Navigation – Plan du site
Articles

Les fouilles archéologiques du château de Lunéville (Lorraine) : de la forteresse médiévale au ‘Versailles lorrain’

Sébastien Jeandemange, Amaury Masquilier, Thierry Franz et Rachel Prouteau
p. 263-318

Résumés

Une première surveillance en 2002 puis des recherches archéologiques préventives en 2009-2010 entreprises par l’Inrap au château de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) ont permis de restituer les grandes étapes du développement topographique, chronologique et architectural de l’édifice ducal. Ces recherches interviennent dans le cadre de la restauration du monument suite à son incendie en 2003. Des vestiges inédits du château médiéval et du XVIIe s. ont notamment été mis au jour. Pour le château du XVIIIe s., le croisement approfondi des données archéologiques, archéométriques, ainsi que les sources écrites et iconographiques, ont permis de préciser la chronologie des projets de l’architecte Germain Boffrand. Les connaissances de la vie quotidienne à la cour ont été enrichies grâce à l’étude du mobilier archéologique en céramique et en verre. Cette somme d’informations scientifiques apporte un éclairage original sur un édifice emblématique du patrimoine architectural lorrain.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Contexte des interventions archéologiques

1Possession des ducs de Lorraine depuis le XIIIe s., la ville de Lunéville (fig. 1) est connue pour son château construit à partir du début du XVIIIe s.

Fig. 1. Localisation générale (auteurs : cellule topographique et S. Jeandemange, Inrap) et vue aérienne du château ducal et du parc des bosquets, vue prise depuis le nord (cliché : Ph. Douzenel, Conseil départemental 54).

  • 1 L’expression « Versailles lorrain » trouve son origine dans les nombreuses similitudes architectura (...)
  • 2 Th. Algrin (ALGRIN, 1996) puis P.-Y. Caillault (CAILLAULT, 2004 et 2005).
  • 3 Avec les équipes de fouille composées de Laurent Forelle, Yannick Heckel, Jonathan Hubert, Sébastie (...)

2Surnommé le « Versailles lorrain »1, il a été classé au titre des Monuments historiques en 1901 et, à ce titre, des travaux de restauration sont entrepris depuis 1998 sous la houlette des architectes en chef des Monuments historiques2. Devant l’importance de certains travaux, l’archéologie préventive est prise en compte à partir des années 2000. La présente publication porte sur deux opérations archéologiques entreprises durant cette décennie (fig. 2 et 3)3.

Fig. 2. Carte archéologique du centre-ville de Lunéville montrant la localisation des interventions archéologiques. Le recalage des enceintes urbaines médiévale (petits pointillés) et moderne (grands pointillés) a été établi à partir du Plan de Lunéville (cf. fig. 5). 1. Château ducal, Cour d’honneur, fouille, Masquilier, 2002 ; 2. Château ducal, intérieur de la Chapelle, fouille, Jeandemange, 2009-2010 ; 3. 5 et 7 rue Cyfflé, diagnostic, Masquilier, 2006 ; 4. Place Léopold, diagnostic, Mangin et George-Leroy, 2001 ; 5. 10 rue des Bosquets, diagnostic, Masquilier, 2005 ; 6. 37, 39 et 41 rue de la République, diagnostic, Nicolas et Jeandemange, 2016-2017 (auteur : S. Jeandemange, Inrap).

3Les premières restaurations affectant le sous-sol ont porté sur la cour d’honneur et, dans ce cadre, une surveillance a été organisée en février 2002 à l’emplacement, d’une part, des tranchées de drainage le long des bâtiments de la cour d’honneur sur 140 m de longueur et, d’autre part, des fondations d’une grille d’honneur sur 40 m de longueur (MASQUILIER et alii, 2003 ; MASQUILIER et alii, 2006b).

Fig. 3. Recalage des deux fouilles et phasage chronologique (auteurs : J.-J. Bigot, P. Huard, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).

  • 4 Des sondages archéologiques ont également été réalisés par Cécile Travers dans les jardins en vue d (...)

4Depuis l’incendie intervenu en janvier 2003, le château a été déclaré « site national » et des moyens considérables ont été injectés dans sa reconstruction (CAILLAULT, 2004 et 2005). C’est dans ce contexte que s’intègre la seconde opération archéologique menée entre septembre 2009 et juillet 2010 (JEANDEMANGE, 2010 ; JEANDEMANGE, PROUTEAU, 2011). Elle a consisté, dans le cadre du projet de restauration de la chapelle et des espaces adjacents, en une fouille préalable à la pose de plus de 150 m de réseaux dans les sous-sols, notamment des caniveaux hydrauliques et aérauliques, et l’installation de deux ascenseurs4.
Ces surveillances ont permis l’étude de vestiges de trois périodes avec le matériel associé : châteaux du Moyen Âge, du XVIIe s. et divers états de celui du XVIIIe s.

1.2. Contexte géographique et géologique

5La ville de Lunéville est implantée dans une large vallée à la confluence de deux cours d’eau, la Meurthe au sud, qui coule d’est en ouest, et son affluent la Vezouze en rive droite, qui coule du nord-est vers le sud-ouest. La ville en elle-même est située sur les alluvions anciennes de la Meurthe, sur une basse terrasse située à une dizaine de mètres au-dessus du cours de la Meurthe, à environ 223 m NGF. Quant au château ducal, il est fondé sur des alluvions anciennes (Pléistocène récent : Weichsélien) du bassin versant de la Vezouze. Ces alluvions, matérialisées par des galets et du sable orange, recouvrent les Marnes versicolores du Keuper inférieur (MÉNILLET et alii, 2005).

1.3. Les étapes de la transformation du site castral d’après les sources écrites et iconographiques

  • 5 Valérie Schemmama, dans le cadre d’un stage au Service régional de l’Archéologie de Lorraine, a tra (...)
  • 6 Bibliothèque nationale d’Autriche, Vienne, codex 2556, f° 28.

6Les origines de Lunéville5 ne remontent pas au-delà du Xe s. et aucune source archéologique ne permet aujourd’hui d’attester une occupation avant 970, date à laquelle la terre de Lunéville appartient aux comtes épiscopaux de Metz, les Folmar (GIULIATO, 1992, p. 147-150). La plus ancienne mention du castrum de Lunarisvilla remonte à 1052-1072. Le château, supposé se trouver au même emplacement qu’aujourd’hui, contrôle alors le passage sur le pont de la Vezouze et le bourg qui se développe autour d’un hospice Saint-Georges. Au milieu du XIIe s., Lunéville passe aux mains d’une branche cadette des Folmar, les Bliescastel. Le comte Hugues Ier (règne : 1186-1220), ou son fils Hugues II (règne : 1220-1243), auraient entièrement reconstruit le château. L’édifice et la seigneurie passent en 1243 aux mains de Mathieu II, de la Maison de Lorraine et, durant le Moyen Âge, les ducs résideront volontiers à Lunéville. Le duc Raoul (règne : 1329-1346) fonde notamment en 1345 une chapelle castrale dédiée à la Vierge et à saint Antoine. Les sources écrites de 1317 à 1339 évoquent, quant à elles, certains des bâtiments et pièces que l’on rencontre dans les châteaux construits à cette époque. À partir du XVe s., le château et la ville sont alternativement occupés par les Bourguignons et les Lorrains, notamment lors des guerres de Bourgogne en 1476-1477. Il semble bien que la grosse tour nord et le pont sur la Vezouze soient figurés sur un dessin tiré du « Songe du Pastourel » par Jean du Prier, dit le Prieur, représentant les mercenaires recrutés par le duc René II l’avant-veille de la bataille de Nancy (5 janvier 1477 ; fig. 4)6. En tant que demeure princière, le château est régulièrement entretenu par les ducs successifs, René II (règne : 1473-1508), Antoine (règne : 1508-1544) et Charles III (règne : 1545-1608). Ces deux derniers résident d’ailleurs souvent à Lunéville et Charles III édifie une nouvelle enceinte urbaine, entre 1587 et 1591, commandée par le château. Cependant, à la fin de son règne, le château n’est plus en bon état et une des tours menace même de s’écrouler.

Fig. 4. Songe du Pastourel par Jean du Prier ; fin du XVe s., Bibliothèque nationale d’Autriche, Vienne, codex 2556, f° 28 (cliché © Bibliothèque nationale d’Autriche).

  • 7 BnF, département Cartes et plans, sous la cote GE C-6847 (feuille manuscrite à la plume avec tracés (...)

7’est donc à Henri II (règne : 1608-1624) que revient l’initiative de remettre au goût du jour le palais ducal pour en faire l’un de ses palais privilégiés. Les travaux confiés à Jean La Hiere, architecte des bâtiments ducaux (CHOUX, 1991, p. 79-88), durent de 1612 à 1623 et entraînent la disparition progressive du château fort et des fossés. En 1630, il ne reste qu’un « vieux corps de logis » et une tour en mauvais état. Le plus ancien document représentant Lunéville et son château est un relevé manuscrit inédit conservé à la Bibliothèque nationale de France. Il a été dressé pour faire le point sur les fortifications lors d’un siège de la ville par les Français, entre 1634 et 1638 (fig. 5)7.

Fig. 5. Plan de Lunéville, non daté mais certainement établi préalablement au démantèlement des fortifications, soit entre 1634 et 1638, conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, sous la cote GE C-6847 (feuille manuscrite à la plume avec tracés au lavis ; taille originale : 106 x 86 cm, échelle en toises équivalente à 1/1100). Cliché : © Bibliothèque nationale de France.
Légende transcrite : A. La ville de Lunéville bâtie au milieu d’une plaine sur le bord de la rivière appelée La Meurthe ; B. Le château du Prince bâti sur un lieu plus élevé de trois toises (8,58 m) que le plan de la ville ; ledit château n’est aucunement fortifié ; C. Murailles épaisses de cinq pieds par le bas (1,42 m), hautes de trente pieds (8,55 m) et flanquées de grosses tours ; D. Porte Saint-Nicolas ; E. Porte du coté de Marsal ; F. Porte qui ne s’ouvre pas ; G. Parapets qui sont sur les bastions et courtines de la fortification ; H. Saillis des talus des tours ; I. Épaisseur des remparts. Tous lesdits bastions sont faits de terre et de gazon autant de talus que de hauteur qui est de quatre à cinq toises (de 11,44 m à 14,30 m). Les parapets ont trois toises de largeur (8,58 m) et cinq pieds de hauteur (1,42 m). Les fossés ont 15 toises de largeur (42,90 m).
De K à L, le fossé est un plan d’eau et de roseaux, avec une profondeur de cinq pieds (1,42 m). De L à M, le fossé n’est pas achevé, n’ayant que quatre à cinq pieds de profondeur (1,14 m à 1,42 m). De M à N, il y a au milieu du grand fossé un autre fossé qui a une largeur de cinq toises (14,30 m) et une profondeur de cinq à six pieds (1,42 m à 1,71 m). De N à O, il n’y a pas d’autre fossé que la rivière. O. Le bastion des moulins appelé ainsi car les moulins sont enfermés dedans. P. Les deux bastions couvrent la porte et le bout du pont.

  • 8 Le plan inédit de la Bibliothèque nationale de France et celui publié par Beaulieu montrent deux ch (...)
  • 9 La recherche archéologique préventive urbaine récente a essentiellement porté sur les fortification (...)

8Le château présente un plan allongé et des bâtiments disposés en U qui peuvent être rapprochés d’un plan de 1690 figurant le château d’Henri II (cf. infra 1.3). Le plan de Lunéville publié par le sieur de Beaulieu pour illustrer son ouvrage « Plans et Profils des principales villes des Duchez de Lorraine et de Bar… » (BEAULIEU, 1668 ; fig. 6), s’il offre sensiblement les mêmes informations que le plan évoqué ci-dessus, est bien moins précis. En effet, destiné avant tout à restituer l’enceinte bastionnée au moment du siège de 1638, cette gravure ne détaille ni la ville, ni le château ducal. Son auteur choisit de représenter ce dernier sous la forme d’un vaste rectangle, flanqué d’une petite tour ronde et d’une grosse tour sur le côté nord et une demi-lune qui ne figure pas sur le plan précédent8. Un fossé en eau entourait la résidence princière, précédé à l’est par un verger, au sud et à l’ouest par la basse-cour. À la suite du siège de 1638, le château est incendié et les fortifications urbaines démantelées par les Français9.

Fig. 6. Plan de la ville de Lunéville, gravé par Beaulieu (BEAULIEU, 1668). Plan conservé à la Bibliothèque Municipale de Nancy, cote FG6 LUN 41 (cliché : © Bibliothèques de Nancy)

  • 10 Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle (A.D. M.-M.), B 795, n° 52. Plan publié par CHOUX, 1 (...)
  • 11 A.D. M.-M., B 1517, B 6807-6813, B 6860-6864.

9Le duc Charles IV rentre en Lorraine en 1661 à la fin de la première occupation française et entreprend des travaux à Lunéville dès 1664. La Lorraine étant de nouveau occupée à partir 1670, les Français dressent un plan du château d’Henri II en 1690 (fig. 7) pour évaluer les réparations à effectuer sur la demeure : « Le Roy ayant esté informé que le chasteau de Lunéville est à présent inhabitable par le mauvais estat auquel sont ses couvertures, et que pour en empêcher la ruine il seroit nécessaire de faire promptement restablir lesdites couvertures […] »10. Ils entreprennent la réfection des toitures la même année11.

Fig. 7. Plan du rez-de-chaussée du château de Lunéville, encre et lavis sur papier, 1690. Plan conservé aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, cote B 795, n° 52 (cliché : © A.D. Meurthe-et-Moselle)

  • 12 F. Fossier date ces plans avant 1702. Le plan n° 35 est publié dans FRANZ, 2014b, p. 24.

10C’est en 1697, après le traité de Ryswick, que le duc Léopold (règne : 1698-1729) revient en Lorraine. Son règne est une période importante de l’histoire du château. Dès 1698, il entreprend la réfection de la plupart des pièces du château d’Henri II et crée de nouveaux corps de logis pour les gardes. En 1700, Jules Hardouin-Mansart semble s’être déplacé à Lunéville pour visiter la maison de campagne ducale (FRANZ, 2014b, p. 25-26). C’est probablement à cette occasion que des plans, conservés à la Bibliothèque nationale de France, sont levés (FOSSIER, 1997, p. 456, Va 54, t. 2, Robert de Cotte n° 34 et 3512) (fig. 8). Le duc décide peu de temps après de remplacer l’ancien palais par un édifice plus vaste et plus confortable, où il peut recevoir sa cour. Les travaux sont engagés dès avril 1701 et, à l’été 1702, le duc Léopold dispose d’appartements conformes à son rang (PHILIPPOT, FRANZ, 2010, p. 108). La chronologie des travaux de transformation du château d’Henri II en château classique, difficile à établir avec précision, s’échelonne de 1701 à 1734. Les recherches historiques récentes, réactivées à la suite de l’incendie de 2003 et aux restaurations qui s’en sont suivies, permettent de dégager trois périodes principales (CAILLAULT, 2005 ; GARMS, 2008 ; TRONQUART, 2009 ; FRANZ, 2010 ; PHILIPPOT, FRANZ, 2010 ; FRANZ, 2014b).

Fig. 8. Extrait d’un plan de situation du château [1700], conservé à la Bibliothèque nationale de France, fond Robert de Cotte, sous la cote Va 54 t.2 ; R. de C. 35 (feuille manuscrite au graphite ; taille originale : 38,8 x 53 cm ; microfilm H 135531 ; cliché : © Bibliothèque nationale de France ; légende : S. Jeandemange, Inrap).

11- 1701-1706. Les travaux sont menés sous la conduite de Pierre Bourdict (JACOPS, 2009) ou Bourdier (SIMONIN, 1986, p. 163), premier architecte et directeur des ouvrages de sculptures du duc de Lorraine depuis 1700. Le choix est fait de construire un ensemble ordonné, guidé par un axe de symétrie orienté est-ouest, avec une avant-cour encadrée par deux nouvelles ailes.

  • 13 Boffrand a laissé de nombreux dessins et plans de projets dont la filiation chronologique, difficil (...)

12- 1708-1719. En 1708, Nicolas d’Orbay apparaît une unique fois dans la comptabilité pour le levé des plans du château (SIMONIN, 1986, p. 163). Germain Boffrand13 présente en juillet 1709 ses plans à l’Académie royale d’architecture pour la construction du château que le duc de Lorraine « commence à faire rebâtir » (LEMONNIER, 1913, p. 234). En 1711, il devient « Premier architecte de Son Altesse le Duc Léopold » (HARSANY, 1939, p. 200, cité par SIMONIN, 1985, p. 151). Il engage des travaux qui se poursuivent au gré des ressources financières durant toute la décennie. Une nouvelle aile greffée sur la face sud du grand pavillon sud-est du château d’Henri II est entreprise pour les nouveaux appartements ducaux, pour lesquels des travaux de finition sont encore mentionnés en 1718. La chapelle placée à l’ouest de cette aile est quasiment achevée en 1716.

13- 1719-1734. Après un incendie survenu le 3 janvier 1719, des travaux importants sont réalisés sous la conduite de Germain Boffrand. C’est durant cette troisième période que le château et la chapelle consacrée en 1729 sont reconstruits suivant de nouveaux plans dressés par Boffrand au détriment du château du XVIIe s. cette fois. Les derniers travaux concernent la couverture du corps central en 1732 et 1734. Le plan est publié en 1745 par Germain Boffrand lui-même, dans son « Livre d’Architecture » (BOFFRAND, 1745).

14Durant le règne de Stanislas Leszczynski (1737-1766), l’édifice, en parfait état, ne subit pas de modification majeure (HÉRÉ, 1753). Le premier architecte du duc, Emmanuel Héré, construit différentes « fantaisies » (TRONQUART, GEORGE, 1991, p. 9-10 et 46-51) comme le fameux « Rocher » qui transforme, en 1742, le soubassement de la terrasse côté nord. Cette réalisation s’étalait sur 250 m environ, le long du « Grand canal ». Il n’en subsiste plus rien aujourd’hui.

15Après le décès du duc Stanislas Leszczynski, le château abrite la caserne des Gendarmes rouges. Il est désaffecté après la Révolution (TRONQUART, GEORGE, 1991, p. 9-11) et sa chapelle est transformée en magasin à fourrage. Sous la Restauration (1814-1830), il trouve une fonction militaire qu’il conserve partiellement jusqu’à nos jours. Un musée regroupant des collections de faïence, de militaria et d’art décoratif, et un autre de la broderie sont installés dans les ailes autour de la cour d’honneur.

II. Le château du Moyen Âge

16La période médiévale (fig. 9) est représentée par un épais mur localisé dans l’angle sud-ouest de la cour d’honneur. Découverte lors des travaux de la cour d’honneur, cette maçonnerie (1112), de 12,50 m de longueur, épaisse de 2,30 à 2,70 m, observée ponctuellement sur une hauteur de 1,20 m environ, est formée d’une fourrure et de deux appareils de revêtement proche de l’appareil assisé, formé de gros moellons plats (haut. 10-12 cm, larg. 20-30 cm, prof. 35-40 cm). Le tout est lié avec un mortier de chaux sableux, dur ou friable suivant les endroits, avec inclusions de charbon (tous les 10 cm environ), de nodules de chaux en grande quantité, et de quelques graviers. Un angle extérieur à l’extrémité sud du mur montre que ce dernier se dirige ensuite vers l’est.

Fig. 9. Vestiges du château du Moyen Âge sur fond de plan cadastral. Le plan de situation du château [1700] figure les vestiges du château médiéval et Renaissance (cf. fig. 8). Ces derniers, en vert clair, ont été recalés sur le présent plan cadastral (auteurs : J.-J. Bigot, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).

  • 14 Datations réalisées par le Dr van der Plicht (Centrum voor Isotopen Onderzoek, Groningen), respecti (...)

17Deux échantillons de charbons de mortier, prélevés à deux mètres d’espacement au cœur de la maçonnerie, ont été datés par radiocarbone par l’université de Groningen 1110  60 BP et 690  40 BP14. Les dates calibrées, avec un intervalle de confiance de 95,4 %, correspondent respectivement aux plages de datation suivantes :
- 778-1022 ap. J.-C.
- 1258-1324 ou 1345-1393 ap. J.-C.

18Ces écarts chronologiques importants peuvent être interprétés selon deux hypothèses.
Dans la première hypothèse, les échantillons proviendraient de deux maçonneries différentes qui n’auraient pas pu être différenciées lors des travaux en raison des fenêtres d’observation réduites (fig. 10). Dans ce cas, il faudrait admettre l’existence de deux édifices distincts. Le plus ancien pourrait correspondre à un palais comme on en connaît à Vaudémont par exemple à la fin du Xe s. (GIULIATO, 2002). Rappelons que Lunéville appartient aux comtes épiscopaux Folmar dès 970 et que le castrum de Lunarisvilla est cité en 1052-1072. L’édifice le plus récent correspondrait quant à lui au château des Bliescastel et probablement construit au XIIIe s.

Fig. 10. Angle nord-ouest de la cour d’honneur, vue vers le sud : mur médiéval (1112) au premier plan, mur bahut (1114) de la grille d’honneur du XVIIIe s. (partie nord) au fond à droite (cliché : A. George © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général).

19Dans la seconde hypothèse, on supposerait que la nature même des échantillons ne permet pas une datation fiable. Deux nouveaux cas doivent être envisagés. Le premier cas supposerait un mélange de charbons d’âges différents. Ce cas doit néanmoins être écarté dans la mesure où l’étude des mortiers réalisée par S. Büttner a montré que l’apport intentionnel de charbons et de cendre en grande quantité était très vraisemblablement réalisé pour leur propriété pouzzolanique, c’est-à-dire hydraulique (MASQUILIER et alii, 2006b, annexe 8), et n’était donc pas fortuit. On peut donc considérer que la production de charbons et la construction de l’édifice sont parfaitement contemporaines. Le deuxième cas qui doit être évoqué est relatif à la teneur en carbone contenu dans les échantillons. J. van der Plicht suggère que les dates discordantes obtenues pourraient être en effet expliquées par la faible teneur en carbone constatée dans les échantillons analysés.

20S’il n’est pas possible de pencher pour l’une ou l’autre des hypothèses, on peut affirmer que la maçonnerie 1112 est bien antérieure au château du duc Henri II. Elle illustre un mode de construction rencontré nulle part ailleurs sur le site et qui présente des caractéristiques défensives importantes par sa massivité et sa solidité, que l’on peut attribuer au château médiéval. L’absence de flanquement à l’angle sud-ouest du mur est un indice d’ancienneté dans la mesure où ce type d’aménagement défensif n’est véritablement attesté en Lorraine qu’à partir du XIIIe s. dans les systèmes défensifs urbains (FERRARESSO, WERLÉ, 2008, p. 403-405), mais aussi castraux. Enfin, le report des vestiges défensifs anciens dessinés sur le plan daté de 1700 de la Bibliothèque nationale de France (fig. 8) sur un plan topographique actuel montre sans ambiguïté que la maçonnerie 1112 (fig. 9) participe au système défensif castral. Il en marque même la limite occidentale commandant la ville.

3. Le château du XVIIe s.

  • 15 Un portique est une galerie ouverte au rez-de-chaussée. Le corps de portique est un portique forman (...)

21La deuxième période concerne le château construit par le duc Henri II entre 1612 et 1623. « De plan en U, la demeure ducale se compose d’un corps central flanqué de deux importants pavillons et de deux corps de portique15 en retour d’équerre se terminant chacun par un petit pavillon rectangulaire » (TRONQUART, GEORGE, 1991, p 5 ; fig. 7).

22Les fouilles archéologiques préventives ont permis l’observation en plan et en élévation du niveau inférieur du grand pavillon sud-est et du corps central. Les fondations du petit pavillon sud-ouest, les corps de portique nord et sud, et un sous-sol voûté aveugle supportant un escalier disparu le long du corps central ont également été exhumés dans la cour. Ces vestiges inédits se superposent parfaitement avec le plan de 1690 remis à une échelle métrique (fig. 11).

3.1. Description et interprétation des découvertes

3.1.1. Le petit pavillon sud-ouest et les corps de portique nord et sud

  • 16 Le soubassement taluté visible sur une gravure de 1704 montrant la face occidentale des petits pavi (...)

