Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Métallurgie du fer en Alsace à l’...

Métallurgie du fer en Alsace à l’âge du Fer : apports de l’inventaire des restes scorifiés

Michaël CHOSSON
p. 157-178

Résumés

L’inventaire détaillé des scories et des autres résidus de la métallurgie protohistorique permet d’obtenir une carte des sites de forge jusqu’alors inédite en Alsace. À l’échelle du site, la répartition spatiale des vestiges permet de formuler des hypothèses sur l’emplacement de la forge dont la structure est parfois légère et peut être entièrement effacée. Le classement des scories en familles typologiques renseigne sur la variété des opérations accomplies au sein de l’atelier et autorise à proposer une estimation des volumes de fer travaillé. Les faciès d’atelier définis pour chaque site permettent de les classer selon leur position dans la chaîne opératoire de la transformation du minerai de fer en objet fini. La mise en perspective géographique et chronologique de cet inventaire apporte un éclairage sur l’évolution des échanges liés à l’économie du fer dans une région où les preuves d’extraction et de transformation du minerai demeurent inexistantes pour la Protohistoire.

Haut de page

Texte intégral

1Étudier la métallurgie du fer nécessite de s’intéresser aux résidus appelés communément scories. C’est leur présence qui indique l’existence d’activités métallurgiques, que des structures de chauffe soient conservées ou non. Pourtant, en Alsace comme ailleurs, lors des fouilles, ce mobilier ne bénéficie pas toujours d’un enregistrement rigoureux. Bien souvent, quand des résidus sont mentionnés, ils ne sont ni décrits, ni comptabilisés. De fait, avant 2018, il n’existait pas d’inventaire des scories retrouvées dans la région.

  • 1 Cet article résulte d’un mémoire de Master II soutenu à l’Université de Strasbourg en 2017-2018 sou (...)

2Il fallait donc établir une liste de sites ayant livré des scories et procéder à l’inventaire détaillé du mobilier1. Cet inventaire permet de s’interroger sur les modalités de l’exploitation du fer en Alsace protohistorique. Plus particulièrement, il appelle à se questionner sur l’organisation des ateliers et celle de la production à l’échelle régionale, sur la notion de statut des habitats, sur les relations entre lieu de pouvoir et lieu de production, sur l’évolution chronologique des réseaux d’échanges, sur le statut des forgerons et les modes de transmission des savoirs.

3Les études présentées ici n’intègrent cependant pas d’analyses métallographiques et pétrographiques. Ainsi, les interprétations et les hypothèses formulées à propos des productions nécessiteront des confirmations archéométriques.

1. Sites de forge protohistoriques et inventaire du mobilier scorifié en Alsace

1.1. Bornes de l’étude

4L’étude a pour cadre les limites géographiques de l’Alsace actuelle, pour laquelle on note l’absence de synthèse sur les aspects archéométallurgiques, à la différence des régions voisines : la Lorraine, important secteur sidérurgique de l’époque industrielle, a bénéficié de nombreux travaux universitaires et publications (LEROY, 1997 ; LEROY et alii, 2015 ; DISSER, 2016) ; la Franche-Comté et la Bourgogne également, aidées par l’implantation de l’IRAMAT à Belfort (LAURENT et alii, 2012 ; BERRANGER, 2014 ; PCR en cours). Les sites du Bassin parisien et de Picardie ont été étudiés par des travaux universitaires et de nombreuses recherches (BAUVAIS, FLUZIN, 2006 ; BAUVAIS, 2007 ; BAUVAIS et alii, 2007), notamment pour la période du Second âge du Fer. Ludwig Eschenlohr s’est concentré sur le Jura suisse dans la lignée des travaux de Quiquerez qu’il utilise et met à jour (ESCHENLOHR, 2011).

5Les limites chronologiques seront celles communément admises pour les âges des métaux, de 800 avant J.-C., début du Hallstatt, à 52 avant J.-C., fin de La Tène.

1.2. Constitution du corpus

6Plusieurs outils ont permis de constituer la liste des sites protohistoriques ayant livré des scories. Tout d’abord, la consultation de Patriarche, la base de données du Ministère de la Culture établie dans le cadre de l’inventaire des sites archéologiques, a permis de rassembler une première série de données. Cette base est accessible en ligne avec un système d’information géographique sur le site ArkeoGIS.

7En parallèle, la base de données du mobilier du Centre de Conservation et d’étude (CCE) d’Alsace, à Sélestat, a également permis de produire une liste de toutes les scories conservées dans les collections et provenant des fouilles menées par les opérateurs régionaux.

8Une recherche bibliographique a été menée à partir des rapports de fouilles préventives d’Ensisheim Reguisheimerfeld (PIERREVELCIN, 2016) et de Weyersheim, lotissement Les hauts de la Zorn (MICHLER et alii, 2016). Y sont présentés plusieurs sites régionaux pour lesquels des activités de métallurgie du fer ont été identifiées.

9Enfin, deux collections de scories inédites ont été mises à disposition par les responsables d’opérations : le mobilier scorifié du Fossé des Pandours (Saverne, Bas-Rhin) et du Frankenbourg (Neubois, Bas-Rhin), deux sites explorés dans le cadre de fouilles programmées.

10Ces approches complémentaires ont permis de constituer une liste de quarante gisements répartis sur trente et une communes (fig. 1).

Fig. 1. Corpus des sites alsaciens (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).

1.3. Accès au mobilier

11L’accès au mobilier a été possible dans le cas où les collections étaient conservées au CCE d’Alsace à Sélestat ou dans les dépôts de la base de l’Institut national de Recherches archéologiques préventives (Inrap) à Strasbourg. Le mobilier issu des fouilles programmées a également été mis à disposition par les responsables d’opération. Il n’a pas été possible d’accéder à une partie du mobilier, notamment les scories issues de fouilles anciennes et des lots conservés par Antéa Archéologie.

12Dans la grande majorité des cas, seul le mobilier scorifié (culots, scories informes et fragments de paroi de foyer) a fait l’objet d’un inventaire détaillé. Les micro-déchets n’ont pas été pris en compte, en l’absence de prélèvements spécifiques (à quelques exceptions près). Les chutes métalliques et le petit mobilier ferreux indéterminé n’ont pas été examinés à cause de leur état de corrosion parfois très avancé et du temps contraint de l’étude.

13Le mobilier accessible a été entièrement inventorié. Les culots de forge ont été isolés et décrits individuellement (taille, forme, poids, famille typologique mais aussi aspects de surface, caractéristiques morphologiques, etc.), ainsi que les lots de scories informes (nombre de restes, poids et famille typologique autant que faire se peut) et les fragments de paroi scorifiée. Les collections du CCE ont également été photographiées. Plusieurs dizaines d’échantillons ont ensuite été découpés pour permettre une observation macroscopique de leur structure interne et confirmer ainsi leur appartenance à une famille typologique. L’inventaire réalisé est disponible sur la plateforme ArkeoGIS depuis le 25/04/2019.

2. La métallurgie du fer

2.1. Le concept de chaîne opératoire

14La chaîne opératoire de la métallurgie du fer (fig. 2) peut se décrire en trois étapes allant du minerai à l’objet façonné :

Fig. 2. La chaîne opératoire du fer (d’après MANGIN dir., 2004).

15L’acquisition des matières premières comprend la phase d’extraction ainsi que les opérations de traitement du minerai (fractionnement en petits modules, lavage pour faire disparaître la gangue, « grillage » pour éliminer le souffre et concentrer les oxydes grâce à la chaleur et fragiliser la structure pour faciliter le concassage,…).

16La réduction est le moment de la transformation du minerai en métal dans un bas fourneau. Pendant la Protohistoire et longtemps après encore, cette opération est réalisée en filière dite directe. Les oxydes de fer entrent en réaction avec le carbone du charbon et l’oxygène de l’air. Ils se transforment dans le bas fourneau pour former une masse de métal brut sans passer par une phase liquide (LEROY, MERLUZZO, 2015, p. 116). Les autres éléments (gangue, résidus de combustion, etc...) se liquéfient et se séparent en grande partie de la masse de métal. À la sortie du four, on obtient donc à la fois des scories de réduction (agrégat des éléments liquéfiés) et une masse brute de fer (l’objet de la réduction) souvent très hétérogène et qui contient aussi de la scorie.

17Les opérations de post-réduction correspondent aux activités de forge proprement dites. Elles se divisent elles aussi en deux grandes étapes : l’épuration (travail effectué sur la masse brute de réduction pour la rendre prête à l’emploi) et l’élaboration (fabrication d’un objet fini). La forge est aussi le lieu où les objets finis peuvent être réparés à chaud ou encore recyclés.

