Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Une occupation domestique hallsta...

Une occupation domestique hallstattienne dans le contexte humide du Ried de la Zorn à Weyersheim (Bas-Rhin)

Estelle RAULT, Patrice WUSCHER, Agnès GAUTHIER, Willy TEGEL, Annelise BINOIS-ROMAN, Emmanuelle BONNAIRE, Michaël CHOSSON et Marion DELLOUL
p. 83-121

Résumés

Un petit établissement rural du premier âge du Fer, daté du Hallstatt C2/D1 par le mobilier céramique, a été fouillé en 2015 à Weyersheim (Bas-Rhin) dans le cadre du projet d’extension d’une gravière (16 200 m²). Il est situé dans le Ried de la Zorn, une zone humide en périphérie de la plaine du Rhin dont l’évolution a conditionné les dynamiques d’occupation du secteur. Il se caractérise par huit plans de bâtiments sur poteaux porteurs. Il est possible de mettre en évidence des formats de construction et une organisation de ces bâtiments en unités d’habitation composées de trois éléments caractérisés chacun par leur type de plans et leur orientation. Une datation dendrochronologique effectuée sur un poteau en chêne conservé in situ, permet d’obtenir une date d’abattage à 665 ± 10 ans pour l’un d’eux. Diverses fosses, liées aux activités quotidiennes (foyers, four), à l’accès aux matières premières (fosses d’extraction) et à l’eau (point d’eau, puits) s’organisent autour de ces bâtiments. L’étude des artefacts retrouvés dans les rejets domestiques permet de mieux cerner les activités pratiquées sur le site (domestiques et artisanat sur corne).
L’ensemble de ces données complète un corpus de plans de bâtiments régionaux contemporains, pour l’instant peu fourni, et documente un espace singulier soumis à des contraintes environnementales fortes, liées aux crues et à la faible profondeur de la nappe phréatique.

Haut de page

Texte intégral

1. Contexte et état des connaissances

1Le site de Weyersheim « Extension de gravière, tr. 1 : Ried, Bruchmatten, Rohr, Schlack » (Bas-Rhin) a été découvert en 2015 lors d’un diagnostic effectué sur une surface de 95 000 m² (CHOSSON, WUSCHER, 2015). Il est localisé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Strasbourg dans la plaine du Rhin, au débouché de la vallée de la Zorn (fig. 1).

Fig. 1. Localisation du site de Weyersheim ‘Extension de gravière, tr. 1’. Encadré rouge : emprise du diagnostic ; en rouge : les secteurs de fouille (fond de carte IGN ; SIG : P. Wuscher).

2La fouille de 15 200 m² fut organisée en trois secteurs disjoints (fig. 2). Le secteur 1, le plus au nord, est marqué par la présence de trois paléochenaux inactifs à la protohistoire mais qui se comportaient probablement encore comme des zones humides lors de l’occupation du Hallstatt ancien, au moins de façon saisonnière.

Fig. 2. Plan général de la fouille de Weyersheim ‘Extension de gravière, tr. 1’. Échelle 1/1500. (levé : F. Basoge, DAO : E. Rault).

3Sur la superficie décapée de 6 900 m², cent trente-quatre structures (trous de poteau, fosses diverses, puits, structures de chauffe dont un four) ont été mises au jour. Le secteur 2, d’une superficie plus importante (8 100 m²) a livré une densité d’occupation moindre, avec seulement soixante-trois structures (trous de poteau, fosses diverses, structures de chauffe). Un paléochenal de la Zorn, actif durant l’occupation protohistorique, borde le flanc sud de ce secteur. Son étude plus approfondie, et indirectement celle du contexte géomorphologique du site, a été possible par la réalisation de deux tranchées perpendiculaires à son axe dans le secteur 3.

4Les premiers témoins anthropiques remontent au Néolithique avec les découvertes fortuites d’un poignard en silex du Grand-Pressigny et d’une meule, l’occupation principale datant du premier âge du Fer.

5Seul 43 % des structures ont livré du mobilier, permettant une datation au Hallstatt ancien pour cinquante-trois excavations. L’homogénéité typo-chronologique du mobilier, l’absence de recoupement entre les structures ainsi que leur typologie et leur organisation laissent à penser que les fosses non datées appartiennent également à cette occupation.

6Le contexte particulier dans lequel l’habitat hallstattien est implanté, le Ried Nord Alsace, a fait l’objet de peu de découvertes archéologiques. Si un déficit d’interventions peut expliquer ce résultat, les conditions d’installation dans ces espaces naturels contraints par l’activité fluviatile et une forte hygrométrie pourraient également en être la raison. Quelques témoins d’occupations sont toutefois à signaler, principalement gallo-romaines (prospections et découvertes fortuites de mobilier), mais également néolithiques (prospections), de l’âge du Bronze (prospections) et médiévales (motte castrale). Pour la période concernée ici, l’âge du Fer, un habitat du Hallstatt C-D1 a pu être mis en évidence à Bischwiller (fouille de sauvetage ; FLOTTÉ, FUCHS, 2000, p. 192, 290-291 ; RAULT, 2018, p. 71). Les occupations humaines semblent davantage être implantées sur les lœss à l’ouest et sur les nappes atlantiques et subboréales à l’est, espaces moins humides (fig. 3).

Fig. 3. Ensembles morphosédimentaires du Ried de la Zorn et localisation des sites archéologiques connus dans le secteur (P. Wuscher d’après Bd Charm/Cigal, http://www.lgfb-bw.de, Patriarche/Ministère de la Culture et ADAB exportés via Arkeogis).

2. Une occupation à la confluence du Rhin et de la Zorn

7Les alluvions tardiglaciaires et holocènes du secteur sont délimitées à l’ouest par des collines lœssiques qui reposent sur des marnes oligocènes (BLANALT et alii, 1972) et par un vaste cône alluvial édifié par la Zorn au cours du Pléistocène (TRICART et alii, 1970) (fig. 3). Elles sont délimitées à l’est, côté allemand, par une terrasse alluviale weichselienne. Ces alluvions ont été subdivisées en bandes parallèles au fleuve sur la base de la topographie, des sols cartographiés en surface et de datations de troncs fossiles récoltés dans les carrières du secteur (STRIEDTER, 1988). Le Ried de la Zorn est la portion occidentale de la plaine la plus éloignée du tracé actuel du Rhin, portion que le Rhin aurait délaissé au moins au Subboréal (environ 3450 à 820 avant notre ère, STRIEDTER, 1988). Ce Ried se situe à l’arrière et légèrement en contrebas d’un ensemble de nappes alluviales composées de limons sur des graviers qui ont livré de nombreux troncs fossiles datés du Suborréal (ibid.). Il serait recouvert par un cône alluvial édifié durant l’Holocène par la Zorn et emboîté dans son cône pléistocène. Un chapelet de villages est implanté sur les nappes alluviales attribuées par Striedter au Subboréal et situées entre le Rhin actuel et le Ried de la Zorn. Ce dernier est aujourd'hui couvert par des prairies humides et, avant la fouille présentée ici et localisée au sud du tracé actuel de la Zorn (fig. 4), peu de découvertes archéologiques étaient connues, hormis quelques rares indices principalement antiques et médiévaux, ce qui peut paraître paradoxal dans une portion de plaine que le Rhin aurait délaissé au moins au Subboréal.

Fig. 4. Localisation des emprises de fouille et des coupes sur le MNT établi à partir du Lidar (données Direction départementale des Territoires, traitement Florian Basoge/PAIR).

  • 1 Datation financée par le programme international « Improving Late Glacial European tree-ring chrono (...)

8La plaine où prend place l’occupation du Hallstatt a été façonnée par cinq grands ensembles sédimentaires (WUSCHER et alii, 2020). À la base, l’ensemble V est constitué de graviers rhénans dont le toit est marqué par de fortes ondulations (fig. 5). L’ensemble IV est composé de sables qui ont livré plusieurs restes de bois ; l’un d’eux a livré un âge radiocarbone de 9526 ± 185 ans BP (8892 ± 256 cal BC)1.

Fig. 5. Log stratigraphique de la tranchée 27 du diagnostic, représentative de la portion de plaine sur laquelle prend place l’occupation du Hallstatt. 1. Argiles limoneuses, brun-beige ; 2. argiles gris-bleu, fragments de céramiques antiques ; 3. argiles limono-sableuses, brun-orange hétérogène, oxydes ferro-manganiques ; présence d’une lame en silex et d’une meule en gneiss dans l’unité (secteur 2 de la fouille) ; les structures de l’Âge du Fer s’ouvrent au sommet de l’unité ; 4. limons argileux, gris, oxydes ferro-manganiques, quelques granules calcaires (autour de 2 mm de diamètre) ; 5. argiles, gris sombre ; 6. sables fins légèrement argileux, gris verdâtre, quelques oxydes ferro-manganiques diffus, fragments de bois ; graviers rhénans (P. Wuscher).

9Plusieurs unités limono-argileuses, certaines très organiques, composent l’ensemble III. Des carbonatations secondaires millimétriques à centimétriques y ont été observées localement au sommet de l’ensemble (unité 4 de la tranchée 27). Elles témoignent d’une exondation de la zone et du développement d’un sol. L’ensemble évoque donc une zone en eau calme, riche en végétaux, avec des secteurs exondés. L’absence d’un horizon plus organique et/ou brunifié au sommet de l’unité à carbonatations secondaires semble montrer que l’ensemble a été partiellement tronqué préalablement à la mise en place de l’ensemble II. Celui-ci est constitué d’argiles limoneuses évoluant latéralement en sables argileux. Il présente une teinte brune et est marqué par de nombreux oxydes ferro-manganiques. Il a livré un poignard en silex du Grand-Pressigny attribué au Néolithique final (environ entre 3400 et 2300 avant notre ère) et une meule en gneiss. Son caractère acide, sa géométrie et les types de faciès évoquent des apports latéraux de la Zorn. La mise en place de l’ensemble est suivie par une longue phase d’exondation, dont témoigne l’oxydation marquée des dépôts. Cet ensemble est recoupé par les structures de l’établissement rural du Hallstatt. L’ensemble I est constitué d’argiles qui évoquent des épisodes importants d’inondation et de décantation. La coloration bleue du terme inférieur de cet ensemble indique un engorgement en eau important qui a perduré jusqu’à nos jours. Il a livré quelques tessons de céramiques antiques.

10Le chenal (fig. 6), limitant au sud le secteur 2, s’ouvre au sommet de l’ensemble III. Son profil est créé lors de la mise en place de l’ensemble. Sa forme persiste dans le paysage malgré la mise en place des ensembles postérieurs.

Fig. 6. Log synthétique du chenal (P. Wuscher).

11La base de son remplissage est constituée de sables et de galets qui ont livré un bois daté d’environ 3792 ± 35 ans avant notre ère. Ces dépôts évoquent un environnement dynamique lié au cours principal de la Zorn. Ces graviers sont recouverts par des sables et des lentilles riches en fragments végétaux (unités 3.7 et 3.6). Une branche d’aulne présente dans l’unité a livré un âge radiocarbone de 2440 ± 30 BP, soit environ 580 ± 129 ans avant notre ère, ce qui témoigne d’un hiatus de plus de 2000 ans avec les graviers sous-jacents. Ces unités de plus en plus organiques vers le sommet évoquent un changement du cours principal de la Zorn et une déconnexion progressive du chenal avec ce cours. Les unités 3.5 et 3.4, des limons de débordement, plus sableux dans l’axe du chenal, traduisent une ou plusieurs inondations. L’unité 3.3, de la tourbe brune, atteste un arrêt de la sédimentation dans le chenal. Les bois d’érable découverts à la base de la couche ont livré un âge de 2050 ± 30 BP, soit environ 70 ± 45 avant notre ère. Les unités 3.2 et 3.1 témoignent d’une ultime reprise d’inondation, suivie d’une phase de décantation.

12L’établissement du Hallstatt prend donc place dans une portion de la plaine délaissée par le Rhin depuis plusieurs millénaires. Il est installé à proximité d’un chenal dont le remplissage est complexe à synchroniser précisément avec les vestiges archéologiques, du fait de l’absence de recoupement et des incertitudes liées au plateau radiocarbone qui caractérise la période. Il est donc difficile de dire si l’établissement rural du secteur 2 est bordé d’un chenal secondaire encore en eau avec du débit (unité 3.7) ou s’il est bordé d’une étendue d’eau stagnante encombrée de végétaux et seulement drainé lors de forts épisodes hydrologiques (unités 3.6 et 3.5) (fig. 6). Il est intéressant de noter que d’après les analyses palynologiques (WUSCHER et alii, 2020), l’aulnaie est présente tout au long de la séquence et que les herbacées de milieu humide ne deviennent majoritaires qu’à l’époque antique, une période où le Ried est fréquenté (RAULT, 2018, p. 68-71). Les restes carpologiques provenant d’une des structures hallstattiennes du site attestent quant à eux des cultures céréalières dans des sols bien drainés (cf. infra). Pourtant, la présence d’argiles limoneuses dans plusieurs structures et dans les paléothalwegs, intercalées avec des rejets anthropiques (fig. 7), témoigne d’épisodes de crues contemporaines des occupations, qui persistent malgré ces aléas environnementaux. Ainsi, les informations paléoenvironnementales et géomorphologiques peuvent paraître contradictoires, ce qui tient aux limites des datations au radiocarbone, mais surtout à la complexité de la période, dont le climat global est surtout connu dans les lacs du Jura et des Alpes, mais dont les expressions sont manifestement très diverses du fait des conditions géomorphologiques et paléoenvironnementales locales.

Fig. 7. Dépôts de plaine d’inondation et rejets anthropiques dans les structures 2088 et 1201 (E. Rault).

3. Une occupation domestique du premier Âge du Fer

13Dans ce contexte, l’occupation de Weyersheim se caractérise uniquement par des structures domestiques réparties inégalement dans les deux secteurs de fouilles (secteurs 1 et 2).

14Dans le premier secteur (fig. 8), la majorité des structures a été découverte sur une bande de graviers orientée nord-sud, légèrement plus élevée et localisée au centre de l’emprise.

Fig. 8. Plan de la fouille du secteur 1 (levé : F. Basoge ; DAO : E. Rault).

15Quelques structures sont toutefois installées totalement ou en partie dans les secteurs où les formations argileuses sont plus épaisses (paléochenaux). Il s’agit en grande majorité de trous de poteau/piquets (67 % des structures environ) définissant au minimum six bâtiments, mais aussi de fosses diverses (polylobées et de nature indéterminée), de puits, d’un four et de petites fosses quadrangulaires riches en charbons.

16Le secteur 2 borde la rive nord d’un paléochenal de la Zorn, étudié plus particulièrement dans le secteur 3 (fig. 9). Un nombre plus restreint de structures y a été mis en évidence. Il s’agit principalement de fosses diverses (polylobées, de combustion) mais également de petites excavations circulaires de type trou de poteau. Seuls deux plans de bâtiments ont pu être reconnus.

Fig. 9. Plan de la fouille du secteur 2 (levé : F. Basoge ; DAO : E. Rault).

