Navigation – Plan du site
Notes et documents

Identification d’un fer de faux droite à coupe latérale gallo-romain à Alésia (Côte-d’Or) : une découverte importante

Claude Grapin et André Marbach
p. 371-381

Résumés

Une campagne de restauration a permis de rapprocher trois fragments de fer de faux trouvés en 1908 lors de la fouille de la crypte d’un édifice de type schola dit « Monument d’Ucuetis » sur le site de l’agglomération gallo-romaine d’Alésia, dans un contexte d’enfouissement du IIIe siècle. Ce rapprochement permet de restituer un fer de faux droite à faible courbure et à coupe latérale d’1,30 m de longueur, doté d’un tenon de fixation du manche incliné, et de fabrication particulière. En l’état des connaissances, c’est le seul exemplaire de ce type de faux, qui peut être considéré comme archéologiquement complet, identifié en Gaule.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

faux, schola, gallo-romain

Géographie :

Côte-d’Or, Alésia

Chronologie :

époque gallo-romaine

Schlagwörter :

Alésia, Sense, schola, gallo-römisch
Haut de page

Texte intégral

1Les faux en Gaule à l’époque romaine ont subi une évolution importante dans leur forme. À côté du petit outil à manche court à coupe frontale de l’époque de La Tène qui poursuit son développement, il apparaît des grandes faux à forte courbure de lame, à coupe latérale, dont l’usage reste encore incertain. Les faux à faible courbure de lame, que nous appellerons faux droites, bien connues et représentées à partir du Moyen Âge, ont perduré dans des formes voisines jusqu’à nos jours. Jusqu’à présent seules les faux du Norique et de Pannonie étudiées par R. Pohanka montrent les variétés des diverses formes découvertes, ainsi que l’évolution de cet outil dans une région où d’ailleurs la vraie faux (coupe latérale) est née (POHANKA, 1986, pl. 31-34). En (Grande) Bretagne aussi un exemplaire de faux à faible courbure de lame a été découvert (MARBACH, 2012, p. 132 ; REES, 1979, fig. 236-248).

2Pour la Gaule, d’un point de vue iconographique, il n’existe jusqu’à présent que deux représentations de faux droite à faible courbure, l’une sur une stèle conservée au musée de Vesoul, qui montre un faucheur en train d’affûter une faux droite presque en vraie grandeur, l’autre sur le calendrier des saisons de la porte de Mars à Reims. Il est aussi fort possible que des fragments de lame de faux droite aient été retrouvés et soient conservés. Mais, en règle générale, il s’avère difficile d’imaginer une faux droite à partir de ces vestiges souvent courts et très incomplets, ce d’autant plus que la plupart des faux en bon état appartiennent à la famille des faux à grande courbure. On a facilement conclu que ce type de faux était caractéristique des faux gauloises.

  • 1 Avec un niveau de confiance de 95 % (quasi-certitude) l’échantillon représentatif varie de 278 à 38 (...)

3En l’état des connaissances, le corpus des grandes faux à forte courbure en bon état, découvertes sur le territoire des provinces gauloises de l’Empire, se réduit à seize individus, en tenant compte de deux grandes faux trouvées dans la région de Sion en Suisse. S’y ajoutent six éléments plus ou moins lacunaires. La valeur de ce corpus est discutable, car il faudrait le porter à près de 400 unités environ pour disposer d’un échantillon entièrement représentatif (MARBACH, 2004, p. 42)1. En outre ce type de faux n’était pas le seul en usage.

4Une recherche récente sur trois fragments de lame de faux conservés dans les collections du Musée Alésia a révélé qu’en Gaule aussi des exemplaires de cette faux droite à faible courbure pouvaient être conservés. Cette découverte vient à la fois valider les représentations de la stèle de Vesoul et du calendrier des saisons de la porte de Mars à Reims, mais aussi attester l’usage en Gaule de ce type de faux.

1. Deux histoires parallèles

5En 2008, la conservation du Musée Alésia a décidé d’amorcer un important programme de restauration pluriannuel portant sur les objets les plus significatifs de ses collections métalliques. Celui-ci s’insérait dans un programme de restauration beaucoup plus vaste concernant l’ensemble des collections du musée, commencé depuis 2002 en accompagnement du projet d’aménagement du site d’Alésia mis en œuvre par le Conseil départemental de la Côte-d’Or. La première tranche du programme « métal » concernait le fer et portait sur près de sept cents objets. La majorité des objets retenus étaient issus de fouilles antérieures à 1960 et, notamment, des campagnes réalisées entre 1906 et 1914.

6Une large part des objets - pour l’essentiel jusque-là exposés sous vitrine - avait déjà été restaurée par le Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Nancy-Jarville au début des années 1960. Mais le climat instable du musée (qui n’a été chauffé qu’à partir de l’hiver 2010-2011, soit un siècle après son ouverture), des phénomènes de condensation dus à la conjonction d’une humidité relative trop élevée dans les vitrines et au dégagement de chaleur des tubes au néon qui les éclairaient, ainsi que des manipulations répétées à mains nues avaient provoqué des reprises de corrosion plus ou moins importantes et accéléré l’affaiblissement de certains collages, ainsi que l’altération des résines de comblement. D’autre part, l’évolution des techniques de restauration impliquait la reprise des éléments sur lesquels avaient été entreprises les interventions les plus lourdes.

7S’ajoutaient des objets issus des fouilles anciennes ou récentes, jamais stabilisés ni restaurés, retenus pour leur intérêt et/ou un état de dégradation ne permettant pas un traitement en conservation préventive.
Parmi ces objets figuraient trois fragments de lame de faux, dont deux concordants, appartenant respectivement à chacun des deux ensembles.

