Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 68Notes et documentsLes verres opalins d’époque conte...

Notes et documents

Les verres opalins d’époque contemporaine issus du site du Puisoz à Vénissieux (Rhône)

Stéphane Brouillaud
p. 355-366

Résumés

Une campagne de fouille archéologique préalable à un projet d’urbanisme a été menée en août 2015 au lieu-dit Le Puisoz à Vénissieux (Rhône). Cette opération a permis de mettre au jour un dépotoir de 400 m², découvert dans le fossé défensif de la seconde enceinte de fortifications de la ville de Lyon. Daté de la fin du premier quart du XXe s., son comblement est composé dans sa quasi-totalité de céramiques et de verres. Il témoigne ainsi de la politique de tri sélectif mise en place à Lyon à cette époque. Le mobilier en verre se distingue d’une part par des rejets d’une production industrielle et d’autre part, par de la verrerie domestique. Les verres opalins, qui concernent à la fois des ratés de fabrication, des emballages, de la vaisselle de table ou des objets de la vie quotidienne, représentent un volume important de ce lot. Connu des historiens d’art, des experts et des antiquaires, le sujet des verres opalins est rarement abordé dans le cadre de l’archéologie préventive. L’étude de cet ensemble est l’occasion de mettre l’accent sur ce type de production verrière, caractéristique du XIXe s. et du début du XXe s.

Haut de page

Texte intégral

I. Le contexte de la découverte

  • 1 Fouille confiée à une équipe de l’Inrap sous la direction d’Alban Horry, assisté de Stéphane Brouil (...)

1Une fouille archéologique1 a été menée en préalable à un projet d’urbanisme situé au lieu-dit Le Puisoz à Vénissieux (Rhône). La parcelle concernée borde l’actuel boulevard périphérique Laurent Bonnevay, aménagé sur l’ancien tracé de la seconde enceinte de fortifications de Lyon (fig. 1). Ce système défensif avait été construit au lendemain du conflit franco-prussien de 1870 et 1871 (BELMONT, 2012), en prévention d’une possible nouvelle attaque par l’Allemagne réunifiée. Les fortifications sont déclassées par l’armée en 1927, date à laquelle le fossé bordier est réutilisé en partie en dépotoir par la ville de Lyon. Il est définitivement comblé en 1931 suite à la démolition de l’enceinte, pour laisser sa place aux travaux d’aménagement du boulevard périphérique (DELAIGUE, 1937).

Fig. 1. Plan général du site avec le fossé militaire F.1 et le dépotoir F.2. Échelle 1/2000e (DAO : É. Bayen, Inrap).

2Ce dépotoir présente une superficie de 400 m² et les sédiments qui le comblent une épaisseur de 4 m. Composé de céramique, de verre et en moindre importance de vaisselle émaillée et de coquilles d’huitres, il illustre la politique de tri des déchets mise en place au début du XXe s. par le maire de Lyon, Édouard Herriot, influencé par les hygiénistes lyonnais (HORRY, 2016).

  • 2 Débris de verre pulvérisé provenant de déchets ou de rebuts de fabrication sans impureté, qui favor (...)

3Le mobilier en verre issu du dépotoir présente deux assemblages : d’une part des ratés de fabrication découverts dans une couche de groisil2 et de cendres issus d’une production industrielle et d’autre part, de la verrerie de consommation et domestique. Sur plus de 3600 fragments prélevés, on note la présence de 1125 formes archéologiques complètes. Cette forte proportion s’explique par les nombreux emballages en verre qui ont été rejetés entiers une fois vidés de leur contenu.

  • 3 Dossier IA 69000946. Service de l’inventaire général du Patrimoine culturel. Région Rhône-Alpes, 20 (...)

4Les déchets issus d’usines de verrerie sont caractérisés par une épaisse couche de groisil dans laquelle ont été prélevés 606 éléments techniques et ratés de fabrication, principalement issu de verrerie d’emballage. Ces éléments proviennent assurément, pour une partie, de la verrerie Jayet Frères3, située 41-43 route de Gerland (cf. infra II.1.1). Les bouteilles, le flaconnage, la verrerie de laboratoire, les conserves ou bien encore la dînette pour enfants (JAYET, 1910) constituent l’activité industrielle de cette verrerie qui ferme définitivement ses portes en 1930, pour laisser sa place à une fabrique de décor métallique (BROUILLAUD, 2016).

