Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69La villa d’Offemont (Territoire d...

La villa d’Offemont (Territoire de Belfort) :

bilan et réinterprétation des fouilles anciennes
Christophe GASTON, Jean-Pierre MAZIMANN, Luc JACCOTTEY et Tatjana M. GLUHAK
p. 179-206

Résumés

L’extension du village d’Offemont (Territoire de Belfort) pouvant détruire les vestiges de sa villa gallo-romaine, il nous a semblé pertinent de réunir toute l’information actuellement disponible, des plans ou des textes anciens au mobilier déposé au musée de Belfort, pour en faire un bilan au filtre des connaissances et techniques actuelles. Cette synthèse nous permettra d’entrevoir l’importance de cet établissement dans le cadre régional et tout particulièrement dans la Trouée de Belfort.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Environnement géographique et historique des fouilles

  • 1 Remerciements à Michaël Lagache, topographe à l’Inrap, pour les relevés de la villa (GASTON et alii(...)

1La villa gallo-romaine d’Offemont est, avec celles de Bavilliers et de Bourogne, l’une des trois plus importantes du Territoire de Belfort (fig. 1). Son étude1, au vu des connaissances actuelles, nous a semblé opportune car cette construction n’a jamais fait l’objet que de rapports succincts depuis sa découverte en 1839. Seuls de brefs articles lui ont été consacrés depuis (COLNEY, 1983 ; RILLIOT, 1986). De plus, sa disparition totale est un risque non négligeable, certains de ses bâtiments ayant déjà été détruits lors de l’extension du village.

Fig. 1. Plans de localisation d’Offemont (Inrap).

2Les événements historiques ont contribué à la dispersion de la documentation la concernant. En effet, à l’époque de la découverte, Belfort et son territoire faisaient partie du département du Haut-Rhin. Il en résulta que les objets produits par la fouille ancienne furent tout naturellement déposés au musée de Colmar, alors préfecture. Le Haut-Rhin passant sous contrôle prussien après la défaite de 1870, la création du Territoire de Belfort en tant que département entraîna une restitution tardive de l’instrumentum, certains objets ayant alors disparu. Le musée de Belfort est actuellement en restructuration, mais Messieurs les conservateurs et Mesdames les chargées de collections ont bien voulu, cependant, porter à notre connaissance la documentation concernant le reste des collections intéressant Offemont. Nous les en remercions vivement. Ceci nous permettra de présenter un petit inventaire final de l’instrumentum. Il suffit d’en faire la comparaison avec les listes de trouvailles du véritable « découvreur » du site en 1841 (CHARLIER, 1908, p. 186-188), pour regretter son appauvrissement. Malgré tout, nous essaierons de tirer la quintessence de l’information disponible actuellement et de comprendre et préciser les activités qui se déroulaient dans la villa.

3L’essentiel des renseignements provient des informations publiées dans le Bulletin de la Société belfortaine d’Émulation par les deux responsables consécutifs des fouilles du site, en particulier un plan du bâti. C’est sur la base de cette documentation ancienne, malheureusement très lacunaire, que nous tenterons d’interpréter l’ensemble des vestiges connus de cette villa.

1.1. Situation de la villa

4La villa est située à 400 m d’altitude maximum, sur une légère éminence dominant une combe où se trouve l’étang des Forges actuel. S’étendant vraisemblablement sur un peu plus de trois hectares, elle est installée sur des grès et marnes du Trias, à brève distance de marnes du Jurassique inférieur et non loin du banc calcaire des Jurassiques moyen et supérieur de la Miotte. Actuellement dans la forêt de l’Arsot qui jouxte le village d’Offemont, non loin du CD 7, il en reste, dans un sous-bois touffu, les ruines arasées de trois bâtiments orientés vers le sud-est. La partie sud-est a disparu lors de l’extension du village d’Offemont.

5À l’époque romaine, cet établissement fait partie d’un groupe de sept villae, peut-être interdépendantes, Bavilliers, Belfort, Bessoncourt, Danjoutin, Denney, Cravanche/Essert et Phaffans (fig. 2).

Fig. 2. Environnement archéologique régional (IGN 1997 - BDCARTHAGE).

6Elles sont situées autour de la ville actuelle de Belfort (COLNEY, MAZIMANN, 2016) et séparées les unes des autres par environ 3 km. L’établissement d’Offemont est desservi à l’ouest par un chemin d’accès, mais il est relativement éloigné de la voie du Rhin (25 km), par laquelle transitaient les marchandises entre Rhône et Rhin. Une voie sous-vosgienne passerait au nord, mais, faute de sondages, elle reste à situer. Les agglomérations antiques de Mandeure et de Luxeuil en sont aussi relativement proches, Mandeure étant port de rupture de charge sur le Doubs.

1.2. Historique des fouilles

  • 2 Il faut cependant signaler que selon H. Bardy, ce serait l’abbé Froment qui serait le premier décou (...)

7Selon M. Pajot (PAJOT, 1908, p. 167), A. Ingold aurait découvert le site vers 1830 en ramassant quelques fragments de poterie au cours d’une promenade en forêt d’Arsot, alors qu’il était enfant et élève du collège de Belfort2. Le Principal du collège, l’abbé Froment, lui confirma l’antiquité du site et finança à ses frais les premières recherches sur le terrain en 1839, assisté par Ingold et par Courtot, ancien maire d’Offemont. Quelques articles dans des journaux régionaux attirèrent l’attention du public, ce qui amena le Préfet du Haut-Rhin à ordonner en 1841 la poursuite, cette fois subventionnée, des fouilles, sous la direction de R. Charlier, inspecteur des forêts et membre de la Société des Antiquaires de Normandie. En 1983, dans ses Cartes archéologiques du Territoire de Belfort, M. Colney précise que « ces travaux aboutirent à dégager l’ensemble de la villa et à en dresser un plan. Il semble que Charlier se soit contenté de suivre simplement les murs » (COLNEY, 1983, p. 70). Nous possédons des renseignements de première main des deux fouilleurs consécutifs du site, respectivement Ingold en 1839 et Charlier en 1841, sous forme de deux rapports publiés par la Société belfortaine d’Émulation en 1908 dans un même bulletin (INGOLD, 1908, p. 179-182 ; CHARLIER, 1908, p. 182-188). Le plan d’Ingold est trop sommaire pour pouvoir être exploité (CORBIS, 1889, p. 50). En revanche, Charlier nous a laissé un plan du bâti plus précis (fig. 3).

Fig. 3. Plan de la villa dressé en 1908 (R. Charlier).

8C’est l’étude de la disposition et de l’étendue des bâtiments figurant sur ce plan qui nous permettra de tenter de leur donner une fonction, voire d’envisager leur restitution graphique. Depuis cette époque, à part un petit sondage effectué en 1966 sur le bâtiment nord (PININGRE, 1966), aucune fouille n’a été entreprise sur l’ensemble des bâtiments résidentiels qui ont maintenant disparu sous la végétation. Seuls le fanum, l’atelier de potier et le petit bâtiment portiqué que nous évoquerons ultérieurement, ont fait l’objet de fouilles relativement récentes.

2. L’environnement archéologique

2.1. L’enceinte protohistorique

9À quelque 500 m de la villa se trouve un enclos rectangulaire de 58 par 54 m, entouré d’un fossé et daté de La Tène finale (fig. 4). À l’origine considérées comme cultuelles (enceinte de type Viereckschanze), ces structures sont depuis longtemps plutôt définies comme des fermes laténiennes à enclos fossoyé, ce que semble confirmer l’absence d’offrandes et la banalité des artefacts livrés par la fouille du fossé (GASTON, 2013b).

Fig. 4. Environnement archéologique de la villa (C. Gaston, M. Lagache).

10À côté de l’enclos, on trouve une petite structure sur poteaux, de même époque, dont la fonction reste difficile à préciser (grenier ? aménagement cultuel ?).

2.2. La zone cultuelle

  • 3 Une analyse anthropologique réalisée en 2007 par M. Eyliatqtine, anthropologue à l’Office du Patrim (...)

11À proximité immédiate de l’enceinte protohistorique et installé sur la petite structure antérieure sur poteaux, se trouve un temple à plan centré de type fanum de 9,40 m par 9,25 m de côté, réalisé en moellons de grès (RILLIOT, 1969) et couvert de tegulae. Sa cella est « ajustée » à une sépulture à crémation antérieure3. Une possible fonction funéraire est donc envisageable ; sa configuration est par exemple à rapprocher de celle du temple-mausolée de Bancroft en Angleterre (WILLIAMS, ZEEPVAT, 1994, p. 123). Dans cette hypothèse, cet édifice pourrait être lié au culte d’un glorieux ancêtre des propriétaires de la villa. La fréquentation de ce monument semble s’être interrompue vers le milieu du IIIe siècle, aucune céramique ou monnaie plus tardive n’y ayant été retrouvée.

2.3. L’atelier de potiers

12Fouillé entre 1964 et 1982 par Rilliot (RILLIOT, 1976 ; RILLIOT, FAUDOT, 1990), cet atelier est situé au sud-est de la villa, dont il est éloigné de 800 m (actuellement en bordure de l’étang des Forges), et constitué d’au moins sept fours de potiers et d’un four de tuilier. Il témoigne d’une importante activité sur le fundus de la villa dont il a pu dépendre. Mais le propriétaire de la villa a pu tout aussi bien concéder cet atelier en bail à une équipe de potiers. Cet atelier a produit des céramiques communes, des gobelets à couverte métallescente et s’est livré à des essais de sigillée à la charnière des IIe-IIIe siècles. Non concluants, probablement en raison de la qualité de l’argile, ces essais ont vite été abandonnés. Les céramiques communes produites se retrouvent dans un rayon de dispersion restreint autour de la villa où alimentent les villae proches évoquées plus haut. Moins évidente est, faute de timbres, la distribution des tuiles : celles du complexe de Bavilliers (BILLEREY, 2009, p. 183), distant de 7 km, ne semblent pas provenir d’Offemont.

13Cet atelier, qui paraît en rapport avec ceux de l’est tels Luxeuil et les ateliers alsaciens, semble avoir produit du IIe au milieu du IIIe siècle, pendant une longue période que révèlent la réfection ou l’abandon de certains fours.

2.4. Le réseau de drainage

  • 4 Merci à C. Petit, professeur d’archéologie environnementale, pour ses remarques éclairées.

14Au sud de la villa, à quelque 1500 m, des fouilles menées sur une pente au bord de l’étang des Forges, au lieu-dit du même nom, ont permis de mettre au jour un important réseau de drainage en arêtes de poisson, reconnu sur 166 m4 (CHAUVIN, MAZIMANN, 2010). Il permettait d’assainir les zones sur lesquelles il s’étendait. Une fibule romaine de type d’Aucissa (Riha 5.2.1) retrouvée sous l’axe principal de la structure permet de la rattacher à l’horizon romain du site, donc éventuellement au fundus de la villa. Ce type de structure, connue mais rarement retrouvée, reste unique dans notre région. Trois autres fossés de drainage ainsi que deux fosses, peut-être d’extraction d’argile, ont été aussi mis au jour par S. Cantrelle, en 2005, lors de la construction d’un lotissement proche de la villa, le Clos de la Roselière. Le plus long de ces fossés a été reconnu sur une centaine de mètres. Il a livré une fibule émaillée (Riha 7.16), datable de 50-150, mais aucune trace d’habitat proche n’y a été décelée.

3. La villa : présentation des bâtiments

15Il s’agit d’un vaste ensemble, de 90 m de façade pour le bâtiment résidentiel dans son dernier état, tourné vers le sud-sud-est et se développant sur un versant de même orientation, mettant l’ensemble à l’abri des vents dominants (fig. 5). Il est constitué de deux entités distinctes : le bâtiment est, résidentiel, avec sa propre cour enclose au sud, et les bâtiments nord-ouest se distribuant autour d’une seconde cour, à vocation agricole. L’ensemble constituerait un établissement se rapprochant du type ER3, si l’on considère la classification actuellement admise (NOUVEL, 2009, p. 369), c’est-à-dire un établissement rural de statut supérieur, avec une zone résidentielle à plan linéaire séparée de la cour des communs. Cependant, le plan d’Offemont se différencie de cette famille typologique par la position de la pars rustica, rejetée ici sur le côté, alors que dans la majorité des cas elle se développe dans l’axe de la pars urbana, suivant deux lignes parallèles.

Fig. 5. Hypothèses de restitution en volume et d’interprétation des espaces de la villa (C. Gaston).

16De ce vaste complexe qui s’étendait au moins sur 2 ha, nous n’avons qu’une perception restreinte, car toute la partie sud a disparu lors de la croissance du village d’Offemont. Toutefois, un bâtiment avec portique en façade a quand même pu être étudié en 1972-1973 (RILLIOT, 1972), à 250 m au sud-est de l’habitat, lors de l’extension du cimetière. Ce bâtiment, évoqué ci-après, appartenait peut-être à une grande cour située sur l’axe majeur de la pars urbana, entre celle-ci et une voie supposée au sud.

17On retrouve cette organisation perpendiculaire dans les villae de Limé ‘Pont d’Ancy’ (Aisne), où plusieurs cours se dessinent à gauche de la pars urbana (FERDIÈRE et alii, 2010, p. 423) ; de Lux ‘En Auge’ (Côte-d’Or), où de nombreuses cours sont visible dans la pars urbana (ibid., p. 428) ; de Bauselenne, à Mettet (Belgique) où la pars urbana se situe entre deux cours, avec cour annexe sur le côté gauche (BRULET, 2008, p. 547) ; de Lamarque (Lot-et-Garonne), où la pars rustica se développe sur le côté gauche de la cour résidentielle (FAGES, 1995, p. 184). Plus près d’Offemont, on peut citer les villae d’Orbe-Bosceaz (Suisse), où les bâtiments agricoles et de service se disséminent dans plusieurs espaces autour de la pars urbana (PAUNIER, LUGINBHÜL, 2016, p. 330) ; de Tourmont (Jura), où, à côté de l’axe majeur formé par la pars rustica, plusieurs cours avec de nombreux bâtiments jouxtent la pars urbana (COMPATANGELO, 1985, p. 58) ; de Danjoutin, où la cour agricole est en position perpendiculaire par rapport à la pars urbana (MAZIMANN, 1995, p. 24).

18Les fouilles anciennes ayant été très sommaires, nous devrons nous baser sur l’interprétation du plan pour tenter de mieux comprendre l’évolution de la villa.

3.1. La pars urbana

3.1.1. Évolution générale : un phasage très hypothétique

19La documentation, très sommaire, rend difficile cet exercice (fig. 6). Non seulement on ne dispose que d’un plan général, sans coupes ni élévations, mais celui-ci se réduit à un dessin très schématique : les informations les plus essentielles sont manquantes, comme les altitudes relatives, le pierre à pierre des murs subsistants, les relations et liaisons de maçonneries, les éventuelles tranchées de récupération et les différents types de sols intérieurs. On peut néanmoins tenter de proposer un phasage général de l’ensemble, en se basant sur une certaine logique architecturale et sur les composantes d’un corpus de villae gallo-romaines déjà bien fourni, mais en admettant que cette proposition ne peut constituer qu’une pure extrapolation à partir du seul plan.

Fig. 6. Hypothèse de phasage architectural de la pars urbana (C. Gaston).

20La première phase voit la construction d’un premier corps de bâtiment résidentiel, à galerie de façade. Il semble qu’une petite zone de bains (hypocauste, « conduits voûtés ») existe déjà à l’extrémité nord-est de ce bâtiment. C’est autour de ce premier noyau que viendront s’ajouter toutes les extensions postérieures, selon une évolution que l’on rencontre très souvent par ailleurs.
Le deuxième état voit le prolongement du portique de façade, à l’est, suite à l’ajout d’une pièce supplémentaire au bâtiment, à l’ouest, pour desservir une première phase du bloc thermal avec sa cour.
Dans le troisième état, le bâtiment est à nouveau prolongé à l’est, cette fois par la construction d’une aile perpendiculaire en retour d’équerre vers le sud, avec galerie sur son côté ouest. Une galerie est construite le long de la façade nord du corps de bâtiment principal. Côté sud de ce même bâtiment, la galerie de façade est « doublée » (bassin ? pergola ? mur de terrasse ?).
Enfin, dans un dernier état, l’aile thermale est agrandie d’une pièce supplémentaire au sud, et une galerie est installée le long des façades est et sud du balnéaire, en symétrie avec la création, au sud de l’aile est, d’une galerie complétant celle de l’état précédent.

3.1.2. Le bâtiment principal et sa galerie de façade

21On ne trouve qu’une brève description de deux secteurs particuliers de cette partie du bâtiment, les autres pièces, selon l’auteur, n’ayant « rien de remarquable » (CHARLIER, 1908, p. 184). Le premier secteur est matérialisé par deux petites pièces en enfilade situés derrière le court vestibule d’entrée du bâtiment, ouvrant sur la galerie. Charlier en donne une curieuse interprétation : « c’est dans cette dernière que se trouve un caveau sépulcral dont un four de boulanger offre une image exacte, muré des quatre côtés ; on a seulement ménagé sur deux murailles parallèles une petite porte par laquelle on introduisait sans doute les cendres du défunt […] ; à côté existe un petit appartement dont l’usage serait inexplicable, si on ne le considérait comme le lieu où venaient se faire les sacrifices offerts aux mânes de la famille » (CHARLIER, 1908, p. 184).