3.1. Les bâtiments

17De nombreux trous de poteau ont été découverts sur le site (90 en secteur 1, 20 en secteur 2). Huit plans de bâtiments ont pu être mis en évidence. La conservation des trous de poteau varie en fonction de leur implantation sur le site. Ceux retrouvés sur l’aire centrale gravillonneuse du secteur 1 (bâtiments 1034 et 1196) sont représentés par des trous conservés sur moins de 10 cm, contrairement à certains trous de poteau des autres bâtiments implantés profondément dans l’encaissant argileux des paléochenaux (jusqu’à 1 m conservé pour le poteau 1053 du bâtiment 1197). Cette différence pourrait être expliquée par le besoin d’ancrer plus profondément certains bâtiments dans le sol dans le but de les surélever et d’isoler le premier niveau de ces zones humides. Toutefois, la nature de l’encaissant de l’aire gravillonneuse a permis une meilleure lisibilité des plans de bâtiments contrairement à ceux des zones argileuses.

18Les plans des bâtiments de Weyersheim sont clairement identifiés ou hypothétiques. En effet, seuls quatre bâtiments (1034, 1196, 1197, 2097) sont clairement apparus au décapage. Les plans des autres bâtiments n’ont pu être appréhendés que lors de découvertes fortuites de certains de leur trous de poteau lors de la fouille (1197), ou au regard de leur organisation sur le plan général (1198, 1199, 2098).

19L’appartenance de nombreux trous de poteau à un bâtiment reste difficile à déterminer. Ces poteaux peuvent être plus ou moins proches de bâtiments bien définis. Pour certains, il pourrait s’agir d’aménagements annexes, de type enclos.

3.1.1. Description des bâtiments

Bâtiment 1034

20Le bâtiment rectangulaire à une nef 1034 est orienté nord-ouest/sud-est et se situe à la limite nord de la zone de graviers. D’une superficie de 63 m² (10,5 x 6 m), il se compose de dix-huit trous de poteau dont deux formant une avancée (poteaux d’ante). Leur diamètre moyen est de 40 cm et leur conservation est comprise entre 6 et 18 cm. Leur profil varie du fond plat à parois verticales, au profil en cuvette (fig. 10).

Fig. 10. Plan des bâtiments 1034 et 1196 (relevé topographique : F. Basoge ; DAO : E. Rault, photographie : C. Chosson, G. Pavicich).

Bâtiment 1196

21Le bâtiment rectangulaire à une nef 1196, orienté sud-ouest/nord-est, est moins grand que le précédent, soit 22 m² environ (7,8 x 2,8 m). Situé sur la zone de graviers, il se compose de sept trous de poteau d’un diamètre moyen de 41 cm et d’une profondeur conservée de 11 à 50 cm (st. 1079-1082, 1096, 1099, 1100 ; fig. 10). Il semble manquer un trou de poteau sur le côté ouest du bâtiment. D’une manière générale, les structures sont mieux conservées sur le côté est et présentent des fonds plats ou en cuvette et des parois verticales. Si l’hypothèse de deux bâtiments sur quatre poteaux ne peut être complètement écartée, l’alignement des trous de poteau des flancs ouest et est, ainsi que l’espacement restreint entre les poteaux 1099 et 1082 plaident en faveur d’un bâtiment sur huit poteaux.

Bâtiment 1197

22La reconnaissance du bâtiment rectangulaire à une nef 1197 n’a pas été établie au moment du décapage mais lors de la fouille par le traitement individuel des structures et la découverte systématique de poteaux encore en place (fig. 11). La conservation de ces éléments en bois a été possible grâce à une humidité permanente permise par l’implantation du bâtiment dans le comblement argileux d’un des paléochenaux.

Fig. 11. Plan du bâtiment 1197 daté par dendrochronologie et vues des différents poteaux (relevé topographique : F. Basoge ; DAO : E. Rault).

23D’une superficie de 18,5 m² (5 x 3,7 m), le bâtiment 1197 est orienté nord-ouest/sud-est. Il est constitué de sept poteaux disposés en vis-à-vis (st. 1053-1057, 1059, 1184), d’un diamètre moyen de 55 cm. L’un d’eux diffère par ses dimensions (st. 1053). En effet, il présente un plan ovalaire (84 x 74 cm) et une profondeur (1 m) plus importants que les autres. Pour autant, jumelé au poteau 1054, il semble bien appartenir au bâtiment 1197. Sa fonction au sein de l’ensemble reste pour l’instant encore indéterminée (réparation, renfort, support d’une structure aérienne…).

24Les poteaux suffisamment bien conservés, au nombre de cinq exemplaires, ont été analysés (fig. 12). Ils présentent une section circulaire ou quadrangulaire et une base équarrie. Des chênes, âgés d’environ 90 à 160 ans, ont été utilisés. Il a été possible de déterminer la date d’abattage du chêne constitutif du poteau 1059, et ainsi de définir le terminus post quem de la construction de ce bâtiment, à 665 ± 10 ans av. J.-C.

Fig. 12. Listing des échantillons dendrochronologiques (W. Tegel).

25Un poteau (st. 1052), situé à proximité directe du bâtiment 1197, présente des caractéristiques similaires aux poteaux précédents (60 x 80 cm, 40 cm de conservé, abattage du chêne après 692 av. J.-C.). Son appartenance à l’ensemble n’est pour autant pas évidente.

Bâtiment 1198

26Le bâtiment de plan rectangulaire à une nef 1198, installé en partie sur l’un des paléochenaux, a été complexe à déterminer. Le pignon est bien défini et le module du bâtiment, similaire à celui de 1034, permettent d’évoquer l’existence d’un bâtiment orienté nord-ouest/sud-est composé de dix trous de poteau conservés (st. 1072-1073, 1091, 1149-1150, 1187-1189, 1192-1193) et d’une superficie de 62 m² environ (9,56 x 6,5 m ; fig. 13). Le plan semble incomplet, notamment en partie médiane. Il manque également un des poteaux de l’avancée ouest.

Fig. 13. Plan des bâtiments 1198 et 1199 (relevé topographique : F. Basoge ; DAO : E. Rault).

27Les trous de poteau présentent toutefois des profils différents. En effet, les structures formant le pignon est sont de plan circulaire à ovalaire d’un diamètre de 42 à 54 cm, au profil en cuvette, et conservé au mieux sur 16 cm, tandis que les structures plus à l’est sont de dimensions plus importantes (60 à 70 cm de diamètre) au fond plat et aux parois verticales conservées sur 26 à 75 cm.

28Le poteau 1091, jumelé à la structure 1150, dénote par sa profondeur conservée et la présence du poteau encore en place. Sa conservation est très limitée ; il a toutefois été possible de déterminer son essence, du peuplier. Ces poteaux, et leur position à l’extrémité ouest du bâtiment, rappellent les structures 1053 et 1054 de l’ensemble 1197. La fonction de ces poteaux profonds est encore indéterminée.

Bâtiment 1199

29Comme l’ensemble précédent, le bâtiment rectangulaire à une nef 1199 n’a été reconnu que tardivement. Il est orienté nord-est/sud-ouest et se compose de sept trous de poteau (1069, 1083-1087, 1089) au plan ovalaire à circulaire et au profil en cuvette d’une profondeur conservée de 8 à 24 cm (fig. 13). Quatre d’entre eux sont jumelés et disposés en partie médiane. Les deux trous de poteau du pignon sud sont ovalaires et de dimensions plus importantes que les autres. La structure 1148, de faible diamètre (30 cm) est excentrée mais dans le prolongement des trous de poteau 1086 et 1087. Il est donc possible que cette structure appartienne au bâtiment 1199.
La superficie totale de l’ensemble 1199 est d’environ 16,5 m² (6,9 x 2,4 m).

Bâtiment 1200

30Orienté nord-ouest/sud-est, l’ensemble 1200 est composé de sept trous de poteau ovalaires, dont six disposés en vis-à-vis, aux profils divers (en cuvette ou au fond plat et parois évasées) et peu conservés (entre 7 et 18 cm) (st. 1104-1105, 1113-1117 ; fig. 14).

31Il est d’une superficie d’environ 27,7 m² (7,7 x 3,6 m). Ce bâtiment rectangulaire à une nef est implanté au niveau de l’interruption des deux paléochenaux. Alors isolé du comblement argileux et humide, sa reconnaissance fut aisée. L’existence du trou de poteau de l’angle nord-est n’a cependant pas pu être confirmée à la fouille.

Fig. 14. Plan des bâtiments 1200, 2097 et 2098 (relevé topographique : F. Basoge, DAO : E. Rault).

Bâtiment 2097

32Ce bâtiment n’est représenté que par trois trous de poteau (2018, 2021, 19 ; fig. 14). Ils forment un plan quadrangulaire d’une superficie de 5,6 m² (3,2 x 1,75 m) et possèdent un profil au fond plat ou en cuvette et aux parois verticales à légèrement évasées. Leurs dimensions sont similaires, bien supérieures aux trous de poteau voisins (0,6 à 0,7 m de diamètre pour 0,3 à 0,4 m de profondeur conservée) (fig. 14).

33Un grand fragment de vase de stockage, aux caractéristiques types du premier âge du Fer (cordon digité rapporté sous un bord long éversé associé à un autre cordon digité rapporté sur la panse supérieure), a systématiquement été retrouvé dans leur comblement inférieur (2018, 2021) ou supérieur (19). Si les vases sont semblables, aucun recollage n’a pu être réalisé. L’hypothèse de dépôts de fondation est plaisante, mais il pourrait tout aussi bien s’agir ici de calage.

Bâtiment 2098

34Un ensemble de neuf trous de poteau forme le bâtiment 2098 (fig. 14). Cinq d’entre eux ont été découverts lors de la fouille et ont été intégralement documentés (2022-2025, 2026). Les quatre autres ont été reconnus lors du diagnostic mais non retrouvés à la fouille (16-17, 29-30). Il faut préciser que le décapage dans cette zone, notamment au niveau des anciens sondages, a été complexe (enlèvement par plaques). L’existence de ces quatre structures, au regard de la documentation issue de la phase d’évaluation, semble bien réelle (CHOSSON, WUSCHER, 2015). Nous en tiendrons donc compte dans l’étude de cet ensemble. Les trous de poteau dépendent de deux modules : ceux de petites dimensions (35 à 40 cm de diamètre) et ceux de grandes dimensions (53 à 66 cm de diamètre). Ils présentent tous un fond plat aux parois évasées, hormis la structure 2026 au profil en cuvette. Leur comblement consiste en un limon argileux gris foncé plus ou moins riche en charbons, en céramiques et en nodules d’argile cuite.

35Les petits modules forment un plan quadrangulaire sur six poteaux disposés en vis-à-vis d’une superficie de 14,17 m² (4,47 x 3,17 m), orienté nord-ouest/sud-est (2022-2026, 16-17, 29-30). Les autres structures correspondent à un plan quadrangulaire d’une superficie de 21 m² environ (3,9 x 5,4 m), composé de six trous de poteau en vis-à-vis présentant la même orientation que l’ensemble précédent.

36Plusieurs hypothèses existent quant à la mise en place de ce groupe de trous de poteau. Ainsi, deux bâtiments ont pu se succéder sur un même espace. Le bâtiment initial a également pu subir une modification, un agrandissement. Une autre possibilité consiste à penser que les trous de poteau de petits modules correspondent à des structures plus légères, qui, à l’intérieur du bâtiment, témoigneraient d’aménagements internes (2026, 29) et, à l’extérieur, renverraient à une paroi déportée du mur est (2022, 2024-2025). Si cette dernière hypothèse est privilégiée, le plan du bâtiment quadrangulaire serait alors d’une superficie minimum de 29 m² environ (6,68 x 4,36 m, paroi déportée comprise).

3.1.2. Comparaisons régionales

37En Alsace, les nombreuses découvertes réalisées pour le premier âge du Fer permettent d’avoir un aperçu des occupations domestiques de cette période au travers de l’étude des fosses-silo, des puits, des fosses-polylobées, des structures artisanales et d’autres fosses domestiques aux fonctions encore indéterminées ; sites de référence : Rosheim Sandgrube, Entzheim-Geispolsheim ‘Lotissement d’activités du quadrant 4’, Eckbolsheim ‘Parc d’activités’ et de Weyersheim ‘Rue de la gare-Lotissement les Hauts de la Zorn’ notamment (MULLER, JEUNESSE, 1993 ; LANDOLT et alii, 2013 ; BATAILLE et alii, 2014 ; MICHLER et alii, 2018a). Toutefois, les données concernant des bâtiments associés à ces occupations sont rares et la reconnaissance de modèles d’organisation reste difficile.

38Seuls quelques sites ont livré avec certitude des plans de bâtiments du premier âge du Fer. Pour la transition du Bronze final/Hallstatt, nous pouvons citer la fouille de Marckolsheim ‘PAIM/Schlettstadterfeld’ (GOEPFERT, 2016). Plus de trente bâtiments, datés du Bronze ancien à la transition de l’âge du Bronze/âge du Fer, se répartissent sur une terrasse de graviers marquée par des paléochenaux. Pour la période qui nous intéresse ici, deux bâtiments datés par radiocarbone et deux autres rattachés à cette phase par leur ressemblance typologique sont à une nef. Il existe également des plans de petites dimensions à une nef. Une organisation spatiale de l’occupation domestique y est perceptible (ibid., p. 135, fig. 205).

39D’autres sites de la fin du Bronze final/Hallstatt ont livré des plans de bâtiments mais aucune organisation n’a pu être observée. Il s’agit de Colmar ‘Base de Loisirs’ (réévaluation chronologique établie par S. Goepfert ; GOEPFERT, 2016, p. 131 ; MICHLER et alii, 2018b) et de Sainte-Croix-en-Plaine Holzackerfeld ZA II (ROTH-ZEHNER et alii, 2009 ; ROTH-ZEHNER, 2004).

40Les données concernant les bâtiments du Hallstatt C sont plus restreintes que pour la période précédente. Seuls quelques bâtiments bien documentés et datés sont connus. L’un d’entre eux se trouve à Wolfisheim ‘ZAC Herrenwasser’ (RODÉ, 2016, fig. 22). Orienté nord-ouest/sud-est, il possède un plan inhabituel trapézoïdal à deux nefs sur dix-sept poteaux. Une autre fouille réalisée à Sainte-Croix-en-Plaine, plus précisément sur le lieu-dit de Marbach Acker, a livré un bâtiment de plan quadrangulaire à deux nefs et un poteau central déporté sur le pignon sud-est (MENTELE, 2005). Le plan de bâtiment relevé à Vendenheim ‘Entrepôt Fly’ est quadrangulaire à une nef sur huit poteaux et orienté nord-ouest/sud-est (BARRAND-EMAM et alii, 2013, fig. 42).

41Le Hallstatt D1 n’est représenté que par un seul bâtiment supposé, celui de Guémar Rottenberger, situé à proximité d’une vaste fosse d’extraction riche en mobilier. Son plan est quadrangulaire à deux nefs, orienté nord-sud (DENAIRE et alii, 2012).

42Une synthèse approfondie de ROTH-ZEHNER, 2013 sur la typologie des bâtiments du Hallstatt D2-D3 à La Tène ancienne permet d’avoir un aperçu sur les ensembles régionaux de la fin du premier âge du Fer.

