Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 68ArticlesLe Nord Mosellan à l ’époque méro...

Articles

Le Nord Mosellan à l ’époque mérovingienne : un nouveau bilan

Alain Simmer
p. 227-241

Résumés

Le Nord Mosellan à l’époque mérovingienne n’a fait l’objet d’aucune étude globale depuis longtemps. Une actualisation de la synthèse parue ici même il y a plusieurs décennies semblait indispensable. Il s’agit aussi bien de tenir compte des dernières avancées de la recherche – beaucoup plus limitées qu’on aurait pu le penser – que de faire le point sur l’occupation du sol de ce secteur, considéré traditionnellement comme le fer de lance de l’expansion franque en Belgique Première.

Haut de page

Texte intégral

1En 1987 paraissait dans cette même revue « Le Nord du département de la Moselle à l’époque mérovingienne » (SIMMER, 1987). Bien qu’abondamment utilisée dans diverses études régionales, cette synthèse sur les sites mérovingiens du Pays thionvillois n’avait jamais bénéficié de mise à jour. Trente ans plus tard, il a donc semblé intéressant d’en proposer une actualisation, tant pour tenir compte des avancées de la recherche, assez considérables, que pour faire le point sur les conclusions émises à l’époque.

2Le schéma d’ensemble de cette nouvelle publication a été quelque peu modifié. Le mobilier funéraire, qui relève la plupart du temps de types classiques à présent bien connus, n’a plus été, cette fois, privilégié et ses descriptions ont été réduites à l’essentiel, au profit des implantations humaines, de l’occupation du sol, ainsi que d’un élargissement de la perspective historique. Le cadre géographique d’origine couvrant les deux arrondissements de Thionville a été conservé : il concernait une quarantaine de sites, uniquement des nécropoles, et en dépit des bouleversements fondamentaux liés à la multiplication des fouilles préventives, les sites nouveaux se comptent sur les doigts d’une main… (fig. 1).

Fig. 1. Le Nord Mosellan à l’époque mérovingienne. Carte de l’auteur.

3En effet, l’inventaire de 1987 ne s’est enrichi que d’une dizaine d’éléments : quatre sont nouveaux, le reste ne constitue que le prolongement de gisements connus antérieurement : ainsi à Florange-Daspich, Métrich, Mondelange, Montenach, Terville et Vitry.
Il n’y a là rien de spécifique au Nord Mosellan : pour l’ensemble du département, les nouveautés du haut Moyen Âge se limitent, depuis vingt ans, à une petite dizaine !

4Première surprise : c’est plus d’une centaine de sites que comptent les fouilles d’époque gallo-romaine dans ce même secteur en trois décennies. Un curieux constat, sur lequel on reviendra, mais qui avait déjà été souligné en 1987 : on s’étonnait alors qu’une seule nécropole (Ottange) ait été mise au jour en une quinzaine d’années. Trente ans plus tard, le paysage est resté le même, et on ne peut signaler que deux nouveautés dans l’arrondissement de Thionville-Ouest (Fontoy, Gandrange) et pas davantage sur l’autre rive de la Moselle (Kuntzig, Metzervisse-Hechlingen).

5Un panorama totalement différent s’amorce au niveau des habitats mérovingiens. Alors qu’ils étaient quasiment inconnus auparavant, les opérations récentes en ont exhumé près d’une quinzaine. Ils restent néanmoins difficiles à appréhender, hormis pour Vallange et Yutz.

6Avec la professionnalisation de l’archéologie, on aurait pu s’attendre à une multiplication des publications. Loin s’en faut : les études accessibles au grand public sont demeurées exceptionnelles : sur les quarante-cinq nécropoles du Nord Mosellan, seules deux ont été intégralement publiées : Audun et Hechlingen (SIMMER, 1988 ; LANSIVAL, 2007). Même si on y adjoint quelques articles (Montenach, Vitry-Vallange, Métrich, cf. bibliographie), on est bien loin de ce qu’on aurait été en droit d’espérer.

7Il est vrai que la majorité des découvertes remontent à plusieurs décennies et restent souvent difficilement exploitables : toutefois, plusieurs ayant été récemment complétées suite à des interventions urgentes, on aurait pu escompter autre chose, d’autant que les analyses actuelles sont beaucoup plus poussées et font systématiquement appel à l’anthropologie, l’archéozoologie et la paléobotanique. Dans le même temps, les fouilles anciennes de trois grands sites voisins, Ennery, Châtel, Cutry, ont pu faire l’objet de publications exhaustives (SIMMER, 1993 ; GUILLAUME, 2010 ; LEGOUX, 2005). Sur la quinzaine d’habitats mis au jour, deux (Yutz, Vallange) ont déjà bénéficié d’une publication (cf. notices) partielle mais disponible. Force est de reconnaître que ce renouvellement de la problématique scientifique n’a pas joué le rôle espéré.

  • 1 Un grand merci à Jean-Marie Blaising pour sa précieuse collaboration.

8Il en résulte que, pour la plupart des sites, la documentation s’avère d’un accès limité et se réduit à la consultation des rapports d’opérations, très détaillés et de qualité, souvent aimablement mis à ma disposition par les responsables d’opérations1.

9Cette difficulté a pu être le plus souvent contournée grâce à l’utilisation de la Carte archéologique de la Moselle (FLOTTÉ, FUCHS, 2004) et des Bilans scientifiques annuels du Service régional de l’archéologie (BSRA, dernière édition, année 2011, parue en 2017). La grande majorité des données utilisées ici en proviennent.

A. Les nécropoles

10(les découvertes récentes sont signalées par *)

Arrondissement de Thionville-Ouest

1) Fontoy*

11Petit vicus gallo-romain déjà riche de nombreux vestiges. Site de hauteur, à petite distance de l’église paroissiale, en plein cœur du village. Fouille de sauvetage de la DRAC (1990) portant sur 2 000 m2 (création d’un lotissement). Divers témoignages des IIe et IIIe siècles ont été mis au jour sur l’emprise d’une nécropole. Il est peu probable que celle-ci ait été fouillée entièrement car des sépultures avaient déjà été signalées anciennement.

12Deux cent trois tombes sont mentionnées dans la publication, mais 173 auraient été réellement explorées (?). Elles s’échelonnent du IVe siècle à l’époque carolingienne : une différenciation précise s’avère impossible car le nombre exact de sépultures mérovingiennes n’a même pas été déterminé… Une trentaine d’inhumations sont bien datées du Bas-Empire grâce au mobilier funéraire, le reste est largement hypothétique : quelques petites dizaines – moins d’une cinquantaine (?) –, des VIe et VIIe siècles, une centaine des VIIIe et IXe siècles (fig. 2).

Fig. 2. Plan de la nécropole de Fontoy, d’après SEILLY, 1995, p. 6.

13Les tombes du Bas-Empire – des inhumations en pleine terre –, ont été implantées dans la partie ouest du site ; la majorité est orientée E-O, mais certaines sont N-S. La plupart remontent au IVe siècle, quelques-unes au Ve siècle. Elles étaient bien pourvues en verreries et céramiques, qui ne seront pas détaillées ici. Il faut remarquer deux tombes (T 143, T 151), qui, en raison de leur mobilier caractéristique – hache, accessoires de ceinture, verreries et céramiques –, étaient celles d’auxiliaires militaires (LEGENDRE, 2014, p. 480).

14L’orientation des sépultures du haut Moyen Âge est classique, bien que relativement anarchique pour certaines. On dénombre environ vingt-cinq caissons maçonnés, parfois à partir de remploi gallo-romain, mais la majorité des tombes est en terre libre. Un seul sarcophage. Une quinzaine de tombes auraient été remployées, et le nombre de violations n’a pas été relevé.

15On peut penser à une évolution assez linéaire de la nécropole : à l’ouest, les inhumations du Bas-Empire, au nord-est celles datables des VIe et VIIe siècles (en fonction du mobilier funéraire) et à l’est une masse de sépultures (la plupart stériles) tant mérovingiennes que carolingiennes. En fonction du nombre de tombes, il est clair que la population s’est progressivement accrue du IVe au IXe siècle.

16Deux attestations de christianisme : une au Bas-Empire (T 163, avec une bague décorée d’une colombe), l’autre dans l’unique sarcophage (VIIe siècle), qui contenait un vase à carène orné d’une molette chrétienne.

17Les sépultures du haut Moyen Âge qui ont pu être datées sont de la fin du VIe-VIIe siècle, le reste, en terre libre et sans mobilier, peut être attribué aux VIIIe-IXe siècles, sans qu’il soit possible de les différencier.

18Une particularité : un fossé d’un trentaine de mètres séparait les deux zones d’inhumations. La césure – tant topographique que rituelle –, entre Bas-Empire et haut Moyen Âge est nette, mais inexistante entre mérovingien et carolingien, hormis au niveau du mobilier funéraire, qui finit par disparaître.

19Alors que les tombes de l’Antiquité tardive sont bien pourvues en céramique et verrerie, le matériel mérovingien est sans caractéristique particulière et plutôt réduit, notamment l’armement : une seule épée longue, une demi-douzaine de scramasaxes, deux lances, une dizaine de pointes de flèche. Les accessoires de ceinture sont en nombre limité, les damasquinures rares de même que les bijoux féminins. Quatre céramiques carénées, aucune verrerie, alors qu’elle est abondante au Bas-Empire. Une douzaine de sépultures – surtout de l’Antiquité tardive –, contenaient des monnaies du IVe siècle.

20Un site en apparence classique, mais néanmoins quasiment unique dans l’espace mosellan par son utilisation en continuité. On regrette qu’il n’ait pas fait l’objet des investigations qu’il aurait méritées. En effet, il n’existe pas d’autres exemples, parmi les fouilles récentes, de nécropole occupée, sans hiatus, du Bas-Empire à l’époque carolingienne. Il aurait été fondamental de mener une étude anthropologique susceptible de déterminer s’il s’agissait, comme on peut raisonnablement le penser, d’une seule et même population, sans apport extérieur notable, inhumée sur un site ancestral à la pérennité historique parfaite. D’autant que le cimetière paroissial semble avoir été implanté autour de l’église à la suite des sépultures antiques. On aurait donc ici l’inverse des schémas habituels : érection d’une église au milieu d’une nécropole préexistante (après christianisation) sans déplacement des inhumations.

