Navigation – Plan du site
Notes et documents

« Comnisca, fils de Vedillus, Ambien, cavalier dans l’aile Indiana » : étude pétrographique de l’exceptionnelle stèle funéraire découverte à Strasbourg

Christoph Hartkopf-Fröder et Florent Jodry

Résumés

À proximité du camp romain d’Argentorate, le faubourg de Koenigshoffen comprend une vaste zone de nécropole utilisée dès les premiers temps de l’occupation antique du site. Un diagnostic archéologique réalisé en 2013 au 8-20 route des Romains a permis de mettre au jour de nouvelles crémations qui viennent compléter nos connaissances sur ces espaces de nécropoles. À cette occasion également, une nouvelle stèle funéraire intacte a été mise au jour en remploi dans les fondations d’une maison. Son extraction à la pelle mécanique a entraîné très peu de dégâts et les quelques fragments de roche détachés ont été gardés pour être déterminés. L’analyse pétrographique du matériau permet d’identifier un calcaire d’âge bajocien (Jurassique moyen), dont aucun affleurement n’existe à moins de 100 km de distance, ce qui ouvre des perspectives intéressantes sur l’économie de la pierre dans les premières décennies en Gaule de l’Est.

Haut de page

Texte intégral

1Koenigshoffen, grand quartier ouest de Strasbourg, est installé sur le dos de la terrasse de lœss de Schiltigheim (fig. 1). La croissance de ce secteur dès le début du Haut-Empire est étroitement liée à l’occupation civile qui s’est installée progressivement aux abords du camp militaire romain de la IIe légion Auguste. Dans ce secteur suburbain, l’occupation civile coexiste avec des espaces de nécropoles. La rue principale actuelle, la route des Romains, correspond au tracé antique d’une voie décumane, qui assure l’accès au camp depuis l’ouest. Le tissu urbain s’est développé en retrait par rapport à lcette voie et se distingue nettement « des secteurs auparavant dévolus au domaine funéraire ou à la circulation » (BAUDOUX et alii, 2002).

Fig. 1. Carte générale de situation de la découverte.

Contexte archéologique (fig. 2)

2Les secteurs funéraires datés de la première moitié du Ier siècle témoignent d’une forte concentration de dépôts de crémations dans le secteur oriental de Koenigshoffen. Parmi les découvertes les plus récentes et qui permettent d’enrichir nos connaissances sur ce point, deux diagnostics réalisés en décembre 2012 (JODRY, 2013) permettent de compléter la carte des aires sépulcrales publiée en 2002 dans la Carte archéologique de Strasbourg (BAUDOUX et alii, 2002) : ce document propose une grande aire de crémations centrée autour de l’avenue du Cimetière, dont les éléments s’insèrent dans une fourchette chronologique qui oscille entre la première moitié du premier siècle et la fin du troisième siècle de notre ère. Cette zone, dont les limites restent floues, semble constituer le pôle funéraire le plus oriental du quartier.

Fig. 2. Plan des deux sites diagnostiqués au mois de décembre 2012 et emplacement des découvertes funéraires.

3Un second ensemble paraît se développer à environ 500 m à l’ouest. Entre ces deux aires sépulcrales d’autres tombes isolées sont apparues, qui permettent de compléter la carte des premières nécropoles romaines. Ainsi, un ensemble funéraire avait déjà été mis au jour en 1994 par E. Kern (complexe « Dromson SA »). Cette fouille avait livré différentes structures : des dépôts de crémation, un enclos funéraire ainsi qu’une stèle funéraire datée du premier siècle, dédiée au vétéran de la deuxième légion Auguste Quintus Sertorius Quadratus.

La stèle de Comnisca

4C’est dans ce contexte archéologique et lors du diagnostic archéologique mené par l’Inrap en décembre 2012 que cette magnifique stèle a été découverte (JODRY, 2013). Face ornementale contre terre, couchée dans un sédiment beige limono-argileux à 1,60 m de profondeur selon un axe nord/sud, ce monument funéraire est pratiquement intact. Lors de son extraction la partie sommitale de la stèle a été partiellement endommagée. Une restauration a été menée par les musées de Strasbourg pour remplacer un des deux lions couchés qui prend place à l’un des angles supérieurs et pour corriger quelques épaufrures sur le registre iconographique (fig. 3).

