Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Le Munzingen : sur la genèse et l...

Le Munzingen : sur la genèse et le développement d’une culture archéologique du sud de la plaine du Rhin au 4e millénaire av. J.-C.

Philippe LEFRANC et Anthony DENAIRE
p. 51-82

Résumés

La question de l’origine du Munzingen, groupe stylistique se développant entre l’Alsace et le pays de Bade et recouvrant plusieurs faciès, reste aujourd’hui débattue. Aux tenants de la thèse « rhénocentrique », dominante outre-Rhin et souvent présentée comme unique paradigme, thèse considérant le Munzingen B comme une évolution régionale du Michelsberg récent, nous opposons, à la suite de C. Jeunesse, le principe d’un phylum pouvant être remonté jusqu’à la charnière des 5e et 4e millénaires et considérons le Munzingen comme une culture n’entretenant, lors de sa genèse, que peu de relation avec le Michelsberg. Nous nous appuyons sur une étude stylistique soutenue par une nouvelle analyse factorielle de correspondances tendant à démontrer que le Munzingen récent du Bade et de Basse-Alsace (regroupés ici dans un groupe Munzingen récent Nord) procède de l’évolution du style du Munzingen ancien (Munzingen A). Ce dernier peut être synchronisé, grâce à l’analyse des cartes de répartition et d’une série d’ensembles mixtes, avec le Michelsberg moyen (MKIII), culture avec laquelle il partage une frontière commune le long d’un axe reliant Fribourg-en-Brisgau, dans le Kaiserstuhl, à Houssen, en Haute-Alsace. Nous insistons sur l’intégration précoce du secteur géographique ayant vu la naissance du style de Munzingen aux réseaux d’influences reliant l’Europe centrale à la vallée du Rhin – influences perceptibles dès le dernier tiers du 5e millénaire – et soulignons la proximité stylistique du Munzingen ancien avec une part de la production des groupes occupant alors la Haute-Souabe et les rives du lac de Constance. Plutôt qu’un groupe régional dérivé du Michelsberg ancien, proposition soutenue par J. Lüning, nous proposons d’identifier dans le Munzingen ancien un style bien ancré dans un substrat régional (groupe de Riegel et Bischheim occidental du Rhin supérieur tardif) ouvert aux influences orientales, notamment au groupe de Hornstaad, très présent dans le sud du pays de Bade et en Haute-Alsace, et dont le rôle dans la genèse du Munzigen a probablement été déterminant.
Le Munzingen ancien s’étend sur le sud du pays de Bade (sud du Kaiserstuhl et Markgräferland) et la Haute-Alsace, du nord du plateau du Sundgau à Colmar. Vers 3850 av. J.-C., les deux régions connaissent des évolutions distinctes. Soumis à une influence Pfyn s’inscrivant dans la continuité des apports Hornstaad, le Munzingen ancien évolue dans le Bade vers le style du Munzingen récent Nord. C’est à partir de ce noyau, et selon la thèse d’inspiration diffusionniste soutenue ici, que le Munzingen gagne successivement le nord du Kaiserstuhl, la Basse-Alsace, puis le Neckar et la Wetterau, se substituant dans ces régions au Michelsberg. En Haute-Alsace, région moins exposée aux influences Pfyn et plus proche des groupes Cortaillod de Suisse centrale, le Munzingen A évolue vers le style du Munzingen récent Sud (anciennement, Munzingen A2), style très proche du Munzingen ancien que seules de récentes datations radiométriques ont permis d’individualiser. Pour mieux rendre compte de cette histoire complexe et de l’existence de deux entités clairement dissociées à partir de 3850/3800 av. J.-C., nous proposons de conserver le nom de Munzigen ancien (MZA) pour les ensembles relevant du socle commun, mais d’abandonner l’acronyme MZA2 définissant les ensembles du Munzingen récent de Haute-Alsace au profit de « Munzingen récent Sud ». Le Munzingen B, qui est à la fois un style récent dérivé du Munzingen ancien et un groupe culturel en expansion, peut être défini comme un « Munzingen récent Nord ».

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Cette contribution se propose de revenir sur la question de l’apparition, dans le sud de la vallée du Rhin au début du 4e millénaire av. J.-C., du style céramique du Munzingen, défini en 1968 par J. Lüning. La question, reprise en 1989 par C. Jeunesse (JEUNESSE, 1989), reste d’actualité puisqu’à ce jour persiste une forte dichotomie entre la conception des tenants de la thèse d’une apparition tardive d’un style ancré dans la tradition du Michelsberg (SCHLICHTHERLE, 1988 ; MATUSCHIK, 1991 ; SEIDEL, 2008 ; JAMMET-REYNAL, 2017), et celle des chercheurs – dont nous sommes – qui reconnaissent en Munzingen une culture autonome, n’ayant qu’un lien ténu avec le Michelsberg et dont le développement est indissociable de celui des cultures néolithiques du Plateau suisse et des rives du lac de Constance (SUTER, 1987 ; JEUNESSE, 1989 ; REITER, 2005 ; LEFRANC et alii, 2011a). La thèse d’une dérivation du Munzingen de Basse-Alsace à partir de la Hauptgruppe du Michelsberg, thèse dominant la recherche outre-Rhin, ayant été récemment réaffirmée et présentée comme seul paradigme (JAMMET-REYNAL, 2017), le moment nous semble propice pour prendre acte et pour réexaminer, en tentant – dans la mesure du possible – d’éviter tout biais de confirmation, l’ensemble des données sur lesquelles reposent les arguments en faveur d’une autonomie du Munzingen par rapport au bloc Michelsberg. Depuis 1989 et la première brèche ouverte par C. Jeunesse, de nouveaux éléments sont en effet venus s’ajouter au dossier qu’il semble aujourd’hui nécessaire de mieux contextualiser.

2Le domaine d’étude considéré ici est centré sur la partie méridionale du sud de la plaine du Rhin supérieur, dans un secteur comprenant la région du Kaiserstuhl et du nord du Markgräferland, en rive droite du Rhin, et l’ensemble de la Haute-Alsace (de Colmar au plateau du Sundgau) en rive gauche (fig. 1).

Fig. 1. Le cadre géographique de l’étude (DAO : A. Denaire, P. Lefranc).

3Notre étude se fonde essentiellement sur l’analyse des corpus céramiques, non par choix, mais parce qu’il s’agit de la seule catégorie suffisamment abondante pour autoriser une approche culturelle.

2. Le Munzingen : un état des lieux

2.1. La question de l’origine

Un groupe régional du Michelsberg ?

  • 3 Tous les sites mentionnés sont localisés sur les figures 13, 15 et 19.

4Le groupe de Munzingen a été défini en 1968 par J. Lüning à partir du matériel du site éponyme de Munzingen Auf dem Berg ou Munzinger Berg (LÜNING, 1968)3, en partie publié par R. A. Maier en 1958 (MAIER, 1958). Pour J. Lüning, le Munzingen est un groupe régional du Michelsberg s’étendant de la Basse-Alsace au sud du pays de Bade au sein duquel il propose d’identifier deux faciès stylistiques, assimilés à des étapes chronologiques (Munzingen A et B) respectivement parallélisées avec les étapes III (Michelsberg moyen) et IV (Michelsberg récent) du Michelsberg (fig. 2). Cette synchronisation s’appuie essentiellement sur la typologie des jattes carénées de type Michelsberg découvertes en contexte Munzingen.

Fig. 2. Schéma simplifié des différentes hypothèses sur la position phylétique du Munzingen (DAO : P. Lefranc).

5Le principe d’une dérivation du Munzingen à partir de la Hauptgruppe du Michelsberg proposée par Lüning se retrouve dans les travaux de H. Schlichtherle (SCHLICHTHERLE, 1988), et de I. Matuschik (MATUSCHIK, 1991), mais la synchronisation entre MKIII et Munzigen y est discutée, ces auteurs plaçant l’apparition de ce dernier dans la seconde moitié du MKIV seulement, son plein développement intervenant pendant l’horizon MKV, c'est-à-dire lors d’un épisode chronologique correspondant au Pfyn classique et tardif du Lac de Constance et de Suisse orientale. Cette hypothèse chronologique repose sur des comparaisons stylistiques avec le répertoire Pfyn et Cortaillod, mais surtout, sur l’existence, dans la région du Kaiserstuhl, de sites attribués au Michelsberg III : ces chercheurs déduisent de cette proximité que les deux groupes, occupant un même secteur géographique, ne peuvent être contemporains.

6Les travaux les plus récents de la recherche allemande dans le Neckarraum et la Hesse ont apporté de très nombreuses nouvelles données, sans que les thèses précédemment énoncées ne s’en trouvent réévaluées. Les publications des sites d’Heilbronn Klingenberg, de Bruchsal Scheelkopf et d’Echzell Wannkopf notamment, ont montré que le Munzigen B s’étendait à l’ensemble de l’espace rhénan précédemment occupé par le MK III ou IV. Les auteurs de ces publications s’inscrivent dans la lignée de H. Schlichtherle en considérant le Munzingen comme un faciès régional tardif du Michelsberg. Cette situation est bien illustrée en Hesse par exemple, où B. Höhn souligne les affinités entre le matériel d’Echzell Wannkopf et le Munzingen B, mais attribue ces assemblages à un Michelsberg 4c (HÖHN, 2002, p. 144). À Heilbronn Klingenberg, le matériel étudié par U. Seidel est attribué à un Michelsberg V, avec une composante Munzingen sous forme de Vorratskeramik. Là aussi, le lien avec le Michelsberg est clairement affirmé : « Demnach ist MZB nicht als separate Kultur parallel zur MK anzusehen, sondern als Stil der das Ende der MK prägt » (SEIDEL, 2008, vol. 1, p. 332). Ce style final résulterait de l’intégration d’influences Cortaillod et épilengyel au répertoire Michelsberg. C’est la même position qu’a récemment adopté L. Jammet-Reynal (fig. 2) dans un article où le Munzingen B est envisagé comme une évolution locale du Michelsberg (JAMMET-REYNAL, 2017), caractérisée par une résurgence de traits stylistiques Bischheim occidental du Rhin supérieur, notamment les fonds plats. Le Munzingen A correspondrait à un groupe autonome, contemporain du Munzingen B avec lequel il partagerait une frontière commune dans le pays de Bade (JAMMET-REYNAL, RAULT, 2018).

7Dans la recherche allemande, seule S. Reiter se démarque, en assimilant sans hésitation le matériel de Bruchsal Scheelkopf au Munzingen et en évoquant l’hypothèse d’un groupe dont les origines devraient être recherchées du côté des cultures du Plateau suisse : « Es ist hier auch in Betracht zu ziehen, das die Munzinger Gruppe weniger eng an die Michelsberger Kultur angeschlossen, ist, sondern eher in einen Kulturverband mit der Pfyner Kultur und der Cortaillod Kultur gehört, Wie Suter (1987) und Jeunesse (1989) dies vorschlagen » (REITER, 2005, p. 168).

Munzingen, une culture ?

8La publication des sites alsaciens de Didenheim Lerchenberg (SCHWEITZER, 1987) et de Geispolsheim Bruechel en 1987 (JEUNESSE, SAINTY, 1987) marque une étape importante dans l’historique des recherches sur le Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur. Dès 1989, C. Jeunesse propose une synthèse des données régionales et entame avec les chercheurs germanophones une controverse sur l’origine et le statut du Munzingen. Réfutant les arguments de H. Schlichtherle en soulignant que Michelsberg et Munzingen peuvent entretenir d’étroites relations dans le secteur du Kaiserstuhl – frontière culturelle depuis le Néolithique ancien – C. Jeunesse appuie l’hypothèse chronologique de J. Lüning en reliant les assemblages de Didenheim Lerchenberg au Munzingen A, et les assemblages de Geispolsheim Bruechel au Munzingen B, proposition en partie inexacte, nous y reviendrons, que seules de récentes datations radiométriques ont permis de corriger (LEFRANC et alii, 2011a). L’apparition du Munzingen, perceptible dans quelques assemblages de Basse-Alsace, remonterait selon lui à l’horizon MKII et ne peut par conséquent être assimilée à un simple mouvement de régionalisation du Michelsberg. La part des influences orientales, et notamment de Pfyn, dans la formation du style du Munzingen est soulignée (JEUNESSE, 1989, p. 161-162). Plus fondamentalement, C. Jeunesse rompt avec le concept de « groupe stylistique » et propose de considérer le Munzingen comme une culture à part entière, possédant son propre dynamisme stylistique et se développant parallèlement au Michelsberg. C’est également dans cet article qu’apparaît l’idée d’une évolution chronologique de l’occupation de la plaine du Rhin avec un Munzingen ancien se développant d’abord dans la région du Kaiserstuhl et en Haute-Alsace, avant de s’étendre, lors du Munzingen B, sur la Basse-Alsace (fig. 2).

2.2. Extension et chronologie

9Nous présentons ici l’état actuel de la recherche : l’ensemble de ces données sera réexaminé dans le chapitre 3.

Le pays de Bade

10Dans le sud du pays de Bade, on recense une quinzaine d’occupations Munzingen, essentiellement distribuées au sud de Fribourg-en-Brisgau, au nord du Markgräferland, dans le secteur de Munzingen/Tiengen, et dans le Kaiserstuhl, entre Bischoffingen et Bötzingen. Les assemblages attribuables au style A sont localisés au sud du massif du Kaisersthul, entre Munzingen et Schallstadt. Seul le site de Bötzingen Meillinshalen en occupe la frange méridionale. Au Munzingen B, le massif est occupé (sites de Bischoffingen Mühlbuch et Weingarten), ainsi que le cours inférieur de l’Elz.

11Les sites les plus importants sont ceux de Bötzingen Meillinshalen, Bischoffingen Mühlbuch, Mundschlag et Weingarten, Ihringen Burghalde, Munzingen Auf dem Berg, Gölterhof, Mittelbann, Metzgerlen et Waldkinzig (DIECKMANN, 1991).

12J. Lüning (1968), C. Jeunesse (1989) et P. Lefranc et alii (2011a) reconnaissent dans ce secteur géographique une succession Munzingen A-Munzingen B ; pour L. Jamet-Reynal et E. Rault, les deux groupes sont contemporains (JAMET-REYNAL, RAULT, 2018).

