Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Le cimetière du second âge du Fer...

Le cimetière du second âge du Fer de Lailly Au-delà de l’Eau (Yonne) : découvertes anciennes et fouilles récentes

Luc BARAY
p. 123-156

Résumés

Découvert en 1927, puis partiellement fouillé en 1934, 1936 et 1937, puis une dernière fois en 2012, le cimetière de Lailly Au-delà de l’Eau (Yonne) a été occupé de manière discontinue entre le début du IVe siècle et le début du Ier sièle avant J.-C. L’étude du mobilier retrouvé dans les réserves des musées de Sens et le dépouillement systématique des archives de fouille conservées à la Société archéologique de Sens ont permis de reconstituer une partie des ensembles clos et de proposer une chronologie de l’occupation de ce petit cimetière dont l’important potentiel scientifique reste encore à exploiter sur le terrain. L’étude des pratiques funéraires a également permis de replacer les découvertes dans le contexte socio-culturel régional et suprarégional.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Connu uniquement par la publication en 1931 du mobilier d’une sépulture à l’occasion de la parution de la synthèse d’Augusta Hure sur les Âges du Bronze et du Fer dans le Sénonais, le cimetière protohistorique de Lailly Au-delà de l’Eau n’avait, jusqu’à ce jour, jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble. Il nous a semblé intéressant, dans le cadre d’une vaste étude en cours sur les pratiques funéraires des Sénons de Gaule, d’en proposer une nouvelle approche et surtout de présenter une synthèse des données existantes, tant en ce qui concerne les sources écrites que le mobilier encore accessible et conservé dans les réserves des Musées de Sens.

I. Présentation

I.1. Localisation du site

2Le cimetière de Lailly est situé à près de 20 km de Sens, en Champagne sénonaise (fig. 1, C). Il est implanté sur un sol aride dont la couche de terre arable qui surmonte la craie encaissante ne dépasse pas 0,20 m d’épaisseur.

Fig. 1. Localisation géographique (A-B) et cadastrale (C) du site de Lailly Au-delà de l’Eau (infographie P. Pihuit).

  • 1 Nous tenons à remercier très sincèrement Gérard Rouyer, secrétaire de mairie, qui nous a très aimab (...)

3Il occupe une pente au nord-est du village, à l’extrême limite du finage, au lieu-dit Au-delà de l’Eau du cadastre, mais indiqué comme étant La Pente des Grandes Vignes sur les titres de propriété (LAJON, 1929, p. 179). La partie haute du site correspond à la parcelle 499, sa partie basse à la parcelle 491 de la Section C du cadastre de 1936. La numérotation des parcelles cadastrales ayant changé suite au remembrement, ce sont désormais les parcelles 12 et 319 de la section ZC du cadastre de 2017 qui sont concernées par l’implantation du cimetière1. Il est localisé à 2 250 m à l’est de celui de La Tournerie. S’étendant d’est en ouest, il est traversé du nord au sud par l’ancien chemin reliant Villeneuve-l’Archevêque à l’abbaye de Vauluisant, sur la rive gauche de l’Alain, à environ 400 m à l’est de ce ruisseau. Ses coordonnées Lambert sont les suivantes : X : 689,4 ; Y : 1062,43 ; Z : entre 125 et 150 m.

I.2. Contexte archéologique

4Outre des occupations du Paléolithique moyen mises au jour aux lieux-dits Le Domaine de Beauregard (LOCHT, FERDOUEL, 1994, p. 139) et Le fond de La Tournerie (ibid., p. 163), une sépulture multiple néolithique a été détruite en 1892 ou 1893 au lieu-dit Bas de Cuissard ou Bas Chemin, sur la pente au-dessus du cimetière protohistorique de La Tournerie (LAJON, 1929, p. 177-178). Les témoins des âges du Bronze sont tout aussi ténus. On ne compte à ce jour que la découverte en prospection d’un anneau réniforme en alliage cuivreux au lieu-dit Sur les Terres de la Tournerie (HURE, 1931, p. 35-36, fig. 92 ; NICOLAS et alii, 1975, p. 194, n° 135 ; MORDANT, 1982, p. 122, fig. 53, n° 51), et les fouilles de deux silos isolés datés du Bronze final IIIb / Hallstatt C au Pré de la Grève (MORDANT dir., 1995, p. 198). Un enclos circulaire a été repéré par A. Heurtaux au cours de prospections aériennes, en 1985, au lieu-dit Terre de la Forêt de Lailly (DELOR, 2002, p. 441).

5Pour le second âge du Fer, c’est-à-dire la période de fondation et d’occupation du cimetière de Lailly qui fait l’objet de la présente étude, les vestiges sont essentiellement regroupés dans deux lieux-dits, La Tournerie ou Sur les Terres de la Tournerie et Au-delà de l’Eau, distants de 2 250 m l’un de l’autre (fig. 2).

Fig. 2. Carte de répartition des cimetières de la fin du premier âge du Fer et du second âge du Fer fouillés dans l’environnement immédiat de Lailly (infographie P. Pihuit).

6D’autres découvertes, peut-être du second âge du Fer, ont été signalées à la Marnière de Beauregard, où deux fosses sépulcrales furent fouillées en 1892 ou 1893. Elles contenaient des restes d’objets en fer et un potin non identifiable (LAJON, 1929, p. 178). Des systèmes fossoyés d’une enceinte quadrangulaire ont également été repérés par A. Heurtaux au cours de prospections aériennes, en 1984, aux Cuissards (DELOR, 2002, p. 441), ainsi qu’une enceinte fossoyée curviligne à la Ferme de Touchebœuf, au lieu-dit Queue de la Mare (ibid., p. 441).

7Au-delà des limites communales, des découvertes de cimetières de la fin du premier âge du Fer ou second âge du Fer ont été faites à Molinons Les Craises (BARAY, SARRAZIN, 2013), à La Postolle L’Homme Mort (Yonne ; HURE, 1931) et à Palis Le Buisson Gendre (Aube ; DEFFRESSIGNE, 1991, p. 42-43), pour ne citer que les plus proches. La proximité de ces sites dans un secteur relativement restreint lui confère un statut un peu particulier puisqu’il domine la vallée de la Vanne dont on connaît désormais l’importance en tant que voie de circulation privilégiée entre Sens et Troyes. Circulation qui a été placée sous le contrôle de puissants aristocrates dont les sépultures ont été repérées et fouillées à Saint-Martin-du-Tertre Les Croûtes (Yonne), Cuy Noslon (Yonne), Molinons Les Craises (Yonne), Estissac La Côte-d’Ervaux (Aube), Bouranton Michaulot (Aube), Barberey-Saint-Sulpice Les Gravières (Aube) et plus récemment à Lavau « Zac de Moutot » (Aube ; BARAY, SARRAZIN, 2013, fig. 22).

II. Historique et présentation raisonnée des découvertes du XXe siècle

II.1. Conditions de l’étude

8La relation des fouilles de Lailly n’aurait pu se faire sans le recours systématique aux archives de la Société archéologique de Sens, carton « N. Lajon », dans lesquelles nous avons trouvé l’essentiel des informations présentées ci-dessous. Étant donné le peu de publications existantes sur le sujet (LAJON, 1928 ; LAJON, 1929 ; LAJON, 1935), et l’absence de synthèse, il nous aurait été impossible de comprendre la chronologie des découvertes, leur nombre, leur nature et leurs relations. Il nous aurait également été impossible de retrouver et de reconstituer au moins deux ensembles clos. En effet, la totalité des objets a disparu par faits de guerre pour ceux qui étaient en possession de la marquise de Maillé, ou lors de la vente des collections de Nazaire Lajon et d’Auguste Boivin (voir infra). Par ailleurs, l’absence quasi systématique de dessins accompagnant les publications de Lajon rend vaine toute tentative de reconstitution des ensembles clos. Heureusement que des dessins de trois vases provenant de sépultures fouillées en 1936 ont été retrouvés dans le carton Lajon. Nous avons ainsi pu les identifier et les étudier dans de bonnes conditions grâce à l’aimable autorisation de Bernard Brousse, vice-président de la Société archéologique de Sens, qui nous a donné libre accès aux archives et nous a aidé à démêler et à comprendre les relations parfois tendues qui ont pu exister entre certains fouilleurs. Nous avons également bénéficié de l’aide de Monique de Cargouët, assistante de conservation principale des Musées de Sens, dans nos recherches dans les réserves archéologiques.

II.2. Catalogue des découvertes

  • 2 Fouilles de 1934 (27 juillet) ; fouilles de 1936 (18 et 26 octobre ; 25-27 et 29-30 novembre ; 6 et (...)

9Le cimetière de l’Au-delà de l’Eau a été découvert fortuitement en mars 1927 (fig. 3). Les recherches archéologiques ont débuté en septembre 1927 et se sont poursuivies en 1934, 1936 et 19372. Les fouilles ont été menées par différentes personnes, dont les deux principaux intervenants ont été Nazaire Lajon et Paul Jacquelin. Une douzaine de sépultures à inhumation ou à crémation ont été mises au jour, ainsi que des « foyers ».

  • 3 Vente de la collection N. Lajon le 24 septembre 1950 (note manuscrite de P. Parruzot ; archives de (...)

10Malgré un nombre de notes, de comptes rendus et d’articles de presse assez important, il n’existe aucune synthèse publiée de l’ensemble des découvertes. À ce premier constat négatif, il faut en ajouter un second bien plus dommageable à propos des objets qui ont été recueillis au cours de ces quatre années de fouilles. La plupart d’entre eux ont disparu, dispersés lors de ventes ou par suite de faits de guerre3.

11De ces découvertes, il subsiste néanmoins suffisamment de renseignements, ainsi que de nombreux relevés et plans d’ensemble dans les archives de la Société archéologique de Sens pour nous permettre d’en dresser l’inventaire.

II.2.1. Année 1927

- Sépultures 1 et 2

12Le cimetière a été découvert en mars 1927 par M. Suzanne, fermier à Lailly (LAJON, 1928, p. 95). Cela faisait bien longtemps qu’il heurtait avec sa charrue, à 0,25 m de profondeur, des blocs de grès, sous deux desquels il rencontra, après avoir ouvert une tranchée pour les enlever, deux sépultures, contenant chacune une épée. « Les ossements étaient, en grande partie, dissous […]. Les épées avaient été posées sur le bras droit de chaque mort, la pointe en bas. Ces lames sont à deux tranchants, avec soie de quatre à cinq centimètres, le tout très oxydé et en mauvais état, mesure 0 m.48 et 0 m.49 en longueur.
« Les deux fosses, distantes l’une de l’autre de 7 à 8 mètres
[selon plusieurs plans annotés par Lajon, les deux fosses auraient plutôt été distantes de 30 m], étaient orientées du nord au midi. Chacun des squelettes était recouvert par un gros bloc de grès sauvage, du poids d’à peu près 150 kilos, puis entouré d’un cordon de pavés grossiers (éclats de roches dures) et de gros rognons de silex.
« Ces premières fouilles ont été faites par M. Suzanne seul, sans soin, sans méthode, et par un profane ; il a donc été impossible d’obtenir d’autres détails sur elles. »
(LAJON, 1928, p. 95). Selon le compte rendu de la séance du 4 octobre 1927, de la communication de Armand Lapôtre à la Société archéologique de Sens, « des sépultures antiques avaient été signalées sur ce point par M. Baudier, fermier » (Anonyme, 1931a, p. 53). Dans cette même note, il est précisé, contrairement à l’affirmation de Lajon qui ne parle que de la découverte de deux épées, que les premières fouilles ont livré : « deux lames d’épées gauloises, un anneau, une fibule cassée, le tout en fer et un petit bracelet en bronze orné de ciselures. » (Anonyme, 1931a, p. 53).
Reprenant cette courte description en 1929, Lajon précise que les blocs de grès pesaient de 100 à 200 kg (LAJON, 1929, p. 179).

13Comme indiqué par Lajon, ce sont là nos seules connaissances des fouilles de 1927. Il n’en existe aucun plan, aucun relevé, ni aucun dessin du mobilier. Ce dernier a peut-être été en possession de la marquise de Maillé, propriétaire du château de la Motte Tilly, près de Nogent-sur-Seine. Une annotation de la main de Pierre Parruzot, conservateur des Musées de Sens entre 1953 et 1978, en marge de l’article de Lajon précise : « manque [probablement dans les réserves archéologiques des Musées de Sens]. Voir Maillé, disparu pendant l’occupation, lettre 4.2.1957 ». En effet, dans une lettre à cette date, la marquise de Maillé signalait à Parruzot que la quasi-totalité de ses collections avait disparu pendant l’Occupation (courrier conservé dans les archives de la Société archéologique de Sens).

14Aujourd’hui, nous ne disposons plus que d’un plan d’ensemble du cimetière de l’Au-delà de l’Eau dessiné par Lajon, sur lequel les deux sépultures de Suzanne ont été positionnées (sép. 1 et 2) (fig. 3). Elles sont situées à l’est du chemin rural de Vauluisant à Villeneuve-l’Archevêque.

Fig. 3. Plan de masse du cimetière (infographie P. Pithuit).

- Sépultures 3 et 4

15Le 29 septembre 1927, la marquise de Maillé et Armand Lapôtre ont fouillé deux nouvelles sépultures, en présence notamment de Nazaire Lajon, dont une renfermait un torque à arceaux en alliage cuivreux (Anonyme, 1928, p. XXXI ; LAJON, 1929, p. 179 ; Anonyme, 1931b, p. 77 ; Anonyme, 1931c, p. 81 ; Anonyme, 1936, p. 3-4). Selon la marquise de Maillé, de qui existe une lettre manuscrite relatant cette découverte, « M. Lajon s’étant imposé à nous très indiscrètement, je n’ai voulu me mêler de rien et n’ai pris ni mesures ni photographies. Voici cependant celle du torque que j’ai pu acquérir et qui nous donne là au moins une indication » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). « L’orientation des corps reste indécise. Ceux précédemment découverts par le fermier Suzanne auraient eu, si l’on s’en rapporte à ses explications, les pieds tournés au levant. Les ossements de la tombe que nous avons fouillée étaient épars et occupaient des positions anormales – à part ceux que nous avons trouvés autour du torque et des fibules et qui reposaient sous une grosse roche jamais touchée. Plusieurs corps semblent avoir été ensevelis dans la même fosse. Par moment, nous avons pu croire que des portions de celle-ci avaient été déjà fouillées. » (lettre de la marquise de Maillé adressée à Joseph Perrin, président de la Société archéologique de Sens).

16Selon Lajon, « le 29 septembre suivant, un groupe d’amateurs dont nous faisions partie, mit à (sic) jour à quelques mètres et à l’est des précédentes [celles de Suzanne], deux autres sépultures creusées, l’une du Nord au Midi, l’autre de l’Est à l’Ouest ; cette dernière, au bout et en travers de la première » (LAJON, 1929, p. 179). Ces deux sépultures, disposées en T, sont notées 3 et 4 sur le plan (fig. 3). Lajon indique sur plusieurs plans annotés de sa main que ces deux sépultures étaient implantées à 40 m au sud-est de la sépulture 2-1927.

17La première sépulture mesurait 1,60 m de longueur, 0,65 m de largeur et 0,75 m de profondeur. Ses parois étaient légèrement évasées à l’ouverture (LAJON, 1928, p. 96). « De la première, on a retiré les ossements en mauvais état d’un personnage de petite taille, jeune fille ou jeune femme probablement, puis les parures suivantes : 1° Un beau collier (torques) en bronze à tige rigide, de 0 mètre 12 de diamètre intérieur […] ; 2° un bracelet-anneau massif, de même métal de 0 mètre 07 de diamètre ; 3° trois fibules en arc, de même métal […] ; 4° enfin les débris complètement oxydés d’une quatrième fibule, en fer. » […] (LAJON, 1928, p. 96-97 ; LAJON, 1929, p. 179 ; Anonyme, 1931a, p. 53).

18« De la seconde fosse il n’a été retiré aucune arme ni parure, mais seulement le fond d’un vase à pied, en terre noire vernissée [« surface lustrée », selon HURE, 1931, p. 145]. Ce pot, fait au tour, devait contenir au moins un litre. Enfin, une certaine quantité d’ossements (tibias, humérus) des fragments de crânes et de mâchoires, étaient éparpillés dans tous les sens et reposaient sur différents niveaux. Il semble résulter d’un tel désordre que cet ossuaire aurait été violé et fouillé antérieurement, à une époque déjà lointaine. » (LAJON, 1928, p. 98) ; LAJON, 1929, p. 180).

19Le torque a été présenté lors de la séance du 6 janvier 1931 à la Société archéologique de Sens (Anonyme, 1936, p. 3-4). Il s’agit d’un torque à arceaux en alliage cuivreux. Deux dessins de ce torque ont été réalisés. Le premier a été publié à l’occasion de la parution du premier article consacré aux découvertes faites en 1927 au lieu-dit Au-delà de l’Eau (LAJON, 1928, fig. 1) (fig. 4, A). Le second l’a été en 1936 à la suite de sa présentation par la marquise de Maillé devant la Société archéologique de Sens (Anonyme, 1936, p. 4) (fig. 4, B).

Fig. 4. A. Mobilier de la sépulture 3-1927 (d’après HURE, 1931) ; B. Torque de la sépulture 3-1927 (sans échelle ; d’après Anonyme, 1936).

  • 4 « Les objets que j’avais conservés de mes fouilles avec M. Lapôtre ont été dispersés pendant l’Occu (...)
  • 5 Je tiens à remercier Franck Gérard, agent de conservation au château de La Motte-Tilly, qui m’a trè (...)

20Le premier dessin est sans conteste de meilleure qualité et sans nul doute plus proche de la réalité que le second. Ce torque a malheureusement disparu pendant l’Occupation, comme d’ailleurs presque tous les autres objets de la collection archéologique de la marquise de Maillé4. Une visite, le 29 octobre 2019, au château de La Motte-Tilly (Aube) n’a pas permis de retrouver des objets du cimetière de Lailly5. Il n’existe plus actuellement qu’un bracelet en alliage cuivreux du Hallstatt D1 dans une petite vitrine du château. Cependant, dépourvu d’étiquette, il ne peut être rattaché à un cimetière plutôt qu’à un autre, sachant que la marquise de Maillé avait apparemment réuni, au cours des années, une importante collection archéologique renfermant des objets en provenance de nombreux sites régionaux.

21À propos de la fibule en fer, Pierre Parruzot signale dans une note bibliographique manuscrite qu’elle était conservée chez Auguste Boivin, maire de Lailly et propriétaire des terrains sur lesquels Lajon et Jacquelin menèrent leurs investigations archéologiques.

22La fibule en alliage cuivreux dont le dessin a été publié par Nazaire Lajon en 1927, puis repris par Augusta Hure en 1931, est signalée par Parruzot comme étant conservée chez Boivin. Le bracelet en alliage cuivreux de la fig. 310 de la publication de Hure est donné comme ayant fait partie de la collection Lajon.

23Le mobilier des sépultures fouillées en mars et septembre 1927 semble ainsi avoir été réparti entre la marquise de Maillé (un torque et un bracelet orné de ciselures en alliage cuivreux, un anneau et une fibule cassée en fer), Nazaire Lajon (un bracelet et deux fibules en alliage cuivreux, ainsi que neuf tessons de céramique noircis par le feu provenant de la sépulture 4) et Auguste Boivin (une fibule en alliage cuivreux et une fibule en fer, ainsi que le pied de vase vernissé). Parruzot indique par un point d’interrogation qu’il ne savait pas à qui avait été dévolu les deux épées découvertes en mars 1927. Quoi qu’il en soit, tous les objets ont aujourd’hui disparu.

24- Torque à arceaux en alliage cuivreux (fig. 4, A, n° 1)
Caractéristiques : jonc plein, lisse, à section ronde ; système de fermeture à tenon et mortaise. Le jonc porte un décor d’arceaux : en partant de la gauche, les arceaux 1 et 4 se superposent par un bout aux arceaux 2 et 3, tandis que l’arceau 5 surmonte ces derniers. Les arceaux 1, 5 et 4 sont surmontés d’une perle. Un décor secondaire de groupes de traits incisés est disposé à égale distance sur le pourtour du jonc ; un motif de deux chevrons emboîtés est visible sous la zone de jonction des arceaux 1 et 2, ainsi que sous la zone de jonction des arceaux 3 et 4 (LAJON, 1928, fig. 1 ; HURE, 1931, fig. 309). Dimensions : diam. ext. : 130 mm ; diam. jonc : 5 mm.

25- Bracelet fermé en alliage cuivreux (fig. 4, A, n° 2)
Caractéristiques : « Un anneau-bracelet, en bronze massif uni, sans section [sans ouverture]. » (LAJON, 1928, p. 97). Selon A. Hure (1931, p. 145), il s’agirait d’un bracelet fermé, uni, de section circulaire. Dimensions : diam. int. : 70 mm ; diam. jonc : 9 mm.

26- Fibule de type Dux en alliage cuivreux (fig. 4, A, n° 3)
Caractéristiques : « La première de ces fibules est à tige unie, légèrement renflée au milieu de l’arc. » (LAJON, 1928, p. 96).

27- Fibule de type Dux en alliage cuivreux
Caractéristiques : « La seconde en diffère un peu, la tige est plus grosse, le dos de l’arc, plus large, porte sept incisions annulaires, avec cordons en relief, 4 chevrons en V et une certaine quantité de petits cercles centrés. » (LAJON, 1928, p. 96, fig. 2-3).

28- Fibule de type Dux en alliage cuivreux
Caractéristiques : « La troisième est aussi incisée sur le dos de l’arc ; celui-ci, plus aplati que les deux autres, est garni de petites stries, de bagues en creux et de cercles centrés. » (LAJON, 1928, p. 97).

