Navigation – Plan du site
Notes et documents

Deux vases remarquables en céramique à glaçure plombifère du début du Ier siècle mis au jour à Saint-Vulbas (Ain)

Pauline Gohier, Armand Desbat, Jean-Claude Béal et Christine Bonnet
p. 473-479

Résumés

Un diagnostic réalisé en 2015 sur un secteur funéraire du site de Saint-Vulbas (Ain) a livré une fosse contenant trois vases pratiquement complets, dont deux pièces en céramique à glaçure plombifère, exceptionnelles par leur forme peu commune, mais surtout par la présence sur un des vases d’une inscription livrant le nom du potier SOLLO, originaire de Turedonno (Revel-Tourdan, Isère). Il est très probable toutefois que ce potier travaillait à Vienne ou Saint-Romain-en-Gal, où sont attestés les témoins d’une production de céramiques à glaçure plombifère avec des caractéristiques semblables.

Haut de page

Texte intégral

1. Le contexte de découverte

  • 1 Nous remercions l’équipe Inrap, le responsable d’opération D. Mazuy, la coordinatrice du PIPA A.-C. (...)

1Un diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap en 2015 à Saint-Vulbas dans l’Ain (fig. 1), dans le cadre du projet Grands Travaux PIPA (Parc Industriel de la Plaine de l’Ain), a mis au jour deux vases remarquables en céramique à glaçure plombifère (MAZUY, REMY, 2016)1. Ils sont issus d’une fosse (F272), partiellement dégagée, qui est associée à une série de sépultures à inhumations datées du Haut-Empire, mais dans le cas de F272, le squelette pu être atteint lors du diagnostic. Toutefois, la fouille de 2018, qui s’est achevée à l’automne, a livré deux squelettes d’immatures à proximité des vases. Il apparaît donc envisageable d’interpréter les céramiques de F272 comme le mobilier déposé avec l’un d’entre eux.

Fig. 1. Carte de situation du lieu de découverte et des sites mentionnés (dessin V. Vachon, Inrap).

2Le premier vase est un flacon découvert en position usuelle (fig. 2, n° 1 ; fig. 3). Le corps du vase est complet mais il est amputé de sa partie supérieure (bord et une partie du col). Ce flacon est accompagné d’un entonnoir assorti (fig. 2, n° 2 ; fig. 3 et 5). L’objet était posé à l’envers et son embout a été retrouvé à proximité. La partie qui se raccorde avec le corps du vase est incomplète et porte une cassure ancienne qui ne permet pas le recollage avec le reste du vase. Il semble donc que le vase ait été déposé avec l’embout déjà arraché. La taille de l’embout permet de l’insérer dans le col du flacon pour y verser des liquides.

Fig. 2. Vases de la fosse F272. 1-2. Céramiques à glaçure plombifère ; 3. coupe en sigillée (dessin : C. Bonnet, R. Bayen, Inrap. DAO : E. Bayen, Inrap).

3Ces deux céramiques à glaçure plombifère sont associées à une coupelle du service II en sigillée de type italique estampillée (fig. 2, n° 3 ; fig. 6). Un graffiti figurant la lettre D a été gravé sur sa panse. Cette coupelle, également posée à l’envers, est complète sauf pour quelques ébréchures sur le bord et sur le pied.

4Sur le plan fonctionnel, ce trio de vases, daté de la fin de l’époque augustéenne, correspond à un schéma classique dans le domaine funéraire : l’association d’un vase à verser les liquides, ici avec son entonnoir, et d’un vase à boire.

5Un As émis sous le règne d’Auguste à l’effigie de Tibère-César (RIC, 2, 240), daté 8-10 ap. J.-C., a été déposé avec les vases.

2. Les vases de Saint-Vulbas (F272)

6Le premier vase est un flacon de 19 cm de hauteur (fig. 2, n° 1 ; fig. 3 et 4). Il comporte sur la moitié supérieure un décor à la barbotine de lignes et d’arceaux constitués de petites perles et d’une inscription au centre. Un décor de guillochis se développe sur la moitié inférieure du vase. L’objet est complet sauf dans la partie supérieure, plus précisément le bord et une partie indéterminée du col. Il s’agit en grande partie d’une cassure ancienne.

