Navigation – Plan du site
Articles

La maison des Dragons à Cluny (Saône-et-Loire) : chronologie et physionomie des diverses occupations de la parcelle depuis le VIIIe siècle jusqu’à nos jours

Érica Gaugé
p. 371-388

Résumés

La maison des Dragons est située face à l’église Notre-Dame sur la place éponyme de Cluny. Plusieurs campagnes de fouille ont permis d’établir précisément la chronologie et la physionomie des diverses occupations de la parcelle actuelle depuis le viiie siècle jusqu’à nos jours. À la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, est construite la maison des Dragons après l’occupation de la parcelle par deux autres bâtiments. Il s’agit d’une maison-bloc composée de deux pièces, séparées au rez-de-chaussée par une arcade. Elle est décorée d’une succession d’enduits peints et équipée de cheminées, d’un coffre-cachette et d’un évier. Des objets typiques du commerce, un godet et un méreau, utiles au marchand, ont été découverts en position secondaire dans une fosse moderne. Leur datation est large, entre le XIIIe et le XVIe siècle ; néanmoins s’ils s’avéraient être médiévaux, la fonction de boutique du rez-de-chaussée pourrait être confirmée. La maison est modifiée aux siècles suivants sans que son aspect médiéval soit totalement dénaturé.

Haut de page

Texte intégral

1Au XIXe siècle, le développement des recherches sur l’architecture médiévale donna une seconde vie aux maisons médiévales de Cluny (fig. 1).

Fig. 1. Localisation de la ville de Cluny en Bourgogne.

  • 1 Monuments historiques, plan 4589.

2En atteste une série de relevés des façades réalisée par Aymar Verdier en 18501 (fig. 2). Ces maisons retombent à nouveau dans l’oubli au début du XXe siècle avant qu’elles ne retrouvent un intérêt au milieu des années 80. À cette époque, un inventaire complet des maisons est lancé sous l’impulsion de P. Garrigou-Grandchamp et J.-D. Salvèque. Près de 150 maisons des XIIe, XIIIe et XIVe siècles ont été recensées en élévation, dans les textes ou sous la forme de vestiges sculptés. Cet inventaire a permis la constitution d’un corpus de demeures dont le gros-œuvre est antérieur au XVe siècle et n’ayant apparemment pas été modifiées aux siècles suivants, excepté l’alignement ou la destruction des façades entre 1750 et 1890. Des relevés menés par le Centre d’Études Clunisiennes ont abouti aux restitutions de divers aménagements médiévaux (distribution, circulations horizontales, desserte des étages) ou équipements (placards muraux, latrines, éviers, cheminées). Ce travail considérable constitue une source documentaire très riche méritant d’être complétée par des études archéologiques.

Fig. 2. La maison des Dragons. Dessin de Verdier, Monuments historiques, plan 4589.

3L’abbaye de Cluny est fondée en 910 par Guillaume Ier, comte de Mâcon, qui octroya une villa à Bernon, abbé de Baume-les-Messieurs. L’essor de l’abbaye est dû à sa reconnaissance comme chef d’ordre par le pape Jean XI, sous l’abbatiat d’Odon en 931. Devenue une puissante maison monastique au XIe siècle, son rayonnement entraîna l’installation de nombreux commerçants, négociants et hommes de loi, et, à terme, d’un bourg. D’origine seigneuriale, ce bourg est attesté peut-être dès 994, en tout cas entre 1094 et 1166 (SAINT-JEAN VITUS, 2006, p. 318) (fig. 3). Il se développe de façon éparse, dès l’an Mil, autour de Saint-Mayeul (DUBY, 1950, p. 260-261). Puis il colonise les espaces autour du mur sud du monastère, le long du ruisseau et du chemin menant à la Grosne (ROLLIER, 2014, p. 164). Un autre quartier prend place autour du marché Notre-Dame, dans lequel le parcellaire laniéré témoigne de la densité du bâti. L’église Notre-Dame, connue dès 1064 (THIROUX, 1728, p. 885) et dont l’état actuel est daté du XIIIe siècle, est cernée d’une place dite platea communa, seul espace public important durant tout le Moyen Âge. D. Méhu suppose que le 6, le 8 ou le 10 rue de la Barre était occupé au milieu du XVe siècle par les Échevins qui s’en servaient d’hôtel de ville (MÉHU, 2001, p. 491). Parallèlement, un dernier faubourg s’installe autour de l’église Saint-Marcel.

Fig. 3. Localisation de la maison des Dragons à Cluny. SIG : É. Gaugé, F. Fouriaux © Éveha, 2015.

4Selon J.-D. Salvèque et P. Garrigou-Grandchamp (GARRIGOU-GRANDCHAMP et alii, inédit), les grandes lignes du parcellaire et de la voirie sont fixées avant 1100 et perdurent durant les trois siècles suivants. Elles concernent principalement un grand axe est-ouest qui longe l’enceinte monastique (actuelles rues Filaterie, Lamartine, Mercière et du Merle), au débouché des portes d’honneur de l’abbaye (rue de la République) et quelques rues perpendiculaires (rues d’Avril, Joséphine Desbois, de la Barre et petite rue des Ravattes).

  • 2 Archives municipales de Cluny, Musée Ochier, n° 4 589.

5La maison des Dragons (fig. 4) est située au 8 rue de la Barre, sur la place Notre-Dame, face à l’église éponyme. Elle tire son nom du chapiteau couronnant le pilastre de sa claire-voie. Deux animaux s’y affrontent ; longtemps interprétés comme des griffons, ils sont aujourd’hui assimilés à des dragons. L’état de conservation de cette maison est remarquable ; un grand nombre d’éléments médiévaux sont encore en place et les sous-sols n’ont pas subi de profondes transformations aux XIXe et XXe siècles. La façade a toutefois été démontée puis reconstruite à la fin du XIXe siècle, dans l’alignement de celle du numéro 10 rue de la Barre, suivant la loi dont témoigne le plan dressé par Fropier aîné2 en 1783. Illustrée par quelques documents contemporains (dessin de Verdier, photographies de la fin du XIXe siècle), elle n’apparaît pas dans les textes médiévaux conservés aux archives du musée Ochier de Cluny.

Fig. 4. Façade de la maison des Dragons. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

6Une fouille programmée a été entreprise sur la volonté du Fonds de Dotation Cluny après acquisition de la maison en 2011, en partenariat avec le bureau d’études Éveha. Cette opération succède aux sondages réalisés en 1995 par B. Saint-Jean Vitus, qui n’avaient livré qu’une stratigraphie peu épaisse (0,60 m) composée de quelques niveaux de remblais et de sols. Ces résultats peuvent être mis en parallèle avec les nombreuses études menées par J.-D. Salvèque et P. Garrigou-Grandchamp, à la fois sur cette maison et sur les autres maisons médiévales de Cluny.

7Huit sondages en sous-sol et le piquetage des élévations, notamment aux premier et second étages, combinent fouille sédimentaire et analyse du bâti. Les résultats de ces deux études, menées de façon synchrone et présentés simultanément ici, permettent, malgré les modifications au fil des siècles, d’établir la chronologie et la physionomie des diverses occupations de la parcelle actuelle depuis le VIIIe siècle jusqu’à nos jours.

