Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 68ArticlesDe la Gaule à l’Afrique romaine, ...

Articles

De la Gaule à l’Afrique romaine, de l’Algérie à la France : sur des « stèles à Saturne » à Nancy, Troyes et Saint-Germain d’Auxerre

Djamila Fellague
p. 213-225

Résumés

Depuis 1897, une stèle votive « à Saturne » du Musée lorrain de Nancy est publiée comme provenant de Deneuvre (Lorraine) et on a parfois considéré que cette provenance était assurée, en dépit de particularités propres à l’Afrique du Nord. À titre d’hypothèse, elle a alors été interprétée comme l’indice d’une présence d’artisans africains à Deneuvre dans l’Antiquité. En réalité, une enquête permet de prouver que la stèle provient d’Hippone (aujourd’hui en Algérie). Le rétablissement de cette origine pourrait ainsi jeter un doute sur d’autres objets de provenance inconnue issus de la même collection Payard, dont rien ne certifie qu’ils sont tous issus de la région Grand-Est, comme on l’envisage traditionnellement. En outre, il permet de réaffirmer l’idée ancienne qu’une stèle du musée de Troyes a aussi été rapportée d’Afrique du Nord au XIXe siècle, de même qu’une autre pièce conservée au musée-abbaye Saint-Germain d’Auxerre (Yonne).

Haut de page

Texte intégral

I. Une liste de dix objets publiée en 1897 avec une provenance de Deneuvre : des provenances assurées ou douteuses ?

  • 1 Un grand merci à S. Blin, au second rapporteur et au secrétariat d’édition de la revue pour leur re (...)
  • 2 Je remercie Richard Dagorne, Conservateur du Palais des Ducs de Lorraine-Musée lorrain, Claire Tiné (...)

1Une stèle1 votive antique en marbre du Musée lorrain de Nancy2 (fig. 1 et 2) est mentionnée en 1897 comme provenant de Deneuvre (canton de Baccarat, en Meurthe-et-Moselle) et, dès lors, a fait l’objet de plusieurs publications faisant état de cette provenance telles que le Répertoire archéologique de Meurthe-et-Moselle de M. Toussaint en 1947 (TOUSSAINT, 1947, p. 86-87). Plus récemment, des publications ont développé une argumentation pour conforter cette provenance (voir le chap. II). On ne s’étonnera donc pas que la pièce soit inventoriée comme un objet de Deneuvre au musée de Nancy (pièce « gallo-romaine » du IIIe siècle ap. J.-C. ; n° d’inventaire : 2006.0.7839).

Fig. 1. Face antérieure de la stèle conservée au Musée lorrain à Nancy (inv. 2006.0.7839). © Palais des ducs de Lorraine-Musée lorrain, Nancy.

Fig. 2. Face postérieure de la stèle. © Palais des ducs de Lorraine-Musée Lorrain, Nancy.

  • 3 É. Espérandieu connaissait la référence de 1897 (voir ses notices nos 4699 et 4703) ; il avait peut (...)

2Néanmoins, la stèle présente une iconographie particulière pour la Gaule romaine puisqu’elle est caractéristique des « stèles à Saturne » d’Afrique du Nord (voir infra). Ainsi, pour É. Espérandieu, cette pièce du musée de Nancy était « de provenance non indiquée »3 et l’iconographie l’invitait à penser qu’elle avait « été certainement rapportée d’Afrique et peut-être des environs de Carthage » (ESPÉRANDIEU, 1915, n° 4684, p. 94). La comparaison typologique, que nul ne peut remettre en question, est un argument de poids pour douter fortement de la provenance d’une agglomération de Gaule romaine, et affaiblit considérablement le crédit à porter à la mention de 1897, ou du moins impose son examen.

  • 4 « Bas-relief en marbre d’exécution grossière, représentant une femme qui tient de la main droite un (...)
  • 5 La faute d’orthographe a été rectifiée dans un erratum publié dans GUYOT, 1897.

3Dans le Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain de 1897 (JSAL), que l’on présente souvent comme la première mention du bas-relief, ce dernier est inclus dans la liste de « dix monuments de l’époque romaine, en pierre, provenant de Deneuvre » (Anonyme, 1897, p. 149-150)4. Il ne s’agit pas d’un article détaillé par un savant sur les pièces, mais d’une notice du comité de rédaction de la revue qui fournit de brèves informations sur la donation des objets au musée en 1897 par « M. Michaut, administrateur des cristalleries de Baccarat et Mme Paillard [en fait Payard]5, à Nancy ». La cristallerie de Baccarat est limitrophe de Deneuvre et il est permis de s’interroger. Est-ce que tous les objets de la liste proviennent assurément de Deneuvre ou ont-ils seulement été conservés à Baccarat ou à Deneuvre par leur propriétaire ? D’autres éléments conforteraient-ils la provenance de Deneuvre ?

4Dans la liste, les objets sont : trois autels anépigraphes, dont deux « trouvés en 1873 […] dans une chambre gallo-romaine », un fût de colonne avec sa base et six sculptures. Parmi elles, deux proviennent assurément de Deneuvre. Il s’agit de deux bas-reliefs en grès découverts vers 1883 lors de fouilles réalisées par É. Payard, le directeur des cristalleries de Baccarat. Ces deux pièces ont fait l’objet de plusieurs articles peu de temps après leur découverte et ont même été dessinés, ce qui s’explique par leur intérêt iconographique.

Fig. 3. Stèle dite des scieurs de long, grès, conservée au Musée lorrain à Nancy, inv. 2007.0.181. © Palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain, Nancy – Photo P. Mignot.

5L’une (fig. 3) est un bas-relief aujourd’hui célèbre figurant sans doute des scieurs (THÉDENAT, 1886, p. 198-199 : découverte de 1883 ; THÉDENAT, 1888, p. 82-84 ; BERNHARDT, 1895, p. 6 ; ESPÉRANDIEU, 1915, n° 4702 ; TOUSSAINT, 1947, p. 85 ; MOITRIEUX, 1992, p. 22-24 : « découverte […] entre 1879 et 1883 » ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, n° 216, p. 88-90) et qui illustre ainsi fréquemment les ouvrages sur les artisans en Gaule romaine ou sur la construction antique.

Fig. 4. Stèle funéraire en grès, conservée au Musée lorrain à Nancy, inv. 2007.0.2153. © Palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain, Nancy – Photo P. Mignot.

6L’autre (fig. 4), qui représenterait une orante, pourrait être intéressante pour l’histoire du christianisme dans le nord-est des Gaules puisqu’elle est généralement interprétée comme l’un des plus anciens bas-reliefs funéraires chrétiens en milieu rural dans la région (IVe-début du Ve siècle), même si la chronologie est débattue (THÉDENAT, 1886, p. 201 ; THÉDENAT, 1888, p. 85 ; LE BLANT, 1892, n° 44, p. 56-57 ; MAXE-WERLY, 1893, p. 248-249 : postérieure au IVe siècle ; BERNHARDT, 1895, p. 16-17 ; ESPÉRANDIEU, 1915, n° 4703 ; TOUSSAINT, 1947, p. 86 ; MOITRIEUX, 1981, p. 71 : « serait à dater du IVe siècle » ; MOITRIEUX, 1992, p. 24-25 : « fouilles […] entre 1879 et 1883. […] [Il est] vraisemblable que cette stèle date de la fin du IVe ou du début du Ve siècle » ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, n° 217, p. 90). On ne s’attend pas à ce que les composantes de la colonne et les autels anépigraphes aient donné lieu à une grande littérature ; signalons néanmoins que deux autels sont bien mentionnés dans des articles qui font état de fouilles réalisées à Deneuvre par É. Payard en 1873, parmi les restes d’une maison (COURNAULT, 1874, p. 105-106 ; THÉDENAT, 1886, p. 205-206 ; THÉDENAT, 1888, p. 89 ; LE BLANT, 1892, p. 56). Toutes ces informations précises pourraient ainsi conforter la provenance de Deneuvre des quatre autres sculptures de la donation de 1897. En outre, la collection d’antiquités d’É. Payard est souvent présentée comme une collection d’objets trouvés dans la région par « Payard lui-même, par conséquent de provenance certaine » (THÉDENAT, 1888, p. 82).

7Néanmoins, les mêmes informations que l’ont peut utiliser pour conforter une provenance de Deneuvre peuvent être mises en avant pour l’affaiblir. Alors que les découvertes de Deneuvre ont fait l’objet de plusieurs articles dans des sociétés savantes, l’absence totale d’information sur le contexte de découverte à Deneuvre des quatre autres sculptures (dont celle de la fig. 1) peut surprendre. Le fait que le propriétaire était un collectionneur aisé et passionné d’archéologie ne peut-il laisser un doute sur les origines ? Par prudence, ne faudrait-il pas considérer que les quatre sculptures ne figurant dans aucun article faisant état des découvertes de fouilles à Deneuvre sont dénuées de provenance et ne proviennent peut-être pas toutes de cette commune ?

  • 6 1. Pièce en « grès local » (selon G. Moitrieux) : BERNHARDT, 1895, p. 17 (à la lecture de C. Bernha (...)
  • 7 Je remercie Richard Dargorne, le Conservateur du Palais des Ducs de Lorraine-Musée lorrain, de m’av (...)
  • 8 http://nesp.mmsh.univ-aix.fr/portail_bases.htm. Les prises de vue se présentent sous forme de plaqu (...)