23Épaisses d’environ 1,10 m, les fondations du petit pavillon sud-ouest (fig. 11, 1031, 1032 et fig. 12) et du corps de portique sud (fig. 11, 1040 et 1044) ont été mises en évidence le long de l’aile sud actuelle16. Les fondations du corps de portique nord n’ont pu être observées qu’à un seul endroit en raison de leur mauvaise conservation (fig. 11, 1100).

Fig. 11. Vestiges du château d’Henri II et recalage du plan de 1690 sur fond de plan cadastral (auteurs : F. Verdelet, J.-J. Bigot, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).

24Ces données associées au recalage du plan de 1690 confirment que la cour d’honneur, large de 32,60 m (soit 100 pieds), était plus resserrée que celle du château actuel (42 m). En revanche, sa longueur n'a que faiblement variée (de 52 à 53 m, soit 160 pieds), la colonnade actuelle prenant la place de l’escalier d’honneur antérieur dont subsistaient les fondations.

Fig. 12. Angle sud-ouest de la cour d’honneur, vue vers le nord, mur bahut (1027) de la grille d’honneur du XVIIIe s. (partie sud) et angle nord-ouest du corps de portique sud du château d’Henri II (1032, en bas de la photo), cliché : A. George © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général.

3.1.2. Les vestiges de l’escalier d’honneur

  • 17 Le corps de passage est un corps de bâtiment dont le rez-de-chaussée est un passage couvert (PÉROUS (...)

25Des fondations d’un sous-sol voûté aveugle (fig. 11 et 13, coupe 1), long de 8,10 m, ont été mises au jour le long du corps de passage17 principal (1110). La fonction de ce sous-sol était de répartir uniformément la charge d’un escalier aujourd’hui disparu et implanté dans des remblais du comblement du fossé médiéval (1111). Ces vestiges, antérieurs à la colonnade du corps de passage actuel, correspondent selon toute vraisemblance à l’escalier d’honneur du château d’Henri II. Cet escalier est dessiné sur le levé de 1690 (fig. 7) et se devine en perspective lointaine sur une gravure de Claude Charles datée de 1704 qui montre le château depuis l’avant-cour (CHOUX, 1991, p. 86-87).

Fig. 13. Profil des fondations d’un sous-sol aveugle du château de Henri II, découvertes le long du corps de passage principal (auteurs : J.-J. Bigot et A. Masquilier, Inrap).

3.1.3. Des aménagements dans le sous-sol du corps central ?

26Deux maçonneries (fig. 11, 2038 et 2039), localisées dans les sous-sols méridionaux du corps central, sont scellées et recoupées par des structures foyères dont les origines remontent au XVIIIe s. La première (2038), probablement un mur, se compose de blocs en grès jaune, équarris, présentant des traces de taille au pic, et liés avec un mortier de chaux ocre jaune. Recoupée par deux murs, elle a été observée sur une longueur de 1,70 m, une épaisseur de 1,25 m et une hauteur de 0,30 m, les assises inférieures n’ayant pas été atteintes. La seconde (2039) est un pilier de fondation de plan quadrangulaire de 1,10 m de côté et d’une profondeur de 0,45 m. Il se compose de nombreux fragments récupérés de blocs moulurés (médiévaux ?) liés à un mortier de chaux ocre jaune et dont certains présentent des traces d’enduit peint ocre jaune. La nature identique de la pierre employée et du mortier de chaux laisse envisager une contemporanéité de ces deux constructions.

27La datation de ces vestiges demeure délicate. Toutefois, leur niveau d’apparition (239,50 m NGF) est identique à celui de maçonneries découvertes dans le grand pavillon sud-est voisin et appartenant au château du XVIIe s.

3.1.4. Le grand pavillon sud-est

28L’importance des travaux (assainissement, eau, gaine de chauffage, électricité) dans l’emprise du pavillon sud-est du château d’Henri II a permis une observation archéologique complète de la partition interne du pavillon. À cela s’ajoute une étude de bâti exhaustive sur sa façade méridionale.

3.1.4.1. Description planimétrique et stratigraphique

29Observé depuis les caves, le pavillon présente un plan proche d’un carré de 17 m de côté (fig. 11). Les murs porteurs se composent de deux murs de façade, sud (5000) et est (3010), les deux autres étant liés au corps central (2006) et au corps de portique sud (1021). À une altitude de 229,50 m NGF, les murs sud et ouest ont une épaisseur de 2 m contre 1,50 m pour le mur nord lié au corps central.

30La partition interne (fig. 14) de cette tour carrée est matérialisée par quatre murs (3043, 3060, 3063 et 3066) épais de 0,90 à 1,10 m et chaînés aux murs porteurs. L’intérieur du pavillon couvre une surface de 180 m². Si l’on excepte l’encombrement des murs de refend (30 m²), les 150 m² restants sont divisés en quatre pièces.

Fig. 14. Vue vers le nord de l’intérieur du grand pavillon sud-est du château d’Henri II. Les maçonneries détourées correspondent à des murs de refend de ce dernier (auteur : S. Jeandemange, Inrap).

31L’étude des tranchées de chauffage et des élévations offre une vision stratigraphique complète du pavillon avec des maçonneries (façades et refends) et de nombreuses couches de remblais. Deux refends (fig. 11, 3060 et 3066) sont conservés en élévation sur 2,30 m de hauteur pour le premier et 3,50 m pour le second chaîné au mur porteur méridional (fig. 16, coupe 5, 3066). Les coupes effectuées dans les murs de refend 3060 et 3063 n’ont pas permis d’observer de tranchées de fondation. Ce qui laisse penser que les murs ont été édifiés, soit directement depuis le sol, les remblais étant apportés dans un second temps des deux côtés du mur, soit en tranchée pleine. Les couches de remblaiement sont globalement horizontales ou offrent un pendage nord-sud. Elles se composent d’un mélange d’argile verte à grise, de galets, de graviers, de sable avec parfois des fragments de terre cuite architecturale (fig. 15, coupe 1).

Fig. 15. Stratigraphie du grand pavillon sud-est du château d’Henri II. La coupe 1 figure l’intérieur, et les coupes 2 et 3 l’extérieur du pavillon (dessin : B. Delannoy, d’après L. Forelle, J. Hubert et S. Jeandemange, Inrap).

3.1.4.2. Analyse architecturale de la façade méridionale

32La partie inférieure de la façade méridionale a été fossilisée par les états postérieurs du château. Elle a fait l’objet d’un relevé de bâti sur ses 17 m de longueur et ses 3,75 m d’élévation conservés (fig. 16).

Fig. 16. Relevés des élévations du mur méridional du pavillon sud-est : l’intérieur correspond à la coupe 5, l’extérieur à la coupe 4. Les vestiges du pavillon du XVIIe s. ont servi d’assises de fondation aux voûtes et piliers du XVIIIe s. (dessin : B. Delannoy, d’après J. Hubert, L. Forelle et S. Jeandemange, Inrap).

33Cette façade (5000), au profil taluté (pendage à 12 %), se compose d’assises en moyen et grand appareil réglé, majoritairement formé de blocs en grès jaune, rarement en grès rose. Le parement aux joints fins est constitué d’une alternance d’assises de gros blocs (longueur supérieure à 1 m) et d’assises de blocs moyens (longueur de 0,50 à 0,60 m) (fig. 17).

Fig. 17. Vue de la façade extérieure du pavillon sud-est. Le parement se compose d’assises en moyen et grand appareil réglé, majoritairement formé de blocs en grès jaune (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

34Des traces d’outils sont encore visibles sur la plupart des blocs (fig. 18). Une ciselure, large de 1,5 cm, est observable sur le pourtour des blocs, alors que leur partie centrale a fait l’objet d’un traitement à l’aide d’un marteau taillant de type « grain d’orge ». Cette façade est fondée sur un mur bahut (5001) ayant un ressaut de 0,35 m et dont l’assise supérieure rappelle l’appareillage en grès situé plus haut, les assises inférieures étant constituées de moellons calcaires non équarris de petite taille (fig. 16, coupe 4).

Fig. 18. Vue de détail d’un bloc en grès de la façade extérieure du pavillon sud-est. Une ciselure, large de 1,5 cm, est observable sur le pourtour du bloc, alors que sa partie centrale a fait l’objet d’un traitement à l’aide d’un marteau taillant de type « grain d’orge » (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

35La façade est percée de deux fenêtres moulurées. La première baie (fig. 16, 4018) n’est que partiellement visible. Vus de l’extérieur, son piédroit gauche et une partie du linteau ont été découverts. Le piédroit observé, au profil mouluré à l’origine, a été « martelé » à l’aide d’un pic. L’appui de la baie et le second piédroit ont été démontés en partie lors de l’édification d’un pilier (4015) au XVIIIe s. La hauteur de l’ouverture extérieure, entre l’appui et le linteau, est de 1,82 m, sa largeur extérieure restant inconnue. Vus de l’intérieur, les deux piédroits visibles sont distants d’une largeur initiale de 2,40 m, réduite par un bouchage postérieur composé pêle-mêle de blocs et de petits moellons calcaires.

Fig. 19. Vue extérieure de la baie 5010. Contrairement au linteau masqué par une voûte (5009) du XVIIIe s., les piédroits et l’appui moulurés sont encore visibles (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

36La seconde baie (fig. 16 et 19, 5010) est dans un meilleur état de conservation. Vus de l’extérieur, l’appui de la baie et les deux piédroits moulurés sont encore visibles (soit une ouverture de 1,75 m), tandis que le linteau est masqué par une voûte (5009) en plein cintre datant des aménagements du XVIIIe s. La hauteur de l’ouverture de la baie est inconnue. Le profil de l’encadrement (fig. 20), mouluré, est formé d’un quart de rond et d’un petit cavet séparés par un filet. Côté intérieur, le piédroit gauche est visible sur toute sa hauteur avec un départ d’arc voûté en briques sur sa partie supérieure. La baie a été murée, côté intérieur, par des blocs calcaires en partie basse et des briques en partie haute et, côté extérieur, par un départ de voûte reposant sur l’appui de la fenêtre.

Fig. 20. Profil de l’encadrement d’une fenêtre (5010) du château d’Henri II dans le sous-sol du l’aile sud (DAO : E. Duriez, © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général).

37En croisant les données recueillies sur chaque baie et en considérant qu’elles avaient la même morphologie, il nous est possible de connaître leurs dimensions. Dans la mesure où les côtés convergent de l’intérieur vers l’extérieur, chacune présente un ébrasement dit intérieur, soit une largeur intérieure de 2,40 m et une largeur extérieure de 1,750 m. Les hauteurs sont de 3,42 m sous l’intrados intérieur et de 1,82 m sous le linteau extérieur.
Les vestiges mis au jour, corrélés avec le plan de 1690, permettent de connaître les dispositions architecturales du premier niveau du pavillon sud-est.

3.1.5. Topographie générale du château : la cour d’honneur et la question du fossé

38La topographie du terrain à cette époque est mal connue. La gravure de Claude Charles (1704) montre que les pavillons qui terminent les ailes latérales de la cour d’honneur reposent sur des soubassements talutés à la base desquels s’accroche, d’après ce document, une grille fermant la cour d’honneur (CHOUX, 1991, p. 86-87). Cette observation suggère que cette dernière cour est plus élevée que le terrain qui l’environne à l’extérieur, ce que confirment les observations archéologiques sur le flanc sud du château et dans la cour d’honneur.

39Afin d’illustrer ce phénomène, la partie basse soigneusement parementée de la façade méridionale du grand pavillon sud-est a été relevée à une altitude d’environ 230,50 m NGF, alors que le terrain naturel marneux apparaît à 229,50 m NGF. L’observation des coupes effectuées aux abords extérieurs de ce pavillon permet d’écarter l’hypothèse d’un fossé strictement défensif (fig. 15, coupes 2 et 3) puisque les baies se situeraient quasiment à la même altitude que le terrain naturel. Ce dernier, composé de couches de marnes vertes compactes, de graviers et de sables, a été observé à plusieurs reprises à quelques mètres à peine au sud de l’édifice et à faible profondeur (fig. 21). En revanche, il n’est pas exclu d’envisager la présence d’une contrescarpe côté ville, au sud, le niveau de la rue étant sensiblement plus élevé. Les informations archéologiques font malheureusement défaut pour le confirmer ou l’infirmer à l’heure actuelle.

Fig. 21. Coupe nord-sud située à l’extérieur du pavillon sud-est. La localisation du terrain naturel (sable et argile verte), relativement haute dans la stratigraphie, tend à prouver l’absence d’un fossé défensif à l’avant du château d’Henri II (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

40Par ailleurs, l’altitude du sommet des vestiges de l’escalier du pavillon central montre que le niveau de la cour d’honneur devait être sensiblement le même qu’actuellement (232,20 m NGF au pied des colonnes du corps principal).

41Une différence d’altitude entre les sols de la cour d’honneur, plus haute, et ceux des espaces extérieurs peut être estimée au minimum à environ 1,70 m. Elle a conditionné la topographie du château au XVIIIe s. dont la cour d’honneur a été aménagée avec une forte déclivité vers l’ouest, présente encore aujourd’hui, pour rattraper le niveau entre le corps de passage central et l’avant-cour (cf. infra 4.2.6. La cour d’honneur).

4. Le château du XVIIIe s. et ses aménagements tardifs

42Des vestiges inédits du château du XVIIIe s. (fig. 3) ont été découverts dans la cour d’honneur et dans les caves situées sous l’aile sud et la chapelle. Ils se composent de maçonneries (murs, fondations de piliers, escaliers, sole foyère, fours et égouts) et de traces de canalisations en bois assemblées aux moyens de frettes en fer. Trois phases, A, B et C, sont distinguées.

4.1. Phase A : les constructions de Léopold jusqu’à l’incendie de 1719

43La phase A regroupe les vestiges attribuables au règne de Léopold à Lunéville de 1701 jusqu’à l’incendie du 3 janvier 1719. Cette césure n’est pas arbitraire puisqu’elle a eu des conséquences majeures dans l’évolution architecturale du château.

4.1.1. Le sous-sol de la chapelle et du vestibule

44Au rez-de-chaussée, la chapelle et le vestibule qui la précède à l’est sont accolés au sud du pavillon sud-est du château d’Henri II (fig. 22). Le sous-sol conserve encore en élévation le mur porteur de l’abside (6007-6009), quatre piliers rectangulaires (5005, 5044, 5047 et 5048) et le mur porteur (4029) qui sépare la nef et le vestibule.

Fig. 22. Vestiges du château du XVIIIe s. (phase A) sur fond de plan cadastral. Ce plan montre notamment la chapelle construite à partir de 1712 et incendiée en 1719 (dessin : S. Jeandemange, Inrap).

45Les observations en plan et en coupes des tranchées de chauffage et de leurs abords ont permis la mise au jour de deux autres fondations maçonnées quadrangulaires (5037 et 5038) et d’un mur orienté nord-sud (fig. 22 et 23, coupes 1 et 2, 5013). La première fondation (fig. 22 et 23, coupes 1 et 3, 5037) mesure 1,30 m par 1 m de côté, pour une profondeur conservée de 0,70 m, les dimensions de la seconde (5038) étant un peu plus massive avec 1,50 m par 1,30 m de côté pour une profondeur inconnue. Le mur 5013 (fig. 23, coupe 2), observé sur 5 m de longueur pour une épaisseur de 0,85 m et une profondeur de 0,90 m, se situe entre deux piliers rectangulaires (5005 et 5048). Les trois maçonneries décrites sont constituées de moellons calcaires plats (5 à 12 cm d’épaisseur), non équarris, de petite taille (10 à 20 cm de longueur) et liés par un mortier de chaux ocre jaune.

Fig. 23. Coupes effectuées dans les caves situées sous la chapelle. La stratigraphie montre notamment le niveau d’apparition haut du terrain naturel. Des maçonneries (coupes 1 à 3, fondation de pilier 5037 et mur 5013) correspondent vraisemblablement aux fondations de la chapelle d’avant l’incendie de 1719 (dessin : B. Delannoy, d’après J. Hubert, L. Forelle et S. Jeandemange, Inrap).

46Sous l’ancien vestibule, compris entre les murs porteurs 4027 et 4029, les coupes relevées et le décapage en plan de leurs abords permettent l’observation de trois nouvelles fondations de piliers (4003, 4004 et 4045) (fig. 22 et 15, coupes 2 et 3) qui présentent des dimensions différentes. Le plan complet de deux d’entre elles (4003 et 4004) est connu : 1,90 m sur 1,50 m pour la première et 1,80 m sur 1,50 m pour la seconde. La relation stratigraphique de la troisième fondation avec le mur oriental (4027) n’a pas pu être déterminée et n’autorise donc pas une description planimétrique convenable (fondation tronquée ?). La lecture des coupes stratigraphiques, combinées à l’étude géotechnique entreprise en prévision de la reprise en sous-œuvre des piliers (GROSJEAN, BRUDER, 2010), indique la présence de profondes fondations classées par ordre croissant : 0,50 m (4004), 1,10 m (4045) et 2,50 m (4003).

  • 18 A.D.M.-M., B 1609 et B 12446, cité par PHILIPPOT, FRANZ, 2010, p. 110.

47En juillet 1709, Boffrand présente ses plans de reconstruction du château à l’Académie royale d’architecture. Dès lors, les mentions de travaux au château ont souvent été hâtivement associées au début de la construction de l’aile ducale et de sa chapelle. Des travaux sont signalés dès 1709 avec les nouvelles cuisines situées près de l’orangerie au sud-est (cf. infra 4.1.3.). En 1711, un bourgeois de Nancy rapporte dans son journal que deux princes de Nancy décèdent d’une maladie due au « remaniement des terres à cause des bastimens » (cité par GARMS, 2008, p. 76). Mais la situation financière difficile de Léopold à cette époque, déjà engagé dans la construction de la neuve Malgrange près de Nancy, l’invite à modérer ses ambitions pour Lunéville, bien que ses appartements aient été transférés dès 1710-1711 du château XVIIe s., sans doute en prévision de travaux, pour s’établir dans le commun nord de l’avant-cour. Plus probante est le témoignage d’un contemporain évoquant durant l’été 1712 le transport de bois à Lunéville « pour augmenter la maison d’une aile » (HARSANY, 1939, p. 540, cité par GARMS, 2008, p. 76). Le 26 août de la même année, Guesnon, collaborateur de Boffrand, écrit dans ses mémoires de voyage avoir « été à Lunéville dans le temps qu’on a commencé les fondements du nouveau bâtiment » (cité par PHILIPPOT, FRANZ, 2010, p. 110). Les travaux ne débutent en effet qu’à l’été 1712 par la construction de la chapelle et de l’aile côté jardin dans le prolongement de l’ancien château qui subsiste, aussi bien dans son corps principal que dans ses ailes côté cour. Le gros-œuvre serait achevé trois ans plus tard18. Le 10 juin 1716, la chapelle est bénite (FRANZ, 2015, p. 14). Elle n’eut qu’une brève existence et disparut le 3 janvier 1719 dans l’incendie qui dévasta les bâtiments tout juste achevés.

  • 19 Lunéville, Médiathèque de l’Orangerie, Fonds Piroux. Ce plan a été publié à plusieurs reprises (SIM (...)

48Le parti de plan de la chapelle, tel que révélé par les fouilles archéologiques, renvoie directement au Plan du Rez de Chaussée du château de Lunéville, conservé à la Médiathèque de l’Orangerie à Lunéville, qui offre une image assez fidèle du plan général dans lequel elle s’inscrivait (fig. 24)19. D’une longueur hors-œuvre de 18,50 m avec trois travées et une abside saillante, pour une largeur de 15 m, la chapelle et le vestibule qui la précède assurent la jonction avec le corps central du château d’Henri II et la nouvelle aile qui se développe vers l’est. Dans la cave, les quatre massifs de fondation rectangulaires (5005, 5044, 5047 et 5048) et les deux quadrangulaires (5037 et 5038) reprennent la charge des colonnes de la nef, telles que figurées sur ce plan, avec qui elles sont parfaitement corrélées. Le mur 5013 est en revanche plus difficilement interprétable. Peut-être s’agit-il d’un mur de liaison entre deux supports de piliers ? Du fait de son léger désaxement, cette hypothèse semble peu crédible.

Fig. 24. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet C (GARMS, 1990) dit « à hautes toitures ». Plan du rez-de-chaussée, 126 cm x 112 cm, conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général).

49Par ailleurs, le fait que les deux massifs de fondation à l’est (5037 et 5038) ne soient plus surmontés de piliers aujourd’hui, montre que les élévations ont été démolies après l’incendie de 1719. Quant aux piliers surmontant actuellement les fondations 5005, 5044, 5047 et 5048, il est probable qu’ils aient été reconstruits à partir de 1720 en même temps que la chapelle (FRANZ, 2010, p. 9).

4.1.2. Un cadran solaire dans le jardin à l’ouest de la chapelle

50Une base de colonne (7060) moulurée en grès rose, d’un diamètre de 1,30 m environ, a été dégagée à l’extrémité occidentale de la chapelle actuelle (fig. 22). Elle repose sur un socle circulaire composé de pierres calcaires non équarries noyées dans un mortier de chaux rose (fig. 25).

Fig. 25. Base de colonne moulurée (phase A) antérieure à la construction de l’actuelle chapelle (phase B). Cette maçonnerie pourrait appartenir à un cadran solaire mentionné dans les sources écrites du début du XVIIIe s. (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

  • 20 A.D.M.-M., B 1562.

51Cette base de colonne n’a aucune fonction dans le cadre de la chapelle actuelle et lui est donc antérieure. Elle se trouve dans un espace extérieur libre de toute construction durant la phase A. Il pourrait s’agir de la base d’un cadran solaire mentionné dans les archives et situé dans le « potager de SAR Madame ». Ce jardin est effectivement mentionné au sud du château à partir du tout début du XVIIIe s., notamment dans un important mémoire de travaux de maçonnerie de l’entrepreneur François Beauqué en 1701-1702. Ce dernier « fournit et pose un pied d’estal avec la tablette au dessus pour y poser un quadran au soleil »20.

4.1.3. Les cuisines du sous-sol du corps central et du grand pavillon sud-est

52Au nord-est, dans le sous-sol du corps central, adossée au mur 2006, une cheminée (fig. 22 et 26) est partiellement conservée sur 1,40 m de longueur et 0,80 à 1 m de largeur. Elle est matérialisée en plan par un foyer en briques (2033), la fondation d’un piédroit (2034) et un dallage en grès rose (2035).

Fig. 26. Plan, coupe et cliché des vestiges d’une cheminée (phases A et B) située sous le corps central. Elle se compose d’un foyer en briques (2033), de la fondation d’un piédroit (2034) et d’un dallage (2035) en grès rose (dessin : B. Delannoy, d’après L. Forelle, J. Hubert et S. Jeandemange, Inrap).

  • 21 Lunéville, Médiathèque de l’Orangerie, Fonds Piroux. Cliché T. Franz utilisé dans le rapport de fou (...)

53Postérieure aux maçonneries 2038 et 2039 attribuées au logis du XVIIe s. (cf. supra 3.1.3 et fig. 11), la cheminée 2033 fait indubitablement partie de la phase A. Elle est figurée sur un relevé des caves de l’ancien logis accompagnant un plan inédit d’un projet21 (fig. 27, numéro 1). Une autre, aujourd’hui entièrement disparue, lui fait face (fig. 27, numéro 2).

Fig. 27. Le château de Lunéville, extrait d’une retombe du plan Boffrand, projet B (GARMS, 1990) daté entre 1709 et 1712. Ce plan figure en rouge les vestiges du château d’Henri II intégré dans un projet de reconstruction. Deux cheminées y sont figurées dont la numéro 1 a été découverte en fouille. Plan conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : T. Franz, Château de Lunéville).

  • 22 A.D.M.-M., B 1562 ; Franz, 2014a, p. 234, note 3.
  • 23 A.D. M.-M., B 1590 et 1591.