1. Avant la maison des Dragons, VIIIe-XIIe siècles

1.1. Sous la maison des Dragons, une possible première occupation comprise entre le viiie et le xe siècle

8Un premier état bâti prend place dans le coin nord-ouest de la maison des Dragons (fig. 5).

Fig. 5. Vestiges du premier état bâti et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.

9Il est illustré par un angle formé de deux murs assisés de façon régulière et composés de moellons calcaires aux arrêtes vives (fig. 6). Un autre tronçon de ce mur a été appréhendé quelques mètres plus loin dans la pièce sur cour. Le mur sud-ouest de ce bâtiment peut donc être suivi sur 11 m.

Fig. 6. Murs sud-ouest et nord-ouest, premier état bâti. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

10Ces deux murs peuvent être supposément complétés d’un troisième, orienté nord-ouest / sud-est, découvert dans la pièce sur rue (fig. 7). Il est composé d’un blocage central en petits blocs et d’un parement de moellons de moyennes dimensions en calcaire oolithique, assez différent des parements plus tardifs. Ses moellons sont liés à la terre argileuse brune, comme les autres murs du premier état. Ce mur pourrait donc rentrer dans la composition de ce premier bâtiment.

Fig. 7. Mur nord-est, premier état bâti. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

11L’association de ces divers murs permet la restitution hypothétique d’un bâtiment (fig. 5), qui ne peut toutefois être associé à aucun niveau d’occupation ou de mobilier. Une datation 14C, effectuée sur un charbon contenu dans le liant d’un de ces murs, permet de proposer une chronologie de ce premier état. Le résultat de cette analyse a livré à 95 % de probabilité une datation Cal AD comprise entre 775 et 975 (Cal BP 1175 to 975). Cette première construction pourrait être antérieure à l’abbaye de Cluny I (fondée en 909 ou 910) ou contemporaine de son édification. Ce bâtiment serait alors un des premiers témoignages du bourg de Cluny (attesté peut-être dès 994, en tout cas entre 1094 et 1166 ; SAINT-JEAN VITUS, 2006, p. 318), à moins qu’il ne s’agisse d’un bâtiment rural, antérieur à l’urbanisation du secteur.

1.2. À l’extérieur de la maison des Dragons, une occupation antérieure au XIe siècle

12Une autre occupation, peut-être contemporaine, est située au nord-ouest de la cour actuelle (fig. 5), à l’extérieur des différents bâtiments médiévaux. Constituée d’un mur d’orientation sud-ouest / nord-est associé à un niveau de sol, cette occupation n’a été appréhendée que sur une faible superficie (fig. 8). Le mur, recouvert en partie d’un mur postérieur, est composé d’un parement en petits moellons et d’un blocage central en pierres de moyennes dimensions. Le niveau de circulation est un agglomérat de cailloutis et de limon très induré. La présence du sol au nord-ouest du mur suppose un espace intérieur s’étendant dans cette direction.

Fig. 8. Mur (en partie supérieure) et sol (en partie inférieure) du premier état. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.

13La tranchée de récupération du mur contenait des restes fauniques. Ils ont permis la réalisation d’une datation 14C attestant le terminus ante quem de l’utilisation de ce mur, placé entre 1018 et 1155 (résultat à 2 sigma, 95,4 % de probabilité). La récupération de cette première construction est donc à situer entre le début du XIe et le milieu du XIIe siècle mais l’époque de sa construction, de son utilisation ou de son abandon ne peut être définie avec certitude. Toutefois, au vu de la similarité de leurs altitudes (fondation et niveau de sol), elle pourrait être contemporaine de la construction du premier bâtiment située entre le VIIIe et le Xe siècle. Ces deux constructions, à 1,60 m l’une de l’autre, étaient peut-être séparées par un passage étroit lié à la circulation. Ce supposé passage et cette occupation sont par la suite remblayés et recouverts d’un pavage très soigné, témoignant peut-être de la continuité du rôle de ruelle de cet espace.

1.3. Une occupation postérieure au XIe siècle avec un deuxième bâtiment

14Un deuxième bâtiment, connu uniquement à travers ses murs nord-est et nord-ouest, prend place sur le premier état bâti dans l’emprise de la maison des Dragons (fig. 9). Les élévations de ce bâtiment sont appareillées en moellons de petites dimensions formant des assises soignées. Ces moellons, liés au mortier brun orangé argileux, sont recouverts d’un enduit peint blanc monochrome.

Fig. 9. Vestiges du second état bâti et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.

15Les fondations sont composées de trois assises (hauteur : 0,34 m) de moellons de calcaire de dimensions variables mais régulièrement assisés, en débord de 0,10 à 0,12 m par rapport aux élévations. D’après J.-D. Salvèque (donnée orale), il s’agit des plus importantes fondations observées à Cluny dans l’architecture civile. Leur creusement atteint une profondeur importante, d’environ 2 m sous le niveau de sol actuel. Cette profondeur nous interroge sur le paysage de ce secteur autour de l’an Mil. Les niveaux de circulation étaient probablement bien plus bas qu’actuellement et ils ont connu l’exhaussement habituel des centres urbains.

16Le mur nord-est de ce bâtiment est suivi sur une longueur de 13,50 m et semble s’interrompre contre un des murs du premier état bâti. Le mur nord-ouest est quant à lui divisé en deux portions. Cette césure est due à la présence du mur du premier bâtiment servant de fondations. Ce mur se poursuit dans la parcelle voisine ; ainsi son retour, le mur sud-ouest, n’a pu être appréhendé. Il se situe probablement à proximité du premier état bâti, ce dernier ne pouvant être encore en élévation en plein milieu d’une pièce. Vers le nord-est, ce mur présente un important affaissement qui explique peut-être son abandon (fig. 10).

Fig. 10. Mur nord-ouest du second état. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.

17Une restitution du plan du bâtiment de cette époque pourrait être proposée grâce à l’adjonction du mur sud-est, supposé être de façade (fig. 11). Plusieurs indices convergent vers un mur découvert dans la pièce sur rue, mais les relations stratigraphiques sont mises à mal par les aménagements postérieurs. Composé de moellons calcaires de petites à moyennes dimensions liés à la terre argileuse brun orangé, les assises sont régulières, tout comme la taille des moellons. Le soin apporté à sa construction apparente ce mur à ceux du XIe siècle.

Fig. 11. Mur sud-est du second état. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

18S. Büttner (archéologue, CEM) a identifié les liants des murs comme des joints à la terre. Cette technique de construction est employée dans la mise en œuvre de bâtiments peu élevés, pouvant allier pierres et matériaux périssables. Des lames minces, réalisées dans des niveaux argileux – favorables à la conservation d’éléments organiques –, ont été étudiées par J. Brenot (géomorphologue, Éveha) afin d’identifier la présence de matériaux de construction légère. Mais ces niveaux n’ont livré aucun reste organique, et l’utilisation conjointe de matériaux périssables et de pierres n’a pu être confirmée.

19Quelques aménagements ont pu être associés à ce bâtiment, comme un caniveau (fig. 12) et un niveau de circulation. Le caniveau était utilisé pour évacuer l’eau en dehors du bâtiment, peut-être en dehors d’une cave. Le passage de l’eau sous le mur nord-ouest était favorisé par l’absence de fondation à son angle ; ce défaut a entraîné l’affaissement du mur à cet emplacement. Ce caniveau est associé à plusieurs strates identifiées comme résidu de matières fécales humaines et peut-être de déjections animales accompagnées de tissus végétaux non décomposés. Ces couches témoignent sûrement d’un fond de fosse ou peut-être de latrines.