21Sources : SEILLY, 1995 (simple reprise du rapport de fouilles sous la forme d’un mémoire de maîtrise) ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 455-457 (inventaire succinct des 74 tombes à mobilier de la nécropole).

2) Florange-Daspich

22Il est malaisé de faire la part des choses au sein des innombrables découvertes, la plupart provenant non de Florange mais de Daspich (un des quartiers actuels de la ville), siège d’un vicus gallo-romain à vocation industrielle qui a abrité diverses activités, dont des ateliers de potiers et un artisanat du fer. De là, un grand nombre de sépultures gallo-romaines, dont certaines du Ve siècle – en fonction des trouvailles monétaires –, ainsi que quelques inhumations d’auxiliaires militaires. Bien qu’apparemment d’une richesse certaine, ces découvertes n’ont malheureusement jamais fait l’objet de synthèse.

23En 1990, une opération archéologique (Portier Sainte-Agathe) a permis la mise au jour d’une autre nécropole mêlant vingt-cinq incinérations et inhumations du Ier au IVe siècle, riches en céramiques et verreries ; une dizaine d’autres tombes, perturbées, n’ont pas pu être datées.

24L’occupation s’est poursuivie plus tard puisqu’une dizaine de sépultures du haut Moyen Âge a été mise au jour ; le mobilier était relativement abondant : épées, scramasaxes, haches, plaques-boucles de ceinture pour les hommes, perles, fibules, peigne en os décoré dans les tombes féminines, dont l’une a révélé une céramique et un verre apode. Une des sépultures masculines était accompagnée, à côté du cercueil, d’une armature métallique de seau et de deux pointes de flèche. Datation : VIe siècle, voire Ve siècle ?

25Les sépultures des différentes époques étaient réparties sans ordre apparent, ce qui indique une occupation de ce site en continuité ; il est plus que probable que ce cimetière, assez vaste et bien pourvu, n’a pas été intégralement fouillé.
Il faut signaler deux fosses du haut Moyen Âge (datable du VIe siècle d’après la céramique), riche en os de moutons et de chèvres, attestant des activités de pelleterie et de mégisserie.

26Sources : SIMMER, 1987, p. 346 ; LEGENDRE, KRAUSZ, 1989, p. 125-132 ; Archéologie médiévale, 1991, p. 385-386 ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 446 ; renseignements complémentaires de J.-M. Blaising.

3) Gandrange*

27Nombreux vestiges d’occupations diverses dans le village, de la Protohistoire au Moyen Âge. En 1993, lors de travaux (Zac Bréquette), découverte, en bordure de la voie romaine Metz-Trèves, d’un habitat gallo-romain en matériaux périssables (Ier-IIe siècles) ; une crémation du Haut-Empire induit la présence probable d’une nécropole plus importante.

28De l’autre côté de cette même voie, quatre sépultures mérovingiennes ont été repérées : trois en terre libre, une maçonnée en petit appareil et couverte de deux dalles. C’est la seule à avoir été fouillée : elle a livré un mobilier modeste, classique (garniture de ceinture) probablement du VIIe siècle ; vestiges de remplois multiples (au moins trois individus dans cette même sépulture). Il s’agit sans doute d’un cimetière beaucoup plus vaste qui reste à découvrir.

29À moins de 300 m, mise au jour d’un habitat du haut Moyen Âge comportant cinq bâtiments à six poteaux, peut-être en liaison avec le cimetière ; les structures étaient totalement arasées mais une activité artisanale de métallurgie a été repérée, un peu à l’écart des habitations.
À Boussange, écart du village, où des vestiges gallo-romains ont été recueillis à plusieurs endroits, un autre habitat assez étendu, probablement carolingien, a également été repéré.
Le complexe Gandrange-Boussange, encore mal défini, était sans doute en lien avec les sites de Vitry-Vallange tout proches.

30Sources : BSRA, 1993, p. 61-62 ; Archéologie médiévale, 1994, p. 534 ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 468-468.

4) Vitry-sur-Orne /Vallange

31Ce site, connu seulement par quelques sépultures exhumées en 1910 au lieu-dit Vallange, est devenu un poids lourd de l’archéologie mosellane. Les diverses opérations préventives (ZAC et lotissement) de 2001 à 2012, ont porté sur une trentaine d’hectares.
La zone explorée recouvre trois habitats antiques d’une grande densité sur la rive gauche de l’Orne, occupés en continuité du Néolithique à la fin du Moyen Âge : Vitry, Vallange et Huppigny (qui seront abordés plus loin) et un vaste cimetière.
Seul un tiers environ de cette nécropole de Vallange, qui a dû compter plusieurs centaines de sépultures, a pu être fouillé, l’essentiel étant à présent inaccessible, sous un quartier d’habitations bâties à partir de 1950.

32Deux tombes du Bronze final, bien pourvues en céramiques, ont été repérées en préalable. Les opérations ont concerné 125 sépultures (avec 163 individus), dont environ 50 % avaient été pillées dès le haut Moyen Âge.

33Organisée en rangées est-ouest, la zone nord était moins régulière en raison de la présence de huit enclos funéraires. Le développement de la nécropole s’est fait en deux noyaux, le premier au sud daté du VIe siècle et le second, au nord, du VIIe siècle, avec une évolution des pratiques funéraires : les inhumations individuelles dans de grandes chambres en bois font place à des coffrages en pierres, souvent remployés.

34Les enclos – jusqu’alors inconnus dans l’espace mosellan –, ne sont pas des tumuli au sens propre mais des zones isolées par des aménagements végétaux : simples fossés, barrières ou haie d’arbustes. Deux seulement n’ont été ni remployés ni violés. Leur diamètre variait de 4 à 11 m et ils étaient manifestement réservés à une élite : le plus monumental – d’un diamètre de 11 m – abritait l’inhumation d’un cavalier avec trois armes, un éperon, une verrerie, des accessoires de ceinture et une aumônière contenant un stylet (T 119 ; fig. 3).

Fig. 3. Vallange : tombe de cavalier, in : BLAISING, GÉRARD, 2006, p. 32.

35La nature des tombes est variable : cinquante coffres en pierres sèches et deux maçonnés au mortier de chaux, dix-huit coffrages en bois provenant de grandes fosses sépulcrales, situées pour la plupart dans la partie sud. Quelques rares cas de couvertures de pierres, une sépulture à fond dallé de tuiles. Les modes d’ensevelissement sont mixtes : trente-huit cercueils (et neuf autres probables) indifféremment dans tous les types de tombes, coffrages en bois, en pierre ou en terre libre. Dans deux cas, le crâne avait été surélevé sur une dalle calcaire. Les linceuls, souvent à peine identifiables, semblent avoir été assez fréquents.

36Le site a révélé quatre-vingt-deux sépultures individuelles alors que trente ont été remployées, parfois à plusieurs reprises ; les inhumations multiples proviennent de la partie nord du site, en très grande majorité de coffrages de pierre. Dans deux cas, les ossements d’un premier sujet ont été placés dans un contenant de bois, près du second squelette. Pillage et remploi se généralisent au VIIe siècle.

37Le mobilier funéraire, relativement abondant en dépit des violations, est curieusement réparti, plus fréquent chez les femmes que chez les hommes, un constat rare. Vingt-six plaques-boucles ou contre-plaques de ceinture (dont seulement quatre damasquinures), quatorze fibules, 343 perles mais seuls cinq colliers de 306 perles étaient en place, trois fermoirs d’aumônières, douze paires de boucles d’oreille, dix bagues, un bracelet massif ouvert en alliage cuivreux, treize peignes en os, six garnitures de jambières.

38Trois tombes ont livré des monnaies romaines (Ier et IVe siècles) percées et utilisées en pendentifs. Les armes sont moins nombreuses : huit scramasaxes, une épée longue dans une sépulture de cavalier (avec un seul éperon en place), trois fer de lances, quatre haches.

39La verrerie est faiblement représentée (cinq exemplaires), alors que les céramiques sont fréquentes : vingt-deux vases dans dix-huit tombes, un par sépulture mais trois tombes en contenaient deux et une autre quatre, avec le fond d’une cinquième. 23 % de ces vases sont de tradition gallo-romaine. La partie nord du site, qui comporte un maximum de coffrages de pierres et de remplois, n’a pas livré de poterie : donc, à Vallange, le dépôt de céramique disparaît au VIIe siècle.
À remarquer, une offrande animale : dépôt d’un coq entier, dans un angle de la sépulture, sur le cercueil de l’inhumé.

40Le site a été en usage aux VIe et VIIe siècles. Les sépultures les plus anciennes se situent plus au sud, avec une concentration particulière de l’armement, qui, comme souvent, est plus fréquent au VIe siècle. On peut sans doute évoquer une zone réservée à une élite guerrière, des hommes dont les squelettes présentent d’ailleurs souvent des traces de violences : deux individus avaient ainsi été atteints de blessures non cicatrisées ayant vraisemblablement entraîné la mort.

41L’étude anthropologique, d’une grande précision, a permis de nombreuses conclusions : avec une espérance de vie de 30 ans (mais un tiers seulement de la nécropole a été exploité), la population restituable s’élèverait à 90 personnes au VIe siècle, avec une légère croissance au VIIe siècle (114 personnes). Le nombre de familles correspondant serait alors passé de quinze à dix-huit.
En fonction de l’importance des diverses structures fouillées aux alentours, il est probable que cette nécropole, qui a dû compter 450 à 500 tombes en tout, ait réuni la population de plusieurs noyaux d’habitats.

42Un site d’un grand intérêt qui mériterait une publication exhaustive.
Sources : BLAISING, GÉRARD, 2006 ; GÉRARD, 2009 ; GUILLOTIN, MAUDUIT, 2012.

Arrondissement de Thionville-Est

5) Hechlingen (Metzervisse)*

43Connue comme la « nécropole de Metzervisse », elle se situait en fait entre Metzervisse et Stuckange, à l’emplacement du hameau de Hechlingen (Hihelingas 897), disparu au XVIIe siècle.