22Faute de documentation ou d’informations supplémentaires, on ne peut envisager pour cette zone qu’une interprétation, dans un premier état, en « appartements à antichambre commune », en comparaison par exemple avec l’organisation des chambres dans les valetudinaria de Xanten, ou l’on rencontre « de petites cellules-couloirs, cloisonnées en partie arrière par un seuil menant à une petite remise, permettant d’accéder de chaque côté à des chambres de deux ou quatre lits » (POUX, RILLIOT, 1986 ; BORLENGHI, 2016, p. 155). Cependant, la pièce située à droite du vestibule semble jouer un rôle plus important (pièce de réception ?), que l’on distingue plus particulièrement à partir de l’état 2. En effet, elle marque l’axe de l’ensemble du bâtiment, renforcé par la construction, dans l’état 3, d’un porche d’entrée en saillie sur le portique nord. On retrouve des porches d’entrée principale sur les portiques de façade de nombreuses villae, comme par exemple au Royaume-Uni à Bignor (PERRING, 1999, p. 425) ou à Cirencester (Mc WHIRR, 1986, p. 32). Ici, un accès privilégié semble se faire par la façade arrière : c’est le cas par exemple dans la villa d’Orbe-Boscéaz (PAUNIER, LUGINBHÜL, 2016, p. 128) en Suisse, ou, plus près d’Offemont, à Chassey-lès-Montbozon (BARBET, GANDEL, 1997, p. 134) en Haute-Saône où le porche d’entrée se situe sur la galerie arrière du bâtiment.

23Le deuxième secteur se situe à l’est du bâtiment : « une première pièce de quelques mètres en carré forme l’hypocauste, c’est-à-dire l’intervalle existant entre deux aires de ciment superposées à cinquante centimètres de distance, et symétriquement soutenues par des petits piliers en briques entre lesquels se faisait le feu ; à cette pièce est contigu un autre petit cabinet communiquant au premier par une ouverture dans l’épaisseur de la muraille, qui se ferme à volonté au moyen d’une dalle montée sur charnière ; une autre ouverture prend air sur l’extérieur ; enfin trois conduits de direction diverses aboutissent à cette enceinte […]. Ces caloriducs de soixante centimètres d’élévation dans œuvre forment une jolie voûte en brique bien conservée » (CHARLIER, 1908, p. 185). Le petit « cabinet » semble correspondre à une chambre de chauffe, communiquant avec l’extérieur par une porte, et sur laquelle s’ouvrent trois praefurnia chauffant à l’est une pièce allongée sur hypocauste (bassin chaud ?), au sud une pièce également allongée, et à l’ouest une grande pièce de plan carré. Si la première pièce, et peut-être la deuxième, pourraient participer à un balnéaire primitif fonctionnant avec le tout premier état de la villa, la dernière pièce à l’ouest, plus vaste, pourrait correspondre à une pièce de séjour chauffée, peut-être un hiemale triclinium, comme on l’évoquera plus loin pour l’aile est.

24Alors que la première galerie installée le long de la façade sud du bâtiment s’apparente clairement à un portique, le « doublement » de celui-ci dans l’état 3 pose des problèmes d’articulation architecturale. Si cette seconde galerie est considérée également comme un portique, la rive sommitale de sa toiture en appentis devrait s’appuyer à l’arrière sur une façade plus élevée. Il faudrait dans ce cas envisager un étage de galerie supplémentaire sur le portique initial. Or, ce niveau supplémentaire, si l’on en croit la longueur du doublement de galerie, devrait se prolonger jusqu’au bâtiment thermal, qui ne semble pourtant pas comporter d’étage, en passant le long du mur de la cour thermale, où une telle hauteur est également difficilement justifiable. De même, le plan ancien représente une maçonnerie légèrement plus étroite pour le mur doublant la galerie. On peut donc proposer deux autres hypothèses : soit celle d’un bassin, soit celle d’une installation plus légère de type pergola. Ces éléments se retrouvent par exemple dans la domus d’Octavius Quartio à Pompéi, dont la façade sur jardin s’agrémente à la fois d’un bassin allongé, d’une pergola et d’une galerie à portique (SPINAZZOLA, 1953, fig. 5). Par ailleurs, les exemples de longs bassins bordant les façades résidentielles sont nombreux : ainsi, rien qu’à Saint-Romain-en-Gal, on peut citer les bassins de la domus des Dieux Océans (BRISSAUD et alii, 1996, p. 380), de la domus de la maison aux Colonnes (ibid., p. 396) et de la « maison A sous le Lycée » (ibid., p. 358). Pour les villae, il faut signaler les exemples de la villa de Borg (bassin de 30 x 10 m ; PETIT, SANTORO, 2007, p. 207), de Chassey-lès-Montbozon (bassin de 10 x 58 m ; FAURE-BRAC, 2002, p. 168), de la villa du Palat à Saint-Émilion (52 x 8 m ; GROS, 2001, p. 333), de la villa d’Aylesford-Eccles (Royaume-Uni, 52 x 5 m, soit aussi large que le portique ; GROS, 2001, p. 329), et d’Echternach au Luxembourg (60 x 14 m ; METZLER, ZIMMER 1982, p. 42). L’un des exemples les plus approchants est celui de la villa de Reinheim, dont le portique de façade est bordé par un long bassin (FLOTTÉ, FUCHS dir., 2004, p. 318).

3.1.3. La pièce chauffée de l’aile est

25L’aile est de la villa ne comporte qu’une pièce chauffée sur hypocauste (4,50 par 5,50 m). Deux hypothèses peuvent être proposées. La première serait de considérer cette pièce comme faisant partie d’un autre balnéaire. En effet, la configuration des deux pièces voisines pourrait correspondre à une telle organisation. Ainsi, la pièce allongée à l’ouest s’apparenterait à un vestiaire (apodyterium), desservant à la fois une pièce au nord-est (tepidarium ?) et la pièce sur hypocauste au sud-est (caldarium ?). Cependant, l’absence d’éléments plus probants rend cette interprétation moins évidente que pour l’aile thermale ouest. Une autre hypothèse peut être avancée, celle d’une salle à manger d’hiver (hiemale triclinium).

26Ce type particulier de salle chauffée est évoqué par Sidoine Apollinaire, dans la description de sa villa d’Avitacus à Clermont (SIDOINE APOLLINAIRE, II, 2, 3) : « Du cryptoporticus on accède à la salle à manger d’hiver (hiemale triclinium) ». Une telle salle est identifiée en Angleterre dans l’aile est de la villa de Newport (PERRING, 2002, p. 187), ou dans l’aile ouest de la villa de Port-sur-Saône (BRUNET-GASTON, GASTON, 2008, p. 190).

3.1.4. L’aile thermale ouest

27L’aile ouest est clairement interprétable comme un bâtiment thermal, détaché du reste des constructions résidentielles (fig. 7). Ce bâtiment forme un bloc rectangulaire dont l’orientation nord-sud est légèrement décalée par rapport à celle du reste des constructions de la pars urbana. Il est composé, dans son dernier état, de sept pièces dont les fonctions et le parcours peuvent être assez bien identifiés. La pièce la plus au sud, et la plus vaste, porte un foyer adossé sur sa paroi sud. L’accès à cette pièce se fait par une petite pièce carrée qui s’appuie sur sa façade ouest, et dont les ouvertures en « chicane » montrent qu’elle devait jouer le rôle d’un « sas » d’entrée. Cette petite pièce évoque ainsi un vestibule donnant accès au vestiaire (apodyterium) chauffé par un foyer. On retrouve une configuration semblable (petit vestibule avant l’apodyterium) dans les thermes de Stabies à Pompéi (NIELSEN, 1990, p. 98), dans les thermes de Kempten (ibid., p. 155), ou dans ceux de Timgad (ibid., p. 178). L’emplacement de ce vestibule reste cependant curieux : l’accès aux pièces thermales serait-il, dans ce dernier état, autorisé à une partie du personnel logeant dans la cour agricole ? Il semble que cela soit une pratique relativement courante, comme cela est suggéré par exemple dans la villa de Saint-Ulrich en Moselle (LAFON, 2004, p. 407).

Fig. 7. Hypothèse de phasage architectural et d’interprétation des espaces de l’aile thermale de la villa (C. Gaston).

28Depuis l’apodyterium, la pièce suivante est une pièce non chauffée dont la particularité est de présenter sur sa façade ouest un prolongement sous forme d’une grande pièce presque carrée (3,75 m x 4 m de côté intérieur). Cette pièce correspondrait à celle, large de 4 m et longue de 3,65 m, mentionnée par Ingold (INGOLD, 1908, p. 179). Même si le plan ancien ne représente aucun aménagement spécifique dans cette extension, l’organisation de cette pièce, comparée à d’autres exemples, semble suggérer la présence ici d’une piscine froide largement ouverte sur un frigidarium. Le mur commun entre les deux pièces de cet espace est d’ailleurs décrit par Ingold de la manière suivante : « Enfin le mur B est en opus incertum, les moellons étant retenus et enchaînés par ces belles tuiles à bords relevés que les anciens appelaient tegulae » (INGOLD, 1908, p. 179). Cette différence de facture pour ce seul mur pourrait suggérer, plutôt qu’un mur à part entière, la présence d’une large banquette avec escalier formant margelle entre la piscine froide et le frigidarium. C’est une configuration de pièce semblable que l’on retrouve par exemple dans les thermes de la villa de Séviac (MONTURET, RIVIÈRE, 1986, p. 25). D’autres éléments confirmeraient cette interprétation. Ainsi, la description de l’espace de la piscina évoque de manière assez claire les caractéristiques d’un bassin : « Le pavé est construit avec soin ; il est dallé de pierres blanches comme la neige et semblables à la colonne de la Savoureuse dont nous avons parlé. Notons en passant que cette pierre n’est pas en usage dans nos contrées. Le pourtour intérieur est formé de sept couches de demi-briques de 24 centimètres liées entre elles par du ciment ; elles servent ici d’assises aux dalles ; au milieu de la salle le dallage est plus simple, il n’a pour fondement que des moellons, attachés cependant les uns aux autres par des clous » (INGOLD, 1908, p. 180). On retrouve dans cette description l’habillage étanche des parois du bassin le long des murs, sous forme d’un « noyau » de demi-briques recouverts par des dalles de placage, et un fond de bassin en dalles scellées entre elles par des agrafes métalliques. Quant au matériau utilisé, il s’agit sans doute de dalles en calcaire dur, voire même en marbre blanc (« blanches comme la neige », « pas en usage dans nos contrées »). Enfin, la mention de la découverte, au fond du bassin (« à fleur de terre »), et encastré dans le mur sud de la salle, d’un tuyau de plomb d’un mètre de longueur pour 8 cm de diamètre (ibid., p. 180), serait à interpréter comme l’évacuation d’eau de la piscina. Cette interprétation générale de la pièce est de toute façon confirmée par Ingold lui-même : « le revêtement des murs, les nombreuses couches de briques de pourtour et le conduit d’eau nous font penser que cette salle était un bassin, un bain froid (frigidarium) » (ibid., p. 180).

29En continuant vers le nord, on rencontre enfin un groupe de trois pièces, toutes clairement chauffées : deux d’entre elles sont représentées sur le plan avec hypocauste, et deux sont chauffées directement par des praefurnia. Dans les pièces sur hypocauste, la suspensura était portée par des pilettes hautes de 0,50 à 0,60 m, constituées de sept briques carrées (0,24 m de côté), peut-être de fabrication locale vu la proximité d’un four de tuilier. La première pièce à gauche, de petite taille, même si elle comporte un hypocauste, ne montre pas de chauffage direct : il pourrait donc s’agir d’une pièce tiède de transition (tepidarium). La pièce qui la suit, à l’extrémité nord du bâtiment, offre plusieurs caractéristiques. Elle forme d’abord l’extrémité du bâtiment, et donc du parcours. Sur hypocauste, elle est chauffée directement par un praefurnium à l’est. Le dessin de la zone au niveau de ce praefurnium est assez confus, suggérant à la fois la présence d’une épaisse maçonnerie et d’un prolongement de l’hypocauste. L’une des hypothèses pour expliquer cette singularité serait de voir là une installation de type chaudière. Enfin, la pièce porte sur son côté nord une petite abside carrée saillante qui évoque un solium. Toutes ces caractéristiques suggèrent donc d’identifier cette pièce comme caldarium. Reste le problème de la dernière pièce, située à l’est du tepidarium supposé. Dans cette pièce, aucun hypocauste n’est représenté sur le dessin, mais elle est chauffée directement par un praefurnium. Sa très petite surface, son chauffage direct pourrait alors nous orienter vers une pièce du type laconicum, mais l’interprétation est moins évidente que pour les autres pièces.

30Il semble en tout cas que cet ensemble, après ces propositions d’interprétation des pièces, corresponde assurément avec le type I, « en enfilade », de Krencker (NIELSEN, 1990, p. 51), et plus exactement au type 1b1 de Bouet (BOUET, 2003, p. 172), à savoir un parcours à itinéraire rétrograde à laconicum adjacent (c'est-à-dire accessible seulement à partir du tepidarium).
Enfin, il faut évoquer l’espace clos de murs qui entoure la partie nord du bâtiment : clairement lié aux thermes, cet espace extérieur pourrait constituer une palestre complétant le parcours.

31L’hypothèse d’un premier état de cette aile thermale, sans l’apodyterium et son vestibule au sud, repose sur plusieurs arguments. Le premier concerne le mur sud de la palaestra. On voit bien que la tête de celui-ci s’appuie sur le prolongement du mur sud du frigidarium et de sa piscine : la création de cette configuration dans le dernier état serait incompréhensible, où le mur oriental de la palestre devrait plutôt rejoindre directement le mur sud de la cour agricole, ce qui permettrait d’économiser des matériaux et de rendre l’espace clos plus cohérent. Le deuxième argument est l’accès au bloc thermal. Dans le deuxième état, le portique englobant le sud et l’est ne semble pas encore exister, comme on l’a vu. C’est donc la galerie provenant du bâtiment résidentiel principal, s’appuyant sur le centre de la façade est de l’aile thermale, qui permet d’accéder directement à celle-ci, à l’abri. Il faudrait donc supposer que le laconicum du dernier état est en fait la transformation d’un petit apodyterium initial. Cette hypothèse serait confortée par la représentation, sur le plan ancien, du prolongement vers l’est de quelques lignes de pilettes de l’hypocauste du caldarium, passant sous (?) le massif maçonné à l’est, et par l’inclinaison très prononcée du plan du praefurnium qui chauffe le laconicum, évoquant plutôt une installation postérieure, contrainte par un bâti existant déjà.

3.2. Les bâtiments de la cour agricole à l’ouest

3.2.1. L’ensemble architectural ouest

32Sur le côté ouest de la cour agricole, un ensemble bâti se distingue par sa surface (cf. fig. 5). Deux grands espaces rectangulaires (26 x 23,5 m, et 20 x 14,5 m), ceints de murs, sont visibles côte à côte, avec deux grandes pièces allongées bordant chacune leur flanc sud. L’espace le plus grand, à l’est, est également bordé sur son côté oriental par une séquence architecturale formée d’un alignement de petites pièces donnant sur la cour agricole. Charlier décrit sommairement cet espace : « Ces habitations paraissent environner une grande esplanade limitée aux quatre aspects par une forte muraille à laquelle elles sont adossées ; jusqu’ici tout porte à croire que cette plate-forme n’était qu’un jardin d’agrément environné sur plusieurs côtés des dépendances de l’habitation principale. Cette esplanade, de 21 sur 23 mètres environ, formée d’une argile rapportée et disposée horizontalement, pourrait bien avoir été l’aire à battre le grain » (CHARLIER, 1908, p. 184).

33La première hypothèse serait de traiter ces grands espaces comme des bâtiments couverts, à la manière de vastes horrea, sur lesquelles les pièces de plan allongés viendraient s’appuyer en appentis. Cependant, la portée de charpente que cela impliquerait, en particulier pour l’espace est, ne permet pas de valider cette solution. De telles portées, quand elles sont mises en œuvre dans des grands bâtiments de stockage, sont relayées par des files de piliers intermédiaires. Il existe ainsi des exemples de vastes granaria, comme dans la villa de Biberist (dimensions internes 20 x 30 m), où la charpente est soulagée par quatre files de forts piliers quadrillant l’espace interne (FERDIÈRE, 2015, p. 21). Or ici, aucun massif de pilier n’est visible sur le plan. Quant aux très grandes charpentes sans supports intermédiaires, elles ne se rencontrent que dans certains bâtiments publics remarquables (basiliques, odéons…).