Fig. 12. Caniveau. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.

20Le niveau de sol présente un pendage du nord-ouest vers le sud-est comme les niveaux de sols suivants. Sa mise en œuvre est postérieure à deux fourchettes chronologiques, la première comprise entre 989 et 1060 (57,4 % du résultat à 2 sigma, 95,4 % de probabilité) et la seconde entre 1080 et 1160 (38 % du résultat à 2 sigma, 95,4 % de probabilité). L’occupation de ce bâtiment est donc postérieure à une période comprise entre la fin du Xe et la seconde moitié du XIe siècle ou plus tardivement au milieu du XIIe siècle.

21Tout comme pour le premier état bâti, l’absence du mur sud-ouest et le questionnement sur le mur de façade empêchent la restitution du plan complet du bâtiment. Son orientation est probablement nord-ouest / sud-est, selon le même axe que le parcellaire de la maison du XIVe siècle. Cette ancienne parcelle peut déjà être qualifiée de laniérée même si elle paraît moins profonde que l’actuelle. Si le mur de façade est bien celui que nous supposons, il est en retrait vers l’arrière par rapport à celui de la maison des Dragons. Cela suppose que la rue était décalée de quelques mètres vers le nord-ouest, à moins qu’il y ait eu une place plus vaste à cet emplacement, liée à l’église Notre-Dame, connue dès le XIe siècle. Un aménagement particulier en avant de la maison, une avant-cour selon B. Flüge, pourrait aussi expliquer ce décalage (FLÜGE, 2005, p. 152).

22Ce bâtiment peut être contemporain du dallage précédemment mentionné, découvert à l’arrière de la maison des Dragons et recoupé par celle-ci. Il s’agit en réalité de deux niveaux de circulation pavés, certainement contemporains malgré leur décalage formant une marche ou attestant une recharge (fig. 13).

Fig. 13. Pavage, à l'extérieur de la maison. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.

23Ces dalles de grandes dimensions, soigneusement appareillées, étaient couvertes d’une fine pellicule noire indurée témoignant d’un encroûtement naturel dû à l’enfouissement plutôt qu’à une action anthropique (donnée orale, J. Brenot, géomorphologue). Ce pavage présente un pendage nord-ouest / sud-est de 6,7 % au minimum. Il n’est pas possible de déterminer s’il était à l’intérieur ou à l’extérieur, ni même s’il filait jusqu’au mur du bâtiment des XIe et XIIe siècles. Il s’agit peut-être du dallage d’un passage entre deux bâtiments. Il est par la suite remblayé par une succession de strates de nature sableuse, différentes des remblais présents dans l’espace intérieur de la maison. Outre quelques éléments de faune, elles contenaient de la céramique de la fin du XIIIe et du XIVe siècle et des épingles en os, dont l’une, bifide, est sculptée de têtes d’oiseau.

2. La maison des Dragons, une maison polyvalente du XIVe siècle

24La cause de l’abandon de ce premier bâtiment (destruction volontaire, effondrement, etc...) n’est pas connue. Il est probablement abandonné au cours du XIIIe siècle après son occupation principale au XIe ou au XIIe siècle et avant la construction de la maison des Dragons au XIVe siècle. Le plan de cette nouvelle bâtisse ne suit pas strictement l’axe de la première ; soit elle utilise les anciens murs comme fondations, soit elle s’implante à quelques dizaines de centimètres de ces mêmes murs. Dans ce dernier cas, le mur nord-ouest est supplanté par un autre mur, peut-être à cause de sa fragilité due à l’absence de fondation continue. Cette nouvelle construction est la seule connue par ses élévations.

25Le bâtiment du XIe-XIIe siècle est agrandi à la fois à l’arrière et en façade. La nouvelle construction prend le plan d’une maison-bloc composée de deux pièces, une petite à l’avant et une plus vaste en partie arrière (fig. 14). Une arcade sépare ces deux pièces. Elle n’est conservée en place que sur un tiers de son élévation, le reste ayant été remonté durant le XVIe siècle après sa destruction pour une raison encore inconnue.

Fig. 14. Maison des Dragons et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.

2.1. Le rez-de-chaussée

26L’espace vide au cœur des élévations du bâtiment antérieur a été stabilisé par une succession de remblais atteignant un mètre d’épaisseur et déposés au moment de la construction de la maison des Dragons. Deux gestes distincts dans ce remblaiement illustrent peut-être deux phases successives, un remblaiement antérieur au début des travaux et un autre contemporain de ces même travaux. Le premier est composé de couches de nature argileuse contenant de nombreuses petites pierres, à la mise en œuvre nettement horizontale. Il est recouvert d’un second geste présentant un fort pendage du nord-ouest vers le sud-est. Ce pendage est partiellement rattrapé afin d’établir un niveau de sol horizontal de chaux blanc, induré en partie supérieure. Les remblais contenaient divers mobiliers médiévaux dont la position secondaire témoigne de leur abandon : pointe de flèche, éléments de costume tels un ferret, ferrures équestres, clef et de nombreux restes fauniques. Représentant la triade domestique (capriné, bœuf et porc) complétée par des restes de volaille, dont ceux d’oie et de canard, ces os ont conservé des traces de découpes montrant une pratique bouchère très répandue (dislocation et sectionnement des groupes anatomiques).

27Les rentiers de l’église Saint-Mayeul, datés de 1333, et les documents relatifs à l’église Saint-Marcel mentionnent la présence de seize maisons à cellier à Cluny (GARRIGOU-GRANDCHAMP et alii, 1997, p. 120). Selon J.-D. Salvèque et P. Garrigou-Grandchamp (ibid., p. 116), les maisons clunisiennes sont des maisons polyvalentes. Elles servent à la fois de maison d’habitation et de magasin, d’atelier ou de lieu de stockage.

28Selon ce schéma, la pièce sur rue abritait la boutique alors que la grande pièce arrière servait au stockage. Ces fonctions n’ont pu être confirmées par la présence de structures liées à ces activités qui, de façon générale, ne marquent que modérément le bâti. Toutefois, des objets typiques du commerce, comme un godet et un méreau, ont été découverts en position secondaire dans une fosse moderne (fig. 15). Le godet appartient à une série de poids gigognes contenus dans une pile, dite pile à godets. Ce godet, d’un diamètre de 27 mm pour une hauteur de 10 mm, pèse 15,43 g, soit environ une demi-once de Troyes (once de troy : 31,1 g). Il correspond donc aux standards du troisième godet de la pile ou godet intermédiaire et s’inscrit par ailleurs dans les normes métrologiques connues au bas Moyen Âge (MET-008, BERTHON, 2016, p. 69).

Fig. 15. Godet et méreau. Cliché : A.-A. Berthon © Éveha, 2016.

29La datation de ces objets est incertaine, mais s’ils s’avéraient être médiévaux, ils pourraient provenir de la boutique du rez-de-chaussée. La fonction commerciale pouvait être favorisée par la présence d’une porte surmontée d’une arcade dans la pièce sur rue, qui permettait de passer à la parcelle mitoyenne, actuellement le 6 rue de la Barre (fig. 16). La physionomie de cette dernière parcelle reste inconnue au Moyen Âge, même si elle était probablement bâtie.

