Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Jean COMBIER

Jean COMBIER

(28 octobre1926 – 12 mars 2020)
Jean-Paul THEVENOT
p. 5-6

Texte intégral

Jean Combier dans le parc du château d’Arlay à l’occasion du colloque sur le Magdalénien, octobre 2013 (cliché Nicole Perrenoud-Cupillard).

1Le cadre géographique dans lequel Jean Combier a œuvré en tant que paléolithicien pendant plus de cinquante ans concerne les deux régions de Bourgogne-Franche-Comté et d’Auvergne-Rhônes-Alpes. Il a trouvé dans ce vaste secteur l’épaisseur de temps nécessaire à la reconstitution des entités culturelles de la préhistoire ancienne, du Paléolithique inférieur (Azé, Orgnac) jusqu’à la fin du Paléolithique supérieur (Villerest, Solutré), à travers les industries, les types d’habitats, les modes de subsistance et même les expressions de l’art grâce notamment aux grottes ornées de l’Ardèche.

2Il s’est passionné très jeune pour la Préhistoire et les premières régions qu’il a étudiées sont le Beaujolais, son pays natal – il est né à Lamure-sur-Azergues (Rhône) –, et le Mâconnais, son pays d’adoption et de résidence. Il avait alors pour référence Le Beaujolais préhistorique de Cl. Savoie (1898) et Le Mâconnais préhistorique d’H. de Ferry et A. Arcelin (1870), qui lui apportaient les premiers éléments d’information, en particulier sur la typologie des industries lithiques, l’un de ses pôles d’intérêt initiaux. Dans ce domaine de recherche, le gisement de Solutré se présentait à lui comme un site de prime importance.

3C’est en 1952, à son entrée au CNRS en tant que collaborateur de M. Thoral, directeur du Laboratoire de géologie à la Faculté des sciences de Lyon, qu’il a pu prendre un contact direct avec ce gisement éponyme. Il a été chargé en effet de l’étude des collections de Solutré conservées dans ce laboratoire, issues des fouilles effectuées entre 1907 et 1928 par H. Breuil, F. Arcelin, Ch. Depéret et L. Mayet. La synthèse qu’il en a tirée, publiée en 1955, étude exemplaire par sa clarté et la qualité des illustrations, intégrait pour la première fois les dénombrements statistiques des industries suivant les définitions typologiques que F. Bordes venait d’élaborer. Elle apportait des éclaircissements essentiels sur la stratigraphie complexe du gisement, définissait les différentes industries du Paléolithique moyen et supérieur présentes dans le site et mettait en outre en évidence tous les points qui restaient encore à éclaircir.

4Mais, dans un premier temps, il a concentré ses recherches dans le département de l’Ardèche. La documentation abondante rassemblée par les archéologues locaux dans la fouille des nombreux gisements en grotte de cette région, telle la grotte du Figuier à Saint-Martin-d’Ardèche étudiée par M. Verrier et par A. et P. Huchard, ainsi que les données nouvelles des fouilles qu’il a conduites lui-même à l’abri du Maras sur la même commune, et à la grotte Chabot à Aiguèze (Gard), lui ont donné matière à la rédaction d’une thèse de doctorat soutenue en 1963 auprès de l’Université de Paris VI. Ce travail de synthèse, fondé essentiellement sur des séries stratigraphiques de gisements en grotte, dressait pour la première fois un tableau complet des cultures du Paléolithique régional ; cet ouvrage est paru en 1967 sous le titre Le Paléolithique de l’Ardèche dans son cadre climatique, dans les Mémoires de l’Université de Bordeaux.

5Tout au long de sa carrière, Jean Combier a privilégié la recherche fondée sur les fouilles proprement dites. En témoignent les nombreuses interventions qu’il a faites dans des gisements en grotte ou en plein air, qui couvrent toutes les époques : le Paléolithique inférieur dans la grotte d’Azé, le plus ancien site de cette période du sud de la Bourgogne, le Moustérien dans les grottes de Néron à Soyons en Ardèche et de Vergisson 2 et 4 en Saône-et-Loire, le Gravettien dans le gisement de plein air du Château-Beau à Saint-Martin-sous-Montaigu et l’Épipaléolithique dans le site de plaine alluviale de Varennes-lès-Mâcon en Saône-et-Loire. Mais son apport le plus notable vient certainement des recherches qu’il a dirigées pendant plus de 20 ans (entre 1964 et 1985), dans les gisements d’Orgnac 3 à Orgnac-l’Aven en Ardèche, du Crot du Charnier à Solutré en Saône-et-Loire et de la Vigne Brun à Villerest dans la Loire.