34Il faudrait donc plutôt envisager des espaces ouverts, de type enclos, comme le suggère d’ailleurs Charlier lui-même (CHARLIER, 1908, p. 184). On trouve par exemple un enclos ceint de murs de 40 x 25 m à l’arrière du grenier n° 2 de la villa d’Echternach (FERDIÈRE, 2015, p. 14), ou des enclos maçonnés (18 x 30 m), doubles, dans la villa de Seeb, entre les grands bâtiments de la pars rustica (ibid., p. 20).

35Alors que Charlier propose de voir dans cet espace un jardin d’agrément avec aire de battage, une autre hypothèse peut être avancée.
Les pièces allongées au sud pourraient évoquer des bâtiments de logement du bétail bordant ces enclos. Leurs dimensions internes (26 x 4 m et 14,5 x 5 m) seraient en effet à mettre en relation par exemple avec celles des étables de la villa de Settefinestre (CARANDINI, 1985, p. 161), dans lesquelles l’estimation de la longueur des stalles (2,50 m) + la largeur de l’allée (1,50 m) sont compatibles avec les largeurs internes des pièces d’Offemont. L’association « enclos ceint de murs – logements pour bestiaux » se retrouve par exemple à La Cordenade (Salles-la-Source, Aveyron) : « un bâtiment de 27,6 m par 6,9 m au sein duquel la répartition du mobilier a donné lieu à l’identification d’une bergerie […]. De plan régulier, avec des murs liés au mortier, l’édifice s’inscrit dans un ensemble de constructions dont un enclos (maçonné), ce qui conforte l’hypothèse d’une bergerie. » (RAYNAUD, 2009, p. 146).

36Cette configuration est d’ailleurs évoquée par Columelle : « Les étables des bestiaux n’auront rien à redouter ni du froid ni de la chaleur. Pour les bêtes de travail, on bâtira de doubles étables, les unes pour l’hiver, les autres pour l’été. Quant aux autres bestiaux qu’il faut tenir dans l’intérieur de la ferme, on leur disposera des retraites, les unes couvertes, les autres découvertes, entourées de hantes murailles, afin que, placés dans celles-là pendant l’hiver, dans celles-ci durant l’été, ils puissent se reposer à l’abri des attaques des bêtes féroces. » (COLUMELLE, I, VI, 3). Enfin, un dernier argument est la proximité immédiate, à Settefinestre, des stabulations et des logements serviles (CARANDINI, 1985, p. 256) : c’est peut-être également le cas ici, comme on va le voir.

3.2.2. Des logements pour le personnel ?

37Comme on l’a dit plus haut, le plus grand des espaces, à l’ouest de la cour, est bordé sur son flanc est, côté cour, par une série de petites pièces alignées. Ces pièces, au nombre de sept, ont une surface interne qui varie de 7,5 à 10 m2, sauf l’une d’elles, très étroite (1,20 m), qui, évoquant une cage d’escalier, suggère la présence d’un étage. Ce plan rappelle celui de Panossas ‘Les Bussières’, ou un bâtiment de configuration approchante (bâtiment J) est interprété comme « logement collectif » (POUX, BORLENGHI, 2016, p. 150). Ici cependant, les dimensions des cellules, nettement plus petites qu’à Panossas, et leur disposition (orientation vers la cour agricole et la villa) pourrait évoquer l’hypothèse de cellules de logement du personnel servile (GASTON, 2013a), familiaricae cellae (VITRUVE, 6, VII, 2) ou servorum cellae (COLUMELLE, I, VI, 3).
Ainsi, leur surface interne est comparable aux cellules de la villa de Settefinestre en Italie (9 à 10 m2 ; CARANDINI, 1985, p. 176) ou celles de la villa de Liédéna en Espagne, dont les logements serviles alignés ont une surface interne d’environ 10 m2 (SMITH, 1997, p. 297).

  • 5 Il semble cependant que ces analyses aient été fortement contestées, car reposant sur trop peu de d (...)

38Cependant, en l’absence de mentions d’aménagement ou de mobilier spécifique, nous resterons au stade de l’hypothèse. En effet, si l’on écarte l’hypothèse de logements pour petits animaux, la surface interne des cellules étant trop large (par comparaison, la surface des cellules de la porcherie de la villa de Settefinestre est de seulement 3 m2 ; CARANDINI, 1985, p. 1785), rien ne permet d’exclure une autre fonction : ainsi, une configuration semblable existe aussi sur le site des Bussières à Panossas (Isère), ou le bâtiment E est interprété cette fois-ci comme une enfilade d’ateliers de forges (POUX, BORLENGHI, 2016, p. 150).

3.2.3. Une tour-silo

39Au nord de la cour secondaire à l’ouest, et s’ouvrant sur elle, s’élève un bâtiment rectangulaire (19 x 36,5 m) aux murs épais d’1,20 m. On y entre par quatre seuils, l’un situé au nord et les trois autres au sud. Ces derniers desservent, d’ouest en est, un ensemble de salles dont certaines munies d’un hypocauste, une cour centrale doté de deux foyers, enfin une longue salle possédant elle aussi un foyer. Le sol de cette dernière salle est décrit par Charlier : « pavé en pierres debout ou couchées sur un lit de mortier, (il) servait peut-être d’étable » (CHARLIER, 1908, p. 183). La découverte, dans ce bâtiment, de nombreuses phalères de harnais (cf. chap. 6.1) nous inciterait plutôt à proposer de voir dans cette longue pièce une écurie. La construction est réalisée uniquement en grès rose, alors que dans les autres parties de la villa on trouve à la fois ce même grès et du calcaire. Les murs montrent également « à de nombreux endroits des remplois entre autres un fragment de tambour de colonne noyé dans la maçonnerie ainsi que des fragments importants de tuileau » (PININGRE, 1966, p. 1). L’un des seuils axiaux a pu être détaillé. Ses caractéristiques l’assimilent à une porte charretière : long de 3,60 m et formé de quatre éléments de grès rose, « son côté est présente des traces d’usure comme faites par des roues » (ibid., p. 3). En 1841, Charlier signalait déjà la richesse du mobilier récolté sous la couche d’incendie du bâtiment : « une série de médailles en bronze et en argent, à l’effigie des empereurs des IIe, IIIe et IVe siècles, une petite coupe en bronze, une portion de chaîne nattée […], des vases et des fragments d’une belle poterie rouge ornée de bizarres reliefs [probablement de la sigillée], des verres antiques de toutes formes et couleurs […], une grosse perle de collier bleue, en pierre factice, côtelée, des portions d’armure, une hache d’armes… » (BARDY, 1897, p. 14).

40L’interprétation de ce bâtiment se base sur des comparaisons avec un type spécifique d’édifice, le grenier-fort ou « tour-silo » (Speicherturm) (Van OSSEL, 1992, p. 155-159). Ces constructions sont plutôt tardives, comme le confirmerait ici la présence de remplois dans la maçonnerie, et le mobilier retrouvé en 1963 par J.-F. Piningre qui fit quelques petits sondages dans ce bâtiment. Ce mobilier oriente vers un horizon d’occupation IIIe-IVe siècles. En témoignent les fragments de sigillée de Drag. 32, de Déchelette 72 présentant des rosaces excisées, ou de grandes jattes grossières à décor peigné que l’on retrouve à Danjoutin et à Grandvillars dans les mêmes horizons. Les gobelets tulipiformes sont sans doute à rattacher aux productions locales de même époque.

41Ces édifices semblent avoir à la fois un rôle de stockage et de défense, cette double fonction étant toutefois à considérer avec prudence : « C’est donc en regard du contexte général de la Gaule septentrionale au IVe siècle qu’un rôle défensif leur est dévolu […]. Cependant, il faut se résigner à admettre qu’on ne peut actuellement ni prouver, ni infirmer une telle fonction défensive » (Van OSSEL, 1992, p. 163). « Greniers et tours de défense sont deux structures malgré tout assez proches. Ainsi, pour les burgi, la plupart des archéologues s’accordent à penser qu’ils ont servi de greniers. Inversement, les tours-silos ont sans doute aussi été facilement rendues défendables et ont pu servir de réduits défensifs, sortes de donjons avant la lettre dans les établissements ruraux. » (ibid., p. 159).

42L’exemple le plus spectaculaire est celui de la villa de Bertrange (KREMER, 2009, p. 18), dont la cour agricole a été fouillée entre 1996 et 2003 dans le cadre d’une opération de sauvetage. Un des bâtiments annexes de la villa est transformé vers 260 en un grenier fortifié d’abord, puis vers 268/270 le propriétaire décide d’aller plus loin encore et de transformer celui-ci en véritable burgus, ou fortin privé (POLFER, 2008, p. 56-57). Mais on peut également citer la tour-silo de Irsch (début IIIe s.) de 14 m par 10 m, aux murs épais d’1 m, ou le grenier fortifié (IVe s.) d’Echternach (pavillon occidental) : « cette construction entièrement nouvelle n’a rien de commun avec les structures antérieures. Elle se présente comme une construction rectangulaire massive (19,40 m x 12 m), aux murs épais de 1 m. Des murs tout aussi épais divisent l’espace intérieur en cinq salles de dimensions différentes (la plus grande mesure 10 m x 7,60 m). » (Van OSSEL, 1992, p. 352). On peut également faire un parallèle avec des exemples plus extrêmes, comme le burgus de Jublains dans la Mayenne (NAPOLI, 2003) ou celui d’Eisenberg, en Suisse : « Il s’agit d’une construction rectangulaire (26 x 19 m), constituée de 5 pièces qui se groupaient autour d’une cour munie d’un puits. Les murs extérieurs de la forteresse avaient une épaisseur d’1,90 m (2,90 m au niveau des fondations), les murs intérieurs étaient large de 0,70 m à 1,10 m […]. À partir de ces vestiges, les archéologues reconstituent une forteresse massive à deux étage […]. Située sur la route du Rhin, elle était destinée à surveiller la région […]. Cette construction est datable de la 2e moitié du IVe siècle. » (TERRIEN, 2007, p. 68).

43Si la présence d’un hypocauste y semble surprenante, il pourrait être lié au séchage du grain, pratique attestée dans le grenier d’Alle (Jura suisse). Quant à la mention par Charlier d’éléments de militaria récoltés au sein du bâtiment, elles pourraient confirmer le rôle défensif de cet édifice (BARDY, 1897, p. 14).

44Il faut enfin souligner la position topographique privilégiée de cet édifice. En effet, celui-ci est bâti sur le point le plus haut du secteur, ce qui lui donnait une position dominante à la fois sur la villa et sur le paysage. Cette proéminence et cette visibilité des structures de stockage avaient déjà été évoquées dans d’autres cas de grenier monumentaux (MARTIN, 2018, p. 594), ce qui pourrait conférer à ce bâtiment un statut particulier.

3.2.4. Le bâtiment portiqué (fig. 5)

45Maintenant disparu, ce bâtiment a été découvert en 1972 lors de l’extension du cimetière actuel (RILLIOT, 1972). Rectangulaire, de 13,90 m de longueur et 11,75 m de largeur, il est axé nord-ouest/sud-est et pourvu, devant sa façade sud-est, de trois dés porteurs en grès, traces d’un portique ou d’un auvent. Il pourrait s’agir d’une forge car il a livré de nombreuses scories métalliques lors de sa mise au jour. Les céramiques qu’il a fournies attestent son occupation du Ier au IIIe siècle, ce qui s’inscrit dans la période d’occupation de la villa. Cependant, sa connexion avec l’ensemble architectural de la villa ne peut être établie, même si elle est fortement probable.

3.3. Le chemin d’accès à la villa et la tour-porche d’entrée

46En 1966, J.-F. Piningre remarqua « dans les caniveaux de la route d’Offemont à Eloie » (D7), une voie empierrée qu’il reconnut sur une soixantaine de mètres (PININGRE, 1966). Il s’agit vraisemblablement d’un des accès à la villa. De nouveaux travaux de curage des mêmes fossés en 1985 permirent de la retrouver (JOAN, 2003, p. 474). Cette voie d’accès, orientée sud-ouest/nord-est, coupe la D7 où elle est clairement visible en stratigraphie. La chaussée, qui fait 4,60 m de largeur hors tout, est installée sur un solide hérisson de pierres inclinées sur chant, d’une vingtaine de centimètres de hauteur. Ce dernier est surmonté, sur 10 cm, d’un compactage « de morceaux de grès, tuiles et de galets » rapportés et délimité par des blocs de grès et un fossé (RILLIOT, 1986, p. 30). Cette via privata, qui débouchait sur le flanc occidental du complexe, est rectiligne sur une cinquantaine de mètres à l’ouest de la D7, puis forme un coude vers le sud-ouest, sans doute en direction du temple funéraire associé à la villa, ce qui ne saurait surprendre. En effet, ces édifices se situaient souvent à courte distance d’un passage ou d’une voie, comme à Avenches ou Délémont. À l’est de la D7, l’axe de cette voie s’oriente vers un petit bâtiment situé à l’extrémité sud-ouest de l’ensemble bâti de la villa.

47Cet édifice (fig. 5), de plan carré (7,5 m de côté, 5,5 m en dimensions internes), possède des murs relativement épais (1 m ?). La particularité de cette construction est la présence, au centre de son espace intérieur, d’une épaisse maçonnerie axiale portant ce qui semble correspondre à un large seuil, d’une largeur semblable aux portes charretières de la tour-silo dont il sera question ci-après. Il faut par ailleurs observer que ce bâtiment, flanqué au nord-ouest d’une plus petite pièce aux murs moins épais, est installé contre le long mur formant la clôture ouest de la villa. Toutes ces caractéristiques permettraient donc d’interpréter cet édifice comme une tour-porche permettant l’accès (principal ?) à la villa. Par comparaison, les tours-porches des villae sont en général plus petites (entre 4 et 6 m de côté), mais elles peuvent atteindre près de 6 m de dimension interne, comme à Meslin-l’Évêque en Belgique (DERAMAIX, 2006, p. 65), et dans les cas les plus luxueux, près de 8 m de côté, comme à Larry à Liéhon en Moselle (LAFFITE, 2005, p. 59). Le plan particulier de l’édifice d’Offemont, avec son portail au centre de la pièce, correspond à un modèle très proche de celui du porche de la villa de Bliesbruck-Rhenheim (FLOTTÉ, FUCHS dir., 2004, p. 321), et surtout du porche de la villa de Celon ‘Les Essaix’ (GANDINI, 2006, p. 202), restitué comme un porche à façades ouvertes et portail central. Certains de ces porches sont encadrés par une ou deux pièces, plus petites, comme à Meslin-l’Évêque, ou dans les villae du Mesge et de Warfusée-Abancourt dans la Somme (AGACHE, 1978, p. 325-331), et correspondant peut-être au logement de gardiens, comme cela est proposé pour la villa de Montmaurin en Haute-Garonne (FOUET, 1969) : faut-il dans ce cas proposer la même interprétation pour la petite pièce appuyée sur le mur nord de la tour-porche d’Offemont ?

3.4. La question de l’alimentation en eau

48Elle pose problème, car, pour alimenter les bassins des balnea dont il a été question plus haut, il faut un approvisionnement relativement important. Or, selon M. Rilliot (RILLIOT, 1986, p. 30), il n’y aurait aucune source sur le site. Le sol est actuellement plutôt argileux, imperméable et humide, et aucun puits ou citerne n’y a été repéré. En fait, la carte des cours d’eau d’Offemont réalisée par la FDSEA pour le Grand Belfort (Mr Zabé, Service de l’Environnement) met en évidence un ruisseau intarissable (Mr Roy, ONF) qui descend d’une source située sur le mont Rudolphe à 450 m d’altitude et à 1,2 km de la villa. Ce ruisseau passe à 250 m au nord-est des bâtiments antiques. Y avait-il donc un captage et un aqueduc issu de cette source pour fournir l’eau à cet établissement ? La question reste posée pour l’instant.

3.5. Évocation des éléments d’architecture et de construction

49Nous sommes très mal renseignés sur les murs des bâtiments constituant le complexe. Certains étaient élevés en moellons calcaires, d’autres en moellons de grès rose. La tour-silo en revanche semble exclusivement construite en grès. Le bâtiment portiqué fouillé en 1972 possédait des fondations en calcaire sur lesquelles s’élevait un mur de grès ; ses dés porteurs étaient en grès, comme l’étaient ceux de l’atelier de potiers. Certains blocs de grès épars comportaient en négatif des traces de crampons sans doute en « pi ». Les seules dimensions précises de murs sont celles des maçonneries de la tour-silo, larges de 1,20 m, et celles entourant la piscine du frigidarium, soit 0,65 m de largeur, à laquelle s’ajoute un enduit de 0,05 m de « ciment » (INGOLD, 1908, p. 179).

50On note également la présence d’un fragment de tambour de colonne en calcaire remployé dans une maçonnerie de la tour-silo (PININGRE, 1966, p. 1). Ce bloc pourrait éventuellement provenir d’un des portiques de façade de la villa.

