Navigation – Plan du site
Articles

La table verte : la vaisselle d’un dépotoir de la fin de la Renaissance à Lyon (place Abbé Larue, 5e arr.)

Éric Bertrand et Laudine Robin
p. 351-370

Résumés

Aux découvertes exceptionnelles réalisées en 2014 lors des fouilles de la place Abbé Larue à Lyon (murus gallicus, enceinte romaine, fresques antiques in situ), il faut ajouter un ensemble clos de vaisselle daté de l’époque moderne. Des céramiques communes grises employées en cuisine, à la faïence lyonnaise ou importée d’Italie, le remontage des vases brisés et rejetés pêle-mêle illustre de manière détaillée le répertoire de la vaisselle de terre en usage durant les dernières années du xvie siècle. La particularité de ce mobilier céramique, abondant et homogène, est le recours très récurrent à différentes productions portant une glaçure verte qui semble alors colorer la table. Un riche ensemble de verrerie (verres, gobelets et bouteilles) accompagne la céramique et complète cet assortiment de vaisselle lyonnaise de la fin de la Renaissance.

Haut de page

Texte intégral

1. Contexte de la découverte

  • 1 Fouille prescrite par le SRA Rhône-Alpes, réalisée par le Service archéologique de la Ville de Lyon (...)

1La fouille de la place Abbé Larue1, menée en 2014 à Lyon sur le versant sud-est de la colline de Fourvière (fig. 1), a livré des vestiges particulièrement importants pour l’histoire de Lyon en confirmant la présence jusqu’alors conjecturale d’un rempart antique et en permettant la découverte d’un murus gallicus inattendu (MONIN, DESSAINT et alii, 2015 ; MONIN, 2016). La mise au jour d’un dépotoir de vaisselle (us 314) daté du XVIe siècle constitue donc un événement moins insigne ; pourtant, sa composition et son état de conservation en font un ensemble de référence pour la vaisselle de cette période.

Fig. 1. Localisation du site dans l’agglomération lyonnaise.

2L’ensemble du mobilier était contenu dans le comblement d’une structure maçonnée ovoïde (F 47 ; fig. 2 et 3).

Fig. 2. Vestiges médiévaux et modernes de la fouille de la place Abbé Larue. Échelle 1/300 (DAO M. Lagrange. © photo SAVL)

3L’ouvrage était conservé sur plus de deux mètres de hauteur (MONIN, DESSAINT et alii, 2015, p. 149-150) avec une paroi épaisse (0,77 m) réalisée avec des blocs de gneiss et de granite liés par un mortier de chaux. La surface interne était recouverte d’un enduit étanche d’un à deux centimètres d’épaisseur. Au niveau de l’arasement, le diamètre intérieur atteignait 2,10 m. Au-dessous, le profil de la cuve se réduisait progressivement jusqu’à un diamètre de 0,7 m pour se poser sur un bloc en remploi rectangulaire (1,30 x 1,10 m) légèrement incurvé en son centre.

Fig. 3. Coupe et photographies de la structure 47 et de son comblement. Échelle 1/80 (DAO M. Lagrange. © photos SAVL).

4Le dégagement de cette dalle a permis l’identification d’une pierre d’évier. L’usage de cette structure reste incertain : le profil ne paraît pas optimiser le volume d’une citerne et l’absence d’évacuation écarte a priori l’hypothèse d’une glacière. Si des traces de chauffe sont manifestes, elles semblent trop superficielles pour assurer l’identification d’un four à chaux.

2. Le mobilier céramique

5Toutes catégories confondues, le mobilier céramique récupéré forme un ensemble de 1451 tessons sur lesquels un travail de recollage exhaustif a pu être entrepris (fig. 4). Avec une méthodologie classique de comptage reposant sur le nombre de lèvres après collage, 118 vases ont pu être individualisés et près d’un millier de restes (948) leur sont assurément attribués. La plupart d’entre eux (100 individus) sont représentés par des groupes de un à dix tessons. Les dix-huit vases restant sont restitués avec des lots de 10 à 84 fragments généralement en connexion. Un tiers du mobilier (503 restes) n’a pas pu être rattaché avec certitude à des individus précis.

Fig. 4. Répartition catégorielle de la céramique du dépotoir (nombre de restes et d’individus).

6La répartition du mobilier par productions (fig. 5) montre une présence très majoritaire de céramiques portant une glaçure plombifère teintée en vert. Avec 49 % des vases, il s’agit du groupe des céramiques à glaçure verte (sur pâte calcaire ou non calcaire), auquel peut être ajouté le service vert des ateliers de Meillonnas (à pâte kaolinitique) qui constitue près de 7 % de l’ensemble. Le répertoire des céramiques grises culinaires (23,7 % des vases) forme un groupe significatif, devant les autres productions de céramiques glaçurées (jaune et rouge décorées, sgraffito). La faïence n’est que faiblement représentée par quatre vases et des éléments très fragmentaires.

Fig. 5. Répartition catégorielle de la céramique du dépotoir (pourcentage du nombre de restes et d’individus).

2.1. La faïence (fig. 11)

7La représentation catégorielle du mobilier de l’ensemble montre une présence très limitée et fragmentaire des céramiques fines à couverte stannifère, les faïences. Les tessons conservés (dix-sept pour quatre vases) illustrent notamment des importations italiennes. Ainsi, une écuelle provient assurément des ateliers ligures (fig. 11, n° 1) : son décor floral en bleu cobalt dit calligrafico a volute di tipo C (FARRIS, FERRARESE, 1969, p. 202-203) sur un émail teinté en bleu a berettino se répand sur le bassin et sur les oreilles chantournées ; des lignes entrecroisées ornent plus sobrement l’extérieur du bassin. Un tesson d’albarello à décor bleu s’inspire des entrelacs noués de Montelupo, en aval de Florence, sur l’Arno (fig. 11, n° 2), mais il s’agit d’une production lyonnaise bien identifiée du XVIe siècle. En outre, un tesson à décor de lignes bleues ondulantes (a compendiario) a appartenu à une coupe à bassin godronné (crespina).

2.2. Les céramiques engobées glaçurées et décorées (fig. 11)

2.2.1. La céramique engobée jaune décorée

8Quatre écuelles à oreilles ont été dénombrées parmi les céramiques principalement engobées en blanc et couvertes de glaçure claire qui pouvaient être présentes sur la table. L’engobe blanc recouvre la paroi interne (fig. 11, nos 3 à 5) et le sommet de la lèvre ; parfois le bord et le haut de la paroi extérieure ont reçu un engobe rouge (n° 4). Le cœur du bassin d’une de ces écuelles est orné d’un motif en vert réalisé par l’ajout d’oxyde de cuivre dans la couverte (n° 5). Un unique plat creux à marli est recensé ; sa paroi, assez fine, est engobée en blanc à l’intérieur, le décor d’engobe rouge est soigné : une frise végétale bordée de filets court sur le replat du marli ; le bassin, incomplet, conserve un tronçon de tresse à plusieurs brins (fig. 11, n° 20).