29- Fibule en fer
Caractéristiques : « Il ne reste plus que des débris complètement oxydés. Par ce qui reste, on peut juger qu’elle était de plus grande dimension que celles de bronze. » (LAJON, 1928, p. 97).

- Sépulture 5

30Selon le compte rendu de la communication d’Armand Lapôtre à la séance du 4 octobre 1927 à la Société archéologique de Sens, « à environ 0m20 de profondeur [et à une certaine distance de la sépulture 3], M. Lapôtre dégagea un vase funéraire qui tomba en morceaux. Il était rempli d’ossements brûlés » (Anonyme, 1931a, p. 53).

31Dans la lettre qu’elle a adressée à Joseph Perrin, président de la Société archéologique de Sens, la marquise de Maillé parle aussi de cette découverte : « Un vase funéraire en poterie grossière a été trouvé par nous à un mètre environ au nord du torque et des fibules [de la sépulture 3]. Il n’était guère enterré que d’une trentaine de centimètres. » (lettre de la marquise de Maillé adressée à Joseph Perrin, président de la Société archéologique de Sens).
Nous n’avons retrouvé aucune information supplémentaire sur cette sépulture à crémation.

II.2.2. Année 1934

- Sépulture 1

32Le 27 juillet 1934, une cinquième sépulture à inhumation a été mise au jour par un ouvrier terrassier du nom de Clert, occupé avec d’autres à creuser des tranchées d’adduction d’eau pour Villeneuve-l’Archevêque (LAJON, 1935, p. 161). Il « heurta avec ses outils des fragments de grès dur de la grosseur de forts pavés, disposés à environ 0 m 50 de l’ouverture. Sous ses pavés il trouva un squelette humain, étendu la tête au nord et les pieds au midi, assez mal conservé d’ailleurs ; puis, sa pioche mit à (sic) jour un torques (sic) en bon état, presque semblable à celui signalé et décrit en 1927. » (LAJON, 1935, p. 161).

33Cette première fosse mesurait 1,70 m de longueur, environ 0,60 m de largeur et 0,80 m de profondeur. Des blocs de grès avaient été placés sur la tête et la poitrine du défunt. D’autres, plus petits, mêlés à des rognons de silex, avaient été disposés en cordon tout autour du fond de la fosse, au moins jusqu’à la hauteur du bassin (ibid., p. 162).

34Cette sépulture n’a livré qu’un torque en alliage cuivreux. Pierre Parruzot le signale comme faisant partie de la collection Boivin (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

Fig. 5. Proposition de restitution graphique du torque de la sépulture 1-1934, réalisé d’après la description que Nazaire Lajon en a laissée (sans échelle ; DAO A. Dumontet, UMR 6298 ARTEHIS).

  • 6 Dimensions fournies par N. Lajon, voir LAJON, 1935, p. 162.

35- Torque à arceaux en alliage cuivreux (fig. 5)
Caractéristiques : « Ce torques (sic), je le répète, ressemble beaucoup à celui de 1927. Comme lui, il est en bronze massif, avec section latérale munie d’une goupille conique, laquelle s’emboîte, pour la fermeture, dans le milieu de la tige. Trois ornements incisés, en forme de S [couchés], se présentent autour de cette tige, qui est aussi surmontée d’un motif ajouré, composé de quatre annelets et d’un anneau munis des trois petites boules habituelles, disposées de la même façon que sur tous les colliers de cou de la Tène I. […] Il existe cependant une différence dans la structure des annelets. Les numéros un et cinq, en commençant par la gauche, ne sont plus superposés par un bout, sur les numéros deux et quatre, comme sur le torques (sic) de 1927, et le numéro trois — celui du milieu —, n’est pas à cheval sur les précédents. Tous sont soudés par chacun de leurs deux montants, d’abord l’un à l’autre, puis directement sur la tige, de telle sorte qu’au lieu de présenter chacun un arc rampant, les annelets extérieurs un et cinq, semblables aux numéros deux et quatre, ont la courbe régulière du plein cintre ; quant à celui du milieu, il est devenu un anneau complet. » (LAJON, 1935, p. 162-163). Dimensions : diam. int. : 127 mm ; diam. ext. : 141 mm ; diam. jonc : 7 mm6.

- Sépulture 2

36Une seconde fosse à inhumation a été fouillée dans le même temps par le même terrassier. Elle n’a pu être totalement vidée car elle se trouvait en travers et au nord de la précédente qu’elle joignait. Selon Lajon, elle « ne contenait que des débris humains, en aussi mauvais état que ceux de sa voisine. De même que le premier, ce deuxième squelette était recouvert de pavés de grès, et entouré dans sa partie supérieure d’un cordon de pierres disposées régulièrement autour de la fosse » (LAJON, 1935, p. 162).
Sans qu’il soit possible d’être totalement affirmatif, compte tenu des conditions de fouille, cette seconde sépulture doit être considérée comme étant « sans mobilier ».

II.2.3. Année 1936

37Les fouilles initiées par Nazaire Lajon et Paul Jacquelin le 18 octobre 1936, puis poursuivies le 6 décembre de la même année, ont permis la découverte de quatre sépultures, dont une à crémation (sép. 2 ou B) et trois inhumations (sép. 3, 4 et 5 ou C, D, E) (fig. 6, A).

Fig. 6. Plans des sépultures 2-1936, 3-1936, 4-1936 et 5-1936 (dessins de N. Lajon et P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). Aucune des versions n’ayant été datée, nous avons fait le choix d’en proposer trois différentes (A, B et C), chacune apportant son lot d’informations complémentaires.

38Associée à ces sépultures, une structure de forme circulaire, signalée par le chiffre 1 ou la lettre A selon les versions du plan, a été identifiée comme étant un ustrinum par les fouilleurs. Ils en ont laissé la description suivante : « D’ailleurs, tout à côté de ce dépôt [sép. à crémation 2 ou B], nous avons retrouvé la preuve formelle de l’exécution de ce rite par l’ustion. Sur un espace de sept à huit centiares, le sol très dur, d’aspect noirâtre, forme un conglomérat de carbonate de chaux calciné, de terre et de cendres. La couche de cette sorte de béton s’enfonce sur place jusqu’à 50 centimètres. […] À n’en pas douter, ces quelques mètres carrés forment l’emplacement d’un foyer à incinération qui a dû longtemps servir, si l’on en juge par l’importance des matières calcinées et des cendres. » (rapport manuscrit de N. Lajon intitulé : Les cimetières gaulois de Lailly. Note sur un foyer à incinération découvert dans la nécropole gauloise de « Au-delà de l’Eau » commune de Lailly (Yonne). Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). Dans la version dactylographiée de ce rapport, Lajon précise que le foyer était « de forme circulaire ».

39Afin de ne pas créer de confusion, nous avons pris le parti de maintenir la numérotation d’origine des sépultures. C’est la raison pour laquelle cette dernière ne débute pas par le chiffre 1, mais le chiffre 2, conformément à la documentation existante (rapports de fouilles et plans).

- Sépultures 2 et 3

  • 7 N. Lajon précise dans un autre document manuscrit, non daté, que « La poterie, quoique difficile à (...)
  • 8 Cette découverte a été recensée dans différents journaux de l’époque : L’Avenir de l’Yonne (14-11-1 (...)

40Une sépulture à inhumation — sépulture 3 ou C selon les plans dressés par Lajon et Jacquelin —, sans mobilier, recoupée par une sépulture à crémation — sépulture 2 ou B —, a été fouillée le 18 octobre 1936 : « Cette tombe mesurait en longueur 2 mètres 20 centimètres, en largeur 75 centimètres [1,10 m de profondeur]. Du personnage qui y avait été inhumé, il ne restait plus que quelques débris de fémurs et de tibias, réduits à dix ou douze centimètres. Le reste était devenu avec le temps, une poudre noirâtre, disséminée tout au fond. Autour du mort, en suivant les parois de la fosse, les ensevelisseurs avaient alignés en cordon, l’un au bout de l’autre, les habituels gros silex de la craie, auxquels ils avaient enlevé au préalable, les plus importantes nodosités. Puis, au-dessus de la place qu’avait occupée la tête et un sur l’avant-corps, desquels ils avaient été séparés par 15 centimètres de terre, cinq éclats de grès dur […] avaient été disposés à plat et au même niveau […]. L’un de ces pavés est d’un poids qui dépasse cent kilos. […] Sur cette sépulture, au même niveau que les pavés de grès, à environ 65 centimètres du fond et 35 centimètres de la surface, nous avons rencontré les débris d’une poterie friable, noircie par le feu, qui ont dû constituer deux vases différents, quoique du même type, probablement placés de telle façon que l’un se trouvant renversé, servait de couvercle à l’autre7. […] Plus de 120 éclats ont été ainsi recueillis, mélangés avec 80 fragments d’os humains, dont beaucoup portent les traces du feu. On y reconnaît des restes de gros os des membres inférieurs : fémurs, tibias, péronés, des vertèbres, des rotules, des bouts de côtes, de cubitus, des éclats de crâne, etc. » (extrait de la note manuscrite de la communication présentée le 22 janvier 1937 devant la Société académique de l’Aube. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon)8.

41Dans une note dactylographiée datée du 16 novembre 1936, Lajon et Jacquelin modifient quelque peu la description de cette découverte à propos des deux vases : « nous avons rencontré les débris très calcinés d’une poterie assez fine noircie par le feu et la fumée, et qui paraissaient avoir constitué deux vases différents du même type, probablement disposés l’un au-dessus de l’autre, ou introduits l’un dans l’autre », et des restes humains : « On peut y reconnaître des restes de vertèbres de péronés de tibias de rotules des bouts de côtes des os crâniens, etc… mais on n’y remarque ni mâchoires ni dents humaines. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon) (fig. 7).

Fig. 7. Croquis original des sépultures 2-1936 et 3-1936 (dessins de P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). Contrairement aux plans dressés par les fouilleurs et sur lesquels la sépulture à crémation 2-1936 semble incluse dans la fosse de la sépulture à inhumation 3-1936 (voir supra fig. 6), ici les deux structures sont clairement séparées l’une de l’autre, la sépulture à crémation recoupant distinctement la fosse à inhumation. La numérotation de la sépulture à inhumation y est fautive. Il s’agit bien de la sépulture 3 et non pas 5 des fouilles de 1936.

42Pierre Parruzot indique dans une note bibliographique manuscrite que les tessons de ces deux vases ont été donnés aux Musées de Sens par Paul Jacquelin. Il précise qu’un des deux vases est reconstituable (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). C’est le dessin de ce vase que l’on trouve dans les archives. Il a vraisemblablement été dessiné par Parruzot.

43- Jatte en céramique (fig. 8)
Caractéristiques : vase bas, ouvert, à bord légèrement éversé et lèvre arrondie. La panse, non décorée, est convexe à épaulement haut, fortement marqué par une partie supérieure plutôt concave. Le pied est bas, à plan de pose annulaire. Dimensions : haut. : 105 mm ; diam. ouv. : 189 mm ; diam. max. panse : 205 mm ; diam. pied : 78 mm.

Fig. 8. Mobilier de la sépulture 2-1936 (DAO P. Pithuit, d’après le dessin original de Parruzot).

- Sépulture 4 et 5

44Dans une note manuscrite datée du 18 décembre 1936, Lajon signale la découverte de deux autres sépultures à inhumation le 6 décembre 1936. Elles correspondent respectivement aux sépultures 4 et 5 ou D et E des plans dressés par Lajon et Jacquelin. Les deux étaient vides de tout mobilier. Elles formaient avec la sépulture à inhumation du 18 octobre un ensemble singulier en forme de « U » : le crâne de l’inhumé de la sépulture 5 touchait celui de la sépulture 4, tandis que celui de la sépulture 3 était du côté des pieds de la sépulture 4 (N. Lajon, 18 décembre 1936, Note sur les nouvelles fouilles faites dans le cimetière gaulois de Lailly. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon ; cf. fig. 6, A et 6, C). Sur un plan postérieur à celui présenté dans un courrier daté du 7 décembre 1936, soit le lendemain des fouilles, le défunt de la sépulture 3 est orienté inversement. Son crâne est placé du côté de la structure circulaire n° 1, interprétée comme étant un ustrinum par les fouilleurs (fig. 6, B). De même, si dans tous les documents consultés (textes ou relevés en plan), la sépulture 5 est donnée comme n’ayant livré aucun mobilier, nous avons trouvé la mention contraire sur un plan non daté et dans un texte également non daté mais signalé comme étant la Suite de la communication présentée à la Société académique de l’Aube le 22 janvier 1937 : « Cette dernière sépulture nous a donné un bracelet de bronze à grosse tige, méplate (sic) en dedans, ayant 54 millimètres de diamètre intérieur et 11 millimètres de grosseur de tige. Son poids est de 106 grammes. Bien conservé, il était introduit dans l’avant-bras gauche. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

45La sépulture 4 mesurait 1,70 m de longueur ou 1,75 m en comptant le petit diverticule aménagé pour y recevoir la tête du défunt, 0,65 m de largeur pour 0,85 m de profondeur. La sépulture 5 mesurait 1,45 m de longueur, 0,55 m de largeur et 0,45 m de profondeur.

- Sépulture 6

46Une seconde sépulture à inhumation avec dépôt de céramique a été découverte et fouillée les 29 et 30 novembre 1936. C’est la sépulture 6 (fig. 9).

Fig. 9. Croquis original de la sépulture 6-1936 (dessins de P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

  • 9 Cette découverte a été recensée dans différents journaux de l’époque : L’Avenir de l’Yonne (5-12-19 (...)

47Selon Nazaire Lajon, « les fouilleurs ont repéré à la sonde puis vidé une nouvelle sépulture à inhumation, orientée du nord au midi, d’une dimension inusitée : 3 mètres 25 centimètres de long, 1 mètre 70 de large et 1 mètre 15 de profondeur. Le fond en était uni et carrelé au moyen de petits pavés de craie, de quelques centimètres d’épaisseur, parfaitement taillés et ajustés. Un squelette, celui d’un homme adulte de la taille de 1m65 environ, était allongé sur cette sorte de dallage ; les ossements, surtout ceux de l’avant corps, étaient en mauvais état de conservation. Autour de la fosse, une centaine de silex épannelés, posés bout à bout, formaient cette fois un double cordon, et, séparés du squelette, par 25 centimètres de terre, vingt gros pavés de grès dur […] étaient disposés en groupes et de façon bizarre, d’un bout à l’autre de la tombe. Le poids total de ces grès dépasse certainement mille kilogrammes. Puis à 30 centimètres des pieds du mort, les ossements bien conservés de deux petits ruminants (chèvres ou moutons) étaient curieusement entassés, sous un des fragments de roche. Deux beaux vases de terre cuite, retirés en parfait état, avaient été déposés à 15 centimètres de la tête du mort : le premier, qui était une sorte de petite terrine ou écuelle évasée, de couleur noire et à bord rentrant, mesure 132 millimètres de diamètre à l’ouverture, 50 millimètres au fond et 51 millimètres en hauteur ; il avait été posé renversé sur le second, et lui servait ainsi de couvercle. Ce deuxième vase, qui est une superbe urne cinéraire, retrouvée vide, mesure en hauteur 142 millimètres, à l’ouverture 85 millimètres de diamètre et à la base 70 millimètres. Il est à croire que cette urne avait été remplie au moment de la cérémonie funèbre, par un liquide quelconque qui s’est évaporé, non sans laisser sur les parois quelques légères traces blanchâtres. » (N. Lajon, 18 décembre 1936, « Note sur les nouvelles fouilles faites dans le cimetière gaulois de Lailly ». Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon)9.

48Des deux vases cinéraires, il ne subsiste aujourd’hui dans les archives que de mauvais croquis pris sur le terrain par les fouilleurs (fig. 10), ainsi qu’un dessin de très bonne qualité, sans nul doute de la main de Parruzot (fig. 11). Ce dernier signale en effet, dans une note bibliographique manuscrite, que la jatte ayant servi de couvercle à l’urne a été donnée aux Musées de Sens par Paul Jacquelin.

Fig. 10. Croquis des deux vases en céramique de la sépulture 6-1936 (dessins originaux de N. Lajon ou P. Jacquelin).

Fig. 11. Mobilier de la sépulture 6-1936 (DAO P. Pithuit d’après un dessin original de Parruzot).

49Ce vase a été retrouvé dans les collections archéologiques ; il porte le numéro d’inventaire 36.1.1. Les archives de la Société archéologique de Sens conservent également un croquis réalisé à partir d’une photographie prise sur le terrain au moment de la découverte des deux vases (fig. 12, A et B).

Fig. 12. A. Photographie des blocs de grès extraits de la fosse de la sépulture 6-1936 et des deux vases entiers (photographie de P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon) ; B. interprétation de la photographie (dessin original de N. Lajon ou P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon)

  • 10 Note manuscrite de P. Parruzot : « M. Lajon chercheur, 69 ans en 1924 mort en 1946. Il avait une no (...)

50Pierre Parruzot précise dans la même note bibliographique que le vase haut était conservé chez Auguste Boivin. Dans une autre note manuscrite de Parruzot conservée dans les archives de la Société archéologique de Sens, il est écrit qu’à l’instar de la collection Lajon, celle de Boivin a disparu après la mort de ce dernier10.

51- Vase haut en céramique (fig. 10)
Caractéristiques : vase haut à col droit, liaison col-panse marquée par une bande horizontale décorée d’une ligne ondulée. Il est possible que la bande soit en réalité une baguette en relief, comme celles que l’on trouve habituellement sur les vases haut du IIe siècle avant J.-C. (voir infra). La panse est large et haute, à profil ovoïde et décor vertical. Le pied est haut à base élargie. Dimensions : haut. : 142 mm ; diam. ouv. : 85 mm ; diam. fond : 70 mm.

52- Coupe en céramique (fig. 11)
Caractéristiques : céramique semi grossière de couleur brun-rouge, à surface extérieure grossièrement lustrée et surface intérieure grattée. La coupe à bord rentrant est entière, à l’exclusion d’un éclat repéré sur la lèvre. La lèvre est arrondie ; la panse, à profil convexe, est non décorée ; le fond est plat. Dimensions : diam. ouv. : 120 mm ; diam. max. panse : 132 mm ; haut. : 51 mm ; diam. fond : 52 mm. N° inventaire des Musées de Sens : 36.1.1.

II.2.4. Année 1937
- Sépultures 1 et 2

53Dans le brouillon d’un courrier non daté de Lajon adressé à Jacquelin, le premier écrit : « nous avons trouvé une sépulture que je crois féminine, à à peine 0m60 de profondeur, sans grès au-dessus mais seulement avec un petit pavé près de la tête et quelques silex sur le corps. Le crâne cassé en 8 ou 10 morceaux – les os – surtout ceux des jambes assez bien conservés et enfin au cou un petit torque de la Tène II. C’est un genre à tampon, comme je n’en ai pas, toute petite tige et très simple. Il est semblable au n° 416 [erreur de Lajon, il faut lire n° 417, le n° 416 correspond à une fibule] du Catalogue des Bronzes du Musée de Troyes. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

54Au dos d’une carte de visite, on trouve la mention « Lailly, fouilles du 18 avril 1937 » et le texte suivant : « Trouvé une sépulture à inhumation – un homme adulte crâne de grande capacité — gros os — longueur environ 1m60 — enfoui à 0m65 de profondeur, petite fosse ayant en paroi au sud un seul rang de cailloux un grès carré en forme de pavé bien taillé 0m20 de côté, proche la tête, un autre tout petit sur ce côté, rien sur lui. Disposé tête au nord et pieds au sud-ouest. Trouvé seulement au cou un torque de bronze pareil au n° 416 de Troyes [erreur de Lajon, cf. ci-dessus]. Diamètre intérieur 0m123 m/m ; diamètre de la tige 0,004 m/m à petits tampons. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

55Dans une lettre de Lajon à Jacquelin, en date du 20 avril 1937, nous trouvons les informations suivantes : « nous avons rencontré 3 ou 4 os d’animaux à 0m50 environ du sol, puis un éclat de grès de 1 à 2 kilos, puis un pavé carré de grès, et auprès un crâne brisé en 7 ou 8 morceaux, et un petit torques (sic) à petits tampons, représentant le genre Tène II. Ce n’est pas une belle pièce, la tige est petite, mais je n’en ai pas encore de cette forme. Les ossements du squelette, placés à 58 ou 60 centimètres de profondeur, étaient assez bien conservés ; surtout les gros os. La sonde avait troué le sol dans cet endroit, mais n’avait rien rencontré, puisqu’il n’y avait ni grès, ni grosses pierres sur le corps. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

56Dans une note manuscrite intitulée « Suite de la communication présentée à la Société académique de l’Aube le 22 janvier 1937 », Lajon donne la description de deux nouvelles sépultures fouillées le 18 avril 1937 : « Deux nouvelles fosses à inhumation orientées est-ouest, situées au levant du foyer à incinération [n° 2 du plan, fig. 3], disposées côte à côte et séparées seulement par une cloison de craie de 25 centimètres. La première au midi avait un mètre 80 centimètres de long, 75 centimètres de large et 70 centimètres de profondeur. Au fond, un squelette était allongé sur le dos avec quelques petits silex épannelés posés en cercle autour de la tête ; mais il n’y avait ni mobilier funéraire, ni pavés de grès en couverture sur le trou. Nous avons pu constater, que le crâne brisé en 5 morceaux, était de grande capacité et les os des jambes assez bien conservés de longueur et de grosseur au-dessus de la moyenne. ».

