Navigation – Plan du site
Articles

L’instrumentum en matière dure d’origine animale du site gallo-romain des Bolards (Côte-d’Or) : étude d’une collection ancienne

Agathe Moussion
p. 153-176

Résumés

Cette synthèse, issue d’un travail de Master soutenu à l’Université de Bourgogne, traite d’une collection de 597 objets en matières dures animales récoltés aux Bolards par des collectionneurs privés avant les fouilles officielles. Aujourd’hui conservé au Musée archéologique de Dijon, cet ensemble ne peut être rattaché à la stratigraphie du site ; son analyse passe donc uniquement par son intégration dans une typologie et sa mise en parallèle avec d’autres collections gallo-romaines afin de parvenir à une interprétation et à une datation.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette étude est issue d’un travail de mémoire de master réalisé à l’Université de Bourgogne sous l’ (...)

1Les Bolards, dont l’occupation s’étend de la fin du IIe siècle avant J.-C. jusqu’au début du Ve siècle de notre ère, est une agglomération de taille moyenne rattachée à la capitale éduenne Autun-Augustodunum et localisée en limite orientale du territoire. Son sanctuaire de source attira de nombreux pèlerins et permit un fort développement économique et urbain. Au vu du mobilier archéologique découvert lors des fouilles officielles ou officieuses, l’artisanat n’a pas échappé à cet essor. La présence d’une production d’objets en matières dures d’origine animale semble bien attestée ; la collection présentée ici en est un échantillon perturbé mais dont l’étude reste pertinente à travers l’identification typologique et la mise en parallèle avec d’autres ensembles similaires afin de le situer dans un contexte plus large1.

1. L’agglomération antique des Bolards

1.1. Historique des recherches

2C’est en 1836 que la présence d’un premier site est attestée au sud-est de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or ; fig. 1) lorsqu’un ensemble de mobilier funéraire, aujourd’hui perdu, fut mis au jour à l’occasion de la dérivation d’un réseau souterrain privé en direction du sud de la commune.

Fig. 1. Plan de situation. Relevé n° 100, CNRS-B.A.A. (in : POMMERET dir., 2001, p. 10).

3Durant les décennies suivantes, les activités agricoles exhumèrent une grande quantité de mobilier que les sociétés savantes locales voulurent recenser malgré leur dispersion dans diverses collections publiques et privées. Le premier inventaire fut réalisé par Charles Bigarne en 1878 (BIGARNE, 1878). À partir de 1910, les propriétaires des parcelles sur lesquelles le mobilier avait pu être récolté s’engagent en amateurs dans une fouille de leurs terres, accompagnant leurs travaux d’un journal de bord et de catalogues de leurs collections. Les noms de ces collectionneurs, ainsi que certains de leurs documents, sont restés dans les archives de fouille : il s’agit de P. et A. Vacherot, d’A. Vauthier, de L. Roux, d’E. Bertrand, d’E. Guyot, d’Em. et Ed. Bergeret et d’A. Moingeon. En 1932, un nouvel inventaire est effectué par E. Bertrand et son gendre E. Guyot. Et en 1948, É. Thevenot, qui avait pu photographier les collections Roux, Vauthier et Vacherot avec l’aide d’Albert Colombet lors d’une petite exposition d’amateurs, publie un article dans Gallia regroupant une étude et un catalogue des trouvailles (THEVENOT, FROMAGEOT-GIRARDET, 1948). C’est le début de la renommée nationale des Bolards.

4En 1961, É. Planson et C. Pommeret commencent à s’intéresser au site et à racheter des parcelles, puis, en 1963 et avec R. Goguey, ils survolent la région et prennent des photographies aériennes qui confirment l’existence de grandes constructions dans la boucle du Meuzin. De véritables fouilles débutent en 1964, menées par les membres du Groupe de Recherches archéologiques du Nuiton et par le Musée de Nuits-Saint-Georges ; elles mirent au jour près d’un hectare de vestiges jusqu’en 1982 (POMMERET, PLANSON, 1986, p. 8-9). Cette année marquait la fin des investigations sur le terrain faute de financements, mais une monographie dirigée par Colette Pommeret est publiée en 2001 dans les suppléments à la R.A.E. (POMMERET, 2001).

1.2. Localisation, contexte historique et archéologique

5L’agglomération des Bolards est implantée dans la plaine de la Saône, à la limite septentrionale du territoire des Éduens et à proximité de celui des Lingons comme des Séquanes. Elle est desservie par plusieurs voies secondaires bordées de nécropoles antiques dont certaines rejoignent des voies importantes, comme celle qui relie Autun à Besançon ou encore, la voie Lyon-Trêves-Cologne (POMMERET, MUZIN, 1994, p. 79).

6Plusieurs autres sites antiques ont pu être découverts, fortuitement ou grâce à la photographie aérienne, dans son environnement immédiat. Deux nécropoles ont été constituées par les habitants de l’agglomération : celle « du Moulin Chaudot », au nord-ouest, et une seconde nécropole au sud-est, au lieu-dit « Fin de la Croix ». Cette dernière a fait l’objet de fouilles de sauvetage qui révélèrent de nombreuses stèles, des sépultures à incinération et à inhumation, des tombes de périnataux réutilisant des imbrices, des urnes en verre et une quantité importante de riche mobilier (PROVOST, POMMERET, 2009, p. 28-29). R. Goguey a repéré de nombreux sites lors de ses prospections aériennes : des zones d’habitats, notamment des villae, sur les territoires de Quincey, de Premaux-Prissey et d’Agencourt. A. Cordier, son assistante, a effectué une nouvelle campagne de prospection en 2011 mais n’a localisé aucun autre site aux abords immédiats des Bolards. Nous pouvons cependant noter la présence vraisemblable, à quelques kilomètres au nord-est, de la station routière antique de Vidubia, mentionnée dans la Table de Peutinger, le long de la voie Lyon-Langres (CORDIER, 2012, p. 380).

7Le noyau urbain semble s’étendre sur une quinzaine d’hectares dans la boucle du Meuzin (ce bras de rivière pouvant résulter d’un détournement d’époque antique), mais une partie de l’agglomération pourrait s’être développée vers l’ouest et le nord, comptant près de 25 ha (fig. 2). Cette implantation aurait tenu compte de l’existence de nombreuses sources d’eau avoisinantes (POMMERET, PLANSON, 1986, p. 5-7).

Fig. 2. Ensemble de l’agglomération des Bolards, réseau viaire et différents quartiers, selon l’étude des photographies aériennes de R. Goguey et G. Chouquer. D’après J. Muzin (in : POMMERET dir., 2001, p. 20). Étoile : emplacement du présumé atelier-boutique de tabletterie selon les anciens fouilleurs.

8L’occupation la plus ancienne observée sur le site remonte à La Tène D1b (fin du IIe siècle avant notre ère). À l’époque gallo-romaine, l’habitat prospère dans un contexte de relative sécurité et atteint son apogée sous les Antonins. C’est à la suite des invasions venues du nord et en partie à cause du déclin progressif du paganisme que la ville est détruite et abandonnée vers le début du Ve siècle. Cependant, certains éléments de mobilier attestent une faible occupation persistante jusqu’en 450 de notre ère (POMMERET, PLANSON, 1986, p. 9).

  • 2 Les Panégyriques Latins, Paris, éd. Les Belles Lettres, tome II (VI. X, 1952, p. 94 : Discours de r (...)

9L’agglomération des Bolards devait appartenir au Pagus Arebrignus2, qui désignerait les pays de Beaune et de Nuits. Elle dépendait de la cité d’Autun et possédait un équipement urbain dont les fonctions relevaient des secteurs d’activité secondaire et tertiaire. Ses échanges culturels et commerciaux avec les territoires voisins étaient très prospères, favorisés par sa position géographique de frontière entre plusieurs cités, par la présence de voies prépondérantes vers le Rhin et la Bretagne et par le rôle important tenu par son sanctuaire à caractère curatif (POMMERET, 2001, p. 18-19).

1.3. La zone sud dite « d’habitat et d’artisanat »

10L’urbanisation de la ville a été réalisée autour d’un decumanus maximus orienté est-ouest et d’un cardo maximus orienté nord-sud (fig. 3). La voie romaine ou « voie au caniveau », issue de la voie d’Agrippa, traverse le centre urbain. Les rues principales sont surtout bordées de boutiques d’artisans et de petits commerces, ensembles explorés sans méthode par les propriétaires modernes des parcelles.

Fig. 3. Plan de l’habitat. 1. Voie au caniveau ; 2. cardo ; 3. galerie ; 4. salle avec entrée monumentale ; 5. « cave aux niches » ; 6. cave ; 7. salle trapézoïdale ; 8-9. puisard ; 10. decumanus ; 11. sacellum ; 12. puisard ; 13. four à chaux ; 14. puits ; 15. zone non fouillée ; 16. puits ; 17. sous-sol ; 18. cellier ; 19. « cave aux amphores » ; 20. puits ; 21. péristyle avec dé de colonne ; 22. arc de décharge ; 23. cave ; 24-25. puits ; 26. basilique. Relevé n° 126, CNRS-B.A.A. (in : POMMERET, PLANSON, 1986, p. 73).

11La zone d’habitat fouillée se trouve au sud de la « voie au caniveau », près du croisement cardo-decumanus, et s’étend sur 3500 m². La mise au jour d’importantes substructions témoigne de réutilisations successives et de nombreuses reconstructions. Le niveau du début du Ier siècle a fourni un mobilier abondant et des traces de constructions en bois et en terre, voire en moellons de calcaire local. Au début du IIe siècle se développent de nombreuses structures maçonnées, notamment en sous-sol. Quatre caves ont ainsi été découvertes, dont deux très bien conservées car soigneusement bâties : la « cave aux niches » et la « cave aux amphores ». L’habitat comprend surtout des grandes demeures à la romaine, avec un luxe parfois très poussé. Trois stades de remaniement important ont pu être reconnus, mais ils sont trop confus pour les rattacher aux structures de manière certaine (POMMERET, 2001, p. 22). Un grand édifice a été en partie dégagé au nord de la zone et pourrait être une basilique fréquentée du IIe au IVe siècle. Un sacellum daté du début de notre ère a pu être identifié au sud-ouest grâce à la présence de nombreux ossements issus de pratiques sacrificielles, d’un autel et d’ex-voto. L’alimentation en eau de la zone d’habitat se faisait par des puits et des puisards répartis dans le quartier. La présence de thermes semble attestée par les anciens fouilleurs, sans doute au nord de la basilique, mais l’état d’avancement de la fouille n’a pas permis de les situer précisément ni d’en connaître le plan (ibid., p. 23).

1.4. La zone nord dite « des sanctuaires »

12Au nord de la « voie au caniveau » et en bordure ouest du forum présumé se trouve la zone des sanctuaires. La première phase repérée date de la fin du IIe siècle jusqu’au début du Ier siècle avant notre ère ; elle se compose d’un sanctuaire préromain construit en bois qui pourrait être un « sanctuaire de limite » entre les territoires lingon, éduen et séquane. La phase suivante voit apparaître un premier fanum qui a perduré jusqu’au début de notre ère mais dont les caractéristiques sont encore mal connues. Un deuxième fanum est ensuite érigé, composé d’une cella à galerie de plan carré construite en bois et en terre, et d’une enceinte en moellons. Séparée du temple par une voie orientée nord-sud (dite voie 37), est également mise au jour une zone d’habitat et d’artisanat de l’époque augustéenne. Elle accueille des bâtiments en bois, en terre, mais aussi en pierres de grande qualité, ainsi que des ateliers de bronziers (POMMERET, 2001, p. 31-53).

13Enfin, vers les années 70 de notre ère, le « grand temple » (fig. 4) a été édifié sur la zone du fanum et de l’habitat, et a subsisté jusqu’à l’abandon de la ville au Ve siècle. Il se compose d’une cella rectangulaire entourée d’une galerie sur trois côtés et d’un portique à l’est, ainsi que d’une grande galerie en hémicycle. Une avant-cour à l’est, cernée par deux petites cours, accueillait un autel à libation. D’importantes séries de représentations de la triade de déesses-mères, de colombes votives et d’ex-voto anatomiques confirment l’hypothèse d’un sanctuaire de sources à caractère curatif, placé sous la protection conjointe de divinités gauloises et romaines (ibid., p. 25-26).

Fig. 4. Plan du grand temple et du mithraeum. Relevés nos 14 et 54, CNRS-B.A.A. (in : POMMERET dir., 2001, p. 24).

14À quelques mètres au nord du grand temple, un mithraeum (fig. 4) contemporain du sanctuaire a été construit légèrement en sous-sol pour accueillir le culte oriental à mystères de Mithra. Sa morphologie réunit toutes les caractéristiques de ce type de sanctuaire : une voûte en berceau, des banquettes latérales ainsi qu’une tauroctonie représentée sur le mur du fond. Il semblerait qu’un autre culte à mystères, celui de la divinité orientale Cybèle, ait été pratiqué dans une structure aujourd’hui disparue au sud du grand temple, créant un pendant au mithraeum (POMMERET, 2001, p. 121).

1.5. La présence du travail de l’os d’après les fouilles programmées

15Les seuls éléments d’instrumentum en matière dure animale qui aient été correctement localisés et dont l’intégrité ne soit pas à remettre en question proviennent des campagnes de fouille programmée réalisées entre 1964 et 1982. C. Pommeret procéda à leur étude partielle, publiée dans la monographie de 2001. Plus de 300 objets ont été répertoriés lors des différentes campagnes, majoritairement extraits de la zone d’habitat et d’artisanat, et en particulier de la « cave aux niches » (peut-être en lien avec un atelier) qui renfermait un grand nombre d’aiguilles, d’épingles et d’ébauches. Mais la zone des sanctuaires a également révélé plusieurs éléments dans les remblais du grand temple et dans les niveaux de l’habitat et du fanum augustéens. Ces objets appartiennent à plusieurs catégories fonctionnelles ; on y trouve des charnières, des jetons de jeu, des fusaïoles, des aiguilles, des manches, des cuillères, des épingles, des plaquettes décorées, divers objets tournés, des ébauches de travail et des déchets de fabrication (POMMERET, 2001, p. 383-389).

16La monographie de 2001 comporte également une étude des restes fauniques des Bolards réalisée par T. Poulain. Dans les secteurs anciens, ce sont les restes d’ovicapridés qui prédominent et semblent correspondre à des offrandes rituelles puis à la consommation de la viande. Dans les secteurs plus récents, et notamment la zone d’habitat et d’artisanat, les ovicapridés demeurent majoritaires mais sont suivis de près par les suidés, ce qui concorde davantage avec une forte consommation alimentaire (POULAIN, 2001). Pour le travail de l’os, les artisans préféraient utiliser des os longs et plats de grands herbivores de type bovidé ou équidé, qui permettaient d’obtenir une matrice beaucoup plus riche en matériau que les os d’autres animaux. Ici, les restes de bovidés sont assez peu fréquents, ne dépassant pas les 10 % de la faune dans la zone d’habitat. Bien que les métapodes d’ovicapridés aient également pu servir de matière première, l’étude des restes fauniques ne nous permet pas de faire le lien avec l’artisanat des matières dures animales, ni de repérer un lieu qui lui serait dédié.

2. La collection d’instrumentum en matières dures d’origine animale conservée au Musée archéologique de Dijon (étude de 2012 à 2014)

17Cette collection réunit un ensemble de 597 éléments de mobilier en os et en bois de cervidé, répartis en sept grandes catégories selon leur fonction (fig. 5). Cette étude a été réalisée selon la typologie mise au point par J.-C. Béal dans le cadre de sa thèse sur les objets du musée gallo-romain de Lyon (BÉAL, 1983) et complétée lors de son travail sur ceux du musée de Nîmes (BÉAL, 1984).

Fig. 5. Tableau récapitulatif des objets de la collection (A. Moussion).

