Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 70Les sépultures de Truchtersheim «...

Les sépultures de Truchtersheim « Holderacker » (Bas-Rhin) et les pratiques funéraires du Bronze A1 dans le sud de la plaine du Rhin supérieur

Philippe LEFRANC, Fanny Chenal, Yohann THOMAS, Matthieu MICHLER et Jean-Michel TREFFORT
p. 59-72

Résumés

La mise au jour, en 2019, d’un petit ensemble funéraire attribué au début du Bronze ancien à Truchtersheim « Holderacker » (2030-1900 av. J.-C), à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg, nous amène à proposer un point d’étape sur l’ensemble de la documentation disponible sur les pratiques funéraires du BzA1 en Alsace. Cet horizon chronologique, jusqu’ici très peu documenté, a récemment bénéficié d’une série de découvertes, essentiellement réalisées entre 2017 et 2019 à l’occasion des opérations d’archéologie préventive conduites sur le tracé du Contournement Ouest de Strasbourg. Le corpus régional, modeste (vingt tombes), ne permet que des observations de portée limitée, mais plusieurs caractères spécifiques à la période peuvent être reconnus. Parmi eux, la variabilité des orientations, se partageant entre un groupe NE-SO, majoritaire, et un groupe NO-SE. Le premier, également majoritaire dans le groupe du Danube, en Bavière, rassemble des individus masculins et féminins déposés sur le flanc gauche et tête au NE pour les premiers, et sur le flanc droit, tête au SO pour les seconds. Le second groupe d’orientations ne rassemble que des individus déposés sur le flanc droit, tête au NO, dans lesquels nous proposons de reconnaître des individus féminins s’opposant aux individus masculins non pas en vertu du principe de symétrie horizontale caractérisant le groupe des orientations NE-SO, mais en fonction d’un principe de symétrie verticale, configuration qui semble propre au sud de la plaine du Rhin supérieur. Les dépôts de mobilier sont rares, essentiellement constitués, comme à Truchtersheim, d’éléments de parures en matière dure animale, parfois accompagnés de rares objets en métal ou en faïence. La composition des dépôts, rassemblant des objets ubiquistes, n’autorise pas l’identification formelle d’éventuels réseaux connectant l’Alsace aux secteurs de peuplement d’Allemagne méridionale ou du sud-ouest. Cependant, en nous appuyant sur l’analyse des orientations et sur leur évolution au cours du Bronze ancien, ainsi que sur d’autres éléments comme l’existence en Alsace de structures de type Tottenhütten et de maisons de type Eching/Öberau, nous réitérons l’hypothèse d’un lien privilégié entre notre région d’étude et le groupe du Danube de la culture de Straubing. Enfin, nous soulignons le manque de données régionales qui caractérise le moment du passage entre le Campaniforme et les premières manifestations du Bronze ancien entre 2150 et 2000 av. J.-C., telles qu’elles sont illustrées dans les proches nécropoles de Singen, dans le Bade, ou de Remseck-Aldingen, dans la vallée du Neckar.

Haut de page

Texte intégral

1La mise au jour régulière au cours des dix dernières années, de petits groupes de tombes du Bronze ancien, en Haute- comme en Basse-Alsace, a permis de brosser un tableau d’ensemble relativement précis des pratiques funéraires caractérisant la période dans le sud de la plaine du Rhin supérieur (LEFRANC et alii, 2010 ; LEFRANC et alii, 2019). Le corpus sur lequel s’appuient les travaux de synthèse publiés est cependant majoritairement constitué d’ensembles attribuables à la seconde partie du Bronze ancien (BzA2). Ce n’est en effet que très récemment, et notamment à la faveur des opérations d’archéologie préventive conduites sur le tracé du Contournement Ouest de Strasbourg entre 2017 et 2019, que le corpus s’est enrichi d’ensembles funéraires datés, par le mobilier ou par mesures du radiocarbone, de la première partie du Bronze ancien (BzA1). Nous proposons, dans cette contribution centrée sur les tombes mises au jour en 2019 à Truchtersheim « Holderacker », à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg, d’analyser l’ensemble des données, anciennes ou inédites, sur les pratiques funéraires du BzA1 en tentant de les replacer dans un contexte élargi aux secteurs de peuplement Bronze ancien du nord des Alpes.

1. L’ensemble funéraire de Truchtersheim « Holderacker »

1.1. Le site

2Le site de Truchtersheim « Holderacker », localisé à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg, sur les lœss du plateau du Kochersberg (fig. 1), a été fouillé en 2019 par une équipe de l’Inrap.

Fig. 1. Localisation du site de Truchtersheim et des ensembles funéraires du Bronze ancien d’Alsace dans le cadre du sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO : P. Lefranc, Inrap).

3L’occupation du Bronze ancien est matérialisée par quelques fosses d’habitat ayant livré un matériel céramique assez peu caractéristique que les premières analyses attribuent à un Bronze ancien évolué, ainsi que par trois sépultures directement datées par mesure du radiocarbone de la première partie du Bronze ancien (fig. 2).

Fig. 2. Truchtersheim « Holderacker ». Localisation des inhumations du Bronze ancien (DAO : Y. Thomas, Inrap).

4Au nord, les sépultures 299 et 327, localisées à proximité de la limite orientale de l’emprise de la fouille et disposées sur un axe nord-ouest/sud-est, sont espacées de 5 m. La tombe 184 apparaît isolée, à 160 m au sud-ouest de ces dernières. Il ne s’agit donc pas d’un véritable ensemble funéraire, aucun lien, sinon chronologique, ne pouvant être établi entre ces deux pôles. Une quatrième sépulture (sép. 5643-03), installée sur l’axe nord-est/sud-ouest reliant les trois premières tombes, à 50 m environ au sud-ouest des sépultures 299 et 327 et à 110 m au nord-est de la tombe 184, a été attribuée par mesure radiocarbone au premier âge du Fer.

1.2. Description des tombes

5Les trois sépultures datées découvertes à Truchtersheim (fig. 3) correspondent à des dépôts primaires individuels. Les creusements n’ont pu être identifiés que pour les sépultures 299 et 327 et correspondent à des fosses plutôt larges par rapport à la morphologie des défunts, de forme ovale (SP 299 ; 2 m x 1,30 m) et sub-rectangulaire (SP 327 ; 1,70 m x 1 m).

Fig. 3. Truchtersehim « Holderacker ». Vue des inhumations du Bronze ancien et mobilier issu de la tombe 184. 1-3. Matière dure animale ; 4. alliage cuivreux (clichés : Y. Thomas, dessin : P. Lefranc, Inrap).

6Les défunts des sépultures 184 et 327 sont inhumés selon un axe nord-est/sud-ouest, la tête au sud-ouest pour l’individu 184 et au nord-est pour l’individu 327. L’individu 299, lui, est inhumé selon une orientation nord-ouest/sud-est, la tête au nord-ouest.