5Ces déchets de verrerie peuvent aussi provenir de la Société des Verreries de Lyon et Saint-Étienne, installée à Vénissieux en 1891 et localisée à quelque 400 m de l’emprise de la fouille archéologique. Un certain nombre de pots à onguent en verre opalin présentant des défauts de moulage dus à des problèmes de cuisson ont été découverts. La verrerie de consommation est issue de remplissages successifs qui occupent les trois quarts du volume total du dépotoir.

II. Les verres opalins

  • 4 De l’italien latte (lait) ; on désigne par ce terme le type de verre blanc opaque obtenu par l’addi (...)

6La technique du verre opalin a été développée en Europe dès le XVe s. par les verriers italiens à travers les lattimo4 de Venise et de Murano (MORETTI, HREGLICH, 2013). En France, cette technique, obtenue grâce à l’adjonction dans le verre d’éléments opacifiants tels que le phosphate de chaux, l’acide stannique, l’acide arsénieux et le spath fluor, connaît son apogée entre 1790 et 1830 (Van LITH, 2016). On parle dès lors « d’opalines » pour dénommer les objets ou la vaisselle fabriqués en verre opalin (VINCENDEAU, 1998). La seconde moitié du XIXe s. caractérise le début d’une production industrielle importante.

7Durant cette période, la Lorraine et le Nord de la France s’imposent parmi les plus grands centres de production de verre en Europe et la fabrication d’opaline, sous la forme de verre moulé, devient l’une de leurs spécialités. Les manufactures les plus actives et les plus représentatives (fig. 2) sont celles de Portieux (Vosges) et Vallérystahl (commune de Trois-Fontaines, Moselle). La verrerie de Meisenthal (Moselle) fabrique aussi des opalines, mais elle se distinguera avant tout par la fabrication des boules de Noël.

Fig. 2. Carte de répartition des centres de production de verre opalin identifiés sur le site : Bayel (Aube) ; Meisenthal, et Vallérysthal (Moselle), Sars-Poterie (Nord) ; Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle) (DAO : É. Bayen, Inrap).

8D’autres centres de productions tels ceux de Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle), Sars-Poteries (Nord) et Bayel (Manufacture royale de Champagne, Aube) s’illustrent aussi dans ce domaine (fig. 2). Ces centres de production majeurs sont avant tout spécialisés dans la fabrication de verrerie domestique. Cependant le verre opalin sera aussi utilisé par l’industrie pharmaceutique et cosmétique pour le flaconnage. C’est notamment le cas de la verrerie des Frères Jayet à Lyon (Rhône) (cf. infra II.1.1) qui s’illustre par la fabrication de pots à onguents.
Tous les centres de productions cités ci-dessus sont représentés dans le mobilier mis au jour sur le site de Vénissieux.

9Les verres opalins prélevés dans le dépotoir totalisent un nombre de restes (NR) de 1591, ce qui représente 44 % du mobilier en verre. Cet assemblage est réparti au sein de deux grands groupes, d’une part la verrerie d’emballage avec un NR de 443 et, d’autre part, la verrerie domestique avec un NR de 1148.

II.1. La verrerie d’emballage

10Ce groupe est fortement représenté dans le lot et illustre l’émergence grandissante de l’activité pharmaceutique, de la parfumerie et des cosmétiques à Lyon dès la seconde moitié du XIXe s. Il est réparti en trois ensembles : les pots à onguents, les flacons et les boîtes. Ces récipients sont systématiquement de couleur blanche. En effet, l’absence de couleur rend forcément moins onéreuse la fabrication d’objets destinés à de simples emballages qui seront jetés après utilisation.

II.1.1. Les pots à onguents

11Au total, 388 fragments de pots à onguents représentant 368 individus ont été comptabilisés. La plupart d’entre eux présentent des marques de produits divers (fig. 3) dont la chronologie est comprise entre la seconde moitié du XIXe s. et le début du XXe s.

Fig. 3. Répertoire des marques présentes sur les pots à onguents.