44De nombreux ensembles archéologiques depuis la Protohistoire jusqu’au Moyen Âge ont été repérés aux alentours. Nécropole de plaine fouillée en 1995 (aménagement routier), implantée non loin de la rivière Bibiche sur un site occupé du IIe au IVe siècle. Pas de tombes au sein du bâtiment gallo-romain mais à petite distance, les ruines de la villa ont accueilli par la suite quelques cabanes en matériaux périssables datées du VIIe siècle et différentes structures plus tardives (Xe au XVe siècle).

45Nécropole classique : cinquante-sept tombes (avec soixante et un individus), des inhumations en pleine terre orientées O-E, irrégulièrement alignées. Aucun sarcophage ni caisson maçonné. La plupart des tombes à mobilier sont datables du VIIe siècle, mais les sépultures stériles sont plus récentes et trois d’entre elles, à l’orientation divergente, ont été datées du IXe siècle par 14C. Les inhumés reposaient en décubitus dorsal, les bras le long du corps, les jambes serrées. Quelques coffres de bois, quatre cas de réemploi, une seule violation constatée.

46Le matériel recueilli est relativement riche : vingt-trois tombes à mobilier, dont une douzaine bien pourvue ; cinq sépultures – dont deux de cavalier (éperons) – peuvent être attribuées à une élite guerrière. Deux tombes contenaient quatre armes. Trois épées longues, quatre scramasaxes, trois umbos, trois lances, une hache. Quelques bijoux féminins en métaux précieux. Une seule monnaie (IIe siècle), deux céramiques biconiques.
À remarquer la T 3006, où un corps masculin, partiellement carbonisé, était enveloppé d’un tissu à fils d’or et reposait dans une auge calcaire de remploi.

47Cette nécropole s’intègre parfaitement à l’ensemble mosellan : pas très étendue, implantée sur des vestiges gallo-romains, avec une population restreinte mais relativement plus aisée que la moyenne. L’occupation est ininterrompue de l’époque romaine jusqu’au Moyen Âge, tant par une nécropole qu’un petit habitat.

48L’intérêt véritable de ce site est ailleurs, dans l’interprétation historique qui en a été faite jusqu’alors : il avait été considéré, parmi bien d’autres, comme la matérialisation parfaite des « invasions germaniques » ; elles auraient été soi-disant concrétisées par une dizaine d’habitats disparus, aux alentours de Metzervisse, avec des formations en -ingen (dont Hechlingen) attestées au IXe siècle pour les plus précoces. Une argumentation reposant exclusivement sur des critères toponymiques, jusqu’au verdict de l’archéologie…

49Sources : HAUBRICHS, 1985 (particulièrement p. 500-501) ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 598-599 ; LANSIVAL, 2007 ; RASSART, 2011.

6) Kuntzig*

50Vestiges antiques dans le village. Nécropole fouillée en 2007 et 2009 (aménagement d’une ZAC). Site de plaine implanté près d’un petit bâtiment gallo-romain, incendié et abandonné au IIIe siècle.

51Les tombes sont majoritairement des inhumations en pleine terre, avec une quinzaine de caissons maçonnés. Alignement assez lâche. Beaucoup sont fortement érodées, si bien que le nombre de sépultures originelles est difficile à déterminer : soixante-neuf inhumations étaient en place, mais au moins autant avaient été détruites, à des degrés divers. La nécropole a dû compter 140-150 tombes à l’origine. Une dizaine de cas de remploi, 34,5 % de violations.

52Le mobilier, assez abondant, est manifestement incomplet dans de nombreuses sépultures, et était certainement bien plus riche au départ : une douzaine de tombes à armes, dont une avec quatre types différents, deux avec éperons. Sept lances, deux épées, deux haches, cinq scramasaxes, quatre pointes de flèche, trois umbos, deux éperons.

53Les sépultures féminines, sont, comme souvent, moins bien pourvues : huit fibules, quatre bagues, quelques bijoux divers. Les accessoires de ceinture sont limités : quatre garnitures en fer, quatre autres en bronze. Vingt vases biconiques décorés à la molette, quatre verreries. Sept monnaies des IIIe-IVe siècles.

54À noter des objets rares dans le Nord Mosellan : un seau de banquet, un bassin en bronze, des vestiges de coffrets. Ils proviennent de sépultures, souvent violées, d’une élite guerrière manifestement privilégiée. Ainsi la tombe 3014, celle d’un adolescent (12-16 ans), pourvu d’un armement de qualité parmi lequel un scramasaxe à lame inscrite : +ESCPIMI ? V\STICI, qu’on peut traduire par « je protège et je punis ». Il s’agit d’une découverte unique dans l’espace mosellan, dont on remarquera la formulation latine.

55Site classique, en usage aux VIe et VIIe siècles, établi sur des vestiges gallo-romains, probablement assez riche, mais que des violations empêchent d’apprécier correctement. Les distinctions sociales, sans doute bien marquées, traduisent une certaine aisance de la population.

56Sources : LEFEBVRE, 2011 (rapport Inrap inédit, aimablement communiqué par le responsable de l’opération).

7) Merschweiller

57La découverte du site n’est pas récente, mais il n’avait pu être intégré à la première étude. Occupation antique du village (tumulus protohistorique ?) et vestiges gallo-romains.

  • 2 Gabriel Stiller (1921-2006) était conservateur du musée de la Tour aux Puces et historien de Thionv (...)

58Au moins deux sépultures du haut Moyen Âge ont été découvertes vers 1985, des caissons maçonnés avec quelques menus objets métalliques (accessoires de ceinture, couteaux). VIIe siècle probable. En fonction de la configuration des lieux, il s’agit certainement d’un site de hauteur.
Sources : renseignements inédits de Gabriel Stiller2 ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 595-596.

8) Métrich

591- En 1998, des travaux de contournement routier ont permis la redécouverte de la nécropole de Métrich (aujourd’hui annexe de Koenigsmacker) mise au jour en 1885 – sur des vestiges gallo-romains indéterminés –, lors de l’exploitation d’une sablière. On ne reviendra pas sur l’exceptionnelle richesse de ce site, saccagé durant plusieurs décennies (SIMMER, 1987, p. 368-373) ; le mobilier d’une bonne centaine de sépultures, souvent d’une grande qualité, a été perdu ou dispersé.

60Quarante et une sépultures, des inhumations en pleine terre semble-t-il, ont pu être fouillées lors de cette opération préventive. Orientation classique O-E. Vingt-deux cercueils, trente-six tombes contenaient du mobilier, bien que 40 % aient montré des traces de violations. Tout comme pour les sépultures connues anciennement, le mobilier funéraire semblait relativement riche : on note la présence probable d’une chambre funéraire dans la T 28.

61La céramique (dix-huit exemplaires) et la verrerie (une douzaine) est bien présente, pratiquement toujours déposée aux pieds du défunt ; une dizaine de colliers, quatre fibules, des accessoires de buffleterie classique ; l’armement – dont un umbo – varié et abondant, comportait également une épée longue dont ne subsistait plus que le négatif du fourreau. La T 41, probablement violée, celle d’un homme en armes, contenait trois monnaies du IVe siècle.
La datation s’établit de la première moitié du VIe à la première moitié du VIIe siècle.

622- Une seconde intervention au même endroit, en 2015, a permis la mise au jour de soixante-dix-neuf autres sépultures (ainsi que d’un site protohistorique), des inhumations en pleine terre à l’exception d’un seul caisson maçonné, d’orientation classique, où les ossements avaient quasiment tous disparu en raison de l’acidité du sol.

63La céramique est abondante (vingt-quatre vases) avec quelques verreries, une quinzaine d’accessoires de ceinture, une vingtaine de monnaies (certaines percées et montées en pendentifs) du IVe siècle, six fibules, une quinzaine de colliers.

64L’armement est bien représenté : neuf scramasaxes, quatre lances, une hache, un umbo, une épée – au moins – a dû disparaître lors d’un viol. À noter une abondance inhabituelle de pointes de flèche (vingt-trois !) dont neuf provenant d’un même carquois (T 38).

65Quelques sépultures seraient datables de la fin du Ve siècle, la plupart de la seconde moitié du VIe et de la première moitié du VIIe siècle. 70 % des tombes étaient encore pourvues de mobilier ; les viols oscillent entre 25 et 40 %, estimation délicate vu l’absence d’ossements.

66L’ensemble compte 120 sépultures, dont 25 % contenaient des armes. Pour les soixante-dix-neuf tombes fouillées en 2015, le taux de violations serait à près de 40 %.

67Ces découvertes confirment l’opulence, déjà connue, de la nécropole de Métrich, probablement occupée dès la fin du Ve siècle jusqu’au VIIe siècle. Elle comptait des sépultures aristocratiques – certaines de l’horizon Flohnheim-Gültlingen – avec des pièces d’exception (accessoires de banquets), des bijoux féminins peu courants et des monnaies mérovingiennes en métaux précieux (fig. 4).

Fig. 4. Pendentif de Métrich, d’après Radegonde, Bathilde et Glossinde, 2017, p. 55.

68Les sépultures fouillées en 1998 et en 2015 semblent légèrement moins anciennes que les précédentes, d’où l’absence de monnaies mérovingiennes et d’accessoires en métaux précieux. En fonction des surfaces fouillées lors des différentes phases, cette nécropole a dû accueillir entre 450 et 500 tombes.

69Sources : BSRA, 1998 p. 70-71 ; PEYTREMANN, 2008, p. 257-268 (fouilles 1998) ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 541-542 ; GÉRARD, 2018 (rapport Inrap inédit).

9) Montenach

70Nombreux vestiges antiques dans le village, dont un site Néolithique danubien. Deux, voire trois nécropoles du haut Moyen Âge ont été signalées, dont l’une à l’emplacement d’une ancienne chapelle. La mieux connue a été mise au jour dès 1883, puis de nouveau en 1971 (SIMMER, 1987, p. 375). Site de hauteur (sur le versant du Koppenachberg) non loin d’un ruisseau, au lieu-dit Kolmette, sur les vestiges d’une villa gallo-romaine : la céramique recueillie indique une occupation du Ier au IVe siècle (avec des traces d’un incendie assez violent) ; des prolongements au Ve puis à l’époque carolingienne sont vraisemblables. D’abondantes scories métalliques renvoient à une activité sidérurgique (non datée).
Au moins une dizaine de sépultures ont été mises au jour en 1883 avec un mobilier – abondant et varié – qui a été conservé et précédemment décrit (SIMMER, 1987 p. 375).

