Navigation – Plan du site
Notes et documents

Le site des Terres Soudées à Thillois (Marne) : habitats et structures souterraines du village du Mont-Saint-PIerre entre le XIIe et le XVIIe siècle

Claire Pesenti

Résumés

En 2009, la création d’une Zone d’Aménagement Concertée au pied du versant ouest du mont Saint-Pierre a motivé la réalisation d’une fouille préventive. Elle a livré des bâtiments sur poteaux et des bâtiments matérialisés par des tranchées de récupération. La majorité d’entre eux sont associés à des caves dont certaines permettent d’accéder à des souterrains. Cette opération a permis de mettre en évidence une certaine standardisation dans les modes de construction et les aménagements. Ces habitats pourraient illustrer l’ancien village du Mont-Saint-Pierre, abandonné au cours du XVIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’une Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) sur la commune de Thillois (Marne), un diagnostic archéologique a été réalisé en 2008 par Yoann Rabasté (Inrap) sur une superficie couvrant 335 000 m². Il a livré des vestiges, essentiellement des fosses, datés de la période Hallstatt moyen-final. Un paléosol, des fosses et des chablis brûlés signalent la présence d’une d’occupation gallo-romaine (Ier-IIe siècles) localisée probablement hors emprise. La plus importante occupation s’étend sur environ 3200 m² du XIIIe au XVIe siècle et est matérialisée par des maisons excavées, des fosses et des trous de poteau isolés. Ces résultats ont conduit le Service régional de l’Archéologie à prescrire deux fouilles préventives, l’une concernant l’occupation protohistorique et confiée à Reims Métropole et l’autre concernant l’occupation médiévale au bureau d’études Éveha en 2009. Cette opération a permis de confirmer et de préciser la chronologie du site, son organisation spatiale et sa nature. Le projet de la ZAC a fortement impacté le sous-sol à l’ouest du mont Saint-Pierre. Le nivellement de ce secteur a nécessité un décaissement de 15 m de profondeur, entraînant une surveillance archéologique de la part du Service régional de l’Archéologie de Champagne-Ardenne.

Présentation générale

Contexte géographique, géologique et topographique

2Le site médiéval se trouve à la limite entre les communes de Thillois, Tinqueux et Champigny, au lieu-dit Les Terres Soudées (fig. 1). Il est implanté au pied du versant ouest du mont Saint-Pierre, petite éminence de plus de 100 m d’altitude surplombant la plaine rémoise. Le sous-sol de ce secteur abrite un substratum crayeux pur et homogène du Crétacé présentant toutefois des cassures conchoïdales et des strates limoneuses ainsi que des reliquats d’argiles tertiaires colluvionnées dues aux remaniements sédimentaires naturels et anthropiques. De plus, les colluvions limoneuses se sont accumulées en bas de pente au sud de l’emprise puisque celle-ci présente un dénivelé de 3 m du nord au sud.

Fig. 1. Localisation du site des Terres Soudées à l'ouest du mont Saint-Pierre. Fond de carte IGN au 1/25 000.

Contexte historique et archéologique

3L’historique du site du Mont-Saint-Pierre est tiré de l’étude documentaire réalisée en 2009 par Érica Gaugé, Éveha.

4Les données archivistiques sur le Mont-Saint-Pierre au Moyen Âge sont très nombreuses mais concernent essentiellement les multiples possesseurs des terres du village. Les informations relatives à son occupation restent en revanche restreintes et généralistes. La première mention du Mont-Saint-Pierre est extraite de la charte 145 de Samson, archevêque de Reims, adressée à Alderic, abbé de Saint-Thierry en 1154 (ADM, 13 H 80). Le sixième de dixme du Monte Sci Petry et de Thilloye est confirmé à l’abbaye de Saint-Thierry. Le pressoir du Mont-Saint-Pierre et quelques rentes sont vendus au chapitre de Reims en 1196 (ADM, 2 G 1515 : 1196-1281). En 1222, c’est l’abbaye d’Hautvilliers qui possède des droits sur le terroir de Thillois (ADM, H 1265). Bien que des traces du village du Mont-Saint-Pierre et de son église paroissiale datent du XIIe siècle, leur origine reste à ce jour indéterminée. Un monasterium, fondé en l’honneur de saint Pierre au début du XIVe siècle, est répertorié dans un pouillé du diocèse de Reims daté entre 1303 et 1312, aujourd’hui disparu. Le pouillé de 1346 mentionne quant à lui la présence de prêtres au chapitre Clerici Seculares (VARIN, 1839). Entre le milieu du XVe et le milieu du XVIIe siècle, l’impôt semble parfois ne plus être levé puisqu’« il n’y demeure ame » (AMR, liasse 41, n° 2). Toutefois, l’étude documentaire a révélé que la seigneurie du Mont-Saint-Pierre appartenait au XVIe siècle à la famille de Colbert et au XVIIe siècle, aux Moët de Louvergny (LAURENT, 1930, p. 978-982). En réalité, il semble que le village soit déserté progressivement au cours du XVIIe siècle. La guerre de Trente Ans et la Fronde ont pu accroître ce phénomène. En effet, l’enquête menée par le sieur de Machault en 1665 révèle la pauvreté de ce terroir. La désertion est alors définitive et entraîne la démolition de l’église par ordre de l’archevêque Charles-Maurice Le Tellier mais également le transfert du culte au village de Tinqueux en 1675 (BNF, MS 273 du fonds 500 de Colbert).