18Précisons qu’une partie de la collection a fait l’objet de l’exposition « Le cycle de la matière : l’os » au musée de Dijon en 1978, et a donc été publiée dans le catalogue de l’exposition (SAUTOT, 1978, p. 39-48, pl. XVII-XXII). Cependant, il ne s’agissait que d’une présentation succincte et descriptive des pièces, sans rattachement typologique, interprétation ou datation, et avec quelques erreurs.

2.1. Historique et intégrité de la collection

19Nous l’avons vu, plusieurs propriétaires des terrains qui composaient le site des Bolards ont effectué des excavations non surveillées entre 1910 et 1950. Chacun d’entre eux a gardé le mobilier qu’il a découvert pour se constituer une collection privée. Grâce à la mémoire et aux archives de C. Pommeret, ancienne co-directrice des fouilles officielles, nous savons que certains de ces collectionneurs ont ensuite vendu une part de leurs objets à d’autres amateurs, généralement établis en Suisse, que d’autres ont choisi de conserver ce patrimoine pour le transmettre à leurs enfants, et enfin, qu’une partie d’entre eux a décidé d’en faire don à des établissements culturels. La collection qui nous intéresse semble avoir subi un tri, certainement une vente des éléments les plus remarquables, avant d’être cédée au Musée archéologique de Dijon à une date qui nous est inconnue (il n’existe aucun renseignement dans les archives du musée). En effet, on observe rapidement que la représentativité des objets réalisés avec le plus de finesse et de soin est nettement moins importante que dans les autres collections de comparaison.

Fig. 6. Localisation approximative des « anciennes trouvailles » des Bolards, et en particulier des objets en os. Extrait du plan cadastral de 1949 (d’après MUZIN, 1990, pl. 12).

20Les fouilleurs avaient noté la présence d’une zone à forte concentration d’objets en os et d’éléments liés au travail de la matière dure animale. Elle se trouverait sur la parcelle d’A. Vauthier, dans une des boutiques qu’il a identifiées au bord de la « voie au caniveau » (fig. 2 ; fig. 6, boutique n° 1). Bertrand et Guyot font également mention, dans leur inventaire (BERTRAND, GUYOT, 1932, p. 7), d’un lieu où ont été découverts de nombreux objets en os, dont un ensemble de 120 charnières, qu’ils interprètent comme étant un atelier de tourneur du IIe siècle. Plusieurs secteurs semblent donc avoir fourni des collections abondantes d’objets en os lors des fouilles anciennes, et auraient pu définir l’emplacement d’ateliers et de boutiques dans un contexte plus officiel et mieux renseigné. Malgré notre connaissance des carnets tenus par les fouilleurs amateurs, il est aujourd’hui impossible d’associer cette collection à celui qui l’aurait découverte ou à une parcelle du site.

21Cette étude est donc fondée sur l’observation morphologique des objets, leur mise en parallèle avec d’autres découvertes sur le territoire romain, sur leur attribution typologique et leur datation en conséquence. Nous ne pouvons les rattacher ni à une stratigraphie, ni à une structure, et même l’intégrité de la collection d’origine semble avoir été compromise.

2.2. Les éléments liés au travail de l’os

22Cette catégorie regroupe les réserves de matière première, les ébauches de travail de l’os et les déchets de travail ou de dégrossissage de la matière. Ces éléments, au nombre de 125 dans cette collection, représentent près de 21 % des objets et attestent la présence d’un artisanat de l’os aux Bolards.

2.2.1. Les réserves de matière première

23Douze éléments ont été identifiés comme des réserves d’os en vue d’un travail ultérieur. Neuf d’entre eux correspondent au type AI,a (BÉAL, 1983, p. 53) : il s’agit de portions de diaphyses débitées dont une extrémité a été sciée soigneusement et l’autre plus grossièrement. Ces matrices proviennent d’os longs de grands mammifères et principalement, pour les plus identifiables, de tibias de bœuf, d’un métatarsien et d’un métacarpien de bœuf.

24Trois autres éléments n’entrent pas dans la typologie de J.-Cl. Béal : il s’agit d’une moitié de métacarpe de bœuf débitée, d’une scapula de bœuf sciée sur trois côtés et de la paroi d’un os long de grand mammifère grossièrement débitée.

2.2.2. Les ébauches de travail

25Au nombre de 89, les ébauches se répartissent en deux types différents. Le premier, le type AIII,a (BÉAL, 1983, p. 57), regroupe 70 portions de diaphyses en cours de façonnage pour devenir des objets longitudinaux de type épingle ou aiguille. Leur forme est encore irrégulière et leur profil est en facettes. Leur origine anatomique n’est pas déterminable à ce stade de la fabrication. Les dix-neuf autres éléments appartiennent au type AIII,b (ibid., p. 57), également des portions de diaphyses en cours de façonnage mais à un stade moins avancé, et donc avec un moins grand nombre de facettes et un débitage ou un sciage souvent plus grossier.

2.2.3. Les déchets de travail et de matière première

26Les vingt-quatre rebuts répertoriés ici sont à diviser en deux catégories. La première est celle des déchets de travail avec dix-sept éléments qui s’inscrivent dans le type AIII,b (BÉAL, 1983, p. 57). Ce sont des petites portions de diaphyses qui ont été séparées de la matrice conservée après l’étape du façonnage. La seconde catégorie regroupe les chutes de dégrossissage de la matière première. Trois d’entre elles appartiennent au type AI,a (ibid., p. 53), des fragments de diaphyses d’os longs de grands mammifères dont l’une des extrémités a été soigneusement sciée. Les quatre éléments restants n’entrent pas dans la typologie et sont des petites portions d’os longs grossièrement sciées ou débitées.

2.3. La parure, l’habillement et la toilette

27Cette catégorie compte 96 objets liés aux univers privés de la parure, de l’habillement et de la toilette. Elle représente 16 % de la collection.

2.3.1. Les épingles

28Comme sur la plupart des sites de cette époque, les épingles en os sont extrêmement nombreuses et de formes très variées (voir Annexe 1). Elles semblent avoir principalement servi à orner et à structurer les coiffures complexes des femmes. Nous ne présentons ici que celles qui ont pu être identifiées avec certitude : elles sont au nombre de 83 et représentent donc près de 14 % de cette collection (environ 18 % des objets finis).

29Le type AXX,7 (n° 45, fig. 7 ; BÉAL, 1983, p. 189) est le plus fréquent avec vingt-sept exemplaires, suivi des types AXX,8 (ibid., p. 193) avec quatorze exemplaires (n° 67, fig. 7) et AXX,3 (ibid., p. 185) avec onze exemplaires (n° 19, fig. 7). Les autres types présents sont : AXX,2 (ibid., p. 184) avec cinq exemplaires (n° 15, fig. 7), AXX,2b (ibid., p. 50) avec deux exemplaires (n° 17, fig. 7), AXX,4 (ibid., p. 187) avec trois exemplaires (n° 32, fig. 7), AXX,5 (ibid., p. 187) avec six exemplaires (n °33, fig. 7), AXX,10 (ibid., p. 200) avec deux exemplaires (n° 80, fig. 7) et AXX,19 (BÉAL, 1984, p. 53) avec deux exemplaires (n° 82, fig. 7). Certaines de ces épingles sont encore à l’état d’ébauche avancée et n’ont pas subi de polissage. Les types présents semblent avoir circulé sur l’ensemble du territoire occidental romain du Ier siècle au IVe siècle, et jusqu’au Ve siècle pour les formes les plus complexes.

Fig. 7. Épingles. 15. type AXX,2 ; 17. type AXX,2b ; 19. type AXX,3 ; 32. AXX,4 ; 33. type AXX,5 ; 45. type AXX,7 ; 67. type AXX,8 ; 80. type AXX,10 ; 82. type AXX,19 ; 85. tête caliciforme ; 86. « coton-tige » (dessins : A. Moussion).

30Certaines épingles, au nombre de onze, n’entrent pas dans la typologie de J.-Cl. Béal. Seules quatre d’entre elles peuvent être comparées à d’autres exemples et approximativement datées. Trois exemplaires à tête caliciforme (n° 85, fig. 7) dont la production est également présente ailleurs en Gaule, comme dans la capitale mandubienne Alésia (GRAPIN, 1992, p. 85, pl. XXV, nos 123 et 124), la ville de Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 121, fig. 31, n° 17) ou de Luzarches (GORET, CHAOUI-DERIEUX, 2016, p. 32, nos 56 à 67), ainsi qu’à Mayence (MIKLER, 1997, p. 141, pl. 29, nos 18 à 20) et à Avenches (SCHENK, 2008, p. 27, p. 178-179, fig. 102, nos 234 à 250). Ce type circule entre le IIIe et le IVe siècle. Un autre exemplaire, à tête en grain de riz ou « fusiforme » (n° 86, fig. 7), représente un type retrouvé à Alésia (GRAPIN, 1992, p. 88, pl. XXXVI, nos 135 et 136), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 121, fig. 30, n° 8, p. 124, fig. 32, n° 6), à Louvres (GORET, CHAOUI-DERIEUX, 2016, p. 35, n° 74) et à Mayence (MIKLER, 1997, p. 138, pl. 28, n° 19). Les autres épingles inconnues ont toutes une morphologie différente. Un exemplaire possède une tête en forme de cône plus large que le col, ou « pyramidale » (n° 87). Ce type a été identifié sur certains autres sites du monde romain, comme à Rennes (LABAUNE, 2008, p. 56, fig. 2, n° 28), au Plessis-Gassot où il est daté du IIIe siècle (GORET, CHAOUI-DERIEUX, 2016, p. 41, n° 85), au Thillay (ibid., p. 41, n° 86) et à Mayence (MIKLER, 1997, p. 141, pl. 29, n° 15). Enfin, les exemplaires suivants ne possèdent pas de parallèles convaincants et n’ont pas pu être datés : une épingle à tête composée d’un élément sphérique sur une base plane (n° 88), une à tête plate avec quatre stries sur la partie supérieure du corps (n° 89), une dont la tête au profil concave est surmontée d’un élément discoïde épais (n° 91), une autre à tête discoïde avec une légère excroissance à l’extrémité, et enfin une dernière épingle semble avoir perdu ce qui composait sa tête (n° 90). Il est également à noter la présence d’une épingle dont le décor est particulièrement singulier et soigné (n° 92, fig. 8) : elle possède une tête composée d’un élément bulbeux surmontant trois disques, eux-mêmes posés sur le début de la tige qui présente une torsade de 9 mm. Un parallèle lointain a pu être repéré à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, p. 63, n° 88-737-1), mais sans datation.

Fig. 8. Parure, habillement et toilette. 92. Épingle ; 94. épingle à tête figurée du type AXXI,2b ; 255. agrafe du type AXXVI,1 ; 256. perle bitronconique ; 1. cuillère à parfum du type AXXIV,2a ; 2. cuillère à parfum du type AXXIV,3 ; 3. cuillère à parfum ; 5. spatule du type AXXIII,1 ; 7. spatule du type AXXIII,2 (dessins : A. Moussion).

31Cette collection ne comporte qu’une seule épingle à décor figuré (n° 94, fig. 8), du type AXXI,2b (BÉAL, 1983, p. 224) présentant une tête en forme de main ouverte percée d’un trou pour y glisser un anneau. Ce type est daté des Ier et IIe siècles et se retrouve dans tout l’occident de l’Empire romain, comme par exemple à Autun (RODET-BELARBI, CHARDRON-PICAULT, 2006, fig. 25, b), à Lyon (BÉAL, 1983, p. 224, pl. XXXIX, n° 731), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 115, fig. 19, n° 1), à Avenches (SCHENK, 2008, p. 33, p. 185, fig. 105, nos 319 à 321) et à Mayence (MIKLER, 1997, p. 145, pl. 35, nos 2, 3 et 5).

2.3.2. L’agrafe

32Une agrafe (n° 255, fig. 8) du type AXXVI,1 (BÉAL, 1983, p. 255) a été répertoriée. Il s’agit d’un bouton en forme de disque bombé entouré d’une moulure arrondie et présentant une moulure pointée au centre de sa dépression centrale. Ce disque est rattaché par une portion de matière à un élément triangulaire plat, évidé en son centre. Bien qu’elle puisse être associée à du cuir, nous ignorons la fonction exacte de cette agrafe qui ne comporte aucune trace d’usure. L’objet est nommé « rondelle » dans le catalogue d’exposition du Musée archéologique de Dijon (SAUTOT, 1978, p. 48, n° 180, pl. XVIII, n° 14). Sa chronologie est peu connue mais semble se situer entre le Ier et le début du IIe siècle en Gaule d’après les exemplaires de Lyon (BÉAL, 1983, p. 255, pl. LXVI, nos 797 et 798).

2.3.3. La perle

33Une perle bitronconique, percée d’un trou sur toute sa longueur, semble présenter une surface polie par l’usure (n° 256, fig. 8). Elle ne correspond à aucun type ni à aucune chronologie établis ; le seul autre exemplaire connu a été découvert à Mâlain (SAUTOT, 1978, p. 67, pl. XLIII, n° 284) et n’a pas été daté. Soulignons qu’elle apparaît, à tort, sous le qualificatif de « cheville » dans le catalogue d’exposition du Musée archéologique de Dijon (ibid., p. 47, n° 170, pl. XXI, n° 4).

2.3.4. Les cuillères à parfum

34Elles sont au nombre de trois et de formes variées. Il est possible que leurs différentes morphologies correspondent à une utilisation précise : l’application de fard, d’onguent ou de parfum. La première (n° 1, fig. 8) possède un cuilleron long mais peu large qui déborde légèrement du diamètre de la tige. Elle appartient au type AXXIV,2a (BÉAL, 1983, p. 246), qui circule dans toutes les provinces romaines d’Occident, comme à Lyon (ibid., p. 246-247, pl. XLIV, nos 772 à 776) ou à Avenches (SCHENK, 2008, p. 188, nos 377 et 378), du Ier au Ve siècle de notre ère (GRAPIN, 1992, p. 47).

35La suivante (n° 2, fig. 8) correspond aux « cuillères-sondes » du type AXXIV,3 (BÉAL, 1984, p. 166), plus rares et présentes uniquement au Bas-Empire. Le cuilleron et la sonde sont brisés, mais la tige présente une succession de gorges, de moulures, de torsade et de surfaces polies. Quelques exemplaires ont pu être identifiés à Alésia (GRAPIN, 1992, p. 48, pl. XV, n° 49 ; SAUTOT, 1978, p. 24, pl. III, n° 3), à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, p. 58), à Nîmes (BÉAL, 1984, p. 66, pl. 13, n° 269) et à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 105, fig. 5, n° 3).

36Enfin, le dernier exemplaire (n° 3, fig. 8) ne répond à aucun type défini. Il possède un cuilleron large et peu profond se dissociant nettement de la tige, qui présente une moulure arrondie juste avant sa cassure. Un seul autre exemplaire a été identifié à Délos (DEONNA, 1938, pl. LXXV, Fig. 603), mais il n’a pas été daté avec précision.

2.3.5. Les spatules

37L’utilisation des spatules n’a pas été clairement définie. Ces objets simples et facilement maniables pourraient avoir servi à étaler des onguents, des parfums ou des fards ou à se nettoyer les oreilles ; ils pourraient aussi avoir eu un usage médical (RIHA, 1986, p. 102). Huit spatules ont été répertoriées ici et appartiennent à deux types différents. Trois exemplaires correspondent au type AXXIII,1 (n° 5, fig. 8 ; BÉAL, 1983, p. 241) caractérisé par un renflement au premier tiers du corps, une palette circulaire faiblement inclinée et une longueur de plus de 100 mm. Il est présent dans toute la Gaule du Ier au Ve siècle, comme à Mâlain (SAUTOT, 1978, p. 184, n° 593), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 120, fig. 25) et à Nîmes (BÉAL, 1984, p. 63-64, pl. 12, nos 244 à 250). Les cinq autres exemplaires sont du type AXXIII,2 (n° 7, fig. 8 ; ibid., p. 242), proche du précédent mais avec une palette plus inclinée, un renflement non systématique au premier tiers et de plus modestes dimensions. Sa diffusion se situe entre le IIe et le IIIe siècle dans plusieurs provinces romaines occidentales, notamment à Conimbriga (ALARCAO, ÉTIENNE, 1979, p. 149, pl. XXXV, n° 261), à Mayence (MIKLER, 1997, p. 134, pl. 27, nos 10, 11, 13 et 14) et sur les territoires d’Augst et de Kaiseraugst (RIHA, 1986, p. 63, pl. 37, nos 394 et 397).

