Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 68ArticlesDes vestiges du Néolithique, du B...

Articles

Des vestiges du Néolithique, du Bronze final et du Moyen Âge à l’Île Barbe (Lyon 9e) : premières observations

Philippe Hénon, Christine Vermeulen, Odile Franc, Charlotte Gaillard, Frédéric Jallet, Sylvie Saintot, Jean-Claude Sarrasin, Éric Thévenin et Éric Bayen
p. 39-58

Résumés

L’Île Barbe est située sur la Saône, à une dizaine de kilomètres au nord de Lyon et a fait l’objet de plusieurs campagnes de diagnostics archéologiques au cours de l’année 2011. La propriété de Sainte-Anne est implantée sur la pointe orientale de l’île. Sa restauration a entraîné la réfection de tous les enduits extérieurs, ainsi que divers aménagements extérieurs comme intérieurs, ce qui a nécessité une fouille préventive associant l’étude du bâti et la surveillance des travaux. C’est dans ce contexte que l’une des tranchées a livré un niveau d’occupation de l’âge du Bronze final. Ce dernier, déjà suspecté lors de la phase de diagnostic (Vicard et alii, 2011 ; Gaillard et alii, 2012) était cette fois caractérisé par la présence d’aménagements divers (fours, soles rubéfiées, trous de poteau, lambeaux de sols…) associés à du mobilier métallique et céramique, particulièrement bien conservé. Deux micro-sondages réalisés manuellement montrent que la couche protohistorique se développe sur plus d’un mètre d’épaisseur (le substrat rocheux n’ayant pas été atteint) et que le niveau daté de l’âge du Bronze final repose sur une couche équivalente qui a livré du mobilier attribué au Néolithique final. À la base de cette dernière, une nouvelle unité sédimentaire a livré quant à elle du mobilier céramique caractéristique du Néolithique moyen. Si l’interprétation de ces découvertes inattendues demeure encore lacunaire, ces dernières font de ce lieu un site exceptionnel de par sa configuration, mais aussi par ses conditions de conservation, jusqu’alors rarement rencontrées dans la région lyonnaise.

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation (C.G. / P.H.)

1Le site de Sainte-Anne est localisé à quelques kilomètres au nord de Lyon, à l’extrémité orientale de l’Île Barbe et à une altitude comprise entre 167 et 170 m (fig. 1 et fig. 2). La topographie du terrain diagnostiqué est relativement plane (167,50-167 m) et localement morcelée par des affleurements rocheux.

Fig. 1. Localisation du site de Sainte-Anne sur l’Île Barbe (fond documentaire : Géoportail).

Fig. 2. Vue aérienne du site de Sainte-Anne sur l’Île Barbe depuis l’est (cliché : Ch. Gaillard).

2À l’origine de ces découvertes, c’est le projet de restauration de la maison dite Sainte-Anne qui a entraîné l’instauration d’une campagne de diagnostic archéologique, réalisée en février 2011, à laquelle ont succédé d’autres interventions, dont une campagne de fouille programmée sous la direction de Ch. Gaillard au cours des mois de mars et avril 2011. La première de ces interventions, préalable à l’installation d’une micro-station d’épuration, a nécessité l’ouverture de quatre sondages qui ont permis de mettre en évidence une inhumation datée du haut Moyen Âge, un bassin moderne, ainsi que plusieurs fragments de céramiques rapportés à l’âge du Bronze final (VICARD et alii, 2011). Lors de la seconde phase d’intervention, l’installation de deux micro-stations d’épuration et la mise aux normes des réseaux liés à la restauration de la maison ont entraîné le creusement de cinq tranchées qui ont fait l’objet d’un suivi archéologique (fig. 3).

Fig. 3. Plan général et localisation des tranchées (cabinet Gillot, géomètres experts ; topographie : S. Couteau et V. Vachon, Inrap ; DAO : Ch. Vermeulen, Inrap).

3Quatre d’entre elles, les tranchées 5, 6, 7 et 9, se distinguent par la présence d’une couche contenant du mobilier préhistorique et protohistorique et la cinquième, la tranchée 8, a en plus livré un niveau d’occupation de l’âge du Bronze. Cette occupation – pressentie lors du diagnostic (VICARD et alii, 2011) par la présence, dans les sondages 1 et 2 d’une couche contenant du mobilier et, dans le sondage 1, d’un sol de dalles en gneiss surmonté de pierres et galets formant un dôme – est cette fois attestée par la présence de vestiges (fours, plaques de cuisson, trous de poteau, sols) associés à du mobilier (céramique, épingle,…) particulièrement bien conservés. Ces nouvelles tranchées traversent d’ouest en est un contexte topographique très chaotique tributaire des affleurements rocheux, dont un pointement naturel est localisé à l’extrémité orientale de la parcelle étudiée. Les tranchées 5 et 7 se situent au sommet de ce pointement et les autres se trouvent sur une terrasse basse au relief relativement plat.

2. Les vestiges pré- et protohistoriques

2.1. Contextes stratigraphique et topographique (O.F.)

4Sur la terrasse « haute », dans les tranchées 5 et 7 (fig. 3 et 4), la couche contenant du mobilier protohistorique (respectivement US 46 et 49 et US 31) repose sur les anfractuosités du substrat rocheux et les colmate.

Fig. 4. Profils stratigraphiques A, B et C. Plans et coupes (cabinet Gillot, géomètres experts ; topographie : S. Couteau et V. Vachon, N. Saadi, Inrap ; DAO : Ch. Vermeulen, Inrap).

5Comme il avait déjà été observé lors du diagnostic, ici, l’installation d’un cimetière au haut Moyen Âge autour ou à l’intérieur du prieuré Saint-André-et-Sainte-Anne, et l’aménagement de la terrasse haute lors d’une des phases récentes de réaménagement de l’église Sainte-Anne ou de la maison Sainte-Anne ont largement bouleversé le sous-sol, impliquant un remaniement plus ou moins important des horizons protohistoriques. L’US 44 de la tranchée 5, stratigraphiquement localisée au-dessus de l’US 46 et contenant, à côté de fragments de céramiques protohistoriques, des éléments en céramique vernissée, confirme cette interprétation. Sur la terrasse « basse », dans les tranchées 8 et 9 (fig. 4 ; fig. 5), une couche, similaire aux US 46, 49 et 31, contenant du mobilier protohistorique (respectivement US 24 et US 51), repose sur les anfractuosités du substrat rocheux et les colmate. Le fond de la tranchée 8, large de 0,60 m et longue de 160 m, a livré un niveau d’occupation de l’âge du Bronze continu et parallèle à la surface topographique actuelle. Situé à 0,90 m de profondeur, ce niveau est compris, d’ouest en est, entre 166,70 et 166,20 m d’altitude.

Fig. 5. Tranchée 8 - Log 2. (cliché : É. Thévenin).

6Deux micro-sondages (log 2 et 4 ; fig. 5) réalisés manuellement dans cette tranchée montrent que la couche protohistorique se développe sur plus d’un mètre d’épaisseur, le substrat rocheux n’ayant pas été atteint. Le premier niveau, daté du Bronze final, s’intègre dans une couche brune limono-sablo-argileuse (US 21) et repose sur une couche équivalente mais moins argileuse et plus foncée attribuée au Néolithique final (US 22 = US 27 de la tranchée 6 ; fig. 4), et à la base de cette dernière, l’US 23, rattachée au Néolithique moyen, montre une fraction limoneuse brun clair en taches plus abondantes. La composante principale de ces sédiments meubles dans lesquels sont installées les occupations protohistoriques revient à la Saône, qui a déposé ses sables limoneux d’inondation avant et probablement pendant les occupations. L’épaisseur et la stratification des occupations le laissent supposer, bien que ces dernières soient aussi à l’origine de multiples apports minéraux et organiques qui contribuent à l’épaississement sédimentaire. Les bioturbations animales et végétales se chargent au final d’homogénéiser le tout en épaisses couches brunes, dans un contexte où l’humus, donc probablement la forêt, est bien développé.

