Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 68ArticlesNouvelles données sur les fontain...

Articles

Nouvelles données sur les fontaines lyonnaises et l’approvisionnement en eau de la Presqu’île durant l’Antiquité

Jules Ramona, Amaury Gilles et Emmanuel Bernot
p. 191-212

Résumés

Remployés dans un mur de cave médiévale, quatre imposants blocs d’architecture ont été mis au jour à l’occasion de la fouille de la place d’Albon (Lyon 2e) durant l’hiver 2015-2016. Identifiés comme des éléments de fontaine, ils sont probablement à mettre en relation avec une conduite d’adduction en terre cuite mise au jour à proximité immédiate. Ces découvertes récentes sont l’occasion de reprendre les données sur les fontaines publiques lyonnaises, en présentant notamment un nouvel élément (re)découvert à Fourvière et en proposant une série d’observations quant à l’objet de leur mise en place. Nous en profiterons pour discuter des perspectives de recherche autour de la question de l’approvisionnement en eau dans la Presqu’île lyonnaise : captage ou puisage, répartition et distribution.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chantier de fouille lié à l’aménagement d’un parking souterrain par la Métropole de Lyon (maîtrise (...)
  • 2 Pour l’hydraulique, voir CHOMER, 2007 ; sur l’adduction en terre cuite, voir MAZA, CLÉMENT, 2009 ; (...)

1Dans le cadre de la fouille préventive du parc Saint-Antoine1, une série de découvertes nous ont amenés à reprendre les données relatives à l’adduction et à la distribution d’eau à Lyon durant l’Antiquité. Les différentes synthèses locales réalisées sur ces sujets2 peuvent ainsi être complétées par la présente étude. Dans un premier temps, nous nous attachons à exposer les éléments d’adduction (tuyau en terre cuite sous pression), de distribution (fontaine publique) et d’évacuation d’eau (caniveau) issus de la fouille de la place d’Albon. Suit une analyse détaillée de la stratigraphie en lien probable avec l’usage de la fontaine. Aussi présente-t-on exhaustivement le mobilier associé à l’installation et à l’évolution de l’utilisation du monument. Dans un second temps, nous comparons nos données aux fontaines publiques lyonnaises de Fourvière, en revenant sur les découvertes anciennes et en présentant une (re)découverte récente (fig. 1). Enfin, nous effectuons un état des lieux des données relatives à l’approvisionnement en eau en Presqu’île afin d’ouvrir des perspectives de recherches.

Fig. 1. Plan de localisation des fontaines ou éléments de fontaines (F.) et sites abordés dans l’article (sources : données archéologiques ALyAS SAVL ; fond de plan Métropole de Lyon).

L’ensemble hydraulique de la place d’Albon

Les blocs de la fontaine : de la découverte à la restitution

Contexte de découverte

2Les blocs de la fontaine antique mis au jour sur le côté oriental de l’actuelle place d’Albon étaient utilisés en remploi dans les fondations d’une cave médiévale (fig. 2). Chacun des murs est et ouest concernés par les remplois était doublé d’un second mur parallèle. Ce type de construction permettait l’aménagement d’une lame d’air entre les deux maçonneries : leur fonction d’aération était sans doute justifiée par les besoins d’assainissement dans ce secteur situé au bord de la Saône.

Fig. 2. Plan de localisation des vestiges de fontaine en remploi sur fonds de parcellaires ancien et récent de la place d’Albon (DAO : F. Herbin, SAVL).

3Les murs extérieurs de la cave ont été fortement perturbés par l’implantation des pieux sécants en béton de la future rampe du parking. Trois des quatre blocs participaient de la construction des murs occidentaux, tandis que le quatrième (la grande dalle) soutenait l’un des murs opposés. Dans tous les cas, les dimensions des blocs remployés ont imposé le gabarit utilisé pour définir la largeur des murs (36 à 38 cm).

4Cette cave, située à l’angle des rues Mercière et des Bouquetiers, a sans doute été fondée autour du XIIe siècle, en marge d’une place située au débouché du pont de Saône. Le sol était aménagé de grandes dalles jointives de calcaire dur type « choin de Fay », probables vestiges antiques utilisés ici en remploi.

Description (fig. 3)

5Les blocs mis au jour sont taillés dans le même calcaire dur tithonien que celui utilisé pour le sol de la place. Le lot ici étudié se caractérise notamment par la dimension imposante des blocs et l’aménagement de gorges peu profondes sur leurs faces de joints. Il est constitué d’une grande dalle initialement placée à l’horizontale, interprétée comme une des dalles de soubassement de la fontaine (inv. M0740L1), et de trois blocs initialement dressés verticalement, identifiés comme les montants du bassin (inv. M0742 L1, L2 et L3).

Fig. 3. Relevés des blocs de fontaine de la place d’Albon (J. Ramona, SAVL).

6Le plus grand des quatre éléments (inv. M0740 L1) se présente comme une dalle monolithique de 3,28 m de longueur, 70 cm de largeur et 36 cm d’épaisseur. Presque entièrement conservé, il fait l’objet de l’aménagement, sur ses deux faces de joint, de gorges peu profondes (1 à 2 cm) et de largeur variable (5 à 9 cm). Sur la face supérieure, la rainure en ‘Pi’ évoque l’amorce d’une engravure périphérique. Le dédoublement localisé des gorges pourrait évoquer une modification architecturale suite à une reconstruction ou une réfection du monument. Par endroits, notamment dans les dépressions, des traces de mortier de tuileau constituent les vestiges du liant d’étanchéité appliqué entre les pièces à assembler. La face supérieure de la dalle présente en outre d’autres indices de sa fonction. Ainsi, l’emplacement des montants verticaux est indiqué par un traitement planimétrique et soigné au pic du tailleur de pierre d’une surface d’une quarantaine de centimètres de largeur. En contraste, l’aspect patiné de la pierre en périphérie est à souligner : il a été provoqué par l’exposition aux intempéries et l’usure liée aux pas des utilisateurs. Les quatre logements ménagés sur le bord jointif du bloc correspondent à un des dispositifs d’assemblage d’origine, qui se faisait au moyen de crampons en fer. Pour les autres faces de la dalle, notons enfin que, hormis la face de joint latérale qui bénéficie sur sa partie haute d’un traitement au pic relativement soigné, les quatre autres faces, initialement non visibles, n’ont fait l’objet que d’une taille grossière.

7Le bloc M0742 L3 est caractérisé par sa forme particulière. Il présente en effet un profil en L. Initialement placé à la verticale, il constituait un des quatre angles du bassin. Ses trois faces de joint sont grossièrement aplanies. Deux d’entre elles, bien conservées, sont ménagées de gorges (prof. 2 cm, larg. 7 cm) destinées à recevoir le mortier hydraulique (dont quelques traces subsistent). Haut de 96 cm, le montant a une profondeur irrégulière, de 22 à 28 cm, pour une largeur de 60 cm. La face supérieure du bloc, bien qu’en partie abîmée, présente une surface lissée, patinée par le temps et l’utilisation. Les deux autres surfaces initialement visibles correspondent aux parements interne et externe du bassin. Elles sont soigneusement aplanies au pic. Une de ces deux faces présente par ailleurs deux logements rapprochés réservés à des agrafes destinées à assurer l’assemblage avec le montant contigu.

8Le bloc M0742 L1 correspond à un montant amputé de ses deux extrémités latérales. Il mesure 96 cm de hauteur et 37 cm de profondeur. Sa largeur conservée n’excède pas 64 cm. Sa face de joint inférieure présente l’esquisse d’une rainure d’étanchéité de 7 cm de largeur. Sa face supérieure est lissée et patinée par le temps et l’utilisation. Ses deux faces de parement sont soigneusement aplanies au pic.

9La particularité du montant est l’encoche qu’il présente en partie haute (fig. 4). Son aspect régulier et patiné permet d’exclure l’hypothèse d’une cassure ou d’une retaille. Il s’agit en fait d’une partie de la bouche de trop-plein d’évacuation du bassin de la fontaine : l’encoche avait la forme d’un conduit en berceau qui se resserrait à la manière d’un entonnoir en accusant une légère pente vers l’extérieur du bassin.

Fig. 4. Photo de détail du déversoir du bloc M0742 L1 (photo équipe parking Saint-Antoine - SAVL).

10Le bloc M0742 L2 correspond également à un fragment de montant de bassin. Sa partie basse et un de ses côtés sont fracturés. Cependant, ses dimensions et le traitement de ses surfaces ne permettent aucune hésitation pour son identification. Ainsi, si sa largeur conservée n’est pas significative (45 cm max.), sa hauteur maximale semble en revanche se rapprocher de sa mesure d’origine (96 cm), et sa profondeur (36 cm) équivaut à celle de son homologue M0742 L1 (37 cm). Le traitement de surface rappelle celui des autres blocs : la face supérieure est patinée par l’usure et le temps, tandis que les faces de parement ont été ajustées au pic ; l’esquisse d’une rainure destinée à recevoir le boudin d’étanchéité est visible sur la face de joint restante ; deux logements d’agrafes de scellement sont attestés.

Assemblage et restitution

11Malgré une conservation très incomplète, la complémentarité architecturale des blocs permet de comprendre les principes de montage et de proposer une restitution.

12Dans un premier temps, la dalle de soubassement du monument doit être disposée sur un radier de préparation permettant un nivellement et une relative stabilité du terrain. Elle est constituée d’au moins deux éléments distincts (et sans doute plus), dont l’étanchéité est assurée par la disposition d’un boudin de mortier de tuileau sur les faces de joints et dans les gorges taillées à cet effet. Ainsi fait, l’assemblage permet d’asseoir le bassin et l’éventuelle borne d’adduction. En l’absence de traces d’un dispositif de fixation ou d’adjonction lié à une éventuelle borne d’adduction, il apparaît que la position de la grande dalle M0740 L1 peut être restituée à l’avant de la fontaine.

13Dans un deuxième temps, les montants constitutifs du bassin sont élevés sur la dalle. Ils sont liés à elle et entre eux par le même mortier de tuileau. La cohésion de l’ensemble du monument est finalement assurée par la mise en place de crampons métalliques sur les faces extérieures et supérieures des blocs. L’élément M0742 L1, dans lequel est taillé le déversoir, se trouvait logiquement au centre de la face avant du bassin. Accolé, le bloc M0742 L3 en formait un des angles (avant gauche ou arrière droit). Enfin, le dernier fragment, M0742 L2, devait faire partie de la face arrière.