51Plusieurs seuils sont représentés sur le plan Charlier. Intérieurs ou extérieurs, ils sont, avec dix occurrences, bien représentés sur le site où ils marquent l’accès aux bâtiments mais aussi aux cours encloses. En grès, certains d’entre eux étaient encore visibles il y a peu de temps. Les fouilles de 1966 ont permis de dégager celui qui desservait la cour intérieure de la tour-silo au nord. Large de 3,60 m, profond de 1,20 m, il fait 0,60 m d’épaisseur au niveau des piédroits et il est constitué de quatre imposantes dalles de grès mises côte à côte. Il présente, côté est, des traces d’ornières. En face de lui, côté sud, se trouvait un seuil identique. D’après le plan Charlier, ce sont les deux plus larges de l’établissement, les autres n’étant constitués que de trois dalles, voire deux.

52La découverte de « morceaux de verre opaque et translucide » le long de la façade sud-ouest du balnéaire (INGOLD, 1908, p. 180), montre que les fenêtres de l’aile thermale étaient vitrées.

  • 6 Communication aux auteurs par Fabrice Charlier (Inrap), spécialiste de la terre cuite architectural (...)

53En ce qui concerne la toiture, l’aile thermale était couverte en tegulae et imbrices, comme l’atteste la couche de démolition comblant la piscine froide du frigidarium, « remplie de décombres où la brique, la tuile à rebords et la tuile faîtière dominaient » (INGOLD, 1908, p. 179). Les dimensions données par Ingold pour la tegula sont de 0,50 x 0,33 m. Nous ne savons si ces dimensions sont fiables, mais Demailly a laissé en 1965 un dessin d’une tuile de 0,48 x 0,34 m, provenant de l’atelier d’Offemont (DEMAILLY, 1965, p. 2), ce qui semble un format très proche. Trois autres tegulae du musée de Belfort, ayant Offemont comme provenance, ont des dimensions légèrement différentes. Elles sont toutes les quatre, selon F. Charlier6, rattachables par leurs dimensions à un horizon de production iie siècle. La couverture des autres bâtiments nous est inconnue.

54En dehors des pièces sur hypocaustes, le chauffage et la cuisson sont assurés par des foyers plats installés sur le sol, dont le plan Charlier nous montre qu’ils ont été mis en évidence dans plusieurs pièces.

  • 7 Merci à Sabine Groetembril pour son aimable coopération.

55Enfin, le décor n’est évoqué que par quelques mentions, comme celles d’un fragment de placage en porphyre vert, et d’enduits peints retrouvés dans l’aile thermale, sous forme de « ciment colorié en rouge, en noir, en vert » (INGOLD, 1908, p. 179). Douze menus fragments d’enduit peint ont ainsi été retrouvés au musée de Belfort. Neuf figurent des éléments de feuillages parfois soulignés d’un trait noir avec des hampes rouge vermillon, le tout sur fond blanc. Sur deux fragments, des traits noirs appartiennent peut-être à des bordures. Enfin, le dernier présente clairement une bordure ajourée au trait noir, constituée de triangles équilatéraux légèrement espacés venant s’appuyer contre une ligne noire. Le motif de cette bordure très sommaire trouve des parallèles plus élaborés sur des sites méridionaux (BARBET, 2008, p. 188). Elles sont fréquentes dans la deuxième moitié du ier siècle mais encore présentes au iie siècle. Leur salle d’origine est inconnue7. Par ailleurs, un sol, non localisé, semble correspondre à un terrazzo, comme le suggère sa description : « un fragment d’aire d’appartement en ciment incrusté de fragments de pierres de diverses couleurs » (CHARLIER, 1908, p. 187). Faut-il voir là un sol en opus signinum à crustae ?

4. Les activités dans la villa

56Les fouilles anciennes ont livré une grande quantité d’objets en fer ou en alliage cuivreux. Ils sont cités dans le rapport Charlier. Si nous en possédons toujours la liste, beaucoup d’entre eux ont maintenant disparu et l’interprétation des objets manquants est souvent difficile. Une enquête au musée de Belfort a permis de retrouver un lot d’objets qui, une fois rangés par catégories, donnent un aperçu des activités pratiquées sur le domaine.

4.1. L’agriculture

57L’agriculture est représentée par une enclumette de faucheur et des phalères de harnais (chevaux de trait, mulets ?). Une sonnaille évoque le petit bétail et une feuille de boucher sa découpe. De nombreux fragments de faisselles témoignent d’une fabrication locale de fromages et certains bâtiments de l’aile ouest ont pu servir d’écurie ou d’étable.

4.2. Le travail du bois, du métal, de la pierre, et de l’argile

58Le travail du bois apparaît à travers les outils suivants : une hache, une scie et deux herminettes.
Le métal et la forge sont représentés par des scories ou culots de forge qui ont été découverts dans le bâtiment portiqué fouillé en 1972-1973 (RILLIOT, 1972). Une petite enclume, tête en acier (disparue), une pince, un poinçon ainsi qu’un burin de graveur sont le signe d’un travail du métal, sans doute destiné à l’entretien des outils du domaine.
Le travail de la pierre est évoqué par un ciseau droit. Notons que la pierre de construction abonde alentour, qu’il s’agisse de grès ou de calcaire.
L’argile est exploitée localement, elle a été modelée et cuite dans les fours du proche atelier sous la forme de tuiles, tubulures ou de céramiques communes. Sans doute ne convenait-elle pas à la réalisation de céramique sigillée dont les essais furent vite abandonnés.

4.3. Activités diverses

59Concernant la chasse, les seules traces évidentes d’une activité cynégétiques sont les quelques défenses de sangliers mentionnées par Charlier. Le sanglier est un marqueur d’environnement forestier plutôt dense. Ces défenses pouvaient être portées en pendentif, comme talisman apotropaïque tels ceux de Danjoutin et Florimont (MAZIMANN, 1995 ; COLNEY, MAZIMANN, 2004).
Les occupants du domaine pouvaient aussi, quand ils en avaient le loisir, se distraire en jouant. Ainsi sont présents des jetons et un pion de jeu en os - pour jouer au latroncule par exemple - et un osselet percé (perdu).

4.4. La présence féminine

60Bien que discrète, une présence féminine est perceptible sur le site avec deux cuillères (à fard ?) dont l’une tardive et ornée (perdue), un fragment de miroir, des fibules-broches et une perle à côtes, bleue, apotropaïque.

4.5. L’activité culinaire

61De nombreux vases et récipients sont cités dans la liste Charlier. En plus des habituelles céramiques sigillées et communes, nous trouvons, en fer, une louche, des couteaux et une feuille de boucher. Cette dernière présente de fortes affinités avec les feuilles alsaciennes (VALLET, 1995). Sont mentionnés également divers objets en bronze tels qu’une coupe à rebord, une autre « petite coupe », des cuillères et une passoire, peut-être pour le service du vin. Un fragment de manche de patère à manche orné, représentant une tête d’oiseau, est peut-être aussi rattachable au service de la table plutôt qu’au culte. Une meule à grain en basalte évoque également la fabrication de farine (voir l’étude Jaccottey, Gluhak ci-après).

5. Les échanges commerciaux

62Un fragment de balance romaine (stadera) et un poids en pierre sur lequel on peut lire CCLXXV (deux cent soixante-quinze), les deux disparus, traduisent la présence de transactions commerciales sur le site. La découverte de « styles » est également mentionnée (INGOLD, 1861, p. 108).

5.1. La circulation monétaire

63La villa d’Offemont a livré au total trente et une monnaies connues. Liblin (1877) ajoute bien cinq autres monnaies, d’Auguste, Caligula, Trajan, Hadrien et Decence, aux listes Ingold et Charlier, mais il écrit trente ans plus tard et ses écrits ne sont pas toujours fiables, nous ne les comptabiliserons donc pas. Vingt-sept monnaies ont été données au musée de Colmar par Ingold père. Quatre autres ont été trouvées en prospection : il s’agit d’un sesterce d’Antonin le Pieux, d’un autre de Marc Aurèle, d’un troisième illisible et d’un nummus de Constantin. La liste Charlier semble se superposer à la liste Ingold, à de rares réinterprétations près. La plus ancienne monnaie serait le « grand bronze fruste de la République » de la liste Ingold. C’est sans doute celui que Charlier intitule « grand bronze de Jules César ». Il pourrait s’agir d’un as républicain. Si tel est le cas, il ne peut être que résiduel, ces grands bronzes ayant longtemps circulé. Le Ier siècle est présent avec deux monnaies, un as de Claude, un autre de Néron et le IIe siècle avec deux sesterces d’Antonin le Pieux et un sesterce de Marc Aurèle. Sept monnaies frustes seraient attribuables au Haut-Empire, soit les deux siècles que nous venons d’évoquer. Le IIIe siècle est très bien représenté, avec neuf antoniniens : Alexandre Sévère, Gallien, Valérien, Salonin, Tetricus, Postume et Claude le Gothique. Enfin le IVe siècle propose sept monnaies de Maximin Daia, Constantin, Constant et Constance II, ainsi que deux monnaies non attribuables. Si la série monétaire s’étend de 41 à 361 (Claude à Constance II), l’occupation au Ier siècle n’est pas prouvée, à moins qu’elle ne soit tardive. Elle est par contre certaine du IIe siècle au IVe siècle. Peu représenté par les monnaies, le iie siècle l’est par contre abondamment par la céramique sigillée des ateliers de l’Est, surtout alsaciens. Cet établissement a donc bénéficié d’un bon approvisionnement monétaire grâce à l’axe de circulation Rhône-Rhin et au passage obligé qu’est la Trouée de Belfort. Elle a pu aussi profiter, courant IIIe et IVe siècles, de sa relative proximité avec les ateliers monétaires de Germanie (Cologne et Trêves). N’oublions pas non plus que la production de tuiles et de poteries a certainement favorisé la circulation monétaire sur le site.

5.2. La céramique

5.2.1. La céramique sigillée

64Aucune étude circonstanciée n’a été entreprise à ce jour sur l’abondant mobilier sigillé (une centaine de fragments) importé sur le site. Un rapide survol, effectué par les auteurs dans les réserves du Musée de Belfort, a permis de constater que la sigillée de la Gaule du Sud y est mieux représentée que celle de la Gaule du Centre, mais que ce sont les ateliers de l’Est qui s’y taillent la part du lion.

65Cet important apport de la Gaule de l’Est peut s’expliquer par le fort développement de ses ateliers dès le troisième tiers du IIe siècle, au détriment de ceux de la Gaule du Sud alors en décadence. Ces ateliers sont aussi relativement proches du site, comme les ateliers alsaciens ou mieux encore celui de Luxeuil. La distribution locale de ces ateliers en a donc été favorisée.

66La sigillée de fabrication locale résultant d’essais infructueux est quasi inexistante, seuls quelques fragments de moules attestent sa réalisation.

5.2.2. Les potiers

67Une première étude en avait été entreprise par M. Rilliot (RILLIOT, 1986, p. 31). Trois potiers de La Graufesenque ont laissé leur nom sur le site : Daribitus (30/55) sur Drag. 29, Coelus (40/ 65/85) et peut-être Vitalis. Pour la Gaule du Centre, nous trouvons le style de Butrio mais l’estampille attribuée à Paullinus n’a pu être reconnue.

68Son mobilier étant plus abondant, nous sommes mieux renseignés pour la Gaule de l’Est avec des fragments attribuables au Maître F (150/170 ?), une estampille de Respectus (135-165) (HARTLEY, DICKINSON, 2008, p. 354), et deux estampilles de Rufinus (155-170) (HARTLEY, DICKINSON, 2011, p. 425), tous trois d’Heiligenberg. Cibisus (160-180) est également attesté tout comme l’atelier de Luxeuil. Enfin, deux estampilles de Rheinzabern y figurent, Marinus (155/220) (HARTLEY, DICKINSON, 2010, p. 290), et Mercator (?). Des fragments attribuables à Ianus et Iulus témoignent de la production de potiers entre 180 et 235, précisément l’époque d’une intense activité artisanale sur le site. En effet, c’est à la charnière des IIe et IIIe siècles que les essais de sigillée ont été tentés dans l’atelier associé au domaine.

69Le IIe siècle et le premier tiers du IIIe siècle sont donc bien représentés mais d’autres céramiques nous orientent aussi vers une occupation plus tardive, comme les Drag. 41, les Ludowici Ti, et surtout les Drag. 43 à mufle de lion (Gueugnon ou Argonne), du IIIe, voire du IVe siècle. Apparemment, aucune céramique d’Argonne à molette du IVe siècle n’a été mise au jour, ce qui peut surprendre quand des monnaies de ce même siècle sont avérées.

5.2.3. La céramique commune

70Aucune étude détaillée n’a été entreprise à ce jour, pour séparer les céramiques fabriquées localement de celles éventuellement importées. Cependant, certains types locaux sont bien connus, telles les marmites carénées tardives, les plats à revêtement argileux et à bords droits et surtout les gobelets à couverte métallescente abondamment produits sur place, les assiettes étant plus rares (RILLIOT, FAUDOT, 1990).

5.2.4. Les amphores

  • 8 Même marque sur une amphore à Strasbourg et une marque proche, LFCC, à Brumath (communication de J. (...)

71Un fragment d’amphore à huile d’olive de type Dressel 20 présente un cartouche rectangulaire dans lequel est inscrit en majuscules LFCCO[L] ? (fig. 8). C’est une marque connue (CALLENDER, 1965, p. 851 b ; CIL XV, 2833e). Selon Juliette Baudoux, elle provient de l’atelier d’Alcotrista ou Las Delicias sur le fleuve Gemil en Bétique et est datable du IIIe siècle. Lecture proposée : L[… ]F[abius ?]CRESCENS. COL indiquerait que le domaine a été confisqué sous Septime Sévère par le pouvoir impérial et confié à des conductores (BAUDOUX, 1996, p. 122, n° 50)8.

Fig. 8. Fragment d’amphore à huile d’olive de type Dressel 20 (cliché : P. Martin).

72Après leur transport par voie fluviale, le Doubs ou le Rhin, les amphores étaient distribuées par charroi depuis Mandeure ou Kembs. Elles peuvent être de provenance lointaine. C’est le cas ici comme à Essert où l’une d’entre elles provient de la sphère rhodienne.

6. Conclusion

6.1. Statut de la villa

73Divers éléments nous incitent à considérer cet établissement comme une villa de statut supérieur à la tête de laquelle se trouve une lignée de propriétaires aisés, une élite locale peut-être d’origine gauloise romanisée, car le glissement de la ferme laténienne à la villa romaine pourrait ne pas être fortuit. Déjà, on peut induire ce statut de l’architecture du bâtiment où sont à signaler des tambours de colonnes, d’éventuels bassins de façade, des placages de porphyre vert, un sol en terrazzo décoré (opus signinum à crustae ?), des enduits peints, mais surtout les deux balnea avec leurs hypocaustes, le dernier vaste et sans doute important puisqu’il est inclus dans ce qui pourrait être considéré comme sa propre palestre. Il existe aussi très vraisemblablement des caves, non retrouvées faute de fouilles profondes. L’ensemble de la pars rustica de l’établissement ne nous est malheureusement pas parvenue. Le personnel (servile ?), y était sans doute conséquent pour faire tourner l’exploitation mais nous ne saurions avec certitude lui rattacher les cellules des bâtiments ouest. Autre indice révélateur de ce statut important, le « temple funéraire » associé à la villa. Nous n’oublierons pas non plus dans cet inventaire l’atelier de potiers et son four de tuiliers qui, soit appartenaient à la villa, soit étaient concédés à un groupement de potiers via un bail locatif (?). La construction d’une tour-silo évoque aussi la richesse du domaine et sans doute l’étendue du fundus dont il nous reste peut-être des traces d’exploitation dans le drainage déjà évoqué, à 1,5 km des bâtiments.

  • 9 Cette hypothèse était déjà suggérée par Pajot en 1908 (PAJOT, 1908, p. 173).

74Les caractéristiques et la situation topographique de cet édifice lui confèrent un rôle particulier qui nous questionne également sur son statut dépassant peut-être une simple fonction locale, dans le cadre par exemple d’un regroupement de surplus de production (MARTIN, 2018, p. 596), ou d’une fonction administrative publique (entreposage des tributa ?) (POUX, 2017, p. 431). On peut alors s’interroger sur la fonction du propriétaire de la villa, qui pouvait être un personnage ayant une autorité publique officielle, par exemple un procurator saltus (FERDIÈRE et alii, 2010, p. 403)9.

6.2. Période d’occupation de la villa

75Si l’occupation de la villa est possible dès la seconde moitié du Ier siècle où commence la série monétaire, les raisons de son abandon dans le courant du IVe siècle restent énigmatiques.
A-t-elle été incendiée, pillée ou désertée après cette longue occupation ? Certains indices pourraient plaider pour un incendie, les nivaux cendreux évoqués par Ingold par exemple. Toutefois, ces derniers se trouvaient dans un ensemble à hypocauste avec praefurnium, grands consommateurs de bois. Il n’est nulle part ailleurs fait allusion à des objets brûlés. De même un pillage, quoique possible, n’est pas mis en évidence à ce jour. A-t-on alors affaire à une fuite précipitée sans retour, mais pour quel motif ? Les dernières monnaies ont été frappées par les fils de Constantin vers 360, une époque où les invasions alamanes n’étaient pas rares (GRICOURT, 2000, p. 32-33). Aucune monnaie de l’époque valentinienne n’ayant été retrouvée à ce jour, on peut raisonnablement penser que dans le dernier quart du IVe siècle, la villa était abandonnée.