43Les connaissances sur l’architecture domestique du Hallstatt alsacien et sur l’organisation interne des occupations sont limitées. Des éléments semblent toutefois se dégager. À la fin de l’âge du Bronze et au début du Hallstatt, quelques plans deviennent récurrents tels que les plans quadrangulaires de dimensions moyennes à une nef présentant des poteaux d’ante/déportés. L’orientation de la plupart des bâtiments reconnus comme pouvant être des habitations de modules modestes durant tout le Hallstatt semble standardisée (nord-ouest/sud-est ; ROTH-ZEHNER, 2013, fig. 7). Seuls les plans de petites dimensions présentent des orientations plus variées.

44L’occupation domestique du site de Weyersheim vient enrichir les connaissances sur l’habitat hallstattien en Alsace et permet d’aborder un sujet moins évident, celui des choix opérés par les Hallstattiens : modalités du lieu d’installation, résilience face aux aléas environnementaux, formats de construction, trame d’implantation et organisation des espaces de vie. L’occupation du site de Weyersheim, dans un contexte particulier soumis à des contraintes environnementales fortes, est donc singulière.

3.1.3. Catégories de bâtiments et dimensions types

45D’après les données métriques (longueurs en fonction des largeurs), deux types de bâtiments existent à Weyersheim (cf. fig. 7). Si l’on se réfère au travail de S. Goepfert concernant les bâtiments découverts à Marckolsheim ‘PAIM, tr.2 Schlettstadterfeld’, les ensembles 1034 et 1198 appartiennent au type de dimensions moyennes (surface comprise entre 25 et 65 m²) à une nef, tandis que les ensembles 1196, 1197, 1199, 1200, 2097 et 2098 entrent dans la catégorie des bâtiments de petites dimensions (surface inférieure à 25 m²) à une nef (GOEPFERT, 2016, fig. 36) (fig. 15).

Fig. 15. Typologie des plans de bâtiments observés à Weyersheim ‘Extension de gravière, tr. 1’ (E. Rault).

Les bâtiments de dimensions moyennes

46Les bâtiments 1034 et 1198 présentent des dimensions similaires. Leur superficie varie peu. Ils sont tous les deux orientés nord-ouest/sud-est avec cependant une angulation moins marquée vers le nord pour l’ensemble 1198.

47Malgré des trous de poteau de profondeur limitée, le plan quasi-complet du bâtiment 1034 est bien visible et permet d’avoir un aperçu plus précis de ces types de bâtiments de moyennes dimensions. Les trous de poteau des longs côtés, disposés en vis-à-vis, sont espacés de 1,5 à 1,7 m, définissant alors des travées régulières. Seule la dernière travée est plus large, marquée par un écart entre les poteaux de plus de 2,4 m. Cette caractéristique semble également exister sur le plan du bâtiment 1198.

48Celui-ci, incomplet du fait des difficultés de lecture et de la faible conservation de certains trous de poteaux, semble toutefois présenter quelques caractéristiques similaires. Le plan rectangulaire à une nef présente dans les deux cas (plus particulièrement lisible pour l’ensemble 1034) une entrée, un porche matérialisé par deux poteaux d’ante situés dans le prolongement des deux longs côtés. Cette entrée est située à l’est pour l’ensemble 1034 et à l’ouest pour l’ensemble 1198. Non observée sur l’ensemble 1034, un petit trou de poteau légèrement excentré de la paroi sud du bâtiment 1198 pourrait attester une paroi déportée plus légère ou un renfort.

49Les dimensions des trous de poteau et l’orientation des bâtiments 1034 et 1198 diffèrent quelque peu. Toutefois, le module et la présence d’une entrée permettent d’établir une forte proximité entre ces deux ensembles (fig. 16).

Fig. 16. Les bâtiments de dimensions moyennes à une nef : essai de comparaisons (E. Rault).

50Ces bâtiments rectangulaires à poteaux d’ante ont déjà été observés sur d’autres sites alsaciens tels que Marckolsheim ‘PAIM, Schlettstadterfeld’ et Colmar ‘Base de Loisirs’. Ils présentent d’ailleurs des dimensions similaires et la même orientation nord-ouest/sud-ouest, et sont datés du Bronze final III/Hallstatt (GOEPFERT, 2016, p. 131-134).

Les bâtiments de petites dimensions

51Leur plan est rectangulaire à deux, six ou huit poteaux. D’après le rapport longueur/largeur, trois sous-groupes semblent se détacher : les plans longilignes à huit poteaux supposés (1196, 1199), les plans à six et huit poteaux plus trapus (1197, 1200, 2098) et le plan limité à quatre poteaux (2097) (fig. 15).

52• Les bâtiments du premier sous-groupe sont de superficies et de dimensions similaires. Dans les deux cas, seuls sept poteaux porteurs ont été retrouvés. Quatre d’entre eux sont jumelés et disposés en partie médiane pour le bâtiment 1199. Un petit trou de poteau excentré mais dans l’alignement de la paroi orientale pourrait également appartenir à la structure de ce bâtiment. La particularité de ce plan aux poteaux jumelés ne permet pas d’assurer un plan à huit poteaux. Il pourrait s’agir de deux structures sur quatre poteaux de type grenier, dont le bâtiment nord serait antérieur, ou d’un plan à six poteaux dont les poteaux centraux ont été renforcés.

53Des trous de poteaux/piquets (en chêne pour ceux conservés) situés à proximité immédiate du bâtiment 1196 laissent supposer la présence d’un enclos accolé à son extrémité sud.

54L’existence de bâtiments à huit poteaux porteurs doit cependant être considérée avec prudence, les quelques exemples connus, comme les bâtiments 09 et 14 de Marckolsheim, étant eux même peu assurés (GOEPFERT, 2016, p. 120).

55• La superficie des bâtiments plus trapus varie de 18 à 29 m². Le bâtiment 1200 est le seul à huit poteaux. Un plan sur six poteaux pourrait également être évoqué : le trou de poteau le plus excentré à l’est est plus réduit et n’a pas de pendant assuré. Malgré une proximité dimensionnelle avec les bâtiments 1199 et 1196, l’ensemble 1200 se rapproche davantage par sa superficie et son aspect trapu des plans de 1197 et 2098, d’autant plus si l’hypothèse d’un plan à six poteaux porteurs est retenue.

56Le plan du bâtiment 2098 est plus complexe à interpréter. L’hypothèse la plus probable consiste en un plan sur six poteaux porteurs (trois poteaux relevés au diagnostic et un seul en fouille), associé à un système de parois déportées (visible sur le flanc nord avec trois poteaux) et de cloisons/renforts internes, caractérisés par des trous de poteaux plus petits et une légère translation du plan. À Rosières-aux-Salines, site du Bronze final IIb à IIIb en Meurthe-et-Moselle, le bâtiment 40, trapu et de plan quadrangulaire sur dix poteaux, présente également deux poteaux internes et des poteaux périphériques (KOENIG, 2005, fig. 19). Une superposition de deux plans de bâtiments à six poteaux ne peut toutefois être exclue.

57• Le dernier bâtiment de cette catégorie, 2097, possède un plan à quatre poteaux de type grenier, de 3,3 m de longueur par 1,6 m de largeur. Seuls trois trous de poteau ont été retrouvés. Ils ont la particularité de présenter un dépôt volontaire de fragments céramiques.

58Les bâtiments de petites dimensions à une nef présentent deux orientations différentes : nord-ouest/sud-est (1197, 1200, 2097 et 2098) et nord-est/sud-ouest (1196 et 1199) (fig. 17).

Fig. 17. Les bâtiments de petites dimensions à une nef : essai de comparaisons (E. Rault).

59Si l’on considère le probable plan 1199 à huit poteaux porteurs, les dimensions générales des bâtiments (longueur/largeur) 1196 et 1199 sont semblables. Toutefois, l’écart entre chaque poteau diffère. Si la longueur du bâtiment 1200 est plus importante que celle des plans jumeaux de 1197 et 2098, leur longueur et le rythme des poteaux de paroi sont très proches. Ce rythme se retrouve également sur le plan de 1196, malgré une largeur réduite. Le format répété reconnu pour les bâtiments 1197, 1200 et 2098 se retrouve également dans la composition du plan de l’ensemble 1199, mais dans sa longueur. Le plan du bâtiment 2097 présente des similarités avec les formats définis par les poteaux « secondaires » du plan 2098.

60Peu de comparaisons régionales convaincantes existent pour ces bâtiments à une nef de petites dimensions. Seuls les bâtiments de Sainte-Croix-en-plaine ‘ZA communale’ (n° 9, Bronze final/Hallstatt) et Marbach Acker (Hallstatt C/D1) pour leurs dimensions générales peuvent être évoqués. Les bâtiments sur quatre poteaux tel que 2097 sont connus en Alsace pour le premier âge du Fer, à Colmar-Houssen ‘Base de Loisirs’, bât. 1 et Wolfgantzen, bât. 2 par exemple (RODÉ, 2016, fig. 22). Leur fonction de « grenier aérien » est justifiée par leur module simple, leur faible superficie et le diamètre relativement important de leurs trous de poteau (supports d’une élévation).

61Si l’existence de modules standards constitutifs des bâtiments de Weyersheim n’a pu être mise en évidence, l’intervalle entre chaque poteau semble y être régulier. Trois dimensions sont déterminées : « format standard » (2,50 m de largeur), « demi-format » (1,25 m de largeur) et « format intermédiaire » (1,70 m de largeur). La régularité de ces intervalles n’est cependant pas parfaite, tout comme celle de la géométrie de leur plan qui pourtant ne devait produire des bâtiments biscornus. L’adaptation au milieu, à l’encaissant et aux matériaux devait influer les choix techniques quant à l’implantation des poteaux porteurs. Sans émettre l’idée d’une standardisation des édifices sur ce site, nous pouvons toutefois discuter de choix techniques et architecturaux généralisés à l’échelle des deux secteurs concernant les élévations (à entraits et écarts types entre chaque poteau de travées).

62Peu d’indices nous permettent d’évoquer l’architecture des bâtiments de Weyersheim. L’environnement humide a permis la conservation de certains poteaux, en chêne, équarris et à base plane. Des traces d’outils de type hache sont encore visibles. Les poteaux d’ante des ensembles 1034 et 1198 supposent une toiture dite en pavillon (BUCHSENSCHUTZ, 2005, p. 57), tandis que les poteaux disposés en vis-à-vis sur la majorité des plans peuvent être des supports d’entraits, nécessaires à l’élaboration de la charpente mais également d’un plancher (et donc d’un étage). La question des parois déportées/rejetées ne peut difficilement être abordée qu’au travers de deux trous de poteau peu profonds périphériques observés sur deux plans de Weyersheim (1198, 1199). D’une manière générale, les trous de poteau structurels sont faiblement conservés. L’agencement interne des bâtiments ne peut de ce fait être évoqué, aucun indice ne subsistant (hormis l’hypothèse du plan 2098).

63Ces intervalles réguliers entre les poteaux se retrouvent également sur les plans de bâtiments d’autres sites dont le bâtiment 1 de Colmar-Houssen ‘Base de Loisirs’, le bâtiment 9 de Sainte-Croix-en-Plaine Holzackerfeld, ‘ZA communale’, les bâtiments 31 et 32 de Marckolsheim ‘PAIM’ (une travée sur deux) mais également dans d’autres régions comme le bâtiment 5 de Lavau Les Corvées (Aube) et le bâtiment 8 de Bouranton-la-Louvière ‘rue Henri Garnier’ (Aube), tous deux datés de la transition Bronze final/Hallstatt (DUROST et alii, 2007, fig. 4 ; ACHARD-COROMPT, 2004, fig. 2) (fig. 18).

Fig. 18. Application de modules de construction observés à Weyersheim sur des plans de bâtiments protohistoriques alsaciens et extra-régionaux (E. Rault).

3.2. Les enclos

64Plusieurs trous de poteaux ont été découverts à proximité de bâtiments sans pour autant y être directement attachés. Il est possible, pour certains d’entre eux, de les associer à des éléments de palissades, d’enclos. L’exemple le plus éloquent est observé à proximité du bâtiment 1196 (cf. fig. 10). Dix trous de poteaux/piquets, dont certains ont livré des restes de piquets en chêne, se répartissent au sud du bâtiment, espacés de 1 à 5,5 m. Certains sont alignés (st. 1095, 1097-1098, 1106-1107, 1100-1101, 1109-1112). Le plan défini, un trapèze irrégulier, semble accolé à l’extrémité sud du bâtiment. Quelques rares exemples d’enclos accolés à un bâtiment protohistorique existent en France et en Allemagne du Sud-Ouest (DUCREUX, 2007, p. 11).

65D’autres alignements de trous de poteaux ont été retrouvés à proximité du bâtiment 1034 mais aussi au sud du secteur 2. Ils pourraient également appartenir à des éléments de palissades. L’espacement trop important entre chaque structure ne permet toutefois pas d’en dessiner les limites.

3.3. Les autres structures

66Les bâtiments sont associés à d’autres structures liées à l’approvisionnement en eau, en matières premières et à l’activité de chauffe. Une partie de celles du secteur 1, dans les limites de décapages imposées, semble davantage organisée avec/autour des bâtiments, contrairement à celles du secteur 2, plus éparpillées.

3.3.1. Les points d’eau

67Des puits ou puisards n’ont été mis en évidence que dans le secteur 1. Leur détermination typologique se base sur un plan plus ou moins circulaire de diamètre variable, d’une certaine verticalité du creusement - la partie sommitale pouvant être irrégulière mais le creusement inférieur, plus stabilisé, étant régulier -, et par une profondeur proche de celle de la nappe phréatique actuelle. Un remplissage en partie hydromorphe (argiles, traces d’oxydation et indices de battement de nappe) leur est également caractéristique.

68Le point d’eau 1068, de plan ovalaire à irrégulier (environ 4 x 3 m), est conservé sur 88 cm de profondeur (fig. 19). Il est situé au nord du secteur 1, à proximité directe des bâtiments 1196, 1198, 1999 et 1200.

Fig. 19. Le point d’eau 1068 (B. Lagache, E. Rault).

69Les parois, évasées, mènent au fond plat par deux marches/pans horizontaux disposées de part et d’autres de la fosse. Seul un petit effondrement de paroi initial est observé, supposant alors une certaine stabilité du creusement et/ou une durée d’utilisation limitée. Trois phases de comblement peuvent être isolées :
- La première témoigne des dernières phases d’utilisation et de la première phase d’abandon de la fosse encore en eau à proximité d’activités humaines.
- La seconde phase est caractérisée par des argiles limoneuses brun clair à gris, incluant de rares charbons et de rares fragments céramiques. Ces argiles se sont mises en place par décantation d’une eau chargée, trouble, issue d’une crue. L’oxydation importante du sommet de cette couche signale que la fosse est restée ouverte un temps avant d’être comblée par les couches postérieures.
- La dernière phase est composée de plusieurs comblements successifs constitués d’un limon argileux brun-gris à gris foncé riche en mobilier archéologique (céramiques, faune, torchis, charbons, galets) témoignant d’une activité humaine soutenue à proximité, qu’elle soit contemporaine (activités mitoyennes, augmentation des rejets à cet endroit) ou passée (site en cours d’abandon, maximisation des rejets détritiques qui s’étalent). La dernière couche, peu conservée, pourrait témoigner d’une autre phase de crue (argile gris clair oxydée).