Fig. 3. Vases en céramique à glaçure plombifère de la fosse F272 (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).

Fig. 4. Flacon en céramique à glaçure plombifère de la fosse F272, détail (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).

7Le second vase est un entonnoir caréné avec une anse (fig. 2, n° 2 ; fig. 3 et 5). La pâte, la glaçure et le décor sont identiques à ceux du flacon. La panse est ornée du même décor à la barbotine - arceaux constitués de petites perles - que sur le flacon (fig. 5). L’entonnoir n’est pas une forme courante dans le quart sud-est de la Gaule. À titre d’exemple, un entonnoir en céramique est répertorié en Charente-Maritime (Soubran et Petit-Niort ; SANTROT, SANTROT, 1991, fig. 9, n° 65). Un entonnoir en verre a été découvert en Corse dans la tombe 24 de la nécropole d’I Ponti à Mariana (Lucciana) pour le milieu du Ier siècle et un autre a été signalé à Nîmes (FOY, NENNA, 2001, 167.9). Enfin, quelques entonnoirs en céramique claire sont répertoriés pour la période de La Tène (CL-REC 23a-b-c du Dicocer).

Fig. 5. Entonnoir en céramique à glaçure plombifère de la fosse F272, détail (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).

8Les vases de Saint-Vulbas diffèrent des céramiques à glaçure plombifère habituellement associées aux productions lyonnaises. Ces deux vases à pâte orange sont recouverts d’une glaçure de couleur vert-jaunâtre uniquement présente sur l’extérieur du vase.

9Les deux céramiques glaçurées sont associées à une coupelle Ritterling 5 (Conspectus 8) en sigillée, de qualité médiocre, que l’on pourrait classer dans les imitations de sigillée du point de vue technique. Elle comporte l’estampille ATEI (AT liés) suivie d’une palme (fig. 2, n° 3 ; fig. 6). Cette marque d’ATEIVS est attribuée à Lyon dans le Corpus Vasorum Arretinorum (OCK n° 269), mais il faut rappeler que les estampilles d’Ateius sont absentes dans l’atelier de la Muette et que la production pourrait être issue de Vienne, où une production de sigillée est maintenant attestée (DESBAT, GENIN, 1996, p. 228-229 ; DESBAT, 2006, p. 307).

Fig. 6. Coupe en sigillée estampillée ATEIUS de la fosse F272 (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).

10Le flacon à glaçure plombifère de Saint-Vulbas est exceptionnel par son inscription. Il s’agit probablement du seul exemplaire connu en Gaule d’objet à revêtement glaçuré marqué d’une dédicace. L’inscription ]SOLLO TUREDON(n)E(n)SSIS FECIT[, située sur le milieu de la panse, est constituée d’une seule ligne et fait le tour du vase, à mi-hauteur (fig. 2, n° 1 ; fig. 4). Elle est suivie de ]X S X[ qui paraît être un motif de remplissage et que l’on retrouve également sur le pied du vase. L’apposition de la glaçure sur le vase a entraîné quelques coulures qui touchent les lettres, notamment dans leur partie inférieure. Les E de TUREDON(n)E(n)SSIS et de FECIT sont rendus, comme souvent, sous la forme II ; le F du même mot FECIT est composé d’une haste verticale et d’un petit trait oblique (LASSERRE, 2005, p. 39). La traduction est donc : Sollo, de ‘Turedonnum’ / Tourdan, a fait (ce vase).