6Dans le cadre de ses travaux dans le Vivarais, Jean Combier a réalisé de 1959 à 1972 des fouilles d’envergure dans le gisement d’Orgnac 3, une cavité karstique presque entièrement comblée, située à proximité des gorges de l’Ardèche. Elles ont révélé une stratigraphie unique comportant des niveaux d’occupation échelonnés du Paléolithique inférieur au début du Paléolithique moyen. Sept couches précisément témoignent d’une occupation de « prénéandertaliens » caractérisée par une industrie acheuléenne très diversifiée comportant des bifaces finement taillés dans des plaquettes de silex local. Des foyers en cuvette, des trous de poteau évoquant des abris en auvents, des aires d’habitat organisées, des ossements de mammifères appartenant à une vingtaine d’espèces, permettent de retracer la vie des hommes de cette époque, connus en eux-mêmes par quelques dents. Le gisement d’Orgnac 3, dont l’évolution peut être suivie sur près de 60 millénaires (340.000-280.000 ans), est l’un des plus anciens gisements acheuléens répertoriés dans le bassin du Rhône et constitue l’un des sites acheuléens majeurs de France.

7L’étude des collections de Solutré, que Jean Combier avait publiée en 1955, montrait la nécessité de nouvelles fouilles dans ce site mal connu et pourtant le seul présentant toutes les cultures du Paléolithique supérieur dans le quart nord-est de la France. Les fouilles qu’il a effectuées de 1968 à 1976 au Crot du Charnier visaient à étudier la structure géologique du gisement, à préciser la chronologie des occupations, à définir les industries et à reconnaître les conditions environnementales. Elles ont montré que le gisement est formé de deux cônes d’éboulis issus par gélifraction de la corniche calcaire. Le plus ancien, du Würm II-III, contient des traces de Moustérien et des niveaux de l’Aurignacien, auquel se superpose un important niveau d’ossements accumulés, le « magma de cheval », daté du Gravettien. Le plus récent, du Würm IV, formé d’un cailloutis mêlé de gros blocs, enveloppe le premier et contient des niveaux du Solutréen et du Magdalénien moyen et supérieur. Ce dernier niveau, fouillé sur une centaine de mètres carrés, a mis au jour une abondante industrie du silex et de l’os ainsi que de larges foyers et des aires de décarnisation étendues qui confirment le rôle de site de chasse des chevaux lors de leurs migrations saisonnières entre le val de Saône et les collines mâconnaises. Ces fouilles ont été suivies par celles de J.-L. Porte et B. Gély en 1986-1987, qui ont mis en évidence une coupe stratigraphique développée sur plus de 3 m de hauteur, et par celles de J. Hofman et A. Monthet-White en 1997-1998, qui ont publié, en collaboration avec lui, un bilan général des recherches récentes dont le gisement a fait l’objet.

8Les séries lithiques des gisements paléolithiques de Villerest, que le Laboratoire de géologie de Lyon conserve dans ses collections, étaient bien connues de Jean Combier. Entre 1956 et 1966, il est intervenu à différentes reprises dans ces gisements situés au débouché des gorges de la Loire en amont de Roanne : le Champ-Grand, le Rocher de la Caille, la Goutte Roffat, la Vigne Brun. En raison du projet de construction d’un barrage à Villerest à hauteur du Saut-du-Perron, c’est le gisement de la Vigne Brun, dont les fouilles pratiquées de façon intermittente de 1924 à 1966 avaient montré le grand intérêt, qu’il a fouillé de 1977 à 1983. Ce très vaste complexe archéologique, installé sur un replat rocheux formant une terrasse parallèle à la Loire, comporte à sa base des niveaux moustériens recouverts de structures d’habitats extrêmement bien conservées et datées du Gravettien. Ces structures, réparties sur une grande surface, sont celles de huttes de 4 à 5 m de diamètres présentant des aménagements particuliers imposés par la topographie, des fosses de combustion et des foyers centraux aménagés, des plateformes d’activité, des fosses groupées, tous éléments confirmant un habitat de caractère permanent ou de longue durée. Un tel ensemble, différent des structures du Magdalénien récent du Bassin parisien qui correspondent à des occupations temporaires, reste unique à ce jour en Europe occidentale.