5Ce petit promontoire que représente le mont Saint-Pierre dans une région peu marquée par les reliefs est une place privilégiée qui joue un rôle important dans l’histoire. Il est en effet connu aujourd’hui pour avoir été l’observatoire de Napoléon Ier lors de la bataille de la Marne les 12 et 13 mars 1814. Un siècle plus tard, ce secteur est le théâtre de batailles qui se sont déroulées au début et à la fin de la première Guerre mondiale : deux tranchées (« Tranchée de Bougie » et « Tranchée du mont Saint-Pierre ») et un boyau traversent l’emprise de la fouille de part en part. La présence d’éclats d’obus, de munitions, de fragments métalliques indéterminés et de verre témoigne des impacts de l’artillerie lourde et, de manière plus générale, de ce conflit. En 1932, des opérations de nivellement et de nettoyage sont entreprises pour effacer les traces des combats et remettre le sol en état (AMR, 30 W 389).

Environnement archéologique

6Depuis plus d’un siècle, de nombreuses découvertes ont été faites autour du mont Saint-Pierre, qu’elles soient fortuites ou issues d’opérations d’archéologie préventive (carte archéologique nationale, DRAC Champagne-Ardenne, consultée en 2009 ; fig. 2).

Fig. 2. État du contexte archéologique en 2009. Fond de carte IGN au 1/25 000. Source : SRA Champagne-Ardenne, carte archéologique.

7Les premiers indices d’une occupation sont signalés par un outillage néolithique comme des lamelles, des grattoirs, des pointes de flèche, etc. (MACK, MÉNÉ, 1933). La période protohistorique est représentée par trois sites. Le premier a été repéré en 1967 par photographie aérienne et comprend quatre enclos circulaires accompagnés de fossés. Une tombe multiple, appartenant à la culture Seine-Oise-Marne, a été retrouvée en 1905 au nord du mont Saint-Pierre. Enfin, sous l’autoroute, une nécropole de La Tène I, comprenant trente-deux sépultures,s a été mise au jour en 1974 puis lors d’une évaluation en 1995. L’occupation gallo-romaine se situerait d’une part au sud-est du mont Saint-Pierre ; elle y est matérialisée par des fosses d’extraction, des sépultures et des structures parcellaires. D’autre part, il faut signaler que le diagnostic archéologique effectué en 2008 à l’ouest du promontoire a livré de rares structures de cette période qui supposent une occupation en marge de l’emprise. Le mont Saint-Pierre est surtout connu pour sa nécropole, qui est constituée d’un groupe de sépultures du VIIIe siècle et d’un groupe compris entre le XIIe et le XIVe siècle, contemporain de l’occupation des Terres Soudées. Certaines tombes abritent des sarcophages en plâtre et sont ornées de motifs en relief. D’autres inhumations étaient marquées par des cercueils en bois. Un diagnostic archéologique, réalisé en 2000 par F. Dugois et S. Degobertière, complète ce corpus avec des sépultures des VIIe-IXe siècles.

Les vestiges archéologiques

8L’occupation médiévale du site des Terres Soudées se compose de bâtiments associés à des caves et à un réseau de cavités aménagées (fig. 3 et 4). Ils sont également accompagnés de rares structures de stockage. Des trous de poteau isolés et des fosses dont la fonction n’a pu être déterminée complètent ce corpus. Ces derniers éléments ne seront pas abordés dans le cadre de cette étude.

Fig. 3. Plan des vestiges de surface (DAO : B. Hollemaert et C. Pesenti).

9

Fig. 4. Plan des vestiges souterrains et excavés (DAO : B. Hollemaert et C. Pesenti).

Les unités d’habitation

10Deux types de construction se détachent : les constructions à tranchée de récupération et/ou avec des soubassements en pierres et les constructions sur poteaux. Elles sont installées à l’ouest du mont Saint-Pierre, alignées selon un axe nord-ouest/sud-est à l’exception d’un bâtiment sur poteaux.

Les bâtiments à tranchée de récupération

11Trois entités se dégagent mais le plan de seulement deux d’entre elles peut être restitué.

Bâtiment 1005 et sa cave 1110

12Le bâtiment 1005 a été mis en évidence au sud de cet alignement. Il est constitué d’une structure excavée de 4,50 m à 4,90 m de côté sur 0,40 m de profondeur. Une tranchée de récupération borde un angle nord-est, pourtant espacée de 0,30 m. Un lambeau de mur est néanmoins conservé sur trois assises. Sa réalisation rudimentaire allie petits moellons de calcaire et de meulière et liant de limon et de nodules de craie mêlés. L’arasement de ce bâtiment n’a pas permis de conserver de niveau de sol ni de retrouver la construction dans son intégralité (fig. 5). En revanche, il occupe une surface inférieure à 50 m².

Fig. 5. Vue du bâtiment 1005 et de sa cave 1110 (B. Hollemaert).

13À cela s’ajoute une autre structure excavée de plan carré de 2,50 m de côté pour une hauteur conservée qui varie entre 1,45 m et 1,80 m. Les parois ouest et est présentent des renfoncements qui marquent l’emplacement d’une voûte partiellement conservée à l’ouest à plus d’1 m de hauteur (fig. 6 et 7).

Fig. 6. Profil de la cave 1110 (DAO : C. Pesenti).

14

Fig. 7. Vue des vestiges de la voûte de la cave 1110 (B. Hollemaert).

15Réalisée en carreaux de terre crue liés par un sédiment limoneux, elle est recouverte d’une première couche d’accroche puis d’un enduit de chaux. Le même soin est apporté à l’ensemble des parois. L’enduit permet ainsi d’isoler, de limiter l’érosion des murs mais également de consolider et de masquer les raccords entre les différents éléments de la construction. Sous et au centre de cette voûte est placé un trou de poteau dont la profondeur varie entre 0,30 m et 0,60 m. Des blocs et des moellons en calcaire devaient maintenir le poteau en bois. Permettait-il de soutenir la voûte qui se serait fragilisée avec le temps ou une structure en matériaux périssables en surface ? Trois niches sont également aménagées à l’intérieur des parois sous le départ de voûte. La première, à l’ouest, présente un profil triangulaire de 0,43 m sur 0,25 m de profondeur pour une hauteur de 0,27 m. Les deux autres sont placées de manière symétrique dans la paroi opposée et présentent des dimensions similaires. Interprétées durant le post-fouille comme des étagères pour mettre à l’abri certaines denrées, leur fonction s’apparenterait plutôt à de l’éclairage. En effet, ce dispositif est rencontré régulièrement dans les souterrains, répartis à intervalles réguliers, pour circuler plus facilement. Ils abritent généralement des lampes-torches. Toutefois, les preuves ici font défaut puisqu’aucune trace de suie sur les parois, ni de tessons de céramique ne confortent cette hypothèse.