12Parmi les éléments les plus représentés, 146 fragments (pour 135 individus) mentionnent la marque « CREME SIMON ». En 1900, ce baume obtient une renommée internationale, il est exporté aux États-Unis comme en Russie (BROUILLAUD, 2016). Il existe cinq formes de ces pots (fig. 4, nos 1a à 1d) sur lesquels la marque du produit est mentionnée tantôt sur la paroi (nos 1a, 1b, 1c, 1e), tantôt sur le bas du col (n° 1d).

Fig. 4. Les pots à onguent en verre opalin blanc (échelle ½ ; dessin : É. Bayen, Inrap).

  • 5 Dossier IA 69000946. Service de l’inventaire général du Patrimoine culturel. Région Rhône-Alpes, 20 (...)
  • 6 AD Rhône : sous-série M, dossier n° 134, établissements classés verrerie Jayet 1884.

13À l’origine, ces pots présentent des couvercles en aluminium tantôt vissés (fig. 4, n° 1d), tantôt capsulés (nos 1a, 1b, 1c, 1e). La confrontation de ces archives du sol avec les sources écrites nous a permis d’identifier le centre de production de ces pots. Ils ont été créés pour la Maison Joseph Simon, célèbre officine lyonnaise fondée en 1860 et spécialisée dans la cosmétique. Son fondateur donnera l’exclusivité de la fabrication de son flaconnage à la verrerie Jayet Frères5, située 41-43 route de Gerland dans le 7e arrondissement de Lyon, qui les fabrique jusqu’en 19146.

14Le répertoire des marques est un apport important sur le plan chronologique et pour l’identification des contenus. La notoriété de certains noms mentionnés sur les pots à onguents permet de les dater de façon très précise. C’est notamment le cas de la « CREME JAVA », créée par la Maison Bourjois en 1879, ou de la crème « ROGER ET GALLET PARIS », créée par la marque éponyme en 1862. Au sein de cette grande diversité de marques, certaines sont directement liées à l’histoire lyonnaise. C’est notamment le cas des pots de forme octogonale fabriquées pour Claudius Lubin (fig. 4, n° 2). Cet artisan appartient à la branche lyonnaise d’une célèbre dynastie de parfumeurs français qui remonte au XVIIIe s ; ils furent entre autres les parfumeurs officiels de diverses cours royales parmi lesquelles celle des Deux-Siciles (GANGLER, 2013).

15Le répertoire des formes est aussi diversifié que celui des marques. Les pots peuvent être d’ouverture circulaire (fig. 4, nos 1, 3, 5, 8, 9, 12, 14), quadrangulaire (n° 11), octogonale (nos 4 et 6) ou encore alvéolaire (n° 10). D’autres présentent des formes plus sophistiquées, à parois bombées (n° 15), striées (n° 13) ou à décor mouluré (fn° 16). Les marques, qui sont présentes sur les parois des pots, sont moulées avec le reste du récipient. Les pots sans marques apparentes possèdent à l’origine des étiquettes en papier ; les traces de colle repérées sur certaines parois nous le confirment.

II.1.2. Les flacons

16Le flaconnage en verre opalin (fig. 5) concerne les contenants relatifs à la fois à l’hygiène et aux cosmétiques. Un total de trente-cinq restes représentant trente-cinq individus a été inventorié. À l’instar des pots à onguents, la présence de marques fournit des renseignements précieux.

Fig. 5. Le flaconnage en verre opalin blanc (échelle ½ ; dessin : É. Bayen, Inrap).

  • 7 Ces informations sont extraites de la rubrique historique du site internet de la marque Odol.

17On recense trois flacons en forme de fiasque, avec un col courbé à l’horizontale, avec la marque « ODOL » moulée sur le fond (fig. 5, n° 1). Le produit contenu est un bain de bouche inventé par l’entrepreneur allemand Karl August Lingner (1861-1916). Il a été fabriqué à partir de 1893 à Dresde (Saxe) et sera diffusé dans toute l’Europe dès le début du XXe s7. Un flacon identique est par ailleurs exposé au musée de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne (Somme). Ce produit était en effet utilisé par les soldats allemands reclus dans les tranchées de l’Est de la France durant le premier conflit mondial.

