Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 68Comptes rendus d'ouvragesSamuel RIOU, Bruno DUFAŸ, Le site...

Comptes rendus d'ouvrages

Samuel RIOU, Bruno DUFAŸ, Le site de la chapelle Saint-Libert dans la Cité de Tours : histoire et archéologie d’un espace urbain du IVe siècle à nos jours

Tours, FERACF, 2016, 224 p., 236 fig. (Mémoires de la Société archéologique de Touraine, LXXIII - 61ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France). ISBN : 978-2-913272-47-7. 30 €
Patrice Beck
p. 372-374

Texte intégral

1L’intérêt du bâtiment était bien caché : sur la rue, depuis le XIXe siècle, un hangar et une maison l’occultaient et une partie de son élévation était enfouie sous les remblais élevés contre les crues du fleuve ; en élévation il était amputé de son chevet ; à l’intérieur, les parois et le sol superficiel avaient été piochés par cinq générations de salpêtriers entre le début du XVIIIe siècle et le milieu du siècle suivant. Seule la façade arrière sur le jardin rappelait qu’il y avait là une chapelle d’époque romane : un sanctuaire dédié à saint Libert, ermite de Marmoutier au temps de l’évêque Grégoire de Tours et mort en 593. La situation du lieu, sur la berge sud de la Loire non loin de la cathédrale, laissait aussi présager que l’édifice pouvait cacher des témoins antérieurs de l’histoire de la cité, notamment la muraille du castrum du Bas-Empire sur le tracé duquel il semblait avoir été construit.

2La vénérable et toujours active Société archéologique de Touraine connaissait l’existence de l’édifice : elle avait notamment contribué en 1846 à son inscription sur l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques et c’est elle qui a finalement acheté les lieux en 2011 pour y placer son nouveau siège social et y réaliser un espace d’accueil de manifestations culturelles. Dans la cité qui a vu naître, sous l’impulsion d’Henri Galinié, le Centre national d’Archéologie urbaine, et qui a vu se développer de nombreux et importants chantiers archéologiques depuis les années 1970, l’étude ne pouvait être évidemment limitée à accompagner les travaux de rénovation : il fallait certes retrouver et dater les volumes originels de la construction et ses modifications éventuelles pour en guider la restauration et la mise en valeur ; il fallait aussi réaliser une fouille et une analyse des archives tant écrites que figurées aussi approfondies que possible, afin de documenter les vraisemblables aménagements antérieurs et mettre en scène les contextes, constituer ainsi, selon l’expression d’Henri Galinié, un nouveau « fragment de ville » utile à la connaissance de la cité de Tours.

3Confiés au Service de l’archéologie du département d’Indre-et-Loire, les travaux ont été réalisés entre 2011 et 2016. Les auteurs se sont assurés sur le terrain et en laboratoire de nombreuses compétences pour réaliser l’enquête documentaire (Christine Brault, Isabelle Girard et Jean-Michel Gorry), présenter la Société archéologique de Touraine (Yves Cogoluegnes et Pierre Hamelain), décrire les élévations de la chapelle (Gérard Fleury), développer les recherches sur les salpêtriers et les faïenciers qui ont peu ou prou fréquenté le lieu (Flore Marteaux), étudier les inhumations (Camille Vanhove et Mathieu Gaultier) et les différents mobiliers enregistrés : la céramique (Laureline Ginson, Claire Gerbault, Philippe Husi et Flore Marteaux), les terres cuites architecturales (Grégory Silberstein), la verrerie (Céline Aunay), les monnaies (Murielle Troubady), les objets métalliques (Émilie Roux), la faune (Olivier Talluault) et la statuaire (Romanella Bosseau et Jean-Marie Guillouët). Les datations radiocarbone et dendrochronologiques ont été respectivement réalisées au Beta Analytic Radiocarbon Dating Laboratory de Miami et par Christophe Perrault du laboratoire CEDRE de Besançon.

4Il en ressort un livre de grande tenue formelle, factuelle et analytique. Les quinze phases identifiées sur le terrain sont habilement regroupées en six périodes qui, nourries des recherches documentaires, structurent le plan de la publication. Chaque développement chatoie des quadrichromies associant au texte les indispensables documents figurés : clichés des situations rencontrées, plans au sol et en élévation des structures, coupes et diagrammes stratigraphiques, photographies et dessins des mobiliers, propositions de restitutions volumétriques et cartes contextuelles.