70Le profil en escalier se retrouve régulièrement dans l’aménagement des puits. Il est utile lors de sa construction mais peut être encore utilisé pour accéder plus facilement au point d’eau. Pour autant, dans notre cas, la faible profondeur de la structure (30 cm sous le profil en escalier), sa superficie totale (1,2 m² environ au fond et 10 à 11 m² environ en surface) et l’absence de conduit vertical - aucun fantôme de cuvelage observé dans le remplissage, aucun cuvelage en bois conservé au niveau de la nappe phréatique actuelle -, amènent à proposer l’utilisation de cet espace comme un point d’eau et non pas comme un réel puits (BAUDAIS et alii, 2015, p. 252, fig. 162). Il est intéressant de noter les similarités de cette structure avec les modèles asymétriques du type 3 de Marckolsheim dont le profil est désigné comme spécifique, pour ce site, de la fin du Bronze final et du premier âge du Fer (GOEPFERT, 2016, fig. 71, 105).

71Le puits 1160 se situe au sud du secteur 1, éloigné au minimum de 37 m des bâtiments, dans une zone humide dont la portion nord est considérée comme une « mare » (1127) (fig. 20).

Fig. 20. Le puits 1160 (J. Kraft, E. Rault).

72Il présente un plan circulaire de 1 m de diamètre pour une profondeur conservée de 1,3 m. Son fond est plat et ses parois légèrement évasées. Aucune trace de cuvelage n’a été mise en évidence. Les différentes phases de comblements sont caractérisées par des dépôts de matières organiques plus ou moins importants et l’absence de mobilier anthropique. Cette quantité de végétaux peut suggérer l’implantation de ce puits dans un espace riche en arbres et végétaux divers. La marge nord de cette zone humide (la mare 1127) présente une concentration de mobilier important (céramique principalement) contrairement à son extension plus au sud (à laquelle appartient la structure 1160). Cela laisse supposer une concentration du village dans le nord du secteur 1, avec des rejets détritiques à sa périphérie. Le puits pourrait donc être à proximité de l’habitat mais dans un espace destiné à d’autres occupations. Le rôle des deux points d’eau semble donc distinct (situation et typologie).

3.3.2. Les fosses polylobées

73Les fosses polylobées sont la résultante de creusements successifs jointifs, subcirculaires et de dimensions variables. Leur plan est alors irrégulier, formé au gré des surcreusements, tout comme leur profil et le fond marqué par de multiples cuvettes. Elles sont régulièrement considérées comme des fosses d’extraction de limon, dont l’utilité pourrait être liée à la construction des parois de bâtiments en torchis.

74Une seule structure du secteur 1 répond pleinement à ces critères, la st. 1064. De grandes dimensions (7 x 3,5 m), elle se trouve dans le nord de la zone. Elle est située à proximité directe du puits 1068 et des bâtiments 1197, 1198 et 1999. L’étude du comblement de cette fosse et de la répartition des rejets détritiques (céramiques, faune, torchis, travail de la corne, bracelets en lignite) permet d’émettre quelques réflexions. La fonction de fosse d’extraction semble avoir été interrompue ou du moins scellée par une couche d’argile limoneuse obtenue par un phénomène de décantation observé à plusieurs endroits du site, et probablement due à une crue de la Zorn.

75L’exploitation abandonnée, la structure devient alors une fosse-dépotoir dont la plus grande phase de rejets regroupe certains types d’artefacts particuliers comme du petit mobilier et du torchis. Cette concentration de rejets anthropiques signale une activité humaine dense à proximité (artisanat, domestique). Ces rejets proviennent principalement du flanc sud-est de la fosse. Cependant, certains objets (bracelets en lignite, fusaïole, bracelet en céramique, torchis, bois de cerf et chevilles osseuses travaillés) ont été plus particulièrement découverts au nord de la structure. Devons-nous y voir une différentiation de l’espace et des activités sur le site, impactant le type et la spatialisation des rejets, avec une zone sud plus domestique du côté des bâtiments 1198 et 1199 et une zone nord plus caractérisée par une activité artisanale ? Ceci reste évidemment une simple hypothèse. Le comblement de la fosse 1064, très charbonneux, signale également l’existence de structure à combustion en activité à proximité.

76Cinq anomalies anthropiques ont été repérées et relevées à l’est du secteur 1, en limite de prescription (st. 1122-1124 et 1128-1129). Incluses dans une argile limoneuse gris oxydé, elles étaient caractérisées par un profil en cuvette au comblement charbonneux comprenant du mobilier céramique, de la faune et des nodules d’argile cuite. Il s’avère, après relecture des données de terrain, que cette argile limoneuse, reconnue dans un premier temps comme l’encaissant, correspond à des dépôts de décantation caractéristiques de crues. Ce phénomène, déjà abordé, a ici comblé le fond d’une grande structure au profil irrégulier. Il pourrait s’agir d’une grande fosse polylobée de type fosse d’extraction. L’absence de couche d’abandon au fond de cette structure indiquerait qu’elle était encore en exploitation avant la phase de crue. Ces limons de débordement scellant le fond de la fosse et limitant toute excavation postérieure, les anomalies observées correspondraient alors aux premiers rejets domestiques, marqueurs de l’abandon de son exploitation. Les dépôts de plaine d’inondation, plastiques, semblent avoir « moulé » le fond de la fosse, marquant chaque excavation. Le plan circulaire à ovalaire et le profil en cuvette des anomalies renverraient alors à différents lobes de la fosse.

77L’extension d’une vaste fosse polylobée du secteur 2 a également été difficilement reconnaissable sur le terrain pour les mêmes raisons que la fosse précédente. En effet, des dépôts argileux liés à un phénomène de décantation mise en place suite à une/des crue(s), couvrent également ici le fond des lobes. L’identification de chaque structure a été initialement faite d’après les limites du comblement anthropique postérieur à ces dépôts, correspondant à une phase d’abandon de cette fosse. Plusieurs lobes y appartiennent (2072, 2088, 2092-2094). L’étude fine des comblements et des rejets a permis d’émettre des hypothèses quant à la mise en place puis à l’abandon de cette structure. Sept phases ont été mises en évidence (fig. 21).

Fig. 21. La fosse polylobée du secteur 2 : les sept étapes proposées, du creusement au dernier comblement observables (E. Rault).

78La première implique un creusement initial englobant les lobes 2072, 2092, 2093 et 2094. La fosse est restée ouverte un certain temps, suffisant pour voir l’apparition d’oxydation sur le fond. La seconde étape implique son comblement par des dépôts argilo-limoneux sableux gris clair provenant d’une phase de décantation liée à une probable crue du chenal voisin. La troisième phase correspond à une reprise de l’activité d’extraction, au travers du recreusement de la fosse au niveau des lobes 2092 et 2094 mais également par le creusement du lobe 2088. La quatrième étape se définit par le comblement de la fosse polylobée agrandie du lobe 2088 par un dépôt argilo-limoneux sableux gris foncé très oxydé issu d’une nouvelle crue. La fonction initiale de la structure est alors abandonnée. Cette vaste fosse polylobée devient alors le lieu privilégié de rejets domestiques et de vidanges de foyer d’une occupation proche. Au moins deux phases de rejets ont été identifiées. La première est riche en torchis, la seconde correspond à un niveau plus ou moins chargé en charbons et en mobilier céramique. La sixième phase consiste en un dernier apport de sédiments liés à une crue. La dernière étape correspond à de nouveaux rejets domestiques, uniquement observés au niveau du lobe 2092.

79Il ne s’agit ici que d’une proposition qui prend en compte les grands phénomènes observés. La complexité des dynamiques de comblement, la difficulté à connaître le nombre de crues et à évaluer l’intervalle de temps entre chaque étape restent des éléments complexes à appréhender.

80D’autres fosses ont été observées dans les deux secteurs (grandes fosses ovalaires, longilignes, en « L »). Elles présentent toutes une phase de comblement anthropique. Leur profil ne permet toutefois pas de leur proposer une fonction pertinente.

3.3.3. Les fosses de chauffe

81Les fosses de chauffe concernent des structures présentant des traces de combustion(s), que cela soit la rubéfaction des parois ou un dépôt initial très riche en charbons. Deux types sont observés sur le site : un four/foyer couvert et des fosses quadrangulaires charbonneuses.

82La structure 1019 se situe à proximité immédiate du bâtiment 1034, plus précisément au nord de sa probable entrée. Elle présente un plan quadrangulaire aux angles arrondis (1,4 x 1,1 m) et n’est conservée que sur 30 cm. Son fond est plat et les parois sont verticales à légèrement évasées (fig. 22).

Fig. 22. La structure 1019 (M. Chosson, E. Rault).

83Le comblement de cette fosse se compose d’un petit lit de charbons sur l’extrémité ouest, puis de nodules d’argile rubéfiée plus ou moins agglomérés. Un niveau semblant mêler de fins nodules d’argile rubéfiée à une matrice argilo-limoneuse recouvre l’ensemble. Le comblement final est constitué d’une argile limoneuse gris foncé incluant quelques charbons.

84Les parois présentent des traces de rubéfaction, de manière plus marquée dans la moitié est de la fosse, ce qui permet d’identifier cette fosse comme une structure de combustion, foyer ou four. La présence d’une quantité importante de nodules d’argile cuite ne semblant pas provenir de rejets domestiques suppose l’effondrement d’une superstructure en argile. L’hypothèse qu’il s’agisse d’un four ou d’un foyer couvert est donc ici proposée. Sa vocation culinaire ou artisanale est difficile à déterminer. Toutefois, aucune battiture ni aucun raté de cuisson céramique n’ont été mis en évidence sur le site.

85D’autres structures, au nombre de douze, présentent un plan quadrangulaire plus ou moins régulier aux angles arrondis (fig. 23). Elles sont réparties équitablement sur les deux secteurs. Difficile à identifier dans leur comblement supérieur, elles ne sont souvent mises en évidence qu’au niveau de leur dépôt initial charbonneux.

Fig. 23. Exemple de fosses charbonneuses (M. Chosson, J. Kraft, G. Pavicich, E. Rault).

86Le fond est relativement plat et les parois sont verticales à évasées. Le comblement initial se compose exclusivement de charbons ou d’une argile/argile limoneuse très riche en charbons. Certaines structures présentent des traces de rubéfaction de parois (st. 1042, 2103, 2118). Trois modules semble exister : les petits foyers (d’1 m maximum de longueur sur maximum 0,6 m de largeur : st. 1060, 2101, 2117-2118, 2124), les foyers moyens (d’une longueur et une largeur comprises entre 1-1,75 m et 0,6-1 m : st. 1066, 2033, 2059) et les foyers de plus grandes dimensions (de 2 m de longueur minimum sur 0,85 m de largeur minimum) uniquement présents dans le secteur 1 (st. 1038, 1039, 1042, 1121, 1142).

87L’accumulation parfois importante de charbons sur le fond des fosses (sans mobilier quelconque), les traces de rubéfaction ainsi que les indices d’entretien (curages et recharges ; st. 2033) permettent de confirmer qu’il s’agit bien ici de structures foyères en fosse. L’hypothèse de structures calorifères (destinées à accueillir des braises), pour celles qui ne présentent aucune trace de rubéfaction, ne peut pas être exclue. Pour autant, l’absence de rubéfaction peut s’expliquer par différentes modalités de sa mise en place (nature de l’encaissant, humidité, température et durée de chauffe) et par les possibles altérations de celle-ci (curage, inondation, phénomènes post-dépositionnels). La similarité des structures plaident de plus dans le sens de structures foyères pour l’ensemble de ces fosses charbonneuses.

88Ces fosses semblent avoir subi des chauffes à températures faibles à moyennes, propice à la formation de charbons (combustion non aboutie), ou des chauffes étouffées volontairement et rapidement ou bien encore des cuissons longues et faiblement oxygénées.

89La nature des cuissons réalisées dans ces foyers reste difficile à déterminer. Elles pourraient être à vocation culinaire (rôtissage, grill, cuisson dans les braises), le foyer en fosse étant alors utile pour concentrer la chaleur et permettre de récupérer la chaleur rémanente des parois. L’hypothèse de structures liées au séchage/fumage peut également être évoquée (alimentaire, artisanal). Les différents modules observés pourraient d’ailleurs être liés à des fonctions ou des besoins différents (information P. Hart).

90Dans le secteur 1, certaines structures de chauffe sont organisées en cercle dans un espace privilégié, entre les bâtiments 1034 et 1196. Il s’agit de fosses charbonneuses. Leur situation en dehors des bâtiments, leur nombre et les dimensions relativement importantes de certaines d’entre elles laissent penser à un usage collectif de ces structures, ce qui impose nécessairement une organisation de l’espace de vie pour la circulation liée à l’apport en bois et leur usage (GASCO, 2002).

3.4. Hypothèse d’organisation en unité d’habitation

  • 2 Les bâtiments n’ayant pu être datés individuellement – hormis le bâtiment 1034, daté par dendrochro (...)

91Six des huit bâtiments du site ont été découverts en secteur 12. À travers l’analyse de leur orientation, il est possible de définir deux ensembles regroupant chacun trois bâtiments (fig. 24).

Fig. 24. Organisation spatiale des bâtiments du secteur 1 en deux groupes (F. Basoge, E. Rault).

92Chaque groupe est constitué d’un bâtiment de moyennes dimensions à une nef (1034 et 1198) orienté nord-ouest/sud-est, d’un bâtiment de petites dimensions à huit poteaux (1196, 1199) orienté nord-est/sud-ouest et d’un bâtiment de petites dimensions à huit (1200) ou six poteaux (1197) orienté nord-ouest/sud-est. La notion d’unité d’habitation semble pouvoir s’appliquer sur ce site, caractérisée par une standardisation des éléments qui la compose (nombre de bâtiments, leur type et leur orientation). Chaque bâtiment aurait alors un rôle, une fonction bien précise, qui mérite d’être répétée dans chaque unité : habitation et bâtiments domestiques annexes (grange/stabulation/activités artisanales). Aucune étude physico-chimique n’ayant pu être effectuée, nous devons toutefois rester prudents quant à la qualification de ces constructions.

93La première unité, en bleu, comprend les bâtiments 1034, 1196 et 1197, intégrés à un quadrillage orienté nord-est (28°)/sud-ouest et nord-ouest/sud-ouest (118°). Elle présente une disposition lâche de ces ensembles. L’existence d’un probable enclos accolé au bâtiment 1196 va d’ailleurs en ce sens.

94La seconde unité d’habitation, en vert, comprend les bâtiments 1098, 1199 et 1200, intégrés à un quadrillage orienté nord-nord-est (11°)/sud-sud-ouest et nord-ouest-ouest/sud-est-est (103°). Ils sont regroupés dans un espace restreint (450 m² environ) limité au nord-ouest par la présence d’une large fosse polylobée (st. 1063) et d’un puits (st. 1068). Une certaine contrainte, ou du moins une certaine règle, semble avoir guidé la mise en place de cette unité. Il est possible que cette fosse d’extraction ait servi à la construction des bâtiments de la première unité, expliquant la contrainte physique de l’implantation de l’unité 2 au nord-ouest. Rien n’indique toutefois que cette fosse n’ait pu de nouveau être exploitée pour la réalisation des autres bâtiments. La périphérie sud de cet ensemble est néanmoins libre de structures apparentes. Aucune hypothèse ne peut être évoquée pour la limite est, située hors prescription.