2.2.2. La céramique engobée rouge décorée

9Les glaçures incolores sur fond d’engobe rouge sont plus abondantes (fig. 11, nos 6 à 19, 21). Cinq écuelles rouges sont décorées à la barbotine blanche. Le hachurage est généralisé sur les oreilles (nos 11 à 13) ; il est aussi employé dans le bassin de deux écuelles dont les oreilles portent un décor moulé de fleur de lys (nos 7 et 8). Une alternance de lignes droites et ondulantes habille une autre écuelle (n° 6). Sans qu’ils puissent être rattachés aux bords conservés, deux fonds d’écuelles bénéficient d’un décor central : un motif végétalisant (n° 9) et une adaptation ouverte du nœud de Salomon (n° 10).

10Un plat creux, à la paroi plus épaisse, montre une tresse géométrique à trois brins sur le marli, motif répété dans le bassin (fig. 11, n° 21). Le fragment de marli d’un second plat alterne des motifs malheureusement incomplets (n° 16), deux perforations jumelles rapprochées (accroche) ont été réalisées avant cuisson (n° 19). Les hachures sont utilisées sur trois autres marlis fragmentaires (nos 16 à 18). Une grande coupe à bord incurvée et lèvre en bourrelet dégagé reprend la tresse géométrique, le cœur du bassin accueillant une étoile à fines branches superposées d’inspiration hispano-mauresque (n° 15). Ce type de coupe pouvait être doté de quatre oreilles (Horry, 2012, p. 25 ; 2013, p. 205). Une seconde coupe à paroi incurvée plus épaisse est ornée de registres incluant des hachures insérées dans des arcades ou entre des lignes sinueuses (fig. 11, n° 14).

2.3. Les céramiques à glaçure verte (fig. 12 à 15)

11Les céramiques colorées en vert par l’utilisation d’une glaçure plombifère teintée à l’oxyde de cuivre constituent une part majoritaire de la vaisselle. En fonction des ateliers, des ressources et des conditions de production, cette céramique illustre plusieurs modalités technologiques mises en œuvre par les potiers.

12Parmi les tessons glaçurés difficilement attribuables (glaçurées diverses, fig. 4), dix restes portant une glaçure verte sur une pâte non calcaire (orangée à brune) pourraient rejoindre la catégorie des céramiques partiellement couvertes d’engobe blanc. En effet, l’usage d’une glaçure translucide verte sur une pâte sombre présente peu d’intérêt puisque la couleur du revêtement est assombrie par celle de la pâte.

13L’emploi d’une glaçure verte, plus onéreuse, s’accompagne donc généralement d’une mise en valeur de la couleur obtenue après cuisson. Le premier cas de figure est celui de l’exploitation d’une argile kaolinitique qui, outre sa caractéristique réfractaire, reste parfaitement blanche après cuisson. Ce support immaculé permet évidemment à la glaçure d’apparaître au plus proche de sa couleur : la lumière traverse la glaçure avant d’être réfléchie par l’argile, et le revêtement apparaît ainsi particulièrement lumineux. Les ateliers bressans des communes de Meillonnas-Treffort ont disposé d’une bonne diversité de terres, dont une argile kaolinitique dite « blanc de Bresse » (FAURE-BOUCHARLAT et alii, 1996, p. 19-22). La constitution d’un répertoire typologique bien identifié utilisant cette argile blanche dont les surfaces utiles sont glaçurées en vert est attestée de la fin du XVe au XVIIe siècle. La couleur verte, très soutenue, est la signature de cette production qui n’intègre pas de motifs décoratifs dans le champ glaçuré.

14Les sites de production qui ne disposent pas de gisement de terre kaolinitique ont le choix entre deux solutions qui peuvent par ailleurs se cumuler. Ainsi, à défaut d’une argile parfaitement blanche, ils peuvent approcher cette couleur par l’emploi d’une argile très calcaire jaune pâle. La glaçure verte, sur ce fond au coloris plus chaud, ne permet pas l’obtention d’un vert profond mais une teinte éclaircie par le jaune. Dans ce cas de figure, la création d’un motif sur fond de barbotine blanche requiert alors un assombrissement du fond par un engobe rouge (fig. 14, n° 4). Enfin, quelle que soit la nature de la pâte, bien souvent non calcaire avec une teinte rosée ou orangée soutenue, la pose d’un simple engobe blanc d’argile kaolinitique suffit pour valoriser la teinte de la glaçure. Dans ce cas, l’usage de l’engobe blanc est systématiquement réservé aux parties visibles (la surface interne des formes fermées est glaçurée sur pâte), et souvent limité à des parties précises du vase. Ainsi, les parties qui bénéficient d’un engobage blanc glaçuré sont soit celles impactées par l’écoulement des liquides, notamment les becs verseurs (fig. 12, n° 4 ; fig. 14, nos 4-5 ; fig. 15, nos 4-5), soit celles en contact avec le contenu, dans une forme ouverte avec un débordement plus ou moins important (fig. 12, nos 1-3 et 6-9 ; fig. 13, nos 1 et 5 ; fig. 14, nos 1 à 3) ; soit, enfin, il s’agit d’un apport purement décoratif (fig. 13, n° 4).

2.3.1. La céramique verte sur engobe

15Les productions les plus fréquentes sont réalisées avec des pâtes non calcaires, les zones glaçurées en vert étant alors rehaussées par la pose, souvent partielle, d’un engobe blanc (47 % de l’ensemble). L’éventail typologique de ces productions couvre largement tous les usages possibles de la vaisselle céramique : service de table, batterie de cuisine et transport/stockage. La céramique de table est représentée par quatre assiettes creuses (fig. 12, n° 3) et trois écuelles à oreilles (fig. 12, nos 1-2). Ces vases bénéficient d’un engobe blanc interne tandis que la glaçure verte se répand sur la pâte nue au-delà de la lèvre. Huit pichets à bec pincé de taille modeste étaient utilisés pour le service des liquides à table (fig. 14, nos 4-5). La glaçure interne de ces formes assure leur étanchéité, celle-ci gagnant généreusement l’extérieur du vase autour du bec verseur et au sommet de l’anse ; la présence d’un engobe blanc sur ces parties éclaire la couleur de la glaçure. La plupart de ces pichets sont pourvus d’une anse de section lenticulaire, mais un exemplaire au moins avait une anse rubanée.

16On pouvait encore retrouver, sur la table ou à proximité, des chauffe-plats dont trois exemplaires sont diversement conservés. Le plus complet est assez exceptionnel (fig. 13, n° 4) : le pied conique est ajouré à la lame par des ouvertures trapézoïdales servant d’évents, il est coiffé par une coupole perforée attisant les braises ; la vasque évasée à bord droit est elle aussi ajourée à la lame par une succession d’ouvertures triangulaires alternativement sur base ou sur pointe ; au sommet de la vasque, la lèvre en léger bourrelet est couronnée par une série d’anneaux jointifs ; enfin, depuis la base, quatre anses opposées de section lenticulaire rejoignent la carène de la vasque en s’écartant du pied. L’ensemble de la vasque a reçu une glaçure verte rehaussée par un engobe blanc présent sur la paroi extérieure de la vasque et sur la couronne. D’un deuxième chauffe-plat, probablement similaire, ne subsiste qu’un fragment de la couronne (fig. 13, n° 3). Un dernier élément se rapporte à un type de chauffe-plat différent (fig. 13, n° 2) avec un dispositif de tétons en bouterolles coniques surmontant un bandeau perforé.