Fig. 16. Porte en plein cintre du rez-de-chaussée. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

2.2. Le premier étage

30Les pièces sur rue des premier et second étages étaient quant à elles plutôt destinées à l’habitat ; en attestent les nombreux aménagements découverts au gré des piquetages. Au premier étage, cette pièce était éclairée principalement par la lumière traversant la claire-voie. Celle-ci, classée aux Monuments historiques, est composée de cinq baies sur une hauteur d’environ 1,80 m (fig. 4). L’extrême variété des formes et des motifs témoigne du soin apporté à cette claire-voie, élément typique de l’architecture clunisienne. Un seul pilastre est surmonté d’un chapiteau présentant deux dragons affrontés, duquel est tiré le nom de la maison. Ce soin et la fonction décorative se retrouvent aussi dans la cheminée (fig. 17). Celle-ci a été bûchée peut-être au XVIIIe siècle lors de son remplacement par une cheminée au nouveau goût du jour. Le mur conserve toutefois, soit le négatif de chaque composant de la cheminée médiévale, soit ces composants partiellement bûchés.

Fig. 17. Cheminée de la pièce sur rue au premier étage. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

31Le contrecœur, en arc en anse de panier, est entouré de deux montants en blocs calcaires monolithes, terminés vers la cheminée par des pilastres cannelés couronnés de chapiteaux à la décoration végétale. Le chapiteau au sud-est présente un astragale en arc de cercle, alors que le chapiteau nord-ouest est doté d’un cavet rentrant et au décor végétal saillant (fig. 18).

Fig. 18. Chapiteau nord-ouest de la cheminée de la pièce sur rue au premier étage. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

32Dans cette pièce, l’aspect décoratif était complété par une succession d’enduits peints dont le plus ancien imitait un faux-appareil simple à joints brun-rouge. Cet enduit peint, recouvert par la suite d’un second faux-appareil à doubles joints rouges emplis de jaune, semble avoir été couronné d’une frise décorative noire et rouge dont quelques fragments subsistent dans la pièce du second étage, sur des pierres en débord accueillant l’ancien plancher médiéval.

33Ces enduits étaient aussi présents sur la porte menant depuis la pièce arrière à la pièce avant, riche élément décoratif grâce aux quatre types d’enduits peints présents sur son arc en plein-cintre soigneusement appareillé (fig. 19). Celui-ci a été remanié au fil des siècles et notamment lors de la reconstruction de l’escalier menant du rez-de-chaussée au premier étage, probablement à l’époque moderne. Actuellement composé d’une volée de marches en blocs monolithes, l’escalier repose sur un massif dont la mise en œuvre a entraîné la retaille d’un claveau de l’arcade médiévale du rez-de-chaussée. La présence d’une assise de pierres de taille dans le mur encadrant cette arcade, la largeur plus importante du montant sud-ouest de l’arcade et la présence d’une porte ouvrant depuis l’escalier vers l’arrière supposent l’existence d’un aménagement à cet emplacement dès l’époque médiévale. Il est possible que l’escalier actuel ait repris la même disposition que l’escalier médiéval, emplacement habituel au sein des maisons clunisiennes. Le matériau de construction de cet escalier d’origine ne peut être déterminé, bois ou pierres, ni la physionomie des pièces avant l’adjonction des cloisons.

Fig. 19. Porte entre pièce avant et pièce arrière du premier étage. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

34L'escalier actuel, et probablement avant lui l’escalier médiéval, menait à une porte ouvrant sur la pièce arrière du premier étage. Cette dernière donne actuellement sur une petite cour qui n’existait pas, du moins dans ces dimensions, à l’époque médiévale. Elle était plus longue de quelques mètres, son mur de façade arrière actuel ayant été reconstruit à l’époque moderne et le mur médiéval ayant été retrouvé quelques mètres plus au nord-ouest. Un évier et un réservoir d’eau prenaient place au sein d’une niche surmontée d’une arcade au centre du mur nord-est de cette pièce. La pierre d’évier n’est plus en place et a probablement été réutilisée à l’époque moderne comme appui de fenêtre. Ces aménagements apparentent la pièce à une cuisine ou du moins à une pièce liée aux besoins de la vie quotidienne.

35L’évier est entouré de deux portes identiques couronnées de linteaux monolithes posés sur des coussinets moulurés (fig. 20). Ces portes, à la mise en œuvre soignée, donnaient sur la parcelle voisine mais comme pour celle du rez-de-chaussée, nous ne savons pas vers quel espace elles ouvraient : un bâtiment au 6 rue de la Barre ou des galeries ou escaliers en bois permettant d’accéder au second niveau ?

Fig. 20. Mur nord-ouest et évier. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

36Le mode de communication liant premier et second étages reste inconnu, l’escalier actuel situé dans la pièce arrière étant un aménagement moderne. L’hypothèse de galerie, sur le modèle des maisons de Tournus (SAINT-JEAN VITUS, 2005, p. 318), n’est pas prouvable en l’état mais aucun fait archéologique ne la contredit. Toutefois, si la maison communiquait avec la demeure voisine, il s’agirait d’une phase d’agrandissement en direction des parcelles voisines, pour reprendre les mots de B. Saint-Jean Vitus (SAINT-JEAN VITUS, 1992, p. 6).

2.3. Le deuxième étage

37Le troisième niveau est lui aussi composé de deux pièces en enfilade. Contrairement au premier étage, la pièce sur rue, occupée par le logis, ne possédait pas de cheminée. Elle présentait toutefois un autre aménagement manifestant une richesse certaine, un coffre-cachette. Composé de deux placards superposés, ce coffre autrefois fermé, comme en témoignent encore feuillures et éléments métalliques, était doté de plusieurs encoches supportant des tablettes en bois. L’une de ces tablettes se glissait directement sur le fond du placard inférieur et cachait un orifice menant à un grand espace vide (profondeur : 48 cm et largeur : 59 cm) servant alors de cachette (fig. 21). D’après A.-L. Napoléone (NAPOLÉONE, 2003, p. 259), cet aménagement est rare, un seul autre placard de ce type est conservé au rez-de-chaussée d’une maison « rue Droite », à Martel dans le Lot (46).

Fig. 21. Coffre-cachette. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

38En plus de cet élément particulier, la pièce était décorée de plusieurs enduits peints dont l’un est inédit au sein de la maison des Dragons (GAUGÉ, 2015, p. 27). Conservé sur une faible superficie, il est illustré par une fleur verte et orange et d’autres aplats de ces deux couleurs (fig. 22).

Fig. 22. Premier état d’enduit peint. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

39Ces dernières, rares dans la peinture médiévale clunisienne, n’ont été retrouvées qu’à cet emplacement dans la maison. Ce premier enduit n’était peut-être qu’un essai localisé dans ce secteur, à moins qu’il n’ait été détruit ailleurs par la mise en œuvre des enduits postérieurs. Il est recouvert d’un faux-appareil à joints simples brun-rouge, déjà observé au premier étage et qui semble avoir couvert l’intégralité de ces pièces durant le XIVe siècle. Ce faux-joint n’est pas très soigné, les lignes horizontales sont irrégulières et penchent à la jonction entre les murs. Il est complété d’un décor architectural peint, une colonne au fût orné entourant une ouverture, aujourd’hui bouchée (fig. 23 ; GAUGÉ, 2015, p. 28).

