Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Nicole MALLET, Jacques PELEGRIN, ...

Nicole MALLET, Jacques PELEGRIN, Christian VERJUX dir., Le phénomène pressignien : la diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique

Chauvigny, Ass. des Publ. chauvinoises, 2019, 889 p. (Mémoire de la Soc. de recherches archéologiques de Chauvigny, 51). ISBN : 979-10-90534-54-4.
Jean-Paul THEVENOT
p. 293-298

Texte intégral

1Du « phénomène pressignien » au sens large, le livre imposant que l’Association des publications chauvinoises vient d’éditer (mémoire LI, 2019), traite tout spécialement la question de la diffusion des poignards et des autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique. Ce volume a été réalisé sous la direction de Nicole Mallet, Jacques Pelegrin et Christian Verjux.

2Deux écrits essentiels l’introduisent. Le premier, sous forme de préface signée de Catherine Perlès, présente clairement le sujet (p. 15-19). En effet, qu’il s’agisse d’artefacts tirés de silex ou d’autres matériaux, la diffusion à plus ou moins longue distance d’objets fabriqués est un phénomène bien connu en Europe de l’Ouest dès le Néolithique ancien. Mais le « phénomène pressignien » apparaît quant à lui tout à fait singulier par son long développement et par sa large expansion dans le monde alors culturellement très diversifié de la fin du Néolithique. C’est un phénomène complexe dont les caractères propres et les manifestations varient dans l’espace et dans le temps et dont il convient de déterminer qui en sont les acteurs, quel est son statut au cours des six siècles durant lesquels il s’est manifesté et quels sont ses mécanismes et ses modes de fonctionnement. L’auteur préconise de le « décomposer » pour mieux l’interpréter, ce à quoi s’emploient assurément les rédacteurs de l’ouvrage.

3Le second (p. 21-31), dû à Nicole Mallet et à Jean Chauvin, retrace le cadre historique dans lequel le problème de la diffusion des produits pressigniens a été abordé et traité par les préhistoriens au cours des 150 dernières années, depuis l’article de l’anglais J. Evans, qui a pressenti dès 1867 l’existence d’un phénomène propre de diffusion de ces silex, jusqu’à la découverte en 1970 du dépôt de la Creusette et de sa fouille qui marque la renaissance des études consacrées à cette question. Ce renouveau a pu s’appuyer sur la localisation et la caractérisation systématique des différents gisements de silex de la région du Grand-Pressigny et sur l’analyse pétrographique des matériaux, seule garantie possible de leur identification.

4L’ouvrage est divisé en trois parties, abondamment illustrées, accompagnées de leurs références bibliographiques propres.

5La première partie (p. 35 à 134) se développe en sept études, sous le titre « Contexte, matériau, production et chronologie ».

6L’expression de « phénomène pressignien » - entrée aujourd’hui dans le vocabulaire des néolithiciens -, désigne un « fait », remarquable par son ampleur et par sa durée, qui se caractérise par la diffusion et la circulation en Europe de l’Ouest, entre 3000 et 2400 av. J.-C., de grandes lames en silex tiré des affleurements du Turonien supérieur des vallées de la Creuse et de la Claise dans la région du Grand-Pressigny en Indre-et-Loire. Si la technique du débitage de grandes lames en silex par pression au levier avec compresseur en matière dure animale ou en cuivre est connue en Europe dans une dizaine de régions, la technique qui prévaut dans l’aire pressignienne est le débitage des lames par percussion indirecte, technique mieux comprise aujourd’hui grâce aux fouilles et aux expérimentations menées par J. Pelegrin.

7- L’article que consacre Catherine Louboutin à ce phénomène au cours du IIIème millénaire en France et en Europe occidentale (p. 35-44), fait le point sur le sujet et pose les problèmes que les données archéologiques disponibles aujourd’hui ne manquent pas de soulever. Les habitats fouillés concernant cette période sont en effet rares et peu documentés, de sorte que le contexte culturel des ateliers de production ne peut pas encore être vraiment défini. Les mobiliers lithiques et céramiques qu’ils renferment appartiennent sans conteste au Néolithique final, comme en témoignent les scies à encoches, les fusaïoles en terre cuite, les vases à fond plat et quelques céramiques lisses, mais ils ne peuvent être rapportés sans réserve à une culture précise. La datation des ateliers eux-mêmes ne peut être établie que par référence aux découvertes de lames faites dans des milieux extérieurs qu’ils soient funéraires ou domestiques. Enfin, l’organisation de la production et de la diffusion des lames, comme les contreparties qu’elle implique, sont encore en discussion.

8Ce constat montre à l’évidence que la question de l’organisation et de la diffusion des produits pressigniens de même que la reconnaissance de l’appartenance culturelle des groupes humains concernés est un sujet de recherche prioritaire. Les articles qui suivent montrent qu’elle est déjà bien engagée.