2.2. Les aménagements de l’âge du Bronze final (C.V.)

7Les onze structures datées de l’âge du Bronze sont regroupées dans la tranchée 8 (fig. 3). Hormis la structure 1416, peu contrastée, qui ne peut être illustrée, les autres sont présentées de façon synthétique sur les figures 6 à 10. Ces structures, dont la perception est souvent tronquée par l’exigüité de la tranchée, regroupent différentes catégories de vestiges qui évoquent un site d’habitat composé de bâtiments (trous de poteau, sols aménagés) et de structures domestiques (fosses, foyers, fours). Seul l’intérieur du four ST 20 a été testé et a livré de nombreuses graines, révélant une fonction liée au grillage. La présence de niveaux de sols et le parfait état de conservation de certains aménagements tels que les plaques de cuisson témoignent de l’existence d’un ensemble particulièrement bien préservé. En effet, cette partie de la propriété, vouée aux aménagements paysagers, ne semble pas avoir subi de profonds remaniements lors des diverses transformations de l’habitation. Cependant, à l’extrémité ouest de la tranchée, deux structures médiévales, une sépulture (ST 10) et une fosse (ST 11), recoupent cet horizon ancien. Observons encore que la majorité de ces structures semble être contenue dans un espace limité à l’ouest par un affleurement rocheux et à l’est par le pointement de la terrasse haute (fig. 4). L’idée d’une sectorisation des espaces en aires spécifiques est attirante mais ne peut être certifiée en l’état actuel des connaissances. Enfin, les profils stratigraphiques B et C (fig. 4) montrent que l’extension de l’occupation vers le nord est limitée par un autre pointement rocheux qui plonge en à-pic jusqu’à la Saône. Par contre, vers le sud, la stratigraphie indique que les couches se développent suivant un léger pendage, que les US 26 et 29 localisées à la base de la séquence sédimentaire correspondent à des sables déposés par la Saône et qu’ici aucun affleurement rocheux n’est enregistré. Le site serait ainsi protégé naturellement sur trois côtés par le rocher et bénéficierait d’une exposition et d’une ouverture vers le sud.

8ST 12 : niveau de sol présentant, sur une longueur de près de 4,30 m, les caractéristiques d’un sol rubéfié, induré et rougi par le feu. Il est associé à d’importants rejets charbonneux et à de nombreux fragments de céramiques de l’âge du Bronze posés à plat (fig. 6). La configuration exacte de cet aménagement demeure imprécise en raison de l’exiguïté de la tranchée.

Fig. 6. Tranchée 8 - Structure 12. Chape rubéfiée associant des tessons disposés à plat. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).

9ST 14 : lambeau de sol présentant, sur une longueur de près de 2,30 m, les caractéristiques d’un niveau rubéfié, induré et rougi par le feu. Il est associé à d’importantes traces charbonneuses et à de nombreux fragments de céramiques de l’âge du Bronze posés à plat.

10ST 15 : petite fosse détritique ou empreinte de poteau d’ouverture circulaire d’environ 0,45 m de diamètre (fig. 7). Le comblement brun-noir majoritairement limoneux comporte dans sa partie supérieure des éléments de calage représentés par plusieurs petits blocs, de la faune et des nodules d’argile rubéfiée. Cette excavation est à rattacher à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final.

Fig. 7. Tranchée 8. Structures 15 à 17. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).

11ST 16 : fosse d’ouverture vraisemblablement circulaire (diamètre supposé : environ 1,30 m) comblée par un sédiment noir majoritairement limoneux mêlé à du charbon de bois et de la céramique (fig. 7). Le mobilier issu du remplissage rattache cet aménagement à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final.

12ST 17 : aménagement excavé comblé de limons sableux charbonneux noirs mêlés à des fragments de céramiques, de faune, de galets thermofractés et de probables éléments de mouture (fig. 7). Une distance de 2,50 m sépare les deux bords (est et ouest) de cet aménagement rattaché à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final.

13ST 18 : structure de combustion aménagée sur un radier composé de petits fragments de blocs et de céramiques noyés dans une chape d’argile sableuse indurée (fig. 8). Ce radier est recouvert d’une sole d’argile rubéfiée épaisse de plusieurs centimètres et présentant une surface plane. Totalement détruite à l’occasion de l’ouverture de la tranchée, cette surface de cuisson recouvrait une surface approximative de 1,30 m de côté. Cette structure est à rattacher à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final.

Fig. 8. Tranchée 8. Structure 18. Phase moyenne du Bronze final (cliché : É. Thévenin).

14ST 19 : structure de combustion matérialisée au sol par une empreinte circulaire partiellement rubéfiée et indurée d’environ 1 m de diamètre (fig. 9). À l’ouest, elle est délimitée par une pierre posée de chant et à l’est, la présence de deux blocs posés à plat suggère l’aménagement d’une possible ouverture d’une trentaine de centimètres de largeur débouchant sur un espace central commun à une deuxième structure analogue (ST 20).

Fig. 9. Tranchée 8. Structures 19 et 20. Structures de combustion / torréfaction. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).

15ST 20 : structure de combustion présentant les caractéristiques techniques des fours à coupole d’usage traditionnellement domestique durant la période protohistorique : structure générale globalement circulaire, parois épaisses en terre rubéfiée et indurée s’amincissant en hauteur, profil interne subvertical amorçant un arrondi, fond plat délimité par des blocs (fig. 9). Une fois abandonné, ce four a été partiellement réaménagé dans sa moitié nord pour accueillir une seconde structure de combustion (ST 19). De conception relativement simple, cette structure a entre autres été aménagée pour le grillage de graines, dont des glands, représentés par de nombreux exemplaires retrouvés dans le remplissage supérieur de la structure (fig. 9). Le mobilier céramique rattache ces deux aménagements à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final. La configuration exacte de ces aménagements demeure imprécise en raison des limites de la tranchée.

16ST 21 : empreinte de poteau d’ouverture circulaire (diamètre 0,45 m) comblée par un sédiment noir majoritairement limoneux (fig. 10). Proche du trou de poteau ST 22, cet aménagement dépourvu d’élément de calage est à rattacher à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final.

Fig. 10. Tranchée 8. Structures 21 à 23. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).

17ST 22 : empreinte de poteau d’ouverture circulaire (diamètre 0,40 m) comblée par un sédiment limoneux noir où figurent des charbons de bois et d’importantes traces argileuses rubéfiées (fig. 10). Proche du trou de poteau ST 21, cet aménagement dépourvu d’élément de calage est à rattacher à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final.

18ST 23 : foyer à usage domestique aménagé sur un radier de petits galets calibrés surmonté de fragments de céramique posés à plat et recouvert d’une couche d’argile de plusieurs centimètres d’épaisseur présentant une surface lissée (fig. 10). Large d’environ 1 m, cet aménagement particulièrement soigné est à rattacher à l’horizon culturel de l’âge du Bronze final.

2.3. La céramique de l’âge du Bronze final (P.H.)

19Un premier constat consiste à souligner l’excellent état de conservation du mobilier exhumé. Ce dernier se compose d’un effectif de 1084 tessons provenant de quinze entités distinctes (unités stratigraphiques et structures domestiques) et totalisant une masse de 13,406 kg. Le matériel prélevé dans les unités stratigraphiques représente 610 fragments (56 %) et celui associé aux structures, 474 tessons (44 %). Il est à noter toutefois que certains éléments attribuables au Bronze récent / final 1 ont été retrouvés parmi du mobilier caractéristique de la phase moyenne du Bronze final (fig. 12, nos 7, 9 et 22 ; fig. 14, nos 3 à 5). En terme d’attribution culturelle, ce modeste ensemble de céramique confirme les hypothèses émises dans le rapport de diagnostic, à savoir une très forte représentation d’éléments attribuables au Bronze final 2b / 3a. Du point de vue technologique, les productions en pâte de facture grossière sont dominantes. À partir des éléments typologiques significatifs recensés, on retiendra la forte représentation des surfaces lustrées ou polies (47 %) et lissées (33 %). Les surfaces d’aspect rugueux sont représentées à hauteur de 20 % et revêtent le plus souvent des teintes foncées : noir (52 %) ; marron foncé (28 %) ; beige (14 %)… Les formes principales des cortèges domestiques sont représentées à l’Île Barbe, à l’exception peut-être des gobelets à épaulement et à col cintré. Cependant, la très forte fragmentation du mobilier ne permet pas une identification typo-morphologique exacte d’un certain nombre de fragments. Quoiqu’il en soit, les coupes coniques ainsi que les pots à rebord et épaulement sont les catégories qui rassemblent le plus d’éléments. Quant aux registres décoratifs, la série de Sainte-Anne se caractérise par une bonne représentation des registres cannelés (cannelures concentriques), des filets incisés et des impressions triangulaires ou oblongues, adjacentes.

