Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 72Une stèle funéraire gallo-romaine...

Une stèle funéraire gallo-romaine inédite au dépôt archéologique Des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

In memoriam Colette Pommeret
Marie-Anaïs Janin, Nicolas Delferrière, Florent Delencre et Anne-Laure Edme
p. 471-483

Résumés

Un fragment de stèle funéraire gallo-romaine provenant très probablement de l’une des nécropoles des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), ou peut-être de Prémeaux (Côte-d’Or), a été retrouvé dans le dépôt archéologique du site. Son inscription est restée inédite jusqu’à ce jour. L’analyse épigraphique, pétrographique et de la polychromie permet de rattacher cette stèle funéraire à un ensemble cohérent local.

Haut de page

Texte intégral

I. Présentation de la découverte

1C’est à l’occasion de l’inventaire des placages de marbres de la villa romaine de Prémeaux, conservés alors sous un petit abri en tôle dans le jardin du dépôt de fouille des Bolards à Nuits-Saint-Georges, que nous avons fait la découverte d’un fragment de stèle gallo-romaine comportant une inscription (fig. 1).

Fig. 1. Le fragment de stèle funéraire inédite découvert dans le dépôt archéologique des Bolards à Nuits-Saint-Georges.

Fig. 1. Le fragment de stèle funéraire inédite découvert dans le dépôt archéologique des Bolards à Nuits-Saint-Georges.

Cliché : M.-A. Janin, modifié par Anne-Laure Edme, 2020.

2Cet élément n’était accompagné d’aucun indice permettant d’identifier sa provenance précise. Si dans un premier temps, nous avions pensé pouvoir le rattacher au site de Prémeaux, en raison des caisses de placages rangées à ses côtés, nous avons dû admettre que la solution était plus compliquée dès lors que nous avons pu retrouver d’autres placages moulurés, au fond de l’abri, dont la provenance ne faisait clairement pas défaut puisque qu’elle était inscrite directement dessus : « Les Bolards ».

3En raison du grand nombre de stèles funéraires mises au jour à Nuits-Saint-Georges depuis le XIXe s., et en particulier lors des opérations de sauvetage de 1973-1974, nous pensons que le fragment que nous avons retrouvé provient très probablement du territoire de la commune. Reste cependant que nous ne savons pas s’il s’agit d’une découverte faite au cours de la difficile fouille de sauvetage de la nécropole par le docteur Planson (1973-1974), qui aurait été oubliée au moment de la publication (PLANSON et alii, 1982) – hypothèse qui ne rencontre pas notre faveur en raison de la qualité de cette publication et de la présentation rigoureuse et systématique de chacun des éléments mis au jour –, ou alors d’un élément qui aurait été trouvé plus tardivement, par un particulier notamment et qui aurait été déposé ici sans avoir bénéficié d’un référencement quelconque. Si cette seconde hypothèse nous semble la plus probable, il faut néanmoins indiquer que Colette Pommeret, qui était l’âme et la mémoire vivante du site, n’avait pas connaissance d’un tel dépôt. Le fragment semble donc avoir été présent depuis une longue date et oublié.

4Après vérifications dans la documentation ancienne, dans la Carte archéologique de la Gaule (PROVOST et alii, 2009), dans le Recueil des inscriptions éduennes (ILGL-Aedui) et dans la publication de la nécropole des Bolards (PLANSON et alii, 1982), il apparaît clairement que ce fragment de stèle et son inscription sont bel et bien inédits.

II. La stèle

5La stèle est façonnée dans un calcaire blanc (fig. 2). La roche est constituée d’oolites calibrées et jointives dont le diamètre est homogène, autour du millimètre. Ce faciès géologique est caractéristique d’une formation, datée du Jurassique moyen, correspondant à un calcaire très gélif qui se délite facilement en raison de la présence de lamines. Il se caractérise également par quelques éléments encroûtés de bivalves plus grossiers, avec une taille plurimillimétrique. Les affleurements de cette roche, identifiée comme l’Oolithe Blanche, sont localisés à proximité de l’agglomération des Bolards, à quelques kilomètres, dans les versants de la côte nuitonne pour les plus proches (RÉMOND et alii, 1972 ; RÉMOND et alii, 1985 ; POMMERET, 2001, p. 13). Cette formation géologique est abondamment mobilisée dans les maçonneries du site ainsi que pour les socles de colonne et les colonnes elles-mêmes (DELENCRE, GARCIA, 2014, p. 27-29 ; DELENCRE, 2017, p. 220-221). Les travaux de maîtrise de M. Pinette (1978) montrent qu’il existe un fort potentiel pour l’extraction de cette roche sous forme de carrières à l’époque antique, mais rien qui ne soit assuré par la donnée archéologique. Pour les autres stèles du site des Bolards, l’emploi de l’Oolithe Blanche concerne près de la moitié du corpus (trente-cinq identifications pour quatre-vingt-huit stèles recensées), comme signalé par P.-A. Lamy (2015), reprenant les informations de S. Deyts (1982, 2001).

