Navigation – Plan du site
Articles

Les décors peints d’époque romaine du site du Faubourg d’Arroux à Autun : observation et analyse de quelques éléments notables

Julien Boislève, Stéphane Alix, Marie-Noëlle Pascal et Sylvie Mouton-Venault
p. 215-234

Résumés

Les nombreux fragments de décor peint recueillis sur la fouille d’un quartier antique de la cité d’Augustodunum révèlent une partie de l’ornementation variée des bâtiments. Parmi les éléments notables, une scène de gladiature de grande échelle signale une probable commémoration d’un acte d’évergétisme tandis qu’une corniche de stuc à motif de venatio trouve un parallèle bourguignon traduisant peut-être la circulation d’un même atelier. D’autres indices, plus techniques, comme des pigments bruts, des vases à pigments ou l’emploi supposé d’un tampon, permettent de mieux cerner les pratiques des artisans décorateurs de la ville antique.

Haut de page

Texte intégral

1Le site du Faubourg d’Arroux à Autun a permis de suivre l’évolution d’un quartier à vocation artisanale et résidentielle de l’époque augustéenne jusqu’au Moyen Âge. La fouille des niveaux antiques a, comme souvent en contexte urbain, révélé l’existence de nombreux décors peints et plus rarement stuqués. Cet ensemble important, correspondant à près d’une centaine de caisses de prélèvement, recouvre néanmoins une multitude de décors dont certains connus uniquement par quelques fragments. Il n’a pu bénéficier, dans le cadre de la post-fouille, que d’une expertise globale sans permettre une étude approfondie et exhaustive (BOISLÈVE, PASCAL, 2014). Toutefois, certains éléments notables sont à signaler et contribuent à une meilleure connaissance de l’artisanat de la peinture à Autun où peu de décors peints sont finalement connus. Jusqu’alors une attention plus importante a été portée au stuc dont la capitale des Éduens livre il est vrai de très nombreux exemples parmi lesquels celui du nouvel Hôpital (BOISLÈVE, ALLAG, 2011) qui illustre assez la place privilégiée de cet artisanat dans la cité. Parmi les décors identifiés, une représentation de gladiature de grande échelle retiendra particulièrement notre attention ainsi qu’un élément de corniche en stuc estampé correspondant sans doute aussi à la figuration d’un spectacle des arènes.

Contexte général de l’intervention, évolution du quartier

  • 1 Responsable d’opération : Stéphane Alix.

2La fouille du Faubourg d’Arroux (ALIX, 2014a) a été menée en 2010 par l’Inrap1 sur une emprise d’environ 3500 m², soit à peu près le tiers d’un îlot de la ville antique. Elle se situe intra muros, sur la périphérie nord de la cité, près d’une des portes monumentales. Les vestiges mis au jour s’étagent depuis les niveaux d’installation augustéens jusqu’au Moyen Âge (fig. 1).

Fig. 1. Fouille du Faubourg d’Arroux, trois étapes de l’évolution du bâti, du début du Ier s. ap. J.-C. à la fin du IIIe s. ap. J.-C. (S. Alix).

3Pendant toute la période antique, ce quartier est marqué par une forte composante artisanale : boucherie, finition de meules, poterie (atelier du coroplaste Pistillus) et surtout métallurgie (fer et bronze). Socialement, l’évolution des bâtiments (décors, pièces de confort…) montre un enrichissement. La composante artisanale recule au profit de l’habitat, mais sans que jamais la partie production ne disparaisse complétement. Cet enrichissement suit les canons culturels romains, jusqu’au luxe (statues en marbre, enduits peints figurés…). On veut tendre vers les standards des hautes classes : cour à galerie, présence d’une petite pièce chauffée, même si les maisons n’atteignent jamais le niveau de domus patriciennes.

4Les habitats découverts sont majoritairement organisés suivant un type de plan allongé, bien connu en milieu urbain. Il suit une organisation bi- ou tripartite, avec de multiples variantes. On observe un bâtiment – en général plus important – sur une des extrémités. Suit le plus souvent un espace central ouvert. La partie arrière est parfois occupée par un bâtiment, qui est souvent plus modeste. La jonction entre les deux parties bâties peut être assurée par une aile complète ou une simple galerie. Ce schéma global se rencontre dès la période tibérienne. Il se décline ensuite sur de plus grandes emprises à partir du milieu du Ier s. ap. J.-C.

5Pour la phase augusto-tibérienne, on tend vers des maisons de « tradition indigène » en matériaux périssables. Au moins une partie d’entre elles a une couverture en tuiles, avec des antéfixes décorées en terre cuite. Utilisés au milieu du Ier s. ap. J.-C., les murs en pierre liés au mortier sont la règle à partir des Flaviens. Dans la première moitié du IIe s. ap. J.-C., on assiste à toute une série de reconstructions, reprenant souvent les mêmes plans, avec des murs bien plus massifs. Il faut attendre la fin du IIIe s. ap. J.-C. pour que des bâtiments plus frustes soient à nouveau érigés. Mais cela ne concerne qu’une partie des nouvelles constructions. On note a contrario des ensembles architecturaux rebâtis soignés, dans la continuité du niveau de richesse des états des IIe/IIIe s. ap. J.-C. Les corps de bâtiments post-tibériens occupent des emprises environ deux fois plus grandes que les bâtiments augusto-tibériens. Certains éléments, comme les galeries, vont rapprocher le plan allongé de ces maisons de la tradition méditerranéenne à plan centré sur un espace ouvert.

6On assiste à une densification du bâti : à partir du milieu du Ier s. ap. J.-C. presque toutes les parties de l’îlot vues dans l’emprise de fouille sont intégrées dans un ensemble architectural. Il ne semble plus y avoir de grandes zones ouvertes comme à la période tibérienne. Par ailleurs, les surfaces occupées par des bâtiments augmentent jusqu’au IIe s. ap. J.-C., gagnant même sur les voies internes. Les emprises de bâtis définies au début de cette période restent stables jusqu’à la fin du IIIe s. ap. J.-C. On observe une forte résilience dans l’organisation du bâti malgré des reconstructions parfois complètes.

7Les enduits peints qui nous occupent ici constituent le principal témoignage sur le décor des maisons. Comme pour un certain nombre d’autres éléments architecturaux, ils oscillent entre une modestie de facture pour le plus grand nombre et des réalisations qui se démarquent par leur plus grande richesse. On peut y adjoindre des décors lapidaires (corniches, placages muraux…) découverts en quantité non négligeable. On note l’usage dominant des roches locales, y compris de qualité (marbre). Mais on rencontre des roches importées, en général du bassin méditerranéen (environ 1/3 des roches décoratives). Ces décors lithiques, alliés à la présence de statuaire de belle facture, renvoient une image plus riche que celle que l’on attendrait d’un quartier à vocation artisanale.

8Les graphiques suivants montrent l’évolution quantitative (en poids cumulé par Us) des éléments de décor découverts pour chacune des grandes phases chronologiques du site (fig. 2 et 3).

Fig. 2. Quantité d’enduits peints cumulée par phases chronologiques (en gris pâle les lots importants) (S. Alix, Inrap).

Fig. 3. Quantité de décors muraux lithiques cumulée par phases chronologiques (en gris pâle les lots importants) (S. Alix, Inrap).

9On notera deux biais de lecture. D’une part la présence ponctuelle de lots importants d’enduits crée sans doute des distorsions. D’autre part, la présence de vestiges de décoration reste tributaire de leur dépôt sur place après démolition. Peut-être pour certaines périodes, nous manque-t-il le témoignage de décors. Pour les enduits, les quantités recueillies augmentent à partir de la fin du Ier s. ap. J.-C., avec deux grands pics : fin Ier s. ap. J.-C. / début du IIe s. ap. J.-C. et au IIIe s. ap. J.-C. Outre les biais évoqués ci-dessus, la moindre quantité mise au jour dans des contextes du IIe s. ap. J.-C. provient probablement d’une continuité d’utilisation de ces peintures entre les phases D et E. En effet, pour un certain nombre de bâtiments on ne note pas de changement architectural majeur entre les deux phases. A contrario, le début du IIe s. ap. J.-C. et la fin du IIIe s. ap. J.-C. sont marqués par d’importants remaniements. Les quelques fragments d’enduits peints associés à la phase augusto-tibérienne restent incertains : il pourrait s’agir d’intrusions. Toutefois, l’usage d’enduit est attesté pour la période tibérienne, comme l’a montré un diagnostic récent mené au sud de la ville (ALIX, 2014b).

10Pour le lapidaire, la progression est assez nette, avec toutefois une faible progression aux IIe et IIIe s. ap. J.-C. La dernière phase chronologique rassemble à la fois les éléments proprement utilisés à la fin du IIIe s. ap. J.-C. et au début du IVe s. ap. J.-C. et tous ceux issus de démolitions de l’îlot à partir du milieu du IVe s. ap. J.-C.

Les différents décors identifiés

Une scène de gladiature (décor L)

11- Contexte chronologique de découverte : démontage d’un mur à la fin du IIIe s. ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : IIIe s. ap. J.-C., voire IIe s. ap. J.-C. si les enduits ne viennent pas directement de la galerie, mais du bâtiment sud.

Fig. 4. Localisation de la découverte du décor L au sein de l’ensemble architectural 1 (IIIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).

12Le décor provient de l’ensemble architectural 1 situé dans l’angle sud-ouest du site (fig. 4). L’emprise de fouille n’a permis de dégager que les deux tiers nord-est de cette maison. Elle suit un plan tripartite allongé, classique pour ce quartier. On trouve un bâtiment en façade, occupé au rez-de-chaussée par une forge, une cour à galerie au centre et un second édifice sur la partie arrière. Ce dernier accueille probablement des pièces d’habitation qui sont construites dans la première moitié du IIe s. ap. J.-C. Cette organisation du bâti est très proche de celle de l’état de construction précédent (milieu Ier s. ap. J.-C. / début du IIe s. ap. J.-C.). Elle sera reprise dans le suivant (fin IIIe s. ap. J.-C. / milieu du IVe s. ap. J.-C.), malgré une reconstruction complète des bâtiments. Les fragments d’enduit peint sont issus du comblement de la tranchée de récupération du mur de la galerie qui bordait la cour intérieure à l’est. Détruite à la fin du IIIe s. ap. J.-C., elle avait été construite à la fin du IIe s. ou courant IIIe s. ap. J.-C. Il est probable que le décor qui nous occupe provienne soit de la galerie elle-même, soit d’une des pièces qui la jouxtait au sud.

Fig. 5. Plaque correspondant à une partie de scène de gladiature (cliché, relevé et DAO J. Boislève, Inrap).

  • 2 Nous adressons nos remerciements à Alain Genot, archéologue au musée départemental Arles antique, q (...)