7Si les trois squelettes ont atteint leur maturité biologique, l’âge au décès n’a pu être estimé que pour les individus 299 (âgé de plus de 40 ans) et 327 (âgé de 20 à 29 ans ; OWINGS WEBB, SUCHEY, 1985 ; SCHMITT, 2005), les restes osseux de l’individu 184 étant trop mal conservés. De la même manière, la conservation des os coxaux n’a permis la détermination du sexe que pour l’individu masculin inhumé dans la sépulture 327 (BRUZEK et alii, 2017) ; P = 0,96.

8Si l’individu 327 est inhumé sur le côté gauche, l’individu 184 est déposé sur le côté droit et l’individu 299 sur le dos, mais avec le membre inférieur gauche fléchi vers le côté droit. Les membres sont fléchis, hormis le membre inférieur droit de l’individu 299, qui se trouve en extension. Il convient toutefois de noter que la position du membre supérieur droit de l’individu 327 ne peut pas être restituée puisqu’une perturbation de nature inconnue a provoqué la disparition de l’avant-bras. Les regards sont tournés vers le sud-est (SP 184), le sud-ouest (SP 299) ou le sud (SSP 327).

9Si les informations taphonomiques ne permettent pas de caractériser avec précision les modes d’inhumation, la présence d’un contenant rigide ne peut être exclue pour aucun des individus inhumés à Truchtersheim.

1.3. Datation

10Les mesures du radiocarbone réalisées sur les trois sépultures de Truchtersheim ont livré des résultats cohérents, permettant d’attribuer l’ensemble funéraire à l’extrême fin du 3e millénaire ou au premier siècle du 2e millénaire.

  • 1 Sép.1450 : Poz-67558, 3485 ± 35 BP, 1878-1755 cal. BC à 1 σ, 1896-1695 cal. BC à 2 σ - Sép.3626 : P (...)

11Ces dates sont plus anciennes que celles obtenues sur les sépultures d’Obernai (entre 1880 et 1750 av. J.-C.), qui s’inscrivent dans l’horizon BzA2a1 (LEFRANC et alii, 2019), attribution chronologique renforcée par la présence d’une épingle à ganse de type Göggingen, diffusée lors des horizons BzA1b et BzA2a (NEUGEBAUER, 1994 ; NEUGEBAUER et alii, 1997 ; BERTEMES, 1989). Elles sont comparables à celle obtenue sur la nécropole de Bischwihr (1973-1882 cal. BC ; VERGNAUD et alii, 2013), qui n’a malheureusement livré aucun mobilier autorisant une attribution précise à l’une ou l’autre phase du Bronze ancien. Elles peuvent également être mises en parallèle avec les dates les plus récentes obtenues sur les sépultures de la nécropole de Singen (sépultures 65, 70, 74 et 80), dans le sud du Bade-Wurtemberg, attribuées au BzA1 et comprises entre 2040 et 1900 av. J.-C. (STOCKHAMMER et alii, 2015, fig. 9).

12Les tombes de Truchtersheim s’inscrivent dans une séquence chronologique recouvrant la fin de l’horizon BzA1 et le début de l’horizon BzA2 tels qu’ils ont été définis par Ruckdeschel (1978), Bertemes (1989) et David-Elbiali (2000), pour, respectivement, l’Allemagne du sud, la Basse-Autriche et la Suisse occidentale (fig. 4).

Fig. 4. Insertion des ensembles funéraires alsaciens datés par radiocarbone dans le cadre des systèmes chronologiques du Bronze ancien d’Europe occidentale (DAO : P. Lefranc, Inrap).

13D’après les travaux les plus récents (STOCKHAMMER et alii, 2015 ; Massy, 2018), qui s’appuient sur une batterie de nouvelles datations radiocarbone, les débuts du Bronze ancien doivent être placés autour de 2150 av. J.-C. et la notion même de « transition » entre le BzA1 et le BzA2 – située par l’ensemble des chercheurs autour de 2000 av. J.-C. – doit être réévaluée : il apparaît en effet que les types d’objets caractéristiques du BzA1a sont diffusés jusqu’en 1900 av. J.-C. (soit jusqu’au début de l’horizon BzA2a dans sa définition traditionnelle) ; la phase BzA1b, caractérisée par des objets diffusés tout au long du Bronze ancien, n’existe plus en tant qu’horizon chronologique. Pour ces auteurs, la distinction entre BzA1 et BzA2 n’a donc pas valeur de séquence chronologique absolue, mais traduirait la pénétration, plus ou moins rapide en fonction des régions, des nouvelles technologies développées par la culture d’Unetice. Dans ce système, les tombes de Truchtersheim coïncident avec la seconde moitié de l’horizon BzA1a, horizon qui couvre la fourchette 2150 à 1900 av. J.-C.

14Les tombes de Truchtersheim constituent donc les plus anciens témoins des pratiques funéraires de l’âge du Bronze en Alsace datés par mesure du radiocarbone. Leur attribution à la première phase du Bronze ancien peut également s’appuyer sur l’analyse du mobilier issu de la tombe 184, qui a livré une plaque rectangulaire aux extrémités enroulées – les Bleche mit eingerollten Ende des auteurs germanophones –, et surtout, deux objets en os de type Knochenscheiben.

1.4. Les mobiliers

15La plaque, très abimée (fig. 3, n° 3), déposée sur l’épaule gauche de l’individu inhumé, appartient à un type relativement peu fréquent, attesté en Alsace à Obernai et, dans la vallée du Rhin, par deux exemplaires, dont un décoré, relevant du groupe d’Adlerberg (LISSNER, 2004 ; GALLAY, 1970). En Bavière, dans le groupe de Straubing, sept exemplaires sont connus, dont un décoré, à Wehringen (MASSY, 2018), à Lechfeld (ibid.) et à Straubing-Alburger (HUNDT, 1958, cinq exemplaires). Un dépouillement bibliographique rapide montre qu’ils sont très peu fréquents, voire absents, dans la culture d’Unetice et dans le groupe d’Unterwölbling (en Basse-Autriche, les plaques de tôles sont plus allongées et les extrémités sont simplement repliées). Les Bleche mit eingerollten Ende sont par contre particulièrement fréquentes au sud de Budapest et sur la Tisza, région où un dépouillement superficiel de la littérature nous a permis d’en identifier sur près d’une vingtaine de sites de la culture de Vatya qui se développe entre 2200 et 1800 av. J.-C. (BONA, 1975 ; BANDI, 1964-1965 ; BUTLER, SCHALK, 1984 ; SZATHMÁRI, 2002 ; MALI, 2014). Ces quelques données pourraient laisser envisager une origine plutôt orientale des plaques quadrangulaires à extrémités enroulées, avec une diffusion relativement limitée au nord des Alpes.