8Le premier fragment, inventorié sous le numéro 2007.1.333, d’une longueur de 42,8 cm pour une largeur de 6,2 cm, correspondait à l’extrémité utile (« pointe ») d’une lame de faux. En raison d’un degré d’oxydation et de fragmentation sans doute avancé, il avait subi un traitement de restauration très interventionniste dans les années 1960 : sa face antérieure avait été dégagée jusqu’à un niveau théorique de surface d’origine par meulage (la surface conserve de nombreuses traces de meulette) alors que sa face postérieure avait été renforcée par un épais entoilage de consolidation, constitué d’un gros tissu en fibres de verre noyé dans une couche d’araldite qui avait jauni. Cette restauration assez lourde, doublée d’une fragilité intrinsèque, limitait les manipulations et les observations, ce d’autant plus que le fragment avait été cousu sur un fond de vitrine... Quant à son origine, elle était connue : il avait été découvert le 20 juin 1908 dans les décombres de la pièce du « Monument d’Ucuetis » alors référencée sous le numéro 331.

9Les deux autres fragments, jointifs, ont été inventoriés sous le même numéro 2006.1.122. Ils dormaient dans les réserves, sous une épaisse couche de poussière. L’ensemble comportait un talon indiquant clairement qu’il s’agissait de la partie proximale d’un fer de faux. Il se composait d’au moins dix-neuf fragments maintenus avec du fil de fer sur une planche en bois qui avait servi de socle pour une présentation en vitrine au début du XXe siècle. L’assemblage s’était disloqué et déplacé. L’ensemble n’avait semble-t-il subi aucun traitement de nettoyage ni de restauration : des sédiments, mais aussi de la chaux et des grains de mortier ainsi que des éclats de calcaire étaient restés piégés dans la gangue de corrosion, conférant à l’objet une épaisseur pouvant dépasser 2 cm. Son état de conservation interdisant toute manipulation, ses dimensions avaient été estimées à une soixantaine de centimètres de longueur pour une douzaine de centimètres de largeur maximale. Si un cartel en bristol écrit à l’encre indiquait « Faux », aucune provenance n’était mentionnée. Le souvenir de cette dernière s’était perdu.

10Les trois fragments de lame de faux ont été restaurés par le Centre de Restauration et d’Études Archéologiques municipal (C.R.E.A.M.) Gabriel Chapotat de Vienne entre 2009 et 2012. Au cours de l’opération, l’équipe de restauration a remarqué qu’il existait entre eux une parenté typologique. Mais leurs numéros d’inventaire bien distincts et leurs « vécus » très différents lui ont interdit d’imaginer qu’ils pouvaient être rapprochés.

11L’idée que les trois fragments puissent appartenir à un seul et même objet est apparue en 2013 lorsque la réflexion engagée sur leur présentation dans les vitrines du nouveau musée d’Alésia a nécessité de les manipuler. Il est notamment apparu que la nervure de renforcement forgée sur le dos de la lame présentait de fortes similitudes d’un élément à l’autre, mais aucun parallèle satisfaisant n’avait pu être établi avec les exemplaires répertoriés dans le seul ouvrage de référence disponible sur le sujet, le Catalogue des faux et des outils agricoles de coupe à lame et à manche entiers en Gaule publié en 2004 par André Marbach (MARBACH, 2004). Par un heureux hasard de circonstances, de manière tout à fait parallèle et non concertée, Michel Mangin avait envoyé à André Marbach la copie d’une page du bilan annuel 2012 des activités de la conservation du musée illustrée par un cliché du fragment n° 2007.1.333 après restauration.

2. La provenance des trois fragments de lame de faux

12Nous l’avons déjà précisé, un seul des deux fragments, le n° 2007.1.333, avait conservé son pedigree : il avait été mis au jour le 20 juin 1908 en dégageant la pièce n° 331 du « Monument d’Ucuetis ».

2.1. Le témoignage de la documentation

13Le Journal des fouilles publié par Victor Pernet dans le Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois précise à cette date qu’on a découvert à un mètre en dessous de la saillie du rocher : « […] un morceau de fer mesurant 0 m 60 de longueur qui paraît être une faux. Malheureusement, il nous a été impossible de l’enlever d’un seul morceau, l’incendie l’ayant fait adhérer à la pierre. Immédiatement en dessous de ces objets, on a exhumé une pioche à deux bouts, dont l’un servait de cognée, puis, tout près, une seconde faux de 0 m 58 de longueur […]. ». Deux jours plus tard, le 22 juin 1908, V. Pernet précise que les fouilleurs trouvent dans le même contexte « le talon d’une faux en fer (complétant ce que nous avons trouvé hier) [sic.] » (PERNET, 1909, p. 413-414).

14V. Pernet est un peu plus précis dans son Journal manuscrit. Le 20 juin, il consigne la découverte d’« un autre morceau de fer mesurant 0 m 60 de longueur. Il nous a été impossible de l’enlever sans le casser. L’incendie l’avait fait adhérer à une pierre. Cela ressemble beaucoup à une faux. Un côté paraît avoir été tranchant. Tout à fait dessous cet objet, nous avons trouvé une pioche à deux bouts dont une servait de cognée. Tout près, une lame de 0 m 58 de la même forme que la première, mais plus facile à expliquer. C’est encore une faux ». Le 22 juin, il recense parmi les découvertes « le talon d’une faux en fer. Objet curieux par sa rareté. On pourra le reconstituer avec ce que nous avons d’hier [sic.] » (PERNET, 1908, p. 45-46).

