Navigation – Plan du site
Articles

Les fibules gallo-romaines des « Champs des Fougères » à Mandeure (Doubs) : un mobilier cultuel dans l’est de la France

Rebecca Perruche
p. 177-214

Résumés

Depuis le début des années 2000, les prospections géophysiques et les fouilles récentes entamées sur la ville antique de Mandeure (Doubs) ont permis la découverte et l’exploration d’un nouveau sanctuaire, localisé au lieu-dit « Champs des Fougères ». Sa fouille, bien que partielle, a permis de recueillir de nombreuses séries de mobiliers. Au total, ce sont 202 fibules ou fragments de fibules qui ont été découverts dans l’ensemble clos du sanctuaire. L’importance numérique du corpus et la qualité de conservation des structures ont favorisé un traitement conjoint de la typo-chronologie ainsi que des modalités de dépôts et de sélection. En vue d’exploiter ces données contextuelles remarquables, l’étude écarte de façon délibérée le mobilier issu des fouilles anciennes. Ainsi, ce site offre l’occasion d’étudier plus largement la place et l’usage des fibules dans un lieu de culte gallo-romain de l’est de la Gaule.

Haut de page

Texte intégral

I. Présentation

I.1. Environnement du sanctuaire

1La ville antique d’Epomanduodurum englobait les communes actuelles de Mandeure et de Mathay (Doubs). Sa taille, sa parure monumentale, ses établissements urbains et les diverses fonctions – religieuses, militaires, commerciales – qu’elle a acquises durant le Haut-Empire en font la seconde agglomération de Séquanie derrière la capitale de cité Besançon-Vesontio (Doubs). Implantée dans la vallée du Doubs, au contact du massif du Lomont et de la porte de Bourgogne, la ville de Mandeure est située dans une zone de passage entre les Vosges et le Jura qui permet notamment la communication entre le sillon rhodanien et la plaine du Rhin par les vallées de la Saône et du Doubs. La ville antique s’étend sur environ 180 ha de surface urbanisée à l’intérieur d’un vaste méandre du Doubs. L’agglomération, dont le développement monumental s’enclenche sous les règnes de Tibère et de Claude, connaît à cette période une phase d’expansion et de rayonnement qui perdurera jusqu’au début du IIIe siècle avant de subir de nombreuses transformations entre le IIIe et le Ve siècle, notamment l’édification d’une imposante fortification au Bas-Empire.

Fig. 1. Plan schématique de l’agglomération antique de Mandeure avec la localisation des édifices cultuels (DAO : M. Thivet).

2Durant l’Antiquité, le développement cultuel de Mandeure prend forme dans différents quartiers de la ville (fig. 1). En limite d’agglomération, à proximité des thermes, les chercheurs proposent de restituer un temple à plan centré qui fonctionnerait avec l’établissement, formant ainsi un complexe religieux et thermal (MARC-BLIN, 2008). Au centre de l’agglomération, trois bâtiments similaires, également à plan centré et identifiés comme des temples, ont été repérés par prospections électriques (BARRAL, THIVET, 2011). À ces édifices mal connus et dispersés, il faut ajouter un complexe religieux de grande envergure, mieux étudié, qui se déploie sur plus de 10 ha aux marges sud de l’agglomération (BARRAL et alii, 2015). Dans ce vaste espace, clôturé par un péribole, le paysage monumental s’est développé autour d’un théâtre, toujours visible, en vis-à-vis duquel se trouve le sanctuaire dit du « Clos du Château ». Vierge de toutes investigations archéologiques approfondies et récentes (BARRAL et alii, 2007), ce sanctuaire d’origine gauloise représente le plus ancien édifice du groupe monumental. Une série de petites fondations apparemment moins ordonnées, plus modestes et aux fonctions mal définies (annexes, chapelles, autels…), rythment l’ensemble de l’espace, notamment au sud, alors qu’au nord, un deuxième sanctuaire, celui des « Champs des Fougères », a été implanté à la fin de la période latènienne (BOSSUET, THIVET, 2007 ; MARC-BLIN, 2008 ; THIVET, 2008 ; LAPLAIGE, 2012).

Fig. 2. Emprise de la fouille et restitution des systèmes de fermeture du sanctuaire (DAO : M. Thivet).

  • 1 Les fouilles et prospections ont été entreprises dans le cadre du Programme Collectif de Recherche (...)

3Découvert en 2003 à l’occasion de prospections géophysiques (BOSSUET et alii, 2003), le site a été fouillé1 sur près d’un tiers de sa surface estimée entre 2007 et 2009 (fig. 2). Il a révélé un riche potentiel archéologique ; la bonne conservation des couches d’occupation a notamment favorisé la reconnaissance de témoignages majeurs dans le domaine des pratiques cultuelles. Bien que le centre du sanctuaire ainsi que le temple n’aient pu être explorés, la multitude des structures observées – les différents systèmes de fermeture du sanctuaire (palissades, galeries), fosses de récupération ou de rejet, trous de poteau, bâtiments annexes, niveaux de circulation, et surtout entrée et voie d’accès au temple – a permis, outre la restitution dans les grandes lignes de l’emprise du sanctuaire, de déterminer l’organisation générale de l’espace et son évolution entre la fin de la période gauloise et l’Antiquité tardive (THIVET, NOUVEL, 2009). Dix étapes successives d’occupation du site ont ainsi été identifiées en fonction de l’alternance des aménagements, des structures construites, de leur remaniement ou de leur abandon (BARRAL et alii, 2015).

I.2. Chronologie du site

4Les limites de l’espace sacré semblent se mettre en place au cours de La Tène D1b/D2a (état 1). Matérialisées à cette étape par deux lignes de poteaux formant une galerie ovalaire, elles marquent la séparation entre l’espace interne et une grande cour externe annulaire, des aménagements de grande taille qui préfigurent l’organisation postérieure du sanctuaire monumental. À cette phase initiale, les activités cultuelles sont réduites, les sols de l’espace central partiellement vierges, et les quelques structures fossoyées fouillées n’ont pas livré une grande quantité de mobilier.

5Au milieu du Ier siècle avant notre ère (état 2), le complexe est réaménagé, une palissade supplante le système de clôture sur poteaux, l’espace interne s’agrandit et un sol de galets finement aménagé occupe désormais toute la surface de la cour extérieure. Les artefacts plus nombreux à cette période s’observent surtout dans ce dernier niveau de sol où trois fibules et un stylet étaient enfouis, ainsi que quelques fragments de céramique et d’amphores Dressel 1b.

6La palissade toujours en place au cours de la période augustéenne précoce (état 3) voit toutefois son tracé légèrement modifié. Mais cette étape est surtout caractérisée par l’aménagement de quatre fours de potier à l’intérieur de l’aire sacrée. Outre cette activité singulière, cette phase marque l’apparition de fosses dont les remplissages ont fourni peu de mobilier : quelques lots céramiques et métalliques et seulement trois fibules réparties entre deux fosses dont l’une contenait essentiellement des carcasses animales et des crânes de bœufs. Les activités cultuelles se concentrent surtout dans la cour intérieure où de nombreux éléments métalliques, céramiques et fauniques ont été piégés dans les couches d’occupation.

7L’accumulation de mobilier se poursuit à l’intérieur de l’enceinte, toujours matérialisée par une palissade, jusque dans les années 30 de notre ère (état 4) où plus d’une trentaine de fibules ont été répandues entre les différentes vagues de recharge et d’assainissement des sols.
À cette période, en dehors de l’abandon des quatre fours, le creusement d’une série de grandes fosses-dépotoirs, localisées en limite de clôture, vient modifier l’aspect de l’espace interne ; les plus vastes reçoivent une grande quantité de matériel céramique, osseux et métallique (fibules et petits éléments de menuiserie).

8À la fin de la période julio-claudienne (état 5), le sanctuaire a subi de grands remaniements structurels : les palissades, complètement démantelées, ont laissé la place à un fort enrochement qui délimite désormais l’espace cultuel. Des dépôts de mobilier toujours peu structurés continuent d’être épandus dans les niveaux de circulation de la cour interne, mais également dans les remplissages des fosses déjà constituées à la phase précédente ou récemment aménagées.

9La construction d’une galerie en dur avec porte et voie d’accès, dans le dernier quart du Ier siècle de notre ère détermine définitivement l’organisation du sanctuaire (état 6). La monumentalisation et les profonds remaniements du site impliquent notamment le renforcement des niveaux de circulation interne qui reçoivent en abondance des artefacts métalliques (pendeloque, amulette, mais surtout des fibules), pour la plupart résiduels. Un dernier comblement d’une fosse-dépotoir livre encore quelques fragments de céramique et d’objets métalliques mais ces lots sont numériquement bien inférieurs à ceux des phases précédentes, signe de l’étiolement du dispositif.

10Les modifications des IIe et IIIe siècles restent superficielles (états 7 et 8). La dernière fosse creusée dans le sanctuaire appartient à cette étape, le reste des pratiques cultuelles se concentrant exclusivement dans les niveaux de sols mis en place antérieurement. Globalement, les dépositions de mobilier se raréfient et les taux de résidualité augmentent à cette époque.

11D’après les données céramiques et numismatiques, les activités religieuses semblent cesser au début du IVe siècle, une phase de démantèlement étant alors amorcée sur l’ensemble du sanctuaire (état 9).

12Enfin, à une période indéfinie du haut Moyen Âge (état 10), les lieux sont réoccupés ponctuellement par quelques fondations mineures.

I.3. Composition du corpus

13En tout et pour tout, ce sont 202 fibules ou fragments de fibules pour un poids total de 1150 g, qui ont été découverts dans l’ensemble clos du sanctuaire des « Champs des Fougères ». Sur les 202 individus inventoriés, aucune fibule en métal précieux n’est à mentionner ; les exemplaires en alliage cuivreux forment la majorité du lot : 175 en tout, contre seulement trente exemplaires en fer. Trente fibules présentent un étamage, huit des traces d’émail ou de nielle.

14D’un point de vue typo-chronologique, la majorité des pièces mises au jour datent de la fin du Ier siècle avant notre ère ou du Ier siècle de notre ère, et proviennent presque toutes de contextes archéologiques en lien direct avec le fonctionnement du sanctuaire.

I.4. Qualité du corpus

15Malgré l’importance du corpus, il est nécessaire de garder à l’esprit qu’il ne représente qu’une infime partie des fibules qui ont transité par le sanctuaire. D’une part, parce que le site n’a pas été fouillé dans sa totalité et que, rapporté à sa fréquentation séculaire par une ou plusieurs communautés, cet ensemble ne représente au mieux que quelques exemplaires déposés par an ; d’autre part, parce que sur les 202 individus étudiés, 19 % proviennent de contextes non datables. Le fort pourcentage de fibules hors contexte s’explique par la succession sur le site de travaux agricoles invasifs, de l’enlèvement mécanisé des couches superficielles et des bouleversements stratigraphiques en lien avec le démantèlement du sanctuaire. À cela, il faut ajouter les fibules très fragmentaires, typologiquement indéterminables, la sous-représentation des exemplaires en fer, liée à la fois aux conditions de conservation du site et à son exploration. Autrement dit, le corpus se compose de 164 fibules typologiquement déterminées ou 164 fibules issues de structures datées et 126 individus à la fois identifiés et contextualisés.

I.5. Méthodologie

16La typologie d’E. Riha (RIHA, 1979 ; 1994), élaborée à partir des fibules d’Augst, sert de référence au classement du matériel de Mandeure. Elle présente l’avantage d’être fondée sur une collection de fibules morphologiquement et géographiquement cohérente avec le corpus exposé ici. Elle est complétée si nécessaire par des types ou variantes créés par V. Rey-Vodoz (REY-VODOZ, 1986 ; 1998) ou A. Mazur (MAZUR, 1998 ; 2010) qui seront signalés par un astérisque dans la nomenclature. Nous avons également mis à profit les études de M. Feugère (FEUGÈRE, 1985), N. Gaspar (GASPAR, 2007), S. Demetz (DEMETZ, 1999) ainsi que quelques références ponctuelles, sur lesquelles repose la chronologie.

17Pour chaque fibule mentionnée, il sera indiqué un numéro de catalogue dans lequel on retrouvera son type, sa description, son état de conservation, ses dimensions, son numéro d’inventaire ainsi que la nature et la phase chronologique du contexte de découverte.

II. Étude typologique et chronologique

II.1. Distribution typologique

18Les fibules se divisent en quatre grandes catégories élémentaires : les fibules à ressort, les fibules à couvre-ressort, les fibules à charnière et les fibules à charnière réduite sous l’arc (GASPAR, 2007).

19Ce regroupement en catégories simples permet un rapide survol des principales formes typologiques observées aux « Champs des Fougères ». Sans équivoque possible, cette répartition montre des taux de fibules contrastés : les types à ressort constituent 72 % de l’effectif général, contre seulement 28 % pour les exemplaires à charnière, et tout juste 5 % pour les fibules à charnière réduite sous l’arc (fig. 3).

Fig. 3. Répartition des fibules selon leur mécanisme de fermeture.

20Si l’on considère désormais le système typologique de E. Riha dans sa totalité, on distingue aux « Champs des Fougères » cinq groupes sur les neuf répertoriés dans le classement suisse. Ces cinq groupes, présentés ci-dessous, sont eux-mêmes subdivisés en plusieurs types et variantes selon des critères morphologiques discriminants tels que la forme ou la section de l’arc, le décor, la présence ou l’absence d’incrustations, etc. (fig. 4).

Fig. 4. Distribution typologique des fibules.

Groupe Riha 1. Fibules formées d’une seule pièce avec ressort à quatre spires

21La proportion des fibules du groupe 1 est remarquable puisqu’elle constitue près de 30 % du corpus des « Champs des Fougères ». La fibule de Nauheim y est particulièrement bien représentée avec treize exemplaires complets et trois fragments inventoriés.

  • 2 La Tène D1b correspond à une période allant de 125/120 à 80/75 avant J.-C., selon les différentes c (...)

22La fibule de Nauheim, essentiellement connue comme le fossile directeur de La Tène D1b2, couvre une plus large période qui s’étend jusqu’à La Tène D2. Bien qu’elles se rencontrent plus rarement à cette époque (MAZUR, 2010 ; BARRAL, VIDEAU, 2012 ; POUX, DEMIERRE, 2015), K. Striewe estime que certaines variantes sont produites jusqu’à la fin de LT D2a et propose une date d’arrêt de la circulation au milieu du Ier siècle avant notre ère (STRIEWE, 1996, p. 173). En réalité, elles ne disparaissent définitivement qu’au tournant du principat augustéen, mais leur proportion à cette période est si anecdotique (FEUGÈRE, 1985 ; RIHA, 1994, p. 199 ; MAZUR, 2010 ; POUX, DEMIERRE, 2015), qu’elles peuvent raisonnablement être considérées comme des spécimens résiduels.

23En considérant la typologie établie par K. Striewe, on distingue à Mandeure quatre variantes appartenant à la fibule de Nauheim. La première (type A) correspond à l’archétype des Nauheim en circulation à La Tène D1b ; elle rassemble des fibules à arc triangulaire où se développe un décor longitudinal. Sept fibules rentrent dans cette catégorie ; elles présentent toutes un décor d’échelles estampées à l’exception d’un exemplaire.

24La fibule n° 26 (pl. 2) correspond à une variante apparentée à la fibule de Nauheim, la fibule de Giubiasco, type essentiellement nord-italien (STRIEWE, 1996, p. 173) que l’on peut prudemment envisager comme l’unique cas d’importation de fibule aux « Champs des Fougères ».
Malgré l’absence de corrélation évidente entre les multiples formes de décor des Nauheim et la datation (ibid.), plusieurs spécimens ont toutefois été identifiés comme des éléments caractéristiques d’une phase tardive de La Tène finale.

25À Mandeure, la fibule n° 27 (pl. 2) s’inscrit dans la sous-variante A3.6 ; ce type également signalé à Manching (Gebhard, 1991, variante 6c) se distingue par sa corde externe et son décor au centre de l’arc.
Trois fibules appartiennent au type B, des spécimens à arc très étroit ; de même que l’exemplaire précédent ils illustrent une production de la fin de La Tène finale. L’une d’entre elles, reconnaissable à son arc filiforme (pl. 3, n° 42), inattendu pour une Nauheim, est toutefois considérée par M. Feugère et K. Striewe comme une variété très proche, mais bien plus rare et en usage seulement durant LT D2 (FEUGÈRE, 1985, p. 226 ; STRIEWE, 1996).

26En résumé, par rapport à la période de circulation classique de la fibule de Nauheim, nous observons à Mandeure une petite série de quatre exemplaires aux datations, semble-t-il, plus tardives, ce que les contextes de découverte ne permettent pas de confirmer. En outre, aucune fibule précoce, très fruste avec un gros ressort ou dépourvue de décor, généralement considérée comme faisant partie d’une phase ancienne (BARRAL, VIDEAU, 2012, pour les fibules précoces ; STRIEWE, 1996 p. 173, pour les fibules sans décor) n’a été répertoriée, ce qui vient appuyer l’hypothèse d’une datation basse pour les fibules des « Champs des Fougères ».

  • 3 Pour les fibules filiformes et rubanées (Feugère 4a, 4b, 4c), les références manquent pour dater pr (...)

27Les fibules en fer de tradition laténienne se regroupent sous deux principaux types : les fibules filiformes ou rubanées à corde externe ou interne auxquelles s’ajoutent une fibule à ailettes naissantes Knotenfibel (pl. 3, n° 35) et une fibule interrompue par un bouton (pl. 3, n° 43). Toutes datées de la LT D23, elles sont présentes dans des quantités remarquables (vingt-huit exemplaires) et constituent, à l’exception de trois individus, l’intégralité des modèles en fer au sein du corpus. Quelques-unes d’entre elles se distinguent par des morphologies pour le moins spécifiques (pl. 1, nos 8 et 13) : possible ajout de couvre-ressorts ou de simples coquilles en retour sur le ressort.
Quant aux fibules en alliage cuivreux de LT D2, elles se répartissent entre trois fibules à coquille, huit fibules interrompues par un bouton et un fragment de fibule à ailettes naissantes.

  • 4 12,1 % à Vendeuil-Caply (DILLY, JOBIC, 1993) ; 10 % à Nuits-Saint-Georges (FAUDUET, POMMERET, 1985) (...)

28Les fibules pseudo-La Tène C, apparues à la toute fin du principat d’Auguste ou au début du règne de Tibère, reprennent les principales caractéristiques des schémas observés à La Tène C2 : pied long retourné et fixé sur l’arc. Si le site des « Champs des Fougères » n’a livré que trois exemplaires de ce modèle (1,83 %), pourtant ordinaire sur les sanctuaires4, ils se distinguent par leur remarquable état de conservation et leurs caractères originaux. La pièce n° 33 (pl. 3), par exemple, est constituée d’un arc à section quadrangulaire alors que la majorité de ces fibules ont une section circulaire. Quant aux deux autres exemplaires (pl. 3, nos 32 et 34), l’un se singularise par des dimensions inférieures au gabarit classique, qui oscille généralement entre 5 et 7 cm ; l’autre par une corde externe fortement rabaissée sur l’arc et une bague de fixation placée très haut sur le sommet ; composée de fer, elle concilie les éléments du schéma authentique des fibules La Tène C et l’apparence plus grêle de ses successeurs antiques.

29La série du groupe 1 se termine par une fibule dite militaire Soldatenfibel qui constitue la fibule à ressort la plus récente de notre corpus avec une période de circulation couvrant les Ier et IIe siècles après J.-C. (WEISSE, 2014, p. 53).

Groupe Riha 2. Fibules à ressort et corde externe, retenues par un fixe-corde

  • 5 26,8 % à Saint-Marcel (ALBERT, FAUDUET, 1976) ; 24,1 % à Estrées-Saint-Denis (WOIMANT, 2002) ; 15 % (...)

30À l’exception d’un fragment d’une fibule à collerette (type 2.*14), le groupe 2 est formé uniquement de fibules du type 2.2, la plupart des autres variantes n’ayant été diffusées qu’à petite échelle.
Les fibules 2.2, très présentes sur les sites de sanctuaire5, sont communément nommées « fibules simples gauloises ». Elles ont connu une aire de diffusion très étendue, particulièrement dans toutes les provinces occidentales de l’Empire, avec une grande concentration dans la moitié ouest de la Suisse (MAZUR, 2010). Issue d’une transmission laténienne, la fabrication de ce type commence à l’époque augustéenne, connaît une importante diffusion durant la première moitié du Ier siècle, s’essouffle sous Néron avant de disparaître totalement à la fin du Ier siècle.

