ces salles, à quelque 3 mètres de profondeur » (ibid., p. 64).

35Amable Audin suppose lui aussi que la ruine de l’Angélique est le château d’eau terminal de l’aqueduc du Gier « réservé aux bâtiments de l’éperon de Fourvière » (Audin, 1956, p. 105). Nous n’avons pas trouvé trace, dans ses publications ou dans ses archives, d’éventuelles observations qu’il aurait pu faire lors de la démolition, dans les années 1950, de la maison établie sur les vestiges.

3. Les observations récentes

36En 1986, Jean Burdy, dressant l’inventaire des grands réservoirs de Lugdunum, constatait que l’état de mutilation du « réservoir » de l’Angélique était tel que l’on ne pouvait en proposer une restitution sérieuse : « En particulier nous tenons pour pratiquement assuré que les compartiments rectangulaires, dont trois seulement […] sont accessibles aujourd’hui, sont des sous-sols et n’ont jamais été destinés à recevoir de l’eau. La place du réservoir est à chercher dans la ruine attenante » (BURDY, 1986, p. 18).

37En 1993, à l’occasion d’une restauration par le service des Monuments historiques, Laurent Goulpeau, Philippe Lanos (Laboratoire d’archéométrie de l’Université de Rennes I), ont réalisé des carottages sur cinquante-quatre briques du « réservoir » de l’Angélique dans le but d’effectuer des mesures d’archéomagnétisme. L’emplacement des prélèvements n’est pas indiqué dans le rapport, mais il semble qu’ils n’aient porté que sur les parties en élévation.

38Les résultats offrent deux possibilités de datation : soit la fabrication des briques se situe vers 25 ap. J.-C., soit leur fabrication est à renvoyer au IIIe siècle, vers 215 ap. J.-C. ou 270 ap. J.-C. (GOULPEAU et alii, 1993).

39En décembre 2013 et au printemps 2014, dans le cadre du PCR « Atlas topographique de Lugdunum », afin de documenter les vestiges de l’édifice, Anne Flammin (Laboratoire ArAr, UMR 5138) et Véronique Vachon (Inrap), ont réalisé des opérations de relevés photogrammétriques et topographiques. Puis, en avril-mai 2015, durant une nouvelle campagne de travaux de restauration et de consolidation de l’édifice décidée par le service des Monuments historiques, des relevés de l’élévation ainsi que plusieurs sondages dans le sol ont été réalisés.

3.1. L’état actuel des vestiges

40L’Angélique se présente aujourd’hui sous la forme de maçonneries discontinues plus ou moins informes qui devaient correspondre aux murs extérieurs de l’édifice (fig. 15). Les dimensions totales hors œuvre des vestiges en élévation sont 15 m en axe nord-sud et 13 m en axe est-ouest. Leur orientation, mesurée à partir du mur occidental, est d’environ NL 8° est. Les maçonneries sont constituées d’épais massifs d’opus caementicium en moellons de gneiss liés au mortier de chaux, comportant des assises de deux ou, plus rarement, trois rangs de briques alternant avec quatre rangs de moellons de pierre. Les assises de briques sont traversantes, mais on n’en observe pas dans les parties hautes de l’élévation ouest, peut-être en raison des restaurations successives qui ont pu les masquer ou les faire disparaître.

Fig. 15. Plan de l’état actuel de l’édifice. Relevés M. Lenoble, V. Vachon (Inrap).

41Aucun trou de boulin, traversant ou superficiel n’a été observé, ce qui paraît signifier que les échafaudages utilisés lors de la construction devaient être indépendants.

3.1.1. La paroi occidentale

42L’élément le plus remarquable est constitué par la paroi occidentale. Il s’agit d’un gros mur orienté nord-sud d’environ 13 m de longueur et 1,3 à 1,4 m d’épaisseur. Ce mur est aujourd’hui situé à la rupture de deux terrasses (la supérieure en pente vers le nord de 289 m à 285,50 m NGF ; l’inférieure à environ 284 m NGF) (fig. 16). Il s’élève, sur sa face est, sur environ 5 m et sur sa face ouest de près de 8,7 m en hauteur. Son point haut est situé à 292,80 m NGF.

Fig. 16. Coupe ouest-est, profil du terrain de la montée Nicolas de Lange, à la terrasse basse de l’Angélique. DAO M. Lenoble.

43Ce mur est percé d’une large ouverture en plein cintre de 4,05 m de largeur dont l’intrados est situé à 290,75 m NGF. L’arc en plein cintre, bloqué au mortier, comporte en partie basse, un muret construit à une période récente. La disparition de l’enduit qui devait recouvrir les moellons a enlevé toute trace éventuelle de planches de coffrage sur l’intrados de l’arc.

44La face est de la paroi occidentale
L’observation de la face est du mur nord-sud présente quelques particularités. Outre la grande ouverture décrite précédemment, on observe deux arcs formés par la disposition des moellons dans la maçonnerie (fig. 17).

Fig. 17. Coupe nord-sud, profils des caves et relevé de la face est de la paroi occidentale. DAO M. Foucault, M. Lenoble.

  • 16 Un escalier permettant d’accéder à la terrasse basse est visible à cet emplacement sur les plans ca (...)

45L’un est situé au nord de l’ouverture en plein cintre qui s’appuie sur lui ; le rayon de son intrados est d’environ 1,5 m. Il n’est pas traversant, on ne l’observe pas sur la face occidentale du mur ; il ne s’agit donc pas d’un arc de décharge. Son prolongement vers le nord a disparu du fait de l’absence de maçonnerie à cet emplacement, peut-être en raison de son effondrement ou du percement d’une ouverture à la période moderne16. Il s’agit probablement des traces d’accrochage d’une voûte aménagée à l’intérieur de l’édifice, peut-être une niche, dont les dimensions intérieures peuvent être estimées à environ 3 m de largeur et 1,5 m de profondeur.
Le sondage 3 réalisé à la base du piédroit nord de la grande ouverture en plein cintre montre que la paroi sud de la niche se prolongeait vers l’est.

46Un autre arc est observable au sud ; il est situé dans une ante faisant retour vers l’est ; son rayon est d’environ un mètre. Sa maçonnerie est constituée de moellons de gneiss dans lesquels s’intercalent des briques de manière irrégulière.

47La face ouest de la paroi occidentale
L’étude de la face ouest de la maçonnerie permet de faire d’autres observations (fig. 18). Le piédroit sud de l’ouverture en plein cintre a été repris en sous-œuvre, à une époque indéterminée, du niveau de la terrasse haute jusqu’à celui de la terrasse basse. La reprise est constituée de petits moellons d’origines diverses (granites, gneiss…) qui sont, pour l’essentiel, de dimensions inférieures à celles des moellons de la maçonnerie d’origine. De nombreux lits de briques et de tuiles de différents modules le ponctuent et forment des arases qui semblent destinées à conserver un aspect esthétique à l’ensemble. Leurs intervalles sont irréguliers, surtout dans la partie supérieure. Certaines de ces arases sont réalisées avec des tuiles courbes médiévales ou modernes.

48L’ouverture en plein cintre, entre les piédroits nord et sud, a fait l’objet d’un bouchage, du niveau de la terrasse basse jusqu’à celui de la terrasse haute. Ce bouchage est constitué de nombreux moellons de calcaire jaune du Mont d’Or, de blocs de calcaire blanc disposés en deux lits et de module supérieur à celui de la maçonnerie d’origine. Il ne comporte aucune arase de tuiles ou de briques, juste quelques fragments dispersés. On y trouve également des petits morceaux de marbre et de nombreux moellons de gneiss.

Fig. 18. Relevé photogrammétrique face ouest. A. Flammin (UMR 5138 ArAr).