57« La seconde au nord, moins étendue, mesurait un mètre 60 centimètres de long, 60 centimètres de large et 65 centimètres de profondeur. Les ossements recueillis paraissent être ceux d’une jeune fille ou jeune femme. Un seul rang de silex épannelés existait en cordon au fond de la fosse, côté du midi, le long du mur de craie qui la séparait de celle voisine. Deux pavés de grès, équarris, étaient mis à plat, l’un au même niveau et près de la tête, l’autre sur le côté gauche à hauteur de la main. Proche du crâne, dans l’emplacement du cou, se trouvait un joli torques (sic) de bronze massif, à tige mince et à tampons. Ce collier mesure 123 millimètres de diamètre moyen à l’intérieur, quatre millimètres à la tige ; son poids est de 55 grammes. Le Musée de Troyes possède dans ses vitrines un torques (sic) semblable, indiqué sous le numéro 417 au Catalogue des Bronzes. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon) (fig. 13).

Fig. 13. Torque n° 417 provenant de Polisot Le Fiel (Aube ; d’après Le CLERT, 1898).

58Ces quatre textes renvoient indéniablement à la même découverte d’une sépulture double, dont l’une, la sépulture 1, n’a livré aucun objet, tandis que la seconde, la sépulture 2, renfermait un torque en alliage cuivreux.

  • 11 Pour l’inventaire des rares cas anciennement signalés dans le Bassin parisien, voir BARAY, 2003, p. (...)

59Contrairement à l’information datée du 18 avril 1937 selon laquelle le squelette découvert dans la sépulture 1 aurait été celui d’un homme, la présence du torque nous incite à y voir plutôt une sépulture féminine, si l’on accepte le fait que les torques en contexte funéraire sont presque toujours associés à des individus de sexe féminin. L’existence d’inhumations masculines ayant livré un torque n’est en effet pas de nature, pour le moment en tout cas, à remettre en cause son association préférentielle avec la sphère féminine, ou si l’on préfère le genre féminin11.

60- Torque à tampons en alliage cuivreux
Caractéristiques : jonc massif, lisse, de section circulaire, sans décor. Dimensions : diam. : 131 mm ; diam. jonc : 4 mm. Masse : 55 g.

- Sépultures 3 et 4

61Toujours dans la note intitulée « Suite de la communication présentée à la Société académique de l’Aube le 22 janvier 1937 », Lajon donne la description de deux nouvelles sépultures à inhumation fouillées le 25 avril 1937 : « deux nouvelles sépultures à inhumation furent repérées dans le proche voisinage du foyer n° 3 du plan. Elles se trouvaient toutes deux dans la même fosse, mais les débris squelettiques étaient séparés par un intervalle d’environ 35 centimètres. Cette double tombe avait un mètre 80 centimètres de long, un mètre 50 centimètres de large, et 50 centimètres de profondeur ; elle était orientée est-ouest. ».

62« D’un côté, par le sud, étaient entassés pêle-mêle, entre deux cordons de silex, les ossements de plusieurs individus et sous les fragments d’un crâne se trouvait un éclat de poterie grossière, provenant d’un grand vase. Ce tesson accuse 12 millimètres d’épaisseur. ».

  • 12 « Pour Lailly, je suis allé, […] seul, comme je vous l’avait dit, finir de remplir, toutes les ouve (...)

63« Dans l’autre compartiment, séparé seulement de l’ossuaire précédent par la terre de remplissage, nous avons découvert le squelette d’une femme de petite taille – un mètre 45 centimètres au plus. Deux pavés de grès avaient été posés à plat à hauteur de la tête et de la poitrine, et une quinzaine de petits silex épannelés étaient rangés en cercle autour du crâne, retrouvé brisé en quatre morceaux, par la pression des terres qui le surmontaient. Cette tombe nous a donné en outre, un unique bracelet de bronze massif à tige fine et ronde, ayant 55 millimètres de diamètre intérieur. La tige qui a 4 millimètres de diamètre est ornée d’une petite arête médiane au pourtour. Les 2 os de l’avant-bras droit (cubitus et radius) étaient encore introduits dans ce grand anneau vert de gris, au moment de sa découverte. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon)12.

64Ces deux sépultures à inhumation du 25 avril 1937 sont vraisemblablement les dernières qui aient été fouillées sur ce site. Nous n’avons retrouvé aucune information dans le carton Lajon, pouvant laisser à penser que les fouilles ont été poursuivies au-delà de cette date.

  • 13 Après avoir passé 5 heures à sonder le sol sans résultat, hormis la découverte d’une fosse vide, La (...)
  • 14 La note anonyme intitulée Nouvelle note sur le cimetière gaulois de Lailly (Yonne), parue dans les (...)

65Ce sont donc seize sépultures à inhumation (14) ou à crémation (2) qui ont été découvertes au cours des fouilles menées par Suzanne, Clert, Maillé, Lajon et Jacquelin en mars et septembre 1927, juillet 1934, octobre, novembre et décembre 1936, puis en avril 1937 : « Cinq d’entre elles devaient avoir été déjà [fouillées] ; elles étaient remplies de terre13. Sept autres contenaient, à des profondeurs variant de 1 mètre 10 à 0 m. 50, des squelettes humains assez bien conservés, tous allongés sur le dos. La plus intéressante de ces dernières fosses […] a procuré deux vases funéraires en bon état, dont l’un était renversé sur l’autre en matière de couvercle, puis sous un autre grès, les ossements entassés de deux ruminants. » (Anonyme, 1939b, p. 266)14. Reprenant sous une forme résumée la conférence présentée par N. Lajon devant la Société académique de l’Aube lors de sa séance du 18 juin 1937, l’auteur de cette note n’a tenu compte que des sépultures fouillées par ce dernier et son ami P. Jacquelin. C’est ce qui explique la différence entre le nombre de sépultures annoncées comme ayant été fouillées et celui que nous obtenons après dépouillement de l’intégralité de la documentation existante (fig. 14).

Fig. 14. Inventaire des objets recueillis dans les sépultures du cimetière de Lailly (fouilles de 1927, 1934, 1936 et 1937).

66« Trois ornements de bronze ont seuls été retirés de trois tombes différentes : savoir : 1° un joli torques (sic) en métal massif, à tige mince et à tampons, se terminant par des moulures en forme de chapiteau (semblable au n° 417 du Cat. des Bronzes du Musée [de Troyes] …) ; 2° un bracelet à grosse tige, méplat à l’intérieur ; 3° un autre bracelet à tige mince décoré de quelques incisions sur le pourtour. » (Anonyme, 1939b, p. 266). Cette dernière citation appelle deux remarques :

671) Seuls les objets en métal provenant des fouilles de 1936 (novembre et décembre) et de 1937 (avril) sont signalés (dans l’ordre) : le torque de la sépulture 1-1937, le bracelet de la sépulture 5-1936 et celui de la sépulture 4-1937. Aucune photographie ni dessin n’ont été conservés du torque et des deux bracelets en alliage cuivreux. Ces objets n’ont pas non plus été retrouvés dans les collections des Musées de Sens. Ils ont dû être vendus après la mort de Nazaire Lajon, survenue en 1946, comme l’ensemble de ses collections.

682) Le bracelet attribué à la sépulture 5-1936 ne va pas sans poser de problème puisque, comme nous l’avons déjà signalé (voir supra), tous les plans réalisés par les fouilleurs, sauf un, ainsi que tous les écrits existants, hormis une note manuscrite de la main de Lajon, stipulent clairement qu’elle était sans mobilier (sép. E du plan, fig. 6, A). Nous avons décidé de nous en tenir à cette dernière information et de ne pas tenir compte de la note anonyme publiée dans les procès-verbaux des séances de la Société académique de l’Aube, ni du passage incriminé dans le texte de Lajon.

II.3. Répartition spatiale des sépultures

69Étant donné les méthodes de fouilles pratiquées dans les années 1920 et 1930, c’est-à-dire le fait du hasard quand il s’est agi de débarrasser le terrain agricole des pierres qui l’encombraient (découverte des deux premières sépultures de 1927) ou le recours unique à la sonde pour localiser les sépultures, il paraît évident que nombre d’entre elles sont encore à découvrir sur le site de l’Au-delà de l’Eau. Leur répartition spatiale tout au long de la pente qui descend doucement vers le lit du ruisseau l’Alain laisse à penser qu’elles n’ont pas toutes été découvertes (cf. fig. 3). Des espaces vierges de toute investigation archéologique, au sein desquels des sépultures doivent probablement encore exister, sont à découvrir aujourd’hui. Les distances entre les sépultures sont telles qu’il doit bien subsister de nouvelles sépultures à fouiller. D’ailleurs la mise au jour fortuite en 2012 d’une sépulture à crémation au lieu-dit Au-delà de l’Eau, au sud des anciennes zones fouillées, en est la preuve tangible. Il paraît évident que malgré leurs efforts répétés, Nazaire Lajon et Paul Jacquelin n’ont pas fouillé toutes les tombes de Lailly. Ils en étaient du reste conscients comme l’indique un extrait d’une lettre de Lajon à Jacquelin, en date du 8 septembre 1936 : « Voici mon avis au sujet de vos recherches en perspective, dans le champ de Lailly : puisque déjà, 4 sépultures ont été mises à (sic) jour [en 1927 et 1934], et que toutes ont donné un résultat ; et attendu d’autre part que l’une d’elle était séparée des 3 autres par un espace d’au moins 150 mètres : il y a tout lieu de croire, d’après une pareille disposition, qu’il y a dans ce lieu, encore d’autres tombes antiques, et qu’il n’y a qu’à creuser pour les trouver. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).
« On peut croire que cette nécropole celtique n’a pas dit son dernier mot. Il reste certainement, entre les tranchées qui viennent d’être ouvertes [d’adduction d’eau de 1934] et l’emplacement des fouilles de 1927, se trouvant à environ 80 mètres plus haut, d’autres sépultures à mettre à jour. » (LAJON, 1935, p. 163).

70L’optimisme affiché de Lajon a néanmoins été durement confronté à la réalité du terrain au cours des mois suivants. À la séance de la Société académique de l’Aube du 22 janvier 1937, il précisait que « sur toute la partie haute qui domine le chemin [de Vauluisant], malgré une grande quantité de sondages, nous n’avons pu cette fois, que repérer les emplacements de trois fosses, fouillées sans doute antérieurement, ou qui n’ont reçu aucun dépôt funéraire. En tous les cas, nous n’y avons rien rencontré. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

71Les sépultures se répartissent sur une bande de terrain de 50 m de largeur courant d’est en ouest, en deux groupes topographiques distincts, de part et d’autre de l’ancien chemin rural reliant l’Abbaye de Vauluisant à Villeneuve-l’Archevêque (fig. 15). Le groupe oriental comprend les quatre sépultures à inhumation et une à crémation fouillées en 1927.

Fig. 15. Plan d’ensemble des fouilles de Lailly Au-delà de l’Eau. État en fin d’année 1936 (relevé N. Lajon ou P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). On distingue bien le positionnement des sépultures du groupe occidental à proximité de la « Ligne des eaux de Villeneuve-L’Archevêque » et plus particulièrement l’implantation des sépultures 5 et 6 (ou 1-1934 et 2-1934) sur la tranchée creusée à cet effet.

72Le groupe des sépultures occidentales est implanté à 120 m de la sépulture 1-1927. Le terrain qui sépare les deux groupes semble être vierge de toute découverte. Ce second groupe, délimité à l’ouest par le conduit de la ligne des eaux de Villeneuve-l’Archevêque, comprend dix sépultures à inhumation et une à crémation, fouillées en 1934, 1936 et 1937. Elles sont toutes regroupées dans un espace globalement rectangulaire, à proximité de la tranchée creusée en 1934 pour la conduite d’eau de Villeneuve-l’Archevêque.
Quatre sépultures, vides de mobilier, ont été mises au jour par Lajon et Jacquelin dans la partie orientale du cimetière. Neuf l’ont été dans la partie occidentale (fig. 16).

Fig. 16. Plan d’ensemble des fouilles de Lailly Au-delà de l’Eau. État en fin d’année 1937 (relevé N. Lajon ou P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). L’intérêt de ce document, en grande partie fautif, est qu’il est le seul à indiquer l’emplacement des sépultures n’ayant livré aucun mobilier. Elles sont signalées en noir par une lettre « a » suivit d’un chiffre pour le groupe oriental et par une lettre « 0 » suivit d’un chiffre pour le groupe occidental. Les structures signalées en rouge correspondent à des « foyers ».

II.4. Étude typologique et chronologique du mobilier

73Ce sont au total dix-sept objets qui ont été recueillis au cours des interventions et des fouilles réalisées dans le cimetière de l’Au-delà de l’Eau. À deux exceptions près, les tessons d’un vase de la sépulture 2-1936 et un vase entier de la sépulture 6-1936, qui sont actuellement conservés dans les réserves des Musées de Sens, tous les autres objets ont disparu. Seuls quatre d’entre ces derniers sont connus grâce à des dessins de Lajon et de Hure, et à une photographie prise sur le terrain à la fin des fouilles de la sépulture 6-1936.
Ces dix-sept objets se répartissent en cinq catégories fonctionnelles : armes (2 ind.), parures (5 ind.), accessoires vestimentaires (4 ind.), offrande céramique (2 ind.), urne cinéraire avec couvercle (4 ind.).

74Pour le classement typologique et l’étude chronologique du mobilier de ce cimetière, nous avons fait le choix de nous référer, quand cela était possible (certains types présents à Lailly ne sont pas nécessairement référencés), aux systèmes typologique et chronologique mis au point pour le Bassin parisien (BARAY, 2016).

II.4.1. Mobilier de la sépulture 3-1927

75De toutes les sépultures du cimetière, c’est sans conteste la plus abondamment pourvue en mobilier. Le torque et une des trois fibules de Dux sont connus grâce à un dessin et une description de Lajon. Le bracelet, les deux autres fibules de Dux et la fibule en fer ne le sont que par des descriptions rapides (LAJON, 1928, p. 96-97, fig. 2 et 3). Ces informations ont été reprises ensuite par Hure, qui y a ajouté le dessin du bracelet (HURE, 1931, p. 144-145, fig. 309, 310, 311 et 311bis).

76Le torque à arceaux est de type T15.H3a (cf. fig. 4, A, n° 1 ; BARAY, 2016, pl. 37). Il ne connaît pas de comparaison directe. Il est proche des torques à arceaux de type T15.H3b (torques à arceaux à un anneau central surmonté d’une perle). Plus de quarante torques de ce type ont été répertoriés dans la zone étudiée. Tous se répartissent selon un croissant qui va du Gâtinais à la région de Reims (CHARPY, ROUALET, 1991 ; BARAY et alii, 1994, fig. 33 ; BARAY, 2018, fig. 2). Seuls trois exemplaires ont été découverts en dehors de cette zone : le torque d’Armentières dans l’Aisne, celui de Servigney dans le Doubs et l’exemplaire d’Obrnice en République tchèque. Il existe un certain nombre de variantes de ce type : l’organisation des arceaux diffère en fonction de leur nombre et de leur association ou non avec un ou deux anneaux disposés au centre du décor principal, et selon qu’un décor secondaire apparaît ou non sur le jonc (BARAY, 1991, fig. 5).

77Ce type de torque se rencontre toujours en contexte La Tène B1 récente. L’exemplaire de la sépulture 18 de Serbonnes La Créole (Yonne) est associé à deux fibules de type Dux (F10.J3d4 et F10.J3d5 ; BARAY et alii, 1994, fig. 29). Il en va de même dans la sépulture S3 de Courtavant Mont-les-Noix (Aube ; PIETTE, 1979, fig. 3 et 6, nos 1 et 5). Dans la sépulture à inhumation de l’enclos 18 de Passy La Sablonnière (Yonne), le torque est associé à un bracelet en alliage cuivreux à anneaux moulés, séparés par un décor secondaire de stries circulaires gravées, et à une fibule en fer (BERNARDINI et alii, 1983, p. 23).

78Le bracelet est fermé, à gros jonc plein, lisse, de section circulaire (HURE, 1931, fig. 310) (cf. fig. 4, A, n° 2). Il ne porte aucun décor. Des bracelets de ce type sont attestés en contexte La Tène B1 récente, notamment à Fontaine-la-Gaillarde La Grande Chaume (Yonne), sépulture 50, en association avec un torque ternaire, à décor secondaire ternaire (‘nœud d’Hercule’), et trois fibules en fer à pied libre surmonté d’une grosse perle globulaire, arc « en anse de panier » et grand ressort à deux fois une spire (BARAY, 1995, pl. 31, n° 1). On le retrouve également dans la sépulture 64 du même site associé à un torque à double décor quaternaire de perles à motif plastique et à une fibule en fer à long pied libre reposant sur le sommet de l’arc, ressort à deux fois deux spires (ibid., pl. 31, n° 7), ainsi que dans la sépulture 10, en association avec une fibule de type Dux, F10.J3d2, et une rouelle en alliage cuivreux (ibid., pl. 27, n° 1). La même association d’un bracelet uni, non décoré, à gros jonc fermé, avec des fibules de type Dux, est attestée dans les sépultures 53 et 92.27 de La Saulsotte Le Bois Pot-de-Vin (Aube ; PIETTE, GUILLAUMET, 1999, fig. 6 et 35, nos 5-6). La sépulture 18 de Serbonnes La Créole (Yonne) a livré un bracelet du même type, deux fibules de type Dux et un torque à arceaux (BARAY et alii, 1994, fig. 29). L’ensemble peut être daté de La Tène B1 récente.

79Nazaire Lajon précise que les deux premières fibules de type Dux « ont beaucoup de ressemblance avec les Nos 414 et 415 » du Catalogue descriptif et raisonné des Bronzes du Musée de Troyes (Le CLERT, 1898, pl. XXXVII ; LAJON, 1928, p. 96) (cf. fig. 4, A, n° 3). Peu importe d’ailleurs qu’elles présentent un décor comparable à la n° 415 ou que la première soit sans décor sur l’arc. Dans tous les cas, ces trois fibules appartiennent au type Dux et peuvent être datées de La Tène B1 récente ou de l’étape IVB du Bassin parisien soit, en chronologie absolue, du troisième quart du IVe siècle avant J.-C. (BARAY et alii, 2007, p. 197 et 199, 207, 210 et 212 ; BARAY, 2016, p. 363-364, pl. 168). Très largement répandues sur l’ensemble de l’Europe celtique, elles sont caractéristiques des horizons E à H du cimetière de Münsingen-Rain (Suisse), soit de La Tène B1 récente (HODSON, 1968 ; KAENEL, 1990) ou de la phase IIB1 du cimetière de Dürrnberg bei Hallein (Autriche ; MOOSLEITNER et alii, 1974 ; PAULI, 1978).

80Une annotation de la main de Pierre Parruzot en marge de l’article de 1928 de Jalon précise que la fibule en fer aurait été « à timbale ». Il devait donc s’agir soit d’une fibule de type Münsingen à plateau, dont le cabochon de corail aurait éventuellement disparu, soit d’une fibule en fer à pied terminé par une « timbale » pleine (type F10.H1a ou F10.H1b), comme on en connaît, par exemple, à Serbonnes La Créole, sépulture 14 (Yonne ; BARAY, 1995, pl. 33, n° 4), à Gravon La Souricière, sépulture 8 (Seine-et-Marne ; BARAY, 1991, fig. 18, n° 13), à Sergines Le Gringalet, sépulture B5.14 (Yonne ; PARRUZOT, DELINON, 1979, fig. 7), en contexte La Tène B2.

II.4.2. Mobilier de la sépulture 1-1934

81Cette sépulture n’a livré qu’un torque à arceaux en alliage cuivreux. Ayant disparu, nous ne pouvons aujourd’hui que nous fier à la longue description qu’en a laissé Lajon pour en dessiner un profil type (voir infra, fig. 5). D’après cette dernière, le torque de Lailly n’a pas de comparaison directe. Aucun des quarante-trois torques à arceaux que nous avons inventoriés ne correspond précisément à cette description. Il s’agit là des résultats d’une recherche en cours qui tente de localiser et d’étudier tous les torques à arceaux et tous les torques ternaires qui ont pu être découverts depuis les premières fouilles des XVIIIe et XIXe siècles. Dans presque tous les cas, les arceaux se chevauchent, contrairement à ceux du torque de Lailly. Quand ils ne se chevauchent pas, ils sont surmontés, non par un anneau complet comme sur l’exemplaire de Lailly, mais de manière classique, par un arceau. Du reste, quel que soit le nombre d’arceaux, ces derniers se chevauchent presque toujours et presque toujours ils sont surmontés par un arceau et non par un anneau. Cela étant, le torque à arceaux de la sépulture 1-1934 peut être daté de La Tène B1 récente, à l’instar de la plupart des autres torques à arceaux, et ce, quel que soit leur type ou leur variante typologique (BARAY, 1991, p. 207 et 209 ; fig. 5 ; BARAY, en cours).

II.4.3. Mobilier de la sépulture 2-1936

82Pierre Parruzot indique dans une note bibliographique manuscrite que les tessons des deux vases de la sépulture 2-1936 auraient été donnés aux Musées de Sens par Paul Jacquelin. Il précise qu’un des deux vases est « re-constituable » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). C’est le dessin de ce vase que l’on trouve dans les archives. Il a vraisemblablement été dessiné par Parruzot (cf. fig. 8). En revanche, nous n’avons pas pu retrouver les tessons dans les réserves archéologiques.

  • 15 Je tiens à remercier Patrick Gouge et Philippe Barral qui m’ont signalé les références bibliographi (...)
  • 16 Selon les études menées par J. Metzler, ce type de récipient a été nommé « écuelle » (METZLER et al (...)