15Le petit Carnet manuscrit que V. Pernet écrit au crayon sur le terrain nous livre son impression première à la date du 20 juin : « […] ensuite un autre morceau de fer de 0.60 de longueur, il ne nous a pas été possible de l’enlever en propre l’incendie l’avait collé sur des aspérités de rochers, il semblerait que c’était une lame tranchante sur sa longueur. Tout à fait dessous nous avons trouvé une pioche à deux bouts [dont ?] un tranchant-pioche à cognée ; tout près une lame semblable à la première de 0.58 de longueur. » (PERNET, 1908-1909, p. 82). Mais aucune trouvaille d’objet n’est relevée le 22 juin dans le même carnet.
À la fin de la campagne 1908, la liste du mobilier archéologique remarquable découvert mentionne, parmi les objets en fer, sous le n° 13, « deux fers à faucher l’herbe ».

16La lecture de ces documents indique clairement que les trois fragments de fer de faux ont été découverts à proximité les uns des autres. Plusieurs recoupements – provenance conservée pour le n° 2007.1.333, présence d’un talon parmi les deux autres fragments, surface recouverte de restes de matériaux de démolition pour ces deux derniers – permettent d’assurer que ces trois fragments correspondent bien à ceux encore conservés dans les collections du musée. La longueur donnée par V. Pernet pour le second fragment découvert le 20 juin 1908 correspond exactement à la longueur actuelle du dos du plus grand des deux fragments du n° 2006.1.122. En revanche, la différence importante (15 cm) constatée pour le fragment n° 2007.1.333 entre la longueur conservée et celle mesurée en 1908 - sans doute sur le dos du fer elle aussi - ne peut s’expliquer que par son mauvais état de conservation initial, les difficultés de prélèvement et les pertes de matière liées à sa longue vie en vitrine avant restauration dans les années 1960, enfin les conséquences de cette intervention, qui s’avère avoir été assez radicale.

2.2. Un contexte de découverte singulier : le « Monument d’Ucuetis »

17Situé sur la bordure septentrionale de la place publique à fonction de forum (fig. 1), le « Monument d’Ucuetis » est assurément l’édifice le plus original connu de l’agglomération antique d’Alésia. Son histoire longue et complexe remonte peut-être au Ier siècle avant J.-C. Les vestiges qui ont été mis au jour entre 1908 et 1911 et en 1961-1962 appartiennent à la dernière phase, dont la construction peut être datée de la première moitié du Ier siècle de notre ère sur la base de l’étude des vestiges de décor pariétal de l’espace n° 331 réalisée en 1977 (BARBET et alii, 1977, p. 195-196), ou plutôt de la fin du Ier siècle de notre ère sur celle des dernières études réalisées (CREUZENET, OLIVIER, 1994, p. 470).

Fig. 1. Plan de situation réalisé par A. Olivier à partir du relevé photogrammétrique d’A. Carrier-Guillomet (CRA Valbonne, CNRS).

18Le « monument » s’organisait autour d’une grande cour rectangulaire bordée sur trois côtés de deux étages de portiques à pilastres carrés et chapiteaux doriques (ou toscans) à consoles (fig. 2). Compte tenu de la déclivité naturelle du terrain, cette cour est située à 2,50 m en contrebas de la place publique. Des locaux s’ouvraient sur les galeries sud et est. Pour appréhender de manière détaillée cet édifice complexe, nous renvoyons à la monographie que lui ont consacrée Roland Martin et Pierre Varène, complétée par un article dans lequel Albéric Olivier reprend l’étude des chapiteaux et des éléments du portique et en déduit l’existence de deux niveaux superposés de galeries (MARTIN, VARÈNE, 1973 ; OLIVIER, 1992).

Fig. 2. Plan d’ensemble du monument d’Ucuetis réalisé par P. Varène et J. Bigot (MARTIN, VARÈNE, 1973, pl. 3). Les fragments du fer de faux ont été découverts dans la pièce portant le n° 1.

19L’entrée se faisait directement depuis le portique qui bordait au nord la place publique. Un couloir suivi d’une cage d’escalier (n° 332 de la fouille de 1908 ; pièce n° 2 sur le plan fig. 2) donnait accès au niveau inférieur du portique et à la cour. Accolées à l’ouest de l’escalier se trouvaient deux vastes salles rectangulaires superposées correspondant à la moitié de l’aile sud (n° 2 sur le plan fig. 2). La salle supérieure (L : 7,47 m ; l : 5,55 m) s’ouvrait sur la galerie basse du portique intérieur. Au moment de la fouille, son mur sud portait encore d’importants vestiges de la plinthe d’un décor pariétal. La salle inférieure, creusée dans la dalle calcaire, était souterraine et de dimensions sensiblement plus petites (L : 6 m ; l : 4,30 m). Elle prenait jour par des soupiraux ouvrant au niveau du sol du portique intérieur. On y accédait par un escalier indépendant en pierre qui débouchait dans ce qu’on appelle traditionnellement la « crypte » par une porte monumentale en plein cintre. L’ensemble de cette aile du « monument » au moins a été détruit par un violent incendie qui a réduit une partie des moellons et blocs de grand appareil en chaux. Des traces de rubéfaction sont aisément perceptibles aujourd’hui encore sur les parois du sous-sol. Cette destruction pourrait être datée du dernier tiers du IIIe siècle sur la base de quelques indices chronologiques donnés par certains objets collectés, davantage que par les éléments donnés par les rares monnaies recueillies.

20L’organisation sur deux niveaux de ce volume n’ayant été reconnue que très progressivement au cours de la fouille de 1908, à partir du moment où à été commencé le dégagement du sous-sol, l’ensemble de sa fouille est repéré sous le numéro de la pièce 331. Seule la chronologie des découvertes et la référence à divers éléments structurels mentionnés dans les écrits de V. Pernet et repérables sur les clichés anciens ou encore visibles sur le terrain permettent parfois de préciser davantage la position initiale du mobilier.

21C’est ainsi qu’il est possible de localiser plus précisément le lieu de découverte des fragments de fer de faux. Tous trois semblent avoir été collectés assez près du mur qui limite au sud la pièce, dans la partie supérieure du comblement de la salle aménagée en sous-sol. Ils étaient mêlés aux décombres issus de la destruction de la salle située au-dessus de ce local souterrain.