8Deux de ces sculptures sont en grès et pourraient donc provenir de la région, mais il ne semble pas encore prouvé par un autre document que celui de 1897 qu’elles ont été trouvées précisément à Deneuvre6 ; cette possibilité demeure néanmoins. La troisième pièce est en marbre et est considérée comme perdue7 (MOITRIEUX, 1981, p. 72 ; MOITRIEUX, 1992, p. 21 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, n° 220*, p. 92). Aucune photographie n’a été publiée dans un ouvrage et les descriptions sont succinctes car il n’existe que la mention parue dans le JSAL de 1897 (Anonyme, 1897, n° 9, p. 149) : « fragment d’un bas-relief en marbre d’une bonne exécution, représentant un guerrier romain vu de dos ; la tête manque. Ce morceau devait faire partie d’un groupe ». Sauf erreur de notre part, É. Espérandieu n’a pas consacré de notice à la pièce, mais il la connaissait puisqu’on peut l’identifier sur un cliché inédit qu’il a pris entre 1907 et 1938 et qui a été mis en ligne sur la précieuse base de données du RBR et du Nesp8 (fig. 5).

Fig. 5. Photographie de la « stèle à Saturne » et d’un relief figurant un soldat (?) par É. Espérandieu au Musée lorrain à Nancy. © MAP/Académie/CCJ (AMU-CNRS).

  • 9 Nous avons laissé de côté les pièces de provenance incertaine : MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, nos 758, (...)

9La photographie est malheureusement floue et la numérisation en faible résolution, mais ces documents permettent de se rendre compte de la dimension originelle (ht. : ca 26,5 cm), par comparaison avec la stèle photographiée à côté, comme de la qualité artistique du haut-relief. L’iconographie d’un présumé soldat figuré de dos était digne d’attention et ne rend que plus étonnante l’absence de publication. En outre, malgré le nom inscrit en bas à droite (« Deneuvre »), on peut douter que la pièce provienne d’un site antique de la commune qui, pour l’instant, n’a pas révélé l’existence de sculptures de cette qualité pour l’Antiquité et ne comporte que des sculptures en grès. Ainsi, sur 129 pièces rapportées à Deneuvre dans le Nouvel Espérandieu (MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, n° 99-228), les seules pièces en marbre sont la stèle de la figure 1 et ce relief. Les sculptures en marbre apparaissent encore plus rares au sein de l’ensemble du corpus de sculptures de la cité des Leuques : sur plus d’un millier de notices du Nouvel Espérandieu, moins de dix pièces de provenance connue9 seraient en marbre et elles sont toutes considérées comme perdues (MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. XIX, n° 386, 441 ?, 759, 923, 936, 1080). En l’absence d’informations nouvelles, sans écarter définitivement une provenance de Deneuvre, nous recommandons la prudence sur le lieu de découverte de cette sculpture possiblement antique. Avec la publication de la photographie de la pièce, d’autres chercheurs pourront désormais discuter de l’interprétation du relief en marbre comme de sa provenance.

  • 10 MOITRIEUX, 1981, p. 72 : « d’autres objets trouvés à Deneuvre sont d’origine inconnue » ; MOITRIEUX (...)

10Quoi qu’il en soit, c’est la stèle de la figure 1 qui interroge le plus et sa mention dans la liste jette un doute sur la fiabilité de la notice de 1897, même si d’autres objets de cette liste proviennent bien de Deneuvre. La présence de ce bas-relief en Gaule serait résolument « curieuse » (MOITRIEUX, 1992, p. 27) et « insolite » (MOITRIEUX, 2002, p. 330). Pourtant, depuis 1981, c’est une origine de Deneuvre qui est défendue, en considérant soit que la provenance locale est « assurée »10, soit qu’il est toujours « possible que ce relief ait été importé d’une autre région » (MOITRIEUX, 1992, p. 27 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91), mais que des arguments existent pour favoriser l’idée d’une provenance locale.

II. L’hypothèse d’une pièce réalisée à Deneuvre par des « Africains »

  • 11 Les articles sur les « stèles à Saturne » sont abondants, mais l’ouvrage de M. Leglay (deux volumes (...)
  • 12 La notice de 1897 du JSAL évoquait un chien tandis qu’É. Espérandieu songeait à une possible panthè (...)
  • 13 MOITRIEUX, 1992, p. 27. Dans les publications de 2002 et 2010, les comparaisons avec des stèles d’A (...)

11La sculpture a fait l’objet de descriptions et d’analyses développées à l’occasion d’un ouvrage publié en 1992 sur des sculptures « gallo-romaines » du Musée lorrain de Nancy et lors de la parution du Nouvel Espérandieu sur la cité des Leuques, en 2010 (MOITRIEUX, 1992, p. 25-27 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, n° 218, p. 90-92). Nous ne reviendrons donc pas sur une description détaillée si ce n’est pour ajouter que, selon les photographies, le matériau est un marbre blanc avec des veines grises (ou de couleur bleu-vert selon les sensibilités). Comme É. Espérandieu, G. Moitrieux a fait un rapprochement judicieux avec des stèles d’Afrique du Nord. En effet, plusieurs caractéristiques trouvent des comparaisons avec des stèles votives « à Saturne »11 d’Afrique Proconsulaire et de Maurétanie césarienne : le personnage féminin, dans une attitude frontale, tient une grappe de raisins disproportionnée ; un animal (un bélier, un agneau ou un mouton)12 est couché au pied de la présumée dévote ; une palme est dressée sur le côté. Dans sa publication de 1992, G. Moitrieux fournissait ainsi des exemples de stèles votives de ce type en Algérie (pièces de Aïn Nechma, Guelma, Hippone – avec une photographie éloquente –, Lambèse, Zana, Henchir-Touchine, Timgad, El Kantara)13, mais sa conclusion de la comparaison formelle était différente de celle d’É. Espérandieu. Avec le présupposé que la stèle provenait de la commune de Deneuvre (à cause de la notice de 1897), il a proposé, à titre d’hypothèse, d’expliquer les ressemblances par une inspiration de modèles africains due à la présence d’un ou de plusieurs Africains à Deneuvre (MOITRIEUX, 1992, p. 27 ; 2002, p. 331 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91). C’est une hypothèse fort intéressante sur les échanges entre des provinces romaines dans l’Antiquité à laquelle on est logiquement conduit si on ne remet pas en question la provenance gauloise, en accordant du crédit à la mention du JSAL de 1897. Avant de la formuler, il apparaissait donc nécessaire de justifier la provenance de Deneuvre.

12Les arguments développés dans les publications de 1992, 2002 et 2010 pour retenir la possibilité d’une provenance locale plutôt qu’une importation à l’époque contemporaine sont les suivants :
- « la provenance locale est assurée par le descriptif des fouilles » (MOITRIEUX, 2002, p. 330) ;
- la face postérieure a été bûchée et la pièce est considérée comme un remploi d’une sculpture inachevée (fig. 2). Cet inachèvement a ainsi fait songer à un travail local et a été mis en relation avec un atelier de sculpture dont la présence serait avérée à Deneuvre (MOITRIEUX, 1992, p. 27 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91) ;
- le bas-relief est en marbre, ce qui est aussi le cas d’un autre relief attribué à Deneuvre (MOITRIEUX, 1992, p. 27 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91) ;
- l’éventualité d’un achat de l’objet lors d’un voyage à l’étranger a été envisagée, mais n’a pas été retenue dans la mesure où, selon notre collègue, les donations Payard au Musée lorrain de Nancy comme au musée Saint-Remi de Reims « ne comportent que des objets en provenance de Deneuvre » (MOITRIEUX, 1992, p. 27 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91) ;
- selon G. Moitrieux, il y aurait peut-être un lien avec « la découverte, dans le sanctuaire d’Hercule, d’une monnaie de Gordien II, empereur éphémère qui a régné en Afrique en 238 : c’est l’unique exemplaire numismatique connu de ce règne dans le nord-est de la Gaule, ce qui pourrait être le témoignage, avec cette stèle, de la présence d’Africains à Deneuvre » (MOITRIEUX, 1992, p. 27 ; 2002, p. 331 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91) ;
- Une autre stèle avec des personnages tenant des raisins, conservée au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Troyes (« stèle de Jessains ») a aussi été considérée par É. Espérandieu comme rapportée d’Afrique. Néanmoins, pour G. Moitrieux, elle « renforce » son hypothèse « et prouve que le cas de Deneuvre n’est pas isolé » (MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91).

13Des militaires gaulois sont attestés en Afrique (LEVEAU, RÉMY, 2014, p. 90-91) et la présence d’Africains en Gaule romaine n’aurait rien de si surprenant. Néanmoins, le fait qu’il n’y ait aucune découverte assurée de stèle votive « à Saturne » dans une des provinces de Gaule romaine invite à rechercher en priorité une provenance du côté de l’Afrique Proconsulaire (ou Numidie) et de la Maurétanie Césarienne. Comme la stèle du musée de Nancy, il est d’ailleurs douteux que la stèle du musée de Troyes provienne de Gaule romaine (voir infra). Les arguments développés depuis 1992 sur la stèle du musée de Nancy peuvent être contredits pour songer au contraire à une provenance du Maghreb, avec un transport de la pièce à l’époque contemporaine. Ainsi, nous avons vu qu’il était possible de douter de l’attribution à Deneuvre de l’autre pièce en marbre. Dans ces conditions, il nous a paru utile d’entamer une recherche sur l’origine de la « stèle à Saturne ».