83Ce vase semble être un unicum en Bourgogne, mais également dans une grande partie de la moitié nord de la France. Très peu fréquente, cette forme n’est attestée que dans le nord-est de la France et au Luxembourg. Elle a été répertoriée par B. Bonaventure chez les Leuques et les Médiomatriques, sur l’oppidum du Fossé des Pandours à Saverne (Bas-Rhin), dans son horizon 2 (type T.203, mis au jour dans le puits n° 5), daté de la fin de La Tène D1b (BONAVENTURE, 2011, p. 24, fig. 48 et 97 ; voir également BARRIER, 2014, fig. 96b). Il faut aller au Luxembourg et dans le bassin de la Moselle inférieure, pour trouver de plus nombreuses correspondances typologiques univoques15. Le vase de Lailly appartient au type A.9.13 de J. Metzler, typologie élaborée à partir du corpus céramique du cimetière de Lamadelaine (METZLER-ZENS et alii, 1999, fig. 333). Il possède une base annulaire et se démarque ainsi du type A.9.5 du Titelberg à base plate (le dessin n’est pas archéologiquement complet, mais plusieurs exemplaires de ce type ont néanmoins été repérés dans différents contextes funéraires, voir ci-dessous) (ibid., fig. 333). Dans tous les cas, il s’agit d’écuelles ou de jattes hautes avec épaulement prononcé et bord court en retrait (METZLER, 1995, p. 393, Abb. 198)16. Très rares, les jattes – que nous assimilons aux vases à pied annulaire – de ce type n’apparaissent que dans deux contextes funéraires du pays trévire à La Tène D1b (120-80 avant J.-C.), à Lamadelaine, sépulture 19 (Luxembourg ; METZLER-ZENS et alii, 1999, fig. 86, n° 12), et à La Tène D2a (80-55 avant J.-C.) à Clemency (METZLER et alii, 1991, fig. 50, n° 3). Le pied annulaire du vase de Clemency est très légèrement marqué, contrairement à celui de l’exemplaire de Lamadelaine qui s’apparente à celui de Lailly.

84Les écuelles – que nous assimilons aux vases à base plate – apparaissent à La Tène D2a, à Wederath-Belginium Hochgerichtsheide, sépulture 77 (Rhénanie-Palatinat ; HAFFNER, 1971, Taf. 16, n° 6), Kollig, sépulture 2 (Rhénanie-Palatinat ; HAFFNER, JOACHIM, 1984, Abb. 11, n° 12), et Ettringen Sinsberg, sépulture 2 (Rhénanie-Palatinat ; OESTERWIND, 1989, pl. 9, B). Elles perdurent à La Tène D2b (55-30 avant J.-C.), dans la sépulture D de Goeblange-Nospelt Scheierheck (Luxembourg ; WARINGO, 1991, fig. 86 ; METZLER, GAENG, 2009, fig. 114, n° 20), et dans la sépulture 6 de l’enclos 2 de Thür (Rhénanie-Palatinat ; OESTERWIND, 1989, pl. 19, B).

85La jatte de Lailly peut être datée, par comparaison avec l’exemplaire de Lamadelaine, de La Tène D1b.

II.4.4. Mobilier de la sépulture 6-1936

86Des deux vases entiers retrouvés dans cette sépulture, nous ne disposons aujourd’hui que de la petite coupe ayant servi de couvercle. Le vase haut ayant disparu, nous ne pouvons que nous référer à la description de Lajon et à un mauvais croquis réalisé sur le terrain à la fin des fouilles pour tenter d’en proposer une identification typologique et le dater.

87Quelques semaines après la fin des fouilles, Paul Jacquelin et Nazaire Lajon échangèrent leurs points de vue sur la datation à donner aux deux vases de la sépulture 6-1936 :
- Lettre de Jacquelin à Lajon, en date du 5 octobre 1936 : « La poterie de la grande tombe me paraît être plus ancienne que celle trouvée dans le dépôt funéraire n° 1. L’urne me paraît être faite au tour et les 2 autres vases de la grande tombe, être de la poterie gauloise modelée à la main. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

88- Réponse de Lajon à Jacquelin, en date du 7 décembre 1936 : « 1° La poterie – 2 vases – trouvés les 29 et 30 9bre dans la grande fosse à grès est à peu près de même nature que celle brisée du foyer à ustion ; c’est le même travail, la même pâte, la même teinte, le même vernissage. Toutes les deux sont faites au tour et non à la main, les filets, les raies circulaires réguliers l’indiquent ainsi que la tenue et la régularité de la pièce ; le pied aussi. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

89L’examen de la coupe conservée aux Musées de Sens indique clairement qu’il ne s’agit pas d’une céramique montée au tour. Sur ce point, au moins, les conclusions de Jacquelin s’avèrent justes.

90La panse du vase haut est décorée de cannelures ou de lignes incisées verticales. La mauvaise qualité de la photo de ce vase ne permet pas de distinguer et d’identifier correctement la nature exacte du décor (cf. fig. 10). Le dessin est quant à lui trop schématique pour nous autoriser à conclure définitivement, alors que les notes conservées dans les archives n’en parlent pas.

91La forme de ce vase n’est cependant pas sans rappeler celles des urnes cinéraires des sépultures à crémation que l’on retrouve notamment, à Guerchy Les Créchaumes, sépulture 8 (Yonne ; GIRARD, 2003, fig. 26, n° 3), Barbey Le Chemin de Misy, sépulture 2 (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979, fig. 2, n° 1), ou à Gravon Chemin de l’Écluse, sépulture 35 (Seine-et-Marne ; SCHÉRER et alii, 1972, p. 370, fig. 8), dans des contextes de La Tène C2.

92L’urne de Lailly est cependant plus petite que celles qui ont été mises au jour en territoire sénon. Elle ne mesure que 142 mm de hauteur, contre 285 mm pour celle de Gravon, par exemple. C’est un petit vase qui ne renfermait aucun os brûlé. Il était vide, alors même qu’il avait été recouvert par la petite coupe en céramique. Les « légères traces blanchâtres » (voir infra) qui ont été observées par les fouilleurs à l’intérieur laissent penser qu’il a pu contenir un liquide quelconque.

93Des coupes comparables à l’exemplaire de Lailly (fig. 11) sont notamment attestées à Gurgy La Picardie, sépultures 20, 23, 28, 29, 30, 32, 36, 42 et 57 (Yonne ; PELLET, DELOR, 1980, fig. 8, 10 et 11). Parmi les treize vases recueillis à Gurgy, sept sont des coupes, plus particulièrement de très petites coupes pour six d’entre elles. Elles mesurent de 84 à 184 mm de diamètre à l’ouverture (contre 120 mm à Lailly), pour 37 à 65 mm de hauteur (contre 51 mm à Lailly). Comme à Lailly, celle de la sépulture 28 a servi de couvercle à un petit gobelet auquel elle était associée.

94Des coupes du même type, toujours associées à des urnes cinéraires, ont également été retrouvées dans des sépultures à crémation de La Tène C2, à Barbey Le Chemin de Misy, sépulture 2 (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979, fig. 2, n° 2), sépultures 1 et 4 (BARAY, 1995, pl. 36, nos 9 et 14), à Châtenay-sur-Seine Les Pâtures, sépulture 10 (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979, fig. 7, n° 2).

II.4.5. Mobilier de la sépulture 2-1937

95Pour tout mobilier, cette sépulture n’a livré qu’un torque à tampons en alliage cuivreux. D’après la description que Lajon nous en a laissée, il s’agissait d’un spécimen comparable au n° 417 du Catalogue descriptif et raisonné des bronzes du Musée de Troyes, découvert à Polisot Le Fiel (Aube ; Le CLERT, 1898, p. 130, n° 417). Ce dernier est ouvert, à jonc massif, lisse, de section ronde. Ses extrémités sont terminées par des tampons composés d’une succession de trois gorges striées, de forme conique, cantonnées de bagues étroites (cf. fig. 13). Nous ne lui connaissons pas de comparaison directe. Cependant, il n’est pas sans rappeler les torques à petits tampons coniques de La Tène A ou de La Tène B1 ancienne.

II.4.6. Mobilier de la sépulture 4-1937

96Le mobilier de cette sépulture se limitait à « un unique bracelet de bronze massif à tige fine et ronde, ayant 55 millimètres de diamètre intérieur. La tige qui a 4 millimètres de diamètre est ornée d’une petite arête médiane au pourtour » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

97En l’absence d’un dessin, même grossier, il est impossible de se prononcer sur le classement typologique et la datation de cet objet. Il s’agissait peut-être d’un bracelet de type B2.C1, fermé, à section complexe, sans décor (BARAY, 2016, pl. 43). Des bracelets de ce type, en alliage cuivreux, sont attestés dans des contextes datés de La Tène A ancienne (étape IIIA du Bassin parisien), à Sergines Le Gringalet, sépulture E26 (Yonne ; PARRUZOT, DELINON, 1979, fig. 20) et à Bressey-sur-Tille Clair Bois, sépultures 57 et 82 (Côte-d’Or ; CHAUME, 2001, pl. 134, nos 1-2, et pl. 136, nos 3-4). Dans la sépulture 82 de Bressey-sur-Tille, ils sont associés à une fibule de type Weidach, que l’on date, selon les contextes, du Hallstatt D3 ou de La Tène A ancienne. Ils perdurent cependant à La Tène B1 récente, notamment dans la sépulture C de Nod-sur-Seine Champs du Rupt du Cerf (Côte-d’Or ; BARAY et alii, 2007, fig. 13, n° 7) et dans la sépulture 4 de Bellenod-sur-Seine La Farge (Côte-d’Or ; ibid., fig. 15, nos 1-2).

III. La sépulture à crémation découverte en 2012

98Une sépulture à crémation a été fouillée fortuitement le 13 août 2012 au lieu-dit Au-delà de l’Eau, à une centaine de mètres de celles qui avaient été mises au jour en 1936 et 1937 (fig. 3). Elle se présentait sous la forme d’un fond de fosse arasé d’où la charrue avait déjà extrait au moins un fragment de fourreau d’épée, et un second fragment appartenant peut-être également au fourreau. Le reste du mobilier était encore en place au moment de la découverte. Ce mobilier est conservé dans les réserves des Musées de Sens (collection de la Société archéologique de Sens).

III.1. Sépulture 2012

99Fosse : de forme subcirculaire, elle mesurait 0,60 m dans son plus grand axe et 0,15 m de profondeur sous 0,30 m de terre arable (fig. 17). Le remplissage, de couleur beige clair, était composé de craie mêlée de terre.
Squelette : seules quatre grosses esquilles osseuses brûlées, pour un total de 7,17 g, ont été recueillies dans le fond de fosse.

Fig. 17. Plan et coupe de la sépulture 2012 (relevé original d’un donateur anonyme ; DAO P. Pihuit).

100Mobilier : indubitablement passé au feu, il comprend dix-huit pièces et fragments en parfait état de conservation. Il est très certainement incomplet. Au regard de la nature des restes conservés et de la connaissance que nous avons du mobilier des sépultures à crémation qui ont été fouillées en territoire sénon, il manque l’épée, la plus grande partie du fourreau ainsi qu’au moins un fer de lance. Ces objets ont probablement dû être emportés au moment de l’arasement de la partie supérieure de la sépulture. Seuls ceux qui avaient été disposés sur le fond de la fosse ont été préservés. Ils sont entiers et ne présentent aucune trace de destruction due au passage répété de la charrue. Les autres, ou plus exactement ce qu’il en reste, sont fragmentées à l’extrême et incomplets.

101- Fragment de l’entrée du fourreau d’épée en fer (fig. 18, n° 1)
Caractéristiques : haut du fourreau de la plaque revers. Le pontet est entier, très bien conservé. Il est fixé à l’aide de deux rivets en fer, à tête ronde et bombée. Les pattes du pontet sont larges, de forme presque circulaire.
Dimensions : long. totale conservée : 96 mm ; larg. : 50 mm ; long. pontet : 59 mm ; larg. passant pontet : 13 mm ; long. passant pontet : 23 mm ; larg. patte pontet : 25 mm.
Masse : 30,15 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.3.

102- Trois fragments du fourreau en fer (fig. 18, n° 2, a, b et c)
Caractéristiques : bord rectiligne de la plaque avers ou revers du fourreau.
Dimensions : long. maxi. : 51 mm ; larg. maxi. : 39 mm / long. maxi. : 67 mm ; larg. maxi. : 25 mm / long. maxi. : 28 mm ; larg. maxi. : 24 mm.
Masse : 6,71 g, 6,20 g et 2,08 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.7a, 2018.20.7c et 2018.20.d.

103- Fragment de tôle en fer (fig. 18, n° 2, d)
Caractéristiques : plaque indéterminée.
Dimensions : long. maxi. : 69 mm ; larg. maxi. : 41 mm.
Masse : 18,41 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.7b.

104- Fragment de tôle en fer (fig. 18, n° 2, e)
Caractéristiques : informe, appartient peut-être à l’une des deux plaques du fourreau.
Dimensions : long. : 18 mm ; larg. maxi. : 13 mm.
Masse : 0,62 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.7e.

Fig. 18. Mobilier de la sépulture 2012 (dessins de C. Touzel ; infographie A. Dumontet, UMR 6298 ARTEHIS ; cl. L. Baray). Tous les objets sont en fer.

105- Trois clous en fer (fig. 18, n° 3)
Caractéristiques : deux clous avec têtes très légèrement bombées, non décorées (2018.20.8a et 8c) ; un léger liseré est visible sur le pourtour de la tête de clou 2018.20.8c ; tige de section irrégulière, tendant vers le circulaire ; la tête du troisième clou est concave, non décorée (8b).
Dimensions : diam. tête. : 13 mm ; long. tige conservée : 10 mm / diam. tête : 13 mm ; long. tige conservée : 10 mm / diam. tête : 13 mm ; long. tige conservée : 13 mm.
Masse : 1,78 g, 1,88 g et 1,93 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.8a, 2018.20.8b et 2018.20.8c.

106- Deux anneaux de suspension en fer (fig. 18, nos 4 et 5)
Caractéristiques : anneaux composés de deux coques serties, sans rivet ; section en « D » ; jonc non décoré, sauf pour le bord d’un des deux anneaux qui est strié.
Dimensions : diam. ext. : 46 mm ; diam. int. : 16 mm ; ép. : 10 mm.
Masse : 21,87 g et 16,26 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.5a et 2018.20.5b.

107- Fibule en fer (fig. 18, n° 6)
Caractéristiques : fibule à pied attaché sur le sommet de l’arc à l’aide d’une bague ; pied orné d’une grosse perle cylindrique ; ressort à deux fois trois spires et corde externe ; arc en « archet de violon ».
Dimensions : long. : 116 mm ; haut. arc : 21 mm.
Masse : 35,05 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.2.

108- Deux pointes de clous en fer (fig. 18, nos 7 et 8)
Caractéristiques : tiges légèrement courbes, de section rectangulaire.
Dimensions : long. : 35 mm ; larg. jonc : 5 mm ; ép. jonc : 2,5 mm / long. : 4 mm ; larg. jonc : 7 mm ; ép. jonc : 3 mm.
Masse : 2,05 g et 3,67 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.6a et 2018.20.6b.

109- Talon de lance (fig. 19, n° 9)
Caractéristiques : douille munie d’une soie, de section carrée. La pointe de la douille est arrondie.
Dimensions : long. : 137,5 mm ; dim. douille : 24 x 26 mm ; long. soie : 90 mm.
Masse : 94 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.4.

110- Deux fragments de gouttières de fourreau en fer (fig. 19, n° 10)
Caractéristiques : gouttières rectilignes, non décorées.
Dimensions : long. maxi. conservée : 42 mm / long. maxi. conservée : 55 mm.
Masse : 1,31 g et 1,40 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.6d et 2018.20.6c.

Fig. 19. Mobilier de la sépulture 2012, suite (dessins de C. Touzel ; infographie A. Dumontet, UMR 6298 ARTEHIS ; cl. L. Baray ; dessin développé de l’umbo P. Pihuit). Tous les objets sont en fer.

111- Umbo de bouclier en fer (fig. 19, nos 11)
Caractéristiques : umbo à ailettes légèrement trapézoïdales. La fixation sur le bois de la spina se faisait à l’aide d’un rivet positionné non pas au centre de chaque ailette, mais décalé d’un centimètre vers son extrémité distale. Le bord externe des ailettes est concave. Les bords de la coque sont épaissis. La surface de l’objet présente de très nombreuses traces de coups, qui sont les stigmates de martelage de la tôle de fer.
Dimensions : haut. coque : 110 mm ; long. ailette : 87 mm ; haut. ailette à l’extrémité la plus large : 130 mm ; ép. bord de la coque : 4 mm ; diam. rivet : 4 et 5 mm.
Masse : 365,93 g. N° inventaire de la SAS : 2018.20.1.

III.2. Étude typologique et chronologique du mobilier

112Le fragment de la plaque avers du fourreau ne présente aucune trace d’un quelconque renfort. On n’y distingue que la pièce de suspension dont la forme, à passant et attaches larges, appartient au type 6 de Lejars (1994, p. 27 et 30). Ce type de pontet, associé ou non à une entrée de type campaniforme (type A2b-c de De Navarro), n’est cependant pas spécifique d’une étape chronologique. On le retrouve indifféremment associé aux fourreaux des groupes 1, 4, 5 et 6 de Lejars. Si les fourreaux du premier sont datés de sa phase 1 (La Tène B2), les deux suivants le sont de sa phase 2 (La Tène C1), le dernier de sa phase 3 (La Tène C2) (LEJARS, 1994, p. 31, 33-34).

113Les deux anneaux à coques serties, non rivetées, de section en « D », sont les derniers avatars des anneaux creux, rivetés, du Ve siècle avant J.-C., que l’on retrouve au nombre de trois en moyenne dans la conception des systèmes de suspension des épées de La Tène B2, et dans une moindre mesure dans ceux de La Tène C1. Ils sont du type V2.B (BARAY, 2016, pl. 124). Pour B. Raftery, c’est en effet au cours de La Tène B2 que les anneaux rivetés sont remplacés par des anneaux sertis non rivetés dont la phase de diffusion maximale se situe à la fin de La Tène B et au début de La Tène C1 (RAFTERY, 1987 ; RAFTERY, 1988). Pour V. Kruta (1983), l’association d’objets étrusques et d’anneaux creux, non rivetés, dans les cimetières bolognais (excepté la sépulture Benacci n° 953) plaide en faveur d’une datation de ces derniers dans le courant du premier quart du IIIe siècle avant J.-C. Après cette dernière phase, les anneaux creux non rivetés deviennent relativement rares. Les deux exemplaires de Lailly sont, a priori, les premiers à avoir été découverts en territoire sénon. Leur section en « D » se distingue d’ailleurs de celles des anneaux creux, rivetés ou non, qui adoptent toujours une section amygdaloïde plus ou moins prononcée. Cette différence morphologique traduit probablement une évolution chronologique. Il s’agit semble-t-il des premiers exemplaires associés au retour des ceinturons en cuir à anneaux de suspension de La Tène C2. Des anneaux creux, de section triangulaire, sont attestés, associés à des fourreaux du groupe 5 de Lejars, dans les sépultures 10 et 14 de Manching Steinbichel (Haute-Bavière ; KRÄMER, 1985, Taf. 3, nos 4-5 et Taf. 6, nos 2-3), 156 de Bologne De Lucca (Émilie-Romagne ; KRUTA-POPPI, 1979, fig. 8, n° 1). Ils proviennent tous de contextes datés de La Tène C2.

114Le talon appartient au type TL2.C, à base conique massive, partie supérieure évidée (à douille), et soie (BARAY, 2016, pl. 130). Un unique talon de ce type (n° 1663) a été retrouvé parmi les centaines d’armes recueillies dans le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (Oise). Il appartient au groupe morphologique à talon mixte de la classification d’A. Rapin, associant une douille et une soie (RAPIN, 1988, p. 106-107). Ce montage particulier et relativement rare ne se justifierait, selon Rapin, « que par le souci d’éviter l’éclatement de la hampe et non par un usage différent de la lance » (ibid., p. 107).

115Un talon de ce type, sans doute le plus rare parmi tous ceux qui ont été identifiés, est attesté dans un contexte daté de La Tène C2 à Manching Steinbichel, sépulture 40 (Haute-Bavière ; KRÄMER, 1985, Taf. 26, n° 5) et à München-Obermenzing, sépulture 12 (Bavière ; KRÄMER, 1985, Taf. 60, n° 5). Comme à Lailly, il était accompagné d’un umbo à ailettes trapézoïdales et coque haute. Deux fibules à pied attaché loin derrière le sommet de l’arc et ressort court à deux fois deux spires ou à ressort long, une épée rangée dans un fourreau muni d’une bouterolle courte et extrémité triangulaire (groupe 6 de LEJARS, 1994), un système de suspension à anneaux et agrafe de ceinturon, un fer de lance à douille longue et empennage en feuille de saule, ainsi qu’un vase haut en céramique complètent l’inventaire du mobilier de cette dernière sépulture.

116L’umbo de bouclier appartient au type à ailettes légèrement trapézoïdales, dont la coque lisse mesure entre 80 et 120 mm de hauteur (type VA, RAPIN, 1988, p. 81 ; Type U4.B1, BARAY, 2016, pl. 132). Avec ses 110 mm de hauteur, la coque de l’exemplaire de Lailly se situe parmi les modules de grande taille (coque haute). Un petit rebord de 4 mm d’épaisseur délimite les parties haute et basse de la coque. Les rivets sont positionnés à peu près au même endroit, presque au centre des ailettes.