16L’occupation de cette cave est illustrée par un premier niveau de circulation crayeux très induré et homogène dont la surface est gris foncé. Une recharge de craie, identique à la précédente, révèle une deuxième phase d’occupation. La troisième phase a été mise en évidence uniquement dans la partie nord-ouest de la cave. L’absence de mobilier à la surface de ces sols n’a pas permis d’avancer de datation précise.

Bâtiment 2016 et sa cave 2017

17Ce bâtiment est installé au centre de l’emprise de fouille. Il présente la même orientation que la construction précédente et se développe sur 11,50 m de longueur et 9,25 m de largeur, occupant une superficie supérieure à 100 m² (fig. 8). Les tranchées de récupération mesurent entre 0,60 m et 0,90 m de largeur mais sont conservées en moyenne sur 0,13 m d’épaisseur. Bien que l’angle sud-est ait disparu, le plan quadrangulaire a pu être restitué mais aussi les modes de construction. Placées sur leur flanc ou à plat, quelques pierres sont disposées le long de la paroi intérieure de la tranchée ouest. L’élévation et une partie des fondations étaient réalisées avec des carreaux de terre crue, comme en témoignent le comblement des tranchées de récupération et la couche de démolition. Les carreaux semblent directement posés sur le substrat crayeux.

Fig. 8. Plan et restitution du bâtiment 2016 et de la cave 2017 (DAO : C. Pesenti).

18De nombreux fragments de tuiles courbes et à crochet ont été mis au jour sur l’ensemble du site. Ces éléments suggèrent une couverture en terres cuites architecturales. Le comblement d’un puits de creusement, situé à l’intérieur du bâtiment, et un épandage retrouvé à proximité ont livré de rares tuiles glaçurées. La toiture pouvait être couverte soit partiellement, soit intégralement par ce type de tuiles et ces dernières ont été alors récupérées et réutilisées ailleurs.

19Un niveau de sol d’occupation était conservé dans l’angle interne au nord-ouest du bâtiment. Il se traduit par une fine couche charbonneuse. La présence d’un carreau de pavement en surface et encore en place ainsi que d’autres carreaux retrouvés dans une structure en creux dans l’angle opposé, pourraient suggérer l’existence d’un sol pavé. Il faut signaler également que certains présentent des traces de mortier sur le revers. Un lit de mortier devait être appliqué sur le sol afin de niveler la surface même si aucune trace n’a été mise en évidence sur ce site. Tous ces éléments architecturaux témoignent d’un grand soin apporté à l’édification de ce bâtiment. En revanche, le fort arasement des vestiges n’invite ni à restituer des cloisons ou des étages, ni à reconstituer une entrée.

20Une grande fosse polylobée occupait le centre du bâtiment et a soulevé de nombreuses interrogations et, ce dès le diagnostic. Après plusieurs sondages, une cave quadrangulaire de 2,50 m à 3 m de côté est apparue sous la fosse qui était le résultat des différentes couches de démolition. Les parois verticales sont habillées de murs parementés avec des carreaux de terre crue sur six assises. La partie centrale est surcreusée et des escaliers entaillés dans le substrat pour accéder à la cave et/ou au souterrain ont été envisagés.

Bâtiment 2024

21Le troisième bâtiment est plus hypothétique (fig. 9). Une tranchée, probablement de récupération, marque un angle droit d’axe nord-sud/ouest-est. Elle apparaît sur 5,50 m de longueur du nord au sud et sur 3 m d’ouest en est. Large de 0,60 m, sa profondeur varie entre 0,10 m et 0,35 m. Par conséquent, il est impossible de proposer une restitution de plan même à partir des bâtiments précédemment présentés. La question de leur contemporanéité se pose aussi puisque son orientation diffère des autres.

Fig. 9. Tranchée matérialisant le bâtiment hypothétique 2024 au premier plan (S. Foisset).

Les bâtiments sur poteaux

22Deux bâtiments sur poteaux viennent en quelque sorte délimiter la zone d’habitat.
Le premier bâtiment est installé au sud-ouest du bâtiment 1005. Trois trous de poteau matérialisent un édifice rectangulaire de 2,50 m de longueur sur 1,25 m de largeur (fig. 10). Il occupe ainsi une petite surface supérieure à 3 m² et est orienté nord-ouest/sud-est. Les structures de la façade ouest présentent une bonne conservation et des négatifs de poteau sont encore visibles.

Fig. 10. Restitution du bâtiment sur poteaux A, situé au sud de l’emprise (DAO : C. Pesenti).

23À l’inverse, le trou de poteau 1057 est très arasé et son pendant au sud a disparu. Ils ont un profil en V pour un diamètre variant entre 0,46 m et 0,67 m et une profondeur de 0,05 m à 0,21 m. Ce type de plan de bâtiment, à la superficie très modeste, est très bien identifié aujourd’hui ; il est traditionnellement interprété comme un grenier aérien. Malgré l’absence de mobilier archéologique, cet édifice a été rattaché à l’occupation médiévale du site et plus particulièrement au bâtiment 1005 par sa proximité.