49La césure verticale entre ces deux maçonneries très différentes est franche. Le bouchage de l’arc semble intervenu, après la reprise en sous-œuvre du piédroit sud, peut-être à la période où l’intérieur du bâtiment a été comblé jusqu’au niveau de la terrasse haute.

50Le piédroit nord de l’ouverture en plein cintre est constitué par la maçonnerie antique en moellons de gneiss et de granite. Des doubles arases de briques sont observables dans la partie basse mais pas dans la partie haute. Aucun enduit n’est visible sur la maçonnerie. La base des piédroits de l’ouverture en plein cintre, qui descendent jusqu’au niveau de la terrasse basse, semble indiquer le niveau du sol d’origine de l’édifice antique, soit environ 284 m NGF. Au niveau de la terrasse basse, on observe la fondation débordante du mur, en partie découverte ; elle est large d’environ 1,8 à 2 m.

51C’est probablement lorsque Nicolas de Langes a construit sa maison que l’intérieur de l’édifice antique a été comblé jusqu’au niveau de la rue, et que l’arc en plein cintre a été en partie obturé.

3.1.2. L’extrémité nord de l’édifice

52La brèche provoquée dans le mur nord-sud a rompu la continuité des maçonneries. Le grand mur percé d’une ouverture n’est plus lié à la maçonnerie très épaisse (3 à 4 m par endroits) et aujourd’hui informe, qui le prolongeait vers le nord et qui culmine aujourd’hui à 290,17 m NGF. Elle devait constituer une partie de l’extrémité en forme d’abside du bâtiment, tel qu’il est représenté sur le plan Chenavard et qui lui a, sans doute, valu le nom de « Crocte Ronde ». C’est la création du chemin d’accès menant à la terrasse basse dans les années 1970 qui a fait disparaître en partie l’abside.

3.1.3. La paroi orientale

53Située à environ 9 m du mur occidental, la paroi orientale de l’édifice est aujourd’hui une ruine très informe longue de 6 à 7 m et épaisse de plus de 3 m qui culmine à environ 292,75 m NGF.

54Comme les autres maçonneries, il s’agit d’un opus caementicium en moellons de gneiss liés au mortier de chaux et alternés avec des doubles assises de briques. Elle se trouve dans un état de dégradation encore plus avancé que la paroi ouest. De nombreux végétaux (lierres, ronces…) couvrent le sol et les murs. Un enduit de ciment moderne recouvre les moellons et il n’est pas possible d’en réaliser un relevé précis sans l’enlever (fig. 19). Une portion de voûte reste en surplomb ; elle mesure 2,5 m de largeur, et une autre est effondrée sur le sol. Il est difficile en l’état de dire si cette voûte appartient à l’édifice antique ou si elle fait partie des aménagements postérieurs.

Fig. 19. La paroi est de l’Angélique vue de l’ouest en 1992. Cliché R. Royet (SRA Rhône-Alpes).

3.1.4. Les caves

55Accessibles par la maison d’habitation actuelle bâtie sur la terrasse basse, trois salles voûtées, sensiblement de mêmes dimensions (environ 6,40 m de longueur par 3,50 m de largeur) et orientées nord-sud, s’étendent sous la terrasse haute et le chemin du Viaduc menant au parc des Hauteurs (cf. fig. 16 et 17). Le sol en terre battue de ces cavités se situe à 283,26 m NGF. Les intrados des voûtes 2 et 3 sont situés à 286,59 et 286,63 m NGF. La hauteur des caves sous voûtes atteint environ 3,36 m.

56Construites en moellons de granite et de gneiss liés au mortier de chaux avec, tous les 0,3 m environ, des assises de tegulae larges de 0,37 m mises sur bout (fig. 20), elles sont voûtées en berceau plein-cintre.

Fig. 20. Vue photogrammétrique de la cave n° 2 avec sa niche, vue du sud. A. Flammin (UMR 5138 ArAr).

57La base des maçonneries, jusqu’à 1,60 m au-dessus du sol, est faite en moellons de calcaire jaune (fig. 21). Des arcs doubleaux construits en même calcaire jaune les confortent (largeur 0,5 à 0,85 m, épaisseur 0,3 à 0,35 m). Les murs qui constituent les extrémités nord et sud de chacune des salles sont eux aussi construits en calcaire jaune. Aucune trace d’enduit sur les parois n’a été observée. Les murs qui séparent les salles voûtées mesurent de 0,75 à 0,85 m. Le centre de l’intrados des voûtes comporte une double rangée de tegulae ou de briques mises sur chant (fig. 22).

Fig. 21. Paroi des caves : la partie haute est réalisée en moellons de gneiss entrecoupés de lits de tuiles ; la partie basse et les arcs de soutènement sont en calcaire jaune. Cliché M. Lenoble.

Fig. 22. Vue de l’intrados des voûtes. Cliché M. Lenoble.

58La première salle, à l’ouest, est partagée en deux dans le sens nord-sud ; la partie nord permet d’accéder aux autres salles et la partie sud renferme une citerne moderne. Dans la paroi nord de la deuxième salle, une niche (1,3 m de largeur par 0,3 m de profondeur) est aménagée dans la maçonnerie en moellons de calcaire.
Le mur qui constitue le fond de cette niche est formé de deux maçonneries superposées faites de matériaux différents. L’inférieure est réalisée en blocs divers (granite, gneiss, briques et fragments d’architecture en remploi), et celle qui la surmonte est construite avec des blocs de calcaires d’assez gros module (20 cm et plus). Le mur du couloir reliant les différentes salles a été construit contre ces maçonneries. Dans l’angle de la niche, on constate un alignement des moellons qui pourrait correspondre à un accès vers le nord qui aurait été muré (fig. 23).

Fig. 23. Vue du fond de la niche dans la cave n° 2 ; la maçonnerie située en arrière comporte un alignement vertical des moellons, témoignant peut-être d’une ouverture obturée. Cliché M. Lenoble.

  • 17 3,5 m à l’Angélique et 2,9 m pour les thermes de la rue des Farges.

59La troisième salle comporte un mur de refend nord oblique et un mur oriental moins long que ceux des autres salles (4,6 m au lieu de 6,4 m). Peut-être parce que les cavités situées plus à l’est étaient moins longues ou en partie effondrées ?
Les intrados des voûtes, en gneiss, granite et tegulae, apparaissent bien antiques. Ils sont semblables, bien qu’un peu plus larges, que les voûtes de soutènement de la salle sur hypocauste du corps central des thermes claudiens de la rue des Farges17 (DESBAT, 1984, p. 67 et 77 ; SARTRE, 2013, p. 52-53).

60À l’Angélique, les parties inférieures des murs ainsi que les parois nord et sud et les arcs doubleaux construits en calcaire jaune constituent des reprises en sous-œuvre et des soutènements aménagés postérieurement. Il devait s’agir à l’origine de voûtes de soutènement en berceau qui ont été vidées, sur-creusées et consolidées ultérieurement. La comparaison avec d’autres édifices lyonnais semblables permet d’estimer que le niveau du sol antique supporté par les voûtes était 0,6 m à 1 m plus haut que celui des intrados, soit à environ 287,50 m NGF.

61Des fondations antiques similaires ont été observées sur le plateau de la Sarra, à Fourvière : en 1957, la construction d’un immeuble le long de la rue Pauline-Marie Jaricot permit à A. Audin d’observer des vestiges appartenant à un grand bâtiment comportant trois salles en enfilade dont l’une reposait sur deux voûtes jumelles en plein cintre construites sur le sol naturel : « Longues de 12,20 m et larges de 2,20 m, ces voûtes se joignaient en une masse de maçonnerie large de 0,80 m au contact du sol. Leurs assiettes extérieures, larges de 0,50 m, s’adossaient aux soubassements puissants des murs de la salle supérieure. Sur l’extrados de ces voûtes épaisses de 0,50 m à la clef, posait un béton épais de 0,30 m, comportant une couche supérieure de 0,12 m de mortier de tuileau assez grossier […] » (AUDIN, 1959, p. 61-63 ; 1960, pl. III). A. Audin ne suggère aucune fonction au bâtiment ; pourtant, d’après la description de leur architecture, il semble qu’il s’agisse d’un édifice monumental, aux murs très épais et aux imposantes fondations. Les revêtements muraux (enduits de tuileau) et les sols dallés ou revêtus de mortier hydraulique le rapprochent d’un édifice de type thermal.