Fig. 2. Vue macroscopique du bloc inscrit.

Fig. 2. Vue macroscopique du bloc inscrit.

Cliché : M.-A. Janin, 2020.

6Le fragment de stèle présente une hauteur maximale conservée de 33 cm pour une largeur maximale de 27,3 cm et une épaisseur maximale de 12,1 cm. On y retrouve un sommet plat et une niche rectangulaire devant laquelle devait apparaître la représentation en bas ou haut-relief du défunt. Les cassures visibles semblent correspondre au contour de la tête et des épaules du personnage qui était représenté (fig. 1). Les dimensions de la stèle ne semblent pas permettre de supposer la figuration de plusieurs défunts.

7La typologie de cette stèle est à rapprocher de plusieurs exemples issus de la nécropole des Bolards. En effet, parmi la catégorie des dix stèles à sommet plat et à niche rectangulaire (EDME, 2018, Éd-600, 604, 615, 621, 622, 623, 626, 635, 667 et 668), seules quatre avec inscription sur le bandeau supérieur sont plutôt bien conservées : une stèle de couple (fig. 3 ; cf. fig. 12-2, n° 13), une stèle d’un défunt seul (fig. 4 ; cf. fig. 12-1, n° 4), une stèle d’un adolescent (fig. 5 ; cf. fig. 12-1, n° 3) et une stèle d’une défunte en buste (fig. 6 ; cf. fig. 12-4, n° 29).

Fig. 3. Stèle funéraire d’un couple provenant des Bolards et conservée au musée municipal d’art et d’histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.63).

Fig. 3. Stèle funéraire d’un couple provenant des Bolards et conservée au musée municipal d’art et d’histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.63).

Cliché : M.-A. Janin, 2020.

Fig. 4. Stèle funéraire d’un homme adulte provenant des Bolards et conservée au musée municipal d’Art et d’Histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.83).

Fig. 4. Stèle funéraire d’un homme adulte provenant des Bolards et conservée au musée municipal d’Art et d’Histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.83).

Cliché : M.-A. Janin, 2020.

Fig. 5. Stèle funéraire d’un adolescent provenant des Bolards et conservée au Musée d’archéologie nationale.

Fig. 5. Stèle funéraire d’un adolescent provenant des Bolards et conservée au Musée d’archéologie nationale.

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, (n° inv. 81697, ancienne collection J. Cottel et Moingeon).

Cliché : A.-L. Edme, 2015.

Fig. 6. Stèle funéraire d’une femme provenant des Bolards et conservée au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Saint-Loup de Troyes (n° inv. 55.7.1).

Fig. 6. Stèle funéraire d’une femme provenant des Bolards et conservée au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Saint-Loup de Troyes (n° inv. 55.7.1).

Cliché : N. Delferrière, 2015.

8En raison de la présence de rehauts colorés rouges au niveau de l’inscription, cette stèle peut désormais s’ajouter à la liste que nous avions déjà établie des stèles polychromes des Bolards (DELFERRIÈRE, EDME, 2018). On y retrouve en effet la présence d’une rubricature efficace mettant en exergue, grâce à la peinture rouge (probablement de l’ocre présent en grande quantité dans la région), les lettres de l’inscription (fig. 7). Une observation attentive a également permis de repérer des traces importantes de couleur rouge posée sur un enduit de chaux sur les pourtours intérieurs de la niche (fig. 8a et b), ce qui laisse penser que l’ensemble du fond de la niche devait être peint en rouge afin de faire ressortir efficacement la figure du défunt, et autorise une proposition de restitution (fig. 9a et b). Le traitement général est assez similaire sur les stèles dites de Severea (fig. 10), de Sacrapilla et d’Attianus.

Fig. 7. Traces ténues de rubricature sur l’inscription du fragment de stèle inédit.

Fig. 7. Traces ténues de rubricature sur l’inscription du fragment de stèle inédit.