117Un umbo comparable a été mis au jour dans la sépulture 293 de Pont-sur-Yonne Derrière les Écoles (Yonne ; PRAMPART, 1980, pl. V, g), dans un contexte daté de La Tène C2 (BARAY, 2009, p. 76). Il est également attesté dans la sépulture 63 de Fère-Champenoise Faubourg-de-Connantre (Marne ; BRISSON et alii, 1970, pl. III, D), datée de La Tène C2, ainsi qu’à Marson Montfercault (Marne ; CHARPY, RAPIN, 1991, fig. 3), dans un contexte contemporain. Mais c’est surtout dans les sépultures de Slovénie (Dobova, sép. 2 et 5 ; GUSTIN, 1977 ; GUSTIN, 1984, Abb. 19, n° 3), de Slovaquie (Drna, sép. 5/74 ; FURMANEK, SANKOT, 1985, Obr. 12, n° 1) ou de Bavière (Geislingen an der Steige ; Darmsheim, sép. 6 ; Manching Steinbichel, sép. 35 et 36, 40 ; München-Obermenzing, sép. 7 et 12 ; FISCHER, 1967, Abb. 3, n° 2, Abb. 7, n° 1 ; KRÄMER, 1985, Taf. 21, n° 16, Taf. 22, n° 6, Taf. 26, n° 5, Taf. 59, n° 5, Taf. 60, n° 6) que l’on trouve ces derniers fréquemment associés à des épées des groupes 5 ou 6 de Lejars (1994), avec les dernières chaînes de suspension métallique de type gourmette ou avec les premiers ceinturons en cuir à crochet et anneaux plats ou de section triangulaire, généralement au nombre de trois, en alliage cuivreux ou en fer. Ils sont parfois associés à des fibules en fer à pied long – fréquemment orné d’une grosse perle cylindrique – attaché sur le sommet d’un arc à courbe continue et ressort court (Drna, sép. 5/74 ; Dobova, sép. 5) ou d’un arc « en archet de violon » et ressort long (Darmsheim, sép. 6 ; München-Obermenzing, sép. 12).

118La fibule en fer de Lailly présente toutes les caractéristiques des fibules de type F11.C1d à pied, orné d’une grosse perle cylindrique, attaché loin derrière sur le sommet de l’arc en « archet de violon » à l’aide d’une bague, et ressort à deux fois trois spires et corde externe (BARAY, 2016, pl. 105). Des fibules de ce type sont fréquentes dans la moitié nord de la France au cours de La Tène C1 : Châtenay-sur-Seine Les Pâtures, sépulture 12 (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979, fig. 6, nos 2-3), Villeperrot Le Haut des Longues, sépulture 33 (Yonne ; PRAMPART, 1979, fig. 18, d), Saint-Benoît-sur-Seine La Perrière, sépulture 3 (Aube ; MILLET, 2008, pl. 2, n° 1), Normée La Tempête, sépultures 19, 21 et 22 (Marne ; BRISSON, HATT, 1969, pl. II, D, pl. II, B et pl. V, B), Gourgançon Les Poplainnaux, sépulture 29 (Marne ; CHARPY, ROUALET, 1991, fig. 249, b). Elles correspondent au type 14 de Gebhard (1991, Abb. 5) et sont caractéristiques des occupations de La Tène C1a et C1b de l’oppidum de Manching (GEBHARD, 1991, p. 80-81, Abb. 42). Ce type de fibule perdure toutefois à La Tène C2, notamment à Saint-Maur-des-Fossés, sépulture 2 (Val-de-Marne ; LECONTE, 1991, fig. 8, n° 6).

119L’ensemble du mobilier de la sépulture 2012 semble chronologiquement cohérent. Malgré les incertitudes qui restent attachées à la typochronologie du fourreau, une datation à La Tène C2 de l’ensevelissement du guerrier peut être proposée.

IV. Synthèse chronologique

120L’étude du mobilier issu du cimetière de l’Au-delà de l’Eau permet de définir trois phases d’occupation, entre La Tène B1 récente et La Tène D2a, soit entre le second quart du IVe siècle et le premier quart du Ier siècle avant J.-C., et autant de phases de désaffection à La Tène B2 (325-275 avant J.-C.), La Tène C1 (275-190 avant J.-C.) et La Tène D1a (140-120 avant J.-C.).

IV.1. La Tène B1 récente (370-325 avant J.-C.)

121Cette période est représentée par les sépultures 3-1927, 1-1934, 2-1937 et 4-1937. La sépulture 2-1937 n’a livré qu’un torque à tampons, et 4-1937 un bracelet. Dans les deux cas, nous ne disposons pas du dessin des objets. Pour les dater il a fallu se référer aux informations fournies par le fouilleur qui, dans le premier cas, c’est contenté de renvoyer les lecteurs à une comparaison avec un objet provenant du cimetière du Fiel à Polisot et dans le second cas à une simple description. Étant donné que cette datation est basée sur une interprétation des données indirectes fournies par Lajon, il y a lieu d’être prudent et de ne s’y référer qu’avec toutes les réserves qui s’imposent en pareil cas.

122En revanche, l’ensemble du mobilier de la sépulture 3-1927 et le torque de la sépulture 1-1934 permettent de les dater sans équivoque de cette période. Cela dit, ces quatre sépultures ne rendent qu’imparfaitement compte de l’importance de cette période chronologique, à l’instar de ce que l’on observe habituellement sur les autres cimetières du territoire sénon, à commencer par celui tout proche de La Tournerie où plus d’une vingtaine de sépultures, datées pour la plus part d’entre elles de La Tène B1 récente, ont été mises au jour à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. En effet, elle est généralement, mais dans des proportions bien plus importantes, la plus fournie en nombre de sépultures. Il faut peut-être mettre au compte des méthodes de fouille et de l’amateurisme des fouilleurs le très faible nombre de sépultures découvertes et fouillées dans les années 1920 et 1930. Il est possible qu’une reprise des fouilles à l’aide de grands décapages permettrait la découverte d’un nombre bien plus conséquent de sépultures de cette période, et d’autres périodes, comme le montre la découverte de 2012.

IV.2. La Tène C2 (190-140 avant J.-C.)

123Cette étape d’occupation du cimetière de Lailly Au-delà de l’Eau est représentée par le mobilier parfaitement homogène des sépultures à inhumation 6-1936 et à crémation 2012. Toutes les datations obtenues, pour les deux vases de l’inhumation comme pour le fragment du fourreau d’épée, les anneaux de suspension, le talon de lance, l’umbo de bouclier ou la fibule en fer de la crémation, sont cohérentes entre elles et indiquent de manière univoque que les ensevelissements ont eu lieu dans le courant de la première moitié du IIe siècle avant J.-C., soit au cours de l’étape VIA de la chronologie du Bassin parisien (BARAY, 2016).

IV.3. La Tène D1b (120-80 avant J.-C.)

124Cette dernière étape chronologique est représentée par la sépulture 2-1936, dont on a vu que la forme singulière de la jatte (le second vase n’ayant pu être dessiné car en trop mauvais état de conservation) avait pu être rapprochée d’une production tout aussi singulière attestée essentiellement chez les Trévires.

V. Organisation chronologique des occupations du cimetière

125La répartition des sépultures par étape chronologique montre que si toutes les découvertes datées de La Tène C2 sont regroupées dans le bas du versant, à quelques centaines de mètres de l’Alain, il en a été autrement au cours de La Tène B1 récente (fig. 20).

Fig. 20. Phasage chronologique du cimetière de Lailly Au-delà de l’Eau.

126Durant cette première phase d’occupation, les sépultures ont été implantées aussi bien en haut qu’en bas du versant des terres de l’Au-delà de l’Eau. En l’absence de fouilles exhaustives, il est toutefois impossible d’appréhender correctement la densité et le mode d’occupation de cette première phase. S’agissait-il d’une occupation lâche de sépultures plus ou moins isolées les unes des autres ou de groupes de sépultures éloignés les uns des autres ? De même, l’absence de grands décapages ne permet pas de savoir si les sépultures, isolées ou groupées, avaient été ou non implantées au sein d’enclos quadrangulaires, selon les traditions culturelles régionales, comme pourrait d’ailleurs le laisser penser la disposition en « U » des sépultures 3-1936, 4-1936 et 5-1936. En effet, cette dernière pourrait s’expliquer par leur implantation au sein d’un petit monument quadrangulaire qui n’aurait pas été reconnu par les fouilleurs. La disposition singulière des trois sépultures pourrait correspondre à un « effet de parois » induit par l’existence à l’origine d’une délimitation spatiale suffisamment pérenne pour que les fossoyeurs en aient tenu compte à chaque nouvelle inhumation. Cette organisation de sépultures en petites « concessions familiales » à l’intérieur d’espaces délimités par des fossés, non reconnus ou arasés, ou des haies vives n’ayant laissé aucune trace sur le terrain a été maintes fois mise en évidence sur d’autres cimetières sénons (BARAY, 1991 ; BARAY et alii, 1994 ; GUILLAUMET, 2000 ; MILLET, 2008 ; DRWILA, 2009).

127En l’état de la documentation, nous nous hasarderons à dire que le cimetière de La Tène B1 récente semble avoir connu un développement polynucléaire. Au moins deux secteurs ont été utilisés simultanément au cours de la première phase d’occupation du site : le haut (sép. 1-1927, 2-1927, 3-1927) et le bas du versant (sép. 1-1934, 2-1934, 2-1936, 3-1936, 4-1936, 5-1936, 6-1936, 1-1937, 2-1937, 3-1937, 4-1937).

128Le mode d’occupation du cimetière a apparemment changé à compter du IIe siècle avant J.-C. Seul le secteur situé au bas du versant semble, en l’état actuel de nos connaissances, avoir été utilisé au cours de La Tène C2 et de La Tène D1b. À se fier au plan de répartition des sépultures fourni par Lajon (sép. 2-1936 et 6-1936) et au positionnement au GPS de la sépulture 2012, il semblerait que les trois sépultures datées de ces deux périodes aient été implantées à une certaine distance les unes des autres.

129Il est possible que des enclos quadrangulaires de petite taille, entre 2 et 9 m de côté (type A71, voir BARAY et alii, 1994, fig. 100, p. 137) aient également été utilisés pour délimiter les espaces réservés à chaque sépulture, qu’elle soit à inhumation ou à crémation. Les exemples régionaux, notamment ceux de Châtenay-sur-Seine Les Pâtures (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979) ou de Pont-sur-Yonne Derrière les Écoles (Yonne ; PRAMPART, 1980), indiquent clairement que l’on passe au début du IIe siècle avant J.-C. d’une organisation « familiale » des sépultures au sein des cimetières à une organisation privilégiant l’individu. Ce n’est plus le groupe, quelle que soit sa taille, qui est mis en avant mais l’individu, dans des cimetières regroupant désormais un petit nombre de défunts ; chacun étant signalé par un monument individuel.

VI. Pratiques funéraires

130En l’absence de relevés systématiques, soit publiés, soit conservés dans les archives de la Société archéologique de Sens, une part importante des informations concernant la position des squelettes, l’architecture et l’aménagement interne des tombes ou leur mode de remplissage, est à jamais perdue. Nous avons néanmoins pu en glaner quelques-unes dans les notes manuscrites et les articles publiés par Lajon.

VI.1. Pratique de l’inhumation

VI.1.1. Mise en terre et orientation des corps

131Les défunts semblent avoir toujours été disposés en décubitus dorsal, les membres supérieurs et inférieurs en extension. Les fouilleurs n’ont relevé aucune anomalie au regard de leurs connaissances en matière de pratiques funéraires des âges du Fer. Aucune position particulière des squelettes n’a été observée.

132Nous pouvons en revanche déduire des aménagements lithiques qui ont été régulièrement observés que la plupart des défunts ont été ensevelis dans des cercueils. Les blocs de grès ou les rognons de silex entourant les squelettes délimitent les espaces internes qui avaient été ceux occupés à l’origine par les cercueils (voir infra Aménagement des fosses). On peut en conclure, sans trop de risque d’erreur et malgré l’absence d’analyses anthropologiques in situ, que la décomposition de la majorité des inhumés de Lailly s’est faite en espace vide.

133L’orientation des corps n’a pas toujours été notée. Le plus souvent c’est l’orientation de la fosse qui l’a été, sans que l’on connaisse la position du squelette à l’intérieur. C’est par exemple le cas des deux sépultures de guerriers à l’origine de la découverte du cimetière en septembre 1927. Lajon se contente de signaler, aux dires de l’agriculteur qui a procédé à l’ouverture des fosses, qu’elles étaient orientées du nord au sud, tandis que la marquise de Maillé aurait compris, « si l’on s’en rapporte [aux] explications » de ce même individu, qu’ils avaient « les pieds tournés au levant » (voir supra). Or, les fosses ayant été implantées nord-sud, si l’on se réfère aux plans de masse existants du cimetière, les deux guerriers ne pouvaient avoir les pieds tournés vers le levant, mais soit au sud, soit au nord.

134L’ensemble des quatorze sépultures à inhumation se répartit en deux groupes d’orientation. Un groupe de sépultures dont les fosses sont orientées est-ouest et un second groupe dont les fosses sont orientées nord-sud (fig. 21).

Fig. 21. Orientation des fosses et des défunts du cimetière de Lailly.

135Le manque de précision des relations de fouilles ne permet pas de toujours connaître l’orientation du squelette. On la connaît de manière assurée que pour cinq sépultures. Dans deux cas, la tête est au nord et une fois au sud, alors que les fosses avaient été creusées nord-sud, en travers de la pente. Dans le Bassin parisien, toutes périodes confondues (entre le VIe et le début du IIe siècle avant J.-C.), la tête des défunts est préférentiellement orientée au nord dans les fosses orientées nord-sud (BARAY, 2003, tabl. XII).

136Dans les deux cas connus où les fosses ont été creusées selon une orientation est-ouest – suivant en cela le sens de la pente –, les défunts ont été disposés la tête à l’ouest, conformément à la deuxième orientation dominante dans le Bassin parisien au sein de la catégorie des sépultures « plates » (16,2 % du corpus ; BARAY, 2003, p. 65). Il est plutôt rare de trouver des têtes orientées à l’est dans des fosses orientées est-ouest (ibid., tabl. XII).

VI.1.2. Forme et dimensions des fosses

137Comme pour les autres critères touchant aux pratiques funéraires, nous partons du principe qu’en l’absence de signalement de la part des fouilleurs, les faits observés leur ont toujours semblé conformes à l’idée qu’ils se faisaient des modes d’ensevelissement des Gaulois. Concernant la forme et la taille des fosses sépulcrales, par exemple, seule celle de la sépulture 4-1936 a attiré leur attention. Une encoche convexe, sorte de logette céphalique, avait en effet été aménagée sur le petit côté sud de la fosse pour y loger la tête du défunt (cf. fig. 6). Dans sa « Note sur les nouvelles fouilles faites dans le cimetière gaulois de Lailly », en date du 18 décembre 1936, Lajon précise que « le crâne retrouvé en 8 fragments et les mâchoires reposaient sur un pavé de grès du poids d’au moins 15 kilos, tandis que les parois de craie de la tombe, durcies par le feu, dont il a été retrouvé trace dans les terres de remplissage, avaient été taillées de telle sorte qu’elles formaient à l’aspect du midi une cavité en arc de cercle, coupée de chaque côté, à angle droit et qui contenait la tête du défunt. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). Un tel aménagement est plutôt rare dans les cimetières du second âge du Fer de la moitié nord de la France. On peut citer à titre indicatif l’exemple de la sépulture 25 inf. de Beine L’Argentelle où une niche a été aménagée pour y loger la tête de l’inhumée (Marne ; MORGEN, ROUALET, 1976, p. 21 et 35).

138Les autres fosses se présentaient sous la forme de structures de plan rectangulaire aux parois verticales ou sub-verticales et fond plat. Celui de la sépulture 6-1936, dont la fosse est particulièrement grande, semble avoir été aménagé : « le fond en était uni et carrelé au moyen de petits pavés de craie, de quelques centimètres d’épaisseur, parfaitement taillés et ajustés. Un squelette, celui d’un homme adulte de la taille de 1m65 environ, était allongé sur cette sorte de dallage » (note de Lajon, datée du 18 décembre 1936).

139Les fosses mesuraient de 1,45 à 3,25 m de longueur, de 0,55 à 1,70 m de largeur, pour une profondeur variant de 0,20 à 1,15 m (fig. 22). La plus petite profondeur, 0,20 m, est celle d’une sépulture à crémation. Les inhumations ont en revanche été creusées bien plus profondément, la moyenne s’établissant à 0,76 m. La profondeur des fosses est donnée à titre indicatif, car nous ne pouvons juger des effets possibles de l’érosion naturelle ou anthropique sur l’état d’origine du sol.

Fig. 22. Dimensions des fosses à inhumation ou crémation du cimetière de Lailly.

140Les longueurs s’inscrivent dans la classe des fosses de taille moyenne du Bassin parisien (1,50 à 3 m), tandis que les largeurs se répartissent entre la classe des fosses petites / moyennes (0,10 à 1 m) et la classe des fosses larges (1,10 à 1,70 m) (BARAY, 2003, p. 110-111).

141À Lailly, comme dans presque tous les cimetières des âges du Fer, la taille des fosses ne peut être corrélée avec la taille des inhumés ou l’encombrement du mobilier ou sa richesse relative (BARAY, 2003, p. 216-220). Par exemple, la grande taille de la sépulture 6-1936 ne s’explique ni par celle exceptionnelle du défunt (1,65 m pour une fosse de 3,25 m de longueur), ni par l’importance de son mobilier, puisque cette sépulture n’a livré que deux vases entiers. Elle peut en revanche s’expliquer par l’encombrement du contenant en matière périssable, autrement dit l’encombrement du cercueil. De nombreux exemples pris dans l’ensemble des cimetières du Bassin parisien indiquent en effet clairement que c’est le type de contenant qui influe sur la longueur et la largeur de la fosse, donnant ainsi l’impression que le squelette « flotte » dans l’espace (BARAY, 2003, p. 218). La taille particulièrement importante de la fosse de cette sépulture doit sans nul doute s’expliquer par celle du cercueil qui y a été déposé.

VI.1.3. Aménagement des fosses

142Sauf indication contraire, comme dans le cas des sépultures 3-1927 et 4-1927, les fouilleurs ont observé la présence d’aménagements lithiques autour et/ou au-dessus des squelettes. Ils correspondent à nos types 1, 2, 3 et 6 (BARAY, 2003, p. 120-127, fig. 19).

143 Type 1 : pierre de calage longitudinal et/ou latéral
Dans la sépulture 3-1937, les restes de plusieurs squelettes ont été retrouvés entassés pêle-mêle, entre deux cordons de silex (note manuscrite de Lajon).

144 Type 2 : bloc(s) localisé(s) sur une ou plusieurs parties du squelette
Dans la sépulture 4-1937, « deux pavés de grès avaient été posés à plat à hauteur de la tête et de la poitrine, et une quinzaine de petits silex épannelés étaient rangés en cercle autour du crâne » (note manuscrite de Lajon).

145 Type 3 : association des types 1 (pierre de calage longitudinal et/ou latéral) et 2 (bloc(s) localisé(s) sur une ou plusieurs parties du squelette)
« Chacun des squelettes [des sépultures 1-1927 et 2-1927] était recouvert par un gros bloc de grès sauvage, du poids d’à peu près 150 kilos, puis entouré d’un cordon de pavés grossiers (éclats de roches dures) et de gros rognons de silex. » (LAJON, 1928, p. 95). Reprenant cette courte description en 1929, Lajon précise que les blocs de grès pesaient de 100 à 200 kg (LAJON, 1929, p. 179).

146Des blocs de grès avaient été placés sur la tête et la poitrine du défunt de la sépulture 1-1934. D’autres, plus petits, mêlés à des rognons de silex, avaient été disposés en cordon tout autour du fond de la fosse, au moins jusqu’à la hauteur du bassin (LAJON, 1935, p. 162). « De même que le premier, ce deuxième squelette [de la sépulture 2-1934] était recouvert de pavés de grès, et entouré dans sa partie supérieure d’un cordon de pierres disposées régulièrement autour de la fosse » (LAJON, 1935, p. 162).

147« Autour du mort [de la sépulture 3-1936], en suivant les parois de la fosse, les ensevelisseurs avaient alignés en cordon, l’un au bout de l’autre, les habituels gros silex de la craie, auxquels ils avaient enlevé au préalable, les plus importantes nodosités. Puis, au-dessus de la place qu’avait occupée la tête et un sur l’avant-corps, desquels ils avaient été séparés par 15 centimètres de terre, cinq éclats de grès dur […] avaient été disposés à plat et au même niveau […]. L’un de ces pavés est d’un poids qui dépasse cent kilos. » (extrait de la note manuscrite de la communication présentée le 22 janvier 1937 devant la Société académique de l’Aube. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

148« Autour de la fosse [de la sépulture 6-1936], une centaine de silex épannelés, posés bout à bout, formaient cette fois un double cordon, et, séparés du squelette, par 25 centimètres de terre, vingt gros pavés de grès dur […] étaient disposés en groupes et de façon bizarre, d’un bout à l’autre de la tombe. Le poids total de ces grès dépasse certainement mille kilogrammes. » (N. Lajon, 18 décembre 1936, « Note sur les nouvelles fouilles faites dans le cimetière gaulois de Lailly ». Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

149C’est un système de calage longitudinal de type 1 qui a été mis en évidence dans la sépulture 2-1937, auquel étaient associés deux grès posés à l’emplacement du crâne et de la main gauche, type 2 : « Un seul rang de silex épannelés existait en cordon au fond de la fosse, côté du midi, le long du mur de craie qui la séparait de celle voisine [sépulture 1-1937]. Deux pavés de grès, équarris, étaient mis à plat, l’un au même niveau et près de la tête, l’autre sur le côté gauche à hauteur de la main. » (note manuscrite de Lajon). Les deux grès ont dû être disposés là pour caler le couvercle du cercueil.