24À l’extrémité nord de la zone d’habitat, deux trous de poteau circulaires sont alignés selon un axe nord-est/sud-ouest (fig. 11). Des lignes perpendiculaires ont été tracées pour retrouver des structures symétriques. Malheureusement, une tranchée de la première Guerre mondiale et un puits d’extraction ont peut-être contribué à leur disparition. Avec toute la prudence requise et si ces éléments discriminants sont occultés, ces trous de poteau pourraient alors être les vestiges d’un autre bâtiment sur poteaux. Cette construction envisagée pourrait mesurer environ 4 m de longueur sur 2,30 m de largeur, soit une superficie de plus de 9 m².

Fig. 11. Plan du bâtiment sur poteaux B surmontant la cave 2287 (DAO : C. Pesenti).

25Ce bâtiment pourrait également communiquer avec la cave 2187 au plan carré de 3 m de côté, similaire aux autres caves mises au jour sur le site. Les parois sont verticales et le fond, parfaitement plat, conserve un niveau de circulation de craie compactée recouverte d’une couche cendreuse. Des carreaux de terre crue et des pierres calcaires, retrouvés dans les différents comblements, ont probablement été utilisés pour les murs, une voûte ou des aménagements intérieurs. Cette cave permettait d’accéder au souterrain 2049 qui se développe à l’est en direction du mont Saint-Pierre.

Les caves isolées

26Si la majorité des caves est associée à un bâtiment en surface, deux caves sont isolées.
Au nord-est de l’emprise de fouille, la cave 2158 présente un plan quadrangulaire de 2,43 m de côté sur 1,50 m de profondeur (fig. 12). Des murs de carreaux de terre crue sont plaqués contre les parois verticales sur 0,30 m d’épaisseur. L’ensemble est lié par une argile brun-orangé. Le petit surcreusement du fond de cette cave suppose peut-être la présence d’un petit plancher.

Fig. 12. Profil de la cave 2158 (DAO : C. Pesenti).

27La deuxième cave isolée, 2135, est placée à l’est du possible bâtiment 2024. Elle s’étend sur plus de 3 m de côté et est conservée sur 0,50 m de profondeur. Le fond de cette structure a livré de nombreuses excavations (fig. 13). Le faible échantillonnage de mobilier céramique nous interdit de proposer une chronologie et une organisation spatiale précises. Néanmoins, trois phases d’occupation ont été proposées dans le cadre de cette opération.

Fig. 13. Vue de la cave 2135 (A.-C. Angeli).

28Première phase : elle correspond à la construction de la cave dont les parois présentent des surcreusements d’environ 0,60 m de diamètre. À l’est, trois trous de poteau sont installés à proximité de la paroi. Une nouvelle galerie souterraine est creusée au sud même si, en l’absence d’investigations, nous ne sommes pas en mesure de savoir si elle se poursuit dans cette direction. Ces différents aménagements « pariétaux » suggèrent la présence d’un plancher.

29Deuxième phase : cette phase reste très hypothétique avec l’adjonction de nouveaux trous de poteau.

30Troisième phase : un mur de carreaux de terre crue de trois assises est placé contre la paroi est et certains trous de poteau sont alors comblés. Le souterrain a pu également être condamné à ce moment-là à l’aide d’adobes et de pierres calcaires agencés grossièrement. Le lambeau d’un niveau de craie compactée et de limon mêlés témoigne d’un probable sol de circulation.

Les souterrains

31La particularité de ce site réside dans la présence de cavités aménagées communiquant parfois avec les caves et/ou les bâtiments en surface.

Les souterrains avérés

Souterrain 2263

32Le premier souterrain est creusé dans la partie septentrionale de l’emprise de fouille. Un puits de 2,48 m (au point le plus haut) à 0,50 m de largeur sur 2,63 m de profondeur participe à la conception horizontale du souterrain. À la fin de cette opération, le puits de creusement est généralement condamné avec des pierres disposées verticalement sur un des côtés puis l’obturation s’effectue par le sommet. Ici, la condamnation se caractérise par une alternance de couches constituées de limon, de blocs et de cailloutis de craie résultant probablement des effondrements de paroi. Un couloir de 0,75 m de largeur pour une hauteur sous voûte de 1,85 m court vers l’est en direction du mont Saint-Pierre. Sa profondeur d’enfouissement (4 m sous la terre arable) n’a pas permis de le suivre sur l’ensemble de son parcours. Il faut souligner une pente ouest-est de 0,2 % sur seulement 2,70 m de longueur. Un sol de circulation peu épais et très compact a été mis au jour. Toutefois, l’absence de mobilier archéologique ne permet pas de proposer une datation pour sa construction et son occupation. La proximité de la cave 2158 laisse présager en revanche une communication entre ces deux entités bien que celle-ci n’ait pu être vérifiée sur le terrain.

Souterrain 2049

33Le sondage effectué dans la tranchée de 1914-1918 a révélé la première cavité aménagée du site. On y accède par une cave à l’extrémité ouest. Elle s’ouvre sur un couloir, toujours d’axe ouest-est, aux parois concaves dont la hauteur sous voûte varie entre 1,60 m et 2,20 m. Le fond est recouvert d’une fine couche limono-cendreuse très indurée. Le contact entre la galerie et la cave est marqué par un creusement, observé en surface et au sud, sur 0,40 m de côté et 0,34 m de profondeur. Il est accompagné de deux autres creusements similaires sous-jacents mais moins marqués dans le substrat (fig. 14 a). Ils correspondent soit aux négatifs d’une armature en bois soutenant une couverture, soit à l’emplacement de planches en bois pour remonter à la surface. Un petit renfoncement de 0,70 m de profondeur sur 0,80 m de largeur est aménagé dans la paroi nord (fig. 14 b). La base de cette structure est légèrement plus haute que le niveau de circulation de la galerie.

