Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69Jean-Pierre LÉMANT, Cédric MOULIS...

Jean-Pierre LÉMANT, Cédric MOULIS dir., Le château des fées de Montcy-Notre-Dame : archéologie d’un site de l’an mil

Nancy, PUN-Éditions univ. de Lorraine, 2016, 223 p. (coll. Archéologie, Espaces, Patrimoines). ISBN : 978-2-8143-0284-6, 15 €.
Mélinda BIZRI
p. 301-302

Texte intégral

1La publication des résultats des fouilles de ce site fortifié est l’objet de cet ouvrage monographique assez bref (223 p. avec annexes et bibliographie). Les auteurs, respectivement responsables des campagnes anciennes (1988-1992) et d’une plus récente (2009) tentent de caractériser, avec beaucoup de prudence, un « site de l’an mil » situé dans la vallée de la Meuse, non loin de Charleville-Mézières et de la Belgique.

2On souscrit au format du livre et à sa charte graphique qui rend l’ouvrage agréable à manipuler (carton souple, papier léger) et à lire. Cependant, la qualité du traitement des images est à revoir pour certaines qui apparaissent trop sombres à l’impression.

3L’ouvrage est composé de trois chapitres dont le plan reprend la structuration classique des rapports archéologiques. L’introduction rappelle de manière succincte l’état de l’art en matière d’étude des sites castraux et élitaires et se positionne clairement en faveur d’une lecture interprétative nuancée et monographique de ces contextes, loin des pièges de l’application de schémas chrono-typologiques. En cela, le chapitre 1, consacré à l’étude documentaire du site, est intéressant puisqu’il démontre la difficulté d’attribuer un statut clair à un site lorsque le contexte historique est complexe : l’identification toponymique, peu fiable et fluctuante, est un frein pour l’interprétation de textes existant qui pourraient se rapporter, au final, à d’autres sites du secteur. Ainsi, les possesseurs du site ne sont pas clairement identifiés mais plusieurs hypothèses sont avancées : elles sont rappelées à propos dans l’interprétation des résultats en chapitre 2. Il manque cependant dans ce premier chapitre, une cartographie qui positionnerait le site de manière élargie. Le contexte géologique est difficilement utilisable tel qu’il est présenté (avec des légendes manquantes), mais mieux remis en perspective dans le chapitre 2 lors de la présentation des techniques de construction.

4Une mise en perspective des vestiges est présentée par phases au chapitre 2. Les observations sur l’analyse du bâti de pierre (bâtiment de l’aula, enceinte), issues de la campagne de fouilles la plus récente, constituent un réel apport pour la connaissance du site. Elles mettent en avant des techniques de constructions particulières : dictées par le blocage (p. 71) ou avec armature de bois (gaine verticale p. 72). La figure de comparaison des plans d’aulae (fig. 2.34) aurait cependant pu être proposée d’une autre manière (traitement statistique et nuage de point par exemple).

5Enfin, les analyses qui concernent tout le mobilier archéologique (artefacts et écofacts) issu des fouilles du site sont compilées dans des parties distinctes du chapitre 3. Si les conclusions des études des spécialistes peuvent apparaître parfois timides, c’est en raison de la qualité des données disponibles à l’analyse, très lacunaires pour les données des corpus stratigraphiques : les fouilles menées à la fin des années 90 ont peu spatialisé les découvertes et manquent de précision dans l’enregistrement stratigraphique (globalisation de la couche d’incendie notamment). Les directeurs de l’ouvrage ont donc su faire appel à une large palette de spécialistes – au nombre de douze – impliquant notamment l’archéologie wallonne. Les contributions de ces spécialistes sont, malgré ces constats, de qualité variable : les analyses de V. Serdon (mobilier métallique) et J.-F. Goret (mobilier en matière dure animale) bénéficient de l’expérience de leurs auteurs ; d’autres études dont celle de la faune, auraient pu faire appel à un champ de comparaison plus élargi. L’étude du verre, très succincte, n’indique pas le nombre de restes étudiés et propose une planche de dessin peu utile (fig. 3.61).

6Globalement, on note un effort des spécialistes à présenter leurs méthodes de manière détaillée et à remettre en perspective leurs résultats, parfois de manière très, voire trop générale. Les tableaux de données présentées dans chacune de ces parties et en annexe auraient gagné en lecture sous une autre forme graphique.

7La conclusion qui donne synthèse à ces études est assez brève, bien qu’elle remette en perspective ces données avec les autres publications disponibles pour ce type de site (Andone, Boves).

8L’ouvrage a donc bénéficié d’un nombre important de soutien, soit huit institutions, pour mettre en lumière l’occupation des Xe-XIe siècles d’un site fortifié à la chronologie homogène et à la stratigraphie peu complexe, dans un secteur qui demande à être davantage documenté de cette manière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélinda BIZRI, « Jean-Pierre LÉMANT, Cédric MOULIS dir., Le château des fées de Montcy-Notre-Dame : archéologie d’un site de l’an mil », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 301-302.

Référence électronique

Mélinda BIZRI, « Jean-Pierre LÉMANT, Cédric MOULIS dir., Le château des fées de Montcy-Notre-Dame : archéologie d’un site de l’an mil », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/14278

Haut de page

Auteur

Mélinda BIZRI

Ingénieure d’études en archéologie, Université de Bourgogne, UMR 6298 ArTeHiS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search