22Outre les fragments de fer de faux, la fouille des décombres de cette salle a livré un mobilier presque exclusivement métallique dont l’inventaire s’avère aussi impressionnant qu’hétéroclite. Faute de pouvoir en reconnaître encore aujourd’hui tous les éléments dans les collections du musée, il nous faut à nouveau nous reporter à la liste qu’a tenue au jour le jour V. Pernet. Il s’agit notamment d’outils artisanaux et agraires ainsi que d’objets domestiques : un chenet, un gril, une « pelle à feu » à manche torse, une hipposandale, un mors, un fer de lance à douille, un marteau, un compas, deux mèches de vilebrequin, une virole, une hache, une lame de scie de long avec dents à crochets, une bédane, deux gouges, une herminette, une râpe à bois, deux « outil[s] de menuisier » dont un est doté d’une douille, deux burins, trois objets en bronze en forme de « clapet » ou de « patères » [sic.] que l’on identifie aujourd’hui à des matrices destinées à estamper des positifs en cire de phalères de harnachement, deux pioches dont une à deux bouts dont l’un servait de cognée, une serpe avec douille, deux lames de forces, deux clochettes et trois couteaux et divers éléments de seau dont une anse.

23Plusieurs des objets recueillis présentent des aspects techniques exceptionnels (manche de « pelle à feu » torsadé, gril forgé à partir d’un seul morceau de métal). On peut être surpris par l’unicité du chenet sauf à lui prêter une charge particulière dans ce contexte. Leur était associée une amphore en bronze importée de Campanie, d’un type daté de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère, encore dotée d’une anse très ouvragée. Ce vase portait une dédicace au dieu Ucuetis et à sa parèdre Bergusia par Remus, fils de Primus (CIL, XIII, n° 11 247) recouvrant l’emplacement de la seconde anse.

24Le nom d’Ucuetis était connu sur le site d’Alésia depuis 1839, date à laquelle avait été exhumée la fameuse inscription gallo-latine en forme de tabula ansata qui mentionne le nom celte d’Alésia sous la forme Alisiia. Trouvée dans le secteur de la place publique et à proximité du « monument », cette inscription correspond à la dédicace d’un espace – local, bâtiment, état actuel du « monument » ? – au dieu Ucuetis par Martialis, fils de Dannotalos. Cette inscription fait allusion aux artisans métallurgistes. Elle a été datée de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère (CIL, XIII, n° 2880 ; RIG, II, n° L-13).

25Sur la base de l’ensemble de ces découvertes, Pierre Varène et Roland Martin ont proposé d’interpréter l’espace 331 comme un lieu de culte dédié à Ucuetis, divinité indigène protectrice des métallurgistes d’Alésia, bronziers et forgerons. Dans une acception plus large, ils ont proposé d’identifier le « monument d’Ucuetis » comme le siège de la corporation des représentants de ces activités artisanales. L’importance de l’édifice et son emplacement privilégié soulignent leur prospérité et leur rôle dans l’économie de la ville (MARTIN, VARÈNE, 1973, p. 156-160).

3. Description et caractéristiques techniques de la lame de faux

3.1. Description

26Tel qu’il est aujourd’hui conservé, le fer de faux d’Alésia se compose de trois fragments distincts (fig. 7).

Fig. 3. Fragment n° 2007.1.333 correspondant à l’extrémité utile de la lame de faux. Cliché Fr. Perrodin, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.

27Le fragment n° 2007.1.333 (fig. 3) correspond à l’extrémité utile d’une lame de faux. Il mesure aujourd’hui 45 cm de longueur (mesure prise sur le dos) pour 6,5 cm de largeur maximale. La pointe et le tranchant terminal sont à peu près conservés tandis que la partie opposée, proche de la cassure, est plus lacunaire. Le dos de la lame est renforcé par une forte nervure double soulignée par une gorge en U. La largeur et la profondeur de cette nervure décroissent vers la pointe. Le matériau est boursouflé, profondément minéralisé et vidé de la majeure partie du matériau ferreux originel. Le profil est déformé par plusieurs ondulations, conséquence probable de l’écrasement du fragment sur une surface dure lors de son enfouissement. Au niveau du profil n° 1 (le plus proche de l’extrémité utile), le dos de la lame présente un léger cintre, avec un aspect gondolé ; l’extrémité de la nervure de renfort s’y termine en mourant. Au niveau du profil n° 2, le dos de la lame présente un aspect gondolé très net.

Fig. 4. Fragment n° 2006.1.122 correspondant à l’extrémité proximale de la lame de faux. Cliché Fr. Perrodin, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.

28Le fragment n° 2006.1.122 (fig. 4) se compose de deux éléments concordants mais non jointifs dont le matériau, très fissuré, conserve encore du fer. Le profil n° 3 montre que le dos de la lame est fortement ondulé ; les pointillés soulignent une zone où les altérations du métal ont causé une perte de matière. Le profil n° 4 présente un profil concave dû à la déformation du métal. La même cause se traduit par un profil convexe et gondolé sur le profil n° 5, proche de l’extrémité proximale.

29Le premier élément, le plus long, correspond à un fragment de lame. Il mesure 58 cm de longueur (mesure prise sur le dos) pour une largeur qui oscille entre 7 et 7,5 cm. Le tranchant est assez bien conservé. La nervure qui renforce le dos est assez régulière. Elle présente un profil similaire à celle du fragment n° 2007.1.333. La déformation subie par le métal au niveau du profil n° 6 lui donne un aspect plan à peine concave. Le dos de la lame est plan (ou presque) à la hauteur du profil n° 7.