Fig. 14. Vues des différents aménagements présents dans le souterrain 2049. a : Négatifs d'une armature en bois ? b : renfoncement ; c : négatifs du système de fermeture dans la paroi ouest ; d : négatifs du système de fermeture dans la paroi est (A.-C. Angeli et N. Arandel).

34Une bouteille en céramique commune claire a été découverte à l’intérieur. L’exigüité du couloir induit la difficulté d’y circuler et en particulier de se croiser. Ce renfoncement permettait peut-être de favoriser les croisements. L’hypothèse d’un petit espace de stockage ne peut être totalement écartée. À l’extrémité est, les parois nord et sud sont percées respectivement de six et quatre conduits sub-circulaires ou de feuillures de 0,22 m de hauteur sur 0,10 m de largeur maximum (fig. 14 c et d). Leur alignement vertical et leur position symétrique témoignent d’un système de fermeture avec les négatifs d’un chambranle de porte. Cette caractéristique architecturale a déjà été retrouvée dans plusieurs souterrains de l’ouest de la France. Les portes sont généralement placées avant et après un virage à angle droit. Bien que le développement de ce souterrain ait été observé sur une courte longueur, un plan en chicane peut être envisagé ainsi qu’une communication avec la structure 2006, à l’instar du souterrain présenté ci-dessous.

Souterrain 2170

35Trois sondages ont été nécessaires pour observer ce souterrain dans son intégralité. Il se développe du nord-ouest au sud-est sur 17,50 m de longueur et 0,85 m de largeur pour une hauteur conservée qui varie entre 0,50 m et 3,30 m. Une première rampe d’accès à plan incliné est creusée à son extrémité nord-ouest afin de descendre progressivement dans la galerie. Pour atténuer la pente, une succession de coudes est aménagée (fig. 15 a). Un niveau de circulation est une fois de plus conservé. Plus au sud, une section de galerie est totalement condamnée par un mur de 2,38 m de hauteur observée (fig. 15 b). Des carreaux de terre crue liés avec un mélange de limon et de craie, disposés sur dix assises, ont totalement obturé la galerie. L’effondrement partiel de la voûte, peut-être même au cours de son utilisation comme le suggère le profil de la galerie marqué par une sorte de décroché, a nécessité cette construction. À l’extrémité sud, deux petites salles ou niches sont creusées dans les parois ouest et est du couloir (fig. 15 c). De plan semi-circulaire, elles mesurent respectivement 1,44 m sur 1,32 m et 1,50 m sur 1,70 m.

Fig. 15. Vues des différentes sections du souterrain 2170. a : Rampe d'accès ; b : condamnation de la galerie avec des carreaux de terre crue ; c : salles de part et d'autre de la galerie du souterrain (S. Foisset et B. Hollemaert).

36À l’ouest, l’entrée de cet aménagement est flanquée d’une voûte maçonnée en plein-cintre de 2,10 m de longueur sur une épaisseur de 0,30 m (fig. 16). La maçonnerie a été conçue avec des blocs de calcaire équarris liés à la terre. L’ensemble devait être également enduit mais seule la couche d’accroche était conservée. La niche est n’a conservé que les piédroits qui présentent la même mise en œuvre et les mêmes dimensions. Le volume des comblements était trop important pour être retiré intégralement et les données sont par conséquent lacunaires. Par analogie avec d’autres cavités aménagées, la fonction de stockage semble tout à fait probable. Le deuxième accès se faisait par la cave 2017 bien que leur relation n’ait pu être observée directement.

Fig. 16. Relevé de la voûte de l’alvéole du souterrain 2170 (DAO : C. Pesenti).

Souterrain 1125

37À l’ouest du bâtiment 1005, un puits de creusement de 1,25 m de diamètre est foré sur 1,85 m de profondeur. Des carreaux de terre crue sont placés principalement contre la paroi sud, une fois la réalisation terminée (fig. 17). Il s’ouvre sur un couloir coudé de plus de 6 m de longueur sur une largeur de 0,87 m. L’intervention du SRA Champagne-Ardenne a montré que cette construction a été avortée, sans doute pour des raisons de stabilité du sol géologique.

Fig. 17. Vue du souterrain 1125 (C. Pesenti).

Les souterrains supposés

38À l’est du souterrain 2170, une structure rectiligne, d’axe nord-ouest/sud-est, se développe sur 8,25 m de longueur et 0,80 m de largeur. Conservée sur 1,40 m de profondeur, elle présente des parois légèrement concaves et un fond plat, profil identique aux autres cavités aménagées. La tranchée de la première Guerre mondiale a détruit les traces de cette galerie au nord-ouest. Au sud-est, les limites deviennent floues. Deux hypothèses s’offrent à nous : soit l’accès du souterrain se faisait par le possible bâtiment 2024, partiellement conservé, et il s’étendait au-delà de l’emprise de fouille, soit la conception de cette galerie a été avortée, à l’instar du souterrain 1125. Par ailleurs, la communication avec la cave 2135 au nord n’a pu être vérifiée et les interrogations demeurent.

39Le sol de la cave 1110, associée au bâtiment 1005, est marqué au sud par un conduit quadrangulaire de 1,50 m sur 1,30 m de côté. Fouillé sur 1,70 m de profondeur, sa paroi nord est creusée, ce qui indique un nouveau souterrain. De plus, au nord et à l’extérieur du même bâtiment, un puits de creusement est installé sur 1,90 m de diamètre et sur 6 m de profondeur. Un niveau de limon brun mêlé à quelques nodules de craie suggère l’amorce d’une voûte à 1,20 m de profondeur avec l’emploi de carreaux de terre crue agglomérés. Une communication entre ce puits de creusement et le départ de souterrain paraît donc plausible.