2.3.1. La céramique de la phase ancienne du Bronze final

20Elle est représentée par moins d’une dizaine de tessons, souvent associés à des céramiques du Bronze final 2b / 3a. Il s’agit de bords à lèvre épaissie (fig. 12, nos 7 et 22 ; fig. 14, n° 5) qui renvoient à des exemples connus sur les sites du Boulevard périphérique nord de Lyon, parmi les mobiliers attribués au Bronze final 1 (JACQUET, 1998, p. 162, n° 2226 ; p. 163, n° 1249 ; p. 164 ; p. 169, n° 1241) ; site de Grand-Champ à Corbas (Rhône), Fait 194 (RAMPONI et alii, 1998, fig. 65, n° 12 et fig. 72, n° 5) ; site de la Terre de Vaux à Quincieux (Rhône) : enclos 4301 et 14501 (HÉNON et alii, 1991, fig. 19, n° 2 et fig. 17, n° 1 ; PICHON, HÉNON, 2005). Les décors estampés de motifs triangulaires (fig. 12, n° 9) font également partie intégrante des thèmes décoratifs de la fin du Bronze moyen et du Bronze récent / Bronze final 1. Pour la région lyonnaise, nous disposons de nombreuses références, dont : à Lyon-Vaise, 26 rue Joannès Masset parmi le mobilier hors contexte rapporté au Bronze final 1 (HÉNON et alii, 2007, fig. 79, n° 16) mais également sur le site du 25-29 rue Joannès Carret (Carré Icade), mobiliers des zones A et G étudiés par J.-M. Treffort (NOURISSAT, 2016, fig. 33, n° 20 ; fig. 55, n° 14) et rapportés au Bronze récent. Dans la vallée inférieure de la Saône, le site de la Terre de Vaux à Quincieux à livré des éléments de ce type parmi les mobiliers attribués au Bronze moyen / récent du secteur C - couche H3 (HÉNON et alii, 1991, fig. 50, n° 4 ; fig. 88, n° 1), mais également à Saint-Jean-d’Ardières (Rhône), parmi le mobilier prélevé dans l’US 12 du sondage 17, où le décor affecte la face interne d’un récipient (FRASCONE, 2012). La grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain) en livre certains exemplaires provenant d’une part d’une partie du mobilier des fouilles anciennes attribué au Bronze moyen (DUMONT, TREFFORT, 1991, fig. 26, n° 4) et d’autre part, des couches 24 à 26, bien datées de la fin du Bronze moyen (XVe siècle av. J.-C. ; BUARD, 1991, fig. 89, n° 7). D’autres points de comparaisons peuvent être établis avec les sites de Balme Rousse à Choranche (Isère ; VITAL, BINTZ et alii, 1991, fig. 32, n° 13) ; du Seuil des Chèvres à La Balme (Savoie), en contexte « confus ou remanié », mais également attribué au Bronze final 1 (NICOD et alii, 1998, fig. 26, n° 8) ; site du Gournier à Montélimar, mobiliers de la zone B (VITAL et alii, 2011, fig. 41, n° 30)… La petite jatte à épaulement provenant de la structure 18 (fig. 14, n° 3) peut être comparée à des exemplaires connus au sein d’assemblages du Bronze final 1/2a : fosse KL34 du site du quartier Saint-Pierre à Vaise (THIERIOT, 1989, fig. 6, n° 5) ; Jons (Rhône), Les Batailles, structure 19 (HÉNON et alii, 2002, fig. 34, n° 1) ; soit encore dans des ensembles R.S.F.O. mixtes comme par exemple le site du Vieux Bourg à Vénissieux (Rhône ; VITAL, 1988, fig. 4, n° 12) ; à La Boisse (Ain) « fosse protohistorique », en contexte incertain (Bronze final 2a / Bronze final 2b ? ; VICHERD, BAUDRAND, 1982) ; à Chaley (Ain), la Balme à Gontran, parmi le mobilier attribué au Bronze final 2b (TREFFORT et alii, 2001, fig. 15, n° 10).

2.3.2. La céramique de la phase moyenne du Bronze final

21Parmi les formes basses, les coupes sont les mieux représentées avec au moins trente et un individus. Les coupes tronconiques à profil simple sont les plus fréquemment observées, bien que n’ayant aucune valeur au plan typo-chronologique. On notera des coupes à bord peu sinueux (fig. 11, nos 1 et 14 ; fig. 12, n° 13) ; des coupes à bord décroché (fig. 11, nos 2, 6, 15 et 17 ; fig. 12, n° 11 ; fig. 13, n° 14 ; fig. 14, nos 1, 15 et 16) ; des coupes à bord peu ou pas accentué (fig. 11, n° 5 ; fig. 12, nos 3, 10 et 18 ; fig. 13, nos 8 et 13 ; fig. 14, nos 2, 7, 8, 17, 18 et 19).
Deux d’entre elles montrent un profil externe segmenté en dépit de la morphologie de leur rebord (fig. 11, n° 5 ; fig. 14, n° 16). La plupart des exemplaires sont inornés. Les formes décorées portent des registres de cannelures internes sériées, larges ou étroites (fig. 11, nos 6 et 16 ; fig. 12, nos 4, 10 et 11 ; fig. 13, nos 15 et 23). Une coupe porte un décor d’impressions à l’ongle sur son marli (fig. 11, n° 17) et deux exemplaires sont ornés de filets incisés sous le bord (fig. 14, nos 18 et 19).

Fig. 11. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a des US 44 et 45 (dessin : P. Hénon).

22On mentionnera également deux exemplaires de jattes carénées : l’un porte un décor de cannelure large à hauteur de la carène (fig. 11, n° 7) ; l’autre, un registre composé de cannelures obliques couvrantes (fig. 14, n° 3), qui pourrait être rapporté à la phase ancienne du Bronze final (Bronze récent / Bronze final 1 / 2a). D’autres formes sont représentées par trois gobelets (fig. 12, nos 5 et 8), les deux derniers étant décorés de cannelures concentriques larges et de filets incisés. Deux fragments d’écuelles à bord convergent et chanfreiné sont à signaler (fig. 11, nos 9 et 10).

Fig. 12. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a des US 45, 46, 31, 21 et 22 (sauf nos 7, 9 et 22 : Bronze récent / final 1) (dessin : P. Hénon).

23Le groupe des pots à rebord est représenté par au moins treize individus. Ils portent des décors composés de registres de cannelures concentriques (étroites ou larges) généralement situées à la base du rebord (fig. 12, nos 19, 20 et 27 ; fig. 13, nos 3, 5 et 22 ; fig. 14, n° 26).
D’autres registres décoratifs sont également représentés dans cette modeste série, dont des motifs d’impressions triangulaires et ovales, adjacentes (fig. 11, nos 8, 13, 21 à 24 ; fig. 12, n° 24 ; fig. 13, nos 4 et 6 ; fig. 14, nos 6 et 23). Un vase est inorné (fig. 11, n° 12).

Fig. 13. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a de l’US 22 et des structures 12, 14 et 16 (dessin : P. Hénon).

24Trois fragments appartiennent vraisemblablement à des jarres (fig. 12, n° 20 ; fig. 14, nos 11 et 24) : les décors affiliés sont des cannelures concentriques (fig. 12, n° 20 ; fig. 14, n° 11), ou des cordons lisses (fig. 14, n° 24). Un autre exemple porte un décor probablement réalisé à l’aide d’une tige végétale (fig. 13, n° 20).
Enfin, un fragment de tore en terre cuite est à mentionner (fig. 12, n° 25).