13Une petite plaque recomposée de 30 x 20 cm révèle une infime partie d’une scène figurée sans doute de grande ampleur (fig. 5). Sur un fond kaki clair, on distingue2, à gauche de la plaque, la partie inférieure d’un bras droit plié au niveau du coude et écarté vers l’arrière du torse nu dont on perçoit l’amorce sur la droite. La main, sans doute protégée dans une gaine jaune, tient un glaive (gladius) dont la lame droite exclut un combattant de type thrace (fig. 6).

Fig. 6. Détail du glaive à lame droite tenu par le gladiateur (cliché J. Boislève, Inrap).

14La longueur de la lame, de 17 cm, nous incite par ailleurs à identifier un secutor, adversaire du rétiaire, même si l’on ne peut exclure un myrmillon, voire un provocator. L’arête centrale de la lame est bien marquée et la garde circulaire est également soigneusement représentée. L’armement du gladiateur comprend encore un manchon de protection (manica) de tissu (lin ou coton) maintenu par des liens régulièrement espacés, peints en jaune foncé à marron, dont des pans retombent au devant du bras (fig. 7). Enfin, au niveau des hanches, juste sous le glaive dont l’extrémité est représentée devant le corps, l’amorce d’un motif jaune foncé rehaussé d’un point vermillon correspond au balteus, large ceinturon protégeant le ventre et les hanches du combattant.

Fig. 7. Détail du manchon dont les lacets de fixation apparaissent sous le bras (cliché J. Boislève, Inrap).

15La touche blanche qui apparaît au-dessus du glaive, dépassant donc de la ceinture, pousse même le détail jusqu’à représenter la partie supérieure du subligaculum du combattant, étoffe blanche débordant de la ceinture (fig. 8). Les touches mélangées en dégradé de rose rendent le volume du corps éclairé à droite et la figuration manifeste un travail soigné et une bonne maîtrise.

Fig. 8. Détail de la plaque montrant l’amorce du balteus et du subligaculum (cliché J. Boislève, Inrap).

16Ce décor, malheureusement connu par cette seule plaque, révèle une figuration de grande échelle. Le bras visible et surtout le glaive suggèrent une représentation au minimum à ¾ de la taille réelle. Elle correspond certainement, au vu du mouvement suggéré et de la position de l’arme (fig. 9), à une scène de combat représentant l’affrontement de deux protagonistes, le gladiateur ne pouvant s’envisager seul avec une telle posture.

Fig. 9. Évocation du gladiateur à partir de la plaque recomposée (cliché J. Boislève ; dessin S. Alix, Inrap).

17La gladiature est un thème fréquent de l’iconographie d’époque romaine qui traduit ainsi l’engouement populaire pour les spectacles d’amphithéâtre (KAZEK, 2012). Parmi les nombreuses représentations, l’affrontement entre secutor et rétiaire semble le plus largement mis en avant. Néanmoins, la peinture murale n’offre qu’un nombre restreint d’occurrences au regard de leur fréquence en sculpture, sur céramique ou en mosaïque par exemple. En Gaule, les représentations peintes de gladiature sont assez peu nombreuses. On peut y distinguer deux groupes en fonction principalement de leurs dimensions, de leur place sur la paroi et de la qualité de la figuration.

  • 3 D’autres plaques figurant d’autres combattants prouvent une succession de représentations, probable (...)
  • 4 Sud du cimetière, zone 18, habitat 2, pièce 6.
  • 5 J.-P. Bost a proposé la lecture du nom Mascius (Barbet, 1999, p. 8).
  • 6 Il faudrait encore ajouter à cette liste le décor de la pièce 2004 dans la villa de Larry à Liéhon. (...)

18Le premier insère des scènes d’échelle réduite en couronnement de la zone médiane au-dessus des panneaux, en prédelle ou encore en zones inférieure ou supérieure. C’est le cas par exemple à Aix-en-Provence où un combat de deux gladiateurs a été reconstitué et proposé en zone supérieure du décor, sans toutefois qu’aucune connexion effective ne vienne confirmer cette hypothèse (BARBET, 2014, p. 189-190 ; ALLAG, LEFÈVRE, 2005, p. 5-7 ; DARDENAY, 2014a, p. 98)3. Les protagonistes, d’environ 30 cm de hauteur pour le personnage debout, se détachent sur un fond rouge où aucun élément ne vient suggérer le cadre de la scène. Sur le site de Beaumont-sur-Oise4 (ERISTOV et alii, 2002), le décor restitué replace une zone supérieure à fond jaune accueillant au moins une figure haute de 52 cm. Bien que de lecture difficile du fait d’une conservation médiocre, elle a été identifiée à un gladiateur sur la base de son « allure générale râblée et musclée », sans pouvoir précisément distinguer la panoplie du combattant. À Metz, sur le site du Pontiffroy, les peintures très fragmentaires permettent tout de même d’identifier une venatio et un ludus meridianus (HECKENBENNER et alii, 2014) tandis que la représentation conjointe d’un munus n’est pas totalement exclue. Les scènes de petites dimensions, avec des personnages estimés à 25 cm de hauteur, se répartissent sur fond noir, entre compartiments de zone inférieure et couronnement de zone médiane, placées sur un entablement marquant le sommet du panneau. La même disposition est de mise sur un ensemble plus complet de la villa du Liégeaud à La Croisille-sur-Briance (DUMASY-MATHIEU, 1991), où les scènes présentes en prédelle et sur les entablements couronnant les panneaux prennent sens en une lecture globale. Les figures, d’environ 30 à 40 cm de hauteur pour les scènes basses, sont réduites à une quinzaine de centimètres en couronnement. La gladiature est identifiée pour les premières tandis que les secondes représentent des venatores. Le programme iconographique, avec une lecture continue de bas en haut, commémorerait le récit d’un munus, avec la venatio le matin et les gladiateurs l’après-midi. Cette idée d’un compte-rendu de spectacle offert par un évergète local est renforcée par la présence d’inscriptions peintes (DUMASY, 2004, p. 349-350). De ce point de vue, un autre ensemble fragmentaire, avec des personnages toujours d’assez petites dimensions, de l’ordre de 36 cm pour la figure la plus complète, est à signaler à Périgueux. Les peintures de la propriété Lestrade, découvertes en 1912 (BARBET, 1999 ; BARBET, 2008) montrent des représentations très détaillées dont une au moins est accompagnée d’une inscription peinte en noir mais malheureusement illisible. Elle suggère néanmoins l’identification nominative du protagoniste et donc la commémoration d’un combat précis, sans doute pour garder la mémoire d’un geste d’évergétisme dû au commanditaire de cette peinture5. La place de ces éléments dans la composition reste inconnue mais le fond vert et les ombres portées donnent à l’ensemble une profondeur différente des scènes précédemment citées qui se détachent sur la couleur de fond unie correspondant au panneau. Dès lors, les fragments appartiendraient plus volontiers à un tableau figuré qu’a une frise ou un compartiment de zone inférieure. Le cas est un peu similaire sur un décor de l’insula 8 d’Augst (Suisse) dont deux fragments ont été récemment réétudiés, révélant un probable tableau aux personnages d’assez petite dimension (env. 15 cm) correspondant à une scène de venatio dont la place sur la paroi est toutefois incertaine (DUBOIS, 2016). Ils pourraient alors, malgré la faible échelle de représentation, s’apparenter au second groupe que nous distinguons ici6.

19Ce second type de représentation peinte des scènes de gladiature était jusqu’alors représenté en Gaule par un seul ensemble, également trouvé à Périgueux, mais cette fois sur le site dit de la domus de Vésone (BARBET et alii, 2004). La première caractéristique de ces peintures est leur dimension. Les personnages sont figurés à échelle proche de la taille humaine (environ 1,40 m) et sur un fond vert à bleuté. On note, comme à Autun, un soin particulier à représenter le détail de l’équipement avec un réalisme certain. Les combats s’accompagnent là encore d’inscriptions peintes en blanc dont la lecture n’a malheureusement pas été probante. Elles témoignent néanmoins toujours de la volonté de figurer un combat précis ou d’identifier ses combattants et, formes de légende du tableau, sont aussi interprétées comme révélatrices d’une commémoration d’un acte d’évergétisme voulu par son editor.

20La peinture d’Autun, par la qualité de la représentation, par la taille de la figuration et même par la couleur du fond sur lequel se détache le combattant, se rapproche sans ambiguïté de cette peinture de Périgueux. Si elle demeure beaucoup moins complète, il est tentant d’y voir la même volonté de conserver ici la mémoire d’un munus offert par un riche notable de la cité.

21Du point de vue de la datation, ces peintures de gladiature, tous types confondus, semblent s’échelonner de la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. pour Aix-en-Provence, jusqu’au IIIe siècle à Beaumont ou Liéhon. Mais la majorité date du IIe s. Nous proposons pour ce décor d’Autun une datation similaire à la peinture de Périgueux, la plus proche stylistiquement, soit vers le milieu du IIe s. ap. J.-C. mais une datation plus tardive est envisageable.

  • 7 Notons encore que le décor d’Yvonand-Mordagne (Suisse) offre une représentation de venatores avec d (...)

22Ce mince indice d’une grande scène de spectacle à Autun est un témoin rare7. Il montre une certaine diffusion géographique du thème pour lequel A. Barbet s’interrogeait encore, à propos des peintures de Périgueux et de La Croisille (BARBET, 2008, p. 364), sur « un événement particulier en Aquitaine qui expliquerait cet engouement pour un thème absent des autres provinces [de Gaule], du moins en peinture murale ». Par ailleurs, cette peinture constitue probablement un indice tangible d’un acte d’évergétisme d’un notable de la cité d’Autun. D’un point de vue stylistique, elle montre aussi la réalisation de grandes scènes figurées de haute qualité qui demeurent inconnues dans l’antique Augustodunum et laissent entrevoir, avec les peintures de Périgueux, un schéma décoratif bien établi pour la commémoration de tels événements.

Une corniche estampée au décor de venatio

23- Contexte chronologique de découverte : comblement d’un four de l’atelier de Pistillus à la fin du IIIe s. ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : IIe s. ou IIIe s. ap. J.-C.

24Ce décor en stuc provient de l’ensemble architectural 6 (fig. 10). Cet édifice a été érigé au IIe s. ap. J.-C. (maison à plan centré et galerie, dans une tradition plus méditerranéenne que les autres constructions du site). Elle est largement remaniée au IIIe s. ap. J.-C. pour accueillir un des ateliers du coroplaste Pistillus (démolition de pièces pour créer des semi-aires ouvertes pour les fours).

Fig. 10. Localisation du lieu de découverte de la corniche estampée au sein de l’ensemble architectural 6 (IIIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).