11TUREDON(n)E(n)SIS est un adjectif - dont on a ici la seule occurrence - formé par l’adjonction, à un nom de lieu, Turedonnum, d’un suffixe -ensis indiquant l’origine. Le toponyme est attesté, sous la forme TUREDONNO, comme étape routière entre Vienne et Moirans sur la Table de Peutinger (segment II) et dans l’Anonyme de Ravenne (IV, 27) sous la forme VRDONNO (GOESSLER, 1948, col. 1381-1382). L’étape routière de Turedonnum est identifiée à Tourdan (commune de Revel-Tourdan) à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Vienne (PELLETIER et alii, 1994, p. 50-53, n° 19 ; DROUVOT, 2006 ; VARENNES, 2010). On ne peut certes pas exclure qu’il y ait homonymie entre le TUREDONNUM allobroge et un autre : il existe ainsi un Tourdun (Gers) et un Tourdon (Haute-Vienne), dont cependant les formes anciennes ne sont pas connues ; d’autres Turedonnum ont pu disparaître. Cependant, la notoriété du Turedonnum allobroge ne devait pas être telle que la référence à ce bourg fût compréhensible à l’extérieur d’un cadre géographique étroit, celui, à peu près, de la cité même des Allobroges.

  • 2 Sur les diverses interprétations de ce type d’inscription, Taborelli, 2006.

12On peut proposer plusieurs interprétations de cette inscription2.
On connaît d’abord quelques mentions d’origine sur des produits artisanaux. Par exemple, en Grande-Bretagne, un groupe de mortiers de terre cuite est estampillé LUGUDU(ni) FACTU(m) (CIL, VII, 1334-1 a-b) et des statuettes faites par Servandus sont marquées C C C A (à Cologne : CIL, XIII, 10015-108), voire plus précisément ad cantunas novas, quartier de Cologne (CIL, XIII, 10015, 105, 115). Mais l’indication d’origine est attestée plutôt, pour des raisons diverses, sur des objets métalliques, des tuyaux de plomb, bien sûr, ou des objets de bronze. L. Berger (1995) s’est intéressé à des fourreaux de couteau de Baden ornés de l’inscription AQUIS HE(lveticis) GEMELLIANUS FE(cit)]. Elle n’est pas à prendre au pied de la lettre : la découverte d’un moule de ces objets à Pocking en Bavière, à 500 km à l’est de Baden, suggère qu’il ait pu y avoir plusieurs ateliers à différents endroits (BERGER, 1995, p. 130). On peut aussi mentionner des anses de skyphos de verre marqués au nom de ARTAS, de SIDON : cette ville est connue pour sa production de verre (PLINE, HN, XXXVI, 193), mais Artas semble avoir surtout écoulé sa production à Rome où il devait être installé (ARWEILLER, 2006).

13Du reste, la mention SOLLO TUREDON(n)E(n)SSIS précise, comme celle d’Artas, l’origine de l’homme et non de l’objet et renvoie plus aux signatures d’artistes qu’aux lieux de production (nombreux exemples dans PLINE, HN, XXXV). D’ailleurs Revel-Tourdan n’est pas connu pour avoir eu une production de céramique remarquable et cette signature est aussi considérée comme un élément du décor, comme sur les fourreaux de couteau de Baden. On pourrait donc avoir affaire à une signature d’artiste, créateur du décor ou plus généralement de l’aspect du vase.

14Enfin, on ne peut exclure que la signature doive être rattachée non au conteneur, mais, comme on l’a évoqué pour certains vases en verre, au contenu de ce petit flacon : il peut s’agir, par exemple, de parfums, de produits pharmaceutiques : producteur du contenu, à Turedonnum par exemple, Sollo aurait commandé à un potier des flacons d’emballage qui célèbrent sa production.

3. Un groupe régional de céramique à glaçure plombifère

15Les céramiques à glaçure plombifère sont produites et diffusées de façon ponctuelle dans la région de Lyon au cours des dernières décennies du Ier siècle av. J.-C. Les céramiques sont alors principalement composées de gobelets de type Aco à décors moulés produits dans les ateliers de Lyon et de Vienne (Saint-Romain-en-Gal). Certaines coupes à anses simples ou à anses à poucier de type skyphoi, à décors d’appliques et à revêtement glaçuré, sont également issues de ces ateliers (DESBAT, 1995). La production de ces vases à glaçure plombifère semble prendre fin, en même temps que celle des vases sigillés, aux alentours du début du Ier siècle ap. J.-C. Néanmoins, quelques fragments de céramiques à couverture glaçurée et à décors moulés, de barbotine et guillochés, démontrent l’existence d’une autre production dans le secteur de Vienne.