16Les anneaux en os (Knochescheiben), représentés par deux exemplaires découverts lors du lavage du crâne de l’individu inhumé dans la tombe 184 (fig. 3, nos 1-3), sont caractérisés par un profil tronconique et une perforation centrale. Les exemplaires de Truchtersheim montrent des diamètres respectifs de 1,25 cm et de 1,5 cm pour des épaisseurs de 0,35 cm et 0,4 cm. Les perforations atteignent respectivement 0,6 et 0,9 cm. Ces anneaux, lisses ou décorés d’ocelles, sont fréquents en Europe centrale, à Gemeinlebarn (STEIN, 1968 ; LUTTEROP, 2009) et à Franzhausen I (SPAZIER, 2007), en Basse-Autriche, par exemple, où ils apparaissent dès le début du Bronze ancien (phase Gemeinlebarn I du groupe d’Unterwölbling). Ils figurent aussi bien dans les tombes féminines que masculines, mais sont plus fréquents au sein des premières où ils forment également des assemblages importants pouvant rassembler plus d’une vingtaine d’éléments – par exemple, à Pottenbrunn (LUTTEROP, 2009) –, contre des dépôts ne comptant que rarement plus d’une pièce pour les tombes masculines. Ces objets sont également fréquents en Bavière, dans le groupe de Straubing (RUCKDESCHEL, 1978, 1985 ; HUNDT, 1958 ; WEISS, 1998 ; MASSY, 2018), dont le site éponyme a livré un assemblage de vingt-quatre pièces (HUNDT, 1958). Pour cette région, mentionnons également les soixante-quinze pièces de la tombe 1 de Poing, ainsi que la tombe 1 de Buxheim et la tombe 200 de Maisach-Gerlinden qui en contenaient respectivement quarante-quatre et trente exemplaires (MASSY, 2018). Comme en Basse-Autriche, ces objets apparaissent associés aux deux sexes, avec une présence cependant beaucoup plus marquée dans les tombes féminines qui en comptabilisent plusieurs centaines d’exemplaires (contre quelques dizaines pour les tombes masculines). Celles-ci offrent les assemblages les plus étoffés (la moitié des tombes féminines livrant ces objets en comptent plus de cinq et jusqu’à soixante-quinze) ; dans les tombes masculines, beaucoup plus rares, ces objets n’apparaissent qu’entre un et trois exemplaires (MASSY, 2018).

17Ces anneaux apparaissent également dans la région du Ries, à Nahermemmingen (LISSNER, 2004), et dans le Bade-Wurtemberg, à Remseck-Aldingen, dans la vallée du Neckar (SEIDEL, 1995) ainsi que dans la nécropole déjà citée de Singen, à l’extrémité occidentale du lac de Constance (KRAUSE, 1998). En Suisse, ils ne se rencontrent qu’à Thun et à Conthey-Sensine (DAVID-ELBIALI, HAFNER, 2010) ; dans l’est de la France, ils sont signalés à Bouze-lès-Beaune et à Dijon, quartier des Bourroches, en Côte-d’Or (BILL, 1973 ; GALLAY, GALLAY, 1968), ainsi qu’à Mancenans-Lizerne dans le Doubs (JEUNESSE, 2010). En Europe centrale, où ces objets sont considérés comme une innovation du Bronze ancien, tous sont attribués à l’horizon BzA1, datation également assurée à Singen (KRAUSE, 1998 ; STOCKHAMMER, 2015), à Thun et à Conthey-Sensine (DAVID-ELBIALI, HAFNER, 2010), ainsi que pour les quelques assemblages de l’est de la France (JEUNESSE, 2010).

2. Les tombes du début du Bronze ancien en Alsace

2.1. Le corpus

18En Alsace, les ensembles funéraires du BzA1 se distribuent entre deux concentrations : la première au nord de Colmar, secteur ayant livré, à l’instar de la région du Kaiserstuhl lui faisant face en rive droite du Rhin, de nombreuses sépultures campaniformes ; la seconde à l’ouest de Strasbourg, dans un secteur géographique où une seule sépulture campaniforme est aujourd’hui documentée (LEFRANC et alii, 2019). Dans le sud de la région, les sépultures campaniformes s’égrènent en rive gauche et en rive droite du Rhin, entre Bâle et Habsheim (Haut-Rhin). Elles jalonnent la progression sud-nord de cette culture, pénétrant dans le sud de l’Alsace par la voie du Danube et qui a conservé tout au long de son développement régional des liens étroits avec l’Europe centrale (ibid.). Les seuls ensembles funéraires Bronze ancien connus sont localisés dans la région mulhousienne, au pied des collines du plateau du Sundgau, et tous appartiennent au BzA2. Les données disponibles sont trop fragmentaires pour autoriser quelle que conclusion que ce soit, mais il est possible, ainsi que semble le suggérer l’étude des sites d’habitat, que l’extension du peuplement en direction du plateau du Sundgau n’intervienne qu’au cours d’une phase évoluée du Bronze ancien (LEFRANC et alii, à paraître).

19Les inhumations pouvant être attribuées au début du Bronze ancien dans le sud de la plaine du Rhin supérieur, au nombre de vingt (dix-sept tombes individuelles et trois tombes doubles), restent relativement peu nombreuses ; outre les trois tombes de Truchtersheim, on ne peut guère citer que deux tombes à Duttlenheim (MICHLER, 2017), quatre tombes à Kunheim (TREFFORT, GATTO, 2000), la tombe de Colmar-Riedwihr (BONNET et alii, 2004) et les deux sépultures de Pfulgriesheim (LEFRANC et alii, à paraître) (cf. fig. 1). Il faut ajouter à ces quelques sépultures datées par les dépôts mobiliers, les huit tombes sans mobilier mises au jour sur le site de Bischwihr (VERGNAUD et alii, 2013 ; LEFRANC et alii, 2019), au sein desquelles il est possible de distinguer deux groupes : six tombes orientées nord-est-sud-ouest et deux tombes orientées est-ouest. Seule une tombe du groupe d’orientation nord-est/sud-ouest a fait l’objet d’une date radiocarbone, pour un résultat comparable à ceux obtenus à Truchtersheim (Bischwihr, tombe 383 : 1973-1882 cal. BC). Il est possible que sur ce site, deux tombes dont les orientations s’inscrivent dans la variabilité des dépôts est-ouest du BzA2 régional (tombes 128 et 382), soient un peu plus récentes.

2.2. Caractères de gisement et architecture des tombes

20La majorité des structures funéraires mises au jour en Alsace sont des sépultures individuelles (dix-sept sur vingt), s’organisant en petits ensembles comptant de deux à huit tombes seulement, mais les sépultures doubles, observées à trois reprises – à Kunheim, Bischwihr et Pfulgriesheim –, et associant, pour les mieux documentées d’entre elles, un adulte et un immature, sont, eu égard à l’étroitesse du corpus, relativement fréquentes (15 %). Contrairement à ce que l’on observe lors du BzA2, les tombes ne sont pas aménagées sur une ou plusieurs lignes parallèles (LEFRANC et alii, 2019), mais forment de petits groupes d’où ne se dégage aucune organisation particulière.

21Les individus reposent soit sur le côté, en position plus ou moins contractée, membres inférieurs fléchis, soit sur le dos, membres inférieurs fléchis vers la droite ou vers la gauche. Les creusements consistent en fosses oblongues à subquadrangulaires. Les aménagements sont rares : ont été notées des banquettes de galets calibrés à Kunheim, ainsi que trois tombes de Bischwihr (LEFRANC et alii, 2019) bénéficiant probablement d’aménagement matérialisés par des trous de poteau, permettant de restituer des structures aériennes de type Tottenhütten comparables à celles documentées en Bavière méridionale (MASSY, 2012 ; SCHRÖTER, 2013) et en Basse-Autriche (REITERBERGER, 2008).