9- L’étude pétrographique du silex de la région du Grand-Pressigny, présentée par N. Mallet (p. 45-52), apporte les éléments indispensables à la détermination des silex utilisés pour la fabrication des grandes lames et des autres produits diffusés.

10Les silex de la région du Grand-Pressigny, sélectionnés par Dominique Millet sur des ateliers de taille et des gisements néolithiques et analysés sur lames minces par Denis Giot à partir d’une centaine d’échantillons, appartiennent à un matériau défini par ce pétrographe « comme une biocalcarénite silicifiée dont les composants, bien identifiés, malgré une certaine variabilité, correspondent à un faciès particulier typé et homogène ». Ils proviennent des argiles sableuses des affleurements du tuffeau jaune du Turonien supérieur où ils apparaissent en rognons et en dalles.

11L’analyse des lames minces que N. Mallet a exploitées dans son étude fondatrice de 1992 ayant confirmé l’origine pressignienne d’objets supposés pressigniens issus de gisements beaucerons et de sites des lacs alpins du Jura et de Suisse, tous les silex répertoriés dans le présent volume ont été authentifiés après un premier tri sur des critères macroscopiques et sur un examen à la loupe binoculaire, voire sur une analyse sur lame mince dans les cas litigieux. Elle garantit ainsi l’identification des silex mentionnés dans l’ouvrage.

12- La question des ateliers dans lesquels ont été taillés ces silex est traitée dans deux articles dont le premier, dû à Laure-Anne Millet-Richard, J. Pelegrin et C. Verjux, fait un historique des recherches anciennes sur ces structures d’exploitation (p. 53-56) et le second, de J. Pelegrin et C. Verjux, décrit les modes d’extraction des matériaux et de production de lames (p. 57-70).

13Les ateliers de la région du Grand-Pressigny, répartis sur une surface d’une dizaine de km2, sont matérialisés en surface par des épandages d’éclats de toutes tailles, de nucléus et de quelques outils, dispersés dans presque tous les cas par les labours modernes. Parmi les très nombreux sites d’ateliers avec éclats de taille et nucléus en livre de beurre qu’ils ont identifiés, Jean Airvaux et Jérôme Primault distinguent les ateliers « sur gîte », installés sur un affleurement d’argile à dalles de silex, matérialisés en général par des éclats de dégrossissage des blocs bruts, et les ateliers « hors gîte » situés à quelque distance du lieu d’extraction du silex et dépourvus d’éclats d’épannelage.

14Une dizaine d’opérations de terrain d’ampleur variable, viennent documenter ces modes d’exploitation et de taille du silex. Les structures d’extraction identifiées sont des fosses peu profondes généralement en forme d’entonnoir, plus rarement « en front de carrière ». La chaîne opératoire de production peut y être représentée jusqu’au dégrossissage des ébauches de « livres de beurre » ou jusqu’au débitage de lames sur nucléus de ce modèle.

15Les ateliers de débitage correspondent généralement à des amas d’éclats plus ou moins étendus dans lesquels les phases de taille sont plus ou moins abondamment représentées. Dans le petit atelier de La Creusette et dans celui de Bergeresse à Abilly, toutes les étapes de fabrication des grandes lames à talon dièdre piqueté sur nucléus « livre de beure » sont présentes.

16Dans plusieurs cas, des témoignages d’ateliers, avec nucléus et produits et sous-produits de débitage de grandes lames, se trouvent en relation directe avec un habitat ou intégrés dans une zone d’habitat.

17- Deux dépôts de grandes lames que décrit J. Pelegrin (p. 91-97), viennent illustrer les produits des ateliers identifiés. Le premier a été anciennement mis au jour aux Ayez à Barrou et le second, découvert en 1970 à La Creusette sur la même commune, a été soigneusement fouillé en 1989 par M. Geslin, N. Mallet et G. Bastien. Ces dépôts de plus de 100 lames destinées à devenir des poignards, peuvent être interprétés comme les produits d’une session de travail d’un seul tailleur et être considérés comme une réserve personnelle de lames restées sous son contrôle dans l’attente de leur transformation en poignards, qu’elle ait été effectuée sur place ou ailleurs.

18- Mais les habitats proprement dits susceptibles d’aider à la compréhension du « phénomène pressignien », auxquels L.-A. Millet-Richard consacre une analyse détaillée (p. 71-89), sont encore rares et inégalement documentés.

19Plusieurs sites fouillés depuis les années 1960 viennent confirmer l’association de pièces de technologie « livre de beurre » avec des restes incontestés d’activités domestiques. Les témoins de ces habitats sont discrets et, en dehors de celui du Petit Paulmy où des indices de construction sont avérés, il n’existe pas de structure interprétable de maison. Des fragments de céramiques ont été trouvés dans les amas de taille de La Creusette à Barrou et de Bergeresse à Abilly, mais, parmi les autres ensembles de mobiliers découverts en relation avec un secteur d’habitat, seuls ceux du Foulon et du Petit-Paulmy à Abilly, ainsi que celui de La Creusette à La Guerche, comportent des éléments assez nombreux pour permettre une analyse.