62Comme nous l’avons déjà cité, le corps central des thermes antiques mis au jour rue des Farges à Lyon entre 1974 et 1980 a été construit sur des voûtes qui forment le soubassement de l’édifice. A. Desbat, qui en a dirigé la fouille, indique que « les caissons voûtés ont été construits selon un procédé original […] : les voûtes ont été réalisées avec un système de coffrage perdu posé sur des cintres installés dans des tranchées creusées dans le terrain mis en forme au préalable. L’intérieur des voûtes était donc rempli de terre à l’origine et destiné à rester ainsi. Cette technique permettait d’obtenir une fondation très solide répartissant efficacement les poussées en faisant l’économie d’un gros socle de maçonnerie » (DESBAT, 1984, p. 77) (fig. 24).

Fig. 24. Voûtes de soutènement des salles sur hypocaustes F23 et F24 du corps central des thermes claudiens de la rue des Farges. Cliché A. Desbat.

3.2. Les sondages

63Quatre sondages manuels ont été réalisés en avril et mai 2015, aux pieds des maçonneries de l’Angélique (cf. fig. 15 et 17). Ils ont été limités en emprise en raison de la présence de massifs d’ornement et du chemin d’accès à la terrasse basse.

3.2.1. Le sondage 1

64Ce sondage a été ouvert contre la maçonnerie à l’intérieur de l’édifice, à un emplacement où un sol, voire un dispositif hydraulique, aurait pu être mis au jour et apporter des indications sur la fonction du bâtiment.

65La maçonnerie à cet endroit forme un angle droit qui est peu lisible sur l’élévation très érodée, mais qui apparaît nettement dès les premiers centimètres dans le sol (fig. 25). Il ne s’agit pas de l’intersection de deux murs, mais d’une seule et même construction. Les lits de moellons chaînés, tout comme les arases de briques, en témoignent.

Fig. 25. Le sondage 1, faces sud, ouest et nord. Relevés M. Aulas ; DAO, M. Lenoble.

66La cote inférieure atteinte par le sondage 1 est 285,30 m NGF, soit environ 1,4 m par rapport au terrain actuel. Ce sondage a révélé, appliqué sur l’opus caementicium, un enduit fait de mortier solide, lissé, épais de deux centimètres. L’inclusion en faible quantité de tuileau dans le mortier donne à sa surface un aspect rosâtre, mais il ne s’agit pas d’un mortier d’étanchéité comme on en trouve dans les citernes, les aqueducs ou les constructions destinées à un usage hydraulique.

67Des doubles arases de briques sont observables dans la maçonnerie ; elles sont distantes d’environ 0,3 m entre elles et intercalées avec deux rangs de moellons de gneiss. Il ne s’agit pas toujours de briques entières mais parfois de fragments. Les plus longues peuvent avoir près de 0,4 m ; elles ont toutes 0,05 m d’épaisseur. Les dimensions de ces briques sont proches de celles observées sur le mur antique de la maison des Chapelains (0,30 x 0,05 m) (MONIN, 2016, p. 25), et bien inférieures à celles mesurées sur les piles de l’aqueduc du Gier, rue Roger Radisson (0,62 x 0,48 x 0,06 m). La présence de l’enduit lissé appliqué sur les moellons indique qu’il a été posé en aire ouverte. Il ne comporte aucun décor peint.

68La stratigraphie du remplissage du sondage 1 est constituée de terre jaunâtre mêlée de nombreux fragments de mortier provenant des parois de l’édifice, de fragments de briques et de céramiques modernes des XVIe et XVIIIe siècles, dont certains proviennent de céramiques engobées rouges avec décor jaune ou d’écuelles à oreilles décorées avec engobe jaune (HORRY, 2015, fig. 39-40). On note aussi parmi ce remblai quelques morceaux de métal (clous ou agrafes), des éclats de verre et deux fragments de céramique sigillée décorée (Drag. 29 et Drag. 37).

69En redressant la coupe de la paroi sud du sondage, un mur orienté est-ouest a été mis en évidence. Il est construit avec des moellons liés au mortier de terre, moins réguliers que ceux du mur antique. Ce mur ne comporte pas d’arases de briques. Il devait s’agir d’un mur intérieur de la maison aménagée ultérieurement sur les vestiges. Aucune tranchée de construction n’ayant été observée, ce mur semble avoir été construit en aire ouverte et est donc antérieur au remblai rencontré dans le sondage 1.

70Il n’a pas été possible, pour des raisons d’exiguïté et aussi de sécurité, de poursuivre le sondage 1 au-delà de 1,4 m. La base des maçonneries antiques n’a donc pas été atteinte, ni aucun niveau de sol. La cote atteinte par ce sondage est inférieure à celle de l’intrados des voûtes antiques observées dans les caves (286,63 m NGF), indiquant qu’elles ne se prolongeaient pas jusque-là.

3.2.2. Le sondage 2

71Ouvert dans le massif végétal au nord, sur la terrasse basse, à la cote d’environ 284,50 m NGF, il était destiné à retrouver le parement extérieur de l’abside de l’édifice antique. Il a été réalisé au pied de la maçonnerie, à l’extérieur supposé de l’édifice, et a mis en évidence la fondation de l’édifice, constituée de moellons de gneiss liés au mortier de chaux avec quelques fragments de briques.

72Le sondage, descendu à plus de 0,7 m, présente une fondation débordante, réalisée en tranchée étroite. Des poches importantes de mortier semblent témoigner du bourrage de la tranchée de fondation. La base de la maçonnerie n’a pas été atteinte.

3.2.3. Le sondage 3

73Très superficiel, il a été réalisé à la base du piédroit nord de l’ouverture en plein cintre, à la cote de 287,50 m NGF. Il a mis en évidence le prolongement du piédroit vers l’est, qui a été suivi sur un mètre dans ce sens. Cette maçonnerie devait constituer la paroi sud de la niche supposée, dont l’arc a été observé sur le mur ouest.

3.2.4. Le sondage 4

74Ce sondage, réalisé au pied de l’arc sud disposé dans la maçonnerie chaînée au mur nord-sud, a permis de mettre au jour, à faible profondeur (environ 288,20 m NGF), une calade de galets et n’a pas été poursuivi au-delà. Il s’agissait sans doute du sol d’une remise ou d’un atelier situé à l’intérieur de la maison établie sur les vestiges. Un enduit de terre appliqué contre les moellons du mur antique a été observé. L’arc visible dans la maçonnerie pouvait correspondre à l’origine à une niche dont la largeur peut être estimée à 2 m.

4. Les vestiges repérés aux abords de l’Angélique

75En 1893, lors de la construction de la tour métallique, des maçonneries antiques ont été mises au jour. Dans la partie sud était située une salle pavée de mosaïque qui était longée par un étroit passage, puis par un grand espace doté d’une double rangée de colonnes aux « chapiteaux d’ordre composite », et à l’ouest se trouvait un probable bassin au pavement recouvert d’un enduit rouge. Sur le côté oriental de ces vestiges, une chaussée dallée, large de 10 pieds (environ 3 m) et orientée nord-sud, comportait un réseau d’égouts enterrés avec « canaux de briques rouges ». Sans fournir d’arguments, A. Steyert attribue la destruction de ces vestiges « par les bandes féroces de Crocus » et leur abandon au milieu du IIIe siècle (STEYERT, 1895, p. 123, fig. 188) (fig. 26, n° 1).