25Les coupes tronconiques à décor de larges gradins internes (fig. 11, n° 6 ; fig. 12, nos 4, 10 et 11), appartiennent au cortège typologique du Bronze final 3a : à Vénissieux (Rhône), site de la Place de la Paix, fosses A. 96, A. 189, A. 31 et A. 94 (HÉNON, 1999, fig. 65, nos 1, 2 ; fig. 71, nos 1 et 2 ; fig. 72, nos 1 et 2 ; fig. 69, nos 1, 3 et 5 ; fig. 70, nos 1 et 2) ; Saint-Priest (Rhône), Les Luêpes (RAMPONI et alii, 1999), parmi le matériel des fosses 1042 et 1262 (HÉNON, 1999, fig. n° 68, n° 1 ; fig. 67, nos 10 et 11). Dans le Bugey, les coupes à décor interne du type « gradins » sont présentes à la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain ; TREFFORT, 1996, fig. 4, nos 5 et 6) où elles sont attribuées au Bronze final 3a ; à Chaley (Ain), avec de nombreux exemplaires provenant de la Balme à Gontran (TREFFORT et alii, 2001, fig. 10, nos 20 à 24) ; grotte des Gitans à Saint-Sorlin-en-Bugey (Ain ; VORUZ, 1985, p. 14, nos 3 et 4) ; à Bénonces (Ain) grotte du Pendule avec un profil tronconique très accentué (TREFFORT, 1994, pl. 13, n° 1) ; grotte de la Fée à Serrières-sur-Ain (ibid., pl. 16, n° 6). Certains de ces exemplaires sont par ailleurs connus sur le site de Larina à Hières-sur-Amby (Isère), dans la Faille de la Chuire, mobiliers hors contexte (Perrin, 1990, p. 121, n° 545), ainsi que parmi les mobiliers de la fosse 90, attribués au Bronze final 3a (FROQUET, 1994, fig. 10, nos 19 à 21). Sur la commune voisine de Verna (Isère), un exemplaire est attesté parmi le matériel exhumé du Tombeau du Général (BOCQUET, 1976, p. 29). Pour ces mêmes récipients, les décors internes de cannelures concentriques étroites (fig. 11, n° 16 ; fig. 12, n° 4), ainsi que les coupes à profil hémisphérique à décor externe de sillons concentriques (fig. 14, nos 18 et 19), restent également de bons marqueurs du Bronze final 3a.

Fig. 14. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a des structures 18, 20, 23 et des US 8 et 47 (sauf nos 3 à 5 : Bronze final 1 / 2a) (dessin : P. Hénon).

26En ce qui concerne les formes hautes, la série de Sainte-Anne compte quelques exemplaires de pots et jarres (fig. 11, nos 8, 11 à 13 ; fig. 12, nos 19, 20 et 24 ; fig. 13, nos 3, 5, 20 et 22 ; fig. 14, nos 10, 11, 22 à 26). Certaines d’entre elles (fig. 11, nos 12 et 13 ; fig. 12, n° 20), décorées ou non, sont récurrentes au sein des assemblages des sites du Bronze final 2b/3a de la région lyonnaise. En revanche, des récipients à décor de fines impressions triangulaires ou de cannelures étroites multiples (fig. 11, nos 21 et 22 ; fig. 12, n° 19 ; fig. 13, nos 5 et 22 ; fig. 14, nos 11 et 26) marquent davantage les stades du Bronze final 3. Ces formes évoquent ainsi certains récipients présents parmi les mobiliers de la fosse 25 du site de La Plaine à Simandres (Rhône), en contexte Bronze final 3a (THIERIOT, 2005, fig. 9, nos 20, 23, 24, 32) et parmi les mobiliers attribués au Bronze final 3b de la Balme à Gontran à Chaley (Ain ; TREFFORT et alii, 2001, fig. 23, n° 3).

2.4. Le mobilier métallique de l’âge du Bronze final (P.H.)

27Il est représenté par une épingle en bronze à tête biconique (fig. 15, n° 1). Ses dimensions sont les suivantes : longueur : 9,9 cm ; diamètre de la tête : 5 mm ; diamètre de la tige : 1 à 2 mm. Le sommet de la tête est décoré d’un sillon concentrique sous lequel se développe un registre de nervures profondes orthogonales. La base de la tête ainsi que la partie sommitale de la tige portent de fines nervures concentriques horizontales. Ce type d’épingle à tête biconique est généralement bien représenté au cours de la phase moyenne du Bronze final. Des exemples relativement proches au plan morphologique de celui de l’Île Barbe sont attestés par exemple parmi le mobilier métallique du site de Zug-Sumpf (CH), probablement rattaché à la phase ancienne de l’occupation du site, rapportée au Ha B1 (BOLLIGER-SCHREYER et alii, 2004 , Taf. 15, nos 158 et 158 A).

3. Les vestiges du Néolithique : le mobilier céramique (F.J.)

28Deux grandes phases de la période sont identifiées au travers du mobilier : le Néolithique moyen (NM – TR5/US46 ; TR7/US31 ; TR8/US22 ; TR8/ST16 ; TR8/US23) et le Néolithique final (NF – TR8/US22 ; TR8/US23 ; TR8/ST18 ; TR8/US21). Il faut noter que l’entité TR8/US23 est la seule unité stratigraphique où aucune composante céramique protohistorique n’est présente.

3.1. Éléments typologiques du Néolithique moyen

29Les fragments sont bien conservés, les états de surface sont préservés et les tranches ne sont pas émoussées. Leur présence dans les ensembles postérieurs semble relever de remaniements de faible amplitude liés à l’activité humaine au cours de la Protohistoire. Les parois présentent des couleurs homogènes (dominante jaune-brun, gamme noire rare). Les gestes techniques liés au façonnage donnent aux surfaces des effets luisants. Ces caractéristiques techniques donnent l’image d’un corpus homogène malgré la position archéologique de ces tessons (mobilier remobilisé à la fin de la Protohistoire).

30Les traits typologiques (fig. 15, nos 2 à 14) appartiennent à différentes parties du corps des récipients. Les bords sont préférentiellement divergents, dans plusieurs cas la trajectoire supérieure de leur profil présente une inflexion marquée (nos 3-4, 9-10) terminée par une lèvre dont le tracé horizontal est ondulé. Ce type de bord infléchi a été récemment reconnu dans la région lyonnaise au sein du corpus exhumé au 35, rue Auguste Isaac (Lyon, 9e, Rhône) que les comparaisons stylistiques ont permis de rapprocher des séries de La Redoute (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) et du groupe de Noyen (THEVENOT, 2005 ; HENOCQ-POCHINOT, MORDANT, 1991 ; JEUNESSE et alii, 2003). Situés dans l’actuelle région Bourgogne, ces sites appartiennent à l’étape initiale de la phase récente du Néolithique moyen (début du Néolithique moyen II ou NMII).

Fig. 15. Tranchées 5, 7 et 8. Mobilier métallique de la phase moyenne du Bronze final (n° 1 : cliché : É. Thévenin – DAO : É. Bayen). Mobilier céramique du Néolithique moyen et du Néolithique final (dessin : F. Jallet).

31Aucune saisie (languette, anse) n’apparaît parmi les traits typologiques du Néolithique moyen de l’Île Barbe. Un seul élément de suspension est connu (fig. 15, n° 5). Il s’agit d’un bouton aplati à perforation horizontale partiellement sous-cutanée. Si cet élément est courant dans les corpus céramiques de cette phase, il ne peut être attribué à un style céramique précis.

