Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 68Notes et documentsLandelinus, l’auteur de la plaque...

Notes et documents

Landelinus, l’auteur de la plaque-boucle mérovingienne au Christ de l’Apocalypse découverte à Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) serait-il saint Landelin ?

Henri Gaillard de Sémainville
p. 349-354

Résumés

Cette note concerne l’exceptionnelle plaque-boucle au Christ cavalier de l’Apocalypse découverte à Ladoix-Serrigny et étudiée précédemment dans cette revue. Son objectif est de discuter l’hypothèse récemment émise selon laquelle saint Landelin, qui a vécu au VIIe siècle dans le nord de la Gaule, serait Landelinus, l’auteur de cet objet. Plusieurs arguments militent en faveur de cette interprétation qui nous paraît donc plausible, même si elle reste fragile. Il est également envisagé de localiser cette fabrication dans le prestigieux monastère de Luxeuil. Mais il s’agit là encore d’une hypothèse.

Haut de page

Texte intégral

1Nous avons eu l’occasion, dans cette revue (GAILLARD de SÉMAINVILLE, 2003), de nous intéresser à l’exceptionnelle plaque-boucle au Christ cavalier armé découverte à Ladoix-Serrigny en 1971 (DEYTS, ROLLEY, 1971 ; PERRIAUX, 1972). Notre attention s’est portée avant tout sur la scène qu’elle représente, en l’occurrence le Christ de l’Apocalypse triomphant au moment du jugement dernier, tandis que la question de l’auteur de cet objet nous a moins retenu. Nous avons toutefois proposé de voir dans Landelinus un homme d’Église ou, pour le moins, quelqu’un ayant reçu une éducation religieuse assez poussée et ayant peut-être travaillé dans un monastère de Burgondie. Il ne nous a pas paru possible d’aller plus loin sur ce plan.

2Or la question a été relancée il y a peu par Paolo Serra, un auteur italien qui a vu dans Landelinus saint Landelin, connu pour avoir fondé plusieurs monastères dans le nord de la Gaule au VIIe siècle (SERRA, 2016a et b). Cette identification a naturellement retenu notre attention, d’autant plus que, comme nous le verrons, si elle s’avérait plausible, elle apporterait des informations d’un grand intérêt. Encore faut-il qu‘elle soit discutée et étayée, ce que n’a pas fait Paolo Serra, dont le propos ne portait pas principalement sur ce point, il est vrai. Le but de cette note est donc d’examiner la vraisemblance de cette hypothèse et d’en évoquer la portée.

La plaque-boucle de ladoix : rappel (fig. 1)

  • 1 Monsieur Christian Perrin, qui possède l’objet. Il s’agit d’un cimetière qui paraît avoir compté de (...)

3Elle a été découverte fortuitement en contexte funéraire à l’occasion de travaux de terrassement réalisés à son domicile par un viticulteur1. Elle était portée par un homme, comme l’indique la présence d’un scramasaxe dans la tombe.

Fig. 1. La plaque-boucle de Ladoix-Serrigny, grandeur nature (dessin Claire d’Arbaumont, Direction des Antiquités historiques de Bourgogne).

4En bronze, avec sa plaque rectangulaire, elle se rattache à un groupe de garnitures de ceinture bien connu en Burgondie sous la dénomination de « groupe D » (MARTIN, 1991, p. 40, note 22). Sur la base des travaux de Max Martin, elle peut être datée du VIIe siècle. Dans la publication de 2003 (p. 300-301), à partir d’arguments purement morphologiques, nous avions envisagé avec prudence de la situer plus précisément au début de ce siècle, sans écarter toutefois la possibilité d’une datation plus basse.

  • 2 Sur ce point on pourra se reporter par exemple à l’article de Cécile Treffort (TREFFORT, 2002, p. 3 (...)

5Ce qui fait l’originalité de cet objet – et même son caractère unique à ce jour – c’est le décor et l’inscription latine qui y figurent. Cette dernière peut être traduite de la façon suivante (c’est du moins la version que nous avions proposée en 2003) : Landelinus a fait (une représentation de) la Divinité. Qui possèdera ces choses, qu’il vive jusqu’à la millième année dans le Seigneur. La mention de son auteur est un premier point remarquable, car elle est très peu fréquente sur les plaques-boucles mérovingiennes2. On soulignera par ailleurs le recours au mot numen, parfois employé par les chrétiens pour désigner le Christ, et dont la connotation de puissance et de grandeur divines va bien avec la nature de la scène représentée. Il est vrai que ce mot peut désigner aussi l’objet lui-même, en tant qu’objet doté de vertus divines, voire magiques. La suite de l’inscription pourrait du reste le confirmer puisqu’elle constitue un appel à la protection divine en faveur de l’acquéreur de cet objet. La dimension millénariste de cette invocation complète la référence au thème de l’Apocalypse dont est tiré le décor de la plaque.

  • 3 Dans notre étude de 2003, nous avons relevé en outre des détails qui nous ont paru significatifs. O (...)

6Il s’agit plus précisément du jugement dernier, le moment où, à l’expiration des mille ans, le Christ a vaincu Satan. La scène figure un Christ cavalier armé, triomphant, avec à sa droite la croix chrismée symbolisant le bien et à sa gauche la Bête vaincue, personnifiant le mal3. Plus que l’accumulation des symboles chrétiens (croix potencée en tête de l’inscription, croix chrismée au-dessus de la tête du cheval, chrisme sur la base de l’ardillon), ce qui frappe surtout est le caractère belliqueux et menaçant de la représentation du Christ. C’est une représentation très inhabituelle à l’époque, comme l’est également la référence au récit de l’Apocalypse. Dans notre étude de 2003, nous avions par ailleurs relevé le caractère franc de l’armement du Christ et suggéré qu’un tel objet aurait pu s’adresser en priorité à une clientèle d’origine germanique. Enfin, c’est devant le côté puéril du dessin, qui contraste avec la connaissance du latin et des Écritures dont témoigne cette « œuvre » fièrement signée par son auteur, que nous avions suggéré que Landelinus pouvait être un homme d’Église jouissant d’une certaine autorité morale.