17Un type de pichet à glaçure verte se caractérise par une typologie et une technique décorative plus élaborées (fig. 12, nos 4-5). Le pied, débordant à la base, forme un large piédouche creux surmonté par une panse légèrement épaulée, le col supporte une large ouverture évasée circulaire couronnée par une lèvre triangulaire. L’élément verseur est un long bec tubulaire posé sur l’épaulement qui se dirige franchement vers le haut. Une anse rubanée est accolée au centre de la panse et sur le col. La pâte, visiblement calcaire, constitue un support jaune clair. Un premier engobage rouge recouvre le bec et une partie importante de la panse et du col du côté de l’élément verseur, sans pénétrer dans l’embouchure. Ce premier engobe sert de support à une décoration à la barbotine blanche. Sous le bec, un registre rectangulaire est comblé par une alternance de doubles lignes inclinées vers la droite et de touches en hachures empilées de biais. Au-dessus, de part et d’autre du bec, deux arcades enserrent des touches inclinées. L’alternance de doubles lignes inclinées et de touches empilées de biais réapparaît sur le col, l’inclinaison bascule vers la gauche. Elle est encadrée sous la lèvre par une ligne horizontale simple et au-dessus du bec par une première ligne horizontale simple surmontée d’une ligne sinueuse. Une tache d’engobe blanc sur le bec paraît accidentelle. Une première couche de glaçure incolore a été apposée à l’intérieur du récipient et a en partie débordé sur la panse. Dans un second temps, une glaçure verte est venue recouvrir l’ensemble des surfaces engobées et le sommet de l’anse. Cette glaçure, qui par transparence assombrit l’engobe rouge et colore en vert le décor blanc, s’est répandue d’un côté en larges coulures jusque sur la base du pied.

18Les céramiques à glaçure verte sur engobe blanc sont aussi présentes en cuisine. Pour la préparation ou le service, deux formes de jattes sont répertoriées. Un premier type de terrine haute (type Horry 2-5) se définit par un fond plat et une paroi légèrement incurvée, une lèvre en bandeau triangulaire est dégagée de la paroi par une carène rentrante, deux anses opposées sont constituées par un anneau plaqué contre le bandeau de la lèvre et appuyé sur la carène ; aucun élément verseur n’est conservé (fig. 12, nos 6-9 ; fig. 13, n° 1). La pâte, non calcaire, est recouverte d’un engobe blanc à l’intérieur jusqu’au sommet de la lèvre, la glaçure verte déborde généralement à l’extérieur jusqu’au milieu du bandeau de lèvre et sur le sommet des anses. Le type, majoritaire, existe en plusieurs modules.

19Le second type est une terrine basse reposant sur un fond plat ou légèrement bombé (fig. 13, n° 5 ; fig. 14, n° 1). Le profil correspond au type Horry 1-7 mais avec une lèvre plutôt attribuée au type 1-6. La paroi basse et rectiligne est quasiment verticale ou légèrement inclinée et se termine par une lèvre triangulaire, plus ou moins rentrante ou débordante, toujours inclinée vers l’extérieur. Deux anses rubanées, opposées, partent de la base pour s’attacher sur la lèvre en l’englobant. L’engobe blanc interne s’interrompt avant la lèvre ou en recouvre le sommet sans déborder à l’extérieur, la glaçure verte ne s’étend pas au-delà. Un vase est orné d’une large bande digitée appliquée sur la paroi externe au-dessous de la lèvre (fig. 14, n° 2). Comme pour le type précédent, l’amplitude des modules va du simple au double.

20Trois pots montrent une morphologie identique (fig. 14, nos 6-7 ; fig. 15, n° 1) : une panse ovoïde sur fond plat se referme sur une lèvre éversée. Deux anses opposées, lenticulaires (fig. 14, n° 6) ou rubanées (fig. 14, nos 7 ; fig. 15, n° 1), viennent englober la lèvre. Une glaçure incolore recouvre la paroi interne, puis une glaçure verte, répandue sur les faces interne et externe de la lèvre, est rehaussée par un engobe blanc. Cette glaçure verte sur engobe blanc limitée à la lèvre est aussi employée pour un pot ovoïde moins renflé sur la base duquel subsiste l’arrachement d’un pied (fig. 15, n° 2).

21Un dernier pot, plus petit, à fond plat et anses rubanées opposées, a reçu, directement posée sur la pâte non calcaire, une glaçure verte sur sa paroi interne et sur le sommet de la lèvre et des anses (fig. 15, n° 5). C’est le seul vase à montrer des traces évidentes de passage sur le feu. Si l’usage d’une argile non calcaire potentiellement réfractaire est largement majoritaire sur l’ensemble de la vaisselle portant une glaçure verte sur engobe blanc, les jattes, les pichets et les pots n’étaient manifestement pas utilisés pour la cuisson.

22C’est évidemment encore le cas pour les huit cruches à eau présentes dans le dépotoir. Elles appartiennent toutes à un même type : corps ovoïde sur fond plat, lèvre basse en bourrelet éversé, court bec tubulaire placé sous la lèvre et très redressé ; deux anses rubanées courtes montent au-dessus de la lèvre qu’elles englobent, elles se positionnent perpendiculairement au bec (type Horry 3-1 ; fig. 15, nos 3-4). La glaçure verte recouvre la paroi interne du récipient, et lorsqu’elle déborde sur la lèvre, le sommet des anses et recouvre l’élément verseur, elle est rehaussée par un engobe blanc. Le haut coefficient de fragmentation de ces formes plus volumineuses (338 tessons) explique largement l’écart important entre le nombre de restes et celui des individus de la catégorie des céramiques à glaçure verte sur engobe blanc (fig. 4 à 6).

Fig. 6. Répartition catégorielle des céramiques à glaçure verte (nombre de restes et d’individus).

2.3.2. Le service vert de Meillonnas (fig. 16)

23Dans le dépotoir de la place Abbé Larue, les céramiques dotées d’une glaçure verte constituent à elles seules 56 % des vases de l’ensemble. Parmi elles, le service vert de Meillonnas à glaçure interne débordante occupe une place relativement limitée (huit individus ; fig. 6). Plusieurs types sont identifiables : deux assiettes creuses (fig. 16, nos 1-2), une marmite globulaire (pot à cuire 3-1, Horry, 2015) à lèvre en collerette et manche rapporté (n° 4), trois pots à cuire ou marmites indéterminés (n° 6) et deux jattes dont le profil est inédit (fig. 16, n° 5). La nature réfractaire de cette argile oriente visiblement la production vers des formes destinées à supporter une température de cuisson ou de chauffe.