III. Des comparaisons typologiques avec des stèles d’Hippone

14Dans cette recherche de provenance, nous avons utilisé la méthode hypothético-déductive, en partant de l’hypothèse que nous estimions la plus probable, à savoir que la stèle du musée de Nancy provenait d’Afrique du Nord et en faisant preuve de scepticisme face à la mention de 1897. Nous avons ainsi cherché quelles pourraient être les meilleures comparaisons formelles avec des pièces trouvées dans les provinces romaines d’Afrique. Dans les articles et les ouvrages dépouillés, ce sont des stèles d’Hippone qui ont retenu notre attention, en particulier des stèles de la série B définie par M. Leglay, et placées aux IIe-IIIe siècles, dont les caractéristiques sont les suivantes (LEGLAY, 1961, p. 435) : de forme rectangulaire ou arrondie, ces stèles anépigraphes, à la sculpture assez grossière, peuvent être en calcaire ou en marbre. Elles représentent un personnage vêtu, debout, portant une grappe de raisin et un « gâteau-couronne » (selon la dénomination fréquemment employée par M. Leglay) tandis qu’un animal – identifié par M. Leglay à un bélier, un agneau ou un mouton – est debout ou couché au pied du dédicant et tourné vers lui. « Les seules fantaisies de l’artisan consistent à intervertir la place des offrandes, à déplacer le mouton à la droite ou à la gauche du dédicant, et à garnir le tableau d’une palme ». Une des pièces qui nous paraît assez proche de la stèle du musée de Nancy pour la forme de la stèle, la composition générale des éléments figurés, quelques détails dans la représentation du dédicant (drapé en forme de V au sommet, épaisseur du cou, forme générale du visage) ainsi que l’allure de l’animal au pied du dédicant est notamment une stèle en marbre gris du musée d’Hippone (fig. 6), qui représente un personnage masculin (DELAMARE, 1850, pl. 190, n° 11 ; LEGLAY, 1961, n° 39, p. 445 et pl. XVIII.3). Soulignons ainsi à quel point les comparaisons fournies par G. Moitrieux en 1992 étaient pertinentes puisque cette stèle d’Hippone illustrait sa notice sur la stèle de Nancy (MOITRIEUX, 1992, fig. 11c).

Fig. 6. Stèle en marbre découverte à Hippone (LEGLAY, 1961, pl. XVIII 3).

15Par comparaison typologique, il semble qu’il était donc possible de formuler l’hypothèse d’une provenance d’Hippone. Il pourrait d’ailleurs être intéressant de confronter la nature des deux marbres et d’en préciser la provenance. Néanmoins, la comparaison est un indice, mais non une preuve. Nous avons alors suivi une autre piste, celle des donateurs.

IV. Une stèle découverte à Hippone, acquise par un collectionneur vers 1894

  • 14 Selon la notice du musée fournie par R. Dagorne, Conservateur du Palais des Ducs de Lorraine-Musée (...)

16La donation de 189714 au musée de Nancy de M. Michaut et Mme Payard intervient peu de temps après la disparition de Charles Émile Payard, le 26 août 1896. Directeur de la Compagnie des Cristalleries, É. Payard était un « amateur distingué » d’archéologie, à la fois instigateur de fouilles et collectionneur. En 1890, le Président de la Société nationale des Antiquaires de France (SNAF) communiquait de la part d’É. Payard, alors associé correspondant national de la SNAF, à propos d’un estampage d’une feuille d’argent inscrite (pour laquelle des précisions ont été fournies dans Anonyme, 1890, p. 289-291) ainsi que de « deux photographies d’une stèle et deux bas-reliefs découverts également à Deneuvre » (Anonyme, 1890, p. 300). Malheureusement, nous ignorons de quelles sculptures il s’agit précisément et si le contexte de découverte est le même que celui de l’ex-voto en argent.

  • 15 Je remercie J.-Ch. Bedague, le secrétaire de la SNAF, d’avoir regardé dans l’inventaire provisoire (...)

17Plus intéressante pour nos propos est une évocation d’une communication faite en début d’année 1894 par É. Payard à la SNAF. La communication a porté sur une « stèle, trouvée à Hippone, représentant un homme avec un agneau à ses pieds » (Anonyme, 1894, p. 87). Le Bulletin de la SNAF ne fournit pas le détail de l’allocution et les archives de la SNAF ne semblent pas avoir conservé de document à ce sujet15. Néanmoins, il n’y a pas de doute sur l’identité avec la stèle du Musée lorrain, même si c’est un homme qui est décrit, car, par chance, une photographie a été publiée (fig. 7).

Fig. 7. Stèle d’Hippone présentée par É. Payard à la Société nationale des Antiquaires de France (Anonyme, 1894 p. 87).

18Les communications à la Société nationale des Antiquaires de France portaient souvent sur des nouveautés. D’ailleurs, l’abbé Thédenat avait fait une allocution à la SNAF en 1886 à propos de deux bas-reliefs découverts par É. Payard à Deneuvre en (ou vers) 1883 (THÉDENAT, 1886, p. 198-201. Voir supra la bibliographie pour ESPÉRANDIEU, 1915, nos 4702 et 4703). On peut alors supposer que le bas-relief fut acquis peu de temps avant 1894, mais il peut avoir été découvert à date bien plus ancienne lors de fouilles.

  • 16 Exemples : WIENER, 1887, n° 390, p. 43 : « pierre gravée provenant de Carthage. Don de M. Bertrand  (...)
  • 17 J’adresse mes remerciements à R. Dagorne pour m’avoir communiqué le mail d’un des descendants d’É.  (...)

19Malheureusement, nous ne savons pas si É. Payard a fait l’acquisition de l’objet directement à Hippone ou s’il l’a acheté en France par l’intermédiaire d’un vendeur ou d’un autre collectionneur. Nous privilégions la seconde hypothèse. Remarquons seulement l’existence d’autres objets donnés au Musée lorrain en provenance d’Algérie ou de Tunisie16 dont un « fragment d’un tombeau en terre cuite » exhumé à Hippone (WIENER, 1887, n° 388, p. 43). Il resterait à faire des recherches aussi bien sur É. Payard17 que sur les fouilles à Hippone antérieures à 1894 pour espérer en savoir davantage sur le contexte de découverte précis. Nous laissons à d’autres collègues le soin d’aller plus loin car nous n’avons rien trouvé de décisif dans nos investigations et la réponse est sans doute dans des archives, dans le nord de la France ou en Algérie. En l’absence de données supplémentaires, nous ne sommes pas à l’abri d’une imprécision concernant le lieu de découverte. Retenons qu’il est désormais assuré que la stèle provient du Maghreb et qu’elle a sans doute été trouvée à Hippone ou dans ses environs.

V. Doutes sur la provenance d’autres objets de l’ancienne collection Payard

  • 18 Les monnaies pouvaient venir de Lorraine (COURNAULT, 1874, p. 107-108 : plus de 800 monnaies ; THÉD (...)
  • 19 Dans les inventaires du musée Saint-Remi de Reims, il est précisé que les objets furent entrés ou p (...)

20É. Payard laissa une collection variée d’objets anciens, puisqu’il possédait, en plus de sculptures, « une très belle collection de grands bronzes romains »18, des inscriptions, des vases, et même des objets médiévaux. Si une faible partie de la collection est aujourd’hui à Nancy, la plus grande partie est à Reims, après une donation effectuée par testament par son fils, Maurice Payard, décédé le 18 mars 194619. Néanmoins, selon G. Moitrieux, d’autres objets ont été dispersés suite à des ventes des héritiers (MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 87). À notre connaissance, il n’existe pas de publications qui fasse le point sur le lieu actuel de conservation des objets qui ne sont ni au Musée lorrain à Nancy ni au musée Saint-Remi de Reims. Nous ne raisonnerons donc qu’à partir des pièces identifiées dans les collections publiques de ces deux musées.

  • 20 Voir par exemple la notice publiée par É. Payard sur un vase antique émaillé trouvé à Reims en 1890 (...)
  • 21 Il acquit par exemple un anneau en bronze trouvé en 1882 dans les environs de Reims (DELOCHE, 1893, (...)

21La collection Payard est souvent considérée comme un rassemblement d’objets découverts exclusivement dans le Nord-Est de la France, en particulier à Deneuvre ou les alentours, en Meurthe-et-Moselle, à la suite des propres fouilles d’É. Payard ou d’achats, ainsi qu’à Reims et ses environs (objets antiques20 et parfois médiévaux21). La stèle d’Hippone prouve que les objets de sa collection ne venaient pas tous de la région Grand-Est. Elle peut donc jeter un doute sur l’origine d’autres pièces de la collection Payard pour lesquelles nous ignorons le lieu et les circonstances précis de découverte. Ceci n’est pas sans incidence pour l’interprétation d’autres vestiges archéologiques.

  • 22 « Qu’on ne voie pas là un excès de scepticisme, mais un simple souci de prudence. Puisque nous ne s (...)
  • 23 J’adresse mes vifs remerciements à B. Hernu, Directrice des Musées Historiques (Musée Saint-Remi, M (...)