Cliché : M.-A. Janin, 2020.

a. Traces de peinture rouge sur enduit blanc préparatoire sur les pourtours et le fond de la niche du fragment de stèle inédite. Cliché : M.-A. Janin, 2020 ; b. traces de peinture rouge sur enduit blanc préparatoire sur les pourtours et le fond de la niche du fragment de stèle inédite (cliché M.-A. Janin, 2020) passé sous logiciel Image J, plugin DStretch ; traitement : N. Delferrière, 2023.

a. Relevé de l’ensemble des traces de polychromie sur la stèle funéraire inédite des Bolards. Cliché : M.-A. Janin, 2020 ; DAO : A.-L. Edme, 2022 ; b. hypothèse de restitution de la polychromie de la stèle funéraire inédite des Bolards. Cliché : M.-A. Janin, 2020 ; DAO : A.-L. Edme, 2022.

9Comme nous l’avions déjà remarqué, les couleurs conservées sur les stèles de Nuits-Saint-Georges se situent essentiellement sur le fond des niches, qui était principalement peint en rouge (DELFERRIÈRE, EDME, 2018, p. 273), voire en rouge et bleu (ibid., p. 273, fig. 3). De plus, le contour de plusieurs défunts est rehaussé par un trait rouge qui accentue le relief. Enfin, outre quelques détails iconographiques entièrement peints en rouge (chevelure, objets), les inscriptions bénéficient également d’ocre rouge qui les accentue (ibid., p. 273). Citons également l’existence de certains détails non sculptés qui ne sont ajoutés et précisés que par le travail du peintre : c’est le cas notamment des sourcils de la défunte Severea (ibid., p. 273 ; fig. 10). Cette nouvelle stèle funéraire inédite s’inscrivait donc dans un paysage funéraire particulièrement coloré.

Fig. 10. Photographie et hypothèse de restitution de la polychromie de la stèle de Severea conservée au Musée municipal d’Art et d’Histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.67).

Fig. 10. Photographie et hypothèse de restitution de la polychromie de la stèle de Severea conservée au Musée municipal d’Art et d’Histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.67).

Cliché et DAO : A.-L. Edme, 2014.

III. L’inscription

10Au sommet du fragment de la stèle se développe une épitaphe dont il ne reste qu’une partie du nom du défunt (fig. 1). La gravure des lettres capitales latines, de 3,6 cm à 4 cm de hauteur, manque de profondeur, mais elles demeurent lisibles. Seule peut être laissée à interprétation l’interponction en forme de triangle à l’intérieur du C, du fait de l’usure de la pierre et se laissant déchiffrer difficilement à partir d’un simple cliché. L’utilisation de logiciel adéquat, comme le plugin DStretch pour le logiciel de traitement d’images ImageJ, permet néanmoins de la faire ressortir davantage (fig. 11). Nous aurions alors deux possibilités de lectures, l’une admettant l’interponction et l’autre non :

C▿ABẸLIO V
C(aio) Abelio V[---].
« À Gaius Abelius V… . »

Ou bien:

CABẸLIO V
Cabelio V[---].
« À Cabelius V… ».

Fig. 11. Détail de l’inscription, passée sous logiciel Image J, plugin DStretch.

Fig. 11. Détail de l’inscription, passée sous logiciel Image J, plugin DStretch.

Cliché et traitement : M.-A. Janin, 2020 et 2023.

III.1. La question du statut juridique du défunt

11La première lecture prend en compte la présence assez ténue (donc possiblement contestable, d’autant que l’on n’en retrouve pas entre O et V) d’une interponction triangulaire à l’intérieur de la boucle du C. Nous aurions ainsi des tria nomina propres à la nomenclature citoyenne qui isole le praenomen C(aius) et un gentilice Abelius, plaçant V… en position de cognomen, le tout au datif. Ce statut juridique est assez peu attesté sur le site et aux alentours d’après la documentation épigraphique funéraire disponible (fig. 12) : sur les trente-quatre stèles inscrites attribuées aux Bolards et environs immédiats (Meuilley, Prémeaux, Gerland) contenant une onomastique exploitable, seuls trois individus, deux défunts (fig. 12, nos 6 et 30) et une commanditaire (fig. 12, n° 13), présentent en effet des onomastiques de type citoyen, et plus particulièrement des duo nomina seconde manière (gentilice + cognomen). Il est à noter que l’une de ces trois stèles présente cette double concordance de typologie et de mention du dédicataire au datif (fig. 12, n° 13 ; cf. fig. 3). L’emploi du datif seul pour désigner le défunt est par ailleurs bien attesté aux Bolards avec quatre occurrences certaines (fig. 12, nos 6, 13, 21 et 22), même si ce site se caractérise par la diversité des formulaires funéraires, la désignation du défunt pouvant se faire tant au nominatif qu’au génitif, avec ou non la commémoration aux dieux Mânes, qui demeure assez rare en l’état de notre connaissance du corpus (LEJEUNE, 1982, p. 148).

Fig. 12. Inventaire des inscriptions funéraires des Bolards et des environs immédiats.

