Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Une interprétation fonctionnelle ...

Une interprétation fonctionnelle et socio-économique des lots d’outils et autres miniatures en bronze des dépôts funéraires de la périphérie de Cologne :

la production et le système agropastoral en jeu ?
Alain Ferdière
p. 207-261

Résumés

Les lots d’outils agricoles miniatures – dits « symboles mithriaques » – découverts dans des sépultures des IIIe-IVe s., essentiellement dans la région de Cologne, en Germanie Inférieure, sont depuis longtemps connues et Philip Kiernan annonce un catalogue complet de ces découvertes. Mais, au-delà de leur signification cultuelle ou quant aux pratiques funéraires, on ne s’est, jusqu’à présent, pas interrogé sur la portée heuristique de ces représentations pour la fonction de ces outils, et encore moins pour leur signification économique et sociale : statut des défunts concernés, économie agropastorale de ces régions à l’époque romaine. C’est ce qu’on propose d’examiner ici en détail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir FERDIÈRE, 1978, p. 324-372 ; 1988, 2, p. 47-48, fig.

1Depuis longtemps intéressé1 par les découvertes d’outils agricoles miniatures en bronze dans des sépultures d’époque romaine du secteur de Cologne (Allemagne), je me suis récemment interrogé de plus près quant à la signification de ces découvertes, en termes d’économie agropastorale pour cette région (Est de la cité des Ubiens). J’ai pensé utile d’y consacrer la présente étude, en vue de proposer une interprétation d’ordre socio-économique pour ces lots, notamment en termes d’économie rurale régionale.

  • 2 Qui devrait en principe être très prochainement complété par un catalogue complet de ces découverte (...)
  • 3 Même s’il doit donc être prochainement proposée par Ph. Kiernan (cf. note 2, supra).

2Le présent travail poursuit donc un objectif bien différent de celui, plus général, du récent ouvrage de P. Kiernan (2009)2, concernant la signification cultuelle et funéraire des objets miniatures dans les provinces occidentales de l’Empire romain. De même, la plus récente étude de R. Gottschalk (2012) est plus précisément orientée vers le caractère féminin de ces ensembles. Pour asseoir les fondements du propos, il est également nécessaire de proposer ici un inventaire aussi complet que possible de ces ensembles, notamment en ce qui concerne l’illustration et donc la typologie pour les objets concernés : un tel inventaire raisonné est en effet absent de ces deux publications récentes3.

1. Les découvertes

3Seuls les plus importants de ces lots d’outils miniatures, au nombre de quatre ou cinq, sont en général connus, mais on verra qu’ils sont en fait bien plus nombreux, même si moins bien dotés.

  • 4 Réforme de Dioclétien à la toute fin du IIIe s.
  • 5 Je remercie Michel Reddé (EPHE) d’avoir vérifié ces précisions, concernant notamment le statut colo (...)
  • 6 En général sur ces dépôts, voir : REUSCH, 1938, p. 169 ; BEHRENS, 1939a ; 1939b ; MANNING, 1966 ; L (...)

4On se situe pour l’essentiel dans l’actuel Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, à proximité immédiate de la ville de Cologne. À l’époque romaine, ce territoire est celui de la cité des Ubiens (Germanie Inférieure au Haut-Empire, Germanie Seconde au Bas-Empire4), dont le chef-lieu, Cologne/Köln, a été promu colonie par Claude en 60 de n.è., sous le nom de Colonia Claudia Ara Agrippinensis (CCAA) : le plus grand nombre de découvertes de ce type ont été faites dans ou à proximité immédiate de cette ville (cf. ECK, 2004 ; 2007a)5. Il s’agit de mobiliers funéraires issus de sépultures de nécropoles proches de voies sortant de la ville6.

  • 7 Philip Kiernan (2009, p. 195, n° 2) répertorie non moins de 57 sépultures (chiffre retenu par GOTTS (...)

5Il faut noter d’emblée (cf. KIERNAN, 2009, p. 197) que quelques autres lots7 de tels « Mithrassymbole » sont signalés en Rhénanie, à Bonn, à Trèves ainsi qu’au Pays-Bas (voir Catalogue, infra, nos 43 à 53). Enfin, on doit certainement associer à ces ensembles le lot découvert en Sussex (GB), parfaitement comparable (voir infra, n° 54).

  • 8 Qui ne sera pas examiné ici en détail, car hors sujet, sauf mentions de quelques items spécifiques.

6Pour Cologne et ses environs (nos 1 à 42), il s’agit toujours, dans ce contexte funéraire, d’inhumations, et souvent de sujets féminins pour celles identifiables à ce titre (cf. KIERNAN, 2009, p. 197). Ces objets y sont accompagnés d’autres catégories de mobiliers (céramique, verre, métaux précieux, ambre, jais…)8 et découverts parfois dans des tombes en sarcophages, indiquant des sépultures sinon aristocratiques, du moins de rang aisé (ibid.). Certains lots étaient apparemment contenus dans des petites boîtes ou coffrets en bois (ibid., p. 197-198). La datation de ces tombes tourne autour des IIIe et IVe s., entre fin du Haut-Empire et début du Bas-Empire. Il est à noter que les environs de Cologne ont fait l’objet d’une étude récente concernant en général les ensembles funéraires du Bas-Empire (GOTTSCHALK, 2015), qui cependant ne mentionne, pour ces lots d’outillage miniature, que la tombe de Brühl (ibid., p. 125-127, pl. 18-19).

2. Catalogue des dépôts

  • 9 À l’origine établi à partir de ma base de données sur l’outillage agricole, maintenant en ligne (OU (...)

7L’inventaire9 ensemble par ensemble des objets miniatures concernés est repris, pour plus de clarté, dans un tableau général, fig. 1 :

Fig. 1. Tableau général : les 53 ou 54 ensembles dans l’ordre des numéros d’inventaire du texte (c’est-à-dire ordre des lieux et sites de découverte), avec les catégories de miniatures qu’ils comportent, ici coupé en trois parties pour les besoins de la mise en page.

8et les cartes fig. 2 et 3.

Fig. 2. Carte du Nord des Gaules/Germanies et Bretagne romaines, avec la localisation des lieux de découverte (cartographie C. Scheid, LAT/UMR CITERES).

  • 10 Pour ces ensembles, on ne dispose parfois d’aucune illustration des objets miniatures concernés ; p (...)

9On le verra, avec quelques incertitudes concernant les découvertes anciennes, le nombre total d’ensembles recensés n’est pas arrêté, à une, voire deux unités près. Sans entrer dans les détails, on a cependant voulu cet inventaire le plus exhaustif possible, du moins pour les objets miniatures concernés, comportant l’ensemble de la documentation disponible sur ces découvertes. Cette volonté d’exhaustivité concerne aussi l’iconographie disponible pour ces ensembles10.

2.1. Cologne et environs (fig. 3)

  • 11 Avec huit lots non localisés, et au moins quatre nécropoles comportant de deux (?) à neuf sépulture (...)

10Ce sont 42 dépôts qui sont concernés ici, pour au moins quinze nécropoles ou ensembles funéraires distincts11. On commencera par les plus connus et les mieux dotés.

Fig. 3. Carte des ensembles de Cologne et campagnes alentours, avec les principales villae connues (celles-ci selon GAUTHIER, HELLENKEMPER, 2002, carte p. 35, complétée) (cartographie C. Scheid, LAT/UMR CITERES).

  • 12 « Kanalbau », selon : Anonyme, 1901-1905, p. 81. De quel canal s’agit-il ? Peut-être à Köln-Lindent (...)
  • 13 Selon que l’on compte ou non la petite passoire et l’objet cylindrique, infra. Il est à noter que l (...)
  • 14 Ceci selon LINDENSCHMIT, 1900, pl. 19 et anon. 1901-1905 : pl. 6, ces deux planches présentant donc (...)
  • 15 Dans la figure reproduite par KOLENDO, 1981b (selon Mainzer Zeitschr. 1939), la balance n’a qu’un s (...)
  • 16 Dans la vitrine présentant ce lot (n° 24) au RGZM en 2016 (photo M. Reddé, que je remercie ici : cf(...)

111 - Cologne, non localisée (fig. 4, a, b et c) : lors du creusement d’un canal12.
Dix-neuf objets en bronze dont quatorze (ou seize)13 miniatures, accompagnés d’une pince à épiler et d’une cuillère à fard14 : araire à reille, deux jougs simples (curvilignes), herse à cadre, van en vannerie, râteau à six dents, balance (à fléau avec ses deux plateaux rattachés au fléau par des fils), grande faux, pelle ou bêche, échelle à cinq échelons, pioche à deux tranchants croisés, gril, objet cylindrique (avec opercule percé, possible mesure à grain miniature ?), petite passoire, lézard, serpent, coq (sur une tige)15. Une monnaie de Probus serait associée, selon VERHOEVEN, ECTOR, 1984, tabl. p. 147, renvoyant à LOESCHKE, WILLERS, 191116.
LINDENSCHMIT, 1900, p. 339, pl. 19 ; anonyme, 1912, p. 81, pl. 6 ; BLINKENBERG, 1904, p. 119-120, n° 8 ; LOESCHKE, WILLERS, 1911, II, p. 212, pl. XXX et CXXIII ; SCHUMACHER, 1922, p. 20, fig. 10 ; LEHNER, 1924a, p. 90 ; BEHRENS, 1939b, p. 4, fig. 5 ; RGZM, Inv., vol. 14, p. 108, n° O.29896-29915 ; cf. aussi KOLENDO, 1980b, p. 216, fig. et pl. h.t. (ph. araire et herse) ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 20 ; FERDIÈRE, 1988, 2, fig. p. 48 (en bas) ; 2006, p. 86, fig.

Fig. 4. Cologne-Rodenkirchen, ensemble n° 1 : a) d’après RGZM, Inv. n° O.29896-29915 ; b) d’après anonyme, 1901/05, pl. 6 ; c) d’après BEHRENS, 1939 ; d) photo Michel Reddé au RGZM, sept. 2016 (la houe, 5e de la ligne du bas, ne fait pas partie de l’ensemble).

  • 17 Non localisée sur la carte fig. 3.
  • 18 Ou salamandre et grenouille (nos 35 et 36) ?
  • 19 Liste dans l’ordre de lecture de la figure originale, reproduite ici, qui comporte aussi, sous le n (...)

122 - Rodenkirchen (fig. 5) : quartier (Stadtbezirk) de Cologne, au sud-est de la ville.
Dans une petite nécropole proche d’une villa17, sépulture en sarcophage avec des vases, une perle en verre et douze monnaies permettant une datation au moins au 3ème quart du IVe s. (TPQ Gratien : 370-380), et trente-six objets miniatures (fig. 5) : joug double, guttus ou lampe (?), roue (brisée) à huit rayons, arbre et timon de chariot, araire manche-soc avec son soc (reille), herse, deux asciae, deux pioches à fers croisés, un fer de binette à deux dents, deux pelles ou bêches, une fourche à deux dents et une à trois dents, une hache, deux échelles (à quatre et trois (incomplète) échelons), faux, van en vannerie, un petit plateau de balance, deux grands plateaux de balance, possible civière, autre possible civière (plus grande), couteau, paire de forces, objet cylindrique (possible mesure à grain ?), objet en T, objet conique en tôle, deux barres plates rectangulaires percées (éléments de la caisse du chariot ?), lézard, grenouille, crapaud18, deux petits bœufs. Outre quelques interprétations problématiques, restent donc quelques objets non identifiés (cf. tabl. fig. 1)19.
HABEREY, 1949, p. 97, fig. 2 ; BÖS, 1959, fig. 8 ; MÜLLER-WILLE, 1970, p. 35, fig. 13 ; cf. vAN DOORSELAER, 1964, p. 72 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 39, pl. 36, 2 ; Rheinisches Landesmuseum Bonn, Inv. 42, 76 ; KOLENDO, 1980b, p. 217, fig. et pl. h.t. (ph. araire et herse) ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 48, fig. (en haut) ; 2006, p. 86, fig.

Fig. 5. Cologne, ensemble n° 2, d’après HABEREY, 1949, fig. 2 (échelle ajoutée AF / C. Scheid, LAT).

  • 20 C’est ici l’ensemble le plus éloigné de Cologne même, à plus de 12 km au sud-sud-ouest de la limite (...)
  • 21 Identification anthropologique P. Konieczka (selon GOTTSCHALK, 2012, n. 4).
  • 22 La plus récente de Victorin (268-270), selon VERHOEVEN, ECTOR, 1984, tabl. p. 147, renvoyant à Habe (...)
  • 23 Dont des émissions rares des empereurs gaulois (HABEREY, 1962, p. 402 ; GORECKI, 1975, p. 263 ; GOT (...)

133 - Brühl (fig. 6) : commune du Kreis de Rhein-Erft, au sud-ouest de Rodenkirchen (supra, n° 2)20.
Ensemble de tombes, avec la tombe n° 1, d’une femme de plus de 60 ans21, en sarcophage, comportant deux couteaux, trois vases en verre, cinq monnaies22 et neuf objets miniatures : joug double, herse à cadre, pelle, échelle à sept échelons, balance (fléau et un plateau), clef, lézard et grenouille ; datation par les monnaies associées23 : 2ème moitié du IIIe s. (259-270) ;
HABEREY, 1962, p. 401, fig. 3 ; KOLENDO, 1972, p. 111, fig. 6 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 4, pl. 36, 1 ; GOTTSCHALK, 2015, p. 125-127, fig. 71 et pl. 18-19 ; Rheinisches Landesmuseum Bonn, Inv. 59, 380-381 ; cf. MANNING, 1966, p. 56 ; KOLENDO, 1980b, p. 218, fig. ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 47, fig. ; 2006, p. 87, fig. ; GOTTSCHALK, 2007, p. 229 et tabl. 1.

Fig. 6. Cologne-Brühl, ensemble n° 3, d’après HABEREY, 1962, fig. 3.

  • 24 Beilke-Voigt (op. cit.) signale d’abord trois ensembles (nos 6 à 8) pour la Bachemerstrasse, puis ( (...)
  • 25 Sans doute celle de Köln-Braunsfeld, à l’est (cf. infra et carte fig. 3).
  • 26 Pour les tombes en sarcophage de Lindenthal, voir aussi GORECKI, 1975, p. 310-311 ; PÄFFGEN, 1992, (...)

14À Cologne-Lindenthal, quartier de Köln à l’ouest de la ville, près de l’église Sainte-Hildegarde (Hildegardis Krankenhaus), dans la Bachemerstrasse (FB 68.6)24, on retient trois sépultures dans un groupe de sept, lié à une villa25.
4 - Dans la sépulture n° 1 (fig. 7), en sarcophage monumental26 avec riche mobilier, un seul objet miniature : une balance du même type que supra (n° 3) avec son fléau et un seul plateau conservé ; NOELKE, 1984, p. 381, fig. 3 et 5, n° 17 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 6).

Fig. 7. Cologne-Lindenthal, sép. 1, ensemble n° 4, d’après NOELKE, 1984, fig. 5.

  • 27 Selon VERHOEVEN, ECTOR, 1984, tabl. p. 147, renvoyant à LA BAUME, 1971.

155 - Sépulture n° 2 (fig. 8, a et b), inhumation d’une femme de 20-29 ans, en sarcophage, avec riche mobilier des IIe-IIIe s. (céramique, verrerie et un coquillage marin), dont une monnaie de Probus27 et onze objets miniatures : araire manche-sep à oreilles, joug double, fourche à deux dents monoxyles, fourche à trois dents assemblées, pioche à fers transverses, pelle, scie à cadre, échelle à sept échelons, balance (avec fléau et deux plateaux), clef ;
LA BAUME, 1971 ; NOELKE, 1984, p. 386, 413-419, fig. 7 et 8, nos 8 à 17 ; Römische-Germanisches Museum Köln ; cf. FERDIÈRE, 1991, fig. 12 ; 2006, p. 87, fig. ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 7 ; p. 332, n° 38, pl. 40, 1 ; ECK, 2004, photo fig. 156 ; GOTTSCHALK, 2007, p. 229, et tabl. 1 ; 2012, fig. 1 et cf. n. 4.
6 - Sépulture n° 15, avec cinq objets miniatures : joug, pelle, clef, lézard et grenouille ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 8.

Fig. 8. Cologne-Lindenthal, sép. 2, ensemble n° 5 : a) d’après NOELKE, 1984, fig. 8 ; b) photo de l’ensemble du mobilier de la sép. 2 de Lindenthal, d’après ECK, 2004, fig. p. 156.

16Ces premiers ensembles sont apparemment datables au plus tôt de la fin du IIIe s., malgré la présence de monnaies antérieures (sesterces du IIe s., comme souvent pour cette période) : la chronologie globale de ces ensembles retenue par Ph. Kiernan (2009, p. 199), entre le milieu du IIIe et la fin du IVe s., semble raisonnable.

  • 28 Sont signalés dans ce catalogue d’exposition plusieurs animaux miniatures, dont 6 crapauds, 5 lézar (...)

17Mais au-delà de ces cinq ou six ensembles les plus connus, il faut en réalité ajouter plusieurs autres lots du même type découverts en contexte funéraire à Cologne et dans ses environs immédiats.
Tout d’abord, quatre lots, certes plus modestes, signalés comme comportant des « Mithra-Symbolen » par G. Behrens (1939a, p. 56, fig. 1-4 ; cf. LOESCHKE, WILLERS, 1911, II, p. 212, pl. XXX et CXXIII, n° 414, 3704, 4084, 4111, 411528), parmi lesquelles deux sépultures comportent des monnaies (cf. REUSCH, 1938, p. 169) ; auxquelles on doit ajouter d’autres lots dans les mêmes nécropoles de la Luxemburgerstrasse.

187 - Cologne - Bonner Strasse : ensemble avec monnaies d’Alexandre Sévère et Maximin le Thrace, et six objets miniatures : « outil en forme de peigne » (kammaertiges Gerät), en fait un joug double du type précédent, bêche, clef, lézard, grenouille ; REUSCH, 1938, p. 169 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 8).

  • 29 Ph. Kiernan (2009, fig. 8.8, n° i-iii ; voir fig. 9) indique comme provenant probablement de l’un d (...)

19À Cologne - Luxemburger Strasse, c’est une nécropole qui a été fouillée en 1934-1938, avec sans doute non moins de neuf sépultures comportant des « symboles mithriaques » (objets miniatures) (fig. 9)29 :

Fig. 9. Cologne, de divers ensembles non identifiés (lézard, serpent à crête et grenouille ; d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.8, n° I-III.

  • 30 Comme pour le précédent ensemble (n° 7), certaines monnaies accompagnant celui-ci sont des émission (...)
  • 31 Allemand Dechsel.
  • 32 Pour cette dernière, peut-être aussi simple statuette classique ?
  • 33 Les figures 1 à 4 de BEHRENS, 1939a donnent les bons numéros d’inventaire de ce musée.
  • 34 L’Inventaire du RGZM indique « probablement de Cologne ».
  • 35 Le dessin fig. 1, n° 1, n’est pas clair.

208 - une sépulture par crémation (n° 153) avec monnaies d’Elagabal et Gallien30, et un « outil en forme de peigne » (kammaertiges Gerät), en fait un joug double du type précédent ; REUSCH, 1938, p. 169, n° 12 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 33 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 30 ; cf. GOTTSCHALK, 2012, note 4 ;
9 - autre sépulture, avec balance, échelle et cochon (ou sanglier ?), peut-être simple statuette plus classique, à exclure des miniatures, dans un ensemble dont la cohésion est mise en doute, notamment pour un bol en verre gravé à motif chrétien ; LOESCKE, WILLERS, 1911, pl. 30 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 31 ; PERSE, 1991, p. 271 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 22 ; cf. GOTTSCHALK, 2012, p. 89.
10 - sépulture n° 61, avec joug, balance, échelle, clef, serpent, grenouille ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 32 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 23.
11 - sépulture n° 73, avec joug, balance, clef, échelle, ascia-herminette31, serpent, bourse de Mercure ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 33 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 24.
12 - sépulture n° 77, avec serpent seul ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 33 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 25.
13 - sépulture n° 84, avec balance et échelle ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 32 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 26.
14 - sépulture n° 125 A, avec joug, ascia-herminette et panthère32 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 32 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 27.
15 - sépulture n° 139, avec clef, seule ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 32 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 28.
16 - sépulture n° 141, avec deux jougs, pelle, pioche à fers croisés, balance, échelle, clef et grenouille ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 32-33 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 29.
G. Behrens (1939a), quant à lui, mentionne d’abord les deux ensembles avec monnaies supra (nos 7 et 8) puis évoque d’autres découvertes du même type, dont quatre ensembles apparemment différents, de Cologne, conservés au Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence (fig. 9 ; ibid., p. 56-58 et fig. 1-4)33.
17 - Cologne, non localisé34 : ensemble de cinq objets miniatures : joug double, pioche (ou ascia ?)35, scie à cadre, échelle à cinq échelons et serpent à crête ; BEHRENS, 1939a, fig. 1 ; RGZM, Inv., vol. 14, p. 91, n° O.29676-29680 (fig. 10, a et b).

Fig. 10. Cologne, ensemble n° 17 : a) d’après RGZM, Inv. n° 29676-29680 ; b) d’après BEHRENS, 1939a, fig. 1.

  • 36 L’Inventaire du RGZM n’indique pas de lieu de découverte mais précise que le lot provient d’un broc (...)

2118 - Cologne, non localisé36 : ensemble de huit objets : roue de char (?, à quatre rayons), joug double, ascia, fléau de balance, 2 clefs, échelle à sept échelons et lézard ou salamandre ; BEHRENS, 1939a, fig. 2 ; RGZM, Inv., vol. 8, p. 60, n° 13577-13584 (fig. 11, a et b).

Fig. 11. Cologne, ensemble n° 18 : a) d’après RGZM, Inv. n° 13577-13584 ; b) d’après BEHREN, 1939a, fig. 2.

  • 37 L’Inventaire du RGZM n’indique pas non plus de lieu de découverte mais précise que le lot provient (...)

2219 - Cologne, non localisé37 : avec cinq objets : joug double, balance (fléau seul), 2 clefs, serpent à crête ; BEHRENS, 1939a, fig. 3 ; RGZM, Inv., vol. 8, p. 45, n° O.13368-13372 (fig. 12, a et b).

Fig. 12. Cologne, ensemble n° 19 : a) d’après RGZM, Inv. n° 13368-13372 ; b) d’après BEHRENS, 1939a, fig. 3.

  • 38 Vérification faite avec les N° d’inventaire du RGZM, cet ensemble semble être le même que celui men (...)

2320 - Cologne, non localisé : avec seulement deux objets : joug double et ascia ; BEHRENS, 1939a, fig. 4 ; RGZM, n° Inv. O.28429-28430 (fig. 13)38.

Fig. 13. Cologne, ensemble n° 20 (= 42), d’après BEHRENS, 1939a, fig. 4.

  • 39 Si l’on en juge sur le nombre et la liste des objets miniatures présents, il s’agit bien encore d’e (...)
  • 40 Provinzialmuseum Bonn, selon photos et rens. J. Klein.

24Auparavant, Franz Cumont (fig. 14, a et b) avait ajouté encore à la liste supra au moins un ensemble, voire deux39, à Cologne- St. Severin, près de l’église (CUMONT, 1896, p. 525-526, fig. 492 : n° 323bis40) :

Fig. 14. Objets miniatures de divers ensembles ; n° 21 (Cologne, pour les 10 en haut) ; n° 23 (Cologne-Elendskirche, en bas à gauche) ; n° 24 (Cologne, en bas à droite) et n° 44 (Bonn (?), en bas au centre) : a) photo d’après CUMONT, 1996, fig. 492 ; b) dessin d’après BEILKE-VOIGT, 1998, fig. 110 (selon LEHNER, 1924a).

  • 41 Les huit objets du haut de la planche (cf. fig. 14a, complète) : photos, reprise en dessin à l’iden (...)
  • 42 Dix artefacts visibles sur la figure car la balance est en trois pièces : fléau et deux plateaux.
  • 43 La figure de FREMERSDORF, 1956, pl. 16, 1 (ici fig. 15) montre bien qu’il ne peut s’agir des mêmes (...)

2521 - Dans une inhumation découverte avant 1896, avec des monnaies de Marc-Aurèle, ensemble d’objets miniatures, avec listes et objets différents selon les auteurs :
a) selon CUMONT, 1896, n° 1, fig. 49241, huit objets miniatures (fig. 14, en haut42) : « peigne ou râteau » (en fait un joug double, du même type que dans d’autres ensembles ; L. 45 mm), autre joug (?, tige curviligne ; L. 100 mm), « pioche ou doloire » (en fait ascia), hache, balance (fléau et 2 plateaux), échelle à six échelons, grenouille et lézard ;
b) selon FREMERSDORF, 1956, pl. 16, 1, sept objets43 (fig. 15) : joug double, pioche/dolabre (pic d’un côté, tranchant dans l’axe du manche de l’autre), pelle, balance avec fléau et ses deux plateaux, clef, échelle à sept échelons, grenouille ;

Fig. 15. Ensemble n° 21 (b ?), selon FREMERSDORF, 1956, pl. 16, 1.

  • 44 Sans doute la même signalée ici deux fois par erreur.
  • 45 Possiblement, un joug double non identifié ? (cf. autres exemples ici).

26c) selon BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, nos 33 et 3544 (d’après BLINKENBERG, 1904, p. 119, n° 1), six objets : joug, pioche, échelle, balance, lézard, grenouille, auquel s’ajouterait (selon LEHNER, 1924a) un râteau (? Rachen) et une hache ;
d) enfin, PÄFFGEN (1992, 2, p. 258) ne signale qu’un râteau (?, Harke)45.

  • 46 Et l’on n’attribuera donc dans ce cas qu’un seul numéro (n° 21).

27Il y a donc apparemment ici confusion entre au moins deux ensembles distincts (nos 21a et b), sans qu’il me soit aujourd’hui possible de démêler ce problème46. S’y ajoute sur le même site au moins un autre ensemble plus récemment signalé :

2822 - Une sépulture d’enfant de sexe féminin (?) découverte en 1967, avec échelle, clef et grenouille ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; PÄFFGEN, 1992, 2, p. 258, fig. 70.2 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 34.

29Puis trois ensembles sont encore signalés ailleurs à Cologne :
23 - Cologne - Elendskirche (église St. Gregorius im Elend, au sud de la vieille ville) : autour de la tête d’une inhumation, avec monnaies de Constantin et fils, sept objets miniatures : joug (dénommé « râteau »), pelle ou bêche (fig. 14, en bas à gauche), ascia, hache, balance, échelle et lézard ; CUMONT, 1896, n° 2, fig. 492 ; BLINKENBERG, 1904, p. 119, n° 2 ; LEHNER, 1924a, p. 89 ; Provinzialmuseum Bonn (avant 1896) ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 10.

3024 - Cologne, non localisé : dans une sépulture, six objets miniatures : « râteau » (probable joug, encore du même type, selon les deux ensembles précédents), échelle, fléau de balance, hache, clef (fig. 14, en bas à droite) et lézard ; CUMONT, 1896, n° 3, fig. 492 ; BLINKENBERG, 1904, p. 119, n° 3 ; Provinzialmuseum Bonn (avant 1896).

3125 - Cologne, non localisé : ensemble de sept objets miniatures : « râteau » (sans doute encore un joug du même type), pelle (fragmentaire), échelle, fléau de balance, lézard, serpent et « main » (?) : collection Wolff (n° 48) ; DÜTSCHKE, 1878, p. 77, n° 78 ; CUMONT, 1896 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 41.

32L’étude très poussée d’I. Beilke-Voigt (1994 ; 1998), outre certains déjà cités supra, permet d’ajouter encore plusieurs ensembles à cet inventaire :
26 - Cologne - Hofergasse (Maastrichter Strasse, 38) : sépulture avec mobilier assez riche (verre) et fibule cruciforme datée du IVe s., avec au moins six objets miniature en bronze (fig. 16, a et b) : roue de char à six rayons, ascia, hache, balance avec fléau et ses deux plateaux, échelle à six échelons, clef et objet cylindrique en tôle (mesure ?), et une figurine de chèvre qu’il faut sans doute exclure du lot des miniatures ; FREMERSDORF, 1927, p. 285-286, fig. 27 ; BÖHME, 1974, p. 277, n° 102, pl. 75 (1-17) ; NOELKE, 1984, p. 416 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 31 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 12, pl. 35, 1 ; cf. GOTTSCHALK, 2012, p. 89.

Fig. 16. Cologne-Hofergasse, ensemble n° 26 : a) d’après FREMERSDORF, 1927, fig. 27 ; b) l’ensemble du mobilier de la sépulture, d’après BÖHME, 1974, pl. 75.

33À Cologne - Jacobstrasse, on note encore une nécropole avec surtout des inhumations en pleine terre (selon GOTTSCHALK, 2012, note 7), dont sept sépultures avec un ou plusieurs objets miniatures :
27 - sép. 58/59, avec seulement une hache miniature (?) ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 13.
28 - sép. 85, avec balance (fléau et deux plateaux) (fig. 17), clef et lézard ; FRIEDHOFF, 1991, p. 231 sqq., pl. 11 et 72.85 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 33 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 14 ; cf. KIERNAN, 2009, fig. 8.3.

Fig. 17. Cologne-Jacobstrasse (sép. 85), balance complète de l’ensemble n° 28, d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.3.

3429 - sép. 112, avec verrerie, coquillages et notamment un morceau d’ambre incrusté dans le coffret contenant le mobilier, et cinq objets miniatures en bronze (fig. 18) : un joug double, une balance (fléau et ses deux plateaux), une échelle (à seulement quatre échelons, sans doute brisée), serpent et lézard ; FRIEDHOFF, 1991, p. 241 sqq., pl. 78.112 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 33-34 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 15, pl. 37.

Fig. 18. Cologne-Jacobstrasse (sép. 112), ensemble n° 29, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 78.112.

3530 - sép. 118, avec un joug, une balance et deux clefs ; FRIEDHOFF, 1991, p. 246 sqq., pl. 80.118 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 34 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 16.
31 - sép. 235, avec verrerie, coquillage et trois objets miniatures (fig. 19) : joug double, balance avec fléau et ses deux plateaux et grenouille ; FRIEDHOFF, 1991, p. 286 sqq., pl. 98.235 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 17, pl. 38.

Fig. 19. Cologne-Jacobstrasse (sép. 118), ensemble n° 31, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 98.235.

3632 - sép. 249, avec verrerie, coquillage et seulement un joug (double) miniature (fig. 20) : FRIEDHOFF, 1991, p. 297 sqq., pl. 101.249 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 18, pl. 39, 1.

Fig. 20. Cologne-Jacobstrasse (sép. 249), joug de l’ensemble n° 32, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 101.249.

3733 - sép. 256, avec une verrerie et quatre objets miniatures (fig. 21) : ascia, clef, serpent et grenouille : FRIEDHOFF, 1991, p. 302 sqq., pl. 105.256 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 19, pl. 39, 2.

Fig. 21. Cologne-Jacobstrasse (sép. 256), ensemble n° 33, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 105.256.

  • 47 Du même type « à fer en croix », que les précédentes ?

38Et l’on signale en outre :
34 - Cologne - Alte Wallgasse (FB 57.6) : dans la sépulture 6, un joug miniature ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 5).
35 - Cologne - Dürenerstrasse : dans la tombe n° 7, un seul objet miniature, une clef (?) ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 9.
36 - Cologne - Friesenstrasse : dans la tombe n° 2, seulement une balance avec ses plateaux ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35a ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 11.
37 - Cologne - Klingenpütz 70 : dans une sépulture, sept objets miniatures : 2 jougs, une scie, une hache, une balance, serpent et lézard ; BUSCH, BINSFELD, 1971, p. 134, fig. 5.10-16 ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 29-30 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 331, n° 21.
38 - Cologne - Mastricherstrasse (au n° 38), dans une tombe (n° 1 ?), un plateau de balance (?) ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 35 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 31.
39 - Cologne - Neusser Strasse, dans la tombe n° 5/6, un assemblage assez original, avec herse, faux, râteau, fourche à foin, scie et chien ; PERSE, NOELKE, 1985, p. 29 ; cf. BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 32.
40 - Cologne, non localisé (exposition E. Herstatt), ensemble avec joug, pioche47, échelle, balance, 2 clefs, lézard, 2 serpents ; BLINKENBERG, 1904, p. 119-120, n° 9 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 40 ; Antiquarium de Berlin, inv. n° 6322.
41 - Cologne - Chlodwigplatz, sépulture inédite avec objets miniatures : joug, balance et clef, accompagnés de coquillages (gastéropodes marins) et d’un fragment d’alliage cuivreux : cf. GOTTSCHALK, 2012, note 43.

  • 48 Indiqué ailleurs dans l’inventaire du RGZM (vol. 8, p. 60, n° 13577-13584) comme brocanteur (Althän (...)
  • 49 Voir supra, n° 20 et note 39 : cet ensemble est vraisemblablement le même que celui mentionné plus (...)

39Enfin, pour Cologne, l’Inventaire en ligne du RGZM permet d’ajouter un ensemble :
42 - Cologne, non localisé (antérieurement propriété de M. Becker48) : marteau, ascia, joug double et fléau de balance (pliant) ; RGZM, Inv., vol. 13, p. 119, n° O.28428-28431)49 (fig. 22).

Fig. 22. Cologne, ensemble n° 42 (= 20), d’après RGZM, Inv. n° 28428-28431.

2.2. Autres ensembles ubiens

  • 50 S’il s’agit bien, pour cet ensemble et le suivant, de Bonn : rappelons que le lot n° 21 (a et b ?) (...)

40Trois lots d’objets miniatures de la même série sont par ailleurs connus autour de Bonn-Bonna, importante agglomération de la rive gauche du Rhin de la cité des Ubiens, en direction de la Germanie Supérieure (Mayence), à environ 25 km au SSE de Cologne (LEUTEN, 1882, p. 85-86 ; HORN, 1987, p. 390 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 197, n. 9).
43 - Bonn, non localisé : ensemble avec cinq objets miniatures : « râteau » (probable joug, du type de ceux de Cologne, supra ?), « joug » (sans doute du type tige sinueuse, comme dans l’ensemble n° 15 ?), fléau de balance, échelle et lézard ; CUMONT, 1896, p. 525-526, n° 4 ; BLINKENBERG, 1904, p. 119-120, n° 4 ; LEHNER, 1924a, p. 89 ; BEHRENS, 1939a, p. 58, n. 3 ; KIERNAN, 2009, p. 197, n. 9 ; 331, n° 2 ; Rheinisches Landesmuseum Bonn, inv. A.1041.01-05.
44 - Sans doute de Bonn (? ; localisation non précisée) : un autre ensemble, avec manche en corne (ou plutôt bois de cerf ?), et quatre objets miniature : échelle, « fléau » (de balance ?), clef et serpent (fig. 14, vers le bas, au centre) : CUMONT, 1896, p. 525-526, n° 5, et fig. 492 ; BLINKENBERG, 1904, p. 119-120, n° 5 ; LEHNER, 1924a, p. 89 ; KIERNAN, 2009, p. 197, n. 9 ; 331, n° 3 ; Rheinisches Landesmuseum Bonn, inv. n° 30.540-1.
45 - Alfter (Kr. Bonn) : près du chemin d’Alfter à Dransdorf et proche de ce dernier lieu, sans doute un ensemble funéraire rural, avec cercueil en plomb pour une inhumation avec mobilier : monnaies d’Antonin à Tacite et Probus, verre et vases en terre cuite dans une boîte contenant des ossements, et deux objets miniatures en bronze : échelle et balance ; WEERTH, 1882, p. 117-118 ; CUMONT, 1896, p. 525-526 ; BLINKENBERG, 1904, p. 119, n° 7 ; LEHNER, 1924a, p. 89 ; BEHRENS, 1939a, p. 58, n. 3 ; Rheinisches Landesmuseum Bonn, inv. 1649 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 197, n. 9 ; 331, n° 1.
46 - Bonn (?)50, provenance inconnue : un autre ensemble (?), avec au moins une grenouille, de taille comparable aux exemples précédents (fig. 23) ; Rheinlandesmuseum de Bonn, n° d’Inv. 1760 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 230, fig. 8.8, n° VI.

Fig. 23. Bonn (?), ensemble n° 46 (grenouille), d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.8, n° VI (photo prise au Rheinlandesmuseum de Bonn).

4147 - Bonn (?), provenance inconnue : au moins une balance complète (fléau et 2 plateaux) (fig. 24), d’un ensemble inédit du même musée ; Rheinlandesmuseum de Bonn, n° Inv. U. 1388-90 ; KIERNAN, 2009, fig. 8.9.

Fig. 24. Bonn (?), ensemble n° 47 (balance complète), d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.9 (photo prise au Rheinlandesmuseum de Bonn).

2.3. Autres ensembles associés

42Les ensembles suivants sont hors de la cité des Ubiens.

2.3.1. Trèves-Augusta Treverorum (province de Belgique)

  • 51 Dont deux inédites, selon KIERNAN, op. cit.

43Au moins trois autres découvertes51 de cette série sont signalées à Trèves, chef-lieu de cité des Trévires, ou dans les environs, donc dans une cité voisine de celle des Ubiens de Cologne (HORN dir., 1987, p. 390 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 197, n. 9 ; p. 201-204).
48 - Trèves, Manderscheid RLM : au-delà (au sud) du pont sur la Moselle, lié à une tuilerie gallo-romaine, ensemble avec deux jougs, deux fléaux de balance, lézard et serpent (pour ces deux derniers, voir fig. 25, IV-V) ;
BLINCKENBERG, 1904, p. 119-120, n° 10 ; LEHNER, 1924a, p. 89 ; BEHRENS, 1939a, p. 58, n. 3 ; Rheinisches Landesmuseum Trier, inv. 9632-9636 et 10.80 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 43 ; KIERNAN, 2009, fig. 8.8, nos IV et V ; 1.

Fig. 25. Trèves, une partie de l’ensemble n° 48 (lézard et serpent), d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.8, n° IV-V.

4449 - Trèves, Heiligkreuz : ensemble inédit, avec au moins un araire ; KIERNAN, 2009, p. 202, n. 26 ; Rheinisches Landesmuseum Trier, Inv. n° PM 352.
50 - Trèves : un 3ème ensemble, lui aussi inédit, selon Ph. Kiernan (2009, p. 197), de composition non précisée.

2.3.2. Pays-Bas (Germanie Inférieure)

  • 52 D’abord prise, avant restauration, pour une boucle : SMEETS, 2003, n. 17 ; SMEETS, 1989, p. 12.
  • 53 Cette découverte, postérieure, n’est donc pas mentionnée, à propos du culte de Sabazios en Nord-Bra (...)

45Trois tombes comportant de tels lots sont également signalées au Pays-Bas, dans deux autres cités (STEURES, 2004, fig. 5 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 197, n. 10).
51 - Roermond-Ruremonde « Maasnielderweg » (Limburg, Pays-Bas) : nécropole sans doute rurale du Limbourg central, sur la Roer, affluent de la Meuse (cité des Tongres ou des Cugerni de Xanten-Colonia Ulpia Traiana ?), dans une sépulture en coffre, à crémation, d’une femme avec enfant datée du tout début du IIIe s. ou plus tard ; mobilier riche, avec céramique et un coffre funéraire en pierre contenant entre autres un plat Drag. 32 en sigillée de Gaule de l’Est, un bol en verre, une paire de forces, une hache, un rasoir (?), une coquille de moule, huit monnaies (de Domitien à Septime Sévère), et trois outils miniatures en bronze (indiqués comme possibles jouets) (fig. 26) : une faux à manche coudé, une fourche à trois dents assemblées et une scie à cadre52 ; Maasnielderweg, 1989 ; SMEETS, 2003, p. 89-92, nos 7.11, 17.15 et 17.16 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 197, n. 1053.