18Parmi les autres éléments notables, trois exemplaires complets portent la mention SOCIETE HYGIENIQUE PARIS, moulée sur les parois. Ils présentent aussi un monogramme composé des lettres S et H entrelacées (fig. 5, n° 2). De forme quadrangulaire, ces flacons avaient pour vocation la commercialisation d’eau ou de vinaigre de toilette, d’eau parfumée et d’eau athénienne (lotion pour les cheveux et la peau). La Société Hygiénique, située 55 rue de Rivoli à Paris, a commercialisé ces produits à partir de 1843.

19Le répertoire des formes des flacons est diversifié. Certains sont décorés de pastilles ou de gouttes moulées (fig. 5, n° 3) et possèdent des bouchons en forme de disque sur chant, avec un décor assorti (n° 9). Un autre type de bouchon (n° 10) présente un profil plus traditionnel avec un décor cannelé sur toute sa circonférence. D’autres types de flacons, de profils et volumes divers, n’ont pas de marque distinctive (nos 4 à 6). De forme quadrangulaire ou octogonale, l’un d’entre eux présente des volutes au niveau de l’épaule (n° 4). À l’origine, ces flacons portaient des étiquettes en papier collées sur leurs parois, d’où l’absence de marque.

20Il existe enfin un dernier type de profil (fig. 5, nos 7 et 8), matérialisé par deux tubes en verre opaque moulé blanc destinés à contenir des comprimés ou des pilules. Ici encore, les parois sont décorées d’un motif en relief qui entourait initialement l’étiquette mentionnant le nom du produit.

II.1.3. Les boîtes

21Ce lot conséquent d’emballages en verre opalin est complété par un ensemble de vingt boîtes, de formes et de volumes divers (fig. 6). Elles sont rectangulaires, à angles arrondis (nos 1 à 3), ovalaires (nos 5 et 6) ou circulaires (n° 8) et dotées de couvercles (n° 1). Elles sont initialement utilisées pour la commercialisation de cosmétiques et de produits d’hygiène tels que les pâtes dentifrices, la poudre de riz ou divers baumes. De nombreuses boîtes en porcelaine, similaires à celles-ci, ont été mises au jour dans le dépotoir. Les noms de fabricants de pâte dentifrice étaient mentionnés dessus.

Fig. 6. Les boîtes en verre opalin blanc (dessin : É. Bayen, Inrap).

22L’absence de toute marque moulée sur ces boîtes en verre indique la présence d’étiquettes disparues, initialement collées sur les parois ou le couvercle. Ici encore des traces de colle ont été repérées lors de l’analyse des objets après la fouille.

23Il faut aussi mentionner la présence d’un fond de boîte circulaire et d’un couvercle de boîte à fard (fig. 6, nos 8 et 9), dont la face supérieure du couvercle présente un décor en relief moulé qui peut rappeler des grains de riz (n° 9). La face interne du fond de la boîte est ornée d’un monogramme stylisé qui représente la lettre M (n° 8). Il pourrait s’agir de l’initiale de la marque « MALACÉÏNE », célèbre maison de cosmétique qui inonde le marché français à partir de 1830 et durant tout le premier quart du XXe s. (BROUILLAUD, 2016). Sa principale activité était la fabrication de poudre de riz, de savon, de baumes et de fards. De nombreux exemplaires de pots à onguents portant cette marque ont d’ailleurs été mis au jour dans le dépotoir.

II.2. La verrerie domestique

  • 8 Masse de verre en fusion cueillie à la canne par le verrier, que l’on façonne sur le marbre avant d (...)

24Le registre de la table et le décor de la maison sont très largement représentés dans l’ensemble du dépotoir. La verrerie domestique en verre opalin totalise 1148 restes, ce qui représente un pourcentage très important, 82,43 % du total du verre mis au jour sur le site. Cette proportion s’explique par le succès rencontré dès la seconde moitié du XIXe s. en France par les opalines, qualifiées autrefois de « cristal d’opale » ou de « pâte de riz ». Contrairement à la verrerie d’emballage, les couleurs sont très présentes dans ce mobilier domestique. Le bleu (obtenu grâce à l’adjonction d’oxyde de cuivre et/ou de cobalt en fonction des nuances), le vert amande (obtenu grâce à l’adjonction d’oxydes de cuivre et de fer) et le brun clair (probablement obtenu grâce à l’adjonction d’oxyde de nickel) sont les couleurs les plus récurrentes de ce mobilier. Les opalines dites « jaspées » imitent le marbre, présentant des veines de couleurs blanches, mauves et noires. Dans ce cas, les couleurs sont puisées dans différents creusets afin d’obtenir une seule paraison8 bariolée. Certaines pièces sont aussi rehaussées de peinture à froid, après le démoulage. C’est le cas de cinq fragments blancs en apparence qui, après nettoyage, révèle des traces de couleurs (fig. 9, n° 1 ; fig. 10, n° 2).