25Le fragment de stuc est issu du comblement d’un four en cours de construction à la fin du IIIe s. ap. J.-C. Tout le nord-ouest du site est abandonné simultanément à cette date. Les aménagements en creux (fosses, puits, fond d’hypocauste, four…) des différents ensembles sont comblés et de nombreux objets (production artisanale ou vie quotidienne) ainsi que des éléments de démolition y sont rejetés. Si le fragment de stuc provient bien initialement de l’ensemble 6, il a pu constituer un décor resté en place de la maison à plan méditerranéen du IIe s. ap. J.-C. Mais il pourrait éventuellement s’agir d’un aménagement au sein de l’atelier de Pistillus, voire d’une des demeures adjacentes.

  • 8 Plusieurs articles récents consacrés au stuc en Gaule ont soulevé cette question (Boislève, 2013 ; (...)

26Les diverses fouilles menées à Autun ont souvent mis en évidence la fréquence du stuc dans la décoration de la cité, au point d’interroger sur un engouement local particulier pour ce type d’ornementation ou sur la présence d’ateliers spécialisés dans cet artisanat8. Sur le site du Faubourg d’Arroux, les découvertes de stuc sont néanmoins pauvres et se limitent à quelques fragments d’une frise d’oves et à deux fragments jointifs d’une corniche au profil incomplet dont est conservé le registre, probablement central, qui accueille un motif figuré (fig. 11). Celui-ci est haut de 7,5 cm et limité à sa base par une baguette arrondie.

Fig. 11. Fragment d’une corniche en stuc à registre figuré obtenu par estampage (cliché J. Boislève, Inrap).

27Le motif est obtenu par estampage comme en témoigne l’empreinte du moule à gauche du personnage et sur les bords supérieur et inférieur. Sa limite droite est inconnue. Bien qu’usé, on identifie clairement un personnage en pied, tourné à droite, jambe droite tendue vers l’arrière et jambe gauche fléchie vers l’avant, dans un mouvement d’appui dirigeant le protagoniste vers une action qui se situe plus à droite. Le bras droit est un peu écarté du corps, vers l’arrière, et le bras gauche vers l’avant davantage collé au torse. La tête est tournée à droite, de profil. On perçoit très légèrement sur les épaules et au niveau du cou les plis ou franges d’un vêtement. Ce personnage est clairement dans une position d’attaque mais l’arme qu’il tient demeure illisible car emportée par une cassure entre les deux fragments. Toutefois, l’identification de cette scène nous est apportée par comparaison avec une corniche signalée dans la villa des Girelles à Arcy-sur-Cure et découverte en 1901 ou 1902 (PARAT, 1913 ; FRIZOT, 1977, p. 166) (fig. 12).

Fig. 12. Corniche en stuc estampée découverte à la villa des Girelles à Arcy-sur-Cure (extrait de FRIZOT, 1977, p. 167).

28Le fragment, plus complet, montre l’intégralité de la scène qui correspond au combat d’un venator opposé à un lion. Le personnage, dans une position parfaitement similaire, tient un épieu dirigé vers le lion bondissant en sa direction. Sur l’exemplaire d’Arcy-sur-Cure, un estampage moins appuyé engendre une moins bonne impression des détails. Toutefois, on retiendra la parfaite similitude de la posture du personnage ainsi que la hauteur du moule, de même dimension. Cette proximité de facture, ainsi qu’une relative proximité géographique des deux sites éduens, incitent à envisager la probable réalisation du décor par un même atelier de stucateurs ou a minima la diffusion de copies de moules à partir d’une même matrice originelle.

29Si la comparaison avec l’exemplaire d’Arcy-sur-Cure permet par ailleurs d’envisager la même scène de venatio, il faut noter que la juxtaposition du combattant et de l’animal résulte de l’application de deux moules distincts. Un enchaînement différent, avec par exemple un autre type d’animal, est donc parfaitement envisageable à Autun. L’estampage est un procédé fréquent permettant d’agrémenter corniches et moulures d’un motif souvent répétitif et organisé en frise. Outre les motifs ornementaux de types oves, rais-de-cœur, méandres ou palmettes… la figuration est aussi bien présente avec des thèmes empruntant à la fois au monde animal (dauphins, antilopes, félins, aigles…), à la mythologie (Amours, griffons…) ou encore aux objets (amphores, cratères, vases divers). Les scènes de type populaire, comme celle de la venatio d’Autun sont en revanche beaucoup plus rares.

Un décor à fond blanc et motif de fleurette : la mise en évidence d’un tampon ? (décor G)

30- Contexte chronologique de découverte : comblement, au IVe s. ap. J.-C., d’une fosse créée lors de l’effondrement d’un puits abandonné à la fin du IIIe s ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : IIIe s. ou IVe s. ap. J.-C.

31Le décor est issu de l’ensemble architectural 7 situé dans le quart nord-est du site, en bordure nord d’une voie interne. Il a été extrait du comblement supérieur d’un puits creusé dans une cour ou une pièce technique. Mis en service au début du IIe s. ap. J.-C., ce dernier a été abandonné à la fin du IIIe s. Par la suite, son cuvelage s’est en partie effondré, provoquant un phénomène de soutirage et la formation d’une grande fosse. Celle-ci a été comblée en grande partie avec des matériaux de démolition, dont un bel ensemble d’enduits peints. Le mobilier céramique découvert dans ce comblement est essentiellement daté du IIIe s. ; cependant, certains indices (notamment de l’amphore africaine) semblent montrer que le comblement final aurait eu lieu au IVe s. Les matériaux de construction qui comblent ce creusement proviennent probablement soit de l’ensemble 7 qui accueille le puits, soit de l’ensemble 11 adjacent. La stratigraphie de cette partie du site ne permet pas de connaître son occupation après la fin du IIIe s. ap. J.-C. On note que les aménagements en creux (fosses, puits, fond d’hypocauste, four…) sont nivelés simultanément à cette date ; on y retrouve les mêmes éléments. De nombreux objets y ont été rejetés (production artisanale ou vie quotidienne) ainsi que des restes de démolition, à la fin du IIIe s. ap. J.-C. La fosse qui nous occupe est légèrement plus tardive. Mais elle est comblée de la même manière. Quelle que soit la cause, il est probable que l’on a affaire à une réfection générale ou un assainissement de cette partie de l’îlot à la fin du IIIe s. ap. J.-C., puis à d’autres remaniements au IVe s. ap. J.-C. Les fragments du décor G peuvent venir de ces travaux. Ils auraient alors orné des constructions utilisées au IIIe s. ap. J.-C.

32Les fragments appartenant à ce décor n’en permettent pas une restitution globale bien que quelques enchaînements clés en soient connus. En zone inférieure plusieurs fragments indiquent la présence possible d’un motif de barrière à larges croisillons qui sont ici figurés par une bande noir azuré de 3 cm de largeur (fig. 13). Un filet marron vertical passe au point de croisement des deux bandes, déterminant ainsi un triangle rehaussé de rose d’un côté et laissé blanc de l’autre.

Fig. 13. Bandes noir azuré croisées constituant peut-être une barrière à croisillons (cliché J. Boislève, Inrap).

33D’autres éléments montrent l’enchaînement de la bande noire verticale marquant un montant de la barrière, avec une bande bleu clair et une série de bandes et filets de rose à marron qui rappellent le traitement des moulures fictives et pourraient correspondre par exemple à un encadrement mouluré évoquant de manière stylisée un piédestal interrompant régulièrement la barrière (fig. 14).

Fig. 14. Bande noir azuré enchaînant avec un élément mouluré traité en rose, marron et bleu (cliché J. Boislève, Inrap).

34Une bande noir azuré horizontale marque le sommet de celle-ci et correspond à la bande de transition avec la zone médiane. Cette dernière, également à fond blanc, demeure difficile à restituer mais accueille probablement le traditionnel jeu de panneaux et inter-panneaux encadrés ici de bandes vertes et peut-être d’un filet intérieur rouge (fig. 15).

Fig. 15. Bande noir azuré et filet rouge ocre sur fond blanc (cliché J. Boislève, Inrap).

35Un seul motif ornant les fonds blancs a pu être identifié. Il s’agit d’une guirlande basée sur un tracé préparatoire incisé courbe invitant à rétablir un feston. Elle se compose d’une succession de fleurettes à huit pétales cordiformes et point central qui sont alternativement marron et bleu clair et sont reliées par une chaînette marron agrémentée de chapelets de points de même couleur (fig. 16).

Fig. 16. Motif de guirlande de fleurettes et de chaînette en lien avec une bande verte (cliché J. Boislève, Inrap).

36L’une des particularités notables de ce décor réside dans la facture des fleurettes. Une observation attentive permet en effet de remarquer un léger enfoncement de la surface de la couche d’épiderme au niveau des pétales avec un contour assez bien marqué (fig. 17).

Fig. 17. Détail d’une fleurette bleue en lumière rasante montrant un très léger enfoncement marquant le pourtour des pétales (cliché J. Boislève, Inrap).

37Par ailleurs la couleur déborde légèrement de ce contour en un léger bourrelet qui semble indiquer une pression sur le pigment. Enfin, et bien que ce constat ne soit établi que sur un nombre limité d’exemplaires, on note une régularité du motif d’une fleur à l’autre. Dès lors, le tracé des pétales ne semble pas correspondre à un travail au pinceau, où chaque élément serait effectué à main levée. L’utilisation éventuelle d’un pochoir ne paraît pas non plus convenir car elle n’engendrerait pas l’enfoncement de la couche d’épiderme. Même si la peinture est appliquée sur un mortier frais, la plasticité de la couche d’épiderme n’est pas telle qu’elle imprimerait ainsi la pression du pinceau. On n’observe d’ailleurs aucune empreinte similaire au niveau des tracés de la chaînette marron. Il nous semble donc qu’il faut envisager l’usage d’une sorte de matrice, un tampon dont nous ignorons le matériau constitutif. Il garantit probablement la réalisation rapide d’un motif répété dans le décor. Nous avons pu observer ce même procédé, utilisé pour un motif de fleurette tout à fait équivalent, sur un décor encore inédit provenant de la fouille de la Cathédrale à Tongres. Une régularité identique du motif et les mêmes enfoncements de la couche d’épiderme marquant le contour du motif conduisent aux mêmes conclusions.

38D’un point de vue stylistique, cet ensemble à fond blanc se rattache à une catégorie de décors dite à encadrement et motifs raffinés (ERISTOV, GROETEMBRIL, 2006), selon une classification qui différencie les décors simples à l’économie et ceux plus élaborés intégrant néanmoins d’importantes surfaces de fond blanc. Ces compositions sont particulièrement développées dans le courant du IIe siècle qui marque un engouement certain pour ces champs clairs et lumineux qui ne sont plus réservés exclusivement aux espaces modestes ou secondaires et s’enrichissent donc de motifs plus ou moins variés et parfois très recherchés. Le critère d’économie ne préside plus au choix de cette ornementation où les critères esthétiques se font davantage ressentir.