5La période I regroupe les trois phases d’aménagement antiques. Elle est surtout caractérisée par la découverte d’un segment de 24 m de longueur du rempart venant fermer le castrum au nord-est devant la Loire. Sa construction interviendrait vers 315-316 d’après une monnaie trouvée dans la tranchée de fondation. Le mobilier céramique jonchant le sol de terre et les « terres noires » dégagés au contact atteste une utilisation vague mais continue de la zone jusqu’à un incendie qui marque le rempart et le sol au milieu du VIe siècle. C’est l’occasion pour les auteurs de reprendre et de prolonger la réflexion sur les mutations de l’urbanisme de cette partie de la cité jusqu’au grand incendie général de 558 que relate Grégoire de Tours. Un remblai de terre noire vient ensuite surélever le sol : il comporte des tessons de poterie datables des VIe-VIIe siècles mais la zone paraît vide de construction pendant encore un siècle.

6La période II assemble deux phases d’aménagements réalisés entre fin VIIe et fin IXe siècle, alors que le terrain appartient à la communauté de Saint-Martin qui a souhaité peut-être y faire un refuge derrière l’enceinte du castrum. À partir des quelques éléments maçonnés trouvés sur les terres noires, les auteurs restituent, avec la prudence requise, un édifice rectangulaire avec entrée précédée d’un porche à l’ouest et chevet plat à l’est. Le sol de terre est surhaussé entre le deuxième quart du VIIIe siècle et le troisième quart du IXe.

7La période III englobe les quatre phases d’aménagements se succédant au temps du rattachement de la zone aux puissances laïques. Son début est marqué, dans les années 870, par un incendie et une large réfection du bâtiment précédent. Le porche occidental est agrandi pour masquer totalement la façade et, au nord, contre le rempart, c’est même une tour à plusieurs niveaux qui semble édifiée. À l’est, un chœur avec autel centré est surélevé de trois marches, dallé de pierres et séparé de la nef par un chancel : il est modifié à la fin du Xe siècle ou au début du siècle suivant par surhaussement du sol et transformation du chancel en jubé. C’est l’époque pendant laquelle l’historiographie place dans cet angle nord-est du castrum une résidence comtale dont, en toute hypothèse, l’église pourrait être la chapelle : la monumentalisation certaine de l’édifice trouverait ainsi explication. Dans la seconde moitié du XIe siècle, l’édifice est à nouveau profondément modifié tout en gardant la même assise et les mêmes proportions : il perd sa tour par rétrécissement du porche et si le chœur surélevé est maintenu, le jubé disparaît du fait de la reconstruction du gouttereau sud désormais rythmé par des massifs en saillies séparant vraisemblablement de grandes niches ou arcatures aveugles. Ces mutations du bâti pourraient accompagner un événement politique bien connu : le renversement en 1044 du comte de Blois par celui d’Anjou, qui déplace sa résidence vers l’angle nord-ouest du castrum et transforme la zone qu’il délaisse en fief qu’il confie à l’un de ses fidèles. C’est en tout cas la situation enregistrée en 1192 dans le document qui mentionne pour la première fois la chapelle Saint-Libert à l’occasion de la cession du lieu par le seigneur de Saint-Antoine-du-Rocher à l’abbaye de Preuilly-sur-Claise.