2.4. Les éléments de jeux

38Ce type d’objets est extrêmement courant à cette époque car les gallo-romains étaient friands des jeux de hasard, de stratégie et d’argent. Ici, ils représentent 6 % de la collection avec un total de trente-neuf éléments se répartissant en six types différents.

2.4.1. Les jetons

39Les jetons sont, comme dans beaucoup d’autres collections, très nombreux et de types variables (voir Annexe 1). Ils sont au nombre de trente-sept et représentent donc 6 % des objets, et la quasi-totalité des éléments de jeu. Les types les plus fréquents sont AXXXIII,3 (BÉAL, 1983, p. 289) avec douze exemplaires (n° 266, fig. 9), AXXXIII,5 (ibid., p. 301) avec dix exemplaires (n° 280, fig. 9) et AXXXIII,9 (ibid., p. 310) avec sept exemplaires (n° 291, fig. 9), suivis des types AXXXIII,8 (ibid., p. 307) avec quatre exemplaires (n° 285, fig. 9), AXXXIII,6 (ibid., p. 303) avec deux exemplaires (n° 281, fig. 9) et AXXXIII,1 (ibid., p. 286) avec deux exemplaires (n° 257, fig. 9). Ces formes sont généralement datées du Haut-Empire, parfois produites jusqu’au début du ive siècle, et semblent avoir circulé sur tout le territoire occidental romain. Les jetons du type AXXXIII,8 peuvent appartenir à des niveaux plus anciens remontant à l’occupation gauloise. Les mêmes types se retrouvent par exemple à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, p. 50-51).

2.4.2. Le pion

40Un seul pion (n° 294, fig. 9) a été répertorié dans cette collection et appartient au type hémisphérique AXXXIV,2 (BÉAL, 1983, p. 322). Celui-ci est présent du Ier au IVe siècle dans toute la partie occidentale de l’Empire romain, avec une plus forte diffusion au Bas-Empire. Il fut notamment identifié à Autun (PINETTE, REBOURG, 1985, p. 128, n° 204a), à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, p. 54, fig. 4), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 106, fig. 6, n° 8), à Fréjus (RODET-BELARBI, LEMOINE, 2010, p. 388, fig. 26), à Avenches (SCHENK, 2008, p. 76, fig. 126, nos 1003 à 1017), à Augst (DESCHLER-ERB, 1998, pl. 27, nos 1913 et 1914) et à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 18, nos 5 à 7).

Fig. 9. Éléments de jeux. 257. Jeton du type AXXXXIII,1 ; 266. jeton du type AXXXIII,3 ; 280. jeton du type AXXXIII,5 ; 281. jeton du type AXXXIII,6 ; 285. jeton du type AXXXIII,8 ; 291. jeton du type AXXXIII,9 ; 294. pion du type AXXXIV,2 ; 295. dé creux (dessins : A. Moussion).

2.4.3. Le dé creux

41Ce dé creux (n° 295, fig. 9) correspond au type BI (BÉAL, 1983, p. 345), caractérisé par une forme cubique taillée dans une matrice axiale, dont la cavité médullaire a été comblée par deux pastilles circulaires rapportées. Le chiffrage a été inscrit de manière à ce que la somme des nombres des faces opposées soit égale à sept. Ce type de dé a circulé dans toute la Gaule du Ve siècle avant J.-C. jusqu’au Ier siècle de notre ère. Il appartient donc à un des niveaux les plus anciens des Bolards, remontant peut-être à l’occupation gauloise. C’est un type qui a également été reconnu à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, p. 50), à Nîmes (BÉAL, 1984, p. 87, pl. 19, n° 357) et à Fréjus (RODET-BELARBI, LEMOINE, 2010, p. 389, fig. 28), ainsi qu’à Avenches (SCHENK, 2008, p. 78, fig. 127-128, nos 1036 à 1038) et à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 21, nos 1 à 8, pl. 22, nos 1 à 4).

2.5. L’ameublement et la décoration

42Les éléments liés à l’ameublement et à la décoration sont au nombre de 94, soit 16 % de la collection. Cette forte représentation, due à la multitude d’éléments de charnières, se retrouve sur la plupart des sites de cette époque.

2.5.1. Les éléments de charnières

43Les gaines de charnières représentent près de 14 % de la collection avec 85 objets répartis en deux grands types. Les plus grands éléments appartiennent au type AXI,1 (BÉAL, 1983, p. 102), lui-même divisé en deux groupes : trois exemplaires sont du sous-type AXI,1b (n° 297, fig. 10) possédant deux trous latéraux, et vingt autres sont du sous-type AXI,1d (n° 300, fig. 10) qui désigne les ébauches avancées du type précédent, lorsqu’elles ne sont pas encore forées. Cette forme de gaine, reconnaissable par ses deux stries profondes vers une extrémité, circule depuis le IIIe siècle avant notre ère dans un contexte méditerranéen, puis s’est répandu dans tout l’ouest de l’Empire romain lors de la conquête. Il a notamment été repéré sur de nombreux sites de Gaule, comme à Autun (RODET-BELARBI, CHARDRON-PICAULT, 2006, fig. 8, c), à Auxerre (BERTRAND, 1997, p. 287, fig. 4, n° 1), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 128, fig. 37, nos 1 à 6), à Lyon (BÉAL, 1983, p. 103 à 109, pl. XX et XXI, nos 126 à 172), à Fréjus (RODET-BELARBI, LEMOINE, 2010, p. 385), ainsi qu’à Avenches (SCHENK, 2008, p. 83, fig. 129, nos 1056 à 1065), à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 53, n° 3, nos 5 à 9, pl. 54, nos 2 à 5) et à Délos (DEONNA, 1938, pl. LXXVIII).

Fig. 10. Ameublement et décoration. 297. Élément de charnière du type AXI,1b ; 300. élément de charnière du type AXI,1d ; 377. élément de charnière du type AXI,2 ; 319. élément de charnière du type AXI,2a ; 320. élément de charnière du type AXI,2c ; 381, 382, 383 et 384. éléments de placage (dessins : A. Moussion).

44Le second type répertorié ici est le type AXI,2 (BÉAL, 1983, p. 110) et regroupe des éléments de charnière bien moins longs que les précédents. Ils sont au nombre de vingt et un, tous percés d’un seul trou latéral (n° 377, fig. 10). Un exemplaire du sous-type AXI,2a (n° 319, fig. 10) est une matrice dégrossie et quarante exemplaires appartiennent au sous-type AXI,2c (n° 320, fig. 10), des ébauches avancées mais non forées du type AXI,2. Cette forme de gaine, inventée en milieu étrusque (BÉAL, 1983, p. 122), se retrouve dans tout l’occident de l’Empire romain jusqu’au IIIe siècle au moins de notre ère. Elle est notamment présente à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, fig. 21), à Autun (RODET-BELARBI, CHARDRON-PICAULT, 2006, fig. 8, d et e), à Paris (DUREUIL, 1996, p. 81, cat. 173), à Rennes (LABAUNE, 2008, fig. 2, nos 45 à 48), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 111, fig. 14, nos 1 à 3), à Lyon (BÉAL, 1983, p. 111 à 122, pl. IV à XXII, nos 174 à 309) et à Fréjus (RODET-BELARBI, LEMOINE, 2010, p. 385), ainsi qu’à Avenches (SCHENK, 2008, p. 83, fig. 128, nos 1041 à 1054), à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 55, nos 1 à 15) et à Délos (DEONNA, 1938, pl. LXXVIII). Le nombre particulièrement exceptionnel d’ébauches courtes de cette collection pose la question de la contemporanéité de leur fabrication. En effet, pour le montage des charnières d’un meuble, la matière première devait être thésaurisée puis travaillée en série afin de confectionner les gaines qui doivent s’empiler correctement. Lorsqu’on observe les mesures des diamètres de ces quarante ébauches, trois ensembles se distinguent. Onze exemplaires possèdent un diamètre compris entre 20 et 22 mm, quinze autres se placent entre 24 et 26 mm, et onze derniers mesurent entre 27 et 29 mm de diamètre. Il est possible que chacun de ces ensembles devait être, après perforation et finition, monté en série pour former une seule et même charnière.

45Il semble intéressant d’évoquer l’hypothèse de M. Pinette et A. Rebourg dans le catalogue d’exposition d’Autun (PINETTE, REBOURG, 1985, p. 199) selon laquelle les éléments les plus courts, du type AXI,2, étaient montés les uns sur les autres sur une âme de bois, tandis que les éléments les plus longs, du type AXI,1, étaient placés aux extrémités des charnières, une partie engagée dans les montants du meuble.

46La morphologie des éléments de charnières permet une identification de leur origine anatomique et zoologique. Tous ces objets ont été réalisés avec des os longs de grands mammifères, et particulièrement, pour la majorité d’entre eux, avec des métapodes de bœufs.

2.5.2. Les éléments de placage

47Quatre éléments n’entrent pas dans la typologie de J.-C. Béal mais semblent avoir un rôle ornemental par placage. Le premier (n° 381, fig. 10) est rectangulaire et légèrement convexe, avec un décor de trois stries horizontales (supérieure, médiane et inférieure) accompagnées de petites stries diagonales en forme de chevrons. Il manque une partie de l’objet. Une erreur a été faite dans le catalogue d’exposition de 1978 où il est inscrit comme étant conservé au Musée archéologique de Nuits-Saint-Georges (SAUTOT, 1978, p. 47, n° 173, pl. XXI, n° 9). Le deuxième (n° 382) est une petite plaque rectangulaire recouverte d’un décor d’au moins sept doubles ocelles pointés regroupés deux par deux. Une des extrémités a été brisée. Le troisième élément (n° 383) est une plaque pseudo-rectangulaire d’une grande épaisseur et légèrement convexe. Elle est ornée d’un décor en chevrons à l’une de ses extrémités, tandis que l’autre extrémité est manquante. Enfin, le dernier élément (n° 384, fig. 10) est une grande plaque décorative pseudo-rectangulaire convexe portant un décor alternant deux stries à chevrons avec une frise de deux stries entourant cinq ocelles pointés. L’objet est brisé sur un côté longitudinal et sur une des extrémités. Plusieurs perforations de fixation sont visibles à l’autre extrémité et sur un côté. Les décors observés ici sont présents sur certains autres sites de Bourgogne, comme à Alésia (GRAPIN, 1992, pl. XII, nos 20 et 21) ou à Escolives-Sainte-Camille (PROST, 1983, p. 270-271, pl. VII, nos 97 à 99). Le même type de plaques a été également identifié lors des fouilles officielles des Bolards (POMMERET, 2001, p. 387-388, fig. 3 et 4, nos 35 à 38). La datation de ces éléments est difficile, ils semblent davantage présents au Bas-Empire.

2.5.3. Les moulures

48Quatre éléments de moulure ont été répertoriés dans cette collection. Deux d’entre eux correspondent au type AX,2 (n° 385, fig. 11 ; BÉAL, 1983, p. 95) et sont caractérisés par une série de zones à profil bombé, séparées par des moulures à dépression concave. Plusieurs perforations circulaires ornent l’un des côtés. Ces objets devaient être cylindriques mais se sont cassés dans le sens de la longueur. Dans le catalogue Le Cycle de la matière : l’os, l’auteur émet l’hypothèse peu probable qu’il s’agisse d’un élément de charnière (SAUTOT, 1978, p. 41, n° 166, pl. XXII, n° 6). Quelques autres exemples ont été retrouvés en Gaule, notamment à Autun (RODET-BELARBI, CHARDRON-PICAULT, 2006, fig. a) et à Lyon (BÉAL, 1983, p. 95, pl. XXXIV, n° 106), mais leur datation reste inconnue. Ce type d’éléments, parfois peint, devait être monté en série autour de cadres de meubles ou de tableaux. Les deux autres moulures n’entrent dans aucune typologie et ne possèdent pas de parallèles. Il s’agit d’une moulure hémisphérique incomplète parée de plusieurs stries horizontales, verticales et diagonales, et d’une moulure composée de trois gorges et d’une surface plane (n° 388, fig. 11).

Fig. 11. Ameublement et décoration. 385. Moulure du type AX,2 ; 388. moulure hémisphérique ; 389. serrure du type BIV (dessins : A. Moussion).

2.5.4. La serrure

49L’élément n° 389 (fig. 11) fait partie du type BIV (BÉAL, 1983, p. 355) et serait, d’après M. Feugère (FEUGÈRE, 2001, p. 24), un verrou muni d’un rivet en bronze qui se fermait par un système de glissière et de cachet de cire. Plusieurs autres verrous comme celui-ci ont été retrouvés dans le reste de la Gaule romaine, particulièrement au sud, notamment à Lyon (BÉAL, 1983, p. 356, pl. LIX, nos 1301 et 1302) et à Beaucaire (FEUGÈRE, 2001, p. 25, fig. 3, n° 4). Leur diffusion semble s’étendre depuis la fin de l’époque augustéenne jusqu’à la fin du Ier, voire début du IIe siècle de notre ère (FEUGÈRE, 2001, p. 24).

2.6. Le travail du textile

50Cette catégorie regroupe un ensemble de 55 objets liés au filage et au tissage qui correspondent à environ 9 % de la collection.

2.6.1. Les aiguilles à chas

51Les aiguilles identifiées avec certitude sont au nombre de 53, réparties en six types différents (voir Annexe 1), et représentent environ 9 % de l’ensemble de la collection. Le type le plus fréquent est AXIX,2 (BÉAL, 1983, p. 164) avec seize exemplaires (n° 404, fig. 12), suivi d’un ou deux exemplaires des types suivants : AXIX,3 (n° 407, fig. 12 ; ibid., p. 167), AXIX,4 (n° 408, fig. 12 ; ibid., p. 168), AXIX,6 (n° 409, fig. 12 ; ibid., p. 169), AXIX,9 (n° 411, fig. 12 ; ibid., p. 171) et AXIX,10 (n° 412, fig. 12 ; ibid., p. 171). Ils ont presque tous circulé du Haut-Empire à l’Antiquité tardive dans toute la partie occidentale de l’Empire romain, comme à Alésia (GRAPIN, 1992, p. 127 à 134) ou à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 41 à 43). Une seule aiguille (n° 414, fig. 12), dont seule la tête subsiste, n’a pas pu être rattachée à un type connu, ne possédant aucun parallèle ni datation. Elle présente une tête plane se terminant par un cône aplati, deux trous perforants l’un en dessous de l’autre, et un troisième au niveau duquel la cassure s’est produite.

52Un ensemble de vingt-huit fragments d’aiguilles n’a pu être identifié typologiquement, car ces objets sont généralement brisés juste en dessous du chas et ne conservent que leur tige.

2.6.2. La fusaïole

53Un seul exemplaire de fusaïole (n° 443, fig. 12) a été répertorié ici et appartient au type AXXXVI,1 (BÉAL, 1983, p. 327). Il s’agit d’un élément à profil en arc de cercle dont la face plane est ornée de deux gorges concentriques peu profondes, et l’autre face est bombée en calotte. Ce type se retrouve sur d’autres sites de Gaule romaine, comme à Paris (DUREUIL, 1996, p. 39, cat. 279 à 262), à Lyon (BÉAL, 1983, p. 327 et 328, pl. XXVII et LV, nos 1173 à 1177) et à Fréjus (RODET-BELARBI, LEMOINE, 2010, p. 390-391, fig. 32), et semble dater des Ier et IIe siècles de notre ère.