Un décor à fond blanc et encadrement simple (décor F)

39- Contexte chronologique de découverte : démolition au début/milieu du IIe s. ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : fin du Ier s. ap. J.-C. / début du IIe s. ap. J.-C.

40Le décor F provient de l’ensemble architectural 3 dans son état fin Ier s. ap. J.-C. / début IIe s ap. J.-C. (fig. 18).

Fig. 18. Localisation de la découverte du décor F au sein de l’ensemble architectural 3 (fin du Ier s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).

41L’ensemble 3 présente un plan allongé. Un grand bâtiment principal donne sur la voie publique qui borde l’îlot au nord-est. Il est prolongé à l’arrière par des bâtiments plus petits en L et une galerie qui ceinturent une cour. Il accueille à cette période un atelier de potier (un four est présent dans un angle de la cour). Le décor F est très probablement issu de la démolition des constructions qui bordent la cour. Au moins une partie de ces pièces est dotée de sols en béton lissé modestement décorés (semis d’éclats de marbres et de schistes).

Fig. 19. Schéma évoquant la structure générale du décor envisageable à partir des fragments connus (clichés, restitution et DAO J. Boislève, Inrap).

42Des fragments assez nombreux de ce décor, correspondant aux diverses zones de la paroi, permettent d’envisager sa structure générale (fig. 19). La zone inférieure présente ainsi des compartiments jaunes tachetés de rouge, dans une probable tentative d’évocation de placage de marbre. Le pigment rouge, en taches diffuses, est appliqué à l’éponge. D’autres compartiments sont à fond gris clair dont la mauvaise conservation de la couche picturale ne permet pas de dire s’il était également rehaussé de veinures ou de tout autre traitement imitant une roche décorative.

Fig. 20. Fragment montrant la bande de transition grise et l’amorce de la zone médiane à fond blanc avec encadrement intérieur rouge (cliché J. Boislève, Inrap).

43La zone inférieure est limitée par une bande de transition gris clair soulignée d’une bande rouge (fig. 20). La zone médiane, à fond blanc, ménage des panneaux marqués d’un encadrement intérieur au filet rouge présent sur les quatre côtés. Un simple point de même couleur agrémente les angles du cadre. Les panneaux sont séparés par une bande verticale verte (fig. 21), sans motif apparent mais offrant un traitement en chapiteau stylisé à son sommet. Son extrémité inférieure, non connue, pouvait également être traitée en base de colonnette très schématique. Enfin, le sommet de la paroi est marqué d’une bande de couronnement constituée d’un filet vert soulignant une bande jaune surmontée d’un filet rouge et d’une bande terminale gris foncé.

Fig. 21. Séparation par une bande verte des panneaux à encadrement intérieur rouge (cliché J. Boislève, Inrap).

44Bien que très incomplet, il se dessine ici un décor sobre à composition linéaire sans motif connu agrémentant par exemple les panneaux. La palette chromatique utilisée demeure limitée et les rares évocations d’éléments comme la colonnette ou les placages de marbres sont des plus schématiques pour ne pas dire minimalistes. Ce type de décor simple conviendrait parfaitement à une pièce de statut secondaire au sein d’une maison offrant des salles plus luxueuses mais elle peut aussi, cette fois au sein d’un habitat modeste qui n’offrirait qu’un nombre limité de salles ornées, correspondre à la mise en valeur d’une pièce principale. L’absence de motifs caractéristiques limite les comparaisons et interdit une datation certaine sur des bases stylistiques. On retiendra toutefois que ce type de décor ainsi que les couleurs employées correspondent plus volontiers à la phase de développement des décors à fond blanc observée à partir du IIe s. ap. J.-C.

Un décor sur structure de tubuli (décor B)

45- Contexte chronologique de découverte : remblais de démolition de la fin du IIIe s. ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : IIe s. ou IIIe s. ap. J.-C.

Fig. 22. Localisation de la découverte du décor B au sein de l’ensemble architectural 11 (IIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).

46Ce décor provient de l’ensemble architectural 11, au nord du site (fig. 22). Une partie de cet ensemble est hors emprise. Il est construit dans la première moitié du IIe s. ap. J.-C. et subit des remaniements architecturaux dans sa partie nord-est au IIIe s. ap. J.-C. Les parties visibles de son plan le distinguent des plans allongés des autres maisons. Peut-être est-ce dû en partie à sa position dans l’angle de cet îlot urbain. On observe une série de pièces qui semblent ceinturer une cour centrale. La presque totalité sont des espaces techniques ou sont dévolues à des activités artisanales (fer et bronze). L’extrémité nord-est est occupée par une pièce d’habitation beaucoup plus luxueuse où les enduits ont été découverts. En effet, le décor B a été prélevé dans un remblai qui scelle l’occupation de la pièce au cours de la deuxième moitié du IIIe siècle. Cette couche de démolition a livré une grande quantité de fragments d’enduits peints. Plusieurs décors ont été identifiés, n’appartenant sans doute pas tous au même ensemble pictural. La provenance exacte de celui qui nous occupe, le plus important, est donc difficile à déterminer. Pourtant cette pièce semblait toute désignée. Soigneusement aménagée au cours du IIe s. ap. J.-C., elle est, en effet, clairement dévolue à l’habitat. Au sol, un béton lissé, incrusté de fragments de marbre et de schiste formant un décor géométrique, constitue le sol le plus luxueux découvert en place sur le site. Une cheminée en briques est installée dans le mur est. Des lambeaux d’enduit peint rouge ont aussi été observés sur la base du mur sud de la pièce. Mais il n’a pas été possible de déterminer s’ils appartenaient à cette phase ou aux réfections effectuées au IIIe siècle. De plus, le lien entre le décor B et une plinthe rouge n’a pas été établi.

Fig. 23. Plaque montrant un angle saillant (cliché J. Boislève, Inrap).

  • 9 Les éléments de ce décor devront faire l’objet d’une étude poussée permettant notamment la recherch (...)

47Les fragments assez nombreux ne révèlent toutefois pour l’instant qu’une partie de l’organisation du décor9. Il prend place sur une architecture présentant un angle droit saillant dont l’arrête est adoucie en arrondi (fig. 23). La largeur des deux faces, différente, est assurée par la présence à l’extrémité de chacune d’un bord rectiligne dans le mortier avec un léger ressaut en surface. La face principale est large de 43 cm et la seconde de 9,5 cm. Ces dimensions correspondent à deux rangs de tubuli partiellement en place au revers d’une plaque (fig. 24).

Fig. 24. Profil d’une plaque montrant l’angle saillant et le support constitué de deux tubuli ici partiellement conservés (cliché J. Boislève, Inrap).

48Néanmoins, un autre élément de cette même partie du décor montre au revers des fragments de briques et des empreintes de moellons, dans la continuité d’une empreinte de tubulus. Dès lors, on ne peut considérer ces conduits comme étant destinés à l’évacuation des fumées d’une pièce chauffée puisque ceux-ci sont clairement obstrués par la maçonnerie. Les tubuli ont donc été employés ici comme matériaux de construction détournés de leur utilisation première. Cet usage secondaire est déjà connu à Autun où le décor d’un luxueux bâtiment mis en évidence sur la fouille du nouvel Hôpital (BOISLÈVE, ALLAG, 2011) a permis de restituer une armature de tubuli servant à créer un relief de niches et de caissons sur la paroi maçonnée. Cette construction, incompatible avec une évacuation des fumées, était uniquement destinée à l’élaboration du décor en plaquant au mur une fausse architecture. Les éléments mis au jour sur le Faubourg d’Arroux rappellent fortement ces dispositifs et évoquent volontiers un bord de niche ou tout au moins un pilier d’angle saillant.

49Le décor met à profit cet espace rectiligne pour développer un compartiment tout en hauteur encadré d’une bande rouge bordeaux doublée d’une bande rouge clair et d’un filet intérieur marron à bordeaux (fig. 25). Toutefois, loin de l’habitude du décor romain de souligner les lignes de force de l’architecture, l’angle saillant n’est pas rehaussé d’une bande et le compartiment à fond blanc se développe sur les deux faces comme pour assurer une continuité du motif et nier justement l’architecture.

Fig. 25. Décor à encadrement bordeaux et rouge ocre et hampe ornée d’un motif marron (cliché J. Boislève, Inrap).

50Au centre du compartiment, un filet vertical marron est rythmé de motifs que deux plaques permettent de rétablir. Un bouquet d’au moins six feuilles jaunes pointées (fig. 26) doit alterner avec un motif cruciforme composé de quatre points bordeaux sur le filet et surmonté de trois pétales de même couleur (fig. 27).

Fig. 26. Bouquet de feuille jaunes sur hampe marron (cliché J. Boislève, Inrap).

Fig. 27. Motif cruciforme marron sur hampe de même couleur (cliché J. Boislève, Inrap).

  • 10 Les Vaux-de-la-Celle, pavillon, salle 6, mur est (Barbet, 2008, p. 205-207 ; Barbet, Allag, 1982, p (...)

51La hampe agrémentée de motifs sommaires et schématiques convient parfaitement à l’espace restreint offert par l’architecture de ce probable pilier d’angle. Les bouquets de feuilles, sans effet naturaliste recherché, sont légion dans les décors de Gaule romaine et particulièrement développés sur fond blanc. On citera ainsi, à titre de comparaison, deux exemples de Nîmes, aux Villégiales des Bénédictins (SABRIÉ, SABRIÉ, 2000, p. 169 et 263) et sur la fouille du parking Jean-Jaurès (BOISLÈVE, VAUXION, 2017), où la hampe est rythmée de bouquets de feuilles, aux contours assez bien dessinés dans le premier cas et dégagée d’une simple touche de pinceau dans le second. Toutefois les deux sites voient la superposition des feuilles noires et des feuilles vertes dans un lointain souvenir d’un probable effet de profondeur. Le décor est daté des années 40 à 70 aux Villégiales et plus tard, dans la deuxième moitié du IIe ou au début du IIIe s. pour le parking Jean-Jaurès. À Paris, au 14 rue Monsieur-le-Prince (ERISTOV 2006), un décor également à fond blanc et de composition modeste présente des hampes similaires rythmées du même type de bouquets de feuilles. Il est daté du IIIe s. Le motif connaît donc, comme en témoignent ces exemples parmi bien d’autres, un succès continu du Ier au IIIe s. et une diffusion assez large à l’échelle de la Gaule. Plusieurs décors présentent par ailleurs la même alternance du bouquet de feuilles avec un motif cruciforme d’inspiration proche de celui d’Autun. À Lisieux (Calvados ; ALLAG, BARBET, 1994 ; BARBET 2008, p. 268-271), dans le couloir C de la maison aux Poissons sur le site du centre hospitalier, les inter-panneaux du décor à fond blanc sont ornés de hampes simples qui offrent une organisation parfaitement similaire à celle développée à Autun. Sur un filet marron, des bouquets de feuilles schématiques en deux teintes (vert et marron) sont répartis à intervalles réguliers. Entre deux, un motif perpendiculaire avec un ovale pointé peint en vert, relève de la même inspiration. Une autre comparaison peut être trouvée à Genainville (Val-d’Oise)10, dans un bâtiment annexe du sanctuaire, où la hampe occupe une position assez similaire mais proposée plutôt en encadrement d’inter-panneau. Les bouquets de feuilles assez simples sont toutefois moins rigides et de deux types et le motif d’ovale trouve plusieurs positions possibles, soit en intercalaire, soit à la base des motifs ou à l’extrémité d’un manchon de feuilles qui occupe sans doute le centre de la hampe dans sa hauteur. Enfin, mais cette fois développé en plate-bande bordant une voûte surbaissée, on retrouve le même type de hampe marron agrémentée en alternance de bouquets de feuilles vertes et noires assez grossières et d’un motif constitué d’une perle ovale pointée sur un décor de Val-de-Reuil (BOISLÈVE, 2017). Attaché à des décors à fond blanc à composition parfois assez riche, ce motif semble bien calé chronologiquement entre la fin du IIe s. ap. J.-C. et le début du IIIe s. Une datation similaire peut être proposée pour le décor d’Autun.