14À partir de ces éléments, il est possible de restituer certaines dimensions. Ainsi les négatifs des montants visibles sur la dalle de soubassement nous permettent-ils de connaître la dimension d’un des côtés du bassin, qui atteignait environ 2,5 m. La margelle, d’une épaisseur de 37 cm, s’élevait quant à elle à 96 cm au-dessus du socle.

15La comparaison avec les deux autres fontaines déjà découvertes à Lyon rend possible une première restitution du monument. Les vestiges du soubassement de la fontaine conservée au-dessus de l’odéon antique, dans le parc archéologique de Fourvière (Lyon 5e), permettent de rapporter une longueur de bassin proche de celle observée à Saint-Antoine (entre 2,45 et 2,5 m). Plus pertinente encore est la fontaine dite du Verbe Incarné (Lyon 5e), dans son deuxième état de construction : entièrement conservé, remonté et remis en eau sur l’actuelle place de Trion, le bassin mesure 2,45 x 1,85 m hors tout. Les montants, épais d’environ 35 cm, s’élèvent sur une hauteur moyenne de 1,05 m. La restitution que nous proposons pour la fontaine de la place d’Albon s’inspire de ces deux exemples (fig. 5).

Fig. 5. Proposition de restitution de la fontaine de la place d’Albon (J. Ramona, SAVL).

Adduction, évacuation et contexte viaire : proches coïncidences

16À proximité directe des éléments placés en remploi, dans l’alignement de la rue Mercière, deux dispositifs superposés liés à la circulation d’eau ont été mis au jour : une conduite en terre cuite (début du IIe s. ap. J.-C.) et un caniveau (début du IVe s. ap. J.-C.). Si la tentation d’associer ces dispositifs avec le monument hydraulique est forte, elle doit néanmoins être nuancée.

Une conduite en terre cuite

17À quelques mètres des éléments de fontaine, une portion d’un système d’adduction orienté Nord 9° Ouest a été dégagée. Elle est recoupée au sud par l’installation de la cave médiévale dont la fondation a livré les éléments de remploi étudiés ci-dessus. Le tronçon est constitué de dix tuyaux emboîtés en terre cuite d’un diamètre extérieur de 13,5 cm (diamètre intérieur : 7,5 cm) ; (fig. 6).

Fig. 6. Photo de la conduite d’adduction CN 660 (photo équipe parking Saint-Antoine - SAVL).

  • 3 Un tel orifice peut également être identifié comme un regard de visite destiné au nettoyage de la c (...)
  • 4 Ces observations peuvent par ailleurs être couplées à l’analyse parasitologique effectuée par B. Du (...)

18Nul liant d’étanchéité n’a été conservé au niveau des jonctions. Le sens d’emboîtement des éléments indique une arrivée d’eau depuis le sud. À cet endroit, le premier cylindre présente sur sa face supérieure un orifice circulaire de 5,5 cm de diamètre façonné avant cuisson, qui a pu servir de logement à un tuyau en plomb fiché à la verticale3. C’est la présence de ce dispositif de raccordement et le diamètre de l’orifice qui permettent a priori de rejeter l’hypothèse d’une identification comme système d’évacuation4. Le deuxième cylindre, nettement plus court que les suivants (33 cm contre 47 à 49 cm), a sans doute fait office de variable d’ajustement, tributaire qu’il était de l’emplacement prédéterminé du cylindre à l’orifice. De même, le troisième tronçon présente une très légère courbure, qui semble suggérer un rattrapage de l’axe général de la canalisation, modifié en amont. Enfin, les sept derniers cylindres, de format standard, reprennent le cours rectiligne de la canalisation cheminant vers le nord (fig. 7).

Fig. 7. Relevés de quatre cylindres issus de la conduite en terre cuite CN 660 : cylindre à l’orifice, cylindre court, cylindre coudé et cylindre standard (C. Chaze et J. Ramona, SAVL).

19L’axe de la conduite (à son extrémité sud) apparaît à la cote altimétrique de 164 m NGF (fig. 8). Elle est disposée au fond d’une tranchée profonde d’environ 60 cm et large de 80 cm, creusée dans un remblai de nivellement / assainissement non daté.

Fig. 8. Coupe stratigraphique présentant les dispositifs d’adduction et d’évacuation mis au jour sur la place d’Albon (d’après le relevé équipe parking Saint-Antoine - SAVL).

20Son utilisation est à rapprocher du premier état de l’occupation antique de la place d’Albon, caractérisée par la mise en place d’une voie de galets bordée par un mur à contreforts qui pourrait être constitutif d’un imposant bâtiment de stockage, type entrepôt (fig. 9).

Fig. 9. Localisation des blocs de remploi et emplacement supposé de la fontaine dans le contexte antique de la place d’Albon au IIe siècle (d’après les relevés équipe parking Saint-Antoine - SAVL).

21L’enfouissement de ce tuyau (en lien avec sa mise en fonction ?) est daté de manière relativement précise puisque l’US 659, qui correspond au comblement de la tranchée d’installation de la conduite, a livré un ensemble de mobilier relativement conséquent correspondant à 392 NR et 51 NMI (fig. 10 à 12).

Fig. 10. Mobilier céramique issu de la tranchée d’installation de la conduite en terre cuite (A. Gilles, SAVL).

Fig. 11. Répartition quantitative par familles et catégories techniques du mobilier céramique issu de la tranchée d’installation de la conduite en terre cuite (US 659) ; (A. Gilles, SAVL).

Fig. 12. Répartition par catégories, formes et types du mobilier céramique de l’US 659 (A. Gilles, SAVL).

22Le mobilier employé comme remblai est constitué en majorité d’amphores (220 NR, 10 NMI) et de céramiques communes (148 NR, 34 NMI). Néanmoins l’association des types appartenant aux services flaviens de la Graufesenque (DELAGE, 2010b, p. 80 ; GENIN, 2007) avec des vases de type Drag. 27 appartenant à la phase 4 de Lezoux, Drag. 18 de la phase 5 (BET et alii, 1989 ; BET, DELOR, 2000) et un Drag. 33 d’attribution plus incertaine, permettent d’approcher assez finement la datation de ce lot. Ce dernier objet présente un revêtement mat et une pâte rose comportant quelques rares points de chaux. Ces caractéristiques le rapprochent des productions de la seconde moitié du IIe s. (DELAGE, 2010a, p. 120), mais cette datation n’est pas cohérente avec le lot en présence ni avec le mobilier issu des couches sus-jacentes. Signalons également une lampe Loeschcke IX/X d’origine padane qui s’accorde bien avec une datation vers la fin du Ier ou le début du IIe s. Rappelons que c’est durant les décennies centrales du IIe s. que l’on situe le renouvellement du répertoire des céramiques culinaires de Lyon.

23Ainsi, durant la seconde moitié du IIe s., on observe communément des marmites à col et lèvre quadrangulaire aplatie ou rainurée et des plats à bord rentrant, autant d’indices notablement absents ici. Dans ce lot, le répertoire utilisé est apparu à l’époque flavienne, voire augustéenne pour certains types comme le pot à col côtelé. La présence de vases relevant de la phase 5 de Lezoux place le terminus post quem en 110. En revanche, la bouilloire engobée à bec pincé cuite en mode A, et sans doute originaire du Val de Saône (MOUTON-VENAULT et alii, 2017, 405, fig. 107 no chal.bou1, 458, fig. 159, fer.bou1), pourrait laisser envisager une datation plus avancée, au plus tôt vers le milieu du IIe s. Néanmoins, le mobilier recueilli dans les couches supérieures 705, 715, 658 et 707, soit respectivement 8, 15, 22 et 8 individus, ne fournit pas d’arguments en faveur d’une datation plus avancée dans le IIe s.

24Les amphores enregistrées, Lyon 3A (DESBAT, DANGRÉAUX, 2017), une Dr. 20B (MARTIN-KILCHER, 1987) julio-claudienne et le caractère peu évolué du profil des amphores G4, à savoir col haut et fond d’un diamètre d’environ 10 cm, tendent encore à corroborer une datation au cours de la première moitié du IIe s.

25À Lyon, l’utilisation de canalisations en terre cuite destinées à l’adduction d’eau est connue (MAZA, CLÉMENT, 2010). À la suite des auteurs, nous pouvons ainsi rappeler que, non loin de la place d’Albon, aux 7-8 quai Saint-Vincent (montée de la Butte, Lyon 1er), a été reconnue sur 8 m une canalisation orientée nord-est/sud-ouest dont les tronçons mesuraient 45 cm de longueur, pour un diamètre interne de 16,6 cm et externe de 27,5 cm. La cote de la matrice supérieure de la conduite peut être située entre 165,5 et 166 m NGF. Les différents éléments étaient liés entre eux par de l’argile. Contemporaine de la période artisanale du site, elle est datée du milieu du Ier s. (MOTTE et alii, 2002, vol. 1 p. 24 et vol. 2 fig. 15 et 71). Pour la Presqu’île, on peut également signaler une découverte effectuée en 1974-1975 lors des travaux du métro entre la place Bellecour et la place Ampère : face au 29-30 rue Victor-Hugo, à l’angle sud-ouest de la rue Sainte-Hélène a été mis au jour un tuyau en terre cuite dans la berme occidentale d’un sondage (LEMER, CHOMER, 2007, p. 413). On ignore cependant si la conduite était destinée à l’adduction ou à l’évacuation d’eau. Enfin, plus récemment, sur le site de l’Hôtel-Dieu, est rapportée la découverte d’une conduite orpheline orientée Nord 2° Est. Étendue sur une longueur minimale de 21,6 m, elle se compose de trois segments de tronçons emboîtés marquant un pendage et un sens d’écoulement du sud vers le nord (163,75 m NGF contre 163,37 m NGF). Les tronçons qui la constituent ont des profils et mesures similaires à celles de la conduite de la place d’Albon (48,5 cm de longueur moyenne, diamètre externe de 13 cm, diamètre interne de 7 cm) (fig. 13). De même, aux jonctions, nul liant d’étanchéité n’a été observé. Les éléments de datation liés à l’aménagement de l’ouvrage permettent de fournir un terminus post quem flavien (BERTRAND et alii, 2015, vol. 1 p. 83-84 et vol. 2 p. 322-323).