Fig. 26. Roermond (NL), photo de l’ensemble n° 51, d’après Maasnielderweg 1989, fig.

  • 54 De types très proches d’exemplaires cités supra, peut-être issus du même moule ?

4652 - Veldhoven « Koningshof » (Nord-Brabant, Pays-Bas), dans la Heersche Heide, cité des Tongres, province de Germanie Inférieure : mobilier, découvert en 1930, d’une probable sépulture entourée d’un enclos fossoyé carré (7 x 7 m), proche d’un habitat (établissement rural ?) gallo-romain, d’abord interprété comme statio militaire, en réalité site civil ; HOLWERDA, EVELEIN, 1910 ; Van ES, 1981, p. 85) ; cet ensemble, alors daté du IIe s. et interprété comme lié au culte de Sabazios, est sans doute plus tardif, avec deux objets miniatures (fig. 27) : un fléau de balance et un joug double54, en alliage cuivreux (cuivre et plomb) ; BRAAT, 1931 ; VERHOEVEN, ECTOR, 1984 ; Musée Oude Slot de Zeest (en 1984), prêt du Musée du Nord-Brabant de Bois-le-Duc, n° inv. 8022 ; cf. SMEETS, 2003, p. 100.

Fig. 27. Velhoven (NL), ensemble n° 52, d’après VERHOEVEN, ECTOR, 1984, fig. 1-2.

4753 - Nimègue/Nijmegen-Ulpia Noviomagus Batavorum (prov. de Gueldre, Pays-Bas), chef-lieu de cité des Bataves, en Germanie Inférieure, sur la Waal, bras méridional du delta du Rhin : tombe féminine, avec seulement un objet miniature, une balance à fléau (avec fragment de lien dans le trou de suspension central du fléau) (fig. 28), plusieurs coquillages et monnaies (317-320 de n.è.) ; STEURES, 2004, fig. 5 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 199-200, 205 ; tombe interprétée alors comme la sépulture d’une adepte du culte de Sabazios, originaire de Cologne.

Fig. 28. Nimègue (NL), ensemble n° 53, d’après STEURES 2004, fig. 5.

2.3.3 - Grande-Bretagne (Britannia)

  • 55 De même type aussi que les exemplaires ubiens : manche-sep, muni de deux larges oreilles ; cf. KIER (...)
  • 56 Ici aussi, ces objets miniatures sont si semblables à plusieurs exemplaires ubiens que cet ensemble (...)

48Le dernier ensemble, anciennement signalé, provient d’une toute autre province romaine, la Britannia.
54Sussex, lieu non précisé : lot provenant d’une tombe en tumulus fouillée avant 1854, non localisée (fig. 29, a, b et c) : un araire (la pièce la plus connue du lot)55, deux jougs doubles du même type que ceux ubiens, une « pioche » de type ascia, deux haches, deux scies à cadre (comparables aux exemplaires ubiens) et trois clefs (comparables aux exemplaires ubiens supra)56 ; Croften Crocken Collection ; Brit. Mus., n° inv. 1854, 12-27, 76-86 ; MANNING, 1966, fig. 2 ; GREEN, 1975, p. 65, n° 52, fig. 4 et 5 ; p. 66, n° 65, fig. 5 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332, n° 43, pl. 40, 2 ; Antiq. Journ., 46, 1966, p. 50-59 ; REES, 1979, fig. 71b ; COULON, FAUDUET, 1990, pl. II, n° 4 ; FOWLER, 2002, p. 192 ; KIERNAN, 2009, p. 197, n. 11 (non signalé par KIERNAN, 2009).

Fig. 29. Sussex (GB), ensemble n° 54 : a) et b) d’après MANNING, 1966, fig. 1-2 ; c) photo de l’araire, d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.7 (photo prise au British Museum).

49On peut signaler ici que le Sussex est une région côtière de Grande-Bretagne sur la Manche, avec notamment la ville romaine de Chichester-Noviomagus Reginorum, proche de la grande villa palatiale de Fishbourne (cf. CUNLIFFE, 1971) : ce tumulus-monument funéraire pourrait – en toute hypothèse – appartenir à l’une des nécropoles de cette ville, ou encore constituer, en contexte rural, la sépulture privilégiée d’un notable, propriétaire foncier.

2.4 - Bilan pour les ensembles

  • 57 Cinquante-quatre si l’on considère le n° 21 comme correspondant à au moins deux ensembles distincts (...)
  • 58 Certains de ces objets ou outils réels peuvent comporter des pièces en fer : dents de râteaux et he (...)
  • 59 Par exemple, de manière suggestive, les clefs, peu « miniaturisées », sont en général à peu près de (...)

50Ce sont donc au total non moins de 53 ou 54 ensembles de ce type qui peuvent ainsi être recensés57. Leur principale qualité documentaire pour notre problématique est que ces miniatures figurent des objets qui sont habituellement – dans leur forme fonctionnelle d’usage réel – en tout ou partie en bois, et donc généralement non conservés en contexte archéologique classique, tels que fourches, râteaux, pelles/bêches, mais aussi jougs, chars et roues, civières, herses, échelles58... En revanche, un inconvénient important réside dans le fait qu’il n’y a pas d’échelle commune à ces représentations miniatures en alliage cuivreux59, ce qui peut dans certains cas occasionner des difficultés d’identification.
On remarque l’absence notable d’une part de l’outillage artisanal – si ce n’est à la rigueur la scie à cadre –, d’autre part du mobilier domestique et en particulier de pièces d’ameublement – si ce n’est hormis les clefs, peut-être la lampe et un exemple de gril.

  • 60 En comptant arbitrairement 1 pour le lot n° 49 et 2 pour le lot n° 50.
  • 61 Pour le doublon signalé supra (note 51), les chiffres n’ont pas été modifiés ici, mais bien par la (...)

51Le nombre d’items par lot60 (fig. 30) varie, pour ces 53 ou 54 lots61, d’un unique objet (pour douze lots) à trente-six (le seul lot n° 2), avec une moyenne de cinq objets par lot. Pour au moins deux lots, le nombre de miniatures n’est pas connu. Mais, en réalité, cette valeur de nombres est très déséquilibrée, puisque deux lots seulement comptent plus de quinze objets (n° 1, avec seize, et n° 2, avec trente-six) et par conséquent cinquante-deux ensembles ne comportent que de un à dix objets, soit une moyenne de quatre objets par ensemble.

Fig. 30. Nombre de lots (ordonnées) comportant un nombre d’objets miniatures (= obj. min.) donné (abscisses), d’un à trente-six, avec parfois seulement un nombre d’objets miniatures minimum (en orangé : n. + ?) (graphe AF).

52De même, la représentativité des différents objets, avec trente-six catégories (cf. tabl. fig. 1 et graphe fig. 31), est très déséquilibrée, avec quelques objets très représentés, et à l’inverse d’autres qui n’apparaissent qu’en un unique exemplaire : plus des deux-tiers de ces objets (26) ne sont présents qu’en un à six exemplaires, avec ensuite, par ordre croissant et toutes catégories confondues, huit pioches, neuf haches, dix grenouilles, dix asciae et autant de pelles/bêches, quatorze serpents, seize lézards et enfin – avec seulement quatre items en plus de vingt exemplaires – non moins de vingt-quatre échelles, vingt-huit clefs, trente-cinq balances plus ou moins complètes et trente-sept jougs, l’objet le plus représenté. Ainsi, ce sont sans doute ces quatre dernières séries qui apparaissent comme les plus caractéristiques de ces ensembles (cf. infra, interprétation, chap. 5).

Fig. 31. Nombre d’objets et autres miniatures par type (outils, animaux et autres), d’un seul exemplaire à trente-six pour les éléments de balances (comptées pour 1 pour 1 fléau + 2 plateaux, ou l’un des 3) et même trente-huit pour les jougs (graphe AF).

  • 62 Du moins pour les ensembles où cette information est présente, et à une exception près de crémation (...)
  • 63 Voir déjà KIERNAN, 2009, p. 197 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 83, n. 6).
  • 64 Au moins quatre, ainsi qu’un cercueil en plomb avec coffre.
  • 65 C’est-à-dire les découvertes en général les plus récentes, dans un corpus où les découvertes ancien (...)
  • 66 Voir GOTTSCHALK, 2012, p. 83, n. 9, qui en tire argument pour y voir des « coffrets à bijoux » fémi (...)

53En ce qui concerne les contextes de découverte, il s’agit dans tous les cas de sépultures (par inhumation62), concernant des défunts de rang assez élevé63, si l’on en juge par la présence de plusieurs sarcophages64 et par la relative aisance que révèlent les autres pièces de mobilier d’accompagnement. Dans les cas où le sexe ou l’âge du défunt a été identifié – malheureusement, seulement cinq ou six cas de manière certaine65 –, il s’agit de sépultures féminines – dans un cas accompagnée d’un enfant –, ainsi que d’une tombe d’enfant. Ces sépultures sont généralement bien dotées en mobiliers divers, certaines parmi les plus riches des nécropoles de Cologne pour cette période (La BAUME, 1971, p. 92 ; cf. VERHOEVEN, ECTOR, 1984, p. 142). En outre, les objets miniatures sont souvent, avec parfois d’autres pièces du mobilier funéraire, contenus dans des coffrets66.

  • 67 Dont les lots nos 4 à 6.
  • 68 Ceci sans compter le cas du Sussex (n° 54), non localisé.

54Quant aux relations de ces ensembles funéraires avec l’habitat, la grande majorité concerne des nécropoles périurbaines (cf. infra), avec trois chefs-lieux de cité (surtout Cologne, ainsi que Trèves et Nimègue) et une agglomération secondaire (Bonn). Mais on note quelques cas de contextes ruraux – même s’il s’agit parfois d’établissements proches de villes, comme, encore une fois, pour Cologne67 –, avec quelques rares exemples plus clairement associés à des villae, et d’autres, surtout, en milieu apparemment vraiment rural : sans doute dans la cité des Ubiens (n° 45) et des Tungri (nos 51-52)68. Cette question sera examinée plus en détail chap. 4.

55Concernant la chronologie de ces ensembles, il est regrettable que des datations ne soient proposées que pour seulement 1/5 de ces sépultures (onze sur cinquante-trois ou cinquante-quatre), mais il reste remarquable que, dans tous les cas datés, on se situe systématiquement dans une fourchette de temps qui couvre exclusivement la période allant du 2ème quart du IIIe à la fin du IVe s. (cf. NOELKE, 1984, p. 415 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 83, n. 5), et même sans doute plus précisément la période 250-350, soit la fin du Haut-Empire et le début du Bas-Empire. Mais l’homogénéité des lots du corpus, notamment dans la typologie fine de ces objets miniatures, autorise à penser que l’ensemble des lots concernés ici est à placer dans cette fourchette chronologique. Celle-ci – comme le soulignent par exemple A. Verhoeven et F. Ector (1984) – est dans une certaine mesure confirmée par le constat qu’il s’agit quasi exclusivement de sépultures par inhumation qui, dans ces régions, devient la pratique courante à partir de la fin du IIIe et au IVe s. (cf. par ex. Van DOOSELAER, 1967, p. 37-86 ; Van ES, 1981, p. 199 ; CÜPPERS, 1991 ; Van OSSEL, 1991 ; cf. pour le reste de la Gaule BLAIZOT et alii, 2009, p. 15-16).

  • 69 Sur ce point, voir aussi : NOELKE, 1984, p. 414-415 ; PÄFFGEN, 1992, p. 257 ; GOTTSCHALK, 2012, n.  (...)
  • 70 Mais des voies terrestres directes, souvent axes majeurs et stratégiques, relient directement Colog (...)

56Enfin69, hormis Cologne et ses environs immédiats, d’où proviennent la majorité des découvertes ici signalées, on peut remarquer que les autres sites concernés (Bonn, Trèves, Pays-Bas, Sussex) sont assez aisément accessibles par voies d’eau à partir de Cologne70 (cf. cartes fig. 2 et 3). De là à conclure que ces sépultures pourraient être associées à des negotiatores commerçant par le Rhin, ses affluents (Moselle) et la Manche, ou du moins à des membres de leur famille, il y a un pas que je ne me résoudrai sans doute pas à franchir complètement…

57Il faut signaler enfin que bien d’autres outils miniatures sont connus ailleurs, notamment en contexte funéraire ou cultuel : c’est le sujet même du travail de Philip Kiernan (2009). Mais il s’agit rarement de lots aussi importants et dont la typologie soit aussi homogène. On trouvera cependant ici, en Annexe 1, un catalogue des fibules en forme de joug et, en Annexe 2, un autre pour les découvertes d’outils agricoles miniatures en contexte cultuel (voir infra, carte fig. 41).

3. Analyse des dépôts ubiens et assimilés

  • 71 Pour le comptage des exemplaires de chaque outil ou autre type de miniatures, les ensembles extérie (...)
  • 72 Quarante-deux ensembles sur un total de cinquante-quatre pour Cologne, et quarante-sept pour la cit (...)

58Pour l’interprétation – en s’intéressant essentiellement71, pour notre propos, aux ensembles de la cité des Ubiens –, essayons de faire parler ces découvertes au-delà de ces considérations descriptives et techniques : il s’agit donc des sépultures de Cologne-CCAA même et alentours immédiats, ainsi que de Bonn-Bonna et environs, aux confins sud de la cité72.

3.1. Outillage agricole

  • 73 Il est remarquable de noter combien la panoplie d’outillage des planches regroupant ces découvertes (...)

59La plus grande partie des objets miniatures concernés correspond à des pièces d’équipement ou d’outillage agricole73.

60- L’araire est présent en un exemplaire dans cinq des 53 ou 54 ensembles (nos 1, 2, 5, 49 et 54 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 202 ; et pour de tels instruments miniatures : MÜLLER-WILLE, 1970, fig. 12 ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 29, fig. ; cf. SCHUMACHER, 1922, p. 20 ; LESER, 1927) (fig. 32).

Fig. 32. Les exemplaires d’araires des ensembles nos 1, 2, 5 et 54 ; pour l’origine de ces images, voir supra les figures concernées des ensembles dont les numéros sont indiqués ici dans la figure.

  • 74 Pour la typologie des araires, voir HAUDRICOURT, JEAN-BRUNHES DELAMARRE, 1955.
  • 75 Pièce ici assemblée et non moulée comme la plupart des autres (cf. supra, § 3.3).
  • 76 Voir aussi photo dans KOLENDO, 1980b, pl. h. t., en haut, avec, en dessous, photo de l’exemplaire d (...)
  • 77 Il semble exclu de voir dans le petit cône (n° 26) de Rodenkirchen une représentation d’un soc d’ar (...)

61Il s’agit dans tous les cas d’un instrument apparemment de même type (manche-sep74), même si seul celui de Cologne non localisé75 (n° 1 ; fig. 4 et 32) est représenté avec suffisamment de précision pour qu’on puisse en distinguer les détails76 : pour l’instrument réel, de type lourd, à long timon coudé pénétrant dans le sep qui porte un soc en fer de type reille, et muni de part et d’autre d’oreilles en bois courbées, avec manche simple… Au moins donc pour l’exemplaire de Rodenkirchen (n° 2), la reille d’armature en fer semble d’un type tout à fait comparable aux reilles réelles du dépôt métallique d’outils agricoles (avec quatre reilles et cinq coutres) de Gettenau/Echzell, en Hesse (Germanie Supérieure ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 32-33, fig ; pour ces reilles, voir en général : MARBACH, 2004, p. 70 sqq.)77. On ne peut négliger d’évoquer ici la signification symbolique de cet instrument, qui est notamment celui qui trace la limite fondatrice, comme pour Rome même…

  • 78 À noter que la roue est sans doute l’objet le plus représenté en miniature en Gaule (cf. aussi les (...)
  • 79 Cependant accepté tel quel par Ph. Kiernan (2009, p. 201-202), qui propose toutefois, en alternativ (...)

62- Le char ou chariot n’est vraiment présent qu’à Rodenkirchen (n° 2), avec l’arbre, le timon et une des deux roues (fragmentée), ainsi que sans doute des éléments de la caisse, accompagnés d’une paire de bœufs. Selon le train retrouvé dans cet ensemble, ce char aurait été à quatre roues78 et était tiré par la paire de bœufs sans doute équipés du joug de garrot (infra, § 3.1.3), du moins si l’on en croit la restitution proposée dès la découverte (HABEREY, 1949, fig. 3 ; cf. MÜLLER-WILLE, 1970, fig. 15) et présentée au RGZM (KIERNAN, 2009, fig. 8.6) (fig. 33, a et b), cependant un peu aventurée à partir des seuls éléments réellement découverts79. Il s’agirait alors clairement d’un de ces lourds chariots de transport rural, tel que par exemple représenté sur la mosaïque du calendrier rustique de la villa d’Orbe (Suisse ; SCHAZMANN, 1934 ; STERN, 1951, fig. 2 ; DELBARRE, 2012 ; cf. RÖRING, 1983).

Fig. 33. Proposition de restitution du char à quatre roues avec la paire de bœufs et joug, de l’ensemble n° 2 : a) d’après MÜLLER-WILLE, 1970, fig. 15, selon Haberey, 1949, fig. 3 ; b) d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.6 ; une monnaie actuelle, en bas, en donne l’échelle (photo prise au Rheinandesmuseum Bonn).

  • 80 Roue de Jupiter-Taranis, sans parler du char su Soleil… ; c’est aussi l’image du déroulement du tem (...)

63La roue est dans ce cas d’un type courant à huit rayons. À titre de pure hypothèse, je propose de voir dans l’objet n° 5 de Rodenkirchen (n° 2) et peut-être celui comparable de Cologne sans localisation (ensemble n° 1, objet n° 16 de la planche de LINDENSCHMIT, 1900, pl. 1) une garniture (frette ou boîtier, en fer pour les pièces réelles) de moyeu de roue de char. Deux autres ensembles (nos 18 et 26) ne comportent qu’une unique roue, avec respectivement quatre et six rayons : soit celle-ci a été déposée telle, pour représenter symboliquement le char complet (par synecdoque), ou peut-être comme symbole ésotérique, ce qui est bien connu pour la roue80 ; soit il s’agit – comme pour la balance, infra – d’un problème « taphonomique », cette roue étant tout ce qui reste et s’est conservée d’un char, élaboré en miniature en pièces d’assemblages trop fragiles pour nous être parvenus, ou encore possiblement en bois.

  • 81 Dits ici « curvilignes », qui ressemblent quand même aux exemplaires en bois conservés d’Esinge (Pa (...)
  • 82 Nos 2, 3, 5, 11, 12, 17, 18, 19, 20, 21, 23, 24, 25, 29, 31, 32, 43 (?) et 54.
  • 83 Voir toutefois la stèle funéraire de Senon (Meuse), citée Annexe 1 pour les fibules en forme de jou (...)
  • 84 Il est intéressant de noter que ce site d’agglomération-sanctuaire a livré par ailleurs deux exempl (...)
  • 85 Il faut noter que des objets miniatures n’ont pas d’emblée été compris comme des jougs : cf. notice (...)

64- Le joug, simple ou double, est présent dans la majorité des lots (trente-huit exemplaires dans trente et un lots, sur 53 ou 54 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 200), si l’on admet comme jougs simples certains exemplaires81 : ils sont – pour les exemplaires dits « doubles »82 –, d’un type peu attesté par l’iconographie83, mais cependant par quelques découvertes archéologiques anciennes (La Tène finale, bois conservé ; RAEPSAET, 1982 ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 35, fig.), par exemple celui pour deux bêtes, du Bas-Empire, de Petersfehn en Frise orientale (HAYEN, 1983 ; cf. LÜNING et alii, 1997, p. 409, fig. 8) et, plus récemment mis au jour, de Magny-Court84 (Nièvre, joug double de labour : TISSERAND, NOUVEL, 2013, p. 174-177, fig. 17 et 18). Tous les jougs miniatures conservés de ce type85 présentent des montants formant de grands anneaux plutôt rectangulaires, dont un central, séparés par des montants verticaux – joug de corne ? –, type particulier assez caractéristique qui est également celui d’un des deux exemplaires du lot du Sussex (GB ; n° 54 ; (voir aussi COULON, FAUDUET, 1990, pl. II). Les autres exemplaires enregistrés pour lesquels on dispose de figuration peuvent être considérés comme des jougs simples (nos 3, 21, 43). Le joug a été associé au culte peu représenté en Gaule de Sabazios, qui en est, dans la mythologie grecque, considéré comme l’inventeur (cf. VERHOEVEN, ECTOR, 1984, p. 144 ; LANE, 1989, p. 13, 23 sqq.) : c’est évidemment l’un des éléments qui ont orienté vers ce culte – on le verra plus bas – les premières interprétations de ces ensembles de miniatures par plusieurs auteurs. Et il faut en outre signaler ici la série de fibules gallo-romaine en forme de joug, répertoriée infra en Annexe 1 (et voir carte fig. 41), qui correspondent quant à elles plutôt à des jougs doubles ou parfois simples (jouguet), ces derniers comportant des parties latérales (en large anneau rectangulaire) de forme comparable à celle des jougs doubles concernés ici.

65- Les civières de transport (brancard à deux hommes) – si l’on admet cette interprétation – ne seraient figurées (en deux exemplaires ?) que dans le lot de Rodenkirchen (n° 2). Pour cet instrument, on peut voir par exemple le transport de fumier du calendrier rustique de la mosaïque de Saint-Romain-en-Gal (FERDIÈRE, 1988, 2, fig. p. 44 ; MELMOTH, 2011, p. 17, fig.).

  • 86 Selon l’ethnographie du Tyrol (« Sparren » selon ECKHARD, 1985, fig. 4) ; mais, selon l’iconographi (...)

66- Le van n’est présent que dans deux des ensembles parmi les mieux dotés, les nos 1 et 2. Pour cet outil en vannerie, voir en comparaison le relief de Mayence (FERDIÈRE, 1988, 2, p. 55, fig.), ainsi qu’un coffre funéraire d’Igel, dans ce cas avec une ascia et un autre outil en bois fait d’une lourde pièce de bois sur un manche interprété comme un battoir pour le battage86 (ECKHARD, 1985 ; cf. aussi WHITE, 1975, p. 75-77). On note que cet instrument est parfois associé, par la moisson, au culte de Cérès-Isis (CULLIN-MINGAUD, 2010, p. 264-273).

  • 87 Mieux connue par les exemplaires découverts : on n’a pratiquement pas trouvé d’exemple de faux réel (...)

67- La grande faux en croissant est représentée dans les quatre sépultures nos 1, 2, 39 et 51. S’agit-il de la faux de fenaison ? Ce n’est apparemment pas ici la grande faux des « latifundia des Gaules » (selon PLINE l’Ancien, HN, XVIII, 261), correspondant sans doute quant à elles à ces grandes faux à lame désaxée connues dans le Nord-Est de la Gaule87. C’est plutôt ici le type de faux représentée dans l’iconographie : sur le calendrier en relief de la Porte de Mars à Reims, pour juillet (fig. 34, a et b), sur la stèle funéraire de Francalmont (Haute-Saône ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 55, fig.) et sur le calendrier de la mosaïque de St-Romain-en-Gal, pour l’été (MELMOTH, 2010-2011, p. 16, fig.).

Fig. 34. Panneaux d’angle de la porte de Mars à Reims : a) d’après J.M.S. Bence, 1816 (extr. de : LABORDE, 1816, I : pl. CXIII ; STERN, 1982, pl. XXIII, n° 65) ; b) d’après ESPÉRANDIEU, Rec., V, n° 3681.

68Ici, l’exemplaire miniature de Roermond (PB), n° 51, est original, avec son manche courbe et même coudé. J’ai proposé (FERDIÈRE, 1997) que la grande faux gallo-romaine mentionnée par Pline dans les mêmes termes que le vallus ait pu servir à faucher la paille des céréales après la moisson au vallus, semée en ligne dans ces régions, et pour l’épeautre, céréale régionalement dominante ; ceci nous ramènerait alors ici à la céréaliculture et non au foin des prés de fauche pour le fourrage des bêtes.

  • 88 L’exemplaire du lot de Cologne sans localisation, plus détaillé, présente un anneau double de tract (...)
  • 89 Avec, pl. h.t., en bas, les exemplaires des ensembles nos 1 et 2.

69- La grande herse à cadre rectangulaire est représentée par un exemplaire dans les trois ensembles nos 1, 2, 388 sur les 53 ou 54 (fig. 35). Elle sert surtout à recouvrir les semences après les semailles (cf. KOLENDO, 1980b89).

Fig. 35. Les exemplaires de herses des ensembles nos 1, 2 et 3 (pour l’origine de ces images, voir supra les figures concernées des ensembles dont les numéros sont indiqués ici dans la figure).

  • 90 Datation 14C : IIIe ou Ve s.
  • 91 Datation 14C : Ier s. av. n.è. ou Ier s. de n.è.
  • 92 Datée par le contexte des IIe ou IIIe s. de n.è.

70Trois exemplaires de l’instrument réel, en bois (cadre en pièces de bois assemblées et dents en bois), sont connus pour des régions proches, en partie conservés grâce au milieu gorgé d’eau : à Dooregeest90 (PB ; Van der POEL, 1960-1961, fig. 16 ; BENTZIEN, 1980, p. 37, fig. 18 ; cf. KOLENDO, 1980a : note), à Poppel91 (prov. d’Anvers, Belgique ; ANNAERT et alii, 1997 ; DEFORCE, ANNAERT, 2005 ; 2007) et à Habenhausen92 (Bremen, All. ; BISCHOP, 2003) ; et l’on peut citer les dents en fer d’une herse dans le dépôt d’outils d’une cave de l’établissement rural de Contrexéville (Vosges ; HUITOREL, BOULANGER, 2018, p. 213-216, fig. 8-9) ; pour les herses miniatures, cf. encore : SCHUMACHER, 1922, p. 20-21, fig. 10 ; LEHNER, 1924a, p. 90, n. 294 ; BEHRENS, 1939b, p. 5, fig. 5 ; KOLENDO, 1972 ; 1980b.

  • 93 Ici curieusement sans manche, contrairement à plusieurs autres (mais plusieurs autres objets sont i (...)
  • 94 Bien qu’il n’en fasse pas partie selon la liste donnée peu après la découverte.
  • 95 Voir aussi une houe à douille coudée à Saintes (PÉRAUDEAU, 1976, pl. photo III).

71- Pour la binette (travail manuel de la terre), le fer bident93 n’est représenté qu’à Rodenkirchen (n° 2), apparemment tout à fait du type, par exemple, de la houe de Prangey « la Vingeanne » (Haute-Marne ; HOFFMANN, [1965], 2, p. 6 et pl. XIV, n° 14 ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 59, fig.). S’y ajouterait l’exemplaire (absent du dessin d’origine mais présenté94 avec ce lot dans la vitrine du RGZM) du dépôt de localisation inconnue de Cologne (n° 1), à fer rectangulaire et manche coudé qui n’est pas du type le plus courant, type qui présenterait un emmanchement à œil plutôt qu’à douille stricto sensu : voir par exemple POHANKA, 1986, pl. 12, ou, plus proches, en Belgique, sur la villa d’Anthée (BRULET, 2008, p. 125, fig. 161) et le vicus de Liberchies (VILVORDER, 2015, fig. 183, n° 77), ou encore chez les Helvètes à Aventicum « les Mottes » (DUVAUCHELLE, 2005, p. 145, pl. 46, n° 249)95.

  • 96 L’exemplaire du dépôt non localisé de Cologne (n° 1) présente une poigné à la tête du manche, à l’o (...)
  • 97 Deux exemplaires dans l’ensemble n° 2 et seulement un fragment dans le n° 25.
  • 98 Si le manche est sensiblement coudé par rapport la lame.

72- Pelle et bêche96 sont deux outils qu’il n’est pas toujours facile de distinguer l’un de l’autre, car alors plus proches qu’aujourd’hui (pelle-bêche). Elles sont ici à tranchant rectangulaire, présentes en onze exemplaires dans dix dépôts (nos 1, 2, 3, 5, 6, 7, 16, 21, 23 et 25)97. Les exemplaires réels connus sont en général en bois, avec une armature de fer seulement pour le tranchant de la lame : voir par exemple celle en bois, conservé, de Chester (GB ; REES, 1981, p. 58, fig. 18 b), détail de différence de matériau qui n’apparaît pas évidemment sur ces miniatures en bronze. Plutôt qu’une bèche à retourner la terre, on pourrait y voir – au moins dans certains cas98 – une pelle pour remuer le grain dans le grenier.

73- Le râteau n’est présent que dans les trois lots nos 1, 21 et 39 : l’outil réel représenté ici était-il entièrement en bois, y compris ses dents, comme on en connaît par exemple à Newstead (GB ; REES, 1981, p. 70, fig. 30-a ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 58, fig., n° 10) ?

  • 99 Même si des exemples à armature entièrement en fer sont connus, comme dans le dépôt de Gettenau déj (...)

74- La fourche, à deux ou à trois dents, monoxyle ou assemblée pour les exemplaires réels, n’est présente que dans quatre lots, avec six exemplaires (nos 2 : 2 ex., : 2 ex., 39 et 51), celle à deux dents étant monoxyle (fourche de branche), celles à trois dents, assemblées (partie utile en fer pour l’outil réel ?). Outil agricole servant à soulever les gerbes de céréales, voire à la fenaison, elle peut être, sous les deux formes, exclusivement en bois99, tel l’exemplaire à deux dents de Verberie (Oise ; FERDIÈRE, 2006, p. 85, fig., n° 3) ou à armature en fer.

  • 100 Deux exemplaires dans l’ensemble n° 2 ; le détail des lames d’axes « croisés » n’est pas visible su (...)
  • 101 Voir aussi un exemplaire sur l’établissement rural (Haut- et Bas-Empire) d’Épiais-lès-Louvres « la (...)
  • 102 Selon une édition récente du Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse, « outil à deux tranchants (...)
  • 103 Proche aussi de l’étrèpe, pour la mise en culture des landes et des friches, selon le Larousse agri (...)
  • 104 Voir par exemple sur le Net, et notamment sur la base Artefacts ; anglais « pickaxe ».

75- Les outils de type pioche sont en huit exemplaires dans sept lots100 (nos 1, 2, 5, 16, 17, 21 et 42) : il s’agit apparemment, dans quasi tous les cas, d’un instrument de type particulier, à deux fers assez larges d’axes différents, perpendiculaires ou transverses l’un à l’autre (Kreuzhaue = « houe croisée »). C’est alors un outil assez polyvalent (remuer le sol, extirper, voire couper les racines) qui est bien représenté dans l’outillage agricole des provinces romaines d’Europe occidentale (REES, 1979, 1, fig. 91 et 94 ; GAITZSCH, 1980, pl. 7 et 48 ; POHANKA, 1986, pl. 18-20)101 ; les deux tranchants inversés pourraient aussi orienter l’identification vers un instrument traditionnellement appelé « taille-pré »102 (BRUNHES DELAMARRE, HAIRY, 1971, p. 19, n° 81), destiné notamment à la taille de rigoles dans les prés103. Mais cet outil pourrait ici être mis en œuvre pour la remise en culture de terres en friche. Cependant, au moins un exemplaire (n° 21) correspondrait plutôt à la dolabra « classique » (pic d’un côté, tranchant dans le fil du manche de l’autre : soit hache-pic), outil polyvalent – piocher la terre mais aussi couper les racines – qui fait notamment partie de l’équipement militaire. Cependant, d’autres outils qualifiés généralement de dolabres présentent, comme les autres ici, deux tranchants d’axes différents104.

  • 105 Voir un bel exemple, avec son manche conservé, à Besançon (fouilles du quartier Saint-Jean, début d (...)
  • 106 Un récent examen (mai 2018) de ce relief à l’intrados de l’arc central de la « Porte de Mars », éch (...)
  • 107 En renvoyant à SWOBODA, 1937, p. 15.
  • 108 Même s’il semble que dans certains cas d’échelles courtes avec peu d’échelons, il s’agisse d’objets (...)

76- Les échelles, de trois (exemplaire fragmentaire) à sept échelons – permettant alors d’atteindre un étage –, sont l’un des instruments les plus représentés, avec vingt-quatre exemplaires dans vingt-deux lots, soit un gros tiers de ceux-ci. L’usage attesté pour la cueillette des olives dans le calendrier rustique de la mosaïque de Saint-Romain-en-Gal105 (novembre : MELMOTH, 2011, p. 24, fig.) étant ici à exclure, on pourrait proposer l’accès à l’étage des greniers avec les sacs de grains : ne serait-ce d’ailleurs pas une telle scène qui est figurée pour le mois de juillet sur le calendrier de la Porte de Mars à Reims (cf. FERDIÈRE, 1988, 2, p. 11 et fig. p. 12) (voir fig. 34a et b), habituellement interprété comme une scène de cueillette des pommes et accompagnant la scène de fenaison à la grande faux ; on y voit un homme grimpant à une échelle – astucieusement figurée ici par une barre de séparation des scènes, oblique dans cet angle – et portant un fardeau, sans doute corbeille ou sac au contenu indistinct106 ? La cueillette des pommes étant plutôt automnale (septembre pour la mosaïque du calendrier rustique de Saint-Romain-en-Gal), ceci semblerait donc ici à exclure pour le mois de juillet. Il faut cependant noter que M. Bös (1959, p. 30) retient l’échelle comme symbole mithriaque107. On est toutefois en droit de penser que, si cette échelle avait dans ces ensembles une valeur forte de symbole religieux, elle présenterait un nombre déterminé et fixe – de signification plus ésotérique – d’échelons, alors qu’ici ce nombre est assez variable108. L’échelle ne fait pas partie de la symbolique de Sabazios, mais la voir ici comme la représentation d’un moyen d’atteindre le ciel semble discutable, voire anachronique (cf. VERHOEVEN, ECTOR, 1984, p. 144).

77- Pour la paire de forces (un seul exemplaire, à Rodenkirchen, ensemble n° 2), en l’absence d’échelle commune de représentation de cet outillage miniature qui aurait permis d’évaluer la dimension de l’objet réel, on peut proposer qu’il s’agisse de forces à tondre la laine de mouton, activité bien attestée dans ces régions (DRINKWATER, 1982 ; KAURIN, 2011 ; cf. OUTAGR 2017, s. v.).

  • 109 Plusieurs représentations sur des reliefs (voir infra, § 8.1).

78Alors que des instruments composites et complexes tels que les araires, les herses, les chariots sont somme toute assez bien représentés, sans doute est-il intéressant de noter, en négatif, l’absence de vallus, instrument à moissonner (cf. récemment RAEPSAET, LAMBEAU, 2000), pourtant utilisé apparemment de manière assez courante dans ces régions orientales de la Gaule et notamment dans la cité voisine des Trévires109.

3.2. Outils de travail du bois

79Quelques autres instruments ou outils correspondent plus spécifiquement au travail du bois.

  • 110 À noter que l’Inventaire manuscrit du RGZM (vol. 34, p. 116, n° O.42473a et b) présente (en compara (...)

80- L’ascia (herminette), représentée en onze exemplaires dans dix (ou onze ?) lots, est un outil à travailler le bois, voire la pierre. Il faut cependant rappeler la claire signification symbolique de l’ascia dans le domaine funéraire (cf. par exemple : DUVAL, 1954 ; CARCOPINO, 1955 ; LEBEL, 1955 ; ROUGÉ, 1959)110.

81- La grande hache est en neuf ou dix exemplaires dans huit dépôts (nos 2, 21, 23, 24, 26, 27, 37 et 54) : est-ce celle du bûcheron ou bien seulement celle à fendre le bois de chauffe ? C’est un outil usuel qui ne nécessite sans doute pas ici de commentaire particulier quant à sa typologie (cf. OUTAGR 2017, s.v.), si ce n’est que c’est l’objet le plus couramment représenté dans les ex-voto miniatures en contexte cultuel (sur plus de trente sites en Gaule : KIERNAN, 2009, p. 114-152).

  • 111 Voir aussi, par exemple, un bas-relief d’un quincailler d’Ostie (Musée National ; DAL MASO, VIGHI d (...)
  • 112 Voir aussi une fibule skeuomorphe en forme de scie à cadre : site Artefacts.mom.fr, FIB-41004 (exem (...)

82- La scie à cadre de menuisier est ici un outil plus insolite, clairement plus artisanale (menuiserie…) qu’agricole, avec six exemplaires dans cinq lots (nos 5, 17, 37, 39 et 54). Ce type de scie est assez bien attesté en Gaule romaine (OUTAGR 2017, s.v.), par exemple par les reliefs de Tarquimpol (cf. FERDIÈRE, 1988, 2, p. 129, fig.) et Autun (GAITZSCH, 1980, p. 380-381, pl. 64, n° 306)111, ou par l’exemplaire à cadre en bois de chevreuil de Crest « Bourbousson » (Drôme) (BASTARD, STEPHENSON, 1997, p. 82 sqq., fig. 100-101)112.

  • 113 Si l’on excepte celui non pris en compte ici dans les lots inventoriés mais signalé note 39 par BEH (...)

83- Enfin, un unique marteau113 est signalé dans un lot de Cologne non localisé (n° 42).

3.3. Objets et instruments domestiques (?)

84Quelques plus rares objets, en général représentés en un seul exemplaire, semblent se référer à la sphère domestique et non à celle de la production agropastorale (ou artisanale).

  • 114 L’objet le plus représenté dans l’ensemble des lots de « Mithrassymbole » selon KIERNAN, 2009, p. 1 (...)
  • 115 S’y ajoute la balance d’un ensemble inédit, du Rheinisches Landesmuseum de Bonn, mentionné supra(...)
  • 116 Voir notamment la stèle du musée de Metz (COULON, 1990, fig. p. 176), pour une petite balance à deu (...)
  • 117 Exemplaires connus à Bordeaux (2 ex.), Bliesbruck, en Suisse et au Luxembourg : RAUX, 2009, n° 2505 (...)

85- Les balances à fléau et deux plateaux égaux suspendus114 font partie des objets les mieux représentés, en trente-six exemplaires dans trente-quatre ensembles sur cinquante-trois ou cinquante-quatre (près des 2/3)115 – certes parfois présentes seulement par un unique plateau. Cet instrument de pesée n’est sans doute pas du type qu’on attendrait pour de lourdes charges telles que des sacs de grain, c’est-à-dire la balance dite romaine. Mais, en l’absence d’échelle de référence pour les dimensions de celles présentées ici, il n’est pas possible d’affirmer qu’il s’agisse de petites balances de précision, de type trébuchet, qui pourraient servir à peser la monnaie (cf. les scènes de compte ou de négoce de nombreux reliefs de ce secteur de Gaule, notamment en Rhénanie : VEYNE, 1981)116. Pour R. Rottländer (1974, cf. infra, § 5.4), il pourrait dans ce cas s’agir non de miniatures mais de vrais trébuchets de très petite taille destinés à peser des métaux précieux : il est vrai que des plateaux de trébuchets de précision (d’orfèvre ?) de très petite dimension (diam. de moins de 2 cm) sont connus, tels ceux estampillés BANNA117. En revanche, y voir un symbole de la pesée du bien et du mal dans l’âme du défunt (VERHAEGEN, ECTOR, 1984 : 144) ne semble pas devoir être retenu.

  • 118 Cet auteur propose, vu leur dimension, que ces clefs soient éventuellement ici fonctionnelles – et (...)
  • 119 Type 17 de MASUREL, 1979, pl. LXXVII.
  • 120 Coffrets notés dans plusieurs de ces tombes : cette interprétation alternative des clefs présentes (...)