Fig. 23. Colonne en faux-appareil. Dessin et DAO : É. Gaugé © Éveha, 2015.

40La limite supérieure de cet enduit peint est matérialisée par une frise végétale rouge et jaune. Ce deuxième état est recouvert d’un second faux-appareil, composé d’un joint double rouge empli de jaune et complété de points rouges, de fleurs rouges réalisées au pochoir et de traits noirs, et couronné d’une frise de rinceaux et de végétaux de couleurs rouge et jaune (fig. 24). Ce type de décor, connu à l’ancien prieuré Saint-Martin de Mesvres (dont l’étude a été réalisée par S. Balcon-Berry), est placé dans une fourchette chronologique allant de la seconde moitié du XIIIe au courant du XIVe siècle.

Fig. 24. Trois états d’enduits. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

41En l’état actuel de nos connaissances, les enduits peints sont concentrés dans les deux pièces sur rue des étages. Ils étaient certainement étendus aux pièces arrières, comme le prouve un fragment d’enduit peint figurant un double appareil, présent à l’arrière du coffre-cachette dans la pièce sur cour. Cette dernière présentait peut-être une décoration identique à celle de la pièce sur rue et aurait été endommagée par son utilisation comme grenier aux époques moderne et contemporaine. Quant aux autres pièces, destinées à des fonctions plus communes à l’époque médiévale (magasin, cuisine…), elles n’étaient peut-être pas décorées mais seulement enduites.

42Tous ces éléments décoratifs témoignent de la richesse de cette maison. La présence des claires-voies, cheminée et coffre-cachette uniquement dans les pièces sur rue indique une hiérarchisation au sein de l’habitat. Les pièces du rez-de-chaussée sont destinées au commerce alors que celles des étages sont réservées à la vie des habitants et peut-être aux réceptions. Notons l’absence de certains aménagements comme par exemple des latrines. D’après les études de P. Garrigou-Grandchamp mentionnées précédemment, les latrines ne sont pas un élément bâti fréquemment retrouvé dans les maisons clunisiennes. Dans celle des Dragons, elles étaient peut-être situées au contact du mur arrière, dont l’élévation est aujourd’hui détruite. Un massif maçonné au pied de ce mur et à l’usage indéterminé était peut-être destiné à accueillir ce type d’aménagement.

2.4. Plan et datation

43La maison du XIVe siècle n’avait pas le même plan que la maison actuelle : elle était composée de deux pièces. Ce plan dit de maison-bloc est prépondérant dans l’architecture civile médiévale de Cluny. La pièce à l’avant, donnant sur la rue, avait un plan et des dimensions à peu près semblables à celui de la pièce actuelle (38 m²) bien que le mur sud-ouest et la façade aient été remontés tardivement. La seconde pièce était de dimension plus importante que la pièce actuelle et atteignait 85 m². La surface au sol du bâtiment était de 123 m². La superficie globale avoisinait les 369 m².

44La maison actuelle est couverte d’un toit en tuiles de terre cuite reposant sur une charpente en bois très simple, à panne mais aux chevrons absents. Pour l’instant, il n’a pas été possible de déterminer si cette charpente est en place. Une datation dendrochronologique, après étude poussée de la charpente, permettrait de confirmer la datation avancée par les chrono-typologies de la céramique et du métal.

45La datation de la maison des Dragons s’appuie sur la typochronologie de la céramique découverte dans les remblais de stabilisation du bâtiment du XIe siècle, déposés lors de la construction, et dans les remblais recoupés par la tranchée de fondation de la maison considérée. Cette typo-chronologie indique que « la présence de la glaçure sur un grand nombre d’entre eux limite le terminus ante quem au milieu du XIIIe siècle pour les plus précoces. Toujours par le biais de la glaçure, sa localisation en face interne laisse à penser à une production au-delà du XIIIe siècle comme l’envisagent les données les plus précises. Le XIVe siècle devient en conséquence incontournable pour la plupart des formes rencontrées dans les couches en question » (étude céramologique réalisée par S. Guyot). La construction de la maison ne peut donc être placée avant la fin du XIIIe siècle et plutôt au début du XIVe siècle. Cela ne correspond pas parfaitement aux analyses stylistiques de la façade et des décors de la maison réalisées par J.-D. Salvèque (document non publié). Celles-ci plaçaient, avant le piquetage des élévations, cette demeure vers 1200. Cette datation repose sur l’observation du tracé des arcs, du profil des cordons, des chanfreins des grandes baies et des linteaux droits et par comparaison avec d’autres édifices de Cluny.

46Cette nouvelle datation de l’occupation, retardée de quelques décennies, n’est pas remise en cause par les caractéristiques des matériaux employés. D’après J.-D. Salvèque (donnée orale) et par comparaison avec les autres maisons de Cluny ou l’abbaye elle-même, l’emploi du calcaire à entroques devient courant à la fin du XIIe siècle, puis quasiment exclusif aux XIIIe et XIVe siècles. Les maçonneries en moellons sont moins régulières à cette époque et les pierres de taille sont systématiquement brettelées. Les élévations de la maison des Dragons répondent à ces critères : elles sont moins soignées au XIVe siècle qu’aux siècles antérieurs ; elles sont faites de moellons en calcaire à entroques et toute pierre de taille a été travaillée à la bretture.

47La peinture quant à elle ne contredit aucune des deux hypothèses. M.-G. Caffin (donnée orale) indique une datation comprise entre le milieu du XIIIe et le milieu du XIVe siècle pour les fleurs à cinq lobes du troisième état pictural.

2.5. La maison au cœur de Cluny

48La maison des Dragons est un exemple typique de l’architecture clunisienne du XIVe siècle. D’autres maisons semblables jouxtaient probablement la place Notre-Dame, attirées par le développement économique de la rue Mercière. Le parcellaire laniéré, remarquable aujourd’hui sur le cadastre contemporain ainsi que sur le cadastre napoléonien, suppose la persistance de l’espace bâti dans ce quartier. La parcelle de la maison des Dragons fait partie d’un groupe de parcelles d’angle, à l’intersection de deux axes de communication. Cela veut dire que deux systèmes d’influence s’exercent sur le bâti. La parcelle est orientée de manière à profiter de la voie de communication secondaire, mais les parcelles donnant sur la rue Mercière ont dû exercer une pression foncière sur le fond de parcelle de la maison des Dragons.

49Un certain nombre d’autres maisons de Cluny, étudiées par J.-D. Salvèque et P. Garrigou-Grandchamp, présentent un grand nombre de similarités avec la maison des Dragons, notamment en ce qui concerne le plan (GARRIGOU-GRANDCHAMP et alii, 1997, p. 116). Ce dernier, composant une maison-bloc, est visible dans au moins trois autres maisons de la même époque, sises au 20 rue de la Barre, 4 rue Joséphine Desbois et 9 rue du Merle. Leur superficie est cependant moins importante que celle des Dragons. Une quatrième, la maison du 15 rue d’Avril, est quant à elle placée deux siècles avant celle des Dragons. Datée du XIIe siècle, elle est composée de deux pièces séparées par une arcade centrale. Sa longueur n’excède pas les 14 m, contre 22 m pour la maison des Dragons.