Que sait-on de saint Landelin ?

  • 4 C’est le cas par exemple de la notice de Wikipédia.
  • 5 C’est grâce à Laurent Verslype, professeur à l’Université catholique de Louvain et président de l’A (...)

7La vie de saint Landelin est assez mal connue car les sources dont nous disposons pour la reconstituer sont tardives et imprécises. Il s’agit essentiellement de vies de saints qui ne sont pas antérieures au Xe s., à commencer par la plus ancienne, la Vita Landelini en prose. On sait par ailleurs que le but de ces récits hagiographiques étant l’édification des populations, les faits qu’ils retiennent le sont généralement en fonction de leur portée sur ce plan plutôt que de leur véracité historique. De même, les biographies actuelles du saint tiennent encore parfois un peu trop du récit hagiographique4. Mais nous disposons aussi, fort heureusement, d’études d’historiens conduites avec esprit critique, auxquelles nous avons eu recours pour rédiger les lignes qui suivent. Il s’agit principalement des articles d’Alain Dierkens (en particulier DIERKENS, 1985) et d’Anne-Marie Helvétius (HELVÉTIUS, 1987 et 1994), ainsi que d’un mémoire universitaire (MOREAUX, 2007)5.

  • 6 On connaît un autre saint Landelin, à peu près contemporain de celui-ci, qui est l’objet d’un culte (...)

8Landelin6 est né à Vaux dans le pagus de Cambrai (aujourd’hui dans le département du Pas-de-Calais, arrondissement d’Arras) au sein d’une famille de l’aristocratie franque. Cette naissance se situe entre 629 et 639, sous le règne de Dagobert, peut-être plus précisément vers la fin des années 630 (HELVÉTIUS, 1987, p. 230). Enfant, il est confié à Aubert, l’évêque de Cambrai qui l’avait baptisé. Celui-ci lui donne une éducation soignée – et notamment le « goût des Écritures » (DIERKENS, 1985, p. 92, note 5) – dans l’espoir d’en faire plus tard un clerc. Mais, jeune homme, Landelin est entraîné par des membres de sa famille et vit en brigand pendant plusieurs années. Il se fait appeler alors Maurosus, une sorte de nom de guerre qui signifierait « homme difficile, pénible, maussade » (ibid., p. 91 ; traduction toutefois mise en doute par HELVÉTIUS, 1994, p. 94, note 13). Cet épisode se situerait vers 657-660 si l’on suit A.-M. Helvétius (HELVÉTIUS, 1987, p. 230). Terrifié par une vision qui lui enjoint de se repentir, il fait amende honorable et revient chez Aubert implorer son pardon. Il fait pénitence dans un monastère avant d’effectuer des voyages à Rome (deux ou trois selon les sources), dont le dernier en compagnie de deux disciples, Adelin et Domitien. Entre-temps, Aubert le fait accéder à la cléricature, puis au diaconat et enfin à la prêtrise.

  • 7 Landelin n’en est pas moins le fondateur de cette prestigieuse abbaye bénédictine. Lobbes se situe (...)
  • 8 « Landelin ne souhaitait certainement pas organiser une communauté ; il aspirait seulement à une vi (...)
  • 9 L’abbaye d’Aulne est située à Thuin, en Belgique, et Wallers est en France, dans le département du (...)
  • 10 Ville française frontalière, non loin de Valenciennes. Sur les raisons qui ont pu pousser Landelin (...)
  • 11 Le culte de saint Landelin, qui paraît débuter dès le lendemain de sa mort, « est bien attesté au m (...)

9À l’issue de ce dernier voyage, toujours accompagné de ses deux disciples (il le sera jusqu’à la fin de sa vie), il s’établit à Lobbes, sur la Sambre, où il construit, avec l’accord (ou à la demande) d’Aubert, un premier établissement monastique très modeste, sans rapport avec ce que deviendra plus tard cette abbaye7. Landelin n’aurait-il eu alors d’autre dessein que de se retirer dans la prière, la méditation et l’ascétisme, ainsi que le pense Alain Dierkens ?8 Il crée également deux autres établissements monastiques à proximité de Lobbes, dont ils constituent des dépendances, à Aulne et Wallers9. Arrivé à Lobbes entre 665 et 670, et après avoir richement doté sa création, il la quitte au bout d’une vingtaine d’années (entre 687 et 689) pour fonder un nouvel établissement religieux, à Crespin10. Là aussi, ce qui semble avoir été un simple ermitage au début devient bientôt une abbaye. Landelin meurt à Crespin où il est inhumé, sans doute dans l’église Saint-Pierre qu’il avait fondée. Il serait mort à un âge avancé, un 15 juin, jour auquel il est fêté par l’Église, mais l’année 686 à laquelle celle-ci situe le décès est invraisemblable eu égard à la date proposée par A.-M. Helvétius pour son arrivée à Crespin. Une date plus tardive – vers la fin du siècle ? – est plus plausible11.