18Les étapes constituant ces trois ensembles d’activités peuvent être enchaînées de manière continue en un lieu unique ou correspondre à des temps et des lieux différents. L’archéologie et l’expérimentation ont montré que chacune de ces trois étapes (acquisition des matières premières, réduction et post-réduction) produit des résidus caractéristiques. Leur inventaire et leur description permettent d’appréhender les activités qui ont eu lieu sur un site archéologique et de comprendre comment ce site s’intègre dans un système de production et d’échanges.

2.2. Des résidus caractéristiques

19La fabrication d’objets en fer dans la forge génère principalement des scories mais aussi des micro-déchets métalliques (reliquats de chutes et de découpes, battitures) ainsi que des fragments de paroi scorifiée provenant du foyer de forge ou encore des ustensiles nécessaires à la montée en température du charbon de bois. Tous ces éléments peuvent être retrouvés en place (dans l’atelier) ou plus souvent en position secondaire dans des structures fossoyées, des remblais ou des niveaux de circulation (épandage).

20Les scories résultent de l’accumulation de matériaux plus ou moins fondus dans le fond du foyer, sous l’orifice de la soufflerie. On les considère comme les témoins d’une unité de travail. Les scories de forme plani-convexe (dites « en culot » ou « culot de forge ») sont celles qui recèlent le plus d’informations.

21Ces culots résultent d’une série de paramètres thermo-dynamiques : nature et proportions des matériaux perdus, conditions à l’intérieur du foyer, morphologie des structures de chauffe, durée des opérations, etc. On considère que les mêmes conditions produisent les mêmes résultats. Il devient donc possible d’établir des typologies en utilisant les caractéristiques des culots ainsi que la nature des éléments qui les composent. Ces familles typologiques ont été formalisées par Vincent Serneels à l’aide d’acronymes (ANDERSON et alii, 2003) : SFR pour Scorie Ferreuse Rouillée, SGD pour Scorie Grise Dense, SAS pour Scorie Argilo-Sableuse (fig. 3).

Fig. 3. Exemples de culots (DAO et photos : M. Chosson).

22Déterminer des familles typologiques est essentiel pour sélectionner les échantillons qui subiront des analyses plus poussées.

23Les chutes métalliques sont liées à la mise en forme et à la finition des objets. On peut retrouver des fragments d’ébauches ou des ratés, des soies de préhension, des éléments avec des traces de découpes. Ils renseignent sur le type d’objet qui a été fabriqué dans l’atelier – bien souvent, les productions elles-mêmes ont disparu –, ainsi que sur la pratique éventuelle du recyclage. Les battitures sont des déchets de taille millimétrique ou centimétrique produits lors du martelage à chaud de l’objet. Quand le forgeron passe un objet au feu, une croûte d’oxydes se forme à sa surface. C’est cette croûte qui éclate lors du martellement sur l’enclume. Leur présence est un bon moyen de s’assurer de l’existence d’une aire de martelage. Des expérimentations ont permis de mettre en relation la morphologie des battitures avec un geste technique particulier (LEBLANC, 2002 résumé dans MANGIN, 2004, p. 103). Ainsi, leur forme est un autre indicateur du type d’opération qui a eu lieu dans l’atelier.

24Des fragments de parois de foyer peuvent être conservés lorsque, après la chauffe, la scorie évacuée emporte avec elle une partie de la paroi contre laquelle elle est collée. Il existe aussi des fragments individualisés. On peut y découvrir des traces de rechapage (signe de l’entretien du foyer), des orifices (indication sur les techniques de ventilation) et reconstituer en partie l’architecture du foyer disparu (morphologie, aménagement du fond, etc…). On peut aussi retrouver des blocs-tuyères en terre cuite, bloc percé où vient se loger l’embout d’un soufflet et qui dirige le flux d’air vers le point chaud du foyer.

25Dans une approche quantitative, la répartition entre les différents types de déchets permet de réaliser une composition de l’assemblage qui révèle en partie l’intensité des séquences de travail (BAUVAIS, 2018, p. 476).

3. Synthèse des résultats

26Notre inventaire a été l’occasion d’enregistrer plus de 6 000 restes, pour un poids d’environ 265 kg (fig. 4). Il permet d’affirmer que toutes ces scories appartiennent à l’étape de post-réduction.

Fig. 4. Inventaire simplifié des résidus métallurgiques par commune.

27Aucune scorie de réduction n’a été identifiée parmi les collections étudiées. En Alsace, les lieux de la transformation du minerai en métal datant de la période protohistorique restent inconnus, à la différence de la Forêt Noire où de nombreux sites d’extraction et de réduction ont été mis en évidence (GENTNER, 2016, p. 157). Cette absence peut être liée à l’état de la recherche (espace moins exploré dans le cadre de l’archéologie préventive) mais on peut aussi envisager que l’exploitation du minerai y est moins développée que dans la Forêt Noire, pour des raisons qu’il faudra déterminer.

28Dans tous les cas, il est frappant de constater qu’une partie de la chaîne opératoire n’apparaît pas dans le corpus. On peut donc supposer que, dans la région, la chaîne opératoire du fer est organisée autour d’entités séparées dans l’espace et spécialisées dans leur pratique.

29L’examen du contexte de découverte des scories montre qu’elles ont été retrouvées en position secondaire. Généralement, il s’agit de structures excavées (silos, fosses d’extraction, fossés) qui ont accueillis les résidus des activités humaines. Certains dépotoirs ont tiré parti d’accidents du terrain, comme les berges d’anciennes rivières. À de très rares exceptions près – possiblement Ettendorf et Saverne et plus certainement Weyersheim, Bas-Rhin –, les ateliers (foyer, « fosse-atelier » ou encore bâtiment) n’ont pas laissé de traces.

30Les aspects quantitatifs peuvent être abordés sous l’angle de la géographie et de la chronologie (fig. 5). Quelques sites ont livré des vestiges datés de la fin de l’âge du Bronze mais les contextes de datation de ces découvertes sont douteux et le mobilier scorifié probablement intrusif. Au cours des âges du Fer proprement dits, le nombre de sites augmente, ainsi que le poids des vestiges scorifiés. Cela traduit l’accroissement du nombre de forges en activité et du volume de fer en circulation, un phénomène perçu dans d’autres régions (BAUVAIS, 2008, P0/9).

Fig. 5. Classement des sites de forges avec période d’occupation et poids des résidus métallurgiques.

31Cet accroissement global masque cependant des variations locales. On note une différence assez nette entre le Haut-Rhin et le Bas-Rhin. Les sites haut-rhinois sont plus nombreux aux périodes anciennes et concentrent presque exclusivement les découvertes puis ils se raréfient au cours de La Tène. Le phénomène est inversé dans le Bas-Rhin où les sites du Hallstatt sont quasiment absents tandis que s’y multiplient les sites au cours de La Tène finale. La limite géographique entre ces deux ensembles pourrait se situer à hauteur de Colmar, ce qui est compatible avec la mise en évidence de deux groupes culturels. La maîtrise de la métallurgie du fer a-t-elle été d’abord une prérogative du groupe culturel sud avant que le groupe culturel nord ne renforce sa mainmise sur le réseau au cours du deuxième âge du Fer, au détriment des forges haut-rhinoises ?

32Quatre cartes ont été produites pour suivre l’évolution des pratiques métallurgiques au cours de l’âge du Fer. La première présente les sites datés du Hallstatt D1 (fig. 6). La deuxième fait un focus sur les sites du Hallstatt D3, qui possèdent des caractéristiques exceptionnelles au vu des périodes qui le précèdent et le suivent (fig. 9). La troisième carte représente les sites de La Tène ancienne et permet de montrer comment s’amorce une évolution à la fois dans le nombre de sites de forge et dans les volumes produits (fig. 13). Enfin, la quatrième carte illustre les sites de La Tène moyenne et finale (fig. 18) et présente la situation à la veille de la conquête où l’on perçoit la prédominance des sites de hauteur du Bas-Rhin.

3.1. Hallstatt D1 : post-réduction au sein de petits sites spécialisés ?

33Sur les quatre sites occupés dès le Hallstatt D1 (fig. 6), on retrouve peu de vestiges, au mieux quelques culots et quelques dizaines de scories, pour un poids global assez réduit.

Fig. 6. Sites de forge au Hallstatt D1 et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).

34Selon les sites, la composition des assemblages montre des différences de répartition entre culots et scories informes (fig. 7).

Fig. 7. Composition des assemblages des forges du Hallstatt D1 en grammes.

35Les scories informes sont très largement majoritaires sur Koestlach et Illfurth, ce qui laisse envisager une faible intensité des séquences de travail. La situation est différente à Meistratzheim où les culots représentent près de la moitié des vestiges en poids. Enfin, Ettendorf a probablement été le lieu d’une activité importante, perceptible par la proportion de culots, la présence de scories coulées ainsi que de fragments de creusets qui indiquent un travail sur des métaux fusibles. Le faciès d’atelier de ce site montre une prépondérance des culots SFR au détriment des scories SAS (fig. 8).