30Le second élément associe un talon de lame de faux et un tenon qui servait à l’emmanchement. Il mesure 35 cm de longueur pour une largeur maximale de 7,5 à 8 cm. Comme sur l’élément précédent, la corrosion a fait disparaître une grande partie du taillant. La nervure de renfort se retrouve sur la partie dorsale du fragment mais, en se rapprochant du talon, la gorge s’élargit et se creuse.

31La portion de lame se prolonge par une soie plate de 19,2 cm de longueur pour une largeur de 2,8 cm vers la lame et de 2,9 cm vers son extrémité proximale, et une épaisseur de 9,2 cm. Un très léger repli du métal formant talon souligne l’extrémité proximale. À proximité de celle-ci, l’examen de la surface laisse apparaître une petite boursoufflure circulaire centrée qui peut être interprétée comme le vestige d’un rivet bien que la radiographie ne révèle rien.

32L’étude complémentaire réalisée par le Centre de Restauration et d’Études archéologiques municipal Gabriel Chapotat de Vienne en 2014 a validé l’hypothèse d’une appartenance de ces trois fragments à un seul et même fer de faux en s’appuyant moins sur leur aspect de surface, très différent en raison des différences de traitement dont ils ont fait l’objet, que sur leurs caractéristiques formelles. Elle a notamment vérifié que les trois parties étaient complémentaires les unes des autres malgré la disparition des points de jonction. Elle a permis de préciser que les deux parties réunies sous le n° 2006.1.122 devaient bel et bien être rapprochées - leur courbure est la même - malgré une lacune évaluée à un centimètre environ.

33La forte nervure, dont l’épaisseur dépasse 2 cm vers le talon, que borde une gorge en U évasé vers le plat de la lame, est également apparue comme un élément déterminant. Elle est très comparable sur les trois fragments, bien qu’elle soit moins nette au niveau de la cassure du fragment n° 2007.1.333, sans doute en raison d’une plus mauvaise conservation (fig. 5).

Fig. 5. Vues de détail de la gorge en U évasé du plat de la lame. Cliché Fr. Perrodin, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.

34En revanche, il s’est avéré très difficile – sinon impossible – de replacer les trois parties en raccordant la courbe et le cintrage de la lame dans les trois dimensions. En effet, les trois fragments ont subi de nombreuses déformations dues à leur enfouissement brutal dans les décombres du bâtiment, à la corrosion qui a entraîné d’importantes pertes de matière et des déformations (gonflement de la lame, modification du profil du dos), ainsi qu’aux conséquences des restaurations anciennes pour le n° 2007.1.333 et de l’absence de restauration pour le n° 2006.1.122.

Fig. 6. Traces de réparations antiques sur le fragment n° 2006.1.122. Radiographie du Centre de Restauration et d’Études archéologiques municipal Gabriel Chapotat de Vienne.

35Notons enfin que les radiographies réalisées par le laboratoire de Vienne ont mis en évidence la présence de deux réparations antiques sur le fragment de talon de la lame (fig. 6). Ces réparations ont été réalisées par application de plaquettes soudées sur la lame, qui montre alors une sur-épaisseur et une différence de résistance mécanique. Elles témoignent de la vie d’un outil sans doute longuement utilisé, comme l’indiquent aussi les irrégularités du tranchant. La radiographie montre aussi que la cassure de ce fragment s’est faite juste à côté de l’une de ces réparations.

3.2. Les caractéristiques techniques de la lame de faux

36L’assemblage des trois éléments sur dessin (fig. 7) en suivant la courbure et le renforcement dorsal permet de donner des indications intéressantes, à commencer par la longueur de la lame. Celle-ci peut être estimée à 1,30 m longueur hors tout, en tenant compte des dimensions données par V. Pernet pour la longueur du fragment qui porte l’extrémité utile au moment de sa découverte (60 cm pour 45 cm conservés) et de la lacune centimétrique qui existe à la jonction des deux autres fragments. La longueur de la corde du taillant devait avoisiner 1,20 m.

Fig. 7. Restitution graphique du fer de faux droite à coupe latérale d’Alésia. Dessin M. Brunet, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.

37La longueur de la lame pose problème car cela l’alourdit. Elle est particulièrement grande et se situe dans la gamme haute des faux gallo-romaines découvertes à ce jour. Par contre la forme générale du taillant est réellement circulaire, ce qui la distingue de façon indiscutable des faux habituellement découvertes en Gaule et la rapproche des faux caractéristiques du Moyen Âge. Enfin, à la différence des autres faux, un léger cintrage de la lame semble apparaître afin, si cela est confirmé, d’augmenter la résistance à la flexion de la lame, comme pour les faux plus récentes.

38La masse exacte de la faux était certainement assez différente de la somme de la masse des trois éléments découverts, d’une part parce qu’une lacune assez importante existe entre les deux principaux fragments et que la corrosion a fait disparaître l’essentiel de la masse ferrique ainsi que la partie la plus fine de la lame qui constituait son taillant, d’autre part en raison des conséquences mêmes des réparations antiques que révèlent les radiographies, et celles des restaurations effectuées. Par conséquent, la masse actuelle de 1,232 kg ne peut être considérée que comme indicative d’un minima.
En revanche, faute d’élément conservé, nous n’avons aucune indication particulière sur la forme du manche. On pourrait penser à un manche coudé comme dans certaines représentations, comme celle de Francalmont (fig. 8), mais ce n’est qu’une hypothèse.

  • 2 Les valeurs de cet angle sont généralement voisines de 20 à 25° (Georges Comet indique environ 25°  (...)