8À partir de cette date et jusqu’en 1562 (période IV), l’église Saint-Libert est une dépendance de cette abbaye bénédictine fondé en 1001 à 70 km au sud de Tours. Elle est construite au tournant des XIIe-XIIIe siècles et l’objet de restaurations à la fin du XVe siècle. À travers la description minutieuse du bâtiment, qui est largement parvenue jusqu’à nous, c’est l’économie du chantier de construction qui est habilement décryptée. On regrettera toutefois, comme pour les parties précédentes, l’absence de détermination géologique et donc géographique des matériaux. Les élévations précédentes sont rasées mais les fondations sur arcs de décharge du nouvel édifice réutilisent largement celles des bâtiments antérieurs. Les parois sont parfaitement parementées, élevées en moyen appareil formant des assises certes de hauteurs différentes de l’une à l’autre mais chacune très homogène, toujours soigneusement jointoyéee et faisant régulièrement le tour complet de l’édifice. Au gouttereau sud, sous une corniche portée par des modillons à décors végétaux, anthropomorphes ou démoniaques, quatre contreforts définissent trois travées ouvertes chacune au registre supérieur par une fenêtre en plein cintre, et le registre inférieur de la travée centrale s’ouvre par un portail à arc légèrement brisé et double rouleau. La partie basse du gouttereau nord est constituée par le rempart aveugle et, au-dessus, la maçonnerie est parcimonieusement ouverte par trois baies de 2 m de hauteur sur 20 cm de largeur ; au-dessus, la même corniche sous toiture se retrouve portée par des modillons toutefois plus sommairement décorés. Sur la façade à l’ouest, seuls deux contreforts de dimensions inégales flanquent désormais le portail central de même facture que le portail sud ; au-dessus s’ouvre une fenêtre de même allure que celles ouvrant le gouttereau sud ; au-dessus encore, le pignon de la couverture à deux pans montre des pentes à 45° et est ouvert au centre par une baie étroite identique à celles ouvrant le gouttereau nord. Sur et au pied des parements internes, très dégradés, il a été possible de repérer les arrachements et les fondations d’un ensemble, resté incomplet, de piliers engagés et de leurs massifs de fondation : ce sont là les traces probables d’un projet abandonné de voûtement de la nef. À l’est, le chevet s’ouvrait assurément sur une abside par un arc dont il a été retrouvé à la fouille la base des piliers de soutien latéraux et, dans le prolongement vers l’est, les départs de la paroi apparemment hémicirculaire. Le sol a disparu mais il devait être dallé, masquant le sol de construction jonché de déchets de taille et, au centre de la travée occidentale, l’emplacement de deux moules à cloche fonctionnant à la cire perdue : ils suggèrent fortement que le faîtage de la couverture devait être surmonté d’un clocher-mur à deux arcades qui pouvait être supporté par l’arc diaphragme du chœur.

9Les fragments de poteries trouvés dans les remblais de construction et dans les fours à cloches d’une part, le style architectural déployé dans les ouvertures d’autre part, permettent de retenir la fourchette 1180-1220 pour la construction de cette église. La couverture n’est pas de cette époque mais de la fin du XVe siècle : l’analyse dendrochronologique de la charpente en place, à chevrons-portant-fermes en bois de chêne, date l’abattage des arbres de l’hiver 1482-1483. Immédiatement après, le sol a été modifié : l’estrade de l’autel a été supprimée par surhaussement du sol de la nef et le dallage de pierre, qui a au moins laissé les traces de sa récupération, est remplacé par un carrelage de terre cuite dont certains éléments ont été enregistrés dans les remblais ultérieurs. C’est aussi à cette époque que les parements internes de l’édifice sont lissés et couvert d’un enduit blanc retrouvé à l’état de lambeaux et jugé apparemment sans décors. C’est aussi à cette époque que doivent être rattachés les restes d’une statue polychrome décapitée et amputée des avant-bras, retrouvée derrière l’autel dans une fosse creusée au XVIIe siècle : le personnage n’est pas identifiable mais des détails du vêtement suggèrent une fonction d’évêque et une datation du tournant des XVe-XVIe siècles. La question est posée de savoir si les moines de Preuilly se sont contentés de reconstruire ainsi la chapelle où s’ils l’ont accompagnée d’installations prieurales pour en faire un pied-à-terre, mais les éléments de réponses restent ténus, indirects : la cession de 1192 ne concerne que la chapelle car les seigneurs de Saint-Antoine-du-Rocher continuent d’avouer le fief en 1397 et en 1434, et ne le cèdent aux moines que dans les années 1480. C’est à ce moment que la chapelle est modifiée : si entre la fin du XIIe siècle et la fin du XVe, le portail sud ne débouchait que sur un jardin, celui-ci a pu alors devenir un cloître bordé de bâtiments. En 1562 en tout cas, quand les moines aliènent à des particuliers leur domaine de Saint-Libert, conséquence sans doute de la mise à sac de l’abbaye de Preuilly par les Huguenots, la chapelle est accompagnée d’un passage, d’un jardin, d’une cour et d’un logis.