  • 3 La couleur de la glaçure varie selon la composition de la glaçure et la température de cuisson, mai (...)

16Les vases de Saint-Vulbas se rattachent très probablement à ce groupe de céramiques à glaçure plombifère produit notamment à Vienne à l’époque augustéenne et au début du Ier siècle ap. J.-C. Certains fragments découverts à Saint-Romain-en-Gal semblent en effet être issus de cette même fabrication (DESBAT, 1995, fig. 27). Le premier correspond à un élément de cruche avec un départ d’anse (fig. 7, n° 2). Le décor moulé et cloisonné est également constitué de perles. Un motif en forme de S est situé au centre d’une des cloisons. Il semble similaire à celui ornant à plusieurs reprises le vase de Saint-Vulbas et considéré comme un motif de remplissage (fig. 2, n° 1). La pâte est orange et la glaçure, uniquement présente sur l’extérieur, est de couleur brun-noir3. Les deux autres fragments de formes fermées avec leur décor de guillochis sont probablement affiliés à ce groupe (fig. 7, nos 3 et 5). C’est peut-être aussi le cas avec le fond du site de la Solitude à Lyon (fig. 7, n° 4) (DESBAT, 1986a, pl. 8.4).

Fig. 7. Céramiques à glaçure plombifère. 1. Cruche de Sainte-Colombe ; 2-5. vases de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon (dessin : P. Gohier et A. Desbat. DAO : P. Gohier).

17Une cruche découverte à Sainte-Colombe, issue d’un niveau daté du Ier siècle, est également associée à ce groupe (fig. 7, n° 1 ; fig. 8). Il s’agit d’une cruche à col long avec un bord en forme d’entonnoir et lèvre droite. La panse est décorée de lignes de points à la barbotine et de guillochis. Comme pour les exemplaires précédents, la pâte est orange et seul l’extérieur présente une glaçure de couleur jaune-marron.

Fig. 8. Cruche de Sainte-Colombe (cliché A. Desbat).

18Un ensemble de bols ou de gobelets découverts à Lyon et à Saint-Romain-en-Gal pourrait aussi appartenir à ce groupe (fig. 9, nos 1 à 10 ; fig. 10). Ce sont des bols à bord droit et effilé. Le fond est plat. Le décor est composé de points à la barbotine traçant des guirlandes, des triangles ou des losanges. À noter que la forme du triangle de points à la barbotine est également présente sur le flacon de Saint-Vulbas (fig. 2, n° 1). Les gobelets issus des contextes de Lyon ont une pâte variant du rose au gris. Ceux de Saint-Romain-en-Gal présentent une pâte dont la couleur varie du rose à l’orange, voire au rouge (DESBAT, 1995). La glaçure, déposée uniquement sur l’extérieur du vase, couvre toutes les nuances de vert et de jaune. Certains exemplaires sont glaçurés et d’autres non (fig. 9, nos 1 et 6).

Fig. 9. Céramiques à glaçure plombifère. 1-10. Vases de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon (dessin : A. Desbat. DAO : P. Gohier).

Fig. 10. Céramiques à glaçure plombifère : Saint-Romain-en-Gal (cliché : A. Desbat).

  • 4 Il n’est pas exclu qu’il s’agissait à l’origine d’un engobe rouge dont la couleur actuelle résulte (...)

19Si les gobelets constituent une variante des gobelets hémisphériques courants dans les contextes augustaux-tibériens, la cruche et l’entonnoir sont des formes originales dont on avait jusqu’ici peu d’exemples. On doit toutefois signaler des bouteilles de forme balustre retrouvées dans la réserve de Vienne (GODARD, 1992), dont la forme est voisine de la cruche de Saint-Vulbas (fig. 11). Il s’agit de vases à engobe noir4 qui appartiennent aux productions locales.

Fig. 11. Vases balustres du dépôt de Vienne (d’après GODARD, 1992).

