Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 69BECK P., SAINT-JEAN VITUS B., Le ...

BECK P., SAINT-JEAN VITUS B., Le couvent des Cordeliers du Mont Beuvray : histoire et archéologie

Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, 2018, 344 p., 16 pl. coul. (Bibracte, 27). ISBN : 978-2-909668-95-6. 35 €
Mélinda BIZRI
p. 302-303

Texte intégral

1Publié dans la collection Bibracte éditée par le Centre archéologique européen, l’ouvrage présente en un seul volume (344 p. noir et blanc et un livret de 16 pl. couleurs) la synthèse de la fouille du couvent des Cordeliers sur le Mont Beuvray. Plusieurs campagnes ont impliqué une multiplicité d’acteurs entre 1989 et 1998.

2Les résultats de ces fouilles avaient déjà été diffusés sous forme de courts chapitres dans les rapports d’activités du Centre, et il est dommage de devoir se référer à cette documentation non publiée – mais néanmoins mise en ligne sur le portail HAL – pour saisir le générique de la fouille et les données archéologiques de bilan (voir par exemple : GUICHARD, 1999, p. 277) car ils sont absents de la publication de synthèse (abordées brièvement en conclusion et annexe 3). Il convient toutefois de souligner qu’il s’agit ici de la première monographie de la collection à s’attacher à un établissement médiéval du Mont Beuvray. À ce titre, quelques lignes présentant plus globalement un état des connaissances du contexte territorial médiéval du Morvan et du Beuvray aurait été apprécié pour faciliter la compréhension du dossier monographique.

3Le plan général du site indiquant les principaux toponymes et zones fouillées du Mont Beuvray est placé au début de l’ouvrage (p. 12). Cependant, s’il présente l’ensemble des vestiges, un tri au moins par grandes périodes représentées dans la fouille du couvent aurait été un plus appréciable, tout comme la localisation de lieux de fouilles auxquels le texte se réfère : la chapelle Saint-Martin d’une part – dont la reprise des fouilles anciennes a eu lieu de manière concomitante à celles du couvent – ou encore l’Îlot des Grandes Forges, d’autre part, cité à plusieurs reprises p. 13, p. 59 ou p. 86 et qu’aucun plan de l’ouvrage ne vient renseigner.

4Les coordinateurs et auteurs de l’ouvrage se sont concentrés sur deux axes principaux : la publication de l’enquête documentaire et le phasage archéologique du site ; les études spécialisées figurent à la suite de ces chapitres.

5La documentation concernant le couvent n’émerge qu’à partir de la seconde moitié du XVe s. et quelques mentions concernant les foires du Beuvray renvoient à une chronologie légèrement antérieure (XIIIe s.). Le bilan documentaire comporte une remarquable enquête sur l’affaire du moine Charlot, frère cordelier, épisode très intéressant quoique complexe (p. 32-42 et annexe 2). Un dossier inédit d’archives de la fin du XVe s. a su être exploité pour mettre en avant la question d’espionnage dans le contexte de réforme colettine de l’ordre mendiant.

6L’absence de sources primaires documentant le Beuvray est un constat qui n’est pas vraiment dressé dans l’ouvrage bien qu’il constitue un réel obstacle pour proposer un portrait de ce micro-territoire pour l’époque médiévale et moderne. Les recensements de populations (cherches et visites de feux) rendent toutefois un peu plus manifestes le paysage et l’habitation de ce secteur pour la fin du Moyen Âge et l’époque moderne (p. 24-34).

  • 1 Au Beuvray, cette dernière opportunité est représentée par la tenue des foires : cf. hypothèse déve (...)

7Ainsi, bien qu’au regard de la documentation il soit difficile de proposer autre chose que des pistes de réflexion ou des hypothèses, la question de l’originalité d’une implantation rurale d’un couvent d’ordre mendiant n’est pas abordée. En parallèle des stratégies politiques et religieuses (la réforme de l’ordre) expliquées à travers le dossier documentaire de l’espionnage, une enquête manque à la bibliographie : celle du lien entre couvent et milieu rural. En effet, comment envisager l’implantation de ce couvent d’un ordre mendiant ici ? Des hypothèses sont proposées dans un article qui est absent de la bibliographie de l’ouvrage (ALLEMAND, 2003). Le choix d’un secteur volontairement éloigné de la ville mais non isolé peut répondre en effet à des questionnements de réorganisation de l’ordre religieux et d’expansion économique1.

8L’enquête documentaire sur le couvent permet de référencer une série importante de documents d’archives repérées sur trois départements (Nièvre, Saône-et-Loire et Côte-d’Or), compilation fort utile et socle non négligeable sur lequel s’appuyer pour poursuivre l’enquête sur ce secteur à l’époque médiévale et moderne (malgré quelques fautes rencontrées : erreurs dans le renvoi aux archives : date 1453 au lieu de 1353 (p. 19) ou sur le fond de notaire 13E au lieu de 3E -annexe 1). Il convient aussi de noter que pour le lecteur, la présence d’une double bibliographie, c’est-à-dire une générale et une placée en annexe des pièces d’archives avec un code de renvoi (annexe 1 p. 331), ne rend pas aisé la consultation de cette dernière.

9La synthèse des travaux archéologiques menés met en évidence neuf grandes phases (plan p. 56-57) : une antique, une tardo-antique, cinq médiévales et deux modernes. Pour les trois premières phases, les traces observées sont ténues : les données sont issues de fenêtres d’observations ponctuelles (souvent des sondages profonds). Il n’en ressort pas de caractères d’ensemble. Les murs antiques ont été réemployés dans les constructions ultérieures, ce qui accentue la difficulté de lecture stratigraphique.