Un décor du Ier s. après J.-C. ? (décor O)

52- Contexte chronologique de découverte : démontage d’un mur dans la première moitié du IIe s. ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : milieu du Ier s. ap. J.-C. / début du IIe s. ap. J.-C.

Fig. 28. Localisation de la découverte du décor O au sein de l’ensemble architectural 1 (Ier s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).

53Comme le « gladiateur » (décor L), le décor O provient de la partie sud-est de l’ensemble architectural 1 (fig. 28), mais dans son état architectural initial (milieu du Ier s. ap. J.-C. / début du IIe s. ap. J.-C.). Comme on l’a évoqué, la structuration générale des bâtiments est identique : bâtiment principal (déjà avec fonction artisanale) en façade, cour et second bâtiment avec galerie (habitation, agrément ?) à l’arrière. Il est probable que ce décor ait habillé les murs de la pièce située à l’angle sud-est du corps de bâtiment. En effet, les fragments ont été prélevés dans le comblement de la tranchée de récupération du mur nord de cette pièce, détruit lors d’une reconstruction de l’édifice au IIe siècle. Le nouveau mur est légèrement décalé vers le nord-est par rapport à l’ancien, épargnant le comblement de la tranchée de récupération du premier.

54Un petit lot de fragments représentatifs des différentes parties de la paroi et que la nature du support de mortier permet d’associer montre les grandes lignes d’un décor se rattachant probablement à des productions assez normées aux alentours du milieu du Ier s. ap. J.-C.

55On reconnaît ainsi une zone inférieure rouge bordeaux agrémentée de feuillages verts à rehauts blancs et fine tigelle blanche (fig. 29 en bas) dont on ignore la position exacte et le motif qu’ils définissent (feuillages agrémentant un thyrse croisé, guirlande…). La zone inférieure est limitée par une bande de transition constituée d’une bande verte pourvue d’un filet central noir et bordée sur son côté supérieur d’un filet blanc. Ce procédé n’est déjà plus ici qu’un lointain souvenir du traitement des rebords de podium, souvent peints en vert avec effets d’éclairage blanc et noir, perceptibles sur les décors plus précoces comme ceux de IIe style par exemple. La zone médiane semble intégralement à fond rouge. Aucun fragment ne révélant la présence d’un inter-panneau de couleur différente ou même d’un encadrement, nous supposons une zone unie simplement rythmée de candélabres. Ces derniers ne sont connus que par quelques plaques qui semblent indiquer un modèle très épuré à hampe rigide (1,3 cm de largeur) peinte en blanc ou en blanc et violet pour créer un effet d’éclairage à droite (fig. 29 au centre). La hampe est agrémentée de petites feuilles sessiles pointues. Quelques fragments présentant un champ blanc rythmé de filets noirs et gris pourraient correspondre à une moulure fictive en sommet de paroi (fig. 29 en haut).

Fig. 29. Principaux éléments du décor O (clichés J. Boislève, Inrap).

56La finesse du lissage et la composition très sobre qu’on perçoit pour ce décor rappellent les ensembles de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Raffinés mais très épurés, ils présentent une zone médiane unie, rouge ou noire, où la division en panneaux et inter-panneaux n’est pas encore de mise mais où la surface est scandée de candélabres grêles, à hampe fine, et où n’apparaissent que peu d’accessoires décoratifs, souvent simples (petites feuilles en excroissances, quelques ombelles, perles et pendeloques…). La zone inférieure, sur cette série de décor, évoque encore souvent le podium originel avec une zone mouchetée, compartimentée ou non, et surmontée d’un rebord éclairé ou d’une moulure fictive. La présence de feuillages sur fond bordeaux pourrait donc éloigner quelque peu le décor d’Autun de ce groupe précoce et supposer une datation plus proche du milieu du Ier s.

Des décors blancs à composition linéaire (décors J et N)

Décor J

57- Contexte chronologique de découverte : couche de démolition et murs d’un bâtiment au début du IIe s. ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : fin du Ier s. ap. J.-C. / début du IIe s.

Fig. 30. Localisation de la découverte du décor J au sein de l’ensemble architectural 7 (Ier s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).

58Le décor J provient de l’ensemble architectural 7 dans son état fin Ier s. ap. J.-C. / début IIe s. ap. J.-C. (fig. 30). Il occupe une parcelle allongée. Dans un grand bâtiment installé perpendiculairement à la façade nord-est de l’îlot, donnant sur la voie publique (hors emprise de fouille), se trouvent des pièces d’habitation et une des deux seules caves du site. On note à l’arrière une cour puis un bâtiment en matériaux périssables. Ce dernier accueillait un atelier de bronzier. Une partie des enduits de la zone inférieure de ce décor était encore en place sur les murs est et ouest de la pièce. Cette dernière est construite dans la deuxième moitié du Ier s. et détruite au début du IIe s. lors d’une réfection complète de cet ensemble. D’autres éléments du décor ont été extraits du remblai de démolition de cette pièce, dans lequel s’installent les murs du nouveau bâtiment. Elle était pourvue d’un sol en béton lissé sur lequel était posée une cheminée en cul-de-four.

59Cette pièce, par ses aménagements relativement luxueux, pourrait correspondre soit à la cuisine d’une demeure plutôt riche, soit à la pièce de vie d’une maison plus modeste.

Décor N

60- Contexte chronologique de découverte : fosse comblée à la fin du IIIe s. ap. J.-C.
- Contexte chronologique d’utilisation : IIIe s. ap. J.-C. (IIe s. ap. J.-C. envisageable).

Fig. 31. Localisation de la découverte du décor N au sein de l’ensemble architectural 3 (IIIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).

61Le décor N a été prélevé dans le comblement d’une fosse de l’ensemble architectural 3 dans son état du IIIe s. ap. J.-C. (fig. 31). Il est situé dans l’angle sud-est du site, en bordure de la voie publique qui limite au nord-est l’îlot urbain. Il s’organise au sein d’une parcelle allongée, avec grand bâtiment en façade de la rue, s’ouvrant à l’arrière sur une cour par une petite galerie à piliers et un édifice latéral qui longe le côté sud-est de la cour. La construction principale a accueilli une activité de forge au IIe s. ap. J.-C. L’état du IIIe s. ap. J.-C. voit un retour vers des fonctions d’habitat avec des sols en béton lissé qui remplacent les sols de terre.

62La fosse quadrangulaire où ont été découverts les enduits résulte probablement du démontage d’une structure indéterminée. Elle était en partie comblée d’éléments de démolition à la fin du IIIe s. ap. J.-C. Le bâtiment principal est détruit pour faire place à des constructions en matériaux périssables dédiées à une activité liée à la boucherie. Le plus probable est que les enduits proviennent de l’état du IIIe s. ap. J.-C. Toutefois, il n’est pas complètement exclu qu’ils soient issus de décors mis en place dès le IIe s. ap. J.-C. La structure du bâtiment n’a pas fait l’objet d’un remaniement massif entre ces deux états.

63Deux petits lots d’enduits, bien que peu nombreux, permettent d’identifier des décors à fond blanc et encadrement simple.
Du décor J, nous connaissons la zone inférieure blanche à mouchetis grossier noir et rouge (fig. 32). La bande de transition rouge bordeaux est large de 5,2 cm. En zone médiane, le fond blanc ne semble rythmé que par de simples encadrements à filets intérieurs noirs.

Fig. 32. Zone inférieure à fond blanc et mouchetis noir et rouge (cliché J. Boislève, Inrap).

64Le décor N appartient manifestement au même type de composition simple dont témoignent les bandes et filets noirs d’encadrements de panneaux.

65Ces deux décors correspondent à des ornementations à l’économie où la simplicité des tracés autant que la faible quantité de pigments mis en œuvre révèlent un coût d’exécution assez bas. Bien que peu documentés dans les publications scientifiques, du fait d’un attrait moindre auprès des chercheurs, ces décors sont assez répandus et les programmes décoratifs les mieux connus à l’échelle d’un bâtiment montrent leur positionnement logique dans des espaces dits secondaires, pièces annexes, espaces de circulation modestes ou pièces de service. Ainsi, on retrouve une peinture de ce type sur le mur L de la pièce III de la maison dite « Le Prétoire », à Vaison-la-Romaine (ALLAG, BARBET, 1995, p. 85-87). Il appartient à un bâtiment annexe de la riche domus, où la présence des latrines confirme le rôle secondaire des ces pièces. À Fréjus, place Formigé, le décor simple à traits d’encadrement noirs et rouges orne un couloir de service. On retrouve un système similaire à Mâlain (AUJAS, 2003, p. 51-53), où le décor de la salle 111, toujours à filets simples et bandes rouges sur fond blanc, correspond à un espace en liaison directe avec une pièce à vocation artisanale. Ce type de décor est d’ailleurs aussi directement connu dans des espaces utilitaires comme dans une des boutiques du site de Vaugrenier (VIATGÉ, ARNAUD, 1999, p. 22-23).

66Leur datation est en revanche impossible par la seule stylistique tant ce type de composition se maintient du Ier s. ap. J.-C. jusqu’au moins au IIIe s.