76L’évocation par Charlier d’une sépulture dans un caveau de la zone résidentielle laisse perplexe. S’agit-il d’une inhumation de l’époque mérovingienne ? Un indice pourrait le suggérer. En effet, dans le dépôt de Colmar, au milieu de la liste des objets provenant de la villa, figure une petite plaque-boucle à trois rivets de laiton, indubitablement mérovingienne et même datable du VIIe siècle. Provient-elle de la sépulture évoquée où est-elle intrusive dans le lot ? Curieusement, Charlier n’en aurait pas fait mention. L’occupation mérovingienne sur les sites antiques est bien attestée dans le Territoire de Belfort avec la tombe d’Essert (COLNEY, MAZIMANN, 2006), l’habitat de Bessoncourt (JOAN, 2010), etc..., mais reste ici peu manifeste. En effet, aucune céramique ou arme de cette époque n’ont été mises au jour par les fouilles. Et il n’est pas fait mention du village d’Offemont avant le début du XIVe siècle. Il semble donc sur ce site, si on exclut cette éventuelle sépulture, que la forêt ait repris ses droits pour livrer aux archéologues du XIXe siècle une villa dans un état proche de celui de son abandon.

7. Inventaire des objets de la liste Charlier et de la fouille de J.-F. Piningre retrouvés et conservés au Musée de Belfort

7.1. Production

7.1.1. Agro-pastoral

77- Sonnaille, avec son battant détaché : en fer, longueur 5,5 cm, largeur 5 cm, épaisseur 3 cm. L’anneau de suspension est semi-circulaire. Un parallèle est proche à Danjoutin (MAZIMANN, 1995).
- Enclumette de faucheur à table, portative (fig. 9) : en fer, longueur 18 cm, largeur 4,5 cm, comportant une anse de suspension. Elle se termine en pointe et présente latéralement deux ailerons recourbés l’empêchant de s’enfoncer trop profondément dans le sol (MALLET, 2007, p. 7-8).

Fig. 9. Enclumette de faucheur (cliché : P. Martin).

7.1.2. Chasse

78- Défenses de sangliers, au nombre de trois.

7.1.3. Artisanat 

79- Herminette : en fer, longueur 16,5 cm. Outil à tranchant perpendiculaire et à table carrée. L’œil se termine par un canon. La lame forme un angle aigu avec le manche (DUVAUCHELLE, 1990, type 1 ou 2, p. 20), Ier ou IIe siècle.
- Herminette : en fer, longueur 22,5 cm ; exemplaire du même type que le précédent.
- Hache à douille : en fer, longueur 11,2 cm, largeur du tranchant 7,5 cm ; la douille est de section circulaire. Elle est rattachable par son type à La Tène finale. Ces haches à douille ont connu une longue période d’utilisation et sont encore en usage à l’époque gallo-romaine.
- Scie à guichet en forme de couteau : en fer, longueur conservée 21 cm. La soie est de section carrée et l’extrémité opposée est cassée.
- Burin : en fer, long de 12 cm, de section circulaire allant s’amincissant, il présente un plan de frappe de Ø 1,6 cm et se termine en pointe adoucie. Sa petite taille orienterait vers le travail de la dinanderie.
- Pince : en fer, longueur 13 cm. À mors courbe, l’extrémité de ses branches est recourbée pour favoriser la prise (MANNING, 1985, A11-A16). Selon A. Duvauchelle, la faible longueur des branches ne permet guère de l’attribuer au travail de la forge mais plutôt à la chaudronnerie, par exemple.
- Poinçon à manche biconique : en fer, longueur 12 cm. Il présente une tête en forme de champignon. Travail du métal (DUVAUCHELLE, 1990, p. 86, nos 21 et 22).
- Ciseau droit : en fer, longueur 17,6 cm. Le manche est d’abord de section circulaire et va s’aplatissant et s’évasant pour présenter un tranchant de 2,3 cm (DUVAUCHELLE 1990, p. 102), plutôt utilisé dans le travail de la pierre.

7.1.4. Divers

80- Fragments de faisselles : un en terre cuite noire et trois en terre cuite ocre brun. La fabrication de faisselles est attestée dans l’atelier de potier proche.
- Meule à grain en basalte : voir son étude ci-après.

7.2. Vie domestique

7.2.1. Activité culinaire

81- Fragment de manche de patère : coulé, orné, en alliage cuivreux, longueur 4,5 cm, épaisseur 0,6 cm, il représente une tête d’oiseau aquatique. Type 2 de Tassinari (1970). Selon M. Feugère (1994), ces patères sont abondantes dans le Centre et le Centre-Est, en Franche-Comté, surtout dans le Jura et seraient de fabrication gauloise des IIe et IIIe siècles.
- Lèvre de bassin (?) : en alliage cuivreux, quatre fragments sont conservés ; ils présentent un décor gravé de rais-de-cœur. La forme du récipient n’est pas restituable (ALLASON-JONES, MIKET, 1984, n° 358, milieu Ier siècle).
- Coupelle hémisphérique : fragmentaire, en alliage cuivreux, Ø 7,5 cm, hauteur 3 cm. Le bord est replié à l’extérieur, et elle repose sur une base circulaire.
- Passoire (à vin ?) : en alliage cuivreux, longue de 20 cm, aplatie et en morceaux. Le bassin, hémisphérique est de Ø 10 cm. Il présente des trous disposés en ordre rayonnant. Le manche possède une terminaison circulaire avec un large trou de suspension.
- Cuillère : longueur conservée 12,2 cm, en alliage cuivreux, cassée au niveau du cuilleron pyriforme. Le manche présente une pièce intermédiaire trapézoïdale et se termine en pointe. Correspond aux numéros 161 à 202 de Riha-Stern (1982). Elle serait typique de tout le IIe siècle selon ces auteurs.
- Manche de cuillère : alliage cuivreux étamé, longueur conservée 6,8 cm. Avec départ de cuilleron surbaissé.
- Couteau d’office : en fer, longueur conservée 14 cm. Le dos est légèrement courbe et la soie, cassée, prend naissance au milieu de la lame.
- Feuille ou tranchoir : en fer, long de 18,2 cm. À lame triangulaire, tranchant convexe, dos rectiligne et emmanchement à douille (MANNING, 1985, 096-099). De tels objets se retrouvent dans les boucheries à Pompéi, il s’agit d’une feuille de boucher.
- Feuille ou tranchoir : en fer, longueur conservée 18 cm, de même type que le précédent mais très abîmé.
- Louche : en fer, longueur conservée 17,5 cm ; sa vasque circulaire est de Ø 8,5 cm et seul le départ du manche est conservé. Sa partie manquante était certainement torsadée et se terminait par plusieurs dents en forme de racloir pour marmite. Un exemplaire identique est connu à Gigny-sur-Saône, de 51,3 cm de longueur (FEUGÈRE, 1986, cat 10, fig. 4, n° 1).
- Fragment de placage en os de manche de couteau en métal : longueur 4,2 cm, largeur 2,1 cm, épaisseur 1 cm. Le manche va s’évasant vers son extrémité. Il est orné de trois registres de croisillons d’exécution assez malhabile.
- Fragment de manche de couteau : en os, longueur conservée 3,7 cm. Il est orné de chevrons, ornementation bien attestée en tabletterie (SAUTOT, 1978, pl. XIV n° 2 et XV, n° 4.).
- Une cuillère à œufs
 : en os, le cuilleron circulaire est de Ø 2,7 cm, le manche se termine en pointe. Longueur conservée 3,5 cm.
- Coupe hémisphérique en verre gravé
 : un large fragment du type Rütti A.R 60 (ISINGS, 1957, p. 96 b1), à décor géométrique de cercles. cf. Augst n° 1333-1346. Datation du milieu IIe au IVe siècle inclu.
- Nombreux fragments en verre
, de récipients non identifiables, de couleur bleue, bleu-vert et incolores.

7.2.2. Ameublement

82- Punaises ornementales de mobilier, en alliage cuivreux. Au nombre de quatre, deux sont en bossettes, l’une en tutulus, la dernière possède un tenon à insérer.
- Clé en forme d’ancre : en alliage cuivreux, de 13,2 cm de longueur conservée, elle se termine par un crochet de suspension. Ce type de clé est souvent retrouvé dans les pars rustica : Chassey-lès-Montbozon, Port-sur-Saône.
- Fragment de chaîne nattée de section carrée à motifs en chevrons : alliage cuivreux, longueur conservée 12 cm, épaisseur de la maille 0,5 cm. L’usage de ce type de chaînette (DEIMEL, 1987, pl. 42, fig. 13 à 19) est attesté selon E. Rabeisen (Mediolanum, 1988, fig. 330, pl. 32) dans le luminaire et les balances mais aussi dans l’ameublement où elle attache le moraillon au coffret par exemple (DEIMEL, 1987, pl. 39-40).
- Élément de charnière tubulaire : en os, longueur 4 cm, tourné, il présente un trou circulaire latéral.

7.3. Immobilier

7.3.1. Gros œuvre

83- Clous de placage : en fer, deux sont en L et trois en T. Utilisés pour maintenir le placage en place sur les murs ou les plafonds.
- Clous de charpente : en fer, longueur 27,5 cm, section carrée.
- Tegula (dessin DEMAILLY, 1965) : intacte, cette tegula fut retrouvée lors de la construction de la caserne de pompiers d’Offemont. De 48 cm de longueur, 34 cm dans sa plus grande largeur et 30 cm dans la petite largeur, elle fait 2,5 cm d’épaisseur maximale et porte une marque digitée. Elle représente un bel exemple de la production du four de tuilier lié à la villa.
- Trois autres tegulae de dimensions légèrement différentes proviennent d’Offemont ; elles mesurent respectivement 48 cm par 31 cm, 46,5 cm par 31 cm et 44,5 cm par 30 cm. Elles confirment, comme la précédente, une fabrication courant IIe siècle.
- Tubulus (dessin DEMAILLY, 1965) : de 29 cm de longueur par 14 cm de largeur et 12 cm d’épaisseur, il présente une ouverture rectangulaire sur le côté (5,5 cm par 3,8 cm).
- Tubulus (dessin DEMAILLY, 1965) : de 30,5 cm par 14 cm de largeur et 13 cm d’épaisseur. Il présente lui aussi une ouverture rectangulaire sur le côté (3 cm par 2,5 cm) et des traces réalisées par un peigne à huit dents de 5,2 cm de largeur.
Utilisés dans la réalisation de cloisons chauffées, leur « perforation latérale permet la circulation d’air chaud entre les différentes colonnes et une meilleure diffusion latérale de la chaleur » (NAULEAU, 2013). Si leur fabrication locale est possible, voire dans la même fournée que celle des tuiles selon F. Charlier, la zone d’épandage du four de tuilier n’en a apparemment pas livré.
- Élément de placage : en porphyre vert antique, 14,2 cm par 13,2 cm, origine probable Grèce, Laconie, Sparte. Un porphyre très proche – trachy-labradorite – existe cependant dans le nord du Territoire de Belfort (Plancher-les-Mines) ; s’il fut utilisé au XIXe siècle (basilique de Fourvière à Lyon), son exploitation antique n’est pas prouvée.
- Béton de tuileau, un fragment avec crustae, 14,5 cm par 11,6 cm.
- Enduits peints : douze fragments (voir supra).
- Verre à vitre : plusieurs fragments de couleur vert clair.

7.3.2. Huisserie

84- Gond à ficher femelle, en fer, 9,5 cm de longueur, 4,5 cm de largeur, sa forme de petite hache trapézoïdale le destine à être fiché dans le bois d’un chambranle.
- Deux charnières et un pivot de porte, en fer.

7.3.3. Hydraulique 

85- Frette de canalisation : en fer, diamètre 8 cm, longueur 9 cm.

7.4. La parure

86- Fibule émaillée plate à un axe de symétrie (fig. 10) : longueur 3,1 cm, largeur maximale 1,8 cm, de type Riha 7.18, Feugère 27b. Cette fibule en forme de mouche stylisée aux ailes et tête vertes et au corps orange, est proche de Martigny n° 204 et de Feugère n° 1906. Datation : 1ère moitié du IIe siècle et surtout époque antonine.

Fig. 10. Fibule émaillée en forme de mouche stylisée (cliché : P. Martin).

Fig. 11. Fibule à arc émaillé, en gradins ornés de sept logettes bleu turquoise (cliché : P. Martin).

87- Fibule à arc émaillé, en gradins ornés de sept logettes bleu turquoise (fig. 11) : longueur 3,5 cm, largeur 2 cm, hauteur de l’arc 1,5 cm, type Riha 5.17 (?), Feugère 26b3. Datation : surtout première moitié du IIe siècle.
- Fibule à arc émaillé terminé par une tête de reptile (fig. 12) : longueur 4,5 cm, type Riha 5.17.5. Le losange de l’arc est orné d’émail bleu turquoise dans des logettes en forme de feuilles de chêne. Surtout première moitié du IIe siècle.

Fig. 12. Fibule à arc émaillé terminé par une tête de reptile (cliché : P. Martin).

88- Fibule à charnière, en forme de disque : de 2,5 cm de diamètre, présentant des traces d’émaillage bleu turquoise disposées en trois rainures concentriques. Le motif central, disparu, a gardé quelques traces bleues, Riha 7.14 (?). Première moitié duiie siècle, Augst n° 1519 ou 1574 ?
- Une paire de petites fibules carrées (fig. 13) : émaillées, à double axe de symétrie, de 2,3 cm de côté, un appendice circulaire à chaque angle. Le pourtour, surélevé, est émaillé comme le motif central qui a disparu. Trace de charnière parallèle aux bords, à l’arrière. Riha 7.16 ?

Fig. 13. Paire de petites fibules carrées émaillées (cliché : P. Martin).

89- Plaque-boucle mérovingienne : en alliage cuivreux, de petites dimensions, de 5,9 cm de longueur par 3 cm de largeur. La plaque trapézoïdale présentait à l’origine trois rivets de laiton, l’un a disparu. Elle est très corrodée, son décor est illisible (LEGOUX et alii, 2004, p. 31, n° 152). Datation : VIIe siècle.

7.5. Transport : équipement de l’animal

90- Pendant de harnais en forme de lunule (fig. 14) : en alliage cuivreux, émaillé ? Longueur 3,5 cm, largeur 3 cm, la bélière est cassée. Il semble avoir été décoré (UNZ, DESCHLER-ERB, 1997, n° 1324, pl. 48). Deux pendants de ce type ont été trouvés à Bavilliers (Territoire de Belfort), dans l’enceinte d’une colonne à Jupiter.

Fig. 14. Pendant de harnais en forme de lunule (cliché : P. Martin).

91- Applique de harnais en forme de pelte : en alliage cuivreux, étamée, avec tenon d’insertion au revers. Largeur 3,5 cm, Mediolanum n° 251, pl. 29.
- Applique de harnais cordiforme (fig. 15) : en alliage cuivreux, ajourée de deux trous en forme de pelte. Longueur 2,7 cm, largeur 2 cm (proches exemplaires dans UNZ, DESCHLER-ERB, 1997, nos 1586 à 1588, pl. 57).

Fig. 15. Applique de harnais cordiforme (cliché : P. Martin).

92- Applique de harnais en forme de coquille : en alliage cuivreux, longueur 3,5 cm, largeur 3, 5 cm, l’arrière présente deux rivets de fixation à insérer dans le cuir. Communes, de tailles variables, ces appliques sont datables du IIe au IVe siècle. Deux autres du même type, mais lacunaires, ont été livrées par le site.
- Boucle de harnais (fig. 16) : en alliage cuivreux, avec deux pattes terminales perpendiculaires et perforées. Longueur 4 cm. Proches parallèles à Vindonissa (UNZ, DESCHLER-ERB, 1997, pl. 70, nos 2041 à 2048).

Fig. 16. Boucle de harnais (cliché : P. Martin).

7.6. Vie sociale

93Le site a livré cinq jetons de jeu, un pion, trois objets dont la fonction n’est pas définie, l’ensemble étant réalisé en os.
Deux jetons inornés (Ø 2,3 cm et 2 cm) répondent au type Béal A XXXIII, 1.
Le troisième (Ø 2,2 cm) présente une large cupule, type A XXXIII, 5.
Le quatrième (Ø 2,3 cm) possède un mamelon central avec cercles concentriques, A XXXIII, 7.
Le cinquième, usé et verdâtre (Ø 1,5 cm) appartient au type A XXXIII, 8.
Le sixième est un pion à profil hémisphérique, A XXXIV, 2.
Ces éléments de jeu sont indatables car attestés du Ier au IVe siècle.
Deux autres objets (Ø 2,3 cm et 2,1 cm) sont du type A XL, 4. Hémisphériques, ils sont percés d’un large trou médian (fig. 17). De proches parallèles sont évoqués par A. Moussion aux Bolards (2017, n° 465, fig. 14). Peu communs. Leur fonction n’est pas connue.

Fig. 17. Objet hémisphérique percé d’un trou médian (cliché : P. Martin).