22D’ailleurs, en 1976, B. Bouloumié avait fait preuve d’une grande prudence sur la provenance d’une olpé étrusco-corinthienne en bronze du musée de Reims (n° 978.15090), réputée provenir d’Haguenau, dans le Bas-Rhin (BOULOUMIÉ, 1976, p. 49, n. 19 p. 53)22. Selon le spécialiste de céramiques étrusques, ce vase de l’ancienne collection Payard avait fort bien pu être acheté en Italie au XIXe siècle. Même si des publications plus récentes ont conclu que l’origine locale avait « des chances d’être exacte » pour cet objet provenant d’une « collection locale » (GRAN-AYMERICH, 2006, p. 26), le doute est encore permis sur la provenance. C’est toute la difficulté de faire la différence entre des pièces étrusques importées en Gaule dans l’Antiquité et des pièces provenant d’Italie achetées au XIXe siècle, même lorsque l’objet est pourvu d’une information. Toute la question est de savoir quel crédit il convient de porter à l’étiquette sur la terre cuite, qui offre la mention : « trouvée à Haguenau (Bas-Rhin) », quand on sait en même temps que les découvertes de céramiques étrusques restent rares dans le nord des Gaules par rapport au sud (GRAN-AYMERICH, 2006, p. 26). Un autre objet, qui est lui dépourvu d’étiquette, a été conçu en Étrurie : une statuette de personnage ithyphallique en bronze, du VIIe ou du VIe s. av. J.-C. (n° 978.15084)23. Pour cet objet, un questionnement sur le lieu de découverte est donc aussi justifié.

  • 24 Il serait sans doute possible de retrouver la provenance de quelques-unes de ces pièces. Ainsi l’in (...)

23Examinons maintenant l’ensemble des 125 fiches d’inventaire du musée de Reims relatives aux objets identifiés du legs Payard, en laissant de côté les deux pièces étrusques évoquées ainsi qu’un lécythe d’Apulie du IVe s. av. J.-C. (n° 978.15141), sans contexte de découverte et pour lequel on peut toujours hésiter entre une importation dans l’Antiquité ou un achat moderne. Voici les informations chiffrées sur notre connaissance actuelle des provenances des objets de la collection : quatre-vingt-dix pièces sont de provenance indéterminée24 et concernent surtout des objets antiques et médiévaux, mais aussi une hache en bronze préhistorique et une statuette de guerrier en bronze du XVIIIe siècle ap. J.-C. En effet, L. Pressouyre avait montré que cette statuette de Mars en bronze était une figure ornant une pendulette Régence (PRESSOUYRE, 1966, p. 254, n° 9). Elle fait partie de ces « faux accidentels » recueillis dans des collections d’antiques par des amateurs qui ont pu se faire duper par des vendeurs peu scrupuleux (PRESSOUYRE, 1966, p. 252, 263-265).

  • 25 Un relief en marbre avec une tête barbue considéré comme provenant de Reims (n° 978.20350) s’identi (...)

24Dans le lot, la majorité des objets doit être de provenance locale, surtout pour les simples vases ou les objets de tabletterie. Cependant, un collier de perles en terre cuite fabriqué en Égypte fait sans doute partie d’objets achetés au XIXe siècle. Concernant les quelques pièces de provenance connue, huit sont répertoriées comme provenant de Deneuvre (céramiques et une statuette en terre cuite) et vingt proviendraient de Reims25 ou de son voisinage (Château-Porcin, Ecly, Saint-Hilaire-le-Grand). Les pièces extérieures au Nord-Est, voire aux Gaules, sont peu nombreuses, mais ne sont pas inexistantes : une hache polie du Néolithique est issue de Quimperlé dans le Finistère (découverte ou acquisition en 1882) ; un chien en bronze identifié comme une sculpture du XVIe siècle provient d’Amiens ; deux lampes à huile sont originaires de Sousse en Tunisie (découverte ou acquisition en 1890). Ainsi, on peut affirmer que le bas-relief d’Hippone n’était pas le seul objet extérieur au Nord-Est dans la collection Payard.

VI. D’autres stèles « à Saturne » de provenance incertaine dans les musées français

  • 26 D’autres grands musées à l’étranger conservent de tels objets tels que le British Museum de Londres (...)

25La stèle d’Hippone rejoint la liste des nombreux objets rapportés du Maghreb au XIXe siècle. Si l’on s’attache plus précisément aux stèles « à Saturne », plusieurs musées français26 conservent des pièces clairement identifiées comme provenant d’Afrique du Nord, parmi lesquels le Cabinet des médailles à Paris (LEGLAY, 1961, p. 18 : stèle de Carthage), le musée archéologique de Marseille (ibid., p. 19 : stèle trouvée à Tunis, qui a dû être amenée de Carthage), le musée de Narbonne (ibid., p. 394 et 398, stèles de Guelma : pl. XIV, fig. 3 et 7), mais surtout le Louvre (bibliographie non exhaustive : CHABOT, 1916, p. 18-22 ; HÉRON de VILLEFOSSE, 1921, Algérie : nos 143, 149, 192, 207-208, 217-225, 268-279, 309, 354-357, 381 ; Tunisie : nos 16-25 ; LEGLAY, 1961, p. 14, 19, 138, 140, 155, 163, 164, 178, 388, 389, 390, 391, 393, 395, 399, 400, 401, 402).

  • 27 Dimensions selon la fiche d’inventaire du musée : Ht. : 71 cm ; L. : 26,7 cm.
  • 28 Sur l’iconographie du croissant, fréquente sur les stèles à Saturne, voir LEGLAY, 1966, p. 171-172  (...)
  • 29 Rappelons que les dénominations des gâteaux, devenues traditionnelles, sont celles employées par M. (...)

26Néanmoins, parmi les « stèles à Saturne » dans les musées français, l’une reste encore de provenance précise inconnue et une hypothèse vraisemblable a été fournie récemment pour une autre. Nous avons déjà évoqué la pièce en marbre conservée au musée de Troyes27, pour laquelle nous nous contenterons d’une brève description (fig. 8) : sur la stèle à sommet cintré, deux dédicants (un homme et une femme ?), debout côte à côte et représentés de face, tiennent chacun une grappe de raisin de la main droite et leur tête est surmontée d’un croissant de lune (cornes dirigées vers le haut)28. Le personnage de gauche, à la chevelure frisée, paraît s’élever sur un socle. Il semble vêtu d’un jupon (mais il s’agit sans doute des plis d’une tunique) et tient de la main gauche un « gâteau-couronne » (ou « gâteau-cornu »). Le personnage de droite a une chevelure en bandeau et tient de la main gauche un gâteau en forme de losange avec un trou au milieu29. En partie inférieure, le traitement de la pierre est fruste car cette zone, fichée en terre, devait être peu visible.

Fig. 8. Stèle en marbre dite de « Jessains », conservée au musée de Troyes. Photographie de J. Bienaimé conservée à l’INHA et communiquée par J.-P. Sainte-Marie en 1972 à Cl. Poinssot ; archives INHA 106, 153, 3, avec l’aimable autorisation de publication de l’INHA après une demande à Madame Poinssot.

  • 30 On rencontre aussi l’orthographe Jessaint.

27La stèle est mentionnée pour la première fois par L. Le Clert, en 1890, qui évoque une provenance de Jessains30, dans l’Aube (LE CLERT, 1890, p. 13-14), malheureusement sans aucune justification. Nous sommes dans la même situation problématique qu’avec la stèle du musée de Nancy pour laquelle une provenance locale peu crédible avait été publiée à la fin du XIXe siècle, à la différence notable que la prétendue provenance de Deneuvre de la stèle du musée de Nancy trouvait une explication dans les activités de fouilles du propriétaire de la pièce.

  • 31 Je remercie Madame Chr. Prunier, qui travaille à la documentation du Pôle Muséal de la ville de Tro (...)

28L. Le Clert précise par ailleurs la date d’acquisition par le musée, en 1869. Il s’agit sans doute d’un achat. En effet, si la pièce avait été acquise à la suite d’un don, nous en aurions eu une trace dans la liste des dons au musée, qui a été régulièrement publiée dans les Mémoires de la Société académique d’Agriculture des Sciences, Arts et Belles-Lettres du département de l’Aube. La notice du musée31 comporte une précision jusqu’ici inédite en mentionnant le nom du propriétaire précédent, qui serait un certain « Frémont ». Nous ignorons cependant la source de l’information de la notice qui nous a été fournie. Plusieurs Frémont du département de l’Aube sont connus à cette époque, dont Louis-Auguste-Hilaire Frémont, un imprimeur-libraire à Arcis-sur-Aube, qui a participé au Congrès scientifique de Troyes en 1864 (son fils, Léon, sera son successeur dans l’imprimerie). Cependant, un autre Frémont contemporain, qui a aussi participé au Congrès de Troyes (Anonyme, 1865, p. 34), avait un métier qui retiendra l’attention : un certain Frémont-Bezançon est qualifié d’« antiquaire, ferblantier-lampiste ». Il est par ailleurs désigné comme « marchand d’antiquités à Troyes » lorsqu’il figure dans la liste des donateurs du musée en 1866 pour avoir offert « deux cornes de buffles, remarquables par leur longueur » (Anonyme, 1867, p. 447).

  • 32 « Collectionneur passionné, il s’était formé une galerie précieuse de tableaux, de bronzes, de vase (...)