20Le répertoire des productions céramiques qui en sont issus compte peu de formes complètes et les décors sont rares. Des céramiques grossières comportant des vases à fond plat et à boutons de préhension pleins ou perforés situés en partie haute sont associées à des céramiques fines composées de jattes, de bols et d’écuelles. Ces ensembles sont attribuables au Néolithique final sensu lato, mais leur appartenance culturelle reste difficile à diagnostiquer. Des rapprochements avec l’Artenac de même qu’avec les groupes de Conguel et de Gord sont évoqués.

21L’industrie lithique comprend des artefacts nombreux et caractéristiques du monde pressignien par leur technique d’obtention et leur typologie, parmi lesquels les poignards sur lames de « livre de beurre » sont les plus spécifiques. Hormis les scies à encoches, les tranchets, les microdenticulés, les grattoirs en forme de croissant qui ressortissent sans autre précision possible au Néolithique final, les poignards peuvent, suivant leur technique de taille plus ou moins élaborée, orienter vers une phase plus ou moins avancée de cette période.

22- En l’absence de datations par le radiocarbone, la chronologie des productions pressigniennes, qu’analysent J. Pelegrin et Ewen Ihuel (p. 99-123), s’appuie sur l’évolution des caractères distinctifs des éléments les plus spécifiques que sont les grandes lames et les poignards et, partant, sur les types de nucléus dont ils proviennent. Une étude technique détaillée de ces produits vient soutenir chaque étape de la démonstration ; elle constitue un élément fondamental dans l’établissement d’une chronologie.

23Des silex originaires du Grand-Pressigny, découverts en Bretagne dans des sépultures datées de 4500 à 4000 av. J.-C., sont les premiers témoins de l’exportation des produits pressigniens. Il s’agit de lames brutes, assez régulières, à nervures convergentes, longues en général de moins de 20 cm, tirées de nucléus coniques. Mais le début du « phénomène pressignien » est marqué en fait par la diffusion très élargie de lames appointées par retouches en pression, à base non aménagée, longues de 15 à 20 cm, qui sont connues dans des sépultures du Centre et de l’Ouest de la France et dans le Jura, à Chalain 4 notamment où elles sont datées de 3040 av. J.-C. par dendrochronologie.

24À partir de la fin du IVe millénaire, le passage du nucléus conique large au nucléus quadrangulaire à crêtes antéro-latérales (NaCAL) est le témoin d’une autre étape. Ces nucléus qui présentent deux crêtes antéro-latérales et deux plans de frappe opposés produisent des lames plutôt larges et minces, longues de 15 à 20 cm. Ils exigent une mise en forme élaborée qui annonce en quelque sorte le nucléus en livre de beurre proprement dit. Les poignards anciens qui en sont extraits évoluent eux-mêmes du poignard court à base large à talon réservé, au poignard à base arrondie ou rétrécie, voire effilée.

25Dans la phase suivante, des poignards à pointe en ogive large aménagée par pression, dits « grands pisciformes », longs de 20 à 25 cm, renvoient quant à eux à des nucléus souvent unipolaires qui apparaissent systématiquement ré-épannelés par des enlèvements transversaux et qui constituent en quelque sorte des proto-livres de beurre.

26Le passage au nucléus en livre de beurre proprement dit marque la phase ultime de l’évolution de la méthode. Le cintrage extrême du nucléus, le recours systématique à la préparation du plan de frappe avant chaque enlèvement, la réduction du talon et la préparation de ce talon en dièdre aigu piqueté, caractérisent la dernière étape de l’évolution. C’est la phase la mieux connue que les dépôt des Ayez et de La Creusette illustrent magistralement. Cette évolution est rapportée au 28e siècle av. J.-C. L’arrêt de la production des poignards pressigniens et des lames de nucléus plats se situerait vers la fin du 25e siècle.

27D’autres types de nucléus contemporains des livres de beurre sont connus au Grand-Pressigny, tels que les nucléus plats à lames courtes destinées parfois à la réalisation de scies à encoches et les nucléus à grosses lames ordinaires destinées à des outils domestiques.

28Certaines étapes de cette évolution technologique, bases assurées d’une chronologie relative, demandent à être confirmées par des datations au radiocarbone que seules des fouilles nouvelles seront à même d’apporter.

29La seconde partie dresse l’inventaire des silex pressigniens recensés sur le territoire français, la Suisse et le Nord-Ouest de l’Europe (p. 136-682). C’est le cœur du livre et l’essentiel de sa matière même. Les responsables de l’ouvrage ont choisi de délimiter les zones de répartition des silex inventoriés en fonction des anciennes régions administratives, parfois regroupées, voire complétées par l’adjonction d’un département en fonction de l’existence d’un groupe culturel bien défini. La Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Nord de l’Allemagne de l’Ouest, sont rassemblés sous la dénomination « Nord-Ouest de l’Europe ». La Suisse est rattachée au Centre-Est de la France.

