Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Valérie DELATTRE, Rebecca PEAKE, avec la coll. de Bénédicte PRADAT, 2015, La nécropole de la ‘Croix-Saint-Jacques’ à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) et l’étape initiale du Bronze final à l’interfluve Seine-Yonne

Paris, SPF, 182 p. 133 fig. (Mémoires de la Soc. préhistorique française, 60).
Jean-François Piningre
p. 448-449

Texte intégral

1La publication de la nécropole de la phase initiale du Bronze final de Marolles-sur-Seine « la Croix-Saint-Jacques » s’inscrit dans une longue lignée de recherches et de publications qui font maintenant référence et caractérisent la région particulièrement riche de la confluence Seine-Yonne et ses extensions en direction du Nogentais et du Sénonais. À l’aide de cartes actualisées, l’historique de ces recherches, exposé en préambule dans les deux premiers chapitres, permet de mesurer, si besoin était, l’importance documentaire que le secteur de la Bassée représente grâce à une politique de prospections et de fouilles préventives poursuivie avec opiniâtreté depuis une cinquantaine d’années. De solides études et des monographies fournissent une base de comparaisons sur lesquelles s’appuie l’approche des comportements funéraires et sociaux mis en perspective à travers cette nouvelle publication (ROSCIO, 2011 ; ROTTIER et alii, 2012 pour ne citer que les plus récentes).

2C’est donc dans un contexte déjà bien connu que vient s’inscrire la fouille préventive de la « Croix-Saint-Jacques » réalisée en 2004 à l’occasion de la création d’une ZAC de 50 ha et présentée en début d’ouvrage. L’ensemble funéraire de 65 sépultures, dont 51 incinérations et dix inhumations, et de sept monuments, représente la partie la mieux protégée d’une nécropole plus étendue vers le nord-est et partiellement arasée. Une première partie, riche de plusieurs chapitres thématiques, est consacrée aux questions posées par la diversité des pratiques funéraires observées ici. Sont tour à tour présentés et analysés les mobiliers et les dépôts d’accompagnement, les aménagements internes et externes des tombes et enfin l’organisation de l’espace funéraire et sa chronologie. Dans une seconde partie, un corpus de 73 pages offre les fiches descriptives, détaillées et illustrées, au spécialiste qui souhaite approfondir chacun de ces ensembles.

3La variété du traitement du corps, où l’incinération occupe une place prépondérante, pose d’emblée la question d’une évolution dans le temps des pratiques funéraires et celle de l’histoire et du statut de la nécropole dans son contexte régional. Coexistent ainsi des inhumations et des incinérations en fosses allongées, des incinérations en céramique déposées dans des fosses réduites – la moitié au moins des dépôts –, voire trois intrigantes « structures funéraires sans corps » où l’agencement du mobilier montre une importance tout aussi forte de la mise en scène funéraire affranchie du dépôt des restes d’un défunt. Dans le détail, la spécificité de chaque sépulture se traduit aussi dans la sélection et le degré de calcination des restes incinérés et par leur position dans la tombe : plus ou moins volumineux, voire insignifiants, déposés à l’intérieur et/ou à l’extérieur d’un vase, sous un vase retourné ou encore dans le remplissage de grandes fosses quadrangulaires.

4De la tombe en coffrage rectangulaire en bois, accompagné ou non de parement de pierre, au simple dépôt en fosse étroite, les différents types d’aménagements sont alors examinés sous l’angle des distinctions hiérarchiques entre les individus inhumés et celui d’une évolution chronologique progressive des pratiques funéraires. Il en est de même de la position du mobilier d’accompagnement placé dans ou à côté de l’urne contenant les cendres, voire superposé ou étagé dans le cas de l’incinération en fosse rectangulaire n° 41 qui rappelle les constructions mises en évidence dans plusieurs sépultures à incinération de la nécropole RSFO de Vidy dans la banlieue de Lausanne (MOINAT, DAVID-ELBIALI, 2003). Quelques aménagements singuliers sont d’un abord plus délicat. L’interprétation du spectaculaire calage de tessons provenant de plus de 70 vases de la tombe 23 laisse dans l’indécision entre une signification symbolique et sociale de cet aménagement particulier ou une simple commodité fonctionnelle ayant occasionné l’utilisation de ces matériaux inhabituels.