31La première variante, à section filiforme, compte le plus grand nombre d’exemplaires et forme une série homogène d’un point de vue typologique : dimensions similaires, courbure et section de l’arc comparables.
Deux pièces (pl. 4, nos 56 et 58) ont subi une réparation identique et remarquable : suite aux cassures de l’ardillon au niveau du ressort, pièce la plus fragile de l’objet, une goupille en fer a été insérée entre les spires pour maintenir un ardillon à butée qui a remplacé le système de fermeture originel.

32Avec ses vingt-deux individus, il s’agit du type le mieux représenté numériquement sur le site. À titre de comparaison, les sanctuaires d’Estrées-Saint-Denis dans le nord de la France (QUEREL, WOIMANT, 2002), de Saint-Marcel dans l’Indre et du Titelberg (GASPAR, 2007) regroupent eux aussi de très importantes quantités de fibules simples gauloises, entre 15 et 25 %. Également très bien diffusées dans les sites suisses et de façon plus large dans toute la Gaule (MAZUR, 2010 ; REY-VODOZ, 1998 ; FEUGÈRE, 1985), ces fibules doivent vraisemblablement leur popularité à leur constitution massive, une robustesse nécessaire pour maintenir fermement les vêtements.

Groupe Riha 4. Fibules à couvre-ressort

33Le groupe 4 offre un taux de présence analogue à celui du premier groupe. Si la fibule à couvre-ressort se distingue des fibules à ressort nu, par son mécanisme de fermeture dissimulé, elle reste un modèle fonctionnel et robuste à l’image des précédents.
À l’intérieur de cette catégorie, on retrouve les fibules à large couvre-ressort et de Nertomarus (types 4.1, 4.2 et 4.3). La zone de production et de diffusion des types 4.2 et 4.3 couvre grosso modo les mêmes aires – régions du Centre-Est de la Gaule – que celles du type 4.1 dont elles sont les descendantes directes. Ces fibules simples et pratiques apparaissent à l’époque augustéenne tardive (REY-VODOZ, 1998, p. 20). La fréquence de leur production s’accentue nettement sous la période claudio-néronienne et elles sont diffusées jusqu’à la fin du Ier siècle (MAZUR, 1998, p. 28). Avec des traits morphologiques singuliers, les exemplaires recueillis aux « Champs des Fougères » ne forment pas une série très homogène : certaines pièces se distinguent par leur grande taille (pl. 5, nos 82 et 84) et d’autres par un arc plus court (pl. 5, nos 79, 83 et 87). Il faut remarquer la présence d’une fibule aux dimensions exceptionnellement petites pour ce genre de modèle (pl. 5, n° 81). Ne s’éloignant véritablement des standards typologiques que par sa taille réduite, on peut envisager, sans pouvoir le vérifier, qu’elle ait appartenu à un enfant.

34Comparables en termes de proportion aux fibules à large couvre-ressort, les fibules de Langton-Down (type 4.4), modèles des plus courants en Gaule à la période augusto-tibérienne, comptent une grande diversité de formes ; réalité patente aux « Champs des Fougères » où on répertorie quatre variantes différentes, dont une à arc décoré (n° 102). Il faut signaler deux exemplaires remarquables, retrouvés tête-bêche dans une fosse à rejets de l’époque claudienne. Les deux fibules étaient reliées par une bague en fer et une chaînette en alliage cuivreux (pl. 6, nos 97 et 98). Alors que la variante 4.4.6 (fibule à arc rectiligne, plus large en direction du pied, dont la tête forme un angle droit) semble assez rare (FEUGÈRE, 1985, p. 265) et que seulement quelques exemplaires ont été retrouvés en Suisse (MAZUR, 1998, p. 28 ; Riha, 1994, p. 88), Mandeure en a livré trois (nos 103-105).

  • 6 Les exemplaires de cette variante ne possèdent pas de couvre-ressort protecteur mais simplement un (...)

35Probablement destinées aux femmes, les fibules à queue de paon (type 4.5) étaient généralement portées par paires (BÖHME-SCHÖNBERGER, SCHILP, 2006, p. 75). Il existe de nombreuses variantes de ces fibules présentant des stades d’évolution typologique différents. Aux « Champs des Fougères » trois variantes ont été identifiées pour le type 4.5 : les grandes fibules (4.5.2), les fibules à disque médian6 (4.5.3) et les petites fibules à couvre-ressort quadrangulaire (4.5.5).

36Le type 4.6 (fibules léontomorphes) est représenté par deux exemplaires sur le sanctuaire. Ces fibules appartiennent au groupe 18b du système Feugère, une variante originale et plutôt rare (FEUGÈRE, 1985, p. 280 ; MAZUR, 1998, p. 31). La pièce n° 115 (pl. 7), variante 18b1, se compose d’un couvre-ressort dont l’esthétique s’apparente aux deux modèles trouvés à Augst (RIHA, 1994, Taf. 16, n° 2153) et au Titelberg (GASPAR, 2007, Taf. 48, n° 867).

37On considère les exemplaires de la variante 18b2 comme plus rares encore : en 1985, M. Feugère n’en répertoriait que cinq au sein de son corpus et on ne compte ordinairement qu’un ou deux exemplaires par site. Ce modèle se distingue de la variante précédente par son mécanisme à charnière et la tête de taureau que le lion tient entre ses pattes (pl. 7, n° 116). La chronologie de cette fibule couvre la fin du principat d’Auguste et une partie du règne de Tibère.

38Les fibules du type 4.7 sont des parentes directes des fibules du type 4.5, mais elles se distinguent de ces dernières par leur décor estampé et leur profil droit. L’exemplaire n° 117 (pl. 7) est sans doute la pièce la plus remarquable de ce groupe avec son décor estampé : le disque figure une tête d’astre et la queue de paon figure certainement une chimère ou à tout le moins un fauve. La fibule n° 121 (pl. 7) se singularise par son système de fermeture à charnière qui devrait l’exclure des fibules à couvre-ressort. Mais ses caractéristiques typologiques, proches de ses homologues à « queue de paon », incite à la maintenir dans ce groupe.

Groupe Riha 5. Fibules à charnière

39Le groupe 5 rassemble les fibules bénéficiant de l’invention d’un nouveau mécanisme de fermeture, apparu au début de LT D2 et solidement intégré au cours du règne d’Auguste : la charnière. L’effectif des fibules à charnière (20 %) est réduit par rapport aux fibules à ressort.

40Le groupe 5 comprend notamment les fibules augustéennes d’Aucissa (type 5.2) ; très populaire, ce type de fibule est généralement considéré comme un attribut exclusivement militaire, bien qu’il puisse occasionnellement servir à la parure féminine (SEDLMAYER, 2015). La série est plutôt réduite puisqu’elle ne compte que quatre exemplaires. Trois de ces quatre pièces sont tout à fait ordinaires. On notera que la goupille de chaque spécimen est constituée d’alliage cuivreux, à la différence de la grande majorité des fibules à charnière qui sont généralement munies d’un axe en fer. Le dernier exemplaire (pl. 8, n° 147), produit intégralement en fer, est un modèle qui, sans être rare, reste bien moins fréquent que ses homologues en bronze.

41De nombreux autres types à charnière ont été inventoriés aux « Champs des Fougères », des types qui ont évolué progressivement tout au long du Ier siècle vers des formes plus complexes et bien moins résistantes que les premiers exemplaires à charnière. Ainsi, à Mandeure on peut recenser des fibules à arc interrompu (type 5.12), des modèles très appréciés en Gaule, aux formes et aux tailles très variables, qui dérivent directement des fibules d’Aucissa ; des fibules à protubérances latérales (type 5.7) présentes dans des quantités identiques au type 5.12 ; des fibules à incrustation métallique (type 5.15), à moulures transversales (type 5.6), à bouton ornant le pied (type 5.9 et 5.10) plus rares à Mandeure ; mais aussi des fibules à arc émaillé (type 5.17) qui constituent le dernier stade d’évolution des fibules à charnière.

Groupe Riha 7. Fibules à charnière réduite sous l’arc

42Les fibules du groupe 7 forment sans surprise le plus petit ensemble du corpus (6,10 %). Ce faible taux se vérifie dans la quasi-intégralité des ensembles de fibules quelle que soit la fonction du site considéré. La nécessité du port de fibules, devenue obsolète avec l’arrivée des nouvelles normes vestimentaires (REY-VODOZ, 1986 ; FEUGÈRE et alii, 1998 ; DANANAI, 2012), occasionne une profonde réforme des schémas de fabrication, les caractères utilitaires étant progressivement abandonnés au profit des styles décoratifs et du vocabulaire iconographique. Ces petits accessoires de « mode » parfois ornés jusqu’à l’outrance, ne ressemblent en rien à leurs ancêtres sobres et fonctionnels ; broches plus que fibules, ils n’ont de raison d’être qu’esthétique.
Aux « Champs des Fougères », dix fibules réparties en sept types différents ont été répertoriées.

43Il faut souligner la présence d’une fibule rhomboïdale (type 7.4) qui appartient à un type dont l’émergence se situe à la fin du principat d’Auguste (pl. 9, n° 178). Aux environs du milieu du Ier siècle apparaissent de nouvelles formes de fibules présentes à un ou deux exemplaires par types : il s’agit des fibules dites à « tutulus » (type 7.11), des fibules à décor estampé (type 7.10), des fibules à plaquettes d’os (type 7.7) et des fibules à incrustations métalliques (7.23).

44On observe également des formes plus complexes que ces fibules simples et encore précoces, comme une fibule zoomorphe émaillée (pl. 9, n° 186), datée de la deuxième partie du Ier siècle, en forme de lièvre, en léger relief (type 7.22), la majeure partie de son corps étant décorée par des incrustations d’émail qui figurent deux lièvres moyens et un plus petit qui semblent accompagner le plus grand ; ou encore une fibule émaillée plate à deux axes de symétrie (type 7.17), du début du IIe siècle, qui constitue la forme la plus tardive de notre corpus (pl. 9, n° 183).

II.2. Aspects chronologiques

45D’une façon générale, appréhender la chronologie des fibules reste une tâche plutôt délicate. Si globalement on peut déterminer le début de production d’un modèle, il est assez rare que l’on dispose de données fiables sur l’arrêt de sa fabrication. Il faut souvent se contenter de signes de sa raréfaction constatés sur les sites archéologiques pour fixer une date d’abandon de la production. C’est pourquoi les raisonnements et les remarques qui vont suivre prendront seulement en compte le début de la production des types. Ainsi, lorsque, par exemple, seront évoquées les fibules augustéennes ou tibériennes, il faudra systématiquement entendre la période où ces exemplaires commencent à être produits et non leur durée de circulation effective.

46Le cadre chronologique de cet ensemble de 202 restes s’échelonne sur environ sept siècles (fig. 5). Il commence avec une pièce LT A et deux exemplaires LT B et se termine avec des fibules zoomorphes émaillées ou à incrustations métalliques. Cependant, le nombre de fibules par phase chronologique varie considérablement entre ces deux limites. Les fibules les plus anciennes ont été déposées plusieurs siècles après leur fabrication et ne sont en rien la preuve d’une occupation précoce du site. L’horizon chronologique de l’ensemble commence véritablement avec les fibules de LT D.

Fig. 5. Répartition des fibules d’après leur période de production.

  • 7 38 % de fibules datées de LT D à Vendeuil-Caply (DILLY, JOBIC, 1993) ; 28 % au Titelberg (GASPAR, 2 (...)

47La forte proportion de pièces typologiquement en lien avec La Tène finale (27 % du corpus) témoigne d’une activité gauloise intense sur le sanctuaire, comparable à celle observées sur d’autres sanctuaires7. Le reste du corpus se limite pour l’essentiel aux fibules augustéennes et tibéro-claudiennes qui forment respectivement 30 et 32 % de l’effectif général. On trouve dans ces taux élevés la marque d’une production intensive de nombreux types de fibules au cours des périodes mentionnées (WOODWARD, 1992, p. 74-75). Les exemplaires du début du Ier siècle abondent sur l’ensemble du site et restent omniprésents jusque dans les états remaniés et les découvertes de surface. D’ailleurs, il faut signaler la complémentarité des trente-six fibules provenant des terres arables avec celles issues de contextes stratigraphiques.

  • 8 Les monnaies continuent d’être déposées jusqu’au milieu du IIIe siècle (IZRI, 2011).

48En ce qui concerne les fibules d’époque flavienne, elles ne représentent que 7 % du corpus. Cette régression impressionnante, intervenue en quelques années seulement, s’accentue au IIe siècle où un seul exemplaire de cette période est à mentionner (pl. 9, n° 183). Cela signifie qu’à partir de la fin du Ier de notre ère, les fibules se raréfient sur l’ensemble du sanctuaire alors qu’il est toujours en activité8.
Ce phénomène bien connu est à mettre en parallèle avec la modification des habitudes vestimentaires à la fin du Ier siècle de notre ère (FAUDUET, POMMERET, 1985, p. 87 ; REY-VODOZ, 1998, p. 48 ; BERTRAND, 2003, p. 27). Entre le Ier siècle avant notre ère et le milieu du Ier siècle de notre ère, les fibules robustes et résistantes réparties parmi les groupes 1, 2 et 4 prévalent dans la plupart des sites civils ou religieux. Après cet intervalle chronologique, les vêtements cousus remplacent les costumes traditionnels qui exigeaient le port de fibules et avaient ainsi permis la multiplication et la diversification des types durant tout l’Âge du Fer et le début de la période romaine (REY-VODOZ, 1998, p. 48 ; BERTRAND, 2000, p. 76). Ainsi, on observe à la fin du Ier siècle une diminution nette des fibules de tradition laténienne au profit des fibules à charnière, qui les remplacent, mais dans des proportions bien moindres, voire quasi anecdotiques pour les fibules à charnière réduite sous l’arc (groupe 7). Cette évolution avait déjà été mise en évidence au cours de l’inventaire des fibules de Gaule méridionale où les fibules du IIe et IIIe siècle ne représentaient respectivement que 6,7 et 2,6 % du corpus total (FEUGÈRE, 1985 ; FEUGÈRE et alii, 1998).

49Le phénomène, observable dans l’ensemble de la Gaule, montre qu’il n’existe pas d’opposition franche entre les usages dans les espaces profanes et cultuels. Les deux milieux semblent évoluer ensemble, une diminution d’un type de fibule dans l’un engendre a priori un affaiblissement des dépôts dans l’autre. Le propre des « offrandes par transformation », dont les fibules font partie, est d’avoir « un usage dans la vie courante » (MOREL, 1999). Déposer un objet « détourné » impose logiquement d’avoir accès à une source d’approvisionnement dans l’économie quotidienne. Si ce critère fondamental n’est pas rempli, le transfert ne peut plus avoir lieu et le dévot doit reporter son offrande sur un autre type de mobilier. Il faut tenir compte de ce processus lorsqu’il s’agit de mettre en évidence leur présence ou leur absence dans les sanctuaires.

50Ainsi, peu importe si les sanctuaires connaissent toujours une activité cultuelle soutenue au cours des IIe et IIIe siècles comme à Martigny (REY-VODOZ, 1986) ou si au contraire celle-ci s’essouffle comme à Mandeure (BARRAL, 2009, p. 204), car quoi qu’il arrive, les fibules disparaissent des usages profanes et par conséquent des usages cultuels. C’est la raison pour laquelle, il est possible d’envisager l’étude des fibules avec l’ensemble des offrandes lorsqu’elles sont déposées avant la fin du Ier siècle de notre ère. En revanche, il est inexact de considérer leur disparition sur le même plan que d’autres dépôts, comme les monnaies ou certains éléments de parure. En effet, lorsque l’activité cultuelle s’affaiblit au cours du IIe siècle, il est presque impossible de déterminer si les deux phénomènes – la raréfaction globale des offrandes et la disparition des fibules des usages vestimentaires – sont concomitants ou subséquents.

II.3. Répartition par phases chronologiques

51Sur les 202 fibules, 164 proviennent de structures identifiées, essentiellement datées par la céramique, les données numismatiques et chrono-stratigraphiques. Les précisions chronologiques fournies par ces études spécialisées permettent de restituer graphiquement la quantité de fibules recensées dans chaque phase chronologique mise en évidence à Mandeure (fig. 6). Chaque pièce représentant une valeur de « 1 » a été répartie dans la ou les phases chronologiques de laquelle ou desquelles elle provient. Cette valeur est ensuite divisée par le nombre de phases auxquelles chaque pièce appartient. Dans un second temps, la quantité totale de fibules a été pondérée par le nombre réel d’années auquel correspond chaque phase de fréquentation du site.

Fig. 6. Répartition chronologique des fibules à l’intérieur du sanctuaire.

52En laissant délibérément de côté la datation chrono-typologique des fibules, qui montrait une évolution croissante des dépôts entre LT D1 et la fin de la période claudienne (fig. 5), et en se concentrant uniquement sur les contextes de découvertes (fig. 6), on aboutit à une évolution similaire ponctuée de quelques décalages. Les dépositions débutent doucement à LT D et connaissent une progression tout au long de la première moitié du Ier siècle de notre ère – bien plus marquée sur l’effectif pondéré – avant de décroître dans la seconde. Les trois dernières périodes correspondent aux ultimes phases de fréquentation avant l’abandon des activités religieuses et sont marquées uniquement par la présence de fibules résiduelles antérieures aux IIe et IIIe siècles de notre ère, piégées dans les niveaux tardifs du sanctuaire. Ces anomalies chronologiques n’étaient pas perceptibles dans un modèle statistique uniquement orienté sur la chronologie des fibules, où aucun rapport n’était établi entre l’objet et son contexte.
Cela revient à dire que l’évolution des dépôts constatée à partir des analyses typo-chronologiques ne permet de retracer qu’une étape de l’histoire de l’objet déposé, sans tenir compte de la réalité de terrain qui témoigne de la redistribution spatiale des fibules au cours du temps.

53Ainsi, s’attacher à une connaissance la plus précise possible des structures de découverte favoriserait une approche qu’interdit la simple répartition typo-chronologique : l’interprétation du parcours des dépôts au sein d’un site, par l’étude du mobilier résiduel. Une recherche plus pertinente des dépositions passe nécessairement par l’examen rigoureux du taux de résidualité et par conséquent des conditions d’enfouissement de chaque pièce, ce qui oblige à faire un retour critique, tant sur les données contextuelles que typo-chronologiques.

II.4. Confrontation des données typologiques et stratigraphiques

54La qualité de conservation du mobilier a permis l’identification typologique de 126 exemplaires sur les 164 pièces retrouvées en contexte, soit 77 % du corpus. L’échantillon ainsi obtenu autorise la corrélation entre les datations typologiques des fibules et les datations de leur contexte de découverte (fig. 7).

Fig. 7. Comparaison des datations (en gris, la datation typologique ; en vert la datation des contextes de découverte).

55Le but est de mettre en évidence les décalages chronologiques et les moments qui les ont conditionnés à travers la présence ou l’absence d’éléments résiduels (fig. 8). L’histogramme est obtenu en dénombrant, pour chaque phase du sanctuaire, les exemplaires contemporains ou non des contextes desquels ils proviennent. Les données typo-chronologiques utilisées comprennent non seulement le début de la période de production de chaque type mais également sa période de circulation supposée (généralement consensuelle au sein de la littérature). En outre, tous les contextes de découvertes sont considérés dans la démonstration qu’ils s’agissent de niveaux remaniés ou de structures d’occupation. L’effectif des fibules ramené à 100 % pour chaque phase permet de montrer la variation de la résidualité dans le temps.

Fig. 8. Évolution du taux de résidualité.

56On constate que les décalages restent cantonnés d’une manière générale à un nombre raisonnable de cas. Peu de fibules provenant des états 1 à 4, soit les périodes comprises entre LT D1b et la période tibérienne, sont résiduelles. Ainsi, les fibules issues des premières phases d’aménagement du sanctuaire ont bien été déposées alors qu’elles étaient toujours en « circulation ». Le taux de résidualité est nul ou quasi nul dans les quatre premiers états, périodes d’aménagements architecturaux intenses et d’activité cultuelle soutenue.

57Le constat est différent pour les pièces provenant des contextes plus tardifs. On note un décalage quasi systématique entre les datations des types et les données archéologiques.