2.4. Les céramiques grises culinaires (fig. 16)

24Si peu de céramiques glaçurées montrent des traces de passage au feu (surtout les marmites de Meillonnas ou la marmite type Horry 4-6, fig. 16, n° 7), c’est que cette fonction a été essentiellement assurée par les céramiques réfractaires cuites en mode B dites céramiques grises (dix-neuf marmites sur vingt et une recensées ; fig. 7). Cette catégorie, qui réunit 24 % des individus (fig. 4 et 5, supra), n’intègre d’ailleurs pas de jatte dans son répertoire. La forme dominante de cette production est la marmite à anses coudées (60 % ; fig. 16, nos 9 et 11, type Horry 2-2 à 2-6) dont certaines sont décorées de bandes rapportées (n° 9). De morphologie identique, la marmite type Horry 3-1 (n° 10) se distingue par ses anses rubanées sur lesquelles sont rajoutées des bandes digitées. Une marmite plus ouverte à lèvre aplatie pourrait être plus ancienne, la présence de ce type à fond bombé est confirmée par un fond rainuré. Un fragment de cruche à bec ponté est en position résiduelle.

Fig. 7. Répartition typologique par catégories de la céramique glaçurée et commune (nombre d’individus, renvois typologiques à HORRY, 2015).

25De réalisation plus sommaire et de taille réduite, un chauffe-plat destiné à la table (type Horry 2-4 ; fig. 16, n° 13) s’ajoute à ceux produits en céramique glaçurée verte sur engobe. Trois cruches à bec tubulaire ponté et anse panier sont individualisées (n° 8) et un bassin à marli en amande conserve partiellement un de ses tenons de prise (n° 14). Un couvercle (fig. 16, n° 12) et un bord de plat non circulaire (lèchefrite ?) complètent cette batterie.

3. La vaisselle en verre

26Le mobilier récolté se compose de 356 fragments de verre (fig. 8). Parmi eux, vingt-huit objets ont été inventoriés. La majeure partie de ce lot est constituée de verres à jambe, rassemblant vingt individus. Les profils sont variés et les différents types de jambes permettent d’isoler des profils très particuliers. En effet, il a été découvert des formes complexes tels que les décors de mufles de lion, mais aussi des motifs plus simples comme le disque, l’anneau ou encore la boule creuse ovoïde. Il en est de même pour les panses hémisphériques ou tronconiques qui peuvent, elles aussi, être décorées. Associés à ces nombreux éléments, il a également été découvert cinq gobelets et trois bouteilles dont une présentant une panse aplatie.

Fig. 8. Répartition typologique de la vaisselle en verre de l’us 314.

3.1. Les verres à jambe (fig. 17 et 18)

27Le lot se compose en premier lieu d’une série de verres dotés d’un pied en forme de disque (fig. 17, nos 1 à 5, 8, 9). Trois d’entre eux possèdent une jambe creuse portant un décor très sophistiqué obtenu par soufflage dans un moule bivalve, constitué principalement de deux mufles de lion (nos 1-3). Le motif complet se compose, en partie supérieure, d’une couronne de bulbes surmontant le motif principal composé de deux mufles de lion par paires opposées, et soit d’un motif floral de quatre pétales et cinq boules disposées en arc de cercle (nos 1 et 2), soit d’une volute (n° 3). Enfin, la partie inférieure comporte des côtes verticales resserrées en fort relief. Un décor de feuille d’or appliqué sur l’ensemble du pied est nettement visible sur la jambe la plus complète (n° 1) et quelques traces subsistent également sur le second pied. Un verre est doté d’une jambe rapportée de forme ovoïde creuse avec un anneau à la base, à l’intersection avec le pied en forme de disque (n° 4). Contemporains du type précédent, les verres à jambe rapportée creuse à bulbe ovoïde sont également bien attestés en France.

28Une autre jambe rajoutée se caractérise par une tige pleine agrémentée de plusieurs anneaux (fig. 17, n° 5). Plus rare, ce type se retrouve néanmoins dans les mêmes contextes que les verres à jambe à mufles de lion ou à bulbe ovoïde. Ces jambes sont associées à des coupes hémisphériques ou tronconiques à lèvres arrondies au feu (fig. 18, nos 1 à 19). Toutefois, ces panses peuvent également être associées aux verres à pied simplement refoulé avec un anneau, qui composent eux-mêmes une série abondante (fig. 17, nos 6, 7, 10 à 21). Parmi les coupes identifiées, les panses lisses sont les plus fréquentes. Au sein des éléments décorés, on identifie principalement le motif de fines côtes étirées (fig. 18, nos 3, 5, 7). L’objet n° 1 est plus singulier puisque des filets très fins, en verre incolore, sont disposés en cercle sur la panse. On remarque aussi la présence de petites alvéoles en forme de losange (n° 2) et de motifs carrés de grande taille (n° 4), obtenus par soufflage dans un moule. Plus rares, ces exemplaires décorés constituent les premières occurrences lyonnaises.

3.2. Les gobelets

29Associés à ces verres à jambe, il faut signaler la présence de cinq gobelets à fond repoussé (fig. 18, nos 20 à 23). Malheureusement ces fonds n’ont pu être rattachés à aucun élément de panse ou de bord, et il est donc délicat de proposer des identifications typo-chronologiques.

3.3. Les bouteilles

30Ce lot, quasi exclusivement composé de verres à boire, compte également trois bouteilles. Deux bords verticaux à lèvre aplatie, en verre marron et incolore grisâtre ne peuvent être rattachés à aucun type en particulier (fig. 18, nos 24-25). Le troisième exemplaire, complet et atteignant plus de 30,6 cm, a pu être partiellement remonté et correspond à une bouteille à panse aplatie appelée aussi « bouteille méplate » (fig. 19, n° 1). La largeur de sa panse oscille entre 15,6 cm pour la plus étroite et approximativement 22,3 cm pour la plus large. Ce type est caractérisé par un bord coupé au ciseau, un col court évasé vers le bas, une panse aplatie et un fond apode légèrement repoussé.

4. Chronologie du dépotoir

4.1. La céramique

31L’abondance du mobilier issu du dépotoir fournit un ensemble de données précieuses pour établir sa chronologie. Une partie infime de ce matériel peut être considérée comme résiduelle ; cette faible proportion accrédite l’idée d’une formation assez rapide du dépôt. On pointera ici la présence d’un fragment de cruche à bec ponté et quelques vases à glaçure partielle piquetée (notamment un pichet à bec pincé) qui peuvent remonter au XIVe siècle.

32Le corps majoritaire du dépôt, simplement par la présence croisée de certaines catégories, se positionne d’emblée dans le XVIe siècle. Le service vert de Meillonnas apparaît à la fin du XVe siècle et se développe aux XVIe et XVIIe siècles (HORRY, 2015, p. 40-45), les vaisselles glaçurées (verte ou incolore) sur engobe sont élaborées au XVIe siècle (FAURE-BOUCHARLAT et alii, 1996, p. 282-287). La faïence ligure a berettino ne parvient à Lyon qu’à partir du milieu du XVIe siècle (HORRY, 2001, p. 168, et 2015, p. 169 ; ABEL et alii, 2014, p. 121 ; BELTRÀN de HEREDIA BERCERO, MIRÓ i ALAIX, 2010, p. 33-34).