40Les souterrains apparaissent en grand nombre dès leur découverte au XIXe siècle grâce aux recherches menées par les érudits et les sociétés archéologiques et historiques locales. Ils ont fait l’objet de recensements, de descriptions succinctes plus ou moins précises et plus rarement de représentations graphiques. Ces cavités, par leur technique de construction à des époques anciennes et leur position souterraine, ont revêtu, pendant plusieurs décennies, voire pendant plus d’un siècle, un caractère mystérieux et ont influé sur l’imagination de cette époque. Par ailleurs, il y a encore quelques années, le Moyen Âge était perçu comme une période sombre où se sont succédé les invasions barbares et les guerres « territoriales ». La littérature illustre encore parfois cette impression de recul des connaissances scientifiques et techniques par rapport à l’Antiquité par exemple. Par conséquent, leur fonction, leur datation et leur origine ont déclenché un large engouement. De ces recherches sont nés de nombreux débats, polémiques et hypothèses dogmatiques très discutables aujourd’hui : culte païen, grotte préhistorique, édifice celtique, lieu sépulcral, etc. L’augmentation des découvertes de souterrains révèle aujourd’hui des structures liées principalement au stockage.

L’abandon du site

41Le site est abandonné progressivement.
Les bâtiments sont détruits et probablement arasés. Les éléments de toiture et les carreaux de pavement les plus remarquables sont récupérés alors que les autres sont répandus à l’extérieur des habitats ou dans des fosses. Les carreaux de terre crue sont retirés et ceux restés en place vont s’agglomérer au fil du temps. Le bâtiment 1005 est condamné par un niveau de démolition massif où sont associés limon et craie. La rareté du mobilier, qu’il s’agisse aussi bien de céramique, de faune que de métal, est due d’une part à l’arasement des vestiges et d’autre part à la récupération des matériaux et des objets de la vie courante au moment de la désertion du site. Ce constat n’est pas un fait isolé puisqu’une fouille récente dans l’Aube a démontré une situation similaire (PESENTI, 2014).

42Les caves sont comblées avec des carreaux de terre crue trouvés in situ mais également dans les bâtiments en surface. Ils sont associés à une alternance de couches de craie remaniée et de limon. Certains carreaux permettent aussi de sceller définitivement l’accès aux caves. L’une d’entre elles a livré du mobilier céramique qui laisse supposer un abandon à partir du XIVe siècle.

43Les souterrains sont intégralement comblés avec de la craie concassée alternant avec de fins niveaux de limon. L’homogénéité des comblements atteste un abandon rapide et volontaire. De même, la présence de limon témoigne de l’ennoiement épisodique de la cavité. En effet, la craie est par nature une roche sédimentaire poreuse, perméable et friable, et des infiltrations d’eau ont sans doute eu lieu. Les comblements ont également permis de prévenir les risques d’effondrement des galeries. Pour garantir encore plus de sécurité, l’entrée de certains souterrains (celle de la structure 2049 et celle dans la cave 1110) a été obturée définitivement par des murs en carreaux de terre crue. Le souterrain 2049 a livré de nombreux éléments de mobilier comme de la faune représentative de la triade domestique et de l’alimentation carnée des populations sur le site, des pichets et des pots en céramique qui situent le terminus post quem autour des XIIIe-XIVe siècles. Des pierres à aiguiser et un fragment de fer à cheval complètent ce corpus.

44Selon toute vraisemblance, l’abandon des unités d’habitation est contemporain de celui des souterrains et il est amorcé dès le XIVe siècle. Ce phénomène est relaté dans les textes à partir du XVe siècle. En effet, l’impôt n’est plus levé en 1457 et 1458 puisqu’« il n’y demeure ame » (AMR, liasse 41, n° 2). Au début du XVIe siècle, le village du Mont-Saint-Pierre est à nouveau mentionné dans les ordonnances de la vicomté de Reims. En 1652, l’impôt n’est plus levé (AMR, C 2181) et la destruction de l’église en 1675 marque l’abandon définitif du village (ADM, 2 G 1519).

Le mobilier

La céramique

45Le corpus de la céramique est constitué de 417 restes dont seulement 30 NMI (fig. 18). Malgré la faiblesse de ce corpus, il est caractéristique d’un marqueur chronologique soulignant que l’ensemble est postérieur au XIIIe siècle. La céramique plombifère représente un peu plus d’un quart des individus. De même, la céramique commune claire illustre une part non négligeable du corpus. Trois types de vase se détachent : les pichets à lèvre épaisse, les pichets à lèvre fine et les pots à lèvre en bandeau. Il s’agit majoritairement de formes ouvertes inscrites dans les répertoires régionaux des XIIIe-XIVe siècles. Elles se rapportent à la vaisselle à vocation culinaire.

Fig. 18. Céramique issue du bâtiment 1005 et du souterrain 2049 (dessin et étude : N. Peyne).

46Cette étude a également mis en évidence des tessons résiduels à rattacher au Hallstatt, qui rappellent l’importance de cette occupation aux abords du mont Saint-Pierre. Des fragments de sigillée d’Argonne ont été retrouvés. Celle-ci circule couramment dans la région entre la fin du IIe et le IVe siècle. La période de la première Guerre mondiale s’illustre par quelques céramiques du début du XXe siècle.

La faune

47La fouille a livré 516 restes osseux fauniques répartis essentiellement dans les cavités aménagées. Sur 201 parties anatomiques répertoriées, seulement 27,30 % appartiennent aux animaux de la triade domestique. Les suidés sont majoritaires, suivis de près par les ovicaprinés puis par le bœuf. Parmi les ovicaprinés, seul le mouton a été mis en évidence. Les ossements d’équidés représentent 15,12 % du corpus. Seul le coq révèle la présence de volaille, le pigeon pouvant être considéré comme un oiseau sauvage.

48Les micro-vertébrés représentent 35,82 % du corpus mis au jour principalement dans les comblements des souterrains et d’un silo. La micro-faune n’a vraisemblablement aucun lien avec une action anthropique.