Fig. 3. Stèle funéraire de Comnisca en cours de nettoyage. On distingue les zones détériorées par la pelle dont les échantillons analysés ont été extraits (Jodry, Inrap 2013).

5Elle mesure 2,20 m de hauteur, pour une largeur de 0,80 m et une profondeur de 0,30 m. Le champ épigraphique ainsi que le relief du cavalier sont dans un très bon état de conservation. La partie inférieure de la stèle, sa face de pose ainsi que les faces latérales sont traitées au pic de manière superficielle. Sur la partie supérieure de la stèle, les opérations de taille se signalent par un traitement plus soigné.
Elle présente deux registres principaux, un champ iconographique en partie supérieure et un champ épigraphique en partie inférieure, étudiés en 2014 (BLIN et alii, 2014).

6La scène traitée en haut relief, au centre d’une niche en forme de coquille, est composée de deux plans. Dans le premier un cavalier au cheval cabré qui vise avec sa javeline un homme couché à terre et au second plan un personnage, en position hiératique, dont la main renferme les hampes de deux autres armes.
Malgré un agencement parfois maladroit, peut-être dû à la rigidité du cadre mouluré, le champ épigraphique est très lisible. Comnisca | Vedilli f(ilius), Ambi|an(us), eq(ues) ala | Indiana tur|ma Celtae, an(norum) XXV, stip(endiorum) VII, h(ic) s(itus) e(st). Heres ex test(amento) fec(it). Sa signification est la suivante : « Comnisca, fils de Vedillus, Ambien, cavalier dans l’aile Indiana dans la turme de Celta, mort à 25 ans, a servi 7 ans, il repose ici. Son héritier a fait (cette stèle) à la suite du testament ». L’ala Indiana, connue par quinze inscriptions, permet de situer cette stèle dans une fourchette chronologique comprise entre 28 et 43 (BLIN et alii, 2014).

7Parmi les stèles funéraires découvertes à Strasbourg, un petit nombre est réalisé en calcaire. Le grès vosgien exploité durant l’époque antique a en effet fourni une pierre de qualité mise en œuvre dans des contextes d’habitat, de constructions publiques. Il est également employé dans la réalisation de stèles funéraires. Ainsi, parmi les trente-quatre stèles découvertes à Strasbourg, vingt-six sont fabriquées en grès et huit en calcaire (dont une en calcaire oolithique).

8Les grès employés sont des roches a priori locales de différentes couleurs : jaune, rouge ou gris. Tandis que ce matériau est employé globalement au deuxième siècle, le calcaire semble plus fréquemment utilisé dans la première moitié du premier siècle. Malgré sa présence en Alsace, il est sûr que ce calcaire ne provient pas de cette région.
Afin de déterminer la ou les provenances possibles du calcaire utilisé pour cette stèle, une analyse pétrographique en microscopie optique a été réalisée à partir de lames minces issues de petits fragments centimétriques détachés de la partie latérale de la stèle lors de son extraction.

Description de la roche et analyse pétrographique

9Deux lames minces pétrographiques de 30 microns d’épaisseur ont été réalisées par l’Institut de Géologie et de Minéralogie, Université de Cologne, au moyen de la méthode habituelle. Les deux lames présentent une superficie totale d’environ 8 cm².
La première observation du fragment avec une loupe de terrain laisse déjà penser qu’il s’agit d’un calcaire bioclastique grossier, à texture grainstone/rudstone. À cette échelle, le calcaire presque blanc laisse apparaître des grains arrondis et jointifs et des fragments d’échinodermes, séparés par un ciment sparitique.

Fig. 4. Analyse pétrographique du calcaire de type Norroy-lès-Pont-à-Mousson (lames minces). A et B. Débris bioclastiques et cortoïdes avec des enveloppes micritiques et larges plages de sparite. Cortoïdes (c), fragments d’échinodermes/cortoïdes (e), fragments de coraux (co) ; seuls les fragments les plus typiques ont été marqués ; C. cortoïdes (c), fragment de gastéropode (g), fragment de corail (co), fragments d’échinodermes/cortoïdes (e) et piquant d´échinide (p, au centre) ; D. fragments d´échinodermes/cortoïdes (e) avec structure en stéréome spongieux ; E. piquant d´échinide (p) ; F. fragment de corail (co) et fragment d’échinoderme/cortoïde (e) ; G. agrégat de grains (a) et fragment de corail (co).