Conclusion

20Les décors, la pâte et la glaçure semblent confirmer l’origine commune de ces objets. Comme il a été évoqué un peu plus haut, les céramiques à glaçure plombifère sont produites et diffusées de façon ponctuelle dans cette région au cours des dernières décennies du Ier siècle av. J.-C. L’emploi de la glaçure semble perdurer pendant un temps pour orner des flacons, des cruches, des bols ou des entonnoirs jusqu’au début du Ier siècle. Il est cependant difficile d’étayer cette hypothèse du fait de la quantité réduite de matériel.

21La diffusion de cette production est très localisée, contrairement aux autres productions céramiques des ateliers de Lyon d’époque augustéenne. Les vases sont alors principalement exportés vers les camps militaires du limes rhénan mais aussi vers les établissements civils de Gaule Belgique, de la Lyonnaise et de la Germanie. Durant le Ier siècle, les ateliers lyonnais restent encore très actifs. Les vases à parois fines connaissent une large diffusion dans le nord de la Gaule jusqu’en Grande-Bretagne, de même que les lampes et les amphores (DESBAT, 2006, p. 312).

  • 5 On connaît ainsi seulement quatre signatures directement marquées dans l’argile pour les production (...)

22L’emploi exceptionnel de la glaçure dans les ateliers de Vienne et la diffusion essentiellement locale des productions est un phénomène qui s’observe déjà pour les vases à glaçure plombifère de la fin du Ier s. av. J.-C. La technique de la glaçure conserve son caractère artisanal et anecdotique aux cours des décennies suivantes. Par ailleurs, la présence de l’inscription sur le flacon de Saint-Vulbas confirme le caractère exceptionnel de la production de céramique à glaçure plombifère dans la région. En effet, les vases à glaçure plombifère antiques sont caractérisés par leur absence d’inscription ou de signature de potiers5. D’après A. Hochuli-Gysel (1998), cette caractéristique reprend les critères de la vaisselle métallique, sur laquelle les signatures d’artisans ne sont pas souvent visibles. Pendant longtemps, les vases glaçurés ont joué un rôle de substitut auprès de populations désireuses d’avoir un beau service de table mais qui n’avaient pas les moyens de s’offrir de la vaisselle en métal. Cette pratique semble plus nuancée en Gaule à l’époque concernée. La glaçure a un rôle purement esthétique, au même titre que l’engobe, et non pas pratique, comme le démontre l’absence de glaçure interne. L’inscription ]SOLLO TUREDON(n)E(n)SSIS FECIT[ pourrait bien désigner l’artisan qui a réalisé ce vase et probablement la glaçure. L’ensemble des objets a été découvert sur un secteur géographique réduit. Il semble alors que la mention SOLLO TUREDON(n)E(n)SSIS confirme également l’origine locale de l’objet ou de son propriétaire et pourrait tout à fait désigner la commune de Revel-Tourdan, située à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Vienne.

23Cette découverte contribue à proposer une fonction cultuelle pour ces objets. Ces trois vases semblent avoir été déposés intentionnellement : le flacon à la verticale en position usuelle et l’entonnoir et la coupelle à l’envers. Sur le plan fonctionnel, le trio pourrait correspondre à l’association d’un vase à verser les liquides, son entonnoir et d’un vase à boire. Il est bien sûr difficile de raisonner sur l’état des vases alors qu’ils ont été découverts lors de décapages mécaniques dans des conditions difficiles. Toutefois, l’absence de la partie supérieure du flacon et l’embout déposé à côté de l’entonnoir pourraient être significatifs de pratiques spécifiques aux domaines cultuels et funéraires. En effet, l’arrachement intentionnel du bord ou du col des cruches est un geste très documenté et l’arrachement de l’embout de l’entonnoir pourrait correspondre à ce même genre de pratique (BLAIZOT dir., 2009).

24Les céramiques à glaçure plombifère de Saint-Vulbas, de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon sont vraisemblablement issues d’un même atelier localisé dans le secteur de Vienne, encore en activité au début du Ier siècle. Ce groupe de céramiques forme une nouvelle catégorie de vases à glaçure plombifère antique en Gaule. Il s’agit vraisemblablement d’une des dernières productions céramiques de la vallée du Rhône à avoir utilisé la technique de la glaçure. Au cours du Ier siècle, les productions de céramique à glaçure plombifère rhodanienne sont supplantées par celles venues du centre de la Gaule (Allier) puis par celles d’Italie centrale (DESBAT, 1986a et b).