5L’analyse du petit mobilier et de la céramique composée de jarres biconiques, de gobelets et de coupelles permet d’aller au-delà des comparaisons typo-chronologiques, très homogènes dans le contexte régional, en abordant les implications sociales du geste funéraire et du costume marquant l’identité du défunt. Le mobilier d’accompagnement est retrouvé en position d’usage sur les inhumations ou souvent calciné et mêlé aux restes humains dans les incinérations. Les témoins de l’équipement du défunt sont classiquement composés d’épingles, de bracelets, d’anneaux, de boutons, de perles en ambre, verre, os, pierre ou coquillage. Dans la tombe n° 82, de petits fragments d’or repliés ou découpés, ici assimilés aux objets de parure, peuvent tout aussi bien être considérés comme des symboles statutaires au même titre que le poignard et le couteau. Il en est de même de certains dépôts secondaires parmi lesquels figurent quelques objets singuliers comme un fléau de trébuchet en os, ou plus inhabituels en contexte funéraire comme un hameçon en bronze et un tranchant de hache. Enfin, quelques ossements animaux et restes végétaux (graines carbonisées) indiquent dans quatre sépultures la présence épisodique de dépôts alimentaires. Une série de planches synthétiques permet ainsi de visualiser aisément les particularités de l’agencement de chaque tombe, la nature du mobilier déposé, ainsi que la diversité de leurs architectures (fig. 24-25).

6Bien que la répartition des tombes laisse penser d’une manière générale que les emplacements anciens persistaient dans la mémoire collective, la signalisation des sépultures au sein de l’espace funéraire reste une question souvent débattue sans solution compte tenu de l’arasement fréquent des superstructures. Dans la tombe 86, l’existence d’une dalle dressée, arasée, suggérant la présence d’une stèle, pourrait ici répondre à cette question. Cinq enclos fossoyés circulaires, deux enclos fossoyés quadrangulaires et deux enclos aménagés au moyen de blocs de pierres indiquent l’existence de constructions monumentales qui peuvent distinguer des tombes d’individus privilégiés, bénéficiant de l’investissement de la communauté, au moins pour quatre d’entre eux ayant conservé une sépulture.

7Sur une durée d’utilisation relativement courte entre le Bz D1 et D2, comme l’indique la fourchette restreinte des datations radiocarbone confrontée à l’analyse du mobilier, la diversité apparente des sépultures reflète une adaptation progressive de nouvelles traditions funéraires à la charnière entre le Bronze moyen et le plein Bronze final que les auteures de l’étude ont su parfaitement décrire et interpréter ici.

8Replacée dans un cadre géographique élargi, la nécropole de « la Croix-Saint-Jacques », au même titre que celles de Courcelles (Loiret) (voir le compte-rendu ci-après) et d’autres ensembles du confluent Seine-Yonne et du Nogentais, publiés ou en cours d’étude, illustre dès cette étape toute la complexité ainsi que toute la profondeur chronologique de ces nécropoles. On retiendra à cet égard la présence secondaire d’une calotte crânienne, datée par le radiocarbone du Bronze ancien et placée à la base de la fosse de l’inhumation 64 du début du Bronze final, l’une des plus anciennes du site. La présence volontaire ou fortuite de cette relique soulève à travers les générations la question du caractère fondateur de cet ensemble (chap. 4).

9Au terme de cette monographie novatrice, nous partagerons sans réserve la conclusion des auteures : « les pratiques funéraires de la fin de l’Âge du Bronze dans la vallée de la Haute-Seine […] constituent un cadre d’étude exceptionnel pour les recherches menées sur la protohistoire ancienne en Europe du Nord et constituent une base de réflexions propices à de futurs débats… ». Nul doute que l’étude de la nécropole de la « Croix-Saint-Jacques » nous livre un complément indispensable et de nouvelles pistes de recherches pour l’interprétation des pratiques funéraires à l’Âge du Bronze en France orientale.

Haut de page

Bibliographie

MOINAT P., DAVID-ELBIALI M., 2003, Défunts, bûchers et céramiques : la nécropole de Lausanne-Vidy et les pratiques funéraires sur le Plateau suisse du XIe au VIIIe s. av. J.-C., Lausanne, CAR, 310 p., 190 fig. (Cahiers d’Archéologie romande, 93).

ROSCIO M., 2011, Nouvelles approches des nécropoles de l’étape ancienne du Bronze final (Bz D-Ha A1) du Bassin parisien au Jura souabe, Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’Univ. de Bourgogne, Archéologie, 3 vol.

ROTTIER S., PIETTE J., MORDANT C., 2012, Archéologie funéraire du Bronze final dans les vallées de l’Yonne et de la haute Seine : les nécropoles de Brabey, Barbuise et La Saulsotte, Dijon, Éd. univ. de Dijon, 790 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Piningre, « Valérie DELATTRE, Rebecca PEAKE, avec la coll. de Bénédicte PRADAT, 2015, La nécropole de la ‘Croix-Saint-Jacques’ à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) et l’étape initiale du Bronze final à l’interfluve Seine-Yonne », Revue archéologique de l’Est, tome 65 | 2016, 448-449.

Référence électronique

Jean-François Piningre, « Valérie DELATTRE, Rebecca PEAKE, avec la coll. de Bénédicte PRADAT, 2015, La nécropole de la ‘Croix-Saint-Jacques’ à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) et l’étape initiale du Bronze final à l’interfluve Seine-Yonne », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 16 octobre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/8976

Haut de page

Auteur

Jean-François Piningre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page