86- Les clefs sont également très bien représentées, avec non moins de vingt-huit exemplaires dans vingt-deux lots (cf. KIERNAN, 2009, p. 200118), dont au moins trois exemplaires dans le seul lot du Sussex (n° 54). Le cas est ici plus ambigu : est-ce le sésame de la maison du maître, du foyer, ou bien celle d’un cellier, voire d’un grenier où sont stockées les précieux produits du domaine ? Le fait qu’elles puissent symboliser l’accès au ciel (VERHAEGEN, ECTOR, 1984, p. 144) paraît, encore ici, une interprétation par trop empreinte d’une vision chrétienne. Elles sont ici toutes du même type, courant en Gaule, à poignée rectangulaire se terminant en triangle119, à l’exception de l’exemplaire de Cologne-Hofergasse (n° 26), qui présente une poignée en anneau, d’un type plus rare dans les exemplaires réels. Elles sont en outre peu miniaturisées et restent même assez proches des vraies clefs de coffret120.

3.4. Objets divers121

  • 121 Sans compter au moins quatre objets non identifiés de l’ensemble n° 2.
  • 122 S’il ne s’agit pas, au moins dans certains cas, de frètes ou boitiers de moyeu de roue de char, com (...)
  • 123 Il ne semble pas s’agir d’un couteau à sacrifice, représenté parfois en miniature dans des sépultur (...)

87On ajoutera enfin quelques objets n’entrant dans aucune des catégories précédentes.
- Peut-être peut-on interpréter comme des mesures à grain ou boisseaux des objets cylindriques creux, représentés dans les trois lots nos 1, 2 et 26122.
- Un gril de foyer, rectangulaire, dans le seul ensemble n° 1, est quant à lui d’un type classique : voir par exemple le gril de la forêt de Compiègne (HOFMANN, s.d., 2 : pl. XVII, n° 18).
- Une passoire (à vin ?) est également présente (ens. n° 1), s’il s’agit bien d’une miniature.
- Le couteau, représenté seulement à Rodenkirchen (n° 2), est un objet courant de la vie quotidienne (infra) plus qu’un outil stricto sensu. Il est ici de type classique à lame à dos légèrement angulaire et ne nécessite sans doute pas ici de commentaire spécifique123.
- Une probable lampe en cupule (à moins qu’il ne s’agisse d’un guttus à vin ?), à anse-poucier court repliée, en fer pour les pièces réelles, à Rodenkirchen (n° 2), interprétée ici à l’origine comme mesure à liquide ; type de lampe connu en Gaule (cf. site « Artefacts.mom.fr », LMP-4013), notamment au Bas-Empire.
- S’y ajoute, aussi en un cas unique (n° 11), un objet sans doute plus personnel, une bourse dite ici « de Mercure », il est vrai le symbole même du dieu comme patron des commerçants, et particulièrement vénéré en Gaule : elle accompagne la quasi-totalité des représentations de Mercure (cf. par exemple : REINACH, [1884], nos 48-69).

3.4. Représentations animales

  • 124 Selon qu’on compte ou non la chèvre du lot n° 26 comme simple statuette ou comme miniature.

88Restent les représentations animales, présentes dans vingt-huit ou vingt-neuf124 ensembles, soit plus de la moitié des 53 ou 54 dépôts (dont deux des plus dotés, mais absentes à Cologne-Lindenthal, n° 5).

3.4.1. Animaux domestiques

  • 125 Voir le petit bronze de « génisse (?) au repos », tête basse et asexuée, découverte sur la villa de (...)

89Ces figures animales sont rares et représentées, pour chaque espèce, dans un seul ensemble :
- Le bœuf n’est représenté, en deux exemplaires, que dans le dépôt n° 2 ; (et cf. aussi fig. 33) : même si la restitution proposée lors de la découverte (supra, chariot, § 3.1) est discutable, on peut admettre qu’il s’agit – représentation à échelle très réduite, notamment par rapport aux batraciens et reptiles – de la paire de bœufs d’un attelage. Mais on pourrait tout aussi bien les affecter à la traction de l’araire, munis du même joug, comme d’ailleurs proposé par un auteur (cf. supra, § 3.1.2). Leur position tête baissée et l’apparente absence de leur sexe125 montre qu’il ne s’agit vraisemblablement pas de représentation de taureaux, symbole de fécondité très présent en Gaule (THÉVENOT, 1968, p. 153 sqq. ; voir par exemple, pour les statuettes en bronze, REINACH, [1884], nos 283-294) : c’est bien ici la position du bœuf de labour, attelé par paire à l’araire (FERDIÈRE, 1988, 2, p. 26-29, fig.).

  • 126 Dont un exemplaire provenant de Mandeure (n° 226) : cf. infra.
  • 127 On peut ajouter, dans le domaine funéraire, une figurine de coq de très petite dimension dans le mo (...)

90- Le coq n’est également présent que dans un unique dépôt de Cologne, non localisé (n° 1), et est d’interprétation peut-être plus difficile ici. Il est à noter qu’il présente à sa base non deux pattes mais une simple petite tige, apparemment brisée et comme destinée à être fichées dans une base, absente. Le coq est l’un des attributs courants – de nouveau – de Mercure, le dieu sans doute le plus vénéré en Gaule (THÉVENOT, 1968, p. 133 sqq. ; cf. plusieurs petits bronzes avec coq : REINACH, [1884], nos 50 et 52 ; FAIDER-FEYTMANS, 1957, p. 47-48, pl. VI, n° 29 (de Bavay)) et l’on note la présence de telles représentations de coqs seuls notamment dans plusieurs sanctuaires (dont à tige unique à la base) ; cf. par exemple FERDIÈRE, 1988, 2, p. 152-160, fig. ; dans les collections de Besançon, quatre exemplaires : LEBEL, 1961, p. 50, n° 148, pl. LX, 467, nos 224-227, pl. LXXXII, nos 1 à 4126 ; et ailleurs : ZADOKS, 1969, p. 154-156, n° 66 (de ’s-Hertogenbosch) ; FEIDER-FEYTMANS, 1957, p. 86-88, pl. XXIX, XXXI-XXXII, n° 168-178 (de Bavai), par exemple à Mandeure-Epomanduodurum (Doubs ; LEBEL, 1962, p. 25-26, n° 32, pl. XXXIII), Augst-Augusta Rauracorum (OLIVE, DESCHLER-ERB, 1999, fig. 6), avec tige à la base, comme à Rezé-Ratiatum (Loire Atlantique ; Promenade…, 2017, fig. p. 43)127 ; ainsi que parmi trois animaux (sanglier, serpent et coq) accompagnant un Lare dansant, grande statuette découverte sur le site de Mandeure, importante agglomération antique avec sanctuaire, chez les proches Séquanes (REINACH, [1884], n° 142 ; LEBEL, 1962, nos 15-16, pl. XVII-XX) (fig. 36, a et b).

Fig. 36. Bronze de Mandeure (Doubs) représentant un Lare dansant : a) d’après REINACH, [1884], fig. 142 ; b) d’après LEBEL, 1962, pl. XVII.

  • 128 Même si l’on est là dans le culte des divinités « classiques » du panthéon gallo-romain (Mercure : (...)
  • 129 Par exemple à Bavai : FAIDER-FEYTMANS, 1957, p. 86-87, pl. XXII, nos 168-178.

91La signification religieuse de ce gallinacé n’est donc pas à démontrer128 et d’assez nombreuses représentations, notamment en petits bronzes129, en sont connues. Mais sa présence reste difficile à expliquer ici, comme un des rares animaux domestiques représentés, à l’exception de la paire de bœufs de trait.

92- Dans un unique ensemble (n° 39), on note un chien, animal assez rare dans l’iconographie antique (voir par exemple des statuettes en bronze : REINACH, [1884], nos 306-309 ; ZADOKS, 1969, p. 166-169, nos 72-73) ; si toutefois il ne s’agit pas dans ce cas d’une classique statuette en bronze.

  • 130 C’est ce que propose notamment GOTTSCHALK, 2012, p. 89, en excluant cette représentation animale du (...)
  • 131 Voir aussi (supra, pour le coq) les animaux accompagnant un lare.

93- Enfin, dans un seul ensemble aussi (n° 9), on signale un cochon : véritable « miniature » dans ce cas aussi, ou plutôt simple statuette en bronze accompagnant ici la sépulture, comme il en existe de nombreux exemplaires à travers les Gaules130 ? C’est un animal domestique souvent représenté, comme le sanglier avec qui on le confond souvent (cf. par ex. REINACH, [1884], nos 264-274)131.

94Au sein de ce cheptel domestique, une absence est sans doute à noter, celle du cheval, un animal dont le rôle est pourtant non négligeable dans les activités agro-pastorales, avec les autres équidés (âne, mulet)…

3.4.2. Reptiles et batraciens

  • 132 Cf. aussi KIERNAN, 2009, fig. 8.8, avec lézards, serpents et grenouilles de trois de ces ensembles.
  • 133 Voir aussi à ce sujet les commentaires de GOTTSCHALK, 2012, p. 86.

95Des animaux rampants tels que reptiles et batraciens sont très largement présents dans ces lots (quarante ou quarante et un ex., pour vingt-huit lots sur 53 ou 54 – plus de la moitié) dans ces lots132 : serpent, lézard, triton ou salamandre, grenouille ou crapaud. Quelle est leur signification ?133.

  • 134 Eux-mêmes essentiellement nourris par l’« engrais vert », les résidus de plantes cultivées ré-enfou (...)

96Paysans (traditionnels !), comme agronomes et pédologues savent que le labour et le travail de la terre a pour fonction première d’aérer le sol, la terre, pour améliorer sa fertilité en y favorisant l’activité biologique, le renouvellement de la faune souterraine, avec au premier chef les lombrics134. On peut proposer que les animaux rampants, « chtoniens », présents ici figurent symboliquement cette vie souterraine, fertilisante et bénéfique aux cultures.

  • 135 Voir aussi : ÉLIEN, NA, II, 56 ; XVII, 12, 15 et 41 (grenouilles) ; IX, 11 (serpents) ; cité par KI (...)

97Serpents, lézards ou grenouilles sont relativement rares dans l’iconographie romaine (TOYNBEE, 1971, p. 216-217, 218-221, 223-236), bien que figurant, justement, sur les « mains de Sabazios » parfois associées au culte de Mithra135. Sans doute n’est-il pas dès lors anodin de noter que ce culte d’origine orientale a été particulièrement étudié à Cologne où il est bien représenté (RISTOW, 1975). Spécifiquement, les batraciens représentés ici sont quant à eux beaucoup plus rares dans l’iconographie gallo-romaine.

  • 136 Dont les fameux « vases aux serpents », associés en effet au culte de Mithra.
  • 137 Sur les serpents dans l’Antiquité, voir aussi HARTMANN et alii, 1921.
  • 138 Et voir aussi un serpent lové sur la tête de la Déesse pour le mois de novembre dans les Quatrains (...)

98- Le serpent est présent en quatorze exemplaires dans treize dépôts. Hormis son appartenance au monde chthonien (supra), il est le symbole de la protection divine de la maison, de la tombe et de tout lieu, et est considéré comme l’incarnation du genius loci, en Gaule comme en Italie (PRICE, KEARNES, 2003, p. 514-515 ; Van ANDRINGA, 2009 (pour Pompéi) ; cf. JOLY et alii, 2010, p. 175-187136). Il n’est donc sans doute pas hors de propos de noter des dépôts de serpents à titre prophylactique, enterrés sous le sol de maisons de diverses agglomérations languedociennes (Lattes, Ambrussum, Nages), du IVe au Ier s. av. n.è. (FEUGÈRE, 2007)137. Le serpent est très présent dans la mythologie celtique et dans son iconographie (voir par exemple BATISTA, 1998), et il est aussi mentionné dans les soins vétérinaires aux chevaux (pour leur fertilité : voir VILLEVEYGOUX, 2007, p. 53 et fig. 1 sur les marques au fer) ou aux bœufs (DOYEN-HIGUET, 2007, p. 119)138. Mais il faut observer que le serpent est aussi – avec la tortue, ici absente –, l’attribut de Mercure (encore lui ; cf. THÉVENOT, op. cit.), le principal dieu gallo-romain, ainsi parfois que de Mars et Apollon, et est présent dans le mythe de Mithra (cf. infra).

  • 139 Renseignements Salvador Bailon, Ivan Ineich et Bernard Le Garff, du Museum National d’Histoire Natu (...)
  • 140 Pour les textes, voir par exemple aussi Géoponiques, XIII, 8, sans indications particulières sur le (...)
  • 141 Ce qui nous ramène d’ailleurs, incidemment, aux grenouilles ou crapauds figurants parmi les animaux (...)

99Il est toutefois à noter qu’une bonne part des serpents figurés ici (voir figures supra) présentent une sorte de crête dentelée ainsi qu’une excroissance (barbe) sous la tête, qui la rend semblable à une tête de coq ; on observe qu’un serpent « barbu » et à crête tout à fait semblable est visible sur le groupe en bronze de Mandeure déjà évoqué supra (§ 3.4.1, b) au sujet du coq (REINACH, [1884], n° 142 ; LEBEL, 1962, nos 15-16, pl. XVII-XX) (cf. fig. 36) : dès lors, il apparaît qu’il ne s’agit pas ici d’une espèce particulière de serpent139, mais bien d’un animal mythique, composite : c’est sans doute une des formes du basilic (basiliscus) (LESCURE, Le GARFF, 2006, p. 114 ; PARDON-HAUETFORT, 2015 : basilic…). À ce reptile mythique, selon Pline l’Ancien (HN, XXIX, 66 (XIX))140, les Mages attribuent « le pouvoir de faire réussir l’homme près des puissances dans les demandes, près des dieux dans les prières, de guérir les maladies et de prévenir les maléfices » ; certains l’appellent « Sang de Saturne » et il chasse par son odeur les autres serpents ; le naturaliste ajoute (VIII, 78-79) qu’il vient de Cyrénaïque et présente « une tache blanche sur la tête ressemblant à un diadème » (cf. WELLMANN, 1897 ; GSELL, 1913, p. 132), précisant que les serpents enlacés sont bénéfiques, comme sur le caducée, où les serpents n’ont pas de crêtes (cristati). C’est le roi des serpents, censé né de Gorgone, la Méduse, ou d’un œuf de poule couvé par un crapaud141. Voir aussi le cocatrix, à tête, pattes et ailes de coq et corps de serpent, souvent confondu avec le basilic, et le terme de « basilicoq » en vieux français (voir : basilic…), si l’on en juge par une peinture de la tombe étrusque dite « du Quadrige infernal » (IVe s. av. J.-C.) de la nécropole des Pianacce à Sartène (PARDON-HAUETFORT, 2015), où l’on voit un serpent à têtes multiples munies chacune d’une crête de coq et de barbe (fig. 37).

Fig. 37. Représentation de serpents barbus et à crête de la tombe étrusque de la nécropole des Pianacce à Sartène (image site Pardon en ligne : elizapethpardon.hauetfort.com).

  • 142 Et peut-être, dans certains cas, crapaud ?
  • 143 Sans compter un exemplaire sans provenance, du musée de Bonn, signalé supra (§ 2.2, n° 46).
  • 144 Voir aussi à ce sujet une inscription (Année Épigr., 2012, n° 740) : KRUSCHWITZ, 2016.
  • 145 Référence communiquée par P. Ouzoulias, que je remercie ici. Sur les grenouilles (ranae) et en part (...)
  • 146 Qui ne semble pas être l’auteur de L’Âne d’or.
  • 147 Pas d’identification archéozoologique des squelettes complets, en tout cas de petite taille (jeunes (...)
  • 148 Ce qui garantit l’impossibilité d’une introduction accidentelle après dépôt.
  • 149 Renseignement Maxence Segard et Élisabeth Rabeisen (sept. 2017), que je remercie ici. Sur les greno (...)
  • 150 Cf. cependant, par exemple, des fibules zoomorphes, en forme de grenouille (FEUGÈRE, 1985 : types 2 (...)

100- La grenouille142 est de même bien présente (onze ou douze exemplaires dans onze dépôts143). Elle est en tout cas symbole de résurrection ainsi que de fécondité dans l’Antiquité. Sans se référer ici nécessairement à la comédie d’Aristophane (les Grenouilles), plusieurs mentions de Pline l’Ancien peuvent paraître anecdotiques – et sans doute non propres à la Gaule –, mais sont notables dans le contexte ici en question : le naturaliste indique (HN, XVIII, 303) que certains protègent du mauvais sort les récoltes engrangées en accrochant une grenouille des ronces (rubeta rana) à l’entrée du grenier ; puis (XVIII, 158) que beaucoup recommandent, pour protéger le millet, de porter de nuit autour du champ, avant binage, une rainette (rubeta : « grenouille des ronces ») enfermée dans un vase en terre, ensuite enterré au centre du champ, mais déterré avant la moisson ; et encore (XVIII, 294) qu’Archibius (agronome inconnu par ailleurs), dans une lettre à Antiochus, recommande d’enterrer une grenouille des ronces dans un vase de terre neuf au milieu de du champ de blé pour protéger les récoltes des intempéries ; enfin, diverses propriétés magiques et médicinales sont attribuées (XXXII, 48-52) à plusieurs espèces de grenouille (ranae, rubetae…)144. Quant au recueil tardif des Géoponiques (II, 18, 14)145, il reprend, renvoyant à un certain Apulée146, le conseil de Pline, supra : qu’avant les labours, un crapaud, « c’est-à-dire une grenouille terrestre », soit porté de nuit dans un vase fermé tout autour du champ. Le caractère prophylactique de ces dépôts en faveur de la fertilité du sol – notable dans notre contexte agropastoral ubien – est donc bien attesté. Et les grenouilles sont d’ailleurs aussi présentes dans les soins médicaux ou surtout vétérinaires, notamment pour le bœuf ou contre la gale du cheval (DOYEN-HIGUET, 2007, p. 132, n. 81 : voir par exemple PLINE l’Ancien, HN, XXXII, 48-52, 85 et 140 ; TIBERIUS, CHG, 299, 1-8, RV, section IX, § 75). Enfin, on note quelques dépôts cultuels en Gaule comportant des batraciens, sans doute à titre prophylactique : par exemple dans un vase sur le site de villa ou sanctuaire (?) de Riom « Layat » (Puy-de-Dôme ; SEGARD, 2014), ou encore dans l’aire sacrée du temple d’Alésia : parmi les dépôts de vases (fin Ier - début IIe s.) de la partie NE de cette area, les dépôts I, XVI et XVIII147 comprennent des vases clos148 contenant des restes de batraciens (squelettes en connexion d’alytes, dit « crapaud accoucheur » ; RABEISEN, 1994, p. 122-125)149. En revanche, l’iconographie de la grenouille en Gaule romaine semble assez indigente150.

  • 151 À noter toutefois le lézard en cristal de roche de la tombe de Cortil-Noirmont (Brabant wallon, Bel (...)

101- Le lézard, assez présent (seize exemplaires dans seize ensembles), ne suscite pas – à ma connaissance – d’autres commentaires que généralement supra151, de même que les éventuels autres reptiles tels que salamandres ou tritons (un exemplaire ?). Sans doute peut-on toutefois noter, anecdotiquement, le personnage du mois de septembre vendangeant et tenant un lézard attaché par un fil, dans un passage du poète bordelais Ausone, au IVe s. (Extr. divers, XI, Quatrains des mois, Sept.).

3.4.3. Autre animal sauvage

  • 152 Les pantherae de Pline l’Ancien, HN, VIII, 62-64 seraient des guépards d’Afrique (TOYNBEE, 1971, p. (...)
  • 153 Par exemple – c’est ici à noter – sur une mosaïque de la cathédrale de Cologne (DOPPELFELD, 1964, f (...)

102Enfin, un seul animal sauvage, d’une autre famille, est présent dans un cas unique (n° 14), une panthère, fauve africain rarement représenté dans l’iconographie romaine antique, mais présent notamment dans des venationes du cirque (cf. TOYNBEE, 1971, p. 82-86152) ; le léopard est quant à lui mentionné en relation avec les cultes dionysiaques153 (TOYNBEE, 1963, p. 128-130, 169-171 ; 1971, p. 82-86) ; plus contemporains de nos contextes sont les pardi (léopards) que l’empereur Élagabal introduit dans les chambres de ses hôtes (Hist. Aug., Elag., 25, 1 ; TOYNBEE, op. cit.). Et là aussi, s’agit-il, dans cet unique cas, d’une véritable « miniature » ou d’une simple statuette de bronze, plus classique ? Pour les représentations de ce type de félin, voir par exemple : REINACH, [1884], n° 257 ; LEBEL, 1961, p. 49-50, nos 142-144, pl. LIX, 2-4 ; FAIDER-FEYTMANS, 1957, p. 79-80, pl. XXIX, nos 136-138 (Bavai) ; ESPÉRANDIEU, ROLLAND, 1959, p. 63-64, pl. XXXIX, nos 127-128 (Seine-Maritime).

3.5. Une main humaine

103Dans un unique ensemble (n° 25), on signale « une main » dans la liste des objets miniatures : fragment d’une statuette ou bien « main de Sabazios » ? (cf. infra à ce sujet).
Il est d’ailleurs notable, en négatif, qu’hormis cette main, aucun des ensembles répertoriés ne comporte de représentation humaine, masculine ou féminine, ni d’ailleurs de figures de divinités du panthéon romain ou autre.

3.6. Observations générales sur ces objets miniatures

  • 154 À ma connaissance, l’alliage utilisé n’a été analysé pour identification que dans un unique cas (in (...)
  • 155 Qualifié assez vaguement par R. Gottschalk (2012) de « métal non ferreux ». Dans un cas (n° 52), on (...)
  • 156 À l’exception des balances.
  • 157 Selon R. Gottschalk (2012, n. 3), le manche de la pioche de l’ensemble n° 2 aurait pu être en bois, (...)
  • 158 Certains objets étant en double exemplaires dans certains ensembles.
  • 159 Pour ceux dont on dispose de dessins permettant d’en juger.
  • 160 Par exemple entre des items ubiens et certaines pièces du lot du Sussex (n° 54).

104Techniquement, le matériau de tous ces objets miniatures n’est pas de manière certaine le bronze154, mais en tout cas un alliage à base de cuivre155, peut-être du laiton comme en général les fibules. Si l’on observe les quatre lots les mieux dotés, on constate des différences techniques entre eux : pour ceux de Brühl et Lindenthal (nos 3 et 5), les moins riches parmi eux, il s’agit manifestement de pièces moulées, d’une seule pièce, en alliage cuivreux à cire perdue156 ; pour le dépôt de Cologne sans lieu de découverte précis (n° 1), une bonne partie de ces objets n’est pas coulée d’une pièce mais manifestement assemblée : herse, araire et gril, et sans doute échelle, râteau et pioche157 ; enfin, pour Rodenkirchen (n° 2), l’assemblage paraît mixte, avec des objets apparemment moulés158 (herse, joug…) et d’autres sans doute assemblés : araire (?), échelle (?) et bien sûr char avec ses roues, ainsi sans doute que certains outils emmanchés, comme cette binette qui a perdu son manche. Ce dernier type d’élaboration est plus long et plus complexe pour l’artisan et devait donc occasionner un coût sensiblement plus élevé pour ces objets, conférant ainsi aux sépultures concernées un statut sans doute plus élevé. En fait, seuls deux lots159 – notons le parmi les plus dotés – présentent donc ce type d’objets assemblés, les nos 1 et 2. Ceci bien sûr sans compter les balances à plateaux (en trois pièces liées par des fils quand elles sont complètes) et en considérant que les roues isolées n’ont pas fait partie à l’origine de chars plus complets. La large majorité de ces artefacts est donc moulée (moule d’alliage cuivreux à la cire perdue), et il est même probable que plusieurs des exemplaires cités, dans des lots différents et parfois éloignés160, sortent du même moule, tant ils sont semblables.

105Il est par ailleurs notable qu’il s’agit de pièces de mobilier de sépultures apparemment fabriqués à usage strictement funéraire : tous les lots étudiés proviennent, pour les contextes identifiés – c’est-à-dire la grande majorité – de sépultures. Ceci est remarquable, dans la mesure où il est très rare d’observer des types spécifiques de mobiliers d’accompagnement funéraire qui ne soient pas des pièces fabriquées plus couramment à usage domestique ou autres et « réutilisés » lors de funérailles. Enfin, le fait qu’aucun de des objets miniatures en bronze des types concernés ici n’ait été découvert en contexte clairement cultuel (sanctuaire) va ainsi un peu à l’encontre des interprétations trop strictement cultuelles (Mithra, Sabazios… ; cf. infra, chap. 5) souvent évoqués pour ces ensembles.

3.7. Autres mobiliers des sépultures

  • 161 De même que pour la place de ces objets miniatures dans les sépultures ou autres caractéristiques d (...)

106D’une manière générale, le mobilier funéraire des sépultures concernées ici161 est abondant et comporte quelques éléments « de prestige » ; en métal – parfois précieux –, en verre, voire en ambre ou en jais, etc., sans parler des monnaies, dénotant des défunts d’un rang social relativement élevé. Il serait ici hors de propos d’analyser en détail ces dépôts mobiliers, hormis les miniatures en bronze.

  • 162 Et dans une sphère symbolique sans doute proche de celle des items étudiés ici.
  • 163 Par exemple, typiquement, les coquillages dits « porcelaines » – comme certains ici –, qui, par leu (...)
  • 164 À titre anecdotique, on peut rappeler ici l’épisode de la velléité de conquête de la Grande-Bretagn (...)
  • 165 Voir aussi d’autres sépultures citées par R. Gottschalk (2012, p. 88, n. 47-53).
  • 166 Ici, Triton nodifère ou Charonia Lampas, d’origine méditerranéenne ou sud-atlantique ; et autres Cy (...)
  • 167 En outre dans un coffret, avec entre autres une patère et un aryballe miniatures en alliage cuivreu (...)
  • 168 Toutes deux citées par GOTTSCHALK, 2012, p. 88.

107Cependant, sans doute faut-il insister, spécifiquement, sur la présence de coquillages marins dans au moins cinq d’entre elles, sans doute à titre symbolique162 : fécondité163, ou allusion au domaine maritime et au commerce au long court164 ? On peut constater la présence de tels coquillages dans d’autres sépultures165, notamment quasi contemporaines, telles que celle, aristocratique, de Lillebonne166 du début du IIIe s. (COCHET, 1866 ; ROBERT, 2017 ; cf. ROGERET, 1997, p. 362-365). Pour le IVe s., la comparaison la plus parlante reste sans doute le mausolée d’enfant de Naintré (Vienne), avec tout un lot de coquillages marins parmi le mobilier d’accompagnement (FARAGO-SZEKERES, SIMON-HIERNARD dir., 2012, p. 73, fig. ; DUPONT, GRUET, 2013)167. Plus proches, on peut aussi citer un coquillage de type porcelaine dans une sépulture en sarcophage d’époque romaine de Hürth-Hermülheim (district Rhin-Erft, All.), de la région de Cologne (GOTTSCHALK, 2008, p. 151), ainsi que dans une sépulture féminine de Bonn du IIIe s. (ANDRIKOPOULOU-STRACK et alii, 2010, p. 151)168.

  • 169 Je remercie Matthieu Gaultier (Serv. Arch. du Départ. d’Indre-et-Loire) et Frédéric Blaizot (Inrap) (...)

108La présence de coquillages divers dans les sépultures n’est d’ailleurs pas exceptionnelle dans l’Antiquité, comme le montre par exemple le cas de la Grande Grèce et de la Sicile à l’époque grecque (CARÈ, 2018), avec notamment des gastéropodes marins comparables (tritons et murex), ou encore des tombes d’enfants du Céramique d’Athènes (ALEXANDRIDOU, 2012). Pour la Gaule, le fait est par exemple noté, avec des buccins communs (bulots) dans au moins huit sépultures de deux nécropoles des IIe-IIIe s. de Saintes-Mediolanum, première capitale de l’Aquitaine (MOUGNE et alii, 2017, p. 262-263, fig. 5), comme dans plusieurs autres ensembles funéraires antiques d’Aquitaine, dont Poitiers (BRIVES, 2008 ; VIGOT, 2008, p. 211-219 ; BAILLS, 2012, p. 291). Et l’on note en particulier des porcelaines dans des sépultures à crémation de Narbonnaise, telles que la sép. C des Bas-Banquets à Cavaillon (Vaucluse), du début du Ier s. de n.è. (DORAY, CARRU, 2008, p. 16-17, fig. 9), ou plusieurs sépultures de la nécropole des Ier-IIe s. de Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme ; BEL, 2002, p. 137-138, fig. 135-136) ; mais aussi des bivalves, peut-être utilisés en lampes, dans la nécropole à inhumation du IVe s. de « Malbosc » à Montpellier (Hérault ; BLAIZOT et alii, 2008)169. Et l’on en note encore dans certaines tombes mérovingiennes d’Alsace (PUTELAT, 2015, fig. 3).

109Pour ces coquillages, c’est donc a priori la symbolique féminine – et par conséquent aussi de fécondité – que l’on retiendra ici (cf. NOELKE, 1984, p. 413 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 88 ; cf. aussi MENGUS, 2018).

4. Le contexte régional de ces découvertes

  • 170 Ou de leur femme, car ces sépultures sont apparemment surtout des féminines, pour les cas où le sex (...)

110Compte tenu de leur situation, pour l’essentiel dans les environs immédiats de la grande ville de Cologne (fig. 38), et de leur caractères (cf. supra), ses sépultures doivent être celles de membres de l’élite de la cité, propriétaires fonciers de grands domaines alentour170.

Fig. 38. La ville antique de Cologne/Köln-Colonia Claudia Ara Agrippinensis et ses nécropoles (Haut et Bas-Empire) (d’après RISTOW, 2011).

  • 171 Voir toutefois par exemple la carte des villae autour de Cologne, dans GAUTHIER, HELLENKEMPER, 2002 (...)
  • 172 Je remercie ici Antonin Nüsslein (post-doctorant, Rurland) de m’avoir autorisé à reproduire cette c (...)

111L’occupation du sol à l’époque romaine du strict secteur de la cité des Ubiens directement à la périphérie du chef-lieu de cité n’a, à ma connaissance, pas fait l’objet de travaux spécifiques (cf. en général : ECK, 2007a, p. 53-80171 ; cf. fig. 3, pour les villae des environs de Cologne). Cependant, des travaux importants ont été consacrés à l’occupation rurale du sol de la Germanie Inférieure (HEIMBERG, 2000) et notamment à sa partie méridionale, concernée ici (ROTHENÖFER, 2005), ainsi qu’à la Rhénanie romaine (PETRIKOVITS, 1960 ; plus récemment : JENESON, 2013 ; BRÜGGLER et alii, 2017 ; REDDÉ, 2019) (fig. 39172).

Fig. 39. Carte de l’occupation du sol (points : fermes et villae) dans la cité des Ubiens et alentours ; les chefs-lieux de cité sont figurés par des étoiles, celle à droite du nuage de points le plus dense pour Cologne (© CAO et données villae : Antonin Nüsslein - Programme ERC RurLand).

  • 173 Étude qui exclut toutefois le secteur le plus proche de Cologne et de la vallée du Rhin.

112Mais c’est une région plus occidentale du territoire ubien qui a fait l’objet des travaux les plus poussés, avec notamment le secteur d’exploitation du lignite et de la forêt de Hambach et toute la partie occidentale de l’Eifel volcanique (GAITZSCH, 2010 ; HENRICH, 2006 ; BRÜGGLER, 2009 ; cf. BRÜGGLER et alii, 2017) : cette zone semble plus densément occupée que celle plus à l’est et proche de Cologne (JENESON, 2015173) ; les sites occupés dans l’Antiquité tardive y sont à peu près partout représentés à part égale et les villae aux parties résidentielles les plus développées ne sont pas en plus grand nombre à proximité du chef-lieu que plus à l’ouest (ibid., fig. 8 et 14). Mais cette partie occidentale de la cité des Ubiens ne semble investie par les activités agropastorales, sans doute par une sorte de lotissement, qu’à partir de la 2ème moitié du Ier s. de n.è.

  • 174 Sols de valeur moyenne ou haute, mais non « très haute » comme dans la partie occidentale de la cit (...)

113Au moins toute la partie septentrionale et orientale (couloir rhénane) de la cité est cependant concernée par des sols fertiles, et notamment des loess (BECHERT, 2007, carte fig. 18 ; BRÜGGLER et alii, 2017, p. 31-40, et fig. 35 : sols de valeur moyenne ; GERLACH et alii, 2017, carte fig. 35174), ainsi que, aux abords du couloir rhénan, d’alluvions anciennes ou récentes. Pour le bassin de Cologne, on note, pour une période contemporaine de ses sépultures, une céréaliculture sans doute en partie orientée vers la production de bière, avec les assez nombreux fours de séchage de grain ou de maltage observés (HEIMBERG, 2003, p. 125 ; cf. BRÜGGLER et alii, 2017, p. 61). C’est en tout cas la céréaliculture qui apparaît la production agropastorale dominante dans ce secteur, et tout particulièrement l’épeautre (REDDÉ, 2019, tabl. fig. 4-5). En outre, les données démographiques montrent, pour l’ensemble des régions rhénanes, une densité de population rurale particulièrement forte dans tout le territoire de la cité de Cologne (REDDÉ, 2019, fig. 3). La région de Trèves est cependant apparemment affectée par les crises du IIIe s., période concernée par au moins une partie de nos ensembles (SEILER, 2016).

114Dans le Stadtbezirk de Lindenthal (cf. supra, ensembles nos 4-6) est connue la célèbre villa de Köln-Müngersdorf, dont la fouille a livré un petit groupe de sépultures associées, d’un autre type (FREMERSDORF, 1933) ; une autre villa importante a été fouillée sur le territoire de Cologne actuel, à Köln-Braunsfeld (FREMERSDORF, 1930 ; Van OSSEL, 1992, p. 197-199), ainsi que plus récemment par exemple une autre au sud-ouest, à Saint-Pantaleon (FREMERSDORF, 1951 ; cf. RISTOW, 2011), non loin des ensembles nos 21 et 22 de St-Severin.

  • 175 Au moins neuf sites, auxquels on pourrait ajouter, dans cette partie occidentale de la cité plus él (...)

115Le secteur de Cologne et, plus largement, la cité des Ubiens sont en outre concernés par la présence d’un nombre assez important de greniers de grande capacité, traduisant la fertilité du territoire et le rôle assez primordial qu’il occupe dans l’approvisionnement de la cité, de la province et sans doute de l’armée, ce notamment pour la céréaliculture (FERDIÈRE, 2019, tabl. et carte ; cf. ECK, 2007b ; BLÖCK, 2013) : en excluant ici les nombreux greniers présents dans les établissements de la forêt de Hambach (Niederzier)175, on retiendra les exemples proches de Cologne ou Bonn ou du moins du Rhin dans la cité, dont justement Köln-Braunsfeld et Köln-Müngersdorf (supra ; voir FREMERSDORF, 1930 et 1933), ainsi que de Köln-Niehl et Weilerswist (voir HEIMBERG, 2003), et, proche de Bonn, ceux de Flerzheim, Rheinbach (FERDIÈRE, 2019, corpus en ligne).
Et l’on note parfois des sépultures du IVe s. – donc contemporaines de nos ensembles – découvertes dans les ruines de villae du Haut-Empire autour de Cologne (HELLENKEMPER, 1984, p. 188 ; cf. GAUTHIER, HELLENKEMPER, 2002, p. 40-41).

  • 176 Dont une à Brühl, trois à Köln-Lindenthal, cinq à Cologne même (sans celles ici) et deux à Rodenkir (...)

116Le type de dépôt funéraire examiné ici est en tout cas absent des sépultures dans la partie occidentale de la cité, par exemple dans le secteur de Jülich (GAITZSCH, 1993), ainsi que des nécropoles d’époque romaine répertoriées pour le district de Cologne même (Van DOORSELAER, 1964, p. 55-77)176.

  • 177 Pour les ensembles funéraires tardifs dans la région (partie sud du bassin inférieur du Rhin, la th (...)
  • 178 On peut y ajouter entre autres, des environs de Cologne, la nécropole tardive de Hürth-Hermülheim r (...)

117En ce qui concerne le contexte funéraire proprement urbain de la ville romaine de Cologne-CCAA177, non moins de six nécropoles sont établies au Ier s. de n.è. et fonctionnent au Haut-Empire le long des axes routiers sortant de la ville (GAUTHIER, HELLENKEMPER, 2002, p. 40-41), dont celle de Saint-Séverin, concernée ici par les ensembles nos 21 et 22 (PÄFFGEN, 1992, 2) et celle de la Jacobstrasse, où sont situés les lots nos 27 à 33 (FRIEDHOFF, 1991). Au Bas-Empire, les nécropoles de l’Aachener Strasse (SPIEGEL, 1994) et de la Luxemburger Strasse (RIEDEL, 1980 ; avec neuf de nos ensembles, nos 8 à 16) continuent à être utilisées, ainsi que celle autour de l’église Saint-Séverin (cf. supra), et l’on y note parfois la présence de tombes à armes de type germanique ou encore de signes du christianisme (GAUTHIER, HELLENKEMPER, 2002, p. 46-47)178.

  • 179 Voire au moins deux de plus, avec les lots n° 21 et n° 22.

118En définitive, concernant le contexte de ces ensembles, le bilan suivant peut être tiré de la localisation (cf. fig. 4) des lots inventoriés pour le secteur de la CCAA – soit quarante-deux dont, on le rappelle, huit restent non localisés précisément – : quinze lots sont associés aux principales nécropoles de la ville antique de Cologne ou éventuellement des villae suburbaines (Saint-Pantaleon), dont sept179 dans la seule nécropole de la Jacobstrasse. Les autres ensembles, soit dix-sept, se répartissent en couronne sur la rive gauche du Rhin, sur sept sites ruraux un peu plus éloignés de la ville romaine (de 3 à 10 km), un groupe notable de neuf lots à la Luxemburger Strasse et sans doute deux ou trois cas d’association à une villa proche, avec le lot n° 39 (Neusserstrasse) et surtout les ensembles nos 4 à 6 (Lindenthal) et probablement 35 (Durenerstrasse), à environ 1 km à l’ouest-sud-ouest de la villa de Köln-Braunsfeld, ainsi que le lot n° 2 (cf. cette notice supra).

5. Interprétation et signification de ces dépôts d’objets miniatures

  • 180 Une grande part de ce qui suit s’appuie essentiellement sur ce travail (dont ibid., p. 204-208) ; l (...)

119Comme le souligne Ph. Kiernan (2009, p. 203)180, les interprétations concernant la signification de ces lots de miniatures sont multiples. Les pistes sont cultuelles ou profanes, mais le fait que ces ensembles soient spécifiques à la région de Cologne devra certainement être pris en compte pour leur interprétation.

  • 181 Manning (op. cit., p. 50, n. 3) mentionne, dans ce sens, les liens commerciaux entre la Britannia e (...)

120Des lots plus ou moins importants d’objets, outils, armes, animaux miniatures sont signalées en contexte funéraire ou cultuel dans les provinces occidentales de l’Empire romain. En Grande-Bretagne romaine, M. Green (1975, p. 62-66) recensait déjà soixante-cinq points de découverte. Le lot découvert dans le Sussex – qui fait partie de ceux ici concernés (supra, n° 54) –, est certes le plus notable. La similitude des objets de cet ensemble britannique avec ceux examinés plus haut pour la région de Cologne est troublante et a été d’emblée notée dans l’étude que W.H. Manning (1966) lui a consacré, en se livrant déjà à une comparaison détaillée (cf. son tableau 2) : pourrait-on suggérer une origine de la région de Cologne pour l’individu concerné par cette probable sépulture181 ? Il est remarquable qu’en Germanie Libre, à la période correspondant au Bas-Empire romain, la pratique des dépôts d’outils miniatures soit assez courante (voir BEIKE-VOIGT, 1994).