95L’organisation différente de ces deux unités, lâche ou contrainte, peut laisser supposer deux phases dans l’établissement de cette occupation domestique : l’unité 1 s’organise sur un terrain libre, sans contraintes apparentes (bâtiments distants de 27 à 40 m les uns des autres), l’unité 2 s’installe sur un espace resté libre mais restreint après la mise en place de l’unité 1 (7 à 15 m de distance entre les bâtiments). Pour autant, aucun recoupement de structures n’est observé. La seconde unité semble donc s’implanter alors que les bâtiments et les structures associées à l’unité 1 sont encore connus, visibles dans le paysage. Le mobilier archéologique découvert dans les rejets domestiques des structures de ce secteur est très homogène (Ha C2/D1) et suppose une occupation des deux unités limitée à la durée de cette phase (75 à 50 ans).

96Il paraît alors probable que ces deux unités aient été concomitantes, avec un décalage dans le temps de l’installation de l’unité 2 qu’il est difficile d’évaluer. Il est impossible d’exclure totalement l’hypothèse de deux unités successives. Néanmoins, l’absence de recoupements, les aires d’activités pouvant être collectives (espace de chauffe), la non-exploitation des espaces dévoués à la première installation pour les bâtiments de l’unité 2, et la reprise du schéma de bâtiments-types supposent davantage une cohabitation des ensembles.

97Il est difficile de réfléchir à la notion d’unité d’habitation pour le secteur 2 au travers de deux bâtiments seulement, situés en limite de prescription. Quelques hypothèses peuvent toutefois être avancées. Il s’agit ici d’une structure de stockage supposée (2097) située à proximité directe d’un bâtiment annexe dont la fonction reste inconnue (2098). Ces deux bâtiments semblent fonctionner ensemble et sont situés à l’écart des autres structures de type fosse d’extraction et fosse de combustion. Un espace vide de toutes structures archéologiques est observé autour d’eux, limité par des trous de poteau. Il pourrait s’agir de zones de circulation ou de surfaces utiles à vocation agro-pastorale, notamment autour des bâtiments (enclos). L’extrémité ouest du secteur 2 est également moins dense, voire vide de structures. La présence de plusieurs fosses d’extraction dont une grande polylobée aux rejets domestiques importants, dans la moitié ouest, permet d’évoquer l’existence de bâtiments supplémentaires à proximité. Il est possible que la zone vierge à l’ouest matérialise l’emplacement d’un bâtiment non observé lors de la fouille car mal conservé ou établi sur des sablières basses par exemple. Dans cette zone, une aire damée, consistant en un fin niveau caillouteux d’une surface ovalaire d’environ 60 m², peut, comme les espaces vides, signaler l’existence d’espaces de vie (bâtiments, aire de travail, aménagement de berges) peu perceptibles.

98Cette organisation diffère quelque peu de l’environnement plus dense et groupé des unités d’habitation du secteur 1, même si, au vu des structures présentes en limite sud du secteur 1 et nord du secteur 2, aucune rupture de l’occupation ne semble exister entre ces deux secteurs.

99L’organisation spatiale des habitats hallstattiens est difficile à appréhender. La fouille de Marckolsheim ‘PAIM’ a cependant permis d’émettre certaines propositions de distributions des structures, notamment pour la période qui nous concerne. Le modèle proposé avec prudence associerait deux bâtiments à des fosses à galets chauffés et à un groupe de puits (GOEPFERT, 2016, p. 333). Si l’organisation en deux unités d’habitation semblable mais distincte peut être évoquée dans le secteur 1 de Weyersheim, l’association stricte d’un point d’eau et de structures de chauffe à chaque unité n’est pas aussi évidente.

4. Le mobilier issu des rejets détritiques de l’occupation domestique

4.1. Le mobilier céramique

  • 3 Remerciements à Marieke Van Es et Pauline Hart pour leur aide précieuse sur la datation du mobilier (...)

100Le mobilier céramique découvert en position de rejet dans les structures des deux secteurs du site semble homogène typo-chronologiquement. Il se compose de 8 294 tessons, pour 689 NMI définis d’après le nombre de bords, et une masse de 97 kg environ. La typologie employée correspond à celle développée par l’UMR 7044 (ADAM et alii, 2011)3.

101L’ensemble est marqué par une proportion importante de formes basses (environ 83 % des formes reconnues), notamment de la forme 1100A profonde (coupes et coupelles hémisphériques ; fig. 25).

Fig. 25. Occurrences des formes céramiques (E. Rault).

102Peu de formes basses au profil rectiligne sont observées. Héritée du Bronze final, la forme 1300 (coupe à bord/marli) est encore présente dans notre corpus. Les marlis, relativement courts, peuvent être décorés d’incisions. La forme 2100A (coupes et coupelles à la partie supérieure de la panse verticale ; fig. 26, n° 4) tend à être représentée dans les mêmes proportions que la 2100B (jatte à la partie supérieure de la panse rentrante ; fig. 26, n° 8).

Fig. 26. Planche synthétique de formes basses (formes 1100, 1300, 2100, 2200) (E. Rault).

103Les jattes à panse carénée et à partie supérieure rentrante sont quant à elle rares (forme 2100C). Ces formes, comme les formes 1100 peuvent être décorées de graphite et d’incisions. La sinuosité des profils, déjà sensible dans certains vases de la forme 2100, est mise en évidence avec le développement des profils de type 2200A (coupe au profil sinueux, à panse plus ou moins carénée ; fig. 26, n° 13). La sinuosité observée est toutefois peu prononcée. Les pots de la forme 2300 existent, mais sont peu représentés dans notre corpus (pots globulaires au bord oblique). Les formes hautes sont quasi exclusivement représentées par le type 6200 (jarre à panse ovoïde à bitronconique). Quelques vases à (proto-)col en quille ont pu également être observés (forme 7000 ; fig. 26 et 27).

Fig. 27. Planche synthétique de formes fermées basses (forme 2300) et hautes (formes 6100, 6220, 7000), des vases accessoires (couvercles (pâte particulière, orientation), micro-vases et vases miniatures, faisselles) et de décors (E. Rault).

104Les décors incisés (lignes ou motifs géométriques ; environ 12,5 % des occurrences décoratives) et le graphite (aplats ou motifs géométriques ; environ 17 % des occurrences décoratives) sont principalement retrouvés sur la panse interne ou externe des formes basses, les impressions digitées (16 % des occ.) et les cordons (31 % des occ. env.) étant privilégiés pour les formes hautes. Quelques témoins de décors complexes (de type Alb-Hegau ; un exemplaire), de peinture rouge (2 % des occ. env.) et d’impressions spécifiques à l’outil (triangulaires couvrantes, ocelles, circulaires ; 7 % des occ. env.) enrichissent le panel décoratif de notre corpus. L’absence de polychromie, d’excisions et d’incisions au peigne est à relever.

  • 4 Eckbolsheim ‘Parc d’activités’ (Bas-Rhin), Entzheim-Geispolsheim ‘Lotissement d’activités du quadra (...)

105Afin de mieux caractériser l’ensemble, il a été comparé à d’autres corpus céramiques hallstattiens retrouvés en Alsace. Au vu de leur grand nombre et de la particularité du mobilier céramique funéraire, les contextes domestiques ont été privilégiés. Les sites choisis proviennent essentiellement du bilan typochronologique établi dans le cadre du projet sur la céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine par l’UMR 7044 (ADAM et alii, 2011) auxquels s’ajoutent des sites découverts anciennement (Gundolsheim ; BONNET, JEHL, 1960) et d’autres récemment fouillés issus de l’archéologie préventive4.

106Le mobilier céramique de Weyersheim se rapproche de ceux d’Eckbolsheim ‘Parc d’activités’ (daté du Ha C2), Colmar-Houssen ‘Gravière Hoell’ (daté du Ha C tardif), Furdenheim Gruen, ‘Complexe judo-basket’ (daté du « Ha C avancé-Ha D1 »), Gougenheim Steinbrunnen, ‘LGV-EE, 9.2’ (st. 1064-1074 ; daté du Ha C2/D1), Schweighouse Thann Kleinfeld-Grunacker (st. 47 ; Ha C-D1) et de la structure 518 de Meistratzheim ‘Station d’épuration’ (« Horizon ancien de la phase Ha C/D1 »). Malgré des particularités propres à chaque site, les ensembles présentent les mêmes caractéristiques typologiques générales. Même si la faiblesse décorative de notre corpus est à relever, nous y retrouvons toutefois les mêmes techniques et des motifs similaires.

107Les corpus Hallstatt C de Lingolsheim ‘Les Sablières modernes’, de Gougenheim Gingsheimerfeld, ‘LGV-EE, 9.2’, Gougenheim Steinbrunnen, ‘LGV-EE, 9.2’ (st. 1065 ; Ha C2/D1), de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et de Gundolsheim sont similaires à celui de Weyersheim. Cependant, ils présentent encore de nombreuses caractéristiques anciennes, telles que des formes basses au profil rectiligne (1100 et 1300), des formes hautes au profil en « bulbe d’oignon » ou des gradins/degrés internes aux formes 1100/1300.

108Une plus forte sinuosité des profils, les couvercles en nombre et l’absence de certaines formes (par ex. 1300) permettent de proposer une postériorité relative des ensembles d’Entzheim-Geispolsheim ‘Lotissement d’activités du quadrant 4’ (Ha C-D1), de Gougenheim Steinbrunnen, ‘LGV-EE, 9 .2’ (st. 1062 ; Ha D1) et de Meistratzheim Foegel (Ha D1), malgré un corpus semblable à celui de Weyersheim.

109Le mobilier céramique de Weyersheim semble bien s’intégrer aux ensembles régionaux du Hallstatt C, plus particulièrement de sa phase récente. Quelques éléments renvoient toutefois à des critères du Ha D1 (frise d’impressions circulaires sur la panse, absence de polychromie, bord peu prononcé de certains pots, pots ovoïdes), sans pour autant les satisfaire complètement. Il diffère des ensembles régionaux principalement sur deux points : la qualité de la céramique et les décors.

110En Alsace, les ensembles du Hallstatt C sont très liés aux productions du Pays de Bade (MAISE, 2001). Des similitudes existent également avec le mobilier du nord du Wurtemberg, la Hesse du sud et le nord-ouest de la Suisse, avec toutefois des particularités locales plus prononcées (hauteurs des cols, des bords, profil de la panse) (ADAM et alii, 2011, p. 103 ; LÜSCHER, 1993). À Weyersheim, deux décors particuliers témoignent d’influences extérieures : les cannelures et les impressions circulaires organisées en un quadrillage couvrant irrégulier sur la panse (fig. 27, nos 7 et 25). Si les cannelures horizontales et verticales composent/organisent les décors de type Alb-Hegau, principalement au Ha D1, leur nature (en arceau, lignes obliques parallèles) permet ici de proposer des comparaisons avec des ensembles bourguignons (LABEAUNE, 2009) ou de tradition HEK (Hunsrück-Eifel-Kultur, Rhénanie-Palatinat) avec une datation du Ha D1 (SCHNEIDER, 2012, pl. 45, nos 47-48). L’organisation des impressions circulaires en quadrillage se retrouve également sur des formes basses et hautes de cette culture, mais elle appartient ici encore à une phase récente (HEK IIA ; HAFFNER, 1976, pl. 32.11, 109.16).

111Si la majorité des vases sont réalisés en pâte grossière, à dégraissant chamotté ou minéral, il semble qu’ils soient principalement réalisés en pâte fine ou semi fine dans la plupart des sites de comparaisons. Cette remarque va de pair avec la qualité et le nombre de décors observés. En effet, le corpus de Weyersheim est moins décoré que ses homologues alsaciens et extra-régionaux (seuls 20,3 % des vases ou lots de tessons indéterminés sont décorés). Si les techniques employées sont tout aussi variées, l’absence de polychromie, le peu d’aplats de peinture rouge observés, la pauvreté des motifs graphités ainsi que les rares programmes décoratifs complexes observés (incisions-impressions-graphite) semblent spécifiques à Weyersheim. Il faut d’ailleurs signaler que la plupart des décors sont rarement couvrants, se limitant au bord ou à la jonction col-bord/panse.

112L’explication de ces différences de qualité matérielle et décorative est encore difficile à interpréter. Les raisons peuvent être variées : décalage typochronologique, faciès culturels, type de structures ayant livré ces ensembles, et indirectement, du statut du site et/ou de sa position géographique dans les réseaux d’échanges. Certains sites du Hallstatt D1 sont encore très décorés (Riedisheim ‘Glaisière Hartmann’ par exemple ; GOEPFERT, 2005). La fréquence et la qualité des décors ne sont donc pas des éléments datants suffisants. La singularité du matériel de Weyersheim ne permet pas pour l’instant de réfléchir à un faciès culturel, en attente de la découverte d’autres sites semblables. Elle pourrait se justifier par une caractéristique particulière du site, à vocation saisonnière, ou par le caractère modeste de l’occupation limitée à une batterie de cuisine et de consommation restreinte.

113Au vu des comparaisons, il semble que peu d’éléments caractéristiques du Bronze final soient observés à Weyersheim (décors de triangles hachurés incisés, tasse). Des profils (formes 1300A, 2100, 6200, 7000) et des décors particuliers (décors de bandes graphitées, type Alb-Hegau, impressions triangulaires à renflement central) permettent de dater notre corpus du Hallstatt C. La faible représentation de certaines formes typologiques au profit d’autres (formes 2100A et B), l’apparition de nouveaux types (forme 2100C) et la sinuosité, encore limitée, du profil des formes basses (dont la forme 2200), rapproche l’ensemble céramique de Weyersheim d’ensembles datés du Hallstatt C2. Toutefois, l’existence de rares critères décoratifs et morphologiques plus récents et des comparaisons décoratives effectuées uniquement avec des productions extrarégionales du Ha D1, nous amènent à proposer une datation du corpus à la transition du Ha C2/D1 (l’impact restreint de l’occupation sur le site ne présumant pas une occupation longue). La date obtenue sur l’un des poteaux conservés du secteur 1 permet un calage chronologique de cet ensemble du Hallstatt C2/D1 autour de 665 ± 10 ans

4.2. Autres mobiliers

114Plusieurs objets en terre cuite ont été découverts dans les corpus des secteurs 1 et 2. Ils sont variés et témoignent d’activités domestiques et artisanales autour du textile et de l’apparat (fig. 28).

115Un peson, incomplet, est de type pyramidal et décoré d’une croix incisée sur sa partie supérieure (fig. 28, n° 11).

Fig. 28. Le mobilier en terre cuite (E. Rault).

116Un total de treize fusaïoles a été retrouvé, principalement dans les comblements des fosses polylobées (fig. 29, nos 1-10). Leur morphologie est variée. La majorité des fusaïoles est décorée, principalement sur leur épaississement central, de cannelures obliques, d’impressions circulaires et d’incisions obliques et verticales. Le module de ces objets ne semble pas standardisé. Toutefois, quelques régularités dans les dimensions sont perceptibles, notamment celles de la perforation, en grande partie comprise entre 4 et 5 mm de diamètre.