32Deux tessons portent un décor. Dans un cas, il est traité en relief ; dans l’autre, il s’agit d’un motif en creux (fig. 15, nos 6 et 14). Le bouton, massif, est posé en haut de panse et empiète légèrement sur l’amorce de col (n° 6). La position de cet élément plastique et le profil préservé du récipient trouvent références dans les corpus céramiques de type Néolithique moyen bourguignon (NMB) (PÉTREQUIN, GALLAY, 1986). Le second décor est traité en incisions réalisées sur pâte fraîche (avant cuisson) (fig. 15, n° 14). Le motif est zoné en bandes. Le registre supérieur est empli de lignes parallèles rapprochées, la partie inférieure porte des traits obliques opposés formant triangles. Pour le Néolithique moyen, ce thème fait préférentiellement référence au Chasséen (THEVENOT, 2005 ; VAQUER, 1975). Le tesson qui porte ce motif présente un profil vertical s’épaississant à la base et une légère angulation du profil horizontal. Ces deux caractéristiques morphologiques peuvent laisser supposer que ce fragment de récipient appartient à une coupe à socle cubique, morphotype chasséen. À l’heure actuelle, ces types d’ornement et de forme n’ont aucune comparaison en région lyonnaise ; ces éléments chasséens sont présents au Pic ou Suc de la Violette (Périgneux, Loire ; COMBIER, 2004).

33Le récipient à épaulement et la – probable –, coupe à socle (fig. 15, nos 6 et 14) sont deux des formes identifiées du Néolithique moyen de Sainte-Anne. Deux récipients à col divergent dégagé par un ressaut dans un cas et par une jonction panse-col légèrement individualisée dans l’autre (nos 7 et 8) évoquent les corpus bourguignons (PÉTREQUIN, GALLAY, 1986 ; JEUNESSE et alii, 2003). Les deux coupes en calotte sont des formes ubiquistes (nos 11 et 12), on note que leurs lèvres sont dégagées du profil général du récipient. La coupe à carène peu anguleuse (n° 13) présente également une lèvre éversée. Cette forme est fréquente en contextes chasséen et contemporains (THEVENOT, 2005 ; VAQUER, 1975 ; PÉTREQUIN, GALLAY, 1986 ; JEUNESSE et alii, 2003).

3.2. Éléments typologiques du Néolithique final

34Les tessons sont bien conservés, les surfaces sont rugueuses et les tranches ne sont pas émoussées. Comme pour les éléments du Néolithique moyen, ces fragments semblent occuper une position peu distante de leur situation originelle.

35Les parois ne présentent pas systématiquement une couleur homogène (orange à brun moyen). Les gestes techniques n’ont pas conduit à régulariser les surfaces qui présentent des imperfections (bosselages, creux). Malgré ces variabilités, on ne peut exclure l’homogénéité de ce corpus.

36Les traits typologiques relèvent d’une gamme restreinte (fig. 15, nos 15 à 21). Une seule forme a pu être restituée (n° 15). Il s’agit d’un petit récipient de forme ovoïde dont le bord porte un bouton de forme quadrangulaire. Un bord (n° 16) indique la présence de récipients à ouverture rétrécie. Les éléments de saisie sont de types variés. Il s’agit principalement de languettes (fig. 15, nos 17, 20, 21). Le premier de ces exemplaires présente une perforation verticale (n° 17). La dernière préhension, massive, est un bouton à perforation horizontale (n° 18). Un seul fragment évoque la présence d’une anse en ruban (n° 19). La languette située à la base d’un bord épais sub-vertical à lèvre ondulée (n° 20) est surmontée d’une dépression ovalaire, reliquat d’un geste technique, il ne s’agit pas d’un décor.

4. Le matériel lithique taillé et non taillé : premiers constats (S.S.)

37Le matériel lithique taillé et non taillé comprend quatorze éléments qui proviennent exclusivement de la tranchée 8 et de quatre entités distinctes. Celles-ci correspondent soit à des structures (ST 17 et 20), soit à des unités stratigraphiques (US 22 et 23). Il s’agit d’un fragment de meule, d’un fragment de lissoir sur galet et de douze silex bruts, dont un nucléus. Excepté le fragment de meule qui est issu d’un horizon du Bronze final, les autres éléments appartiennent probablement à l’une des phases du Néolithique moyen ou final, en considérant que la taille du silex n’est pas d’usage au XIIe siècle av. J.-C.

38À noter que parmi les éléments céramiques recueillis au sein de ces mêmes entités (US 22 et 23), onze tessons sont attribués au Néolithique moyen et quinze autres renvoient d’un point de vue technique et typologique à la période du Néolithique final (supra, F. Jallet, fig. 15, nos 15 à 21). De plus, l’US 23 n’a livré aucune céramique de l’âge du Bronze mais uniquement des tessons néolithiques (NM et NF). Enfin, le mobilier céramique issu des structures 17 et 20 est daté du Bronze final (infra, P. Hénon).

Fig. 16. Description du matériel lithique taillé et non taillé issu de la tranchée 8 par phases chronologiques.

39L’état de conservation des silex est assez bon et, à l’exception d’une esquille patinée, aucun n’est émoussé (fig. 16)). L’aspect « neuf » de ces éléments siliceux nous renseigne sur la fiabilité des contextes archéologiques, qu’il s’agisse des horizons ou des structures. Le seul élément de mouture recueilli, même fragmenté, signale une activité liée à la consommation de céréales, panifiées ou non, au cours du Bronze final. Enfin, le fragment de lissoir thermofracté témoigne de la présence de structures foyères au cours du Néolithique, ou de la combustion intentionnelle ou accidentelle de l’une des occupations datées de cette période (fig. 17, n° 1).

Fig. 17. 1. Nucléus unipolaire plat à lamelles ; 2. éclat brut ; 3. débris de taille (clichés : J.-C. Sarrasin ; DAO : S. Saintot).

4.1. Les silex néolithiques

40Excepté trois esquilles en silex turonien et une esquille indéterminée car patinée, les neuf autres éléments taillés sont en silex du Crétacé supérieur beige clair d’aspect translucide (fig. 16 et fig. 17). Ces matières premières ne sont pas locales et ne sont pas directement disponibles dans le bassin de Vaise et à sa périphérie proche comme le sont les silex du Jurassiques, absents ici. À moins qu’elles n’aient une origine encore plus lointaine, ces roches sont donc importées soit du Bugey, soit du Mâconnais, soit de la vallée du Rhône (MASSON, 1981 ; BRESSY et alii, 2006). À noter que la matière première du nucléus (fig. 17, n° 1) renvoie à celle qui est employée pour le façonnage de certaines industries du Mâconnais (COMBIER, FLOSS, 1994).

41D’un point de vue typo-technique, l’éclat de silex et le débris ne sont pas significatifs (fig. 17, nos 2 et 3), les esquilles n’ont d’intérêt ici que pour signaler des activités de taille ou de réaffûtage d’outils sur place au cours du Néolithique, et le seul élément identifiable est le nucléus à lamelles.

42Il s’agit d’un nucléus unipolaire plat à lamelles sur éclat (fig. 17, n° 1). Après abrasion du plan de frappe, une série de sept lamelles plus ou moins larges sont obtenues par percussion directe. Cette dernière session de débitage, qui fait probablement suite à d’autres, est suivie par une remise en forme du support par réaménagement d’un plan de frappe opposé (TIXIER et alii, 1980). Ce dernier, trop court, ne permet toutefois pas la ré-exploitation du nucléus car les nouveaux enlèvements sont trop courts et réfléchis, d’où l’abandon définitif du support.

43Ce type de nucléus évoque les modèles du Néolithique moyen. Il est d’ailleurs fort probable qu’il se rapporte à un assemblage du Néolithique Moyen Bourguignon tant par la technique employée que par sa forme (PÉTREQUIN, GALLAY, 1986 ; PERRIN, 2003)

4.2. Les éléments lithiques non taillés

44À l’état fragmentaire et très peu représentés, le fragment de meule et le lissoir n’apportent pas de précisions chronologiques sur les différentes occupations de l’île (fig. 18, nos 1 et 2). Le lissoir sur galet fragmenté est un outil a posteriori, qui a été façonné en lissant (SIGAUT, 1991). Il signale uniquement une activité artisanale réalisée sur place. Le fragment de meule en granite rose, qui provient probablement des affleurements des Monts du Lyonnais ou de ceux de la Loire, est trop fragmenté pour apporter une précision chronologique particulière. Sa face active se caractérise par une plage lisse et plate (fig. 18, n° 2).