Fig. 13. Élément de canalisation en terre cuite de l’Hôtel-Dieu (dessin/DAO : C. Mège, F. Bertrand, d’après BERTRAND et alii, 2015, vol. 4, pl. 194).

  • 5 Comparable, l’aqueduc de Strasbourg est également pourvu de tuyaux en terre cuite de gros calibre ( (...)

26Si les tuyaux en terre cuite sont fréquemment employés pour l’écoulement des eaux usées ou des eaux de toiture (DESSALES, 2013, p. 201), il faut signaler que leur usage est également destiné à des types d’adductions variés. G. Maza et B. Clément (MAZA, CLÉMENT, 2010, p. 669) rappellent ainsi qu’un tel dispositif est observé le long de l’aqueduc de l’Yzeron, installé dans le canal maçonné (FAURE-BRAC, 2006)5. En contexte architectural plus modeste, ils mentionnent par ailleurs que les tuyaux de terre cuite peuvent être liés à une installation thermale. C’est le cas des tuyaux du 21-23 quai Paul-Sédaillan (JACQUET, FRANC, 2001), ainsi que ceux de la pars urbana de la villa de Saint-Laurent-d’Agny (POUX, 2010), tous associés à des matériaux issus de la démolition. En dehors de Lyon, et bien que leur fonction d’adduction ne soit pas précisée, on peut encore signaler la série de tuyaux « assemblés les uns aux autres par des ligatures en bois » dont la découverte est à mettre en relation avec celle des grands thermes de la villa de la Grange du Bief, à Anse (FAURE-BRAC, 2006, p. 160). En plus des aqueducs et des installations thermales, on sait que ce type de conduite devait alimenter bassins et fontaines. Ainsi, un tuyau en terre cuite destiné à alimenter « un petit bassin en béton de tuileau (une fontaine ?) » a été découvert à Fréjus, en Gaule Narbonnaise. Il est composé de trois tuyaux emboîtés de 70 cm de longueurs respectives, et d’un diamètre intérieur estimé entre 7 et 9 cm (RIVET, SAULNIER, 2000, p. 384). On peut également citer, en contexte rural, à Pézenas-Soumaltre sud (Hérault), une conduite en terre cuite pourvue de joints en plomb alimentant un bassin ou un abreuvoir (FEUGÈRE, 2002, p. 24-25). À ce sujet, des recherches plus approfondies, et centrées sur le réseau urbain, mériteraient d’être menées.

Un caniveau en bois

27Le IIIe siècle est ensuite marqué, dans la séquence stratigraphique, par la mise en place d’un remblai de près d’un mètre d’épaisseur. Observé sur l’ensemble du site dans des proportions comparables, ce rehaussement prélude à une mutation fonctionnelle de l’espace. Cependant, nul indice d’utilisation de la fontaine n’est attesté pour cette période. C’est au début du siècle suivant que reparaissent les vestiges d’une hypothétique utilisation ultime de l’ensemble hydraulique, qui, à l’image des fontaines du Verbe Incarné (DELAVAL, 1989, p. 238) ou de l’Odéon (cf. infra), a pu accompagner les exhaussements successifs des niveaux d’occupation.

28Ces vestiges, également installés sur des remblais de rehaussement et/ou de nivellement, forment un ensemble structuré constitué d’un radier maçonné, au centre duquel est ménagé un caniveau (fig. 14). Situées à 1,7 m au-dessus de la canalisation, les parties hautes du radier apparaissent à la cote 165,95 m NGF.

Fig. 14. Photo du canal US 654 ménagé dans le radier maçonné US 649 (photo équipe parking Saint-Antoine - SAVL).

29Ce radier est construit de blocs de granite et de gneiss, de galets, de fragments de tuiles et de briques. Son épaisseur est d’environ 20 cm. Recoupées de tous côtés par des constructions postérieures, son emprise et sa forme d’origine n’ont pu être entièrement circonscrites. La surface mise au jour avoisine 20 m². Le caniveau ménagé en son centre mesure de 55 à 60 cm de largeur et 40 à 50 cm de profondeur. La présence de rebords légèrement inclinés suggère la disposition originelle de dalles de couvertures, tandis que les parois et le fond ont pu être tapissés de planches de bois.

30La datation tardive du dispositif s’appuie sur le lot de mobilier recueilli dans le remblai US 656, qui a livré un ensemble relativement restreint (275 NR, 19 NMI) mais très cohérent (fig. 15 et 16).

Fig. 15. Mobilier céramique issu du remblai d’installation du radier maçonné et du caniveau (dessin/DAO : A. Gilles, SAVL).

31La chronologie de ce remblai précédant l’installation du radier US 649 peut donc être approchée de manière assez précise. La sigillée du Centre est ici en position résiduelle. Le plat Hayes 58b (fig. 15, no 1) en sigillée claire D est daté entre 290/300 et 375 (HAYES, 1972, p. 96). Cet objet est accompagné par un petit lot de céramique luisante (PERNON, 1990) qui livre, en l’absence de bord, divers fragments appartenant à des coupes de type Lamb. 1/3/Portout 37, de mortiers Lamb. 45/Portout 40, un fragment de coupe Lamb. 2/37/Portout 27 et un fragment de plat à marli guilloché de type plus incertain. D’autres céramiques à revêtement argileux non grésé constituées d’une pâte plus beige et probablement d’origine rhodanienne sont enregistrées. Un bord simple, trop fragmentaire pour être identifié de manière sûre, pourrait appartenir à un plat Portout 1/Darton 40.

Fig. 16. Répartition quantitative par familles et catégories techniques du mobilier céramique issu du remblai d’installation du radier maçonné et du caniveau (US 656) ; (A. Gilles, SAVL).

32Les céramiques communes sont majoritairement cuites en mode A et peut-être pour une large partie en position résiduelle. On enregistre un pichet à gorge interne (fig. 15, no 2), un plat à bord rentrant (no 3), un pot à lèvre quadrangulaire (no 4) et un dernier individu non identifié. On recense encore une marmite à col et lèvre pendante aplatie (no 5), un individu non identifié en tournée grise, un mortier à collerette très fragmentaire en commune claire calcaire et un fragment de marmite Hayes 197 en céramique africaine de cuisine.

  • 6 Je remercie M. Bonifay pour ses observations sur ce mobilier.

33Les amphores6 apportent également de précieuses informations. Un pied creux (fig. 15, no 6) comportant un engobe blanc en surface pourrait appartenir à une amphore Keay IB (BONIFAY, 2004, p. 148-149), importée de manière régulière à Lyon entre le IVe et le début du Ve s. (BATIGNE VALLET, LEMAÎTRE, 2008, fig. 49 ; LEMAÎTRE et alii, 2001, p. 213-214). Un modèle de transition entre le type Africaine IId et Africaine III (fig. 15, no 7) correspond à un type employé entre le milieu du IIIe s. et le premier tiers du IVe s. (BONIFAY, 2004, p. 116-117, fig. 62b). On observe également des marques de scie sur une panse d’amphore cylindrique africaine. Deux anses comportant une pâte et un engobe blanc sont d’identification incertaine, mais leur aspect évoque celle des conteneurs Dr. 30/Keay IB. Une panse cannelée d’origine hispanique pourrait se rapporter au type Beltrán 68. Un départ d’anse présentant un sillon médian, en pâte verdâtre, vraisemblablement d’origine hispanique, n’a pas pu être rapproché d’un type particulier. Enfin un conteneur de type MRA 1a (fig. 15, no 8) présente une pâte rouge comportant de fines inclusions blanches et un engobe blanc en surface. Ces caractéristiques ne correspondent pas aux productions d’origine sicilienne (FRANCO, CAPELLI, 2014) et il faut garder à l’esprit que ce type a fait l’objet d’imitations dans les provinces africaines (BONIFAY, 2004, p. 146-148 ; FRANCO, CAPELLI, 2007, p. 554) et notamment en Cyrénaïque (MAZOU, CAPELLI, 2011). L’ensemble de ces éléments permet donc de proposer une datation au IVe s.

34Le mobilier associé à l’aménagement du radier de la fontaine provient exclusivement de l’US 655. Il s’agit d’un lot comprenant vingt-six NR et quatre NMI. Le faciès n’est pas très différent des US sous-jacentes puisque l’on enregistre un bord de coupe Lamb. 1/3 ou 2/37 en luisante et un bord d’amphore Africaine IIIA (fig. 15, no 9). Un bord d’amphorisque et une lèvre débordante moulurée en pâte claire calcaire sont probablement en position résiduelle. La céramique luisante permet de placer le terminus post quem au début du IVe s.

  • 7 Arch. Dép. du Rhône 11 G 43, cité par GAUTHIEZ, 1994, p. 16.
  • 8 À l’occasion d’une surveillance de travaux en février 2018 (réseau d’adduction d’eau potable).

35La découverte de ce dispositif d’évacuation, associée à celles de la conduite en terre cuite et des blocs de fontaine dans l’alignement du tracé de la rue Mercière invite à se pencher sur le contexte viaire d’origine. En effet, le nom de la rue Mercière est attesté dans les manuscrits dès le XIIe siècle7, et son tracé figure déjà sur le Plan scénographique, le plus ancien plan de Lyon, édité autour de 1550. Son origine antique est par ailleurs soupçonnée depuis le XIXe siècle. En 1846, F. Artaud signale ainsi qu’ont été observés, à 1 m sous la chaussée, au moment de travaux de voirie, de « gros blocs de granite gris », organisés en opus incertum et bordés « de trois rangs de pierre de choin de Fay ». L’auteur suppose alors à cet endroit « l’existence d’un quai qui servait de voie romaine » (ARTAUD, 1846, p. 180). L’hypothèse de l’ancien directeur du Musée des Beaux-Arts de Lyon peut être confortée par la découverte de trois dalles de granite dans la rue Mercière8 ainsi que dans la partie méridionale de la place d’Albon (fig. 9). Remployées comme matériau de remblai pour deux d’entre elles, et dans la construction d’un mur moderne pour la troisième, leur taille imposante et leur aspect caractéristique (usure de surface) trahissent leur emploi dans une voie antique. Enfin l’orientation de la rue Mercière (Nord 11° Ouest) est proche de celle adoptée par la conduite et par la tranchée drainante (Nord 9° Ouest). Les indices en faveur de l’antiquité de cet axe commercial majeur s’accumulent donc.