Des pigments bruts

67Plusieurs pigments bruts ont été découverts sur le site (fig. 33) dans des niveaux allant du début du Ier s. au début du IIe s. ap. J.-C. On identifie ainsi sans difficulté six boulettes de bleu égyptien auxquelles s’ajoutent les fragments de deux autres et un bloc avec deux boulettes encore associées à leur support.

Fig. 33. Divers pigments bruts trouvés sur le site (cliché J. Boislève, Inrap).

  • 11 Un exemplaire brut de cuisson est connu à Saint-Romain-en-Gal, présentant le support et les boulett (...)
  • 12 Voir une synthèse menée en Suisse sur les pigments, leur forme de commercialisation et leurs conten (...)

68Grossièrement sphériques, elles présentent des dimensions comprises entre 1 et 3,5 cm, résultant plutôt de l’irrégularité liée à une facture manuelle que d’évolutions dans la production ou de différences de tailles marquant des producteurs divers. La couleur du pigment varie peu et présente toujours une teinte intense caractéristique de ce bleu. Le bleu égyptien est en effet un pigment de synthèse, premier connu et unique pigment bleu utilisé dans la peinture romaine. Il s’agit en fait d’un double silicate de cuivre et de calcium (CaCuSi4O10), sorte de pâte de verre obtenue par cuisson à très haute température (entre 870 et 1100° C) de limaille de cuivre additionnée de sable et d’un fondant. Le mélange pâteux était formé en petites boules enfoncées dans un support placé dans un fond de pot à cuire11. La chauffe entraîne une vitrification du composant et produit un bleu intense. Les boulettes sont ensuite séparées puis probablement commercialisées directement sous cette forme, comme en témoignent les exemplaires d’Autun, plus rarement en pains de pigment préalablement broyé12. La finesse du broyage permet ensuite à l’artisan peintre de jouer sur la couleur du produit et d’obtenir une gamme chromatique du bleu clair au bleu foncé sans procéder forcément par mélange.

69La fabrication du bleu égyptien est un procédé ancien, identifié vers 3000 av. J.-C. au Proche-Orient et en Égypte, d’où son nom habituel de bleu égyptien (CAVASSA et alii, 2010 ; DELAMARE, 2008). Il est appelé caeruleum en latin. Vitruve, vers 30 av. J.-C., mentionne à Pouzzoles la fabrique d’un certain Vestorius dont l’officine fondée sans doute aux alentours de 70 av. J.-C. vise à concurrencer les importations de pigment d’Alexandrie et montre l’importance commerciale de ce pigment. Produit onéreux au Ier s. av. J.-C., l’usage de ce pigment semble se démocratiser au fil du temps, probablement à la faveur du développement des producteurs et de la diffusion des recettes de fabrication. Ainsi, on retrouve l’emploi du bleu sur de nombreux décors des Ier au IIIe s. ap. J.-C. et, en Gaule, il n’est pas rare de retrouver de nombreuses boulettes de pigment brut comme en témoigne la fouille d’Autun. S’il demeure donc un pigment de synthèse nécessairement plus coûteux qu’un pigment naturel de base, l’emploi du bleu égyptien n’est plus considéré aujourd’hui comme le témoignage irréfutable d’une richesse importante.

70D’autres pigments, rouges cette fois, ont été trouvés dans trois contextes différents. Dans deux cas il s’agit de fragments ou de petites boulettes d’un rouge foncé d’une matière très homogène. Un troisième élément conserve en revanche une forme plus allongée avec un bord droit qui évoque plutôt un conditionnement en bâtonnet ou en pain parallélépipédique rectangle. L’ocre rouge constitue une des couleurs les plus fréquentes de la peinture murale romaine, basée sur un pigment d’origine minérale aisément accessible.

71Trois lots de pigment brut proviennent des couches d’abandon de la phase tibérienne, constituées lors d’un remaniement général de cette partie de l’îlot urbain vers 40 ap. J.-C. Ils sont tous localisés dans la partie nord-est du site : un fragment de pigment rouge dans un fossé le long d’une zone de dépotoir, deux de bleu égyptien dans l’emprise d’un atelier de métallurgie.

72La phase B (40/70 ap. J.-C.) n’a livré que trois occurrences de bleu égyptien, dont deux pourraient faire partie de la phase suivante. Celui dont la datation est assurée provient de l’abandon d’un habitat au nord-est du site (ensemble 11, phase B). Les deux autres sont dans des ensembles ayant accueilli des activités métallurgiques sans être directement sur les zones de production. Pour la phase suivante (70-120 ap. J.-C.), six lots ont été identifiés, auxquels il faut très probablement ajouter deux découvertes à la datation plus incertaine. Ils sont essentiellement localisés dans la partie nord-est de l’emprise. Un fragment de rouge a été mis au jour sur le même sol qu’un fragment de pot à peinture (Us 1486, sol extérieur contre une habitation, cf. infra). Deux boulettes de bleu égyptien sont issues d’un atelier de bronzier. Le reste (deux blocs de rouge et trois boulettes de bleu) provient de deux ensembles architecturaux avec activité métallurgique (bronzier), mais sans être directement localisé au sein des zones de production.

  • 13 Épigraphie par Ivan Radman, Musée archéologique de Zagreb (Alix, 2014a, vol. 4, p. 371).

73La présence des pigments de bleu égyptien bruts dans un contexte de production métallurgique (bronze) pose le problème de leur interprétation. A-t-on affaire seulement à des éléments perdus lors de la réalisation des décors peints ? Une partie des fragments découverts pourrait être issue des phases de production / commercialisation de ces pigments. En effet, le bleu égyptien est produit à partir de limaille d’alliage cuivreux. Ce matériau est produit en abondance lors de la finition des objets en bronze (par abrasion), comme en témoignent les dépôts sur les sols d’atelier ou au sein de fosses dédiées à cette phase du façonnage. La production de bleu égyptien pourrait constituer un sous-produit de la chaîne opératoire de la confection des objets en bronze. Les lots sont d’ailleurs issus des phases du site les plus marquées par la métallurgie. On notera, pour la phase tibérienne, la présence de deux petites étiquettes en plomb inscrites (mais pas directement issues d’ateliers). Elles sont destinées à identifier les produits sur des contenants (nature, quantité, poids…). Sur l’une d’elles, on peut lire13, outre des indications de quantité, t(…) c(a)er(ulae) qui pourrait être lu t(inctura) c(a)er(ulae) : « peinture bleue » (fig. 34).

Fig. 34. Étiquette inscrite en plomb (cliché S. Alix, Inrap).

74Les deux interprétations ne s’excluent pas l’une l’autre : les pots avec reste de peinture et, bien sûr, les vestiges d’enduits eux-mêmes, impliquent la présence de chantiers, y compris, comme on l’a vu, dans des bâtiments accueillant des installations artisanales. Toutefois, il est possible que certains de ces pigments soient des vestiges de production plutôt que les traces de chantier. Auquel cas, une partie des pigments mis au jour témoignerait de leur production, cas rarement mis en évidence, et ce, dès les débuts de l’occupation urbaine d’Autun.

Des vases à pigments

75Plusieurs tessons de céramique conservent la trace de pigments qui témoignent de leur usage dans le cadre de la réalisation de peinture (fig. 35).

Fig. 35. Tessons de céramique conservant des traces de pigments (cliché J. Boislève, Inrap).

76Dans le comblement d’une fosse, Us 2014, un fragment de bord montre des traces diffuses de pigment rouge ocre présent sur la face interne. Le pot utilisé est une jatte de type Menez 60 en Terra Nigra (fig. 36.1) à carène basse et offrant une ouverture large de 16 à 20 cm de diamètre avec une lèvre à méplat, cette jatte pouvant être fermée par un couvercle. Les parois sont engobées. Cette forme ouverte offrant une contenance assez importante conviendrait plutôt à la préparation de la peinture. Le rouge ocre, observé sur la face interne, correspond à un pigment de faible coût largement utilisé en fonds unis sur de nombreux décors, justifiant sa préparation en un volume important.

Fig 36. 1. Jatte en Terra Nigra de type Menez 60 (forme générique). La partie conservée est matérialisée par le cadre (dessins et mise au net : Sylvie Mouton-Venault) ; 2. Gobelets en parois fines produits au Faubourg d’Arroux (formes génériques) (dessins et mise au net : Anne Delor-Ahü).

77Ce modèle est en vogue jusqu’en 50/60 ap. J.-C. pour les exemplaires décorés à la molette. Le vase est rattaché à la phase B du site, soit sous les règnes de Claude et Néron.

78L’Us 1699 correspond à un niveau de remblai et livre un fragment de fond présentant des résidus de pigment rouge ocre sur la face interne. De typologie indéterminée, cette coupe à carène basse en commune claire dorée au mica est de production locale. Les parois sont évasées mais le module est plus petit que pour le vase précédent, offrant donc une assez faible contenance. Cette céramique est rattachée aux niveaux les plus précoces de la phase A, soit la deuxième moitié de la période augustéenne, entre 10 av. J.-C. et 10 ap. J.-C. L’occupation très clairsemée de cette période ne suit pas encore la trame urbaine classique de la cité. Ce fragment constitue le témoignage indirect le plus ancien de la présence d’enduits peints dans l’emprise de la ville.

79Enfin, l’Us 1486, qui correspond à un niveau d’occupation de la phase C du site, soit entre la fin du Ier s. ap. J.-C. et le début du IIe s. offre une série de tessons appartenant à deux gobelets distincts de type Lez 331 (BET, GRAS, 1999) (fig. 36.2). L’un est marqué de traces de pigment vert sur les deux faces et sur les tranches et de rouge bordeaux seulement sur la face interne. Le pigment vert est clairement posé par-dessus le rouge bordeaux et correspond donc à une seconde utilisation du pot. Huit autres fragments appartenant à un second gobelet présentent pour leur part des traces de pigment bleu égyptien, assez dilué, et visible uniquement sur la face interne. Les gobelets, probablement de provenance locale, sont des formes fermées de petite contenance offrant un diamètre à l’ouverture entre 6 et 10 cm. La pâte rougie par le feu indique un surcuit et donc un raté de production manifestement recyclé vers un usage secondaire lié à la peinture. Ces petits récipients conviennent à l’application de motifs rehaussant le décor et ne nécessitant pas de grandes quantités de pigment dilué. Le bleu et le vert identifiés ici correspondent d’ailleurs rarement à des couleurs passées en grands fonds unis sur les décors d’époque romaine. Leur forme garantit par ailleurs une bonne préhension.