Fig. 12. Inventaire des inscriptions funéraires des Bolards et des environs immédiats.

12Si la seconde lecture, en faisant fi d’une possible interponction, s’interprète également comme un anthroponyme au datif, deux statuts juridiques s’affrontent, du fait de l’absence du mot complet suivant Cabelio. Il pourrait en effet s’agir d’une onomastique de type citoyen avec des duo nomina seconde manière (gentilice Cabelius + cognomen V…).

13Une autre possibilité pour cette seconde lecture, du fait du caractère éminemment indigène de l’onomastique des Bolards (LEJEUNE, 1982), serait d’y voir un idionyme Cabelius, suivi d’un V… qui pourrait constituer un patronyme, signe d’une nomenclature de type pérégrin. En effet, sur les trente-cinq stèles inscrites retenues pour l’étude, cinquante-trois individus sont identifiés, dont vingt-cinq défunts avec une nomenclature pérégrine assurée. Vingt-six portent un nom de stock gaulois et onze portent des noms latins assonants gaulois (fig. 12).

14Quant au V…, cognomen ou idionyme, il s’agit de l’élément le plus individuel de l’onomastique, bien souvent d’origine indigène. Aux Bolards, l’anthroponymie connue n’a permis de relever que deux idionymes commençant par la semi-consonne, Vebrullus (fig. 12, n° 3) et Vixtulus (fig. 12, n° 8), tous deux de stock gaulois et aux désinences latinisées. Les occurrences de nomenclature citoyenne présentant de tels cognomina sont trop rares aux Bolards pour définir s’il faut préférentiellement supposer un cognomen gaulois ou un cognomen latin (assonant ou non). Cependant, la forte celticité de l’onomastique au sein de l’agglomération peut nous faire raisonnablement songer à tout cognomen de stock gaulois ou latin assonant celtique commençant par la semi-voyelle V. Dans le cas, moins probable, d’un pérégrin, beaucoup d’idionymes de pérégrin, tant hypocoristiques que composés (selon la coutume gauloise : DELAMARRE, 2007, p. 235-237 ; LAMBERT, 2018, p. 32-33) peuvent commencer par V...

15Imaginer plus avant la suite de l’épitaphe relève de la gageure, n’ayant à notre disposition aucune représentation figurée conservée pour aider à l’analyse ; en outre, la variété des formules onomastiques répertoriées sur le site rend toute tentative bien hypothétique et imprudente. Il faut s’en tenir raisonnablement aux hypothèses exposées supra, deux lectures sur trois faisant de cet individu des Bolards un citoyen.

III.2. Abelius ou Cabelius ? Quelques remarques onomastiques

16Afin d’aider quelque peu la lecture, il faut s’attarder sur quelques considérations onomastiques, que l’on lise Abelius ou Cabelius (fig. 13) : force est de constater que les occurrences de ces deux noms ne sont pas légion, si l’on met de côté les théonymes et toponymes associés.

Fig. 13. Tableau de comparaisons onomastiques selon les différentes possibilités de lectures.

Fig. 13. Tableau de comparaisons onomastiques selon les différentes possibilités de lectures.

M.-A. Janin.

17Abelius est rattaché à un thème nominal attesté sporadiquement, pour lequel on ne rencontre à notre connaissance qu’un anthroponyme en Hispanie citérieure, sur une inscription de la fin du IIe siècle-début IIIe siècle en position de gentilice, et quelques autres sous la forme de cognomen Abell(i)o, onis en Dalmatie et Pannonie (fig. 13). Du thème nominal gaulois *abel- « la pomme » et *aballo- « le pommier » (DELAMARRE, 2018, p. 28 ; DELAMARRE, 2019, p. 19-20) furent formés également des toponymes dont l’occurrence la plus proche de notre zone de découverte reste Aballo/Avallon. Un théonyme cependant, dont la totalité des treize occurrences sous la forme latinisée Abel(l)io, onis proviennent exclusivement du territoire convène (RODRIGUEZ, SABLAYROLLES, 2008, p. 206-207 ; fig. 13) – au point d’être qualifié de théonyme local « pyrénéen » (HOLDER, 1896, p. 6 ; DELAMARRE, 2019, p. 19-20) –, pourrait également faire écho à ce thème. Si l’on étend les comparaisons aux occurrences des gentilices et cognomina/idionymes Abilius, trois idionymes se concentrent en Hispanie citérieure et sept gentilices de citoyens ou affranchis se retrouvent dans cette même Hispanie citérieure ou à Rome (fig. 13). L’interprétation d’un anthroponyme hispanique se confronte également à A. Kakoschke, qui, dans son corpus des gentilices des Germanies, qualifie ce thème d’italique (KAKOSCHKE, 2006, p. 53). La lecture Caius Abelius V… trouve ainsi un écho dans les occurrences Abellius ou Abillius, faisant de lui un anthroponyme, sinon celtique ou hispanique, au moins latin assonant indigène.