58Par exemple, la phase tibéro-néronnienne (état 5) est marquée par de fortes perturbations. Si les structures de cette phase contiennent toujours des fibules contemporaines, les remaniements intervenus à cette période ont assurément généré la redéposition d’exemplaires plus anciens : plus de la moitié des fibules sont résiduelles. De surcroît, les fibules tibéro-claudiennes, présentes en grand nombre dans le sanctuaire (54 exemplaires) se retrouvent éparpillées dans des états nettement postérieurs à leur période de production. La re-localisation des objets constitue ainsi une étape dans le cycle cultuel (BATAILLE, 2015, p. 160). Elle est corrélée au fonctionnement ordinaire du sanctuaire qui implique divers assainissements, réaménagements, nettoyages et récupération de mobilier au cours desquels la perturbation des dépôts semble inévitable.

59L’époque flavienne, à l’exception de quelques pièces, montre des taux de résidualité extrêmement importants qui atteignent les 100 % pour les IIe, IIIe et IVe siècles. Ce niveau de résidualité s’observe d’ailleurs pour l’ensemble des dépositions de mobilier sur le sanctuaire (BARRAL, 2009, p. 199). C’est également un phénomène bien mis en évidence dans les sanctuaires de manière générale, par exemple à Corent (POUX, DEMIERRE, 2015, p. 529).
Le mobilier des dernières phases perd donc une partie de sa pertinence cultuelle et chronologique. Il n’en est pas moins instructif pour comprendre le processus de répartition des fibules résiduelles dans les dernières phases du sanctuaire (fig. 9).

Fig. 9. Répartition des fibules selon leur période de production et les phases de fréquentation du sanctuaire.

60Les fibules laténiennes, augustéennes et flaviennes présentent les mêmes caractéristiques de déposition. Logiquement, une partie d’entre elles se répartit dans des états contemporains de leur circulation, l’autre partie décroît graduellement dans les phases postérieures. Dans les états des IIe et IIIe siècles, les fibules laténiennes sont très peu nombreuses, tout comme les fibules augustéennes, contrairement aux fibules tibéro-claudiennes très largement présentes à ces phases. Les remaniements et fréquentations du Bas-Empire semblent avoir sensiblement perturbé les structures de la période tibéro-claudienne (état 5). Bien que des fibules de cette période aient été déposées en quantité (fig. 5), elles ne se retrouvent que partiellement dans les contextes de la phase 5.
Cela signifie que dans une situation où seule la position finale des fibules est reconnaissable, il est nécessaire de s’attacher à l’examen des contextes de découverte et par là même d’opérer une distinction entre les fibules retrouvées in situ ou en position primaire et les fibules redéposées afin de comprendre le processus par lequel les vestiges archéologiques se composent, puis nous parviennent.

II.5. Structures et modalités de déposition

61Toutes les fibules découvertes ont ainsi circulé dans le sanctuaire, tant dans l’espace sacré que dans les niveaux stratigraphiques. Cela signifie que le rite de dépôt associé à l’offrande de fibule pourrait être reconstitué grâce à l’examen de leur lieu de trouvaille. Pour le vérifier, il faut identifier les dispositifs responsables de l’assignation spatiale des vestiges au moment de leur découverte. On dispose à Mandeure d’une documentation stratigraphique assez solide pour appréhender les différentes structures qui ont reçu des fibules et ainsi suivre leur parcours dans le sanctuaire.

62Cette méthode implique une comparaison quantitative et dans le temps, exprimée en termes de présence et d’absence, des objets découverts dans les différentes structures du sanctuaire (fig. 10). Elle est largement inspirée des travaux de S. Izri sur les processus de déposition monétaire en contexte cultuel (IZRI, 2011). La clé du raisonnement tient dans l’identification des structures d’enfouissement (couche d’occupation, comblement-usage, etc.) dans lesquelles les vestiges sont répartis. D’une façon générale, on distingue deux situations aux « Champs des Fougères » : 1/ les dépôts non ou peu perturbés (les dépositions primaires), qui regroupent les espaces plans compris à l’intérieur du sanctuaire ainsi que les niveaux de circulation de la galerie du péribole ; 2/ les dépôts mis au rebut (les dépositions non primaires ou secondaires) matérialisés par les fosses dépotoirs, qui comprennent du mobilier céramique fragmenté, du matériel métallique, des monnaies et de la faune en connexion.

Fig.10. Évolution des modes de déposition.

63Considérer les surfaces planes comme des espaces primaires est un parti pris fondé sur l’observation de la résidualité. Bien plus importante dans les structures fossoyées que dans les niveaux de circulation ou couches d’occupation, elle évoque la possibilité de véritables offrandes, déposées ou jetées sur le sol, sans agencement ou aménagement apparent, suivi de leur rejet dans des fosses après le nettoyage du site. Le dépôt de mobilier à même le sol est une situation complexe à prouver qui semble pourtant bien réelle dans certains lieux de culte (IZRI, 2011 ; PATERA, 2012 ; BATAILLE, 2015, p. 145 ; POUX, DEMIERRE, 2015, p. 139). À Mandeure, les dépôts de monnaies enfouis dans les couches d’occupation sont en tout cas attestés (BARRAL, 2009, p. 132). Les monnaies jetées simplement sur le sol sous forme d’exemplaires isolés en seraient ainsi une variante (IZRI, 2011, p. 607 ; REY-VODOZ, 1991 ; POPOVITCH, 2012, p. 29), et par extrapolation, ces dépôts peuvent éventuellement laisser penser que les fibules, ou tout autre matériel au demeurant, résulteraient d’un processus rituel similaire.

64La méthode présente plusieurs difficultés. Premièrement, elle ne peut être parfaite dans la mesure où on ne dispose d’aucun moyen pour distinguer une fibule réellement offerte d’une simple perte (FAUDUET, 2010, p. 261). Aussi, le raisonnement part du principe que toutes les fibules recueillies sur le site sont des objets cultuels. Il faut également garder à l’esprit qu’elles ne forment que des reliquats d’un site qui n’a pas été totalement exploré. De surcroît, toutes les fibules découvertes sur le sanctuaire n’ont pu être intégrées. L’ensemble des fibules retrouvées en surface, issues de trous de poteau ou provenant des remblais, a été écarté, ces structures présentant une stratification non établie, polluées ou sans fonction cultuelle avérée. Les fibules prises en considération, 135 au total, proviennent donc de fosses ou des différents niveaux d’occupation et de circulation compris à l’intérieur de l’enceinte cultuelle délimitée selon les états, tantôt par de simples trous de poteau (état 1) ou par une palissade (états 2, 3, 4), tantôt par un péribole maçonné (état 6). Malgré ces écueils, il faut considérer la démarche comme une simple expérimentation sur les ressources disponibles, un essai de déduction sur les structures de dépôts et en aucun cas comme l’aboutissement d’une démonstration accomplie.

65Dans les états initiaux du sanctuaire, la plupart des dépôts sont des dépôts primaires tandis que la déposition en fosse est marginale. Observable seulement dans un cas à la LT D1b, la fibule de Nauheim concernée était associée à une quantité limitée de mobilier, céramique et faune fragmentée et quelques objets métalliques. Pour le reste, les fibules proviennent toutes de couches d’occupation plutôt datées de LT D2, extrêmement riches en mobilier tous types confondus. Cette prédominance des dépositions dans les sols d’occupation se prolonge et s’intensifie dans les phases suivantes jusqu’à la fin de la période tibérienne où les dépositions en fosses augmentent. Entre la période tibérienne et l’époque claudienne, seulement quelques éléments ont été retrouvés, piégés dans les niveaux de sol. Le reste des fibules est dispersé dans des fosses avec du mobilier très fragmenté, des fibules pour la plupart résiduelles et qui proviennent certainement des phases de nettoyage de l’état précédent. À partir de l’époque flavienne, les dépositions en fosse s’amenuisent et l’existence même des structures fossoyées diminue petit à petit ; elles finissent par disparaître totalement de l’espace cultuel au IIe siècle (BARRAL, 2009, p. 189-192).

66Les fibules issues des dernières phases du sanctuaire (états 7 à 9) sont toutes résiduelles et posent donc de lourds problèmes de comparaison. Ces ensembles, même s’ils apparaissent dans des niveaux de sols, n’ont plus rien à voir avec les pratiques précédentes de dépôts : ils ne sont que des reliquats des rites des périodes antérieures.

67Finalement, en ne conservant que les dépôts des états 1 à 6, on constate que les structures non perturbées, en espace plan, livrent toutes des fibules dont la chronologie coïncide avec le phasage du site. En revanche, seule une partie des fibules issues de fosses ou de contextes remaniés correspond à des dépositions contemporaines, le reste des exemplaires étant plus anciens.

68La contemporanéité des exemplaires avec leur structure d’enfouissement ainsi que leur dispersion sur les niveaux d’occupation attestent l’existence d’une pratique d’exposition des objets à l’air libre et confirment par là même que les fibules sélectionnées sont toujours produites ou en circulation au moment où elles sont déposées. Concernant les fibules issues de contextes dépositaires telles que les fosses, deux cas de figure sont envisageables pour expliquer la présence à la fois de fibules contemporaines et résiduelles dans les mêmes types de structures : soit l’ordonnancement des dépôts a été perturbé dans un temps relativement court après leur première exposition ; soit leur dispersion a eu lieu après une longue période variant d’une dizaine d’années à plusieurs siècles.

69Pour en revenir au propos de départ, on peut considérer que les dispositifs rituels à Mandeure se concentrent en réalité sur une seule pratique qui court de l’apparition du sanctuaire jusqu’au milieu du Ier siècle après notre ère. Il s’agit du geste individuel qui consiste à déposer et exhiber une fibule à même le sol. Il n’y a pas à Mandeure de pratiques de dépôt autres que celles reconnues et définies comme des « offrandes simples », pas de déposition massive ou de lot enfoui dans des fosses rituelles, pas plus que de petits dépôts truffés dans le sol ou contenus dans une céramique comme c’est le cas pour les monnaies (IZRI, 2011 ; BARRAL, 2009). Quant aux fibules concentrées dans les fosses, elles ne sont que des témoins déchus de celles piégées dans les niveaux d’occupation, ayant échappé à la récupération et qui, après les nettoyages et entretiens successifs du site, ont été mises au rebut.

III. Spécificités des fibules en contexte cultuel

70Cette dernière partie résume et développe les traits spécifiques relatifs aux fibules dans les lieux de culte. Dans une volonté d’efficacité, ils seront évoqués successivement mais doivent être compris comme des éléments complémentaires qui contribuent tous à décrire le rapport qu’entretiennent ces objets, et surtout ceux qui les offrent avec la sphère divine.

III.1. Statut de l’offrande

  • 9 Les expressions dono dedit, donum dedit, donum dare ou sa variante donum dare libens merito ne qual (...)

71D’emblée, il faut clarifier un point de terminologie : l’offrande est ici un terme générique qui ne recouvre ni la nature de l’objet déposé ni les dispositifs de dépôts, mais simplement l’action d’offrir ou de consacrer un objet à une divinité. De fait, elle fait partie d’un processus cultuel qui implique des attitudes rituelles distinctes (REY-VODOZ, 2006, p. 224). En réalité, l’offrande de fibules peut se partager entre deux pratiques concurrentes : la pratique du don « simple », peut-être associé à tort avec les formulations donum dare et donum dedit9, et la pratique du vœu (votum). Bien que le vœu apparaisse comme une composante primordiale de la religion romaine, il semble que ce rite, à tout le moins une pratique analogue, ait eu cours dans le monde cultuel gallo-romain (REY-VODOZ, 2006, p. 225 ; CAZANOVE, JOLY, 2011, p. 666). Il consiste à gratifier d’une offrande un dieu dont on souhaite obtenir les faveurs. L’acte est institutionnalisé, soumis au contrôle juridictionnel et s’applique dans un cadre d’échange d’un bien matériel contre un vœu ou une promesse réalisée (VAN ANDRINGA, 2002, p. 120). Le don quant à lui, dépend d’un procédé moins contraignant, puisqu’il n’est nul besoin de passer par l’étape du vœu pour consacrer un objet (ibid.). Il s’agit simplement d’une offrande déposée en remerciement (ABERSON, 2009, p. 99) ou qui solennise un « moment important » pour le donateur (VEYNE, 1983, p. 293). En l’absence d’inscriptions explicites (ex voto, VSLM, donum dare, donum dedit, etc.), il est impossible de connaître les raisons qui ont conditionné l’offrande. Néanmoins, le simple don paraît le plus à même d’expliquer la présence de fibules dans les sanctuaires. Pratique vraisemblablement la plus courante (SCHEID, 1991), elle ne nécessite pas l’intervention de la personne ayant auctoritas pour être accomplie. Par conséquent, si l’offrande de fibules est le résultat d’un don, la déposition de fibules sanctionnerait « une simple visite à la divinité, un accès à la piété ou un bienfait quelconque » (VAN ANDRINGA, 2002, p. 120).

III.2. Transformation des fibules profanes en fibules sacrées

  • 10 En 1983, à l’occasion de fouilles extensives à proximité de la cathédrale de Châlons-en-Champagne, (...)

72Les fibules ne sont pas destinées à devenir des offrandes. Selon l’expression empruntée à J.-P. Morel (MOREL, 1992, p. 223), elles ne gagnent une essence cultuelle qu’au « terme d’un détournement » ; le mobilier est extrait de son cadre ordinaire pour être consacré et strictement affecté aux dieux. Sauf cas exceptionnel10, le caractère religieux de ces objets n’a pu être déterminé qu’à travers une série d’indices indirects tels que l’accumulation de mobilier, les assemblages et les contextes de découvertes significatifs (à l’intérieur de l’enceinte sacrée dans des espaces très révélateurs : des bassins, des fosses, des structures aménagées spécialement pour recueillir les offrandes, à proximité des portes ou du temple, etc.). Ainsi reconnues comme des « offrandes par transformation », formule désormais courante dans le vocabulaire historico-religieux, les fibules apparaissent comme des « offrandes de choix » dont les populations se sont abondamment servies, si l’on en juge par les centaines d’exemplaires retrouvées dans certains sanctuaires. À Mandeure, elles restent le mobilier métallique le plus déposé après les 511 monnaies que compte le site. Issues d’une longue tradition cultuelle, les fibules ont toujours eu la faveur des fidèles même dans les premiers temps des sanctuaires celtiques (BATAILLE, 2008). Omniprésentes dans leur vie quotidienne, ils décident à un certain moment de s’en séparer pour l’octroyer aux dieux ; mais selon quels critères ?

III.3. Sélection des fibules

Fibules ordinaires

73La question d’une possible sélection raisonnée des fibules destinées à la sphère sacrée a été déjà été évoquée antérieurement. En 1975, M. Dollfus notait la prédominance des fibules à queue de paon dans les sites funéraires de Haute-Normandie (DOLLFUS, 1975, p. 102), alors que d’autres s’interrogeaient légitimement sur l’existence d’un tel phénomène de sélection dans les lieux de culte (REY-VODOZ, 1986).

  • 11 Par exemple, le type 2.2 est majoritaire sur les sites de Saint-Marcel, Martigny (REY-VODOZ, 1986), (...)

74À Mandeure, si les fibules à queue de paon ne sont pas majoritaires, on observe des taux importants de fibules simples gauloises (13,41 %), de fibule de Nauheim (9,15 %) ou de fibules à large couvre-ressort (8,54 %). Il en est également ainsi pour la plupart des sanctuaires où on observe la prévalence de ces types par rapport à d’autres sans que l’on puisse suggérer un schéma systématique d’ensemble11. Il faut surtout admettre que les modèles majoritaires (types 1.1, 2.2, 4.5, 5.2, etc.) sont issus d’une production extrêmement développée dans les zones d’implantation des sanctuaires et d’une manière générale, dans l’ensemble de la Gaule. Ainsi, il ne semble pas exister de type réservé à une fonction précise (WEISSE, 2014, p. 109). À cet égard, la comparaison entre le sanctuaire et les zones résidentielles de l’oppidum du Titelberg est frappante. La fréquence des types dans les deux espaces ne varie que très légèrement, les taux très faibles ou très élevés enregistrés pour l’habitat s’affirment dans le sanctuaire (GASPAR, 2007 ; PERRUCHE, 2011, p. 44, fig. 20).

75Replacé dans le cadre général de l’offrande, il était semble-t-il courant d’offrir un objet ordinaire et surtout qui a servi. Bien qu’aucun examen parallèle n’ait été effectué afin d’établir la proportion de fibules réellement utilisées, on a pu observer à Mandeure des fibules portant des traces de réparations (cf. supra), une réalité déjà mise en évidence dans les sanctuaires de Martigny (REY-VODOZ, 1986, p. 193) et du Titelberg (GASPAR, 2007, p. 114).
On peut supposer que toute fibule produite pouvait selon l’occasion devenir une offrande, qu’elle soit intacte, rongée par l’usure ou réparée, car « il n’est rien qu’on ne puisse consacrer aux dieux » (VEYNE, 1983, p. 294).

76Bien qu’il faille compter avec un décalage chronologique entre le moment où les fibules sont produites, le moment où elles sont portées et celui où elles sont enfin déposées, il apparaît que les fibules devaient être contemporaines de ceux qui les offraient. Pour le vérifier, on peut rappeler la faible représentation des fibules du IIe siècle dans les sanctuaires (cf. supra) ; une situation également perceptible dans les espaces funéraires (DANANAI, 2012, p. 223) qui coïncide avec l’exclusion des fibules de l’habillement gallo-romain. Dans les mêmes circonstances, les fibules ont disparu des sanctuaires grecs et italiens ; à des périodes distinctes, la modification des habitudes vestimentaires a réduit la nécessité de porter des fibules, entraînant leur disparition dans les lieux de cultes hellènes et ultramontains (MELLER, 2012, p. 258).

Miniatures, grandes fibules, décor ostentatoire : des modèles adaptés au culte ?

77L’ensemble des « Champs des Fougères » se singularise par la présence d’une fibule à ressort d’une longueur inférieure à 3 cm (pl. 5, n° 71), des dimensions si réduites qu’on peut la considérer comme une miniature. Néanmoins, elle ne doit ni être confondue avec des simulacres (fibules non fonctionnelles) ni avec des fibules légèrement plus petites que les standards habituels (parfois identifiées comme des broches pour enfants).

78Notre spécimen reprend les traits singuliers d’une fibule simple gauloise (type 2.2), arc triangulaire non interrompu, section plate et ressort à corde externe. En revanche, la perception générale de l’objet se trouve dénaturée par la suppression du fixe-corde et de la plaquette de protection, sans doute trop encombrants ou complexe à mettre en œuvre pour un si petit modèle. D’une manière générale, les fibules miniaturisées s’inspirent directement de types existants, mais peuvent être ajustées au gré de la nécessité technique. C’est une réalité qui est perceptible dans d’autres sanctuaires du Centre-Est et du Nord de la Gaule. Pour s’en convaincre, on peut notamment citer la fibule à queue de paon du Titelberg (GASPAR, 2007, n° 848), la fibule d’Aucissa de Mirebeau-sur-Bèze (BARRAL, JOLY, 2007, n° 5094.007), les fibules en fer et à charnière d’Eu (MANGARD, 2008, n° 140-141, 143), ou encore la fibule de Lauterach à Corent (GARCIA, 2002, n° 9340).

  • 12 À l’exception de la fibule de Corent datée de LT D2.
  • 13 Seulement un exemplaire à Mandeure ; trois exemplaires à Mirebeau-sur-Bèze (BARRAL, JOLY 2007, n° 5 (...)

79Toutes ces fibules, celles de Mandeure incluses, sont des productions augustéennes ou plus tardives12. La miniaturisation des objets métalliques n’est pas un phénomène caractéristique de la tradition gauloise et touche rarement les éléments de parure (FAUDUET, 1998, p. 134). Attesté essentiellement au Ier siècle de notre ère, bien qu’amorcé au cours de La Tène finale, le phénomène de miniaturisation concerne surtout les dépôts d’armes (BATAILLE, 2011, p. 658). Cette nouvelle pratique cultuelle implique la substitution de l’arme réelle au profit de son image symbolique. Un tel concept paraît inapproprié en ce qui concerne les fibules. Le développement très modéré13 des exemplaires miniatures ne semble pas s’appliquer dans les mêmes circonstances ou avoir les mêmes implications. À l’inverse des substituts d’armes, les modèles réduits de fibules fonctionnent et ne sont pas des objets inadaptés à un usage courant. Certes, leur fragilité empêche tout maintien de vêtements lourds ou épais, mais elle permet cependant le port de tissus légers et fins. En outre, les fibules de moins de 3 cm retrouvées dans les quartiers des agglomérations antiques de Vendeuil-Caply, Val-Saint-Denis (DILLY, JOBIC, 1993, n° 186) et d’Oberwinterthur (REY-VODOZ, 1998, pl. 10, n° 137) plaident pour un procédé de miniaturisation essentiellement profane, dont on peut toutefois souligner l’ambiguïté.