Fig. 12. Outils pour le travail du textile. 404. Aiguille du type AXIX,2 ; 407. aiguille du type AXIX,3 ; 408. aiguille du type AXIX,4 ; 409. aiguille du type AXIX,6 ; 411. tête d’aiguille du type AXIX,9 ; 412. aiguille du type AXIX,10 ; 414. tête d’aiguille ; 443. fusaïole du type AXXXVI,1 ; 444. « broche » de quenouille (dessins : A. Moussion).

2.6.3. La « broche » de quenouille

54Cet objet (n° 444, fig. 12) n’entre pas dans la typologie de J.-C. Béal. Il se compose d’un corps de section ogivale et d’une palette sommitale perforée d’un trou de 4 mm de diamètre. La palette comporte cinq stries irrégulières horizontales (peut-être dues à l’usure) et la pointe est manquante. Ce type d’élément a été découvert sur d’autres sites de la même période, notamment à Alésia (GRAPIN, 1992, p. 115, pl. XXXI, nos 194 et 195), à Conimbriga au Portugal (ALARCAO, ÉTIENNE, 1979, t. VII, p. 47), et à Mayence en Allemagne (MIKLER, 1997, pl. 41, n° 3). Cependant, aucune chronologie ne lui a encore été attribuée. Ces objets auraient été fixés à l’extrémité de la courroie qui serrait le manchon de laine contre la quenouille lors du filage (ALARCAO, ÉTIENNE, 1979, p. 47).

2.7. Les objets utilitaires divers

55Cette catégorie réunit seize objets fonctionnels dont l’utilisation peut être variée. Elle représente moins de 3 % de la collection.

2.7.1. Les cuillères alimentaires

56Un seul type de cuillère alimentaire est présent ici et il s’agit des cochlearia, en huit exemplaires (n° 445, fig. 13) et de type AXXV,1 (BÉAL, 1983, p. 249). Le cuilleron est circulaire et se raccorde à la tige par une courte pointe triangulaire, et la tige cylindrique se termine en pointe à l’extrémité proximale. Cette forme semble adaptée à la consommation de coquillages, escargots et œufs, mais ces cuillères peuvent également avoir servi à étaler des cosmétiques et des onguents. Ce type existe depuis le IIIe siècle avant J.-C. en contexte méditerranéen, il s’est ensuite diffusé dans tout l’occident romain lors de la conquête et a perduré jusqu’au IIIe siècle de notre ère, peu à peu remplacé par des modèles en bronze (GORET, CHAOUI-DERIEUX, 2016, p. 51). On le retrouve notamment à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, fig. 24), à Autun (PETIT, 2011, p. 151-152, nos 81 et 82), à Paris (DUREUIL, 1996, p. 89, cat. 213 à 216), à Tremblay-en-France (GORET, CHAOUI-DERIEUX, 2016, p. 51, n° 110), à Rennes (LABAUNE, 2008, fig. 2, nos 30 et 31), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 105, fig. 5, nos 1 et 2, p. 119, fig. 24, nos 1 à 3), à Lyon (BÉAL, 1983, p. 249 à 252, pl. XLIV et XLV, nos 780 à 793), à Fréjus (RODET-BELARBI, LEMOINE, 2010, p. 391, fig. 33), à Avenches (SCHENK, 2008, p. 54, fig. 114-115, nos 432 à 478), à Augst (Deschler-ERB, 1998, pl. 10, 11 et 12, nos 131 à 306), à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 13, nos 1 à 4), à Ostie (CARANDINI, PANELLA, 1968, fig. 938) et à Délos (DEONNA, 1938, pl. LXXV, fig. 603).

Fig. 13. Objets utilitaires divers. 445. Cuillère alimentaire du type AXXV,1 ; 453. petit couteau du type BII ; 454. petit couteau du type BII ; 456. manche du type AXVIIa ; 458. manche du type AXVIIa ; 459. manche à section rectangulaire ; 460. plaque diverse (dessins : A. Moussion).

2.7.2. Les manches de petits couteaux creux à section rectangulaire

57Le type BII (BÉAL, 1983, p. 88) est ici représenté par trois éléments. Le premier (n° 453, fig. 13) est un petit couteau constitué de deux plaques possédant une dépression vers l’extrémité distale, rivetées ensemble par deux rivets en fer autour d’une lame oxydée également en fer. Le deuxième couteau (n° 454) diffère du premier par ses dimensions plus importantes et l’application d’un décor de six stries dans le sens de la longueur. Les trois rivets sont en bronze et la lame est en fer oxydé. Le dernier élément (n° 455) n’est qu’une des plaques, incomplète, d’un couteau avec quatre rivets et un décor de stries. Ces objets pouvaient avoir diverses fonctions en rapport avec la toilette féminine et/ou masculine, la chirurgie ou encore l’entretien des outils d’écriture. D’autres exemplaires ont été découverts, comme à Poitiers (BERTRAND, 1999, p. 4, fig. 1, n° 1), à Lyon (BÉAL, 1983, p. 347-348, pl. XII, nos 1232 et 1233) et à Augst (DESCHLER-ERB, 1998, pl. 9, nos 112 et 113), mais ils n’ont pas été datés.

2.7.3. Les manches pleins à section circulaire

58Ils sont au nombre de quatre. Deux d’entre eux (n° 456, fig. 13) appartiennent au type AXVIIa (BÉAL, 1983, p. 149). Il s’agit de manches longitudinaux à section circulaire, partiellement forés à leur extrémité distale, possédant un décor composé de moulures carrées, de disques et d’éléments cylindriques. Cette forme est présente ailleurs en Gaule, comme à Alésia où trois exemplaires ont pu être datés entre le milieu du Ier siècle et la fin du IIe siècle de notre ère (GRAPIN, 1992, p. 61-62, nos 67 à 69, pl. XXI). On la retrouve également plus à l’est, à Augst (DESCHLER-ERB, 1998, pl. 5, nos 56 et 58) et à Lausanne, exemplaires pour lesquels C. Anderes émet l’hypothèse, à la suite de S. Deschler-Erb pour ceux d’Augst, qu’ils soient des objets importés de Gaule, et plus particulièrement des territoires lingons, séquanes et éduens (ANDERES, 2015, p. 27), dont Les Bolards fait partie.

59Un autre manche (n° 458) n’est pas présent dans la typologie de J.-C. Béal. Il se compose d’une extrémité utile perforée présentant trois moulures arrondies, d’un corps cylindrique sans décor, d’une tête constituée de moulures arrondies entourant une gorge en V et d’un élément terminal bulbaire. Un exemplaire presque identique a été découvert à Autun mais n’est pas daté (RODET-BELARBI, CHARDRON-PICAULT, 2005, p. 166, fig. 13d). Un dernier manche (n° 459, fig. 13) n’entre pas dans la typologie et ne possède ni parallèle ni datation. Il est de section rectangulaire et de forme trapézoïdale ; son extrémité utile est perforée et l’extrémité proximale possède un bord plus large.

60Précisons qu’un cinquième manche est cité dans Le Cycle de la matière : l’os (SAUTOT, 1978, p. 39, n° 141) mais il n’a pas été retrouvé dans la collection étudiée. Il pourrait avoir été perdu ou l’auteur aurait confondu son emplacement avec le Musée archéologique de Nuits-Saint-Georges, où trois exemplaires de manche tourné semblables aux nos 456 et 457 sont notamment répertoriés (SAUTOT, 1978, p. 39, n° 145, pl. XVIII, n° 8, p. 40, nos 146 et 147, pl. XVIII, nos 6 et 15).

2.7.4. La plaque

61Enfin, une plaque (n° 460, fig. 13) du type BXI,c (BÉAL, 1983, p. 374) a été répertoriée. Cet élément longitudinal poli aux bords arrondis possède une extrémité biseautée et un X gravé sur une face au premier tiers du corps. Il pourrait s’agir d’un outil artisanal, peut-être une lame de tisserand utilisée pour tasser et trier les fils sur le métier à tisser (PINETTE, REBOURG, 1985, p. 222). Dans le catalogue Le Cycle de la matière : l’os, l’auteur propose une autre interprétation et voit cet objet comme un lissoir (SAUTOT, 1978, p. 40, n° 150, pl. XIX, n° 9). Quelques parallèles ont été trouvés sur d’autres sites romains, comme à Autun (PINETTE, REBOURG, 1985, p. 22, n° 432), à Lyon (Béal, 1983, p. 374-375, pl. LXIII, n° 1332), à Fréjus (RODET-BELARBI, LEMOINE, 2010, fig. 37) et à Augst (DESCHLER-ERB, 1998, pl. 14, n° 374), mais sans datation.

2.8. Les indéterminés

62Cette catégorie comprend tous les éléments en os et en bois de cerf dont la fonction n’a pas été identifiée, ainsi qu’un ensemble de fragments longitudinaux appartenant à des objets non reconnaissables en l’état. Les indéterminés, au nombre de 166, constituent 29 % de la collection. La plus importante catégorie d’objets est donc composée d’éléments non identifiables et non datables.

2.8.1. Les fragments d’aiguilles ou d’épingles

63Un grand nombre de fragments, généralement des pointes ou des tiges, ne peut être associé précisément aux épingles ou aux aiguilles. Ils sont au nombre de 160 et représentent donc une partie non négligeable de la collection (27 %).

2.8.2. L’anneau

64Un exemplaire (n° 461, fig. 14) du type AXXX,1 (BÉAL, 1983, p. 269) a été répertorié. C’est un anneau parfaitement poli de section circulaire dont la moitié est manquante. Ces objets apparaissent dans des milieux celtiques et étrusques, puis perdurent pendant toute la période romaine jusqu’à l’époque médiévale, voire moderne (BÉAL, 1983, p. 269). Ils sont notamment identifiés à Vertault (BÉAL, RODET-BELARBI, 2003, fig. 22), à Rennes (LAUBAUNE, 2008, fig. 2, n° 2), à Lyon (BÉAL, 1983, p. 269, pl. XLVIII, n° 817), à Avenches (SCHENK, 2008, p. 35, fig. 105, nos 360 à 363), à Augst (DESCHLER-ERB, 1998, pl. 37, nos 3938 à 3959), à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 14, nos 5 à 8) et à Ostie (CARANDINI, PANELLA, 1968, fig. 938). Ornementation, élément d’ameublement, de parure ou de vêtement, les hypothèses concernant leur usage sont nombreuses mais restent invérifiables en l’état actuel des découvertes.

2.8.3. Les éléments annulaires

65Ces éléments pourraient avoir servi pour un décor sur des charnières, ou encore pour un tout autre usage, il est impossible d’en dire plus aujourd’hui. Trois objets (n° 462, fig. 14) du type AXXXI,1 (BÉAL, 1983, p. 273) ont été répertoriés ici. Il s’agit d’éléments en demi-cercles au profil galbé portant des traces de tournage, dont la partie interne n’a pas été travaillée. Quelques autres exemplaires sont connus pour la Gaule, comme à Autun (PETIT, 2011, p. 147, n° 79), à Poitiers (BERTRAND, 2008, p. 111, fig. 13, n° 4) et à Lyon (BÉAL, 1983, p. 273, pl. XLIX, nos 821 à 824), mais ne sont pas datés.

Fig. 14. Objets indéterminés. 461. Anneau du type AXXX,1 ; 462. élément annulaire du type AXXXI,1 ; 465. objet circulaire du type AXL,4 ; 467 à 471. objets indéterminés ; 472. objet indéterminé en bois de cervidé (dessins : A. Moussion).

2.8.4. Les objets circulaires divers et indéterminés

66Le type AXL,4 (BÉAL, 1983, p. 337) regroupe ici deux éléments (n° 465, fig. 14) circulaires perforés au profil bombé dont la fonction est inconnue. Quelques autres exemplaires ont été retrouvés en Gaule, comme à Autun avec un objet strictement identique au n° 465 (RODET-BELARBI, CHARDRON-PICAULT, 2006, fig. 15, a), mais sans datation.

2.8.5. Les autres indéterminés

67Les éléments suivants, au nombre de six, n’appartiennent à aucune typologie connue et leur fonction n’est généralement pas établie. On peut noter la présence d’un objet (n° 467, fig. 14) appelé « spatule » par J.-C. Béal dans son étude des collections du musée de Nîmes (BÉAL, 1984, p. 54, pl. 12, n° 252) et par M.-C. Sautot dans le catalogue d’exposition du Musée archéologique de Dijon (SAUTOT, 1978, p. 41, n° 158, pl. XXIII, n° 4). Il est de section ovalaire se rétrécissant en direction d’une des extrémités, extrêmement poli (certainement par l’usure). Le n° 468 (fig. 14) est un élément courbe en forme d’œil de statue dont une pastille circulaire a été retirée sur la partie la plus large. Il a été poli par endroits, mais les parties latérales portent des traces de sciage. Le n° 469 est fragmentaire mais pourrait avoir servi de manche ou de décor. Il s’agit d’un objet longitudinal orné de trois moulures arrondies entrecoupées de deux gorges peu profondes. La face interne possède, sur toute sa longueur, une dépression semi-circulaire qui devait servir à l’apposer sur autre chose. L’élément n° 470 est une rondelle polie à profil bombé dont la cavité centrale a été munie d’un rivet creux en bronze. Elle possède deux parallèles : un à Autun (RODET-BELARBI, CHARDRON-PICAULT, 2005, fig. 15, c) et un à Mayence (MIKLER, 1997, pl. 7, n° 11), mais aucun n’est daté. L’objet n° 471 est un grand élément longitudinal poli à section circulaire et renflement au premier quart du corps. La partie inférieure et la partie supérieure sont manquantes, ce qui empêche toute interprétation.

68Enfin, observons qu’un seul objet en bois de cervidé a été répertorié ici. Il s’agit de l’élément n° 472 (fig. 14), un cylindre poli qui se rétrécit vers une extrémité. Nous en ignorons l’usage ; il ne possède ni parallèle ni datation. Dans le catalogue Le Cycle de la matière : l’os, l’auteur propose une fonction de manche (SAUTOT, 1978, p. 39, n° 143), mais rien ne vient étayer cette hypothèse.

2.9. Identification archéozoologique

  • 3 Archéozoologue, UMR ARTEHIS 6298, Dijon ; qu’elle soit chaleureusement remerciée pour sa collaborat (...)

69Une étude de la provenance anatomique de certains objets a été réalisée par Laetitia Huguet3. Seuls 104 éléments assez peu ou pas travaillés permettaient cette identification, soit seulement 17,5 % du mobilier de cette collection.

Fig. 15. Tableau d’identification archéozoologique des éléments exploitables (A. Moussion).

70Malgré ce petit échantillonnage, quelques tendances apparaissent. Avec une proportion de 98 %, les os longs sont sans conteste les parties anatomiques les plus utilisées ici. Dans le tableau de la figure 15, les pourcentages correspondent à chaque catégorie anatomique à son identification la plus poussée. Parmi les os longs plus précisément attribués, les métapodes sont les plus fréquents, et particulièrement les métatarsiens de bovidés. C’est d’ailleurs le squelette de bovidé qui est le plus exploité avec 52 % d’éléments reconnaissables avec certitude, pour seulement un élément provenant d’un équidé formellement identifié. Un seul bois de cervidé a été répertorié, un fait inhabituel qui pourrait résulter de la dispersion d’une partie de la collection. La présence d’un seul os de capriné diverge curieusement avec les résultats de l’étude faunique réalisée à l’issue des fouilles programmées des Bolards. En effet, celle-ci démontrait la supériorité numérique évidente des restes de caprinés, quand les restes de bovidés intégraient les proportions les plus basses (POULAIN, 2001, p. 406). Cependant, les os de bovidés pourraient avoir été récupérés (ou jetés) par les fouilleurs amateurs au moment de la découverte des objets, notamment à l’emplacement de l’atelier-boutique présumé le long de la « voie au caniveau ».