76Dans la rue Nicolas de Lange, « en 1848, on trouva sur le côté ouest de la rue des Anges, un gros mur allant de la place [de Fourvière] au réservoir Gay […] on suppose avec raison je crois que ce mur supportait l’aqueduc du Pilat » (FLORENCE, 1911b, note 1). Ce mur a été observé de nouveau en 2008 par Jean-Paul Lascoux au cours de la surveillance d’une installation d’un réseau de fibre optique (fig. 26, n° 2). Construit en moellons de granite et orienté nord-sud (NL 5° est), le mur a été suivi sur 34,2 m. Sa largeur est aujourd’hui de 1,57 m, mais elle atteignait sans doute près de 2 m à l’origine car elle a été réduite par la destruction de sa face occidentale lors de la pose d’un égout sous la chaussée. Ses altitudes d’arasement sont 289,39 NGF au nord et 289,85 NGF au sud. Pour J.-P. Lascoux, ce mur, construit à l’est dans le terrain naturel (lœss), pourrait, du fait des matériaux utilisés, remonter à l’époque augustéenne et constituer un mur de terrasse disposé à la limite de rupture de pente (LASCOUX, 2008, p. 5 et fig. 3A et 3B).
Topographiquement, ce mur se situe dans l’alignement sud de la salle souterraine 5 de l’Angélique. Plutôt qu’un mur de terrasse, ne pourrait-il s’agir de la façade orientale de l’édifice supporté par les voûtes ?

77En 1899, « quand M. l’ingénieur Cornillon construisit le funiculaire de Saint-Paul, il mit à jour […] une grande mosaïque dont la moitié environ, selon mon estimation, fut déterrée un peu plus loin que l’atelier des machines. Toujours est-il qu’après un hiver où ils furent exposés à toutes les intempéries […] ces beaux débris furent enterrés dans le remblai » (FLORENCE, 1911a) (fig. 26, n° 3).

78Connu sans doute avant le XIXe siècle, un tronçon de mur antique conservé dans la rue Nicolas de Lange a interpellé les chercheurs : « c’est un petit pan de mur empiétant sur le trottoir, après le magasin Dugelay, aucune erreur n’est possible, ce pan de mur est muni de deux cordons de briques séparant un blocage bien déterminé, c’est un travail romain, ces briques ont le diamètre, la pâte, la cuisson des briques du réservoir de l’Angélique et non de l’aqueduc du Pilat ; ce pan de mur est contemporain du réservoir, très vraisemblable même travail grossier, négligé ». […] « est-ce un pilier de l’aqueduc se rendant au réservoir ? » (FLORENCE, 1911b).

79En novembre 2016, Michèle Monin, dans le cadre des travaux de restauration de la maison des Chapelains, auquel le mur est accolé, a effectué des relevés de cette maçonnerie antique et mis en évidence des blocs de granite dans les murs des caves de la bâtisse, utilisés en remploi. Ils proviennent certainement de l’ancienne voie antique (MONIN, 2016) (fig. 26, n° 4).

80En mai 1820, une citerne antique « conserve d’eau pavée de mosaïque grossière » a été découverte chez l’abbé Caille (ARTAUD, 1846, p. 10 ; CHOMER et alii, 2011, p. 7) au 7 rue Nicolas de Lange. En 2011, un levé topographique et une couverture photographique de l’ouvrage ont permis le calage précis des vestiges (fig. 26, n° 5). « Ce réservoir est d’axe est-ouest, long de 10,69 m et large de 3,10 m et haut sous clé de 2,71 m. Les murs sont recouverts intérieurement de tuileau et son radier constitué d’un opus spicatum (cote 282,81 m minimum) ». La capacité de 76 m² environ en fait une réserve d’eau destinée à une demeure privée plutôt qu’à un usage public (CHOMER et alii, 2011 ; CHOMER, 2015).

81Un peu plus bas, dans la propriété des Lazaristes et de l’ECAM, des vestiges, tout d’abord interprétés comme un « pavé et un canal » par F. Artaud (ARTAUD, 1836, p. 6-7), ont été recoupés par la montée Nicolas de Lange. J. Burdy a démontré qu’il s’agissait en fait du fond d’un bassin ou d’un réservoir antique en opus spicatum (CHOMER et alii, 2011) (fig. 26, n° 6).

Fig. 26. Contexte archéologique du secteur de l’Angélique. 1. villa antique étudiée par A. Steyert ; 2. mur antique le long de la montée N. de Lange ; 3. mosaïque ; 4. mur antique de la Maison des Chapelains ; 5. citerne antique chez l’abbé Caille ; 6. fond de bassin ou de réservoir, mosaïque, enduits peints… ; 7. mosaïques ; 8. murs et voûtes antiques ; 9. murs antiques à l’ECAM ; 10. égout ou aqueduc antique (extrait de l’Atlas topographique de Lugdunum, vol. I : Fourvière, feuille 3) DAO M. Lenoble, G. Macabéo (Inrap).

82C’est sans doute sensiblement au même endroit, de l’autre côté de la montée que se situent les vestiges décrits par Adrien Péladan : « dans la vigne qui s’étend au pied du pavillon Gay est une salle de maison romaine. Un couloir remarquable y conduit. Ses murs étaient encadrés d’une bande peinte en minium dont la couleur est encore visible. Son pavimentum est d’une grande élégance […]. Il est formé de petites briques d’environ 6 cm de long sur 2 cm de large disposées en opus spicatum. Quant à la salle nous savons qu’elle était fort curieuse. Elle avait pour pavé une mosaïque composé de fragments très inégaux de marbre et de porphyre de différentes couleurs. Ces murs étaient plaqués, dit-on, d’un côté d’ardoise, de l’autre de marbre blanc » (PÉLADAN, 1864, p. 110). S’agirait-il des vestiges sur lesquels a été construit le pavillon Billion, mentionnés par E. Vial ? (VIAL, 1937, p. 8).

83Dans la propriété des Lazaristes, en décembre 1957, lors de la construction d’un terrain de sport, deux mosaïques ont été mises au jour, puis détruites (fig. 26, n° 7). H. Stern précise que d’après son décor, un des pavements pourrait remonter aux IIe-IIIe siècles ap. J.-C. (STERN, 1967, p. 27-29, nos 11 et 12, pl. IX à XI).

84Adamoli en 1767 relate une découverte dont il était le témoin (fig. 26, n° 8) : « J’étois présent lorsque M. Duport fit miner dans sa maison de campagne à Fourvieres, pour planter des tilleuls sur une terrasse ; il y trouva des murs & des voûtes qui sont une partie des fondemens de ce palais, qui embrassent toute la place de Fourvieres jusqu’à la maison de M. Olivier ; ils me parurent construits de pierre de roche grise, que je crois avoir été tirée du gros rocher nommé Pierre-Cize qui est à neuf cent pas de là. Elles étaient liées avec un ciment si dur qu’on ne put faire les creux pour les arbres que par le moyen de la mine. Au bout de cette terrasse, est un reste de ces murs encore hors de terre, épais de plus de quatre pieds, construits en pierre de roche mêlée de grosses briques de trois pouces environ d’épaisseur. L’on trouva dans cette fouille plusieurs pièces de monnoie de cuivre à l’effigie de l’Empereur Claude ; des Dieux Pénates de pierre rousse tous mutilés, des lampes sépulcrales & une fourchette d’argent à deux pointes, dont le manche représentoit un Satire bien travaillé. Dans le même clos on fit miner une vieille vigne, où l’on trouva un grand réservoir d’eau fait d’un béton très-dur qu’on fit sauter par la mine, & des cornets de plomb, où je vis des caractères romains gravés. Le Propriétaire peu curieux fit porter le tout au Fondeur malgré mes représentations » (ADAMOLI, 1767, p. 40).