50L’importante étude de bâti réalisée par B. Saint-Jean Vitus sur la ville de Tournus a mis en évidence qu’aux XIIIe et XIVe siècles, les maisons sont construites perpendiculairement à la rue, suivant un parcellaire laniéré (SAINT-JEAN VITUS, 2006, p. 386). De forme rectangulaire, elles ont un plan de maison-bloc, prépondérant aux XIIIe et XIVe siècles, et sont souvent mitoyennes. La façade sur rue possède un portail cintré menant à une grande salle et une porte à linteau ouvrant sur l’escalier. Ce dernier mène au premier étage, éclairé par une fenêtre à meneaux ou une claire-voie. Ces maisons possèdent souvent sur la façade arrière des systèmes de galeries en bois reliant les autres étages. Le rez-de-chaussée a une fonction de boutique alors que le premier étage est destiné à l’habitat, comme en témoignent les fenêtres à coussiège, les cheminées, les claires-voies ou les enduits peints (faux-appareil au 21 rue de l’Hôpital). Le second étage sert de grenier ou de réserve.

51À Tournus, ce schéma est illustré par plusieurs maisons, dont celle sise au 9 rue des Lambrois. Cette maison-bloc de forme rectangulaire était dotée au minimum d’un étage. Sa profondeur atteint les 10,30 m alors que sa façade mesure 7 m. Le 17 rue de l’Hôpital possède deux niveaux occupant 16 m de longueur sur 11 m de façade. Son rez-de-chaussée est une grande salle ouverte comportant deux piliers soutenant le plancher. L’étage est doté d’une cheminée et l’arrière ouvre par une porte sur une galerie en bois. Le 21 rue de l’Hôpital est construit sur le même plan. La maison sise au 19 s’inscrit dans l’espace vide entre les deux maisons : deux murs-rideaux sont tendus entre les pignons. Ce modèle de maison est très similaire à la maison des Dragons. Il est possible de supposer l’existence de galeries en bois liant les étages entre eux, peut-être sur la façade arrière de la maison, ou sur un des côtés si les maisons mitoyennes n’étaient pas contemporaines ou de hauteurs inégales.

52À Cluny, les relevés topographiques des différents niveaux de sol de la maison des Dragons depuis le XIe siècle jusqu’à l’époque contemporaine, associés au relevé de la place Notre-Dame, attestent l’exhaussement de la place au fil des siècles, comme il est courant dans les milieux urbains. L’exhaussement des sols de la maison des Dragons atteint 2,75 m depuis le XIe siècle à nos jours et 1,50 m depuis le XIVe siècle à nos jours. Le sol du XIVe siècle correspond probablement au niveau de circulation dans l’église Notre-Dame à la même période, c’est-à-dire le niveau de sol actuel des fonts baptismaux.

53Située à quelques centaines de mètres de l’abbaye et face à l’église Notre-Dame, la position de la maison des Dragons est centrale dans Cluny. Même si elle n’est pas située dans la rue la plus densément peuplée au Moyen Âge, l’actuelle rue Mercière, sa localisation permettait tout de même d’exposer aux yeux des passants la richesse de sa claire-voie. Elle avait aussi une position privilégiée pour son activité, sans doute liée au commerce.

3. À l'époque moderne : continuité de l’occupation

54Les modifications apportées à la maison des Dragons durant l’époque moderne témoignent de l’amélioration des équipements liés à la vie quotidienne. Elles consistent aussi en des reconstructions de grandes portions de murs. La datation détaillée de ces diverses modifications n’est pas aisée à définir, seuls quelques éléments de chronologie relative peuvent être apportés.

3.1. Destruction et reconstruction

55Le plan de la maison médiévale se voit modifié après la destruction du mur de façade arrière et d’une partie du mur sud-ouest, peut-être à cause d’un incendie, des moellons présentant des traces de combustion étant réutilisés dans le pavage de la nouvelle cour. La reconstruction de la façade arrière, vers l’intérieur de la maison, entraîne la diminution de l’emprise de celle-ci ainsi que la création d’une petite cour (fig. 25).

Fig. 25. Vestiges de la maison à l’époque moderne et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.

56À l’instar du mur arrière, le mur sud-ouest est aussi reconstruit au rez-de-chaussée, au premier étage et peut-être au second, à l’avant de la maison. Son nouvel état comprend de nombreuses terres cuites et des remplois médiévaux tels qu’un fragment de corniche ou une colonnette. Antérieur à la reconstruction de la façade, ce mur est aussi plus ancien que l’escalier actuel.

57Parallèlement, l’arcade du rez-de-chaussée subit une reconstruction partielle, entraînant un important creusement dans le mur nord-est de la maison. Cette arcade perd alors sa physionomie première et ne répond plus aux critères stricts de l’arc brisé. F. Henrion (donnée orale) note que la taille piquetée marquant les claveaux est connue au XVIe siècle à Vézelay (cellier du monastère, Porte-Neuve) ou à La Charité (bâtiments conventuels, porterie). Il n’est pas possible de déterminer l’événement déclencheur de l’effondrement de la première arcade mais les nombreux travaux de l’époque moderne n’y sont certainement pas étrangers.

58Un nouvel escalier succède à ces reconstructions, probablement dans un laps de temps assez court. Il repose sur un arc de décharge lui-même posé sur l’arcade séparant pièces avant et arrière au rez-de-chaussée et a entraîné la construction d’un mur de refend pour l’isoler des pièces de vie. La porte sur laquelle débouche sa volée est largement reprise à cette époque, son arcade étant rehaussée. Les planchers sont descendus à la même période. Celui séparant les premier et second étages comporte de longues lattes peintes de rosaces blanches ainsi que des poutres maîtresses chanfreinées en remploi.

59Plus tard, la cour est reliée à la parcelle voisine par un passage ouvert dans le mur nord-ouest. Celui-ci est composé de deux arcades en terre cuite posées sur un chapiteau probablement issu de l’abbatiale de Cluny III, reposant lui-même sur une colonne aux tambours pour la plupart modernes. À cette époque, la cour est pavée de petits moellons issus de la destruction d’un mur. Ce pavage recouvrait un dépôt organique de déchets recueillis dans un espace laissé vide après la récupération en profondeur des murs du bâtiment du XIe siècle.

3.2. De nouveaux aménagements

60La maison médiévale est agrémentée de nouveaux aménagements permettant d’augmenter son confort. Un placard est creusé dans le mur nord-est au premier étage à droite de la cheminée. Il a aussi servi d’évier, peut-être de façon synchrone ou antérieurement au placard (fig. 26).

Fig. 26. Placard moderne. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.

61Il donnait sur une canalisation en terre cuite ajoutée dans le mur et débouchant sur un déversoir évacuant les eaux usagées dans une fosse creusée au rez-de-chaussée dans les niveaux médiévaux (fig. 27). Cette fosse était dotée d’un cuvelage composé de quelques pierres calcaires formant un espace grossièrement carré (puisard).

Fig. 27. Fosse moderne et déversoir. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

62Cette fosse est antérieure ou peut-être contemporaine à l’installation d’une structure de chauffe (fig. 28), composée de briques de terre cuite et d’une sole. Elle est liée à un cendrier, lui aussi matérialisé par une bordure de briques de terre cuite brisées.