Fig. 8. Faciès d’atelier du site d’Ettendorf Gaentzbruch II en nombre de restes.

36Le poids moyen des culots d’Ettendorf est peu élevé (autour de 70 g) mais la plupart sont incomplets. Six culots sur vingt dépassent les 100 g et même les plus lourds (175 g) sont fragmentaires. Les activités de post-réduction de cette forge ont probablement été plutôt intenses.

37À Ettendorf comme souvent ailleurs, les scories ont été retrouvées en position secondaire dans des silos réutilisés comme dépotoirs. L’un de ces silos, à moitié comblé, a pourtant été aménagé avec une fosse rectangulaire dont le fond plat est rubéfié. Il est possible que cette fosse ait été l’emplacement d’une forge, hypothèse qui en ferait la plus ancienne d’Alsace, même si les auteurs de l’étude ou du rapport d’opération ne le mentionnent pas (PEYTREMANN et alii, 2004, p. 126-136).

38Les découvertes du Hallstatt D1 alimentent le débat sur le lien entre statut des sites et contrôle des matières premières. Le site de Koestlach-Moernach (Haut-Rhin) est un habitat de hauteur fortifié dont le statut peut être considéré comme élevé. Son emplacement est en effet stratégique pour surveiller plusieurs vallées et la mise en place d’un rempart suppose une autorité pour planifier, coordonner et assurer la bonne conduite des travaux. Il existerait un lien entre habitat d’exception et pratique de la métallurgie du fer.

39Les études sur le mobilier en fer confirment le lien entre ce matériau et les élites. En effet, les objets retrouvés dans l’habitat représentent une importante quantité de fer (coutelas, broche à rôtir, éléments de char ; DUBREUCQ, 2013, p. 355). Même si leur fonction peut être vue comme « utilitaire » dans le cas des ustensiles, leur statut est plus vraisemblablement exceptionnel et illustre la vie quotidienne privilégiée de ces élites.

40Le contrôle qu’exercent les élites sur la fabrication et le commerce du fer est cependant difficile à caractériser : il existe des sites reconnus pour avoir abrité une élite (comme sur le Britzgyberg, ADAM, 2009) sans traces de sidérurgie (absence de scorie de fer découverte malgré de très nombreux sondages). Les scories d’Illfurth indiquent peut-être la présence au pied du Britzgyberg d’activités de forge mais elles restent tout à fait réduites. À l’inverse, des sites comme Ettendorf révèlent l’existence de forges pouvant être très actives dans un contexte de plaine. Les concentrations de vestiges métallurgiques ne sont donc pas toujours là où on les attend.

3.2. Hallstatt D3 : deux sites de production exceptionnels

41Deux sites hors de comparaison sont datés de l’époque suivante (fig. 9). Les quantités de déchets qui y ont été mises au jour sont sans commune mesure avec ce que l’on constate à l’époque précédente. Sur le site d’Entzheim, ce sont plus de 23 kg de déchets de métallurgie qui ont été récoltés dans le comblement d’un ancien chenal. À Weyersheim, deux silos ont livré 47 kg de culots ainsi que des scories informes, de nombreux fragments de paroi et des galets de grès ayant servi d’enclume, pour un total de 130 kg de matériel.

Fig. 9. Sites de forge au Hallstatt D3 et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).

42Ces deux sites présentent des compositions d’assemblage assez similaire pour lesquelles on note la prépondérance des culots sur les scories informes (fig. 10). La séquence de travail a donc généralement produit beaucoup de pertes, ce qui peut être dû à une longue durée ou une intensité élevée. La grande proportion de fragments de paroi de foyer peut aussi indiquer des réfections répétées sur des structures qui seraient entretenues et régulièrement réaménagées.

Fig. 10. Composition des assemblages des forges du Hallstatt D3 en grammes.

43Le faciès des culots du site d’Entzheim (fig. 11) confirme cette impression. On y note une majorité de Scories Grises Denses (SGD) réparties en trois sous-familles qui représentent plus des trois quarts des découvertes.

Fig. 11. Faciès d’atelier des culots du site d’Entzheim ‘Aéroparc’ en nombre de restes.

44Ce faciès permet d’estimer le volume minimum de fer travaillé sur le site. Dans le cas des SGD, on estime que la moitié de la masse est constituée de fer, entre 40 % et 65 % (SERNEEL, PERRET, 2003). À partir de cette masse de fer perdue, on peut évaluer la masse de fer travaillé : l’expérimentation montre en effet que les pertes peuvent représenter entre 10 et 20 % de matière selon le degré de maîtrise du forgeron ou l’intensité de la chauffe (CREW, 1991 ; CREW, CREW, 1994 ; DILLMANN et alii, 1997 ; LEROY et alii, 2000 ; LEBLANC, 2002 ; BAUVAIS et alii, 2018). Les proportions de fer perdu dans les scories SAS et SFR ont également été évaluées : respectivement 15 et 60 % (BAUVAIS, 2018, p. 487).

45Le tableau fig. 12 montre comment les calculs aboutissent à une masse de fer perdu d’environ 8 kg. Ces 8 kg de fer perdus seraient le reflet d’une quantité de métal travaillé pouvant être comprise entre 40 et 80 kg. Le nombre d’objets produits sur ce site pourrait compter plusieurs dizaines de milliers de pièces. Une telle production excède très largement les besoins d’une communauté et a vocation à alimenter un réseau d’échanges étendu.

Fig. 12. Tableau de calcul des quantités de fer perdu dans les scories d’Entzheim.

46À Weyersheim, la situation est semblable. L’étude du mobilier a permis de conclure à l’existence de deux ateliers spécialisés. L’un d’eux était quasiment exclusivement destiné à l’épuration de masses brutes de réduction. L’autre a élaboré des objets à partir d’un fer épuré. Les nombreux fragments d’enclumes en grès permettent d’envisager que chacun des ateliers a pu être composé de plusieurs forges (MICHLER et alii, 2016, p. 179-231).

47Les caractéristiques des déchets des sites d’Entzheim et de Weyersheim suggèrent que la production n’avait pas pour but de satisfaire des besoins uniquement domestiques. Nous avons certainement affaire à des sites de production d’une grande ampleur dont le produit devait être intégré à un important réseau d’échanges. La matière première y a été importée et le produit de leur travail a été exporté. On constate aussi que les forgerons sont sans doute dès cette période des artisans spécialisés car l’étude de Weyersheim montre qu’il n’y pas de mélange entre les activités d’épuration et d’élaboration.

48Le fait qu’il existe très peu de sites où ont été fabriquées de très grandes quantités d’objets pourrait traduire une forme de contrôle du réseau de la part de ses dirigeants. Il existe cependant d’autres sites de forge datés du Hallstatt sur les communes de Bruebach, Merxheim, Wettolsheim et Wolfgantzen. Là, les découvertes sont très faibles en quantité. L’imprécision des datations limite les interprétations mais ces sites pourraient attester l’existence de forges d’envergure réduite. Ainsi, s’il existe un contrôle sur le commerce du fer, il permet l’existence d’ateliers de petite envergure.

3.3. La Tène ancienne

49Au cours de La Tène ancienne, les sites du corpus (fig. 13) mettent en évidence trois types de production.

Fig. 13. Sites de forges à La Tène ancienne et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).

3.3.1. Un travail du fer limité

50Tout d’abord, on trouve des occupations ayant livré des scories en petit nombre. Il s’agit des sites de Duntzenheim Sonnenrain (cinq culots, trois fragments de scories pour un poids total de 180 g), Geudertheim, lotissement Heilingenhauesel II (un reste ? non accessible) et de Souffelweyersheim, lotissement Les sept arpents (167 restes non accessibles).

51Ces sites auraient accueilli des forges de petite envergure dont les activités étaient peut-être discontinues. Les objets produits étaient sans doute destinés à subvenir à des besoins locaux. Ces forges pouvaient également n’être destinées qu’à assurer l’entretien d’objets acquis par ailleurs. Certains auteurs envisagent également la possibilité de forgerons itinérants (ORENGO, 2003, p. 207). Il se peut aussi que les fouilles n’aient mis au jour qu’une partie des déchets produits (localisation des structures en bordure d’emprise) et que les forges aient eu une activité plus intense que ne le laissent supposer ces vestiges.

3.3.2. Une catégorie intermédiaire

52Deux occupations ont livré des quantités plus importantes, à Obernai, Parc d’activités (889 g) et à Mittelhausen Liesbulh, Grimbretter Weg (plus de 700 g). Ces sites correspondent à des établissements ruraux où des silos ont été comblés par du mobilier détritique.

53À Mittelhausen, les résidus de la métallurgie du fer sont mélangés avec des fragments de creusets (fig. 14). Fer et métaux fusibles auraient été travaillés au sein des mêmes ateliers, leurs déchets éliminés en même temps.