2.3. Les mobiliers

22Les dépôts de mobilier ne se rencontrent que dans cinq tombes (25 % du corpus) et sont toujours constitués d’un faible nombre d’objets, essentiellement des artefacts en matière dure animale qui apparaissent dans la totalité des sépultures, suivis par les objets en alliage cuivreux, attestés dans trois tombes et, dans un cas seulement, par les objets en faïence et les perles sur test.

23Outre les deux anneaux en os et la plaque à extrémité enroulée de Truchtersheim, les tombes du BzA1 ont livré un peu plus de dix objets seulement.

24La sépulture 2 de Duttlenheim contenait un bouton à perforation en V en os, retrouvé lors du lavage du crâne, ainsi qu’une spirale en alliage cuivreux retrouvée in situ au niveau de la tête (fig. 5 ; MICHLER, 2017) faisant écho aux tiges à section circulaire à enroulement simple ou multiple que l’on rencontre dans tous les groupes du Bronze ancien occidental.

Fig. 5. Inhumations de Duttlenheim et mobilier issu de la sépulture 2 (clichés : M. Michler, Inrap).

25Il s’agit, avec la plaque à extrémités enroulée de Truchtersheim et une perle tubulaire de Kunheim (fig. 6, n° 6), d’un des rares objets métalliques issus des tombes du BzA1 régional. Les boutons à perforation en V relèvent d’une catégorie fréquente dans les tombes campaniformes où ils apparaissent dans des effectifs pouvant aller d’une à près de quarante pièces. Le dépôt d’un bouton unique, qui semble toujours en lien avec une tombe masculine, est plutôt rare au Campaniforme (LEFRANC et alii, 2016) et caractérise davantage les sépultures du BzA1 (RUCKDESCHEL, 1978 ; KRAUSE, 1988 ; LISSNER, 2004). C’est d’ailleurs sur le dépôt d’un unique bouton et sur l’orientation nord-est/sud-ouest de l’individu inhumé que l’on s’appuie généralement pour attribuer la tombe de Colmar-Riedwhir au Bronze ancien plutôt qu’au Campaniforme (BONNET et alii, 2004). La tombe double de Pfulgriesheim a livré – outre deux perles sur test de coquillage –, quatre objets regroupés au niveau du cou de l’un des individus, parmi lesquels un bouton à perforation en V (fig. 6, n° 1), un anneau plat en os (n° 2) ainsi que deux perles plates en bois de cerf caractérisées par une forme ovoïde, une faible épaisseur et une section transversale sub-rectangulaire (nos 3-4). Ces derniers objets, assez peu fréquents, trouvent de bons parallèles en Bavière, à Heroldingen (MASSY, 2018, Taf. 43), à Manching (ibid., Taf. 104), à Straubing (HUNDT, 1958, Taf. 11, n° 19), ainsi qu’à Singen (Krause, 1988, p. 100) et à Remseck-Aldingen (LISSNER, 2004, Taf. 6, n° 8). Enfin, la tombe 45 de Kunheim a livré un anneau discoïde plat en os (fig. 6, n° 5), une parure tubulaire en alliage cuivreux (n° 6), ainsi que deux perles segmentées en faïence (LEFRANC et alii, 2019).

Fig. 6. Mobilier issu des tombes de Pfulgriesheim (nos 1-4) et de Kunheim (nos 5-8). 1-5. Matière dure animale ; 6. alliage cuivreux ; 7-8. faïence (clichés : 1-4, Antéa, Archéologie-Alsace ; 8, B. Gratuze, CNRS ; dessins : J.-M. Treffort, Inrap).

26L’anneau discoïde plat appartient à un type présent dans l’ensemble des nécropoles du Bronze ancien, de la Basse-Autriche à la vallée du Rhin. Assez peu représentés dans le groupe d’Unterwölbling (LUTTEROP, 2009), ces anneaux plats à section ronde ou, le plus souvent, sub-quadrangulaire, sont nombreux dans les tombes bavaroises (MASSY, 2018) et attestés dans la vallée du Neckar (SEIDEL, 1995) et sur les rives du lac de Constance (KRAUSE, 1998a). Les perles en faïence (fig. 6, nos 7-8) constituent quant à elles le seul témoignage d’une ouverture du sud de la plaine du Rhin supérieur à des influences en provenance du sud des Alpes ou de la façade atlantique : les analyses réalisées sur les perles de Kunheim montrent en effet de fortes similitudes au niveau de la composition chimique des éléments majeurs et des agents colorants avec les perles en verre sodo-potassique plus tardives produites à Frattesina (XIe-VIIIe siècles av. J.-C.), en Vénétie, et permettent d’envisager une origine nord-italique de ces objets (GRATUZE, BILLAUD, 2014). C’est également cette signature nord-italique qui a été reconnue sur une série de perles segmentées en faïence issues de sépultures du Bronze ancien d’Armorique (ibid ; CHEREL, GRATUZE, 2018).

2.4. Orientations et latéralisation des individus

27Une faible majorité des individus mis au jour en Alsace (55 %) est inhumée sur un axe sud-ouest/nord-est, regard tourné vers le sud, dans le quadrant nord-est pour les individus masculins et dans le quadrant sud-est pour les individus féminins (fig. 7, A), selon un schéma conforme à la tradition funéraire qui caractérise notamment une partie de la Bavière lors de cet horizon chronologique (RUCKDESCHEL, 1978 ; MASSY, 2018). Ce groupe d’orientations se rencontre également à Singen (KRAUSE, 1988) et dans le groupe d’Adlerberg (LISSNER, 2004), où il apparaît cependant nettement minoritaire dans un contexte dominé par les orientations strictement nord-sud, ainsi qu’à Remseck-Aldingen, dans la vallée du Neckar (SEIDEL, 1995) et dans la région du Ries (MASSY, 2018), où il est un peu mieux représenté. En Alsace, le second groupe d’orientation rassemble les individus orientés sur un axe nord-ouest/sud-est (40 %), sans équivalent dans les nécropoles bavaroises ou à Singen et sur lequel nous reviendrons. Enfin, un troisième groupe est représenté par deux tombes est-ouest (Bischwihr) qui peuvent s’inscrire dans la variabilité des orientations des tombes BzA1, soulignée dans d’autres régions (MASSY, 2018), mais qui pourraient également être un peu plus récentes. Le début du Bronze ancien de la plaine du Rhin supérieur se caractérise donc par une certaine variabilité des orientations qui oscillent de part et d’autre de l’axe nord-sud. Nous ignorons si cette variabilité, qui traduit une prise de distance avec la norme du Campaniforme régional (LEFRANC et alii, 2019), doit être imputée à un facteur chronologique ou si elle revêt un caractère géographique. En Alsace, seule la tombe de Colmar-Riedwihr, qui se rapproche de l’axe nord-sud, pourrait être mise en parallèle avec la majorité des tombes de Singen et de Remseck-Aldingen, datées entre 2150 et 2000 av. J.-C. (STOCKHAMMER et alii, 2015) et plus anciennes que les tombes les plus précoces mises au jour dans le sud de la plaine du Rhin, tombes dont le centre de gravité chronologique se situe, pour les quelques exemplaires ayant bénéficié de datations absolues, entre 2000 et 1900 av. J.-C.