10La question que l’on doit naturellement se poser est celle du degré de véracité de ce récit. Alain Dierkens souligne à juste titre que certaines affirmations des sources sont des lieux communs des récits hagiographiques, comme les trois voyages à Rome (avec l’importance du chiffre trois) ou l’origine noble de la famille de Landelin (DIERKENS, 1985, p. 94). Pour autant cela ne signifie pas que l’on doive les réfuter systématiquement. Tout en observant que les sources concernant Landelin divergent parfois sur ce point, Audrey Moreaux estime ce pèlerinage plausible, dans un but de repentance, et rappelle qu’il était fréquent que les abbés et les évêques de l’époque se rendent à Rome (MOREAUX, 2007, p. 82). Quant aux origines aristocratiques de Landelin, elles paraissent très vraisemblables. N’oublions pas le contexte du VIIe siècle, marqué par le succès sans précédent que rencontrent dans ces milieux la fondation et la dotation de monastères, ainsi que l’érémitisme, notamment en Gaule du Nord (HEUCLIN, 1988 ; MOREAUX, 2007, p. 83-84). Par ailleurs, Alain Dierkens considère comme des aspects positifs du récit la naissance à Vaux, les liens avec Aubert (lesquels confirmeraient du reste, selon nous, l’appartenance de la famille de Landelin à l’aristocratie), la « conversion » après la période de brigandage et les fondations de Lobbes, Crespin, Aulne et Wallers (DIERKENS, 1985, p. 94). Nous disposons donc de bases certes moins précises et pas toujours aussi fiables que ce que nous aurions souhaité, mais utilisables pour la suite de notre réflexion.

Landelinus peut-il être saint Landelin ?

11Examinons pour commencer ce qui, dans la vie et la personnalité de Landelin, pourrait aller dans le sens de l’hypothèse de Paolo Serra.

  • 12 Rappelons cependant qu’un nom précédé d’une croix n’implique pas forcément une appartenance au cler (...)

12L’époque à laquelle il a vécu n’est pas du tout incompatible, tout d’abord, avec la période envisageable pour la fabrication de l’objet (nous préciserons ce point infra). Ainsi que nous l’avions proposé dans notre étude de 2003, la nature de son travail donne à penser que Landelinus n’est pas un professionnel de ce genre d’artisanat, mais serait plutôt un homme d’Église ayant une bonne connaissance des Écritures et du latin. Landelin correspond à ce portrait, lui qui a reçu d’Aubert une éducation religieuse sans doute approfondie (cf. supra). Quant à son éventuelle appartenance au clergé, le fait que sur l’inscription le nom de Landelinus soit précédé d’une croix peut-il la suggérer ?12 On pense au prêtre Alius qui, sur la plaque-boucle découverte à Yvoire (Haute-Savoie), fait aussi précéder son nom d’une croix (TREFFORT, SERRALONGUE, 1997). Mais il se dit clairement presbyter, ce qui n’est pas le cas de Landelinus. Peut-on en déduire que s’il s’agit de Landelin, il n’était pas encore prêtre ? En effet on peut penser que celui qui choisit de signer son œuvre n’aurait pas hésité à donner cette précision si, comme Alius, il avait été prêtre. Il est probable en effet qu’un tel titre devait constituer aux yeux de l’acquéreur de la plaque-boucle une garantie supplémentaire de la valeur et de l’efficacité de celle-ci…

13Si l’on se rapporte à la vie de Landelin, cela pourrait signifier que l’objet aurait été fabriqué dans la période de ses voyages à Rome – en admettant la véracité de ceux-ci –, lorsqu’il est déjà clerc, mais pas encore prêtre. Ce serait une traduction de la pénitence à laquelle il s’est soumis, et la première manifestation connue du zèle évangélisateur dont témoignent sa vie postérieure et ses créations d’établissements religieux. Cet « enthousiasme de néophyte », pour reprendre la formule de Gérard Moyse (MOYSE, 1973, p. 424), se serait ainsi traduit par une réalisation qui ne se recommande pas par ses qualités artistiques mais par le message qu’elle porte, un message destiné à contribuer à la diffusion de la foi.

14Nous avons souligné par ailleurs le possible contexte germanique, et plus particulièrement franc, que pouvait traduire ce Christ cavalier belliqueux, brandissant des armes qui nous ont paru caractéristiques. Or, Landelin serait précisément issu d’une famille franque. Rappelons également son passé au sein d’une bande de brigands. Il a baigné sans doute pendant plusieurs années dans la violence avant d’avoir une vision qui l’a effrayé et l’a ramené brutalement à la foi. Ne pourrait-on voir dans le choix de cette figuration très inhabituelle à l’époque et dans cette mise en garde quelque peu effrayante qu’elle illustre le reflet d’un tel passé qui a forcément profondément marqué celui qui se faisait alors appeler Maurosus… ? En d’autres termes, l’originalité de cette iconographie ne pourrait-elle pas trouver une partie au moins de son explication dans l’histoire personnelle hors du commun de Landelin ?

  • 13 Il est admis par beaucoup d’auteurs que des monastères ont pu être des lieux privilégiés de product (...)
  • 14 Il nous semble du reste, en observant attentivement l’objet, que le décor de la boucle et de l’ardi (...)