25L’inventaire a mis en évidence un nombre de formes très diverses (fig. 7) représentatives des grandes manufactures de Lorraine et du Nord de la France.

Fig. 7. Inventaire des formes du mobilier domestique en verre opalin.

26L’identification des formes est par ailleurs facilitée par l’existence des catalogues de manufacture. Néanmoins, l’assemblage a parfois mis en lumière la présence de certaines formes absentes des catalogues. Les catégories d’usage dans lesquelles on peut classer ces opalines sont au nombre de quatre : la table, le décor, l’éclairage et la toilette. Cependant, le fort potentiel décoratif de ces objets n’écarte pas une possible intégration au sein de multiples catégories d’usages pour un même élément.

  • 9 Le projet d’insérer des extraits de planches des catalogues originaux dans cet article a été abando (...)

27La verrerie de Vallérysthal est représentée par un beurrier dont le fond est un nid en vannerie (fig. 8, n° 1) sur lequel repose, à l’origine, le couvercle en forme de poule en train de couver. Ce modèle est proposé comme beurrier sous la référence 3807 du catalogue de la manufacture de 18949. Il est proposé en sept tailles différentes et notamment en dînette.

Fig. 8. La verrerie domestique en verre opalin (photos : A. Horry, Inrap).

28Parmi les centaines de fragments étudiés, une pièce a attiré notre attention. Il s’agit d’un fragment de bougeoir ou de flambeau, de couleur blanche rehaussée de trace de peinture noire, représentant une tête d’Aztèque (fig. 8, n° 2). Malgré la consultation de nombreuses sources écrites parmi lesquelles des catalogues de manufactures, ce modèle n’a pas été identifié. Pourtant en 1908, le catalogue de la verrerie de Vallérystahl présente un modèle très proche de celui-ci sous la référence FLAMBEAU n° 3369. Cependant, la tête qui y est représentée est celle d’un sphinx (Vallérystahl, 1908). L’origine de ce modèle « Aztèque » reste donc inconnue à ce stade de l’étude.

29Le répertoire de la table est aussi illustré par quatre fragments permettant d’identifier un drageoir (fig. 8, n° 3). De couleur verte, il est composé d’un pied de forme circulaire et de trois volutes qui supportent une coupe décorée de feuilles et de fruits. Ce modèle a été fabriqué à Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle) vers 1900, car certains exemplaires référencés présentent la marque SV moulée sur le fond de l’objet. La manufacture a décliné ces modèles en plusieurs couleurs (bleu, vert amande et blanc) et dans plusieurs dimensions. En effet, les catalogues de la plupart des verreries mentionnées offrent une rubrique « Jouets » et proposent certains modèles comme dînette pour enfants. C’est le cas de ce compotier.

30L’inventaire a aussi révélé, toujours dans le registre de la table, un lot de coquetiers assez abondant (fig. 8, n° 4). De couleurs diverses, blanc, bleu cobalt, vert ou beige, ils présentent tous un profil en forme de poule dont les ailes supportent un œuf, qui sert de contenant. Certaines de ces pièces portent les marques SV et PORTIEUX sous leur fond (fig. 8, nos 5 et 6). Les coquetiers découverts à Vénissieux sont aussi présents dans le catalogue de l’année 1907 de la manufacture de Vallérystahl sous la référence 3957 (Vallérystahl, 1907) et dans celui de l’année suivante (Vallérystahl, 1908). Ils sont aussi proposés à la vente à partir de 1900 par la verrerie de Vannes-le-Châtel. Enfin, la manufacture de Portieux les présente dans son catalogue de l’année 1914 (DUBOUCARRÉ, 2010).