94Enfin, un dernier objet en os, qui évoque la précédente série par sa dimension (Ø 2,2 cm), est inclassable : il s’agit d’un disque plat, avec un trou médian de Ø 0,5 cm qui présente sur sa tranche le reste d’un départ de tige (?).

7.7. Inclassables

95- Fragment de bordure : en alliage cuivreux, longueur 7 cm, largeur 6 cm, épaisseur 1 cm. Le motif de fleurons tréflés évoque celui des boucles nos 107 et 108 de Boube-Piccot (1994).
- Armature de trait de catapulte (?) : longueur 16 cm, diamètre à l’entrée de la douille 2,3 cm. La pointe, de section losangique, termine la douille tronconique. Sarmizegetuza (ALICU, 1994, n° 107, 162-163). Le diamètre de la douille ainsi que la longueur de l’objet pourraient infirmer cette fonction. S’agit-il d’un outil ?
- Crochet emmanché sur une douille : en fer, dim. 21 cm, cf. pl. 5, n° 103 Genainville (MITARD, 1993) et Mediolanum (1988, n° 678, pl. 76).
- Garniture de mobilier (?) : fragmentaire, en alliage cuivreux, longueur 37 cm conservés, largeur 4 cm. Profil en T à insérer. Elle présente perpendiculairement un appendice triangulaire avec trou de fixation.
- Anneaux : en alliage cuivreux et au nombre de neuf, leur diamètre varie de 1,5 cm à 4,5 cm. Leur usage ne peut être défini.
Au-delà des activités précédemment évoquées au travers des objets retrouvés, l’examen de ceux restant dans la liste Charlier, mais aujourd’hui disparus, permet aussi d’entrevoir l’ameublement de la villa et son éclairage. Il y est fait mention de poignées de cassettes, de barres de coffre. Mentionnons aussi dans le domaine de l’huisserie une entrée de serrure, des pentures de portes, un long crochet (de fermeture ?). Pour ce qui concerne l’éclairage, un trépied aurait pu assurer la fonction de luminaire. Le combustible utilisé était très certainement le suif, l’huile n’étant guère d’usage local. Enfin il faut aussi envisager l’usage de torchères en fer insérées entre les moellons des murs qui sont communes à Mandeure par exemple.

8. Une meule rotative en roche volcanique (L. Jaccottey, T. M. Gluhak)

96La meule découverte lors des fouilles de la villa d’Offemont n’est malheureusement accompagnée d’aucune indication sur ses circonstances de découverte, le lieu où elle a été abandonnée et son contexte chronologique. Cette pièce présente toutefois quelques spécificités qui permettent de restituer son origine, son fonctionnement et le cadre dans lequel elle a pu être employée.

8.1 Description

97Le catillus (partie supérieure et mobile du moulin rotatif antique) découvert à Offemont et conservé au musée de Belfort est une pièce complète, bien que brisée en deux parties (fig. 18).

Fig. 18. Meule en roche basaltique de la villa d’Offemont (L. Jaccottey).

98Cette meule est d’un diamètre de 45,5 cm pour une hauteur conservée de 9,2 cm et un poids total de 21,5 kg. Le matériau dans lequel elle est façonnée est une roche volcanique magmatique, ou roche basaltique. Les roches basaltiques sont étrangères à la région. Leur provenance est à chercher soit dans les formations de l’Eifel, en Allemagne, à 350 km au nord du site, soit dans le Massif central, à 400 km au sud-ouest. Dans les deux régions d’importantes exploitations meulières existaient à l’époque antique et de nombreux indices d’exploitations ont été identifiés et étudiés dans les carrières allemandes (HÖRTER, 1994 ; MANGARTZ, 2008).

8.1.1. Dimensions et type de moulin

99Les caractéristiques morphométriques de cette meule incitent à la rattacher à un moulin manuel. Les moulins rotatifs manuels sont essentiellement employés dans un cadre domestique ou militaire. Son diamètre de 45,5 cm permet d’envisager une mise en mouvement compatible avec l’allongement du bras (la longueur bras/avant-bras d’un individu d’1,70 m est d’environ 48 cm). Cette mesure est également proche d’1,5 pied romain, soit 44,46 cm. L’étude du diamètre des meules en Gaule met en évidence que, si les meules rotatives de la fin de La Tène et de la période augustéenne ont un diamètre moyen inférieur à 40 cm, celui-ci se stabilise autour de 44 cm à l’époque antique, à partir du IIe siècle ap. J.-C. (JACCOTTEY et alii, 2011 ; Groupe Meule, 2014).

8.1.2. Caractéristiques typologiques et mode d’entraînement du moulin

100Ce catillus possède un œil circulaire (diam : 12,5 cm) flanqué de deux logements supérieurs en queue d’aronde (ROBIN, BOYER, 2011, type 3B) de 2,7 à 3,6 cm de largeur pour une profondeur comprise entre 3,4 et 4,4 cm et creusés sur une épaisseur de 2 cm. Ces logements avaient pour fonction de recevoir un système d’anille barrette supérieure. La meilleure comparaison connue pour ce type d’œil provient de l’épave de De Meern 1 en Hollande, dont le naufrage est postérieur à 164 ap. J.-C. (JANSMA, MOREL, 2007). Un moulin à main complet en roche basaltique y a été retrouvé, encore muni des pièces métalliques et en bois qui le paraient (MANGARTZ, 2007). Les deux logements opposés sont reliés par une plaque en fer d’environ 3 cm de largeur, de 0,7 cm d’épaisseur et de plus de 15 cm de longueur. Celle-ci est scellée au plomb dans les deux logements. Au centre de cette plaque, une perforation circulaire d’1 cm de diamètre a été ouverte pour recevoir l’axe fiché dans l’œil de la meta (partie inférieure et fixe du moulin rotatif). Ce système d’anille barrette supérieure permet d’assurer le centrage du catillus par rapport à la meta. Dans le cas où l’œil de la meta associée était perforant, il est possible d’envisager que l’axe qui rejoignait cette plaque métallique permettait de régler l’écartement entre les deux meules (fig. 19). Une autre meule en roche basaltique découverte à Tongres (HARTOCH, 2015, cat. n° 50) possède également un œil avec anille barrette supérieure ; toutefois, l’oxydation du métal dans les logements d’anille ne permet pas d’observer leur forme.

Fig. 19. Propositions de restitution du système d’anille barrette en fonction des types de meta (à œil non perforant ou à œil perforant) (L. Jaccottey).

101Pour permettre son entraînement cette meule possède une perforation rectangulaire aménagée sur son flanc et débouchant sur la face supérieure, immédiatement au pied du bandeau. Ce type de perforation oblique et perforante (JODRY et alii, 2011, type 4) permet d’envisager un mode de mise en mouvement à partir d’un manche en bois fiché dans la perforation, ou plus probablement par un lien souple (cuir ?) éventuellement relié à un manche en bois (fig. 20).

Fig. 20. Restitution du système d’entraînement du catillus d’Offemont (L. Jaccottey).

102La même perforation est observée pour la meule de De Meern (MANGARTZ, 2007) ; elle est connue par ailleurs sur plusieurs meules en roche volcanique du Bellerberg, dans l’Eifel (GLUHAK et alii, 2015), découvertes dans la région de Tongres, à l’est de la Belgique (HARTOCH, 2015). Les comparaisons les plus pertinentes peuvent être faites avec une meule découverte à Maasmechelen (ibid., cat. n° 8), une autre découverte à Heek-de-Stad et datée entre 150 et 250 ap. J.-C. (ibid., cat. n° 36), une découverte à Tongres (ibid., cat. n° 50) et deux sans provenance, découverte dans la province du Limbourg (ibid., cat. nos 64 et 65). Les deux premières ont été produites dans la carrière de Mayener Grubenfelf, dans une des coulées de lave du Bellerberg, alors que les deux dernières sont issues de la carrière de Kottenheimer Winfeld, également issue du Bellerberg.

103La face supérieure, excepté le bandeau, ainsi que le flanc de cette meule sont intégralement décorés. Sur la face supérieure, ce décor est composé de lignes incisées parallèles, disposées en quatre secteurs perpendiculaires. Ces lignes de 2 à 5 mm de largeur, pour une profondeur de 2 à 3 mm, ont un profil transversal en U. Elles ont été taillées à l’aide d’une broche en taille smillée (piquée en ligne). Le flanc est décoré de lignes verticales parallèles, également façonnées en taille smillée. Ce type de mise en forme des faces supérieures et des flancs est courant pour les meules en roches basaltiques de l’Eifel. Il est reconnu largement dans les zones de production de l’Eifel (HÖRTER, 1994) et a été réalisé directement sur les zones de production (MANGARTZ, 2008). Il est également reconnu dans l’espace de diffusion de cette roche meulière qui englobe une large zone s’étendant jusqu’à la Mer du Nord. Ce type d’aménagement a été fréquemment observé sur les meules de la région de Tongres, dans la province du Limbourg belge (HARTOCH, 2015). Au sud de l’Eifel, les meules en roche basaltique sont courantes en Alsace (JODRY, 2006 ; JODRY, 2011a ; JACCOTTEY et alii, 2007). Parmi celles-ci, plusieurs présentent un décor de la face supérieure en quatre secteurs de lignes incisées et de lignes verticales sur le flanc, à l’image d’une meule militaire avec inscription, découverte à Strasbourg (JODRY, 2011b), et d’une autre, sans inscription, exhumée lors d’une opération d’archéologie préventive dans la même ville (JODRY, 2006, p. 24). En Lorraine, des exemplaires datés du dernier tiers du Ier siècle ap. J.-C. sont également connus, notamment sur la villa antique de Bassing (étude S. Galland et L. Jaccottey). En Champagne, plusieurs exemplaires sont connus, jusqu’en Haute-Marne, sur les sites d’Andilly-en-Bassigny, Bayard-sur-Marne, Langres, Outremécourt et Saint-Dizier (JACCOTTEY, 2018). Certaines de ces meules possèdent un décor sur la face supérieure et le flanc (Bassaing, Andilly-en-Bassigny et Langres), alors que d’autres pièces ne possèdent qu’un décor du flanc (Bayard-sur-Marne, Outremécourt et Saint-Dizier). Un des catillus décorés d’Andilly-en-Bassigny, d’un diamètre de 46,5 cm, est daté entre 250 et 350 ap. J.-C. En Bourgogne – Franche-Comté, les exemples sont peu nombreux et marquent la limite sud de la diffusion des meules de l’Eifel. Une pièce, dont seul le flanc vertical est décoré de stries verticales, a été découverte hors contexte lors des fouilles de la rue de la Récille à Mandeure. Un autre catillus complet portant un décor de la face supérieure et du flanc est issu des fouilles du camp militaire de Mirebeau en Côte-d’Or. Cette meule, d’un diamètre de 47,5 cm, est réemployée dans un four à chaux du début du IIe siècle et semble se rapporter à l’occupation militaire de Mirebeau, où la VIIIème légion est présente dans les années 70 à 90 av. J.-C.

104La face inférieure, correspondant à la surface active de la meule, porte également toute une série de lignes incisées qui partent du pourtour de la meule pour rejoindre son centre. Si la technique de réalisation de ces lignes est la même que les stries décoratives de la face supérieure et du flanc, la fonction de ces lignes incisées est liée au fonctionnement du moulin rotatif : ce type d’aménagement vise à améliorer le mordant de la surface active de la meule. Ce système de rayonnage de la surface active est courant pour certaines meules rotatives antiques (LEPAREUX-COUTURIER et alii, 2011). C’est notamment le cas des meules en roche basaltique de l’Eifel, dont bon nombre portent un rayonnage simple droit, comme la meule d’Offemont (LEPAREUX-COUTURIER et alii, 2017). Ce type de rayonnage est courant sur les meules en basalte de l’Eifel découvertes en Alsace et en Lorraine, ainsi que sur le fragment de meule exhumé à Mandeure, alors qu’en Belgique, elles portent un autre type de rayonnage (ibid.).

105Toutes ces comparaisons nous permettent de proposer une origine dans les productions en roche volcaniques de la partie orientale de l’Eifel et plus précisément les carrières de la coulée du Bellerberg. Les meules avec lesquelles il est possible de comparer la pièce d’Offemont sont datées entre la fin du Ier siècle et le milieu du IIIe siècles de notre ère.

8.2. Détermination de la provenance

8.2.1. Échantillonnage, préparation et analyse des échantillons

106Une analyse géochimique a été effectuée afin de préciser la provenance supposée de cette meule.

107Un carottage de la meule a été réalisé avec un foret diamanté. La pièce étant complète, mais fracturée en deux, le prélèvement a été fait dans la cassure entre les deux fragments afin de ne pas compromettre l’aspect muséographique de l’objet. L’échantillon a ensuite été lavé à l’eau distillée dans un bain à ultrasons, séché, écrasé et broyé en poudre dans un mortier en agate.

108Pour l’analyse des oligo-éléments par fluorescence des rayons X (XRF), 6 g d’échantillon de poudre ont été pressés pour former une pastille de poudre. La poudre restante a été séchée pendant une nuit à 105° C. La perte au feu (LOI) a été déterminée sur environ 0,8 g d’échantillon de poudre. L'analyse des éléments majeurs par XRF a été réalisée à partir d’une perle de verre fondu contenant un mélange de 20 % de la poudre d’échantillon et du tétraborate de lithium.

109L’analyse des éléments majeurs et des oligo-éléments a été réalisée dans un spectromètre Philips MagXPRO, modèle 2002, avec un tube à rayons X Rh-X et une excitation maximale de 3,2 kW pour l’élément principal et de 3,6 kW pour les oligo-éléments. La préparation des échantillons et les analyses ont été effectuées à l'Institut des géosciences de l'Université Johannes-Gutenberg de Mayence (Allemagne).

8.2.2. Résultat

110La composition géochimique de l'échantillon de meule est présentée dans le tableau de la figure 21.

Fig. 21. Composition géochimique de la meule d’Offemont. Les principaux éléments sont normalisés à 100 %. LOI : perte au feu.

111À partir de la classification géochimique des roches volcaniques à grain fin dans le diagramme silico-alcalin total (diagramme TAS ; LE BAS et alii, 1986 ; fig. 22), la roche constituant cette meule peut être définie comme une phono-téphrite.

Fig. 22. Diagramme TAS (LE BAS et alii, 1986). Carrières romaines (GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009).

  • 10 Pour les valeurs de Mendig et du Bellerberg, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009.

112Le diagramme TAS montre que les valeurs obtenues pour ces meules sont situées dans le même champ que les phono-téphrites de l’Eifel oriental de Mendig et du volcan du Bellerberg10. La composition géochimique montre en outre que la meule d’Offemont a été produite à partir de la lave du volcan du Bellerberg et qu’une provenance de Mendig peut être écartée (fig. 23, a et b), notamment en raison de la teneur en oxyde de magnésium (MgO), en oxyde fer (Fe2O3) et en baryum (Ba). La teneur en pentoxyde de phosphore (P2O5) de la meule d’Offemont est légèrement supérieure à celle des autres meules en phono-téphrite du Bellerberg, ce qui est probablement dû à la contamination par les engrais lors du dépôt de la meule dans le sol.

Fig. 23. Composition en magnésium (MgO) / oxyde fer F(e2O3) et magnésium (MgO) / baryum (Ba) de la meule d’Offemont par rapport aux phono-téphrites de la partie orientale de l’Eifel (GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009).

  • 11 Pour les méthodes en grappes, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009, 2011.

113Le volcan du Bellerberg a produit trois coulées de lave, qui ont toutes été exploitées à l’époque romaine pour la production de meules : la coulée de Mayener Grubenfeld, celle d’Ettringer Lay et celle de Kottenheimer Winfeld. Une analyse en grappes a été réalisée pour préciser la provenance au sein du système volcanique du Bellerberg à un niveau multivarié11. Le résultat de cette analyse confirme que la meule a été produite à partir de lave du Bellerberg (fig. 24). En outre, il rattache la meule d’Offemont à un groupe composé d’échantillons des coulées de Mayener Grubenfeld et d’Ettringer Lay.

Fig. 24. Résultat de l’analyse en grappes (méthode des grappes de Ward, distance euclidienne au carré, standardisation Z). M : Mayener Grubenfeld ; E : Ettringer Lay ; K : Kottenheimer Winfeld.

  • 12 Pour les méthodes d’analyse discriminante, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009, 2011.

114Les analyses en grappe distinguent la coulée de Kottenheimer Winfeld de celles de Mayener Grubenfeld et Ettringer Lay (fig. 23). Toutefois, en raison de leur similarité géochimique, les deux dernières coulées ne peuvent pas être séparées en groupes distincts. Pour déterminer plus précisément à partir de quel flux de lave la meule a été extraite, une analyse discriminante a été calculée12 (fig. 25).

Fig. 25. Analyse discriminante de la meule d’Offemont par rapport aux valeurs des trois coulées de lave du volcan du Bellerberg. Pour les valeurs de Mayener Grubenfeld, Ettringer Lay et Kottenheimer Winfeld, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009. La flèche indique l’écart entre la meule d’Offemont et le groupe centroïde du groupe de Mayener Grubenfeld.