80À l’opposé de ces fibules de petite taille, on peut aussi bien signaler des spécimens aux proportions exceptionnelles. À Saint-Marcel, il s’agit notamment d’une fibule à disque médian (type 4.5.3) retrouvée dans une fosse tibérienne, à l’entrée du sanctuaire, et mesurant plus de 9 cm (ALBERT, FAUDUET, 1976, p. 73-74). Il n’existe pas d’équivalent à Mandeure où les exemplaires les plus imposants restent les fibules simples gauloises, des modèles qui possèdent par nature des dimensions élevées. Par ailleurs, la situation du sanctuaire d’Argentomagus n’a rien d’exceptionnel. Deux fibules respectivement de 9,4 et de 10,6 cm présentant un décor tout aussi foisonnant ont été mentionnées dans des zones d’habitation du Titelberg (GASPAR, 2007, nos 755 et 762). En moyenne, les fibules découvertes en agglomération présentent des tailles similaires à leur équivalent cultuel, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans les espaces funéraires (PERRUCHE, 2011, p. 49, fig. 23).

81Quant à la question de savoir si l’apparence esthétique de l’objet entrait en ligne de compte dans le choix de l’offrande, on ne peut nier la valeur symbolique de certaines fibules figurant des animaux (reptiles, oiseaux, lièvres…), des fibules skeuomorphes, en forme de rouelle ou encore des fibules arborant des scènes sacrificielles (Collectif, 2001, p. 27). Néanmoins, l’originalité de ces productions ne leur octroie pas pour autant une qualité religieuse (JUNDI, HILL, 1997, p. 130-131). Il est possible que les fibules aux décors ostentatoires, telles les fibules à queue de paon ou figuratives, aient pu être privilégiées en tant qu’offrande quand d’autres étaient potentiellement écartées (SIMPSON, BLANCE, 1997, p. 278). Cependant, on peut également supposer qu’elles aient été revêtues pour servir de porte-bonheur ou comme de simples bijoux. Si l’on s’en tient exclusivement à leur décor, leur composition symbolique laisse peu de doute ; en revanche leur caractère religieux reste du domaine de l’hypothèse, le symbole n’étant pas le privilège de la religion. D’ailleurs à Mandeure, ce type d’allusion se limite à une unique petite fibule lagomorphe incrustée d’émail (pl. 9, n° 186). Il semble assez probable que la présence ou l’absence de ce type de fibules dépendent en grande partie de la datation du sanctuaire. Leur attribution chronologique les place parmi des modèles très tardifs qui ne se rencontrent en quantité que sur des sites qui possèdent toujours une activité cultuelle dynamique au cours du IIe siècle.

Simulacres et « curiosités »

82La dévotion par l’objet implique parfois le recours à des ersatz, qu’ils soient fabriqués spécialement pour le culte ou dévolus par hasard à cette fonction. Parfois confondus avec les miniatures, les simulacres expriment l’idée des realia mais de manière infidèle ou déformée (KIERNAN, 2009, p. 2). Substituts du modèle qu’ils imitent, leur présence et leur rôle dans l’espace cultuel est complexe à saisir dans la mesure où d’une part les spécimens sont rares et d’autre part l’usage cultuel des fibules profanes est courant et n’est frappé d’aucun interdit particulier.

Fig. 11. Fibule miniature ou symbolique (DAO : R. Perruche).

83À Mandeure, une fibule « symbolique », (n° 75, fig. 11) assimilable aux célèbres simulacres de Digeon (JOBIC, 1986, pl. IV), a été retrouvée dans un niveau de sol augustéen. La petitesse du ressort (spire de 3 mm de diamètre extérieur) et de l’arc (2 mm de largeur ; 0,5 mm d’épaisseur) donne au tout un aspect fragile. Toutefois sa forme bien plus travaillée que celle des modèles samariens la placerait plus certainement parmi un équivalent miniature des fibules simples gauloises (corde-externe, ressort à deux fois trois spires et possible griffe de fixation). En raison de l’absence d’une partie du dispositif de fermeture et de l’arc brisé, il est impossible de l’attribuer définitivement à l’une ou l’autre des deux catégories.

84Dans la lignée de ce phénomène, une petite série de vestiges anciens retrouvés aux « Champs des Fougères » ne manque pas de surprendre par sa présence dans le substrat gallo-romain. La fouille des états d’occupation initiaux de l’espace sacré a permis de reconnaître trois fibules produites bien avant la fondation du sanctuaire : une fibule de LT A à double timbale et deux fibules de Dux datées de LT B1-B2. Elles attestent des gestes qui consistaient à déposer dans les lieux de culte des pièces anciennes au caractère rare, étrange, peut-être même magique. Loin d’être les seuls artefacts de ce type à avoir circulé dans le sanctuaire, elles font partie d’une collection d’objets variés (deux hachettes en pierre verte datées du Néolithique moyen, sept épingles du Bronze moyen et final, une pendeloque hallstattienne, deux statuettes anthropomorphes et un bracelet en lignite produits à La Tène ancienne, deux bracelets et une agrafe de ceinture datés de La Tène moyenne ainsi qu’un objet hippomorphe probablement daté du début de La Tène finale). Limités à la seule période laténienne, ces dépôts singuliers sont le fruit d’une sélection raisonnée qui reflète l’incompréhension ou l’attirance des fidèles pour des pièces archaïques (NOUVEL, BARRAL, 2015). Quant au statut de ces trois fibules, il est complexe à déterminer dans la mesure où l’on ne peut considérer ces spécimens comme de véritables offrandes de fibules ; ils ne sont que le simulacre anachronique de cette pratique, non son expression directe.

III.4. Manipulations rituelles

85Finalement, il s’agit plus d’adapter au culte des éléments déjà employés dans le monde profane que de réellement recréer des modèles originaux. Aussi, au-delà de l’apparence des fibules ou des décors, il semble que les fidèles aient préféré faire montre d’inventivité pour conférer un caractère sacré à des fibules usuelles, soit par des dépôts singuliers, à l’image de deux fibules identiques de Langton-Down reliées entre elles par une chaînette et une bague en fer, retrouvées dans le comblement d’une fosse à rejet ; soit par le biais de traitements particuliers, dont la mutilation du mobilier. Le bris rituel qui consiste à détruire volontairement les offrandes relève de la persistance d’un rite ancien. Dans les sanctuaires celtiques, on pliait les armes afin de les rendre inutilisables et de leur conférer un caractère « sacré » (POUX, 2006, p. 123). Les mutilations ou torsions effectuées par certains fidèles sur les objets garantiraient la non-réappropriation de ces biens à des fins profanes. On considère généralement la sacralisation d’objets de parure, à travers leur destruction, comme un acte relativement rare comparé au sort réservé aux armes (BATAILLE, 2008, p. 170). Ce phénomène a toutefois été observé dans quelques sanctuaires antiques : les fibules hachées du temple du Martberg forment à ce titre d’excellents exemples (NICKEL, 2011, p. 150-152). On peut également évoquer les mutilations infligées à une partie des fibules, aplaties ou coupées en deux, du temple anglais de Saham Toney (BROWN, 1986, p. 11 ; HASELGROVE, 1997, p. 66). À Mandeure, un certain nombre de fibules portent des traces de dégradations qui prennent la forme de torsions (pl. 2, nos 18, 19, 21, 29 ; pl. 3, nos 40, 41 ; pl. 4, n° 66 et pl. 9, n° 163) et plus rarement d’aplatissements (pl. 5, nos 73 et 80 ; pl. 6, n° 99 et pl. 9, n° 166). À ces pièces déformées on peut également ajouter quelques individus exposés au feu (pl. 2, n° 18 ; pl. 6, nos 97, 98, 106 ; pl. 7, n° 130 ; pl. 8, n° 161 et pl. 9, n° 171). Non seulement ce genre d’exemplaires reste limité mais surtout les conditions – anthropiques ou naturelles – qui ont entraîné leur déformation sont loin d’être attestées. En effet, dès que l’on tente d’identifier une telle pratique sur des éléments de parure aussi fragiles que les fibules, on se heurte à un épineux problème d’identification. Il est d’ordinaire délicat de faire la distinction entre une fibule volontairement détériorée et une fibule accidentée à la suite d’une déposition secondaire ou d’un séjour prolongé dans le sol. En revanche, les stigmates portés par les pièces nos 18, 19 et 66 (pl. 2 et 4), toutes trois issues de structures laténiennes, suscitent moins de doutes : le ressort a éprouvé de si fortes torsions qu’elles apparaissent délibérées.

  • 14 Avec un taux égal à 10 %, la fragmentation du mobilier apparaît relativement faible.

86Même en considérant ces derniers exemplaires, la destruction ritualisée à Mandeure reste anecdotique au regard des faibles quantités de fibules concernées par cette pratique. De surcroît, dans la mesure où les exemplaires douteux ont été mis au jour en dehors de tout contexte stratigraphique et si on prend en compte le manque de parallèles extérieurs, l’intervention destructrice sur les fibules reste une précaution adoptée seulement par une minorité de fidèles dans laquelle aucun schéma codifié ne se discerne. Au contraire, en choisissant d’intégrer des fibules intactes dans l’enceinte du sanctuaire14, la plupart des dévots semblent écarter le risque d’une possible réappropriation profane.

III.5. Notion économique

87Au terme de cette rapide énumération, il serait tentant de conjecturer – en se fondant principalement sur les célèbres simulacres du sanctuaire de Digeon (JOBIC, 1986) ou la rareté des fibules émaillées ou précieuses – une tendance à déposer dans les sanctuaires des objets démodés, de la camelote, des offrandes économiques qui auraient permis d’éviter des dépenses inutiles.

88Ce procédé limiterait, lors de la formulation d’un vœu, la perte économique de l’offrande dont la contrepartie n’est jamais assurée (FAUDUET, 1998) ; à l’occasion d’un don, il s’agirait d’abandonner gratuitement un objet dont la valeur marchande importe peu face à la signification personnelle ou à l’intention pieuse (FAUDUET, 1985, p. 80 ; VEYNE, 1983, p. 293 ; VEYNE, 2012, p. 224 et p. 595). Bien entendu, la valeur des offrandes déposées reste inconnue dans la mesure où elle n’a rien à voir avec la richesse de celui qui offre (VEYNE, 1983, p. 295). En outre, la valeur exacte des fibules produites, qu’elles soient en alliage cuivreux, en fer, émaillées, étamées, etc., nous échappe la plupart du temps. Il serait malaisé d’établir une hypothèse à partir de quelques imitations retrouvées sur le seul sanctuaire de Digeon, ou même sur la supposée rareté dans les sanctuaires des fibules émaillées, vraisemblablement plus onéreuses (REY-VODOZ, 1998, p. 48), alors même que la plupart des modèles ornés d’émail appartiennent à des types à la production volontairement limitée.

89Il est vrai qu’en ce qui concerne les dépôts de monnaies dans les sanctuaires, on constate une valeur unitaire relativement faible (GRUEL, 2005, p. 316). Une sélection équivalente semble applicable aux dépôts de fibules ; ils paraissent modestes et peut-être intentionnellement préférés à des offrandes plus coûteuses (VEYNE, 2012, p. 595).

90Toutefois, dans un contexte de gestion des ressources (ABERSON, 2007, p. 37), qui se traduisait essentiellement par la récupération des objets métalliques (REY-VODOZ, 2006, p. 236), il faut tenir compte de la sélection raisonnée qui régissait probablement le recyclage des objets consacrés. Un processus au cours duquel les offrandes sans intérêt marchand n’étaient pas récupérées (CAZANOVE, JOLY, 2011, p. 667), précisément celles qui nous sont parvenues.

III.6. Identité des donateurs

91Contrairement aux armes, les fibules ne peuvent pas être considérées comme du mobilier « sexué ». Non seulement, elles s’emploient aussi bien dans le costume féminin que masculin, mais quantité de types s’avèrent unisexes ou interchangeables. Sur le terrain, cela se traduit par une incapacité à déterminer l’identité des donateurs qui se sont succédé dans le sanctuaire.

92Seuls quelques types nous informent sur cette distinction homme/femme ; peut-être la fibule de Nauheim faisait-elle partie de la parure féminine (FEUGÈRE, 1985 ; LEIFELD, 2007) ; de même, les fibules simples gauloises et les fibules à queue de paon seraient – mais pas exclusivement – des fibules « féminines », comme la majorité des fibules émaillées (NICKEL, 2011, p. 155). Les fibules à coquille (Schüssenfibeln) ainsi que les fibules pseudo-La Tène C seraient considérées, a priori, comme masculines (REY-VODOZ, 1986 ; LEIFELD, 2007 ; NICKEL, 2011). Les fibules d’Aucissa, caractéristiques des contextes militaires, peuvent ponctuellement servir à l’habillement féminin (cf. supra). Pour la plupart des autres types de fibules, la distinction ne peut simplement pas être établie.

III.6. L’hypothèse des dépôts de vêtements

  • 15 Cf. L’inventaire vestimentaire de Brauron (CLELAND, 2005) et le relief votif d’Artémis à Achinos, c (...)

93Une des questions principales qui se pose, concernant les fibules trouvées à Mandeure comme dans de multiples sanctuaires, est de se demander si elles ne représentent pas l’unique reste archéologique conservé d’une plus vaste offrande, qui comprendrait des vêtements ? Il est possible que leur rôle intrinsèque d’attache vestimentaire ait été maintenu dans le cadre d’un don de tissus comme on le suppose dans certains lieux de culte grecs15 ou dans le sanctuaire italien d’Este-Baratella (MELLER, 2002). Du côté des auteurs antiques, on dénombre seize mentions d’offrandes de tissu, quatre destinées à des divinités masculines et douze dédiées au panthéon féminin, mais aucune référence aux fibules (MELLER, 2012, p. 257-259). Cette absence textuelle a incité les auteurs à considérer les fibules comme de simples accessoires mineurs toujours associés à un vêtement (ibid.). Le socle inscrit cité plus haut prouve au contraire qu’une fibule seule peut constituer une offrande, indépendamment de sa fonction initiale.

94Dès lors, on peut prudemment envisager la coexistence de trois types de dépôts : les dépôts de tissu, les dépôts de fibules ou les dépôts mixtes. L’hypothèse est envisageable mais invérifiable en l’état actuel de la documentation ; à notre connaissance, aucune étoffe n’a jamais été conservée dans un sanctuaire, qu’il soit grec, italien, ou gaulois. Si la pratique était avérée, cela aurait évidemment une incidence sur la valeur symbolique des offrandes. En effet, il existerait de fait une différence manifeste entre la déposition d’une fibule seule et l’offrande d’une étoffe comportant des fibules. En conséquence, une partie d’entre elles ne devraient plus être considérées comme des objets cultuels à part entière, mais comme des éléments subordonnés à une offrande plus globale : celle de vêtements.

Conclusions

95Dans une religion ordonnancée par les rites, c’est essentiellement à travers le mobilier conservé que nous envisageons la pratique cultuelle à défaut de la croyance religieuse. En tirant partie de toutes ces fibules adressées aux divinités, nombreuses mais complexes à saisir, il a été possible de proposer une lecture des manières de les offrir et des processus rituels à l’œuvre dans leur déposition.

96En s’attachant dans un premier temps à considérer des critères typologiques et chronologiques, nous avons pu identifier des séries homogènes de fibules, produites et déposées pour leur grande majorité entre La Tène finale et la fin du Ier siècle de notre ère. Au IIe siècle, le rôle durable des fibules dans l’espace sacré est clairement mis à mal quand les habitudes vestimentaires se modifient à la période flavienne.

97En privilégiant dans un deuxième temps une approche tournée vers l’analyse systématique des structures de dépositions et de la résidualité, l’objectif était de reconstituer le parcours rituel suivi par les offrandes de leur entrée dans le sanctuaire jusqu’à leur possible récupération, tout en tentant d’appréhender les processus qui sont à l’œuvre dans la redistribution spatiale des fibules.

98Enfin, l’examen parallèle d’une série d’exemples a montré que la dévotion par l’objet peut s’exprimer via différentes voies : goût prononcé pour des modèles spécifiques, créations d’ersatz, dépôts de parures archaïques, mises en scène, manipulations délibérées. Mais en règle générale, les fibules offertes dans les temples correspondent à des modèles ordinaires, fréquents en dehors des lieux de culte, qui se trouvent soumis à un processus de détournement ou d’annulation de leur fonction profane et utilitaire.

99Si les offrandes de fibules ne nous renseignent pas directement sur les gestes et mécanismes rituels, elles nous livrent néanmoins des informations sur la quantité, la qualité, les types qui ont été accumulés dans les sanctuaires et nous incitent à remarquer les possibilités de reconstruction des rites par l’analyse rigoureuse et systématique des éléments matériels aussi bien que de leurs contextes.

Catalogue (pl. 1-9)

100Chaque notice comporte une description de la fibule, sa typologie, ses dimensions, son contexte de découverte (trou de poteau, aire de circulation, structure fossoyée, etc.) avec sa datation quand celle-ci a pu être obtenue par les études céramologiques et numismatiques, et enfin son numéro d’inventaire.
Les mesures sont données en millimètres ; la longueur de la fibule notée « L » correspond à la mesure entre les extrémités du pied et de la tête. Les dessins des fibules sont présentés à l’échelle 2/3.

Fibules LT A et LT B

101Fibule à double timbale
1. Alliage cuivreux. Double timbale en calotte demi-sphérique décorée par deux cercles concentriques incisés. Tête de l’arc et ardillon absents.
L : 2,1 cm. Inv. 240.005. Prov. : niveau de circulation (état 2).

102Fibule de Dux
2. Alliage cuivreux. Ressort 2 x 2 spires. Fibule à pied libre. Arc orné d’un décor de damier losangique. Goupille en fer : décoration ? Consolidation ?
L : 4,65 cm. Inv. 240.008. Prov. : niveau de circulation (état 2).

103Fibule Dux-Müsingen
3. Alliage cuivreux. Ressorts, ardillon et une partie de l’arc absents.
L : 2,7 cm. Inv. 3211.001. Prov.: couche d’occupation (états 2-4).

Pl. 1. Fibules : hallstattienne, LTB et type 1.0 (DAO : R. Perruche).

Groupe 1 : Fibules à ressort

104Riha 1.0
4. Fer. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc très coudé de section filiforme. Manque l’ardillon et le porte-ardillon.
L : 5,75 cm. Inv. 1135.026. Prov. : fosse (état 4).

1055. Fer. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc très coudé. Pied et ardillon incomplets.
L : 5,4 cm. Inv. 1121.009. Prov. : fosse (état 4).

1066. Fer. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc très coudé de section filiforme. Arc incomplet.
L : 5,45 cm. Inv. 103.013. Prov. : fosse (état 3).

1077. Fer. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Tête de l’arc très coudée. Arc filiforme. Porte-ardillon triangulaire ajouré.
L : 5,3 cm. Inv. 1135.001. Prov. : fosse (état 4).

1088. Fer. Arc tendu vers le pied, de section rubanée. Sorte de couvre-ressort. Pied incomplet. Porte-ardillon cassé (ajouré ?). Ardillon et ressort absents.
L : 6,05 cm. Inv. 1121.003. Prov. : fosse (état 4).

1099. Fer. Corde externe haute. Arc plat et tendu de section rubanée. Grand ressort. Plaquette de protection. Porte-ardillon ajouré (incomplet). Manque une partie de l’ardillon.
L : 5,45 cm. Inv. 1023.084. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

11010. Fer. Arc de section rubanée, effilé vers le pied. Manque le pied, l’ardillon et les ressorts.
L : 3,85 cm. Inv. 1023.173. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

11111. Fer. Arc tendu vers le pied. Porte-ardillon ajouré. Ardillon incomplet.
Inv. 1023.004. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

11212. Fer. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc tendu vers le pied. Porte-ardillon ajouré. Ardillon cassé. Porte-ardillon incomplet.
L : 6,4 cm. Inv. 1145.005. Prov. : fosse (état 5).

11313. Arc triangulaire qui s’effile vers le pied, section rubanée. Couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire ajouré. Ardillon absent.
Inv. 3110.006. Prov. : fosse (état 5a).