18De la même manière, si l’on accepte la lecture Cabelius, sous forme gentilice ou idionymique, quelques occurrences se retrouvent également avec des toponymes possiblement dérivés de gaul. *caballos comme Cabel(l)o-Cavaillon en Narbonnaise (fig. 13) ou Cabillo(du)num-Chalon-sur-Saône (DELAMARRE, 2018, p. 96). Si aucun idionyme Cabe(l)lius n’est répertorié dans les corpora onomastiques de notre connaissance, deux formes gentilices de Cabe(l)lius existent, l’un à Rome et l’autre en Mésie inférieure (fig. 13). La faible présence de ces occurrences, confrontée à une plus forte présence d’Abelius dans le corpus onomastique, nous invite à privilégier la première possibilité, faisant du C initial un praenomen abrégé, sachant que sur le site des Bolards, les tria nomina ne se résument qu’à une seule autre occurrence sur une dédicace monumentale à Apollon et Sirona.

19Ces brèves considérations onomastiques nous amènent ainsi à privilégier l’interprétation de l’épitaphe d’un défunt à la nomenclature citoyenne dont le cognomen manque, soit sous forme de tria nomina si l’interponction est avérée - d’autant que les parallèles onomastiques sont plus nombreux -, soit sous forme de duo nomina seconde manière, même si cette seconde lecture a moins notre faveur après analyse. D’ailleurs, depuis le dernier corpus des inscriptions éduennes paru en 2015 (ILGL-Aedui, nos 84 à 145), une nouvelle étude des inscriptions du site permet d’affermir les données existantes et de caractériser davantage l’onomastique locale.

20Ce bloc inédit constitue désormais la cinquième inscription des Bolards présentant clairement une onomastique citoyenne (ILGL-Aedui, nos 84, 114, 115 et 117), et la troisième épitaphe de citoyen, portant à cinq le nombre d’individus citoyens sur les quarante-neuf stèles mentionnant un individu, tous statuts juridiques confondus. Cette inscription vient ainsi compléter le corpus nuiton, qui se caractérise par la persistance de la celticité de ses individus, que ce soit à travers la présence de la langue gauloise, avérée en alphabet latin (LAMBERT, 1998, p. 657-663 ; LAMBERT, 2001) et fortement supposée en alphabet grec, ou la très forte proportion d’onomastique pérégrine composée d’idionymes de stock gaulois ou latin assonant.

21Le contexte archéologique des Bolards (fin Ier s.-début IIIe s.) et les considérations épigraphiques peuvent aider à proposer une datation selon la lecture adoptée. Les tria nomina mentionnés au datif, avec abréviation du praenomen, ainsi que l’absence de la consécration aux dieux Mânes renverraient la stèle au Ier s.-début du IIe s. (RAEPSAET-CHARLIER, DONDIN-PAYRE, 2001), la rapprochant de ce fait de quelques stèles à sommet rectangulaire datées de la même période, elles aussi polychromes (ILGL-Aedui, n° 98 ; PLANSON et alii, 1982, nos 3 et 25). En cas de duo nomina seconde manière, ils s’emploient dans les Trois Gaules dès la fin du Ier s. et se généralisent vers la fin du IIe s. (RAEPSAET-CHARLIER, DONDIN-PAYRE, 2001).

22Si la provenance exacte de cette stèle inédite fait malheureusement défaut, l’ensemble de la démonstration scientifique tend à prouver qu’il s’agit d’un monument funéraire du Ier s. ou du IIe s. de notre ère, ayant appartenu à l’une des nécropoles des Bolards ou d’un territoire extrêmement proche, peut-être Prémeaux ou Meuilley. Loin de n’être qu’une petite découverte isolée, cette stèle est également l’une des multiples occasions de revenir sur des sites a priori bien connus et d’enrichir encore leur connaissance, notamment onomastique. Aux Bolards, moult études nouvelles sont encore à faire, et Colette Pommeret le savait, ô combien, en demeurant la fidèle gardienne de ces collections.

Haut de page

Bibliographie

Sources et abréviations

AE : L’Année Épigraphique, Paris, 1888-.

BSEAA : Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología, Valladolid, 1932-2005.

CIL, III : MOMMSEN Th. dir., 1873, Asiae, provinciarum Europae Graecarum, Illyrici Latinae, Berlin, Reimer.