36Malgré l’absence de connexions stratigraphiques, l’association de ces dispositifs hydrauliques aux éléments de fontaine en remploi est séduisante : la fontaine, mise en place dès le début du IIe siècle, pourrait être située en bordure de voie, à l’arrière de ce qui peut être identifié comme un entrepôt lié au commerce fluvial. Elle aurait alors été alimentée au moyen d’un tuyau en plomb directement branché sur une conduite en terre cuite sous pression. Au cours des siècles suivants, elle aurait accompagné l’exhaussement du quartier, l’évacuation du bassin s’effectuant désormais via la canalisation en bois aménagée sous la voie. Au XIIe siècle, la découverte des grands blocs de choin de la fontaine au moment du creusement d’une cave d’immeuble aurait constitué une source de matériaux de construction opportuniste.

Les fontaines lyonnaises : état des lieux et nouvelles données

  • 9 Sur les fontaines lyonnaises, voir également DELAVAL, SAVAY-GUERRAZ, 2004. Pour une description com (...)

37Lugdunum était alimenté par quatre aqueducs. Depuis le plateau de Fourvière, ils distribuaient l’eau aux fontaines publiques, situées sur les places ou en bordure de voies. À ce jour, un ensemble de vestiges clairement identifiés permet de restituer au moins trois d’entre elles, sur le plateau ou sur ses flancs9.

Les fontaines dites du Verbe Incarné et de Choulans

38La fontaine dite du Verbe Incarné, découverte en 1985, est installée en bordure du plateau de la Sarra, au cœur de la colonie. Entièrement conservée dans son second état, elle est édifiée à un carrefour viaire, peut-être au milieu du Ier siècle ap. J.-C. Assise sur une puissante fondation maçonnée de blocs de micaschiste, elle est dotée dans un premier temps d’un fond de bassin en calcaire oolithique de type « pierre de Lucenay ». Ce soubassement, formé de quatre dalles assemblées, mesure environ 3,05 x 2,35 m. Il présentait un bassin plus vaste que son successeur, d’environ 2,9 x 2,05 m hors tout. Au milieu du siècle suivant, l’exhaussement de la rue est accompagné de celui de la fontaine, alors dotée d’un nouveau soubassement en calcaire dur type « choin de Fay » de 2,88 x 1,96 m hors tout. Dans ce second état, la fontaine est accompagnée d’une borne-fontaine composée d’une pile et surmontée d’un chapiteau. La pile se présente comme un parallélépipède de 1,6 m de hauteur pour 0,65 x 0,495 m de côté. Il est creusé d’une série de trous de scellement, disposés de part et d’autre d’une gorge médiane verticale de 6 cm de largeur desservant les trois gorges supérieures horizontales destinées à l’adduction finale. Un remploi mouluré est utilisé en guise de chapiteau. Ce parallélépipède porte une inscription en l’honneur de l’aqueduc construit par Claude : CLAVDAUG, c’est-à-dire (Aqua) Claudia Augusta (BORLENGHI, 2018, p. 295-297).

39En avril 1967, à l’occasion de l’aménagement du tunnel routier sous Fourvière, dans l’ancienne montée de Choulans, une borne-fontaine en calcaire oolithique a été mise au jour (fig. 17). Elle est de dimensions relativement modestes par rapport à ses contemporaines locales (150 x 43 x 24 cm). La bouche béante d’une tête de cyclope sculptée placée à 87 cm de la base du socle fait office d’orifice d’adduction. La borne devait être placée contre un bassin dont la hauteur des montants ne devait pas excéder 80 cm. Dédiée à Jupiter, elle célèbre la victoire bretonne de Claude en 44.

Fig. 17. Photo de la borne de distribution de Choulans au moment de sa découverte (Arch. dép. du Rhône. 7MGR01_05 - Fonds Amable Audin).

La fontaine dite de l’Odéon et la borne-fontaine du Parc archéologique de Fourvière

40Vers 1965, lors du dégagement de la rue située à l’ouest de l’Odéon par A. Audin, une partie du soubassement d’une fontaine publique a été mise au jour. L’aménagement est assis sur un radier maçonné de moellons de gneiss et de granites (fig. 18). Il est formé de trois dalles de calcaire : deux dalles en calcaire type « choin de Fay » et une dalle en calcaire biodétritique dit « pierre du Midi ».

Fig. 18. Plan du soubassement de la fontaine de l’Odéon (J. Ramona, SAVL).

41L’assemblage est amputé de sa partie occidentale. Les négatifs d’emplacement des montants verticaux permettent toutefois de restituer la largeur de la face avant du bassin, qui devait atteindre environ 2,6 m. De même, les négatifs nous livrent l’épaisseur des montants, qui mesuraient une quarantaine de centimètres. La fontaine est rattachée par son altitude (271,44 m NGF sur le fond) au dernier état de la rue (DESBAT, SAVAY-GUERRAZ, 2019, p. 378 et 391). Il est ainsi admis que son édification est postérieure à celle de l’Odéon, vers la fin du Ier s. ap. J.-C. Néanmoins, l’hypothèse d’une existence antérieure peut être émise (fig. 19). En effet, le fait qu’elle ait pu bénéficier d’un exhaussement en même temps que la rue elle-même ne semble pas improbable (cf. supra). Son emplacement initial aurait alors été plus approprié : en bordure du portique des anciennes boutiques, elle ne devait pas obstruer la rue, comme cela a probablement été le cas après l’édification de l’Odéon.

Fig. 19. Le soubassement de la fontaine de l’Odéon (F) en contexte archéologique : Ier s. (hypothèse - à gauche), et IIe-début IIIe s. ap. J.-C. (à droite) ; (fonds de plan : DESBAT, SAVAY-GUERRAZ, 2019, feuilles 9B et 9C, p. 350 et 372).

  • 10 Nous remercions D. Fellague, à l’origine de la découverte.

42Il est tentant d’associer au soubassement de la fontaine de l’Odéon un nouvel élément récemment identifié en contrebas de l’édifice, au sein de la collection lapidaire du Parc archéologique10. Il s’agit d’une borne d’adduction d’eau en calcaire dur type « choin de Fay » (inv. 2010.0.65), qui présente des mesures proches de la pile de la fontaine dite du Verbe Incarné : 153 x 58 x 49 cm (fig. 20 et 21).

Fig. 20. Photo de la borne d’adduction du Parc archéologique (J. Ramona, SAVL).

Fig. 21. Relevé de la borne d’adduction du Parc archéologique (J. Ramona, SAVL).

43Comme son homologue, la pile du Parc archéologique est entaillée sur le dos d’une gorge permettant d’insérer un tuyau d’adduction en plomb. Cette gorge est ensuite poursuivie sur la face supérieure du bloc et permet une distribution d’eau via une unique sortie. Les orifices présents sur les faces avant et arrière du bloc trahissent par ailleurs l’utilisation de goujons de scellement pour le maintien du bloc. À un moment donné de son utilisation, ce dernier a ainsi dû être appuyé contre le parement extérieur du bassin et/ou adossé à un mur. La hauteur des scellements permet également d’entrevoir la hauteur des montants, qui devait atteindre entre 1,15 et 1,4 m. On observe que la présence de négatifs de crampons d’assemblage sur l’un des deux côtés du bloc ne s’accorde vraisemblablement pas avec sa fonction de borne-fontaine : dans ce cas en effet, le bloc ne pourrait être fixé qu’en bordure du bassin, de manière désaxée. Aussi le monolithe a-t-il vraisemblablement fait l’objet d’un remploi.

Conclusion et perspectives

Les fontaines lyonnaises : une production standardisée ?

  • 11 On peut évoquer ainsi l’hypothèse d’une fontaine placée contre la façade de l’édifice 16B, alors qu (...)
  • 12 Exception faite d’une des trois dalles de soubassement de la fontaine de l’Odéon, taillée dans un b (...)

44La découverte de nouveaux éléments de fontaines antiques au parc Saint-Antoine permet d’enrichir un peu plus le corpus lyonnais. Ajoutées aux fontaines ou supposées sises autour des théâtres11, ces découvertes soulignent la densité potentielle du réseau des fontaines publiques dans la ville du Haut-Empire. Elles permettent par ailleurs de mettre en lumière des similitudes et des variations dans leur mise en œuvre (fig. 22). En effet, on note que les éléments vraisemblablement les plus anciens (la borne de la fontaine de Choulans et le premier soubassement de la fontaine du Verbe Incarné) sont taillés dans un calcaire oolithique type « pierre de Lucenay », alors que tous les autres éléments sont issus de bancs de calcaire dur et résistant de type « choin de Fay »12.

Fig. 22. Relevés comparatifs des éléments de fontaines lyonnaises (inventaire représentatif mais non exhaustif) ; (J. Ramona - SAVL. Pour la fontaine du Verbe Incarné, d’après DELAVAL, 1989, p. 231-237).

45Ensuite, malgré des techniques d’étanchéité et des modes d’assemblage et de scellement identiques, des différences sont à noter dans la conception des montants des fontaines du Verbe Incarné et de Saint-Antoine. Le second monument se distingue en effet par une certaine sophistication du plan marquée par l’adjonction de blocs indépendants au niveau des angles du bassin. En revanche, les mesures de l’ensemble des éléments sont assez proches (fig. 23). C’est le cas notamment des quatre bassins (dont les longueurs oscillent entre 2,45 et 2,9 m), du lot de montants (épais de 32 à 44 cm), et plus encore des deux piles du Verbe Incarné et du Parc archéologique, dont la forme est presque identique. Pour les éléments en calcaire dur, si des similitudes dans les modes de construction sont évidentes, des distinctions de plan et de conception subsistent. Par ailleurs, la borne de Choulans, en raison de ses spécificités formelles et épigraphiques, doit être mise à part.