  • 182 Dont forces, pioche, pelle, faucille, hache et joug ; ce dernier (a, à l’extrémité gauche du collie (...)

121Et l’on peut noter encore la comparaison avec le dépôt d’outils agricoles miniatures de Talamone (Italie), de la 2ème moitié du IIe s. de n.è., où l’on retrouve houe, pioches, joug double (de type différent) et faucille ou faux (MAURO dir., 1985, p. 140-142, fig. 6.7 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 42, 2 ; Musée Arch. de Florence), mais aussi avec l’ensemble d’outils miniatures182 en amulettes prophylactiques du collier de Szilágysomlyó en Hongrie, cité infra (fig. 40).

Fig. 40. Collier de Szilágysomlyó (Hongrie), avec ses pendentifs d’outils miniatures, d’après BEILKE-VOIGT, 1994, fig. 17.

122Pour les cinquante-trois ou cinquante-quatre ensembles examinés ici, au-delà de leur homogénéité technique (supra, § 3.6) et de leur composition (réitération de certains items…), la répartition géographique est remarquable, avec une très grande majorité – les 4/5 – des découvertes à Cologne et dans ses environs immédiats (soit 42 sur 53 ou 54), et une minorité sur des sites proches de la cité ubienne (Bonn) ou du moins aisément accessibles par voie d’eau s’ils sont plus éloignés. Il est donc patent qu’il s’agit en tout cas d’un phénomène culturel quasi exclusif de la CCAA et de la cité des Ubiens, vers la fin du Haut-Empire et le début du Bas-Empire (IIIe s.-IVe s.).

123Examinons donc les différentes interprétations qui ont été proposées pour ces ensembles originaux.

5.1. Des symboles mithriaques

  • 183 DÜTSCHKE, 1978, p. 75, n° 35 ; p. 77, n° 78 ; WEERTH, 1882 ; LINDENSCHMIT, 1900, p. 399 ; BLINKENBE (...)
  • 184 Mais accompagné du scorpion – ici absent –, qui piquent le taureau égorgé par Mithra dans la scène (...)
  • 185 Argument contraire, convainquant, utilisé par plusieurs auteurs : PÄFFGEN, 1992, p. 258 ; KIERNAN, (...)

124Depuis l’origine des premières découvertes, de nombreux auteurs ont proposé de reconnaître dans ces dépôts funéraires une symbolique mithriaque183. En vérité, seuls le serpent184 et l’échelle se retrouvent dans l’iconographie du culte de Mithra, une religion d’ailleurs en principe réservée aux hommes alors qu’il s’agit généralement ici de sépultures féminines185. Il faut cependant noter que ce culte est assez bien attesté à Cologne (RISTOW, 1975 ; et plus récemment KIERNAN, 2002, pour un nouveau relief mithriaque).

125Bien qu’elle ait été très tôt discutée, voire réfutée (CUMONT, 1896, p. 526 ; PÄFFGEN, 1992, 2, p. 257 ; voir surtout KIERNAN, 2009, p. 196, 203, 204-205 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84), cette interprétation mithriaque reste la plus répandue, et le qualificatif de « Mithrassymbole » s’est perpétué jusqu’à aujourd’hui pour qualifier ces objets miniatures, même sans forcément leur accorder toujours un caractère de symbole de ce culte spécifique. Ce terme devrait pourtant aujourd’hui être abandonné, comme le proposent plusieurs des auteurs cités parmi les plus récents.

5.2. Des témoignages du culte de Sabazios

  • 186 Sur les documents concernant ce culte : VERMASEREN, 1983 ; LANE, 1985 et 1989 ; les coquillages mar (...)
  • 187 DIODORE de Sicile, Bibl. hist., III, 64, 2 et IV, 4, 41.
  • 188 Parfois explicitement dédiées à Sabazios. Pour les régions les plus proches, ici, du Nord-Ouest de (...)
  • 189 Renseignement William Van Andringa, avril 2018, que je remercie.

126Le culte de Sabazios est aussi évoqué (BLINCKENBERG, 1904, p. 115-122 ; SCHMITZ, 1956, p. 134-135 ; MANNING, 1966, p. 53-54, 50-59 et pl. XVI ; VERHOEVEN, ECTOR, 1984 ; SMEETS, 200, p. 100 ; cf. NOELKE, 1984, p. 416 ; STEURES, 2004, p. 169 ; KIERNAN, 2009, p. 205-206 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84). C’est une autre religion à mystères d’origine orientale, plus précisément phrygienne ou thrace, qui se développe alors en Gaule186. Ce dieu est certes censé, selon une unique source textuelle antique187, être notamment l’inventeur de l’araire et de l’attelage des bœufs (char et surtout joug ici), et les mains de Sabazios, connues en plusieurs exemplaires à travers le monde romain188, présentent, il est vrai, serpents, lézards et tortues (cf. supra ; BLINKENBERG, 1904 ; cf. VERHOEVEN, ECTOR, 1984). Et il faut y ajouter les outils et animaux qui de même accompagnent Sabazios sur un relief provenant de Rome, au Musée de Copenhague (ibid., 1984, fig. 7). Mais ces mains offrent aussi d’autres figurations ici absentes, de même que beaucoup des éléments concernés par nos objets miniatures sont absents de l’iconographie sabaziaque : c’est notamment le cas de l’outillage agricole. Cependant, les animaux rampants présents dans nos exemplaires ici sont par exemple associés à des vases, notamment à Pompéi, associés à une « main sabaziaque »189. La « main », signalée ici dans un unique ensemble de miniature (n° 25) de Cologne, pourrait à la rigueur être en rapport avec ceci…

  • 190 Ce malgré la proposition, par I. Beilke-Voigt (1998, p. 93-94), d’un mélange local de ce culte avec (...)

127Toutefois, si le culte de Sabazios est attesté dans de nombreuses provinces de l’Empire romain (voir FELLMANN, 1981), il devrait dès lors l’être tout particulièrement à Cologne et dans la cité des Ubiens, voire alentour, si l’on en juge par le nombre d’ensembles dans cette dernière. Or il n’en est rien et – hormis une main sabaziaque à Cologne –, la seule occurrence épigraphique est une dédicace de la seconde moitié du Ier s., par un légionnaire originaire de Pannonie Supérieure, découverte dans la cité voisine à Mayence (SCHWERTHEIM, 1974, p. 319 ; cf. VERHOEVEN, ECTOR, 1984, n. 22). Cette interprétation est donc rejetée par plusieurs auteurs, qui s’appuient notamment sur la quasi-absence de ce culte dans la région concernée ici (LEHNER, 1924a, p. 63-64 ; SCHMITZ, 1956, p. 135 ; NOELKE, 1984, p. 416, n. 89 ; KIERNAN, 2009, p. 205 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84)190.

5.3. Des amulettes magiques et autres témoignages d’autres cultes191

  • 191 Pour les interprétations cultuelles en général, dont Mithra et Sabazios (supra), je remercie Willia (...)
  • 192 Aujourd’hui Șimleu Silvaniei, Sălaj/RO.
  • 193 À noter en effet que les dépôts métalliques d’outillage agricole, notamment avec socs d’araire, san (...)

128Plus généralement, on a proposé des amulettes magiques, de tradition germanique (LEHNER, 1924b, p. 51, n. 4 ; BÖS, 1959, p. 29-30 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 206-207) : fonction apotropaïque, qui semble être celle d’assez nombreux autres objets et outils miniatures trouvés en Gaule dans des sépultures (BEILKE-VOIGT, 1994, p. 103-125), de ces « amulettes » qui auraient d’abord été portées par le défunt sur ses vêtements. Ce dernier auteur rapproche tout particulièrement ces lots d’un collier orné d’amulettes prophylactiques découvert dans un dépôt du IIIe s. à Szilágysomlyó en Hongrie192 (HAMPEL, 1905a, p. 15 sqq. ; 1905b, pl. 14 ; BLINKENBERG, 1904, p. 122 ; PÄFFGEN, 1992, p. 259 ; CAPELLE, 1994 ; BEILKE-VOIGT, 1994, p. 124-125, fig. 17 ; GSCHWANTLER, 1999, fig. ; cf. BEHRENS, 1939a, p. 59 ; PETRIKOVITS, 1960, p. 134 ; KIERNAN, 2009, p. 207 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 85) (fig. 40) : celui-ci comporte, entre autres, araire, joug double, échelle, hache, faucille, couteau, pelle, fourche, forces…, assemblage qui ferait référence à des croyances plutôt germaniques193… Mais, dans les ensembles étudiés ici, les objets miniatures ne comportent pas de système – anneau ou autre – qui permettrait de les porter en amulette personnelle.

  • 194 Voir déjà HABEREY, 1949, p. 104 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84.

129On reviendra plus bas, en synthèse (chap. 8), sur l’interprétation dans le sens de cultes de divinités non nommées, plus ou moins souterraines, notamment liées à l’agriculture et à la fertilité194.

  • 195 Si ce n’est pas le « serpent à crête » basilic, plutôt lié à Saturne, cf. § 3.4.2, a ; mais voir au (...)

130Quant aux autres cultes qu’il est possible d’évoquer, on observera que le bilan est mitigé et que les allusions claires à des divinités classiques du panthéon romain sont rares, voire absentes : outre Mithra et Sabazios, seul Mercure se distingue à la rigueur, avec deux de ses attributs, chacun en un seul exemplaire, la bourse dans le dépôt n° 11 et le coq dans l’ensemble n° 1, auquel on peut peut-être ajouter le serpent195, présent quant à lui dans non moins de douze dépôts, ainsi qu’à la rigueur la chèvre (un exemplaire, sans doute plutôt statuette classique que miniature, lot n° 26).

  • 196 Arguments contraires dans NOELKE, 1984, p. 416-417 ; KIERNAN, 2009, p. 207 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 8 (...)
  • 197 Voir infra, chap. 7.
  • 198 Voire des représentations de jouets dans ces tombes féminines, symbolisant les enfants, la filiatio (...)

131Si l’attribution de ces objets miniatures à un culte spécifique semble difficile, une signification plus ou moins religieuse, symbolique ou magique reste cependant la plus admissible, dans le contexte rituel des pratiques funéraires : référence à une idéologie bucolique de la part de ces femmes de l’élite ubienne (LINFERT-REICH, 1973 ; 1974 : 170)196, simples amulettes sans plus de signification que vaguement apotropaïque (FRIEDHOFF, 1991, p. 196-197 ; cf. Päffgen, 1992, p. 258 ; FIERNAN, 2009, p. 196, n. 6 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84), bijoux féminins197 ou jouets d’enfants (PÄFFGEN, op. cit. ; KIERTNAN, op. cit. ; GOTTSCHALK, op. cit.)198… ?

5.4. Des interprétations profanes

  • 199 Qui pourrait à la rigueur être un argument en faveur de cette interprétation, les dimensions de ces (...)
  • 200 Notamment, pour des poids aussi faibles et une aussi petite unité de compte, les marges d’erreurs ( (...)

132Cette dernière interprétation (bijoux ou jouets) nous emmène dans la sphère non plus du religieux mais du profane.
Plus spécifiquement, R. Rottländer (1974 ; 1989 ; cf. VERHOEVEN, ECTOR, 1984 ; KIERNAN, 2009, p. 204-205 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84-85) a proposé de voir dans ces petits objets en bronze des poids, en association avec la présence, courante ici, de la balance qui auraient alors ici été réellement fonctionnelles : les valeurs pondérales des objets, pesés, correspondraient à des multiples du demi-scripulum romain d’1,135 g, soit 0,57 g. Il est vrai que, si l’on néglige la question de l’échelle de représentation199 de cet objet (cf. supra), ces balances à fléau et plateaux sont toutes du type trébuchet, propres à peser des métaux précieux en petite quantité, ou encore des monnaies. Mais cette explication ne semble toutefois pas pouvoir être retenue200 : voir supra, § 3.3 (balances) pour cette question.

133Ph. Kiernan (2009, p. 31) puis R. Gottschalk (2012, p. 85) ont enfin proposé de ne voir dans ces miniatures que de simples objets personnels ou bibelots féminins, plus ou moins en lien avec les cosmétiques contenus par ailleurs dans ces coffrets. Mais cette explication matérialiste, qui reste également de caractère essentiellement profane, est sans doute par trop simpliste et n’emporte pas pour autant mon adhésion, comme on le verra chap. 8.

134Sans sombrer dans les excès du « symbolisme funéraire » cher à Franz Cumont (1942), il faut admettre que, comme souvent dans ce type de contexte, ces objets – outils et animaux – apparaissent bien comme l’image des activités qui ont fait la prospérité des défunts et de leur famille : c’est ce à quoi aboutira la conclusion de ce travail (infra, chap. 8). L’évocation, par ces outils agropastoraux miniatures, du monde rural est certes déjà l’interprétation globale proposée par R. Gottschalk en 2012, mais dans une optique qui n’était pas explicitement socio-économique.

6. La miniaturisations d’outils en contextes cultuels et funéraires

135Au-delà de ce remarquable groupe de sépultures ubiennes et apparentées, la présence d’objets miniaturisés dans des contextes de nature soit cultuelle soit funéraire n’est pas en soi une rareté en Gaule romaine.

136Laissant de côté les vases miniatures (cf. KIERNAN, 2009, p. 165-179) et autres objets du quotidien concernés, nous nous cantonnerons ici aux seuls outils, notamment agricoles.

137Les occurrences en contexte cultuel ne sont pas rares (cf. aussi FAUDUET, 2010, p. 246-247), et Ph. Kiernan (2009, voir p. 180-194 pour les outils) a pu consacrer à cette question tout un récent ouvrage, abondamment cité ci-dessus, pour les provinces nord-occidentales de l’Empire romain.

  • 201 Présentes sur plus de trente sites cultuels en Gaule (KIERNAN, 2009, p. 219-267 (Appendix 1 : Catal (...)

138En excluant notamment les « haches votives » miniatures201 et autres couteaux, ainsi que les armes et les autres outils artisanaux, et pour se limiter au seul outillage agropastoral, on peut mentionner une bonne quinzaine de sites, dont on trouvera infra la liste en Annexe 2 et carte fig. 41. On note surtout des socs, reilles ou coutres d’araire, qui, notons-le, ne sont pas représentés isolément de cette façon dans les lots étudiés ici, ainsi que des pioches, pelles, houes (et donc éventuellement des haches).

  • 202 Sites non mentionnés dans KIERNAN, 2009 ; ces outils miniatures, ici assez souvent accompagnés de v (...)

139En revanche, hormis justement l’impressionnante liste énumérée ici supra, des sépultures ubiennes ou associées qui font l’objet de cette recherche, et hormis certes, de-ci de-là, quelques couteaux ou épées miniatures dans des tombes, on ne peut véritablement citer que quelques ensembles funéraires, et pour la seule autre cité des Lémovices, dans la province d’Aquitaine202, en général du IIe s., avec des objets, notons-le, en fer et non en alliage cuivreux comme ici.

  • 203 Trois objets miniatures, dont deux outils agricoles, dans les sép. 50 ; huit, dont deux outils agri (...)

140- Arrènes « les Giraudes » (Creuse) : sépulture isolée en coffre, avec trois outils miniatures : pioche, hache et serpe (BRIVES, 2008, t. 2, p. 141, n° 323, av. biblio. compl.).
- Eygurande « Montcheny » (Corrèze) : deux sépultures à incinération en coffre (rural : villa proche) ; autour des coffres, mobilier divers, dont trois outils miniatures : hache-houe, hache-marteau et herminette (VAZEILLES, 1957, p. 105-107 ; LINTZ, 1992, p. 106 ; cf. BRIVES, 2008, t. 2, p. 236-237, n° 562, av. biblio. compl.).
- Pontarion « les Sagnes » (Creuse) : la nécropole rurale a fourni un lot important d’outils miniaturisés en fer, issus de plusieurs sépultures203 : haches (sép. 50, 68, 150 et 238), herminette (plutôt houe ?) ou ascia (sép. 68 et 150), pioche (sép. 50 et 238), houe (sép. 238), serpes ou émondoirs (sép. 150 et 238), faux (sép. 238), fourche ou bigot (sép. 238), pelle (sép. 99), forces (sép. 238), probable bêche (sép. 150) (LINTZ, 2001, p. 62-65 ; BRIVES, 2008, t. 2, p. 157-206, nos 386, 398, 412, 435, 471, pl. 15-16).
- Saint-Martial-de-Gimel « Les Chaux » (Corrèze) : dans une sépulture, deux outils plus légèrement miniaturisés : herminette et merlin (LINTZ, 1992, p. 167-168 ; BRIVES, 2008, t. 2, p. 252, n° 596).
- Saint-Martin-Sainte-Catherine (Creuse) « le Theil » : petit groupe de sépultures en coffre, isolé, avec en tout quatre objets miniatures, dont pioche, hache et serpe (BRIVES, 2008, t. 2, p. 218, n° 522, av. biblio. compl.) ; et « Lavaud » : autre sépulture en urne, avec quatre objets miniatures dont une hache (BRIVES, 2008, t. 2, p. 219, n° 5223, av. biblio. compl.).
- Saint-Priest-d’Évaux « Louroux » (Creuse) : nécropole à crémations en coffre, avec au total deux objets miniatures, une hachette et une herminette (BRIVES, 2008, t. 2, p. 223, n° 533, av. biblio. compl.).
- Eyrein « la Plate » (Corrèze) : petite nécropole rurale, avec une serpette légèrement miniaturisée (BRIVES, 2008, t. 2, p. 238, n° 564, av. biblio. compl.).

141On signalera d’ailleurs que dans cette même cité lémovice, des coutelas (de chasse ?) miniatures sont également attestés, en général également en contexte funéraire (LINTZ, VUAILLAT, 1988, p. 170 et fig. 5).

142Ainsi, ces lots lémovices, et notamment le plus riche, avec plusieurs sépultures (dont surtout la 238) de Pontarion, comprennent une partie des outils représentés dans les exemples ubiens : haches, faucille, houe, pioche, serpe ou émondoir, faux, fourche, force et sans doute bêche…

  • 204 Je remercie Damien Censier (Direction de l’archéologie préventive de la communauté d'agglomération (...)

143En outre, une toute récente découverte peut être signalée, avec une sépulture en hypogée du IIe s. d’un ensemble funéraire lié aux carrières gallo-romaines de Douchy-les-Mines (Nord), avec un lot important de céramique et un fer de pioche de type dolabre (hache-pic) légèrement miniaturisé, en fer (L. 18,2 cm), accompagné, comme dans plusieurs des ensembles étudiés ici, d’un coquillage (de type bulot) (CENSIER, à paraître)204.

144On est en droit de penser que dans ces cités, cet outillage agropastoral miniaturisé peut recevoir la même interprétation que les ensembles ubiens.

7. Du mobilier funéraire

145J’ai paradoxalement peu abordé jusqu’ici la stricte question des pratiques funéraires en tant que telles, mais c’est de manière tout à fait délibérée : on l’aura compris, mon propos relève en effet essentiellement du domaine socio-économique et notamment de l’économie agropastorale.

146Ce point de vue des pratiques funéraires est, en revanche, en partie celui adopté par R. Gottschlack (2012, p. 86-87), mais dans une optique sensiblement différente : les pièces de mobilier funéraire constituées par ces objets miniatures sont pour lui en quelque sorte des bibelots précieux conservés par des femmes dans leurs boîtes à bijoux (cf. supra, § 5.3).

  • 205 Y compris pour les outils – miniaturisés ou non –, déposés dans les tombes comme symboles du métier (...)

147Cette interprétation concernant la nature et la fonction de cette catégorie particulière de mobilier funéraire ne me paraît pas satisfaisante, quant au sens – en termes de rituel d’accompagnement des défunts – de la présence de ces éléments miniatures. En effet, pour la plupart des objets déposés dans les tombes, au Haut comme au Bas-Empire, il est admis qu’il s’agit d’objets de la vie quotidienne, fabriqués en série pour un usage domestique ou courant, et ainsi « recyclés » à usage funéraire (TUFFREAU-LIBRE, 2004 ; TESTARD, 2004 ; FERDIÈRE, 2004b ; TRANOY, 2007, p. 168 ; BLAIZOT et alii, 2009, p. 65-84 ; 230-232)205. Mais ce n’est manifestement pas le cas de la série d’objets miniatures étudiée ici, fabriqués en alliage cuivreux de manière apparemment exclusive pour leur dépôt dans ces tombes féminines (pour la plupart), si l’on en juge par le constat qu’aucun de ces objets n’a jamais été découvert dans d’autres types de contexte, domestique ou autre, mais exclusivement funéraire : leur présence – avec une production apparemment assez standardisée par moulage – dans non moins d’une cinquantaine de sépultures donne une validité certaine à ce constat.

  • 206 En Gaule Belgique.

148Il faut quand même noter, in fine, que l’on a ici de toute évidence affaire à l’expression, dans les pratiques entourant la mort, d’une certaine élite de la société quasi strictement ubienne, pour la période concerné (IIIe-IVe s.) (cf. infra). Il ne s’agit sans doute pas du rang le plus élevés de ces élites de cités, qui se font alors ériger plutôt des mausolées, ou ailleurs206 des tumuli ou des hypogées (cf. FERDIÈRE, 2004a), mais en tout cas d’une tranche aisée de cette société. On est en présence de pratiques spécifiques à une unique cité ou presque, comparables à ce qu’on a pu constater ailleurs en Gaule, tant au début du Haut-Empire, avec les sépultures aristocratiques des Trévires ou des Bituriges Cubes (FERDIÈRE, VILLARD, 1993), mais aussi plus tard (IIIe s.), autour du Marais poitevin, pour les Pictons (SIMON-HIERNARD, 1993 ; 2012).

  • 207 Cf. W. Van Andringa, remercié supra.

149Il s’agit en tout état de cause de dépôts rituels, dans la tombe et accompagnant ainsi le défunt, d’objets à usage symbolique, à destination et à l’attention des dieux infernaux207. Pour ces tombes assez bien dotées d’une certaine élite de la société ubienne, se faisant accompagner dans la mort par les représentations de la source de leur richesse – la terre et les activités agropastorales –, on est par ailleurs ici dans un mode de pratique funéraire plutôt de type « indigène », si l’on admet la proposition que j’ai émise il y a quelques années (FERDIÈRE, 2004a) : à une période certes tardive ici ou la pratique du dépôt assez massif de mobilier dans la tombe revient assez nettement en vigueur, ceci vient en miroir aux représentations figurées des activités lucratives des défunts tels qu’auparavant perceptibles dans ces régions sur des monuments funéraires tels que le pilier d’Igel.

8. Vers une nouvelle interprétation, en guise de conclusion

  • 208 Il est sans doute parlant de rappeler ici la figurine en bronze du laraire cité plus haut représent (...)

150En définitive, c’est donc ici une toute autre interprétation que celles habituellement présentées qui est proposée ici, peut-être plus triviale, matérialiste et courante mais non moins empreinte de signification religieuse : celle de figurations de la fertilité et de prospérité – et par conséquent des sources de revenu des défunts et défuntes –, d’ailleurs proposée, mais sans doute trop timidement, depuis longtemps par plusieurs auteurs (HABEREY, 1949, p. 104 ; LINDFERT-REICH, 1974, p. 170 ; NOELKE, 1984, p. 416 ; cf. KIERNAN, 2009, p. 207-208 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84, 86 sqq.). Ceci peut valoir pour les instruments et outils comme d’ailleurs pour les quelques animaux présents, notamment ceux que l’on a qualifiés de « chthoniens »208.

  • 209 Voir aussi (GOTTSCHALK, 2012, p. 84) la protection contre les malédictions (LEHNER, 1924b, p. 51), (...)
  • 210 Selon la restitution de ce site par KNÖRZER, 1984.
  • 211 Il note d’ailleurs l’absence de plusieurs éléments de la vie à la campagne, tels que – à quelques r (...)

151Certes, cette interprétation apotropaïque et chtonienne n’est donc pas entièrement nouvelle et notamment R. Gottschalk (op. cit.)209 propose – utilement, même si de manière un peu schématique et convenue – de situer les activités agropastorales suggérées par cet instrumentum, en l’occurrence le lot bien doté de Cologne-Rodenkirchen (supra, n° 2), dans les différentes aires et bâtiments d’une des fermes (n° 69) de la région du Hambacher Forst (ibid., fig. 2)210. En revanche, en proposant de voir dans ses objets des souvenirs féminins de leur vie rustique, il atténue à mon sens très fortement la portée en termes socio-économiques de ces assemblages211.

8.1. Quelle économie agropastorale ?

152Il est clair que la thématique générale de ces figurations concerne la production agropastorale. Mais quelle économie rurale se dégage, globalement, de celles-ci, et pour quelles productions ? Peut-on en effet aller plus loin dans l’interprétation, et préciser dans ce sens les productions concernées par les domaines des domini dont on a ici les sépultures de membres de la familia ?

  • 212 Ou du moins de leurs proches, puisqu’il s’agirait surtout de femmes, si du moins celles-ci ne peuve (...)

153Il semble, selon le point de vue défendu ici, s’agir des représentations symboliques (en miniature) des éléments (outils et autres) qui fondent la prospérité (cf. HABEREY, 1949, p. 104 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 92-94) des personnages inhumés concernés, propriétaires fonciers212, au même titre sans doute que l’iconographie des scènes de la vie rurale des reliefs funéraires de la cité voisine des Trévires (voir supra et par exemple : Civilisation… 1983 ; KÜNZL, 1990).

  • 213 Qui peuvent d’ailleurs avoir ici, en même temps, une signification par rapport à la mort, dans ces (...)

154S’y ajoutent les représentations d’animaux chthoniens et rampants (supra, § 3.4.2), parmi lesquels on retiendra la signification symbolique – quasi universelle – de deux d’entre eux213 : le serpent évoque la fertilité mais aussi le cycle vie-mort et la renaissance – cycle des saisons –, alors que la grenouille symbolise également la fertilité et la renaissance, l’abondance et la métamorphose de la nature (printemps).

  • 214 La complexité de la représentation en miniature de cet instrument ne peut être invoquée, car elle n (...)

155De ce point de vue agropastoral, il n’est pas superflu de constater, en négatif, les absences : celle d’abord du vallus, la « moissonneuse gauloise », pourtant bien présent dans deux cités proches de Gaule Belgique, les Trévires et les Rèmes (cf. RAEPSAET, LAMBEAU dir., 2000), absence qui tendrait à éliminer ici une économie rurale essentiellement fondée sur la céréaliculture intensive214. Mais la viticulture est aussi notablement absente, ne serait-ce que par exemple par une serpette de vendange, alors que cette activité est très prégnante dans la cité voisine des Trévires, en particulier dans la vallée de la Moselle, et justement surtout au Bas-Empire (cf. GILLES dir., 1995 ; BRUN, GILLES, 2010).

  • 215 Pour la discussion sur la fonction de ces outils, voir supra, § 3.1.

156Beaucoup de ces objets semblent cependant bien concerner la céréaliculture215, et notamment le traitement après moisson et l’engrangement (grenier) : faux (? ; cf. supra à ce sujet), peut-être, et surtout van, pelle (?), échelle (?), clef (?), char (?). Il est à noter que les trois seuls types de matériel présents ensemble dans les lots ici concernés sont justement l’échelle, et la pelle, ainsi que la balance…

  • 216 Cf. la possible civière pour le transport du fumier de l’ensemble n° 2.

157De même, les représentations de reptiles et batraciens, animaux chtoniens, font selon moi également référence à la fertilisation du sol. Si les pioches sont des « taille-pré », on est alors dans le cadre d’un système agraire « mixte », alliant élevage en pré de pâture et céréaliculture, où les fumiers216 d’engrais sont produits par le bétail, qui se nourrit pour une part de la production de grain ; les faux de fenaison et fourches à foin iraient alors dans ce sens.

158L’araire lourd et élaboré, la grande herse et même le chariot participent en outre d’un équipement techniquement avancé qui est celui de ces régions de Gaule orientale à la période romaine, pour une agriculture relativement extensive, sans doute surtout céréalière (cf. par exemple RAEPSAET, 1995).

159On a vu aussi que la pioche « à deux tranchants inversés » pourrait correspondre à la remise en culture de terres laissées un temps en friche, type d’agriculture aménageant des poses en jachère qui – signalons le – est celle à quoi paraît faire référence, explicitement, le « plaumoratum » de Pline (HN, XVIII, 172), pour une région assez proche, au sud-est (autour du Tyrol…).

  • 217 Outils bien représenté (six ensembles), avec ces petites scies à cadre, mais apparemment plus de me (...)

160En définitive, ces ensembles montrent une économie agropastorale sans doute assez largement de caractère mixte, réservant une part importante à la céréaliculture mais en laissant une autre, non négligeable, à l’élevage, avec des prairies de fauche destinées au fourrage des bêtes, comportant probablement dans cette région une part d’ovins à laine, dont témoignerait l’unique paire de forces de l’ensemble n° 2. Une économie agraire qui laisserait ici aussi, il faut le souligner, une assez large place à l’exploitation forestière et de bois (haches et cognées, asciae, scies217…).

  • 218 Va aussi sans doute dans ce sens la réitération du symbole par une double représentation de certain (...)

161Un argument à mon sens assez fort en faveur de l’interprétation proposée ici in fine est que cet outillage et cet équipement de la ferme est – hormis la question des échelles communes, convention en général peu respectée dans l’Antiquité – très réaliste et donc sans doute proche de l’outillage réel qu’on pouvait voir à l’époque dans les exploitations agropastorales, fermes et villae aux alentours de Cologne, propriétés des familles ici concernées. En tout cas, il ne s’agit donc en rien – selon moi – de représentations symboliques et vagues de la fertilité et des travaux des champs218… On évoque ainsi une économie agropastorale diversifiée dans les campagnes ubiennes environnant Cologne, pour une cité qui semble toutefois disposer d’une économie rurale un peu moins tournée vers les productions agropastorales que ses voisins les Trévires, où les scènes d’activités rurales et dérivées sont particulièrement nombreuses sur les monuments funéraires (cf. § 8.2).

8.2. Des familles de propriétaires fonciers

  • 219 Ceci étant toutefois à relativiser, car l’identification sexuelle de ces défunts n’a été faite que (...)
  • 220 On l’a remarqué supra, chap. 7.
  • 221 Voir supra § 5.3 pour les diverses interprétations de ces lots.
  • 222 Comme c’est sans doute le cas des coquillages marins présents dans plusieurs de ces mobiliers, qui (...)

162Par le dépôt de ces objets miniatures dans les sépultures, il s’agit donc, en quelque sorte, d’une part, pour ces familles de notables, de montrer les sources de leur fortune, mais aussi, d’autre part, d’un point de vue plus religieux, de favoriser – par cette adresse aux dieux à travers le défunt – le maintien de la fertilité et de la productivité sur le domaine, pour les héritiers. Les représentations d’animaux rampants, chthoniens, vont aussi dans ce sens (BÖS, 1959, p. 30). Mais pourquoi alors ceci exclusivement – apparemment – dans des tombes féminines, comme le souligne Ph. Kiernan (2009, p. 207)219 ? Cet auteur (ibid., p. 208), constatant en outre que ces objets sont – ce qui est exceptionnel – fabriqués uniquement à usage funéraire220, propose de suivre St. Martin-Kilcher (2000, p. 67-69) qui, pour des vases miniatures en plomb dans d’autres sépultures féminines, propose d’y voir non des jouets réels mais des figurations de jouets évoquant les enfants et la filiation221. La présence de cosmétiques dans plusieurs des dépôts funéraires ici étudiés renforce en tout cas ce caractère féminin222

  • 223 Comme d’ailleurs pourrait aussi le suggérer cette même présence de coquillages marins dans certaine (...)
  • 224 De même qu’à Trèves, au Pays-Bas ou dans le Sussex (GB)…

163J’attribue donc ces dépôts d’objets et les sépultures concernées de Cologne et environs immédiats à des membres (essentiellement féminins) de l’élite ubienne – peut-être même de l’ordo de la cité, en tout cas de classe aisée – qui se sont pour une bonne part fait inhumer dans ou en limite de leur domaine rural, ici donc dans le territoire d’approvisionnement vivrier immédiat de la CCAA, sinon dans les nécropoles du chef-lieu de cité où ils avaient une part de leurs activités. Des familles de notables investissant sans doute aussi, au-delà de leurs revenus fonciers, dans le commerce au long cours, via le Rhin et la Mer du Nord223… On notera dans ce sens la présence de commerçant en Mer du Nord originaires de Cologne, à Colijnsplaat (plusieurs exemplaires) et Domburg (Pays-Bas ; KAKOSCHKE, 2005). Et il peut en être de même pour les cinq occurrences (nos 43 à 47) mentionnées à Bonn-Bonna ou environs, agglomération de la cité des Ubiens en rive gauche du Rhin, non loin de la limite de celle-ci avec la Germanie Supérieure et de Mayence : les notables ubiens pouvaient aussi y avoir aussi leurs intérêts et domaines fonciers224.

  • 225 Ce qui n’est en rien contradictoire avec la proposition de voir dans ces défunts des propriétaires (...)

164Il est en tout cas notable que ces dépôts très particuliers en contexte funéraire, pour la fin du Haut-Empire et le début du Bas-Empire, ne concernent clairement pas la totalité du territoire de la civitas mais essentiellement Cologne et sa périphérie immédiate, ainsi qu’à la marge, l’agglomération de Bonn et sa périphérie (cf. supra) : paradoxalement, compte tenu du caractère rural des activités concernées par cet outillage, il semble s’agir d’un phénomène plutôt urbain225.

  • 226 Pour ces sites et le Limbourg central d’une part, le Nord-Brabant de l’autre, concernés par ces lot (...)
  • 227 Voir supra, chap. 5, note 181, pour le commerce de Cologne (verrerie) avec la Britannia (jais…).
  • 228 Cf. la paire de forces du dépôt n° 2 ?

165Ces personnages de l’élite ubienne pourraient donc aussi, au moins pour certains, être impliqués comme negotiatores dans des activités lucratives de commerce, comme pourrait peut-être le suggérer la présence de dix ensembles de miniatures de types quasi identiques dans des sépultures mises au jour, hors de Cologne et ses environs, dans d’autres lieux assez aisément accessibles par voies d’eau : hormis Bonn, Trèves, Nimègue, Roermond et Veldhoven226 et sans doute Sussex, en Grande-Bretagne227 (cf. nos 48 à 54). Rappelons dans ce sens, outre les balances de précision, la présence d’une « bourse de Mercure » dans un des lots de Cologne (n° 25), le dieu « patron » du commerce étant sans doute aussi évoqué par le coq (n° 1) et peut-être le serpent. Il n’est pas rare en effet, notamment dans ces cités du Nord-Est des Gaules (Germanies et Belgique orientale), que les grands propriétaires fonciers investissent aussi dans la manufacture (dont laine ?228) et le commerce à longue distance, tel Secundinus de Trèves dont le monument funéraire (pilier d’Igel) narre les activités (BÉAL, 1999 ; FERDIÈRE, 2007).

166En ce qui concerne le contexte géographique et chronologique de ces sépultures, il est à noter que le nom romain de la ville de Cologne aurait été abrégé de Colonia Claudia Ara Agrippinensium en Agrippina, évolution sans doute entérinée par la réforme des provinces de Dioclétien à l’extrême fin du IIIe s. (BINSFELD, 1960 ; cf. ECK, 2004 ; 2007a, p. 81 ; voir aussi GALSTERER, 1999). En outre, au milieu et dans la seconde moitié du IIIe s., sous Gallien et Postume, Cologne a temporairement joué le rôle de capitale impériale (CHRISTOL, 1997 ; cf. VERHOEVEN, ECTOR, 1984, p. 147).

  • 229 Manifestement au moins à partir de 313 (ECK, 2007a, p. 82).
  • 230 Sans forcément évoquer explicitement les cultes de Mithra et Sabazios (supra, § 5.1 et 5.2).

167Dans la première moitié du IVe s., avec l’intérêt que Dioclétien accorde à cette cité, mais aussi avec le premier évêque de Cologne, Maternus, il faut en outre noter que l’on se situe dans un temps229 où le christianisme a bien pris pied et où se développe clairement la communauté chrétienne de la ville (ECK, 2004, p. 628 sqq. ; 2007a, p. 81-83). Il ne s’agit évidemment pas ici de supposer la moindre relation entre les pratiques funéraires, le choix de ces mobiliers d’accompagnement très spécifiques examinés ici, et la religion chrétienne, ni même juive, dont la communauté était, on le sait, importante alors à Cologne (ECK, 2007a, p. 81). Mais devant ce constat historique de contemporanéité, sans doute peut-on suggérer qu’une partie au moins de l’élite de la cité ait dès lors exacerbé, par leur expression dans les rites funéraires, d’autres croyances moins autochtones230

168En résumé, hors de Cologne et ses environs, les autres lots étudiés se situent dans la cité des Ubiens, autour de l’agglomération de Bonn (cinq lots), ou dans des villes bien reliées à Cologne (Trèves, avec deux lots, et Nimègue, avec un) – respectivement chefs-lieux de cité des Trévires (province de Belgique) et des Bataves (Germanie Inférieure/Seconde) – et sans doute deux établissements ruraux de la cité de Nimègue (Bataves) ou proche de celle de Tongres, également en Germanie Inférieure (ou Seconde au Bas-Empire) – Roermond et Veldhoven –, seul le lot britannique (Sussex) n’étant pas précisément localisé.

169Dernier point, on l’a dit : il s’agit certes de tombes reflétant par leurs caractères l’appartenance des défunt(e)s à une certaine élite de la cité ubienne. Cependant, s’il s’agit de sépultures souvent en sarcophage et bien dotées en mobilier, révélant un certain rang social des défunt(e)s et de leur famille, on est quand même assez loin des prestigieux monuments funéraires, piliers et autres, que l’on observe en nombre notamment dans la cité voisine des Trévires (cf. par exemple la carte de HATT, 1951, p. 184, carte n° 10 ; et cf. ANDRIKOPOULOU-STRACK, 1986 ; KRIER, 2006). Est-ce à dire que ces ensembles ne concernent pas la classe la plus aisée, mais cependant de bon rang, ou bien, plutôt, que l’aisance de la classe dominante et donc le développement économique sont plus importants chez les Trévires que chez les Ubiens ?

170On rappellera enfin que dans la cité trévire, c’est justement sur ces monuments que figurent souvent des scènes de la vie rurale et des travaux des champs : ainsi, sans doute, une économie de la cité de Trèves laissant une plus large place à une agriculture développée et lucrative que chez les Ubiens. Il est vrai que les piliers et autres monuments funéraires trévires sont essentiellement du Haut-Empire (fin du Ier - début du IIIe s.) ; la société comme l’économie ont sans doute bien évolué entre temps, jusqu’à nos ensembles, surtout datés du IVe s., en l’occurrence ici en matière de pratiques funéraires et de choix des élites, quant à la valorisation et à l’expression de leur rang social dans leurs tombeaux.