La Haute-Alsace

13En Haute-Alsace, les sites se distribuent entre deux pôles : le premier, dans le secteur de Houssen et Colmar, où nous avons identifié des occupations relevant du Munzingen A et du Munzigen B (LEFRANC et alii, 2011a, 2012a), et le second, au nord du plateau du Sundgau, entre Wittenheim et Sierentz où sont localisés les sites de Didenheim Lerchenberg (SCHWIETZER, 1987), Didenheim-Morschwiller ‘Rocade Ouest’ (DENAIRE, 2007), Riedisheim Les Violettes et Beau site (SCHWEITZER, FULLERINGER, 1973), Magstatt-le-Bas (WOLF, 1979), Wittenheim Le Moulin et Sierentz Les Villas d’Aurèle (VERGNAUD et alii, 2014). Le site d’Ensisheim ‘THK’ apparaît isolé entre ces deux pôles (LEFRANC, JEUNESSE, 2001). En Haute-Alsace, après révision de la chronologie absolue d’une partie du corpus, nous ne pouvons identifier que deux ou trois sites du Munzigen A, à Houssen, près de Colmar (LEFRANC et alii, 2011a), à Didenheim-Morschwiller (ibid.) et probablement à Ensisheim ‘THK’ (LEFRANC, JEUNESSE, 2001). La réalisation de datations radiocarbone sur les assemblages Munzingen de Didenheim Lerchenberg, en Haute-Alsace, assemblages traditionnellement convoqués pour la définition de l’étape ancienne de cette culture (MZA), ont en effet montré que la plupart des assemblages considérés comme anciens étaient en réalité postérieurs à 3700 av. J.-C. (LEFRANC et alii, 2011a, fig. 19).

La Basse-Alsace

14En Basse-Alsace, plusieurs faits sont assez bien établis, comme l’existence d’une phase de cohabitation Michelsberg/Munzingen (ou de transition selon les conceptions) lors d’un horizon correspondant au début du Michelsberg récent (MKIV), la présence du style B et l’existence d’une phase tardive que nous avons baptisée Munzingen C (LEFRANC et alii, 2011a).

  • 4 Fouille dirigée par Clément Féliu (Inrap), étude en cours.

15Aujourd’hui, une vingtaine de sites Munzingen B sont répertoriés en Basse-Alsace, essentiellement localisés sur les placages de lœss qui s’étendent à l’ouest de Strasbourg, entre la terrasse d’Andlau au sud et le nord du plateau du Kochersberg. Le site le plus méridional du Munzingen B de Basse-Alsace est le site de Colmar ‘Aérodrome’ (LEFRANC et alii, 2012a) et le site le plus septentrional, l’habitat de Schwindratzheim (DENAIRE et alii, 2016). Le secteur compris entre Colmar et le sud de Strasbourg est encore peu documenté, mais la présence Munzingen y est néanmoins attestée par deux sites, Sermersheim (LEFRANC et alii, 2011a) et Sélestat (THOMAS, 2017). Les principaux habitats de Basse-Alsace sont ceux de Holtzheim ‘Altmatt-Les Abattoirs’ (LEFRANC, 2001 ; KUHNLE et alii, 2001), de Geispolsheim Bruechel (JEUNESSE, SAINTY, 1987), de Geispolsheim Schwoebenfeld (CROUTSCH et alii, 2007), Duntzenheim Frauenabwand (LEFRANC et alii, 2011b) de Reichstett ‘Rue Ampère’ (BLAIZOT, 2001), Gougenheim Gingsheimerfeld (THOMAS, 2016), Mundolsheim (LÜNING, 1968), Entzheim Les Terres de la Chapelle (LEFRANC, CHENAL, 2008 ; LEFRANC et alii, 2012b), Ergersheim (JAMMET-REYNAL et alii, 2015), Eckwersheim (LEFRANC et alii, 2018), Berstett4 et Lampertheim (DENAIRE et alii, en cours).

16En ce qui concerne la périodisation interne du Munzingen bas-alsacien, des différences significatives ont été signalées entre les corpus issus des deux grands sites de référence de Holtzheim Altmatt et de Geispolsheim Bruechel (KUHNLE et alii, 2001). Il est par exemple noté une plus forte proportion de vases décorés à Holtzheim, ce qui pourrait amener à situer ce corpus entre le Munzingen A, où les décors sont attestés, et le Munzingen B de Geispolsheim où ils sont rares. Nous avons ajouté à ces remarques la haute fréquence des jattes carénées dans la plupart des ensembles de Holtzheim Altmatt et leur rareté à Geispolsheim Bruechel et Forlen (LEFRANC et alii, 2011a).

17Le site de Geispolsheim Forlen a livré des assemblages comportant une composante très proche du style du Munzingen B, enrichie par l’apparition de nouvelles formes caractérisées par une sinuosité marquée et un renflement de la panse situé à mi-hauteur des récipients. Ces traits, auxquels s’ajoutent des cols bien individualisés et ouverts, évoquent les productions du Pfyn tardif, notamment certaines formes mises au jour à Steckborn Schanz (WINIGER, HASENFRATZ, 1985), Erlenbach Wineckel (TOBLER, 2002), Thaygen Weier III (WINIGER, 1971) et Zurich Mozartstrasse (BLEUER-HARDMEYER, 1993), sites datés entre la seconde moitié du 37e et la première moitié du 36e siècle. Les analyses radiocarbone réalisées sur deux ensembles de Geispolsheim Forlen ont livré des résultats compatibles avec cette fourchette chronologique (LEFRANC et alii, 2011a). Cette phase stylistique, que nous avons appelée Munzingen C, marque donc un renforcement des liens entre le Munzingen de Basse-Alsace et la culture de Pfyn.

18Les datations radiocarbone réalisées sur les assemblages régionaux permettent de dater les premières manifestations du Munzingen en Basse-Alsace – en contexte MKIV – aux alentours de 3850 av. J.-C. Vers 3800 av. J.-C., le Munzingen B est bien implanté en Basse-Alsace où il se maintient jusqu’en 3650 environ. À partir de cette date, les influx sud-orientaux perceptibles dans le style céramique justifient la création du stade C, stade qui se maintient potentiellement au-delà du milieu du 4e millénaire.

La région du Neckar et la Wetterau

19Ce phénomène d’influence Pfyn ne semble pas dépasser la région de Strasbourg comme l’indique l’absence de formes céramiques comparables, attribuables à un Munzingen C, dans les ensembles de la confluence Rhin-Neckar (SEIDEL, 2008 ; REITER, 2005) ou de la Wetterau (HÖHN, 2002 ; LÜNING, 1968), dont certains livrent des dates aussi tardives que celles de Geispolsheim Forlen (ECHZELL-WANNKOPF, HÖHN, 2002). Toutes les formes attestées en Basse-Alsace au Munzingen B se retrouvent sur les sites de la confluence Rhin-Neckar et en Wetterau. Le Munzingen de ces régions se caractérise cependant par une petite série de décors très rares ou ne trouvant pas d’équivalents en Basse-Alsace, et que nous comprenons comme la manifestation d’un phénomène de régionalisation. C’est par exemple le cas des bandeaux imprimés sous la lèvre, absents d’Alsace, mais fréquents à Heilbronn Klingenberg, Bruchsal Scheelkopf et Echzell Wannkopf. De manière générale, rien ne permet toutefois de dissocier les productions du Munzingen B de Basse-Alsace et du Kaiserstuhl des productions du Munzingen B du Neckarraum et de la Hesse.

3. Le Munzingen : nouvelles analyses factorielles de correspondances

20Deux thèses s’opposent donc sur l’origine et sur le statut du Munzingen : l’une le considère comme un groupe régional du Michelsberg, l’autre comme une culture autonome. La problématique étant posée, la première étape de notre étude a consisté à réaliser de nouvelles analyses factorielles de correspondances (AFC) en présence/absence afin d’évaluer le bien-fondé de ces deux conceptions. La première AFC a été appliquée à la totalité des assemblages définis comme Munzingen de l’aire d’étude et à une série de structures parmi les plus riches datées du Michelsberg moyen et récent d’Alsace et du Bade-Wurtemberg ; la seconde AFC a été appliquée aux seuls assemblages attribués au Munzingen.

21Pour le Munzingen, seuls les types les plus fréquemment rencontrés et éventuellement reconnaissables à l’état de fragments ont pu être utilisés (fig. 3).

Fig. 3. Typologie des formes du Munzingen du pays de Bade, de Basse- et de Haute-Alsace utilisées dans les analyses factorielles de correspondances (DAO : P. Lefranc).

22Il s’agit des pots de types P1, 2, 3/4, 5a, 5b, 5c, 6, 7, 8, 9, 10, 12, 13,15, 16, 17 et 18 ainsi que des jattes de types J1, 2, 3, 4 et 6b. Ont également été considérées : la présence ou l’absence des décors de boutons appliqués sous la lèvre et de la technique de la Schlickrauhung (application de barbotine sur la surface externe des vases de stockage). Les formes sélectionnées pour le groupe de Michelsberg (P20-24, J10-J12, B2-3) sont parmi les plus fréquemment représentées en Basse-Alsace et dans le Bade-Wurtemberg. Notre propos étant l’analyse de la culture de Munzingen et non la chronologie du Michelsberg, les ensembles du Michelsberg ancien n’ont pas été intégrés à l’AFC. Seuls les assemblages du Michelsberg moyen (MKIII) et récent (MKIV) ont été utilisés.

3.1. Typologie

23Nous nous sommes affranchis des typologies existantes (LÜNING, 1968) et avons opté pour un classement simple en distinguant les pots, les jattes, les bouteilles, les cruches, les disques (plats à cuire) et les puisoirs (fig. 3).

24Typologie des formes Munzingen
P1 : vase ovoïde à col haut éversé. Jonction col/panse segmentée.
P2 : gobelet à profil sinueux, col ouvert. Diamètre maximal dans le tiers supérieur de la panse.
P3 : vase à profil très sinueux, col ouvert. Diamètre maximal à mi-hauteur de la panse.
P4 : vase à profil sinueux, col ouvert. Diamètre maximal à mi-hauteur de la panse. Forme très proche de P3 mais à la sinuosité moins accentuée.
P5a : pot à profil légèrement sinueux. Point d’inflexion dans le tiers inférieur de la panse.
P5b : gobelet ouvert à profil légèrement sinueux. Diamètre maximal dans le tiers inférieur ou à mi-hauteur de la panse.
P5c : gobelet à profil légèrement sinueux. Diamètre maximal dans le tiers supérieur de la panse.
P6 : vase tronconique à parois rectilignes et col individualisé.
P7 : vase tronconique à parois rectilignes ou légèrement convexes.
P8 : vase tronconique marqué par un léger épaulement. Point d’inflexion dans le tiers supérieur de la panse.
P9 : vase tronconique à profil sinueux et col bien dégagé. Point d’inflexion dans le tiers supérieur de la panse.
P10 : pot à épaulement et haut col convexe. La lèvre est systématiquement ornée d’un bandeau imprimé.
P11 : petit pot, parfois pourvu d’anses, à épaulement et col ouvert.
P12 : vase à parois convexes (en forme de tonneau).
P13 : vase à parois sinueuses et haut col droit.
P14 : vase biconique.
P15 : vase à corps globulaire ou ovoïde et col court vertical.
P16 : pot ovoïde à col marqué et lèvre ornée de boutons.
P17 : pot ovoïde à épaule et col ouvert.
P18 : pot à col très éversé orné d’impressions.
P19 : pot à profil sinueux au col droit marqué ou légèrement éversé.
C.1 : cruche à panse ovoïde et col sub-vertical.
C.2 : cruche à corps cylindrique et col ouvert.
B.1 : bouteille à fond plat, épaulement et col droit.
J1 : jatte à profil segmenté et col éversé.
J2 : jatte haute à col droit ou légèrement rentrant.
J3 : jatte à haut col rentrant et ressaut sur la carène.
J4 : jatte tronconique.
J5 : jatte hémisphérique.
J6a : jatte basse à parois rectilignes.
J6b : jatte basse à corps ellipsoïdal et haut col très ouvert.
J7 : jatte profonde à parois et col subverticaux.
J8 : jatte biconique.
J9 : jatte à corps en ¾ de sphère et haut col éversé.
D1 : plat à cuire.
Pu1 : puisoir.

25Typologie des formes Michelsberg
P20 : gobelet de type Beutelbecher ouvert.
P21 : gobelet de type Beutelbecher fermé.
P22 : gobelet de type Tulpenbecher à profil continu.
P23 : gobelet de type Tulpenbecher à petit corps ovoïde.
P24 : vase de stockage portant un bandeau orné d’arcades.
J10 : jatte carénée à col droit ou légèrement éversé.
J11 : jatte carénée décorée.
J12 : jatte conique à parois concaves (décorée ou non).
B2 : bouteille à fond arrondi sans élément de préhension.
B3 : bouteille à fond arrondi orné d’un cordon multiforé.
C3 : cruche à épaulement.
D1 : plat à cuire.
Pu1 : puisoir.

L’AFC Michelsberg/Munzingen

26La projection des ensembles et des descripteurs sur les deux premiers axes de l’AFC appliquée aux Michelsberg et au Munzingen (95 ensembles et 34 taxons) permet de distinguer trois groupes (fig. 4) : elle dissocie très nettement les assemblages Michelsberg, qui apparaissent en bas, à droite, les assemblages Munzingen du Bade et de Basse-Alsace, tous regroupés dans la partie gauche, en bas de la représentation, et enfin les quelques assemblages du Munzingen de Haute-Alsace, en haut à gauche.

Fig. 4. Analyse factorielle de correspondances des assemblages du Michelsberg et du Munzingen du pays de Bade et de Basse-Alsace (DAO : P. Lefranc).

27La représentation ne peut être interprétée comme l’illustration d’une évolution chronologique : elle distribue en effet au sein des groupes Bade/Basse-Alsace et Haute-Alsace, des assemblages pour lesquels nous disposons de datations absolues et que nous pouvons considérer comme contemporains. L’AFC délimite trois groupes mais ne donne aucune indication sur les rapports, chronologiques ou autres, qu’ils sont susceptibles d’entretenir.

28Deux conclusions importantes s’imposent cependant : premièrement, l’AFC ne permet pas de conclure à une évolution stylistique du Michelsberg menant au Munzingen B et deuxièmement, les styles définis comme Munzingen A et Munzingen B apparaissent étroitement associés.

29L’intégration à l’AFC de quelques ensembles mixtes Munzingen/Michelsberg de Basse-Alsace et du Bade ne suffit pas à créer le lien de continuité stylistique supposé par les tenants de la thèse d’une dérivation du Munzingen à partir du Michelsberg. Les deux styles étant trop éloignés, ces ensembles se répartissent entre le groupe Michelsberg et le groupe Bade/Basse-Alsace en fonction des taxons représentés, mais sans parvenir à les rapprocher. En revanche, l’AFC permet de prendre la mesure de la proximité stylistique entre le Munzingen A et Munzingen B du Bade et de Basse-Alsace, en réunissant tous les ensembles dans un même groupe compact, configuration plaidant en faveur d’un lien étroit – et éventuellement d’un rapport de continuité – entre ces deux entités.