11414. Fer. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc aplati qui s’évase à la tête, coudé à la tête. Manque une grande partie de l’arc et de l’ardillon.
L : 4,45 cm. Inv. 3152.002. Prov.: cour intérieure (état 1a).

11515. Fer. Arc tendu rectiligne de section rubanée. Porte-ardillon ajouré (incomplet). Ardillon absent.
L : 7,85 cm. Inv. 103.002. Prov. : fosse (état 3).

11616. Fer. Arc de section rubanée.
L : 4 cm. Inv. 240.014. Prov. : niveau de circulation (état 2).

117Riha 1.1
17. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc tendu. Le décor se présente sous la forme de deux sillons qui se rejoignent au milieu de l’arc. Porte-ardillon absent.
L : 6, 05 cm. Inv. 3006.081. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

11818. Alliage cuivreux. Nombreux fragments. L’arc porte un décor d’arêtes longitudinales mais il est trop endommagé pour le décrire davantage.Tordue.
L : 2,75 cm. Inv. 3007.021. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

11919. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc tendu. Le décor se présente sous la forme d’une dépression médiane striée. Porte-ardillon absent. Manque une partie du pied. Brûlée. Tordue.
L : 4,4 cm. Inv. 1023.120. Prov. : fosse (état 4).

12020. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc tendu et plat décoré par deux sillons latéraux striés. Porte-ardillon ajouré. Pied incomplet.
L : 4, 9 cm. Inv. 1135.005. Prov. : couche d’occupation (états 5-6).

12121. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc orné de trois dépressions longitudinales striées. Porte-ardillon absent.Tordue.
L : 7,2 cm. Inv. 1037.005. Prov. : couche d’occupation (états 5-6).

12222. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc orné de trois dépressions longitudinales striées. Porte-ardillon absent.
L : 7,85 cm. Inv. 1036.002. Prov. : fosse (états 5-6).

Pl. 2. Fibules : Type 1.1 (DAO : R. Perruche).

12323. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc partagé en deux par trois stries transversales. Le décor est composé de deux sillons latéraux et d’une dépression centrale décorée de stries. Ardillon, pied et porte-ardillon absents.
L : 5,4 cm. Inv. 3007.030. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

12424. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc partagé en deux par trois petites moulures transversales. Le décor est composé de deux sillons latéraux et d’une dépression centrale décorée de stries. Manque une partie de l’ardillon, du pied et du porte-ardillon.
L : 8,6 cm. Inv. 1037.010. Prov. : couche d’occupation (états 5-6).

12525. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc orné de petites incisions en forme d’écailles de poisson. Porte-ardillon absent. Petites dimensions.
L : 4,45 cm. Inv. 1036.004. Prov. : fosse (états 5-6).

12626. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc plat de forme triangulaire à la tête décorée par deux sillons latéraux et une dépression centrale striée. L’arc se coude à 16 mm, il est orné de deux sillons transversaux, puis il s’effile jusqu’au pied. Manque une partie de l’ardillon. Porte-ardillon absent.
L : 6,45 cm. Inv. 1096.009. Prov. : remblai (états 4-5).

12727. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc plat et tendu. Décor longitudinal qui s’arrête sur des moulures. L’arc se termine par une section polygonale. Porte-ardillon incomplet. Ardillon cassé.
L : 5,85 cm. Inv. 1023.100. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

12828. Alliage cuivreux. Pied trapézoïdal et une partie de l’ardillon. Fragment de tôle.
Inv. 1037.006. Prov. : couche d’occupation (états 5-6).

12929. Alliage cuivreux. Ardillon et fragments de ressort. Tordue.
L : 5,45 cm. Inv. 1023.107. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

13030. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. L’ardillon et deux spires subsistent.
L : 8,65 cm. Inv. 1002.003. Prov. : couche d’occupation (états 4-5).

13131. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires.
Inv. 3007.050. Prov. : couche d’occupation (états 1b-5a).

132Riha 1.4
32. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc de section quadrangulaire, retourné, fixé par une bague ornée de cannelures transversales.
L : 6,6 cm. Inv. 1023.029. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

13333. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc de section filiforme, retourné, fixé par une bague lisse. Arc cassé au niveau du pied.
L : 4,25 cm. Inv. 1024.001. Prov. : cour (états 7-8).

13434. Fer. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc filiforme. Le pied retourné est fixé par une bague. Manque une partie du pied.
L : 5,15 cm. Inv. 3069.016. Prov. : niveau de circulation (état 6a).

135Riha 1.5
35. Fer. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc anguleux, courbé avec une série de trois protubérances. Arc recourbé en forme de plaquette vers le ressort. Ardillon et porte-ardillon absents.
L : 8,8 cm. Inv. 1080.001. Prov. : fosse (état 6).

13636. Alliage cuivreux. Arc de section circulaire interrompu par trois moulures et une petite ailette. Fragmentaire. Oxydée.
L : 2,2 cm. Inv. 1019.002. Prov. : cour extérieure (états 3-5).

137Riha 1.6
37. Alliage cuivreux. Ressort 2 x 2 spires. Arc de section quadrangulaire, spire de section carrée. Ardillon absent.
L : 5 cm. Inv. 213.001. Prov. : couche d’occupation (états 6-7).

Pl. 3. Fibules : Types 1.4 à 1.*15 (DAO : R. Perruche).

138Riha 1.*11
38. Fer. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc tendu de section rubanée. Pied absent. Ardillon complet ?
L : 7,85 cm. Inv. 1135.028. Prov. : fosse (état 4).

139Riha 1.13
39. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. La coquille présente un décrochement sur les bords de l’arc. L'arc filiforme est orné de trois moulures dont la plus imposante est au centre, elle présente des incisions longitudinales. Manque une partie du porte-ardillon. L’ardillon est complet mais cassé au niveau du ressort.
L : 4,95 cm. Inv. 3060.002. Prov. : alandier (état 3c).

14040. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc rectiligne orné d’un sillon longitudinal sur chaque bord. La coquille présente un décrochement sur les bords de l’arc. Décorée d’incisions transversales sur le pourtour. Ardillon et porte-ardillon absents. Tordue.
L : 6,5 cm. Inv. 3000.089. Prov. : surface.

14141. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc rectiligne orné d’un sillon longitudinal sur chaque bord. Ardillon et porte-ardillon absents. Tordue.
L : 2,6 cm. Inv. 1023.115. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

142Riha 1.14
42. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Arc filiforme. Porte-ardillon ajouré. Ardillon et porte-ardillon incomplets.
L : 5,1 cm. Inv. 1023.061. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

143Riha 1.15
43. Fer. Arc coudé filiforme de section circulaire, interrompu par une protubérance. Corde externe haute, possible évasement de l’arc sur le ressort. Languettes ? Manque une partie de l’ardillon et du pied.
L : 6,4 cm. Inv. 1023.094. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

14444. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc de section filiforme. L'arc est divisé en deux et interrompu par un bouton qui est suivi par un décor composé de quatre protubérances. Une partie du pied et de l’ardillon ont disparu.
L : 4,2 cm. Inv. 3006.066. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8)

14545. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc de section filiforme. L’arc est divisé en deux et interrompu par un bouton qui est suivi par un décor composé de quatre protubérances. Une partie du pied a disparu.
L : 5,2 cm. Inv. 3006.040. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

14646. Alliage cuivreux. Arc interrompu par une moulure. Partie supérieure de section circulaire décorée par deux rangées de petites incisions circulaires. Partie inférieure de section losangique. Porte-ardillon ajouré par au moins trois trous circulaires. Ardillon et ressort absents.
L : 5,95 cm. Inv 1145.002. Prov. : fosse (état 5).

14747. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc interrompu par trois moulures. Partie supérieure de section circulaire décorée par deux rangées de petites incisions. L’extrémité de l’arc s’évase (languettes de protection). Partie inférieure de section losangique. Porte-ardillon ajouré par six trous circulaires. Fixe-corde absent.
L : 8 cm. Inv. 1000.031. Prov. : surface.

14848. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc en forme de feuille/triangle décoré par une cannelure striée médiane. Pied long et étroit de section triangulaire. Plaquette de protection en forme de fourche. Porte-ardillon triangulaire, percé de huit trous circulaires.
L : 7,45 cm. Inv. 240.019. Prov. : niveau de circulation (état 2).

14949. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc bombé et large, de section plate, interrompu par un bouton. Décor longitudinal central composé d’incisions. Pied de section filiforme. Manque l’ardillon et une partie de l’arc.
L : 2,5 cm. Inv. 3000.088. Prov. : surface.

15050. Alliage cuivreux. Arc très bombé à la tête interrompu par un bouton. Petite plaquette de protection sur le ressort. Ressort, pied et ardillon absents.
L : 3,5 cm. Inv. 235.001. Prov. : fosse (état 1).

15151. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc très bombé à la tête interrompu par une protubérance. Baguette de protection sur le ressort. Ardillon absent. Manque une partie de l’arc.
L : 2,4 cm. Inv. 3069.019. Prov. : niveau de circulation (état 6a).

Groupe 2 : Fibule à fixe-corde

152Riha 2.2
52. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon (endommagé) ajouré (cinq fenêtres ?). Manque une partie de l’ardillon. Fonctionne.
L : 7,4 cm. Inv. 3069.027. Prov. : niveau de circulation (état 6a).

15353. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon (endommagé) ajouré (cinq fenêtres ?). Ardillon absent.
L : 7,7 cm. Inv. 1002.005. Prov. : couche d’occupation (états 4-5).

15454. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon (endommagé) ajouré (cinq fenêtres ?).
L : 7,55 cm. Inv. 1002.006. Prov. : couche d’occupation (états 4-5).

15555. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon ajouré (cinq fenêtres). Manque quatre spires et l’ardillon. Fragmentaire. Oxydée.
L : 8,9 cm. Inv. 1145.003. Prov. : fosse (état 5).

15656. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon ajouré (sept fenêtres ?). La fibule a été réparée, une goupille en fer a été insérée dans les ressorts avec un ardillon à butée.
L : 9,6 cm. Inv. 1023.160. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

15757. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection. Porte-ardillon ajouré (six fenêtres ?). Manque quatre spires, l’ardillon et la griffe.
L : 8,5 cm. Inv. 1000.275. Prov. : surface.

Pl. 4. Fibules : Type 2.2 (DAO : R. Perruche).

15858. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon ajouré (au moins deux fenêtres). Pied et ardillon incomplets. La fibule a été réparée, une goupille en fer a été insérée dans les ressorts avec un ardillon à charnière.
L : 7 cm. Inv. 1104.003. Prov. : fosse (état 5b).

15959. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon ajouré (au moins deux fenêtres). Pied et ardillon incomplets.
L : 8,8 cm. Inv. 1104.001. Prov. : fosse (état 5b).

16060. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon percé (huit fenêtres). Ardillon absent.
L : 9,2 cm. Inv. 146.004. Prov. : fosse (état 2).

16161. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Aucune plaquette de protection, griffe filiforme. Pied et ardillon incomplets. Petites dimensions.
L : 3,4 cm. Inv. 103.011. Prov. : fosse (état 3).

16262. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon ajouré (au moins deux fenêtres). Pied, ardillon et porte-ardillon incomplets.
L : 5 cm. Inv. 531.001. Prov. : remblai (états 4-5).

16363. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme décorée d’incisions. Porte-ardillon ajouré (au moins cinq fenêtres). Ardillon et porte-ardillon incomplets.
L : 7 cm. Inv. 146.003. Prov. : fosse (état 2).

16464. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon ajouré (au moins trois fenêtres). Pied, ardillon et porte-ardillon incomplets.
L : 6,35 cm. Inv. 220.005. Prov. : couche d’occupation (état 2).

16565. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Arc de forme triangulaire. Plaquette de protection, griffe filiforme. Porte-ardillon ajouré. Pied, ardillon et porte-ardillon incomplets.
L : 7,5 cm. Inv. 341.001. Prov. : four 2 (état 3a).

16666. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Griffe filiforme, plaquette de protection. Arc de section rubanée. Porte-ardillon, ardillon et une partie de l’arc absents. Tordue.
L : 2,5 cm. Inv. 3007.007. Prov. : couche d’occupation (état 2).

16767. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée. Arc de forme triangulaire. Griffe en forme de plaque. Porte-ardillon ajouré (quatre fenêtres). Manque une partie de l’ardillon.
L : 5,75 cm. Inv. 1135.008. Prov. : fosse (état 4).

16868. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section rubanée. Arc de forme triangulaire. Griffe en forme de plaque. Porte-ardillon ajouré (trois fenêtres). Manque une partie de l’ardillon.
L : 5,75 cm. Inv. 1145.007. Prov. : fosse (état 5).

16969. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc filiforme, de section circulaire. Griffe filiforme. Porte-ardillon triangulaire plein. Manque une petite partie de l’ardillon.
L : 5,3 cm. Inv. 1138.001. Prov. : four 3 (état 3a).

17070. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc filiforme, de section circulaire. Griffe filiforme. Porte-ardillon triangulaire ajouré par quatre trous circulaires.
L : 5,6 cm. Inv. 1000.030. Prov. : surface.

17171. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc de section rubanée sans décor qui forme un angle droit avec le ressort. Porte-ardillon triangulaire plein. Manque une partie de l’ardillon. Elle ne possède pas de plaquette de protection ou de griffe. Fibule miniature.
L : 2,5 cm. Inv. 1023.144. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

17272. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Arc non interrompu sans décor. Plaquette de protection. L’arc est presque aussi large que la plaquette. Le fixe-corde prend la forme d’une plaque. Porte-ardillon ajouré, il en manque une grande partie. Ardillon absent.
L : 4,05 cm. Inv. 3013.013. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

17373. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires. Arc non interrompu. Le fixe-corde prend la forme d’une plaque. Décor de sillons longitudinaux. La fibule est aplatie, et il manque le porte-ardillon et une partie de l’ardillon.
L : 4,65 cm. Inv. 3013.020. Prov. Couche d’occupation (états 1b-4b).

Pl. 5. Fibules : Types 2.2 et 4.2 (DAO : R. Perruche).

174Riha 2.14
74. Alliage cuivreux. Il ne subsiste de cette fibule qu’une partie de l’arc de section losangique et le disque circulaire disposé au centre de l’arc.
L : 2,6 cm. Inv. 3007.012. Prov. : couche d’occupation (états 1b-5a).

175Indéterminée
75. Alliage cuivreux. Trois spires. Dimensions exceptionnellement petites. Fibule pour enfant ? Fibule votive ? Fibule à corde interne. Arc non interrompu sans décor. Il forme une plaque à la tête qui se rétrécit pour former la première spire à gauche, ce qui donne à l’ensemble un aspect dissymétrique. Manque une partie de l’arc. Ardillon absent.
L : 1,35 cm. Inv. 3013.007. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

Fibules à couvre-ressort

176Riha 4.1
76. Alliage cuivreux. Arc de section triangulaire (arête sur la face inférieure). Sillons longitudinaux et transversaux qui forment un cadre sur le couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire ajouré (quatre fenêtres). Ardillon tordu.
L : 5,85 cm. Inv. 1023.012. Prov. Couche d’occupation (états 1b-4b).

17777. Alliage cuivreux. Arc de section triangulaire (arête sur la face inférieure). Sillons longitudinaux et transversaux qui forment un cadre sur le couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire ajouré (trois fenêtres). Ardillon tordu.
L : 4,5 cm. Inv. 1023.032. Prov. Couche d’occupation (état 1b-4b).

17878. Alliage cuivreux. Il ne subsiste qu’une partie de l'arc. Arc plat et lisse. Section triangulaire (arête sur la face inférieure de l'arc).
L : 5,95 cm. Inv. 1000.216. Prov. Surface.

179Riha 4.2
79. Alliage cuivreux. Arc de section triangulaire. Porte-ardillon ajouré (deux fenêtres). Manque une partie de l'ardillon. Petites dimensions.
L : 4,45 cm. Inv. 103.001. Prov. Fosse (état 3).

18080. Alliage cuivreux. Arc assez massif de section triangulaire. L'arc est bombé sur sa face supérieure et dessine une arête sur sa face inférieure. La fibule est aplatie et il manque la majeure partie de l'arc ainsi que du porte-ardillon.
L : 7,2 cm. Inv. 3103.014. Prov. Cour annulaire extérieure (état 6a).

18181. Alliage cuivreux. Arc courbé, non interrompu, à trois pans de section losangique. Trois sillons horizontaux et trois sillons longitudinaux sur les bords du couvre-ressort forment un cadre. Porte-ardillon ajouré (deux fenêtres). Petites dimensions.
L : 3,55 cm. Inv. 3000.090. Prov. : surface.

18282. Alliage cuivreux. Arc courbé, non interrompu, à trois pans de section losangique. Trois sillons sur les bords droit et gauche du couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire ajouré (trois fenêtres). Ardillon endommagé.
L : 6,35 cm. Inv. 3008.001. Prov. : sol galerie (état 9).

18383. Alliage cuivreux. Arc de section triangulaire. Porte-ardillon ajouré. Manque une partie de l’ardillon. Petites dimensions.
L : 3,6 cm. Inv. 3102.011. Prov. : abandon cour (état 8).

18484. Alliage cuivreux. Arc courbé, non interrompu, à trois pans de section losangique. Deux sillons sur les bords droit et gauche du couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire ajouré (trois fenêtres). Grande fibule.
L : 7,65 cm. Inv. 3007.004. Prov. : couche d’occupation (états 1b-5a).

18585. Alliage cuivreux. Arc courbé, non interrompu, à trois pans de section losangique. Deux sillons longitudinaux sur les bords du couvre-ressort. Porte-ardillon ajouré (deux fenêtres).
L : 4,65 cm. Inv. 3089.016. Prov. : fosse (état 5b).

18686. Alliage cuivreux. Arc courbé, non interrompu, à trois pans de section quasi-triangulaire. Deux sillons sur les bords droit et gauche du couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire ajouré (trois fenêtres). Ardillon endommagé.
L : 6,4 cm. Inv. 1002.007. Prov. : couche d’occupation (états 4-5).

18787. Alliage cuivreux. Arc de section triangulaire. Porte-ardillon triangulaire ajouré. Ardillon absent. Petites dimensions.
L : 3,6 cm. Inv. 1023.011. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

18888. Alliage cuivreux. Il ne subsiste qu’une partie de l’arc. Section triangulaire. Porte-ardillon triangulaire ajouré (trois fenêtres).
L : 6,2 cm. Inv. 1000.239. Prov. : surface.

18989. Alliage cuivreux. Arc de section triangulaire (arête peu saillante). Décor d’incisions sur l’arc. Il ne subsiste que la tête de l’arc et le couvre-ressort.
L : 2,25 cm. Inv. 501.017. Prov. : surface.

19090. Alliage cuivreux. Arc bombé de section losangique décoré de petits triangles incrustés de nielle qui suivent la ligne médiane de l’arc et dont les pointes sont dirigées vers les côtés. Porte-ardillon triangulaire ajouré (trois fenêtres). Ardillon absent.
L : 3,95 cm. Inv. 3017.001. Prov. : remblai (état 6a).

19191. Alliage cuivreux. Arc de section losangique décoré de petits triangles incrustés de nielle qui suivent la ligne médiane de l’arc et dont les pointes sont dirigées vers cette ligne. Sillons longitudinaux sur le couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire ajouré.
L : 3,95 cm. Inv. 1041.001. Prov. : cour (état 3).

19292. Alliage cuivreux. Arc de section en forme de « D » (arête inférieure ou supérieure inexistante). Porte-ardillon ajouré (incomplet). Décor longitudinal. Ardillon incomplet.
L : 4,15 cm. Inv. 100.008. Prov. : surface.

Pl. 6. Fibules : Types 4.2 à 4.4 (DAO : R. Perruche).

193Riha 4.3
93. Alliage cuivreux. Arc non interrompu de section cannelée (plate sur sa face inférieure) coudé à la tête. L’arc est orné de deux côtes latérales et d’un bourrelet longitudinal médian en zigzag. Le couvre-ressort est décoré avec des moulures striées typiques de ce modèle. Le porte-ardillon est ajouré (deux fenêtres). Ardillon fragmentaire.
L : 6,65 cm. Inv. 1012.004. Prov. : couche d’occupation (état 8).