54Au moment de l’installation de Léopold en 1698, les cuisines (certainement de la Bouche mais aussi du Commun) sont situées dans le soubassement de la partie sud du corps central. La distinction spatiale de ces deux services n’est pas très claire à Lunéville jusqu’au milieu des années 1710. Il faut en effet faire la distinction entre les cuisines de la Bouche, réservées à l’alimentation des tables de la famille ducale, et celles dites du Commun, qui alimentent les tables des officiers ayant « bouche à cour » (FRANZ, 2014a, p. 233). Un mémoire de maçonnerie de François Monnet rédigé entre décembre 1702 et janvier 1703 nous renseigne sur les deux cheminées décrites précédemment : « fait les contrefeux des deux cheminées de la grande cuisine de 2 pieds et demi de hauteur sur 7 pieds de longueur ; fait deux toises de pavé en entrant aux cuisines du côté du parterre au dessous de l’escalier »22. En 1709, deux mémoires nous informent que sont construites de « nouvelles cuisines situées au derrière du chasteau » situées « contre le gros mur de la ville attenant le couvent des sœurs grises du costé de l’orangerie » (SIMONIN, 1985, p. 155)23. Vers 1715-1716, les cuisines probablement du Commun, trop proches des appartements de Léopold installés dans la nouvelle aile sud, sont déplacées vers le nord, le long du canal, au pied du château. Elles y sont encore en 1718 (FRANZ, 2014a, p. 235). Les cuisines de la Bouche restent quant à elles dans le soubassement du corps central. La proximité des cuisines avec les appartements ducaux facilite d’ailleurs le service comme l’illustre le mécanisme installé en 1706 qui permet de faire monter une table déjà dressée, dite la table volante, directement dans la chambre de la duchesse Élisabeth-Charlotte située dans le pavillon sud-est (PHILIPPOT, FRANZ, 2010, p. 109 ; FRANZ, 2014a, p. 245).
Ces deux cheminées équipent donc les cuisines de Bouche et du Commun entre 1702 et 1709, puis la cuisine de Bouche seule comme cela vient d’être évoqué jusqu’en 1719.

55Aucun vestige archéologique n’a été mis en évidence dans le sous-sol du pavillon sud-est et, hormis l’aménagement des cheminées dans les caves du corps de logis, le château d’Henri II ne subit aucune transformation structurelle notable dans ce niveau.

4.2. Phase B : le projet définitif réalisé à partir de 1719

56La phase B (fig. 3 et 28) s’attache au projet définitif réalisé entre 1719 et 1734. Les travaux principaux s’enchaînent durant toute la décennie 1720. Les toitures en terrasses sont remplacées par des toitures à forte pente entre 1730 et 1732 en adaptant les balustrades existantes (TRONQUART, 2009, p. 12 ; CAILLAULT, 2008, p. 89-91).

4.2.1. Le corps central

4.2.1.1. Chronologie de la reconstruction

57L’ancien corps central du château d’Henri II est transformé en un corps de passage. Le creusement d’une large tranchée de fondation pour la colonnade d’entrée indique que les fondations du château d’Henri II n’ont pas été réutilisées, du moins en totalité. À l’est, la fondation (fig. 28, 1038) entaille également largement le pavillon sud du château d’Henri II (1040).

Fig. 28. Vestiges du château du XVIIIe s. (phase B) sur fond de plan cadastral. Ce plan montre les constructions faisant suite au grand incendie de 1719 (auteurs : F. Verdelet, J.-J. Bigot, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).

  • 24 A.D.M.-M., B 1636, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er janvier à la fin mars 1719.
  • 25 A.D.M.-M., B 1644, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er juillet à la fin septembre (...)
  • 26 A.D.M.-M., B 1644, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er octobre à la fin décembre 1 (...)

58Les premiers travaux sur le corps central et les deux pavillons d’Henri II qui lui sont associés pour former le « donjon » sont signalés dès l’hiver 1719 avec la démolition des souches de cheminée, l’étaiement des voûtes des caves du corps de logis, etc.24. L’incendie étant tout récent à la date de rédaction du mémoire, on peut penser qu’il s’agit de travaux de confortation et de mise en sécurité. Ils se poursuivent durant l’été par les premiers travaux de reconstruction avec le creusement des fondations : « fait un pont à travers du dongeon avec quatre sommiers pour pouvoir passer à travers avec les voitures pendant que l’on faisait les fondations » ; « posé des landres autour du dongeon pour empêcher de tomber dans les fondations »25. Entre octobre et décembre 1719, on s’affaire visiblement aux voûtes des caves et le début des élévations avec le déplacement de la grue : « fait des cintres pour le bâtiment du donjon » ; déplacer « la grande grue qui étoit dans l’angle entre le donjon et le bâtiment neuf [aile ducale sur jardin] » pour la mener « vers le milieu du donjon »26. Les élévations interviennent plus tardivement, probablement dès l’hiver 1720 ou au printemps de la même année après l’abandon du projet d’aile sud (cf. infra, 4.2.2. Projet inachevé pour l’aile sud). Les façades du nouveau corps de logis sont achevées au plus tard en août 1721 pour le mariage du prince de Lixheim à Lunéville comme le montre le tableau de Claude Jacquard (TRONQUART, GEORGE, 1991, p. 6) (cf. infra 4.2.6. La cour d’honneur), bien que des travaux d’aménagements soient encore mentionnés en avril 1722 (cf. ci-après).

4.2.1.2. Les cheminées de la cuisine de la Bouche

59Après les deux cheminées révélées à la fois par l’iconographie ancienne et par l’archéologie (cf. supra, 4.1.3. phase A), l’existence d’une troisième cheminée a été déterminée lors des travaux de surveillance archéologique. Il n’en reste plus que le contre-cœur (fig. 28 et 29, 3037) de briques plaquées contre le mur 3026. Ce dernier, situé dans le prolongement de la façade du corps central, remplace en décalé vers l’est le mur occidental du pavillon sud-est du château du XVIIe s. démoli en 1719. Stratigraphiquement, la cheminée 3037 doit donc être rapportée à la phase B. Elle n’est plus en fonction à la fin du XVIIIe s. suite à la construction d’un four de boulangerie (cf. infra, 4.3.1. phase C).

Fig. 29. Vue vers l’ouest du contre-cœur 3037, dernier vestige d’une cheminée des cuisines (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

60Dans son projet du début de l’année 1719 (fig. 30 ; GARMS, 1990, p. 85-86, projet D), Boffrand avait projeté de faire revenir les cuisines du Commun à proximité du château, au sud de la chapelle (SIMONIN, 1987, p. 160-161, 164 ; FRANZ, 2014a, p. 235). Cette trop grande proximité n’a sans doute pas été appréciée et le projet abandonné.

Fig. 30. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet D (GARMS, 1990) dit « avec cour bordée de longues ailes ». Plan partiel du rez-de-chaussée, conservé à la Bibliothèque municipale de Nancy, Fonds Piroux, cote H-PI-DE-00022 (cliché : © Bibliothèques de Nancy).

  • 27 A.D.M.-M., B 1652.
  • 28 A.D.M.-M., B 1670, toisé des travaux de charpente de Jean Jadot du 1er juillet 1720 au 31 décembre (...)

61Finalement, durant la reconstruction du corps central au moins jusqu’en 1720, du fait des contraintes des travaux, les cuisines de la Bouche et du Commun se trouvent réunies sur le canal au nord, ce qui facilitait en outre le service de la famille ducale qui à l’époque réoccupe le commun nord (FRANZ, 2014a, p. 235). Lors de la réinstallation de la famille ducale dans les appartements restaurés de l’aile sud sur jardin, vers 1721-1722, la séparation antérieure des cuisines est rétablie. La cuisine du Commun se situe alors près du canal et la cuisine de Bouche dans le soubassement de la moitié sud du corps central. Pour preuve, deux mémoires de travaux attestent que les cuisines de la Bouche sont réaménagées dans les caves du corps central après la reconstruction de celui-ci. Ainsi, le menuisier Charles Beaulieu certifie le 25 avril 1722 qu’il « fait 8 croisées posées aux cuisines sous le donjeon de 5 pieds 7 pouces de large et 4 pieds de hauteur, croisées cintrées »27. Entre le 1er juillet 1720 et le 31 décembre 1723, le charpentier Jean Jadot a « fait une conduite sur celle de Chanteheux qui conduit l’eau aux cuisines de la Bouche sous le dongeon [sic] de 14 toises de long »28.

62Les cheminées en fonction après le rétablissement de la cuisine de la Bouche sont représentées sur le plan publié par Héré en 1753. Il s’agit de la cheminée 3037 nouvellement créée (fig. 31, numéro 4) et de la cheminée 2033 héritée de la phase A (fig. 31, numéro 3). La cheminée qui faisait face à la cheminée 2033 a en revanche disparu du plan d’Héré, sans doute remplacée par la cheminée 3037.

Fig. 31. Extrait du plan des souterrains du château royal de Lunéville/ J.C.F. Lotha. – 1 plan : eau-forte ; 65,5 x 48,5 cm. Extrait de HÉRÉ, 1753. Plan conservé au Château de Lunéville, inventaire n° 2006.13.3 (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

4.2.2. Un projet inachevé pour l’aile sud de la cour d’honneur

4.2.2.1. Description

63Dans le cadre du nouveau projet architectural pour le château, une nouvelle aile sud est prévue, ce qui nécessite la destruction du corps de portique du château d’Henri II et la construction de profondes fondations (fig. 28, 1015 ; fig. 32, coupe 1, tranchée de fondation 1017) en recul de 3,40 m environ vers le sud.

Fig. 32. Profil de la tranchée de fondation 1017 (phase B) liée à la construction de la nouvelle aile sud de la cour d’honneur (auteurs : J.-J. Bigot et A. Masquilier, Inrap).

  • 29 Un stylobate est un soubassement portant une colonnade et, par extension, une ordonnance de pilastr (...)
  • 30 Un trumeau est un pan de mur entre deux embrasures au même niveau (PÉROUSE de MONTCLOS, 1972, vol.  (...)

64La fondation 1015 est surmontée d’autres maçonneries de fondation dont l’examen permet de différencier trois parties distinctes (fig. 28) pour cette aile. D’ouest en est :
- à l’extrémité occidentale de l’aile, la maçonnerie 1005, longue de 12,80 m (40 pieds), est parfaitement homogène ;
- la partie médiane, longue d’environ 25 m, est délimitée respectivement à l’ouest et à l’est par les fondations 1005 et 1045 ; elle se singularise par sept renfoncements de 1,60 à 1,80 m de longueur qui correspondent à autant de niches ou de baies ; ces derniers sont séparés par six maçonneries plus épaisses (1019) longues de 1,80 à 2 m, épaisses de 0,50 m et hautes de 1,20 m environ (fig. 33) pouvant servir de fondation à des stylobates29 de colonnes ou à des trumeaux30 ;
- enfin, la maçonnerie orientale 1045 se prolonge en direction du corps central sur une longueur inconnue. En effet, la présence de l’escalier latéral qui l’occulte en grande partie n’a pas permis d’étudier en détail son développement. À l’ouest, le début d’un huitième renfoncement est visible, distant de seulement 0,90 m du précédent.

Fig. 33. Cour d’honneur, aile sud, vue vers le sud-ouest, fondations de stylobates ou de trumeaux (US 1019) (cliché : A. George © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général).

4.2.2.2. Datation

  • 31 A.D.M.-M., B 1644.
  • 32 A.D.M.-M., B 1643, état des paiements par Héré de janvier à mars 1720.
  • 33 A.D.M.-M., B 1643, état des paiements par Héré d’avril à juin 1720.

65La démolition de l’aile sud du XVIIe s. de la cour d’honneur, dite aile des filles d’honneur, constitue le terminus post quem pour la construction de la nouvelle aile sud. Elle ne semble intervenir qu’à l’automne de 1719. Un mémoire de Jean Jadot pour la période du 1er octobre au 31 décembre 1719 évoque la « démolition de la charpente du comble de la petite aile où étaient autrefois logées les filles d’honneur »31, ces dernières étant relogées dans une aile des communs (cf. infra, 4.2.5. Les ailes sur cour définitives). L’ancienne aile est déjà à terre le 10 février 1720 comme l’indique le transport de démolitions : « payé l’état des tombereaux : transport de moellons, repoux, terre de l’aille des filles d’honneur et de la chapelle » ; des paiements analogues sont comptabilisés le 31 mars suivant32. La reconstruction de l’aile suit en mai 1720 avec la mention des travaux de fondations de l’aile et du pavillon des filles d’honneur33

66La datation de la fondation de l’aile sud étant à situer au printemps 1720, la question du prolongement de la nouvelle aile latérale sud vers le corps central se pose. En effet, deux hypothèses doivent être avancées, la première avec une aile courte compatible avec le pavillon d’Henri II, la seconde avec une aile longue en adéquation avec le parti d’ensemble définitif.

4.2.2.3. L’hypothèse d’une aile courte

67Dans cette hypothèse, le corps central du château d’Henri II et les grands pavillons sont maintenus, mais pas les ailes étroites et les petits pavillons latéraux du XVIIe s. qui sont démolis. Contrairement à l’aile latérale étroite du château d’Henri II qui rejoignait l’angle nord-ouest du grand pavillon sud, la nouvelle aile se prolonge sur sa face occidentale. On pourrait associer cette nouvelle aile avec les projets B ou C définis par J. Garms (GARMS, 1990), qui correspondent à ce critère.

  • 34 Ce projet peut être daté entre 1709, première intervention de Boffrand pour le château de Lunéville (...)

68Si l’on considère le projet B (fig. 34), l’ovale de la chapelle avec son anneau de colonnes est positionné à l’extrémité occidentale de l’aile nord. Or, les chapelles successives n’ont jamais occupé cet emplacement (FRANZ, 2010, p. 7-8) et il est peu probable que ce projet ait connu le moindre début de réalisation34. Ce projet peut être écarté.

Fig. 34. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet B (GARMS, 1990). Plan du rez-de-chaussée, conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général).

69Dans l’hypothèse du projet C (fig. 24), la maçonnerie 1045 devrait se développer sur 13,25 m de longueur pour se greffer au pavillon sud-est du château XVIIe s. L’aile sud se déploierait alors sur 50 m de longueur. Cette mesure est légèrement supérieure aux 49,40 m du toisé du projet C (25 toises, 2 pieds et 3 pouces, à la mesure de Paris) mais reste compatible avec celui-ci compte tenu des incertitudes liées au report du château d’Henri II sur le plan général des fouilles (fig. 11). En revanche, l’entraxe des neuf ouvertures comprises entre le pavillon occidental et le corps de logis est de 4,22 m sur le plan C (13 pieds), contre seulement 3,70 m pour les sept renfoncements relevés sur le terrain. Enfin, le pavillon occidental de l’aile sud mesure côté cour 12,50 m de longueur actuellement contre 12,02 m de développement (6 toises, 1 pied) sur le projet C avec une avancée d’un mètre environ (3 pieds) qui n’existe pas aujourd’hui. Remarquons que les seules mesures portées sur le plan du projet C, postérieures au plan lui-même datable de 1712, sont relatives à l’aile sud, ce qui, dans le cadre de cette première hypothèse, pourrait être mis en relation avec des calculs nécessaires au traçage de l’aile.

4.2.2.4. L’hypothèse d’une aile longue

70La seconde hypothèse envisage un développement de 15 m de longueur de la fondation 1045 jusqu’à la façade du corps central, après la démolition de la face occidentale du pavillon d’Henri II et l’abandon du projet C. Dans ce cas de figure, la fondation 1045 serait associée à l’élévation actuelle. Or, une reprise de maçonnerie visible entre, d’une part, les fondations 1015 et 1045 et, d’autre part, l’élévation de l’aile sud actuelle indique deux campagnes de construction chronologiquement bien distinctes. Les fondations 1015 et 1045 n’appartiennent pas au château dans son état actuel, mais à un projet antérieur qu’il convient d’identifier.

Fig. 35. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet A (GARMS, 1990) dit à « plan ramassé ». Le plan du corps central est conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville. Celui de l’aile droite, mais pour l’étage, appartient à la Bibliothèque municipale de Nancy. Ce dessin a pour objet de présenter le plan d’ensemble du château si ce projet avait été adopté. On ignore tout de la distribution intérieure de l’aile gauche pour laquelle on ne dispose d’aucun plan (dessin : tiré de SIMONIN, 1987 ; cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général).

71Les ailes sur cour du projet A (fig. 35 : GARMS, 1990, p. 83, projet A) sont pourvues de portiques à colonnes qui auraient pu être supportées par les fondations plus épaisses retrouvées en fouille et dès lors interprétées comme soubassements de stylobates. Mais la trop grande longueur des ailes qui empiètent largement sur l’avant-cour ne permet pas d’associer le projet A aux fondations 1015 et 1045. Il n’est toutefois pas inutile de rappeler que l’hypothèse de colonnade a déjà été proposée dans la mesure où Boffrand avait lui-même envisagée ce principe architectural (MASQUILIER et alii, 2003, p. 36-37, note 9).

72Le seul projet connu qui ne soit pas le projet définitif et qui corresponde à l’hypothèse d’aile longue est le projet F (GARMS, 1990, p. 88, projet F). De ce projet est conservée une étude des élévations de l’aile sud sur cour (fig. 36).

Fig. 36. Le château de Lunéville, élévations de l’aile sud sur cour, plan Boffrand, projet F (GARMS, 1990). Études conservées à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général)

  • 35 L’alette est un pan de mur diminuant latéralement l’ouverture d’une embrasure (PÉROUSE de MONTCLOS,(...)
  • 36 Expression utilisée par PÉROUSE de MONTCLOS, 1989.

73À gauche, un escalier accède à un pavillon à quatre travées et deux niveaux couronnés d’une balustrade. À droite, un long corps se déploie sur dix travées disposées sur deux niveaux, rez-de-chaussée et demi-étage. Le premier niveau montre des baies en plein cintre à embrasure profonde. Les portes et fenêtres, étroites et hautes, sont délimitées par de larges alettes35. Ce modèle est inspiré de celui mis en œuvre par Pierre Lescot pour les ailes François Ier au Louvre et largement repris dans l’architecture classique. Sur la même feuille, l’architecte a dessiné la façade principale du pavillon occidental avec deux versions pour les baies. La première, en cohérence avec l’aile à la Lescot36 (baies à embrasures extérieures et alettes), est dessinée sur la feuille. La seconde, correspondant aux fenêtres-arcades définitives, est dessinée sur un morceau de papier collé sur la feuille. Dans le projet F, l’aile est couronnée d’une balustrade terminée par un fronton et couverte d’une toiture en terrasse (CAILLAULT, 2008, p. 87).

74La longueur de l’aile sud mesurée d’après l’échelle du projet F est de 52,35 m environ, mesure quasiment identique à la longueur actuelle (52,40 m). De même, les deux corps du projet F respectent les proportions actuelles. D’après le toisé porté sur l’étude, les embrasures mesurent 2,60 m de largeur (8 pieds) et celle des trumeaux du corps à droite est de 0,81 m (2 pieds ½), soit un entraxe théorique de 3,41 m. Cette mesure est assez proche des 3,62 m de moyenne calculés d’après les données de terrain. La corrélation entre le projet et les vestiges nécessite d’admettre une légère adaptation entre le plan et l’ouvrage exécuté, phénomène habituel en architecture. Dans cette hypothèse, une explication plausible peut être avancée pour les renfoncements qui seraient aménagés à l’aplomb de chaque embrasure. Dans les baies à la Lescot, les charges sont allégées au droit des embrasures et reportées sur les trumeaux dont les fondations sont plus épaisses. Ceci permet aux entrepreneurs de réaliser de substantielles économies de matériaux et de mise en œuvre. En revanche, pour l’extrémité occidentale de l’aile sud, la présence d’un pavillon a sans doute nécessité une fondation épaisse sans renfoncement, conformément aux vestiges mis au jour. Enfin, sur le projet F, la déclivité de la cour est bien prise en compte.

4.2.2.5. Discussion

75L’examen des différents projets connus, mis en parallèle avec les données de terrain, permet d’écarter l’hypothèse d’aile courte et les projets B et C, bien que ce dernier aurait pu être a priori un candidat légitime, dans la mesure où il était probablement en cours d’exécution au moment de l’incendie de janvier 1719. Cependant, dans l’hypothèse d’une aile courte, si les dimensions générales du projet C correspondent globalement aux vestiges mis au jour, trop de différences de détail, notamment l’entraxe des baies de la partie centrale et l’avancée du pavillon occidental, interdisent un rapprochement avec ceux-ci. Concernant l’hypothèse d’aile longue, seul le projet F peut in fine retenir l’attention, les vestiges et le projet étant parfaitement corrélés.

Fig. 37. Hôtel Amelot de Gournay à Paris, élévation sur cour (1710) (BOFFRAND, 1745).

76Le projet F pour l’aile sud a donc bien connu un début d’exécution, mais il n’a été entrepris qu’à partir de mai 1720 au plus tôt avec les premières mentions comptables de travaux sur les fondations. À cette date, le corps central est bien avancé, et les baies sont, faute de documents indiquant le contraire, probablement celles que nous connaissons aujourd’hui. La coexistence de fenêtres-arcades sur le corps central et de baies à la Lescot sur l’aile ne doit pas étonner. Il s’agit d’une juxtaposition que Boffrand pratique souvent. On la retrouve par exemple à l’hôtel Amelot de Gournay à Paris (1710, fig. 37), mais aussi au château d’Haroué en Meurthe-et-Moselle (rez-de-chaussée du corps principal sur cour, fig. 38) ou pour le projet pour le palais ducal de Nancy (rez-de-chaussée de la façade sur la place de la Carrière).

Fig. 38. Château d’Haroué (Meurthe-et-Moselle), baies du rez-de-chaussée sur cour (cliché : T. Franz, Château de Lunéville).

77Jules Hardouin-Mansart la pratique également (château du Val à Saint-Germain-en-Laye notamment) (PÉROUSE de MONTCLOS, 1989, p. 294). Cette solution permet à Boffrand d’introduire une gradation esthétique entre les parties latérales et les travées médianes de ses élévations. Il n’y a donc aucune incohérence esthétique dans l’élévation de l’aile sud du projet F. C’est au contraire plutôt la répétition actuelle des arcades qui dénote une certaine monotonie.

78La thèse initiale de J. Garms (GARMS, 1986, p. 75) selon laquelle « toutes les élévations actuelles sur la cour d’honneur – corps central, pavillons des escaliers, ailes – datent d’après l’incendie » (GARMS, 2008, p. 78), position non contredite par T. Franz (FRANZ, 2014b, p. 33-34) est ainsi étayée.

4.2.3. La chapelle

79Trois piliers encore en élévation (4000, 4001 et 4038) surmontent les fondations de piliers 4003, 4004, 4045 mais sont décentrés par rapport à ces dernières, ce qui permet d’envisager leur postériorité (fig. 15, coupes 2 et 3 ; fig. 22).

Fig. 39. Vue vers l’est des caves voûtées situées sous l’actuelle chapelle. Au centre, la tranchée d’implantation des divers réseaux ayant fait l’objet d’une surveillance archéologique (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

80Le plan des structures découvertes dans le sous-sol révèle une chapelle longue de 29,50 m et large de 15,50 m hors-œuvre (fig. 22 et 39). L’édifice cultuel est fondé sur deux ensembles maçonnés en forme d’abside (6007-6010 et 7009-7010) et sur huit piliers carrés (7001 à 7008). Ces deux absides porteuses correspondent aux fondations des chœurs des deux chapelles successives, celui de l’ancien édifice à l’est et celui du nouvel édifice à l’ouest.

81Un seuil maçonné de porte (fig. 28 et 40, 7013) associé à un départ d’escalier a également été dégagé en plan. Le décrépissage du mur 7011 lié au seuil a permis la découverte d’une porte (7012) murée avec des briques cimentées (bouchage 7014). Les blocs en grès rose composant l’encadrement de la porte présentent des traces de scie. Trois blocs du jambage gauche figurent des marques de tâcheron avec les lettres « BI ». Cette porte est visible sur le plan de sous-sol publié par Héré en 1753 (fig. 31, numéro 1).

Fig. 40. Relevé d’une porte (7012) bouchée (7014) située sous l’actuelle chapelle. Une photo de détail montre un bloc de jambage scié et muni d’une marque de tâcheron « BI » (auteurs : E. Gelliot et S. Jeandemange, Inrap).

  • 37 Lunéville, Médiathèque de l’Orangerie, Fonds Piroux. Ce plan inédit appartient au projet F (GARMS, (...)