Fig. 23. Tableau comparatif des mesures des éléments des fontaines publiques lyonnaises antiques (J. Ramona, SAVL).

46S. Agusta-Boularot a bien souligné les enjeux politiques relatifs à la distribution de l’eau en ville (AGUSTA-BOULAROT, 2008, p. 22-24). À ce sujet, la question du financement des fontaines peut éclairer notre réflexion. Notons déjà que les deux types de financement, privé et public, ont pu avoir des incidences sur la production en série de ces monuments dans la mesure où ces actes, lorsqu’ils nous sont rapportés par les textes ou l’épigraphie, ont pu donner lieu à des installations multiples.

47On peut ainsi rappeler deux cas de financement privé et public bien documentés en Italie. Le premier, sans doute d’ampleur exceptionnelle, nous est ainsi rapporté par Pline l’Ancien (H. N., XXXVI, 121) lorsqu’il évoque le programme d’aménagement urbain réalisé par M. Vipsanius Agrippa sur ses fonds propres, à Rome, en 33 av. J.-C., l’année de son édilité. Ce dernier aurait ainsi financé la construction de « 700 bassins (lacus), 500 (ou 106) « fontaines d’eau vive » (salientes) et 130 châteaux d’eaux (castella) » (AGUSTA-BOULAROT, 2008 p. 24, note 27). Le second est documenté par l’épigraphie. Au milieu du Ier s. av. J.-C., à Paestum, quatorze fontaines sont aménagées (ibid., p. 18, note 51) dans le cadre d’une campagne de construction publique, à l’initiative des duouiri et sur décision du sénat.

  • 13 À Vienne, par exemple, à une époque antérieure à Claude, deux notables effectuent le « don des eaux (...)
  • 14 Voir l’inscription dédicatoire : iovi O(ptimo) M(aximo) sa(crum) ; / quod Ti(berius) Claud(ius) / C (...)
  • 15 Si les datations des deux états de la fontaine du Verbe Incarné semblent bien déterminées (DELAVAL,(...)

48Si un « évergétisme de l’eau » semble également observé en Gaule dès de la première moitié du Ier siècle13, à Lyon, malgré un corpus épigraphique relativement conséquent, seule la borne distributrice de Choulans révèle clairement l’origine privée de son financement14. Quant à l’hypothèse d’installation(s) multiple(s) de fontaines à Lyon, guidée par certaines similarités de mise en œuvre, les incertitudes relatives à leur chronologie15 et au faible nombre d’exemplaires connus invitent à la prudence.

L’approvisionnement en eau en Presqu’île : un état des lieux

49Les nouvelles données relatives à la distribution d’eau sous pression à Lyon nous invitent à effectuer un premier bilan de nos connaissances sur la distribution et le captage de l’eau dans ce secteur de la colonie de Lyon.

50Une partie de la distribution était assurée par des canalisations en terre cuite, à l’exemple des découvertes signalées plus haut. Ce type de système d’adduction d’eau est, selon Hélène Dessales, le plus diffusé durant l’Antiquité (DESSALES, 2013, p. 200). Bien qu’économiques, les conduites en terre cuite sont néanmoins sensibles à la pression hydraulique. Pour l’adduction ordinaire, les conduites en plomb (fistulae plumbeae) sont donc généralement favorisées (ibid., p. 76). Ces conduites sont rarement découvertes en position primaire, sauf lorsqu’elles sont prises dans des blocs de maçonneries rendant difficile leur remploi.

  • 16 Avant 1816, dans le jardin de l’ancienne Préfecture (rue Auguste-Comte), a été découvert un tuyau e (...)

51On bénéficie d’un catalogue des conduites en plomb découvertes dans la région lyonnaise réalisé par l’abbé Cochet. Il décrit douze tuyaux estampillés et quatre tuyaux anépigraphes (COCHET, 2000, p. 168-181), dont un seul provient de la Presqu’île16. Il faut rajouter un nouvel exemplaire issu des fouilles de l’Hôtel-Dieu (cf. supra). Certains de ces tuyaux ont été produits dans la colonie, comme l’indique la marque L. F. ou LVG. FEC (ibid., p. 168-170).

52Bien souvent, les conduites terminales en plomb d’où jaillissait l’eau étaient raccordées à des conduites en bois laissant des traces archéologiques plus ténues. La fouille de l’Hôtel-Dieu livre un exemple de ce type de raccordement. La tranchée US 1180 a ainsi livré « un fragment de tuyau en plomb dont l’extrémité, épanouie en bride, était destinée à être raccordée à une canalisation en bois dont il subsiste des traces fossilisées par l’oxydation. Onze clous en fer, à tige de section quadrangulaire (3 mm), sont encore en place et permettaient la fixation sur le départ de la partie en bois. L’extrémité du tuyau en plomb est sciée et indique que le métal a été récupéré. [...] Une frette métallique (cat. no 235) permettant l’emmanchement de deux sections de tuyau en bois a également été mise au jour, en place, dans la tranchée US 1522. Cette frette en fer atteste la présence d’une adduction d’eau par une canalisation en bois […] » (BERTRAND et alii, 2015, p. 285, pl. 132, no 235, pl. 227). La mise en place du dispositif est datée de la période initiale de l’occupation antique, entre 40 et 60 ap. J.-C. L’existence de tuyaux en bois est bien identifiable grâce aux emboîtures métalliques, retrouvées le plus souvent en position secondaire. C’est notamment le cas à Saint-Antoine dans le remblai US 440 daté de la fin du IIe ou du début du IIIe s (en cours d’étude).

  • 17 Les données rassemblées par Ch. Loiseau dans le cadre de sa thèse ont été actualisées et sont consu (...)

53C. Loiseau a examiné avec attention l’usage des tuyaux en bois. Ils sont fréquents dans les Trois Gaules et les Germanies, mais restent rares en Narbonnaise. Selon l’auteur, cette rareté s’explique par des conditions climatiques défavorables à ce mode d’adduction ou à des restrictions particulières dans l’utilisation des ressources forestières. L’utilisation des conduites en bois concerne des occupations où se déroulent des activités artisanales comme à Bibracte ou Sarreinsbergen (Lorraine), ou commerciales comme à Rouen (Haute-Normandie) ou Saint-Romain-en-Gal (Rhône). L’exemple de Bordeaux – cité judiciaire – montre, quant à lui, un cas d’alimentation en eau propre d’un bâtiment interprété comme une auberge (LOISEAU, 2009, p. 409-410)17. Pour la Bourgogne, l’étude de L. Borau a bien souligné l’importance des conduites en bois, puisque sur 106 tuyaux inventoriés par l’auteure, soixante-six correspondent à des exemplaires en bois ou à leurs emboîtures, trente-trois à des tuyaux en plomb et seulement sept à des tuyaux en terre cuite (BORAU, 2010, p. 77 ; BORAU, 2015). Enfin, plus près de nous, à Vienne, dans la rue des Thermes, L. Brissaud a mis en évidence l’existence d’un premier réseau d’adduction en bois datant du tout début du Ier siècle ap. J.-C. (BRISSAUD, 2011, p. 133).

  • 18 La question du captage de l’eau a été récemment abordée dans un article qui propose de considérer l (...)
  • 19 On pense à la canalisation immergée longue de près de 300 m découverte au fond du Rhône à Arles, en (...)
  • 20 Pour la cité de Vienna, L. Brissaud propose une hypothèse semblable. Selon l’auteure, le développem (...)
  • 21 La tradition historiographique veut que le premier pont de pierre sur la Saône ait été édifié sous (...)
  • 22 Voir DESSALES, 2013, p. 219, et DYBKJAER LARSEN, 1982.
  • 23 À Vienne, place de Miremont, en 1858, A. Allmer rapporte la découverte d’un énorme bassin de plomb (...)

54Si l’on s’interroge sur la ou les sources d’approvisionnement de ces conduites, il faut revenir aux rares données fournies par les tuyaux en terre cuite observés en place. Outre le fait que les canalisations de l’Hôtel-Dieu et de la place d’Albon présentent des niveaux altimétriques relativement proches au regard de leur éloignement (164 m NGF pour la place d’Albon, 163,5 m NGF en moyenne pour l’Hôtel-Dieu, les deux sites étant distants de plus de 500 m), il est important de souligner qu’elles étaient alimentées en eau depuis le sud. Or une telle disposition semble incompatible avec un approvisionnement direct via les sources de la Croix-Rousse, au nord18, ou par la communication avec le réseau de la ville haute qui serait offerte par un siphon subaquatique19 ou un « pont-aqueduc »20, carrossable ou non, envisagé à Saint-Vincent ou à Saint-Antoine21. Aussi, entre la source et l’arrivée, il faut envisager en Presqu’île l’existence de relais d’approvisionnement, tels les réservoirs répartiteurs secondaires de Pompéi22. Aujourd’hui conservées sous la forme de piles maçonnées pourvues de saignées verticales pouvant accueillir des conduites, ces piles, au nombre de quatorze, étaient surmontées d’un castellum plumbeum, réservoir en plomb capable d’accueillir les eaux des aqueducs23.

  • 24 Même si les travaux entrepris par A. Bouet sur les machines élévatrices d’eau peuvent permettre, in (...)

55Mais il faut insister sur le fait que ces deux sources d’approvisionnement ne sont pas uniques. En 2004, E. Delaval et H. Savay-Guerraz présentaient la pompe à eau mise au jour au fond d’un puits en 1975 par J. Lasfargues au cours des travaux du métro de la ligne A, non loin de l’ancien confluent (DELAVAL, SAVAY-GUERRAZ, 2004). Destiné à faire remonter l’eau au moyen du mouvement alternatif des pistons, le dispositif fournissait de l’eau courante en étant associé à une réserve d’eau, type citerne, réservoir ou puits. Cependant, l’observation archéologique d’un tel dispositif est exceptionnelle dans le monde romain24. Il semble donc difficile, pour l’heure, de généraliser son utilisation.

56Enfin, il faut évoquer le rôle des puits dans l’alimentation en eau de la Presqu’île. On peut notamment soulever la question de l’articulation entre leur usage et celui d’un réseau d’eau sous pression en Presqu’île : complémentarité ou concurrence ? À quelle(s) période(s) ? Existe-t-il des disparités géographiques ? (fig. 24).