71Les quinze sépultures découvertes en 1971 ont fait l’objet d’une fouille de sauvetage et d’une publication détaillée. Cinq alignements assez irréguliers, d’orientation O-E ; deux tombes indéterminées, trois en terre libre et dix caissons plus ou moins sommairement maçonnés à partir de moellons gallo-romains, sans couverture. Un exemple de remploi, trois cas de violations, deux cercueils probables. Seule une partie de cette nécropole (une trentaine de tombes ?) a été exhumée, pour un total estimé au moins au double.

72Le mobilier est riche et diversifié, particulièrement pour les tombes féminines : fibules en argent doré avec grenats, colliers de perles, trois verreries, nombreuses céramiques, deux monnaies romaines (dont un denier en argent du IIe siècle), deux pièces mérovingiennes en argent : des imitations de frappes de Justinien et de Justin (seconde moitié du VIe siècle) provenant peut-être de Ravenne (GAMBS et alii, 2002).

73Les tombes masculines se caractérisent par un armement abondant : umbo, épées, hache, lances, flèches, scramasaxes ; l’une contenait quatre armes (T 7). Curieusement, les accessoires de ceinture sont rares alors que la céramique est abondante : quatorze vases, allant souvent par paires, mais très hétérogènes, mêlant sans distinction des formes carénées biconiques classiques, productions d’Argonne et cruches de type Mayen.

74Les deux sépultures les plus riches – des inhumations féminines – ont livré des objets peu communs : un hachoir, une défense de sanglier et un coffret de bois d’un type inconnu. Un cas assuré d’obole à Caron avec une monnaie mérovingienne déposée dans la bouche d’une femme richement pourvue (T 9). Deux armatures de seaux de banquet d’un type rare, en fer, à mettre probablement en rapport avec la viticulture, toujours bien présente dans ce secteur. En outre un nombre assez inhabituel d’outils métalliques (hachoirs, marteau, burin, serpette), provenant peut-être de sépultures d’artisans.
La richesse et la proportion d’armes sont identiques aux découvertes de 1883, datables de la deuxième moitié du VIe siècle.

75Une constatation importante : la femme inhumée dans la T 9 portait deux fibules différentes : une d’origine gallo-romaine, l’autre mérovingienne. À mettre en relation avec la variété des céramiques, des productions totalement différentes mais à l’évidence toutes contemporaines, preuves de continuité et de symbiose culturelle, dans ce site d’une grande richesse qui s’intègre parfaite au « triangle d’or » des rives de la Moselle dont il sera question plus loin.
Sources : THÉOBALD, 1975 p. 48-49 ; GAMBS et alii, 2002 ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 610-611.

B. Les habitats

Arrondissement de Thionville-Ouest

1) Amnéville

76En vue de l’aménagement de la Zac Sirius en 1991, mise au jour d’enclos, d’habitats et de nécropoles protohistoriques. Plusieurs établissements gallo-romains, probablement à vocation agricole, dont certains en matériaux légers, ont révélé diverses phases de destructions et d’occupation ; ils ont laissé la place à au moins deux vastes ensembles du haut Moyen Âge, comportant cinq fonds de cabanes (à quatre poteaux d’angle), très érodés et deux fosses. L’ensemble a été daté par la céramique des VIe et VIIe siècles. Dans une des cabanes, un peu à l’écart, des scories attestent une activité métallurgique.
Sources : BLAISING, VANMOERKERKE, 1991, p. 25-26 ; BSRA, 1999, p. 53-54 ; BLAISING, 2003, p. 293 ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 232-235.

2) Cattenom (Husange)

77Le hameau de Husange dépend actuellement de la commune de Cattenom, mais était un village à part entière attesté dès le IXe siècle.
Découverte, en 1993, de dix-sept fonds de cabanes et de six fours domestiques, datés du VIIe au Xe siècle par 14C ; une inhumation isolée (en linceul) a également été datée des VIIe-VIIIe siècles par 14C.
Sources : FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 343.

3) Escherange

78Sur un site protohistorique, découverte en 2000 d’un petit ensemble mérovingien de quatre fonds de cabane et quelques dépotoirs. Il s’agit de structures rectangulaires à quatre poteaux corniers (superficie entre 4,5 et 9 m2) avec un petit matériel domestique classique ; des scories métalliques attestent le fonctionnement de bas-fourneaux. Datation : VIe siècle.
Sources : BSRA, 2000, p. 74-75

4) Mondelange

79La ville est devenue célèbre dans le monde archéologique lorrain par la découverte d’une vaste nécropole celtique (Schermerten). Plusieurs complexes funéraires, dont un a regroupé plusieurs dizaines de sépultures aristocratiques avec une tombe à char, ont été utilisés successivement depuis l’âge du Bronze jusqu’à l’époque gallo-romaine. Bien d’autres sites antiques ont été découverts à divers emplacements du ban communal (SIMMER, 1987 p. 350) dont plusieurs nécropoles du haut Moyen Âge.

80En 2007 une fouille de sauvetage (PAC de la Sente) a mis au jour un vaste espace occupé depuis la Préhistoire jusqu’au haut Moyen Âge, avec une trentaine de fonds de cabanes et quelques bâtiments sur poteaux.

81La céramique atteste quatre phases d’occupation, du Ve au début du VIIe siècle. De très nombreux ossements animaux ont été mis au jour, tant domestiques que sauvages. L’abondance de bois de cerf (plus de 5 000 fragments) démontre une activité artisanale. Une étude fine a permis d’affirmer que seuls merrains et andouillers arrivaient sur place (par centaines) pour être transformés, essentiellement en peignes, fusaïoles et pendeloques. Trois fonds de cabanes au moins, ont servi d’ateliers. Une activité mérovingienne inédite dans l’espace mosellan.

82Sources : FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 607-608 ; BSRA, 2007, p. 212-213 ; RODET-BELARBI, GAZENBEEK, 2014.

5) Thionville

83En 2003, dans la zone de la Vieille-Porte, mises au jour de sept cabanes semi-excavées, du même type que celles découvertes en zones rurales. Montées sur armatures de poteaux, les parois étaient en clayonnage, la toiture en matériaux périssables. Datées du VIIe au VIIIe siècle. Petit matériel classique : broche de tisserand et céramique culinaire. On remarque qu’un bol en sigillée d’Argonne voisinait avec un pot à panse globuleuse, traditionnellement attribué à une période plus tardive.
Sources : BSRA, 2003, p. 90 ; LANSIVAL, 2006.

6) Veymerange

84Un petit établissement rural a été repéré, en préalable à la construction d’un lotissement (Kappesbroch, 1996) sur cette commune, actuellement un faubourg de Thionville. Il a été occupé du milieu du VIIe jusqu’au XIIe siècle.
Plusieurs bâtiments rectangulaires assez étendus (9 m de côté pour le plus grand), dont un à extrémité absidiale, ont été fouillés. L’un d’eux était utilisé comme grenier : diverses graines de céréales et légumineuses y ont été retrouvées. Un foyer a révélé des scories provenant d’une activité métallurgique.
Sources : BSRA, 1996, p. 95 ; Archéologie médiévale, 1997, p. 178 ; BLAISING, 2003, p. 295.

7) Terville

85Plusieurs sites protohistoriques relativement importants ont été reconnus sur le ban communal. Les tombes mérovingiennes, découvertes en différentes étapes et déjà sommairement décrites (SIMMER, 1987, p. 377) proviennent d’un premier secteur implanté non loin de la voie romaine Metz-Trèves.

86À un autre emplacement, en bordure sud-ouest du village, mise au jour d’un habitat du haut Moyen Âge. Trois bâtiments sur poteaux (nombre exact indéterminé en raison de réaménagements successifs) et quatre fonds de cabanes excavées à deux poteaux ont été fouillés ; ils peuvent être datés de la fin du VIIe siècle par la céramique recueillie. En périphérie, découverte de cinq inhumations (dont trois d’enfants) sans mobilier, datées par 14C du VIIe siècle et d’époque carolingienne.

87Au même endroit, mise au jour d’un contrepoids en pierre de vis de pressoir viticole, dont la datation reste délicate, mais probablement postérieure au haut Moyen Âge.
Sources : BSRA, 1993, p. 87 ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 754-756 ; BLAISING, 1998, p. 59-65, 91-92.

8) Vitry-Vallange

88Le site de la Zac de la Plaine, fouillé en plusieurs étapes, est établi sur la rive gauche de l’Orne, à 5 km de sa confluence avec la Moselle. Une villa gallo-romaine est implantée à Vitry au Ier siècle sur 5 ha ; les bâtiments, en aire ouverte, combinent pierre et colombages de terre et de bois. Abandonnée au IIIe siècle, elle connaît un renouveau aux IVe et Ve siècles, parfois avec réutilisation des éléments antérieurs, comme un bâtiment en bois à étage avec hypocauste, aménagé à partir de matériaux de récupération de l’ancienne villa (fig. 5).

Fig. 5. Schéma d’un bâtiment de Vallange, in : BLAISING, GÉRARD, 2006, p. 26

89Un déplacement s’opère au VIe siècle avec la création d’une dizaine de bâtiments en bois ; l’habitat se concentre alors au sud du site, l’artisanat au nord, notamment avec une activité sidérurgique assez importante (fours et bas-fourneaux). Ce qui a dû, déjà, représenter une source de profits conséquents, concrétisée par la découverte d’une monnaie d’or, un tremissis frappé à Neuvy (Sarthe) entre 585 et 675.

90La dendrochronologie indique un abandon fin VIIIe siècle, suivi d’une délocalisation vers le nord. On assiste alors à la création d’un véritable « village-rue » à la vocation tant agricole que viticole, suivi d’un nouveau déplacement (IXe siècle) vers Vallange, où une douzaine de bâtiments a pu être fouillée. Ce site (Wanolvingas 848) survivra jusqu’au XVe siècle.

91Ces quelques lignes ne donnent qu’un faible aperçu de cet ensemble polynucléaire, très complexe, en rapport étroit avec les villages voisins de Gandrange et Beuvange, Vitry, Valange et Huppigny.
Sources : FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 791-792 ; BSRA, 2007, p. 225-232 ; GÉRARD, 2009.