CIL, VI : HENZEN G., DE ROSSI I. B., BORMANN E., HUELSEN Chr., BANG M. dir., 1876-1933, Inscriptiones urbis Romae Latinae, Berlin, Reimer.

CIL, XII : HIRSCHFELD O. dir., 1888, Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae, Berlin, Reimer.

CIL, XIII : HIRSCHFELD O. dir., 1899, Inscriptiones Trium Galliarum et Germaniarum latinae, Inscriptiones Aquitaniae et Lugdunensis, Berlin, Reimer.

Epigraphica : Epigraphica. Rivista italiana di epigrafia, Faenza, Fratelli Lega editori, 1938.

ILGL-Aedui : LE BOHEC Y., 2015, Inscriptions de la cité des Éduens : inscriptions sur pierre, Inscriptiones Latinae Galliae Lugudunensis (ILGL). 2. Aedui (L. Aed.), Barcelone, 321 p.

ILTG : WUILLEUMIER W., Inscriptions latines des Trois Gaules, Paris, 1984, 256 p. (17e suppl. à Gallia).

IRPLeón : DIEGO SANTOS F., 1986, Inscripciones Romanas de la Provincia de León, León, Institución Fray Bernardino de Sahagún.

Bibliographie

BIGARNE Ch., 1868, Étude sur l’origine, la religion et les monuments des Kalètes-Édves, Beaune, éd. Lambert, 123 p.

BIGARNE Ch., 1878, « Notes sur la bourgade gallo-romaine de Bolard près de Nuits (Côte-d’Or) », Mémoires de la Soc. éduenne, nelle série, VII, p. 381-402.

COLOMBET A., 1946, « Les fouilles du Bolar et la collection gallo-romaine Vauthier à Nuits-Saint-Georges », Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, XXII, 2, p. 415-419.

DELAMARRE X., 2007, Nomina Celtica Antiqua Selecta Inscriptionum = Noms de personnes celtiques dans l’épigraphie classique, Paris, éd. Errance, 237 p.

DELAMARRE X., 2018, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, 3e éd., 440 p.

DELAMARRE X., 2019, Dictionnaire des thèmes nominaux du gaulois. I. Ab- / Iχs(o), Paris, 398 p.

DELENCRE F., 2017, Terres et pierres pour matières de cultures : l’apparition et la diffusion de nouveaux matériaux et modes de construction dans le Nord-Est de la Gaule romaine (IIe siècle avant J.-C.-IIe siècle après J.-C.), Thèse de doctorat en archéologie sous la dir. de J.-P. Garcia, Univ. de Bourgogne–Franche-Comté, Dijon, 2 vol.

DELENCRE F., GARCIA J.-P., 2014, « Les matériaux de construction lithiques et la romanisation : l’exemple de l’oppidum de Bibracte et des autres sites du territoire éduen », in : Économie et industrie en Bourgogne : étapes et perspectives, 22e colloque de l’ABSS, Château-Chinon, 6-7 oct. 2012, Dijon, Ass. bourguignonne des Sociétés Savantes / Château-Chinon, Acad. du Morvan, p. 17-39.

DELFERRIÈRE N., EDME A.-L, 2018, « La polychromie des stèles funéraires de la nécropole des Bolards (Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or) », R.A.E., t. 68, p. 267-286.

DELFERRIÈRE N., JANIN M.-A., DELENCRE Fl., EDME A.-L., 2022, Rapport sur une stèle funéraire gallo-romaine inédite conservée au dépôt archéologique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Dijon, inédit, 10 p.

DEYTS S., 1982, « La sculpture funéraire », in : PLANSON E., BRENOT Cl., DEYTS S. et alii, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, p. 103-145.

DEYTS S., 2001, « La sculpture et les inscriptions », in : POMMERET C. dir., Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d'Or), Dijon, S.A.E., p. 129-139 (16ème suppl. à la R.A.E.).

DONDIN-PAYRE M. dir., 2011, Les noms de personnes dans l’empire romain : transformations, adaptation, évolution, Bordeaux, Ausonius éd., 379 p.

EDME A.-L., 2018, Les différents modes d’évocation des défunts chez les Éduens, les Lingons et les Séquanes au Haut-Empire (Ier-IIIe siècles) : de l’épigraphie à la représentation figurée, Thèse de doctorat en archéologie sous la dir. de D. Vitali et V. Gaggadis-Robin, Univ. de Bourgogne–Franche-Comté, Dijon, 3 vol.

ESPÉRANDIEU É., 1910, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, III, Lyonnaise, 1ère partie, Paris, Imp. nationale, 476 p.

ESPÉRANDIEU É., 1911, Recueil des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, IV, Lyonnaise, 2ème partie, Paris, Imp. nationale, 467 p.