85F. Artaud, dans Lyon souterrain, commente la lettre d’Adamoli : « On voit que M. Adamoli a voulu parler de la maison actuelle de la Providence, des restes d’un palais et du château d’eau qui sont à l’entrée du pavillon Billon […] ». Il précise note 1, page 7, que chez M. Olivier « aujourd’hui à M. l’Abbé Caille. On voit encore, dans la rue qui sépare ces deux propriétés, des restes de constructions antiques presque à fleur du sol. Ces masures, qui ont été dénaturées lorsqu’on a baissé le chemin, s’étendaient non seulement dans la maison Duport, appelée aujourd’hui de la Providence, mais encore dans celle de M. Caille, qui est en face. Cet excellent Abbé nous a dit avoir vu ce pavé antique se prolonger dans son jardin, et former, dans cet endroit, une espèce de terrasse, area, soutenue de distance en distance par de gros piliers pratiqués dans un souterrain très vaste. Comme c’est dans cet endroit qu’on a trouvé les médailles de fondations relatives à Auguste, nous pensons que là était une partie du palais de cet empereur, lié à des thermes ou au château d’eau, construit vraisemblablement sous l’empereur Claude » (ARTAUD, 1846, p. 7 et note 1).

86En juillet 2017, des sondages préalables aux travaux d’aménagement d’un local ont été réalisés dans la propriété de l’ECAM, 9 montée Nicolas de Lange (ancienne Providence Caille). Ils ont révélé, à faible profondeur (287 et 287,64 m NGF), trois maçonneries antiques, orientées nord-sud, sensiblement parallèles (5 à 8° est) (fig. 26, n° 9). Le mur le plus à l’ouest, construit en moellons de gneiss, était enduit de tuileau sur ses deux parements. Du côté est, le parement présente l’amorce d’un boudin d’étanchéité en quart-de-rond. La présence de tuileau suggère l’existence d’un espace lié à des structures hydrauliques. Les deux espaces ainsi restitués pourraient correspondre à des bains privés. L’ensemble des vestiges est difficile à interpréter compte tenu de la faible profondeur des excavations, et les niveaux liés à ces murs, ou antérieurs, n’ont pu être atteints. Les quelques fragments de céramique recueillis ont permis de suggérer un abandon du site au début du IIe siècle ap. J.-C., mais les niveaux d’occupation n’ont pu être datés (MONIN, 2017, p. 32).

87L’altitude estimée des sols antiques, très proche de celle du sol actuel, laisse entrevoir que cette partie du plateau de Fourvière a été fortement arasée, faisant disparaître les niveaux d’occupation les plus récents. On peut faire le même constat à l’Angélique où l’intrados des voûtes est seulement à un peu plus de 2 m sous l’actuel chemin du Viaduc.

  • 18 Croquis daté de décembre 1964, fonds A. Audin. Archives municipales de Lyon, 063 II 002.

88À proximité de ces sondages, dans la cour de la Providence Caille, A. Audin avait fait état de la découverte en 1964, lors du creusement d’un puits, de « gros blocs de schiste ». Au fond du puits, à 3 m de profondeur, une galerie voûtée nord-sud a pu être suivie sur près de 30 m18 (fig. 26, n° 10). S’agissait-il de la conduite d’eau mentionnée par A. Péladan : « on entre dans une ouverture pratiquée à cet effet, dans une conduite d’eau, dont la déclivité très prononcée se dirige vers le bas de la colline. De cette conduite, une brèche laisse entrer dans une immense conserve d’eau qui s’étend dans la propriété Caille et celle de M. Gay » ? (PÉLADAN, 1864, p. 104).

Conclusion

89Les témoins archéologiques partiellement reconnus sur le rebord nord du plateau et sur les pentes de Fourvière semblent plutôt à rattacher à des demeures privées. Il devait s’agir de domus assez luxueuses, équipées de citernes et bassins et dont certaines possédaient des salles aux sols mosaïqués. Découvertes anciennement et seulement de manière partielle, elles n’apportent pas d’éléments précis de datation.

90Les vestiges découverts lors de sondages ou de découvertes fortuites sur le plateau de Fourvière, à l’Angélique, dans le clos de l’ECAM et plus au sud, eux aussi seulement partiellement reconnus, donnent plutôt l’image d’aménagements destinés à des constructions publiques. La mention fréquente de conduites d’eau dans les textes des auteurs anciens laisse envisager la présence d’installations hydrauliques dans le secteur. Les importantes fondations observées dans les caves de l’Angélique et celles signalées anciennement militent pour la présence de bâtiments publics établis sur des terrasses artificielles supportées par des voûtes.

91Ces constructions étaient sans doute en rapport avec l’ensemble monumental de Fourvière construit sur plusieurs terrasses, et qui longtemps a été interprété comme le forum de Trajan. Les découvertes anciennes et les fouilles récentes, trop lacunaires, n’ont pas encore permis une détermination précise des édifices qui se dressaient en ce lieu éminent et qui devaient constituer l’un des ensembles monumentaux les plus remarquables de la colonie. Aujourd’hui, l’identification traditionnelle d’un forum est remise en question, davantage en raison de la position excentrée des vestiges par rapport au reste de la colonie, qui serait peu commune pour un forum. La monumentalité des édifices érigés sur le site, dont témoignent les éléments d’architecture mis au jour, et leur position insigne, ont incité à restituer un ou plusieurs sanctuaires surplombant la ville avec des temples visibles de toute part (FELLAGUE, THIRION, 2018). L’orientation générale des vestiges observés à Fourvière est comprise entre NL 7° et 10° est ; elle correspond à la trame antique qui couvre tout le rebord oriental de la colline, de l’Angélique au nord, aux thermes de la rue des Farges au sud, soit près de 800 m. Alors qu’immédiatement à l’ouest, les îlots d’habitation (Verbe Incarné, la Sarra, hôpital du Calvaire), le pseudo-sanctuaire de Cybèle et le temple du culte impérial ont une orientation comprise entre NL 22° à 27 ouest, mise en place dès la fondation de la colonie (LENOBLE, THIRION, 2018).

92Les vestiges de l’édifice de l’Angélique tels qu’ils s’offrent à nous aujourd’hui demeurent difficiles à interpréter. Il paraît toutefois certain qu’ils correspondent à un ou plusieurs édifices publics qu’il semble vraisemblable de scinder en deux ensembles établis sur deux terrasses distinctes : l’un au nord, sur la terrasse basse, et l’autre au sud, sur le plateau supporté par les voûtes de soutènement.

93Les importantes voûtes de soutènement indiquent que le bâtiment qu’elles supportaient devait être une construction lourde et massive. Si d’après les auteurs anciens (Delorme, Artaud…), on admet que ces voûtes étaient au nombre de cinq, mesurant chacune 3,5 m de largeur, on peut présumer qu’elles soutenaient un bâtiment d’environ 22 m en axe est-ouest.

  • 19 Les cotes altimétriques d’arrivées des aqueducs antiques à Lyon sont, d’après J. Burdy : Yzeron 268 (...)

94Comme nous l’avons déjà évoqué, les exemples de voûtes de soutènement similaires reconnus à Lyon sont rattachés à des ensembles hydrauliques (thermes publics de la rue des Farges ou ensemble monumental de la rue Pauline-Marie Jaricot). Ce que corroborent les mentions fréquentes de tuyaux par les auteurs anciens. Seul l’aqueduc du Gier, dont le point d’arrivée du réservoir de fuite, situé rue Roger Radisson (à environ 299,60 m NGF) aurait pu alimenter ce secteur du plateau de Fourvière, les autres aqueducs ayant des points d’arrivée inférieurs19.