29Il y a sans doute une raison qui explique que L. Le Clert ait mentionné une provenance de Jessains. On pourrait imaginer qu’un Frémont avait acheté la stèle auprès d’une personne vivant autrefois dans cette commune ou de sa famille. Cette idée pourrait apparaître comme une spéculation gratuite s’il n’existait pas une riche et influente famille à proximité dont plusieurs membres ont été collectionneurs. Ainsi, Claude-Laurent Bourgeois de Jessaint, dit le vicomte de Jessaint, a été préfet de la Marne et possédait une collection d’Antiquités32. Cependant, il n’y a pas de traces d’une stèle dans la liste des objets vendus en 1853 à Paris, suite à son décès survenu en janvier 1853 (BONNEFONS de LAVIALLE et alii, 1853) dans son château de Beaulieu, à Trannes (commune voisine de Jessains). En 1838, son petit-fils, Ernest (Samuel Henry) Bourlon de Sarty, lui succéda au poste de préfet. Soulignons d’une part que ce personnage était lui aussi collectionneur et d’autre part qu’il avait joué un rôle dans l’organisation de l’archéologie dans la région en créant, en 1841, une commission archéologique du département de la Marne. Enfin, remarquons que Bourlon de Sarty est décédé en septembre 1867, soit peu de temps avant l’acquisition de la stèle par le musée (1869). Néanmoins, l’objet n’est pas mentionné dans les catalogues de vente que nous avons consultés, qui font suite à son décès (vente de tableaux et dessins, de curiosités et de médailles à l’Hôtel Drouot les 9-11 mars 1868) ou qui le précèdent (tableaux et aquarelles vendus à l’Hôtel Drout les 4-5 mai 1865 ; vente d’estampes et de portraits le 6 mai 1865 à Drouot).

  • 33 L’INHA conserve la photographie et la notice envoyée par le conservateur au chercheur en septembre (...)

30Puisque la source de l’information ne peut être vérifiée quant à une découverte à Jessains et que la pièce a pu être achetée par le musée auprès d’un marchand d’antiquités, on considérera la pièce comme dénuée de provenance. Néanmoins, à cause des caractéristiques iconographiques (type d’offrandes et présence des croissants), nous nous rangeons sans hésitation aux hypothèses de S. Reinach (LE CLERT, 1890, p. 14) et d’É. Espérandieu (ESPÉRANDIEU, 1911, n° 3217) pour lesquels la stèle devait provenir d’Afrique. C’était aussi le sentiment partagé par Cl. Poinssot en 1972 lorsqu’il fut sollicité par le directeur du musée de Troyes, J.-P. Sainte-Marie33, pour donner son avis.

31Nous aurions aimé présenter des certitudes sur la provenance plutôt que de nous hasarder à des hypothèses. Nous en sommes en effet réduite à émettre des suppositions sur la base de comparaisons typologiques avec d’autres stèles à sommet cintré décorées de double personnage tenant des offrandes (en particulier une grappe de raisins et un « gâteaux-couronne ») et surmontés de croissants de lune. La stèle du musée de Troyes nous paraît pouvoir être rapprochée d’une stèle publiée par M. Leglay en 1966, provenant de Philippeville (fig. 9). Plusieurs points peuvent être relevés : la dimension réduite des jambes ; la représentation maladroite des bras qui tiennent les offrandes ; la sculpture schématique qui donne l’impression que les têtes sont posées sur les torses ; la forme arrondie des visages ; l’impression que le personnage de gauche est sur un socle. Soulignons néanmoins les faiblesses de la comparaison entre les deux stèles avec des personnages dont la représentation des habits est fort différente. L’indice est donc loin d’être irréfutable et il demeure de faible poids sans autre argument pour le conforter.

Fig. 9. Stèle en marbre de Philippeville (LEGLAY, 1966, pl. XXII.3).

32La seconde « stèle à Saturne » en marbre de provenance problématique est conservée au musée-abbaye Saint-Germain d’Auxerre (Yonne). Elle a récemment fait l’objet d’une publication détaillée et rigoureuse par B. d’Andrea et P.-A. Lamy, qui proposent une provenance de Tiklat tout d’abord, sur la base d’une comparaison dans la composition des éléments figuratifs (ANDREA, LAMY, 2016, p. 203). Les similitudes relevées entre la stèle d’Auxerre et une stèle de Tiklat sont : l’existence de deux registres avec la présence d’un buste de Saturne en haut et l’existence de deux personnages en toge se tenant la main dans le registre inférieur ; une toge comparable ; l’existence d’une tête de bélier sur laquelle un des personnages pose sa main. La comparaison est pertinente ; on notera simplement des divergences « stylistiques » avec un rendu beaucoup plus naïf pour la stèle d’Auxerre, qui peut au moins faire douter du travail d’un même atelier. Dans cette recherche de provenance, si l’on retient comme critère déterminant l’attitude particulière des deux personnages (deux hommes ou un homme et une femme ?) qui se tiennent la main, conservons plus largement la forte probabilité d’une provenance de la stèle dans une « région comprise entre Taksebt/Tigzirt à l’ouest et Djemila à l’est » (ANDREA, LAMY, 2016, p. 203).

  • 34 Le Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne fournit des précisions (...)

33Pour les auteurs, l’« hypothèse d’une provenance de Tiklat de la stèle étudiée semble définitivement confirmée par les circonstances de [l’]acquisition ». Entrée au musée en 1986, la stèle provient de « la propriété auxerroise des descendants de Paul Bert où elle était encastrée dans un mur du jardin » (ANDREA, LAMY, 2016, p. 203). Nous supposons qu’il s’agit de la propriété du 5 de la rue Chantepinot (ancien couvent dominicain). Les auteurs soulignent que le médecin et homme politique (1833-1886) ne s’est « jamais rendu lui-même [en Algérie] », mais qu’il était lié à cette terre seulement par sa belle-famille (ibid., p. 203-204). Relevons cependant la contradiction qui existe à affirmer que Paul Bert ne s’est pas rendu en Algérie et à écrire en même temps : « Seul un singe empaillé, donné au musée d’Auxerre en 1886, atteste un voyage de Paul Bert en Algérie » (ibid., note 54 p. 204)34.

  • 35 La propriété de Mme Paul Bert faisait partie des grands domaines viticoles d’Oued-Amizour, en amont (...)
  • 36 Les auteurs sont prudents en soulignant que la nature de la stèle ne peut être établie avec certitu (...)
  • 37 Voir la première ligne de l’avant-propos du premier numéro de la revue : « Ce Bulletin doit de para (...)
  • 38 L’Écho de Bougie du 25 juillet 1907 retranscrit des détails de l’acte de vente du domaine de « Mada (...)

34Quoi qu’il en soit, la relation que font les chercheurs entre la stèle dans la propriété de Paul Bert et les activités du beau-frère de l’homme politique est tout à fait ingénieuse et justifiée : John Clayton (décédé en 1894) administrait la propriété35 de sa sœur (Joséphine) au lieu dit « Tiklat » (à 2 km d’El Kseur, Tupusuctu dans l’Antiquité), où il faisait des fouilles archéologiques, et plusieurs pièces provenaient ainsi de ce domaine (AUDOLLENT, 1890, p. 423-432). L’hypothèse d’une pièce rapportée en France à la mort de J. Clayton à partir de 1894 est donc tout à fait « plausible » (ANDREA, LAMY, 2016, p. 204), mais elle peut être nuancée quelque peu car les pièces documentées mises au jour dans la propriété de Clayton sont de nature funéraire, alors que la stèle d’Auxerre est considérée comme un ex-voto (ibid., p. 199 et 202)36. En outre, Paul Bert était loin de n’avoir eu aucun rapport direct avec l’Algérie. En raison de problèmes de santé, il fit un premier séjour en Algérie de septembre 1857 au printemps 1858 (DALISSON, 2015). Dès lors, il y reviendra à plusieurs reprises, mais son voyage le plus célèbre est celui qu’il fit en 1885 puisqu’il donna lieu à la rédaction des Lettres de Kabylie. Sa première lettre, datée du 18 avril 1885, est rédigée à Philippeville d’où il ne manque pas de faire part au lecteur de sa visite des « ruines » de Rusicada, en évoquant notamment des « stèles, médiocres de style » (BERT, 1885, p. 5). Enfin, Paul Bert n’était pas étranger à l’archéologie en Algérie. Il participa à la création de l’enseignement supérieur à Alger et fut un appui pour la nomination d’É. Masqueray à la chaire d’Histoire et d’Antiquités d’Afrique. En tant que ministre de l’Instruction Publique (quelques mois en 1881-1882), il avait par exemple favorisé la naissance du Bulletin de correspondance africaine (Antiquités libyques, puniques, grecques et romaines)37, qui paru de 1882 à 1886. Dans un compte-rendu des séances et mémoires de la Société de biologie du 15 avril 1882, on rencontre par ailleurs l’information intéressante que Paul Bert est « actuellement en Algérie, à la recherche de l’emplacement d’une ville Romaine dont il est devenu acquéreur pour la plus modique des sommes » (Anonyme, 1882, p. 246). Il s’agit sans doute de la propriété de sa femme. Retenons que Paul Bert eut plusieurs occasions de ramener une stèle d’un séjour en Algérie, de la même manière qu’il avait rapporté le squelette d’un singe qu’il avait lui-même chassé. Il n’en reste pas moins que l’hypothèse de nos collègues est tout à fait convaincante et nous retiendrons ainsi cette possibilité d’une provenance de Tiklat avec un transport de la pièce en France non pas avant 1917 (ANDREA, LAMY, 2016, p. 204), mais avant octobre 1906, date de vente de la propriété de Joséphine Clayton38. Il pourrait alors être intéressant de faire une comparaison avec les autres stèles en marbre de cette localité pour savoir si on y rencontre ce marbre « à fines veines violacées » décrites par nos collègues (ibid., p. 195).