Fig. 14. Composition des assemblages des sites de Mittelhausen et d’Obernai en grammes.

54À Obernai, deux groupes de structures (silos et bâtiments excavés) ont été mis en évidence. L’auteur interprète le site comme un établissement agricole bipolarisé avec un habitat légèrement privilégié au nord et une zone dédiée à l’artisanat et au stockage 80 m plus au sud (FÉLIU et alii, 2013, vol. 1 p. 91).

55Sur les deux sites, on retrouve une forte proportion de culots par rapport aux scories informes, ce qui indiquerait qu’une partie des séquences de travail était intense. Le poids de certains culots confirme cette hypothèse (270 g pour le plus gros culot d’Obernai ; 130 g pour celui de Mittelhausen).

56Les quantités de déchets sur ces sites sont toutefois bien moindres que celles du Hallstatt D3, notamment en nombre de restes. Mittelhausen et Obernai pourraient être représentatifs d’une catégorie d’établissements de niveau intermédiaire, avec une forge dont le produit serait destiné à demeurer sur place et plus exceptionnellement à intégrer un réseau d’échanges.

3.3.3. Un site de production exceptionnel

57Un troisième niveau de production correspond au site d’Entzheim-Geispolsheim Quadrant 4. Plus de 180 restes (4 000 g) ont été exhumés d’une soixantaine de silos réutilisés en dépotoirs. La composition de l’assemblage montre une majorité de culots de forge et une répartition presque équivalente entre les scories informes et les creusets (fig. 15). Certains de ces creusets ont gardé la trace de métaux précieux et la présence d’une lingotière autorise l’auteur du rapport à évoquer l’orfèvrerie de l’or et de l’argent (LANDOLT et alii, 2013, vol. 3, p. 518-529). Tous ces résidus traduisent une grande variété d’activités, avec une prépondérance de séquences longues et/ou intenses générant de fortes pertes.

Fig. 15. Composition de l’assemblage du site d’Entzheim ‘Quadrant 4’ en grammes.

58La répartition par famille des culots de forge corrobore cet état de fait (fig. 16). On y voit une grande proportion de culots de la famille SGD et une très faible représentation des culots SAS. Les sous-familles de SGD montrent que les séquences de travail ont varié et produit différents objets.

Fig. 16. Faciès d’atelier des culots du site d’Entzheim ‘Quadrant 4’ en nombre de restes.

59Le poids total des culots SFR est de 855 g, celui des culots SGD est de 1 045 g et celui des culots mixtes SGD-SFR est de 665 g. En évaluant les quantités d’oxydes de fer contenu dans ces culots à partir de valeurs moyennes (60 % pour les SFR, 45 % pour les SGD et ici 55 % pour les SGD-SFR), on obtient une quantité de fer perdu d’environ 1,3 kg. Pour un travail générant entre 10 % et 20 % de pertes, on obtient une quantité de fer comprise entre 7,5 et 13 kg. Le nombre d’objets produits sur le site est potentiellement très élevé.

60L’étude de la répartition des déchets liés à la métallurgie du fer fait apparaître des concentrations représentant des zones privilégiées de l’aire d’ensilage (fig. 17). Ces « pôles » sont identiques pour les deux types de métallurgie (métaux fusibles et travail du fer), ce qui pourrait indiquer la pratique de la polymétallurgie.

Fig. 17. Répartition des résidus métallurgiques sur le site d’Entzheim ‘Quadrant 4’ (infographie : M. Chosson d’après LANDOLT et alii, 2013, vol. 3, p. 536, 537 et 539).

61L’existence de ces concentrations peut s’expliquer de deux façons : ou bien une ancienne aire d’ensilage a servi de dépotoir à plusieurs communautés d’artisans métallurgistes qui avaient chacune leur espace privilégié, auquel cas seule l’une d’entre elles maîtrisait l’orfèvrerie ; ou bien chaque pôle détermine l’emplacement du dépotoir d’une seule communauté à un moment donné et celui-ci se déplacerait au fur et à mesure de la transformation progressive de l’aire d’ensilage en zone de rejet. Dans cette seconde hypothèse, l’orfèvrerie n’aurait été pratiquée que pendant un temps limité.

62L’activité des ateliers installés sur Entzheim-Geispolsheim au cours de La Tène ancienne rappelle les découvertes à quelques centaines de mètres au nord, de l’autre côté d’un ancien chenal de la Bruche. Au Hallstatt D3, la berge nord de ce chenal a été le lieu d’une activité de métallurgie tout à fait exceptionnelle pour la période. À La Tène ancienne, c’est la berge sud qui a été investie. Mais on peut considérer que nous avons ici un secteur privilégié de la métallurgie du fer dont les activités se sont poursuivies sur une centaine d’années. La baisse du poids total des résidus découverts (de 18 kg à 4 kg) pourrait être l’indicateur d’une modification des pratiques. Les limites de l’aire d’ensilage n’ont toutefois pas été atteintes lors des fouilles. Le mobilier récolté ne représente donc qu’une partie de ce qui a été mis au rebut.

63Le dépotoir n’a pas été utilisé que par les forgerons. D’autres types de mobilier détritique témoignent de nombreuses activités : agriculture, élevage, filage et tissage, fabrication de céramiques, utilisation de meules et d’outils en pierre et peut-être même élaboration de pains de sel. Cette diversité pose la question de la spécialisation des individus : avons-nous affaire à des paysans pratiquant ponctuellement des activités artisanales ou bien à un groupe composés de travailleurs spécialisés dans leur domaine ? La polymétallurgie et l’orfèvrerie, avec le niveau de maîtrise qu’elles nécessitent et l’extrême rareté des matériaux, semblent corroborer l’hypothèse d’un corps de métier particulier. Les culots révèlent une certaine régularité, ce qui serait le signe de pratiques communes et répétées, dont on peut envisager la transmission au sein d’une communauté spécialisée. Cette communauté n’apparaît pourtant pas isolée, au moins par le fait qu’à Entzheim, elle partage la même zone de dépotoir que les autres.

3.4. La Tène moyenne et finale

64Dix-neuf sites occupés au cours de La Tène finale ont livré des scories (fig. 18). Seul Colmar-Houssen ‘Base de loisirs’ a connu une phase d’occupation dès La Tène moyenne, qui s’est poursuivie au cours de La Tène finale.

Fig. 18. Sites de forges à La Tène finale et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).

65Le déficit de sites datés de La Tène moyenne, déjà mis en évidence dans la région par M. Roth-Zenher (dans MALRAIN dir., 2013, p. 25-43), se manifeste ici encore. La transition entre La Tène ancienne et La Tène finale est donc difficile à saisir. Ce qui apparaît, c’est une augmentation du nombre de sites et du volume des productions au cours de La Tène finale. Les sites de cette période seront présentés par type d’occupation.

3.4.1. Les habitats « ouverts » (4 sites)

66Sont définis comme ouverts les sites dont les fouilles n’ont pas mis au jour de dispositif fossoyé. Il reste possible que des fossés aient échappé aux explorations (diagnostic non suivi de fouilles, surface prescrite trop réduite, etc...). Dans le corpus, quatre gisements correspondent à ce premier type. Il s’agit de Bourgheim, Le clos du bourg (un reste de 10 g), d’Eguisheim, Carrefour des oignons (un fragment de scorie de 35 g), de Scherwiller-Châtenois, ‘Parc d’activités économiques du Giessen’ (un culot et un fragment de scorie pour un poids total de 215 g) et de La Wantzenau, ‘Lot. Kircharcher’ (50 g de restes).

67Les découvertes métallurgiques y sont maigres. Il s’agit peut-être de l’échelon le plus bas des sites de forge, en termes de volume de production et de connexion aux réseaux d’échanges. La fonction des ateliers de ces sites serait l’entretien du mobilier en fer (outils agricoles) ou la fabrication de petits objets faciles à façonner. Une utilisation ponctuelle par un artisan non exclusivement forgeron suffit à générer des déchets en faible quantité tels que ceux mis en évidence.

3.4.2. Les habitats à enclos (11 sites)

68Ces occupations sont caractérisées par un habitat organisé autour d’un réseau fossoyé. Certains fossés forment des enclos dont l’extension a pu être fouillée. Ces onze gisements peuvent être répartis en trois ensembles.

• Peu de scories

69Dans le premier ensemble sont rassemblés les sites avec peu de résidus (jusqu’à 100 g environ). Il s’agit de Bergbieten, Pferchelmatten, d’Eckbolsheim, ‘Zénith’, de Didenheim, ‘2ème ZAC des collines’, de Marlenheim, ‘Contournement sud’ et de Sermersheim, Hintere Buen. Les découvertes y sont en partie liées aux contraintes de l’archéologie préventive : il s’agit soit de diagnostics non suivis de fouilles (Marlenheim), soit de fouilles limitées dans leur exploration des occupations laténiennes (Bergbieten, Eckbolsheim, Sermersheim).