10L’observation sous microscope optique permet d’affiner la détermination des bioclastes, leurs proportions relatives et leur état de préservation. Le microfaciès est caractérisé par la présence de très nombreux débris bioclastiques mal classés ainsi que de cortoïdes. Ces derniers sont des grains entourés d’enveloppes micritiques minces apparaissant sur les lames comme des lisières sombres (fig. 4 A et B). Certains fragments sont remplacés au centre par de larges plages de sparite (fig. 4 A–C). Il n’est pas rare non plus d’observer des fragments d’échinodermes marron clair présentant en partie également des cortex micritiques minces, raison pour laquelle ceux-ci appartiennent à la catégorie des cortoïdes (fig. 4 C et D). Certains fragments ont conservé leur structure en stéréome spongieux (fig. 4 C et D). Les enveloppes proviennent par exemple de minces encroûtements organiques ou de la micritisation par bioérosion de micro-organismes tels que les algues et les champignons. De plus, les fragments d’échinodermes présentent souvent une forme arrondie. Les fragments d’échinodermes et de coraux (fig. 4 F) sont, parmi les autres fragments de fossiles, les plus nombreux. S’ensuivent des piquants d’échinides (oursin) (fig. 4 C et E), des fragments de gastéropodes (escargots marins) (fig. 4 C), de mollusques bivalves (coquillages) et d’autres restes de coquilles. La présence d’agrégats de grains (fig. 4 G) est également fréquente. Les interstices entre les restes de fossiles sont comblés par du ciment sparitique et des vides ; il n’y a aucune trace de micrite. Le calcaire résulte donc de la cimentation d’un sable bioclastique pur formé majoritairement de débris de cortoïdes et de petits fragments d’échinodermes et de coraux. La dominance des cortoïdes, échinodermes et coraux et la présence de ciment sparitique indique que cette roche fait partie des grainstone poreux à cortoïdes et échinodermes/coraux (selon la classification de DUNHAM, 1962), respectivement grainstone à rudstone poreux à cortoïdes et échinodermes/coraux (selon la classification élargie, par exemple FLÜGEL, 2004). Notre échantillon correspond au calcaire du Jurassique moyen (Bajocien moyen) qui affleure autour de la ville de Norroy-lès-Pont-à-Mousson en Lorraine, connue dans les ouvrages plus anciens sous le nom de Norroy-sous-Prény (par exemple KLÜPFEL, 1932 ; KEUNE, 1932).

Origine du calcaire

11Les microfaciès du calcaire de Norroy-lès-Pont-à-Mousson ont fait l’objet d’analyses de la part, entre autres, de Stribrny (1987), Brachert, Keller (2003), Hartkopf-Fröder, Brachert (2004), Hayward (2006, 2009), Coquelet et alii (2013) et Dreesen et alii (2014). Les descriptions et les photos des lames minces dans ces publications correspondent en grande partie au matériau de la stèle funéraire de Strasbourg. Les deux lames ne comportent cependant aucune trace ni de serpulides, ni de bryozoaires, ni d’ooïde – des composantes dont la présence est toujours très rare dans le calcaire de Norroy-lès-Pont-à-Mousson et qui, certainement en raison de la petite surface des lames, n’ont pas pu y être identifiées. Force est de mentionner que pour Stribrny (1987), le calcaire de Norroy-lès-Pont-à-Mousson fait partie des faciès à échinodermes et bioclastes, alors que les photos montrent pourtant une forte prépondérance des cortoïdes, caractéristique du calcaire de Norroy-lès-Pont-à-Mousson. Par conséquent chez Stribrny (1987), la classification pétrographique n’est pas tout à fait correcte.