GORROCHATEGUI J., 1984, Estudio sobre la onomástica indígena de Aquitania, Bilbao, 384 p.

HOLDER A., 1896, Altkeltischer Sprachschatz. I. A-H, Leipzig, 2064 col.

KAKOSCHKE A., 2006, Die Personennamen in der zwei germanischen Provinzen : ein Katalog. Band 1- Gentilnomina ABILIVS-VOLVSIVS, Rahden, Verl. M. Leidorf GmbH, 457 p.

LAMBERT P.-Y., 1998, « Nouveaux textes gaulois », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 142, 3, p. 657-675.

LAMBERT P.-Y., 2001, « Annexe. Étude de l’inscription, inv. n° 5 (fig. 24 et 25) », in : POMMERET C. dir., Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d'Or), Dijon, S.A.E., p. 140-141 (16ème suppl. à la R.A.E.).

LAMBERT P.-Y., 2018, La langue gauloise : description linguistique et commentaire d’inscriptions choisies, Paris, 2ème éd. rééditée, 254 p.

LAMY P.-A., 2015, De la carrière à l’abandon : la sculpture sur pierre chez les Éduens : Ier-IVe siècles ap. J.-C., Thèse de doctorat d’archéologie sous la dir. de D. Vitali, Univ. de Bourgogne–Franche-Comté, Dijon, 4 vol.

LAUBRY N., 2021, Tombeaux et épitaphes de Lyonnaise : recherches sur le paysage funéraire d’une province de Gaule romaine (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.), Paris, Hermann, 418 p.

LE BOHEC Y., 2010, « Épigraphie et métiers chez les Éduens et les Lingons pendant le Haut-Empire », in : CHARDRON-PICAULT P. dir., Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes du colloque international d’Autun, 20-22 sept. 2007, Dijon, S.A.E., p. 173-182 (28ème suppl. à la R.A.E.).

LEJAY P., 1889, Inscriptions antiques de Côte-d’Or, Paris, E. Bouillon, 292 p.

LEJEUNE M., 1982, « Notes sur l’anthroponymie », in : PLANSON E., BRENOT Cl., DEYTS S. et alii, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, p. 147-152.

MANDER J., 2013, Portraits of children on roman funerary monuments, Cambridge, Univ. Press, 398 p.

MICHELENA L., 1954, « De onomastica Aquitana », Pireneos, 10, p. 409-455.

PINETTE M., 1978, Les carrières de pierre gallo-romaines dans le nord-est de la France, Mémoire de maîtrise sous la dir. de J.-P. Rey-Coquais et de Cl. Rolley, Univ. de Bourgogne, Dijon, 2 vol.

PLANSON E., 1970, « Un édifice à abside à Prémeaux (Côte-d’Or) : 30 juillet-3 août 1969 », FORUM, n° 1, p. 27-36.

PLANSON E., 1972, « Un édifice à abside à Prémeaux (21) », FORUM, n° 2, p. 55-66.

PLANSON E., POMMERET C., 1986, Les Bolards : le site gallo-romain et le musée de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Paris, Imp. nationale, 72 p. (Guides archéologiques de la France, 7).

PLANSON E., BRENOT Cl., DEYTS S. et alii, 1982, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, 190 p.

POMMERET C. dir., 2001, Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Dijon, S.A.E., 410 p. (16ème suppl. à la R.A.E.).

PROVOST M., JOLY R., MANGIN M. et alii dir., 2009, La Côte-d’Or, de Nuits-Saint-Georges à Voulaines-les-Templiers, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 461 p. (Carte archéologique de la Gaule, 21-3).

RAEPSAET-CHARLIER M.-Th., 2005, « Réflexions sur les anthroponymes ‘à double entrée’ dans le monde romain », L'Antiquité classique, 74, p. 225-231.

RAEPSAET-CHARLIER M.-Th., 2009, « Citoyenneté et nomenclature : l’exemple de la Gaule du Nord », in : HURLET Fr. dir., Rome et l’Occident : gouverner l’Empire (IIe siècle av. J.-C. - IIe siècle ap. J.-C.), Rennes, Presses univ. de Rennes, p. 359-382.

RAEPSAET-CHARLIER M.-Th., DONDIN-PAYRE M., 2001, « Critères de datation épigraphique pour les Gaules et les Germanies », in : RAEPSAET-CHARLIER M.-Th., DONDIN-PAYRE M. dir., Cités, municipes, colonies : les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, éd. de la Sorbonne, p. VII-XII.

REINACH S., 1917, Catalogue illustré du Musée d’archéologie nationale au château de Saint-Germain-en-Laye, I, Paris, Ernest Leroux, 296 p.