Haut de page

Bibliographie

ARWEILLER V., 2006, « Les vases signés », in : Foy D., Nenna M.-D., Corpus des signatures et marques sur verres antiques, Aix-en-Provence/Lyon, AFAV, p. 65-67.

BERGER L., 1995, « Thekenbeschläge aus Aventicum », in : Arculiana, Festschrift zum 65. Geburtstag von H. Bögli, Avenches, LAOTT, p. 123-138.

BLAIZOT F. dir., 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le Centre et le Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., 387 p., 219 fig., 39 tabl. (Gallia, 66/1).

DELAMARRE X., 2007, Noms de personnes celtiques dans l’épigraphie classique, Paris, éd. Errance, 256 p.

DESBAT A., 1986a, « Céramiques à glaçure plombifère des fouilles de Lyon et Vienne », in : Actes du congrès de la SFECAG, Toulouse, 1986, p. 33-39.

DESBAT A., 1986b, « Céramiques romaines à glaçure plombifère des fouilles de Lyon (Hauts de Saint-Just, rue des Farges, La Solitude) », Figlina, 7, p. 105-124.

DESBAT A., 1995, « Les productions précoces de céramique à glaçure plombifère de la vallée du Rhône », Rei Cretariae Romanae Fautores, Acta XXXIV, p. 39-47.

DESBAT A., 2006, « Les ateliers de potiers de Lyon (Lugdunum) sous le Haut-Empire », in : Territorio e produzioni ceramiche, paesaggi, economia e società in età romana, Atti del Convegno internazionale, Pisa, 20-22 ott. 2005, Pisa, Pisa Univ. Press, p. 301-313 (Instrumenta, 2).

DESBAT A., Genin M., 1996, « Les ateliers précoces et leurs productions », in : DESBAT A., GENIN M., LASFARGUES J., « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon, 1ère partie : les ateliers précoces », (dossier), Gallia, 53, p. 219-241.

Dicocer, 1993 = PY M. dir., Dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord-occidentale (VIIème s. av. n. è. – VIIème s. de n. è.), Lattes, CNRS/ARALO, 624 p. (Lattara, 6).

DROUVOT N., 2006, « L’agglomération antique de Turedonnum (Revel-Tourdan, Isère) », Revue archéologique de Narbonnaise, 38-39, 2005-2006, p. 45-59.

FOY D., NENNA M.-D., 2001, Tout feu, tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Marseille, Musées/Aix-en-Provence, Edisud, 255 p.

GODARD C., 1992, « Une réserve de céramiques de l’époque de Claude à Vienne (Isère) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Tournai, 1992, p. 239-264.

GOESSLER P., 1948, Art. : Turedo[n]num, in : PAULY A. F., Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, VII, A.II, Stuttgart, A. Druckenmüller.

HOCHULI-GYSEL A., 1998, « Bleiglasierte Keramik », in : Beiträge zum römischen Oberwinterthur, Zürich, Zürich und Egg, p. 63-81 (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 30 - Vitudurum, 8).

LASSÈRE J.-M., 2005, Manuel d'épigraphie romaine. I, L’individu, la cité, Paris, Picard, 561 p. (Antiquité-synthèses, 8).

MAZUY D., REMY A.-C., 2016, Saint-Vulbas, Ain, Rhône-Alpes, Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (PIPA) - Lot 9, Rapport de diagnostic, Inrap, SRA, Lyon.

OSWALD F., 1983, Index des estampilles sur sigillée, trad. et réimpr. 1983, 428 p. (Sites, hors série 21).

OXÉ A., COMFORT H., KENRICK Ph., 2000, Corpus vasorum arretinorum : a Catalogue of the Signatures, Shapes and Chronology of Italian Sigillata, Bonn, R. Habelt, 550 p.

PELLETIER A., DORY F., MEYER W., MICHEL J.-Cl., 1994, L’Isère, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 199 p. (Carte archéologique de la Gaule, 38/1).