12La première exploitation des carrières de Norroy remonte à l’époque romaine (LEHNER, 1916, p. 271 ; BEDON, 1984, p. 45-46), ce qui explique la découverte, lors de fouilles, de divers objets romains (des autels votifs entre autres) ainsi que d’inscriptions. F. Behn (1926, p. 61) mentionne déjà trois autels et une inscription sur roche provenant du lieu d’extraction. L’un des autels remonte aux années 70/71 à 79 après J.-C., les deux autres datant vraisemblablement de la même époque. Aujourd’hui encore, le calcaire de Norroy affleure dans quelques petites carrières abandonnées situées à l’ouest et au sud-ouest de ce lieu (RÖDER, 1960 ; RÖDER, 1970 ; STRIBRNY, 1987). La nature ayant repris ses droits, il n’existe malheureusement pas de coupes géologiques complètes pour les calcaires du Jurassique. De plus, le terrain a subi une forte altération lors de la Première Guerre mondiale, lorsque l’on y a creusé des tranchées et, de manière générale, par son exploitation du Moyen Âge à l’époque actuelle (RÖDER, 1960). Les quelques fronts de taille encore visibles ne remontent donc pas nécessairement à l’exploitation faite par l’armée romaine.

13Le calcaire de Norroy-lès-Pont-à-Mousson était répandu dans de nombreuses contrées de l’Empire romain. Selon Grenier (1934, p. 953) et Bedon (1984, fig. 14), ce calcaire a été découvert dans plusieurs villes situées au bord du Rhin telles que Strasbourg, Mayence, Bonn, Cologne, Neuss, Xanten et Nimègue (fig. 5).

Fig. 5. Diffusion du calcaire de type Norroy-lès-Pont-à-Mousson en Germania superior, Germania inferior et Britannia.

14Il convient cependant de souligner que ces données ne reposent pas sur des analyses géologiques détaillées mais seulement sur un classement macroscopique de la roche. Les calcaires blancs de Lorraine ne se prêtent pas toujours bien à une détermination macroscopique sans équivoque. Seule une analyse de la provenance des matériaux au moyen de lames minces étant probante, les indications fournies par Grenier (1934) et Bedon (1984) sont donc sujettes à caution. Des analyses géologiques d’échantillons clairement identifiés comme étant du calcaire de Norroy-lès-Pont-à-Mousson prouvent la présence de ce calcaire dans les villes de Mayence (STRIBRNY, 1987), de Waldgirmes (BRACHERT, KELLER, 2003), de Weilerswist-Klein Vernich (HARTKOPF-FRÖDER, BRACHERT, 2004), de Xanten (HARTKOPF-FRÖDER, inédit), de Tongres et ses environs (COQUELET et alii, 2013 ; DREESEN et alii, 2014), de Maastricht (PANHUYSEN, 1996) et de Neuss et Colchester (HAYWARD, 2006, 2009). Tous ces gisements se situent à des endroits stratégiques pour le transport fluvial (à proximité du Rhin, de la Lahn, de l’Erft, de la Meuse et de la Colne ; cf. aussi COQUELET et alii, 2013, fig. 4). La découverte de la stèle de Strasbourg est particulière puisque jamais encore l’utilisation du calcaire de Norroy par les Romains, prouvée au moyen de la méthode d’étude des microfaciès calcaires, n’a pu être observée aussi loin vers le sud.

Conclusion

15La stèle de Comnisca en calcaire blanc est en parfait état de conservation, elle présente l’intégralité du champ épigraphique et iconographique, ce qui permet de la rattacher à une importante série de stèles funéraires de cavaliers découvertes dans les nécropoles associées aux camps militaires romains de Mayence ou Worms.