150 Type 6 : pierre(s) éparse(s) autour du squelette ou dans le remplissage
Nous disposons de plusieurs descriptions manuscrites de la sépulture 1-1937. Chacune nous présente un aspect un peu différent, voire contradictoire, de la disposition des pierres qui ont été retrouvées dans le remplissage de la fosse : un inhumé « sans grès au-dessus mais seulement avec un petit pavé près de la tête et quelques silex sur le corps » (brouillon d’un courrier de Lajon adressé à Jacquelin) ; une « petite fosse ayant en paroi au sud un seul rang de cailloux un grès carré en forme de pavé bien taillé 0m20 de côté, proche la tête, un autre tout petit sur ce côté, rien sur lui. » (note manuscrite de Lajon) ; « il n’y avait ni grès, ni grosses pierres sur le corps. » (lettre de Lajon à Jacquelin, en date du 20 avril 1937) ; « un squelette était allongé sur le dos avec quelques petits silex épannelés posés en cercle autour de la tête. » (note manuscrite de Lajon).

151Hormis cette dernière citation qui laisse penser qu’il y a pu y avoir un calage strictement localisé à l’aide de silex disposés autour de la tête du défunt, les autres informations disponibles indiquent clairement qu’aucun dispositif particulier incluant l’usage de blocs de grès ou de gros rognons de silex n’avait été retenu par les fossoyeurs. Autrement dit, le cercueil de cet individu, si cercueil il y a eu, n’avait pas été calé. À moins d’envisager que le défunt ait été déposé dans un linceul dans le fond de la fosse et que les silex retrouvés autour du crâne aient servi à le caler. Il pourrait s’agir d’une sépulture en pleine terre, la décomposition s’étant faite en espace colmaté.

152Comme on le voit, dans presque toutes les sépultures, les défunts avaient été enfermés dans des cercueils qui ont été le plus souvent entourés d’aménagements lithiques composés de blocs de silex et/ou de grès (fig. 23).

Fig. 23. Types d’aménagements lithiques des sépultures à inhumation du cimetière de Lailly.

153Disposés sous la forme de cordons ou murets, plus ou moins savamment agencés, les blocs entouraient les cercueils comme pour les caler. Des observations archéologiques corrélées à des analyses anthropologiques in situ ont pu montrer que ces aménagements lithiques avaient servi à caler des cercueils creusées dans des troncs d’arbre évidés ou, plus rarement, construits à l’aide de planches (BARAY et alii, 1994, p. 46 ; BLAIZOT, MILCENT, 2002, p. 58-61).

154Dans d’autres cas, les blocs de grès et/ou de silex, pouvant peser chacun plusieurs dizaines de kilogrammes – selon Lajon, le poids total pour une même sépulture pouvait atteindre facilement 1000 kg (Anonyme, 1939b, p. 266) –, avaient vraisemblablement été disposés au-dessus du couvercle des cercueils en bois sous la forme de véritables chapes, dont la fonction nous échappera toujours (protection contre les pilleurs ou les animaux fouisseurs ; système destiné à empêcher le retour des défunts dans le monde des vivants…).

155C’est le type 3 qui prédomine largement à Lailly, alors qu’il est plutôt minoritaire, toutes périodes confondues, dans le reste du Bassin parisien (BARAY, 2003, tabl. XXII).

VI.1.4. Signalisation des sépultures

156Aucune information ne nous est parvenue à propos de la signalisation des sépultures. Aucun enclos circulaire ou quadrangulaire n’a été fouillé. Aucun segment de fossé pouvant se rapporter à ce type de structure monumentale n’a été détecté. Deux faits cependant nous permettent d’aborder le sujet. C’est tout d’abord le fait que les sépultures, aussi peu nombreuses soient-elles à avoir été fouillées, ne se recoupent pas entre elles. Elles ont pu être implantées à proximité les unes des autres, au point d’avoir, comme dans le cas des sépultures 3-1936, 4-1936 et 5-1936 des côtés tangents entre eux, mais jamais de se recouper.

157De même, une sépulture a pu être implantée au bout et en travers d’une seconde sépulture, sans pour autant que l’une des deux fosses recoupe l’autre. Ce phénomène a été observé à deux reprises entre les sépultures 3-1927 et 4-1927 et entre les sépultures 1-1934 et 2-1934. Dans les deux cas, les deux tombes formaient un T.

158Quoi qu’il en soit, il semblerait que les fossoyeurs aient tenu à respecter l’intégrité des sépultures grâce à la mise en place d’un système quelconque de signalisation des fosses en surface. Apparemment cette signalisation pérenne a fonctionné suffisamment longtemps pour éviter tout recoupement.

159L’unique recoupement signalé, celui de la sépulture à inhumation 3-1936 par la sépulture à crémation 2-1936, pourrait s’expliquer par le long laps de temps qui s’est écoulé entre les deux ensevelissements. L’inhumation, qui n’a pu être datée car elle n’a livré aucun mobilier, relève très probablement de l’occupation de La Tène ancienne, peut-être de la fin de La Tène ancienne (La Tène B1 récente ou La Tène B2) (voir supra la datation de la sépulture 5-1936, sa voisine). Nous avons proposé de dater la sépulture à crémation de La Tène D1b, soit des années 120 à 80 avant J.-C. Entre les deux implantations, il s’est donc écoulé, si notre hypothèse était avérée, au moins une centaine d’années, soit un laps de temps suffisamment long pour que la signalisation de l’emplacement précis de l’inhumation ait disparue.

160À l’instar de ce qui est observé dans la quasi-totalité des cimetières protohistoriques, les recoupements de sépultures entre elles restent ici aussi un phénomène marginal (BARAY, 2003, p. 206-207).

VI.1.5. L’inhumation habillée : le port de la parure et des accessoires vestimentaires

161Malgré l’indigence des informations parvenues jusqu’à nous, il est possible de classer le mobilier des quatre sépultures à inhumation de Lailly en trois parures distinctes, selon l’assemblage des bijoux (classement des parures par type d’association des classes fonctionnelles entre elles) et des accessoires vestimentaires recueillis dans chacune d’elle (cf. fig. 14). Ces assemblages ou parures s’intègrent à la classification des ensembles funéraires avec parures annulaires établie pour les cimetières des âges du Fer du Bassin parisien (BARAY, 2003, p. 285-290, tabl. LII et LIII).

162- Parure de type 1A : à torque seul
Sur trois torques mis au jour sur ce site (sép. 3-1927, 1-1934, 2-1937), deux n’étaient associés à aucune autre parure, ni à aucun accessoire vestimentaire (sép. 1-1934, 2-1937). Le port du torque seul est particulièrement fréquent dans les ensembles funéraires du Bassin parisien (BARAY, 2003, p. 287 et tabl. LII). Avec 19 % des assemblages des parures annulaires avec torque, toutes périodes confondues, il arrive en quatrième position après les parures de type 2A (torque + un bracelet au poignet gauche : 10,6 %), 2B (torque + un bracelet au poignet droit : 12,8 %) et 3A (torque + un bracelet à chaque poignet : 41,3 %). C’est principalement durant le premier âge du Fer, et plus particulièrement durant le Hallstatt D3 que l’on trouve le plus grand nombre de sépultures dotées d’un torque comme unique parure (parure A1). Le phénomène se maintient ensuite, mais à des niveaux très bas, tout au long du second âge du Fer, jusqu’à la disparition des torques au cours de La Tène C1. Les découvertes de Lailly ne sont donc pas conformes à la tendance générale que l’on peut observer dans la moitié nord de la France. En fait, compte tenu du petit nombre de sépultures concernées, nous n’aurions pas dû en trouver qui aient été dotées d’un torque comme unique parure.

163- Parure de type 2 : à torque et bracelet seuls
La parure ou assemblage de bijoux de la sépulture 3-1927 est du type 2, associant un torque à un bracelet. Toutefois, l’absence d’indication sur le poignet auquel ce dernier était porté ne permet pas de classer cet ensemble dans le type 2A (au poignet gauche) ou 2B (au poignet droit). Quoi qu’il en soit, la défunte ne se distinguait guère des femmes de son époque qui avaient adopté le port d’un unique bracelet plutôt que le port d’un bracelet à chaque poignet, comme cela avait été la mode entre le second quart du Ve et le milieu du IVe siècle avant J.-C. Les bracelets sont portés à l’unité dans près de 69 % des sépultures dès le milieu du IVe siècle avant J.-C. ou La Tène B1 récente (BARAY, 2003, p. 249). Le port d’un unique bracelet s’est fait de préférence au poignet gauche à compter du milieu du IVe siècle avant J.-C. (parure 2A), alors que c’est le poignet droit qui avait été privilégié entre le second quart du Ve siècle et le milieu du IVe siècle avant J.-C. (de La Tène A ancienne à La Tène B1 ancienne ; BARAY, 2003, tabl. LII). Aussi, étant donné que nous avons proposé de dater la sépulture 3-1927 de La Tène B1 récente, il y a de fortes chances pour que la défunte ait porté, à l’instar de ses contemporaines, son bracelet en alliage cuivreux au poignet gauche.

164C’est à partir de l’étape IVA du Bassin parisien ou La Tène B1 ancienne que la proportion des dépôts à deux fibules augmente de manière importante dans les sépultures de la moitié nord de la France, tandis que celle à trois fibules s’accroît au cours de la période qui va de l’étape IVA à l’étape VIA, soit de La Tène B1 ancienne à La Tène C2. 85 % des dépôts à trois fibules datent de cette période, sachant que la domination du nombre des fibules uniques par sépulture se maintient du Hallstatt D1 à La Tène D2 (64 % des sépultures ne comptent qu’une seule fibule, toutes périodes et toutes régions du Bassin parisien confondues ; BARAY, 2003, p. 255). Malgré l’augmentation du nombre de fibules par sépulture à compter de la première moitié du IVe siècle avant J.-C., celles qui en ont livré quatre, comme à Lailly, ou plus de quatre, sont rares. Il s’agit toujours de sépultures qui se distinguent d’une manière ou d’une autre de leurs contemporaines. Ainsi deux des quatre sépultures féminines à inhumation du petit cimetière du Chêne Le Chemin de l’Huître (Aube) ont livré chacune un dépôt funéraire singulier : la défunte de la sépulture 3 a été dotée, entre autres, de neuf fibules, de deux torques en alliage cuivreux passés autour de son cou, de deux chaînes en alliage cuivreux déposées sur son abdomen et d’un anneau de cheville passé à chacune de ses chevilles ; outre quatre fibules, la défunte de la sépulture 1 a été appareillée avec une prothèse dentaire en fer. Deux d’entre elles (sép. 3 et 4) ont par ailleurs été ensevelies sur l’aire interne d’un petit enclos quadrangulaire (KAURIN, SEGUIN, 2013, fig. 5). Avec ses quatre fibules, dont trois en alliage cuivreux, la sépulture 3-1927 de Lailly fait donc figure d’exception. Nazaire Lajon n’a malheureusement pas laissé de plan de la sépulture ni de notes nous informant de la position occupée par les quatre fibules sur le squelette.

165Seules les femmes possèdent trois ou plus de trois fibules (BARAY, 2003, p. 321 ; voir cédérom, tabl. LXV). C’est à cette unique condition que le nombre de fibules par sépulture peut être considéré comme un marqueur de genre univoque. L’association d’un torque et de quatre fibules dans la sépulture 3-1927 est caractéristique des sépultures genrées « féminin ».

166- Parure de type 16 : à bracelet seul
Le port d’un unique bracelet pour toute parure, comme dans la sépulture 4-1937, constitue la norme tout au long des deux âges du Fer, avec près de 58 % des sépultures ayant livré des parures (ou assemblages de bijoux) non associées à un torque (BARAY, 2003, p. 287, tabl. LIII). C’est à partir de La Tène B1 récente (Étape IVB du Bassin parisien) que le port unitaire du bracelet s’impose définitivement sur le port binaire. Près de 69 % des sépultures de La Tène B1 récente, B2, C1 et C2 n’ont livré qu’un seul bracelet, alors que 55 % du total des sépultures du Hallstatt D, de La Tène A et de La Tène B1 ancienne en ont livré deux (ibid., p. 249). Quand il n’y avait qu’un seul bracelet, ce dernier était porté indifféremment au poignet gauche ou au poignet droit au cours de La Tène B1 récente (ibid., tabl. LIII). L’exemplaire de Lailly était porté au poignet droit.

VI.1.6. Les dépôts d’armes

  • 17 La prise en compte de nombreux critères tant morphologiques que dimensionnels ou stylistiques, a pe (...)

167Des deux sépultures à inhumation fouillées en 1927 (sép. 1-1927 et sép. 2-1927), on ne dispose malheureusement plus aujourd’hui que des notices publiées par Nazaire Lajon en 1928 et 1929. Trop succinctes, elles ne donnent pas suffisamment de détails sur ces deux sépultures de guerrier dont tout laisse à penser qu’elles devaient vraisemblablement dater de La Tène B2. L’indication selon laquelle les épées mesuraient respectivement 0,48 et 0,49 m de longueur est un indice allant dans ce sens (LAJON, 1928, p. 95). Leurs longueurs correspondent à peu de chose près à celle des épées courtes (de 50 cm à 60 cm de longueur de lame, pour moins de 4 cm de largeur maximale) de la première panoplie définie par André Rapin pour les années 350 à 325 avant J.-C. (RAPIN, 1999, p. 49 et 51 ; RAPIN, 2007, p. 243, fig. 2-3), dont le fourreau se termine par une grosse bouterolle (jusqu’à 70 mm de largeur). Un système de suspension composé de trois anneaux creux et un petit fer de lance la complètent17. Cette panoplie n’intègre jamais le bouclier muni d’un umbo métallique ou les chaînes de ceinturon (RAPIN 2000, p. 200-201). Objets dont il n’est d’ailleurs nullement fait mention parmi ceux qui ont été mis au jour dans les sépultures 1-1927 et 2-1927 (voir supra).

168Lajon rapporte que « les épées avaient été posées sur le bras droit de chaque mort, la pointe en bas » (LAJON, 1928, p. 95). Il s’agit là d’une pratique attestée dans 89 % des sépultures à inhumation des deux âges du Fer du Bassin parisien (BARAY, 2003, p. 292). Dans 40 % des cas, la poignée est à hauteur du bras du défunt, comme à Lailly où les épées avaient été déposées sur l’humérus droit des défunts (LAJON, 1929, p. 179).

VI.1.7. Le dépôt céramique

169À une exception près, toutes les sépultures à inhumation de l’Au-delà de l’Eau datent des années 350 à 275 avant J.-C., soit de La Tène ancienne, période durant laquelle la pratique de l’inhumation prédomine presque sans partage sur une grande partie du Nord de la France. Malgré quelques rares découvertes antérieures, ce n’est qu’à partir du deuxième quart du IIIe siècle avant J.-C. que la pratique de la crémation des défunts se répand et se généralise à la quasi-totalité des communautés celtiques. Or, à Lailly, comme sur d’autres cimetières sénons (Pont-sur-Yonne Beaujeu, Villeperrot Le Haut des Longues, Fontaine-la-Gaillarde La Grande Chaume, Serbonnes La Créole, Michery La Longue Raie, Soucy Mocques-Bouteilles…), la pratique de l’inhumation perdure au cours de La Tène C1. Pour le moment, seul Lailly a livré une sépulture à inhumation de La Tène C2. La pratique de l’inhumation est indifféremment associée à des immatures ou à des adultes des deux sexes. En l’absence d’analyses anthropologiques, il n’est cependant pas possible de trancher dans le cas de la sépulture 6-1936 de Lailly, même si les fouilleurs, au vu sans doute de la robustesse des ossements, étaient persuadés d’avoir mis au jour le squelette d’un homme (voir supra).

170L’intérêt de cette sépulture ne tient donc pas uniquement au fait qu’elle ait été à inhumation. Il tient avant tout à la nature singulière de son dépôt funéraire, composé de deux vases en céramique. Il s’agit là, en effet, d’une pratique jamais usitée par les populations qui occupèrent les territoires des Sénons de Gaule entre le VIIIe et le milieu du Ier siècle avant J.-C. Ce choix de ne jamais déposer de céramiques dans les sépultures à inhumation est d’ailleurs commun à l’ensemble des communautés relevant de la Culture du Jura, tout du moins jusqu’au second quart du IIIe siècle avant J.-C. (La Tène C1 / Étape VB du Bassin parisien ; BARAY, 1991 ; BARAY, 1999 ; BARAY, 2003 ; BARAY et alii, 2007 ; BARAY, SARRAZIN, 2013). Comme l’absence de dépôts de faune, d’outils ou de nécessaires de toilette, celle des vases en céramique contenant des aliments solides ou liquides, est un critère culturel qui démarque clairement ces communautés de leurs voisines septentrionales de la Culture de la Marne-Moselle. Ces dernières associent en effet fréquemment ce type de dépôt à leurs sépultures à inhumation et ce, tout au long des deux âges du Fer.

171Il faut attendre le second quart du IIIe siècle avant J.-C. (La Tène C1) pour voir se multiplier les dépôts de vases en céramique dans les sépultures à inhumation de la Culture du Jura. Il en va ainsi à Gurgy La Picardie, sépultures 20, 23, 28, 29, 30, 32, 36, 42 et 57 (Yonne ; PELLET, DELOR, 1980, fig. 8, 10 et 11), ou à Vix Les Tillies, sépultures 6, 7 et 8 (Côte-d’Or ; CHAUME, 2001, p. 248-252, fig. 182-186). Ce type de dépôt se limite bien souvent à celui d’une unique coupelle, associée parfois à un vase haut, dont elle a pu servir de couvercle comme à Lailly, sépulture 6-1936, ou à Gurgy, sépulture 28 (PELLET, DELOR, 1980, p. 19). Le dépôt d’un unique vase haut à liquide – sépultures 7 de Vix, 33, 32 et 36 de Gurgy – est rare.

VI.2. Pratique de la crémation

VI.2.1. Mode de conditionnement des restes osseux humains brûlés

172Parallèlement au maintien ou au retour à l’inhumation au sein de certaines communautés – les données font encore largement défaut pour dresser une image claire et cohérente de l’évolution de la situation parmi les différentes régions ou micro-régions concernées –, la pratique de la crémation des corps présente également des variantes qui peuvent ne se manifester que très localement.

173À Lailly, les restes osseux de la sépulture 2012 ont sans doute été enfermés dans un contenant en matière périssable plutôt que dans une urne en céramique. Aucun tesson de céramique n’a en effet été recueilli dans le remplissage des quinze derniers centimètres du fond de fosse, encore intact. Il est vrai que seuls quatre fragments d’os brûlés ont été recueillis encore en place, ce qui est très peu. Il faut donc envisager que l’essentiel des ossements qui avaient été récupérés à l’emplacement du bûcher funéraire a été emporté par les labours au cours des années, alors qu’ils n’avaient pas été enfermés dans une urne en céramique. On peut penser que si une urne avait été déposée dans la fosse, le fouilleur aurait nécessairement retrouvé son fond encore en place, ce qui n’a pas été le cas. Ce sont les armes du défunt qui occupaient la partie basse de la tombe, alors qu’elles sont habituellement déposées par-dessus ou à côté de l’urne cinéraire. Nous devons donc en conclure, à moins d’envisager que l’urne cinéraire n’ait été déposée par-dessus les armes du défunt, que le choix des survivants a été tout autre, ce qui n’est pas nouveau au regard des découvertes faites jusqu’alors en territoire sénon, mais toutefois rare (voir supra).

174Les sépultures de guerrier de La Tène C2 sont en effet presque toujours accompagnées du dépôt d’une urne cinéraire, parfois accompagnée d’un vase-couvercle et/ou d’un ou deux autres vases, comme à Cannes-Écluse Les Gravelottes, sépulture 9 (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979, fig. 3), Barbey Le Chemin de Misy, sépultures 2 et 4 (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979, fig. 2 ; BARAY, 1995, pl. 36, nos 1-8 et 13-15), Pont-sur-Yonne Derrière les Écoles, sépultures 293 et 294 (Yonne ; BARAY, 1995, pl. 37). À Michery La Longue Raie (Yonne), les restes osseux de la sépulture 104 ont été accompagnés de tessons de céramique appartenant à au moins deux vases différents, une jatte et un vase haut (DEFFRESSIGNE et alii, 1994, fig. 53). S’agissait-il de vases entiers brisés ?

175À Gurgy La Picardie (Yonne), aucune trace d’un quelconque contenant en céramique n’a été observée dans le fond de fosse de la sépulture 27, qui a livré une épée ployée. Il est vrai que la partie supérieure de la sépulture avait été enlevée au moment du décapage (PELLET, DELOR, 1980, p. 19). Doit-on mettre sur le compte des mauvaises conditions de conservation des sépultures 2012 de Lailly et 27 de Gurgy l’absence d’urne cinéraire associée à l’armement ? Étant donné les conditions qui présidèrent au sauvetage de ces deux sépultures, il y a lieu de s’interroger.

176En revanche, les restes osseux des sépultures à crémation sans armes de La Tène C2 sont enfermés dans une urne cinéraire en céramique, comme à Barbey Le Chemin de Misy, sépultures 1 et 3 (Seine-et-Marne ; BARAY, 1995, pl. 36, nos 1-8 et 13-15), Gravon Le Chemin de l’Écluse, sépulture 35 (Seine-et-Marne ; SCHÉRER et alii, 1972, p. 370, fig. 8), Châtenay-sur-Seine Les Pâtures, sépultures 10 et 11 (Seine-et-Marne ; MORDANT, 1979, fig. 6B et 7), Fontaine-la-Gaillarde La Grande Chaume, sépultures 62, 67 et 68 (Seine-et-Marne ; BARAY, 1995, pl. 32, nos 4-8).

