Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Dominique GOGUEY, Jacky BÉNARD di...

Dominique GOGUEY, Jacky BÉNARD dir., Structures en pierre du plateau du Châtillonnais (Côte-d’Or) du Hallstatt à l’antiquité tardive : l’apport de l’archéologie forestière

Dremil-Lafarge, éd. Mergoil, 2018, 289 p., 198 fig. NB et coul. (Archéologie et Histoire romaine, 39). ISBN : 978-2-35518-082-8. 38 €.
Isabelle FAUDUET
p. 298-299

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Dominique Goguey et Jacky Bénard avec une douzaine de collaborateurs s’attache à restituer l’occupation rurale de ce secteur jusqu’à l’époque romaine. Il concerne essentiellement le « plateau digité », zone située dans la partie sud du plateau de Langres, indentée par les affluents de la Seine. Cet espace est analysé au moyen de plusieurs approches : données micro-topographiques par le biais du LiDaR (ou LiDAR), relevé des vestiges et du mobilier lors de prospections pédestres et métalliques. Les auteurs restituent une occupation dense de cette zone, aujourd’hui majoritairement boisée, caractérisée par un habitat en matériaux périssables et des enclos de délimitation en pierre.

2- Dans la première des quatre parties, « L’espace et son exploitation », E. Chevigny présente les conditions géologiques et géomorphologiques et la couverture végétale ; il livre avec L. Granjon et L. Saligny quelques rappels sur le traitement des données LiDaR et l’enregistrement des structures observées. Les caractéristiques micro-topographiques des lapiés implantés dans ce milieu sont analysées par E. Fovet. Le protocole de prospection est expliqué par D. Goguey qui montre la complémentarité entre analyse des données LiDaR, relevé au sol et prospection avec détecteurs de métaux ; cent six sites et quatorze voies ont été reconnus.

3- La deuxième partie, « Étude d’un terroir », traite de l’organisation de l’espace. La trame viaire, complexe et hiérarchisée, est intégrée dans un réseau d’agglomérations secondaires et de quelques sanctuaires, en liaison avec l’eau. Pour ces établissements ruraux, souvent en rebord de plateau, est dressée une typologie des enclos, parfois accolés, et terrasses courtes. Sont pris en compte des critères géométriques, puisque les données architecturales sur les bâtiments sont très fragmentaires du fait de l’utilisation de matériaux de construction périssables et de la quasi-absence de sondages. Les structures internes sont rarement observées mais des murées ont été relevées dans plusieurs cas. Les données pédologiques et géochimiques sont présentées avec une discussion sur la dépendance ou non vis-à-vis des données archéologiques. A. Giosa et Chr. Petit (chap. 2.5) évoquent la problématique de la recherche archéopédologique à partir des terroirs de Roche Chambain et Vaucossier. Les résultats de cette investigation montrent qu’elle permet de reconnaître les liens entre couverture pédologique et activité humaine. Un habitat mérovingien et des constructions post-antiques sont décrits (avec la coll. de J.-P. Guillaumet et H. Gaillard), ainsi que des structures en pierre sèche, ou « cabanes » – abris temporaires pour une activité saisonnière. Les sites d’occupation sont également caractérisés en fonction d’un critère complexe ou isolé qui permet de rendre compte des relations entre les différents établissements, dont la distinction est mise en évidence par les mesures de distance. Les groupements complexes (17), présentant au moins deux unités, et des exemples d’établissements isolés (37 en tout) sont décrits avec le mobilier recueilli ; l’analyse de ce dernier laisserait suggérer parfois une antériorité des premiers groupements. Les enclos cultuels et funéraires, de forme quadrangulaire, sont traités à la fin ; leur interprétation est souvent délicate, surtout en l’absence de mobilier.