16Le calcaire de type Norroy-lès-Pont-à-Mousson était présent dans l’Empire romain, de Strasbourg à Colchester au moins. Au vu de la surface relativement restreinte du lieu d’extraction de Norroy-lès-Pont-à-Mousson et de l’étendue géographique du calcaire dans l’Empire romain, on est en droit de se demander s’il est vraiment possible que tous ces objets en grainstone à rudstone poreux à cortoïdes et échinodermes/coraux proviennent de cet endroit. Étant donné la multitude d’objets datant de l’époque romaine, il semble peu probable que la carrière de Norroy-lès-Pont-à-Mousson ait pu fournir une telle quantité de matériau, ce qui laisse supposer que d’autres carrières de même niveau stratigraphique (et dont nous ignorons encore l’existence) aient été exploitées au bord de la Moselle. Il convient donc de partir du principe que tous les grainstone à rudstone à cortoïdes et échinodermes/coraux ne proviennent pas forcément de la carrière de Norroy-lès-Pont-à-Mousson mais peut-être aussi d’autres lieux d’extraction situés sur les rives de la Moselle. Le calcaire du type grainstone à rudstone à cortoïdes et échinodermes/coraux existe également dans d’autres régions, par exemple à la périphérie du Bassin de Paris. Ces gisements ne sont pas faciles d’accès, puisque éloignés du fleuve – le meilleur moyen de transport étant le bateau. Pour cette raison on peut penser que l’extraction du calcaire dans les carrières romaines s’est concentrée uniquement dans la région des berges de la Moselle. Il semble alors judicieux d’adopter le terme de « calcaire de type Norroy-lès-Pont-à-Mousson » pour mettre l’accent sur le fait que, même si le calcaire est identique à celui de Norroy-lès-Pont-à-Mousson, il ne vient peut-être pas des carrières de ses alentours mais éventuellement de carrières situées le long des rives de la Moselle.

17Remerciements
Nous remercions Markus Aretz pour son aide à la traduction des termes géologiques, Hans Martin Weber pour les discussions enrichissantes et Christophe Durlet pour son rapport de lecture très détaillé et constructif.

Haut de page

Bibliographie

BAUDOUX J., FLOTTÉ P., FUCHS M., WATON M.-D., 2002, Strasbourg, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 586 p. (dont p. 124) (Carte archéologique de la Gaule, 67-2).

BEDON R., 1984, Les carrières et les carriers de la Gaule romaine, Paris, Picard, 249 p.

BEHN F., 1926, « Steinindustrie des Altertums », Kulturgeschichtliche Wegweiser durch das römisch-germanische Central-Museum, Bd 10, p. 1-68.

BLIN S., DARDAINE S., JODRY F., WATON M.-D., 2014, « Une nouvelle stèle de cavalier découverte à Strasbourg-Kœnigshoffen (Bas-Rhin) », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 57, p. 27-35.

BRACHERT T., KELLER T., 2003, « Petrographische Untersuchungen an Gesteinen von Waldgirmes und Mainz-Kastel », Germania, Bd 81, p. 172-179.

COQUELET C., CREEMERS G., DREESEN R., GOEMAERE É., 2013, « Les ‘pierres blanches’ dans les monuments publics et funéraires de la cité des Tongres », Signa, t. 2, p. 29-34.

DREESEN R., COQUELET C., CREEMERS G., DE CLERCQ W., FRONTEAU G., GLUHAK T., HARTOCH E., HENRICH P., LAFITTE J.-D., PICAVET P., RENIERE S., RUPPIENE V., THIÉBAUX A., VANDERHOEVEN A., VYNCKIER G., GOEMAERE E., 2014, « Unraveling geological and geographical provenances of lithic materials during Roman times in Belgium : a fruitful collaboration between geologists and archaeologists », European Geologist, t. 38, p. 14-20.

DUNHAM R.J., 1962, « Classification of carbonate rocks according to depositional texture », American Association of Petroleum Geologists Memoir, t. 1, p. 108-171.

FLÜGEL E., 2004, Microfacies of carbonate rocks : analysis, interpretation and application, Berlin, Springer, 976 p., 330 fig.

GRENIER A., 1934, « Archéologie gallo-romaine. 2. L’archéologie du sol : navigation – occupation du sol », in : DÉCHELETTE J. dir., Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine, Paris, Picard, p. 473-1097.

HARTKOPF-FRÖDER C., BRACHERT T.C., 2004, « Der Werkstein des römischen Reliefsarkophags von Weilerswist-Klein Vernich », Bonner Jahrbücher, Bd 204, p. 59-69.

HAYWARD K.M.J., 2006, « Geological link between the Facilis monument at Colchester and first-century army tombstones from the Rhineland frontier », Britannia, t. 37, p. 359-363.

HAYWARD K.M.J., 2009, Roman quarrying and stone supply on the periphery – southern England : a geological study of first-century funerary monuments and monumental architecture, Oxford, Archaeopress, 190 p. (BAR, British series, 500).