30Huit grands ensembles ont été ainsi distingués au sein desquels chaque aire géographique ou chaque « province » a été traitée par un ou plusieurs auteurs. Les références bibliographiques propres à chacun de ces ensembles sont placées en fin des exposés. Cet inventaire résulte d’un travail considérable dans lequel N. Mallet s’est investie depuis les années 1980, le nombre d’articles qu’elle signe dans cette partie du volume le prouve assez. La liste des régions retenues et des auteurs qui les ont étudiées est la suivante :

31• Le Centre-Val de Loire (p. 139-297) : la Beauce par Pierre Genty et Guy Richard, le Berry par N. Mallet, la Touraine par N. Mallet et Gilbert Bastien, le Val de Loire dans son bassin moyen par G. Richard, P. Genty et G. Bastien, le Gâtinais par G. Richard et N. Mallet, la Sologne par P. Genty.
• Le Nord de la France et la Belgique occidentale (p. 233-297) : l’Île-de-France et la Haute-Normandie par N. Mallet, la Picardie par N. Mallet, le Nord-Pas-de-Calais et la Belgique occidentale par Marianne Delcourt-Vlaeminck et N. Mallet.
• Le Nord-Est de la France (p. 299-320) : la Champagne-Ardenne, la Lorraine ainsi que l’Alsace par N. Mallet.
• Le Nord-Ouest de l’Europe, à savoir la Belgique hors du groupe de Brunehaut, les Pays-Bas et l’Allemagne du Nord (p. 321-333) par M. Delcourt-Vlaeminck.
• Le Centre-Est de la France et la Suisse (p. 335-446) : les régions d’Auvergne, de Bourgogne, de Franche-Comté, de Rhône-Alpes, ainsi que la Suisse par N. Mallet.
• L’Ouest de la France (p. 447-482) : la Bretagne et les Pays de la Loire par E. Ihuel.
• Le Sud-Ouest de la France (p. 483-563) : le Poitou-Charentes par E. Ihuel, le Limousin ainsi que l’Aquitaine par N. Mallet (p. 515-537).
• Les Marges méridionales (p. 565-619) : la région Midi-Pyrénées par Jean Vaquer et N. Mallet, le Languedoc-Roussillon et l’Ardèche par N. Mallet et J. Vaquer, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et la Drôme par N. Mallet.

32Les articles consacrés aux régions retenues peuvent comporter un historique des recherches et une description de la géologie et de la géographie locales, mais leur rôle essentiel consiste naturellement à présenter et à décrire les silex d’origine pressignienne, dont un grand nombre est figuré. Les dessins de ces silex, qu’ils soient extraits de publications plus ou moins anciennes ou aient été réalisés spécialement pour ce livre, sont toujours de lecture technologique aisée ; les figures qui les présentent sont équilibrées et à échelle constante demi-grandeur.

33Chaque article est doté d’une carte de répartition des silex recensés et bénéficie, lorsque le nombre d’artefacts est important, de tableaux récapitulatifs des différents modèles représentés. Ces tableaux en précisent les types (poignard entier ou fragment, lame, scie, grattoir, racloir, briquet, couteau, flèche, éclat, autre et débris) ou les rangent suivant le genre de structure dans lequel ils ont été découverts (habitat, sépulture, dépôts, prospections et collections). Les silex peuvent dans les autres cas être classés par département, par commune et par site. Tous les dénombrements d’objets ainsi détaillés autorisent maintes analyses statistiques.

34Tous les articles qui font le corps de cette partie comportent une conclusion propre en fonction de la nature, de l’importance et de la qualité de la documentation rassemblée.

  • 1 Cette conclusion est traduite en anglais (p. 658-667) et en allemand (p. 668-679).

35- Dans une conclusion générale, N. Mallet, J. Pelegrin, C. Verjux et Stella Weisser résument, commentent et illustrent par une série de cartes très précises la répartition des différents types d’artefacts diffusés (p. 621-657)1. Les cartes de répartition des 7 070 documents recensés, provenant de 2 233 sites dont 90 % sont localisés dans le territoire français (p. 627), montrent qu’en dehors de la zone de production « centrale » d’objets en silex pressignien, trois départements de l’Est de la France, trois du Sud-Est et trois du Sud en sont dépourvus, de même que les départements de la Corrèze et de la Sarthe, pourtant proches de l’épicentre pressignien. L’absence ou la rareté des recherches archéologiques, les conditions d’exploitation et de couverture du sol peuvent expliquer cette carence, mais dans le cas du nord de la Beauce, où les sites néolithiques sont nombreux, la rareté des silex du Grand-Pressigny requiert d’autres explications.

36Ces cartes de répartition des objets sélectionnés concernent les éclats, les lames, les scies à encoches, les poignards et les outils de réemploi. La partie consacrée aux poignards des différents types définis, qui sont les éléments les plus représentatifs du « phénomène pressignien », est analysée avec plus de détail suivant les types de nucléus dont ils proviennent et suivant les adaptations dont ils ont été l’objet, comme le polissage partiel ou total du dos ou sa reprise par des retouches en écharpe.