30Le troisième groupe défini par l’AFC rassemble les assemblages de Haute-Alsace et illustre bien la distinction déjà opérée (LEFRANC et alii, 2011a) entre les ensembles respectivement définis comme Munzingen A dans le Bade et dans la région mulhousienne.

31Notre sujet d’étude n’étant pas la chronologie du Michelsberg, nous ne développons pas plus avant l’analyse de cette AFC. Nous noterons simplement que la plupart des ensembles mixtes sont regroupés à gauche de l’ensemble Michelsberg et sont attribuables à l’horizon MKIV, horizon bien défini par l’AFC des critères typologiques (fig. 5) qui en rassemble les trois formes les plus caractéristiques en Basse-Alsace : les bouteilles à cordon multiforés (type B3), les petits gobelets à corps ovoïdes (P23) et les jattes carénées décorées (J11).

Fig. 5. Analyse factorielle de correspondances des formes céramiques du Michelsberg et du Munzingen du pays de Bade et de Basse-Alsace (DAO : P. Lefranc).

L’AFC des ensembles Munzingen

32La seconde analyse factorielle de correspondances, appliquée aux seuls assemblages définis comme Munzingen dans le Bade, en Basse et en Haute-Alsace, a été réalisée dans le but de définir la nature des rapports stylistiques entre les groupes jusqu’ici respectivement attribués au Munzingen ancien et au Munzingen récent (Munzingen B et Munzingen de Haute-Alsace). L’exercice, avouons-le d’emblée, n’est pas des plus faciles et les résultats obtenus, bien que significatifs, ne peuvent dégager que de grandes lignes d’évolution ; le Munzingen se caractérise par un vaisselier relativement réduit et, surtout, rares sont les ensembles recelant des formes complètes et en nombre conséquent. Sur les trente-six types qui ont été définis, vingt-quatre seulement ont pu être utilisés dans la sériation des ensembles.

33Soixante-dix-huit assemblages issus de vingt-cinq sites et vingt-quatre taxons ont été sériés (fig. 6 et 7).

Fig. 6. Analyse factorielle de correspondances des ensembles Munzingen de Basse- et de Haute-Alsace et du pays de Bade (DAO : P. Lefranc).

Fig. 7. Analyse factorielle de correspondances des formes céramiques Munzingen de Basse- et de Haute-Alsace et du pays de Bade (DAO : P. Lefranc).

34Les sites alsaciens retenus sont ceux de Mundolsheim (LÜNING, 1968), Holtzheim Altmatt et Am Schluesselberg (LEFRANC, 2001 ; KUHNLE et alii, 2001), Geispolsheim Bruechel (JEUNESSE, SAINTY, 1987) et Forlen (LEFRANC et alii, 2011a), Entzheim Terres de la Chapelle (LEFRANC et alii, 2012b), Duntzenheim Frauenabwand (LEFRANC et alii, 2011b), Houssen (LEFRANC et alii, 2011a), Sermersheim (ibid.), Rosheim Brauer (ibid.), Strasbourg-Cronenbourg (ibid.), Rosheim Leimen (LEFRANC et alii, 2007), Eckwersheim (LEFRANC et alii, 2018), Schwindratzheim (DENAIRE et alii, 2016), Berstett (FÉLIU et alii, en cours), Sierentz Les Villas d’Aurèle (VERGNAUD et alii, 2014), Didenheim Lerchenberg (SCHWEITZER, 1967), Magstatt (WOLF, 1979) et Riedisheim (SCHWEITZER, FULLERINGER, 1973). Dans le pays de Bade, il s’agit des sites de Munzingen Auf dem Berg (MAIER, 1958 ; DIECKMANN, 1991), Grube Degler et Waldkinzig, Bischoffingen Muehlebuck, Weingarten, Hundschlag, Schallstadt et Tiengen Schneckenberg (DIECKMANN, 1991).

35Le nuage de points permet de délimiter trois ensembles. En haut à gauche apparaît un groupe relativement compact réunissant des assemblages du pays de Bade et de Basse-Alsace. La partie en bas à gauche est occupée par un groupe majoritairement constitués d’ensemble badois et haut-alsaciens. Enfin, la partie droite de la représentation égrène une petite série d’ensembles, tous haut-alsaciens.

Les datations absolues

36À l’instar de l’AFC Michelsberg/Munzingen, la représentation obtenue ici ne peut pas être interprétée comme l’illustration d’une séquence chronologique : les assemblages sériés calés en chronologie absolue d’Eckwersheim et de Geispolsheim Forlen, d’une part, et de Sierentz Les villas d’Aurèle et de Didenheim Lerchenberg d’autre part, relativement proches dans le temps, se répartissent en effet aux deux extrémités de la courbe (fig. 7 et 8). Tous relèvent d’une étape récente de Munzingen.

37Il est évidement regrettable que nous ne disposions pas de datations absolues pour le groupe presque uniquement constitué d’ensembles badois et qui réunit les assemblages définis dans la littérature comme relevant du Munzingen ancien (Munzingen A).

Interprétation et phasage

38Nous proposons d’attribuer à la parabole une valeur à la fois chronologique et géographique. L’axe de plus grande variabilité (axe 1 de l’AFC) correspond à un tri géographique (grossièrement Nord, Sud-Est, Sud-Ouest) ; le deuxième axe correspond quant à lui probablement à la variable chronologique (de la partie basse vers la partie haute), hypothèse, nous l’avons mentionné, fragilisée par l’absence de datations absolues pour le groupe central. Cet écueil peut néanmoins être surmonté grâce à l’analyse stylistique de quelques ensembles mixtes Michelsberg/Munzingen du sud de pays de Bade, étudiés plus loin, et grâce aux dates radiométriques obtenues sur les ensembles mixtes d’Entzheim Les Terres de la Chapelle (fig. 8).

Fig. 8. Datations absolues du Munzingen (DAO : A. Denaire).

39La partie gauche de la représentation peut être lue, de bas en haut, comme une évolution continue menant du Munzingen A (en rouge) au Munzingen B et C (en noir). La partie droite peut être analysée de la même manière, dans le sens d’une évolution du Munzingen A vers le Munzingen de Haute-Alsace. Le groupe central constituerait, dans l’hypothèse d’une évolution divergente, le socle commun des deux styles récents.

40Nous proposons en conséquence de conserver le nom de Munzingen ancien (MZA) pour les ensembles relevant du socle commun, mais d’abandonner l’acronyme MZA2 définissant les ensembles du Munzingen récent de Haute-Alsace au profit de « Munzingen récent Sud ». Le Munzingen B, qui est à la fois un style récent dérivé du Munzingen ancien et un groupe culturel en expansion, peut être défini comme un « Munzingen récent Nord ».

3.2. Munzingen ancien

41Le groupe défini comme Munzingen ancien comprend dix-sept assemblages, dont quatorze ensembles badois et trois ensembles alsaciens ; parmi ces derniers, deux proviennent de Haute-Alsace (Houssen et Magstatt) et un de Basse-Alsace (Sermersheim).

42Ce groupe est caractérisé par des pots ovoïdes à col segmenté de type P1 (fig. 9, nos 1-2), des vases à profil sinueux de type P3/4, à inflexion médiane (nos 3-10), parfois recouverts de barbotine, par les gobelets de type P2 (n° 11), par les pots à décor de bandeau imprimé sous la lèvre de type P10 (nos 17-18), et par les jattes à petit col ouvert de type J1 (nos 19-23). Les gobelets ouverts à parois sinueuses et inflexion basse de type P5b (nos 12-16) et les pots à profil sinueux et inflexion basse sont également discrètement représentés.

Fig. 9. Choix de formes caractéristiques du Munzingen ancien du pays de Bade et de Haute-Alsace (DAO : P. Lefranc).

43La fosse 11 de Munzingen Auf dem Berg (que J. Lüning classe en MZB), avec ses gobelets de type P2 et un vase de type P3, pourrait marquer le début de l’occupation du site et illustrer la phase la plus ancienne du Munzingen : le gobelet à profil sinueux (MAIER, 1958, Taf. 14, 9) évoque fortement une série d’individus découverts en contexte BORS tardifs ou Michelsberg ancien du Rhin supérieur (autour de 4050/3950 av. J.-C.) – sur lesquels nous reviendrons –, notamment les exemplaires de Jechtingen dans lesquels nous avons reconnu un proto-Munzingen (LEFRANC, JEUNESSE, 2001 ; JEUNESSE et alii, 2004). Le profil du gobelet de Munzingen Auf dem Berg est plus sinueux que les exemplaires BORS et pourrait constituer une évolution du type. Cette phase formative pourrait être illustrée également par le matériel de la fosse 77/9 de Bötzingen Hauslinsberg (DIECKMANN, 1991, Taf. 37-39) – non intégrée à la sériation, faute de taxons suffisamment nombreux – qui a livré trois vases de stockage à fond plat et profil très sinueux de type P3, très proches des types Hornstaad, une jatte tronconique haute – proche des types Hornstaad et Schussenried – et un petit gobelet à fond rond et col droit trouvant son pendant dans la fosse BORS tardif de Jechtingen.

44À l’opposé, les fosses 16 et 23 de Munzingen Auf dem Berg (MAIER, 1958, Taf. 13) pourraient illustrer le stade de transition avec le Munzingen récent (fig. 10), avec leurs vases à profil sinueux dont certains sont recouverts de barbotine.

Fig. 10. Choix de vases issus des fosses 16 et 23 de Munzingen Auf dem Berg (d’après MAIER, 1968).

3.3. Munzingen récent Nord

45Le groupe rassemblant la totalité des structures typologiquement attribuable au Munzingen B et C réunit cinquante-six ensembles issus du pays de Bade et de Basse-Alsace. Afin de le distinguer du groupe de Haute-Alsace, qui lui est en grande partie contemporain, nous proposons de le nommer Munzingen récent Nord. Il est possible de le scinder en trois sous-ensembles matérialisant différents stades de son évolution stylistique.

46Lors du stade 1, les formes sinueuses caractéristiques du Munzingen ancien sont encore représentées mais leurs profils sont moins accentués. Les profils tronconiques simples marqués par une inflexion dans le tiers inférieur de la panse (fig. 11, n° 4) et les vases tronconiques à col éversé (n° 2) dominent le corpus. Les jattes hautes à col sub-vertical (nos 16 et 18) ou légèrement rentrant (n° 17) et les jattes surbaissées (nos 21-22) se développent. L’inventaire se complète de nombreuses formes, dont certaines existent dans le Munzingen (bouteilles, jattes coniques) et que l’on retrouve sans modification notable jusqu’à la fin du Munzingen.

Fig. 11. Choix de formes caractéristiques du Munzingen récent du pays de Bade et de Basse-Alsace/Munzingen récent Nord (DAO : P. Lefranc).

47Le stade 2 est caractérisé par l’apparition de vases dont le point d’inflexion est situé dans le tiers supérieur du récipient (fig. 11, n° 8), documentés sur le site de Geispolsheim Bruechel essentiellement et par la fréquence des vases tronconiques simples (nos 1 et 3). Les jattes J2 et J6b, les pots à profil sinueux ou pourvus de col ouvert tendent à se raréfier alors qu’apparaissent les jattes à haut col rentrant et ressaut sur la carène de type J3 (à Mundolsheim et Eckwersheim, n° 19). On peut ajouter à cet inventaire les jattes à parois sub-verticales et col haut droit (n° 23), les vases biconiques (n° 25), les jattes à petit col rentrant (n° 24) et les cruches (n° 27), types trop peu fréquents cependant pour apparaître dans l’AFC.

48En ce qui concerne le stade 3, l’analyse factorielle ne distingue pas les quelques assemblages caractérisés par des récipients à épaulement de type P9 (fig. 11, nos 7-8) et des gobelets de type P5c (n° 9), mis au jour sur le site de Geispolsheim Forlen que nous avons attribués à un Munzingen C et au sein desquels transparaît une influence du Pfyn tardif. Ce phénomène s’explique aisément par la permanence de tous les types du stade 2 lors de cette phase finale. Les dates radiocarbone réalisées sur ces ensembles (cf. fig. 8) nous autorisent néanmoins à les placer en fin de séquence et à les rassembler au sein de ce stade 3 du Munzingen récent Nord.

49En chronologie absolue, les stades 1 et 2 se situent entre 3800 et 3650 av. J.-C. et le stade 3 entre 3650 et 3500 av. J.-C. Les premières manifestations du style de Munzingen dans la région strasbourgeoise, en contexte de transition MKIII-MKIV, immédiatement antérieures à l’apparition du style récent Nord (stade 1), sont datées à l’intérieur d’une fourchette comprise entre 3950 et 3800 av. J.-C. (Entzheim Les Terres de la Chapelle, fig. 8).

3.4. Munzingen récent Sud

50Le dernier groupe ne compte que sept ensembles, mais tous ont livré un mobilier relativement abondant. Quatre formes céramiques lui sont propres : les vases ovoïdes, pourvus de col droit (fig. 12, n° 1) ou de col ouvert (nos 2 et 4), parfois pourvus d’éléments de préhension sur l’épaule (SCHWEITZER, 1987, pl. 4, n° 10 ; pl. 5, n° 7 ; pl. 18, n° 2) ; les vases ovoïdes à épaulement, présents à Sierentz Les Villas d’Aurèle (VERGNAUD et alii, 2014, fig. 12) et dans la fosse 1 de Didenheim (SCHWEITZER, 1987, pl. 5, n° 1) (fig. 12, nos 9-10) ; les pots à col très éversé à la lèvre ornée d’impressions (n° 8), et le pot ovoïde à col court, droit ou légèrement éversé, situé dans le prolongement de la panse (n° 14).

Fig. 12. Choix de formes caractéristiques du Munzingen récent de Haute-Alsace/Munzingen récent Sud (DAO : P. Lefranc).