Fig. 18. 1. Lissoir sur galet de quartzite brûlé ; 2. fragment d’une meule en granite rose (clichés : J.-C. Sarrasin ; DAO : S. Saintot).

45Parmi le petit lot de silex issus d’horizons stratigraphiques et de structures, un nucléus à lamelle qui renvoie, d’après ces caractéristiques typologique et technique, à un exemplaire du Néolithique moyen II (Néolithique Moyen Bourguignon ?) représente l’élément le plus remarquable. La présence de ce nucléus en silex, probablement importé, signifie qu’au moins une partie de la production siliceuse est réalisée sur l’île au cours du Néolithique moyen. Même s’il est unique cet élément révèle, comme la présence de céramique et celle de restes osseux, une certaine « stabilité » des Néolithiques sur l’île au cours du IVe millénaire avant notre ère.

46Enfin, contrairement à la céramique, aucun support brut ou retouché n’est attribuable à l’une des phases du Chasséen et aucun produit caractéristique ne peut être rapporté avec certitude à la période du Néolithique final.

47Concernant la Préhistoire ancienne et récente, le petit échantillonnage lithique taillé et non taillé recueilli à Sainte-Anne nous renseigne, avec les autres mobiliers du quotidien, sur les occupations successives de l’Île Barbe au cours de deux millénaires, du Néolithique moyen au Bronze final.

Conclusions liminaires

48Les éléments céramiques du Néolithique moyen mis au jour sur l’Île Barbe présentent des caractéristiques techniques homogènes. D’un point de vue typologique, deux tendances stylistiques se dégagent : une dominante de traits apparaissant en contexte NMB côtoie des types chasséens. La coexistence de styles au sein d’un corpus typologique n’est pas incompatible avec la synchronie des éléments (PÉTREQUIN, PÉTREQUIN, 1986 ; JEUNESSE et alii, 2003). Au regard des éléments en présence, il faut donc envisager que ce corpus de l’Île Barbe appartient à la phase initiale du Néolithique moyen II et se situe dans le dernier tiers du Ve millénaire. Dans la région lyonnaise, les ensembles du Néolithique moyen antérieurs à 4000 av. J.-C. sont rares.

49Malgré un corpus restreint l’ensemble typologique du Néolithique final exhumé sur l’Île Barbe présente des récurrences techniques (temps réduit consacré aux finitions) et typologiques. Les bords indiquent la présence de récipients dont les profils dérivent de formes géométriques simples ; aucune carène n’est connue. Les saisies sont préférentiellement des languettes pouvant être forées verticalement. Les décors sont absents. La forme des fonds n’est pas connue. Les caractéristiques techniques et les critères typologiques sont favorables à une attribution au Néolithique final (GILIGNY et alii, 1995), des arguments ténus permettent de proposer une attribution au cours de la première moitié du IIIe millénaire (Phase 2a de VORUZ et alii, 1995), sans plus de précision. En région lyonnaise, les ensembles du Néolithique final antérieurs au faciès campaniforme restent à caractériser.

50L’occupation des lieux durant la phase moyenne du Bronze final est attestée sur l’ensemble de la parcelle diagnostiquée. Jusqu’alors, la plaine de Vaise avait principalement livré une abondante documentation concernant la phase ancienne de l’âge du Bronze final (HÉNON, THÉVENIN, 1996 ; JACQUET, 1998) dont quelques témoins disparates ont été retrouvés à Sainte-Anne. En revanche, les sites du Bronze final 2b / 3a ne sont pas connus, contrairement à la plaine de l’Est lyonnais et du Velin (HÉNON, 2001). La position topographique du site de Sainte-Anne est originale et interroge sur l’existence de passages à gués à proximité. Une datation radiométrique réalisée sur charbons de bois (tranchée 8 – structure 20) a donné le résultat suivant : 2885 ± 30 BP (âge calibré : 1192 à 941 avant J.-C. ; probabilités max. : 1132-974 avant J.-C.).

51Si l’interprétation de la fonction de ce site reste encore délicate en raison de la perception très fragmentaire des vestiges, ces découvertes inattendues font de ce lieu un site exceptionnel par sa configuration mais aussi sa conservation dans des conditions rarement rencontrées en région lyonnaise. De même, les éléments typologiques céramiques néolithiques mis au jour sur l’Île Barbe illustrent des stades chrono-culturels rarement identifiés en région lyonnaise. Pour le début du Néolithique moyen II, ces nouveaux acquis vont dans le sens des observations récentes qui tendent à situer le secteur de la confluence Saône-Rhône en cohérence, dès la fin du Ve millénaire, avec les évolutions stylistiques relevées pour le secteur nord-oriental. Pour le Néolithique final, ces nouveaux éléments s’inscrivent dans les tendances en cours de définition. Enfin, l’examen du mobilier céramique protohistorique permet de dissocier au moins deux phases d’occupation des lieux durant l’âge du Bronze final :
- la plus ancienne (BF 1/2a) se placerait vers les XIVe-XIIIe s. av. J.-C. ;
- la plus récente (BF 2b/3a) se situerait approximativement vers les XIe-Xe s. av. J.-C.

52Ces découvertes sont donc d’un intérêt majeur pour les connaissances relatives à l’occupation des rives de la basse vallée de la Saône à l’âge du Bronze et particulièrement pour la période de la phase moyenne du Bronze final.

53La séquence Bronze final 2b / 3a de Sainte-Anne et plus généralement des autres sites de la région lyonnaise ne peut être actuellement qu’esquissée, sans omettre de signaler que les données fournies par la chronologie absolue font défaut. Le site de Sainte-Anne, au travers de son corpus céramique, se distingue très nettement d’autres ensembles de la région lyonnaise et évoque au plan stylistique un certain nombre de critères propres au Bronze final 3a.

54Nous distinguons ainsi des assemblages céramiques du Bronze final 2 (BF 2a ?) tel celui de la fosse KL 34 du quartier Saint-Pierre de Vaise (THIERIOT, 1989), avec une composition de jattes à épaulement à décor de cannelures obliques et de récipients biconiques (ibid., fig. 6, nos 1, 2, 5 à 7). La phase « ancienne » du Bronze final 2b serait à notre sens représentée par les mobiliers des sites du Vieux-Bourg à Vénissieux, de La Croix-Tombée à Pérouges (Ain) et de Grange Rouge à Quincieux (VITAL, 1988 ; PICHON, HÉNON, 2005) : les jattes à épaulement à décor de cannelures obliques sont encore présentes ; les coupes tronconiques présentent de nouveaux critères dont des facettages internes bien marqués, des segmentations externes, des décors peignés internes du type « guirlandes »…

55Avec la série de Sainte-Anne, on assiste à un renouvellement de certaines formes et décors. Il en est ainsi des coupes à bord redressé et à lèvre facettée (fig. 11, n° 5), ou des jattes à bord convergent et à décor de sillons gravés (fig. 11, n° 10). Les coupes tronconiques sont le plus souvent décorées de cannelures internes disposées en gradins (fig. 11, n° 6 ; fig. 12, nos 10 et 11 ; fig. 13, n° 23). D’autres formes annoncent le Bronze final 3, dont des coupes à panse hémisphérique qui portent des décors de lignes incisées (fig. 14, nos 18 et 19), des petites jattes à décor mixte de cannelures et de lignes incisées (fig. 14, n° 21). Dans la catégorie des pots à rebord, on notera également la présence de nouvelles formes, en particulier des récipients à bord très éversé et dont la base porte des décors de cannelures horizontales multiples (fig. 11, n° 11 ; fig. 12, n° 19 ; fig. 13, n° 22 et fig. 14, n° 26). Au regard de ces observations préliminaires, il n’est pas à exclure que le site de Sainte-Anne ait pu connaître plusieurs phases d’occupation durant la phase moyenne du Bronze final.