9Jean Combier a contribué très largement à l’étude de l’art paléolithique aussi bien mobilier que pariétal. Il avait eu entre les mains les objets sculptés et gravés de Solutré et de Villerest trouvés par ses prédécesseurs et avait déjà entrepris l’examen des gravures et des peintures pariétales des grottes de l’Ardèche lors de la rédaction de sa thèse. Il s’est attaché, en tant que directeur des Antiquités, et en collaboration avec J.-L. Porte, P. Ayroles et B. Gély, à fédérer les énergies pour assurer la protection et la conservation des grottes ornées et réaliser un inventaire photographique systématique de toutes les œuvres reconnues. La découverte de peintures dans la grotte de la Tête du Lion lors du tracé de la route des gorges de l’Ardèche a été un moment marquant de ses travaux. Il a consacré plusieurs études à l’art pariétal de cette région, synthétisées en 1984 dans l’ouvrage collectif intitulé L’art des cavernes : atlas des grottes ornées paléolithiques de France édité par la Sous-direction de l’Archéologie.

10Au total, dès les années 1950, il a participé activement au renouveau de la recherche préhistorique en France, mais il a aussi joué un rôle important dans la gestion administrative et scientifique de la recherche aux niveaux régional et national. Au sein du Ministère de la culture, il a été directeur de la Circonscription des antiquités préhistoriques de Lyon-Grenoble de 1957 à 1964 – succédant à F. Bourdier, géologue avec lequel il étudiait les formations quaternaires des bassins de la Saône et du Rhône –, puis de la région Rhône-Alpes de 1965 à 1991. Il a été membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique de 1965 à 1984 et a fait partie de la Commission supérieure des Monuments historiques (section Grottes ornées). Il a participé également aux travaux du Centre national de la recherche archéologique subaquatique d’Annecy. Au sein du CNRS, il a été élu membre du Comité national en 1980 (section Ethnologie, anthropologie, préhistoire).

11Les apports scientifiques de ses fouilles d’Orgnac et de Villerest l’ont conduit à initier deux colloques internationaux : « L’évolution de l’Acheuléen en Europe », qui fut le IXéme congrès de l’Union internationale des Sciences préhistoriques et protohistoriques tenu à Nice en 1976, et « Les habitats du Paléolithique supérieur » organisé en hommage au professeur A. Leroi-Gourhan tenu à Roanne et à Villerest en 1982. Avec son concours, l’Académie de Mâcon a organisé en 2016 le 150éme anniversaire de la découverte de Solutré et publié, sous sa direction, un mémoire qui fait le point sur les connaissances qu’un siècle et demi de recherches ont apporté sur le site.

12Il s’est en outre attaché à faire connaître les résultats des recherches effectuées dans la région, en créant en 1971 la revue Études préhistoriques, devenue Ardèche archéologie et, en 1973, les volumes du « Centre de recherches de Solutré ». Dans le même esprit, il s’est appliqué résolument à rendre la Préhistoire accessible au public par des articles de vulgarisation et des conférences. Il a été surtout à l’origine de la création du Musée départemental de Solutré, ouvert en 1986, et du Musée de Préhistoire d’Orgnac-l’Aven, inauguré en 1988.

13Jean Combier a joué un rôle essentiel dans le développement des techniques scientifiques de fouilles auprès des chercheurs, surtout bénévoles à l’époque, quelle que fût la période concernée. Les trois grands chantiers programmés d’Orgnac, de Solutré et de Villerest ont tous constitué des écoles agréées de formation aux fouilles et ont accueilli plusieurs générations de chercheurs. Il s’est beaucoup impliqué aussi dans la vie archéologique régionale, en particulier dans son département de résidence. Il a été en effet à l’initiative en 1967 de la création du Comité départemental de la recherche archéologique de Saône-et-Loire, qui a exercé une grande influence dans l’organisation de la recherche sous l’égide du Service régional de l’archéologie. Il a participé aussi à la création de l’Institut de recherche du Val de Saône-Mâconnais. Il a été de plus président de l’Académie de Mâcon de 2002 à 2005.

14En matière de Préhistoire, Jean Combier a écrit plus de 200 articles et mémoires qui concernent naturellement pour le plus grand nombre le Paléolithique. Mais il a consacré aussi des notes à la Préhistoire récente, voire aux Âges des métaux et même à d’autres sujets très spécialisés – du domaine des arts et traditions populaires par exemple –, qu’il traitait avec une égale rigueur scientifique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean Combier dans le parc du château d’Arlay à l’occasion du colloque sur le Magdalénien, octobre 2013 (cliché Nicole Perrenoud-Cupillard).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13448/img-1.png
Fichier image/png, 523k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul THEVENOT, « Jean COMBIER », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 5-6.

Référence électronique

Jean-Paul THEVENOT, « Jean COMBIER », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 08 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/13448

Haut de page

Auteur

Jean-Paul THEVENOT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search