• Catégorie intermédiaire

70Dans le deuxième sont regroupés les corpus de déchets plus importants. Il s’agit des sites d’Eguisheim, ‘RD 82’ (1 550 g), de Meistratzheim, ‘Lot. tr. 2’ (1 250 g), d’Obernai, ‘Parc d’activités’ (2 434 g). Les sites de cet ensemble ont été fouillés au cours d’opérations étendues ou qui ont mise au jour des enclos quasi complets.

71Eguisheim et Meistratzheim présentent des assemblages assez différents (fig. 19). Le mobilier d’Eguisheim est composé en grande partie de culots qui sont absents de l’assemblage de Meistratzheim. Ces données correspondent cependant au mobilier du diagnostic et ne sont pas représentatives du corpus complet des déchets du site (non disponibles au moment de l’étude). La production sur le site de Meistratzheim pourrait cependant avoir été moins importante que celle d’Eguisheim qui a livré une plus grande quantité de culots de forge.

Fig. 19. Composition des assemblages des sites à enclos de catégorie intermédiaire en grammes.

72La fouille d’Obernai a permis l’exploration d’un enclos de 8000 m² et de ses abords sur une surface totale de 5 ha. Des traces de métallurgie ont été détectées sur le site lors de la précédente phase d’occupation, datée de La Tène ancienne. Au cours de La Tène finale, c’est au sein d’un large établissement rural que des déchets métallurgiques ont été produits. L’occupation est composée de nombreuses structures qui accompagnent l’enclos principal (bâtiments excavés, bâtiments sur poteaux, silos, fosses). Le mobilier évoque la pratique de plusieurs artisanats en complément des activités agricoles (ébauches de meule, métallurgie du fer) et plusieurs éléments indiquent des pratiques cultuelles : fragments de crânes humains, présence d’armes (notamment un umbo de bouclier portant des traces de coups et de destruction). Le statut de cet établissement serait vraisemblablement important (FÉLIU dir., 2016, vol. 1, p. 91 et vol. 3).

73L’assemblage montre une proportion importante de culots (fig. 20) dont la plupart sont des culots denses et lourds de type SGD. Le poids maximum pour un culot est de 430 g ; les culots SAS sont nettement plus légers (moins d’une centaine de grammes). Les séquences de travail ont été au moins de deux types : une séquence gourmande en énergie et qui a généré de fortes pertes et une séquence plus courte ou moins intense qui n’a permis la formation que de petits culots de forge. Ceci étant dit, le nombre total de culots reste peu élevé (neuf individus).

Fig. 20. Composition de l’assemblage du site d’Obernai ‘Parc d’activités’ en grammes.

74La moitié en poids des résidus provient du fossé d’enclos (70 restes pour 1 487 g, dont cinq des neuf culots) et le reste a été retrouvé dans des fosses, des trous de poteau et des bâtiments excavés. C’est également le fossé qui a livré les culots les plus massifs (plus de 300 g). La répartition des scories dans ce fossé permet de formuler une hypothèse sur l’emplacement de l’atelier (fig. 21).

Fig. 21. Localisation spatiale des déchets sur le site d’Obernai ‘Parc d’activités’ (d’après FÉLIU dir., 2016, vol. 3, p. 219 et 221).

75Un ou deux lieux d’activités peuvent être envisagés à l’intérieur de l’enclos tandis que les autres sont installés à l’extérieur, dans l’espace ouvert et notamment au sud, près d’un ensemble de bâtiments. Sur un site d’une vaste emprise, il est concevable que plusieurs lieux aient fonctionné en parallèle, chacun avec leur zone de rejet. Ces lieux d’activités pouvaient avoir des statuts et des fonctions différents : celui à l’intérieur de l’enclos, qui aurait généré de plus gros déchets, pourrait être dédié à l’épuration de masse brute ou à la fabrication d’objets tandis que celui ou ceux au sud auraient pu servir plutôt à l’entretien des outils et des ustensiles. Des analyses sur la qualité inclusionnaire des culots seraient nécessaires pour mieux appréhender la nature du métal travaillé dans chacun des secteurs de cet établissement rural.

• Travail du fer important

76Le seul site de la troisième catégorie, Ensisheim, Reguisheimerfeld, est exceptionnel à plus d’un titre. D’une part, l’opération ne bénéficiait que d’une emprise limitée et d’autre part, le poids total des scories mis au jour en fait le site de plaine le plus riche de l’époque. Sa fouille n’a pas révélé d’enclos à proprement parler mais l’exploration des parcelles alentour a montré que l’occupation s’étend hors de la zone fouillée en 2016 (diagnostic et fouilles de la future entreprise THK par Antéa Archéologie et surtout diagnostics de la ZAID). Le site d’Ensisheim est interprété comme une ferme occupée au cours de La Tène D1b-D2, immédiatement suivie au nord et au sud par deux exploitations encloses au cours de La Tène D2b-Augustéen.

77Plus de 20 kg de scories ont été extraites du chenal qui borde l’occupation de La Tène finale (2 540 g au cours du diagnostic, 18 120 g au cours de la fouille). La composition de l’assemblage montre une répartition équivalente entre les culots de forge et les scories informes (fig. 22).

Fig. 22. Composition de l’assemblage du site d’Ensisheim Reguisheimerfeld en grammes.

78Pour un peu moins de la moitié des individus, les culots sont de type SGD (fig. 23), tandis que les culots mixtes et les SFR représentent près d’un quart chacun. Le poids moyen des culots SAS et SFR tourne autour de 100 g, celui des SGD autour de 115 g (avec plusieurs individus à plus de 300 g) et les culots mixtes environ 170 g (poids maximal d’un individu à 420 g). Les séquences d’activités sur ce site sont donc à la fois diversifiées mais révèlent également des pratiques récurrentes : gestes standardisés ou type particulier de production.

Fig. 23. Faciès d’atelier du site d’Ensisheim Reguisheimerfeld en nombre de restes.

79D’après la répartition par familles de culots, on peut restituer une somme de 4 kg de fer perdu dans les scories. La quantité de fer travaillée serait donc comprise entre 20 et 40 kg. Une production de cette ampleur dépasse largement les besoins des habitants de la ferme et participe très certainement à un réseau d’échanges étendu.

80En conséquence, le statut d’Ensisheim Reguisheimerfeld est difficile à définir car le volume de fer travaillé et des déchets produits le place au même niveau que les sites plus riches d’Alsace, qui sont situés sur des hauteurs et ont bénéficié de nombreuses années de fouilles (ce qui explique en partie leur richesse en mobilier). Ensisheim est-il haut-lieu de la production d’objets en fer ? Existe-t-il d’autres sites identiques à découvrir ?

81Dans tous les cas, les habitats à enclos de La Tène finale qui ont pratiqué la métallurgie adoptent en Alsace des profils variés, entre des sites où très peu de déchets ont été découverts, ceux où les quantités produites sont moyennes (entre 1 et 2 kg de résidus) et correspondent peut-être à l’existence d’une forge permanente, et, pour l’heure, un site où des quantités très importantes de fer ont été travaillées (épuration de masse brute ? élaboration d’objets ?). Ces éléments suggèrent que les habitats à enclos ont pratiqués des activités diversifiées en lien avec leur statut. Des analyses plus poussées permettraient de caractériser la qualité du fer qui arrive sur le site et d’affiner le modèle de hiérarchisation des établissements en fonction de leur position dans le réseau d’acquisition/ redistribution du fer : plus la qualité inclusionnaire du fer est bonne, plus le produit a été épuré et donc, potentiellement, plus le nombre d’intermédiaires depuis le producteur peut être grand (BAUVAIS, FLUZIN, 2006, fig. 11 p. 41 ; BAUVAIS, 2007, fig. 50 p. 414 ; BAUVAIS, 2018, fig. 19). À l’inverse, un fer brut de réduction serait l’indice que le site est placé haut dans le réseau de distribution et donc qu’il peut exercer un meilleur contrôle.

3.4.3. Les habitats de hauteur (2 sites)

82Les habitats de hauteur de La Tène finale sont considérés comme des lieux de concentration du pouvoir. On y retrouve les marqueurs d’un statut élevé (importations, mobilier rare, monnaie métallique), des éléments cultuels, des espaces bâtis denses et organisés en quartiers aux fonctions différentes. Les fortifications qui les entourent participent à leur défense – ils sont souvent installés aux emplacements les plus exposés –, mais aussi à une politique de prestige.

83En Alsace, deux sites de hauteur fortifiés ont livré un abondant mobilier scorifié : le Frankenbourg (Neubois) et le Fossé des Pandours (Saverne).