31Du fait du succès commercial rencontré par certains objets, les centres de productions ont souvent eu recours aux copies mutuelles. Si les manufactures de Portieux et Vallérystahl ont produit certains modèles en commun, c’est aussi pour des raisons politiques. Durant l’annexion de l’Alsace-Moselle par l’Allemagne (1871-1918), les deux verreries fusionnent pour devenir la Société Anonyme des Verreries de Vallérystahl et Portieux (PICOCHE, 2000).

32On peut mentionner également la présence d’un fragment de jardinière de table de couleur bleu cobalt (forme archéologique complète). Ce modèle est décoré de feuilles d’arbre rehaussées à la peinture dorée (fig. 9, n° 1). Ce produit a été fabriqué par la cristallerie royale de Bayel (Aube). Il est pour la première fois proposé sous la référence n° 3617 dans le catalogue de l’année 1923. Il constitue ainsi un des éléments les plus récents de l’ensemble de mobilier en verre mis au jour dans le dépotoir.

Fig. 9. La verrerie domestique en verre opalin (photos : A. Horry, Inrap).

33Parmi les pièces les plus remarquables que cet ensemble a révélé, on mentionnera un porte-allumettes en verre opaque blanc qui était initialement rehaussé de peinture (fig. 9, n° 2). Il représente un chasseur allongé dans l’herbe et assoupi contre un tronc d’arbre qui sert d’étui aux allumettes. Le fusil, déposé devant le personnage est encore visible. Ce modèle a été produit par la verrerie de Portieux et on le trouve dans le catalogue de l’année 1894 sous le numéro 3841 (DUBOUCARRÉ, 2010). Il témoigne des thèmes iconographiques parfois singuliers choisis par les verriers pour la fabrication de ces opalines. Ainsi, la verrerie de Vallérystahl propose un beurrier-tortue, un beurrier-cygne ou encore un beurrier-dromadaire dans son catalogue de 1907 (Vallérystahl, 1907).

34Le registre de la table peut encore être illustré par les salerons et moutardiers présents en grand nombre dans le dépotoir. De couleur beige (fig. 9, n° 3), verte (n° 4) ou bleu (n° 5), ils font partie du groupe des salerons-poivriers dont les deux contenants sont réunis par un tenon, ou du service à condiment triple composé d’un saleron, d’un poivrier et d’un moutardier. Ce dernier est assorti d’un petit couvercle (n° 5). Tous ces modèles ont été produits en grand nombre par toutes les manufactures lorraines dès la fin du XIXe s. Leur fabrication a perduré puisqu’ils sont encore présents à Meisenthal (Moselle) dans le catalogue de la manufacture en 1924 (DUBOUCARRÉ, 2010).

35Comme indiqué précédemment, les opalines servent souvent de support aux sujets les plus fantaisistes. C’est le cas d’un fragment de couleur blanche qui représente un escargot en verre moulé (fig. 10, nos 1 et 2). Il s’agit en fait d’un élément appartenant à un sucrier-confiturier en forme de fraise où l’escargot sert de tenon au couvercle. Ce modèle est à l’origine entièrement rehaussé de couleur rouge (pour la fraise), verte et grise (n° 2), et il a aussi été décliné en couleur bleu. La verrerie de Vallérystahl propose ces deux variantes dans son catalogue de l’année 1907 sous la référence n° 3764.

Fig. 10. La verrerie domestique en verre opalin (photos : A. Horry, Inrap).

36L’étude de cet ensemble permet aussi d’attirer l’attention sur des aspects relatifs à l’identification des ateliers de provenance. La marque SV, qui apparaît sur de nombreux fragments, est parfois faussement attribuée par certaines sources françaises à la verrerie de Vallérystahl (Moselle). Elle est parfois interprétée, sans aucun fondement, comme étant les initiales de « Sarrebourg-Vallérysthal ». Cependant, la fermeture de la manufacture de Vallérysthal en 2012 a été suivie par la création d’une association de Sauvegarde du Patrimoine verrier du site. Celle-ci conserve plus de 30 000 échantillons des productions de la verrerie parmi lesquels les moules et la documentation historique. L’inventaire et l’étude de cet ensemble ont révélé que la marque SV n’existe pas à Vallérysthal. Les sources allemandes, en revanche, l’ont toujours et très justement attribué à « Schmidt Verreries », dynastie de maîtres-verriers qui remonte au XVIe s. Cette famille poursuit la tradition familiale du verre dans toute l’Europe et jusqu’aux États-Unis. Entre 1823 à 1908, elle reprend la verrerie de Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle) qui produit, entre autres, différents modèles d’opalines sous la marque SV.