Haut de page

Bibliographie

BOCQUET A., 1976, « La tombe de Verna (Isère) et les mégalithes alpins », Études préhistoriques, n° 13, p. 23-32, 10 fig.

BOLLIGER-SCHREYER S., MAISE C., RAST-EICHER A., RUCKSTUHL B., SPECK J., 2004, Die spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Zug-Sumpf. Band 3/2, Die Funde der Grabungen 1923-1937, Zug, Kantonales Museum für Urgeschichte, 2 vol., 356 p., 232 pl.

BUARD J.-F., 1991, « La céramique des couches 21 à 34 : une nouvelle séquence chrono-typologique du XIXe au XIVe siècle avant notre ère », in : VORUZ J.-L. dir., p. 189-221, 15 fig. (Doc. du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Univ. de Genève, 17).

COMBIER J., 2004, « Sites et cultures néolithiques, du Forez au Brionnais : état des lieux et perspectives », in : DARTEVELLE H. dir., Auvergne et Midi : actualité de la recherche, Actes des 5e rencontres méridionales de Préhistoire récente, Clermont-Ferrand, 8-9 nov. 2002, p. 159-176 (9ème suppl. à Préhistoire du Sud-Ouest).

DUMONT A., TREFFORT J.-M., 1991, « Histoire et bilan des fouilles anciennes », in : Voruz J.-L. dir., p. 43-63, 11 fig. (Doc. du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Univ. de Genève, 17).

FRASCONE D., 2012, « Saint-Jean-d’Ardières (Rhône), ZAC de Balmont, Les Villards (tr.2 - tr.3) », Rapport de diagnostic, Inrap / SRA Rhône-Alpes, 70 p., 22 fig.

FROQUET H., 1994, Larina : étude typologique du matériel céramique protohistorique, Mémoire de MST, Univ. Lumière-Lyon II, 42 p., 32 fig.

GAILLARD Ch. et alii, 2012, Île Barbe, Sainte-Anne – Chemin du Bas Port, Rapport de fouille, Lyon, Inrap Rhône-Alpes/Auvergne, SRA Rhône-Alpes, 314 p., 102 fig.

GILIGNY F., MARÉCHAL D., PÉTREQUIN P., PÉTREQUIN A.-M., SAINTOT S., 1995, « La séquence néolithique final des lacs de Clairvaux et de Chalain (Jura) : essai sur l’évolution culturelle », in : VORUZ J.-L. dir., p. 313-346 (Doc. du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Univ. de Genève, 20).

HENOCQ-POCHINOT C., MORDANT D., 1991, « La marge sud-est du Bassin parisien : Chasséen et Néolithique moyen Seine-Yonne », in : BEECHING A., BINDER D., BLANCHET J.-C., CONSTANTIN C., DUBOULOZ J., MARTINEZ R., MORDANT D., THEVENOT J.-P., VAQUER J. dir., Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, APRAIF, p. 199-210 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

HÉNON P., 1999, Occupation d’un espace au Bronze final 2b / 3a : les locus 1 et 2 de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Rhône), D.E.A. Méthodologies et Techniques nouvelles en Sciences de l’Homme, Dominante Préhistoire, Univ. de Franche-Comté, 2 vol., 94 p., 75 fig., 30 ill. + annexes.

HÉNON P., 2001, « Structures domestiques et espaces villageois du Ve millénaire au viiie siècle avant notre ère : l’apport des fouilles de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Rhône) : bilan documentaire », in : Actes des Premières journées d’histoire en Velin, 20-21 nov. 1999, n° 1, Saint-Priest, Cercle Iulius Victor, p. 29-65, 38 fig, 2 tabl.

HÉNON P., THÉVENIN É., 1996, « Le site protohistorique de la rue du Souvenir à Lyon (Vaise) : les vestiges de l’âge du Bronze », R.A.E., t. 47-1996, p. 171-178, 5 fig.

HÉNON P., PICHON M., RAMBAULT B., VICHERD G., 1991, Le site préhistorique et protohistorique de la Terre-de-Vaux à Quincieux (Rhône), Rapport de fouilles 1989, Lyon, AFAN / SRA Rhône-Alpes, 150 p.

HÉNON P., JOLY J.-L., LALAI D., 2002, « Le site Bronze final I/IIa des Batailles à Jons (Rhône) », R.A.E., t. 51-2001-2002, p. 45-116.

HÉNON P. et alii, 2007, Lyon-Vaise, 26 avenue Joannès Masset / 79-81 rue Gorge de Loup, Rapport final de fouille, Lyon, Inrap / SRA Rhône-Alpes, 150 p.

JACQUET P., 1998, Habitats de l’Âge du Bronze à Lyon-Vaise (Rhône), Paris, éd. de la MSH, 251 p., 174 fig. (Documents d’Archéologie française, 68).

JEUNESSE C., LEFRANC P., DENAIRE A., 2003, Groupe de Bischheim, origine du Michelsberg, genèse du groupe d’Entzheim : la transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique récent dans les régions rhénanes, Zimmersheim, APRAA, 279 p. (Cahier de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 18-19).

NICOT P.-Y., SORDOILLET D., CHAIX L., 1998, « De l’Épipaléolithique à l’Époque moderne sur le site du Seuil-des-Chèvres (La Balme-Savoie) », R.A.E., t. 49-1998, p. 31-85, 34 fig.

NOURISSAT S., 2016, 25 / 29 rue Joannès Carret, Lyon 9e, Rapport de fouille, Inrap RAA, 260 p., 304 fig., Annexes, 735 p.

PERRIN F., 1990, Un dépôt d’objets gaulois à Larina, Hières-sur-Amby (Isère), Lyon, ALPARA, 175 p., 147 fig. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 4).

PERRIN T., 2003, « Évolution des industries lithiques du Centre-Est de la France du VIe au IIIe millénaire avant notre ère », Germania, 812, p. 385-400.

PÉTREQUIN P., GALLAY A. dir., 1986, Le Néolithique Moyen Bourguignon, Actes du colloque de Beffia (Jura), 4-5 juin 1983, Genève, 197 p. (Archives suisses d’Anthropologie générale, 48, 2).

PÉTREQUIN A.-M., PÉTREQUIN P., 1986, « La Franche-Comté : proposition pour une chronologie interne », in : PÉTREQUIN P., GALLAY A. dir., p. 17-47 (Archives suisses d’Anthropologie générale, 48, 2).

PÉTREQUIN P., CHAIX L., PÉTREQUIN A.-M., PININGRE J.-F., 1985, La grotte des Planches près Arbois (Jura) : Proto-Cortaillod et Âge du Bronze final, Paris, éd. de la MSH, 273 p., 216 fig.

PICHON M., HÉNON P., 2005, « La nécropole à incinérations de Quincieux (Rhône) : différents cas d’associations, d’offrandes et observations sur les bioturbations », in : MORDANT C., DEPIERRE G. dir., Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens en Bourgogne (Yonne), 10-12 juin 1989, Paris, éd. du CTHS, p. 277-304 (Documents préhistoriques, 19).

RAMPONI C., BELLON C., HÉNON P., JACQUET P., 1998, Sondages et fouilles sur le tracé du Boulevard urbain Sud à Corbas (Rhône), D.F.S., Lyon, AFAN / SRA Rhône-Alpes, 2 vol., 291 p., 266 fig.

RAMPONI C., FRANC O., HÉNON P., SAINTOT S., 1999, Sondages et fouilles sur le tracé du Boulevard Urbain Est à Saint-Priest (Rhône) – ‘Les Luèpes’, D.F.S., Lyon, AFAN / SRA Rhône-Alpes.

THEVENOT J.-P., 2005, Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du rempart de La Redoute, Dijon, S.A.E., 464 p. (22ème suppl. à la R.A.E.).

THIERIOT F., 1989, « Une fosse de l’âge du Bronze final 2 sur le site du Quartier Saint-Pierre à Vaise (Lyon 9ème) », in : Actes des rencontres néolithique de Rhône-Alpes ; Rencontre n° 6 : Protohistoire en Rhône-Alpes : actualité de la recherche, déc. 1988, Univ. Lumière-Lyon II / C.A.P. de Valence, p. 101-112, 6 fig.