10Un trait marquant de l’occupation du site est la structuration d’un complexe de ferme à la charnière des XIIIe-XIVe s. Cette installation n’est pas documentée par les textes. Une origine bénédictine est supposée, en rapport avec la présence du prieuré Saint-Symphorien d’Autun dont relève la chapelle Saint-Martin voisine. Plusieurs bâtiments maçonnés structurent une unité d’exploitation agricole dont il n’est pas courant de retrouver la trace notamment sous un établissement conventuel. Cet ensemble est comparé au type de grange seigneuriale, structures également peu fouillées. Dans cette phase est également repérée l’apparition des premières sépultures du site.

11Les phases suivantes voient l’aménagement du couvent et de ses annexes au tournant des XIVe et XVe s., l’apparition du cloître et du lieu de culte (la chapelle conventuelle) après un incendie intervenu à la fin du XVe s., un redéploiement du grand couvent et de son architecture à la charnière des XVe-XVIe s. (chevet plat et clocher) marqué par un second incendie, suivi de deux phases dont les élévations et des sols sont bien conservées (notamment le dallage des galeries de circulation du cloître au XVIe s.) et où la fonction des salles peut être plus directement approchée (fin XVIe-première moitié XVIIe s.). Le couvent est abandonné vers 1737, où les textes le décrivent comme « masure » et « vieille cave ».

12La fouille de cet établissement a donc considérablement éclairé ces périodes historiques tellement absentes des textes. La description des constructions (sols et murs) qui différencient chacune des phases est appliquée et systématique. Une réelle attention a été portée aux correspondances des relations stratigraphiques entre les différents espaces malgré un terrain qui accuse une légère pente. L’inclinaison du terrain est remise en perspective, dans chaque phase, autour de la question de la gestion de l’eau (fosses d’aisances, drainage du sol, lien à la source voisine). Il est dommage que les pages concernant les descriptions archéologiques des structures et unités stratigraphiques ne soient pas davantage complétées de plans et photographies pour accompagner les démonstrations.

13Les études de spécialistes démarrent avec les matériaux et techniques de construction, architecture. Le catalogue est bien présenté avec le dessin du lapidaire (mouluration) et des propositions de restitutions des baies, bien que des éléments de chronologie relative manquent pour mieux l’appréhender. En effet, les éléments proviennent de couches de destructions et si la chronologie du ou des blocs taillés est abordée, sa situation dans la stratigraphie de la fouille ne l’est pas. L’étude des terres cuites architecturales mises en œuvre est remise en perspective avec une documentation d’archives. Des comparaisons architecturales rendent la restitution d’un paysage architectural ancien plus tangible. La synthèse du vaisselier de terre met en évidence quatre grands groupes techniques, relevés sur un corpus échantillonné du site composé de deux tiers de tessons antiques et un tiers dit post-antique. Aucun site de production et peu d’éléments de comparaisons proches autres que des sites de consommations ne caractérisent ce corpus marqué par un vaisselier plutôt luxueux pour le XIIIe s. et une diversification de ce dernier au XVe s.

14L’étude du métal, du verre, mobilier lithique et autres, occupe un chapitre conséquent qui documente les temps modernes (XVe-XVIIe s.) avec notamment la quincaillerie de reliure de livres, attestée par de nombreux éléments. Les autres études concernent les monnaies et les restes animaux et végétaux, ces derniers étant traités ensemble. L’étude des morts rassemble la documentation éparse de ce secteur : quatorze inhumations aux squelettes incomplets ; comme pour les restes animaux, l’acidité du sol n’a pas permis leur conservation, et la conservation des murs dans la perspective d’une consolidation-restauration du site réalisé dans les années 2010 n’a pas rendu possible une fouille exhaustive des inhumations.

15L’emprise concernée par la fouille dite du couvent ne représente qu’une partie du site conventuel en son entier. 344 p., annexe comprise, c’est assez peu pour présenter la richesse des données exhumées lors de ces campagnes, mais cela représente toutefois un bon début pour appeler à de prochaines monographies documentant le Morvan médiéval et moderne.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie citée

ALLEMAND S., « Observances franciscaines et fondations érémitiques : le cas de la province de Bourgogne », in : VAUCHEZ A. dir., Ermites de France et d’Italie, XIe-XVe siècle, Actes du colloque de l’École française de Rome, Certosa di Pontignano, 5-7 mai 2000, Rome, EFR, p. 461-478 (Coll. de l’École française de Rome, 313).

GUICHARD V., Rapport annuel d’activité scientifique 1999 du Centre archéologique européen du Mont Beuvray. 978-2-909668. Research Report, s.l. : Bibracte - Centre archéologique européen, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01298834 [lien valide au 17 juillet 2020]

Haut de page

Notes

1 Au Beuvray, cette dernière opportunité est représentée par la tenue des foires : cf. hypothèse développée dans l’article de Sylvie Allemand ; merci à Claire Bourguignon de m’avoir transmis cette référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélinda BIZRI, « BECK P., SAINT-JEAN VITUS B., Le couvent des Cordeliers du Mont Beuvray : histoire et archéologie », Revue archéologique de l’Est, Tome 69 | 2020, 302-303.

Référence électronique

Mélinda BIZRI, « BECK P., SAINT-JEAN VITUS B., Le couvent des Cordeliers du Mont Beuvray : histoire et archéologie », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 69 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rae/14279

Haut de page

Auteur

Mélinda BIZRI

Ingénieure d’études en archéologie, Université de Bourgogne, UMR 6298 ArTeHiS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search