33D’un point de vue typologique, la marmite à anse coudée (HORRY, 2015, p. 26, marmite 2-2 à 2-4), présente dans le vaisselier moderne de la fin du XVe au début du XVIIe siècle, est un traceur classique du XVIe siècle. Le pichet à bec tubulaire (fig. 12, nos 4-5), avec son profil de chevrette, évoque aussi la faïence du XVIe siècle (ARLAUD et alii, 2000, p. 244).

34L’analyse statistique comparée entre la répartition catégorielle du dépotoir de la place Abbé Larue et des ensembles de référence lyonnais répartis entre le début du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle amène d’autres réflexions (fig. 9).

Fig. 9. Répartition catégorielle des céramiques de plusieurs ensembles de référence lyonnais constitués entre le début du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (pourcentage du nombre de restes, données Horry, 2013 et 2015).

35La comparaison avec l’ensemble de la place de la Bourse, en Presqu’île (Bourse 1, HORRY, 2015), révèle ainsi de fortes divergences. Place de la Bourse, au début du XVIe siècle, les productions à glaçure verte sont très faiblement représentées et dans cette catégorie, le service vert de Meillonnas n’est pas encore adopté dans le vaisselier lyonnais. A contrario, les céramiques culinaires cuites en mode A (les céramiques rouges avec ou sans glaçure), presque disparues place Abbé Larue, rassemblent 30 % des restes. L’effondrement des céramiques culinaires cuites en mode B est aussi caractéristique de l’us 314 alors que cette famille de vases utilitaires est majoritaire place de la Bourse. Ces différences particulièrement nettes invalident clairement une datation du dépôt de la place Abbé Larue dans la première moitié du XVIe siècle.

36Les différences avec les ensembles de la seconde moitié du XVIe siècle (Saint-Georges phase 14c, HORRY, 2013 ; les Terreaux et les Cordeliers, HORRY, 2015) sont moindres mais demeurent significatives. La représentation des céramiques à glaçure verte atteint des taux plus importants (entre 15 et 20 %) ; elle reste toutefois largement en dessous de ceux de l’us 314, mais le pourcentage de plus de 64 % relevé place Abbé Larue est hors norme et ne trouve d’ailleurs aucun point de comparaison (HORRY, 2001). Si l’influence des productions bressannes de Meillonnas est par ailleurs manifeste, cette catégorie est sous-représentée dans l’us 314. Ces mises en parallèles montrent encore une présence sans doute anormalement basse des céramiques à glaçure incolore ou teintée d’oxyde de fer (jaune) sur engobes pour la place Abbé Larue mais aussi des faïences. Enfin, le pourcentage de céramiques culinaires grises cuites en mode B est conforme au taux attendu pour cette période (entre 20 et 30 %).

37La comparaison avec le dépotoir D3 de la place de la Bourse, dont la chronologie se décale vers la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (ARLAUD et alii, 2000, p. 244-248 ; HORRY, 2001, p. 150-153 ; 2015, p. 168-171), fait apparaître d’autres points de divergences qui soulignent peut-être le caractère atypique de l’ensemble de la place Abbé Larue. Avec 40 % de la céramique pour le service vert de Meillonnas pour ce site, l’aberration du taux très modeste de cette production place Abbé Larue (6 %) paraît indiscutable.

38La reprise de ces données de référence à partir du nombre minimal d’individus lisse ces résultats sans les remettre en cause (fig. 10). Malgré un taux de fragmentation plus élevé dû notamment à la présence de formes de grande taille (cruche à eau), les céramiques glaçurées vertes sur engobe constituent encore près de la moitié du dépotoir de la place Abbé Larue. Ce calcul à partir de l’estimation du nombre de vases favorise en contrepartie des catégories dont il demeure peu de restes mais facilement séparables par des spécificités de décor (faïence, glaçurées décorées sur engobes colorés). La réévaluation de ces catégories est sensible sur tous les ensembles.

Fig. 10. Répartition catégorielle des céramiques de plusieurs ensembles de référence lyonnais constitués entre le début du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (pourcentage du nombre minimal d’individus, données Horry, 2013 et 2015).

39Du point de vue de la typologie, l’us 314 s’inscrit sans difficulté dans la seconde moitié du XVIe siècle, mais le dépotoir D3 de la place de la Bourse offre des similitudes morphologiques très intéressantes. Le chauffe-plat à piédouche perforé et couronne annelée de la place de la Bourse (HORRY, 2015, p. 168-171, fig. 133, n° 10) est le seul parallèle connu de l’exemplaire de l’us 314 (fig. 13, n° 4). Un pichet sur piédouche à bec tubulaire de la place de la Bourse appartient au répertoire de la céramique glaçurée décoré en blanc sur fond d’engobe rouge (HORRY, 2015, fig. 133, n° 2) ; il rappelle inévitablement le pichet glaçuré en vert de la place Abbé Larue. La présence de faïence ligure, attestée sur les deux sites, doit être aussi soulignée. Enfin, sur le plan ornemental, les céramiques à décor d’engobe des deux ensembles utilisent un vocabulaire commun composé de hachures en ligne ou encadrées de barres ou d’arcs, de tresses ou de nœuds de Salomon.

40Un seul type de décor sépare les ensembles de la Bourse 2 et la place Abbé Larue, le décor jaspé qui mêle des barbotines liquides blanche et rouge. Habituellement caractéristique du XVIIe siècle, son absence dans l’us 314 pourrait cantonner la datation de ce lot dans les dernières années du XVIe siècle.

4.2. Le verre

41Cet ensemble clos est remarquable tant par sa quantité que par sa qualité. On dénombre vingt-huit objets, dont vingt verres à jambe, cinq gobelets et trois bouteilles. Au sein de ce corpus on signalera plus particulièrement au moins deux jambes décorées de feuilles d’or et la bouteille méplate complète. Compte tenu de la rareté des lots de verre modernes lyonnais publiés, le corpus de la place Abbé Larue constitue dorénavant une référence.