84Au Frankenbourg, une vingtaine de kilos de scories ont été retrouvées en position secondaire près d’une entrée fortifiée. Ces résidus ne proviennent pas d’un atelier situé près de la porte, comme cela a pu être documenté sur d’autres sites (Porte du Rebout à Bibracte ou atelier de fibules de l’Attaque des Pandours au col de Saverne). Ils sont contenus dans les couches antérieures et postérieures à la construction de la porte, révélant que la pratique de la métallurgie a pu précéder l’établissement des fortifications et s’inscrire dans le temps long.

85Le Fossé du Pandours est localisé sur le ban des deux communes de Saverne et d’Ottersthal (Bas-Rhin). Cet éperon barré est placé sur le Col de Saverne, qui est un point de passage entre le plateau lorrain et la plaine d’Alsace. À l’endroit le plus exposé, un rempart rectiligne de 600 m de longueur a été élevé. Il est prolongé de part et d’autre par un rempart de contour moins visible, long de 7 km, installé sur une ligne de rupture de pente interrompue par des falaises. La surface enclose, de 170 ha, comprend plusieurs remparts internes qui organisent l’espace autour de trois reliefs : le Koepfel (445 m), le Baerenkupfel (438 m) et le Barbarakopf (421 m). Les pentes du Barbarakopf ont été occupées par un quartier d’installation dont la fouille, effectuée entre 2000 et 2006 (secteur BBK 3), a permis de mettre au jour un grand nombre de déchets métallurgiques. Les 50 kg de culots, de scories informes et de fragments de paroi ont été retrouvés en position secondaire dans le comblement de structures en creux (fosses, trous de poteaux, fossé de palissade ou puits).

86La composition des assemblages (fig. 24) montre une forte proportion de culots de forge. On y note la présence de scories coulées ou de coulures. Mais celles-ci sont trop anecdotiques pour envisager qu’elles soient liées à une activité de réduction. Un point très chaud dans un foyer de forge suffit à créer de petites quantités de déchets liquéfiés, surtout s’il s’agit d’une activité d’épuration impliquant des masses de métal peu compactées.

Fig. 24. Composition des assemblages des sites de hauteur en grammes.

87Pareillement, le faciès d’atelier du Frankenbourg (fig. 25) montre un profil typique des activités de post-réduction : la première famille représentée est celle des SGD, suivie par les SAS et une famille mixte SGD-SAS. Enfin, quelques scories SFR complètent l’ensemble. Les séquences d’activités sur le site peuvent être réparties en deux ensembles majoritaires : la moitié des activités correspond à des séquences intenses et l’autre moitié à des séquences plus courtes.

Fig. 25. Faciès d’atelier des culots du site de Neubois Frankenbourg en nombre de restes.

88La quantité de fer perdu, d’après la répartition des culots en familles typologiques, serait de l’ordre de 3 kg. Les déchets retrouvés au Frankenbourg auraient été produits à l’occasion d’un travail sur 15 à 30 kg de fer, ce qui en fait un site important mais tout de même inférieur aux estimations faites pour Ensisheim, occupé à la même période en plaine. L’emprise des fouilles était cependant limitée et n’a concerné qu’un seul secteur. Une prospection magnétique à l’intérieur de la deuxième enceinte a mis en évidence une zone très réactive (fig. 26). Une grande quantité de scories aurait une signature de cet ordre. Cette zone magnétique pourrait révéler l’emplacement d’une concentration de déchets métallurgiques et peut-être l’atelier lui-même.

Fig. 26. Neubois Frankenbourg : carte interpolée de la susceptibilité magnétique (d’après F.-X. Simon dans FÉLIU dir., 2017, p. 42).

89Le faciès d’atelier des culots du Fossé des Pandours présente à la fois des similitudes et des différences avec celui du Frankenbourg. On y retrouve les mêmes familles (fig. 27), notamment celle des culots mixtes SGD-SAS (65 individus sur 272) qui sont semblables d’un site à l’autre. Un peu plus d’un quart des culots appartient à la famille des SGD (en deux sous-familles).

Fig. 27. Faciès d’atelier des culots du site de Saverne Fossé des Pandours en nombre de restes.

90Mais la plus importante famille est celle des SAS. Le poids moyen des culots SAS est de 78 g. Les SFR sont un peu plus lourds en moyenne (98 g). Les SGD sont encore plus massifs (130 g en moyenne) avec un individu pesé à 585 g. La catégorie des culots mixtes SGD-SAS est la plus lourde en poids moyen (147 g). Le rapport entre dimensions et poids montre qu’il s’agit d’une catégorie de culots à part, souvent plus grands et plus lourds (fig. 28). Ils auraient été produits lors de séquences de travail plus intenses au terme desquelles un ajout de sable aurait été nécessaire, soit en protection des pièces pour éviter que le métal ne brûle, soit pour réaliser des soudures.

Fig. 28. Module de culot par famille typologique (Saverne Fossé des Pandours).

91Les séquences de travail de l’atelier du Fossé des Pandours ont donc été variées dans leur intensité et en même temps régulières puisqu’elles ont produit de manière répétée des déchets aux caractéristiques semblables. La production de cet atelier était donc certainement diverse mais standardisée. L’estimation des volumes travaillés, à partir des proportions citées précédemment, permet d’envisager une masse de fer perdu dans les scories d’environ 8 500 g. La masse totale de fer travaillé aurait été sur ce secteur entre 40 et 80 kg. Ces valeurs sont importantes comparées aux autres sites de l’époque mais ne représentent, au mieux, que le double des estimations faites pour la forge d’Ensisheim. 80 kg de fer travaillé reste un volume bien inférieur aux besoins d’un oppidum. Les clous utilisés dans le rempart représenteraient à eux seuls jusqu’à 9 600 kg de fer (FICHTL, ADAM, 1999, p. 53).

92L’établissement qu’un quadrillage précis a permis de localiser des concentrations de déchets métallurgiques. La carte de répartition des culots dévoile une densité importante aux abords d’un bâtiment où trois foyers ont été mis en évidence (fig. 29).

Fig. 29. Répartition des culots du secteur BBK 3 sur le site de Saverne Fossé des Pandours (traitement SIG : M. Chosson sur plan d’après ADAM, FICHTL, 2002, p. 20).

93Ce bâtiment aurait pu abriter une forge. La carte de répartition des fragments de scories montre en effet une prépondérance du même espace mais aussi de la « fosse-atelier » 1 (fig. 30). On peut aussi envisager que les « fosses-ateliers » 1 et 2 aient elles aussi accueilli des forges protégées par un abri (des trous de poteau indiquent la présence d’une couverture). En l’absence de prélèvements de sédiments pour la recherche de battitures, il n’est cependant pas possible de localiser d’aire de martelage.

Fig. 30. Répartition des scories du secteur BBK 3 sur le site de Saverne Fossé des Pandours (traitement SIG : M. Chosson sur plan d’après ADAM, FICHTL, 2002, p. 20).

94Les autres concentrations de scories qui apparaissent sur le plan traduisent le phénomène de dispersion des vestiges, due à leur élimination plus ou moins volontaire dans les creux et les accidents du terrain (trou de poteau, fossé, puits). Il apparaît donc que le secteur BBK3 n’est pas « spécialisé » dans le sens où chaque bâtiment aurait accueilli une forge mais est plutôt un quartier aux activités diversifiées.

95Malgré leurs différences, les deux sites de hauteur de notre corpus partagent des caractéristiques communes. Les scories y sont typiques des opérations de post-réduction, qui, si elles ont produit des objets variés, gardent la trace de gestes standardisés et de pratiques répétitives. Les quantités de métal sont conséquentes mais n’apparaissent pas comme considérables et, une fois encore, ne concernent qu’une partie de la chaîne opératoire. Pour l’instant, et au vu des zones fouillées, qui restent limitées dans l’espace, on ne peut pas affirmer que les sites de hauteur alsaciens ont joué un rôle particulier dans le commerce du fer. L’analyse macroscopique et microscopique des coupes des culots permettrait de distinguer entre activités d’épuration et d’élaboration. Si des traces d’épuration venaient à être détectées, alors la place de ces oppida pourrait être réévaluée.

Conclusion

96La réalisation d’un premier inventaire des déchets scorifiés d’Alsace ouvre la voie à de nombreuses perspectives. Maintenant que les scories et les culots ont été classés par famille typologique, on peut sélectionner des échantillons pour procéder à des observations plus avancées sur les coupes. Selon la qualité inclusionnaire des culots, il devient possible de préciser pour chaque site son degré d’intégration dans le réseau d’acquisition et de redistribution de la matière première (BAUVAIS, FLUZIN, 2006 ; BAUVAIS, 2007 ; BAUVAIS et alii, 2018).

97Les relations entre la métallurgie du fer et l’habitat traditionnellement associé à l’élite doivent être revues en partie : les sites de hauteur du Hallstatt sont associés à des quantités de déchets beaucoup moins importantes que certains sites de plaine. Cependant, ces grosses quantités inattendues pourraient traduire une forme de concentration des activités de forge dans des lieux peu nombreux et plus faciles à contrôler.