15On objectera que la plaque-boucle de Ladoix appartient à un groupe de garnitures de ceinture dont la fabrication est généralement située en Burgondie. Même si des productions comparables proviennent manifestement aussi du sud de la Gaule, le lieu de découverte de celle-ci, près de Beaune, au cœur de la Bourgogne actuelle, fait qu’elle a toutes les chances d’avoir été fabriquée non loin de là. En tout cas, elle n’a certainement pas pu être produite dans le nord de la Gaule, d’où est originaire et où a vécu Landelin. Mais l’obstacle peut être aisément levé si l’on considère comme avérés les voyages à Rome qu’il aurait effectués. Lors d’un de ces voyages, il aurait parfaitement pu faire une halte dans un monastère13 de Burgondie, une région bien située entre le nord de la Gaule et l’Italie, et y fabriquer auprès d’artisans locaux des garnitures de ceinture du type de celles que produisaient ceux-ci14. Une telle hypothèse conduirait à dater la plaque-boucle des années 660-665, une datation parfaitement compatible avec les chronologies admises à ce jour pour ce type d’objet (MARTIN, 1991 ; cf. supra).

  • 15 Comme cela nous a été confirmé par Anne-Marie Helvétius, que nous remercions.

16Ceci nous conduit à nous demander si l’on peut avoir une idée du monastère dans lequel Landelin aurait pu travailler. Certaines de ses biographies contemporaines font état de monastères prestigieux dans lesquels il aurait fait étape lors de ses voyages à Rome. Si ces mentions ne reposent sur aucune source sérieuse15, notre attention a toutefois été attirée par l’une d’entre elles, celle de Luxeuil. Le célèbre monastère fondé par saint Colomban nous semble, en effet, avoir pu accueillir Landelin. Nous pensons qu’il existe un certain nombre d’arguments en ce sens.

  • 16 BULLY et alii, 2015, p. 15-17. Il s’agit d’une fosse avec rejets révélant une activité métallurgiqu (...)
  • 17 Sur ce point, on pourra se reporter à MOYSE, 1973, p. 90 et 472, ou à ROUSSEL, 1941-1942, t. 2.
  • 18 Sur cette question des liens entre le nord de la Gaule et Luxeuil, on pourra aussi se reporter à MÉ (...)
  • 19 « L’abbatiat de Walbert fut exceptionnellement fécond et glorieux : des nobles, des comtes palatins (...)
  • 20 « Comme Colomban, son deuxième successeur à Luxeuil [Walbert] se retirait périodiquement au désert, (...)

17Situé dans le nord de la Burgondie, Luxeuil est un centre artisanal très actif dans l’Antiquité pour les arts du feu – avant tout dans le domaine de la céramique, il est vrai –, mais la métallurgie n’y est pas inconnue, loin de là : des traces d’activité métallurgique du haut Moyen Âge y ont aussi été identifiées16. Mais Luxeuil s’illustre surtout par son rayonnement extraordinaire, en particulier à l’époque précise qui nous intéresse, tant parmi les hommes d’Église qu’au sein du reste de la population. Beaucoup de moines, d’abbés et d’évêques y ont séjourné, dont des personnages illustres comme saint Éloi qui y a fait de fréquentes visites17. Nombreux sont les moines issus de Luxeuil ou proches de Luxeuil que l’on retrouve au VIIe s. à la tête de monastères ou de diocèses, en particulier dans le nord de la Gaule (CATRIN, 1951, p. 244 ; COOLEN, 1951, p. 363)18. Parmi eux, on compte Aubert lui-même (ibid. ; ROUSSEL, 1941-1942, t. 2, p. 204 ; HELVÉTIUS, 1994, p. 132), qui a gardé des liens avec l’abbaye et son abbé Walbert et que l’on verrait donc bien inciter son protégé Landelin à y faire étape. Quant à Walbert, qui a beaucoup contribué au rayonnement de l’abbaye pendant son long abbatiat (629-670)19, sa biographie et sa personnalité ne manquent pas d’intérêt pour notre réflexion. Il serait issu, comme Landelin, d’une famille aristocratique du nord de la Gaule (du Ponthieu, pour MOYSE, 1973, p. 470-471 ; de Brie et de Picardie, pour ROUSSEL, 1941-1942, t. 1, p. 266). Il aurait d’abord exercé le métier des armes avant d’y renoncer solennellement à son entrée au monastère de Luxeuil : si l’on en croit l’abbé Roussel, « il voulut que ses armes fussent déposées dans l’église abbatiale, comme un trophée de la victoire qu’il venait de remporter sur lui-même et sur le monde » (ibid., p. 267). Il y aurait là une intéressante similarité avec l’histoire de Landelin se « convertissant » brutalement et rompant avec son passé violent. On peut donc penser que, surtout dans la phase de rédemption où il se trouvait, Landelin ait pu être attiré par Luxeuil et la réputation de son abbé, qu’Aubert ne devait du reste pas manquer de lui vanter. On remarquera encore, même si cela peut passer peut-être pour presque anecdotique, que Walbert, suivant l’exemple de Colomban lui-même, était un adepte de l’érémitisme20, comme cela semble bien avoir été aussi le cas pour Landelin.

  • 21 Même si, évidemment, le culte de saint Pierre dépasse largement les milieux luxoviens.
  • 22 Nous nous référons notamment à GAUDEMET, 1951. On est frappé particulièrement par l’obéissance tout (...)

18Nous souhaiterions pour terminer faire deux observations qui pourraient aller dans le même sens. Il est remarquable d’abord de constater que Landelin a placé toutes ses créations de monastères sous le patronage de saint Pierre. Ne pourrait-il s’agir d’une traduction de sa fidélité à Luxeuil et à Colomban, dont l’attachement à saint Pierre est connu (COOLEN, 1951, p. 369) ? On sait en effet le succès du culte rendu à saint Pierre dans la « mouvance luxovienne » 21 (HELVÉTIUS, 1994, p. 140). Par ailleurs, le choix du sujet de la plaque-boucle de Landelinus, très surprenant et très inhabituel au sein de la production de l’époque mérovingienne par la tonalité violente et menaçante de ce Christ de l’Apocalypse, ne pourrait-il être mis en rapport avec le monachisme irlandais de Colomban, marqué, comme on le sait, par des règles très sévères et une ambiance punitive22 ?