39La soie de la faux d’Alésia présente une inclinaison par rapport au plat de la lame et il est possible d’estimer l’angle qu’elle dessine avec le sol. Du dessin coté qu’il a été possible de réaliser on peut conclure qu’à la différence des grandes faux gauloises à forte courbure, où le tenon de fixation du manche se trouve sur le plan de la lame, le manche serait ici incliné d’environ 20 à 30°. Cet angle du manche facilite la prise en main du faucheur en position verticale. Par comparaison, l’angle généralement retenu2 est de 20 à 25° sur les faux contemporaines (XIXe et XXe siècles). Cette particularité constitue une originalité. C’est un des critères retenus pour parler de faux moderne (SIGAUX, 2003, p. 289). Il convient aussi de rappeler qu’à ce jour une faux droite et plate, mais à taillant rectiligne, avec un décalage du tenon de fixation du manche par rapport au plan de la lame, a été découverte au nord de la Gaule, à Karkhove (Belgique ; HENNING, 1991, p. 49-59).

4. Examen comparatif

40Afin de compléter l’étude du fer de faux droite identifié à Alésia, il s’avère indispensable de le confronter à l’iconographie antique disponible et de mener une comparaison technique avec les fers de faux conservés.

41Il existe deux représentations connues de faux droites en Gaule pour l’époque romaine. Il s’agit de deux reliefs : une stèle funéraire découverte en 1820 à Francalmont, près de Luxeuil (Haute-Saône), conservée au musée Georges-Garret de Vesoul, et la scène illustrant le mois de juillet sur le calendrier des travaux des mois de l’arc de Reims connu sous le nom de « porte de Mars ». Dans les deux cas, le faucheur affûte sa faux, ce qui implique que l’outil est représenté retourné, la lame en haut.

4.1. Stèle de Francalmont (musée Georges-Garret, Vesoul)3

  • 3 Inventoriée sous le n° 982.2.3.

42Sur la stèle de Francalmont (WALTER, 1974, n° 160 p. 127-128 et pl. LI), le manche de la faux est en biais, dirigé vers le bas, et la lame horizontale (fig. 8 et 9). Le faucheur affûte la lame en la tenant bien en main, de la même manière que les faucheurs contemporains. Le manche apparaît perpendiculaire à la corde du taillant et sensiblement au milieu ; ce mode de fixation équilibre, pour le faucheur, l’ensemble du poids de la faux lorsqu’il tient le manche. Cela est d’autant plus justifié que la faux est assez lourde.

Fig. 8. Stèle dite « du faucheur » découverte à Francalmont (Haute-Saône), conservée au musée Georges-Garret de Vesoul. Cliché Studio Claude-Henri Bernardot, musée Georges-Garret, Vesoul.

Fig. 9. Détail de la faux représentée sur la stèle de Francalmont, avec surimposition d’un dessin interprétatif. DAO A. Marbach).

43Certains détails techniques bien visibles sur la stèle sont intéressants, par exemple la douille en métal qui permet d’assembler le manche et la lame, le manche coudé, la forme de la lame qui est vue en gros plan (le taillant affecte une forme circulaire). Il convient de souligner que le sculpteur a pris soin de représenter la nervure qui renforce le dos de lame. L’angle que forme le manche avec le plat de la lame n’apparaît pas, mais c’est peut-être ici une question de représentation. Il paraît imprudent d’aller plus avant. Rien ne permet de dater cette stèle avec une relative précision, mais il ne serait pas aberrant de l’attribuer au IIe ou au IIIe siècle.

4.2. Porte de Mars à Reims

  • 4 Nous remercions François Berthelot, conservateur du patrimoine au Service régional de l’archéologie (...)

44L’arc de Reims est, dans le domaine des faux gallo-romaines du calendrier des saisons, sujet à des ambiguïtés. Les représentations des faux sur le monument ont subi des dégradations et il n’est plus possible actuellement d’en tirer quelque enseignement. Il faut avoir recours à des figurations anciennes et malheureusement, dans ce domaine, il n’y a pas de véritable unité. La représentation de Jean Collin au XVIIesiècle montre indiscutablement deux types de faux, une droite en cours d’affûtage et une à forte courbure en action (Journal des sçavans, XIX, 1678, planche hors texte), tandis que celles de Bence (début du XIXe siècle ; LABORDE, 1816, pl. CXIII) (fig. 10) et de Narcisse Brunette (qui a travaillé sur la porte de 1835 à 1839 : BRUNETTE, 1861), elles, mentionnent deux faux courbes identiques. Bien que la préférence d’Henri Stern (STERN, 1962, p. 1140-1146) aille à la figuration générale de Bence pour tout le monument, il faut être prudent (MARBACH, 2012, p. 113). On ne peut dans le cadre de cette recherche sur la faux d’Alésia relancer le débat, mais noter que les deux solutions sont possibles et qu’une faux droite n’est pas exclue. L’arc de Reims est daté de la fin du IIe ou des deux premières décennies du IIIe siècle4.

Fig. 10. Relief illustrant le mois de juillet sur la porte de Mars à Reims. A. d’après la gravure donnée par J. Collin (COLLIN, 1678). Musée Saint-Remi, Reims, scanner A. Marbach ; B. d’après la gravure de N. Bence publiée par A. de Laborde (LABORDE, 1835). Collection Société des Amis du Vieux Reims, Musée Le Vergeur.

45La faux droite reconstituée d’Alésia a quelques particularités qui la distinguent des faux à grandes courbures qui sont le lot commun des découvertes actuelles. Les reproductions des deux types de faux ont été mises en parallèle (fig. 11). Cette confrontation révèle des différences notables, car il ne s’agit pas uniquement d’un problème de courbure, mais bien d’une question plus fondamentale : celle de la conception de la faux.

Fig. 11. Comparaison entre faux droite et faux à grande courbure gallo-romaine (DAO A. Marbach).

46La faux retenue pour comparaison est celle trouvée en Suisse, à Chamoson dans le Valais (MARBACH, 2012, p. 36-37), car elle a paru représentative de l’ensemble des faux découvertes. Si les dimensions générales des deux outils sont assez voisines, il apparaît des différences importantes.