Synthèse

71Malgré l’intégrité très relative de cette collection, due aux inconnues de sa constitution, il est intéressant d’observer la répartition des objets dans leurs différentes catégories fonctionnelles (fig. 16). Les éléments de parure et de toilette représentent 16 % de la collection, une des plus importantes catégories d’objets finis identifiables. C’est une proportion que l’on retrouve dans la plupart des collections de cette époque, ainsi que l’écrasante majorité d’épingles (ici plus de 86 %), et notamment d’épingles du type AXX,7. Cependant, les épingles à tête figurée, habituellement assez nombreuses, ne comptent ici qu’un seul exemplaire ; une particularité explicable par le mode d’acquisition des objets qui semblent avoir subi un tri avant d’être cédés au musée.

Fig. 16. Répartition des objets de la collection dans les différentes catégories fonctionnelles (A. Moussion).

72Avec une part égale de 16 % de la collection, on trouve les éléments d’ameublement et de décoration. Ce groupe se compose principalement d’éléments de charnière (plus de 90 % des éléments), comme sur d’autres sites, majoritairement représentés par le type AXI,2 qui est le plus ancien. Les instruments liés au travail du textile composent 9 % de la collection (11,5 % des objets finis), une part souvent habituelle sur les sites gallo-romains. L’objet le plus fréquent est l’aiguille (96 % des éléments), dont les types répertoriés sont les plus courants à cette période, avec une majorité de type AXIX,2. Les éléments de jeux représentent 6 % de la collection, et donc 8 % des objets finis. Ce n’est pas un pourcentage très élevé, mais il reste dans la norme. Le pourcentage de jetons (95 % des éléments) rejoint les chiffres des autres sites, avec une majorité de jetons du type AXXXIII,3. Enfin, la catégorie des objets utilitaires divers vient compléter la liste des objets finis identifiables avec une proportion de 3 % de la collection. Elle est composée pour moitié de cuillères alimentaires du type AXXV,1. Le plus gros pourcentage de la collection est malheureusement composé d’objets indéterminés avec 29 %. Cependant, la majorité de ces indéterminés est constituée de fragments d’épingles ou d’aiguilles, et les objets dont la fonction reste véritablement inconnue ne sont qu’au nombre de douze, soit seulement 2 % de la collection. N’oublions pas que ces chiffres sont donnés à titre indicatif puisque cet ensemble n’est certainement qu’une partie de la collection initiale et qu’il ne correspond qu’à une fraction de la totalité des objets en matières dures d’origine animale découverts sur le site des Bolards. Nous ne pouvons faire un rapprochement avec les 300 objets récupérés lors des fouilles officielles car ceux-ci n’ont pas été étudiés dans leur ensemble.

73Certains éléments pourraient être de tradition indigène, notamment les jetons du type AXXXIII,8 rencontrés dans des contextes de La Tène III (BÉAL, 1983, p. 310). Le reste des objets appartient à des types dont la diffusion (lorsqu’elle est déterminée) se situe entre le Ier et le Ve siècle de notre ère, avec une légère accentuation aux IIe et IIIe siècles. La datation des objets répertoriés correspond donc à la chronologie du site des Bolards, mais on ne peut affiner celle-ci en raison de sa dissociation du terrain. Cependant, nous observons que cette collection réunit le même ensemble d’éléments (et aux mêmes fréquences) que de nombreux sites gallo-romains, avec des types d’objets généralement diffusés dans une grande partie de l’Occident romain. Enfin, signalons que certains objets sont à ce jour uniques et spécifiques au site des Bolards, comme les épingles nos 89, 90 et 93 aux formes géométriques, les moulures nos 387 et 388 à décors rectilignes, l’aiguille n° 414, le manche trapézoïdal n° 459 et les indéterminés nos 468, 469 et 472.

74Les éléments liés au travail de l’os représentent 21 % de la collection et sont composés d’ébauches de travail, de réserves de matière première et de déchets à plusieurs stades de fabrication. Il est donc évident qu’au moins un atelier d’artisanat de l’os était en activité à une période donnée aux Bolards (hypothèse également formulée dans POMMERET, 2001, p. 383), et que cet atelier se trouvait dans la zone d’habitat, peut-être le long de la « voie au caniveau ». D’après les identifications archéozoologiques, le ou les artisans s’approvisionnaient majoritairement en restes de bovidés qui, peu courants (car le bœuf était consommé avec modération), devaient être soigneusement et spécifiquement récupérés dans les boucheries qui rejetaient pourtant une très grande majorité d’os d’ovicapridés. Les os longs et plats de bovidés restent en effet la matrice la plus pratique et la plus fournie en matière à travailler. La très faible part de bois de cervidés (un seul objet) peut s’expliquer par une pratique de la chasse limitée, par un environnement peu propice à la présence de cervidés, ou encore par un choix des artisans présents sur place qui favoriseraient le travail de l’os pour une raison inconnue. Cette tendance correspond aux résultats de l’étude faunique où le cerf élaphe est présent mais reste très rare (POULAIN, 2001, p. 406). La typologie des ébauches et déchets de fabrication répertoriés pourrait indiquer la présence d’une spécialisation de ces artisans. En effet, la matière première est généralement issue d’os longs et les matrices sont fines et longitudinales, menant vers des objets de type aiguilles, épingles, spatules, poinçons ou cuillères. L’importance du nombre d’ébauches avancées de gaines de charnière du type AXI,2, ainsi que le nombre de gaines finies, pourraient également mener à conclure sur une autre spécialisation, hypothétiquement d’un autre atelier. Cette particularité est à mettre en rapport avec l’identification d’un atelier de tourneur du IIe siècle par É. Bertrand et E. Guyot dans leur inventaire (BERTRAND, GUYOT, 1932, p. 7). Mais encore une fois, le faible échantillonnage que représente cette collection limite les interprétations et incite à les considérer avec beaucoup de précautions.

75Le site des Bolards peut cependant être aujourd’hui considéré comme la treizième agglomération gallo-romaine de Bourgogne – Franche-Comté sur 93 où l’artisanat de l’os est attesté (PETIT, MANGIN, 1992, p. 51). Nous ignorons si cette activité avait un rayonnement seulement local ou plus large, mais la diversité des productions retrouvées et la présence de nombreux types standardisés semblent traduire un échange au moins régional (ainsi que l’existence de plusieurs ateliers dans la bourgade). Ce commerce était parfaitement probable et facilité par la situation particulière des Bolards, près de l’axe de communication Lyon-Trêves et à la limite des territoires séquane et lingon.

76L’étude de cette collection fut un travail complexe car souffrant d’importantes lacunes dues aux multiples « pillages » du site par des amateurs. Rappelons aussi que seuls 4 à 5 % de la surface ont pu être explorés par l’équipe de fouille officielle. Il est aujourd’hui illusoire de vouloir rassembler toutes les pièces dispersées, mais la prescription de nouvelles campagnes, préventives ou programmées, permettrait de nouvelles perspectives. En effet, une mise au jour plus aboutie de l’agglomération faciliterait la compréhension de ses différentes composantes. Au sujet de l’instrumentum en os, elle offrirait une série de réponses relatives à la présence d’atelier(s), à leur emplacement, leur fonctionnement, leur(s) spécialisation(s), leur ravitaillement en matière première et aux modalités de commercialisation de leurs produits à l’intérieur et, vraisemblablement, à l’extérieur de l’agglomération des Bolards.

Annexe 1 : Profils types des épingles, aiguilles et jetons (d’après BÉAL, 1983, DAO I. Rodet-Belarbi)

Annexe 2 : Inventaire exhaustif de la collection étudiée

77L’inventaire se présente par catégorie d’objets et comme suit : numéro d’inventaire attribué par l’auteur – numéro d’inventaire attribué par le Musée archéologique de Dijon – dimensions en mm – type – identification archéozoologique (si possible) – état.

78Sauf mention contraire, les objets décrits sont en os.

79Abréviations : L. : longueur ; D. : diamètre.

Réserves de matière première :

80N° 473-2013.0.65 – L. : 131,6 – Type A.Ia – Métatarse de bœuf ; n° 474-2013.0.73 – L. : 100 – Type A.Ia – Tibia de bœuf ; n° 475-2013.0.111 – L. : 49,6 – Type A.Ia – Métacarpe de bœuf ; n° 478-2013.0.76 – L. : 77,9 – Type A.Ia – Tibia de bœuf ; n° 479-2013.0.68 – L. : 101,3 – Type A.Ia – Tibia de bœuf ; n° 480-2013.0.69 – L. : 69,8 – Type A.Ia – Tibia de bœuf ; n° 481-2013.0.70 – L. : 72,9 – Type A.Ia ; n° 482-2013.0.71 – L. : 77,7 – Type A.Ia – Radius ou tibia de bœuf ; n° 483-2013.0.72 – L. : 84,8 – Type A.Ia – Tibia de bœuf ; n° 591-2013.0.66 – L. : 126,5 – Hors typologie – Métacarpe de bœuf ; n° 592-2013.0.67 – L. : 138,6 - Hors typologie – Scapula de bœuf ; n° 593-2013.0.114 – L. : 88 - Hors typologie.

Ébauches de travail :

81N° 485-7513 – L. : 73 – Type A.IIIa ; n° 486-7514 – L. : 73,9 – Type A.IIIa ; n° 487-6057.4 – L. : 95,3 – Type A.IIIa ; n° 488-6057.7 – L. : 96,9 – Type A.IIIa ; n° 489-6057.2 – L. : 92,7 – Type A.IIIa ; n° 490-7540.1 – L. : 55,9 – Type A.IIIa ; n° 491-7540.3 – L. : 58,7 – Type A.IIIa ; n° 492-7540.4 – L. : 55,6 – Type A.IIIa ; n° 493-7540.5 – L. : 61,7 – Type A.IIIa ; n° 494-7540.6 – L. : 69,7 – Type A.IIIa ; n° 495-7540.7 – L. : 55 – Type A.IIIa ; n° 496-7540.8 – L. : 54,8 – Type A.IIIa ; n° 497-7540.9 – L. : 66,5 – Type A.IIIa ; n° 498-2013.0.41 – L. : 71,4 – Type A.IIIa ; n° 499-2013.0.33 – L. : 89,6 – Type A.IIIa ; n° 500-2013.0.59 – L. : 62,4 – Type A.IIIa ; n° 501-2013.0.57 – L. : 61,5 – Type A.IIIa ; n° 502-2013.0.62 – L. : 66,4 – Type A.IIIa ; n° 503-2013.0.58 – L. : 54,4 – Type A.IIIa ; n° 504-2013.0.47 – L. : 56,9 – Type A.IIIa ; n° 505-2013.0.54 – L. : 60,8 – Type A.IIIa ; n° 506-2013.0.38 – L. : 64.1 – Type A.IIIa ; n° 507-2013.0.43 – L. : 70,7 – Type A.IIIa ; n° 508-2013.0.64 – L. : 59,6 – Type A.IIIa ; n° 509-2013.0.51 – L. : 60,8 – Type A.IIIa ; n° 510-2013.0.39 – L. : 63,6 – Type A.IIIa ; n° 511-2013.0.63 – L. : 63,6 – Type A.IIIa ; n° 512-2013.0.52 – L. : 57,8 – Type A.IIIa ; n° 513-2013.0.42 – L. : 87,3 – Type A.IIIa ; n° 514-2013.0.35 – L. : 111,3 – Type A.IIIa ; n° 515-2013.0.37 – L. : 62 – Type A.IIIa ; n° 516-2013.0.45 – L. : 66,8 – Type A.IIIa ; n° 517-2013.0.55 – L. : 63,7 – Type A.IIIa ; n° 518-2013.0.49 – L. : 58,7 – Type A.IIIa ; n° 519-7532.2 – L. : 42,1 – Type A.IIIa ; n° 520-7536.6 – L. : 51,2 – Type A.IIIa ; n° 521-7536.12 – L. : 47,7 – Type A.IIIa ; n° 522-7536.1 – L. : 52 – Type A.IIIa ; n° 523-7536.9 – L. : 51,8 – Type A.IIIa ; n° 524-7536.4 – L. : 46,3 – Type A.IIIa ; n° 525-7536.15 – L. : 48,7 – Type A.IIIa ; n° 526-7536.5 – L. : 49,6 – Type A.IIIa ; n° 527-7536.13 – L. : 51,8 – Type A.IIIa ; n° 528-7536.8 – L. : 47,8 – Type A.IIIa ; n° 529-7536.14 – L. : 51,3 – Type A.IIIa ; n° 530-7538.9 – L. : 38,7 – Type A.IIIa ; n° 531-7538.15 – L. : 38 – Type A.IIIa – n° 532-7538.3 – L. : 34,1 – Type A.IIIa ; n° 533-7538.21 – L. : 36,9 – Type A.IIIa ; n° 534-7538.18 – L. : 37,4 – Type A.IIIa ; n° 535-7538.6 – L. : 37,8 – Type A.IIIa ; n° 536-7538.20 – L. : 37,7 – Type A.IIIa ; n° 537-7538.17 – L. : 30,7 – Type A.IIIa ; n° 538-7538.13 – L. : 35,5 – Type A.IIIa ; n°539-7538.14 – L. : 33,4 – Type A.IIIa ; n°540-7538.19 – L. : 36 – Type A.IIIa ; n° 541-7538.12 – L. : 35,5 – Type A.IIIa ; n° 542-7533.2 – L. : 41,5 – Type A.IIIa ; n° 543-7533.6 – L. : 41,7 – Type A.IIIa ; n° 544-7533.16 – L. : 42,7 – Type A.IIIa ; n° 545-7533.14 – L. : 41,5 – Type A.IIIa ; n° 546-7533.1 – L. : 44,3 – Type A.IIIa ; n° 547-7533.15 – L. : 42,3 – Type A.IIIa ; n° 548-7533.11 – L. : 44,3 – Type A.IIIa ; n° 549-7533.13 – L. : 39,5 – Type A.IIIa ; n° 550-7533.12 – L. : 39,5 – Type A.IIIa ; n° 551-7533.9 – L. : 48,1 – Type A.IIIa ; n° 552-7533.10 – L. : 38,9 – Type A.IIIa ; n° 553-7533.5 – L. : 42,4 - Type A.IIIa ; n° 554-7571.5 – L. : 62,9 - Type A.IIIa ; n° 555-2013.0.79 – L. : 76,3 - Type A.IIIb ; n° 556-2013.0.77 – L. : 83,9 - Type A.IIIb ; n° 557-7531.1 – L. : 72,2 - Type A.IIIb ; n° 558-7531.2 – L. : 80,8 - Type A.IIIb ; n° 559-6057.5 – L. : 65,5 - Type A.IIIb ; n° 560-6057.3 – L. : 89,2 - Type A.IIIb ; n° 561-6057.1 – L. : 110,1 - Type A.IIIb ; n° 562-6057.6 – L. : 72,2 - Type A.IIIb ; n° 563-7540.2 – L. : 56 - Type A.IIIb ; n° 564-2013.0.36 – L. : 75,2 - Type A.IIIb ; n° 565-2013.0.50 – L. : 72 - Type A.IIIb ; n° 566-2013.0.60 – L. : 80,1 - Type A.IIIb ; n° 567-2013.0.56 – L. : 63,1 - Type A.IIIb ; n° 568-2013.0.61 – L. : 55,7 - Type A.IIIb ; n° 569-2013.0.44 – L. : 62,8 - Type A.IIIb ; n° 570-2013.0.53 – L. : 65 - Type A.IIIb ; n° 571-2013.0.34 – L. : 60,4 - Type A.IIIb ; n° 572-2013.0.48 – L. : 56,5 - Type A.IIIb ; n° 573-2013.0.40 – L. : 67,4 - Type A.IIIb.