82Une maçonnerie (fig. 28, 7057) a été observée à l’ouest du sous-sol, chaînée au mur porteur de l’abside (7010) et au mur gouttereau nord de la chapelle (7011). Des plans anciens de Boffrand permettent d’envisager deux hypothèses. Il pourrait s’agir d’un mur selon un plan du projet F intitulé « plan des caves sous la petite aile de la chapelle »37, ou d’un escalier en vis d’après le projet E (fig. 41 ; GARMS, 1990, projet B, p. 86-87) ou du plan des souterrains publié par Héré en 1753 (fig. 31, numéro 2).

Fig. 41. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet E (GARMS, 1990) dit « projet à petites ailes étroites sur cour », plan du sous-sol, 126 cm x 129 cm, conservé à la Bibliothèque municipale de Nancy, Fonds Piroux, cote H-PI-DE-00024 (cliché : © Bibliothèques de Nancy).

  • 38 A.D.M.-M., B 1643, état des paiements de Paul Héré pour les premier et deuxième trimestres 1720, ci (...)
  • 39 A.D.M.-M., B 1643, cité par FRANZ, 2010, p. 10.

83La chapelle telle que nous la voyons aujourd’hui fait suite au grand incendie de 1719. Ses fondations sont creusées après le déblaiement des vestiges de l’ancien bâtiment. En mars 1720, des fumigations de bois de genévrier destinées à assainir l’air supposé corrompu par les terres remuées sont comptabilisées38. En juin 1720, on paya les ouvriers ayant extrait la terre « de la fondation du rond de la chapelle »39. Le gros-œuvre s’acheva deux ans plus tard par la construction de deux tourelles sur la façade occidentale (FRANZ, 2010, p. 10-11 ; CAILLAULT, 2008, p. 88 ; FRANZ, 2015, p. 265). Ce nouvel édifice garde l’orientation et la disposition de l’ancienne chapelle, mais est décalé vers l’ouest, ce qui libère de la place pour agrandir les appartements ducaux tout en gardant un accès commode depuis ces derniers. Plus grande de deux travées que la précédente, la chapelle est complètement achevée vers 1727, année de pose des bénitiers.

4.2.4. Les aménagements hydrauliques dans les caves de la chapelle et de l’aile sud

84Des aménagements liés à l’eau ont été observés dans les caves de la chapelle et de l’aile sud. Il s’agit, d’une part, d’un égout maçonné servant de collecteur d’eaux pluviales et, d’autre part, de canalisations en bois servant à l’acheminement d’eau claire.

4.2.4.1. Les eaux pluviales

85Un collecteur d’eau pluviale (fig. 28, 8000) a été dégagé du côté de la place Stanislas située au sud. L’égout consiste en une chambre rectangulaire voûtée, longue de 2,60 m et large de 1 m. Sa maçonnerie se compose d’assises régulières associant moellons calcaires et briques. Sa voûte est faite exclusivement en briques. Le comblement de la chambre, composé de terre noire contenant de nombreux fragments d’ardoise, indique que les eaux pluviales récupérées par deux avaloirs proviennent notamment des toitures. Cet égout est mis hors service lors de la construction récente d’un escalier posé sur une chape en ciment. L’intégration de ce collecteur dans la maçonnerie actuelle permet de dater cet aménagement après l’incendie de 1719.

4.2.4.2. Les adductions d’eau

86Les vestiges de conduites en bois (fig. 28, 5060, 6003 et 6014) ont été découverts dans les caves sous la chapelle dans sa partie centrale. Les deux principales (fig. 42, 6003 et 6014) traversent les fondations maçonnées. Elles sont scellées par une plaque sculptée (piédestal de statue ?) en calcaire oolithique utilisée en remploi dans la maçonnerie. Seuls du bois pulvérulent, des tuyaux et des frettes en fer ont été observés. Une frette est un cercle de fer plat, muni sur l’extérieur d’une butée formant une nervure. Cette pièce sert à raccorder deux longueurs de tuyaux en bois (GUILLAUMET, 2003, p. 135) dont la longueur correspond à l’espacement des frettes, soit environ 4,50 m observés sur le terrain.

Fig. 42. Dégagement en cours de canalisations en bois (6003 et 6014) du XVIIIe s. perçant une fondation maçonnée (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

87Un aménagement maçonné (fig. 28, 6000), composé de blocs de grès liés à un mortier de chaux hydraulique et fondé sur des planches, a été observé à proximité de l’abside 6007-6009. Une conduite (6001) composée de deux murs recouverts de dalles en grès rose converge vers la structure. L’organisation et la fonction de l’ensemble n’ont pu être définies, peut-être un bassin ou une fontaine.

4.2.4.3. Interprétation

  • 40 A.D.M.-M., B 1670, toisé des travaux de charpente de Jean Jadot du 1er juillet 1720 au 31 décembre (...)
  • 41 A.D.M.-M., B 1671.
  • 42 L’échansonnerie désigne à la fois la pièce du palais où se faisait la distribution des boissons (vi (...)
  • 43 A.D.M.-M., B 1671.

88Les mémoires de travaux du château permettent de mieux qualifier et de dater ces aménagements hydrauliques. Le mémoire du charpentier Jean Jadot, entre le 1er juillet 1720 et le 31 décembre 1723, mentionne qu’à la date du 24 juillet 1723, il est fourni « trente et un cors équarris, quinze percés au calibre de deux pouces et seize autres de trois pouces a une nouvelle conduite qui donne l’eau à l’échansonnerie au dessous de la chapelle »40. Le mémoire du paveur Claude Sauser, certifié le 7 octobre 1724, mentionne la pose de pavés en août 1723 « sur les nouvelles conduites et décharge de la fontaine pour l’échansonnerie que l’on a fait au souterrain de la chapelle »41. Le mémoire du fontenier Jacques Richard consigne pour l’année 1723 la pose d’« une conduite de 2 pouces de diamètre qui conduit l’eau de la fontaine de l’échansonnerie42 au dessous de la chapelle » de 20 toises de longueur, la dépose et repose de 10 toises « de cors de fontaine dans la cave sous la chapelle », et la démolition de « deux bouts de mur dans ladite cave pour passer les conduites »43.

4.2.5. Les ailes sur cour définitives

89L’aile sud est définitivement élevée à partir des fondations du projet abandonné d’aile sud (fig. 28, 1047 ; fig. 32, 1023). Elle est reprise à partir d’une assise de réglage en fondation bien différenciée des fondations sous-jacentes, tant du point de vue stratigraphique que du mode de construction (fig. 33).

90Au nord, le pavillon et l’aile (fig. 43, relevé 1, 1105 et 1117) sont parfaitement chaînés, tant au niveau des fondations que des élévations. Ces deux éléments, qui ne présentent pas d’état ancien au contraire de l’aile sud, ont donc été construits d’un seul jet avec les façades telles qu’on les connaît actuellement. L’absence totale dans les fonds iconographiques de variantes pour l’aile nord confirme cette analyse.

Fig. 43. Cour d’honneur, relevé de la façade de l’aile nord (coupe 1) et des petits escaliers du corps de passage du château de Léopold (coupes 2 et 3) (dessin : J.-J. Bigot, Y. Heckel et A. Masquilier, Inrap).

91Juste après l’incendie du 3 janvier 1719, la petite aile nord du XVIIe s. est transformée en annexe des appartements de repli de Léopold et d’Élisabeth-Charlotte situés au rez-de-chaussée de l’aile nord des communs. L’aile, reliée aux appartements ducaux par une galerie, accueille une chapelle provisoire installée dans son pavillon occidental. Le dépouillement des archives confirme sans ambiguïté qu’elle est détruite en 1720, probablement au second semestre (FRANZ, 2015, p. 264-265). Le chantier de l’aile nord actuelle n’a donc été entrepris qu’après celui de l’aile sud et l’abandon du projet F.

4.2.6. La cour d’honneur

92Pour assurer les liaisons piétonnes entre les bâtiments nouvellement construits et la cour, deux escaliers sont aménagés dans les angles intérieurs, avant que la grille ne soit posée et les sols refaits.

93Les deux escaliers latéraux, démontés lors des travaux de 2002, ont pu être étudiés. Tout comme pour l’escalier principal du château d’Henri II, les fondations (fig. 28, 1046 et 1104) sont formées de sous-sols voûtés aveugles, de 11 à 13,30 m de longueur et 5 m de largeur (fig. 43, coupe 3 et fig. 44). Que ce soit l’escalier au nord-est ou celui au sud-est, les maçonneries s’appuient sur les soupiraux du sous-sol des ailes latérales et les obturent partiellement. De ce fait, les allèges des soupiraux ont dû être légèrement relevées avant l’installation des deux escaliers aménagés une fois les élévations achevées.

Fig. 44. Cour d’honneur, pavillon sud/aile sud, vue vers le sud-ouest, sous-sol voûté aveugle de l’escalier du pavillon latéral sud (US 1046), cliché A. George © 2002 / Inventaire Général – ADAGP.

  • 44 A.D.M.-M., B 1652, état des paiements de Paul Héré de janvier à août 1722, cité par FRANZ, 2015, p. (...)
  • 45 La date 1725 apparaît sur le cartel du cadre de l’œuvre, mais l’inscription semble apocryphe.

94À quel moment ces escaliers ont-ils été ajoutés ? Un indice est donné par la toile peinte par Claude Jacquard (TRONQUART, GEORGE, 1991, p. 6) qui commémore le mariage du prince de Lixheim à Lunéville le 19 août 1721. Les deux lanternons de la chapelle réalisés entre janvier et août 1722 (FRANZ, 2015, p. 265, note 35) sont absents du tableau44. En revanche, le groupe à décor de trophées turcs réalisé pour le fronton occidental, une œuvre de François Dumont présent à Lunéville durant huit mois en 1721 (VATTIER, 1890, p. 24 ; SIMONIN, 1986, p. 165 ; FRANZ, 2015, p. 268), est bien représenté. Que l’œuvre ait été terminée dans les mois qui suivirent la cérémonie, entre août 1721 et août 1722, semble donc l’hypothèse la plus acceptable45. La construction de l’escalier sud-est peut donc être envisagée comme postérieure à cette fourchette chronologique et probablement antérieure à la fin des travaux sur la chapelle vers 1723-1724 (FRANZ, 2015, p. 265, note 38).

  • 46 L’aile nord côté jardin surplombant la Vezouze figure sur le plan publié bien qu’elle n’ait jamais (...)

95Le tracé originel du mur bahut de la grille de la cour d’honneur (fig. 28, 1027, 1033 et 1114 et fig. 12) a une forme beaucoup plus ramassée que celle représentée dans le Livre d’architecture (BOFFRAND, 1745). Cette différence atteste, encore une fois, que le plan publié par Boffrand correspond au projet idéal élaboré en 1719, et non pas au relevé de l’ouvrage exécuté46. Mentionnons enfin la découverte d’une canalisation (fig. 28, 1116) et du négatif d’une poutre en bois (largeur 0,35 m et hauteur 0,18 m) perpendiculaire au mur bahut (fig. 28, 1030).

96Le chantier de reconstruction est enfin achevé par le sol de la cour d’honneur, qui présente une pente importante (fig. 43, relevé 1) d’est en ouest. Le relèvement des appuis des soupiraux orientaux de l’aile nord montre que la pente a mal été appréhendée au départ, le sol final étant plus haut que prévu à l’est. D’ultimes modifications ont dû être apportées pour tenir compte de cette sous-évaluation de la pente entre le corps de passage et la grille d’entrée.

4.3. Phase C : les transformations tardives du corps central

97La phase C (fig. 3) inclut les transformations plus tardives dues à Héré durant le règne de Stanislas Leszczynski (1737-1766) ou durant l’occupation du château par les militaires. Ces dernières sont révélées par la stratigraphie, par une datation dendrochronologique et par des documents d’archives (texte et iconographie).

4.3.1. Une batterie de fours

98Trois petites pièces maçonnées de plan rectangulaire sont disposées en enfilade dans le sous-sol du corps central (fig. 45). Elles sont mentionnées comme fours de boulangerie sur des plans militaires du milieu du XIXe s. En effet, la reconstruction de la partie du château touchée par l’incendie de novembre 1849 a entraîné la réalisation de nombreux projets et rapports par le service du Génie entre 1852 et 1854.

Fig. 45. Vestiges du château du XVIIIe s. (phase C). Ce plan figure les cuisines situées sous la partie méridionale du corps central. Trois fours de boulangerie, un égout maçonné et une descente d’escalier correspondent à des aménagements tardifs (dessin : S. Dohr, S. Jeandemange et entreprise Chanzy-Pardoux pour le relevé du dallage).

99Un plan militaire de 1853 (fig. 46), relatif à un projet de réhabilitation du château, figure trois fours à plan interne ovoïde. La légende d’un second plan intitulé « projet pour 1852-1853 » précise que ces trois fours correspondent à la boulangerie : « poser une pompe auprès de la boulangerie et amener l’eau dans le pétrin » (A.G. Vincennes, Repr. Inv. D. Bastien 04 54 05000NU CA).

Fig. 46. Extrait du projet militaire pour 1853, détail : corps A, B, C et bâtiment place Stanislas, plan du sous-sol. Les trois structures, de plan ovoïde, correspondent à une batterie de fours de boulangerie (Archives du Génie, Vincennes, Repr. Inv. D. Bastien 90 54 03763 V A).

100La technique de construction et les matériaux employés sont identiques pour les trois structures de combustion : moellons calcaires non équarris de taille petite à moyenne, mortier de chaux de couleur rose, planches de bois en fondation des murs, sol de dalles de grès rose (fig. 48). Le premier four (2600) offre une longueur de 3,20 m et une largeur de 2,30 m, soit une surface intérieure de 7,35 m² (fig. 47). Il se compose de trois murs (2015 à 2017) chaînés entre eux et s’appuyant contre les fondations du château du XVIIe s.

Fig. 47. Vue vers le nord-ouest du four de boulangerie 2600. L’intérieur du four est couvert de dalles en grès rose (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

101L’épaisseur des murs oscille entre 0,40 m pour le mur sud (2016) et 1,20 m pour les murs est et nord (2015 et 2017). Une couche noire cendreuse a été observée sur le dallage en grès (2013). Le mur ouest (2016) repose sur une superposition de deux épaisseurs de planches de sapin, la première dans le sens de l’épaisseur du mur, la seconde dans le sens de la longueur (fig. 48, coupe 1, 2031).

Fig. 48. Coupes stratigraphiques des fours de boulangerie et de l’égout maçonné (phase C). Ces derniers sont installés sur ou contre des vestiges antérieurs des XVIIe s. (château de Henri II) et XVIIIe s. (phases A et B) (dessin : B. Delannoy, d’après S. Jeandemange, Inrap).

  • 47 Étude réalisée par W. Tegel, Dendronet (Bohlingen, Allemagne).

102Les deux autres fours (fig. 48, coupe 2, 3600 et 3700), situées dans l’emprise du pavillon sud-est du château du XVIIe s., sont côte à côte avec une maçonnerie commune et un plan identique. Leur surface intérieure avoisine les 16 m² (15,75 m² précisément), soit une longueur de 5 m et une largeur de 3,15 m. La maçonnerie commune consiste en deux arcs de décharge épais de 1,30 m (fig. 45, 3044 et 3045) servant de jonction entre des maçonneries existantes. D’un point de vue stratigraphique, les murs s’appuient à la fois sur des fondations du XVIIe s. et du XVIIIe s., ce qui montre une datation dans le courant de ce dernier siècle. La datation dendrochronologique d’une planche en chêne située en fondation de mur (3061) précise cette chronologie. L’arbre utilisé a été abattu après 1738. L’aubier et quelques cernes de bois de cœur étant manquants, l’utilisation de ce bois peut donc être datée vers le milieu du XVIIIe s.47.

4.3.2. Un égout pour les eaux pluviales

103Parmi les aménagements liés à l’eau, un égout maçonné servant de collecteur d’eaux pluviales (fig. 45, 48 et 49, 2000) est situé dans le sous-sol du corps central. De plan rectangulaire, sa longueur est de 3 m et sa largeur de 2,40 m. Cet aménagement maçonné est adossé à la fondation du mur ouest (2009) et à celle (2002) du mur nord (2001). Il se compose d’assises régulières en moellons calcaires plats, liés avec un mortier de chaux de couleur jaune. Une coupe nord-sud (fig. 48, coupe 1) révèle une chambre voûtée destinée à la collecte des eaux pluviales provenant de l’extérieur du bâtiment et acheminées par une conduite (2011) en grès rose. Ce dernier récupère les écoulements provenant de l’escalier 1035-1036 situé à droite du passage monumental et dont le palier inférieur est doté d’un orifice (cf. 4.3.3. Les escaliers de part et d’autre de la colonnade). Ce collecteur est contemporain du four 2600 dans le cadre de la transformation de la cave en boulangerie.

Fig. 49. Vue vers l’ouest de l’égout maçonné 2000, avec caniveau en grès rose venant de l’extérieur (cliché : S. Jeandemange, Inrap).

4.3.3. Les escaliers de part et d’autre de la colonnade

104Deux escaliers de 1,70 m de largeur menant à la cave du corps central ont été découverts de part et d’autre de la colonnade monumentale (fig. 43 et 45, 1035-1036 et 1106-1107). Totalement inconnus jusqu’alors, ils présentent chacun une volée de sept marches aboutissant à un palier qui débouche sur le sous-sol par une porte (fig. 50).

Fig. 50. Cour d’honneur, petit escalier sud menant à la cave du corps central (US 1035) et fondation de pilier (US 1034), au premier plan, sous-sol voûté aveugle de l’escalier latéral sud (US 1046) (cliché A. George © 2002 / Inventaire Général – ADAGP).

105Au centre du palier, la dalle est percée d’un orifice relié à une conduite qui se prolonge dans le sous-sol du corps central vers un égout (fig. 43 et 45, 2011 et 2000). L’étude stéréotomique du parement du corps central et des piédroits des portes semble indiquer que ces portes, et donc les escaliers, ont été mis en place postérieurement au corps principal. Non prévus dans le projet de reconstruction du château élaboré en 1719 par Boffrand, ces escaliers secondaires ne figurent ni sur le plan du projet que cet architecte a publié quelques années après (BOFFRAND, 1745, pl. XXIV), ni sur le plan publié par Héré qui s’est manifestement fortement inspiré du plan édité par son prédécesseur (HÉRÉ, 1753). Ces escaliers sont également absents du tableau de Claude Jacquard évoqué ci-dessus (cf. supra 4.2.6. La cour d’honneur). Postérieurs à tous ces documents, ils peuvent avoir été construits en même temps que l’égout 2000 évoqué ci-dessus, durant le règne de Stanislas. Les portes (fig. 45, 2051) sont ensuite bouchées (fig. 43 et 45, 1037 et 1108), à l’exception des parties hautes transformées en soupirail. La condamnation des escaliers et des collecteurs d’eau intervient probablement lors de l’aménagement du château en caserne au début du XIXe s. Les escaliers ne figurent plus sur les plans militaires du milieu du XIXe s. (fig. 46).

4.4. Apports de l’archéologie et des sources écrites à la connaissance des projets de Boffrand

106À la lumière des découvertes archéologiques et de sources écrites inédites ou revisitées (FRANZ, thèse en cours), la chronologie des projets proposée par J. Garms peut être précisée.

107Les données archéologiques attestent la construction d’une première chapelle dont le plan révélé par les fouilles est parfaitement corrélé avec le plan du projet C, datable entre 1709 et 1712 (cf. supra 4.2.2.3), qui aboutira à la construction par Boffrand de l’aile ducale sud-est, vers les jardins et la ville. Cette dernière abrite au premier étage les appartements du duc et la duchesse (PHILIPPOT, FRANZ, 2010, p. 110-111) jusqu’à l’incendie du 3 janvier 1719. Les travaux de la nouvelle aile ducale engagés pendant l’été 1712 ont été relativement rapides jusqu’en 1715-1716 (livraison des appartements ducaux de l’étage), puis semblent se ralentir (sans doute à cause du lancement de la reconstruction du palais ducal à Nancy). En 1718, le château était considéré comme inachevé comme le laisse deviner une demande faite par Boffrand en 1718 pour que les dessinateurs de Léopold lui dressent le plan des bâtiments de la ville voisins du château, et plus directement comme le souligne le témoignage du baron de Pöllnitz en 1718 (PÖLLNITZ, 1741, p. 477-478). On pouvait donc continuer à travailler sur le plan du projet C et envisager la reconstruction de l’aile sud de la cour d’honneur avant l’incendie de cette aile le 3 janvier 1719.

  • 48 Cité par MOREY, 1865, p. 247 ; cité par Garms, 1986, p. 74, référence d’archive manquante, la note (...)

108Après ce sinistre, le projet C est très vite abandonné. Il avait le désavantage de laisser en place le corps de logis ancien et ses hautes toitures en désaccord avec les nouvelles constructions. Le chantier était arrivé au point où la question de son remplacement se posait à l’architecte et l’incendie a précipité l’idée d’un projet de plus grande envergure remodelant notamment le corps central, pourtant épargné. Le duc évoque d’ailleurs sa démolition : « Au surplus, cette partie du château n’était pas commode, nous y gagnerons une meilleure distribution »48.

  • 49 Le projet D est probablement dénommé ainsi pour le différencier du projet C qui était celui encore (...)

109Après l’incendie, la volonté du commanditaire et de son architecte de rétablir la « monumentalité de nature et de fonction » entre les différentes parties du château, en sacrifiant l’ancien logis au profit d’un corps de logis double reliant l’aile sud existante sur le jardin avec l’aile nord projetée, est évoquée avec le projet D (GARMS, 1990, p. 85-86, projet D) désigné sur les plans comme « 2e projet » (SIMONIN, 1986, p. 168 ; GARMS, 1990, p. 85)49. Dans le projet D, la chapelle, achevée depuis 1716 conformément au projet C, est agrandie d’une travée, et l’aile sud sur cour est abandonnée au profit d’une vaste cour d’honneur.

  • 50 Lettres d'Élisabeth Charlotte d’Orléans…, 1865, p. 105 ; SIMONIN, 1986, p. 164 ; GARMS, 2008, p. 81 (...)
  • 51 A.D.M.-M., B 1636, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er janvier à la fin mars 1719  (...)
  • 52 C’est ce qui ressort d’un mémoire de travaux à la date du 5 février 1720 pour « la démolition du mu (...)
  • 53 A.D.M.-M, 3 F 249.
  • 54 BnF, Fonds de Lorraine, 46, n° 8, Lettres du marquis de Craon au prince de Vaudémont, cité dans HAR (...)
  • 55 A.D.M.-M, 3 F 249. Boffrand écrit le 17 mars au prince de Vaudémont qu’il a reçu deux jours plus tô (...)

110Une hypothèse alternative (FRANZ, thèse en cours) serait que le premier projet après l’incendie soit le projet A, que J. Garms date de 1709 sans indication documentaire, bien que son parti général soit assez éloigné des réalisations. Quoi qu’il en soit, le plan du projet retenu est disponible à Lunéville dès le 21 janvier 171950. Le 24 janvier, de nouveaux alignements sont tracés par Boffrand51 et les premières fondations associées à ce projet sont maçonnées52. Boffrand évoque encore le projet sur lequel il travaille dans une lettre envoyée à Léopold en date du 27 février (détails de distribution intérieure)53. Très vite, le coût élevé des travaux entraîne un différend entre le duc et son architecte pour lequel le prince de Vaudémont est consulté54. Le projet D (ou A selon l’hypothèse retenue), jugé trop vaste par le duc est abandonné (GARMS, 1990, p. 86) au profit d’un projet identifié par Jörg Garms comme le projet E55.

  • 56 A.D.M.-M, 3 F 249. Lettre du 22 mars 1719. Extraits dans SIMONIN, 1986, p. 164-165 et citée in exte (...)
  • 57 Elle est dessinée dans sa version définitive sur le plan du projet E.

111Le projet E, moins onéreux, est évoqué dans une lettre de Boffrand qui discute ce choix dans un mémoire du 22 mars 171956. L’architecte se plaint que « Ce ne seroit pas une économie de suivre ce projet [E], plus tost que le premier [D ou A suivant l’hypothèse retenue] que SAR avoit arresté quant jetois [en janvier] a Luneville ». Les modifications demandées par le duc, notamment le maintien du corps central et des « deux petites ailes des filles d’Honneur », la chapelle qu’il « fault rebâtir presque entier » et repousser vers l’ouest57 pour aménager la Livrée et un passage entre la chapelle et le salon, le grand escalier à placer dans l’angle sud-est de la cour d’honneur, l’aile de la Chancellerie à prévoir à l’extrémité est de la « grande aile », sont autant de points soulevés qui permettent d’identifier le projet E. Dans ce mémoire, Boffrand semble proposer à Léopold une voie médiane entre la reconstruction complète et la réutilisation trop marquée des anciens bâtiments, bien qu’il affirme se conformer à la volonté du duc en continuant à travailler sur le projet E, seul projet actif à cette date.