47Tout d’abord, la faux à grande courbure de Chamoson est plate, la lame et le tenon de fixation du manche sont dans le même plan. À la différence des grandes faux gauloises à forte courbure, la faux droite d’Alésia est munie d’une soie de fixation qui est décalée du taillant de la lame (cf. supra) de l’ordre de 20 à 30°.

48D’autre part, la coupe transversale de la lame de Chamoson montre que la nervure pleine de raidissement et le tranchant sont dans le même plan, ce qui ne semble pas être le cas pour la faux d’Alésia. Sur cette dernière, la lame est un peu cintrée, comme une approche des faux plus contemporaines (cf. supra). Bien sûr l’état de conservation des trois fragments peut laisser quelques doutes, mais cette hypothèse peut être retenue. Certes un fragment de fer de faux trouvé dans la forêt de Compiègne (conservé au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye) et un fer de faux mieux conservé découvert en Moselle à Hettange-Grande (conservé au Musée de la Tour aux Puces de Thionville) semblent correspondre à des faux à faible courbure mais, dans les deux cas, le tenon de fixation se trouve dans le plan de la lame et la lame est plate (MARBACH, 2012, p. 58-59 et p. 66-67).
Il n’y aurait donc pas seulement une différenciation fondée sur l’angle du manche et la forme de la lame, mais peut-être aussi un type de fabrication différent.

Conclusion

49L’étude du fer de faux d’Alésia confirme que nous sommes bien en présence d’une faux droite de faible courbure à coupe latérale avec un tenon de fixation du manche incliné par rapport à la lame et de fabrication particulière. En l’état des connaissances, c’est le seul exemplaire de ce type de faux identifié en Gaule.

50Avec toutes les réserves qu’il convient de faire quant à la fiabilité des figurations de ce genre, on peut toutefois avancer que la faux droite d’Alésia correspond assez bien à celle de la stèle de Francalmont. La représentation des faux du calendrier des saisons de la Porte Mars à Reims laisse toujours planer un doute. La forme exacte du manche par contre reste inconnue. On peut toujours conjecturer que ce type de faux, caractérisé par une forme droite et de faible courbure, pourrait avoir été d’un emploi plus répandu en Gaule qu’on aurait pu le penser jusqu’alors.

51Même s’ils restent très ténus en l’état du dossier, les éléments de datation recueillis paraissent dessiner une certaine convergence autour du IIe et du IIIe siècle, fourchette qui pourrait être encore réduite à une période comprise entre la fin du IIe et celle du IIIe siècle.

52L’importance des grandes faux courbes retrouvées en Gaule a jeté un voile sur les autres types de faux. Nous serions peut-être dans la même situation que le Norique et la Pannonie où, si l’on en croit Richard Pohanka, les deux types de faux ont cohabité mais avec une majorité de faux droites (POHANKA, 1986, p. 134, 138, 140). Il aurait donc pu y avoir deux utilisations différentes de ces outils. Il serait imprudent d’aller plus loin en l’état des données, mais une voie de réflexion est ouverte.

53Enfin, il convient de remarquer que la découverte d’une lame de faux droite à coupe latérale parmi les objets offerts par les métallurgistes d’Alésia à leur dieu protecteur Ucuetis laisse présumer que ce fer a été fabriqué par l’un des forgerons de l’agglomération et ne résulte pas d’une importation.

Haut de page

Bibliographie

BARBET A., DAVREU Y., LE BOT A., MAGNAND D., 1977, « Peintures murales romaines d’Alesia : l’hypocauste n° 1 », Gallia, T. 35, p. 173-199.

BRUNETTE N., 1861, Notice sur les antiquités de Reims : les découvertes récemment faites, et les mesures adoptées pour la conservation des anciens monuments de la ville, Reims, Brissart-Binet, VII et 80 p.

CIL, XIII = HIRSCHFELD O. dir., 1899, Inscriptiones Trium Galliarum et Germaniarum latinae. Inscriptiones Aquitaniae et Lugdunensis, Berlin, Reimer.

COMET G., 1992, Le paysan et son outil : essai d’histoire technique des céréales (France, VIIIe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 711 p. (Coll. de l’École française de Rome, 165).

CREUZENET F., OLIVIER A., 1994, « La façade du monument d’Ucuetis et les états antérieurs sur la bordure septentrionale du forum d’Alesia », R.A.E., t. 45, p. 450-480.

HENNING J., 1991, Fortleben und Weiterentwicklung spätrömischer Agrargerätetraditionen in Nord-Gallien : eine Mähsense der Merowingerzeit aus Kerkhove (Belgien), p. 48-59 (Acta Archeologica Lovaniensia, 30).

Journal des Sçavans, 1678 = Journal des Sçavans, XIX, 30 mai 1678, Arc de Triomphe trouvé sous les rempars de la Ville de Reims, p. 223-232.

LABORDE A. de, 1835, Les monuments de France classés chronologiquement et considérés sous le rapport des faits historiques et de l’étude des arts, Paris, Impr. Diderot Ainé, 2 vol. : 92 p., 116 pl.

MARBACH A., 2004, Recherches sur les instruments aratoires et le travail du sol en Gaule Belgique, Oxford, Archaeopress, 153 p., 68 p. de pl. (BAR Intern. serie, 1235).

MARBACH A., 2012, Catalogue et étude des faux et des outils agricoles de coupe à lame et à manche entiers en Gaule, Oxford, Archaeopress, 175 p. (BAR Intern. serie, 2376).

MARTIN R., VARÈNE P., 1973, Le monument d’Ucuetis à Alésia, Paris, éd. du CNRS, 172 p. (26ème suppl. à Gallia).