Fig. 7. Orientations des inhumations au cours du BzA1 (A) et du BzA2 (B) en Alsace (DAO : P. Lefranc, Inrap).

28Bien que les données paléo-biologiques demeurent assez peu nombreuses, la latéralisation en fonction du sexe semble être la règle (LEFRANC et alii, 2010, 2019) quel que soit le groupe d’orientation envisagé : côté droit pour les individus féminins, et côté gauche pour les individus masculins. Le seul individu dont le sexe a pu être identifié à Truchtersheim, un homme reposant sur le flanc gauche, tête au nord-est (tombe 327), s’inscrit parfaitement dans ce schéma. L’individu inhumé sur le flanc droit dans la tombe 184 (sexe non déterminable par l’analyse archéo-anthropologique), tête au sud-ouest, doit être identifié à une femme, hypothèse qui s’accorde bien avec la présence des anneaux coniques en os, attribut plutôt féminin dans les nécropoles de Basse-Autriche et de Bavière. Le premier groupe d’orientation, rassemblant les individus inhumés sur un axe nord-est/sud-ouest, comprend des individus probablement masculins, déposés sur le flanc gauche, tête au nord-est, et des individus féminins inhumés, selon un principe de symétrie horizontale, sur le flanc droit, tête au sud-ouest. Le second groupe d’orientation ne compte que des individus déposés sur le côté droit, tête à l’ouest, que l’on doit très probablement, en dépit d’une carence des données biologiques, identifier à des individus féminins, s’opposant aux tombes masculines non plus selon un principe de symétrie horizontale, mais selon une symétrie verticale, caractère original que nous n’avons pas observé hors des frontières de l’Alsace. L’orientation de l’individu immature 388b de Bischwihr, unique exemple d’individu inhumé dans le quadrant sud-est pour cette phase du Bronze ancien, s’explique par sa localisation au sein d’une tombe double accueillant également une sépulture orientée au nord-ouest, un adulte probablement de sexe féminin. Nous devons en déduire qu’il s’agit d’un immature de sexe masculin, déposé sur le côté gauche et tête vers l’est selon la norme en vigueur, mais dont l’orientation atypique est dictée par l’orientation générale du creusement.

  • 2 GrA-33880 / Rixheim 9, 3415 ± 40 BP soit 1770-1660 cal. BC à 1 σ,1880-1610 cal. BC à 2 σ - GrA-3388 (...)

29Les quelques ensembles alsaciens bien datés de l’horizon BzA2 comme Illzach, Rixheim (LEFRANC et alii, 2010) ou Obernai (LEFRANC et alii, 2019) – et probablement Eckbolsheim (LEFRANC et alii, 2010) et Griesheim-sur-Souffel (LEFRANC et alii, à paraître) – se caractérisent par des tombes se rapprochant de l’axe est-ouest (fig. 7, B). Ce changement d’orientation, encore peu perceptible à Obernai, ensemble funéraire daté du BzA2a, entre 1880-1750 av. J.-C., est consommé à Rixheim2, lors de l’horizon BzA2b, entre 1750 et 1650 av. J.-C. (cf. fig. 4). Le même phénomène étant attesté au moment de la transition BzA1/BzA2 en Bavière, nous avons proposé de reconnaître une forte empreinte du groupe de Straubing sur le sud de la vallée du Rhin (LEFRANC et alii, 2010), proposition depuis renforcée par de nouvelles découvertes parmi lesquelles : les dispositifs aériens de type Tottenhütten déjà mentionnés ; l’épingle à ganse de type Göggingen d’Obernai, ou encore les maisons de type Eching/Öberau de Mussig (THOMAS, SCHMITT, 2011) et de Marckolsheim (MICHLER et alii, 2018), type architectural bien documenté dans la plaine munichoise (SCHEFZIK, 2001). Enfin, on note à Griesheim-sur-Souffel (sép. 94) et à Eckbolsheim (sép. 2075), deux individus respectivement orientés au nord-ouest et au nord-est dont on ne sait, faute de datation directe, s’il s’agit d’individus contemporains du BzA2 inhumés selon la tradition ancienne ou d’individus inhumés lors de l’horizon BzA1 et à l’origine de la fondation des ensembles funéraires.

30W. Ruckdeschel a le premier posé l’hypothèse d’un changement d’orientation en Bavière lors d’un temps coïncidant avec le passage entre le BzA1 et le BzA2 (RUCKDESCHEL, 1968 ; 1978), hypothèse reposant sur l’analyse des nécropoles de la région de Straubing. Les travaux récents conduits par K. Massy dans le sud de la Bavière suggèrent une image plus nuancée du phénomène (MASSY, 2018). Comme ses prédécesseurs, ce chercheur distingue plusieurs groupes au sein de la culture de Straubing (fig. 8), notamment le groupe du Danube (qui correspond au Gäuboden, de Ratisbonne à Passau), le groupe d’Ingolstadt, le groupe de l’Isar et celui de la Lech (le groupe du Ries est considéré comme culturellement plus proche des groupes du Neckar ou d’Adlerberg que de Straubing).

Fig. 8. Localisation des groupes du Bronze ancien occidental (DAO : P. Lefranc, d’après MASSY, 2018).

31Les nouvelles datations réalisées sur les sites du groupe du Danube, soit dans le secteur étudié par Ruckdeschel, semblent confirmer l’hypothèse d’un changement d’orientation (de nord-est/sud-ouest à est-ouest) intervenant aux alentours de la transition BzA1-BzA2, soit vers 1900 av. J.-C. d’après la chronologie absolue révisée. Dans le groupe d’Ingolstadt en revanche, il semble que l’orientation est-ouest des tombes, déjà présente au Campaniforme, caractérise aussi bien le BzA1 que le BzA2. Les groupes de la Lech et de l’Isar, quant à eux, conservent une orientation nord-sud tout au long du Bronze ancien. Ajoutons que dans le groupe du Danube même, quelques tombes BzA1 sont strictement orientées est-ouest (comm. personnelle K. Massy) pour souligner que la situation est probablement moins figée que celle décrite par Ruckdeschel et qu’il existe visiblement une variabilité des orientations durant toute la période, non seulement entre les groupes géographiques, mais également en leur sein au cours du BzA1.

Conclusion

32En considérant les nouvelles hypothèses chronologiques attribuant au BzA1 une fourchette allant de 2150 à 1900 av. J.-C. (cf. fig. 4), et à la lumière des ensembles récemment mis au jour, nous ne pouvons plus écrire aujourd’hui, comme nous l’avons fait (LEFRANC et alii, 2010), que les ensembles funéraires du BzA1 sont quasiment absents en Alsace : les tombes de Truchtersheim, les tombes de Bischwihr et les tombes, non datées par le radiocarbone mais ayant livré des artefacts caractéristiques, de Kunheim, Duttlenheim, Pfulgriesheim et Colmar-Riedwihr, doivent lui être attribuées.