171*

172L’objectif affiché du présent article était de tenter de voir si ces miniatures en alliage cuivreux de la cité de Cologne et apparentées – et tout particulièrement les outils représentés – étaient susceptibles de nous informer sur le type de production, d’économie agropastorale pratiquée dans ce territoire, et notamment par les familles des défunt(e)s concernées : on a pu mettre en évidence des activités agropastorales de type mixte, équilibrées et diversifiées sans être sans doute de la polyculture, où la céréaliculture mais aussi l’élevage jouent leurs rôles complémentaires.

173Il faut d’ailleurs souligner, in fine, que ce point de vue socio-économique n’est pas profane par rapport au religieux et n’est pas exclusif d’une interprétation cultuelle de ces dépôts : ceux-ci sont en effet la représentation/matérialisation de ce qui fait la prospérité des populations locales concernées. Ils apparaissent ainsi, en quelque sorte, dans ses sépultures en contact avec l’au-delà, comme ex-voto, vœux de fécondité de la terre comme des familles, adressés aux dieux par l’intermédiaire des défunts. Peut-être ce rôle de « passeurs », dans la société ubienne contemporaine, était-il dévolu plutôt aux défunts de sexe féminin…

  • 231  Et l’on ne connaît rien du contexte de découverte de l’ensemble britannique du Sussex (n° 54).

174Ce qui est en tout cas, en conclusion, remarquable – on l’a dit mais il faut le souligner – est le caractère urbain, ou à la rigueur directement périurbain, des ensembles funéraires concernés, c’est-à-dire de la périphérie immédiate de chefs-lieux de cité (essentiellement Cologne, et à la marge, Trèves et Nimègue) et de ses villae périurbaines, ou bien d’agglomération secondaire (Bonn). Seul le lot de Roermond (n° 51) serait peut-être en contexte rural ; cependant des inscriptions sont connues, indiquant une probable agglomération ici (CIL, XIII, 8707-8708)231. Il pourrait dès lors paraître paradoxal de constater le caractère vraiment rural et agropastoral du symbolisme porté par cet outillage miniature. Ce serait oublier qu’alors – et en particulier en Gaule romaine – un lien extrêmement fort, social, économique et culturel, attache la ville à ses campagnes au sein de la civitas, cette dernière n’étant ni la ville chef-lieu seule ni son territoire seul, mais la ville et ses campagnes, ceci notamment par ces notables, principalement des propriétaires fonciers et avec le réseau-relais intermédiaire d’agglomérations secondaires.

Annexe 1

• Les fibules gallo-romaines en forme de joug

175Voir carte de répartition fig. 41.

Fig. 41. Carte de répartition en Gaules et Germanies des fibules en forme de joug (cf. Ann. 1) et des dépôts cultuels d’outillage miniature (Ann. 2) (cartographie C. Scheid, LAT/UMR CITERES).

176Une première publication (COULON, FAUDUET, 1990, abrégé ci-dessous « CF ») avait attiré l’attention sur ce type rare de fibule skeuomorphe, en en inventoriant alors huit exemplaires, à la suite de la découverte de l’une d’elles lors des fouilles d’Argentomagus (cf. inventaire infra, numéros (1 à 8) conservés de la publication princeps) (fig. A.1).

Fig. A.1. Fibules en forme de joug : 7 exemplaires (n° d’inventaire Ann. 1 : nos 1 et 4 à 8), d’après COULON, FAUDUET, 1990, pl. I.

  • 232 Apparemment non signalée comme telle in : PROVOST, 1988, p. 127, nos 306 et 310.
  • 233 Fibule, sans indication de type, signalée in : PROVOST et alii, 2009, 3, p. 142.
  • 234 Il est intéressant de noter cette fibule à Cologne même, par rapport aux découvertes des lots de mi (...)
  • 235 Non signalée comme telle parmi les fibules in : GALLIOU, 2010, p. 334.
  • 236 Non signalée comme telle parmi les fibules in : GALLIOU, 2010, p. 422.

1771 - Angers (Maine-et-Loire), ville chef-lieu de cité des Andécaves. Fouille de la rue Delage, dans les niveaux d’occupation extérieurs jouxtant les thermes édifiés au IIe s. et abandonnés dans la première moitié du IIIe s. : en forme de joug double (fig. A1, n° 1) ; CF, n° 1, pl. I, 1 et fig. 2 ; Vingt-cinq…, 1980 : n° 134 ; artefacts.mom.fr, FIB-4784, n° 1, vue le 27 mars 2018, fig. ; conservé au dépôt de fouille d’Angers232.
2 - Augst (BE, Suisse), ville chef-lieu de cité des Rauraques, dans les fouilles du gymnase en 1985, quartier artisanal à l’ouest du centre-ville (Region 2,E, FK C01766), dans un contexte du début du IIe s. : en forme de joug double (et voir infra autre ex. à Augst, n° 9) (fig. A.2, n° 2) ; CF, n° 2 ; FURGER, 1989, p. 22, fig. 18, 3 ; conservée au Römermuseum d’Augst, inv. 85.71113 ; RIHA, 1994, p. 163, pl. 43, n° 2868 ; artefacts.mom.fr, FIB-4784, n° 1, vu 27 mars 2018, 2 fig.
3 - Saint-Martin-du-Mont (Côte-d’Or), probable établissement rural, au « Bois de Cestres » : joug double, type proche du n° 1 supra (fig. A.1, n° 2) ; CF, n° 3, pl. I, 2 ; Mérov., 1978, p. 30, n° 82, pl. II, 6 ; cf. site artefacts.mom.fr, FIB-4784, n° 8, vu le 27 mars 2018, fig. ; conservée au Musée de Dijon, inv. 10326 (perdue avant 2005 ?)233.
4 - Cologne (Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, Allemagne), CCAA, chef-lieu de cité des Ubiens : joug simple, de type jouguet234, qui comporte un petit fragment de chaînette passée dans un petit anneau simple surmontant un des appendices latéraux d’attelage (fig. A.1, n° 3) ; CF, n° 4, pl. 1, 3 ; BEHRENS, 1939a, p. 59, fig. 6 ; site artefacts.mom.fr, vu le 28 mars 2018, FIB-4168, site n° 2 ; conservée au Wallraf Richartz Röm.-Germ. Museum, inv. 749.
5 - Haccourt (prov. de Liège, Belgique), dans le corps de logis de la grande villa : joug simple (jouguet), de type identique aux nos 3 et 4, supra (fig. A.1, n° 4) ; Haccourt II (CF, n° 5, pl. I, 4 ; De BOE, 1975, p. 33, fig. 14, n° 95 ; site artefacts.mom.fr, vu le 28 mars 2018, FIB-4168, site n° 1.
6 - Plouneventer (Finistère), fouille de l’agglomération de « Kérilien » dans les années 1960, en contexte du Haut-Empire : joug double de type comparable aux nos 1 et 2 supra (fig. A.1, n° 5) ; CF, n° 6, pl. I, 4 : COTTEN, 1985, pl. 37, n° 339 ; cf. CHEW, 2003, p. 369-370, fig. 12 ; RAEPSAET, 2016, p. 114, fig. 67 ; artefacts.mom.fr, FIB-4784, n° 5, vu le 27 mars 2018, fig. ; conservée au Labo. de l’Inst. armoricain de Rennes235.
7 - Saint-Jean-Trolimon (Finistère), dans les fouilles anciennes à « Troënen », sanctuaire laténien puis gallo-romain, avec agglomération secondaire, occupée aux Haut- et Bas-Empire : joug double, comparable aux nos 1, 2 et 6 supra (fig. A.1, n° 6) ; CF, n° 7, pl. I, 6 ; CHÂTELLIER, 1907, p. 324, pl. XVI, n° 10 ; artefacts.mom.fr, FIB-4784, n° 6, vu le 27 mars 2018, fig. ; MAN, inv. 75747236.
8 - Saint-Marcel (Indre), importante agglomération d’Argentomagus, dans les fouilles pour la construction du Musée, dans un contexte Haut-Empire, plutôt IIIe s. : joug double, de même type que les précédents (fig. A.1, n° 7) ; CF, n° 8, pl. I, 7, fig. 3 ; cf. COULON, HOLMGREN, 1992, p. 80 ; conservée au Musée d’Argentomagus.

  • 237 Ou des informations qui m’ont été aimablement communiquées, notamment grâce à Segard, 2010, p. 183, (...)

178J’ai pu depuis tripler ce chiffre, en ajoutant à cet inventaire non moins de seize exemplaires, repérés dans la bibliographie au gré de mes recherches sur l’outillage237 (cf. FERDIÈRE, 2015, p. 18, note 334 ; cf. OUTAGR 2017 : s. v.) (fig. A.2, sous les numéros de l’inventaire qui suit).

Fig. A.2. Fibules en forme de joug : dessin et/ou photos des exemplaires nos 2, 9, 10, 12 à 16, 19, 21 à 24 ; échelle pour la seule n° 15, valant globalement pour les autres (pour l’origine de figures, voir les notices de l’Inventaire Ann. 1).

  • 238 Information Michel Kasprzyk, 22 sept. 2016, que je remercie ici.
  • 239 La notice ‘Fressies’ dans la CAG 59 ne mentionne pas cette découverte (DELMAIRE, 1996, p. 255).
  • 240 Vraisemblablement issue de prospection clandestine au détecteur de métaux, cette fibule n’apparaît (...)
  • 241 Je remercie ici Maxence Segard et Michaël Brunet pour les informations complémentaires fournies.
  • 242 À noter que c’est sur ce site qu’a été trouvé aussi le joug double en bois de noyer mentionné ci-de (...)
  • 243 Je remercie ici Gabriel Rocque et Aurélie Ducreux pour les informations fournies à ce sujet.
  • 244 Photo Anthony Lefebvre, Pôle archéologique du Département de l’Aisne, avec mes remerciements.
  • 245 La CAG 51 (CHOSSENOT dir., 2004, index des lieux-dits) n’indique pas un tel toponyme dans les commu (...)

1799 - Augst (BE, Suisse), ville chef-lieu de cité des Rauraques (cf. déjà n° 2 supra), quartier artisanal et camp militaire précoce, Region 17, C, FK A05772 : joug simple, du type des exemplaires nos 3 et 5, supra (et voir supra autre ex. à Augst, n° 2) ; RIHA, 1994, p. 170, n° 2899, pl. 45.
10 - Bayard-sur-Marne (Haute-Marne) « le Châtelet de-Gourzon », agglomération gallo-romaine (ex. inédit, Musée de Langres238) : joug simple, du même type que le précédent.
11 - Fressies (Nord)239 : joug double (sur Artefacts.mom.fr240, selon SEGARD dir., 2010, p. 183).
12 - Köngen (Bade-Wurtemberg, Allemagne), camp militaire et agglomération secondaire : joug double du même type que les précédents ; LUIK, 1996, pl. 41, n° 12 ; site artefacts.mom.fr, FIB-4784, n° 4, vu le 27 mars 2018, fig.
13 - Magny-Cours (Nièvre), sur une agglomération-sanctuaire récemment fouillée en préventif, à « Champ-Rabatin », couche d’abandon du bâtiment 41, fin IIIe-IVe s.241 : joug simple de type comparable aux nos 4 et 5 supra ; SEGARD dir., 2010, p. 183 et pl. 24, n° 3.
14 - Magny-Court (Nièvre), même agglomération242, fouille préventive du « Pré de la Fontaine », vers le fond du puits PT1375, comblé dans le courant du IIIe s. : type de joug double identique aux précédents ; ROCQUE dir., 2014, p. 56, fig. 36 ; GARCIA, 2014, p. 208, pl. 7 et fig. 3, n° 1405-102 ; ROQUE et alii, 2018, p. 230-232, fig. 4 (= pl. XII, h.t.), n° 33243.
15 - Remigny (Aisne), relais routier de la voie de Soissons à Saint-Quentin, récemment fouillé en préventif, dans une cave comblée vers la fin du IIIe s. : joug simple du même type244 ; LEFEBVRE, 2016.
16 - Verlaine (prov. de Liège, Belgique), puits fouillé de la villa de « la Campagne du Vivier » : joug simple, du type déjà mentionné ; DESTEXHE, 1996 ; 2012, fig. 229, C ; site artefacts.mom.fr, FIB-4168, n° 4.
17 - Pommeroeul (prov. de Hainaut, Belgique), agglomération-port de rivière gallo-romain : joug simple ; DUFRASNES, 2001, fig. 5, n° 19 ; site artefacts.mom.fr vu le 28 mars 2018, FIB-4168, site n° 3.
18 - Willemeau (prov. de Hainaut, Belgique), villa romaine, découverte de surface (CALLEWAERT, 2015 ; site artefact.mom.fr, FIB-4784, vu le 27 mars 2018, n° 9.
19 - site de nature inconnue (Marne, commune ?) de « Val des Marais »245 : joug double, de même type ; site fibulae88.net, de Daius, 29 oct. 2011 ; site artesia62, vu le 4 nov. 2011.
20 - site inconnu (Luxembourg) : joug double, de même type ; site artefacts.mom.fr, vu le 28 mars 2018, FIB-4168, site n° 4 ; @ Ebay 2010.
21 et 22 - provenances inconnues (Gaule du Nord ?), deux exemplaires du IIe-IIIe s. ne sont signalés que par une publication de résultats de pillages à l’aide de détecteurs de métaux : un joug double (2110) et un joug simple (2112) ; TACHE, 2015, pl. MTF 135, nos 2110 et 2112.
23 - provenance inconnue (Gaule du Sud ?), sans doute également issu de prospection sauvage au détecteur de métaux, un exemplaire de joug simple fragmentaire ; site fibulae88.net, par Salyens, 30 avril 2014.
24 - site inconnu (Pas-de-Calais, commune ?), issu de prospection au détecteur de métaux, un joug double ; site fibulae88.net, par Fibulae, 4 nov. 2011.

  • 246 Type Feugère 28o (nouvelle variante) : site Artefacts.mom.fr, FIB.4168 (joug simple) et -4784 (l) ( (...)
  • 247 Soit en partie contemporaines des dépôts d’objets miniatures ubiens.
  • 248 Cf. cependant la paire de forces (FEUGÈRE, 1985 : type 28k), ou encore la serpette (LECONTE, 2018).

180On note que ce type de fibule en forme de joug246, en général daté des IIe-IIIe s.247, constitue un des très rares exemples de représentation d’outillage248 en élément de parure vestimentaire. Il semblerait en outre, d’après les dessins ou photos publiés (reproduits ici), qu’aucun des exemplaires recensés ne soit issu d’un même moule, même si au moins deux sous-types se dégagent, avec le joug double (le mieux représenté) et le joug simple ou jouguet.

  • 249 Mourot, 2002, p. 509, fig. 395b ; = ESPÉRANDIEU, Rec., IX, n° 7249 ; REINERS, DREXEL, 1918, p. 32, (...)

181Dans les deux cas, il semblerait donc s’agir de jougs destinés à des équidés pour le trait plutôt qu’à des bœufs, comme c’est sans doute en revanche le cas des miniatures étudiées ici. Pour les jougs doubles, c’est apparemment le type de ceux connus en Gaule du Centre-Est (stèles funéraires de Senon (Meuse)249 et, avec attelage de mulets, du negotiator Securius de Neumagen, et du « chariot des vendanges » de Langres : RAEPSAET, 1982, p. 228, pl. C.21, 28 et 34 ; 2016 ; COULON, FAUDUET, 1990, fig. 1A et B). Quant aux jougs simples ou jouguet, on est proche de celui en bois conservé complet de Pforzheim (Bade-Wurtemberg, Allemagne ; DAVID, 2011 ; RAEPSAET, 2016).

  • 250 Provenance et donc contexte inconnus pour cinq exemplaires.

182Dans le cas de ces fibules, on se réfère donc apparemment plus à un contexte de transport par route qu’aux travaux des champs. Les lieux de découverte250 semblent d’ailleurs s’accorder à ce constat, avec – en excluant les quatre provenances inconnues – une grande majorité de villes ou agglomérations et exceptionnellement quelques rares villae ou établissements ruraux (nos 3, 6 et 16). Même si l’on a noté un exemplaire à Cologne – sans doute par le fait du hasard –, on constate que la carte de répartition de ces fibules (fig. 41) n’a ainsi rien à voir avec celle des sépultures comportant des outils miniatures (dont jougs) traitées supra (voir fig. 2).

Annexe 2

• Inventaire de l’outillage miniature et assimilé en contexte cultuel en Gaule251

  • 251 Certains sites signalés ici ne sont pas mentionnés dans KIERNAN, 2009.

183NB : extrait, pour l’essentiel de mon Corpus de l’outillage agricole désormais en ligne en accès libre (OUTAGR 2017) ; la présentation de l’inventaire est faite ici dans l’ordre alphabétique des sites. Des outils artisanaux, armes ou autres (couteaux), miniaturisés, sont parfois mentionnés ici.
Voir carte de répartition fig. 41.

  • 252 Pourtant parfois signalé à ce titre, d’où sa mention ici.

184- Aiseau-Presles (prov. de Wallonie, Belgique) : sanctuaire avec plus de 720 socs d’araire miniatures en fer, de différentes tailles (type de soc à rabats, effilé) ; RAEPSAET-CHARLIER, PARIDAENS, 2013, p. 34, fig. 32 ; PARIDAENS, 2017, p. 46-47, fig. 81-82.
- Baâlons-Bouvellemont (Ardennes) : sanctuaire avec armes et socs d’araires (ou fers de lances ?) miniatures ; SQUEVIN, 1994 ; NICOLAS, 2011, p. 174-177, fig. 196 et 198 ; KIERNAN, 2009 (non pour les outils).
- Bad Kreuznach (Rhénanie-Palatinat, Allemagne) : dans un jardin, un marteau miniature ; FORRER, 1948, p. 72, pl. 12, 8 ; KIERNAN, 2009, p. 188, fig. 7.7, n° II.
- Bad Wimpfen (Bade-Wurtemberg, Allemagne) : contextes cultuels avec outils artisanaux miniatures, dont marteau et pince de forgeron, dans un foyer en pierre ; PIETSCH, 1988, pl. 84 ; KIERNAN, 2009, p. 188, fig. 7.7, n° IV et V.
- Chanceaux (Côte-d’Or) : sans contexte connu, trousse de cinq outils miniatures montés sur un anneau (bracelet à amulettes ?) : pioche-herminette, couteau, outil pointu (?), probable houe et hache ; Musée archéologique de Dijon ; PROVOST et alii, 2009 (21/2), p. 152, fig. 187.
- Clavier-Vervoz « Grand Palais » (prov. de Liège, Belgique) : sanctuaire avec une pelle à feu miniature ; WITVROUW, 1975 ; BODSON, 1984, p. 72 ; FAUDUET, 2010, p. 247 ; KIERNAN, 2009, p. 189, fig. 7.8, n° I.
- Étoile-Saint-Cyrice « Jacogne » (Hautes-Alpes) : sanctuaire de hauteur (fin Ier - fin IIIe s.), avec outillage agricole miniature ; PLAT, 1920 ; BARRUOL, 1994, p. 57 et 64, n° 17 ; GANET, 1995, p. 106-107 et p. 134, avec biblio suppl. ; JOSPIN, BLEU, 1996.
- Faverges « Viuz » (Haute-Savoie) : sanctuaire (Ier s. av. n.è. - Ve s. de n.è.) avec outils et armes miniatures ; BERTRANDY et alii, 1999, p. 244, av. biblio. ; KIERNAN, 2009.
- Lachau « le Luminaire » (Drôme) : sanctuaire avec de nombreux instruments agricoles miniatures en fer (coutres, reilles, faucilles…) ; Musée Dauphinois de Grenoble ; WELTI, 1956 ; LANCEL, 1975, p. 535 et fig. 11 ; BOUCHER, 1977, p. 476 ; BOIS, 1986 ; Fouilles…, 1987 ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 31, fig. ; BARRUOL, BOURDON, 1991 ; BOURGEOIS, 1992 ; BARRUOL, 1994, p. 57 et 64, n° 9 ; JOSPIN, BLEU, 1996 ; BLEU, 2003 ; FAUDUET, 2010, p. 247 ; GANET, 1995, p. 134 ; KIERNAN, 2009, p. 182-183, fig. 7.3.
- Loubers « Camp Ferrus » (Tarn) : sanctuaire gallo-romain à plusieurs fana du Haut- et Bas-Empire, avec dépôt de monnaies d’Auguste à Théodose, de statuettes en terre cuite, et mobilier en fer : clous et outils agricoles, mais apparemment sans outils miniatures252 ; BARRUOL, 1994, p. 68, n° 76 ; CAMBON dir., 1995, p. 154-156.
- Mayence (Allemagne) : ville romaine, avec, en contexte cultuel, des outils, plutôt artisanaux, miniatures ; FORRER, 1948, p. 72, pl. 12, 7 ; KIERNAN, 2009, p. 188, fig. 7.7, n° I.
- Morvillers-Saint-Saturnin, Digeon « la Mare aux Joncs / Câtelet » (Somme) : sanctuaire avec couteaux, haches, rasoir, pince à épiler miniatures, laténiens et gallo-romains ; RAPIN, 1986 ; FAUDUET, 2010, p. 247 ; BEN REDJEB, 2012, p. 561 ; KIERNAN, 2009, p. 235.
- Mouzon « Flavier » (Ardennes) : dans le sanctuaire, ex-voto en tôle de fer, en forme d’objets miniatures, surtout des armes : très nombreuses épées et boucliers, pointes de javelot et quelques fers de haches, mors de chevaux, apparemment sans outillage agricole ; TISSERAND, 1980 ; NICOLAS, 2011, p. 342-343, fig. 462 ; CAUMONT, 2011 ; KIERNAN, 2009, p. 52, fig. 3.3).
- Oberwinterthur-Vintudurum (Suisse) : sanctuaire de l’agglomération avec hachettes votives, hache et houe miniature en fer ; SCHALTENBRAND OBRECHT, 1996, p. 145, fig. 122.
- Orpierre (= Nossage-et-Bénévent) « le Serre de Beauregard » (Hautes-Alpes) : petit sanctuaire gallo-romain de crête, avec soixante-dix vases miniatures et quelques outils agricoles miniatures en fer, dont une faucille et une pioche ; PLAT, 1923 ; BARRUOL, 1994, p. 57 et 64, n° 18 ; GANET, 1995, p. 134.
- Roquefort-sur-Soulzon « Roc de Combalou » (Aveyron) : sanctuaire gallo-romain de hauteur, avec outils agricoles miniatures ; BARRUOL, 1994, p. 68, n° 70 ; GRUAT et alii, 2011, p. 510, avec bib. compl.

185Hors des Gaules, il faut rappeler ici, en comparaison, le collier orné d’amulettes prophylactiques d’un dépôt sans doute cultuel du IIIe s. à Szilágysomlyó en Hongrie (voir § 5.3 et fig. 40), signalé dans le texte supra en comparaison des lots ubiens, et comportant entre autres araire, joug double, échelle, hache, faucille, couteau, pelle, fourche, forces…

186La répartition de ces sites cultuels gallo-romains à outils miniatures » ne semble pas très significative, avec la majorité des découvertes dans l’est et le sud-est de la Gaule. Cependant, le cumul avec la répartition des fibules en forme de joug (supra, Ann. 1) permet d’observer que la majorité de ces deux séries se situe dans le quart nord-est des Gaules (Gaule Belgique et Germanies) (fig. 41).

Haut de page

Bibliographie

Sources textuelles

ARISTOPHANE, Les Grenouilles, t. IV - Les Thermophories - Les Grenouilles, Texte établi et traduit par H. Van DAELE, Paris, Les Belles-Lettres, 1926 (rééd. 1964, 1973, 1977) (Coll. des Univ. de France).

AUSONE, Œuvres complètes, éd. E.-F. CORPET, 2 vol., Paris, Panckoucke, 1843, en ligne (numéris. Th. Vebr et F.-D. Fournier), remacle.org

DIODORE de Sicile, Bibliothèque historique, L. III (Libye, Éthiopie, Arabie), Texte établi et traduit par B. BOMMELAER, Paris, Les Belles-Lettres, 1989 (coll. des Univ. de France) ; L. IV (Mythologie des Grecs), trad. A. Bianquis, Paris, Les Belles-Lettres, 1997 (rééd. 2018) (Coll La Roue à Livres) ; éd. compl. : C. H. OLDFATHER et alii, Londres, 12 vol. : 1933-1957 (Coll. Loeb Classical Library) 

ÉLIEN, Περὶ Ζῴων (de Natura animalium / Sur la nature des animaux), éd. R. HERCHER (œuvres complètes), Leipzig, Teubner, 1864/66, 2 vol. - éd. A. F. SCHOLFIELD (NA), 3 vol., Harvard, Loeb Classical Library, 1858/59 - éd. R. HERCHER, Aeliani de Natura animalium, Varia historia, Epistolae et Fragmenta. Porphyrii philosophi de Abstinentia. Philonis Byzantii de Septem orbis spectaculis, Paris, Firmin Didot, 1858 (éd. bilingue grec-latin) ; Texte établi par A. ZUCKER, 2 t. : I (L. I à IX) ; t. II (L. X à XVII et index), Paris, Les Belles-Lettres, 2001 (rééd. 2018) et 2002 (Coll. des Univ. de France).

Géoponiques = Geoponica, Geoponica sive Cassiani Bassi Scholastici. De re rustica eclogae (reprod. fac-simile), recensuit Henricus Beckh, coll. Biblioth. Scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana, 1387, 1895, en ligne sur Gallica:theme:8:88 : trad. latine : Constantini Caesaris selectarum praeceptionum de Agricultura libri vigenti, I. Cornario Medico interprete, Seb. Gryphium, Lyon, 1541, en ligne sur Gallica.bnf.fr. ; trad. française : J.-P. Grélois et J. Lefort - Géoponiques, Collège de France / CNRS / Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, Monogr. 38, ACHCByz, Paris 2012, 328 p. ; trad. anglaise : A. Dalby - Geoponica: Farm Work. A modern translation of the Roman and Byzantine Farming Handbook, Prospect Book, Totnes, 320 p.

Histoire Auguste, éd. et trad. A. CHASTAGNOL, Paris, Robert Laffont, 1994 (coll. Bouquins).

PLINE l’Ancien, Histoire Naturelle, L. VIII, éd. A. ERNOUT, Paris, Les Belles-Lettres, 1952 (Coll. des Univ. de France).

PLINE l’Ancien, Histoire Naturelle, L. XVIII, éd. J. ANDRÉ, Paris, Les Belles-Lettres, 1962 (Coll. des Univ. de France).

PLINE l’Ancien, Histoire Naturelle, L. XXIX, éd. A. ERNOUT, Paris, Les Belles-Lettres, 1962 (Coll. des Univ. de France).

PLINE l’Ancien, Histoire Naturelle, L. XXXII, texte établi, traduit et commenté par E. de SAINT-DENIS, Paris, Les Belles-Lettres, 1966 (Coll. des Univ. de France).

SIDOINE APOLLINAIRE, Lettres (Epistulae), éd. A. LOYEN, Paris, Les Belles-Lettres, 2 vol., 1970 (Coll. des Univ. de France).

SUÉTONE, Vies des douze Césars, éd. H. AILLOUD, Paris, Les Belles-Lettres, 3 vol., 1931-1932 (Coll. des Univ. de France).

TIBERIUS, œuvres, in : éd. Corpus Hippiatricum Graecorum, E. OLDER, C. HOPPE, II, Hippiatrica Parisina Cantabrigiensia Londiniensia Lugdunensia - Appendix, Stuttgart, Teubner, 1927 (rééd. 1976).

Ouvrages et articles

ALEXANDRIDOU A., 2012, « Grave gifts in child burials in the Athenian kerameikos : the evidence of Sea Shells », in : Hermary A., Dubois C. dir., L’enfant et la mort dans l’Antiquité. III, Le matériel associé aux tombes d’enfants, Actes de la table ronde internationale, MMSH d’Aix-en-Provence, 20-22 janvier 2011, Arles, éd. Errance, p. 39-56 (Bibl. d’Archéologie méditerranéenne et africaine, 12).

ALLASON-JONES L., 1996, Roman Jet in the Yorkshire Museum, York, Yorkshire Museum, Mus. Gardens, 55 p.

ANDRIKOPOULOU-STRACK J.-N., 1986, Grabbauten des 1. Jahrhunderts n. Chr. Im Rheingebiet : Untersuchungen zu Chronologie und Typologie, Köln, Rheinland-Verl., 2023-44 p. (Bonner Jahrb., Beih., 43).

ANDRIKOPOULOU-STRACK J.-N., ULBERT C., WHITE G., 2010, « Römische Vici im Rheinland - die Grabung im Bonner Regierungsviertel », in : OTTEN Th., HELLENKEMPER H., KUNOW J., RIND M. M. dir., Fundgeschichten : Archäologie in Nordrhein-Westfalen, Mainz, Ph. von Zabern, p. 147-152 (Schr. Bodendenkmalpfl. Nordrhein-Westfalen, 9).

Anonyme, 1912, « Verein zur Erforschung der rheinischen Geschichte und Altertümer zu Mainz, Bericht für 1899/1900 », in : Quartalblätter des Historischen Vereins für Grossherzogtum Hessen, N. F., III Bd, p. 70-81, pl. 4-6.

ANNAERT R., ROOVERS I., VERBEEK C., 1997, « Fragment vans een eg uit ijzertijd, gevonden te Poppel (An) », Lunula, Archaeologia protohistorica, 5, p. 75-76.

BAILLS N., 2012, Sentiment de l’enfance et reconnaissance sociale : la place des enfants en bas âge (0-4 ans) dans les Trois Gaules (Ier av. notre ère - Ve de notre ère) : étude des comportements au travers des sources littéraires, iconographiques, anthropologiques, archéologiques et ethnographiques, Thèse de Doctorat, Univ. de Paris I, 822 p. (consultable à l’Univ.).

BARAY L. dir., 2004, Archéologie des pratiques funéraires : approches critiques, Actes de la table ronde de Bibracte, 7-9 juin 2001, Glux-en-Glenne, 316 p. (Bibracte, 9).

BARRUOL G., 1994, « Les sanctuaires gallo-romains du Midi de la Gaule », in : GOUDINEAU Ch., FAUDUET I., COULON G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du Coll. d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse/Saint-Marcel, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance / Musée d’Argentomagus, p. 49-72 (coll. Archéologie aujourd’hui).

BARRUOL G., BOURDON J., 1991, « Un sanctuaire gallo-romain à Lachau (Drôme) », in : Archéologie des Hautes-Alpes, Catal. d’exposition, Gap, Musée Départ., p. 247-250.

BASTARD V., STEPHENSON P., 1997, Lot 11. Crest, Bourbousson 3, Drôme (26), DFF, Archéologie et TGV : rapport de fouille, SRA/AFAN/SNCF (consultable au SRA Rhône-Alpes).

Basilic… : article « Basilic » en ligne sur Wikipedia (consulté 10 juillet 2017).

BATISTA L., 1998, « The Snake in Celtic Mythology », Reptilia, 3, 1998, p. 58-63.

BÉAL J.-C., 1999, « Remarques sur l’imagerie du pilier funéraire d’Igel », in : Blanc N., Buisson A. dir., Imago antiquitatis : religions et iconographie du monde romain : mélanges offerts à R. Turcan, Paris, de Boccard, p. 95-104 (coll. De l’archéologie à l’histoire).

BECHERT T., 2007, Germania Inferior : eine Provinz and der Nordgrenze des Römischen Reiches, Mayence, Von Zabern, 167 p. (Zaberns Bildbände z. Archäologie, Sonderbände der Antiken Welt).

BEHRENS G., 1939a, « Die Sogenannten Mithra Symbole », Germania, 23-1, p. 56-59.

BEHRENS G., 1939b, « Jashesbericht des Römische-Germanische Zentral-Museums zu Mainz », Mainzener Zeitschrift, XXXIV, p. 1-11.

BEILKE-VOIGT I., 1994, « Die Sitte der Miniature-gerätebeigabe bei den Germanen der späten Kaiserzeit », Offa, 51, p. 101-142.

BEILKE-VOIGT I., 1998, Frühgeschichtliche Miniatur-objekte mit Amulettkarakterzwischen Britischen Inseln und Schwarzem Meer, Bonn, R. Habelt, 342 p., 42 pl. (Universität-Forschungen z. Prähist. Archäol., 51).

BEL V., 2002, Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule : la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Lattes, Assoc. pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 539 p. (Monogr. d’Archéologie méditerranéenne, 11).

BEL V., 2012, « Les dépôts de mobilier dans les tombes d’enfants et d’adolescents en Gaule Narbonnaise au Haut-Empire », in : HERMARY A., DUBOIS C. dir., L’enfant et la mort dans l’Antiquité, III. Le matériel associé aux tombes d’enfants, Paris, p. 193-216 ; en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00751867

BEN REDJEB T., 2012, La Somme, 80, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 840 p. (Carte archéologique de la Gaule, 80-2).

BENTZIEN U., 1980, Bauernarbeit im Feudalismus : landwirtschaftliche Arbeitsgeräte und -verfahren in Deutschland von der Mitte des 1. Jt. u. Z. bis um 1800, Berlin, Akad. Verl., 271 p. (Veröffentlichungen zur Volkskunde u. Kulturgeschichte, 67).

BERNIGAUD N., 2017, « Peut-on qualifier l’évolution de la productivité agricole entre le second âge du Fer et la période gallo-romaine ? », Communic. à l’Atelier Rurland Peut-on modéliser le(s) système(s) agraire(s) antique(s) à l’échelle du programme Rurland ?, 16 mai 2017, inédite.

BERTRANDY F., CHEVRIER M., SERRALONGUE J., 1999, La Haute-Savoie, 74, Paris, Acad. des Inscription et Belles-Lettres, 412 p. (Carte archéologique de la Gaule, 74).

BISCHOP D., 2003, « Eine Egge aus der kaiserzeitlichen Wesermarschsiedlung Bremen-Habenhausen », Die Kunde, N.F., 54, p. 59-77.

BINSFELD W., 1960, « Die Namen Kölns zur Römerzeit », in : LADENDORF H., VEY H. dir., Mouseion : Studien aus Kunst und Geschichte für Otto H. Förster, Cologne, DuMont Schauberg, p. 72-80.

BLAIZOT F. dir, 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le Centre et le Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., 383 p. (Gallia, 66-1).

BLAIZOT F., RAUX ST., BONNET CH., HENRY É., FOREST V., ÉCARD Ph., JORDA Ch., MACABÉO Gh., 2008, « L’ensemble funéraire rural de Malbosc (Montpellier, Hérault) : pratiques funéraires de l’Antiquité tardive », Revue archéologique de Narbonnaise, 41, p. 53-152.

BLAIZOT F., BEL V., BONNET CH., WITTMAN A., VIEUGUÉ J., DEBERGE Y., GEORGES P., GISCLON J.-L., 2009, « La pratique de l’inhumation », in : BLAIZOT dir., p. 15-87.

BLEU St., 2003, « Le mobilier céramique du sanctuaire du Luminaire à Lachau (Drôme) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 2003, Marseille, p. 497-512.

BLINKENBERG Ch., 1904, « Darstellung des Sabazios und Denkmäler seines Kultes », Archaeologische Studien, Copenhague/Leipzig, p. 66-128.

BLÖCK L., 2013, « Die Erweiterung der Getreidespeicher-kapazitäten der Axialhofvilla Heitersheim in ihre 4. Bauperiode - Binnenkolonisation oder Konzentrationsprozesse im ländlichen Raum im ausgehenden 2. Jahrhundert n. Chr. ? Ein Modell zu Berechnung von geztrezideanbauflächen anhand der Speicherkapazität römischer Horrea », Alemannisches Jahrbuch, 59/60, p. 81-111.

BODSON B., 1984, « Le matériel en bronze, os et verre du vicus de Clavier-Vervoz (1965-1970) », Bull. du Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, 18, p. 17-86.

BÖHME H. W., 1974, Germanische Grabfunde des 4. bis 5. Jahrhunderts zwischen unterer Elbe und Loire : Studien zur Chronologie und Bevölkerungs-geschichte, Munich, H. Beck, 2 vol. : I. Text ; II. Tafeln, xii-384 p. (Müncher Beiträge z. Vor- u. Frühgeschichte, 19).

BOIS M., 1986, « Le dépôt votif du sanctuaire gallo-romain de Lachau », Revue drômoise, 440, p. 157-158.

BOITARD P., 1833, Les instrumens aratoires : collection complète de tous les instrumens d’agriculture et de jardinage, français et étrangers, anciens et nouvellement perfectionnés, Paris, Abel Ledoux/M. Leneveux, 196 p. En ligne sur gallica.fr

BÖS M., 1959, « Römische Kleinfunde aus Köln », Kölner Jahrbuch f. Vor- u. Frühgeschichte, IV, p. 25-41.

BOUCHER J.-P., 1977, « Informations archéologiques. Circonscription de Rhône-Alpes », Gallia, 35-2, p. 473-494.

BOURGEOIS C., 1992, Divona II. Monuments et sanctuaires du culte gallo-romain de l’eau, Paris, De Boccard, 314 p.

BRAAT W.C., 1931, « Een Romeinsche wachttoren bij Veldhoven (N-Br) », Oudheidkundige Mede-delingenuit’s Rijksmuseum van Oudheden te Leiden, 12, p. 21-25.

BRIVES A.-L., 2008, Sépultures et société en Aquitaine romaine : étude de la fonction du mobilier métallique et du petit mobilier à partir des ensembles funéraires (Ier siècle avant J.-C. / début du VIe siècle après J.-C., Thèse de Doctorat, Univ. de Bordeaux 3, 2 vol., 467 + 427 p., 28 cartes, 58 pl. (consultable à l’Univ.).

BRÜGGLER M., 2009, Villa rustica, Glashütte und Gräberfeld : die kaizerzeitliche und spätantike Siedlungstelle HA 132 im Hambacher Forst, Mayence, Von Zabern, xiv-517 p. (Rheinische Ausgrabungen, 63).

BRÜGGLER M., JENESON K., GERLACH R., MEURERS-BALKE J., ZERL T., HERCHENBACH M., 2017, « The Roman Rhineland : farming and cosumption in different landscapes », in : REDDÉ M. dir., Gallia Rustica 1. Les campagnes du nord-est de la Gaule de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Projet ‘Rurland’, Bordeaux, Ausonius éd., p. 19-96 (Mémoires, 49).

BRULET R., 2008, Les Romains en Wallonie, Bruxelles, Racine, 621 p.

BRUN J.-P., GILLES K.-J., 2001, « La viticulture antique en Rhénanie », in : BRUN J.-P., LAUBENHEIMER F. dir., « Dossier - La viticulture en Gaule », Gallia, 58, p. 165-179.

BRUNHES DELAMARE M. J., HAIRY H., 1971, Techniques de production : l’agriculture, Paris, Éd. des Musées nationaux, 70 p. (Guides ethnologiques, 4-5).

BUSCH R., BINSFELD W., 1971, « Tätigkeitsbericht für das Jahr 1960 », Kölner Jahrbuch f. Vor- u. Frühgeschichte, 12, p. 134-136.

CAES W., 1984, De Landbouw in Noord-Gallie : een onderzoek naar de Gallo-Romeinse landbouwwerktuigen uit België, Mém. de Licence, Univ. cathol. de Louvain, 2 vol., 552 p., inédit (consultable à la KUL) (résumé : « Romeinse landbouwtechnologie in Noord-Gallië », De Leie Gouw, 29, 1987, p. 31-37).

CALLEWAERT M., 2015, « Hollain-Jollain (Brunehaut) et Willemeau : fibules émaillées, aperçu d’une production caractéristique de Gaule Belgique », Amicale des Archéologues du Hainaut Occidental, IX, p. 79-81.

CAMBON Ch. dir., 1995, Le Tarn, 81, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 298 p. (Carte archéologique de la Gaule, 81).