Déchets de travail :

82N° 574-7532.3 – L. : 41,9 - Type A.IIIb ; n° 575-7536.10 – L. : 50,1 - Type A.IIIb ; n° 576-7536.3 – L. : 50,7 - Type A.IIIb ; n° 577-7536.7 – L. : 52,3 - Type A.IIIb ; n° 578-7536.2 – L. : 48,1 - Type A.IIIb ; n° 579-7536.11 – L. : 47,9 - Type A.IIIb ; n° 580-7538.4 – L. : 37,4 - Type A.IIIb ; n° 581-7538.7 – L. : 34,9 - Type A.IIIb ; n° 582-7538.2 – L. : 36,3 - Type A.IIIb ; n° 583-7538.1 – L. : 37,2 - Type A.IIIb ; n° 584-7538.10 – L. : 31,6 - Type A.IIIb ; n° 585-7538.11 – L. : 34 - Type A.IIIb ; n° 586-7538.5 – L. : 35,9 - Type A.IIIb ; n° 587-7533.4 – L. : 47,2 - Type A.IIIb ; n° 588-7533.7 – L. : 39,9 - Type A.IIIb ; n° 589-7533.8 – L. : 46,9 - Type A.IIIb ; n° 590-7533.3 – L. : 48,1 - Type A.IIIb.

Déchets de matière première :

83N° 476-2013.0.75 – L. : 44,7 – Type A.Ia – Os long de bœuf ; n° 477-2013.0.74 – L. : 38,4 – Type A.Ia ; n° 484-2013.0.78 – L. : 56,9 – Type A.Ia – Radius de bœuf ; n° 594-2013.0.80 – L. : 51,5 - Hors typologie ; n° 595-2013.0.46 – L. : 47,7 - Hors typologie ; n° 596-7532.1 – L. : 46,6 - Hors typologie ; n° 597-2013.0.81 – L. : 43,1 - Hors typologie – Métapode résiduel d’équidé.

Épingles :

84N° 12-7559 – L. : 57 – Type A.XX,2 – Pointe manquante ; n° 13-7560 – L. : 62 – Type A.XX,2 – Pointe manquante ; n° 14-7557 – L. : 61 – Type A.XX,2 – Pointe manquante ; n° 15-2013.0.13 – L. : 92 – Type A.XX,2 – Pointe manquante ; n° 16-7535.6 – L. : 43 – Type A.XX,2 – Pointe manquante ; n° 17-7561 – L. : 51 – Type A.XX,2b – Pointe manquante ; n° 18-7534.14 – L. : 27 – Type A.XX,2b – La moitié de la tige est manquante ; n° 19-6059.4 – L. : 86 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 20-6059.5 – L. : 68 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 21-6059.6 – L. : 51 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 22-7556 – L. : 57 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 23-7558 – L. : 62 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 24-7563 – L. : 52 – Type A.XX,3 – La pointe est manquante et le profil est en facettes ; n° 25-7564 – L. : 42 – Type A.XX,3 – La pointe est manquante et le profil est en facettes ; n° 26-7565 – L. : 47 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 27-7566 – L. : 49 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 28-7535.7 – L. : 37 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 29-7571.23 – L. : 51 – Type A.XX,3 – Pointe manquante ; n° 30-6059.3 – L. : 90 – Type A.XX,4 ; n° 31-7562 – L. : 53 – Type A.XX,4 – Pointe manquante ; n° 32-7567 – L. : 54 – Type A.XX,4 – Pointe manquante ; n° 33-6055.1 – L. : 90 – Type A.XX,5 ; n° 34-6055.2 – L. : 86 – Type A.XX,5 ; n° 35-6055.3 – L. : 63 – Type A.XX,5 – Pointe manquante ; n° 36-6055.4 – L. : 42 – Type A.XX,5 ; n° 37-2013.0.12 – L. : 84 – Type A.XX,5 ; n° 38-6053.9 – L. : 52 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 39-7508 – L. : 81 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 40-7568 – L. : 60 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 41-7569 – L. : 54 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 42-2013.0.2 – L. : 55 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 43-2013.0.5 – L. : 56 – Type A.XX,7 – La moitié de la tête est manquante ; n° 44-2013.0.8 – L. : 84,5 – Type A.XX,7 ; n° 45-2013.0.15 – L. : 99 – Type A.XX,7 ; n° 46-6053.5 – L. : 46 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 47-6053.11 – L. : 71 – Type A.XX,7 ; n° 48-7638 – L. : 71 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 49-7535.3 – L. : 36 – Type A.XX,7 – La moitié de la tige est manquante ; n° 50-7539.4 – L. : 33 – Type A.XX,7 – Plus de la moitié de la tige est manquante ; n° 51-6053.6 – L. : 47 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 52-6053.8 – L. : 26,5 – Type A.XX,7 – Plus de la moitié de la tige est manquante ; n° 53-7535.4 – L. : 40 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 54-7538.16 – L. : 38 – Type A.XX,7 – La moitié de la tige est manquante ; n° 55-7511 – L. : 80 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 56-7516 – L. : 72 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 57-7518 – L. : 82 – Type A.XX,7 ; n° 58-2013.0.6 – L. : 86 – Type A.XX,7 ; n° 59-2013.0.7 – L. : 76 – Type A.XX,7 ; n° 60-6053.4 – L. : 101 – Type A.XX,7 ; n° 61-7510 – L. : 76 – Type A.XX,7 ; n° 62-7553 – L. : 47,5 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 63-7554 – L. : 49,5 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 64-7515 – L. : 73 – Type A.XX,7 – Pointe manquante ; n° 65-7555 – L. : 52 – Type A.XX,8 ; n° 66-2013.0.4 – L. : 86 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 67-6053.3 – L. : 69 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 68-6053.7 – L. : 54 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 69-6053.10 – L. : 43,5 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 70-7637 – L. : 63,5 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 71-7534.10 – L. : 27 – Type A.XX,8 – La tige est manquante ; n° 72-7535.5 – L. : 34 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 73-7540.10 – L. : 67 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 74-7517 – L. : 78 – Type A.XX,8 ; n° 75-7570 – L. : 46 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 76-2013.0.14 – L. : 76 – Type A.XX,8 – Pointe manquante ; n° 77-2013.0.3 – L. : 80 – Type A.XX,8 ; n° 78-7509 – L. : 75 – Type A.XX,8 ; n° 79-6052.1 – L. : 63,9 – Type A.XX,10 ; n° 80-6052.2 – L. : 78 – Type A.XX,10 ; n° 81-6052.4 – L. : 74,5 – Type A.XX,19 ; n° 82-6052.3 – L. : 86 – Type A.XX,19 ; n° 83-2013.0.11 – L. : 66 – Hors typologie, tête caliciforme – Pointe manquante ; n° 84-7636 – L. : 61 – Hors typologie, tête caliciforme – Pointe manquante ; n° 85-6053.1 – L. : 59 – Hors typologie, tête caliciforme – Pointe manquante ; n° 86-6053.2 – L. : 44 – Hors typologie, tête en « coton-tige » - Pointe manquante ; n° 87-6055.5 – L. : 28 – Hors typologie, tête en cône – La moitié de la tige est manquante ; n° 88-2013.0.9 – L. : 99 – Hors typologie – Pointe manquante ; n° 89-6059.1 – L. : 101 – Hors typologie – Un fragment de la tige est manquante ; n° 90-7537.7 – L. : 39 – Hors typologie – La moitié de la tige est manquante ; n° 91-2013.0.10 – L. : 72 – Hors typologie ; n° 92-2013.0.1 – L. : 112 – Hors typologie ; n° 93-7535.2 – L. : 38 – Hors typologie ; n° 94-6058 – L. : 117 – Type A.XXI,2b – Il manque deux doigts à la main.

Agrafe :

85N° 255-6182 – L. : 31 – Type A.XXVI,1.

Perle :

86N° 256-6069 – L. : 10 – Hors typologie, perle bitronconique.

Cuillères à parfum :

87N° 1-6179 – L. : 68 – Type A.XXIV,2a – L’extrémité proximale est manquante ; n° 2-7505/7506 – L. : 83,5 – Type A.XXIV,3 – La moitié du cuilleron et une partie de la tige sont manquantes ; n° 3-6049 – L. : 70 – Hors typologie – Extrémité proximale manquante.

Spatules :

88N° 4-6054.1 – L. : 114 – Type A.XXIII,1 ; n° 5-6054.2 – L. : 110 – Type A.XXIII,1 ; n° 6-6054.3 – L. : 124,5 ; n° 7-6054.4 – L. : 85 – Type A.XXIII,2 ; n° 8-7534.45 – L. : 18 – Type A.XXIII,2 – La tige est manquante ; n° 9-7541 – L. : 49 – Type A.XXIII,2 – La moitié de la tige est manquante ; n° 10-7542 – L. : 53 – Type A.XXIII,2 – Pointe manquante ; n° 11-7543 – L. : 65 – Type A.XXIII,2 – Pointe manquante.

Jetons :

89N° 257-7230 – D. : 14 – Type A.XXXIII,1 – Fragment manquant sur la tranche ; n° 258-7233 – D. : 15 – Type A.XXXIII,1 ; n° 259-7218 – D. : 19 – Type A.XXXIII,3 – Deux fragments manquants ; n° 260-7222 – D. : 21 – Type A.XXXIII,3 – Deux fragments manquants ; n° 261-7223 – D. : 18,5 – Type A.XXXIII,3 ; n° 262-7219 – D. : 18 – Type A.XXXIII,3 ; n° 263-7224 – D. : 18 – Type A.XXXIII,3 ; n° 264-7225 – D. : 16 – Type A.XXXIII,3 ; n° 265-7231 – D. : 17 – Type A.XXXIII,3 ; n° 266-7238 – D. : 18 – Type A.XXXIII,3 ; n° 267-7239 – D. : 18 – Type A.XXXIII,3 ; n° 268-7240 – D. : 17,5 – Type A.XXXIII,3 ; n° 269-10825.1 – D. : 22 – Type A.XXXIII,3 ; n° 270-7226 – D. : 13 – Type A.XXXIII,3 – Un fragment manquant ; n° 271-7220 – D. : 21,5 – Type A.XXXIII,5 ; n° 272-7221 – D. : 21,5 – Type A.XXXIII,5 ; n° 273-7227 – D. : 21 – Type A.XXXIII,5 ; n° 274-7228 – D. : 20,5 – Type A.XXXIII,5 ; n° 275-7235 – D. : 20 – Type A.XXXIII,5 ; n° 276-7237 – D. : 18 – Type A.XXXIII,5 ; n° 277-7236 – D. : 19 – Type A.XXXIII,5 – Un fragment est manquant sur la tranche ; n° 278-7520 – D. : 21 – Type A.XXXIII,5 – La moitié du jeton est manquante ; n° 279-7521 – D. : 19 – Type A.XXXIII,5 – La moitié du jeton est manquante ; n° 280-7234 – D. : 21 – Type A.XXXIII,5 ; n° 281-10825.2 – D. : 19 – Type A.XXXIII,6 ; n° 282-7229 – D. : 22 – Type A.XXXIII,6 – La moitié du jeton est manquante ; n° 283-7215 – D. : 18 – Type A.XXXIII,8 ; n° 284-7216 – D. : 17 – Type A.XXXIII,8 ; n° 285-10825.3 – D. : 21,5 – Type A.XXXIII,8 ; n° 286-7217 – D. : 14 – Type A.XXXIII,8 ; n° 287-7211 – D. : 35 – Type A.XXXIII,9 ; n° 288-7212 – D. : 22,8 – Type A.XXXIII,9 ; n° 289-7213 – D. : 20,2 – Type A.XXXIII,9 ; n° 290-7214 – D. : 19,4 – Type A.XXXIII,9 ; n° 291-10825.4 – D. : 20 – Type A.XXXIII,9 ; n° 292-7519 – D. : 18 – Type A.XXXIII,9 – La moitié du jeton est manquante ; n° 293-7522 – D. : 18 – Type A.XXXIII,9 – La moitié du jeton est manquante.

Pion :

90N° 294-7232 – D. : 21,2 – Type A.XXXIV,2.

Dé creux :

91N° 295-6051 – L. : 20 – Type B.I.

Éléments de charnières :

92N° 296-7498 – L. : 110 – Type A.XI,1b – Métatarse de bœuf ; n° 297-7499 – L. : 104,5 – Type A.XI,1b – Métatarse de bœuf ; n° 298-7500 – L. : 96 – Type A.XI,1b – Métatarse de bœuf – La moitié de l’objet est manquante ; n° 299-7445 – L. : 114 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 300-7446 – L. : 106 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 301-7447 – L. : 117 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 302-7448 – L. : 107,5 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 303-7449 – L. : 110 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 304-7450 – L. : 89 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 305-7456 – L. : 112 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 306-7458 – L. : 95,5 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 307-7492 – L. : 111,5 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 308-7493 – L. : 104 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf – Plusieurs fragments sont manquants sur les extrémités ; n° 309-7451 – L. : 96,5 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 310-7452 – L. : 86,5 – Type A.XI,1d – Un fragment est manquant à une des extrémités – Métatarse de bœuf ; n° 311-7453 – L. : 93 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 312-7454 – L. : 92 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 313-7457 – L. : 71,5 – Type A.XI,1d – Os long de bœuf ; n° 314-7491 – L. : 111 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 315-7455 – L. : 99,5 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf – Deux fragments manquants à une extrémité ; n° 316-7495 – L. : 123 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf – Un fragment manquant à une extrémité ; n° 317-7496 – L. : 94 – Type A.XI,1d – Os long de bœuf – Deux fragments manquants à une extrémité ; n° 318-7494 – L. : 90 – Type A.XI,1d – Métatarse de bœuf ; n° 319-7497 – L. : 28 – Type A.XI,2a – Métacarpe de bœuf ; n° 320-7459 – L. :38 – Type A.XI,2c ; n° 321-7460 – L. : 28 – Type A.XI,2c ; n° 322-7462 – L. : 37,5 – Type A.XI,2c ; n° 323-7463 – L. : 35 – Type A.XI,2c – Métatarse de bœuf ; n° 324-7464 – L. : 39,5 – Type A.XI,2c ; n° 325-7465 – L. : 38 – Type A.XI,2c ; n° 326-7466 – L. : 32 – Type A.XI,2c ; n° 327-7467 – L. : 37 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 328-7468 – L. : 34 – Type A.XI,2c – Métacarpe de bœuf ; n° 329-7469 – L. : 34 – Type A.XI,2c ; n° 330-7471 – L. : 31 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 331-7472 – L. : 31,5 – Type A.XI,2c – Métacarpe de bœuf ; n° 332-7473 – L. : 30 – Type A.XI,2c ; n° 333-7474 – L. : 30 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 334-7475 – L. : 28 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf – Deux fragments manquants sur une extrémité ; n° 335-7476 – L. : 26 – Type A.XI,2c ; n° 336-7477 – L. : 33,5 – Type A.XI,2c ; n° 337-7478 – L. : 35 – Type A.XI,2c ; n° 338-7479 – L. : 38,5 – Type A.XI,2c – Métacarpe de bœuf ; n° 339-7480 – L. : 36,5 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 340-7482 – L. : 29 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 341-7483 – L. : 27 – Type A.XI,2c – Fémur de bœuf ; n° 342-7484 – L. : 37,5 – Type A.XI,2c ; n° 343-7485 – L. : 33 – Type A.XI,2c ; n° 344-7486 – L. : 37 – Type A.XI,2c – Métacarpe de bœuf ; n° 345-7487 – L. : 29 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 346-7488 – L. : 26,5 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 347-7489 – L. : 38 – Type A.XI,2c ; n° 348-7490 – L. : 28,5 – Type A.XI,2c – Métapode de bœuf ; n° 349-2013.0.103 – L. : 34,5 – Type A.XI,2c – Métacarpe de bœuf ; n° 350-2013.0.104 – L. : 36 – Type A.XI,2c ; n° 351-2013.0.105 – L. : 33 – Type A.XI,2c ; n° 352-2013.0.106 – L. : 29 – Type A.XI,2c ; n° 353-2013.0.107 – L. : 28,5 – Type A.XI,2c ; n° 354-2013.0.108 – L. : 31,5 – Type A.XI,2c ; n° 355-2013.0.109 – L. : 26,5 – Type A.XI,2c ; n° 356-2013.0.110 – L. : 27,5 – Type A.XI,2c ; n° 357-7481 – L. : 30 – Type A.XI,2c – Fragments manquants sur une extrémité ; n° 358-7461 – L. : 41,5 – Type A.XI,2c ; n° 359-7470 – L. : 40 – Type A.XI,2c ; n° 360-2013.0.98 – L. : 48,5 – Type A.XI,2 – Métacarpe de bœuf ; n° 361-2013.0.99 – L. : 44,5 – Type A.XI,2 – Métatarse de bœuf ; n° 362-2013.0.95 – L. : 27 – Type A.XI,2 ; n° 363-2013.0.84 – L. : 34,5 – Type A.XI,2 ; n° 364-2013.0.85 – L. : 35 – Type A.XI,2 – Métatarse de bœuf ; n° 365-2013.0.86 – L. : 34,5 – Type A.XI,2 ; n° 366-2013.0.92 – L. : 29,5 – Type A.XI,2 ; n° 367-2013.0.100 – L. : 33,5 – Type A.XI,2 – Un fragment de l’objet est manquant ; n° 368-2013.0.87 – L. : 25,5 – Type A.XI,2 ; n° 369-2013.0.88 – L. : 25 – Type A.XI,2 ; n° 370-2013.0.89 – L. : 30 – Type A.XI,2 ; n° 371-2013.0.90 – L. : 29 – Type A.XI,2 ; n° 372-2013.0.93 – L. : 25 – Type A.XI,2 ; n° 373-2013.0.94 – L. : 30,5 – Type A.XI,2 ; n° 374-10833 – L. : 32,5 – Type A.XI,2 – Quelques esquilles sont manquantes ; n° 375-2013.0.96 – L. : 26,5 – Type A.XI,2 ; n° 376-2013.0.97 – L. : 24,5 – Type A.XI,2 – Une partie de l’objet est manquante ; n° 377-2013.0.83 – L. : 31,5 – Type A.XI,2 ; n° 378-2013.0.101 – L. : 34,5 – Type A.XI,2 – La moitié de l’objet est manquante ; n° 379-2013.0.102 – L. : 35 – Type A.XI,2 – La moitié de l’objet est manquante ; n° 380-2013.0.91 – L. : 16,5 – Type A.XI,2 – Métatarse de capriné.