37La troisième partie (p. 683-822) traite, en neuf articles signés des spécialistes des régions et des pays concernés, de la « Représentation et (de la) valorisation économique et sociale des produits pressigniens au sein de groupes culturels du Néolithique récent et final de l’Ouest européen ». Ces articles étudient sous différents aspects, selon différentes orientations et suivant la plus ou moins grande abondance de la documentation disponible, les secteurs géographiques, les milieux culturels et le cadre chronologique dans lesquels ces importations se sont produites.

38• Pour la Suisse, Matthieu Honegger aborde la question à partir des poignards du Grand-Pressigny mis au jour en contextes datés dans les sites néolithiques de la région des Trois-Lacs (p. 684-696). Les poignards importés du Grand-Pressigny prédominent nettement dans le sud-ouest de la Suisse où ils sont également plus nombreux que les poignards tirés d’autres variétés de silex. Ils apparaissent dès le Lüscherz ancien, vers 3000 av. J.-C., et connaissent une phase de fort développement, entre 2700 et 2600 av. J.-C., tout au long de l’Auvernier-Cordé. À partir de l’Auvernier-Cordé récent, vers 2650 av. J.-C., l’augmentation en nombre des poignards en cuivre dans l’ouest de la Suisse semble marquer le déclin des poignards en silex pressignien, recyclés souvent en outils domestiques et perdant alors leur rôle de marqueurs de statut social.

39• Pour les Pays-Bas, Erik Drenth fonde son analyse sur les importations de poignards pressigniens présents dans les tombes du Néolithique final de la culture dite des Sépultures individuelles ou « Single Grave Culture » (p. 697-702). Les poignards importés du Grand-Pressigny et leurs correspondants en silex tertiaire de la région de Reims, qui peuvent être imités en silex locaux, apparaissent au cours des deux dernières phases de l’évolution de cette culture, soit entre 2650 et 2400 av. J.-C. Les poignards pressigniens, découverts dans de grands tumulus, témoignent d’un statut social du défunt plus élevé que celui des imitations en silex locaux des sépultures moins richement dotées des tombes plates ou en petits tumulus. Les poignards pressigniens semblent de plus avoir été l’apanage de tombes d’hommes, ce que les quelques tombes contemporaines des régions adjacentes d’Allemagne tendent à confirmer.

40• En Belgique, Emmanuelle Martial, Nicolas Cayol, M. Delcourt-Vlaeminck et Ivan Praud analysent les importations de silex du Grand-Pressigny au sein du groupe Deûle-Escaut (p. 703-709) ; celui-ci couvre le bassin de la Somme jusqu’au sud de la Belgique, notamment les vallées de la Lys, de l’Escaut et de la Deûle. Les objets recensés sont surtout des poignards sur lames de livre de beurre qui proviennent essentiellement de contextes d’habitats, ce qui expliquerait l’utilisation de nombreuses pièces recyclées dans un travail domestique, agricole ou artisanal. Le groupe Deûle-Escaut se développe de 2900 à 2200 av. J.-C., mais toutes les lames de cette région étant tirées de livres de beurre, leur importation se situerait de la fin du 29e siècle (vers 2850-2800) jusque vers la fin du 25e siècle av. J.-C. (vers 2450 av. J.-C.).

41• Dans la région Poitou-Charentes et en Aquitaine septentrionale, les poignards pressigniens dont Julia Roussot-Laroque fait l’analyse (p. 711-722), proviennent rarement de contextes bien définis, mais leur importation présente un caractère particulier. En effet, dans la région même, quelques ateliers ont produit un temps des poignards en silex issus des gîtes du Périgord, dont certains de technologie pressignienne tels ceux du Bergeracois et du sud d’Angoulême. Leurs produits - comme ceux d’autres ateliers qui ont pratiqué des modalités différentes de détachement des lames -, ont été même exportés en Gironde et en Charentes, sans concurrencer sérieusement en réalité les silex tourangeaux. De rares poignards anciens sur lames de nucléus coniques en silex du Grand-Pressigny sont présents dans le nord de l’Aquitaine, entre 3500 et 3000 av. J.-C., dans un Néolithique récent considéré comme pré-artenacien. Des poignards sur lames de nucléus à crêtes antéro-latérales concentrés dans le Poitou septentrional, semblent devoir être rattachés au groupe de Taizé ancien identifié dans le nord des Deux-Sèvres. Les poignards issus de livres de beurre proprement dits, qui occupent une place prédominante en Grande Aquitaine, seraient à rattacher à l’Artenacien. En ce qui concerne les axes de circulation des produits pressigniens, l’auteur suppose que des voies littorales, voire maritimes, ont joué un rôle important parallèlement aux voies continentales.