10C’est à la période V (1562-1705) que sont rattachées les quarante-neuf fosses sépulcrales repérées dans la nef, creusées à partir du pavage établi à la fin du XVe siècle. Avec les réductions, les ossements erratiques et l’analyse des désordres dus aux salpêtriers ultérieurs, le nombre minimum d’individus est de soixante-douze. S’ils représentent un échantillon « à peu près normal de population naturelle », c’est que l’étude anthropologique a constaté une légère surreprésentation des femmes d’une part, des cassures nombreuses sur les ossements des hommes d’autre part. Les modes d’inhumation présentent aussi quelques traits inhabituels car sept tombes ne sont pas canoniquement orientées, sans que les contraintes de l’architecture ne l’imposent, et pour toutes, l’homogénéité est remarquable, les rituels d’inhumation sont très simples, sinon austères, limités au seul linceul fermé par des épingles, sans bijoux ni quincaillerie de vêtement, sans dépôt funéraire et sans marquage au sol. Le mobilier provient des remblais encaissants et tous contiennent des fragments de poteries datables de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle. En rappelant que Saint-Libert n’a jamais été centre de paroisse, est posée l’hypothèse de la présence ici d’un cimetière protestant : elle reste conjecturale mais est longuement soupesée et argumentée, à travers un savant rappel des données connues sur l’histoire du protestantisme dans la cité de Tours. Ce passage dans le domaine « privé » dure un demi-siècle et si l’église a servi aux Protestants, elle n’a pas toujours été bien entretenue : c’est à cette époque qu’elle perd même son chœur en abside pour permettre le prolongement d’une voirie et, en 1617, quand les bâtiments sont légués à la congrégation des prêtres de l’Oratoire, ils sont décrits comme menaçant ruine. C’est donc aux Oratoriens qu’il faut attribuer les dernières transformations architecturales enregistrées : la construction du chevet plat à pans coupés et la mise en place d’un nouvel autel, sans doute aussi « l’inhumation » de la statue décapitée en position privilégiée. Un desservant est signalé entre 1674 et 1680, un autre en 1681. La congrégation en conserve la propriété jusqu’en 1705, date à laquelle elle est vendue à un salpêtrier.

11Pendant la période VI, du début du XVIIIe siècle au début du XXIe, Saint-Libert n’est plus une chapelle et si elle échappe à la destruction totale, elle subit de fortes dégradations avant d’être restaurée. La publication ne néglige pas la présentation et l’analyse des ces phases ultimes : le lecteur trouvera ainsi un bon développement sur la fabrication du salpêtre dont le site est le théâtre jusqu’en 1853, un aperçu suggestif sur les travaux d’urbanisme visant, dans la seconde moitié du XIXe siècle, à protéger la cité des crues du fleuve, des informations précises sur la production des faïenceries de Tours des années 1860, dont certains déchets d’ateliers furent utilisés dans les remblais, enfin un compte rendu détaillé des démarches de la Société archéologique de Touraine et des partis-pris de la restauration contemporaine.

12On le voit, la documentation recueillie tant archéologique qu’archivistique est abondante mais reste rétive à fournir des réponses claires et définitives pour chaque problème posé. Le travail d’analyse est cependant ingénieux et explore au mieux les hypothèses formulées : le contrat est rempli, le « fragment de ville » est bel et bien fourni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Beck, « Samuel RIOU, Bruno DUFAŸ, Le site de la chapelle Saint-Libert dans la Cité de Tours : histoire et archéologie d’un espace urbain du IVe siècle à nos jours », Revue archéologique de l’Est, Tome 68 | 2019, 372-374.

Référence électronique

Patrice Beck, « Samuel RIOU, Bruno DUFAŸ, Le site de la chapelle Saint-Libert dans la Cité de Tours : histoire et archéologie d’un espace urbain du IVe siècle à nos jours », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 68 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rae/13398

Haut de page

Auteur

Patrice Beck

Professeur honoraire Univ. Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search