Conclusion

35Les « stèles à Saturne » des musées de Nancy, de Troyes et de Saint-Germain d’Auxerre sont des exemples, parmi tant d’autres, d’objets archéologiques dans nos musées (en France comme ailleurs) pour lesquels des informations sur le contexte de découverte semblent avoir été perdues ou ne sont pas justifiées. Ce dossier illustre toute la difficulté à retrouver des provenances de pièces acquises anciennement, mais démontre que la démarche n’est pas désespérée si l’on croise des comparaisons formelles avec des données sur les circonstances des acquisitions, ce qu’avaient fait brillamment B. d’Andrea et P.-A. Lamy pour la stèle conservée à Saint-Germain d’Auxerre. Même si nous ignorons encore le contexte de découverte et les circonstances précises de l’acquisition de la stèle du musée de Nancy, la provenance d’Hippone (ou des ses environs) ne fait maintenant plus de doute, ainsi qu’un transport à l’époque de l’Algérie coloniale. L’idée que des « Africains » seraient venus en Lorraine dans l’Antiquité pour réaliser des stèles caractéristiques d’Afrique du Nord était intéressante, mais peut donc être écartée définitivement. Nous pouvons en outre réaffirmer l’idée ancienne que la « stèle de Jessains » provient bien d’un site d’une province d’Afrique romaine, mais il resterait à le prouver par des recherches d’archives. Nous avons affaire ici non pas à des témoignages de contacts entre l’Afrique et les Gaules dans l’Antiquité, mais à des illustrations de la vigueur du collectionnisme au XIXe siècle.

36Nous avons vu le nombre important de pièces aujourd’hui sans provenance des objets de la collection d’É. Payard. Le fait qu’il est désormais assuré que cette collection ne comportait pas que des objets de provenance locale n’est pas sans incidence sur l’interprétation de quelques-uns de ces vestiges. Ainsi, nous avons émis des réserves sur le lieu de découverte d’un bas-relief en marbre et les doutes anciens sur une céramique étrusque nous semblent toujours d’actualité. Il pourrait être utile que des chercheurs poursuivent l’investigation sur une partie des objets à la provenance incertaine pour déterminer précisément quelles sont les autres pièces de la collection qui ont voyagé jusqu’en Lorraine au XIXe siècle.

Haut de page

Bibliographie

ANDREA B., LAMY P.-A., 2016, « Une stèle inédite provenant d’Algérie romaine conservée au musée-abbaye Saint-Germain d’Auxerre (Yonne) », Semitica et Classica, t. 9, p. 195-204.

Anonyme, 1865, Congrès Scientifique de France : Trente-Et-Unième Session Tenue À Troyes au Mois d’Août 1864, Paris, Derache, 739 p.

Anonyme, 1867, « Liste des dons faits au musée de Troyes avec les noms des donateurs. Pendant l’année 1866 », Mémoires de la Soc. académique d’Agriculture des Sciences, Arts et Belles-Lettres du département de l’Aube, t. 30, p. 443-450.

Anonyme, 1882, « Séance du 15 avril 1882. Présidence de M. Grimaux », Comptes rendus des Séances et Mémoires de la Soc. de Biologie pendant l’année 1882, t. 34, p. 245-246.

Anonyme, 1886, « Dons pour le Musée départemental placé sous le patronage de la Société », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, t. 48, p. LXVIII.

Anonyme, 1890, Informations sur une découverte d’É. Payard, Bull. de la Soc. des Antiquaires de France, p. 289-300.

Anonyme, 1894, Informations sur une communication d’É. Payard, Bull. de la Soc. des Antiquaires de France, p. 87-88.

Anonyme, 1897, « Dons au musée lorrain », Journal de la Soc. d’Archéologie et du Comité du Musée Lorrain, sept.-oct., p. 149-150.

AUDOLLENT A., 1890, « Mission épigraphique en Algérie de MM. Aug. Audollent et J. Letaille (octobre 1889 à février 1890) », Mélanges d’archéologie et d’histoire, t. 10, p. 397-588.

BERNHARDT C., 1895, Deneuvre et Baccarat d’après des documents inédits, Nancy, Impr. Crépin-Leblond, xii-296 p.

BERT P., 1885, Lettres de Kabylie : la politique algérienne, Paris, A. Lemerre, 82 p.

BESCHAOUCH A., 1980, « Saturne ou plutôt une divinité africaine inconnue ? À propos d’une stèle votive de la région de Thignica (Aïn-Tounga), en Tunisie », Antiquités africaines, t. 15, p. 125-134.

BONNEFONS DE LAVIALLE B.-A., ROLLIN C., DEFER P., 1853, Catalogue d’une collection d’objets d’art, tableaux anciens, livres sur les Antiquités, les Beaux-Arts, manuscrits, etc. Antiquités, très belle collection de médailles romaines, bronzes antiques, vases grecs et étrusques, curiosités diverses. Marbres, ivoire, faïences anciennes, porcelaine, etc. qui composaient le cabinet de M. le vicomte de Jessaint, ancien pair de France, dont la vente aura lieu par suite de son décès, les vendredi 15, samedi 16, lundi 18, mardi 19 et mercredi 20 avril 1853, Paris, chez Me Bonnefons de Lavialle, 50 p.

BOULOUMIÉ B., 1976, « Un vase étrusco-corinthien (?) trouvé en Alsace ? », in : L’Italie préromaine et la Rome républicaine. I. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, Rome, EFR, p. 49-58 (Publ. de l’École française de Rome, 27).

CAMPS G., 1994, « Croissant », in : CAMPS G. dir., Encyclopédie berbère, t. 14, Aix-en-Provence, Edisud, p. 2121-2125.

CHABOT J.-B., 1916, « Les inscriptions puniques de la collection Marchant », CRAI, 1916.1, p. 17-34.

COURNAULT Ch., 1874, « Mémoires : les autels de Deneuvre », Journal de la Soc. d’Archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, t. 23, p. 105-108.

DALISSON R., 2015, Paul Bert, l’inventeur de l’école laïque, Paris, Armand Colin, 331 p.

DELAMARE Ad. H. Al., 1850, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842, 1843, 1844 et 1845 publiée par ordre du gouvernement et avec le concours d’une commission académique, Paris, Impr. nationale, II-193 f. de pl.

DELOCHE M., 1893, « Études sur quelques cachets et anneaux de l’époque mérovingienne (Suite) », Revue archéologique, janvier-juin 1893, p. 137-156.

ESPÉRANDIEU É., 1911, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, 4, Lyonnaise, deuxième partie, Paris, Impr. nationale, 467 p.

ESPÉRANDIEU É., 1915, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, 6, Belgique, première partie, Paris, Impr. nationale, 468 p.

GRAN-AYMERICH J., 2006, « Les sources méditerranéennes de l’art celtique, VIIe-VIe siècles av. J.-C. », in : FRÈRE D. avec la coll. de MORIN A., De la Méditerranée vers l’Atlantique : aspects des relations entre la Méditerranée et la Gaule centrale et occidentale (VIIIe-IIe siècle av. J.-C.), Rennes, Presses Univ. de Rennes, p. 19-56.

GUYOT Ch., 1897, « Errata du numéro de septembre-octobre 1897 », Journal de la Soc. d’Archéologie et du Comité du Musée lorrain, nov. 1897, p. 264.

HÉRON de VILLEFOSSE A., 1921, Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie : Musée africain du Louvre, Paris, E. Leroux, II-28 p. et 19 p. de pl.

JADART H., 1889, Chronique de Jean Tate, Greffier de l’hôtel de ville de Château-Porcien (1677-1748). Document inédit publié sur la copie faite par Nicolas Baudet en 1750, avec une introduction et des notes, portraits, vues et fac-similés, Arcis-sur-Aube, Impr. Léon Frémont, 196 p.

LE BLANT E., 1892, Nouveau recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, Paris, Impr. nationale, XXIII-483 p.

LE CLERT L., 1890, Catalogue d’archéologie monumentale du Musée de Troyes fondé et dirigé par la Société académique de l’Aube, Troyes, Impr. Paul Nouel, 239 p.

LEGLAY M., 1961, Saturne africain : monuments. t. I, Afrique Proconsulaire, Paris, Arts et Métiers graphiques, éd. du CNRS, 465 p.-XVIII p. de pl.

LEGLAY M., 1966, Saturne africain : monuments. t. 2, Numidie-Maurétanies, Paris, éd. du CNRS, 336 p.

LEVEAU PH., RÉMY B., 2014, « Ésus en Afrique : à propos d’une inscription fragmentaire de Caesarea Mauretaniae commémorant l’exécution d’une injonction d’Ésus », Antiquités africaines, t. 50, p. 85-92.

LHOTE A., 1870, Biographie châlonnaise avec documents inédits et accompagnée de portraits gravés et d’armoiries, Châlons-sur-Marne, Imprimerie-librairie de T. Martin, 379 p.

MASQUERAY É., 1882, « Avant propos », Bull. de Correspondance africaine. Antiquités libyques, puniques, grecques et romaines, t. 1, janvier-février, p. 5-6.

MAXE-WERLY L., 1893, « Étude sur un graffite chrétien du IVe siècle (musée de Bar-le-Duc) », Mémoires de la Soc. des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc, p. 243-250.