177Plus ou moins bien conservée, l’urne cinéraire est ainsi toujours présente à compter de La Tène C2, même réduite à quelques tessons.

178À l’instar de l’inhumation, la pratique de la crémation n’est donc pas homogène dans ses manifestations funéraires. La découverte de la sépulture 2012 de Lailly le démontre clairement en enrichissant le schéma évolutif en trois phases des modes de conditionnement des restes humains brûlés des populations sénones de Gaule (BARAY, 1991 ; BARAY et alii, 2007, fig. 28). Si les deux premières phases (La Tène B2 et C1) restent caractérisées par le versement des restes humains brûlés, non triés et non lavés (mode de traitement I) – ils sont encore mêlés aux résidus du bûcher funéraire –, dans une fosse en pleine terre – la couleur du remplissage des fosses est donc à dominante noire –, la troisième phase (La Tène C2) l’est dorénavant par deux modes de conditionnement des restes osseux brûlés. À côté des dépôts en urne céramique des restes brûlés humains débarrassés des résidus du bûcher funéraire, après avoir été triés et lavés (mode de traitement IIA), on trouve désormais, grâce à la sépulture 2012, le principe du dépôt humain en pleine terre (mode IIB). Comme pour le mode de traitement IIA, les ossements se présentent néanmoins « propres » au moment de leur mise au jour. Ils ont en effet été triés et lavés, avant d’être éventuellement enfermés dans un contenant en matière périssable (tissu ou cuir), puis déposés dans une fosse de forme circulaire ou subcirculaire.

  • 18 Rapport manuscrit de N. Lajon intitulé : Les cimetières gaulois de Lailly. Note sur un foyer à inci (...)

179La sépulture à crémation 2-1936 que j’ai proposé de dater de La Tène D1b appartient également au mode de traitement IIA : les ossements brûlés ont été retrouvés associés aux restes de deux vases en céramique, probablement l’urne cinéraire et son couvercle (voir supra). À aucun moment, les fouilleurs ne font état de la présence de résidus du bûcher funéraire (cendres et/ou charbons de bois) alors qu’ils étaient habitués depuis le début de leurs investigations archéologiques à Lailly à fouiller des « foyers », c’est-à-dire de grandes structures circulaires remplies de cendres et de charbons de bois. Bien au contraire, ils insistent pour signaler : « Fait curieux ; nous n’avons rencontré jusqu’ici, aucune trace de charbon de bois. »18. On peut donc en conclure que les ossements humains brûlés avaient été au moins débarrassés des résidus du bûcher funéraire, à défaut de pouvoir certifier qu’ils avaient d’abord été triés et lavés avant d’être enfermés dans l’urne cinéraire.

180En attendant de nouvelles découvertes, on peut d’ores et déjà affirmer que le mode de traitement IIA perdure jusqu’à la fin de l’indépendance dans le Sénonais.

VI.2.2. Architecture de la fosse sépulcrale

181Les caractéristiques de la fosse de la sépulture à crémation 2-1936 ne sont connues que grâce au croquis fait in situ par Paul Jacquelin le 18 octobre 1936. Elle a une forme circulaire et un fond plat. En l’absence d’échelle, il est toutefois impossible d’estimer ses dimensions. Un gros grès associé à d’autres de taille plus petite ou à de gros rognons de silex ont apparemment été disposés au-dessus de l’emplacement des vases. Selon le croquis, il semblerait que le dépôt funéraire n’occupait pas toute la surface de la fosse, ce qui est contraire à tout ce que l’on sait, jusqu’à présent, des modes architecturales des sépultures à crémation du second âge du Fer des Sénons de Gaule. Quand il y a dépôt d’une urne cinéraire, sans ajout d’un dépôt d’armes (objets particulièrement encombrants), la fosse est toujours creusée à sa dimension ou guère plus d’une vingtaine de centimètres au-dessus, de 0,25 à 0,40 m de diamètre (BARAY, 2003, p. 153). Il y a donc lieu de douter de la précision de ce relevé.

182Sur le croquis, les vases sont représentés entiers, alors qu’ils ont été retrouvés écrasés sur place. De même, la position d’un des deux vases à l’intérieur de l’urne cinéraire est une interprétation libre du fouilleur, dont les notes indiquent qu’elle a évolué au gré de la rédaction des notes de fouille : deux vases emboîtés l’un dans l’autre ou superposés, l’un servant de couvercle à l’autre (Lajon, note du 16 novembre 1936) ; deux vases superposés (Lajon, note du 22 janvier 1937) ; deux vases disposés l’un en face de l’autre (Anonyme, 1939a, p. 253).

6.2.3. Dépôts funéraires

183Les deux sépultures à crémation 2-1936 et 2012 ont livré des dépôts funéraires de nature différente.

184Celui de la sépulture 2012 doit être classé dans la catégorie des dépôts primaires. Tous les objets recueillis ont en effet subi l’action du feu. Apparemment, ils ont tous accompagné le défunt sur le bûcher funéraire, qu’il s’agisse de la fibule (accessoire vestimentaire) ou des armes. C’est d’ailleurs parce que ces dernières ont été longuement chauffées à haute température aux flammes du bûcher qu’elles ont ensuite pu être pliées et déformées avant leur dépôt dans le fond de la fosse sépulcrale. La fibule au contraire n’a pas été brisée ou désarticulée, comme cela a été constaté sur au moins un exemplaire dans la sépulture 12 de Châtenay-sur-Seine Les Pâtures (Seine-et-Marne ; BARAY, 1991, fig. 17, nos 1 et 1a). Elle est entière et ne présente aucune déformation.
Aucun objet non brûlé ne leur a été apparemment associé dans la tombe.

185Les gestes mis en évidence dans la sépulture 2012 sont en tout point conformes à ceux qui l’ont été dans les sépultures à crémation des guerriers découverts en territoire sénon (ibid., p. 252 ; BARAY, 1992, p. 41-44 ; BARAY, 2003, p. 154, 156-159, 275, 311-313).

186Il en va autrement dans la sépulture 2-1936 où les deux vases en céramique n’ont pas subi l’action du feu. Bien qu’ils ne fassent pas partie à proprement parler du dépôt funéraire, car utilisés comme contenant et couvercle des restes humains brûlés et non pas comme vases d’accompagnement ayant pu contenir des mets solides ou des liquides, on peut néanmoins considérer qu’ils relèvent tous les deux de la catégorie des dépôts secondaires.

187Aucun objet ayant subi l’action du feu n’a été retrouvé dans cette sépulture. Si des objets avaient été déposés auprès du défunt sur le bûcher funéraire, les survivants ont visiblement pris soin de les écarter au moment de la sélection des restes osseux humains brûlés à récupérer puis à enfermer dans l’urne cinéraire.

En guise de conclusion

188La fondation du cimetière de Lailly Au-delà de l’Eau remonterait à la seconde moitié du IVe siècle avant J.-C., à l’instar de nombreux autres sites fouillés en territoire sénon. La première phase d’occupation du cimetière daterait de 370 à 325, la deuxième de 190 à 140 et la troisième de 120 à 80 avant J.-C., les trois phases étant séparées entre elles de plusieurs décennies durant lesquelles aucun ensevelissement n’aurait été pratiqué en ces lieux. Ces ruptures apparentes dans l’occupation du cimetière sont également conformes à ce qui a pu être observé ailleurs en territoire sénon. Il en va ainsi, par exemple, de la périodicité de l’occupation de Châtenay-sur-Seine Les Pâtures (Seine-et-Marne).

189Pour autant, ce petit cimetière, qui reste encore à fouiller, n’a livré aucune sépulture de La Tène B2 alors qu’il s’agit là de l’étape chronologique sans doute la mieux représentée, avec celle de La Tène B1 récente, dans les cimetières des Sénons de Gaule. Nous devons donc être prudent et ne pas vouloir dès à présent déterminer avec trop de précision le faciès chronologique et culturel de ce site. Il subsiste trop d’inconnues dues au petit nombre de découvertes. Nous pouvons tout au plus souligner quelques points intéressants, en attendant d’en dire plus en cas de nouvelles fouilles. En effet, comme nous avons tenté de le montrer ici même, l’apport des découvertes de Lailly est important pour l’enrichissement de nos connaissances des pratiques funéraires de La Tène C2 et de La Tène D1b en territoire sénon. Il peut se résumer aux cinq points suivants :
maintien de l’inhumation jusqu’à La Tène C2 (sép. 6-1936) ;
présence de vases dans une inhumation (sép. 6-1936) ;
sépulture à crémation de guerrier de La Tène C2, sans urne cinéraire ou vase d’accompagnement (sép. 2012) ;
bi-ritualité des pratiques funéraires au cours de La Tène C2, au sein d’un même cimetière (sép. 6-1936 et 2012). Ce phénomène, rarement attesté à cette étape chronologique, l’avait déjà été à maintes reprises au cours de La Tène C1, à Soucy Mocques-Bouteilles (Yonne), Michery La Longue Raie (Yonne)… ;
découverte d’une sépulture à crémation de La Tène D1b (sép. 2-1936). Découverte qui jusqu’alors manquait à l’inventaire des pratiques funéraires des Sénons de Gaule.

  • 19 « Mon cher, nous n’avons pas été heureux avec cette nécropole, vidée aux 3 quarts de son contenu à (...)

190Seule une reprise des fouilles à l’aide de grands décapages permettrait de lever définitivement toute ambiguïté sur l’importance réelle de ce cimetière, de son étendu et de son état de conservation19. Du reste, il y a urgence à intervenir au vu de l’état d’arasement de la sépulture 2012 (voir infra), dont on peut penser qu’elle n’est pas isolée et que d’autres sépultures à crémation contemporaines, qui ont peut-être été plus profondément enfouies, n’ont pas encore été partiellement ou totalement détruites par les labours. La nature et la qualité du mobilier mis au jour dans la sépulture de 2012 indiquent clairement que ce cimetière renferme encore un fort potentiel scientifique à exploiter.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1928, « Procès-verbal de la séance du 4 décembre 1927 », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, t. 81, p. XXX-XXXIII.

Anonyme, 1931a, « Compte-rendu de la séance du 4 octobre 1927 », Bull. de la Soc. archéologique de Sens, t. XXXVI, p. 52-53.

Anonyme, 1931b, « Compte-rendu de la séance du 7 février 1928 », Bull. de la Soc. archéologique de Sens, t. XXXVI, p. 77-79.

Anonyme, 1931c, « Compte-rendu de la séance du 6 mars 1928 », Bull. de la Soc. archéologique de Sens, t. XXXVI, p. 80-82.

Anonyme, 1936, « Extraits des procès-verbaux des séances tenues pendant les années 1931, 1932 et 1933. Séance du 6 janvier 1931 », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, t. XXXVIII, p. 3-4.

Anonyme, 1939a, « Procès-verbaux des séances de la Société académique de l’Aube. Séance du 22 janvier 1937 », Mémoires de la Soc. académique d’Agriculture, des Sciences, Arts et Belles-Lettres du département de l’Aube, t. XCVIII, p. 253.

Anonyme, 1939b, « Procès-verbaux des séances de la Société académique de l’Aube. Séance du 18 juin 1937 », Mémoires de la Soc. académique d’Agriculture, des Sciences, Arts et Belles-Lettres du département de l’Aube, t. XCVIII, p. 265-266.

BARAY L., 1991, « Le Sénonais dans son contexte du Bassin parisien du IVe et du IIIe siècle avant J.-C. », R.A.E., t. 42, fasc. 2, p. 203-270.

BARAY L., 1992, « L’incinération aux IIIe-début du IIe siècles avant J.-C., en Sénonais, Île-de-France, Picardie et Champagne-Ardenne : évolutions, affinités ou spécificités culturelles », in : Les nécropoles protohistoriques en Bourgogne, Actes des XXXIe journées archéologiques régionales, Sens, 20-21 avril 1991, Dijon, Min. de l’Éducation nationale et de la Culture, p. 41-45.

BARAY L., 1995, Pratiques funéraires et sociétés celtiques : structures sociales et structures culturelles dans les cimetières protohistoriques du Bassin parisien (fin du VIIe - au début du IIe s. av. J.-C.), Thèse de doctorat en Anthropologie, Ethnologie et Préhistoire, Paris, Univ. de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1314 p.

BARAY L., 1999, « Le faciès culturel du Sénonais au Hallstatt D et La Tène A », in : VILLES A., BATAILLE-MELKON A. dir., Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du XIXe colloque de l’AFEAF, Troyes, 25-27 mai 1995, Reims, S.A.C., p. 93-128 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise, 15 - suppl. au bull., 4).

BARAY L., 2003, Pratiques funéraires et sociétés de l'âge du Fer dans le Bassin parisien (dernier quart du VIIe s. - troisième quart du IIe s. av. J.-C.), Paris, éd. du CNRS, 454 p. (56ème suppl. à Gallia).

BARAY L., 2009, « Pont-sur-Yonne ‘Derrière les Écoles’ », in : Hommage à l’archéologue Jean-Yves Prampart, Sens, Musées de Sens, p. 75-77.

BARAY L., 2016, Les cimetières celtiques du Bassin parisien (VIIe-IIe siècle av. J.-C.) : systèmes typologique et chronologique, Paris, CNRS éd., 443 p. (Gallia, n° hors-série).

BARAY L., 2018, « Les torques ternaires et à arceaux comme marqueurs identitaires », in : BARAY L. dir., Les Sénons : archéologie et histoire d’un peuple gaulois, Gand, Snoeck, p. 321-323.

BARAY L., SARRAZIN J.-P., 2013, « La sépulture à char de La Tène A ancienne des ‘Craises’ à Molinons (Yonne) », R.A.E., t. 62, p. 5-52.

BARAY L., DEFFRESSIGNE S., LEROYER C., VILLEMEUR I., 1994, Nécropoles protohistoriques du Sénonais : Serbonnes ‘La Créole’, Michery ‘La Longue Raie’, Soucy ‘Mocques Bouteilles’ (Yonne), Paris, éd. de la MSH, 227 p. (Documents d’Archéologie française, 44).

BARAY L., CHAUME B., MILLET É., 2007, « Culture matérielle et pratiques funéraires en Bourgogne du Nord aux IVe et IIIe s. av. J.-C. », in : MENNESSIER-JOUANNET C., ADAM A.-M., MILCENT P.-Y. éd., La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n.è., Actes du XXVIIe colloque de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, Lattes, éd. de l’Ass. pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 187-225 (Monographie d’Archéologie méditerranéenne).

BARRIER S., 2014, La romanisation en question : vaisselle céramique et processus d’acculturation à la fin de l’âge du Fer en Gaule interne, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, 317 p. (Bibracte, 25).

BERNARDINI O., DELNEUF M., FONTON M., PEYRE E., 1983, « Principaux résultats de la campagne de fouilles effectuée en 1982 sur le site protohistorique de la Sablonnières à Passy-sur-Yonne (compte rendu de la communication du 4 janvier 1983) », Bull. de la Soc. archéologique de Sens, t. 26, p. 20-23.

BLAIZOT F., MILCENT P.-Y., 2002, L’ensemble funéraire Bronze final et La Tène ancienne de Champ-Lamet à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme), [Paris], Société préhistorique française, 164 p. (Travaux, 3).

BONAVENTURE B., 2011, Céramiques et société chez les Leuques et les Maédiomatriques (IIe-Ier siècles avant J.-C.), Montagnac, éd. M. Mergoil, 331 p. (Protohistoire européenne, 13).

BRISSON A., HATT J.-J., 1969, « Cimetières gaulois et gallo-romains en Champagne, III. Cimetière de La Tempête à Normée (Marne) », Mémoires de la Soc. d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, t. LXXXIV, p. 21-37.

BRISSON A., HATT J.-J., ROUALET P., 1970, « Cimetières gaulois et gallo-romains en Champagne, IV. Cimetière de Fère-Champenoise, Faubourg de Connantre », Mémoires de la Soc. d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, t. LXXXV, p. 7-26.

CHANSON K., DELALANDE A., JAHIER I., LE GOFF I., LÉON G., TEXIER M., ROPARS A., VAUTERIn C.-C., 2010, « Les pratiques funéraires à l’âge du Fer en Basse-Normandie : premiers éléments de réflexion », in : BARRAL P., DEDET B., DELRIEU F., GIRAUD P., Le GOFF I., MARION S., VILLARD-Le TIEC A. dir., Gestes funéraires en Gaule au second âge du Fer, Actes du XXXIIIe colloque international de l’AFEAF, Caen, 20-24 mai 2009, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 51-83.

CHARPY J.-J., RAPIN A., 1991, « La sépulture celtique de Marson ‘Montfercault’ (Marne) », Mémoires de la Soc. d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, t. CVI, p. 7-23.

CHARPY J.-J., ROUALET P., 1991, Les Celtes en Champagne : cinq siècles d’histoire, Catalogue d’exposition, Musée d’Épernay, 22 juin-3 nov. 1991, Épernay, Musée d’Épernay, 280 p.

CHAUME B., 2001, Vix et son territoire à l’âge du Fer : fouilles du mont Lassois et environnement du site princier, Montagnac, éd. M. Mergoil, 643 p. (Protohistoire européenne, 6).

DEFFRESSIGNE S., 1991, « Pâlis, ‘Le Buisson Gendre’ », in : Bilan scientifique, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, p. 42-43.

DEFFRESSIGNE S., BARAY L., BOUILLOT J., GINOUX N., VILLEMEUR I., 1994, « La nécropole de Michery ‘La Longue Raie’ », in : BARAY L., DEFFRESSIGNE S., LEROYER C., VILLEMEUR I., Nécropoles protohistoriques du Sénonais : Serbonnes ‘La Créole’, Michery ‘La Longue Raie’, Soucy ‘Mocques Bouteilles’ (Yonne), Paris, éd. de la MSH, p. 58-82 (Documents d’Archéologie française, 44).

DELOR J.-P. dir., 2002, L’Yonne, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 480 p. (Carte archéologique de la Gaule, 89-1).

DRWILA G., 2009, Commune de Courtempierre (Loiret) ‘Les Genièvres’, Rapport de fouille archéologique, Orléans, SRA Centre, 234 p.

FISCHER F., 1967, « Alte und neue Funde der Latène-Periode aus Württemberg : Gräberfeld bei Darmsheim (Kr. Böblingen) - Grabfund von Geislingen/Steige (Kr. Göppingen) », Fundberichte aus Schwaben, vol. 18/1, p. 61-106.

FURMÁNEK V., SANKOT P., 1985, « Nové laténské nálezy na středním Slovensku / neue latènezeitliche Funde in der Mittelslowakei », Slovenská archeólogia, t. 33, p. 273-310.

GEBHARD R., 1991, Die Fibeln aus dem Oppidum von Manching, Stuttgart, F. Steiner, 224 p. (Die Ausgrabungen in Manching, 14).

GIRARD B., 2003, « La nécropole du second âge du Fer de Guerchy (Yonne) : étude d’une collection ancienne », Antiquités nationales, t. 35, p. 111-158.

GUILLAUMET J.-P., 2000, Monéteau, Macherin : la nécropole protohistorique, DFS de fouilles de sauvetage dans l’Yonne du 5 juin au 5 août 2000, Dijon, AFAN / SRA de Bourgogne, 277 p.

GUSTIN M., 1977, « Relativna kronologija grobov ‘Mokronoske skupine’ », Keltske študije, Brežice, p. 67-103.

GUSTIN M., 1984, « Die Kelten in Jugoslawien : Ubersicht über das archäologische Fundgut », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, t. 31, p. 305-363.

HAFFNER A., 1971, Das keltisch-römische Gräberfeld von Wederath-Belginum. 1. Gräber 1-428, Ausgegraben 1954-1955, Mainz am Rhein, P. von Zabern, 91 p. (Trierer Grabungen und Forschungen, VI).

HAFFNER A., JOACHIM H.-E., 1984, « Die keltischen Wagengräber der Mittelrheingruppe », in : GUSTIN M., PAULI L. ed., Keltski Voz, Brežice, Posavski Muzej Brežice, p. 71-87.

HODSON F. R., 1968, The La Tene cemetery at Münsingen-Rain : catalogue and relative chronology, Bern, Stämpfli, 169 p. (Acta Bernensia, V).

HURE A., 1931, Le Sénonais aux âges du Bronze et du Fer : les Sénons d’après l’archéologie, Bruxelles, Éd. Culture et Civilisation, 361 p.

KAENEL G., 1990, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale : analyse des sépultures, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 457 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 50).

KAURIN J., SEGUIN G., 2013, La nécropole celtique du Chêne (Aube) : images de femmes du début du IIIe siècle avant J.-C., Dijon, Éd. univ. de Dijon, 146 p. (Coll. Art, Archéologie & Patrimoine).

KRÄMER W., 1985, Die Grabfunde von Manching und die Latènezeitlichen Flachgräber in Südbayern, Stuttgart, F. Steiner, 196 p. (Die Ausgrabungen in Manching, 9).

KRUTA V., 1983, « Faciès celtique de la Cisalpine aux IVe et IIIe siècles avant notre ère », in : Popoli e facies culturali celtiche a nord e a sud delle Alpi dal V al I secolo a.C., Atti del colloquio internazionale, Milano 14-16 nov. 1980, Civico Museo archeologico di Milano, [Milano], Comune di Milano, Civico archeologico di Milano, p. 1-15.

KRUTA-POPPI L., 1979, « La sépulture de Ceretolo (province de Bologne) et le faciès boïen du IIIe siècle avant notre ère », Études celtiques, t. XVI, p. 7-21.

LAJON N., 1928, « Découverte de sépultures gauloises à Lailly », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, t. 81, p. 95-98.