Éléments de placage :

93N° 381-2013.0.113 – L. : 110 – Hors typologie – Une partie de l’objet est manquante ; n° 382-6060.3 – L. : 59,1 – Hors typologie – Une partie de l’objet est manquante ; n° 383-6060.2 – L. : 48,3 – Hors typologie – Une partie de l’objet est manquante ; n° 384-6060.1 – L. : 147,2 – Hors typologie – Plusieurs parties de l’objet sont manquantes.

Moulure :

94N° 385-7502 – L. : 67,8 – Type A.X,2 – Les deux tiers de l’objet sont manquants ; n° 386-6068.1 – L. : 24,5 – Type A.X,2 – Plus des deux tiers de l’objet sont manquants ; n° 387-6060.4 – L. : 21 – Hors typologie – Deux parties de l’objet sont manquantes ; n° 388-6070 – L. : 18,9 – Hors typologie.

Serrure :

95N° 389-6066 – L. : 22 – Type B.IV.

Aiguilles :

96N° 390-7544 – L. : 66 – Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 391-7528 – L. : 85 – Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 392-7545 – L. : 65,5 – Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 393-7546 – L. : 57,5 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 394-7547 – L. : 49 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 395-7548 – L. : 48 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 396-7550 – L. : 66 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 397-7551 – L. : 59 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 398-7539.17 – L. : 33,5 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 399-6056.1 – L. : 83,5 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 400-6185.3 – L. : 70 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 401-7549 – L. : 61,5 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 402-2013.0.22 – L. : 32 - Type A.XIX,2 – La moitié de la tige est manquante ; n° 403-6185.2 – L. : 99,5 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 404-6185.1 – L. : 115 - Type A.XIX,2 ; n° 405-6056.4 – L. : 53,5 - Type A.XIX,2 – Pointe manquante ; n° 406-6190.3 – L. : 57,5 - Type A.XIX,3 – Pointe manquante ; n° 407-6056.3 – L. : 67 - Type A.XIX,3 – Pointe manquante ; n° 408-6056.2 – L. : 66 - Type A.XIX,4 – Pointe manquante ; n° 409-6189.2 – L. : 154 - Type A.XIX,6 ; n° 410-2013.0.23 – L. : 31 - Type A.XIX,6 – Le corps est manquant ; n° 411-2013.0.24 – L. : 30 - Type A.XIX,9 – Une partie de la tête est manquante ; n° 412-6186 – L. : 160 - Type A.XIX,10 ; n° 413-2013.0.21 – L. : 51 - Type A.XIX,10 – La moitié du corps est manquant ; n° 414-7526 – L. : 24,5 – Hors typologie – Le corps est manquant ; n° 415-6053.14 – L. : 62 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 416-6053.15 – L. : 44,2 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 417-6053.17 – L. : 23,7 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 418-6189.1 – L. : 189 – Typologie indéterminée ; n° 419-6190.2 – L. : 60,5 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 420-6190.4 – L. : 83,5 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 421-6190.5 – L. : 81,8 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 422-7527 – L. : 81 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 423-7552 – L. : 48,9 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 424-2013.0.18 – L. : 94,7 – Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 425-2013.0.25 – L. : 63,9 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 426-2013.0.26 – L. : 61,9 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 427-2013.0.27 – L. : 62,7 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 428-2013.0.28 – L. : 65,1 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 429-2013.0.30 – L. : 60,3 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 430-7535.11 – L. : 52,1 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 431-7535.15 – L. : 51,1 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 432-7535.19 – L. : 50,2 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 433-7535.22 – L. : 49,9 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 434-7539.2 – L. : 36,8 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 435-7539.5 – L. : 38,2 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 436-7539.9 – L. : 34,6 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 437-7537.2 – L. : 44,7 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 438-7537.8 – L. : 44,7 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 439-7537.9 – L. : 42,5 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 440-7537.30 – L. : 46,2 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 441-7534.20 – L. : 25,8 - Typologie indéterminée – Pointe manquante ; n° 442-6188 – L. : 168,5 - Typologie indéterminée – La pointe et le sommet sont manquants.

Fusaïole :

97N° 443-7208 – D. : 18,4 – Type A.XXXVI,1.

« Broche » de quenouille :

98N° 444-2013.0.112 – L. : 80 – Hors typologie – Pointe manquante.

Cuillères alimentaires :

99N° 445-6045 – L. : 144 – Type A.XXV,1 ; n° 446-6180 – L. : 109 – Type A.XXV,1 – Pointe manquante ; n° 447-6046 – L. : 96 – Type A.XXV,1 – Pointe manquante ; n° 448-6047 – L. : 43 – Type A.XXV,1 – Le manche est presque entièrement manquant ; n° 449-6048 – L. : 55 – Type A.XXV,1 – Le manche est presque entièrement manquant ; n° 450-6181 – L. : 115 – Type A.XXV,1 – Le cuilleron est manquant ; n° 451-6185.4 – L. : 87 – Type A.XXV,1 – La pointe et le cuilleron sont manquants ; n° 452-7535.1 – L. : 40,5 – Type A.XXV,1 – La moitié distale de l’objet est manquante.

Manches de petits couteaux creux :

100N° 453-6064 – L. : 45,7 – B.II – La partie active de la lame est manquante ; n° 454-6067 – L. : 50 – B.II – La partie active de la lame est manquante ; n° 455-6065 – L. : 44,4 – B.II – Seule une plaquette a été conservée.

Manches pleins à section circulaire :

101N° 456-7503 – L. : 68,5 – Type A.XVII,2a ; n° 457-7504 – L. : 69,5 – Type A.XVII,2a – Un fragment est manquant sur l’extrémité distale ; n° 458-7501 – L. : 88 – Hors typologie – Un fragment est manquant sur l’extrémité distale.

Plaque :

102N° 460-6184 – L. : 170,8 – Type B.XI – Un esquille est manquante sur une extrémité.

Fragments d’épingles ou d’aiguilles :

103N° 95-6053.12 – L. : 38,7 ; n° 96-6053.13 – L. : 48,8 ; n° 97-6953.16 – L. : 35,4 ; n° 98-6059.2 – L. : 65,4 ; n° 99-6183 – L. : 49,4 ; n° 100-6187.1 – L. : 117,1 ; n° 101-6187.2 – L. : 73,8 ; n° 102-6187.3 – L. : 72 ; n° 103-6190.1 – L. : 42,1 ; n° 104-6190.6 – L. : 138 ; n° 105-7512 – L. : 71,8 ; n° 106-7523 – L. : 39,2 ; n° 107-7524 – L. : 62,4 ; n° 108-7525 – L. : 51,2 ; n° 109-7529 – L. : 35,9 ; n° 110-7530 – L. : 27,6 ; n° 111-7571.1 – L. : 51 ; n° 112-7571.2 – L. : 69 ; n° 113-7571.3 – L. : 54,5 ; n° 114-7571.4 – L. : 34,8 ; n° 115-7571.6 – L. : 63,4 ; n° 116-7571.7 – L. : 60 ; n° 117-7571.8 – L. : 69 ; n° 118-7571.9 – L. : 40 ; n° 119-7571.10 – L. : 68 ; n° 120-7571.11 – L. : 60 ; n° 121-7571.12 – L. : 65 ; n° 122-7571.13 – L. : 59 ; n° 123-7571.14 – L. : 62,3 ; n° 124-7571.15 – L. : 60 ; n° 125-7571.16 – L. : 60,5 ; n° 126-7571.17 – L. : 70 ; n° 127-7571.18 – L. : 64 ; n° 128-7571.19 – L. : 53,8 ; n° 129-7571.20 – L. : 60,5 ; n° 130-7571.21 – L. : 58 ; n° 131-7571.22 – L. : 60,5 ; n° 132-7571.24 – L. : 62,3 ; n° 133-7571.25 – L. : 62,8 ; n° 134-7571.26 – L. : 55,5 ; n° 135-7571.27 – L. : 62 ; n° 136-2013.0.16 – L. : 45,3 ; n° 137-2013.0.17 – L. : 44,7 ; n° 138-2013.0.19 – L. : 49,7 ; n° 139-2013.0.20 – L. : 70,2 ; n° 140-2013.0.29 – L. : 56 ; n° 141-2013.0.31 – L. : 43,4 ; n° 142-2013.0.32 – L. : 44 ; n° 143-7535.8 – L. : 49 ; n° 144-7535.9 – L. : 49 ; n° 145-7535.10 – L. : 50,2 ; n° 146-7535.12 – L. : 45,7 ; n° 147-7535.13 – L. : 51,6 ; n° 148-7535.14 – L. : 49 ; n° 149-7535.16 – L. : 48 ; n° 150-7535.17 – L. : 50,8 ; n° 151-7535.18 – L. : 53,4 ; n° 152-7535.20 – L. : 48,6 ; n° 153-7535.21 – L. : 51 ; n° 154-7535.23 – L. : 53,4 ; n° 155-7535.24 – L. : 49,4 ; n° 156-7535.25 – L. : 51,9 ; n° 157-7535.26 – L. : 51,8 ; n° 158-7535.27 – L. : 49,3 ; n° 159-7536.16 – L. : 47 ; n° 160-7534.1 – L. : 30,7 ; n° 161-7534.2 – L. : 24,3 ; n° 162-7534.3 – L. : 15,4 ; n° 163-7534.4 – L. : 18,5 ; n° 164-7534.5 – L. : 16,6 ; n° 165-7534.6 – L. : 31 ; n° 166-7534.7 – L. : 30 ; n° 167-7534.8 – L. : 22,8 ; n° 168-7534.9 – L. : 28,9 ; n° 169-7534.11 – L. : 31,4 ; n° 170-7534.12 – L. : 29,5 ; n° 171-7534.13 – L. : 20 ; n° 172-7534.15 – L. : 26,9 ; n° 173-7534.16 – L. : 29,4 ; n° 174-7534.17 – L. : 30,8 ; n° 175-7534.18 – L. : 24,7 ; n° 176-7534.19 – L. : 23,4 ; n° 177-7534.21 – L. : 19,1 ; n° 178-7534.22 – L. : 26,7 ; n° 179-7534.23 – L. : 22,2 ; n° 180-7534.24 – L. : 25,2 ; n° 181-7534.25 – L. : 30 ; n° 182-7534.26 – L. : 26,3 ; n° 183-7534.27 – L. : 12,9 ; n° 184-7534.28 – L. : 15,7 ; n° 185-7534.29 – L. : 25,6 ; n° 186-7534.30 – L. : 22,9 ; n° 187-7534.31 – L. : 29,4 ; n° 188-7534.32 – L. : 28 ; n° 189-7534.33 – L. : 31 ; n° 190-7534.34 – L. : 26 ; n° 191-7534.35 – L. : 29 ; n° 192-7534.36 – L. : 24,2 ; n° 193-7534.37 – L. : 23,5 ; n° 194-7534.38 – L. : 24,7 ; n° 195-7534.39 – L. : 21,3 ; n° 196-7534.40 – L. : 23,9 ; n° 197-7534.41 – L. : 25,5 ; n° 198-7534.42 – L. : 25,7 ; n° 199-7534.43 – L. : 20,9 ; n° 200-7534.44 – L. : 30,3 ; n° 201-7539.1 – L. : 39 ; n° 202-7539.3 – L. : 38,6 ; n° 203-7539.6 – L. : 36,1 ; n° 204-7539.7 – L. : 32 ; n° 205-7539.10 – L. : 37,8 ; n° 206-7539.11 – L. : 39,9 ; n° 207-7539.12 – L. : 32 ; n° 208-7539.13 – L./ 35,5 ; n° 209-7539.15 – L. : 36,8 ; n° 210-7539.16 – L. : 34,8 ; n° 211-7539.18 – L. : 36,1 ; n° 212-7539.20 – L. : 36,6 ; n° 213-7539.21 – L. : 32,6 ; n° 214-7539.22 – L. : 39,2 ; n° 215-7539.23 – L. : 32,7 ; n° 216-7539.24 – L. : 31,6 ; n° 217-7539.25 – L. : 37,9 ; n° 218-7539.26 – L. : 38,5 ; n° 219-7539.27 – L. : 37,3 ; n° 220-7539.28 – L. : 38,6 ; n° 221-7539.29 – L. : 37,8 ; n° 222-7539.30 – L. : 37,8 ; n° 223-7539.31 – L. : 32,7 ; n° 224-7539.32 – L. : 37,4 ; n° 225-7539.33 – L. : 33,8 ; n° 226-7540.11 – L. : 67,8 ; n° 227-7537.1 – L. : 42 ; n° 228-7537.3 – L. : 38,7 ; n° 229-7537.4 – L. : 45,1 ; n° 230-7537.5 – L. : 42,6 ; n° 231-7537.6 – L. : 39,7 ; n° 232-7537.10 – L. : 40,9 ; n° 233-7537.11 – L. : 46,1 ; n° 234-7537.12 – L. : 40,6 ; n° 235-7537.13 – L. : 48 ; n° 236-7537.14 – L. : 46,6 ; n° 237-7537.15 – L. : 41,8 ; n° 238-7537.16 – L. : 44,9 ; n° 239-7537.17 – L. : 44,7 ; n° 240-7537.18 – L. : 43,7 ; n° 241-7537.19 – L. : 42,8 ; n° 242-7537.20 – L. : 41,9 ; n° 243-7537.21 – L. : 40,4 ; n° 244-7537.22 – L. : 42,7 ; n° 245-7537.23 – L. : 41,2 ; n° 246-7537.24 – L. : 49,1 ; n° 247-7537.25 – L. : 40 ; n° 248-7537.26 – L. : 43,1 ; n° 249-7537.27 – L. : 43 ; n° 250-7537.28 – L. : 43,1 ; n° 251-7537.29 – L. : 40,5 ; n° 252-7537.31 – L. : 41,1 ; n° 253-7538.3 – L. : 34,4 ; n° 254-7538.21 – L. : 37.

Anneau :

104N° 461-7241 – D. : 26,1 – Type A.XXX,1 – La moitié de l’anneau est manquante.