Arrondissement de Thionville-Est

9) Bertrange / Illange

92Lors de l’aménagement d’une zone d’activités en 2004, mise au jour, sur une vaste superficie, de vestiges pré- et protohistoriques ainsi que de deux sites gallo-romains.
Une ferme du Ier siècle comportait des bâtiments en matériaux périssables et un habitat en dur. La villa a été réoccupée, avec un léger glissement, par des cabanes datées des Ve auVIIe siècles.
Sources : BSRA, 2004, p. 68.

10) Guénange

93En 2007, le projet de création d’une carrière a été l’occasion d’une prospection archéologique sur plus de 35 ha ; de nombreux vestiges, depuis l’âge du Bronze jusqu’au Moyen Âge, ont été mis au jour. Sur un même site, des fonds de cabanes et divers habitats tant protohistoriques, gallo-romains que mérovingiens ont été repérés, sans précisions complémentaires à ce jour.
Sources : BSRA, 2007, p. 200.

11) Koenigsmacker

94On rappellera que la grande nécropole mérovingienne découverte dès 1934 (SIMMER, 1987, p. 362) a été établie à proximité d’un habitat contemporain, qui a probablement donné naissance au hameau disparu de Danheim.

12) Yutz

95Un des sites phares de l’archéologie mosellane, implanté sur la rive droite de la Moselle, occupé en continuité du Néolithique à l’époque moderne : on y a déjà retrouvé pratiquement tout ce que l’archéologie peut exhumer… Depuis les célèbres oenochoés de La Tène (aujourd’hui au British Museum) en passant par des ateliers de sigillée des IIe-IIIe siècles et de tuiliers du Bas-Empire, Iudicium a joué un rôle non négligeable durant toute l’Antiquité.

96On connaissait déjà trois nécropoles gallo-romaines (une du Haut-Empire, deux du Bas-Empire) et les nombreuses interventions d’archéologie préventive ont mis au jour plusieurs villae. Mais, étonnamment, aucun site funéraire du haut Moyen Âge n’a été signalé ces derniers temps. On sait pourtant, grâce aux découvertes anciennes – même mal documentées – qu’une des nécropoles tardo-antiques, au moins, a connu un prolongement au VIe siècle (SIMMER, 1987, p. 358). Un fait d’autant plus surprenant que les habitats mérovingiens fouillés ces dernières années confirment une occupation sans interruption des mêmes terroirs.
En effet, de multiples habitats du haut Moyen Âge ont été mis au jour sur ce site polynucléaire qui couvrait Haute-Yutz, Basse-Yutz et Maquenom. Sur les trois établissements gallo-romains explorés, un a été abandonné au IVe siècle, les deux autres ont connu un prolongement bien daté par la dendrochronologie, du VIe au Xe siècle, parfois jusqu’au XIIe siècle.

97L’ensemble le mieux connu est celui de Haute-Yutz : des bâtiments sur poteaux, souvent de grandes dimensions (6 x 10 m) selon des plans stéréotypés, avec de nombreuses traces de réfections successives. Les cabanes excavées sont peu nombreuses. Le site a suivi un schéma d’ensemble éclaté : un noyau central assez dense bordé de fermes périphériques, avec des activités traditionnelles agro-pastorales et la culture de la vigne. Abandon au XIIe siècle.

98Les différents sites de Yutz apportent une éclatante confirmation de pérennité antique : durant dix-sept siècles, de l’âge du Bronze jusqu’au Moyen Âge, la présence humaine s’est invariablement concentrée sur une superficie étonnamment restreinte à deux kilomètres carrés.

99Sources : BLAISING, 2000 ; BLAISING, 2002 ; FLOTTÉ, FUCHS, 2004, p. 809-816 ; BLAISING, FRAUCIEL, 2007 ; À la recherche de ‘Judicium’ : le passé archéologique de Yutz, 2015.

Essai de synthèse

Les nécropoles

100Les conclusions émises en 1987 quant aux nécropoles du Nord Mosellan demeurent toujours valables dans leurs grandes lignes : des sites de hauteur, jamais très éloignés des lieux de vie. L’attrait des cours d’eau est cependant plus marqué, tant pour les habitats que pour les cimetières, telle la confluence Orne-Moselle.
Toutes ont été établies sur des sites à l’occupation antique avérée et les rares exceptions soulignées en 1987 ne le sont plus : ainsi à Ottange, où les tombes décrites avaient été en réalité élaborées à partir de moellons gallo-romains de remploi.

101De fait, la réoccupation de substructions antiques est presque systématique : les cimetières découverts depuis peu ont eux aussi été implantés sur des bâtiments gallo-romains, soit transformés en nécropoles (Kuntzig), soit réutilisés comme habitats (Hechlingen). Mais cette différence d’affectation des vestiges gallo-romains reste toujours inexplicable.
La continuité de l’habitat est plus marquée que celle des nécropoles. Néanmoins, les sites « mixtes » associant inhumations du Bas-Empire et sépultures mérovingiennes, rares jusqu’à présent, sont plus fréquents : ainsi à Fontoy et à Daspich.

102Les dernières découvertes, bien que peu nombreuses, sont plus contrastées, parfois plus importantes et mieux pourvues, dépassant la moyenne des évaluations antérieures qui se limitaient souvent à quelques dizaines de tombes. Toutefois, l’estimation reste délicate, la plupart des sites n’ayant pas été intégralement fouillés. Avec plusieurs centaines d’inhumations, Vitry-Vallange constitue l’exception qui confirme la règle pour avoir sans doute accueilli la population de plusieurs habitats.

103L’implantation des sépultures reste classique : organisées en rangées souvent assez anarchiques où l’orientation demeure identique, même pour les tombes du Bas-Empire de Fontoy. Les inhumations en pleine terre sont nombreuses mais les caissons maçonnés ou les encadrements sommaires sont assez fréquents. Un domaine dans lequel Audun-le-Tiche reste exceptionnel, avec la presque totalité des sépultures soigneusement élaborées à partir de moellons gallo-romains en petit appareil – au moins 40 000 pierres réemployées –, et conservées en l’état (SIMMER, 2017). Une particularité qui lui a valu un classement au titre des Monuments historiques en décembre 2016.

104Les sarcophages sont toujours aussi rares – comme à Fontoy, avec un seul exemplaire pour 150 sépultures –, voire inexistants. Les chambres funéraires et l’emploi de cercueils sont plus souvent mentionnés, probablement grâce à l’affinement des techniques de fouilles. Seule véritable nouveauté, les enclos de Vallange, jusqu’à présent uniques dans l’espace mosellan.
On remarquera l’absence toujours aussi criante de sépultures aristocratiques précoces, comme celles de Saint-Dizier, récemment exhumées.

105Quant aux auxiliaires militaires, souvent d’origine présumée germanique, censés avoir été implantés depuis longtemps en Gaule Belgique, leurs tombes restent fort rares. En effet, on aurait pu s’attendre, particulièrement en Moselle germanophone, à découvrir des nécropoles riches en hommes armés, comme il en existe ailleurs (Vireux-Morhain, pour n’en citer qu’une seule). On en est bien loin. De telles sépultures du Bas-Empire existent, mais en très petit nombre, dispersées et relativement isolées, cantonnées aux anciens vici gallo-romains. L’inventaire régional déjà connu (à peine une demi-douzaine de sites, cf. HEBBERT et alii, 2001) ne s’est enrichi que de deux éléments à Fontoy (LEGENDRE, 2014, p. 480) et de deux autres à Cutry (hors zone). Le Nord Mosellan ne semblait donc pas particulièrement menacé ! Une légende qui s’estompe…

Le mobilier funéraire

  • 3 On été retenues : vingt-deux sépultures d’Audun, cinq de Châtel, quatre d’Ennery et trois de Monten (...)

106Le mobilier funéraire du Nord Mosellan est traditionnel. Il serait, à présent, superflu d’en dresser un inventaire détaillé : l’étude fondamentale de René Legoux, Patrick Périn et Françoise Vallet (LEGOUX et alii, 2016) en a établi une nomenclature quasi-exhaustive, à laquelle celui de la région étudiée ici s’intègre en tous points, hormis quelques pièces exceptionnelles signalées dans les notices. Il n’est pas inutile de préciser que cette classification comporte, parmi les éléments de référence, des découvertes provenant d’Audun, de Châtel, d’Ennery et de Montenach3. Il faut remarquer l’uniformisation très nette de ce mobilier et la similitude des accessoires, de l’Alsace à la Manche, sans aucune particularité « germanique ». Et le Nord Mosellan ne s’en distingue en aucune façon.
Son abondance, localement assez variable, reflète le statut social des populations ; malheureusement, viols et remplois faussent la réalité telle qu’elle devait être au moment de l’inhumation et le niveau de vie des villageois reste souvent hors de portée.

107L’armement, moyennement abondant, de même que les accessoires du costume, sont classiques. Une confirmation : la céramique est toujours aussi rare et, lorsqu’elle est présente, semble proportionnelle à la richesse des inhumés ; elle est souvent associée à la verrerie, perçue comme un objet incontestablement luxueux. Les productions d’Argonne sont fréquentes : à Audun, un bol de type Chenet 320 côtoyait une céramique carénée dans une même sépulture du VIIe siècle et des exemples semblables ne manquent pas par ailleurs (Montenach, Métrich entre autres), y compris sur des sites d’habitat, comme celui de La Vieille Porte à Thionville.

108On remarquera la différence très nette entre le mobilier du Bas-Empire de Fontoy, où les céramiques et verreries – souvent exclusives dans les sépultures –, sont nombreuses alors qu’elles se raréfient considérablement aux siècles suivants. Et les différenciations sensibles d’un site à l’autre doivent probablement relever de l’aisance des populations : ainsi Audun ou Fontoy, que l’on pourrait opposer à Métrich ou Montenach.