CAPELLE T., 1994, Die Miniaturenkette von Szilágysomlyó (Şimleul Silvaniei), Bonn, R. Habelt, 112 p. (Universitätsforschungen z. prähistorischen Archäologie, 22).

CARCOPINO J., 1955, Le mystère d’un symbole chrétien : l’ascia, Paris, Fayard, 93 p.

CARÈ B., 2018, « Conchiglie in tomba tra Magna Grecia e Sicilia : contest e proposte interpretative », in : Malacrino C., Bonomi S. dir., Ollus leto datus est : architettura, topografia e rutuali funerari nelle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia tra Antichità e Medioevo, Atti del Convegno internazionale di Studi, Reggio Calabria, 22-25 oct. 2013, 1. Dalla Prehistoria all’Ellenismo, Museo Arch. naz. Reggio Calabria / MArRC Ed. Scient., Reggio de Calabre, p. 145-156.

CAUMONT O., 2011, Dépôts votifs d’armes et d’équipements militaires dans le sanctuaire gaulois et gallo-romain des Flaviers à Mouzon (Ardennes), Montagnac, éd. Mergoil, 479 p. (Monogr. Instrumentum, 39).

CENSIER D., à paraître, Douchy-les-Mines ‘La Zac des Prouettes’, Rapport final d’opération, Direction de l’archéologie préventive de la communauté d’agglomération du Douaisis, SRA Haut-de-France (consultable au SRA des Hauts-de-France).

CHÂTELLIER P. du, 1907, Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère, Rennes, J. Plihon & Hommay, 391 p., 2e éd.

CHEW H., 2003, « Une garniture de joug romain à Chalon-sur-Saône », R.A.E., t. 52, p. 363-372.

CHOSSENOT R. dir., 2004, La Marne, 51, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 848 p. (Carte archéologique de la Gaule, 51-1).

CHRISTOL M., 1997, « Les déplacements du collège impérial de 256 à 258 : Cologne, capitale impériale », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 8, 1997, p. 243-253.

CIL, XIII : Corpus Inscriptionum Latinarum, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniae Latinae, vol. 2 (rééd. 1967, 30-38, 713 p.), fasc. 2 - Inscriptiones Germaniae inferioris (A. DOMASCEWSKI), Berlin, 1907.

Civilisation… 1983 : La civilisation romaine de la Moselle à la Sarre : vestiges romains en Lorraine, au Luxembourg, dans la région de Trèves et en Sarre, Catalogue d’exposition, Mayence, von Zabern/Paris, Musée du Luxembourg, 359 p.

COCHET J.-B.-D. (abbé), 1866, « Mémoire sur une remarquable sépulture romaine trouvée à Lillebonne en 1864 », Revue de la Normandie, 1-20 et 81-93 (= Rev. des Soc. Savantes des Départements, 4e série, II (1865), p. 148-166).

COTTEN J.-Y., 1985, Les fibules d’Armorique aux Âges du Fer et à l’époque romaine, Mém. de Maîtrise, Université de Haute-Bretagne, Rennes, 188 p., 50 pl. h.t. (consultable à l’Univ.).

COULON G., 1990, Les Gallo-Romains. t. 1 : Les villes, les campagnes et les échanges, Paris, A. Colin, 217 p. (coll. Civilisations).

COULON G., FAUDUET I., 1990, « Contribution à l’étude des fibules gallo-romaines : les fibules en forme de joug », Revue archéologique du Centre de la France, 29-1, p. 177-182.

COULON G., HOLMGREN J., 1992, L’Indre, 36, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 240 p. (Carte archéologique de la Gaule, 36).

CÜPPERS H., 1991, « Pour la datation du passage de l’incinération à l’inhumation dans la deuxième moitié du IIIe siècle ap. J.-C. dans la région de Trèves », in : VIDAL M. dir., Incinérations et inhumations dans l’Occident romain aux trois premiers siècles de notre ère : France, Espagne, Italie, Afrique du Nord, Suisse, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Actes du colloque international de Toulouse/Montréjeau, IVe congrès archéologique de Gaule méridionale, 7-10 oct. 1987, Toulouse, APAHMP, p. 203-208.

CULLIN-MINGAUD M., 2010, La vannerie dans l’Antiquité romaine : les ateliers de vanniers et les vanneries de Pompéi, Herculanum et Oplontis, Naples, 294 p. (Coll. du Centre Jean Bérard, 35). en ligne : books.openedition.org/pcjb/690

CUMONT F., 1896, Textes et monuments figurés relatifs aux mystères de Mithra, t. II - Textes et monuments, Bruxelles, H. Lamertin, 554 p., 493 fig., IX pl.

CUMONT F., 1942, Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, Paris, Geuthner, 543 p. ; rééd. 1966 ; rééd. J. et J.-C. BALTY, Turnhout, Brepols, 2015, clxvi-549 p.

CUNLIFFE B., 1971, Fishbourne : a Roman palace and its garden, Londres, Thames and Hudson, 228 p.

DAL MASO L. B., VIGHI R. dir., 1975, Ostie et le port de Rome, Florence, Bonechi ed., xvi-48 p. (Zones archéologiques du Latium, III).

DAVID F., 2011, « Les jouguets des attelages gallo-romains : études expérimentales », Histoire et Sociétés rurales, 35 (1er sem.), p. 7-47.

DE BOE G., 1975, Haccourt II : le corps de logis de la grande villa, Bruxelles, Nationale Dienst voor Opgravingen, 48 p. (Archaeologia Belgica, 174).

DEFORCE K., ANNAERT R., 2005, « Nieuwe data over de eg uit Poppel (gem. Ravels, prov. Antwerpen) », Lunula, Archaeologia protohistorica, 13, p. 99-100.

DELBARRE S., 2012, « Un calendrier rustique ? La mosaïque de la villa d’Orbe en Suisse », in : Le temps des Romains : perception, mesure et instruments, Dijon, éd. Faton, p. 64-65 (Les Dossiers de l’Archéologie, 354 (nov.-déc.).

DELMAIRE R., 1996, Le Nord, 59, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 497 p. (Carte archéologique de la Gaule, 59).

DESTEXHE G., 1996, « Un remarquable puits gallo-romain à Verlaine », Archéologie hesbignonne (St-Georges-s/Meuse), 14, p. 3-91.

DESTEXHE G., 2012, Le Musée communal d’archéologie hesbignonne à Saint-Georges-sur-Meuse : 100•000 ans d’histoire des habitants de la Hesbaye, Saint-Georges-sur-Meuse, Soc. archéologique des Hesbayes, 199 p. (Archéologie hesbignonne, 21).

DOPPELFELD O., 1964, The Dionysian-mosaic at Cologne Cathedral, Köln, Greven Verl., 27 p. (Schriftenreihe der Archäologischen Gesellschaft Köln, 8).

DORAY I., CARRU D., 2008, « Des sépultures du Ier s. av. J.-C. découvertes au quartier des Bas-Banquets à Cavaillon (Vaucluse) », Documents d’Archéologie méridionale, 31, p. 259-286. En ligne : http://dam.revues.org/ 1869

DOYEN-HIGUET A.-M., 2007, « Contribution à l’étude des textes grecs de médecine bovine », in : CAM M.-Th. dir., La médecine vétérinaire antique : sources écrites, archéologiques, iconographiques, Actes du colloque international de Brest, 9-11 sept. 2004, Rennes, Presses univ. de Rennes, p. 113-134 (coll. Histoire).

DRINKWATER J. F., 1982, « The wool industry of Gallia Belgica and the Secundinii of Igel : questions and hypotheses », Textile Hist., 13, p. 111-128.

DUFRASNES J., 2001, « Petit matériel, d’époques diverses, mis au jour à l’occasion du creusement d’un canal à Pommeroeul en 1975 », Vie archéologique, 55-56, p. 27-48.

DUPONT C., GRUET Y., 2013, « Étude des coquillages provenant du caveau de l’enfant », in : FARAGO-SZEREKES B., DUDAY H., Les dames de Naintré, Poitou-Charentes, Naintré/Laumont/Poitiers, SRA Poitou-Charentes, p. 133-143.

DÜTSCHKE H., 1878, « Die antiken Denkmäler der Kölner Privatsammlungen. II : Die Bronzen, Metallgeräthe und Schmucksachen », Jährbücher d. Vereins von Altertumsfreunden im Rheinlande, 64, p. 69-89.

DUVAL P.-M., 1954, « À propos de l’‘ascia’ », Mém. de la Soc. nat. des Antiquaires de France (Rec. publié à l’occasion du cent cinquantenaire de la Société), 9e sér., III, p. 71-79.

DUVAL P.-M., 1957, Les dieux de la Gaule, Paris, Presses univ. de France, 134 p.

DUVAUCHELLE A., 2005, Les outils en fer du Musée romain d’Avenches, Avenches, 232 p. (rééd. complétée de Pro Aventico, 1990) (Doc. du Musée romain d’Avenches, 11).

ECK W., 2004, Köln in römischer Zeit : Geschichte einer Stadt im Rahmen des Imperium Romanum, Cologne, Greven verlag, 862 p.

ECK W., 2007a, La romanisation de la Germanie, Paris, éd. Errance, 103 p.

ECK W., 2007b, « Das römische Köln : wie deckt eine Provinzstadt ihren Bedarf ? », in : Supplying Rome and the Empire, Proc. of internat. seminar : Rome, the Provinces, Production and Distribution, Siena-Certosa di Pontignano, 2-4 mai 2004, p. 209-218 (Journal of Roman Archaeology, Suppl. series, 69).

ECKHARD Ch., 1985, « Wiedergewinnung antiker Bauerngerätte », Trierer Zeitschrift, 48, p. 139-155.

ESPÉRANDIEU É., 1907-1981, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, Paris, 16 vol. (I à XI : É. Espérandieu ; XII à XV : R. Lantier ; XVI : Tables, P.-M. Duval).

ESPÉRANDIEU É., ROLLAND H., 1959, Bronzes antiques de Seine-Maritime, Paris, CNRS éd., 101 p., LXIII pl. (XIIIe suppl. à Gallia).

FAIDER-FEYTMANS G., 1957, Recueil des bronzes de Bavai, Paris, CNRS éd., 140 p., LVII pl. (VIIIe suppl. à Gallia).

FALLUE L., 1855, « Des tombeaux de la vallée de l’Eaulne : réfutation de l’opinion de M. l’abbé Cochet, touchant à l’origine des sépultures) », Revue archéologique, 12, p. 148-163.

FARAGO-SZEKERES B., SIMON-HIERNARD D., 2012, « Somptueuses tombes féminines à Naintré », in : SIMON-HIERNARD D. dir., Amor à mort : tombes remarquables du centre-ouest de la Gaule (Ier siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C.), Catalogue d’exposition, Poitiers, Musée Saint-Croix, p. 71-75.

FAUDUET I., 2010, Les temples de tradition celtique, Paris, éd. Errance, 352 p. (nelle éd. revue et augm.) (coll. des Hespérides).

FELLMANN, R., 1981, « Der Sabazios-kult », in : VERMASEREN M.J. dir., Die orientalischen Religionen im Römerreich, Leiden/Boston, Brill, p. 316-333 (Études préliminaires aux Religions orientales dans l’Empire romain (EPRO), 93).

FERDIÈRE A., 1978, Recherches sur l’habitat rural gallo-romain en Beauce : autour de la fouille de Dambron (1972), Thèse de 3e cycle, Univ. Paris IV, 6 vol., 946 p., 266 pl. h.t. (consultable aux Archives départementales du Loiret et au SRA Centre-Val de Loire).

FERDIÈRE A., 1988, Les campagnes de la Gaule romaine, 2 - Les techniques et les productions rurales en Gaule, Paris, éd. Errance, 284 p.( coll. des Hespérides).

FERDIÈRE A., 1991, « Gaulois et Gallo-Romains : techniques et outillages agricoles », in : Guilaine J. dir., Pour une archéologie agraire : à la croisée des sciences de l’homme et de la nature, Paris, A. Colin, p. 81-101.

FERDIÈRE A., 1996, « Chronique : Voyage à travers les campagnes de la Gaule romaine – VII », Revue archéologique du Centre de la France, 35, p. 193-202.

FERDIÈRE A., 1997, « Le vallus et la faux, l’épeautre et le bœuf : fable », Bull. de liaison AGER, 7, p. 3-9.

FERDIÈRE A., 2004a, « Indigènes et ‘romanisés’ à travers la tombe privilégiée en Gaule », Latomus, 63-1 (janv.-mars), p. 35-57.

FERDIÈRE A., 2004b, « Archéologie funéraire et société en Gaule romaine : interprétation ou surinterprétation ? », in : BARAY dir., p. 121-129.

FERDIÈRE A., 2006, « La période romaine », in : FERDIÈRE A. et alii, Histoire de l’agriculture en Gaule : 500 av. J.-C. - 1000 ap. J.-C., Paris, éd. Errance, p. 65-139 (coll. des Hespérides).

FERDIÈRE A., 2007, « Des maîtres de domaines investissent dans la manufacture : fundus et production artisanale en Gaule romaine », Bull. de liaison AGER, 17, p. 9-18.

FERDIÈRE A., 2015, « Chronique : Voyage à travers la Gaule profonde - XVII-a », Revue archéologique du Centre de la France, 54, en ligne : racf.revues.org

FERDIÈRE A., 2019, « De nouvelles formes de stockage de céréales à l’époque romaine en Gaule : quels changements, avec quel(s) moteur(s) ? », in : MARTIN St. dir., Rural granaries in Northern Gaul (6th c. BCE - 4th c. CE), Leiden/Boston, Brill, p. 73-105.

FERDIÈRE A., VILLARD A. dir., 1993, La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges en Berry au début de l’époque gallo-romaine, Saint-Marcel, 316 p. (Mémoire du Musée d’Argentomagus, 2 - 7ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

FEUGÈRE M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale, de la conquête à la fin du ve siècle après J.-C., Paris, éd. du CNRS, 509 p. (12ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

FEUGÈRE M., 2007, « Cultes domestiques en Languedoc préromain : magie ou religion ? », Ephesia Grammata, 1, 10 p., 3 fig. En ligne : www.etudesmagiques.info/index2.php?go=revues

FORRER R., 1948, Die helvetischen und helveto-römischen Votivbeilchen der Schweiz, Bâle, 76 p., 16 pl. (Schriften des Institutes f. Ur- u. Frühgeschichte der Schweiz, 5).

Fouilles… 1987 : « Les fouilles gallo-romaines du Luminaire à Lachau (Drôme) », Le Luminaire (pages de liaison) (Drôme), 4, p. 4-33.

FOWLER P.J., 2002, Farming in the first millenium AD : British agriculture between Julius Caesar and William the Conqueror, Cambridge, Cambridge univ. Press, xviii-393 p.

FREI-STOLBA R., 2010, « Die in der Schweiz gefundenen BANNA-Schälchen », Archäologie Schweiz, 93, p. 202-207.

FREMERSDORF F., 1927, « Gräber der einheimischen Bevölkerung römischer Zeit in Köln », Prähist. Zeitschrift (Berlin), 18, p. 255-293.

FREMERSDORF F., 1930, « Der römische Gutshof in der Stolberstrasse zu Köln-Braunsfeld », Bonner Jahrbücher, 135, p. 109 sqq.

FREMERSDORF F., 1933, Der römische Gutshof Köln-Müngersdorf, Berlin, De Gruyter, 138 p., 58 Taf. (Römisch-Germ. Forschungen, VI).

FREMERSDORF F., 1950, Neue Beiträge zur Topographie der römischen Köln, Berlin, De Gruyter, 84 p.

FREMERSDORF F., 1951, « Die römische villa suburbana bei Pantaleonkirche in Köln », in : Festschrift für Albert Steeger, p. 24-26 (Niederrheinisches Jahrbuch, 3).

FREMERSDORF F., 1956, « Altestes Christentum mit besonderer Berüchsichtigung der Grabung-ergebnisse unter der Severinkirche in Köln », Kölner Jahrbuch f. Vor- u. Frühgeschichte, 2, p. 7-26, pl. 1-20.

FRIEDHOFF U., 1991, Der römische Friedhof an der Jakobstrasse zu Köln, Mayence, Von Zabern, 334-117 p. (Kölner Forschungen, 3).

FRIES J. C., 1995, Vor- und frühgeschichtliche Agrartechnik auf den Britischen Inseln und dem Kontinent : eine vergleichende Studie, Espelkamp, Leidorf, 256 p. (Internationale Archäologie, 26).

FURGER A.R., 1989, « Römermuseum Augst », Jahresberichte aus Augst u. Kaiseraugst, 10, p. 18-23.

GAITZSCH W., 1980, Eiserne römische Werkzeuge, Oxford, 2 vol., 410 p., 74 pl. (BAR, Internat. series, 78-1 et 2).

GAITZSCH W., 1993, « Brandt- und Körpergräber in römischen Landsiedlungen der Jülicher Lössbörder », in : STRUCK M. dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungsstruktur und Sozialgeschichte, Internat. Fachkonferenz, Mainz, 18-20 feb. 1991, p. 17-39 (Archäologische Schriften des Inst. f. Vor- u. Frühgeschichte der J. Gutenberg-Universität Mainz, 3).

GAITZSCH W., 2010, « Römische Siedlungsgrabungen im rheinischen Braunkohlenrewier », in : Braunkohlen-archäologie im Rheinland. Entwicklung von Kultur, Umwelt und Landschaft. Materialen zur Bodendenkmalp ege im Rheinland, 21, Weilerswist, p. 77‐86.

GALLIOU P., 2010, Le Finistère, 29, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 495 p. (Carte archéologique de la Gaule, 29).

GALSTERER H., 1999, « Kolonisation im Rheinland », in : DONDIN-PAYRE M., RAPSAET-CHARLIER M.-Th. dir., Cités, municipes, colonies : les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, Publ. de la Sorbonne, p. 251-269 (Hist. ancienne et médiévale, 53).

GANET I., 1995, Les Hautes-Alpes, 05, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 188 p. (Carte archéologique de la Gaule, 5).

GARCIA M., 2014, « Étude des fibules », in : ROCQUE dir., p. 198-223.

GAREZOU M.-X., 1994, « Orpheus », in : Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, VII, Zurich/Munich, Artemis Verl.

GAUTHIER N., HELLENKEMPER H., 2002, « Cologne », in : GAUTHIER N. et alii, Topographie chrétienne des Cités de la Gaule, XII, Province ecclésiastique de Cologne (Germania Secunda), Paris, de Boccard, p. 25-70.

GERLACH R., MEURERS-BALKE J., ZERL T., HERCHENBACH M., 2017, « Were soils characteristics the main trigger for land use in the Roman Period in the Rhineland ? The geoarchaeological and archaeobotanical evidence », in : REDDÉ M. dir., Gallia Rustica. 1 - Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius éd., p. 72-89 (Mémoires, 49).

GILLES K.-J. dir., 1995, Neuere Forschungen zum römischen Wenbau an Mosel und Rhein, Trèves, Rhenisches Landesmuseum, 108 p.

GORECKI J., 1975, « Studien zur Sitte der Münzbeigabe in römerzeitlichen Körpergräbern zwischen Rhein, Mosel und Somme », Bericht d. Römisch-Germanischen Kommission, 56, p. 179-467.

GOSSE H., STEIER A., 1974, art. « Krokodile » et « Eidechsen », in : Paulys Realencyclopädie des Altertums-wissenschaft, rev. G. WISSOWA, III, 1, A., Munich, Druckenmüller, col. 1957-1960 (rééd. de 1923).

GOTTSCHALK R., 2003, Stüdien zu spätrömischen Grabfunden in der Niederrheinischen Bucht, Thèse de Doctorat de la Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Univ., 160 p. En ligne.

GOTTSCHALK R., 2007, « Zur spätrömischen Grabkultur im Kölner Umland : zwei Bestattungsareale in Hürth-Hermülheim, 1. Teil : Die Gräber und ihre Befunde », Bonner Jahrbücher, 207, p. 211-298.

GOTTSCHALK R., 2008, « Zur spätrömischen Grabkultur im Kölner Umland : zwei Bestattungsareale in Hürth-Hermülheim. 2 Teil : Die Funde und ihre Deutung », Bonner Jahrbücher, 208, p. 91-160.

GOTTSCHALK R., 2012, « Miniaturen in Frauenhand : zu den sogenannten Mithrassymbolen », Archäologisches Korrespondenzblatt, 42, p. 83-93.

GOTTSCHALK R., 2015, Spätrömische Gräber im Umland von Köln, Darmstadt, Ph. von Zabern, xii-402 p. (Rheinische Ausgrabungen, 71).

GREEN M.J., 1975, « Romano-British non-ceramic model objets in South-East Britain », The Antiquaries Journal, 132, p. 54-70, pl. 7 h.t.

GRENIER A., 1942, « Amulettes magiques », in : Chronique gallo-romaine, Rev. des Études anciennes, 44-3, p. 261-284.

GRUAT Ph., MALIGE G., VIDAL M., 2011, L’Aveyron, 12, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 694 p. (Carte archéologique de la Gaule, 12).

GSCHWANTLER K., 1999, « Die Anhänger der Kette und ihre Deutung », in : SEIPEL W. dir., Barbarenschmuck und Römergold : der Schatz von Szilágysomlyó : eine Ausstellung des Kunsthistorischen Museums Wien und des Magyar Nemzeti Múzeum Budapest, Milan, Skira, p. 63-79.

GSELL St., 1913, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. I, Les conditions du développement historique, Paris, Hachette, 544 p.

HABEREY W., 1949, « Gravierte Glasschale und sogenannte Mithrassymbole aus einem spätrömischen Grab von Rodenkirchen bei Köln », Bonner Jahrbücher, 149, p. 94-104.

HABEREY W., 1962, « Spätrömische Gräber in Brühl », Bonner Jahrbücher, CLXII, p. 397-416.

HAMPEL J., 1905a, Alterthümer des frühen Mittelalters in Hungarn. 2 - Fundbeschreibung, Braunschweig.

HAMPEL J., 1905b, Alterthümer des frühen Mittelalters in Hungarn. 3 - Atlas, Braunschweig.

HANEMANN B., 2014, Die Eisenhortfunde der Pfalz aus dem 4. Jahrhundert nach Christus, Spire.

HARTMANN R., GOSSEN H., STEIER A., 1921, art. « Schlange », in : Paulys Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, rev. G. Wissowa, III, 1, A., Sarmatia bis Selinos, Munich, Druckenmüller, col. 494-520 et 520-558.

HATT J.-J., 1986, La tombe gallo-romaine : recherches sur les inscriptions et les monuments funéraires gallo-romains des trois premiers siècles de notre ère, Paris, Picard, 419 p.

HATT J.-J., 1989, Mythes et dieux de la Gaule, 1 - Les grandes divinités masculines, Paris, Picard, 286 p.

HAUDRICOURT G., JEAN-BRUNHES DELAMARRE M., 1955, L’homme et la charrue à travers le monde, Paris, Gallimard, 1955 : rééd. Lyon, La Manufacture, 1986, 410 p.

HAYEN H., 1983, « Das Doppeljoch aus dem Petersfehner Moor », Archäologische Mitteilungen aus Nordwestdeutschland, 6, Oldenburg, Isensee, p. 13-22.

HEIMBERG U., 2000, « Siedlungstrukturen in Niedergermanien », in : Von BÜREN G., FUCHS E. dir., Jülich : Stadt - Territorium - Geschichte, Festschrift zum 75 Jährhigen Jubiläum des Jülicher Geschichtsvereins 1923 e.V., Kleve, p. 189-240 (Jülicher Geschichtsblätter, 67-68).

HEIMBERG U., 2003, « Römische Villen an Rhein und Maas », Bonner Jahrbücher, 202/203, p. 57-148.

HELLENKEMPER H., 1984, Köln, Köln, von Zabern, I-III, 37/1(Führer zu Vor- u. Frügeschichtlichen Denkmälern, 37-39).

HENRICH P., 2006, Die römische Besiedlung in der westlichen Vulkaneifel, Trier, Rheinisches Landesmuseum Trier, 232 p., 151 pl. (Trierer Zeitschrift, Beiheft 30).

HOFFMANN B., [1965], La Quincaillerie antique, 1ère, 2e et 3e parties, Paris, TCF, 3 fasc. : 32-36 et 46 p., XLVI pl. (Notice technique du Groupe d’Archéologie antique du Touring-club de France, n° 14-16)

HOLWERDA J.H., EVELEIN M.A., 1910, Opgraving te Veldhoven, Oudheidkundige Mededelingen van het Rijksmuseum van Oudheden te Leiden, Oude reeks, 4, p. 43-48.

HORN H. dir., 1987, Die Römer in Nordrhein-Westfalen, Stuttgart, K. Theiss, 693 p.

HUITOREL G., LECONTE L., 2017, « Mettre en évidence les activités des établissements ruraux du nord de l’Île-de-France : l’apport de l’outillage », Communic. à l’Atelier Rurland « Outillage » (7 fév. 2017), inédite.

HUITOREL G., BOULANGER K., 2018, « L’outillage du site de la Côte à Contrexéville (Vosges) : étude de l’équipement mobilier agropastoral et artisanal d’un établissement rural (IIe-IIIe s. ap. J.-C.) », Gallia, 75, p. 205-223.

ILIES C., 1999, « Outils agricoles en Dacie romaine », Studia Théologia Graeco-Catholica Varadiensis, XLIV, Univ. Babeș-Bolyai Cluj-Napoca, p. 119-147.

JACOB J.-P., 1984, « Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté », Gallia, 42-2, p. 235-259.

JENESON K., 2013, Exploring the Roman villa world between Tongres and Cologne : a landscape archaeological approach, PhD Thesis, VU University, Amsterdam (consultable à l’Univ.).

JENESON C.F., 2015, « From finds to villas : reconstructing the roman villa landscapes between Tongres and Cologne », in : REDDÉ M. dir., Méthodes d’analyse des différents paysages ruraux dans le nord-est de la Gaule romaine, Rurland, p. 183-198. En ligne : rurland.hypotheses.org/

JOAN L., 2003, Le Doubs et le territoire de Belfort, 25 et 90, Paris, Acad. des Inscription et Belles-Lettres, 561 p. (Carte archéologique de la Gaule, 25 et 90).

JOLY D., GORDON R., SIMON J., Van ANDRINGA W., WILLERVAL St., 2010, « L’attirail d’un magicien rangé dans une cave de Chartres/Autricum », Gallia, 67-2, p. 125-208.

JOSPIN J.-P., BLEU S., 1996, « L’outillage miniature en fer des sanctuaires de Lachau (Drôme) et de l’Étoile (Hautes-Alpes) », in : SPILLEMAECKER C., VINCENT S. dir., Les Maîtres de l’acier : histoire du fer dans les Alpes, Grenoble, Musée Dauphinois, p. 34-37.

KAKOSCHKE A., 2005, « Agrippinenser an der Nordsee : zur Insschrift AE 1997, 1161 aus Colinjnsplaat (NL) », in : Rom, Germanien und das Reich, Festschrift zu Ehren von Rainer Wiegels anlässlich seines 65. Geburtstages, St. Katharinen, Scripta Mercaturae Verl., p. 256-270. 

KAURIN J., 2011, « Approche fonctionnelle des forces de la fin de l’âge du fer et du début de l’époque romaine : l’exemple des forces dans les nécropoles trévires », Archäologisches Korrespondenzblatt, 41-2, p. 231-247.

KIERNAN Ph., 2002, « A new Mithraic relief in the Römisch-Germanisches Museum Cologne », Kölner Jahrbuch, 35, p. 237-240.

KIERNAN Ph., 2007, « Symboles and substitutes : some observations on ritual model objects from the Roman North-Ouest », in : HAEUSSLER R., KING A.C. dir., Continuity and innovation in religion in the Roman West, vol. 1, Journ. of Roman Arch., Suppl. Ser. 67, Porthmouth/Rhode Island, p. 153-176.

KIERNAN Ph., 2009, Miniature votive offerings in the north-west Provinces of the Roman Empire, Mayence, Rutzen, VI + 300 p. (Mentor, Studien z. Metellarbeiten und Toreutik d. Antike, 4).

KIERNAN Ph., 2015, « Miniature objects as representations of realia », World Archæology, 47.1, p. 47-59.

KIRK J., 1949, « Bronzes from Woodeaton, Oxon », Oxoniensia, 14, p. 1-45.

KLIESCH F., 2011, La nécropole principale de Juliobona, son mur de berge et ses aménagements de rive, Rapport de diagnostic, SRA Haute-Normandie, Rouen, 158 p. (consultable au SRA).

KNÖRZER K.-H., 1984, « Veränderungen der Unkrautvegetation auf rheinischen Bauernhöfen seit der Römerzeit », Bonner Jahrbücher, 184, p. 479-503.

KOLENDO J., 1972, « Avènement et propagation de la herse en Italie antique », Archeologia, XII (1971), p. 104-120.

KOLENDO J., 1980a, « VI. Comparsa e diffusione dell’erpice », in : KOLENDO J., L’Agricoltura nell’Italia romana : tecniche agrarie e progresso economico dalla tarda repubblica al principato, Rome, éd. Riuniti, p. 129-154 (Biblioteca di Storia antica, 10).

KOLENDO J., 1980b, « Appendice III. Modellini di erpice trovati in Renania », in : KOLENDO J., L’Agricoltura nell’Italia romana : tecniche agrarie e progresso economico dalla tarda repubblica al principato, Rome, éd. Riuniti, p. 213-218 (Biblioteca di Storia antica, 10).

KRIER J., 2006, « Le mausolée de Bertrange et les monuments funéraires du ier siècle ap. J.-C. en région mosellane », in : MORETTI J.-Ch., TARDY D. dir., L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain, Actes du colloquee de l’IRAA du CNRS, Lattes, 11-13 oct. 2001, 24 Paris, éd. du CTHS, p. 435-444 (coll. Archéologie et Histoire de l’Art).

KRIER J., 2008, « BANNA-Schälken : zu Verbreitung, Datierung uns Funktion eines rätselhaften Fundobjekts der frühen Kaiserzeit », in : HAINZMANN M., WEDENIG R. dir., Instrumenta Latina, II, Akten des 2. internat. Kolloquiums, Klagenfurt, mai 2005, Klagenfurt, p. 189-200.

KRUSCHWITZ P., 2016, « A Frog in the Throat : à propos AE 2012.740 = ZPE 181 (2012) 150 », Zeitschrift f. Papyrologie und Epigraphik, 198, p. 162-163.

KÜNZL E., 1990, « Kunst und Kunst-handwerke », in : CÜPPERS H. dir., Die Römer in Rheinland-Pflatz, Stuttgart, K. Theiss, p. 169-212.

KURZ G., 1995, Keltische Hort und Gewässerfunde in Mitteleuropa : Deponierungen der Latènezeit, Stuttgart, K. Theiss, 254 p. (Materialhefte z. Archäologie in Baden-Württemberg, 33).

LA BAUME P., 1971, « Das Achatgefäss von Köln », Kölner Jahrbuch f. Vor- u. Frühgeschichte, 12, p. 80-93.

LABORDE A. de, 1816, Les Monuments de la France classés chronologiquement et considérés sous le rapport des faits historiques et de l’étude de l’art, Paris, Imp. Didot l’Ainé, vol. 1.

LANCEL S., 1975, « Informations archéologiques, Circonscription de Rhône-Alpes », Gallia, 33-2, p. 529-558.

LANE E.N., 1985, Corpus Cultus Iovis Sabazii (CCIS), II. The other monuments and literary evidence, Leiden/Boston, Brill, x-61 p., xl pl. (Études préliminaires aux Religions orientales dans l’Empire romain (EPRO), 100.2).

LANE E.N., 1989, Corpus Cultus Iovis Sabazii (CCIS), III. Conclusions, Leiden/Boston, Brill, 68 p. (Études préliminaires aux Religions orientales dans l’Empire romain (EPRO), 100.3).

LEBEL P., 1955, « Musées et collections - Musée archéologique de Dijon : ‘Asciae’ gallo-romaines », R.A.E, t. VI, p. 255-258.

LEBEL P., 1961, Catalogue des collections archéologiques de Besançon, V. Les bronzes figurés, Paris, Les Belles-Lettres, 2 vol. : 1. Album de Planches, C pl. ; 2. Texte, 91 p., XVIII pl. (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 26 - Archéologie, 8).

LEBEL P., 1962, Catalogue des collections archéologiques de Montbéliard, III. Les bronzes figurés, Paris, Les Belles-Lettres, 44 p., LVI pl. (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 37 - Archéologie, 15).

LECONTE L., 2018, « Fibules skeuomorphes romaines : un modèle en forme de serpe à Taverny ‘Les Écouardes’ (Val-d’Oise) », Revue archéologique d’Île-de-France, 20, p. 39-43.

LEHNER H., 1924a, « Orientalische Mysterienkulte im römischen Rheinland », Bonner Jahrbücher, 129, p. 36-91.

LEHNER H., 1924b, Führer durch das Provinzialmuseum in Bonn, Bonn, 2e éd., vii-238 p.

LESCURE J., LE GARFF B., 2006, L’étymologie des noms d’amphibiens et de reptiles d’Europe, Paris, Belin, 207 p. (coll. Éveil Nature).

LESER P., 1927, « Rheinische Pflüge », Ethnologica, III, p. 17.

LINDENSCHMIT L., 1900, « Museographie. Mainz, Sammlung des Vereins zur Erforschung des Rhein. Geschichte und Altertumer (69) », p. 386-405, pl. h.t. (Westdeutche Zeitschrift f. Gesch. und Kunst, XIX).

LINFERT-REICH I., 1973, « Spielzeug der Seligen », Kölner Museums Bull., 12, p. 1195-1198.

LINFERT-REICH I., 1974, « Der Töd », Kölner Römer-Illustrierte, I, p. 170-171.

LINTZ G., 1992, La Corrèze, 19, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 223 p. (Carte archéologique de la Gaule, 19).

LINTZ G., 2001, La nécropole gallo-romaine des Sagnes à Pontarion (Creuse), Chauvigny, Assoc. des Publ. chauvinoises, 370 p. (Mémoire, XX).

LINTZ G., VUAILLAT D., 1988, « Les poignards et les coutelas dans les sépultures gallo-romaines du Limousin », Gallia, 45, p. 165-188.

LOESCHCKE S., WILLERS H., 1911, Beschreibung römischer Altertümer, gesammelt von Catl Anton Niessen (Sammlung), Cologne, Greven & Bechtold, Bd I-II.

LUIK M., 1996, Köngen-Grinario I. Topographie, Fundstellenverzichnis, ausgewälte Fundgruppen, Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, Bd 62, Stuttgart, 293 p., 163 Pls.

LÜNING J., JOCKHÖVEL A., BENDER H., CAPELLE T., 1997, Deutsch Agrargeschichte Vor- und Frühgeschichte, Stuttgart, Eugen Ulmer, 480 p.

Maasnielderweg 1989 : Maasnielderweg, doc. en ligne (sept-nov.), http://www.maasniel.nl/Archeologie/Romeinsgraf%20Maasnielderweg.htm 

MANNING W.H., 1966, « A group of bronze models from Sussex in the British Museum », The Antiquaries Journal, 46, p. 50-59, pl. XVI h.t.

MARBACH A., 2004, Les instruments aratoires des Gaules et de la Germanie Supérieure : catalogue des pièces métalliques, Oxford, Archaeopress, 159 p. (BAR, Intern. series, 1236).

MARCILLE C., 2000, Lieusaint, Parc du Levant / Les Margouillières, Rapport de diagnostic, Inrap CIF (consultable au SRA ÎdF).

MARTIN-KILCHER St., 2000, « Mors immatura in Roman world : a mirror of society and tradition », in : PEARCE J., MILLETT M., STRUCK E. dir., Burial, society and context in the Roman World, Oxford, Oxbow Books, p. 63-76.

MASSART C., 2015a, Les tumulus gallo-romains conservés en Hesbaye : étude topographique, Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, 115 p. (Monographie d’Archéologie nationale, 9).

MASSART C., 2015b, Les tumulus gallo-romains de Hesbaye (cité de Tongres) : la représentation funéraire des élites, Tongres, Publ. of the gallo-roman Museum, 246 p. (Atuatuca, 6).

MASUREL R., 1979, Contribution à l’étude de la serrurerie gallo-romaine, Mémoire de l’École du Louvre, 4 vol., 321 p., 79 pl. (consultable à l’École).

MAURO C dir., 1985, Civiltà degli Etruschi, Catalogue d’exposition, Florence, Museo Archeologico, 433 p.

MELMOTH F., 2011, « Calendriers romains », in : « Dossier : le temps et les saisons », L’Archéologue, la Revue de l’Archéologie, 111 (déc.-janv.), p. 14-25.

MENGUS N., 2018, La nef de Vénus : érotisme et mauvais œil dans l’est de la Gaule et l’Empire romain, Bernardswiller, ID Éditions, 127 p.

Mérov. … 1978 : Les Mérovingiens au musée de Dijon, Catal. d’Expos., Dijon, 185 p.

MOUGNE C., BAIGL J.-PH., EPHREM B., FARAGO-SZEKERES B., LAVOIX G., SINQUIN J.-B., 2017, « Exploitation et utilisation des ressources animales marines à Saintes (Charente-Maritime) du Ier siècle av. n.è. au Ve s. de n.è. », in : GONZALEZ VILLAESCUSA R. et alii dir., L’exploitation des ressources maritimes de l’Antiquité : activités productives et organisation des territoires, Actes des XXXVIIe Rencontres internat. d’Archéologie et d’Histoire d’Antiges / XXIIe coll. de l’Assoc. AGER, Antibes, 11-13 oct. 2016, Antibes, APDCA, p. 253-272.

MOUROT F. dir., 2002, La Meuse, 55, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 656 p. (Carte archéologique de la Gaule, 55).

MOURY M., HOURCADE D., 2018, « Un plateau de balance de précision signé BANN(A) à Bordeaux (Gironde, FR) », Instrumentum, 47 (juin), p. 16-17

MÜLLER-WILLE K., 1970 « Die landwirtschaftliche Grundlage der Villa rustica », in : HINZ H. dir., Germania Romana, III. Römisches Leben auf germanischem Boden, Heidelberg, C. Winter Verl., p. 26-42 (Gymnasium, 7).

NICOLAS D., 2011, Les Ardennes, 08, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 512 p. (Carte archéologique de la Gaule, 08).

NOELKE P., 1984, « Reiche Gräber von einen römischen Gutshof in Köln », Germania, 62, 2, p. 373-423.

OUTAGR 2017 : OUTAGR, Inventaire de l’outillage agricole gallo-romain (A. Ferdière et alii), Base de données en ligne : http://outagr.huma-num.fr/Outagr/

OLIVE CL., DESCHLER-ERB S., 1999, « Poulets de grain et rôtis de cerf : produits de luxe pour les villes romaines », Archéologie suisse, 22.1, p. 35-38.

PÄFFGEN B., 1992, Die Ausgrabungen in St. Severin zu Köln, Mayence, Ph. von Zabern, 3 vol. (Kölner Forschungen, 5.1-3)

PARDON-HAUETFORT É., 2015, Une balade hors du temps autour du Bestiaire fantastique de Speluncatu, sous le sceau de la dualité, le Basilic et le Griffon, env. 36 p., fig., en ligne : elizapethpardon. hauetfort.com (mise en ligne 08/03/2015, consulté 10/07/2017).

PARIDAENS N., 2017, Le sanctuaire gallo-romain de ‘La Taille Marie’ à Aiseau-Presles, Bruxelles, CReA-Patrimoine, 64 p.