37Un sucrier vert amande en forme de bol tripode (fig. 10, n° 3) provient justement de cette verrerie. Il est décoré d’un motif de ceps de vigne et supporte à l’origine un couvercle. On peut lire clairement la marque SV sur le fond de l’exemplaire découvert dans le dépotoir de Vénissieux (n° 4).

38Enfin, sept fragments de bonbonnière (fig. 10, n° 5) et de sucrier (n° 6) de couleur jaspée (cf. supra II.2) ont aussi été étudiés. Ce type de couleur a été diffusé de manière plus confidentielle, mais certaines manufactures se sont plus particulièrement spécialisées dans ce choix de décor, telle la verrerie de Sars-Poteries (Nord), qui a proposé des modèles identiques à ceux-ci dès la fin du XIXe s. (DUBOUCARRÉ, 2010).

III. Conclusion

39Par l’ampleur de la masse du mobilier étudié, ce lot a permis de mettre l’accent sur un type de production verrière qui trouve son origine dès le Second Empire et perdure jusqu’aux Années Folles. Les verres opalins extraits du site de Vénissieux sont des témoins importants de l’histoire de l’activité verrière en France. Les thèmes qu’ils illustrent concernent à la fois la pharmacie, la parfumerie et la cosmétique, à travers le flaconnage et les pots à onguents. Mais ils nous renseignent aussi sur les habitudes alimentaires des Lyonnais, sur l’art de la table et sur le décor de la maison à travers la verrerie domestique.

40L’archéologie d’époque contemporaine permet donc d’apporter une autre vision des opalines que celle d’objets de collection dans laquelle elles sont enfermées. Elle permet aussi de mettre en évidence l’intérêt ethnographique de ces objets.

41L’étude de ce lot et celle des archives écrites sont donc l’occasion de mettre l’accent sur une spécialité verrière propre à la culture matérielle rarement abordée dans le cadre de l’archéologie préventive.

Haut de page

Bibliographie

BELMONT A., 2012, « Un rempart contre les Prussiens », Expressions - Les nouvelles de Vénissieux. Vénissieux. https://www.expressions-venissieux.fr/2012-09-01-un-rempart-contre-les-prussiens/

BROUILLAUD S., 2016, « Étude du verre », in : HORRY A., BROUILLAUD S., CONSTANTIN P., 2016, Vénissieux (Rhône) : aménagement du site du Puisoz, Rapport de fouille, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 352 p.

DELAIGUE M., 1937, « Le Boulevard de ceinture et le Parc de Parilly », Technica, numéro spécial, p. 65-70.

DUBOUCARRÉ R., 2010, Opaline de foire, opale et verre moulé : verrerie populaire française 1865-1935, Tulle, Maugein impr., 147 p.

FERRY J.-P., 2004, La verrerie de Portieux : 300 ans d’histoire, Épinal, éd. du Sapin d’or, 327 p.

GANGLER B., 2013, Miniatures de Parfum de collection de 1800 à nos jours, Paris, éd. Hachette, 384 p.

HORRY A. dir., 2016, Vénissieux (Rhône) : aménagement du site du Puisoz, Rapport de fouille, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 352 p.

JAYET Frères, 1910, Catalogue des verreries du Rhône JAYET Frères, Lyon.

MORETTI C., HREGLICH C., 2013, « Les verres opaques : la technologie des verriers vénitiens (XVe-XXe s.) », in : LAGABRIELLE S., MAITTE C., Les innovations verrières et leur devenir, Actes du 2ème colloque international de l’Association Verre et Histoire, Nancy, 26-28 mars 2009, Paris, éd. Verre et Histoire, p. 69-82.