98L’évolution de la demande en objets en fer est perceptible à travers l’augmentation du nombre de forges au cours du temps. Cette évolution transparaît aussi dans le mobilier des habitats avec une diversification des outils agricoles, des parures (fibules et anneaux) et de l’armement (épée, fourreaux en tôle de fer décorés, peut-être même les premières cottes de maille au cours de La Tène B2-C1, voir RAPIN, 1999). La production apparaît donc liée à l’élite, même pour l’outillage. Une partie de son pouvoir provient de l’exploitation de la terre, et l’amélioration des rendements ou la facilitation des défrichements grâce à des outils performants participent à sa richesse.

99La Tène finale est un moment d’une grande diversité, aussi bien dans les types d’habitats possédant une forge que dans les quantités de fer produites. Les hypothèses actuelles sur le statut de chaque unité reposent uniquement sur des volumes de déchets. En plaine, les forges sont au mieux d’envergure moyenne. Il semble que les habitats à enclos aient été le lieu d’un travail du fer plus systématique. Les plus importantes quantités de scories ont été mises au jour dans les habitats de hauteur. Pour autant, en Alsace, elles ne sont pas suffisantes pour envisager un contrôle de la chaîne opératoire ni un système de concentration et de redistribution du fer (sous forme de matière première, d’ébauches ou d’objets finis). Le site du Fossé des Pandours, où les abords de la forge ont été explorés, montre un espace aux activités diversifiées plutôt qu’un quartier spécialisé.

100On constate néanmoins que les déchets produits dans les deux sites de hauteur du corpus sont similaires. Cela va dans le sens d’un système où ces sites seraient le lieu privilégié de la fabrication d’objets spécifiques. Lieu privilégié certes, mais pas exclusif comme le montre l’occupation de plaine d’Ensisheim. Il est possible pour un habitat de plaine de posséder une forge aussi dynamique que celle d’une agglomération de hauteur. Une communauté de forgerons a pu exercer son artisanat aussi bien dans les forges des oppida que dans certains habitats de plaine.

101Cette communauté est-elle composée d’artisans libres ou attachés à l’élite ? La question reste ouverte, tout comme celle de son accès aux matières premières. Les forgerons pouvaient-ils se fournir eux-mêmes en fer ? Le matériau de base de leur travail leur est-il fourni par l’autorité qui les dirige ? Ces forgerons, tout comme les membres de l’élite qui les supervisent, ne forment pas nécessairement un groupe homogène. On peut imaginer une grande variété d’états, entre une communauté plutôt fermée, au savoir qui se transmet de manière dynastique (et dans ce cas un lien entre famille de l’élite et famille de forgerons à son service), et un groupe plus ouvert, plus mobile aussi, où l’acquisition des compétences repose sur des transmissions intergénérationnelles sans lien familial nécessaire. Les deux systèmes peuvent cohabiter. Cette diversité expliquerait en partie les nombreuses configurations que nous avons rencontrées dans notre étude.

102La région alsacienne présente donc à l’heure actuelle un profil proche de celui mis en évidence pour la vallée du Crould (BAUVAIS et alii, 2018), à savoir une région dans laquelle le fer circule, est transformé, participe à des échanges qui dépassent parfois le cadre d’une économie domestique et ce, malgré une absence de site de production. Pourtant des gisements de fer existent dans les Vosges et ils seront exploités au cours du Moyen Âge. Les forges de l’âge du Fer se fournissent-elles dans des gisements locaux qu’il faudra découvrir, ou dans les régions voisines (Franche-Comté, Lorraine, Forêt Noire) ? Une étude de la provenance du métal contenu dans les scories, les demi-produits ou les objets finis permettrait de mettre en évidence des sources d’approvisionnement et l’évolution de celles-ci au cours de la période considérée.

103Il faut donc continuer à accorder une place importante au mobilier scorifié dans la pratique de l’archéologie préventive, indiquer autant que faire se peut les quantités en nombre de restes et en poids, identifier les culots et les décompter, en proposer si possible une typologie. La découverte de scories au cours des diagnostics devra continuer à être renseignée avec soin, les objets montrés à un spécialiste et les investigations menées de manière à ce que les services de l’État puissent établir un cahier des charges adapté à la fouille d’un atelier.

104Remerciements
Je tiens à remercier :
- Philippe Kuchler et la direction d’Archéologie Alsace pour leur soutien au cours de mon année de Master ;

105- Marion Berranger pour sa disponibilité, la qualité de son accueil et de nos échanges pendant mes recherches et après ma soutenance ;
- Héloïse Koelher, directrice du Centre de Conservation et d’Études d’Alsace, qui m’a donné accès aux collections conservées à Sélestat ;
- Delphine Minni, responsable des collections de la base Inrap de Strasbourg, qui m’a permis de travailler sur les sites fouillés par l’Institut de recherches ;
- Clément Féliu et Stéphane Fichtl, qui m’ont confié les scories issues des fouilles programmées (Fossé des Pandours et Frankenbourg) que j’ai pu conditionner et étudier dans la salle de lavage de la Maison Interuniversitaires des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA).

Haut de page

Bibliographie

ADAM A.-M., 2009, Illfurth ‘Britzgyberg’, Rapport de fouille programmée, Strasbourg, Univ. de Strasbourg.

ANDERSON T.-J., AGUSTONI C., DUVAUCHELLE A., SERNEELS V., CASTELLA D., 2003, Des artisans à la campagne : carrière de meules, forge et voie gallo-romaine à Châbles (FR), Fribourg, Service archéologique, 391 p. (Archéologie fribourgeoise, 19).

BAUVAIS S., 2007, Évolution de l’organisation des activités de forge dans le nord du Bassin parisien au second âge du Fer : études pluridisciplinaires de la chaîne opératoire en métallurgie du fer, Thèse de doctorat sous la dir. de P. Fluzin, Univ. de Technologie de Belfort-Montbéliard, 3 vol.

BAUVAIS S., 2008, « Du prestige à la proto-industrie : évolution des pratiques sidérurgiques au second âge du Fer dans le Nord du Bassin parisien », The Arkeotek Journal, vol. 2, n° 4, en ligne : www.thearkeotekjournal.org

BAUVAIS S., FLUZIN P., 2006, « Réflexions sur l’organisation technico-sociale des activités de forge à La Tène finale dans l’Aisne », ArcheoSciences, 30, p. 25-43.

BAUVAIS S., GAUDEFROY S., GRANSAR F., MALRAIN F., FLUZIN P., 2007, « Premières réflexions sur l’organisation des activité de forge en contexte rural à La Tène finale en Picardie », in : MILCENT P.-Y. éd., L’économie du fer protohistorique : de la production à la consommation du métal, Actes du 28ème colloque de l’AFEAF, Toulouse, 20-23 mai 2004, Pessac, Féd. Aquitania, p. 239-261 (14ème suppl. à Aquitania).

BAUVAIS S., DISSER A., DILLMANN P., 2018, « La métallurgie du fer à l’âge du Fer dans le bassin versant du Crould : organisation des productions et étude de provenance », in : TOUQUET LAPORTE-CASSAGNE C. dir., Les sites ruraux du Second âge du Fer dans le bassin versant du Crould en Val-d’Oise et ses marges, Paris, Ass. des amis de la RAIF, p. 453-506 (5ème suppl. à la Revue archéologique d’Île-de-France).

BERRANGER M., 2014, Le fer, entre matière première et moyen d’échange, en France, du VIIe au Ier siècle av. J.-C. : approches interdisciplinaires, Dijon, Éd. univ. de Dijon, 38 p.

CHOSSON M., 2018, Déchets de forge en Alsace à l’âge du Fer, Mémoire de Master 2 sous la dir. de L. Bernard, Univ. de Strasbourg, 173 p.

CREW P., 1991, « The experimental production of prehistoric bar iron », Journal of historical Metallurgy Society, 25, p. 21-36.

CREW P., CREW S., 1994, « The influence of clay and charcoal ash on bloomery slags », in : CUCINI TIZZONI C. dir., Il ferro nelle Alpi : giacimenti, miniere e metallurgia dall'antichità al XVI secolo ; atti del convegno, Bienno (BS), Italy, 2-4 ott. 1998 / Iron in the Alps, Proceedings of the Conference, Breno, Tipog. Camuna, p. 38-48.

DILLMAN P., FLUZIN P., URTEGA M., 1997, « Refining of an experimental biscaïan bloom from Agorregi », in : CREW P., CREW S. dir., Early iron working in Europe : archaeology and experiment, International Symposium, CSA-UISPP, 19th-25th sept. 1997, Plas Tan Bwlch, Snowdonia national park, p. 73-75.