PÉRAUDEAU J.-P., 1976, L’outillage en fer gallo-romain dans le centre-Ouest de la France, Mém. de maîtrise d’Hist. de l’Art et Archéol., Univ. de Poitiers, 3 vol. : texte + biblio. 107 p., 74 pl. dessins et LVI pl. photos (ex. consultable au Musée de Poitiers et à l’univ.).

PERSE M., 1991, « Figürlich verzierte Schliffgläser », in : ENGEMANN J., RÜGER Ch. dir., Spätantike und frühes Mittelalter : ausgewählte Denkmäler im Rheinischen Landesmuseum Bonn (Ausstel- lungskat.), Bonn, R. Habelt, p. 268-289 (Kunst u. Altertum am Rhein, 134).

PERSE M., NOELKE P., 1985, Die als ‘Mithrassymbole’ bekannten Symbolminiaturen des Römisch-Germanischen Museums Köln, Cologne.

PETRIKOVITS H. von, 1960, Das römische Rheinland : archäologische Forschungen seit 1945, Köln, Westdeutscher Verl., 176 p. (Arbeitsgemaindschaft f. Forschung des Landes Nordrhein-Westfalen, Geisteswissenschaften, 86).

PIETSCH M., 1988, « Ausgewählte Funde zur Siedlungsentwicklung zum Kult und zum Handwerk », in : Regia Wimpina. Beiträge zur Wimpfener Geschichte, Bad Wimpfen, p. 63-128.

PLAT P., 1920, « Découvertes archéologiques à Jacogne », Bull. de la Soc. d’Études des Hautes-Alpes, p. 176-179.

PLAT P., 1923, « Note sur un dépôt de poteries et de monnaies gallo-romaines près d’Orpierre », in : Ve congrès de Vienne, Rhodania, 789, p. 115-119.

POHANKA R., 1986, Die eisernen Agrargeräte der römischen Kaiserzeit in Österreich : Studien zur römischen Agrartechnologie in Rätien, Noricum und Pannonien, Oxford, 390 p. (BAR, Intern. series, 298).

PRICE S., KEARNES E., 2003, The Oxford dictionary of classical myth and religion, Oxford, Oxford University Press, 599 p.

Promenade…, 2017 : Promenade archéologique à Rezé/Nantes, Le Chronographe, Rezé/Nantes, 54 p.

PROVOST M., 1988, Le Maine-et-Loire, 49, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 174 p. (Carte archéologique de la Gaule, 49).

PROVOST M. et alii, 2009, La Côte-d’Or. 21/2 : D’Allerey à Normier ; 21/3 : De Nuits-Saint-Georges à Voulaines-les-Templiers, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 651 et 463 p. (Carte archéologique de la Gaule, 21-1 et 21-3).

PUTELAT O., 2015, Les relations homme-animal dans le monde des vivants et des morts : étude archéozoologique des établissements et des regroupements funéraires ruraux de l’Arc Jurassien et de la plaine d’Alsace de la fin de l’Antiquité tardive au premier Moyen Âge, Thèse de doctorat d’archéologie, Univ. de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 3 vol., 1046 p. En ligne (et consultable à l’Univ.).

PUYFOULHOUX Z., 2015, Les figurines de terre cuite blanches conservées au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins – Ier au IIIe siècle apr. J.-C., Mémoire de Master, Clermont-Ferrand, Univ. Blaise-Pascal, 4 vol. (consultable à l’Univ.).

PUYFOULHOUX Z., 2017, « Les figurines en terre blanche conservées au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins - Ier au IIIe s. apr. J.-C. », in : Publ. de la Rencontre archéologique de l’Allier, 15 oct. 2016, SAPDA/Départ. de l’Allier, p. 45-49 (Revue archéologique de l’Allier, 1).

RABEISEN É., 1994, « Rite de dépôts en nombre : offrandes du temple d’Alésia et d’autres sanctuaires gallo-romains », in : GOUDINEAU CH., FAUDUET I., COULON G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse / Saint-Marcel), 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance, p. 121-125 (coll. Archéologie aujourd’hui).

RAEPSAET G., 1982, « Attelages antiques dans le Nord de la Gaule : les systèmes de traction par équidés », Trierer Zeitschrift, 45, p. 215-273.

RAEPSAET G., 1995, « Les prémices de la mécanisation agricole entre Seine et Rhin de l’Antiquité au XIIIe siècle », Annales Histoire, Sciences sociales, p. 911-942.

RAEPSAET G., 2016, Attelages antiques, jougs et jouguets : approches ethno-technologiques, Bruxelles, CReA-Patrimoine, 185 p. (Études d’archéologie, 9).

RAEPSAET G., LAMBEAU F. dir., 2000, La moissonneuse gallo-romaine, Journée d’études de l’ULB, 24 avril 1999, Bruxelles, ULB / Rochefort, Malagne la Gallo-romaine, 115 p.

RAEPSAET-CHARLIER M.-TH., PARIDAENS N., 2013, « Pratiques cultuelles, objets de culte et offrandes », in : COQUELET C. dir., L’archéologie en Wallonie : l’époque romaine : vie en société, religion et artisanat, Namur, Inst. du Patrimoine wallon, p. 32-36 (Carnets du Patrimoine, 112).

RAPIN A., 1986, « Le mobilier en fer du sanctuaire de Digeon », Revue archéologique de Picardie, 3/4, p. 115-117.

RAUX St., 2009, « Instrumentum », in : CHUNIAUD K. dir., Bordeaux, Auditorium : un quartier urbain antique, Rapport final d’Opérération, Inrap CSO, Bordeaux, vol. 3 : Les études, p. 1-144. (consultable au SRA Nouvelle-Aquitaine).

REDDÉ M., 2019, « Les conditions du développement économique. I. La démographie, la production, la fiscalité, la monnaie », in : REDDÉ M. dir., Gallia Rustica. 2 - Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius éd., p. 501-518 (Mémoires, 50).

REES S.E., 1979, Agricultural implements in prehistoric and roman Britain, Oxford, 2 vol., 772 p. (BAR, British series, 69).

REINACH S., [1884], Antiquités nationales : description raisonnée du Musée de Saint-Germain-en-Laye, 2. Bronzes figurés de la Gaule romaine, Paris, Firmin-Didot, 384 p.

REINERS H., DREXEL F., 1918, Eine Römersiedlung vor Verdun, Munich, Bruckmann, 33 p., 16 pl.

REUSCH W., 1938, « Griechische Münzen und Inschriften der römischen Kaizerzeit aus Köln », Germania, XXII, p. 166-175.

RGZM : Römische-Germanisches Zentral Museum, Mayence, Inventaire, 34 vol., en ligne : web.rgzm.de/museen/

RIEDEL M., 1980, « Die Ausgrabungen 1974 im römischen Gräberfeld an der Luxemburger Strasse in Köln », Kölner Jahrbuch, 17, p. 92-167.

RIHA E., 1994, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst : die Neufunde seit 1975, Augst, Römermuseum Augst, 206 p., 51 pl. (Forschungen in Augst, 18).

RISTOW G., 1974, Mithras im römischen Köln, Leyden/Boston, Brill, 33-xxiii p. (Études préliminaires aux Religions orientales dans l’Empire romain (EPRO), 42).

RISTOW S., 2011, « Frühmittelalterliche Nutzung über römischen Resten im westlichen Suburbium des römischen Köln – Ausgrabungen unter und in der Umgebung der Kirche St. Pantaeon », in : DRAUSCHKE J., PRIEN R., RISTOW S. dir., Untergang und Neuanfang, Tagunsbeiträge der Arbeitsgemeinschaft Spätantike und Frühmittelalter, 3. Siedlunsarchäologie (Mannheim, 13-14 Mai 2008) ; 4. Militaria und Verteidigungsanlagen (Detmold, 1er Sept. 2009), Hamburg, Kovač, p. 191-204.

ROBERT M., 2017, « Une sépulture aristocratique d’époque romaine à Iuliobona (Lillebonne, Seine-Maritime) », Revue archéologique de l’Ouest, 34, p. 241-270.

ROCQUE G. dir., 2014, Magny-Court, ‘Pré de la Fontaine’ (58.152 - Nièvre - Bourgogne), Rapport intermédiaire de fouille préventive, Phase 2, vol. 1 (texte et figures), Serv. d’Arch. préventive, Allier, le Département (SAPDA Archéo), 339 p.

ROCQUE G., DUCREUX A., GARCIA M., HUGUET L., LEGAGNEUX M., 2018, « Le sanctuaire de Magny-Court (Nièvre, France) : apport de l’étude du mobilier à l’interprétation du site », in : BALLET P., LEMAÎTRE S., BERTRAND I. dir., De la Gaule à l’Orient méditerranéen : fonctions et statuts des mobiliers archéologiques dans leur contexte, Actes du colloque de Poitiers, 27-29 oct. 2014, Rennes, Presses univ. de Rennes /Le Caire, Inst. franç. d’Archéologie orientale, p. 227-234, pl. XII h.t. (Archéologie & Culture - Bibliothèque générale, 53).

ROGERET I., 1997, La Seine-Maritime, 76, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 663 p. (Carte archéologique de la Gaule, 76).

RÖRING Ch. W., 1983, Untersuchungen zu römischen Reisewagen, Koblenz, G. M. Forneck, 189-28 p.

ROTHENHÖFER P., 2005, Die Wirtschaftsstrukturen im südlichen Niedergermanien : Untersuchungen zur Entwicklung eines Wirtschaftsraumes an der Peripherie des Imperium Romanum, Rahden, Leidorf, 320 p. (Kölner Studien z. Archäologie d. Römischen Provinzen, 7).

ROTTLÄNDER R.C.A., 1974, « Zur Deutung der sogenannten Mithrassymbole », Archäologische Informationen, 2/3, p. 143-152.

ROTTLÄNDER R.C.A., 1989, « Über die Funktionstuchtigkeit der mit den Mithrassymbolen zusammen-gefundenen kleinen Waagen », Germania, 66-2, p. 498-503.

ROUGÉ J., 1959, « L’ascia, outil agricole ? », Latomus, 18, p. 649-653.

SCHALTENBRAND OBRECHT V., 1996, « Die Eisenfunde », in : DeSCHLER-ERB E. dir., Vitudurum, 7. Beiträge zum römischen Oberwinterthur-Zürich. Ausgrabungen im Unteren Bühl : die Funde aus Metall : ein Schrank mit Lararium des 3. Jahrhunderts, Zürich, p. 141-228 et 320-350, pl. 37-73 (Monographien d. Kantonsarchärologie Zürich, 27).

SCHAZMANN P., 1934, « Sur la mosaïque du cortège rustique à Bossaye près Orbe », Revue historique vaudoise, XLII, p. 257-274.

SCHMITZ H., 1956, Colonia Claudia Ara Agrippinensium, Cologne, Verlag der Löwe.

SCHUMACHER K., 1922, Die Ackerbau in vorrömischer und römischer Zeit, Mayence, 24 p. (Kulturgeschichtliche Wegweiser durch des Römisch-Germanische Zentral-Museum, 1).

SCHWERTHEIM E., 1974, Die Denkmäler orientalischer Gottheiten im römischen Deutschland, Leiden/Boston, Brill, x-335-321 p. (Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain (EPRO), 40).

SEGARD M. dir., 2010, Région Bourgogne. Département de la Nièvre (58). Magny-Cours ‘Champ Rabatin’, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, 3 vol., Archeodunum, Chaponnay, vol. I. Textes, 294 p. ; vol. II. Figures et Planches, p. 295-614 ; vol. III. Annexes, p. 415-903 (consultable au SRA Bourgogne-Franche-Comté, Dijon).

SEGARD M., 2014, « Une grenouille dans un pot », in : BET P., DOUSTEYSSIER B. dir., Éclats arvernes : fragments archéologiques (ier-ve siècle apr. J.-C.), Clermont-Ferrand, Presses univ. Blaise Pascal, p. 172-173.

SEILER St., 2016, « Agrarwirtschaft und Krisenphänomene des 3. Jh. n. Chr. in Trierer Land », Marburger Beiträge zur antiken Handelsgeschichte, 34, p. 1-30.

SIMON-HIERNARD D., 1993, « Les tombes rurales privilégiées du Centre-Ouest gallo-romain », in : FERDIÈRE A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 fév. 1992, Tours, Archéa, p. 307-312 (6e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

SIMON-HIERNARd D. dir., 2012, Amor à mort : tombes remarquables du centre-ouest de la Gaule (Ie siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C.), Catalogue d’exposition, Poitiers, Musée Sainte-Croix, 88 p.

SMEETS J., 1989, « Berichten archeologie (51) », De Klepper (Kwartaalblad Heemkundevereniging Roerstreek, 35, 22e année, 4 (avril), p. 12.

SMEETS J., 2003, « Romeinse vonsteten uit Roermond Grafveld Maasnielderweg », Spiegel van Roermond, p. 83-104.

SPIEGEL E. M., 1994, « Die römische Westnekropole an der Aachener Strasse in Köln : Ansätze zu iner Strukturanalyse », Kölner Jahrbuch, 27, p. 595-609.

SQUEVIN B., 1994, « Les armes miniatures des centres cultuels de Baâlons-Bouvellemont », in : GOUDINEAU CH., FAUDUET I., COULON G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du Coll. d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse/Saint-Marcel, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance / Musée d’Argentomagus, p. 138-142 (coll. Arch. aujourd’hui).

STERN H., 1951, « Représentation gallo-romaine des mois », Gallia, IX-1, p. 21-30.

STERN H., 1982, « Les calendriers romains illustrés », in : TEMPORINI H., HAASE W., Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, Berlin/New York, De Gruyter, II, Principat, 12, Künste, 2, p. 431-475.

STEURES D., 2004, « Shells ans scales : a femal Sabazios-worshipper from Cologne in Nijmegen », Bull. Antieke Beschaving (Leiden), 79, p. 167-174.

SWOBODA E., 1937, « Die Schlange im Mithraskult », Jahreshefte d. Österreischischen Archäologischen Institut, 30, p. 1-27.

TACHE M., 2015, Fibules antiques, celtiques, romaines, mérovingiennes, Saint-Germain-en-Laye, Commios, 72 p., 222 pl. h.t.

TESTART A., 2004, « Deux politiques funéraires : dépôt ou distribution [Synthèse], in : BARAY dir., p. 303-316.

THÉVENOT É., 1968, Divinités et sanctuaires de la Gaule, Paris, Fayard, 245 p.

TISSERAND G., 1980, « Les ex-voto du site de Flavier à Mouzon (08210) », R.A.E., t. 31, fasc. 1-2, p. 61-73.

TISSERAND N., NOUVEL P., 2013, « Sanctuaire de source, sanctuaire des eaux ou simple sanctuaire en milieu humide ? Découverte d’un complexe cultuel antique à Magny-Cours (Nièvre) », R.A.E., t. 62, p. 157-185.

TOYNBEE J.M.C., 1963, Art in Roman Britain, Londres, Phaidon Press, 219 p., 261 fig.

TOYNBEE J.M.C., 1971, Animals in Roman Life and Art, Londres, Thames & Hudson, 431 p.

TRANOY L., 2007, « La mort en Gaule romaine », in : CRUBÉZY É. et alii, L’archéologie funéraire, Paris, éd. Errance, p. 115-176 (coll. Archéologiques) (nelle éd. revue et corrigée).

TUFFREAU-LIBRE M., 2004, « Les dépôts funéraires gallo-romains », in : BARAY dir., p. 287-288.

Van ANDRINGA W., 2009, Quotidien des dieux et des hommes : la vie religieuse dans les cités du Vésuve à l’époque romaine, Rome, École française de Rome, 404 p. (Bibl. des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 337).

Van der POEL J.M.G., 1961, « De landbouw in het verste verleden », Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek, 10-11, p. 125-194.

Van DOORSELAER A., 1964, Répertoire des nécropoles d’époque romaine en Gaule septentrionale, 2. Deutschland, France, Grand-Duché de Luxembourg, Nederland, CNRAB, Bruxelles, 393 p.

Van DOORSELAER A., 1967, Les nécropoles d’époque romaine en Gaule septentrionale, Bruges, De Tempel, 329 p. (Dissertationes archaeologicae Gandenses, 10).

Van ES W.A., 1981, De Romeinen in Nederland, Haarlem, Fibula-van Dishoeck, 300 p. (3e éd.).

Van OSSEL P., 1991, « Incinération et inhumation dans le nord de la Gaule Belgique durant le Haut-Empire », in : VIDAL M. éd., Incinérations et inhumations dans l’Occident romain aux trois premiers siècles de notre ère : France, Espagne, Italie, Afrique du Nord, Suisse, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Actes du colloque international de Toulouse/Montréjeau, IVe congrès archéologique de Gaule méridionale, 7-10 oct. 1987, Toulouse, APAHMP, p. 209-217.

Van OSSEL P., 1992, Établissements ruraux de l'Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, éd. du CNRS, 470 p. (51e suppl. à Gallia).

Van VLEUTEN F., 1882, « Eine Münzsammlung aus römischer Zeit », Bonner Jahrbücher, 72, p. 82-86.

VAZEILLES M., 1957, « Sépultures gallo-romaines de Montchemy », Bull. de la Soc. des Lettres, Sciences et Arts de Corrèze, LXI, p. 105-107.

VELTER A., LAMOTHE M.-J., 1977, Le livre de l’outil, photogr. originales de J. Marquis, Paris, éd. Hier et Demain, 480 p.

VERHOEVEN A., ECTOR F., 1984, « Sabazius in Noord-Brabant ? », Brabants Heem, 36-4, p. 138-149.

VERMASEREN M. J., 1983, Corpus Cultus Iovis Sabazii (CCIS). 1. The hands, Leiden/Boston, Brill, xii-48 p. (Études préliminaires aux Religions orientales dans l’Empire romain (EPRO), 100.1).

VEYNE P., 1981, « Les cadeaux des colons à leur propriétaire : la neuvième Bucolique et le Mausolée d’Igel », Revue archéologique, 2, p. 245-252.

VIGOT A.-S., 2008, Nécropole des Dunes, Poitiers (86), Fouille préventive sur le site du Parc à Fourrage, SRA Poitou-Char., Poitiers (consultable au SRA Nouvelle-Aquitaine).

VILLEVEYGOUX I., 2007, « Marques au fer et amulettes : identifier et protéger les animaux », in : CAM M.-Th. dir., La médecine vétérinaire antique : sources écrites, archéologiques, iconographiques, Actes du colloque international de Brest, 9-11 sept. 2004, Rennes, Presses Univ. de Rennes, p. 45-55 (Coll. Histoire).

VILVORDER F., 2015, « Les objets en fer », in : DEMANET J.-C., VILVORDER F. dir., Liberchies VI. Vicus gallo-romain : zone d’habitat dans le quartier ouest, fouilles de Pro Geminiaco (1995-2007), Louvain-la-Neuve, Univ. cathol. de Louvain, p. 236-255.

Vingt-cinq… 1980 : Vingt-cinq ans d’archéologie gallo-romaine, Catal. d’exposition, DRAC Pays de la Loire / Musées Départementaux de Loire-Atl., Nantes.

WALTER V. J., 1974, The cult of Mithras in the Roman provinces of Gaul, Leiden/Boston, Brill, 175 p. (Études préliminaires aux Religions orientales dans l’Empire romain, 41).

WEBSTER G., 1986, The British Celts and their gods under Rome, Londres, Batsford, 205 p.

WEERTH M., 1882, « 2 – Alfter », in : Miscellen. Bonner Jährbücher, 72, p. 117-118.

WELLMANN M., 1984, art. « Basilisk », in : Paulys Realencyclopädie des Altertumswissenschaft, rev. G. WISSOWA, III, 1, Munich A. Druckenmüller, col. 100-101.

WELLMANN M., 1971, art. « Frosch », in : Paulys Realencyclopädie des Altertumswissenschaft, rev. G. WISSOWA, VII, 1, Munich, A. Druckenmüller, col. 113-119.

WELTI E., 1956, « Présentation d’ex-voto gallo-romains provenant de Lachau (Drôme) », Rhodania, 28, p. 51-52.

WHITE K. D., 1975, Farm equipment of the Roman World, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 258 p.

WILMOUTH A., 2014, Caractérisation du mobilier métallique des quartiers artisanaux Est et Ouest du vicus gallo-romain de Bliesbruck (Moselle), Thèse de Doctorat, Univ. de Bourgogne, Dijon (consultable à l’Univ.).

WITVROUW J., WITVROUW D., 1975, « Le sanctuaire belgo-romain de Clavier », Bull. du Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, 14, p. 147 sqq.

ZADOKS-JOSEPHUD JITTA A.N., PETERS J.T., Van ES W.A., 1969, Roman Bronze Statuettes from Netherlands II. Statuettes Found South of the Limes, Wolters-Noordhoff, 216 p. (Scripta Arch. Groningana, 2).

Haut de page

Notes

1 Voir FERDIÈRE, 1978, p. 324-372 ; 1988, 2, p. 47-48, fig.

2 Qui devrait en principe être très prochainement complété par un catalogue complet de ces découvertes (info. Ph. Kiernan, 2018) : l’étude présentée ici ne fera cependant pas double emploi avec ce catalogue systématique annoncé, car seules quelques lignes sont ici données pour chaque lot, avec une simple liste des éléments miniatures présents.

3 Même s’il doit donc être prochainement proposée par Ph. Kiernan (cf. note 2, supra).

4 Réforme de Dioclétien à la toute fin du IIIe s.

5 Je remercie Michel Reddé (EPHE) d’avoir vérifié ces précisions, concernant notamment le statut colonial de cette ville.

6 En général sur ces dépôts, voir : REUSCH, 1938, p. 169 ; BEHRENS, 1939a ; 1939b ; MANNING, 1966 ; LA BAUME, 1971 ; CAES, 1984, p. 207-216 et fig. ; FERDIÈRE, 1988, 2, p. 47-48, fig. ; 1991, p. 96 ; 1996, p. 197 ; 2006, p. 86-87 ; 2019 ; RÖTTLÄNDER, 1988 ; FRIES, 1995, p. 226-227, pl. 37, n° 387, pl. 38, n° 391, pl. 39, n° 396 ; KIERNAN, 2007 ; 2009, p. 195-210 ; 2015 ; GOTTSCHALK, 2012.

7 Philip Kiernan (2009, p. 195, n° 2) répertorie non moins de 57 sépultures (chiffre retenu par GOTTSCHALK, 2012, n. 2) pour 248 « Mithrassymbole », sans en publier le catalogue, qu’il réserve à une publication prochaine, non parue à ce jour ; le catalogue déjà très complet de BEILKE-VOIGT (1998, p. 331-332) comporte 43 notices ; j’ai quant à moi pu répertorier 53 ou 54 ensembles pour le corpus rassemblé ici (chap. 2, et infra). Cette différence (de seulement trois ou quatre lots avec le décompte de Ph. Kiernan) s’explique quand on note, à plusieurs reprises, des nécropoles où le nombre d’ensembles varie d’un auteur à l’autre, ainsi que, par exemple, un nombre assez important de miniatures d’origine indéterminées mentionné dans : LOESCHKE, WILLERS, 1911 (cf. infra, note 29) ; voir aussi infra les confusions au sujet de l’ensemble n° 21 (une ou deux lots ?) et le probable doublon constaté (nos 20 et 42).

8 Qui ne sera pas examiné ici en détail, car hors sujet, sauf mentions de quelques items spécifiques.

9 À l’origine établi à partir de ma base de données sur l’outillage agricole, maintenant en ligne (OUTAGR 2017), mais très largement complétée ici.

10 Pour ces ensembles, on ne dispose parfois d’aucune illustration des objets miniatures concernés ; pour celles existantes, reproduites ici, elles se complètent parfois d’un auteur à l’autre, mais beaucoup d’entre elles, anciennes, ne comportent pas d’échelle graphique ; on a cependant pu ajouter des échelles à certaines de ces illustrations : on se reportera à ces dernières pour estimer la dimension de tel ou tel des objets miniatures, car leurs dimensions sont quasi les mêmes d’un ensemble à l’autre.

11 Avec huit lots non localisés, et au moins quatre nécropoles comportant de deux (?) à neuf sépultures avec ce type de dépôt. Je remercie ici Martin Schönfelder (RGZM) pour les informations qu’il a pu m’apporter, dont l’accès au Catalogue manuscrit (Registre d’entrée) du RGZM.

12 « Kanalbau », selon : Anonyme, 1901-1905, p. 81. De quel canal s’agit-il ? Peut-être à Köln-Lindenthal, comme le Rautenstrauch-Kanal, le Linderthaler Kanal n’ayant quant à lui été établi qu’en 1925… ? ; cet ensemble n’a pas pu être localisé avec précision.

13 Selon que l’on compte ou non la petite passoire et l’objet cylindrique, infra. Il est à noter que la planche de LINDENSCHMIT, 1900 comporte plus d’objets que celles publiées par la suite, avec certes des éléments qui ne sont pas des miniatures (cuillère et pince à épiler).

14 Ceci selon LINDENSCHMIT, 1900, pl. 19 et anon. 1901-1905 : pl. 6, ces deux planches présentant donc en sus, en n° 16, un objet cylindrique absent de la figure habituellement présentée pour cet ensemble ; ainsi que selon photographies (M. Reddé, sept. 2016) au RGZM de Mayence. Objets ici listés selon la fig. de : anon. 1901-1905.

15 Dans la figure reproduite par KOLENDO, 1981b (selon Mainzer Zeitschr. 1939), la balance n’a qu’un seul plateau et est sans fils, et la petite passoire et l’objet cylindrique sont absents.

16 Dans la vitrine présentant ce lot (n° 24) au RGZM en 2016 (photo M. Reddé, que je remercie ici : cf. fig. 4d) est en outre présente une houe à long manche et fer fortement coudé par rapport au manche, qui n’est pas signalée dans les publications comme faisant partie de cette découverte et est sans doute intrusive, donc à écarter, ce type précis d’outil n’étant représenté ni signalé dans aucun autre des lots examinés ici ; il n’a pas non plus été enregistré comme provenant éventuellement d’un autre lot.

17 Non localisée sur la carte fig. 3.

18 Ou salamandre et grenouille (nos 35 et 36) ?

19 Liste dans l’ordre de lecture de la figure originale, reproduite ici, qui comporte aussi, sous le n° 22, la perle en verre parmi ces objets miniatures.

20 C’est ici l’ensemble le plus éloigné de Cologne même, à plus de 12 km au sud-sud-ouest de la limite sud de la ville romaine.

21 Identification anthropologique P. Konieczka (selon GOTTSCHALK, 2012, n. 4).

22 La plus récente de Victorin (268-270), selon VERHOEVEN, ECTOR, 1984, tabl. p. 147, renvoyant à Haberey, 1962.

23 Dont des émissions rares des empereurs gaulois (HABEREY, 1962, p. 402 ; GORECKI, 1975, p. 263 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 88).

24 Beilke-Voigt (op. cit.) signale d’abord trois ensembles (nos 6 à 8) pour la Bachemerstrasse, puis (n° 38) un lot à Lindenthal, qui est vraisemblablement l’un des deux précédents, car les deux lots de Lindenthal ne sont pas inventoriés sous ce nom dans PERSE, NOELKE, 1985.

25 Sans doute celle de Köln-Braunsfeld, à l’est (cf. infra et carte fig. 3).

26 Pour les tombes en sarcophage de Lindenthal, voir aussi GORECKI, 1975, p. 310-311 ; PÄFFGEN, 1992, p. 258 ; GOTTSCHALK, 2012, n. 7.

27 Selon VERHOEVEN, ECTOR, 1984, tabl. p. 147, renvoyant à LA BAUME, 1971.

28 Sont signalés dans ce catalogue d’exposition plusieurs animaux miniatures, dont 6 crapauds, 5 lézards, 2 serpents, 1 tortue, et des outils miniatures : 2 fléaux de balance, 2 échelles, 1 hache, 1 marteau, 2 haches de charpentier, 1 scie et 1 bêche ; ils peuvent provenir d’autres ensembles de cette série, non inventoriés ici ; voir aussi Manning, 1966, p. 56-59.

29 Ph. Kiernan (2009, fig. 8.8, n° i-iii ; voir fig. 9) indique comme provenant probablement de l’un de ces lots (Römerkastell Saalburg, Niessen Collection) une représentation de lézard, de serpent à crête et de grenouille : si ces deux derniers sont bien présents dans les lots nos 8 à 16, infra, ce n’est pas le cas du lézard, qui pourrait donc appartenir à un ensemble supplémentaire non inventorié ici.

30 Comme pour le précédent ensemble (n° 7), certaines monnaies accompagnant celui-ci sont des émissions orientales, rares en Rhénanie (REUSCH, 1938, p. 169, n° 11-12 ; GOTTSCHALK, 2013, p. 88).

31 Allemand Dechsel.

32 Pour cette dernière, peut-être aussi simple statuette classique ?

33 Les figures 1 à 4 de BEHRENS, 1939a donnent les bons numéros d’inventaire de ce musée.

34 L’Inventaire du RGZM indique « probablement de Cologne ».

35 Le dessin fig. 1, n° 1, n’est pas clair.

36 L’Inventaire du RGZM n’indique pas de lieu de découverte mais précise que le lot provient d’un brocanteur (Althändler) de Worms.

37 L’Inventaire du RGZM n’indique pas non plus de lieu de découverte mais précise que le lot provient d’un antiquaire (Kunsthandel) de Worms.

38 Vérification faite avec les N° d’inventaire du RGZM, cet ensemble semble être le même que celui mentionné plus bas sous le n° 42, Behrens (oc. cit.) n’ayant figuré ni marteau ni le possible fléau de balance : cet ensemble est donc sans doute mentionné deux fois dans le présent Inventaire ; ceci est cependant pris en compte dans les décomptes divers présentés infra, ainsi que dans le tableau général (fig. 1). Cette possible erreur ayant été découverte trop tard, elle a été indiquée ici et la numérotation maintenue pour les ensembles, notamment pour les cartes (fig. 2 et 3).

39 Si l’on en juge sur le nombre et la liste des objets miniatures présents, il s’agit bien encore d’ensembles différents des quatre figurés par BEHRENS, 1939a, fig. 1-4, supra (nos 17 à 20).

40 Provinzialmuseum Bonn, selon photos et rens. J. Klein.

41 Les huit objets du haut de la planche (cf. fig. 14a, complète) : photos, reprise en dessin à l’identique par BEILKE-VOIGT, 1998, fig. 101, d’après LEHNER, 1924 (fig. 14b).

42 Dix artefacts visibles sur la figure car la balance est en trois pièces : fléau et deux plateaux.

43 La figure de FREMERSDORF, 1956, pl. 16, 1 (ici fig. 15) montre bien qu’il ne peut s’agir des mêmes objets que ceux de la photo de CUMONT, 1896, fig. 492, citée plus haut (ici fig. 14a).

44 Sans doute la même signalée ici deux fois par erreur.

45 Possiblement, un joug double non identifié ? (cf. autres exemples ici).

46 Et l’on n’attribuera donc dans ce cas qu’un seul numéro (n° 21).

47 Du même type « à fer en croix », que les précédentes ?

48 Indiqué ailleurs dans l’inventaire du RGZM (vol. 8, p. 60, n° 13577-13584) comme brocanteur (Althändler).

49 Voir supra, n° 20 et note 39 : cet ensemble est vraisemblablement le même que celui mentionné plus haut sous le n° 20, erreur due à l’absence de deux objets miniatures sur quatre dans la fig. 4 de BEHRENS, 1939a.

50 S’il s’agit bien, pour cet ensemble et le suivant, de Bonn : rappelons que le lot n° 21 (a et b ?) de Cologne, supra, est indiqué comme étant au musée de Bonn : cf. note 40 supra.

51 Dont deux inédites, selon KIERNAN, op. cit.

52 D’abord prise, avant restauration, pour une boucle : SMEETS, 2003, n. 17 ; SMEETS, 1989, p. 12.

53 Cette découverte, postérieure, n’est donc pas mentionnée, à propos du culte de Sabazios en Nord-Brabant, parmi les huit lots de miniatures (ubiennes) cités par VERHOEVEN, Ector, 1984 (cf. SMEETS, 2003, p. 100).

54 De types très proches d’exemplaires cités supra, peut-être issus du même moule ?

55 De même type aussi que les exemplaires ubiens : manche-sep, muni de deux larges oreilles ; cf. KIERNAN, 2009, fig. 8.7.

56 Ici aussi, ces objets miniatures sont si semblables à plusieurs exemplaires ubiens que cet ensemble a été attribué à un Ubien immigré en Britannia, et qu’il est très possible qu’ils sortent d’un même moule.

57 Cinquante-quatre si l’on considère le n° 21 comme correspondant à au moins deux ensembles distincts, pour cinquante-sept ensembles dénombrés par Ph. Kiernan (cf. supra). Mais on doit signaler dans notre inventaire, qui comporte ainsi cinquante-quatre numéros, un probable doublon tardivement constaté (cf. nos 20 et 42), qui réduirait donc ce nombre à cinquante-trois.

58 Certains de ces objets ou outils réels peuvent comporter des pièces en fer : dents de râteaux et herses, voire fourches, roues et pelles/bêches ferrées.

59 Par exemple, de manière suggestive, les clefs, peu « miniaturisées », sont en général à peu près de la même taille que les jougs, bien que globalement plus petites que les clefs réelles de ces types, et donc à la rigueur susceptibles de correspondre à de réelles petites clefs de coffret et non à leur miniaturisation (cf. infra, § 3.3.2)… Et pour le lot de Rodenkirken (n° 2), la grenouille est aussi grosse que le bœuf !

60 En comptant arbitrairement 1 pour le lot n° 49 et 2 pour le lot n° 50.

61 Pour le doublon signalé supra (note 51), les chiffres n’ont pas été modifiés ici, mais bien par la suite pour les décomptes par objets.

62 Du moins pour les ensembles où cette information est présente, et à une exception près de crémation, à Cologne (n° 8), que l’auteur (NOELKE, 1984, p. 416) interprète comme un trait culturel d’origine germanique ; la rareté des crémations parmi ces ensembles est soulignée par Ph. Kiernan (2009, p. 197) et R. Gottschalk (2012, n. 4).

63 Voir déjà KIERNAN, 2009, p. 197 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 83, n. 6).

64 Au moins quatre, ainsi qu’un cercueil en plomb avec coffre.

65 C’est-à-dire les découvertes en général les plus récentes, dans un corpus où les découvertes anciennes sont majoritaires ; ailleurs, l’attribution à des femmes ou jeunes filles ne repose que sur la nature de certaines pièces du mobilier d’accompagnement, considéré comme féminines, ce qui reste conjectural (cf. GOTTSCHALK, 2012, n. 4).

66 Voir GOTTSCHALK, 2012, p. 83, n. 9, qui en tire argument pour y voir des « coffrets à bijoux » féminins, contenant divers objets personnels précieux, dont des monnaies (cf. KIERNAN, 2009, p. 198).

67 Dont les lots nos 4 à 6.

68 Ceci sans compter le cas du Sussex (n° 54), non localisé.

69 Sur ce point, voir aussi : NOELKE, 1984, p. 414-415 ; PÄFFGEN, 1992, p. 257 ; GOTTSCHALK, 2012, n. 8.

70 Mais des voies terrestres directes, souvent axes majeurs et stratégiques, relient directement Cologne à Nimègue et Trèves, ainsi bien sûr qu’à Bonn.

71 Pour le comptage des exemplaires de chaque outil ou autre type de miniatures, les ensembles extérieurs à la cité seront toutefois pris en compte.

72 Quarante-deux ensembles sur un total de cinquante-quatre pour Cologne, et quarante-sept pour la cité des Ubiens.

73 Il est remarquable de noter combien la panoplie d’outillage des planches regroupant ces découvertes ressemble à celles d’outillage agricole des encyclopédies d’époque contemporaine (cf. par exemple : VELTER, LAMOTHE, 1977, pl. p. 38, 46, 50…) ; sur l’intérêt de ces miniatures pour appréhender les objets réels, voir KIERNAN, 2015.

74 Pour la typologie des araires, voir HAUDRICOURT, JEAN-BRUNHES DELAMARRE, 1955.

75 Pièce ici assemblée et non moulée comme la plupart des autres (cf. supra, § 3.3).

76 Voir aussi photo dans KOLENDO, 1980b, pl. h. t., en haut, avec, en dessous, photo de l’exemplaire de l’ensemble n° 2 (Rodenkirchen).

77 Il semble exclu de voir dans le petit cône (n° 26) de Rodenkirchen une représentation d’un soc d’araire à rabats.

78 À noter que la roue est sans doute l’objet le plus représenté en miniature en Gaule (cf. aussi les rouelles) : KIERNAN, 2009, p. 11-39.

79 Cependant accepté tel quel par Ph. Kiernan (2009, p. 201-202), qui propose toutefois, en alternative, d’associer le joug et la paire de bœufs à l’araire.

80 Roue de Jupiter-Taranis, sans parler du char su Soleil… ; c’est aussi l’image du déroulement du temps.

81 Dits ici « curvilignes », qui ressemblent quand même aux exemplaires en bois conservés d’Esinge (Pays-Bas), Finderup et Jordrup (Danemark) : REES, 1979, fig. 72.

82 Nos 2, 3, 5, 11, 12, 17, 18, 19, 20, 21, 23, 24, 25, 29, 31, 32, 43 (?) et 54.

83 Voir toutefois la stèle funéraire de Senon (Meuse), citée Annexe 1 pour les fibules en forme de joug.

84 Il est intéressant de noter que ce site d’agglomération-sanctuaire a livré par ailleurs deux exemplaires de fibules en forme de joug (infra, Ann. 1, nos 11 et 12).

85 Il faut noter que des objets miniatures n’ont pas d’emblée été compris comme des jougs : cf. notices supra ; par exemple, F. Cumont (1896, p. 525-526, traduisant de l’allemand J. Klein) utilise le terme « peigne ou râteau » et G. Behrens (1939a, p. 57) les nomme encore « kammaertiges Gerät » (outils en forme de peigne). Et l’on note un joug miniature sur le collier de Szilágysomlyó (Hongrie) mentionné plus bas (cf. chap. 5, fig. 40).

86 Selon l’ethnographie du Tyrol (« Sparren » selon ECKHARD, 1985, fig. 4) ; mais, selon l’iconographie médiévale (cf. P. Mane), aussi possible outil à battre le chanvre ; ou cf. encore « butte à manche », servant à battre les allées et les aires de grange, selon BOITARD, 1833, pl. 40, n° 8.

87 Mieux connue par les exemplaires découverts : on n’a pratiquement pas trouvé d’exemple de faux réelles présentant le type figuré ici, comme dans l’iconographie citée.

88 L’exemplaire du lot de Cologne sans localisation, plus détaillé, présente un anneau double de traction.

89 Avec, pl. h.t., en bas, les exemplaires des ensembles nos 1 et 2.

90 Datation 14C : IIIe ou Ve s.

91 Datation 14C : Ier s. av. n.è. ou Ier s. de n.è.

92 Datée par le contexte des IIe ou IIIe s. de n.è.

93 Ici curieusement sans manche, contrairement à plusieurs autres (mais plusieurs autres objets sont ici incomplets et fragmentés).

94 Bien qu’il n’en fasse pas partie selon la liste donnée peu après la découverte.

95 Voir aussi une houe à douille coudée à Saintes (PÉRAUDEAU, 1976, pl. photo III).

96 L’exemplaire du dépôt non localisé de Cologne (n° 1) présente une poigné à la tête du manche, à l’origine en bois.

97 Deux exemplaires dans l’ensemble n° 2 et seulement un fragment dans le n° 25.

98 Si le manche est sensiblement coudé par rapport la lame.

99 Même si des exemples à armature entièrement en fer sont connus, comme dans le dépôt de Gettenau déjà cité (à trois dents) : FERDIÈRE, 1988, 2, p. 57, fig.