MOITRIEUX G., 1981, « Un siècle de recherches archéologiques à Deneuvre », R.A.E., t. 32, fasc. 1-2, p. 65-88.

MOITRIEUX G., 1992, Images du monde gallo-romain : la sculpture figurée gallo-romaine du Musée Lorrain de Nancy, Nancy, éd. du Pays lorrain/Soc. d’Archéologie et du Musée historique lorrains, 89 p.

MOITRIEUX G., 2002, « Le monde du sacré, reflet du monde composite gallo-romain, dans la haute vallée de la Meurthe », Latomus, t. 61.2, p. 326-338.

MOITRIEUX G. avec la coll. de CASTORIO J.-N., 2010, Nouvel Espérandieu III. Toul et la cité des Leuques, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, XXIII-420 p., 214 p. de pl.

PAYARD É., 1890, « Notice sur un vase gallo-romain trouvé à Reims en 1890 », Travaux de l’Académie nationale de Reims, t. 87, 1889-1890, p. 295-305.

PENSA H., 1894, Algérie : organisation politique et administrative, justice, sécurité, instruction publique, travaux publics, colonisation française et européenne, agriculture et forêts, propriété et état civil chez les indigènes. Voyage de la délégation de la commission sénatoriale d’études des questions algérienne, Paris, J. Rothschild, xxxi-464 p.

PRESSOUYRE L., 1966, « Quelques types de faux bronzes romains dans les collections publiques françaises », Mélanges d’archéologie et d’histoire, t. 78.1, p. 251-265.

THÉDENAT H., 1886, Communication sur divers objets trouvés à Deneuvre par M. Payard, Bull. de la Soc. nationale des Antiquaires de France, p. 198-206.

THÉDENAT H., 1888, « Antiquités romaines trouvées par M. Payard à Deneuvre », Journal de la Soc. d’Archéologie et du Comité du Musée Lorrain, p. 82-90.

TOUSSAINT M., 1928, La Lorraine à l’époque gallo-romaine, Nancy, J. Dory, 326 p.

TOUSSAINT M., 1947, « Répertoire archéologique du département de Meurthe-et-Moselle (période gallo-romaine) », Revue historique de la Lorraine, t. 84.1, p. 7-141.

WIENER L., 1887, Musée historique lorrain au palais ducal de Nancy : catalogue des objets d’art & d’antiquité, Nancy, chez René Wiener, 6ème éd., 295 p.

WIENER L., 1895, Musée historique lorrain au palais ducal de Nancy : catalogue des objets d’art & d’antiquité, Nancy, chez René Wiener, 7ème éd., 320 p.

Haut de page

Notes

1 Un grand merci à S. Blin, au second rapporteur et au secrétariat d’édition de la revue pour leur relecture.

2 Je remercie Richard Dagorne, Conservateur du Palais des Ducs de Lorraine-Musée lorrain, Claire Tiné (Service de documentation du Musée lorrain) et Lorraine Menguy-Daval (chargée de la bibliothèque et de la photothèque) pour la transmission de photographies de cette stèle et de deux autres sculptures, à titre gracieux, ainsi que pour l’autorisation de publication.
Le musée est fermé depuis le 2 avril 2018. Les dimensions générales de la stèle, fournies par G. Moitrieux, sont les suivantes : L. : 26,5 cm ; ht. : 31,5 cm ; prof. : 3 cm (MOITRIEUX, 1992, p. 26 ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 90). D’après les photographies, la stèle est presque complète si l’on excepte la cassure sur un angle en bas à gauche. Sans avoir vu la pièce, nous nous demandons si le lit de pose originel est bien conservé car les stèles présentent fréquemment une partie basse travaillée grossièrement, qui était destinée à être fichée en terre.

3 É. Espérandieu connaissait la référence de 1897 (voir ses notices nos 4699 et 4703) ; il avait peut-être décidé de ne pas la prendre en compte ici.

4 « Bas-relief en marbre d’exécution grossière, représentant une femme qui tient de la main droite une grappe de raisin ; sur le même côté, une branche de palmier (?) ; à sa gauche, un chien couché, le tout entouré d’une bordure plate, la partie supérieure arrondie ».

5 La faute d’orthographe a été rectifiée dans un erratum publié dans GUYOT, 1897.

6 1. Pièce en « grès local » (selon G. Moitrieux) : BERNHARDT, 1895, p. 17 (à la lecture de C. Bernhardt, il semblerait que la sculpture ait été trouvée dans les fouilles d’É. Payard à Deneuvre en 1883, mais il s’agit d’une source de seconde main, même si elle est ancienne. Elle permet seulement d’assurer que la pièce faisait partie de la collection d’É. Payard en 1895) ; ESPÉRANDIEU, 1915, n° 4619 : « provenant peut-être de Scarpone » ; MOITRIEUX, 1992, p. 21-22 : « Deneuvre. […] découverte dans un lieu inconnu […] faussement attribuée à Scarpone » ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, n° 214 : « Deneuvre. […]. Découverte dans un lieu inconnu […] son origine est attestée par la notice de la donation ».
2. Pièce en « grès à voltzia » (selon G. Moitrieux) : CIL, XIII, 4736 ; BERNHARDT, 1895, p. 17 (comme précédemment, à la lecture de C. Bernhardt, il semblerait que la sculpture ait été trouvée dans les fouilles d’É. Payard à Deneuvre en 1883, mais il s’agit d’une source de seconde main, quoiqu’ancienne) ; ESPÉRANDIEU, 1915, n° 4699 : « Bloc […] découvert, en 1868, à Deneuvre » (nous ignorons si É. Espérandieu avait des éléments inédits, dont il n’a pas précisé la source, pour affirmer que la pièce avait été découverte à Deneuvre en 1868. Cette mention demeure sans justification) ; TOUSSAINT, 1928, p. 178 (M. Toussaint se trompe quand il écrit que la pièce a été acquise en 1868 par le Musée lorrain) ; MOITRIEUX, 1981, p. 72 : « aurait été trouvée en 1868 (selon M. Toussaint) et donc peut-être au lieu dit ‘sous l’Aide’ avec les fouilles de Gridel » ; MOITRIEUX, 1992, p. 22 : « Découverte en un lieu inconnu du territoire de Deneuvre » ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, n° 215 : « Deneuvre. […]. Découverte en un lieu indéterminé du territoire de Deneuvre »...

7 Je remercie Richard Dargorne, le Conservateur du Palais des Ducs de Lorraine-Musée lorrain, de m’avoir confirmé que la stèle est toujours perdue (mail d’octobre 2018). En effet, le récolement des collections archéologiques mené il y a une dizaine d’années au musée n’a pas fait apparaître de stèle en marbre représentant un guerrier.

8 http://nesp.mmsh.univ-aix.fr/portail_bases.htm. Les prises de vue se présentent sous forme de plaques de verres qui ont été numérisées dans la définition des images de la base de données. Je remercie Stéphanie Satre (Centre Camille Jullian), qui m’a indiqué qu’il était possible de publier les photographies numérisées.

9 Nous avons laissé de côté les pièces de provenance incertaine : MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, nos 758, 766, 1088 et les deux sculptures de la donation Payard : nos 218, 220.

10 MOITRIEUX, 1981, p. 72 : « d’autres objets trouvés à Deneuvre sont d’origine inconnue » ; MOITRIEUX, 1992, p. 25, parmi les pièces de Deneuvre : « découverte en un lieu inconnu de la commune » ; MOITRIEUX, 2002, p. 330 : « relief en marbre de Deneuvre […]. Certains l’ont considéré comme une pièce importée […], mais la provenance locale est assurée par le descriptif des fouilles » ; MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 90, parmi les pièces de Deneuvre : « découverte en un lieu inconnu de la commune ».

11 Les articles sur les « stèles à Saturne » sont abondants, mais l’ouvrage de M. Leglay (deux volumes) reste la référence indispensable (LEGLAY, 1961 ; LEGLAY, 1966). Il ne sera pas de notre propos de savoir si ces stèles étaient véritablement dédiées à Saturne. Sur cette question, voir, entre autres, BESCHAOUCH, 1980.

12 La notice de 1897 du JSAL évoquait un chien tandis qu’É. Espérandieu songeait à une possible panthère. Après avoir pensé à un chien (MOITRIEUX, 1981, p. 72), G. Moitrieux a identifié l’animal à un bélier, sans doute grâce aux comparaisons pertinentes des stèles d’Afrique, mais aussi grâce au détail d’une « toison bouclée » (MOITRIEUX, CASTORIO, 2010, p. 91).

13 MOITRIEUX, 1992, p. 27. Dans les publications de 2002 et 2010, les comparaisons avec des stèles d’Afrique sont évoquées, sans entrer dans le détail.

14 Selon la notice du musée fournie par R. Dagorne, Conservateur du Palais des Ducs de Lorraine-Musée lorrain, que je remercie, la pièce est entrée au musée précisément le 20 septembre 1897.

15 Je remercie J.-Ch. Bedague, le secrétaire de la SNAF, d’avoir regardé dans l’inventaire provisoire des archives de la Société des Antiquaires de France, conservées aux Archives nationales. Hélas, l’inventaire des archives ne mentionne aucun document relatif à une communication d’É. Payard.