80Les études les plus récentes consacrées aux pots à peinture ou à pigments ont clairement montré l’emploi, par les artisans peintres, de récipients issus de la vaisselle culinaire et de table, le plus souvent de production locale (DUBOIS et alii, 2011 ; JARDEL, BOISLÈVE, 2010). Contrairement aux cités campaniennes où on observe des récipients spécifiques destinés aux artisans peintres (godets, coupes basses), les artisans gaulois semblent s’être majoritairement approprié des récipients communs détournés de leur usage premier comme le confirment à Autun les quelques exemples retrouvés, dont un raté de cuisson. Les formes ouvertes, de type jattes, bols et terrines, sont largement privilégiées pour la préparation de la peinture et le mélange des couleurs. Outre l’ouverture, le choix se porte sur la contenance du récipient, en fonction de la quantité de peinture à préparer. En l’absence de vases complets il demeure difficile de dire si les fragments trouvés à Autun correspondent à des contenants destinés à la dilution des pigments ou s’il s’agit de tessons ayant pu servir de palette. Toutefois, dans ce dernier cas la couleur est souvent également présente sur les tranches ce qui n’est le cas ici que sur un unique tesson.

81Les couleurs représentées sur les fragments d’Autun (vert, rouge, rouge bordeaux et bleu) comptent parmi les couleurs de base de la peinture murale romaine. La présence de deux teintes superposées sur l’un des fragments témoigne du remploi successif d’un même pot pour la préparation de teintes différentes. Il demeure toutefois souvent difficile de déterminer avec précision si les vases ont servi à la préparation et la dilution des couleurs ou au stockage des pigments bruts. La fréquence des découvertes, notamment dans des niveaux de chantier ou dans des fosses de rejet, témoigne de la fréquence du renouvellement des récipients. Les artisans abandonnaient facilement les vases brisés ou trop utilisés et conservant des couches de peinture sèche.

82Avec les pigments bruts, ces vases constituent les rares témoins du matériel utilisé par les artisans peintres, celui sans valeur qui relève en somme du consommable et peut être abandonné sur place au gré des chantiers. L’outillage des peintres fresquistes est par ailleurs fort peu connu.

Conclusion

83Les décors exhumés sur la fouille du Faubourg d’Arroux correspondent dans leur grande majorité à l’ornementation de demeures relativement modestes, mais aussi peut-être de quelques bâtiments à vocation artisanale, identifiés sur le site. La prédominance écrasante des ensembles à fonds blancs, presque exclusivement de style linéaire simple, confirme l’engouement pour ces décors dans des constructions de statut social assez peu élevé (suffisamment toutefois pour autoriser le confort d’un décor peint).

84L’expertise de ces lots, même très incomplets pour certains, met donc en lumière une catégorie de décors souvent délaissés par les fouilleurs et les chercheurs du fait de leur faible polychromie. Pourtant, s’ils sont supposés très répandus en Gaule, les publications de ces ensembles demeurent incroyablement pauvres, laissant même entrevoir une image tronquée du panel des programmes décoratifs mis en œuvre dans les cités gallo-romaines au profit des décors les plus riches. À Autun même, ces décors blancs viennent quelque peu contrebalancer l’image de la décoration murale peinte représentée par les seules ornementations des demeures luxueuses de la Maison des Auteurs grecs ou du Clos Jovet.

85Les ensembles à fond rouge, relevant à peu près tous de la même famille de décors à candélabres, sont de style extrêmement classique. Certains paraissent appartenir à des compositions parfaitement copiées sur les premiers modèles décoratifs les plus largement diffusés en Gaule dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C.

86Parmi les éléments remarquables on retiendra bien sûr la plaque identifiant une scène de gladiature dont nous avons vu qu’elle constitue une rareté. Cet élément doit, à l’inverse des autres décors, clairement appartenir à l’ornementation d’un bâtiment de statut social plus élevé d’autant qu’il correspondrait à la commémoration d’un acte d’évergétisme que seul un commanditaire fortuné peut avoir assuré.

87Concernant les techniques de mise en œuvre, quelques plaques conservent au revers des empreintes qui trahissent la nature des élévations. Le décor B, placé sur une mystérieuse structure tubulaire qui ne semble pas être une simple cheminée d’évacuation des fumées d’un hypocauste, pourrait bien constituer le deuxième exemple autunois d’une pratique identifiée sur le site du nouvel Hôpital et qui consiste à détourner l’usage initial des tubuli pour en faire un simple matériau de construction facile d’emploi destiné à créer sur une paroi vierge, des reliefs à but purement décoratif (fausses niches, arcatures aveugles, caissons… ?). Des modes d’application inédits semblent se faire jour comme l’utilisation probable d’un tampon pour former des fleurettes répétées en plusieurs couleurs sur un même décor.

88L’analyse de ces décors d’Autun, qui nécessitent encore une étude poussée passant par des remontages effectifs, complète d’ores et déjà un corpus autunois qui n’est finalement pas très riche en matière de peintures et contrebalance quelque peu l’apparente prépondérance du stuc qui dominait jusqu’alors.

Haut de page

Bibliographie

ALIX S. dir., 2014a, Urbani et Fabri : évolution d’un quartier d’Augustodunum entre artisanat et habitat, du règne d’Auguste au début du Moyen Âge, Rapport d’opération, Dijon, Inrap, 7 vol.

ALIX S. dir., 2014b, 17 r. St-Antoine/1 r. Lauchien le Boucher, Rapport d’opération, Dijon, Inrap.

ALLAG C., BARBET A., 1994, « Les peintures murales », in : BERGERET J., Lisieux avant l’an mil : essai de reconstitution, Catalogue d’exposition, Lisieux, Musée de la ville de Lisieux, p. 32-35.

ALLAG C., BARBET A., 1995, « Vaison-la-romaine, la maison dite ‘le Prétoire’ », in : Actes des séminaires de l’AFPMA 1990, 1991, 1993, Aix-en-Provence, Narbonne et Chartres, p. 85-92 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 10).

ALLAG C., LEFÈVRE J.-F., coll. BOISLÈVE J., 2005, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), 38-42 boulevard de la République, Rapport d’étude complémentaire, Soissons, 9 p., 24 fig.

AUJAS E., 2003, « Peintures murales de Mâlain – Mediolanum », in : ALLAG C. dir., Peinture antique en Bourgogne, Actes du XVIème séminaire de l’AFPMA, Auxerre, 24-25 oct. 1997, Dijon, S.A.E., p. 43-54 (21ème suppl. à la R.A.E.).

BARBET A., coll. BOST J.-P., GIRARDY-CAILLAT C., LEFÈVRE A., AMADÉI B., 1999, La peinture romaine, fresques de gladiateurs à Périgueux, Périgueux, éd. du Musée du Périgord, 32 p.

BARBET A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, éd. Picard, 392 p.

BARBET A., 2014, « Le décor peint des maisons d’Aix-en-Provence », in : NIN N. dir., Aix antique, une cité en Gaule du sud, Milan, Silvana Ed. et Musée Granet / communauté du Pays d’Aix, p. 178-197.

BARBET A., ALLAG C., 1982, La peinture murale romaine de la Picardie à la Normandie : exposition, Lisieux, Paris, 1982, Évreux, Laon, Compiègne, Soissons, 1983, Paris, RMN, 109 p.

BARBET A, FUCHS M., TUFFREAU-LIBRE M., 1997, « Les diverses utilisations des pigments et leurs contenants », in : BÉARAT H., FUCHS M., MAGGETTI M., PAUMIER D. dir., Roman wall painting : materials, techniques, analysis and conservation, Proceedings of the international Workshop, Fribourg, 7-9 mars 1996, Fribourg, Inst. of Mineralogy and Petrography, p. 35-61.

BARBET A, MONIER F., BOST J.-P., STERNBERG M., 2004, « Peintures de Périgueux : édifice des Bouquets ou la domus de Vésone. II ; Les peintures fragmentaires », Aquitania, XX, p. 149-219.

BET P., GRAS D., 1999, « Parois fines engobées et céramique métallescente de Lezoux », in : BRULET R., SYMONDS R., VILVORDER F. dir., Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 18 mars 1995, Oxford, RCRF, p. 13-38 (Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, suppl. 8).

BOISLÈVE J., 2013, « Autun, Mané-Véchen et Vieux : l’apport de trois sites majeurs à la connaissance de l’artisanat du stuc en Gaule romaine », Espacio, Tiempo y Forma, prehistoria y arqueología, Serie I, Nueva época, n° 4-2011, p. 171-207.

BOISLÈVE J., 2017, « Analyse de quelques décors peints de la villa de Val-de-Reuil », in : ADRIAN Y.-M. dir., Haute-Normandie, Eure (27), Val-de-Reuil, ‘Le Chemin aux Errants’ - zone C, Rapport final d’opération, Rouen, Inrap, vol. IV, t. 1, p. 87-232.

BOISLÈVE J., ALLAG C., 2011, « Un décor stuqué monumental du Bas-Empire à Autun (Saône-et-Loire) », Gallia, t. 68, fasc. 2, p. 195-235.

BOISLÈVE J., PASCAL M.-N., 2014, « Rapport d’évaluation des enduits peints », in : ALIX S., 2014a, vol. 3, p. 282-325.

BOISLÈVE J., VAUXION O., 2017, « Les enduits peints », in : BREUIL J.-Y., HOUIX B. dir., Nîmes, Gard, Parking Jean-Jaurès, Rapport final d’opération, Nîmes, Inrap.

CAPUS P., DARDENAY A., 2014, L’empire de la couleur, de Pompéi au sud des Gaules, Toulouse, éd. du Musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, 247 p.

CAVASSA L., DELAMARE F., REPOUX M., 2010, « La fabrication du bleu égyptien dans les Champs phlégréens (Campanie, Italie) durant le Ier siècle de notre ère », in : CHARDRON-PICAULT P. dir., Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes du colloque international d’Autun, 20-22 sept. 2007, Dijon, S.A.E., p. 235-249 (28ème suppl. à la R.A.E.).

DARDENAY A., 2014a, « Les images dans la peinture romaine du sud des Gaules », in : CAPUS P., DARDENAY A., p. 90-103.

DARDENAY A., 2014b, « Peintures de type populaire, 52. Gladiateurs », in : CAPUS P., DARDENAY A., p. 190-191.

DELAMARE F., 2008, Bleus en poudre, de l’art à l’industrie, 5000 ans d’innovations, Paris, Presses de l’École des Mines, 423 p.

DUBOIS Y., 2016, « Jeux d’arène à Augusta Raurica », in : BOISLÈVE J., DARDENNAY A., MONIER F. dir., Peintures murales et stucs d’époque romaine : une archéologie du décor, Actes du 27ème colloque de l’AFPMA, Toulouse,21-22 nov. 2014, Bordeaux, Ausonius éd., p. 357-365 (Pictor, coll. de l’AFPMA, 5).

DUBOIS Y., 1999, « La venatio d’amphithéâtre : iconographie d’un décor de villa à Yvonand-Mordagne, Suisse », Revue archéologique, fasc. 1-1999, p. 35-64.