OLIVIER A., 1992, « Les chapiteaux à consoles du ‘celicnon’ d’Ucuetis à Alesia : étude de structure », R.A.E., t. 43, fasc. 2, p. 308-327.

PERNET V., 1908, Journal des fouilles 1908, n° 1, Cahier manuscrit, Archives Musée Alésia, 56 p.

PERNET V., 1908-1909, Fouilles 1908-1909, carnet manuscrit, archives Musée Alésia, 204 + 19 p. et 2 p. non paginées.

PERNET V., 1909, « Fouilles de la Société des Sciences sur le Mont-Auxois : campagne de 1908 », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, XXXVI, 1908-1909, p. 385-452.

POHANKA R., 1986, Die eisernen Agrargeräte der Römischen Kaiserzeit in Österreich, Oxford, B.A.R., 390 p., 65 pl. (BAR Intern. serie, 298).

REES S. E., 1979, Agricultural implements in prehistoric and Roman Britain, Oxford, B.A.R., 2ème partie, 772 p., 256 + 19 pl. (BAR British serie, 69).

RIG II = LEJEUNE M., 1988, Recueil des Inscriptions gauloises, vol. II, fasc. 1 : Textes gallo-étrusques textes gallo-latins sur pierre, Paris, éd. du CNRS (45ème suppl. à Gallia).

SIGAUT Fr., 1985, « Moisson et fenaison », Les Nouvelles de l’Archéologie, 19, p. 28-38.

SIGAUT Fr., 2003, « La faux, un outil emblématique de l’agriculture européenne », in : COMET G. dir., L’outillage agricole médiéval et moderne et son histoire, Actes des 28èmes journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 7-9 sept. nov. 2001, Toulouse, Presses univ. du Mirail, p. 281-295.

STERN H., 1962, « Le cycle des mois et la Porte Mars à Reims », in : RENARD M. éd., Hommages à Albert Grenier, Bruxelles, Latomus, p. 1140-1446 (Coll. Latomus, 58).

WALTER H., 1974, La sculpture funéraire gallo-romaine en Franche-Comté, Paris, Les Belles-Lettres, 184 p., 56 p. de pl. (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 176).

Haut de page

Notes

1 Avec un niveau de confiance de 95 % (quasi-certitude) l’échantillon représentatif varie de 278 à 384 selon la population totale d’outils, qui se situe entre 1.000 ou 1.000.000. Avec un niveau de confiance de 90 % l’échantillon varie de de 88 à 97 selon l’importance de cette population. Que la population totale d’outils passe de 1000 à plus de 1.000.000 ne change pas sensiblement la taille de l’échantillon.

2 Les valeurs de cet angle sont généralement voisines de 20 à 25° (Georges Comet indique environ 25° : COMET, 1992, p. 189). On peut aisément le vérifier. La hauteur des mains se situe autour de 0,60 m, même avec une légère flexion du corps. La longueur du manche relevée sur un certain nombre d’exemplaires se situe autour de 1,50 m. La lame de faux se trouve donc généralement à environ 1,15 m/1,20 m de l’axe du faucheur.

3 Inventoriée sous le n° 982.2.3.

4 Nous remercions François Berthelot, conservateur du patrimoine au Service régional de l’archéologie de Champagne-Ardennes, pour ces informations actualisées.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation réalisé par A. Olivier à partir du relevé photogrammétrique d’A. Carrier-Guillomet (CRA Valbonne, CNRS).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2. Plan d’ensemble du monument d’Ucuetis réalisé par P. Varène et J. Bigot (MARTIN, VARÈNE, 1973, pl. 3). Les fragments du fer de faux ont été découverts dans la pièce portant le n° 1.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 3. Fragment n° 2007.1.333 correspondant à l’extrémité utile de la lame de faux. Cliché Fr. Perrodin, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. Fragment n° 2006.1.122 correspondant à l’extrémité proximale de la lame de faux. Cliché Fr. Perrodin, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5. Vues de détail de la gorge en U évasé du plat de la lame. Cliché Fr. Perrodin, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 6. Traces de réparations antiques sur le fragment n° 2006.1.122. Radiographie du Centre de Restauration et d’Études archéologiques municipal Gabriel Chapotat de Vienne.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 7. Restitution graphique du fer de faux droite à coupe latérale d’Alésia. Dessin M. Brunet, Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 8. Stèle dite « du faucheur » découverte à Francalmont (Haute-Saône), conservée au musée Georges-Garret de Vesoul. Cliché Studio Claude-Henri Bernardot, musée Georges-Garret, Vesoul.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 10. Relief illustrant le mois de juillet sur la porte de Mars à Reims. A. d’après la gravure donnée par J. Collin (COLLIN, 1678). Musée Saint-Remi, Reims, scanner A. Marbach ; B. d’après la gravure de N. Bence publiée par A. de Laborde (LABORDE, 1835). Collection Société des Amis du Vieux Reims, Musée Le Vergeur.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Légende Fig. 11. Comparaison entre faux droite et faux à grande courbure gallo-romaine (DAO A. Marbach).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Grapin et André Marbach, « Identification d’un fer de faux droite à coupe latérale gallo-romain à Alésia (Côte-d’Or) : une découverte importante », Revue archéologique de l’Est, tome 65 | 2016, 371-381.

Référence électronique

Claude Grapin et André Marbach, « Identification d’un fer de faux droite à coupe latérale gallo-romain à Alésia (Côte-d’Or) : une découverte importante », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 10 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rae/8934

Haut de page

Auteurs

Claude Grapin

Conservateur départemental du patrimoine chargé du MuséoParc et du Musée Alésia, Conseil départemental de la Côte-d’Or, Dijon. claude.grapin@cotedor.fr

Articles du même auteur

André Marbach

Chercheur associé post-doctorant au Centre de Recherches universitaire Lorrain d’Histoire de Metz. amj.marbach@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page