19Nous pensons donc que Landelin pourrait avoir été influencé par Luxeuil. Il nous semble envisageable qu’il ait pu y séjourner et que Landelinus et lui ne fassent qu’un. À défaut d’une preuve – impossible à mettre en évidence, soyons en conscient – on doit admettre qu’un certain nombre d’indices peuvent être interprétés dans ce sens. Tout en ayant conscience de la fragilité de cette hypothèse, nous estimons qu’elle ne doit pas être écartée.

  • 23 Dans un registre bien supérieur, il est vrai. Sur l’œuvre de saint Éloi, on pourra se reporter par (...)

20Si on lui accorde une certaine crédibilité, cette proposition d’identification de l’auteur de la plaque-boucle de Ladoix-Serrigny est d’un intérêt évident pour l’archéologie de l’époque mérovingienne. Ce serait un cas presque unique, puisque mis à part saint Éloi23, l’histoire ne nous a pas transmis d’informations concernant la vie et l’œuvre de tels artisans. Si l’on acceptait notre proposition de datation – entre 660 et 665 –, cette plaque-boucle constituerait par ailleurs un objet précisément daté, qui pourrait servir de repère pour la chronologie des garnitures de ceinture du VIIe siècle. Mais nous devons garder à l’esprit le caractère très hypothétique de cette datation.

21Nous avons conscience que bien des questions restent toutefois en suspens. Pourquoi, par exemple, Landelin aurait-t-il inscrit son nom ? on a du mal à penser qu’il aurait pu déjà avoir une notoriété suffisante au moment où nous situons la fabrication de l’objet. Peut-on supposer qu’il puisse s’agir de la manifestation d’une forte personnalité, voire de la fierté d’un nouveau converti ? à moins que cela réponde à l’espoir de contribuer ainsi à son salut personnel en plus de celui de l’acquéreur de l’objet ? En tout cas, comme pour le point suivant, cela conduit à se poser la question de l’indépendance éventuelle au sein du monastère où aurait eu lieu la fabrication.

22Reste également posée la question de la place de l’Apocalypse et du millénarisme dans l’Église de cette époque. Il est curieux que Landelinus ait explicitement mentionné les mille ans alors que le millénarisme est officiellement rejeté par l’Église depuis le Ve siècle. Nous avions émis l’hypothèse qu’il pouvait s’agir de la manifestation d’une position marginale au sein de celle-ci (GAILLARD de SÉMAINVILLE, 2003, p. 318). Mais si l’on envisage une production dans l’enceinte du prestigieux monastère de Luxeuil, il est étrange de penser qu’un jeune clerc, même doté d’une forte personnalité, ait pu en être l’auteur. Cela poserait la question des rapports de celui-ci, ainsi que du monastère, avec Rome. À moins qu’à cette époque la croyance dans le millénarisme ne soit pas aussi exceptionnelle que nous le pensons…

23On perçoit là toute la fragilité – voire l’imprudence ? – de nos hypothèses, lesquelles méritent assurément d’être approfondies et discutées ! C’est là un travail d’historiens : ceux-ci seront plus compétents que nous pour effectuer les recherches complémentaires que cet objet exceptionnel mérite assurément de susciter. Dans l’immédiat, cette note nous a non seulement donné l’occasion d’attirer à nouveau l’attention sur lui, mais aussi d’évoquer rapidement l’extraordinaire élan missionnaire du VIIe siècle, sous l’impulsion de Luxeuil et de son abbé Walbert, un élan qui prenait des formes multiples, des plus visibles – les fondations de monastères – aux plus discrètes. La plaque-boucle de Landelinus en serait une rare illustration, vraisemblablement un objet auquel on attribuait des vertus exceptionnelles, qu’un pèlerin aurait pu acquérir à Luxeuil et précieusement conserver jusque dans son tombeau de Ladoix en attendant le jugement dernier.

Haut de page

Bibliographie

BULLY S., BULLY A., PACTAT I. coll., 2015, « Des traces d’artisanat dans les monastères comtois du haut Moyen-Âge », Bull. du Centre d’Études médiévales d’Auxerre/BUCEMA, Hors-série n° 8/2015. [En ligne] mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 3 décembre 2018.

BULLY S., DUBREUCQ A., BULLY A. dir., 2018a, Colomban et son influence : moines et monastères du haut Moyen Âge en Europe, Actes du colloque de Luxeuil, 16-20 sept. 2015, Rennes, Presses univ. de Rennes, 458 p. (coll. Art et Société).

BULLY S., DUBREUCQ A., BULLY A., 2018b « Propos introductifs », in : BULLY et alii, p. 17-21.

CATRIN P., 1951, « L’influence colombanienne à l’abbaye de Mareuil-en-Artois », in : Mélanges colombaniens, Actes du congrès international de Luxeuil, 20-23 juil. 1950, Paris, éd. Alsatia, p. 243-246.

COOLEN G. (Chanoine), 1951, « Saint Colomban et saint Omer », in : Mélanges colombaniens, Actes du Congrès international de Luxeuil, 20-23 juillet 1950, Paris, éd. Alsatia, p. 61-375.

DEVEVEY F., TRISTAN C., s.d., Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) ‘Le Clos de Corton’, Rapport de diagnostic archéologique 2006, Dijon, Inrap et SRA, 16 p.