19494. Alliage cuivreux. Arc de section cannelée coudé à la tête. Bien que sa forme rappelle la fibule de Nertomarus, le couvre-ressort est dépourvu de décor à l’exception d’un sillon à chaque extrémité. L’arc est orné d’une côte latérale encadrée par un décor en zigzag. Le porte-ardillon est ajouré (deux fenêtres). Ardillon absent.
L : 6,7 cm. Inv. 3006.075. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

195Riha 4.4
95. Alliage cuivreux. Arc cannelé (incrusté) non interrompu évasé vers la tête. Section très légèrement bombée à la tête. Couvre-ressort décoré de sillons qui forment un cadre. Porte-ardillon triangulaire et ajouré. Ardillon incomplet.

196L : 4,25 cm. Inv. 501.014. Prov. : surface.

19796. Alliage cuivreux. Arc cannelé non interrompu évasé vers la tête avec décor de stries longitudinales. Section légèrement bombée à la tête. Décor de stries qui suivent la tête de l’arc. Porte-ardillon triangulaire et ajouré (deux fenêtres). Ardillon cassé. Étamée.
L : 5,05 cm. Inv. 1145.014. Prov. : fosse (état 5).

19897. Alliage cuivreux. Fibule attachée à la fibule n° 98 par une bague en fer avec intaille. Traces de fer oxydé. Arc cannelé non interrompu cintré au centre. Section légèrement bombée à la tête. Couvre-ressort décoré d’incisions horizontales et longitudinales sur les bords. Porte-ardillon triangulaire et ajouré. Brûlée.
L : 4,5 cm. Inv. 3089.011. Prov. : fosse à dépôts (état 5b).

19998. Alliage cuivreux. Fibule attachée à la fibule n° 97 par une bague en fer avec intaille. Traces de fer oxydé. Arc cannelé non interrompu cintré au centre. Section légèrement bombée à la tête. Couvre-ressort décoré d’incisions horizontales et longitudinales sur les bords. Porte-ardillon triangulaire et ajouré. Brûlée.
L : 4,65 cm. Inv. 3089.012. Prov. : fosse à dépôts (état 5b).

20099. Alliage cuivreux. Arc rectiligne non interrompu de largeur constante et orné de cannelures ; section légèrement bombée. Porte-ardillon ajouré. La fibule est aplatie et il manque une partie de l’ardillon. Étamée.
L : 3,9 cm. Inv. 3103.009. Prov. : cour annulaire extérieure (état 6a).

201100. Alliage cuivreux. Arc rectiligne non interrompu de largeur constante, orné de cannelures. Cannelure médiane incrustée ? Porte-ardillon triangulaire ajouré. Ardillon cassé.
L : 5 cm. Inv. 1000.142. Prov. : surface.

202101. Alliage cuivreux. Arc rectiligne non interrompu légèrement plus large à la tête et orné de cannelures. Porte-ardillon ajouré. Le couvre-ressort ainsi que l’ardillon sont absents. Étamée.
L : 3,85 cm. Inv. 3139.001. Prov. : comblement ornière (état 6b).

203102. Alliage cuivreux. Arc rectiligne, plus large au pied, dont la tête forme un angle droit avec le couvre-ressort. La cannelure médiane était incrustée. Porte-ardillon ajouré dont il manque la majeure partie. Manque une partie de l’ardillon.
L : 4,05 cm. Inv. 3000.158. Prov. : surface.

204103. Alliage cuivreux. Arc rectiligne plus large au pied, et dont la tête forme un angle droit. La ligne centrale de l’arc était incrustée et deux sillons en parcourent les bords. Porte-ardillon ajouré. Ardillon cassé.
L : 4,45 cm. Inv. 1145.001. Prov. : fosse (état 5).

205104. Alliage cuivreux. Arc rectiligne non interrompu de largeur constante, orné de deux cannelures latérales crénelées. Décor au point. Porte-ardillon triangulaire ajouré. Ardillon incomplet.
L : 4,05 cm. Inv. 1121.016. Prov. : fosse (état 4).

206105. Alliage cuivreux. Arc rectiligne, plus large au pied, et dont la tête forme un angle droit. La cannelure centrale de l’arc était incrustée et deux sillons en parcourent les bords. Porte-ardillon ajouré dont il manque la majeure partie. Manque une partie de l’ardillon.
L : 4,1 cm. Inv. 500.006. Prov. : surface.

207106. Alliage cuivreux. Couvre-ressort et début de l’arc. Brûlée.
Inv. 1000.137. Prov. : surface.

208Riha 4.5.2
107. Alliage cuivreux. Arc de section lenticulaire. Disque médian décoré par une rosette, elle-même décorée de fines incisions. Décor de l’arc : cannelures. Le couvre-ressort est décoré d’un large sillon et de petites incisions. Porte-ardillon ajouré (deux fenêtres). Le pied et le disque sont constitués d’une seule pièce de métal. Fonctionne.
L : 6,5 cm. Inv. 3061.004. Prov. : niveau de circulation (état 6a).

209108. Alliage cuivreux. Arc de section lenticulaire avec un décor longitudinal composé de cannelures. La plaque circulaire au centre de l’arc est ornée d’un fin décor au point. La plaque rhomboïdale est décorée par une suite de fines incisions sur le pourtour et par une rosette disposée par-dessus. Le pied est également cannelé. Le couvre-ressort est décoré par des stries et un décor au point. Une partie du pied et le porte-ardillon sont absents.
L : 4,45 cm. Inv. 3013.021. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

210109. Alliage cuivreux. Arc de section lenticulaire avec un décor longitudinal composé de cannelures. La plaque circulaire au centre de l’arc est ornée d’un fin décor au point. Le disque médian est décoré par une rosette. Le pied est également cannelé. Le couvre-ressort est décoré par des incisions et un décor au point. Porte-ardillon ajouré. Ardillon absent.
L : 3,55 cm. Inv. 3089.003. Prov. : fosse à dépôts (état 5b).

211Riha 4.5.3
110. Alliage cuivreux. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section lenticulaire avec un décor longitudinal composé de cannelures en zigzag. Le disque médian circulaire est décoré par une série de points et de stries. Système de ressort à griffe. Plaquette ornée de sillons. Porte-ardillon plein. Ardillon absent.
L : 5,45 cm. Inv. 1145.016. Prov. : fsse (état 5).

212111. Alliage cuivreux. Ressort 2 x 4 spires. Arc de section lenticulaire avec un décor composé de stries longitudinales. Le disque médian circulaire est décoré par deux cercles concentriques. Système de ressort à griffe. Plaquette ornée de sillons. Porte-ardillon ajouré. Ardillon absent.
L : 4,05 cm. Inv. 1151.007. Prov. : palissade (état 4a).

213112. Alliage cuivreux. Arc de section lenticulaire avec un décor longitudinal composé de stries sur le pied et d’une ligne médiane orné d’un grènetis. Disque médian circulaire orné de trois cercles concentriques décorés par des stries. Système de ressort à griffe. Porte-ardillon et une partie de l’ardillon absents.
L : 3,8 cm. Inv. 3058.002. Prov. : four 4 (état 3c).

214Riha 4.5.5
113. Alliage cuivreux. Arc de section lenticulaire. Décor longitudinal sur l’arc : cannelure médiane au niveau de la tête et stries sur le pied. Disque médian circulaire orné de cercles concentriques striés. Croix incisées sur les deux rebords du couvre-ressort. Porte-ardillon triangulaire percé d’un trou circulaire. Ardillon absent.
L : 5 cm. Inv. 1171.003. Prov. : fosse (état 5).

215114. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 5 spires. Arc de section lenticulaire. Disque médian losangique décoré par une rosette. Décor longitudinal sur le pied. Porte-ardillon ajouré (au moins deux fenêtres). Ardillon absent.
L : 3,9 cm. Inv. 103.008. Prov. : fosse (état 3).

Pl. 7. Fibules : Types 4.5.2 à 4.8 et indéterminées (DAO : R. Perruche).

216Riha 4.6
115. Alliage cuivreux. L’arc est constitué d'un lion, des stries marquent la crinière. Les pattes constituent le départ du pied qui est évasé avec un décor incisé longitudinal. Incisions sur le cache-ressort. Porte-ardillon triangulaire plein. Ardillon absent.
L : 2,55 cm. Inv. 1001.003. Prov. : couche d’occupation (états 8b-8c).

217116. Alliage cuivreux. L’arc est constitué d’un lion, des stries en zigzag marquent la crinière. Les pattes constituent le départ du pied qui est évasé avec un décor de cannelures longitudinales. Le lion tient une tête de bovidé entre ses pattes antérieures. Incisions sur le cache-ressort. Porte-ardillon triangulaire plein.
L : 3,1 cm. Inv. 1023.102. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

218Riha 4.7
117. Alliage cuivreux. L’arc se compose d’un disque et d’un pied trapézoïdal. Deux sillons horizontaux sur le couvre-ressort. L’arc est décoré par estampage. Décor de petits oves autour du disque, un second décor circulaire composé d’oves plus volumineux entoure une tête d’astre. Le pied est également orné par de petits oves qui encadrent un combat entre un gladiateur (bouclier et épée, casque ?) et une chimère (tête de lion, quatre pattes qui semblent être dotées de sabots). Porte-ardillon trapézoïdal percé. Ardillon absent.
L : 4,3 cm. Inv. 3036.008. Prov. : remblai (états 6b-7 (8 ?)).

219118. Alliage cuivreux. L’arc se compose d’un disque et d’un pied trapézoïdal. L’arc était décoré par estampage, mais il est trop endommagé pour le distinguer. Il devait sans doute être semblable à celui de la fibule n° 116. Incisions transversales et longitudinales sur le couvre-ressort. Porte-ardillon trapézoïdal percé d’un petit trou circulaire. Ardillon absent. Couvre-ressort aplati.
L : 4,5 cm. Inv. 1037.012. Prov. : couche d’occupation (états 5-6).

220119. Alliage cuivreux. Pied en queue de paon. Porte-ardillon trapézoïdal ajouré par un trou circulaire. Décor estampé ? Fragmentaire. Oxydée.
Inv. 1000.191. Prov. : surface.

221120. Alliage cuivreux. L’arc est composé d’une tôle plate de forme circulaire. Le décor estampé a complètement disparu.
L : 3,4 cm. Inv. 200.024. Prov. : surface.

222121. Alliage cuivreux. Arc plat. Disque central circulaire décoré par de petites incisions. Décor cruciforme incisé sur l’arc. Bouton riveté au centre. Pied de forme trapézoïdale. Goupille en fer. Porte-ardillon plein. Étamée.
L : 3,6 cm. Inv. 3089.005. Prov. : fosse (état 5b).

223Riha 4.8
122. Alliage cuivreux. Arc à section en forme de « D ». Décor de moulures. Sillons formant un cadre sur le couvre-ressort. Pied trapézoïdal avec sillons latéraux. Porte-ardillon plein. Ardillon incomplet.
L : 3,75 cm. Inv. 501.015. Prov. : surface.

224Indéterminées
123. Alliage cuivreux. Opercule de couvre-ressort.
Inv. 3152.004. Prov. : cour intérieure (état 1a).

225124. Alliage cuivreux. Corde interne. Ressort 2 x 2 spires. Deux spires et ardillon présents.
L : 6,95 cm. Inv. 3176.001. Prov. : fosse (état 1b).

226125. Alliage cuivreux. Ardillon. Corde externe.
L : 6,55 cm. Inv. 3323.001. Prov. : trou de poteau (état 2a).

227126. Alliage cuivreux. Ardillon et trois spires.
L : 7,2 cm. Inv. 1096.002. Prov. : remblai.

228127. Alliage cuivreux. Ardillon et trois spires.
L : 5,3 cm. Inv. 1023.123. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

229128. Alliage cuivreux. Corde interne. L’ardillon et trois spires sont présents.
L : 4,5 cm. Inv. 1012.008. Prov. : couche d’occupation (état 8).

230129. Alliage cuivreux. Ardillon et quatre spires présents. Corde externe haute.
L : 6,9 cm. Inv. 1002.004. Prov. : couche d’occupation (états 4-5).

231130. Alliage cuivreux. Fragment de ressort. Brûlée.
L : 1,5 cm. Inv. 3171.002. Prov. : trou de poteau (état 4).

232131. Alliage cuivreux. Corde externe. Ressort 2 x 3 spires. Ardillon et trois spires.
L : 6,85 cm. Inv. 023.175. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

233132. Alliage cuivreux. Corde externe haute. Ressort 2 x 4 spires. Ardillon.
L : 8,6 cm. Inv. 1135.009. Prov. : fosse (état 4).

234133. Fer. Ardillon et deux spires. Corde externe ?
L : 7,7 cm. Inv. 1135.027. Prov. : fosse (état 4).

235134. Alliage cuivreux. Ardillon et deux spires.
L : 4,4 cm. Inv. 1196.002. Prov. : remblai (états 4-5).

236135. Fer. Ardillon et une spire.
L : 5,3 cm. Inv. 121.001. Prov. : fosse (état 5 ?).

237136. Fer. Ardillon et une spire.
L : 4,45 cm. Inv. 1121.008. Prov. : fosse (état 4).

238137. Fer. Corde externe. Ressort 2 x 2 spires. Une partie de l’arc, l’ardillon, et deux spires ont disparu.
L : 3,5 cm. Inv. 3049.002. Prov. : couche d’occupation (état 10).

239138. Fer. Corde externe. Ressort 2 x 4 spires.
L : 4 cm. Inv. 3174.002. Prov. : trou de poteau (état 4).

240139. Alliage cuivreux. Une spire et une partie de l’arc ont été conservées.
L : 2,7 cm. Inv. 3007.047. Prov. : couche d’occupation (états 1b-5a).

241140. Fer. Corde externe. Ne subsiste que deux ressorts et l’ardillon.
L : 3,8 cm. Inv. 3049.001. Prov. : couche d’occupation (état 10).

242141. Fer. Fragments d’ardillon.
Inv. 1023.151. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

243142. Fer. Ardillon et fragment du porte-ardillon ajouré.
Inv. 1023.114. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

244143. Alliage cuivreux. Seule une partie de l’arc a été conservée, il s’évase au niveau de la tête. Brûlée.
L : 3,9 cm. Inv. 3171.003. Prov. : trou de poteau (état 4).

Pl. 8. Fibules : Indéterminées et types 5.2 à 5.7 (DAO : R. Perruche).

Fibules à charnière simple

245Riha 5.2
144. Alliage cuivreux. Arc à arête médiane striée saillante. L'axe se termine par deux protubérances aux extrémités. Côtes latérales décorées de stries. Pied lisse. Le bouton rapporté à l'extrémité de l'arc est moins protubérant que la plupart des fibules de ce type. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en bronze. Fonctionne.
L : 4,9 cm. Inv. 526.011. Prov. Construction mur interne (état 6a).

246145. Alliage cuivreux. Arc avec côte médiane. L’axe se termine par deux protubérances aux extrémités. La partie supérieure de l’arc est formée d’une plaque qui présente un décor d’incisions transversales. Pied lisse. Le bouton rapporté à l’extrémité de l’arc est moins protubérant que sur la plupart des fibules de ce type. Goupille en bronze. Il manque une infime partie de l’ardillon. Fonctionne.
L : 4,85 cm. Inv. 3141.001. Prov. : fosse à dépôts (état 3c).

247146. Alliage cuivreux. Arc avec côte médiane. L’axe se termine par deux protubérances aux extrémités. La partie supérieure de l’arc est formée d’une plaque qui présente un décor d’incisions transversales. Pied lisse. Le bouton rapporté à l’extrémité de l’arc est moins protubérant que sur la plupart des fibules de ce type. Goupille en bronze. Il manque une infime partie de l’ardillon. Fonctionne.
L : 4, 95 cm. Inv. 3069.017. Prov. : niveau de circulation (état 6a).

248147. Fer. Arc semi-circulaire très marqué, de section rubanée. Pied absent. Ardillon incomplet.
L : 4,4 cm. Inv. 1135.013. Prov. : fosse (état 4).

249Riha 5.4
148. Alliage cuivreux. Arc démultiplié en quatre branches striées traversées de part en part par trois tiges en fer qui accueillent entre deux branches une perle en bronze. Moulures transversales. Véritable bouton mouluré et rapporté à l’extrémité du pied. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en fer terminée par une protubérance à chaque extrémité. Étamée.
L : 5,2 cm. Inv. 1013.002. Prov. : couche d’occupation (état 8).

250Riha 5.6
149. Alliage cuivreux. Arc bombé, décoré de moulures transversales. Pied composé d’une arête décorée d’incisions transversales. Bouton rudimentaire. Goupille en fer. Porte-ardillon plein. Ardillon absent. Étamée.
L : 3,55 cm. Inv. 3006.023. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

251Riha 5.7
150. Alliage cuivreux. Arc plat en forme de pelte. Décor composé de plusieurs moulures transversales. Porte-ardillon triangulaire ajouré par cinq trous. Goupille en fer.
L : 7,45 cm. Inv. 1001.002. Prov. : couche d’occupation (états 8b-8c).

252151. Alliage cuivreux. Arc en forme de « T » orné d’un décor longitudinal et transversal composé de moulures. Porte-ardillon triangulaire plein. Ardillon absent. Goupille en fer. Étamée.
L : 4,5 cm. Inv. 501.016. Prov. : surface.

253152. Alliage cuivreux. Arc en forme de « T » orné d’un décor longitudinal et transversal composé de moulures striées ou non. Porte-ardillon triangulaire ajouré par un trou circulaire. Ardillon absent.
L : 5,45 cm. Inv. 1001.018. Prov. : surface.

254153. Alliage cuivreux. Arc interrompu, alternance de côtes et de cannelures. La côte centrale est ornée d’incisions transversales. Plusieurs moulures sur le pied. Goupille en fer. Porte-ardillon plein. Étamée.
L : 5,75 cm. Inv. 3036.003. Prov. : remblai (états 6b-7 (8 ?)).

255154. Alliage cuivreux. Arc plat avec deux protubérances (l’une d’elles a disparu) situées au niveau de la partie inférieure de l’arc qui possède un décor longitudinal et des sillons transversaux. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en fer. Étamée.
L : 6,4 cm. Inv. 1000.126. Prov. : surface.

256155. Alliage cuivreux. Arc cruciforme avec deux protubérances (l’une d’elles a disparu) situées au niveau de la partie médiane de l’arc qui est de forme losangique/quadrangulaire décorée de deux sillons longitudinaux. Deux moulures présentes sur l’arc. Ardillon absent. Étamée.
L : 4,2 cm. Inv. 1096.007. Prov. : rmblai (états 4-5).

257156. Alliage cuivreux. Protubérances latérales au milieu de l’arc. Décor longitudinal marqué par quatre baguettes qui délimitent trois gorges dont la centrale est la plus nette. Le porte-ardillon est plein. Goupille en fer. L’ardillon est absent ainsi que le bouton du pied. Étamée.
L : 3,55 cm. Inv. 3103.011. Prov. : cour annulaire extérieure (état 6a).

258157. Alliage cuivreux. Arc ajouré par deux trous circulaires. Décor de cannelures et moulures transversales. Pied absent. Ardillon incomplet. Goupille en fer. Étamée.
L : 2,8 cm. Inv. 304.007. Prov. : couche d’occupation (états 7-8).

259158. Alliage cuivreux. La partie médiane de l’arc est circulaire avec un décor en fer, l’espace central était certainement incrusté. Protubérances latérales situées au même niveau. Arc décoré par des moulures transversales. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en fer.
L : 4,65 cm. Inv. 1015.002. Prov. : voie d’accès (états 8b-8c).

260Riha 5.9
159. Alliage cuivreux. Arc non interrompu de section en « D » cannelée. Arête médiane saillante et striée. Ardillon et pied absents.
L : 4,25 cm. Inv. 300.006. Prov. : surface.

261160. Arc non interrompu de section en « D ». Décor longitudinal : très légère dépression centrale et incisions (circulaires ?). Ardillon absent.
L : 3,35 cm. Inv. 1000.130. Prov. : surface.

262161. Alliage cuivreux. Arc massif non interrompu terminé par un bouton conique, arête centrale saillante décoré de stries. Porte-ardillon triangulaire plein. Manque une partie de l’ardillon. Goupille en fer. Brûlée.
L : 4,55 cm. Inv. 1023.161. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).

Pl. 9. Fibules : Types 5.7 à 7.4 (DAO : R. Perruche).

263Riha 5.10
162. Alliage cuivreux. Arc très épais de section rubanée interrompu par un décor horizontal composé de moulures incisées et d’un décor au point en forme de vague. Le bouton mouluré présente un relief peu marqué. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en fer. Ardillon très coudé vers la tête. Étamée.
L : 4,8 cm. Inv. 3152.003. Prov. : cour intérieure (état 5a).