95Les ruines en élévation n’ayant révélé aucun élément de décor, cela paraît indiquer qu’elles ne correspondaient pas à un édifice luxueux, mais plutôt à des pièces de service, peut-être l’annexe du bâtiment voisin au sud, soutenus par les voûtes ? L’aspect de l’enduit observé sur les élévations lors des sondages prêche pour un caractère fonctionnel de la construction.

96L’hypothèse d’un château d’eau distributeur ne semble plus pouvoir être retenue. Et il paraîtrait surprenant, comme l’écrivait C. G. de Montauzan, que ce dispositif soit implanté en un lieu si éloigné de l’arrivée de l’aqueduc du Gier (rue Roger Radisson), après avoir traversé l’ensemble des quartiers d’habitat de la ville haute.

97Les épaisseurs imposantes des maçonneries de l’édifice, en particulier au nord, semblent indiquer qu’elles étaient destinées à soutenir une forte charge, peut-être en raison d’une élévation importante ? La forme arrondie de l’extrémité nord pourrait laisser envisager qu’il s’agissait d’une salle terminée par une abside ou une tour. La position stratégique de l’édifice, à la pointe de l’éperon de Fourvière, bien visible de la Saône, pourrait laisser penser qu’il participait à la parure monumentale de la ville. On rappellera que c’est à proximité immédiate qu’ont été bâtis plus tard le pavillon Billion, puis la tour métallique de Fourvière (fig. 27).

Fig. 27. La tour métallique et la basilique de Fourvière vues du quai Pierre-Scize, en bord de Saône, au début du XXe s. Carte postale, collection particulière, DR. La maison de l’Angélique est située à droite, au pied de la tour. À gauche de la tour se détache la silhouette du pavillon Gay avec ses clochetons.

98Nous ne disposons d’aucun élément nous permettant de dater précisément la construction de l’édifice. A. Audin avançait, mais sans argument, qu’au IIe siècle, la rue nord-sud qu’il nommait « rue du Palais » [la rue Nicolas de Lange] « fut partiellement interceptée par la construction du château d’eau de l’aqueduc du Gier » (AUDIN, 1956, p. 64).

  • 20 Nous tenons à remercier M. Philippe Lanos (Laboratoire IRAMAT, UMR 5060, CNRS Bordeaux) qui a eu l’ (...)

99Les analyses archéomagnétiques réalisées en 1993 par L. Goulpeau et Ph. Lanos proposaient deux dates pour la construction : soit vers 25 ap. J.-C., soit vers 215 ou 270 ap. J.-C. (GOULPEAU et alii, 1993). La seconde proposition correspondait à une période où la ville haute de Fourvière commence à être abandonnée au profit de la ville basse (DESBAT, LENOBLE, 2018). Il paraissait par conséquent peu probable qu’au IIIe siècle, un édifice public ait été bâti en ce lieu. Aujourd’hui ces analyses ont dû être corrigées car beaucoup d’éléments ont évolué depuis les années 1990 : courbes du CMT, désaimantation thermique et correction d’anisotropie, statistique directionnelle sur matériaux déplacés, calcul des dates… Les nouveaux calculs sur l’inclinaison apportent quasiment les mêmes résultats qu’en 1993, mais la datation archéomagnétique exclut une fabrication des briques après le début de notre ère (LANOS, DUFRESNE, 2017)20.

  • 21 Nous tenons également à remercier sincèrement M. G. Bruyère et M. A. Desbat qui nous ont fait conna (...)

100L’intérêt de cette opération archéologique aura été de présenter un état renouvelé des connaissances de l’édifice de l’Angélique, qui devrait permettre d’orienter les recherches à venir et de vérifier les interprétations très hypothétiques émises dans cet article. On constate, bien que les élévations en soient fort dégradées, que l’édifice de l’Angélique conserve encore aujourd’hui un fort potentiel archéologique. Des sondages qui atteindraient les sols antiques seraient très riches d’enseignements, tant sur la datation de l’édifice que sur son organisation interne, et aussi sur les travaux d’aménagement ultérieurs réalisés par Nicolas de Lange et ses successeurs21.

Haut de page

Bibliographie

ADAMOLI P., 1767, Troisième lettre de M. P. Adamoli à M. le marquis de M*** [Migieu] sur la découverte de la pierre où est gravée l’inscription qui étoit au piedestal de la statue équestre élevée à l’honneur de Tiberius Antistius... de l’Imprimerie de Jean-Marie Bruyset, 44 p., in-8.

ARTAUD F., 1846, Lyon souterrain, ou observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu’en 1836, Lyon, Impr. de Nigon, 259 p., in-16.

AUDIN A., 1956, Essai sur la topographie de Lugdunum, Lyon, Revue de Géographie de Lyon, 174 p. (Inst. des études rhodaniennes de l’Univ. de Lyon - Mémoires et documents, 11).

AUDIN A., 1959, « Le plateau de la Sarra à l’époque romaine », Cahiers rhodaniens, 6-1959, p. 62-63.

AUDIN A., 1964, Essai sur la topographie de Lugdunum, Lyon, Audin, 3ème éd. augm. de l’éd. de 1956, 178 p. dont ill.

BOUTICOURT E., FRAVALO N., 2006, Un mur antique dit ‘mur Cléberg’, 8 rue Cléberg, Lyon 5e, Rapport d’opération archéologique, Lyon, SAM Lyon, 14 p., 16 fig.

BRUYÈRE G., LENOBLE M., 2018, « Histoire des recherches », in : LENOBLE M. dir. Atlas topographique de Lugdunum, vol. I, Lyon - Fourvière, Dijon, S.A.E., p. 23-84 (47ème suppl. à la R.A.E.).

BURDY J., 1986, « Les grands réservoirs de Lugdunum », L’Araire, 66, p. 17-24.

BURDY J., 1996, Lyon : l’aqueduc romain du Gier, Lyon, Comité du pré-inventaire des monuments et richesses artistiques, 407 p. (Pré-inventaire des monuments et richesses artistiques, Dép. du Rhône, IV).

CHENAVARD A.-M., 1850, Lyon antique restauré d’après les recherches et documents de F. M. Artaud, ancien directeur du Musée et conservateur des monuments antiques de la ville de Lyon, Lyon, Impr. L. Boitel, 21 p., 5 pl.

CHOMER C., DESSAINT P., LEROY E., 2011, Réservoir Caille, 7 montée Nicolas de Lange, Lyon 69005, Rapport d’intervention, levé topographique, Lyon, SAVL, 19 p., 10 pl.

CHOMER C., 2015, « Le réservoir de l’Abbé Caille à Lyon Fourvière », in : LEMAITRE S., BATIGNE-VALLET C. éd., Abécédaire pour un archéologue lyonnais : mélanges offerts à Armand Desbat, Autun, M. Mergoil, p. 99-103 (Archéologie et histoire romaine, 31).

DARBLADE-AUDOIN M.-P., 2006a, Nouvel Espérandieu : recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule. t. II, Lyon, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, xlix-213 p., 204 p. de pl.

DELANDINE A.-F., 1780, « Dissertation sur une statue trouvée à Lyon », in : DELANDINE A.-F., Dissertations historiques sur des antiquités de Bresse et de Lyon, Lyon, Faucheux, 72 p.

DELORME G.-M., 1760, « Recherches sur les aqueducs de Lyon construits par les Romains », Séances de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon des 29 mai et 5 juin 1759, Lyon, Aimé Delaroche, p. 59-60.

DESBAT A., 1984, Les fouilles de la rue des Farges à Lyon, 1974-1980, Lyon, Groupe lyonnais de Recherche en Archéologie gallo-romaine, 107 p., 120 ill.