RÉMOND C., BLANALT J.-C., BIGOT M., 1985, Notice : carte géologique de la France 1/50.000, secteur de Beaune (n° 526), BRGM, Orléans, 55 p.

RÉMOND C., LEFAVRAIS-RAYMOND A., RAT P., VOGT J., 1972, Notice : carte géologique de la France 1/50.000, secteur de Gevrey-Chambertin (n° 499), BRGM, Orléans, 33 p.

RODRIGUEZ L., SABLAYROLLES R., 2008, Les autels votifs du musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse : catalogue raisonné, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 285 p.

THÉVENOT É., 1948, « La station antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) », Gallia, 6-2, p. 289-347.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le fragment de stèle funéraire inédite découvert dans le dépôt archéologique des Bolards à Nuits-Saint-Georges.
Crédits Cliché : M.-A. Janin, modifié par Anne-Laure Edme, 2020.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 2. Vue macroscopique du bloc inscrit.
Crédits Cliché : M.-A. Janin, 2020.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Titre Fig. 3. Stèle funéraire d’un couple provenant des Bolards et conservée au musée municipal d’art et d’histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.63).
Crédits Cliché : M.-A. Janin, 2020.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4. Stèle funéraire d’un homme adulte provenant des Bolards et conservée au musée municipal d’Art et d’Histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.83).
Crédits Cliché : M.-A. Janin, 2020.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Titre Fig. 5. Stèle funéraire d’un adolescent provenant des Bolards et conservée au Musée d’archéologie nationale.
Légende Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, (n° inv. 81697, ancienne collection J. Cottel et Moingeon).
Crédits Cliché : A.-L. Edme, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Titre Fig. 6. Stèle funéraire d’une femme provenant des Bolards et conservée au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Saint-Loup de Troyes (n° inv. 55.7.1).
Crédits Cliché : N. Delferrière, 2015.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 7. Traces ténues de rubricature sur l’inscription du fragment de stèle inédit.
Crédits Cliché : M.-A. Janin, 2020.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 8.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Légende a. Traces de peinture rouge sur enduit blanc préparatoire sur les pourtours et le fond de la niche du fragment de stèle inédite. Cliché : M.-A. Janin, 2020 ; b. traces de peinture rouge sur enduit blanc préparatoire sur les pourtours et le fond de la niche du fragment de stèle inédite (cliché M.-A. Janin, 2020) passé sous logiciel Image J, plugin DStretch ; traitement : N. Delferrière, 2023.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende a. Relevé de l’ensemble des traces de polychromie sur la stèle funéraire inédite des Bolards. Cliché : M.-A. Janin, 2020 ; DAO : A.-L. Edme, 2022 ; b. hypothèse de restitution de la polychromie de la stèle funéraire inédite des Bolards. Cliché : M.-A. Janin, 2020 ; DAO : A.-L. Edme, 2022.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 10. Photographie et hypothèse de restitution de la polychromie de la stèle de Severea conservée au Musée municipal d’Art et d’Histoire de Nuits-Saint-Georges (n° inv. 93.02.67).
Crédits Cliché et DAO : A.-L. Edme, 2014.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 11. Détail de l’inscription, passée sous logiciel Image J, plugin DStretch.
Crédits Cliché et traitement : M.-A. Janin, 2020 et 2023.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 12. Inventaire des inscriptions funéraires des Bolards et des environs immédiats.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Crédits M.-A. Janin.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 13. Tableau de comparaisons onomastiques selon les différentes possibilités de lectures.
Crédits M.-A. Janin.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/17885/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Anaïs Janin, Nicolas Delferrière, Florent Delencre et Anne-Laure Edme, « Une stèle funéraire gallo-romaine inédite au dépôt archéologique Des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) »Revue archéologique de l’Est, Tome 72 | 2023, 471-483.

Référence électronique

Marie-Anaïs Janin, Nicolas Delferrière, Florent Delencre et Anne-Laure Edme, « Une stèle funéraire gallo-romaine inédite au dépôt archéologique Des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) »Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 72 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rae/17885

Haut de page

Auteurs

Marie-Anaïs Janin

Docteure en histoire romaine, UMR 6298 ArTeHiS, Université de Bourgogne – Franche-Comté, Dijon

Nicolas Delferrière

Enseignant contractuel en histoire de l’art et archéologie antique, Département d’histoire de l’art/archéologie, Université Clermont Auvergne

Articles du même auteur

Florent Delencre

Chercheur associé UMR 5138 Archéologie et Archéométrie (ArAr), Lyon

Articles du même auteur

Anne-Laure Edme

Responsable d’opération archéologique, Inrap - Chercheuse associée UMR 6298 ArTeHiS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search