PICOCHE P., 2000, Une entreprise vosgienne : la verrerie de Portieux (1850-1950), Thèse de doctorat d’Histoire contemporaine, Univ. Lumière Lyon II, 408 p.

Vallérystahl, 1907 = Catalogue de la Société anonyme des verreries réunies de Vallerysthal et Portieux, Établissement de Vallerysthal (Lorraine).

Vallérystahl, 1908, Catalogue de la Société anonyme des verreries réunies de Vallerysthal et Portieux, Établissement de Vallerysthal (Lorraine).

Van LITH J.-P., 2016, Dictionnaire du verre : tradition et patrimoine, Dourdan, éd. Vial, 215 p.

VINCENDEAU C., 1998, Les opalines, Paris, Les éd. de l’Amateur, 190 p.

Haut de page

Notes

1 Fouille confiée à une équipe de l’Inrap sous la direction d’Alban Horry, assisté de Stéphane Brouillaud et Patricia Constantin. Prescription scientifique du Service régional de l’archéologie (Luc Françoise dit Miret, DRAC Auvergne-Rhône-Alpes). Je tiens à mentionner tout spécialement Alban Horry (Inrap), pour son aide et ses précieux conseils, et Éric Bayen (Inrap) pour la réalisation des dessins de cet article.

2 Débris de verre pulvérisé provenant de déchets ou de rebuts de fabrication sans impureté, qui favorise la fusion dans le processus de fabrication du verre.

3 Dossier IA 69000946. Service de l’inventaire général du Patrimoine culturel. Région Rhône-Alpes, 2002.

4 De l’italien latte (lait) ; on désigne par ce terme le type de verre blanc opaque obtenu par l’addition d’oxyde d’étain.

5 Dossier IA 69000946. Service de l’inventaire général du Patrimoine culturel. Région Rhône-Alpes, 2002.

6 AD Rhône : sous-série M, dossier n° 134, établissements classés verrerie Jayet 1884.

7 Ces informations sont extraites de la rubrique historique du site internet de la marque Odol.

8 Masse de verre en fusion cueillie à la canne par le verrier, que l’on façonne sur le marbre avant d’ébaucher une forme.

9 Le projet d’insérer des extraits de planches des catalogues originaux dans cet article a été abandonné. L’état très altéré des dessins consultés en est la principale raison. Quelques planches issues d’une collection particulière (collection Christoph), et en meilleur état de conservation, ont été publiées dans le passé (DUBOUCARRÉ, 2010). Elles ne sont cependant pas libres de droit. D’autres planches de catalogues, qui circulent sur Internet, sont souvent retouchées avec des logiciels et ne peuvent en aucun cas être retenues comme références.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général du site avec le fossé militaire F.1 et le dépotoir F.2. Échelle 1/2000e (DAO : É. Bayen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 2. Carte de répartition des centres de production de verre opalin identifiés sur le site : Bayel (Aube) ; Meisenthal, et Vallérysthal (Moselle), Sars-Poterie (Nord) ; Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle) (DAO : É. Bayen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 3. Répertoire des marques présentes sur les pots à onguents.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 4. Les pots à onguent en verre opalin blanc (échelle ½ ; dessin : É. Bayen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 5. Le flaconnage en verre opalin blanc (échelle ½ ; dessin : É. Bayen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 6. Les boîtes en verre opalin blanc (dessin : É. Bayen, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 7. Inventaire des formes du mobilier domestique en verre opalin.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 8. La verrerie domestique en verre opalin (photos : A. Horry, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Légende Fig. 9. La verrerie domestique en verre opalin (photos : A. Horry, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Légende Fig. 10. La verrerie domestique en verre opalin (photos : A. Horry, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13262/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Brouillaud, « Les verres opalins d’époque contemporaine issus du site du Puisoz à Vénissieux (Rhône) », Revue archéologique de l’Est, Tome 68 | 2019, 355-366.

Référence électronique

Stéphane Brouillaud, « Les verres opalins d’époque contemporaine issus du site du Puisoz à Vénissieux (Rhône) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 68 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rae/13262

Haut de page

Auteur

Stéphane Brouillaud

Assistant d’étude, responsable d’opération Inrap. Membre de l’AFAV. Inrap Auvergne-Rhône-Alpes. stephane.brouillaud@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search