DESBAT A., 1992, « Note sur l’apparition des constructions à arases de briques dans la région lyonnaise », Gallia, t. 49-1992, p. 45-50.

DESBAT A., LENOBLE M., 2018, « L’abandon précoce de la colline de Fourvière », in : Lenoble M. dir. Atlas topographique de Lugdunum, vol. I, Lyon - Fourvière, Dijon, S.A.E., p. 553-556 (47ème suppl. à la R.A.E.).

FELLAGUE D., THIRION Ph.†, 2018, « Feuille 7 : Fourvière », in : LENOBLE M. dir., Atlas topographique de Lugdunum, vol. I, Lyon - Fourvière, Dijon, S.A.E., p. 281-324 (47ème suppl. à la R.A.E.).

FLACHERON A., 1840, « Mémoire sur trois aqueducs qui amenaient autrefois à Lyon les eaux du Mont-d’Or, de la Brévenne et du Gier, d’une double voie souterraine qui longe les bords du Rhône, entre Saint-Clair et Miribel », Revue du Lyonnais, XII, p. 5-2 et p. 89-148.

FLORENCE Dr., 1911a, « Les fouilles de Fourvière : le forum. Suite », Lyon universitaire, n° 450 du 21 juillet 1911.

FLORENCE Dr., 1911b, « Les fouilles de Fourvière : le forum. Suite », Lyon universitaire, n° 455 du 25 aout 1911.

FORTIS F.-M., 1821, Voyage pittoresque et historique à Lyon, aux environs et sur les rives de la Saône et du Rhône, Paris, Bossange Frères, vol. I, 515 p.

GERMAIN de MONTAUZAN C., 1909, Les aqueducs antiques de Lyon : étude comparée d’architecture romaine, Paris, É. Leroux, xxiii-436 p., 130 fig., 5 pl.

GERMAIN de MONTAUZAN C., 1912, « Les fouilles de Fourvière en 1911 », Annales de l’Univ. de Lyon, Lyon, A. Rey éd., Nelle série, 25, 107 p., 17 ill.

GOULPEAU L. et alii, 1993, Compte rendu de l’étude archéomagnétique pour la datation des structures du site de Lyon, ‘Angélique’, avril 1993, Univ. de Rennes, laboratoire d’archéométrie.

HORRY A., 2015, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles : un panorama des techniques des formes et des décors, Lyon, ALPARA, 448 p. (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 43).

LANOS Ph., DUFRESNE Ph., 2017, Lyon, Rhône : édifice de l’Angélique, Rapport d’analyses archéomagnétiques, IRAMAT UMR 5060 CNRS Bordeaux, 9 p.

LASCOUX J.-P., 2008, Tranchée d’installation de la boucle optique de Fourvière, Lyon 5e, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 24 p., 28 pl.

LENOBLE M. et alii, 2001-2014, PCR Atlas topographique de Lyon antique, Rapports annuels 2001 à 2014, DRAC, Service régional de l’Archéologie Rhône-Alpes.

LENOBLE M, THIRION Ph.†, 2018, « Trames urbaines et réseaux viaires sur la ville haute de Fourvière », in : LENOBLE M. dir., Atlas topographique de Lugdunum, vol. I, Lyon - Fourvière, Dijon, S.A.E., p. 479-494 (47ème suppl. à la R.A.E.).

MÉNESTRIER C.-F., 1696, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, justifiée par chartes, titres, chroniques, manuscrits, autheurs anciens & modernes, & autres preuves, avec la carte de la ville, comme elle étoit il y a environ deux siècles, Lyon, N. et J.-B. de Ville, 3 parties en un vol.

MONIN M., 2016, Maison des Chapelains, 11 montée Nicolas de Lange, 69005 Lyon, Rapport de diagnostic d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 61 p.

MONIN M. dir., 2017, ECAM, 9 montée Nicolas de Lange, Lyon 5e, Rapport de diagnostic, Lyon, SAVL, 73 p., 23 pl.

PÉLADAN A., 1864, Guide de l’amateur et de l’étranger à Lyon et dans les environs : historique, archéologique, scientifique, monumental, commercial et industriel ... Avec un plan de la ville, et une lettre de Joséphin Soulary à l’auteur, Lyon, 560 p.

RONDELET J., 1821, Addition au commentaire de S.-J. Frontin sur les aqueducs de Rome, Paris.

SARTRE C., 2013, Les thermes de la rue des Farges à Lyon, Mémoire de master I sous la dir. de M. Poux et A. Borlenghi, Univ. Lumière Lyon 2, 122 p.

SPON J., 1673, Recherches des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, ancienne colonie des Romains et capitale de la Gaule celtique. Avec un mémoire des principaux antiquaires et curieux de l’Europe, Lyon, impr. de J. Faeton, 234 p.

STERN H., 1967, Recueil général des mosaïques de Gaule. II : Province de Lyonnaise. 1, Lyon, Paris, éd. du CNRS, 143 p., 98 pl. (10ème suppl. à Gallia).

STEYERT A., 1895, Nouvelle histoire de Lyon et des provinces de Lyonnais, Forez, Beaujolais, Franc-Lyonnais et Dombes. T. 1er, Antiquité depuis les temps préhistoriques jusqu’à la chute du royaume burgonde (534), Lyon, Bernoux et Cumin éd., 615 p., 786 ill.

VIAL E., 1946, « La légende de l’académie de Fourvière », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 8 (1946), p. 253-266.

Plans et Manuscrits :

ARTAUD J.-F, 1818, Ms 139, fol. 132, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon.

CHENAVARD A.-M., Manuscrit 666c, Archives des Musées Gadagne.

POINTET J., Manuscrit original conservé aux Musées Gadagne ou copie aux Archives municipales de Lyon : 0037 II.

TARDY J., 1930, Documents pour servir à l’établissement d’un plan gallo-romain de la ville de Lyon réunis sous la dir. de la Commission du Vieux-Lyon, Archives des musées Gadagne, N 1938.

VIAL E., 1937, Notes sur Fourvière, Fonds Eugène Vial, archives des Musées Gadagne, manuscrit n° 24.

Haut de page

Notes

1 Cette opération a été réalisée avec la collaboration de Mathilde Aulas, Priscille Chapuis, Anne Flammin, Véronique Vachon et avec la participation de Sidonie Beauchalon, Amélie Daubas, Fabien Delrieu et Jordi Torgue.
Les vestiges ont été inscrits au titre des Monuments historiques par arrêté du 18 février 1991. Nous adressons nos sincères remerciements à M. et Mme Aghetant, propriétaires des lieux, qui ont bien voulu nous autoriser à réaliser ces opérations.

2 E. Vial doute que la maison de Nicolas de Langes servît à réunir les académiciens. Trop rustique pour lui, elle était plutôt destinée à loger un vigneron et son outillage. L’inventaire de la maison fait à l’occasion de sa vente aux Mascrany en 1669 « comprend avec les dépendances (cellier, pressoir, caves…) quatre petites pièces garnies d’un pauvre mobilier ‘my uze’, rien qui puisse rappeler, même après un siècle, les restes d’une demeure luxueuse […] où le président de Lange aurait reçu ses prétendus académiciens » (VIAL, 1946, p. 261-263).

3 Bibliothèque municipale de Lyon, Fonds Coste 259.

4 Archives départementales du Rhône, 3 E 34675.

5 Cet observatoire était situé le long de la montée des Anges (VIAL, 1937, p. 9).

6 Archives départementales du Rhône, 3 Q 35204.

7 Demande d’autorisation de construction par M. Colonge, datée du 6 février 1892, Archives municipales de Lyon, 923 WP 311.

8 Plan cadastral daté de 1831 : section Q dite de Fourvière, 4e feuille, parcelle 358, Archives départementales du Rhône, 3P 977. Plan parcellaire de 1880 au 1/500 : secteur 149, Archives municipales de Lyon, série 4S parcelle 85.