DEYTS S., ROLLEY Cl., 1971, « Une plaque-boucle mérovingienne inscrite », R.A.E., t. 22, fasc. 3-4, p. 403-407.

DIERKENS A., 1985, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse (VIIe-XIe siècles) : contribution à l’histoire religieuse des campagnes du Haut Moyen Âge, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 375 p. (Beihefte der Francia, 14).

DIERKENS A., 2018, « Saint Colomban et le monachisme colombanien, de 1950 à 2015 : état de la question en guise de conclusion », in : BULLY et alii, p. 425-428.

FAURE-BRAC O., 2002, La Haute-Saône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 483 p. (Carte archéologique de la Gaule, 70).

GAILLARD de SÉMAINVILLE H., JOLY M. coll., 2003, « Nouvel examen de la plaque-boucle mérovingienne de Landelinus découverte à Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) : Apocalypse et millénarisme dans l’art mérovingien », R.A.E., t. 52-2003, p. 297-328.

GAUDEMET J., 1951, « Les aspects canoniques de la Règle de saint Colomban », in : Mélanges colombaniens, Actes du congrès international de Luxeuil, 20-23 juil. 1950, Paris, éd. Alsatia, p. 165-177.

HELVÉTIUS A.-M., 1987, « Saint Landelin et les origines de l’abbaye de Crespin », Revue bénédictine, t. XCVII nos 3-4, p. 225-240.

HELVÉTIUS A.-M., 1994, Abbayes, évêques et laïques : une politique du pouvoir en Hainaut au Moyen Âge (VIIe-XIe siècle), Bruxelles, Crédit Communal, 367 p. (Coll. Histoire in -8°, 92).

HEUCLIN J., 1988, Aux origines monastiques de la Gaule du Nord : ermites et reclus du Ve au XIe siècle, Lille, Presses univ. de Lille, 284 p.

MARTIN M., 1991, « Zur frühmittelalterliche Gürteltracht der Frau in der Burgundia, Francia und Aquitania » in : L’art des invasions en Hongrie et en Wallonie, Actes du colloque de Mariemont, 9-11 avril 1979, Bruxelles, Musée royal de Mariemont, p. 31-84 (Monographies du Musée royal de Mariemont, 6).

MÉRIAUX, 2017, « Multorum coenobiorum fundator et innumerabilium pater monachorum : le culte et le souvenir de saint Colomban et de ses disciples dans le nord de la Gaule du haut Moyen Âge », in : DESTEFANIS E. dir., L’eredita di San Colombano : memoria e culto attraverso il Medioevo, Actes du colloque de Bobbio, 21-22 nov. 2015, Rennes, Presses univ. de Rennes, p. 85-98 (coll. Art et Société).

MOREAUX A., 2007, La vie de saint Landelin, fondateur de l’abbaye de Lobbes, Mémoire de licence de l’Université catholique de Louvain, Louvain, 117 p.

MOYSE G., 1973, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècles) », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. CXXXI-1973, p. 21-104 et 369-485.

MOYSE G., 1982, « Monachisme et réglementation monastique en Gaule avant Benoît d’Aniane », in : DUBOIS J. (Dom) éd., Sous la règle de saint Benoît : structures monastiques et sociétés en France du Moyen Âge à l’époque moderne, Actes du colloque tenu à l’abbaye bénédictine Sainte-Marie de Paris, 23-25 oct. 1980, Genève-Paris, Droz, p. 3-19 (Hautes Études médiévales et modernes, 47).

PERRIAUX L., 1972, « Une plaque de ceinturon mérovingienne historiée (Ladoix-Serrigny 1971) », Mémoires de la Soc. d’Archéologie de Beaune, t. LVI-1971-1972, p. 103-109.

ROUSSEL J. (Abbé), 1941-1942, Saint Colomban et l’épopée colombanienne, Baume-les-Dames, éd. Servir, Besançon, impr. Jacques et Demontrond, 2 vol., 309 et 257 p.

SERRA P.-B., 2016a, « Suppellettili tardoromane e altomedievali da Sulci-Sant’Antioco (CA) », Theologica e Historica, Annali della pontificia facoltà teologica della Sardegna, Cagliari, XXV-2016, p. 501-534.

SERRA P.-B., 2016b, « Credenti in Cristo di etnia ebraica nella Sardigna tardoromana e altomedievale », in : PIRAS A., ARTIZZU D. dir., L’agiografia sarda antica e medievale : testi e contesti, Atti del Convegno di Studi, Cagliari, 4-5 déc. 2015, Cagliari, PFTS University Press, p. 359-424 (Studi e Ricerche di Cultura Religiosa, Nuova Serie, IX).

TREFFORT C., 2002, « Vertus prophylactiques et sens eschatologique d’un dépôt funéraire du haut Moyen Âge : les plaques boucles rectangulaires burgondes à inscription », Archéologie médiévale, t. XXXII, p. 31-53.

TREFFORT C., SERRALONGUE J., 1997, « Le prêtre Alius, orfèvre en Burgundia au vie siècle », in : FOL M., SORREL C., VIALLET H. dir., Chemins d’histoire alpine : mélanges dédiés à la mémoire de Roger Devos, Chambéry, Ass. des Amis de Roger Devos, Archives départementales de la Haute-Savoie, p. 405-425.

VANDERSTRAETEN J., 1955, « La vie de saint Landelin, ermite et martyr du pays de Bade », Analecta Bollandiana, LXXIII-1955, p. 66-118.