115Ici, les variables prises en compte sont le dioxyde de silicium (SiO2), l’oxyde de fer (Fe2O3), l’oxyde de magnésium (MgO), le vanadium (V), le zinc (Zn), le zirconium (Zr) et le baryum (Ba). Le résultat de l’analyse discriminante montre que la meule d’Offemont a été produite à partir de la coulée de Mayener Grubenfeld avec une probabilité de 100 %.

10.3. Conclusion

116La meule découverte à Offemont correspond à la partie supérieure d’un moulin manuel en usage soit dans un cadre domestique, soit en contexte militaire. Cette pièce en roche volcanique d’origine extrarégionale s’apparente, par la forme de son œil, celle de sa perforation latérale et également sa décoration, aux roches volcaniques du Bellerberg, dans la partie orientale de l’Eifel. L’analyse chimique confirme cette hypothèse et permet d’assurer que cette meule a été produite dans la coulée de Mayener Grubenfeld, issue du Bellerberg.

117Cette origine lointaine peut étonner, notamment en raison de l’exploitation des grès vosgiens pour la production de meules dans la bordure des Vosges à l’époque antique. Une des principales zones de production se situe dans la région de la Voivre / Ecomagny, à 35 km au nord-est d’Offemont, où des ébauches constituent les premiers indices d’une importante exploitation meulière dont la diffusion se fait à plus de 100 km des zones de production (JACCOTTEY et alii, 2017). Nous avons vu que, si les productions de la région de Mayen pouvaient avoir une diffusion importante, notamment vers le nord, en revanche, la Bourgogne Franche-Comté et le nord de la Suisse marquent la limite sud de ces exportations. La distance qui sépare les carrières de la zone où a été retrouvée la meule est de plus de 350 km.

118Il apparaît évident que le Rhin a joué un rôle important dans la diffusion des meules de l’Eifel. Le port d’Andernach, situé à moins de 20 km des carrières, est un élément clé dans la diffusion des meules de la région de Mayen à partir du fleuve (MANGARTZ, 2008). L’exemple de la découverte d’une embarcation coulée avec un chargement de vingt-cinq ébauches de meules à quelques kilomètres au nord de Strasbourg (FORRER, 1911 ; JODRY, 2010) illustre parfaitement le rôle du Rhin dans la diffusion des meules de l’Eifel. Celle-ci se mesure également en observant la densité des meules en roches basaltiques, qui sont relativement nombreuses dans le Bas-Rhin, et notamment la région de Strasbourg, et qui sont moins abondantes plus au sud, dans le département du Haut-Rhin (JODRY, 2006 ; JODRY, 2011a). Sur le territoire helvétique, la diffusion des meules en roche volcanique est observée principalement dans les agglomérations antiques de Bâle et de Vindonissa, ainsi que dans les sites voisins (ANDERSON et alii, 2003, p. 67). La diffusion via le cours du Rhin apparaît ici évidente. La meule d’Offemont répond à cette logique et constitue un des maillons extrêmes de la diffusion des meules du Bellerberg. Le fragment de meule de la Rue de la Récille à Mandeure, avec son décor sur le flanc, répond à la même logique, tout comme un catillus non décoré découvert lors de prospections également à Mandeure, et un autre issu des fouilles de la Trésorerie générale à Besançon. Cette logique prévaut pour le domaine domestique ; en revanche, la diffusion des roches de l’Eifel dans un contexte militaire, déjà notée à Strasbourg, s’observe au-delà et notamment sur le site de Mirebeau. La question d’un éventuel militaria à Offemont peut être posée, mais l’absence d’éléments matériels suffisants pour étayer cette hypothèse et la découverte de cette meule sur un site de villa incite vraiment à rattacher cet objet à la sphère domestique.

Haut de page

Bibliographie

Sources antiques

COLUMELLE, De agricultura, t. I, traduction nouvelle par L. DU BOIS, Bibliothèque latine-française, seconde série, Paris, C.L.F. Panckoucke, 1845, 257 p.

SIDOINE APOLLINAIRE, Correspondance, traduction A. LOYEN, Paris, 2003.

VITRUVE, De architectura, livre VI, texte établi, traduit et commenté par L. CALLEBAT, Paris, Les Belles-Lettres, 2004, 286 p.

Bibliographie

AGACHE R., 1978, La Somme pré-romaine et romaine, Amiens, 515 p. (Mémoires de la Soc. des Antiquaires de Picardie, 24).

ALICU D., 1994, Small finds from Ulpia Traiana Sarmizegetusa. 1, Cluj-Napoca, National History Museum of Transylvania, 150 p. (Biblioteca Musei Napocensis, 9 - Sarmizegetusa Monograph, 4).

ALLASON-JONES L., MIKET R., 1984, The Catalogue of small finds from South-Shields roman fort, Newcastle, 364 p. (Soc. of Antiquaries of Newcastle upon Tyne, Monograph series).

ANDERSON T., AGUSTONI C., DUVAUCHELLE A., SERNEELS V., CASTELLA D., 2003, Des artisans à la campagne : carrière de meules, forge et voie gallo-romaines à Châbles (FR), Fribourg, Academic Press Fribourg, 389 p. (Archéologie fribourgeoise, 19).

BARBET A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard éd., 392 p.

BARBET G., GANDEL P., 1997, Chassey-lès-Montbozon (Haute-Saône) : un établissement rural gallo-romain, Paris, Les Belles-Lettres, 315 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 627).

BARDY H., 1897, « Étude historique sur Belfort », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 16, p. 3-75.

BAUDOUX J., 1996, Les amphores du nord-est de la Gaule : (territoire français) : contribution à l’histoire de l’économie provinciale sous l’Empire romain, Paris, éd. de la MSH, 215 p. (Documents d’Archéologie française, 27).

BILLEREY R., 2009, « Bavilliers, l’établissement gallo-romain et ses abords », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 100, p. 25-218.

BOUBE-PICCOT C., 1994, Les bronzes antiques du Maroc. IV, L’équipement militaire et l’armement, Paris, éd. Recherche sur les civilisations, 394 p.

BOUET A., 2003, Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise. Vol. I, Synthèse, Rome, EFR, 416 p. (Coll. de l’École française de Rome, 320).

BRISSAUD L., DELAVAL E., LEBOT-HELLY A., PRISSET J.-L., 1996, « Les maisons de l’agglomération viennoise, Vienne (Isère), Sainte-Colombe et Saint-Romain-en-Gal (Rhône) », in : La maison urbaine d’époque romaine : Atlas des maisons de Gaule narbonnaise, Actes du colloque d’Avignon, 11-13 nov. 1994, Avignon, Ass. pour la Recherche archéologique en Vaucluse, p. 347-420 (Documents d’Archéologie vauclusienne, 6).

BRULET R., 2008, Les romains en Wallonie, Bruxelles, éd. Racine, 621 p.

BRUNET-GASTON V., GASTON C., 2008, « Les villae de la haute vallée de la Saône à travers l’exemple de la villa du Magny à Port-sur-Saône », Caesarodunum, XLI-XLII, p. 181-197.

BUCHSENSCHUTZ O., JACCOTTEY L., JODRY F., BLANCHARD J.-L. dir., 2011, Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l’an mille, Actes des IIIe rencontres archéologiques de l’Archéosite gaulois, Rieux-Volvestre, Hte-Garonne, 2-4 oct. 2009, Bordeaux, Aquitania, 479 p. (23ème suppl. à Aquitania).

CALLENDER M. H., 1965, Roman Amphorae, with an index of Stamps, Londres, Oxford Univ. Press, 323 p.

CANTRELLE S., 2005, Offemont, Territoire de Belfort (90), Le Clos de la Roselière, Rapport de diagnostic Inrap, 27 p.

CARANDINI A. dir., 1985, Settefinestre, una villa schiavistica nell’Etruria romana. 1, La villa nel suo insieme, Modena, ed. Panini, 206 p.

CHARLIER R., 1908, « Rapport de M. Charlier, Inspecteur des forêts », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 27, p. 182-188.

CHAUVIN M., MAZIMANN J.-P., 2010, Offemont (90300), ‘Étang des Forges’, Document final de synthèse, S.R.A, 19 p.

COLNEY M., 1983, Cartes archéologiques du Territoire de Belfort, Publ. n° 4-1983 du Groupe de Recherches archéologiques du Territoire de Belfort, 180 p.

COLNEY M., MAZIMANN J.-P., 2004, « Le site gallo-romain de Florimont », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 94, p. 47-72.

COLNEY M., MAZIMANN J.-P., 2006, « Les sites gallo-romain et mérovingien d’Essert », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 96, p. 47-80.

COLNEY M., MAZIMANN J.-P., 2016, « Les sites gallo-romain et mérovingien de Belfort », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 106, p. 21-76.

COMPATANGELO R., 1985, « Un domaine romain en Gaule du Centre-Est : Tourmont (Jura) », Dialogues d’Histoire ancienne, vol. 11, p. 24-67.

CORBIS M., 1889, « Le praesidium d’Offemont ou poste militaire principal et central », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 9, p. 43-48.

DERAMAIX I., 2006, « Meslin-L’Évêque, imposante villa Hainuyère », in : La Belgique romaine, Dijon, éd. Faton, p. 64-67 (Dossiers d’Archéologie, 315).

DEIMEL M., 1987, Die bronze Kleinfunde vom Magdalensberg, Klagenfurt, Verl. des Landesmuseums fur Kârnten, 412 p.

DEMAILLY M., 1965, Description et remarques sur deux conduits de chaleur et une tuile à rebords exposés au musée de Belfort, 2 p.

DUVAUCHELLE A., 1990, Les outils en fer du musée romain d’Avenches, Avenches, Musée d’Avenches, 118 p. (Bull. de l’Ass. Pro Aventico, 32).

FAGES B. dir., 1995, Le Lot-et-Garonne, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 365 p. (Carte archéologique de la Gaule, 47).

FAURE-BRAC O. dir., 2002, La Haute-Saône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 483 p. (Carte archéologique de la Gaule, 70).

FERDIÈRE A., 2015, « Essai de typologie des greniers ruraux de Gaule du nord », Revue archéologique du Centre de la France, t. 54, p. 1-51.

FERDIÈRE A., GANDINI C., NOUVEL P., COLLART J.-L., 2010, « Les grandes villae à ‘pavillons multiples alignés’ dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions », R.A.E., t. 59-2010, fasc. 2, p. 357-446.

FEUGÈRE M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale, de la Conquête à la fin du Ve s. ap. J.-C., Paris, éd. du CNRS, 509 p. (12ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

FEUGÈRE M., 1986, « Note sur un type particulier d’instrument culinaire composite à l’époque romaine », Germania, 62, 1, p. 173-179.

FEUGÈRE M., 1994, « La vaisselle gallo-romaine en bronze de Vertault (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 45-1994, fasc. 1, p. 137-166.

FEUGÈRE M., 2002, « Militaria de Gaule méridionale, 19. Le mobilier militaire romain dans le département de l’Hérault (F) ». Gladius, XXII, p. 73-126.

FLOTTÉ P., FUCHS M. dir., 2004, La Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 893 p. (Carte archéologique de la Gaule, 57-1).

FORRER R., 1911, « Ein versunkener spätantiker Mühlsteintransport in Wanzenau bei Strassburg », Anzeiger, n° 7-8, avril 1911, p. 131-147.

FOUET G., 1969, La villa gallo-romaine de Montmaurin (Haute-Garonne), Paris, éd. du CNRS, 396 p. (XXème suppl. à Gallia).

GANDINI C., 2006, Des campagnes gauloises aux campagnes de l’antiquité tardive : la dynamique de l’habitat rural dans la cité des Bituriges Cubi (IIe s. av. J.-C.-VIIe s. ap. J.-C.), Thèse de doctorat, vol. 1 : Synthèse, Paris, Univ. de Paris I – Panthéon Sorbonne, 579 p.

GASTON C., 2013a, « Le secteur nord-ouest de la domus du collège Lumière à Besançon (Doubs) : des cellae familiaricae ? », R.A.E., t. 62-2013, p. 443-451.

GASTON C., 2013b, Offemont (90), 21 rue A. Briand, le Ballon : un fossé de La Tène finale, Rapport de diagnostic Inrap Grand-Est sud, 42 p.

GASTON C., LAGACHE M., MAZIMANN J.-P., 2019, Offemont, Territoire de Belfort (90) : recalage topographique des fouilles anciennes, Inrap Bourgogne-Franche-Comté, 5 p.

GLUHAK T.-M., 2010, Petrologisch-geochemische Charakterisierung Quartärer Laven der Eifel als Grundlage zur Archäometrischen Herkunftsbestimmung Römischer Mühlsteine, Ph.D. dissertation, Johanness Gutenberg-Universität Mainz, Mainz.
https://publications.ub.unimainz.de/theses/frontdoor.php?source_opus=2227

GLUHAK T.-M., HOFMEISTER W., 2009, « Roman lava quarries in the Eifel region (Germany) : geochemical data for millstone provenance studies », Journal of archaeological Science, 36, p. 1774-1782.

GLUHAK T.-M., HOFMEISTER W., 2011, « Geochemical provenance analyses of Roman lava millstones north of the Alps : a study of their distribution and implications for the beginning of Roman lava quarrying in the Eifel region (Germany) », Journal of archaeological Science, 38, p. 1603-1620.

GLUHAK T.-M., GOEMAERE E., HARTOCH E., 2015, « Provenance des matières premières et diffusion des meules », in : HARTOCH E. éd., Moudre au pays des Tungri, Tongeren, Gallo-Roman Museum, p. 50-61 (Atvatvca, 7).

GRICOURT D., 2000, Trésors monétaires XVIII : La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), Paris, 160 p.

GROS P., 2001, L’architecture romaine. 2. Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, Picard, 527 p.

Groupe Meule, 2014, « Évolution typologique et technique des meules du Néolithique au Moyen Âge en France : le projet Groupe Meule », in : ALONZO N., Reunió Molins i mòlta al Mediterrani occidental durant l’edat del ferro, p. 175-188 (Revista d’Arqueologia de Ponent, 24).

HARTLEY B. R., DICKINSON B. M., 2008, Names on Terra Sigillata, an Index of Makers’stamps and Signatures on gallo-roman terra sigillata (samian wares), vol. 4, Institute of Classical Studies, Univ. of London, 503 p.

HARTLEY B. R., DICKINSON B. M., 2010, Names on Terra Sigillata, an Index of Makers’stamps and Signatures on gallo-roman terra sigillata (samian wares), vol. 5, Institute of Classical Studies, Univ. of London, 515 p.

HARTLEY B. R., DICKINSON B. M., 2011, Names on Terra Sigillata, an Index of Makers’stamps and Signatures on gallo-roman terra sigillata (samian wares), vol. 7, Institute of Classical Studies, Univ. of London, 490 p.

HARTOCH E. éd., Moudre au pays des Tungri, Tongeren, Gallo-Roman Museum, 412 p. (Atvatvca, 7).

HÖRTER F., 1994, Getreidereiben und Mühlsteine aus der Eifel : ein Beitrag zur Steinbruch- und Mühlengeschichte, Mayen, Geschichts- und Altertumsverein, 192 p.

INGOLD A., 1861, « Topographie des Gaules au Ve siècle », Revue d’Alsace, II, p. 97-111.

INGOLD A., 1908, « Rapport sur les ruines romaines récemment découvertes dans la forêt communale d’Offemont », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 27, p. 179-182.

ISINGS C., 1957, Roman glass from dated finds, Groningen, éd. J.BM Wolters, 185 p. (Archaeologica Traiectina, 2).

JACCOTEY L., 2007, « La meule de la villa d’Offemont », in : Trafics et transits entre Vosges et Jura, Musée de Belfort, 138 p.

JACCOTTEY L., 2018, « Les meules du Néolithique à l’époque romaine en Haute-Marne », in : Sciences d’aujourd’hui pour comprendre hier : les techniques de l’archéologie appliquées à la Haute-Marne, Catalogue d’exposition, p. 79-83.

JACCOTTEY L., ANDERSON T., JODRY F., 2007, « La circulation du matériel de mouture de part et d’autre de l’arc jurassien durant l’Antiquité », in : Première journée archéologique frontalières de l’Arc jurassien (JAFAJ), Delle, Territoire de Belfort (F), Boncourt, Jura (CH), oct. 2005, p. 221-228.

JACCOTTEY L., JODRY F., LONGEPIERRE S., ROBIN B., 2011, « Chronologie et diamètres des meules à bras à la fin de La Tène et à l’époque antique », i: BUCHSENSCHUTZ O. et alii dir., p. 292-298 (23ème suppl. à Aquitania).

JACCOTTEY L., ANDERSON T., JODRY F., 2017, « Les productions de meules en ‘grès des Vosges’ de La Tène finale à la fin de l’Antiquité : typologie, chronologie, diffusion », in : Buchsenschutz O., Lepareux-Couturier S., Fronteau G. dir., Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion, Actes du 2ème colloque du Groupe Meule, Reims, 15-17 mai 2014, Dijon, S.A.E., p. 255-266 (43ème suppl. à la R.A.E.).