51Les gobelets à profil sinueux et à inflexion basse (SCHWEITZER, 1987, pl. 12, n° 4) – un type encore isolé que nous n’avons pas pu prendre en compte dans la sériation (fig. 12, n° 6) – poursuivent la tradition des gobelets de type 5b du Munzingen ancien à la sinuosité moins accentuée, tout comme les rares jattes recensées (SCHWEITZER, 1987, pl. 5, n° 3 ; VERGNAUD et alii, 2014, fig. 6), toujours à col ouvert, peuvent dériver du type J1 du Munzingen ancien (fig. 12, nos 17-18). Les vases à profil sinueux à inflexion médiane de type 3/4, présents dès l’étape ancienne (n° 5), sont toujours représentés à l’étape récente, sans évolution notable (SCHWEITZER, 1987, pl. 8, n° 4 ; pl. 9, nos 3 et 6).

52Les vases ovoïdes à col droit ou ouvert, principaux marqueurs de ce groupe Sud, pourraient dériver des formes à col segmenté de type P1 du Munzingen ancien, bien qu’ils montrent également une ressemblance certaine avec les productions du Cortaillod classique de Twann US (STÖCKLI, 1981), Zürich Kleiner Hafner, Schicht 4E (SUTER, 1987) et du Cortaillod tardif de Twann E5, E8-9 (STÖCKLI, 1981). On peut également les rapprocher des exemplaires d’Egolzwil 5 (WYSS, 1976, Abb. 53, nos 2, 4, 4a ; Abb. 54, n° 1), site qui a par ailleurs livré des vases à profil sinueux (ibid., Abb. 54, n° 2 ; Abb. 58, nos 2 et 4) dont la morphologie rappelle l’exemplaire de la fosse 2 de Didenheim (SCHWEITZER, 1987, pl. 8, n° 4), et surtout, des vases ovoïdes et épaulement et à col éversé (WYSS, 1976, Abb. 50, n° 4 ; Abb. 52, nos 4 et 11 ; Abb. 56, n° 2), répliques exactes des exemplaires de Didenheim (SCHWEITZER, 1987, pl. 5, n° 1) et de Sierentz (VERGNAUD et alii, 2014, fig. 12). En conclusion, le groupe Sud qui, en chronologie absolue, se développe sur l’ensemble du 38e siècle av. J.-C., semble s’inscrire dans la continuité du style du Munzingen ancien, teinté d’une coloration Cortaillod prononcée.

4. Michelsberg et Munzingen : les interactions

53Le principe d’une nette séparation entre les styles de Michelsberg et de Munzingen étant posé et les groupes Munzingen étant définis dans l’espace et dans le temps, il nous faut nous pencher sur la question de la nature de leurs interactions : s’agit-il de deux groupes culturels évoluant en parallèle ou d’une évolution d’un style vers l’autre ? Trois secteurs sont successivement analysés : le nord du pays de Bade et le nord de la Haute-Alsace où le Michelsberg moyen et le Munzingen ancien coexistent, et la Basse-Alsace, région ayant livré une série d’ensembles livrant à la fois des formes Munzingen et des formes Michelsberg et interprétés soit comme des ensembles mixtes, soit comme des ensembles de transition.

54Dans le pays de Bade, le Munzingen ancien se rencontre au sud de Fribourg-en-Brisgau et du massif du Kaiserstuhl, sur une ligne ouest-est reliant Munzingen à Schallstadt, avec une extension vers le nord, dans le secteur de Bötzingen (fig. 13).

Fig. 13. Les secteurs de peuplement Michelsberg moyen et Munzingen ancien, du sud de la Basse-Alsace au plateau du Sundgau, avec indication des sites ayant livré des importations Hornstaad et FZC (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).

55Les contreforts du massif du Kaiserstuhl sont quant à eux occupés par les groupes Michelsberg, attestés, lors de l’étape III et le début de l’étape IV, à Bötzingen Häuslinsberg, Bischoffingen Blegarten, Ihringen Oberbrunnen, Jechtingen Sandbrunnen et Eichstetten Gutensberg (DIECKMANN, 1991). La carte de répartition des sites Michelsberg et Munzingen ancien montre clairement qu’une frontière culturelle existe entre les deux groupes, uniquement en contact au sud du massif, dans le secteur de Bötzingen. Cette configuration n’est pas unique dans notre région d’étude, une telle frontière existant également entre Schussenried et Michelsberg à une dizaine de kilomètres au nord de Ludwigsbourg, sur le Neckar (STÖCKLI, 2009). Comme il a déjà été souligné (JEUNESSE, 1989), la partition géographique entre Munzingen ancien et Michelsberg III-IV permet non seulement de rejeter l’argument avancé par H. Schlichtherle et I. Matuschik d’une inévitable diachronie entre ces deux entités, mais également de retenir l’hypothèse de leur contemporanéité. À ce titre, les ensembles mobiliers de Bötzingen Hauslingsberg, site localisé sur la frontière et occupé lors des horizons MKIII et IV, sont particulièrement évocateurs : la fosse 77/5 a livré un gobelet de type Beutelbecher 12-1 de Lüning, caractéristique de l’étape III du Michelsberg (DIECKMANN, 1991, Taf. 33, n° 5), un gobelet et un vase à profil sinueux de type Munzingen répondant à notre type P3/4 (ibid., Taf. 34, nos 2 et 4) ; la fosse 77/9, un bord portant un bandeau orné d’arcades de type Michelsberg (ibid., Taf. 37, n° 4) associé à trois vases à fond plat de type P3/4 (ibid., Taf. 37, nos 1 et 2 ; Taf. 38, nos 1 et 2). La fosse 77/10 enfin contenait notamment deux vases tulipiformes Michelsberg (ibid., Taf. 40, nos 1 et 3) – dont un, trouvant d’excellents parallèles sur le site d’Entzheim Les Terres de la Chapelle (LEFRANC, CHENAL, 2008), est attribuable au début du MK IV – un vase de stockage du type 3.2 de Lüning (DIECKMANN, 1991, Taf. 41, n° 1) et au moins deux vases à fond plat et profil sinueux de type 3/4 (ibid., Taf. 42, n° 6 ; Taf. 44, n° 2).

56Rien ne nous interdit donc de conclure que les contreforts du massif du Kaiserstuhl connaissent la même évolution culturelle que la Basse-Alsace, avec une succession MKII, MKIII, début du MKIV, alors que la région située au sud de Fribourg-en-Brisgau, non occupée par les groupes Michelsberg, voit se développer le style du Munzingen ancien.

57Dans le nord de la Haute-Alsace, seule la région de Colmar, en face du Kaiserstuhl, a livré des assemblages relevant du Munzingen A et du Munzingen B. Le site de Houssen ‘Cora’ est caractérisé par la présence d’éléments Munzingen A et Michelsberg moyen (LEFRANC et alii, 2011a), reproduisant, à la même latitude, la configuration observée en rive droite du Rhin, dans le secteur de Bötzigen-Ihringen. L’attribution des éléments Munzingen de Houssen à l’étape ancienne sont les petites jattes à col éversé de type J1 (LEFRANC et alii, 2011a, fig. 14, n° 8), les gobelets à parois sinueuses de type P3/4 (ibid., fig. 14, n° 12), les pots de type P10 (ibid., fig. 14, nos 17 et 21) et la très probable présence des vases ovoïdes à col segmenté de type P1 (ibid., fig. 14, n° 20). Le domaine Michelsberg commence immédiatement au nord de cette zone frontière, le site le plus proche étant localisé sur une hauteur, près de Ribeauvillé, au ‘Château Saint-Ulrich’ (THÉVENIN, 1976).

  • 5 Un seul ensemble Munzingen ancien est connu au nord de la ligne Houssen-Fribourg : la fosse de Serm (...)

58Il est donc possible de restituer pour le nord de la Haute-Alsace la même séquence qu’au sud de Fribourg-en-Brisgau, avec une succession Munzingen ancien et Munzingen récent Nord et de poser l’hypothèse selon laquelle la phase formative du Munzingen a pour cadre une région allant des contreforts vosgiens aux contreforts de la Forêt Noire, au sud d’un axe nord-ouest – sud-est reliant Houssen à Fribourg-en-Brisgau5.

59Le Munzingen apparaît en Basse-Alsace autour de 3800 av. J.-C. Il est précédé dans cette région par le Michelsberg qui s’y développe jusqu’au début de l’étape récente. Les assemblages du MKIV sont peu nombreux mais livrent régulièrement quelques formes Munzingen pouvant être attribuées au Munzingen ancien et sans doute à la fin de cet horizon (LEFRANC et alii, 2011a). Ces « ensembles mixtes » mis au jour autour de Strasbourg ne sont malheureusement pas toujours très étoffés (SCHMITT, 1987 ; KUHNLE et alii, 2001 ; LEFRANC, 2001 ; CROUTSCH et alii, 2007 ; LEFRANC, CHENAL, 2008 ; LEPROVOST, 2013 ; THOMAS, 2016) : on peut cependant aisément les reconnaître, la majorité, à dominante Michelsberg, contenant de rares éléments Munzingen, essentiellement des gobelets. Ces derniers, à fond plat, sont rarement entiers, mais les exemplaires les mieux conservés se distinguent tous par des parois sinueuses, dans la tradition du Munzingen ancien (LEFRANC, CHENAL, 2008, pl. 45, n° 1 ; LEFRANC et alii, 2012b, pl. 175, n° 4 ; pl. 183, nos 1-2 ; LEFRANC, 2001, pl. 2, n° 11 ; KUHNLE et alii, 2001, fig. 18, n° 3 ; LEPROVOST, 2013, fig. 417, n° 6).

  • 6 Il s’agit essentiellement de bouteilles à cordon multiforé (LEFRANC, 2001 ; THOMAS, 2016) et de gob (...)

60Selon le scénario historique proposé par les chercheurs alsaciens (JEUNESSE, 1989 ; JEUNESSE et alii, 2004 ; LEFRANC et alii, 2011a), ce type d’assemblage, systématiquement attribué à la transition MKIII-MKIV, pourrait matérialiser la phase de contact et de cohabitation entre Michelsberg et Munzingen en Basse-Alsace. Les formes Michelsberg en contexte Munzingen B, relativement rares6 (LEFRANC, 2001, pl. 4, nos 1-9 ; KUHNLE et alii, 2001, fig. 22, nos 9-17), témoigneraient quant à elles de contacts avec le Michelsberg des régions non encore touchées par la progression du Munzingen, par exemple avec le secteur peu éloigné de la confluence Rhin-Neckar où le Michelsberg se développe jusqu’à la fin de l’étape récente (REITER, 2005).

61Au-delà d’un renouvellement complet du répertoire céramique, il est également important de noter que le passage entre Michelsberg et Munzingen s’accompagne, en Basse-Alsace, de l’introduction de nouveaux caractères technologiques, aspect étudié en détail par A. Wiechmann (KUHNLE et alii, 2001) ; les productions Munzingen offrent en effet des teintes claires trahissant une fin de cuisson oxydante, des aspects de surface mat et rugueux et des parois en moyenne plus épaisses que celles des récipients Michelsberg.

62Les assemblages céramiques du Neckarraum ou de Hesse enfin, que nous identifions au Munzingen récent Nord, illustrent pour l’horizon MKV une situation comparable à celle décrite en Alsace, avec une composante Munzingen quasi-exclusive à laquelle s’ajoutent quelques gobelets de type MKV (par exemple SEIDEL, 2008, Taf. 127, 3 ; HÖHN, 2002, Taf. 1 et 2). La présence de ces gobelets, que l’on trouve également en contexte Pfyn et dans la vallée de l’Elbe (LÜNING, 1968), ne suffit pas, selon nous, à attribuer ces assemblages à la tradition Michelsberg et nous ne voyons aucune raison objective justifiant leur assimilation à une étape tardive de cette culture plutôt qu’au Munzingen comme l’ont proposé B. Höhn (2002) et U. Seidel (2008).

63Les régions analysées sont donc caractérisées par des ensembles que nous proposons ici d’identifier à des ensembles mixtes témoignant de contacts entre deux cultures distinctes plutôt qu’à des ensembles traduisant une évolution stylistique, chacun des styles en présence restant au contraire parfaitement identifiable dans les régions nucléaires. Les ensembles mixtes du sud du pays de Bade procèdent selon toute probabilité de contacts entre deux cultures voisines partageant une frontière commune ; ceux de Basse-Alsace, du Neckar et de la Wetterau pourraient davantage transcrire des contacts entre groupes géographiquement plus éloignés.

5. L’origine du Munzingen ancien

  • 7 Des quatre dates d’Endingen Kornenberg publiées par U. Seidel (SEIDEL, 2011), couvrant une fourchet (...)

64Les résultats de l’AFC donnent une image parfaitement compatible avec le scénario d’une dérivation du Munzingen récent Nord à partir du Munzingen ancien, épisode ne pouvant intervenir que dans un secteur géographique où les deux styles sont représentés, soit le pays de Bade, au sud de Fribourg-en-Brisgau et la région de Colmar-Houssen. Le sud du pays de Bade, bien documenté pour la fin du 5e millénaire (STÖCKL, 1990 ; DIECKMANN, 1990, 1991), offre un terrain particulièrement favorable à l’analyse du substrat sur lequel s’est développé le Munzingen ancien : s’y succèdent le groupe de Bruebach-Oberbergen puis le Bischheim occidental du Rhin supérieur (BORS), dans ses stades classique et tardif. La question de la position chronologique précise du groupe local de Riegel, groupe appartenant indiscutablement à la tradition épiroessen, n’est pas résolue7.

  • 8 En contexte BORS tardif à Jechtingen (DIECKMANN, 1991) et en contexte Michelsberg ancien, à Lingols (...)

65Nous l’avons déjà évoqué, il a été proposé en 2004 (JEUNESSE et alii, 2004), dans la lignée de travaux antérieurs (JEUNESSE, 1989 ; LEFRANC, JEUNESSE, 2001), d’assimiler les gobelets à fond plat et profil sinueux mis au jour en Basse-Alsace et dans le pays de Bade en contexte Bischheim occidental du Rhin supérieur tardif (fig. 14), ou en contexte Michelsberg ancien, soit entre 4050 et 3950 av. J.-C. (DENAIRE et alii, 2016), aux prototypes des gobelets du Munzingen ancien8.

Fig. 14. Gobelets à fond pat et parois sinueuses attribués à un Proto-Munzingen issus de contextes Michelsberg ancien du Rhin supérieur (Basse-Alsace) et de contextes BORS final (Kaiserstuhl) (DAO : P. Lefranc).

66Cette proposition, appuyée sur des critères stylistiques, est également soutenue par la bonne représentation du BORS tardif dans la région du Kaiserstuhl (fig. 15), dans un secteur peu éloigné des sites Munzingen ancien.

Fig. 15. Répartition des sites Bischheim occidental du Rhin supérieur et aire d’extension du groupe Riegel (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).