42• Dans le Centre-Nord de la France, en Picardie, Haute-Normandie, Île-de-France et Champagne-Ardenne, les artefacts pressigniens, examinés par Caroline M. Renard (p. 723-731), ne proviennent qu’à 31 % de contextes reconnus comme des sépultures, des habitats ou des dépôts. Aucun n’est vraiment exploitable d’un point de vue chrono-culturel et leur classement se limite à un Néolithique récent-final. Quelques indications peuvent cependant être tirées de la découverte de silex du Grand-Pressigny dans des trous de poteaux d’habitations, où ils apparaissent comme des « dépôts de fondation », et dans des contextes de sépultures collectives où leur rôle symbolique et leur valeur de prestige semblent indéniables.

43• Dans le Sud de la France, où la connaissance des cadres chronologiques et culturels du Néolithique final repose sur une documentation inégale, Jean Vaquer dresse un inventaire très détaillé des importations pressigniennes dans deux zones, l’une océanique, l’autre méditerranéenne (p. 733-756).

44- Dans la zone océanique du Midi, l’auteur distingue cinq régions sur lesquelles la connaissance du Néolithique final est « assez disparate ». En dehors des deux silex pressigniens du bassin de l’Adour qui ne peuvent être classés plus précisément que dans le Néolithique final sensu lato, les autres pièces pressigniennes répertoriées peuvent être rapportées à des groupes culturels définis, à savoir : le Vérazien garonnais pour celles du Toulousain et du sud du Tarn, l’Artenacien pour celles des Pays girondins et de l’Agenais, le groupe de Loupiac pour celles des Causses et du Quercy et le groupe des Treilles pour celles de l’Aveyron, de la Lozère et des marges caussenardes de l’Hérault et du Var.

45Toute cette zone océanique a été concernée par la diffusion des produits pressigniens dès le début du Néolithique final, référence faite aux quelques lames de nucléus coniques présentes dans le Quercy et le Toulousain. Des poignards anciens sur lames courtes de nucléus à crêtes antéro-latérales ou sur lames longues de nucléus en proto-livre de beurre sont attestés jusqu’aux marges méridionales de la zone et vers l’est. Les poignards sur lames de livres de beurre de la période de pleine diffusion, couvrent toute la zone océanique, mais sont particulièrement représentés, dans leurs types classiques, dans le bassin inférieur de la Garonne et dans le Quercy, axes possibles de cheminement des produits. La région des Causses aveyronais occupe une place à part compte tenu du fait de la production sur place de poignards en cuivre associés à des poignards pressigniens dominants, mais aussi de poignards en silex d’autres origines.

46- Dans la zone méditerranéenne, les objets pressigniens trouvés à l’est du Rhône et dans les Préalpes ne peuvent pas encore être rapportés à une entité culturelle précise ; mais, dans le Languedoc oriental (sud de l’Ardèche, Gard et est de l’Hérault), ils s’intègrent dans le groupe de Fontbouïsse, et ceux du Languedoc occidental et du Roussillon dans le groupe de Véraza méditerranéen. La diffusion des produits pressigniens s’est opérée très certainement par le couloir rhodanien à une période ancienne, à considérer un poignard pisciforme de la Drôme. Les poignards sur lames de livres de beurre ont diffusé dans le Midi méditerranéen à la période classique, mais de façon très inégale suivant les régions concernées, ponctuelle à l’est du Rhône, importante en rive droite notamment dans l’Ardèche et le Gard. Dans les groupes de Fontbouïsse et des Treilles les poignards ont souvent été modifiés par polissage, repris en retouches obliques ou déformés pour l’adaptation à un nouvel emmanchement, ce qui a pu renforcer leur singularité culturelle et leur valeur d’affichage.

47• Pour l’Auvergne, les silex originaires du Grand-Pressigny dont Sylvie Saintot fait l’analyse (p. 757-760) proviennent de milieux funéraires et d’habitats. En contexte funéraire la liste des objets pressigniens recensés se résume à des poignards et à des armatures de flèches. En contexte d’habitats, les deux sites bien documentés de Trémonteix dans le Puy-de-Dôme et de Quinssaines dans l’Allier, comportent des séries lithiques majoritairement composées de silex pressigniens (79 % dans un cas, 60 % dans l’autre). Ils montrent que des produits finis ont été importés tels que des lames à talon piqueté et d’autres outils sur éclats, éventuellement retaillés sur place. Le répertoire céramique renvoie nettement vers l’Artenac et le groupe Deûle-Escaut.

48• Clément Nicolas et Lolita Rousseau examinent le sujet particulier des flèches perçantes en silex du Grand-Pressigny et la période de leur utilisation dans le Massif armoricain (p. 761-778). Les auteurs dressent le corpus des armatures à pédoncule et ailerons et des armatures à base concave en silex pressignien répertoriées dans la région. Les armatures évoluent de la pointe à pédoncule et ailerons de forme trapue, à la pointe triangulaire à ailerons tronqués, jusqu’à la pointe ogivale plus ou moins élancée à pédoncule pointu et ailerons à troncature oblique ; elles couvrent le Néolithique final, le Campaniforme et le Bronze ancien. L’utilisation constante du silex du Grand-Pressigny pour la fabrication de ces flèches sur cette longue période, évaluée de ca 3000 à 1750 av. J.-C., est une particularité du Nord-Ouest de la France.