117La moitié d’une bobine non décorée et un fragment de bracelet en céramique de section en D sont également attestés (fig. 28, n° 12). Un probable moule, présentant une face plane et une face concave ainsi que deux taquets (proéminences rectangulaires) de part et d’autre de cet objet, provient d’une des fosses polylobées (fig. 28, n° 13). Sa surface est très altérée. Aucune trace de métal n’y a été observée. S’il s’agit bien d’un moule, l’objet associé reste indéterminé. Des objets en terre cuite similaires, avec une face convexe ou aplatie et une face concave, ont été retrouvés sur le site d’Entzheim-Geispolsheim ‘Lotissement d’activités du quadrant 4’, daté du Hallstatt C-D1. Ils correspondraient à des fragments de moules assemblés, technique associant plusieurs parties de moules maintenues par une couche externe argileuse (LANDOLT, 2013, p. 146). Déjà présente à l’âge du Bronze final, cette technique perdure au moins jusqu’à La Tène ancienne et moyenne (Aiguillon Chastel, Lot-et-Garonne ; DUMAS, 2013). En Alsace, des fragments en terre cuite découverts à Rosheim Leimen (Ha C-D1) pourraient également y correspondre (LEFRANC, BOËS, 2006).

Fig. 29. Les bracelets en roche noire (E. Rault).

118Des bracelets en roches noires ont été découverts sur le site (fig. 29). Ils sont tous incomplets et retrouvés dans les rejets détritiques d’une seule fosse polylobée du secteur 1 (st. 1064). Fréquemment découverts sur les sites du premier âge du Fer alsaciens, le nombre de bracelets mis au jour habituellement reste toutefois restreint à deux ou trois exemplaires par site. La découverte de dix-huit bracelets à Weyersheim est donc exceptionnelle, au même titre que les vingt et un exemplaires découverts sur le site d’habitat Ha C-D1 d’Entzheim-Geispolsheim ‘Lotissement d’activité du quadrant 4’ (LANDOLT et alii, 2013, p. 118-120), d’autant plus quand la grande majorité des découvertes sur le territoire alsacien concerne le domaine funéraire du Hallstatt final. Nous sommes toutefois encore loin des cinquante bracelets retrouvés sur le site d’Eckbolsheim ‘Parc d’activités’ (Ha C2 ; BARON, 2011, p. 349).

119Deux types sont reconnus parmi notre ensemble de bracelets. La majorité est de forme « fine » (en anneau), type présent dès le Bronze final, plus particulièrement en contexte domestique. Un bracelet, incomplet, correspondrait davantage au type large (en brassard/rond de serviette) défini par A. Baron (BARON, 2011, p. 349). Ce dernier type semble plus particulièrement présent au Hallstatt D1 dans les ensembles funéraires. En l’absence d’examens approfondis, il est difficile de déterminer la provenance exacte des bracelets de Weyersheim. Toutefois les dernières découvertes effectuées dans la région pour le Hallstatt permettent de premières réflexions sur ces questions d’approvisionnement (ibid., p. 354). Certains bracelets d’Eckbolsheim ‘Parc d’activités’ proviennent d’un gisement situé dans le sud de l’Allemagne, entre Holzmaden et Dotternhausen, soulignant alors l’existence de réseaux d’échanges à longues distances (ibid., p. 354). Dans la vallée du Rhin supérieur, des sites de production/ transformation de la roche noire ont également pu être mis en évidence, à Illfurth Britzgyberg dans le Haut-Rhin et en Allemagne à la Heuneburg et à Ihringen (ibid., p. 355).

120Les structures datées du Hallstatt ancien ont livré sept outils sur galet : deux outils de percussion (pilons), un éclat de galet retouché et quatre galets de petit module dont trois présentent des surfaces facettées, ces petits outils entrant probablement dans la chaîne opératoire de fabrication de la céramique, notamment pour le lissage de la surface. Quant à l’outillage de mouture, il se résume à un fragment en grès (micro-conglomérat).

5. Activités économiques et agro-pastorales

5.1. Rejets alimentaires et activité d’artisanat de la corne et du bois animal

121Le spectre de faune démontre, avec huit espèces en présence, une diversité spécifique moyenne pour une collection de cette taille (492 restes déterminés pour un plus de 7 kg). L’assemblage est fortement dominé par les espèces domestiques, qui regroupent plus de 96 % des restes déterminés (bœuf, porc, capriné, cheval, chien) ; la faune sauvage est représentée par le cerf et le blaireau. L’absence relative de restes d’oiseaux et de poissons dans l’assemblage est à relever.

122L’assemblage semble pour sa très grande majorité constitué de rejets de préparation et de consommation alimentaires et ne présente en ce sens pas de particularités notables. Ni les espèces exploitées, ni les modes de préparation détectés par l’étude des traces de découpe ne diffèrent sensiblement de ce qui est généralement observé à la Protohistoire (GOUDEMEZ, 2018 ; MÉNIEL, 2001) (fig. 30).

Fig. 30. Proportions relatives des espèces exploitées sur neuf sites alsaciens datés du Bronze final et du Hallstatt C, et comparaison avec les données de Weyersheim (d’après CROUTSCH, 2016 ; HAMM et alii, 1992 ; LACK et alii, 1991 ; LAMBACH et alii, 1985 ; LASSERRE et alii, 2001 ; MÉNIEL, 1994 ; PUTELAT, 2015) (O. Putelat).

123La comparaison des résultats de la détermination spécifique d’une dizaine de sites alsaciens datés du Bronze final au Hallstatt C montre une assez grande variété des préférences locales parmi les espèces de la triade domestique, entre assemblages nettement dominés par le boeuf (Furdenheim Gruen, ‘Complexe judo-basket’), assemblages dominés par le porc (Rosheim Bischenabwand, Hallstatt C), et exploitation équilibrée des trois taxons (Rosheim Bischenabwand, Bronze final). Au sein de cette diversité, l’assemblage de Weyersheim montre une position médiane ; tout au plus peut-on noter une part du porc dans le régime alimentaire un peu inférieure à la moyenne (24 % à Weyersheim versus 34 % en moyenne), caractérisée par une consommation de porcs un peu plus âgés qu’en général et une quasi-absence des membres postérieurs, qui sont parmi les meilleurs morceaux de l’animal. Il semble donc qu’à Weyersheim, on ait mangé un peu moins de porc qu’ailleurs et du porc de moins bonne qualité. Cette viande étant souvent associée à un statut social élevé, il est possible que ce soit le signe d’un statut modeste des consommateurs.

124La part occupée par les autres espèces domestiques, comme celle des espèces sauvages chassées, ne diffère pas significativement des autres sites régionaux contemporains.

125Une petite partie des restes de Weyersheim traduit néanmoins la présence d’activités non-alimentaires sur le site. Le nombre de chevilles osseuses et de bois de cerf portant des traces de découpe est élevé dans l’assemblage, et traduit une activité de production d’objets en corne et en bois animal sur le site. Toutes les espèces étaient exploitées à ces fins : on note en effet la présence de cinq restes de bois de cerf, deux chevilles osseuses de chèvre, trois chevilles osseuses de mouton et quatre chevilles osseuses de bovin. Sur ces quatorze éléments, au moins huit portent des stigmates indiscutables de prélèvement de matière dure animale.

126Le matériau était exploité à l’aide d’une variété d’outils dont on peut observer les stigmates sur le mobilier : incisions au couteau, section au couperet ou à la hache, et sciage à la scie (fig. 31 et 32).

Fig. 31. Cheville osseuse fragmentée de bovin montrant des incisions au couteau (flèches rouges) (A. Binois-Roman).

Fig. 32. Restes présentant des traces de scie : A. cheville osseuse d’ovin ; B et C. chevilles osseuses de caprin ; D à F. fragments de bois de cerf ; G. détail de C. ; H. détail de D (A. Binois-Roman).

127Ce sont ces dernières qui dominent sur l’échantillon, avec six restes nettement sciés. Si ces traces de scie ne sont pas les plus anciennes observées dans la région (sur du bois de cerf au Bronze final à Leutenheim Hexenberg ; LASSERRE et alii, 2011), il reste relativement inhabituel de constater l’usage de la scie sur de l’os avant le second âge du Fer (G. Auxiette, comm pers.). Sa présence ici, associée à la part relativement élevée des restes « artisanaux » dans la collection (7,5 % des restes déterminés), pourraient traduire la présence d’une petite activité spécialisée de travail de la corne et du bois à Weyersheim.

5.2. Exploitation du terroir

128Dans le cadre de cette étude, une seule fosse a été documentée en vue d’une analyse de macro-restes (fosse ovalaire 1005, à proximité directe du bâtiment 1034). Le volume de sédiment prélevé est de 10,5 litres. Au total 262 carpo-restes ont été isolés et comptés sur la moitié des refus de tamis des diverses mailles de la flottation et du tamisage à l’eau. Plus d’une trentaine de taxons botaniques ont été identifiés (fig. 33). Le spectre végétal se compose de 72 % de céréales, de 25 % de plantes sauvages, de 2 % de légumineuses et d’1 % de fruits sauvages.

Fig. 33. Macro-restes végétaux carbonisés (E. Bonnaire). Abréviations : cf. = confere, détermination incertaine ; sp. = species, espèce ; subsp. = subspecies, sous-espèce ; var. = variété ; agg. = aggregatio ; M.O.A. = Matière Organique Amorphe ; T.P. = Trou de poteau.

129Les céréales dominent donc l’assemblage. Pour un peu plus de la moitié, il s’agit de grains (= caryopses) et le restant concerne des vannes (bases de glume, bases d’épillet et segments de rachis).

130Il s’agit principalement d’épeautre (Triticum spelta) et du millet commun (Panicum miliaceum). L’orge nue (Hordeum vulgare var. nudum) et l’orge polystique vêtue (Hordeum vulgare fo. Vulgare) sont toutes deux également repérées. Deux blés vêtus sont remarqués : l’amidonnier (Triticum dicoccum) et l’engrain (Triticum monococcum). Des mentions uniques de blé nu (Triticum aestivum/durum/turgidum), de seigle (Secale cereale) et d’avoine (Avena sp.) sont enregistrées. Leur occurrence paraît anecdotique.

131Parmi les plantes sauvages, les graines de morelle noire (Solanum nigrum) sont les plus présentes. Des graminées sauvages l’accompagnent. Si certaines ne peuvent être déterminées à cause de leur conservation, d’autres semblent pouvoir être identifiées comme du brome seigle (Bromus cf. secalinus), de la fétuque ou de l’ivraie (Festuca sp./Lolium sp.) et de l’ivraie enivrante (Lolium temulentum).

132Les plantes sauvages se développent dans divers milieux écologiques (BOURNÉRIAS et alii, 2001). La plupart de ces herbacées correspondent à des mauvaises herbes des champs, adventices des cultures. Certaines renvoient aux messicoles de cultures d’hiver, telles que l’aphane des champs (Aphanes arvensis), l’ivraie enivrante ou le torilis des moissons (Torilis arvensis agg). Elles croissent dans des champs de céréales, tels que les blés vêtus.

133D’autres plantes se définissent comme des annuelles des cultures d’été et/ou de sarclage. Les représentants en sont les deux chénopodes (chénopode blanc, Chenopodium cf. album et chénopode hybride, Chenopodium hybridum) et la morelle noire. Ces herbacées vont se développer dans des champs de millet commun, de légumineuses ou d’orge polystique, semés au printemps. Mais certaines d’entre elles se développent aussi dans des sites rudéraux, aux abords des habitations, au pied des murs et dans des terrains vagues, des friches ou des jachères (ELLENBERG et alii, 1991). La morelle noire apprécie les terrains frais et ombragés tandis que le chénopode blanc pousse également comme adventice d’hiver sur des terres siliceuses et des limons. Ses jeunes pousses peuvent être consommées comme salade (EMMERLING-SKALA, 2005) depuis le Néolithique (COUPLAN, 2015, p. 161).

134D’autres herbacées poussent également dans les milieux anthropisés, rudéraux : le brome seigle ou la carotte sauvage (Daucus carota) par exemple. Citons également une petite légumineuse sauvage, la vesce hérissée ou vesce à quatre graines (Vicia hirsuta/tetrasperma agg.). Les deux espèces poussent dans les champs cultivés, sur des pelouses sèches et dans les friches.

135Les restes carpologiques de la fosse 1005 correspondent à des rejets secondaires. Mais l’assemblage en lui-même ne ressemble pas aux rejets domestiques quotidiens. En effet, le spectre végétal est défini par la prédominance des céréales et de leurs mauvaises herbes. Les restes céréaliers sont d’ailleurs composés de grains et de vannes. Il s’agit probablement de rejets de récolte ou de stockage mixte de céréales qui ont été décortiquées et préparées pour d’éventuels emplois secondaires dans l’alimentation.

136L’étude des macro-restes végétaux provenant d’une seule structure limite la caractérisation de l’environnement du site, mais permet d’avoir un aperçu d’une partie du milieu végétal proche (anthropisé, cultivé, drainé), de la gestion des ressources végétales (polyculture céréalière (été/hiver) basée sur la subsistance) et des activités associées (post-récoltes).

6. Interaction de l’occupation hallstattienne avec son environnement

137L’intérêt principal de ce site est la découverte de huit bâtiments sur poteaux, structures rarement observées sur les sites hallstattiens de la région, répartis sur les deux secteurs de fouille (fig. 34).

Fig. 34. Présentation schématique de l’organisation des structures des secteurs 1 et 2 (relevés topographiques : F. Basoge, DAO : E. Rault).

138L’étude de leur organisation et de leur typologie a permis de mettre en évidence deux unités d’habitation construites successivement, et fort probablement contemporaines, sur le secteur 1, au vu de l’homogénéité du mobilier. S’il est difficile d’évoquer un système parcellaire, il est toutefois possible d’identifier des règles qui régissent leur installation. Ces unités, identiques, sont composées chacune de trois bâtiments, de modules et d’orientations diverses. La fonction de ces bâtiments reste indéterminée mais leur présence dans chaque unité justifie leur complémentarité. L’utilisation commune de fosses annexes à l’ensemble des unités a également pu être proposée.

139Dans le secteur 2, les deux bâtiments découverts ne répondent pas à la notion d’unité. Il s’agit d’un « grenier aérien » et d’un bâtiment de petites dimensions. Installés à proximité l’un de l’autre, ces bâtiments semblent fonctionner ensemble. Les dimensions récurrentes régissant la construction des bâtiments du premier secteur paraissent en partie s’appliquer ici, formats d’ailleurs constatés sur d’autres sites régionaux. Le mobilier archéologique découvert dans les structures du secteur 2, provenant principalement des fosses d’extraction, est caractéristique de rejets domestiques et de vidanges de foyer. Il est contemporain du mobilier mis au jour dans le secteur 1 et daté du Hallstatt C2/D1. L’organisation de cette occupation est différente de ce qui avait pu être observé dans le secteur 1 où les bâtiments, plus nombreux, et les fosses semblent limités dans leur expansion. Ces différences peuvent avoir plusieurs origines : les contraintes environnementales déjà évoquées, la fonction différente de chaque espace (aire habitée/artisanale/agro-pastorale), le déplacement ou l’agrandissement du hameau.