Le petit mobilier

49Les objets rattachés au petit mobilier sont peu nombreux (dix) sur le site. Néanmoins, ils confirment l’occupation médiévale (fig. 19).

Fig. 19. Petit mobilier mis au jour dans le souterrain 2049 (dessin et étude : A.-A. Berthon).

50L’équipement des équidés est matérialisé par deux fragments de fer à cheval et un clou de ferrage dont un est usité entre le XIe et le XIIIe siècle. La présence de deux pierres à aiguiser à grain fin est également à signaler. Leur format allongé est adapté au coffin, poche accrochée à la ceinture et destinée à accueillir les pierres utilisées pour affûter les lames à faux.

Synthèse

51L’occupation médiévale du site des Terres Soudées est implantée sur un versant peu prononcé, principalement à l’ouest du mont Saint-Pierre, et se développe sur 2 200 m² au minimum. Elle est marquée par la création de plusieurs cavités aménagées, insoupçonnées au début de l’opération. Leur présence dans une région connue pour ces galeries souterraines, appelées crayères, aurait pu orienter la réflexion dans ce sens. Sous la ville de Reims ont été recensées 300 crayères, creusées entre 10 m et 30 m de profondeur. Elles ont permis l’extraction de blocs de craie nécessaires à la construction. Les plus anciennes dateraient de l’Antiquité. Aujourd’hui, elles sont utilisées comme sites de stockage pour de grandes maisons de champagne. Pour le site des Terres Soudées, la morphologie des galeries, leurs aménagements, les niveaux de circulation ainsi que leur relation avec les bâtiments de surface suggèrent la fonction de stockage. Ces structures apparaissent comme des annexes de l’habitat, dont elles sont indissociables.

52Les textes ne signalent à aucun moment la présence de souterrains dans ce secteur. Parfois, leur construction n’était pas « déclarée » pour dissimuler une partie des récoltes et éviter de s’acquitter de la totalité de l’impôt seigneurial. En Champagne-Ardenne, ces cavités aménagées sont rapportées essentiellement dans la littérature ancienne comme à Étoges (VIRÉ, 1932) et à Cuperly (SCHMIDT, 1894) dans la Marne, mais elles n’ont jamais été retrouvées dans un contexte d’archéologie préventive. La rareté de ce type de structures ne doit pas pour autant faire des Terres Soudées un site exceptionnel. Les travaux dans les régions comme le Limousin, l’Auvergne, le Châtelleraudais et plus récemment le Poitou-Charentes, qui a livré plus d’une vingtaine de souterrains lors des travaux de la LGV, signalent plutôt une absence de recherches sur cette thématique en Champagne-Ardenne.

53La majorité des galeries mises au jour sur le site communique avec des structures excavées supposées être des caves. La fouille a révélé une standardisation du module de construction avec un plan quadrangulaire de 2,50 m à 3 m de côté et d’autre part des modes de construction avec des parois habillées de murs de carreaux de terre crue, généralement recouverts d’enduits. La découverte d’adobe en contexte reste très rare. En pratique dès La Tène finale, son utilisation se généralise durant l’Antiquité. On peut noter sa présence dans le fond d’une cave antique sur le site de La Perte à Cuperly (Marne). Néanmoins, la mise en œuvre suggérée diffère légèrement puisqu’un soubassement en pierres accueillerait une élévation en adobe (GESTREAU, 2009). Ou encore sur les sites « 12-14 rue Carnot », « 2 rue des Jacobins » et « Angle des rues Lagrive et des Coutures » à Reims (Marne) qui attestent leur utilisation notamment au Haut-Empire et précède l’emploi de la pierre au Bas-Empire (ROLLET, 2009 ; BERTHELOT, 2009).

54Trois caves sur cinq sont associées aux bâtiments de surface dont deux se distinguent par leur superficie. Malgré l’absence de foyer, le soin apporté à la construction (emploi de carreaux de pavement, tuiles vernissées, etc.), la présence de vaisselle usuelle et des restes osseux de faune supposeraient des édifices destinés à l’habitat. Les bâtiments sur poteaux seraient plus des bâtiments connexes de celui-ci.

55L’habitat apparaît dans un alignement organisé à l’est de l’emprise de fouille. Dès le départ se pose la question du statut de ce site. A-t-on affaire à un village ou à un simple habitat groupé ? Certains indices invitent à privilégier la première hypothèse. En effet, les textes mentionnent le village du Mont-Saint-Pierre dès le XIIe siècle ainsi que son église paroissiale, bien qu’elle n’ait jamais été retrouvée. Les vestiges mis en évidence vont également dans ce sens. Cette fouille offre cependant une vue partielle de l’occupation. L’organisation du village reste aussi incertaine : développement autour de l’édifice religieux ou installation le long d’une rue ? Enfin, l’accent doit être mis sur la place privilégiée qu’occupe le mont Saint-Pierre notamment dans le monde des morts. La présence de nécropoles gauloise, mérovingienne, carolingienne ainsi que de sépultures isolées pour la période antique illustre ce constat.

56La multiplication des opérations d’archéologie préventive dans ce secteur ces dernières années, favorisée par l’augmentation des projets d’aménagement, permettra sans doute une étude plus complète de l’occupation du sol.

Haut de page

Bibliographie

Sources :

Châlons-en-Champagne, Archives départementales de la Marne, Original de la charte 145 de Samson, 13 H 80.

Châlons-en-Champagne, Archives départementales de la Marne, Terroir de Thillois, 1222-1769, H 1265.

Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms 273 du fond 500 de Colbert.

Reims, Archives municipales, État des deniers dus par les paroisses de l’élection de Reims, C 2181

Reims, Archives départementales de la Marne, Thillois, Tinqueux, Mont-Saint-Pierre, réparation des églises, 2 G 1519

Reims, Archives départementales de la Marne, 1196-1281, Thillois, Mont-Saint-Pierre, 2 G 1515.