Éléments annulaires :

105N° 462-6063.2 – D. : 26,3 – Type A.XXXI,1 ; n° 463-6063.3 – D. : 20,8 – Type A.XXXI,1 ; n° 464-6063.1 – D. : 33,8 – Ébauche du type A.XXXI,1.

Objets circulaires divers et indéterminés :

106N° 465-7207 – D. : 30,5 – Type A.XL,4 – Une esquille est manquante sur un des côtés ; n° 466-7209 – D. : 23,2 – Type A.XL,4.

Autres indéterminés :

107N° 467-6191 – L. : 104,5 – Hors typologie ; n° 468-2013.0.82 – L. : 36 – Hors typologie ; n° 469-7507 – L. : 62,1 – Hors typologie ; n° 470-7210 – D. : 28,2 – Hors typologie ; n° 471-6050 – L. : 147,9 – Hors typologie – Il manque les parties inférieure et supérieure de l’objet ; n° 472-6062 – L. : 38,9 – Hors typologie – Unique exemplaire en bois de cervidé.

Haut de page

Bibliographie

ALARCAO J. de, ÉTIENNE R. dir., 1979, Fouilles de Conimbriga. t. VII, : Trouvailles diverses, conclusions générales, Paris, éd. de Boccard, 331 p., 65 pl.

ANDERES C., 2015, La tabletterie gallo-romaine à Lousonna : les objets en matières dures animales du musée romaine de Lausanne-Vidy, Lausanne, CAR, 143 p., ill. noir et coul. (Cahiers d’Archéologie romande, 155).

AL J.-C., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Centre d’Études romaines et gallo-romaines de l’Univ. J. Moulin-Lyon III, Paris, éd. de Boccard, 421 p., 71 pl.

AL J.-C., 1984, « Les objets de tabletterie antique du musée de Nîmes », Cahiers des musée et monuments de Nîmes, n° 2, 120 p., ill.

AL J.-C., RODET-BELARBI I., 2003, « Le travail de l’os, du bois de cerf et de l’ivoire à Vertillum-Vertault (Côte-d’Or) », Bull. archéologique et historique du Châtillonnais, 6e série, n° 6, p. 51-104.

BERTRAND É., GUYOT E. dir., 1932, « Les découvertes archéologiques de la bourgade gallo-romaine de Bolar », Comité des Travaux historiques et scientifiques, p. 625-637.

BERTRAND I., 1997, « Fouilles du parking Vaulabelle à Auxerre (Yonne) : objets de tabletterie », R.A.E., t. 48, p. 287-296.

BERTRAND I., 1999, « Notes sur quelques rasoirs à manche en os du nord de l’Aquitaine romaine », Instrumentum, 10, p. 17-19.

BERTRAND I., 2008, « Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque gallo-romaine : bilan et perspectives de la recherche sur un artisanat ‘mineur’ », in : BERTRAND I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque gallo-romaine : un artisanat en marge ?, Actes de la table ronde Instrumentum, Chauvigny, 8-9 déc. 2005, Montagnac, M. Mergoil/Chauvigny, p. 101-135 (Monographies Instrumentum, 34).

BIGARNE C., 1878, « Notes sur la bourgade de Bolar près de Nuits », Mémoires de la Société éduenne, t. VII, Autun, 24 p., 6 pl.

CARANDINI A., PANELLA C. dir., 1968, Ostia I. Le terme del Nuotatore : scavo dell’ambiente IV, Rome, De Luca, 135 p., 66 pl. (Studi Miscellanei, 13).

CORDIER A., 2012, « Archéologie aérienne en Côte-d’Or en 2011 : les aléas d’une sécheresse précoce », R.A.E., t. 61, p. 371-383.

DEONNA W., 1938, Exploration archéologique de Délos faite par l’École française d’Athènes, vol. XVIII : Le mobilier délien, Paris, de Boccard, 2 vol. : 406 p., 455 fig., 113 pl.

DESCHLER-ERB S., 1998, Römische Beinartefakte aus Augusta Raurica : Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, Augst, Römermuseum, 2 vol., 417-454 p. (Forschungen in Augst, 27).

DUREUIL J.-F., 1996, « Que d’os, que d’os ! », in : BÉAL J.-C., DUREUIL J.-F., La tabletterie gallo-romaine et médiévale : une histoire d’os, Paris Musées, p. 22-105 (Catalogue d’Art et d’Histoire du musée Carnavalet, XI).

FEUGÈRE M., 2001, « Ciste en osier à verrou d’os », Instrumentum, 14, p. 24-26.

GORET J.-F., CHAOUI-DERIEUX D. dir., 2016, Arché’os : objets en os et matières dures animales dans les collections d’Archéa, Roissy-en-France, Roissy Pays de France/Archéa, 144 p.

GRAPIN C., 1992, Le matériel de la tabletterie d’Alésia : contribution à l’étude de l’industrie osseuse en Bourgogne à l’époque gallo-romaine, Mémoire de maîtrise dirigé par S. Deyts, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 152 p., 36 pl.

LABAUNE F., 2008, « Le travail de l’os à Rennes (Ille-et-Vilaine) à travers un canif à manche sculpté trouvé 3-5 rue de Saint-Malo », in : BERTRAND I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque gallo-romaine : un artisanat en marge ?, Actes de la table ronde Instrumentum, Chauvigny, 8-9 déc. 2005, Montagnac, M. Mergoil/Chauvigny, p. 55-64 (Monographies Instrumentum, 34).

MANGIN M., 1994, « Les agglomérations secondaires antiques dans les régions de Franche-Comté et de Bourgogne », in : PETIT J.-P., MANGIN M. dir., Les agglomérations secondaires : la Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain, Actes du colloque de Bliesbruck-Reinheim/Bitche (Moselle), 21-24 oct. 1992, Paris, éd. Errance, p. 45-79.

MIKLER H., 1997, Die römischen Funde aus Bein im Landesmuseum Mainz, Montagnac, M. Mergoil, 170 p., 67 pl. (Monographies Instrumentum, 1).

MOUSSION A., 2013, Catalogue d’une des collections d’objets de tabletterie provenant du site gallo-romain des Bolards (Nuits-Saint-Georges) et conservées au Musée archéologique de Dijon (Côte-d’Or) : les éléments de parure et de toilette, Mémoire de Master 1 dirigé par L. Popovitch, Univ. de Bourgogne, Dijon, 105 p., 9 pl.

MOUSSION A., 2014, Catalogue d’une des collections d’objets en matières dures animales provenant du site gallo-romain des Bolards (Nuits-Saint-Georges) et conservées au Musée archéologique de Dijon (Côte-d’Or), Mémoire de Master 2 dirigé par S. Lefebvre, Univ. de Bourgogne, Dijon, 220 p., 35 pl.

MUZIN J., 1990, Le site des Bolards à Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or : étude archéomorphologique, Mémoire de maîtrise dirigé par S. Deyts, Dijon, Univ. de Bourgogne, 89 p., 40 cartes et plans.

PETIT M., 2011, Étude du mobilier en matière dure animale issue des fouilles du Faubourg d’Arroux à Autun-Augustodunum, Mémoire de Master d’archéologie, Univ. de Bourgogne, 167 p.

PINETTE M., REBOURG A. dir., 1985, Autun-Augustodunum, capitale des Éduens, Catalogue d’exposition du 16 mars au 27 oct. 1985, Autun, Impr. Pelux, 411 p., ill.

POMMERET C. dir., 2001, Le sanctuaire antique de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Dijon, S.A.E., 410 p., ill. n. et b., 4 pl. coul. (16ème suppl. à la R.A.E.).

POMMERET C., MUZIN J., 1994, « Nuits-Saint-Georges (Les Bolards) », in : BÉNARD J. et alii dir., Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Besançon, Univ. de Besançon, p. 79-89 (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 522).

POMMERET C., PLANSON É., 1986, Les Bolards : le site gallo-romain et le musée de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Paris, Min. de la Culture et de la Communication, Sous-direction de l’Archéologie, 72 p., ill. coul. (Guides archéologiques de la France, 7).

POULAIN T., 2001, « La faune », in : POMMERET C. dir., Le sanctuaire antique de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Dijon, S.A.E., p. 391-4061 (16ème suppl. à la R.A.E.).

PROST D., 1983, « Le mobilier en os gallo-romain d’Escolives-Sainte-Camille », R.A.E., t. 34, fasc. 3-4, p. 263-299, 22 ill. dont 16 pl.

PROVOST M., POMMERET C., 2009, « Nuits-Saint-Georges », in : PROVOST M. et alii, La Côte-d’Or. 3. De Nuits-Saint-Georges à Voulaines-les-Templiers, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, p. 23-45 (Carte archéologique de la Gaule, 21/3).

RIHA E., 1986, Römisches Toilettgerät und Medizinische Instrumente aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum, 188 p., 40 pl. (Forschungen in Augst, 6).

RODET-BELARBI I., CHARDRON-PICAULT P., 2005, « L’os et le bois de cerf à Autun-Augustodunum (Saône-et-Loire) : production et consommation d’un instrumentum », R.A.E., t. 54, p. 152-205.

RODET-BELARBI I., LEMOINE Y., 2010, « Le travail de l’os et du bois de cerf d’après les fouilles de l’espace Mangin à Fréjus (Var) », R.A.N., t. 43, p. 369-426.

SAUTOT M.-C. dir., 1978, Le cycle de la matière : l’os, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée archéologique de Dijon, 80p., 50 pl.

SCHENK A., 2008, Regards sur la tabletterie antique : les objets en os, bois de cerf et ivoire du Musée Romain d’Avenches, Avenches, Ass. pro Aventico, 336 p., ill. noir et coul. (Doc. du Musée romain d’Avenches, 15).

THEVENOT É., FROMAGEOT-GIRARDET J., 1948, « La station antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) », Gallia, t. 6, fasc. II, p. 289-347.

Haut de page

Notes

1 Cette étude est issue d’un travail de mémoire de master réalisé à l’Université de Bourgogne sous l’égide de L. Popovitch (maître de Conférences, Université de Bourgogne, UMR 6298 ARTEHIS) et de S. Lefebvre (professeure, Université de Bourgogne, UMR 6298 ARTEHIS), et avec le soutien précieux de C. Vernou (conservateur en chef) et du reste de l’équipe du Musée archéologique de Dijon où sont conservés les objets de la collection : F. Bouvard, D. Montigny, M. Fevre, D. Périchon et F. Vindigny. Je remercie également I. Rodet-Belarbi (archéozoologue Inrap, UMR 7264, Université de Nice Sophia-Antipolis) pour son rôle de tutrice dans ces travaux de recherche, et C. Pommeret (ancienne co-responsable de la fouille programmée des Bolards) pour le partage de ses connaissances et archives personnelles traitant du site des Bolards.

2 Les Panégyriques Latins, Paris, éd. Les Belles Lettres, tome II (VI. X, 1952, p. 94 : Discours de remerciements à Constantin en 312, Panégyrique VIII, p. 80-81).

3 Archéozoologue, UMR ARTEHIS 6298, Dijon ; qu’elle soit chaleureusement remerciée pour sa collaboration.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation. Relevé n° 100, CNRS-B.A.A. (in : POMMERET dir., 2001, p. 10).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 2. Ensemble de l’agglomération des Bolards, réseau viaire et différents quartiers, selon l’étude des photographies aériennes de R. Goguey et G. Chouquer. D’après J. Muzin (in : POMMERET dir., 2001, p. 20). Étoile : emplacement du présumé atelier-boutique de tabletterie selon les anciens fouilleurs.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 3. Plan de l’habitat. 1. Voie au caniveau ; 2. cardo ; 3. galerie ; 4. salle avec entrée monumentale ; 5. « cave aux niches » ; 6. cave ; 7. salle trapézoïdale ; 8-9. puisard ; 10. decumanus ; 11. sacellum ; 12. puisard ; 13. four à chaux ; 14. puits ; 15. zone non fouillée ; 16. puits ; 17. sous-sol ; 18. cellier ; 19. « cave aux amphores » ; 20. puits ; 21. péristyle avec dé de colonne ; 22. arc de décharge ; 23. cave ; 24-25. puits ; 26. basilique. Relevé n° 126, CNRS-B.A.A. (in : POMMERET, PLANSON, 1986, p. 73).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Fig. 4. Plan du grand temple et du mithraeum. Relevés nos 14 et 54, CNRS-B.A.A. (in : POMMERET dir., 2001, p. 24).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 5. Tableau récapitulatif des objets de la collection (A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 6. Localisation approximative des « anciennes trouvailles » des Bolards, et en particulier des objets en os. Extrait du plan cadastral de 1949 (d’après MUZIN, 1990, pl. 12).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 7. Épingles. 15. type AXX,2 ; 17. type AXX,2b ; 19. type AXX,3 ; 32. AXX,4 ; 33. type AXX,5 ; 45. type AXX,7 ; 67. type AXX,8 ; 80. type AXX,10 ; 82. type AXX,19 ; 85. tête caliciforme ; 86. « coton-tige » (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 8. Parure, habillement et toilette. 92. Épingle ; 94. épingle à tête figurée du type AXXI,2b ; 255. agrafe du type AXXVI,1 ; 256. perle bitronconique ; 1. cuillère à parfum du type AXXIV,2a ; 2. cuillère à parfum du type AXXIV,3 ; 3. cuillère à parfum ; 5. spatule du type AXXIII,1 ; 7. spatule du type AXXIII,2 (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 9. Éléments de jeux. 257. Jeton du type AXXXXIII,1 ; 266. jeton du type AXXXIII,3 ; 280. jeton du type AXXXIII,5 ; 281. jeton du type AXXXIII,6 ; 285. jeton du type AXXXIII,8 ; 291. jeton du type AXXXIII,9 ; 294. pion du type AXXXIV,2 ; 295. dé creux (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 10. Ameublement et décoration. 297. Élément de charnière du type AXI,1b ; 300. élément de charnière du type AXI,1d ; 377. élément de charnière du type AXI,2 ; 319. élément de charnière du type AXI,2a ; 320. élément de charnière du type AXI,2c ; 381, 382, 383 et 384. éléments de placage (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 11. Ameublement et décoration. 385. Moulure du type AX,2 ; 388. moulure hémisphérique ; 389. serrure du type BIV (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 12. Outils pour le travail du textile. 404. Aiguille du type AXIX,2 ; 407. aiguille du type AXIX,3 ; 408. aiguille du type AXIX,4 ; 409. aiguille du type AXIX,6 ; 411. tête d’aiguille du type AXIX,9 ; 412. aiguille du type AXIX,10 ; 414. tête d’aiguille ; 443. fusaïole du type AXXXVI,1 ; 444. « broche » de quenouille (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 13. Objets utilitaires divers. 445. Cuillère alimentaire du type AXXV,1 ; 453. petit couteau du type BII ; 454. petit couteau du type BII ; 456. manche du type AXVIIa ; 458. manche du type AXVIIa ; 459. manche à section rectangulaire ; 460. plaque diverse (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 14. Objets indéterminés. 461. Anneau du type AXXX,1 ; 462. élément annulaire du type AXXXI,1 ; 465. objet circulaire du type AXL,4 ; 467 à 471. objets indéterminés ; 472. objet indéterminé en bois de cervidé (dessins : A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 15. Tableau d’identification archéozoologique des éléments exploitables (A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 16. Répartition des objets de la collection dans les différentes catégories fonctionnelles (A. Moussion).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9282/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agathe Moussion, « L’instrumentum en matière dure d’origine animale du site gallo-romain des Bolards (Côte-d’Or) : étude d’une collection ancienne », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 153-176.

Référence électronique

Agathe Moussion, « L’instrumentum en matière dure d’origine animale du site gallo-romain des Bolards (Côte-d’Or) : étude d’une collection ancienne », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 10 octobre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9282

Haut de page

Auteur

Agathe Moussion

Archéologue, adjointe au responsable d’opération, Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis, diplômée de l’Université de Bourgogne (Master recherche HAMA) et de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (Master professionnel Métiers de l’archéologie).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page