LAJON N., 1929, « La Préhistoire dans le sud-est du Sénonais : études monographiques locales (suite) », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, t. 82, p. 149-180.

LAJON N., 1935, « Nouvelles tombes gauloises, découverte sur Lailly : étude sur La Tène I dans cette région », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, t. 88, p. 161-166.

Le CLERT L., 1898, Musée de Troyes. Bronzes : catalogue descriptif et raisonné, Troyes, au Musée, 274 p.

LECONTE L., 1991, « Les nécropoles laténiennes de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) », Antiquités nationales, n° 22-23, p. 43-80.

LEJARS T., 1994, Gournay III, les fourreaux d’épée : le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde et l’armement des Celtes de La Tène moyenne, Paris, éd. Errance, 234 p. (coll. Archéologie aujourd’hui).

LOCHT J.-L., FERDOUEL F., 1994, « Lailly ‘Le domaine de Beauregard’ (Vallée de la Vanne) », in : DELOZE V., DEPAEPE P., GOUÉDO J.-M. éd., Le Paléolithique moyen dans le nord du Sénonais (Yonne), Paris, éd. de la MSH, p. 139-162 (Documents d’Archéologie française, 47).

METZLER J., 1995, Das treverische Oppidum auf dem Titelberg (G.-H. Luxemburg) : zur Kontinuität zwischen der spätkeltischen und der frührömischen Zeit in Nord-Gallien, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art, 789 p. (Dossiers d’archéologie du MNHA, III).

METZLER J., GAENG C. dir., 2009, Goeblange-Nospelt : une nécropole aristocratique trévire, [Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art], 559 p. (Dossiers d’archéologie du MNHA, XIII).

METZLER J., BIS R., WARINGO R., METZLEr N., 1991, Clemency et les tombes de l’aristocratie en Gaule Belgique, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art, 182 p. (Dossiers d’archéologie du Museum national d’histoire et d’art, I).

METZLER-ZENS N., METZLER J., MÉNIEL P., BIS R., GAENG C., VILLEMEUR I., 1999, Lamadelaine : une nécropole de l’oppidum du Titelberg, Luxembourg, MNHA, 471 p. (Dossiers d’archéologie du MNHA, VI).

MILLET É., 2008, « La nécropole du second Âge du fer de Saint-Benoît-sur-Seine, ‘La Perrière’ (Aube) : étude synthétique », R.A.E., t. 57, p. 75-184.

MOOSLEITNER F., PAULI L., PENNINGER E., 1974, Der Dürrnberg bei Hallein. II, Katalog der Grabfunde aus der Hallstatt- und Latenezeit, München, C.H. Beck, 194 p.

MORDANT C., 1979, « Les récentes découvertes de La Tène dans la Bassée et la région du confluent Seine-Yonne », in : Les Sénons avant la conquête à la lumière des dernières découvertes, Actes du colloque de La Tène, Sens, 15 mai 1977, p. 45-53 (Bull. de la Soc. archéologique de Sens, 21).

MORDANT C., 1982, « Vestiges isolés de l’âge du Bronze en Sénonais », in : Préhistoire du Sénonais, découvertes récentes, Catalogue de l’exposition, Sens, Musées de Sens, p. 111-126.

MORDANT C. dir., 1994-1995, « Bourgogne », Gallia informations. L’archéologie des régions : Corse, Bourgogne, Paris, éd. du CNRS, p. 71-243.

MORGEN M.-L., ROUALET P., 1976, « Le cimetière gaulois de L’Argentelle à Beine (Marne) (suite et fin) », Mémoires de la Soc. d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, t. XCI, p. 7-44.

NICOLAS A., DUVAL A., ÉLUÈRE C., MOHEN J.-P., MORDANT C., 1975, « L’âge du Bronze au Musée d’Auxerre », R.A.E., t. XXVI, fasc. 2, p. 135-209.

OESTERWIND B., 1989, Die Spätlatènezeit und die frühe römische Kaiserzeit im Neuwieder Becken, Bonn, n.i., 295 p. (Bonner Hefte zur Vorgeschichte, 24).

PARRUZOT P., DELINON M., 1979, « La nécropole gauloise de ‘Le Gringalet’ à Sergines (Yonne) », in : Les Sénons avant la conquête à la lumière des dernières découvertes, Actes du colloque de La Tène, Sens, 15 mai 1977, p. 53-66 (Bull. de la Soc. archéologique de Sens, 21).

PAULI L., 1978, Der Dürrnberg bei Hallein. III, Auswertung der Grabfunde, München, C.H. Beck, 668 p.

PELLET C., DELOR J.-P., 1980, « Les ensembles funéraires de ‘La Picardie’ sur la commune de Gurgy (Yonne) : étude préliminaire », R.A.E., t. XXXI, fasc. 1-2, p. 7-56.

PIETTE J., 1979, « Aspects de La Tène dans le Nogentais », in : Les Sénons avant la conquête à la lumière des dernières découvertes, Actes du colloque de La Tène, Sens, 15 mai 1977, p. 14-29 (Bull. de la Soc. archéologique de Sens, 21).

PIETTE J., GUILLAUMET J.-P., 1999, « La nécropole celtique de la ‘Ferme de Frécul’ parties ouest et nord, La Saulsotte (Aube) », in : VILLES A., BATAILLE-MELKON A. dir., Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du XIXe colloque de l’AFEAF, Troyes, 25-27 mai 1995, Reims, S.A.C., p. 483-515 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise, 15 - suppl. au bull., 4).

PRAMPART J.-Y., 1979, « La nécropole gauloise de Villeperrot (Yonne) », in : Les Sénons avant la conquête à la lumière des dernières découvertes, Actes du colloque de La Tène, Sens, 15 mai 1977, p. 67-83 (Bull. de la Soc. archéologique de Sens, 21).

PRAMPART J.-Y., 1980, « Rapport sur le sauvetage au lieu-dit ‘Derrière-les-Écoles’ à Pont-sur-Yonne (nécropole La Tène - gallo-romain, découvertes de 1980) », Bull. de la Soc. archéologique et culturelle de Pont-sur-Yonne, n° 22, p. 1-8.

RAPIN A., 1988, « Boucliers et lances », in : BRUNAUX J.-L., RAPIN A., Gournay II. Boucliers et lances, dépôts et trophées, Paris, éd. Errance, p. 13-134 (Revue archéologique de Picardie, num. spécial 1988).

RAPIN A., 1999, « L’armement celtique en Europe : chronologie de son évolution technologique du Ve au Ier s. av. J.-C. », Gladius, XIX, p. 33-67.

RAPIN A., 2000, « Les équipements militaires celtes dans la collection Lamarre », Antiquités nationales, n° 32, p. 183-207.

RAPIN A., 2007, « L’armement laténien aux IVe et IIIe s. av. J.-C. en Europe », in : MENNESSIER-JOUANNET C., ADAM A.-M., MILCENT P.-Y. éd., La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. avant J.-C., Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, Thème spécialisé, Lattes, Ass. pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 241-253.

RAFTERY B., 1987, « Anneaux creux formés de deux plaques de métal en Europe laténienne », in : VITALI D. éd., Celti ed Etrushi nell’Italia centrsettentrionale dal V seccolo a.C. alla romanizzazione, Actes du colloque international de Bologne, avril 1985, Bologne, University press, p. 49-59.

RAFTERY B., 1988, Hollow two-piece metal rings in La Tène Europe, Marburg/Lahn, Hitzeroth, 177 p. (Marburger Studien zur Vor- und Frühgeschichte, 11).

SCHÉRER J., MORDANT C., MORDANT D., 1972, « La nécropole 1 de La Tène de Gravon (Seine-et-Marne) », R.A.E., t. XXIII, fasc. 3-4, p. 357-383.

THILL G., 1967, « Die Keramik aus vier spätlatènezeitlichen Brandgräbern bei Goeblingen-Nospelt », Hémecht, n° 19, p. 199-123.

WARINGO R., 1991, « Inventaire des tombes à amphores républicaines de la partie occidentale du pays trévire », in : METZLER J., BIS R., WARINGO R., METZLER N., Clemency et les tombes de l’aristocratie en Gaule Belgique, Luxembourg, Musée national d’histoire et d’art, p. 112-136 (Dossiers d’archéologie du MNHA, I).

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier très sincèrement Gérard Rouyer, secrétaire de mairie, qui nous a très aimablement communiqué les photocopies du cadastre de Lailly dont nous avions besoin pour localiser l’implantation du cimetière.

2 Fouilles de 1934 (27 juillet) ; fouilles de 1936 (18 et 26 octobre ; 25-27 et 29-30 novembre ; 6 et 20 décembre) ; fouilles de 1937 (18 et 25 avril). Nous en profitons pour signaler que la plupart des dates qui sont données dans la Carte archéologie de la Gaule consacrée à l’Yonne à propos des fouilles de Lailly sont fausses. Pour les fouilles de Lailly La Tournerie, voir BARAY, DELPIERRE, à paraître.

3 Vente de la collection N. Lajon le 24 septembre 1950 (note manuscrite de P. Parruzot ; archives de la Société archéologique de Sens) : « 5 cartons de torques, bracelets, fibules contenant 7 articles de bronze ; fouilles de Lailly 7500 [F.] ; vase funéraire gaulois poterie ordinaire belle forme 1900 [F.] ; épée gauloise Lailly avec bouterolle 800 [F.]. »

4 « Les objets que j’avais conservés de mes fouilles avec M. Lapôtre ont été dispersés pendant l’Occupation » (lettre de la marquise de Maillé adressée à P. Parruzot, en date du 4 février 1957 ; archives de la Société archéologique de Sens). Une annotation de la main de P. Parruzot en marge de l’article de Lajon (1928) signale que ces objets manquent, sans doute dans les réserves des Musées de Sens, et qu’ils auraient été chez Boivin, le maire de Lailly et le propriétaire d’une partie des terres sur lesquelles Lajon et Jacquelin ont effectué leurs investigations archéologiques.

5 Je tiens à remercier Franck Gérard, agent de conservation au château de La Motte-Tilly, qui m’a très aimablement reçu et exposé ce qu’il restait des collections archéologiques de la marquise de Maillé.

6 Dimensions fournies par N. Lajon, voir LAJON, 1935, p. 162.

7 N. Lajon précise dans un autre document manuscrit, non daté, que « La poterie, quoique difficile à étudier en raison de son mauvais état de conservation, paraît être assez fine ; régulière, elle représente un bon travail. Sans rien vouloir affirmer, nous estimons cependant que ce foyer peut être daté de la fin de la Tène II ou du commencement de la Tène III. » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

8 Cette découverte a été recensée dans différents journaux de l’époque : L’Avenir de l’Yonne (14-11-1936), La Tribune de l’Yonne (18-11-1936), Le Courrier de Joigny (28-11-1936). Une critique de la Société archéologique de Sens (voir séance du 1er décembre 1936 dans le Bull. de la Société archéologique de Sens, XXXIX, 1937, p. 210) est parue dans La Tribune de l’Yonne (19-12-1936), avec droit de réponse de la part de Lajon et Jacquelin dans Le Bourguignon (27-12-1936). Le résumé qui en a été publié dans les procès-verbaux du 22 janvier 1937 de la Société académique de l’Aube livre une version en partie modifiée de l’étude qui avait été initialement présentée par Nazaire Lajon : « L’intérêt des fouilles d’octobre 1936 réside principalement dans la rencontre à plus d’un mètre de profondeur, d’une fosse à inhumation, longue de 2 mètres 20, large de 75 centimètres, au fond absolument uni ; elle était entourée d’un cordon de gros silex et couverte à demi d’un revêtement de blocs de grès […]. Des débris de poterie noircis par le feu et de nombreux fragments d’os humains, dont beaucoup portent aussi les traces du feu, trouvés au même niveau que les pavés de grès, provenaient apparemment d’une urne cinéraire, formée par deux vases placés l’un en face de l’autre, dans lesquels avaient été renfermés des restes d’ossements incomplètement brûlés. » (Anonyme, 1939a, p. 253).

9 Cette découverte a été recensée dans différents journaux de l’époque : L’Avenir de l’Yonne (5-12-1936), La Tribune de l’Yonne (7 et 8-12-1936), Le Courrier de Joigny (12-12-1936), Le Républicain de l’Yonne (12-12-1936), Le Petit Régional (12-12-1936), Le Bourguignon (13-12-1936).

10 Note manuscrite de P. Parruzot : « M. Lajon chercheur, 69 ans en 1924 mort en 1946. Il avait une nombreuse collection de cailloux… À sa disparition tout a été vendu. M. Boivin en avait racheté deux caisses restées chez lui à Touchebœuf… que j’ai vues et étaient destinées à la S. Ar. de Sens. Le temps passa… la ferme changea d’exploitant… Ce trésor a disparu… » (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

11 Pour l’inventaire des rares cas anciennement signalés dans le Bassin parisien, voir BARAY, 2003, p. 286, note 282 ; CHANSON et alii, 2010, p. 75, font état, sans les nommer, de plusieurs sépultures masculines de Basse-Normandie ayant livré un torque.

12 « Pour Lailly, je suis allé, […] seul, comme je vous l’avait dit, finir de remplir, toutes les ouvertures faites : et il en avait ! Or, en faisant ce travail, j’ai rencontré près de la grande fosse à débris de foyer – vous savez, la plus grande, celle qui contenait une épaisseur considérable de cendres calcinées, des ossements à proximité d’un petit grès. Intrigué, je prolongeai le déblai et trouvai de suite les os assez bien conservés, mais disposés pêle-mêle de 2 individus adultes, puis à 50 centimètres plus loin, un squelette de femme, avec crâne brisé en 8 ou 10 morceaux, et un petit bracelet de bronze à tige fine – bien caractéristique de la Tène II, encore introduit dans les 2 os – cubitus et radius – de l’avant-bras. Et ce fut tout. » (lettre de N. Lajon à P. Jacquelin en date du 15 mai 1937. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

13 Après avoir passé 5 heures à sonder le sol sans résultat, hormis la découverte d’une fosse vide, Lajon en tire la conclusion suivante (qui n’est pas nouvelle sous sa plume) : « Je pense qu’encore une fois je suis tombé sur une tombe déjà fouillée ; par qui et comment : mystère… » (lettre de N. Lajon à P. Jacquelin en date du 15 septembre 1936. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

« Beaucoup de fosses à inhumation avaient déjà été ouvertes, tant dans le haut de la nécropole (à côté des fouilles 1927), que dans la partie basse qui nous a intéressée – nous en avons eu la preuve par nos fouilles faites du haut et du bas – (environ 7 ou 8 fosses ouvertes sur lesquelles nous sommes tombés) - 3 dans le haut et les 5 autres dans le bas. » (échange de notes entre Paul Jacquelin et Nazaire Lajon, en date du 18 février 1937. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

14 La note anonyme intitulée Nouvelle note sur le cimetière gaulois de Lailly (Yonne), parue dans les Mémoires de la Société académique d’Agriculture, des Sciences, Arts et Belles-Lettres du département de l’Aube, XCVIII, 1939, p. 265-266, séance du 18 juin 1937, est un résumé d’un rapport de N. Lajon du 18 décembre 1936 complété par les recherches d’avril 1937 (lettres à P. Jacquelin du 20 avril 1937 et du 15 mai 1937. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

15 Je tiens à remercier Patrick Gouge et Philippe Barral qui m’ont signalé les références bibliographiques nécessaires à l’analyse typochronologique de ce vase.

16 Selon les études menées par J. Metzler, ce type de récipient a été nommé « écuelle » (METZLER et alii, 1991 ; METZLER et alii, 1999) ou « jatte » (METZLER, 1995).

17 La prise en compte de nombreux critères tant morphologiques que dimensionnels ou stylistiques, a permis à André Rapin (2000, p. 195) d’isoler deux sous-types d’épées, associés respectivement à un type de fourreau particulier au sein du groupe des épées de type Hatvan-Boldog.

18 Rapport manuscrit de N. Lajon intitulé : Les cimetières gaulois de Lailly. Note sur un foyer à incinération découvert dans la nécropole gauloise de « Au-delà de l’Eau » commune de Lailly (Yonne) (archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

19 « Mon cher, nous n’avons pas été heureux avec cette nécropole, vidée aux 3 quarts de son contenu à une époque inconnue, mais qui doit être certainement très ancienne. […] Mauvais début… J’ai moi-même été trompé par un mirage… C’est la trouvaille faite en 1934 sur la ligne des Eaux qui en est cause. Je pensais et je croyais que puisqu’il y avait encore des tombes de la Tène I à cette distance, de celles trouvées en 1927 dans le haut du chemin, il devait y en avoir beaucoup d’autres entre ces deux endroits… Or, nous n’y avons trouvé que des sépultures (et en très petit nombre) toutes différentes des premières et presque sans mobilier. » (lettre de Lajon à Jacquelin en date du 18 février 1937. Archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation géographique (A-B) et cadastrale (C) du site de Lailly Au-delà de l’Eau (infographie P. Pihuit).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 2. Carte de répartition des cimetières de la fin du premier âge du Fer et du second âge du Fer fouillés dans l’environnement immédiat de Lailly (infographie P. Pihuit).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 3. Plan de masse du cimetière (infographie P. Pithuit).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 4. A. Mobilier de la sépulture 3-1927 (d’après HURE, 1931) ; B. Torque de la sépulture 3-1927 (sans échelle ; d’après Anonyme, 1936).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 5. Proposition de restitution graphique du torque de la sépulture 1-1934, réalisé d’après la description que Nazaire Lajon en a laissée (sans échelle ; DAO A. Dumontet, UMR 6298 ARTEHIS).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 6. Plans des sépultures 2-1936, 3-1936, 4-1936 et 5-1936 (dessins de N. Lajon et P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). Aucune des versions n’ayant été datée, nous avons fait le choix d’en proposer trois différentes (A, B et C), chacune apportant son lot d’informations complémentaires.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Légende Fig. 7. Croquis original des sépultures 2-1936 et 3-1936 (dessins de P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). Contrairement aux plans dressés par les fouilleurs et sur lesquels la sépulture à crémation 2-1936 semble incluse dans la fosse de la sépulture à inhumation 3-1936 (voir supra fig. 6), ici les deux structures sont clairement séparées l’une de l’autre, la sépulture à crémation recoupant distinctement la fosse à inhumation. La numérotation de la sépulture à inhumation y est fautive. Il s’agit bien de la sépulture 3 et non pas 5 des fouilles de 1936.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 8. Mobilier de la sépulture 2-1936 (DAO P. Pithuit, d’après le dessin original de Parruzot).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 9. Croquis original de la sépulture 6-1936 (dessins de P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 10. Croquis des deux vases en céramique de la sépulture 6-1936 (dessins originaux de N. Lajon ou P. Jacquelin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 11. Mobilier de la sépulture 6-1936 (DAO P. Pithuit d’après un dessin original de Parruzot).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 12. A. Photographie des blocs de grès extraits de la fosse de la sépulture 6-1936 et des deux vases entiers (photographie de P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon) ; B. interprétation de la photographie (dessin original de N. Lajon ou P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon)
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Légende Fig. 13. Torque n° 417 provenant de Polisot Le Fiel (Aube ; d’après Le CLERT, 1898).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 14. Inventaire des objets recueillis dans les sépultures du cimetière de Lailly (fouilles de 1927, 1934, 1936 et 1937).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 15. Plan d’ensemble des fouilles de Lailly Au-delà de l’Eau. État en fin d’année 1936 (relevé N. Lajon ou P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). On distingue bien le positionnement des sépultures du groupe occidental à proximité de la « Ligne des eaux de Villeneuve-L’Archevêque » et plus particulièrement l’implantation des sépultures 5 et 6 (ou 1-1934 et 2-1934) sur la tranchée creusée à cet effet.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 16. Plan d’ensemble des fouilles de Lailly Au-delà de l’Eau. État en fin d’année 1937 (relevé N. Lajon ou P. Jacquelin ; archives de la Société archéologique de Sens, carton N. Lajon). L’intérêt de ce document, en grande partie fautif, est qu’il est le seul à indiquer l’emplacement des sépultures n’ayant livré aucun mobilier. Elles sont signalées en noir par une lettre « a » suivit d’un chiffre pour le groupe oriental et par une lettre « 0 » suivit d’un chiffre pour le groupe occidental. Les structures signalées en rouge correspondent à des « foyers ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 17. Plan et coupe de la sépulture 2012 (relevé original d’un donateur anonyme ; DAO P. Pihuit).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 18. Mobilier de la sépulture 2012 (dessins de C. Touzel ; infographie A. Dumontet, UMR 6298 ARTEHIS ; cl. L. Baray). Tous les objets sont en fer.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 19. Mobilier de la sépulture 2012, suite (dessins de C. Touzel ; infographie A. Dumontet, UMR 6298 ARTEHIS ; cl. L. Baray ; dessin développé de l’umbo P. Pihuit). Tous les objets sont en fer.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 20. Phasage chronologique du cimetière de Lailly Au-delà de l’Eau.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 21. Orientation des fosses et des défunts du cimetière de Lailly.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 22. Dimensions des fosses à inhumation ou crémation du cimetière de Lailly.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 23. Types d’aménagements lithiques des sépultures à inhumation du cimetière de Lailly.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13814/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc BARAY, « Le cimetière du second âge du Fer de Lailly Au-delà de l’Eau (Yonne) : découvertes anciennes et fouilles récentes », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 123-156.

Référence électronique

Luc BARAY, « Le cimetière du second âge du Fer de Lailly Au-delà de l’Eau (Yonne) : découvertes anciennes et fouilles récentes », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/13814

Haut de page

Auteur

Luc BARAY

Directeur de recherche au CNRS, UMR 6298 ARTEHIS, Dijon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search