  • 58 BnF, département des manuscrits, collection de Lorraine, vol. 582, f° 422, partiellement publiée da (...)

112Malgré la conservation lacunaire des correspondances (TRONQUART, 2009, p. 8), le parti général définitif pour la restauration du château semble fixé dans ses grandes lignes en avril 1719. Marc de Beauvau-Craon écrit le 11 avril 1719 au prince de Vaudémont pour lui annoncer le retour de Paris d'un plan rectifié par Boffrand : il s’agit de restaurer l’aile ducale sur jardin, dont les appartements officiels passent de l’étage au rez-de-chaussée, et de percer un péristyle dans le corps central58.

113Après bien des tergiversations, les projets D (ou A suivant l’hypothèse retenue) et E n’ayant finalement pas donné satisfaction, le projet définitif est adopté. Il est connu par la série de plans, coupes et élévations publiés par Boffrand lui-même (BOFFRAND, 1745 ; fig. 51).

Fig. 51. Plan du projet définitif du château de Lunéville, édité dans BOFFRAND, 1745.

  • 59 A.D.M.-M., 3 F 249, n° 9, Lettre de Boffrand du 7 août 1719, cité par Garms, 1986, p. 74, note 23.

114Quant au projet F, il s’agit d’une ultime réflexion de Boffrand pour l’élévation des ailes de la cour d’honneur, quand le parti d’ensemble pour le château était déjà validé et que le chantier de l’aile sud sur la cour autorisait une dernière proposition. Ces changements tardifs ne doivent pas étonner dans le cadre de ce chantier palatial. Certains points de programme sont en effet encore discutés durant l’été 1719 au sujet des hauts toits voulus par Boffrand59. Au lancement du chantier de l’aile sud au printemps 1720, les fondations telles que révélées par les fouilles archéologiques sont prévues pour les baies à la Lescot du projet F. Le projet est semble-t-il vite abandonné, même si l’on ne peut déterminer dans quelle mesure le paiement des fondations réalisé en mai 1720, concerne ce projet F ou la réalisation définitive. Ce n’est qu’avec l’abandon du projet F avec ses baies à la Lescot, que l’aile sud, le corps central et la chapelle, sortent définitivement de terre selon un style unifié avec des fenêtres-arcades. Il se passe donc plus d’un an entre le parti d’ensemble décidé en avril 1719 et le projet d’exécution dont le gros-œuvre du corps principal et de la chapelle est réalisé à partir du printemps 1720. En revanche, l’aile nord, dont la reconstruction commence en 1721, suit d’emblée l’élévation finalement retenue après les réflexions menées un an plus tôt sur le chantier de l’aile sud. La cour d’honneur prend ainsi son aspect actuel et définitif (à l’exclusion des toitures modifiées en 1730-1732).

5. La poterie, les objets en terre cuite, les terres cuites architecturales et le verre

115Le mobilier archéologique provient pour la quasi-totalité de couches de remblai liées aux grands chantiers de construction du château au cours du XVIIIe s. Ces couches de nivellement ont été observées dans les caves situées sous l’actuelle chapelle et les espaces adjacents. Pour le mobilier en terre cuite, un nombre total de 537 NdR (nombre de restes) a été découvert dans des couches observées dans les caves situées sous les deux chapelles successives (fig. 3). Le verre est représenté par 124 NdR.

116Oscillant entre la période romaine et le début du XIXe s., la fourchette chronologique de l’ensemble des artefacts rencontré montre bien le contexte de dépôt secondaire. Par conséquent, le mobilier n’a pas pu être présenté conjointement aux descriptions des vestiges par période et l’est donc dans un paragraphe à part. Cela n’enlève rien à l’intérêt apporté par cette étude qui enrichit considérablement nos connaissances de la vie quotidienne à la cour ducale.

5.1. La poterie

  • 60 Us 4001, 5060, 5066, 5500, 6500, 7500, 7503, 7504, 8005.
  • 61 Us 2022, 2024, 2029, 2064, 3049, 3059, 3122.

117Hormis quatorze fragments de céramique médiévale, la céramique date de l’époque Moderne. Elle a été mise au jour dans seize unités stratigraphiques de remblais localisées dans les caves situées sous l’actuelle chapelle60 et dans les espaces adjacents61. Elle correspond à 496 NdR (nombre de restes) et 146 NMI (nombre minimum d’individus). Elle se divise en deux phases chronologiques : une phase incluant le XVIe s. et la première moitié du XVIIe s., et une phase englobant la seconde moitié du XVIIe s. et le XVIIIe s. Quelques fragments de faïence, trouvés en ramassage de surface et datables du XIXe s., font également partie des découvertes de la seconde phase. Ce lot se compose en grande partie de céramique commune à usage domestique, cinq formes archéologiquement complètes ayant été restituées. Cinq principaux groupes techniques ont été mis en évidence : la céramique glaçurée, la céramique non glaçurée, le grès, la faïence blanche, la faïence brune et la porcelaine. Les formes fermées sont des pots, des pots tripodes, une bouteille, des albarelles et des vases de jardin. Les formes ouvertes correspondent à des jattes, des assiettes, des plats, des écuelles, des faisselles et un poêlon (fig. 52).

Fig. 52. Tableau de répartition du mobilier céramique par période chronologique (auteur : R. Prouteau, Inrap).

5.1.1. La poterie médiévale

118Quatorze fragments de céramique médiévale dont la chronologie s’échelonne du VIIIe au XVe s. ont été découverts en contexte de dépôt secondaire (fig. 53).

Fig. 53. Céramique médiévale découverte dans les couches de remblaiement contemporaines des chantiers de construction du XVIIIe s. (dessin : L. Forelle, Inrap).

119Le premier Moyen Âge est représenté par deux pots (inv. 5005-16 et 8001-1) à pâte sableuse, à bord éversé et à lèvre anguleuse, d’un diamètre à l’ouverture de 13 cm et 12 cm. Un pot à bord éversé et à lèvre arrondie ainsi qu’un petit fragment d’oreille de préhension à pâte sableuse (non dessinés) sont également à signaler. Ces éléments pourraient dater du VIIIe-Xe s. et semblent identiques au faciès des sites du sud de la vallée de la Moselle : Chavigny Haldatt (GAZENBEEK et alii, 2007), Messein « Les Noires Terres » (LEROY, PRÉVOT, 2012), Ludres « Rue de l’Église » (PRÉVOT dir., 2000).

120Le Moyen Âge tardif est matérialisé par dix fragments de céramique glaçurée par aspersion dont sept panses, deux bords et un col. Les formes correspondent à trois pichets (inv. 6011-1) et à un pot à bord éversé, à lèvre anguleuse, muni d’une gorge interne (inv. 5500-13). Ce type de mobilier est caractéristique des XIIIe-XVe s. Il s’apparente, par ses formes et son type de glaçure, aux récipients réalisés en céramique dite très décorée produite dans l’atelier de Metz « Pontiffroy ». Les analyses pratiquées sur la céramique de ce site ont montré que l’influence de l’atelier pouvait s’étendre de 40 km au nord de Metz et jusqu’à 50 à 70 km au sud (DAUTREMONT et alii, 2001, p. 361-414). Ainsi, de la céramique très décorée a été retrouvée dans des sites de consommation lorrains : Metz « Îlot Sainte-Chrétienne » (DELAGE et alii, 2012), Laquenexy « Entre Deux Cours » (JEANDEMANGE et alii, 2011), Vitry-sur-Orne « ZAC de la Plaine » (GÉRARD dir., 2009), Metz « Place de la Comédie » et « Arsenal Ney » (Collectif, 1996) et plus ponctuellement à Nancy sur le site du Musée Lorrain (MASQUILIER, 2001) et « Rue du Pont Mouja, Rue des Dominicains » (ELTER, 1998, fig. 3).

5.1.2. La poterie du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s.

121Pour cette première phase (fig. 54), la céramique glaçurée (Gl) et la céramique non glaçurée (NG) constituent les deux principaux groupes techniques (fig. 55 à 58).

Fig. 54. Quantification des groupes techniques pour la période allant du XVIe s. à la première moitié du XVIIe s. (auteur : R. Prouteau, Inrap).

122Les 156 NdR de céramique glaçurée ont des glaçures couvrant la plupart du temps les faces internes des récipients. Il s’agit de glaçures plombifères (P) transparentes ou de couleur verte (V) pouvant être appliquées au préalable sur une couche d’engobe (e), et de glaçures à base de manganèse (M). La céramique non glaçurée correspondant à 152 NdR, se caractérise par une pâte sableuse ou fine, un mode de cuisson oxydant (O) et plus rarement oxydo-réducteur (OR). Les couleurs de pâte vont de l’orange au rouge orangé pour la cuisson oxydante, avec des tranches grises pour la cuisson oxydo-réductrice. Les formes fermées se caractérisent par des pots ou des pots tripodes, des albarelles, des vases de jardin. Les formes ouvertes sont représentées par des jattes, des écuelles, des faisselles et un poêlon.

5.1.2.1. Les pots

123Quinze NMI (fig. 55) correspondent à des pots à bord droit se terminant par une lèvre arrondie (6500-3), des pots à bord éversé, à lèvre en forme de faucille (5060-1, 5066-1, 5500-9-8-11), à lèvre anguleuse (7508-4, 5500-10, 6500-11) ou arrondie (5500-15). Les diamètres à l’ouverture sont compris entre 12,5 et 17 cm. Certains sont munis d’une anse (5500-27) et d’un fond tripode (2064-2, 5500-29-30 et 6500-20) à pied recourbé. Leurs diamètres sont de 11,5 cm et de 6 cm pour les bases les mieux conservées.

Fig. 55. La céramique culinaire du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. : les pots (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

  • 62 Rapport de diagnostic en cours sous la direction de Lonny Bourada que nous remercions.

124Le faciès de ces récipients est caractéristique du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. Il s’agit d’une céramique culinaire dont l’usage quotidien en fait une céramique de « consommation ». Elle est retrouvée en grand nombre dans les sites d’habitat d’époque moderne : Metz « Îlot Sainte-Chrétienne » (DELAGE et alii, 2012), Metz « Îlot de la Visitation » (HENROTAY, 1992), Metz « Haut de Sainte-Croix » où un pot-tonnelet a été daté des XVe-XVIe s. (Collectif, 1996), Metz « Arsenal Ney » datés du XVIe s. (BOURGER, CABART, 1990), Nancy « Rue du docteur Schmitt », daté du XVIIe s. (ELTER, 1996), Épinal « Îlot du Palais de Justice » daté des XVIe-XVIIe s. (HENIGFELD, KUCHLER, 2014). Des comparaisons peuvent également être réalisées avec des pots tripodes glaçurés, découverts lors d’un diagnostic archéologique62 réalisé, en 2016, dans la cour de l’ancien Palais ducal de Nancy (actuel Musée Lorrain) et datés du XVIe s. voire du début du XVIIe s.

5.1.2.2. Les jattes

125Correspondant à 29 NdR et à 22 NMI, les jattes (fig. 56 et 57) ont des parois évasées, des bords en forme de collerette (5060-2, 5500-5, 6500-4, 7503-1) ou présentent des lèvres arrondies (5500-1, 4001-1, 8500-1, 5500-256). Certaines jattes sont munies d’une anse (5500-25, 5500-26) et d’un bec verseur (6500-2). Les faces internes sont recouvertes de glaçure plombifère transparente (4001-1), verte (5060-2), verte sur engobe (5500-5) et de glaçure à base de manganèse (6500-4, 7503-1). Une seule forme archéologiquement complète a été mise au jour (8500-1). Elle mesure 10 cm de hauteur, avec un diamètre à l’ouverture de 32 cm et un diamètre à la base de 19 cm.

Fig. 56. La céramique culinaire du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. : les jattes (1/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

Fig. 57. La céramique culinaire du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. : les jattes (2/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

5.1.2.3. Les écuelles

126Deux écuelles ont été mises au jour (fig. 58). La première a un bord à collerette. Sa face interne est recouverte d’un engobe à base de manganèse (7500BE-1). Elle mesure 16,5 cm de diamètre à l’ouverture. La seconde écuelle a un bord à ressaut. Elle mesure 12 cm de diamètre à l’ouverture et n’est pas glaçurée (3059-1).

5.1.2.4. Les faisselles

127Les faisselles sont représentées par deux fragments (fig. 58) : un bord à lèvre anguleuse dont la panse est perforée (6500-7) et un fond plat perforé (3122-1). Les faces internes sont recouvertes d’une glaçure à base de manganèse pour la première et d’une glaçure plombifère verte pour la seconde. La première forme a un diamètre à l’ouverture de 19 cm, la seconde un diamètre à la base de 17,5 cm.

Fig. 58. Poteries diverses du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

5.1.2.5. Le poêlon

128Un fragment de poêlon (fig. 58) muni d’un manche tubulaire a été découvert (7500BE-5). Il est conservé sur une hauteur de 3 cm pour un diamètre à l’ouverture de 16 cm. Son bord rentrant se termine par une lèvre arrondie. Sa face interne est couverte d’une glaçure à base de manganèse. Quelques exemples de petits modules de poêlons tripodes ont été mis au jour à Metz « Îlot Sainte-Chrétienne » pour le XVIIe s. (DELAGE et alii, 2012). Un poêlon tripode a été attribué à la phase E1 (XVIe-XVIIe s.) du site d’Épinal « Îlot du Palais de Justice » (HENIGFELD, KUCHLER, 2014, fig. 86, n° 4064.40).

5.1.2.6. Les vases de jardin

129Les vases de jardin (fig. 58) sont représentés par un fragment de bord non couvert à lèvre moulurée (7508-2) et un fragment de fond perforé dont la face interne est recouverte partiellement d’un engobe à base de manganèse (7508-8). Les formes sont conservées sur des hauteurs de 11,4 et 4,5 cm. Le pot 7508-2 mesure 21 cm de diamètre à l’ouverture. La base du pot 7508-8 mesure 10,5 cm de diamètre. Des vases de jardin ont été mis en évidence à Metz « Rue du Tombois » pour le XVIe s. (MEYER, 2010, fig. 70, n° 26.4), à Montbéliard « Porte d’Aiguillon » pour les XIVe-XVIIe s. (FUHRER, TCHIRAKADZÉ, 1995, n° 29) et à Metz « Colline Sainte-Croix » pour le XVIIe s. (BOURADA, KUCHLER, 2002, pl. 31, p. 114).

5.1.2.7. Les albarelles

130La partie supérieure de deux types d’albarelle a été mise en évidence (fig. 58). Il s’agit d’une albarelle à bord rentrant, à lèvre arrondie et à panse cylindrique (3088-1) et d’une autre à lèvre arrondie, à épaulement arrondi et panse galbée (6500-6). Les faces internes sont couvertes d’une glaçure plombifère transparente pour la première forme et d’une glaçure verte sur engobe pour la seconde. Les diamètres à l’ouverture sont respectivement de 10,5 et 15 cm. Des albarelles à panse cylindrique et à bord rentrant ont été mises au jour à Metz « Îlot Sainte-Chrétienne » pour la seconde moitié du XVIIe s. (GÉBUS, 2001, n° 30, fig. 67, p. 144) et à Metz « Îlot de la Visitation » pour le XVIIe s. (HENROTAY, 1992, pl. 32, F1.3). Les albarelles à panse galbée et à épaulement arrondi ont été découvertes sur le site de Metz « Îlot Sainte-Chrétienne » (DELAGE et alii, 2012).

5.1.3. La poterie de la seconde moitié du xviie s. au début du xixe s.

131Les groupes techniques datés de la seconde moitié du XVIIe s. au début du XIXe s. (fig. 59), observés au château de Lunéville sont le grès (Grès), la porcelaine (Po), la faïence brune mouchetée (Faï br) et la faïence blanche (Faï b) (fig. 60 à 62).

Fig. 59. Quantification des groupes techniques pour la période allant de la seconde moitié du XVIIe s. au XIXe s. (auteur : R. Prouteau, Inrap).

5.1.3.1. Le grès

132Le grès comprend trois NMI (fig. 60). Il s’agit de grès gris, glaçuré au sel, dont les faces externes et internes ont un aspect vitrifié. Trois formes ont été déterminées : un fragment de panse (8500-7), une assiette (6500-15) et une bouteille (6500-1). Le fragment de panse (pot ?) comporte un décor incisé de cercles concentriques, rehaussés de bleu obtenu à partir d’oxyde de cobalt. Il est conservé sur une hauteur de 3,6 cm. Sa provenance n’a pu être précisée (grès rhénan ?).

133La bouteille correspond à une forme archéologiquement complète, réalisée dans un grès gris. Sa panse est ovoïde et élancée, son fond est concave. Le col haut de forme cylindrique comporte une petite anse de section ovoïde et un cordon rehaussé de bleu cobalt. Le bord rectiligne se termine par une lèvre à bourrelet externe. Il s’agit d’un récipient destiné à la conservation ou au service des boissons. Elle pourrait correspondre à une production d’origine rhénane (Speicher ou Westerwald), datée du XVIIIe s. (SEEWALDT, 1990, n° 226, p. 79). Des bouteilles identiques ont été mises au jour sur le site de Moulins-lès-Metz « Château de Frescaty », datées de la seconde moitié du XVIIIe s. (COPRET et alii, 1998, n° 117, fig. 63, p. 127).

5.1.3.2. La porcelaine

134La porcelaine n’est représentée que par un fragment de porcelaine tendre française (7504-16), conservé sur une hauteur de 2,7 cm (fig. 60). Il se caractérise par une pâte vitrifiée, orné d’un décor floral bleu réalisé à base d’oxyde de cobalt. En France, la porcelaine tendre est produite à la fin du XVIIe s. à Rouen ; le nombre des manufactures se développe réellement durant le XVIIIe s. (ROSEN, 1995, p. 126). Elle est produite sans kaolin mais à base de fritte ou de feldspath. Les températures de cuisson sont comprises entre 1100° et 1250° C.

Fig. 60. La céramique de la seconde moitié du XVIIe s., du XVIIIe s. et du début du XIXe s. : le grès, la porcelaine et la faïence brune (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

135Aucun élément de comparaison n’a été déterminé, mais il pourrait s’agir d’une importation plutôt que d’une production locale. Les manufactures les plus importantes pour le XVIIIe s. étant celles de Saint-Cloud créée en 1677, de Chantilly en 1725, de Mennecy en 1748, de Sceaux en 1748 puis de Tournai en 1751 qui, malgré sa localisation, est considérée comme une manufacture de porcelaine tendre française.

5.1.3.3. La faïence brune

136La faïence brune est représentée par quatre NdR et trois NMI (fig. 60). Les formes correspondent à deux couvercles à collerette et à un plat. La première poterie (7503-32) pourrait correspondre à un couvercle de soupière d’un diamètre de 19 cm. La seconde (7500-4), d’un diamètre de 10,5 cm, pourrait correspondre au couvercle d’un sucrier accompagnant un service à thé, à café ou à chocolat. Présentant des parois évasées, le plat (7503-17) a un diamètre à l’ouverture de 39 cm et une hauteur de 1,8 cm. La face interne de son bord est décorée d’un bandeau de couleur bleue cobalt, d’inspiration végétale, réalisé au pochoir.
Enrichie en argile réfractaire afin de mieux résister aux températures élevées, elle est généralement destinée au service des aliments chauds. Les surfaces externes sont recouvertes uniformément d’une glaçure au manganèse de couleur marron foncé ou sont mouchetées de violet, tandis que les faces internes sont recouvertes d’un émail stannifère blanc. La faïence brune est traditionnellement produite à partir du XVIIIe s. (ROSEN, 1995, p. 129-132).

137À Moulins-lès-Metz « Château de Frescaty » (COPRET et alii, 1998), la faïence brune est représentée par un bol et deux assiettes, datés de la fin du XVIIIe s. et du début du XIXe s. À Metz « Îlot Sainte-Chrétienne », de la faïence brune mouchetée ou entièrement recouverte d’un émail au manganèse, composée des petits couvercles à collerette, d’assiettes, d’un petit gobelet ou d’une tasse, a également été mise au jour pour le XVIIIe s. (DELAGE et alii, 2012).

5.1.3.4. La faïence blanche

138La faïence blanche compte 158 NdR et 41 NMI (fig. 61 et 62). Il s’agit d’une faïence stannifère « grand feu » cuite à haute température (950° C). Elle se caractérise par des décors appliqués à cru sur l’émail, avant la cuisson, de couleur violette, rouge orangé, bleue, verte et jaune, correspondant à l’utilisation de manganèse, d’oxyde de fer, de cobalt, de cuivre et d’antimoine. Les pâtes sont orange ou blanche, les formes fermées correspondent à des vases d’aisance et à un broc à eau. Les formes ouvertes sont représentées par des assiettes ou des plats, des fonds de bols et des coupes.

Fig. 61. La céramique de la seconde moitié du XVIIe s., du XVIIIe s. et du début du XIXe s. : la faïence blanche (1/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

139Les vases d’aisance comptent deux NMI. Réalisés dans des pâtes rouge orangé ou blanche, ils devaient être munis d’une anse, l’attache d’une anse étant encore visible sur une panse (7508-3). Deux types de vases ont été déterminés : le premier présente un bord déjeté (6029-1) ; le second un bord éversé (7508-3). Leurs lèvres sont arrondies. Les diamètres à l’ouverture sont de 23,5 et 16,5 cm. Ils ont pu être comparés aux vases nos 15 et 8-11 du site de Moulins-lès-Metz « Château de Frescaty », datés du XVIIIe s. (COPRET et alii, 1998, fig. 45, n° 15, p. 97).

140Un fragment de broc à eau (7503-14) devait être destiné au service des boissons ou à la toilette. Il est décoré de godrons verticaux. Il a pu être comparé à un récipient du site de Moulins-lès-Metz « Château de Frescaty », daté du XVIIIe s. (ibid., fig. 46, n° 16, p. 99), ainsi qu’à un broc à eau découvert à Metz « Colline Sainte-Croix », daté de la seconde moitié du XVIIIe s. (BOURADA, KUCHLER, 2002, cliché 7, p. 132).

Fig. 62. La céramique de la seconde moitié du XVIIe s., du XVIIIe s. et du début du XIXe s. : la faïence blanche (2/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

141Les bols et les coupes (quinze NdR) sont matérialisés par des fragments de bord et de fond décorés à base annelée ou à base en piédestal. Les principales formes proviennent des unités stratigraphiques 7503, 2024, 7504 et 6500. Les décors se composent essentiellement de motifs floraux de couleur verte, jaune et rouge orangé (7503-36-37-42, 7504-1). Ce type de récipient est présent en un contexte conventuel à Chalon-sur-Saône « Sainte-Marie » (MONTHEL, 1993, p. 159, nos 254, 255), à Metz « Colline Sainte-Croix » pour le XVIIIe s. (BOURADA, KUCHLER, 2002, p. 70 et 75) et Metz « Îlot Sainte-Chrétienne » (DELAGE et alii, 2012).

142Des assiettes creuses et des plats, provenant de sept unités stratigraphiques, correspondent à quatre formes archéologiquement complètes. Les hauteurs sont comprises entre 2,7 et 3,3 cm. Les diamètres à l’ouverture sont compris entre 20,5 et 24 cm pour les assiettes et entre 25,5 et 31,5 cm pour les plats. Les parois évasées ont des bords droits. Seule la paroi interne du bord d’un plat (6500-13) est décorée d’un bandeau floral, de couleur bleue, réalisé à base d’oxyde de cobalt. La présence d’assiettes en faïence blanche est assez fréquente au XVIIIe s. dans les sites de consommation. De nombreuses assiettes ont été trouvées lors des fouilles de Moulins-lès-Metz « Château de Frescaty » (COPRET et alii, 1998, fig. 49-50-51), de Metz « Îlot Sainte-Chrétienne » (DELAGE et alii, 2012) et de Besançon « Parking de la Mairie » (GOY, GUILHOT, 1992, n° 816, p. 324-325 et nos 968 à 971, p. 340).