33Les dépôts d’objets dans les tombes, peu fréquents, se caractérisent par la modestie des assemblages dont la majorité ne livre que des artefacts parmi les plus communs, surtout des objets de parure en matière dure animale (anneaux, boutons et perles), et toujours en très faible quantité. Cette situation se prolonge et s’intensifie lors de l’horizon BzA2, horizon lors duquel le dépôt de mobilier, toujours des plus modestes, est l’exception, ainsi qu’en témoignent notamment les ensembles de Rixheim, Eckbolsheim, Griesheim-sur-Souffel et Illzach. Rien de commun donc entre les tombes alsaciennes et les tombes de Bavière, du Neckar, du Rhin moyen ou du sud du Bade-Wurtemberg qui livrent, au BzA1, nombre de sépultures caractérisées par d’importants dépôts de mobilier. Les types représentés en Alsace sont – à l’exception des perles segmentées –, ubiquistes et parmi les plus fréquents dans tous les groupes du Bronze ancien d’Europe centrale et occidentale ; en l’état de la documentation, l’étude du mobilier ne permet guère d’identifier de liens privilégiés avec l’un ou l’autre de ces groupes. La rareté et la typologie des éléments métalliques, dont la moitié au moins sont des importations orientales, semblent en outre indiquer que l’Alsace est longtemps restée en marge du courant métallurgique.

34Au niveau des orientations des sépultures on note, en Alsace, un écart sensible avec les orientations strictement nord-sud dominantes en Allemagne du sud-ouest, sans être en mesure de déterminer si cette distance doit être interprétée en terme chronologique ou géographique. Nous soulignons que l’orientation majoritaire, sur un axe nord-est/sud-ouest, est également celle qui prévaut dans le groupe du Danube de la culture de Straubing, en Bavière, dès le début du Bronze ancien, ce qui permet de poser l’hypothèse de liens privilégiés entre ces deux secteurs géographiques dès le BzA1. Cette hypothèse, que l’on admet fragile, s’appuie également sur l’existence de très probables structures de type Tottenhütten à Bischwihr, ainsi que sur l’introduction, plus tardive, d’une stricte orientation est-ouest des tombes en Alsace, reproduisant à l’identique la situation observée dans le groupe du Danube entre les phases BzA1 et BzA2. Au BzA1, les groupes alsaciens se distinguent néanmoins du groupe du Danube, comme des autres groupes d’Allemagne du sud-ouest, par l’existence d’un groupe d’individus inhumés sur un axe nord-ouest/sud-est, dans lequel nous reconnaissons des individus féminins, latéralisés à droite et orientés à l’ouest comme c’est la règle, mais s’opposant au groupe des tombes masculines en vertu d’un principe de symétrie non plus horizontale, mais verticale.

35Le tableau que nous proposons des rites funéraires du BzA1 en Alsace n’est bien sûr qu’une esquisse. Nous manquons notamment de données fiables sur le début BzA1, entre 2150 et 2000 av. J.-C., moment charnière qu’encadrent les dernières tombes du Campaniforme et les premiers ensembles documentés du BzA1 alsacien. Seule la découverte de tombes antérieures à 2000 av. J.-C. nous permettrait de vérifier le bien fondé de l’hypothèse d’une influence précoce du groupe du Danube sur le sud de la plaine du Rhin supérieur.

Haut de page

Bibliographie

BANDI G., 1965, « Ursprung der Metallschmiedkunst der Vatya-Kultur », A Móra Ferenc Múzeum Évkönyve, 1964-1965, p. 39-47.

BERTEMES F., 1989, Das frühbronzezeitliche Graberfeld von Gemeinlebarn : kulturhistorische und paläometallurgische Studien, Bonn, Habelt, 2 vol. (Saarbrucker Beitrage zur Altertumskunde, 45).

BILL J., 1973, Die Glockenbecherkultur und die Frühe Bronzezeit im französischen Rhonenbecken und ihre Beziehungen zur Süwestschweiz, Basel, Verl. Schweizerische Gessellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 111 p., 63 pl. (Antiqua, 1).

BONA L., 1975, Die Mittlere Bronzezeit Ungarns und ihre Südöstlichen Beziehungen, Budapest, 317 p., 281 pl. (Archeologia Hungarica, Serie Nova 40).

BONNET C., LAMBACH F., PLOUIN S., 2004, « Le tertre II de Colmar-Riedwihr (Haut-Rhin) : évolution d’un monument funéraire du Bronze ancien à La Tène A », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 101, n° 3, p. 547-594.

BRŮŽEK J., SANTOS F., DUTAILLY B., MURAIL P., CUNHA E., 2017, « Validation and reliability of the sex estimation of the human os coxae using freely available DSP2 software for bioarchaeology and forensic anthropology », American Journal of Physical Anthropology, 164-2, p. 440-449.

BUTLER J., SCHALK A., 1984, « Dömsöd : ein Frühbronzezeitliches Urnengräberfeld in Ungarn », Palaeohistoria, 26, p. 19-40.

CHEREL A.-F., GRATUZE B., 2018, « Les perles en faïence et en verre de l’âge du Bronze découvertes en Bretagne : nouvelles données, nouvelles approches », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 115-2, p. 327-360.

DAVID-ELBIALI M., 2000, La Suisse occidentale au IIe millénaire av. J.-C. : chronologie, culture, intégration européenne, Lausanne, C.A.R., 570 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 80).

DAVID-ELBIALI M., HAFNER A., 2010, « Gräber, Horte und Pfahlbauten zwischen Jura und Alpen : die Entwicklung elitärer sozialer Strukturen in der frühen Bronzezeit der Westschweiz », in : MELLER H., BERTEMES F. dir., Der Griff nach den Sternen : wie Europas Eliten zu Macht und Reichtum kamen, Halle (Saale), Landesamt für Denkmalpflege und Archäologie Sachsen-Anhalt, p. 217-238.

GALLAY A., GALLAY G., 1968, « Le Jura et la séquence Néolithique récent-Bronze ancien », Archives suisses d’Anthropologie générale, t. 33, p. 1-84.

GALLAY M., 1970, Die Besiedlung der südlichen Oberrheinebene in Neolithikum und Frühbronzezeit, Freiburg, Kehrer, 199 p., 16 pl., 16 cartes (Badische Fundberichte, Sonderheft 12).

GRATUZE B., BILLAUD Y., 2014, « Inventaire des perles en verre et en faïence de l’Âge du Bronze originaires des ateliers de la région de Frattesina retrouvées en France », in : CIAPPI S., LARESE A., UBOLDI M. ed., Il vetro in età prostorica in Italia, Atti delle XVI giornate nazionali di studio sul vetro, Adria (RO), Museo Archeologica nazionale, 12-13 maggio 2012, Milano, Ass. intern. pour l’Histoire du Verre - Comitato Nazionale Italiano, p. 26-37.