67Ces gobelets, qui n’appartiennent ni à la tradition BORS classique, ni à la tradition Michelsberg, apparaissent dans la vallée du Rhin à la charnière des 5e et 4e millénaires : plutôt que de les considérer comme une innovation propre au BORS tardif, il est possible de les rattacher au vaste mouvement d’influences orientales épilengyel qui touche le Haut-Danube, le Moyen Neckar (HAFNER, SUTER, 2006 ; STÖCKLI, 2009) et le sud de la Plaine du Rhin (SCHMITT, 1974 ; JEUNESSE et alii, 2004 ; LEFRANC, 2016) dans le dernier tiers du 5e millénaire. Ces petits gobelets qui suivent la diffusion des céramiques à fond plat et aux bords à lèvres épaissies, ornées de bandeaux lisses ou imprimés, caractères orientaux (fig. 16, A et B), se rencontrent en effet sous diverses formes en contexte Schwieberdingen (Neckar moyen, vers 4200 av. J.-C.), à Remseck-Aldingen, et en contexte Schussenried ancien (Haute-Souabe et Neckar moyen, vers 4100/4000 av. J.-C.) à Ehrenstein, à Eberdingen et à Ludwigsburg.

Fig. 16. Les influences orientales dans le sud de la plaine du Rhin à la fin du 5e millénaire. A : Répartition des gobelets à fond plat ; B : diffusion des vases à fond plat, de la Bavière au sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).

  • 9 À l’exception des datations obtenues à Hornstaad (3918-3902 av. J.-C.), peu de données chronologiqu (...)

68On les retrouve un peu plus tard – vers 3900 av. J.-C.9. – en nombre sur les rives du lac de Constance, sur le site de Hornstaad Hörnle IA (MATUSCHIK, 2011) (fig. 17, nos 6-11).

Fig. 17. Choix de vases du site de Hornstaad (d’après MATUSCHIK, 2011).

  • 10 Ces influences se traduisent par l’apparition, en contexte BORS classique, des vases non décorés à (...)

69Les influx orientaux qui touchent précocement le BORS en Basse-Alsace10 sont également sensibles dans le groupe de Riegel (STÖCKL, 1990 ; DIECKMANN, 1990, 1991) qui se développe dans la région du Kaiserstuhl, du nord de Fribourg-en-Brisgau au cours moyen de l’Elz. En l’absence de datations absolues fiables, en nous appuyant sur des critères d’ordre stylistique, nous posons l’hypothèse d’un groupe d’apparition relativement récente, issu d’un épisode de syncrétisme entre le substrat Bruebach-Oberbergen local et des éléments Bischheim occidentaux en provenance de Basse-Alsace faisant leur apparition dans la région entre 4250-4200 et 4100-4050 av. J.-C. (DENAIRE et alii, 2017). L’analyse de la grammaire décorative Riegel, notamment les décors de damiers (STÖCKL, 1990, Taf. 10, n° 11) et les frises de triangles opposés disposées en quinconce (ibid. Taf. 1, n° 1), thématique BORS, nous amène en effet à retenir un terminus post-quem coïncidant, au plus tôt, avec l’émergence du BORS dans la vallée du Rhin, soit vers 4250 av. J.-C. Le parfait recouvrement de la carte de répartition des sites BORS tardif du sud du pays de Bade et de l’aire d’extension du groupe de Riegel (fig. 15) pourrait également plaider en faveur d’un rapport étroit entre les deux entités. Dans cette hypothèse, l’apparition au plus tôt autour de 4050 av. J.-C. du BORS tardif dans le Kaisersthul pourrait procéder d’un nouvel apport de population en provenance de Basse-Alsace et succédant au groupe de Riegel.

70Quoi qu’il en soit de sa position chronologique, une part de la production céramique non décorée du groupe de Riegel, essentiellement des pots élancés à parois sinueuses, fond plat et lèvre systématiquement ornée d’un bandeau lisse (fig. 18), se rattache indiscutablement à la même tradition épilengyel/Münchshofen que les vases des corpus des groupes d’Aichbühl (Haute-Souabe, vers 4300-4200 av. J.-C.), de Schwieberdingen, du Schussenried ancien et de Polling (Bavière et Haute-Autriche, vers 4100 av. J.-C. ; STÖCKLI, 2009 ; MEIXNER, 2017).

Fig. 18. Choix de vases du groupe de Riegel (d’après STÖCKL, 1990 ; DIECKMANN, 1990).

  • 11 S’il est difficile d’identifier de réelles importations orientales dans le Kaisertuhl, on notera to (...)
  • 12 L’un des vases les plus caractéristiques témoignant d’influences Hornstaad provient de la fosse 72/ (...)

71À la fin du 5e millénaire, l’empreinte des groupes orientaux sur les groupes culturels occupant le sud du pays de Bade, qu’il s’agisse du BORS tardif ou du groupe de Riegel, paraît relativement prononcée11. Ces réseaux sont toujours actifs au début du 4e millénaire, ainsi qu’en témoigne une série de formes pouvant être attribuées au groupe de Hornstaad, déjà mentionné, qui se rattache à la sphère culturelle centre européenne et dont les productions céramiques intègrent nombre de caractères en provenance de Haute-Souabe surtout (groupe de Schussenried), mais également de Haute-Autriche (groupe de Polling) ainsi qu’en provenance du Cortaillod ancien (Zürich-Hafner Gruppe, Frühes Zentralschweizerisches Cortaillod) de Suisse centrale (MATUSCHIK, 2011)12.

72Le groupe de Hornstaad, assimilé à un Pfyn ancien auquel on peut également relier les productions du complexe A d’Eschenz Insel Werd (HASENFRATZ, 1985), a produit des gobelets et des vases à profil sinueux à inflexion médiane dont la morphologie, quoique plus élancée, évoque de très près le type 3/4 que nous attribuons au Munzingen ancien (HASENFRATZ, 1985, Taf. 1-6 ; MATUSCHIK, 2011, Taf. 9, n° 637 ; Taf. 14, n° 58, Taf. 36, n° 718) (fig. 17, nos 1-4), ainsi que des vases ovoïdes à col bien marqué et boutons préoraux proches de notre type P1 (ibid., Taf. 171, n° 9) (fig. 17, n° 5) ; il peut aussi être à l’origine de l’introduction dans le répertoire Munzingen des boutons localisés sous la lèvre des récipients (MATUSCHIK, 2011, Taf. 14, n° 277 ; Taf. 25, nos 59, 369 ; Taf. 41, nos 312, 371, 399), relayant ainsi vers le sud de la plaine du Rhin des caractères stylistiques du Cortaillod ancien de Suisse centrale ; une influence directe du Frühes Zentralschweizerisches Cortaillod peut bien sûr être envisagée, même si les importations attestées se limitent aujourd’hui à un fragment de Brillenhenkeln à Nierdereggenen Hagschütz, près de Lörrach (MATUSCHIK, 2011, Abb. 151 et 152).

73Le sud du pays de Bade s’intègre donc, dès le dernier tiers du 5e millénaire, au sein d’un réseau reliant le Rhin à la Bavière, via la région du lac de Constance et la Haute-Souabe. Ce constat, établi depuis longtemps déjà (JEUNESSE, 1989), n’est pas sans conséquence dans notre façon d’appréhender la typologie des formes du Munzingen ancien : plutôt qu’un style dérivé du Michelsberg, culture d’obédience occidentale émergeant tardivement dans le sud de la plaine du Rhin, aux alentours de 4050 av. J.-C. seulement, le style du Munzingen ancien nous semble davantage se rattacher à ce courant oriental ; la part de l’influence Cortaillod, dont la production céramique contemporaine peut être illustrée par la couche 6 du site de Zurich Mozartstrasse (GROSS et alii, 1992), semble beaucoup moins prégnante et pourrait toucher le sud du Bade sous une forme déjà réinterprétée par le groupe de Hornstaad. L’hypothèse d’un ancrage local et la part prise par le groupe de Riegel (sous réserve de son calage en chronologie absolue) et, surtout, par le BORS tardif, deux groupes sous influences orientales qui précèdent dans ce secteur géographique l’apparition du Munzingen ancien, ne doivent pas être sous-estimées.

74Nous avons déjà insisté sur ce point, la typologie des formes du Munzingen ancien renvoie davantage, par ses gobelets et ses vases à profil sinueux, ses fonds plats, ses boutons pré-oraux et ses bandeaux imprimés sous la lèvre, aux productions du lac de Constance ou du moyen Neckar qu’aux productions Michelsberg, culture voisine relevant d’une sphère culturelle occidentale (JEUNESSE, 1998 ; BEAU et alii, 2017) et dont l’influence sur le répertoire Munzingen ancien pourrait se limiter à l’introduction des jattes carénées. Il n’en reste pas moins que la production Munzingen est originale et que cette culture ne peut être assimilée à un épigone de Hornstaad, bien que l’apport de cette culture soit déterminant. Les vases élancés à corps ovoïde et col segmenté de type P1, par exemple, évoquent certaines formes Hornstaad – éventuellement des vases de stockage de type Cortaillod réinterprétés –, mais n’en sont pas les imitations, pas plus que les vases de type P3/4 ne sont les copies conformes des vases à profil sinueux que l’on rencontre sur les rives du lac de Constance. Les pots à épaulement de type P10, orné de bandeaux imprimés, quoique proches de types Hornstaad (MATUSCHIK, 2011, Taf. 21, n° 072), ne trouvent aucun équivalent exact dans les productions des groupes contemporains et doivent être considérés comme des formes propres à Munzingen. Les jattes enfin, qui ont joué un rôle important dans la distinction des faciès A et B par J. Lüning, sont également des adaptations qui s’éloignent, par leur forme profonde et leur petit col systématiquement éversé, des prototypes Michelsberg.

75En Haute-Alsace, les dates tardives obtenues sur la plupart des assemblages ne remettent pas en cause la possible existence, dans ce secteur géographique, d’une occupation Munzingen ancien dont l’aire d’extension couvrirait donc le sud du Bade, le nord de la Haute-Alsace et la région mulhousienne : en témoigne notamment la fosse 1 de Didenheim-Morschwiller attribuée par radiocarbone à l’horizon 3900-3800 av. J.-C. ; cette dernière n’a malheureusement livré qu’un seul vase, sans équivalent direct dans les corpus Munzingen, mais qui s’apparente aux gobelets ouverts à profil sinueux du Munzingen ancien du pays de Bade. La fosse 10 d’Illfurth Naegelberg, datée du même horizon, a livré un gobelet en bois de cerf et quelques fragments de céramiques sans grande valeur diagnostique (une jatte à fond plat et un petit col éversé). D’autres assemblages, non datés par radiocarbone, pourraient relever du Munzingen ancien : nous pensons notamment au matériel de la fosse 10 de Didenheim Lerchenberg qui contenait des vases à profil en S et inflexion médiane, identiques aux vases de notre type P3/4 (SCHWEITZER, 1987, pl. 9, nos 3 et 6 ; pl. 12, n° 10), ainsi qu’à la fosse 5 du même site et à la fosse 363 d’Ensisheim ‘THK’ (LEFRANC, JEUNESSE, 2001, pl. 4, n° 2) qui ont livré des vases à bandeau imprimé de type P10, type jusqu’ici absent des assemblages bien datés du Munzingen récent Sud.

76Contrairement au pays de Bade, les groupes ayant immédiatement précédé l’installation du Munzingen en Haute-Alsace sont très peu documentés. Si le BORS est attesté dans le secteur d’Ensisheim (LEFRANC, JEUNESSE, 2001), nous ignorons tout des groupes ayant occupé le nord du plateau du Sundgau et sa frange orientale après l’horizon Bruebach-Oberbergen. Les rares informations dont nous disposons ne permettent guère de remonter au-delà de la charnière des 5e et 4e millénaires. La nécropole d’Ungersheim a livré trois dates radiocarbone permettant d’en situer le fonctionnement entre 4050 et 3950 av. J.-C. (LEFRANC et alii, 2009). Par ses caractères, cet ensemble funéraire renvoie aux petites nécropoles du canton de Schaffhouse que la recherche relie à la culture de Hornstaad (MOINAT, STÖCKLI, 1995 ; LEFRANC et alii, 2009 ; 2011a ; JAMMET-REYNAL et alii, 2015). Enfin, la tombe d’Eschentzwiller (WOLF, 1979) a livré un petit vase globuleux à col éversé muni de boutons géminés, qui traduit une probable influence Hornstaad ou Cortaillod. S’il est difficile de construire un discours articulé sur aussi peu d’éléments, on peut néanmoins insister sur une ouverture précoce du sud de la Haute-Alsace comme du sud du Bade – au même moment que se mettent en place des réseaux de distribution des haches en pélite-quartz de Plancher-les-Mines (PÉTREQUIN, JEUNESSE, 1995 ; PÉTREQUIN et alii, 2015) – sur les cultures de Suisse centrale et du lac de Constance entre 4000 et 3900 av. J.-C.

6. Le Munzingen récent : des évolutions divergentes

77Lors de l’horizon Munzingen ancien, que les ensembles mixtes de Bötzingen et d’Entzheim nous autorisent à paralléliser avec le Michelsberg moyen et le début du Michelsberg récent, soit entre 3950 et 3850 av. J.-C., les deux cultures partagent donc une frontière commune. C’est probablement au début du Michelsberg récent, si l’on se fonde sur la datation des ensembles mixtes de la région de Strasbourg, que le style du Munzingen ancien évolue dans le sud du pays de Bade vers les formes qui définiront le Munzingen récent Nord et entame sa progression, en rive droite, du Rhin vers le massif du Kaiserstuhl et le cours moyen de l’Elz et, en rive gauche, vers la Basse-Alsace (fig. 19).

Fig. 19. Les secteurs de peuplement du Munzingen récent Nord et Sud (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).

78Le Munzingen récent Nord, qui inclut le sud du pays de Bade et la Basse-Alsace, se caractérise par la permanence de ses contacts avec les groupes du Bodensee et de Suisse orientale, point déjà développé dans une autre contribution et sur lequel nous ne reviendrons pas en détail (LEFRANC et alii, 2011a) ; nous rappellerons seulement que l’influence du groupe de Pfyn, dans le prolongement des apports Hornstaad, y est déterminante : elle est notamment à l’origine de l’adoption des nouvelles formes céramiques caractérisant le stade 3 du Munzingen de Basse-Alsace et de l’introduction de la métallurgie dans la plaine du Rhin. Jusqu’ici, les témoins d’une métallurgie Munzingen autonome n’ont en effet été rencontrés qu’au sein du groupe Nord (LEFRANC, Van WILLIGEN, 2010 ; LEFRANC et alii, 2019a), et c’est exclusivement de son territoire que proviennent les quelques haches en cuivre alsaciennes attribuables au Néolithique récent (LEFRANC et alii, 2019a).