RIC = SUTHERLAND C.H.V., 1984, Roman Imperial Coinage, 1, Londres.

SANTROT M.-H., Santrot J., 1991, « Soubran et Petit-Niort (Charente-Maritime) : concurrence ‘organisée’ entre potiers d’ateliers ruraux spécialisés », in : Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 1991, p. 83-98.

TABORELLI L. 2006, « Conteneurs, contenus et marques : problématiques et essai d’interprétation », in : FOY D., NENNA M.-D. dir., Corpus des signatures et marques sur verres antiques, Aix-en-Provence, AFAV, p. 9-15.

VARENNES G., 2010, Dynamiques et formes de peuplement dans la plaine de la Valloire (Drôme/Isère), de la Protohistoire récente au haut Moyen Âge, Thèse de doctorat sous la dir. de D. Garcia, Univ. de Provence, 3 vol., 1110 p. En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00662389

Haut de page

Notes

1 Nous remercions l’équipe Inrap, le responsable d’opération D. Mazuy, la coordinatrice du PIPA A.-C. Remy pour leur confiance.

2 Sur les diverses interprétations de ce type d’inscription, Taborelli, 2006.

3 La couleur de la glaçure varie selon la composition de la glaçure et la température de cuisson, mais aussi en fonction du contexte de dépôt du vase. Il n’est pas exclu que la couleur de la glaçure ait été jaune ou verte à l’origine.

4 Il n’est pas exclu qu’il s’agissait à l’origine d’un engobe rouge dont la couleur actuelle résulte de l’incendie.

5 On connaît ainsi seulement quatre signatures directement marquées dans l’argile pour les productions du Centre de la Gaule datées du ier s. ap. J.-C. (Hochuli-Gysel, 1998).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de situation du lieu de découverte et des sites mentionnés (dessin V. Vachon, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 2. Vases de la fosse F272. 1-2. Céramiques à glaçure plombifère ; 3. coupe en sigillée (dessin : C. Bonnet, R. Bayen, Inrap. DAO : E. Bayen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 3. Vases en céramique à glaçure plombifère de la fosse F272 (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 4. Flacon en céramique à glaçure plombifère de la fosse F272, détail (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 5. Entonnoir en céramique à glaçure plombifère de la fosse F272, détail (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 6. Coupe en sigillée estampillée ATEIUS de la fosse F272 (cliché : J.-C. Sarrasin, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 7. Céramiques à glaçure plombifère. 1. Cruche de Sainte-Colombe ; 2-5. vases de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon (dessin : P. Gohier et A. Desbat. DAO : P. Gohier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 8. Cruche de Sainte-Colombe (cliché A. Desbat).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 9. Céramiques à glaçure plombifère. 1-10. Vases de Saint-Romain-en-Gal et de Lyon (dessin : A. Desbat. DAO : P. Gohier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 10. Céramiques à glaçure plombifère : Saint-Romain-en-Gal (cliché : A. Desbat).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 11. Vases balustres du dépôt de Vienne (d’après GODARD, 1992).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/11449/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Gohier, Armand Desbat, Jean-Claude Béal et Christine Bonnet, « Deux vases remarquables en céramique à glaçure plombifère du début du Ier siècle mis au jour à Saint-Vulbas (Ain) », Revue archéologique de l’Est, T. 67-2018 | 2019, 473-479.

Référence électronique

Pauline Gohier, Armand Desbat, Jean-Claude Béal et Christine Bonnet, « Deux vases remarquables en céramique à glaçure plombifère du début du Ier siècle mis au jour à Saint-Vulbas (Ain) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], T. 67-2018 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rae/11449

Haut de page

Auteurs

Pauline Gohier

Docteur en archéologie, chercheur associé à l’UMR 5138 ArAr, Univ. Lumière - Lyon 2

Armand Desbat

Directeur de Recherche émérite, UMR 5138 ArAr, Univ. Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Jean-Claude Béal

Maître de conférence honoraire, Univ. Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Christine Bonnet

Inrap Rhône-Alpes, Bron - UMR 5138 ArAr, Univ. Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page