143Les récipients en faïence blanche mis au jour sur le site du château de Lunéville semblent avoir été produits dans les faïenceries de Lunéville. Une marque partielle imprimée en bleu, faisant référence à la faïencerie de Lunéville, est visible sur la face externe d’un fond (7504-14). La production de faïence débute à Lunéville en 1720-1723 par la création d’une manufacture par Jacques Chambrette. À partir de 1786, cette dernière est vendue à Sébastien Keller et Alexandre Cuny. Certaines des productions vont alors comporter des marques composées des initiales « K » et « C » pour Keller et Cuny, puis « K » et « G » à partir de 1812, lorsque le fils de Sébastien Keller, Auguste Keller lui succède et s’associe à Charles-Nicolas Guérin (BRULON, 2005, p. 85-86). La marque partielle présente sur le fond 7504-14 pourrait correspondre à une marque de type 4 aux initiales des Keller et Guérin, datée après les années 1836-1838 (HÉRY, 1999, p. 137). En dehors des faïenceries lunévilloises, un morceau de céramique à brindille et fleurette 7503-37 (fig. 62) est issu d’une production d’Épinal-Rambervillers ou de Saint-Dié.

5.2. Les petits objets en terre cuite

5.2.1. Le sifflet

144Un sifflet aviforme (fig. 63) sans embout conservé a été découvert (8500-6). Il pourrait correspondre à un sifflet de type globulaire ou à un sifflet à eau. Sa restitution ne permet pas d’affirmer si ce dernier possédait un trou de remplissage ou un trou de jeu. Quelques exemples de sifflets aviformes ont été mis au jour à Metz « Place de la Comédie » pour la seconde moitié du XVe s. (Collectif, 1996, n° 221, p. 134) et à Troyes « Palais de Justice » dans une latrine datée du XVIe s. (DEBORDE, 2009, fig. 3, p. 404).

Fig. 63. Objets divers en terre cuite (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

5.2.2. Les pipes

145Treize fragments de pipe (fig. 64) ont été mis au jour dans huit unités stratigraphiques. Ils correspondent à neuf fragments de tuyaux et à quatre têtes de pipe. Deux types de pipes ont été déterminés : une pipe à talon et une pipe à fond rond.

Fig. 64. Les pipes en terre cuite (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

146D’une longueur conservée de 4,2 cm, la pipe à talon (2032-1) présente un fourneau d’un diamètre de 2,2 cm dont l’extrémité est décorée d’une frise en dentelle réalisée à la roulette. Le talon comporte une marque de fabrication qui semble correspondre à une roue. De provenance non identifiée, elle pourrait s’apparenter à une marque trouvée sur un talon de pipe découvert dans une sépulture d’un soldat catholique de la guerre de Trente Ans en Poméranie occidentale, datée de la première moitié du XVIIe s. (1620-1630) (http://helene-bonn.info/​AK/​hfr19.htm#oben, KnasterKOPF 19/2007, Abb. 6). La pipe à fond rond (4003-4) est conservée sur une hauteur de 3,8 cm. Le fourneau sans décor mesure 2,8 cm de diamètre. Trois des neuf fragments de tuyaux sont décorés à la roulette, sous forme de frises géométriques composées d’une alternance de points ou de guirlandes pointus. La section des tuyaux est comprise entre 0,5 cm et 0,9 cm. L’industrie de la pipe apparaît en Europe au cours de la première moitié du XVIIe s. et se généralise avec la consommation du tabac. Au fil des années, la taille des fourneaux de pipes va augmenter alors que les tuyaux s’amincissent (RAPHAËL, 1991, p. 169).

5.3. Les terres cuites architecturales

5.3.1. Les tuiles à crochet

147Deux types de tuiles à crochet sont à distinguer : les tuiles plates et les tuiles canal (fig. 65). Un seul fragment de tuile plate à crochet et perforée d’un trou d’accroche de clou a été découvert (6500). Sa datation demeure imprécise.

Fig. 65. Exemples de tuiles découvertes dans les couches de remblaiement contemporaines des chantiers de construction du XVIIIe s. (dessin : S. Jeandemange, Inrap).

  • 63 A.D. M.-M., B 6637, cité dans JEANDEMANGE, 2005, p. 285.

148Pour le reste, il s’agit de fragments de tuiles canal à crochet (3049, 5500, 6500 et 8500) dont une concentration de plusieurs individus a été exhumée dans les couches de remblais localisées dans le couloir reliant l’actuelle place Stanislas de Lunéville à la cour côté jardin (tranchée 8500). Il s’agit exclusivement de tuiles coulantes. Rappelons qu’il existe deux types de tuiles creuses à crochet : la tuile coulante et la tuile couvrante. Les tuiles coulantes (ou inférieures) à crochet sont généralement plus larges que les tuiles couvrantes ; elles sont munies d’un crochet collé sur la face convexe au ras du rebord supérieur. C’est la face rugueuse de la tuile, brute de démoulage, qui sert de canal. Les tuiles couvrantes (ou supérieures) à crochet sont munies d’un ergot de blocage soudé sur la face convexe à environ trois doigts du bord supérieur. C’est la face lissée qui reçoit la pluie (JEANNIN, BONVALOT, 2009, p. 362-363). En l’état actuel des connaissances, les tuiles canal à crochet trouvent leur origine au XIIe s. et perdurent au moins jusqu’au XVe s. Pour illustrer cette chronologie, un compte d’archives ducales des années 1496-1497 relatif à la grange cistercienne des Abouts fait mention de la tuilerie des Abouts pour la fourniture de tuiles destinées à la réfection du château de Lunéville après les grands vents qu’il avait fait à la Sainte Croix63.

5.3.2. Les carreaux de poêle

149La céramique de poêle (fig. 63) est représentée par deux fragments de carreaux. Le premier (8500-9), correspondant à un carreau plat, présente un départ de corps d’ancrage cylindrique ou semi-cylindrique. Conservé sur une hauteur 5,5 cm et une largeur de 5,9 cm, il est décoré d’écailles et recouvert d’une glaçure verte sur engobe. Le second fragment (7500-7), provenant certainement d’un carreau niche, est décoré de motifs historiés ou architecturaux. Sa hauteur conservée est de 8,7 cm, pour une largeur conservée de 6,6 cm. Aucun élément de comparaison n’a été déterminé.

5.3.3. Les carreaux de pavement

150Les carreaux de pavement (fig. 63) sont matérialisés par trois individus. Il s’agit d’un carreau hexagonal non couvert (6005-1), d’une hauteur de 12 cm pour une largeur de 11 cm et une épaisseur de 2 cm et de deux carreaux en forme de losange (7502-6) aux côtés biseautés. Leurs faces externes sont recouvertes d’un émail stannifère bicolore : blanc et noir (manganèse ?). Ils mesurent 10 cm de hauteur, 6 cm de largeur et 1,5 cm d’épaisseur. Aucun élément de comparaison n’a été déterminé.

5.4. Le verre

151La fouille archéologique de 2009-2010 entreprise dans les caves situées sous l’actuelle chapelle a permis la découverte d’artefacts en verre (bouteilles et verres à boire). Lesdites caves correspondent, au XVIIIe s., à l’ancienne échansonnerie (FRANZ, 2014a, p. 237, note 13). Claudine Cartier, conservateur en chef au service des musées de la direction des patrimoines, qui a contribué au catalogue de l’exposition sur le verre du Musée Lorrain (Collectif, 2007), avait déjà travaillé sur de la verrerie retrouvée dans les caves du château de Lunéville. Elle a publié ses résultats dans la revue des Cahiers du château (CARTIER, 2011). Les découvertes de 2009-2010 viennent donc enrichir nos connaissances sur la verrerie présente à la cour ducale.

5.4.1. Les bouteilles

152Les 118 fragments de bouteille (fig. 66) collectés lors de la surveillance archéologique, sous forme de panses, cachets, fonds et goulots, en constituent le dernier témoignage. Il s’agit de bouteilles en verre « noir » à long col, soufflées en verre grossier de couleur vert foncé, fabriquées à partir d’un mélange à forte teneur en oxyde de fer destiné à protéger le vin de la lumière. Les bouteilles en verre « noir » ont été produites pour la première fois en Angleterre à partir de charbon minéral suite à l’interdiction d’utiliser du bois pour chauffer les fours des verreries dès la première moitié du XVIIe s. Des températures de cuisson plus élevées améliorent la qualité du verre, ce qui permet de réaliser des bouteilles plus solides. Il faut attendre le début du XVIIIe s. pour voir ces techniques de production se développer en France (LOSIER, 2012, p. 154).

Fig. 66. Les bouteilles en verre et les verres à boire (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).

153Les bouteilles trouvées à Lunéville pourraient correspondre à des bouteilles de type « champenoise » à long col et à panse tronconique. Elles sont conservées sur une hauteur comprise entre de 9,5 et 10,5 cm. Le goulot est renforcé par une bague rapportée en forme de boudin, réalisé à partir d’un filet de verre. Elle devait permettre la fixation d’un bouchon de liège à l’aide d’une ficelle probablement nouée en croix (BIDET, 1752, p. 93-94). Les lèvres sont droites et peuvent être polies au feu.

154Le haut de certaines panses comporte un cachet. Quatre cachets sous la forme d’un sceau figurant une tête de taureau surmontée d’une couronne et encadrée par l’inscription « Verrerie Royale », séparée par une croix de Lorraine ont été découverts lors de l’intervention archéologique (6028-1). La tête de taureau qui figure sur le cachet fait partie du blason du duc de Lorraine Stanislas Leszczynski et de la maison Leszczynski. Plusieurs cachets identiques en verre ont été retrouvés dans les caves du château. Ils sont conservés dans le musée du château de Lunéville (CARTIER, 2007, p. 35).
Les fonds des bouteilles sont en forme de cône plus ou moins marqué (6500-2, 8500-1) et comportent tous des traces de pontil.

155Les bouteilles du début du XVIIIe s. sont le plus souvent soufflées dans un moule ouvert. Leurs formes ne sont pas toujours standardisées même si les mesures de normalisation des contenances ont été fixées par un décret royal en 1753 (DE PUTTER, 2014, p. 136). Il faut attendre la fin du XVIIIe s. avec le développement de production de masse quasi-industrielle de bouteilles pour que ces dernières aient une apparence plus calibrée.

156Les fonds 2022/1 et 8500/2 sont conservés sur des hauteurs de 6,9 et de 6 cm, pour des diamètres de 6 et de 3 cm. Ils présentent des traces de canne. Il pourrait s’agir de bouteilles plus récentes datées du XIXe s.

157Où ces bouteilles ont-elles été fabriquées ? Savary des Brûlons mentionne en 1723 : « dans certaines verreries […] on ne fabrique que des bouteilles de gros verres, dont l’usage et la consommation sont devenus très considérables depuis qu’on a cru que les excellents vins se conservaient mieux dans ces bouteilles que sur leur lie ». Plusieurs possibilités peuvent être évoquées sans aucune certitude (CARTIER, 2011). Tout d’abord, on sait que les plus célèbres des bouteilles portant un cachet sont traditionnellement attribuées à la verrerie de la Vieille-Loye (GENEVOY, 1976) située dans la forêt de Chaux en Franche-Comté. Cependant, la chronologie ne correspond pas exactement avec celles retrouvées à Lunéville car cette verrerie, après avoir produit abondamment, se trouve en assez mauvais état en 1737 au moment où elle est revendue à Jacques-Charles Dorlodot de Préville qui saura, par la suite, augmenter d’une façon significative le nombre de bouteilles fabriquées. Bien entendu, une autre provenance pourrait être l’Argonne, tout aussi proche, dont les verreries, très anciennement installées depuis l’époque gallo-romaine, sont connues comme étant spécialisées dans la fabrication de bouteilles. Les collections du Musée lorrain de Nancy comportent de très beaux échantillons (Collectif, 2007, p. 141 et 144).

158Ce type de mobilier étant encore peu étudié, peu d’éléments de comparaison sont donc disponibles. Il semblerait qu’au XVIIIe s. peu de bouteilles aient des cachets. Ces derniers étant utilisés par une certaine catégorie de la population représentée par la noblesse, la haute bourgeoise, des abbayes, des magistrats de certaines villes ou comme ici par une verrerie royale (MAY, 2007 ; MAY, 2008, p. 131).
Par leur morphologie, les bouteilles trouvées à Lunéville pourraient dater de la fin du XVIIIe s., et du XIXe s. pour les fonds 2022/1 et 8500/2.

159En Lorraine, des bouteilles à cachet ont été mises au jour dans des sites datés du XVIIIe s. comme à Moulins-lès-Metz « Château de Frescaty » (COPRET et alii, 1998, fig. 89, n° 45, p. 177). Des bouteilles de type « champenoise » sans cachet ont également été découvertes à Metz « Colline Sainte-Croix » (BOURADA, KUCHLER dir., 2002, pl. 10 et 12).

160Des bouteilles à cachet ont été découvertes également dans des sites plus éloignés comme à Besançon « Parking de la Mairie » (GOY, GUILHOT, 1992, n° 2105, p. 382), à Montbéliard lors de la fouille de la cave de la « Tour Henriette » (GOETZ, 1990, nos 5 à 12, fig. 2, nos 16-18 à 23, fig. 3), ainsi que dans les caves et les latrines du château de Roissy-en-France (DUFOUR, 2014, fig. 209, 210).

161Il faut signaler enfin la présence, pour le XVIIIe s., de bouteilles en verre « noir » sans cachet dans le mobilier domestique d’une ferme de paysans aisés à Varennes-sur-Seine (HURARD, 2012, p. 121).

5.4.2. Les verres à boire

162Les verres destinés à la consommation de boisson (fig. 66) sont représentés par un gobelet à fond épais et un verre à pied.

163Le gobelet à fond épais (6500-6) n’est conservé que sur une hauteur de 3 cm. Il mesure 4,5 cm de diamètre à la base. Il s’agit d’un gobelet à paroi cylindrique réalisé en verre blanc probablement soufflé dans un moule.

164Le verre à pied (6500-4) est très fragmenté. Une reconstitution a pu en être proposée à partir de la découverte d’un pied galbé à jambe pleine et d’un fragment de bord. Il mesure 8 cm de diamètre à l’ouverture. Il s’agit d’un verre à pied soufflé réalisé dans un verre légèrement teinté à partir d’oxyde de manganèse. Des fragments de pied à jambe pleine ont été mis au jour dans les caves du château de Lunéville. Ils sont également exposés au musée du château. Datés de la première moitié du XVIIIe s., ils pourraient provenir de la verrerie de Magnienville, du nom de son créateur François Magnien, favori du duc Léopold. Ce dernier protégeait les manufactures locales, et en premier lieu cette verrerie (FRANZ, 2014a, p. 242) à qui le duc fit appel pour les verres blancs des baies de la chapelle (FRANZ, 2015, p. 267). La verrerie de Magnienville est établie en 1705 dans le village de Portieux (CARTIER, 2007, p. 39). Cette verrerie serait réservée à la fabrication des verres à boire selon Alban Fournier (FOURNIER, 1886). Une deuxième verrerie est créée en 1710 dans la forêt de Ternes, au lieu-dit « Fontaine de Villers » (la verrerie des bois) destinée à la fabrication de verre de vitre. Enfin, une troisième verrerie est établie à l’emplacement de l’usine actuelle en face de la verrerie du Bois pour la production de miroirs et de verre rond pour vitre en 1714 (FOURNIER, 1886, p. 21-23).

  • 64 Rapport de fouille en cours sous la direction de Lonny Bourada que nous remercions.

165Les verres à boire sont encore peu étudiés. Par conséquent, les éléments de comparaison sont peu nombreux. On peut toutefois citer la découverte de huit gobelets dans une latrine du site de Pont-à-Mousson « Lycée Jacques Marquette » pour les XVIIIe-XIXe s.64. Ce type de verre est également présent dans les collections du Musée lorrain, sous la forme de gobelets gravés pour la seconde moitié du XVIIIe s. et le début du XIXe s. (Collectif, 2007, p. 145, n° 343). Les verres à boire sont des récipients souvent découverts en association avec des bouteilles en verre « noir ». Ainsi, des gobelets ont été découverts à Besançon lors des fouilles du « Parking de la Mairie » (GOY, GUILHOT, 1992, n° 2043, p. 378), dans le Val-d’Oise lors de la fouille du château de Roissy-en-France (DUFOUR, 2014, fig. 208).

166Un verre à pied proche du verre 6500-4 a été mis au jour à Moulins-lès-Metz « Château de Frescaty » (COPRET et alii, 1998, fig. 90).

6. Conclusion générale

167Les recherches archéologiques préventives de 2002 et 2009-2010 entreprises au château de Lunéville ont permis des découvertes inédites sur l’évolution topographique et architecturale de l’édifice ducal, des origines à nos jours. Nos connaissances de la vie quotidienne à la cour ont également considérablement été enrichies grâce à l’étude du mobilier archéologique, avec notamment la céramique et le verre.

6.1. Des origines antiques au château de Lunéville au Moyen Âge

168Les indices d’occupation les plus anciens concernent la période gallo-romaine, matérialisée seulement par un tesson de sigillée et quelques fragments de tegulae découverts en contexte résiduel. La proximité d’une implantation antique de type villa peut être envisagée à titre d’hypothèse.

169Pour la première fois, l’architecture du château médiéval a été appréhendée à travers la découverte d’un mur d’une épaisseur de 2,30 m à 2,70 m, et de fragments de tuiles plates et canal à crochet. Malheureusement, il n’est pas possible en l’état actuel des recherches de préciser l’époque de sa construction au cours du Moyen Âge. De plus, des couches de remblaiement localisées dans les sous-sols de la chapelle et des espaces adjacents, et contemporaines des grands chantiers de construction du XVIIIe s., ont révélé quelques indices de vie quotidienne sous forme de fragments de poterie et de tuiles de la fin du premier Moyen Âge (VIIIe-Xe s.) et de la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe s.). Bien que résiduels et peu nombreux, ces artefacts témoignent du passé médiéval du château ducal ou de la ville toute proche.

6.2. Les fondations et les élévations du château d’Henri II

170Le château édifié par le duc de Lorraine Henri II entre 1612 et 1623 a été bien documenté. Les fondations des façades des corps de portique et celles de l’escalier de la cour d’honneur ont été mises au jour. Dans la cave de l’aile sud du château actuel, l’emprise en plan et la partition interne du pavillon sud-est sont désormais parfaitement connues. L’étude des élévations a permis une meilleure connaissance des techniques de construction du pavillon et des matériaux employés : mur de soubassement au profil taluté, assises de grès en moyen et grand appareil réglé, fondation en pierres calcaires non équarries, traces d’outils, baies moulurées… Les coupes stratigraphiques révèlent d’importantes couches de remblaiement liées aux constructions successives, exception faite des abords extérieurs du pavillon où les remblais sont peu nombreux. La faible profondeur d’apparition du terrain naturel à cet endroit atteste l’absence de fossé défendant la partie sud du château, côté ville. La fouille a aussi pu confirmer que la cour d’honneur du château d’Henri II occupait bien le même emplacement que celle du château actuel, mais était plus resserrée, et de préciser l’emplacement exact du corps central du château d’Henri II sous celui du XVIIIe s. Au final, le château d’Henri II, tel que révélé par l’archéologie, à plan en U cantonné de quatre pavillons, dont deux plus importants encadrant le corps central, s’inscrit parfaitement dans le modèle d’évolution reconnu des sites castraux au XVIIe s., tant en Lorraine (CHOUX, 1978) que plus largement en France (PÉROUSE de MONTCLOS, 1989).

6.3. Les grands chantiers du XVIIIe s. à travers l’archéologie et les sources écrites

171Les grands chantiers de construction du château classique ont été largement observés et peuvent être regroupés en trois phases. La première concerne les campagnes de construction avant le grand incendie de 1719. Les observations archéologiques faites dans les caves ont permis de décrire les fondations de la chapelle d’avant l’incendie, parfaitement corrélée avec le projet C datable entre 1709 et 1712. La base d’un cadran solaire du jardin est également associée à cette phase. L’archéologie et les sources écrites témoignent d’une persistance des cuisines depuis le XVIIe s. sous la partie méridionale du corps central et le pavillon sud-est du château, ce que vient confirmer dans le cas présent la découverte d’une cheminée.

  • 65 Le développement de l’archéologie des temps modernes a montré que l’approche interdisciplinaire éta (...)

172La seconde phase englobe la construction du château après 1719. Côté cour d’honneur, les fondations d’un projet abandonné (projet F) pour l’aile sud ont été mises au jour. La découverte de ces vestiges calés stratigraphiquement a amené à revoir dans le détail ou de proposer de nouvelles hypothèses sur la chronologie des plans de projet de Boffrand, en les croisant avec des sources comptables pour la plupart inédites, tout en faisant abstraction des considérations esthétiques ou de choix architecturaux prêtés à Boffrand que l’on retrouve habituellement dans la littérature scientifique65. Le projet final est réalisé à la suite de ce projet avorté, avec l’aile nord, la chapelle, ainsi que le corps central avec sa colonnade. Les archives évoquent une reconstruction des cuisines de la Bouche après l’incendie de 1719. Des aménagements liés à l’adduction (canalisations en bois, bassins) ont été observés dans les sous-sols de la chapelle et mis en relation avec l’acheminement d’eau claire pour l’échansonnerie.

173La troisième phase concerne des aménagements postérieurs aux grandes campagnes de constructions, pour l’essentiel durant le règne du duc Stanislas (1737-1766). Dans le sous-sol du corps principal, une batterie de trois fours de boulangerie a été mise au jour. La datation d’une planche en chêne située en fondation de l’un d’eux date sa construction à partir du milieu du XVIIIe s. Les fours figurent encore sur un plan militaire de 1853, mais leur date de disparition n’est pas connue. Sont également compris dans cette phase, deux escaliers de part et d’autre de la colonnade du corps central et des égouts.

6.4. La vie quotidienne à la cour de Lunéville du XVIe au XVIIIe s.

174Découverts dans les couches de remblaiement contemporaines des grands chantiers du XVIIIe s., du mobilier céramique et de la verrerie témoignent de la vie quotidienne au château entre le XVIe s. et le XVIIIe s. La céramique offre un panel diversifié et souvent raffiné, entre formes ouvertes (jattes, assiettes, plats, écuelles, faisselles, poêlon) et formes fermées (pots, pots tripodes, bouteille, albarelles, vases de jardin). Tous ces contenants sont de compositions diverses : glaçurés ou non, en grès, en faïence brune ou blanche, ou encore en porcelaine.

175Les caves situées sous l’actuelle chapelle avaient une fonction d’échansonnerie, au moins à partir du milieu du XVIIIe s. La découverte de nombreux fragments de bouteilles, dont certaines cachetées portant la mention « verrerie royale », en est le dernier témoin. La verrerie à boire est représentée par un gobelet à fond épais et un verre à pied.

Haut de page

Bibliographie

ALGRIN T., 1996, Meurthe-et-Moselle, Lunéville, château, restauration de l’ensemble : étude préliminaire, 2 vol. [Paris], multicopié, 74 p.

BEAULIEU sieur de, 1668, Plans et Profils des principales villes des Duchez de Lorraine et de Bar, avec la carte générale et les particulières de chaque Gouvernement, Dessinez sur les lieux et presentez au Roy, Paris, chez l’auteur (Bibliothèque municipale de Nancy, Réserve 10541).

BIDET N., 1752, Traité sur la culture des vignes, sur la façon du vin et sur la manière de le gouverner, Bibliothèque municipale de Lyon.

BOFFRAND G., 1745, Livre d’Architecture, contenant les principes généraux de cet art, et les plans, élévations et profils de quelques uns des bâtiments faits en France et dans les pays étrangers, Paris, G. Cavelier, 100 p., 70 pl. (ouvrage en latin et en français).

BOURADA L., KUCHLER Ph., 2002, Metz, Colline Sainte-Croix (Moselle), Bâtiment D1, D3, D4 et I, DFS de fouille préventive, vol. 2, Metz, AFAN Grand-Est/SRA Lorraine, multicopié.

BOURGER I., CABART H., 1990, « La céramique et le verre de deux ensembles clos des XIVe et XVIe s. à Metz », R.A.E., t. 41-1990, n° 157, p. 333-396.

BRULON D., 2005, Histoire de la faïence française : Strasbourg - Niderviller, Paris, C. Massin, 167 p.