DISSER A., 2014, Production et circulation du fer en Lorraine (VIe siècle avant J-C - XVe siècle ap. J.-C.), Thèse de doctorat sous la dir. de Ph. Dillman, Univ. de Technologie de Belfort-Montbeliard.

DUBREUCQ É., 2013, Métal des premiers celtes : productions métalliques sur les habitats des provinces du Hallstatt centre-occidental, Djion, Éd. univ. de Dijon, 449 p.

ESCHENLOHR L., 2011, Recherches archéologiques sur le district sidérurgique du Jura central suisse, Lausanne, C.A.R., 320 p. (Cahiers d’Archéologique romande, 88).

FÉLIU C. dir., 2016, Obernai (Bas-Rhin), Parc d’activités économiques intercommunal : 6000 ans d’histoire au pied du Mont-Saint-Odile, vol. 3 : Les occupations protohistoriques, Rapport de fouille préventive, Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud.

FICHTL S., ADAM A.-M., 1999, L’oppidum médiomatrique du Fossé des Pandours au Col de Saverne (Bas-Rhin), Rapport triennal 1997-1998-1999, Univ. Marc Bloch, UPRSA 7044 ‘Antiquité romaine et chrétienne’, SRA Strasbourg.

FICHTL S., ADAM A.-M., 2002, L’oppidum médiomatrique du Fossé des Pandours au Col de Saverne (Bas-Rhin), Rapport triennal 2000-2001-2002, Univ. Marc Bloch, UPRSA 7044 ‘Antiquité romaine et chrétienne’, SRA Strasbourg.

GENTNER S., 2016, « Économie du fer et voies de communication, de l’abattage du minerai à la distribution du métal : l‘exemple du nord de la Forêt-Noire au 5e siècle av. J.-C. », Archimède, 3, p. 150-168. Mis en ligne le 15/11/2016. URL : https://archimede.unistra.fr/revue-archimede/archimede-3-2016/archimede-3-2016-actualites-economie-du-fer-et-voies-de-communication/

LANDOLT M. et alii, 2013, Entzheim-Geispolsheim (Bas-Rhin) : des habitats et une nécropole néolithiques, des habitats protohistoriques, un habitat antique et une aire funéraire mérovingienne, une position fortifiée allemande de la Première Guerre mondiale, Rapport de fouilles préventives, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, Sélestat, 6 vol.

LAURENT H., LAURENT CORSINI S., MANGIN M., 2012, « La sidérurgie ancienne dans la région de Franche-Comté : trente années de recherches pluridisciplinaires sur la réduction directe dans l’Est de la France (1981-2011) », in : CUCINI C. dir., Acta mineralia et metallurgica, Studi in onore di Marco Tizzoni, Bergamo, p. 57-78 (Notizie archeologiche Bergomensi, 20).

LEBLANC J.-Cl., 2002, Sur l’identification de la chaîne opératoire de forgeage du fer antique associée à l’archéométrie des battitures, Thèse dactylographiée, Univ. Paul-Sabatier, Toulouse III, 2 vol.

LEROY M., MERLUZZO P., Le CARLIER C., 2015, Archéologie du fer en Lorraine : minette et production de fer en bas fourneaux dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Thionville, éd. Fensch Vallée, 367 p.

MALRAIN F., BLANCQUAERT G., LORHO T. dir., L’habitat rural du second âge du Fer : rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire, Paris, CNRS éd./Inrap, 255 p. (Recherches archéologiques, 7).

MANGIN M. dir., 2004, Le fer, Paris, éd. Errance, 239 p. (coll. Archéologiques).

MICHLER M. dir., 2016, Grand Est, Bas-Rhin (67), Weyersheim, Rue de la Gare – Lotissement ‘Les Hauts de la Zorn’ : ensilage et artisanat du fer au Hallstatt D3-La Tène ancienne à Weyersheim, Rapport de fouilles archéologique, Strasbourg, Inrap Grand-Est.

ORENGO L., 2003, Forges et forgerons dans les habitats laténiens de la Grande Limagne : fabrication et consommation de produits manufacturés en fer en Gaule à l’Âge du Fer, Montagnac, éd. M. Mergoil, 325 p. (Monographies Instrumentum, 26).

PEYTREMANN É. dir. 2004, Une zone de stockage de l’Âge du Fer à Ettendorf, Ettendorf – Gaentzbruch : deuxième campagne de fouilles, DFS de fouilles d’archéologie préventive, Dijon, Inrap Grand-Est sud.

PIERREVELCIN G., dir., 2016, Ensisheim Reguisheimerfeld, RD201 tranche 2 : un nouvel habitat de La Tène finale à Ensisheim ‘Reguisheimerfeld’, Rapport de fouille préventive, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartmental Rhénan.

RAPIN A., 1999, « L’armement celtique en Europe : chronologie de son évolution technologique du Ve au Ier s. av. J.-C. », Gladius, XIX, p. 33-67.

ROTH-ZEHNER M., « L’Alsace », in : MALRAIN F., BLANCQUAERT G., LORHO T. dir., L’habitat rural du second âge du Fer : rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire, Paris, CNRS éd./Inrap, p. 25-43 (Recherches archéologiques, 7).

SERNEELS V., PERRET S., 2003, « Quantification of smithing activities based on the investigation of slag and other material remains », in : Archaeometallurgy in Europe, Proceedings of the international Conference, Milano, Ass. Italiana di Metallurgia, p. 469-478.

Haut de page

Notes

1 Cet article résulte d’un mémoire de Master II soutenu à l’Université de Strasbourg en 2017-2018 sous la direction de Loup Bernard et avec le soutien d’Archéologie Alsace : CHOSSON, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Corpus des sites alsaciens (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 2. La chaîne opératoire du fer (d’après MANGIN dir., 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 3. Exemples de culots (DAO et photos : M. Chosson).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 4. Inventaire simplifié des résidus métallurgiques par commune.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 5. Classement des sites de forges avec période d’occupation et poids des résidus métallurgiques.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 6. Sites de forge au Hallstatt D1 et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 7. Composition des assemblages des forges du Hallstatt D1 en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 8. Faciès d’atelier du site d’Ettendorf Gaentzbruch II en nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 9. Sites de forge au Hallstatt D3 et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 10. Composition des assemblages des forges du Hallstatt D3 en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 11. Faciès d’atelier des culots du site d’Entzheim ‘Aéroparc’ en nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 12. Tableau de calcul des quantités de fer perdu dans les scories d’Entzheim.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 13. Sites de forges à La Tène ancienne et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 14. Composition des assemblages des sites de Mittelhausen et d’Obernai en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 15. Composition de l’assemblage du site d’Entzheim ‘Quadrant 4’ en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 16. Faciès d’atelier des culots du site d’Entzheim ‘Quadrant 4’ en nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 17. Répartition des résidus métallurgiques sur le site d’Entzheim ‘Quadrant 4’ (infographie : M. Chosson d’après LANDOLT et alii, 2013, vol. 3, p. 536, 537 et 539).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 18. Sites de forges à La Tène finale et poids des résidus découverts (DAO : M. Chosson sur fond de carte Archéologie Alsace).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 19. Composition des assemblages des sites à enclos de catégorie intermédiaire en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 20. Composition de l’assemblage du site d’Obernai ‘Parc d’activités’ en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 21. Localisation spatiale des déchets sur le site d’Obernai ‘Parc d’activités’ (d’après FÉLIU dir., 2016, vol. 3, p. 219 et 221).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 22. Composition de l’assemblage du site d’Ensisheim Reguisheimerfeld en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 23. Faciès d’atelier du site d’Ensisheim Reguisheimerfeld en nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 24. Composition des assemblages des sites de hauteur en grammes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 25. Faciès d’atelier des culots du site de Neubois Frankenbourg en nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 26. Neubois Frankenbourg : carte interpolée de la susceptibilité magnétique (d’après F.-X. Simon dans FÉLIU dir., 2017, p. 42).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 27. Faciès d’atelier des culots du site de Saverne Fossé des Pandours en nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 28. Module de culot par famille typologique (Saverne Fossé des Pandours).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 29. Répartition des culots du secteur BBK 3 sur le site de Saverne Fossé des Pandours (traitement SIG : M. Chosson sur plan d’après ADAM, FICHTL, 2002, p. 20).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 30. Répartition des scories du secteur BBK 3 sur le site de Saverne Fossé des Pandours (traitement SIG : M. Chosson sur plan d’après ADAM, FICHTL, 2002, p. 20).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13899/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël CHOSSON, « Métallurgie du fer en Alsace à l’âge du Fer : apports de l’inventaire des restes scorifiés », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 157-178.

Référence électronique

Michaël CHOSSON, « Métallurgie du fer en Alsace à l’âge du Fer : apports de l’inventaire des restes scorifiés », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/13899

Haut de page

Auteur

Michaël CHOSSON

Archéologie Alsace - UMR 7044, Université de Strasbourg, Faculté des Sciences historiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search