HUNDT H.-J., 1958, Katalog Straubing I. Die Funde der Glockenbecher Kultur und der Straubinger Kultur, 58 p., 51 pl. (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte, 11).

JAEGER M., KULCSÁR G., 2013, « Kakucs-Balla-Domb : a case study in the absolute and relative chronology of the Vatya culture », in : Acta Archaeologica Academia Scientarum Hungaricae, 64, p. 289-320.

JEUNESSE C., 2010, « La tombe Bronze ancien de Mancenans-Lizerne (Doubs) », in : JEUNESSE C., DENAIRE A. dir., Du Néolithique final au Bronze ancien dans le nord-est de la France : actualité de la recherche, Actes de la table ronde internationale de Strasbourg organisée par l’UMR 7044 du CNRS, MISHA, 9 juin 2009, Zimmersheim, A.P.R.A.A., p. 119-128.

KRAUSE R., 1988, Die endneolithischen und frühbronzezeitlichen Grabfunde auf der Nordstadtterrasse von Singen am Hohentwiel, Stuttgart, K. Theiss Verl., 350 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 32).

KRAUSE R., 1989, « Ein neues Gräberfeld der älteren Frühbronzezeit von Remseck-Aldingen, Kreis Ludwigsburg », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1988, p. 156–160.

LEFRANC P., BOËS É., MURER A., 2010, « Nouvelles données sur les rites funéraires du Bronze ancien évolué en Alsace », in : JEUNESSE C., DENAIRE A. dir., p. 127-149.

LEFRANC P., DENAIRE A., CHENAL F., 2016, « Une sépulture tardive du Campaniforme régional à Rouffach ‘Rue de Pfaffenheim’ (Haut-Rhin) », R.A.E., t. 65-2016, p. 263-272.

LEFRANC P., VERGNAUD L., DENAIRE A., CHENAL F., FELIU C., TREFFORT J.-M., 2019, « Les rites funéraires du Campaniforme et du Bronze ancien dans le sud de la plaine du Rhin supérieur », in : MONTOYA C., FAGNART J.-P., LOCHT J.-L. dir., Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest : mobilités, climats et identités culturelles, Actes du 28ème congrès préhistorique de France, Amiens, 30 mai-4 juin 2016, vol. 3 : Néolithique - Âge du Bronze, Paris, Soc. préhistorique française, p. 345-363 (Congrès préhistorique de France, 28-3).

LEFRANC P., DENAIRE A., CROUTSCH C., VERGNAUD L., GOEPFERT S., à paraître, « Les débuts de l’âge du Bronze dans le sud de la plaine du Rhin supérieur », in : Actes du colloque de Rennes, Les sociétés du Bronze ancien atlantique du XXIVème au XVIIème s. av. J.-C., 7-10 nov. 2018.

LIßNER B., 2004, Zu den frühbronzezeitlichen Gruppen in Süddeutschland, Livre électronique (Leipziger online-Beiträge zur Ur-und Frühgeschichtlichen Archäologie, 13).

LUTTEROPP K., 2009, Untersuchungen zu weiblichen und männlichen Bestattungen der Frühen Bronzezeit : Bestattungsgemeinschaften mit bipolar geschlechtsdifferenzierten Bestattungssitten und ihre Sozialstrukturen im Raum Niederösterreich, Inaugural-Dissertation zur Erlangung der Doktorwürde der Philosophischen Fakultät der Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universität zu Bonn, Bonn, 2 vol.

MALI P., 2014, « Biatorbágy-Szarvasugrás középső bronzkori temetője », in : Our past under the earth : recent archaeological investigations in Pest county, Szentendre, Ferenczy Museum, p. 23-50 (Publ. of the Ferenczy Museum, A, series, Monographs 1).

MASSY K., 2012, « Die Gräber der frühen und mittleren Bronzezeit in der westlichen Münchner Schotterebene unter besonderer Berücksichtigung der frühen Bronzezeit », Archäologische Informationen, 35, p. 337-341.

MASSY K., 2018, Die Gräber der Frühbronzezeit im südlichen Bayern : Untersuchungen zu den Bestattungs- und Beigabensitten sowie Gräberfeldimmanenten Strukturen, Kallmünz/Opf., Verl. M. Lassleben, 552 p., 155 pl. (Materialhefte zur bayerischen Archäologie, 107).

MICHLER M., 2017, Contournement Ouest de Strasbourg-Tronçon 1, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, 267 p.

MICHLER M., CROUTSCH C., GOEPFERT S., THOMAS Y., PIERREVELCIN G., FLEISCHER F., LANDOLT M., 2018, « Habitats et habitations de l’âge du Bronze en Alsace : nouvelles données », in : LEMERCIER O., SÉNÉPART I., BESSE M., MORDANT C. dir., Habitations et habitat du Néolithique à l’Âge du Bronze en France et ses marges, Actes des secondes rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente, Dijon 19-21 nov. 2015, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, p. 599-611

MOUCHA V., 1961, Funde der Úněticer Kultur in der Gegend von Lososice, Prague, National Museum., 63 p., 20 pl. (Fontes Archaeologici Pragenses, 4).

NEUGEBAUER C., 1994, « Die frühe und beginnende mittlere Bronzezeit in Ostösterreich südlich der Donau », Zalai Museum, 5, p. 85-111.

NEUGEBAUER C., NEUGEBAUER J.-W., GATTRINGER A., 1997, Franzhausen : das Fruhbronzezeitliche Graberfeld I, Wien, Bundesdenkmalamt, Abt. fur Bodendenkmale, 2 vol. : 562 et 658 p. (Fundber. aus Osterreich, Materialhefte ; Reihe A, 5/1-2).

OWINGS WEBB P., SUCHEY J.-M., 1985, « Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of American males and females », American Journal of Physical Anthropology, 68, 4, p. 457-466.

REITERBERGER M.-M., 2008, Das frühbronzezeitliche Gräberfeld von Haid, Oberösterreich, Linz, Land Oberösterreich, Linz, Oberösterreichisches Landes-Kultur GmbH, 359 p. (Studien zur Kulturgeschichte von Oberösterreich, 20).

RUCKDESCHEL W., 1968, « Geschlechtsdifferenzierte Bestattungsitten in frühbronzezeitlichen Gräbern Südbayern », Bayerische Vorgeschichtblätter, 33, p. 18-44.

RUCKDESCHEL W., 1978, Die frühbronzezeitlichen Gräber Südbayerns : ein Beitrag zur Kenntnis der Straubinger Kultur, Bonn, Habelt, 2 vol., 456 p., 231 p. et 76 pl. (Antiquas, 2 - Abhandlung aus dem Gebiete der Vor- und Frühgeschichte, 11)

RUCKDESCHEL W., 1985, « Das frühbronzezeitlichen Gräberfeld von Mintraching, Lkr. Regensburg », Bayerische Vorgeschichtblätter, 50, p. 127-182.

SCHEFZIK M., 2001, Die bronze- und eisenzeitliche Besiedlungsgeschichte der Münchner Ebene : eine Untersuchung zu Gebäude- und Siedlungsformen im süddeutschen Raum, Rahden, Westf., M. Leidorf Verl., 3 vol. (Internationale Archäologie, 68).