Fig. 28. Structure de chauffe au rez-de-chaussée. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

63Le comblement de ces deux structures contenait un billon émis en 1594 (Dy. 1254 A ; LÉTY, 2016, p. 72) qui a continué de circuler jusqu’en 1640 comme le montre la contremarque faite sur ordonnance de juin 1640. Cette monnaie permet de donner un terminus ante quem à l’utilisation de cette structure, probablement jusque 1640. Sa physionomie l’apparente plus à un foyer qu’à une structure de production. Elle aurait compensé l’absence de structure chauffante avant la construction d’une cheminée maçonnée dans le comblement de la porte médiévale du rez-de-chaussée et datée du XVIIe siècle, voire du XVIIIe siècle. Parallèlement, une autre cheminée est installée dans une des portes médiévales du premier étage. Il n’en reste qu’une plaque foyère en terre cuite décorée de deux lions couronnés et les négatifs des montants et des corbeaux. J.-D. Salvèque place sa réalisation au XVIe siècle. Une seconde cheminée la remplace plus tardivement, au XVIIIe siècle.

64La montée d’escalier du premier au second étage, en terre cuite et bois, est ajoutée à cette période. Elle est éclairée grâce au percement d’une fenêtre dans le refend médiéval au second étage. Cette ouverture remploie un linteau en bois décoré de médaillons figurant un visage de profil. Le seuil de la porte qui s’ouvrait dans ce même mur est remplacé par un appui de fenêtre abaissé d’une trentaine de centimètres. Les sols du second étage sont alors descendus et la pièce sur rue est décorée d’un dernier état de peinture sous la forme de traits rouges. Partiellement conservé, il figurait des décors stylisés au motif non reconnaissable. Seule la figure d’un probable soldat témoigne d’un décor figuratif (fig. 29).

Fig. 29. Figuration d'un soldat. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.

3.3. Les niveaux d’occupation

65Les niveaux médiévaux sont remblayés en une succession de plusieurs couches qui peuvent être datées de l’époque moderne, mais sans plus de précision. Les remblais contenaient très peu de mobilier archéologique. Quelques ossements de faune témoignent de la diminution de la part des caprinés aux XVIIe et XVIIIe siècles au profit du bœuf, alors que celle du porc est relativement stable. Deux niveaux de sol utilisés à cette époque ont pu être mis en lumière, l’un d’entre eux étant composé de tomettes. La chronologie des événements entre l’abandon des niveaux d’occupation de la maison du XIVe siècle et sa réoccupation à l’époque moderne n’est pas précisément connue. On ignore s’il y eu un hiatus de quelques décennies ou continuité de l’occupation.

4. La maison à l’époque contemporaine

66Même si la maison n’a pas subi d’importantes modifications caractéristiques à l’époque contemporaine, plusieurs points sont à noter. La cour est totalement réaménagée par l’adjonction d’un appentis abritant des latrines et de plusieurs murs destinés à soutenir des escaliers extérieurs.

67Les niveaux de sol sont exhaussés à l’intérieur de la maison comme durant toutes les phases d’occupation antérieure. Les murs sont enduits ou couverts de papiers peints selon les niveaux et des cloisons sont installées afin de subdiviser les grandes pièces. Des placards sont aménagés dans les murs alors que le mur de refend central est percé de plusieurs ouvertures aux étages.

  • 3 AMC, Musée Ochier, plans d’alignement de 1783 par Fropier aîné, confirmés en 1812.
  • 4 Dossier établi pour le classement de ‘la claire-voie à colonnettes gothiques’ comme M.H. par décret (...)

68Le réaménagement le plus significatif de l’époque contemporaine est le déplacement de la façade. Cette dernière a été démontée puis reconstruite dans l’alignement de la façade du numéro 10 rue de la Barre, suivant la loi dont témoigne le plan d’alignement dressé par Fropier aîné3 en 1783. Dans le cas présent, cet alignement n’a été effectué qu’à la fin du XIXe siècle, d’après une lettre du président du syndicat d’initiative de Cluny datée de 19304 et indiquant la réparation de la façade une quarantaine d’années plus tôt. Cette façade n’a pas été remontée identiquement à la façade médiévale comme en atteste la photographie de la fin du XIXe siècle (fig. 30) prise avant son déplacement. Par exemple, le cordon séparant aujourd’hui le premier et le deuxième étage se trouvait bien plus haut avant le déplacement de la façade.

Fig. 30. Photographie ancienne de la maison des Dragons. Musée Ochier de Cluny (non côtée).

69Le niveau supérieur de la maison est transformé à cette époque en grenier pour le stockage. Une poulie est alors installée sur la façade, alors que les ouvertures supérieures sont détruites afin d’y faire passer les marchandises.

Conclusion

70Les modifications au fil des siècles n’ont pas eu d’impact irréversible sur l’état de la maison médiévale. Souvent, elles n’ont fait que masquer les états antérieurs, au gré des modes. Les fouilles archéologiques, piquetage et sondage, ont partiellement effacé leur incidence sur la maison tout en faisant largement avancer les recherches. Elles ont contribué à la restitution de l’état d’origine grâce à la détermination de son plan et de ses aménagements de l’époque. Et surtout, elles ont permis de retracer l’évolution bâtie de la parcelle sur douze siècles, probablement entre le VIIIe et le XXe siècle. Cette histoire est connue de façon inégale selon les siècles, les constructions successives remplaçant les précédentes (fig. 31).

Fig. 31. Coupe transversale (mur nord-est) de la maison actuelle des Dragons. En pointillés : hypothèse de restitution. D’après S. Foisset, É. Gaugé et J.-D. Salvèque.

71Malgré la connaissance détaillée de l’architecture, il faut noter les lacunes concernant la vie quotidienne de ses habitants à toutes les époques. Néanmoins, quelques aménagements liés à celle-ci ont pu être mis en évidence, comme un évier ou une cheminée, qui confirment les fonctions résidentielle ou domestique de ces espaces.

72Les sous-sols, profondément sondés, n’ont livré que peu de mobilier. On constate tout de même la présence de faune, de métal ou de céramique dans la plupart des contextes. Principalement contenus dans les remblais installés afin que l’occupation suivante puisse y prendre place, ces mobiliers sont en position secondaire. Leur faible quantité indique davantage des rejets opportunistes qu’une volonté de créer un dépotoir. Le mobilier contenu dans les remblais ne peut alors être considéré comme représentatif de l’occupation de la maison. Toutefois, celui issu de structures comme la fosse moderne du rez-de-chaussée a volontairement été jeté dans ce creusement et est donc issu d’un environnement proche et peut-être de la maison elle-même. Il peut alors être utile à la définition de la fonction des lieux. N’ayant pu être daté précisément, il peut témoigner toutefois de la fonction commerciale du rez-de-chaussée.

73Le statut social des habitants reste défini plus par l’architecture de la maison que par le mobilier découvert. Elle atteste un statut privilégié de propriétaires d’une grande demeure située au cœur de la ville.

74Il résulte de cette étude la connaissance de l’évolution d’une maison du quartier Notre-Dame à Cluny, maison qui pourrait s’avérer être un modèle dans ce secteur. Sa représentativité ne fait aucun doute au sein du bourg de Cluny, notamment par sa claire-voie et ses enduits peints. Il s’agit ici du seul exemple d’architecture civile ayant fait l’objet de recherches aussi abouties à la fois en élévations et en sous-sol. Les nombreuses découvertes issues de cette fouille démontrent la richesse du sous-sol de Cluny et de l’occupation bâtie du secteur dès le VIIIe siècle. Il en ressort l’importance de mener des fouilles sédimentaires dans ce contexte urbain et de les étendre à d’autres maisons, afin de mieux connaître l’évolution architecturale du quartier et de la ville à plus grande échelle. Une étude morpho-topographique du quartier médiéval de Cluny serait aussi souhaitable afin d’intégrer ces nouvelles données dans un contexte plus vaste.