42En premier lieu, ce sont les éléments les plus nombreux, les verres à jambes, qui apportent des données chronologiques pertinentes. Si les occurrences lyonnaises de pieds à décor de mufles de lion sont rares, elles s’avèrent très répandus dans d’autres régions en France. Localement, on peut évoquer les modèles provenant du comblement du dépotoir D3 du site de la Bourse, daté de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle (ARLAUD et alii, 2000, fig. 132, type E2), l’exemplaire identifié dans le dépotoir n° 4 de la rue Tramassac, daté du XVIIe siècle (AUGER, 1990 n° 72, fig. 6) et un dernier sur le site de la place Antonin Poncet (BECKER, 1989, 180, type E2). Ce corpus demeure encore très modeste par rapport aux 121 jambes découvertes dans le contexte du Cabaret de l’Hôtel de Ville à Montbéliard, daté du premier quart du XVIIe siècle (GOËTZ, 1990, fig. 8 et 9). On pourrait encore évoquer les individus provenant des latrines du château de Dieulouard (CABART, 2011, n° 7044, fig. 69), de Châlons-en-Champagne (CABART, 1983, nos 65, 73 et 74), de l’espace Serpenoise à Metz (CABART, 1990, n° 47, fig. 3) ou encore de la collection de Rouen (BARRERA, 1990, nos 84, 86, 87, fig. 7). Récemment, une typologie a été proposée en fonction du décor à partir des vases issus des Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles (LEFRANCQ, 2011, p. 378). D’influence italienne, cette production est distribuée à partir de la fin du XVIe siècle jusqu’au siècle suivant. Les verres à jambe rapportée creuse à bulbe ovoïde sont également bien attestés en France et sont contemporains du type précédent. Pour Lyon, des exemplaires proviennent des niveaux du XVIIe siècle de la ZAC Saint-Jean (AUGER, 1990, n° 91, fig. 7), d’autres de la place Antonin Poncet, où ils sont datés précisément des années 1677-1680 (BECKER, 1989, nos 10 à 14, fig. 34) ou encore ceux du site de l’Hôtel-Dieu, provenant de contextes du XVIIe-XVIIIe siècle (ROBIN, 2016, nos 11 et 12, pl. 120). Si les occurrences de ce modèle s’avèrent particulièrement nombreuses pour le XVIIe siècle, les exemplaires du comblement de la latrine 1092 de la fouille de Sainte-Chrétienne à Metz, datée des XVIe-XVIIe siècles, montrent qu’il apparaît probablement plus précocement (CABART, 2011, n° 26, fig. 194). Parmi les modèles de verres à tige pleine agrémentés de plusieurs anneaux, cinq exemplaires ont par exemple été mis au jour sur le site de la place Antonin Poncet, datés des années 1677-1680 (BECKER, 1989, nos 22, 23, fig. 34). À plus large échelle, on peut également mentionner les découvertes anciennes de la collection de Rouen, issues de contextes des XVIe-XVIIe siècles (BARRERA, 1990, nos 77 et 78, fig. 7), ou encore les exemplaires des fouilles de la cour Napoléon du Louvre à Paris, datés de la seconde moitié du XVIIe-début XVIIIe siècles (BARRERA, 1988, nos 5881, 5889), et enfin ceux du site du lycée Friant à Poligny (MUNIER, 1990, nos 27 à 33).

43Plus globalement, les coupes lisses, associées à divers types de pieds, sont produites en grandes quantités et distribués dans toutes les régions de France. À Lyon, elles sont mentionnés sur les sites de la ZAC Saint-Vincent (AUGER, 1990, n° 87, fig. 7), de la place Antonin Poncet (BECKER, 1989, nos 2 à 4, fig. 32) ainsi que dans le comblement du dépotoir D3 du site de la Bourse (ARLAUD et alii, 2000, fig. 132, type E2). L’ensemble de ces découvertes se rapporte au XVIIe siècle. Si on cible les modèles retrouvés dans les latrines de la rue des Remparts à Étampes (Essonne), 84 % des 63 verres à pieds refoulés possèdent une panse lisse (CABART, 2011, p. 152). Cette prédominance très nette se retrouve également sur le site de la place Abbé Larue, où douze objets sont à panse lisse contre sept décorés. Plus rares, les exemplaires décorés constituent les premières occurrences lyonnaises. Les parallèles les plus proches sont un vase décoré de côtes et un autre agrémenté d’alvéoles carrées, provenant de la cour Napoléon du Louvre à Paris (BARRERA, 1988, nos 5858 et 5880). Parmi l’abondant corpus des latrines d’Étampes, on compte également plusieurs coupes à décor d’alvéoles en forme de grains de riz (CABART, 2011, fig. 118, nos 28, 30), une dizaine d’exemplaires dotés de côtes étirées (ibid., nos 22, 24) et enfin deux autres à motifs carrés (ibid., nos 25, 26).

44Le dernier élément typo-chronologique important est la bouteille dite « gourde » ou « bouteille méplate » (fig. 19). À Lyon, les exemplaires répertoriés demeurent rares, se résumant au vase découvert sur la place Antonin Poncet, daté des années 1600-1677 (BECKER, 1989, n° 8, fig. 33) et à celui du dépotoir 3 du site de la Bourse, daté de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle (ARLAUD et alii, 2000, fig. 132, type H8). Ces bouteilles méplates sont connues et attestées dans la plupart des régions françaises. On mentionnera ainsi les exemplaires du 10 rue du 14 juillet à Nevers (BARRERA, 1990, nos 38, 39), ceux issus d’un dépotoir de la fin du XVIe siècle de la rue de Vignier à Besançon (GUILHOT, MUNIER, 1990, fig. 11, nos 48 et 49), des individus identifiés à Châlons-en-Champagne (CABART, 1983, 69, n° 12) ou encore des latrines du château de Dieulouard, datées du XVIe-début XVIIe siècles (CABART, 2011, fig. 75 à 77, nos 7134, 7135, 7136).

45Ainsi, du point de vue de la datation, la bonbonne appartient à un type plus précoce, qui apparaît dès la fin du XVe siècle mais continue d’être diffusé jusqu’au XVIIe siècle. Les verres à jambes recensés apparaissent plutôt à la fin du XVIe siècle mais leur diffusion couvre principalement le XVIIe siècle. Si globalement, les occurrences du XVIIe siècle sont plus abondantes, tous les types observés sont déjà présents à la fin du XVIe et le XVIIe ne constitue pas un terminus post quem pour l’ensemble du verre.

Conclusion

46Le dépotoir de la place Abbé Larue forme, pour le verre comme pour la céramique, un ensemble de référence remarquable pour la charnière entre les XVIe et XVIIe siècles à Lyon. Le recollage exhaustif du mobilier a permis la reconstitution peu habituelle et quantitativement significative d’un vaisselier de la fin de la Renaissance. Dans ce cas particulier, la céramique fine est bien peu représentée, laissant une place prépondérante aux productions glaçurées, plus communes, teintées en vert. Utilisée en Occident par les potiers depuis l’époque antique (céramique plombifère), la glaçure à l’oxyde de cuivre est abondamment mise en œuvre pendant la Renaissance avant de décliner à partir de la fin du XVIIe siècle. Cette tendance n’est pas spécifiquement lyonnaise, elle est encore sensible en Bourgogne, en Aquitaine ou en Île-de-France (HORRY, 2012, p. 54).

  • 2 MONIN et alii, 2015, p. 361-399, étude d’archives : C. Ducourthial (SAVL).

47La chronologie d’usage du verre s’inscrit dans un temps assez large encore très bien documenté au XVIIe siècle. L’analyse de la céramique aboutit à une hypothèse de datation plus resserrée pour estimer la période de la constitution du dépôt à la fin du XVIe siècle. Même si les sources archivistiques n’ont pas enregistré d’informations suffisamment précises pour identifier la structure qui contenait le dépotoir2, l’existence de travaux sur l’enceinte de la ville à partir des années 1590 et le rachat (en 1598) d’une maison par la ville pour loger la garnison attachée à la porte de Saint-Just sur le site de la place Abbé Larue permet d’envisager une modification notable de l’occupation, rupture qui aurait pu coïncider avec le rejet du mobilier ou mettre fin à la constitution d’un dépotoir désormais scellé.