  • 13 À noter également une écuelle basse de type Cortaillod probable à Didenheim-Morschwiller (DENAIRE, (...)

79Les assemblages du Munzingen récent Sud témoignent d’une influence Cortaillod prononcée, également illustrée, au cours des 39e et 38e siècles par l’importation de gobelets en bois de cerf13 (LAIS, 1948 ; MAIER, 1958 ; DENAIRE, 2007 ; JAMMET-REYNAL et alii, 2015). Les perles en cuivre de type Burgäschi découvertes à Colmar, en contexte Munzingen récent Nord, type dont l’aire de répartition recoupe strictement, à cette seule exception alsacienne près, le territoire Cortaillod (LEFRANC et alii, 2012a), relèvent de ce même réseau dont l’influence se fait sentir jusqu’au nord de la Haute-Alsace.

80Le site d’Egolzwil 5 (WYSS, 1976), dans le Wauvilermoos, attribué soit à un Cortaillod tardif (STÖCKLI et alii, 1995), soit au Munzingen (JEUNESSE, 1989), pourrait témoigner de ces contacts étroits entre la Haute-Alsace et le Cortaillod de Suisse centrale. Les trois datations radiométriques réalisées, dont les fourchettes couvrent toute la première moitié du 4e millénaire (STÖCKLI, 2009, tab. 43), ne sont que de peu d’utilité pour la datation de cette station, mais on retiendra une parenté certaine, nous l’avons noté, entre les formes représentées sur ce site et le corpus du Munzingen récent Sud.

81Enfin, l’influence du Munzingen récent Sud s’étend également – autre illustration de son tropisme « méridional » – en direction du Jura, via la trouée de Belfort où P. Pétrequin signale des vases de type Munzingen ornés de boutons sous la lèvre à Héricourt Le Mont Vaudois, à Gonvillars Grotte de Baume, à la grotte Planches-près-Arbois et à Gondenans-Montby Grotte de la Tuilerie (PÉTREQUIN, PÉTREQUIN, 2015). Les vases ovoïdes à col bien individualisé et à boutons sous la lèvre, que l’on peut d’ores et déjà considérer comme le principal marqueur du Munzingen récent Sud, sont en effet bien attestés à Clairvaux, en milieu NMB de type La Motte-aux-Magnins (ibid., chap. 7, fig. 3), dans des contextes dont la chronologie reste discutée (ibid., p. 97-109 ; BURRI, 2007), mais que les datations radiométriques obtenues, à Clairvaux VII et XIV (PÉTREQUIN, PÉTREQUIN, 2015, vol. 1, p. 94-95), n’interdisent pas de placer dans le courant des 38e et 37e siècles, en accord avec les dates réalisées sur les ensembles alsaciens.

7. Bilan

82Les éléments passés en revue nous ont amené à préciser plusieurs points à nos yeux essentiels. Le socle de notre argumentation réside dans la reconnaissance, à la suite de J. Lüning et de C. Jeunesse, de la succession dans le temps des styles A et B, respectivement nommés ici Munzingen ancien et Munzingen récent Nord. Nous reconnaissons également une continuité stylistique entre ces deux entités. Ce rapport typo-chronologique est selon nous le seul à même de rendre compte de la présence des deux styles sur le site éponyme ; il nous semble en effet peu vraisemblable, ainsi que l’avancent L. Jammet-Reynal et E. Rault, que Munzingen A et Munzingen B, considérés par ces auteurs comme contemporains (JAMMET-REYNAL, RAULT, 2018), aient cohabité sur le même site sans produire d’ensembles mixtes. La distinction que nous opérons entre groupes récents Nord et Sud (MZB et MZA2 dans LEFRANC et alii, 2011a), n’est effective qu’après 3800 av. J.-C. Il existe bien une frontière entre les groupes Nord et Sud, mais cette dernière doit selon nous être recherchée sur le Rhin, entre le sud du pays de Bade et les contreforts orientaux du Sundgau et non à hauteur du site éponyme comme l’ont suggéré ces auteurs (JAMMET-REYNAL, RAULT, 2018, p. 90).

83Le rapport chronologique de succession Munzingen ancien puis Munzingen récent Nord peut également s’appuyer sur l’existence d’ensembles mixtes comprenant, dans la région du Kaiserstuhl, des éléments Michelsberg moyen (MKIII) et Munzingen ancien et, dans la région de Strasbourg, d’assemblages associant des formes du Munzingen ancien et du début du Michelsberg récent (MKIV). Ces derniers étant datés après 3850 av. J.-C., il est logique de paralléliser le développement du Munzingen ancien avec le Michelsberg moyen. Enfin, quelques importations Michelsberg en contexte Munzingen récent Nord permettent de synchroniser ce dernier avec l’étape récente du Michelsberg (MKIV-V). Nous avons également vu que la thèse d’une obligatoire diachronie entre deux groupes partageant un même espace, développée par H. Schlichtherle et I. Matuschik, ne résiste pas à l’analyse des cartes de répartition, qui mettent en évidence une frontière culturelle le long d’un axe ouest-est reliant Houssen à Fribourg.

84Considérer la possibilité d’une synchronie Michelsberg moyen-Munzingen ancien oblige à repenser la question de l’origine de ce dernier ; à l’hypothèse d’un groupe satellite du Michelsberg posée par J. Lüning – qui correspondrait à une rupture stylistique radicale accompagnée d’une relocalisation des sites – nous opposons celle d’un continuum régional en insistant sur l’intégration ancienne du sud du pays de Bade aux réseaux reliant la vallée du Rhin à l’Europe centrale. Le groupe de Riegel – probable épigone du Bruebach-Oberbergen local – et le BORS tardif, implantés au nord de Fribourg-en-Brisgau à la fin du 5e millénaire, sont localisés sur la frontière occidentale de cette aire d’influences épilengyel et partagent avec les cultures de Münchshofen, Schwieberdingen, Aichbühl, Schussenried ancien et Hornstaad, les formes sinueuses à fond plat et ornées de bandeaux lisses ou imprimés. C’est probablement au sein de ce peuplement épiroessénien de la fin du 5e millénaire que doivent être recherchées les prémices du Munzingen. Le rôle de la culture de Hornstaad au début du 4e millénaire, relais des courants orientaux et méridionaux, semble avoir été déterminant dans l’apparition du nouveau style qui ne doit que peu de chose au Michelsberg et que l’on pourrait même envisager comme un style autochtone né en réaction à l’avancée du Michelsberg moyen (MKIII) dans le Kaiserstuhl, hypothèse permettant par ailleurs de rendre compte du glissement territorial vers le sud qui intervient entre le Riegel-BORS tardif et le Munzingen ancien.

85La culture de Munzingen, dans sa phase ancienne, s’étend sur le sud du pays de Bade et la Haute-Alsace, d’Ensisheim au nord du plateau du Sundgau (fig. 20, A). Les deux rives du Rhin partagent alors probablement une histoire commune. Les ensembles Munzingen ancien du Haut-Rhin sont encore rares, peu sont directement datés, mais les données disponibles permettent néanmoins de relier certains assemblages céramiques à la tradition du Munzingen ancien du pays de Bade. À partir de 3850-3800 av. J.-C., les deux rives du Rhin connaissent des évolutions divergentes.

Fig. 20. Les cultures du Plateau suisse et du sud de la vallée du Rhin vers 3950 et vers 3800 av. J.-C., avec indication des réseaux d’influence (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).

86Dans le pays de Bade et au nord de la Haute-Alsace, probablement sous une influence Pfyn s’inscrivant dans la continuité des apports Hornstaad, le style ancien évolue vers le style du Munzingen récent Nord. C’est à partir de ce noyau s’étant développé au sud de Fribourg-en-Brisgau que le Munzingen entame sa progression dans le massif du Kaisertuhl, puis en rive gauche du Rhin, vers la région de Strasbourg et jusqu’en Wetterau (fig. 20, B).

87Le groupe récent Sud, moins fortement relié au Pfyn, poursuit sa propre évolution stylistique ; son vaisselier s’inscrit directement dans le prolongement du Munzingen ancien, continuité stylistique si évidente que la reconnaissance des deux étapes chronologiques n’est intervenue que très récemment et uniquement grâce aux datations radiométriques. Le style récent du groupe méridional est également un style original, mais qui semble assez fortement lié au Cortaillod. Bien que les deux groupes soient en contact (PÉTREQUIN, PÉTREQUIN, 2015), l’apport du Néolithique Moyen Bourguignon dans la constitution du style du Munzingen récent méridional, parfois rapidement évoqué (SEIDEL, 2008 ; LEFRANC et alii, 2011a), n’apparaît pas avec évidence.

88Le schéma historique proposé ici (fig. 21) s’appuie essentiellement sur l’analyse des corpus céramiques ; l’outillage lithique ou osseux, plus rare et plus opportuniste, se prête plus difficilement à l’exercice.

Fig. 21. Tableau chronologique des cultures archéologiques entre la basse Bavière et la vallée du Rhin, de la fin du 5e au milieu du 4e millénaire, avec indication du phylum Munzingen proposé dans cet article. Flèches noires et blanches : continuité et diffusion ; flèches grisées : influences (DAO : P. Lefranc).

  • 14 Ces résultats sont issus d’études en cours réalisées dans le cadre d’un Projet d’Action Scientifiqu (...)

89On soulignera cependant l’absence en contexte Michelsberg d’outils façonnés sur les variétés de silex du Malm du Jura alsacien, une matière première abondamment utilisée en Basse-Alsace, du Rubané au BORS (de 35 à 45 % des matériaux)14, et que l’on rencontre sur plus des trois quarts des artefacts du Munzingen du Kaisersthul (KAISER, 2013). Ce coup d’arrêt des échanges avec la Basse-Alsace – difficilement explicable dans le cadre d’une continuité Michelsberg-Munzingen – se traduit dans cette région par une exploitation accrue des ressources locales de moindre qualité (silex locaux du Muschelkalk et roches volcaniques) et par une part non négligeable (20 % des supports) d’importations de silex du Crétacé du Bassin parisien.

90Il est un autre domaine, celui des gestes funéraires, qui pourrait plaider en faveur de la nette distinction que nous opérons entre Michelsberg et Munzingen. Alors qu’en Basse-Alsace le Michelsberg adopte rapidement – dès l’horizon Michelsberg ancien du Rhin supérieur (LEFRANC et alii, 2010) – la pratique autochtone du dépôt en fosse de plan circulaire, attestée autour de Strasbourg depuis le Bruebach-Oberbergen (LEFRANC et alii, 2019b), puis la diffuse largement au cours du Michelsberg moyen, le Munzingen ancien y reste réfractaire. Ce n’est que tardivement, après 3700 av. J.-C. seulement, que cette pratique, persistante en Basse-Alsace, fera son apparition dans la région mulhousienne (LEFRANC et alii, 2010 ; VERGNAUD et alii, 2014).

91Le scénario proposé ici nous est dicté par l’analyse de l’ensemble des phénomènes observés, qu’ils soient d’ordres stylistique, géographique, chronologique ou statistique. Nous pouvons y ajouter d’autres arguments, négatifs ceux-ci : affirmer, par exemple, que le Munzingen récent Nord a hérité de nombreuses formes du Michelsberg (JAMMET-REYNAL, 2017) nous paraît assez peu fondé, le Munzingen se définissant au contraire immédiatement – et y compris pour les tenants de la thèse évolutionniste – par l’absence des marqueurs les plus saillants du style du Michelsberg, comme les gobelets tulipiformes, les fonds arrondis, les décors en arcades ou les jattes décorées. L’absence de véritables ensembles de transition caractérisés par des traits hybrides – au sein d’un corpus régional pourtant très riche – plaide également contre l’hypothèse d’une évolution sur place du MKIV. Enfin, comment expliquer la progression du Munzingen, touchant successivement le sud de la Basse-Alsace au MKIII (Sermersheim), la région de Strasbourg à la transition MKIII/MKIV, la région de Karlsruhe lors de l’horizon MKIV et enfin le Neckar et la Wetterau lors de l’étape MKV, sans envisager un scénario d’inspiration diffusionniste ? Dans l’hypothèse d’une évolution sur place, quelle serait la nature de l’événement ayant motivé une rupture stylistique aussi profonde ? L’évocation d’influences Pfyn et épilengyel (SEIDEL, 2008) – influences réelles, mais limitées – ne suffit pas selon nous à rendre compte de l’ampleur de ce phénomène.

92La thèse d’une dérivation stylistique du Munzingen à partir du Michelsberg, thèse « rhénocentrique » tenace sous-évaluant le rôle du Plateau suisse (JEUNESSE, 1989) et dont la genèse, analysée par C. Jeunesse, s’explique en partie par une histoire de la recherche largement dominée par l’école ouest-allemande dans les années 1960 (ibid., p. 165), et se heurte à de nombreux écueils dont le moindre n’est pas de couper le lien phylétique, à notre avis difficile à ignorer, entre les ensembles du Proto-Munzingen, du Munzingen ancien et du Munzingen récent. Nous resterons donc attachés, en attendant la publication d’un contre-argumentaire convaincant, à la thèse que nous avons soutenue jusqu’ici, très imparfaite et non sans zones d’ombre certainement, mais qui nous semble être à ce jour la seule capable de rendre compte de manière cohérente de l’ensemble des données.

Haut de page

Bibliographie

BEAU A., RIVOLLAT M., REVEILLAS H., PEMONGE M.-H., MENDISCO F., THOMAS Y., LEFRANC P., DEGUILLOUX M.-F., 2017, « Multi-scale ancient DNA analyses confirm the western origin of Michelsberg farmers and document probable practices of human sacrifice », PLoS One. 2017 Jul 5;12(7):e0179742. doi: 10.1371/journal.pone.0179742. eCollection 2017

BLAIZOT F., 2001, « Premières données sur le traitement des corps humains à la transition du Néolithique récent et du Néolithique final dans le Bas-Rhin », Gallia Préhistoire, t. 43, p. 175-235.

BLEUER E., HARDTMEYER B., 1993, Zürich, ‘Mozartstrasse’ : Neolithische und bronzezeitlische Ufersiedlung. Band 3 : Die neolithische Keramik, Zürich, Orell Füssli, 354 p. (Zürcher Denkmalpflege-Archäologische Monographien, 18).