109Quelques précisions s’imposent quant à l’usage des monnaies romaines, qui ont manifestement continué à être utilisées au haut Moyen Âge. Elles sont présentes partout, dans des proportions relativement modestes (sans doute liées au niveau de richesse des inhumés) alors que les frappes mérovingiennes restent d’une remarquable rareté. En élargissant quelque peu la perspective à des sites voisins, intégralement publiés, les statistiques sont sans appel : les nécropoles d’Audun, Cutry et Ennery regroupent à elles seules plus de 550 inhumations, réparties sur les VIe et VIIe siècles, de tous milieux sociaux. Sur les 160 monnaies provenant de ces tombes et de leur environnement direct, plus de 150 sont d’époque romaine, huit sont des pièces gauloises et une seule est une frappe mérovingienne… Les bronzes gallo-romains, de toutes époques, servaient donc toujours dans les échanges de la vie courante et avaient à l’évidence circulé depuis longtemps : les pièces retrouvées à Audun (une centaine) montrent toutes des taux d’usure importants.

110Les frappes du haut Moyen Âge en métaux précieux, d’une grande valeur, ne pouvaient être communément utilisées. Elles ne sont représentées, en fort petit nombre, que dans les sites plus opulents et étaient certainement réservées à une élite. Ainsi à Métrich et Koenigsmacker, nécropoles d’un niveau plus élevé que la moyenne. Quant au fabuleux trésor de Monneren, enfoui vers 560, il se composait de quarante-deux monnaies d’or (2 solidi, 40 tremissis, des imitations de frappes d’Anastase, de Justin et de Justinien). Son interprétation et les raisons profondes de sa présence à cet endroit restent encore assez énigmatiques (SIMMER, 2015, p. 311-312).

Les rites funéraires

111Ils sont eux aussi classiques, hormis à Audun où des rites dits « déviants » sont bien attestés : une dizaine de cas d’immobilisation des corps, quasiment autant de prélèvements de crânes et/ou de décapitations (confirmées par une étude anthropologique). À noter de plus quelques exemples d’enclouage de crânes – un cas a également été relevé à Ottange, un site très proche (SIMMER, 1988, p. 143-149). Il s’agit probablement de pratiques liées à des rituels magiques ou à des croyances « populaires », plus fréquents qu’on ne le pensait (fig. 6).

Fig. 6. Audun-le-Tiche : immobilisation d’un corps, in : SIMMER, 2017, p. 38.

Le christianisme

112Un constat assez surprenant : ces rites « déviants » sont bien plus nombreux que les attestations de christianisme. À Audun, les deux se côtoyaient sans problème… La seule nouveauté dans ce domaine provient de Fontoy avec deux cas, l’un du IVe, l’autre du VIIe siècle, donc aussi rare au Bas-Empire qu’au haut Moyen Âge. Peut-on associer cette sous-représentation au petit nombre de sarcophages des sites du Nord Mosellan ? Quant à la sépulture de Kirschnaumen, exceptionnelle à plus d’un titre, qui relève sans doute d’un christianisme « urbain » bien différent, elle était probablement celle d’un dignitaire ecclésiastique.

Viol et remploi des sépultures

113Un dernier point, assez épineux, touche aux remplois et aux violations de tombes ; ces phénomènes sont plus importants qu’on ne le croyait, et concernent souvent une bonne moitié des inhumations : à Audun 45 % de remploi, autant de violations, 50 % au moins à Vallange… Des pratiques assez peu fréquentes au VIe siècle et même avant ; pas un seul cas signalé à Fontoy au Bas-Empire, alors que quasiment pas un site du VIIe siècle n’y échappe.

114Les remplois étaient rarement accidentels, la plupart des sépultures étant bien matérialisées. De plus, elles étaient souvent assez profondes pour accueillir un ou plusieurs occupants sans un bouleversement systématique des inhumations antérieures. Ce sont donc des actes volontaires, qui se concrétisent la plupart du temps par une dispersion intégrale des ossements, voire par une vidange complète des fosses. Vu l’état des squelettes, les interventions ont eu lieu peu de temps après l’ensevelissement des corps, beaucoup des membres étant encore en connexion anatomique. Dans bien des cas, on peut considérer qu’il s’agit de véritables profanations, les ossements – rarement repoussés au fond des fosses – étant le plus souvent rejetés en vrac, sur ou à côté des tombes. Et ils sont demeurés là jusqu’à l’époque actuelle : certains secteurs de la nécropole d’Audun ressemblaient ainsi davantage à des zones d’équarrissage qu’à un cimetière… Et on ne reculait pas devant la difficulté, les dalles de couverture des tombes pesant souvent plusieurs centaines de kilos. Comment justifier de telles pratiques, qui dénotent une absence totale de respect des inhumés ?

115Ces actes s’accompagnaient bien souvent de violations ; la recherche de métaux précieux (boucles de ceinture, fibules) et/ou d’accessoires de valeur (épée) en étaient les raisons principales. À Audun, bon nombre de garnitures de ceintures damasquinées sont incomplètes, une partie ayant été « raflée » dans les tombes. Il s’agissait toujours d’agissements volontaires, touchant des inhumations présumées riches, et probablement de la part de villageois bien informés, voire de familiers… Là encore, aucun respect des corps, y compris pour ceux qui avaient embrassé la foi chrétienne : ainsi à Audun, où la présence de la célèbre croix pattée du VIIe siècle et de divers autres petits accessoires confirme la pratique du christianisme.

116Des phénomènes fort répandus si on en croit les rappels à l’ordre conciliaires, toujours aussi nombreux qu’inefficaces, et qui posent bien des questions. On a coutume de dire que les nécropoles sont le miroir de la société des vivants : faut-il y voir un fidèle reflet des conditions de vie et des mentalités au haut Moyen Âge ?

Les habitats

117Esquisser une synthèse des habitats du Nord Mosellan serait périlleux : les résultats, certainement non exhaustifs, sont à considérer avec prudence et interdisent de tirer des conclusions qui s’avéreraient caduques dans un proche avenir. Un premier constat : les lieux de vie n’étaient probablement pas toujours proches des nécropoles et beaucoup seraient à rechercher sous les villages modernes. Une surprise néanmoins : ils sont plus nombreux à l’ouest qu’à l’est – un secteur pourtant notoirement plus riche – soit des proportions rigoureusement inverses de celles des nécropoles.

118Les structures retrouvées consistent en fonds de cabane de dimensions variables, le plus souvent modestes, rectangulaires, à une ou deux nefs. Elles ne regroupent la plupart du temps que quelques maisons, tantôt isolées, tantôt relativement agglomérées, comme à Yutz.
Toutefois, ces ensembles correspondent souvent, mais pas toujours (Cattenom, Mondelange), à de petites unités d’habitation de faible importance. Seul Yutz, avec des bâtiments plus imposants et plus nombreux, a connu une extension conséquente. Vitry-Vallange fait exception : une dizaine de bâtiments, surtout des fonds de cabanes (certains associés à une activité métallurgique) a été exhumée, auxquels correspond une vaste nécropole mérovingienne. La découverte d’une monnaie d’or, la seule retrouvée dans un contexte d’habitat, est révélatrice d’un niveau social plus aisé.

119Le matériel recueilli ne contient jamais d’armes, uniquement des accessoires de la vie quotidienne, qui témoignent à l’évidence d’une existence aussi rustique que paisible : céramiques culinaires, petit outillage, très souvent en rapport avec le tissage – une activité manifestement très répandue – ou le petit artisanat (pelleterie et mégisserie à Florange) ; la culture de céréales est présente pratiquement partout. Une particularité : un atelier, relativement important, de transformation de bois de cerf à Mondelange.

120Il n’y a pas d’exemple d’habitat implanté sur un terrain vierge : ils le sont toujours en continuité d’une occupation antique, mais dans des conditions bien plus modestes, souvent même précaires, à base de matériaux légers. La plupart des vici gallo-romains ont conservé leur importance (Audun, Fontoy, Daspich), importance qui s’est prolongée la plupart du temps jusqu’au Moyen Âge. Yutz reste difficile à appréhender, en dépit des nombreuses découvertes, tant du Bas-Empire que du haut Moyen Âge (BLAISING, 2002) ; il n’est plus actuellement considéré comme un vicus, essentiellement du fait de l’étalement, jugé excessif, des diverses structures mises au jour. Il a pourtant joué un rôle de premier plan, ne serait-ce que par son exceptionnelle situation de port fluvial sur la Moselle.

121Hormis Vallange et Yutz qui émergent quelque peu, aucune impression de richesse n’émane de ces habitats, relativement nombreux mais de faible ampleur. L’ensemble demeure sans commune mesure ni avec l’occupation gallo-romaine antérieure ni avec l’importance, relative, de certaines nécropoles.

L’occupation du sol

122Avec quarante-cinq nécropoles mérovingiennes, on est bien loin de la densité d’occupation observée aux siècles gallo-romains, bien que le panorama des deux époques se révèle totalement inversé. On dénombre ainsi beaucoup de villae occupées entre le IIe et le IVe siècle, mais peu de nécropoles – les incinérations étant relativement dispersées et difficile à appréhender – alors qu’au haut Moyen Âge, les cimetières sont largement majoritaires au regard des sites d’habitats.

123La densité de ces villae gallo-romaines – appellatif aussi vague que commode qui s’applique en fait à des structures fort différentes – est remarquable et l’écart avec le haut Moyen Âge va du simple au double, les dernières découvertes n’ayant en rien modifié ce panorama.

124La datation de ces nouvelles nécropoles s’est peu modifiée, hormis quelques sépultures du Ve siècle, mieux perçues qu’auparavant. En fonction des taux d’occupation des sites, une baisse démographique paraît évidente, particulièrement au VIe siècle ; elle est nettement marquée dans l’arrondissement de Thionville-Ouest, où les cimetières de cette époque sont particulièrement rares. Une reprise s’amorce nettement au siècle suivant, tant par l’accroissement des cimetières que par le nombre des inhumés.

125Les raisons profondes de ce phénomène restent encore inconnues mais une situation politique pour le moins instable, en liaison avec un contexte troublé en Austrasie, est sans doute à l’origine de cette dépression, indissociable d’une précarité socio-économique sensible, entre autres, au niveau des habitats. Sans oublier les conditions sanitaires probablement précaires, liées aux épidémies, dont la peste, attestée au moins en 543 et 572 (BIRABEN, LE GOFF, 1969 ; CASTEX, 2011).