48Cet ensemble s’ajoute donc à d’autres contextes importants dont la sériation permet de dresser un portrait toujours plus précis de l’évolution des assemblages céramiques, des évolutions technologiques, typologiques et des sources d’approvisionnement.

49Remerciements
Nous remercions cordialement les rapporteurs de cet article : Alban Horry (Inrap) et Yves Henigfeld (Université de Nantes) pour leur contribution à l’amélioration de cette étude. Référents du réseau Iceramm (Information sur la céramique Médiévale et Moderne, UMR 7324 CITERES, Université de Tours), ils nous ont aidé à affiner la terminologie catégorielle du mobilier et donner à cet ensemble un potentiel de comparaisons aussi large que possible.

Fig. 11. 1. Faïence ligure ; 2. faïence de Montelupo ; 3 à 5. écuelles glaçurées sur fond d’engobe blanc ; 6 à 13. écuelles glaçurées sur fond d’engobe rouge ; 14 et 15. coupes glaçurées sur fond d’engobe rouge ; 16 à 21. plats à marli sur fond d’engobe rouge ou blanc. Échelle 1/3 (clichés et DAO É. Bertrand).

Fig. 12. Céramique glaçurée en vert. 1 et 2. Écuelles ; 3. plat creux à marli ; 4 et 5. pichets sur piédouche à bec tubulaire ; 6 à 9. terrines à lèvre en bandeau. Échelle 1/3 (cliché retouché / DAO É. Bertrand).

Fig. 13. Céramique glaçurée en vert. 1. Terrine à lèvre en bandeau ; 2 à 4. chauffe-plats ; 5. terrine basse. Échelle 1/3 (clichés retouchés / DAO É. Bertrand).

Fig. 14. Céramique glaçurée en vert. 1. Terrine basse ; 2. terrine à cordon digité ; 3. Jatte ; 4 et 5. pichets ; 6 et 7. marmite ovoïdes. Échelle 1/3 (cliché retouché / DAO É. Bertrand).

Fig. 15. Céramique glaçurée en vert. 1. Marmite ovoïde ; 2. marmite tripode ; 3 et 4. cruches à bec tubulaire ; 5. marmite ovoïde. Échelle 1/3 (cliché retouché / DAO É. Bertrand).

Fig. 16. 1 à 6. Service vert de Meillonnas (assiettes creuses, jattes, marmites) ; 7. marmite glaçurée à cordon digité ; céramique réfractaire sombre ; 8. bouilloire ; 9 à 11. marmites à anses coudées ; 12. Couvercle ; 13. chauffe-plat ; 14. bassine. Échelle 1/3 (DAO É. Bertrand).

Fig. 17. 1 à 3. Verres à jambe à décor de mufles de lion ; 4. verre à jambe creuse ovoïde ; 5. verre à jambe à anneau ; 6 à 21. verres à jambe. Échelle 1/2 (DAO L. Robin).

Fig. 18. 1. Verre à jambe à panse décorée de côtes et de fils rapportés ; 2. verre à jambe à panse décorée de motifs de losanges ; 3, 5 à 7. verres à jambe à panse décorée de côtes ; 4. verre à jambe décorée de motifs de carrés ; 8 à 19. verres à jambe à panse lisse ; 20 à 23. gobelets ; 24 et 25. bouteilles. Échelle 1/2 (DAO L. Robin)

Fig. 19. Bouteille méplate. Échelle 1/4 (cliché et DAO L. Robin).

Haut de page

Bibliographie

ABEL V., BOUIRON M., PARENT F. dir., 2014, Fouilles à Marseille : objets quotidiens médiévaux et modernes, Arles, éd. Errance/Aix-en-Provence, Centre C. Jullian, 409 p. (Études massaliètes, 13).

ARLAUD C., LUROL J.-M., SAVAY-GUERRAZ S., VÉROT-BOURRELY A., 2000, Lyon, les dessous de la Presqu’île : Bourse – République – Célestins – Terreaux : sites Lyon Parc Auto, Lyon, S.R.A., 280 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 20).

AUGER M., 1990, « Lyon : verrerie des XVe-XVIIe siècles », in : Verrerie de l’Est de la France, XIIIe-XVIIIe siècles : fabrication – consommation, Dijon, S.A.E., p. 277-286 (9ème suppl. à la R.A.E.).

BARRERA J., 1988, « Le verre à boire des fouilles de la cour Napoléon du Louvre (Paris) », in : Annales du 11e congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre, Bâle, 1988, Amsterdam, p. 347-364.

BARRERA J., 1990, « La verrerie médiévale et moderne, collection Thaurin, Musée des Antiquités de Rouen », Revue archéologique de l’Ouest, 7, p. 115-129.

BECKER C., 1989, « Fouille de la place Antonin Poncet à Lyon », Archéologie du Midi médiéval, 7, p. 137-186.

BELTRÀN DE HEREDIA BERCERO J., MIRÓ I ALAIX N., 2010, The ceramics trade in Barcelona in the 16th-17th centuries : Italy, France, Portugal, the workshops of the Rhine and China, Barcelona, Muhba, 143 p. (Muhba textures, 2).

CABART H., 1983, « Céramiques et verrerie des XVIIe et XVIIIe s. provenant de la fouille de la rue Saint-Dominique à Châlons-sur-Marne », Mémoires de la Soc. d’Agriculture, de Commerce, Sciences et Arts de la Marne, XCVIII, p. 231-263.

CABART H., 1990, « Metz, Espace Serpenoise : verrerie des XIV-XVIIe s. », in : Verrerie de l’Est de la France, XIIIe-XVIIIe siècles : fabrication – consommation, Dijon, S.A.E., p. 223-230 (9ème suppl. à la R.A.E.).

CABART H., 2011, La verrerie archéologique : Dieulouard et l’Est de la France aux XVIe et XVIIe siècles, Nancy, Presses univ. de Nancy, 308 p.

CABART H., CHOSSENOT M., CHOSSENOT D., 1983, « Mobilier archéologique du XVIe siècle provenant d’un puisard de la rue Saint-Dominique à Châlons-sur-Marne », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 4, p. 67-71.

FARRIS G., FERRARESE V. A., 1969, « Contributo alla conoscenza della tipologia e della stilisca della maiolica ligure del XVI secolo », in : Atti della società ligure di storia patria, IX, Gènes, p. 187-221.

GOËTZ B., 1990, « Montbéliard, Cabaret de l’Hôtel de ville : verrerie du premier quart du XVIIe s. », in : Verrerie de l’Est de la France, XIIIe-XVIIIe siècles : fabrication – consommation, Dijon, S.A.E., p. 187-210 (9ème suppl. à la R.A.E.).

GUILHOT J.-C., MUNIER C., 1990, « Besançon, rue de Vignier, verrerie des XIV-XVIIe s. », in : Verrerie de l’Est de la France, XIIIe-XVIIIe siècles : fabrication – consommation, Dijon, S.A.E., p. 149-171 (9ème suppl. à la R.A.E.).

HORRY A., 2001, « La faïence à Lyon du XIVe au XVIe siècle : l’apport des fouilles récentes », Archéologie du Midi médiéval, 19, p. 137-179.