BURRI E., 2007, La céramique du Néolithique moyen : analyse spatiale et histoire des peuplements, Lausanne, CAR, 312 p., 83 pl. (Cahiers d’Archéologie romande, 109 - Concise 2).

CROUTSCH C., LEPROVOST C., BOUQUIN D., ARBOGAST R.-M., PUTELAT O., ENGEL E., GERBASI F., 2007, Entzheim-Geispolsheim (Alsace, Bas-Rhin) Aéroparc (Lidl-CUS). Vol. 2 : Les occupations néolithiques, Rapport de fouille préventive, Sélestat, PAIR/SRA Alsace.

DENAIRE A., 2007, « Les sépultures multiples du Néolithique récent de Didenheim/Morschwiller-le-Bas, Haut-Rhin », in : Le BRUN-RICALENS F., VALOTTEAU F., HAUZEUR A. dir., Relations interrégionales au Néolithique entre Bassin parisien et bassin rhénan, Actes du 26ème colloque interrégional sur le Néolithique, Luxembourg, 8-9 nov. 2003, Luxembourg, éd. du Musée national d’Histoire et d’Art, p. 567-583 (Archaeologia Mosellana, 7).

DENAIRE A., MAUDUIT A., 2010, « Matzenheim ‘Le Lavoir’ (Bas-Rhin) : un nouvel habitat du Néolithique ancien et une tombe du Michelsberg ancien du Rhin supérieur », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Arts et d’Histoire, 53, p. 3-19.

DENAIRE A., BOURY L., CECILIOT C., CHENAL F., GOUDISSARD S., JAMMET-REYNAL L., RENARD C., WOELFLI L., 2016, Schwindratzheim ‘Terrasses de la Zorn’ : du village rubané aux vestiges de la Seconde Guerre mondiale, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Habsheim, Antéa-Archéologie, SRA Alsace, 584 p.

DENAIRE A., LEFRANC P., TENUD A., en cours, « Lampertheim ‘Strendfeld’ (Bas-Rhin) : un habitat de la fin du 5e millénaire et du premier tiers du 4e millénaire avant J.-C. », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire.

DENAIRE A., LEFRANC P., WAHL J., BRONK RAMSEY C., DUNBAR E., GOSLAR T., BAYLISS A., BEAVAN N., BICKLE P., WHITTLE A., 2017, « The cultural project : formal chronological modelling of the Early and Middle Neolithic sequence in Lower Alsace », Journal of Archaeological Method and Theory, 24, p. 1072-1149 (Springer, DOI. http://dx.doi.org/10.1077/s10816-016-9307-x).

DIECKMANN B., 1990, « Die Kulturgruppen Wauwil und Strasburg im Kaiserstuhl Gebiet », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 6, p. 7-60.

DIECKMANN B., 1991, Zum Mittel- und Jungneolithikum im Kaiserstuhlgebiet, Thèse de doctorat, Univ. de Fribourg en Brisgau, 2 vol. inédits.

GROSS E., BROMBACHER C., DICK M., DIGGELMANN K., HARDTMEYER B., JAGHER R., RITZMANN C., RUCKSTUHL B., RUOFF U., SCHIBLER J., VAUGHAN P. C., WYPRÄCHTIGER K., 1992, Zürich ‘Mozartstrasse’, neolithische und bronzezeitliche Ufersiedlungen. Bd 2 : Tafeln, Zurich, Orell Füssli Verl., 300 p. (Berichte der Zürcher Denkmalpflege, Monographien, 4).

HAFNER A., SUTER P.J., 2006, « Le Néolithique en Suisse au 4e millénaire av. J.-C. : traditions, influences et évolutions » , in : DUHAMEL P. dir., Impacts interculturels au Néolithique moyen : du terroir au territoire : sociétés et espaces, Actes du 25ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 20-21 oct. 2001, Dijon, S.A.E., p. 89-108 (25ème suppl. à la R.A.E.).

HASENFRATZ A., 1985, Eschenz Insel Werd II : das jungneolithische Schichtpaket III, Zurich, Juris, 185 p. (Zürcher Studien zur Archäologie).

HÖHN B., 2002, Michelsberger Kultur in der Wetterau, Bonn, R. Habelt, 240 p. (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, 87)

JAMMET-REYNAL L., 2017, « The Munzingen culture in the southern Upper Rhine Plain (3950-3600 BC) », in : HEITZ C., STAPFER R. éd., Mobility and pottery production : archaeological and anthropological perspectives, Leiden, Sidestone Press, p. 69-88.

JAMET-REYNAL L., RAULT E., 2018, « Lampertheim ‘Zone commerciale Nord’ (Bas-Rhin) : une occupation domestique du Néolithique récent (Culture de Munzingen) », Internéo, 12, p. 87-96.

JAMMET-REYNAL L., BROC E., LYAUTET J., SIMON I.-S., 2015, « Les occupations Michelsberg et Munzingen d’Ergersheim ‘Abbaye’ (Bas-Rhin) dans leur contexte chrono-culturel », R.A.E., t. 64, p. 439-455.

JEUNESSE C., 1989, « La culture de Munzingen dans le cadre du Jungneolithikum du sud-ouest de l’Europe centrale d’après les découvertes récentes des sites alsaciens de Didenheim, Haut-Rhin, et Geispolsheim, Bas-Rhin », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 5, p. 155-184.

JEUNESSE C., 1998, « Pour une origine occidentale de la culture de Michelsberg ? », in : BIEL J., SCHLICHTERLE H., STROBEL M., ZEEB A. éd., Die Michelsberg Kultur und ihre Randgebiete : Probleme der Entstehung, Chronologie und des Siedlungsweses, Kolloquium Hemmenhofen, 21/23.2.1997, Stuttgart, Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, p. 29-45.

JEUNESSE C., SAINTY J., 1987, « Un nouvel habitat du Michelsberg récent, groupe de Munzingen, à Geispolsheim, Bas-Rhin. Seconde partie : les mobiliers », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 3, p. 88-129.

JEUNESSE C., LEFRANC P., DENAIRE A., 2004, Groupe de Bischheim, origine du Michelsberg, genèse du groupe d’Entzheim : la transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique ancien dans les régions rhénanes, Zimmersheim, Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 280 p. (Cahiers de l’A.P.R.A.A., 18/19).

KAISER M., 2013, Werkzeug – Feuerzeug – Edelstein ? Die Silices des südöstlichen Oberrheingebietes und ihre Nutzung von den Anfängen bis zu Gegenwart, Stuttgart, Theiss Verl., 400 p. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 95).

KOENIG M.-P., 1988, « Un site de la transition Néolithique moyen/Néolithique récent découvert à Geispolsheim », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 4, p. 39-48.

KUHNLE G., WIECHMANN A., ARBOGAST R.-M., BOËS É., CROUTSCH C, 2001, « Le site Michelsberg et Munzingen de Holtzheim, Bas-Rhin », R.A.E., t. 50-1999-2000, p. 3-51.

LAIS R., 1948, Die Höhle an der Kachelfluh bei Kleinkems im Badischen Oberland : ein Jaspisgrube und Grabstätte der jüngeren Steinzeit, Fribourg-en-Brisgau, Urban-Verl., 88 p.

LEFRANC P., 2001, « L’habitat Néolithique moyen et récent de Holtzheim ‘Altmatt’/ Zone d’Activités Économiques-Phase 3, Bas-Rhin : fouilles 2000 et 2001 », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 17, p. 107-134.

LEFRANC P., 2016, « Le mobilier céramique », in : CROUTSCH C. dir., Dambach-la-Ville (Bas-Rhin, plateforme d’Activités d’Alsace centrale, 2e tranche : un habitat néolithique de la deuxième moitié du 5e millénaire av. J.-C. et indices d’une occupation de l’âge du Bronze ancien, Rapport de fouille préventive, Sélestat, PAIR, SRA Alsace, p. 113-178.

LEFRANC P., CHENAL F., 2008, Entzheim ‘Les Terres de la Chapelle 1’, Bas-Rhin : habitat du Néolithique ancien rubané et du Néolithique récent, Michelsberg et Munzingen, inhumations du Néolithique moyen, D.F.S. de fouille préventive, Strasbourg, Inrap, SRA Alsace, 162 p.

LEFRANC P., JEUNESSE C., 2001, « L’habitat Néolithique moyen, groupe de Bruebach-Oberbergen et groupe d’Entzheim, et récent, Munzingen, d’Ensisheim ‘THK’ », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 17, p. 69-89.

LEFRANC P., Van WILLIGEN S., 2010, « Die Kupferperlen aus der jungneolithischen Fundstelle von Colmar-Aérodrome (Haut-Rhin, Frankreich) », in : Jungsteinzeit im Umbruch : die ‘Michelsberger Kultur’ und Mitteleuropa vor 6.000 Jahren, Catalogue d’exposition, Darmstadt, Badisches Landesmuseum Karlsruhe/Primus Verl., p. 187.

LEFRANC P., ARBOGAST R.-M., BOËS É., 2007, « L’habitat Néolithique récent de Rosheim ‘Leimen’, Bas-Rhin », Cahiers alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, 50, p. 11-26.

LEFRANC P., BOËS É., CROUTSCH C., 2009, « Une nécropole de la transition Ve/IVe millénaires à Ungersheim (Haut-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 106, vol. 2, p. 313-327.

LEFRANC P., DENAIRE A., CHENAL F., ARBOGAST R.-M., 2010, « Les inhumations et les dépôts d’animaux en fosses circulaires du Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur », Gallia Préhistoire, t. 52, p. 61-116.

LEFRANC P., DENAIRE A., BOËS É., ARBOGAST R.-M., BILLOIN D., 2011a, « L’habitat Munzingen de Geispolsheim ‘Forlen’ et les relations entre l’Alsace et les cultures du Plateau suisse au Néolithique récent, R.A.E., t. 60-2011, p. 45-82.

LEFRANC P., ARBOGAST R.-M., Van ES M., 2011b, Duntzenheim ‘Frauenabwand, Ebenheit-Zone de stockage 3. LGV EE’ (Bas-Rhin) : une enceinte cérémonielle de la seconde moitié du Ve millénaire avant notre ère et des occupations du Néolithique récent et de La Tène ancienne, Rapport de fouille préventive, Strasbourg, Inrap, SRA Alsace, 293 p.

LEFRANC P., ARBOGAST R.-M., CHENAL F., HILDBRAND E., MERKL M., STRAHM C., VAN WILLIGEN S., WÖRLE M., 2012a, « Inhumations, dépôts d’animaux et perles en cuivre du ive millénaire sur le site Néolithique récent de Colmar ‘Aérodrome’ (Haut-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 109, vol. 4, p. 689-730.

LEFRANC P., ALIX G., CHENAL F., SCHNEIDER N., 2012b, Entzheim, Bas-Rhin, In der Kappell ZA, ‘Les Terres de la Chapelle 2’ : village rubané, enceinte et inhumations de la fin du 5e millénaire et habitat Michelsberg, Rapport de fouille, Strasbourg, Inrap, SRA Alsace, 3 vol.

LEFRANC P., ARBOGAST R.-M., CROUTSCH C., DENAIRE A., GUTHMANN E., PERRIN B., 2018, Les enceintes à pseudo-fossé du sud de la plaine du Rhin supérieur (5e millénaire av. J.-C.) : monuments cérémoniels néolithiques, Paris, éd. du CNRS / Inrap éd., 260 p. (Recherches archéologiques, 15).

LEFRANC P., STRAHM C., VAN WILLIGEN S., FÉLIU C., WÖRLE-SOARES M., HILDEBRAND E., HUBERT V., 2019a, « Neue Metallurgie im Jungneolithikum in der Oberheinebene : die Funde von Colmar ‘Aérodrome’ und Eckwersheim ‘Burgweg’ », Germania, 96, p. 101-143

LEFRANC P., ARBOGAST R.-M., CHENAL F., DENAIRE A., FÉLIU C., JEUNESSE C., 2019b, « Les dépôts humains et animaux en fosses de plan circulaire du 5e millénaire entre Rhin et Danube », Gallia Préhistoire, t. 59, p. 109-149.

LEPROVOST C. dir., 2013, Entzheim-Geispolsheim, Bas-Rhin, Lotissement d’activités du quadrant 4, Entzheim ‘In der Klamm’ et Geispolsheim ‘Schwobenfeld’ : des habitats et une nécropole néolithiques, des habitats protohistoriques, un habitat antique, un habitat et une aire funéraire mérovingiens, une position fortifiée allemande de la Première Guerre mondiale. Vol. 2, Les découvertes néolithiques, Document final de synthèse, Sélestat, PAIR, SRA Alsace, 702 p.

LÜNING J., 1968, « Die Michelsberger Kultur : ihre Funde in Zeitlicher und räumlicher Gliederung », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 48, p. 1-350.

LÜNING J., ZÜRN H., 1977, Die Schussenrieder Siedlung im ‘Schlösslesfeld’, Stuttgart, Verl. Müller & Gräff, 136 p. 144 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 8).

MAIER R.A., 1958, « Neufunde aus der ‘Michelsberger’ Höhensiedlung bei Munzingen, Landkreis Fribourg-en-Brisgau im Brisgau », Badische Fundberichte, 21, p. 7-76.

MATUSCHIK I., 1991, « Grabenwerke des spätneolithikums in Süddeutschland », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 16, p. 27-55.

MATUSCHIK I., 2011, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland XII. Die Keramikfunde von Hornstaad-Hörnle I-VI : Besiedlungsgeschichte der Fundstelle und Keramikentwicklung im beginnenden 4. Jahrtausend v. Chr. im Bodenseeraum, Stuttgart, Theiss Verl., 501 p., 100 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 122).

MEIXNER D., 2017, « Alles ‘Klassich’ ? Überlegungen zur inneren Chronologie der frühjungneolithischen Münchshöfener Kultur », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 82, p. 7-56.

MEUNIER K., SIDERA I., ARBOGAST R.-M., 2003, « Rubané et groupe d’Entzheim à Pfuhlgriesheim ‘Langgarten’ et ‘Buetzel’ (Bas-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 100, vol. 2, p. 267-292.

MOINAT P., STÖCKLI W., 1995, « Croyances et rites funéraires », in : STÖCKLI W., NIFFELER U., GROSS-KLEE dir., La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen-Âge, Néolithique, Bâle, Verl. Schweizerische Gessellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 231-258 (SPM, II).

PÉTREQUIN P., JEUNESSE C., 1995, La hache de pierre : carrières vosgiennes et échanges de lames polies pendant le Néolithique (5400-2100 av. J.-C.), Paris, éd. Errance, 126 p.