  • 4 On ne citera que le maréchal François de Bassompierre (1579-1646), familier d’Henri IV et de Louis  (...)

126Aucune organisation particulière ne se dégage au sein de ces nécropoles, aucun ordre évident. Tout apparaît comme si les communautés villageoises, sans être isolées, avaient évolué chacune selon un rythme propre : ainsi Audun, Fontoy et Bassompierre, quasiment limitrophes – à peine séparés par une quinzaine de kilomètres – n’ont-ils que fort peu de points communs, tant dans l’importance et l’extension des cimetières que dans la typologie des tombes, la chronologie, la variété du mobilier ou la richesse présumée de la population : l’occupation de Fontoy s’est établie sur cinq siècles, deux à Bassompierre, mais un seul à Audun, où les inhumations, exclusivement du VIIe siècle, s’expliquent toujours difficilement. Toutefois, l’importance de ces trois sites dès l’époque antique ne se démentira pas et se poursuivra au Moyen Âge par l’émergence de lignées nobles4et l’édification de maisons fortes, sièges de seigneuries florissantes jusqu’à la Révolution.

127Même si chaque ensemble conserve son individualité, deux particularités se confirment : la pérennité d’occupation d’origine romaine, patente partout, et l’uniformisation du mobilier funéraire. On rappellera que non seulement aucune nécropole n’a été établie sur un site vierge mais que les disparités demeurent et n’ont fait que se renforcer : l’ouest est beaucoup moins bien pourvu – seul Vitry-Vallange fait exception – alors qu’on constate une très nette concentration sur la rive droite de la Moselle, plus spécialement à l’est de Thionville, où la richesse du mobilier – et donc des inhumés – est bien plus marquée.

128Même s’il faut également rappeler que la rive gauche de la rivière a été totalement bouleversée par les implantations minières et sidérurgiques, suivies de la construction de multiples cités ouvrières, alors que la rive droite est restée par contre en majorité à vocation agricole, cette différence entre les deux rives de la rivière ne se justifie guère, d’autant que la principale voie romaine Lyon-Metz-Trèves-Cologne était implantée sur la rive gauche, mais que Caranusca (Hettange-Grande), important gîte d’étape sur ce tracé, disparaît totalement du paysage mérovingien.

De nouveaux centres

129Quelques nouveautés : ainsi Thionville, qui contrairement aux idées reçues, n’est en rien une création carolingienne ; les découvertes antérieures, de toutes époques, bien que diffuses, sont nombreuses. Même si les témoignages spécifiquement mérovingiens sont rares, ils sont indéniables, et la mise au jour de plusieurs monnaies d’or du VIe siècle – des tremissis de Justin et de Justinien probablement hors de contexte funéraire (découvertes anciennes, mal documentées ; Simmer, 1987, p. 377) – atteste un niveau de richesse certain. Gabriel Stiller avait signalé la découverte (vers 1975 ?) d’une inhumation de cheval près de la Tour aux Puces, où plusieurs sépultures avaient déjà été mises au jour. Les ossements auraient été envoyés en Allemagne « pour étude », sans nouvelle depuis...

  • 5 Archives Départementales de la Meuse, 11 F 79,3 (copie du XVIe siècle).

130Un élément supplémentaire, inconnu jusqu’alors, renforce encore l’importance de ce site : l’activité du port local. En effet, la première mention de Thionville, en 707, provient d’un acte citant, parmi les redevances seigneuriales dues par la communauté d’Étain (Meuse) au monastère de Saint-Euchaire de Trèves, du froment à voiturer jusqu’à Dietenhouen5. Pourquoi de telles contraintes, si ce n’est pour transporter les céréales par bateau jusqu’à Trèves ?

131Thionville n’a cessé de gagner en importance à l’époque carolingienne, où la cité est devenue résidence impériale, fort appréciée, au détriment de Yutz qui perdra alors peu à peu son rôle, mais sans disparaître pour autant. Drogon, fils de Charlemagne, demi-frère de Louis le Pieux et évêque de Metz, y tiendra encore un concile en 844 (Glansdorff, 2003) et la ville deviendra siège d’un comté au IXe siècle (comitatu Judiciacensi, 973) (HIEGEL, 1986, p. 377). Toutefois, les modalités et les raisons profondes de ce glissement d’activités restent obscures.

132Les découvertes mérovingiennes ont parfois permis la mise en lumière de centres à l’importance sous-estimée jusqu’alors : ainsi Vitry, Vallange, Gandrange et Beuvange, qui appartenaient, jusqu’à la Révolution, à une même paroisse étendue, vestige probable d’un vaste domaine polynucléaire antique. Le plus significatif reste le « triangle d’or » Thionville-Sierck-Monneren (SIMMER, 2015), d’où proviennent presque exclusivement toutes les monnaies d’or mises au jour dans le Nord Mosellan. La proximité de Trèves, capitale d’Empire, a certainement joué un rôle dans le développement de ce « lieu de pouvoir » dès l’époque romaine et dans sa pérennité au haut Moyen Âge, qui reste encore à préciser.

133On découvre également des activités restées dans l’ombre jusqu’alors. Ainsi la viticulture, qui demeure néanmoins à un niveau nettement plus modeste que les installations viticoles de la vallée de la Moselle tréviroise. Les vestiges liés à la sidérurgie sont plus évidents. Alors que le travail du fer était relativement mal connu jusqu’à présent, les dernières prospections ont révélé de nombreux ateliers, souvent de faible ampleur, mais parfois bien plus significatifs comme à Vallange, où la présence d’une monnaie d’or préfigure peut-être la fortune future des maîtres de forges lorrains.

134Il n’y a là rien de surprenant car les vallées de la Fensch et de l’Orne concentrent des filons de minerai de fer parmi les plus riches de Lorraine. À Aumetz, Ottange et Audun existent toujours d’énormes gisements – tant de fer oolithique que de « fer fort » – exploités jusqu’au début du xxe siècle. Des recherches récentes ont confirmé que certains d’entre eux avaient été en usage dès l’époque romaine et mérovingienne (LEROY et alii, 2015, p. 25-75). Et à Audun, l’immense minière du Bois de Butte se développe à quelques centaines de mètres du site mérovingien, dont quelques sépultures ont révélé des scories métallurgiques. Le grand nombre de damasquinures qui y ont été découvertes, et qui, en dépit des nombreux pillages, dépassent, en quantité et même en qualité, la proportion habituelle des nécropoles voisines, s’explique ainsi facilement. Mais c’est la quête de ce minerai qui a amputé une part non négligeable de la nécropole, sans doute dès le Moyen Âge (fig. 7).

Fig. 7. Damasquinures d’Audun-le-Tiche, in : SIMMER, 2017, p. 54.

Conclusion

135À l’issue de ce tour d’horizon, qui ne peut qu’être imparfait, un constat s’impose : les hommes et leurs habitats se sont maintenus aux mêmes emplacements au-delà des siècles. Même les sondages de faible ampleur l’ont confirmé (BLAISING, 2003, p. 295-296). Et lorsque les investigations archéologiques ont été plus poussées, les conclusions sont sans appel : ainsi à Yutz avec une étonnante concentration sur une surface restreinte. Et il est significatif de relever que parmi les quelques rares nécropoles mises au jour ces dernières années, deux d’entre elles (Fontoy et Daspich) ont été occupées en continuité du Bas-Empire au haut Moyen Âge. Mais la vie quotidienne a changé et tend incontestablement vers un appauvrissement : moins de monde, moins de richesses, ce qui trahit d’évidentes difficultés.

136Même sur les rives de la Moselle, pourtant manifestement favorisées, l’impression d’ensemble ne laisse pas de surprendre, sans aucun rapport avec l’aisance relevée un peu partout aux siècles gallo-romains. On peut se demander si le taux très élevé de violations et de remplois des sépultures du VIIe siècle ne serait pas lié à ce contexte difficile. En dépit d’une baisse démographique et de conditions de vie à l’évidence plus sommaires, l’occupation du sol reste dans la droite ligne des siècles gallo-romains, sans implantation nouvelle et sans apport de population extérieure.

137Loin de toute généralisation abusive et réductrice, il n’y a là rien qui puisse rappeler, de près ou de loin, une colonisation massive et un déferlement germanique, tels qu’on les a présentés longtemps, essentiellement sur des critères toponymiques. Un vaste sujet, impossible à exploiter en détails ici, mais qui se doit d’être abordé : du celtique Modovera (Moyeuvre) ou Noviomagus (Kirschnaumen) au latin Aqueductus (Audun) en passant par Métrich, Ottange, Angevillers, Terville, et Cattenom, l’occupation du sol ignore superbement une toponymie simplement issue de domaines linguistiques différents sans aucun lien avec une « conquête franque ».

138L’étude du Nord Mosellan au haut Moyen Âge a mis en lumière une réalité archéologique en totale contradiction avec les théories traditionnelles qui n’ont fait de l’espace mosellan qu’une caricature de l’Histoire, et qu’un argumentaire toponymique simpliste a voulu réduire à un simple processus d’invasions extérieures. Il reste maintenant à décrypter les arcanes de la difficile transition entre le Bas-Empire et le haut Moyen Âge.

  • 6 Sur l’origine vernaculaire de la langue germanique mosellane, sans rapport avec le « francique » de (...)

139On peut voir dans cette étude la confirmation de conclusions émises dès 1987 (SIMMER, 1987, p. 394-396) et dorénavant confortées par un large courant de la recherche actuelle : il n’est plus possible de continuer à imputer à l’époque mérovingienne l’empreinte germanique de la toponymie et des parlers mosellans et de faire d’une simple différenciation linguistique un antagonisme ethnique6.

140Le mythe de la Moselle franque a vécu. Une évidence archéologique qu’il serait temps de mettre à la disposition du grand public qui assimile toujours les Mosellans du haut Moyen Âge à des barbares hurlants, le scramasaxe entre les dents…

Haut de page

Bibliographie

À la recherche de ‘Judicium’ : le passé archéologique de Yutz, Catalogue d’exposition, Thionville, Musée de la Tour aux Puces, juin-sept. 2015, 100 p.

BIRABEN J.-N., LE GOFF J., 1969, « La peste dans le Haut Moyen Âge », Annales Économie - Sociétés - Civilisations, 24ème année, N° 6, p. 1484-1507.