140La présence en plus grande quantité de mobilier (céramique, faune, petit mobilier, parure) et la densité des installations invitent à situer le cœur de l’habitat en secteur 1, le secteur 2 correspondant alors à sa périphérie.

141L’activité agro-pastorale du site est évoquée par la présence d’enclos, de macro-restes de cultures céréalières et le travail de post-récolte. Des activités artisanales ponctuelles y sont également attestées : travail sur matière dure animale, moule, fusaïoles et pesons retrouvés en position détritique à proximité des bâtiments. Les habitudes alimentaires, notamment carnées, s’inscrivent dans les pratiques habituelles d’autres sites de la période. Seule la consommation privilégiant des porcs âgés est moins courante et évoquerait une occupation de statut modeste, tout comme la qualité de la céramique. Pour autant, de nombreux fragments de bracelets en roche noire ont été découverts. Cependant, à eux seuls, sans analyses techniques plus poussées, ils ne peuvent supposer un statut important de l’habitat.

142L’environnement humide du site, soumis à plusieurs crues, peut suggérer une occupation saisonnière. Toutefois, la céréaliculture hivernale et estivale mise en évidence, l’absence d’oxydation marquée à la surface des dépôts, les multiples rejets domestiques et l’absence de recoupements entre les structures peuvent également accréditer une occupation continue, les hallstattiens adaptant leurs pratiques aux aléas environnementaux. La présence de bâtiments s’organisant selon des unités plus ou moins contraintes pourrait laisser supposer une occupation plus grande que celle d’une simple ferme, composée de plus d’une famille/d’un groupe social. Les limites de l’occupation n’étant pas cernées dans l’emprise fouillée, il est possible d’envisager cet établissement comme plus vaste. Toutefois, il est difficile d’exclure définitivement ici le modèle de la ferme isolée se déplaçant au sein d’un terroir sur des temps courts (BLOUET et alii, 1992). Un diagnostic en cours sur les parcelles voisines souligne la continuité des occupations domestiques du premier âge du Fer dans ce secteur mais également d’une occupation plus tardive du deuxième âge du Fer : indices domestiques (fosses diverses, trous de poteau) datés en partie du Ha D3 et de La Tène finale (CHOSSON, 2020).

143À l’extrême fin du Bronze final en Alsace, certains environnements semblent privilégiés, soulignant une gestion différentielle du territoire au Hallstatt. Les occupations sont préférentiellement retrouvés sur des éminences de graviers en bordures de (paléo)chenaux. Ce phénomène peut apparaître comme caractéristique d’une spécialisation des occupations agro-pastorales, de la recherche de nouvelles terres fertiles et d’un approvisionnement en eau plus aisé : Marckolsheim ‘PAIM, tr. 2’, Schlettstadterfeld, Colmar-Houssen ‘Base de Loisirs’, Sainte-Croix-en-Plaine Holzackerfeld, ‘ZA communale’ et Holzackerfeld ‘ZA II’ par exemple.

144Si la fouille des deux secteurs a permis de mettre en évidence une occupation ponctuelle datée du Hallstatt C2/D1 à Weyersheim, complétant ainsi nos connaissances sur les établissements ruraux du premier âge du Fer, des analyses palynologiques réalisées dans la coupe du chenal (secteur 3) replacent notre site dans un environnement plus large, dans lequel des activités humaines antérieures sont enregistrées à proximité (WUSCHER et alii, 2020). Un déboisement important du secteur est également constaté après l’abandon du site. Si l’établissement hallstattien, ponctuel, est unique sur les zones fouillées, il n’apparaît pas pour autant ex-nihilo, mais bien intégré à une occupation du territoire plus importante, que des opérations à venir nous permettront de mieux cerner.

145Les évaluations archéologiques dans ces secteurs humides de Ried sont encore peu fréquentes et soumises à une lecture difficile du terrain. Pour autant, le site de Weyersheim démontre bien l’intérêt que portaient les communautés à cet environnement, peu valorisé aujourd’hui. Les motivations de ces installations peuvent être multiples et restent à définir : pression démographique, exclusion de certains groupes sociaux, attraits ponctuels liés à la qualité des sols humides ou spécialisation de certaines pratiques adaptées à ces milieux par exemple. L’analyse des dynamiques d’occupation et d’abandon des secteurs de Ried devra s’effectuer en lien avec des études stratigraphiques et géomorphologiques complémentaires.

Haut de page

Bibliographie

ACHARD-COROMPT N., 2004, « Bouranton - La Louvière, rue Henri Garnier », ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Champagne-Ardennes, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 28 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11439.

ADAM A.-M. et alii dir., 2011, La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine : essai de typo-chronologie, Dijon, ed. S.A.E., 339 p. (29ème suppl.à la R.A.E.).

BARON A., 2011, « Provenance et circulation des objets de parure en roches noires  : l’exemple du site hallstattien d’Eckbolsheim (Bas-Rhin, Alsace) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 108, fasc. 2, p. 345‑358.

BARRAND-EMAM H., CHENAL F., FISCHBACH T., 2013, Vendenheim, Route de la Wantzenau ‘Entrepôt Atlas-Fly’, Alsace, Bas-Rhin (67) : un ensemble funéraire mérovingien, une occupation néolithique et une occupation Hallstatt C/D1. Vol. 1 : Texte, Rapport final d’opération d’Archéologie préventive, Habsheim/ Strasbourg, Antea Archéologie/ SRA Alsace, 490 p.

BATAILLE G., BOËS É., BRUNET-GASTON V., CHENAL F., FORT B., LEFRANC P., BARON A., BURGEVIN A., GEBHARDT A., JODRY F., LALAI D., MUNIER C., SCHNEIDER N., SYMONDS R. P., VERRIER G., WIETHOLD J., FREYSSINET E., GIRARD P., LEYENBERGER C., WÜTTMAN J.-L., 2014, Eckbolsheim (67), Parc d’activités : les fouilles archéologiques préalables à la construction des parkings et zones annexes du Zénith. Vol. 1, Rapport de fouille préventive, Dijon/ Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud/ SRA Alsace, 212 p.

BAUDAIS D., LABEAUNE R., LARCELET A., 2015, Labergement-Foigney, Côtes-d’Or, Bourgogne, Les Vernes, Les Côtes Robin : habitats protohistoriques et gallo-romains dans la plaine des Tilles. Vol. 1 : Étude archéologique, Rapport d’opération de fouille archéologique, Dijon/ Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud/ SRA Bourgogne, 769 p.

BLANALT J.-G., VOGT H., MAIRE G., 1972, Carte géologique de la France à 1/50 000e, Brumath-Drusenheim, [carte géologique] Orléans, éch. 1/50 000, Bureau de Recherches géologiques et minières.

BLOUET V., BUZZI P., DREIDEMY C., FAYE C., FAYE O., GEBUS L., KLAG T., KOENIG M.-P., MAGGI C., MANGIN G., MERVELET P., VANMOERKERKE J., 1992, « Données récentes sur l’habitat de l’Âge du Bronze en Lorraine », in : MORDANT C., RICHARD A. dir., L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe, Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990, Paris, éd. du CTHS, p. 177‑193.

BONNET C., JEHL M., 1960, « Habitats pré- et protohistoriques à Gundolsheim-Merxheim », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 4, p. 27‑43.

BOURNERIAS M., ARNAL G., BOCK C., 2001, Guide des groupements végétaux de la région parisienne, Paris, Belin, 640 p.

BUCHSENSCHUTZ O., 2005, « Du comparatisme à la théorie architecturale », in : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127ème congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, éd. du CTHS, p. 49‑64.

CHOSSON M., 2020, Weyersheim, Bas-Rhin, ‘Ried, Bruchmatten, Rohr, Schlack, tranche 2’, Rapport de diagnostic préventif, Sélestat, Archéologie Alsace, 101 p.

CHOSSON M., WUSCHER P. 2015, Weyersheim (67), extension de carrière (G.A.L.) ‘Ried, Bruchmatten, Rohr, Schlack’, Tranche 1 : un habitat occupé du Bronze final au Hallstatt, Rapport de diagnostic, Sélestat/ Strasbourg, PAIR/ SRA Alsace, 70 p.

COUPLAN F., 2015, Le régal végétal : reconnaître et cuisiner les plantes comestibles, Paris, Sang de la Terre, 527 p. (Encyclopédie des plantes sauvages).

DENAIRE A., CAMPANER A., GOEPFERT S., JAMMET-REYNAL L., MAUDUIT A., MAUVILLY M., 2012, Guémar (Alsace, Haut-Rhin) ‘Rotenberg Weg’ : première nécropole du Néolithique moyen du Haut-Rhin, vestiges du Néolithique récent, habitats du Bronze ancien et du Hallstatt, Rapport final d’opération, Habsheim/ Strasbourg, Antea Archéologie/SRA Alsace, 325 p., 30 pl.

DUCREUX F., 2007, « Typo-chronologie des céramiques du groupe Rhin-Suisse-France Orientale (RSFO) dans la région dijonnaise : étude stratigraphique des dépotoirs de matériaux céramiques en contexte d’habitat sur le site du Pré-du-Plancher à Varois-et-Chaignot (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 56, p. 7-86.

DUMAS A., 2013, « Le site de Chastel (Aiguillon, Lot-et-Garonne) au premier âge du Fer : le mobilier céramique », in : COLIN A., VERDIN F. dir., L’âge du Fer en Aquitaine et sur ses marges : mobilité des hommes, diffusion des idées, circulation des biens dans l’espace européen à l’âge du Fer, Actes du 35ème colloque international de l’âge du Fer, Bordeaux, 2011, Bordeaux, Féd. Aquitania, p. 301‑308, (Aquitania, 30).

DUROST R., PARESYS C., RIQUIER V., 2007, « Occupations domestique et funéraire de l’Âge du Fer à Lavau (Aube) », R.A.E., t. 56, p. 87‑108.

ELLENBERG H., WEBER H. E., DÜLL R., WIRTH V., WERNER W., PAULISSEN D., 1991, Zeigerwerte von Pflanzen in Mitteleuropa, Göttingen, ed. E. Göltze, 258 p. (Skripta Geobotanica, 23).

EMMERLING-SKALA A., 2005, « Sultan der Gemüsegärten » ? Der Weiße Gänsefuß (Chenopodium album L.) als Nahrungspflanze », Verein zur Erhaltung der Nutzpflanzenvielfalt, t. 3, p. 143.

FLOTTÉ P., FUCHS M., 2000, Le Bas-Rhin, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 735 p. (Carte archéologique de la Gaule, 67-1).

GASCO J., 2002, « Structures de combustion et préparation des végétaux de la Préhistoire récente et de la Protohistoire en France méditerranéenne », Civilisation, t. 49, p. 285‑309.

GOEPFERT S., 2005, Les enclos hallstattiens de la ‘Glaisière Hartmann’ de Riedisheim (Haut-Rhin), Strasbourg, Mémoire de Maîtrise, Univ. Marc Bloch, 78 p.

GOEPFERT S., BACHELLERIE F., BOULOGNE N., BOURY L., ECAROT C., GOUDISSARD S., LOCATELLI C., MAUDUIT A., MURER A., POUSSET D., VERGNAUD L., 2016, Marckolsheim, Parc d’Activités Intercommunal de Marckolsheim (PAIM), tranche 2, ‘Schlettstadterfeld’ : nouvelles données sur l’habitat protohistorique en Alsace, Vol. 1, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Habsheim/ Strasbourg, Antea Archéologie/ SRA Alsace, 352 p.

GOUDEMEZ S., 2018, Chasse et élevage au Premier âge du Fer dans le nord-est de la France, Drémil-Lafage, éd. Mergoil, 263 p. (Archéologie des Plantes et des Animaux, 6).

HAFFNER A., 1976, Die westliche Hunsrück-Eifel-Kultur. Tafeln, Berlin, W. de Gruyter, 418 p. (Römisch-Germanische-Forschungen, 36).

LABEAUNE R., 2009, « La céramique hallstattienne dans le Dijonnais : première approche », in : CHAUME B. dir., La céramique hallstattienne : approches typologique et chrono-culturelle, Actes du colloque international de Dijon, 21-22 nov. 2006, Dijon, Éditions univ. de Dijon, p. 181‑248 (coll. Art, archéologie & patrimoine).

LANDOLT M., Van ES M., PUTELAT O., BOUQUIN D., SCHAAL C., BOËS É., 2013, Entzheim-Geispolsheim (67), Lotissement d’activités du Quadrant 4, Entzheim ‘In der Klamm’ et Geispolsheim ‘Schwobenfeld’. Vol. 3 : Les occupations protohistoriques, Rapport de fouille préventive, Sélestat/ Strasbourg, PAIR/ SRA Alsace, 494 p.

LASSERRE M., VIGREUX T., BASOGE F., LOGEL T., PUTELAT O., SCHNEIDER N., MICHLER M., JODRY F., BOËS X., 2001, « Le site de la fin du Bronze final du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : études sur le paléoenvironnement rhénan et études archéologiques : résultats préliminaires », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 108, fasc. 4, p. 731‑754.

LEFRANC P., Boës É., 2006, Rosheim (67), ‘Leimen’ : occupation du Néolithique récent, du début du Bronze moyen et du Premier âge du Fer, Rapport de fouille préventive, Dijon, Inrap, 195 p.

LÜSCHER G., 1993, Unterlunkhofen und die hallstattzeitliche Grabkeramik in der Schweiz, Basel, Verl. Schweizerische Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 208 p., 72 pl. (Antiqua, 24).

MAISE C., 2001, « Zur Untergliederung der Stufe Ha C/D1 im Breisgau », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Bd 25, p. 389‑462.

MÉNIEL P., 2001, Les Gaulois et les Animaux : élevage, repas et sacrifice, Paris, éd. Errance, 127 p.

MENTELE S., 2005, « Sainte-Croix-en-Plaine et Houssen ‘Cora’ (Haut-Rhin) : contribution à l’étude typochronologique de la céramique d’habitat du Hallstatt », in : ADAM A.-M. dir., Recherches de Protohistoire alsacienne : la céramique d’habitat du Bronze final II à La Tène ancienne, Dijon, éd. S.A.E., p. 75‑142 (23ème suppl. à la R.A.E.).

MICHLER M., BADEY S., BERRANGER M., CABBOÏ L., CLERC P., JODRY F., PUTELAT O., Van ES M., 2018a, « Ensilage et artisanat du fer entre le Hallstatt D3 et La Tène ancienne à Weyersheim (Bas-Rhin) : premiers résultats », Archimède. Archéologie et histoire ancienne, 5, p. 202-229, [En ligne] mis en ligne le 22/06/2018

MICHLER M., CROUTSCH C., GOEPFERT S., THOMAS Y., PIERREVELCIN G., FLEISCHER F., LANDOLT M., 2018b, « Habitats et habitations de l’âge du Bronze en Alsace : nouvelles données », in : Actes des IIe rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente, Dijon, 19-21 nov. 2015, Toulouse, éd. Archives d’Écologie préhistorique, p. 599-609.

MULLER P., JEUNESSE C., 1993, Rosheim (67) : ‘Sandgrube’, Rapport de fouille programmée, Strasbourg, SRA Alsace, 10 p., 41 pl.