VIERCK H., 1985, « L’œuvre de saint Éloi, orfèvre, et son rayonnement », in : PÉRIN P., FEFFER L.-Ch. éd., La Neustrie, les pays au nord de la Loire, de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe siècles), Rouen, Musées et Monuments départementaux de Seine-Maritime, p. 403-409.

WERNER J., 1977, « Zu den Knochenschnallen und den Reliquiarschnallen des 6. Jahrhunderts », Münchner Beitrage zur Vor- und Frühgeschichte, 23, p. 275-351, Taf. 85-109.

WOOD I., 2018, « La culture religieuse du monde franc au temps de Colomban », in : BULLY et alii, p. 29-37.

Haut de page

Notes

1 Monsieur Christian Perrin, qui possède l’objet. Il s’agit d’un cimetière qui paraît avoir compté de nombreuses sépultures réparties en deux ensembles, l’un du Bas-Empire, l’autre de l’époque mérovingienne, du moins pour celles qui ont pu être datées par du mobilier. Par ailleurs, depuis notre publication de 2003, de nouvelles découvertes de vestiges ont été effectuées à proximité, en particulier les restes d’un aqueduc qui paraît antique (DEVEVEY, TRISTAN, s.d.). Son orientation et sa localisation pourraient renforcer l’hypothèse d’un lien possible avec la source de la Douix, hypothèse que nous avions avancée dans cette publication (p. 322).

2 Sur ce point on pourra se reporter par exemple à l’article de Cécile Treffort (TREFFORT, 2002, p. 37).

3 Dans notre étude de 2003, nous avons relevé en outre des détails qui nous ont paru significatifs. On pourra s’y reporter.

4 C’est le cas par exemple de la notice de Wikipédia.

5 C’est grâce à Laurent Verslype, professeur à l’Université catholique de Louvain et président de l’AFAM, que nous avons pu avoir communication de ce mémoire. Qu’il en soit remercié. Nos remerciements s’adressent également à Marie-José Gasse-Grandjean, de l’UMR 6298 ARTEHIS, qui nous a aidé à rassembler la documentation. Anne-Marie Helvétius et Alain Dierkens ont relu notre manuscrit avec beaucoup d’attention et nous leur sommes très reconnaissant pour les remarques fort pertinentes qu’ils nous ont adressées. Ajoutons, pour être juste, qu’ils ne partagent pas toutes nos interprétations et nos hypothèses.

6 On connaît un autre saint Landelin, à peu près contemporain de celui-ci, qui est l’objet d’un culte à l’emplacement de l’Alsace et surtout du pays de Bade actuels, mais ne paraît pas pouvoir être l’auteur de la plaque de Ladoix (à son sujet, cf. par exemple VANDERSTRAETEN, 1955 ou la notice qui lui est consacrée dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, n° 23, p. 2190-2191 ; voir également, infra, note 12, une hypothèse qui règlerait la question). Merci à Hermann Ament qui nous avait signalé son existence. Anne-Marie Helvétius a attiré également notre attention sur d’autres personnages ayant porté un nom approchant, et en particulier sur un Landolenus ou Landalenus, évêque de Vienne dans les années 625-653. Malheureusement nous manquons d’informations sur la vie de ce personnage qui présente, remarquons-le, l’intérêt d’avoir vécu en Burgondie. Retenons en tout cas que ce nom – sous la même forme ou sous une forme voisine – n’est pas exceptionnel et qu’il n’a pas été porté que par le saint qui nous retient.

7 Landelin n’en est pas moins le fondateur de cette prestigieuse abbaye bénédictine. Lobbes se situe dans la province belge de Hainaut (arrondissement de Thuin).

8 « Landelin ne souhaitait certainement pas organiser une communauté ; il aspirait seulement à une vie spirituelle tournée vers Dieu, à laquelle il associa ses disciples » (DIERKENS, 1985, p. 289) ; plus loin : « quand il s’installa à Lobbes […], Landelin n’envisageait pas de mettre sur pied un monasterium régulier. Selon toute apparence, il crée un ermitage ou une ‘retraite’ religieuse où il pourrait vivre, avec quelques disciples, dans une atmosphère de perfectionnement spirituel » (ibid., p. 321). Anne-Marie Helvétius, quant à elle, préfère voir alors, chez Landelin, « une vocation réellement monastique qui fut encouragée par l’évêque de Cambrai Aubert », tout en reconnaissant son goût pour la solitude, notamment à Crespin (HELVÉTIUS, 1994, p. 95-98).

9 L’abbaye d’Aulne est située à Thuin, en Belgique, et Wallers est en France, dans le département du Nord (arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe). Dans les lignes qui suivent, nous retenons la chronologie proposée par Anne-Marie Helvétius. Elle est un peu plus basse que celle qu’Alain Dierkens avait établie en1985. Ce dernier se range aujourd’hui aux datations de sa collègue (courrier d’Alain Dierkens à l’auteur, en date du 31 mars 2019).

10 Ville française frontalière, non loin de Valenciennes. Sur les raisons qui ont pu pousser Landelin à créer ces divers établissements, on se reportera aux travaux déjà cités (en particulier DIERKENS, 1985, p. 321-324, et HELVÉTIUS, 1987, p. 231).

11 Le culte de saint Landelin, qui paraît débuter dès le lendemain de sa mort, « est bien attesté au milieu du IXe siècle » et s’étend à diverses régions germaniques (HELVÉTIUS, 1994, p. 103-104). Cet auteur émet par ailleurs une hypothèse intéressante à propos du « culte rendu avant le XIe siècle à un autre saint Landelin, qui pourrait bien ne constituer qu’un doublet du saint crespinois, à Ettenheim dans le diocèse de Fribourg-en-Brisgau » (ibid., note 66).