49• Michel Philippe développe le sujet de la dynamique des voies d’eau et de portage dans le processus de diffusion des silex du Grand-Pressigny (p. 779-799), sujet que J. Roussot-Laroque a évoqué dans sa contribution sur la diffusion des silex pressigniens en Aquitaine. La documentation en ce domaine est très réduite. De rares pirogues monoxyles et des restes de pagaies montrent que le milieu aquatique a été investi dès le Néolithique et peut-être avant. Des itinéraires de circulation s’imposent comme celui qui, par le seuil de Bourgogne, relie le bassin du Rhin au couloir Saône-Rhône. De son analyse, l’auteur retient à titre d’exemple, en domaine continental, trois itinéraires probables qui supposent un transport associant la voie d’eau et la voie terrestre. Le premier relie le Grand-Pressigny aux lacs suisses en suivant le cours de la Loire et passant par le seuil de Bourgogne ; le second relie le Grand-Pressigny à l’embouchure de la Loire et le troisième le Grand-Pressigny à la vallée de la Seine et à la côte méridionale du Massif armoricain.

  • 2 Cette conclusion est traduite en anglais (p. 843-852) et en allemand (p. 853-863).

50Conclusion générale. En conclusion du travail impressionnant que représentent les études qui composent ce livre, N. Mallet, J. Pelegrin, C. Verjux et E. Ihuel résument les données rassemblées en une synthèse très claire sur la diffusion des silex du Grand-Pressigny en Europe occidentale (p. 825-841)2. Ils la conçoivent en quatre parties que d’excellentes cartes de répartition explicitent.

51• La première reprend la description typologique des poignards et leur évolution morphologique en fonction des types successifs de nucléus, et l’extension progressive de leur aire de diffusion. Cette évolution technologique, opérée en vue de la production de lames de plus en plus longues et de plus en plus nombreuses, semble liée à des phénomènes de différentes natures : phénomènes culturels que souligne le développement continu de la mode du poignard déjà en cours en Italie du Nord et en Suisse, phénomènes sociaux que confirment la valeur d’échange de ces lames remarquables et leur valeur diplomatique en matière de relations inter ou intracommunautaires, phénomènes économiques aussi qui peut expliquer la recherche d’une productivité sans cesse accrue de ces objets recherchés.

52• La seconde met en évidence, en fonction des contextes de découverte, une très grande disparité dans la répartition des poignards et des outils qui leur sont associés entre les régions analysées. En général, en contexte domestique, les objets pressigniens, qui représentent de 1 à 9 % de l’ensemble du matériel lithique, ont une durée de vie plus longue que celle des objets en silex locaux. Les poignards portent en effet des traces d’usure et de ravivage qui témoignent d’une longue utilisation dans des tâches très variées ; leur recyclage systématique - tout comme l’usage prolongé des scies à encoches -, tendent à prouver que le matériau dans lequel ces objets ont été taillés gardait une valeur particulière et traduisait une distinction sociale ; quelques indices pourraient d’ailleurs faire penser à des activité réservées aux hommes.

53En contexte funéraire, dans les sépultures collectives notamment, il est difficile de dire si les poignards qui y ont été trouvés sont des dotations concernant l’ensemble des défunts ou des biens thésaurisés acquis sur un long temps en vue d’affirmer le statut social d’individus particuliers. Le plus souvent les poignards sont des pièces remarquables encore susceptibles d’être utilisés et qui peuvent, comme c’est le cas dans le Midi, avoir bénéficié d’un polissage ou de retouches en écharpe qui leur donne un rôle ostentatoire. Les scies à encoches qui accompagnent quelquefois le défunt prennent de ce fait, elles aussi, un statut particulier de valorisation.

54La catégorie spéciale qu’illustrent les dépôts de poignards évoque, quant à elle, soit des cachettes temporaires, soit des dépôts rituels en relation avec des lieux privilégiés.

55• La troisième partie situe le cadre chronologique des importations de silex pressigniens. Leur arrivée dans les sites littoraux du Jura, sous forme de lames de nucléus coniques, se confirme dès 3040 av. J.-C. et celle de poignards sur lame de NaCAL suit de peu, à 2965 av. J.-C. Puis, l’importation des grandes lames de livres de beurre dans ces sites et dans ceux des lacs suisses, connaît son plein essor entre 2800 et 2450 av. J.-C. Quelques dates radiométriques de sites d’Auvergne viennent compléter ces informations. Mais l’arrêt de la production et de la diffusion des grandes lames semble effectif vers 2400 av. J.-C.