MURER A., BARRAND H., COMMERCON B., GOEPFERT S., LANGLOIS A., MAUDUIT A., LE MARTRET A., PERRIN B., PERRIN X., SCHOTT-TOULLEC L., ROTH-ZEHNER M., 2010, Meistratzheim, Station d’épuration intercommunale, Alsace, Bas-Rhin (67), vol. 1, Rapport final d’opération d'archéologie préventive, Habsheim/ Strasbourg, Antea Archéologie/ SRA Alsace, 386 p.

PIERREVELCIN G., LANDOLT M., LEPROVOST C., PELISSIER A., PUTELAT O., RAULT E., ROUSSELET O., 2015, Furdenheim (67), ‘Gruen’, complexe judo-basket : des occupations du Bronze final et du Hallstatt C-D1, Rapport de fouille préventive, Sélestat/ Strasbourg, PAIR/ SRA Alsace, 336 p.

RAULT E., BINOIS-ROMAN A.-L., BONNAIRE E., DELLOUL M., GAUTHIER A., LEPROVOST C., TEGEL W., WUSCHER P., 2018, Weyersheim (Bas-Rhin), ‘Ried’, ‘Bruchmatten’, ‘Rohr’, ‘Schlack’ - Extension de gravière, tr. 1 : une occupation domestique du premier âge du Fer dans le contexte humide du Ried Nord-Alsace, Rapport de fouille préventive, Sélestat/ Strasbourg, Archéologie Alsace/ SRA Alsace, 543 p.

RODÉ M., 2016, L’habitat en Alsace au premier âge du Fer : typologie, hiérarchisation et organisation du territoire. Vol. 1 : Texte, Strasbourg, Mémoire de Master 2, Univ. de Strasbourg, 178 p.

ROTH-ZEHNER M., 2004, Sainte-Croix-en-Plaine, ‘zone d’activités II, lieu-dit “Holzackerfeld”, tranche 1’ (Haut-Rhin), DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, Antea Archéologie / SRA Alsace, 52 p.

ROTH-ZEHNER M., 2013, « Les établissements ruraux de la fin du Hallstatt et du début de La Tène dans la plaine d’Alsace : état de la question », Cahiers alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, 56, p. 53-90.

ROTH-ZEHNER M., BOYER A., COUBEL S., DENAIRE A., LE MARTRET A., MURER A., RICHARD C., ROUGIER V., TOUZET A., BARRAND H., 2009, Colmar-Houssen ‘Base de Loisirs’, Alsace, Haut-Rhin (68), Vol. 1, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Habsheim/ Strasbourg, Antea Archéologie/ SRA Alsace, 246 p.

SCHMITT L., 2004, Typologie hydro-géomorphologique fonctionnelle des cours d’eau : recherche méthodologique appliquée aux systèmes fluviaux d’Alsace, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 323 p.

SCHNEIDER F., 2012, Neue Studien zur Hunsrück-Eifel-Kultur, Rahden/Westf, Verl. M. Leidorf, 442 p. (Münchner Archäologische Forschungen, 2).

SCHNEICKERT F., BRAGUIER S., CICUTTA H., DURAND F., VAN ES M., GEBHARDT A., JODRY F., LEFRANC P., MINNI D., NOCUS N., REVEILLAS H., SCHNEIDER N., THOMAS Y., CARZON J.-L., GIRARD P., GRAZI C., ISSELE J.-L., LAJOUX J.-B., LEYENBERGER C., WÜTTMANN J.-L., 2015, Gougenheim (67), ‘Steinbrunnen’ : une occupation du Hallstatt ancien au Hallstatt final, Rapport de fouille préventive, Dijon/ Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud/ SRA Alsace, 383 p.

STRIEDTER K., 1988, « Le Rhin en Alsace du nord au Subboréal : genèse d’une terrasse fluviatile holocène et son importance pour la mise en valeur de la vallée », Bull. de l’Ass. française pour l’Étude du Quaternaire, t. 25, fasc. 1, p. 5-10.

THOMAS Y., BALASESCU A., BRAGUIER S., DURAND F., ERTLEN D., VAN ES M., GEBHARDT A., GOUDE G., JODRY F., LEFRANC P., MICHLER M., MINNI D., NOCUS N., REVEILLAS H., SCHNEIDER N., 2016, LGV Est-Européenne, 2e phase, tronçon H - site 9.2. Gougenheim (67) : ‘Ginsheimer Feld’, ‘Burgweg’, ‘Beim Burgweg’. Vol. 1, Rapport de fouille préventive, Dijon/ Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud/ SRA Alsace, 320 p.

TRICART J., PUISSÉGUR J.-J., CLOOTS-HIRSCH A. R., PANIZZA M., 1970, « Évolution du cône mindelien de la Zorn à Eckwersheim (Bas-Rhin) », Bull. de l’Ass. française pour l’Étude du Quaternaire, t. 7, fasc. 1, p. 3-12.

VEBER C., BATAILLE G., GIRARD P., LEYENBERGER C., BERGANTZ F., BONAVENTURE B., CICUTTA H., JODRY F., LALAI D., LATRON-COLECCHIA A.-M., LEFRANC P., LEROY M., SCHNEICKERT F., SCHNEIDER N., TEGEL W., VAN ES M., WIETHOLD J., 2008, Meistratzheim ‘Lotissement Foegel’ (Bas-Rhin, Alsace) : habitat du Néolithique, âge du Bronze, Hallstatt et La Tène finale, sépulture du Hallstatt. Vol. Texte, Rapport de fouille, Strasbourg, Inrap/ SRA Alsace, 106 p.

WUSCHER P., RAULT E., CHOSSON M., GAUTHIER A., 2020, « Le Tardiglaciaire et l’Holocène du Ried de la Zorn à Weyersheim (Alsace, France) : données nouvelles sur les paléoenvironnements et les dynamiques de peuplement d’une zone humide en périphérie de la plaine rhénane », Quaternaire, 31-1, p. 19-31.

Haut de page

Notes

1 Datation financée par le programme international « Improving Late Glacial European tree-ring chronologies for accurate climate archive dating – Consolidation and extension of the Swiss-German pine chronology back to 14 000 BP » (Laboratoire ETH Zurich, Universités de Fribourg, Mannheim et Heidelberg, Swiss Federal Research Institute et German Research Centre for GeoSciences).

2 Les bâtiments n’ayant pu être datés individuellement – hormis le bâtiment 1034, daté par dendrochronologie de 665 ± 10 ans et le bâtiment 2097 aux dépôts céramiques datés du Hallstatt – les réflexions sur l’organisation spatiale du site ne reposent ici que sur la datation du mobilier homogène découvert dans les structures des deux secteurs, daté du Ha C2/D1. Il s’agit ici de proposer des pistes de réflexions, tout en restant conscient des limites d’un tel exercice.

3 Remerciements à Marieke Van Es et Pauline Hart pour leur aide précieuse sur la datation du mobilier céramique et la détermination des structures de chauffe du site.

4 Eckbolsheim ‘Parc d’activités’ (Bas-Rhin), Entzheim-Geispolsheim ‘Lotissement d’activités du quadrant 4(Bas-Rhin), Furdenheim ‘Complexe judo-basket’ (Bas-Rhin), Gougenheim Gingsheimerfeld, ‘LGV-EE 9.2’ et Steinbrunnen, ‘LGV-EE 9.2’ (Bas-Rhin), Meistratzheim ‘Station d’épuration’ et ‘Foegel’ (Bas-Rhin) (BATAILLE et alii, 2014 ; LANDOLT et alii, 2013 ; PIERREVELCIN et alii, 2015 ; THOMAS et alii, 2016 ; SCHNEIKERT et alii, 2015 ; MURER et alii, 2010 ; VÉBER et alii, 2008).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Weyersheim ‘Extension de gravière, tr. 1’. Encadré rouge : emprise du diagnostic ; en rouge : les secteurs de fouille (fond de carte IGN ; SIG : P. Wuscher).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Fig. 2. Plan général de la fouille de Weyersheim ‘Extension de gravière, tr. 1’. Échelle 1/1500. (levé : F. Basoge, DAO : E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 3. Ensembles morphosédimentaires du Ried de la Zorn et localisation des sites archéologiques connus dans le secteur (P. Wuscher d’après Bd Charm/Cigal, http://www.lgfb-bw.de, Patriarche/Ministère de la Culture et ADAB exportés via Arkeogis).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 4. Localisation des emprises de fouille et des coupes sur le MNT établi à partir du Lidar (données Direction départementale des Territoires, traitement Florian Basoge/PAIR).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 5. Log stratigraphique de la tranchée 27 du diagnostic, représentative de la portion de plaine sur laquelle prend place l’occupation du Hallstatt. 1. Argiles limoneuses, brun-beige ; 2. argiles gris-bleu, fragments de céramiques antiques ; 3. argiles limono-sableuses, brun-orange hétérogène, oxydes ferro-manganiques ; présence d’une lame en silex et d’une meule en gneiss dans l’unité (secteur 2 de la fouille) ; les structures de l’Âge du Fer s’ouvrent au sommet de l’unité ; 4. limons argileux, gris, oxydes ferro-manganiques, quelques granules calcaires (autour de 2 mm de diamètre) ; 5. argiles, gris sombre ; 6. sables fins légèrement argileux, gris verdâtre, quelques oxydes ferro-manganiques diffus, fragments de bois ; graviers rhénans (P. Wuscher).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 6. Log synthétique du chenal (P. Wuscher).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 7. Dépôts de plaine d’inondation et rejets anthropiques dans les structures 2088 et 1201 (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Légende Fig. 8. Plan de la fouille du secteur 1 (levé : F. Basoge ; DAO : E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 9. Plan de la fouille du secteur 2 (levé : F. Basoge ; DAO : E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 10. Plan des bâtiments 1034 et 1196 (relevé topographique : F. Basoge ; DAO : E. Rault, photographie : C. Chosson, G. Pavicich).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 11. Plan du bâtiment 1197 daté par dendrochronologie et vues des différents poteaux (relevé topographique : F. Basoge ; DAO : E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 12. Listing des échantillons dendrochronologiques (W. Tegel).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 13. Plan des bâtiments 1198 et 1199 (relevé topographique : F. Basoge ; DAO : E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 14. Plan des bâtiments 1200, 2097 et 2098 (relevé topographique : F. Basoge, DAO : E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 15. Typologie des plans de bâtiments observés à Weyersheim ‘Extension de gravière, tr. 1’ (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 16. Les bâtiments de dimensions moyennes à une nef : essai de comparaisons (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 17. Les bâtiments de petites dimensions à une nef : essai de comparaisons (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 18. Application de modules de construction observés à Weyersheim sur des plans de bâtiments protohistoriques alsaciens et extra-régionaux (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 19. Le point d’eau 1068 (B. Lagache, E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 20. Le puits 1160 (J. Kraft, E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 21. La fosse polylobée du secteur 2 : les sept étapes proposées, du creusement au dernier comblement observables (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 22. La structure 1019 (M. Chosson, E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 23. Exemple de fosses charbonneuses (M. Chosson, J. Kraft, G. Pavicich, E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 24. Organisation spatiale des bâtiments du secteur 1 en deux groupes (F. Basoge, E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 25. Occurrences des formes céramiques (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 26. Planche synthétique de formes basses (formes 1100, 1300, 2100, 2200) (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 27. Planche synthétique de formes fermées basses (forme 2300) et hautes (formes 6100, 6220, 7000), des vases accessoires (couvercles (pâte particulière, orientation), micro-vases et vases miniatures, faisselles) et de décors (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 28. Le mobilier en terre cuite (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 29. Les bracelets en roche noire (E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 30. Proportions relatives des espèces exploitées sur neuf sites alsaciens datés du Bronze final et du Hallstatt C, et comparaison avec les données de Weyersheim (d’après CROUTSCH, 2016 ; HAMM et alii, 1992 ; LACK et alii, 1991 ; LAMBACH et alii, 1985 ; LASSERRE et alii, 2001 ; MÉNIEL, 1994 ; PUTELAT, 2015) (O. Putelat).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 31. Cheville osseuse fragmentée de bovin montrant des incisions au couteau (flèches rouges) (A. Binois-Roman).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 32. Restes présentant des traces de scie : A. cheville osseuse d’ovin ; B et C. chevilles osseuses de caprin ; D à F. fragments de bois de cerf ; G. détail de C. ; H. détail de D (A. Binois-Roman).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 33. Macro-restes végétaux carbonisés (E. Bonnaire). Abréviations : cf. = confere, détermination incertaine ; sp. = species, espèce ; subsp. = subspecies, sous-espèce ; var. = variété ; agg. = aggregatio ; M.O.A. = Matière Organique Amorphe ; T.P. = Trou de poteau.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 34. Présentation schématique de l’organisation des structures des secteurs 1 et 2 (relevés topographiques : F. Basoge, DAO : E. Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13612/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle RAULT, Patrice WUSCHER, Agnès GAUTHIER, Willy TEGEL, Annelise BINOIS-ROMAN, Emmanuelle BONNAIRE, Michaël CHOSSON et Marion DELLOUL, « Une occupation domestique hallstattienne dans le contexte humide du Ried de la Zorn à Weyersheim (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 83-121.

Référence électronique

Estelle RAULT, Patrice WUSCHER, Agnès GAUTHIER, Willy TEGEL, Annelise BINOIS-ROMAN, Emmanuelle BONNAIRE, Michaël CHOSSON et Marion DELLOUL, « Une occupation domestique hallstattienne dans le contexte humide du Ried de la Zorn à Weyersheim (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/13612

Haut de page

Auteurs

Estelle RAULT

Archéologie Alsace, 11 rue J.-F. Champollion F-67600 Sélestat. UMR 7044 « Archéologie et Histoire ancienne : Méditerranée-Europe (ArcHIMèdE) », MISHA, 5 allée du Général Rouvillois, CS 50008, 67083 Strasbourg cedex.

Patrice WUSCHER

Archéologie Alsace, 11 rue J.-F. Champollion F-67600 Sélestat et UMR 7362 « Laboratoire image ville et environnement », 3 rue de l’Argonne, 67000 Strasbourg.

Articles du même auteur

Agnès GAUTHIER

Ingénieur d’étude CNRS, UMR 8591 « Laboratoire de géographie physique, Environnements quaternaires et actuels », Bâtiment Y, 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon cedex.

Willy TEGEL

Universität Freiburg, Institut für WaldwachstumTennenbacher Strasse 4, D-79106 Freiburg i. B. - Dendronet, Laboratory for Dendrology, D-78224 Bohlingen.

Articles du même auteur

Annelise BINOIS-ROMAN

Postdoctorat à l’Université de Copenhague, projet ERC Beasts to Craft, UMR 7041 « ARSCAN, Archéologie et sciences de l’Antiquité ».

Emmanuelle BONNAIRE

Archéologie Alsace, 11 rue J.-F. Champollion, F-67600 Sélestat - Membre de l’UMR 7209 « Archéozoologie, Archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements », Muséum national d’Histoire naturelle - Chercheuse associée à l’EA 3795 GEGENA, Université de Champagne-Ardenne et à Bibracte EPCC, Centre archéologique européen du Mont Beuvray.

Michaël CHOSSON

Archéologie Alsace, 11 rue J.-F. Champollion F-67600 Sélestat.

Articles du même auteur

Marion DELLOUL

Archéologie Alsace, 11 rue J.-F. Champollion F-67600 Sélestat.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search