HORRY A., 2012, Poteries de Lyon, 1500-1850 : morceaux choisis du quotidien à Saint-Georges, Lyon, éd. lyonnaises d’Art et d’Histoire, 159 p.

HORRY A., 2013, « La vaisselle en terre cuite médiévale », in : AYALA G. dir., Lyon, Saint-Georges : archéologie, environnement et histoire d’un espace fluvial en bord de Saône, Paris, éd. de la MSH, p. 158-230 (Documents d’Archéologie française, 106).

HORRY A., 2015, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles : un panorama des techniques, des formes et des décors, Lyon, ALPARA / Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 450 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et Auvergne, 43).

LEFRANCQ J., 2011, « Pour un corpus des éléments moulés et estampés dans le verre à la façon de Venise : l’exemple des Musées royaux d’Art et d’Histoire (Bruxelles) », in : FONTAINE-HODIAMONT dir., D’Ennion au Val Saint-Lambert : le verre soufflé-moulé, Actes des 23e rencontres de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, colloque international, Bruxelles-Namur, 17-19 oct. 2008, Bruxelles, Institut royal du Patrimoine artistique, p. 375-390 (Scientia artis, 5).

MONIN M., 2016, « L’oppidum de Lyon », L’archéologue, 139, p. 12-13.

MONIN M., DESSAINT Ph. et alii, 2015, 1 place Abbé Larue 69005 Lyon, Rapport de fouille d’archéologie préventive, Lyon, Service archéologique de la Ville de Lyon, 3 vol.

MONIN M., DESSAINT Ph., 2016, « Le rempart de Lugdunum », in : LEMAÎTRE S., BATIGNE-VALLET C. dir., Abécédaire pour un archéologue lyonnais : mélanges offerts à Armand Desbat, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 277-281 (Archéologie et Histoire romaine, 31).

MUNIER C., 1990, « Poligny, Lycée Friant, verrerie des XIV-XVIIe s. », in : Verrerie de l’Est de la France, XIIie-XVIIIe siècles : fabrication – consommation, Dijon, S.A.E., p. 211-222 (9ème suppl. à la R.A.E.).

ROBIN L., à paraître, « Verrerie moderne de Lyon (XVe-XVIe siècles) : les sites de l’Hôtel-Dieu et de la place Abbé-Larue », in : MUNIER C., PACTAT I. éd., Le verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale, Actes du 8e colloque international de l’AFAV, Besançon, 5-7 déc. 2016, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté.

Haut de page

Notes

1 Fouille prescrite par le SRA Rhône-Alpes, réalisée par le Service archéologique de la Ville de Lyon sous la direction de Michèle Monin.

2 MONIN et alii, 2015, p. 361-399, étude d’archives : C. Ducourthial (SAVL).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site dans l’agglomération lyonnaise.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 2. Vestiges médiévaux et modernes de la fouille de la place Abbé Larue. Échelle 1/300 (DAO M. Lagrange. © photo SAVL)
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 3. Coupe et photographies de la structure 47 et de son comblement. Échelle 1/80 (DAO M. Lagrange. © photos SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 4. Répartition catégorielle de la céramique du dépotoir (nombre de restes et d’individus).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 5. Répartition catégorielle de la céramique du dépotoir (pourcentage du nombre de restes et d’individus).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 6. Répartition catégorielle des céramiques à glaçure verte (nombre de restes et d’individus).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 7. Répartition typologique par catégories de la céramique glaçurée et commune (nombre d’individus, renvois typologiques à HORRY, 2015).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 8. Répartition typologique de la vaisselle en verre de l’us 314.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 9. Répartition catégorielle des céramiques de plusieurs ensembles de référence lyonnais constitués entre le début du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (pourcentage du nombre de restes, données Horry, 2013 et 2015).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 10. Répartition catégorielle des céramiques de plusieurs ensembles de référence lyonnais constitués entre le début du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (pourcentage du nombre minimal d’individus, données Horry, 2013 et 2015).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 11. 1. Faïence ligure ; 2. faïence de Montelupo ; 3 à 5. écuelles glaçurées sur fond d’engobe blanc ; 6 à 13. écuelles glaçurées sur fond d’engobe rouge ; 14 et 15. coupes glaçurées sur fond d’engobe rouge ; 16 à 21. plats à marli sur fond d’engobe rouge ou blanc. Échelle 1/3 (clichés et DAO É. Bertrand).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 12. Céramique glaçurée en vert. 1 et 2. Écuelles ; 3. plat creux à marli ; 4 et 5. pichets sur piédouche à bec tubulaire ; 6 à 9. terrines à lèvre en bandeau. Échelle 1/3 (cliché retouché / DAO É. Bertrand).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 13. Céramique glaçurée en vert. 1. Terrine à lèvre en bandeau ; 2 à 4. chauffe-plats ; 5. terrine basse. Échelle 1/3 (clichés retouchés / DAO É. Bertrand).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 15. Céramique glaçurée en vert. 1. Marmite ovoïde ; 2. marmite tripode ; 3 et 4. cruches à bec tubulaire ; 5. marmite ovoïde. Échelle 1/3 (cliché retouché / DAO É. Bertrand).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 16. 1 à 6. Service vert de Meillonnas (assiettes creuses, jattes, marmites) ; 7. marmite glaçurée à cordon digité ; céramique réfractaire sombre ; 8. bouilloire ; 9 à 11. marmites à anses coudées ; 12. Couvercle ; 13. chauffe-plat ; 14. bassine. Échelle 1/3 (DAO É. Bertrand).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 17. 1 à 3. Verres à jambe à décor de mufles de lion ; 4. verre à jambe creuse ovoïde ; 5. verre à jambe à anneau ; 6 à 21. verres à jambe. Échelle 1/2 (DAO L. Robin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 18. 1. Verre à jambe à panse décorée de côtes et de fils rapportés ; 2. verre à jambe à panse décorée de motifs de losanges ; 3, 5 à 7. verres à jambe à panse décorée de côtes ; 4. verre à jambe décorée de motifs de carrés ; 8 à 19. verres à jambe à panse lisse ; 20 à 23. gobelets ; 24 et 25. bouteilles. Échelle 1/2 (DAO L. Robin)
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 19. Bouteille méplate. Échelle 1/4 (cliché et DAO L. Robin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11412/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Bertrand et Laudine Robin, « La table verte : la vaisselle d’un dépotoir de la fin de la Renaissance à Lyon (place Abbé Larue, 5e arr.) », Revue archéologique de l’Est, T. 67-2018 | 2019, 351-370.

Référence électronique

Éric Bertrand et Laudine Robin, « La table verte : la vaisselle d’un dépotoir de la fin de la Renaissance à Lyon (place Abbé Larue, 5e arr.) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], T. 67-2018 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rae/11412

Haut de page

Auteurs

Éric Bertrand

Service archéologique de la Ville de Lyon. Laboratoire Arar, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138. eric.bertrand@mairie-lyon.fr

Articles du même auteur

Laudine Robin

Bureau d’étude Éveha. Laboratoire Arar, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138. laudine.robin@eveha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page