264Riha 5.12
163. Alliage cuivreux. Arc bipartite. Côte médiane avec incisions transversales. Le pied est orné d’un décor au point. Le bouton du pied possède un relief peu marqué. Porte-ardillon triangulaire plein. Ardillon absent. Étamée. Tordue.
L : 6,05 cm. Inv. 3015.012. Prov. : sol cour intérieure (états 7-8).

265164. Alliage cuivreux. Arc orné de trois côtes longitudinales incisées. Pied trapézoïdal aplati séparé de l’arc par deux moulures décorées d’incisions. Deux fines nervures sur le pied. Porte-ardillon plein. Goupille en fer. Ardillon absent. Étamée.
L : 4,75 cm. Inv. 3006.058. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8)

266165. Alliage cuivreux. Côte médiane avec décor au point de vagues. Moulure au centre de l’arc. Le bouton du pied possède un relief peu marqué. Porte-ardillon triangulaire plein. Une partie de l’ardillon est absente. Goupille en fer. Étamée.
L : 3,6 cm. Inv. 3006.013. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8b).

267166. Alliage cuivreux. Arc avec un bourrelet médian longitudinal orné d’’un décor au point en forme de vague. Moulure au centre de l’arc. Manque une grande partie du pied, l’ardillon, une partie de la charnière. Goupille en fer.
L : 3,25 cm. Inv. 1000.034. Prov. : surface.

268167. Alliage cuivreux. Arc avec un bourrelet médian longitudinal orné d’un décor strié. Moulures transversales. Ardillon incomplet. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en fer. Étamée.
L : 3,3 cm. Inv. 526.009. Prov. : construction mur interne (état 6a).

269168. Alliage cuivreux. Pied de fibule étamée. Gorges latérales, bourrelet médian. Étamée.
L : 2,55 cm. Inv. 3061.003. Prov. : niveau de circulation (état 6a).

270169. Alliage cuivreux. Dépression centrale incrustée d’émail, encadrée par deux côtes crénelées. Manque la majeure partie du pied. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en fer.
L : 3,7 cm. Inv. 1000.174. Prov. : surface.

271170. Alliage cuivreux. Arc bipartite. Dépression centrale, décorée d’incisions transversales, encadrée par deux côtes crénelées. Pied individualisé, esquisse de bouton à l’extrémité. Porte-ardillon triangulaire plein. Goupille en fer. Ardillon absent. Étamée.
L : 4,45 cm. Inv. 1000.032. Prov. : surface.

272171. Alliage cuivreux. Arc coudé non interrompu. Gorge assez large jusqu'au milieu de l’arc, qui était sans doute remplie d’émail. Goupille en fer. Manque une partie de l’ardillon. Brûlée.
L : 4,05 cm. Inv. 3006.069. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

273Riha 5.13
172. Alliage cuivreux. Cannelure médiane, décor unguiforme incrusté de nielle. Porte-ardillon triangulaire percé. Ardillon incomplet. Goupille en fer. Étamée.
L : 3,25 cm. Inv. 405.002. Prov. : remblai (états 5-6).

274Riha 5.14
173. Alliage cuivreux. Arc de section quadrangulaire. Décor de deux séries de moulures transversales. Bouton mouluré au pied. Porte-ardillon trapézoïdal plein. Tête de l’arc absente.
L : 4,45 cm. Inv. 1000.033. Prov. : surface.

275Riha 5.15
174. Alliage cuivreux. Partie médiane de l’arc quadrangulaire, décor en forme de feuille de houx incrusté de nielle. Moulures sur le pied. Porte-ardillon triangulaire plein. Manque une petite partie de l’ardillon. Goupille en fer. Étamée.
L : 3,6 cm. Inv. 501.013. Prov. : surface.

276Riha 5.17
175. Alliage cuivreux. Arc cruciforme avec un pied en forme de tête de serpent, décor en forme d'écailles. Incrustations d'émail bleu-vert dans la partie supérieure de l'arc. Porte-ardillon triangulaire plein. Ardillon et tête de l’arc absents. Étamée.
L : 2,6 cm. Inv. 304.002. Prov. : couche d’occupation (états 7-8).

277176. Alliage cuivreux. Arc de forme quadrangulaire avec un pied en forme de serpent. Incrustations (disparues) dans la partie supérieure de l'arc. Incisions sur le pied pour représenter le serpent. Ardillon absent. Déformée.
L : 4,15 cm. Inv. 1000.173. Prov. : surface.

278Riha 5. ?
177. Alliage cuivreux. Tête de l’arc. Trois moulures transversales au niveau de la tête suivies d’un décor unguiforme. Goupille en fer. Étamée.
L : 1,8 cm. Inv. 1120.001. Prov. : fosse (état 5).

Fibules à charnière réduite sous l’arc

279Riha 7.4
178. Alliage cuivreux. Disque plat et losangique aux côtés incurvés. En haut, l’extrémité est flanquée d’un fleuron. Le bas devait certainement se terminer de la même façon. Le centre est décoré par un cercle perlé qui entoure lui-même un petit cercle qui devait accueillir un bouton décoratif. Il manque une partie de l’ardillon. Goupille en fer. Étamée.
L : 3,25 cm. Inv. 3006.045. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

280Riha 7.7
179. Alliage cuivreux. Fibule en forme de rosace dont le pourtour présente un décor composé de six pointes et six cercles. Les parties circulaires sont dotées d’une cavité circulaire au centre servant à accueillir un rivet qui maintenait certainement une rondelle d’os, un décor estampé ou encore une incrustation en pâte de verre. Seuls trois rivets ont été conservés. Le cercle central est également percé d’un trou et décoré par cercle de grènetis. Les parties pointues sont décorées par des feuilles formées de stries. Goupille en fer. Étamée.
L : 3,75 cm. Inv. 3000.046. Prov. : surface.

281Riha 7.10
180. Alliage cuivreux. Arc en forme d’étoile à huit branches. Décor estampé et étamé au relief peu développé (très endommagé). Ardillon incomplet. Goupille en fer. Étamée.
L : 2,7 cm. Inv. 1000.036. Prov. : surface.

Pl. 10. Fibules : Types 7.7 à 7.23 et indéterminées (DAO : R. Perruche).

282Riha 7.11

283181. Alliage cuivreux. Partie centrale en forme de cône, le sommet devait accueillir un décor incrusté. Décor de deux cercles concentriques striés. Goupille en fer. Ardillon absent.
Diam : 2,2 cm. Inv. 1000.035. Prov. : surface.

284182. Alliage cuivreux. Partie centrale en forme de cône. Décor de cercles concentriques. Protubérances sur le pourtour. Goupille en bronze. Ardillon incomplet.
Diam : 3,3 cm. Inv. 503.002. Prov. : remblai ? (états 7-8).

285Riha 7.17
183. Arc de forme rectangulaire incrusté d’émail (série de bandes jaune, rouge, bleu et blanche). Six appendices circulaires incrustés d’émail rouge et blanc. Goupille en fer. Ardillon tordu.
L : 3,8 cm. Inv. 1000.097. Prov. : surface.

286Riha 7.22
184. Alliage cuivreux. Décor végétal longitudinal sur l’arc, incrusté de nielle ? Pied effilé plié. Léger décrochement de l’arc au niveau de la tête. Goupille en fer. Manque une partie de l’ardillon. Étamée.
L : 2,65 cm. Inv. 3006.077. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

287185. Alliage cuivreux. Arc circulaire présentant une tête de serpent ? Une deuxième partie identique complétait certainement cette fibule.
Diam : 1,3 cm. Inv. 526.006. Prov. : construction mur interne (état 6).

288186. Alliage cuivreux. Fibule lagomorphe. Le décor incrusté d’émail représente deux lièvres affrontés, l’un de couleur verte à gauche et l’autre de couleur orange à droite, entre les deux une plante. Goupille en fer. Étamée.
L : 2,5 cm. Inv. 1036.003. Prov. : fosse (états 5-6).

289Riha 7.23
187. Alliage cuivreux. Arc en forme de sablier, symétrique. Décor de stries sur le pourtour et série de petits carrés (incrustés ?) sur la totalité de l’arc. Goupille en fer.
L : 3,4 cm. Inv. 1000.135. Prov. Surface.

Fibules à charnière indéterminées

290188. Alliage cuivreux. Pied de fibule décoré de moulures transversales.
L : 2,4 cm. Inv. 404.004. Prov. : nveau de circulation (états 5-6).

291189. Alliage cuivreux. Ardillon et une partie de la charnière. Goupille en fer.
L : 3,6 cm. Inv. 526.010. Prov. : construction mur interne (état 6a).

292190. Alliage cuivreux. Ardillon. Traces de la goupille en fer.
L : 2,95 cm. Inv. 1012.009. Prov. : couche d’occupation (état 8).

293191. Alliage cuivreux. Ardillon dont la butée a été conservée. Il a gardé la trace de la goupille en fer.
L : 4 cm. Inv. 3006.067. Prov. : couche d’occupation (état 6b-8).

294192. Alliage cuivreux. Ardillon.
L : 4,05 cm. Inv. 3015.008. Prov. : sol cour intérieure (états 7-8).

295193. Alliage cuivreux. Ardillon. Trace de la goupille en fer.
L : 4,7 cm. Inv. 1014.003. Prov. : recharge voie (état 8).

296194. Alliage cuivreux. Ardillon.
L : 2,75 cm. Inv. 1080.007. Prov. : fosse (état 6).

297195. Alliage cuivreux. Ardillon avec une butée de grande dimension.
L : 3,35 cm. Inv. 3006.041. Prov. : couche d’occupation (états 6b-8).

298Indéterminées
196. Alliage cuivreux. Fragment de l’arc. Bombé avec une protubérance sur la tête.
L : 1,6 cm. Inv. 3000.157. Prov. : surface.

299197. Alliage cuivreux. Pied de section triangulaire ? Porte-ardillon trapézoïdal ajouré (dix fenêtres).
L : 4,5 cm. Inv. 200.032. Prov. : surface.

300198. Alliage cuivreux. Pied de section triangulaire. Étamée.
L : 1,75 cm. Inv. 400.005. Prov. : surface.

301199. Fer. Fragment de pied et du porte-ardillon (ajouré).
L : 2 cm. Inv. 1096.013. Prov. : rremblai (états 4-5).

302200. Alliage cuivreux. Seul l’ardillon a été conservé.

303L : 3,95 cm. Inv. 3007.059. Prov. : couche d’occupation (états 1b-5a).
201. Alliage cuivreux. Ardillon.

304L : 2,8 cm. Inv. 1023.067. Prov. : couche d’occupation (états 1b-4b).
202. Alliage cuivreux. Ardillon tordu.
L : 3,35 cm. Inv. 308.001. Prov. : remblai ? (états 5a-5b).

Haut de page

Bibliographie

ABERSON M., 2001, « Urnam cum sortibus : plaquette de bronze inscrite provenant de Martigny », Vallesia : bull. annuel de la Bibliothèque et des Archives cantonales du Valais, des Musées de Valère et de la Majorie/Jahrbuch der Walliser Kantonsbibliothek, des Staatsarchivs und der Museen von Valeria und Majoria, p. 619-628.

ABERSON M., 2007, « Le statut de l’offrande : entre pratiques ‘gauloises’ et ‘romaines’ de dédicace des objets », in : DALAISON J. dir., Espaces et pouvoirs dans l’Antiquité de l’Anatolie à la Gaule : hommages à Bernard Rémy, p. 35-47 (Les Cahiers du CRHIPA, 11).

ABERSON M., 2009, « Le statut des dépôts d’offrandes dans l’Italie du Ve au Ier siècle av. J.-C. : l’apport de l’épigraphie et des textes normatifs », in : BONNARDIN S., HAMON C., LAUWERS M., QUILLIEC B. dir., Du matériel au spirituel : réalités archéologiques et historiques des ‘dépôts’ de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIXe rencontres d'archéologie et d’histoire d’Antibes, 16-18 oct. 2008, Antibes, p. 373-380.

ALBERT R., FAUDUET I., 1976, « Les fibules d’Argentomagus », Revue archéologique du Centre de la France, t. 59-60, p. 199-240.

ALMODOVAR P., 2004, Le petit mobilier métallique du sanctuaire celtique et gallo-romain de Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d'Or), Mémoire de maîtrise, Univ. de Paris IV, 175 p.

BARRAL Ph. dir., 2009, Rapport annuel 2009. ‘Projet collectif de recherche : Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique : Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) : archéologie, sciences de la terre et de l’environnement, Rapport intermédiaire sur la campagne, Besançon, Laboratoire de chrono-environnement, SRA de Franche-Comté, 348 p.

BARRAL Ph., JOLY M. dir., 2005, Mirebeau-sur-Bèze, La Fenotte : fouille programmée triennale 2005-2007, Dijon, SRA de Bourgogne, 132 p.

BARRAL Ph., JOLY M. dir., 2007, Mirebeau-sur-Bèze, La Fenotte : fouille programmée triennale 2005-2007, Dijon, SRA de Bourgogne, 319 p.

BARRAL Ph., JACCOTTEY L., PICHOT V., 2007, « L’agglomération de Mandeure (Doubs) et son territoire au second Âge du Fer », in : BARRAL Ph., DAUBIGNEY A. et alii dir., L’Âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges : dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’Âge du Fer, Actes du XXIXème colloque international de l’AFEAF, Bienne (canton de Berne, Suisse), 5-8 mai 2005, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 139-160 (Annales litt. de l’Univ.de Besançon - Environnement, sociétés et archéologie, 11).

BARRAL Ph., VIDEAU G., 2012, « De Bibracte à Vesontio : esquisse d’une périodisation de la fin de l’Âge du Fer en Bourgogne et Franche-Comté », in : BARRAL Ph., FICHTL S. dir., Regards sur la chronologie de la fin de l’Âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne, Actes de la table ronde tenue à Bibracte, Glux-en-Glenne, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 95-114 (Bibracte, 22).

BARRAL Ph., BILLOIN D., BLIN S., BOSSUET G., CRAMATTE C., FRUCHART C., LAPLAIGE C., MAMIE A., MONNIER J., MOUGIN P., PIERRE N., PININGRE J.-F., THIVET M., BATAILLE G., Bouziane M., CHAMPEAUX D., GLAUS M., GASTON C., HUGUET L., IZRI S., MAMIN Y., MOUTON-VENAULT S., PERRUCHE R., VIDEAU G., 2015, « Nouvelles données sur l’agglomération antique d’Epomanduodurum (Mandeure et Mathay, Doubs) », Gallia, t. 72-2, p. 11-142.

BATAILLE G., 2008, Les Celtes: des mobiliers aux cultes, Dijon, Éd. univ. de Dijon, 258 p.

BATAILLE G., 2011, « Principes d’évolution des ensembles de mobiliers métalliques issus de sanctuaires, dans le quart est de la Gaule, entre les IIIe s. av. - IIe s. ap. J.-C. », in : REDDÉ M., BARRAL P., FAVORY F. dir., Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 655-662 (Bibracte, 21).

BATAILLE G., 2015, « Approches des pratiques rituelles : proposition de restitution à partir des dépôts terrestres non funéraires à composante non métallique », in : KAURIN J., MARION S., BATAILLE G. dir., Décrire, analyser, interpréter les pratiques de dépôt à l’âge du Fer, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 145-164 (Bibracte, 26).

BERTRAND I., 2000, « Le petit mobilier du sanctuaire gallo-romain du Gué-de-Sciaux, Vienne : étude des objets de parure et de toilette », in : BERTRAND I., CLÉMENT-GILLET S. dir., Actualité de la recherche sur le mobilier romain non céramique, Actes du colloque de Chauvigny (Vienne, France), 23-24 oct. 1998, Poitiers, Ass. des Publ. chauvinoises, p. 71-102 (Mémoire, Société de recherches archéologiques de Chauvigny, 18).

BERTRAND I., 2003, Objets de parure et de soins du corps d’époque romaine dans l’est picton (Deux-Sèvres, Vienne), Poitiers, Ass. des Publ. chauvinoises, 223 p. (Mémoire, Société de recherches archéologiques de Chauvigny, 23).

BÖHME-SCHÖNBERGER A., SCHILP T., 2006, « Neue Beobachtungen zur Herstellungsweise römischer Distelfibeln », Archäologisches Korrespondenzblatt, 36, Mayence, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, p. 75-82.

BOSSUET G., THIVET M., 2007, « Études documentaires et recherches géophysiques », in : BARRAL Ph. dir., Rapport annuel 2007. Projet collectif de recherche ‘Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique : Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) : Archéologie, sciences de la terre et de l’environnement’, Rapport intermédiaire sur la campagne, Besançon, SRA de Franche-Comté, p. 71-84.

BOSSUET G., BARRES E., BARRAL Ph., DUMONT A., BENSIMA L., PERRAULT C., GIRARCLOS O., 2003, « Approches géoarchéologique et paléoenvironnementale dans la partie sud-ouest de la Boucle du Doubs », in : BARRAL Ph. dir., Projet collectif de recherche ‘Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique : Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) : Archéologie, territoire et environnement’, Rapport annuel 2003, Besançon, SRA de Franche-Comté, p. 25-72.

BROWN R., 1986, « The Iron Age and Romano-Birtish settlement at Woodcock Hall, Saham Toney, Norfolk », Britannia, 17, p. 1-58.

CANNY D., DILLY G., 1998, « Les fibules de Fesques », in : MANTEL E. dir., Le sanctuaire de Fesques ‘Le Mont du Val aux Moines’, Seine Maritime, Berck-sur-Mer, Centre de recherches archéologiques et de diffusion culturelle, p. 184-198.

CAZANOVE O. de, 1991, « Ex-voto de l’Italie républicaine : sur quelques aspects de leur mise au rebut », in : BRUNAUX J.-L. dir., Les sanctuaires celtiques et leurs rapports avec le monde méditerranéen, Actes du colloque De Saint-Riquier, 8-11 nov. 1990, Paris, éd. Errance, p. 203-214 (Archéologie aujourd’hui. Dossiers de protohistoire, 3).

CAZANOVE O. de, JOLY M., 2011, « Les lieux de culte du nord-est de la Gaule à l’époque de la romanisation : sanctuaires ruraux, sanctuaires d’agglomération, rites et offrandes », in : REDDÉ M., BARRAL Ph., FAVORY F. dir., Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 663-671 (Bibracte, 21).

CLELAND L., 2005, The Brauron clothing catalogues : text, Analysis, glossary and translation, Oxford, J. & E. Hedges Ltd, 206 p. (BAR Intern. series, 1428).

Collectif, 2001, Cent mille ans d’histoire sous la déviation de la RN12: de Jouars-Pontchartrain à Méré : archéologie préventive en région Île-de-France, Paris, AFAN, 47 p.

CURDY P., JUD P., KAENEL G., 2012, « Chronologie de la fin de La Tène en Suisse occidentale, à partir des fibules issues de contextes funéraires », in : BARRAL Ph., FICHTL S. dir., Regards sur la chronologie de la fin de l’Âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne , Actes de la table ronde tenue à Bibracte, Glux-en-Glenne, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne, p. 49-64 (Bibracte, 22).

DANANAI A., 2012, « Les fibules romaines en Gaule Belgique : étude d’une micro-région, le Douaisis », Revue du Nord, Hors-Série, 17, p. 207-259.

DARDAINE S., CHOSSENOT M., 2006, « Le dieu Smertulitanus et son prêtre à Châlons-en-Champagne », La Lettre de l’Association Marcel Arland des études haut-marnaises, 121, p. 17-27.

DEMETZ S., 1999, Fibeln der spätlatène- und frühen römischen Kaiserzeit in den Alpenländern, Rahden/Westf., M. Leidorf, 314 p.

DEVILLERS S., 2000, « Les fibules du sanctuaire de la forêt d’Halatte (commune d’Ognon, Oise) », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 18, p. 267-276.

DILLY G., JOBIC F., 1993, « Les fibules de Vendeuil-Caply », in : PITON D. dir., Vendeuil-Caply, Berck-sur-Mer, Centre de Recherches archéologiques et de Diffusion culturelle, p. 363-397.

DOLLFUS M.-A., 1975, Catalogue des fibules de bronze gallo-romaines de Haute-Normandie, Paris, Acad. des inscriptions et Belles Lettres, 261 p.

FAUDUET I., POMMERET C., 1985, « Les fibules du sanctuaire des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 36, fasc. 1-2, p. 61-116.