THIERIOT F., 2005, « Le mobilier céramique de l’âge du Bronze final III des sites des Estournelles et de la Plaine à Simandres (Rhône) », Bull. de la S.P.F., t. 102, n° 2, p. 417-438.

TREFFORT J.-M., 1994, Archéologie spatiale de l’âge du Bronze final dans le Jura méridional, Mémoire de D.E.A., Univ. Lumière-Lyon II, 80 p., 22 fig.

TREFFORT J.-M., 1991, « La deuxième moitié du Bronze final dans la grotte du Gardon : état de la recherche, perspectives », in : VORUZ J.-L. dir., p. 263-270, 4 fig. (Doc. du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Univ. de Genève, 17).

TREFFORT J.-M., NICOD P.-Y., EXCOFFIER-BUISSON R., 2001, « La Balme à Gontran à Chaley (Ain) : du Néolithique moyen au haut Moyen Âge dans une cavité du Jura méridional », R.A.E., t. 50-1999-2000, p. 53-118.

VAQUER J., 1975, La céramique chasséenne du Languedoc, Carcassonne, Laboratoire de Préhistoire et de Palethnologie, 368 p. (Atacina, 8).

VICARD T., 2011, Île Barbe, Sainte-Anne, Rapport de diagnostic, Lyon, Inrap Rhône-Alpes /Auvergne, SRA Rhône-Alpes, 113 p., 30 fig.

VICHERD G., BAUDRAND M.-N., 1982, « Fouilles récentes à la Boisse (Ain) du Bronze final au Bas-Empire », R.A.E., t. XXXIII, fasc. 2-3-4, p. 123-138, 3 fig.

VITAL J., 1988, « Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale dans la moyenne vallée du Rhône », in : BRUN P., MORDANT C., dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d'urnes, Actes du colloque de Nemours, 1986, Nemours, A.P.R.A.I.F., p. 445-457, 9 fig. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

VITAL J., BINTZ P. et alii, 1991, « Les occupations protohistoriques et historiques des sites de Choranche (Isère) », Gallia Préhistoire, t. 33, p. 207-267, 40 fig.

VITAL J., BERGER J.-F., BROCHIER J.-L., 2011, « L’architecture et les occupations du Bronze final 1 et du Bronze final 2b du site du Gournier, secteur de Fortuneau à Montélimar (Drôme) », Gallia Préhistoire, 53, p. 203-287, 47 fig.

VORUZ J.-L., 1985, L’habitat-refuge de la grotte des Gitans, commune de Saint-Sorlin-en Bugey, Rapport de prospections 1984-1985, Lyon, Dir. des Antiquités préhistoriques de Rhône-Alpes, 17 p.

VORUZ J.-L. dir., 1991, Archéologie de la grotte du Gardon (Ain) : rapport de fouilles 1985-1990, Ambérieu-en-Bugey, S.P.R. / Genève, 329 p. (Doc. du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Univ. de Genève, 17).

VORUZ J.-L., NICOD P.-Y., CEUNINCK G. de, 1995, « Les chronologies néolithiques dans le bassin rhodanien : un bilan méridional », in : VORUZ J.-L. dir., Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 avant notre ère dans le bassin rhodanien, Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19-20 sept. 1992, Ambérieu-en-Bugey, éd. de la Soc. préhistorique rhodanienne, p. 381-396 (Doc. du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Université de Genève, 20).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Sainte-Anne sur l’Île Barbe (fond documentaire : Géoportail).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 847k
Légende Fig. 2. Vue aérienne du site de Sainte-Anne sur l’Île Barbe depuis l’est (cliché : Ch. Gaillard).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Fig. 3. Plan général et localisation des tranchées (cabinet Gillot, géomètres experts ; topographie : S. Couteau et V. Vachon, Inrap ; DAO : Ch. Vermeulen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 4. Profils stratigraphiques A, B et C. Plans et coupes (cabinet Gillot, géomètres experts ; topographie : S. Couteau et V. Vachon, N. Saadi, Inrap ; DAO : Ch. Vermeulen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 5. Tranchée 8 - Log 2. (cliché : É. Thévenin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 6. Tranchée 8 - Structure 12. Chape rubéfiée associant des tessons disposés à plat. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Fig. 7. Tranchée 8. Structures 15 à 17. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Légende Fig. 8. Tranchée 8. Structure 18. Phase moyenne du Bronze final (cliché : É. Thévenin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Légende Fig. 9. Tranchée 8. Structures 19 et 20. Structures de combustion / torréfaction. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 10. Tranchée 8. Structures 21 à 23. Phase moyenne du Bronze final (clichés : É. Thévenin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende Fig. 11. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a des US 44 et 45 (dessin : P. Hénon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 12. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a des US 45, 46, 31, 21 et 22 (sauf nos 7, 9 et 22 : Bronze récent / final 1) (dessin : P. Hénon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 13. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a de l’US 22 et des structures 12, 14 et 16 (dessin : P. Hénon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Fig. 14. Tranchée 8. Mobilier céramique du Bronze final 2b / 3a des structures 18, 20, 23 et des US 8 et 47 (sauf nos 3 à 5 : Bronze final 1 / 2a) (dessin : P. Hénon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 15. Tranchées 5, 7 et 8. Mobilier métallique de la phase moyenne du Bronze final (n° 1 : cliché : É. Thévenin – DAO : É. Bayen). Mobilier céramique du Néolithique moyen et du Néolithique final (dessin : F. Jallet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 16. Description du matériel lithique taillé et non taillé issu de la tranchée 8 par phases chronologiques.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 17. 1. Nucléus unipolaire plat à lamelles ; 2. éclat brut ; 3. débris de taille (clichés : J.-C. Sarrasin ; DAO : S. Saintot).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende Fig. 18. 1. Lissoir sur galet de quartzite brûlé ; 2. fragment d’une meule en granite rose (clichés : J.-C. Sarrasin ; DAO : S. Saintot).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12067/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hénon, Christine Vermeulen, Odile Franc, Charlotte Gaillard, Frédéric Jallet, Sylvie Saintot, Jean-Claude Sarrasin, Éric Thévenin et Éric Bayen, « Des vestiges du Néolithique, du Bronze final et du Moyen Âge à l’Île Barbe (Lyon 9e) : premières observations », Revue archéologique de l’Est, Tome 68 | 2019, 39-58.

Référence électronique

Philippe Hénon, Christine Vermeulen, Odile Franc, Charlotte Gaillard, Frédéric Jallet, Sylvie Saintot, Jean-Claude Sarrasin, Éric Thévenin et Éric Bayen, « Des vestiges du Néolithique, du Bronze final et du Moyen Âge à l’Île Barbe (Lyon 9e) : premières observations », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 68 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rae/12067

Haut de page

Auteurs

Philippe Hénon

Inrap Auvergne / Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, Fr - 69675 Bron. HiSoMA, UMR 5189, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 7 rue Raulin, Fr - 69365 Lyon Cedex.

Christine Vermeulen

Inrap Auvergne / Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, Fr - 69675 Bron.

Odile Franc

Inrap Auvergne / Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, Fr - 69675 Bron. Environnement-Ville-Société, UMR 5600, 18 rue Chevreul, Fr - 69632 Lyon Cedex.

Articles du même auteur

Charlotte Gaillard

SAVL, 10 rue Neyret 69001 Lyon. ARAR, UMR 5138, 7 rue Raulin, Fr - 69365 Lyon Cedex.

Frédéric Jallet

Inrap, Centre Archéologique de Nîmes, 561 rue Étienne Lenoir, Fr - 30900 Nîmes.

Sylvie Saintot

Inrap Auvergne / Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, Fr - 69675 Bron. ARAR, UMR 5138, 7 rue Raulin, 69365 Lyon Cedex.

Jean-Claude Sarrasin

Inrap Auvergne / Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, Fr - 69675 Bron.

Éric Thévenin

Inrap Auvergne / Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, Fr - 69675 Bron.

Éric Bayen

Inrap Auvergne / Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, Fr - 69675 Bron.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search