BLAISING J.-M., 1998, Terville, rue Haute, DFS de fouille d’archéologie préventive, Metz, SRA.

BLAISING J.-M., 2000, « Évolution de l’habitat sur le terroir de Yutz (Moselle, France) », in : KLÁPŠTĚ J. ed., Ruralia III : Conference Ruralia III, Maynooth, 3rd-9th Sept. 1999, Prague, Institute of Archaeology, p. 120-155 (Památky archeologické - Supplementum 14).

BLAISING J.-M., 2002 « Yutz (57), archéologie d’un terroir des Âges des métaux au XIXe siècle », Archaeologia mosellana, 4, Luxembourg-Metz-Sarrebruck, p. 185-217.

BLAISING J.-M., 2003, « L’habitat du haut Moyen Âge en vallée de Moselle : situation par rapport aux sites antiques et au bas Moyen Âge », in : PASSARD F., GIZARD S., URLACHER J.-P. dir., Burgondes, Alamans, Francs, Romains : dans l’Est de la France, le Sud-Ouest de l’Allemagne et la Suisse, Ve-VIIe siècle ap. J.-C., Actes des XXIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Besançon, 20-22 oct. 2000, Besançon, Presses univ. franc-comtoises, p. 287-311 (Annales litt. de l’Univ. de Franche-Comté, 756 – Série art et archéologie, 47).

BLAISING J.-M., GÉRARD F., 2006, Vallange, un village retrouvé : les fouilles archéologiques de la Zac de La Plaine, Vitry-sur-Orne, 55 p.

BLAISING J.-M., FRAUCIEL M., 2007, « Haute-Yutz, le temps d’un village », Les Cahiers lorrains, p. 52-73.

BLAISING J.-M., VANMOERKERKE J., 1991, Amnéville, ZAC Sirius, terrain cimenterie, partie est, Rapport de fouille, SRA Lorraine, Metz.

CASTEX D., 2011, « La mort épidémique au Moyen Âge », in : BALACE S., De POORTER A. dir., Entre paradis et enfer : mourir au Moyen Âge, 600-1600, Bruxelles, Fonds Mercator, p. 31-41.

FLOTTÉ P., FUCHS M., 2004, La Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 893 p. (Carte archéologique de la Gaule, 57-1).

GAMBS A., GUILLAUME J., SIMMER A., STILLER G., 2002 « La nécropole mérovingienne de Montenach (Moselle) », R.A.E., t. 51-2001/2002, p. 335-360.

GÉRARD F., 2009, Vitry-sur-Orne, ZAC de la Plaine, Metz, Rapport de fouille Inrap.

GÉRARD F., 2018, L’extension nord de la nécropole mérovingienne de Koenigsmacker-Métrich, 2018, Rapport de fouille Inrap.

GLANSDORFF S., 2003, « L’évêque de Metz et archichapelain Drogon (801/802-855) », Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 81, p. 945-1014.

GUILLAUME J., 2010, La nécropole médiévale du Mont-Saint-Germain (VIe-XVe siècle) à Châtel-Saint-Germain (Moselle), Nancy, Presses univ. de Nancy, 526 p. (Coll. Archéologie, espaces, patrimoines).

GUILLOTIN S., MAUDUIT A., 2012, Rapports d’opération Vitry/Vallange, Antéa, Habsheim (fouilles 2010).

HAGÈGE C., 2009, Dictionnaire amoureux des langues, Paris, Plon, 730 p.

HAUBRICHS W., 1985, « Wüstungen und Flurnamen : Überlegungen zum historischen und siedlungsgeschichtlichen Erkenntniswert von Flurnamen im lothringischsaarländischen Raume », in : SCHÜTZEICHEL R. dir., Gießener Flurnamen-Kolloquium, 1-4 Okt. 1984, Heidelberg, Winter, p. 481-527 (Beiträge zur Namensforschung, 23).

HEBBERT N., SIMMER A., WAGNER R., 2001, « Tombes du Bas-Empire à caractère militaire de la région de Thionville (Moselle) », R.A.E., t. 50-1999/2000, p. 411-421.

HIEGEL H., HIEGEL C., 1986, Dictionnaire étymologique des noms de lieux du département de la Moselle, Sarreguemines, chez l’auteur, 385 p.

LANSIVAL R., 2006 « Premiers résultats de l’opération d’archéologie préventive rue de la ‘Vieille Porte’ à Thionville en 2003 », Les Cahiers du Pays thionvillois n° 14, p. 10-12.

LANSIVAL R., 2007, « La nécropole mérovingienne de Metzervisse (Moselle) », R.A.E., t. 56-2007, p. 231-310.

LEFEBVRE A., 2011, Kuntzig, Moselle, ‘Z.A.C. des Passereaux’ : une cave gallo-romaine et un cimetière mérovingien, Metz, Rapport de fouille Inrap.

LEGENDRE J.-P., KRAUSZ S., 1989, « Deux fosses mérovingiennes d’habitat avec traces d’artisanat à Florange (Moselle) », in : A.F.A.M. éd., Actes des Xe journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Metz, 20-23 oct. 1988, Metz, Pierron, p. 125-132.

LEGENDRE J.-P., 2014, « L’armée romaine en Lorraine : essai de bilan », Archaeologia Mosellana, 9, Luxembourg, Faber, p. 435-500.

LEGOUX R., 2005, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Saint-Germain-en-Laye, Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 543 p. (Mémoires de l’AFAM, XIV).

LEGOUX R., PÉRIN P., VALET F., 2016, Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, Saint-Germain-en-Laye, Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 4e éd. revue, corrigée et augmentée, 71 p. (Bull. de liaison de l’AFAM, numéro h.-s., 1).

LEROY M., MERLUZZO P., LE CARLIER C., 2015, Archéologie du fer en Lorraine : minette et production du fer en bas fourneaux dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Thionville, éd. Fensch Vallée, 367 p.

PEYTREMANN É., 2008, « La nécropole de Métrich à Koenigsmacker (Moselle) », in : GUILLAUME J., PEYTREMANN É. éd., L’Austrasie, société, économies, territoires, christianisation, Nancy, Presses univ. de Nancy, p. 257-268 (Mémoires de l’AFAM, XIX).

Radegonde, Bathilde et Glossinde : féminités au temps des Mérovingiens, Catalogue d’exposition au Musée de la Tour aux Puces, 10 juin-5 nov. 2017, Thionville, 2017.

RASSART V., 2011, Stuckange–Distroff–Metzervisse (57), Rapport de diagnostic archéologique, SRA, Metz-Bliesbruck.

RODET-BELARBI I., GAZENBEEK M., 2014, « L’exploitation des bois de cervidés à l’époque mérovingienne sur le site de Mondelange (Moselle) », R.A.E., t. 63-2014, p. 259-300.

SEILLY M.-P., 1995, La nécropole de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge de Fontoy (Moselle), Tours, UFR d’Histoire, 2 vol.

SIMMER A., 1987, « Le nord du département de la Moselle à l’époque mérovingienne », R.A.E., t. 38-1987, p. 333-396.

SIMMER A.,1988, Le cimetière mérovingien d'Audun-le-Tiche, Paris, éd. Errance, 160 p. (Mémoires de l’AFAM, II).

SIMMER A., 1993, La nécropole mérovingienne d’Ennery, Rouen, Ass. française d’Archéologie mérovingienne/Thionville, Soc. d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine, 125 p. (Mémoires de l’AFAM, IV).

SIMMER A., 2015, « Le trésor de Monneren et le ‘triangle d’or’ mosellan du VIe siècle », Le Pays lorrain, vol. 96, p. 311-316.

SIMMER A., 2017, Audun-le-Tiche mérovingien, Metz, éd. Les Paraiges, 63 p.

THÉOBALD N., 1975, Montenach : monographie d’un village lorrain, Obernai, chez l’auteur, 211 p. (Coll. Région de Thionville, études historiques, 31).

Haut de page

Notes

1 Un grand merci à Jean-Marie Blaising pour sa précieuse collaboration.

2 Gabriel Stiller (1921-2006) était conservateur du musée de la Tour aux Puces et historien de Thionville.

3 On été retenues : vingt-deux sépultures d’Audun, cinq de Châtel, quatre d’Ennery et trois de Montenach ; communication personnelle de René Legoux.

4 On ne citera que le maréchal François de Bassompierre (1579-1646), familier d’Henri IV et de Louis XIII, issu de la seigneurie éponyme.

5 Archives Départementales de la Meuse, 11 F 79,3 (copie du XVIe siècle).

6 Sur l’origine vernaculaire de la langue germanique mosellane, sans rapport avec le « francique » de Clovis, lire la mise au point de Claude Hagège, Dictionnaire amoureux des langues, Paris, 2009, p. 266-273.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Nord Mosellan à l’époque mérovingienne. Carte de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12982/img-1.png
Fichier image/png, 103k
Légende Fig. 2. Plan de la nécropole de Fontoy, d’après SEILLY, 1995, p. 6.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12982/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Légende Fig. 3. Vallange : tombe de cavalier, in : BLAISING, GÉRARD, 2006, p. 32.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12982/img-3.png
Fichier image/png, 4,5M
Légende Fig. 4. Pendentif de Métrich, d’après Radegonde, Bathilde et Glossinde, 2017, p. 55.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12982/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Fig. 5. Schéma d’un bâtiment de Vallange, in : BLAISING, GÉRARD, 2006, p. 26
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12982/img-5.png
Fichier image/png, 464k
Légende Fig. 6. Audun-le-Tiche : immobilisation d’un corps, in : SIMMER, 2017, p. 38.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12982/img-6.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Fig. 7. Damasquinures d’Audun-le-Tiche, in : SIMMER, 2017, p. 54.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/12982/img-7.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Simmer, « Le Nord Mosellan à l ’époque mérovingienne : un nouveau bilan », Revue archéologique de l’Est, Tome 68 | 2019, 227-241.

Référence électronique

Alain Simmer, « Le Nord Mosellan à l ’époque mérovingienne : un nouveau bilan », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 68 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rae/12982

Haut de page

Auteur

Alain Simmer

Archéologue indépendant, docteur en Histoire ; 36 rue des Fontaines, 57390 Audun-le-Tiche.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search