16 Exemples : WIENER, 1887, n° 390, p. 43 : « pierre gravée provenant de Carthage. Don de M. Bertrand » ; WIENER, 1887, n° 391 : « fragment de marbre provenant de Tunis. Coll. Herpin » ; WIENER, 1895, nos 27-29 : silex, pointes de flèches, grattoirs, couteau, etc. (provenant de Aïn-El-Hadjar, Hachlef, Assasnas, Tifrit, Ouargla, Tlemcen : dons de M. Poirier, M. Bleicher) ; n° 99 : hache en silex (provenant de Lalla Margnia : don de M. Bleicher et M. Barthélémy) ; n° 562 : « trois pierres de fronde […] trouvées en Tunisie, aux environs de Carthage ».

17 J’adresse mes remerciements à R. Dagorne pour m’avoir communiqué le mail d’un des descendants d’É. Payard, qui effectue des recherches sur l’histoire de sa famille. Mon message envoyé à cette personne s’est peut-être perdu car il est resté sans réponse, et je n’ai pas osé risquer de l’importuner en envoyant un second message.

18 Les monnaies pouvaient venir de Lorraine (COURNAULT, 1874, p. 107-108 : plus de 800 monnaies ; THÉDENAT, 1886, p. 206 : trésor de mille monnaies ; THÉDENAT, 1888, p. 89 ; BERNHARDT, 1895, p. 7, 13) comme de plus loin.

19 Dans les inventaires du musée Saint-Remi de Reims, il est précisé que les objets furent entrés ou pris en charge en 1948.

20 Voir par exemple la notice publiée par É. Payard sur un vase antique émaillé trouvé à Reims en 1890 (PAYARD, 1890). Antiquités de Château-Porcien : lettre d’É. Payard publiée dans JADART, 1889, p. 145-146.

21 Il acquit par exemple un anneau en bronze trouvé en 1882 dans les environs de Reims (DELOCHE, 1893, p. 138-139).

22 « Qu’on ne voie pas là un excès de scepticisme, mais un simple souci de prudence. Puisque nous ne savons rien sur les conditions de découverte du vase, nous sommes en droit d’émettre des réserves – comme hypothèse de travail – sur sa provenance. Ce ne serait pas la première fois qu’un objet acheté en Italie ou sur le marché de l’antiquariat, se retrouverait muni d’une étiquette erronée, l’associant à des pièces de provenance locale ».

23 J’adresse mes vifs remerciements à B. Hernu, Directrice des Musées Historiques (Musée Saint-Remi, Musée du Fort de la Pompelle, Musée de la Reddition), pour l’envoi des fiches micromusée des objets du legs Payard, qui ont été fort utiles.

24 Il serait sans doute possible de retrouver la provenance de quelques-unes de ces pièces. Ainsi l’inventaire évoque un médaillon en terre cuite (n° 978.19832) qui pourrait s’identifier au médaillon trouvé dans les fouilles de Château-Porcin, qui a fait l’objet d’une communication à la SNAF en 1887 (cité dans JADART, 1889, p. 144, n. 3).

25 Un relief en marbre avec une tête barbue considéré comme provenant de Reims (n° 978.20350) s’identifie sans doute à une pièce découverte dans des fouilles à Château-Porcin (JADARD, 1889, p. 146).

26 D’autres grands musées à l’étranger conservent de tels objets tels que le British Museum de Londres, le Rijksmuseum van Oudheden de Leyde, le Kunsthistorisches Museum de Vienne ou le Musée des Offices de Florence (LEGLAY, 1961, p. 9, 21, 23, 76-77, 224-226, 291-292).

27 Dimensions selon la fiche d’inventaire du musée : Ht. : 71 cm ; L. : 26,7 cm.

28 Sur l’iconographie du croissant, fréquente sur les stèles à Saturne, voir LEGLAY, 1966, p. 171-172 ; CAMPS, 1994.

29 Rappelons que les dénominations des gâteaux, devenues traditionnelles, sont celles employées par M. Leglay (notices de LEGLAY, 1961 et LEGLAY, 1966, p. 357). Pour une comparaison, parmi tant d’autres, du gâteau en forme de losange : voir l’un des motifs qui orne le sommet d’une stèle de la région de Thignica (BESCHAOUCH, 1980, p. 126-130).

30 On rencontre aussi l’orthographe Jessaint.

31 Je remercie Madame Chr. Prunier, qui travaille à la documentation du Pôle Muséal de la ville de Troyes, pour m’avoir communiqué la notice du musée sur la pièce (n° inventaire MAH.869.16) ainsi qu’une lettre adressée au directeur du musée en 1973 par Cl. Poinssot.

32 « Collectionneur passionné, il s’était formé une galerie précieuse de tableaux, de bronzes, de vases antiques ; antiquaire et numismate, il ne reculait devant aucune dépense pour se procurer les objets auxquels la rareté donnait du prix, médailles, livres rares, manuscrits, curiosités diverses » (LHOTE, 1870, p. 196).

33 L’INHA conserve la photographie et la notice envoyée par le conservateur au chercheur en septembre 1972 (archives 106, 153, 03). Je remercie I. Périchaud (bibliothécaire à l’INHA), d’avoir écrit à Madame Poinssot pour l’autorisation de publication de la photographie, ainsi que Madame Poinssot de ne pas en avoir refusé la publication. Le musée de Troyes conserve la réponse de Cl. Poinssot du 10 octobre 1973. Voici un extrait de la lettre du chercheur : « si ce n’était la provenance indiquée (Jessains) je jurerai cette stèle africaine et même provenant de l’ex-département de Constantine aux confins de la Numidie et de la Proconsulaire. Bien entendu l’importation antique est exclue […] mais le plus vraisemblable est une importation moderne par un des conquérants de l’Algérie. […] La seule voie possible serait d’examiner si parmi les ‘installés’ de Jessains entre 1830 et 1869 figure un officier de l’armée d’Afrique. Je pense que vous avez dû faire vous-même toutes ces réflexions puisque vous m’avez soumis le problème ».

34 Le Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne fournit des précisions sur ce don : « squelette de singe tué par M. Paul Bert pendant son dernier voyage en Algérie » (Anonyme, 1886, p. lxviii ; voir aussi la p. xxxi).

35 La propriété de Mme Paul Bert faisait partie des grands domaines viticoles d’Oued-Amizour, en amont d’El Kseur, un village de colonisation crée en 1872 (PENSA, 1894, p. 394). Sur les détails de la superficie, voir l’acte de vente de 1906 (L’Écho de Bougie, 25 juillet 1907), qui évoque notamment un lot de 21 ha connu sous le nom de « Ruines de Tiklat ».

36 Les auteurs sont prudents en soulignant que la nature de la stèle ne peut être établie avec certitude, mais ils considèrent comme plus vraisemblable l’hypothèse d’une stèle votive en raison de la présence du bélier de sacrifice.

37 Voir la première ligne de l’avant-propos du premier numéro de la revue : « Ce Bulletin doit de paraître à la libéralité de M. Paul Bert, Ministre de l’Instruction publique, ardent ami de l’Algérie, et à l’initiative de M. Albert Dumont » (MASQUERAY, 1882, p. 5).

38 L’Écho de Bougie du 25 juillet 1907 retranscrit des détails de l’acte de vente du domaine de « Madame Joséphine Clayton, […] veuve de Monsieur Paul Bert », à G. A. Chouillou. Bratschi, notaire à Bougie.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Face antérieure de la stèle conservée au Musée lorrain à Nancy (inv. 2006.0.7839). © Palais des ducs de Lorraine-Musée lorrain, Nancy.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Légende Fig. 3. Stèle dite des scieurs de long, grès, conservée au Musée lorrain à Nancy, inv. 2007.0.181. © Palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain, Nancy – Photo P. Mignot.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 4. Stèle funéraire en grès, conservée au Musée lorrain à Nancy, inv. 2007.0.2153. © Palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain, Nancy – Photo P. Mignot.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 5. Photographie de la « stèle à Saturne » et d’un relief figurant un soldat (?) par É. Espérandieu au Musée lorrain à Nancy. © MAP/Académie/CCJ (AMU-CNRS).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 6. Stèle en marbre découverte à Hippone (LEGLAY, 1961, pl. XVIII 3).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 7. Stèle d’Hippone présentée par É. Payard à la Société nationale des Antiquaires de France (Anonyme, 1894 p. 87).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Fig. 8. Stèle en marbre dite de « Jessains », conservée au musée de Troyes. Photographie de J. Bienaimé conservée à l’INHA et communiquée par J.-P. Sainte-Marie en 1972 à Cl. Poinssot ; archives INHA 106, 153, 3, avec l’aimable autorisation de publication de l’INHA après une demande à Madame Poinssot.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Légende Fig. 9. Stèle en marbre de Philippeville (LEGLAY, 1966, pl. XXII.3).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djamila Fellague, « De la Gaule à l’Afrique romaine, de l’Algérie à la France : sur des « stèles à Saturne » à Nancy, Troyes et Saint-Germain d’Auxerre », Revue archéologique de l’Est, Tome 68 | 2019, 213-225.

Référence électronique

Djamila Fellague, « De la Gaule à l’Afrique romaine, de l’Algérie à la France : sur des « stèles à Saturne » à Nancy, Troyes et Saint-Germain d’Auxerre », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 68 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rae/12641

Haut de page

Auteur

Djamila Fellague

Maîtresse de Conférences, Université de Grenoble Alpes, Luhcie. Chercheure associée à ArAr et à l’IRAA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search