PÉTREQUIN P., PÉTREQUIN A.-M. dir., 2015, Clairvaux et le ‘Néolithique Moyen Bourguignon’, Tome 1, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, 737 p. (Les Cahiers de la MSHE Ledoux, 7)

PÉTREQUIN P., SEIDEL U., VALOTTEAU F., 2015, « Les haches polies en pélite-quartz de Plancher-les-Mines (Haute-Saône) », in : Signes de richesse : inégalités au Néolithique, Catalogue d’exposition, Musée national de Préhistoire Les Eyzies-de-Tayac, p. 60-63.

REITER S., 2005, Die beiden michelsberger Anlagen von Bruchsal ‘Aue’ und ‘Scheelkopf’ : zwei ungleiche Nachbarn, Stuttgart, Theiss Verl., 225 p., 151 pl. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 65).

SCHLICHTHERLE H., 1990a, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland I. Die Sondagen 1973-1978 in den Ufersiedlungen Hornstaad-Hörnle I, Stuttgart, Theiss Verl., 221 p., 69 pl. (Forschungen und Berichte Vor- und Frühgeschichte aus Baden-Württemberg, 36).

SCHLICHTHERLE H., 1988, « Das Jung- und Endneolithikum in Baden-Württemberg : zum Stand der Forschung aus Siedlungsarchäologischer Sicht », in : PLANCK D. éd., Archäologie in Württemberg, Ergebnisse und Perspektive archäologischer Forschung von der Altsteinzeit bis zur Neuzeit, Stuttgart, Theiss Verl., p. 91-110.

SCHMITT G., 1974, « La transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique final en Basse-Alsace », R.A.E., t. 25-1974, p. 277-364.

SCHMITT G., 1987, « Trouvailles inédites du Néolithique récent et final », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 30, p. 35-73.

SCHWEITZER J., 1987, « Le site Michelsberg de Didenheim », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 3, p. 50-87.

SCHWEITZER R., FULLERINGER B., 1973, « Découvertes de fosses du Michelsberg à Riedisheim », Bull. du Musée historique de Mulhouse, 81, p. 23-38.

SEIDEL U., 2008, Michelsberger Erdwerke im Raum Heilbronn, Theiss Verl., Stuttgart, 3 vol. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Würtemberg, 81).

SEIDEL U., 2011, « Ein jungneolithische Siedlung in Endingen am Kaiserstuhl mit ersten absoluten Daten für die ‘Entzheimer Gruppe’ », Archäologische Nachrichten aus Baden, 83, p. 5-8.

STÖCKL H., 1990, « Neue Funde der Strassburger und Wauxiler gruppe aus dem nördlichen Kaisertuhlvorland », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 6, p. 115-170.

STÖCKLI W., 1981, Die Keramik der Cortaillod-Schichten, Berne, Staatlicher Lehermittelverlag, 88 p., 80 pl. (Die neolithischen Ufersiedlungen von Twann, 20).

STÖCKLI W., 2009, Chronologie und Regionalität des jüngeren Neolithikums, 4300-2400 v. Chr., im Schweizer Mitteland, in Süddeutschlnd und in Ostfrankreich : Aufgrund der Keramik und der absoluten Datierungen, ausgehend von den Forschungen in den Feuchtbodensiedlungen der Schweiz, Bâle, Archäologie Schweiz, 404 p., 167 pl. (Antiqua, 45).

STÖCKLI W., NIFFELER U., GROSS-KLEE E. dir., 1995, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, Verlag Schweizerische Gessellschaft für Ur- und Frühgeschichte, Bâle, 358 p. (SPM, II).

SUTER P. J., 1987, Zürich Kleiner Hafner’ : Tauchgrabungen 1981-1984, Zurich, Orell Füssli Verl., 380 p. (Berichte der Zürcher Denkmalpflege, Monographien, 3).

THÉVENIN A., 1976, « Informations archéologiques - Circonscription d’Alsace : Haut-Rhin », Gallia préhistoire, t. 19, fasc. 2, p. 499-500.

THOMAS Y. dir., 2016, Gougenheim (67) ‘Gingsheimerfeld’ / LGV EE- 9.2 : habitat et inhumations en fosses circulaires du Néolithique récent et occupations du Néolithique ancien au second âge du Fer, Rapport de fouille, Inrap Grand-Est Sud, 2 vol.

THOMAS Y. dir., 2017, Sélestat Westrich-Riedwasen : un ensemble de dispositifs de Schlitzgruben néolithiques, Rapport de fouille archéologique, Strasbourg, Inrap, SRA Alsace, 289 p.

TOBLER C., 2002, Erlenbach-Winckel : Grabung 1977/78, Zurich, Baudirektion Kanton Zürich, Hochbauamt, 64-26 p. (Zürcher Archäologie, 7).

VERGNAUD L., DENAIRE A., GUIDEZ A., 2014, « Les inhumations en fosse du Néolithique récent de la région de Mulhouse », in : LEFRANC P., DENAIRE A., JEUNESSE C. dir., Données récentes sur les pratiques funéraires néolithiques de la plaine du Rhin supérieur, Oxford, Archaeopress, p. 125-138 (BAR, Intern. series, 2633).

WINIGER J., 1971, Das Fundmaterial von Thaygen-Weier im Rahmen der Pfyner Kulture, Bâle, Société suisse de Préhistoire, 173 p., 86 pl. (Monographien zur Ur und Frühgeschichte der Schweiz, 18).

WINIGER J., HASENFRATZ A., 1985, Ufersiedlungen am Bodensee : archäologische Untersuchungen im Kanton Thurgau, 1981-1983, Bâle, Schweizeriche Gessellschaft für Ur- und Frügeschichte, 253 p. (Antiqua, 10).

WOLF J.-J., 1979, « Nouveaux éléments du Michelsberg à Eschentzwiller et Magstatt-le-Bas », Bull. du Musée historique de Mulhouse, LXXXVI, p. 29-35.

WYSS R., 1976, Das jungsteinzeitliche Jäger-Bauerndorf von Egolzwil 5 im Wauwilermoos, Zurich, Schweiterischen Landesmuseum, 162 p. (Archeologische Forschungen).

Haut de page

Notes

1 Anm. „jüngeres südliches Munzingen“

2 Anm. „jüngeres nördliches Munzingen“

3 Tous les sites mentionnés sont localisés sur les figures 13, 15 et 19.

4 Fouille dirigée par Clément Féliu (Inrap), étude en cours.

5 Un seul ensemble Munzingen ancien est connu au nord de la ligne Houssen-Fribourg : la fosse de Sermersheim, localisée à 25 km au sud-ouest de Strasbourg, en territoire Michelsberg, qui marque l’avancée la plus septentrionale du Munzingen ancien vers le nord (LEFRANC et alii, 2011a, fig. 15).

6 Il s’agit essentiellement de bouteilles à cordon multiforé (LEFRANC, 2001 ; THOMAS, 2016) et de gobelets tulipiformes de type 3,2 ou 4,2 de Lüning (KUHNLE et alii, 2001), deux formes propres au MKIV.

7 Des quatre dates d’Endingen Kornenberg publiées par U. Seidel (SEIDEL, 2011), couvrant une fourchette comprise entre 4584-4497 (une date, St. 10) et 4345/4325-4260/4230 (trois dates, St. 7 et 10), aucune ne provient de la seule structure ayant livré des tessons de type Riegel (St. 9), ce qui les rend difficilement exploitables pour répondre à la question de la datation absolue de ce groupe, qui, si l’on retient les trois dates les plus tardives, serait contemporain du Bruebach-Oberbergen.

8 En contexte BORS tardif à Jechtingen (DIECKMANN, 1991) et en contexte Michelsberg ancien, à Lingolsheim Ficht et Lienhart (LÜNING, 1968), Geispolsheim Bruechel (KOENIG, 1988), Pfuhlgriesheim (MEUNIER et alii, 2003), Matzenheim (DENAIRE, MAUDUIT, 2010), Achenheim (LÜNING, 1968), Wiwersheim (inédit), Berstett (FÉLIU et alii, en cours) et Bleichheim (DIECKMANN, 1991).

9 À l’exception des datations obtenues à Hornstaad (3918-3902 av. J.-C.), peu de données chronologiques sont disponibles pour ce groupe dont l’origine remonte probablement à la fin du 5e millénaire (JEUNESSE, 1989 ; MATUSCHIK, 2011).

10 Ces influences se traduisent par l’apparition, en contexte BORS classique, des vases non décorés à fond plat et des décors de bandeaux lisses sous la lèvre (JEUNESSE et alii, 2004).

11 S’il est difficile d’identifier de réelles importations orientales dans le Kaisertuhl, on notera tout de même, sur le site de Riegel Breite (STÖCKL, 1990, Taf. 9, n° 18), une bouteille à fond plat très proche des exemplaires Schussenried (par exemple, à Ludwigsburg, LÜNING, ZÜRN, 1977, Taf. 5, n° 1), eux-mêmes inspirés des formes Polling (STÖCKLI, 2009, Taf. 103, n° 53).

12 L’un des vases les plus caractéristiques témoignant d’influences Hornstaad provient de la fosse 72/8 de Bötzingen Kalten Brunnen (DIECKMANN, 1991, Taf. 26, n° 6) : il s’agit d’un récipient à profil sinueux et fond plat, pourvu d’un col haut et d’une lèvre éversée, orné de boutons géminés au niveau de l’épaule, et trouvant de proches parallèles sur le site de Hornstaad-Hörnle IA (MATUSCHIK, 2011, Taf. 7, n° 524 ; Taf. 10, n° 418). Le vase isolé découvert à Buggingen Weckersgraben (DIECKMANN, 1991, Taf. 88, n° 12), pourvu de boutons géminés sous la lèvre, trouve également son exact pendant à Hornstaad (MATUSCHIK, 2011, Taf. 7, n° 423). Le vase trapu à épaulement de Leiselheim, fosse 71/11 (DIECKMANN, 1991, Taf. 91, n° 2) appartient à la catégorie des Hängegefässe de type gynécomorphe, particulièrement nombreux sur les rives du lac de Constance (MATUSCHIK, 2011, Taf. 50, nos 1, 12, 17, 20, 24 ; Taf. 51, n° 29 ; Abb. 158). Ces quelques éléments sont malheureusement isolés ou issus d’assemblages non datés, mais suffisent à témoigner de la permanence des liens unissant le sud du Bade et le lac de Constance au début du 4e millénaire.

13 À noter également une écuelle basse de type Cortaillod probable à Didenheim-Morschwiller (DENAIRE, 2007, fig. 5, n° 5), ainsi qu’un gobelet en bois de cerf sur le site d’Entzheim-Geispolsheim, seul exemplaire attesté dans la région strasbourgeoise (LEPROVOST, 2013).

14 Ces résultats sont issus d’études en cours réalisées dans le cadre d’un Projet d’Action Scientifique Inrap dirigé par P. Lefranc et Sylvain Griselin.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le cadre géographique de l’étude (DAO : A. Denaire, P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 2. Schéma simplifié des différentes hypothèses sur la position phylétique du Munzingen (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3. Typologie des formes du Munzingen du pays de Bade, de Basse- et de Haute-Alsace utilisées dans les analyses factorielles de correspondances (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4. Analyse factorielle de correspondances des assemblages du Michelsberg et du Munzingen du pays de Bade et de Basse-Alsace (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 5. Analyse factorielle de correspondances des formes céramiques du Michelsberg et du Munzingen du pays de Bade et de Basse-Alsace (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 6. Analyse factorielle de correspondances des ensembles Munzingen de Basse- et de Haute-Alsace et du pays de Bade (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 7. Analyse factorielle de correspondances des formes céramiques Munzingen de Basse- et de Haute-Alsace et du pays de Bade (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 8. Datations absolues du Munzingen (DAO : A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende Fig. 9. Choix de formes caractéristiques du Munzingen ancien du pays de Bade et de Haute-Alsace (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 10. Choix de vases issus des fosses 16 et 23 de Munzingen Auf dem Berg (d’après MAIER, 1968).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 11. Choix de formes caractéristiques du Munzingen récent du pays de Bade et de Basse-Alsace/Munzingen récent Nord (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 12. Choix de formes caractéristiques du Munzingen récent de Haute-Alsace/Munzingen récent Sud (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 13. Les secteurs de peuplement Michelsberg moyen et Munzingen ancien, du sud de la Basse-Alsace au plateau du Sundgau, avec indication des sites ayant livré des importations Hornstaad et FZC (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 14. Gobelets à fond pat et parois sinueuses attribués à un Proto-Munzingen issus de contextes Michelsberg ancien du Rhin supérieur (Basse-Alsace) et de contextes BORS final (Kaiserstuhl) (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 15. Répartition des sites Bischheim occidental du Rhin supérieur et aire d’extension du groupe Riegel (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 16. Les influences orientales dans le sud de la plaine du Rhin à la fin du 5e millénaire. A : Répartition des gobelets à fond plat ; B : diffusion des vases à fond plat, de la Bavière au sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 17. Choix de vases du site de Hornstaad (d’après MATUSCHIK, 2011).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 18. Choix de vases du groupe de Riegel (d’après STÖCKL, 1990 ; DIECKMANN, 1990).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 19. Les secteurs de peuplement du Munzingen récent Nord et Sud (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 20. Les cultures du Plateau suisse et du sud de la vallée du Rhin vers 3950 et vers 3800 av. J.-C., avec indication des réseaux d’influence (DAO : P. Lefranc, A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 21. Tableau chronologique des cultures archéologiques entre la basse Bavière et la vallée du Rhin, de la fin du 5e au milieu du 4e millénaire, avec indication du phylum Munzingen proposé dans cet article. Flèches noires et blanches : continuité et diffusion ; flèches grisées : influences (DAO : P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13568/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe LEFRANC et Anthony DENAIRE, « Le Munzingen : sur la genèse et le développement d’une culture archéologique du sud de la plaine du Rhin au 4e millénaire av. J.-C. », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 51-82.

Référence électronique

Philippe LEFRANC et Anthony DENAIRE, « Le Munzingen : sur la genèse et le développement d’une culture archéologique du sud de la plaine du Rhin au 4e millénaire av. J.-C. », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/13568

Haut de page

Auteurs

Philippe LEFRANC

Inrap – UMR 7044 Archimède/CNRS, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg. Philippe.lefranc@inrap.fr

Articles du même auteur

Anthony DENAIRE

Université de Bourgogne, UMR 6298 ArTeHiS, 4 Bd Gabriel, 21000 Dijon. Anthony.denaire@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search