CAILLAULT P.-Y., 2004, 54 - Meurthe-et-Moselle, Lunéville - château ducal, Rapport intermédiaire, étude préliminaire, Paris, multicopié.

CAILLAULT P.-Y., 2005, 54 - Meurthe-et-Moselle, Lunéville - château ducal : restauration des façades et des toitures, étude préalable, Paris, multicopié. Chronologie des travaux ou réparations antérieurs avec la collaboration de BOUVET M.-B. et du Service régional de l’Inventaire général.

CAILLAULT P.-Y., 2008, « Lunéville : évolution des toitures du château », in : Nancy et Lorraine méridionale, Actes du Congrès archéologique de France, 164e session, 2006, Paris, Soc. française d’Archéologie, p. 85-92.

CARTIER C., 2011, « De la cave à la table : la verrerie à Lunéville au temps de Léopold et de Stanislas, Lunéville », Les Cahiers du Château, n° 7, p. 34-41.

CHATENET M., HENRION F. dir., 2004, Maulnes : archéologie d’un château de la Renaissance, Paris, Picard, 287 p.

CHOUX abbé J. dir., 1978, Lorraine : Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Vosges, Paris, Berger-Levrault, 245 p. (Dictionnaire des châteaux de France, 2).

CHOUX abbé J., 1991, « Nicolas et Jean La Hiere, architectes des ducs de Lorraine... 1589-1611 », Lotharingia, III, p. 5-122.

Collectif, 1996, Metz médiéval : mises au jour, mise à jour, Catalogue d’exposition, Musée de la Cour d’Or, Metz, 176 p.

COPRET D., FAYE O., MASQUILIER A., 1998, Moulins-lès-Metz – Le château de Frescaty (57.487.004 AH) (Moselle) : document final de synthèse, Metz, SRA Lorraine, Afan Grand-Est, multicopié.

DAUTREMONT N., DUFOURNIER D., GEORGES-LEROY M., MILUTINOVIC M., 2001, « La production des XIIIe-XVe s. du quartier du Pontiffroy à Metz (Moselle) : la fouille de 1987-1988 », R.A.E., t. 51, p. 361-414.

DEBORDE G., 2009, « Un ensemble de verre et de céramique du XVIe s. rejeté dans une latrine, rue du Palais de Justice à Troyes (Aube) », in : RAVOIRE F., DIETRICH A., La cuisine et la table dans la fin du Moyen Âge : contenus et contenants du XIVe au XVIe siècle, Actes du colloque organisé par l’UMR 5594 (Dijon) et le Centre d’étude et de recherche de Sens, Sens, 8-10 janv. 2004, Caen, Publ. du CRAHM, p. 401-409.

DELAGE R., LANSIVAL R., PROUTEAU R., 2012, « Étude de la céramique », in : AUGRY S. dir., Metz Sainte-chrétienne : évolution d’un cœur d’îlot urbain de la fin de l’Antiquité à nos jours, Metz, Moselle, 50 à 58 rue Dupont-des-Loges, 9 à 15 rue Saint-Gengoulf, Rapport de fouilles, Metz, Inrap, vol. 4, 322 p.

DE PUTTER T., 2014, « Quelques réflexions à propos de l’étude des bouteilles d’usage en France au XVIIIe s. », Bull. de l’Ass. française pour l’Archéologie du Verre, 2014, Paris, p. 136-139.

DUFOUR J-Y., 2014, Le château de Roissy-en-France (Val-d’Oise) : origine et développement d’une résidence seigneuriale du pays de France (XIIe-XIXe s.), Paris, 617 p. (2ème suppl. à la Revue archéologique d’Île-de-France).

ELTER R., 1996, Nancy, Rue du Docteur Schmitt (Meurthe-et-Moselle), DFS, Metz, AFAN Grand-Est/SRA Lorraine, multicopié.

ELTER R., 1998, Nancy, Rue Gambetta, des Dominicains, du Pont Mouja, St-Nicolas et des Sœurs Macarons, DFS, Metz, AFAN Grand-Est/SRA Lorraine, multicopié.

FERRARESSO I., Werlé M., 2008, « L’enceinte et ses composantes », in : HENIGFELD Y., MASQUILIER A. dir., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe - XVe siècle), Dijon, S.A.E., p. 395-437 (26ème suppl. à la R.A.E.).

FOSSIER F., 1997, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, BnF, École française de Rome, 795 p. (Bibl. des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 293).

FOURNIER A., 1886, La verrerie de Portieux : origine, histoire, Paris, Berger-Levrault, 81 p.

FRANZ T., 2010, « La chapelle du château de Lunéville : origine et postérité », Lunéville. Les Cahiers du Château, n° 6, p. 4-15.

FRANZ, 2014a, « Entre apparat et commodité : le service de la table des ducs de Lorraine à Lunéville au XVIIIe siècle », in : COCULA A.-M., COMBET M. ed., Châteaux, cuisines et dépendances, XXIe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, Périgueux, 27-29 sept. 2013, Bordeaux, Ausonius, p. 233-250 (Scripta Mediævalia, 26).

FRANZ, 2014b, « Lunéville ou les métamorphoses d’une maison de campagne, 1698-1737 », in : FRANZ T., ROZE F., VÉRON-DENISE D., Éclat & scintillement : lumière sur le décor de la chambre de la duchesse à Lunéville, Catalogue d’exposition, Lunéville, 2 août-2 nov. 2014, S. Domini éd., p. 24-39.

FRANZ T., 2015, « Une chapelle, des chapelles : histoire d’un chantier 1698-1737 », in : BARBEY-SAY H., BOUVET M.-B. dir., Les Chapelles royales, de la gloire de Dieu à la gloire du prince, Paris, éd. du CTHS, p. 259-273 (Archéologie Histoire de l’Art, 34).

FRANZ T., thèse en cours, Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et François III (1698-1737) : architecture, arts et usages de cour, Doctorat en histoire de l’art, Université de Lorraine.

FUHRER E., TCHIRAKADZE C., 1995, « La céramique de la Porte d’Aiguillon », in : Ex Pots… Céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Catalogue d’exposition, Montbéliard, Musée des Ducs de Wurtemberg, p. 133-144.

GALLET M., GARMS J. dir., 1986, Germain Boffrand 1677-1754 : l’aventure d’un architecte indépendant, Catalogue d’exposition, Paris, Herscher, 295 p.

GARMS J., 1986, Boffrand, in : GALLET, GARMS dir., 1986, p. 22-140.

GARMS J., 1990, « Les nouveaux dessins lorrains de Boffrand, leur place dans l’architecture de leur temps », Bull. de la Soc. de l’Histoire de l’Art français, séance du 5 déc. 1987, p. 81-93.

GARMS J., 2008, « Lunéville, le château du duc Léopold : architecture extérieure », in : Nancy et Lorraine méridionale, Actes du Congrès archéologique de France, 164e session, 2006, Paris, Soc. française d’Archéologie, p. 75-83.

GAZENBEEK, M. 2007, Chavigny, En Bray, derrière le Berger, la Haldat (Meurthe-et-Moselle), Rapport final d’opération, Metz, Inrap, SRA Lorraine, multicopié.

GÉBUS L., 2001, Metz, Sainte-Chrétienne (Moselle), Rapport de fouille d’archéologie préventive, Metz, AFAN, multicopié.

GENEVOY R., 1976, « Une usine d’autrefois : la verrerie de la Vieille-Loye », Réalités franc-comtoises, 19e année, n° 182.

GÉRARD F. dir., 2009, L’évolution d’un terroir du Néolithique ancien au XVe s. à Vitry-sur-Orne, ZAC de la Plaine, Tranches 1, 2, 3 et 4 (Moselle), Rapport de fouille d’archéologie préventive, Metz, Inrap, 4 vol. multicopiés.

GIULIATO G., 1992, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, éd. de la MSH, 240 p., 151 fig. (Documents d'Archéologie française, 33).

GIULIATO G., 2002, « La Tour Brunehaut à Vaudémont (Meurthe-et-Moselle) », in : Princesses celtes en Lorraine : Sion, trois millénaires d’archéologie d’un territoire, Catalogue d’exposition, Jarville-La-Malgrange, Musée de l’Histoire du Fer, CCSTI du Fer et de la Métallurgie, oct. 2002-mars 2003, p. 165-168.

GOETZ B., 1990, « Montbéliard, Château, verrerie des XIVe-XVIIIe s : cave de la tour d’Éperon, cave de la tour Henriette », in : Verrerie de l’Est de la France, XIIIe-XVIIIe siècles : fabrication, consommation, Dijon, S.A.E., p. 173-180 (9ème suppl. à la R.A.E.).

GOY C., GUILHOT J.-O. dir., 1992, 20.000 m3 d'histoire : les fouilles du Parking de la Mairie à Besançon, Catalogue d’exposition, Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, 399 p.

GROSJEAN R., BRUDER J., 2010, Château de Lunéville, reprise en sous-œuvre de piliers : étude géotechnique, Rapport de Fondasol géotechnique, affaire n° MN 09 293, Agence de Nancy, 26 p.

GUILLAUMET J.-P., 2003, Paléomanufacture métallique : méthode d’étude, Dijon, 156 p. (Coll. Vestigia).

HARSANY Z., 1939, La cour de Léopold, duc de Lorraine et de Bar (1698-1729), Nancy-Saint-Nicolas-de-Port, XI-587 p.

HENIGFELD Y., KUCHLER Ph., 2014, L’îlot du palais de Justice d’Épinal (Vosges) : formation et développement d’un espace urbain au Moyen Âge et à l’époque moderne, Paris, éd. de la MSH, 203 p. (Documents d’Archéologie française, 108).

HENROTAY D., 1992, Metz, Îlot de la Visitation (Moselle), Rapport de fouille d’archéologie préventive, Metz, AFAN, SRA Lorraine, multicopié.

HÉRÉ E., 1753, Recueil des plans, élévations et coupes, tant géométrales qu’en perspectives, des châteaux, jardins et dépendances que le Roy de Pologne occupe en Lorraine, y compris les bâtiments qu’il a fait élever, ainsi que les changements considérables, les décorations et autres enrichissements qu’il a fait faire à ceux qui étaient déjà construits. Le tout dirigé et dédié à Sa Majesté, t. 1-3, Paris, François, 34, 27 et 17 pl.

HÉRY A., 1999, La faïencerie de Lunéville 1786-1923 : les Keller et Guérin, Vesoul, A. Héry, 143 p.

HURARD S. dir., 2012, La ferme du Colombier à Varennes-sur-Seine (XVIe-XVIIIe s.) : expression matérielle de l’ascension sociale d’élites rurales en milieu humide, Paris, CNRS éd./Inrap, 277 p. (Recherches Archéologiques, 3).

JACOPS M.-F., 2009, « La carrière de Pierre Bourdict, premier architecte et directeur des ouvrages de sculpture du duc de Lorraine », Le Pays Lorrain, n° 3-2009, p. 201-210.

JEANDEMANGE S., 2005, « Approche archéologique et cartographique des granges monastiques cisterciennes en Lorraine : l’exemple des granges de l’abbaye de Beaupré (Meurthe-et-Moselle) », Les Cahiers Lorrains, n° 4-2005, p. 282-295.

JEANDEMANGE S., 2010, « Archéologie des châteaux de Lunéville : premiers résultats », Lunéville. Les Cahiers du Château, n° 6, p. 46-49.

JEANDEMANGE S. dir., PROUTEAU R., 2011, Lunéville (Meurthe-et-Moselle), Château ducal, intérieur de la chapelle, Rapport de fouilles, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 184 p., multicopié

JEANDEMANGE S., CAILLAT P., FRAUCIEL M., PROUTEAU R., WIETHOLD J., 2011, « Une ferme seigneuriale (XIIIe-XVe s.) à Laquenexy ‘Entre deux Cours’ (Moselle) », R.A.E., t. 60, p. 423-485.

JEANNIN Y., BONVALOT N., 2009, « Terre cuite architecturale en Franche-Comté : un aperçu de la question », in : CHAPELOT J., CHAPELOT O., RIETH B. dir., Terres cuites architecturales médiévales et modernes en Île-de-France et dans les régions voisines, Caen, Publ. du CRAHM, p. 355-384.

LEMONNIER H., 1913, Procès-verbaux de l’Académie royale d’architecture, t. III, 1697-1711, Paris, Soc. de l’Histoire de l’Art français.

LEROY M., PRÉVOT M., 2012, Messein ‘Les Noires Terres’, Rapport de fouille d’archéologie préventive, Metz, Inrap, SRA Lorraine, multicopié.

Lettres d’Élisabeth Charlotte d’Orléans duchesse de Lorraine à la marquise d’Aulède 1715-1738, 1865, éd. M. E. Alexandre de Bonneval, Nancy, Lucien Wiener (Recueil de documents sur l’histoire de Lorraine).

LOSIER C., 2012, « Bouteille et flacons : les contenants utilitaires français du début du XVIIIe s. au début du XIXe s. : aspects techniques et sociaux », Journal of Glass Studies, vol. 54, New York, p. 151-179.

MANGIN G., GEORGES-LEROY M., 2001, Lunéville, Place Léopold, Fouilles d’évaluation archéologique, juillet-août 1999, Metz, SRA, Afan, multicopié.

MASQUILIER A., 2001, Musée historique lorrain, Nancy (54.395.31 AH) (Meurthe-et-Moselle), DFS, fouille 2001, Metz, SRA Lorraine, Afan Grand-Est, multicopié, 84 p., fig., annexes (Série médiévale et moderne).

MASQUILIER A., 2002, « Frescaty (Moulins-lès-Metz, Moselle) : la maison de plaisance des évêques de Metz au XVIIIe s. », Archaeologia Mosellana, t. 4, p. 341-384.

MASQUILIER A., DEFRANOUX L., GEORGES-LEROY M. 2003, « À propos de l’incendie du château de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) : état de la question archéologique », Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 92, 2ème trim., p. 34-37.

MASQUILIER A., 2005, « Lunéville (54), Lorraine, rue des Bosquets (10) », in : Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain 2004, Tours, CNAU, p. 56.

MASQUILIER A., BÉAGUE N., ERNST Th., MALGRAS M. 2006a, Lunéville (Meurthe-et-Moselle), 5 et 7, rue Cyfflé, projet 3T SCI, Rapport de sondage 2006, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 15 p., fig., 1 annexe 7 p., multicopié.

MASQUILIER A., BÜTTNER S., BOUVET M.-B., GUILLAUME J., DEFRANOUX L., Van der PLICHT Dr, 2006b, Lunéville (Meurthe-et-Moselle), Château, Cour d’honneur, Rapport de fouille 2006 (date d’intervention terrain : 17-01 au 4-03 2002), Metz, Inrap Grand-Est Nord, 54 p., 18 fig., multicopié.

MAY D., 2007, « Du flacon aplati à la bouteille -pomme et -poire : la bouteille à vin du XVIIe au XVIIIe s. », Bull. de l’Ass. française pour l’Archéologie du Verre, p. 83-86.

MAY D., 2008, « Bouteilles cachetée en France du XVIIIe au XIXe s. », Bull. de l’Ass. française pour l’Archéologie du Verre, 22e Rencontres de Rennes, p. 127-131.

MÉNILLET F., DURAND M., LE ROUX J., CORDIER S., HANOT F., CHARNET F., 2005, Carte géol. de la France (1/50 000), feuille Lunéville (269), 2e éd., Orléans, BRGM, Notice explicative, 67 p.

MEYER N., 2010, Metz, Rue du Tombois (Moselle), Transformateur : petite opération archéologiques sur le versant nord de la colline du haut de Sainte-Croix, Rapport de fouille d’archéologie préventive, Inrap, Metz, multicopié.

MOINET É. dir., 2007, Transparences : histoire du verre et du cristal en Lorraine, Catalogue d’exposition du 6 oct. 2007 au 7 janv. 2008, Nancy, Musée Lorrain, Ars-sur-Moselle, 199 p.

MONTHEL G. dir., 1993, Les Saintes Maries : les Visitandines à Châlon-sur-Saône aux XVIIe et XVIIIe s., Catalogue d’exposition, Châlon-sur-Saône, 273 p.

MOREY P., 1865, « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand, premier architecte de Léopold duc de Lorraine et de Bar », Mémoires de l’Académie de Stanislas, p. 203-282.

PÉROUSE de MONTCLOS, J.-M., 1972, Architecture : principes d’analyse scientifique, méthode et vocabulaire, Paris, Inventaire Général des Monuments et des Richesses Artistiques de la France, 2 vol.

PÉROUSE de MONTCLOS J.-M., 1989, Histoire de l’architecture française. 2. De la Renaissance à la Révolution, Paris, Mengès/CNMHS, 511 p.

PHILIPPOT A., FRANZ T., 2010, « Nouveaux éléments sur le château de Lunéville au temps de Léopold : distribution, décor intérieur et mobilier », Le Pays Lorrain, n° 2-2010, p. 107-116.

PÖLLNITZ Ch.-L. de, 1741, Mémoires du baron de Pöllnitz […], 4e éd.

PRÉVOT M. dir., 2000, Ludres, Rue de l’Église (Meurthe-et-Moselle), Rapport de fouille d’archéologie préventive, Metz, Inrap/SRA Lorraine, multicopié.

RAPHAËL M., 1991, La pipe en terre : son périple à travers la France, Vitrolles, éd. Aztec, 285 p.

ROSEN J., 1995, La faïence en France du XIVe au XIXe s. : histoire et technique, Paris, éd. Errance, 215 p.

SCHEMMAMA V., 1998, Esquisse topographique, historique et d’évaluation archéologique de la ville de Lunéville (54), Notice interne détaillée, Metz, SRA de Lorraine, inédit, 127 p.

SEEWALDT P., 1990, Rheinisches Steinzeug : Bestanskatalog des Rheinischen Landesmuseums Trier, Trèves, Rheinisches Landesmuseum, 169 p. (Schriftenreihe des Rheinischen Landesmuseums Trier, 3).

SIMONIN P., 1985, « Projets de Boffrand pour le château de Lunéville », Le Pays Lorrain, n° 3, p. 151-168.

SIMONIN P., 1986, « Le château de Lunéville », in : GALLET M., GARMS J. dir., 1986, p. 161-180.

SIMONIN P., 1987, « Projets de Boffrand pour le château de Lunéville », Le Pays Lorrain, n° 4-1987, p. 185-198.

TRAVERS C., 2014, « Un grand chantier d’aménagement urbain et paysager au début du XVIIIe siècle : archéologie et histoire du jardin du château de Lunéville (54) », Archéopages, n° 37, p. 40-51.

TRONQUART M., 2009, « Lunéville : résidence ducale, palais princier, château militaire/ Histoire d’une construction », Le Pays Lorrain, n° 1-2009, p. 5-18.

TRONQUART M., GEORGE A., 1991, Les châteaux de Lunéville, Meurthe-et-Moselle, Nancy, Service régional de l’Inventaire des Monuments et des Richesses artistiques de la France / Metz, Éd. Serpenoise, 72 p., ill. (Images du Patrimoine, 91).

VATTIER G., 1890, Une famille d’artistes ; les Dumont, 1660-1884, Paris, Ch. Delagrave, 246 p.

Haut de page

Notes

1 L’expression « Versailles lorrain » trouve son origine dans les nombreuses similitudes architecturales entre le château ducal de Lunéville et le château royal de Versailles. Vers 1700, Léopold fait venir en Lorraine Jules Hardouin-Mansart, architecte de Louis XIV à Versailles, pour donner les plans du nouveau palais ducal de Nancy. C’est finalement l’un de ses plus brillants élèves, Germain Boffrand, qui reconstruit les résidences ducales de Lorraine. À partir de 1711, ce dernier débute les travaux de ce qui deviendra le « Versailles lorrain ». Ce dénominatif a été employé notamment par Voltaire lors de ses séjours à la cour de Lunéville à partir de 1748. Voltaire a marqué dans les mémoires et l’historiographie le rapprochement désormais passé dans les usages entre le château de Versailles et celui de Lunéville. Sa phrase, extraite du Siècle de Louis XIV, dans lequel il écrivait en 1753 « on ne croyait presque pas avoir changé de lieu quand on passait de Versailles à Lunéville » a connu une riche fortune critique. Bien qu’elle soit davantage en rapport avec la vie de cour qu’avec l’édifice lui-même, cette comparaison architecturale est pourtant confirmée par d’autres visiteurs de Lunéville, et ce dès le début du XVIIIe s. On la retrouve par exemple sous la plume du baron de Pollnitz, dans une lettre relatant sa visite de 1718, ainsi que dans la description laissée par le jésuite Feller dans ses notes de voyage un demi siècle plus tard.

2 Th. Algrin (ALGRIN, 1996) puis P.-Y. Caillault (CAILLAULT, 2004 et 2005).

3 Avec les équipes de fouille composées de Laurent Forelle, Yannick Heckel, Jonathan Hubert, Sébastien Jeandemange et Amaury Masquilier.

4 Des sondages archéologiques ont également été réalisés par Cécile Travers dans les jardins en vue de leur restauration (TRAVERS, 2014).

5 Valérie Schemmama, dans le cadre d’un stage au Service régional de l’Archéologie de Lorraine, a travaillé sur une esquisse topographique, historique et d’évaluation archéologique de la ville de Lunéville (SCHEMMAMA, 1998).

6 Bibliothèque nationale d’Autriche, Vienne, codex 2556, f° 28.

7 BnF, département Cartes et plans, sous la cote GE C-6847 (feuille manuscrite à la plume avec tracés au lavis ; taille originale : 106 x 86 cm, échelle en toises équivalente à 1/1100).

8 Le plan inédit de la Bibliothèque nationale de France et celui publié par Beaulieu montrent deux châteaux assez différents. Le plan de la BnF représentant indubitablement le château construit par Henri II, le château médiéval pourrait bien être celui représenté par Beaulieu en 1668, probablement repris d’après un plan de la fin du XVIe s. ou du début du XVIIe s. (MASQUILIER et alii, 2003), à moins que, faute de documents, Beaulieu ait représenté le château d’Henri II de façon imaginaire.

9 La recherche archéologique préventive urbaine récente a essentiellement porté sur les fortifications bastionnées, sans grands résultats du fait de leur fort arasement. On peut citer les diagnostics réalisés en 1999 « Place Léopold » (MANGIN, GEORGES-LEROY, 2001), en 2004 « 10, rue des Bosquets » (MASQUILIER, 2005), en 2006 « 5-6, rue Cyfflé » (MASQUILIER et alii, 2006a).

10 Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle (A.D. M.-M.), B 795, n° 52. Plan publié par CHOUX, 1991, p. 84 et TRONQUART, GEORGE, 1991, p. 5.

11 A.D. M.-M., B 1517, B 6807-6813, B 6860-6864.

12 F. Fossier date ces plans avant 1702. Le plan n° 35 est publié dans FRANZ, 2014b, p. 24.

13 Boffrand a laissé de nombreux dessins et plans de projets dont la filiation chronologique, difficile à démêler, a fait l’objet de propositions successives (SIMONIN, 1985, 1986 et 1987 ; GARMS, 1986, 1990 et 2008).

14 Datations réalisées par le Dr van der Plicht (Centrum voor Isotopen Onderzoek, Groningen), respectivement référencées GrA-21388 et GrA-21387.

15 Un portique est une galerie ouverte au rez-de-chaussée. Le corps de portique est un portique formant un corps de bâtiment distinct : c’est un passage à couvert entre deux rangs d’arcades ou entre deux colonnades (PÉROUSE de MONTCLOS, 1972, vol. 1, p. 35).

16 Le soubassement taluté visible sur une gravure de 1704 montrant la face occidentale des petits pavillons et la grille d’entrée n’ont pas pu être observés (CHOUX, 1991, p. 86).

17 Le corps de passage est un corps de bâtiment dont le rez-de-chaussée est un passage couvert (PÉROUSE de MONTCLOS, 1972, vol. 1, p. 36).