Fig. 24. Modes d’approvisionnement en eau sur la Presqu’île lyonnaise et sur les pentes de la Croix-Rousse durant l’Antiquité : état des lieux et hypothèse d’évolution sur fond de plan restitué d’un état topographique post-claudien (sources : données archéologiques ALyAS SAVL ; fond de plan Ville de Lyon, Métropole du Grand Lyon, Cadastre. Cartographie : E. Leroy, SAVL, 2018).

  • 25 Pour un plan de localisation des puits, réservoirs et citernes à Lyon, voir CHOMER, 2007, p. 206, f (...)

57Quatorze puits et un réservoir ont ainsi pu être répertoriés25. La faible représentation de l’ensemble connu au regard du potentiel existant, sa dispersion dans l’espace et les importantes différences que l’on note pour leur date d’abandon, lorsqu’elle est connue, ne permettent pas d’apporter de réponse sûre (fig. 25).

Fig. 25. Tableau synthétique répertoriant les puits et le réservoir situés en Presqu’île (sources : données archéologiques ALyAS SAVL, et LE MER, CHOMER, 2007. Tableau : E. Leroy et J. Ramona, SAVL).

58Ces données viennent cependant alimenter notre réflexion sur la consommation de l’eau en Presqu’île. Il convient, en effet, de s’interroger sur la fonction et la localisation des puits (espace privé ou public). Les cas identifiés et dotés d’une documentation suffisante semblent associés à un usage privé, en zone d’habitat ou en lien avec des activités artisanales. Il faut garder à l’esprit que les contraintes d’accès à l’eau restent bien moindres en Presqu’île que sur la colline de Fourvière. La mise en place de ces puits en contexte privé doit ainsi être chose fréquente pour les besoins les plus courants. On peut supposer que le développement du réseau d’eau sous pression a répondu à des besoins spécifiques, dont les aménagements d’agrément privés et publics restent les plus évidents. On peut ainsi se demander s’il n’a pas accompagné ou au moins été stimulé par le développement des domus en Presqu’île, qui, en l’état des données, est placé durant la première moitié du Ier s. (BERTRAND, LEROY, 2012).

  • 26 Ces recherches pourront être approfondies et enrichies par des échanges collectifs dans le cadre du (...)

59Cette étude présente les résultats préliminaires d’un travail entamé sur l’organisation et le développement du réseau hydraulique antique de la Presqu’île. De nombreuses questions subsistent et des recherches plus poussées26, ainsi que de nouvelles données, seront nécessaires pour éclairer ces problématiques.

Haut de page

Bibliographie

ADAM J.-P., 1989, La construction romaine : matériaux et techniques, Paris, éd. A. et J. Picard, 2ème éd., 367 p.

ARTAUD F., 1846, Lyon souterrain ou Observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu’en 1836, publié par Jean-Baptiste Monfalcon, Lyon, impr. de Nigon, 259 p. (Coll. des bibliophiles lyonnais).

AGUSTA-BOULAROT S., 2004, « Les fontaines urbaines en Gaule », in : Fontaines et nymphées en Gaule romaine : fontaines publiques et privées ; les nymphées dans les thermes, Dijon, éd. Faton, p. 4-11 (Dossiers d’Archéologie, 295, juil.-août 2004).

AGUSTA-BOULAROT S., 2008, « Dare Aquas : les enjeux politiques du ‘don de l’eau’ dans les villes d’Italie républicaine », Histoire urbaine, no 22, p. 22-24.

BAUDOUX J., 2002, « Adductions d’eau et collecteurs », in : BAUDOUX J., Strasbourg, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 133-136 (Carte archéologique de la Gaule, 67/2).

BERNOT E., 2018, « Alimenter la ville en eau : les galeries souterraines de captage d’eau de l’Antiquité », in : Lyon : les révélations de l’archéologie, Dijon, éd. Faton, p. 48-51 (Archéologia, 562, février 2018).

BERTRAND É., DUCOURTHIAL C., LE MER A.-C., 2015, Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, 69002 Lyon, Tranches 1 et 2. Cadre d’intervention, descriptions, Rapport de fouilles d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, janvier 2015, 4 vol.

BERTRAND É., LEROY E., 2012, « Lyon : nouvelles données sur la Presqu’île antique », in : Lyon : les origines de la Presqu’île, Dijon, éd. Faton, p. 18-25 (Archéologia, n° 495, janv. 2012).

BET P., DELOR A., 2000, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire : révision décennale », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1er-4 juin 2000, Marseille, SFECAG, p. 461-484.

BET P., FENET A., MONTINIERI D., 1989, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux : considérations générales », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 4-7 mai 1989, Marseille, SFECAG, p. 37-54.

BORAU L., 2010, Les structures hydrauliques chez les Éduens à l’époque antique : les sites de Bibracte et d’Augustodunum-Autun : analyse complémentaire des sites éduens de Bourgogne, Thèse de doctorat, Univ. Paris-Sorbonne [en ligne : http://www.theses.fr/2010PA040145/document]

BORAU L., 2015, « Topographie, urbanisme et gestion des réseaux d’eau à Augustodunum : une nouvelle image de la capitale de cité (Civitas Aeduorum) », Gallia, t. 72-2, p. 143-203.

BORLENGHI A., 2018, « L’aqueduc du Gier à la lumière des données épigraphiques », in : BÉRARD J.-F., POUX M. dir., Lugdunum et ses campagnes : actualité de la recherche, Drémil Lafage, éd. Mergoil, p. 277-308 (Archéologie et histoire romaine, 38).

BOUET A., 2005, Aquam in altum exprimere : les machines élévatrices d’eau dans l’Antiquité, Actes de la journée d’étude tenue à Bordeaux, 13 mars 2003, Pessac, Ausonius éd., 169 p. (Scripta Antiqua, 12).

BOUET A., FELLAGUE D., 2018, « Lyon, un des plus grand nymphées de Gaule romaine ? », in : Corse : la forteresse de Cucuruzzu, Dijon, éd. Faton, p. 46-51 (Archéologia, 565, mai 2018).

BRISSAUD L., 2011, « Évolution et organisation des réseaux d’adduction d’eau en rive droite de Vienna, capitale des Allobroges (Ier siècle avant J.-C.-IIIe siècle après J.-C.) », in : MATHIEU N., RÉMY B., LEVEAU P., L’eau dans les Alpes occidentales à l’époque romaine, Actes du colloque de Grenoble, 14-16 oct. 2010, Grenoble, CRHIPA, p. 125-166 (Cahier du CRHIPA, 9).

BURDY J., 2002, « Lyon : les fontaines publiques de Lugdunum », in : BEDON R. éd., Amoenitas Urbium : les agréments de la vie urbaine en Gaule romaine et dans les régions voisines, hommage à Pierre Pouthier, Limoges, PULIM, p. 77-86 (Caesarodunum, XXXV-XXXVI).

CARRARA S. dir., 2015, 27 rue Auguste Comte, Lyon 2e, Rapport de fouille d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, DRAC-SRA Auvergne-Rhône-Alpes, vol. 1, Texte et inventaires, 563 p.

CAPELLI C., BONIFAY M., 2007, « Archéométrie et archéologie des céramiques africaines : une approche pluridisciplinaire », in : BONIFAY M., TRÉGLIA J.-C. dir., LRCW 2 : Late Roman coarse wares, cooking wares and amphorae in the Mediterranean : archaeology and archaeometry, Oxford, Archaeopress, p. 551-567 (BAR intern. series, 1662).

CHOMER C., 2007, « L’eau à Lyon et son usage dans l’Antiquité », in : LE MER A.-C., CHOMER C., Lyon, Paris, Acad. des Inscription et Belles-Lettres, p. 205-213 (Carte archéologique de la Gaule, 69/2).

COCHET A., 1993, « La canalisation sous-fluviale d’Arles à Trinquetaille », Gallia, t. 50, p. 205-222.

COCHET A., HANSEN J., 1986, Conduites et objets de plomb gallo-romains de Vienne (Isère), Paris, éd. du CNRS, 229 p. (46ème suppl. à Gallia).

DELAGE R., 2010a, « La sigillée du Centre Gaule », in : BRULET R., VILVORDER F., DELAGE R. dir., La céramique romaine en Gaule du Nord : dictionnaire des céramiques, Turnhout, Brepols, p. 92-133.

DELAGE R., 2010b, « La sigillée du sud Gaule », in : BRULET R., VILVORDER F., DELAGE R. dir., La céramique romaine en Gaule du Nord : dictionnaire des céramiques, Turnhout, Brepols, p. 57-91.

DELAVAL E., 1989, « Une fontaine gallo-romaine alimentée par l’aqueduc du Gier découverte à Lyon (Clos du Verbe Incarné, Fourvière) », R.A.E., t. 40, fasc. 2, p. 229-241.

DELAVAL E., SAVAY-GUERRAZ H., 2004, « Les fontaines de Lyon », in : Fontaines et nymphées en Gaule romaine : fontaines publiques et privées ; les nymphées dans les thermes, Dijon, éd. Faton, p. 70-81 (Dossiers d’Archéologie, 295, juil.-août 2004).

DESBAT A., 2011, « Lyon, Rhône : état des questions », in : BARRUOL G., FICHES J.-L., GARMY P., Les ponts routiers en Gaule romaine, Actes du colloque tenu au Pont du Gard, 8-11 oct. 2008, Montpellier, éd. de l’Ass. de la R.A.N., p. 145-148 (41ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise)..

DESBAT A., DANGRÉAUX B., 1997, « La production d’amphores à Lyon », Gallia, t. 54, p. 73-104.

DESBAT A., LASCOUX J.-P., 2000, « Le Rhône et la Saône à Lyon à l’époque romaine : bilan archéologique », Gallia, t. 56, p. 45-69.

DESBAT A., SAVAY-GUERRAZ H., 2019, « Feuille 9 : Les théâtres », in : LENOBLE M. dir., Atlas topographique de Lugdunum. I, Lyon - Fourvière, Dijon S.A.E., p. 333-392 (47ème suppl. à la R.A.E.).