JODRY F., 2013, Strasbourg (Bas-Rhin), 8 au 20 route des Romains : nouvelles données sur Strasbourg Koenigshoffen antique, Rapport de diagnostic, Inrap Grand-Est sud, mars 2013, 75 p.

JODRY F., 2013, Strasbourg (Bas-Rhin), 5 Avenue du Cimetière : nouvelles données sur Strasbourg Koenigshoffen antique, Rapport de diagnostic, Inrap Grand Est sud, mars 2013, 60 p.

KEUNE J.B., 1932, « Bemerkungen über einen römischen Kalksteinbruch bei Norroy-sous-Prény », Bonner Jahrbücher des Vereins von Altertumsfreunden im Rheinlande und des Rheinischen Provinzialmuseums in Bonn, Bd 136/37, p. 216.

KLÜPFEL W., 1932, « Die Herkunft des für die römischen Denkmäler verwendeten Kalksteins », Bonner Jahrbücher des Vereins von Altertumsfreunden im Rheinlande und des Rheinischen Provinzialmuseums in Bonn, Bd 136/37, p. 212-214.

LEHNER H., 1916, « Über einige Altertumsfunde von der Westfront », Bonner Jahrbücher, Bd 123, p. 264-274.

PANHUYSEN T.A.S.M., 1996, Romeins Maastricht en zijn beelden / Roman Maastricht reflected in stones, Maastricht, Bonnefantenmuseum/Assen, Van Gorcum, 451 p.

RÖDER J., 1960, « Sägespuren an römischen Kalksteindenkmälern », Kölner Jahrbuch für Vor- und Frühgeschichte, Bd 5, p. 38-50.

RÖDER J., 1970, « Die mineralischen Baustoffe der römischen Zeit im Rheinland », Bonner Universitätsblätter, Bd 1970, p. 7-19.

STRIBRNY C., 1987, « Die Herkunft der römischen Werksteine aus Mainz und Umgebung : Vergleichende petrographische und geochemische Untersuchungen an skulptierten Kalksteinen », Corpus Signorum Imperii Romani, Deutschland, t. II, 8, p. 1-106.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte générale de situation de la découverte.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 2. Plan des deux sites diagnostiqués au mois de décembre 2012 et emplacement des découvertes funéraires.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 3. Stèle funéraire de Comnisca en cours de nettoyage. On distingue les zones détériorées par la pelle dont les échantillons analysés ont été extraits (Jodry, Inrap 2013).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 4. Analyse pétrographique du calcaire de type Norroy-lès-Pont-à-Mousson (lames minces). A et B. Débris bioclastiques et cortoïdes avec des enveloppes micritiques et larges plages de sparite. Cortoïdes (c), fragments d’échinodermes/cortoïdes (e), fragments de coraux (co) ; seuls les fragments les plus typiques ont été marqués ; C. cortoïdes (c), fragment de gastéropode (g), fragment de corail (co), fragments d’échinodermes/cortoïdes (e) et piquant d´échinide (p, au centre) ; D. fragments d´échinodermes/cortoïdes (e) avec structure en stéréome spongieux ; E. piquant d´échinide (p) ; F. fragment de corail (co) et fragment d’échinoderme/cortoïde (e) ; G. agrégat de grains (a) et fragment de corail (co).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Fig. 5. Diffusion du calcaire de type Norroy-lès-Pont-à-Mousson en Germania superior, Germania inferior et Britannia.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christoph Hartkopf-Fröder et Florent Jodry, « « Comnisca, fils de Vedillus, Ambien, cavalier dans l’aile Indiana » : étude pétrographique de l’exceptionnelle stèle funéraire découverte à Strasbourg », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 10 octobre 2017, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rae/8920

Haut de page

Auteurs

Christoph Hartkopf-Fröder

Geologischer Dienst NRW. De-Greiff-Str. 195-47803 Krefeld, Allemagne. hartkopf-froeder@gd.nrw.de

Florent Jodry

Inrap Strasbourg/UMR 7044. 10 rue d’Altkirch-67100 Strasbourg. florent.jodry@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page