56• La quatrième partie s’intéresse à l’organisation de la diffusion des produits pressigniens. Elle pose en fait les problèmes qui restent à résoudre, car les données disponibles sont encore difficiles à interpréter et pour beaucoup de domaines elles font encore défaut. Sur le plan local, c’est-à-dire dans l’aire de production, se posent de nombreuses questions relatives, entre autres, à l’organisation économique et sociale de la région de production, au statut des maîtres-tailleurs, à leurs relations avec les agriculteurs locaux, à l’organisation, à la gestion et au mode de fonctionnement des grands ateliers.

57Pour ce qui est de la diffusion proprement dite des produits, qu’il s’agisse de poignards ou d’objets secondaires, les problèmes sont aussi prégnants. Si un approvisionnement direct en poignards et en autres silex dans une première couronne de 100 à 150 km autour du centre de production peut s’expliquer sans problème, pour le transport et la distribution des produits à plus longue distance - qui concernent en fait l’essentiel de la production -, les moyens de circulation et les modes de livraison sont encore à déterminer. Les auteurs émettent l’hypothèse plausible de l’existence de places centrales de redistribution en considérant que les concentrations de produits pressigniens que l’on observe en Beauce, dans la vallée de la Seine, dans celle de la Saône, en Suisse occidentale ou dans le Nord-Pas-de-Calais, peuvent avoir joué le rôle d’intermédiaires dans la diffusion des silex. Dans leur prolongement, des sites-relais appelés à étendre leur action à l’exemple des sites du Fort-Harrouard, de Chassey ou d’Ouzouer-le-Marché dont l’approvisionnement en silex pressigniens semble avoir été important, peuvent être imaginés.

  • 3 Le livre comporte deux annexes. La première, mise au point par C. Verjux et S. Weisser, explique le (...)

58Un tel commerce implique des contreparties et des échanges contre des biens valorisés tels que le sel et d’autres produits, voire d’autres modes d’échanges tel que la pratique des dons et contre-dons. Maintes voies de recherche restent à l’évidence à explorer3.

59*

60Le livre que N. Mallet, J. Pelegrin et C. Verjux ont réussi à mener à bien avec talent est le fruit d’un travail de très longue haleine qui a nécessité le concours d’une vingtaine d’auteurs et de plusieurs centaines de collaborateurs. Cette œuvre insigne, initiée par N. Mallet dans les années 1980, a été réellement mise sur le chantier à la suite de son ouvrage fondateur de 1992. Celui-ci a été complété depuis par les recherches et les travaux d’Ewen Ihuel dans le Massif armoricain et sur la façade ouest de la France, ceux de M. Delcourt-Vlaeminck pour le Nord-Ouest de l’Europe, de Jean Vaquer pour le Sud de la France. Cette entreprise a bénéficié en outre, à partir des années 1980, du renouveau des recherches de terrain faites dans la région du Grand-Pressigny à la suite de la fouille du dépôt de la Creusette, notamment par Jean-Claude Marquet au Petit-Paulmy, L.-A. Millet-Richard au Foulon, Alain Villes aux Sables-de-Mareuil et à La Claisière. Elle a enfin été très largement enrichie par les expérimentations approfondies que J. Pelegrin a menées sur la technique d’obtention des grandes lames tirées des « livres de beurre », qui ont apporté, non seulement des critères techniques de reconnaissance des silex taillés pressigniens, mais aussi fourni le cadre d’une chronologie relative de ces productions.

61Cet ouvrage matérialise une avancée remarquable des connaissances sur le « phénomène pressignien », mais il souligne aussi, par l’examen approfondi qu’il en donne, la grande complexité du Monde du Néolithique. Il constitue incontestablement un point de départ des plus solides pour les recherches à venir tant sont nombreux les problèmes que pose encore ce sujet d’envergure.

Haut de page

Notes

1 Cette conclusion est traduite en anglais (p. 658-667) et en allemand (p. 668-679).

2 Cette conclusion est traduite en anglais (p. 843-852) et en allemand (p. 853-863).

3 Le livre comporte deux annexes. La première, mise au point par C. Verjux et S. Weisser, explique le procédé employé pour l’enregistrement des données dans un SIG et l’élaboration des cartes, très réussies, et le traitement des données sur la diffusion du silex du Grand-Pressigny (p. 869-879). La seconde fait le compte rendu de la table ronde sur la diffusion des outils en silex du Grand-Pressigny tenue à Nanterre les 16 et 17 octobre 2015 (p. 881-889).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul THEVENOT, « Nicole MALLET, Jacques PELEGRIN, Christian VERJUX dir., Le phénomène pressignien : la diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 293-298.

Référence électronique

Jean-Paul THEVENOT, « Nicole MALLET, Jacques PELEGRIN, Christian VERJUX dir., Le phénomène pressignien : la diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/14264

Haut de page

Auteur

Jean-Paul THEVENOT

Conservateur honoraire du Patrimoine – UMR 6298 ArTeHiS, Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search