100 Deux exemplaires dans l’ensemble n° 2 ; le détail des lames d’axes « croisés » n’est pas visible sur le dessin publié pour le lot non localisé (n° 1) de Cologne ni pour ceux n° 12 de Lindenthal et n° 2 de Rodenkirchen ; pour ce dernier dépôt, l’une des lames de l’exemplaire (n° 11) est brisée ; dans le lot n° 17, il pourrait aussi s’agir plutôt d’une ascia (cf. infra, § 3.2.1).

101 Voir aussi un exemplaire sur l’établissement rural (Haut- et Bas-Empire) d’Épiais-lès-Louvres « la Grande Fosse » (95) (HUITOREL, LECONTE, 2017 ; BERNIGAUD, 2017), et d’autres exemples présentés au colloque AGER « Outillage et équipement mobilier des activités agropastorales en Gaule » de Dijon (9-10 oct. 2018), actes à paraître.

102 Selon une édition récente du Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse, « outil à deux tranchants perpendiculaires (houe et hache), servant à creuser les rases ou rigoles d'irrigation dans les prés ».

103 Proche aussi de l’étrèpe, pour la mise en culture des landes et des friches, selon le Larousse agricole, éd. 1925 (je remercie P. Ouzoulias de cette information) ; ou encore « hachette de Forsith », pour piocher et couper les racines, à manche assez court, selon BOITARD, 1833, p. 145, pl. 77, n° 3.

104 Voir par exemple sur le Net, et notamment sur la base Artefacts ; anglais « pickaxe ».

105 Voir un bel exemple, avec son manche conservé, à Besançon (fouilles du quartier Saint-Jean, début du Ier s. de n.è. (JACOB, 1984, p. 328 et fig. 3 ; JOAN, 2003 ; FERDIÈRE, 1991, fig. 13 ; OUTAGR, s. v.).

106 Un récent examen (mai 2018) de ce relief à l’intrados de l’arc central de la « Porte de Mars », échafaudé pour sa restauration, révèle que les restaurations successives ne permettent plus de reconnaître ce que portait le personnage montant à l’échelle, cet élément se trouvant à la jonction de deux blocs : corbeille basse chargée de fruits selon le dessin donné par É. Espérandieu (Rec., V, n° 3681 ; ici fig. 34b), sans doute repris d’une chalcographie de Jean Colin de 1677 (Bibl. Mun. de Reims, XXX, I, 5, 7 ; Cabinet des Estampes de la Bibl. Nat., cote AA3 ; cf. STERN, 1982, pl. XXII, n° 64) ; ou sorte de grand pot (ou sac ?) selon la gravure de J.M.S. Bence du début du XIXe s. (LABORDE, 1816, I, pl. CXIII ; STERN, 1982, pl. XXIII, n° 65 ; ici fig. 34a) ; bonnes reproductions de ces deux documents communiqués par R. Bontrond (Service archéologique de Reims Métropole), que je remercie.

107 En renvoyant à SWOBODA, 1937, p. 15.

108 Même s’il semble que dans certains cas d’échelles courtes avec peu d’échelons, il s’agisse d’objets fragmentaires, qui nous seraient donc parvenus incomplets…

109 Plusieurs représentations sur des reliefs (voir infra, § 8.1).

110 À noter que l’Inventaire manuscrit du RGZM (vol. 34, p. 116, n° O.42473a et b) présente (en comparaison de nos exemplaires de Cologne) deux asciae-pioches miniatures en or découvertes en Bulgarie.

111 Voir aussi, par exemple, un bas-relief d’un quincailler d’Ostie (Musée National ; DAL MASO, VIGHI dir., 1975, fig. p. 36).

112 Voir aussi une fibule skeuomorphe en forme de scie à cadre : site Artefacts.mom.fr, FIB-41004 (exemplaires à Soissons et Trèves).

113 Si l’on excepte celui non pris en compte ici dans les lots inventoriés mais signalé note 39 par BEHRENS, 1939a.

114 L’objet le plus représenté dans l’ensemble des lots de « Mithrassymbole » selon KIERNAN, 2009, p. 1999 ; selon cet auteur, plusieurs exemplaires (sur l’ensemble des découvertes, y compris ailleurs : cf. supra) présentaient encore des traces des fils de suspension des plateaux conservés (comme représenté par LINDENSCHMIT, 1900 pour l’exemplaire du lot n° 1). Dans plusieurs cas, en outre, seul le fléau est présent : sans doute peut-on supposer que les plateaux, plus fragiles car en mince tôle de bronze, ont simplement disparu de ces ensembles avec le temps.

115 S’y ajoute la balance d’un ensemble inédit, du Rheinisches Landesmuseum de Bonn, mentionné supra (§ 2.2, ensemble n° 47).

116 Voir notamment la stèle du musée de Metz (COULON, 1990, fig. p. 176), pour une petite balance à deux plateaux.

117 Exemplaires connus à Bordeaux (2 ex.), Bliesbruck, en Suisse et au Luxembourg : RAUX, 2009, n° 2505 ; MOURY, HOURCADE, 2018 ; WILMOUTH, 2014 ; FREI-STOLBA, 2010 ; KRIER, 2008 ; voir encore un plateau de trébuchet à trois anneaux de suspension, d’env. 3 cm de diamètre, sur un établissement rural à Lieusaint (Seine-et-Marne ; MARCILLE, 2000).

118 Cet auteur propose, vu leur dimension, que ces clefs soient éventuellement ici fonctionnelles – et donc des objets réels –, pour les petits coffrets contenant apparemment plusieurs de ces dépôts (supra) ; mais alors pourquoi deux clefs dans certains cas ?

119 Type 17 de MASUREL, 1979, pl. LXXVII.

120 Coffrets notés dans plusieurs de ces tombes : cette interprétation alternative des clefs présentes dans ces ensembles ne peut donc être totalement écartée (cf. supra note 59).

121 Sans compter au moins quatre objets non identifiés de l’ensemble n° 2.

122 S’il ne s’agit pas, au moins dans certains cas, de frètes ou boitiers de moyeu de roue de char, comme évoqué supra § 3.1.2.

123 Il ne semble pas s’agir d’un couteau à sacrifice, représenté parfois en miniature dans des sépultures (arme, ou de sacrifice, de chasse ? : KIERNAN, 2009, p. 78-83).

124 Selon qu’on compte ou non la chèvre du lot n° 26 comme simple statuette ou comme miniature.

125 Voir le petit bronze de « génisse (?) au repos », tête basse et asexuée, découverte sur la villa de « Bosseno » à Carnac (Morbihan ; REINACH, s.d., p. 281, n° 290).

126 Dont un exemplaire provenant de Mandeure (n° 226) : cf. infra.

127 On peut ajouter, dans le domaine funéraire, une figurine de coq de très petite dimension dans le mobilier d’une tombe d’enfant à Marennes (Rhône ; BEL, 2012, fig. 18).

128 Même si l’on est là dans le culte des divinités « classiques » du panthéon gallo-romain (Mercure : cf. DUVAL, 1957, p. 67-70 ; THÉVENOT, 1968, p. 160 sqq.) et non des cultes orientaux ou mithriaques proposés au sujet des objets miniatures examinés ici…

129 Par exemple à Bavai : FAIDER-FEYTMANS, 1957, p. 86-87, pl. XXII, nos 168-178.

130 C’est ce que propose notamment GOTTSCHALK, 2012, p. 89, en excluant cette représentation animale du lot des miniatures ; comme pour le chien supra, on n’en connaît pas les dimensions, qui permettraient sans doute de trancher.

131 Voir aussi (supra, pour le coq) les animaux accompagnant un lare.

132 Cf. aussi KIERNAN, 2009, fig. 8.8, avec lézards, serpents et grenouilles de trois de ces ensembles.

133 Voir aussi à ce sujet les commentaires de GOTTSCHALK, 2012, p. 86.

134 Eux-mêmes essentiellement nourris par l’« engrais vert », les résidus de plantes cultivées ré-enfouis dans le sol par le labour (SIDOINE APOLLINAIRE, Epist., VIII, 8, 1).

135 Voir aussi : ÉLIEN, NA, II, 56 ; XVII, 12, 15 et 41 (grenouilles) ; IX, 11 (serpents) ; cité par KIERNAN, 2009, p. 203, n. 29 ; ces animaux sont aussi rares dans l’iconographie de la Gaule (rens. Éloïse Vial, que je remercie ici).

136 Dont les fameux « vases aux serpents », associés en effet au culte de Mithra.

137 Sur les serpents dans l’Antiquité, voir aussi HARTMANN et alii, 1921.

138 Et voir aussi un serpent lové sur la tête de la Déesse pour le mois de novembre dans les Quatrains des mois (Extr. divers, XI) du poète bordelais Ausone au Bas-Empire. À noter que le serpent accompagne aussi le dieu celtique aux bois de cerf, Cernunnos, comme par exemple sur le chaudron de Gundestrup (cf. par ex. HATT, 1989, fig. 63) ; les serpents représentés sur les fibules zoomorphes (type Feugère 29a3 ; TACHE, 2015, pl. MT 145, n° 1299 ; par ex. aux Martres-de-Veyre : DUCREUX, 2013, 3, pl. 115, BD n° 89) sont en fait plutôt des serpents de mer, ou murènes. Le type de serpent représenté ici n’a en tout cas rien à voir avec le serpent cobra accompagnant la déesse Isis ; on connaît aussi des serpent (en boucle, sans socle) parmi les animaux figurés en statuettes en terre cuite en Gaule du Centre (Musée de Moulins ; PUYFOULHOUX, 2015 ; 2017, fig. 3F).

139 Renseignements Salvador Bailon, Ivan Ineich et Bernard Le Garff, du Museum National d’Histoire Naturelle, que je remercie ici.

140 Pour les textes, voir par exemple aussi Géoponiques, XIII, 8, sans indications particulières sur les vertus prophylactiques du serpent.

141 Ce qui nous ramène d’ailleurs, incidemment, aux grenouilles ou crapauds figurants parmi les animaux miniaturisés dans nos ensembles (cf. infra, § 3.4.2, b).

142 Et peut-être, dans certains cas, crapaud ?

143 Sans compter un exemplaire sans provenance, du musée de Bonn, signalé supra (§ 2.2, n° 46).

144 Voir aussi à ce sujet une inscription (Année Épigr., 2012, n° 740) : KRUSCHWITZ, 2016.

145 Référence communiquée par P. Ouzoulias, que je remercie ici. Sur les grenouilles (ranae) et en particulier la « grenouille des ronces » (rubeta), voir encore PLINE l’Ancien, HN, VIII, 110 ; XXXII, 50. Voir aussi, plus généralement sur les grenouilles : Géoponiques, XIII, 18.

146 Qui ne semble pas être l’auteur de L’Âne d’or.

147 Pas d’identification archéozoologique des squelettes complets, en tout cas de petite taille (jeunes ?).

148 Ce qui garantit l’impossibilité d’une introduction accidentelle après dépôt.

149 Renseignement Maxence Segard et Élisabeth Rabeisen (sept. 2017), que je remercie ici. Sur les grenouilles dans l’Antiquité, voir aussi WELLMANN, 1910.

150 Cf. cependant, par exemple, des fibules zoomorphes, en forme de grenouille (FEUGÈRE, 1985 : types 29a2), assez bien représentées (par exemple, huit exemplaires, la plupart malheureusement sans provenance, sur le site du Net pour l’essentiel de pillards munis de détecteur de métaux « Fibulae88.net », consulté le 08/09/16 ; voir TACHE, 2015, pl. MTF 149, nos 1318 à 1344).

151 À noter toutefois le lézard en cristal de roche de la tombe de Cortil-Noirmont (Brabant wallon, Belgique, dans la cité voisine des Tongres : MASSART, 2015a, fig. 4 ; 2015b, fig. 49) ; les scènes – surtout mosaïques – représentant le mythe d’Orphée charmant les animaux comportent parfois de tels animaux rampants parmi les animaux sauvages qui l’entourent : un serpent et un lézard (ainsi qu’une tortue) pour la mosaïque du Musée de Palerme (GAREZOU, 1994) et de même pour celles de Rome (Musée national des Thermes ; ibid., n° 130) et de Pérouse (ibid., n° 129), ou encore sur celle de Saragosse (ibid., n° 123b) ; je remercie ici Catherine Lochin (LIMC) pour ces informations ; voir aussi GOSSE, STEIER, 1974.

152 Les pantherae de Pline l’Ancien, HN, VIII, 62-64 seraient des guépards d’Afrique (TOYNBEE, 1971, p. 82-86).

153 Par exemple – c’est ici à noter – sur une mosaïque de la cathédrale de Cologne (DOPPELFELD, 1964, fig. 11 et 17 ; Toynbee, op. cit.).

154 À ma connaissance, l’alliage utilisé n’a été analysé pour identification que dans un unique cas (infra) pour l’ensemble de ces lots.

155 Qualifié assez vaguement par R. Gottschalk (2012) de « métal non ferreux ». Dans un cas (n° 52), on note, à partir d’une analyse métallographique, un alliage à base essentiellement de cuivre et de plomb. Pour les ensembles nos 4 à 6, certaines pièces pourraient en outre avoir été argentées ou étamées (NOELKE, 1984, p. 414 ; GOTTSCHALK, 2007, p. 227-241 ; 2012, n. 3)

156 À l’exception des balances.

157 Selon R. Gottschalk (2012, n. 3), le manche de la pioche de l’ensemble n° 2 aurait pu être en bois, ainsi que quelques autres éléments disparus.

158 Certains objets étant en double exemplaires dans certains ensembles.

159 Pour ceux dont on dispose de dessins permettant d’en juger.

160 Par exemple entre des items ubiens et certaines pièces du lot du Sussex (n° 54).

161 De même que pour la place de ces objets miniatures dans les sépultures ou autres caractéristiques de ces dépôts funéraires, qui concernent les pratiques funéraires, ici hors sujet, on n’a pas jugé utile de fournir, pour chaque sépulture, l’inventaire complet du mobilier, quand il est mentionné dans les publications-sources.

162 Et dans une sphère symbolique sans doute proche de celle des items étudiés ici.

163 Par exemple, typiquement, les coquillages dits « porcelaines » – comme certains ici –, qui, par leur couleur et la forme de leur ouverture, évoque sans ambiguïté un sexe féminin.

164 À titre anecdotique, on peut rappeler ici l’épisode de la velléité de conquête de la Grande-Bretagne par Caligula qui se contenta de faire ramasser des coquillages sur les plages par ses soldats (SUÉTONE, Vies, Caligula, 46).

165 Voir aussi d’autres sépultures citées par R. Gottschalk (2012, p. 88, n. 47-53).

166 Ici, Triton nodifère ou Charonia Lampas, d’origine méditerranéenne ou sud-atlantique ; et autres Cypraedae dans deux autres sépultures de Seine-Maritime, d’une nécropole de Lillebonne même (KLIESCH, 2011, p. 89) et d’une autre de la vallée de l’Eaulne (FALLUE, 1855, p. 149).

167 En outre dans un coffret, avec entre autres une patère et un aryballe miniatures en alliage cuivreux.

168 Toutes deux citées par GOTTSCHALK, 2012, p. 88.

169 Je remercie Matthieu Gaultier (Serv. Arch. du Départ. d’Indre-et-Loire) et Frédéric Blaizot (Inrap) pour m’avoir orienté vers certaines de ces références.

170 Ou de leur femme, car ces sépultures sont apparemment surtout des féminines, pour les cas où le sexe a pu être identifié (cf. supra) ; mais une femme, notamment en Gaule romaine, peut fort bien être elle-même propriétaire foncière et faire partie des notables de la cité.

171 Voir toutefois par exemple la carte des villae autour de Cologne, dans GAUTHIER, HELLENKEMPER, 2002 ; carte p. 35 (et ici fig. 3, supra).

172 Je remercie ici Antonin Nüsslein (post-doctorant, Rurland) de m’avoir autorisé à reproduire cette carte.

173 Étude qui exclut toutefois le secteur le plus proche de Cologne et de la vallée du Rhin.

174 Sols de valeur moyenne ou haute, mais non « très haute » comme dans la partie occidentale de la cité.

175 Au moins neuf sites, auxquels on pourrait ajouter, dans cette partie occidentale de la cité plus éloignée de Cologne, les grands greniers de Garsdorf-Bedburg, Neu-Holz-Jüchen-Hochneukrich et Nideggen-Wollersheim (FERDIÈRE, 2019, carte).

176 Dont une à Brühl, trois à Köln-Lindenthal, cinq à Cologne même (sans celles ici) et deux à Rodenkirchen (dont celle ici, II, p. 72).

177 Pour les ensembles funéraires tardifs dans la région (partie sud du bassin inférieur du Rhin, la thèse de R. Gottschalk (2003) n’aborde que très peu notre sujet ; voir aussi : GOTTSCHALK, 2007 ; 2008.

178 On peut y ajouter entre autres, des environs de Cologne, la nécropole tardive de Hürth-Hermülheim récemment publiée par R. Gottschalk (2007 et 2008).

179 Voire au moins deux de plus, avec les lots n° 21 et n° 22.

180 Une grande part de ce qui suit s’appuie essentiellement sur ce travail (dont ibid., p. 204-208) ; les différentes interprétations classiquement proposées sont notamment discutées aussi par Noelke, 1984, p. 415-417 ; PÄFFGEN, 1992, p. 258-259 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 89-92 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84-85.

181 Manning (op. cit., p. 50, n. 3) mentionne, dans ce sens, les liens commerciaux entre la Britannia et la cité ubienne, notamment avec la découverte à Cologne d’un inscription mentionnant des negotiatores Britanniciani (CIL, XIII, 8164a) ; ces relations (cf. infra, chap. 6, sur les activités commerciales des personnages concernés par ces sépultures à miniatures) ont aussi été notées, justement pour la période de la fin du IIIe-IVe s. et le domaine funéraire, à propos du commerce du jais du Yorkshire vers la Germanie-Rhénanie : ALLASON-JONES, 1996, p. 14).

182 Dont forces, pioche, pelle, faucille, hache et joug ; ce dernier (a, à l’extrémité gauche du collier, fig. 40) est en outre agrandi au centre de la figure et également reproduit par BEHRENS, 1939a, fig. 5.

183 DÜTSCHKE, 1978, p. 75, n° 35 ; p. 77, n° 78 ; WEERTH, 1882 ; LINDENSCHMIT, 1900, p. 399 ; BLINKENBERG, 1904, p. 119-120 ; LEHNER, 1924a, p. 63 sqq., p. 89 sqq. ; BEHRENS, 1939a et b ; GRENIER, 1942 ; KIRK, 1949 ; MANNING, 1966, p. 50-59 ; KOLENDO, 1980, p. 213 ; NOELKE, 1984, p. 414-419 ; WEBSTER, 1986, p. 128-129 ; ROTTLÄNDER, 1989 ; RISTOW, 1975 ; VERHOEVEN, ECTOR, 1984 ; LANE, 1989 ; COULON, FAUDUET, 1990, p. 181 ; BEILKE-VOIGT, 1998, p. 332-333 ; SMEETS, 2003, p. 100 ; KIERNAN, 2009.

184 Mais accompagné du scorpion – ici absent –, qui piquent le taureau égorgé par Mithra dans la scène emblématique de ce culte (WALTER, 1974).

185 Argument contraire, convainquant, utilisé par plusieurs auteurs : PÄFFGEN, 1992, p. 258 ; KIERNAN, 2009, p. 204 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84.

186 Sur les documents concernant ce culte : VERMASEREN, 1983 ; LANE, 1985 et 1989 ; les coquillages marins parfois associés à ses ensembles de miniatures ont aussi été évoqués comme faisant référence au culte de Sabazios (STEURES, 2004, p. 170 ; GOTTSCHALK, 2012, n. 13).

187 DIODORE de Sicile, Bibl. hist., III, 64, 2 et IV, 4, 41.

188 Parfois explicitement dédiées à Sabazios. Pour les régions les plus proches, ici, du Nord-Ouest de l’Empire romain, on peut citer les « mains sabaziaques » à Cologne même, Amiens, Rumst (Belgique), Valenciennes et Sedan (VERHOEVEN, ECTOR, 1984, p. 144-145 et 147, carte fig. 4) ; voir la compilation de VERMASEREN, 1983 ; NOELKE, 1984, p. 416 ; KIERNAN, 2009, p. 205-206).

189 Renseignement William Van Andringa, avril 2018, que je remercie.

190 Ce malgré la proposition, par I. Beilke-Voigt (1998, p. 93-94), d’un mélange local de ce culte avec celui de la Magna Mater.

191 Pour les interprétations cultuelles en général, dont Mithra et Sabazios (supra), je remercie William Van Andringa pour ses observations, ici prises en compte.

192 Aujourd’hui Șimleu Silvaniei, Sălaj/RO.

193 À noter en effet que les dépôts métalliques d’outillage agricole, notamment avec socs d’araire, sans doute de signification cultuelle, sont particulièrement nombreux et bien fournis en Europe centrale celtique et dans les régions danubiennes, notamment en Dacie (POHANKA, 1986 ; HENNING, 1987 ; KURZ, 1995 ; ILIES, 1999), ainsi par exemple qu’en Palatinat (All., IVe s. ; HANEMANN, 2014).

194 Voir déjà HABEREY, 1949, p. 104 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84.

195 Si ce n’est pas le « serpent à crête » basilic, plutôt lié à Saturne, cf. § 3.4.2, a ; mais voir aussi Mithra et Sabazios, supra, § 5.1 et 5.2.

196 Arguments contraires dans NOELKE, 1984, p. 416-417 ; KIERNAN, 2009, p. 207 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 84.

197 Voir infra, chap. 7.

198 Voire des représentations de jouets dans ces tombes féminines, symbolisant les enfants, la filiation et descendance, la fertilité de mère, l’enfantement ? (cf. KIERNAN, 2009, p. 208 ; cf. infra, § 8.2).

199 Qui pourrait à la rigueur être un argument en faveur de cette interprétation, les dimensions de ces items étant alors ainsi adaptées au poids voulu.

200 Notamment, pour des poids aussi faibles et une aussi petite unité de compte, les marges d’erreurs (oxydation, etc.) sont trop importantes pour qu’on puisse avoir quelque assurance. Contre cette interprétation : NOELKE, 1984, p. 416 ; KIERNAN, 2009, p. 204-205 ; GOTTSCHALK, 2012, p. 85, dont n. 30.

201 Présentes sur plus de trente sites cultuels en Gaule (KIERNAN, 2009, p. 219-267 (Appendix 1 : Catalogue)) ; la hache est un objet trop polyvalent et ambigu pour qu’on puisse le prendre en compte ici : arme ou outil, d’artisan comme de forestier… ?

202 Sites non mentionnés dans KIERNAN, 2009 ; ces outils miniatures, ici assez souvent accompagnés de vases miniatures, ainsi que d’autres objets en fer, domestiques ou artisanaux, dont des poignards et coutelas.

203 Trois objets miniatures, dont deux outils agricoles, dans les sép. 50 ; huit, dont deux outils agricoles, dans la sép. 68 ; douze, dont trois outils agricoles, dans la sép. 150 (montés ici, avec leurs anneaux, sur une trousse) ; douze, dont huit outils agropastoraux, dans la sép. 238 ; et un seul pour la sép. 99.

204 Je remercie Damien Censier (Direction de l’archéologie préventive de la communauté d'agglomération du Douaisis) et Raphaël Clotuche (Inrap Nord-Picardie) de m’avoir informé de cette découverte encore inédite.

205 Y compris pour les outils – miniaturisés ou non –, déposés dans les tombes comme symboles du métier du défunt et/ou de ses sources de richesse ; cf. supra, chap. 6, les outils miniatures des sépultures des Lémovices.

206 En Gaule Belgique.

207 Cf. W. Van Andringa, remercié supra.

208 Il est sans doute parlant de rappeler ici la figurine en bronze du laraire cité plus haut représentant un lare accompagné d’un coq, du cochon et du serpent « barbu » (REINACH, s.d., n° 142), un objet de culte donc éminemment commun et domestique. Le serpent, on l’a dit supra, est aussi le représentant du genius loci.

209 Voir aussi (GOTTSCHALK, 2012, p. 84) la protection contre les malédictions (LEHNER, 1924b, p. 51), un caractère apotropaïque pour une secte en lien avec l’agriculture ou l’artisanat (Bös, 1959, p. 30), ou d’une secte aux croyances chtoniennes (PETRIKOVITS, 1960, p. 134-135).

210 Selon la restitution de ce site par KNÖRZER, 1984.

211 Il note d’ailleurs l’absence de plusieurs éléments de la vie à la campagne, tels que – à quelques rares exceptions près (supra) – les animaux de la ferme (GOTTSCHALK, 2012, p. 89) ; quant à Ph. Kiernan (2015), il souligne plus matériellement combien ces objets miniatures sont utiles à la compréhension des outils réels utilisés par les paysans de ces régions.

212 Ou du moins de leurs proches, puisqu’il s’agirait surtout de femmes, si du moins celles-ci ne peuvent pas être elles-mêmes directement propriétaires foncières (cf. supra, chap. 4).

213 Qui peuvent d’ailleurs avoir ici, en même temps, une signification par rapport à la mort, dans ces contextes funéraires.

214 La complexité de la représentation en miniature de cet instrument ne peut être invoquée, car elle n’est pas supérieure à celle de l’araire lourd, qui figure bien ici en plusieurs exemplaires.

215 Pour la discussion sur la fonction de ces outils, voir supra, § 3.1.

216 Cf. la possible civière pour le transport du fumier de l’ensemble n° 2.

217 Outils bien représenté (six ensembles), avec ces petites scies à cadre, mais apparemment plus de menuisier (cf. supra) que de travailleurs du bois plus en amont de la chaîne…

218 Va aussi sans doute dans ce sens la réitération du symbole par une double représentation de certains de ces objets, parmi les plus caractéristiques, tels que le joug (trois cas), la fourche, et l’échelle (deux cas), la pelle/bêche, la pioche, l’ascia et la hache, comme la balance, ainsi que le serpent et le bœuf (un cas), et en premier lieu les clefs (cinq cas, dont un avec trois ex.).

219 Ceci étant toutefois à relativiser, car l’identification sexuelle de ces défunts n’a été faite que pour un faible nombre des sépultures concernées ici.

220 On l’a remarqué supra, chap. 7.

221 Voir supra § 5.3 pour les diverses interprétations de ces lots.

222 Comme c’est sans doute le cas des coquillages marins présents dans plusieurs de ces mobiliers, qui peuvent être considérés (cf. supra) comme des symboles du sexe féminin et sans doute de la fécondité ; tout ceci ici notamment pour les sépultures où l’identification de sexe n’a pas été formellement faite.

223 Comme d’ailleurs pourrait aussi le suggérer cette même présence de coquillages marins dans certaines de ces sépultures.

224 De même qu’à Trèves, au Pays-Bas ou dans le Sussex (GB)…

225 Ce qui n’est en rien contradictoire avec la proposition de voir dans ces défunts des propriétaires fonciers, membres de l’élite de la cité et sans doute de son ordo, qui ont donc partie de leurs intérêts en ville.

226 Pour ces sites et le Limbourg central d’une part, le Nord-Brabant de l’autre, concernés par ces lots néerlandais, il est suggéré des contacts privilégiés, notamment commerciaux (verrerie), avec la cité de Cologne (VERHOEVEN, 1984 ; SMEETS, 2003, p. 100).

227 Voir supra, chap. 5, note 181, pour le commerce de Cologne (verrerie) avec la Britannia (jais…).

228 Cf. la paire de forces du dépôt n° 2 ?

229 Manifestement au moins à partir de 313 (ECK, 2007a, p. 82).

230 Sans forcément évoquer explicitement les cultes de Mithra et Sabazios (supra, § 5.1 et 5.2).

231  Et l’on ne connaît rien du contexte de découverte de l’ensemble britannique du Sussex (n° 54).

232 Apparemment non signalée comme telle in : PROVOST, 1988, p. 127, nos 306 et 310.

233 Fibule, sans indication de type, signalée in : PROVOST et alii, 2009, 3, p. 142.

234 Il est intéressant de noter cette fibule à Cologne même, par rapport aux découvertes des lots de miniatures étudiées supra (comparaison d’ailleurs déjà avancée par BEHREN, 1939a), et que le type de joug est, avec ce système de harnachement à grands anneaux rectangulaires latéraux, identique aux exemplaires de jougs, en général doubles, représentés dans ces lots.

235 Non signalée comme telle parmi les fibules in : GALLIOU, 2010, p. 334.

236 Non signalée comme telle parmi les fibules in : GALLIOU, 2010, p. 422.

237 Ou des informations qui m’ont été aimablement communiquées, notamment grâce à Segard, 2010, p. 183, et aux sites artefacts.mom.fr (fibules skeuomorphes, FIB-4168 et -4784, avec en outre un exemplaire atypique, à arc en bâtière, de provenance inconnue : FIB-4168, n° 3 ; réf. Ebay 2010) et fibulae88.net : de ce dernier, un certain nombre malheureusement de provenance imprécise, car sans doute découvertes par prospection clandestine au détecteur de métaux.

238 Information Michel Kasprzyk, 22 sept. 2016, que je remercie ici.

239 La notice ‘Fressies’ dans la CAG 59 ne mentionne pas cette découverte (DELMAIRE, 1996, p. 255).

240 Vraisemblablement issue de prospection clandestine au détecteur de métaux, cette fibule n’apparaît plus aujourd’hui (au moins depuis sept. 2016) sur ce site.

241 Je remercie ici Maxence Segard et Michaël Brunet pour les informations complémentaires fournies.

242 À noter que c’est sur ce site qu’a été trouvé aussi le joug double en bois de noyer mentionné ci-dessus (texte, § 3.1.3), avec donc, à proximité, une autre fibule-joug (supra, n° 11).

243 Je remercie ici Gabriel Rocque et Aurélie Ducreux pour les informations fournies à ce sujet.

244 Photo Anthony Lefebvre, Pôle archéologique du Département de l’Aisne, avec mes remerciements.

245 La CAG 51 (CHOSSENOT dir., 2004, index des lieux-dits) n’indique pas un tel toponyme dans les communes inventoriées de la Marne, mais seulement « le Marais » dans plusieurs communes, sans sites gallo-romains notables…

246 Type Feugère 28o (nouvelle variante) : site Artefacts.mom.fr, FIB.4168 (joug simple) et -4784 (l) (joug double).

247 Soit en partie contemporaines des dépôts d’objets miniatures ubiens.

248 Cf. cependant la paire de forces (FEUGÈRE, 1985 : type 28k), ou encore la serpette (LECONTE, 2018).

249 Mourot, 2002, p. 509, fig. 395b ; = ESPÉRANDIEU, Rec., IX, n° 7249 ; REINERS, DREXEL, 1918, p. 32, pl. 11a ; BEHRENS, 1939a, fig. 7 ; RAEPSAET, 2016, pl. 13, n° 1 ; la similitude a déjà été notée par CHEW, 2003, p. 369, fig. 11.

250 Provenance et donc contexte inconnus pour cinq exemplaires.

251 Certains sites signalés ici ne sont pas mentionnés dans KIERNAN, 2009.

252 Pourtant parfois signalé à ce titre, d’où sa mention ici.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 1. Tableau général : les 53 ou 54 ensembles dans l’ordre des numéros d’inventaire du texte (c’est-à-dire ordre des lieux et sites de découverte), avec les catégories de miniatures qu’ils comportent, ici coupé en trois parties pour les besoins de la mise en page.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 2. Carte du Nord des Gaules/Germanies et Bretagne romaines, avec la localisation des lieux de découverte (cartographie C. Scheid, LAT/UMR CITERES).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 3. Carte des ensembles de Cologne et campagnes alentours, avec les principales villae connues (celles-ci selon GAUTHIER, HELLENKEMPER, 2002, carte p. 35, complétée) (cartographie C. Scheid, LAT/UMR CITERES).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4. Cologne-Rodenkirchen, ensemble n° 1 : a) d’après RGZM, Inv. n° O.29896-29915 ; b) d’après anonyme, 1901/05, pl. 6 ; c) d’après BEHRENS, 1939 ; d) photo Michel Reddé au RGZM, sept. 2016 (la houe, 5e de la ligne du bas, ne fait pas partie de l’ensemble).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 5. Cologne, ensemble n° 2, d’après HABEREY, 1949, fig. 2 (échelle ajoutée AF / C. Scheid, LAT).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6. Cologne-Brühl, ensemble n° 3, d’après HABEREY, 1962, fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 7. Cologne-Lindenthal, sép. 1, ensemble n° 4, d’après NOELKE, 1984, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 8. Cologne-Lindenthal, sép. 2, ensemble n° 5 : a) d’après NOELKE, 1984, fig. 8 ; b) photo de l’ensemble du mobilier de la sép. 2 de Lindenthal, d’après ECK, 2004, fig. p. 156.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 9. Cologne, de divers ensembles non identifiés (lézard, serpent à crête et grenouille ; d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.8, n° I-III.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 10. Cologne, ensemble n° 17 : a) d’après RGZM, Inv. n° 29676-29680 ; b) d’après BEHRENS, 1939a, fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 14. Objets miniatures de divers ensembles ; n° 21 (Cologne, pour les 10 en haut) ; n° 23 (Cologne-Elendskirche, en bas à gauche) ; n° 24 (Cologne, en bas à droite) et n° 44 (Bonn (?), en bas au centre) : a) photo d’après CUMONT, 1996, fig. 492 ; b) dessin d’après BEILKE-VOIGT, 1998, fig. 110 (selon LEHNER, 1924a).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 12. Cologne, ensemble n° 19 : a) d’après RGZM, Inv. n° 13368-13372 ; b) d’après BEHRENS, 1939a, fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 13. Cologne, ensemble n° 20 (= 42), d’après BEHRENS, 1939a, fig. 4.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 15. Ensemble n° 21 (b ?), selon FREMERSDORF, 1956, pl. 16, 1.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 16. Cologne-Hofergasse, ensemble n° 26 : a) d’après FREMERSDORF, 1927, fig. 27 ; b) l’ensemble du mobilier de la sépulture, d’après BÖHME, 1974, pl. 75.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 17. Cologne-Jacobstrasse (sép. 85), balance complète de l’ensemble n° 28, d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.3.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 18. Cologne-Jacobstrasse (sép. 112), ensemble n° 29, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 78.112.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 19. Cologne-Jacobstrasse (sép. 118), ensemble n° 31, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 98.235.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 20. Cologne-Jacobstrasse (sép. 249), joug de l’ensemble n° 32, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 101.249.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 21. Cologne-Jacobstrasse (sép. 256), ensemble n° 33, d’après FRIEDHOFF, 1991, pl. 105.256.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 22. Cologne, ensemble n° 42 (= 20), d’après RGZM, Inv. n° 28428-28431.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 23. Bonn (?), ensemble n° 46 (grenouille), d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.8, n° VI (photo prise au Rheinlandesmuseum de Bonn).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 24. Bonn (?), ensemble n° 47 (balance complète), d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.9 (photo prise au Rheinlandesmuseum de Bonn).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 25. Trèves, une partie de l’ensemble n° 48 (lézard et serpent), d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.8, n° IV-V.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 26. Roermond (NL), photo de l’ensemble n° 51, d’après Maasnielderweg 1989, fig.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 27. Velhoven (NL), ensemble n° 52, d’après VERHOEVEN, ECTOR, 1984, fig. 1-2.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 28. Nimègue (NL), ensemble n° 53, d’après STEURES 2004, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 29. Sussex (GB), ensemble n° 54 : a) et b) d’après MANNING, 1966, fig. 1-2 ; c) photo de l’araire, d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.7 (photo prise au British Museum).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 30. Nombre de lots (ordonnées) comportant un nombre d’objets miniatures (= obj. min.) donné (abscisses), d’un à trente-six, avec parfois seulement un nombre d’objets miniatures minimum (en orangé : n. + ?) (graphe AF).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 31. Nombre d’objets et autres miniatures par type (outils, animaux et autres), d’un seul exemplaire à trente-six pour les éléments de balances (comptées pour 1 pour 1 fléau + 2 plateaux, ou l’un des 3) et même trente-huit pour les jougs (graphe AF).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 32. Les exemplaires d’araires des ensembles nos 1, 2, 5 et 54 ; pour l’origine de ces images, voir supra les figures concernées des ensembles dont les numéros sont indiqués ici dans la figure.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 33. Proposition de restitution du char à quatre roues avec la paire de bœufs et joug, de l’ensemble n° 2 : a) d’après MÜLLER-WILLE, 1970, fig. 15, selon Haberey, 1949, fig. 3 ; b) d’après KIERNAN, 2009, fig. 8.6 ; une monnaie actuelle, en bas, en donne l’échelle (photo prise au Rheinandesmuseum Bonn).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 34. Panneaux d’angle de la porte de Mars à Reims : a) d’après J.M.S. Bence, 1816 (extr. de : LABORDE, 1816, I : pl. CXIII ; STERN, 1982, pl. XXIII, n° 65) ; b) d’après ESPÉRANDIEU, Rec., V, n° 3681.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 35. Les exemplaires de herses des ensembles nos 1, 2 et 3 (pour l’origine de ces images, voir supra les figures concernées des ensembles dont les numéros sont indiqués ici dans la figure).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 36. Bronze de Mandeure (Doubs) représentant un Lare dansant : a) d’après REINACH, [1884], fig. 142 ; b) d’après LEBEL, 1962, pl. XVII.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 37. Représentation de serpents barbus et à crête de la tombe étrusque de la nécropole des Pianacce à Sartène (image site Pardon en ligne : elizapethpardon.hauetfort.com).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 38. La ville antique de Cologne/Köln-Colonia Claudia Ara Agrippinensis et ses nécropoles (Haut et Bas-Empire) (d’après RISTOW, 2011).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 39. Carte de l’occupation du sol (points : fermes et villae) dans la cité des Ubiens et alentours ; les chefs-lieux de cité sont figurés par des étoiles, celle à droite du nuage de points le plus dense pour Cologne (© CAO et données villae : Antonin Nüsslein - Programme ERC RurLand).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 40. Collier de Szilágysomlyó (Hongrie), avec ses pendentifs d’outils miniatures, d’après BEILKE-VOIGT, 1994, fig. 17.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 41. Carte de répartition en Gaules et Germanies des fibules en forme de joug (cf. Ann. 1) et des dépôts cultuels d’outillage miniature (Ann. 2) (cartographie C. Scheid, LAT/UMR CITERES).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. A.1. Fibules en forme de joug : 7 exemplaires (n° d’inventaire Ann. 1 : nos 1 et 4 à 8), d’après COULON, FAUDUET, 1990, pl. I.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. A.2. Fibules en forme de joug : dessin et/ou photos des exemplaires nos 2, 9, 10, 12 à 16, 19, 21 à 24 ; échelle pour la seule n° 15, valant globalement pour les autres (pour l’origine de figures, voir les notices de l’Inventaire Ann. 1).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14099/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Ferdière, « Une interprétation fonctionnelle et socio-économique des lots d’outils et autres miniatures en bronze des dépôts funéraires de la périphérie de Cologne : », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 207-261.

Référence électronique

Alain Ferdière, « Une interprétation fonctionnelle et socio-économique des lots d’outils et autres miniatures en bronze des dépôts funéraires de la périphérie de Cologne : », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/14099

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR CITERES, Tours ; ferdiere@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search