Reims, Archives municipales, Compte temporel de l’archevêché de Reims, liasse 41, n° 2.

Reims, Archives municipales, Demande de subvention en faveur du comité constitué en vu de la restauration du Mont-Saint-Pierre près de Reims, 6 juillet 1932, 30 W 389.

Bibliographie :

BERTHELOT F., 2009, « 2, rue des Jacobins à Reims », Notice web de sites archéologiques, Inrap.

BERTHELOT F., 2009, « Angle des rues Lagrive et des Coutures à Reims », Notice web de sites archéologiques, Inrap.

CONTE P., 1990, « Souterrains, silos et habitat médiéval, état de la question archéologique en Limousin et Périgord », Heresis, n° 2, p. 243-281.

CONTE P., 2002, Le souterrain des Vigères, Rapport de sondage et de prospection archéologiques, Limoges, SRA Limousin, 19 p., 17 fig.

CORNEC T. dir., BARBIER E., PAINSONNEAU S., 2010, Une exploitation rurale du XIe siècle : Saint-Projet Saint-Constant, Charente, Le Champ des Ronces, Rapport de fouille archéologique préventive, Inrap, SRA Poitou-Charentes, 2 vol.

DURAND R., GUERIN H., LAURAIN M., 2000, Notice explicative de la carte géologique de Reims au 1/50 000, XXVII-12, 34 p.

GAUGÉ É., 2010, « Étude historique », in : Les Terres Soudées, Thillois (51), Rapport de fouille archéologique préventive, vol. 1, Éveha, SRA Champagne-Ardenne, p. 31-33.

GESTREAU R., 2009, « Le site gallo-romain de Cuperly La Perte (Marne) », in : Le bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge à travers les fouilles du TGV Est, p. 242-282 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 102, n° 2).

LAURENT G., 1930, Cahier de doléances du baillage de Reims, Reims, p. 978-982.

MACK S., MÉNÉ J., 1933, Le Mont-Saint-Pierre, sa nécropole et les origines du Mont-Saint-Pierre-lès-Reims, Br. in-8e, 14 p.

PESENTI C., GAUGÉ É., 2010, Les Terres Soudées, Thillois (51), Rapport de fouille archéologique préventive, Éveha, SRA Champagne-Ardenne, 3 vol.

PESENTI C., 2013, Le Puy du Rat-LGV SEA, Pérignac (16), Rapport de fouille archéologique préventive, Éveha, Limoges, SRA Poitou-Charentes, 3 vol.

PESENTI C., 2014, Le Pré aux Chevaux II, Ruvigny (10), Rapport de fouille archéologique préventive, Éveha, Limoges, SRA Champagne-Ardenne, 3 vol.

ROLLET Ph., 2009, « 12-14, rue Carnot à Reims », Notice web de sites archéologiques, Inrap.

SCHMIDT E., 1894, « Les boves champenoises », Bull. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, vol. 5, n° 1, p. 19-24.

VARIN P., 1839, Archives administratives de Reims, t. I, Paris, 280 p.

VIRÉ A., 1932, « Note sur le but de la Commission : les souterrains-refuges d’Étoges (Marne) », Bull. de la Soc. préhistorique française, vol. 29, n° 3, p. 126-140.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site des Terres Soudées à l'ouest du mont Saint-Pierre. Fond de carte IGN au 1/25 000.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende Fig. 2. État du contexte archéologique en 2009. Fond de carte IGN au 1/25 000. Source : SRA Champagne-Ardenne, carte archéologique.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 3. Plan des vestiges de surface (DAO : B. Hollemaert et C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4. Plan des vestiges souterrains et excavés (DAO : B. Hollemaert et C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 5. Vue du bâtiment 1005 et de sa cave 1110 (B. Hollemaert).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 6. Profil de la cave 1110 (DAO : C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7. Vue des vestiges de la voûte de la cave 1110 (B. Hollemaert).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Fig. 8. Plan et restitution du bâtiment 2016 et de la cave 2017 (DAO : C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9. Tranchée matérialisant le bâtiment hypothétique 2024 au premier plan (S. Foisset).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Fig. 10. Restitution du bâtiment sur poteaux A, situé au sud de l’emprise (DAO : C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 11. Plan du bâtiment sur poteaux B surmontant la cave 2287 (DAO : C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 12. Profil de la cave 2158 (DAO : C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 13. Vue de la cave 2135 (A.-C. Angeli).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 14. Vues des différents aménagements présents dans le souterrain 2049. a : Négatifs d'une armature en bois ? b : renfoncement ; c : négatifs du système de fermeture dans la paroi ouest ; d : négatifs du système de fermeture dans la paroi est (A.-C. Angeli et N. Arandel).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Fig. 15. Vues des différentes sections du souterrain 2170. a : Rampe d'accès ; b : condamnation de la galerie avec des carreaux de terre crue ; c : salles de part et d'autre de la galerie du souterrain (S. Foisset et B. Hollemaert).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 16. Relevé de la voûte de l’alvéole du souterrain 2170 (DAO : C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 17. Vue du souterrain 1125 (C. Pesenti).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Fig. 18. Céramique issue du bâtiment 1005 et du souterrain 2049 (dessin et étude : N. Peyne).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 19. Petit mobilier mis au jour dans le souterrain 2049 (dessin et étude : A.-A. Berthon).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8816/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Pesenti, « Le site des Terres Soudées à Thillois (Marne) : habitats et structures souterraines du village du Mont-Saint-PIerre entre le XIIe et le XVIIe siècle », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 09 octobre 2017, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/8816

Haut de page

Auteur

Claire Pesenti

Bureau d’études Éveha, 31 rue Soyouz - Parc Ester, 87068 Limoges Cedex. claire.pesenti@eveha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page