18 A.D.M.-M., B 1609 et B 12446, cité par PHILIPPOT, FRANZ, 2010, p. 110.

19 Lunéville, Médiathèque de l’Orangerie, Fonds Piroux. Ce plan a été publié à plusieurs reprises (SIMONIN, 1987, p. 194, « Projet à hautes toitures » ; TRONQUART, GEORGES, 1994, p. 14 ; GARMS, 1990, p. 85, projet C et 2008, p. 78-80). C’est cette dernière dénomination, projet C, que nous conserverons et à ce plan auquel nous renvoyons car il en existe une variante partielle, toujours conservée à la Médiathèque de l’Orangerie, n° 9, récemment publiée (PHILIPPOT, FRANZ, 2010, p. 110 ; FRANZ, 2010, p. 10 ; FRANZ, 2015, p. 262).

20 A.D.M.-M., B 1562.

21 Lunéville, Médiathèque de l’Orangerie, Fonds Piroux. Cliché T. Franz utilisé dans le rapport de fouille (JEANDEMANGE, PROUTEAU, 2011, fig. 48, p. 65). Ce plan est une retombe appartenant au projet B tel que défini par J. Garms (GARMS, 1990, projet B, p. 84).

22 A.D.M.-M., B 1562 ; Franz, 2014a, p. 234, note 3.

23 A.D. M.-M., B 1590 et 1591.

24 A.D.M.-M., B 1636, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er janvier à la fin mars 1719.

25 A.D.M.-M., B 1644, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er juillet à la fin septembre 1719 ; FRANZ, 2015, p. 265, note 31.

26 A.D.M.-M., B 1644, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er octobre à la fin décembre 1719.

27 A.D.M.-M., B 1652.

28 A.D.M.-M., B 1670, toisé des travaux de charpente de Jean Jadot du 1er juillet 1720 au 31 décembre 1723.

29 Un stylobate est un soubassement portant une colonnade et, par extension, une ordonnance de pilastres (PÉROUSE de MONTCLOS, 1972, vol. 1, p. 88).

30 Un trumeau est un pan de mur entre deux embrasures au même niveau (PÉROUSE de MONTCLOS, 1972, vol. 1, p. 83).

31 A.D.M.-M., B 1644.

32 A.D.M.-M., B 1643, état des paiements par Héré de janvier à mars 1720.

33 A.D.M.-M., B 1643, état des paiements par Héré d’avril à juin 1720.

34 Ce projet peut être daté entre 1709, première intervention de Boffrand pour le château de Lunéville et 1712, date à laquelle la construction de l’aile ducale au sud-est, absente du projet B, est commencée avec certitude.

35 L’alette est un pan de mur diminuant latéralement l’ouverture d’une embrasure (PÉROUSE de MONTCLOS, 1972, vol. 1, p. 81).

36 Expression utilisée par PÉROUSE de MONTCLOS, 1989.

37 Lunéville, Médiathèque de l’Orangerie, Fonds Piroux. Ce plan inédit appartient au projet F (GARMS, 1990, projet F, p. 88).

38 A.D.M.-M., B 1643, état des paiements de Paul Héré pour les premier et deuxième trimestres 1720, cité par FRANZ, 2015, p. 265, note 32.

39 A.D.M.-M., B 1643, cité par FRANZ, 2010, p. 10.

40 A.D.M.-M., B 1670, toisé des travaux de charpente de Jean Jadot du 1er juillet 1720 au 31 décembre 1723.

41 A.D.M.-M., B 1671.

42 L’échansonnerie désigne à la fois la pièce du palais où se faisait la distribution des boissons (vin), et le corps des officiers qui servent à boire à un roi ou à un prince. La fonction d’échanson au XVIIIe s. est un reliquat d’une charge plus importante au Moyen Âge.

43 A.D.M.-M., B 1671.

44 A.D.M.-M., B 1652, état des paiements de Paul Héré de janvier à août 1722, cité par FRANZ, 2015, p. 265, note 35.

45 La date 1725 apparaît sur le cartel du cadre de l’œuvre, mais l’inscription semble apocryphe.

46 L’aile nord côté jardin surplombant la Vezouze figure sur le plan publié bien qu’elle n’ait jamais été exécutée.

47 Étude réalisée par W. Tegel, Dendronet (Bohlingen, Allemagne).

48 Cité par MOREY, 1865, p. 247 ; cité par Garms, 1986, p. 74, référence d’archive manquante, la note 20 étant erronée.

49 Le projet D est probablement dénommé ainsi pour le différencier du projet C qui était celui encore en cours au moment de l’incendie.

50 Lettres d'Élisabeth Charlotte d’Orléans…, 1865, p. 105 ; SIMONIN, 1986, p. 164 ; GARMS, 2008, p. 81, note 28.

51 A.D.M.-M., B 1636, toisé des travaux de charpente par Jean Jadot du 1er janvier à la fin mars 1719 ; toisé du maçon François Pauly du 2 janvier au 1er mars 1719, cité par FRANZ, 2014b, p. 32-33, note 15 et FRANZ, 2015, p. 263, note 21.

52 C’est ce qui ressort d’un mémoire de travaux à la date du 5 février 1720 pour « la démolition du mur en fondation entre la cour et les parterres qui étoient pour construire la terrasse du premier progret [sic] ». A.D.M.-M., B 1643, état des paiements de Héré de janvier à mars 1720, cité par FRANZ, 2014b, p. 32-33, note 15 et FRANZ, 2015, p. 263, note 22. En 1720, plus d’un an après l’incendie, la référence au « 2e projet » n’a sans doute plus lieu d’être et c’est celle de « premier progret » après l’incendie qui est retenue.

53 A.D.M.-M, 3 F 249.

54 BnF, Fonds de Lorraine, 46, n° 8, Lettres du marquis de Craon au prince de Vaudémont, cité dans HARSANY, 1939, p. 271 ; cité par GARMS, 1986, p. 74, note 21.

55 A.D.M.-M, 3 F 249. Boffrand écrit le 17 mars au prince de Vaudémont qu’il a reçu deux jours plus tôt un autre projet très différent de ce qui avait été validé sur place par le duc en janvier ; ce nouveau projet réutilise plus largement les parties incendiées (aile sur jardin). Boffrand demande au prince de Vaudémont de jouer de son influence auprès de Léopold pour tenter de le convaincre de renoncer à cette nouvelle proposition (FRANZ, thèse en cours).

56 A.D.M.-M, 3 F 249. Lettre du 22 mars 1719. Extraits dans SIMONIN, 1986, p. 164-165 et citée in extenso dans GARMS, 1986, p. 74, note manquante ; GARMS, 1990, p. 86-87, projet E, note 5, cote d’archive erronée ; GARMS, 2008, p. 80-81, note 23.

57 Elle est dessinée dans sa version définitive sur le plan du projet E.

58 BnF, département des manuscrits, collection de Lorraine, vol. 582, f° 422, partiellement publiée dans HARSANY,1939, p. 272.

59 A.D.M.-M., 3 F 249, n° 9, Lettre de Boffrand du 7 août 1719, cité par Garms, 1986, p. 74, note 23.

60 Us 4001, 5060, 5066, 5500, 6500, 7500, 7503, 7504, 8005.

61 Us 2022, 2024, 2029, 2064, 3049, 3059, 3122.

62 Rapport de diagnostic en cours sous la direction de Lonny Bourada que nous remercions.

63 A.D. M.-M., B 6637, cité dans JEANDEMANGE, 2005, p. 285.

64 Rapport de fouille en cours sous la direction de Lonny Bourada que nous remercions.

65 Le développement de l’archéologie des temps modernes a montré que l’approche interdisciplinaire était la réponse la plus appropriée pour interpréter correctement vestiges archéologiques, plans anciens et sources écrites. Les publications récentes sur les châteaux de Maulnes (CHATENET, HENRION, 2004), Frescaty (MASQUILIER, 2002) ou Roissy-en-France (DUFOUR, 2014) l’illustrent parfaitement.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation générale (auteurs : cellule topographique et S. Jeandemange, Inrap) et vue aérienne du château ducal et du parc des bosquets, vue prise depuis le nord (cliché : Ph. Douzenel, Conseil départemental 54).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 2. Carte archéologique du centre-ville de Lunéville montrant la localisation des interventions archéologiques. Le recalage des enceintes urbaines médiévale (petits pointillés) et moderne (grands pointillés) a été établi à partir du Plan de Lunéville (cf. fig. 5). 1. Château ducal, Cour d’honneur, fouille, Masquilier, 2002 ; 2. Château ducal, intérieur de la Chapelle, fouille, Jeandemange, 2009-2010 ; 3. 5 et 7 rue Cyfflé, diagnostic, Masquilier, 2006 ; 4. Place Léopold, diagnostic, Mangin et George-Leroy, 2001 ; 5. 10 rue des Bosquets, diagnostic, Masquilier, 2005 ; 6. 37, 39 et 41 rue de la République, diagnostic, Nicolas et Jeandemange, 2016-2017 (auteur : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3. Recalage des deux fouilles et phasage chronologique (auteurs : J.-J. Bigot, P. Huard, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4. Songe du Pastourel par Jean du Prier ; fin du XVe s., Bibliothèque nationale d’Autriche, Vienne, codex 2556, f° 28 (cliché © Bibliothèque nationale d’Autriche).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 5. Plan de Lunéville, non daté mais certainement établi préalablement au démantèlement des fortifications, soit entre 1634 et 1638, conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, sous la cote GE C-6847 (feuille manuscrite à la plume avec tracés au lavis ; taille originale : 106 x 86 cm, échelle en toises équivalente à 1/1100). Cliché : © Bibliothèque nationale de France.Légende transcrite : A. La ville de Lunéville bâtie au milieu d’une plaine sur le bord de la rivière appelée La Meurthe ; B. Le château du Prince bâti sur un lieu plus élevé de trois toises (8,58 m) que le plan de la ville ; ledit château n’est aucunement fortifié ; C. Murailles épaisses de cinq pieds par le bas (1,42 m), hautes de trente pieds (8,55 m) et flanquées de grosses tours ; D. Porte Saint-Nicolas ; E. Porte du coté de Marsal ; F. Porte qui ne s’ouvre pas ; G. Parapets qui sont sur les bastions et courtines de la fortification ; H. Saillis des talus des tours ; I. Épaisseur des remparts. Tous lesdits bastions sont faits de terre et de gazon autant de talus que de hauteur qui est de quatre à cinq toises (de 11,44 m à 14,30 m). Les parapets ont trois toises de largeur (8,58 m) et cinq pieds de hauteur (1,42 m). Les fossés ont 15 toises de largeur (42,90 m).De K à L, le fossé est un plan d’eau et de roseaux, avec une profondeur de cinq pieds (1,42 m). De L à M, le fossé n’est pas achevé, n’ayant que quatre à cinq pieds de profondeur (1,14 m à 1,42 m). De M à N, il y a au milieu du grand fossé un autre fossé qui a une largeur de cinq toises (14,30 m) et une profondeur de cinq à six pieds (1,42 m à 1,71 m). De N à O, il n’y a pas d’autre fossé que la rivière. O. Le bastion des moulins appelé ainsi car les moulins sont enfermés dedans. P. Les deux bastions couvrent la porte et le bout du pont.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 6. Plan de la ville de Lunéville, gravé par Beaulieu (BEAULIEU, 1668). Plan conservé à la Bibliothèque Municipale de Nancy, cote FG6 LUN 41 (cliché : © Bibliothèques de Nancy)
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 7. Plan du rez-de-chaussée du château de Lunéville, encre et lavis sur papier, 1690. Plan conservé aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, cote B 795, n° 52 (cliché : © A.D. Meurthe-et-Moselle)
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 8. Extrait d’un plan de situation du château [1700], conservé à la Bibliothèque nationale de France, fond Robert de Cotte, sous la cote Va 54 t.2 ; R. de C. 35 (feuille manuscrite au graphite ; taille originale : 38,8 x 53 cm ; microfilm H 135531 ; cliché : © Bibliothèque nationale de France ; légende : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 9. Vestiges du château du Moyen Âge sur fond de plan cadastral. Le plan de situation du château [1700] figure les vestiges du château médiéval et Renaissance (cf. fig. 8). Ces derniers, en vert clair, ont été recalés sur le présent plan cadastral (auteurs : J.-J. Bigot, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 10. Angle nord-ouest de la cour d’honneur, vue vers le sud : mur médiéval (1112) au premier plan, mur bahut (1114) de la grille d’honneur du XVIIIe s. (partie nord) au fond à droite (cliché : A. George © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 11. Vestiges du château d’Henri II et recalage du plan de 1690 sur fond de plan cadastral (auteurs : F. Verdelet, J.-J. Bigot, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 12. Angle sud-ouest de la cour d’honneur, vue vers le nord, mur bahut (1027) de la grille d’honneur du XVIIIe s. (partie sud) et angle nord-ouest du corps de portique sud du château d’Henri II (1032, en bas de la photo), cliché : A. George © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 13. Profil des fondations d’un sous-sol aveugle du château de Henri II, découvertes le long du corps de passage principal (auteurs : J.-J. Bigot et A. Masquilier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 14. Vue vers le nord de l’intérieur du grand pavillon sud-est du château d’Henri II. Les maçonneries détourées correspondent à des murs de refend de ce dernier (auteur : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 15. Stratigraphie du grand pavillon sud-est du château d’Henri II. La coupe 1 figure l’intérieur, et les coupes 2 et 3 l’extérieur du pavillon (dessin : B. Delannoy, d’après L. Forelle, J. Hubert et S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 16. Relevés des élévations du mur méridional du pavillon sud-est : l’intérieur correspond à la coupe 5, l’extérieur à la coupe 4. Les vestiges du pavillon du XVIIe s. ont servi d’assises de fondation aux voûtes et piliers du XVIIIe s. (dessin : B. Delannoy, d’après J. Hubert, L. Forelle et S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 17. Vue de la façade extérieure du pavillon sud-est. Le parement se compose d’assises en moyen et grand appareil réglé, majoritairement formé de blocs en grès jaune (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 18. Vue de détail d’un bloc en grès de la façade extérieure du pavillon sud-est. Une ciselure, large de 1,5 cm, est observable sur le pourtour du bloc, alors que sa partie centrale a fait l’objet d’un traitement à l’aide d’un marteau taillant de type « grain d’orge » (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 19. Vue extérieure de la baie 5010. Contrairement au linteau masqué par une voûte (5009) du XVIIIe s., les piédroits et l’appui moulurés sont encore visibles (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 20. Profil de l’encadrement d’une fenêtre (5010) du château d’Henri II dans le sous-sol du l’aile sud (DAO : E. Duriez, © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 21. Coupe nord-sud située à l’extérieur du pavillon sud-est. La localisation du terrain naturel (sable et argile verte), relativement haute dans la stratigraphie, tend à prouver l’absence d’un fossé défensif à l’avant du château d’Henri II (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 22. Vestiges du château du XVIIIe s. (phase A) sur fond de plan cadastral. Ce plan montre notamment la chapelle construite à partir de 1712 et incendiée en 1719 (dessin : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 23. Coupes effectuées dans les caves situées sous la chapelle. La stratigraphie montre notamment le niveau d’apparition haut du terrain naturel. Des maçonneries (coupes 1 à 3, fondation de pilier 5037 et mur 5013) correspondent vraisemblablement aux fondations de la chapelle d’avant l’incendie de 1719 (dessin : B. Delannoy, d’après J. Hubert, L. Forelle et S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 24. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet C (GARMS, 1990) dit « à hautes toitures ». Plan du rez-de-chaussée, 126 cm x 112 cm, conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 25. Base de colonne moulurée (phase A) antérieure à la construction de l’actuelle chapelle (phase B). Cette maçonnerie pourrait appartenir à un cadran solaire mentionné dans les sources écrites du début du XVIIIe s. (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 26. Plan, coupe et cliché des vestiges d’une cheminée (phases A et B) située sous le corps central. Elle se compose d’un foyer en briques (2033), de la fondation d’un piédroit (2034) et d’un dallage (2035) en grès rose (dessin : B. Delannoy, d’après L. Forelle, J. Hubert et S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 27. Le château de Lunéville, extrait d’une retombe du plan Boffrand, projet B (GARMS, 1990) daté entre 1709 et 1712. Ce plan figure en rouge les vestiges du château d’Henri II intégré dans un projet de reconstruction. Deux cheminées y sont figurées dont la numéro 1 a été découverte en fouille. Plan conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : T. Franz, Château de Lunéville).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 28. Vestiges du château du XVIIIe s. (phase B) sur fond de plan cadastral. Ce plan montre les constructions faisant suite au grand incendie de 1719 (auteurs : F. Verdelet, J.-J. Bigot, S. Jeandemange et A. Masquilier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 29. Vue vers l’ouest du contre-cœur 3037, dernier vestige d’une cheminée des cuisines (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 30. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet D (GARMS, 1990) dit « avec cour bordée de longues ailes ». Plan partiel du rez-de-chaussée, conservé à la Bibliothèque municipale de Nancy, Fonds Piroux, cote H-PI-DE-00022 (cliché : © Bibliothèques de Nancy).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 31. Extrait du plan des souterrains du château royal de Lunéville/ J.C.F. Lotha. – 1 plan : eau-forte ; 65,5 x 48,5 cm. Extrait de HÉRÉ, 1753. Plan conservé au Château de Lunéville, inventaire n° 2006.13.3 (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 32. Profil de la tranchée de fondation 1017 (phase B) liée à la construction de la nouvelle aile sud de la cour d’honneur (auteurs : J.-J. Bigot et A. Masquilier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 33. Cour d’honneur, aile sud, vue vers le sud-ouest, fondations de stylobates ou de trumeaux (US 1019) (cliché : A. George © 2002 / Région Grand Est – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 34. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet B (GARMS, 1990). Plan du rez-de-chaussée, conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 35. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet A (GARMS, 1990) dit à « plan ramassé ». Le plan du corps central est conservé à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville. Celui de l’aile droite, mais pour l’étage, appartient à la Bibliothèque municipale de Nancy. Ce dessin a pour objet de présenter le plan d’ensemble du château si ce projet avait été adopté. On ignore tout de la distribution intérieure de l’aile gauche pour laquelle on ne dispose d’aucun plan (dessin : tiré de SIMONIN, 1987 ; cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 36. Le château de Lunéville, élévations de l’aile sud sur cour, plan Boffrand, projet F (GARMS, 1990). Études conservées à la Médiathèque de l’Orangerie de Lunéville (cliché : D. Bastien © Région Grand Est – Inventaire général)
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 37. Hôtel Amelot de Gournay à Paris, élévation sur cour (1710) (BOFFRAND, 1745).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 38. Château d’Haroué (Meurthe-et-Moselle), baies du rez-de-chaussée sur cour (cliché : T. Franz, Château de Lunéville).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 39. Vue vers l’est des caves voûtées situées sous l’actuelle chapelle. Au centre, la tranchée d’implantation des divers réseaux ayant fait l’objet d’une surveillance archéologique (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 40. Relevé d’une porte (7012) bouchée (7014) située sous l’actuelle chapelle. Une photo de détail montre un bloc de jambage scié et muni d’une marque de tâcheron « BI » (auteurs : E. Gelliot et S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 41. Le château de Lunéville, plan de Boffrand, projet E (GARMS, 1990) dit « projet à petites ailes étroites sur cour », plan du sous-sol, 126 cm x 129 cm, conservé à la Bibliothèque municipale de Nancy, Fonds Piroux, cote H-PI-DE-00024 (cliché : © Bibliothèques de Nancy).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 42. Dégagement en cours de canalisations en bois (6003 et 6014) du XVIIIe s. perçant une fondation maçonnée (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 43. Cour d’honneur, relevé de la façade de l’aile nord (coupe 1) et des petits escaliers du corps de passage du château de Léopold (coupes 2 et 3) (dessin : J.-J. Bigot, Y. Heckel et A. Masquilier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 44. Cour d’honneur, pavillon sud/aile sud, vue vers le sud-ouest, sous-sol voûté aveugle de l’escalier du pavillon latéral sud (US 1046), cliché A. George © 2002 / Inventaire Général – ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 45. Vestiges du château du XVIIIe s. (phase C). Ce plan figure les cuisines situées sous la partie méridionale du corps central. Trois fours de boulangerie, un égout maçonné et une descente d’escalier correspondent à des aménagements tardifs (dessin : S. Dohr, S. Jeandemange et entreprise Chanzy-Pardoux pour le relevé du dallage).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 46. Extrait du projet militaire pour 1853, détail : corps A, B, C et bâtiment place Stanislas, plan du sous-sol. Les trois structures, de plan ovoïde, correspondent à une batterie de fours de boulangerie (Archives du Génie, Vincennes, Repr. Inv. D. Bastien 90 54 03763 V A).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 47. Vue vers le nord-ouest du four de boulangerie 2600. L’intérieur du four est couvert de dalles en grès rose (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 48. Coupes stratigraphiques des fours de boulangerie et de l’égout maçonné (phase C). Ces derniers sont installés sur ou contre des vestiges antérieurs des XVIIe s. (château de Henri II) et XVIIIe s. (phases A et B) (dessin : B. Delannoy, d’après S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 49. Vue vers l’ouest de l’égout maçonné 2000, avec caniveau en grès rose venant de l’extérieur (cliché : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 50. Cour d’honneur, petit escalier sud menant à la cave du corps central (US 1035) et fondation de pilier (US 1034), au premier plan, sous-sol voûté aveugle de l’escalier latéral sud (US 1046) (cliché A. George © 2002 / Inventaire Général – ADAGP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 51. Plan du projet définitif du château de Lunéville, édité dans BOFFRAND, 1745.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 52. Tableau de répartition du mobilier céramique par période chronologique (auteur : R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 53. Céramique médiévale découverte dans les couches de remblaiement contemporaines des chantiers de construction du XVIIIe s. (dessin : L. Forelle, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 54. Quantification des groupes techniques pour la période allant du XVIe s. à la première moitié du XVIIe s. (auteur : R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 55. La céramique culinaire du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. : les pots (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 56. La céramique culinaire du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. : les jattes (1/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 57. La céramique culinaire du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. : les jattes (2/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 58. Poteries diverses du XVIe s. et de la première moitié du XVIIe s. (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 59. Quantification des groupes techniques pour la période allant de la seconde moitié du XVIIe s. au XIXe s. (auteur : R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 60. La céramique de la seconde moitié du XVIIe s., du XVIIIe s. et du début du XIXe s. : le grès, la porcelaine et la faïence brune (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 61. La céramique de la seconde moitié du XVIIe s., du XVIIIe s. et du début du XIXe s. : la faïence blanche (1/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 62. La céramique de la seconde moitié du XVIIe s., du XVIIIe s. et du début du XIXe s. : la faïence blanche (2/2) (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 63. Objets divers en terre cuite (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 64. Les pipes en terre cuite (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 65. Exemples de tuiles découvertes dans les couches de remblaiement contemporaines des chantiers de construction du XVIIIe s. (dessin : S. Jeandemange, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 66. Les bouteilles en verre et les verres à boire (dessin : L. Forelle, R. Prouteau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9573/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jeandemange, Amaury Masquilier, Thierry Franz et Rachel Prouteau, « Les fouilles archéologiques du château de Lunéville (Lorraine) : de la forteresse médiévale au ‘Versailles lorrain’ », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 263-318.

Référence électronique

Sébastien Jeandemange, Amaury Masquilier, Thierry Franz et Rachel Prouteau, « Les fouilles archéologiques du château de Lunéville (Lorraine) : de la forteresse médiévale au ‘Versailles lorrain’ », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9573

Haut de page

Auteurs

Sébastien Jeandemange

Responsable de l’opération de fouille de 2009-2010. Inrap Grand-Est Nord, Centre de recherches archéologiques de Ludres, 95 impasse H. Becquerel, 54710 Ludres. sebastien.jeandemange@inrap.fr

Articles du même auteur

Amaury Masquilier

Responsable de l’opération de fouille de 2002. Inrap Centre–Île-de-France, Centre de recherches archéologiques de Tours, 148 avenue André Maginot – 37100 Tours - UMR 7324 Citeres, Laboratoire Archéologie et Territoire, Tours. amaury.masquilier@inrap.fr

Articles du même auteur

Thierry Franz

Assistant de conservation principal, Musée du château des Lumières, Lunéville, Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, BP 25, 54302 Lunéville Cédex - Doctorant en histoire de l’art, Université de Lorraine. tfranz@departement54.fr

Rachel Prouteau

Étude du mobilier médiéval et moderne. Inrap Grand-Est Nord, Centre de recherches archéologiques de Ludres, 95 impasse H. Becquerel, 54710 Ludres - Université de Lorraine, HISCANT – MA, EA 1132. rachel.prouteau@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page