FAUDUET I., 1985, « Les fibules gallo-romaines à disque médian », Revue archéologique du Centre de la France, t. 24, p. 75-81.

FAUDUET I., 1998, « Différents types d’offrandes », in : À la rencontre des dieux gaulois : un défi à César, Catalogue d’exposition Musée archéologique H. Prades, Lattes, 27 nov. 1998-8 mars 1999, Musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, 31 mars 1999-28 juin 1999, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 133-135.

FAUDUET I., 2010, Les temples de tradition celtique en Gaule romaine, Paris, éd. Errance, 350 p.

FEUGÈRE M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale, de la Conquête à la fin du Ve s. ap. J.-C., Paris, éd. du CNRS, 509 p. (12ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

FEUGÈRE M., PASSELAC M., PELLECUER C., GARMY P., MAUNÉ S., FICHES J.-L., MONTEIL M., BESSAC J.-C., ROTH-CONGÈS A., CHAZELLES C.-A. de, SABRIÉ M., SABRIÉ R., BEL V., 1998, « Signes de la romanisation », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 31, 1, p. 299-353.

GARCIA M., 2002, Le sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme) : les fibules de l’enclos cultuel, les offrandes de parure en contexte de sanctuaires, Mémoire de maîtrise, Univ. Lumière-Lyon II, Lyon, 138 p.

GASPAR N., 2007, Die keltischen und gallo-römischen Fibeln vom Titelberg / les fibules gauloises et gallo-romaines du Titelberg, Luxembourg, Musée national d’histoire et d’art, 225 p. (Dossiers d’archéologie, XI).

GEBHARD R., 1991, Die Fibeln aus dem Oppidum von Manching, Stuttgart, Fr. Steiner, 224 p. (Manching, 14).

GRUEL K., 2005, « Étude comparée des découvertes monétaires sur quatre sanctuaires de la Gallia Comata  : Allones (Sarthe), Bibracte (Nièvre), les Bolards (Côte-d’Or), Mirebeau (Côte-d’Or) », in : HASELGROVE C., WIGG D.G. dir., Iron age coinage and ritual practices, Mainz am Rhein, P. von Zabern, p. 301-319 (Studien zu Fundmünzen der Antike, 20).

IZRI S., 2011, « Usages rituels de la monnaie », in : REDDÉ M., BARRAL Ph., FAVORY F. dir., p. 639-654 (Bibracte, 21).

HASELGROVE J.D., 1997, « Iron Age Brooch Deposition and Chronology », in : GWILT A., HASELGROVE C. dir., Reconstructing Iron Age Societies, Oxford, Oxbow, p. 51-72.

JOBIC F., 1986, « Le mobilier en bronze du sanctuaire de Digeon », Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 99-107.

JUNDI S., HILL J.D., 1997, « Brooches and identities in first century AD Britain : more than meets the eye ? », in : FORCEY C., HAWTHORNE J., WITCHER R., TRAC 97, Proceedings of the seventh annual theoretical roman archaeology conference, which formed part of the second international roman archaeology conference, University of Nottingham, April 1997, Oxford, Oxbow, p. 125-137.

KIERNAN P., 2009, Miniature votive offerings in the north-west provinces of the Roman Empire, Mainz, Mainz and Ruhpolding, Harrassowitz Verl., 300 p.

LAPLAIGE C., 2012, Comparaison de signaux (géophysique, LiDAR) utilisés dans l’étude des dynamiques anthropiques et naturelles, Thèse de doctorat, Univ. de Franche-Comté, 2 vol., 319 p., 174 f.

LEIFELD H., 2007, Endlatene- und älterkaiserzeitliche Fibeln aus Gräbern des Trierer Landes : eine antiquarisch-chronologische Studie, Bonn, R. Habelt, 393 p. (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, 146).

MANGARD M., 2008, Le sanctuaire gallo-romain du Bois l’Abbé à Eu, Seine-Maritime, Villeneuve d’Ascq, Univ. Charles-de-Gaulle, Lille 3, 301 p. (Archéologie, 12).

MARC-BLIN S., 2008, « Architecture et société à Mandeure au Haut-Empire », Bull. de la Soc. d’Émulation de Montbéliard, 131, p. 23-48.

MAZUR A., 1998, « Les fibules romaines d’Avenches I », Bull. de l’ass. Pro Aventico, 40, p. 5-104.

MAZUR A., 2010, « Les fibules romaines d’Avenches II », Bull. de l’ass. Pro Aventico, 52, p. 27-108.

MELLER H., 2002, Die Fibeln aus dem Reitia-Heiligtum von Este (Ausgrabungen 1880-1916), Mainz am Rhein, P. von Zabern, 121 p.

MELLER H., 2012, Die Fibeln aus dem Reitia-Heiligtum von Este (Ausgrabungen 1880-1916), Mainz am Rhein, Nünnerich-Asmus Verlag & Media, 477 p.

MOREAU H., 2014, Entre deux rives - Entre deux ponts : l’île Tibérine dans la Rome antique, Lille, Thèse de doctorat, 416 p.

MOREL J.-P., 1992, « Ex-voto par transformation, ex-voto par destination (à propos du dépôt votif de Fondo Ruozzo à Teano) », in : MACTOUX M.-M., GENY É. dir., Mélanges Pierre Lévêque. 6, Religion, Paris, Les Belles Lettres, p. 221-232 (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 463).

MOREL J.-P., 1999, « Les enseignements multiples des dépôts votifs : l’exemple du sanctuaire de Fondo Ruozzo à Teano (Campanie, Italie) », in : LORDKIPANIDZE O., LÉVÊQUE P., FRAYSSE a., GENY É. dir., Religions du Pont-Euxin, Actes du VIIIe symposium de Vani, Colchide, 1997, Besançon, Presses univ. franc-comtoises, p. 173-182.

NEILS J., 2009, « Textile dedications to female deities : the case of the Peplos », in : PRÊTRE C. dir., Le donateur, l’offrande et la déesse, Actes du 31ème colloque international de l’UMR HALMA-IPEL, Univ. Charles-de-Gaulle, Lille, 13-15 déc. 2007, Liège, Centre intern. d’étude de la religion grecque antique, p. 135-147 (23ème suppl. à Kernos).

NICKEL C., THOMA M., WIGG-WOLF D., 2008, Martberg : Heiligtum und Oppidum der Treverer II, Koblenz, Gesellschaft für Archäologie an Mittelrhein und Mosel, Direktion Archäologie Aussentelle Koblenz, 224 p.

NICKEL C., 2011, Martberg : Heiligtum und Oppidum der Treverer 2. Die Fibeln vom Martberg : Altfunde, Privatsammlungen, Feldunde, Grabungen, Koblenz, Gesellschaft für Archäologie an Mittelrhein und Mosel, 292 p. (Berichte zur Archäologie an Mittelrhein und Mosel, 18).

NOUVEL P., BARRAL P., 2015, « Dépôts d’antiquités dans les sanctuaires de Mandeure : des rites particuliers ? », in : Cultes et rites chez les Gaulois : des gestes quotidiens aux pratiques spectaculaires, Dijon, éd. Faton, , p. 68-73 (Les Dossiers d’Archéologie, 367).

PATERA I., 2012, Offrir en Grèce ancienne : gestes et contextes, Stuttgart, Steiner, 292 p.

PERRUCHE R., 2011, Place et usage des fibules dans les sanctuaires gallo-romains, Mémoire de Master, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 120 p.

POMMERET C., 2001, Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or, Dijon, S.A.E., 409 p. (16ème suppl. à la R.A.E.).

POPOVITCH L., 2012, « Les offrandes monétaires en Gaule romaine », in : CAZANOVE O. de,. MÉNIEL P. dir., Étudier les lieux de culte de Gaule romaine, Actes de la table ronde de Dijon, 18-19 sept. 2009, Montagnac, M. Mergoil, p. 29-36 (Archéologie et histoire romaine, 24).

POUX M., 2006, « Religion et Société : le sanctuaire averne de Corent », in : Religion et société en Gaule, Paris, éd. Errance, p. 117-155.

POUX M., DEMIERRE M., 2015, Le sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme, Auvergne) : vestiges et rituels, Paris, CNRS éd., 707 p. (62ème supplément à Gallia).

QUÉREL P., WOIMANT G.-P., 2002, Le site d’Estrées-Saint-Denis : sanctuaire et habitat, une agglomération secondaire ?, Amiens, Revue archéologique de Picardie, 415 p. (Revue archéologique de Picardie, 3-4, 2002).

REY-VODOZ V., 1986, « Les fibules gallo-romaines de Martigny VS », Annuaire de la Société suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 69, p. 149-198.

REY-VODOZ V., 1991, « Les offrandes dans les sanctuaires gallo-romains », in : BRUNAUX J.-L. dir., Les sanctuaires celtiques et leurs rapports avec le monde méditerranéen, Actes du colloque de Saint-Riquier, 8-11 nov. 1990, Paris, éd. Errance, p. 52-58 (Archéologie aujourd'hui. Dossiers de Protohistoire, III).

REY-VODOZ V., 1998, « Les fibules », in : Beiträge zum römischen Oberwinterthur : Ausgrabungen im Unteren Bühl : Les fibules, Keramische Sondergruppen, bleiglasierte Keramik, Terrakötten, Lampen, Zürich, Zürich und Egg, p. 11-62 (Viturudum, 8).

REY-VODOZ V., 2006, « Offrandes et rituels votifs dans les sanctuaires de la Gaule romaine », in : Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, Le Livre Timperman, p. 219-238.

RIECKHOFF S., 2012, « L’histoire de la chronologie de La Tène finale en Europe centrale et le paradigme de la continuité », in : BARRAL Ph., FICHTL S. dir., p. 25-38 (Bibracte, 22).

RIHA E., 1979, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum, 222 p. (Forschungen in Augst : Römermuseum, 3).

RIHA E., 1994, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst : die Neufunde seit 1975, Augst, Römermuseum, 206 p. (Forschungen in Augst : Römermuseum, 18).

SCHEID J., 1991, « Hoc anno immolatum non est : les aléas de la voti sponsio », in : BARTOLONI G., COLONNA G., GROTTANELLI C. dir., Anathema, Atti del convegno internazionale, regime delle offerte e vita dei santuari nel Mediterraneo antico, Roma, 15-18 giugno 1989, Roma, Univ. degli Studi di Roma ‘La Sapienza’, p. 775-783 (Scienze dell’Antichità. Storia, archeologia, antropologia, 3-4).

SEDLMAYER H., 2015, « Le fibule del tipo Aucissa : componente tipica dell’abbigliamento femminile in un ambito di scarsa romanizzazione », Quaderni friulani di archeologia, 24, p. 19-32.

SIMPSON G., BLANCE B., 1998, « Do brooches have ritual associations ? » in : BIRD J., Form and fabric : studies in Rome’s material past in honour of B. R. Hartley, Oxord, p. 267-279 (Oxbow Monograph, 80).

STRIEWE K., 1996, Studien zur Nauheimer Fibel und ähnlichen Formen der Spätlatènezeit, Espelkamp, Allemagne, M. Leidorf, 312 p. (Internationale Archäologie, 29).

TESTART A., 2006, Des dons et des dieux : anthropologie religieuse et sociologie comparative, Paris, éd. Errance, 155 p.

THIVET M., 2008, Méthodes nouvelles de l’archéologie appliquées au site antique de Mandeure / Mathay (Doubs) : reconnaissance spatiale, évolution chronologique, statut urbain, Thèse de doctorat, Univ. de Franche-Comté, UFR des Sciences du Langage, de l’Homme et de la Société, 165 + 125 p.

THIVET M., BARRAL P., 2011, « Un pôle religieux », in : BARRAL Ph. dir., Mandeure : une ville antique sur le Doubs, Besançon, SRA, p. 29 (Archéologie en Franche-Comté, 2).

THIVET M., NOUVEL P., 2009, « L’occupation laténienne du sanctuaire des Champs des Fougères à Mandeure (Doubs), campagnes 2007 et 2008 », Bull. de l’Ass. française pour l’Étude de l’Âge du Fer, 27, p. 59-63.

VAN ANDRINGA W., 2002, La religion en Gaule romaine : piété et politique: Ier-IIIe siècle apr. J.-C., Paris, éd. Errance, 335 p.

VEYNE P., 1983, « ‘ Titulus praelatus’ : offrande, solennisation et publicité dans les ex-voto gréco-romains », Revue archéologique, 2, p. 281-300.

VEYNE P., 2012, L’Empire gréco-romain, Paris, éd. Points, 1055 p.

WEISSE T., 2014, Les fibules de l’agglomération secondaire gallo-romaine de Bliesbruck (Moselle) : fouilles 1978-2004, Bliesbruck-Reinheim, Parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim, 276 p.

WOIMANT G.-P., 2002, « Les fibules », in : QUÉREL P., WOIMANT G.-P. dir, Le site d’Estrées-Saint-Denis: sanctuaire et habitat, une agglomération secondaire?, Amiens, p. 99-113 (Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 2002).

WOODWARD A., 1992, English Heritage book of shrines & sacrifice, London, Batsford/English Heritage, 143 p.

Haut de page

Notes

1 Les fouilles et prospections ont été entreprises dans le cadre du Programme Collectif de Recherche « Approche pluridisciplinaire d’une agglomération antique : Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) : archéologie, sciences de la terre et de l’environnement », sous la direction de Ph. Barral (UFC, UMR 6249, Laboratoire Chrono-Environnement).

2 La Tène D1b correspond à une période allant de 125/120 à 80/75 avant J.-C., selon les différentes chronologies élaborées ces dernières années en Allemagne, en Suisse ou en France (BARRAL, VIDEAU, 2012 ; RIECKHOFF, 2012 ; CURDY et alii, 2012).

3 Pour les fibules filiformes et rubanées (Feugère 4a, 4b, 4c), les références manquent pour dater précisément ces types ; toutefois ils semblent bien être produits entre 80/60 et 20/10 av. J.-C. (FEUGÈRE, 1985, p. 203 ; POUX, DEMIERRE, 2015).

4 12,1 % à Vendeuil-Caply (DILLY, JOBIC, 1993) ; 10 % à Nuits-Saint-Georges (FAUDUET, POMMERET, 1985) ; 7,8 % à Martigny (REY-VODOZ, 1986) ; 5,1 % à Mirebeau-sur-Bèze (BARRAL, JOLY, 2007 ; PERRUCHE, 2011) ; 4,9 % à Eu (MANGARD, 2008).

5 26,8 % à Saint-Marcel (ALBERT, FAUDUET, 1976) ; 24,1 % à Estrées-Saint-Denis (WOIMANT, 2002) ; 15 % à Ognon (DEVILLERS, 2000) ; 14,2 % au Titelberg (GASPAR, 2007) ; 13,9 % à Eu (MANGARD, 2008) ; 10 % à Martigny (REY-VODOZ, 1986).

6 Les exemplaires de cette variante ne possèdent pas de couvre-ressort protecteur mais simplement un système de fixe-corde. Or il est d’usage de ne pas dissocier ces modèles des types du groupe 4, compte tenu de leurs caractères typologiques communs (REY-VODOZ, 1986, p. 162).

7 38 % de fibules datées de LT D à Vendeuil-Caply (DILLY, JOBIC, 1993) ; 28 % au Titelberg (GASPAR, 2007) ; 25 % à Saint-Marcel (ALBERT, FAUDUET, 1976) ; 23 % à Fesques (CANNY, DILLY, 1998) ; 19 % à Estrées-Saint-Denis (WOIMANT, 2002) ; 14 % à Martigny (REY-VODOZ, 1986).

8 Les monnaies continuent d’être déposées jusqu’au milieu du IIIe siècle (IZRI, 2011).

9 Les expressions dono dedit, donum dedit, donum dare ou sa variante donum dare libens merito ne qualifient pas explicitement un don gratuit et pourraient tout aussi bien commémorer a posteriori l’accomplissement d’un vœu (ABERSON, 2001, p. 621-622 ; REY-VODOZ, 2006, p. 227 ; MOREAU, 2014, p. 111). Cette absence de référence univoque conduit parfois à définir le don comme l’unique résultat de la formulation ou de l’acquittement d’un vœu. Or le don ne requiert aucune contrepartie et s’oppose à cet échange par définition (TESTART, 2006, p. 88).

10 En 1983, à l’occasion de fouilles extensives à proximité de la cathédrale de Châlons-en-Champagne, un petit socle de statuette a été découvert dans un niveau gallo-romain perturbé. Cet artefact constitue l’unique preuve épigraphique qui lie les fibules à une activité cultuelle gallo-romaine ; les deux inscriptions évoquent le dorage de deux fibules, fait par un prêtre pour son dieu : S[m]ertulitano deo / L. Victorius Censorin[u]s / sacerdos eiusd(em) numinis d(edit) d(edicauit) ; Et fib[u]/las duas / inaura/uit. (DARDAINE, CHOSSENOT, 2006).

11 Par exemple, le type 2.2 est majoritaire sur les sites de Saint-Marcel, Martigny (REY-VODOZ, 1986), Fesques (CANNY, DILLY, 1998), Estrées-Saint-Denis (WOIMANT, 2002), Ognon (DEVILLERS, 2000) ou Le Titelberg (GASPAR, 2007) ; le type 1.1 l’est à Mirebeau-sur-Bèze (BARRAL, JOLY, 2007 ; PERRUCHE, 2011) et Vendeuil-Caply (DILLY, Jobic, 1993) ; le type 5.2 à Eu (MANGARD, 2008) ; le type 5.12 à Nuits-Saint-Georges (FAUDUET, POMMERET, 1985).

12 À l’exception de la fibule de Corent datée de LT D2.

13 Seulement un exemplaire à Mandeure ; trois exemplaires à Mirebeau-sur-Bèze (BARRAL, JOLY 2007, n° 5094.007 ; ALMODOVAR, 2004, nos 183 et 188) ; un exemplaire à Corent (GARCIA, 2002, n° 9340) ; quatre exemplaires à Antigny (BERTRAND, 2000, nos 20-21, nos 13 et 42) ; un exemplaire à Digeon (JOBIC, 1986, n° 27) ; trois exemplaires à Eu (MANGARD, 2008, nos 140-141 et 143) ; un exemplaire au Titelberg (GASPAR, 2007, n° 846).

14 Avec un taux égal à 10 %, la fragmentation du mobilier apparaît relativement faible.

15 Cf. L’inventaire vestimentaire de Brauron (CLELAND, 2005) et le relief votif d’Artémis à Achinos, conservé au Musée archéologique de Lamia (NEILS, 2009, p. 141, fig. 3).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan schématique de l’agglomération antique de Mandeure avec la localisation des édifices cultuels (DAO : M. Thivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 2. Emprise de la fouille et restitution des systèmes de fermeture du sanctuaire (DAO : M. Thivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 3. Répartition des fibules selon leur mécanisme de fermeture.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 4. Distribution typologique des fibules.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 5. Répartition des fibules d’après leur période de production.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 6. Répartition chronologique des fibules à l’intérieur du sanctuaire.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 7. Comparaison des datations (en gris, la datation typologique ; en vert la datation des contextes de découverte).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 8. Évolution du taux de résidualité.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 9. Répartition des fibules selon leur période de production et les phases de fréquentation du sanctuaire.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig.10. Évolution des modes de déposition.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 11. Fibule miniature ou symbolique (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Pl. 1. Fibules : hallstattienne, LTB et type 1.0 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Pl. 2. Fibules : Type 1.1 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Pl. 3. Fibules : Types 1.4 à 1.*15 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Pl. 4. Fibules : Type 2.2 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Pl. 5. Fibules : Types 2.2 et 4.2 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Pl. 6. Fibules : Types 4.2 à 4.4 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Pl. 7. Fibules : Types 4.5.2 à 4.8 et indéterminées (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Pl. 8. Fibules : Indéterminées et types 5.2 à 5.7 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Pl. 9. Fibules : Types 5.7 à 7.4 (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Pl. 10. Fibules : Types 7.7 à 7.23 et indéterminées (DAO : R. Perruche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9565/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rebecca Perruche, « Les fibules gallo-romaines des « Champs des Fougères » à Mandeure (Doubs) : un mobilier cultuel dans l’est de la France », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 177-214.

Référence électronique

Rebecca Perruche, « Les fibules gallo-romaines des « Champs des Fougères » à Mandeure (Doubs) : un mobilier cultuel dans l’est de la France », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 10 octobre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9565

Haut de page

Auteur

Rebecca Perruche

UMR 6249, Laboratoire Chrono-Environnement. rebecca.perruche@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page