SCHMITT A., 2005, « Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 17, 1-2, p. 89-101.

SCHRÖTER P., 2013, « Neue Zeit und alte Sitten : das Frühbronzezeitliche Gräberfeld in Blankenburg », in : MAHNKOPF G. dir., Geschichte aus dem Boden : archäologische Ausgrabungen in Blankenburg, Ausburg, Jahresbericht Heimatvereins für den Landkreis Augsburg, p. 50-111 (Sonderband 33).

SEIDEL U., 1995, Bronzezeit, Stuttgart, Catalogue du Württembergisches Landesmuseum Stuttgart, 160 p.

SPAZIER A, 2007, « Untersunchungen zur chronologie, Grabstörung und Struktur des frühbronzezeitlichen Graberfelds Franzhausen I, Niederösterreich, » Prähistorische Zeitschrift, 82, p. 215-247.

STEIN F., 1968, « Beobachtungen zur Tracht- und Bestattungssitten der frühbronzezeitlichen Bevömkerung von Gemeinlebarn », Bericht der Römisch-Germanische Kommission, 49, p. 1-40.

STOCKHAMMER P. W., MASSY K., KNIPER C., FRIEDRICH R., KROMER B., LINDAUER S., RADOSAVLJEVIĆ J., WITTENBORN F., KRAUSE J., 2015, « Rewriting the Central European Early Bronze Age Chronology : evidence from large-scale radiocarbon dating », PLoS ONE (10): e0139705.doi:10.1371/journal.pone.0139705

SZATHMÁRI I., 2002, « Neue Angaben über die Funde der Vatya-Kultur in der Umgebing von Szigetszentmiklós », Budapest Régiségei, 36, p. 235-246.

THOMAS Y., SCHMITT L., 2011, « Nouvelles données sur les constructions du Bronze ancien dans la vallée du Rhin supérieur : le site de Mussig ‘Mittelweide’ (Bas-Rhin, Alsace) », Bull. de la Soc. préhistorique française, 108-2, p. 10-13.

TREFFORT J.-M., gatto E., 2000, Kunheim « Les résidences des Tilleuls », une nécropole à incinérations du Bronze final IIb-IIIa, DFS de sauvetage urgent, AFAN / S.R.A. Alsace, 199 p.

VERGNAUD L., ROTH-ZEHNER M., BROC E., CAMPANER A., DENAIRE A., MAUDUIT A., 2013, Bischwihr Muelhaecker, Alsace (Haut-Rhin), Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Antea-Archéologie, Strasbourg, S.R.A. Alsace, 270 p.

WEISS R.-M, 1998, « Ein Grabfund der frühen Bronzezeit aus Mangolding, Lkr. Regensburg », Beiträge zur Archäologie in der Oberpfalz, 2, p. 225-240.

Haut de page

Notes

1 Sép.1450 : Poz-67558, 3485 ± 35 BP, 1878-1755 cal. BC à 1 σ, 1896-1695 cal. BC à 2 σ - Sép.3626 : Poz-67563, 3505 ± 35 BP, 1886-1772 cal. BC à 1 σ, 1926-1701 cal. BC à 2 σ - Sép.3695 : Poz-67564, 3505 ± 35 BP, 1886-1772 cal. BC à 1 σ, 1926-1701 cal. BC à 2 σ.

2 GrA-33880 / Rixheim 9, 3415 ± 40 BP soit 1770-1660 cal. BC à 1 σ,1880-1610 cal. BC à 2 σ - GrA-33881 / Rixheim 10, 3375 ± 40 BP soit 1740-1620 cal. BC à 1 σ, 1760-1530 cal. BC à 2 σ.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Truchtersheim et des ensembles funéraires du Bronze ancien d’Alsace dans le cadre du sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO : P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-1.png
Fichier image/png, 229k
Légende Fig. 2. Truchtersheim « Holderacker ». Localisation des inhumations du Bronze ancien (DAO : Y. Thomas, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Légende Fig. 3. Truchtersehim « Holderacker ». Vue des inhumations du Bronze ancien et mobilier issu de la tombe 184. 1-3. Matière dure animale ; 4. alliage cuivreux (clichés : Y. Thomas, dessin : P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-3.png
Fichier image/png, 916k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Légende Fig. 4. Insertion des ensembles funéraires alsaciens datés par radiocarbone dans le cadre des systèmes chronologiques du Bronze ancien d’Europe occidentale (DAO : P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-5.png
Fichier image/png, 37k
Légende Fig. 5. Inhumations de Duttlenheim et mobilier issu de la sépulture 2 (clichés : M. Michler, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-6.png
Fichier image/png, 881k
Légende Fig. 6. Mobilier issu des tombes de Pfulgriesheim (nos 1-4) et de Kunheim (nos 5-8). 1-5. Matière dure animale ; 6. alliage cuivreux ; 7-8. faïence (clichés : 1-4, Antéa, Archéologie-Alsace ; 8, B. Gratuze, CNRS ; dessins : J.-M. Treffort, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-7.png
Fichier image/png, 253k
Légende Fig. 7. Orientations des inhumations au cours du BzA1 (A) et du BzA2 (B) en Alsace (DAO : P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-8.png
Fichier image/png, 118k
Légende Fig. 8. Localisation des groupes du Bronze ancien occidental (DAO : P. Lefranc, d’après MASSY, 2018).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/14614/img-9.png
Fichier image/png, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe LEFRANC, Fanny Chenal, Yohann THOMAS, Matthieu MICHLER et Jean-Michel TREFFORT, « Les sépultures de Truchtersheim « Holderacker » (Bas-Rhin) et les pratiques funéraires du Bronze A1 dans le sud de la plaine du Rhin supérieur »Revue archéologique de l’Est, Tome 70 | 2021, 59-72.

Référence électronique

Philippe LEFRANC, Fanny Chenal, Yohann THOMAS, Matthieu MICHLER et Jean-Michel TREFFORT, « Les sépultures de Truchtersheim « Holderacker » (Bas-Rhin) et les pratiques funéraires du Bronze A1 dans le sud de la plaine du Rhin supérieur »Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 70 | 2021, mis en ligne le 08 juin 2023, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rae/14614

Haut de page

Auteurs

Philippe LEFRANC

Inrap - UMR 7044 Archimède, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg. philippe.lefranc@inrap.fr

Articles du même auteur

Fanny Chenal

Inrap - UMR 7044 Archimède, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg. fanny.chenal@inrap.fr

Articles du même auteur

Yohann THOMAS

Inrap - UMR 7044 Archimède, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg. Yohann.thomas@inrap.fr

Matthieu MICHLER

Inrap - UMR 7044 Archimède, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg. matthieu.michler@inrap.fr

Articles du même auteur

Jean-Michel TREFFORT

UMR 6298 ArTeHiS, Inrap, Direction interrégionale Rhône-Apes-Auvergne, 11 rue d’Annonay, 69675 Bron.
jean-michel.treffort@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search