4- La troisième partie, « Production, échange, chronologie », met en relation les données cartographiques et le mobilier ramassé en prospection. Les auteurs proposent d’attribuer une fonction aux établissements ; une vocation pastorale est prédominante, comme en témoignerait le mobilier métallique (forces, clarines, etc.), mais des outils attestent aussi une activité agricole. Une approche archéométrique du fer a été réalisée par M. Berranger, en sélectionnant un lot de déchets (ils concernent en majorité des activités de post-réduction) ; les indices d’un travail du métal sont visibles. L’exploitation de la pierre est également attestée, avec des traces d’extraction du lapiaz (au Bois-des-Mas), mais aussi le travail du cuir, du bois, les transports (par D. Goguey et J.-P. Guillaumet). Ces analyses orienteraient vers une micro-spécialisation dans différentes activités, avec diffusion à petite échelle pour les établissements complexes. Curieusement, la suite de l’ouvrage est consacrée à l’étude des parcellaires – murets, alignements de tertres, épaulements parallèles aux courbes de niveau – au sein desquels seul un faible nombre de petits enclos a été identifié. Leur description aurait pu figurer dans la deuxième partie. Enfin, une chronologie de fonctionnement de ce terroir est proposée : l’occupation antérieure au premier âge du Fer, dès le Néolithique, est difficile à cerner en raison de la rareté des indices, puis elle concerne surtout des enclos funéraires jusqu’au début de La Tène. Le nombre d’établissements augmente au second âge du Fer jusqu’au début de l’époque romaine (81 sites ont été retenus) avec une certaine pérennisation de l’occupation. Leur datation est fournie par les fibules et par les monnaies aux deux premiers siècles de notre ère (analyse par J.-P. Guillaumet et L. Popovitch). Un petit groupe d’établissements n’est occupé qu’à l’époque romaine et la majorité des sites est vraisemblablement abandonnée au cours du IIIe s. Les découvertes antérieures indiquent qu’une occupation mérovingienne était perceptible sur la moitié des communes du territoire, avec parfois une continuité au Moyen Âge malgré l’extension de la forêt.

5À la fin de cette partie sont présentés les habitats ruraux de la forêt domaniale de Châtillon-sur-Seine, par Y. Pautrat (attention, sous-partie intitulée 2 à la suite de la chronologie, sous-partie 3). Ce massif forestier traversé par trois voies comprend des espaces vides en établissements en dur ; les habitats, dont une partie n’est pas datable en l’absence de prospections pédestres, sont peu souvent intégrés dans un parcellaire régulier.

6- La quatrième partie, « Conclusions », est une synthèse qui regroupe un bilan des vingt ans de prospections et les perspectives de recherches. Les auteurs reprennent les étapes de la mise en valeur puis proposent une typo-chronologie des parcellaires en reprenant la distinction entre établissement complexe et établissement isolé. Ils s’attachent à en proposer un statut au cours du temps à partir des marqueurs que sont notamment les éléments de mobilier. Ils soulignent enfin les limites de l’étude du fait qu’on ignore les structures sous les espaces cultivés actuels et encouragent la poursuite de l’étude de l’environnement.

7À la fin de l’ouvrage, le catalogue des sites est présenté sous forme de tableaux clairs, accompagnés de leurs plans sur fond LiDaR, suivi de ceux des établissements en dur de la forêt domaniale de Châtillon et des tumulus. Un catalogue des monnaies est dressé et le mobilier est illustré sur 35 planches, par type d’activité.

8Dans cet ouvrage, richement illustré, les auteurs explicitent leur méthodologie de travail et leurs choix d’analyse, parfois arbitraires (par exemple dans les mesures de distance), avec une présentation un peu brève de l’enregistrement des données. L’abondance de cas de figure exposés facilite la lecture et les images issues des données LiDaR sont généralement présentées de façon homogène avec une présentation performante des cartes de site au moyen d’un Sky View Factor (SVF), même si les étapes de l’analyse des données jusqu’à l’interprétation ne sont pas clairement visualisées. On appréciera la manière dont le travail de restitution archéologique de l’occupation en milieu forestier peut être mené, depuis les données de la microtopographie à la catégorisation (fonctions des sites, statuts, évolution chronologique) ; il est accompagné de tableaux clairs et didactiques. Les analyses complémentaires (pédologique, pétrographique, archéométrique, etc.) sont également d’un grand intérêt. Si une partie des vestiges était déjà connue par des campagnes de prospection GPS, le LiDaR complète les relevés antérieurs en livrant une « image » à haute résolution des vestiges et en permettant de dresser des cartes d’occupation très précises.

9Malgré quelques redondances, la synthèse reprend de façon claire les données et invite à approfondir la recherche dans ce sens. L’occupation humaine de ce massif depuis la fin de la Préhistoire est bien présentée et l’extension de la recherche sur le plateau massif, esquissée ici, sera bénéfique. Cet ouvrage est novateur par l’intégration significative du LiDaR – mise en place d’une étude d’un espace forestier à partir d’une prospection micro-topographique – et intéressera autant les spécialistes de la prospection et du paysage que ceux qui étudient les activités humaines et le mobilier. Une approche à encourager sur d’autres massifs boisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle FAUDUET, « Dominique GOGUEY, Jacky BÉNARD dir., Structures en pierre du plateau du Châtillonnais (Côte-d’Or) du Hallstatt à l’antiquité tardive : l’apport de l’archéologie forestière », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 298-299.

Référence électronique

Isabelle FAUDUET, « Dominique GOGUEY, Jacky BÉNARD dir., Structures en pierre du plateau du Châtillonnais (Côte-d’Or) du Hallstatt à l’antiquité tardive : l’apport de l’archéologie forestière », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/14269

Haut de page

Auteur

Isabelle FAUDUET

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search