DESSALES H., 2013, Le partage de l’eau : fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, École française de Rome, 602 p. (Bibl. des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 351).

DYBKJAER LARSEN J., 1982, « The water towers in Pompeii », Analecta Romana Instituti Danici, 11, p. 41-67.

FAURE-BRAC O., 2006, Le Rhône, Paris, Acad. des Inscription et Belles-Lettres, 611 p. (Carte archéologique de la Gaule, 69/1).

FEUGÈRE M., 2002, « Une production de tubuli moulés en Gaule méridionale », Bull. Instrumentum, 15, juin 2002, p. 24-25.

FRANCO C., CAPELLI C., 2014, « New archaeological and archaeometric data on sicilian wine amphorae in the roman periode (1st to 6th century AD) : typology, origin and distribution in selected western Mediterranean contexts », RCRF Acta, 43, p. 547-555.

FRASCONE D., BLAIZOT F., BONNET C., BROUILLAUD S., FRANC O., JOLY J.-L., KOVATCHEVITCH C., LALAÏ D., 2000, 25 rue de Flesselles, 7 rue de l’Annonciade, clinique Saint-Charles, Lyon 1er, Lyon, AFAN, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 146 p.

GAUTHIEZ B., 1994, « La topographie de Lyon au Moyen Âge », Archéologie du Midi médiéval, t. XII-1994, p. 3-38.

GENIN M., 2007, La Graufesenque (Millau, Aveyron). Vol. II, Sigillées lisses et autres productions, Pessac, Fédération Aquitania, 589 p.

HAYES J. W., 1972, Late Roman Pottery, London, British School at Rome, 477 p.

HOURS B., 1996, Histoire du pont de Saône : neuf siècles de vie lyonnaise autour du pont du Change, Jacques André éd., 80 p.

JACQUET P., FRANC O., VERMEULEN C., 2001, 51/53 quai Paul Sédaillan (halle de la navigation), 69009 Lyon, Rapport d’évaluation archéologique, Lyon, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 2 vol., 249 p., 129 fig.

JACQUIN L., 1983, Rue Bellecordière, Lyon 2e, Rapport de sauvetage urgent, Lyon, SAM de Lyon, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 10 p., 28 ill.

LEMAÎTRE S. et alii, 2011, « Les amphores africaines à Lyon du règne d’Auguste au VIIe siècle : réflexions à propos de la circulation des marchandises sur l’axe rhodanien », in : Actes du congrès de la SFECAG, Arles, 2-5 juin 2011, Marseille, SFECAG, p. 203-222.

LE MER A.-C., CHOMER Cl., 2007, Lyon, Paris, Acad. des Inscription et Belles-Lettres, 883 p. (Carte archéologique de la Gaule, 69/2).

LOISEAU Ch., 2009, Le métal dans l’architecture publique de l’Ouest de la Gaule Lyonnaise : approches méthodologiques, techniques de construction et structures de production (Ier-IIIe s. ap. J.-C.), Thèse de doctorat, Le Mans, Univ. du Maine, 2 vol., 590 et 279 p.

LONG L., DUPERRON G., 2015, « La conduite Rd6, dépotoir urbain de Trinquetaille », in : Bilan scientifique du DRASSM, 2011, Paris, Min. de la Culture et de la Communication, p. 68-69.

MANDY B., 1986, « Une fontaine publique dans le clos du Verbe Incarné à Lyon », L’Araire, 66, p. 87-93.

MARTIN-KILCHER S., 1987, Die rômischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst : ein Beitrag zur römischen Handels und Kulturgeschichte. 1, Die südspanischen Ölamphoren (Gruppe 1), Augst, Römermuseum Augst, 311 p. (Forschungen in Augst, 7/1)

MAZA G., CLÉMENT B., avec la coll. de SILVINO T., 2010, « Nouvelles données sur les canalisations en terre cuite à Lyon (Rhône) : le cas du 14 rue des Tuileries à Vaise (9e arrondissement) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Chelles, 13-16 mai 2010, Marseille, SFECAG, p. 665-670.

MOTTE S., BLAIZOT F., BONNET Ch., MARTIN S., PLANTEVIN C., ROUSSEL P., 2003, 2-4 montée de la Butte angle 7-8 quai Saint-Vincent, 69001 Lyon, Document final de synthèse, Lyon, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 2 vol.

MOTTE S., BLAIZOT F., BONNET C., CÉCILLON C., ORENGO L., PLANTEVIN C., VAIREAUX F., 2009, « Contribution à la topographie antique de Lugdunum : la porte monumentale et l’espace funéraire du site de la Montée de la Butte », R.A.E., t. 58-2009, p. 325-380.

MOUTON-VENAULT S., AHÜ-DELOR A., BARTHÉLÉMY D., HUMBERT S., avec la coll. de BARTHÉLÉMY F., CORSIEZ A., HERVÉ C., JOLY M., SAGGESE A., 2017, « Recueil des productions en Bourgogne : céramique commune, amphores régionales et mortiers », in : BARAY L. dir., De silex, de terre et de faïence : la mémoire du sol en Bourgogne, hommage à Jean-Paul Delor, Autun, éd. Mergoil, p. 295-635 (Archéologie et Histoire romaine, 36).

PERNON J., PERNON C., 1990, Les potiers de Portout : productions, activités et cadre de vie d’un atelier au Ve s. ap. J.-C. en Savoie, Paris, CNRS éd., 220 p. (20ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

PLASSOT E., 1991, 20 rue Burdeau, 73-81 montée de la Grande Côte, Lyon 1er, Rapport de sondage, Lyon, AFAN, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 7 p., 13 ill.

POUX M. dir., 2010, La villa de Saint-Laurent d’Agny, Rapport de fouille programmée, Univ. Louis Lumière-Lyon 2, 400 p., 41 fig., 40 pl.

PROBY A., 1975, 28-30 rue Victor Hugo, rue Sainte-Hélène, Lyon 2e, Semaly, Lyon, DRAC-SRA Rhône-Alpes.

RAYNAUD F., 1990, Opéra de Lyon, place de la Comédie, Lyon 1er, Rapport de sauvetage programmé, Lyon, AFAN, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 38 p., 35 ill.

REYNAUD J.-F., 2017, « Le premier pont sur la Saône à Lyon du IIIe au VIe siècle », R.A.E., t. 66-2017, p. 403-408.

RIVET L., SAULNIER S., avec la coll. de ROUCOLE S., BRENTCHALOFF D., 2000, Atlas topographique des villes de Gaule méridionale. 2. Fréjus, Paris, éd. de la R.A.N., 509 p. (32ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

VICARD T., 2006, Grand Bazar - Cordeliers, Lyon 2e, Rapport final de fouille, Lyon, Inrap, DRAC-SRA Rhône-Alpes, vol. 1, Texte et figures, 145 p., 64 fig.

WUILLEUMIER P., AUDIN A., LEROI-GOURHAN A., 1949, « L’église et la nécropole de Saint-Laurent dans le quartier lyonnais de Choulans », Études rhodaniennes, Mémoires et monuments, Lyon, 113 p.

Haut de page

Notes

1 Chantier de fouille lié à l’aménagement d’un parking souterrain par la Métropole de Lyon (maîtrise d’ouvrage déléguée à la société LPA) débuté en 2014 (et toujours en cours au moment de l’écriture de cet article). Il est placé sous la direction scientifique d’E. Bernot pour le Service archéologique de la Ville de Lyon (SAVL).

2 Pour l’hydraulique, voir CHOMER, 2007 ; sur l’adduction en terre cuite, voir MAZA, CLÉMENT, 2009 ; sur les fontaines lyonnaises, voir BURDY, 2002 et DELAVAL, SAVAY-GUERRAZ, 2004.

3 Un tel orifice peut également être identifié comme un regard de visite destiné au nettoyage de la conduite (DESSALES, 2013, p. 200). Néanmoins, aucun dispositif ou négatif de dispositif de rebouchage n’a été observé (une plaque amovible par exemple).

4 Ces observations peuvent par ailleurs être couplées à l’analyse parasitologique effectuée par B. Dufour et M. Lebailly (Université de Bourgogne - Franche-Comté, CNRD UMR 6349) dans le cadre des études du rapport de fouille. À partir des prélèvements effectués à l’intérieur du tuyau, l’étude a permis de mettre en évidence l’absence de rejets organiques (parasitoses).

5 Comparable, l’aqueduc de Strasbourg est également pourvu de tuyaux en terre cuite de gros calibre (diam. 30 cm, L. 60 cm) (BAUDOUX, 2002, p. 134 et fig. 65 et 66).

6 Je remercie M. Bonifay pour ses observations sur ce mobilier.

7 Arch. Dép. du Rhône 11 G 43, cité par GAUTHIEZ, 1994, p. 16.

8 À l’occasion d’une surveillance de travaux en février 2018 (réseau d’adduction d’eau potable).

9 Sur les fontaines lyonnaises, voir également DELAVAL, SAVAY-GUERRAZ, 2004. Pour une description complète de la fontaine du Verbe Incarné, voir DELAVAL, 1989, p. 229-241.

10 Nous remercions D. Fellague, à l’origine de la découverte.

11 On peut évoquer ainsi l’hypothèse d’une fontaine placée contre la façade de l’édifice 16B, alors qu’une autre prendrait place dans l’angle nord-ouest du grand réservoir. Enfin, un nymphée pourrait être situé entre l’Odéon et le Théâtre, à l’emplacement de ce qui était jusque-là considéré comme des latrines (DESBAT, SAVAY-GUERRAZ dans LENOBLE, 2019, p. 333-392 ; au sujet du nymphée, voir BOUET, FELLAGUE, 2018, p. 46-51).

12 Exception faite d’une des trois dalles de soubassement de la fontaine de l’Odéon, taillée dans un bloc de calcaire biodétritique dit « pierre du Midi ».

13 À Vienne, par exemple, à une époque antérieure à Claude, deux notables effectuent le « don des eaux » en offrant huit fontaines aux habitants (CIL XII, 1882-1888 et 1889, cité par AGUSTA-BOULAROT, 2004, p. 6-7).