DUBOIS Y., FUCHS M., MEYLAN KRAUSE M.-F., 2011, « Pots de peinture et pains de couleur à l’usage des peintres romains », Archéologie suisse, 34.2001.1, p. 18-27.

DUMASY F., 1989, « Représentations de gladiateurs », in : ALLAG C. coord., Peinture murale romaine, Actes du Xème séminaire de l’AFPMA, Vaison-la-Romaine, 1-3 mai 1987, Vaison-la-Romaine, éd. AFPMA / Ville de Vaison-la-Romaine, p. 123-134.

DUMASY F., 2004, « L’autocélébration des élites gallo-romaines dans la peinture murale », in : CÉBAILLAC-GERVASONI M., LAMOINE L., TRÉMENT F., Autocélébration des élites locales dans le monde romain, contexte, textes, images (IIe s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C.), Actes du colloque de Clermont-Ferrand, 21-23 nov. 2003, Clermont-Ferrand, Presses univ. Blaise-Pascal, p. 345-361 (Coll. Erga, 7).

DUMASY-MATHIEU F. dir., 1991, La villa du Liégeaud et ses peintures, la Croisille-sur-Briance, Paris, éd de la MSH, 192 p. (Documents d’Archéologie française, 31).

ERISTOV H., 2006, « Les décors peints », Paris antique, Histoire antique, hors-série n° 10, p. 68-71.

ERISTOV H., GROETEMBRIL S., 2006, « Murs blancs en Gaule, entre économie et raffinement », in : La peinture antique : des Macédoniens aux Omeyyades, 10 siècles de peintures murales, Dijon, éd. Faton, p. 58-61 (Dossiers d’archéologie, 318).

ERISTOV H., KOHLMAYER C., VERMEERSCH D., 2002, « Beaumont-sur-Oise (95) : l’habitat du IIIe siècle et son décor peint au sud du cimetière, zone 18 », Revue archéologique du Centre de la France, t. 41, p. 187-224.

FRIZOT M., 1977, Stucs de Gaule et des provinces romaines : motifs et techniques, Dijon, CRTGR, 258 p. (Publ. du Centre de Recherches sur les Techniques Gréco-romaines, 7).

HECKENBENNER D., KAZEC K., SCHLÉMAIRE G., 2014, « Pontiffroy », in : HECKENBENNER D., Mondy M. dir., Les décors peints et stuqués dans la cité des Médiomatriques, Ier-IIIe siècle p.C.. I. Metz-Dividurum, Bordeaux, éd. Ausonius, p. 73-87 (Pictor, coll. de l’AFPMA, 4).

JARDEL K., BOISLÈVE J., 2010, « Découverte de pots à pigments sur le forum d’Aregenua (Vieux, Calvados », in : Actes du congrès de la SFECAG, Chelles, 13-16 mai 2010, p. 651-654, 2 ill. n & b.

KAZEK K. A., 2012, Gladiateurs et chasseurs en Gaule : au temps de l’arène triomphante, Ier-IIIe siècle ap. J.-C., Rennes, PUR, 390 p. (coll. Histoire).

MONDY M., COUTELAS A., KAZEK K., HECKENBENNER D., LAFFITE J.-D., 2010, « Liéhon ‘Larry’ », in : MONDY M., HECKENBENNER D. dir., PCR les enduits peints gallo-romains sur le territoire des Leuques et des Médiomatriques, Bilan triennal 2007-2010, Annexe 1.

PARAT A., 1913, « Histoire d’Arcy-sur-Cure depuis les temps les plus reculés », Bull. de la Soc. des Sciences de l’Yonne, 67, p. 391.

SABRIÉ M., SABRIÉ R., 2000, « Les peintures murales », in : MONTEIL M. dir., Le quartier antique des Bénédictins à Nîmes, Paris, éd de la MSH, p. 168-173 et fig. M (Documents d’Archéologie française, 81).

VIATGÉ K., ARNAUD P., 1999, Vaugrenier ou l’emprise de Rome : histoire d’une agglomération secondaire en Gaule narbonnaise, Catalogue d’exposition, 30 juin-17 oct. 1999, Antibes, Musée du Bastion Saint-André, 43 p.

Haut de page

Notes

1 Responsable d’opération : Stéphane Alix.

2 Nous adressons nos remerciements à Alain Genot, archéologue au musée départemental Arles antique, qui a bien voulu nous seconder dans l’identification des différents éléments de l’armatura du gladiateur visibles sur cette plaque.

3 D’autres plaques figurant d’autres combattants prouvent une succession de représentations, probablement en frise continue.

4 Sud du cimetière, zone 18, habitat 2, pièce 6.

5 J.-P. Bost a proposé la lecture du nom Mascius (Barbet, 1999, p. 8).

6 Il faudrait encore ajouter à cette liste le décor de la pièce 2004 dans la villa de Larry à Liéhon. Cet ensemble est toutefois particulier car les scènes de jeux qui sont représentées dans les compartiments de zone inférieure, sur fond blanc et avec des personnages avoisinant les 30 cm de hauteur, correspondent à une forme de satire mettant par exemple en scène un combattant opposé à une sauterelle surdimensionnée (Mondy et alii, 2010).

7 Notons encore que le décor d’Yvonand-Mordagne (Suisse) offre une représentation de venatores avec des personnages d’assez grande taille mais placés en vignette de panneaux et ne constituant donc pas, au sens propre du terme, une scène (Dubois, 1999).

8 Plusieurs articles récents consacrés au stuc en Gaule ont soulevé cette question (Boislève, 2013 ; Boislève, Allag, 2011).

9 Les éléments de ce décor devront faire l’objet d’une étude poussée permettant notamment la recherche de connexions.

10 Les Vaux-de-la-Celle, pavillon, salle 6, mur est (Barbet, 2008, p. 205-207 ; Barbet, Allag, 1982, p. 85-95).

11 Un exemplaire brut de cuisson est connu à Saint-Romain-en-Gal, présentant le support et les boulettes non encore détachées.

12 Voir une synthèse menée en Suisse sur les pigments, leur forme de commercialisation et leurs contenants : Dubois et alii, 2011. Voir aussi Barbet et alii, 1997.

13 Épigraphie par Ivan Radman, Musée archéologique de Zagreb (Alix, 2014a, vol. 4, p. 371).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Fouille du Faubourg d’Arroux, trois étapes de l’évolution du bâti, du début du Ier s. ap. J.-C. à la fin du IIIe s. ap. J.-C. (S. Alix).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2. Quantité d’enduits peints cumulée par phases chronologiques (en gris pâle les lots importants) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4. Localisation de la découverte du décor L au sein de l’ensemble architectural 1 (IIIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 5. Plaque correspondant à une partie de scène de gladiature (cliché, relevé et DAO J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 6. Détail du glaive à lame droite tenu par le gladiateur (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 7. Détail du manchon dont les lacets de fixation apparaissent sous le bras (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 8. Détail de la plaque montrant l’amorce du balteus et du subligaculum (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 9. Évocation du gladiateur à partir de la plaque recomposée (cliché J. Boislève ; dessin S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 10. Localisation du lieu de découverte de la corniche estampée au sein de l’ensemble architectural 6 (IIIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 11. Fragment d’une corniche en stuc à registre figuré obtenu par estampage (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 12. Corniche en stuc estampée découverte à la villa des Girelles à Arcy-sur-Cure (extrait de FRIZOT, 1977, p. 167).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 13. Bandes noir azuré croisées constituant peut-être une barrière à croisillons (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 14. Bande noir azuré enchaînant avec un élément mouluré traité en rose, marron et bleu (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 15. Bande noir azuré et filet rouge ocre sur fond blanc (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 16. Motif de guirlande de fleurettes et de chaînette en lien avec une bande verte (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 17. Détail d’une fleurette bleue en lumière rasante montrant un très léger enfoncement marquant le pourtour des pétales (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 18. Localisation de la découverte du décor F au sein de l’ensemble architectural 3 (fin du Ier s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 19. Schéma évoquant la structure générale du décor envisageable à partir des fragments connus (clichés, restitution et DAO J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 20. Fragment montrant la bande de transition grise et l’amorce de la zone médiane à fond blanc avec encadrement intérieur rouge (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 21. Séparation par une bande verte des panneaux à encadrement intérieur rouge (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 22. Localisation de la découverte du décor B au sein de l’ensemble architectural 11 (IIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 23. Plaque montrant un angle saillant (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 24. Profil d’une plaque montrant l’angle saillant et le support constitué de deux tubuli ici partiellement conservés (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 25. Décor à encadrement bordeaux et rouge ocre et hampe ornée d’un motif marron (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 26. Bouquet de feuille jaunes sur hampe marron (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Fig. 28. Localisation de la découverte du décor O au sein de l’ensemble architectural 1 (Ier s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 29. Principaux éléments du décor O (clichés J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 30. Localisation de la découverte du décor J au sein de l’ensemble architectural 7 (Ier s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 31. Localisation de la découverte du décor N au sein de l’ensemble architectural 3 (IIIe s. ap. J.-C.) (S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 32. Zone inférieure à fond blanc et mouchetis noir et rouge (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 33. Divers pigments bruts trouvés sur le site (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 34. Étiquette inscrite en plomb (cliché S. Alix, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 35. Tessons de céramique conservant des traces de pigments (cliché J. Boislève, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig 36. 1. Jatte en Terra Nigra de type Menez 60 (forme générique). La partie conservée est matérialisée par le cadre (dessins et mise au net : Sylvie Mouton-Venault) ; 2. Gobelets en parois fines produits au Faubourg d’Arroux (formes génériques) (dessins et mise au net : Anne Delor-Ahü).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9401/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Boislève, Stéphane Alix, Marie-Noëlle Pascal et Sylvie Mouton-Venault, « Les décors peints d’époque romaine du site du Faubourg d’Arroux à Autun : observation et analyse de quelques éléments notables », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 215-234.

Référence électronique

Julien Boislève, Stéphane Alix, Marie-Noëlle Pascal et Sylvie Mouton-Venault, « Les décors peints d’époque romaine du site du Faubourg d’Arroux à Autun : observation et analyse de quelques éléments notables », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 10 octobre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9401

Haut de page

Auteurs

Julien Boislève

Assistant d’étude et d’opération, toichographologue, Inrap, vice-président de l’AFPMA, UMR 8546 CNRS-ENS, AOROC. julien.boisleve@inrap.fr

Stéphane Alix

Chargé de recherches et d’opérations, Inrap, UMR 6249 Chrono-Environnement. stephane.alix@inrap.fr

Marie-Noëlle Pascal

Assistant d’étude et d’opération, toichographologue, Inrap. marie-noelle.pascal@inrap.fr

Sylvie Mouton-Venault

Chargée de recherches et d’opérations, Inrap, UMR 6298 ArTeHis. sylvie.mouton-venault@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page