12 Rappelons cependant qu’un nom précédé d’une croix n’implique pas forcément une appartenance au clergé (merci à Anne-Marie Helvétius pour cette remarque).

13 Il est admis par beaucoup d’auteurs que des monastères ont pu être des lieux privilégiés de production de garnitures de ceintures à motif chrétien (cf. par exemple WERNER, 1977 ou TREFFORT, 2002, p. 38).

14 Il nous semble du reste, en observant attentivement l’objet, que le décor de la boucle et de l’ardillon soit plus habilement réalisé que celui de la plaque, comme s’ils avaient été fabriqués par quelqu’un de plus expérimenté. On peut supposer que Landelinus se soit contenté de la réalisation du modèle en cire de la plaque (la technique utilisée a été celle dite « de la cire perdue ») et que des artisans du lieu – laïques ou religieux, nous l’ignorons – aient effectué la suite des opérations, lesquelles réclamaient des connaissances techniques qu’il ne maîtrisait pas. Remarquons par ailleurs que la médiocre qualité du décor de la plaque milite en faveur de sa réalisation par Landelinus lui-même et va à l’encontre de l’hypothèse selon laquelle celui-ci pourrait être le commanditaire de l’objet. Dans cette hypothèse en effet, on peut penser que la réalisation serait plus soignée, plus professionnelle. Et puis, si l’on connaissait le nom du futur propriétaire de l’objet – Landelinus ou une personne à laquelle celui-ci aurait pu l’offrir en cadeau – on ne comprendrait pas pourquoi la dédicace le laisserait dans l’anonymat (« QVI ILLA PVSSEDERAVIT… »).

15 Comme cela nous a été confirmé par Anne-Marie Helvétius, que nous remercions.

16 BULLY et alii, 2015, p. 15-17. Il s’agit d’une fosse avec rejets révélant une activité métallurgique dans l’enclos même du monastère. C’est peu, certes, et on a affaire à du travail du fer et non du bronze, mais il faut souligner que ce n’est qu’une découverte fortuite, les importantes recherches de Sébastien Bully n’ayant pas porté principalement sur cette problématique. On signalera par ailleurs, en ce qui concerne le travail des métaux non-ferreux – ce qui est plus intéressant pour notre propos –, la possibilité de la présence d’un atelier monétaire d’époque mérovingienne à Luxeuil (FAURE-BRAC, 2002, p. 314). Quant aux traces antiques de métallurgie du fer, elles y sont nombreuses (ibid., p. 265-312) ; mais il est vrai que c’est le cas dans beaucoup d’agglomérations secondaires antiques.

17 Sur ce point, on pourra se reporter à MOYSE, 1973, p. 90 et 472, ou à ROUSSEL, 1941-1942, t. 2.

18 Sur cette question des liens entre le nord de la Gaule et Luxeuil, on pourra aussi se reporter à MÉRIAUX, 2017.

19 « L’abbatiat de Walbert fut exceptionnellement fécond et glorieux : des nobles, des comtes palatins vinrent lui demander la faveur de devenir moines sous sa direction… » (COOLEN, 1951, p. 363).

20 « Comme Colomban, son deuxième successeur à Luxeuil [Walbert] se retirait périodiquement au désert, faisant encore alterner la vie d’ermite et la vie commune. » (MOYSE, 1973, p. 396).

21 Même si, évidemment, le culte de saint Pierre dépasse largement les milieux luxoviens.

22 Nous nous référons notamment à GAUDEMET, 1951. On est frappé particulièrement par l’obéissance toute militaire qui est demandée aux moines : « Pour des législateurs tels que Colomban, l’idée du combat spirituel, mené par les Milites Christi, se cache toujours derrière la vie cénobitique. Ils demandent alors au moine tout ce qu’un chef militaire exige de ses soldats, en particulier l’obéissance » (ibid., appendice du R. P. Ryan). Il est vrai que les choses évoluent dans le courant du VIIe s., notamment sous l’impulsion de Walbert, et que des emprunts à la Règle bénédictine tempèrent de plus en plus les rigueurs du colombanisme (cf. notamment MOYSE, 1973 et 1982 ; DIERKENS, 1985, p. 286). Mais on peut penser que Landelin, quand on imagine son état d’esprit d’alors, aurait pu adhérer à certaines de ces traditions. On remarquera toutefois, à ce sujet, que dans leurs travaux récents les historiens ont tendance à relativiser nettement l’apport de Colomban et les contrastes entre l’avant et l’après colombanisme ; on se reportera notamment aux actes du récent colloque de Luxeuil (BULLY et alii dir., 2018a), en particulier à l’introduction (BULLY et alii, 2018b), à la conclusion (DIERKENS, 2018) et à la contribution de Ian Wood (WOOD, 2018).

23 Dans un registre bien supérieur, il est vrai. Sur l’œuvre de saint Éloi, on pourra se reporter par exemple à VIERCK, 1985.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La plaque-boucle de Ladoix-Serrigny, grandeur nature (dessin Claire d’Arbaumont, Direction des Antiquités historiques de Bourgogne).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13143/img-1.png
Fichier image/png, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Landelinus, l’auteur de la plaque-boucle mérovingienne au Christ de l’Apocalypse découverte à Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) serait-il saint Landelin ? », Revue archéologique de l’Est, Tome 68 | 2019, 349-354.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Landelinus, l’auteur de la plaque-boucle mérovingienne au Christ de l’Apocalypse découverte à Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) serait-il saint Landelin ? », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 68 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rae/13143

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Chercheur associé, UMR 6298, Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search