14 Voir l’inscription dédicatoire : iovi O(ptimo) M(aximo) sa(crum) ; / quod Ti(berius) Claud(ius) / Caesar Aug(ustus) est / imperator, / M(arcus) Caprilius Iuc- ou Luc[- - -]u(s), Ti(berius) Dubnatius Aed[uus] ou aed[if(icaverunt)]. « Consacré à Jupiter Très bon Très grand ; à l’occasion de la salutation d’imperator de Tibère Claude César Auguste, Marcus Caprilius Iucundus ou Luc..us et Tiberius Dubnatius ont construit (cette fontaine) » (LE MER, CHOMER, 2007, p. 505).

15 Si les datations des deux états de la fontaine du Verbe Incarné semblent bien déterminées (DELAVAL, 1989, p. 238), ce n’est pas forcément le cas de la dalle de soubassement de l’Odéon, et moins encore celui de la pile du Parc archéologique ou des éléments de Saint-Antoine, découverts hors contexte, ou, au mieux, datés de manière indirecte.

16 Avant 1816, dans le jardin de l’ancienne Préfecture (rue Auguste-Comte), a été découvert un tuyau en plomb (longueur 26,5 cm) portant la marque Charidem(us) fac(it) (COCHET, 2000, p. 168). On peut également signaler trois découvertes anciennes en marge de la Presqu’île, dans le bas des pentes de la Croix-Rousse : un fragment de tuyau « auprès des poteries du Jardin des Plantes », et « des tuyaux en plomb » place Sathonay et rue Poivre (LE MER, CHOMER, 2007, notices 52, 111 et 118).

17 Les données rassemblées par Ch. Loiseau dans le cadre de sa thèse ont été actualisées et sont consultables sur la base de données Artefacts : LOISEAU C., coll. MOSCA P., BOURRIEAU Y., FEUGÈRE M., BAZILLOU C., GILLES A., « Emboîture de canalisation en bois » (Artefacts : JCN-4001 ; http://artefacts.mom.fr/result.php?id=JCN-4001), page consultée le 09/06/2018).

18 La question du captage de l’eau a été récemment abordée dans un article qui propose de considérer les galeries aquifères des flancs du plateau de la Croix-Rousse comme des sources de captage d’eau destinées à alimenter la Presqu’île dès l’Antiquité (BERNOT, 2018, p. 51).

19 On pense à la canalisation immergée longue de près de 300 m découverte au fond du Rhône à Arles, en 1822. Elle était destinée à conduire l’eau de l’aqueduc au faubourg de Trinquetaille (COCHET, 1993 ; LONG, DUPERRON, 2015).

20 Pour la cité de Vienna, L. Brissaud propose une hypothèse semblable. Selon l’auteure, le développement du réseau d’adduction en plomb dans le quartier des « thermes des Lutteurs » peut être mis en lien avec la création du « pont nord ». Ce dernier aurait ainsi pu permettre, au cours du IIe ou du IIIe siècle, « le passage d’une ou de plusieurs conduites d’une rive à l’autre pour favoriser le développement du secteur nord de la rive droite » (BRISSAUD, 2011, p. 152-153).

21 La tradition historiographique veut que le premier pont de pierre sur la Saône ait été édifié sous l’épiscopat d’Humbert, au XIe siècle (HOURS, 1996, p. 11-12). Sur un état de la question des ponts romains et de leurs localisations hypothétiques, voir notamment DESBAT, LASCOUX, 1999 et DESBAT, 2011. Plus récemment, au sujet de l’hypothèse d’une traversée au niveau de la place d’Albon, voir REYNAUD, 2017.

22 Voir DESSALES, 2013, p. 219, et DYBKJAER LARSEN, 1982.

23 À Vienne, place de Miremont, en 1858, A. Allmer rapporte la découverte d’un énorme bassin de plomb (volé), d’où partaient différents tuyaux (COCHET, HANSEN, 1986, p. 74, n. 53).

24 Même si les travaux entrepris par A. Bouet sur les machines élévatrices d’eau peuvent permettre, indirectement, de relativiser la rareté de ce type de dispositif (BOUET, 2005, p. 11-29).

25 Pour un plan de localisation des puits, réservoirs et citernes à Lyon, voir CHOMER, 2007, p. 206, fig. 85.

26 Ces recherches pourront être approfondies et enrichies par des échanges collectifs dans le cadre du groupe de recherche ‘Quatre aqueducs lyonnais : tracés, construction, datation et arrivées sur Lyon’ (équipe 1, laboratoire Arar, UMR 5138) piloté par A. Borlenghi (Université Lyon 2) et C. Coquidé (Inrap). Nous remercions A. Borlenghi pour ces relectures attentives et ses conseils avisés.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de localisation des fontaines ou éléments de fontaines (F.) et sites abordés dans l’article (sources : données archéologiques ALyAS SAVL ; fond de plan Métropole de Lyon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-1.png
Fichier image/png, 305k
Légende Fig. 2. Plan de localisation des vestiges de fontaine en remploi sur fonds de parcellaires ancien et récent de la place d’Albon (DAO : F. Herbin, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-2.png
Fichier image/png, 234k
Légende Fig. 3. Relevés des blocs de fontaine de la place d’Albon (J. Ramona, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-3.png
Fichier image/png, 305k
Légende Fig. 4. Photo de détail du déversoir du bloc M0742 L1 (photo équipe parking Saint-Antoine - SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Fig. 5. Proposition de restitution de la fontaine de la place d’Albon (J. Ramona, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-5.png
Fichier image/png, 705k
Légende Fig. 6. Photo de la conduite d’adduction CN 660 (photo équipe parking Saint-Antoine - SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Fig. 7. Relevés de quatre cylindres issus de la conduite en terre cuite CN 660 : cylindre à l’orifice, cylindre court, cylindre coudé et cylindre standard (C. Chaze et J. Ramona, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-7.png
Fichier image/png, 575k
Légende Fig. 8. Coupe stratigraphique présentant les dispositifs d’adduction et d’évacuation mis au jour sur la place d’Albon (d’après le relevé équipe parking Saint-Antoine - SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-8.png
Fichier image/png, 118k
Légende Fig. 9. Localisation des blocs de remploi et emplacement supposé de la fontaine dans le contexte antique de la place d’Albon au IIe siècle (d’après les relevés équipe parking Saint-Antoine - SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-9.png
Fichier image/png, 227k
Légende Fig. 10. Mobilier céramique issu de la tranchée d’installation de la conduite en terre cuite (A. Gilles, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-10.png
Fichier image/png, 64k
Légende Fig. 11. Répartition quantitative par familles et catégories techniques du mobilier céramique issu de la tranchée d’installation de la conduite en terre cuite (US 659) ; (A. Gilles, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-11.png
Fichier image/png, 94k
Légende Fig. 13. Élément de canalisation en terre cuite de l’Hôtel-Dieu (dessin/DAO : C. Mège, F. Bertrand, d’après BERTRAND et alii, 2015, vol. 4, pl. 194).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-12.png
Fichier image/png, 265k
Légende Fig. 14. Photo du canal US 654 ménagé dans le radier maçonné US 649 (photo équipe parking Saint-Antoine - SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-13.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Fig. 15. Mobilier céramique issu du remblai d’installation du radier maçonné et du caniveau (dessin/DAO : A. Gilles, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-14.png
Fichier image/png, 45k
Légende Fig. 16. Répartition quantitative par familles et catégories techniques du mobilier céramique issu du remblai d’installation du radier maçonné et du caniveau (US 656) ; (A. Gilles, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-15.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 17. Photo de la borne de distribution de Choulans au moment de sa découverte (Arch. dép. du Rhône. 7MGR01_05 - Fonds Amable Audin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-16.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Fig. 18. Plan du soubassement de la fontaine de l’Odéon (J. Ramona, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-17.png
Fichier image/png, 87k
Légende Fig. 19. Le soubassement de la fontaine de l’Odéon (F) en contexte archéologique : Ier s. (hypothèse - à gauche), et IIe-début IIIe s. ap. J.-C. (à droite) ; (fonds de plan : DESBAT, SAVAY-GUERRAZ, 2019, feuilles 9B et 9C, p. 350 et 372).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-18.png
Fichier image/png, 413k
Légende Fig. 20. Photo de la borne d’adduction du Parc archéologique (J. Ramona, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-19.png
Fichier image/png, 487k
Légende Fig. 22. Relevés comparatifs des éléments de fontaines lyonnaises (inventaire représentatif mais non exhaustif) ; (J. Ramona - SAVL. Pour la fontaine du Verbe Incarné, d’après DELAVAL, 1989, p. 231-237).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-20.png
Fichier image/png, 36k
Légende Fig. 23. Tableau comparatif des mesures des éléments des fontaines publiques lyonnaises antiques (J. Ramona, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-21.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 24. Modes d’approvisionnement en eau sur la Presqu’île lyonnaise et sur les pentes de la Croix-Rousse durant l’Antiquité : état des lieux et hypothèse d’évolution sur fond de plan restitué d’un état topographique post-claudien (sources : données archéologiques ALyAS SAVL ; fond de plan Ville de Lyon, Métropole du Grand Lyon, Cadastre. Cartographie : E. Leroy, SAVL, 2018).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-22.png
Fichier image/png, 797k
Légende Fig. 25. Tableau synthétique répertoriant les puits et le réservoir situés en Presqu’île (sources : données archéologiques ALyAS SAVL, et LE MER, CHOMER, 2007. Tableau : E. Leroy et J. Ramona, SAVL).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12828/img-23.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jules Ramona, Amaury Gilles et Emmanuel Bernot, « Nouvelles données sur les fontaines lyonnaises et l’approvisionnement en eau de la Presqu’île durant l’Antiquité », Revue archéologique de l’Est, Tome 68 | 2019, 191-212.

Référence électronique

Jules Ramona, Amaury Gilles et Emmanuel Bernot, « Nouvelles données sur les fontaines lyonnaises et l’approvisionnement en eau de la Presqu’île durant l’Antiquité », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 68 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rae/12828

Haut de page

Auteurs

Jules Ramona

Service archéologique de la Ville de Lyon, UMR 6573 CCJ.

Amaury Gilles

Service archéologique de la Ville de Lyon, UMR 5138 ArAr.

Emmanuel Bernot

Service archéologique de la Ville de Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search