9 TARDY, archives des Musées Gadagne, N. 1938.

10 Portail IGN, « remonter le temps.ign.fr », missions du 20-08-1947 et du 26-06-1954.

11 Il semblerait que C.-F. Menestrier assimile la Crocte Ronde avec le Capot. Joseph Pointet, qui a transcrit les nommées de 1493 et 1516 afin d’établir un historique des propriétés, précise qu’en haut de la Montée de Lange et sur la place de Fourvière était le Capot : « une petite vigne au plat de Fourvière appelée le Capot contient l’œuvre de deux hommes joignant au violet [petite voie] tendant de Fourvière à Confort devers le matin ». Fonds J. Pointet : original conservé aux Musées Gadagne ou copie aux Archives municipales de Lyon : 0037 II.

12 Si l’on considère la mesure du pied de France en usage à l’époque, soit 32,48 cm, les dimensions des caves sont 6,82 m par 3,73 m.

13 F. Artaud indique que la maison Olivier est celle qui a appartenu ensuite à l’abbé Caille (ARTAUD, 1846, p. 101, note 2).

14 Lyon, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts : ARTAUD, 1818, Ms 139, fol. 132.

15 Chenavard A.-M., Archives des Musées Gadagne, Ms 666c.

16 Un escalier permettant d’accéder à la terrasse basse est visible à cet emplacement sur les plans cadastraux.

17 3,5 m à l’Angélique et 2,9 m pour les thermes de la rue des Farges.

18 Croquis daté de décembre 1964, fonds A. Audin. Archives municipales de Lyon, 063 II 002.

19 Les cotes altimétriques d’arrivées des aqueducs antiques à Lyon sont, d’après J. Burdy : Yzeron 268 m, Brevenne 282 ou 284 m, Mont d’Or 260 m, Gier 300 m (BURDY, 1996, tableau p. 10).

20 Nous tenons à remercier M. Philippe Lanos (Laboratoire IRAMAT, UMR 5060, CNRS Bordeaux) qui a eu l’obligeance de reprendre, en novembre 2017, les calculs des datations proposées en 1993.

21 Nous tenons également à remercier sincèrement M. G. Bruyère et M. A. Desbat qui nous ont fait connaître certains documents, ainsi que Mme H. Dessales et M. A. Olivier, rapporteurs pour la R.A.E., dont les relectures et les précieux conseils nous ont permis de corriger et d’enrichir cet article.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de localisation de l’édifice dans Lyon. DAO M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Fig. 2. Vue de la face ouest de l’édifice. Cliché A. Flammin.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 3. Vue de la face est de la paroi occidentale prise du nord. Cliché M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 4. Plan de l’Angélique par A.-M. Chenavard (CHENAVARD, 1850, pl. 7, fig. 19. Archives municipales de Lyon, 1C 450434). Le nord est en bas.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 5. Extrait du plan scénographique, ‘Le Capot’. Archives municipales de Lyon, 2 S Atlas 3. Le nord est à droite.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 6. Extrait du Plan de la « Partie du territoire de Montagnieu, à présent de Thunes, en 1677 ». Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon, 10 G 1710.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 7. « Vue d’une partie de la ville de Lyon, dessignée dans la maison de MM. les chanoines réguliers de St-Antoine » par François Cleric, gravée par François de Poilly [ca. 1716-1723]. Bibliothèque municipale de Lyon, fonds Coste 259. Le nord est à droite.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 8. Gravure du pavillon Gay, ou Nicolas, archives du Musée d’art religieux à Fourvière. Ce pavillon était situé le long de la montée Nicolas de Lange.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Légende Fig. 9. Antiquités du Passage Gay en 1935, Carte postale, Archives départementales et métropolitaines du Rhône et du Grand-Lyon, 11 FI 1827 (DR). Au fond on voit le pavillon Gay.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 10. L’observatoire Gay et le restaurant Moret (PÉLADAN, 1864, p. 557).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 11. La tour métallique, au début XXe s. Carte postale collection particulière (DR). La maison de l’Angélique, avec ses deux petites tours, se trouve à gauche de la tour métallique.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 12. Plan parcellaire de Lyon, 1880, au 1/500, secteur 149, Archives municipales de Lyon, série 4S, parcelle 85. Le nord est à droite.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Fig. 13. Plan de J. Tardy « Documents pour servir à l’établissement d’un plan gallo-romain de la ville de Lyon » établi en 1930 sur le plan général de la ville, édition de 1928. Archives des Musées Gadagne, N 1938. Les nos 28 et 29 correspondent aux découvertes de mosaïques lors de travaux.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 14. Plan manuscrit de A.-M. Chenavard, archives des Musées Gadagne Ms 666c, reproduction M. Douvegheant. Le schéma en dessous est celui du réservoir de l’Abbé Caille.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Fig. 15. Plan de l’état actuel de l’édifice. Relevés M. Lenoble, V. Vachon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 16. Coupe ouest-est, profil du terrain de la montée Nicolas de Lange, à la terrasse basse de l’Angélique. DAO M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 17. Coupe nord-sud, profils des caves et relevé de la face est de la paroi occidentale. DAO M. Foucault, M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 18. Relevé photogrammétrique face ouest. A. Flammin (UMR 5138 ArAr).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 19. La paroi est de l’Angélique vue de l’ouest en 1992. Cliché R. Royet (SRA Rhône-Alpes).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 20. Vue photogrammétrique de la cave n° 2 avec sa niche, vue du sud. A. Flammin (UMR 5138 ArAr).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 21. Paroi des caves : la partie haute est réalisée en moellons de gneiss entrecoupés de lits de tuiles ; la partie basse et les arcs de soutènement sont en calcaire jaune. Cliché M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Légende Fig. 22. Vue de l’intrados des voûtes. Cliché M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 23. Vue du fond de la niche dans la cave n° 2 ; la maçonnerie située en arrière comporte un alignement vertical des moellons, témoignant peut-être d’une ouverture obturée. Cliché M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 24. Voûtes de soutènement des salles sur hypocaustes F23 et F24 du corps central des thermes claudiens de la rue des Farges. Cliché A. Desbat.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 25. Le sondage 1, faces sud, ouest et nord. Relevés M. Aulas ; DAO, M. Lenoble.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 26. Contexte archéologique du secteur de l’Angélique. 1. villa antique étudiée par A. Steyert ; 2. mur antique le long de la montée N. de Lange ; 3. mosaïque ; 4. mur antique de la Maison des Chapelains ; 5. citerne antique chez l’abbé Caille ; 6. fond de bassin ou de réservoir, mosaïque, enduits peints… ; 7. mosaïques ; 8. murs et voûtes antiques ; 9. murs antiques à l’ECAM ; 10. égout ou aqueduc antique (extrait de l’Atlas topographique de Lugdunum, vol. I : Fourvière, feuille 3) DAO M. Lenoble, G. Macabéo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 27. La tour métallique et la basilique de Fourvière vues du quai Pierre-Scize, en bord de Saône, au début du XXe s. Carte postale, collection particulière, DR. La maison de l’Angélique est située à droite, au pied de la tour. À gauche de la tour se détache la silhouette du pavillon Gay avec ses clochetons.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/10697/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lenoble, « Les vestiges antiques de l’Angélique à Lyon 5e », Revue archéologique de l’Est, T. 67-2018 | 2019, 227-248.

Référence électronique

Michel Lenoble, « Les vestiges antiques de l’Angélique à Lyon 5e », Revue archéologique de l’Est [En ligne], T. 67-2018 | 2019, mis en ligne le 26 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rae/10697

Haut de page

Auteur

Michel Lenoble

Ingénieur, DRAC-SRA Rhône-Alpes, UMR 5138 ArAR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page