JANSMA E., MOREL J.-M.A.W., 2007, Een Romeinse Rijnaak, gevonden in Utrecht-De Meern : resultaten van het onderzoek naar de platbodem ‘De Meern 1’, Amersfoort, Rijksdienst voor Archeologie, Cultuurlandschap en Monumenten, 470 p. (Rapportages archeologische monumentenzorg, 144).

JOAN L. dir., 2003, Le Doubs et le Territoire de Belfort, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 561 p. (Carte archéologique de la Gaule, 25 et 90).

JOAN L., 2010, Bessoncourt, Rive de l’Autruche : occupation médiévale, vestiges antiques et indices d’occupation protohistorique, Rapport final d’opération, Inrap, Grand-Est sud, Dijon, 215 p.

JODRY F., 2006, « Les meules rotatives en Alsace (La Tène finale-IIIe siècle ap. J.-C.) », Cahiers alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, T. XLIX, p. 17-29.

JODRY F., 2010, « Les meules de la Wantzenau », in : FLOTTÉ P., FUCHS M. dir., Le Bas-Rhin, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 631-632 (Carte archéologique de la Gaule, 67-1).

JODRY F., 2011a, « Grès VS Basalte : l’exploitation du grès et l’importation du basalte en Alsace durant l’Antiquité (Ier-IIIe s.) », i: BUCHSENSCHUTZ O. et alii dir., p. 401-408 (23ème suppl. à Aquitania).

JODRY F., 2011b, « First century querns of the Roman army in the light of modern texts », i: Peacock D., Williams D., Bread for the people : the archaeology of mills and milling, Proceedings of a colloquium held in the British School at Rome, 4th-7th Nov. 2009, Oxford, Archaeopress, p. 85-91 (BAR, Intern. series, 2274).

JODRY F., JACCOTTEY L., ROBIN B., PICAVET P., CHAUSSAT A.-G., 2011, « Les manches et l’entraînement du moulin rotatif manuel », i: BUCHSENSCHUTZ O. et alii dir., p. 299-317 (23ème suppl. à Aquitania).

KREMER G., 2009, Das frühkaiserzeitliche Mausoleum von Bartringen (Luxemburg), I, Luxembourg, MNHA, 238 p. (Publ. du Musée national d’Histoire et d’Art, XI).

LE BAS M.-J., LE MAITRE R.-W., STRECKEISEN A., ZANETTIN B., 1986, « A chemical classification of volcanic rocks based on the total alkali – silica diagram », Journal of Petrology, 27(3), p. 745-750.

LAFFITE J.-D., 2005, Liéhon (Moselle) ‘Larry’, Aéroport Metz-Nancy Lorraine, Rapport de Fouilles, Inrap Grand-Est Nord, vol. 1, 180 p.

LAFON X., 2004, « Le domaine de Saint-Ulrich », in : FLOTTÉ P., FUCHS M., La Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 397-410 (Carte archéologique de la Gaule, 57-1).

LEGOUX R., PÉRIN P., VALLET F., 2004, Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, St-Germain-en-Laye, AFAM, 61 p. (Bull. de liaison de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, h.s.).

LEPAREUX-COUTURIER S., BOYER F., JODRY F., 2011, « Le traitement de la surface active des meules rotatives antiques : bilan documentaire, proposition d’un vocabulaire descriptif et d’une grille d’analyse », i: BUCHSENSCHUTZ O. et alii dir., p. 367-382 (23ème suppl. à Aquitania).

LIBLIN J., 1877, Belfort et son territoire : recherches historiques, Mulhouse, 297 p.

MAC WHIRR A., 1986, Houses in roman Cirencester, Cirencester Excavations III, Cirencester Excavation Committee, 272 p.

MANGARTZ F., 2007, « Een ‘logboek’ voor De Meern 1 : beschrijving en determinatie van de herkomst van het natuursteen », in : Een Romeinse Rijnaak, gevonden in Utrecht-De Meern : resultaten van het onderzoek naar de platbodem ‘De Meern 1’, Amersfoort, Rijksdienst voor Archeologie, Cultuurlandschap en Monumenten, p. 246-256 (Rapportages archeologische monumentenzorg, 144).

MANGARTZ F., 2008, Römischer Basaltlava-Abbau zwischen Eifel und Rhein, Mainz, Verl. des RGZM, 335 p. (Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 75 - Vulkanpark-Forschungen, 7).

MALLET F., 2007, « L’enclumette de faucheur », Instrumentum n° 26, p. 7-8.

MANNING W.H., 1985, Catalogue of the Romano-British iron tools, fittings and weapons in the British Museum, London, 197 p.

MARTIN S., 2018, « Peut-on quantifier le développement économique de la Gaule ? », in : REDDÉ M. dir., Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius éd., p. 585-610 (Mémoires, 50 - Gallia rustica, 2).

MAZIMANN J.-P., 1995, « La villa gallo-romaine de Danjoutin (Territoire de Belfort) : fouilles de sauvetage 1994 », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 86, p. 23-46.

Mediolanum, une bourgade gallo-romaine : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition, Musée archéologique de Dijon, 1988, 324 p.

METZLER J., ZIMMER J., 1982, « Echternach, une grande villa romaine du Luxembourg », Archeologia n° 168, juillet 1982, p. 39-50.

MITARD P.H. dir., 1993, Le sanctuaire gallo-romain des Vaux-de-la-Celle à Genainville (Val-d’Oise), Guiry-en-Vexin, Centre de Recherches archéologiques du Vexin français, 449 p.

MONTURET R., RIVIÈRE H., 1986, Les thermes sud de la villa gallo-romaine de Séviac, Paris, éd. du CNRS, 256 p. (2ème suppl. à Aquitania).

MOUSSION A., 2017, « L’instrumentum en matière dure d’origine animale du site gallo-romain des Bolards (Côte-d’Or) : étude d’une collection ancienne », R.A.E., t. 66-2017, n° 189, p. 153-176.

NAULEAU J.-F., 2013, « Les matériaux en terre cuite d’époque romaine dans l’ouest des pays de Loire : premier bilan », Revue archéologique de l’Ouest, n° 30, p. 223-259.

NAPOLI J., 2003, « Le complexe fortifié de Jublains et la défense littorale de la Gaule du Nord, Revue du Nord, n° 351, 2003.3, p. 611-629.

NIELSEN I., 1990, Thermae et balnea : the architecture and cultural history of roman public baths, t. II, Catalogue et planches, Aarhus, Aarhus Univ. Press, 406 p.

NOUVEL P., 2009, « De la ferme au palais : les établissements ruraux antiques de Bourgogne du nord, IIe-IVe siècles p.C. », in : LEVEAU P., RAYNAUD C., SABLAYROLLES R., TREMENT F. dir., Les formes de l’habitat gallo-romain : terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Colloque AGER VIII, Toulouse, 2007, Bordeaux, Féd. Aquitania, p. 361-389 (17ème suppl. à Aquitania).

PAJOT F., 1908, « Les ruines romaines d’Offemont - Préface », Bull. de la Soc. belfortaine d’Émulation, n° 27, p. 166-177.

PAUNIER D., LUGINBHÜL T. et alii, 2016, La villa romaine d’Orbe-Boscéaz : genèse et devenir d’un grand domaine rural. Vol. 1 : Environnement, histoire et développement du bâti, Lausanne, 399 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 161 - Urba, I/1).

PERRING D., 1999, Houses in Roman Britain, a study in architecture and urban society, Thèse de doctorat, Univ. de Leicester, 426 p.

PERRING D., 2002, The roman house in Britain, London, Routledge, 272 p.

PETIT J.-P., SANTORO S., 2007, Vivre en Europe romaine, de Pompéi à Bliesbruck-Reinheim, Paris, éd. Errance, 246 p.

PININGRE J.-F., 1966, Fouilles d’Offemont, lieudit ‘Le Ballon’, Rapport de fouilles, Service Régional de l’Archéologie de Franche-Comté, Besançon, 13 p.

POLFER M., 2008, « La cité des Trévires à l’époque romaine », in : BILE M., CHEVALIER J.-F., ELFASSI J. coord., Culture antique et frontières en Gaule mosellane, Actes du XLe congrès de l’APLAES, 1er-3 juin 2007, Metz, p. 39-59 (Recherches en littérature, 1).

POUX M., 2017, « Le granarium des Buissières à Panossas : contribution à l’étude des réseaux d’entrepôts de grande capacité dans les Gaules et les Germanies », in : TRÉMENT F. dir., Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines, Actes du XIe colloque de l’AGER, Bordeaux, p. 407-434 (38ème suppl. à Aquitania).

POUX M., BORLENGHI A., 2016, « La station de Bergusium et le site des Buissières à Panossas (Isère) », in : COLLEONI F. dir., Stations routières en Gaule romaine : architecture, équipements et fonctions, Paris, CNRS éd., p. 133-163 (Gallia, 73-1).

RAYNAUD C., 2009, « Fermes gallo-romaines de la province de Narbonnaise », in : LEVEAU P., RAYNAUD C., SABLAYROLLES R., TREMENT F. dir., Les formes de l’habitat gallo-romain : terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Colloque AGER VIII, Toulouse, 2007, Bordeaux, Féd. Aquitania, p. 141-165 (17ème suppl. à Aquitania).

RIHA E., 1979, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum, 222 p. (Forschungen in Augst : Römermuseum, 3).

RIHA E., 1994, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst : die Neufunde seit 1975, Augst, Römermuseum, 206 p. (Forschungen in Augst  : Römermuseum, 18).

RIHA E., STERN W.B., 1982, Die römischen Löffel aus Augst und Kaiseraugst : Archäologische und metallanalytische untersuchungen, Augst, Amt für Museen und Archäologie des Kantons Basel-Landschaft, 80 p. (Forschungen in Augst : Römermuseum, 5).

RILLIOT M., 1969, « Fouilles archéologiques à Offemont », R.A.E., t. 20, fasc. 1-4, p. 247- 270.

RILLIOT M., 1972, « Offemont (Territoire de Belfort), fouilles du cimetière », Rapport 1972, n.p.

RILLIOT M., 1976, « Offemont, atelier de potier au lieu-dit la Cornée », R.A.E., t. 27-1976, p. 171-195.

RILLIOT M., 1986, « Offemont », in : MANGIN M., JACQUET B., JACOB J.-P. dir., Les agglomérations secondaires en Franche-Comté romaine, Paris, Les Belles-Lettres, p. 28-37 (ALUB, 337).

RILLIOT M., FAUDOT M., 1990, « L’atelier d’Offemont (Territoire de Belfort) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Mandeure, 1990, p. 73-86.

ROBIN B., BOYER F., avec la part. de CHAUSSAT A.-G., 2011, « La liaison des meules rotatives manuelles protohistoriques et gallo-romaines : œil et anille », i: BUCHSENSCHUTZ O. et alii dir., p. 351-358 (23ème suppl. à Aquitania).

SAUTOT M.-C. dir., 1978, Le cycle de la matière : l’os, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée archéologique de Dijon, 80 p.

SMITH J.-T., 1997, Roman villas : a study in social structure, London / New-York, Routledge, 378 p.

SPINAZZOLA V., 1953, Pompéi alla luce degli scavi nuovi di Via dell’ Abbondanza (1910-1923), vol. 1, Rome, 435 p.

TASSINARI S., 1970, « Les patères à manche orné », Gallia, vol. XXVIII, n° 1, p. 127-163.

TERRIEN M.-P., 2007, La christianisation de la région rhénane du IVe au milieu du VIIIe siècle, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, 434 p.

UNZ C., DESCHLER-HERB E., 1997, Katalog der Militaria aus Vindonissa : militärische Funde, Pferdegeschirr und Jochteile bis 1976, Brugg, 96 p. (Gesellschaft Pro Vindonissa, 14).

VALLET C., 1995, « Les outils de la découpe des viandes à Sierentz », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, t. 11, p. 73-88.

Van OSSEL P., 1992, Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, éd. du CNRS, 470 p. (51ème suppl. à Gallia).

WILLIAMS R. J., ZEEPVAT R. J., 1994, Bancroft : a late Bronze Age / Iron Age settlement, Roman villa and temple-mausoleum, Aylesbury, Buckinghamshire Archaeological Soc., 638 p. (Buckinghamshire Archaeological Society monograph series, 7).

Haut de page

Notes

1 Remerciements à Michaël Lagache, topographe à l’Inrap, pour les relevés de la villa (GASTON et alii, 2019) ; à Annick Richard, du SRA Besançon, pour son appui à l’étude ; à Jean-François Piningre, conservateur du Patrimoine honoraire, pour nous avoir ouvert ses archives ; au musée de Belfort pour sa collaboration active ; à Philippe Martin, photographe du musée de Belfort, pour les clichés des objets.

2 Il faut cependant signaler que selon H. Bardy, ce serait l’abbé Froment qui serait le premier découvreur du site (BARDY, 1897, p. 13).

3 Une analyse anthropologique réalisée en 2007 par M. Eyliatqtine, anthropologue à l’Office du Patrimoine historique de Porrentruy (Canton du Jura, Suisse) y confirme en effet la présence d’un adulte.

4 Merci à C. Petit, professeur d’archéologie environnementale, pour ses remarques éclairées.

5 Il semble cependant que ces analyses aient été fortement contestées, car reposant sur trop peu de données archéologiques.

6 Communication aux auteurs par Fabrice Charlier (Inrap), spécialiste de la terre cuite architecturale antique.

7 Merci à Sabine Groetembril pour son aimable coopération.

8 Même marque sur une amphore à Strasbourg et une marque proche, LFCC, à Brumath (communication de J. Baudoux aux auteurs).

9 Cette hypothèse était déjà suggérée par Pajot en 1908 (PAJOT, 1908, p. 173).

10 Pour les valeurs de Mendig et du Bellerberg, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009.

11 Pour les méthodes en grappes, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009, 2011.

12 Pour les méthodes d’analyse discriminante, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plans de localisation d’Offemont (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 2. Environnement archéologique régional (IGN 1997 - BDCARTHAGE).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Fig. 3. Plan de la villa dressé en 1908 (R. Charlier).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 4. Environnement archéologique de la villa (C. Gaston, M. Lagache).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 5. Hypothèses de restitution en volume et d’interprétation des espaces de la villa (C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 6. Hypothèse de phasage architectural de la pars urbana (C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 7. Hypothèse de phasage architectural et d’interprétation des espaces de l’aile thermale de la villa (C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 8. Fragment d’amphore à huile d’olive de type Dressel 20 (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 9. Enclumette de faucheur (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 10. Fibule émaillée en forme de mouche stylisée (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 12. Fibule à arc émaillé terminé par une tête de reptile (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 13. Paire de petites fibules carrées émaillées (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 14. Pendant de harnais en forme de lunule (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 15. Applique de harnais cordiforme (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 16. Boucle de harnais (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 17. Objet hémisphérique percé d’un trou médian (cliché : P. Martin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 18. Meule en roche basaltique de la villa d’Offemont (L. Jaccottey).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 19. Propositions de restitution du système d’anille barrette en fonction des types de meta (à œil non perforant ou à œil perforant) (L. Jaccottey).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 20. Restitution du système d’entraînement du catillus d’Offemont (L. Jaccottey).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 21. Composition géochimique de la meule d’Offemont. Les principaux éléments sont normalisés à 100 %. LOI : perte au feu.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 22. Diagramme TAS (LE BAS et alii, 1986). Carrières romaines (GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 23. Composition en magnésium (MgO) / oxyde fer F(e2O3) et magnésium (MgO) / baryum (Ba) de la meule d’Offemont par rapport aux phono-téphrites de la partie orientale de l’Eifel (GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 24. Résultat de l’analyse en grappes (méthode des grappes de Ward, distance euclidienne au carré, standardisation Z). M : Mayener Grubenfeld ; E : Ettringer Lay ; K : Kottenheimer Winfeld.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 25. Analyse discriminante de la meule d’Offemont par rapport aux valeurs des trois coulées de lave du volcan du Bellerberg. Pour les valeurs de Mayener Grubenfeld, Ettringer Lay et Kottenheimer Winfeld, voir GLUHAK, 2010 ; GLUHAK, HOFMEISTER, 2009. La flèche indique l’écart entre la meule d’Offemont et le groupe centroïde du groupe de Mayener Grubenfeld.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/13954/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe GASTON, Jean-Pierre MAZIMANN, Luc JACCOTTEY et Tatjana M. GLUHAK, « La villa d’Offemont (Territoire de Belfort) : », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 179-206.

Référence électronique

Christophe GASTON, Jean-Pierre MAZIMANN, Luc JACCOTTEY et Tatjana M. GLUHAK, « La villa d’Offemont (Territoire de Belfort) : », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/13954

Haut de page

Auteurs

Christophe GASTON

Inrap Bourgogne Franche-Comté, UMR 6249, laboratoire Chrono-environnement, Besançon.

Articles du même auteur

Jean-Pierre MAZIMANN

Professeur, archéologue bénévole.

Articles du même auteur

Luc JACCOTTEY

Inrap Bourgogne Franche-Comté, UMR 6249, laboratoire Chrono-environnement, Besançon.

Articles du même auteur

Tatjana M. GLUHAK

Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search