Haut de page

Bibliographie

BERTHON A., 2016, « Étude du petit mobilier », in : GAUGÉ É., La maison des Dragons, Rapport de fouille programmée, Limoges, Éveha, p. 69.

CHOUQUER G., Michelin Y., 1997, « Les formes du paysage », Études rurales, t. 1, n° 145-146, p. 177-182.

DUBY G., 1950, « La ville de Cluny au temps de saint Odilon », in : À Cluny. Congrès scientifique : fêtes et cérémonies liturgiques en l’honneur des saints abbés Odon et Odilon, 9-11 juil. 1949, Travaux du Congrès, art, histoire, liturgie, Cluny, Soc. des Amis de Cluny, Dijon, Impr. Bernigaut et Privat, p. 260-264.

ESQUIEU Y., PESEZ J.-M. éd., 1998, Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle) : un corpus et une esquisse, Paris, CNRS éd., 450 p.

GARRIGOU-GRANDCHAMP P., SALVÈQUE J.-D., L’établissement d’une chronologie relative de l’habitat urbain médiéval à Cluny, du XIe au XIVe siècle, non publié.

GARRIGOU-GRANDCHAMP P., MAURICE-CHABARD B., SALVÈQUE J.-D., 1995, « La maison romane dite des vendanges à Cluny », Bulletin monumental, t. 153, fasc. 3, p. 243-266.

GARRIGOU-GRANDCHAMP P., SALVÈQUE J.-D., JONES M., MEIRION-JONES G., 1997, La ville de Cluny et ses maisons, XIe-XVe siècles, Paris, Picard, 247 p.

GARRIGOU-GRANDCHAMP P., FLÜGE B., SALVÈQUE J.-D., 2000, « Une maison romane de 1091 à Cluny (20 rue du Merle) », Bulletin monumental, t. 158, fasc. 2, p. 151-155.

GAUGÉ É., 2013, La maison des Dragons, Rapport de fouille programmée, Limoges, Éveha, 113 p.

GAUGÉ É., 2014, La maison des Dragons, Rapport de fouille programmée, Limoges, Éveha, 108 p.

GAUGÉ É., 2015, La maison des Dragons, Rapport de fouille programmée, Limoges, Éveha, 70 p.

GAUGÉ É., 2016, La maison des Dragons, Rapport de fouille programmée, Limoges, Éveha, 108 p.

LÉTY C., 2016, « Étude numismatique », in : GAUGÉ É., La maison des Dragons, Rapport de fouille programmée, Limoges, Éveha, p. 72.

MÉHU D., 2001, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (Xe-XVe siècles), Lyon, Presses univ. de Lyon, 636 p.

NAPOLÉONE A.-L., 2003, « L’équipement domestique dans l’architecture civile médiévale », in : PEYRUSSE L., SCELLÈS M., NAPOLÉONE A.-L. éd., La maison au Moyen Âge dans le midi de la France, Actes des journées d’étude de Toulouse, 19-20 mai 2001, p. 239-263 (Mémoires de la Soc. archéologique du Midi de la France, N° h.s.).

ROLLIER G., 2014, « Développement d’un SIG 4D pour la ville médiévale de Cluny », Archéologia e Calcolatori, supplemento, 5, p. 164-179.

SAINT-JEAN VITUS B., 1992, Maison des Griffons - Cluny, Rapport de diagnostic archéologique, NP.

SAINT-JEAN VITUS B., 2006, Tournus : le castrum, l’abbaye, la ville, XIe-XIVe siècles et prémices : analyse archéologique d’un développement monastique et urbain, Thèse de doctorat, Univ. de Lyon 2, 7 vol.

STRATFORD N., 1995, « Contribution à l’histoire de la sculpture des maisons romanes de Cluny », Bulletin monumental, t. 153, fasc. 2, p. 221-242.

THIROUX J., 1728, Gallia Christiana, t. 4, p. 885.

Haut de page

Notes

1 Monuments historiques, plan 4589.

2 Archives municipales de Cluny, Musée Ochier, n° 4 589.

3 AMC, Musée Ochier, plans d’alignement de 1783 par Fropier aîné, confirmés en 1812.

4 Dossier établi pour le classement de ‘la claire-voie à colonnettes gothiques’ comme M.H. par décret en date du 13.10.1931, Direction du Patrimoine, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la ville de Cluny en Bourgogne.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 2. La maison des Dragons. Dessin de Verdier, Monuments historiques, plan 4589.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 3. Localisation de la maison des Dragons à Cluny. SIG : É. Gaugé, F. Fouriaux © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 4. Façade de la maison des Dragons. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 5. Vestiges du premier état bâti et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 6. Murs sud-ouest et nord-ouest, premier état bâti. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 7. Mur nord-est, premier état bâti. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 8. Mur (en partie supérieure) et sol (en partie inférieure) du premier état. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 9. Vestiges du second état bâti et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 10. Mur nord-ouest du second état. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 11. Mur sud-est du second état. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 12. Caniveau. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 13. Pavage, à l'extérieur de la maison. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 14. Maison des Dragons et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 15. Godet et méreau. Cliché : A.-A. Berthon © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 16. Porte en plein cintre du rez-de-chaussée. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 17. Cheminée de la pièce sur rue au premier étage. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 18. Chapiteau nord-ouest de la cheminée de la pièce sur rue au premier étage. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 19. Porte entre pièce avant et pièce arrière du premier étage. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 20. Mur nord-ouest et évier. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 21. Coffre-cachette. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 22. Premier état d’enduit peint. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 23. Colonne en faux-appareil. Dessin et DAO : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 24. Trois états d’enduits. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 25. Vestiges de la maison à l’époque moderne et hypothèse de restitution. Topographie et infographie : S. Foisset. DAO : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 26. Placard moderne. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 27. Fosse moderne et déversoir. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 28. Structure de chauffe au rez-de-chaussée. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 29. Figuration d'un soldat. Cliché : É. Gaugé © Éveha, 2016.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 30. Photographie ancienne de la maison des Dragons. Musée Ochier de Cluny (non côtée).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 31. Coupe transversale (mur nord-est) de la maison actuelle des Dragons. En pointillés : hypothèse de restitution. D’après S. Foisset, É. Gaugé et J.-D. Salvèque.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11192/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Érica Gaugé, « La maison des Dragons à Cluny (Saône-et-Loire) : chronologie et physionomie des diverses occupations de la parcelle depuis le VIIIe siècle jusqu’à nos jours », Revue archéologique de l’Est, T. 67-2018 | 2019, 371-388.

Référence électronique

Érica Gaugé, « La maison des Dragons à Cluny (Saône-et-Loire) : chronologie et physionomie des diverses occupations de la parcelle depuis le VIIIe siècle jusqu’à nos jours », Revue archéologique de l’Est [En ligne], T. 67-2018 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rae/11192

Haut de page

Auteur

Érica Gaugé

Responsable d’opération Éveha, associée à UMR 6298 ARTEHIS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page